Vous êtes sur la page 1sur 30

Comptabilité de Gestion

Partie « I »

Dr Noureddine ABDELBAKI

Année Universitaire 1
Plan du cours
❖ Chapitre 1. Le cadre conceptuel de la
comptabilité de gestion traditionnelle

❖ Chapitre 2. La notion de coûts et le


traitement des charges indirectes

❖ Chapitre 3. La méthode des couts complets,


❖ Chapitre 4. l'inventaire permanent des stocks
❖ Chapitre 5. Hiérarchie des différents coûts,
2
Chapitre1:
Cadre conceptuel
de la comptabilité de gestion
traditionnelle

3
Plan du chapitre 1:
I. Notions de comptabilité analytique

II. Définitions et Objectifs de la CA

III. Analyse des charges

IV.L’informatisation de La comptabilité de

gestion

4
I. Notions de comptabilité analytique

5
I.1 Caractère facultatif de la CA

Il n'existe pas de texte d'application générale


rendant obligatoire la mise en place d'une
comptabilité analytique (CGNC)
• Fiscalement, aucune disposition du CGI
n'oblige les entreprises à tenir une
comptabilité analytique.
Ainsi, le caractère incomplet d'une comptabilité
analytique ne suffit pas à démontrer l'absence
de la comptabilité. 6
I.2 Conséquences de l’absence de la CA

L'absence de comptabilité analytique se répercute


sur la gestion de l'entreprise :
• Une méconnaissance des coûts des produits est
susceptible d'induire des décisions
préjudiciables par exemple lors de la
fixation des prix ou du choix d'abandon
d'un produit
7
I I-3 Pourquoi adopter une comptabilité de
gestion?

Une entreprise gagnera à se doter d’une comptabilité de


gestion :
❖ Pour (re)négocier les prix de vente en connaissance de
cause.
❖ Afin de comparer diverses produits ou services en
termes de rentabilité.
❖ Pour décider de l’opportunité de sous-traiter une
production
❖ Pour fiabiliser ses prévisions financières (coûts
préétablis).
❖ Pour justifier l’évaluation de certains actifs

8
II. Définitions et Objectifs de la CA

9
II.1 – Définition

• La comptabilité analytique est un outil de


gestion conçu pour mettre en relief les
éléments constitutifs des coûts et des
résultats de nature à éclairer les prises de
décision.
• Le réseau d’analyse à mettre en place, la
collecte et le traitement des informations qu’il
suppose, dépendent des objectifs recherchés par
les utilisateurs. (L. Dubrulle et D. Jourdain
10
II.2 Différences entre CG et CA

• La comptabilité générale est entièrement


orientée vers
– la saisie de données d'après leur nature
(exploitation, financière et non courante)
– vers la détermination :
• des résultats globaux de l'entreprise;
• des situations active et passive à un
moment donné.
• Son optique est : financière et fiscale.

11
Objectifs de la
comptabilité
analytique

D ’après Margerin 12
II.2.1 CARACTERISTIQUES COMPAREES
C.G. C.A.

Critères de Comptabilité Comptabilit


comparaison générale é analytique
Au regard de la loi Obligatoire Facultative
Vision de
Globale Détaillée
l'Entreprise
Présent -
Horizon Passé
Futur
Nature des flux
Externes Internes
observés
Documents de Externes et
Externes
base internes
Classement des Par
Par nature
charges destination
13
III. Analyse des charges

14
L’analyse des charges peut se faire soit par :

1. Fonctions

2. Produits

3. Commandes (Charges relatives à la production

par commande )

4. Centres d’activité

15
III.1 Analyse par fonctions

On entend par fonction un ensemble

d'actions concourant à un même but.

Exemples:

Approvisionnement,
Production,
Distribution,
Administration...

16
II.2 Analyse par produit

Pour une entreprise fabriquant plusieurs


produits ou plusieurs types de produits,
il est important de répartir les charges
entre ces produits.

▪ Pour connaître la rentabilité par produit


▪ Pour fixer des prix de vente de chaque
produit

17
Exemple 1: L’entreprise Bennani produit et vend deux
articles A et B. Elle ne dispose d'aucun stock et son compte
de résultat se résume ainsi :

Compte de Produits et Charges (CPC)

Achats 500 000 Production vendue 900 000


Charges de 300 000 Perte 100 000
personnel
Autres charges 200 000

1 000 000 1 000 000

18
• Les ventes de A s'élèvent à 200 000 Dh et les
ventes de B à 700 000 Dh.
• Des estimations faites par le comptable, il
résulte que :
❖ 2/5 des achats concernent A,
❖ 2/3 des charges de personnel concernent B
❖ la moitié des autres charges concernent A.
Travail a faire:
• Analyser les charges afin de déceler
l'origine de la perte.
19
Solution
Articles Articles
Totaux
A B

Achats 500 000 200 000 300000


Charges de personnel 300 000 100 000 200 000
200 000 100 000 100 000
Autres charges
Total des charges: 1 000 000 400 000 600000
Ventes 900 000 200 000 700 000

Résultats - 100 000 - 200 100 000


000
La perte de 100 000 est la résultante d'une perte
de 200 000 sur A et d'un bénéfice de 100 000
sur B.
20
La question qui se pose :
• Doit-on abandonner la production de A ?

21
III.3. Analyse par centres d'activité

L'exploitation industrielle ou commerciale est


structurée entre des services ou centres
d'activité :
- des services techniques, tels que les ateliers,
les bureaux d'études, les services d'entretien;
- des services commerciaux, tels que les
services d'achat, la direction commerciale, les
services d'expédition, les magasins de ventes;
- des services généraux, tels que le secrétariat,
la comptabilité, les services financiers, la
direction générale, le service informatique.

22
Exemple : 2

Considérons le cas de l'analyse par produit de l’exemple


précédent. Les produits A et B sont fabriqués par
passages successifs dans deux ateliers:
Atelier I : fabrication des pièces élémentaires de chaque
produit.
Atelier II : assemblage des pièces élémentaires.

23
Une analyse par centres d'activité peut dans ce
cas se traduire ainsi :

Totaux S.Adm Atelier I Atelier II

Achats 500 000 400 000 100 000


Charges de 300 000 50 000 100 000 150 000
personnel
Autres charges 200 000 100 000 50 000 50 000
1 000000 150 000 550 000 300 000

24
IV- L’informatisation de La
comptabilité de gestion

25
IV- 1- Intégration des deux comptabilités

L’informatique a ouvert d’autres possibilités, en


permettant notamment de supprimer l’utilisation
des comptes réfléchis et d’intégrer la
comptabilité financière et la comptabilité de
gestion.
Les systèmes actuels tendent à être
« multidimensionnels » :

26
IV-2- Saisie unique

Chaque transaction (chaque facture d’achat par


exemple) est saisie une seule fois avec une
codification multiple :numéro du compte de la
classe 6 à débiter ;
❖ numéro du compte des classes 4 ou 5 jouant en
contrepartie (fournisseurs dans le cas d’un achat à
crédit par exemple) et devant être crédité ;
❖ numéro du compte analytique concerné

27
IV-3- Base de données unique

L’information est mémorisée dans une BASE


DE DONNÉES, qui peut ensuite être traitée
pour obtenir aussi bien la comptabilité
financière que la comptabilité de gestion.

Notons que l’expression « trébit » commence à


être utilisée pour signifier l’imputation
analytique, en complément du débit et du crédit
traditionnel.

28
À travers ce fait, c’est une 3e dimension de la
comptabilité qui apparaît, et on s’achemine vers
un véritable « dépassement de la partie
double ».

On peut en effet soutenir qu’au lieu d’avoir un


système dualiste avec deux comptabilités
parallèles en partie double, on a fait une
comptabilité en partie triple (débit, crédit, «
trébit » analytique).

29
30