Vous êtes sur la page 1sur 2

Hormone et cancer du sein : la fin d'une longue polémique

Le traitement hormonal substitutif (THS) favorise-t-il le cancer


du sein ? La question a longtemps été au cœur des débats dans
le milieu médical et scientifique sans jamais être clairement
tranchée. La raison ? La plupart des études, anglosaxones, ont
testé des hormones très peu utilisées en France. Il devenait
urgent de mener une étude dans l’Hexagone. Tout le monde le
souhaitait, Françoise Clavel l’a fait. 

Elvire Nérin

Le Dr Françoise Clavel-Chapelon (Institut Gustave Roussy, Villejuif) a publié dans la revue


International Journal of Cancer les résultats de la seule grande étude française sur le risque de
cancer du sein lié au THS, l’étude E3N (Etude Epidémiologique de femmes de la MGEN).
 
 
L’étude E3N est une grande enquête  Par exemple, une femme était 
d’observation portant sur plus de considérée comme utilisatrice si elle Le THS en France
100 000 femmes volontaires. Parmi utilisait un THS le jour de son En France, le traitement
elles, 54 584 femmes françaises inclusion dans l’étude, même si elle hormonal substitutif associe un
ménopausées qui n’avaient jamais l’arrêtait le lendemain. Enfin, cette œstrogène naturel, le 17 bêta-
eu recours au THS avant l’entrée étude pas plus qu’aucune autre à ce estradiol à de la progestérone
dans l’étude ont été suivies (durée jour, ne donne de résultats sur la naturelle (progestérone
de suivi moyenne : 5,8 ans). Tous les progestérone naturelle, utilisée micronisée) ou à un progestatif
deux ans, les femmes ont répondu à pourtant par 20 % des utilisatrices (molécule dérivée proche de la
un questionnaire sur le traitement d’un THS, dans l’étude E3N. progestérone). Par
hormonal substitutif (prise ou non   « naturel(le) » on entend de
d’un THS, type de THS, durée * essai contrôlé randomisé : essai structure identique à
d’utilisation) et sur leur état de qui compare un traitement à un l’hormone sécrétée par les
santé. placebo, la répartition des ovaires car toutes ces
participants dans les différents hormones sont en réalité
groupes se faisant par tirage au fabriquées en laboratoire. Il
Résultats sort. serait plus juste de parler
(Par définition, les femmes non   d’hormones bio-identiques.
utilisatrices de THS ont un risque On prescrit de la progestérone
relatif (RR) égal à 1).
Le THS français augmente-t-il ou un de ses dérivés pour
-Estrogènes seuls : pas oui ou non le risque de s’opposer aux risques de
d’augmentation du risque de cancer cancer du sein ? cancers de l’utérus
du sein (RR 1,1 non significatif) Eh bien notre étude montre que tout qu’entraînent la prise régulière
-Estrogènes+progestérone naturelle : dépend du progestatif utilisé. Les d’estrogènes. Elle n’est donc
pas d’augmentation du risque de femmes qui ont pris l’association généralement pas prescrite
cancer du sein (RR 0,9) estrogènes-progestatif de synthèse chez les femmes qui ont subi
-Estrogènes + progestatifs ont un risque de cancer du sein une hystérectomie et qui n’ont
synthétiques (dérivées de la augmenté de 40 % par rapport aux plus d’utérus.
progestérone ou de la non utilisatrices. Celles qui ont pris L’œstrogène se présente sous
testostérone) : augmentation du l’association estrogènes- plusieurs formes : comprimé,
risque de cancer du sein de 40 % (RR progestérone naturelle n’ont pas de gel, patch, aérosol nasal. La
1,4) risque augmenté. Pas plus que pour progestérone et ses dérivés
  un THS qui comporte des estrogènes sont donnés le plus souvent par
Entretien avec le Dr Françoise seuls, THS réservé aux femmes ayant voie orale.
Clavel-Chapelon subi une ablation de l’utérus. Il existe également des
  associations estroprogestatives
 
En France, quel est le THS « prêtes à l’emploi » (estradiol
Pourquoi avez-vous lancé + progestatif de synthèse), sous
majoritairement prescrit ?
cette étude ? D’après notre enquête sur 30 000 forme de comprimé sur le
Dr Françoise Clavel-Chapelon : femmes ménopausées qui prennent modèle des pilules
Cette étude a démarré en 1990 il y a un traitement hormonal substitutif, contraceptives, soit sous forme
donc 16 ans. A l’époque le THS 63 % prennent l’association de patch.
soulevait de nombreuses estrogènes-progestatif synthétique,
interrogations. Plusieurs études  
20 % estrogènes-progestérone
s’étaient déjà intéressées au lien naturelle, 10 % estrogènes seuls. Le
entre THS et cancer du sein. Et elles reste des femmes prend soit des  
laissaient entrevoir un risque de estrogènes faiblement dosés
cancer plus élevé chez les femmes administrés par voie vaginale  
ayant utilisé un THS que chez les non essentiellement (5 %) soit des
utilisatrices. Le problème c’est que L’avis du spécialiste
estrogènes conjugués équins (1 %).  
la plupart de ces études étaient des
études cas-témoins qui comportent   Représentant pour
des biais. Par ailleurs ces études La durée de prise du l’Europe de
portaient souvent sur un petit traitement est-elle un l’American Academy
nombre de participantes. Il y avait of Anti-Aging
paramètre important ?
très peu d’enquêtes à grande Medecine,  le Dr
Nous ne pouvons pas répondre à
échelle. Et en France, il n’y avait Thierry Hertoghe est
cette question pour l’instant. Les
rien du tout. Dès 1986, j’ai imaginé médecin expert dans
données dont nous disposons
une grande enquête de cohorte dans le traitement des déficiences
aujourd’hui ne portent pas sur des
l’Hexagone dans le but de travailler hormonales.
durées très longues ni sur un grand
sur des données de bonne qualité. « En l’absence de contre-
nombre de cas.  Il est donc
Pour cela nous avons recruté un indications, le traitement hormonal
indispensable de poursuivre cette
grand nombre de femmes, près de que je préconise à mes patientes à
étude et d’allonger la durée de
100 000. la ménopause associe deux
suivi.
  hormones bio-identiques :
 
Récemment deux études ont - le 17 bêta-estradiol sous forme de
Le mode d’administration a-t- gel (œstrogel par exemple)
fait grand bruit dans le milieu
il une influence ? préférable aux comprimés et aux
scientifique, médical et Non. Que les estrogènes soient pris patchs
même dans la presse : l’une par voie orale, sous forme de gel ou - la progestérone (Utrogestan) sous
américaine la WHI (Women’s par le biais d’un patch, le risque est forme de capsules
Health Initative), l’autre inchangé. Ce traitement est sûr et facilement
britannique la MWS (Million  
adaptable à chaque
Women Study). Elles ont L’étude E3N a-t-elle mis en
évidence d’autres risques du femme. »
toutes deux clairement mis Marques de progestérone
en évidence une THS ?
naturelle micronisée
Pas encore mais on le saura bientôt.
augmentation du risque de
Nous étudions actuellement
cancer du sein avec le THS. l’influence du THS sur le risque - Utrogestan
Dans ce contexte, quel est d’infarctus et le risque de tumeur - Estima
l’intérêt de votre étude ? colorectale. Je pense que nous - Progestérone Biogaran
La WHI est un essai contrôlé aurons les résultats dans quelques - Progestérone Merck
randomisé*, c’est le must des études mois. - Progestérone Teva
en terme de preuve. Les américains   - Evapause (génériques de
ont trouvé un risque de cancer du Que conseillez-vous aux Utrogestan)
sein augmenté de 30 % avec le femmes aujourd’hui ? - Ménaelle
traitement testé qui est une D’attendre nos prochains résultats …
association estroprogestative. Le Pour l’instant, en l’état actuel des
problème c’est que ce traitement connaissances, il est clair que si un
(estrogènes équins associés à de THS combinant les deux hormones
l’acétate de médroxyprogestérone) doit être prescrit, mieux vaut
n’est  quasiment pas utilisé chez utiliser la progestérone naturelle
nous. La seconde est une vaste micronisée. Ce THS est possiblement
étude d’observation britannique : la sans effet sur le risque de cancer du
MWS. Elle est intéressante parce sein à court terme (moins de 4 ans).
qu’elle porte sur un très grand A plus long terme, on ne sait pas. En
nombre de femmes et que les revanche, il est aujourd’hui
traitements utilisés par les femmes indéniable que les THS qui utilisent
étaient variés.  des progestatifs synthétiques
Cette étude a mis en évidence un augmentent le risque de cancer du
risque de cancer du sein multiplié sein, d’après l’étude E3N mais
par 2 avec le THS. Pour autant, le également d’après la littérature
grand nombre de participantes n’a scientifique prise dans son
pas permis un suivi individuel ensemble. 
poussé.