Vous êtes sur la page 1sur 65

L’audit interne

Table des matières

Table des matières............................................................................................................2


Introduction........................................................................................................................4
Chapitre 1 Cadre conceptuel de l’audit........................................................................5
1- Définition et objectifs de l’audit ......................................................................................5
2- Objectifs de l’audit........................................................................................................... 5
3- Normes générales d’audit ...............................................................................................5
Normes de comportement professionnel........................................................................................... 6
Indépendance............................................................................................................................ 6
Compétence.............................................................................................................................. 6
Qualité du travail........................................................................................................................ 6
Le secret professionnel et devoir de discrétion..........................................................................6
Acceptation et maintien des missions........................................................................................6
Normes de travail.............................................................................................................................. 6
Programmation des travaux....................................................................................................... 6
Lettre de mission........................................................................................................................ 6
Délégation et supervision........................................................................................................... 6
Utilisation des travaux d’autre professionnels............................................................................7
Documentation des travaux :..................................................................................................... 7
Norme de rapport :..................................................................................................................... 7
Chapitre 2 : Méthodologie et outils de l’audit...............................................................8
1- Définitions de l’audit financier .......................................................................................8
2- Les objectifs de l’audit financier.....................................................................................8
3- Analyse des risques.........................................................................................................9
3.1 Le risque d’audit....................................................................................................................... 9
Le risque inhérent (RI)............................................................................................................... 9
Le risque de contrôle (RC)......................................................................................................... 9
Le risque de non-détection(RND)..............................................................................................9
3.2 Seuil de signification............................................................................................................... 10
3.3 Assertion d’audit..................................................................................................................... 10
4- Les différentes phases...................................................................................................11
4.1 La phase de préparation......................................................................................................... 11
4.1.1 Le calendrier de la mission................................................................................................. 11
Nouveau manda....................................................................................................................... 11
Mission récurrente................................................................................................................... 11
4.1.2 La constitution de l’équipe d’audit.....................................................................................12
4.1.3 Programme de travail......................................................................................................... 12
4.2 La phase préliminaire............................................................................................................. 12
4.2.1 Evaluation du contrôle interne............................................................................................ 12
Evaluation théorique du contrôle interne..................................................................................12
Tests sur les forces.................................................................................................................. 13
Cas particulier des fraudes...................................................................................................... 13
4.2.2 Préparation de la phase finale............................................................................................ 13
4.3 La phase finale....................................................................................................................... 13
5- La matérialisation des travaux d’audit..........................................................................14
L’audit interne 1
L’audit interne

5.1 Le dossier permanent............................................................................................................. 14


5.2 Le dossier courant ou annuel (semestriel / trimestriel)...........................................................14
6- La boite à outils de l’auditeur........................................................................................15
6.1 Les outils de collecte de l’information.....................................................................................15
L’entretien d’audit..................................................................................................................... 15
La préparation.......................................................................................................................... 16
Conduite de l’entretien............................................................................................................. 16
Après l’entretien....................................................................................................................... 17
L’observation directe et l’observation physique.......................................................................17
6.2 Le questionnaire..................................................................................................................... 17
6.3 Les outils descriptifs............................................................................................................... 18
Les organigrammes................................................................................................................. 18
Le narratif................................................................................................................................. 18
Les diagrammes...................................................................................................................... 18
Les grilles de séparation des taches........................................................................................ 18
6.4 0utils de prise de connaissance et de diagnostic....................................................................19
6.5 Les techniques de validation.................................................................................................. 19
Contrôles arithmétiques et évaluation......................................................................................20
Contrôle des documents.......................................................................................................... 20
Confirmation des tiers.............................................................................................................. 20
Chapitre 3 : Le questionnaire de l'audit interne

Conclusion...........................................................................................................................

L’audit interne 2
L’audit interne

L’AUDIT INTERNE

Introduction

La pression concurrentielle qui s’exerce sur les entreprises s’accroit de façon intense à
l’heure de l’ouverture internationale et de la mondialisation des marchés.
Toutes les entreprises, grandes, moyennes ou petites, se trouvent dans l’obligation de
mettre en œuvre des règles de gestion de plus en plus pertinentes et de plus en plus
rigoureuses.
L’efficacité, la productivité, la rentabilité, donc la survie, sont à ce prix. Même les
organisations qui n’appartiennent pas aux secteurs concurrentiels sont confrontées à la
nécessité de mettre en place des dispositifs de pilotage économique performant et
transparents.
Dans ce contexte sont donc appelées à se développer toutes les activités reliées de
façon large au contrôle de gestion, au contrôle interne et à l’audit.
Toute entreprise ou institution, quelle que soit sa taille, peut tirer profit d’un audit. Qu’elle
soit confrontée à une difficulté particulière ou qu’elle souhaite engager une nouvelle
politique, l’entreprise qui veut utiliser au mieux toutes les ressources internes dont elle
dispose, peut même transformer un tel audit en un instrument de management puissant
La plupart des gens entendent par audit, l'audit externe. Cependant, les entreprises
donnent de plus en plus d'importance à l’audit interne, et les institutions de micro finance
doivent elles aussi incorporer cette fonction.
Le souci de transparence, après les scandales financiers récents, a également conduit à
identifier cette fonction comme un élément clé de bonne gouvernance de l’entreprise
L’audit interne est maintenant une fonction d’assistance au management. Issue de
contrôle comptable et financier, la fonction audit interne recouvre de nos jours une
conception beaucoup plus large et plus riche, répondant aux exigences croissantes de la
gestion de pus en plus complexe des entreprises : nouvelles méthodes de direction
(délégation, décentralisation, motivation), information, concurrence, ect.la déclaration des
responsabilités de l’audit interne de l’IIA (The institut of Internal Auditor) indique : « l’Audit
Interne est, à l’intérieur d’une entreprise, une activité indépendante d’appréciation du
contrôle des opération ; il est au service de l’entreprise. Son objectif est d’assister les
membres de l’entreprise dans l’exercice efficace de leurs responsabilités. »
La base de l’audit interne est, et reste, le contrôle, mais de quel contrôle s’agit-il ?
L’auditeur effectue des contrôle comme tout opérateur qui mesure et compare à une
norme ; par exemple : contrôler le respect des tolérances de fabrication, contrôler
l’avancement du projet, etc. L’auditeur contrôle, il s’assure, que tout est sous contrôle,
c’est à dire maitrisé.
Le contrôle est un élément de fonctionnement de l’organisation dont la responsabilité
dépend en fait, et exclusivement, des responsables opérationnels eux-mêmes, l’audit
interne n’intervient qu’au second degré pour contrôler l’existence et l’efficacité des
contrôles.
L’audit interne
L’audit interne

Chapitre 1 Cadre conceptuel de l’audit

1
1- Définition et objectifs de l’audit
L’audit est un examen critique destiné à vérifier que l’activité de l’entreprise est
fidèlement traduite dans les comptes annuels conformément à la réglementation en
vigueur et un jugement sur la gestion des dirigeants. C’est la procédure de contrôle de
l’exécution des objectifs de l’entreprise.

2- Objectifs de l’audit
Les missions d’audit ont pour objectifs :
 Veiller à la protection et la sauvegarde du patrimoine de l’entreprise,
 Veiller à l’application des procédures et instructions de l’entreprise,
 Identifier et permettre la suppression des taches et travaux redondants ainsi que les
erreurs de fonctionnement qui conduisent à des dépenses inutiles,
 Veiller à ce que les principes de régularité en matière comptable et financière
(intégrité, clarté, transparence) soient appliqués par les services,
 Identifier les dépenses sans relation avec le résultat recherché et les budgets
devenus inutiles, afin qu’ils ne puissent être reconduits,
 Vérifier le statut du personnel ainsi que la répartition des forces de travail entre les
services,
 Identifier les services et fonctions qui pourraient être accomplies à moindre frais par
l’entreprise.
L’importance des missions de l’audit exige d’excellentes capacités d’écoute, de dialogue
et de persuasion. Il s’agit d’une profession dans laquelle la pédagogie joue un rôle
essentiel dans l’entreprise.

2
3- Normes générales d’audit
La fonction d'audit est organisée en accord avec la haute direction et est basée sur des
normes généralement acceptées pour les auditeurs internes.
Ces normes portent essentiellement sur l'indépendance de la cellule d'audit interne vis-à-
vis des activités faisant l'objet d'un audit, l'objectivité et les qualités personnelles et
professionnelles des auditeurs internes.

1
KHELLASI Réda - L’audit interne – audit opérationnel – Ed. Houma 2005.
2
Monique Lacroix Op. cité p. 11.
L’audit interne

Normes de comportement professionnel

Indépendance
L’auditeur doit éviter toute situation qui pourrait faire présumer d’un manque
d’indépendance. Il doit non seulement conserver une attitude d’esprit indépendante lui
permettant d’effectuer sa mission avec intégrité et objectivité, mais aussi être libre de
tout lien réel qui pourrait être interprété comme constituant une entrave à cette intégrité
et à cette objectivité. Il s’assure également que les collaborateurs auxquels il confie des
travaux respectant les règles d’indépendance.

Compétence
L’auditeur complète régulièrement et met à jour ses connaissances. Il s’assure
également que les collaborateurs auxquels il confie des travaux ont une compétence
appropriée à la nature et à la complexité de ceux-ci. Il veille à leur formation continue.

Qualité du travail
L’auditeur exerce ses missions avec conscience professionnelle et avec la diligence
permettant à ses travaux d’atteindre un niveau de qualité suffisant, compatible avec son
éthique et ses responsabilités. Il s’assure que ses collaborateurs respectent les mémés
critères de qualité dans l’exécution des travaux qui leur sont délégués.

Le secret professionnel et devoir de discrétion


L’auditeur est tenu au respect du secret professionnel et à un devoir de discrétion afin
que les informations dont il est détenteur restent confidentielles ; les mêmes règles
s’appliquent aux collaborateurs.

Acceptation et maintien des missions


Avant d’accepter une mission, l’auditeur apprécie la possibilité d’effectuer ladite mission.
Il examine en outre périodiquement, pour ses missions récurrentes, si des événements
remettent en cause leur maintien.

Normes de travail 

Programmation des travaux


L’auditeur programme l’exécution de ses missions. Cette démarche lui permet d’assurer
une affectation adéquate des collaborateurs aux missions.

Lettre de mission
L’auditeur établit, en accord avec la structure audité, un document définissant sa mission
et précisant les droits et obligations de chacune des parties. Il fait référence, aux normes
professionnelles.

Délégation et supervision
Les missions de l’auditeur peuvent donner lieu à la constitution d’équipes. L’auditeur peut
se faire assister ou représenter par des collaborateurs. Toutefois, il ne peut déléguer
tous ses travaux et conserve la responsabilité finale de la mission en organisant une
supervision adéquate.
L’audit interne

Utilisation des travaux d’autre professionnels


L’auditeur qui est conduit à utiliser les travaux d’autres conseils extérieur à l’entreprise
apprécie dans quelle mesure de ces travaux peuvent servir les objectifs de sa mission et
être pris en considération. Il a recours a un technicien des lors que l’exécution d’une
mission nécessite des compétences particulaire.

Documentation des travaux :


Une bonne organisation des missions implique la tenue de dossiers de travail. Ils
facilitent la compréhension et le contrôle des travaux. Ils permettent à l’expert-comptable
de matérialiser la mise en œuvre de ses diligences, pour toute mission qu’il a accomplie.
L’expert-comptable conserve ses dossiers de travail durant la période de prescription
légale et en préserve la confidentialité.

Norme de rapport :
Les missions de l’auditeur donnent généralement lieu a une communication écrite.
Le document établi est différent selon le type d’intervention. Il est réalisé dans le but de
faire connaître a l’audité et, le cas échéant, aux tiers lecteurs, la nature des travaux
effectués par l’auditeur et les conclusions émises a l’issu de ses travaux.
L’audit interne

Chapitre 2 : Méthodologie et outils de l’audit

3
1- Définitions de l’audit financier
L’audit financier désigne les missions qui prennent directement appui sur les états
financier de l’entreprise pour étudier les comptes annuels ou consolidés. Consiste à
vérifier si des mesures de contrôle interne existent et sont appliquées. Ces mesures de
contrôle représentent les dispositifs mis en place pour assurer une bonne maîtrise de la
gestion financière. Elles doivent être présentes tant dans les unités ou les services que
dans l'administration financière.

2- Les objectifs de l’audit financier


Une mission d’audit des états financiers a pour objectif de permettre à l’auditeur
d’exprimer une opinion selon laquelle les états financiers ont été établis, dans tous les
aspects significatifs, conformément à un référentiel comptable identifié. Pour exprimer
cette opinion, l’auditeur emploie la formule « donne une image fidèle »ou « présente
sincèrement sous tous les aspects significatifs », qui sont des expressions équivalentes.
L’audit d’informations financières ou autres, élaborées selon des principes reconnus,
poursuit le même objectif .C’est à cette définition et aux normes d’audit que l’auditeur se
réfère et met en œuvre sa méthodologie. Les différentes définitions mettent en évidence
les caractéristiques de l’audit financier mais de l’auditeur lui-même :
 L’audit concerne les états financier ;
 Les états financier sont apprécies par rapport à un référentiel déterminé ;
 L’auditeur exprime une opinion étayée correspondant à un jugement professionnel ;
 L’opinion est fondée sur une assurance raisonnable (et non une assurance
absolue) ;
 Enfin, l’opinion est exprimée par un professionnel compétent et indépendant.
Ainsi, l’opinion des auditeurs apporte une plus grande crédibilité aux états financiers
publiés.
Dans la mesure où les états financiers correspondent à la synthèse d’un très grand
nombre de transactions qui ont été initiées, autorisées et enregistrées à travers des
systèmes et procédures plus ou moins sophistiqués, il n’est pas possible pour l’auditeur
de vérifier l’intégralité des transactions. Il lui est donc nécessaire de mettre en place une
approche qui lui permette d’obtenir cette assurance raisonnable et de motiver son
opinion, tout en optimisant son efficacité.
Alors qu’à l’origine, l’audit était essentiellement concentré sur la vérification comptes en
fin de période, les auditeurs se sont donc orientés vers une approche par les risques.
Cette approche permet de gagner en efficacité car l’auditeur évalue les « zones » de
risques pour lesquelles les vérifications sont approfondies et les éléments qui ne
présentent pas de difficultés particulières pour lesquelles l’auditeur procède à des
vérifications allégées. La mission de l’auditeur s’étale donc sur l’ensemble de la période

3
Gérard Valin – Controlor & Auditor, Ed Dunod 2006.
L’audit interne

(un an en général) et permet à l’auditeur d’analyser et évaluer l’ensemble des méthodes


conduisant à l’élaboration des états financiers.

3- Analyse des risques

3.1 Le risque d’audit


Le risque d’audit (RA) est le risque que les états financiers présentent des erreurs que
les auditeurs n’ont pas détectées et qu’en conséquence, ils présentent une opinion
erronée sur les états financiers. L’auditeur essaie de minimiser ce risque. Pour cela,
traditionnellement, il examine trois catégories de risques :

Le risque inhérent (RI)


D’après l’ISA 200 Le risque inhérent est « la possibilité qu’une erreur se produise. »A ce
niveau, l’auditeur ne considère pas l’existence de procédures de contrôle interne
permettant de détecter l’erreur. Le risque inhérent prend en compte à la fois les éléments
ayant un effet sur l’ensemble de l’entreprise et ceux ayant un effet sur des comptes
spécifiques. Le risque inhérent est plus important dans certaines activités que dans
d’autres. Le fait qu’il y ait des entreprises liées des différences de change, des contrats
compliqués sont autant de risques. Les risques inhérents peuvent être plus importants
pour certains comptes, certaine transactions ou informations que pour d’autres. Ces
risques existent indépendamment de l’audit des états financiers. L’auditeur n’a donc
aucun pouvoir pour changer le niveau de risques inhérents : il doit organiser son travail
en tenant compte de ces risques. Ces risques sont détectés en générale dans la tout
première phase de préparation.

Le risque de contrôle (RC)


Le risque de contrôle est « le risque qu’une erreur puisse survenir sans avoir été
détectée et corrigée en temps voulu par une procédure de contrôle interne de
l’entreprise » .le risque de contrôle dépend de l’efficacité de la conception et de la mise
en œuvre du contrôle interne lié à l’information financière. Un contrôle interne efficace
réduit le risque de contrôle mais il n’est jamais nul car les procédures ne peuvent jamais
fournir la certitude que toutes les erreurs sont évitées ou détectées. L’auditeur ne peut
pas changer le niveau de se risque mais il peut avoir une influence sur le système de
contrôle interne en faisant des recommandations. Le risque de contrôle est analysé lors
de la phase préliminaire mais essentiellement au cours de la phase d’évaluation du
contrôle interne.

Le risque de non-détection(RND)
Il s’agit du « risque que les travaux mis en œuvre par l’auditeur ne détectent pas une
erreur dans un solde de compte ou une catégorie de transactions alors que cette erreur
isolée ou cumulée avec d’autres erreurs serait significative ».Dans ce cas, le risque est
totalement contrôlable par l’auditeur à travers les travaux d’audit mis en œuvre.
Toutefois, les auditeurs ne peuvent pas pratiquer des tests sur 100% des transactions. Il
leur faut donc minimiser le risque de non détection tout en conservant un cout
raisonnable.
L’audit interne

Le (RND) est lié à la notion de seuil de signification Le risque d’audit est donc la
résultante de la combinaison des trois catégories de risques ci-dessus, ce que l’on
appelle «  le modèle du risque d’audit »

RISQUE D’AUDIT

Risque inhérent Risque de contrôle Risque de détection

3.2 Seuil de signification


D’après la norme CNCC 2 – 203, une information est significative si son omission ou son
inexactitude est susceptible d’influencer les décisions économiques prises par les
utilisateurs en se fondant sur les comptes.
Le caractère significatif dépend de l’importance de l’élément ou de l’erreur évaluée dans
les circonstances Spécifiques de son omission ou de son inexactitude. Le caractère
significatif s’apprécie par rapport à un seuil plutôt qu’a un critère qualitatif que cette
information doit posséder pour être utile. L’IFAC précise que (L’auditeur tient compte du
caractère significatif d’une information financière tant au niveau des états financiers
Pris dans leur ensemble qu’au niveau des soldes des comptes, des catégories de
transactions et des informations données). Ce processus peut aboutir à plusieurs seuils.
Il faut par ailleurs distinguer un seuil pour les comptes individuels et un seuil pour les
comptes consolidés. Enfin, on peut distinguer un seuil pour ajustements qui ont un
impact sur le résultat mais en ont sur la présentation des états financiers.
Les fourchettes usuellement pratiquées sont les suivantes :
 pour les ajustements :
o 5 à 10 % du résultat avant impôts ;
o 0,5 à 1 % des ventes ;
o 1 à 2% de la marge brute ;
o 0,5 à 2 % du total du bilan ;
o 1 à 5 % des capitaux propres.
 pour les reclassements ;
 10 % du montant des postes affectés par les reclassements

3.3 Assertion d’audit


La norme 0-200 de la CNCC définit les assertions d’audit comme<<l’ensemble des
critères explicites ou non retenus par la direction dans la préparation des comptes >>.
Ces assertions sont au nombre de 7 ;
L’audit interne

 Trois concernent les enregistrements comptables :


o Exhaustivité ;
o Régularité ;
o Séparation des périodes (exercices comptables) 
 Deux concernant les états financiers :
o Existence ;
o Evaluation ;
 Deux concernent les états financiers :
o Présentation des états financiers ;
o Pertinence de l’information financière.

4- Les différentes phases


Bien que l’auditeur est une mission permanente ce qui signifie qu’il peut intervenir dans
l’entreprise à tout moment, il n’intervient souvent que de façon périodique. Un audit
financier se décompose généralement en trois phases distinctes par le contenu mais
aussi par les dates d’investigation. On distingue la phase de préparation de la mission, la
phase préliminaire ou intérim et enfin la phase finale ou phase de validation.

4.1 La phase de préparation


Dans la mesure où l’audit financier doit permettre de certifier les états financiers de
l’entreprise afin de présenter le rapport d’audit au conseil d’administration et à
l’assemblée générale, il est nécessaire de s’assurer que l’ensemble des travaux sera
achevé au moment du conseil d’administration. Aussi, il s’agit avant tout de planifier la
mission.
La planification de la mission va dépendre de nombreux éléments et va varier selon qu’il
s’agit d’un nouveau mandat ou d’une mission récurrente. Cette planification est très
importante pour la réussite de la mission mais également pour la gestion de la cellule
d’audite .C’est par la bonne gestion du planning qu’une structure d’audit optimise ses
propres résultats financiers. On distingue le calendrier de la mission, la constitution de
l’équipe d’audit et le programme de travail.

4.1.1 Le calendrier de la mission

Nouveau manda
Dans le cas d’un nouveau mandat, la structure d’audit peut difficilement s’appuyer sur
son expérience passée. Il faut alors discuter avec l’entreprise des dates clés telles que le
conseil d’administration, l’assemblée générale mais aussi le propre calendrier des
services comptables de l’entreprise pour l’établissement des états financiers. En effet, il
n’est généralement pas très efficace pour les auditeurs d’être présents dans l’entreprise
au moment ou les services comptables sont en train de travailler à l’élaboration des états
financiers. Afin de l’aider dans cette tache, l’auditeur peut, dans la mesure du possible,
prendre Contact avec son prédécesseur afin de mieux connaître les spécificités de la
mission. Dans la phase de préparation, le responsable de mission élabore un premier
calendrier qui est ensuite ajusté lors de l’intérim. Dans le cadre d’un nouveau mandat, il
L’audit interne

est nécessaire de faire en sorte que l’intérim ait lieu plusieurs mois avant la clôture des
comptes afin de permettre d’affiner au mieux la planification de la phase finale.

Mission récurrente
Dans ce cas, l’idéal est d’avoir recensé dans le dossier de l’année précédente
l’ensemble des problèmes de planification rencontrés lors des précédents audits. A partir
de cette connaissance, il est utile de discuter avec le responsable comptable de
l’entreprise à auditer afin d’examiner les Changements survenus depuis le dernier audit
et le calendrier de clôture prévu. Une fois élaboré en concertation avec les clients, le
calendrier prévisionnel doit lui être adressé par écrit, en précisant toutes les dates
butoirs annoncées par le client et un double doit être conservé dans le dossier.

4.1.2 La constitution de l’équipe d’audit


Les missions d’audit nécessitent généralement plusieurs collaborateurs ayant des
expériences différentes. Par ailleurs, la responsabilité de l’auditeur entraîne un besoin
de supervision important. C’est pour quoi les cabinets sont organises dans un cadre
hiérarchique qui, de l’extérieur, parait souvent rigide. Quelle que soit la taille de
l’entreprise auditée, il y a un chef de mission qui a la respectabilité de la mission sur le
terrain. Le nombre et l’expérience des collaborateurs vont dépendre des difficultés ou
des spécificités pressenties. Dans tous les cas, il est nécessaire, des ce stade, de
prévoir l’intervention spécifiques et en particulier si des spécialistes (tels que spécialiste
de la production, actuaire ou auditeurs informatiques…) doivent intervenir. Pour les
audits récurrents et dans la mesure du possible, il est préférable qu’une partie au moins
des collaborateurs ait déjà une connaissance du client. Il est également préférable
qu’une partie de l’équipe ait une connaissance secteur d’activité en particulier dans le
domaine des banques et des assurances.

4.1.3 Programme de travail


A ce stade, il s’agit essentiellement d’une ébauche de programme de travail ou une
première révision du programme des années antérieures. Le programme plus détaillé est
élaboré lors de la phase d’intérim. Le programme de travail s’appuie largement sur
l’évaluation des risques inhérents.
Indépendamment des obligations nouvelles (loi sur la sécurité financière, les auditeurs
ont depuis longtemps évalué le contrôle interne des entreprises auditées. En effet, cette
revue permet de mieux connaître les systèmes et procédures de constatation,
d’autorisation et d’autorisation et d’enregistrement des opérations de l’entreprise .Elle
facilite la prise de connaissance des risques et permet d’établir un programme de
travail spécifique prenant en compte l’organisation de l’entreprise . Par ailleurs, la
connaissance approfondie du fonctionnement de l’entreprise permet d’attirer l’attention
des dirigeants sur les faiblesses et les risques existants dans une période antérieure à la
clôture de l’exercice.

4.2 La phase préliminaire

4.2.1 Evaluation du contrôle interne


Pour évaluer le risque de contrôle l’auditeur dispose d’un grand nombre d’outils qui sont
décrits à la fin de ce chapitre. Sa démarche se décompose de la façon suivante :
L’audit interne

Evaluation théorique du contrôle interne.


Dans cette partie, l’auditeur identifie l’ensemble des procédures aboutissant à la
constatation, l’autorisation et l’enregistrement des opérations de l’entreprise. Il détecté
alors les forces et les faiblesses apparentes des systèmes et procédures. Les faiblesses
de contrôle interne sont le point qui crée un risque possible.
Les faiblesses vont avoir pour conséquence d’accroître le travail de vérification dans la
phase finale. Les forces sont les éléments pour lesquels une procédure existe pour
couvrir un risque potentiel.

Tests sur les forces.


Après avoir identifié les forces apparentes, l’auditeur valide ces forces en testant
l’existence des points forts. En effet, il arrive qu’un système ou une procédure prévoit de
couvrir un risque potentiel mais qu’en fait cette procédure ne soit pas appliquée
correctement ou régulièrement. Ainsi, le risque potentiel existe et la force n’est
qu’apparente.

Cas particulier des fraudes.


Dans le cadre de cette évaluation, l’auditeur peut être amené à constater des fraudes,
même si ce n’est pas ce qu’il recherche a priori. La difficulté existe lorsque les fraudes
ne sont pas significatives ; dans ce cas l’auditeur attire l’attention des dirigeants sur les
fraudes découvertes quel qu’en soit le montant. Ce qui est important, dans ce cas, est
de mettre en évidence la faiblesse de procédure qui rend cette fraude possible.

4.2.2 Préparation de la phase finale


Après avoir évalué le contrôle interne, l’auditeur peut finaliser le programme de travail
pour la phase finale. Il tient alors compte des conclusions auxquelles il est parvenu sur
les risques inhérents et les risques de contrôle. L’auditeur ne peut s’appuyer sur les
forces de procédures des systèmes que s’il les a suffisamment testées pour avoir une
assurance raisonnable sur la couverture d’un risque.
Dans certains cas, comme les rapprochements bancaires par exemple, les tests de
contrôle réalisés pendant l’intérim ne dispensent pas de faire les contrôles de validation
lors de la phase finale.

4.3 La phase finale


Celle–ci intervient généralement après la clôture des comptes par les services
comptables de l’entreprise.
Son objet est de collecter les éléments probants pour pouvoir donner son opinion sur les
états financiers.
Pour ce faire l’auditeur peut faire appel à l’ensemble des outils disponibles, tels qu’ils
sont décrits dans le premier chapitre de cet ouvrage.
Bien que les éléments probants soient collectés lors des différentes phases d’un audit,
c’est dans la phase finale qu’ils sont, en principe, les plus significatifs, selon les normes
CNCC .Les éléments probants désignent « les informations obtenues par l’auditeur pour
aboutir à des conclusions sur les quelles il fonde son opinion. Ces informations sont
constituées des documents justificatifs et des pièces comptables ayant servi à
L’audit interne

l’établissement des comptes et qui viennent corroborer des informations provenant


d’autres sources. » (Normes CNCC 2-401 paragraphe 4)
L’auditeur exerce son jugement professionnel pour déterminer si les éléments probants
collectés sont suffisants et appropriés.

5- La matérialisation des travaux d’audit


La norme CNCC 2 – 104 précise que le dossier doit comporter les éléments
indispensables à la compréhension du dossier et les éléments probants collectés
justifiant les positions prises.
La norme ISA 230 mais aussi CNCC 2 – 104 couvrent précisément la documentation des
travaux.
Les dossiers doivent être conservés dix ans.
Les dossiers ne sont pas obligatoirement sur (support papier) et peuvent donc
normalement être des fichiers informatiques. Dans ce cas il est toutefois nécessaire que
le dossier :
 Soit accessible ;
 Respecte les mêmes obligations que celles définies dans la norme 2 – 104
 Présente le même niveau de confidentialité et de conservation.
Toutefois, on distingue généralement au moins deux dossiers.

5.1 Le dossier permanent


Il regroupe l’ensemble des informations dont la (durée de vie) est supérieure à l’année en
cours. Il s’agit de l’ensemble des informations de base de l’entreprise telles que : activité,
organigrammes, cadres juridique, fiscal, social, mais aussi les rapports des exercices
antérieurs et surtout les procédures, système et méthodes comptables en vigueur pour
chaque cycle important.
La difficulté de tenue du dossier permanent réside dans le fait de le maintenir à jour et
donc d’éliminer les documents devenus obsolètes tout en les conservant en archives. Il
doit faire l’objet d’une mise à jour systématique pendant la phase préliminaire mais
aussi pendant la phase finale dans la mesure où des changements sont intervenus entre
la phase préliminaire et la finale

5.2 Le dossier courant ou annuel (semestriel / trimestriel)


Il regroupe l’ensemble des documents liés à l’exercice comptable courant.
Il s’agit des papiers de travail de l’exercice et des éléments probants recueillis afin de
justifier l’opinion donnée par l’auditeur. Il est généralement subdivisée en sections,
chaque sections couvrant un poste ou groupe de postes des états financiers.
Les différentes sections sont généralement précédées d’une Chapitre générale qui
comprend le planning et les synthèses des travaux.
Chaque Chapitre comporte un sommaire ou une feuille récapitulative (lead sheet) qui
renvoie aux différentes feuilles de travail détaillées. L’ensemble est indexé et comporte
des renvois réciproques (cross référence).
L’audit interne

Les feuilles récapitulatives découlent des états financiers et présentent :


 Les chiffres comparatifs de la période précédente ;
 Les références au programme d’audit ;
 Le travail effectué ;
 Les faiblesses ou exceptions relevées ;
 Les ajustements proposés à l’entreprise ;
 Les conclusions.
Les feuilles détaillées découlent des feuilles récapitulatives et indiquent.
 Les sources de l’information ;
 La base de sélection (échantillonnage);
 Le travail effectué ;
 L’explication des symboles (s’il ya lieu) ;
 Les conclusions.
D’une façon générale, les documents doivent être suffisamment explicites pour être
compris par n’importe quelle personne amenée à revoir le dossier d’audit.
Devant chaque nombre figure la page donnant le détail d’où vient le chiffre. Derrière
chaque nombre figure la page ou il va (synthèse, balance générale ou états
financiers).Par exemple, devant une ligne de la feuille récapitulative figure la référence
de la feuille de travaille dans laquelle le travail détaillé a été effectué, derrière la même
ligne figure la référence à la balance générale ou au bilan.
Bien sur, d’autres systèmes d’indexation sont possibles et varient selon le cabinet. Il est
toutefois important que ces (détails) soient standardisés dans chaque cabinet pour
gagner en efficacité.

6- La boite à outils de l’auditeur


Pour accomplir ses travaux, l’auditeur utilise différents outils à sa disposition. La bonne
utilisation de ses outils lui permet d’atteindre ses objectifs avec une plus grande rapidité
et une plus grande efficacité.
On distingue :
 Les outils de collecte de l’information ;
 Les outils descriptifs ;
 Les outils de diagnostic ;
 Les techniques de validation.

6.1 Les outils de collecte de l’information


Les outils de collecte de l’information les plus utilisés, tout au long de la mission
(pendant les trois phases et surtout la phase préliminaire et le final) sont les suivants ;
 l’entretien d’audit ;
 l’observation physique ;
 les questionnaires.
L’audit interne

L’entretien d’audit
Il se décompose lui – même en trois phases
 la préparation ;
 l’entretien à proprement parler ;
 la suite de l’entretien.
Cet outil est souvent celui qui est le plus difficile à conduire et celui pour lequel un
débutant n’est servent pas préparé. C’est pour quoi la préparation est importante.

La préparation
Elle se décompose en trois parties ;
- Prendre rendez – vous
Ceci permet de s’assurer de la disponibilité de l’interlocuteur. Il est préférable de prévoir
une heure de début et d’estimer la durée de l’entretien.
« Connaître » son interlocuteur
Dans la mesure du possible, l’auditeur essaiera de savoir à qu’il a à faire. S’il existe un
(trombinoscope)
Du personnel de l’entreprise, l’auditeur le consultera et d’une façon générale essaiera
de collecter les informations pertinentes sur cette personne dans le contexte
professionnel.
- Préparer son sujet et ses outils
Pour cela, l’auditeur doit avoir lu et compris l’ensemble des éléments inclus dans le
dossier permanent se rapportant au sujet dont il doit discuter avec son interlocuteur. Il
est indispensable pour chaque entretien d’avoir fixé au préalable les objectifs que l’on
souhaite atteindre. Souvent l’auditeur veut couvrir, lors d’un seul entretien, un champ
beaucoup trop important pour la durée prévue. Sans préparer un questionnaire détaillé,
l’auditeur doit prévoir un guide d’entretien.

Conduite de l’entretien
La première chose à faire est de se présenter si nécessaire, de préciser le but de
l’entretien et de durée prévue. Cela permet à l’interlocuteur d’être disponible la durée
nécessaire ou de faire part a l’auditeur du temps disponible. Pendant l’entretien l’auditeur
se concentre sur le processus, le contenu. Il est important d’écouter attentivement les
réponses de son interlocuteur et de demander à celui–ci d’illustrer ses dires par des
exemples. Il faut aussi s’assurer de comprendre ce que dit l’interlocuteur sans penser
que l’on essaiera de comprendre plus tard. Il n’est pas rare que l’interlocuteur sollicite
l’avis de l’auditeur l’or d’un entretien. La difficulté pour l’auditeur est de rester neutre.
Dans certains cas, en particuliers l’interlocuteur perçoit que l’auditeur est débutant, il
essaie de le noyer dans un flot d’informations que l’auditeur a du mal à absorber. Il ne
faut pas hésiter à revenir à son objectif et à recentrer la discussion lorsque cela est
nécessaire. L’auditeur ne doit pas oublier que c’est lui mène l’entretien et non l’inverse.
La prise de notre lors de l’entretien est primordial ; elle a deux avantages :
 (ralentir) si nécessaire le flux d’information ;
L’audit interne

 Conserver trace du déroulement de l’entretien et des points essentiels.


Il ne faut pas hésiter à prendre des notes en ébauchant un diagramme.
Afin de s’assurer de sa bonne compréhension, l’auditeur peut (doit) de temps en temps,
résumer ou reformuler les informations recueillies, en particulier lorsqu’il s’agit d’un
processus un peu complexe. Il faut aussi des documents vierges ou complétés pour
mieux visualiser ce dont on parle.
Pendant l’entretien, l’auditeur peut varier la forme des questions ;
 questions ouvertes ou fermées ;
 questions alternatives ;
 questions suggestives ;
 question factuelles que Q Q O C (qui ? quoi ? ou ? comment ?).
A la fin de l’entretien, ne pas oublier de remercier son interlocuteur pour le temps qu’il a
consacré et (laisser la porte ouverte) en lui indiquant que l’équipe d’audit pourrait avoir
des questions complémentaires par la suite.

Après l’entretien
L’auditeur doit immédiatement après l’entretien formaliser ses notes et exploiter ce qui
peut l’être.
Trop souvent, l’organisation de l’auditeur et les rendez–vous successifs ne lui permettent
pas de consacrer le temps nécessaire à la formation tout de suite après l’entretien. Cela
à pour conséquence de faire perdre une grande partie de l’intérêt de l’entretien.

L’observation directe et l’observation physique


L’entretien n’est pas suffisant pour bien comprendre les procédures étudiées. Il faut voir
les documents et les liens entre les documents.
Il peut être intéressant, à la d’un entretien dans lequel une procédure a été décrite,
d’essayer de résumer sa compréhension en demandant à l’interlocuteur de prendre un
exemple et d’en suivre le cheminement.
Cela a deux avantages :
 S’apercevoir si, dans les explications une partie de la procédure a été omise ;
 S’assurer de la bonne compréhension de l’ensemble.
Par ailleurs, l’observation directe est une source d’information très productive. L’auditeur
qui observe attentivement soulève souvent des problèmes qui ne sont pas connus, ou
qui ne peuvent être déduits de l’analyse de l’information écrite. L’ouverture d’esprit, la
communication, le respect des subordonnés, la façon dont la supervision est accomplie,
etc., sont autant d’indicateurs sur le climat de l’unité vérifiée. L’observation est aussi
une source riche d’exemples spécifiques qui sont utiles à l’illustration des conclusions
générales.
Toutefois l’observation physique présente des limites :
 Elle n’est pas toujours possible : par exemple lorsque l’activité de l’entreprise est la
construction de (pipeline) au fond de l’océan ou bien le transport maritime ;
 à partir d’une observation physique ou directe il n’est pas possible de généraliser.
L’audit interne

6.2 Le questionnaire
Dans certains cas l’auditeur utilise des questionnaires. Il existe d’ailleurs souvent des
questionnaires standardisés. On distingue différents types de questionnaires :
 questionnaire ouvert ou fermé ;
 check–lists ;
 questionnaire de contrôle interne.
Quel que soit le type de questionnaire utilisé, l’auditeur doit adapter l’outil à l’entreprise,
au secteur et garder le recul nécessaire.
Le questionnaire doit guider l’entretien et surtout ne pas emprisonner l’auditeur et son
interlocuteur.
Il ne doit pas être rempli par l’interlocuteur et se substituer à l’entretien.

6.3 Les outils descriptifs


On distingue quatre catégories qui généralement se complètent.

Les organigrammes
La collecte des organigrammes de l’entreprise par l’auditeur est importante afin de
pouvoir comprendre les responsabilités respectives du personnel. L’auditeur est très
souvent amené à jour les organigrammes et / ou à rajouter ses propres commentaires
sur les responsabilités réelles.
En effet, très souvent, pour des raisons liées à la gestion des ressources humaines de
l’entreprise, il peut exister des différences non négligeables entre l’organigramme
(officiel) et les responsabilités réelles .L’auditeur peut ainsi comprendre quels sont ses
interlocuteurs pour traiter d’une procédure .Cela lui évite de perdre du temps lors de sa
prise de connaissance des systèmes.

Le narratif
L’avantage du narratif est qu’il est à la portée de tout (les auteurs et les
lecteurs) .toutefois, il est généralement difficile à exploiter du fait de lourdeur et du
manque de rigueur .décrire une procédure à l’aide d’un narratif ne permet pas de décrire
rigoureusement le processus.
Une autre difficulté du narratif est « jusqu’ou faut-il aller dans le détail ? »
Il est donc souvent plus judicieux d’utiliser des diagrammes aux quel on ajoute des
narratifs.

Les diagrammes
Le diagramme est un descriptif normalisé d’un circuit d’information. Il s’agit d’un outil de
Visualisation, de synthèse et de concision

Les grilles de séparation des taches


Ce document complète totalement les autres outils descriptifs. En effet il permet de
visualises les différentes taches et fonctions réalisé pour chaque procédure
Cette grille peut se présenter comme suit :
L’audit interne

 première colonne découpage unitaire des opérations ;


 deuxième colonne nature de la tache ;
o opérationnelle O ;
oEnregistrement E ;
oAutorisation A ;
oFinancière F ;
oContrôle C ;

6.4 0utils de prise de connaissance et de diagnostic


Les outils de prise de connaissance sont surtout utilisés dans la phase de préparation et
permettent de :
 situer l’activité, son contexte, son évolution ;
 évaluer les enjeux et les risques :
o apprécier les seuils de signification ;
oétablir des comparaisons dans le temps et l’espace ;
orepérer les tendances les variations anomales ou atypiques.
oLes techniques
odécomposition de l’information ;
orecherche d’indices ;
 utilisation des ratios d’analyse financière ;
 examen analytique ;
 contrôles de vraisemblance.
Les outils de diagnostic, sont surtout utilisés dans la phase préliminaire et permettent
d’évaluer le contrôle interne et les (risques de contrôle). Il s’agit très souvent de
questionnaires de contrôles internes structurés par Chapitre des états financiers ou par
cycle d’activité de l’entreprise. Ils prennent en compte les objectifs du contrôle interne, à
savoir :
 protection du patrimoine de l’entreprise
 Qualité de l’information et en particulier de l’information financière ;
 amélioration des performances ;
 application des instructions du groupage ou de la direction.
Pour chaque objectif, il s’agit de répondre à des questions pré établies qui explicitent
Les principaux contrôles que devrait comporter la procédure pour permettre de réaliser
les objectifs spécifiques.
Ces questions préétablies doivent pouvoir servir de guide à l’auditeur, mais ne sont
jamais exhaustives. Il permet à l’auditeur de :
 s’assurer de la qualité de l’évaluation du système car il sert de guide mais aussi de
documents de synthèse ;
 améliorer l’efficacité de la vérification, en aidant à identifier les points de contrôles
essentiels ;
L’audit interne

 permettre facilement la revue de l’évaluation des procédures par le responsable de


mission ;
 améliorer les services rendus par l’auditeur aux dirigeants de l’entreprise, en
mettant en évidence les faiblesses de contrôle interne.

6.5 Les techniques de validation


Il en existe de multiples qui permettent (en phase finale mais aussi pour tester les forces
apparentes de contrôle interne) d’obtenir une assurance raisonnable de la validité des
informations fournies.
Contrôles arithmétiques et évaluation
Ces contrôles consistent à vérifier non seulement les additions, multiplications, mais
aussi les reports .Bien que les reports systèmes de l’entreprise soient souvent
automatisés, des erreurs ne sont pas totalement exclues. Au contraire, dans la mesure
ou le personnel de l’entreprise s’appuie sur les systèmes , certains éléments qui ,
antérieurement, étaient contrôles être-contrôlés avant l’audit , ne le sont plus .
Il s’agit également, sans toutefois tout recalculer dans le détail, de faire des estimations
sur les calculs de coûts de revient, les amortissements, la nécessaire de pratiquer des
rapprochements ou même des reconstitutions.

Contrôle des documents


L’auditeur doit essayer de rechercher les preuves afin de valider les soldes des comptes.
Dans cette recherche, il doit donner la préférence aux documents en provenance des
tiers .En effet, la force probante des informations est croissante suivant le schéma ci–
dessous :
 informations verbales ;
 examen de documents internes ;
 examen de documents émanant d’un tiers ;
 confirmation directe d’un tiers ;
 observation physique.
Le contrôle des documents inclut également le contrôle de Séquence, la transcription, la
concordance. Enfin s’assurer que la piste d’audit (audit trail) est respecté.

Confirmation des tiers


Comme nous l’avons vu dans le paragraphe précédent, une des techniques qui a la plus
grande force est la confirmation directe des tiers.
Les principaux concernés sont
 Les clients ;
 Les fournisseurs ;
 Les banques ;
 Les avocats ;
Les demandes de confirmation sont :
 une position à une date donne (le solde du compte à une date donnée) ;
L’audit interne

 les opérations d’une période


 les litiges en cours
 les signatures autorisées
Ces demandes peuvent être fermées ou ouvertes. Par exemple, il est possible de
demander a un client le montant dû à l’entreprise a une date donnée en précisant les
montants figurants dans la balance clients de l’entreprise auditée. Inversement, lors
d’une demande (ouverte), le montant n’est pas précis.
D’une façon générale, les demandes de confirmation demandées aux clients sont
fermées, celles aux fournisseurs et aux banques sont ouvertes. En effet, le risque
d’existant sur les comptes clients est généralement un risque de surévaluation. Or, un
client réagira immédiatement s’il s’aperçoit que l’entreprise auditée s’attend à recevoir
un montant supérieur. C’est le cas inverse pour les fournisseurs.
Ainsi, l’auditeur dispose de nombreux outils qu’il doit adapter au contexte précis dans
lequel il opère. Dans la suite du chapitre, on va monter l’approche d’audit et l’utilisation
de ses outils pour obtenir une assurance raisonnable sur le cycle des achats.
Questionnaire de Contrôle Interne.

1- Achats - Fournisseurs.

Objectifs de contrôle

A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.


B- S'assurer que les achats (retours) sont saisis et enregistrés (exhaustivité).
C- S'assurer que toutes les factures (avoirs) enregistrées correspondent à des achats
réels de l'entreprise.
D- S'assurer que tous les achats enregistrés sont correctement évalués.
E- S'assurer que tous les achats, ainsi que les produits et charges connexes sont
enregistrés dans la bonne période.
F- S'assurer que tous les achats, ainsi que les charges et produits connexes sont
correctement imputés, totalisés et centralisés.

2- Paie - Personnel.

Objectifs de contrôle

A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.


B- S'assurer que toutes les charges et recettes relatives au personnel sont enregistrées
(exhaustivité).
C- S'assurer que les charges et produits relatifs au personnel sont réels.
D- S'assurer que les charges et produits relatifs au personnel sont correctement évalués.
E- S'assurer que les charges et produits au personnel sont correctement
imputés,.totalisés et centralisés.

3- Immobilisations.

Objectifs de contrôle
L’audit interne

A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.


B- S'assurer que toutes les immobilisations ainsi que les charges et revenus connexes,
sont enregistrés (exhaustivité).
C- S'assurer que les immobilisations, ainsi que les charges et revenues correspondants,
sont réels et appartiennent à l'entreprise.
D- S'assurer que les immobilisations, ainsi que les charges et produits correspondants,
sont correctement évalués.

4- Stocks.

Objectifs de contrôle

A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.


B- S'assurer que tous les mouvements de stocks sont saisis et enregistrés (exhaustivité).
C- S'assurer que les stocks enregistrés existent et appartiennent à l'entreprise (réalité).
D- S'assurer que les stocks sont correctement évalués.

5- Ventes - Clients.

Objectifs de contrôle

A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.


B- S'assurer que toutes les ventes (retours) sont saisies et enregistrées
(exhaustivité).
C- S'assurer que toutes les ventes (retours) enregistrées sont réelles
(exhaustivité).
D- S'assurer que les ventes (avoirs) sont correctement évaluées.
E- S'assurer que toutes les ventes (avoirs) sont enregistrées sur la bonne
période.
F- S'assurer que toutes les ventes (avoirs) enregistrées sont correctement
imputées, totalisées et centralisées.

6- Trésorerie - Dépenses.

A. S'assurer que tous les paiements effectués sont saisis et comptabilisés


(exhaustivité).
B. S'assurer que les règlements comptabilisés correspondent à des dépenses réelles
de l'entreprise.
C. S'assurer que tous les paiements réalisés sont enregistrés sur la bonne période.
D. S'assurer que les dépenses réalisées sont correctement évaluées.
E. S'assurer que toutes les dépenses réalisées sont correctement imputées, totalisées
et centralisées.

7- Trésorerie - Recettes.

A. S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.


L’audit interne

B. S'assurer que toutes les recettes de l'entreprise sont enregistrées et encaissées


(exhaustivité).
C. S'assurer que toutes les recettes enregistrées correspondent à des recettes réelles
de l'entreprise.
D. S'assurer que toutes les recettes sont enregistrées dans la bonne période.
E. S'assurer que les recettes enregistrées sont correctement évaluées.
F. S'assurer que toutes les recettes sont correctement imputées, totalisées et
centralisées.

1- Achats - Fournisseurs.

1-A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.

GRILLE DE SEPARATION DE FONCTIONS ACHATS-FOURNISSEURS


Personnel concerné

Fonctions

1. Demandeurs d'achats
2. Etablissement des commandes
3. Autorisation des commandes
4. Réception
5. Comparaison commande-facture
6. Comparaison bon de réception-facture
7. Imputation comptable
8. Vérification de l'imputation comptable
9. Bon à payer
10. Tenue du journal des achats
11. Tenue des comptes fournisseurs
12. Rapprochement des relevés
L’audit interne

fournisseurs avec les comptes


13. Rapprochement de la balance
fournisseurs avec le compte collectif
14. Centralisation des achats
15. Signature des chèques
16. Envoi des chèques
17. Acceptation des traites
18. Tenue du journal des effets à payer
19. Tenue du journal de trésorerie
20. Annulation des pièces justificatives
21. Accès à la comptabilité générale
22. Suivi des avoirs

1-B- S'assurer que tous les achats (retours) sont saisis et enregistrés (exhaustivité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme de
Diag.
N/A s vérification des
procédures
1- Toutes les marchandises
reçues sont-elles enregistrées :
a) Sur des documents standard ?
b) Prénumérotés ?
2- Tous les services reçues sont-
ils enregistrés :
a) Sur des documents standard ?
b) Prénumérotés ?
3- Toutes les marchandises
retournées et les réclamations
effectuées sont enregistrées sur
des documents :
a) Standard ?
b) Prénumérotés ?
4- Le service comptable vérifie-t-il
la séquence numérique des :
a) Bons de réception ?
b) Bons de retour ou de
L’audit interne

réclamation pour s'assurer qu'il les


reçoit tous ?
5- Le service comptable tient-t-il
un registre des réceptions et des
retours ou réclamations pour
lesquels les factures et avoirs
n'ont pas été reçus ?
6- Ce registre :
a) Fait-t-il l'objet d'une revue
régulière pour identifier la cause
des retards ?
b) Sert-il à évaluer les provisions
pour factures et avoirs à
recevoir ?
7- Le journal des achats est-t-il
rapproché de la liste des
réceptions retours ou réclamations
pour s'assurer que toutes les
factures et tous les avoirs sont
comptabilisés ?
8- Les produits afférents aux
achats (ristournes) sont-ils
identifiés au fur et à mesure des
réceptions pour permettre de
vérifier que :
a) Les avoirs sont reçues ?
b) Les avoirs sont comptabilisés ?

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaires programme de
Diag.
N/A vérification des
procédures
9- Les charges afférents aux
achats (frais de transport) sont-
elles identifiées au fur et à
mesure des réceptions pour
permettre de vérifier que :
a) Les factures sont reçues ?
b) Les factures sont
comptabilisées ?
10- Lorsque les factures et avoirs
sont envoyés dans les services
pour contrôle, le service
L’audit interne

comptable garde-t-il la trace de


ces envois :
a) Pour suivre les retours ?
b) Identifier les factures non
enregistrées?
11- Les comptes fournisseurs
sont-ils régulièrement rapprochés
:
a) Du compte général ?
b) Des relevés fournisseurs ?
12- Lorsque le système prévoit le
rejet d'opérations non conformes,
ces rejets sont-ils :
a) Listés ?
b) Suivis pour vérifier qu'ils sont
tous recyclés ?

1-C- S'assurer que toutes les factures (avoirs) enregistrées correspondent à des achats
réels de l'entreprise.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les factures et avoirs reçus ne
peuvent-ils être enregistrés que s'ils
sont rapprochés d'un bon de
réception, retour ou réclamation ? (ou
autre justificatif pour les services).
2- Les bons de réception, retour ou
réclamation sont-ils accrochés aux
L’audit interne

factures et avoirs pour éviter leur


utilisation multiple ?
3- Les factures et avoirs enregistrés
sont-ils annulés pour éviter leur
enregistrement multiple ?
4- Les doubles de factures et avoirs
sont-ils identifiés dés réception pour
éviter leur comptabilisation ?
5- La comptabilisation de duplicata
est-elle interdite ou soumise à
autorisation particulière ?
6- Les factures et avoirs sont-ils
rappro-chés des bons de livraison, de
retour ou réclamation et des bons de
commande pour éviter les erreurs de
facturation ?
7- La liste des fournisseurs autorisés
est-elle régulièrement mise à jour et
contrôlée ?
8- L'ouverture d'un nouveau compte
fournisseur est-elle soumise à
autorisation?
9- Existe-t-il une liste des personnes
habilitées à engager la société
(éventuellement avec des plafonds) ?
10- Les opérations diverses relatives
aux opérations d'achat sont-elles
soumises à autorisation avant
enregistrement ?

1-D- S'assurer que tous les achats enregistrés sont correctement évalués.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les factures et avoirs reçus sont-
ils vérifiés quant aux :
L’audit interne

a) Quantités ?
b) Prix unitaires ?
c) Calculs ?
d) TVA ?
e) Autres déductions ou charges ?
2- L'évaluation des provisions pour
factures et avoirs à recevoir est-elle :
a) Vérifiée par une personne
indépendante de celle qui l'établit ?
b) Rapprochée des factures et avoirs
réels ultérieurement ?
3- Lorsque des achats sont effectués
en devises étrangères :
a) Les personnes chargées de la
comptabilisation sont-elles
régulièrement informées des taux à
utiliser ?
b) Les montants concernés sont-ils
facilement identifiables pour
permettre l'actualisation des taux en
fin de période ?
4- Les bons de commandes non
honorés sont-ils :
a) Chiffrés ?
b) Totalisés ?
Pour évaluer les engagements de
la société.

1-E- S'assurer que tous les achats, ainsi que tous les produits et charges connexes sont
enregistrés dans la bonne période.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
L’audit interne

vérification
des
procédures
1- En fin de période, la comptabilité
utilise-t-elle :
a) La liste des bons de livraison non
facturés ?
b) La liste des bons de retour et de
réclamation sans avoir ?
c) La liste des factures connexes
(frais de transport) ?
d) La liste des produits afférents aux
achats (voir B8) ?
Pour évaluer les provisions pour
factures et avoirs à recevoir.
2- La comptabilité est-elle informée
des derniers numéros de séquence
des documents ci-dessus pour
pouvoir vérifier la cohérence des
dates d'arrêtés ?
3- L'apurement des provisions ainsi
constatées d'une période sur l'autre
est-elle vérifiée par une personne
indépendante ?
4- Pour les charges récurrentes
(loyers, assurances…) s'assure-t-on
que le montant passé en charge
correspondant à la période ?
5- Pour les charges spécifiques
(publicité, honoraires…) la
comptabilité a-t-elle les moyens :
a) D'obtenir les informations
nécessaires à l'évaluation des
provisions ?
b) Au contrôle du bien-fondé des
montants concernés ?

1-F- S'assurer que tous les achats, ainsi que les charges et produits connexes sont
correctement imputés, totalisés et centralisés.
L’audit interne

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les personnes chargées d'imputer
les factures disposent-elles :
a) D'une liste des codes
fournisseurs ?
b) D'un plan comptable ?
c) De règles d'imputation précises
(notamment pour ce qui concerne la
distinction entre charges et immobili-
sations et la récupération de la
TVA) ?
2- Ces documents sont-ils
régulièrement mis à jour ?
3- Vérifie-t-on que ces mise à jour
sont diffusées et utilisées par les
personnes chargées des
imputations ?
4- Les imputations données sur les
factures et avoirs sont-elles vérifiées
de façon indépendante ?
Y compris les imputations en
comptabilité analytique et celles
servant aux analyses nécessaires à
la préparation de l'annexe et au calcul
de charges et produits connexes.
5- Les relevés reçus des fournisseurs
sont-ils régulièrement rapprochés des
comptes individuels ?
Si oui, les écarts identifiés sont-ils :
a) Analysés ?
b) Corrigés ?
6- Les comptes fournisseurs sont-ils
régu-lièrement lettrés et analysés
pour iden-tifier les erreurs
d'imputation éventuelles?
7- Les erreurs décelées sont-elles :
a) Soumises à un contrôle
indépendant ?
b) Corrigées ?
8- La totalisation des journaux
d'achats est-elle régulièrement
vérifiée ?
9- La balance fournisseur est-elle
L’audit interne

régulièrement rapprochée du grand


livre ?
Si des écarts sont constatés, sont-il
immédiatement analysés et
corrigés ?

2- Paie - Personnel.

2-A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.

GRILLE DE SEPARATION DE FONCTIONS PAIE-PERSONNEL


Personnel concerné

Fonctions

1. Approbation des entrées ou sorties de


personnel
2. Détermination des niveaux de
rémunérations
3. Autorisation des primes
4. Approbation des heures travaillées
5. Préparation de la paie
6. Vérification des calculs
7. Approbation finale de la paie après sa
préparation
8. Préparation des enveloppes de paie
9. Distribution des enveloppes
10. Signature des chèques de salaire
11. Rapprochement de banque du compte
bancaire réservé au salaires
12. Centralisation de la paie
13. Détention des dossiers individuels du
personnel
14. Comparaison périodique du journal de
paie avec les dossiers individuels
15. Autorisation d'acomptes ou avances
L’audit interne

2-B- S'assurer que toutes les charges et recettes relatives au personnel sont
enregistrées (exhaustivité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les salaires sont-ils réglés sur un
compte bancaire distinct ?
Si oui, l'apurement de ce compte
est-il régulièrement vérifié par une
personne indépendante de la paie ?
2- Existe-t-il une liste :
a) Des différentes retenues à
effectuer sur les salaires (régimes
sociaux) ?
b) Des primes et avantages divers
accordés au personnel ?
Si oui, ces listes précisent-elles la
périodicité des règlements ?
Sont-elles utilisées pour
provisionner les charges
correspondantes ?
3- Les différentes charges sont-elles
rapprochées des bases régulièrement
?
4- Le total du journal des salaires est-
il rapproché avec celui du mois
précédent ou l'écart expliqué ?
5- Lorsque l'entreprise se substitue
aux régimes sociaux pour le
paiement des prestations, celles-ci
sont-elles identifiées afin de
permettre le suivi de leur récupération
?
L’audit interne

6- S'assure-t-on que toutes les


modifications aux données
permanentes de la paie sont saisies ?
7- Les informations nécessaires pour
le calcul des congés payés restant :
a) Sur la période antérieure ?
b) Sur la période en cours ?
Sont-elles tenues par le service
paie ?
8- Le service paie a-t-il les moyens
de vérifier :
a) Qu'il est informé de toutes les
absences?
b) Qu'elles sont toutes répercutées
sur les salaires ?

2-C- S'assurer que les charges et produits relatifs au personnel sont réels.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Existe-t-il un fichier du personnel
contenant pour chaque employé :
a) Photo ?
b) Spécimen de signature ?
c) Situation de famille ?
d) Date d'engagement ?
e) Détail des rémunérations et
retenues à effectuer ?
f) Contrat de travail ?
g) Pensions et indemnités dues ?
2- Les opérations suivantes sont-elles
soumises à l'autorisation d'un
responsable:
a) Embauche ?
b) Renvoi ?
c) Modification des salaires ?
d) Octroi de prêt ?
3- Les données permanentes de la
paie sont-elles régulièrement
rapprochées du fichier individuel ?
4- L'accès au fichier du personnel
L’audit interne

est-il protégé ?
5- Les modifications au fichier servant
à la préparation de la paie sont-elles :
a) Identifiées ?
b) Approuvées par un responsable ?
6- Les données variables, telles que
les heures supplémentaires, les
commissions …etc. sont-elles
approuvées par un responsable avant
paiement ?
7- Le total des heures payées est-il
rapproché avec le total des heures
travaillées ?
8- Les comptes d'avances, prêts…
sont-ils régulièrement :
a) Confirmés avec les bénéficiaires ?
b) Rapprochés de la liste du
personnel ?
9- Lorsque des salaires sont payés
en espèces :
a) Vérifie-t-on l'identité du bénéficiaire
?
b) Les salaires non réclamés font-ils
l'objet d'un contrôle particulier ?
10- Lorsque les salaires sont payés
par virement, exige-t-on un relevé
d'identité bancaire pour toutes
modification des coordonnées
bancaires ?
11- Si des salaires sont payés à des
tiers autres que l'employé, exige-t-on
une procuration écrite ?

2-D- S'assurer que les charges et produits relatifs au personnel sont correctement
évalués.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les fiches de paie font-elles l'objet
d'un contrôle indépendant, au moins
par sondage, permettant de vérifier
que les bases et taux utilisés sont
corrects de même que les calculs ?
2- Les charges connexes aux salaires
sont-elles périodiquement
L’audit interne

rapprochées des bases ?


3- Le chiffre d'affaires servant de
base aux commissions est-il
rapproché du chiffre d'affaires
comptable ?
4- Les provisions pour charges à
payer sur salaires sont-elles
rapprochées des charges réelles ?

2-E- S'assurer que les charges et produits relatifs au personnel sont correctement
imputés,.totalisés et centralisés.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- L'imputation des écritures de
charges et produits relatifs à la paie
fait-elle l'objet d'un contrôle
indépendant ?
2- Ce contrôle porte-t-il sur les
imputation en :
a) Comptabilité générale ?
b) Comptabilité analytique ?
3- La totalisation du journal de paie
est-elle périodiquement contrôlée ?
4- Les livres suivants sont-ils tenues
à jour :
a) Livre de paie coté et paraphé ?
b) Livre d'entrées et sorties de
personnel?
c) Livre de la main-d'œuvre étrangère
?

3- Immobilisations.

3-A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.

GRILLE DE SEPARATION DE FONCTIONS IMMOBILISATIONS


Personnel concerné

Fonctions
L’audit interne

1. Approbation des budgets


2. Approbation des dépassements par rapport
aux budgets
3. Emission des commandes d'achats
4. Approbation finale des factures
5. Tenue des fiches individuelles
d'immobilisations
6. Rapprochement des fiches avec la
comptabilité
7. Inventaire physique
8. Responsabilité du matériel
9. Rapprochement des fiches avec
l'inventaire physique
10. Approbation des ajustements des
comptes après inventaire.

3-B- S'assurer que toutes les immobilisations ainsi que les charges et revenus connexes,
sont enregistrés (exhaustivité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Existe-t-il des règles précises :
L’audit interne

a) D'imputation des dépenses en


charges ou en immobilisation ?
b) D'identification des productions
d'immobilisations réalisées par
l'entre-prise pour elle-même ?
2- Le compte de charges "Entretien"
fait-il l'objet d'une revue indépendante
périodique pour vérifier que les règles
précédentes ont été respectées ?
3- Les cessions et destructions :
a) Font-elles l'objet d'autorisation ?
b) Sont-elles communiquées sans
délai à la comptabilité ?
4- L'information de la comptabilité
est-elle faite sur des documents pré-
numérotés?
La comptabilité :
a) S'assure-t-elle qu'elle les reçoit
tous ?
b) Qu'il sont tous comptabilisés ?
5- Des documents prénumérotés
sont-ils utilisés pour informer la
comptabilité :
a) De la réception des
immobilisation ?
b) De leur mise en service ?
6- La comptabilité s'assure-t-elle :
a) Qu'elle reçoit tous les documents ?
b) Qu'elle les comptabilise tous ?
c) Qu'il ne s'écoule pas de délais
anormaux entre la réception et la
mise en service ?
7- Le total du fichier des
immobilisations est-il régulièrement
rapproché du grand-livre ?
Les écarts éventuels sont-ils :
a) Analysés ?
b) Corrigés ?
8- La dotation annuelle aux amortis-
sements est-elle :
a) Rapprochée du fichier ?
b) Vérifiée globalement ?
c) Comparée avec l'année
précédente ?
9- Les immobilisations devant
générer des revenus (location,
redevances, dividendes,…).
Sont-elles clairement identifiées ?
10- Les revenus correspondant font-
L’audit interne

ils l'objet d'un suivi individualisé ?

3-C- S'assurer que les immobilisations, ainsi que les charges et revenus correspondants,
sont réels et appartiennent à l'entreprise.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les réceptions d'immobilisations
font-elles l'objet de procès-verbaux
de réception ?
2- Les imputations en immobilisations
sont-elles contrôlées par une
personne indépendante ?
3- Ce contrôle porte-t-il sur
l'imputation :
a) En comptabilité générale ?
b) En comptabilité analytique ?
c) En budget d'investissement ?
4- Le fichier des immobilisations est-il
régulièrement rapproché des
existants physiques ?
5- Les cessions et mises au rebut
d'immobilisations sont-elles accompa-
gnées de factures de ventes ou d'avis
de destruction ?
6- Les immobilisations détenues par
des tiers sont-elles :
a) Régulièrement contrôlées ?
b) Confirmées par les tiers qui les
détiennent ?
7- L'accès aux actifs qui peuvent être
facilement déplacés est-il
suffisamment contrôlé ?
8- Les titres de propriété sont-ils :
a) Tous au nom de la société ?
b) Conservés dans un coffre ?
L’audit interne

3-D- S'assurer que les immobilisations, ainsi que les charges et produits correspondants,
sont correctement évalués.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les éléments constitutifs du prix de
revient des immobilisations acquises
à l'extérieur sont-ils vérifiés par une
personne indépendante ?
2- Les règles d'évaluation des
immobilisations produites par
l'entreprise sont-elles :
a) Conformes aux principes ?
b) Vérifiées par une personne
indépendante ?
3- Les immobilisations acquises en
crédit-bail, font-elles l'objet d'un suivi
suffisant pour permettre l'évaluation
des engagements hors bilan ?
4- Les immobilisations complètement
amorties sont-elles :
a) Maintenues au bilan ?
b) Périodiquement analysées pour
vérifier qu'elles sont encore
utilisées ?
5- Existe-t-il une procédure suffisante
pour permettre le suivi des
nantissement, hypothèques. Et autre
engagements limi-tant la propriété
des immobilisations ?
6- La politique d'amortissement est-
elle fondée sur une estimation
réaliste de la durée normale
d'utilisation des immobilisations ?
7- Le système comptable utilisé,
permet-il l'identification des
amortissements dérogatoires ?
8- Vérifie-t-on que les durées ne sont
pas modifiées sans autorisation ?
9- La valeur nette des immobilisations
fait-elle l'objet d'une revue régulière,
afin de vérifier qu'aucune
dépréciation (autre que
l'amortissement) n'est nécessaire ?
L’audit interne

4- Stocks.

4-A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.

GRILLE DE SEPARATION DE FONCTIONS STOCKS


Personnel concerné

Fonctions

1. Magasin
2. Réception
3. Expédition
4. Tenue de fiches de stocks en quantités
5. Tenue de l'inventaire permanent
6. Responsabilité de l'inventaire physique
7. Rapprochement inventaire physique -
Inventaire permanent
8. Approbation des ajustements après
inventaire
9. Rapport sur les stocks obsolètes,
inutilisables, etc.
10. Autorisation de cession des stocks
détériorés ou inutilisés.
L’audit interne

4-B- S'assurer que tous les mouvements de stocks sont saisis et enregistrés
(exhaustivité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les mouvements de stocks
suivants sont-ils saisis sur des
documents standard au moment ou
ils ont lieu :
a) Réceptions ?
b) Transferts vers la production ?
c) Transferts inter-ateliers ?
d) Transferts de la production vers
les magasins de produits finis ?
e) Expéditions ?
f) Autres mouvements (à préciser) ?
2- S'ils existent :
a) Ces documents sont-ils
prénumérotés ?
b) Sont-ils utilisés pour mettre à jour
les fiches de stocks ?
c) Sont-ils utilisés pour mouvementer
le stock théorique ?
3- La séquence numérique de ces
documents est-elle utilisée pour :
a) Vérifier qu'il sont tous transmis aux
personnes chargées d'enregistrer les
mouvements ?
b) Vérifier que tous les mouvements
sont enregistrés ?
4- Les quantités en stocks figurant :
a) Sur les fiches de stocks ?
b) Dans le stock théorique ?
Sont-elles régulièrement
rapprochées des existant physiques ?
5- Les stocks suivants sont-ils
L’audit interne

identifiés régulièrement :
a) Stocks détériorés ?
b) Stocks périmés ?
Si oui, les informations
correspondantes sont-elles saisies
immédiatement :
a) Sur les fiches de stocks ?
b) Dans le stocks théorique ?

4-C- S'assurer que les stocks enregistrés existent et appartiennent à l'entreprise (réalité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les conditions de stockage
permettent-elles d'éviter :
a) Les détériorations ?
b) L'accès par des personnes non
autorisées ?
2- Les stocks suivants sont-ils
comptés physiquement au moins une
fois par an :
a) Matières premières et fournitures ?
b) Travaux en cours ?
c) Produits finis ?
d) Autres stocks (à préciser) ?
3- Si l'inventaire est réalisé en une
seule fois, les procédures d'inventaire
sont-elles fiables (voir questionnaire
spécial) ?
4- Si des inventaires tournants sont
effectués :
a) Existe-t-il un programme qui
permet de suivre l'avancement des
comptages ?
b) Les procédures utilisées
permettent-elles de s'assurer que
tous les stocks d'un même produit
sont comptés en une seule fois ?
L’audit interne

c) Les mouvements physiques et


comptables sont-ils arrêtés
simultanément pour chaque produit
compté ?
5- Les quantités comptées sont-elles
rapprochées des quantités théoriques
?
6- Les écarts éventuels sont-ils :
a) Expliqués ?
b) Enregistrés sur les fiches de
stocks après autorisation par un
responsable ?
7- Les stocks détenus par des tiers
sont-ils :
a) Suivis sur des fiches de stocks ?
b) Contrôlés régulièrement ?
8- Les stocks détenus pour le compte
de tiers sont-ils :
a) Isolés ?
b) Confirmés régulièrement avec les
tiers?

4-D- S'assurer que les stocks sont correctement évalués.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- des fiches de production sont-elles
utilisées pour suivre et contrôler le
stade d'avancement des travaux en
cours ?
2- Les coûts de production des stocks
incorporent-ils :
a) Les charges directes ?
b) Les charges indirectes ?
3- Si des charges indirectes sont
imputées:
a) Sont-elles justifiées ?
b) Les clefs de séparation utilisées
sont-elles réalistes ?
4- Les charges imputées à la
production sont-elles rapprochées de
la comptabilité générale ?
Coûts standard
5- Les coûts standard sont-ils :
L’audit interne

a) Déterminés sur la base des


formules de fabrication ?
b) Etablis en tenant compte de
conditions normales d'activité ?
c) Comparés avec les fiches de
fabrication (surtout pour les nouveaux
produits ?
d) Mise à jour annuellement ?
6- Les écarts entre coûts standards et
coûts réels sont-ils :
a) Saisis régulièrement ?
b) Analysés ?
c) Communiqués à la direction ?
d) Réintégrés, si nécessaire, la valeur
des stocks pour obtenir le coût de
production réel ?
Autres méthodes
7- Les coûts de production et
l'acquisition utilisés sont-ils :
a) Déterminés sur des documents
vérifiables ?
b) Vérifiés régulièrement par une
personne indépendante ?

Toutes méthodes
8- Des contrôles de cohérence sont-
ils régulièrement effectués sur des
données suivantes :
a) Marge brute par produit ou famille
de produits ?
b) Valeur relative des différentes
composantes du coût de production
ou d'acquisition ?
9- Les anomalies éventuelles
détectées lors de ces contrôle de
cohérence, sont-elles :
a) Analysées
b) Corrigées après accord d'un
responsable ?
Dépréciations
10- La politique de dépréciation des
L’audit interne

stocks est-elle :
a) Clairement définie ?
b) Réaliste compte tenu des
conditions d'exploitation des stocks ?
11- Cette politique, couvre-t-elle :
a) Les stocks détériorés ?
b) Les stocks à rotation lente ?
c) Les stocks à marge insuffisante ?
12- Le système de suivi des stocks
permet-il d'identifier régulièrement :
a) Les stocks détériorés ?
b) Les stocks à rotation lente ?
c) Les stocks à marge insuffisante ?
Autres
13- Le système de suivi des stocks
permet-il d'identifier les stocks en
provenance d'autres sociétés du
groupe ?

5- Ventes - Clients.

5-A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.

GRILLE DE SEPARATION DE FONCTIONS VENTES-CLIENTS


Personnel concerné

Fonctions

1- Traitement des commandes


2- Examen de la solvabilité des clients
3- Facturation
4- Contrôle bon de livraison - Facture
5- Contrôle commande - Facture
L’audit interne

6- Tenue du journal des ventes


7- Vérification de la continuité des numéros
de factures comptabilisées
8- Liste des bons de sortie non facturés
9- Tenue des comptes clients
10- Etablissement de la balance clients
11- Etablissement de la balance clients par
ancienneté de solde
12- Rapprochement balance clients - compte
collectif
13- Centralisation des ventes
14- Détermination des conditions de
paiement
15- Relevé des chèques reçus au courrier
16- Détention des effets à recevoir
17- Tenue du journal des effets à recevoir
18- Inventaire des effets à recevoir
19- Accès à la comptabilité générale
20- Tenue du journal de trésorerie
21- Emission d'avoirs
22- Approbation des avoirs
23- Etablissement des relevés clients
24- Envoi des relevés aux clients
25- Comparaison des relevés avec les
comptes
26- Comparaison de la balance clients avec
les comptes individuels
27- Confirmation des comptes clients
28- Relance des clients
29- Prolongation des conditions de paiement
30- Accord d'escomptes
31- Autorisation de passer en pertes des
créances ou effet à recevoir
32- Détention de la liste des clients passés en
pertes
33- Tenue des comptes de débiteurs divers
34- Expédition des produits finis
35- Surveillance des stocks

5-B- S'assurer que toutes les ventes (retours) sont saisis et enregistrés (exhaustivité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- L'accès aux zones de stockage et
L’audit interne

d'expédition est-il suffisamment


protégé pour éviter des :
a) Expéditions sans bons de
livraison ?
b) Retours sans bons de retour ?
2- Les bons d'expéditions sont-ils :
a) Etablis sur des formulaires
standard ?
b) Prénumérotés ?
3- Les bons de retours sont-ils :
a) Etablis sur des formulaires
standard ?
b) Prénumérotés ?
4- Le service facturation vérifie-t-il la
séquence numérique :
a) Des bons de livraisons ?
b) Des bons de retours ?
Pour s'assurer qu'il les reçoit tous.
5- Les factures et avoirs sont-ils des
documents prénumérotés ?
6- Le numéro des bons de livraison
est-il rapproché des numéros de
facture pour s'assurer qu'ils sont tous
facturés ?
7- Le numéro des bons de retour est-
il rapproché des numéros d'avoirs ?
8- Les bons de livraison sans facture
et les bons de retour sans avoir font-
ils l'objet d'un examen régulier et de
recherches ?
9- Les quantités reçues sont-elles
rapprochées des quantités facturées
pour éviter les facturations
partielles ?
10- Les quantités retournées sont-
elles rapprochées des avoirs émis
pour éviter les avoirs partiels ?
11- Le service comptable vérifie-t-il la
séquence numérique des factures
pour s'assurer, avant
comptabilisation, qu'il les a tous
reçues ?
12- Le service comptable vérifie-t-il la
séquence numérique des avoirs pour
s'assurer qu'il les a tous reçus ?
13- L'enregistrement comptable :
a) Des factures
b) Des avoirs
Se fait-il en respectant leur
L’audit interne

séquence numérique ?
14- La séquence numérique des
factures et avoirs sur le journal des
ventes set-elle vérifiée ?

15- Le solde de la balance client est-il


rapproché du compte général afin de
vérifier la concordance entre la
comptabilité auxiliaire et le journal
des ventes ?
16- Les ventes qui sont porteuses de
charges (ou produits) connexes
(commission, ristournes, garanties…)
sont-elles :
a) Identifiées au fur et à mesure ?
b) Rapprochées avec le journal des
ventes?

5-C- S'assurer que toutes les ventes (retours) enregistrées sont réelles (existence).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
L’audit interne

des
procédures
1- Les expéditions ne peuvent-elles
être faites qu'au vu d'un bon de
commande accepté ?
2- S'assure-t-on de la concordance
entre :
a) Les bons d'expédition et les
marchandises expédiées ?
b) Les bons de retour et les
marchandises retournées ?
3- Toute facture, pour être émis, doit-
elle être précédée par un bon de
livraison ?
4- Tout avoir, pour être émis, doit-il :
a) Etre précédé par un bon de retour
ou un bon de réclamation ?
b) Etre soumis à l'autorisation d'un
responsable ?
5- Vérifie-t-on qu'il n'est pas émis :
a) Plusieurs factures pour la même
livraison ?
b) Plusieurs avoirs pour le même
retour ou la même réclamation ?
6- Vérifie-t-on que :
a) La même facture n'est pas
enregistrée plusieurs fois ?
b) Le même avoir n'est pas enregistré
plusieurs fois ?
7- Les opérations diverses sur le
journal des ventes et les comptes
clients doivent-elles Etre :
a) Appuyées par des justificatifs ?
b) Approuvées par une personne
autorisée ?
8- Les factures et avoirs sont-ils
expédiés directement aux clients par
le service facturation ?

5-D- S'assurer que les ventes (avoirs) enregistrées sont correctement évaluées.
L’audit interne

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les tarifs prix sont-ils :
a) Approuvés ?
b) Régulièrement mis à jour ?
c) Diffusés à tous les intervenants
dans le processus de facturation ?
2- Les conditions de remises,
ristournes et autres rabais sont-elles :
a) Approuvés ?
b) Régulièrement mis à jour ?
c) Diffusés à tous les intervenants
dans le processus de facturation ?
3- L'accès au fichier prix est-il protégé
?
4- Les calculs des factures et avoirs
sont-ils vérifiés ?
5- Les taux de TVA utilisés sont-ils
vérifiés ?
6- Les comptes clients sont-ils
réguliè-rement lettrés et les écarts
analysés ?
7- Les clients mauvais payeurs sont-
ils :
a) Régulièrement identifiés ?
b) Signalés aux intervenants dans le
pro-cessus de vente pour éviter des
expédi-tions qui ne pourront pas être
encaissées ?
8- Existe-t-il une procédure de
fixation de plafond de crédit ?
Si oui, ces plafonds sont-ils :
a) Régulièrement actualisés ?
b) Comparés avec les encours (y
compris effets et commandes non
livrées) avant acceptation des
commandes ?
9- Est-il interdit de faire des
expéditions sans commandes pour
éviter les refus de livraison ou les
factures impayées ?
10- L'insertion d'un nouveau client
dans le fichier est-elle :
a) Autorisée ?
L’audit interne

b) Justifiée par un document officiel


prouvant l'existence du client ?
11- Les modifications du fichier client
(notamment changement d'adresse)
sont-elles :
a) Autorisées ?
b) Appuyées par des documents
officiels du client ?
12- Une balance par ancienneté de
créance est-elle :
a) Régulièrement établie ?
b) Exploitée pour déterminer les
provisions pour client douteux ?
13- La politique d'établissement des
créances douteuses est-elle :
a) Clairement définie ?
b) Suffisamment prudente ?
14- Les créances passées en perte
sont-elles soumises à l'autorisation
d'un responsable ?
15- Lorsque des ventes sont
effectuées en devises étrangères :
a) Les personnes chargées de la
comptabilisation sont-elles
régulièrement informées des taux à
utiliser ?
b) Les montants concernés sont-ils
facilement identifiables pour
permettre l'actualisation des taux en
fin de période ?

5-E- S'assurer que toutes les ventes (avoirs) sont enregistrées sur la bonne période.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Le service facturation s'assure-t-il
qu'il reçoit sans délai :
a) Tous les bons de livraison ?
b) Tous les bons de retour ?
2- Les factures et avoirs sont-ils émis
sans délai après réception des bons
d'expédition et de retour ?
3- La comptabilité s'assure-t-elle que
les factures et avoirs émis lui sont
L’audit interne

transmis sans délai ?


4- Les factures et avoirs sont-ils
comptabilisés sans délai ?
5- Les contrôles réalisés en 2 et 3 ci-
dessus permettent-ils de s'assure en
fin de période que les expéditions, les
facturations et le journal des ventes
sont arrêtés à la même date ?
D'évaluer les factures et avoirs à
établir ?

5-F- S'assurer que toutes les ventes (avoirs) enregistrées sont correctement imputées,
totalisées et centralisées.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Le service comptable dispose-t-il
d'une liste à jour des codes clients ?
2- Les imputations portées sur les
factures et avoirs sont-elles
vérifiées ?
Y compris les imputations dans les
statistiques nécessaires à la
préparation de l'annexe (analyse du
chiffre d'affaires) et au calcul des
charges connexes.
3- Les comptes clients sont-ils
régulièrement lettrés ?
4- Les anomalies d'imputation
éventuellement détectées sont-elles :
a) Analysées ?
b) Soumises à un responsable ?
c) Corrigées ?
5- La totalisation des journaux et
balance est-elle vérifiée ?
6- Les balances auxiliaires sont-elles
rapprochées des journaux pour
détecter les éventuelles erreurs de
centralisation ?
7- Envoie-t-on des relevés mensuels
aux clients ?
L’audit interne

6- Trésorerie - Dépenses.

6-A- S'assurer que tous les paiements effectués sont saisis et comptabilisés
(exhaustivité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les titres de paiement émis sont-
ils prénumérotés :
a) Chèques ?
b) Traites ?
c) Autres ?
2- La mise en service des liasses de
titres de paiement est-elle :
a) Enregistrée ?
b) Rapprochée des journaux
correspondants ?
3- Les titres de paiements émis sont-
ils comptabilisés dans l'ordre
numérique ?
4- La séquence numérique des titres
de paiement sur le journal de
trésorerie est-elle vérifiée ?
L’audit interne

5- Les prélèvements automatiques


sont-ils enregistrés dès leur
échéance ?
6- Les paiements en espèces sont-
ils :
a) Saisis sur des pièces de caisse
prénumérotées ?
b) Enregistrés dans l'ordre de ces
pièces ?
7- Pour les fournisseurs qui envoient
des relevés, les règlements émis
sont-ils rapprochés des relevés ?
Les écarts sont-ils :
a) Analysés ?
b) Corrigés ?

6-B- S'assurer que les règlements comptabilisés correspondent à des dépenses réelles
de l'entreprise.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les duplicatas de titres de
paiement sont-ils systématiquement
annulés pour éviter les doubles
comptabilisations ?
2- Les pièces justificatives des titres
de paiement sont-elles annulées
après paiement pour éviter les
doubles règlements ?
- doubles règlements ?
- par le signataire ?
3- Les titres de paiement sont-ils
transmis aux bénéficiaires
L’audit interne

directement par le signataire (et non


le demandeur) ?
4- Les signataires s'assurent-ils, au
moins par sondage, que les titres des
paiement correspondent aux pièces
justificatives jointes ?
5- Les journaux de trésorerie sont-ils
contrôlés pour identifier les doubles
comptabilisations ?
6- Les soldes des comptes
fournisseurs sont-ils analysés
régulièrement pour identifier les
doubles règlements ?
Dans ce cas des mesures sont-
elles prises pour obtenir le
remboursement rapide ou l'imputation
sur les règlements suivants ?
7- Les opérations diverses passées
au débit des comptes fournisseurs ou
sur le journal de trésorerie sont-elles :
a) Accompagnées de pièces
justificatives?
b) Soumises à l'autorisation d'un
responsable ?

6-C- S'assurer que tous les paiements réalisés sont enregistrés sur la bonne période.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- En fin de période, la comptabilité
est-elle informée des derniers
numéros de titres de paiement
utilisés ?
2- La comptabilité s'assure-t-elle que
tous les titres de paiements émis sur
la période ont été comptabilisés ?
L’audit interne

3- Les rapprochements de banque


sont-ils revus par un responsable
pour s'assurer que toutes les
écritures significatives passées par la
banque et par l'entreprise sont
apurées avant la clôture des
comptes?
4- La comptabilité est-elle informée
des derniers numéros de pièces de
caisse de la période ?
5- La comptabilité vérifie-t-elle que
toutes les pièces de caisse de la
période ont été saisies
6- Les espèces en caisse sont-elles
physiquement contrôlées et
rapprochées du livre de caisse en fin
de période ?
7- Les comptes bancaires sont-ils
crédités:
a) Au jour de l'échéance pour les
effets ?
b) Au jour de leur émission pour les
chèques ?

6-D- S'assurer que les dépenses réalisées sont correctement évaluées.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
L’audit interne

des
procédures
1- Les souches des titres de
paiement sont-elles rapprochées par
une personne indépendante de celle
qui les a émis :
a) Des justificatifs ?
b) De l'original ?
2- Les déductions effectuées lors du
paiement (acompte, escompte…)
sont-elles :
a) Signalées à la comptabilité ?
b) Comptabilisées immédiatement ?
3- Les personnes chargées
d'enregistrer les paiements en
devises disposent-elles de listes de
taux de charge à jour ?
4- Les différences de change sur
règlement sont-elles régulièrement
enregistrées ?

6-E- S'assurer que toutes les dépenses réalisées sont correctement imputées, totalisées
et centralisées.
L’audit interne

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les personnes chargées de
l'imputation des paiements disposent-
elles de listes de comptes
fournisseurs ?
2- Ces listes sont-elles régulièrement
mises à jour ?
3- Vérifie-t-on que les mises à jour
sont transmises au personnel chargé
des imputations ?
Et qui les utilise ?
4- Les imputations portées sur les
paiements sont-elles vérifiées avant
enregistrement ?
5- Les références des factures
réglées sont-elles portées sur les
paiements pour faciliter le lettrage
des comptes ?
6- Le total du journal des paiements
est-il régulièrement vérifié ?
7- La balance fournisseur est-elle
régulièrement rapprochée du grand-
livre?
Les écarts éventuels sont-ils
immédiatement :
a) Analysés ?
b) Corrigés ?
8- Les relevés de compte reçus des
fournisseurs sont-ils rapprochés des
comptes individuels ?
Les écarts éventuels sont-ils
immédiatement :
a) Analysés ?
b) Corrigés ?
L’audit interne

7- Trésorerie - Recettes.

7-A- S'assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes.

GRILLE DE SEPARATION DE FONCTIONS TRESORERIE


Personnel concerné

Fonctions

1- Tenue de la caisse
2- Détention de titre
3- Détention des chèques reçus des clients
4- Autorisation d'avances aux employés
5- Détention des carnets de chèques
6- Préparation des chèques
7- Approbation des pièces justificatives
8- Signature des chèques
9- Annulation des pièces justificatives
10- Envoi des chèques
11- Tenue du journal de trésorerie
12- Liste des chèques reçus au courrier
13- Dépôts en banques de chèques ou
espèces
14- Tenue des comptes clients
15- Tenue des comptes fournisseurs
16- Emission d'avoirs
17- Approbation des avoirs
18- Réception des relevés bancaires
19- Préparation des rapprochement de
banque
20- Comparaison de la liste des chèques
reçus au courrier avec les bordereaux de
remise en banque et avec le journal de
trésorerie
21- Accès à la comptabilité générale
22- Tenue du journal des ventes
23- Préparation des factures clients
L’audit interne

7-B- S'assurer que toutes les recettes de l'entreprise sont enregistrées et encaissées
(exhaustivité).

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- A l'ouverture du courrier, les titres
de paiement reçus sont-ils :
a) Isolés du reste du courrier ?
b) Enregistrés ?
c) Transmis directement au service
trésorerie ?
2- Les règlements sont-ils enregistrés
dans les comptes clients à partir des
avis de paiement et non des titres de
paiement eux-mêmes ?
3- Les titres de paiements reçus sont-
ils remis en banque
quotidiennement ?
4- Le montant des titres de paiement
remis à la banque est-il régulièrement
rapproché :
a) Du total enregistré en 1 ?
b) Du total des règlements
enregistrés au crédit des comptes
clients ?
5- Pour les recettes en espèces,
sont-elles:
a) Enregistrées sur des pièces de
caisse standard et prénumérotées ?
b) Enregistrées au fur et à mesure
dans le journal de caisse ?
c) Rapprochées des espèces en
caisse ?
6- Les anomalies détectées lors des
rapprochements de banques sont-
elles :
a) Analysées ?
b) Soumises à autorisation ?
c) Corrigées ?
L’audit interne

7- Les soldes des clients en retard de


paiement font-ils l'objet de recherches
régulières afin de vérifier que ces
retards ne sont pas dus au non-
enregistrement de recettes ?
8- Les effets remis à l'escompte sont-
ils :
a) Comptabilisés ?
b) Rapprochés régulièrement avec la
banque ?
9- Les chèques et effets sans
bénéficiaires sont-ils, dès l'ouverture
du courrier, complétés au nom de
l'entreprise ?

Suivant

10- Lorsque des encaissements sont


effectués par des représentants,
livreurs…, ces personnes sont-elles
tenues :
a) D'établir des reçus prénumérotés ?
b) De transmettre ces recettes
immédiatement à la société ou à la
banque ?
11- Des contrôles sont-ils
périodiquement réalisés pour
s'assurer que les fonds collectés en
10 sont régulièrement remis en
banque ?

7-C- S'assurer que toutes les recettes enregistrées correspondent à des recettes réelles
de l'entreprise.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les opérations diverses passées
au crédit des comptes clients sont-
elles :
a) Soumises à autorisation avant
comptabilisation ?
b) Revues par une personne
indépendante?
L’audit interne

2- Les avis de paiement sont-ils


annulés après comptabilisation pour
éviter les enregistrements multiples ?
3- Les règlements enregistrés au
crédit des comptes clients sont-ils
rapprochés des montants
effectivement encaissés par la
banque ?
4- L'échéancier des effets à recevoir
est-il:
a) Régulièrement rapproché du
montant passé au crédit des comptes
clients ?
b) Analysé pour identifier les dates
d'échéances anormales ?
-Ces dates font-elles l'objet
d'explication?
5- Les effets retournés impayés sont-
ils :
a) Immédiatement redébités au
comptes client ?
b) soumis à un responsable ?

7-D- S'assurer que toutes les recettes sont enregistrées dans la bonne période.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les virements de fonds sont-ils
enregistrés simultanément sur les
comptes concernés ?
Sinon, vérifie-t-on que le compte
vire-ments de fonds est régulièrement
apuré ?
2- Les recettes sont-elles
comptabilisées au jour le jour ?
3- En fin de période, la comptabilité
s'assure-t-elle qu'elle a enregistré :
a) Tous les règlements reçus dans la
période ?
b) Uniquement ceux-là ?
4- Les recettes enregistrées par la
banque et non par la société,
décelées par les rapprochements de
L’audit interne

banque, sont-elles enregistrées sur la


période ?
5- Les reports d'échéance sont-ils :
a) Autorisés par une personne
indépendante ?
b) Communiqués à la comptabilité ?
c) Enregistrés sur l'échéancier dès
qu'ils sont accordés ?

7-E- S'assurer que les recettes enregistrées sont correctement évaluées.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les écarts constatés entre les
règlements reçus et les factures sont-
ils :
a) Analysés ?
b) Corrigés rapidement ?
c) Soumis à autorisation ?
2- Les effets en portefeuille sont-ils
régulièrement totalisés et
rapprochés :
a) De l'échéancier ?
b) Du compte général ?
3- Les règlements reçus en devises
sont-ils rapprochés des montants
effectivement encaissés par la
banque ?
Les différences de change
éventuelles sont-elles immédiatement
enregistrées ?

7-F- S'assurer que toutes les recettes sont correctement imputées, totalisées et
centralisées.

Oui Référence
Réf.
QUESTIONS ou Non Commentaire programme
Diag.
N/A s de
vérification
des
procédures
1- Les personnes chargées des
imputations des règlements
disposent-elles de listes de comptes
clients ?
L’audit interne

2- Ces listes sont-elles régulièrement


mises à jour ?
3- Vérifie-t-on que les mises à jour
sont transmises au personnel chargé
des imputations ?
Et qui les utilise ?
4- Les imputations données aux
règlement reçus sont-elles vérifiées
avant enregistrement ?
5- Les références des factures
réglées sont-elles reportées sur les
comptes clients afin de faciliter les
lettrages ?
6- Le total des journaux de recettes
est-il régulièrement vérifié ?
7- La balance clients est-elle
régulièrement rapprochée du grand-
livre?
Les écarts éventuels sont-ils
immédiatement :
a) Analysés ?
b) Corrigés ?
8- Des relevés de compte sont-ils
régulièrement envoyés aux clients ?
9- Les réclamations reçues des
clients suite à ces relevés sont-elles :
a) Transmises à la comptabilité ?
b) Analysées par un responsable ?
L’audit interne

Vous aimerez peut-être aussi