Vous êtes sur la page 1sur 7

RELATION PROTHESE-PARODONTE

I- Introduction :
La thérapeutique prothétique offre un choix très varié entres une multitude de procédés ayant
chacun ses points forts et ses points faibles mais le point commun entre eux c'est leur relation
très étroite avec le parodonte. Ainsi parfois c'est le contexte parodontal qui décide du choix
thérapeutique prothétique et les précautions à prendre en considération lors de la confection de
la prothèse.

II- Définitions :
La restauration prothétique est un dispositif de substitution de l'organe dentaire, peut être fixe
ou amovible, unitaire ou plurale, et qui doit respecter l'intégrité du parodonte.

On distingue ;
- la prothèse amovible : la prothèse partielle acrylique (appuis dento-ostéo-muqueux) totale
acrylique (appuis ostéo-muqueux) et la prothèse partielle adjointe coulée (appuis dento-ostéo-
muqueux)
- la prothèse conjointe ou fixe : elle peut être unitaire ou plurale, sellée ou collée.

III- Examen clinique pré-prothétique :


Cet examen doit conduire le praticien à déterminer non seulement si le parodonte est sain ou
malade, mais aussi s'il est apte de résister aux effets de la prothèse après ou même pendant sa
réalisation.

1- Evaluation de la santé parodontale :


On fait une évaluation détaillée sur l'état de santé parodontale, la qualité de la gencive
attachée et de la trabéculation osseuse.

2- Examen des dents piliers :


- Les dents piliers sont-elles pulpées ou dépulpée ?
- Les dents piliers présentent-elles un support parodontal réduit ?
- Les dents piliers offrent-elles suffisamment de rétention ?
- Les dents piliers sont-elles en nombre suffisant pour faire de la prothèse fixée ?
- Les dents piliers sont-elles en mal position ?

IV- Thérapeutique parodontale pré-prothetique :


Cette préparation s'inscrit dans le cadre d'un plan de traitement parodontal complet et est
destinée à rétablir la santé parodontale avant la réalisation prothétique.
1- Thérapeutique initiale :
2- Réévaluation :
3- thérapeutique corrective :
a- Traitement de la poche parodontale : chirurgical ou non chirurgical

b- Traitement pré-prothetique spécifique :


→ Traitement chirurgical des hyperplasies gingivales

Relation prothése-parodonte 1
→ Elongation coronaire : acte visant à aménager les tissus parodontaux autour des dents pour
augmenter la hauteur coronaire, pour améliorer la rétention, tout en respectant ou en recréant
l'espace biologique.
→ Traitement des récessions :
→ Augmentation de la hauteur de la gencive attachée :
→ Alignement du feston gingival :
→ Freinectomie bridectomie :
→ Traitement des crêtes édentées :

V- Influence de l'état parodontal sur le traitement prothétique :


La thérapeutique prothétique ne peut être entreprise sur des dents souffrant d'une maladie
parodontale (parodontite ou même une simple gingivite) sous peine de complication et
l'accélération de cette maladie. De ce fait un assainissement parodontal est nécessaire avant tout
initiative de traitement prothétique.

VIII- Exigences biologiques parodontales lors de la reconstitution prothétique :


1- principes généraux :
- Protection et stimulation du parodonte marginal
- Les surfaces de contact- embrasures doivent :
 Permettre la stabilité dentaire
 Éviter le tassement alimentaire et protéger les papilles gingivales
 Favoriser la phonation et l'esthétique

- les forces doivent êtres dirigées dans l'axe longitudinal des dents

2- Impératifs a respecté lors d'une confection de prothèse fixée :


 Économiser les tissus dentino-pulpaires
 Établir des lignes de définition précises, respectueuses de la santé parodontale et compatible
avec les impératifs esthétiques

a- Les limites cervicales :


→ Définition :
La limite cervicale d'une dent est le lien d'intégration biologique, physiologique et esthétique
ou sera signé par le praticien le succée ou l'échec d'une restauration prothétique

→ Localisations des limites :


● Limite supra et para-gingivale :
De point de vue parodontal c'es la meilleure localisation des limites cervicales
- Technique et contrôle de taille beaucoup plus aisée
- Empreinte facile, vérification précise de l'adaptation finale
- Contrôle aisé de fusé du ciment de scellement

● Limite sous gingivale :


Limite si elle est mal contrôlée favorisera l'inflammation gingivale et l’agression de l'espace
biologique.
 Défaut de polissage des bords, et aux porosités des matériaux prothétiques
 La rugosité et aux lacunes de l'interface dent prothèse

Relation prothése-parodonte 2
 La profondeur des limites et à leur inaccessibilité au brossage
 L’irritation chronique de l'espace biologique

Ces éléments nous conduisent à recommander :


 Que la préparation doit se faire dans un sulcus sain
 De ne pas placer le bord prothétique très profondément dans le sulcus de manière à la
rendre inaccessible aux moyens de control de plaque

b- Les embrasures :
- Protégent la gencive du tassement alimentaire
- La papille inter dentaire ne doit jamais être comprimée
- Le contrôle de la PB peut se réaliser à l'aide du fil de soie ou d'une bossette inter dentaire.
c- Prothèse transitoire :
Vis à vis du parodonte, la prothèse transitoire a plusieurs fonctions :
 Elle facilite la cicatrisation des tissus parodontaux agressés lors de la préparation dentaire
 Elle permet de contrôler la stabilité du parodonte marginal avant de réaliser la prothèse
permanente

e- Lors de l'empreinte :
L'empreinte est l'étape essentielle, qui permet la transcription des données cliniques en
bouches, sous une forme utilisable au laboratoire pour la réalisation des reconstitutions
prothétiques
Cette étape peut avoir des conséquences sur la relation prothèse parodonte soit en
occasionnant des lésions parodontales pondant la réalisation de l'empreinte ce qui peut modifier
le rapport "de la prothèse" après la cicatrisation
Pour limiter ce risque, il faut choisir la technique d'empreinte la mieux adaptée à la situation
clinique, présentant des caractères de précision, de fidélité, de sensibilité aux fluides et de
compressibilité

f- Essayage de l'armature :
En ce qui concerne le parodonte, les essais cliniques permettent de contrôler plusieurs
éléments
 La précision de l'assise des bords des armatures sur les limites de préparation
 L'absence de compression de la GM par le contrôle de l'armature
 Le respect des embrasures

g- Le scellement :
Deux grandes règles à respecter peuvent être énoncé :
 Obtenir un joint de ciment de scellement le plus fin possible
 Ne pas laisser de débris de ciment dans le sulcus

h- L'occlusion :
L'anatomie de la face occlusale doit présenter des crêtes marginales et des fosses
d'échappement bien dessinées de façon à empêcher la rétention alimentaire en inter proximal
Des rapports occlusaux corrects sont plus importants que larges de la table occlusale pour
l'obtention des forces occlusales physiologiques

Relation prothése-parodonte 3
3- Les impératifs à respecter lors de la confection d'une prothèse amovible :
- Du point de vue parodontale, la prothèse fixée est la restauration de choix, mais une prothèse
partielle amovible est aussi efficace son utilité dans le traitement locale des problèmes
parodontaux ne doit pas être minimisé
- Les complications parodontales d'une prothèse partielle amovible doivent être connus à fin
qu'elle soit bénéfique au parodonte et qu'elle ne provoque ni destruction parodontale, ni
mobilité dentaire.

a- Conception du châssis :
Le châssis est une partie de la prothèse qui sert d'élément de liaison des différents constituants
de l'appareillage
 Conception du châssis au maxillaire supérieur : la zone gingivale marginale doit être dégagée
au niveau des canines et prémolaires d'au moins 05mm, cette espace doit être portée à 06mm au
niveau molaire

 Le décolletage au niveau mandibulaire est effectué de la même façon qu'au maxillaire


supérieur mais la particularité tient au choix entre bondeau plein ou une barre linguale
Il est impératif que la barre linguale se situe à 02 mm du jeu du frein lingual et de 04mm de la
gencive marginale

Le châssis doit respecter les différents tissus avec les quels il est en rapport il ne faut pas qu'il
ait des prolongements inter dentaire qui irritent la gencive marginale et conduisent à la rétention
alimentaire et la formation des poches parodontales

b- Les crochets :
Les crochets doivent être conçus de façon à être passif c'est-à-dire qu'ils ne doivent exercer
aucune pression ou tension sur les dents pilier quand la prothèse est au repos

c- Appuis occlusaux :
La forme des appuis occlusaux doit permettre de diriger les forces selon l'axe vertical de la
dent dans ce but l'appui est placé dans une préparation en forme de cuillère creusée dans les
dents piliers

d- Ajustement occlusal :
Consiste à établir des relations fonctionnelles favorables pour le parodonte, éliminer les
contacts prématurés et préserver la DVO

Pour obtenir la stabilité occlusale, il faut reconstituer les arcades jusqu'aux molaires en
respectant certains impératifs :
 Utilisation d'un articulateur est un facteur favorable
 Vérification de l'occlusion dynamique en bouche est impérative
 Il faut palier tout meulage de la restauration prothétique

4- Relation parodonte – prothèse implantaire :


a- Définition : l'implant est un élément naturel ou artificiel mis chirurgicalement à la place
d'une dent absente dans le but de supporter une prothèse, il est constitué d'une base (juxta ou
endo-osseuse) et d'un moignon émergeant dans la CB

Relation prothése-parodonte 4
b- Indications : les implants endo-osseuses peuvent être utilisés de deux manières différentes :
 Immédiatement après extraction
 Dans le segment édenté totalement cicatrisé

● Cas d’édentement total :


- Absence de stabilité de la prothèse adjointe totale
- Inconfort ou refus du port de la prothèse adjointe totale
- Crête inférieure absente, plate ou en lame du couteau

● Cas d’édentement partiel :


 Pilier distal de prothèse fixée (edentement unilatéral)
 Pilier intermédiaire pour bridge a long étendue
 Faible valeur des piliers dentaires résiduels
 Agénésies multiples
 Edentement unitaire

c- Contre indications :
 d'ordre local :
- Hygiène incorrecte
- Perturbation occlusal non corrigée
- Volume osseux insuffisant
- Manque de G.A au point d'émergence
 d'ordre général : qui risquent de perturber le bon déroulement de l’intervention et de la
cicatrisation

d- Relation prothèse-tissu peri-implantaire :


- L'épithélium de jonction : est anatomiquement de 2mm et histologiquement similaire à celui
d'une jonction gingivo-dentaire
- Il existe une interaction entre les cellules conjonctives et le dioxyde de titane présent en
surface des implants en titane
- Les fibres de collagènes cheminent parallèlement à la surface de l'implant, et
perpendiculairement à l'os alvéolaire pour se fixer au périoste (Berglundh et coll 1991)
- Le tissu conjonctif péri- implantaire est riche en collagène, mais pauvre en fibroblaste (1%),
ce qui traduit un renouvellement tissulaire réduit
- Les structures Vx deviennent de moins en moins fréquentes en partant de l'épithélium de
jonction pour aller vers la surface osseuse

Ces constatations démontrent que le tissu peri-implantaire est plutôt un tissu cicatriciel dont le
potentiel de réaction vis-à-vis d'une agression, en particulier bactérienne apparaît plus faible
que si c'est celui du tissu peri-dentaire

IX- Méfaits d'une prothèse mal ajustée sur le parodonte :


1-action irritative directe :
a- Sur la gencive attache épithéliale :
 Lésion par irritation mécanique : les endroits en relation avec la prothèse sont soumis à des
irritations de contact et de pression

Relation prothése-parodonte 5
Suivant la durée de l'irritation, ou peut avoir des réactions inflammatoire d'une simple rougeur
localisée à une érosion superficielle ou alors formation d'ulcération

 Lors de la préparation d'une dent : lorsque les restaurations sont forcées dans le tissu
gingival au delà de l'attache épithéliale, elles détruisent la forme gingivale en compriment la
papille qui va être à l’ origine d'une lésion de septum inter dentaire

 Lésion muqueuse par intolérance aux matériaux utilisés

b- Sur le desmodonte :
Ces méfaits apparairent surtout au moment des techniques opératoire
Exp : - l'utilisation des moyens mécaniques (ajustage des bagues des coiffe à empreinte) ou
chimique pour rétracter la gencive risque de léser le desmodonte
- Un ciment de scellement trop liquide qui s'échappe entre la gencive et la dent va comprimer
le ligament et peut entraîner une ischémie desmodontale

c- Sur le cément : carie cémentaire conséquence d'une prothèse mal ajustée au niveau du
collet.

d- Sur l'os alvéolaire :


Lorsque la prothèse comprime l'espace inter dentaire, on assiste à un syndrome du septum
avec alvéolyse à ce niveau

2- Action irritative indirecte :


 Action des crochets : des crochets mal ajustés peuvent exercer des pressions sur la dent et
vont entraîner d'importante altération au niveau parodontal, voir même des malpositions –
dentaires (version)

 Une mauvaise évaluation verticale


DV : résorption accélérée des surfaces d'appui

DV : pose le plus de problèmes ; on assiste à un effacement de l'étage inférieur avec


prognathie due à l'excès de fermeture

La valeur fonctionnelle des muscles domine et les ATM entraînent un déséquilibre de l'ATM.

X- Maintenance :
Si la prothèse représente un élément important des thérapeutiques parodontales, il faut
admettre qu'elle réalise à différents niveaux une agression pour les tissus de soutien
Aussi tous les moyens doivent être mis en œuvre pour limiter les effets iatrogènes dans le
temps

 Enseignement et contrôle de l'hygiène


 Nettoyage et désinfection de la prothèse
 Visites périodiques pour des séances de détartrage + polissage
 Contrôle de l'occlusion et de la DV

XI- Conclusion :
Relation prothése-parodonte 6
Les restaurations dentaires et la santé parodontales sont étroitement liées : la santé
parodontale est nécessaire à la fonction correcte de toute les restaurations, et les stimulations
fonctionnelle fournies par les restaurations dentaires est essentielle a la préservation du
parodonte.

Relation prothése-parodonte 7