Vous êtes sur la page 1sur 13

FORMATION

LES GUIDES DE DURABILITÉ DES BÉTONS

Patrick DANTEC
Consultant expert

FD P18-011-Béton-Définition et classification des environnement


chimiquement agressifs
RECOMMANDATIONS POUR LA FORMULATION DES BÉTONS

19/01/20
27 & 28 janvier 2020

Domaine d’application
Complément des normes pour la formulation des bétons :
O NF EN 206/CN
O NF NE 13369

Objet :
O Compléter les définitions des environnements chimiquement
agressifs des bétons NA, BA et BP
O Fournir des recommandations pour le fabrications des
structures soumises à ces environnements chimiquement
agressifs en particulier pour le choix des ciments

1
Généralités
Béton durable si conforme aux règles de l’art en matière de
spécifications, adaptées au milieu, de fabrication et de mise
en œuvre
Caractéristiques en relation avec :
O  La composition : ciment, additions, teneur en éléments fins,
Eau efficace/Liant équivalent, granulométrie et origine des
granulats, adjuvants
O  La mise en œuvre : transport, température, vibration, cure…
O  Le respect de la position et de l’enrobage des armatures
O  Les dispositions constructives adaptées à l’ouvrage

Nécessité d’assurer un entretien normal de l’ouvrage pendant la


DUP prévue

Définitions des environnements


chimiquement agressifs
Trois milieux sont considérés :
O Milieux liquides : eaux pures, eaux de mer, solutions de sels,
d’acides ou de bases, eaux résiduaires, liquides organiques
(huiles, pétrole, solvants)
O Milieux gazeux : gaz, vapeurs
O Milieux solides : sols naturels ou remblais dont l’agressivité,
conditionnée à la présence d’eau, est fonction de la
composition de la solution intergranulaire et de sa circulation
éventuelle

2
Définitions des environnements
chimiquement agressifs
Principaux facteurs influençant l’agressivité pour le béton d’un agent présent dans le
milieu :
O L’humidité relative :
O  Atmosphère sèche : HR<65%
O  Atmosphère humide 65%≤HR≤80%
O  Atmosphère très humide HR>80%
O La température :  les vitesses de réaction. Exception : sulfate et gel
O Les cycles éventuels de température et d’HR : 
O La mobilité du milieu : renouvellement de l’agent agressif et des échanges, effet
mécanique (courant, vagues)
O La concentration de l’agent agressif et sa capacité à migrer dans le béton
O La durée d’exposition
Le cas échéant :
O La pression (gaz, liquides)
O La viscosité (huiles)
O La présence de micro-organismes (algues, bactéries)

Mode d’action des environnements chimiquement agressifs


« milieux liquides »

Eaux pures :
O Très faiblement minéralisées : formations granitiques, parfois
volcaniques, fontes des neiges, eau déminéralisée en milieu
industriel
O Eaux stagnantes ou à faible courant : agressives pour titre
alcalimétrique complet TAC < 1 mé/l soit 50 mg d’équivalent CaCO3
Remède =>utilisation de ciment avec ajouts (laitier, cendres silico-
alumineuses, pouzzolanes, FS)
Remarque : le renouvellement des eaux pures accélère le
mécanisme en bloquant la saturation des eaux en ions Ca++ issus
de la portandlite qui limiterait la dissolution du béton

3
Mode d’action des environnements chimiquement agressifs
« milieux liquides »
Solutions acides :
L’agressivité dépend de la solubilité des sels formés.
HCl, HNO3 , H2SO4 =>effet de dissolution du ciment et des granulats calcaires
H2SO4 : effet renforcé par formation de sulfate et de composés secondaires expansifs
(ettringite)
H2CO3 (acide carbonique) : nécessité de doser la teneur en CO2
Acides organiques (acétique, lactique, butyrique, formique) contenus dans certaines
eaux usées (sucreries, papeteries, teintureries, conserveries, distilleries, tanneries,
laiteries…) attaquent les constituants calciques du ciment et émission d’ion H+
Acides humiques moins dangereux mais risque de formation d’acide minéraux et de
retarder la prise du ciment
Remèdes :
=>ciment à faible teneur en C3A et en C3S avec limitation de Ca(OH)2
=>ciment d’aluminate de calcium ou ciment sursulfaté
=>ciment avec Laitiers, CV, pouzzolanes naturelles calcinées

Mode d’action des environnements chimiquement agressifs


« milieux liquides »
Solutions basiques :
Bonne résistance des ciments CEM I en basicité modérée (NaOH<10%)
Moins bonne résistance des ciments CEM II
Remèdes :
=>bon durcissement et imperméabilisation
=>éviter les ciments « alumineux » à base d’aluminate de calcium (CA)

4
Mode d’action des environnements chimiquement agressifs
« milieux liquides »
Solutions salines :
Cations :
O Magnésium (chlorure ou sulfate) provoque des échanges entre les Ca++ et les Mg++
avec dissolution partielle des constituants calciques et la formation de Mg(OH)2 (brucite)
O Chlorures, sulfates et nitrates d’ammonium sont très agressifs
O Remèdes :
=>présence d’ions bicarbonates (HCO3-) réduits l’agressivité

Mode d’action des environnements chimiquement agressifs


« milieux liquides »
Solutions salines :
Anions :
O Sulfates : réaction avec les aluminates =>formation d’ettringite et de gonflement du béton
avec fissuration
O Nitrates : faiblement agressifs sauf nitrate d’ammonium (NH4)(NO3) et nitrate d’aluminium
Al(NO3)3 (engrais)
O Chlorures : influence la solubilité des éléments contenus dans la pâte de ciment et
provoquent la corrosion des armatures de BA et BP
O Sulfures : avec O2 et H2 O =>formation de sulfates ou H2 S ( qui forme H2 SO4)
généralement d’origine bactérienne
O Les carbonates, phosphates, oxalates, fluorures forment avec la chaux des composés
insolubles qui n’attaquent pas le béton sauf le di-hydrogénocarbonate de calcium
Ca(HCO3)2 soluble en présence de CO2 agressif

5
Mode d’action des environnements chimiquement agressifs
« milieux liquides »

Eau de mer :
L’agressivité dépend de la concentration en ion sulfate et est assez faible pour les bétons
totalement immergés. Les embruns peuvent être légèrement agressifs. Les attaques les plus
sévères se situent en zone de marnage et de dans les zones d’aspersion.
L’effet mécanique des vagues, l’effet du gel et de l’action des micro-organismes peuvent se
cumuler aux actions chimiques de l’eau de mer.
Les actions chimiques :
O Ion sulfate et ion magnésium
O Ion chlorure : effet bénéfique car formation de avec les aluminates du ciment de chloroaluminates
qui réduisent la porosité et freinent la pénétration des sulfates. Les chlorures libres pénètrent dans le
béton et provoquent la dépassivation et la corrosion des armatures
Remèdes :
O Réduire l’attaque chimique et les risques de corrosion des armatures : voir prescriptions de l’annexe
NA.F de la NF EN 206/CN pour les classes XS. En plus les bétons NA situés à moins de 100m de la
côte et en zone de marnage sont à classer en XA1
O Pour les produits préfabriqués qui relèvent de normes spécifiques les dispositions sont prévus dans
ces normes avec compléments éventuels.

Mode d’action des environnements chimiquement agressifs


« milieux liquides
Graisses et huiles :
O Généralement agressivité négligeable si le béton est imperméable sauf si les graisses et
huiles sont acides.
O Les réactions de saponification donnent des produits insolubles protecteurs
O Les huiles de foie de morue, de baleine, de ricin, de noix de coco sont agressives et
nécessitent une protection superficielle du béton (modification de l’agressivité en fonction
de la température qui a une influence sur la viscosité et la pénétration de ces huiles dans
le béton)

6
Mode d’action des environnements chimiquement agressifs
« milieux gazeux »

O SO2 : acide sulfurique et sulfate


O H2S :en atmosphère confinée
O  eaux thermales sulfureuses et ferrugineuses
O  Eaux usées (ouvrages d’assainissement)
O CO2 : défavorable quand 50%<HR<70% avec risque de
dépassivation des armatures

Mode d’action des environnements chimiquement agressifs


« milieux solides »

Sols :
Lié à la circulation et à la pression des eaux, la porosité des sols, la
nappe phréatique
Sulfates ou oxydation des pyrites (sulfures de fer)
Sols marécageux : acide carbonique et acides organiques
Décharges ou déchets industriels, ordures ménagères

7
Classes d’agressivité chimiques

Trois classes de la NF EN 206/CN :


O XA1 : environnement à faible agressivité chimique
O XA2 : environnement d’agressivité chimique modérée
O XA3 : environnement à forte agressivité chimique

Définition des d’exposition aux chimiques

NF EN 206/CN tableau 2 :
O Eaux souterraines
O Sols naturels
Extension à :
O Eaux de surface
O Eaux et sols pollués
Complément pour eau pure (TAC) et gaz en milieu humide

8
Définition des d’exposition aux chimiques

Complément aux règles de classement des environnements


contenant plusieurs agents agressifs prévus dans la NF EN 206/
CN :
O Si plusieurs concentration d’agents conduisent à la classe XA3
=>maintien de XA3
O Si au moins un des agents présente une concentration >à la valeur
limite de la classe XA3 =>protection externe (enduit, revêtement)
ou interne (imprégnation)

9
Recommandations pour le choix des ciments : tableau 2

En complément des exigences générales de formulation et de


fabrication et de mise en œuvre des bétons le tableau 2 fourni des
recommandations pour le choix des ciments en fonction des milieux
et des classes d’exposition.
Dans le cas particulier des milieux contenant des sulfates les
ciment SR doivent satisfaire :
O Teneur en SO3 ≤ 3,5% pour les CEM I SR0 et SR3 et ≤2,5% pour
le CEM I SR5
O Teneur en C3A et C4AF du clinker : (C4AF) + 2(C3A)≤20% pour
CEM I et CEM II
O Ciment sur sulfaté SSC

Recommandations pour le choix des additions

Additions hydrauliques ou pouzzolaniques =>limitation de la teneur


en portlandite avec bonne tenue au contact des eaux pures et des
solutions acides :
O Laitier granulé de haut fourneau conforme à NF EN 15167-1
O Les cendres volantes pour béton conformes à NF EN 450-1
O La fumée de silice conforme à NF EN 13263-1+A1
O Le métakaolin conforme à NF EN 18-513

10
Recommandations pour le choix des additions

Les additions peuvent être utilisées :


O En substitution partielle de ciment CEM I ou CEM II/A pour former
un liant équivalent selon NA 5.2.5.2 et tableaux NA.F de la NF EN
206/CN
O En incorporation au béton sans substitution au ciment

11
Recommandations pour la fabrication et la mise en œuvre des
bétons
Exigences générales de composition des tableaux NAF de la NF
EN 206/CN ou dans les normes spécifiques des produits
préfabriqués destinés aux environnements agressifs
En cas de dépassement du niveau de concentration de la classe
XA3 =>protection externe (enduits, revêtements) ou interne
(imprégnation) :
O Norme NF EN 1504 « produits et systèmes pour la protection et la
réparation des structures en béton »
O GAP 18-902 « recommandation pour la sélection des systèmes de
protection de surface destinés aux ouvrages de GC »
O Guides techniques SETRA/LCPC
Exigence de cure avant exposition à l’environnement agressif
Les structures trop minces et à angles vifs sont à éviter

Recommandations pour la fabrication et la mise en œuvre des


bétons
Pour les produits préfabriqués qui relèvent de la NF EN 13369
Possibilité d’approche performantielle comparative sous la
responsabilité du prescripteur.
Possibilité d’étude de formulations spéciales pour résister à certaines
agressions chimiques avec méthode de conception performantielle
(5.3.3 NF EN 206/CN) avec dérogation de composition par rapport aux
exigences des NA.F de la NF EN 206/CN et du tableau 1. Justification
avec procédure documentée et système qualité.
Possibilité de recours à l’approche basée sur « l’équivalence des
propriétés de transfert » sur la base d’indicateur de durabilité (guide
AFGC « conception des bétons pour une durée de vie des
ouvrages ») sous la responsabilité du prescripteur.

12
Révision en cours
Précisions sur les environnements et les substances chimiquement
agressives.
Précisions sur les ciments, les mélanges de ciment ou les
combinaisons de ciment et d’additions permettant de conférer au
béton une résistance satisfaisante aux attaques chimiques (forme de
tableau) en fonction du milieu.
Exigence de composition chimique de combinaison (ciment + addition)
et contrôles de conformité associés.

MERCI POUR VOTRE ATTENTION

13

Vous aimerez peut-être aussi