Vous êtes sur la page 1sur 8

LV1 - Anglais

>> ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT


LV1 - Anglais

Durée : 3 heures
Aucun document n’est autorisé.
La partie III de l'épreuve (Essai ou Thème-contraction) est au choix du candidat.
Les candidats ne sont pas autorisés à modifier le choix de l'épreuve de la langue dans
laquelle ils doivent composer. Tout manquement à la règle sera assimilé à une tenta-
tive de fraude.

SUJET

VERSION
Higher Education: America's universities need to fix themselves
while they are still on top

The evidence from the world's campuses and common-rooms could not be much
clearer. America rules the academic roost. It boasts 17 of the world's top 20 universi-
ties, employs 70% of the world's Nobel Prize winners and attracts the best and the
brightest from just about everywhere.

Are American universities in this position because they are so good, or because
their competition is so bad? The evidence, overwhelmingly, is that the latter is the
case - especially when you look at Europe. Who, for instance, could fail to lure talent
away from French universities where all the teachers are civil servants? But no
American dean should bet on this lasting for ever. Oxford and Cambridge are getting
their acts together. Switzerland is attracting some academic stars and China is plou-
ghing money into higher education.

From this perspective, America's universities bear some uncomfortable resem-


blance to Detroit's big three carmakers in the 1950s: General Motors, Ford and Chrysler
also presumed that they would always rule the roost. Shorn of international competi-
tion, America's universities are run for the convenience of producers rather than their
customers. The cost of tuition at public universities is soaring. Students have success-
fully sued the University of California for raising their fees.

The Economist, 11 March, 2006

THÈME
Les robots et la réalité virtuelle n'étaient pas les seules stars de NextFest, la “fête
de l'avenir” organisée à New York, du 28 septembre au 1er octobre par le magazine
Wired. Ainsi, parmi la centaine de produits du futur proposés, un jeu vidéo très
spécial, “Tactical Iraqi”, déjà testé par l'armée américaine pour former ses soldats

ÉPREUVES COMMUNES
40 annales officielles
LV1 - Anglais
ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT

LV1 - Anglais
à l'arabe et à la culture irakienne. Une innovation d'autant plus intéressante que le
comportement des militaires américains en Irak est la cible récurrente de critiques.

Face à son écran d'ordinateur, le “joueur” se trouve virtuellement en situation


dans un pays étranger. Il doit apprendre les phrases et les mots à employer en arabe
mais aussi les comportements et les gestes qu'il faut utiliser et ceux au contraire qui
sont tabous. Comme la distance à respecter entre deux personnes qui se parlent ou la
façon de serrer la main ou de se présenter.

De nombreux soldats américains jeunes et issus de milieux défavorisés ne se sont


jamais rendus à l'étranger et ont du mal à appréhender les différences culturelles. En
revanche, ils pratiquent et connaissent les jeux vidéo.

Eric Leser, Le Monde, 9 octobre 2006

ESSAI OU THÈME-CONTRACTION AU CHOIX


Essai
Les candidats sont priés d’indiquer le nombre de mots employés (de 225 à 275).

Is culture a commodity to be bought and sold like any other?

Thème-contraction
> Se reporter au texte commun à toutes les langues.

CORRIGÉ

VERSION
L'enseignement supérieur
Aux Etats-Unis, les universités doivent se ressaisir tant qu'elles sont
encore en tête de classement.

Les campus et les salles des professeurs dans le monde entier nous fournissent des
preuves qui ne sauraient être beaucoup plus claires. Dans le domaine universitaire, ce
sont les Etats-Unis qui font la loi. Ils s'enorgueillissent de compter 17 universités parmi
les 20 meilleures mondiales, ils emploient 70% des lauréats du Prix Nobel dans le monde
et attirent les meilleurs cerveaux d'un peu partout.

Les universités américaines occupent-elles ce rang parce qu'elles sont si bonnes ou


parce que les concurrents sont si mauvais ? A l'évidence, sans le moindre doute, c'est la
seconde hypothèse qui convient - surtout quand on examine le cas de l'Europe. Qui par
>>
ÉPREUVES COMMUNES
annales officielles 41
LV1 - Anglais
>> ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT
LV1 - Anglais

exemple, serait incapable d'attirer des gens de talent en les prenant aux universités fran-
çaises où les enseignants sont tous fonctionnaires ? Mais aucun doyen de faculté aux
Etats-Unis ne devrait tabler sur le fait que cette situation puisse perdurer. D'ores et déjà,
Oxford et Cambridge se reprennent en main, la Suisse attire des professeurs de grand
renom et la Chine investit à fond dans l'enseignement supérieur.

De ce point de vue, les universités américaines présentent une ressemblance inquié-


tante avec les trois grands constructeurs automobiles de Détroit dans les années 1950 :
General Motors, Ford et Chrysler s'imaginaient également qu'ils feraient à jamais la loi.
Privées de la concurrence internationale, les universités américaines sont gérées dans
l'intérêt du producteur plutôt que celui du consommateur. Les frais de scolarité dans les
universités publiques sont en forte hausse. Des étudiants ont gagné les procès qu'ils
avaient intenté à l'université de Californie pour avoir augmenté ses tarifs.

THÈME
Robots and virtual reality were not the only stars at “Nextfest”, the “festival of
the future”, organised in New York by Wired Magazine from 28th September to 1st
October. For instance, among the hundred or so products of the future on display was
one very special video game, “Tactical Iraqi”, already tested by the US Army to train
its troops in Arabic and in Iraqi culture. This innovation is all the more interesting as
the behaviour of US troops in Iraq is a constant target for criticism.

Seated in front of their computer screens, the “gamers” find themselves in a vir-
tual situation in a foreign country. They need to learn the words and expressions to
be used in Arabic, together with the gestures and behaviour to be adopted or, on the
contrary, what is taboo - like the distance to be kept between two people talking
together and the way to shake hands or the way to introduce oneself.

A good many young US soldiers from deprived backgrounds have never been
abroad and have trouble grasping the cultural differences. On the other hand, they are
familiar with and do play video games.

RAPPORT

VERSION
Commentaire
Bien que d'apparence facile, la version de source britannique (The Economist) a
bien joué son rôle en tant qu'épreuve discriminatoire, permettant assez facilement aux
correcteurs de départager les candidats faisant preuve d'une excellente compréhension
de l'anglais et sachant manier le français avec élégance et précision, et ceux démunis

ÉPREUVES COMMUNES
42 annales officielles
LV1 - Anglais
ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT

LV1 - Anglais
devant un texte d'actualité rédigé dans un anglais “standard” et dont l'expression fran-
çaise par conséquent, laissait à désirer.

Le journaliste met en lumière la situation dans l'enseignement supérieur aux


Etats-Unis à l'heure actuelle : les universités américaines ont beau faire la loi. Mais
sont-elles vraiment si bonnes que cela ? La concurrence ne serait-elle pas plutôt mau-
vaise de nos jours ? Quoi qu'il en soit, les universités en Grande-Bretagne, en Suisse
et en Chine font de gros efforts pour combler leur retard. Cependant il existe un paral-
lélisme entre les universités américaines et l'industrie automobile outre-atlantique
dans les années 1950 : les trois grands constructeurs de Détroit étaient persuadés
qu'ils feraient la loi à tout jamais. Mais, ils ont agi dans l'intérêt du producteur plutôt
que du consommateur. Dans les universités, les frais de scolarité montent en flèche ;
certains étudiants ont déjà intenté un procès qu'ils ont gagné.

Syntaxe
S'agissant d'un article de presse, la syntaxe est par définition simple, la plupart
des phrases répondant aux critères de l'anglais dit “canonique”, à savoir “Sujet + Verbe
+ COD”, agrémenté à l'occasion d'un adverbe ou d'un groupe prépositionnel. Sur le
plan purement formel, il n'y a rien donc qui doit déstabiliser le candidat vigilant.

Lexique
Deux grands champs lexicaux sont représentés dans le texte : tout d'abord, celui
de l'enseignement supérieur avec “campuses”, “common rooms”, “teachers”, “dean”,
“tuition” et “fees”, et ensuite celui du monde de l'industrie avec “carmakers”, “compe-
tition”, “producers” et “customers” : il s'agit essentiellement d'un vocabulaire qui
devrait être à la portée des candidats préparationnaires. Mais c'est le vocabulaire
un peu plus recherché qui parmi d'autres aspects de la traduction qui a permis de
départager les candidats : “rule the roost” par exemple, expression qui revient à deux
reprises dans le texte ou encore “boasts”, “the best and brightest”, “getting their acts
together” et “ploughing money into…”.

Mais c'est peut-être le participe passé “Shorn” qui a réservé la plus grande
surprise aux correcteurs, traduit comme il l'était de multiples façons, les unes plus
invraisemblables que les autres ! N'a-t-on pas assez insisté sur l'importance des
verbes irréguliers en anglais ?

Les correcteurs profitent de cette occasion pour mettre les candidats futurs en
garde contre l'emploi croissant du “franglais”. Celui-ci est très sévèrement sanctionné,
comme il se doit. Après tout, la version se veut être un exercice de style où les règles
et usages de la langue française seront scrupuleusement respectés.

>>
ÉPREUVES COMMUNES
annales officielles 43
LV1 - Anglais
>> ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT
LV1 - Anglais

Grammaire
Le texte étant d'une relative limpidité et les structures tout à fait classiques, les
remarques sur la grammaire seront forcément peu nombreuses.

Le temps de la narration est essentiellement celui du présent ; le présent simple


(“rules”, “boasts”, “look”, …) désigne soit ce qui est habituel ou encore ce qui est
valable en permanence, alors que la forme continue (“are getting”, “is attracting”, “is
ploughing”) reflète l'éphémère, ce qui est en train de se produire à l'heure actuelle.

Le passé simple n'est représenté qu'une seule fois (“presumed”) sous l'influence
de la date (“in the 1950s”), tout comme le “present perfect” (“have sued”), révolu,
certes, mais sans limite dans le temps et dans l'espace.

La modalité n'est pas absente du texte : “could not be”, “could fail”, “should bet“,
“would” ne cachent pas un sens particulier et véhiculent leur valeur traditionnelle
(impossibilité, capacité, mise en garde, projection depuis le passé vers le futur). De
ce fait, ces modaux ne devaient réserver aucune surprise au traducteur rompu à cet
exercice qu'est la version anglaise.

Barème
Les fautes sont sanctionnées selon un barème allant de 0,5 pf (faute lexicale
mineure) à 2 pf (faute de grammaire majeure). Les fautes portant sur un segment
entier de phrase sont pénalisées au-delà de 2 pf. Les hérésies grammaticales, le cha-
rabia, ainsi que les omissions entraînent toujours la sanction maximale. La traduction
“en dentelle” est sévèrement pénalisée également.

L'orthographe est sanctionnée à 1 pf par faute.

Les traductions “heureuses” et autres “trouvailles” sont systématiquement boni-


fiées d'1 ou de 2 points positifs.

Un total de 80 pf équivaut à un total de 00 sur 20.

THÈME
Commentaire
Extrait du Monde en date du 9 octobre dernier, le thème évoque brièvement la
nouveauté à l'occasion de la “fête de l'avenir” qui venait de se tenir à New York. Il
s'agit d'un jeu vidéo, “Tactical Iraqi” employé par l'armée américaine pour former ses
soldats à la langue arabe et à la culture irakienne. Le journaliste résume en quelques
mots l'essentiel du jeu (apprentissage de la langue, gestes et comportements à
assimiler et à appliquer…) ; les GIs, jeunes et peu habitués à séjourner à l'étranger,
pourront certainement tirer profit du jeu à une époque où leur comportement est
souvent très critiqué.

ÉPREUVES COMMUNES
44 annales officielles
LV1 - Anglais
ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT

LV1 - Anglais
Le style, celui de la dépêche, du reportage, est sans fioriture, simple et direct. Il
appartient donc au candidat de retrouver ce même style dans la langue d'arrivée.

Syntaxe
Pas d'envolées lyriques dans l'extrait à traduire, pas d'effets de style notoires,
mais une syntaxe bien sobre, ce qui a grandement facilité la tâche de la mise en
anglais du texte.

Le candidat doit, quand même, s'interroger sur le vrai sens du mot de liaison
“Ainsi” sur lequel débute la deuxième phrase du texte et traduire “For example” ou
encore “For instance” plutôt que “Thus”. Les candidats avisés se sont attardés égale-
ment sur la suite de cette phrase sans verbe et ont su la rendre 'acceptable' en anglais
“canonique” par le biais de l'apport un groupe verbal. De même, quelques lignes plus
loin, ils ont su éviter le calque au niveau de l'apposition (un anglicisme en fait !) :
“Une innovation,…”. “Comme la distance…” vers la fin du deuxième paragraphe fait
appel aussi à la vigilance du traducteur. Dans ce dernier cas, la solution la plus
simple consiste à relier ce membre de phrase à ce qui a précédé.

Lexique
A priori, le lexique ne réservait pas de surprises au traducteur dans cette ère de
l'informatique et du jeu vidéo ; les correcteurs sont partis du principe que les mots
de base tels “robots”, “réalité virtuelle”, “jeu vidéo”, “écran d'ordinateur”, “joueur”,
“virtuellement” étaient connus des candidats. Et dans une vaste majorité des cas, ils
ne se sont pas trompés.

En revanche, nombreux sont ceux qui apparemment ont eu bien du mal avec les
mois de l'an (qui s'écrivent avec une lettre majuscule) : “September / October”, ou
encore avec les adjectifs de nationalité (qui s'écrivent également avec une lettre
majuscule) : “American”, “Iraqi”. Un tel apprentissage doit éliminer à l'avenir toute
confusion fâcheuse au niveau du couple “Arab” (l'adjectif de nationalité) et “Arabic”,
la langue.

Grammaire
Le temps de la narration est essentiellement celui du présent, indicatif d'une
action à valeur intemporelle : “est”, “se trouve”, “ont du mal”, “pratiquent” et
“connaissent” seront rendus par le présent simple. Le passé de narration est représenté
par l'imparfait “étaient” (“were”) associé aux dates, alors que le passé composé “ne
se sont jamais rendus” a une valeur de bilan : “have never been”.

La modalité est représentée au niveau du deuxième paragraphe par le couple


“devoir” et “falloir”, à valeur d'obligation, obligation imposée depuis l'extérieur,
cependant, à rendre “have to” et non pas “must” qui désigne plutôt l'obligation que
l'on s'impose. Et le jeu des synonymes permet au candidat avisé d'éviter la répétition
fâcheuse.
>>
ÉPREUVES COMMUNES
annales officielles 45
LV1 - Anglais
>> ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT
LV1 - Anglais

Les candidats futurs feront bien d'apprendre comment exprimer (et écrire) la
date en anglais, ils apprendront les mois de l'an (ainsi que la bonne orthographe !),
l'emploi de prépositions même les plus banales, source de confusion et d'erreurs dans
de (trop) nombreuses copies.

Enfin, les candidats feront bien la distinction entre l'action réfléchie et la réci-
procité pour éviter dorénavant toute confusion des verbes comme “se parler”, “se ser-
rer la main” et “se présenter”.

Barème
Le même barème s’applique au thème qu’à la version.

ESSAI
D'emblée, il ne serait peut-être pas inutile de rappeler encore une fois aux futurs
candidats que, sur le plan purement formel, l'essai doit comporter une introduction
courte et pertinente, qu va poser une problématique mais qui, en aucun cas, ne ser-
vira à annoncer un plan. Viendra ensuite le développement, et l'essai se terminera sur
une conclusion, courte et pertinente, elle aussi.
Les correcteurs souhaitent attirer l'attention des candidats sur l'obligation d'écrire
des paragraphes (plus ou moins longs) - un seul paragraphe de 275 mots sans sous-
division aucune devient vite indigeste.
Sur le plan de la notation, la “forme” est notée sur 12 et le “fond” sur 8 ; la qua-
lité de la langue et la richesse de la réflexion sont ainsi primées. Les limites imposées
(225 à 275 mots) doivent être scrupuleusement respectées, sous peine de sanction (1
point enlevée tous les dix mots manquants ou supplémentaires).
L'essai est une réflexion personnelle sur un sujet donné, mais qui ne vise pas
l'exhaustivité pour autant. Autrement dit, il s'agit d'aller vers l'essentiel et non pas
s'enliser dans des conditions secondaires, voire des spéculations superficielles. La
philosophie dite “de bas étage” n'est pas à sa place ici.
L'essai ne doit pas non plus servir de prétexte pour 'caser' à tout prix mots ou
expressions appris par cœur et recyclés, le plus souvent à mauvais escient. Les correc-
teurs voient également d'un mauvais œil les tentatives d'introduire des “pavés” entiers,
ces morceaux de bravoure préparés en cours vraisemblablement, qui, le plus souvent,
n'ont qu'un rapport fort ténu avec le sujet de la rédaction ; leur réemploi est souvent
hasardeux et détonne grandement au milieu d'un ensemble autrement pauvre.
Les correcteurs rappellent aux candidats qu'il ne suffit pas de sortir quelques bana-
lités (sur la culture, le cas échéant) sans chercher à construire une problématique
argumentée et convaincante. L'essai ne doit pas suivre un plan binaire et d'entrée en
jeu, le candidat doit s'accorder au moins une dizaine de minutes en début d'épreuve
pour bâtir le plan de son essai, avec tous les exemples pertinents à l'appui. Ces
derniers sont à choisir de préférence dans le domaine anglo-saxon, cela va de soi ! Mais
avant tout, il faut s'interroger sur le sens du libellé du sujet afin d'éviter les graves

ÉPREUVES COMMUNES
46 annales officielles
LV1 - Anglais
ESPRIT DE L’ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT

LV1 - Anglais
contresens - dans le cas présent, le vrai sens de “culture”, à ne pas confondre avec “a
culture”, encore moins avec “education”. Ce temps de réflexion indispensable aurait
évité de nombreuses dérives vers les échanges culturels et la disparition de certaines
cultures, ainsi qu'une vision trop étroite de la culture. De même, une réflexion mûrie
aurait évité le contresens sur “commodity”, qui le plus souvent n'a pas été associé à
“bought and sold” pour en faciliter la compréhension.

THÈME-CONTRACTION
Tout comme par le passé cet exercice a été choisi par un nombre peu élevé de
candidats ; encore cette année rares ont été ceux qui l'auraient choisi volontairement.
L'impression des années précédentes s'est confirmée : le thème-contraction a servi de
pis-aller pour la majorité des candidats, visiblement en manque d'inspiration devant
le sujet d'essai.

Cet exercice, manifestement en perte de vitesse chez les candidats depuis plu-
sieurs années, reste néanmoins un exercice probant dans la mesure où il met en œuvre
l'esprit de synthèse du candidat ainsi que sa maîtrise de la langue anglaise.

Mais il disparaît de l'épreuve de LV1 à partir de la session de 2008. Dorénavant,


les candidats traiteront un des deux sujets d'essai proposés.

CONCLUSIONS
Tout comme par le passé, les correcteurs tiennent à saluer les excellentes copies
qu'ils ont pris un véritable plaisir à lire - des copies soigneusement présentées (sans
ratures, surtout sans blanc correcteur - de grosses taches blanches sur du papier jaune
d'œuf ne sont pas du plus bel effet !), des copies réfléchies et lisibles (au propre
comme au figuré), où la finesse de la langue (que ce soit en version, en thème ou en
rédaction) reflétait la justesse de la pensée ainsi qu'un haut niveau de connaissances
linguistiques.

Tout en déplorant un (trop) grand nombre de copies médiocres ou franchement


mauvais, ils tiennent cette année encore à encourager les futurs candidats à faire
preuve d'une rigueur bien plus accrue, grâce à laquelle, ils doivent - logiquement -
atteindre un niveau acceptable à la fois en traduction et en rédaction.

Une trop grande précipitation est sans aucun doute à l'origine de bon nombre de
fautes relevées par les correcteurs. De ce fait, les candidats se doivent de recopier leur
brouillon correctement, et de lire leur copie avec davantage d'attention. Après tout,
l'épreuve dure trois heures ; les candidats sont censés accorder une heure à chaque
exercice et ce faisant, ils devraient arriver à rehausser leur niveau, et de ce fait leur
note en fin de parcours.
n
ÉPREUVES COMMUNES
annales officielles 47