Vous êtes sur la page 1sur 20

Communauté

Batchingou
PLAQUETTE PROGRAMME INSTALLATION du Wouri
BATIMENTS & TRAVAUX PUBLICS
TRAVAUX INDUSTRIELS
Tél. : 237 675 29 01 20 - www.socico.com

Conflit frontalier Batchingou - Batcha


La Présidence de la République
donne raison aux Batchingou
Exclusif !
Toute la vérité des faits
par le Roi des Batchingou
Voir les décisions des Commissions Régionale et
nationale de règlement des litiges relatifs aux limites
des circonscriptions administratives traditionnelles

Communauté Batchingou du Wouri

Le Dr DJOUAKEP Noël est le nouveau Chef


Il est installé officiellement ce Samedi 6 Juin 2015 à
Douala, par Sa majesté NANA André Flaubert

CERESBAW
Quel bilan pour
Wemba Sop Ndjiyep
Tchiegang Philippe ?
2
INSTALLATION DU NOUVEAU CHEF

SOMMAIRE MOT DU PRESIDENT DU COMITE D'ORGANISATION


3- Message du Président du Nwèmbà Mbe’e Nsa’ngon
Comité d’organisation Tchapdieu Tangué Rigobert

Une Plateforme
de rassemblement
a journée du Samedi 6 Juin 2015 restera
5- Historique de la Communauté
Batchingou du Wouri L marquée d’une pierre blanche pour la
Communauté Batchingou du Wouri qui va
se mobiliser en masse afin de participer à l’ins-
tallation de son Chef, le Dr NDJOUAKEP Noël.
A cette occasion solennelle, le Roi des Batchingou, Sa Majesté NANA
André Flaubert sera présent pour introniser son représentant dans le
Département du Wouri, et valider ainsi le choix de son représentant,
d’après la charte du Groupement Batchingou.
Et pour rendre légale et légitime cette intronisation, les pouvoirs
7- ORGANES - REUNIONS DE
publics, notamment le Sous-Préfet et Madame le maire tous de Douala
BASE ET ANNEXES
2e vont honorer de leur présence cette cérémonie qu’ils vont honorere
9- La CERESBAW de leur présence.
(Création et fonctionnement) Cet événement qui rassemble les ressortissants, sympathisants et amis
du Groupement Batchingou entre dans le cadre de la décentralisation
des pouvoirs du Roi du Groupement Batchingou, partout où vivent les
filles et fils Batchingou, afin que les valeurs traditionnelles et culturelles
soient perrenisées.
Le développement du Groupement Batchingou n’est pas en reste dans
les diverses missions confiées au Chef du Groupement.
La responsabilité qui nous est confiée ce jour, est celle de gérer toutes
les ressources humaines et matérielles pour faire de cette cérémonie
10- Bilan du Président une plateforme de rassemblement de tous avec entre autre une
Wemba Sop NDIYEP
démonstration de notre attachement à notre Roi et à nos valeurs cultu-
relles.
Nous tenons à dire un grand merci à toutes les associations de ressor-
tissants et sympathisants Batchingou du Département du Wouri et envi-
rons, pour leur engagement et leurs contributions multiformes.
Il faut signaler que le nouveau Chef de Communauté a été élu par les
populations Batchingou du Wouri, élection validée par Sa Majesté le
12- Dr Noël DJOUAKEP est le Roi des Batchingou, comme cela est de tradition.
nouveau Che de la Communauté
Ce sont donc tous ces membres qui seront présents massivement à
cet évènement, pour démontrer tout aussi leur attachement non seule-
ment à leur nouveau Chef, mais aussi au Roi du Groupement
Batchingou.

Cette plaquette a été conçue et réalisée par

14- DOSSIER : Conflit frontalier COMITÉ D’ORGANISATION Comité de rédaction


BATCHINGOU-BATCHA Président : - Wemba Sop NDJIYEP
Nwèmbà Mbe’e Nsa’ngon TCHIEGANG Philippe
18- Les quatre vérités de Tchapdieu Tangué Rigobert
- Mbeu Wemba WAGNI Tagni
S.M. NANA André Flaubert Conseiller Editorial & Redacteur en Chef YATIE Christophe
Interview exclusive du Roi
- Wemba Ti Pè me MBATENG Nazaire Infographie : AFA

3
SODREA-ASSURANCES
"La différence, c'est notre particularité”

+ 32 ans d'expérience en assurances


+10 ans Agent Général
Nos Atouts :
- Accueil personnalisé
- Suivi de la clientèle
- Recherche de la satisfaction des clients
- Respect de nos engagements

Agences disponibles Agences disponibles


Agence de Douala Agence de Bafoussam
(face Pharmacie du Centre) (A côté eneo, Djeumoun))
Tél. : 233 43 65 98 Tél. : 233 44 42 90

email : Sodrea_assurances@yahoo.fr
djomo_joseph@yahoo.fr (699 98 78 92)

BAT TRANSIT and SERVICE C ie


AGREE CEMAC N°175
DOUANES - IMPORT-EXPORT - TRANSPORT - MANUTENTION
ACCONAGE - NEGOCE-CONSEIL - T&P - FORMATION ET SERVICES DIVERS

Une décennie de professionnalisme et d’éfficacité


au service de la collectivité

Siège social : Douala


RC 0177449- N° cont. M019700005907A - BP 3316 DOUALA - Tél. : (237) 233 42 61 55 - 233 42 40 72 - Fax : (237) 633 43 25 74
Situé au 1374, Av. Douala manga Bell à Bali, entre station TOTAL Carrefour Anatole et Hôpital Ad Lucem Bali
Email : battransit@yahoo.fr
4
HISTORIQUE

Ils ont dirigé la Communauté


Batchingou du Wouri
vant l'indépendance, tout

A Bamileke qui arrivait à Douala,


retrouvait les siens chez feu
Wemba NGANKOU, originaire de
Balengou dans un premier temp pour
la réunion generale Nde du Wouri.

MEIDOU Nicolas
le précurseur
Ensuite, l'effectif grandissant, feu MEI-
DOU Nicolas a créé sous son toit a
New Bell, la réunion générale
Batchingou. Il devient par la suite le
premier chef de la Communauté
Batchingou du Wouri. Foyer Batchingou de Douala construit en 1965
Se sentant à l'étroit, les membres déci-
dèrent de se regrouper selon le décou-
page des trois principaux quartiers du comme adjoint Mbieu SIME Jean qui les affaires courantes de la
village Batchingou, à savoir, Tousseu assure l'intérim après le décès de Communauté pendant la vacance.
hommes et femmes siégeant chez feu Mbieu WEMBA FADOUO Joseph de Le chef de la communauté étant le
papa Athanase TCHINANG à New 2002 jusqu'en 2009, année où le chef représentant du chef supérieur, il est
Bell, Toungweu hommes et femmes supérieur NA NA André Flaubert déci- évidemment la première personnalité
siégeant chez feu Mbeu Metag NGAT- de de mettre fin aux élections des de la communauté du Wouri conformé-
CHOU Pierre à Nkololoun, et chefs de communauté et de nommer ment à nos statuts. Il est assisté dans
Bangweu hommes et femmes sié- dorénavant son représentant dans la gestion de la communauté par les
geant chez feu KWADIEU Dieudonne chaque localité. Ainsi, pour le cas de présidents des reunions générales des
toujoursà Nkololoun. Douala, il nomma par arrete N° femmes d'une part et des hommes
09/A/CHSUP/BATCHINGOU du 24 d'autre part.
octobre 2009 le huitieme chef: Wemba C'est ainsi qu'on a eu tour à tour
Construction du Foyer Sop Mbieugog Tagni FONGANG comme présidents de réunion hom-
NGONGANG Joseph comme son mes, feu Tafieu NOUGA Andre , puis
Après le décès de papa MEIDOU, la representant dans le wouri qui fut feu Sop DIWOU David avec pour vice,
reunion générale s'est déportée chez installé solennellement par lui le 16 Wemba TCHIENGUE André ensuite
feu NGUEGWO Sakeo, deuxième chef janvier 2010 puis étandit sa compéten- de 1994 à 2001, Mbieu NDOUNGUE
de la communauté, puis chez feu ce de commandement à Mbanga, MOUNGANG Mathieu avec pour vice
KEMENI Sadrack pendant le règne du Souza et environs le 10 janvier Tahdjocdia DJAJOUO Samuel enfin de
troisième chef de la Communauté, feu 2011.Malheureusement le 02 Avril 2001 à 2006, TITCHUI KAPATA Luc
WEMBA NGUETCHA NGOGANG 2012, pour des raisons personnelles, il Merlin avec pour vice Tahdjocdia DJA-
Bonaventure, jusqu'à la construction décide de déposer sa démission au JOUO Samuel.
du foyer social Batchingou de New poste de chef de la Communauté du Quant aux femmes,il y en a eu trois:
Bell. Alors vint le règne du quatrième Wouri. feu Mepeguep SAHAGUE Marie, puis
chef de la Communauté, feu MBIEU feu NGANGUE Madeleine enfin feu
YEPSIEU TCHAPDA Adolphe. Dr DJOUAKEP Noël YÉPMENI Monique.
Il est à noter que tous les quatre chefs
précités étaient proposés par le
le nouveau Chef Le Comité Directeur
Comité Directeur et entériné par la Le poste restera vacant jusqu'au 30
réunion générale. Août 2014, date à laquelle le Roi des en déclin
Vient donc la période des élections Batchingou entérine l'élection du Il est à noter que
locales des chefs de la Communauté Docteur DJOUAKEP Noël comme comme toute société
qui commence avec l'élection du cin- neuvieme chef de communaute du bien structurée, les
quième chef Mekep ZEFIEU MOUN- Wouri par une lettre de nomination. Batchingou du Wouri
GANG Daniel et de son adjoint feu C'est ce dernier qui est solennellement avaient un noyau dur
Mbeu WEMBA FADOUO Joseph. installé ce 06 juin 2015. comme cercle de
Ensuite l'élection du sixième chef, Il est à noter que sans être chefs de la réflexion dénommé
Mbeu WEMBA FADOUO Joseph avec Communauté du Wouri, les présidents Comité directeur qui regroupait en son
respectifs de la CERESBAW géraient sein en plus des différents responsa-

5
HISTORIQUE

bles à tous les niveaux, les délégués foyer social de New Bell. Il avait été diri- avait débuté au taux de 300FCFA puis
des trois principaux quartiers de BAT- gé jusqu'a son declin sans partage des revue à 6000FCFA enfin réajusté à
CHINGOU à savoir: Toussieu , mains de maître par feu Mbeu METAG 10000FCFA jusqu'au déclin de cette
Toungwe et Bangwe plus tard la com- NGATCHOU Pierre. C'était l'instance institution. La somme collectée annuelle-
munauté Batchingou de SOUZA avait suprême où se prenaient toutes les gran- ment servait à alimenter les caisses
été annexée. des décisions, les montants des différen- d'enterrement, des funérailles des mem-
Le siège était chez feu Wemba Sop tes aides, des cotisations annuelles etc. bres en règle, de leurs conjoints, de leurs
DJAHA Fabien jusqu'à la construction du La cotisation annuelle du fond d'aide ascendants et descendants.

Naissance de la CERESBAW
Suite à la récession économique et à reco nst it ut io n (Centrale des Ressortissants et
la poussée démographique par la de la commu- Sympathisants Batchingou du Wouri)
création de plusieurs autres nauté du Wouri. Avec comme premier Président, feu
quartiers,le centre de DOUALA s'est Des résolutions Wemba YEPJOUO Cyprien, de 2006 à
déplacé de New Bell ayant pour de la commis- 2008.
conséquence, la création des micros sion, il en est Puis Wemba Sop NDJIYEP TCHIE-
ressorti la créa- GANG Philippe de 2009 à 2015
réunions batchingou des zones,
tion et la legali- En dehors du foyer culturel mère de
entraînant ainsi la baisse drastique de
sation sous le New Bell, la communauté Batchingou
participation aux réunions hebdoma-
N ° 6 1 7 / 1 - du Wouri compte à ce jour 09 (neuf)
daires ainsi que la baisse de cotisation /c19/BAPP du autres foyers opérationnels.
à la caisse de solidarité qui soutend le 20 Juin 2006 Le bureau Exécutif de la CERESBAW
fond du comité directeur qui n'arrivait d'une centrale
Wemba YEPJO Cyprien Pdt: Wemba Sop NDJIYEP Tchiegang Philipe
plus à subvenir intégralement aux dif- pouvant regrou-
Premier Président de la V-Pdt : Meffieu Touopsegong Lanang Thérèse
férentes aides. per périodique-
CERESBAW SG : Mbeu Tapouoh Nzoueko Albert
Constatant le déclin du comité direc- ment toutes les
réunions tradi- SGA : Tiguep Louis Bertrand
teur, un comité de réflexion à été mis
tionnelles et les annexes des zones Trésorier : Feugo’o Sandjong Jean
sur pied pour étudier les causes et y
d'habitation. Il s’agit de la CERESBAW Com. Comptes : Tagni Yatie Christophe
apporter des propositions pour la
Secrét. Financier : Tagni Tchamani Emmanuel

La CERESBAW révolutionne la Communauté


railles des membres affiliés et en règle; Le Président Général, le Secrétaire
L a vie en société étént évolutive, il a
paru nécessaire de restructurer la
Communauté Batchingou du Wouri, en
- Organiser les assises du congrès ordi-
naire et extraordinaire.
général, les représentants des Femmes,
les Représentants des Hommes, les
vue de son intégration profonde dans le Le Conseil est composé de : Délégués choisi au sein de l’Assemblée.
processus de regrouper, organiser et
unir tous ses ressortissants, d’entreten-
Wemba Sop NDJIYEP Tchiegang Philippe :
nir et renforcer l’esprit de fraternité, d’en-
traide afin de stimuler et d’encourager “Mon bilan est globalement positif”
tout esprit d’initiative de contribuer au
développement et à l’épanouissement Mon bilan est globalement positif. même que pour
du Groupement Batchingou et ses res- Lors de mon premier mandat, il était les grandes céré-
sortissants. question pour moi de poursuivre le monies.
FONCTIONNEMENT processus engagé par mon prédé- Ce samedi, 6 Juin
La CERESBAW fonctionne avec un cesseur Wemba Sop Yemdjo 2015, nous allons
Conseil Supérieur ayant pour but de Cyprien, dont l'un des axes prioritai- nous mobiliser
coordonner toutes les grandes assises massivement pour
res était l'assistance et la forte mobili-
et prises de décisions relatives à la l'installation du
sation des ressortissants et sympathi- Chef de la
bonne marche du regroupement. sants Batchingou du Wouri. Mon
Il siège en session ordinaire une fois par
Commu-nauté
second mandat en cours est placé Batchingou du
mois, sur convocation du Président. Il sur la mutuelle de la santé qui nous Wouri. Le Dr
peut aussi sièger en session extraordi- permet d'aider les membres lorsqu'ils DJOUAKEP Noël, choisi par le Roi
naire.
sont encore en vie, et non seulement des Batchningou, Sa majesté NANA
Le Président de la CERESBAW préside André Flaubert est pour moi l'homme
lorsqu'ils sont décédés. Il fallait aussi
les séances du Conseil Supérieur. qu'il faut à la tête de notre Communauté
que la CERESBAW ait un signe dis-
ATTRIBUTIONS DU CONSEIL tinctif lors des cérémonies. Et à ce ici à Douala et environs. Je lance un
- Valider toute demande d’adhésion de propos nous avons adopté une tenue vibrant appel à tous les membres et
nouveaux membres; sympathisants de la CERESBAW d'être
d'apparat que tout le monde doit met-
- Faire des proposition d’amendements présents et d'apporter tout le soutien
tre lors des sorties, que ce soit pour nécessaire au nouveau Chef pour la
du Règlement Intérieur au congrès les obsèques, les funérailles, de réussite de ses missions.
- Organiser les obsèques et les funé-

6
REUNIONS BATCHINGOU DU WOURI
REACTIONS - REACTIONS - REACTIONS
Wemba Kopa DJOMO Joseph Marlyse NJOTENG épse KOUWO FOTSO
La CERESBAW a apporté des améliorations J’au eu une très bonne impression de la
dans l’organisation des regroupements lors CERESBAW lorsque j’ai assisté à une
des veuillées et des obsèques des membres et veillée du deuil d’un des membres. Je n’a-
conjoints. C’est vrai, dans le contexte global, il vais jamais vu autant de ressortissants et
sympathisants Batchingou du Wouri venir
y a une démobilisation liée au manque d’initia-
assister et soutenir l’un des leurs durement
tive du bureau d’adopter les concept nova-
éprouvé. J’étais contente de me retrouver
teurs tels que la mutuelle de santé, ainsi qu’u- avec mes frères et soeurs que j’avais perdu
ne plateforme culturelle (forum) pour créer une synergie avec de vue depuis très logtemps. Je déplore qu’avec toute cette
les réunions des zones d’habitation qui comptent en majorité mobilisation et l’organisation que j’ai vue, jusqu’à nos jours,
plus de jeunes qui doivent adhérer massivement afin qu’ils la CERESBAW ne s’est toujours pas doté d’une batterie
aient la possibilité de s’exprimer, et que toutes les générations de’instruments de musique pour un orchestre pouvant ani-
puissent bâtir ensemble un socle solide pour le développement mer lors des regroupements, avec une meilleure organisa-
du village Batchingou. tion et une bonne synchromisation des animateurs.

ORGANES - REUNIONS DE BASE ET ANNEXES


CESBAB CONSEIL DES NOTABLES BATCHINGOU
(Cercle des Elites et Sympathisants Batchingou de Douala) DU WOURI
Président : Wemba Sop TETCHOU WOUSSOUBAH
Président : Wembà Mbe'e Nsa'ngon NIECHO Paul Constant
TCHAPDIEU TANGUE Rigobert Secrétaire Général : Tah Sah KEUKNIEUH
NGONGANG KOPA Arnaud
Vice Président : Mbeu Taffieu Comm. aux comptes : Tah Sah TCHOUGANG
KOUAMEDJO Thomas NKOUATCHE Denis
Censeur : Tah Sah DIAPA DJOKO Elias
Secrétaire Général : KOMETCHOU Ignace Trésorier : Tah Mbeu YEPSEU SEPA Roger
Secrétaire général Adjoint : TAGNI KOUAMEGNI André Conseillers : Taffieu Mbeu Gog TCHAKOUNTE Jean
FEUNGO SANDJONG Jean
Secrétaire Financier : TAGNI YATIE Christophe
Secrétaire Financier :: NYA DJOTENG REUNION TOUSSEU HOMMES
Epse KOUwO FOTSO Marlyse Président : Sa’a BOMTHIEU NGASSA
Appolinaire
Trésorier : DJOMO Joseph
Vice Président : Tagni TCHIENGANG Elie Noé
Chargé de discipline : TAGNI TCHAMPTCHUI Sylvestre Secrétaire Général : TCHEDJO BAHO Etienne
Chargé de discipline: NDOUZO NJANDJO Seraphin Secrétaire général Adjoint: FANGANG Simplice
Secrétaire Financier : NOUGANG NGONGANG
Protocole : TCHAMDA Claude
Honoré
Conseillers : TAFFIEU TCHAKOUNTE Jean Comm. aux comptes : YAKAP NGONGANG Simplice
Mbeu SIMO Pierre Trésorier : Mbeu YEPSEU SEPPA Roger
Conseillers : Sa’a DIAPA DJOKO Elias
Wemba Ti pè me MBATENG Nazaire
SAHAGUE TCHUISSEU JEAN
SANGANG SIMO Georges
NGONGANG JUSTIN
FOTCHEPING Victor
REUNION FESBAD Chargé des Relations extérieures : Sa’a KEUKNIEUH
(Femmes des Elites et Sympathisants NGONGANG KOKPA Arnaud
Batchingou de Douala) REUNION TOUSSEU FEMMES
Présidente : Meffieu TCHONTA Rose
Président : Mefieu TSEUMENI Pauline
Vice Présidente : Mme TCHAMTCHUI Marceline Vice Président : Mefieu NGONGANG Fride
Secrétaire Général : Mme SIMO Madeleine Secrétaire Général : Mme NGONGANG
Vice Secrétaire: Mme KOUAMEJIO Colette Charlotte
Comm. aux comptes : Mme TCHIEGANG Louise Vice Secrétaire : DEDJOUO Elisabeth
Censeur : Mme DJOFANG Marlyse Vice Secrétaire: Megni TCHUIGOUO
Vice Censeur : SAHNGA Oscarine Vice Secrétaire: NGOULEU Brigitte
Trésorière : Mme KOMETCHOU Berthe Comm. aux comptes : KOMETCHOU Berthe
Conseillères : Mme TCHAMI Yvonne Vice Comm. aux comptes :Mme KOPMEGNI Alice
Mme TSEPAWO Anne Trésorier : KOMETCHOU Berthe
7
www.pharmaciedeshôpitaux.com
alias
www.lucmeilo.fr
Les médicaments du secteur privée formel
disponibles au Cameroun

Les prix publics des médicaments du secteur


privée au Cameroun + 8%

Bientôt les prix de référence du public de


parapharmacie

D’autres surprises sont en cours de préparation

Une référence pour : 5- Les assurances maladies


1- Les médecins 6- Les entreprises
2- Les pharmaciens 7- Les étudiants en médecine et en pharmacie
3- Les laboratoires pharmaceutiques
4- Les paramédicaux

Douala Cameroun

CENTRE PEDIATRIQUE ET NEUROLOGIQUE DU CHATELET

Dr Noël Djouakep

8
REUNIONS BATCHINGOU

ORGANES - REUNIONS DE BASE ET ANNEXES


REUNION TOUNGWEU HOMMES
MEWAWOU DE BONABERI FEMMES
Président : Ta’a SANTCHISSEU
NJOUGANG Michel Président : SEUDIEU Marie
Vice Président : Sop NDIMOU Jean Vice Président : Mme NGONGANG Jeannette
Secrétaire Général : NGOUPOYOU Charles Honoré Secrétaire Générale : TCHAMDA Angèle
Secrétaire : TCHIMOU Roger Vice Secrétaire : TCHOUAMEGNIE Elvige
Secrétaire Rapporteur : LECDOU François Com. aux comptes : MOUANGANG Helène
Comm. aux comptes : Sop TANKOUO Pierre Trésoriere : NGOMEGNI Victorine
Comm. aux comptes : TCHUISSEU Baudelaire Censeur Générale : NGUETCHA MARIE Solange
Trésorier : : NANYA Zachée Vice censeur : KOMEGNI T. Helène
Censeur : ZOUDJI Flaubert
REUNION SOLIDARITE BATCHINGOU
REUNION TOUNGWEU FEMMES
Présidente : MEPEGUE Anne SEUKEF
DE NDOGBONG
Vice Présidente : MEGNI TEFANG Bernadette Président :Tagni YATIE Christophe
Secrétaire : MOSSO Florence Vice Président : Mme SAWA Jacqueline
Secrétaire 2 : DOUYA Philomène Secrétaire Générale : Mme TCHINANG SIME
Com. Aux Comptes : NDONKEP Berthe Béatrice
Trésorière : NJOGANG Alice Trésorier : Sa’a DJOUO MEIPEGUEP
Conseillère : NTANGUI Pauline TCHAKOUNTE Anne
Conseillère : Meffieu MEKEZE Lydie Com. aux comptes : Mme SIWE Rose
Censeur : NKEUMENIE Alliance
REUNION BANGWEU FEMMES Conseillère : Mme TCHAKOUNTE Julienne Epse TCHIENTCHEU

Président : Meffieu DIMOU Rose


Vice Président : Mme NJITANG Rebecca REUNION HOMMES BATCHINGOU CITE BERGE
Secrétaire Générale : Mme MOUGANG Pascaline Président : NGOUNOU Richard
Vice Secrétaire : Mme TCHINANG Béatrice Secrétaire Général : DJOMO Emmanuel
Vice Secrétaire : Mme MANGOUA Berthe Vice Secrétaire : DJOUKWET Etienne
Com. aux comptes : Mme SIANGUE Jeanne Com. aux comptes : MBIEDJOU Gilbert
Commissaire Adjoint : Mme TCHOUAMOU Flauberte Censeur général : Tagni NGONGANG Rene
Censeur générale : Mme KOUACHE Julienne
Censeur Adjoint : Mme DJUKOUO Elise
Conseillères : Meffieu TCHAGOUO Bernadette
ASSOCIATION DES ORIGINAIRES BATCHINGOU
Meffieu TCHIEGANG Minette ET SYMPATHISANTS DU QUARTIER TOUKOU
Meffieu DJOMOU Fidèle Président : KOUALONG Clovis
REUNION BANGWEU HOMMES Vice Président : FEUMEGNI Léocadie
Secrétaire Général : NGONSSEU Serge
Président : Sop MOUNGANG Félix Comm. aux comptes : TCHUISSIE Careme
Vice Président : Sop NGUETCHA TCHAMOU Philbert Controleur Financier : TCHIBOU Major
Secrétaire Général : YEPNDIEU Moïse Censeur Général : TCHIENGUE Anol
Secrétaire Adjoint : CHEWA Emmanuel Vice Censeur : Ghislain
Censeur : DJOUOSSEU Fidèle Reine Mère : NGONGANG C.Béatrice
Com. aux comptes : YOBOUN Clovis Président Sénateur : TCHOUDJOUO Emmanuel
Président d’Honneur : YAMBOU Belmond Président Sénateur : NJONJI Elias
Censeur général : DJOUOSSEU Victor
Conseillers : WEMBA SOP NJIEYEP Philippe
TCHITCHUI KAPATA LUC Merlin FAMILLE BATCHINGOU DE DIBOM II
Tagni KOMBOU NZOUPET HOMMES
MbeuBEU WEMBA TCHIGANG Audret
Ta’a NDJONDIA NJANJO Samuel Président : TCHANTIE Abraham
Vice Président : NZOUEKO Albert
REUNION AMIES FIDELES Secrétaire Général : TIGUEP Louis Bertrand
Vice Secrétaire : KOUAMEDJOUO Catzir
Président : Meffieu TSEUMENI Pauline
Vice Secrétaire : DJAKOU NIETCHO Simplice
Vice Président : Meffieu NGOUNOU Lydie
Com. aux comptes : TCHAMOU REMY Merlin
Secrétaire Général : NGAMBOU Sidonie
Trésorier : NANYA Zachée
Vice Secrétaire : NGONGANG Charlotte Censeur générale : TCHUISSEU Jean
Vice Secrétaire : KOMBOU Florence Censeur protocolaire : MOUNGANG Emmanuel
Com. aux comptes : KOUADA Nicole Président Comité : PEUANKEP Daniel
Trésoriere : WOUANDJIE Marie Secrétaire Comité : MBAHO Isaac
9
REUNIONS BATCHINGOU

ORGANES - REUNIONS DE BASE ET ANNEXES


CERCLES DES JEUNES BATCHINGOU FAMILLE BATCHINGOU DE DIBOUM II FEMMES
ET SYMPATHISANT DE DOUALA Présidente :
Président : TCHOUYA Merlin Vice Président : KONGUE Odette
Vice Président :: TCHEPGAR Duplex Secrétaire Générale : NGONGANG Marie
Reine Mère : KOUAYEP Brigitte Vice Secrétaire : TCHANDO Claudine
Secrétaire Général : NUJEH Reaccabel Vice Secrétaire : KOUAGANG Chimène
Vice Secrétaire : SIME Ebenezer Com. aux comptes : NOUBISSI Angèle
Comm. aux comptes : YEPDIE Paulette
Trésorière : NGANTCHIA Charlotte
Controleur Financier : PAGANG Cedric
Comptable Matière : NANA Yannick Censeur Générale : DONKOU Colette
Trésorière : TCHOKOTHE Nadège Censeur Protocole : DONKOU Colette
Président membre d’Honneur : NJEUSSEU Justin Présidente Comité : TCHEDOU Rose Béatrice
Président des Musiciens : DJOFANG Justin SG Comité : TCHAYA Elisabeth
Vice Président Musiciens : SEYAK Augustin Trésorière Comité : DITCHOU Lucie
président Comité : TCHIENGUE Arnauld REUNION FEMMES BATCHINGOU
Président Conseil des Sages : YANKOUA Ambroise CITE BERGE
Censeur Général : WANDJI Robert
Conseiller : ZEGA Réné Robert Président : Mme TCHAKOUNTE Charlie
Conseiller : DJONGUE Joseph Vice Président : Mme TCHIEMENI Véronique
Conseiller particulier : KOUANOU Eveline Secrétaire Général : Mme NOUKEP Romaine
CONSEILLER Particulier : ZOUDJI Flaubert Com. aux comptes : DJOMO Henriette
Protocole : DJOFANG ERIC Censeur générale : Mme NGONGANG Odile

ASSOCIATION MEWAWOU PK14 UNOSBA


Président : FEUKOU Eric
Président : Mbeu LA KEMDIEU Timothée
Vice Président : KOUAWOUO Céline
Secrétaire Général : KEPNANG Micheline Vice Président e: Meffieu TIMO Lydienne
Secrétaire Adjoint : DJOMO Boniface Secrétaire Général : MENI KOUAMEDJO Colette
Censeur Général : KEMAYOU Elvis
Comm. aux comptes : Mme DJOMO Micheline
Comm. aux comptes : TCHIENGUE Clotilde
Trésorier : Dr DOMOU Mathieu
Trésorier Général : TCHIEDIEU Emilienne

MEWAWOU BONABERI HOMMES SOLIDARITE NDOGPASSI - MAETUR


Président : TCHUIGOUN Président : Meffieu KEPGANG Honorine
Vice Président : MOUNGANG Patrice Vice Président : TCHATCHOUAN DJOMO Jules
Secrétaire Général : Mbeu NANA André Secrétaire Général: Mme MOUGANG Pulchérie
Vice Secrétaire : NGONGANG Bernard
Vice Secrétaire : Mme HAKOU Virginie
Com. aux comptes : NGUETCHA Abel
Trésorier : FANDO Dieudonné Vice Secrétaire : Mme KAMCHE Blanche
Censeur générale : WANOU Bruno Com. aux comptes : HAKOU Léonard
Vice Censeur : KOUMBOU Filbert Censeur générale : Mme TCHATCHOUANG Esther

NOS REMERCIEMENTS
AUX ENTREPRISES - PARADED SARL
- CEFA - OMEGA
- AIGLE VOYAGES
- PHARMACIE DES HÖPITAUX AUX FRERES
-UTI - Dr DJOUAKEP Noël
- CENTRE PEDIATRIQUE ET NEUROLOGIQUE - Wembà Mbe'e Nsa'ngon
LE CHATELET
TCHAPDIEU TANGUE Rigobert
- SODREA ASSURANCES
- GLOBAL WORKS - Wemba Sop NDJIYEP TCHIEGANG Philippe
- BAT TRANSIT - Wemba Ti Pè me MBATENG Nazaire
- SOCICO - Mbeu Wemba WAGNI Tagni
- LE MIXEUR YATIE Christophe
10
BIOGRAPHIE

Dr Noël DJOUAKEP est le nouveau Chef


de la Communauté Batchingou du Wouri

N
é le 10 février 1958 à Nkongsamba, le Dr
DJOUAKEP Noël à passé ses études pri-
maires et secondaires toujours à
Nkongsamba d'où il a obtenu son baccalauréat
série C en 1978.
Il opte pour la médecine et obtient son Doctorat
au CUSS en 1986. Il ne va pas tarder à assumer
des reponsabilités puisqu'il est Medécin au servi-
ce Gynéco-obstétrique de la maternité à l'Hôpital
Central de Yaoundé, entre 1986 et 1987.

Une âme de Médecin

Cet homme providentiel pour la santé des mères


et enfants ne va pas mettre long feu à Yaoundé,
car il sera muté à Mbengwi au Nord Ouest, pour
gérer le service de la médecine préventive en
1987-1988.
En 1988, il obtient un concours de spécialisation
en pédiatrie à Yaoundé.
Dans son souci d'évoluer dans ce secteur de la
médecine, le Dr DJOUAKEP Noël ira faire un
stage en pédiatrie à l'Hôpital St Vincent de Paul
de Paris en France, en 1993. Stage qui confirme grande décision de se mettre à son compte et
sa spécialisation en la matière en 1995. d'ouvrir le Centre Pédiatrique et Neurologique du
Rentré au pays, il sera nommé en Médecin Chef Chatelet sur la Nouvelle route de Bonaberi, qu'il
de l'Hôpital de référence de Yagoua dans gère au quotidien. Et tout en s'occupant de son
l'Extrême Nord, en charge du service de pédia- Centre, il est sollicité pour être consultant en
trie, pendant les années 95-96. neurologie et pédiatrie à l'Hôpital Laquintinie de
De 1996 à 1999, ce médecin de référence est Douala.
sollicité par des centres médicaux privés et Autant que sa vie professionnelle, celle associati-
confessionnels. C'est ainsi qu'il va s'y engager ve a tout aussi été intense tout au long de son
pour gérer le service de pédiatrie à l'Hôpital AD parcours tant académique que professionnel.
LUCEM de Bafang à l'Ouest du Cameroun. Jugez en vous-mêmes :
Son expertise est si appréciée qu'il devient 1982-1986 : Président national de l'Association
Médecin Chef du même Hôpital Ad Lucem de des Elèves et Etudiants Batchingou (AEEB) à
Bafang, de 1999 à 2002. Yaoundé.
Et toujours dans son besoin d'augmenter son 1992-1995 : Président du Cercle de Réflexion des
expérience en matière de médecine, le Dr Noël Jeunes Cadres Batchingou du Cameroun à
DJOUAKEP ira suivre en 2002, un stage de Yaoundé.
Neurologie pédiatrique au Centre Hospitalier 1998-2002 : Président de l'Amicale des Elites du
Universitaire Vaudois de Lausanne en Suisse. Ndé à Bafang.
En 2005, il adhère comme membre au CESBAD.
Le Centre du Chatelet voit le jour 2005-2011 : Président, pendant deux mandats,
De retour au Cameroun, il est nommé Médecin de la Réunion MEWAWOU de Bonabéri.
Chef de l'Hôpital Ad Lucem de Bonaberi. Il occu- Le Dr DJOUAKEP Noël est marié, père de plu-
pe ce poste de 2002 à 2005, avant de prendre la sieurs enfants et petits fils
12
13
DOSSIER

Conflit frontalier Batchingou - Batcha


La présidence de la République donne
raison au Groupement Batchingou
C’est sur la base des procès-verbaux des Commissions régionale et nationale, confirmés par le
Premier Ministre et le Président de la République que les Batchingou sont rentré dans leur droit.
epuis plus de deux ans, les

D Batcha investissent les médias


et le réseau internet d'informa-
tions incorrectes, pour semer le
doute quant à la décision rendue
définitive dans le conflit frontalier
qui les opposait aux Batchingou
depuis 1984, et qui a connu son épilo-
gue depuis 2012.
Mais, depuis cette année, pendant
que les Batchingou viennent en grand
nombre de tous les coins du monde
pour assister au festival culturel orga-
nisé par le Roi Nana André Flaubert du
Groupement Batchingou, les Batcha y
viennent aussi par charters pour sabo-
ter la fête des Batchingou avec des
machettes, des flèches et des armes
à feu. Tout ceci, pour contester une
décision des instances gouvernemen- Le Mont Batchingou si convoité
tales auxquelles ils ont pourtant par-
ticipé.
Ce comportement irresponsable et minant à 2 097 m d'altitude, et cela
rebelle de certains Batcha a toujours contrairement aux années antérieures
créé des affrontements entre les où c'est le Chef du Groupement
populations des deux Groupements. Batchingou qui le faisait.
En 2014 leurs manœuvres d'agression Le Chef du Groupement Batcha en a
ont eu pour conséquences un mort profité pour étendre son hégémonie
d'homme et plusieurs blessés, ce qui plus loin en revendiquant la propriété
est fortement regrettable. de la zone située entre la rivière
La justice s'est saisie de l'affaire, les Ndouk et une tranchée, distante d'en-
enquêtes sont en cours et il faut viron 5 km de son Groupement.
espérer que les responsables de cette
malheureuse situation seront sévère-
ment punis. LA VERITE GEOGRAPHIQUE
DES DEUX GROUPEMENTS
LA GENESE DU CONFLIT
Le Groupement Batchingou est situé
Il faut préciser que le sabotage de la tous deux homologués comme Chefs dans le Département du Ndé,
fête des Batchingou ne commence de ces deux quartiers par Arrêté pre- Arrondissement de Bangangté, et limi-
qu'en 2012, un an seulement après fectoral N°118 du 13 Avril 1968 du té au Nord par le village Bangou, au
qu'un certain NANA Emmanuel, Elite Préfet du Ndé. Sud par le village Balenfou, à l'Ouest
Batcha se soit déclaré à tort Chef du En réalité, le conflit Batchingou- par le village Bana, au Sud-Ouest par
quartier Ndouk, alors qu'il est établi Batcha éclate en 1984 suite à la déci- le village Batcha et à l'Est par le villa-
officiellement que la zone de Ndouk sion subite et manifeste du Chef du ge Bamena.
est constitué de deux quartiers : Groupement Batcha de percevoir, à La limite des groupements Batchingou
ndouk 1 et Ndouk 2, avec respective- compter de cette année, le produit de et Batcha se situe et s'est toujours
ment pour Chefs, M. TCHIENGANG l'Impôt Forfaitaire dans la zone de située sur la rivière Ndouk, contour-
Nicolas et M. NGONGANG Salomon, Ndouk qui comprend la montagne cul- nant le Mont Batchingou.

14
DOSSIER

Le Groupement Batcha est situé dans


le Département du Haut-Nkam, L'arrêté préfectoral homologuant la désigna-
Arrondissement de Bana. Pour les
Batcha, la limite entre les deux tion des Chefs des deux quartiers Ndouk 1 et
Groupements est une tranchée qui
part de la limite Batchingou- Ndouk 2, avait été signé par le Préfet du Ndé,
Balengou, traverse la route
Batchingou-Batcha, contourne la
et non celui du Haut-Nkam...
Chefferie batchingou pour s'achever à
quelques centaines de mètres d'une J. CRIAUD qui a enseigné à une Au lieu de montrer à la face du monde
montagne culminant à 2 097 m d'alti- époque au Cameroun l'existence d'un que le Groupement Batcha est épris
tude. certain " Mont Batcha ". Comment de paix, on constate que le
Il est pourtant clair que les deux donner du crédit aux enseignement de Groupement Batchingou continue d'ê-
Groupements appartiennent à deux ce livre et son auteur, lorsqu'on sait tre victime des destructions des
Départements différents : le Ndé pour qu'on y retrouve plusieurs erreurs sur biens, des provocations et agressions
le Groupement Batchingou, le Haut- le Cameroun, comme dans la page 17, physiques des Batcha dans la zone
Nkam pour le Groupement Batcha. La sur les frontières du Cameroun ; page querellée.
limite entre ces deux groupements se 19, sur les fleuves côtiers qui forment
confond par conséquent avec celle les marais et la lagune, alors qu'il s'a- DESTRUCTIONS DES BIENS, PROVO-
entre les Départements du Ndé et du git de mangroves ; page 23, sur le pla- CATIONS ET AGRESSIONS PHYSIQUES
Haut-Nkam, et repose forcément sur teau de l'Adamaoua qui couvre une
un fondement incontestable. Un fon- grande partie du Cameroun, et qu'il Ce conflit qui date de la décision du
dement vérifiable par l'Arrêté N°238 s'étend au Sud jusqu'au Littoral, alors Chef du Groupement Batcha en 1984,
du 18 Juin 1940 rattachant la que cette zone est couverte par le de la collecte de l'Impôt forfaitaire
Chefferie batchingou à la Subdivision plateau du Sud Cameroun, pour ne dans la zone de Ndouk, est provoqué
de Bangangté, ainsi que par deux car- citer que celles-là., preuves que le par ce dernier qui prétend que la
tes de 1940 situant la Chefferie livre J CRIAUD n'est pas une référence tranchée indiquée par les Batcha est
Batchingou dans la région de l'Ouest. pour la géographie du Cameroun. la limite entre les deux Groupements,
Ces documents datent de l'époque Autre preuve irréfutable que la mon- et qu'elle aurait été creusée par leurs
coloniale. Les deux cartes font bien tagne culminant à 2 097 m d'altitude, ancêtres en 1970 (contenu de leur
apparaître clairement les limites et qui se trouve à Ndouk, précédem- mémoire en appel du règlement du
entre les deux Groupements : au Nord ment revendiquée par les Batcha, n'a conflit), c'est-à-dire à la moitié du
de Badoung 1 et Badoung 2 qui for- jamais été officiellement désigné " quatorzième siècle. Alors, pourquoi
ment la zone de Ndouk, on observe Mont Batcha ". Que ces derniers avoir attendu 1984 (2e moitié du 20e
une forte densité de courbes de reconnaissent qu'ils avaient été siècle), si c'était fondé, pour revendi-
niveau qui indique l'existence d'une induits en erreur par J. CRIAUD, et quer la collecte du produit de l'impôt
zone montagneuse s'étendant vers qu'ils doivent revenir à de bons senti- forfaitaire dans une zone qui appar-
Bana. C'est dans cette zone que se ments, aujourd'hui que la vérité a été tiendrait à leur Groupement, d'une
trouve la montagne de 2 097 m d'alti- officiellement établie. part.
tude.
Les limites portées sur ces cartes sont
les mêmes que celles se trouvant sur
les cartes auxquelles renvoie le pro- SITUATION DU GROUPEMENT BATCHINGOU DANS LE NDE
cès verbal de la Commission nationa-
le pour le règlement du litige sur les
limites territoriales entre Batchingou
et Batcha du 7 Juin 2012. En plus, l'ar-
rêté préfectoral homologuant la dési-
gnation des Chefs des deux quartiers
Ndouk 1 et Ndouk 2, Arrêté N°118 du
13 Avril 1968 avaient été signés par le
Préfet du Ndé, et non celui du Haut-
Nkam, ce qui témoigne une fois de
plus que l'administration post colonia-
le a toujours reconnu que la zone
querellée appartenait au Groupement
Batchingou.
Dans le cadre de ce conflit, la partie
Batcha ne s'appuie que sur un seul
argument : le livre de géographie de
15
DOSSIER

Conflit frontalier Batchingou - Batcha


D'autre part, pourquoi le groupement
a-t-il attendu le décès du précédent La décision de la Commission nationale
Chef du Groupement Batchingou en
1982 pour faire cette revendication ? La Commission nationale de règlement du litige frontalier entre Batchingou et Batcha
Surement parce que les Batcha était constituée de 10 membres représentants plusieurs Institutions du pays (Présidence
de la République, Assemblée Nationale, Premier Ministère, Ministère de la Défense,
croyaient que le nouveau Chef
Délégation Générale à la Sureté Nationale, MINEPAT, MINDCAF, MINATD). De par sa
Batchingou, Sa Majesté André composition, nul ne saurait douter de la qualité et de la crédibilité de cette Commission
Flaubert NANA qui n'avait que 22 ans qui ne comporte aucun représentant des deux parties en conflit, et qui est donc totale-
en 1984 et qui ne comptait que 2 ans ment neutre.
de règne pouvait être naïf et craintif Cette commission a travaillé pendant un an, du 3 Juin 2011 (date de sa première séan-
pour défendre l'intégrité territoriale ce), au 07Juin 2012 (date de sa dernière séance).
de son Groupement. Erreur ! Avant de se prononcer sur le fond du Dossier, elle a eu à "examiner les mémoires pré-
C'est suite aux incursions répétées des sentés par les parties, auditionné leurs représentants ainsi que leurs conseils, et suivi
Batcha sur leur territoire, et aux les présentations des rapports des experts de la Direction de l'Organisation du Territoire,
de l'Institut National de la Cartographie (INC), et du Ministère des Domaines, du
plaintes successives du Groupement
Cadastre, et des Affaires Foncières (MINDCAF) " (cf. PV de la Commission) ; par la
Batchingou que les autorités avaient suite, elle a effectué une descente sur le terrain le 07 Juin 2012.
réagi jusqu'au plus haut niveau. Deux Le temps mis par la cette commission pour statuer montre à suffisance la volonté du
Commissions, régionale et nationale Gouvernement et du Président de la République de faire manifester la vérité, sans pré-
ont ainsi examiné les détails du cipitation et dans la sérénité, afin que la paix et la tranquillité soient garanties entre les
conflit et rendu un verdict sans deux communautés une fois pour toutes.
recours. Au terme de toutes ses investigations, les membres de la Commission nationale, par
neuf (9) voix Pour et une (1) voix Contre, ont rendu une décision conforme à celle qui
DECISION DE LA avait été rendue par la Commission régionale. Cette décision a été approuvée par
l'Arrêté N°115/CAB/PM du 30 Juillet 2012 du Premier Ministre. Cet Arrêté qui entérine la
COMMISSION REGIONALE
décision de la Commission nationale, veut dire que la montagne de 2.097 mètres d'alti-
tude se trouve à Batchingou et que les Groupements Batchingou et Batcha et, partant,
Instituée conformément aux disposi- les Départements du Ndé et du Haut-Nkam, sont séparés par le cours d'eau "Ndouk' au
tions du Décret N°78/322 du 3 Août point "B" des limites des deux villages.
1978, la Commission régionale de M. le Préfet du Département du Ndé, suivant les instructions du Premier Ministre, était
règlement de litiges relatifs aux limi- venu en personne remettre solennellement cet Arrêté, ainsi que le Procès-Verbal de la
tes des circonscriptions administrati- Commission Nationale de règlement du litige frontalier entre Bachingou et Batcha à la
ves et des Unités de commandement population Batchingou, qui entourait ce jour son Chef Supérieur, ses Notables, ses éli-
traditionnel a siégé en premier res- tes.
Au cours de cette cérémonie, le Préfet avait fait savoir à la population Batchingou que,
sort.
conformément à l'Arrêté du Premier Ministre qui entérine la décision de la Commission
Cette Commission régionale chargée nationale, la limite qui sépare leur village et celui de Batcha se situe sur le pont du cours
de régler le conflit frontalier entre les d'eau 'Ndouk' et que, du fait de cette décision devenue définitive et sans recours, il n'ya
Groupements Batchingou et Batcha a plus de litige frontalier entre Batchingou et Batcha. Il en avait profité pour féliciter la
été mise en place par l'Arrêté provin- population Batchingou pour sa patience, et lui avait déclaré qu'elle pouvait dès lors
cial N°003/AP/F/SG/VAJF/B1 du 25 continuer à jouir paisiblement de ses terres et de ce qui lui revient de droit.
mars 1996. Elle était composée de 16 Il est bon de savoir que non seulement le Président de la Commission nationale doit
personnes dont 4 représentants de faire tenir un rapport détaillé à l'autorité qui l'a nommé, mais chacun des représentants
l'Administration, 2 personnalités de des différentes Institutions au sein de cette Commission a aussi l'obligation de faire tenir
à sa hiérarchie une copie de son propre rapport. Prétendre, comme les Batcha le font,
bonne moralité et 5 représentants de
qu'on a tout fait pour que le Premier Ministre signe un Arrêté sans avoir bien pris
chacune des parties en conflit. La connaissance du dossier, prétendre que le Président de la République, n'a pas été bien
Commission était présidée par le informé, c'est tenir des propos irresponsables et tendancieux, mieux c'est manifester de
Gouverneur de la Région de l'Ouest. la défiance envers les Institutions de la République et ceux qui les incarnent. Cela tra-
Après examen des mémoires en duit, à n'en pas douter, une attitude d'insubordination, une mentalité de rebelle et de
défense et en réplique des parties, la non-respect pour la chose jugée.
Commission régionale avait relevé Conformément aux dispositions du Décret N° 78/322 du 3 Août 1978 instituant les com-
certains faits importants qui méritent missions pour le règlement des litiges relatifs aux limites des circonscriptions adminis-
d'être portés à la connaissance de tratives et des Unités de commandement traditionnel, la Commission nationale de règle-
ment d'un litige frontalier siège en dernier ressort; une fois son Procès-verbal approuvé
tous :
par un Arrêté du Premier Ministre, sa décision devient définitive et sans recours.
1- La limite entre Batchingou et Les Batcha qui se disent républicains, doivent l'accepter et cesser de perturber les
Batcha se confondant à la limite entre Batchingou sur leur territoire, comme ils le font depuis 30 ans. Les Elites Batcha doivent
les Départements du Ndé et du Haut- le comprendre et l'expliquer à leurs populations, les sensibiliser à cette vérité, parce qu'il
Nkam, la tranchée évoquée par la n'ya plus d'autres voies de recours possible !
partie Batcha comme limite entre les Surtout que la partie Batchaa toujours été représentée à tous les niveaux d'examen de
deux groupements ne saurait consti- ce Dossier, depuis la Commission régionale (ex-provinciale) en 1996, jusqu'à la
tuer une base solide de délimitation Commission nationale en 2012 ; elle y a soumis ses mémoires de défense, défendu son
des deux unités administrati- Dossier, mais malheureusement, ne disposait d'aucun élément convaincant, contraire-
ment aux Batchingou dont le Dossier était solide et fondé sur des preuves et pièces à
conviction irréfutables.

16
DOSSIER

ves, notamment du fait de son carac-


tère discontinu et inachevé ;
2- Les tickets d'impôts et actes d'état
La décision de la Présidence de la République
civil dressé dans la zone litigieuse Face aux gesticulations de certaines élites mal intentionnées du Groupement Batcha,
portent des mentions relatives à l'ap- allant jusqu'à vouloir manipuler et faire douter certains responsables de la
partenance de la zone litigieuse au République, la Présidence de la République a conforté le Premier Ministre dans sa
groupement Batchingou ; décision d’enteriner la décision de la Commission nationale.
3- Le dictionnaire des villages du ndé En effet, par Lettre N°01621/SG/PR du 30 Mai 2014 adressée au Ministre de
mentionne les localités Ndouk 1 et l'Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD), le Secrétaire Général
Ndouk 2 comme faisant partie du de la Présidence de la République, au nom du Président de la République, lui deman-
groupement Batchingou, contraire- de de prendre des dispositions appropriées en vue de faire appliquer, par toutes les
ment au dictionnaire des villages du parties, les termes de l'Arrêté du Premier Ministre, entérinant la décision de la
Haut-Nkam qui ne mentionne nulle Commission Nationale compétente du règlement du litige frontalier Batchingou-Batcha
part les localités Ndouk 1 et Ndouk 2 ; il termine cette prescription au MINATD en disant " pour que force reste à la loi ".
comme faisant partie du Groupement
Batcha ;
4- La copie de la lettre niveau. Malgré cela, les Batcha vont ge frontalier Batchingou - Batcha est
N°611/MINTP/DIELO de Mars 1994, faire appel de cette décision auprès contenue dans la correspondance du
versée dans le dossier par la partie de la Commission nationale. 30 Mai 2014 adressée au Ministre de
Batcha, confirme que la distance A ce niveau, peut-on encore parler de l'Administration Territoriale et de la
entre bana et Batcha est de 15 km. Et litige entre les Groupements Décentralisation (MINATD) par le
la Commission ajoute que les Batcha Batchingou et Batcha ? Non, le litige secrétaire Général de la Présidence
ont délibérement ajouté 5 km à cette est définitivement clos et le Dossier de la République, lui demandant de
distance afin qu'elle atteigne la tran- classé. prendre des dispositions appropriées
chée qu'ils indique comme la limite Mais que constatons-nous, alors que le en vue de faire approuver, par toutes
entre les Groupements Batchingou et Groupement Batchingou attend serei- les parties, les termes de l'Arrête du
Batcha. Ils ont fait ainsi preuve de nement la matérialisation de ses fron- Premier Ministre, entérinant la déci-
mauvaise fois en essayant d'induire la tières avec le Groupement Batcha sur sion de la Commission Nationale com-
Commission provinciale en erreur. la base des indications contenues dans pétente du règlement du litige fronta-
5- Les levées topographiques et aut- l'Arrêté du Premier Ministre, notam- lier Batchingou - Batcha, " pour que
res documents dressés à l'époque ment en son Article 2, il est plutôt vic- force reste à la loi ".
coloniale et ersés au dossier illustrent time d'attaques par voie de médias, Sur ce, tout ce que Batchingou désire
de manière constante l'appartenance de destructions des plantations C'est de jouir librement et paisible-
de la zone au Groupement etbiens, provocations et agressions ment de ce qui lui appartient de
Batchingou. physiques, de la part de son voisin droit. Y faisant, l'Administration devra
Batcha, bien évidemment ! prendre toutes les dispositions néces-
UNE CONCLUSION SUR DES FAITS saires et urgentes pur préserver le
IRREFUTABLES AFIN QUE FORCE RESTE A LA LOI Groupement Batchingou des provoca-
tions, attaqueset agressions des
Sur la base de faits irréfutables sus
Nous tenons, à rappeler que la derniè- Batcha, " afin que force reste à la loi
indiqués, la Commission constate que
re décision en date concernant le liti- ". Et ce sera justice.
la limite entre les Groupements
Batchingou et Batcha et, partant,
entre les Départements, du Ndé et du
Haut-Nkam, est constituée per la
rivière Ndouk et elle décrit les Points
A, B, C, D et E de cette limite. Et
conformément à cette description, la
zone litigieuse qui comporte la mon-
tagne de 2 097 mètres d'altitude
appartient au Groupement
Batchingou, Cette décision a été
votée par 10 des 16 membres de la
Commission : il se dégage sur ce,
qu'exceptés les 5 membres représen-
tants le Groupement Batcha, au sein
de cette Commission, un seul des 11
autres membres s'est abstenu de
voter cette décision. C'est dire la per- L’athlétisme, l’une des attractions du FECUGA
tinence de la décision rendue à ce
17
DOSSIER

Conflit frontalier Batchingou - Batcha RV IEW EX CLUSIVE


INTE

Les quatre vérités du Roi des Batchingou


Sa majesté NANA André Flaubert
Depuis la reprise des attaques par les Batcha, tant sur le terrain que dans les medias, le Roi des Batchingou a enfin
accepté, pour les populations de son Groupement, de se confier à nous et de donner ses quatre vérités sur cete affaire
qui n’a que trop duré, mais dont l’épilogue est signé aujourd’hui par la Présidence.

tête des Batchingou, je constate beaucoup de désordre dans


l'occupation des territoires, et je décide d'y mettre fin. Les
Batcha protestent, et au lieu d'un règlement diplomatique et
pacifique, retour à leurs vieilles habitudes, ils commencent les
agressions, les destructions de nos ressources agricoles, etc.
J'ai essayé de gérer la situation par le dialogue et la concerta-
tion, mais avec en face un homme comme NANA Emmanuel,
bien connu pour avoir provoqué le désordre, rien de bon ne
pouvait aboutir, d'autant plus que le Chef Batcha, pour des
intérêts certains, en a fait un Chef de 3e Degré au village
Ndouk où il n'a aucun repère familial. M. NANA a commencé à
agresser les populations, histoire de les mettre sur le dos du
Chef Batchingou que je suis. Malheureusement, il a échoué
dans ses manœuvres.

En 2014 ce conflit a pris des proportions très grandes,


malgré la décision du Président de la République en
faveur du Groupement Batchingou. Comment expliquez-
vous cela, et quelle a été votre politique dans la résolution
de ce conflit ?
Nous avons toujours été des hommes et femmes pacifiques, et
nous nous sommes toujours appuyé sur l’administration pour
Sa Majesté, le conflit frontalier entre les Groupements avoir une solution définitive sur le sujet. Celle-ci a arbitré le
Batchingou et Batcha a été au cœur de l'actualité nationa- conflit, jusqu’au niveau présidentiel. Et malgré cela, nos frères
le. Au-delà du verdict favorable au Groupement voisins ont continué à contester la sentence qui n’avait plus de
Batchingou, quels sont vos sentiments par rapport à cette recours, et de manière violente, au point qu’il y a eu mort
situation qui a causé beaucoup de dégâts dans votre ter- d’homme. Ils ont minimisé le gouvernement, et la terre a donné
ritoire administratif ? son verdict toujours contre eux.
Mes sentiments sont regrettables par rapport à mon frère, par L’opinion a appris que le Chef Batchingou avait été incarcéré,
rapport au village frère, voisin des Batchingou. Ils ont voulu mais c’est parce que mon administration m’a protégé contre
faire croire que les Batchingou n'étaient pas chez eux dans la ceux-là qui voulait aute chose, et surtout parce que notre
zone querellée, et malgré la position de l'administration, et aggresseur direct portait le même nom que moi, au point qu’il
même de la Présidence sur ce conflit qui concerne deux villa- y a eu confusion sur la personne, surtout aussi que le Chef
ges, un collègue Chef a continué à monter sa population, à Batcha l’avait nommé abusivement Chef de 3e dégré de
monter sa jeunesse pour que ce genre de conflit perdure. Je Ndouk, sur mon territoire. Et lorsqu’on parlait de Sa Majesté,
me suis demandé si nous étions dans une République, si les on croyait que c’était moi. Et la vérité a fini par triompher.
gens respectaient les institutions.
Aujourd'hui que la solution à ce conflit est définitive, quel
Si l'on revient à la genèse, ce conflit date de 1984, alors message à l'endroit des populations de votre
que vous n'aviez que 22 ans et 2 ans de règne. Comment Groupement ?
aviez-vous apprécié cette situation à l'époque ? La jeunesse de Batchingou est très travailleuse. Pour preuve,
C'est en 1984 que j'ai fait ressortir publiquement ce conflit, car tous ces produits vivriers qu’elle produit et qui alimentent le
il ne date pas seulement du Chef Batcha actuel, puisque son Ndé. Personnellement, je les encourage à continuer à travailler
père avait enlevé le mien au lakam, ainsi que plusieurs Chefs durement et pacifiquement pour le développement du
du Ndé pour les enfermer à Batcha. Ce qui veut dire qu'ils Groupement Batchingou. Notre village a déjà été récompensé
avaient depuis longtemps des idées d'hégémonie. A l'époque, par les autorités pour son dynamisme agricole et culturel, et le
nos parents avaient dû sortir nos populations des quartiers Ministre Clobert Tchatat a même été chez nous pour encoura-
Ndouk et Toungweu, pour les caser au niveau du carrefour ger notre jeunesse. Il est question que nous restions au som-
Batchingou, afin qu'elles soient protégées des diverses agres- met de la pyramide. Je demande à nos jeunes et élites d’aimer
sions parfois mortelles, par les autorités. Quand j'arrive à la leur village, d’aimer leur chefferie.
18
Des triporteurs de qualité pour un transport assuré
Distributeur Exclusif : Situé au Marché Nkololoun - Tél. : 677 11 20 25

PARAMED Sarl
Importation et distribution des équipements
et consommables des Hôpitaux et réactifs
des Laboratoires d’analyses médicales
Contacts :
Tél. : 677 64 40 05 - 699 25 23 61 - email : sagaparamed@yahoo.fr

19