Vous êtes sur la page 1sur 61

‫الجمهورية التونسية‬

‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬


‫جامعة تونس‬
‫المدرسة الوطنية العليا للمهندسين بتونس‬

Département Génie Mécanique

Support de Cours Intégré


Classe : 1ère Année

CAO – Niveau II

Dr. Noureddine BEN YAHIA


Maitre de conférences
Certifié CESI-France

Septembre 2018
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Sommaire
Chapitre 1 : Modélisation géométrique .................................................................................................. 4
1.1. Introduction : ................................................................................................................................... 4
1.1.1. Les principaux avantages de la CAO : ............................................................................. 4
1.1.2. Domaines d’application ........................................................................................................ 4
1.1.3. Modélisation solide ................................................................................................................ 5
1.1.4. Modélisation CSG .................................................................................................................. 5
1.1.5. Modélisation B-REP ............................................................................................................... 6
1.2. Relation topologie et géométrie ................................................................................................. 7
Chapitre 2 : Transformation géométrique ............................................................................................10
2.1. Introduction : ..................................................................................................................................10
2.2. Translation d’objets :....................................................................................................................10
2.3. Changement d’échelle : ...............................................................................................................10
2.4. Symétrie d’objet : ..........................................................................................................................11
2.5. Rotation d’objet : ...........................................................................................................................12
2.6. Coordonnées homogènes ...........................................................................................................13
2.7. Transformations Concaténées ..................................................................................................14
2.8. Symétrie par rapport à un point M ............................................................................................14
2.9. Symétrie par rapport à un Axe ...................................................................................................14
Chapitre 3 : Modélisation filaire : ............................................................................................................16
3.1. Introduction :...................................................................................................................................16
3.2. Entités filaires :...............................................................................................................................16
3.3. Représentation des courbes .......................................................................................................18
3.3.1. Classification des courbes .................................................................................................18
3.3.2. Représentation paramétrique des courbes ....................................................................19
3.3.3. Représentation du vecteur tangent ..................................................................................20
3.3.4. Représentation de courbe et rayon de courbure ..........................................................21
3.3.5. Longueur d’une courbure ...................................................................................................22
3.3.6. Représentation Paramétrique des courbes Analytiques. ...........................................24
3.3.6.1. Représentation des lignes ..............................................................................................24
3.3.6.2. Représentation des cercles ...........................................................................................25
3.3.6.3. Représentation des ellipses ..........................................................................................28
3.3.6.4. Représentation des Paraboles ......................................................................................29
3.3.7. Représentation paramétrique des courbes synthétiques. .........................................31
3.3.7.1. Ordre de continuité ..........................................................................................................31
3.3.7.2. Courbes paramétriques cubiques ................................................................................32
3.3.7.3. Splines cubique d’Hermite .............................................................................................33
3.3.7.4. Courbes d’Hermite à “n” Segments .............................................................................36
3.3.7.5. Courbes Splines “Naturelle” ..........................................................................................37
3.3.7.6. Courbes de Bézier ............................................................................................................38
3.3.7.7. Courbes B-Spline ..............................................................................................................40

pg. 2
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Chapitre 4 : Standards d’échange ..........................................................................................................41


4.1. Introduction .....................................................................................................................................41
4.2. Interface d’échange en CFAO .....................................................................................................42
4.3. Interface STEP ................................................................................................................................43
4.3.1. Principe de la norme STEP AP-203 ..................................................................................47
4.3.2. Génération du fichier STEP AP-203 .................................................................................47
4.3.3. Lecture du fichier STEP .......................................................................................................47
4.4. Interface IGES ("Initial Graphics Exchange Specification") ...............................................52
4.5. Interface SET (Standard d'Echange et de Transfert) ............................................................53
4.6. Interface VDAFS ("Verband der Automobilindustrie Flächenschnittstelle") ..................54
4.7. Interface CAD*I ...............................................................................................................................55
4.8. DXF ("Drawing Exchange File Format") ...................................................................................55
Chapitre 5 : Visualisation en 3D ..............................................................................................................56
5.1. Introduction :...................................................................................................................................56
5.2. Processus de visualisation : .......................................................................................................56
5.3. Etude des projections : ................................................................................................................57
5.3.1. Projection perspective : ......................................................................................................58
5.3.2. Projection parallèle : ............................................................................................................58
5.3.3. Axonométrie orthogonale : .................................................................................................58
5.3.4. Représentation d’Axonométrie orthogonale ..................................................................59
5.3.5. Axonométrie oblique ............................................................................................................60
Bibliographie ................................................................................................................................................61

pg. 3
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Chapitre 1 : Modélisation géométrique

1.1. Introduction :
La CAO (Conception Assistée par Ordinateur) peut être définie comme étant
l’ensemble des outils logiciels et des techniques informatiques qui permettent
d’aider le concepteur dans la conception et la mise au point d’un produit. Un
système de CAO permet de représenter et d’étudier le fonctionnement d’un
objet sans l’avoir fabriqué réellement, c.à.d. en virtuel.
Les opérations de coupe, de perspective ainsi que le calcul des volumes, des
masses et des inerties sont possibles quelles que soient les formes de l’objet. La
CAO, permet aussi d’assembler des pièces d’un système mécanique et les simuler
en fonctionnement virtuel.
La CAO implique des algorithmes plus puissants et du matériel plus élaboré que
celui demandé par la DAO. En conséquence, les coûts sont très différents
(rapport des coûts d’environ 1 à 10).

1.1.1. Les principaux avantages de la CAO :

La CAO est utilisée et répandue dans la plupart des entreprises qui


créent et fabriquent ou font fabriquer toutes sortes de produits.
Les principaux avantages sont :
 Augmenter de manière importante la productivité et la qualité des produits
conçus.
 Simplifier les échanges de données entre les divers intervenants à
un même projet.
 Offre de multiples possibilités de calculs, simulations, animations,
etc.
 Permettre de construire virtuellement le produit et de le visualiser.
1.1.2. Domaines d’application

La conception assistée par ordinateur peut être considérée comme


l'ensemble des aides informatiques aux bureaux d'études et aux bureaux des
méthodes. Elle concerne donc le processus conception-fabrication depuis
l'élaboration du cahier des charges jusqu'à la préparation des documents de
fabrication.

pg. 4
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

La conception assistée par ordinateur (CAO) est particulièrement développée


dans des nombreux secteurs de l’industrie comme l’électronique, la mécanique,
l’automobile, l’aéronautique, le bâtiment, l’industrie chimique et le génie civil.
En conséquence, il est préférable d’adopter une classification suivant les
sciences techniques sous-jacentes comme : circuits électroniques,
électrotechnique, électromagnétisme, mécanique, résistance de matériaux,
thermique et optique.

1.1.3. Modélisation solide

Le modèle est non ambigu car il


fournit une représentation unique,
valable pour toutes les tâches de la
CFAO.
Figure 1.1 : Modélisation solide

Des projections très réalistes d'images sont créées pour que le concepteur le
visualise ou pour qu'il les communique à l'extérieur.
Un modèle solide ne peut pas avoir une face manquante ou une arête isolée.
Ainsi, des erreurs ou des constructions impossibles peuvent être évitées. Fournit
les méthodes générant des formes de haut niveau (Raccordement, Trou, Coque,
Dépouille…).
Il est peut être utilisé pour le calcul des caractéristiques volumiques et massiques
(poids, moment d’inertie…), la modélisation en éléments finis, la génération des
trajectoires d’outil, les coupes et les sections, ainsi que la détection des
interférences.
Il est peut être doté d'algorithmes pour éliminer les lignes et les faces cachées pour
donner plus de réalisme lors de l'affichage d'une géométrie. Les fonctions
principales utilisées sont de types : Ombrage « Shading » et le Rendu Réaliste
«Render».
Il existe plusieurs types de modèles solides. Les plus utilisées sont :
 CSG "Constructive Solid Geometry ",
 B-REP "Boundary REPresentation'.
1.1.4. Modélisation CSG

Les modèles orientés CSG exploitent l'approche matière. Le CSG est par
définition une modélisation aussi voisine que possible du processus de

pg. 5
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

construction du solide. L'aspect procédural qui en découle induit une assez


grande stabilité des objets produits.
La dépendance totale vis-à-vis du processus de construction (c'est à dire la
non unicité) induit un manque d'intégrité.
Dans le cas général, le CSG consiste
à décrire les opérations booléennes
pour la construction du solide. La
composition arborescente de solides
représente l’objet sous forme d'arbre
binaire défini par un sous-arbre
gauche et un sous-arbre droit. Un
opérateur de composition (union,
intersection, différence) qui est la
base de cette modélisation.
Figure 1.2: Représentation décomposée

1.1.5. Modélisation B-REP

Les modeleurs orientés B-REP privilégient l'approche surface. Il s'agit ici de


représenter la frontière (ou peau du solide).
L’information stockée est
généralement géométrique et
topologique.
La topologie décrit comment les
éléments de la géométrie sont
connectés. Figure 1.3 : Décomposition B-REP

Ces éléments sont les sommets, les


arêtes et les faces.
Ils sont stockés sous forme de
nœuds dans un tableau et des
pointeurs qui indiquent la
connectivité.
La topologie représente 80% du
modèle par rapport à la géométrie
(20%). Figure 1.4 : Exemple d’objet B-REP

pg. 6
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

1.2. Relation topologie et géométrie

Une représentation par les frontières comprend deux types d’information


distingués la topologie et la géométrie. La topologie définie les relations entre les
liaisons de base des corps tels que les faces, les arrêtes et les sommets.

Figure 1.5 : Relations topologiques

Les entités géométriques sont :


 Le point de dimension 0 de coordonnées (x,y,z).
 La courbe et de dimension 1 définit par des équations (droite, cercle, courbe
complexes, …)
 La surface de dimension 2 définit par des équations (plan, cylindre, cône,
tore, sphère, complexe, …)
Ne pas confondre la représentation géométrique interne d'une entité avec ses
méthodes de création.
Exemple : Un point
Représentation interne : (x, y, z) ses coordonnées dans E3
Méthodes de création : Coordonnées
cartésiennes (x, y, z) Coordonnées
Cylindrique P (R,θ, z) Coordonnées
sphérique P(R,θ,φ) Extrémité d'une
entité
Coordonnées relatives à une autre
entité
 Centre d'un cercle
 Intersection de deux entités
 Coordonnées paramétriques Figure 1.6 : Représentation des
sur une surface. Coordonnées d’un point

pg. 7
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

La topologie est une branche des mathématiques traitant des relations de


voisinage qui s’établissent entre des figures géométriques, et qui ne sont pas
altérées par la déformation de ces figures. (www.granddictionnaire.com)
L'application des principes de la topologie en CAO assure la cohérence des
données géométriques dans la représentation par les frontières.
La topologie élimine la redondance des entités dans la représentation B-REP.
- Dépendance géométrie – topologie
Dans ces exemples nous montrons les modifications des coordonnées d’un
point, ainsi que la modification de l’équation d’un cercle qui changent
automatiquement l’aspect de forme géométrique.

Figure 1.7 a: Modification des Figure 1.7.b : Modification de


coordonnées d’un point
l’équation d’un cercle

On donne à titre d’exemple les complémentarités de géométrie et de topologie


suivantes des trois cas A, B et C.
Similarité des pièces A et C : même
géométrie
Similarité des pièces B et C : même
topologie
Suffisance: Géométrie + topologie

Figure 1.8 : Similarités des formes

(Propriété d’une représentation géométrique qui contient assez d’informations


pour distinguer un objet de tous les autres).

En outre, la topologie décrit comment les éléments de la géométrie sont


connectés.

Ces éléments sont les sommets, les arêtes et les faces. Ils sont stockés sous
forme de nœuds dans un tableau et des pointeurs qui indiquent la connectivité.

La topologie représente 80% du modèle par rapport à la géométrie (20%).

 Règle d ’Euler Poincaré  tout polyèdre qui est homomorphique à une


sphère (faces non inter sécante et appartiennent à des surfaces fermées
orientées) sont topologiquement valide si :

 V + F - H - E + 2P = 2B
pg. 8
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

 V : Nombre de sommets : point unique (triplet de coordonnées) dans


l'espace

 E : Nombre d’arêtes : courbe finie qui ne s'intersecte pas, limitée par 2


sommets distincts

 F : Nombre de face : région finie (fermée) qui ne s'intersecte pas, définie


par une/des boucles d'arêtes

 H : Boucle ("Loop") : séquence d'arêtes et de sommets (ordonnée,


alternée) définit une courbe fermée qui définit la limite d'une face

 P : Nombre de trous : passage qui perce l'objet complètement

 B : Corps ("Body") : ensemble de sommets, arêtes, faces qui limite un


volume interne unique et fermé.

pg. 9
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Chapitre 2 : Transformation géométrique

2.1. Introduction :
Les transformations géométriques jouent un rôle important dans la construction
et la visualisation des objets en CAO. Elles représentent l'outil mathématique
essentiels des opérations telles que la translation, l'échelle, la symétrie, la
rotation, etc.

Figure 2.1 : Types de transformations

2.2. Translation d’objets :

Soit P, un vecteur qui représente la position d'un point P. P' un vecteur qui
représente la position du point P' image de P par une translation T. On peut
alors écrire :

P' = P + T
ou encore :

2.3. Changement d’échelle :


L'opération de changement d'échelle permet de faire des agrandissements ou
des réductions de la taille d'un objet. Soit S la matrice de changement d'échelle
alors on peut écrire : P'= [E]•P ou sous forme matricielle :

Sx, Sy, Sz coefficients d'échelle dans les directions X, Y, Z.


Si Sx= Sy= Sz l'échelle est uniforme.
pg. 10
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

2.4. Symétrie d’objet :


Tous les logiciels de CAO utilisent cette opération, surtout si on va représenter
des objets symétriques, il suffit de faire la moitié. L’autre moitié sera réalisée par
cette opération de symétrie. C'est une opération utile pour construire des modèles
symétriques.

Une entité géométrique peut être transformée par une opération de symétrie par
rapport à un plan, une droite ou un point. Dans tous les cas, l'opération de
transformation par symétrie s'écrit de la forme :

P'= [S]•P

Où [S] est la matrice de symétrie.

a/ Symétrie par rapport à l’origine

La symétrie par rapport à un point (l‟origine) est équivalente à trois


symétries par rapport aux axes X, Y et Z. la matrice de symétrie par
rapport à un point s'écrit donc comme suit :

P'= [S/O]•P sous forme matricielle :

b/ Symétrie par rapport à l’axe OY

La symétrie par rapport à un axe Y nécessite l'inversion des coordonnées


de l'entité à transformer selon les axes X et Z.

P'= [S/Y]•P sous forme matricielle :

pg. 11
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

c/ Symétrie par rapport au plan XZ:


Faire une symétrie par rapport à un plan (x = 0, y = 0 ou z = 0) cela revient à
inverser les coordonnées correspondantes de chaque point de l'entité à
transformer par symétrie. Par exemple, dans l'opération de symétrie par rapport
au plan XZ (y=0), la matrice de transformation s'écrit de la forme :
P'= [S/XZ]•P sous forme matricielle

Figure 2.2 : Symétrie d’objet

2.5. Rotation d’objet :

Elle permet à l'utilisateur de transformer un objet par rotation autour d’un axe.
La rotation possède une caractéristique non partagée par les autres
transformations (échelle, translation, symétrie) qui est la non commutativité.
La position finale d’une entité après des transformations de symétrie, de
miroir ou de translation et indépendante de l'ordre de ces opérations (c'est la
commutativité). Cependant, pour la rotation, deux opérations successives
autour de deux axes différents donnent une configuration qui dépend de
l'ordre de réalisation de ces opérations.
Rotation par rapport à l’axe OZ

P'= [Rθ/Z]•P sous forme matricielle :

Figure 2.3 : Rotation d’un point


Rotation par rapport à l’axe OX:

pg. 12
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Rotation par rapport à l’axe OY:

2.6. Coordonnées homogènes


Les trois dernières transformations géométriques (échelle, symétrie et rotation)
s'écrivent sous forme d'un produit matriciel. Alors que la translation s'écrit sous
d'une addition vectorielle. Cela rend peut pratiquer la concaténation (combinaison)
de plusieurs transformations comportant une translation. La meilleure manière pour
résoudre ce problème c'est d'exprimer toutes les transformations sous la même
forme.
En coordonnées homogènes un espace à n dimensions est transformé en un
espace à n+1 dimensions. En ce sens, un point (ou un vecteur) de coordonnées
cartésiennes (x,y,z) possède des coordonnées homogènes (x*,y*,z*,h) avec h est
un scalaire non nul.
Coordonnées cartésiennes coordonnées homogènes
P(x,y,z) P(x*,y*,z*,h)
Les deux types de coordonnées sont reliés de la façon suivante :
x = x* / h

y = y* / h

z = z* / h

Pour éviter de faire des divisions inutiles, on prend h = 1

Donc x = x* , y = y* et z = z*.

Cas de Translation
La transformation de translation va s'écrire alors sous la forme :

pg. 13
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

2.7. Transformations Concaténées


Les transformations qu'on vient de voir jusqu'ici sont relatives à une seule
transformation (translation, échelle, symétrie et rotation). Cependant, dans la
pratique, on est amené à combiner ou à concaténer plusieurs transformations pour
avoir le modèle dans la configuration voulue. La concaténation des transformations
est obtenue par la multiplication des matrices de chaque transformation individuelle.
Comme la multiplication des matrices n'est pas commutative, l'ordre des
transformations doit être respecté. Si par exemple on veut appliquer à un point n
transformation commençant par la transformation N° 1(matrice T1) et finissant par
la transformation N° n (matrice Tn), la transformation concaténée de ce point est
donnée par :
P*= [Tn] […] [T2] [T1] P
P*= [Mc]P
Où Mc est la matrice concaténée

2.8. Symétrie par rapport à un point M


Il est donc possible d'exprimer une combinaison de transformation avec une seule
matrice. C'est le cas des transformations de rotation par rapport à un axe
quelconque ou de symétrie par rapport à un point autre que l'origine.
C'est une transformation qui ne peut s'obtenir que par la combinaison des
transformations de symétrie et de translation vues précédemment.
Trouver les transformations élémentaires nécessaires pour réaliser une
transformation de symétrie d'un solide S par rapport à un point M. En déduire la
matrice concaténée.
 Translation du point M pour qu'il coïncide avec l'origine O (T)
 Symétrie par rapport à O (SO)
 Translation inverse (T-)
S/M = Mc = T- . S/O . T

2.9. Symétrie par rapport à un Axe


Axe défini dans le plan XY passant par l’origine
Séquence de transformations :
1) Rotation autour de Z de a⇒∆ confondu avec Y (Ra/Z)
2) Symétrie P/P à Y (S/Y)
3) Rotation inverse (R-a/Z)
Axe défini dans le plan XY ne passant pas par l’origine
Séquence de transformations :
1) Translation de ∆ pour qu’il coïncide avec l'origine O (T)
pg. 14
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

2) Rotation autour de Z de a⇒∆ confondu avec Y (Ra/Z)


2) Symétrie P/P à Y (S/Y)
3) Rotation inverse (R-a/Z)
4) Translation inverse (T-)

Symétrie par rapport à un axe ∆


C'est une transformation qui ne peut
s'obtenir que par la combinaison des
transformations de rotation et de
translation vues précédemment.
Dans l'exemple de la figure suivante, un
solide S doit subir une rotation autour
de ∆ d'un angle θ. Pour trouver la
matrice concaténée il faut réaliser les
Figure 2.4 : Rotation par rapport
transformations élémentaires
à un axe
suivantes :
1) Translation de ∆ pour qu’il coïncide avec l'origine O (T)
2) Rotation autour de X de a⇒∆ dans le plan XZ (Ra/ x)
3) Rotation autour de Y de -ß⇒∆ confondu avec Z (R-ß/ y)
4) Rotation autour de Z de (Rθ/ z)
5) Rotation inverse de (Rß/ y)
6) Rotation inverse de (R-a/ x)
7) Translation inverse (T -)
La matrice concaténée relative à la rotation autour de Δ d'un angle θ s'écrit alors
sous la forme : MΔ/θ= Mc= T-. R-a/x. Rß/y. Rθ/z. R-ß/y. Ra/x. T

pg. 15
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Chapitre 3 : Modélisation filaire :

3.1. Introduction :
Le modèle filaire 3D fait partie d’une extension du modèle filaire 2D, permet de
représenter des éléments filaires dans l’espace, tels que les points, les droites ou
courbes gauches.
Les modèles 3D sont beaucoup plus facilement visualisables que ceux en 2D. Bien
qu'il étende largement le domaine d'utilisation de la CAO, le 3D filaire constitue
néanmoins un outil de conception mécanique de niveau bas.

Figure 3.1. : Représentation filaire


Tous les systèmes actuels de CAO permettent aux utilisateurs de représenter des
entités filaires qui peuvent être de type analytique ou synthétique. Les entités
analytiques sont les points, les lignes, les cercles, les ellipses, les paraboles et les
hyperboles (les Coniques). Les entités synthétiques sont les différents types de
Splines (Bézier, B-Spline, NURBS, …).

3.2. Entités filaires :


Les figures suivantes illustrent les différentes méthodes utilisées par les systèmes
de CAO pour créer des entités filaires analytiques.

Figure 3.2 : Méthodes de définition des points

pg. 16
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 3.3 : Méthodes de définition des lignes

Figure 3.4 : Méthode de définition des cercles

Figure 3.5 : Méthode de définition des arcs de cercles

Figure 3.6 : Méthode de définition des ellipses

pg. 17
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 3.7 : Méthode de définition des paraboles

3.3. Représentation des courbes


3.3.1. Classification des courbes
Parmi les représentations des courbes, on trouve la formulation mathématique.
Celle-ci est souvent de la forme y = f(x) ou f(x ,y) = 0 qui sont des équations
explicites et implicites à une courbe. Par exemple, une droite sous sa forme explicite
s'écrit de la forme y = a· x + b. Et d'une manière générale, une conique (droite,
cercle, parabole,…) s'écrit de la forme :
a x2 + b y2 + c x.y + d x + e y + f = 0 (forme canonique) [III-1]

Figure 3.8 : Courbe définie par une série de points


Certaines formes ne sont pas toujours représentables par la forme canonique. C’est
le cas d'une courbe définie par une série de points. Elle peut alors être interpolée
(passant par les points palpés) ou approximée (passant à proximité des points
palpés).
L'intersection de surfaces génère
également des courbes de ce type. Même
si ces surfaces sont simples, comme dans
le cas de deux cylindres (voir figure 3.9), la
courbe définie par l'intersection de ces
deux cylindres est assez complexe. Figure 3.9 : Intersection de deux
cylindres

pg. 18
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

A partir d'un nuage de points, on peut approcher localement la courbe par un


polynôme :
y = anxn + an-1 xn-1 + … + a2x2 + a1x + a0 (forme polynomiale) [III-2]

En général, une courbe tridimensionnelle sous


sa forme explicite s’écrit de la forme :

P = [x y z]T = [x f(x) g(x)]T [III-3] Figure 3.10 : Vecteur position du


point P
3.3.2. Représentation paramétrique des courbes

Au niveau de la représentation paramétrique, le lien entre les coordonnées x, y et


z est mis en évidence non pas directement entre ces variables, mais au travers
d'une, de deux ou trois paramètres. Pour une courbe, une seule variable « u » est
utilisée et x, y et z sont exprimés en fonction de cette variable.

Figure 3.11 : Définition des variables en CAO.


En représentation paramétrique chaque point de la courbe est exprimé comme
fonction d’un paramètre u. le paramètre agit comme une coordonnée locale du point
de la courbe.
Une équation paramétrique d’une courbe tridimensionnelle prend la forme
vectorielle suivante :

P(u) = [x y z]T = [x(u) y(u) z(u)]T umin = u = umax [III-4]

L’équation (III-4) montre que les coordonnées d’un point de la courbe sont les
composantes de son vecteur position. La courbe paramétrique est bornée par deux
valeurs paramétriques umin et umax. Cependant, il est commode de normaliser le
paramètre de sorte qu’il possède 0 et 1 comme limite. Le sens positif de la courbe
est celui ou u augmente (Figure 3.12.)
pg. 19
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

La forme paramétrique facilite les calculs utiles en modélisation géométrique. Les


points d’une courbe peuvent être calculés en remplaçant sa valeur paramétrique
dans l’équation (II-4). Les transformations géométriques peuvent être réalisées
directement sur les équations paramétriques. Une géométrie paramétrique peut
être exprimée en termes de vecteurs et matrices ce qui permet d’utiliser des
techniques de calcul simple pour résoudre des problèmes de géométrie analytique
complexes.

Figure 3.12 : Paramètres d’une courbe en 3 D.

3.3.3. Représentation du vecteur tangent

En vue de déterminer la pente d’une courbe paramétrique à un point de cette


courbe, le concept du vecteur tangent doit utiliser. Comme le montre la Figure 3.12,
le vecteur tangent est défini dans un espace cartésien comme un vecteur P’(u) de
sorte que :

[III-5]
En substituant Eq. III.4 dans Eq. III.5 les composantes du vecteur tangent dans
espace paramétrique seront de la forme :

[III-6]
Les pentes de la courbe sont données par le quotient des composantes du vecteur
tangent :

[III-7]
Le vecteur tangent a la même direction que la tangente de la courbe et sa norme
est données par :

[III-8]

pg. 20
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

3.3.4. Représentation de courbe et rayon de courbure

La courbure d'un objet géométrique est une mesure quantitative du caractère « plus
ou moins courbé » de cet objet. Par exemple dans le plan euclidien, une ligne droite
est un objet de courbure nulle, alors qu’un cercle est un objet de courbure constante
positive.

La courbure est définie comme étant l’inverse du rayon de courbure d’un cercle
venant épouser la courbe au plus près au voisinage du point d'étude. Dans ce sens,
la courbure indique la propension de la courbe à se comporter comme un cercle de
plus ou moins grand rayon, c’est-à-dire à former un virage plus ou moins serré.

La courbure d’une ligne droite est égale à zéro. La courbure k d’un cercle de rayon
r est constante. Elle ne dépend pas du point et est égale à l’inverse du rayon :

[III-9
Les petits cercles sont plus courbes et ils ont donc une courbure plus élevée. La
courbure d’une courbe est définie comme étant la courbure d’un cercle venant
épouser la courbe au plus près au voisinage du point d'étude.

Etant donnée une courbe G et un point


P sur la courbe ou la courbure est non
nulle, il existe un cercle unique qui vient
approcher la courbe près du point P, le
cercle osculateur au point P. le rayon
du cercle osculateur est le rayon de
courbure de G en ce point. Le centre de
courbure C de la courbe est le centre
du cercle. Figure 3.13. Cercle osculateur

Dans le plan, la courbure est une quantité scalaire, mais en trois dimensions elle
est décrite par un vecteur de courbure qui prend en compte la direction et la rapidité
du pli.

pg. 21
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

La courbure mesure la rapidité avec laquelle le vecteur tangent tourne. Si la


direction de la courbe change peu, la courbure est alors faible. Par contre, si elle
change rapidement la courbure est alors grande.

Pour une courbe plane paramétrique P(u) = (x(u), y(u)), la courbure est :

[III-10]
Application :
Trouvez la courbure d’une parabole définie par y = x2 .
Solution : l’écriture paramétrique de cette parabole peut être définie de la façon
suivante :

3.3.5. Longueur d’une courbure

Pour calculer la longueur d’une courbe définie dans l’espace entre deux points P1
et P2 (figure 3.14) considérons une longueur incrémental dL de la courbe, la
longueur totale de la courbe entre P1 et P2 peut se calculer par l’intégrale suivante :

Sous forme cartésienne l’élément dl


peut être approché par la longueur du
vecteur connectant deux points Pi et
Pi+1 :
Figure 3.14 : Longueur d’une courbe

[III-11]
Divisons des deux côtés par du, nous obtenons :

[III-12]
pg. 22
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Substituons Eq III-12 dans Eq III-13 donne :

[III-13]
Ou

[III-14]
Equation III-14 donne la longueur exacte du segment de la courbe borné par les
deux valeurs paramétriques u1 et u2 comme étant l’intégrale, par rapport à u, de la
racine carrée du produit scalaire du vecteur tangent de la courbe. Cette équation
nécessite une continuité d’ordre 1 C1. Elle s’applique sur les courbes fermée et
ouverte.

Il existe deux types de courbes paramétriques : analytique et synthétique. Les


courbes analytiques sont décrites par des équations analytiques (celle d'une droite,
cercle ou d'une conique). Les courbes synthétiques sont décrites par un ensemble
de points (points de contrôles) telles que les Splines ou les courbes de Bézier. Les
courbes analytiques sont largement utilisées dans la modélisation filaire. Elles se
présentent sous une forme très compacte pour représenter une géométrie. Les
courbes analytiques permettent aussi de simplifier le calcul des propriétés relatives
à une géométrie (volume, surface,…).

Cependant, ce type de courbes n'est pas très attractif quand il s'agit d'interactivité
avec l'utilisateur (concepteur). Les courbes synthétiques donnent plus de flexibilité
et de contrôle de la forme d'une courbe (par le changement de la position des points
de contrôle). Ce contrôle peut être local ou global.
Dans les paragraphes suivants on va développer les courbes analytiques et
synthétiques.

pg. 23
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 3.15 : Courbes analytique et synthétique

3.3.6. Représentation Paramétrique des courbes Analytiques.

Les équations paramétriques et leur développement sont présentés sous forme


vectorielle. L’avantage de ceci est d’avoir une approche unifiée et une notation
claire pour traiter à la fois les courbes bidimensionnelles et tridimensionnelles de
sorte que les équations obtenues sont plus pratiques à programmer.
Le paragraphe suivant couvre l’essentiel des représentations paramétriques des
courbes analytiques les plus utilisées dans la modélisation filaire.

3.3.6.1. Représentation des lignes

L’équation paramétrique d’une ligne


droite peut être définit par la
connaissance de deux points P1 et P2
de cette ligne (Figure 3.16).
Pour créer une ligne passant par deux
points, nous définissons un paramètre
u qui prend les valeurs 0 et 1 au point
P1 et P2 respectivement. En utilisant le Figure 3.16 : Ligne connectant
triangle OPP1 on peut écrire : deux points P1 et P2

[III-15]
Le vecteur (P – P1) est proportionnel au vecteur (P2 – P1) tel que :

[III-16]
L’équation d’une ligne s’écrit alors sous la forme :
[III-17]

pg. 24
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Sous forme scalaire cette équation s’écrit :

[III-18]
L’équation III-17 définie une ligne bornée par les points extrêmes P1 et P2 qui leur
sont associés les valeurs paramétriques 0 et 1 respectivement.
Un point quelconque sur la ligne est déterminé par une valeur de u proportionnelle
à sa position (Figure 3.17). Les coordonnées de ce point sont obtenues en
remplaçant la valeur de u dans l’équation III.17

Figure 3.17 : Localisation de points sur une ligne.

Le vecteur tangent d’une ligne est donné par :


P’ =P2 - P1 [III-19]
Le vecteur unitaire n dans la direction ligne est :

[III-20]
• Où L est la longueur de la ligne :

[III-21]
Application :
1) Trouvez l’équation d’une ligne L1 qui passe à travers deux points P1 (3 1) et P2
(1 4).
2) Trouvez l’équation d’une ligne L2 qui passe à travers un point P3 (2 2) et
perpendiculaire à
L1.
3) Trouvez la distance entre P4 (5 0) et la ligne L2.

3.3.6.2. Représentation des cercles

Les cercles et les arcs de cercle sont parmi les entités les plus utilisées en
modélisation filaire. Les cercles, les arcs de cercle est les lignes droites sont
suffisant pour construire une large variété de pièces mécaniques.

pg. 25
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Les données géométriques essentielles stockées dans la base de données sont


son rayon et son centre en plus d’autres informations. Si le plan du cercle n’est pas
spécifié, le système prend par défaut le plan XY.

Figure 3.18 : Cercle défini par un rayon et un centre


L’équation paramétrique du cercle (voir Figure 3.18) est de la forme :

[III-22]
Si le plan du cercle est le plan XY, le paramètre u dans cette équation est l’angle
mesuré entre l’axe X et l’axe passant par un point du cercle.

Pour des raisons d’affichage, L’équation 23 est utilisée pour générer des points sur
la circonférence du cercle en faisant varier u de 0 à 360. Ces points sont ensuite
connectés par des segments de droite pour afficher le cercle.

Cette méthode n’est pas efficace puisque les coordonnées de chaque point sont
obtenues par un calcul répétitif (lourd) de fonctions trigonométriques.
Une méthode plus rapide au niveau des calculs est d’utiliser une approche
incrémentale.
Soit Du l’angle entre deux points consécutifs P(xn, yn, zn) et P(xn+1, yn+1, zn+1)
sur le cercle, l’équation récursive peut s’écrire sous la forme :

[III-23

pg. 26
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

En développant xn+1 et yn+1 l’équation donne :

[III-24]
Le cercle peut alors commencer par un point arbitraire et les points successifs
(espacés de manière égale) peuvent être calculés récursivement.

Cos (∆u) et sin (∆u) sont calculés qu’une seule fois, ce qui élimine le calcul répétitifs
des fonctions trigonométriques. Cet algorithme est très pratique d’un point de vue
implémentation pour accélérer la génération et l’affichage des cercles.

Les arcs de cercles sont considérés comme des cas particuliers des cercles. Ainsi,
tous ce qui a été vus concernant les cercles peut s’appliquer sur les arcs de cercles.
L’équation d’un arc de cercle peut s’écrire de la façon suivante

[III-25]
Où us et ue sont respectivement les angles de départ et d’arrivé de l’arc de cercle.
La base de données d’un arc de cercle doit contenir le centre, le rayon de l’arc et
les angles de départ et d’arrivé.
Application :
1) Trouvez le rayon et le centre d’un cercle où le diamètre est donné par deux
points.
2) Trouvez le rayon et le centre d’un cercle passant par trois points.
3) Trouvez le centre d’un cercle ayant un rayon connu et tangent à deux lignes.
4) Trouvez l’incrément ∆u entre deux points consécutifs sur la circonférence d’un
cercle pour générer un polygone qui approxime le cercle avec une erreur e.

pg. 27
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

3.3.6.3. Représentation des ellipses

Une ellipse est une courbe générée en déplaçant un point dans l’espace de sorte
qu’en tout point la somme des distances entre ce point et deux autres points fixes
(Foyers) est constante et est égale au grand diamètre de l’ellipse. Chaque foyer se
trouve sur le grand axe de l’ellipse à une distance égale à √𝐴2 − 𝐵 2 (A et B sont le
grand et le petit rayons). Les trous et les formes circulaires deviennent ellipse s’ils
sont visualisés obliquement par rapport à leurs plans.

Le développement de l’équation paramétrique des ellipses et d’autres


caractéristiques des ellipses et des arcs d’ellipses est similaire à ceux des cercles
et des arcs de cercles.

Cependant, quatre conditions (points et/ou vecteur tangent) sont nécessaires pour
définir la forme géométrique d’une ellipse contre trois conditions pour les cercles.

Le plan par défaut d’une ellipse est le plan XY. La base de données d’une ellipse
doit stocker les informations relatives à son centre, le petit rayon, le grand rayon et
d’autres informations (orientation, point de départ, point d’arrivé, couleur, etc.).

L’équation paramétrique d’une ellipse définie dans le plan XY s’écrit comme suit :

[III-26]

Figure 3.19 : Ellipse définie par un centre, un grand et petit axe.


Le paramètre u est l’angle comme dans le cas des cercles. Cependant, pour un
point P représenté sur la figure 3.19, u n’est pas l’angle entre la ligne PP c et le
grand axe de l’ellipse.

pg. 28
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Pour trouver un point sur l’ellipse qui correspond à l’angle u, on construit deux
cercles concentriques C1 et C2 ayant comme centre Pc et comme rayon A et B
respectivement.

Un développement similaire à celui des cercles donne la relation récursive suivante


qui permet de générer des points sur l’ellipse lors de l’affichage tout en évitant des
calculs excessifs d’évaluations des fonctions trigonométriques :

[III-27]
Application
1) Trouvez le centre, la longueur des demi axes et l’orientation dans l’espace d’une
ellipse définie par :
a) Son rectangle circonscrit.
b) Son rectangle inscrit.
2) Trouvez le centre, la longueur des demi-axes et l’orientation dans l’espace d’une
ellipse définie par ses deux diamètres conjugués.

3.3.6.4. Représentation des Paraboles

Une parabole est définie mathématiquement comme une courbe générée par un
point qui se déplace dans l’espace de sorte que sa distance à un point fixe (foyer
PF) est toujours égale à sa distance à une ligne fixe (directrice) comme le montre
la Figure 3.20.
Le sommet Pv est le point d’intersection de la parabole avec son axe de symétrie.
Il est situé à mi-chemin entre la directrice et le foyer. Les réflecteurs de son et de
lumière, les antennes radar et les arcs des ponts sont quelques applications
pratiques de l’utilisation des courbes paraboliques dans le domaine de l’ingénierie
de conception.

pg. 29
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 3.20 : Courbe parabolique.

Trois conditions sont nécessaires pour définir une courbe parabolique ou un arc
parabolique. Le plan par défaut de la parabole est le plan XY. La base de données
doit stocker en général les coordonnes de son sommet, les distances yHW et yLW,
qui définissent les points extrêmes de l’arc comme le montre la Figure 19, la
distance A entre le foyer et le sommet (distance focale) et l’angle a d’orientation de
la parabole. Contrairement aux cercles et aux ellipses, la parabole n’est pas une
courbe fermée. Les points extrêmes déterminent alors la partie de la parabole à
afficher.

Dans un système de coordonnées local (Figure 3.20), l’équation paramétrique de


la parabole peut s’écrire sous la forme suivante :

[III-27]
Si la valeur de y est bornée par yHW et yLW , la valeur de u devient :

La relation récursive permettant de générer des points sur la parabole est obtenue
en substituant u par un + Du pour le point n+1 :

pg. 30
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

[III-28]

3.3.7. Représentation paramétrique des courbes synthétiques.

Des formes telles que les carrosseries de voitures, les coques de bateaux,
fuselages et ailes d’avions, les turbines, etc. sont quelques exemples qui
nécessitent l’utilisation des courbes synthétiques.

En général, on a besoin des courbes synthétiques quand une courbe doit passer
par une série de points mesurés ou quand la forme de la courbe doit changer pour
satisfaire les besoins d’une nouvelle conception. Dans ce cas, le concepteur a la
possibilité de déformer la courbe. Les points qui ont permis de définir la courbe
s’appellent points de contrôle et la courbe est appelée courbe interpolée si elle
passe par tous les points de contrôle.

3.3.7.1. Ordre de continuité

Une courbe synthétique est en générale connectée à d’autres courbes pour former
une courbe lisse. Différents types de continuité sont possibles pour assurer un
lissage adéquat au niveau de la jonction de deux courbes. L’ordre de continuité
devient important quand une courbe complexe est obtenue par la jonction de
plusieurs segments.

Une continuité d’ordre zéro (C0) permet d’obtenir une courbe résultante continue.
Une continuité d’ordre un (C1) et d’ordre deux (C2) permet d’obtenir une continuité
au niveau des tangentes et des courbures respectivement. La Figure 3.21 montre
des jonctions de courbes avec différents types de continuité.

C0 : Continuité d'ordre 0 → PI(u = 1) = PII(u = 0)


C1 : Continuité d'ordre 1 → P'I(u = 1) = P'II(u = 0)
C2 : Continuité d'ordre 2 → P"I(u = 1) = P"II(u = 0)

pg. 31
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 3.21 : Ordres de continuité.


La plupart des systèmes de CAO permettent de modéliser au moins une des
courbes synthétiques suivante : les splines cubiques d’Hermite, les courbes de
Bézier, les BSplines, les NURBS, … Les courbes d’Hermite passent par les points
de contrôle.
Ils sont donc des courbes interpolées. Les courbes de Bézier et les B-Splines sont
des courbes approximées puisqu’ils passent à proximité des points de contrôle.
Sous certaines conditions, les B-Splines peuvent être des courbes interpolées.

Dans ce qui suit, on va étudier la formulation de la plupart des courbes synthétiques.

3.3.7.2. Courbes paramétriques cubiques

Les courbes splines paramétriques sont des courbes polynomiales ayant un certain
ordre de continuité. Un polynôme de degré n’a une continuité d’ordre (n-1).

Dans la modélisation géométrique, la représentation des courbes doit être


intégrable dans un système informatique. Cependant, elle ne doit pas représenter
de difficultés de calcul (résolution). Les ondulations dues aussi à une élévation du
degré du polynôme doivent être évitées. Ces conditions sont respectées dans le
cas des polynômes cubiques (c'est le degré le plus faible qui donne des courbes
non-planaires). Pour ces raisons, les polynômes cubiques sont largement
développés et utilisés comme base pour le calcul dans la modélisation géométrique.

pg. 32
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Comme par deux points passe une droite et par trois points un cercle, par quatre
points, on peut définir un polynôme cubique. Les courbes splines cubiques utilisent
une équation cubique.

Quatre équations sont alors nécessaires pour déterminer les coefficients (inconnus)
de l’équation. Quand ces équations sont quatre vecteurs position, il s’agit alors
d’une courbe de Lagrange (Figure 3.22 a) et d’une courbe d’Hermite quand ces
équations sont les vecteurs position et les deux vecteurs tangents des deux
extrémités de la courbe (Figure 3.22 b)

Figure 3.22 : Courbes Splines cubiques.

L'interpolation de points par un polynôme cubique s'écrit de la forme cartésienne

[III-29]
Dans ce système nous avons 12 inconnus. Nous pouvons le résoudre en utilisant
l'interpolation de Lagrange (4 points). Nous pouvons aussi le résoudre en utilisant
l'interpolation d'Hermite (2 points et 2 vecteurs tangents)

3.3.7.3. Splines cubique d’Hermite

Sous forme vectorielle, l’équation paramétrique d’un segment d’une Spline cubique
est donnée par :

[III-30]
Où u est le paramètre et ki sont les coefficients du polynôme. Sous forme scalaire
cette équation s’écrit :

pg. 33
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

[III-31]
Le vecteur tangent de la courbe en un point donné est obtenu en dérivant l’équation
III-30 par rapport à u :

[III-32]
Pour chercher coefficient ki, considérons la courbe spline cubique de la Figure 3.23
définie par deux points extrêmes P0 et P1 et deux vecteurs tangent P’0 et P’1.
En appliquant les conditions aux limites (P0, P’0 à u = 0 et P1, P’1 à u = 1) :

Figure 3.23 : Courbe Spline cubique d’Hermite

[III-33]
Substituons ki dans l’équation III-33:

[III-34]
Le vecteur tangent P’(u) devient :

[III-35]
L’équation 35 peut s’écrire sous forme matricielle :

Où MH est la matrice d’Hermite et V est le vecteur de conditions aux limites :


pg. 34
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

[III-36]

L’équation 35 peut s’écrire sous forme :

[III-37]
• où F1(u) F2(u) F3(u) F4(u) sont les fonctions d’influence.

Figure 3.24 : Fonctions d’influence d’Hermite quand u varie de 0 à 1


Les fonctions d’influence montrent comment la forme de la courbe change si on
déplace un point de contrôle ou si on change la pente de la courbe aux extrémités.

Par exemple, déplacer un point ou changer la pente déforme toute la courbe. Si on


déplace un point de contrôle, la déformation est maximale en ce point. Et si on
modifie la pente d’un point de contrôle, la déformation est maximale est au tiers de
la longueur de la courbe à partir de ce point. La Figure 24 montre le contrôle d’une
courbe Spline cubique.

pg. 35
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 3.25 : Contrôle d’une courbe Spline cubique.

3.3.7.4. Courbes d’Hermite à “n” Segments

L’équation III-34 définie un segment d’une courbe d’Hermite. Plusieurs segments


peuvent être raccordés bout à bout. Chaque segment est une courbe Spline
cubique. Et l’ensemble des segments forme une courbe d’Hermite à « n »
segments.

Pour créer cette courbe à partir de n+1 points P0, P1, …, Pn et deux vecteurs
tangent P’0 et P’n (Figure 3.26), on a besoin des vecteurs tangent au niveau de la
jonction de deux segments (aux points P1 jusqu'à Pn-1).

Si on impose une continuité de courbure au niveau des points P1 jusqu'à Pn-1, les
vecteurs tangents au niveau de la jonction peuvent être calculés.
Pour illustrer cette procédure, essayons d’éliminer P’1 entre le premier et le
deuxième segment définis par les points P0, P1, et P2. En utilisant la continuité de
courbure, on peut écrire P”(u0 = 1) = P”(u1 = 0).

Figure 3.26 : Courbe d’Hermite à « n » segments.

Où l’indice de u réfère au numéro du segment. En dérivent l’équation III-37 :


P”(u) = P0 (–6 + 12u) + P1 (6 – 12u) + P’0 (–4 + 6u) + P’1 (–2 + 6u) [III-38]
• En appliquant l’équation 39, nous obtenons :
P’0 + 4P’1 + P’2 = 3(P2 – P0) [III-39]

pg. 36
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Entre deux segments i et i+1 cette relation devient :


P’i-1 + 4P’i + P’i+1 = 3(Pi+1 – Pi-1) [III-40]

Et pour tous les points de jonction entre les segments de la courbe, un système
d’équation résulte. Pour trouver les vecteurs tangents intermédiaires (P’1 à P’n-1)
en fonction des données du problème (P0, P1, …, Pn, P’0 et P’n), il faut résoudre
ce système d’équation.

Sous forme matricielle, le système d’équation s’écrit :

[III-41]
Ce n’est pas une matrice carrée, on ne peut l’inverser. Il manque deux équations
(les pentes aux deux extrémités de la courbe P’0 et P’n). En ajoutant l’équation
P’0 = P’0 et l’équation P’n = P’n on aura une matrice carrée.

3.3.7.5. Courbes Splines “Naturelle”

Les splines "naturelle" sont similaires aux splines d’Hermite, mais au lieu de fournir
les pentes aux extrémités, on impose une courbure nulle au niveau de ces
extrémités. Pour le premier segment :
P”(u0 = 0) = 0 Þ 2P’0 + P’1 = 3(P1-P0) [III-42]
Pour le dernier segment :
P”(un = 1) = 0 Þ P’n-1 + 2P’n = 3(Pn - Pn-1) [III-43]
Donc, on a besoin de fournir uniquement les points de contrôle de la Spline :
P0, P1 , … , Pn-1 et Pn. Les vecteurs tangents P’0 , P’1 , … , P’n-1 et P’n sont
obtenus par la résolution du système d’équation suivant :
• P’i-2 + 4P’i-1 + P’i = 3(Pi – Pi-2) avec i Є[2 n]
• 2P’0 + P’1 = 3(P1-P0)
• P’n-1 + 2P’n = 3(Pn - Pn-1)
Sous forme matricielle le système d’équation s’écrit sous la forme : [M] . X = Y.

pg. 37
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

[III-44]
Où Adj([M]) et |M| sont la matrice adjointe et le déterminant de [M] respectivement,
X est l’inconnu constitué des vecteurs tangents (P’i ), et Y est fonction des points
de contrôle (Pi).

[III-45]

3.3.7.6. Courbes de Bézier

Les courbes d’Hermite ou les Splines vues précédemment utilisent des points et
des pentes (vecteurs tangents) ou des courbures. Ils sont très utiles quand on
connaît les valeurs numériques des pentes ou des courbures ainsi que les points
par lesquels elles passent. Cependant, l’utilisation de ces points et de ces pentes
ou les courbures n’est pas très pratique pour une conception interactive parce que
l’utilisateur ne peut pas estimer convenablement les valeurs numériques des pentes
ou des courbures.

Une autre alternative pour créer des courbes est d’utiliser les techniques
d’approximation qui produisent des courbes ne passant pas par les points de
contrôle.

Ces points permettent de contrôler la forme de la courbe. Le plus souvent, on


préfère utiliser les techniques d’approximation plutôt que les techniques
d’interpolation puisque qu’ils permettent une meilleure flexibilité et modélisation
intuitive de la forme des courbes.

Les courbes de Bézier qui porte le nom de son auteur sont un exemple de courbes
qui utilisent les techniques d’approximation
Paul Bézier (Ingénieur à Renault) a été le pionnier dans la modélisation des courbes
et des surfaces sur l’ordinateur. Son système UNISURF, utilisé depuis 1972, a été

pg. 38
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

à l’origine de la conception de nombreuses carrosseries de voiture. Ces courbes


sont indépendamment développées dans la même époque par P. DeCasteljau
(Citroën).
Les différences majeures entre les courbes de Bézier et les courbes Spline cubique
sont :
 Les courbes de Bézier sont contrôlées par des points de contrôle seulement.
Elles permettent un meilleur contrôle intuitif pour le Designer.
 Le degré de la courbe (Bézier) est variable et relié au nombre de points de
contrôle : n+1 points degré n.

Figure 3.27 : Courbe de Bézier (Cubique)


Les courbes de Bézier sont définies à partir de n+1 points. Ces points sont appelés
points de contrôle ou pôles. Ils forment les sommets du polygone de contrôle ou
polygone descripteur.

La courbe passe uniquement par le premier et le dernier pole ou sommet du


polygone. Les autres sommets définissent la forme de la courbe.

La courbe est tangente au premier et au dernier segment du polygone descripteur.


En plus, la courbe tend à suivre la forme du polygone. Ces observations doivent
permettre au concepteur de prévoir la forme de la courbe à partir des pôles (voir
Figure 3.28).

Cette Figure montre l’influence de la position et de l’ordre des pôles sur la forme de
la courbe. Si on change la position ou l’ordre des pôles, la forme de la courbe
change. La flèche indique le sens de la courbe.

pg. 39
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 3.28 : Courbes de Bézier pour différents points de contrôle.

3.3.7.7. Courbes B-Spline

Les B-Splines fournissent une méthode autre que celle de Bézier qui permet de
générer des courbes définies à partir d’un polygone descripteur. En fait, c’est une
généralisation des courbes de Bézier. En plus, de la plupart des caractéristiques
des courbes de Bézier, les BSplines possèdent d’autres avantages. Elles
permettent un contrôle local des courbes par l’utilisation des fonctions d’influence
spécifiques assurant une influence locale. Elles offrent, également, la possibilité
d’ajouter des points de contrôle sans augmenter le degré de la courbe.

Les courbes B-Splines ont la possibilité d’interpoler ou d’approximer une série de


points. L’interpolation est pratique pour l’affichage ou la représentation des résultats
d’ingénierie, tels que les contraintes ou les déformations.

Alors que l’approximation est utile pour concevoir des formes libres. L’interpolation
est aussi pratique pour la conception à partir d’un nuage de points mesurés
(ingénierie inverse "Reverse Engineering") qui doivent appartenir à la courbe
résultante.

pg. 40
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Chapitre 4 : Standards d’échange

4.1. Introduction

La parution des moyens informatiques aussi bien matériels que logiciels a eu un


impact substantiel sur presque toutes les activités des entreprises de production.
Cependant l’apport de l’informatique était souvent sur des systèmes isolés (par
activité ou par fonction : XAO). Actuellement où la concurrence est de plus en plus
imposée, les entreprises, pour survivre, doivent améliorer leur productivité, leur
réactivité (flexibilité) et la qualité de leur produit.

Dans ce cas, l’intégration des fonctions de la production (fonction Étude : CAO,


fonction Méthode : FAO et fonction Fabrication : MOCN) s’impose. Elle permettra
d’avoir une approche pour aller "de l’idée à l’objet" par spécialisation et sans
retranscription des données.

Pour se faire, deux aspects devraient être pris en compte :

 Intégration des groupes de travail au sein d’une même fonction (intégration


horizontale par exemple : CAO - CAO).
 Intégration des différentes fonctions dans le cycle de vie d’un produit
(intégration verticale par exemple : CAO - FAO, FAO - MOCN).
Certains types de produits (qui peuvent être un ensemble de plusieurs composants)
sont conçus sur des postes de travail différents dans une même entreprise, voire,
répartis entre donneur d’ordre et sous-traitant. Le problème d’intégration se pose
lors de l’assemblage de ces composants. Il se pose, également, lors du passage
du bureau d’étude (CAO) au bureau des méthodes (FAO). En effet, de nombreux
systèmes existent sur le marché.

Dans ces systèmes les structures de données du produit sont différentes. Ceci rend
impossible la portabilité des données d’un système à un autre.

Pour résoudre ce problème, trois approches sont théoriquement possibles. La


première, plutôt ambitieuse (modèle de données commun ou base de données
commune), ne pourra se faire dans un avenir proche. Elle consiste à séparer, au
sein d’un système de CAO ou de FAO, les données des traitements. Elle consiste
aussi à structurer les données d’une manière à être exploitable par un autre
système (modèle de données normalisé).

pg. 41
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

4.2. Interface d’échange en CFAO

Les formats disponibles sont très nombreux :


3dxml; 3DPDF; ACP; AMF; AR; ART; ASC; ASM; BIN; BIM; CCC; CCM; CCS; CAD;
CATDrawing; CATPart; CATProduct; CATProcess; cgr; CO; COLLADA; DRW;
DWG; DFT; DGN; DGK; DMT; DXF; DWB; DWF; EMB; ESW; EXCELLON; FM;
FMZ; G; GERBER; GRB; GTC; IAM; ICD; IDW; IFC; IGES; IPN; IPT; JT;
MCD;model; PAR; PRT; PLN; PSM; PSMODEL; PWI; PYT; SKP; RLF; RVT; RFA;
SLDASM; SLDDRW; SLDPRT; dotXSl; STEP; STL; TCT; TCW; UNV; VC6; VLM;
VS; WRL; VRML; X3D; XE;etc.
L’interface d’échange entre les logiciels de CFAO consiste à trouver une solution
de dialogue entre plusieurs logiciels de CAO et FAO. Cette solution consiste à
développer une interface pour échanger des données entre deux systèmes
hétérogènes.
Actuellement on dispose d’un nombre important (n) de systèmes (ce qui est le cas
du marché de la CAO-FAO). Dans ce cas, il faut développer n.(n-1)/2 interfaces.
L’idéale serait de s’appuyer sur un format neutre ou standard et ne développer que
(n) interfaces.

Figure 4.1 Interfaces de conversion et d’échange

pg. 42
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Nous présentons ci-dessous des exemples de fichiers d’interfaces d’échange.

Figure 4.2 Interfaces d’échanges offerts à la sauvegarde

4.3. Interface STEP

La technologie STEP (STandard for the Exchange of Product data), dont une
grande partie est acceptée comme norme internationale, apparaît aujourd'hui
comme l'une des solutions les plus envisageables en matière de standardisation et
constitue un défi en matière de communication.
Avant l'arrivée de STEP, plusieurs standards nationaux de différents formats
spécifiques (SET, IGES, VDA,…, etc) provenant essentiellement des industries
automobiles et aéronautiques ont été développés. En outre, compte tenu de leur
manipulation est destinée principalement aux échanges de la géométrie des
produits, le besoin d'un format neutre pour l'échange des données du produit s'est
fait ressentir. Cependant, des réflexions ont été engagées et elles ont débouché sur
la mise en place d'une structure au niveau de l'ISO afin d'élaborer une nouvelle
norme. Le développement de STEP a été initié au milieu des années 80, pour
objectif de développer une seule norme internationale pour couvrir tous les aspects
de l'échange de données CAO/FAO, il est capable de remplacer les normes
nationales existantes. STEP est un nom officiel, sa désignation officielle est ISO
10303 "Représentation et échange des données du produit".

La documentation de STEP est divisée en différentes parties et fondée sur une


architecture multicouche qui a été adoptée à partir du rapport du comité
ANSI/SPARC sur une architecture du système de gestion de bases de données.

pg. 43
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

L’architecture de STEP comporte plusieurs niveaux qui sont présentés dans la


figure suivante.

Figure 4.3 : Architecture interface STEP


Dans le schéma précédant (figure 4.3), les méthodes de description représentent
les fondements de STEP. Cette partie contient notamment les définitions qui sont
universelles à STEP. Les méthodes d’implémentation décrivent la traduction des
spécifications formelles de STEP vers une représentation neutre utilisée pour
l’implémentation de STEP.
STEP est le seul standard international pour la représentation et l’échange de
données du produit tout au long de son cycle de vie. Il a provoqué beaucoup
d’intérêt dans les communautés académiques et industrielles et il est composé d’un
ensemble de parties qui participent toutes à l’amélioration de l’échange
d’information. La plupart de ces parties sont liées à la géométrie du produit selon :
- La description du produit,
- La représentation géométrique et topologique du produit [ISO 04],
- Les tolérances de la variation de la forme [ISO 93],
- Les caractéristiques de la forme [ISO 92].

D’autres parties de STEP concernent les domaines plus spécifiques tels que les
données générales de processus pour les contrôleurs numériques informatiques
[ISO 02], les systèmes d'automatisation industrielle et d’intégration pour les
données des procédés relatifs au fraisage [ISO 03] ou encore le texte qui code la
structure de l’échange [ISO 94]. STEP est donc composé d’un grand nombre de
parties qui offrent un cadre complet pour l’échange de données. Ces parties
concernent les points divers, mais la modélisation géométrique est très présente
pg. 44
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

dans cette norme. Cela s’explique par le fait que la géométrie tient un rôle
prépondérant pour l’échange de données dans le cadre de la conception des
produits. Un grand nombre de méthodes qui ont été développées pour l’échange
de données sont essentiellement basées sur la géométrie.

Les entités topologiques ont des attributs géométriques facultatifs qui les associent
aux données géométriques appropriées. Les associations géométriques pour le
sommet, l’arête et la face ne sont respectivement point, courbe et surface.

Figure 4.4 : Structure des données topologiques B_Rep


Les définitions des entités topologiques sont comme suit :
• Un sommet est l'entité topologique correspondant à un point,
• Une arête est le raccordement entre deux sommets,
• Une face est une partie d'une surface liée par des boucles. Il est représenté par
ses boucles de limitation et un normal topologique,
• Une boucle est combinée en reliant ensemble des sommets et des arêtes
commençant et finissant au même sommet. Elle est typiquement employée pour
limiter une face se trouvant sur une surface,
• Une coquille est employée pour balayer une région. Elle est construite en joignant
des faces le long des arêtes. La coquille est représentée par une collection des
faces.

pg. 45
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

STEP AP-203 stocke les données modèles à trois dimensions dans le format B-
Rep. La forme externe du solide est définie par la coquille fermée. La coquille
fermée se compose des faces, qui sont définis par la face avancée.
Chaque face est représentée par des boucles externes et des boucles internes qui
sont définies par les limites des faces externes. Ces limites représentent la boucle
de bord bondissant la face, qui se compose des arêtes orientées. Les arêtes se
composent à leur tour des sommets qui sont représentés par des points de
sommets. À partir des fichiers STEP AP-203 modèles 3D, les informations
géométriques et topologiques appropriées sont obtenues. Les données
géométriques du modèle sont employées pour les étapes suivantes de
l'identification des entités d’usinage. La figure suivante montre la structure globale
des fonctions internes du fichier STEP AP-203.
Ces fonctions permettent de modéliser la pièce en paramètres topologiques.

Figure 4.5 : Structure des fonctions du fichier STEP AP203

pg. 46
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

4.3.1. Principe de la norme STEP AP-203

STEP AP-203 ISO 10303-24 est une norme internationale pour la représentation et
l'échange des données interprétables du produit. L'objectif est de fournir un
mécanisme neutre capable de décrire des données du produit dans tout leur cycle
de vie, indépendant de n'importe quel système de CFAO particulier. La nature de
cette description rend la norme STEP appropriée non seulement à l'échange neutre
du fichier, mais également comme base pour mettre en application et partager les
bases de données et l'archivage du produit. Cette norme internationale est
organisée comme une série de fonctions, chacune éditée séparément.

Elle définit le contexte, la place et les conditions de l'information pour la


représentation des données requises pour produire la définition des produits
mécaniques, pour la planification de processus, ainsi elle indique les ressources
intégrées nécessaires pour répondre à ces exigences. Ces conditions indiquent
l'identification de la pièce, de la représentation de la forme et des données des
moyens nécessaires à la définition de génération du processus d’usinage.

4.3.2. Génération du fichier STEP AP-203

Le fichier STEP AP-203 peut se produire par la plupart des logiciels de CFAO
comme Pro/Engeneer, CATIA, MasterCAM,…, etc.
Le logiciel CATIA est peut-être utilisé pour la modélisation des pièces mécaniques
prismatiques, ainsi que pour la génération du fichier STEP AP-203 (figure 4.6). En
effet, le but est d’interpréter les données de B_Rep dans le fichier STEP AP-203
est de créer une interface d’intégration commune entre tous les logiciels de CFAO.

Figure 4.6 : Génération du fichier STEP par CATIA

4.3.3. Lecture du fichier STEP

Le fichier neutre STEP AP-203 commence par le mot-clé ISO-10303-21 et il termine


par le mot END-ISO- 10303-21. Chaque ligne des données des entités topologiques
pg. 47
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

et géométriques a une marque de la forme #N où N est un nombre entier unique.


Chaque entité individuelle a un nom. Les données pour un exemple d'entité suivent
le nom et elles sont enfermées entre parenthèses.

Un fichier STEP AP-203 est constitué de trois types de données : descriptif,


géométrique et topologique, et il est divisé en deux sections importantes :
Section d'en-tête et section des données. Les informations sur la version du
processeur STEP et le type du logiciel de CAO employé pour établir le modèle sont
inclus dans la section d'en-tête.
La section des données se compose des définitions de chaque entité géométrique
et les éléments topologiques comme les faces, les boucles et les arêtes. La
référence entre les éléments est fournie par des index (#N).
L'ordre des index dans un fichier STEP n'est pas spécifié par la norme.
La représentation avancée de la forme B_Rep «ADVANCED_BREP_SHAPE
_REPRESENTATION » (ABSR) est employée comme unité fonctionnelle pour le
processus d'extraction de données. L'ABSR se compose d'un ensemble d'articles
de représentation. Cet ensemble contient une modélisation de solide du type
B_Rep.

Le solide B-Rep est composé des faces, des arêtes et des sommets, il est satisfait
la formule d'Euler-Poincare pour les solides fermés. Les données entières dans le
fichier STEP sont stockées dans un arbre hiérarchique. Au cours de la génération
du processus d’usinage, l'élément de racine de l'arbre peut être considéré une
entité « Coquille » tandis que l'élément inférieur s'appelle « Point cartésien ». Les
données exigées pour une application spécifique peuvent être extraites à partir de
l'élément supérieur à l'élément inférieur en descendant de l’arbre.

L'extraction de données à partir du fichier neutre STEP est mise en application dans
le processeur de la lecture de STEP (STEPR) (STEP Reader) développé par le
langage Visual Basic. Le travail du STEPR est d'analyser et filtrer les données du
fichier STEP dans une base de données dans des tableaux contenant les données
attachées aux trois principaux éléments topologiques :
- les faces de frontière (FACE_OUTER_BOUND) (FOB)
- les faces (FACE_BOUND)
- les plans

pg. 48
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

ISO-10303-21;
HEADER;
FILE_DESCRIPTION(('CATIA V5 STEP Exchange'),'2;1');
FILE_NAME('E:\\Th\X2\00E8\X0\se\\CATIA\\rainure\\r1.stp','2010-
0325T12:33:05+00:00',('none'),('none'),'CATIA
Version
5 Release
15 (IN-10)','CATIA
V5 STEP
AP203','none');
FILE_SCHEMA(('CONFIG_CONTROL_DESIGN'));
ENDSEC;
#1=DIRECTION('',(-1.E0,0.E0,0.E0));
#2=VECTOR('',#1,1.E2);
#3=CARTESIAN_POINT('',(1.E2,-5.E1,2.E1));
#4=LINE('',#3,#2);
#279=FACE_OUTER_BOUND('',#278,.F.);
#280=ADVANCED_FACE('',(#279),#273,.F.);
#281=CLOSED_SHELL('',(#144,#159,#174,#189,#209,#223,#242,#255,#268,#280));
#282=MANIFOLD_SOLID_BREP('',#281);
#233=EDGE_CURVE('',#122,#116,#92,.T.);
#291=ADVANCED_BREP_SHAPE_REPRESENTATION('',(#282),#290);
#298=PRODUCT_DEFINITION('design','',#297,#294);
#299=PRODUCT_DEFINITION_SHAPE('','SHAPE
FOR R1.',#298);
#300=SHAPE_DEFINITION_REPRESENTATION(#299,#291);
ENDSEC;
END-ISO-10303-21
#147=DIRECTION('',(0.E0,1.E0,0.E0));
#148=AXIS2_PLACEMENT_3D('',#145,#146,#147);
#149=PLANE('',#148);
#151=ORIENTED_EDGE('',*,*,#150,.F.);
#153=ORIENTED_EDGE('',*,*,#152,.F.);
#154=ORIENTED_EDGE('',*,*,#134,.T.);
#156=ORIENTED_EDGE('',*,*,#155,.T.);
#157=EDGE_LOOP('',(#151,#153,#154,#156));
#158=FACE_OUTER_BOUND('',#157,.F.);
#159=ADVANCED_FACE('',(#158),#149,.F.);
#160=CARTESIAN_POINT('',(1.1E2,-2.E1,2.E1));
#161=DIRECTION('',(0.E0,-1.E0,0.E0));
#162=DIRECTION('',(-1.E0,0.E0,0.E0));
#163=AXIS2_PLACEMENT_3D('',#160,#161,#162);
#164=PLANE('',#163);
#166=ORIENTED_EDGE('',*,*,#165,.F.);
#168=ORIENTED_EDGE('',*,*,#167,.T.);
#169=ORIENTED_EDGE('',*,*,#150,.T.);
#171=ORIENTED_EDGE('',*,*,#170,.F.);
#172=EDGE_LOOP('',(#166,#168,#169,#171));
#173=FACE_OUTER_BOUND('',#172,.F.);
#174=ADVANCED_FACE('',(#173),#164,.F.);
#175=CARTESIAN_POINT('',(0.E0,0.E0,0.E0));
#176=DIRECTION('',(0.E0,0.E0,1.E0));
#177=DIRECTION('',(1.E0,0.E0,0.E0));
#178=AXIS2_PLACEMENT_3D('',#175,#176,#177);
#179=PLANE('',#178);
#181=ORIENTED_EDGE('',*,*,#180,.F.);
#182=ORIENTED_EDGE('',*,*,#165,.T.);
#184=ORIENTED_EDGE('',*,*,#183,.T.);
Figure 4.7. : Exemple d’un format STEP AP 203
pg. 49
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

La norme STEP AP-203 est constituée par plusieurs fonctions topologiques


dépendantes. La figure suivante illustre la structure topologique pour un cylindre
plein. Cette structure montre les différentes relations définissant la géométrie du
modèle de cet exemple.

Figure 4.8 : Structure topologique du fichier STEP pour un cylindre


Les données exigées pour une application spécifique peuvent être extraites à partir
de l'élément supérieur à l'élément inférieur en descendant l'arbre (figure 4.9). Par
conséquent, le dossier entier STEP d'un produit peut être décrit comme une
structure inversée avec un élément fonctionnel (CLOSEDSHELL) au dessus et un
élément géométrique (CARTESIAN-POINT) au-dessous. D'autres éléments
fonctionnels sont placés dans l'intervalle d'une façon hiérarchique, tels que
ADVANCED_FACE, FACE-BOUND,…, etc. Le nombre d'indicateur dans la
fonction « CLOSED_SHELL » est apprécié.
Puisque chaque indicateur représente une face « ADVANCED FACE », le nombre
d’indicateur est égal au nombre de la fonction « ADVANCED FACE » dans le
modèle. Alors chacun de ces indicateurs est affecté aux fonctions :
« FACE OUTER_BOUND », « FACE_BOUND » et « PLANE ».

pg. 50
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 4.9 : Algorithme d’extraction des données à partir du fichier STEP

pg. 51
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

4.4. Interface IGES ("Initial Graphics Exchange Specification")


IGES est un format d'exportation de données graphiques qui est directement
importable dans les logiciels de CAO. Ce type de format d'export présente une
universalité assez forte dans le domaine des CAO 3D orientées surfacique et filaire.
L'export porte ici sur la définition mathématique de la surface qui conserve ainsi
toutes ses propriétés initiales.

L’interface IGES permet l’échange de données de description de produit d’un


système CAO à un autre. Cet échange se fait à travers un format de données neutre
(figure4.10). Les informations transférées sont converties à l’aide d’un pré
processeur pour générer le format de données neutre spécifié par IGES. Ensuite, il
est converti à travers le post processeur au format de données spécifique d’un autre
système CAO.

Figure 4.10 : Format neutre dans IGES

De la première version (1981) à la cinquième version (1990) IGES a essayé de


représenter, dans un format neutre, la géométrie (le 3D filaire, le surfacique et le
volumique), les modèles éléments finis et les représentations symboliques.
Le format IGES est définit sous trois différentes formes (ASCII, ASCII compressé
et Binaire). Dans ce document, on ne traitera que le format ASCII.
Un fichier IGES au format ASCII est une succession de lignes de 80 caractères
(colonnes). Ces lignes doivent appartenir dans l’ordre aux sections suivantes (Start,
Global, Directory entry, Parameter Data, Terminate). Dans une ligne la colonne 73
contient un code indiquant le type de la section (S,G,D,P,T) et les colonnes 74 à 80
indiquent par un numéro commençant par un (0000001) le nombre de ligne dans la
section.

pg. 52
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Figure 4.11 : Exemple d’un fichier IGES

4.5. Interface SET (Standard d'Echange et de Transfert)


L’interface SET est un standard français pour l’échange des données entre les
systèmes CAO/FAO. Les informations transférées à travers l’interface SET
supportent le modèle filaire, le surfacique, le B-Rep et les modèles éléments finis
aussi bien pour les dessins techniques que les données scientifiques.
Les informations d’organisation, de propriétés des matériaux ou de tolérance ne
peuvent être définies par un modèle individuel, mais elles devront être intégrées
dans les dessins pour être transférées.
SET permet d’échanger des données entre, aussi bien, des systèmes CAO-CAO
que des systèmes CAO-FAO. Les données générales sont plus structurées que
dans IGES. Elles sont stockées d’une manière très compressée de façon que la
taille du fichier neutre occupe moins de place et nécessite un temps d’exécution
plus faible que dans IGES.

pg. 53
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

La structure d’un fichier SET est présentée dans la figure suivante.

Figure 4.12 : Structure du fichier SET


Le fichier est délimité par un bloc "Begin" et un bloc "End". La section "Begin"
contient des données d’administration et des données générales. La section "End"
décrit le nombre total de blocs stockés dans le fichier SET.
Le fichier est structuré sous forme d’assemblage qui contient une série de blocs.
Un bloc peut être emboîté et contient les informations CAO qui vont être transférés.
Différents types d’informations sont définis dans SET :
Classe 0 : primitives géométriques 2D et 3D telles que les points, les lignes, les
cercles les paraboles les plans et les surfaces.
Classe 1 : entités géométriques complexes telles que les courbes et les solides
complexes, faces...
Classe 2 : aides graphiques sur les présentations techniques incluant les blocs de
définition de vue, les types de ligne, les hachures, les symboles, etc.
Classe3 : mécanisme de groupement pour l'aide aux opérations mathématiques tel
que les transformations des coordonnées, les matrices, les propriétés des matériaux,
etc.
Classe 4 : aides pour représenter les diamètres, les angles, les textes, rugosité, etc.
Classe 5 : éléments pour définir les relations structurales telles que les appels de
blocs, les groupes d'attributs ou les entités.
Classes 6 : éléments de connexion pour décrire la logique entre les éléments d'une
classe.
Classes 7 : modèle éléments finis
Classes 80 : éléments définis par l'utilisateur.
Classe 99 : aides de gestion pour structurer le fichier SET.
4.6. Interface VDAFS ("Verband der Automobilindustrie
Flächenschnittstelle")
Cette interface a été développée par l’association de l’industrie automobile
allemande pour le transfert des courbes 3D et les surfaces où IGES offre des
solutions non satisfaisantes. VDAFS est similaire à IGES, le fichier est constitué
d’entête (Header) et d’une section pour les données (Data Section). L’entête décrit
la source des données, le nom du projet, la date origine, la date de validation, la

pg. 54
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

source du système CAO et l’utilisateur. La partie section des données décrit la


géométrie de l’objet à l’aide des entités.
Le format des données se caractérise par une présentation orientée APT.
4.7. Interface CAD*I
C’est une interface développée dans le cadre du projet ESPRIT (322) de la
Commission Européenne. Ce projet a mis l’accent sur l’échange de données entre
divers systèmes CAO, entre systèmes CAO et modèles éléments finis, d’une part,
et d’autre part sur la conception d’une banque de données neutre pour la CAO.
Dans le cadre de ce projet, CAD*I a essayé d’améliorer les lacunes d’IGES, et
VDAFS qui posent un certain nombre de problèmes :
 Les formats des fichiers ne sont pas adaptés pour une implémentation efficace
du processeur.
 Les capacités de structuration des formats de fichier CAO ne sont pas
adaptées.
 La portée des interfaces est très restreinte.
CAD*I a établi un modèle de référence pour l’échange de données du type 3D
filaire, surfacique, CSG et B-Rep et une interface pour les applications éléments
finis. Il a également conçu un langage de spécification HDSL (High Level Data
Specification Language). Ce langage permet l’expression des éléments essentiels
pour la structuration des données CAO.
Un objectif spécifique au projet CAD*I est l’interaction avec les activités de STEP
pour développer des solutions qui peuvent y être implantées en CAO.

4.8. DXF ("Drawing Exchange File Format")

DXF est un format d'échange développé par Autodesk Inc. Pour l'échange de
données entre Autocad et autres systèmes. Toutes les versions d'Autocad
supportent ce format et peuvent le générer ou le convertir dans leur représentation
interne. De plus, avec la propagation d'Autocad dans le monde, DXF est devenu,
de fait, un standard d'échange de dessin, et de nombreux systèmes le supportent.
DXF se présente sous une forme de fichier ASCII et il est constitué des sections
suivantes :
 "Header" : information générale sur le dessin
 "Tables" : définition des items
 "Blocks" : blocs de définition des entités décrivant les entités constituant
chaque bloc du dessin
 "Entity" : les entités du dessin y compris les blocs de référence
 "End of File" : fin du fichier.

pg. 55
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Chapitre 5 : Visualisation en 3D

5.1. Introduction :

Lors de la conception sur un système de


CAO on peut visualiser un modèle en
plusieurs vues sur l'unité d'affichage. La
visualisation d'un modèle
tridimensionnel est un processus plutôt
complexe vue que l'unité d'affichage ne
peut représenter des graphiques que
sur des écrans 2D Figure 5.1. Exemple de visualisation

Cette incompatibilité entre modèles 3D et écran 2D peut être résolue en utilisant


des projections qui transforment des modèles tridimensionnels en projections
planes bidimensionnelles.
Pour la visualisation tridimensionnelle, nous devons spécifier un volume de vue
dans l'espace 3D, une projection sur un plan de projection et une fenêtre délimitant
cette dernière ainsi qu'une clôture sur la surface de vue. Une fenêtre est une
frontière rectangulaire (de dimensions variables) à travers de laquelle l'utilisateur
observe le modèle. Une clôture est une partie de l'écran qui représente sous forme
d'image le contenu de la fenêtre

Figure 5.2 : Limitation de volume de visualisation

5.2. Processus de visualisation :


Les objets dans l'espace 3D sont découpés par le volume de vue 3D et ensuite
projetés

Figure 5.3 : Processus de visualisation

pg. 56
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

5.3. Etude des projections :


Pour réaliser une projection, il faut définir un centre de projection et un plan de
projection. Pour obtenir la projection d'une entité (par exemple, une droite entre
deux points P1 et P2), les rayons de la projection (appelés projetantes) sont
construits par la connexion du centre de projection à chaque point de l'entité.
L'intersection de ces projetantes avec le plan de projection définie les points
projetés qui constituent l'entité projetée. Deux types de projection sont possibles
selon la position du centre de projection par rapport au plan de projection. Si le
centre de projection est une distance finie du plan de projection, on parle de
projection perspective. Si par contre, le centre de projection est à l'infini, on parle
alors de projection parallèle.

Figure 5.4 : Définition des projections

Figure 5.5 : Types de projections

pg. 57
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

5.3.1. Projection perspective :

Dans ce type de projection perspective :


 Le parallélisme n'est pas conservé, ainsi, deux lignes parallèles du modèle
ne le sont plus en projection.
 La taille d'une entité est inversement proportionnelle à sa distance du centre
de projection.
 La projection perspective crée un effet artistique qui donne du réalisme à la
vue perspective.
Elle n'est pas très utilisée chez les ingénieurs
et les concepteurs parce que les dimensions
et les angles réels des objets et donc leurs
formes ne sont pas conservés. Ainsi, les
mesures ne peuvent être prélevées
directement de la vue perspective Figure 5.6 : Projection
perspective
5.3.2. Projection parallèle :

La projection parallèle fait partie de la


géométrie affine où le parallélisme est
un concept important donc il est
conservé.
Figure 5.7 : Vue en perspective
parallèle
Selon la relation entre la direction de projection et le plan de projection, on distingue
deux types de projection parallèle :
 Axonométrie Orthogonale ou " Projection Orthographique " si la direction de
projection est normale au plan de projection. Les projections
orthographiques sont de deux types :
o Parallèle
o Axonométrique
 Axonométrie Oblique si la direction de projection n ‟est pas normale au plan
de projection
5.3.3. Axonométrie orthogonale :

a/ Représentation parallèle
 La direction de projection coïncide avec l'un des axes principaux du repère
objet "MCS". Elle donne des vues bidimensionnelles systématiquement

pg. 58
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

positionnées les unes par rapport aux autres. La position relative des vues
dépend de la méthode de projection choisie (premier ou troisième dièdre).

Figure 5.8 : Représentation des vues

b/ Représentation Axonométrique
Projection où le plan de projection n'est pas normal à l'un des axes principaux du
repère objet. La projection montre alors plusieurs faces de l'objet en même temps
(l'image obtenue est à trois dimensions).
 Projection d'un cube :
Les trois arêtes du cube (X, Y, Z), se projettent en (X', Y', Z')

Figure 5.9 : Représentation de vue et lignes de projection

5.3.4. Représentation d’Axonométrie orthogonale

La représentation axonométrique est définie par les caractéristiques suivantes :


 La position de X' et Y' est définie à l'aide des angles α et β par rapport à
l'horizontale du plan de projection. On peut adopter la convention de signe
suivant pour les angles α et β : les angles sont positifs lorsque les axes
correspondants sont dans le demi-plan au-dessus de l'horizontale passant
par O', et négatifs dans le cas contraire.
 La projection axonométrique conserve le parallélisme des lignes mais pas
les angles.

pg. 59
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

 Elle est divisée en trois types : Projection Trimétrique, Dimétrique et


Isométrique. La projection isométrique est la plus connues des projections
axonométriques.
 Elle est divisée en trois types : Projection Trimétrique, Dimétrique et
Isométrique. La projection isométrique est la plus connues des projections
axonométriques.
Elle possède une caractéristique assez
pratique. Les trois axes principaux du
repère objet sont projetés de manière
"identique" de sorte que la mesure des
dimensions sur ces trois axes se fait
avec la même échelle. De plus, la
normale du plan de projection fait le
Figure 5
même angle avec les axes principaux.
Ces derniers font le même angle entre
eux de 120°.

5.3.5. Axonométrie oblique

Dans une axonométrie oblique, le plan de projection est parallèle à la face principale
de l'objet à représenter, dont la projection reste à la même échelle.
Deux des axes projetés sont orthogonaux. Trois types d'axonométries obliques sont
retenus en raison de leur facilité de représentation :

 L'axonométrie cavalière spéciale


 L'axonométrie cavalière
 L'axonométrie planimétrique

Figure 5.11 : Représentation de


projection oblique

pg. 60
Cours CAO Niveau II Dr. Noureddine BEN YAHIA

Bibliographie
Le Guide de la CAO –Dominique Taraud et Gilles Glemarec- Ed. DUNOD –Paris
2008 – ISBN 978-2-10-049841-3

CAD/CAM Theory and Practice –Ibrahim ZIED- Mc Graw-Hill, Inc. ISBN 0-07-0728-
57-7

Wojciech Skarka « Application of MOKA methodology in generative model creation


using CATIA » Elsevier 2006

Pamamtric and feature-Based CAD-CAM – Concepts techniques and applications


– Jami j. Shah and Martti Mantyla – A Wiley-Interscience Publication - ISBN 0-471-
00214-3

BEN Yahia N., “Processus d’élaboration de gamme automatique d’usinage :


application aux entités prismatiques”, Thèse de doctorat, Ecole Nationale
d’ingénieurs de Tunis, ENIT 2002.

Romthane Ben Khalifa, Noureddine Ben yahia, Ali Zghal. « Apports de l’interface
STEP AP-203 dans la modélisation des entités d’usinage. » COTUME 2012.

Cours de mastère de recherche en génie mécanique en Conception et Fabrication


assistée par ordinateur –J. B. YOUNES- « ESSTT –version2012».

Romdhane BEN Khalifa, thèse de doctorat, « Modélisation et conception d’un


système Hybride de Génération de Processus d’usinage » Ecole National
d’Ingénieurs de Tunis- ENIT 2012.

www.granddictionnaire.com

pg. 61

Vous aimerez peut-être aussi