Vous êtes sur la page 1sur 194

FORMATION PROFESSIONNALISANTE PRO/ECO1 – GROUPE 1 

Économie et Management de l’Amont 
Économie de la chaîne pétrolière 
Alger – 26 au 30 avril 2015 
Sylvie SAULNIER – Mohamed‐Lyes DJENAOUI
Formation professionnalisante en 
économie et management de l’amont
Module 1 : Économie de la chaîne pétrolière
Programme

Économie de la chaine pétrolière

Matin Après‐midi

Scène énergétique internationale


Jour 1
S. SAULNIER

Scène énergétique internationale Economie de l’aval pétrolier
Jour 2
S. SAULNIER S. SAULNIER

Jour 3 Economie de l’aval pétrolier Economie de l’amont pétrolier


S. SAULNIER ML. DJENAOUI

Cadre contractuel et fiscal de 
Jour 4 Economie de l’amont pétrolier
ML. DJENAOUI
l’amont pétrolier
ML. DJENAOUI
© 2015 ‐ IFP Training

Jour 5 Les marchés pétroliers physiques Les marchés pétroliers financiers


ML. DJENAOUI ML. DJENAOUI

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 1


2
Module 1 ‐ Economie de la chaîne 
pétrolière
Sylvie SAULNIER
sylvie.saulnier@ifptraining.com

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

PETROQUIZZ
©  2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 3


Demande pétrolière

 En 1979, la consommation mondiale de pétrole était de


3,1 Gtep. En 2013, a‐t‐elle été :
A. Plus faible de 33 % ?
B. Sensiblement identique ?
C. Plus forte de 33 % ?

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Réserves pétrolières

 Au rythme actuel de la production, pour combien de


temps environ dispose‐t‐on de réserves prouvées de
pétrole ?
A. 27 ans
B. 37 ans
C. 47 ans
D. 53 ans
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 4


Unités de mesure

 A un litre près, combien y a‐t‐il de litres dans un baril de


pétrole ?

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Demande pétrolière

 En Europe, depuis 1979, la consommation de produits


pétroliers a‐t‐elle
A. Augmenté de 25% ?
B. Stagné ?
C. Baissé de 25% ?
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 5


L’OPEP

 Combien y a‐t‐il de pays membres de l’OPEP ? Citez en 5

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Demande pétrolière

 En 2013, quels ont été les premiers pays consommateurs de


pétrole dans le monde ?

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 6


Production

 Lesquels des pays OPEP ou non OPEP produisent le plus


de brut ?
OPEP
ou
NON OPEP

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Réserves pétrolières

 Quelle est la part des réserves prouvées de pétrole brut


situées dans les pays de l’OPEP ?
A. 1/3
B. 1/2
C. 3/4
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 7


Unités de mesure

 Une production de 1 baril/jour de pétrole

= ……….tonnes/an ?

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Réserves pétrolières

 Le ratio R/P du pétrole brut conventionnel est de 57 ans au


niveau mondial. Quels sont les ratios R/P respectifs des zones
OPEP et non‐OPEP ?
A. OPEP : 50 ans / Non‐OPEP : 40 ans
B. OPEP : 60 ans / Non‐OPEP : 35 ans
C. OPEP : 70 ans / Non‐OPEP : 30 ans
D. OPEP : 90 ans / Non‐OPEP : 26 ans
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 8


Prix du pétrole

 Entre le Brent et l’Arabe léger, quel est le brut dont le


prix spot au baril est le plus élevé ?

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Production de la CEI

 Quelle est la part de l’ensemble de la CEI dans le total de la


production mondiale de pétrole ?
A. 6%
B. 16%
C. 26%
D. 36%
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 9


Raffinage

 Combien y‐a‐t‐il de raffineries dans le monde ?


A. 50
B. 350
C. 700
D. 2000

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 10


La scène énergétique internationale

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Chaîne d’hydrocarbures

Amont
(Upstream)
Exploration Développement Production Traitement

Transport
&
Stockage
Réseau de
Stockage Transport
Collecte

Aval
(Downstream) Transformation
© 2015 ‐ IFP Training

Raffinage Distribution
Pétrochimie MARCHES

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 11


Le brut : mélange d’hydrocarbures

CH4

C4H10

C6H14 C20H42

BRUT
= ...
Paraffines normales Isoparaffines

+ soufre
+ métaux

© 2015 ‐ IFP Training
Naphtènes Aromatiques

Mélange de chaînes carbonées de longueurs et de structures différentes

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Exemples de bruts

Boscan
Demande du Sahara Brent Arabian Light Safaniyah
marché mondial (Algérie) (Arabie Saoudite) (Arabie Saoudite)
Heavy Oil
(Venezuela)
0%
Gaz

20%
Léger

40%

Distillat 
60% moyen

80%
Produits
lourds
100%
Densité 0,806 0,837 0,855 0,893 0,995
© 2015 ‐ IFP Training

° API 44 37,5 34 27 10,7


Teneur en soufre 0,2 0,3 1,7 2,8 5,3
(poids %)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 12


Les causes de la demande énergétique 

 Les prix

 Les performances économiques et techniques des différentes


filières

 La disponibilité des sources d’énergie

 Les politiques publiques nationales

 L’acceptabilité environnementale des différentes filières

© 2015 ‐ IFP Training
S 113*4
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Crude oil price

160 $/b

Geopolitical  tensions in North 
Africa and Middle  East
140

120
Staff attacks  in Saudi  Arabia
Disturbances  in Nigeria,  Iraq

100
Eco
Katrina & crisis
Rita 
80 hurricanes

OPEC quotas Iraq
60 events

Iran/Iraq Kuwait 
War Netback  crisis
Nationalization 
of oil fields contracts Sept. 11th
40 OPEC quotas

OPEC Counter 
domination Shock
2nd shock
20
© 2015 ‐ IFP Training

Iranian 
revolution Mexico,  Venezuela, Saudia  Arabia 
OPEC quotas
1st Shock agreements
Asian crisis
Yom Kippur War
0
72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14

Source : Platt's
S 402*16 – January 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 13
Équivalences énergétiques

1 tep

0,9 tep

0,67 tep
0,085 tep
production
et
consommation

0,33 tep

0,26 tep*

1 t de pétrole 1 t 1 t  1 000 m3 1 000 kWh


= 7,3 barils de charbon de lignite de gaz naturel

© 2015 ‐ IFP Training
*Les données relatives à la production, aux échanges et à la consommation finale d’électricité sont calculées en fonction du rendement
énergétique de l’électricité, c’est‐à‐dire selon le coefficient suivant : 1 TWh = 0,26 Mtep. La production d’origine hydro‐électrique (production
par pompage non‐comprise) et l’électricité produite par d’autres moyens non thermiques (éolienne, marémotrice, solaire, etc.) sont affectées
du même coefficient.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Consommation mondiale d'énergie primaire commerciale
TOTAL : 12,7 Gt
Mtep

Renouvelables 2%
0,3 Gt
Électricité 11%
1,4 Gt

Gaz 24%
3,0 Gt

Pétrole 33%
4,2 Gt

Charbon 30%
3,8 Gt
© 2015 ‐ IFP Training

Source : BPSR
S 121*1bis – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 14
Consommation mondiale d'énergie commerciale
TOTAL : 12,7 Gt

Pétrole 33%
4,2 Gt
Charbon 30%
3,8 Gt

Gaz 24%
3,0 Gt

Électricité 11%
1,4 Gt

Renouvelables 2%

© 2015 ‐ IFP Training
0,3 Gt

Source : BP Statistical Review
S 121*1 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Consommation d’énergie primaire par habitant ‐ 2013

Consommation Population Consommation


d'énergie (Mtep) (M. hab.) d'énergie (tep/hab.)

Am. du Nord* 2 787 470 5,9

Am. Centrale et du Sud + Caraïbes 674 488 1,4

Europe 1 898 608 3,1

CEI 1 028 292 3,5

Afrique 408 1 100 0,4

Moyen‐Orient 785 234 3,4

Asie OCDE** 881 205 4,3

Asie non OCDE 4 270 3 740 1,1


© 2015 ‐ IFP Training

TOTAL MONDE 12 730 7 137 1,8


* Etats‐Unis, Canada, Mexique
Source: BPSR et PRB ** Japon, Corée du Sud, Australie, Nouvelle‐Zélande
S 115*6 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 15
Consommation d’énergie primaire par habitant ‐ 2013

Tep

© 2015 ‐ IFP Training
Source : BP Statistical Review of World Energy
SS231 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Structure de la demande des pays industrialisés ‐ 2013

© 2015 ‐ IFP Training

Source: BP Statistical Review
S251 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 16
Structure de la demande des PED ‐ 2013

© 2015 ‐ IFP Training
Source: BP Statistical Review
S252 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Demande mondiale de pétrole en 2013 : 4185,1 Mt

USA  20%
Canada  3%
Mexique  2%

Allemagne 3%
France 2%
Italie 2%
RU 1%

OCDE Asie Pacifique         9%
Chine  13%
Non OCDE Asie  12%
© 2015 ‐ IFP Training

Source : BPSR
SS138 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 17
Consommation pétrolière globale* ‐ 6 pays OCDE 
1978=indice de réf. 100

© 2015 ‐ IFP Training
Source : CPDP
P111*1 – Aout 2014 * marché intérieur dont autoconsommation hors soutes
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Consommation pétrolière globale* ‐ 6 pays non OCDE
1978=indice de réf. 100

© 2015 ‐ IFP Training

* marché intérieur dont autoconsommation hors soutes
Source : CPDP
P121*2 Aout 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 18
Évolution comparée de la consommation de carburants
auto‐essence (indice 100 : année calendaire 1973)

© 2015 ‐ IFP Training
Source : CPDP
P417 – Aout 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Évolution comparée de la consommation de gazole
(indice 100 : année calendaire 1973)

© 2015 ‐ IFP Training

Source : CPDP
P418 – Aout 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 19
Le marché de l’essence et du Gazole et part du 
Gazole

© 2015 ‐ IFP Training
Source : CPDP
P411*9 – Aout 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Accises en Europe en Janvier 2015

Fuel oil
Euro‐Super 95 Automotive gas oil LPG ‐ Motor fuel Heating  gas oil
Sulfur  <= 1%
€/ 1000L Ton
Austria 493 410 109 68
Belgium 615 429 0 19 15
Denmark 614 420 330 406
Finland 624 463 161
France 631 481 72 76 45
Germany 655 470 92 61
Greece 679 379 238 43
Hungary 382 351 108 351 19
Italy 728 617 147 403 31
Luxembourg 462 335 54 10
Netherlands 774 490 184 486 36
Poland 399 349 111 55 15
Portugal 618 402 135 330 16
© 2015 ‐ IFP Training

Spain 462 338 32 88 17


Sweden 590 508 409 447
United Kingdom 744 744 142

D221*8 – Janvier 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 20
Fioul lourd : une chute générale

© 2015 ‐ IFP Training
Source : CPDP
P431*12 – Août 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Le débouché soute au niveau mondial réglementation

Synthèse réglementations IMO :
% sulfur, max
5.0
Une étude en 2018 pourrait prévoir LS 
Fuel à 0.5%
4.0

3.0
Global
ECA
2.0

1.0

0
© 2015 ‐ IFP Training

2005 2010 2015 2020 2025 2030

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 21


Réserves prouvées mondiales au 01/01/2014
Milliards de Tep

R/P = Réserves prouvées / Production (en années)

© 2015 ‐ IFP Training
Source : BP Statistical Review, CEA, IFP/DEE
S 201*9 BIS – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Réserves prouvées d’énergie primaire au 01/01/2014

© 2015 ‐ IFP Training

Source: BP Statistical Review
S202 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 22
Reserves definition

PROVED RESERVES (1P)


Minimum expected reserves Reserves estimate
Having a cumulative probability of 90 % (P90)
Actual economic and technical conditions (Resulting Explo Appraisal Development/Production
from an actual commercial development plan)
Subdivided into :
proved developed
proved undeveloped
Uncertainty
PROVED + PROBABLE RESERVES (2P)
Reasonably expectable reserves
Having a cumulative probability of 50 %
Developable under actual economic and technical
conditions
Cumulative production
PROVED, PROBABLE & POSSIBLE RESERVES (3P)
Maximum possible reserves under the most
favorable conditions

© 2015 ‐ IFP Training
Year
Having a cumulative probability of 10 % (P10)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Réserves prouvées de pétrole au 01/01/2014
Total : 238 Gt

Canada CEI
10,3% 7.8%

Etats‐Unis
Europe Iran
1,0%
2,6% Irak 9,3%
8,9% Koweït Chine
Mexique Afrique Nord 1.1%
3.8%  6,0%
0.7%
Arabie Saoudite Reste de l’Asie
Venezuela Afrique  15.8% Océanie
1.4%
17,7% de l’ouest
3.9% Reste  du
Reste de  Moyen‐Orient*
© 2015 ‐ IFP Training

l’Amérique
latine 7,9%*
1.8%
* = Yémen ‐ Oman ‐ Qatar ‐
Bahreïn ‐ Syrie ‐ EAU
Source: BP Statistical Review
S205 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 23
Production de pétrole (Mt) – 01/01/2015 

© 2015 ‐ IFP Training
Source: BP Statistical Review
S324 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Production de pétrole

© 2015 ‐ IFP Training

Source : BP Statistical Review
S 322*11 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 2444
Les 10 premiers exportateurs de pétrole en 2013

Pays Exportations (Mb/j)
1 Arabie Saoudite 8,45
2 Russie 7,48
3 EAU 2,87
4 Koweit 2,63
5 Irak 2,42
6 Nigeria 2,08
7 Venezuela 1,85
8 Norvège 1,60
9 Canada 1,56
10 Iran 1,56

© 2015 ‐ IFP Training
Source : BPSR, EIA
SS080 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Les 10 premiers importateurs de pétrole en 2013

Pays Importations (Mb/j)
1 Etats‐Unis 8,88
2 Chine 6,93
3 Japon 4,55
4 Inde 2,83
5 Corée du Sud 2,46
6 Allemagne 2,38
7 France 1,68
8 Italie 1,31
9 Singapore 1,26
10 Espagne 1,20
© 2015 ‐ IFP Training

Source : BPSR, 
SS080 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 25
Pétrole brut autour du monde
Réserves prouvées : 1688 Gb = 238 Gt  (01/01/2014)
Production Mondiale : 86,8 Mb/j = 4,1 Gt

17%
25% 16%
8% 
19% CEI 5%
14%  4%
1%  48% 34%
Europe

Amérique du Nord 32%

8%  10%
19%  9%
Réserves 4%

Production 2% 
9%
7% Afrique
Consommation 9%
Asie‐Océanie

© 2015 ‐ IFP Training
Amérique Centrale
Moyen Orient
Source : BP Stat Review
et du Sud
A112*5 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Principaux producteurs et consommateurs de pétrole ‐ 2013
PRODUCTION Mt/an (condensats inclus) 

Arabie Saoudite* 542
Russie 531
États Unis 446
Chine 208
Canada 193
Iran* 166
EAU* 166
Irak* 153
Koweït* 151
Mexique 142
Total mondial 4 133
(*pays de l’OPEP)
CONSOMMATION Mt/an
États Unis 831
Chine 525
Japon 209
Inde 175
Russie 153
Arabie Saoudite  135
© 2015 ‐ IFP Training

Brésil  133
Allemagne 112
Corée du Sud  108
Canada  103
Source : BP Statistical review
Total mondial 4 185
S325*12 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 26
L’énergie dans le monde – 2013

© 2015 ‐ IFP Training
Septembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Production, consommation et flux de pétrole – 2012

© 2015 ‐ IFP Training

Les différences entre la production et la demande s’explique par le changement dans les stocks, la consommation d’additifs non pétroliers et de carburants de substitution, ainsi 
que par les différences dans la définition, la mesure et la conversion des statistiques sur l’offre et la demande de pétrole.
SS139 –Septembre 2013
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 27
Stratégie des acteurs
dans ce contexte

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

La ruée vers l’or noir  

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 28


Main hydrocarbon producers

> 1 Mboe

> 2 Mboe

> 4 Mboe
(...) Kazmunaigas
> 10 Mboe
Libya

Surgut

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Les NOC

 Objectifs ?
• Développer leurs ressources durablement
• Stabilité du prix
• Eviter la substitution énergétique
• Croissance de la demande

 Qui ?
• PetroChina ; Gazprom ; Petrobras ; Petronas
• Kuwait Petroleum Corporation ; NIOC ; Nigerian National Petroleum
Corporation ; PetroEcuador ; PDVSA ; Qatar Petroleum ; Aramco ;
Sonangol ; Sonatrach ; Abu Dhabi National Oil Company
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 29


Commentaire : quelques NOC

 Abu Dhabi National Oil Company (Abu Dhabi)  Petrobras (Brazil)


 China National Offshore Oil Company (CNOOC) (China)  Empresa Estatal Petróleos del Ecuador
 China National Petroleum (PetroChina) (China) (PetroEcuador) (Ecuador)
 Empresa Colombiana de Petróleos S.A. ("Ecopetrol")  Petroleos de Venezuela (PDVSA) (Venezuela)
(Colombia)  Petroleos Mexicanos (PEMEX) (Mexico)
 Egyptian General Petroleum Corporation (EGPC) (Egypt)  Petroleum Development Oman (Oman
 Emirates National Oil Company (Dubai)  Petron (Philippines)
 ENI (Italy)  Petronas (Malaysia)
 Gazprom Neft (Russia)  Petróleos Paraguayos Paraguay)
 GEPetrol (Equatorial Guinea)  Petróleos del Perú (Petroperú) – Peru)
 Iraq National Oil Company (Iraq)  PKN Orlen (Poland)
 KazMunayGas (Kazakhstan)  Qatar Petroleum (Qatar)
 Kuwait Petroleum Corporation (Kuwait)  Rosneft (Russia)
 National Iranian Oil Company (NIOC) (Iran)  Saudi Arabian Oil Company (Aramco) (Saudi Arabia)
 National Oil Corporation of Kenya (Kenya)  Sinopec (China)
 National Oil Corporation (Libya)  Sonangol (Angola)
 Nigerian National Petroleum Corporation (Nigeria)  Sonatrach (Algeria)
 Oil and Natural Gas Corporation (India)  Statoil (Norway)

© 2015 ‐ IFP Training
 Pertamina (Indonesia)  Turkmen Nebit Gaz Onumleri (Turkmenistan)
 Vietnam National Oil and Gas Group (Petro Vietnam)  Uzbekneftegaz (Uzbekistan)
(Vietnam)  …

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Les IOC

 Objectifs ?
• Accès aux ressources
• Stabilité du prix ou prédiction
• Rémunération des investissements (amont et aval)
• Croissance de la demande

 Qui ?
• Compagnies indépendantes
• Majors ou super majors (années 1990) :
ExxonMobil, RD Shell, Chevron, BP, TOTAL, ConocoPhillips
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 30


Les compagnies pétrolières après les fusions

Capitalisation boursière (G$)
300

Exxon + Mobil

250

BP + Amoco + Arco
200

Exxon
Shell

150 BP Amoco
Total + Fina + Elf

BP Chevron + Texaco
100

Mobil
Amoco
Chevron
50 Texaco
Elf Total + Fina

© 2015 ‐ IFP Training
Arco Total
Fina
Réserves hydrocarbures (Gbep)
0
0 5 10 15 20 25

Source : Cies
S 606*26 ‐ Juin 2004
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Principaux rachats de compagnies
Date Groupe acheteur Groupe racheté Valeur du rachat G$
1984 RD Shell Shell Oil 5.2
1984 Texaco Getty 14.6
1984 Chevron Gulf Oil 13.2
1987 BP Standard (Ohio) 7.7
1987 KIO (Koweit) 21.7 % BP 6.8
1988 BP Britoil 3.1
1988 RWE Deutsche Texaco 1.2
1989 Exxon Canadian Texaco 4.2
1989 Elf‐Aquitaine 96 % Pennwalt 1.1
1989 RTZ BP Mining interests 3.9
1989 BP 11.7 % BP (KIO) 4.0
1991 EEP (2/3 ELF 1/3 entreprise) OXY exploration assets in UK. 1.4
1991 RD Shell Guang Dong (Chine) 2.8
1991 Lasmo Ultramar  1.5
1993 Huntsman Financial Texaco petrochemicals 1.1
1993 Kuwait Petroleum BP subdidiary in Luxemburg nd
1994 OK Petroleum 50% Texaco Marketing A.B. l 0.6
1996 Norsk Hydro Uno X nd
© 2015 ‐ IFP Training

1996 Apache Phoenix nd


1996 Amoco Pelican nd
1996 Premier Oil Sumatra Gulf Oil 0.1
1996 Premier Oil Discovery Petroleum 0.1
S 671(1) – Mars 2008
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 31
Principaux rachats de compagnies
Date Groupe acheteur Groupe racheté Valeur du rachat G$
1996 Duke Power Pan Energy 7.7
1996 Aramco Petrogal (35%)  nd
1996 Saga Petroleum Santa Fe Explo 1.2
1996 Norsk Hydro 50% Texaco Marketing A.B. nd
1996 Mobil Ampolex (Australie) 1.4
1997 Texaco Monterey 1.4
1997 Ultramar Diamond Shamrok Total Petroleum N. America 0.8
1997 Burlington Resources Louisiana land & Exploration Co 3.0
1997 Shell Oil Corp Tejas Gas Corp 1.5
1998 BP Amoco 48.0
1998 Arco Union Texas Petroleum Co 3.0
1998 KN Energy Mid Con Corp 4.0
1998 Kerr McGee Oryx Energy 4.0
1998 Total Petrofina 12.0
1998 Exxon Mobil 77.0
1999 BP Amoco Arco 26.8
1999 Repsol YPF 13.4
1999 Totalfina Elf Aquitaine 54.4
2000 Duke Mobil Europe Gas nd

© 2015 ‐ IFP Training
2000 Sinopec China Newstar Petroleum Corp. 2.8
2000 Eni British Borneo 0.4
2000 Chevron Texaco 36.0
2000 Lukoil Getty Petroleum (US) nc
S 671(2) – Mars 2008
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Principaux rachats de compagnies
Date Groupe acheteur Groupe racheté Valeur du rachat G$
2001 Eni Lasmo 3.1
2001 Phillips Petroleum Tosco 7.0
2001 Valero Energy Ultramar Diamond Shamrock 6.0
2001 Conoco Gulf Canada 6.5
2001 Williams Barret 3.0
2001 Amerada Hess Triton Energy 3.2
2001 Devon Energy Anderson Exploration (Alberta) 3.5
2001 Shell et Saudi Aramco Equilon et Motiva 3.8
2001 Phillips petroleum Conoco (fusion) 35.0
2001 Dynegy ENRON 9.5
2001 Dominion Louis Dreyfus 2.0
2002 PanCanadian Energy Alberta Energy Corp. 6.4
2002 RD Shell Enterprise Oil 5.0
2002 Devon Energy Ocean Energy 5.3
2002 Devon Mitchell 3.0
2003 BP Alfa Group, Access Renova 7.7
2003 Devon Energy Ocean Energy 5.3
© 2015 ‐ IFP Training

2004 Kerr‐Mac Gee West Port Resources 3.4


2004 Singapore Power TXU Australia 3.7
2004 Pioneer NR Energeen 2.0
2004 Plains E&P Nuevo 1.0
S 671(3) – Mars 2008
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 32
Principaux rachats de compagnies
Date Groupe acheteur Groupe racheté Valeur du rachat G$
2005 ChevronTexaco Unocal 18.0
2005 Rosnef Yuganskneftegaz 10.0
2005 Noble Energy Patina Oil 3.5
2006 Anadarko Keer – Mc Gee 18.0
2006 Anadarko Western Gas Resources 5.3
2006 Conoco Phillips Burlington 35.6
2006 Statoil Norsk Hydro 30.0
2006 Total Deen Creek Energy 1.9
2006 Oxy Vintage 3.8
2007 Basell Holding BV, Access Ind. Lyondell Chemical Comp. 20.1
2007 Transocean ASA GlobalSantafe Corp 17.4
2007 Rosneft Yukos, Governt of Russia 13.2
2007 Apollo Mangement LP Hunstman Corporation 9.6
2007 Ssab Svenskt Stal AB IPSCO Inc 7.3
2007 National Oilwell Varco Grant Prideco Incorporated 6.6
2007 Marathon Oil Corporation West. Oil Sands Inc. 6.3
2007 Penn West Energy Trust Canetic Resources Trust 5.8
2007 Inst Investors, Babcock & Brown Knight Inc 5.3
2007 Infrast, Babcock & Brown En Inc PrimeWest Energy Inc, 5.0

© 2015 ‐ IFP Training
2008 XTO Energy Oil Shales (Appalachia, Arkansas…) 2,9
2008 GDF Suez (Merger) 108.0
2008 ONGC Imperial Energy 2.6
2008 SINOPEC Tanganyiaka Oil 1.9
S 671(4) – Mars 2008
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Réserves des compagnies pétrolières au 01/01/2015
Ratio R/P Pétrole Gaz
Exxon 18 19
BP 13 21
Shell 11 13
Total 14 16
Chevron 10 17
Conoco 17 14
Eni 11 12
© 2015 ‐ IFP Training

Source : Annual reports
S 622*30 – March 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 33
Production des compagnies pétrolières ‐ 2014

© 2015 ‐ IFP Training
Source : Rapports Annuels
S 621*29 – Février 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Les 7 premières sociétés pétrolières

Net income Sales
Market
capitalization 4Q2014 4Q2013 Variation 2014 2013 Variation 2014 2013 Variation
02/02/2015
ExxonMobil 352 6,57 8,35 ‐21% 32,52 32,58 0% 412 438 ‐6%
RDShell 180 0,60 1,78 ‐67% 14,87 16,37 ‐9% 431 460 ‐6%
Chevron 193 3,47 4,93 ‐30% 19,24 21,42 ‐10% 212 229 ‐7%
Bp 112 ‐4,37 1,10 ‐498% 4,00 23,58 ‐83% 359 396 ‐9%
Total 109 ‐5,66 2,23 ‐353% 4,24 11,23 ‐62% 236 252 ‐6%
Conoco 76 ‐0,04 2,49 ‐102% 6,87 9,16 ‐25% 56 58 ‐5%
Eni 56 0,58 1,61 ‐64% 4,92 5,88 ‐16% 146 152 ‐4%
© 2015 ‐ IFP Training

Source : Companies
S 601*25 – Février 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 34
Investissements

Autres : transport, distribution (estimations)
Pétrochimie (estimations)
Raffinage
Exploration/Production
2014 estimations
2015 prévisions

© 2015 ‐ IFP Training
Source : IFP EN
S 801*33 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Résultats par secteurs
BP, EXXON MOBIL, SHELL, TOTAL, CHEVRON

Upstream

Downstream

Chemicals
© 2015 ‐ IFP Training

Source: Rapports annuels
S663 – Février 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 35
Perspectives d’investissements des majors

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Investissements

Million $

© 2015 ‐ IFP Training

(1) BP Amoco since 1998 and BP Amoco Arco since 2000, (2) Exxon‐Mobil since 1999


(3) Chevron Texaco since 2002 and Chevron since 2005

Source: Annual Reports
SS006 – Février 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 36
Taux de retour sur investissements

© 2015 ‐ IFP Training
(1) Exxon Mobil since 1999, (2) BP Amoco since 1998 and BP Amoco Arco since 2000, 
(3) Chevron Texaco since 2000 and Chevron since 2005,(4) Total Fina Elf since 1999 and Total since 2004

Source: Rapports annuels
SS007 – March 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Parts de marché
Shell, ExxonMobil, BP, Chevron & Total
Mt

© 2015 ‐ IFP Training

Source: Annual Reports & BP Stat. Review
SS005 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 37
Evolution du résultat net

(1) BP Amoco since 1998 & BP Amoco Arco since 2000 & BP since 2003


(2) Exxon Mobil since 1999
(3) Totalfina since 1999, TotalFinaElf since 2000 & Total since 2003
(4) Chevron Texaco since 2002 and Chevron since 2005

© 2015 ‐ IFP Training
Source : Compagnies
SS046 – Février  2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Les 25 premières sociétés pétrolières
2013

© 2015 ‐ IFP Training

Source: PIW Décembre 2014
SS032 – Décembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 38
Structure de l'industrie pétrolière

Production
annuelle
de brut

1973
2013

Capacité *Part de l’État > 50%

de raffinage

© 2015 ‐ IFP Training
Source :  PIW Décembre 2014
S 421*22 – Janvier 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

OPEP (1960 ‐ …)

 Objectifs ?
• Stabilisation des marchés pétroliers : niveau de prix raisonnables
pour éviter la substitution énergétique
• Offre régulière aux consommateurs tout en assurant des revenus
suffisants aux producteurs et aux investisseurs
• Maximiser le revenu issu des ressources non renouvelables

 Qui ?
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 39


Commentaire : évolution des membres de l’OPEP

 1960 : 5 membres fondateurs  Modifications


• Islamic Republic of Iran • L’Equateur suspend son adhésion (dec. 1992 – oct. 2007)
• Iraq • Le Gabon quitte l’OPEP (1995)
• Kuwait • L’Indonésie suspend son adhésion (effective en jan.
2009)
• Saudi Arabia
• Venezuela
 Membres actuels
• Algeria
 Rejoints par
• Angola
• Qatar (1961) • Ecuador
• Indonesia (1962) • Iran
• Libya (1962) • Iraq
• The United Arab Emirates (1967) • Kuwait
• Algeria (1969) • Libya
• Nigeria (1971) • Nigeria
• Ecuador (1973) • Qatar

© 2015 ‐ IFP Training
• Gabon (1975) • Saudi Arabia
• Angola (2007). • United Arab Emirates
• Venezuela

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Poids respectifs des différents pays de l’OPEP

Réserves de brut  Production de brut  Population 


(GT) ‐ 01/01/2014 (mb/j) ‐ 2013 (millions) ‐ 2013
Arabie Saoudite 36,5 11,5 30,1
Iran 21,6 3,6 76,5
Irak 20,2 3,1 35,1
Koweit 14,0 3,1 3,5
EAU 13,0 3,6 9,3
Qatar 2,6 2,0 2,2
OPEP Moyen Orient 107,9 27,0 156,7
Venezuela 46,6 2,6 29,7
Lybie 6,3 1,0 6,5
Nigeria 5,0 2,3 173,6
Angola 1,7 1,8 21,6
Algérie 1,5 1,6 38,3
Equateur 1,2 0,5 15,8
© 2015 ‐ IFP Training

OPEP hors Moyen‐Orient 62,3 9,8 285,5


TOTAL OPEP 170,2 36,8 442,2
Source : BPSR et Photius.com
S 501*24 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 40
Perspective de l’offre mondiale de pétrole 
Scénario « New Policies » AIE

© 2015 ‐ IFP Training
Source : AIE WEO 2014
SS 168 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 41


Les défis énergétiques

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Deep & ultra deepwater: > 125m & > 1500m
Offshore reserves : 650 Gboe (<300 O / > 350 G) production : 25 to 30% oil & gas production
>1000m:  450 fields for proven reserves estimated to 90  G b oil / Gas 3 Tm3 gas
45% discovered reserves (1998‐2008) ‐ 2/3 is oil
6 to 12% growth / year for deepwater and ultra deep (2010 to 2030, source BP)

Production > 10 Mb/d (>125m)
North Sea

Canada

Gulf of Mexico ‐ Egypt, Israel
Prod 1.9 Mboed
Mars, Ursa, Horn Mountain,  Asia
Magnolia, … Gulf of Guinea  India (Krishna‐Godavari), 
Mexico Malaysie (Kikeh), China, 
2 Mbd (Angola,  Indonesia …
Nigeria)
Australia …
© 2015 ‐ IFP Training

Brazil – Prod 2 Mbd


(0.6 presalt)
Reserves >1000m (G boe)
15
Albacora, Marlim, Barracuda, Caratinga, Roncador,  7
Source: IFP Training & industry, oct 2014 Jubarte, Cachalote, Libra, Lula, Tupi, Sapinhoa…
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 42
“Heavy” Oil – 2013
OIP Proven  Production 
2000 2006 2012 2020 2022 2030
reserves (Mbd)
Extra Heavy Oil >1,2 Tb 235 Gb Venezuela 0,3 0,6 0,5 2,5*

US ‐ ‐ ‐
OIL Shale >1,5 Tb
World 0,01 0,02 0,02

Oil Sands 1,8 Tb 169 Gb Canada 0,6 1,1 1,9* 3,8* 5,2*

* gov
Canada Production 2012: 2,4 Mbd **Estimations IEA
Athabasca, Cold lake, Peace
Russia
river ‐ Tar Sands in Alberta

China
Italy
USA
Maroc

Venezuela Congo
Orinoco Extra Heavy Oil 

© 2015 ‐ IFP Training
Brazil

Source : CERI, BPSR, PDVSA, Canada National Energy, BloomBerg, CRS US
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Consommation d’énergie primaire par habitant ‐ 2013

Tep
© 2015 ‐ IFP Training

Source : BP Statistical Review of World Energy


SS231 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 43
Enjeux géopolitiques 

 Irak, Lybie

 Iran, Venezuela

 Russie

 Nigéria

 Zone Arctique

 Etc.

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Scénarios énergétiques ‐ Principes

Qui :
Organismes internationaux, compagnies énergétiques, instituts……

Pourquoi :
Pour planifier les investissements énergétiques pour faire face à la demande future et à l’épuisement
des réserves. Horizon 20 ans, possible 50 ans mais incertitude plus forte.

Comment :
modèles mathématiques sophistiqués permettant de simuler l’évolution de la production et de la
consommation d’énergie en fonction d’un certain nombre de paramètres.

Hypothèses :
 Démographie : L’incertitude liée aux évolutions démographiques globales est faible (environ 8

milliards d’habitants vers 2030 et 10 milliards vers 2050)


 Économie : Les scénarios retiennent deux ou trois hypothèses de croissance économique : faible,

moyenne, forte.
 Technologie : on considère généralement que la technologie connaît des améliorations continues

sur une durée de 20 ans. La possibilité d’une innovation majeure est exclue en raison de la
© 2015 ‐ IFP Training

difficulté à modéliser un événement par nature imprévisible.


 Prix de l’énergie : le prix de chacune des énergies, notamment fossiles, contribue à déterminer sa

part de marché dans la consommation totale.


 Contraintes environnementales

SS159
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 44
Baisse de 100 à 80$ sur la croissance par zone

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Demande mondiale d’énergie par zone (Mtep) 
Scénario « New Policies » AIE 

© 2015 ‐ IFP Training

Source: AIE WEO 2014
Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 45
World oil consumption by zone
IEA New Policies scenario 
GToe

Non OECD
OECD Europe
*Bunkers and 
OECD Asia biofuels : 
OECD America 2013 : 9% 
2040 : 13%

© 2015 ‐ IFP Training
Source: IEA WEO 2014 and BP Statistical Review
S311 – November 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Demande mondiale d’énergie primaire
Scénarios AIE

© 2015 ‐ IFP Training

Source: AIE – WEO 2014
Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 46
Emissions mondiales de CO2
Scénarios AIE

© 2015 ‐ IFP Training
Source : WEO 2011
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Commentaire : les trois scénarios AIE

 Present policies option : governments pursue an energy policy strategy


over the next 25 years based on existing policies; EU keeps its course to
achieve by 2020 a 20% reduction in emissions compared with 1990
levels; China 17% reduction CO2 intensity by 2015

 New policies prediction : central forecast of IEA WEO2011. Include


“broad policy commitments and plans”, measures such as the adoption
of carbon pricing by US from 2015 or a 40% reduction in CO2 intensity
(compared with 2005) in China by 2020

 450 forecast : this policy would give 50% chance of stopping average
global temperatures rising by 2°C. The 450 refers to the limit in parts‐
per‐millions terms of the concentration of GHGs in the air. Introduction
of CO2 prices in all countries; 100 billion a year of financing for non
OECD countries. EU emissions would fall by 30% in the next decade
© 2015 ‐ IFP Training

compared with 1990; the US would slice 17% off its emissions
compared with 2005; and China would reduce carbon intensity by 45%
against 2005 levels by 2020
Source : Oil & Gas Journal Feb.  2011
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 47
Hypothèses sur les taux de croissance du PNB par région
Scénarios AIE

© 2015 ‐ IFP Training
Source: AIE – WEO 2014
Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Hypothèses sur les taux de croissance de la population par 
région – Scénarios AIE

© 2015 ‐ IFP Training

Source: AIE – WEO 2014
SS130 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 48
Demande mondiale d’énergie par zone
Scénario « New Policies » AIE
2040

2012

68%
56%

14% 9%
7% 5%
20%
15%

© 2015 ‐ IFP Training
3% de soutes maritimes internationales
Source: AIE WEO 2014  et BPSR
S132 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Demande mondiale d’énergie par type d’énergie
Scénario « New Policies » AIE 

2040

16%
2012 3%
7%
11%
2% 24%
5%
28%
24%

23%

26%
31%
© 2015 ‐ IFP Training

Source : AIE WEO 2014 et BPSR
S133 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 49
Demande mondiale d’énergie par type d’énergie
Scénario « New Policies » AIE 

Taux de 
croissance 
GTep 1965 2012 2040 annuel
2012/2040

Pétrole 1,6 4,2 4,8 0,5%


Gaz 0,6 2,8 4,4 1,6%
Charbon 1,4 3,9 4,5 0,5%
Nucléaire 0,1 0,6 1,2 2,3%
Hydraulique 0,1 0,3 0,5 1.9%
Bioénergies et renouvelables Nd 1,6 2,9 4,9%

© 2015 ‐ IFP Training
Total 3,8 13,4 18.3 1,1%

Source: AIE WEO 2014 et BP Stat Review
S133ter – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Croissance de la demande mondiale d’énergie par secteurs 
et par zones 2012‐2040 – Scénario « New Policies » AIE

© 2015 ‐ IFP Training

Source : IEA – WEO 2014
November 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 50
Evolution de l’offre de pétrole hors OPEP
Scénario « New Policies » AIE 

© 2015 ‐ IFP Training
Source : AIE WEO 2014
SS 167 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

Production de pétrole de l’OPEP
Scénario « New Policies » AIE 

© 2015 ‐ IFP Training

Source : AIE – WEO 2014
SS 148 ‐ Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 51
Evolutions de l’offre pétrolière 
Scénario « New Policies » AIE 

© 2015 ‐ IFP Training
Source: AIE WEO 2014
SS119 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1

52
L’aval pétrolier

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

1. Technique du raffinage
©  2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 53


Du brut aux produits : la raffinerie

Pétroles Bruts Principaux produits


pétroliers
Moyen orient
Arabie - Irak - Iran Gaz liquefiés • Propane
Koweit - EAU • Butane
de pétrole
Afrique • GPL-c
Nigeria - Gabon - Congo - Carburants • Supercarburant avec
Angola - Algérie - Libye auto et sans plomb
• Essence auto
Mer du Nord Carburéacteurs
• Jet A1

Autres pays Gazole moteur


CEI (ex URSS) Fioul domestique
Venezuela
Mexique Fiouls lourds • HTS
• BTS
Bitumes

• Naphtas

© 2015 ‐ IFP Training
Autres • Essences spéciales (white spirit, essence aviation)
• Pétrole lampant
produits • Diesel marine léger
• Fuels spéciaux
• Huiles de base
• Paraffines-cires
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Le pétrole brut est un mélange d'hydrocarbures

CH4

C4H10

BRUT = C6H14

C20H42
...
© 2015 ‐ IFP Training

De longueurs différentes

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 54


Le pétrole brut est un mélange d'hydrocarbures

Normales‐paraffines
Isoparaffines

BRUT =
Naphtènes Aromatiques

© 2015 ‐ IFP Training
De longueurs différentes, de formes différentes

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Les hydrocarbures

Relation nombre de carbones ‐ Température d’ébullition
Nbre de Température
carbones Représentation des HC d'ébullition (°C)
1 2 3 4 5 ... 9 ....

Méthane C1 ‐161,5
GAZ

Ethane C2 ‐ 89

Propane C3 ‐ 42

Butane C4 0

Pentane C5 + 36
...
LIQUIDE

...
Nonane C9 + 151

T fusion + 18°C
Héxadécane C16 + 287

T fusion + 36°C
SOLIDE

Eicosane C20
© 2015 ‐ IFP Training

.... + 350

T fusion + 66°C
Triacontane C30 + 458
....
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 55
Procédés du raffinage
Typologie des raffineries

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Chaque produit répond à un besoin spécifique

ESSENCES

=
Isoparaffines Aromatiques Normales‐paraffines

FOD/GASOIL

SOUFRE
© 2015 ‐ IFP Training

Longueurs et formes doivent être adaptées
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 56
Le raffinage

SEPARATION

Qualité
AMELIORATION
Léger

CONVERSION
Lourd

© 2015 ‐ IFP Training
MELANGE

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Schéma de raffinage (1950‐1970)

GAZ

C3 GPL
C4 GPL
D naphta léger
I naphta lourd ESSENCES
S REFORMEUR
AUTO
T 0,6 mT/an
NAPHTA
KEROSENE
gazole
HDS GAZOLE
0,6 mT/an
5 mT/an

A
T
M
© 2015 ‐ IFP Training

2 mT/an
FUEL (40%)
résidu atmosph.          
R132*7
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 57
Schéma de raffinage (1970‐2000)

GAZ

C3 GPL
D C4 GPL
naphta léger
I
S naphta lourd
REFORMEUR ESSENCES AUTO
T 1 mT/an
. NAPHTA

Essence
KEROSENE
gazole
HDS GAZOLE

iC4
1.8 mT/an
A
8 mT/an

T d.s.v. CRAQUEUR

M CATALYTIQUE

Ico
. D. 1.8 mT/an

hco

© 2015 ‐ IFP Training
S.
V.
résidu atm. VISCO
r.s.v.
3.5 mT/an REDUCTEUR FUEL (20%)
1.5 mT/an
R133*8
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 58


Séparation
Distillation atmosphérique
Distillation sous vide

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Séparer

Trier par  Essences

BRUT longueurs Distillats


des chaînes Lourds
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 59


Séparer en "fractions" ou "coupes"

GPL + essences 23%

Kérosène 10%

Gazole 29% 

365 °

© 2015 ‐ IFP Training
Résidu atmosphérique 38%
La distillation atmosphérique
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Colonne de distillation
Ligne 
de tête

Colonne de
distillation

Condenseur
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 60


Séparer en "fractions" ou "coupes"

DA

Gazole sous‐vide 11%

R
Distillat sous‐vide 51%
é
s
i
d
u
395 °

© 2015 ‐ IFP Training
Résidu sous‐vide 38%
La distillation sous vide
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Distillation sous vide

Colonne de distillation 
Système de vide
sous vide

Arrivée du résidu
atmosphérique
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 61


Amélioration
Réformeur
Isomérisation

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Le problème des essences

ESSENCE ISOMERISATION
CARBURANTS 
LEGERE HDT AUTO
CATALYTIQUE
C 5 ‐ C6 RON 95
RON 98
Riche en 
n paraffines
ISOMERAT
à faibles 
indices d ’octane Unités d’élimination  RON 83 à 90
RON 60 à 80 du soufre et autres poisons
des catalyseurs

REFORMAT
ESSENCE RON 98 à 102
LOURDE
HDT REFORMAGE
C7 ‐ C10
CATALYTIQUE
Autres bases carburant :
Riche en paraffines et  • essences FCC (RON 92)
© 2015 ‐ IFP Training

en naphtènes 
à très bas 
• butane
indices d ’octane • alkylat
RON 20 à 50 • etc.
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 62
Reformage catalytique : 1 – Principe du procédé

Gaz riche en H2 9%
ESSENCE
LOURDE Gaz combustible 2%

GPL (C3 ‐ C4) 11%


(C7 à C10/11) REFORMAGE
Issue du CATALYTIQUE REFORMAT
pétrole brut (C5 à C11)
Haute température : 500°C Base carburant
Riche en  Pression moyenne riche en 
Paraffines et  Catalyseur au platine 78%
Aromatiques
en Naphtènes à haut indice
Grand apport de chaleur
d’octane
RON 20 à 50

© 2015 ‐ IFP Training
RON 98 à 102

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Reformage catalytique : 2 ‐ catalyseur

Catalyseur
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 63


Isomérisation – Procédé

•Catalyseur ALUMINE ‐ Platine ‐ Chlore 


Hydrogène •Réactions chimiques réalisées en présence d’hydrogène

catalyseur
Essence
légère  Isomérat
ex pétrole 
brut 150°C Base carburant
C5 ‐ C6 35 bar
C5 ‐ C6
riche en  riche en iP
nP
RON  90

© 2015 ‐ IFP Training
RON  70
MON  87
MON  65 Réacteurs d’isomérisation

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 64


Craquer

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Rendements de différents pétroles bruts

Demande Pétrole brut Boscan


Saharien Brent Arabe léger Safaniyah Brut lourd
(Monde) (Algérie) (A. Saoudite) (A. Saoudite)
(Venezuelien)
0%
GPL
20%
Légers

40%

60% Moyens

80%
Lourds
© 2015 ‐ IFP Training

100%

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 65


Craquer pour alléger le baril

CRAQUER

Essences
Essences
Distillats
Distillats
Lourds
Lourds

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Différents procédés de craquage des charges lourdes

Viscoréducteur • Beaucoup de gaz et de coke


(visbreaking) • Produits obtenus de mauvaise qualité
CRAQUAGE  Cokéfaction retardée • Permet de traiter des charges lourdes
THERMIQUE (delayed coker) riches en métaux (RSV)

• Moins de gaz, plus d’essence, moins de


coke
CRAQUAGE Craquage catalytique
• Qualité des produits moyenne
CATALYTIQUE fluide (FCC) 
pour les distillats • Procédé adapté au craquage des distillats
et de certains résidus

• Essences, kérosène, gazole de très bonne


HYDROCRAQUAGE Hydrocraquage 
qualité, pas de coke
© 2015 ‐ IFP Training

CATALYTIQUE de distillats
• Consomme de l’hydrogène
Hydrocraquage  • Plus cher
de résidus

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 66


Craquage thermique
Viscoréduction
Cokéfaction

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Viscoréduction des résidus sous vide
Temps de séjour
20 minutes
Gaz + Essence
3‐5
Colonne de distillation

FOUR DE 
Maturation

CRAQUAGE Gazole de 
THERMIQUE
viscoréducteur
10 ‐ 15

100 Base 
fuel lourd à 
© 2015 ‐ IFP Training

450°C viscosité réduite
CHARGE : RESIDU SOUS VIDE
Viscosité 1000 à 3000 cSt à 100°C 80 ‐ 85
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 67
Craquer les résidus pour alléger le baril

560°
Plusieurs 
heures Gaz  (10%)

Essences ‐‐ (10%)

Résidu  Gazole ‐‐ (20%)


sous vide
Distillat ‐ (30%)

Coke (30%)

CRAQUAGE THERMIQUE POUSSÉ DE RÉSIDUS

© 2015 ‐ IFP Training
La cokéfaction retardée

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 68


Craquage catalytique
Cracker catalytique fluide (FCC)

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Craquage catalytique – Mise en œuvre

 15
Fumées
95
Coke  5%

730°C
530°C  45
Essences
Réacteur

Fumées
de combustion FCC

BRÛLAGE  20 Gazole
DU COKE Craquage
Cokage FCC (LCO)

Circulation catalyseur
100
© 2015 ‐ IFP Training

Air 10 à 20 t/mn
 15
Lourds
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 69
FCC
Sortie des 
produits craqués

Colonne de 
fractionnement

Riser

© 2015 ‐ IFP Training
régénérateur

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

De nouveaux composants pour les essences

Gaz C4 du
réformeur

+ Alkylat

Gaz C4 du
FCC
© 2015 ‐ IFP Training

Convertir des gaz en essences 
À bon indice d'octane :  l'alkylation
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 70
Hydrocraquage catalytique
Hydrocracker de distillat
Hydrocracker de résidus

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Hydrocraquage de distillats sous vide
Réacteurs hydrogène
385°C 170 
bar

four Gaz
5%
HYDROTRAITEMENT

HYDROCRAQUAGE

Essence légère
SEPARATION

10%
Essence lourde
15%

Kerosène
35%

Gazole
Charges 35%
Distillats  Recycle vers 5% 
© 2015 ‐ IFP Training

sous vide ‐ Huiles
‐ FCC

HYDROGENE
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 71
Hydrodésulfuration

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Les hydrodésulfurations – Principe

COUPE 
ESSENCES
KEROSENE PETROLIERE 
GAZOLE DESULFUREE
issus du pétrole brut à
haute teneur en soufre HYDRODESULFURATION  HC légers formés par 
destruction des 
CATALYTIQUE composés sulfurés
Température : 300 à 400°C
Forte pression d’hydrogène Gaz contenant de l’H2S
+ Catalyseurs spécifiques

+ +

+
+
© 2015 ‐ IFP Training

Transformation en gaz  H2S du soufre
contenu dans la charge +
Composés  HYDROGENE
sulfurés
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 72
Mélanges
Stockages

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Mélange des bases

Base 1 %
OPTIMISATION DES
Base 2 % MELANGES

Base 3 %

Base 4 % QUALITE ET QUANTITE
DES BASES

Base 5 % ANALYSES 
LABORATOIRE

Analyseurs 
© 2015 ‐ IFP Training

en continu
Produit fini EXPEDITION

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 73


Ex de Pool gasoline – Europe de l’ouest (% vol)

Butane 4%

ETBE 5%

Essence légère 1%

Isomérat 6%

Alkylat 6%

Reformat 49%

Essence FCC 29%

© 2015 ‐ IFP Training
RR051 – Septembre 2008
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Raffinerie simple – Début des années 70

Gaz de raffinerie
Combustible
C3
GPL
C4
Naphta
H2 C3 ‐ C4
atmosphérique

Reformage Essences
Distillation

Carburéacteur
Brut
Gazole
H2
HDS Fioul 
domestique
© 2015 ‐ IFP Training

Fioul lourd

Combustible
Source : CEG‐IFP
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 74
Raffinerie avec conversion classique – Années 80‐90

Gaz de  Combustible
raffinerie C3
C4
GPL
Naphta
atmosphérique H2 C3 ‐ C4
Distillation

Reformage Essences

Carburéacteur
Brut Gazole
H2
HDS
Fioul 
domestique
C3 ‐ C4

Distillation Craquage 
sous vide catalytique Fioul lourd

© 2015 ‐ IFP Training
Coke
Viscoréduction
Combustible
Source : CEG‐IFP
Combustible
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Raffinerie à long terme – 2010‐2020
Gaz de  Combustible
raffinerie C3 GPL
C4
nC4 iC4
Isomérisation FCC/reformage Déhydrogénation iC4=
MTBE
Isomérisation
C5 ‐ C6 FCC
atmosphérique

MeOH
Distillation

H2 C3 ‐ C4 Essence
Fractionnement
super
Reformage

Brut
HDS/HDT
Carburéacteur

H2 C3 ‐ C4

Hydrocraquage
iC4
Distillation H2 C3 ‐ C4 C4= Gazole
Dimérisation
sous vide Hydroconversion C3=
C3 ‐ C4 iC4 / C4=/ C3 Alkylation
MeOH
combustible H2 pur TAME
H2 reformage Craquage reformage
© 2015 ‐ IFP Training

PSA catalytique
Gaz de raff. reformage à la  FCC LCO
vapeur
HDT
Résidus oxydation  Coke HCO
partielle
combustible

Source : CEG‐IFP
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 75
2. Economie du raffinage

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Évolution des capacités de raffinage

© 2015 ‐ IFP Training

Source : Oil & Gas Journal 


RR053 – Décembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 76
Évolution des capacités de raffinage ‐ Mt

© 2015 ‐ IFP Training
Source : Oil & Gas Journal
R201*10 – Décembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Les 10 plus grandes raffineries au monde (1.1.2015)

Compagnies Localisation Capacité b/j

1. Reliance Industries Ltd Jamnagar. India 1 240.000


2. Paraguana Refining Center Cardon‐Judibana. Falcon. Venezuela 940.000
3. SK Corp. Ulsan. South Korea 840.000
4. GS – Caltex Corp. Yeosu. South Korea 785.000
5. S‐Oil Corp. Onsan. South Korea 669.000
6. Exxon Mobil Ref & supply Co. Jurong/Pulau Ayer Chawan. Singapore 592.500
7. Exxon Mobil Ref & supply Co. Baytown. Texas 560.500
8. Saudi Aramco Ras Tanura. Saudi Arabia 550.000
9. Formosa Petrochemicals Co. Mailiao. Taiwan 540.000
10. Marathon Petroleum Co. LLC Garyville. Louisiane 522.000
© 2015 ‐ IFP Training

Source : Oil & Gas Journal
RR003 – Décembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 77
Capacités de raffinage par compagnies (1.1.2015)

© 2015 ‐ IFP Training
Source : Oil & Gas Journal
Décembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Capacités de raffinage et consommation de pétrole 
mondiales

Capacité
de raffinage

Consommation 
de pétrole
© 2015 ‐ IFP Training

Source : BP Statistical Review  et Oil & Gas Journal
RR021 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 78
Capacités de raffinage et demande de produits (Mt)

530
1079 1024 289
679
590

Europe de l’Est et CEI

370 385 1264 1415


Europe de l’Ouest
Amérique du Nord

161 171 Moyen Orient


318 311
Afrique

Amérique du Sud 
Asie

© 2015 ‐ IFP Training
et Centrale

Capacité de raffinage 01/01/2014


Demande de produits 2013
Source : OGJ et BPSR
RR104 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Capacités de raffinage et demande de produits en Europe 
(Mt/an)
13 9
Capacité de raffinage (1.1.2014)
22 14
Demande 2013 76 9 8 Finlande
70 Suède
Danemark
60
41 112 112

4 7 R.U.
Pays Bas
Irlande
36 31
Belgique
Allemagne

106
76 80
65 59 62
15 11
© 2015 ‐ IFP Training

21 14
Portugal France
Espagne
Italie Grèce
Source : OGJ et BPSR
R211 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 79
Capacités de raffinage et demande de produits en 
Amérique
905 831
104
98

Canada

73
Etats‐Unis 46*
90
Mexique 77 Caraïbes

Venezuela
(en Mt/an) 64
Capacité de raffinage (1.1.2014)

© 2015 ‐ IFP Training
Demande 2013
36

* estimation
Source : OGJ et BPSR
R212 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Capacités de raffinage et demande de produits en Asie 
(Mt/an)
525
353
221
209
Capacité 1.1.201 4
Corée
du
Consommation 2013 148 Sud Japon
108

217 175
66
Chine 43
Taiwan
32 50
Inde
Thaïlande
14 14 Philippines

27 31
51 74
© 2015 ‐ IFP Training

67 66 Malaisie
Singapour Indonésie

Source : BP Statistical Review. OGJ
R213 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 80
Capacités de raffinage et demande de produits en Afrique 
(Mt/an)
19 36 36
23
9
18

Libye Egypte
Algérie

Capacité 1.1.2014
Consommation 2013

27
24

© 2015 ‐ IFP Training
Afrique du Sud
Source : EIA. OGJ et BPSR
R214 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Structure de la demande par zone (%)

1973 2013
24 27
1973 2013
38
50 60 64
38
30 9
37
20 Union Européenne 1973
3 2013
22
Amérique du Nord 40
30
46
49
14

Essences Asie
© 2015 ‐ IFP Training

Distillats moyens
Fuel lourd

Source : BP Stat Review
R502*22 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 81
Flux mondiaux de Gasoil (Mt) en 2013

CEI
Europe 21
Amérique du - 45 Mt
Nord
+ 46 Mt 1
17
Moyen Orient Asie-Pacifique
1
1

27
1 Afrique

Amérique
Latine

© 2015 ‐ IFP Training
Estimations basées sur AIE et autres
Certain degré d’imprécision
RR107 – Juillet 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Les marges

MARGE BRUTE DE RAFFINAGE =
VALEUR DES PRODUITS (sortie raffinerie)
‐ coût du brut (entrée raffinerie)

MARGE NETTE ou
MARGE SUR COUTS VARIABLES =
MARGE BRUTE moins COUTS VARIABLES  

RESULTAT OPERATIONNEL =
MARGE NETTE
© 2015 ‐ IFP Training

moins COUTS FIXES DE RAFFINAGE 

R301*12
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 82
Économie du raffinage – Marges et coûts

 Marges brutes : imposées par le marché


 Coûts : contrôlés par le raffineur à travers
• Optimisation des approvisionnements (programmation linéaire)
• Optimisation des fabrications
• Réductions des consommations internes
• Economies d’énergie
• Gestion de l'entretien
• Gestion/formation du personnel
• Gestion financière

© 2015 ‐ IFP Training
R302
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Marges brutes de raffinage
(Raffinerie avec cracking ‐ Europe du Nord Ouest)

© 2015 ‐ IFP Training

Source : Platt ’s
R333*17 – Juillet 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 83
Investissements suivant la complexité de la raffinerie (M$)

Raffinerie  Raffinerie 
Raffinerie simple 
conversion  conversion 
sans conversion
classique profonde
5 MTA
8 MTA 8 MTA

Unités de traitement 1020 1320 1320


(hors craquage)

I Complexe craquage ‐ 1240 1240


B (D.S.V. F.C.C. Alkyl. viscoréd.)
L*

Complexe conversion 
‐ ‐ 1720
profonde
O Offsites (utilités. stockages. 
B 1220 1680 1920
L ** liaisons. expéditions....)

© 2015 ‐ IFP Training
TOTAL 2240 4240 6200

*   Inside Battery Limit
** Outside Battery Limit
Source : EG
R312*13 – Sept 2010
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Dépenses mondiales de l’industrie du raffinage
Milliards $

© 2015 ‐ IFP Training

Source : IFP EN
RR097 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 84
Coûts du raffinage ($/t)

Raffinerie  Raffinerie 
Raffinerie simple 
conversion  conversion 
sans conversion
classique profonde
5 MTA
8 MTA 8 MTA
Catalyseurs + Produits chimiques 6.0 10.0 11.0

TOTAL DES COUTS VARIABLES (1) 6.0 10.0 11.0


Personnel 5.0 7.0 8.0
Entretien 9.0 10.6 15.5
Autres frais fixes + frais de siège 5.6 7.0 9.4
Amortissements (2) 2.2 2.7 12.3
TOTAL DES COUTS FIXES + Amort. 21.8 27.3 45.2

TOTAL DES COUTS (1) 27.8 37.3 56.2


(1) Hors Utilités
(2) Amortissement économique basé sur une période de 20 ans.
Pour raffinerie simple ‐ amortie à 100% mais reste revamping de 224 M$ à amortir sur 20 ans 
Pour raffinerie conversion classique ‐ amortie à 100% mais reste revamping de 424 M$ à amortir sur 20 ans

© 2015 ‐ IFP Training
Pour raffinerie conversion améliorée ‐ amortie à 100% mais reste hydrocraquing 1960 M$ à amortir sur 20 ans 
(3) Prix du Fuel = 297.8 $/t

Coûts des Utilités inclus dans 
11,9 17,9 29,8
Marge Brute (3)
Source : EG
R322*14 – Avril 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Coûts du raffinage Grass Root ($/t)

Raffinerie  Raffinerie 
conversion classique conversion profonde
8 MTA 8 MTA

Catalyseurs + Produits chimiques 10.0 11.0

TOTAL DES COUTS VARIABLES (1) 10.0 11.0


Personnel 7.0 8.0
Entretien 10.6 15.5
Autres frais fixes + frais de siège 7.0 9.4
Amortissements (2) 26.5 38.8
TOTAL DES COUTS FIXES + Amort. 51.1 71.7

TOTAL DES COUTS (1) 61.1 82.7


(1) Hors Utilités
(2) Amortissement économique basé sur une période de 20 ans.
Pour raffinerie conversion classique ‐ unité neuve à amortir sur 20 ans 
Pour raffinerie conversion améliorée ‐ unité neuve à amortir sur 20 ans 
© 2015 ‐ IFP Training

(3) Prix du Fuel = 297.8 $/t

Coûts des Utilités inclus dans Marge 
17,9 29,8
Brute (3)
Source : EG
RR322*14bis– Avril 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 85
Marges et Résultat Opérationnel 
suivant la complexité de la raffinerie sur Arabian Light
Mois de Février 2015
RENDEMENTS EN % 
Cout CAF du brut 55.9 $/b soit 406.4 $/t
Raffinerie  Raffinerie  Raffinerie 
Prix  simple sans  conversion  conversion 
($/t) conversion classique profonde
5 MTA 8 MTA 8 MTA
GPL 417,5 1.0 4.4 5.0
ESSENCE 618,0 15.7 29.4 33.5
CARBUREACTEUR 594,6 9.9 8.5 9.0
GAZOLE 565,1 27.6 30.0 36.5
FOL 3.5 %S 297,8 41.8 21.7 6.0
VALORISATION ($/t brut traité) 440,5 484,8 505,6
MARGE BRUTE (valorisation ‐ coût brut en $/t) 34,1 78,4 99,2

© 2015 ‐ IFP Training
TOTAL DES COUTS ($/t)  27,8 37,3 56,2
RESULTAT OPERATIONNEL ($/t)  6,4 41,1 43,0
R331*15 – Avril 2015

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Marges et Résultat Opérationnel 
suivant la complexité de la raffinerie sur Brent Blend
Mois de Février 2015
RENDEMENTS EN % 
Cout CAF du brut 57.9 $/b soit 436.8 $/t
Raffinerie  Raffinerie 
Raffinerie simple 
Prix conversion  conversion 
sans conversion
($/t) classique profonde
5 MTA
8 MTA 8 MTA
GPL 417,5 1.9 6.7 6.5
ESSENCE 618,0 18.2 35.4 36.0
CARBUREACTEUR 594,6 13.2 9.8 10.5
GAZOLE 565,1 26.6 35.8 37.0
FOL 1 %S 322,6 36.1 6.3 0.0
VALORISATION ($/t brut traité) 465,7 527,7 521,1
MARGE BRUTE (valorisation ‐ coût brut en $/t) 28,8 90,8 84,3
© 2015 ‐ IFP Training

TOTAL DES COUTS ($/t)  27,8 37,3 56,2


RESULTAT OPERATIONNEL ($/t)  1,0 53,5 28,2
R331*15 ‐ Avril 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 86
Marges et Résultat Opérationnel sur Raffineries Grass Root
suivant la complexité de la raffinerie sur Arabian Light
Mois de Février 2015
RENDEMENTS EN %
Cout CAF du brut 55.9 $/b soit 406.4 $/t
Raffinerie  Raffinerie 
Prix conversion  conversion 
($/t) classique profonde
8 MTA 8 MTA
GPL 417,5 4.4 5.0
ESSENCE 618,0 29.4 33.5
CARBUREACTEUR 594,6 8.5 9.0
GAZOLE 565,1 30.0 36.5
FOL 3.5 %S 297,8 21.7 6.0
VALORISATION ($/t brut traité) 484,8 505,6

© 2015 ‐ IFP Training
MARGE BRUTE (valorisation ‐ coût brut en $/t) 78,4 99,2
TOTAL DES COUTS ($/t)  61,1 82,7
RESULTAT OPERATIONNEL ($/t)  17,2 16,5
R331*15 – Avril 2015

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Marges et Résultat Opérationnel sur Raffineries Grass Root
suivant la complexité de la raffinerie sur Brent Blend
Mois de Février 2015
RENDEMENTS EN %
Cout CAF du brut 57.9 $/b soit 436.8 $/t
Raffinerie  Raffinerie 
Prix conversion  conversion 
($/t) classique profonde
8 MTA 8 MTA
GPL 417,5 6.7 6.5
ESSENCE 618,0 35.4 36.0
CARBUREACTEUR 594,6 9.8 10.5
GAZOLE 565,1 35.8 37.0
FOL 1 %S 322,6 6.3 0.0
VALORISATION ($/t brut traité) 527,7 521,1
© 2015 ‐ IFP Training

MARGE BRUTE (valorisation ‐ coût brut en $/t) 90,8 84,3


TOTAL DES COUTS ($/t)  61,1 82,7
RESULTAT OPERATIONNEL ($/t)  29,7 1,7
R331*15 – Avril 2015

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 87


Marges et Résultat Opérationnel 
suivant la complexité de la raffinerie sur Arabian Light
Mois de Juin 2014
RENDEMENTS EN % 
Cout CAF du brut 110.2 $/b soit 801.8 $/t
Raffinerie  Raffinerie  Raffinerie 
Prix  simple sans  conversion  conversion 
($/t) conversion classique profonde
5 MTA 8 MTA 8 MTA
GPL 957,7 1.0 4.4 5.0
ESSENCE 1158,2 15.7 29.4 33.5
CARBUREACTEUR 951,2 9.9 8.5 9.0
GAZOLE 921,7 27.6 30.0 36.5
FOL 3.5 %S 609,7 41.8 21.7 6.0
VALORISATION ($/t brut traité) 794,8 872,3 894,5
MARGE BRUTE (valorisation ‐ coût brut en $/t) ‐7,0 70,5 92,6

© 2015 ‐ IFP Training
TOTAL DES COUTS ($/t)  ‐27,8 ‐37,3 ‐56,2
RESULTAT OPERATIONNEL ($/t)  ‐34,8 33,2 36,5
R331*15 – Septembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Marges et Résultat Opérationnel 
suivant la complexité de la raffinerie sur Brent Blend
Mois de Juin 2014
RENDEMENTS EN % 
Cout CAF du brut 112.2 $/b soit 847.3 $/t
Raffinerie  Raffinerie 
Raffinerie simple 
Prix conversion  conversion 
sans conversion
($/t) classique profonde
5 MTA
8 MTA 8 MTA
GPL 957,7 1.9 6.7 6.5
ESSENCE 1158,2 18.2 35.4 36.0
CARBUREACTEUR 951,2 13.2 9.8 10.5
GAZOLE 921,7 26.6 35.8 37.0
FOL 1 %S 656,0 36.1 6.3 0.0
VALORISATION ($/t brut traité) 836,5 938,7 920,1
MARGE BRUTE (valorisation ‐ coût brut en $/t) ‐10,7 91,4 72,8
© 2015 ‐ IFP Training

TOTAL DES COUTS ($/t)  ‐27,8 ‐37,3 ‐56,2


RESULTAT OPERATIONNEL ($/t)  ‐38,5 54,1 16,7
R331*15 ‐ Septembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 88
Marges brutes de raffinage
(Raffinerie avec cracking ‐ Europe du Nord Ouest)

© 2015 ‐ IFP Training
Source : Platt ’s
R333*17 – Avril 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Refining gross margins 1995‐2014

Yearly average  Break‐even:   30 Euros /t
before capital charges
€/t
45
40 39
35
35 34
32
29 30
30
26
25 22 21
21
20 18 18
16 17 17
15 14
15 12 12 11
10
5
0
© 2015 ‐ IFP Training

1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013

Source: DGEC et Reuters
EM ‐ EPE Total ‐ Economie de la chaine pétrolière
Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 89
Production de pétrole brut par qualités

© 2015 ‐ IFP Training
Source : ENI 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Évolution de la consommation mondiale de produits 
pétroliers – mb/j

© 2015 ‐ IFP Training

Source : BPSR
R501*21 – Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 90
Principales acquisitions d’actifs de raffinage par les pays 
producteurs
Capacité Part % Investis.
Acheteur Pays Vendeur ou associé
1.000 b/j acquise (M$)

94 Italie‐ Cremona Tamoil/Amoco (83) 100 440


LIBYE 78 Allemagne ‐ Harburg Coastal (83‐87) 65 nd
72 Suisse ‐ Colombey Gatoil (90) 100 140

95 Pakistan ‐ Punjab Parco (2001) 40 110


ABU‐DHABI 282* Autriche/Allemagne OMV (94) 19,5 nd
600* Corée Hyundai Oil Refinery Cie (99) 70 510

81 Pays Bas ‐ Rotterdam Gulf oil (83) 100 150


KOWEIT
241 Italie ‐ Milazzo Agip (95) 50 125

235 USA ‐ Convent Shell (89) 50 nd


290 USA ‐ Port Arthur Shell (89) 50 nd
220 USA ‐ Norco Shell (89) 50 nd
A. SAOUDITE 525* Corée du Sud S‐Oil (91) 45 470

© 2015 ‐ IFP Training
300 Chine ‐ Thalin S‐Oil / Etat chinois (95) 45 nd
81  Chine ‐ Fujian ExxonMobil / Sinopec / Fujian 25 nd
222 Japon Showa Shell (2004) 15 nd
Source: Arab Oil & Gas directory *Capacité totale de raffinage de la compagnie. Le détail par raffinerie n’est pas communiqué
RR061 – Novembre 2010
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Principales acquisitions d’actifs de raffinage par les pays 
producteurs

Capacité Part % Investis.


Acheteur Pays Vendeur ou associé
1.000 b/j acquise (M$)

VENEZUELA 268 Allemagne – Gelsenkirchen Ruhr Oel/Veba (83‐86 50 125


262 Allemagne – Neustad Ruhr Oel/Veba (83‐86) 50
302 Allemagne – Karlsruhe Ruhr Oel/Veba (83‐86) 50
220 Allemagne – Schwedt Ruhr Oel/Veba (83‐86) 50

440 USA – Lake charles Citgo/Southland (86) 100 950


157 USA – Corpus Christi Citgo/Southland (86) 100
159 USA – Lemont Citgo/Southland (86) 100
193 USA – Chalmette Chalmette refining LLC 50

13 Suède – Gothenburg Nynas (95) 50 nd

500 Iles Vierges US – Ste Croix Amerada Hess (98) 50 nd


© 2015 ‐ IFP Training

320 Antilles Néerlandaise – Refineria Isla Curazao


Emmastad SA

Source: Arab Oil & Gas directory
RR062 – Novembre 2010
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 91
Capacités de raffinage ‐ OPEP (Mt/an)

1973 01/01/2014
ARABIE SAOUDITE 34 125
KOWEIT 27 47
IRAN 36 86
IRAK 9 42
E.A.U. ‐ 35
QATAR ‐ 7
TOTAL PROCHE ORIENT 106 342
ALGERIE 6.5 33
LIBYE 0.5 19
NIGERIA 3 22
ANGOLA ‐ 2
VENEZUELA 81 93

© 2015 ‐ IFP Training
EQUATEUR ‐ 10

TOTAL 216 520


Source : OPEC  Annual Review
R611 – Juillet 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Exportations des produits finis des pays de l’OPEP

b/j

Capacité de raffinage

Production de
produits finis 
Demande interne 
© 2015 ‐ IFP Training

Source : OPEC Annual Review
R613*24 – Juillet 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 92
De nouvelles capacités ?

 En 2010 l’excédent mondiale de capacité de raffinage est de 13 Mb/j


(la consommation estimée de brut serait de 86,3 Mb/j) dont 50 % en
Europe
 Asie : construction de nouvelles raffineries
 Pays producteurs de pétrole : upgrading/construction de raffineries
tournées vers l’exportation
 Etats‐Unis / Europe: projets d’unités de conversion
• Etats‐Unis : cokers pour produire plus distillats moyens, et moins de
fiouls lourds, réduction des importations d’essence
• Europe : hydrocrackers pour produire des distillats et probablement
modifications/fermetures d’environ 10‐15 % des raffineries en
Europe dans les années à venir (source UFIP)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Capacités de raffinage et nombre de raffineries 

© 2015 ‐ IFP Training

Source : Oil & Gas Journal
Décembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 93
Refining projects

Mb/d

8,1 Mb/d in 2013

South Am
North Am

Europe

Africa

Middle East

Asia Pacific

TOTAL
CIS

© 2015 ‐ IFP Training
Source : IFPEN, KBC
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Capacités de raffinage en 1980 et 2015 (Mt/an au 01/01)

767
1029
1079 530
1015
666

21
Europe de l’Est et CEI
22 1297
45 369
Europe de l’Ouest 182 204
Amérique du Nord

Moyen‐Orient
431 164 498
293 83 94

126 Afrique 219

Amérique Centrale Asie
© 2015 ‐ IFP Training

et du Sud 1980 4 005 Mt/an


2015 4 398 Mt/an
Projets 731 Mt/an
Source : Oil & Gas Journa & CPDP
R202*11 – Decembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 94
Capacités de raffinage – Projets futurs (Mt)

TOTAL MONDIAL

© 2015 ‐ IFP Training
731 Mt
Source : Oil & Gas Journal
RR054 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Quelques projets de nouvelles raffineries 1/2

Pays Compagnie ‐ localisation Capacité (b/j) Réalisation Inv


US Valero Energy Corp.. Port Arthur. Texas 90 000 2.4 G$
Venezuela PDVSA ‐ Barinas 100000 2014 1.2G$
Venezuela PDVSA ‐ Cabruta 400 000 Planning
Venezuela PDVSA ‐ Caripito 50 000 Planning
Venezuela PDVSA ‐ Zulia 200 000 Planning
Brésil Petrobras. Maranhao 300 000 2014
Equator Ministry of energy and mines ‐ Jaraminjo 300 000 3.6 G$
Angola Sonangol ‐ Lobito 200 000 2017 2 G$
Lybie Zwara Oil refinery Cie ‐ Mellita 200 000 2014 4 G$
Mozambique Oilmoz ‐ Maputo province 350 000 2014
Afrique du Sud Petro Sa ‐ Port elizabeth 400 000 2014
Irak US Army Corps of Engineers ‐ Northern Iraq 250 000 800 M$
Arabie Saoudite Saudi Aramco ‐ Ras Tanura 400 000 8 G$
Arabie Saoudite Saudi Aramco. Yanbu 400 000 2014 12 G$
Arabie Saoudite Saudi Aramco. Jazan 400 000 Engineering
EAU Abu dhabi Oil refinery Cie ‐ Ruwais 417 000 2014
EAU ConocoPhillips ‐ Fujairah 500 000 feasibility study
© 2015 ‐ IFP Training

Source : OGJ
RR099 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 95
Quelques projets de nouvelles raffineries 2/2

Pays Compagnie ‐ localisation Capacité (b/j) Réalisation Inv

Brunei PetroBru Sdn. Bhd. ‐ Pulau Muara Besar 200 000 planning


Qatar Qatar Petroleum ‐ Messaieed 250 000
Russie CJSC ‐ Tatarstan 140 000 3 G$
Nigeria Dangote Group 400 000 engineering
Chine CNPC/PDVSA. Guangdong 400 000 2015 8.3 G$
Chine Sinopec/KPC. Guangdong 300 000 Planning 9 G$
Chine Petrochina. Qinzhou 20 000 1.6 G$
Inde Indian Oil Corp.. Orissa 300 000 2014
Inde Nagarjura. Cuddalore 120 000 1.1 G$
Inde Hindustan Pet. Corp. ‐ Bhatinda 360 000 2017
Kuwait Al Zour 615 000 Planning
Pakistan Bosicor Oil Pakistan Ltd. ‐ Balochistan 115 000
Pakistan Khalifa Coastal ‐ Balochistan 250 000

© 2015 ‐ IFP Training
Pakistan Trans‐Asia Refinery Ltd. ‐ Port Qasim 100 000

Source : OGJ
RR099 – Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Evolution à moyen terme des capacités de raffinage 
et de la demande

© 2015 ‐ IFP Training

Source : IFPEN d’après BP Stat et AIE
Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 96
Ventes, transformations, fermetures de raffineries
2008‐2015

© 2015 ‐ IFP Training
Source : IFPEN
Novembre 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

Capacités de raffinage par types de compagnies

© 2015 ‐ IFP Training

Source : ENI WOGR
January 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier 97
Capacités de raffinage par types de compagnies ‐ 2013

© 2015 ‐ IFP Training
Source : ENI WOGR
January 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ S Saulnier

98
Module 1 ‐ Economie de la chaîne 
pétrolière
Economie de l’amont pétrolier
Mohamed Lyes DJENAOUI
mohamed‐lyes.djenaoui@ifptraining.com

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

 Ressources pétrolières et gazières

 Système pétrolier et classification des réserves

 Aspects technico‐économiques de l’E&P


©  2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 99


Les fondamentaux de l'exploration‐production

 ACTIVITÉ RISQUÉE
• 1 puits d’exploration sur 3 aboutit à une découverte
 INDUSTRIE TRES CAPITALISTIQUE
• Plus de 60% des investissements de toute l’industrie pétrolière et gazière
 RENTABILITÉ À LONG TERME
• Plusieurs années entre la découverte et la production
• Profils de production supérieurs à 10/15 ans
 INDUSTRIE MARQUÉE PAR UNE IMPLICATION POLITIQUE
 COÛTS DE PRODUCTION DEPENDANTS DES CONDITIONS LOCALES
• Offshore/ onshore, géologie, climat, profondeur du réservoir, taille...
 HAUTE TECHNOLOGIE

© 2015 ‐ IFP Training
• Sismique 3D‐4D, forage horizontal, transport polyphasique…

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Réserves prouvées de pétrole brut conventionnel
Réserves mondiales : 1 688 Gb = 238 Gt au 01/01/2014

8%
14%  1% 
CEI
Europe 131,8 Gb
Am du Nord 16,0 Gb 26 ans
229,6 Gb 13 ans
37 ans
8%  48%

19%  Afrique 2% 


130,3 Gb
41 ans Asie‐Océanie
42,1 Gb
Am Sud et Centrale 14 ans
© 2015 ‐ IFP Training

329,6 Gb
Moyen Orient
136 ans
808,5 Gb
78 ans
Source : BP Stat Review
Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 100
Les ressources non conventionnelles : Les sables 
bitumineux du Canada

Réserves récupérables estimées à 173 
Milliards de baril

© 2015 ‐ IFP Training
Source : World Energy Council, Total
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les ressources non conventionnelles : les huiles extra‐
lourdes du Venezuela
Réserves récupérables estimées à   
112 Milliards de baril

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 101


Les ressources pétrolières disponibles – A quel prix ?

© 2015 ‐ IFP Training
Source: EIA 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Réserves prouvées de gaz naturel
Réserves mondiales : 185,7 Tm3 =  167 Gtep au 01/01/2014

29%

CEI
6%  52 900 Gm3
2% 
68 ans
Am Nord Europe 43%
11 700 Gm3 3 700 Gm3
13 ans 13 ans

8% 

Moyen Orient 8% 


4%  Afrique 80 300 Gm3
14 200 Gm3 >100 ans
Am Centrale et Sud 70 ans
Asie‐Océanie
7 700 Gm3
© 2015 ‐ IFP Training

15 200 Gm3
44 ans 31 ans

Source : BP Stat Review
Juin 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 102
Techniques d’extraction du gaz non conventionnel

© 2015 ‐ IFP Training
Source: Total, Panorama IFP 2008, CERA 2009 – Septembre 2009
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les ressources gazières disponibles – A quel prix ?

© 2015 ‐ IFP Training

Source: IEA 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 103
Évolution des réserves prouvées de pétrole et de gaz ‐ 2013

© 2015 ‐ IFP Training
Source : BP Stat 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 104


 Ressources pétrolières et gazières

 Système pétrolier et classification des réserves

 Aspects technico‐économiques de l’E&P

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

La trilogie pétrolière

Roche Couverture Roche Réservoir


Roche qui peut bloquer la migration des Roche dans laquelle ont pu s’accumuler les hydrocarbures au fil
hydrocarbures vers le haut. du temps.
C’est une roche imperméable, comme les C’est une roche poreuse et perméable, comme les carbonates
argiles ou le sel; sa continuité est d’une grande ou les grès; caractérisée par sa porosité, sa perméabilité et sa
importance saturation
© 2015 ‐ IFP Training

Roche Mère
C’est la roche qui a pu générer des hydrocarbures à partir de sa matière organique préservée.
C’est une roche imperméable, comme des argiles riches en matière organique; mélange de sédiments fins avec des
particules de matière organique

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 105


Notion de piégeage, de porosité et de perméabilité

Toute roche possédant des vides, et à condition 
que ces vides soient reliés entre eux, est capable 
de  stocker  et  de  laisser  circuler  des  fluides 
(liquides ou gazeux) 

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Risques en exploration‐production

Risque 
Géologique
 1 chance sur 3
 Volume d'accumulation 
 Taux de récupération
Risque
 Relations       
RISQUE   GLOBAL

 Brut ou gaz ‐ Qualité Pays


internationales 
 Risque de souveraineté 
Risque   Stabilité  politique 
Associé et fiscale
 Opérateur 
 Envergures technique                                       
et financière  Risque Economique
 Société Nationale
 Prix
© 2015 ‐ IFP Training

 Investissements
et frais opératoires

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 106


Analyse du risque exploration

Objectif :

 Évaluer la Probabilité de Succès (PS) qui mesure les chances d’existence


d’une accumulation d’hydrocarbures

Méthode :

 Évaluer la probabilité d’existence de chacune des composantes du


système pétrolier et les multiplier pour obtenir la Probabilité de Succès

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Composantes du risque dans un système pétrolier

CHARGE
Roche mère active PSR
Migration – drainage PM

ENTRAPMENT
Réservoir PR
Définition du piège PT
Couverture PS
© 2015 ‐ IFP Training

TIMING
Migration vs piégeage PTI
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 107
Composantes du risque dans un système pétrolier

Le système pétrolier désigne la combinaison des facteurs géologiques 
majeurs qui ont permis d’obtenir des accumulations d’hydrocarbures

Roche mère active (Cuisine) PSR
CHARGE
Migration ‐ drainage PM

Réservoir PR
PIEGE Définition du piège PT
Roche couverture PS

© 2015 ‐ IFP Training
TIMING Migration versus piégeage PTI

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Estimation des probabilités subjectives
Degré de 
Échelle Qualificatif
confiance
1 «Certitude» Présence d’huile/gaz presque 
Risque très faible Très élevé
certaine
0.9

0.8

Chances raisonnables Plus de chance de succès que  élevé


0.7
d’échec
0.6
«Incertitude
0.5 «50‐50 Chance» Prob succès = Prob d’échec Moyen
moyenne»
0.4

0.3 Chance limitée Risque d’échec et supérieur au  Faible


succès
0.2
«Forte 
© 2015 ‐ IFP Training

0.1
incertitude» Très risqué Risque d’échec très élevé Très faible
0
0.5 5 = 3% seulement   !
0.8 5 = 30% seulement !
Adapted from. P. Rose
Cette échelle s’applique à toutes les composantes du risque (PSR, PM, …)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 108
Probabilité globale de succès géologique

PS = (PSR x PM) x (PR x PT x PS) x PTI

< 15% Risque élevé (Zone ‘‘frontière’’)
15% < ‐ < 30% Risque ‘‘normal’’ ou moyen (‘‘on trend’’ explo)
30% < ‐ < 50% (60%) Risque faible (Zone mature)
> 50% (60%) Risque ‘‘très’’ faible (délinéation)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Probabilité de succès d’un «prospect» en exploration

Analyse du Risque Probabilité

Roche mère 0,7
Processus de migration 0,8
Roche réservoir 0,8
Piège 1,0
Roche couverture 1,0
Timing 0,7
‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐

Probabilité de Succès         30%      

1 chance sur 3
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 109


Exploration / La création de valeur au point de rencontre 
des experts

INSURANCE
HSE

LAWYER FINANCE
PS? Oil
NEGOTIATOR ACCOUNTING
Price?
TAX SPECIALIST

New Venture
Choose best exploration blocks
Identify prospects
Define well location
ECONOMIST
PROJECT
Expected
MANAGER
Monetary Value

DRILLING
ENGINEER

© 2015 ‐ IFP Training
PROJECT 
ENGINEER
COST
ESTIMATOR
RESERVOIR 
ENGINEER DECISION MAKER
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Logique économique d’un projet d’exploration

Question : investir ou pas dans l’exploration d'une zone donnée ?
− Investissement en exploration est la “mise” dans l‘amont pétrolier.
− Risque géologique est mesuré par la “probabilité de succès”.

100 M$ Gain espéré en cas de succès
VAN = Valeur Économique
du Gisement pour la Compagnie Succès : Gain = +100 M$

PS =30%

Explorer Valeur Économique Espérée
avec une Probabilité de Succès PS = 30% 30% . 100 – 70% . 20 = 16 M$

1‐PS =70%
20 M$
© 2015 ‐ IFP Training

E = Montant Échec : Perte = ‐E = ‐20 M$
des Dépenses d'Exploration
Perte garantie en cas d’échec

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 110


Délinéation d’une découverte

Dans le cas d’une découverte quel est le volume des réserves ?

Forage d’extension 
productif

GAZ
HUILE Forage d’extension 

© 2015 ‐ IFP Training
improductif

EAU

Source : Union Pétrolière
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Réserves

Les Réserves sont les quantités d’hydrocarbure


pouvant être produites avec les techniques
disponibles et dans des conditions économiques
acceptables
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 111


Incertitude sur le volume des accumulations des 
hydrocarbures

V = Volume de roche x Net/Gross x Porosité x Saturation HC x facteur


d’expansion/rétrécissement x facteur de récupération

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Principe de calcul des réserves récupérables

Net / Gross Porosité Saturation en HC Facteur de  Facteur de 


Volume roche volume récupération

 A chaque variable physique est associée une incertitude
 Pour chaque variable physique aléatoire, on tire un nombre au hasard
 On calcule le volume d’huile récupérable (V)  avec les valeurs tirées
 On répète l’opération un très grand nombre de fois

 Chaque distribution est définie par ses  
quantiles : 
Mini  (P95)      Mode (le plus probable)         
Médiane (P50) Maxi (P5)
© 2015 ‐ IFP Training

 Le produit de ces variables nous donne 
une distribution qui suit une loi log‐
normal
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 112
Loi de distribution des réserves récupérables

DISTRIBUTION DES RESERVES
1.0 P99
P95
0.9 Réserves 1P = Prouvées
0.8

Probability Density Function
0.7 mode
Cumulative Probability

0.6

0.5 median
Réserves 2P = Prouvées + Probables
0.4 mean

0.3

0.2
Réserves 3P = Prouvées + Probables + Possibles
0.1
P5
0.0 P1
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450

© 2015 ‐ IFP Training
RESERVES (MBBL)

P1 : 48 Mb , P2 : 110 Mb, P3 : 265 Mb

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Système de classification des ressources pétrolières
 Le système définit les grandes classes de ressources récupérables: production, les réserves, les
ressources contingentes et les ressources prospectives, ainsi que les hydrocarbures irrécupérables
 Comme illustré ci‐dessous, les projets en développement (et leurs quantités récupérables associés)
peuvent être sous‐classées en fonction du niveau de maturité du projeter et des décisions
commerciales associées

© 2015 ‐ IFP Training

Source : Petroleum Resources Management System SPE/WPC/AAPG/SPEE
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 113
 Ressources pétrolières et gazières

 Système pétrolier et classification des réserves

 Aspects technico‐économiques de l’E&P

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Phases de développement d’un champs pétrolier

Developpement Abandon
Exploration Operations

Delineation

Etudes de Developpement Seconde Phase de 
développement
Preliminaires 

Conceptuelles 

Avant‐project Pre-FEED Projet

FEED Profil de Production
EPC

1‐3 ans 2‐4 ans 3‐6 ans >20 années 3 ans

“First Oil”
© 2015 ‐ IFP Training

Fin de la  Restoration 
Decouverte production du Site
Decision 
d’investir (Final 
Investment 
decision)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 114


Exploration/appraisal phase

Objectif : Découvrir des accumulation d’hydrocarbures

 Exploration
• Consiste principalement en l'acquisition de données sismiques et au
forage de puits
− Sismique : fournir une bonne indication de la structure du sous‐sol et la
présence probable de pièges qui pourraient être une cible de forage
− La phase d'exploration se termine une fois la découverte a été faite

 Appréciation
• Une fois que les hydrocarbures ont été découverts, des travaux
d'évaluation sont souvent nécessaire avant de prendre la décision de
développer :
− Après une découverte, des études sont effectuées pour évaluer sa

© 2015 ‐ IFP Training
commercialité
» Pour réduire les incertitudes
» Pour fournir des données suffisantes pour le études de développement

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Études sismiques
SUR TERRE
EN MER

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 115


Coupes sismiques

Coupe 2D

Coupe 2D Coupe 3D

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Coûts de la sismique
TERRE MER
3 000  à 9 000 $/km  tracé 400 $/km
SISMIQUE 2D
100 à 180 km/mois‐équipe 1 400 à 1 800 km/mois‐équipe
Acquisition
15 000 à 50 000 $/km2 5 000 ** $/km2
SISMIQUE 3D
50 à 400* km2/mois 200** à 1 500 km2/mois

SISMIQUE 2D 100 $/km
Traitement

SISMIQUE 3D 500 $/km2

100 000 $ à 1 000 000 $ / campagne
Exploitation
dure de quelques mois à plusieurs années
© 2015 ‐ IFP Training

 Progrès technologique           baisse des coûts long terme
mais Influence du marché            forte variabilité

* opérations désert 24h/24 ** opérations marine haute résolution ou petite 4D

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 116


Marché mondial de la géophysique

 Contractors: Acquisition / Processing / Interpretation Marché géophysique


Top 10 des sociétés qui contôlent 85% du marché : $16  Milliards (2013)
$2 Milliards : equipment

• CGGVeritas (France): 26% part de marché $13 Milliards (2014)


• Schlumberger (USA): 24%
• PGS (Petroleum GeoServices ‐ Norway): 9%
• TGS Nopec Geophysical (Norway) : 5%
• Halliburton Corp (USA) : 4%
• IG Seismic Services (Russia) : 4%
• China Oilfield Services (China) : 3%
• Polarcus (Based in UAE) : 3%
• ION Geophysical Corp (USA) : 3%
• Geokinetics (USA) : 2%

 Equipment: 1 compagnie contrôle 60 %

© 2015 ‐ IFP Training
du marché
• Sercel (CGG): 60%

Source : IFP
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Facteurs déterminants dans le coût d'un forage

Zone géographique
 Terre / mer
 Conditions climatiques
 Accès
 Zone vierge / mature Marché
• disponibilité des 
appareils de forage et
Données  des supports offshore
techniques
 Type d'appareil = rig
 Support
 Durée du puits

Type de puits
Coût total 
 Explo. / développement
 Profondeur
du forage
© 2015 ‐ IFP Training

 Caractéristiques techniques 
(puits horizontal ‐ puits "haute 
énergie"…)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 117


Plates‐formes de forage

Drill Ship Semi‐Submersible Jack Up

© 2015 ‐ IFP Training
Tender Rig Jacket Rig Land Rig
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Marché mondial du forage : Onshore et Offshore

 Nabors Industries (USA) : 12%  Transocean (USA) :16%


 Helmerich & Payne (USA) : 11%  SeaDrill (Norway) : 9%
 Eurasia Drilling Co (Russia) : 9%  Ensco International (UK) : 9%
 Ensign Resources (Canadian) : 6% 2013 : $85 Milliards  Noble Drilling (USA) : 7%
 Patterson UTI Energy (USA): 6% 2014 : $91 Milliards  Diamond Offshore (USA): 5%
© 2015 ‐ IFP Training

 Precision Drilling (Canadian): 6%  China Oilfield services : 4%


 Weatherford (USA) : 4%  Maersk Group (Denmark): 3%

$30 Milliards $61 Milliards
Source : IFP
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 118
Répartition des activités de forage par régions

 L’activité de forage reste fortement concentrée en onshore


• En 2013 plus 100 000 nouveaux puits ont été forés en onshore contre uniquement
3 600 en offshore !!
 L’Amérique du nord (États‐Unis et Canada) représentent plus de 50% des
activités de forages onshore, suivi de la région Asie‐pacifique (28%) ou la Chine
domine l’activité
 En 2013, l’activité de forage offshore a augmenté globalement de 10%
• Le Golf du Mexique enregistre la plus forte hausse (21%), suivi par l’Asie‐pacifique
et l’Afrique avec respectivement 11% et 8% de hausse
Répartition du forage Onshore par  Répartition du forage Offshore par 
régions en 2013 région en 2013

© 2015 ‐ IFP Training
Source : IFP
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Evolution des taux de location journaliers en k$/jour
(Onshore & Offshore)
 En 2013, à l’exception des États‐Unis, (‐4%), les taux de location en onshore à
l’international ont connu une forte augmentation +17%
• Pour 2014, la forte progression des taux à l’international devrait se modérer et se limiter à
5% sur un an
 En 2014, à l’exception du Golfe du Mexique, le rebond des taux de location observé en
2013 s’est poursuivi
• La hausse devrait être de 10% en moyenne en Mer du Nord et de 50% en Asie du Sud‐Est,
alors que le Golfe du Mexique décline de 20%
© 2015 ‐ IFP Training

Source : IFP
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 119
Cycle de vie d’un gisement

© 2015 ‐ IFP Training
Source : EXXONMOBIL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 120


Exemples de projets 
d’exploration‐production

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Développent Onshore – Projet OURHOUD / Algérie

 Major Algerian Field. Discovered in 1994. Surface: 243 sq km (9 x 27 km)


 Recoverable reserves @ 40%: 1 100 Mbbl (Remaining on Jan. 2010: 438.3 MMbbl)
 Light oil 41°API. Peak production 238,000 bopd in 2007
 Capex 1.47 Billion USD. Development cost 1.3 $/bbl
 First oil (december 2002) 30 months after EPC contract award
 High productivity of wells 15 000 bopd 1,200 kms

 Remote Location / Harsh and Severe Site Conditions


• 320 km from Hassi Messaoud
• 1,600 km for Inland Transportation Route 320 kms
• Ambient Temperature : ‐5 to 60°C
(Winter ~ Summer) Sandstorms
 Reservoir Pressure Maintenance
• Water injection 340 000 bopd
• Gas injection 2,8 MM sm3d
 High return on investment:
© 2015 ‐ IFP Training

• Expected revenues 2010/2015 @ $60/bbl: US$ 28.8 Billion


• IRR: ~ 47.8% at above assumptions

Source : IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 121
Développent Onshore – Projet OURHOUD / Algérie

Réseau de collecte d’huile
F ig u re A II.1 - Q o u b b a F ie ld S a te llite L a y o u t - S c h e m a tic
Q B -4
P -2 4
P -2 5 P -2 2
P -2 1
D K Q O p tim is e d 7 S a te llite C o n fig u r a tio n P -2 0 S a t-0 7
S a t-0 5
B K E -4 P -1 6
P -1 9
I-1 3
P -1 7
P -1 4 B K E -2

I-1 0
S a t-0 6
P -1 3 Q B -6 P -1 8

I-1 1
CPF P -1 2 I-1 2
I-8 I-9 O R D -2
P -1 1

S a t-0 4
P -9 O R D -3
P -8 I-6
I-7
S a t-0 3
I-4 P -1 0
P -7
I-5
I-3
O R D -4
P -6
C e n tra l P ro c e s s in g F a c ility
P -4 W e llh e a d
I-2
I-1 S a t-0 2
P -5 S a te llite S ta tio n
P -2

© 2015 ‐ IFP Training
P -3 F lo w lin e
S a t-0 1 P ro d u c tio n T ru n k lin e
P -1

Source : IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Développent Onshore – Projet OURHOUD / Algérie
Ourhoud site – civil works

Road construction
© 2015 ‐ IFP Training

Central processing facilities
Source : IFP Training Site preparation‐gypse spreding
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 122
Développent Offshore profond – Block 17 / Angola 

Block 17 Contract Area Soyo

Lobito

© 2015 ‐ IFP Training
Block 17
Location

Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Développent Offshore profond – Block 17 / Angola 

© 2015 ‐ IFP Training

Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 123
Développent Offshore profond – Block 17 / Angola 

© 2015 ‐ IFP Training
Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Block 17/92 – Sommaire des activités pétrolières

© 2015 ‐ IFP Training

Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 124
Block 17 – Projet GIRASSOL (1998‐2001)

900 M$ FPSO Wells 600 M$

Drilling rigs
UFL

SPS
500 M$

© 2015 ‐ IFP Training
300 M$

Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Block 17 – Projet DALIA (2004‐2007)

© 2015 ‐ IFP Training

Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 125
Block 17 – Projet PAZFLOR (2008‐2011)

© 2015 ‐ IFP Training
Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Block 17 – Projet CLOV (2010‐2014)

© 2015 ‐ IFP Training

Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 126
Prix d’équilibre du baril pour un TRI* de 15%

© 2015 ‐ IFP Training
*TRI : Taux de Rentabilité Interne (%)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Investissements en Exploration‐Production

 Après 4 années de croissance à deux chiffres, les investissements en exploration‐production


connaîtront cette année une hausse plus modérée, estimée à 5,1%, la plus faible depuis 2010
 Les investissements devraient néanmoins établir un nouveau record et dépasser les 730
milliards de dollars (G$), soit 36 G$ de plus qu’en 2013
 Le Moyen‐Orient est la région la plus dynamique avec une croissance d’environ 10%, suivi par
l’Amérique du Nord (+8,5%) et la CEI (+7,5%)
 En 2015, la croissance devrait rester modérée avec une hausse estimée à 4%
• En Australie, les investissements devraient atteindre un pic en 2014‐2015
• En Mer du Nord, les investissements sont attendus en forte baisse à partir de 2015
 Les NOC seront les moteurs de la croissance des investissements en 2014‐2015
© 2015 ‐ IFP Training

Source : IFP
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 127
IHS CERA Indice du cout du capital en amont 
La valeur UCCI est indexée à l'année 2000, ce qui signifie qu'une pièce d'équipement
qui coûtait 100 $ en 2000 coûterait en 2012 230 $ (130% d'augmentation)
L'indice a connu une tendance à la hausse depuis 2003, tirée par une demande
élevée, prix de l'énergie, coût des équipements, manque de main d’œuvre qualifiée
3 éléments majeurs et la faiblesse du dollar US
L'augmentation des dépenses d'investissement au cours des cinq dernières années
(passant de 171 G $ US à plus de 500 G $ US) est due principalement à l’effet
Prix inflationniste des coûts (80%)
De l’énergie

Matières
premières,
Acier, …

Manque de
personnel 

© 2015 ‐ IFP Training
qualifié et 
d'équipements

The IHS CERA Upstream Capital Cost Index tracks the costs of equipment, facilities, materials and personnel used in the construction of onshore, 
offshore pipeline and LNG projects.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Poids de l’EP dans les résultats des majors
EXXON MOBIL, SHELL, CHEVRON, BP, TOTAL
Résultat opérationnel net amont / Résultat opérationnel net toutes activités

© 2015 ‐ IFP Training

A431*34 – Mars 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 128
Cadre contractuel et fiscal
de l’amont pétrolier

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

 Introduction

 Contrats de concession

 Contrats de partage de production

 Contrats de services

 Flexibilité économique dans les contrats amonts


©  2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 129


Objectifs des acteurs de l’amont pétrolier

ÉTAT COMPAGNIE PÉTROLIÈRE
 Promouvoir les activités d’exploration 
 Avoir accès à des réserves et des 
et de développement des découvertes 
productions et assurer le 
pour valoriser ses ressources 
renouvellement de ses réserves.
naturelles.
CONTRAT  Faire du profit, récupérer rapidement 
 Maximiser ses revenus tout en  AMONT
ses investissements et rémunérer une 
permettant aux investisseurs de tirer 
mise de fonds risquée.
une rentabilité à la mesure du risque 
encouru. 
 Participer aux décisions prises dans 
les diverses opérations.
 Assurer la supervision et le contrôle 
des opérations en évitant les lenteurs 
 Rentabiliser ses outils industriels et 
administratives.
valoriser ses programmes de 
recherche et proposer des techniques 
 Acquérir de l’expertise par transfert de 

© 2015 ‐ IFP Training
de pointe.
technologie et de savoir‐faire pour 
valoriser son potentiel humain et 
développer son tissu industriel.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Objectif final : partage de la rente pétrolière

Au centre des relations États Hôtes ‐ Sociétés Pétrolières,
la notion de partage équitable de la rente pétrolière
RENTE = RECETTES – COÛTS

RENTE ÉTAT

PRODUCTION

COUTS
SOCIÉTÉ
© 2015 ‐ IFP Training

Contractants

Le problème principal de tout accord pétrolier est de définir les modalités de partage
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 130
Contrats patrimoniaux et accords d’association

ÉTAT CONCESSION
Délégation des Droits Miniers
contre Redevances et Impôts

COMPAGNIE
PÉTROLIÈRE
PSC
Délégations des Opérations
SOCIÉTÉ contre Accès à l'Huile
NATIONALE

ACCORD 
D ’ASSOCIATION
Contrat de 
Service Délégation des Opérations
contre Rémunération
Partage des Intérêts

© 2015 ‐ IFP Training
Autres
Compagnies
Pétrolières

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 131


Contrats de Concession

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Contrats de concession

 L'État octroie au titulaire un titre minier exclusif d'exploration. Puis, en cas de


découverte(s) commerciale(s), un ou des titres exclusifs de développement et
d'exploitation sont délivrés au concessionnaire

 Propriété de la Production et des Installations


Le titulaire de la concession est propriétaire de la totalité des hydrocarbures
produits au niveau de la tête de puits
• Le titulaire de la concession est propriétaire des installations de
production jusqu'à l'expiration de ses droits miniers
• A l'expiration de la concession, les installations fixes reviennent le plus
souvent à l'État, sans indemnité pour le titulaire
• La clause de propriété des installations sous le régime de la concession
contient souvent les dispositions suivantes applicables à la fin de
l'exploitation d'un gisement :
− Le droit du titulaire de réutiliser ses installations pour les opérations de
production d'une autre découverte dans le pays
© 2015 ‐ IFP Training

− Le droit de l'État de demander au titulaire l'enlèvement d'une partie ou de la


totalité des installations, aux frais du titulaire, si l'État ne désire pas utiliser ces
installations

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 132


Concession / sources des revenus de l’Etat

 Participation de l'État
• Peut être insérée avec des termes définis dans un "Accord
d'Association"

 Sources de Revenus de l'État :


• Bonus
• Redevances superficiaires
• Redevances à la production (en nature ou en espèces)
• Impôt pétrolier
• Taxe supplémentaire sur les profits pétroliers et pseudo‐fiscalité

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

La dynamique du système de concession

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 133


Concession / Partage de la rente

ROYALTY
Petroleum Rent

PETROLEUM STATE

PRODUCTION
TAX

CONTRACTOR
MARGIN
Technical 

CAPEX CONTRACTOR
costs

OPEX

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Régime fiscal algérien

© 2015 ‐ IFP Training

Source : Global Data
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 134
Concession / exemple
Full Cycle Analysis
Gross Revenues
$80
Company Share Government Share
Royalty
15% $12
$68,00 Net Revenues
$15 Deductions
Assumed Cost Capex and Opex
$53 Taxable Income
‐$34 Petroleum Income Tax $34
65%
$19 Net Income After‐PIT
‐$6 Special Petroleum Tax $6
30%
$13 Net Income After‐SPT
$28 Division of Gross Revenues $52
35% BARREL SPLIT (%) 65%

© 2015 ‐ IFP Training
$13 Sharing of petroleum rent $52
Petroleum Rent
$65
20% TAKE (%) 80%

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 135


Contrats de Partage
de Production

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Contrats de partage de production

 L'État est seul titulaire des droits miniers et seul propriétaire des
réserves
La Société Nationale est seule habilitée à opérer le champ et traite avec
un contractant pour la mise en valeur des réserves

 Contractant
• Conduit et finance l'exploration à ses propres risques
• Conduit et finance le développement et l’exploitation d’une
découverte
− Est remboursé de ses dépenses par l’octroi d’une part de la production
appelée cost oil
− Est rémunéré pour les risques encourus et pour sa prestation de
services par une fraction du solde de la production après déduction du
cost oil, le profit oil
© 2015 ‐ IFP Training

 La Compagnie Nationale est propriétaire des installations et peut


prendre part à la phase de développement

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 136


Recouvrement des coûts pétroliers et partage de la rente

STATE FONDS AVANCÉS PAR LA SOCIÉTÉ
= COÛT RÉCUPÉRABLE

PROFIT COST 
OIL STOP
PRODUCTION

Recoverable Costs
Recoverable Costs
COMPANY
EXCESS OIL

COST
OIL
RECOVERABLE
COST

YEAR N YEAR N + 1 YEAR N + N

© 2015 ‐ IFP Training
SI COÛT RÉCUPÉRABLE > COST STOP “EXCESS COST OIL” PEUT
Sub‐Contractors
LE CPP EST SATURÉ ‐ SOIT RÉINTÉGRER LE PROFIT OIL
REPORT DU SURPLUS ‐ SOIT ÊTRE TAXÉ SÉPARÉMENT
« CARRY FORWARD »
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Recouvrement des coûts pétroliers & Cost stop

Le recouvrement des coûts pétroliers est souvent limitée à 
un certain % de la production annuelle = Cost Stop
CAS 1 CAS 2
Coûts récupérables > Cost Stop Coûts récupérables < Cost Stop

P.O.
P.O.

Carried Forward

CAPITAL COSTS COST STOP

CAPITAL COSTS
C.O.
C.O.
© 2015 ‐ IFP Training

PRODUCTION COSTS PRODUCTION COSTS

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 137


Mecanisme du Cost Stop

Years 0 1 2
Total production M$ ‐ 300 300
Opex M$ ‐ 30 30
Capex M$ 100 50 ‐
Past costs M$ ‐ 100 60
Total recoverable M$ 100 180 90
Cost Stop @ 40% M$ ‐ 120 120
Recovered (Cost Oil) M$ ‐ 120 90
Carried forward M$ 100 60 ‐

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Recouvrement des coûts pétroliers et partage de la rente

Revenues Revenue
Exploration

Unrecovered costs 
are carried forward
COST STOP

Development DD&A

OPEX
EXPLO OPEX
DEV
© 2015 ‐ IFP Training

Expenses

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 138


Recouvrement des coûts pétroliers et partage de la rente

Revenues Revenue

Profit Oil
PROFIT OIL STATE

PROFIT OIL CONTRACTOR
COST STOP
Cost Oil

CAPEX (Explo + Dev) PROFIT OIL CONTRACTOR

OPEX
EXPLO OPEX
DEV

© 2015 ‐ IFP Training
PROFIT OIL
Accès du contractant à l’huile
Expenses COST OIL

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

La dynamique du système de partage de production

Cost Stop 
40%
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 139


Contrats de partage de production

 Participation de l’État
• Un CPP (PSC ou PSA) peut inclure une option de participation de
l’État

 Sources de Revenus de l’État :


• Redevances à la production (en nature ou en espèces) dans certains
cas
• Sa part du profit oil (en nature ou en espèces)
• Impôt sur le bénéfice (peut être inclus dans la part reçue par l'état)
• Surtaxe pétrolière payable à partir d'un certain seuil de profits

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Production sharing / barrel and rent split

ROYALTY
Petroleum Rent

PROFIT OIL
“STATE” STATE
PRODUCTION

PETROLEUM TAX
PROFIT OIL
”CONTRACTOR”
Technical 

CAPEX CONTRACTOR
costs

OPEX
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 140


Prix du baril et droit d’enlèvement dans les PSC

$60/b $90/b
4 500 M$
3 000 M$ 50 Mbbl 50 Mbbl

Gvt. Profit Oil 1890 M$
Profit Oil Sharing

3150 M$
1080 M$ 18 Mbbl 21 Mbbl
1 800 M$

60% State
40% Contractor
12 Mbbl
Contractor’s 
720 M$ Profit Oil 14 Mbbl 1260 M$

15 Mbbl
Cost Oil 900 M$ 900 M$ Cost Oil 10 Mbbl 900 M$

Royalty 10% 300 M$ 5 Mbbl Royalty 5 Mbbl 450 M$

Total Contractor 1 620 M$ 27 Mbbl 24 Mbbl 2 160 M$

© 2015 ‐ IFP Training
Total Government 1 380 M$ 23 Mbbl 26 Mbbl 2 340 M$

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 141


Contrats de Service

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Contrats de service à risques

 Contrat de service à risque (risk service contract) :


exploration menée par le contractant, à ses propres risques et
pour le compte d'une société nationale
 Contractant
• A la direction des opérations, sous le contrôle de la société nationale qui
peut devenir opérateur à compter du développement ou de la production.
• Conduit et finance le développement et l’exploitation pour le compte de la
société nationale qui est propriétaire des installations
• Remboursement et rémunération en cas de production
• Peut parfois acheter une fraction de la production dans des conditions
convenues
 Différence fondamentale du contrat de service à risques avec le
© 2015 ‐ IFP Training

contrat de partage de production : la rémunération est versée en


espèce et non en nature

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 142


Contrat buyback iranien

 Contrat de service à risque


• L’octroi de concessions étant interdit par la constitution, le contractant ne
reçoit pas un titre minier et n’a pas « accès à l’huile »
• Remboursement et rémunération du contractant sur sept années de
production
 Contractant
• Conduit et finance le développement, puis transfert la direction des
opérations et le savoir‐faire à la NIOC qui est propriétaire des installations
et de la production
• Remboursement + rémunération = « repayment oil »
• « rachète » (sans payer) une part de la production au titre du « repayment
oil » via un contrat export signé avec l’état (long‐term export oil sales
agreement)
• Reçoit et dispose librement de l’huile correspondante au « repayment oil »
sur la durée du contrat buyback

© 2015 ‐ IFP Training
 Différence fondamentale du contrat buyback avec le contrat
partage de production: l’accès du contractant à la production
n’est pas direct, mais via un accord d’achat
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Contrats d'assistance technique

 Contrats de service sans risques (pure service contract) :


Contrat d'assistance ou de coopération technique (technical
assistance agreement)
 Contractant
• Ne prend aucun risque et ne finance pas directement les
travaux
• Reçoit une rémunération (FEE), plus ou moins liée aux
résultats, pour les services rendus
 Les contrats d'assistance portent sur les travaux d'exploitation de
gisements anciens et quelquefois, sur des travaux de
développement
© 2015 ‐ IFP Training

 Certains contrats d'assistance technique donnent un droit à la


société étrangère de racheter une fraction de la production

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 143


Exemple de partage de la rente pétrolière au niveau 
mondial

 L’Irlande, les États‐Unis (en


eau profonde) et le Royaume
unis ont une fiscalité
pétrolière libérale radicale

 A l’opposé les pays de l’OPEP


ont une fiscalité rentière
radicale

 Entre les deux, il y’a tout un


spectre de fiscalité possible

 Le type de contrat
(Concession, PSC ou service)
importe peu  Mais c’est
le prélèvement total de l’État

© 2015 ‐ IFP Training
qui fait la différence

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 144


Flexibilité économique dans 
les contrats patrimoniaux

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Flexibilité d'une politique pétrolière

Pourquoi et Comment Concevoir une Politique Pétrolière Flexible?

 Les termes et conditions du régime fiscal ou du contrat, déterminent la


coopération d’un pays avec les compagnies pétrolières
 Dans la préparation de ces termes, deux objectifs sont à examiner :
• Encourager la recherche et la mise en exploitation des découvertes difficiles
et coûteuses, ceci par l'adoption d'un taux de prélèvement de l'état dans la
rente pétrolière modéré dans les situations à haut risque géologique, de
coûts élevés ou de baisse du prix du pétrole
• À l'opposé, prévoir un taux de prélèvement de l'état progressif pour
sauvegarder les intérêts de l'État en cas de rente pétrolière élevée, due soit
aux caractéristiques du gisement, soit à une hausse du prix du pétrole, tout
en laissant une motivation suffisante aux investisseurs
 Ces objectifs sont difficiles à définir dans un avenir incertain, mais ils
© 2015 ‐ IFP Training

sont essentiels pour encourager l'exploration et favoriser la stabilité


des contrats ou des régimes fiscaux

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 145


Objectifs d'un système flexible et progressif

 Dans un système flexible et progressif, la part de l'État est modulée en


fonction de la rentabilité du projet

• La recherche et la mise en exploitation de petites découvertes


peuvent être envisagées et la part du gouvernement augmentera
ensuite progressivement en fonction de la rentabilité

• Le taux approprié de prélèvement de l'État varie d'un prospect à un


autre et se situe généralement entre
35‐50% pour les petites découvertes et
80‐90% pour les découvertes significatives

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Flexibilité des termes de la fiscalité

 Taux progressifs de redevances en fonction de la production, de la localisation des


gisements, de la date de découverte, de la nature du gisement (pétrole, gaz), d'un
ratio de rentabilité
 Aides à l'investissement pour moins pénaliser les gisements coûteux : sur
amortissement (uplift) ou périmètre de consolidation étendu à l'ensemble des
activités E&P dans le pays et non limité au périmètre de chaque concession
 Taux de l'impôt sur les bénéfices progressifs en fonction d'un ratio de rentabilité
 Surtaxe pétrolière (excess profit tax)
 Cost Stop en fonction de paramètres techniques en plus du niveau de production
et déplafonnement
 Profit Oil
• Échelle progressive de taux de partage en fonction de la production journalière ou de
la production cumulée d'un gisement
• Partage en fonction de la rentabilité effective, la part de l'État augmentant
© 2015 ‐ IFP Training

progressivement en fonction de la rentabilité réelle


• Part du contractant diminue lorsque le ratio R augmente
R = Revenus cumulés du contractant / Investissements cumulés du contractant

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 146


Exemples de partage avec des échelles progressives

Production Etat Contractant   Etat


(‘000 b/j) Profit Oil (%) Taux de rentabilité  (%) Profit Oil (%)

<15 30 <15 30
15‐30 35 15‐20 40
30‐50 40 20‐25 50
50‐70 45 25‐30 60
70‐100 50 >30 70
>100 60
Etat
R‐Factor Profit Oil (%)

<1 30
1‐1.5 40
1.5‐2 50
2‐2.5 60

© 2015 ‐ IFP Training
>2.5 70

* R‐Factor  = ∑ Contractor’s cash flows /  ∑ Contractors Investments
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Paramètres typiques de contrats pétroliers

 Durées
• Exploration 6 à 10 ans (en 2 ou 3 périodes)
• Production 20 à 25 ans

 Rendus 25‐30% de la surface

 Redevance de 0% à 20% (moyenne 7%)

 Cost Stop 35‐40% à 70‐80%

 Impôt de l’ordre de 35%

 Amortissement 5 ans linéaire


© 2015 ‐ IFP Training

 Participation État de 10% à 50% (moyenne 30%)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 147


Tendances dans l’amont pétrolier

Contexte
 Forte volatilité des prix
 Maturité ou déclin des zones traditionnelles
 Souci croissant des impacts sur l'environnement

 Domaine Minier 
Cibles de plus en plus petites et difficiles d’accès
Deep offshore et bruts extra‐lourds
Renforcement du contrôle exercé par les Etats des pays producteurs
Introduction de plus de flexibilité dans les contrats et la fiscalité pétrolière
Une plus grande complexité des clauses relatives au partage de la rente pétrolière

 Compagnies Pétrolières
Recentrage sur les métiers de base (amont)
Poursuite des réductions de coûts

© 2015 ‐ IFP Training
‐ Croissance externe (fusions‐acquisitions)
‐ Organisation plus flexible

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 148


Annexes

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Legal classification of petroleum fiscal regimes

© 2015 ‐ IFP Training

Source : International Petroleum Taxation for the Independent Petroleum Association of America, July 2008
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 149
Fiscal system comparison

© 2015 ‐ IFP Training
Source : International Petroleum Taxation for the Independent Petroleum Association of America, July 2008
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Annexes : Principales dispositions des contrats E&P

Bonus
Prime payable par le Concessionnaire ou le Contracteur à l'Etat lors de la signature du contrat et/ou quand
la production ou le rythme de production atteint certains seuils

Buy Back (Rachat)


Faculté accordée dans certains contrat au Contracteur de racheter, aux fins de commercialisation, une
partie de la production revenant de droit à la Société Nationale

Carried Interest (Portage)


Financement de la part des dépenses d'un autre associé, parfois la Société Nationale

Cost Oil
Partie de la production destinée à rembourser investissements et coûts opératoires dans un contrat de
Partage de Production

Cost Stop
Fraction de la production plafonnant le Cost Oil

Excess Cost
Fraction du Cost Oil dépassant les coûts opératoires
© 2015 ‐ IFP Training

Price Cap
Prix contractuel plafond de valorisation au‐dessus duquel se déclenche un mécanisme de fiscalisation

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 150


Annexes : Principales dispositions des contrats E&P

Rights or Entitlement to Oil (Droits à l'Huile)


Quantité commercialisable par chaque partie. Une partie des droits du Contracteur peut devoir être
livrée au marché intérieur à des conditions préférentielles

Ring Fence
Clause interdisant de faire la somme algébrique des résultats de plusieurs titres, activités ou sociétés

Royalty (Redevance)
Prélèvement effectué par l'Etat, suivant des taux progressifs, en fonction de la production annuelle

Sliding Scale (Remontée en Participation)


Hausse de la participation de la Société Nationale en fonction du rythme d'exploitation atteint

Surrender (Rendus)
Partie d'un permis que le Contracteur doit restituer à l'Etat au terme d'une période d'exploration

Tax Consolidation (Consolidation Fiscale)


Clause permettant de faire la somme algébrique des résultats de plusieurs titres, activités ou sociétés

Unitisation

© 2015 ‐ IFP Training
Plan commun d'exploitation pour un gisement qui s'étend sur plusieurs permis détenus par des
Contracteurs différents

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Annexes : Principales dispositions des contrats E&P

Incentive (Incitation)
Toute disposition contractuelle favorisant le Contracteur par rapport aux pratiques générales ou à un
contrat antérieur en vigueur dans le pays
Exemples :
• Provision pour Reconstitution des Réserves peut être libérée par des travaux d'exploration ou sera
réintégrée aux résultats d'exercices postérieurs
• Uplift : mécanisme permettant d'augmenter fictivement le montant des investissements

Profit Oil
Solde de la production, après déduction du Cost Oil et d'une éventuelle redevance, destiné à être partagé

Recovery of Past Expenses (Rattrapage du Passé)


Versement que la Société Nationale doit effectuer, dans un PSC pour acquérir sa participation à
l'exploitation

Renunciation (Renonciation)
Procédure par laquelle un contractant renonce par anticipation à une partie ou à la totalité d'un titre
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 151


Cadre contractuel de l’EP dans le monde

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

152
Les marchés pétroliers physiques
et financiers

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Sommaire
 Introduction
• Déterminants des prix et   Les marchés pétroliers financiers 
Evolution des pratiques 
commerciales • Utilité des marché à terme
 Les marchés pétroliers physiques • Les place de marché
• Marchés • Prise de position et Dénouement 
d’une transaction
• Agences de reporting
• Organisation et garanties des 
• Introduction aux Incoterms marchés
• Pricing d’une cargaison de brut • Principes de couverture 
− Référence (hedging)
©  2015 ‐ IFP Training

− Qualité
− Transport
 Les marchés pétroliers dérivés 
− Critères de choix
• Le contrat
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 153
Introduction
Déterminants des prix
et Evolution des pratiques commerciales

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les déterminants des prix

 Les règles du marché


• Cartels et acteurs dominants
• Barrières douanières
• Embargos
 Les fondamentaux physiques : offre et demande
• Offre : capacité et niveau de production
• Demande : évolution des consommations,
niveau et variation des différents stocks
 Les marchés (spot, etc.) et la spéculation
• Les news : Informations techniques et 
économiques, politiques susceptibles de peser 
dans l’appréciation de l’équilibre offre‐demande 
avant même d’être contrôlées, etc.
© 2015 ‐ IFP Training

• Les « technicaux » : analyses de séries


historiques de prix, méthodes chartistes, etc.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 154


Évolution du prix du brut
Moyenne annuelle de 1859 à 2012
$/b

© 2015 ‐ IFP Training
Source : BP Statistical Review
S 401*15 – Juin 2013
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Prix du pétrole brut

© 2015 ‐ IFP Training

Source : Platt’s
S 402*16 – Mai 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 155
Évolution des pratiques commerciales

75 Prix du brut $/b
$/b Développement des marchés 
financiers pour se protéger de la 
70
volatilité des prix
65 Prix Prix 
60 posté officiel Prix spot....       ...et à terme
55

50

45

40

35

30

25 Contrôle
des
20
majors
15

10

© 2015 ‐ IFP Training
Domination
5 OPEP

0
72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06
Source : Platt ’s
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Évolution des marchés pétroliers internationaux

Les années • Découplage Amont‐Aval GARANTIR LA


• Contrats long
70 • Domination des       SECURITÉ DES
terme 
Des marchés producteurs OPEP APPROVISION T
contrôlés

Les années • ACHETER AU
• Forte hausse des prix
MEILLEUR PRIX • Marchés spot
80 • Volatilité croissante • LIMITER LES • Marchés à terme
Avènement des • Offre excédentaire RISQUES
marchés libres FINANCIERS

• Prix modérés
Les années UTILISER DES • Prix formule
• Nouvel ordre géopolitique 3 "markers"
90
© 2015 ‐ IFP Training

• Généralisation du besoin  PRIX DE
RÉFÉRENCE • Cotations écran
de couverture • Swaps & options
Avènement des FIABLES
marchés financiers

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 156


Les marchés libres du pétrole

Marchés 
physiques
SPOT

OTC  Datation
(over the 
counter) FORWARD

FUTURES

© 2015 ‐ IFP Training
Marchés 
à terme

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les marchés libres du pétrole

 Marchés physiques (marchés de gré à gré ou


«over the counter» OTC) : SPOT et FORWARD

 Marché au comptant (physique) : SPOT

 Marché à terme physique : FORWARD

 Marché à terme financier : FUTURES

 Marché dérivé
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 157


Pratiques commerciales sur les marchés pétroliers

Part du commerce mondial

Contrats Long Terme


~60 %
• Durée : 1 an, renouvelable

Troc (Barter)
~5 %
• Pétrole contre biens ou services

Cargo par cargo


~35 %

© 2015 ‐ IFP Training
• Spot : livraison court‐terme
• Forward : livraison entre 1 et 5 mois

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 158


Les marchés pétroliers 
physiques
Marchés

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les marchés physiques

 Marchés physiques : SPOT et FORWARD


• Achat et vente de cargaisons physiques à des horizons rapprochés
au coup par coup, marchés de gré à gré (over the counter : OTC)
• Pas d’organisme de régulation : faible transparence des prix
• Acteurs : producteurs, raffineurs, courtiers (brokers), négociants
(traders)

 Marché au comptant (physique) : SPOT


• Transaction physique à prix spot immédiate (ou court délais de
livraison)
• Prix spot pour quelques bruts de référence (les autres s’indexent
dessus) : agences de cotations (Platts, Argus Petroleum, LOR)

 Marché à terme physique : FORWARD


• Achat et vente de cargaisons physiques par contrat, pour des dates
© 2015 ‐ IFP Training

de chargement non connues au moment de la transaction, qui se


dénoue par livraison de produit physique ou règlement financier
• Prix fixe pour une livraison différée
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 159
Les marchés pétroliers 
physiques
Agences de cotation

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les agences de cotation

 Sur un marché de gré à gré, les prix ne sont connus que des deux
parties contractantes
 Pour qu’un marché serve de marqueur de référence, il faut que le
prix des transactions soit observable (REPORTING)
 Objectif : fournir en temps réel les prix de marché pour certains
produits et service faisant l’objet de transactions (pétroles bruts,
produits finis, produits intermédiaires, transport maritime, etc.)
 Evaluation quotidienne du marché pétrolier spot (revues
spécialisées : Platts, Argus Petroleum, London Report LOR) à
partir d’informations fournies par les opérateurs
• Méthodologie Argus : valeur moyenne entre 16h29 et 16h30
• Méthodologie Platts : fourchette de prix par Market‐On‐Close (MOC)
© 2015 ‐ IFP Training

 Pertinence, répétabilité et transparence des deals sont


essentielles pour une bonne évaluation du marché
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 160
Extrait de cotations PLATTs

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les différents marchés physiques

NS Ural
London
Rotterdam
Tokyo

PG
MED

WAF
Singapore

Un marché pour chaque zone géographique de production


© 2015 ‐ IFP Training

 Chaque marché a ses propres règles/habitudes

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 161


Les marchés pétroliers 
physiques
Introduction aux incoterms

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les incoterms 

 Créés en 1936 par la Chambre de Commerce international (CCI)

 Ensemble de règles internationales pour l’interprétation des


termes commerciaux : incoterms définissent clairement les rôles
et responsabilités entre vendeurs et acheteurs pour la répartition
des coûts et du transfert des risques

 Dernière version : Incoterms 2010 applicable au 01/01/2011

 Incoterm = clause du contrat de vente facultative

 Faire référence explicitement au type d’incoterms utilisés (ceux


de la CCI 2010 diffèrent de ceux des Etats‐Unis)
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 162


Commentaire : Incoterms 2010

 CFR Cost and Freight (coût et fret)


 CIF Cost, Insurance and Freight (coût, assurance et fret)
 CIP Carriage and Insurance Paid to…(port payé, assurance comprise, jusqu’à…)
 CPT Carriage Paid to… (port payé jusqu’à…)
 DDP Delivered Duty Paid (rendu droits acquittés)
 DAT Delivered at Terminal
 DAP Delivered at Place
 EXW EX Works (à l’usine)
 FAS Free Alongside Ship (franco le long du navire)
 FCA Free Carrier (franco transporteur)
 FOB Free On Board (franco bord)

© 2015 ‐ IFP Training
 Règles applicables au transport maritime et par voies navigables intérieures
 Règles pour tout mode de transport

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Commentaire : Incoterms  2010

La CCI a procédé à une révision des INCOTERMS. La nouvelle version est sortie en septembre 
2010, avec application dès le 1er janvier 2011. Les principales modifications sont :

 L’incoterm FOB aujourd’hui très utilisé sera réduite. Il ne sera utilisé que pour les marchandises en
vrac. En effet, la notion de passage de bastingage, qui existe depuis les XVIe et XVIIe siècles,
reste incompréhensible pour un bon nombre de produits.
 Clarification de la prise en charge des formalités et des frais de contrôle liés à la sécurité des
marchandises
 Aujourd’hui, les frais de chargement et déchargement ou terminal handling charges (THC) sont
régulièrement payées deux fois, par le vendeur et par l’acheteur. Leur répartition sera modifiée afin
d’éviter ces frais inutiles.
 La prise en compte de la sécurité et de la sureté sera également modifiée. Dorénavant, chaque
intervenant sera chargé de la législation de son pays quel que soit l’Incoterm utilisé. La sécurité des
navires transportant la marchandise sera également mieux détaillée.
 Suppression des 3 incoterms de vente à l’arrivée DAF, DES, DDU au profit d’un nouvel incoterm DAP
(delivered at place) ce qui réduit le nombre total d’incoterms, passant de 13 à 11
 Remplacement de l’incoterm de vente à l’arrivée DEQ par le sigle DAT (delivered at terminal) adapté à
tous les modes de transport, déchargement à charge du vendeur (à la différence du DAP…)
 Nouvelle présentation des incoterms en deux familles, la famille des maritimes (4‐ FAS,FOB,CFR,CIF) et
© 2015 ‐ IFP Training

la famille des polyvalents (7)


 Clarification sur l’utilisation inappropriée de certains incoterms dans le cas des marchandises
conteneurisée
 Clarification sur la possibilité de fournir des e‐documents en lieu et place des documents papiers
 Dotation d’une note « conseil » pour chaque incoterm
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 163
Remarques sur les incoterms

 Bien que d'usage facultatif, les Incoterms permettent de définir


clairement les obligations respectives des parties. Il faut donc y
avoir recours systématiquement en commerce international, et
éviter les formules telles que « franco», « port dû », etc.

 Il faut par ailleurs, faire référence explicitement aux Incoterms


de la Chambre de Commerce Internationale (Ex : FOB Marseille,
Incoterms CCI 2010). En effet, aux États‐Unis, l'interprétation de
certains termes (notamment FOB) diffère de celle des Incoterms
de la CCI

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Incoterms FOB et CIF

BRENT FOB = Free On Board (Franco à Bord)


 Cargaison disponible dans le navire au port de chargement
 Acheteur supporte les coûts de transport et d’assurances

+ transport
+ 2 $/b
84 $/b + assurances

86 $/b

BRENT CIF = Cost Insurance Freight (Coût Assurance Fret )


 Cargaison disponible au port de déchargement
© 2015 ‐ IFP Training

 Vendeur supporte les coûts de transport et d’assurances  

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 164


Parité FOB et CIF 

Zone excédentaire Zone déficitaire
EXPORT IMPORT
Prix parité FOB Prix parité CIF

© 2015 ‐ IFP Training
Essence en Europe Gazole en Europe
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les principaux incoterms

FOB CIF DAP


Free on Board Cost Insurance Freight Delivery at Place

Risques de perte et 
dommage affectant la  Acheteur Acheteur Vendeur
cargaison (durant transport)
Coûts résultants 
d’évènements survenant  Acheteur Acheteur Vendeur
après le chargement

Coûts de transport Acheteur Vendeur Vendeur

Coûts d’assurance Acheteur Vendeur Vendeur


© 2015 ‐ IFP Training

Note: dans les Incoterms 2000, pour les transactions FOB/CIF Le transfert de risque avait lieu lorsque le produit passait le bastingage du bateau.
Dans les Incoterms 2010 le transfert de risque a lieu lorsque le produit est placé à bord du bateau. Généralement le contrat amende cette clause
en disant que ce transfert a lieu lorsque le produit passe la bride de connexion (entre la terre et le bord) de la ligne de chargement.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 165


Commentaire : principaux marches internationaux de 
produits pétroliers
Lieu Type Approvisionnement Marché

COTE EST USA Importation Essence ‐ Europe (été) Marché intérieur US


(New‐York) FOD ‐ USA (Golfe) et
Caraïbes en hiver
FOL ‐ USA (Golfe), Caraïbes Marché US (centrales électriques)
Méditerranée

GOLFE DU MEXIQUE Exportation Raffineries locales FOL ‐ principalement Côte Est USA


CARAIBES FOD ‐ Côte Est USA en hiver
Europe en été

ZONE NWE / ARA Exportation & Raffineries locales et produits Principalement, Europe du Nord


(Rotterdam) Importation de Méditerranée, des CaraÏbes FOD ‐ pour l’Allemagne,
et de Russie Amériques, en cas de forte demande

MEDITERRANEE Exportation Raffineries méditerranéennes Méditerranée, Europe du Nord‐Ouest


(Gênes, Lavera) Amériques, pays de la Mer Rouge et
du Golfe Arabo‐persique

GOLFE  Exportation Raffineries locales FOL et Naphta ‐ principalement 

© 2015 ‐ IFP Training
ARABO‐PERSIQUE Extrême‐Orient

SINGAPOUR Exportation Raffineries de Singapour Principalement Japon, mais aussi en 


appoint sur les autres marchés d'Asie
du Sud‐Est et la Chine

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 166


Les marchés pétroliers 
physiques
Différenciation des bruts
et Pricing d’une cargaison

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Principaux paramètres pour déterminer le prix d’un cargo

 Etablir le prix d’un cargo en fonction :


• Choix de la référence (benchmark crude ou marker) : Un brut de
référence (Brent)
• Différentiel de qualité
• Différentiel de transport (fret)
• Différentiel de temps : formule de prix
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 167


Principaux paramètres pour déterminer le prix d’un cargo

Quatre paramètres pour la valorisation 
Différentiel de qualité

Fret

Différentiel de temps
(période de pricing)
Pétrole Brut X
Brut de référence

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

1. Choix du brut de référence

 Plus de 100 types de brut commercialisés à travers le monde (sur


plus de 400 types de brut connus)…besoin de référence
(benchmark)
 Brut de référence : brut de qualité standard auquel les autres
bruts sont comparés pour en fixer le prix par différentiel
 Deux principaux bruts de référence*
• West Texas Intermediate (WTI) aux Etats‐Unis : 38 à 40°API et 0,3%S
• Brent en Mer du Nord : 38°API et 0,3% S

*D'autres bruts sont utilisés localement. Le Dubaï/Oman (32 °API et 2% S) a été référencé pour le Moyen Orient/Asie,
l’ASCI (Argus Sour Crude Index) pour US Gulf Coast. Le prix journalier de l’ASCI est la moyenne pondérée de toutes les
transactions faites sur 3 bruts (Mars,Poséidon et Southern Green Canyon) et est utilisé par l’Arabie Saoudite, Kuwait et
© 2015 ‐ IFP Training

l’Irak comme référence pour les exportations vers les US dans les contrats long terme

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 168


1. Choix du brut de référence

ZONE BRENT
ZONE 
OMAN ‐ DUBAI

Amsterdam
Rotterdam
Londres Anvers
Tokyo

New‐York Gênes 
Lavera
Caraïbes
Golfe 
ZONE Arabo
Persique Singapour
W.T.I.

© 2015 ‐ IFP Training
Marché spot de brut
Marché spot de produits
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

1. Choix du brut de référence : le « Brent »

 Un brut « classique » léger et peu soufré (38° API), adapté aux


débouchés européens...
Mais les bruts traités sont de plus en plus lourds et soufrés
 Proximité géographique, donc faible délai entre l’achat et la
valorisation
 Volume physique devrait être significatif…mais gisements en
déclin !
 Nombre de producteurs important
 Fait l’objet d’un commerce important et standardisé
 Deux segments de marché : spot (Dated Brent) et Forward
© 2015 ‐ IFP Training

 Environ 60% du brut commercialisé dans le monde fait référence


au Brent

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 169


2. Différentiel de qualité

 Une valeur pour chaque qualité de brut (Arabian Light, Bonny


Light, Forcados, Oural, Brent…)

 Qualité dépend
• Densité, distillation : impact sur le rendement en produits (butane,
propane, essence, jet/kérosène, FOD, FOL)
• Teneur en soufre : impact sur l'énergie nécessaire pour éliminer le
soufre selon obligations réglementaires de qualité des produits
• TAN : Total Acid Number (indication sur le potentiel corrosif du
brut)
• … de toutes ses caractéristiques (crude assay)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

2. Différentiel de qualité : Rendements en coupes pétrolières

Tapis Safaniyah Boscan


In weight:
Demand Brent Light Arabian Heavy crude 
(World) (Malaysia) (North sea)  (Saudi Arabia) (Saudi Arabia)
oil
(Venezuela)
0%
GPL

20%
ESSENCES
40%

60% DISTILLATS
MOYEN
80%
COUPES
LOURDES
100%
Densité 0.80 0.837 0.855 0.993 0.895
© 2015 ‐ IFP Training

141.5
 API   131.5 45,2 37.5 34 27 10.7
d 154
Souffre (poids %) 0.1 0.3 1.7 2.8 5.27
R121*4
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 170
2. Différentiel de qualité

 °API fonction inverse de la densité d= 141,5/(131,5+°API)


• Bruts légers 33 < °API < 49
• Bruts moyens 25 < °API < 33
• Bruts lourds °API < 25

 Teneur en soufre
• Bruts doux (sweet) < 0,6% poids en soufre
• Bruts acides (sour)

 Les bruts lourds (heavy) sont souvent soufrés (sour) et les bruts
légers (light) sont souvent peu soufrés (sweet)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

2. Différentiel de qualité

Type de brut Pays °API* % S


Arabian Light Saudi Arabia 33.3 1.9
Bachaquero Venezuela 17.0 2.4
Brent UK 37.5 0.37
Bonny Light Nigeria 32.9 0.16
Brass River Nigeria 37.3 0.17
Ekofisk Norway 38.4 0.22
Iranian Light Iran 33.1 1.5
Kuwait Blend Kuwait 30.2 2.7
Ural Russia 31.8 1.4
© 2015 ‐ IFP Training

North Slope USA, Alaska 31.9 0.93


d =  141.5/(131.5+API)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 171
2. Différentiel de qualité

 La valeur de chaque brut (Arabian Light, Bonny Light, Forcados, Oural ou Brent), depend
principalement :
• Densité
− Impact sur le rendement des coupes pétrolières (GPL, essence, Jet fuel, etc.)
• Contenu en souffre
− Coût pour réduire la teneur en soufre à travers processus de raffinage

© 2015 ‐ IFP Training
2012 2013 2014

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

3. Fret maritime : Indice « Worldscale »

 Les taux de fret pour les différents voyages sont exprimés en terme d'une
échelle calculé dits "Worldscale" (WS 100 = le taux fixe en $/t)
• Le taux payé par l'affréteur est exprimé en pourcentage du taux forfaitaire
pour le voyage en question
 Cette échelle est calculée sur la base de plusieurs hypothèses
‐‐‐ From To Size Class

TD1 MEG USG 280,000mt VLCC

TD2 MEG Singapore 260,000mt VLCC

TD3 MEG Japan 250,000mt VLCC

TD4 WAF USG 260,000mt VLCC


For the 2014 rates: TD5 WAF USAC 130,000mt Suezmax

TD6 Black Sea Mediterranean 135,000mt Suezmax


‐ Standard vessel 75,000 dwt
TD7 North Sea Eur Continent 80,000mt Aframax
‐ Average speed 14.5 knots
TD8 Kuwait Singapore 80,000mt Aframax
‐ Bunker fuel consumption 55 tonnes per day
TD9 Caribbean USG 70,000mt Aframax
‐ Price of bunker fuel $341,16/t
© 2015 ‐ IFP Training

TD10 Caribbean USAC 50,000mt Panamax


‐ Loading and discharge 4 days
TD11 Mediterranean Mediterranean 80,000mt Aframax
‐ Canal times 24h Panama / 30h Suez
TD12 Antwerp Houston 55,000mt Panamax
‐ Rental $12 000/d
TD14 Indonesia Japan 80,000mt Aframax
Source: Worldscale
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 172
3. Fret maritime : Différents type de pétrolier

Different types of oil tankers Loading capacity Voyages

Ultra Large Crude Carriers (ULCC) 325,000 to • Gulf ‐‐> Europe / Asia


600,000 dwt • West Africa ‐‐> Europe / Asia

> 160,000 dwt • Gulf ‐‐‐> West (Caribbean, USA or Europe)
Very Large Crude Carriers (VLCC)
• Gulf ‐‐‐> South East Asia
• Suez Canal in ballast

100,000 to • West Africa ‐‐‐> Caribbean/USA
Suezmax 160,000 dwt • Suez Canal loaded

80,000 to • Regional traffic (North Sea, Mediterranean,
Aframax Caribbean/USA)
100 000 dwt

© 2015 ‐ IFP Training
Dead weight tonnage (dwt) = Capacité de transport =
cargaison + soutes + nourriture de equipage

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

3. Fret maritime : Indice « Worldscale »
World Scale Flat Rates 2014 (US$/ton)
 L'industrie pétrolière utilise les taux
« worldscale » pour exprimer le niveau
du fret exprimé en fonction du taux de
fret Worldscale nominale (WS100)
• Par exemple Worldscale 100 (ou taux
flat) est le taux calculé et publié par
l'Association Worldscale
− Worldscale 75 (ou 75 WS) signifie
75% du taux nominal
− WS120 signifie 120% du taux
nominal
 Worldscale permet aux propriétaires de
navires, les affréteurs ainsi que les
courtiers de déterminer rapidement et
de manière transparente les taux de fret
pour plus de 70 000 itinéraires de port
© 2015 ‐ IFP Training

en port
 La liste est publiée chaque année en
Janvier
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 173
3. Fret maritime : fret de brut Palanca pour Le Havre

 Flat Worldscale 2014 : 22,58 $/t


 Taux WS pour Suezmax : WS 70
 Quantité transportée : 130 kt
 Pour un cargo de 975 000 barils (= 130 kt)
de brut « Palanca »
 Coût sera égal à
= Flat * Taux * Quantité
= 22,58 * 0.70 * 130 000 = 2,05 M$
soit 2.05/0. 950 = 2,15 $/bbl

© 2015 ‐ IFP Training
NB : plus le cargo est de taille importante, plus le taux est faible

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

4. Différentiel de temps : Afrique de l’Ouest

+30 jours Dated +45 jours

20 avril
Date de la 20 mai 4 juin
transaction (D-45) Date BL* (D-15) D Date d’arrivée

Pricing : Dated Brent -/+  $/b(différentiel fixé à la date de transaction)


Taille : 950 000 b
Price Timing : Angola : 5 jours autour du BL
Nigeria : BL + 1 à 5 jours
West Africa Spread vs DTD Brent

Brass River 65.34 - 65.40 2.00 - 2.05


© 2015 ‐ IFP Training

Forcados 65.34 - 65.40 2.00 - 2.05


Escravos 65.04 - 65.10 1.70 - 1.75
Qua Ibo 65.34 - 65.10 2.00 - 2.05
Bonny Light 65.34 - 65.40 2.00 - 2.05
Cabinda 58.94 - 59.01 - 4.30 - 4.25
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 174
4. Différentiel de temps : formule de prix

Jour J
D – 45: Deal’s date D ‐ 15
Refinery’s need
Differential is fixed BL date (cargo’s arrival)

West Afr. Ship
fixed Pricing D‐2
D – 20: Deal’s date period BL date
Differential is fixed
North sea
Time ‘exposure’: Brent Future 1st Contract=61.2 ma(10)=59.8 80
90
78
89
76
 Physical differential 87
74
‘exposure’  86
72
70
85
 Freight 68
84
+ 66
83
64
Flat Price (pricing)

© 2015 ‐ IFP Training
 82
62
Volatility 81
60
58
80
 Money ??
Jan, 1, 2011 Feb 1, 2011
Aug 1, 2006 Sep 1, 2006 Daily

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 175


Les marchés pétroliers 
financiers
Marchés

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Fonctions des marchés à terme

 Découverte des anticipations de prix


• Les marchés son transparents

 Permet d’entreprendre en garantissant des éléments de recettes


ou de coûts
• Les premiers marchés à terme concernaient les matières premières
agricoles et permettaient aux exploitants de planifier et gérer leur
saison

 Protection contre les variations de prix


• En particulier dans les secteurs du transport aérien et maritime

 Gestion et financement des stocks


© 2015 ‐ IFP Training

• Permet de posséder un stock sans subir tout le risque de prix

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 176


Les marchés financiers

 Marchés à terme financier : FUTURES


• Achat et vente de contrats : titres financiers parfaitement
standardisés en volume et qualité (engagement à prendre livraison
pour l'acheteur et à livrer pour le vendeur une quantité standard de
produits standards) pour une date future (le terme ou échéance),
avec ou sans livraison physique
• Négociés sur des bourses de commerce : marché organisé/régulé
(Chambre de compensation)
• Prix : seul élément négociable (prix du marché au moment de la
négociation)

 On peut entrer dans le marché en tant qu’acheteur ou vendeur


(position)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Les principaux contrats Futures pétroliers

NYMEX(groupe CME) ICE Futures TOCOM (1)


Heating Oil #2 NY Harbour        1978 Gasoil 100 T 1981 Kerozene JIS K2203 grade 1
42’000 gallons 18 mois 12 mois/ 4 trim./ 2 semestres 100’000 litres 6 mois

Light, Sweet Crude (WTI)   1983 Brent Blend 1988 MECO (Middle East Crude Oil)


1’000 Bbl 1’000 Bbl 50’000 litres 6 mois
Chaque mois jusqu’à 6 ans 30 mois / 9 semestres
Regular Gasoline grade 2
Rbob Gasoline NY Harbour 100’000 litres 6 mois
DGCX (3)
42’000 gallons 12 mois
Gasoil JIS K2204
Fuel Oil Fujairah 100 MT 100’000 litres 6 mois
Brent Blend 2004
1’000 Bbl                        84 mois SGX (5) MCX (4)
REBCO     (Primorsk)              2006 Fuel Oil 380 Cst
1’000 Bbl                        72 mois Brent Crude 2002
1’000 Bbl 3 mois
Sing. 380cst Fuel Oil               2006 (1): Tokyo Commodity Exchange
100 MT 36 mois (2): Dubai Mercantile Exchange Crude Oil 2004
(3): Dubai Gold & Commodities Exchange 100 Bbl     (Rs./bbl)              12 mois

DME (2) (4): Multi Commodity Exchange – India Furnace Oil 2004


© 2015 ‐ IFP Training

(5): Singapore Exchange                          10 MT     (Rs./MT)                12 mois


Oman Crude $/b ME Crude (Oman+Dubai)  2004
Exemples échecs
100 Bbl     (Rs./Bbl)              12 mois
NYMEX: UNL, WTS
IPE(ICE):  Naphtha, UNL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 177
Trading room

© 2015 ‐ IFP Training
Source: TOTA L ‐ Planète‐énergies
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Volume du contrat Light, Sweet Crude – NYMEX

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 178


Les marchés pétroliers 
financiers
Prise de position 
et Dénouement d’une transaction

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Screen : exemple d’écran sur le contrat Brent

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 179


Spécifications du contrat NYMEX Light Sweet Crude (WTI)

Quantité : 1000 b

Prix : $/b
MIN +1 ct/b MAX +10$/b

Qualité : Bruts domestiques


%S <0.42 37 < API < 42
Bruts étrangers
34 < API < 42 discounts

Point de livraison : FOB Cushing, Oklahoma

© 2015 ‐ IFP Training
Limites : 20 000 net futures / 3000 contrats à maturité

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Dénouement des Futures : ICE (Brent)

Opération
d’achat/vente Opération
inverse Livraison
physique
Futures (très rare)

Fin du trading sur un contrat


Dénouement en
Future cash
(pénalité)
WTI : un jour ouvré avant le
15 du mois précédant le
mois de livraison
© 2015 ‐ IFP Training

(livraison physique dans 1 à 3 % des cas)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 180


Dénouement des Futures : ICE (Gasoil)

Opération
d’achat/vente Opération
inverse
ADP
Alternative Delivery
Futures Procedure

Livraison
Fin du trading sur un contrat
SDP
Future
Standard delivery
Go 0.1 : à 12h , 2 jours Procedure

ouvrés avant le 14 du mois


de livraison.

© 2015 ‐ IFP Training
(livraison physique dans 1 à 3 % des cas)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 181


Les marchés pétroliers 
financiers
Organisation et garanties des marchés

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Garanties de marché : dépôts de garantie et appels de 
marge
 Chambre de compensation (Clearing House) et Clearing Members
 Garanties de la chambre de compensation :

Dépôt de garantie (deposit ou initial margin)


• Somme versée préalablement à la passation ou à l'exécution de tout ordre sur les
marchés à terme
• Généralement proportionnelle à la valeur du contrat et dépend du type
d’intervenant
• Somme reversée (une fois les intérêts pris en compte) si la position est débouclée

Appel de marge (margin call ou variation margin)


• Prix officiel de règlement calculé chaque jour par la bourse
• Dépôts de garantie réévalués tous les jours en fonction de la valeur du marché des
positions (mark to market), qui dépendent de ce prix officiel
• Si le contrat est bénéficiaire, la chambre de compensation crédite le compte
© 2015 ‐ IFP Training

• Si le contrat est déficitaire, elle le débite : si la marge passe en dessous de la


maintenance margin, la chambre va demander au client d’alimenter son compte
(appel de marge)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 182


Exemple : dépôts de garantie et appels de marge

 Achat de 2 contrats Futures Brent (2 000 barils papiers).


• La marge initiale est de 6 000$ par contrat (12 000$ pour 2 contrats) et la
maintenance « margin » est de 5 000$ par contrat (10 000$ pour 2
contrats)
• La position est prise en compte le 3 juin à 75,2$/b
• Le contrat sera clôturé le 10 juin à 74,14$/b

Solde du  Appel de 
Jour Prix Futures Gain du jour Gain cumulé
compte marge
75,2 12 000
4 juin 75 ‐ 400 ‐ 400 11 600
5 juin 74,892 ‐ 216 ‐ 616 11 384
6 juin 74,903 22 ‐ 594 11 406

7 juin 74,534 ‐ 738 ‐ 1 332 10 668

© 2015 ‐ IFP Training
8 juin 74,328 ‐ 412 ‐ 1 744 10 256
9juin 74,105 ‐ 446 ‐ 2 190 9 810 2 190
10 juin 74,140 70 ‐ 2 120 12 070

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 183


Les marchés pétroliers 
financiers
Principe de couverture (hedging)

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Structures de prix

CONTANGO (report) BACKWARDATION (déport)

Prix Prix

2ème term
1er term

Spot

Échéance Échéance

Conditions de marché dans lesquelles les prix des Conditions de marché dans lesquelles les prix des
futures sont supérieurs (et vont croissants) au prix du futures sont inférieurs au prix du physique
physique

Offre / stocks abondants Risque de rupture dans la chaîne pétrolière
© 2015 ‐ IFP Training

Indique un marché physique prompt faible Indique un marché physique prompt fort


L’arbitrage « Cash & Carry » limite le contango Pas de limite

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 184


Risque de structure

Les marchés spot et à terme convergent à l’échéance de chaque terme
Les variations du prix spot et du prix à terme sont donc différentes lorsque le 
marché est en « contango » ou en « backwardation » 

CONTANGO (report) BACKWARDATION (déport)

Prix Prix
Spot
3e
terme

2e 1er
terme
terme

1er 2e
terme terme

3e

© 2015 ‐ IFP Training
terme
Spot

Temps Temps
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Gestion du risque sur les achats physiques : couverture

 Prendre une position égale en volume et opposée au marché


physique sur le marché future correspondant au timing de l’effet
prix sur l’achat/vente car effet temps dans un marché « volatil »
implique exposition au prix
 Transférer un risque de prix absolu vers un risque de base ou
risque résiduel (du fait de la corrélation imparfaite entre le
marché physique et financier) : consiste à limiter constamment le
risque de base
 Sorte d’« assurance » : donc a un coût
 Instrument financier permettant de séparer le prix d’une
commodité de sa vente physique (ou achat)
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 185


Exemple : couverture du risque de prix par des contrats à terme

Un trader achète au mois M une cargaison de WTI à 80 $/b. Il la livrera 15 jours


plus tard au prix du marché (du jour de livraison). risque de perte en cas
de baisse de prix
NB : on suppose un différentiel constant (risque de base) entre les marchés
physiques et financiers
PHYSIQUE FINANCIER (NYMEX)

Achat  $/b Vente de $/b


Scénario spot  jour  Contrats 
J  Coût  80 jour J  Recette  81
‐2 ‐2

Recette  78+p* Coût  79


Baisse  +2 +2
des prix J + 15 :  Total ‐ 2+p J+15 : Total + 2
Vente à  Achat de
prix spot contrats
Hausse  Recette 82+p Coût  83

© 2015 ‐ IFP Training
des prix Total + 2+p Total ‐2
Quelque soit l’orientation du marché (hausse ou baisse) la marge réalisée est  p.
*p : marge réalisée
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Stratégie de stockage dans un marché en contango
(stockage saisonnier)
Ex : Stockage gazole à STRASBOURG
Marché à la baisse

AOUT ACHAT PHYSIQUE VENTE NOVEMBRE ICE

Structure du marché 10 000 t 100 contrats


à 716,25 $/t à 725,50 $/t
Aout 716,75 $/t
Septem 720,25 $/t
Le marché physique est en baisse de 11,25 $/t entre
Octobre 723,00 $/t Août et Novembre
Novem 725,50 $/t (11,25) +20

VENTE PHYSIQUE ACHAT NOVEMBRE ICE


10 000 t 100 contrats
à 705,00 $/t à 705,50 $/t
© 2015 ‐ IFP Training

Hypothèse : convergence parfaite du terme vers le


NOVEMBRE physique à la date d’expiration

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 186


Stratégie de stockage dans un marché en contango
(stockage saisonnier)

Ex : Stockage gazole à STRASBOURG
Marché à la baisse
Physique Hedge (papier)

Gain/(Perte) (11,25) $/t 20 $/t

Résultat brut ‐11,25 + 20 = 8,75 $/t

Profit total 10 000*8,75 = 87 500 $ qui représente le profit “locké” (assuré) en Août
(725,50‐716,75)

Nous avons supposé dans ce simple cas une convergence parfaite et des frais de stockage et
financiers nuls (qu’il faudrait déduire pour arriver au résultat net).

© 2015 ‐ IFP Training
Remarque : sans le « hedging » (couverture) la perte aurait été de 11,25 $/t.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Stratégie de stockage dans un marché en contango
(stockage saisonnier)
Ex : Stockage gazole à STRASBOURG
Marché en hausse

ACHAT PHYSIQUE VENTE NOVEMBRE ICE


AOUT
Structure du marché 10 000 t 100 contrats
à 716,25 $/t à 725,50 $/t
Aout 716,75 $/t
Septem 720,25 $/t
Le marché physique est en hausse de 18,75 $/t entre
Octobre 723,00 $/t Août et Novembre
Novem 725,50 $/t +18,75 (10)

VENTE PHYSIQUE ACHAT NOVEMBRE ICE

10 000 t 100 contrats


NOVEMBRE
© 2015 ‐ IFP Training

à 735,00 $/t à 735,50 $/t


Hypothèse : convergence parfaite du terme vers le physique
à la date d’expiration

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 187


Stratégie de stockage dans un marché en contango
(stockage saisonnier)
Ex : Stockage gazole à STRASBOURG
Marché en hausse
Physique Hedge (papier)

Gain/(Perte) 18,75 $/t (10) $/t

Résultat brut 18,75‐10 = 8,75 $/t

Profit    total      10  000*8,75  =  87  500  $ qui  représente  le  profit    “locké”  (assuré)    en  Août
(725,50‐716.75)

Nous avons supposé dans ce simple cas une convergence parfaite et des frais de stockage et 
financiers  nuls (qu’il faudrait déduire pour arriver au résultat net).

© 2015 ‐ IFP Training
Remarque : sans le hedging (couverture) le profit aurait été de 18,75 $/t.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 188


Etude de cas

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Valoriser une cargaison de pétrole brut

Vous êtes un trader de brut


 Vous avez acheté une cargaison de 1 million de barils de brut Bonny Light
du Nigeria sur la base d’un prix FOB.
• Prix d’achat = Brent daté + 25 cts / bbl
 La formule de fixation des prix est la moyenne des cinq citations après B/L*
(connaissement maritime)
 On suppose que la cargaison de pétrole brute sera chargée en un jour.
• La date de chargement est autour du 1er Juin (un dimanche)
 Vous avez vendu la même cargaison à un raffineur européen sur la base
d’un FOB Nigeria
• Prix de vente = Brent daté + 50 ct / bbl
 Le raffineur souhaite une période de fixation de prix du 16 au 30 Juin,
© 2015 ‐ IFP Training

représentant 11 jours de quotations (hors WE)

*Bill of Lading (B/L): document décrivant le cargo (et le chargement) établi à la fin du chargement (date de BL)(= BL date)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 189
Valoriser une cargaison de pétrole brut
Dated Brent Futures Brent
Dates US $/bbl US $/bbl
 Selon la formule de prix : June 2nd (Monday) 93,80 94,05
• Prix d’achat moyen = ……………US $/bbl June 3rd 93,95 94,20
• Prix de vente moyen = ……….….. US $/bbl June 4th 94,15 94,40
June 5th 93,30 93,55
June 6th (Friday) 93,40 93,65
June 9th (Monday) 93,20 93,45
June 10th 93,40 93,65
Brent price structure
95 June 11th 93,00 93,25
95 June 12th 92,40 92,65
94 June 13th (Friday) 92,30 92,55
94 June 16th (Monday) 92,26 92,51
US $/bbl

93 June 17th 92,40 92,65


93 June 18th 92,50 92,75
92
June 19th 92,70 92,95
92
June 20th (Friday) 92,78 93,03
June 23rd (Monday) 92,92 93,17
91
June 24th 93,05 93,30

© 2015 ‐ IFP Training
June 25th 93,15 93,40
June 26th 93,20 93,45
June 27th (Friday) 93,40 93,65
Dated Brent (Spot price) Futures Brent (Paper price) June 30th (Monday) 93,35 93,60

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Valoriser une cargaison de pétrole brut

Prix d’achat moyen  Vente Brut


Selling crude
250 ……………...  US $/bbl Buying crude
Achat Brut
200

150

100

50
kbbl

-50

-100

-150 Prix de vente moyen       
………………..  US $/bbl
-200
10-juin

12-juin

14-juin

16-juin

18-juin

20-juin

22-juin

24-juin

26-juin

28-juin

30-juin
2-juin

4-juin

6-juin

8-juin

© 2015 ‐ IFP Training

Profits/Pertes de la transaction : ………………… 
Profits/Pertes sur le marché physique : …………………………………
.......................................................................

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 190


Valoriser une cargaison de pétrole brut
Acceptez vous de prendre cette exposition sur le marché physique (Brent daté) ?
 Votre conseiller « marché papiers » vous recommande d’utiliser les 
outils du marché financier pour couvrir votre position.
 Quel genre d’outil allez vous utiliser : …………………………………. 
NYMEX ICE Futures TOCOM
Heating Oil #2 NY Harbour        1978 Gasoil 100 T 1981 Kerozene JIS K2203 grade 1
42’000 gallons 18 months 12 months/ 4 quarters/ 2 semesters 100’000 litres 6 months

Light, Sweet Crude (WTI)   1983 Brent Blend 1988 MECO (Middle East Crude Oil)


1’000 Bbl 1’000 Bbl 50’000 litres 6 months
Each month for 6 years 30 months / 9 semesters
Regular Gasoline grade 2
Rbob Gasoline NY Harbour 100’000 litres 6 months
42’000 gallons 12 months
Gasoil JIS K2204
Brent Blend 2004
DGCX 100’000 litres 6 months
1’000 Bbl                        84 months
Fuel Oil Fujairah 100 MT
MCX
REBCO     (Primorsk)              2006
1’000 Bbl                        72 months Brent Crude 2002
1’000 Bbl 3 months
Sing. 380cst Fuel Oil               2006
100 MT 36 months Crude Oil 2004

© 2015 ‐ IFP Training
NYMEX Europe 100 Bbl     (Rs./bbl)           12 months
In 2007: 
Furnace Oil 2004
Brent crude 2004 10 MT     (Rs./MT)           12 months
DME 1’000 Bbl 30 months
ME Crude (Oman+Dubai)  2004
NWE Gasoil 2004 100 Bbl     (Rs./Bbl)          12 months
Oman Crude $/b
42’000 gallons 18 months
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Valoriser une cargaison de pétrole brut
J’achète ou vends ………………………………………………… 
…………………………………………………………………………… VSelling  crude
ente Brut
…………………………………………………………………………… Prix d’achat moyen 
250 ………………………………
…………………………………………………………………………… ABuying  crude
chat Brut
…………………………………………………….. 200

 Prix moyen ICE Futures Brent 150

 =..…………….. US $/bbl 100

50
kbbl

J’achète ou vends ……………………………………………….  -50
……………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………… -100
……………………………………………………………………………
……………………………………………………… -150 Prix de vente moyen 
………………………………
Prix moyen ICE Futures Brent 
-200
10-juin

12-juin

14-juin

16-juin

18-juin

20-juin

22-juin

24-juin

26-juin

28-juin

30-juin
2-juin

4-juin

6-juin

8-juin

=………………. US $/bbl
© 2015 ‐ IFP Training

Profits/Pertes sur marché physique = …………………………………
Profits/Pertes  de la transaction =  ……………
Profits/Pertes sur marché financier =…………………………………
…………………………………………………………………
Global Profits/Pertes = ………………
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 191
Annexes

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui

Incoterms 2010

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 1 ‐ ML Djenaoui 192

Vous aimerez peut-être aussi