Vous êtes sur la page 1sur 52

Institut National du Bâtiment

et des Travaux Publics

Mécanique des Fluides et Hydraulique General


Cinématique des fluides Parfaits

Par Prof. Dr. Ndamuso

Janvier 2020
Note sur l’ensemble du cours
➢Le cours a été subdivisé en 10 modules
▪ NB: Certains modules ont une grande pondération que d’autres
➢Les modules sont représentés/expliqués à l’aide des différents diapos
• Incluant des recherches faites à l’aide des apports des éléments scientifiques
➢Faisant recours à:
1. Des livres et des cours des auteurs scientifiques reconnus
2. Des journaux scientifiques publiés
3. Des liens des sites scientifiques plausibles publiés sur internet
4. Des apports des expériences personnelles du Professeur
➢Dans le cas (1) à (3), des références sont ajoutées sur le bas des pages
• Pour permettre aux étudiants de pouvoir revoir les ouvrages utilisés par le
professeur
• Des recommandations sont aussi énumérées à la fin du module, souvent incluant les
livres/ouvrages/liens utilisés par le professeur lors de la préparation du cours
2
Plan du Cours

I. Caractéristiques des fluides VII. Caractéristiques et régimes des écoulements

II. Hydrostatique VIII. Equation de l’Energie

III. Cinématique des fluides Parfaits IX. Ouvrages de contrôle

IV. Dynamique des fluides parfaits X. Introduction aux écoulements transitoires

V. Ecoulement des fluides réels

VI. Ecoulements en conduites sous pression


Cinématique des fluides Parfaits

• Principe de continuité

• Fonctions de courant et de potentiel

• Equations de Laplace
Cinématique des fluides Parfaits – Equations de Laplace
➢La cinématique est la description analytique d’un système en mouvement.
▪ mouvements des fluides par rapport au temps, indépendamment des causes
qui les provoquent,
▪ c’est-`a-dire sans prendre en compte les forces qui sont à leur source.
▪ Un milieu fluide étant en mouvement, comment l’observer, comment le décrire ?
▪ On introduit la notion de particule fluide
▪ ou plus généralement, pour un milieu continu quelconque, de particule milieu continu.
▪ C’est un tout petit volume de matière que l’on marque et que l’on suit dans son mouvement
▪ A cette particule fluide, on attache
▪ des grandeurs cinématiques (position, vitesse, accélération)
▪ des grandeurs thermodynamiques (masse volumique, température, pression, . . . ).
Cinématique des fluides Parfaits - Définition
➢ En mécanique des fluides, un fluide est dit parfait s'il est possible de décrire son mouvement sans
prendre en compte les effets de viscosité et de conduction thermique.
▪ Le mouvement du fluide est donc adiabatique, décrit par les équations d'Euler.
▪ Le fluide parfait est une approximation pour une viscosité tendant vers zéro.
▪ Cela revient à faire tendre le nombre de Reynolds vers l'infini.
▪ Ce type de situation est cependant très courant, par exemple en aérodynamique
▪ Dans ces conditions, les zones de cisaillement important sont concentrées dans des espaces restreints,
appelés couches limites.
▪ Au-delà de l'approximation de fluide parfait, on parle de fluide visqueux, décrit par les équations
de Navier-Stokes.
▪ introduit la notion de viscosité dans les équations d'Euler
▪ forme définitive à l'équation de conservation de la quantité de mouvement
Cinématique des fluides Parfaits – Notion de particule
➢Particule fluide
➢On choisit comme échelle d’observation, l’échelle mésoscopique.
➢On considère, autour d’un point M, un volume mésoscopique δτ.
▪ Typiquement un volume de 1μm3 convient.
▪ Ce volume contient un grand nombre de particules
▪ Ce qui permet de définir des grandeurs moyennes locales qui, elles, vont évoluer de façon
continue :
• la masse volumique locale 𝜌(M,t)
• la vitesse locale →v(M,t)v→(M,t)...
➢On donne à ce sac de molécules le nom de particule de fluide qu’il ne faut pas
confondre avec la notion de molécule.
➢La vitesse v en mécanique des fluides désigne la norme du vecteur vitesse d'une
particule de fluide.
▪ En conséquence on peut avoir v(M)=0 bien que la vitesse moyenne d'une molécule soit
non nulle
Cinématique des fluides Parfaits – Notion de particule
➢Particule fluide
▪ Au sein d’un fluide occupant le volume D, considérons un très petit volume ∆V de fluide.
▪ On introduit trois longueurs :
▪ le diamètre a des molécules
▪ une longueur d caractéristique du volume ∆ V
▪ une longueur L caractéristique du volume D de fluide.
▪ Une particule fluide est le petit volume ∆ V si :
a << d << L
▪ Autrement dit, ∆ V contient un très grand nombre de molécules, mais est très petit par
rapport au volume D.
▪ Exemple
▪ le diamètre d’une molécule d’eau est de l’ordre de a = 2 x 10−10 m;
▪ dans un volume d’eau D sphérique de diamètre L = 1 m
▪ un petit volume sphérique ∆ V de diamètre d = 10−6 m, constitue bien une « particule fluide, car on
a:
▪ 2 x 10−10 << 10−6 << 1
Cinématique des fluides Parfaits – Notion de particule
➢ On considère une particule fluide (appelée brièvement
une particule M)
▪ on suit cette particule dans son mouvement par rapport
au repère orthonormé direct
• 𝑂, 𝑥, 𝑦, 𝑧 dont les vecteurs unitaires des trois axes
sont 𝑒𝑥 , 𝑒𝑦 et 𝑒𝑧
▪ Le temps est noté t.
▪ La particule M est en mouvement par rapport à ce
repère.
• A l’instant t = t0, la particule fluide occupe la
position 𝑥Ԧ = 𝑥0 𝑦0 𝑧0
• A un instant t quelconque, la particule fluide
occupe la position 𝑥(𝑡)Ԧ = 𝑥, 𝑦, 𝑧

• Par définition : 𝑂𝑀0 = 𝑥0 et 𝑂𝑀 = 𝑥(𝑡)


Cinématique des fluides Parfaits – Notion de particule
➢ Nous écrirons que la position, à l’instant t, de la
particule fluide qui occupait la position 𝑥0 a l’instant
𝑡0 , est donnée par :
𝒙 𝒕 = 𝑭 𝒙𝟎 , 𝒕𝟎 , 𝒕
• c’est à dire :
𝑥 = 𝑓 𝑥0 , 𝑡0 , 𝑡
𝑦 = 𝑔 𝑥0 , 𝑡0 , 𝑡
z = ℎ 𝑥0 , 𝑡0 , 𝑡
• où l’on a utilisé la notation condensée 𝑥0 pour (x0,
y 0 , z0 )
• Ainsi on a : 𝒇 𝒙𝟎 , 𝒕𝟎 , 𝒕 = 𝒇 𝒙𝟎 , 𝒚𝟎 , 𝒛𝟎 , 𝒕

▪ La fonction 𝐹 est supposée continue et continument dérivable autant de fois qu’il est nécessaire.
▪ On suppose en outre que pour t et 𝑡0 fixés
▪ La fonction 𝐹 𝑥0 qui à fait correspondre 𝑥Ԧ est bijective, si bien que
Cinématique des fluides Parfaits – Notion de particule
➢Vitesse
▪ A chaque instant t on peut définir, en tout point de l’espace, un vecteur 𝑈 qui représente la
vitesse, à l’instant t, de la particule fluide qui occupait la position 𝑥0 à l’instant t0.
𝝏𝒇
▪ Cette vitesse est donnée par : 𝑼 = 𝒙𝟎 , 𝒕𝟎 , 𝒕
𝝏𝒕
𝜕𝑓 𝜕𝑔 𝜕ℎ
▪ c’est-`a-dire : 𝑢 = 𝑥0 , 𝑡0 , 𝑡 , v = 𝑥0 , 𝑡0 , 𝑡 ,w= 𝑥0 , 𝑡0 , 𝑡
𝜕𝑡 𝜕𝑡 𝜕𝑡

▪ où l’on a noté : 𝑈 = 𝑢𝑒Ԧ𝑥 + 𝑣𝑒Ԧ𝑦 + 𝑤𝑒Ԧ𝑧


➢Acceleration
▪ L’accélération, à l’instant t, de la particule fluide qui occupait la position 𝑥0 à l’instant t0, est
donnée par :
Cinématique des fluides Parfaits - Équation de continuité

V = Q/A
➢Vitesses se répartissent irrégulièrement dans la section
du conduit.
• Faibles au plus près de la surface de la canalisation
• Nulles au contact
• Frottements dus aux aspérités superficielles.
➢En la pratique, pour procéder aux calculs, on considère
la vitesse moyenne V
• V = Vitesse moyenne de l’eau (m/s)
• Q = Débit (m3 /s)
• A = Section d’écoulement (m2)
Cinématique des fluides Parfaits - Équation de continuité
▪ L'équation de continuité est d'intérêt très général puisqu'elle traduit
le principe de conservation de la masse au sein d'un écoulement.
▪ L'établissement de cette équation locale repose sur un bilan de
masse de fluide au sein d'un élément de volume pendant un temps
élémentaire
▪ On considère alors un élément de volume parallélépipédique

▪ dont la masse est proportionnelle à la masse volumique du


fluide et vaut donc :

▪ De manière générique, la variation de masse pendant le


temps 𝑑𝑡 peut se formuler :
Cinématique des fluides Parfaits - Équation de continuité
▪ La variation de masse peut être identifiée à la somme
algébrique des débits traversant les 6 faces du parallélépipède
▪ Considérons dans un premier temps l'ensemble des débits
traversant les 6 faces du parallélépipède, et raisonnons à partir
du schéma
▪ Le vecteur vitesse présente 3 composantes étant chacune
perpendiculaire à 2 des 6 faces.
▪ Le débit massique à travers une surface correspond dans ce cas
▪ au produit de la masse volumique par la composante de la vitesse et
par la surface traversée.
Cinématique des fluides Parfaits - Équation de continuité
➢ Le principe de continuité est l’une des lois de base de la mécanique
des fluides.
➢ La figure à droite nous permet de tirer la conclusion suivante :
▪ S’il n’y a pas de fuite, ou s’il n’y a pas d’apport ou de perte de fluide entre
les sections transversales 1 et 2
▪ et si rien ne modifie la quantité de fluide entre ces deux endroits,
▪ la masse de fluide qui passe par la section transversale 1 doit également
passer par la section transversale 2 dans le même laps de temps.
➢ Nous pouvons généraliser ce constat en le formulant comme suit :
▪ le débit massique dans un système doit être constant à toutes les
sections transversales, en autant qu’il n’y ait pas de fuite, d’apport, de
perte ou de stockage du fluide.
▪ Mathématiquement, on peut exprimer cette loi comme suit :
Cinématique des fluides Parfaits - Équation de continuité
▪ si le débit massique est constant au travers de toutes les sections efficaces,
▪ peu importe que celles-ci soient petites ou grandes, alors quelque chose d’autre
doit changer.
▪ Pour simplifier les choses, nous examinerons seulement les liquides à une
température constante.
▪ Les deux exemples suivants nous aideront à comprendre ce concept.

➢ Exemple
▪La figure est un exemple de réducteur de tuyau. Nous voulons savoir ce qui se passe aux sections
transversales 1 et 2.
▪Selon le principe de continuité, le débit massique aux sections 1 et 2 doit être identique, c.-à-d. :
▪Nous avons exprimé le débit massique sous la forme suivante :

▪En insérant cette équation dans l’équation de continuité, nous obtenons :


▪Comme la masse volumique du liquide ne change pas, c.-à-d. ρ1 = ρ2, l’équation ci-dessus devient :

▪Conclusion : Comme la section efficace A2 est plus petite que A1, la vitesse v2 doit être plus élevée
que v1 pour maintenir le débit massique.
Cinématique des fluides Parfaits - Équation de continuité
➢Exemple
▪ La figure illustre une pompe centrifuge, dont le tuyau d’aspiration
est de même diamètre que le tuyau de refoulement.
▪ Déterminons la vitesse de changement entre les parties
aspiration et refoulement
▪ Nous supposons qu’aucun liquide n’est ajouté, enlevé ou stocké
dans la pompe.
▪ Par conséquent, les débits massiques sont identiques aux points
d’aspiration et de refoulement de la pompe.
▪ Le principe de continuité s’applique donc:
▪ Comme A1 = A2 et ρ1 = ρ2, nous en déduisons que v1 = v2
▪ les vitesses d’aspiration et de refoulement sont égales.
Cinématique des fluides Parfaits - Fluide en écoulement
▪ Dans le domaine de la mécanique, deux descriptions sont utilisées.

▪ En mécanique des solides, et tout particulièrement du solide rigide, c’est la description de


Lagrange qui est prioritairement utilisée.
▪ Le point de vue de Lagrange consiste à s'intéresser à la trajectoire des particules de fluide.

▪ En mécanique des fluides, c’est la description d’Euler qui est prioritairement utilisée.
▪ Celle d'Euler se concentre sur l'évolution des propriétés du fluide en différents points et au cours du
temps
▪ Sous un pont, c’est la vitesse du courant de la rivière qui est importante, et non l’origine de l’eau (nuage,
neige fondue, . . . )

▪ Exemple
▪ Pour la circulation des voitures sur une route, on utilise la description d’Euler pour trouver la
vitesse de l´écoulement des voitures
▪ mais le « gendarme » utilise la description de Lagrange pour viser une voiture particulière
afin d’apprécier son excès de vitesse.
▪ On peut passer d’une description de Lagrange à celle d’Euler, et réciproquement.
Cinématique des fluides Parfaits - Fonctions de courant et
de potentiel
➢ La fonction de courant en physique, en particulier en mécanique des fluides,
▪ est une fonction (à valeurs complexes) définie pour des écoulements de
différents types.
▪ Elle donne le paramètre de la composante non divergente de n'importe quel
champ de vitesse dont la valeur est constante le long de chaque ligne de courant.
▪ Elle peut donc être utilisée pour représenter les lignes de courant d'un fluide,
correspondant aux trajectoires de particules dans un écoulement stationnaire.
▪ Les lignes de courant sont proportionnelles aux courbes équipotentielles.
▪ Dans la plupart des cas, la fonction de courant est la partie imaginaire du potentiel
complexe tandis que la fonction de potentiel est la partie réelle.
▪ Dans le cas particulier de la mécanique des fluides,
▪ la différence entre les valeurs de la fonction de courant en 2 points
représente le flux volumique à travers une ligne connectant ces 2 points.
Cinématique des fluides Parfaits -Fonctions de courant et
de potentiel
▪ Comme les lignes de courant sont tangentes au champ de
vecteur vitesse de l'écoulement,
▪ la fonction de courant garde une valeur constante le long de la
ligne de courant.
▪ L'utilité des fonctions de courant réside dans le fait que les
composantes en x et y du vecteur vitesse en un point donné
▪ sont données par les dérivées partielles de la fonction de courant
en ce point.
▪ Une fonction de courant peut être définie pour tout
écoulement dans un espace affine de dimension 2 ou plus.
▪ On notera que le cas bi-dimensionnel est le plus simple à
étudier.
▪ En ce qui concerne les lignes de courant bi-dimensionnelles
▪ la fonction de courant elle-même 𝜓 peut être considérée comme
une surface paramétrée dans un espace à 3 dimensions
Cinématique des fluides Parfaits - Fonctions de courant et
de potentiel
▪ Notion de ligne d’écoulement
▪ Adoptons l’approche d’Euler et supposons que l’on connaisse à chaque instant t le vecteur
vitesse d’une particule de fluide située en M.
▪ Le vecteur vitesse 𝑣(M,t)
Ԧ désigne alors un champ vectoriel.
▪ Par définition, une ligne de courant ou ligne d’écoulement, est une ligne de champ du vecteur
vitesse, c’est-à-dire une courbe C telle qu'à un instant t fixé, pour tout point M ∈C, 𝑣(M,t)
Ԧ est
tangente à C en M.
▪ Lorsque le champ de vitesse ne dépend pas du temps, les lignes d’écoulement n’évoluent pas
au cours du temps : on dit que le régime d’écoulement est stationnaire ou permanent.
▪ Pour un problème à deux dimensions, l’équation f(x,y)=0 d’une ligne d’écoulement s’obtient
en résolvant l’équation différentielle

Équation d'une ligne d'écoulement (2D)


Cinématique des fluides Parfaits - Fonctions de courant
et de potentiel
▪ Visualisation des lignes d’écoulement
▪ On utilise des particules réfléchissantes que l’on photographie avec un court
temps de pose.
▪ On a accès ainsi à des segments brillants qui donnent le sens de la vitesse
en différents points ce qui permet de reconstituer la carte du champ de
vitesse.
▪ Dans la description de Lagrange, on s’intéresse à l’histoire de chaque
particule de fluide.
▪ Considérons une particule de fluide P située en (x(t),y(t),z(t)) à l’instant t.
▪ Par définition la trajectoire est la courbe paramétrique C d’équation
▪ La trajectoire retrace l’histoire d’une particule alors que la ligne
d’écoulement est un instantanée du champ de vitesse. De ce fait, ces deux
notions sont différentes.
▪ Par contre, lorsque que le régime d’écoulement est stationnaire, une
particule suit nécessairement la ligne d’écoulement sur laquelle elle se
trouve puisque celle-ci est fixe.
▪ En régime permanent, les trajectoires tracent les lignes d’écoulement.
Cinématique des fluides Parfaits - Fonctions de courant et de
potentiel
VISUALISATION D’UNE TRAJECTOIRE
▪ On utilise des traceurs (colorants ou fumées) et l’on prend une photo avec un long temps de pose.
▪ Dérivée particulaire
▪ Considérons une grandeur physique locale G(M,t) attachée à une particule de fluide située en M à l’instant t.
▪ On peut penser à la température, la pression, la densité etc.
▪ Cherchons à calculer le taux de variation de cette grandeur lorsque l’on suit la particule.
▪ On appelle cette grandeur la dérivée particulaire et on la note DG/Dt.
Cinématique des fluides Parfaits - Fonctions de courant et de
potentiel
Accélération d’une particule
▪ Calculons l’accélération d’une particule de fluide à partir du champ de vitesse eulérien 𝑣(M,t)
Ԧ
▪ L’accélération est le taux de variation du champ de vitesse en suivant une particule de fluide.
▪ On a donc :
▪ Le premier terme est lié au caractère non permanent de l’écoulement alors que le second au fait que la particule, en se
déplaçant, visite des endroits où la vitesse change
Cinématique des fluides Parfaits -Fonctions de courant et de
potentiel
➢ Débit volumique et fonction courant
▪ Soient deux lignes de courant 1 et 2 passant respectivement par A et B, les valeurs des fonctions courant
sont 𝜓1 et 𝜓2

▪ Soit un chemin quelconque allant de A à B.


L’écoulement est plan, le débit élémentaire par unité de hauteur est égale à

➢ Le débit entre les deux lignes de courant est indépendant du chemin pris pour aller d’une ligne à l’autre.
Cinématique des fluides Parfaits -Fonctions de courant et de
potentiel

➢Exercice Potentiel complexe

▪ Trouver les lignes de courant et les équipotentielles dans les cas suivants
▪ Le potentiel complexe est :
▪ où V est une constante réelle et

▪ Le potentiel complexe est :


▪ où k est une constante réelle.
Cinématique des fluides Parfaits -Fonctions de courant et
de potentiel
▪ 1) On pose
▪ On remplace dans f(z).
▪ La partie réelle est la fonction potentielle et la partie imaginaire est la fonction courant.
▪ Le potentiel complexe est :
▪ où V est une constante réelle et

▪ On a donc

▪ On a de plus

▪ avec 𝜙 la fonction potentiel et 𝜓 la fonction courant.

▪ On obtient donc 𝜙 = 𝑉. 𝑥 et 𝜓 = 𝑉. 𝑦

▪ Les lignes de courant sont données pour 𝜓 = 𝐶𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 et les équipotentielles sont données pour 𝜙 =
𝐶𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒
Cinématique des fluides Parfaits -Fonctions de courant et
de potentiel
• Exercice Potentiel complexe
▪ Le potentiel complexe est :
▪ où k est une constante réelle.

▪ En passant aux coordonnées polaires on a

▪ D'où

▪ On a de plus
▪ avec 𝜙 la fonction potentiel et 𝜓 la fonction courant.

▪ On obtient donc

▪ et

▪ Les lignes de courant sont données pour 𝜓 = 𝐶𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 et les équipotentielles sont données pour
𝜙 = 𝐶𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢ Champ de vitesses d’un fluide
▪ Au cours du mouvement, une particule de fluide subit des changements de position, d’orientation et de forme.
▪ Nous considérons deux points voisins d’un même fluide

et

et leurs vitesses respectives soient

à un instant t
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢ Ces expressions peuvent être écrites,

soit où est le vecteur tourbillon

et est la vitesse de déformation.


Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢D’une manière générale, le mouvement d’une particule fluide est la superposition
d’une translation, d’une rotation et d’une déformation.

▪ La notion de translation ne pose pas de difficulté : il suffit de se représenter l’écoulement d’une rivière
" paisible ".
▪ Certains écoulements présentent des lignes de courant fermées " circulaires en première approximation "
de type " tourbillonnaire ".
▪ Nous pensons aux tourbillons qui se forment dans le sillage d’un objet solide en mouvement relatif par
rapport à un fluide,
▪ à la vidange d’un réservoir (baignoire, lavabo) par un siphon, aux tornades ou cyclones.
▪ En s’écartant du centre du tourbillon, la vitesse radiale des particules peut être croissante ou
décroissante.
▪ Souvent la vitesse est croissante près du centre puis décroissante.
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢ Ces résultats peuvent être présentés sous forme tensorielle. On introduit alors le tenseur rotation
(antisymetrique) et le tenseur déformation (symetrique).

tenseur rotation (antisymetrique)

tenseur déformation (symetrique


Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢Exercice
▪ On considère un écoulement permanent défini dans un repère (0, x, y, z) par le champs des
vitesses suivant, en variables d'Euler :

▪ 1) Montrer que le fluide est incompressible.

▪ 2) Calculer le champs des vecteurs accélération 𝑎Ԧ .

▪ 3) Déterminer les équations du réseau des lignes de courant.

▪ 4) Déterminer le champs des tenseurs des taux de déformation.


Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
▪ 1) Il suffit de montrer que

▪ 2) L'accélération, d'après le cours, est définie par

▪ 3) Les lignes de courant sont définies par l'équation :

▪ 4) Il vous suffit de consulter le cours...


Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
▪ Nous devons montrer que .

▪ Il nous suffit de vérifier que l'équation suivante est vraie :

1) Montrer que le
fluide est
incompressible.
▪ Après un rapide calcul nous obtenons :

▪ La somme de ces 3 termes vaut zéro, le fluide est bien


incompressible.
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
▪ L'accélération est définie par :

▪ L'écoulement est permanent d'où

2) Calculer le champs ▪ et donc


des vecteurs
accélération 𝒂 .
▪ Après calcul nous
obtenons :

▪ d'où

▪ et donc
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢Les lignes de courant sont définies par :

▪ Nous avons v=0. Pour que cette équation soit


définie, il faut que dy=0. L'écoulement se situe
dans le plan Oxz.
3) Déterminer les
équations du réseau ➢ Nous allions transformer cette équation...
des lignes de courant

➢ Ce qui nous donne

➢ Puis
➢ Enfin
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢Par définition le tenseur des taux de déformation est donné par :

4) Déterminer le
champs des
tenseurs
➢ Après simplification et un rapide calcul, on obtient :

d'où
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
Différents types de champ de vitesses

➢Notion de circulation
Par définition, la circulation du vecteur vitesse suivant une
courbe est égale à

▪ Pour une courbe fermée

▪ Ou S est une surface quelconque s’appuyant sur le contour C


Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢Exercice
▪ Enoncé – Calculer la circulation des champs suivants, le long des
courbes indiquées.

▪ Champ
▪ Parabole

➢ Solution – On a
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs

▪ La circulation de 𝐹Ԧ le long de γ est donc


Cinématique des fluides Parfaits - champ scalaire
▪ Circulation d’un champ de gradient
▪ Théorème – Soit 𝑉 = 𝑔𝑟𝑎𝑑 ∅ un champ de gradient, de domaine 𝐷∅ .
▪ La circulation de 𝑔𝑟𝑎𝑑 ∅ le long d’une courbe 𝐶 + quelconque qui joint deux
points A et B contenus dans 𝐷∅ ne dépend pas de la courbe
▪ mais seulement des deux points:

▪ La circulation de 𝑔𝑟𝑎𝑑 ∅ le long d’une courbe fermée 𝐶 + est nulle:

▪ La première assertion se démontre par calcul direct.


▪ La deuxième est une conséquence de la première, ou bien un corollaire du théorème de Gauss
Cinématique des fluides Parfaits - champ scalaire
➢Exercice
▪ Énoncé – Considérons le champ scalaire

▪ sur le domaine

▪ Calculer le travail de la force conservative 𝐹Ԧ = 𝑔𝑟𝑎𝑑 ∅ le long d’une hélice


𝐶 + contenue dans D qui joint le point 𝐴 = 0, 1,2 au point B = 3,4,5 .
▪ Solution:
▪ Le travail de 𝐹Ԧ = 𝑔𝑟𝑎𝑑 ∅ le long de 𝐶 + vaut:
Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢Ecoulements irrotationnels ou à potentiel des vitesses

L’écoulement est irrotationnel si

Cette propriété a pour conséquence

▪ L’écoulement est dit à potentiel des vitesses ou plus simplement écoulement potentiel.

▪ En introduisant l’équation de conservation de la masse on obtient

▪ Dans le cas d’un fluide incompressible


Cinématique des fluides Parfaits - Champ de vecteurs
➢Ecoulements rotationnels : théorie tourbillonnaire

Dans ce type d’écoulements,

▪ Pour une courbe fermée

où S est une surface quelconque s’appuyant sur le contour (C ) [Théorème de Stokes]


La quantité 𝐼 = Γ est appelée intensité du tourbillon.
▪ On appelle ligne tourbillon, une ligne tangente en chaque point au vecteur tourbillon en ce point et filet
tourbillon,
▪ l’ensemble des lignes tourbillon s’appuyant sur une courbe fermée infiniment petite

▪ Le vortex est le cas particulier d’un filet tourbillon unique d’intensité finie.
▪ Le cas particulier du vortex rectiligne est particulièrement important : il correspond à un champ
de vitesses contenu dans le plan perpendiculaire au filet tourbillon, de direction radiale et
d’intensité de vitesse
▪ où r représente la distance entre le point considéré et le filet
tourbillon.
Cinématique des fluides Parfaits – Equations de Laplace
➢ Une fonction suit l’équation de Laplace si son laplacien est nul, ∆f = 0.
▪ Cette équation est rencontrée dans de nombreux domaines de la physique
▪ en électrostatique pour le potentiel dans une zone vide de charges
▪ en conduction thermique pour la température en régime stationnaire
▪ en diffusion moléculaire avec la densité de particules, en gravitation pour le potentiel
gravitationnel dans une zone vide de masses
▪ en hydrodynamique pour le potentiel des vitesses dans un écoulement bidimensionnel
irrotationnel et incompressible, pour décrire les déformations d’une membrane

▪ On peut écrire des solutions analytiques au prix de plus ou moins d’efforts dans des situations
simples
▪ mais il est parfois plus visuel ou même nécessaire de recourir à une intégration numérique dans des
cas plus généraux.
▪ C’est dans cette optique que nous décrivons un algorithme de résolution de l’équation de Laplace.
Cinématique des fluides Parfaits – Equations de Laplace
➢Une solution de l'équation de Laplace définie sur une couronne.
▪ L'opérateur laplacien est le plus connu des exemples d'opérateurs elliptiques.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9rateur_elliptique
Cinématique des fluides Parfaits – Equations de Laplace
➢ le laplacien scalaire
▪ qui transforme un champ scalaire en un autre champ scalaire
➢le laplacien vectoriel
▪ qui transforme un champ vectoriel en un autre champ vectoriel

➢Le Laplacien scalaire représente la courbure d’un champ scalaire.


▪ Exemple
▪ vous voulez connaître le champ de température dans l’endroit où vous vous trouvez.
▪ Cela veut dire définir les points chauds et froids.
▪ Une fois cette carte (définition) effectuée, vous pouvez tracer (calculer)
▪ le gradient de la température en cet endroit puis en déduire, via la divergence, le laplacien,
donc comment varie cette température.
Cinématique des fluides Parfaits – Equations de Laplace
➢ On constate que dans la zone jaune le Laplacien est positif, soit la courbure du champ scalaire de la température
“en creux” (style vallée)
▪ et dans la zone bleue c’est le contraire la courbure négative soit une courbure en “en bosse” (style sommet).
Cinématique des fluides Parfaits – Equations de Laplace

• DGFHGJHJ
Cinématique des fluides Parfaits – Equations de Laplace
▪ En coordonnées cartésiennes dans un espace euclidien de dimension 3
▪ Il faut trouver toutes les fonctions à trois variables réelles 𝜓 𝑥, 𝑦, 𝑧 qui
vérifient l'équation aux dérivées partielles du second ordre :

▪ L’équation aux dérivées partielles précédente s'écrive de façon compacte


Cinématique des fluides Parfaits

1. Principe de continuité

2. Fonctions de courant et de potentiel

3. Equations de Laplace