Vous êtes sur la page 1sur 1

« Des cannibales », « Des coches » / Etude transversale / Un réquisitoire contre les Européens

Si Montaigne entreprend l’éloge du « nouveau monde », c’est surtout, comme bien d’autres humanistes de la Renaissance,
pour mieux réfléchir sur l’« ancien monde », l’Europe. Le premier est dit «  sauvage » face au second qui serait, lui, « civilisé ».
Or, dès le début du chapitre « Des Cannibales », il s’attache à contester ce jugement : « chacun appelle barbarie ce qui n'est pas
de son usage ; comme de vrai, il semble que nous n'avons autre mire de la vérité et de la raison que l'exemple et idée des
opinions et usances du pays où nous sommes. Là est toujours la parfaite religion, la parfaite organisation politique), parfait et
accompli usage de toutes choses. » Pour prouver qu’il s’agit là d’un préjugé, que « barbarie » et « civilisation » sont des termes
relatifs à nos propres coutumes, Montaigne dresse un réquisitoire sévère contre les Européens.

I/ Un matérialisme effréné
Ce reproche mérite d’être placé en tête du réquisitoire, car il est, aux yeux de Montaigne, la source de tous les défauts des
Européens.
« Des cannibales »
 Page 15, de «  C’est une nation… » (l173) à « …cette perfection ? » (l185) : Montaigne décrit ici ce qui n’existe pas chez
les Toupinambas. Parmi tous les éléments qu’il met en avant, relevez ceux qui font référence à l’argent.
 Page 32, Montaigne raconte l’anecdote des trois Indiens venus à Rouen. Quelle est la conséquence de cette avidité des
Européens sur la société ? Relevez le passage qui montre que les Indiens sont frappés par l’état de la société française.
« Des coches »
 Dans ce chapitre, Montaigne montre que la pire conséquence de ce matérialisme sans limites est qu’il est la première
cause des guerres. Relevez page 58 le passage qui exprime cette idée avec force.
 Des pages 59 à 61, le mot « or » revient de manière récurrente. Combien de fois relevez-vous ce mot ? Quels sont les
trois épisodes de la conquête du Nouveau Monde par les Espagnols qui sont racontés dans ces pages ?
 Page 63, relevez le passage où Montaigne montre que pour cette cupidité, les Européens ont été punis d’un châtiment
divin.

II/ La corruption morale


« Des Cannibales »
 Pages 13-14 (l119-164), Montaigne compare toutes les qualités qu’il prête aux peuples indigènes dans leur état de
« nature » à l’ « artifice » du mode de vie européen. Relevez dans ces lignes le champ lexical de la corruption.
« Des coches »
 Quelles sont les différentes raisons que Montaigne met en avant pour expliquer la victoire facile des Européens sur les
peuples du Nouveau Monde ? Pour répondre, vous pouvez vous appuyer sur les pages 57, 59, 60, 61, 63 et 64.

III/ Une barbarie cruelle


« Des cannibales »
 Page 23 (l269)à 26 (l327), Montaigne compare le rituel cannibale, considéré comme barbare par les Européens, aux
actes de barbarie commis par les Européens. Quels exemples de barbarie européens dénonce-t-il ?
« Des coches »
 Dans ce chapitre, Montaigne les tortures gratuites des rois du Pérou et de mexico évoquée dans le paragraphe
précédent (la corruption morale) ; quel autre exemple p62 donne-t-il de la barbarie des conquérants européens ?

Théodore de Bry, Christophe Colomb débarque à Hispaniola, gravure, XVIème s., BnF

Vous aimerez peut-être aussi