Vous êtes sur la page 1sur 17

République du Bénin

PROJET 00074252
PROGRAMME INTEGRE D’ADAPTATION POUR LA LUTTE CONTRE LES EFFETS NEFASTES
DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR LA PRODUCTION AGRICOLE ET LA SECURITE
ALIMENTAIRE AU BENIN (PANA 1)

Manuel de l’apprenant

Juin 2013

1
Ce Manuel de l’apprenant, destiné aux participants de la première session de formation
sur la pisciculture en cage à Adamé, Hounmey et Ouèdo Wô est extrait de ''MODULES
DE FORMATION SUR LA PISCICULTURE ET LA PECHE'' manuel de l’apprenant,
élaboré à l’intention des bénéficiaires du Projet PANA1.

I. PROBLEME A RESOUDRE
Au Bénin, le secteur halieutique et ses activités connexes jouent un rôle important dans
la production et la croissance économique. Ils occupent 15% de la population active
totale et 25% de la population active du secteur agricole. Ils représentent plus de
300.000 emplois directs et indirects et assure une part non négligeable de la quantité
totale de protéines d’origine animale consommées.
La production halieutique nationale, soumise à des contraintes qui fragilisent et entravent
son augmentation, stagne depuis des années (2007 à 2011) à 39 000 tonnes en
moyenne par an alors que la consommation en produits halieutiques a dépassé les 113
000 tonnes par an soit un déficit d’environ 74 000 tonnes/an, comblé par l’importation de
poissons congelés1.
Au nombre de ces contraintes on peut citer :
- La dégradation des écosystèmes aquatiques due à la déforestation, à la
destruction des frayères, au chauffement excessif des eaux, aux pratiques de
pêche prohibées et à l’accès libre aux ressources halieutiques.
- La surexploitation des plans d’eau : on dénombre environ 117 pêcheurs/km² au
Sud Bénin contre 12–13 pêcheurs/Km² généralement admis dans les milieux de
type lagunaire et/ou estuariens de l’Afrique de l’Ouest et du Golfe de Guinée2.
De plus, les écosystèmes halieutiques et les moyens d’existence fondés sur la pêche
subissent des variabilités climatiques, depuis les conditions météorologiques extrêmes,
(inondations et sécheresse) jusqu’au changement de la structure et de la productivité
des écosystèmes aquatiques, en passant par l’évolution de la composition et de
l’abondance des stocks halieutiques.

1 Directiondes Pêches, PROGRAMME DEVELOPPEMENT DE LA PECHE ET DE L’AQUACULTURE (version provisoire),


février 2013

2 Direction des Pêches, Rapport annuel 2012

2
De cette perturbation drastique du climat sur les activités de pêche, s’accentue la
raréfaction des captures de poissons ajoutée à la dégradation de la biodiversité
aquatique notamment dans les communes de : Sô-Ava, Bopa, Ouinhi et Adjohoun.
Face à cette situation les bénéficiaires ont souhaité une reconversion dans l’élevage de
poissons et une amélioration de la productivité naturelle des plans d’eau. Pour y
parvenir ; les actions suivantes sont retenues :
1. former les bénéficiaires sur l’élevage des poissons ;
2. sensibiliser les pêcheurs sur les techniques de pêche et former les communautés
à la base (pêcheurs, mareyeuses, autorités, responsables locaux, organisations
de la société civile, personnes intervenant indirectement dans les activités de la
pêche), sur les actions urgentes à mener pour un changement de comportement
en vue d’assurer la gestion durable des cours et plans d’eau.

3
FICHE TECHNIQUE I : CONSIDERATIONS GENERALES SUR LA
PISCICULTURE
Deux thèmes transversaux ont été développés ici. Il s’agit de l’importance de la
pisciculture et la description des espèces piscicoles vulgarisées aujourd’hui en
pisciculture au Bénin.
1.1. Importance de la pisciculture
La pisciculture est l'élevage du poisson pour la consommation ou pour la vente. Elle se
pratique en bassins, en étangs, en enclos, en cages, dans les aquariums … On fait la
pisciculture pour satisfaire les besoins des hommes en poisson. Les produits de la
pêche, les mauvaises pratiques aidant, n'arrivent plus à suffire pour couvrir les besoins
de la population grandissante d’où l’importance particulière de la pisciculture.
La pisciculture offre de nombreux avantages :
- Le poisson fournit des protéines animales de très bonne qualité pour la
consommation humaine.
- La pisciculture fournit un revenu supplémentaire à l’exploitation agricole
- La croissance des poissons peut être contrôlée : on élève uniquement les
poissons que l’on choisit.
- Les poissons produits en pisciculture appartiennent au propriétaire ; ils sont
protégés et peuvent être récoltés à volonté. Les poissons en eau libre peuvent
être pêchés par tout le monde.
- L’utilisation des terres est plus efficace. Une terre marginale, par exemple trop
pauvre ou trop coûteuse à drainer pour l’agriculture, pourra être consacrée avec
profit à la pisciculture, à condition d’être convenablement préparée.

4
Figure 1: Avantage de la pisciculture

1.1. Les espèces élevées en pisciculture


Deux espèces sont aujourd’hui vulgarisées en pisciculture. Il s’agit de Oreochromis
niloticus (Tilapia du Nil, Wè, Akpavi, Kpavi etc.) et du Clarias gariepinus (poisson-chat
africain, silure noir, Aboli, Asson, etc.) qui sont toutes des espèces d’eau douce.

Tilapia du Nil Poisson-chat africain


Caractéristiques morphologiques
Tête avec une narine de chaque côté, Tête osseuse, aplatie vers l’avant à
présence d’opercule surface rugueuse, présence d’opercule
Pas de barbillons Présences de 4 paires de barbillons
Pas d’organe respiratoire accessoire Présence d’organe respiratoire accessoire
Corps comprimé recouverte d’écailles et Corps allongé recouverte d’une peau sans
de mucus. écaille et couverte de mucus
Nageoire dorsale formée d'une seule pièce Une nageoire dorsale rayonnée
comprend une partie épineuse (±17
épines) et une partie molle (±13 rayons
souples)

5
Régime alimentaire
Microphage et planctophage Omnivore à tendance carnivore
(phytoplancton, algue, zooplancton…)
Accepte aliments artificiels ainsi que vers, Accepte aliments artificiels ainsi que vers,
asticots … asticots …
Exigence en protéine moyenne Exigence en protéine élevée

Reproduction
Très prolifique même en milieu contrôlé, Reproduction en milieu naturel
confection de nid, incubation buccale par saisonnière, ponte sur substrats, pas de
la femelle, garde parentale. Sa prolificité garde parentale.
peut devenir un handicape en élevage.
Reproduction naturelle en milieu contrôlé
difficile, la production massive d’alevins se
fait par reproduction artificielle.
Tableau 1 : Comparaison entre tilapia du Nil et poissons -chat africain

La fiche technique II, relative à : PRODUCTION D’ALEVINS DE TILAPIA DU NIL


(Oreochromis niloticus) ne sera pas présentée au cours de cette session de
formation.

6
FICHE TECHNIQUE III : PRODUCTION DE POISSONS MARCHANDS EN
PISCICULTURE

A. Objectifs poursuivis et groupes cibles


Objectif global
Promouvoir la pratique de pisciculture afin d’améliorer la sécurité alimentaire dans les
Communes de Sô Ava, Ouinhi, Bopa et Adjohoun.

Objectifs spécifiques
- Former les pisciculteurs sur la production de poissons marchands en étangs,
cages flottantes, bassins et bacs hors sol ;
- Amener les pisciculteurs à produire du poisson marchand.

B. Choix et exigences de la technologie


La production de poissons marchands peut se faire dans des étangs, cages flottantes,
happas, bassins, bacs hors sols … Le choix de l’infrastructure de production dépend des
caractéristiques du milieu. Les contraintes techniques et financières sont aussi à prendre
en compte.

Cette fiche sur la production de poissons marchands


comprend 3 modules, mais seul le module 2 qui décrit
le grossissement en cages flottantes sera présenté au
cours de cette session de formation.

7
Module 2 : Production en cage flottante et enclos

La pisciculture en cage ou en enclos peut est une alternative là où la construction des


étangs n’est pas possible. C’est une forme de pisciculture intensive qui peut procurer
une rentrée de recettes pour les pêcheurs reconvertis en pisciculteurs
La pisciculture en cage et en enclos est tributaire des ressources naturelles en eau, en
semence et en aliments. Elle est une activité qui exige une compétence considérable et
une faculté d’adaptation au niveau de la ferme. La conception et la construction des
cages et enclos sont aussi des questions cruciales. Elles doivent tenir compte des
conditions locales (vent, vagues et prédateurs) et des possibilités d’utiliser des matériaux
locaux. La connaissance du marché et l’exploitation des avantages comparatifs sont
aussi indispensables à la réussite.

2.1. Comment appliquer la technologie


2.1.1. Les cages flottantes
Une Cage flottante est une poche de filet supportée par une structure flottante.

Photo 1: cages flottantes

8
Photo 2: cages flottantes

2.1.1.1. Le choix du site


Pour trouver le meilleur emplacement pour les cages, il faut rechercher :
- de l'eau de bonne qualité dans un cours d'eau, une rivière, un lac, un réservoir
- une eau suffisamment profonde : il doit y avoir au moins 50 cm d'eau sous la
cage
- un courant modéré
- un endroit abrité des vents forts

2.1.1.2. Caractéristiques de l’infrastructure


 Dimension : très variable de un à plusieurs dizaines de mètre cube ; les cages
récemment installés au Bénin ont un volume utile de 24m3.
 Période d’exploitation : En toute période de l’année mais renforcer les supports
en période de crue.
 Positionnement : Période de basses eaux (permet recherche zone profonde)
 Matériaux de construction : Planche, tuyaux galvanisés, vivier en filet
synthétique, pointe, bâche, barre de fer plate, vis, tuyaux PVC, fil, bidon
 Alimentation en eau : Directement par le plan d’eau
 Vidange : Impossible

9
2.1.2. Conduite de l’élevage en cage flottante
2.1.2.1. Espèces à élever
Les espèces utilisées ou présentant un intérêt d’élevage en cage sont le Clarias et le
Tilapia dont le monosexe est plus recommandé.

2.1.2.2. Approvisionnement en alevins


La réussite de votre élevage est liée à la qualité des alevins. Approvisionnez-vous
toujours chez des fournisseurs alevins reconnus. Votre technicien en aquaculture vous
donnera la liste des producteurs d’alevins de clarias et de mono sexe mâle de tilapia les
plus proches de vous.

2.1.2.3. Densité de mise en charge


Il est recommandé une mise en charge avec 100 à 150 alevins de 20 à 30 grammes/m3.
La densité est conditionnée par le taux d’oxygène dissous qui peut être grandement
augmenté par une bonne circulation de l’eau.

2.1.2.4. Dispositions à prendre avant d’accueillir les poissons dans les cages
flottantes
 S’assurer de la qualité de l’eau du plan qui doit être :
o Fraîche ;
o Suffisamment oxygénée ;
o Ph entre 7 et 8 ;

10
o Salinité convenable à l’espèce ;
o Transparence de 25 à 30 cm.
 S’assurer de la qualité du poisson à élever (s’approvisionner dans un centre
d’alevinage reconnu)
 S’assurer de la disponibilité en aliments

2.1.2.5. Transfert des poissons et la mise en charge


Il est préférable de transporter les alevins sous oxygène quand cela est possible. Le
moyen de transport le plus pratique est la voiture (à trois ou quatre roues).
Pour cela :
- Débarrasser le moyen de transport de tout objet tranchant ou pointu pouvant
percer les colis
- Charger bien les colis pour éviter qu’ils ne s’affaissent
- Rouler doucement pour éviter le ballottement des colis
- A destination, déposer les colis dans l’eau des étangs d’accueil pour
homogénéiser la température en vue d’une adaptation au nouveau milieu pendant
quelques minutes
- Détacher et admettre doucement l’eau des étangs d’accueil dans le sac plastique
- Ouvrir le sac et laisser les poissons s’échapper
- Nourrir après le déversement des poissons dans leur nouvel habitat.

11
Figure 2 : Transport des jeunes poissons en sacs de plastique.
Source : adaptée de LACROIX, E. 2004
Légende
A: Alevins sous oxygène

B et C : Charger bien les colis pour éviter qu’ils ne s’affaissent

D: A destination, déposer les colis dans l’eau des étangs d’accueil pour
homogénéiser la température en vue d’une adaptation au nouveau milieu
pendant quelques minutes

E: Détacher et admettre doucement l’eau des étangs d’accueil dans le sac


plastique puis ouvrir le sac et laisser les poissons s’échapper

12
Photo 3: Mise en eau des alevins
Au cas où c’est sur le même site ou un site pas très éloigné, de petites quantités
peuvent être transportées par seau ou bidon coupé.

Figure 3 : Mise en eau des alevins


Source : LACROIX, E. 2004

2.1.2.6. Nourrissage des poissons


L’alimentation artificielle (provende) constitue la principale source nutritive des poissons
élevés en cage et en enclos à des densités relativement élevées. La meilleure
présentation des aliments est la forme granulé et peuvent être simples ou flottants :

13
- les aliments importés (Coppens, skretting, MultiFeed, Raanan fish feed …) : coût
élevé et pas toujours disponible, flottants ;
- les granulés fabriqués localement qui sont un mélange des sous produits
agricoles, agro-industriels et de transformation agro-artisanale. Il est important
d’avoir une formule alimentaire adéquate pour de bonne croissance.
Généralement ils ne flottent pas.

Photo 4 : skretting (taille 2,5mm) Photo 5 : Coppens (taille 4mm)

Photo 6 : granulés fabriqués localement


La quantité d’aliment distribuée par jour doit tenir compte du poids moyen des poissons
et de la biomasse présente :
- Poisson de 11 à 25g : 10 à 12% de la biomasse
- Poisson de 26 à 100g : 6 à 10% de la biomasse
- Poisson de 101g à 250g : 3 à 5% de la biomasse
- Poisson de plus de 250g : 1 à 2% de la biomasse
Deux à trois services sont effectués par jour (1/2 de la ration journalière/service si c’est
deux services et 1/3 par service si c’est trois). Il faut nourrir les poissons chaque fois en
faisant dos à la direction du vent. Attirer les poissons en tapant les mains, une casserole
et en portant un vêtement de même couleur toutes les fois pour créer un reflexe.
Distribuer très lentement pour éviter les pertes.

14
NB : Ne jamais user de ces méthodes d’attraction pour pêcher les poissons

2.1.3. Les différentes pêches


Pêche de contrôle : Elle s’opère chaque mois après la mise en charge .Il faut prélever 3
à 10% du nombre de poisson, peser et apprécier la croissance, procéder au
réajustement de la ration et corriger les insuffisances éventuelles en prenant des
dispositions supplémentaires en vue d’améliorer les conditions d’élevage.
Récolte partielle : 3 mois après la mise en charge si vous le désirez vous pouvez
commencer à pêcher partiellement le poisson en utilisant le matériel approprié de pêche.
Avec la pêche partielle, la croissance du reste des poissons sera plus rapide. Le milieu
est moins confiné et les conditions de vie des poissons s’améliorent.
Récolte totale : Quand la plupart des poissons grandissent et atteignent la taille
moyenne attendue (250g à 500g) après (4 à 7 mois) d’élevage, on procède à la récolte.

Photo 7 :Epuisette pour la pêche dans les cages flottantes


2.1.4. Entretien des cages
- Débarrasser les alentours du dispositif des végétaux aquatiques
- Maintenir les treillis en filet ou en grillage propre et en bon état afin de réduire
autant que possible les pertes en poissons et d’optimiser la production
- Nettoyer périodiquement les parois des cages et enclos car celles-ci peuvent
devenir le support d’épaisse couches biologiques (algues, moules, débris
végétaux, etc.) qui réduisent les vides dans les mailles et freinent les échanges
d’eau et en même temps l’oxygène dissous.

15
- Contrôler régulièrement l’état des filets et si vous découvrez des endroits par où
les poissons peuvent s'échapper, réparez-les immédiatement
- Vérifiez régulièrement que la clôture est bien enterrée dans le fond de l'enclos.
- Remplacer automatiquement les bidons/flotteurs défectueux des cages
- Immobiliser solidement la cage à un support
- Revoir l’installation après chaque cycle de production

2.2. Avantages et limites


Les avantages de la production des poissons en cages sont nombreux, principalement si
l’on considère que cette méthode peut être utilisée sans aménagement spécial dans la
plupart des plans d’eau :
- la technique est valable pour les lacs des barrages, lacs naturels, lagunes, cours
d’eau. Les investissements de départ par rapport aux densités de mise en charge
sont relativement faibles ;
- la souplesse d’exploitation est extrême, la récolte s’effectue en soulevant la cage
ou le filet et permet une parfaite adaptation de la production à la
commercialisation ;
- de très fortes densités de mise en charge combinées à une alimentation
équilibrée et intensive en milieu restreint augmentent le taux de croissance et la
production ;
- il y a une réduction de la durée d’élevage ;
- la reproduction intempestive des Tilapias est supprimée.
Mais bien que cette technique présente de nombreux avantages, elle possède
quelques inconvénients importants qui méritent d’être signalés :
- dépendance absolue d’une alimentation artificielle de haute qualité, bien
équilibrée et qui coûte chère ;
- durée de vie des cages relativement courte à cause de la durée de vie des
matériaux de construction en milieu aquatique ;
- augmentation de la possibilité de déficience du taux d’oxygène dissous ;
- augmentation des risques de vol.

16
2.3. Conseils importants à retenir
Si vous voulez produire du tilapia de 250g et plus il est fortement recommandé d’utiliser
des alevins monosexes mâles dont la croissance est 40% supérieur aux alevins mixtes.
Une attention particulière doit être accordée au transport et à la manipulation des alevins
afin d’éviter les mortalités.

17