Vous êtes sur la page 1sur 4

l~ppelé l'éq~lvalence du titr•&e.

fymplt : On rbllse le titrage d'une 10lution A, de concentralion lnCOMue C. et de volume v., par une solution 1,
de concentration connue c..
Soit v1 , le volume de solution 8 veisé et Vu, le volume de rhctlf titrant {solutJon 8) ver~ 1 l'équlwlence :
Pour V,< Vu : le réactif titrant est le 1é1ctlf limitant ;
Pour v, =v., :le réactll tlt11nt et le rêactif titré sont llmltants, Us ont été lntloduru dans des proportions
u œ chlométrlques. On Ht • l'êqulvalence ;
Pour v, >Vu : le réactif limitant est le réactlr lltré.

=> L' •qulvale nce corr11pond • un cllence me nt do réactlf llmltant.

.um,s 1 PMICIUl1I
(qu,oon ci. 11 ri-Ktlon 1uppott du 110111 • oA • bl ➔ c( ♦ dO
Avancement ,ljD)
fiat du &ylt•me {mol)
n(AJ n(I) nlCI
(lat lnll.lal .r. 0 n{Alo n(B}. 0 0
lqulvalence .r, n{A)0 - o.r, n(B)i - b.r, Cr, O.rr

À l'équlvalenœ, le réacttt titré et le réactif titrant sont llmiUnls, donc :


n( A) n(B)0
n(A)c - o.r, • O fT n{Bl, - b.r, • O o x, • -'-"'0 ET Zr•
b

b<rrollo => A l'équlvalence, 11 y a une relatlon entre la quantité ~ rn111,re de rhctlf


gmdutt • titré Initialement lrtrodult et la quantité de malllrt de réadll titrant wrst :
10luUon
titrant•
c, ,---"-
n(A ~
a
..............
n ( B).
b
,
Que l'on peul aussi écrire :
_ï' solutlon
béch« -~ ~ titre<
{C.. v.)
'"I c-,-:.,.v-.- _-c..,....:- .,.v.u,.-,j
• bontou
• oimantt Ainsi, on peut déterminer la c.oncentratlon de la solution titrée :

a
C,. • -xC1
x -·- V• •
b V,

Rcm,ra@s :
"' <or,npood au .r-., du llblHu d'avanc~m,n-c de 11 '*action support du mraae puisque cttte rhction M1
lolale tt univoque :
V" eil 1uisl appelé• volumo équlvalon1 •;
l• repérai• de l'tqulvalonce peul se faire de dt,erses manlt,r, : la plus simple consiste i ullllser un
Indicateur do fin de rtacdon (un chancemen1 de ielnte du mf lange rtactlonnel, la me suro d'une 1r,ndeur
physlco-chlmlquo, olc.).
l§ûïn~
À l'fqulvalence, on a : n(Ho-1,..,. • n(AHlo

La réaction étant totale, li l'équivalence les espèces AH et HO- ont totaltment disparu. Donc I• iolutlon ne conlltnt
plus QU! la base con)uguée A- et H10 et le pH> 7.

lltm1rgu•: à la demH qulvalence, pour V., ""•-•m" = v, •• X v,, 11 • moitié de racide • • ré111 donc (AH! • {Al

IIACllfS 1 l'IIODUl1S
Equ.ltio"I d1 l.1 rtaulon luppor\ d\l Ulra1• • AHr-1 .. H0·1•• ➔ A-,. , ♦ H.O,.,
Av■-nt
t1111 du IYII~ n(AH) n(HOl n4Al n(MZO)
(mol)
t111 lnlt11I X•O n(AH)• n(HOl, 0 I
ttal lntermêdll lrt .r: n(AH)o- z njHOl, -.r .. I
tqulvalence .., njAHI, - .r:1 n(HOl, -.r, .., I
Oem1~qulv1lence z = ,'t,n n(AH)o- .rv, n(HOl,- Xrn ...,, I

• À l'êqul\lalence : n(AH), - .r, • O !I n(HOl, - .r, • O c:, x, • njAH), • n(HOl, => n(AH), • n(HOl<
• À 11 K êqulv1lenœ : V, • X V, ::, njHO. ), • X n(HOl, ::, n(AH), • X njAH)0 c:, n(AHI, - X,n • X n(AHI,
Or ...,, • n(A1. => n(AH), - n(A7. • x njAH), 0 n\Al, • n(AH). - x njAH)o • x njAH), • n(AHf.
Soit n(A-, • • n(AH). c:, (AH), . (A, .

Mals on sait que K, • [H,~1;f A ] _[ H,o·]1 donc, "• K •qulvlllence, le pH ut donné par: pk.,, • pK•.

2 3 I IJCOBC d'une b11,e tolblr Qjl[ LIOMldr fort


L'équation de 11 réaction support du titrage est :

A -lllll + H10 "1>q) -+ AH11ql + H10111

LI courbe de tltrta• 1 11 forme suivante :

pH
12
, 10
8 ntrage pH-métrique d'une solution
d'ammoniac \ammoniaque, NHJ
6 par l"ldde chlothydnque

2
V(ml )
00 ~ v. 10 15 20

ijulvllenëîïj
À l'équivalence, on a : n(H,07..,.. • n(Al.
La ri!actlon étant totale, ~ l'équivalence les espèces A- et H,o · ont totale=nt disparu. Donc la solution ne a,ntienl
plus que l'acide AH et H,O. Ain!i, pH< 7.
2.1. t gu1val.eoce d'vn tltragtt par pH•métm:

À l'équivalence, la quantité de matlère de l'espèce titrée et la quantité de maUère de l'espèa tltrinte ont été
mélangées et ont réagi daM les proportions stœchlométriques de l'équation de la réaction support du Ulnge,

➔ l'équivalence est repérée exphimentalement lorsqu'il se produit une brusque variation du pH, appelée• saut d•
pH •.

On peut déterminer eJ<périmentalement les coordonnées di point d'équiv.!lence sur la courbe de titrage par deu.
mi!thodes :

Mtthode des tangent($ : M~thode de la courbe dê!:lm :


pH dpH • f(V) •
dV1 '

pH•........................ f

V1 (mU
V, (ml)

IMl!ltlode des ll"Pntêsj


• On trace deux tangentes à la courbe pH• /(V.,. .,..,,. _,), parallèll!S et placées de part et d"a utre du point
d'lnfleJ<ion ;
• On trace une droite parallèle à ces deu• tangentes, équidistante de celles-cl,
➔ Cette demièfe droite coupe la courbe de titrage au point d'équivalence E, d 'abscisse v , et d'ordonnée pH,.

@ode de ta courbe tlHt-,ij


dpH
11 suffit de représenter, sur la courbe de titrage, la courbe - - = / ( V.. ) • l 'abscisse de l'extremum de cette
dV ----
courbe correspond au volume V1 de solution lltrante versée! l'équlvalenc.e.

2 2, !Urnes: d'unac,de faible DiJr une base; forte ,_. TP n~21


l'équation de la rbctlon support du titrage est :

AH(,ql + H0-1, 0 1 ➔ A-1"11 + H201e1


la courbe de titrage a la forme suivante :

pH
12
10
8 Titrage pH-mttrlque d'une solution
d'acide ascorbique (vita mine C)
6
par l'hydroxyde de sodium ( s ~ ..2.J

2
V (ml)
O+----r-f---.----,.- --.--'----+<
Q 8 1 16
2.4 Titrage d'un acide fort par une basr tort, (ou l'lnver~)
L'équation de la rhctlon support du tltr•&• est :

H10"1..,1 + H0-1,.1 ➔ 2 H20 tt1


Les courbes de lltrase ont les formes suivantes :

12 pH
..
Il ' ·t •
10 ,-- .
, ..-.
' ..
,
1,,
f
8
pli._
6 ,._T___
·-4
2
v.
0 . '
0 4 8 0 10 10 3G C> •(lat

nuage d'un oddt fort pa1 une bost /arr, Tltr09• d'llflt ba~fortt por un odd• fo,t

~qulvaÎn!
À l'équivalence, on a donc : nlH,O")..,.. =n(HOlo ou n(HOl..n, • n(H,O").
➔ La réaction étant totale, à l'équivalence les espkes Ho· et H,o· ont totalement di5paru. Donc la sollltion ne
contie nt plus que H,O. Ainsi, pH = 7.

3 Tttrnge colorimétrlque I ➔ TP n"2)

~n
Le titrage colo<lmétrlque lou par Indicateurs colorés) est une méthode d'analyse ~r Utrage qui se base sur un
changement de couleu r du milieu lors de l'équivalence.

Prinrjp ;
oans le cas d'un titrage pH-métrique, on rtalîse le tïtraae en ajoutant, dan.s la solution l!trie. quelques gouttes d'oo
Indicateur coloré acldo•basJque_ dont la zone de v1,. (ou zone de teinte sensible) doit englober le saut de pH à
l'équivalence du titrage, c'est-à-dire que la zone de pH du changement de couleur de J1ndic:ate!Jr coloré doit contenir
le pH à l"équivalence du titrage acide-basique.

Exemple : titrage colorimétrique de l'aspirine


pH

7,6
pH, Zanedow

6,0 5/ 6
Zonedevirlp-...-...,
l'llêlialnthlN

V. Cmll
00 v,
~ L'équivalence du titrage est r~ée par le cha11gem,nt de couleur (zone de virage) du BBT.