Vous êtes sur la page 1sur 1

Notice historique

L’Ordre "Maçonnique" de la Croix Rouge de Constantin aurait été initialement établi au


Royaume Uni par Charles Shirreff vers les années 1780. En 1804 il fut réorganisé par Waller
Rodwell Wright, l'un des signataires de l'Acte d'Union de 1813 au nom de la G.L. des Modernes.
Durant les cinquante années suivantes l'Ordre aurait été peu actif, mais le Grand Conclave
Impérial « convoqué à nouveau » en 1865 élit William Henry White, ancien Grand Secrétaire
(1810-1857) de la G.L.U. d'Angleterre, comme Grand Souverain qui fut dûment installé sur le
Trône.
Depuis 1865 l'activité a été régulière et continue et des Grand Conclaves Impériaux furent
constitués par l'Angleterre dans le monde anglophone. Le titre initial de "Ordre Impérial,
Ecclésiastique et Militaire de la Croix Rouge de Rome et de Constantin" indique bien son cadre
rituel en trois grades de : "Prince, Prêtre et Chevalier".
Coins Flavius Valerius Aurelius Claudius Constantinus, ou Constantin le Grand [280/288 ? -
337 était le fils de Flavius Valerius Constatants (Morus, ou Constance 1er Chlore (= pâle) [? -
306] et de Flavia Julia Helena, Hélène soi-disant princesse britannique, née en fait en Bithynie
d'une très humble famille. Constantin est né à Nish en Serbie et non à York comme le veut la
légende, où naquit et mourut son père. Devenu gouverneur des Gaules et de (Grande) Bretagne
après son père, qui le nomma « caesar » sur son lit de mort, il fut proclamé « auguste » par les
légions romaines à Eburacum (York) à l'été 306 puis, par la défaite de Maxence à la bataille de
Saxa Rubra, au Pont Milvius près de Rome en 312, il affermit sa position et fut accepté par le
Sénat comme empereur légitime. En 323 il défit Licinius à Andrinople près de Byzance et se
rendit maître de l'empire d'Orient, devenant ainsi Empereur d'Orient et d'Occident. En 330 il
transférait la capitale de l'empire de Rome à Byzance qu'il avait fait magnifiquement
reconstruire, alors rebaptisée Constantinople.
Constantin fut le premier empereur romain à encourager ouvertement le Christianisme, mais des
arguments contradictoires ont été avancés quant à la date de sa conversion effective, relatée dans
la légende de la fondation de l'Ordre de la Croix Rouge. Quoi qu'il en soit il convoqua et présida
le premier Concile de Nicée en 325.
Deux évêques, contemporains de Constantin, se nommèrent Eusèbe, et on ne sait pas avec
certitude lequel des deux est traditionnellement associé à la fondation de l'Ordre.
Eusèbe de Nicomédie (mort vers 342) fut l'un des promoteurs de l'hérésie arienne, cc qui lui
valut l'exil. Il revint néanmoins en grâce et une tradition rapporte que ce fut lui qui baptisa
l'empereur.
Eusèbe « Pamphile » (circa 270-339), évêque de Césarée en 313, fut le "Père" de l'histoire
ecclésiastique. Il joua un rôle important au Concile de Nicée, réuni par Constantin en 325, au
cours duquel l'hérésie arienne fut condamnée et le Credo ou Symbole de Nicée promulgué. Son
assentiment au texte du Credo fut forcé, car lui aussi avait des sympathies pour les doctrines de
l'Arianisme, ce qui lui valut d'être en disgrâce pendant quelques années. Tel l'autre Eusèbe, il se
réconcilia avec Constantin dont on rapporte qu'il lui fit part de sa vision de la Croix et lui montra
le Labarum