Vous êtes sur la page 1sur 14

lin écrivant cette nouvelle Svntaxe latine, nous avons voulu d'abord

{I.l)Dnef aux étudiants un liwe qui les mît au courant des résultats
,rccluis dans ce domaine par plus d'un demi-siècle de recherches. Sans
rlrute les faits n'ont pas changé, mais le nombre en a augmenté, et
l'interprétation de I'ensemble s'en est trouvée modifiée. Une étur1e
plus approfondie et plus minutieuse des textes a permis, notamment,
rle restituer à la latinité classique des constructions gu'une concep-
tion trop étroite d.e la correction en avait éliminées ; les notions r1e
llrngue < littéraire ), tt familière rr, < vulgaire > ont été précisées; l'ori-
gine, l'évolution et le développement de certains tours syntaxiques,
tléterminés avec exactitude, laissent suivre sans erreur les progrès de
la langue dans d.es directions définies. Aujourd'hui, il ne suffrt plus
de dire, par exemple, que le type de phrase d'ixi quod (ot dixi quia)
cst incorrect .- ce qui n'est wai, dtl reste, qu'en partie - mais il
faut et on 1ç peut montrer sur quels modèles voisins de sens la
- -
construction a pu naître, comment et pourquoi elle a gagné peu à peu,
éliminant tra forme dite < proposition infinitive ), dont la lourdeur et
la fréquente ambiguîté déconseillaient l'emploi. cette généralisation
de qwod. ne se constate pas seulement dans l'exemple précédemrnent
cité : on voit cette conjonction se substituel aux autres conjonctions
complétives, en particulier à ut, dont il ne reste plus trace dans les
langues romanes ; mais, si la chose â pu se faire, c'est qu'il y avait des
cas où1 ie latin pouvait indifiéremment user de I'une ou de l'autre, et
clire aussi bien acc,idit quod. et acc,idit wt. La disparition du génitif et
du datif au profit de constructions avec de et ad', que l'on constate
dans les langues romanes, n'est Pas due seulement à l'amuissement
PRÉFACD IX
\IIII PR]iFACE

des syllabes finales qui masquait ie rôle des désinences casuelles, mais :rrr rrtoins d"ans leurpartie pertinente : nous espérons que ce qu'il peut
au fait que souvent le sujet pariant avait le choix, par exemple, entre 1' ;rv<rir d'abstrait dans Ia réclaction
du précepte s'en trouvera éclairê
unws tnultorwrn et unus d,e tnu,l,tis, dare morti et dare ad mortem. Les ll précisé. Nous avons multiplié les renvois d''un paragraphe à l'autre'
phénomènes de génération spontanée sont rares en syntaxe cor[me rlrlltluefoisquelacomparaisonlaissaitvoirladiversitédesconstruc-
appel à la
ailleurs; et le grammairien ne doit pas se contenter de décrire les ti,,ns possibles. Mais nous n'avons que très Ïarement fait
faits ; il doit les classer d'abord, pour ensuite en expliquer la naissance , rrrrparaison avec les dialectes italiques et avec le grec; pour cette
les helté-
et l'évolution, marquer les formes neuves dont l'usage ira se dévelop- ,lt'rnière iangue, toutefois, il nous a paru bon de signaler
pant, comme les survivances d'un état ancien rrismes de syntaxe non douteux qu'on trouve' les uns
d'abord chez
tels certains emplois
du génitif qui ne se maintiennent qu'en vertrr - d'une tradition pré- lls poètes, et surtout à partir de Virgile, les autres' dans la langue
des
caire et destinée à s'oublier. Icchnique, et plus encore dans celie de l'Église' sous f influence
Ces brèves considérations indiquent sulfisamrnent ie caractère de lcrtes sacrés que trad.uisent ou dont s'inspirent les auteurs chré-
ce livre. Ce n'est pas que les auteurs méconnaissent ou diminuent licns. Nous n'avons jamais perdu de vue que la syntaxe
latine est
autonome'
f importance de l'époque classique dans I'histoire du latin; et l'abon- rrne construction originale, résultat d'un développement
rlu'elie doit s'exposeret s'expliquer en elie-même et pour
dance des exemples empruntés à César et à Cicéron en fait foi. Nous elle-même'
n'avons pas oubiié que le livre s'adresse surtout à des jeunes gens qui Nous devons beaucoup aux grammairiens qui nous ont précédés'
mentionnera les noms
liront principalement des textes de I'aetas aulea ou argentea, qui ont ct. la bibliographie sommaire que nous d'onnons
notre dette est la
besoin de connaître l'usage des bons auteurs, pour leur édification rlcs savants, philologues ou linguistes, envers qui
propre et pour celle des élèves qu'ils auront à instruire. Mais l'aspect 1.,1us grande. Mais
nous tenons à citer spécialement le nom d'Othon
édition en 1886'
pris par la langue à l'époque de Cicéron ou d'Auguste est le résultat Itiemann, dont ia Syntaxe latine, patue en première
d'tlne élaboration que l'on peut suivre à partir de Plaute ; aussi l fourni aux étudiants un excellent instrument de travaii' Qu'elle
avons-nous puisé dans l'æuvre du comique nombre de phrases, des- ait pu se maintenir pendant pius cle soixante ans est ia meilleure preuve
tinées soit à montrer les différences qui la séparent de la langue clas- r1e son mérite. Pourtant, on s'accorde aujourd'hui à dépasser les
sique, soit à signaler les amorces d'innovations qui se développeront lirnitesassezétroitesqueRiemanns'étaittracées;etlesremanie-
après lui. De même, il nous a semblé'nécessaire de poursuilre l'ex- ments auxquels, depuis la mort de l'auteur'
l'ouvrage a été soumis
posé assez loin dans la latinité impériale. On y observe deux tendances : en ont parfois rompu l'unité et compliqué la lecture' sans remédier
que notre livre
dans ia langue littéraire, la multiplication des < tourrrures poétiques l, entièrement à son délaut initiai. Nous souhaitons
que le livre de
due à i'influence de Virgile; dans la langue ( populaire r, le dévelop- rende aux nouvelles générations ies mêmes services
pement des constructions qui préparent les langues romanes. Nous Riemannarendusdanslepasséetqu,ilrencontreauprèsd'ellesun
avons indiqué, avec discrétion, ces deux sortes d'actions qui s'exercent accueil aussi favorable.
ôoncurremment. A. E. et F. T.
La syntaxe latine apparaîtra donc ici plus complexe qu'on ne l'en- .lanvier r95 r.
seigne dans les classes ou pollr la conïection du < thème latin >. pour
faciliter la iecture de ce livre, nous avons appuyé chaque r< règle r
cl'un bon nombre d'exemples, que nolls avons presqlle tous traduits,
*.--.Æ

RIBLIOGRAPHIE XI

\l^Dvrc,Gvavnn'tai,velatine,ttad"française'3eé<1''Paris'1876'
Grarn+mav Boston' r9o3'
;.'G. Ë";; ancl C. D. Bucr<, A latinder lat. Sprache' III, r : J' Gorr-rNc'
,';'. f-o*"""iu
"-niiirn**g , H6sto,r'ische Gràncm.atih
i'n rfie Geschichte der lat' Syntax; GoIuNc-LÀNDGRAr.'
L,iteratwr ,*, nerno. iï*iii; II. Brasn, Tempora, Mod'i und -Genera
-ivito'
uerb'i; z: C. F. w' ;[i;;;ti, d'is Notninatius wnd Ahhusatias
ià th.,Leipzig, Teubner, r9o3 et r9o8'.
ze êd' dt
BIBLIOGRAPHIE It.
- I{ûnNBn, A*rfunull''"nî éuàl**ot'n d'er lattinischem Sprache'
-;:lilt'"o1.)' et r9r4'
: Syn'tax, par C' SrocuANN' rrannover' rgrz com-
refonte
. LBuu.q'NN und J. r' }Iôt*^t* ' Latei'mische Gravnnzat'ih'
À'1
Mùnchen' rez6-
plète en 5e éd' de I'";;;;;;;;;age de sto1z.-Schmalz' qui est 1'æuvre <le
Études rszl. È ra z" ;;;i;;, ;v;t;; unrl' stil'i'sti'h' de cet auteur'
-
i]Ë. rr""t"r'ru, il est renvoyé par le seul nom
Seuls sont mentionnés ici des ouvrages généraux ou quelques tra- 'eà.,
t"iùr," tr:" paris, r886; ouvrage revu errsuite
r r. RrEunNN, syntaxe
vaux significatifs. Divers renvois à des études particulières sont faits, par P' Ln;-rv Gs";,"";";t;' 'g'oj tt pota' EnNour (rsz5' 7e ë'd')'
(). RTnMANN et H. Gont'zu*, Gno**o'ire con't'porée tlu grec et d'u latin'
en outre, au cours de l'ouvrage. Mais, pour des indications détaillées,
on renverra, d'une part, à la Lateinische Cranotnatik de Leumann- T. II : SYntaxe, Paris, 1897'
,^. C. i""".,'Systètne la syntaxe latine' =e.éc1 ' Paris' 1933'
t\'e
Hofmann, citée ci-dessous, d'autre part à I'Année philologique de Ï. ;"+;, éno*,iti'o ki''t'i'iio latina' Sintaxls' \Iadricl' r946'
d'e-la lengwa latina' r' r " Gé-
J. Marouzeau et J. Ernst. N{. Bassors ot ctr*"*ï,""siîi^il't il't'lnl''o
nero, Numero, coror,Ër.."1."", rg45;
II, , , iot lormas persomales
K. BRuoueNN und B. Duenûcr, Gyundri.ss der t,eygleickend,en Gram- d'el aerbo, rg48'
noat'ih dev 'imtlogerman't,schen Sprachez, Strassburg, rBg3 sc1q. Les Ecl. ilôrrru iN,' Àus gewàhtte S chri ften' Berlin' I 933'
tomes III, IV et V (r893-r9oo), consacrés à la Syntaxe, sont de Grwnifîoge' d'" lat' Nom'inal
E. Lôpstopr , Syntacti|î'"i- t*u''t"' einige Gesichtspunhte
B. Delbrùck seul ; iis sont en partie remplacés par la ze édition du Syntax, z" ed'., runâ, in+" t"il t Syniaht'isch-siitiitisckc
tome II, due à Brugmann (emploi des formes nominales et verbales und, Probl'eme, Luncl, 1933'
latin'e' dans tuIéIanges
(19o6-rgr6). P. LpJ,A'v, Le progrès'à)'t:iîitytt d'ans la syntaxe
K. BnucrreNN, Abrégë d,e gra+ntnaire cotnparée tles lamgues ind,o-euro- L. Hauet, Paris, r9o9, P' 197-233'
péennes, trad. française, Paris, r9o5. A. EnNour, Philologica, Paris t947'
A. MBrrrBr, Intvorluction à l'étud,e coruparatiue des langues'intlo-euyo- r;. B;;";*nt, oi t'aipect uevbal em amciem latim' Paris' r913'
pienncs.8e éd.. Paris. t937. arrn,nii'T'i'i"t'"Iat*' 'i t'cmptoi' tt'e I'infinitif swbordommé
P. PBnnocna r,
W. Hevons, Handbuch der erklarenden Syntax, Heidelberg, rg3r. em latin, Paris, Igtz'
jortctil latin ; h'istoive et ual'euv d'es lonnes'
J. Wacrnnxxçan,, Vovlesu'n,gem ùber Syntar, mit besonderer Beriicksichti- Iir. Tnou,q,s, nr"hrrrkr'li'rot, le sub
gul1g von Griechisch, Lateinisch und Deutsch, I-II, ze éd., Rasel, Paris, 1938.
tgz6-rgzE. dans la svntaxe latine' Patte' 1895'
B;;;;;;'"ir'urt, ,,, /es hellénismes r945'
-f .
A. Mnrrrnr et J. VoNonvus, Tvaité de gratnmai,re comparée des langues -'i
. Hu*u"*t, Syntaxe gvecqu?' Paris'
par I'I BoNNsr el
classiques, ze êd., par J. VoNlnvos, Paris, 1948. Ë. BBo"t*' Styl'ist'iqwÏ iati'ne'' tradttite el remaniée
A. l\frrrrur, Esqwisse d,'wne histo'ire d,e la langue latàne, 3e éd., Paris, rg33 F. GecnB, 4e êd., Paris, rg33' LÀ pt
1..!:^- ^c éd'' Paris'
(reproduite en r94B). M;";;;;; ,' r,otia" i)'it1'ttitiqu' appti'qttée aw lati'm' 2e
A. Mrrrrrir et A. Enxour, Dicti,onmaire ëtyw.ologique d,e la langue lat'ine,
J.
3e éc1.. Paris, r95r. la lorncation du latin littëraire' Paris'
.J. vlTXIr",o v, Quelques aspects d'e
C. D. Bucr, A. Gvatnm,ar of oscan and umbv'ian, 2e éd., Boston, rgzB.
Heideiberg' 1936' '
Lateinische (Jmgangsspra-cl'te' ze éd'' '[he
M. NrBnnnM,q.NN, Pyëci,s d,e phonétigue hi,stori,ql,te du lat'in, nouv. éd., Paris, t. g.tla3;*o*N. totli' I : T'he uevb ; II ' cases' Boston'
ï93r. è. E. BB**o ,r, su*to''" o]'t"nty
A. Enxour, Morphologàe historique dw latin, nouv. éd., Paris, tgz7. I9lo-19T4.
DES CLASSES
I',r )tIVELLE COLLECTION A L'USAGE
XXXVIII

,\LFRED ERNOUT FneNÇots THOMAS


lROtrllssl:llR
tu:illBRlt Dll l-'tNslt Lt"r' l)rl LroN
tr11;gt-r'É l)rs r-lil1llDS
r\lI (lol'l-ii(lli Dri i:RlN(lE ^,.4
'Lr()rrfrsstruB

SYT{TAXE, LATINE,

PARIS
LIBRAIRIE C. KLINCKSIECK
II' RUE DI'] LILLE' 1I
r95 r
XlI BItsLIOGRAPHIE
BIBLIOGRAPHIE
tw .-\1.
Lrnus tv, Svulnx of plouhts, Oxforcl, rgo7.
Lex'icographie u'nd' (]varnn't'atih,LXY' I'cipzig'
J l-. Ar.L,tnr,rcn, Synlax ol 7 t-rencr, Ox forr I, .t
o_.:9.
L. L. G. Archia ftit'lat.
J T,nenBrorl, Éludes sur'la lnngue et la graw.maiye r 884-
9oi. r
I rgor. tl,e Ci.céyon, I)ais" . 5. Z. Bwlleti'n de ltt. Soci,étë de li.ng'ttisti'que de Pavis, rE69 sqq'
L. T,,tuRaxo, Études swr le stNle tles d,i.scours d,e Cicéron,2c ôd., ttr.t:y. E,metita, Boletino rle Lenguistica y Filologia clasica, NIadricl,
I'aris, re2i-t9ta. i r.ol., r933 sq!l.
o Ilrnrr,lxx, Ét dæ sr.u, ln langttc tt la gratnmniye t,t. Glojla,2à'itschri'ft lùr gr. w' lat. Spracl'tr, Gilttingen, r9o7 sqqi
cl,e Tite_Liue, zc (<I.,
Paris, I Bx,l. r inonr.. Gmotnon, Kr)itische-Ze,itschri,t't lùv d,ie gesd,mte hlass'ische Alterlum's'
Vi-,iNÀNeN, Le latin autlgaire tles inscril)Nions pornpéien,es, Helsi'lii, uissenschalt, Berlin, r925 sqq.
r937. I . I ; . I nrl,o gevtnani.sche F or sch,wn gen, Slrassburg-Berlin, r 89r sqq'
M. Jn.rNNrnvr, La rangue des tabrettes t.,r.torn. I-aiomus, Reuue belge d'étud'es latines, Bruxelles, 1937 sq.q'
c|exécyati,on rati,nes, thèse, Neu_
. r..châtct. r(rr:g (e f. auisi Reu. phil., XL:
;. z: s<rtr.). l/. ,S. Z. Mé.tnoires de ta Sociëté de linguisti'c1us, Paris, r868 srlq'
L. oNSTANS. l:tu,le slrJa.ln.nSy
dc Taci.!r^.I,aris..r'Fqj. t'ltitot. Phi,totogus, Ze'itsclr,rit't fùr das hlassische Altevtum, Gôttingen und
-Ë{. Hoppn, Syn,taz wnd,.Sti.t ari Leipzig, r846 stlq'
f"rtrtll,îr,"i",prig,
H. (lorrzrn, Étwde tericogr"phi;;"";:;";;'n*|àt;rot, ,9o3.
rte ta tatinité de sairt
li. É. A..Èet,ue dcs Élrd,"t amcietones, Bordeaux, 1899 sqq'
.férôme, paris, r8S4. Il. li. L. Reuwe d,es Etwdes latines, Paris, r9z3 sqq'
E. Liir,srr.l.r, ph.itotogi.schey Korn,tnentay zu., pe.regr.ina,t,o tltu. Phit. Ileuwe de Pki'lologie, Paris, 1845 sc1t1'
Actheriae,
-l'ppsala.. rort {_ Kotnm.l.
,. l(ùNscrr,
H. Itala und V_u/gatct, zc éd.. .\[arburg. r 875.
A. H. SaroNrcs, V.itae patiutn, L"".1, ;;;;." Auteurs ot textes latins
l{. RoNNor, Le tatin ar_ Grtgoi:r, i) ioioiil'pori".
r8so.
J. Sv:iNmuNc, Llmteysuchormgà, ,, iotloa;,i*, ,rA zwy lateirischet,t, .,\I'RAN. Afranius (Ribb' II) Cerow
f;ach._uncl Auu. Ammien Marcellin Agr. de Agri,cttltura.
V olhss l.t arlr, U ppsa la . r o35.
-
D' Nonnr'nc' sy'tarttische .\ur,. Ampelius
Fragm. Fragments -]ordan,
aoiirirrg* aut' crem, Gebi.ete des s.pcittatei.ns..., Placentinus
i 86o)
lrppsala. r943. '\Nr. Pr-acpNr. Antoninus C,trurr"e
D. Nonernc. Beiiya.o zttr S,pallaleinisch, Itin. Iti.neravi'um (C. S- E. V.' 39)
n Svtttax. Uppsala. r91.1 \nic. CÉs. César (et Corpus Caesarianurn)
E. Bouncrrz, Ëtlntenrq ae linguistiqu) ;";;;;;,,1e paris,
. Apicius
étJ., i947. (A. L. L- B. C. Bellurn Ci'uile
,4.pp. Pr. Append'itt Prob'i '8. G. Belluw Ga,llicum
G. XI, .9oo, P. 3or-33r) B. Alr. Bellum Alricunt
Recrreils ile textes, périotliques, etc. ,\r,ul. Àpr;lée B. HisP. Bellum H isPaniense
.1 p. A pologie
'To; r,atinae, r_eipzig, rsoo sqq. M ét. MétamoYPhoses ; etc.
Crc. Cicéron
L. r. T!":^::y,r',ti,nruo1
L aylnnta Laltn& t b,igyafhi.ca,conlagit
At. Acadtmito
l;r. Iluccieter, Leipzig, AnN. Arnobe.
l, rg95;
Àtlu. Nat. D'isputationes aduersus
A val. A rntca
Arch. Pro Arcltia
Nationes (C. S. E' V.' a)
1.,,,-:.(oyl.us inscyif,ti,,ntrtrt l.atirtat,unt. At. ad Atticutn ePi,stulae
" '-rr!]; ,'niawmatici I'q'tini cx t'cccnsionc H. Iteitii, I-vIIl, r,cipzig,
r\uc. saint Augustin BaIb. Pro Balbo
Coni. Confessio'tzs Br. Brwtus
acclesia sti coy'tun I,/,ind,ct bomezsr:, llna,rr. Ps. Enarvat'iomes in Psaltnos' Caec. Pro Caeci'na
Grom. Lat. Cràmatici l.atiui cx yecens.ictne C. Laclnncmni, Vienne. Loc. Locutiomes ôn Heptateuchunt Cael. Pro Cael'io
r 848- r 85 z.
I_II , Beriin, l:f . Ep'istwlae; etc. Cat. in Calilinarn
P el,er, H C,q.DL. ANrrp. Caelius AntiPater
Cl. pro Cluenti'o
i or,,i corum Rontanoyunt reliqwiae... yecemsuit C. M. Cato Mai'or (de Seneatute)
s t

zig, tBTo'19o6. H. peter, I_II, Leip- tct )


Dei'. Pro rege Dei,otaro
Ribb' sccrcni'cae Rotna'movum poesis (l,ccr-. Aun. Caelius Aurelianus
Diu. Caec. in Q. Caec'il'iwm dliuinati'a
t'ragwenta... t,ecognori,t o. nàbbecrt. r :
Tragici.; II : Cotn.ici_, j_e éri., r_"ipiig, -'lrul. A, ulutum Passionum IibYi Di,u. de Di'ui'natione
-
^Tab. Def . De fi xionwnr tabeit
,iqi_rgqS ('^ssloD. Cassiudore Dom. de Domo sua
a e..., ri ii\.. ïriaotknt, parts, rgo4. Fa. arl Fanoi.Ii'ares eP'istwlae
"ti I1 i.st. H i.stovi'a lri,pert'ita ; etc.
XIV BIBLIOGRAPHIE
BIBLIOGRAPHIE
Fi.de Fi.uibus
Did,. Apost. Didascalia Apostolorwm
Fl. pro Ftacco As. Asinaria
.Font. pro Fonteio Drc. Digeste lr 'rtu. Jordanès Au. Aul,ularia
t)d. d,e origine actibusque Getavwm
de H arwspirum responsis DoN. Donat tlom. de sunxnxe ten?'porum uel ori- Ba. Bacchi.cles
lar les!.
Imu. de Inuentione CaP. CaPtiui'
ENw. Ennius (ze éd. Vahlen, r9o3) gine.., gentis RomanoYum
Lae. T,aelius (d.e Aruicitia) Cas. Cas'ina
Leg. de Leg'ibus Eus. Eusèbe lv:;rrw, Abrégé de Trogwe-PomPée Ci. Cistellaria
Leg. Agr. de Legr Aeyayia Eurn. Eutrope I rrv. Juvénal Cw. Curcul'io
Lig. pro Ligarii Fpsr. Festus (lexicographe) lrrvÉNc. Juvencus Ep. EPidicus
Marc. pro Marcello l.ircr- Lactance Men. Menaechmi
FnBoBc. Frédégaire Mer. Mercator
Mi.. pro Màlone
Mw. pro Mw,ena Fr,oR. Florus l.rv. 'fite-Live lWo. Mostellaria
N. D. d.e Natuya Deorum FnoNr. Fronton l.uc. Lucain Per. Persa
Of . de Ofi,ciis
FnonrrN l,rrcrr'. C-4.1-. Luci{er de Cagliari Poe. Poenulus
Or. Orator Allmn. de sanclo Àthanas'io Ps. Pseud,olus
de Oy. d,e Oratore
Aqu. d.e Aquis Ru. Rud,ens
Strat. Strategemata l,ucrr-. Lucilius (éd. Marx)
Par. Payailoxa St. Stichus
Part. Partiti,ones oratoy,iae Garus l,ucu. Lucrèce Tri. Trinummus
Ph. Phitippiques Inst. Institwtiones i\,l,rcn. Macrobc Trw. Truculentus
Pis. in Pisonem GBrr.. Aulu-Geile Nler.r. Nlanilius Vi. Vi.d,ulavia
Planc. pro Planc'io Me.nr. Martial Pr.rN.
Pontp. pro tege Manilia rte imperio Gnoc. M. saint Grégoire le Grand
GnÉc. T. (irégoire de Tours Mon. Anc. Monument d'Anc1're r. P1in., Nat. (Histoire Naturelle)
Cn. Pom.pei, : Pline l'Ancien
Prou. Cons. de prou.inciis Consula- Conl. in gloria Conlessorum Mul. Ch'ir. Mulomedicina Ch'ironis
z. Plin., EP. (Lettres), Pan.
ribws H - F. .H is!oyia Fyancoyuyn Napv. Naevius gYrique) : Pline 1e Jeune
Q. t'r. ad Quintum lratyen4 epistulac Iul. tle uirtutibus S. Iuliani Nnl. Corn. Nepos
Marf. hberin gloria Martyrum PoIrtp. Bon. Pomponius Rononiensis
Quintl. pro Quincti,o NoN. Nonius, grammairien (Ribb. Ir)
Quir. oratio ad Quitites Paly. u,itae paTrum
Rab. Pcy. pro C. Rabirio perdueilio- Hrnu., Pastor Heymae (trad. lat.) Nouel. Iust. Justi'ni'an'i Nouellarum Pnrsc. Priscien (gramnairien)
nis yeo uers'io Latina Pnor. Properce
Rab. Post. pro Rabirio postumo
IftBn. Hieronymus (saint Jérôme) )RrB.{sE, trad.
( cles traités grecs
Ep. Epistutae; traduction de la Pnuo. Prudence
Rosc. Am,. pro Sex. Rosc.io Arne_ d'Oribase Apoth. APotheosis ; etc.
y,tno Bible (Vulgate) ; etc.
Ov. Ovide RnBr. IIsn. Rhétorique à l{erennius
Rosc. Com. pro Rosc,io cornoed,o Hler. A. Hirtius (auteur du VITIe jivre Am. Amowrs
Scau. fro Scauro du Bellum Galticum) A. Am. Art d'a'imer Sar.. Salluste
Sest. pro Sestio Hist. Aug. Histoire Augwste F. Fo'stes C. Catili'na
Sul. fro Swlla Hev. Héroides H. Hi'sto'ives, fragments (éd. Mau-
Tim. IIoR. Tlorace
Tim,aeus M. MétamorPhoses renbrecher, r893)
Top. To.pica A. P. Art poétique
Pont. Pontiques .1 . .fugurtka
Tu. Tusculame.s C. S. Clcant Séculai.re
n-p. Apîtres Rem. Remèdes à l'amour S. C. Bac. Senatus consultum de Bac-
Tul. 1>ro M. Tuttio Ir I YISles chanali'bus (C. I. L. 12, 58r)
Vat. in Votinium Epod. Êpodes
Vey. in Verrem Od,. Odes Pec. Pacuvius (Ribb.) Scme. Lenc. Scribonius Lalgus
Cr.. Quaon. Claudius S. Satires .Paneg. Panegyrici Lati'ni (éd. Baeh- SÉw. Sénèque
(Peter)
euachigarius Hvc. Hygin rens, r874) r. Sen., Contr. (Controuersiae) : S{
Cor,uu. Columcllc Astr. Astronornica Pere gr. A eth. Pere grin atio A ethe'viae nèque Ie Père.
Fab. Fabttloe Pens. Perse z. Scn., Ben. de Benefitiis
Coutroo. Commoclicn Clem. d,e Clementia
Apol. Carmen a.fotogeticum InrN. trad. lat. de saint Irénée PÉrn. Pétrone Ep. ePistulae ad Lucôlium
Cunr. Quinte Curce Irer,e (sc. wersio), nom donné aux Pn.lBon. Phèdre Iietu. ad Heluiam de consolatiome
traductions latines de la Bible an- Pr-. Plaute Ir. d,e Ira
Cvpn. saint Cyprien térieures à celle de saint Jérôme
Am. Arnphitruo Marc. ad' MaYcia'm de comsolat'ione
X\/I
BIBLIOGRAPIIIJ,
N, e. Naturalcs O
t',"; ;"""';',;;;;,1;:;;;f;tt':i:: : .,,'rtuvt: adttcv:;us rtr,tvcioneru
rrèque le phitosopr t, ,ll"lî)l;,,:::f:,""
iro,!!,,
Sro. Sicloine Apollinairc
cartni'na; Ep. Episturae; rHaoo ad Vrorrnz; t:tc.
Vx.
"":i:. .,Vo.s. 1.rr..rr.rus -ù{opsuesLr:_
srs.. sisenrr (porcr) ',t,,','rt,.r"'{n\',i,"''),i,,,,, ,,1,,,,1î!ï,;
1,:i
So'vt.
_.Sang. Sartes Sangallens,is co_ grcc). irl,, GÉNÉRALITÉS
dici.s
ilts. lhbrrllc
S:'AC], 'l-r'rtr'ttus (Iiibb.
S. sz.laes II)
rn. ri)uour; ver" l'-r" Valcritrs lilaccrr:r . l. l.l syntaxe du gr. o'jvrairç ( arrangement, disposition l --
.
Suer. Suétone "t Ver_. Mex. \ra.lèrc l\4ilxjrrrc 1,,'rrr olrjr:l. l'étude- de la phrase et I'emplci qui est fait de ses diffé-
.Diu. Iut. Césay Vat. V:r,r.ron rri rilrirrrcnts (nom, verbe, mots invariables).
Diu. Aug. Aueustt l-. J'. tlt [,i.tzgua Lutina
-Yrr. Néron: aic. .ll, tt tti71,,,tunt f r,rqrt,.ttltr I ,' notn. doit être entendu au sens large de forme nominale et com-
xrr ,W, \i.rl. 1,r' rr,l i1 r:c titre :le substantif, qui désigne des êtres animés ou des
'1-.rc.
rab. Lo.i des nouze
Tacitc
,_abtcs ?:ïi:,lir:l;i.l lr',.,r;: lr) pronom, qui tient la place du substa.ntif ;i'adjectif, qui
^ Par. Vclleius
Vnr'
Agr. Agyicola Patcrcrrlrrs rllrrlrrrc rurc qualité au substantif ou au pronom. En latin, d'une
A. AnnLtr., Voc. Végèce
D-. Dlalotue ll4 ul. M ulonr,tit in,t
gtilérale, le nom porte indication du nombre et du cas; le
G. ()eymanie Vnx. l.oRr. \,.enantius F.ortunatus I rrra.rqué, mais n'a pas un sens bien défini.
H. Histoiyes vc. virgile I t' t't rltr tlésigne un acte : ferio < je frappe >, ed,o < je mange ), ou un
'lÉn. Térence
B. Bucotiques 't tt rlttln < je souffre ), ôu un événement : res noale wertit < l'affaire a
Ar1. Adetphoe En. Enéiâe
An. And,ria G. Géorgiques 'r.rl i.ulJr(') r. I1 porte indication du nombre, de la personne, du mode,
Jiu. Eunuchus Vi,t. patr,. Vitae J)atrxtm tmona.hoyurn
,lrr llrrrps, tle l:r < voix ). Certaines formations nominales iui ont été
If au t. If a,tû o tr,ti nt oy um., r rlt.rr lrrics : infinitif, participe, supin, gérondif.
Hr. H;;;,;";"'""""'uteuLcnos vrrn vitruve
Ph. Phoînrio voprsc. vopiscus, écriv. de I ':, tttols inuariables comprennent plusieurs groupes : interjections :
I'Hist. Au-
'r-rn.r. rl'ertuilien guste . l,ro(h), wae ; prépositions : ab, ante, in, de, per; conjonctions :
'1 1.,,t. A l.orogr:tirus u';ï,: eL ti,tiri,rrr rrl, quod, quowl; adverbes : fortiter, certo, bene. On y reconnaît
Xl'li"i"._1'141"11o1,
'Dre par saint JérômL'
Nolc. Drrrs I f ri r(.nilos formes nominales fixées : bene, certo, penes, circwno, ou
los réfé: ' rl,,rlr':, : Ûn, uel; mais ce sont souvent aussi des particules irréduc-
m,il,ii;x:rll;'x"rr'rïililf ËJîilîîi,*\,î;ï:iîi,11;ï:;:;r;r:
ttn(:r4:, livrc l, paragraphe
7.
', / sc rlra dorlc : ('ictlrorr. Crrlr-
t, ,r lrrrrtc autre fcrme : ab, d,e, ex, uoe, etc. Le rôle des mots inva-
,,lrrrs Ia phrase est allé en croissant, Les prépositions ont pré-
1\r)lts a.volts utiiisé nor
r; rrr,,rd-.rij'J;;::"i:i,;Jif;,"1i.J,',,;ï,'J;ï: pu.briés par r,Âss,ciirri,rrr l, r;( ;rs, ct l'adverbe tendit à remplacer un tour ancien avec adjec-

;l:TJ':;"l[ ;:';T;x;::,:,;;i{;::I?ïfliï, r;ff;:[::.i:tii .,T;,,'j,,,,* l,;,,ïli,;;: 1


, rr r,xcmpie, hod,ie ueni, au lieu de hodiernus ueni.

; 'f " I r. srt,ictindiqu.e de qui ou de quoi l'énoncé est affrrmé. Le mot


lrrr , rrrrlilnl l'énoncé est appelé prédicat du laL. praedicatunt, < ce
1"r ' l rl,:, l;1p1' r.
-
tltr< f ,11y1151v cst dite aerbale,lorsque le prédicat est un verbe : Caesar
,ll t,r t,':lit. Elle est drte noruinalB, si c'est un nom : fabulae ! < his-
r ,tr,.. (.lu{r torrt cela) l>, ou, plus fréquemment, un nom accompagné
i iirr lrr.rlir:rr.t , sans copule : yes sa,c/&noiset, < le malheureux (est) chose
't ttt t tt ltlittc I
cÉNÉnarrrÉs
cÉNÉnerirÉs
i'i'îîÏ'î1;Jiïl"iiï:J:"iffi:ïll*' s''' tri existe des tvpes
-:
,,'nr'cl)ts, est surtout le fait de la langue littéraire. La syntaxe
te verbe,, êrre Bergne â;;;r',** ri:;;f;;:J;;"ilîff:i:ïIiî:
, l.rrrlirrt: lrirlée ou vulgaire (serm,o cotùid,ianus ou pl,ebeiws) est tou_
tribut du complémeni.aire.t 1, il! rr',,lrir: plus libre, et beaucoup de constructions s,y rencontrent,
O,ou;e;,';;;r, Fabium Maxintwm
toretn senatus decreuit,l,accusatif d,icta_ 1' r ,l.i's lc vieux iatin, qui se sont prolongées ensuite dans
par suite' du prédicat au
àiUrrr**fait partie de i,énoncé et, i'i',
l

., r()nuutes (ital., fr., esp., etc.).


ies
même trtr" lo.i" verbe. cc t''r se retrouve
absolu : Gatb'L nort, iu-r)alJô"iu" ayanr éri ,r..ii"
;,f,llïtt , .r. l.r's lrrincipales sources de notre connaissance du latin parté
",,r.,ni
',t 1,., r'rirrrérlies de Plaute et, à un degré moin{re, celles de Térence;
$ 3. Dans la familje des L ,1, l:,riul,ltwra de
langues indo_européennes, Caton; les inscriptions, et, parmi celles_ci, les
rectement apparenté aux dialJcte. -iâiqo., le la.tin est di_ ,rrrrr rlr: l'rrmpéi, ainsi que les Tablettes d'exécration ou Tabellae
quelques traits de ce groupe (osque, ombricn), et
sont commu ' t' \ t,)tilt.u't'; les propos des affranchis dans \a Cena Trimalchionis d,tt
grec, le tatin u-,uit îri'a J i"".*": ;.,::TTltt 1tt-t l" cel t iclrc. Avec i e ; !tt, ttr' rlc Pcitrone; les traductions de la Bible antérieures à Ia vul-
gine'*.",r";.d;X':ii:ïîlîr"f
",
î,ïî1ïIffil;::**:; , ,r, ,l,rrrigrrées sous le nom d'Itala (wersio); plus tard, un récit de
structure du verbe,.etc. par.oit" r' l'i rrr,rllc comme \a Peregrinatio Aetheriae ad, loca sancta (rrre/ve s.) ;
a. i,iùrr.r.. exercée par- le grec
comme iangue de civilisation, rlc formes ou expressions fautives comme I'Append,ir probi;
cl'assez ,,o-u..o,. herénismes
introduits d.ans la syntaxe latine. se sont
'l' ,')irllr'.rlx écrits techniques comme la Mwlonoedicina chironis,
f"r1.i*, en dehors des caiques
transpositions propres aux
textes de tracluction, en
ou l, rr.rrlrrr:lions iatines cl'Oribase et de Dioscoride, etc., et même des
quelques imitations artitcietes
.n", i*s poetes, beaucorip
d,ehors aussi de i | ,\ r ri llrrclifs, qui ne savent plus que très imparfaitement la langue
. r

ni1m9s ont un point a,appui c'helié- i,rr, r.rrr', lcls les historiens Grégoire de Tours ou
existé en ruri" JÀ-. et qui res
d."; ;;r;;. Jord,anès. Des indi.
(ts+,' p'
p.ép";;i.;;'(i;i;;_:ï:i:ir;:;{îi ' ,r,,,n,; ,[ivcrses peuvent être aussi recueillies dans d,es textes qui ad_
iirr rr.rl rurc certaine liberté d'expression : Res rusticae de varron;
iiti"îî*"
r-^2' note)' La synr.J.
blances avec celie de i,osque
d;i;;;; ". tout cas crcs ressem- ,r ri .,li,)il(liùnce de Cicéron
; Satires d'Horace; écrits de Vitruve,
"t A G;;;;',T:i i 'l rrr, L\ rrr:icn ; lettres de saint

"::: :":,Ï; Ï uTo'J)


J'" ; cl' Buck,
a
Jérôme, etc.
il1ï.rt:;:'t" ""i ' ti. l.'ti{ude de la syntaxe iatine aujourd,hui ne consiste pius à
$ 4" Le lati'est connu à une cl:rtc rclativement
tardirt"
. i, i r r.rr r.irgle l'usage classique: celui-ci n,est qu,un moment d.ans
Plaute, qui cst lc prcmicr tcrtc l,,r'rvre de I lrr r,r,'rhr latin, mais c'est un moment important. cicéron et césar,
iuri,,,rt,;;;i ;.,,,,,, ail t;,rrs.r_vé , a
écrilc à la lin rhr rrr,,sit:clt,"f ,,,, ,t,iul, été
,iu",',,. ' ', r'll.l, j.ignaient à leurs exigences de puristes un sentiment très
le grcc crr ilnir ,rrii ,:, ltt x+1v.i,.t,,, ,,,ir.u',,.,,,, i,i,;,1 ,1,, Irr langue. < Le défaut peut-être le plus gran{, disait
rle Plaulc cc,c rrlrrrr:Lrrr*'t,rni'r't'. ,1,,,;:i,l;;:,;;,,tl]Aï; Cicéron
N,i,L.rrr'rr,,i,,s, rr.rrrlirr g;rrrre,çg1- rtr r, rr), est de sléloigner de la manière courante de s,exprimer
lains 1r;rits rrr-clurTrlrrt,s: il.rr,rr
i,]i,.',t 'lrr l,rr. sclrs ) : a uwlgari genere orationis atque a consuetudine colk-
1,,,.,t,,,.r
lionnelle. r.ri tit;rit rurc rlcs ,,,r.,1,,r;r;;,;1,;,: l,r,-,,,,rtrut.li,lr apposi_ ,/ri i,l/s?r.s abhowere. Beaucoup plus artificiels sont ies poètes, et
y a iaissd clivcrscs ,,., rir 1rllp;15p anciennp
tr-:rccs : tryhs Roma rr liL
vtllc dc ltome ,, hor;:; r lr .r 1rr-rsztteurs raffrnés conlme Salluste, Tacite ou pline le
ampliws < pe'tl.nt Jeune,
d,'rc hT;; ;, )i,'r'Jlr.rclque
,r,,r, homines < plus de rir rrr.rrl Préoccupés de style et recourant aux archaTsmes, aux hel-
r,ooo hommes ,r, et mômc 'lrrs a.tiquitt ia grrrr! i rr,,,. rrrrr constructions rares otr factices. Tite-I_ive, qui est par-
(S 37). au lierr tl.c ,rttqtritl chose d.e ce genre t;
t.,,'i ,u [rrïi,:r',ï"'Io_n."uscs ,,,rrr;rrlrllti comme un troisième classique, est en réalité plus près
tés " d'2*ord subsisient de < parr iculari_
cet"état.-i" ,.rt-ui"ation, qui t,,, ,l(.r'r)iors que de Cicéron. La langue poétique se fixe après Vir_
plus précise et plus ciaire'expr..;i;.";"r";apports rencrait
,t, i r',rlit' très peu jusqu'à Claudien.
entre les diffé-
PREMIERE PARTIE

CAS ET PRÉPOSITIONS
CHAPITRE PREMIER

nÔr.n DEs cas ET DEs PnÉPosrrroNs


NOMINATIF DT VOCÂTIF

la
ri ?. La flexion et ses insuflisances' - Le latin exprime
au moyeû d'e cas' et chacun d'eux
l,'rr(lion du nom dans la phrase
asso-
r (isonte un ensemble cle notions ou de relations sémantiques'
' I'r se trouvant en
, r,l,:; i'r cles caractéristiques morphologiques' Celles-ci'
< cesser' finir
lrrr rl. rflot, ont reçu leïom ae àesinences (lat' desineza
,1, ). l-es changements de forme que le nom subit ainsi' constituent
r llcxitrtr (lat. fl'ectere < changer 'r)'
| ,. nr()t cas (lat. casus, de caclo) - adaptation du
gr' ntôorr' cf' nintorv
,'rll'r' ,- f icléod'une nchute Il sembie q":'P?"t 1::11:"it'
'| éioque '' objet' un:lyt*'p1-l
,t r ,ril .,,r compaiaison implicite avec un "i:ap-t"'
,lrrr rr. lixcr en tombant â""ii" so1' A la posiiion verticale correspondait
1, 1,)1ri11til '. c6sus rectus, nrùrore ôp0{ I-es autres cas étaient des posi-
ti,,rr ; lrlrts rru moins éloignées de 1a rlerticale " casus obliqui"nrtloetçn)a1w'
avait
L r,,r rrlil c1e même Ë":"" "ppA reste en clehors de la phrase - ensuite
-
, 1, t,,rl tt'abrrrcl la'issé nËrs ae tà serie des cas' Mais il fut rattaché
rrr rrrrrrrirrtLtil; et tous deux formèrent le groupe des casws
recti opposê à
maintenue : les caszrs
'.l,rr ,1,'s t;osis obl,i'E'ti. Cette clistinction peut être
.. ,i ,,, t,,,,i 1.r,'niË om." a" complémeni, alors cue c'est le propre des
. ! , ,,t,1 irlt.ti. Rarwich, Gnom. IY',59o sqq'; Niè'dermann ' Ewer'
XI'Y
r' ,1r,. 1,17 1,y8.
gram-
rLvait en latin six cas pourvus chacun d'une {onction
s. ll .1r'qxLrticulière
nominàtif, cas du sujet; le vocatif'.cas de
,r,Irr ,rl,' : le
1 ,1,q,r'l , I;lccusatif, cas du complément direct cl'objet; le
génitif' cas
,i,r ,,,rrrlrli'ttrent déterminatif d; nom; le datif, cas du complément
!!,,1,,,, I ; l'rLblatif, cas des compléments circonstanciels'
Mais * sauf
1,,'L1r l, l'otriltif dont le rôle était
strictement délimité -- des empié-
, qas Br pnÉposrrroNs
tements se produisaient d'un
cÉNÉneurÉs g
cas sur par exempre, r,ablatif
exprimait ra distance et Ia durée 'autre. ,m' r( nrc s'est peu à peu substituée la construction plus rigide de la
concurremment avec
Le génitif de quarité (wir magni I'lrr.r:;rr tl:rns les langues romanes, oir la place du mot joue le rôle que
i*g;;;;:"*ptoyait à côté 'accusatif.
de'abratif
de même nom (wir rr rr.rrl lc cas en latin : celui-ci pouvait dire Petrws Pawlwrn ferit, Paw-
Ti.c::
altern-ait avec re génitii
iigrnioi. i"â"tit dans esl patri meo donrws It,trr I'rlrws ferit, Pawlwm lerit Petrus, etc.; le français moderne, pour
a" po".."rrior, a""r cramor caero
satif de mouvement, d,ans-eripere avecl,accu- r.1,r irrrcr Ia même idée, n'a plus qu'une seule construction: Pierre
Même entre le nominatif
"
ntirr.; )r",l,ablatif de séparation.
rj"l"".",ii iiexrstait des points de con- 1,,r:; srrjct) frappePauI (cas régime). La tendance vers cette fixation
tact: fabwlae! et nugas!, ", magn@nx pn i* et
',.r,l,strlVc déjà dans les textes de langue vulgaire ou tardive: itent
ruagna pars.
locurn wbi f,,lii Israhel habueyunt concwpiscentiam escarum
,",t( tul.rlu,nt
g 9. Tous les cas,",:yit"il
pas non plus de désinences \l'r't tKr'. Aeth. 5, 7).
Au plurier, re datif et .abratif é'taient distinctes.
naisons. Il en était de même dans toutes ,es décri- Nale. Cette réduction du nombre (oa syncréti,sma) des cas est rin fait
"olÀrdu,
a f,ep"q". frlstorique pour le génitif et -
général du déveioppement des langues i.-e, Outre ceux qui viennent
le datif au singulier cle la rre
lrorri,
datif et t'ablatif au singulier à"
à"*)r) et de la 5e Qtiei),pour le d'être mentionnés, la flexion primitive avait encore I'instrumental et
lr: locatif, qui subsistent en sanscrit, en lituanien et dans les langues
U'""- (io*rnb). Ala
gulier des thèmes en,_z_ 3e, l,abiatif sin_ slaves, mais qui en latin sont fondus avec l'ablatif proprement dit,
n,est di.ti"grË";;e partiellement avant l'époque historique; seules quelques formes de locatiL (bellt,
aure et aurt.ntajs cwbilr, du datif : dor'ci, etc.) ont conservé un emploi distinct, du reste restreint. Le grec
t'orti aux,Jàux à.;po,r. Jes participes pré_
sents iI y a flottement, étant est allé encore plus loin dans cette voie, puisqu'il a perdu également
donné que t,"ntatit a lui_même les l'ablatif, de sortc que les fonctions de l'ablatif proprement dit, de
désinences -e et -t_ (ar.tlente deux
.t orarni,,." ,+Jx thèmes consonantigues, l'instmmental et du locatif y sont réparties entre le génitif et le datiÏ.
Ia désjnence _i_ s'étendair a f ,"frf"iit- j.s
aâ]e.fits du type inops. par-
fois aussi chez Ies noètes à .s L.[. Frépositions et cas. Anciennement, des particules ou
d"r.;l;;;liis,
.,,lrrrrrbes awtomomes précisaient -la relation exprimée par la forme
(infra, $ g0). Un substantif neutre r.iurr., au ,ieu d,e sitice
.o-_u
suite de primitive du nominatif .templum ou cuhile, par ,,rsrrclle : Hom., Il. t,43g: èz ôà Xpuoltc,vr,èe p:r1 < dehors, Chryséis, du
'indistinction
même plus que trois formes distinctes
et de r,,rvire s'en alla >, c'est-à-dire < Chryséis scirtit du navire r. Peu à peu,
:^1ït,
nom.-acc. ; gén.; dat._ablatif. à chaque'accusatif,
nombre : ,r ( ir.rlse de leur caractère accessoire, ces petits mots se placèrent devant
l(' vcrbe comme préverbes : ad-lero , ex-eo , ,in-pono , swb-noitto, ou devant
$ 10. Dans la langue pariée, l,amuïsseme ll rtcxr.r comme prépositions : ad eum, ex twbe, ,in wrbe et im nrbem,
rant sur les inscriptions de pompél
nt d.e -rn tnal __ cléjà cou-
(r* .ie.i" ap. J._C.) * rapprochait ',rrlt noontetn et swb tnonte. Ces dernières, par suite de leur emploi
l'accusatif arboreQn) de i,a.blatii
,riorr. îu"p'ace de l,accent tonique rrl1rété avec tel ou tel cas, parurent le < gouverner ), en même temps
sur Ia pénurtième ou i,'antépénultième lluo la forme casuelle devenait un complément < régi r par elles. La
padicurière de ra svllabc ànare.
a ;;;"". résurtat une déb'ité
a u^ru" jpoqrre, Ies confusions de l,lrrpart des prépositions latines se sont fixées avec un seul cas : l'accu-
timbre entre voyelles ne. permettaient ;:riif ou l'attratif. Quelques-unes cependant, par un reste de l'auto-
plus de distinguer les clési_
nences -I et -e, _as et _À à
la 3" déclinaison, ni non plus l,accusatif
rr,rrnie première, se construisent encore suivant Ie sens avec ces deux
dorninw(m) et re datif.abr t ai*;"o-i;;;.'u"" rente crégr.a.ation _- t':rs : iM, sub, swper, etc.; en grec, èrri, æt"pd., nept, Tpéc, bré en ad-
jointe à l'usage croissant ^t
des prépositionJ^_.oraoisait
la déclinaison rrr:ttent même trois :l'accusatif, le génitif et le datif. La construction
latine vers Ia déclinaiso, a A"o*^.". rlt: cattsd, gratiâ, etc., avec le génitif a un caractère difiérent et s'ex-
d'abord Ç.oi"t et cas régime), qui fut
.es langues romanes.et qu,elies perclir:ent
.ceile p,lique par l'origine nominale de ces formes.
appauwissement s,est accompagné ensuite. Cet
de lâ tendance à marquer
tion syntaxique cles rnots par leur la fonc_ $ 12. Les prépositions étaient appelées à recueillir le rôle qui échap-
ordre d.ans la phrase ; et à la liberté
1,;r.it à la flexion du fait de ses insufûsances. Au terme de l'évolution,
l

IO CAS ET PREPOSITIONS
I LE NOMINATIF
elles l'ont même supplantée, en francais par exempler
l1
comme en an_
glais. Le latin est à un stade intermèd.iaire. Seurs
l
|accusatif et l,ablatif,
c'est-à-dire deux cas exprimant des rerations concrètes (spatiares
Le nominatif
,1
ou
temporelles), qu'il convenait de préciser, sont accompagnés
de pré- \ 14. Le nominatif ou nonoinatiwus casws (! àvoy'aortz.')1 ricôcrç)'
positions. Au contraire, le génitif et le datif, lr,rlrituellement cléfini comme le cas du sujet, a, en réaiité, unefonc-
àbs-
traits "., "r."rr?i"Ilement
ainsi, du reste, que |abratif et |accusatif ri,)n plus large : c'est le eas tlu nom (nonten,'évopa) considéré en lui-
- qui ont ce caractère
fonctions
d,ans celes de reurs
échappent à l,emploi prépositionnel. ,,,i'rnË, lorsqu,'on veut l'énoncer sans le ilécliner. Par exemple, dans
On dit avec préposition: eo in - wrbem,r jevais al. rrit"l l, :; titres : le Cato Maior, I' Orator de Cicéron, I' Hannibal de Cornélius
; uenio ex
wrbe < je viens de la ville > ; per Nirlrcrs, oîr, du reste, le nominatiÏ est concurrencé par de I
abl' (de
f,nes coniend.it< il se d,irigeaà travers
le territoire ,; atnburare cum amico ( se promener avec un ami )) ( )rûtore, d,e Re'l>wbtica) ; _- dans les énumérations : Cic', de Or' t, r].4:
mais sans préposition : l.iber petri u Ie liwe de pierre ,; -
do librwrn ,1rrid. d,e ittis d,iiam quee... cuno'ipso homine nascwntwr : l/inguae solwtio,
atnico < je donne un livre à un ami >; lerire gladio <frapper dans les phrases nominales : Cic', Sesl'
avec une tt,,t,is sonlts, latera, uires;
épée > ; epistulam scribo < j'écris une iettre , ?neerole
; ,ortrcior< je suis
-
', 1 : clarmor senatus, querelae, preces, sacer ad' pedes abiectus tr cris. du
accablé de chagrin r. i.,rrrat, plaintes, prièies, son beau-père jeté à ses pieds n, cf' $ 171'
t',rrfois]le nom éiait employé en exclamation (nominatif exclamatif) :
$ 13. Néanmoins, i'évoluticn commencée se poursuivait. Il n,y
avait pas toujours de reration sémantique entre Ie cas l,rlntlae!, nugae!; o lestus d'iesl (.Tét', Eu. 56o); o frwstra"' swscepti
tions utilisées. Beaucoup se construisent avec 1,accusatif
et res prép.si- l,rltores! (Cic., Mi. 94).
et n,ex-
priment pas nécessairement une idée de mouvement .s 15. Le nominatrf était ainsi une sorte de cas-zéro,
auquel se met-
: assd ad. portas,
stare ante urbem. Même ap.ud et penes s,emploient t;ril tout substantif échappant à la construction grammatica.le de la
d,ordinaire aop.è.
de verbes de repos. parmi ies piépositions signifiant < La prose littéraire, soucieuse cle régularité grammaticale, ofire
avant ,, Lme rrirrase.
veut l'accusatif, prae et pro appellent l,abiatif, sans que d'exempies genre ; mais iis ne sont pas rares en dehors d'elle'
d.e ce
cette diffé_ 1,r'rr
rence s'expiique d'une manière satisfaisante. celles, trouve, par anacoluthe, en suspens an début
d,autre part, '{) Un nominati{ se
qui sont munies clu suffrxe -tero- (inter, praeter, propter,
swbter, contra, ,lt' la phrase (nont'inatouus pend'ens), tout en indiquant, à la manière
intra, ultra) < régissent r; l,accusatif .*1, ."n, dàute parce ,l'iln sujet effectif, de qui ou de quoi il va être question par la suite.
qu,une
liaison tout extérieure s'était établie entre ce cas et
re type m.rpho- .\ rr vierix latin appartiennent des passages comme : PI., Poe' 659: tu, si
logique en question ; il en résult e qae praeter se ccnstr'it
autrement It' tli an'tant, agere tuam retn occasiost < toi, si les clieux t'aiment' c'est
que prae dont il est formé.
ll tnoment de taire ton affaire rr;Caton, Or. ft. t8 (Jordan, p'17):
La préposition finissait ainsi par marquer plus que .,,'rtr,i, ancillae, si E.t'is eovunc sub centone crepuit' quod ego non sensi,
Ie cas lui_même
la fonction du nom dans ra phiase. L'éjément frexionnel subsistait; ttrllunt, n'ùhi uit'ium fac'it < esclaves, servantes, si quelqu'un d'eux a pété
mais il tcnc'lait à devenir un signe superflu, clont
il serait facile dese ,.()r1s son vêtement sans que jem'en aperçoive, il ne me fait aticun tort rr ;
passcr, l,fsÇue rcs dési'cnccs. sous |eflet d'actions
anarogiques-et , l. Caton, Agr.S4,2 : eger rwbricosws..., ibi hlpinwn bonwm f'et'
phonétiqrrcs, sc seraient confonclues ou efiacées.
Enfin, la prép.siti'n gagnait les cas abstraits eux_mêmes Cet emploi expressif, bien que rare, ne s'est jamais perdu :,Lucr' r,
tours corrrnc d,arc ad, aliquem. rr clon'er à qneiqu,un ,
: des
t5-5 sqq. I seruiJlutn contt'a, pawpertas cti'u'it'iaeque, ll li'bertas, bellum, con-
praed,a < Ia moitié du butin ,r
oa dimidium Ae ,,,rrlia"..-. tl ... ll haec soli'ti sun'tus..' euemta uoc&le ( la servitude, au con-
-- bien qrr'éuités en général par la langue lra,ire, 1a pau"'ieté, les richesses, 1a liberté..' Ilous avons coutume d'appe-
littéraire apparaissent cepenclant ije bonne heure. l, r cela dËs accidents > ; Pétr. 37 , g : farni,l'ict' uet'o babae babae ! mon
- -
tit(heycwles puto tlecwnatn partem esse qu&e tlotni.num suutn nowerit
(-quant
,r ses gens, oh tà 1à !-- je crois par Hercule qu'il n'y en a pas le
-
VOCATIF T3
12 CAS ET PRÉPOSITIONS
,,rrn lcs cités de leur région r; car Ie nominatif (q,uisque)'
malgré fen-
<lixième tlui
conna,isse son maître ,. Cf. Cbrist. Ifohrmann, Gi. XXI gramrnaticalement au verbe (discesserwnt); cl' Llv'
(rq3:), ?o sqq. r:l:tvc, sc rapporte
Ces tournures préparaienf Ie nominalif absolu, c'est-à-dire un nomi- .\1t, 49, 3; 41, Io, 13.
natif errrplové comme l'ablatif de même nom avec la valeur d,une
proposition autonome. Cet emploi est annoncé en vieux latin : Caip.
Pis. z7 (Peter I, p. 3r2) '. hi, contetnnemtes eum, assurgere ei memo Le vocatif
uolwit < dans leur mépris, aucun ne voulut se lever au-devant de lui r.
Mais le nominatif absolu ne prend une certaine extension qu'à basse l'l, Lc vocatif *uocûtiuus ca.sus, "rt x\'tçtx:ri (n?"oolo?u"'''i) ncoiot<
époque: Peregr. Aeth. 16,7: benedi,cems nos epi,scopus, profeot'i swmus r':,1 lr: <:iIS de la personne interpellée'
c l'évêque nous clonnant sa bénécliction, nous partîmes >; également C.
E. zro3,8 (vre siècle) ; Grég. T., H. F. z, zr; lrr. rrrôrne qu'un appel échappe au contexte de la phrase' de même
eLc.
l, 1,,rr:rli[ se trouvait en d'ehoii d'e la flexion' Sa forme était celle du
rt,, rrrf ' rtr (gr. xoJpe, Iat. d.owine) comme t'impératif' ou de
la racine
S 16. B, IJn nom propre, eité pour lui-même, est parfois laissé au
nominatif, alors que la construction g::ammaticale stricte exigerait ,u (l.tir(': ràâuit (gr. nûreo)- Isolé d'ans la d'éclinaison' ii devait dispa-
par le nominatif . En latin, seuls les thèmes en -o- l-e-
un autre cas : Cl. Quadrig. r2 (Peter I, p. zrz) : cognolnalo kabuit r r rl r r', r'olr1placé
Coruinws < il avait porlr surnom Corvinus D (: Coruinwnx) ; Prop. r, ,lr 1,r'rr'o.irimé ont au singulier un vocatif distinct' Et encore faut-il
rB, 3r : resonent tnihi Cynthid silwae < que les {orêts résonnent (du nom , ',,,:1,1,:r parmi eux les noms du type el'ger, où, à part quelques
de) Cynthie >; Ov., M. t, t68-g i est uia...; ll Lactea nolnen habet ((11, ,,,',,'1,1,,sàe la forme puere (P1., Lucil'), le vocatif est devenu sem-
;
est une voie, elle a le nom de lactée ù (: lacteam) ; cf. ibid,. l 5, 96 t l,l,,l,lri ;Lunominatif'Deplus, d.eotsetpopw/usn'avaientpasdevocatif
Ytslg., Marc a, fi> : im.posuit Simoni nonlen Petrws < à Simon il donna le ,, lrri rlr: meus étail rui (voit Ernout, Morph', $ r5z)'
nom cle Pierre > (: Petru,m). De même, pour un qualificatif dans
'1 lB. l-es formes d'ee et mee étaient phonétiquement impossibles' Dee
Peregr. Aetlt. t, z : hdnc natte(m) qwam dixi ingcns (Lôfstcdt, Iiomm., 0ie' qui était lui-même
gr'
,,1,i,.,,r,.îL clans le lati'n chrétien d'aprèi le
p. 5o). I-e mot intéressé est en quelquc sorte mis entre < guillemets >. ,r,,, r ri'rLtior tardive faite <1'après-l'hébreu' A côté de 'mô' le nomi-
rr.rtrl rrrr?rs en fonction de vocaiif n'est pas inconnu de la vieille
Dans cet emploi, le nominatil était la construction ancienne ; mais il langue'
,,'' ,'nrl)loi entraînant également au nominatif le substantif auquel il se
fut habituellement remplacé par l'accusatif ou ie datif d'attraction
P1., As. 66"4 : d,a, meus ocellus,. 'nea ïosa' m'i aninte"';
de
qui paraissaient plus réguliers. ,
'1,1,,,r'l:;iit
:
,,,,',',',, , ocu]ws tneus g1., Mo- 3:at), meus pull'us passer (PL" C.a'-r3B)'
Dans la langue vuigaire, l'apposition, par suite du faible ]ien <le dépen- | ,,nrln( populus, )'crjç en gt"" tt'u'"t"iI pas de'vocatif ; l'ancienneté du fait
clancc où elle se trouvait, restait assez souvent au nominatif par man- ,.r ,,,,,tir-rnéeparlaformiilequerapp;rteTite-Liveir'24'7:audi'i'nquit'
qnoment z\ l'accord en cas : C. L L. VI, roo5z '. r,tici.t Scorpus equi.s hi,s : t,t r, aud'i. pater
I l,tt( pàpuU ÀiUani, audi ttt', popul'us Albantts' Yoit
P&tr(l,te
Pegasws, Elates, Andraemo, Cotymtts r Scorpus a été vainclucur avec les I irl,,lt"rlt., Synt. 12, P" 92 sqq.
possé-
chcv;rux suivants: Pégase, Élates, etc. >; Tab. Defix. z7o, tt-rz (Auclol- i ',,'r1,loi abusif àu nominatif pour des noms de ze déclinaisonpoésie
lent) :...
cutitmaetcoyut/atuySexti,li.,Dionysiae/itius... <que brfilentl,âme 'l
,r l u rt vocatif n'est pas d'ailieuÀ sans exemples, notamment C.oras',en
lati's
:

et [o c<trrr- t',tt,. rr, 461-5:--.. equiteno, L[essapws'"' ll et cwn fr.atre


cle Sextilius, 1i1s de Dionysia > ('ibi,d,. zo.zr).C|. C.I. L. VI, "',,, " la
3283 (hc'rts); XII, zzq6 (i.ttterceptus); etc. Rapprocher aussi : Appeniti* ,t lltrtt.rli[.e caàp'i's"n Messafuts et toi, Côras, avec ton frère' déployez
Pyobi n. t1"1 '. uico capilàs Afri,cae, mom w,ico caput Alricac
. r,,rl.r'ir: r : recherche <1'Jxpression' influence c1u second terme (Coras)
, t, 1,.ulvltr de vocatif ?
Noh: .1.. --
A la faveur de ccs constructions, certains nominatifs d,adjectifs L.r. pilrticule o, en v. iatin et dans la prose classique'- donnait'
sc so;rt {ixés de bonne hcure dans l'emploi prépositionnei-adverbial : ',,'rn{r orlcore en grec homérique, un caractère affectif ou pathétique à
"Cluo'*', per
ajtsi ud,ttcr.sus, yursus, etc., alternant avea ad,weysune, rursu,m; ilein- I , l,r('ssion :Tér.,'An.7B3: o ten+pus aduenis! < ô Chremès'
r;a1s; pctrt-ôtra lyans ct mardicws.
I', .,'rlrvr:s à point ! ,; Cic., Fa. to,26,2 " o m'i Furnil < ô mon cher lnur-
Nctfa .Ll. - On nc s:turait rattachcr aux -laits précédents une construction ilrr|r I I. Mais cette particule, en partie sous l'influence du grec attique,
clu typc; : J-iv. 33, 35, t : decem legati... ad, liberand,as suae quisque ,,,r ,,, i.l.irit devenu courant et bana.t, fut ensuite souvent employée sans
regr,onis c.ittitates di,sccsseyunt u dix envovés partirent pour libérer clla-

it,l
14 cAS E'f PRÉPOSITIONS

nuance spéciaic, surtout chez lespoètcs : \'{:'8


2' 51 et uos' o lauvi'
jèr.ous cueillerai' lauriers' et toi' mvrte
carfa,m ct tc, froxt'n'ta' tn:yrte !u ct
voisin ! r.

1)oc6rtil ne fait pas partie de


$ 19. L'adiectif ad,ioint à r'm norn &1'L au nominatif comme dans
I'aipel. Anrsi était-ii anciennement laissé
ami ! rr' Avec le déve-
Hom., 11. 4, 189 : o|)"'c it xlevéize < Ménélas' nron
paraissant
loppemer:t cle l'accord, grammatical, cqtte discordance
de leno? ;r; Cic''
"t,'oq.,",.'t.,leqtraliflcatifsemitd,ordirraireauvclcatif..Pl,,Poe.vgS..
quii *r*r, sceîesfu lentt? u et rnaintenant' scélérat
< ô heureux jeune hommel rr;-
Àrrt . z4: o lorttmate... ad'u'lescensl ..
lâche : Hor., od'. z, 7, 5 Pompei, m.eo'
-c*. .1.,"r'd le lien !uétait assez
toi premier de mes compagnons ! rr ;
,r* pri*, sod'alium Pompeius, le
Rufus'
cred'ite amice! tr
Catul.77, r: Rtlfe, mihi lrttstra ac nequiqttam
t'o -nlt-"*i! cÎ' Hor'.'
rr; Ép'
toi que j'ai bien vainemÉnt '':'^'t
exemples
cas' cependant' cluelques
frop. ,, i5, z', etc. Dans ce dernier
ào ito-irl"otif apparaissent : Vg', Dn' t' 661 " nate'
mcac trircs' tnea
rna force et ma torrte-puis-
mngwt potentia sZl,u.s ( mon nts, it' tol seul
tttnniwm f>arens patriac
sance ); Plin., Nat. l, tt7 " saln'e, f>ritmls
appelé père c1e. la patrie rr'
*pprin* rt saiut, ô toi qui lL premier as été
So'lu,s et primws étaieni tle vétitubtes
appositiont' t" i,, rcn!11 ie
ftu l\, srt'cctnctus
nominatii pltrs conforme au sens. Cf. Juv. 4, 23-24
"
"'
j)tn^ qroàaan't, Cr'ispine, papyro tt toi, Crispintis' iadis vêtu du papy-
ru. d"ie, pères n, et aussi Accius 24o sqq', Lug" Conl ' 4' 4' em-
r' avec
vocatif. Les prosateurs classiques.
alternance du nominatif et c1u
primus es appellatus " '
ploient plutôt une proposition relative : o tu qui

S 90. lI arrivatl cn grcc


tlu utt vocatif fit par,attracli-on,1a1;;r à

cc cas un a,ljectiI atrrihirt cn'cotrtact avec


lui : Théocr' r7' Ou: à)'pre'
xtirps, 1l,oro n pnir.""-tol-1"*" ho**e, être heureux ! ' (: diproe) ; c{'
Cettc--attra-ction rle caractère artificiel fut
J. Hnmbert, Synt. gr., \'arg' z' z8z-3 : qwibus' Hector' ab
irnitéc par quelques poei"i fâtittt : \g'' t|n'
Hector' r'iens-tusi attenclu? I;
oris,llt:xspttctot,,,r,,,""iu'à"q""l*tl-'àg"t' nom au vocati{ n'ébait
cï. i.Ititl. to, 727; I'erse t'""i iO't""za"3r ;
etc Le
exprimé if''' t, sic uenias hodievrza / < pr:Lisses-tu
mômc lrzrs toujours '-f
7 ' 53
"
venir ilu jlrttt-rl'hui I r.
i; 1"1;;]iii'iii'oui ..'" assimila'rio. de ce genre I::*::.1i #:u'":,"":
o"Yi"1"^"iÏÏ:lii,:'i"il#,;;;;;;;;;;:;;';;,;::y:Y:::i.!i?;l1;:l',,1,;
est trop obscure pour qu'on plllsse rlerr
à"ij iT"T, I,ctlnrrrlogic rle ntacte
t,'i,l .lrrtr"rrl-Jlcrllt l , Dicl' ilytn" s' u'
^.ffirtt,,.:

ril