Vous êtes sur la page 1sur 222

Perspectives

économiques
en Afrique
2020
Former la main
d’œuvre africaine
de demain
Perspectives
économiques
en Afrique
2020
Les opinions et les arguments exprimés ici ne reflètent pas nécessairement les vues officielles de la
Banque africaine de développement, de son Conseil d’administration ou des pays qu’il représente. Ce
document, ainsi que les données et cartes qu’il peut comprendre, sont sans préjudice du statut de tout
territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et
du nom de tout territoire, ville ou région.

ISBN 978-9938-882-91-9 (imprimé)


ISBN 978-9938-882-94-0 (électronique)

© Banque africaine de développement 2020

Vous êtes autorisés à copier, télécharger ou imprimer ce matériau pour votre propre usage, et inclure les
extraits de cette publication dans vos propres documents, présentations, blogs, sites Web et matériaux
pédagogiques, pour autant que la Banque africaine de développement soit mentionnée comme étant la
source et le titulaire du droit d’auteur.
AVANT-PROPOS

L es perspectives économiques en Afrique


continuent de s’améliorer. Le taux de
croissance du produit intérieur brut réel, estimé
les secteurs à forte productivité. Pour ce faire,
les pays devront s’efforcer d’intégrer, dans leur
plan de développement économique, des stra-
à 3,4  % pour 2019, devrait s’accélérer pour tégies d’éducation et de développement des
atteindre 3,9 % en 2020 et 4,1 % en 2021. Six compétences, accompagnées d’une mise à
des dix économies les plus dynamiques du niveau et d’une expansion des programmes
monde sont en tête : le Rwanda, l’Éthiopie, la d’éducation et de formation visant à renforcer
Côte d’Ivoire, le Ghana, la Tanzanie et le Bénin. l’aptitude à l’emploi des travailleurs et la pro-
Les facteurs fondamentaux de la croissance ductivité des entreprises. Cela implique de
s’améliorent également avec une transition prendre des mesures pour améliorer la quantité
progressive de la consommation privée aux et la qualité de l’éducation.
investissements et aux exportations. Pour la Plus précisément, cela exige d’améliorer
première fois en dix ans les investissements ont l’accès aux école dans les zones reculées,
représenté plus de la moitié de la croissance du d’accroître les incitations à investir dans l’édu-
continent, la consommation privée représen- cation, d’élaborer un système éducatif axé sur
tant moins d’un tiers. la demande et correspondant aux besoins des
Les Perspectives 2020 soulignent, cepen- employeurs, d’investir dans la nutrition pour
dant, que la croissance n’a pas été inclusive. aider les enfants les plus pauvres et de renfor-
Malgré les solides performances de croissance cer les capacités en matière de science, tech-
de l’Afrique, environ un tiers seulement des nologie, ingénierie et mathématiques (STIM) et
pays ont réalisé une croissance inclusive rédui- de technologies de l’information et de la com-
sant à la fois la pauvreté et les inégalités. munication (TIC).
Pour rendre la croissance de l’Afrique plus Pour lutter contre les inégalités dans l’édu-
inclusive, les pays ont besoin d’intensifier les cation, les Perspectives appellent à un univer-
réformes structurelles pour diversifier leur base salisme progressif dans les dépenses d’éduca-
productive ; de renforcer la résilience aux épi- tion, en fixant des priorités élevées en ce qui
sodes climatiques extrêmes en adoptant des concerne les personnes pauvres et défavo-
techniques agricoles climato-intelligentes, tout risées et l’enseignement de base, domaines
en fournissant aux ménages des plateformes dans lesquels le rendement social est le plus
de partage des risques ; de créer plus d’espace élevé.
budgétaire pour étendre les filets de protection Les Perspectives montrent que les dé-
sociale et accroître l’efficience des programmes penses publiques consacrées à l’éducation et
existants ; et d’éliminer les obstacles à la mobi- aux infrastructures sont hautement complé-
lité des travailleurs vers des perspectives plus mentaires : investir dans les deux secteurs à
productives dans et à travers les pays. la fois est beaucoup plus productif que d’in-
Pour favoriser une croissance plus inclusive, vestir exclusivement dans l’un des deux. L’ef-
il faudra également renforcer le capital humain ficience des dépenses d’éducation est bien
de l’Afrique et créer davantage d’emplois dans plus faible en Afrique que dans les pays d’Asie

 iii
en développement ou émergents. Mais la bonne Les Perspectives de cette année offrent aux
nouvelle est qu’en améliorant l’efficience des pays africains de nombreux moyens de former
dépenses d’éducation – qui s’élève aujourdhui à la main-d’œuvre de demain. Pour combler les
58 % pour l’enseignement primaire – les pays afri- lacunes en matière d’éducation et de compé-
cains pourraient presque atteindre la scolarisation tences en Afrique, il faut une action collective
primaire universelle sans la moindre augmentation faisant appel aux gouvernements, aux ménages,
des dépenses. Les principales politiques permet- aux donateurs internationaux et au secteur privé.
tant d’améliorer l’efficience des dépenses et la Investissons dans l’avenir de l’Afrique et préparons
qualité de l’éducation comprennent la réalisation sa main-d’œuvre.
d’audits et d’examens des dépenses d’éducation,
l’amélioration de la qualité des enseignants et l’uti- Dr. Akinwumi A. Adesina, Président
lisation du financement basé sur la performance. Groupe de la Banque africaine de développement

ivA vant- pr o p o s
TABLE DES MATIÈRES

Avant-proposiii
Remerciementsxi

Points essentiels 1

Chapter 1
Croissance en Afrique : Performances, perspectives et inclusion 17
Messages clés 17
Performances et perspectives macroéconomiques 18
Les envois de fonds et l’investissement direct étranger dominent les flux financiers
vers l’Afrique 28
Comptabilité de la croissance et du développement en Afrique 31
La croissance de l’Afrique a-t-elle été inclusive ? 35
Éducation, changement structurel et croissance inclusive 38
Chemins menant à l’élimination de l’extrême pauvreté en Afrique 44
Recommandations de politiques 46
Notes58
Références59

Chapter 2
Éducation et compétences pour la main-d’œuvre de demain 61
Messages clés 61
Analyse de l’éducation et des compétences en Afrique 62
Éducation, compétences et productivité du travail 75
Les compétences productives et la complexité économique 87
L’éducation et le développement des compétences pour répondre aux futurs besoins
de l’Afrique 91
Stratégies et politiques pour construire la main-d’œuvre de demain 99
Notes104
Références107

Chapter 3
Financement de l’éducation et du développement des compétences 113
Messages clés 113
Principaux bailleurs de fonds de l’éducation et du développement des compétences
en Afrique 114
Financement public 114

 v
Financement des ménages 121
Financement international 129
Financement du secteur privé 130
Quelques implications pour les politiques de financement de l’éducation 133
Notes145
Documents de référence 147

Notes pays 151

Abréviations206

Annexes
1.1 Hypothèses des projections des PEA 51
1.2 Comptabilité du développement pour l’Afrique 53
1.3 Scénarios d’élimination de la pauvreté d’ici 2030 55
1.4 Éducation et changement structurel au sein des générations et entre elles 56
3.1 Structure de base du modèle dette-investissement-croissance de deuxième génération 144

Encadrés
1.1 Phénomènes climatiques extrêmes, préparation aux catastrophes et conséquences
économiques21
2.1 L’abandon scolaire en Afrique 67
2.2 Exemples de réussite dans l’éducation et le développement des compétences en Afrique 71
2.3 Un nouveau programme d’apprentissage pour réformer l’éducation en Égypte 83
2.4 Compétences cognitives, non cognitives et résultats sur le marché du travail 95
2.5 Connecter le monde de l’enseignement et celui du travail dans le domaine des
technologies numériques et intensifier cette relation pour créer des emplois durables :
le programme « Codage pour l’emploi » de la Banque africaine de développement 97
3.1 Soutien scolaire privé 124
3.2 Les entreprises sociales dans le secteur de l’éducation 131
3.3 Le Fonds africain pour l’éducation, un mécanisme de financement novateur pour l’éducation139
3.4 Les comptes d’épargne étudiants en République de Corée 142
3.5 Mobilisation de ressources privées pour la formation professionnelle par le biais du
Programme d’incitation fiscale à l’emploi de l’Afrique du Sud 143

Figures
1.1 La croissance du PIB de l’Afrique est supérieure à la moyenne mondiale 18
1.2 L’environnement économique mondial est en train de changer 19
1.3 Les termes de l’échange des exportateurs de pétrole en Afrique se sont renforcés ces
dernières années 20
1.4 La contribution de l’Afrique de l’Ouest à la croissance du PIB de l’Afrique a augmenté au
cours des dernières années – de moins de 7 % à plus de 28 % 22
1.5 Les cinq grandes économies que sont l’Algérie, l’Egypte, le Maroc, le Nigéria et l’Afrique
du Sud ont contribué ensemble 55% de la croissance de l’Afrique en 2019 22
1.6 Interactions entre l’épargne, l’investissement et les comptes courants pour les
exportateurs africains 23
1.7 Interactions entre épargne, investissement et compte courant pour les exportateurs
fragiles et non fragiles 24

vi Tabl e d e s mati è r e s


1.8 Contributions à la croissance du PIB selon les composantes de la demande et la valeur
ajoutée25
1.9 Les pays exportateurs de pétrole et ceux à fort niveau d’exploitation de leurs ressources
ont réussi à réduire leurs déficits budgétaires 26
1.10 Le déficit du compte courant de l’Afrique en 2019 est estimé à 4,2 % du PIB 28
1.11 Décomposition du compte courant pour l’Afrique 29
1.12 Augmentation de l’investissement direct étranger et des envois de fonds 29
1.13 Les envois de fonds en 2018 représentent plus de 10 % du PIB au Lesotho, en Gambie,
au Cabo Verde, au Libéria, aux Comores et en Égypte 30
1.14 L’Égypte, Maurice, l’Algérie et le Gabon enregistrent la productivité totale des facteurs la
plus élevée, tandis la Centrafrique, le Libéria et le Zimbabwe la plus faible 33
1.15 Le capital physique est le principal moteur de la croissance du PIB à long terme, 1987–2017 34
1.16 Le capital humain était beaucoup moins fortement corrélé avec la croissance du PIB
par travailleur que le capital physique, 1997–2017 34
1.17 La croissance du capital physique et celle du capital humain semblent être
complémentaires pour stimuler l’amélioration de la productivité des travailleurs, 1997–2017 35
1.18 L’extrême pauvreté et les inégalités sont plus élevées en Afrique que dans d’autres
régions du monde, 1980–2017 36
1.19 La courbe d’incidence de la croissance de l’Afrique entre la sous-période 1 (2000–
2005) et la sous-période 2 (2010–2016) 36
1.20 Les pays africains ayant des années de scolarité moyennes plus élevées ont également
des niveaux de pauvreté plus faibles, 2000–2017 39
1.21 Les dépenses publiques sur l’éducation et les taux de scolarisation dans l’enseignement
primaire, secondaire et supérieur sont associés négativement à la pauvreté, 2000–2017 40
1.22 Les pays africains ayant des populations plus instruites au niveau secondaire et
supérieur connaissent des inégalités de richesse plus faibles, 2011–2015 41
1.23 L’écart entre les rendements de l’éducation et la prime à l’éducation est large entre les
40% les plus pauvres et les 40% les plus riches, 1987–2011 42
1.24 Les pays où les inégalités de richesse sont moindres ont généralement un rendement
plus élevé de l’éducation 42
1.25 Les pays dont l’indice du capital humain est plus élevé ont tendance à avoir des
transferts d’emploi plus importants du secteur de l’agriculture vers ceux des services et
de l’industrie… 44
1.26 … et de plus importantes contributions des secteurs secondaire et tertiaire au PIB du pays 44
1.27 Pour atteindre l’objectif de 3 % de pauvres d’ici 2030, la consommation par habitant du
continent doit augmenter de 10,25 % par an 47
A1.4.1 Changement structurel intergénérationnel entre segments de consommation, Éthiopie 2016 57
2.1 La durée moyenne de scolarisation est plus faible en Afrique que dans les autres
régions, 2018 63
2.2 Durée moyenne de scolarisation dans les pays africains, par genre, 2018 64
2.3 L’abandon scolaire avant la fin de la dernière année du primaire est plus élevé en Afrique
que dans les autres régions, 2010–2017 66
2.4 Le taux de scolarisation dans l’enseignement privé a augmenté, 2007–2017 67
2.5 Les étudiants africains obtiennent des résultats moyens inférieurs à ceux des étudiants
d’autres régions du monde par rapport à leur PIB par habitant en 2017 68
2.6 Les résultats des tests harmonisés pour les pays africains présentent d’importantes
différences, 2017 69
2.7 Lorsqu’elle est ajustée en fonction des résultats aux tests, le nombre moyen des années
de scolarité baisse dans tous les pays africains examinés, 2017 70

Tabl e d e s mati è r e s  vii


2.8 Différence entre le nombre maximal d’années de scolarité et les scores maximum aux
tests pouvant être atteints dans un décile de revenu et le nombre attendu d’années de
scolarité et les scores aux tests, 2017 72
2.9 Au niveau mondial, l’Afrique a la proportion la plus élevée de personnes employées dans
des emplois peu qualifiés et la proportion la plus faible dans des emplois moyennement
et hautement qualifiés, 2010–18 74
2.10 Les taux de chômage en Afrique sont les plus élevés parmi les personnes ayant un
niveau d’instruction moyen ou supérieur, 2010–18 74
2.11 Nombre moyen d’années de scolarité et productivité du travail en Afrique, 2017 76
2.12 Les résultats des examens sont également positivement liés à la productivité du travail
(Afrique, 2017) 76
2.13 La relation positive entre le nombre d’années de scolarité et la productivité du travail est
plus forte lorsque les ratios enseignant–élève sont élevés, 2010–2017 77
2.14 Les relations entre l’augmentation du nombre d’années de scolarité et la productivité du
travail sont plus faibles en Afrique que dans d’autres pays ayant le même niveau de PIB
par travailleur, 1997–2017 78
2.15 La fréquence de l’inadéquation des compétences et de l’éducation est plus élevée dans
les pays africains que dans d’autres pays en développement, 2012–2015 79
2.16 L’inadéquation compétences-emploi chez les jeunes salariés en Afrique est plus élevée
à des niveaux d’éducation supérieurs, 2012–2015 81
2.17 De nombreux employeurs dans quatre pays africains considèrent que les compétences
des jeunes sont inadéquates, 2012–2014 82
2.18 La proportion des entreprises offrant une formation formelle varie largement à travers le
monde, 2019 85
2.19 Il existe une association positive entre l’offre de formation formelle par les entreprises
et la productivité du travail dans l’industrie manufacturière et les services en Afrique,
2006–201886
2.20 Augmenter les niveaux actuels d’alphabétisation est aussi important que de faire
progresser l’enseignement supérieur pour atteindre une plus grande complexité, 1995–2017 88
2.21 La corrélation est positive entre connectivité mobile et complexité économique, 2017 91
2.22 La part de la population âgée de moins de 20 ans devrait être la plus élevée en Afrique
d’ici à 2070 92
2.23 Les pays africains disposent d’une moins bonne connexion au réseau, nombre d’entre
eux se situant en deçà de la moyenne pour leur part de la population utilisant internet, 2017 93
2.24 Dans la plupart des pays africains, moins de 10 % de la population âgée de 25 ans et
plus possède une formation universitaire, la moyenne chutant à 3,8 % à l’échelle du
continent (dernière année en date) 96
2.25 Trop peu d’étudiants africains s’inscrivent dans les filières dispensant des enseignements
en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques, pourtant essentiels sur le
marché du travail de demain, 2015 97
3.1 Parmi les régions en développement et émergentes, l’Afrique consacre à l’éducation la
deuxième part la plus élevée du PIB, moyenne 2010–2017 115
3.2 Alors que de nombreux pays africains ont atteint au moins l’un des deux objectifs de
financement de l’éducation, seuls 46 % ont atteint les deux objectifs, 2010–2017 116
3.3 Les gouvernements africains dépensent moins par élève des cycles primaire et
secondaire que les gouvernements des autres régions en développement, 2010–2017 117
3.4 Les gouvernements africains consacrent la plus grande part de leur budget de
l’éducation à l’enseignement primaire, suivi de l’enseignement secondaire (moyenne
2010–2017)118

viii Tabl e d e s mati è r e s


3.5 Les dépenses publiques d’éducation sont positivement corrélées avec le nombre moyen
d’années de scolarité, mais non corrélées avec les résultats des tests harmonisés, 2017 119
3.6 Les taux de redoublement au primaire et au secondaire étaient plus élevés en Afrique
que dans d’autres régions en développement, 2012–2016 119
3.7 Les dépenses consacrées à l’éducation sont positivement corrélées avec les taux
d’achèvement du primaire, mais l’Afrique dépense plus pour des résultats inférieurs à
ceux de l’Asie ou de l’Amérique latine, 2010–2017 120
3.8 L’efficience des dépenses publiques dans l’enseignement primaire et secondaire est la
plus faible en Afrique, 2010–2018 120
3.9 En Afrique, les dépenses consacrées à l’éducation ont été les plus efficaces en Afrique
australe et les moins efficaces en Afrique centrale, 2010–2018 120
3.10 La part des dépenses d’éducation des ménages dans les dépenses de consommation
non alimentaires varie considérablement d’un pays africain à l’autre, en 2011 et 2015 123
3.11 La part des dépenses d’éducation par élève dans la consommation par habitant révèle
une inégalité des dépenses dans quatre pays africains, dernière année disponible 125
3.12 Les transferts de fonds sont une source importante de dépenses d’éducation des
ménages en 2009 126
3.13 Les dépenses d’éducation des ménages en Afrique représentent une part importante
des dépenses totales d’éducation, 2015 127
3.14 Le ratio des dépenses des ménages par rapport aux dépenses du gouvernement en
matière d’éducation est élevé dans de nombreux pays d’Afrique, 2015 128
3.15 La relation entre les dépenses d’éducation des ménages et des gouvernements dans
les pays africains suit une courbe en forme de U, 2011 et 2015 129
3.16 Par niveau d’enseignement, la plus grande part de l’aide internationale dédiée à
l’éducation a été consacrée à l’enseignement supérieur, 2013–2017 129
3.17 Épargne ou emprunt pour financer l’éducation ou les frais de scolarité, par région en
développement et émergente, 2014 132

Tableaux
1.1 Pauvreté, inégalité et inclusivité de la croissance, 2000–2017 37
1.2 Peu de pays ont amélioré l’inclusivité de leur croissance 38
1.3 Décomposition de la pauvreté et des inégalités selon l’éducation 41
1.4 Simulations de changement structurel et de réduction de la pauvreté entre 2006 et 2016 43
1.5 Tendances projetées de l’extrême pauvreté et du nombre de personnes extrêmement
pauvres en Afrique entre 2018 et 2030 45
A1.1.1 Répartition des pays selon leurs caractéristiques économiques 52
A1.2.1 Régressions multi-niveaux, principales caractéristiques 53
A1.2.2 Régressions de croissance 1997–2017 avec interaction 54
A1.3.1 Scénarios de projections de la pauvreté en Afrique entre 2018 et 2030 55
A1.4.1 Probabilité de changement structurel intergénérationnel, Éthiopie 2016 56
2.1 Tendances des taux de scolarisation dans toutes les régions, 2000–2016 (%) 65
2.2 Rendements personnels moyens de la scolarisation par région, par sexe et par
enseignement87
3.1 Dépenses d’éducation par élève et dépenses moyennes d’éducation des ménages
dans quatre pays africains, dernière année disponible (en pourcentage) 124
3.2 Effets à long terme de l’augmentation d’une ou plusieurs composantes de
l’investissement public de 1 % du PIB initial 135

Tabl e d e s mati è r e s  ix
x Tabl e d e s mati è r e s
REMERCIEMENTS

L es Perspectives économiques en Afrique


2020 ont été préparées par la Vice-
présidence pour la gouvernance économique
humain et social », notamment celles de Hen-
drina Doroba, Chef de la division Éducation et
développement des compétences, et d’une
et la gestion des connaissances, sous la équipe centrale composée de Keiko Takei,
direction générale de Charles Lufumpa, vice- Borel Foko Tangne, Uyoyo Edosio, Emmanuel
président par intérim et économiste en chef, Mutisya, Jessica Muganza, Yasemin Koç et
avec le soutien d’Éric Ogunleye, Amah Marie- Sydney Hushie.
Aude Ezanin Koffi, Tricia Baidoo et Vivianus Emmanuel Pinto, Directeur du Départe-
Ngong. ment des economistes pays, a dirigé la pré-
Hanan Morsy, Directrice du Département paration des notes pays, avec une équipe
des politiques macroéconomiques, des prévi- centrale composée des économistes prin-
sions et de la recherche, a dirigé et supervisé cipaux régionaux Ferdinand Bakoup, Hervé
la préparation de cette publication, avec une Lohoues, Marcellin Ndong, George Kara-
équipe centrale composée d’Abebe Shime- rach, Anthony Simpasa et James Wahome
les (Manager), Chuku Chuku, Amadou Boly, et de l’ensemble des économistes pays de la
Andinet Woldemichael, Hammed Amusa, Lin- Banque (voir tableau ci-dessous). Les notes
guere Mbaye, Adamon Mukasa, Lacina Balma pays ont été révisées par l’équipe centrale
et Fadel Jaoui. Tiguene Nabassaga, Eman des Perspectives économiques en Afrique,
Moustafa, Amira Elshal et Young Joon Yoon par Audrey Chouchane-Verdier, Patrick
ont fourni des contributions. Yasin Yenice Mabuza et Francis Kemeze du Département
Mustafa, Yaye Betty Camara, Zackary Seogo, recherche, ainsi que par Anouar Chaouch du
Moulaye Bamba, Juste Metoiole Some, Assi Département des statistiques.
Okara et Regina Seri ont fourni une aide à Le rapport a bénéficié des contribu-
la recherche. Aka Veronique, Hamida Riahi, tions des consultants de Jackline E. Wahba
Nelson Abiana, Lucette Alesse, et Michael (University of Southampton), Yaw Nyarko
Abah ont fourni un appui administratif. (New York University), Leonard Wantchekon
Les données figurant dans le rapport ont (Princeton University) et Antoine Boris Levy
été compilées par le Département des statis- (Massachusetts Institute of Technology). Erik
tiques, dirigé par Charles Lufumpa, Directeur, Berglof (London School of Economics and
et Louis Kouakou, Chef de la Division des sta- Political Science), Christopher Adam (Univer-
tistiques économiques et sociales. Leur équipe sity of Oxford), John Page (Brookings Insti-
comprenait Anouar Chaouch, Mbiya H. Kadi- tute), Pramila Krishnan (University of Oxford),
sha, Soumaila Karambiri, Stéphane Régis Hau- Gary Fields (Cornell University) et Stefan
houot, Slaheddine Saidi, Kokil Beejaye et Guy Dercon (University of Oxford) sont intervenus
Désiré Lakpa. en qualité de pairs examinateurs.
Le rapport a bénéficié des contributions La couverture du rapport s’inspire
du complexe « développement agricole, d’un cadre original préparé par Laetitia

 xi
Yattien-­A miguet et Justin Kabasele, du Départe- Brinley, Joe Caponio, Meta de Coquereaumont,
ment de la communication et des relations exté- Mike Crumplar, Peter Redvers-Lee, Christopher
rieures de la Banque. La révision, la traduction et Trott et Elaine Wilson, avec le soutien de Debra
la mise en page ont été réalisées par une équipe Naylor pour la conception et de Jean-Paul
de Communications Development Incorporated Dailly et une équipe de JPD Systems pour la
dirigée par Bruce Ross-Larson, assisté de Joe traduction.

Économistes Économistes
Pays pays/auteurs Pays pays/auteurs
Afrique du Sud Wolassa Lawisso Kumo Maroc Richard Antonin Doffonsou
Algérie Guy Blaise Nkamleu Mauritanie Kaouther
Abderrahim-Ben Salah
Angola Tulio Cravo
Mozambique Romulo Correa
Bénin Hamaciré Dicko
Namibie Peter Mwanakatwe
Botswana Elvis Mtonga
Niger Kalidou Diallo
Burkina Faso Khadidiatou Gassama
Nigéria Anthony Simpasa
Burundi Abdoulaye Konate
Ouganda Peter Engbo Rasmussen
Cameroun Claude N’Kodia
République Léonce Yapo
Cabo Verde Joel Daniel Muzima centrafricaine
Comores Toussaint Houeninvo République Jean Marie Vianney Dabire
Côte d’Ivoire Carpophore Ntagungira démocratique
du Congo
Djibouti Toussaint Houeninvo
République du Congo Sié Antoine Marie Tioye
Égypte Sara Bertin
Rwanda Yusuf Foday
Érythrée Edirisa Nseera Bernis Byamukama
Éthiopie Admit Wondifraw Zerihun São Tomé-et- Felisberto Mateus
Príncipe
Gabon Adalbert Nshimyumuremyi
Sénégal Diatou Elizabeth Diouf
Gambie Joel Daniel Muzima
Seychelles Tilahun Temesgen
Ghana Bumi Camara
Sierra Leone Jamal Zayid
Guinée Carpophore Ntagunguria
Somalie Albert Mafusire
Guinée équatoriale Adalbert Nshimyumuremyi
Soudan Magidu Nyende
Guinée-Bissau Joel Daniel Muzima
Soudan du Sud Flavio Soares da Gama
Île Maurice Ndoli Kalumiya
eSwatini Bothwell Nyajena
Kenya Zerihun Gudeta Alemu
Tanzanie Prosper Charle
Lesotho Suwareh Darbo Jacob Oduor
Libéria Kelvin Banda Tchad Alassane Diabate
Libye Kaouther Togo Olivier Manlan
Abderrahim-Ben Salah
Tunisie Philippe Trape
Madagascar Tankien Dayo
Zambie Alexis Rwabizambuga
Malawi Vera Kintu Oling
Zimbabwe Walter Odero
Mali Ameth Ndiaye

xii R e m e rci e m e nts


COUVERTURE THÉMATIQUE DES ÉDITIONS PRÉCÉDENTES

Edition Thematic title


2003 Privatisation
2004 Offre et demande d’énergie
2005 Financement du développement des petites et moyennes entreprises (PME)
2006 Promotion et financement des infrastructures de transport
2007 Accès à l’eau potable et à l’assainissement en Afrique
2008 Formation technique et professionnelle
2009 Technologies de l’information et des communications en Afrique
2010 Mobilisation des ressources publiques et aide publique
2011 L’Afrique et ses partenaires émergents
2012 Promouvoir l’emploi des jeunes
2013 Transformation structurelle et ressources naturelles
2014 Chaînes de valeur mondiales et industrialisation de l’Afrique
2015 Développement régional et inclusion spatiale
2016 Villes durables et transformations structurelles
2017 Entrepreneuriat et développement industriel
2018 Les infrastructures et leur financement
2019 L’intégration pour la prospérité é
 conomiquede l’Afrique

C o uv e rtur e thématiqu e d e s é d iti o ns précé d e nt e s  xiii


POINTS ESSENTIELS

L e rapport Perspectives économiques en Afrique 2020 examine l’évolution macroéconomique


récente et les perspectives d’une croissance inclusive (chapitre  1). Le rapport aborde
ensuite le développement de l’éducation et des compétences pour la main-d’œuvre de demain
et identifie des exemples de réussite dont les pays peuvent s’inspirer (chapitre 2). Il examine
ensuite les quatre principales sources de financement de l’éducation et de la formation -
gouvernements, ménages, secteur privé et bailleurs de fonds extérieurs - et recommande des
moyens de mobiliser des ressources supplémentaires et d’accroître l’efficience des dépenses
(chapitre 3).

CROISSANCE DE L’AFRIQUE : PERFORMANCES,


PERSPECTIVES ET INCLUSION

La croissance est stable et devrait s’accélérer


La croissance économique en Afrique est estimée à 3,4 % pour 2019, soit à peu près la même
qu’en 2018. Bien que stable, ce taux est inférieur à la croissance moyenne décennale de la
région (5 %). La croissance plus lente que prévue est en partie due à l’expansion modérée
des cinq grands pays du continent - l’Algérie, l’Égypte, le Maroc, le Nigeria et l’Afrique du Sud
- qui ont enregistré ensemble un taux de croissance moyen de seulement 3,1 %, contre une
moyenne de 4 % pour le reste du continent. La croissance devrait s’accélérer pour atteindre
3,9 % en 2020 et 4,1 % en 2021.
La croissance estimée de l’Afrique masque d’importantes variations entre les régions et
les pays. L’Afrique de l’Est a maintenu sa position de région du continent à la croissance la
plus rapide avec une croissance moyenne estimée à 5,0 % en 2019. L’Afrique du Nord prend
la seconde place avec 4,1 %. La croissance de l’Afrique de l’Ouest a atteint 3,7 % en 2019,
contre 3,4 % l’année précédente. On estime que l’Afrique centrale a connu une croissance de
3,2 % en 2019, contre 2,7 % l’année précédente. La croissance de l’Afrique australe a ralenti,
passant de 1,2 % à 0,7 %, freinée par les ravages des cyclones Idai et Kenneth.

Les investissements et les exportations stimulent de plus en plus la


croissance
Les fondamentaux de la croissance se sont améliorés, car ses déterminants se déplacent pro-
gressivement vers les investissements et les exportations nettes au détriment de la consom-
mation privée. En 2019, pour la première fois depuis une décennie, les dépenses d’investisse-
ment représentent une part plus importante (plus de la moitié) de la dynamique de croissance
du PIB que celles de consommation. Les exportations nettes ont également joué un rôle

 1
important, en particulier parmi les exportateurs sont à la baisse, les taux d’intérêt ont été réduits
de produits de base, avec la reprise des prix du pour encourager l’investissement et stimuler la
pétrole. Depuis 2011, et en particulier après la fin croissance.
du supercycle des prix des produits de base en Les soldes budgétaires se sont améliorés au
2014, l’écart entre l’épargne brute et le total des cours des deux dernières années, le ratio moyen
investissements s’est creusé pour l’Afrique. Les pondéré du déficit par rapport au PIB en Afrique
pays à faible dépendance des ressources natu- étant passé de 5,9 % en 2017 à 4,8 % en 2019.
relles sont à l’origine de l’écart grandissant au Cette situation résulte principalement d’une sta-
niveau du continent et donc des déficits crois- bilisation des prix des produits de base et d’une
sants des comptes courants. augmentation des recettes fiscales et non fis-
cales pour les grands exportateurs de ressources
Les risques pour les perspectives naturelles. Le ratio des recettes par rapport au
sont clairement sous-estimés PIB a augmenté de 0,3 point de pourcentage
La croissance de l’Afrique s’est matérialisée en en moyenne pour les 54 économies africaines,
dépit d’un environnement extérieur difficile. Le mais de plus de 1 point de pourcentage chez les
volume du commerce mondial a ralenti passant exportateurs de pétrole, comme l’Angola dont le
Bien que de
d’une croissance annuelle de 5,7 % en 2017 à ratio a augmenté de 2,2 points de pourcentage.
nombreux pays aient 1,1 % en 2019, le ralentissement étant particuliè-
connu des épisodes rement marqué pour les métaux et les denrées La dette continue d’augmenter
alimentaires, deux des principaux produits d’ex- Les niveaux de la dette publique et de la dette
de forte croissance,
portation de l’Afrique. Les phénomènes météo- garantie par l’État sont élevés et en hausse dans
relativement peu rologiques extrêmes - en particulier le type de la plupart des économies africaines, le ratio
d’entre eux ont tempêtes et d’inondations dévastatrices qui ont médian de la dette publique par rapport au PIB
enregistré une touché l’Afrique australe au cours du premier dépassant 56 % en 2018, contre 38 % dix ans
semestre de 2019 et le retour attendu du phé- plus tôt. La tendance à la hausse des ratios de la
baisse significative nomène El Niño en Afrique de l’Est - pourraient dette extérieure est en partie due à la fin du super-
de l’extrême entraîner de graves sécheresses et freiner la pro- cycle des produits de base et au ralentissement
pauvreté et des duction et la croissance agricoles. Dans les pays de la croissance et des recettes d’exportation, en
qui organiseront des élections au cours des deux particulier chez les producteurs de produits de
inégalités prochaines années, il pourrait y avoir des pres- base. Mais elle découle également d’un environ-
sions sociopolitiques en faveur d’une augmen- nement macroéconomique et de gouvernance
tation des dépenses publiques, ce qui pourrait plus stable, qui a permis à un plus grand nombre
compromettre les plans de consolidation fiscale. de pays africains d’accéder pour la première fois
De plus, les risques associés au terrorisme, aux aux marchés obligataires internationaux, certains
conflits, aux insurrections et aux troubles sociaux avec des échéances de 30 ans.
peuvent également peser sur l’activité écono- Les gouvernements africains ont connu un
mique dans certains pays. changement structurel dans la composition de la
dette, avec un moindre recours aux prêts conces-
Dans l’ensemble, la stabilité sionnels des institutions multilatérales et des
macroéconomique en Afrique s’est créanciers officiels du Club de Paris, un accès
améliorée plus large au financement à long terme des mar-
L’inflation reste élevée et persistante. Toutefois, le chés de capitaux internationaux, et le financement
taux d’inflation moyen pour le continent a légère- de créanciers bilatéraux émergents, tels que la
ment baissé de 2 points de pourcentage, passant Chine. De même, la hausse des emprunts inté-
de 11,2 % en 2018 à 9,2 % en 2019, avec des rieurs (atteignant plus de 35 % du PIB) reflète en
variations notables entre les pays et les écono- partie l’augmentation des dépenses publiques et
mies. Les banques centrales ont réagi en ajustant des investissements en capital pour combler le
les taux d’intérêt pour gérer la demande intérieure. déficit d’infrastructure. Mais elle reflète aussi un
Dans les pays où les pressions inflationnistes ralentissement progressif de l’inflation, une plus

2 P o ints e ss e nti e ls
grande crédibilité monétaire et une plus grande population) passera de 33,4 % en 2018 à seule-
capacité à commercialiser la dette en monnaie ment 24,7 % en 2030, ce qui est bien supérieur à
nationale auprès des créanciers internationaux. l’objectif de 3 % des Objectifs de développement
durable. Ainsi, le nombre de personnes extrême-
Seuls quelques pays ont atteint une ment pauvres diminuera légèrement de près de
croissance inclusive 8 millions de personnes, passant de 429,1 millions
Bien que de nombreux pays aient connu des en 2018 à 421,2 millions en 2030. De fait, les taux
épisodes de forte croissance, relativement peu de pauvreté dans toutes les régions, à l’exception
d’entre eux ont enregistré une baisse significative de l’Afrique du Nord, devraient rester bien supé-
de l’extrême pauvreté et des inégalités, qui restent rieurs à l’objectif de 3 % d’ici 2030.
plus importantes que dans d’autres régions du Cependant, l’amélioration de la quantité et
monde. En moyenne, entre 2000-2005 et 2010- de la qualité de la croissance pourrait accélé-
2017, la consommation des pauvres en Afrique a rer le rythme. La consommation par habitant en
augmenté plus lentement que celle de la popu- Afrique devrait augmenter de 10,25 % par an
lation moyenne. Alors que la consommation pour atteindre l’objectif des ODD de 3 % d’ici
moyenne par habitant sur le continent a augmenté 2030. Cela suggère que si les tendances histo-
Cinq initiatives
de 3,3 % par an au cours des deux sous-pé- riques persistent, un pays africain moyen devrait
riodes, le taux de croissance moyen des pauvres plus que doubler sa croissance annuelle moyenne politiques concrètes
n’a atteint que 3,0 %. Ainsi, bien que les popu- de la consommation entre 2018 et 2030. Si des peuvent aider
lations pauvres aient bénéficié de la croissance mesures politiques audacieuses ne sont pas
les décideurs à
économique sans précédent du continent entre mises en œuvre pour améliorer à la fois la qualité
2000 et 2016, la croissance de leur consomma- et la quantité de la croissance, l’Afrique n’atteindra améliorer le niveau
tion n’a pas été assez rapide pour leur permettre cet objectif de 3 % qu’en 2045. et la qualité de
d’échapper à la pauvreté, qui a diminué à un la croissance
rythme beaucoup plus lent en Afrique qu’ailleurs Recommandations politiques
dans le monde en développement.
de l’Afrique
La croissance a été inclusive - enregistrant Approfondir les réformes structurelles pour
une consommation moyenne plus rapide pour diversifier la base productive de l’Afrique et
les pauvres et une moindre inégalité entre les dif- relancer la croissance
férents segments de la population - dans seule- Bien que les prévisions indiquent une poursuite de
ment 18 des 48 pays africains pour lesquels des la reprise en 2020 et 2021, le rythme de la crois-
données sont disponibles. Mais si l’on considère sance est plus faible que prévu et inférieur à sa
uniquement les pays où la croissance moyenne tendance historique. Les décideurs doivent donc
de la consommation a été positive entre 2000 et mener des réformes structurelles plus profondes
2017, seuls 12 des 37 pays ont atteint une crois- susceptibles de soutenir l’expansion actuelle, de
sance inclusive. Ainsi, bien qu’une croissance plus renforcer la résistance aux risques et d’accroître
rapide pour la plupart des pays depuis 2000 ait la croissance à moyen terme. Les décideurs
été associée à une augmentation du niveau de vie devraient :
des populations pauvres dans la plupart des pays, • Améliorer la productivité en allégeant les
elle n’a pas réduit de manière significative l’écart contraintes qui pèsent sur l’environnement des
de consommation entre les riches et les pauvres. affaires. La croissance dans la région a été
principalement tirée par l’accumulation des fac-
Si les tendances actuelles persistent, teurs, tandis que la contribution de la produc-
l’Afrique n’éliminera pas l’extrême tivité totale des facteurs a été limitée et, dans
pauvreté d’ici 2030 certains cas, a diminué. Les écarts importants
Si les tendances actuelles se maintiennent, et persistants de la production par travailleur
l’Afrique ne sera pas en mesure d’atteindre l’ob- entre l’Afrique et les autres régions du monde
jectif d’éradiquer l’extrême pauvreté d’ici à 2030. peuvent s’expliquer par des inefficiences dans
Le taux d’extrême pauvreté (pondéré selon la l’allocation des facteurs de production. Pour

P o ints e ss e nti e ls  3
améliorer la productivité et relancer la crois- politiques fiscales et leurs systèmes d’adminis-
sance, il faudra cultiver un secteur privé dyna- tration fiscale et ainsi mobiliser les ressources
mique et compétitif en allégeant les contraintes intérieures pour le développement sans distor-
les plus contraignantes qui pèsent sur les acti- sions importantes des activités économiques.
vités des entreprises. • Mieux cibler les subventions énergétiques qui
• Favoriser la transformation structurelle et la ont refait surface dans de nombreux pays en
diversification économique pour accélérer la réponse à la reprise des prix du pétrole, en
croissance. Dans de nombreux pays, la crois- utilisant peut-être des mécanismes de modu-
sance est toujours tirée par les produits de lation des prix et en ciblant les pauvres et les
base, ce qui la rend invariablement volatile et personnes vulnérables de la société.
vulnérable aux fluctuations des prix des pro- • Améliorer l’efficience des investissements
duits de base. Les décideurs devraient pour- publics en renforçant les capacités, en consoli-
suivre leurs efforts pour diversifier leur base dant les cadres de gouvernance des dépenses
économique en s’éloignant des produits pri- et en assurant une planification et un suivi
maires et en élargissant leur base d’exporta- appropriés des projets d’investissement. L’effi-
tion. Des politiques délibérées et soigneuse- cience des investissements publics en Afrique
ment ciblées visant à déplacer les ressources est d’environ 65 %, ce qui signifie que 35 cen-
productives des secteurs informels à faible times sur chaque dollar investi sont perdus en
productivité vers les secteurs formels à forte raison de l’inefficience de la mise en œuvre
productivité contribueraient à accroître la pro- d’un projet. En améliorant les cadres de gou-
ductivité et à libérer le potentiel de croissance vernance, il est possible de réduire considéra-
inexploité. blement ces niveaux élevés d’inefficience.
• Améliorer la compétitivité en remédiant aux • Trouver le bon compromis entre la dette
distorsions des taux de change. Les décideurs publique et le financement public du déve-
devraient aligner les politiques de change sur loppement. Bien que de nombreux pays aient
leur structure économique et soutenir l’effort encore d’énormes besoins de financement du
de transformation structurelle. développement, il est important de trouver le
juste équilibre entre la satisfaction des besoins
Maintenir la stabilité macroéconomique et et l’atténuation du niveau d’endettement. La
améliorer la gestion des finances publiques thèse du présent rapport sur les perspectives
L’environnement extérieur étant plus difficile, les économiques africaines 2020 est qu’il n’y a pas
décideurs doivent veiller à ce que les progrès de risque systémique de surendettement en
réalisés au cours des deux dernières années en Afrique. Les décideurs doivent se concentrer
matière de stabilité macroéconomique soient davantage sur les types de projets de déve-
maintenus, notamment la baisse des taux d’in- loppement auxquels la dette est appliquée.
flation, le rétrécissement des soldes budgétaires Lorsque la dette finance le capital humain et
et la stabilisation des fluctuations des taux de physique indispensable, elle peut entraîner
change. La politique budgétaire doit continuer à des gains de PIB allant jusqu’à 10 % à moyen
être prudente afin de freiner l’accumulation de la terme.
dette. La politique monétaire doit continuer à sti-
muler l’économie tout en freinant l’inflation et les Renforcer la capacité nationale de résilience
mouvements désordonnés des taux de change. aux phénomènes climatiques extrêmes
Les décideurs devraient : Compte tenu de la récente dévastation causée
• Améliorer la qualité de la consolidation fiscale par des phénomènes météorologiques extrêmes
et créer plus d’espace fiscal. On peut y parvenir - tempêtes, inondations, sécheresses et cyclones
en augmentant les recettes, ce qui est moins tropicaux, couplés aux effets d’un prochain phé-
coûteux pour la croissance que la réduction nomène d’El Niño prévu pour 2020 et au-delà
des dépenses. Les pays africains ont encore - les décideurs devraient intensifier leurs efforts
un énorme potentiel pour améliorer leurs pour renforcer aux niveaux macroéconomique,

4 P o ints e ss e nti e ls
microéconomique et des ménages, les capacités la mobilité transfrontalière de la main-d’œuvre
de résistance et de résilience aux chocs météo- est souvent découragée en raison de la protec-
rologiques. Les actions politiques dans ce sens tion des marchés de l’emploi locaux. La mise
comprennent : en œuvre d’accords transnationaux tels que la
• Adopter des techniques de production agricole Zone continentale africaine de libre-échange
intelligentes au climat et plus résistantes aux peut contribuer à éliminer la plupart des obs-
phénomènes météorologiques extrêmes. Les tacles à la libre circulation des travailleurs entre
décideurs devraient encourager les pratiques les pays.
agricoles utilisant des variétés de cultures • Accroître la transférabilité des compétences et
qui sont résistantes aux sécheresses et aux des qualifications entre les secteurs ou l’acqui-
inondations. D’autres options de politiques sition d’ensembles de nouvelles compétences
judicieuses comprennent la construction d’in- et qualifications pour répondre aux besoins
frastructures qui peuvent recueillir et retenir des secteurs d’accueil. Comme les compé-
l’eau de pluie en prévision des saisons sèches tences requises dans les secteurs à faible pro-
et la promotion de l’utilisation de la technolo- ductivité ne sont pas nécessairement complé-
gie mobile par les agriculteurs pour obtenir des mentaires de celles qui sont nécessaires dans
La politique
prévisions météorologiques. les secteurs à forte productivité, il est impor-
• Mettre à disposition des plateformes pour par- tant d’intensifier les programmes facilitant les monétaire doit
tager les risques éventuels et globaux entre les transitions intersectorielles des compétences. continuer à stimuler
ménages. Des initiatives telles que la Capacité
l’économie tout en
africaine de gestion des risques, mécanisme Étendre les filets sociaux et accroître
multilatéral de partage des risques établi par l’efficience des programmes existants maîtrisant l’inflation
l’Union africaine et destiné à aider les pays à Les filets sociaux - sous la forme de transferts et les mouvements
s’assurer contre les dommages et les mau- monétaires conditionnels, de programmes de
désordonnés du
vaises récoltes causés par des événements protection sociale, de subventions ciblées ou de
météorologiques extrêmes peuvent être repro- soutiens pour lutter contre les inégalités spatiales, taux de change
duites au niveau micro-économique. Des ins- de genre et d’éducation - peuvent compléter les
truments préventifs de partage des risques efforts des pays pour lutter contre la pauvreté et
contingents peuvent protéger les ménages les inégalités. On estime que les transferts des
qui, en l’échange de petites contributions à filets sociaux réduisent l’incidence de la pauvreté
un fonds, obtiendraient un revenu minimum absolue de 36 % et de la pauvreté relative (les
garanti en cas de phénomène météorologique 20 % inférieurs) de 8 %. Il est évident qu’une meil-
extrême. leure planification, exécution et surveillance des
programmes existants peut grandement contri-
S’attaquer aux obstacles à la mobilité de la buer à lutter contre la pauvreté et les inégalités.
main-d’œuvre pour renforcer le caractère
inclusif de la croissance
La croissance de la productivité intrasectorielle ÉDUCATION ET
et les réaffectations intersectorielles du travail COMPÉTENCES POUR LA
réduisent la pauvreté en Afrique. En permettant MAIN-D’ŒUVRE DE DEMAIN
simplement à la main-d’œuvre de circuler libre-
ment entre les secteurs, les pays africains pour-
raient augmenter les revenus et réduire la pauvreté L’Afrique est confrontée à des défis
et les inégalités. Les décideurs devraient : considérables en matière d’éducation
• Réformer la réglementation du travail et les et de compétences
politiques d’emploi pour garantir la libre circula- Beaucoup de pays africains doivent encore rat-
tion de la main-d’œuvre. Par ailleurs, alors que traper leur retard par rapport au reste du monde
les mouvements de main-d’œuvre à l’intérieur en matière de compétences de base et d’éduca-
des pays sont moins sujets à des restrictions, tion. Les savoirs en lecture/écriture et calculs sont

P o ints e ss e nti e ls  5
toujours indispensables à la compétitivité. L’insuffi- élevée d’années de scolarité et des résultats
sance des compétences et du niveau d’éducation élevés aux tests. Cette relation positive entre la
induit des emplois de faible qualité, la pauvreté et quantité et la qualité est également constatée
les inégalités. dans les pays africains. Pour certains pays afri-
Le développement de l’éducation et des com- cains, la qualité de la scolarisation est très faible
pétences pour accroître la croissance écono- même si le nombre d’années de scolarité y est
mique nécessite de clairement définir les besoins supérieur à la moyenne régionale.
des pays africains. Si augmenter les efforts pour
permettre à la main d’œuvre d’acquérir des com- Le capital humain contribue moins
pétences de base est une première étape, mettre à la productivité du travail et à la
l’accent sur les compétences dont aura besoin croissance économique en Afrique
la main d’œuvre de demain peut conduire à une que dans d’autres régions en
croissance plus rapide et plus inclusive. Les prin- développement
cipales compétences requises par le marché du Le capital humain est un moteur essentiel à la
travail sont la résolution de problèmes, l’appren- croissance économique par son effet sur la pro-
tissage, la communication et les compétences ductivité. Globalement, le rôle de l’éducation
Si augmenter
sociales et personnelles. dans l’augmentation de la productivité a été rela-
les efforts pour tivement limité en Afrique. C’est en partie dû à la
permettre à la main La qualité de l’éducation est à la faible qualité de l’éducation, au manque de com-

d’œuvre d’acquérir traîne par rapport à d’autres régions plémentarité du capital physique et la fréquente
du monde inadéquation des compétences et de l’éducation.
des compétences Les étudiants africains ont, en moyenne, des Investir dans la qualité de l’éducation peut donc
de base est une résultats aux examens inférieurs à ceux des étu- augmenter la productivité de la main d’œuvre et
première étape, diants d’autres régions du monde. Dans le cadre des entreprises africaines.
du test harmonisé au niveau mondial dont les
mettre l’accent sur scores s’établissent entre 300 et 625, les élèves Les compétences et les qualifications
les compétences africains ont obtenu en moyenne 374 en 2017. ne sont pas utilisées de manière
dont aura besoin Toutefois, certains pays ont obtenu de bons résul- adéquate sur les marchés du travail
tats au regard de leur revenu. Le Kenya et l’eS- en Afrique
la main d’œuvre watini, avec des résultats respectivement de 455 Une autre raison expliquant la faible contribu-
de demain peut et 440, sont au-dessus de la moyenne mondiale tion du capital humain à la productivité du travail
conduire à une de 431 pour les pays à revenu intermédiaire de en Afrique est l’inadéquation entre les compé-
la tranche supérieure. De même, certains pays à tences ou l’éducation des jeunes travailleurs et les
croissance plus
faible revenu tels que le Burundi, le Burkina Faso, besoins des employeurs. L’inadéquation des com-
rapide et plus la Guinée et le Sénégal, ont obtenu des résultats pétences est la différence que les jeunes salariés
inclusive supérieurs à la moyenne des pays à revenu inter- perçoivent entre leurs compétences et les com-
médiaire de la tranche inférieure en Asie et des pétences nécessaires pour réaliser efficacement
pays à revenu intermédiaire de la tranche supé- leur travail.
rieure en Amérique latine. L’inadéquation des compétences et de l’édu-
Les années de scolarité ajustées en fonction cation est plus fréquente chez les jeunes en
de la qualité sont généralement inférieures aux Afrique que dans d’autres régions. Près de la
années de scolarité terminées. Comparer les moitié des jeunes salariés en Afrique perçoivent
résultats de l’éducation uniquement sur la base de leurs compétences comme étant en inadéquation
la quantité peut conduire à surestimer le niveau avec leur emploi, tandis qu’environ deux tiers des
réel. Pour tenir compte de la qualité variable de jeunes sont soit sur-éduqués, soit sous-éduqués.
l’éducation, les années de scolarité peuvent être La proportion de jeunes sous-éduqués (presque
ajustées en fonction des résultats aux tests. Sur 55 %) est considérablement plus élevée que dans
la base de ces mesures ajustées, les économies d’autres régions (36 %). Par conséquent, en plus
avancées tendent à avoir à la fois une moyenne des déficits de compétences et d’éducation, les

6 P o ints e ss e nti e ls
pays africains ne semblent pas mettre pleinement la scolarisation dans les écoles primaires privées
à profit les compétences et qualifications dispo- est passée, selon les estimations, de 6 % en 2007
nibles de leurs jeunes salariés. à 11 % en 2017, et dans les écoles secondaires de
8 % à 15 %. Les inscriptions dans les établisse-
L’inadéquation des compétences et ments privés d’enseignement supérieur ont quin-
des études a des répercussions sur tuplé, passant de 3 % à 16 %. La croissance de
les salaires, la satisfaction au travail l’enseignement privé peut, en partie, refléter les
et la recherche d’emploi perceptions sur la qualité inférieure des écoles
L’inadéquation des compétences et de l’éduca- publiques.
tion a des effets indirects sur la productivité du
travail des jeunes par le biais des salaires, de la Stratégies et politiques pour
satisfaction au travail et de la recherche d’em- constituer la main-d’œuvre de demain
ploi. Les jeunes Africains sur-éduqués gagnent
en moyenne 18 % de moins que les jeunes ayant Faire des choix stratégiques pour anticiper
le même niveau d’études et occupant des postes et constituer une main-d’œuvre flexible et
qui correspondent à leur éducation. De plus, les productive
Les pays africains
jeunes s’estimant surqualifiés pour leur poste ont Les pays africains devront anticiper et constituer
3,4 % moins de chance d’être satisfaits de leur une main-d’œuvre flexible et productive pour rele- ont besoin d’une
emploi actuel. ver les défis futurs. Pour renforcer l’employabilité stratégie nationale
Les jeunes qui sont moins satisfaits de leur des travailleurs, la productivité des entreprises
pour l’éducation et
emploi en raison de l’inadéquation de leurs com- et la croissance inclusive, les pays africains ont
pétences peuvent aussi être moins productifs. besoin d’une stratégie nationale pour l’éducation le développement
L’insatisfaction résultante de l’inadéquation com- et le développement des compétences. Pour des compétences
pétences-travail est plus susceptible d’inciter à rendre la croissance plus inclusive, ces straté-
chercher un nouvel emploi, en particulier chez les gies doivent se concentrer non seulement sur les
jeunes sur-éduqués. À la question de savoir pour- jeunes, mais aussi sur les travailleurs adultes, les
quoi ils aimeraient changer de travail, 22  % des abandons scolaires, les travailleurs de l’économie
jeunes surqualifiés ont répondu qu’ils voulaient informelle et les travailleurs des groupes économi-
un emploi qui leur permette d’utiliser leurs com- quement et socialement défavorisés.
pétences de façon efficace ; 5 % seulement des Une première étape pour la plupart des pays
jeunes sous-qualifiés ont invoqué la même raison. du continent consistera à intégrer des stratégies
d’éducation et de développement des compé-
La scolarisation dans les écoles tences dans leurs plans de développement. Une
privées augmente, mais reste faible main-d’œuvre peu qualifiée et peu éduquée est
Les pourvoyeurs de services d’éducation privés généralement la contrainte principale évoquée
fournissent également une éducation - du prépri- par les cadres internationaux lorsqu’ils envisagent
maire au supérieur et certaines composantes de d’investir dans le secteur manufacturier en Afrique.
l’enseignement et de la formation techniques et Les compétences non techniques étant sus-
professionnels - ainsi que des services annexes ceptibles de devenir de plus en plus importantes,
tels que la formation des enseignants et l’éduca- les établissements d’éducation et de formation
tion complémentaire (soutien scolaire après les doivent être encouragés à inculquer et à renfor-
cours, apprentissage des langues et préparation cer les valeurs positives, en commençant par les
aux tests). jeunes enfants. Ces attributs sont notamment une
Bien qu’elles ne représentent encore qu’une solide éthique du travail, l’honnêteté, la tolérance, le
petite partie du total des fournisseurs de services respect de l’autorité, la ponctualité et la recherche
d’éducation, les écoles privées rattrapent rapide- de l’excellence. Ce sont là les caractéristiques
ment leur retard en Afrique, où elles ont presque intangibles d’une main-d’œuvre de haute qualité.
doublé en dix ans, mais elles sont moins répan- Les gouvernements devront investir dans la
dues qu’en Asie et en Amérique latine. La part de construction des infrastructures nécessaires pour

P o ints e ss e nti e ls  7
permettre le développement de compétences d’apprentissage et éventuellement réduire les
appropriées. Il s’agit notamment des infrastruc- taux d’abandon scolaire.
tures de base telles qu’une alimentation électrique • Introduire l’enseignement obligatoire, au moins
fiable et abordable, l’infrastructure de transport et au niveau de l’école primaire, et interdire le travail
les systèmes d’adresses postales, ainsi que l’in- des enfants (et faire appliquer cette interdiction).
frastructure numérique comme l’Internet à haut Les obligations légales peuvent aider à surmon-
débit, les réseaux virtuels mobiles et les systèmes ter les obstacles culturels et autres qui font aug-
interopérables. menter les taux d’abandon scolaire, tandis que
Les gouvernements peuvent également accé- l’interdiction du travail des enfants peut accroître
lérer les investissements dans le développement les taux d’achèvement de la scolarité.
de compétences futures essentielles, telles que : • Augmenter la scolarisation et l’achèvement des
• Les compétences numériques spécifiques à études secondaires. Avec des progrès impor-
l’emploi, y compris la programmation informa- tants réalisés dans la voie vers l’éducation
tique et la conception technologique. primaire universelle, les pays africains doivent
• Les compétences numériques non spécifiques maintenant déterminer comment garantir un
à l’emploi, y compris l’analyse de données et la meilleur accès à l’éducation secondaire. L’une
Les gouvernements
navigation sécurisée sur Internet. des options politiques pour augmenter la sco-
doivent mettre en • Les compétences non techniques, y compris larisation et l’achèvement des études secon-
place un système la communication et la pensée analytique et daires est de mettre des bourses à la disposi-
critique, pour permettre aux travailleurs de tion des étudiants qui en ont besoin, ce qui peut
éducatif axé sur
s’adapter à différentes tâches dans un environ- faciliter la transition du primaire au secondaire.
la demande et nement technologique en constante évolution. • Mettre en œuvre des réformes pédagogiques,
en phase avec • Les compétences annexes liées à l’industrie augmenter les normes en matière d’éduca-
manufacturière qui demeureront importantes tion, réformer la gouvernance de l’éducation et
les besoins des
pour soutenir l’économie numérique, y compris mettre en place des incitations efficaces tels que
employeurs les compétences physiques qui exigent une la subordination du renouvellement des contrats
dextérité moindre telle que la vente, la répara- des enseignants à la performance ou encoura-
tion et l’entretien. ger l’enseignement dans la langue locale.

Améliorer les résultats de l’éducation Aligner l’éducation et la formation sur le


Pour réduire les taux d’abandon et améliorer les marché du travail
résultats de l’éducation, les pays peuvent : Pour aligner les systèmes d’éducation et de for-
• Améliorer l’accès aux écoles dans les zones mation sur le marché du travail et permettre une
reculées. Un enfant sur quatre en Afrique vit meilleure adéquation entre les compétences de
à deux kilomètres ou plus de l’école la plus la main-d’œuvre et les possibilités d’emploi, les
proche, sans moyen de transport fiable. Les pouvoirs publics doivent développer un système
conditions sont encore pires pour les ménages d’éducation fondé sur la demande et en phase
des zones rurales et des pays à faible revenu. avec les besoins des employeurs. Les politiques
Une fréquentation scolaire irrégulière finit par visant à améliorer l’alignement consistent notam-
entraîner des redoublements et des abandons. ment à :
L’augmentation de l’accès aux écoles par la • Mettre en place des partenariats entre les uni-
réduction de la distance moyenne à parcourir versités, les établissements de formation et les
pour se rendre à l’école et l’amélioration des entreprises pour constituer une main-d’œuvre
transports terrestres peuvent réduire les taux mieux synchronisée avec la demande de
d’abandon et la fréquentation irrégulière, en main-d’œuvre.
particulier dans les zones reculées. • Réduire les coûts de transaction élevés de
• Proposer des incitations tels que la gratuité la recherche d’emploi, en particulier dans les
des uniformes et des manuels scolaires, et des zones urbaines. Les coûts élevés (tels que les
repas quotidiens pour améliorer les capacités frais de transport pour consulter les listes de

8 P o ints e ss e nti e ls
postes vacants et pour imprimer les curriculum Investir dans la nutrition
vitae et les lettres de motivation) empêchent Le lien entre la nutrition et les aptitudes cognitives
souvent les jeunes de s’informer des possibi- de la main-d’œuvre est clair : un enfant qui a faim
lités d’emploi et de postuler à des postes qui ne peut pas apprendre correctement. Or, la nutri-
correspondent à leurs compétences et à leurs tion est généralement négligée et reste gravement
qualifications. En créant ou en améliorant les sous-financée tant par les pouvoirs publics que par
agences publiques de recherche d’emploi qui les donateurs. Le QI d’une personne peut être réduit
centralisent l’information sur les emplois dis- de 5 points de pourcentage par un faible poids à la
ponibles et donnent des conseils sur les pos- naissance, de 5 à 11 points de pourcentage par des
sibilités d’emploi, les pays africains pourraient retards de croissance et de 10 à 15 points de pour-
réduire les coûts de la recherche d’emploi et centage par une carence en iode. En 2017, l’Afrique
améliorer l’adéquation des emplois. concentrait plus d’un tiers des enfants de moins de
• Veiller à ce que le système éducatif soit en phase cinq ans souffrant d’un retard de croissance dans le
avec les emplois qui apparaissent rapidement monde, avec des taux allant de 17 % en Afrique du
et qui sont très demandés dans le secteur privé Nord à 36 % en Afrique de l’Est. De plus, le nombre
(tels que les ingénieurs en logiciel, les spécia- d’enfants souffrant d’un retard de croissance en
listes du marketing, les rédacteurs, les conseil- Afrique est en augmentation.
lers financiers et les analystes de données). Pour renforcer les capacités cognitives, les
• Renforcer la collaboration entre les secteurs pouvoirs publics africains doivent investir dans
public et privé. Pour être plus efficaces, les pro- une meilleure nutrition, en commençant dès la
grammes de formation professionnelle et d’ap- grossesse. Si les effets de la malnutrition sont évi-
prentissage doivent s’inscrire dans le cadre tables, ils sont presque toujours irréversibles sur-
d’un système solide et collaboratif avec l’indus- tout chez les jeunes enfants. Les 1 000 premiers
trie, afin de s’assurer que les établissements de jours, de la conception à l’âge de 2 ans, sont une
formation sont axés sur la demande et trans- période critique pour la nutrition. Le manque de
mettent des compétences qui répondent à la nutriments essentiels pendant cette période se
demande du marché du travail. traduit par des enfants rachitiques (taille inférieure
• Mettre l’accent sur les compétences numé- à la moyenne pour leur âge) qui une fois adultes,
riques qui permettent à la jeunesse africaine de resteront plus petits et plus chétifs et présenteront
contribuer pleinement à l’économie numérique. des déficits cognitifs.
La Banque africaine de développement, par Les pouvoirs publics doivent également exploi-
exemple, a lancé le programme Codage pour ter le rendement économique très élevé des
l’emploi afin d’encourager une nouvelle généra- investissements dans la nutrition. Par exemple, on
tion de jeunes Africains dotés de compétences estime que le rapport coûts-avantages des inves-
numériques. Ce programme vise à soutenir tissements permettant de réduire les retards de
la création de 130 centres d’innovation dans croissance est d’au moins 1:15. L’élimination de
toute l’Afrique d’ici 2025. l’anémie se traduit par une augmentation de 5 à
• Intégrer la formation aux compétences non 17 % de la productivité des adultes, ce qui repré-
techniques dans la stratégie nationale d’édu- sente jusqu’à 2 % du PIB dans les pays les plus
cation. Les jeunes qui rejoignent une main- touchés. En complément des initiatives en matière
d’œuvre de plus en plus compétitive manquent de nutrition, les pouvoirs publics peuvent promou-
souvent de compétences non techniques et voir l’éducation de la petite enfance.
interpersonnelles essentielles (communication,
travail d’équipe et résolution de problèmes). Investir dans les sciences, la
Ces compétences peuvent être développées technologie, l’ingénierie et les
dans le cadre des programmes d’études, mais mathématiques (STIM)
également par le biais de programmes de L’Afrique doit renforcer ses compétences dans le
stages parrainés par les pouvoirs publics en domaine des technologies de l’information et de
collaboration avec des entreprises privées. la communication, de la technologie scientifique,

P o ints e ss e nti e ls  9
de l’ingénierie et des mathématiques. La qua- formation puis les donateurs internationaux qui
trième révolution industrielle (4IR) imposera des contribuent en partie au financement de l’éduca-
exigences croissantes aux systèmes éducatifs qui tion, en particulier dans les pays à faible revenu.
ne produisent pas de diplômés compétents dans Enfin, le rôle du secteur privé dans l’éducation,
ces domaines. bien que modeste, a augmenté. Le montant
Les investissements dans l’Internet à haut actuel du financement de ces quatre sources
débit et la diffusion des smartphones permettent n’est cependant pas suffisant pour répondre
à l’Afrique d’innover sur les fronts du numérique aux besoins éducatifs essentiels et croissants de
et de la téléphonie mobile. Les centres d’innova- l’Afrique.
tion sont en plein essor, avec plus de 600 centres
technologiques actifs sur le continent en 2019, En Afrique, la part du PIB consacrée
soit une augmentation de 40 % par rapport à l’an- à l’éducation est une des plus élevées
née précédente. des pays en développement
Les pouvoirs publics ont également accéléré En moyenne, les pays africains ont alloué à l’édu-
les investissements dans la recherche et le déve- cation, au cours de la période 2010-2017, 5 %
loppement expérimentaux, afin de repousser la de leur PIB et 16 % des budgets publics, juste
La quatrième
frontière du savoir et de relever les défis locaux. au-dessus des limites inférieures recommandées
révolution Ces investissements peuvent être des méca- par l’ONU qui sont respectivement de 4 et 15 %.
industrielle imposera nismes importants pour stimuler l’innovation en 20 pays sur un échantillon de 42 pays africains
Afrique, qui est à la traîne par rapport à d’autres ont alloué 4 % ou plus de leur PIB à l’éducation
des exigences
régions dans ses dépenses de recherche et déve- et 15 % ou plus de leur budget public, atteignant
croissantes aux loppement. Entre 2012 et 2016, la moyenne des ainsi les deux objectifs recommandés par l’ONU.
systèmes éducatifs dépenses brutes pour la recherche et le dévelop- 7 pays ne répondaient qu’à l’un des deux critères,
qui ne produisent pement était d’environ 0,23 % du PIB en Afrique, tandis que 15 pays ne répondaient à aucun des
soit un tiers seulement du niveau de 0,68 % en deux.
pas de diplômés Amérique latine.
compétents Les gouvernements peuvent collaborer avec Malgré cela, les dépenses par élève
dans les STIM le secteur privé et les établissements d’ensei- sont les plus faibles du monde
gnement pour développer des programmes Alors que de nombreux gouvernements africains
d’apprentissage et de formation. Les approches allouent une part substantielle de leurs ressources
comprennent le subventionnement de stages, le à l’éducation, ce montant rapporté à la taille de la
cofinancement de centres de formation avec les population scolarisée est faible. En effet, le mon-
industries et le financement par les entreprises de tant des dépenses publiques par élève en Afrique
la recherche et de l’innovation dans les universités. est le plus bas du monde, avec seulement 533
USD pour le primaire et 925 USD pour le secon-
daire (en termes de parité de pouvoir d’achat). Le
FINANCEMENT DE faible niveau de dépenses par élève peut être le
L’ÉDUCATION ET DU résultat d’un faible PIB et d’une proportion élevée
DÉVELOPPEMENT DES de la population d’âge scolaire, conséquence de
COMPÉTENCES la croissance rapide de la population jeune.
Pour l’enseignement primaire, les pays afri-
Quatre sources principales alimentent le finan- cains dépensent en moyenne par élève un quart
cement de l’éducation et du développement des des ressources que leur consacrent les pays
compétences en Afrique : le gouvernement, les d’Amérique latine et un cinquième des dépenses
ménages, les donateurs internationaux et le sec- des pays asiatiques. Pour le secondaire, l’Afrique
teur privé. Le gouvernement est le plus grand dépense par élève moins de la moitié des res-
fournisseur et financier de l’éducation, viennent sources dépensées par l’Amérique latine et envi-
ensuite les ménages qui investissent également ron un cinquième de ce que l’Asie dépense. Ces
leurs propres ressources dans l’éducation et la faibles niveaux de dépenses pourraient en partie

10 P o ints e ss e nti e ls


expliquer la mauvaise qualité des résultats de les frais scolaires à payer par les ménages
l’éducation enregistrée dans de nombreux pays comprennent essentiellement les livres, les four-
africains. nitures, les transports et les cours particuliers. La
Les gouvernements africains allouent la plus demande croissante des ménages pour une sco-
grande partie de leur budget pour l’éducation à larisation de meilleure qualité peut également être
l’enseignement primaire (38 %), à l’enseignement un facteur explicatif des dépenses élevées que
secondaire (37 %) et à l’enseignement supérieur ces ménages ont à consentir pour l’éducation.
(20 %). Seuls 4 % vont à l’enseignement et à la Dans certains pays, le tutorat privé représente une
formation techniques et professionnels et 2 % à part considérable des dépenses consacrées à
l’enseignement préscolaire. Cette situation est l’éducation par les ménages.
similaire à celle d’autres régions en développe- Les envois de fonds sont une source impor-
ment, comme l’Asie. tante et croissante de revenus pour de nombreux
ménages africains. Entre 2005 et 2018, ils sont
L’Afrique pourrait presque atteindre passés de 33,4 milliards USD à 82,8 milliards
l’enseignement primaire universel en USD, soit près de 3,5 % du PIB de l’Afrique. Les
améliorant l’efficience des dépenses envois de fonds des migrants internes et inter-
Les dépenses
publiques d’éducation nationaux sont pour de nombreux ménages une
L’Afrique est, en moyenne, la région la moins effi- source importante de financement de l’éducation publiques par élève
cace dans l’utilisation des dépenses consacrées à et la prise en charge du coût de l’éducation est en Afrique sont
l’éducation, avec des scores moyens d’efficience souvent l’une des principales motivations de la
les plus faibles du
de 58 % pour l’enseignement primaire et de 41 % migration. Les ménages recevant des envois de
pour le secondaire. Cette faible efficience a d’im- fonds de l’étranger en ont consacré 22 % à l’édu- monde, avec 533
portantes implications. Pour l’enseignement pri- cation au Nigeria, 12 % au Burkina Faso, 10 % au dollars US pour
maire, ce score de 58 % signifie une inefficience Kenya et 3 % au Sénégal. l’école primaire et
des dépenses d’environ 42 %, ce qui suggère que
les pays africains pourraient améliorer l’efficience Les donateurs officiels contribuent 925 dollars US pour
de l’enseignement primaire de 42 % sans aug- pour une part importante au l’école secondaire
menter les dépenses. Plus concrètement, le taux financement de l’éducation en Afrique
d’achèvement du cycle primaire pourrait passer Après une forte baisse en 2011, le financement
de 79 % (taux de 2016) à 98 % si les niveaux d’ef- de l’éducation dans le monde par les bailleurs de
ficience en Afrique correspondaient à ceux d’Asie fonds a repris sa progression avec 14,8 milliards
ou d’Amérique latine. En d’autres termes, les pays USD en 2017. L’Afrique a reçu 5,4 milliards USD,
africains pourraient presque atteindre l’enseigne- soit 36 % du total. Dans certains pays africains,
ment primaire universel en améliorant l’efficience dont le Burkina Faso, le Mali et la Zambie, la part
des dépenses consacrées à l’éducation. de l’aide internationale dans les budgets publics
de l’éducation est supérieure à 25 %.
Le niveau des dépenses directes Dans la période 2013-2017, l’enseignement
consacrées par les ménages à postsecondaire a bénéficié de la plus grande
l’éducation est élevé part de l’aide, soit 30 %. Le soutien général au
Alors que plus de la moitié des pays africains ont système éducatif est le second bénéficiaire avec
supprimé les frais de scolarité de l’enseignement 27 % répartis entre les établissements d’ensei-
primaire et secondaire, les familles consacrent gnement et la formation, les politiques éduca-
toujours une part considérable de leurs revenus à tives et la gestion administrative, la formation des
l’éducation de leurs enfants. En 2015, les ménages enseignants, et la recherche pédagogique. L’édu-
africains ont consacré en moyenne 35 % de leur cation de base a reçu 25 % de l’aide internationale
budget à l’alimentation, 3,5 % aux soins de santé dont la majeure partie est allée à l’enseignement
et 2,5 % à l’éducation. primaire et environ 13 % à l’éducation préscolaire
Étant donné que les frais de scolarité ont été et au développement chez les jeunes des com-
supprimés dans de nombreux pays africains, pétences pratiques élémentaires. La part la plus

P o ints e ss e nti e ls  11
faible, soit 18 %, a été consacrée à l’enseigne- technique et professionnel, dans le financement
ment secondaire. Par ailleurs, environ 22 % de des élèves et le financement institutionnel.
l’aide à l’éducation a pris la forme de bourses ou
de formations dans le pays donateur. Le secteur privé sous-investit dans la
formation professionnelle
L’efficience de l’aide internationale La participation du secteur privé est plus impor-
peut être améliorée tante dans la formation professionnelle, bien que les
L’aide à l’éducation, visant différents niveaux de lacunes du marché freinent ce financement. Étant
scolarité et adoptant différentes modalités, s’est donné que les compétences acquises grâce à la
orientée vers des interventions telles que des pro- formation peuvent être fructueusement utilisées par
grammes d’alimentation à l’école, la construction d’autres entreprises, l’employeur n’engagera pas le
de salles de classe, la formation des enseignants, coût d’une formation sans contrat préalable destiné
des bourses pour les filles, des programmes à éviter un éventuel « débauchage » par un concur-
visant à réduire le décrochage scolaire ainsi que rent. Et bien que les travailleurs soient prêts à assu-
le développement de programmes scolaires. mer les coûts d’une formation pour profiter pleine-
Une analyse de l’efficience de l’aide a montré ment des avantages associés, comme un salaire
que son impact était plus important quand l’aide plus élevé, ils sont souvent incapables ou réticents
était apportée aux installations scolaires et à la à payer une formation en raison des contraintes de
formation des enseignants. Cette analyse indi- liquidité, d’une aversion au risque ou d’une incapa-
quait également que des complémentarités exis- cité à s’engager à ne pas quitter l’entreprise après
taient entre les aides à l’enseignement primaire le financement de la formation par l’employeur. Un
et à l’enseignement secondaire, éventuellement sous-investissement dans la formation peut résul-
dues à un effet incitatif qui motivait les enfants à ter de la non-prise en compte par les travailleurs
terminer le cycle primaire s’ils avaient de fortes des retombées sociales de la formation (comme
chances de pouvoir poursuivre dans l’enseigne- une productivité plus élevée des collègues de tra-
ment secondaire. vail et un bénéfice actuel et futur plus élevé pour
l’employeur). De même, le niveau d’investissement
Le financement par le secteur privé de l’entreprise sera sous-optimal d’un point de vue
progresse, mais reste limité social si les avantages pour les futurs employeurs
Le financement privé peut être un complément ne sont pas pris en compte par l’entreprise.
au financement public des établissements d’en-
seignement publics. Peu de recherches ont été Recommandations politiques
menées sur le financement privé de l’éducation
en Afrique. Les études de cas révèlent que les Investir davantage dans l’éducation et les
sources privées externes ne représentent qu’une infrastructures pour obtenir les meilleures
faible partie du financement total de l’éducation. retombées de la croissance du PIB à long
En Ouganda par exemple, les ONG et les organi- terme
sations privées n’ont contribué qu’à 1 % du finan- Investir à la fois dans l’éducation et dans les
cement total de l’éducation, contre 57 % par les infrastructures génère une plus forte croissance
ménages et 34 % par le gouvernement. que d’investir uniquement dans l’un des deux sec-
De nombreuses opportunités de financement teurs car ces deux types d’investissement sont
de l’éducation par le secteur privé existent, notam- fortement complémentaires. Étant donné que la
ment pour les investisseurs socialement respon- constitution d’un capital physique et humain peut
sables, les philanthropes et les entrepreneurs. Les être coûteuse, les décideurs politiques devraient
opportunités à caractère social et économique donc prendre en compte les implications du finan-
abondent dans l’enseignement primaire et secon- cement public et ses retombées macroécono-
daire peu coûteux, là où les gouvernements ont miques et distributives.
du mal à répondre à la demande, ainsi que dans Des modélisations réalisées dans le cadre
l’enseignement supérieur, dans l’enseignement du présent rapport montrent qu’en raison de

12 P o ints e ss e nti e ls


ces importants effets complémentaires, un pro- Réduire les taux de redoublement et
gramme d’investissement mixte financé par une d’abandon scolaire
augmentation de 1 % du PIB des investisse- La réduction des taux de redoublement et d’aban-
ments répartis entre l’éducation de base (34 %), don scolaire est liée à l’amélioration de la qua-
l’enseignement supérieur (33 %) et les infrastruc- lité de l’enseignement. Bien que la rémunération
tures physiques (33 %) sera supérieur à tout pro- des enseignants soit généralement le poste de
gramme ne visant qu’un seul secteur. Les inves- dépenses le plus important du budget de l’édu-
tissements mixtes peuvent augmenter le revenu cation, la faible qualification, l’absentéisme et les
national net de près de 28 points de pourcentage, faibles performances des enseignants contribuent
les salaires réels du secteur informel de 29 points à la mauvaise qualité de l’éducation. Afin d’amélio-
de pourcentage et le revenu réel des personnes rer la qualité, les gouvernements devraient :
auparavant considérées comme pauvres de 36 • recruter une proportion plus élevée d’ensei-
points de pourcentage. gnants qualifiés,
• favoriser le développement professionnel des
Améliorez l’efficience grâce à l’audit et enseignants,
l’examen des dépenses d’éducation • solliciter davantage les commentaires et
Investir à la fois
L’Afrique est la seconde des régions en dévelop- appréciations sur les performances scolaires,
pement à consacrer une part importante de son de l’ensemble des parties prenantes, telles que dans l’éducation
PIB à l’éducation. Mais l’efficience des dépenses les parents, les élèves et les autorités locales, et dans les
publiques est faible et celles allouées à l’éduca- • donner aux écoles plus d’autonomie dans l’al-
infrastructures
tion semblent avoir mieux réussi à augmenter la location des ressources et le recrutement des
quantité que la qualité. Malgré la faible marge de enseignants dont elles ont besoin, génère une plus
manœuvre des gouvernements, le défi de l’Afrique • développer de meilleures politiques et straté- forte croissance
est donc d’étendre l’éducation et les compé- gies de recrutement et de maintien en poste que d’investir
tences de sa population en améliorant à la fois la des personnels compétents et
quantité et la qualité de l’éducation. Une allocation • améliorer la gestion des écoles et les pro-
uniquement dans
plus efficace des ressources peut bénéficier à ces grammes d’appui à la gouvernance. l’un des deux
améliorations. secteurs car
Un financement de l’éducation mal ciblé ou Recourir au financement basé sur la
mal utilisé est une source d’inefficience et peut performance
ces deux types
diminuer l’effet des mesures destinées à amélio- Le financement basé sur les résultats, qui condi- d’investissement
rer l’accès et la qualité de l’éducation. Bien qu’ils tionne la rémunération à la réalisation d’un résultat sont fortement
puissent améliorer l’efficience en réduisant les « vérifiable, est un instrument prometteur qui devrait
complémentaires
fuites » dans le financement de l’éducation et en renforcer la performance du système éducatif.
guidant les réformes de la gestion des finances L’examen par un tiers indépendant de l’atteinte
publiques, les outils de diagnostic des dépenses de résultats, convenus au préalable, est un élé-
d’éducation (tels que les audits budgétaires et ment clé de ce type de financement et nécessite
opérationnels, les enquêtes de suivi et l’examen de solides systèmes d’information et de suivi des
des dépenses publiques) n’ont pas toujours eu indicateurs de résultats.
le succès anticipé. Les principales initiatives qui Dans le secteur de l’éducation, les exemples de
pourraient augmenter leurs chances de succès financement basé sur les résultats incluent les inci-
sont les suivantes : tations, les rémunérations, les contrats basés sur la
• Impliquer les ministères de l’Éducation dans performance, les transferts monétaires condition-
toutes les étapes des processus concernés nels et les paiements à la livraison. Ce système de
afin de renforcer l’appropriation et garantir la financement peut être utilisé à la fois pour agir sur
mise en œuvre des mesures recommandées. les agents du côté de l’offre tels que les ministères,
• Éviter d’analyser trop de données (flux de les autorités provinciales, les districts, les écoles et
dépenses) ou de combiner les enquêtes de les enseignants, et les bénéficiaires du côté de la
suivi avec d’autres enquêtes. demande tels que les élèves et les parents.

P o ints e ss e nti e ls  13
Le financement basé sur les résultats a récem- et pour partager les coûts et les ressources. Des
ment été utilisé dans les projets d’éducation de plu- exemples de partenariats public-privé dans le
sieurs pays africains, dont le Cameroun, la Répu- domaine de l’éducation incluent les systèmes de
blique démocratique du Congo, le Mozambique coupons et les prêts et bourses d’études desti-
et la Tanzanie, mais il est trop tôt pour en évaluer nés à élargir le choix des établissements scolaires
les impacts à long terme. (La Banque africaine de au-delà des écoles publiques. Le secteur privé
développement a validé un instrument de finance- peut également intervenir dans le soutien d’acti-
ment basé sur les résultats en novembre 2017.) vités telles que la formation des enseignants, le
tutorat, la fourniture de manuels scolaires et la
Améliorer le ciblage de l’aide pour renforcer construction d’écoles. Ces échanges de connais-
la qualité de l’enseignement sances et de compétences peuvent profiter
Bien qu’en augmentation ces dernières années avec aux deux parties ainsi qu’à la société dans son
14,8 milliards USD en 2017, le financement de l’édu- ensemble.
cation accordé par les donateurs aux pays en déve- Le rôle du gouvernement dans les partenariats
loppement n’atteint toujours pas la moitié du déficit public-privé consiste à diriger, réguler et à partici-
de financement de l’éducation, estimé à 39,5 mil- per en tant que partenaire. En tant que dirigeant,
Le défi de l’Afrique
liards USD pour la période 2015-2030. Aussi bien il peut travailler avec le secteur privé pour accroître
est de développer le montant de l’aide à l’éducation que son efficience l’offre de services éducatifs dans les secteurs ou
l’éducation et les doivent s’améliorer. La réflexion politique devra les lieux prioritaires, conformément au plan national
maintenant intégrer deux changements majeurs : de développement ou à la politique industrielle. En
compétences de
l’abandon de l’aide par projet au profit d’un soutien tant que régulateur, il devrait veiller à ce que l’envi-
ses populations en systémique et plus concentré sur la qualité de l’édu- ronnement des affaires dans lequel les entreprises
améliorant aussi cation et l’apprentissage des élèves. Le virage vers se créent et évoluent soit propice aux affaires et
un soutien systémique requiert une plus grande uti- aux investissements dans le secteur de l’éducation.
bien la quantité
lisation de l’appui budgétaire au secteur de l’éduca- En tant que partenaire, il dispose d’un potentiel
que la qualité tion afin d’aligner les incitations et les objectifs des considérable pour élargir l’accès à l’éducation et en
de l’éducation bailleurs de fonds et des pays bénéficiaires tels que améliorer la qualité et la pertinence. Ces collabora-
définis dans les plans du secteur de l’éducation ou tions peuvent contribuer à améliorer les infrastruc-
les plans nationaux de développement. tures, les produits et les services éducatifs tout en
Bien que l’aide de base à l’éducation soit essen- partageant les coûts et les ressources connexes à
tielle (nouvelles salles de classe, davantage d’en- travers des initiatives telles que :
seignants et de matériel pédagogique), l’accent • étudier le recours à des contrats de service ou
devra être également mis sur la qualité de l’édu- aux écoles privées financées par l’État, mais
cation et l’apprentissage des élèves. Des réformes gérées de manière indépendante par le sec-
à l’échelle du système seront donc nécessaires et teur privé,
porteront sur l’engagement pris par les dirigeants • encourager les entreprises privées à forger des
nationaux d’améliorer la qualité de l’éducation, la partenariats de collaboration à long terme avec
pertinence des programmes et du matériel d’ap- les universités pour financer la recherche dans
prentissage, la localisation et les équipements des des domaines d’intérêt spécifiques,
établissements scolaires, la direction et la gestion • établir un environnement réglementaire et des
des écoles, la formation des enseignants, le statut mécanismes de suivi qui garantiront la confor-
de la profession enseignante et la participation des mité des partenariats public-privé aux objectifs
parents et de la communauté à l’enseignement. de développement du pays et créer un climat
d’investissement dans l’éducation propice à
Favoriser les partenariats public-privé dans de tels partenariats, y compris la possibilité de
l’enseignement et la formation financements à long terme et
Les partenariats public-privé permettent au gou- • établir des normes fiables de qualité au
vernement et au secteur privé de s’unir pour fournir sein des établissements d’enseignement et
des infrastructures, des produits et des services de formation publics et privés incluant des

14 P o ints e ss e nti e ls


mécanismes d’assurance qualité permettant le être un élément clé des initiatives de partage des
suivi des performances. coûts visant à atténuer la pression sur les budgets
La participation du secteur privé peut être publics. Comme les programmes d’aide financière
nécessaire pour combler les déficits quand les et de prêts aux étudiants n’ont en Afrique que des
budgets publics alloués à l’enseignement et la résultats mitigés, leur efficience dans l’élargisse-
formation technique et professionnelle sont limi- ment de l’accès à l’enseignement supérieur des
tés. Par ailleurs, le secteur privé peut être plus en groupes défavorisés devrait être améliorée par
phase avec les demandes du marché en matière de meilleures politiques. Parmi celles-ci devraient
de compétences. Les politiques publiques visant figurer :
à améliorer l’enseignement et la formation profes- • Diversifier les sources de financement afin de
sionnelle devraient : réduire la dépendance vis-à-vis du finance-
• soutenir l’apprentissage et la formation en ment public,
encourageant les partenariats entre le secteur • Établir un solide système de suivi (en collectant
privé, le secteur public et les établissements et en conservant des données fiables sur les
d’enseignement et de formation et étudiants) afin d’identifier les étudiants qui ont
• ouvrir le marché de la formation à travers des besoin d’une aide financière,
Le rôle du
contrats concurrentiels passés avec des orga- • Permettre l’octroi de prêts du secteur privé aux
nismes de formation privés et des organisa- étudiants pour rendre l’accès à l’éducation plus gouvernement dans
tions non gouvernementales. abordable et les partenariats
• Réduire le taux de défaut de paiement par
public-privé est
Faciliter le financement philanthropique de l’adoption de réformes juridiques qui facili-
l’enseignement privé teront le recouvrement des prêts auprès des celui de directeur,
Le mécénat est une source potentielle de finan- bénéficiaires ayant une capacité de rembour- de régulateur et
cement de l’éducation qui a été peu exploitée en sement démontrée. Une combinaison d’inci-
de partenaire
Afrique. Des dotations et des fondations pourraient tations pragmatiques, sociales et légales peut
être recherchées afin de financer l’enseignement également être mise en place pour réduire les
supérieur et la recherche sur le continent. Par défauts de paiement.
exemple, les principales universités américaines Un autre instrument populaire de financement
accordent des dotations de plusieurs milliards de l’enseignement secondaire et supérieur est le
de dollars qui génèrent des millions en intérêts plan d’épargne-études mis en œuvre par le biais
chaque année, tandis que les entreprises pour- de comptes bancaires et bénéficiant d’avantages
raient contribuer au financement de l’éducation par spécifiques garantis par le gouvernement. Étant
le biais de programmes de responsabilité sociale. donné que ces fonds sont destinés à financer
Les écoles et universités africaines pourraient la future éducation d’un enfant, ils seront géné-
également mobiliser des fonds par le biais d’as- ralement investis pour générer une croissance à
sociations d’anciens élèves. Les cotisations et les plus long terme. Alors que l’argent mobile et les
dons pourraient être utilisés pour améliorer les services bancaires se développent en Afrique, un
installations et les programmes scolaires et four- plus grand nombre de ménages pourraient béné-
nir un soutien financier aux membres des groupes ficier de tels plans.
défavorisés. Les associations d’anciens élèves
pourraient être également déployées pour faire Étudier des options innovantes de financement
pression sur les gouvernements afin d’améliorer pour orienter davantage de capitaux privés
l’efficience des politiques d’éducation. internationaux vers l’enseignement
Des capitaux supplémentaires pourraient être
Développer le marché des prêts étudiants, mobilisés pour financer l’éducation en utilisant,
des aides financières ciblées et des tout en restant axés sur les résultats, des options
mécanismes de partage des coûts innovantes de financement telles que les contrats à
Les systèmes de prêts et d’aide financière aux impact social ou de développement. Les contrats
étudiants de l’enseignement supérieur peuvent à impact social et les contrats pay-for-success 

P o ints e ss e nti e ls  15
ont recours à des capitaux privés pour financer • utiliser des composantes basées sur les
les services sociaux. Le remboursement est effec- besoins qui permettront d’orienter les res-
tué par le gouvernement sous réserve de la réali- sources vers les localisations géographiques
sation d’un résultat défini. Les contrats à impact et les établissements scolaires qui nécessitent
sur le développement sont similaires sauf que le le plus une amélioration et
remboursement des prêts est effectué une fois le • élargir la recherche sur l’utilisation et l’impact
résultat obtenu par l’agence ou la fondation dona- des formules de financement et sur la répar-
trice plutôt que par le gouvernement. tition des responsabilités financières entre les
La Facilité internationale de financement pour différents niveaux de gouvernement pour amé-
l’éducation (IFFEd) est un élément important des liorer la fourniture des services éducatifs.
efforts internationaux destinés à combler le défi-
cit mondial de financement de l’éducation et atti- Promouvoir les transferts monétaires
rer de nouveaux financements pour l’éducation. conditionnels visant l’éducation des filles et
Le mécanisme financier de l’IFFEd sera mis en des enfants des familles pauvres
œuvre par le biais des quatre banques multila- Les enfants issus des milieux les plus pauvres sont
térales de développement (Banque africaine de plus souvent déscolarisés et moins susceptibles
Des transferts
développement, Banque asiatique de dévelop- de terminer l’école primaire que les enfants issus
monétaires ciblés pement, Banque interaméricaine de développe- de ménages plus aisés. Une attention particulière
et conditionnels ment et Banque mondiale). La facilité devrait lever doit être portée aux facteurs qui ne permettent
peuvent accroître 2 milliards USD de financement conditionnel et pas aux élèves les plus défavorisés de terminer
l’investissement de subventions des pays donateurs et recherche leur scolarisation. Une cause profonde réside pro-
des ménages dans actuellement la notation obligataire AAA auprès bablement dans les frais d’éducation que doivent
l’éducation, la santé de Standard & Poor’s. Une autre initiative inno- débourser les ménages les plus pauvres et qu’ils
ou la nutrition vante de financement est le Fonds africain pour ne peuvent assumer. La gratuité de l’enseigne-
l’éducation lancé par la Banque africaine de ment primaire et des transferts conditionnels
développement. monétaires ou non monétaires pourraient atténuer
cette contrainte.
Lutter contre l’inégalité des dépenses en De nombreux pays en développement ont
utilisant « l’universalité progressive » comme eu recours à des transferts monétaires ciblés et
principe directeur du financement de conditionnels pour accroître l’investissement des
l’éducation ménages dans l’éducation, la santé ou la nutrition.
L’universalité progressive signifie prioriser les Ces transferts sont ciblés, car ils concernent les
pauvres et les défavorisés, prioriser les niveaux ménages éligibles, car identifiés comme pauvres
inférieurs d’éducation pour lesquels les retom- ou vulnérables ayant des enfants d’âge scolaire,
bées sociales sont les plus importantes et favo- et conditionnels car les ménages doivent envoyer
riser le rôle complémentaire du financement privé leurs enfants à l’école pour percevoir les transferts.
et le recouvrement des coûts pour les plus hauts Des données probantes pour l’Afrique montrent
niveaux d’enseignement si nécessaire. un impact positif des programmes de transferts
Pour lutter contre l’inégalité des dépenses d’édu- monétaires conditionnels sur les résultats de
cation, les gouvernements qui cherchent à appli- l’éducation. Bien que les transferts financiers de
quer l’universalité progressive devraient envisager : la plupart des programmes représentent une part
• augmenter l’emploi de formules de finance- importante du revenu des ménages pauvres, de
ment appliquées aux écoles (formules de petits transferts peuvent également avoir d’impor-
calcul basées sur des indicateurs spécifiques tants effets. La généralisation de ces programmes
et fixant les ressources publiques accordées pourrait être un outil efficace de développement
aux districts scolaires), de l’éducation du côté de la demande.

16 P o ints e ss e nti e ls


CROISSANCE EN AFRIQUE :
PERFORMANCES,
PERSPECTIVES ET
1
INCLUSION

MESSAGES CLÉS

• La croissance économique de l’Afrique s’est stabilisée et devrait s’accélérer,


mais elle reste inférieure à ses sommets historiques. Depuis 2014, la croissance de
l’Afrique s’est ralentie passant d’une moyenne décennale de 5 % à environ 3 %. Cette crois-
sance modérée s’est poursuivie en 2019 se stabilisant à 3,4 %, soit le même niveau qu’en
2018. La croissance devrait s’accélérer pour atteindre 3,9 % en 2020 et 4,1 % en 2021.
• La croissance varie beaucoup selon les régions et les pays, mais il y a de nom-
breux exemples de réussites. En 2019, l’Afrique de l’Est a été la région qui a connu
la croissance la plus rapide et l’Afrique du Nord demeure la région avec la plus grande
contribution à la croissance globale du PIB de l’Afrique, principalement en raison de la forte
dynamique de croissance de l’Égypte. Six pays africains figurent parmi les dix économies à
la croissance la plus rapide du monde : le Rwanda à 8,7 %, l’Éthiopie 7,4 %, la Côte d’Ivoire
7,4 %, le Ghana 7,1 %, la Tanzanie 6,8 % et le Bénin 6,7 %.
• Les fondamentaux de la croissance se sont améliorés, ses moteurs se déplaçant
progressivement vers les investissements et les exportations nettes au détri-
ment de la consommation privée. En 2019, pour la première fois depuis une décennie,
les dépenses d’investissement représentent une part plus importante (plus de la moitié)
de la dynamique de croissance du PIB que celles de la consommation. Les exportations
nettes ont également joué un rôle important, en particulier parmi les exportateurs de pro-
duits de base, avec le relèvement des prix du pétrole. Avec l’amélioration de la stabilité
macroéconomique et de la crédibilité monétaire, l’inflation a également diminué quoi qu’elle
reste élevée.
• La croissance à long terme est principalement alimentée par l’accumulation de
capital physique mais le capital humain y joue un rôle complémentaire important.
La décomposition de la croissance montre que la formation de capital fixe est le principal
moteur de l’augmentation de la productivité des travailleurs sur le continent. Le développe-
ment du capital humain a l’impact le plus grand lorsqu’il est combiné avec un investisse-
ment élevé en capital physique.
• Toutefois, la croissance économique de l’Afrique n’a pas été inclusive comme en
témoigne la persistance de fortes inégalités. Seulement un tiers environ des pays
africains ont atteint une croissance inclusive. Les pays ayant de meilleurs résultats éducatifs
et des taux de changement structurel plus élevés sont plus susceptibles de parvenir à une
croissance inclusive. Mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 reste un défi dans la plupart
des pays africains. Les pays qui appliquent des politiques actives de réduction des inégali-
tés améliorent leurs chances de réduire davantage l’extrême pauvreté d’ici à 2030.

 17
• Pour accélérer la croissance de l’Afrique et renforcer son caractère inclusif, les politiques
devraient viser à :
• Approfondir les réformes structurelles pour diversifier la base productive du continent et libérer le
potentiel de croissance.
• Maintenir la stabilité macroéconomique tout en améliorant la gestion des finances publiques.
• Renforcer la capacité nationale à amortir les événements climatiques extrêmes.
• S’attaquer aux obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre, dans et entre les pays et les industries.
• Développer les filets de sécurité sociale et accroître leur efficience.

PERFORMANCES économies du continent. La croissance du PIB de


ET PERSPECTIVES l’Afrique est légèrement supérieure à la moyenne
MACROÉCONOMIQUES mondiale de 3,0 % pour 2019 et bien supérieure
à celle des économies avancées qui est de 1,7 %.

La croissance plus
L a croissance économique en Afrique est
estimée à 3,4 % pour 2019, soit à peu près le
même taux qu’en 2018. Bien que stable, ce taux
Elle dépasse également celle des économies
émergentes et en développement hors de l’Afrique
et à l’exclusion de la Chine et de l’Inde (figure 1.1).
lente que prévue de croissance est inférieur au taux prévu dans les
est en partie due à Perspectives économiques en Afrique de 2019. Il La croissance est vulnérable aux
l’expansion modeste est également inférieur à la croissance moyenne risques mondiaux de baisse
décennale de la région (5 %). La croissance modérée de l’Afrique reflète un
des cinq géants du La croissance plus lente que prévue est en environnement extérieur de plus en plus difficile.
continent – l’Afrique partie due à l’expansion modeste des cinq géants Le volume des échanges mondiaux a ralenti pas-
du Sud, l’Algérie, du continent – l’Algérie, l’Égypte, le Maroc, le Nigé- sant d’une croissance annuelle de 5,7 % en 2017
ria et l’Afrique du Sud – qui ont enregistré ensemble à 1,1 % en 2019 (figure 1.2, panneau de gauche).
l’Égypte, le Maroc un taux de croissance moyen de seulement 3,1 %, Le ralentissement du commerce a été particuliè-
et le Nigéria contre une moyenne de 4 % pour le reste des rement marqué pour les métaux et les denrées

FIGURE 1.1 La croissance du PIB de l’Afrique est supérieure à la moyenne mondiale

Pour cent
10

Chine
6

Monde Les économies émergentes et en développement (à l’exclusion de l’Afrique, de la Chine et de l’Inde)


4

Afrique
0
2010–15 2016 2017 2018 2019 2020 2021
(estimation) (projection) (projection)
Source : Statistiques de la Banque africaine de développement et FMI. Banque de données des Perspectives
de l’économie mondiale.

18 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.2 L’environnement économique mondial est en train de changer

Croissance du commerce mondial et des volumes d’exportation Tendances des principaux indices des prix des produits de base
Volume des Volume des exportations
Variation en pour cent échanges de biens et services Indice (2010 = 100)
10 100
Denrées
alimentaires

8 90
Matières
premières
agricoles
80
6
Métaux
70
4 Énergie

60

2
50

0 40
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019
Source : Statistiques de la Banque africaine de développement et base de données des Perspectives de l’économie mondiale du FMI.

alimentaires, deux des principaux produits d’expor- De plus, les conditions financières à l’échelle
tation de l’Afrique. L’indice mondial de la production mondiale se sont assouplies à la suite de l’adoption
industrielle a continué de montrer des signes de par les banques centrales des économies avan-
faiblesse au cours des trois premiers trimestres de cées d’une politique monétaire plus accommo-
2019. Ce fléchissement s’explique en partie par le dante. La baisse des rendements des instruments
ralentissement en Chine et en Europe, les incerti- d’emprunt à long terme a amélioré les conditions
tudes concernant un Brexit dur et le ralentissement de financement extérieur des pays africains. Les
aux États-Unis ainsi que les tensions commerciales humeurs des marchés s’améliorent. Le portefeuille
entre ce pays et la Chine. et les entrées de capitaux se rétablissent. De plus,
Malgré l’environnement mondial difficile, plu- les rendements et les écarts des obligations du
sieurs facteurs externes ont contribué à stabili- marché frontalier africain se resserrent.
ser la croissance de l’Afrique et à compenser les
effets des chocs négatifs. Les prix des produits de La croissance présente une grande
base ont été globalement stables après la chute hétérogénéité entre les régions et les
du dernier trimestre de 2018 (figure 1.2, panneau pays
de droite). La baisse de la production pétrolière La croissance estimée à 3,4 % de l’Afrique
due aux réductions de l’offre par les membres de masque d’importantes variations entre les régions
l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et les pays (tableau A1.1.1 de l’annexe 1). L’Afrique
(OPEP)1 et aux attaques contre les infrastructures de l’Est maintient sa position de région à la crois-
pétrolières de l’Arabie saoudite a été compensée sance la plus rapide du continent avec une crois-
par l’augmentation de la production des États- sance estimée à 5,0 % en 2019, avec en tête le
Unis et d’autres pays non membres de l’OPEP, Rwanda, l’éthiopie et la Tanzanie. La croissance
ce qui a maintenu les prix du pétrole autour de du Soudan du Sud est passée de 0,5 % en 2018 à
60 dollars US le baril en 2019. Dans l’ensemble, 5,8 % en 2019, principalement en raison de l’aug-
les termes de l’échange des exportateurs d’éner- mentation de la production pétrolière par suite de
gie et de produits non énergétiques en Afrique se l’accord de paix de septembre 2018. Mais la crois-
sont améliorés depuis 2016 (figure 1.3). sance s’est ralentie au Kenya, passant de 6,5 % à

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  19


FIGURE 1.3 Les termes de l’échange des exportateurs de pétrole en Afrique se sont
renforcés ces dernières années

Indice (2013 = 100)


125

Pays à faible dépendance des ressources naturelles

Pays à forte dépendance des ressources naturelles


100

Afrique

75
Pays exportateurs de pétrole

Des investissements
plus forts et des 50
2013 2014 2015 2016 2017 2018
exportations nettes
Source : Statistiques de la Banque africaine de développement et Indicateurs du développement dans le monde.
soutiennent la
récente croissance
dans la région 5,9 %, avec la fin des mesures de relance budgé- continué à se redresser progressivement, passant
taire des années précédentes. de 1,9 % en 2018 à 2,3 % en 2019.
L’Afrique du Nord est la deuxième région de En Afrique centrale, on estime que la croissance
croissance la plus rapide, avec une croissance est passée de 2,7 % en 2018 à 3,2 % en 2019. La
moyenne estimée à 4,1 % pour 2019. Sa perfor- plupart des pays de la région ont connu une accé-
mance s’explique par la dynamique de croissance lération de la croissance entre 2018 et 2019, à l’ex-
en Égypte (de 5,3 % en 2018 à 5,6 % en 2019), tirée ception de la République démocratique du Congo
par des programmes de réforme vigoureux et l’ex- où la croissance a ralenti de 5,8 % à 4,3 %, princi-
traction du gaz dans le Zohr. Les autres pays ayant palement en raison des incertitudes liées à la tran-
connu une accélération de la croissance sont l’Algé- sition politique et de l’épidémie de virus Ébola à la
rie (de 1,4 % en 2018 à 2,3 % en 2019) et la Mauri- fin de 2018 et de sa persistance en 2020.
tanie (de 3,6 % à 6,7 %). Toutefois, la performance En Afrique australe, la croissance s’est ralen-
de la région a été pénalisée par le ralentissement de tie, passant de 1,2 % en 2018 à 0,7 % en 2019,
la croissance en Libye, qui est passée de 7,8 % en en raison des cyclones Idai et Kenneth et de la
2018 à 4 % en 2019, en raison des perturbations de dévastation des infrastructures et de l’agriculture
la production pétrolière résultant de la détérioration au Malawi, Mozambique et Zambie (encadré 1.1),
de la sécurité, de la faible croissance du secteur non combinés à la faible croissance au Zimbabwe,
pétrolier et de la faible qualité des services publics, en Afrique du Sud, en Angola et en Namibie. La
en particulier dans le domaine de l’électricité. croissance du Zimbabwe est passée de 3,4 % en
En Afrique de l’Ouest, la croissance s’est accé- 2018 à une contraction de 12,8 % en 2019, princi-
lérée, passant de 3,4 % en 2018 à 3,7 % en 2019. palement en raison de problèmes monétaires liés
Parmi les pays les plus performants figurent le à la convertibilité de la monnaie qui ont entravé le
Ghana (de 6,3 % à 7,1 %), tiré en grande partie fonctionnement efficace des marchés des biens
par la croissance des secteurs minier et pétrolier et des facteurs. La croissance en Afrique du Sud
en plus d’une forte croissance agricole, et la Côte reste morose, se ralentissant à 0,7 % en 2019, en
d’Ivoire (7,4 % les deux années), stimulée par des raison de la lente reprise des prix des produits
investissements publics soutenus. Le Nigéria a de base et des risques budgétaires associés aux

20 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


ENCADRÉ 1.1 Phénomènes climatiques extrêmes, préparation aux catastrophes et conséquences économiques

Le cyclone tropical Idai de mars 2019 qui a frappé l’Afrique Le gouvernement éthiopien a introduit le Programme de
australe a été l’une des tempêtes les plus meurtrières de l’hé- filet de sécurité productif en 2006, en collaboration avec des
misphère sud. Les inondations et les glissements de terrain partenaires financiers internationaux. Le programme fournit
catastrophiques provoqués par la tempête ont décimé les de l’argent ou des denrées alimentaires aux ménages dans
infrastructures physiques et les terres agricoles au Malawi, le besoin, en particulier pendant la saison creuse (juin-août),
au Mozambique et au Zimbabwe et ont touché plus de à condition qu’ils participent activement à la remise en état des
2,6 millions de personnes. En outre, les précipitations supé- terres, à l’amélioration des points d’eau et à la construction de
rieures à la moyenne en Afrique orientale et australe et les routes et d’hôpitaux. Avec une participation de 8 % de la popu-
sécheresses de 2016 provoquées par El Niño ont mis en lation éthiopienne, le programme est considéré comme le plus
évidence les coûts économiques et sociaux des chocs cli- grand programme d’adaptation aux conditions climatiques en
matiques extrêmes en Afrique. Si ceux-ci ne sont pas bien Afrique. Il a permis de réduire la perte de sol de près de 40 %
gérés, ils pourraient avoir des répercussions importantes sur et d’améliorer la productivité des terres jusqu’à 400 %. Le pro-
le bien-être. gramme a également permis de réduire les dommages causés
Les chocs météorologiques sont associés à une par les inondations et les sécheresses saisonnières.
contraction à court et à long terme d’environ 2 points de Créée par l’Union africaine en 2012, la Capacité africaine
pourcentage de la croissance du PIB. Les catastrophes de gestion des risques – African Risk Capacity (ARC) – est
interrompent les systèmes de transport, endommagent les un mécanisme multilatéral de partage des risques destiné à
infrastructures et absorbent les ressources gouvernemen- aider les membres africains à s’assurer contre les mauvaises
tales. Les régions africaines ayant un capital humain plus récoltes causées par des phénomènes météorologiques
important subissent un effet moins négatif sur la produc- extrêmes et des catastrophes naturelles. En regroupant les
tion. De plus, une plus grande efficience du gouvernement risques liés au climat, l’ARC aide les pays à renforcer leur ges-
et des revenus par habitant plus élevés sont également tion des risques de catastrophe et leur accès aux populations
associés à un coût macroéconomique nettement inférieur. vulnérables. Elle permet aux membres africains de renforcer
L’efficience du gouvernement est attribuée à l’efficience leurs capacités et d’avoir accès aux technologies de pointe en
des interventions politiques et à l’efficience de la réponse matière d’alerte précoce, de planification d’urgence ainsi que
du gouvernement dans l’élaboration de la réponse du sec- de mise en commun et de transfert des risques. Elle a réduit
teur privé à la catastrophe. En Afrique australe, le Malawi, la volatilité des prix de la consommation alimentaire pour les
le Mozambique et le Zimbabwe doivent prendre des déci- ménages les plus vulnérables. Et depuis 2014, elle a versé
sions difficiles en matière de politique fiscale et monétaire, plus de 36 millions de dollars US aux pays touchés par la
les budgets publics actuels étant déjà insuffisants pour sécheresse. Elle a également contribué à réduire la nécessité
répondre aux besoins. de brader les actifs dans les régions en difficulté.
De saines politiques budgétaires, l’efficience des institu- L’initiative de l’agriculture intelligente face au climat, élabo-
tions gouvernementales et des investissements publics sou- rée en 2018 par le Centre technique de coopération agricole
tenus à des niveaux adéquats pourraient atténuer les effets et rurale (CTA), améliore la résilience, la sécurité alimentaire
néfastes des chocs météorologiques. L’investissement dans et les revenus des petits exploitants agricoles dans les pays
des stratégies d’adaptation – telles que des filets de sécurité membres en encourageant l’adoption généralisée de pra-
sociale bien ciblés, des infrastructures intelligentes sur le plan tiques plus conformes aux priorités politiques nationales.
climatique et des technologies appropriées – peut accroître Environ 75 000 agriculteurs ont bénéficié d’un ensemble de
la résilience aux chocs météorologiques. Les programmes solutions agricoles intelligentes sur le plan climatique dès la
de protection sociale qui peuvent être ajustés avec souplesse première année. D’ici à la fin de 2020, environ 140 000 petits
en cas de catastrophe sont également importants et peuvent agriculteurs du Malawi, de la Zambie et du Zimbabwe auront
améliorer considérablement les perspectives et l’avenir des adopté une série de stratégies agricoles intelligentes face
personnes touchées. au climat pour les aider à faire face à la sécheresse et aux
Voici quelques stratégies d’adaptation réussies. régimes climatiques irréguliers.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  21


renflouements non budgétisés des entreprises
FIGURE 1.4 La contribution de l’Afrique de l’Ouest à la croissance parapubliques en difficulté.
du PIB de l’Afrique a augmenté au cours des dernières années – Les pays exportateurs de pétrole restent à la
de moins de 7 % à plus de 28 % traîne par rapport aux importateurs nets de pétrole,
bien que l’écart ait commencé à se réduire. En
Part de la croissance du PIB de l’Afrique (pour cent)
2016, l’écart était de 1,5 point de pourcentage,
100
mais en 2019 il était de 0,3 point de pourcentage,
ce qui laisse supposer que les pays exportateurs
80 de pétrole améliorent progressivement leur envi-
ronnement macroéconomique et structurel et atté-
60
nuent la « malédiction des ressources ».

La contribution à la croissance
40 de l’Afrique est concentrée dans
quelques régions et pays
20
La contribution relative à la croissance de l’Afrique
s’est concentrée dans quelques régions. L’Afrique
du Nord reste le principal contributeur avec 44 %
0 de la croissance de l’Afrique en 2019, en partie en
2016 2017 2018 2019 2020 2021
(estimation) (projection) (projection) raison de la part importante de l’économie égyp-
Afrique centrale Afrique de l’Est Afrique du Nord
tienne en Afrique et de sa croissance relativement
Afrique australe Afrique de l’Ouest robuste en 2019. La contribution de l’Afrique de
l’Est a diminué, passant de plus de 32 % en 2016
Source : Statistiques de la Banque africaine de développement. à moins de 20 % en 2019, tout comme celle de
l’Afrique australe, qui est passée de 6 % à 4 %.
La contribution de l’Afrique de l’Ouest a augmenté
au cours des dernières années, passant de moins
FIGURE 1.5 Les cinq grandes économies que sont l’Algérie, de 7 % à plus de 28 %, principalement en raison
l’Egypte, le Maroc, le Nigéria et l’Afrique du Sud ont contribué du redressement du Nigéria après une récession
ensemble 55 % de la croissance de l’Afrique en 2019 (figure 1.4).
Les cinq plus grandes économies ont contribué
Contribution à la croissance du PIB de l’Afrique (points de pourcentage)
à plus de la moitié de la croissance de l’Afrique en
5
2019 (figure 1.5). L’Égypte y contribue le plus, avec
environ un tiers (1,1 point de pourcentage du taux
4
de croissance global de 3,4 %), grâce à la mise en
œuvre audacieuse des programmes de réforme
3
économique et à la production plus tôt que prévu
du champ gazier de Zohr.
2

Les investissements et les


1
exportations stimulent de plus en plus
la croissance
0
Des investissements plus forts et des exportations
nettes soutiennent la récente croissance dans la
–1 région Afrique. Depuis 2011, et en particulier après
2016 2017 2018 2019 2020 2021
(estimation) (projection) (projection) la fin du super-cycle des prix des produits de base
Algérie Égypte Maroc Nigéria Afrique du Sud Reste de l’Afrique
en 2014, l’écart s’est creusé entre l’épargne brute
et le total des investissements pour les exporta-
Source : Statistiques de la Banque africaine de développement. teurs de produits autres que les matières premières

22 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.6 Interactions entre l’épargne, l’investissement et les comptes courants pour les exportateurs africains

Pays exportateurs de pétrole Pays exportateurs d’autres ressources naturelles


Pourcentage du PIB Pourcentage du PIB Pourcentage du PIB Pourcentage du PIB
40 30 30 5
Épargne brute par rapport au PIB

Investissement total par rapport au PIB

30 20
Investissement total 20 0
par rapport au PIB

20 10 Épargne brute
par rapport au PIB

10 –5
10 0

0 –10 0 –10
2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2019 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2019
Solde du compte courant par rapport au PIB (axe de droite) Solde du compte courant par rapport au PIB (axe de droite)

Pays à faible dépendance des ressources naturelles


Pourcentage du PIB Pourcentage du PIB
30 5

Investissement total
par rapport au PIB Épargne brute
par rapport au PIB
20 0

10 –5

0 –10
2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2019
Solde du compte courant par rapport au PIB (axe de droite)

Source : Statistiques de la Banque africaine de développement et base de données des Perspectives de l’économie mondiale du FMI.

(figure 1.6). Lorsque les pays sont classés en fonc- déficits de la balance courante. Il est intéressant de
tion de l’intensité de leurs ressources, les pays à noter que les États fragiles ont connu l’accélération
faible dépendance des ressources naturelles sont la plus rapide des investissements, bien qu’ils aient
à l’origine de l’écart grandissant dans la moyenne également la plus faible épargne (figure 1.7).
du continent, et donc des déficits croissants des La décomposition de la croissance du PIB de
comptes courants dans la région. Pour les expor- l’Afrique montre que le passage de la consom-
tateurs de pétrole et d’autres ressources naturelles, mation à l’investissement et aux exportations
les écarts entre l’épargne et l’investissement se nettes observé les années précédentes s’est
sont réduits, ce qui a entraîné un resserrement des poursuivi et renforcé. En 2019, pour la première

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  23


FIGURE 1.7 Interactions entre épargne, investissement et compte courant pour les exportateurs fragiles et non fragiles

Pays fragiles Pays exportateurs non fragiles


Pour cent of GDP Pour cent of GDP Pour cent of GDP Pour cent of GDP
0 10
30 40

5
30
Investissement total
–5 par rapport au PIB
20

Investissement total par rapport au PIB 0


20
Épargne brute par rapport au PIB
–10
10 Épargne brute par rapport au PIB
–5
10

–15 –10
0 0
2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2019 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2019
Solde du compte courant par rapport au PIB (axe de droite) Solde du compte courant par rapport au PIB (axe de droite)

Source : Statistiques de la Banque africaine de développement et base de données des Perspectives de l’économie mondiale du FMI.

fois depuis une décennie, les dépenses d’inves- capital humain (voir chapitre 2), des augmentations
tissement expliquent davantage la croissance du de la production d’hydrocarbures (Égypte, Ghana
PIB que les dépenses de consommation (54 % et Ouganda) et des hausses attendues des prix
contre 31 %) (figure 1.8, panneau de gauche). Et des produits de base, qui contribuent à améliorer
la croissance des exportations nettes a contribué les termes de l’échange pour les principales éco-
davantage à la croissance globale que les années nomies à forte intensité de produits de base.
précédentes, passant de 1 % en 2018 à 6 % en Les risques domestiques sont particulière-
2019. De même, l’approche de la production et ment élevés. Les phénomènes météorologiques
de la valeur ajoutée montre que l’amélioration des extrêmes – en particulier le type de tempêtes et
services est le principal moteur, expliquant plus de d’inondations dévastatrices qui ont touché l’Afrique
50 % de la croissance dans la région (figure 1.8, australe au cours du premier semestre de 2019 et
panneau de droite). le retour attendu du phénomène El Niño en Afrique
de l’Est – pourraient entraîner de graves séche-
Les risques pour les perspectives sont resses et freiner la production et la croissance agri-
clairement sous-estimés coles. Dans les pays qui organiseront des élections
Les perspectives de croissance à court et moyen au cours des deux prochaines années, il pourrait
termes restent modérées. On prévoit une légère y avoir des pressions sociopolitiques en faveur
reprise de la croissance qui devrait atteindre d’une augmentation des dépenses publiques, ce
3,9 % en 2020 et 4,1 % en 2021. Cette modeste qui compromettrait les plans d’assainissement
reprise est soutenue par des composantes de la budgétaire. De plus, les risques associés au ter-
demande, en particulier une reprise des exporta- rorisme, aux conflits armés, aux insurrections ou
tions due à l’impact attendu de la Zone continentale aux troubles sociaux dans certains pays peuvent
africaine de libre-échange, des investissements également peser sur l’activité économique.
soutenus dans les infrastructures publiques et une Sur le plan extérieur, l’activité économique mon-
forte consommation privée. Du côté de l’offre, elle diale devrait ralentir dans les grandes économies
est soutenue par des améliorations de la qualité du dont la Chine, les États-Unis, l’Europe et l’Inde,

24 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.8 Contributions à la croissance du PIB selon les composantes de la demande et la valeur ajoutée

Contribution à la croissance des composantes du PIB liées à la demande Contribution à la croissance du PIB selon la valeur ajoutée sectorielle
Pour cent Pour cent Pour cent
100 9 100

80

50 6
60

Services
40
0 3

Croissance du PIB (axe droit)


Industrie
20

Agriculture
–50 0 0
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021
(projection) (projection)

Exportations Investissements Consommation Dépenses


nettes bruts privée publiques

Source : Statistiques de la Banque africaine de développement.

qui ont des liens solides avec l’Afrique en matière des quatre dernières années. Le taux d’inflation
de commerce et d’investissement. Cela nuirait à moyen pour le continent a légèrement baissé de
la croissance de l’Afrique en raison de la baisse deux points de pourcentage, passant de 11,2 %
de la demande d’exportation et des flux d’inves- en 2018 à 9,2 % en 2019, avec des variations
tissement. Une nouvelle escalade des tensions notables entre les pays et les économies. Sur
commerciales entre les États-Unis et la Chine, 54 pays, 32 ont réussi à maintenir en 2019 l’in-
qui représentent ensemble plus de la moitié de la flation aux niveaux de 2017 tandis que 22 pays
demande mondiale de métaux, pourrait réduire ont enregistré une augmentation de leur inflation.
le volume des échanges mondiaux et toucher La baisse de la pression inflationniste est soute-
les économies exportatrices de métaux (Ghana, nue par la stabilisation des prix de l’énergie et la
Niger, Zambie). En outre, l’adoption plus rapide baisse des prix des denrées alimentaires décou-
que prévue d’une politique monétaire accommo- lant de l’augmentation de la production agricole.
dante par les banques centrales des pays avancés En revanche, d’importantes fluctuations des taux
pourrait stimuler un afflux de « capitaux fébriles » de change dans certains pays (Angola, Soudan,
en Afrique, avec les risques macroprudentiels et Zambie et Zimbabwe) ont provoqué des pressions
les effets désordonnés que cela implique sur les inflationnistes. L’inflation a quelque peu diminué
taux de change, en particulier dans les pays dont dans les pays exportateurs de pétrole, passant de
les marchés financiers et les marchés des changes 15,6 % en 2018 à 11,3 % en 2019, mais a légè-
sont libéralisés, mais sous-développés. rement augmenté dans les pays importateurs de
pétrole, passant de 5,3 % à 6,4 %.
Politique macroéconomique et de Les banques centrales ont réagi en ajustant
stabilisation les taux d’intérêt pour gérer la demande inté-
L’inflation reste élevée malgré des baisses modé- rieure. Dans les pays où les pressions inflation-
rées. Dans l’ensemble, la stabilité macroéco- nistes sont à la baisse, les taux d’intérêt ont été
nomique en Afrique s’est améliorée au cours réduits pour encourager l’investissement afin de

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  25


stimuler la croissance. Par exemple les taux d’in- 54 économies africaines, mais de plus de 1 point
térêt ont baissé de 150 points de base en août en de pourcentage chez les exportateurs de pétrole,
Égypte, de 50 points de base en mars au Nigé- comme l’Angola, dont le ratio a augmenté de
ria et en Namibie et de 25 points de base en août 2,2 points de pourcentage.
au Botswana. En revanche, le Zimbabwe a relevé Plusieurs pays qui ne sont pas de gros expor-
ses taux d’intérêt de 2 000 points de base en sep- tateurs de pétrole ont également réussi à réduire
tembre pour maîtriser une inflation galopante de leurs déficits au cours des deux dernières années,
plus de 200 % et le Soudan a relevé les siens de grâce à la réduction progressive d’importantes
220 points de base en juillet pour contrôler une expansions budgétaires et à l’amélioration de la
inflation supérieure à 60 %. mobilisation des ressources intérieures. D’autres
ont dû réduire leurs dépenses en raison du far-
Les situations budgétaires se sont deau croissant de la dette. Parmi les pays qui ont
améliorées, mais il faut mobiliser enregistré les plus fortes réductions des ratios de
davantage de ressources intérieures dépenses par rapport au PIB en 2019 figurent le
Les soldes budgétaires se sont quelque peu Congo (8 points de pourcentage) et la Zambie
améliorés au cours des deux dernières années, (4 points de pourcentage) ; celles-ci sont le fruit
La stabilisation des
le ratio moyen pondéré du déficit global par rap- d’importants efforts d’assainissement des finances
prix de l’énergie et la port au PIB ayant légèrement diminué, passant publiques visant à réduire la dette. La majorité de
baisse des prix des de 5,9 % en 2017 à 4,8 % en 2019 (figure 1.9). pays africains ont réduit leur ratio de dépenses
Cette situation résulte principalement d’une sta- par rapport au PIB en 2019, bien que des excep-
denrées alimentaires
bilisation des prix des produits de base et de la tions telles que le Soudan du Sud demeurent. Les
sont à la base hausse des recettes fiscales et non fiscales des réformes prioritaires comprennent une baisse des
de la réduction grands exportateurs de ressources naturelles. Le dépenses courantes en faveur du financement des
des pressions ratio des recettes par rapport au PIB a augmenté décificits d’infrastructure et une amélioration de la
de 0,3 point de pourcentage en moyenne pour les planification à moyen terme.
inflationnistes

FIGURE 1.9 Les pays exportateurs de pétrole et ceux à fort niveau d’exploitation de leurs
ressources ont réussi à réduire leurs déficits budgétaires

Pays exportateurs Pays à forte dépendance Pays à faible dépendance


2019 de pétrole des ressources naturelles des ressources naturelles
5
Consolidation
(30 pays)

Expansion
(24 pays)

–5

–10
–10 –5 0 5

2017

Source : Statistiques de la Banque africaine de développement.

26 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


Des déficits budgétaires structurellement impor- une moindre dépendance à l’égard des prêts
tants restent une source de préoccupation pour les concessionnels des institutions multilatérales
économies africaines, où ils résultent principale- et des créanciers officiels du Club de Paris, un
ment de l’absence d’amélioration de la mobilisa- accès plus large au financement à long terme des
tion des recettes dans les économies pauvres en marchés internationaux des capitaux et un accès
ressources naturelles. Le continent affiche toujours accru au financement des créanciers bilatéraux
des ratios de recettes par rapport au PIB inférieurs émergents, comme la Chine. De même, l’aug-
à ceux des économies à faible et moyen revenu mentation des emprunts intérieurs (atteignant plus
comparables, et les progrès sont au point mort de 35 % du PIB) reflète en partie les dépenses
dans des domaines clés tels que la mise en œuvre publiques élevées et les besoins d’investissement
de réformes globales de l’impôt sur le revenu et en capital pour combler le déficit d’infrastructure.
l’application de taxes sur les ventes ou sur la valeur Mais elle reflète aussi un ralentissement progressif
ajoutée pour encourager l’enregistrement formel de l’inflation, une plus grande crédibilité monétaire
des entreprises du secteur informel. En outre, et une plus grande capacité à commercialiser la
l’absence d’instruments de politiques contracycli- dette en monnaie nationale auprès des créanciers
ques tels que l’imposition progressive, les fonds de internationaux.
La hausse des
réserve, l’assurance sociale ou les règles fiscales La tendance à la hausse de l’endettement
subordonnées au cycle économique, implique dans les pays africains masque une grande emprunts intérieurs
que les soldes budgétaires demeurent fragiles et hétérogénéité. En 2017, le ratio de la dette exté- reflète les dépenses
soumis à des chocs extérieurs. Les efforts visant rieure par rapport aux exportations variait d’en-
publiques élevées
à rationaliser la gestion des finances publiques, viron 5 % des exportations de biens et services
à concevoir des cadres crédibles de dépenses à (Algérie) à plus de 400 % (Éthiopie) et à même et les besoins
moyen terme et à améliorer la transparence et la plus de 600 % (Soudan). Le 31 août 2019, le d’investissement
gouvernance dans la communication des données rapport du FMI sur l’évaluation de la viabilité de en capital pour
de référence et des passifs éventuels sont des la dette des pays africains à faible revenu mon-
leviers de politique d’une importance capitale. trait que 8 pays étaient classés comme étant en
combler le déficit
situation de surendettement2 et 11 autres pays à d’infrastructure
La dette reste en hausse haut risque de surendettement3. Pour ces éco-
Les niveaux de la dette publique et de la dette nomies, le fardeau de la dette plombe les pers-
garantie par l’État sont élevés et en hausse dans la pectives de croissance à long terme, surtout si le
plupart des économies africaines, le ratio médian financement étranger se tarit au fur et à mesure
de la dette publique par rapport au PIB dépassant que la politique monétaire se normalise dans
56 % en 2018, contre 38 % dix ans plus tôt. Le les économies avancées. Les 18 autres pays à
fardeau total de la dette extérieure du continent a faible revenu du continent présentent tous un
atteint près de 500 milliards de dollars, dont plus risque de surendettement allant de modéré à
d’un cinquième en euro-obligations. La tendance faible. Dans un contexte où l’Afrique ne connaît
à la hausse des ratios de la dette extérieure est pas de crise systémique de la dette, mais il est
en partie un sous-produit de la fin du super-cy- nécessaire d’améliorer considérablement les
cle des produits de base et du ralentissement de liens entre la dette et l’investissement et entre
la croissance et des recettes d’exportation, en l’investissement et la croissance pour assurer la
particulier chez les producteurs de produits de viabilité de la dette à long terme. Tirer parti de
base. Mais elle découle aussi d’un environnement leur capacité d’emprunt accrue pour financer des
macroéconomique et de gouvernance plus stable, investissements cruciaux dans les infrastructures
qui a permis à un nombre plus important de pays tout en partageant le risque macroéconomique
africains d’accéder pour la première fois aux mar- avec les créanciers et améliorer la transparence,
chés obligataires internationaux, certains à des la rapidité et la gouvernance du fardeau de la
échéances de 30 ans. dette, sont deux leviers qui permettent aux pays
Les États africains ont connu un changement africains de garantir une utilisation efficace des
structurel dans la composition de leur dette avec emprunts publics.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  27


Les positions extérieures aujourd’hui LES ENVOIS DE FONDS ET
faibles devraient s’améliorer à court L’INVESTISSEMENT DIRECT
terme ÉTRANGER DOMINENT LES
Le déficit moyen du compte courant de l’Afrique FLUX FINANCIERS VERS
est estimé à 4,2 % du PIB pour 2019, soit environ L’AFRIQUE
0,8 point de pourcentage de plus que les 3,4 %
de 2018 (figure 1.10). Lorsque l’on décompose le Le total des apports financiers extérieurs à
compte courant en balance commerciale, trans- l’Afrique est resté inchangé en 2018, à 205,7 mil-
ferts courants et revenu net sur les facteurs de liards d’USD, avec quelques changements dans
production, il apparaît clairement que l’amélio- l’importance relative des sources de financement.
ration précédente, depuis 2015, était principa- Les envois de fonds et l’IDE ont dominé le finan-
lement due à des augmentations substantielles cement extérieur en 2018 dans le contexte de la
des transferts courants, notamment les envois reprise économique mondiale qui a débuté à la
de fonds et l’aide étrangère (figure 1.11). La mi-2016. Les envois de fonds dominent, attei-
balance commerciale s’est légèrement amélio- gnant 82,8 milliards d’USD, soit une hausse de
rée au cours de l’année écoulée, les exportations 7 % par rapport à 2017. L’IDE a augmenté de
L’affaiblissement des
nettes de biens et de services représentant un 10,9 %, en 2018, atteignant 45,9 milliards d’USD,
positions extérieures déficit d’environ 5,5 % du PIB au total, soit un mais reste en deçà de son niveau le plus élevé
devrait s’améliorer niveau proche de celui de 2014. Les paiements de 2015 (56,9 milliards d’USD). Les flux de porte-
nets de revenu aux facteurs étrangers­—­e n par- feuille ont diminué de 18,9 % et l’aide publique au
à court terme
ticulier les revenus de placement des sociétés développement de 4 % en 2018 (figure 1.12).
étrangères opérant dans les secteurs des res- Les envois de fonds vers l’Afrique augmentent
sources naturelles et manufacturier—­ont contri- depuis 2016, atteignant de nouveaux sommets en
bué de façon substantielle aux déficits extérieurs raison d’une reprise de la croissance économique
en 2018 (figure 1.11). mondiale en 2017 et 2018 et d’une augmentation

FIGURE 1.10 Le déficit du compte courant de l’Afrique en 2019 est estimé à 4,2 % du PIB

Pourcentage du PIB
10

–5

–10
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
(estimation)

Source : Statistiques de la Banque africaine de développement.

28 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.11 Décomposition du compte courant pour l’Afrique

Pour cent Pourcentage du PIB


80 8
Solde du compte courant

40 4

0 0

–40 –4

Les transferts de
–80 –8
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 fonds vers l’Afrique
Revenu net Balance commerciale Transferts courants
augmentent depuis
Source : Statistiques de la Banque africaine de développement.
2016, atteignant de
nouveaux sommets
grâce à une reprise
FIGURE 1.12 Augmentation de l’investissement direct étranger et des envois de fonds
de la croissance
En milliards d’USD courants Pourcentage du PIB économique
12
250
mondiale en
200
Flux financiers
10
2017 et 2018

150 8

100 6

50 4

0 2

–50 0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Apport d’investissements directs étrangers Aide publique au développement
Investissements de portefeuille Envoi de fonds

Source : Statistiques de la Banque africaine de développement.

des migrations (qui ont presque doublé entre surprenant, car ils représentent 44 % de la migra-
2000 et 2019)4. L’Égypte et le Nigéria, suivis par le tion internationale de l’Afrique vers les pays à haut
Maroc, le Ghana et le Kenya, représentent 76,2 % revenu5. Si l’on tient compte de la taille de l’écono-
des envois de fonds en 2018. Cela n’est pas mie, les envois de fonds représentent plus de 10 %

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  29


FIGURE 1.13 Les envois de fonds en 2018 représentent plus de 10 % du PIB au Lesotho, en
Gambie, au Cabo Verde, au Libéria, aux Comores et en Égypte

Lesotho
Gambie
Cabo Verde
Libéria
Comores
Égypte
Sénégal
Togo
Zimbabwe
Maroc
Nigéria
Ghana
Mali
Tunisie
Ouganda
Sao Tomé-et-Principe
Eswatini
Burkina Faso
Kenya
Madagascar
Niger
Rép. dém. Congo
Djibouti
Bénin
Rwanda
Mozambique
Guinée-Bissau
Maurice
Seychelles
Sierra Leone
Algérie
Burundi
Cameroun
Côte d’Ivoire
Soudan
Tanzanie
Malawi
Éthiopie
Guinée
Zambie
Namibie
Afrique du Sud
Botswana
Angola

0 5 10 15 20
Pourcentage du PIB

Source : Statistiques de la Banque africaine de développement.

30 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


du PIB au Lesotho, en Gambie, au Cabo Verde, en 2018 pour atteindre 33 milliards d’USD, en par-
au Libéria, aux Comores et en Égypte (figure 1.13). ticulier dans les industries à compétences élevées
En 2018, l’Afrique a connu la plus forte crois- et la transformation des ressources naturelles11.
sance mondiale des flux d’IDE (11 %) qui sont
passés de 41 à 46 milliards d’USD comparés
aux flux mondiaux qui ont été négatifs (-13 %) et COMPTABILITÉ DE LA
aux flux dirigés vers les économies développées CROISSANCE ET DU
(-27 %)6 et l’Asie (+4 %)7. Cette augmentation a DÉVELOPPEMENT EN AFRIQUE
été soutenue par la poursuite de l’afflux de fonds
destinés à l’exploitation des ressources natu- La performance récente de l’Afrique en matière
relles, certains investissements diversifiés et une de croissance reflète en partie les ajustements
reprise en Afrique du Sud après plusieurs années macroéconomiques, les chocs transitoires des
de faible afflux. L’IDE en Afrique devrait augmen- termes de l’échange et les changements des
ter de 15 % en 2019, avec une légère accéléra- soldes budgétaires et extérieurs, ainsi que les
tion de la croissance économique et des progrès retombées mondiales. Mais ils incarnent aussi
dans l’intégration régionale8. La rentabilité de l’IDE des facteurs à plus long terme qui soutiennent la
a rebondi à 6 % en 2017 et s’est davantage amé- croissance des économies africaines. Pour mieux
liorée en 2018 pour atteindre 6,5 % après un long comprendre ces moteurs à long terme de la per-
déclin depuis 2010. formance de la croissance et pour expliquer les
L’IDE a augmenté en Afrique du Nord et en différences entre les pays, une décomposition
Afrique australe en 2018 – stimulé par les flux vers comptable de la croissance et du développement
le Maroc (35,5 %) et l’Afrique du Sud (165,8 %) – et se concentre sur les rôles relatifs du capital phy-
a stagné ou diminué dans les trois autres régions. sique, du capital humain, de la mobilisation de la
Le Maroc continue de bénéficier de performances main-d’œuvre et de la productivité totale des fac-
économiques relativement stables et d’une éco- teurs. Elle explique les niveaux et la dynamique du
nomie diversifiée, attirant les investissements PIB par habitant et du PIB par travailleur au cours
étrangers dans la finance, les énergies renouve- des quatre dernières décennies.
lables, les infrastructures et l’industrie automo- Cet exercice comptable permet d’identifier les
bile. Il a également introduit des réformes pour sources des différences de performance écono-
améliorer le climat d’investissement, notamment mique des économies africaines et les déterminants
une nouvelle loi sur les investissements (2016) et de la croissance à long terme12. Le rôle du capital
la loi de finances (2017)9. L’Afrique du Sud a éga- humain comme moteur de la croissance de la pro-
lement cherché à améliorer son environnement ductivité est plus fort dans les pays qui ont connu
des affaires en adoptant la loi sur la protection une croissance plus rapide du capital physique par
de l’investissement en 2015, en lançant le guichet travailleur, ce qui met en évidence une complémen-
unique national pour les investisseurs en 2017 et tarité potentielle entre le capital et les compétences.
en introduisant des réformes facilitant la création Les pouvoirs publics doivent donc associer les
d’entreprises et l’obtention d’électricité10. investissements dans la scolarisation à une meil-
Les sources d’IDE se diversifient. Les inves- leure adéquation entre les travailleurs instruits et les
tisseurs des États-Unis, du Royaume-Uni et de la équipements et infrastructures de production.
France ont toujours le plus grand stock d’inves-
tissements directs en Afrique, mais les Pays-Bas, Comptabilité du développement
l’Italie, la Chine, Singapour, l’Inde et l’Afrique du La production mesurée par travailleur a augmenté
Sud figurent parmi les 10 premiers investisseurs. rapidement en Afrique du Nord après 2000, mais
L’IDE est toujours concentré dans les secteurs pri- sa progression a été plus limitée dans le reste du
maires, mais les investissements en installations continent, en particulier en Afrique du Sud, du
nouvelles en 2018 sont plus concentrés dans les Centre et de l’Ouest (annexe 1.2). En revanche,
services (34 %) et l’industrie manufacturière (44 %). le PIB par habitant s’est amélioré de façon plus
Pour dette dernière, les projets ont bondi de 60 % uniforme dans les régions après l’année 2000,

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  31


l’augmentation du ratio emploi/population ayant de croissance, l’accumulation de capital humain
compensé le ralentissement de la croissance de la au cours de la période 1997–2017 était beau-
productivité dans les régions de l’Ouest et du Sud. coup moins fortement corrélée avec la croissance
L’hétérogénéité de la croissance de la productivité du PIB par travailleur que le capital physique
par travailleur a été partiellement atténuée par une (figure 1.16).
plus forte mobilisation de la main-d’œuvre dans Mais la complémentarité entre le capital phy-
les régions à faible croissance de la productivité. sique et le capital humain semble avoir joué un
L’Égypte, Maurice, l’Algérie et le Gabon pré- rôle important dans l’explication des schémas
sentent la productivité totale des facteurs (PTF) de croissance. L’association entre la croissance
la plus élevée, tandis que la Centrafrique, le Zim- du capital humain et l’augmentation du PIB par
babwe et le Libéria sont plus proches du bas de travailleur était beaucoup plus robuste dans les
l’échelle en matière d’efficience (figure 1.14). 20 pays qui avaient une croissance supérieure à
Au cours des trois dernières décennies, la la médiane de leur stock de capital physique que
croissance du capital physique a été le principal dans ceux dont la croissance du stock de capital
moteur de la croissance du PIB dans 50 écono- physique était inférieure à la médiane (figure 1.17).
mies africaines (figure 1.15). La croissance de Le capital physique et le capital humain
La croissance du
l’emploi y a contribué quelque peu, tout comme semblent donc être des moteurs complémen-
capital physique l’augmentation du nombre d’années de scolarité. taires de l’amélioration de la productivité des tra-
a été le principal Et la PTF avait le plus souvent une contribution vailleurs au cours des dernières décennies, ce qui
négative ou nulle (sur la base des élasticités esti- cadre avec les réflexions de Hulten (2017) sur la
moteur de la
mées dans la fonction de production agrégée). comptabilité du développement. Cette relation se
croissance du PIB La croissance du capital physique a été l’un des vérifie en Afrique, comme le montre la figure 1.17,
principaux moteurs de l’amélioration du PIB et du qui présente la spécification de la croissance à
PIB par travailleur après l’avènement du nouveau long terme, de 1997 à 2017, en distinguant les
millénaire alors que l’augmentation des entrées de pays qui ont connu une croissance du capital phy-
capitaux mondiaux et des taux d’investissement sique supérieure à la médiane pendant la période
intérieurs ont joué un rôle central dans l’intégration de ceux qui ont connu une accumulation de capi-
économique mondiale de l’Afrique. L’incidence tal physique inférieure à la médiane. Le premier
positive, quoique limitée, du capital humain, en groupe a également reflété une association plus
revanche, pose une question clé aux décideurs forte entre la croissance du PIB par travailleur et
africains : Comment l’amélioration du niveau la croissance de l’indice du capital humain par tra-
d’instruction peut-elle se traduire par une plus vailleur : les rendements macroéconomiques de
forte contribution des compétences à la valeur l’augmentation du nombre d’années de scolarité,
ajoutée afin de générer des rendements sociaux en matière de productivité mesurée par travailleur,
proportionnels à l’investissement substantiel dans semblent être sensiblement plus élevés dans les
un meilleur accès à la scolarité ? pays où le stock de capital physique a également
augmenté au même moment.
Le capital et le travail se complètent Au cours de la période récente, les croissances
dans la croissance à long terme de du capital physique par travailleur et du capital
l’Afrique humain semblent avoir été corrélées négative-
Le capital humain semble, à première vue, avoir ment. Cela pourrait résulter de la limitation des
été un moteur de croissance de la productivité dépenses publiques consacrées à l’éducation et à
mesurée moins important que le capital physique l’infrastructure. Comme le stock de capital n’a pas
au cours des 20 dernières années en Afrique. Les augmenté suffisamment pour accroître le produit
pays où la formation de capital physique a le plus marginal de la main-d’œuvre plus qualifiée, la com-
augmenté au cours des 20 dernières années ont plémentarité entre le capital et les compétences
atteint des taux de croissance du PIB par travail- peut avoir freiné la croissance de la productivité
leur et du PIB par habitant nettement plus élevés par travailleur, malgré des améliorations substan-
au cours de la même période. Toutefois en termes tielles du nombre moyen d’années de scolarité.

32 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.14 L’Égypte, Maurice, l’Algérie et le Gabon enregistrent la productivité totale des
facteurs la plus élevée, tandis la Centrafrique, le Libéria et le Zimbabwe la plus faible

Égypte
Maurice
Algérie
Gabon
Namibie
Afrique du Sud
eSwatini
Soudan
Tunisie
Mali
Botswana
Maroc
Côte d’Ivoire
Nigéria
Gambie
Sénégal
Mauritanie
Lesotho
Cameroun
Burkina Faso
Kenya
Angola
Mozambique
Sierra Leone
Zambie
Bénin
Rwanda
Ghana
Congo
Tanzanie
Éthiopie
Madagascar
Burundi
Malawi
Ouganda
Togo
Rép. dém. Congo
Niger
Zimbabwe
Libéria
Centrafrique

0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0


Indice PTF, calculé avec les services en capital
Note : La PTF est calculée comme le résidu de la productivité mesurée, après la prise en compte de la contri-
bution du capital, du travail et du capital humain (annexe 1.2).
Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des Penn World Tables.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  33


FIGURE 1.15 Le capital physique est le principal moteur de la
croissance du PIB à long terme, 1987–2017

Contribution à la croissance (pour cent)


40

30

20

10

–10

–20
1987–92 1992–97 1997–2002 2002–07 2007–12 2012–17

Scolarisation Capital physique Emploi


Productivité totale des facteurs

Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des Penn World Tables.

FIGURE 1.16 Le capital humain était beaucoup moins fortement corrélé avec la croissance du PIB par travailleur que
le capital physique, 1997–2017

Rôle de l’accumulation du capital, 1997–2017 Rôle de l’accumulation du capital humain, 1997–2017


Variation annualisée en pourcentage du PIB par travailleur Variation annualisée du PIB par travailleur
0,15 0,15

0,10 0,10

0,05 0,05

0,00 0,00

–0,05 –0,05
–0,05 –0,00 0,05 0,10 0,15 0,20 0,25 0,000 0,005 0,010 0,015 0,020
Variation annualisée en pourcentage du capital par travailleur Variation annualisée en pourcentage de l’indice du capital humain

Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des Penn World Tables.

34 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.17 La croissance du capital physique et celle du capital humain semblent être
complémentaires pour stimuler l’amélioration de la productivité des travailleurs, 1997–2017

Croissance du capital Croissance du capital


Variation annualisée en pourcentage du PIB par travailleur physique > médiane physique < médiane
0,12

0,08

0,04

0,00

–0,04
Bien que de
nombreux pays aient
–0,08
–0,010 –0,005 –0,000 0,005 0,010 0,015 0,020 0,025 connu des épisodes
Variation annualisée en pourcentage de l’indice du capital humain de forte croissance,
Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des Penn World Tables. relativement peu
d’entre eux ont
enregistré une
LA CROISSANCE DE la consommation des pauvres augmente et elle
L’AFRIQUE A-T-ELLE ÉTÉ réduira les inégalités si le bien-être des pauvres
baisse significative
INCLUSIVE ? croît plus vite que celui du reste de la popula- de l’extrême
tion. Graphiquement, la croissance inclusive peut pauvreté et des
De 2000 à 2014, l’Afrique a connu l’une de ses être illustrée à l’aide d’une courbe d’incidence de
périodes de croissance économique soutenue les la croissance qui capture le taux de croissance
inégalités
plus longues depuis les années 60. Et malgré une annualisé de la consommation par habitant pour
économie mondiale atone après 2014, la crois- chaque centile de la distribution entre deux points
sance de l’Afrique est restée résisliente. Mais ce dans le temps.14 La croissance inclusive est ana-
qui compte vraiment pour les populations, ce n’est lysée à la fois en termes absolus et relatifs. En
pas seulement le niveau de croissance (la quantité termes absolus, la croissance sera inclusive si elle
de croissance) mais aussi sa qualité : les perfor- augmente la consommation moyenne des pauvres
mances de croissance de l’Afrique ont-elles été (croissance pro-pauvres), quelle que soit la crois-
équitables et inclusives ? Bien que de nombreux sance moyenne de l’ensemble de la population.
pays aient connu de forts épisodes de croissance, En termes relatifs, la croissance inclusive implique
relativement peu d’entre eux ont enregistré des que la consommation moyenne des pauvres aug-
baisses significatives de l’extrême pauvreté et mente d’une manière plus proportionnelle que la
des inégalités, qui restent plus élevées que dans consommation globale d’un pays, conduisant à
d’autres régions du monde (figure 1.18).13 une courbe d’incidence de la croissance négative
La croissance est généralement considérée (croissance pro-pauvres et croissance inclusive).15
comme inclusive si ses bienfaits sont largement En moyenne, entre 2000–2005 et 2010–2016,16
partagés entre tous les segments de la popula- la consommation des pauvres d’Afrique a aug-
tion, c’est-à-dire si elle réduit simultanément l’ex- menté plus lentement que celle de la popula-
trême pauvreté et les inégalités. La croissance tion moyenne (figure 1.19). En fait, alors que la
réduira la pauvreté si, en moyenne, le revenu ou consommation moyenne par habitant sur le

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  35


FIGURE 1.18 L’extrême pauvreté et les inégalités sont plus élevées en Afrique que dans d’autres régions du monde,
1980–2017

Pauvreté extrême Inégalité


Pourcentage des personnes vivant avec moins de 1,90 $ par jour Indice de Gini
50 60

Amérique latine et les Caraïbes

40
50
Afrique

30 Afrique

40
Asie de l’Est et le Pacifique
20
Asie de l’Est et le Pacifique
Asie du sud Asie du sud
Amérique latine et les Caraïbes 30
10
Europe et Asie centrale
Europe et Asie centrale

0 20
1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2017 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2017

Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données de la Banque mondiale.

FIGURE 1.19 La courbe d’incidence de la croissance de l’Afrique entre la sous-période 1


(2000–2005) et la sous-période 2 (2010–2016)

Taux de croissance annualisé du taux de consommation par habitant


3,7

Courbe d'incidence de la croissance


3,5

Taux de croissance moyen (3,32 %)

3,3

3,1

Taux de croissance pro-pauvres (3,04 %)

2,9

2,7
5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95
Centile de consommation

Note : La courbe d’incidence de la croissance rapportée est tronquée aux 5eme et 95eme centiles.
Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des données PovcalNet.

36 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


continent a augmenté de 3,32% par an au cours population moyenne, entraînant une réduction de
des deux sous-périodes, le taux de croissance la pauvreté (0,7% par an) et des inégalités (0,5%
des pauvres n’a atteint que 3,04%. Ainsi, bien que par an). Mais si l’on considère uniquement les
les populations pauvres aient bénéficié de la crois- pays où la croissance moyenne de la consom-
sance économique sans précédent du continent mation a été positive entre 2000 et 2017, seuls 12
entre 2000 et 2016, leur croissance de consom- des 37 pays ont connu une croissance inclusive.18
mation n’a pas été suffisamment rapide pour les Cela donne à penser que, malgré une croissance
aider à rattraper les segments moyens ou plus plus rapide pour la plupart des pays depuis 2000,
riches des populations. Les ménages riches ont l’augmentation du niveau de vie des populations
vu leur niveau de vie augmenter beaucoup plus pauvres dans la plupart des pays n’a pas réduit
rapidement que celui des populations pauvres : la de manière significative l’écart de consommation
consommation des 20% les plus pauvres n’a aug- entre riches et pauvres.
menté que de 2,9% par an, contre 3,5% pour les
20% les plus riches. De plus, comme les inégalités … alors que certains pays ont amélioré
restent élevées en Afrique et se sont stabilisées l’inclusivité de leur croissance
depuis les années 2000, la croissance de la plu- Pour avoir un aperçu des progrès réalisés par les
L’augmentation du
part des pays africains ne peut être qualifiée que pays africains pour améliorer l’inclusivité de leur
d’inégalité (ou de distribution) neutre. croissance, la période 2000–2017 est divisée en niveau de vie des
deux sous-périodes (2000–05 et 2010–17), en ne populations pauvres
La croissance n’a été inclusive que gardant que les pays disposant d’enquêtes d’au
dans la plupart
dans quelques pays… moins cinq ans d’intervalle (pour permettre suffi-
La croissance n’a été inclusive que dans 18 des 48 samment de temps pour que des changements des pays n’a pas
pays africains disposant de données, entraînant se produisent).19 Au Bénin et en Zambie, la crois- réduit de manière
une consommation moyenne plus rapide pour les sance n’a été ni pro-pauvres ni inclusive au cours significative l’écart
pauvres et une réduction des inégalités entre les des deux périodes, tandis que l’Égypte est restée
différents segments de la population (tableau 1.1).17 le seul pays à avoir une croissance pro-pauvres
de consommation
Dans ces pays, le taux moyen de croissance pro- mais non inclusive dans chaque sous-période entre les riches
pauvres a atteint 3,6% par an contre 1,5% pour la (tableau 1.2). Seuls sept pays africains ont connu et les pauvres

TABLEAU 1.1 Pauvreté, inégalité et inclusivité de la croissance, 2000–2017


Taux de
croissance Taux de Croissance Croissance
moyen de la croissance annualisée de annualisée
Nombre consommation pro‑pauvres la pauvreté de Gini
de pays (en pourcentage) (en pourcentage) (en pourcentage) (en pourcentage)
Pro-pauvres mais croissance non inclusive 22 2,69 0,73 –0,84 0,82
Croissance pro-pauvres et inclusive 18 1,50 3,64 –0,70 –0,49
Dont : seulement les pays à croissance moyenne positive 12 3,11 5,05 –1,58 –0,40
Croissance ni pro-pauvres et ni inclusive 8 –1,49 –0,03 0,02 –0,01
Moyenne/total 48 2,01 1,82 –1,46 0,05

Note : Le taux de croissance pro-pauvres représente le taux de croissance moyen de la consommation des pauvres. Les taux de croissance
annualisés sont obtenus en calculant le taux de croissance entre les valeurs de la dernière et de la première année. Ce taux de croissance
est ensuite annualisé en divisant par le nombre d’années intermédiaires. Les pays à croissance pro-pauvres mais non inclusive sont ceux où
la croissance de la consommation des pauvres par habitant est positive mais inférieure à la croissance moyenne de la consommation. Les
pays qui n’ont ni croissance pro-pauvres ni croissance inclusive ont un taux de croissance pro-pauvres qui est à la fois négatif et inférieur à
la croissance moyenne de la consommation.
Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données de la Banque mondiale.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  37


TABLEAU 1.2 Peu de pays ont amélioré l’inclusivité de leur croissance
Sous-période 2 (2005–10 et 2010–17)
Croissance Croissance Croissance
ni pro‑pauvres, pro‑pauvres mais pro‑pauvres mais
ni inclusive non inclusive non inclusive
Croissance Benin ; Zambie Cameroun ; Éthiopie Côte d’Ivoire ;
ni pro-pauvres, Djibouti ; Togo
ni inclusive
Sous- Croissance Afrique du Sud ; Égypte Maroc ; Tanzanie ;
période 1 pro‑pauvres mais Sénégal Tunisie
(2000–05 non inclusive
et 2005–10)
Croissance Ghana ; Libéria ; Mozambique ; Botswana ; Burkina
pro-pauvres et Madagascar ; Niger Namibie Faso ; Gambie ;
inclusive Mali ; Mauritanie ;
Ouganda ; Rwanda

Note : Pour chaque pays, nous utilisons trois enquêtes disponibles entre 2000 et 2017 avec chacune au
moins cinq ans d’écart: la première a été menée entre 2000 et 2005, la seconde entre 2005 et 2010 et la
Les pays africains
dernière entre 2010 et 2017.
ont beaucoup Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données de la Banque mondiale.
à gagner de
l’amélioration de
une croissance à la fois pro-pauvres et inclu- même en utilisant les années de scolarité initiales
l’éducation pour sive au cours de chaque sous-période. La Côte et moyennes (inconditionnelles). En outre, d’autres
parvenir à une d’Ivoire, le Djibouti et le Togo ont amélioré l’inclu- indicateurs de l’éducation tels que les dépenses
croissance inclusive sivité de leur croissance, tandis que le Ghana, le publiques de l’éducation et les taux de scolarisa-
Libéria, Madagascar et le Niger ont connu une tion dans l’enseignement primaire, secondaire et
croissance pro-pauvres et inclusive dans la pre- supérieur sont négativement associés à la pau-
mière sous-période, mais anti-pauvres et non vreté, ce qui suggère des liens importants entre
inclusive dans la seconde. l’éducation et la pauvreté (figure 1.21). D’un point
de vue théorique, l’éducation peut réduire la pau-
ÉDUCATION, CHANGEMENT vreté en augmentant le stock de capital humain
STRUCTUREL ET de la population, induisant une productivité du tra-
CROISSANCE INCLUSIVE vail plus élevée et par la suite une croissance plus
rapide et une pauvreté plus faible.
Bien qu’il n’y ait pas de large accord sur les poli- Les pays africains ont beaucoup à gagner de
tiques de base pour favoriser une croissance inclu- l’amélioration de l’éducation dans le but de par-
sive, le capital humain (en particulier l’éducation) et venir à une croissance inclusive. Mais de nom-
la création d’emplois dans les secteurs à haute breux indicateurs de l’éducation ont stagné et se
productivité jouent régulièrement un rôle clé.20 sont même détériorés, et sans une accélération
rapide des progrès, le continent sera loin d’être
L’éducation est importante pour lutter sur la bonne voie pour atteindre ses principaux
contre la pauvreté et les inégalités engagements en matière d’éducation d’ici 2030.
En utilisant le nombre moyen d’années de scola- Les taux d’abandon scolaire et de non scolarisa-
rité pour estimer la quantité d’éducation, l’associa- tion sont plus élevés en Afrique que dans d’autres
tion entre la pauvreté et les années de scolarité régions du monde. Et selon les tendances
est négative (figure 1.20). Les pays africains ayant actuelles, l’Afrique ne parviendra pas à scolariser
des années de scolarité moyennes plus élevées tous les enfants d’ici 2030.21 Parmi les enfants
se caractérisent également par des niveaux de africains d’âge scolaire primaire (généralement
pauvreté plus faibles, après avoir pris en compte de 6 à 11 ans), 14,7% en moyenne n’étaient pas
le PIB initial. Cette corrélation reste significative scolarisés en 2015–2018, tout comme 31,9% des

38 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.20 Les pays africains ayant des années de scolarité moyennes plus élevées ont
également des niveaux de pauvreté plus faibles, 2000–2017

Indice numérique moyen conditionnel de pauvreté


60

30

–30

L’inégalité des
–60 revenus élevés
–3 –2 –1 0 1 2 3 4 5 6
peut s’expliquer
Nombre moyen conditionnel d’années de scolarisation
en partie par une
Note : La figure indique l’indice numérique moyen conditionnel (résiduel) de pauvreté et le nombre moyen
d’années de scolarité. Le nombre moyen de pauvres et le nombre d’années de scolarité ont d’abord été forte inégalité
régressés par rapport au PIB initial pour tenir compte des effets de convergence potentiels entre les pays. de l’éducation
Seuls les résidus de ces régressions sont utilisés dans la figure.
Source : Calculs des services de la Banque utilisant des sources variées.

adolescents en âge de fréquenter le premier cycle l’amélioration de l’éducation ? Entre 13% et 26%
du secondaire (12–14 ans) et 50,2% de ceux en de la variation de la pauvreté entre les pays peut
âge de suivre le second cycle (15–17 ans). s’expliquer par l’éducation, soit par l’écart du ren-
Au-delà de son effet réducteur de pauvreté, le dement de l’éducation et de la prime d’éducation
renforcement du capital humain peut également entre les 40% les plus bas et les 40% les plus
réduire les inégalités. Un niveau d’instruction plus élevés, soit par le nombre moyen d’années de
élevé et une inégalité plus faible dans l’éduca- scolarisation (tableau 1.3)23.
tion peuvent réduire l’inégalité des revenus.22 En
favorisant la mobilité sociale, l’éducation offre aux Des primes de revenu plus élevées pour
gens plus de possibilités de changer leur statut l’éducation réduisent les inégalités
social avec de meilleures opportunités de revenus Cela peut résulter de l’inégalité de l’éducation (l’ac-
que leurs parents (voir annexe 1.4). Les pays afri- cès inégal à l’éducation) et des opportunités de
cains qui comptent une plus grande proportion de revenus inégales entre les segments inférieurs et
populations ayant une éducation secondaire ou supérieurs de la répartition des richesses. En effet,
supérieure comptent de plus faibles inégalités de une éducation supplémentaire dans les rangs des
richesse (figure 1.22). Cette corrélation négative 40% les plus pauvres ne donne pas la même possi-
est plus forte pour les 40% inférieurs (ligne verte) bilité de gagner un meilleur revenu que parmi les des
que pour les 40% supérieurs (ligne rouge), et la 40% les plus riches (figure 1.23)24. De plus, l’écart
corrélation globale est davantage tirée par l’effet de l’accès à l’éducation entre les segments les
du segment de richesse le plus élevé. plus bas et les plus élevés est constamment élevé
Dans quelle mesure la pauvreté ou les iné- depuis 1985. Dans la plupart des pays, les rende-
galités pourraient-elles être réduites grâce à ments de l’éducation et les primes d’éducation sont

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  39


FIGURE 1.21 Les dépenses publiques sur l’éducation et les taux de scolarisation dans l’enseignement primaire,
secondaire et supérieur sont associés négativement à la pauvreté, 2000–2017

Dépenses publiques pour l’éducation Primaire


Indices numériques de la pauvrete Indices numériques de la pauvrete
80 80

Médiane
60 60

40 40

20 20

0 0
0 2 4 6 8 10 40 50 60 70 80 90 100
Dépenses publiques pour l’éducation (pourcentage du PIB) Taux net de scolarisation dans le primaire

Secondaire Enseignement supérieur


Indices numériques de la pauvrete Indices numériques de la pauvrete
80 80

60 60

40 40

20 20

0 0
0 20 40 60 80 0 10 20 30 40
Taux net de scolarisation dans le secondaire Taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur
Note : La ligne pointillée fait référence à la régression linéaire ajustée entre les indicateurs de pauvreté et d’éducation. Les lignes horizontales
et verticales font référence aux valeurs médianes de l’échantillon.
Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données Povcalnet et la base des Indicateurs du Développement dans le monde.

beaucoup plus élevés pour les 40% les plus riches l’inégalité globale de la richesse étaye l’affirmation
que pour les 40% les plus pauvres. Quelques pays selon laquelle les pays dont les rendements de
– comme l’Éthiopie, la Namibie et l’Ouganda – ont l’éducation sont les plus élevés dans les 40% les
montré une tendance inverse. plus pauvres tendent à avoir des inégalités plus
La corrélation négative entre les rendements faibles dans la répartition des richesses (figure
de l’éducation dans les 40% les plus pauvres et 1.24, panneau de gauche). Lorsque l’on considère

40 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.22 Les pays africains ayant des populations plus instruites au niveau secondaire
et supérieur connaissent des inégalités de richesse plus faibles, 2011–2015

Inégalité de richesse (indice d’Atkinson) Les 40% les plus élevés Les 40% les moins élevés La part globale
0,35

0,30

0,25

0,20

0,15

0,10

0,05

0,00
0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9

Part de l’enseignement secondaire ou supérieur


Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des données de l’enquête démographique sur la santé.

TABLEAU 1.3 Décomposition de la pauvreté et des inégalités selon l’éducation

Inégalité de
richesse – indice Pauvreté Consommation
d’Atkinson (pourcentage de Gini
(pourcentage) des effectifs) (pourcentage)
Rendements de l’éducation et prime aux études 21 20–26 20–32
L’écart du rendement de l’éducation entre les
40% les plus bas et les 40% les plus avancés 18 13 —
Moyenne des années de scolarité 18 —

Note : - Indique la non disponibilité des données.


Source : Calculs des services de la Banque, utilisant une décomposition de variance pour décomposer la
variation entre pays.

les pays avec des périodes plus longues (10 ans de l’éducation sur le continent. Cet écart peut être
en moyenne), ceux avec des rendements initiaux réduit en offrant un accès égal à une éducation
de l’éducation plus élevés dans les 40% les plus de qualité et en promouvant des opportunités
pauvres tendent à réduire davantage leur inégalité d’emploi égales pour les populations de différents
de richesse. Ces deux corrélations suggèrent que groupes de richesse.
des rendements plus élevés de l’éducation dans le
segment le plus pauvre sont un facteur important L’accélération du rythme des
dans la façon dont l’éducation affecte les inéga- changements structurels réduirait la
lités et la pauvreté en Afrique. Et l’écart dans les pauvreté
rendements de l’éducation entre les segments les Le changement structurel est un moteur clé de la
plus bas et les plus élevés pourrait réduire l’effet croissance économique et implique à la fois une

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  41


FIGURE 1.23 L’écart entre les rendements de l’éducation et la prime à l’éducation est large entre les 40% les plus
pauvres et les 40% les plus riches, 1987–2011

Rendements de l’éducation Pourcentage d’enseignement secondaire ou supérieur


1,2 60

1,0 50

40% les plus élevés 40% les plus élevés

0,8 40

0,6 30
40% les plus bas

0,4 20
40% les plus bas

0,2 10

0,0 0
1987 1995 2000 2005 2011 1987 1995 2000 2005 2011
Note : Les rendements de l’éducation ont été estimés en utilisant des régressions de type Mincerian et en remplaçant les salaires par un
indice de richesse (voir note 23). Ils représentent l’impact d’une année de scolarité supplémentaire sur l’indice de richesse.
Source : Calculs des services de la Banque, à l’aide des données d’une enquête démographique sur la santé.

FIGURE 1.24 Les pays où les inégalités de richesse sont moindres ont généralement un rendement plus élevé de
l’éducation

Inégalité de richesse (indice d’Atkinson) Variation annualisée de l’inégalité de richesse (pour cent)
0,4 6

0,3 3

0,2 0

0,1 –3

0,0 –6
–0,2 –0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 –1,0 –0,5 0,0 0,5 1,0 1,5
Rendement de l’éducation dans les 40% les plus bas Rendement initial de l’éducation dans les 40% les plus bas

Source : Calculs des services de la Banque, à l’aide des données de l’enquête démographique sur la santé.

42 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


croissance de la productivité intra-sectorielle et des la plupart des pays africains, la mobilité de la
mobilités intersectorielles de la main-d’œuvre. Pour main-d’œuvre vers les services ou l’industrie tend
avoir un aperçu de l’effet du changement structu- à réduire la pauvreté plus que dans le modèle de
rel sur la pauvreté, le tableau 1.4 simule différentes référence, et cet effet est plus important lorsque le
voies de transformation structurelle et analyse leurs secteur d’accueil croît plus rapidement que l’agri-
effets différenciés sur les tendances de la pauvreté, culture. Enfin, en supposant à la fois la mobilité de
en supposant une croissance de 2 à 3 points de la main-d’œuvre et 2 points de pourcentage sup-
pourcentage de la contribution du secteur manu- plémentaires de croissance de la productivité, les
facturier au PIB pour 11 pays africains.25 effets sur la pauvreté augmentent mais sont plus
Dans le modèle de référence (taux de croissance importants lorsque la mobilité de la main-d’œuvre
sectoriel égal aux performances historiques de est orientée davantage vers les services que vers
chaque pays au cours de la période de simulation), l’industrie.
tous les pays auraient réduit la pauvreté, de 0,8% au Étant donné l’importance du changement
Malawi à 9% en Égypte. La simulation de la mobi- structurel pour stimuler la réduction de la pauvreté
lité intersectorielle de la main-d’œuvre (transfert de et assurer une croissance inclusive en Afrique, les
l’emploi de l’agriculture à l’industrie ou aux services, gouvernements devraient viser à accélérer son
Deux ingrédients
tout en maintenant une productivité intra-sectorielle élan. L’amélioration de la quantité et de la qualité
constante) montre que dans la majorité des pays, la de l’éducation est considérée comme un facteur principaux pourraient
mobilité de la main-d’œuvre vers l’industrie ou les clé.26 Lorsque l’indice du capital humain est en déterminer les effets
services aurait plus d’impact sur la pauvreté que le corrélation à la fois avec les parts sectorielles de
de la mobilité de la
statu quo, bien que la différence soit inférieure à 1 l’emploi et les contributions sectorielles au PIB, les
point de pourcentage dans les deux cas. pays dont l’indice du capital humain est plus élevé main-d’œuvre : la taille
Deux principaux ingrédients pourraient stimu- ont tendance à avoir plus de transferts d’emplois initiale de l’agriculture
ler les effets de la mobilité de la main-d’œuvre : de l’agriculture vers les secteurs des services en termes d’emploi
le volume initial de l’agriculture dans l’emploi et la et de l’industrie ainsi que des contributions plus
productivité du secteur d’accueil. Dans les pays importantes des secteurs secondaire et tertiaire
et la productivité du
ayant un secteur agricole important, comme dans au PIB du pays (figures 1.25 et 1.26). secteur d’accueil

TABLEAU 1.4 Simulations de changement structurel et de réduction de la pauvreté entre 2006 et 2016

Part de l’agriculture Mobilité de la Mobilité de la main-d’œuvre et


(en pourcentage) main-d’œuvre augmentation de la productivité
Dans le Réduction Services
Dans domaine de réelle de la Réduction et
le PIB l’emploi pauvreté de base Services Industrie Services Industrie industrie
Égypte 12 28 –10,49 –9,1 –10,3 –10,2 –12,9 –11,1 –11,1
Ghana 25 47 –5,40 –9,1 –9,3 –9,7 –11,5 –10,0 –10,3
Sénégal 14 38 — –5,9 –5,9 –6,6 –9,3 –7,3 –8,0
Rwanda 29 74 –1,87 –5,0 –5,8 –4,4 –6,3 –5,3 –5,7
Tanzanie 26 70 –4,85 –4,1 –5,4 –4,8 –5,9 –5,1 –5,5
Nigéria 23 40 — –4,1 –5,3 –5,5 –7,0 –4,2 –4,2
Afrique du Sud 2 5 — –3,5 –3,6 –3,6 –3,8 –3,6 –5,0
Togo 34 37 –1,35 –3,1 –4,8 –4,7 –6,2 –5,1 –5,6
Mali 35 66 –0,99 –1,5 –1,7 –1,2 –2,0 –1,8 –1,8
Ouganda 24 71 –2,71 –1,2 –2,0 –1,5 –2,6 –1,8 –2,2
Malawi 29 73 –0,36 –0,8 –1,1 –0,9 –1,3 –0,9 –1,1

Source : Calculs des services de la Banque, utilisant des enquêtes variées sur les ménages.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  43


FIGURE 1.25 Les pays dont l’indice du capital humain FIGURE 1.26 … et de plus importantes
est plus élevé ont tendance à avoir des transferts contributions des secteurs secondaire et tertiaire
d’emploi plus importants du secteur de l’agriculture au PIB du pays
vers ceux des services et de l’industrie…

Part de l’emploi (pour cent) Part de la valeur ajoutée dans le PIB (pour cent)
80 80

60 60

40 40

20 20

0 0
1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 2,0 2,2 2,4 2,6 2,8 3,0 1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 2,0 2,2 2,4 2,6 2,8 3,0
Indice du capital humain par personne, basé sur les Indice du capital humain par personne, basé sur les
années de scolarité et les rendements de l’éducation années de scolarité et les rendements de l’éducation
Agriculture Industrie Services Agriculture Industrie Services

Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des données Source : Calculs des services de la Banque à l’aide des données
du Centre Groningen de la Croissance et du Développement. du Centre Groningen de la Croissance et du Développement.

CHEMINS MENANT À des inégalités de consommation. Dans le scénario


L’ÉLIMINATION DE L’EXTRÊME alternatif 1, la consommation moyenne par habitant
PAUVRETÉ EN AFRIQUE croît en fonction de la croissance moyenne proje-
tée du PIB par habitant entre 2018 et 2030, tou-
Si les pays africains ont accompli de louables jours sans modification des inégalités de consom-
efforts dans la lutte contre l’extrême pauvreté, des mation. Dans le scénario alternatif 2 (« le meilleur
améliorations sont encore possibles, en particulier scénario »), la croissance moyenne de la consom-
si le continent souhaite atteindre l’ODD consistant mation par habitant est supérieure de 2 points
à éliminer l’extrême pauvreté d’ici 2030 (et dont de pourcentage aux prévisions de croissance
le seuil est fixé à 1,90 USD par jour). Il est temps des Perspectives de l’économie mondiale (PEM,
de vérifier, dix ans avant l’échéance de 2030, si FMI) et la croissance de la consommation des
les pays africains restent sur le chemin qui leur 40 % les plus pauvres est supérieure de 2 points
permettra de respecter les engagements pris en de pourcentage à la croissance de la moyenne
matière de réduction de la pauvreté et comment de la population. Dans le scénario alternatif 3
une croissance inclusive ciblée pourrait contribuer (« le pire scénario »), la croissance moyenne de
à accélérer le rythme du changement. la consommation par habitant est inférieure de 2
Les scénarios envisagés ici sont les suivants. points de pourcentage aux prévisions de crois-
Dans le scénario de référence, la consommation sance des PEM et la croissance de la consom-
moyenne par habitant d’un pays croît en fonction mation des 40 % les plus pauvres est inférieure
du taux moyen annuel de croissance de son PIB de 2 points de pourcentage à la croissance de la
par habitant entre 2008 et 2018, sans modification moyenne de la population (voir annexe 1.3).

44 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


L’Afrique n’éliminera pas l’extrême scénario de référence). Dans le scénario le plus
pauvreté d’ici 2030 si les tendances optimiste, l’Afrique de l’Est et l’Afrique de l’Ouest
historiques perdurent réduisent respectivement leur taux d’extrême
Dans le scénario de référence (Annexe 1.3), pauvreté de 30,2 % et 40,0 % en 2018 à 6,7 % et
l’Afrique reste en retard dans l’atteinte de l’objec- 16,1 % d’ici 2030.
tif d’éradication de l’extrême pauvreté d’ici 2030
(tableau 1.5). En effet, le taux d’extrême pauvreté Dans les scénarios alternatifs, l’extrême
(pondéré par la population) baisse pour passer pauvreté est considérablement réduite
de 33,4 % en 2018 à 24,7 % en 2030, mais reste Dans le premier scénario alternatif, la proportion
encore bien supérieur à l’objectif de 3 %. Dans ce de personnes extrêmement pauvres passe de
scénario, le nombre de personnes extrêmement 24,7 % à 26,9 %, soit une augmentation de 2,2
pauvres diminue légèrement de près de 8 millions points de pourcentage par rapport au scénario
de personnes et passe de 429,1 millions en 2018 du maintien du statu quo (de référence) et une
à 421,2 millions en 2030. De plus, les taux de pau- augmentation de 36,4 millions de pauvres dont le
vreté de toutes les régions restent bien supérieurs nombre atteint 457,5 millions en 2030 (voir annexe
à 3 % d’ici 2030, sauf en Afrique du Nord. Dans 1.3). Dans le meilleur scénario, la proportion de
Les taux de
le scénario de référence, le taux de pauvreté de personnes extrêmement pauvres tombe à 13,5 %
l’Afrique centrale baisse, passant de 55,7 % en d’ici 2030 (191,7 millions de pauvres en moins), pauvreté dans
2018 à 45,3 % en 2030, mais reste encore le plus tout en restant supérieure à l’objectif de 3 %. toutes les régions,
élevé du continent. Dans le meilleur scénario, il Dans le pire scénario, le taux d’extrême pauvreté
à l’exception de
n’atteint que 30 % en 2030 et l’Afrique centrale ne en Afrique atteint 40,9 %, soit 696,6 millions d’Afri-
rattrape donc pas les autres régions. Son taux de cains vivant dans l’extrême pauvreté en 2030. l’Afrique du Nord,
pauvreté élevé est principalement dû à la Répu- Ces projections soulignent l’importance tant devraient rester
blique démocratique du Congo qui enregistre à la de la lutte contre les inégalités que de l’augmen- bien supérieurs
fois la plus forte population projetée de la région tation de la consommation moyenne. Pour le
(passant de 84 millions en 2018 à 120,4 millions même niveau de croissance de la consommation,
à l’objectif de 3
en 2030) et le plus fort taux d’extrême pauvreté les scénarios neutres en termes de distribution % d’ici 2030
(de 69,8 % en 2018 à 40,9 % en 2030 dans le devraient réduire le taux d’extrême pauvreté (et

TABLEAU 1.5 Tendances projetées de l’extrême pauvreté et du nombre de personnes


extrêmement pauvres en Afrique entre 2018 et 2030

Scénario 2018 2019 2020 2025 2030


Référence 33,35 32,51 31,71 27,95 24,74
Taux
d’extrême Scénario alternatif 1 32,66 32,01 29,16 26,88
pauvreté (en Meilleur scénario 2 31,37 29,42 20,44 13,48
pourcentage)
Pire scénario 3 34,02 34,66 37,87 40,92
Référence 429,10 428,69 428,50 425,11 421,15
Nombre de
personnes Scénario alternatif 1 430,75 432,63 443,50 457,52
extrêmement
pauvres Meilleur scénario 2 413,65 397,63 310,80 229,43
(millions)
Pire scénario 3 448,59 468,38 575,98 696,55

Note : 2018 est la première année de la simulation. Les taux d’extrême pauvreté projetés et le nombre de
personnes extrêmement pauvres sont mesurés en utilisant le seuil de pauvreté de 1,90 USD par jour en 2011
PPA (voir annexe 1.3).
Source : Calculs des services de la Banque à partir des bases de données de la Banque africaine de dévelop-
pement, des Nations Unies et de la Banque mondiale.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  45


le nombre de personnes extrêmement pauvres) que la qualité de la croissance n’était pas adé-
de façon moins importante que les scénarios de quate. Seuls environ un tiers des pays ont réussi
réduction des inégalités. Par exemple, alors que à atteindre une croissance inclusive et à répondre
le taux d’extrême pauvreté baisserait d’ici 2030 aux besoins des personnes pauvres et vulné-
à 19,3 % si la croissance de la consommation rables de la société.
moyenne était supérieure aux projections initiales Au cours des deux dernières décennies, la
de 2 points de pourcentage, il décroitrait jusqu’à croissance de l’Afrique a plus profité à la classe
13,5 % (dans le meilleur scénario) si la croissance moyenne et aux riches qu’aux pauvres, et ce de
de la consommation s’accompagnait également manière disproportionnée, et dans les scénarios
d’une prime de croissance de 2 points de pour- de statu quo, de nombreux pays africains n’attein-
centage. Dans ce scénario, c’est en réduisant les dront pas l’ODD d’élimination de l’extrême pau-
inégalités entre les 40 % les plus pauvres et la vreté d’ici 2030 (la réduisant à 3 %).
moyenne de la population que l’Afrique peut sortir Des actions audacieuses et pragmatiques sont
99,5 millions de personnes de l’extrême pauvreté nécessaires pour accélérer les progrès enregis-
d’ici 2030. trés. Les responsables politiques devraient lever
la combinaison des rigidités macro-économiques
La consommation
Les pays africains auront besoin de et structurelles pour accélérer la croissance de
par habitant en plus de temps pour éliminer l’extrême l’Afrique et améliorer sa qualité et son caractère
Afrique devrait pauvreté, mais le rythme peut inclusif. Voici cinq initiatives politiques réalisables

augmenter de 10,25 s’accélérer si la quantité et la qualité qui peuvent aider les responsables politiques à
de la croissance s’améliorent améliorer le niveau et la qualité de la croissance
% par an pour Pour atteindre l’objectif d’un taux d’extrême pau- de l’Afrique.
atteindre l’objectif vreté réduit à 3% d’ici 2030, la consommation par
de 3 % d’ici 2030 habitant devrait augmenter de 10,25 % par an en Intensifier les réformes structurelles
Afrique (figure 1.27). Si les tendances historiques pour diversifier la base productive de
perdurent, cela signifie qu’un pays africain dans la l’Afrique et relancer sa croissance
moyenne devrait plus que doubler la croissance Bien que la croissance de base de l’Afrique soit
annuelle moyenne de sa consommation entre stable et que les prévisions mentionnent une
2018 et 2030. Le continent sera en retard dans reprise continue en 2020 et 2021, le rythme de
l’élimination de l’extrême pauvreté d’ici 2030 si croissance est plus faible que prévu et inférieur
des mesures politiques audacieuses destinées à sa tendance historique. Les responsables poli-
à améliorer à la fois la qualité et la quantité de la tiques devraient donc mener des réformes struc-
croissance ne sont pas mises en œuvre. Dans turelles plus profondes qui soutiendront l’expan-
le meilleur scénario, l’Afrique n’atteint l’objectif sion actuelle, renforceront la résilience aux risques
de 3 % qu’en 2045, 15 ans après l’année butoir et augmenteront la croissance à moyen terme.
des ODD. Cependant, le Cabo Verde, le Gabon, Les décideurs devraient plus précisément :
la Gambie, la Guinée, la Mauritanie et l’Eswatini • Améliorer la productivité en levant les
enregistrent une croissance supérieure à la crois- contraintes dans l’environnement écono-
sance prévue pour chacun d’eux et ont donc de mique. Les résultats de la comptabilité de
meilleures chances d’éliminer l’extrême pauvreté la croissance montrent que la croissance
d’ici 2030. dans la région a été principalement stimu-
lée par l’accumulation des facteurs alors que
la contribution de la productivité totale des
RECOMMANDATIONS DE facteurs est restée limitée voire même dans
POLITIQUES certains cas en baisse. Les écarts impor-
tants et persistants de productivité par tra-
Bien que les performances de croissance de vailleur entre l’Afrique et les autres régions du
l’Afrique aient été stables et modérées au cours monde peuvent s’expliquer par l’inefficience
des dernières décennies, ce chapitre a montré de la répartition des facteurs de production

46 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


FIGURE 1.27 Pour atteindre l’objectif de 3 % de pauvres d’ici 2030, la consommation par habitant du
continent doit augmenter de 10,25 % par an

Soudan du Sud
Lesotho
Centrafrique
Bénin
Zambie
Madagascar
Rép. dém. du Congo
Guinée Bissau
Mozambique
Burundi
Tchad
Congo
Togo
Nigéria
Malawi
Eswatini
Angola
Rwanda
Libéria
Sénégal
Ouganda
Kenya
Afrique du Sud
Niger Échantillon
Sierra Leone moyen
pondéré
Côte d’Ivoire
Comores
Djibouti
Mali
Namibie
Cameroun
Ghana
Tanzanie
Guinée
Éthiopie
Burkina Faso
Sao Tomé-et-Príncipe
Botswana
Soudan
Gambie
Zimbabwe
Mauritanie
Cabo Verde
Gabon

0 5 10 15 20 25 30
Croissance requise de la consommation par habitant

Note : La croissance requise de la consommation dépend fortement du niveau actuel d’extrême pauvreté, c’est-à-dire que les
pays à revenu intermédiaire sont en moyenne en bas de la liste et ne requièrent qu’un taux de croissance relativement plus faible.
Source : Calculs des services de la Banque basés sur les bases de données de la Banque africaine de développement,
des Nations Unies et de la Banque mondiale.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  47


par les entreprises. Améliorer la productivité Soutenir la stabilité
pour relancer la croissance nécessitera le macroéconomique et améliorer la
développement d’un secteur privé dynamique gestion des finances publiques
et compétitif favorisé par la levée des obsta- Face aux nouveaux défis qu’impose l’environ-
cles les plus contraignants pour les opéra- nement extérieur, les responsables politiques
tions commerciales. Une analyse récente devraient veiller à ce que les avancées réalisées
de la Banque africaine de développement au cours des deux dernières années en matière
montre que l’Afrique perd près de 3 millions de stabilité macroéconomique – en particulier la
d’emplois en raison du faible taux de créa- baisse des taux d’inflation – de diminution des
tion, de la disparition prématurée et de la déficits budgétaires et de stabilisation des taux de
stagnation des entreprises existantes27. Les change fluctuants soient maintenues et servent de
petites et grandes entreprises prédominent base à davantage de croissance et de développe-
dans la plupart des économies africaines et ment. La politique budgétaire doit rester prudente
le « maillon manquant » des entreprises de afin de freiner l’endettement et la politique moné-
taille moyenne est particulièrement inquié- taire doit continuer de stimuler l’économie tout en
tant. Les principaux obstacles qui limitent la endiguant l’inflation et la fluctuation désordonnée
La politique
survie et la croissance des entreprises en des taux de change.
monétaire doit Afrique semblent être les symptômes d’une • Améliorer la qualité de l’assainissement bud-
continuer à stimuler mauvaise gouvernance : contrats mal exé- gétaire et élargir la marge de manœuvre bud-
cutés, audiences judiciaires retardées, droits gétaire. Cela peut être réalisé en augmentant
l’économie tout en
de propriété peu fiables, infrastructures les recettes, mesure moins coûteuse que de
maîtrisant l’inflation médiocres et une main d’œuvre insuffisam- réduire les dépenses. L’Afrique a toujours la
et les mouvements ment formée. La levée de ces obstacles peut plus faible capacité de production de recettes
désordonnés du contribuer à stimuler la productivité et relan- et le manque à gagner fiscal est estimé entre
cer la croissance. 3 et 5 % du PIB. Cet écart laisse à la plupart
taux de change • Favoriser les transformations structurelles et des pays un large potentiel d’augmentation de
la diversification économique pour accélérer l’effort fiscal à travers différentes mesures telles
la croissance. Dans de nombreux pays afri- que l’amélioration des politiques et des sys-
cains, la croissance est toujours tirée par les tèmes d’administration fiscale, l’attribution d’un
produits de base, ce qui la rend invariablement numéro d’identification fiscale à chaque justi-
instable et vulnérable aux fluctuations du prix ciable, la construction d’une assiette fiscale, la
des matières premières. Les responsables simplification du système fiscal et la lutte contre
politiques devraient poursuivre leurs efforts les exonérations et les avantages.
de diversification de leur base économique • Combattre la réapparition des subventions
en dehors des produits de base et d’élargis- énergétiques accordées dans de nombreux
sement de leur base d’exportation. Des poli- pays en réponse au relèvement des prix du
tiques volontaires et soigneusement ciblées pétrole en réorientant les subventions, en utili-
qui cherchent à faire migrer les ressources sant peut-être des mécanismes de modulation
productives des secteurs informels à faible des prix et en ciblant les segments pauvres et
productivité vers des secteurs formels à haute vulnérables de la société.
productivité contribuent à accroître la produc- • Améliorer l’efficience des investissements
tivité et à dégager le potentiel inexploité de publics en renforçant les capacités, en consoli-
croissance du continent. dant les cadres de gestion des dépenses et en
• Améliorer la compétitivité en corrigeant le planifiant et contrôlant de façon appropriée les
désalignement des taux de change. Les res- projets d’investissement. Le taux d’efficience
ponsables politiques devraient adopter des des investissements publics en Afrique est
politiques de taux de change plus appropriées d’environ 65 %, ce qui suppose un écart de
à leur structure économique et qui soutiennent 35 % et que 35 cents sur chaque dollar investi
la dynamique de transformation structurelle. sont perdus en raison de l’inefficience de la

48 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


mise en œuvre des projets. En améliorant les et aux inondations. Construire des infrastruc-
cadres de gouvernance, ce niveau élevé d’inef- tures capables de recueillir et de retenir l’eau
ficience peut être considérablement réduit. de pluie en prévision des saisons sèches et
• Trouver le bon compromis entre la dette promouvoir l’utilisation par les agriculteurs des
publique et le financement public du déve- technologies mobiles pour obtenir des prévi-
loppement. Bien que de nombreux pays aient sions météorologiques (comme en Éthiopie, au
encore d’énormes besoins de financement Kenya et au Rwanda) et atténuer ainsi l’impact
du développement, il est important pour les des phénomènes météorologiques extrêmes
responsables politiques de trouver le juste sont d’autres options politiques adaptées.
équilibre entre la satisfaction des besoins et • Mettre à disposition des plateformes pour par-
la limitation du niveau d’endettement. Ces tager les risques éventuels et globaux entre les
Perspectives affirment qu’il n’y a pas de risque ménages. Des initiatives telles que la Capacité
systémique de surendettement en Afrique. Les africaine de gestion des risques, mécanisme
responsables politiques devraient se concen- multilatéral de partage des risques établi par
trer sur le type de projets de développement l’Union Africaine et destiné à aider les pays
financés par la dette. Des études de la Banque à s’assurer contre les dommages et les mau-
Les décideurs
africaine de développement ont montré que vaises récoltes causés par des événements
la dette, lorsqu’elle est utilisée pour finan- météorologiques extrêmes peuvent être repro- devraient intensifier
cer des infrastructures physiques ou liées au duites au niveau micro-économique. Des ins- leurs efforts pour
capital humain indispensables, peut entraîner truments préventifs de partage des risques
renforcer les
à moyen terme une augmentation potentielle contingents peuvent protéger les ménages
du PIB allant jusqu’à 10 points de pourcen- qui, en l’échange de petites contributions à un capacités et la
tage (voir Chapitre 3). Encore une fois, ce qui fonds, obtiendraient un revenu minimum garanti résilience afin de
importe vraiment en matière de dette n’est pas en cas de phénomène météorologique extrême. résister aux chocs
seulement son niveau, mais surtout la qualité
des investissements qu’elle permet de réaliser. Éliminer les obstacles à la mobilité de climatiques
la main-d’œuvre à l’intérieur et entre les
Renforcer la capacité nationale pays pour une croissance plus inclusive
d’atténuation des phénomènes La croissance de la productivité intra-sectorielle
météorologiques extrêmes et les réaffectations intersectorielles de main-
Compte tenu des récentes dévastations causées d’œuvre réduisent la pauvreté en Afrique. En per-
sur le continent par les phénomènes météoro- mettant simplement à la main-d’œuvre de circuler
logiques extrêmes, en particulier les tempêtes, librement d’un secteur à l’autre, les pays africains
les inondations, les sécheresses et les cyclones peuvent augmenter les revenus de leur population
tropicaux, couplés aux effets d’un prochain phé- et réduire la pauvreté et les inégalités28.
nomène El Niño prévu pour 2020 et au-delà, les • Réformer la réglementation du travail et les
responsables politiques devraient intensifier leurs politiques de l’emploi pour garantir la libre cir-
efforts pour renforcer aux niveaux macroécono- culation des travailleurs et aider les pays à lever
mique, microéconomique et à celui des ménages, les obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre.
les capacités de résistance et de résilience aux Par ailleurs, alors que les mouvements de
chocs météorologiques. Dans ce sens, les res- main-d’œuvre à l’intérieur des pays sont moins
ponsables politiques devraient envisager les sujets aux restrictions, la mobilité transfronta-
mesures politiques spécifiques suivantes : lière de la main-d’œuvre est souvent décou-
• Adopter des techniques de production agricole ragée afin de protéger les marchés locaux du
adaptées au climat et plus résistantes aux phé- travail. La mise en œuvre d’accords transnatio-
nomènes météorologiques extrêmes. Les res- naux tels que la ZLEC (Zone de libre-échange
ponsables politiques devraient encourager les continentale) peut aider à éliminer la plupart
pratiques agricoles utilisant des variétés végé- des obstacles à la libre circulation des travail-
tales résistantes aux périodes de sécheresse leurs entre les pays.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  49


• Faciliter les transferts intersectoriels de com- sociale ou de subventions ciblant la lutte contre les
pétences pour rendre efficace les réaffecta- inégalités spatiales, entre les sexes et dans l’édu-
tions de main-d’œuvre. Celles-ci ne le seront cation – peuvent compléter l’effort des pays pour
que s’il existe des possibilités de transférabi- lutter contre la pauvreté et les inégalités. L’Afrique
lité ou d’acquisition des compétences et des subsaharienne consacre environ 1,5 % de son
qualifications entre les secteurs, permettant de PIB aux programmes de filets sociaux, moins que
répondre aux besoins des secteurs d’accueil. l’Europe et l’Asie centrale avec 2,2 %29. En com-
Étant donné que les compétences requises parant le bien-être des bénéficiaires de projets de
dans les secteurs à faible productivité ne sont filets sociaux avant et après des transferts, des
pas nécessairement complémentaires ou ne études empiriques ont montré les effets significa-
se substituent pas à celles demandées par tifs de ces transferts sur la pauvreté. Dans 79 pays
les secteurs à forte productivité, il est impor- dont les données sont disponibles, les transferts
tant d’intensifier les programmes facilitant ces liés aux filets sociaux réduisent l’incidence de la
transferts intersectoriels de compétences. pauvreté absolue d’environ 36 % et de la pauvreté
relative (les 20 % les plus pauvres) d’environ 8 %.
Étendre les filets sociaux et augmenter En Afrique du Sud le taux estimé de pauvreté des
l’efficience des programmes existants bénéficiaires des filets sociaux a diminué de 40 %
Si les tendances historiques perdurent, il est par rapport aux non-bénéficiaires, au Libéria de
extrêmement improbable que les pays africains 2,5 % et au Tchad de 0,1 %. De toute évidence,
puissent éliminer l’extrême pauvreté d’ici 2030. Les une meilleure planification, exécution et suivi des
filets sociaux – sous la forme de transferts moné- programmes existants peut apporter beaucoup
taires conditionnels, de programmes de protection dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités.

50 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


ANNEXE 1.1 HYPOTHÈSES DES PROJECTIONS DES PEA

Un certain nombre d’hypothèses communes et 1,4 % en 2021 et de 1,9 % en 2020 et 2 % en


des hypothèses spécifiques à chaque pays ont 2021 dans le reste du monde (selon les projec-
été formulées et intégrées au modèle des pers- tions de l’OCDE).
pectives économiques africaines lors de l’établis- • L’inflation devrait rester inférieure à l’objectif
sement des prévisions de croissance et autres dans la zone euro avec 1,5 en 2020 et 1,6 % en
variables macroéconomiques : 2021 mais devrait augmenter légèrement dans
• Le prix de vente du pétrole sur le marché inter- le reste du monde (2,1 en 2020 et 2,2 en 2021).
national devrait atteindre la moyenne de 63 Toutes ces hypothèses sont considérées plutôt
USD le baril en 2020 et 63,5 USD le baril en comme des hypothèses de travail que des prévi-
2021 (selon les PEM du FMI). sions et l’incertitude qui les entoure s’ajoute aux
• La demande intérieure réelle devrait augmen- marges d’erreur des projections contenues dans
ter dans la zone euro de 1,5 % en 2020 et de ce rapport.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  51


TABLEAU A1.1.1 Répartition des pays selon leurs caractéristiques économiques

Pays exportateurs de Pays exportateurs Pays non exportateurs


pétrole d’autres ressources de ressources Pays fragiles Pays non fragiles
Algérie Afrique du Sud Bénin Burkina Faso Afrique du Sud
Angola Botswana Burundi Comores Algérie
Cameroun Burkina Faso Cabo Verde Congo Angola
Congo Ghana Comores Côte d’Ivoire Bénin
Égypte Guinée Côte d’Ivoire Djibouti Botswana
Gabon Libéria Djibouti Érythrée Burundi
Guinée équatoriale Mali Érythrée Guinée Cabo Verde
Libye Namibie Éthiopie Guinée-Bissau Cameroun
Nigéria Niger Gambie Libéria Égypte
Soudan du Sud Centrafrique Guinée-Bissau Madagascar Éthiopie
Tchad Rép. démocratique du Kenya Mali Eswatini
Congo
Sierra Leone Lesotho Mozambique Gabon
Soudan Madagascar Centrafrique Gambie
Tanzanie Malawi Rép. démocratique du Ghana
Congo
Zambie Maroc São Tomé et Príncipe Guinée équatoriale
Zimbabwe Mauritanie Sierra Leone Kenya
Maurice Somalie Lesotho
Mozambique Soudan Libye
Ouganda Soudan du sud Malawi
Rwanda Tchad Maroc
São Tomé et Príncipe Togo Maurice
Sénégal Zimbabwe Mauritanie
Seychelles Namibie
Somalie Niger
eSwatini Nigéria
Togo Ouganda
Tunisie Rwanda
Sénégal
Seychelles
Tanzanie
Tunisie
Zambie

52 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


ANNEXE 1.2 COMPTABILITÉ DU DÉVELOPPEMENT
POUR L’AFRIQUE

Nous effectuons un exercice de comptabilité du ou uniquement l’Afrique, et pour la période 1970–


développement pour l’Afrique. Nous partons de 2017 ou seulement 1980–2017.
la fonction de production agrégée de Cobb-Dou- Compte tenu des résultats, nous utilisons
glas avec rendements d’échelle constants pour αK = 0.4 et αL = 0.6 comme étalonnage de réfé-
chaque pays : rence, conformément aux rendements d’échelle
constants et à la comptabilité de la croissance tra-
Yit = AitKitαK(HitLit)αL
ditionnelle. On peut alors en déduire la PTF :
où αL + αK = 1. Lit correspond à l’emploi total, Hit
Yit Yit
est l’indice de capital humain calculé à partir de la Ait = =
KitαK(HitLit)αL Kit0.4(HitLit) 0.6
durée moyenne de scolarisation de la population30
et Kit est la mesure du stock de capital31. Ait est Les moteurs de croissance à long terme
la mesure structurelle de la productivité totale des peuvent être retirés de la fonction estimée de pro-
facteurs où : Hit = eAt+Ai+εi,t, et nous pouvons réé- duction qui suppose des rendements communs
crire la fonction de production en termes logarith- pour le travail et le capital humain. Les estimations
^
miques et en définissant ELit = HitLit comme étant αL et ^ αK nous permettent de calculer la contribu-
la main-d’œuvre équipée : tion relative de chaque terme à la croissance du
PIB en Afrique. Suivant la fonction de production
ln(Yi,t) = At + Ai + αKln(Ki,t) + αLln(ELi,t) + εi,t
de Cobb-Douglas, la croissance de la PTF cor-
Cela correspond à une régression multi-ni- respond à la croissance résiduelle du PIB qui ne
veaux du PIB sur les facteurs de production, avec s’explique pas par l’augmentation du capital phy-
des effets fixes de temps et de pays, où At repré- sique, de l’emploi ou du capital humain32. Nous
sente la composante internationale invariante de décomposons ensuite la croissance entre le tra-
la PTF et Ai la composante spécifique à un pays, vail, le capital humain et le capital physique, et la
invariable dans le temps. Le tableau A1.2.1 montre PTF, en utilisant ^ αL = 0.6 et ^
αK = 0.4, pour toutes
les résultats pour différentes spécifications et les périodes de croissance quinquennales non
pour différents échantillons : pour tous les pays chevauchantes de 1987 à 2017.

TABLEAU A1.2.1 Régressions multi-niveaux, principales caractéristiques

Tous pays, Afrique, Tous pays, Afrique,


1970–2017 1970–2017 1980–2017 1980–2017
Stock de capital 0,444**** 0,408**** 0,408**** 0,373****
(0,0439) (0,0714) (0,0455) (0,0678)
Main-d’œuvre 0,169*** 0,596*** 0,297**** 0,690***
équipée (0,0514) (0,197) (0,0708) (0,224)
Effets fixes par Oui Oui Oui Oui
année
Effets fixes par pays Oui Oui Oui Oui
R² corrigé 0,985 0,965 0,987 0,968
Observations 6,341 1,811 5,313 1,558
Groupes 144 41 144 41

Note : Les erreurs-types figurent entre parenthèses, regroupées au niveau pays. * p < 0.10, ** p < 0.05, *** p < 0.01,
**** p < 0.001.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  53


Incorporation d’un terme d’interaction avec le capital humain n’est pas statistiquement
entre la croissance des capitaux différente de zéro. L’incorporation d’un terme d’in-
physique et humain teraction entre la croissance des capitaux phy-
Au-delà des spécifications de la fonction de sique et humain suggère cependant un soutien
Cobb-Douglas, nous incorporons un terme d’inte- systématique à la complémentarité entre la crois-
raction entre la croissance des capitaux physique sance du capital humain et du capital physique.
et humain, assurant ainsi une complémentarité Lorsque l’on incorpore ce terme d’interaction
capital-compétences33. Nous calculons comme (tableau A1.2.2), la croissance du capital humain
suit des « régressions de croissance » en termes a alors un impact plus fort sur la croissance du
annualisés, pour chaque période de cinq ans PIB par travailleur lorsque la croissance du capital
de 1997 à 2017 et pour un échantillon de 144 physique est plus élevée, ces deux termes venant
économies : compléter nos fonctions estimées de produc-
tion34, et suggérant que les améliorations dans le
/
gi,t,t+n = [ln(Yi,t+n) – ln(Yi,t)] n = α + γt + βKgi,K,t,n +
βLgi,L,t,n + βHgi,H,t,n + ηgi,H,t,n × gi,K,t,n εi,t,n
secteur de l’éducation ont de meilleurs résultats
quand le stock de capital disponible permet aux
Les résultats confirment une conclusion tra- travailleurs d’utiliser au mieux les compétences
ditionnelle de la littérature sur la comptabilité de qu’ils acquièrent. L’ordre de grandeur du terme
la croissance : le capital physique est un moteur d’interaction estimé reste cohérent pour tous
plus robuste de la croissance de la production les pays comme pour uniquement l’Afrique, bien
mesurée en productivité par travailleur que ne l’est que le bruit soit plus élevé dans l’estimation du
le capital humain. La corrélation de la croissance sous-ensemble des économies africaines.

TABLEAU A1.2.2 Régressions de croissance 1997–2017 avec interaction

Tous les pays Afrique seule


Produit Produit
Produits Produits par Produits Produits par
(modèle 1) (modèle 2) travailleur (modèle 1) (modèle 2) travailleur
Emploi 0,588**** 0,591**** 0,766** 0,874***
(0,0939) (0,0964) (0,306) (0,277)
Capital physique 0,349**** 0,207*** 0,310*** 0,0558
(0,0461) (0,0747) (0,0916) (0,133)
Capital humain –0,0612 –1,207** –1,202*** 0,374 –1,770 –1,294
(0,303) (0,544) (0,429) (0,491) (1,162) (0,841)
Interaction K × H 14,26* 25,44
(7,262) (16,00)
Capital par 0,155* 0,00731
travailleur (0,0808) (0,140)
Interaction 19,96** 29,54*
K/L × H (8,096) (17,15)
EF Année Yes Yes Yes Yes Yes Yes
R² corrigé 0,394 0,403 0,307 0,240 0,270 0,240
Observations 576 576 576 164 164 164
Groupes 144 144 144 41 41 41

Note : Les erreurs-types figurent entre parenthèses, regroupées au niveau pays. * p < 0.10, ** p < 0.05, *** p < 0.01,
**** p < 0.001.

54 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


ANNEXE 1.3 SCÉNARIOS D’ÉLIMINATION DE LA PAUVRETÉ
D’ICI 2030

Cette section utilise les données de 50 pays afri- considère que chaque pays va désormais croître
cains pour simuler un ensemble de scénarios en fonction de la croissance moyenne de son PIB
d’estimation de la pauvreté pour la période 2018– par habitant entre 2018 et 2030 (prévisions des
2030 et selon différentes hypothèses de crois- PEM, FMI), les inégalités de consommation res-
sance et d’inégalité. Nous utilisons pour chaque tant inchangées35. Dans les scénarios alternatifs 2
pays les dernières données disponibles de la et 3, nous assouplissons l’hypothèse d’une crois-
consommation par habitant, données fournies par sance indépendante de la distribution et suppo-
la base de données PovcalNet de la Banque mon- sons des scénarios inclusifs et non inclusifs. Dans
diale. Si les dernières données disponibles sont le scénario de croissance inclusive (« le meilleur
antérieures à 2018, nous estimons d’abord les scénario »), la croissance moyenne de la consom-
données de 2018 en supposant que la consom- mation par habitant est supérieure de 2 points
mation par habitant a évolué en suivant le taux de de pourcentage aux projections de croissance
croissance du PIB réel par habitant du pays sans des PEM et la croissance de la consommation de
affecter la distribution de la consommation. 40 % des plus pauvres (« prime » de croissance)
Le tableau A1.3.1 récapitule les différents sce- est supérieure de 2 points de pourcentage à la
narios. Notre scénario de référence suppose que croissance moyenne36. Enfin, dans le scénario
la consommation moyenne par habitant dans de croissance non inclusive (« le pire scénario »),
chaque pays augmentera en fonction du taux de la consommation moyenne croît de 2 points de
croissance annuel moyen du PIB par habitant du pourcentage plus lentement que la croissance
pays entre 2008 et 2018 sans variation des inéga- prévue par PEM et la consommation de 40 % des
lités de consommation (croissance indépendante plus pauvres est inférieure de 2 points de pour-
de la distribution). Notre premier scénario alternatif centage à celle de la moyenne de la population.

TABLEAU A1.3.1 Scénarios de projections de la pauvreté en Afrique entre 2018 et 2030

Scénarios alternatifs
Hypothèses Scénario alternatif 2 Scénario alternatif 3
relatives à : Scénario de référence Scénario alternatif 1 « Meilleur scénario » « Pire scénario »
La consommation Taux de croissance annuel Croissance moyenne Scénario alternatif 1 plus Scénario alternatif 1 moins
par habitant moyen du PIB par habitant projetée du PIB par 2 points de pourcentage 2 points de pourcentage
entre 2008 et 2018 habitant entre 2018 et d’augmentation de d’augmentation de
2030 la croissance de la la croissance de la
consommation par habitant consommation par habitant
L’inégalité Pas de changement dans Pas de changement dans Plus une prime de 2 points Moins une prime de 2
l’inégalité l’inégalité de pourcentage pour 40 % points de pourcentage
des plus pauvres pour 40 % des plus
pauvres
Note : Plus (ou moins) une prime de 2 points de pourcentage signifie que la croissance de la consommation par habitant de 40 % des per-
sonnes les plus pauvres est de 2 points de pourcentage supérieure (ou inférieure) à la croissance moyenne de la consommation par habitant
du pays.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  55


ANNEXE 1.4 ÉDUCATION ET CHANGEMENT STRUCTUREL AU
SEIN DES GÉNÉRATIONS ET ENTRE ELLES

Quelle est la probabilité qu’un chef de ménage tra- plus élevée s’il dispose d’un diplôme secondaire
vaille dans le secteur non agricole si son père était ou supérieur, trois fois plus élevée s’il n’a suivi
dans l’agriculture ? Les données sur les ménages qu’un enseignement primaire (tableau A1.4.1).
en Éthiopie ont été utilisées pour établir des Le fait de vivre en zone urbaine augmente les
ensembles de données au niveau des ménages, chances du chef de ménage de ne pas travail-
avec des informations sur le chef et ses parents ler dans le secteur agricole même si ses parents
biologiques : âge, niveau d’éducation, secteur y travaillent : le rapport de cotes est de 45. Les
d’activité et lieu de résidence urbain ou rural. Une résultats ne changent pas lorsque l’éducation des
variable factice prend la valeur 1 si le chef de parents est prise en compte. L’effet de l’âge est
ménage est dans les services ou l’industrie et que négatif et significatif, mais l’on ne peut pas l’in-
son père est dans l’agriculture. Une régression terpréter comme une réduction de la probabilité
logistique de cette variable factice a été effectuée d’un changement structurel intergénérationnel.
sur des niveaux d’éducation eux aussi factices, Pour affirmer cela, il faudrait connaître l’âge du
primaire, secondaire et supérieur, en contrôlant le chef de ménage au moment où il a décidé d’effec-
lieu de résidence et l’âge du chef de ménage. tuer le changement, mais cet élément est inconnu
Les coefficients de régression peuvent être dans ce cas précis. Si le même modèle est uti-
convertis en rapports de cotes en calculant leur lisé avec un ménage échantillon vivant en zone
valeur exponentielle. Toutes choses égales par rurale et en zone urbaine, l’effet de l’enseignement
ailleurs, la probabilité qu’un chef de ménage tra- primaire est plus faible en zone rurale (rapport
vaille dans un secteur non agricole alors que son de cotes de 1,7) qu’en zone urbaine (4) ; cepen-
père était dans l’agriculture est presque 20 fois dant les enseignements secondaire et supérieur

TABLEAU A1.4.1 Probabilité de changement structurel intergénérationnel, Éthiopie 2016

Modèle logistique (y = 1: chef dans le secteur Zones Zones


non agricole et père dans l’agriculture) Général 1 urbaines rurales Général 2
Âge du chef –0,0347*** –0,0166** –0,0780*** –0,0346***
(0,00687) (0,00808) (0,0138) (0,00692)
Zones urbaines 3,818*** 3,819***
(0,128) (0,128)
Chef ayant suivi un enseignement primaire 1,056*** 1,479*** 0,539*** 1,045***
(0,129) (0,177) (0,193) (0,131)
Chef ayant suivi un enseignement secondaire 2,981*** 2,411*** 2,981*** 2,969***
et supérieur (0,259) (0,308) (0,271) (0,259)
Père du chef ayant suivi un enseignement 0,0940
primaire (0,209)
Père du chef ayant suivi un enseignement 0,261
secondaire et supérieur (0,781)
Constante –3,022*** 0,309 –2,246*** –3,025***
(0,169) (0,202) (0,221) (0,170)
N 3,558 887 2,671 3,557
Pseudo R2 0,497 0,137 0,152 0,497
Chi2 921,4 120,0 187,1 921,1

Note : Les erreurs-types figurent entre parenthèses, regroupées au niveau pays. * p < 0.10, ** p < 0.05, *** p < 0.01,
**** p < 0.001.
Source : Calculs des services de la Banque basés sur l’étude sur la mesure des niveaux de vie.

56 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


donnent en zone rurale plus de chances d’ob- de passage en fonction de déterminants tels que
tenir un travail non agricole qu’en zone urbaine. l’âge, le lieu de résidence, le niveau d’instruction
Cela sous-entend que l’enseignement primaire initial du chef de ménage, le fait qu’il ait ou non
dans les zones rurales ne suffit pas à accélérer amélioré son niveau d’instruction en passant
le changement structurel. Les personnes appar- de l’absence d’instruction au niveau primaire ou
tenant aux segments de consommation les plus supérieur, et le fait que le ménage ait migré d’une
riches ont plus de chances de se tourner vers les zone rurale vers une zone urbaine entre les deux
secteurs non agricoles que celles des segments enquêtes. Le résultat est très proche du modèle
les plus pauvres, que ce soit en milieu urbain ou intergénérationnel. L’amélioration de la forma-
rural (figure A1.4.1). Ce résultat indique l’existence tion du chef et le passage d’un milieu rural à un
d’obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre dans milieu urbain augmentent les chances de passer
les segments inférieurs et peut expliquer en partie à un travail non agricole et réduisent les chances
l’augmentation des inégalités au début de la trans- de passer à l’agriculture. Comme dans le modèle
formation structurelle. intergénérationnel, les segments de consomma-
tion les plus élevés ont plus de chances de passer
Éducation et transformation au travail non agricole et moins de passer du tra-
structurelle intragénérationnelle vail non agricole à l’agriculture.
Le changement structurel intragénérationnel se Dans ces études de cas de l’Éthiopie et du
produit lorsqu’un chef de ménage passe de l’agri- Niger, l’éducation, en particulier dans les zones
culture au travail non agricole entre deux périodes. rurales, est un déterminant important du change-
Dans les données de panel du Niger entre 2010 et ment structurel au niveau des ménages. Une poli-
2014, deux variables factices ont été créées pour tique visant à accélérer les changements structu-
identifier les chefs de ménage qui sont passés rels pourrait avoir pour objectif d’améliorer l’accès
de l’agriculture au travail non agricole ou vice de la population rurale à l’enseignement secon-
versa. L’analyse a permis d’estimer la probabilité daire et supérieur.

FIGURE A1.4.1 Changement structurel intergénérationnel entre segments de


consommation, Éthiopie 2016

Probabilité de changement structurel intragénérationnel


0,8

Zones urbaines

0,6
Général

0,4

Zones rurales
0,2

0,0
1 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100

Centile de la répartition du revenu par habitant


Source : Calculs des services de la Banque basés sur l’étude sur la mesure des niveaux de vie.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  57


NOTES 17. Angola, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cabo
Verde, Comores, Gambie, Kenya, Libéria, Madagas-
1. Voir AIE (2019). car, Mali, Mauritanie, Niger, Ouganda, Rwanda, São
2. République démocratique du Congo, Gambie, Tomé et Príncipe, Sierra Leone et Tanzanie.
Mozambique, São Tomé et Príncipe, Somalie, 18. Burkina Faso, Cabo Verde, Gambie, Kenya, Libéria,
Soudan, Soudan du Sud et Zimbabwe. Mali, Mauritanie, Ouganda, Niger, Rwanda, Sierra
3. Burundi, Cameroun, Cabo Verde, Djibouti, Éthio- Leone et Tanzanie.
pie, Ghana, Mauritanie, Centrafrique, Sierra Leone, 19. Pour chaque pays, nous utilisons trois enquêtes :
Tchad et Zambie. la première est la première enquête disponible sur
4. Les données relatives aux migrations de 2019 sont le pays à partir de 2000. La deuxième enquête est
des estimations du Département des affaires écono- menée au moins cinq ans après la première enquête
miques et sociales des Nations Unies. et la dernière enquête menée au moins cinq ans
5. Les données sur les migrations émanent du Dépar- après la deuxième enquête.
tement des affaires économiques et sociales des 20. Barro et Lee (2000) ; Dollar et Kraay (2003) ; Haus-
Nations Unies. mann et coll. (2007) ; Anand et coll. (2012, 2013).
6. La forte baisse de l’IDE dans les économies déve- 21. UNESCO (2019).
loppées est principalement due aux importants 22. Winegarden (1979) ; De Gregorio et Lee (2002) ;
rapatriements de revenus étrangers accumulés par Coady et Dizioli (2017).
les entreprises multinationales américaines au cours 23. Nous avons combiné les enquêtes EDS de 37 pays
des deux premiers trimestres de 2018, à la suite des africains. Pour chaque pays, globalement et par
réformes fiscales introduites en fin de 2017. segment de richesse, nous avons estimé les ren-
7. Les données relatives à l’IDE sont tirées de la base dements de l’éducation en utilisant des régressions
de données de la CNUCED. de type Mincerian en remplaçant le salaire par la
8. CNUCED 2019. richesse globale. À partir des mêmes données, nous
9. Banque mondiale 2019. avons calculé l’inégalité de richesse en utilisant un
10. CNUCED 2019. paramètre d’aversion à l’inégalité Atkinson égal à un.
11. CNUCED 2019. Nous avons fusionné les données sur le rendement
12. Voir Caselli (2005) pour plus de détails. de l’éducation et les inégalités des actifs avec les
13. Tout au long de ce rapport, l’extrême pauvreté est données sur la pauvreté, celles de Gini de PovcalNet
définie en utilisant le seuil de pauvreté international et la moyenne des années de scolarité Barro-Lee.
de 1,90 $ par personne et par jour en 2011 PPA Enfin, nous avons utilisé une décomposition de la
(parité de pouvoir d’achat). L’inégalité fait référence variance de post-régression pour estimer la part de
à l’indice de Gini, qui est une mesure de dispersion la variation entre pays expliquée par chaque facteur.
de la distribution du bien-être d’un pays (revenu ou 24. Dans le premier panel, nous avons calculé séparé-
consommation). ment les rendements de l’éducation (RtE) pour les
14. Ravallion et Chen (2003). 40% les plus bas et les 40% les plus élevés pour
15. Si la croissance moyenne de la consommation est chaque pays, et tracé les tendances moyennes pon-
négative, alors la croissance est considérée comme dérées localement (LOWESS) de ces deux RtE au fil
inclusive si la croissance de la consommation des des ans. Dans les deux derniers panels, nous avons
pauvres diminue de manière moins proportionnelle comparé le RtE (prime d’éducation sur le panel de
que la croissance moyenne de la consommation. gauche) dans les deux segments de chaque pays.
16. Le calcul de la courbe d’incidence de la croissance Les pays au-dessus de la ligne des 45 degrés ont un
(CIC) nécessite deux enquêtes. La figure 1.19 a été écart plus important dans le RtE entre les 40% les
construite sur la base de 31 pays africains avec au plus bas et les 40% les plus élevés.
moins deux points de données entre 2000 et 2017. 25. Ceci est basé sur la stratégie d’industrialisation de la
Pour obtenir une analyse significative, nous considé- Banque Africaine de Développement (2016–25), qui
rons uniquement les enquêtes espacées d’au moins préconise d’augmenter la contribution du secteur
cinq ans : la première enquête doit avoir lieu entre industriel de son niveau actuel de 10 à 30% du PIB
2000 et 2005 et la seconde en 2010 ou plus tard. en dix ans.

58 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


26. Basu et Guariglia (2008) ; Michaels et coll. (2012) ; Travail de recherche 12/59. Fonds monétaire interna-
Lee et Malin (2013). tional, Washington DC.
27. Perspectives économiques en Afrique (PEA) (2019). ——— (2013). « Inclusive Growth Revisited: Measurement
28. Pritchett (2018). and Determinants ». Travail de recherche 13/135.
29. Banque mondiale (2018). Fonds monétaire international, Washington DC.
30. Le capital humain résulte de la durée moyenne de Atkinson, A. B. (1970). « On the Measurement of Inequa-
scolarisation au cours d’une année donnée dans lity ». Journal of Economic Theory 2(3). p 244–263.
chaque pays, en supposant, comme avec Caselli BAD (Banque africaine de développement) (2019.) Pers-
(2005), des résultats linéaires par segment d’ensei- pectives économiques en Afrique 2019. BAD, ­Abidjan,
gnement : 13,4 % en deçà de 4 années de scolari- Côte d’Ivoire.
sation, 10,1 % entre 4 et 8 années de scolarisation Banque mondiale (2018). État des filets sociaux 2018.
et 6,8 % au-dessus de 8 années de scolarisation. Banque mondiale, Washington DC.
31. Le capital physique utilise les valeurs des Penn ——— (2019). Doing Business 2019: Formation pour
World Tables 9.1 suivant la méthode de l’inventaire mieux réformer. Banque mondiale. Washington D.
perpétuel. Barro, R. et Lee, J. (2000). « International Data on Educa-
^ ^ ^
32. Croissance TFP = gY – αKgK – αLgEmp – αLgH. tional Attainment Updates and Implications ». Travail
33. Cela peut être interprété comme une approxima- de recherche 7911. National Bureau of Economic Re-
tion de premier ordre d’une élasticité constante de search, Cambridge, MA.
la fonction de production de substitution. Des élé- Basu, P. et Guariglia, A. (2008). « Does Low Education
ments démontrant de tels effets de complémentarité Delay Structural Transformation? ». Southern Econo-
peuvent être trouvés, par exemple dans Duffy, Papa- mic Journal 75 (1). p. 104–127.
georgiou et Perez-Sebastian (2004). Caselli, F. (2005). « Accounting for Cross-Country Income
34. Nous constatons dans d’autres résultats non Differences ». In Handbook of Economic Growth. El-
publiés que l’ampleur et la signification statistique sevier. p. 679–741.
de ce terme d’interaction a augmenté ces dernières Coady, D. et Dizioli, A. (2017). « Income Inequality and
années : il était positif mais statistiquement peu dif- Education Revisited: Persistence, Endogeneity, and
férent de zéro de 1970 à 1990, puis fortement positif Heterogeneity ». Travail de recherche 17/126. Fonds
de 2000 à 2017. monétaire international, Washington, DC.
35. Nous utilisons des projections issues des Perspec- CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce
tives de l’économie mondiale (PEM), valables pour la et le développement) (2019). Rapport sur l’investisse-
période 2018–2024 au moment de l’écriture de ce ment dans le monde 2019 : zones économiques spé-
rapport. ciales. CNUCED, Genève.
36. Cela signifie que si la consommation moyenne par De Gregorio, J. et Lee, J. (2002). « Education and Income
habitant dans un pays augmente de 2,5 % par an, la Inequality: New Evidence from Cross-Country Data ».
consommation moyenne par habitant de 40 % des Review of Income and Wealth 48 (3).
personnes les plus pauvres est présumée augmen- Dollar, D., et Kraay, A. (2003). « Institutions, Trade, and
ter de 4,5 % par an. En conséquence, la consom- Growth: Revisiting the Evidence. » Document de tra-
mation moyenne de 60 % des personnes les plus vail consacré à la recherche sur les politiques 3004.
riches devrait augmenter alors d’environ 1,2 %. Banque mondiale, Washington, DC.
Duffy, J., Papageorgiou, C. et Perez-Sebastian, F. (2004.)
« Capital-skill Complementarity? Evidence from a
RÉFÉRENCES Panel of Countries ». Review of Economics and Sta-
tistics 86 (1). p. 327–344.
AIE (Agence internationale de l’énergie) (2019). Oil 2019: FMI (Fonds monétaire international). Base de données
Analysis and Forecast to 2024. Résumé analytique. des perspectives de l’économie mondiale. FMI. Was-
AIE. Paris. Disponible sur : https://www.iea.org/ hington, DC.
oil2019/. Hausmann, R., Hwang, J. et Rodrik, D. (2007). « What
Anand, R., Mishra, S. et Peiris, S. (2012). « Structural you export matters. » Journal of Economic Growth 12
Transformation and the Sophistication of Production ». (1). p. 1–25.

C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n  59


Hulten, C. R. (2017). « The Importance of Education and Travail de recherche 479. Center for Global Develop-
Skill Development for Economic Growth in the Infor- ment, Washington DC.
mation Era ». Travail de recherche 24141. National Ravallion, M. et Chen S. (2003). « Measuring Pro-poor
Bureau of Economic Research, Cambridge, MA. Growth ». Economics Letters (78). p. 93–99.
Lee, S. et Malin, B. A. (2013). « Education’s Role in Chi- UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éduca-
na’s Structural Transformation ». Journal of Develop- tion, la science et la culture) (2019). « Respecter les
ment Economics 101. p. 148–166. engagements : les pays sont-ils en bonne voie d’at-
Michaels, G., Rauch, F. et Redding S. J. (2012). « Urbani- teindre l’ODD 4 ? » Fiche d’information. Institut de sta-
zation and Structural Transformation ». The Quarterly tistique de l’UNESCO, Paris.
Journal of Economics 127 (2). p. 535–586. Winegarden, C.R. (1979). « Schooling and Income Distri-
Pritchett, L. (2018). « Alleviating Global Poverty: Labor bution: Evidence from International Data ». Economica
Mobility, Direct Assistance, and Economic Growth ». 46 (181). p. 83–87.

60 C r o issanc e e n A friqu e   : P e rf o rmanc e s , p e rsp e ctiv e s e t inclusi o n


ÉDUCATION ET
COMPÉTENCES POUR
LA MAIN-D’ŒUVRE
2
DE DEMAIN

MESSAGES CLÉS

• Malgré les progrès réalisés au cours des dernières décennies, l’Afrique reste à la
traîne des autres régions en développement en matière d’éducation et de déve-
loppement des compétences. La plupart des pays africains, quel que soit leur niveau de
revenu, affichent un niveau d’instruction plus faible que celui des autres régions, tant sous
l’aspect quantitatif (mesuré par la durée moyenne de scolarisation) que qualitatif (mesuré
par les scores des tests ou par le niveau de scolarité « pondéré par la qualité »). De nom-
breux pays africains sont donc susceptibles de parvenir à un meilleur rendement de l’édu-
cation par rapport à leur niveau de développement.
• La contribution de l’éducation à la croissance de la productivité du travail au niveau
macro est limitée en Afrique en raison de la faible complémentarité entre le capital
humain et le capital physique. Cela s’explique peut-être par la faible qualité de l’éduca-
tion – les années d’éducation créant peu ou pas de capital humain. Investir dans la qualité
de l’éducation pourra augmenter la productivité des travailleurs et des entreprises en Afrique.
• Les compétences et l’éducation de la main-d’œuvre ne sont pas utilisées adéqua-
tement sur le marché du travail africain. Près de la moitié des jeunes ayant un emploi
considèrent que leurs compétences sont en décalage par rapport à leur emploi, tandis
qu’environ les deux tiers des jeunes ont un niveau d’éducation inadéquat. Cette forte inadé-
quation des compétences et du niveau de l’éducation a des effets néfastes sur les salaires,
sur la satisfaction au travail et sur la recherche d’emploi.
• Améliorer l’alphabétisation est aussi important que de développer l’enseignement
supérieur pour accroître la complexité économique et mieux intégrer l’Afrique
dans l’économie moderne du savoir. Élargir l’espace produit et diversifier la capacité de
production du continent exigent d’améliorer les compétences de base de la main-d’œuvre,
y compris la lecture, l’écriture et le calcul, et de pouvoir disposer de gestionnaires mieux
formés et hautement qualifiés pour accéder à de nouveaux marchés. Les programmes
d’éducation et de formation devraient être mis à niveau, adaptés et étendus pour rester
ajustés aux compétences techniques plus poussées que demandent les emplois de la qua-
trième révolution industrielle.
• Les actions politiques dans le domaine de l’éducation et du développement des
compétences devraient inclure des mesures visant à améliorer la quantité et la
qualité de l’éducation et à aligner les politiques éducatives sur les besoins du
marché du travail. Les gouvernements devraient améliorer l’accès à l’école dans les
zones reculées, accroître les incitations à investir dans l’éducation, élaborer un système
éducatif axé sur la demande et correspondant aux besoins des employeurs, investir dans la
nutrition pour aider les enfants les plus pauvres à développer leurs compétences cognitives

 61
et, enfin, renforcer les capacités en matière de science, technologie, ingénierie et mathématiques
(STIM) et de technologies de l’information et de la communication (TIC).
• Les nouvelles technologies offrent à l’Afrique des possibilités d’innover et de faire un bond
en avant dans le domaine de l’éducation et de la formation. De nombreux pays africains, dont
l’Afrique du Sud, le Kenya et l’Ouganda, se distinguent par leur capacité d’innovation dans le domaine
de l’éducation.

L a trajectoire de croissance en l’Afrique au


cours des deux dernières décennies a fait
naître l’espoir que les pays africains pourraient
travail vers l’automatisation d’une part et vers des
tâches à forte intensité de connaissances d’autre
part. Pour profiter des possibilités et faire face
rejoindre le rang des pays à revenu intermédiaire aux défis, les pays africains doivent investir à la
ou élevé et sortir leur population de la pauvreté fois dans les compétences de base et les compé-
extrême et de la misère. Mais la croissance n’a tences avancées nécessaires.
pas été inclusive, faute d’emplois dans des Ce chapitre analyse les compétences et l’édu-
secteurs à forte productivité tels que l’industrie cation en Afrique d’un point de vue quantitatif et
manufacturière. Les niveaux de pauvreté et qualitatif. Il se penche sur l’inadéquation des com-
Le développement
d’inégalité restent obstinément élevés. De larges pétences et l’inefficience de leur allocation sur le
de l’éducation et des pans de la population sont bloqués dans des marché du travail, avant d’examiner comment les
compétences pour emplois à faible productivité et à bas salaire dans compétences et l’éducation pourront favoriser la
l’agriculture traditionnelle et dans les secteurs productivité et la croissance. Sur la base de l’ana-
faire progresser
informels. La lenteur de la transformation lyse de l’espace produit, le chapitre met l’accent
la croissance structurelle s’explique par les carences du capital sur le développement de l’éducation et des com-
économique humain, qui reflètent le faible niveau des pétences pour améliorer la capacité de production
exige de définir compétences et de l’éducation. actuelle et dans le paysage économique mondial
Comme indiqué au chapitre 1, les différences à forte intensité de connaissances de l’avenir.
clairement le type de connaissances et compétences sont une
de compétences source majeure d’inégalités en matière de reve-
dont les pays nus et d’inclusion. De nombreux pays africains ANALYSE DE L’ÉDUCATION
n’ont pas encore rattrapé le reste du monde sur ET DES COMPÉTENCES EN
africains ont besoin le plan des compétences et d’éducation de base. AFRIQUE
L’analphabétisme reste un obstacle aux pro-
grès économiques et à la compétitivité. Un faible Malgré les progrès réalisés au cours des dernières
niveau de compétences et d’éducation conduit décennies, l’Afrique reste à la traîne des autres
à des emplois médiocres, à la pauvreté et à des régions en développement, qu’il s’agisse d’éduca-
inégalités. tion ou de développement des compétences, tant
Développer l’éducation et les compétences sous l’aspect quantitatif (durée moyenne de scola-
pour promouvoir la croissance économique exige risation) que qualitatif (scores des tests). Toutefois,
de définir clairement le type de compétences certains pays obtiennent d’assez bons résultats
dont les pays africains ont besoin. Si les efforts compte tenu de leur niveau de développement.
pour développer les compétences de base de la
main-d’œuvre constituent une étape importante, Tendances et schémas de l’éducation
la focalisation sur des compétences pertinentes En 2018, la durée moyenne de scolarisation sur
pour la main-d’œuvre de demain peut conduire à le continent africain était supérieure à cinq ans
une croissance plus rapide et plus inclusive. Les – cinq pour les femmes et six pour les hommes
compétences clés nécessaires à l’emploi sont (figures 2.1 et 2.2)1. En Afrique du Sud, à l’Ile Mau-
les compétences de résolution des problèmes, rice, au Botswana et au Gabon, la scolarisation
d’apprentissage et de communication, ainsi que moyenne a dépassé huit ans, ce qui est compa-
les compétences sociales et personnelles. La rable à la scolarisation moyenne dans les pays à
quatrième révolution industrielle fera évoluer le revenu intermédiaire supérieur d’Amérique latine,

62E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.1 La durée moyenne de scolarisation est plus faible en Afrique que dans les
autres régions, 2018

Années Ensemble des personnes Hommes Femmes


15

12

0
Afrique Asie Europe Amérique latine Monde
et Caraïbes

Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données du PNUD (2019)

d’Asie et du reste du monde. En revanche, le Mali, pays d’Afrique du Nord sur l’éducation depuis les
le Niger et le Burkina Faso ont eu une scolarisa- années 1960.
tion moyenne d’environ deux ans, ce qui est bien Les taux d’abandon scolaire sont alarmants4.
inférieur à la moyenne des pays à faible revenu Plus de la moitié des enfants non scolarisés dans
dans les autres régions. le monde vivent en Afrique subsaharienne (33 mil-
Les inscriptions à l’école permettent égale- lions sur 61 millions). Plus d’un tiers des élèves en
ment de mesurer l’éducation sur le plan quantita- Afrique ont quitté l’école entre 2010 et 2017, contre
tif. Le taux de scolarisation dans l’enseignement 11 % en Amérique latine et 8 % en Asie (figure
primaire est passé de 66 % en 2000 à 82 % en 2.3). Le taux d’abandon en Afrique est de 35 %
2016, principalement grâce à l’école gratuite et pour les garçons et de 33 % pour les filles. Il existe
aux programmes d’enseignement primaire univer- cependant des variations considérables d’un pays
sel2. Le taux de scolarisation dans le secondaire a à l’autre. Les taux d’abandon sont supérieurs à
augmenté de 12 points de pourcentage, passant 60 % au Mozambique, en Ouganda, en Éthiopie
de 32 % en 2000 à 44 % en 2016, tandis que le et à Madagascar, mais inférieurs à 6 % en Algérie,
taux d’inscriptions dans l’enseignement supérieur au Botswana, en Égypte, à Maurice et aux Sey-
est passé de 6 % à 16 %. Cependant, l’Afrique chelles. La proportion d’enfants non scolarisés est
reste à la traîne des autres régions du monde en plus élevée dans les pays à faible revenu, où de
matière de scolarisation à tous les niveaux3. nombreux enfants ne sont pas inscrits à l’école
L’Afrique du Nord a obtenu de meilleurs résul- du fait de la pauvreté ou d’obstacles financiers5.
tats que les autres régions africaines, avec un Dans de nombreux pays africains, les enfants qui
taux de scolarisation de 91 % dans les écoles vont à l’école l’abandonneront vraisemblablement
primaires (tableau 2.1), de 54 % dans les établis- avant la fin du primaire, ce qui réduit leur possi-
sements secondaires et de 29 % dans l’ensei- bilité d’acquérir une éducation formelle ultérieure
gnement supérieur, reflétant l’accent mis par les (encadré 2.1).

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  63


FIGURE 2.2 Durée moyenne de scolarisation dans les pays africains, par genre, 2018

Hommes Femmes
Afrique du Sud
Maurice
Botswana
Gabon
Zimbabwe
Algérie
Libye
Égypte
Tunisie
Ghana
Zambie
Namibie
Congo, rép. dém.
Congo
eSwatini
Kenya
São Tomé-et-Príncipe
Nigéria
Cameroun
Lesotho
Cabo Verde
Ouganda
Madagascar
Tanzanie
Guinée équatoriale
Maroc
Angola
Côte d’Ivoire
Togo
Comores
Libéria
Soudan du Sud
Malawi
Mauritanie
Rwanda
Centrafrique
Soudan
Bénin
Gambie
Sierra Leone
Mozambique
Burundi
Sénégal
Ethiopie
Guinée
Tchad
Mali
Niger
Burkina Faso

15 10 5 0 5 10 15
Pour cent

Note : Données disponibles pour 48 pays africains.


Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données du PNUD (2019).

64E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


TABLEAU 2.1 Tendances des taux de scolarisation dans toutes les régions, 2000–2016 (%)

Primaire Secondaire Supérieur


Région 2000 2016 2000 2016 2000 2016
Monde 85 91 64 77 27 48
Afrique 66 82 32 44 6 16
Afrique centrale 58 84 7 32 3 10
Afrique de l’Est 54 79 35 41 2 9
Afrique du Nord 82 91 54 26 29
Afrique australe 78 90 39 47 4 18
Afrique de l’Ouest 59 77 20 44 6 12
Asie 88 93 61 77 23 43
Europe 95 95 86 92 45 68
Amérique latine
et Caraïbes 92 92 63 78 28 53
Les prestataires de
Note : Le taux de scolarisation pour l’enseignement primaire et secondaire est le taux net de scolarisation services d’éducation
(nombre d’élèves dans la tranche d’âge scolaire officielle, qui sont inscrits à l’école, exprimé en pourcentage privés dispensent
de la population de la tranche d’âge scolaire officielle correspondante). Le taux brut de scolarisation est utilisé
également un
pour l’enseignement supérieur (il se réfère au nombre total d’étudiants inscrits, quel que soit leur âge, exprimé
en pourcentage de la population de la tranche d’âge correspondant officiellement à ce niveau d’enseignement). enseignement - du
Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données fournies par la base de données des indi- préprimaire à
cateurs du développement dans le monde de la Banque mondiale.
l’enseignement
et à la formation
La scolarisation dans les écoles privées privée va de moins de 5 % en Afrique du Sud, techniques et
augmente, tout en restant modeste. au Burundi et au Mozambique à plus de 30 % au professionnels
Les prestataires privés de services éducatifs dis- Cameroun, au Mali et au Togo7. La croissance de
pensent un enseignement – du préprimaire au l’enseignement privé pourrait, en partie, refléter
supérieurs
supérieur avec de l’enseignement et de la for- la perception négative de la qualité des écoles
mation techniques et professionnels (EFTP). Ils publiques.
offrent également des services auxiliaires tels que
la formation des enseignants et l’enseignement La qualité de l’éducation
complémentaire (cours de rattrapage, apprentis-
sage de langues et préparation aux examens)6. Dans les tests, les étudiants africains obtiennent
Les écoles privées ne représentent encore des résultats en moyenne inférieurs à ceux des
qu’une petite fraction du total des prestataires de étudiants d’autres régions du monde.
services éducatifs. Si elles gagnent rapidement Par rapport à la note maximale de 625 obtenue
du terrain en Afrique, leur nombre ayant presque aux tests harmonisés au niveau mondial, les étu-
doublé en dix ans, elles ne sont pas aussi large- diants africains ont obtenu en moyenne 374. Cer-
ment répandues qu’en Asie et en Amérique latine. tains pays obtiennent néanmoins de bons résul-
Le pourcentage d’inscriptions dans les écoles pri- tats compte tenu de leur produit intérieur brut (PIB)
maires privées est passé d’environ 6 % en 2007 à par habitant (figures 2.5 et 2.6)8. Par exemple, le
11 % en 2017 et, dans les écoles secondaires pri- Kenya et eSwatini atteignent respectivement des
vées, de 8 % à 15 % (figure 2.4). Les inscriptions scores de 455 et 440, situés bien au-dessus de la
dans les établissements privés d’enseignement moyenne mondiale de 431 pour les pays à revenu
supérieur ont quintuplé, passant de 3 % à 16 %. moyen supérieur. De même, certains pays à faible
La proportion d’enfants fréquentant une école revenu, comme le Burundi, le Sénégal, la Guinée

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  65


FIGURE 2.3 L’abandon scolaire avant la fin de la dernière année du primaire est plus élevé
en Afrique que dans les autres régions, 2010–2017

Pour cent Ensemble des personnes Hommes Femmes


40

30

20

10

Les écoles
privées rattrapent 0
rapidement leur Afrique Asie Europe Amérique latine
et Caraïbes
Monde

retard en Afrique,
Note : le taux cumulé d’abandon est calculé en soustrayant le taux de survie (pourcentage d’une cohorte
doublant presque d’élèves inscrits dans la première année d’un niveau d’enseignement donné, durant une année scolaire
en une décennie donnée, qui sont censés atteindre une année d’études donnée, en comptabilisant les redoublements) de
100 pour une année d’études donnée, le taux d’abandon étant le pourcentage des élèves d’une cohorte
inscrits dans une année d’études donnée, durant une année scolaire donnée, qui ne sont plus inscrits l’année
suivante.
Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données de l’Institut de statistique de l’UNESCO
(http://data.uis.unesco.org/Index.aspx?queryid=156).

et le Burkina Faso, ont des résultats plus élevés pays africains. Néanmoins, pour certains pays
que la moyenne des pays à revenu moyen infé- africains, la qualité de la scolarité est très faible
rieur en Asie ou celle des pays à revenu moyen malgré un nombre moyen d’années de scolarité
supérieur en Amérique latine9. supérieur à la moyenne régionale. Par exemple, le
Ghana a une durée de scolarité moyenne de plus
Le nombre des années de scolarité ajusté de 7 ans, supérieure à la moyenne régionale de
en fonction de la qualité de l’éducation est 4,8 ans, mais ses résultats aux tests sont parmi
généralement inférieur à la moyenne des les plus bas de la région. Ainsi, pour de nombreux
années de scolarité. pays africains, l’apprentissage réel au cours d’une
La comparaison des acquis scolaires sur la seule année de scolarité est bien inférieur à ce que l’on
base quantitative peut amener à surestimer les pourrait attendre.
résultats réels. Pour prendre en compte les dif- Pour tenir compte des différences de qualité
férences de qualité d’éducation, les années de de scolarité, le nombre d’années de scolarité peut
scolarité peuvent être ajustées en fonction de être ajusté en fonction des résultats aux tests. Il
résultats aux tests. Les économies développées est alors défini comme le nombre moyen d’années
ont tendance à avoir à la fois une moyenne élevée de scolarité multiplié par les résultats de tests har-
d’années de scolarité et des résultats aux tests monisés, divisé par 625 (figure 2.7)10,11. Ajuster le
élevés. Cette relation entre quantité et qualité se nombre d’années passées à l’école en fonction de
retrouve également dans notre échantillon de la qualité de la scolarité acquise permet de fournir

66E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


ENCADRÉ 2.1 L’abandon scolaire en Afrique

Malgré les progrès du continent dans l’augmentation du Les déplacements dus aux conflits augmentent égale-
taux de scolarisation primaire et secondaire, les résultats ment la probabilité qu’un enfant cesse de fréquenter l’école.
scolaires en Afrique restent bien en deçà des autres régions Les pays touchés par des conflits ont des taux d’abandon
du monde. Le niveau élevé des taux d’abandon dans l’en- plus élevés. Les enfants y ont 30 % moins de chance de ter-
seignement primaire et dans le premier cycle du secon- miner l’école primaire et 50 % moins de chance de terminer
daire explique la faible accumulation de compétences pour le premier cycle de l’enseignement secondaire3. Environ un
la main-d’œuvre future. En outre, cela entraîne des coûts tiers des pays d’Afrique subsaharienne ont été touchés par
élevés pour la société1. Ces taux d’abandon élevés sont des conflits ces dernières années4.
dus en premier lieu à la pauvreté. Mais il a été démontré Les parents décident souvent de maintenir ou non leurs
que la violence, la mauvaise qualité de l’éducation et la per- enfants à l’école en fonction de la perception qu’ils ont du
ception du faible bénéfice de l’éducation entrent également bénéfice de l’éducation. Si le bénéfice perçu est faible, les
en jeu. parents ont tendance à demander moins de scolarisation pour
La violence qui règne à l’école peut en éloigner les élèves. leurs enfants et les enfants ont tendance à être moins motivés
Dans de nombreuses régions d’Afrique, les châtiments cor- pour poursuivre leur scolarité jusqu’au niveau supérieur.
porels et les punitions psychologiques sont utilisés pour
discipliner les élèves. La violence et le harcèlement à l’école Notes
touchent également de très nombreux élèves2. La proportion 1. Oreopoulos, 2007.
d’élèves déclarant avoir été victimes de harcèlement est par- 2. UNESCO, 2019.
ticulièrement élevée en Afrique subsaharienne (48,2 %) et en 3. Commission européenne, 2016.
Afrique du Nord (42,7%). 4. FMI, 2019a.

FIGURE 2.4 Le taux de scolarisation dans l’enseignement privé a augmenté, 2007–2017

Pour cent Primaire Secondaire Supérieur


20

15

Moyenne pondérée
10

0
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017

Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données de l’Institut de statistique de l’UNESCO.

une meilleure mesure de la scolarité. En général, En 2017, le Botswana avait une moyenne de
la moyenne ajustée des années de scolarité est 9,8 années de scolarité. L’ajustement en fonction de
inférieure à la moyenne non ajustée. la qualité de la scolarité ramène celle-ci à 6,1 années.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  67


FIGURE 2.5 Les étudiants africains obtiennent des résultats moyens inférieurs à ceux des
étudiants d’autres régions du monde par rapport à leur PIB par habitant en 2017

Pays à Pays à revenu Pays à revenu Pays à


Résultats aux tests harmonisés faible revenu moyen inférieur moyen supérieur revenu élevé
600

500

400

300

200

En général, la 100

moyenne ajustée
0
des années Afrique Asie Europe Amérique latine Monde
et Caraïbes
de scolarité
Note : Dans l’utilisation des données de l’Indice du capital humain, la Banque mondiale harmonise les résul-
est inférieure tats des tests entre les programmes internationaux de tests sur les acquis scolaires, mesurés en unités équi-
à la moyenne valentes TIMSS (Trends in International Mathematics and Science Study), où 300 correspond au niveau mini-
mal et 625 au niveau supérieur.
non ajustée
Source : Calculs des services de la Banque basés sur Patrinos et Angrist (2018).

Le Niger avait en moyenne le moins d’années de par déciles de revenu sur la base du PIB par habi-
scolarité (1,4) et, après ajustement en fonction de la tant (en parité de pouvoir d’achat), puis pour les
qualité, il aurait moins d’un an de scolarité (0,7). Les pays de chaque décile de revenu, la différence
pays à revenu moyen inférieur tels que le Zimbabwe entre le nombre maximal d’années de scola-
et la Tunisie ont une moyenne ajustée d’environ rité escomptées réalisables par ce groupe et le
5 années de scolarité. On peut également signaler nombre d’années de scolarité attendu sur la base
les réussites affichées par le Kenya et le Bénin (enca- de l’Indice du capital humain de la Banque mon-
dré 2.2). Mais il faut garder à l’esprit que les résultats diale a été calculée pour chaque pays (distance
de l’éducation, en quantité et en qualité, sont déter- par rapport à la « frontière de l’éducation »)12. Les
minés par d’autres facteurs extérieurs au système mêmes calculs ont été effectués pour les résultats
éducatif, notamment ceux liés au marché du travail aux tests. Pour tous les pays africains couverts
et à ses institutions (voir plus loin dans le chapitre). par l’analyse, le nombre d’années de scolarité
attendu est inférieur au maximum atteignable pour
Lacunes dans les compétences et leur décile de revenu (figure 2.8). Compte tenu du
besoins en éducation niveau de développement des pays africains, ils
ont le potentiel d’augmenter la durée moyenne de
En moyenne, les pays africains ont obtenu scolarité de trois ans et les résultats moyens aux
en 2017 un nombre d’années de scolarité et tests de 81 points (18 %).
des résultats aux tests inférieurs à ce qui était Ce résultat pourrait être lié aux taux de décro-
attendu, compte tenu de leur niveau de revenu. chage scolaire élevés dans les pays africains. Les
Pour quantifier les lacunes en matière d’éducation résultats aux tests de nombreux pays africains
et de compétences, les pays ont été regroupés sont également en deçà du score maximum

68E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.6 Les résultats des tests harmonisés pour les pays africains présentent
d’importantes différences, 2017

Maurice
Seychelles
Gabon
Kenya
eSwatini
Burundi
Sénégal
Guinée
Namibie
Burkina Faso
Ouganda
Zimbabwe
Lesotho
Comores
Botswana
Tanzanie
Tunisie
Togo
Bénin
Soudan
Cameroun
Algérie
Côte d’Ivoire
Congo
Mozambique
Maroc
Malawi
Ethiopie
Zambie
Rwanda
Égypte
Madagascar
Afrique du Sud
Mauritanie
Gambie
Tchad
Libéria
Angola
Nigéria
Congo, rép. dém.
Sierra Leone
Mali
Ghana
Niger

0 100 200 300 400 500


Résultats aux tests harmonisés

Note : Un score de 300 représente un niveau minimum et 625 représente un niveau avancé (maximum).
Source : Calculs des services de la Banque basés sur Patrinos et Angrist (2018).

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  69


FIGURE 2.7 Lorsqu’elle est ajustée en fonction des résultats aux tests, le nombre moyen
des années de scolarité baisse dans tous les pays africains examinés, 2017

Botswana
Afrique du Sud
Gabon
Zimbabwe
Égypte
Tunisie
Maurice
Zambie
Ghana
Ouganda
Kenya
Algérie
Namibie
Congo
eSwatini
Malawi
Nigéria
Maroc
Cameroun
Bénin
Rwanda
Libéria
Togo
Mauritanie
Lesotho
Madagascar
Tanzanie
Congo, rép. dém.
Côte d’Ivoire
Gambie
Sierra Leone
Soudan
Sénégal
Angola
Ethiopie
Burundi
Nombre moyen d’années de scolarité
Mali
Nombre moyen d’années de scolarité
Burkina Faso ajusté en fonction de résultats aux tests

Mozambique
Niger

0 2 4 6 8 10
Nombre moyen d’années

Note : Données disponibles pour seulement 40 pays africains.


Source : Calculs des services de la Banque basés sur Patrinos et Angrist (2018) et le Penn World Table 9.1.

70E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


ENCADRÉ 2.2 Exemples de réussite dans l’éducation et le développement des compétences en Afrique

Plusieurs pays africains ont fait des progrès considérables d’enseignants contractuels à des proches des enseignants de
dans l’amélioration de l’éducation. L’accès à l’enseignement la fonction publique. Les meilleurs enseignants contractuels
primaire est presque universel au Kenya, au Rwanda, en ont finalement obtenu des emplois dans la fonction publique.
Afrique du Sud, au Togo, en Ouganda et au Zimbabwe. Des En 2009, pour répondre à des ratios élèves-enseignant
pays comme l’Égypte améliorent la responsabilisation dans élevés et à de faibles résultats d’apprentissage dans les
le secteur de l’éducation et offrent la possibilité de passer à écoles primaires, le gouvernement a financé un programme
la vitesse supérieure en utilisant les nouvelles technologies1. d’embauche de 18 000 enseignants contractuels, reprodui-
Certaines universités africaines occupent un rang relativement sant le programme Extra Teacher. Le renouvellement des
élevé dans les évaluations internationales, notamment l’uni- contrats étant subordonné aux performances, les ensei-
versité du Cap en Afrique du Sud2. Depuis 2003, l’université gnants contractuels étaient censés être davantage incités à
du Cap a souvent été classée parmi les 250 meilleures univer- obtenir de bons résultats.
sités du monde, démontrant de bonnes performances sur de Au Burundi, de nombreuses écoles ont été détruites
nombreux critères de qualité, y compris au niveau du nombre pendant la longue guerre civile (1993–2005) et le système
d’anciens étudiants et membres du personnel ayant remporté de gestion des écoles s’est effondré. Le taux net de scola-
des prix Nobel et des médailles Fields, du nombre de cher- risation dans le primaire était faible (56 %) et les manuels de
cheurs très cités et des performances des professeurs. mathématiques étaient partagés par 20 élèves en moyenne.
En 2005, le nouveau gouvernement a mis en œuvre plusieurs
Les exemples réussis du Kenya et du Burundi mesures pour réhabiliter le système éducatif. La disponibilité
Le Kenya et le Burundi se distinguent par de bons résultats des manuels scolaires a été augmentée et les délais de livrai-
scolaires. son sont passés de plus d’un an à 60 jours. Le Burundi a intro-
La politique éducative du Kenya s’appuie notamment sur duit l’enseignement primaire gratuit, ce qui a permis d’aug-
le programme national gratuit d’enseignement secondaire menter le taux de scolarisation. Le Burundi consacre 35% du
lancé en 2008 pour faciliter la transition de l’enseignement budget national à l’éducation, contre une moyenne de 20 %
primaire au secondaire. La suppression des frais de scolarité dans les pays ayant des données dans le Programme d’ana-
a entraîné une forte augmentation des inscriptions3. lyse des systèmes éducatifs (PASEC), une évaluation conçue
Le programme Extra Teacher, mis en œuvre en 2005/06 pour évaluer les acquis scolaires chez les élèves de deuxième
par une ONG de la province occidentale du Kenya, a financé et cinquième année dans les pays francophones. Le Burundi
des comités scolaires pour l’embauche d’un enseignant sup- a également adopté le kurundi, une langue locale parlée par
plémentaire sous contrat de courte durée pour compléter les 95 % de la population, comme langue d’enseignement jusqu’à
effectifs d’enseignants de la fonction publique. Les contrats la 4e année. La littérature scientifique sur l›éducation rend
étaient renouvelables sous réserve de bons résultats. Une compte d’un effet positif sur les performances scolaires de
évaluation du programme a révélé d’importants avantages l’utilisation, dans les premières années, de la langue parlée à
potentiels à compléter un système de la fonction publique la maison5. En 2013–14, la scolarité obligatoire a été portée
avec des enseignants contractuels embauchés localement à neuf ans, le programme scolaire national a été mis à jour
et en associant les parents au suivi4. Les élèves affectés aux et d’autres réformes pédagogiques ont été introduites pour
enseignants contractuels ont considérablement amélioré réduire le taux élevé de redoublement. Les scores du Burundi
leurs résultats en classe par rapport aux élèves des classes au PASEC ont été les plus élevées parmi les pays participants.
ordinaires. Les enseignants contractuels avaient de faibles
taux d’absence, tandis que les enseignants de la fonction Notes
publique des mêmes écoles faisaient moins d’efforts, mesu- 1. Banque mondiale, 2019.
rés par leur présence à l’école. Une formation a été offerte 2. Classement académique des universités mondiales ; http://www.
dans un sous-groupe d’écoles participantes pour donner shanghairanking.com.
aux membres du comité scolaire les compétences néces- 3. Banque mondiale, 2017.
saires pour faire le suivi du programme, vérifier la présence 4. Duflo, Dupas et Kremer, 2015.
des enseignants et évaluer l’enseignant contractuel. La for- 5. Bold et coll, 2015.
mation a réduit la pratique consistant à attribuer les postes 6. Varly et Mazunya, 2017.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  71


FIGURE 2.8 Différence entre le nombre maximal d’années de scolarité et les scores maximum aux tests pouvant
être atteints dans un décile de revenu et le nombre attendu d’années de scolarité et les scores aux tests, 2017

Libéria Nigéria
Tchad Angola
Mauritanie Afrique du Sud
Mali Maroc
Niger Mali
Côte d’Ivoire Algérie
eSwatini Ghana
Soudan Botswana
Rwanda Niger
Angola Mauritanie
Gabon Sierra Leone
Botswana Congo, rép. dém.
Burkina Faso Rwanda
Nigéria Zambie
Guinée Libéria
Namibie Tchad
Sénégal Égypte
Ouganda Gambie
Afrique du Sud Congo
Mozambique Côte d’Ivoire
Tanzanie Seychelles
Madagascar Cameroun
Burundi Soudan
Congo Madagascar
Ethiopie Bénin
Cameroun Tanzanie
Zambie Gabon
Tunisie Maurice
Comores Ethiopie
Lesotho Malawi
Égypte Comores
Sierra Leone Lesotho
Gambie Tunisie
Maroc Zimbabwe
Bénin Mozambique
Togo Guinée
Congo, rép. dém. Sénégal
Malawi Togo
Algérie Namibie
Zimbabwe Ouganda
Maurice Burkina Faso
Kenya eSwatini
Ghana Kenya
Seychelles Burundi

0 2 4 6 8 0 50 100 150 200


Nombre attendu d’années de scolarité Résultats aux examens

Source :Calculs des services de la Banque basés sur les données de l’Indice du capital humain de la Banque mondiale et de Patrinos et
Angrist (2018).

72E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


réalisable pour leur décile de revenu. Font excep- pourquoi, même si la formation des enseignants
tion pour les résultats aux tests le Burundi et le est un facteur important dans les résultats sco-
Kenya, qui ont atteint les scores maximaux pour laires16, les enseignants ne disposent pas toujours
leur tranche de revenu. des incitations appropriées pour bien enseigner
Il existe une hétérogénéité considérable entre ou être à leur poste chaque jour.
les pays africains concernant la différence entre
le nombre maximal d’années de scolarité et Éducation, compétences et emploi
les résultats aux tests d’une part, et le nombre
attendu d’années et les résultats le nombre Au niveau mondial, l’Afrique a la proportion
attendu d’années et les résultats d’autre part. Par la plus élevée de personnes employées dans
exemple, les Seychelles, le Ghana, le Kenya, Mau- des emplois peu qualifiés et la proportion la
rice et le Zimbabwe présentent des écarts beau- plus faible dans des emplois moyennement ou
coup plus faibles, tandis que le Niger, le Mali, la hautement qualifiés.
Mauritanie et le Libéria ont un plus grand potentiel L’éducation et compétences de la population
pour améliorer qualitativement et quantitativement active d’un pays sont révélatrices du capital
leurs résultats scolaires. humain disponible du pays et a un impact direct
Plus de la moitié
sur la situation du marché du travail. Une main-
L’effet de la taille des classes est ambigu d’œuvre qualifiée est indispensable pour réaliser des travailleurs
en Afrique. une transformation structurelle, en s’appuyant africains occupent
La taille des classes (ratio élèves-enseignants) est sur le progrès technologique et l’innovation,
des emplois peu
un autre indicateur fréquemment utilisé pour la qua- qui sont d’importants facteurs de la croissance
lité de l’environnement d’apprentissage13. Les pays économique. qualifiés, ce qui
africains ont les ratios élèves-enseignant les plus Plus de la moitié des travailleurs africains représente la plus
élevés au monde. En 2010–2017, le ratio élèves-en- occupent des emplois peu qualifiés (57 %), soit forte proportion au
seignant était d’environ 38 en Afrique, contre envi- la proportion la plus élevée dans le monde (figure
ron 20 pour l’Asie et l’Amérique latine et 14 pour 2.9). Un tiers travaillent dans des emplois moyen-
niveau mondial
l’Europe. Encore une fois, il existe des différences nement qualifiés (33 %) et seulement 10 % dans
régionales au sein de l’Afrique, avec des ratios plus des emplois hautement qualifiés, soit les pourcen-
faibles dans le primaire dans les pays d’Afrique du tages les plus faibles au niveau mondial17.
Nord, notamment l’Algérie, l’Égypte et le Maroc. Les taux de chômage en Afrique sont les plus
Cependant, la relation entre les ratios élevés parmi les personnes ayant un niveau d’ins-
élèves-enseignant et les résultats aux tests est truction secondaire (13 %) ou supérieur (10 %), par
ambiguë. Des études dans des pays en dévelop- rapport à un niveau élémentaire (10 % ; figure 2.10).
pement, dont l’Inde, le Kenya et la Tanzanie, ne Les personnes en Afrique ayant un niveau d’ins-
trouvent pas d’impact significatif de l’un sur l’au- truction secondaire ou supérieur ont également les
tre14. En outre, la taille des classes en Afrique n’est taux de chômage les plus élevés au monde.
pas corrélée à la qualité de la scolarité une fois que
l’effet du PIB réel par habitant est pris en compte. Les compétences actuelles et projetées
Les données disponibles pour les pays en de la main-d’œuvre africaine ne sont pas
développement suggèrent que d’autres change- concurrentielles dans les comparaisons
ments – améliorations de la gouvernance de l’édu- internationales
cation, incitations pour les enseignants, taux d’ab- Par rapport à toutes les régions du monde,
sence, responsabilisations – améliorent davantage l’Afrique a les scores les plus bas en ce qui
les résultats aux tests que le fait de mettre des concerne les compétences de la main-d’œuvre
enseignants supplémentaires15. Par exemple, une selon l’Indice de compétitivité mondiale établi
étude en Zambie révèle qu’une augmentation de par le Forum économique mondial. Par exemple,
5 % du taux d’absence des enseignants réduit sur 141 pays figurant dans le classement 2019,
les résultats d’apprentissage de 4 à 8 % du gain les cinq derniers sont des pays africains. Sur les
moyen pour les mathématiques et l’anglais. C’est 20 derniers pays du classement, 17 sont africains.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  73


FIGURE 2.9 Au niveau mondial, l’Afrique a la proportion la plus élevée de personnes
employées dans des emplois peu qualifiés et la proportion la plus faible dans des emplois
moyennement et hautement qualifiés, 2010–18

Pour cent Afrique Asie Europe Amérique latine et Caraïbes Monde


60

50

40

30

20

10

0
Emplois hautement qualifiés Emplois moyennement qualifiés Emplois faiblement qualifiés

Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données d’ILOSTAT et utilisant des estimations
modélisées de l’Organisation internationale du travail.

FIGURE 2.10 Les taux de chômage en Afrique sont les plus élevés parmi les personnes
ayant un niveau d’instruction moyen ou supérieur, 2010–18

Pour cent Afrique Amérique latine et Caraïbes Asie Europe Monde


20

15

10

0
Avec un niveau d’instruction primaire Avec un niveau d’instruction secondaire Avec un niveau d’instruction supérieur

Note : Moyennes pondérées par le nombre de personnes âgées de 15 à 64 ans dans chaque niveau d’instruction.
Source : Calculs des services de la Banque basés sur les données d’ILOSTAT.

74E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


Dans toute la région, les employeurs indiquent des enseignants et la disponibilité des manuels
que la qualification insuffisante des travailleurs scolaires, des méthodes et du matériel pédago-
représente une contrainte majeure pour leurs gique, afin d’améliorer les résultats scolaires.
entreprises18. Une autre mesure importante des
compétences disponibles pour les employeurs La quantité et la qualité de l’éducation
est la proportion de diplômés formés en sciences, contribuent à la productivité du travail en Afrique.
technologie, ingénierie et mathématiques (STIM). Le niveau d’instruction – aussi bien en termes de
En moyenne sur 2010–2018, moins de 20 % des quantité que de qualité – et la productivité par
diplômés des pays africains s’étaient inscrits à des travailleur sont positivement corrélés en Afrique.
programmes STIM à l’université. L’élaboration des mesures des résultats de
l’éducation d’un pays, tant quantitatifs (années
moyennes de scolarisation) que qualitatifs (résul-
ÉDUCATION, COMPÉTENCES tats harmonisés aux examens), par rapport à la
ET PRODUCTIVITÉ DU TRAVAIL productivité du travail constatée, telle que mesu-
rée par la valeur ajoutée par travailleur, montre
Capital humain et productivité du que les mesures de l’éducation sont fortement et
L’amélioration de
travail positivement corrélées avec la productivité (figures
L’investissement dans le capital humain est un 2.11 et 2.12)22,23. l’éducation sur
important facteur de croissance économique, en Ces résultats graphiques sont corroborés par le continent est
raison de son effet sur la productivité19. L’éduca- des régressions plus systématiques sur les don-
vitale pour réaliser
tion complète également d’autres décisions visant nées transversales pour 2017 et sur les données
à améliorer la productivité du travail, qu’il s’agisse de panel pour la période 2000–2017. Dans ces son potentiel de
d’encourager l’ouverture commerciale20, d’in- analyses, le capital humain est positivement lié transformation
vestir dans le capital physique21 ou de créer des à la valeur ajoutée par travailleur entre et à l’inté- en vue de gains
institutions qui protègent les droits de propriété. rieur des pays. Même si la relation n’est pas sta-
Les écarts d’éducation accentuent donc les dif- tistiquement significative dans les modèles de
de productivité et
férentiels exogènes sous- jacents de productivité panel, et disparaît dans une analyse dynamique de production
du travail entre les pays. En effet, ils découragent des données de panel avec des effets fixes lors-
l’investissement étranger, réduisent l’innovation, qu’on ajoute les effets fixes par pays et par année.
entravent la capacité d’un pays à exploiter son Les mesures de la qualité comme le nombre d’en-
avantage comparatif et font obstacle au dévelop- seignants ou de manuels scolaires par élève, ou
pement d’activités manufacturières et de services encore les résultats harmonisés aux examens,
commercialisables avec des rendements crois- sont positivement liées à la productivité du travail
sants qui reposent fortement sur l’accumulation et dans la plupart des spécifications. Ce principe se
le transfert des connaissances. vérifie même en contrôlant le nombre moyen d’an-
Le rôle de l’éducation dans l’augmentation nées de scolarité, signe que la qualité de l’éduca-
globale de la productivité du travail a jusqu’à pré- tion dispensée par le système scolaire d’un pays a
sent été relativement limité en Afrique. Il est donc aussi une grande importance pour les résultats du
essentiel d’améliorer l’éducation sur le continent développement.
afin de réaliser son potentiel de transformation En outre, il existe des preuves de la complé-
concernant les gains de productivité et de ren- mentarité entre la qualité de l’éducation dispensée
dement, en particulier dans les économies les dans un pays et les années supplémentaires de
moins développées. L’amélioration des taux scolarité. En effet, la corrélation positive entre le
d’achèvement des études dans l’enseignement nombre moyen d’années de scolarité et la pro-
secondaire et supérieur est une condition préa- ductivité globale des travailleurs est plus forte
lable au développement des compétences de la dans les pays où la qualité de l’éducation est
main-d’œuvre. La recherche économique soutient meilleure (malgré les limitations mentionnées
également le ciblage de l’investissement dans la plus haut des mesures standard de la qualité
qualité de l’éducation, notamment la formation de l’éducation, telles que le nombre de manuels

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  75


FIGURE 2.11 Nombre moyen d’années de scolarité et productivité du travail en Afrique, 2017

Valeur ajoutée par travailleur (log)


25

24

23

22

21
0 2 4 6 8 10

Nombre moyen d’années de scolarité


Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données de l’Index du capital humain de la Banque
mondiale, Penn World Table 9.1.

FIGURE 2.12 Les résultats des examens sont également positivement liés à la productivité
du travail (Afrique, 2017)

Valeur ajoutée par travailleur (log)


25

24

23

22

21
300 350 400 450 500

Résultats aux tests harmonisés


Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données de l’Index du capital humain de la Banque
mondiale, Penn World Table 9.1.

76E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


scolaires ou d’enseignants par élève). Parmi les en Afrique peut refléter le fait que les améliora-
économies à faible revenu, les pays où le nombre tions quantitatives de l’éducation en Afrique se
moyen d’enseignants par élève est supérieur à sont rarement accompagnées d’une améliora-
la médiane affichent généralement une relation tion qualitative des résultats de l’éducation, tels
positive plus forte entre le nombre d’années de que mesurés par les résultats aux examens ou
scolarité et la valeur ajoutée par travailleur (figure les taux d’alphabétisation. Ainsi, le renforcement
2.13). Ce constat donne à penser que les investis- de la contribution de l’éducation à la productivité
sements dans l’éducation, se traduisant par des du travail exige d’en améliorer la qualité ainsi que
enseignants mieux formés et des classes moins d’augmenter le nombre des années de scolarité.
nombreuses, pourraient contribuer à compenser La faible productivité en Afrique peut égale-
la baisse des rendements dans la relation entre ment refléter une efficience moindre dans l’utili-
les années de scolarité et la productivité des sation du capital humain dans la production, en
travailleurs. raison de la mauvaise qualité de l’éducation et
de la gestion24. Des études menées au Kenya et
Le capital humain contribue moins à la en Tanzanie à partir de données provenant des
productivité du travail et à la croissance entreprises montrent l’importance de la qualité
En Afrique, la
économique en Afrique que dans d’autres de l’éducation aux niveaux de l’entreprise et du
régions en développement. travailleur, en constatant que les compétences contribution du
En Afrique, les preuves indiquent que la contribu- cognitives sont associées à un meilleur salaire à capital humain à
tion du capital humain à la productivité est pra- l’embauche, que la rémunération de l’expérience
la productivité est
tiquement inexistante par rapport aux pays des professionnelle est positivement associée aux
régions comparables, en particulier dans le pays compétences cognitives et que les travailleurs presque inexistante,
les plus pauvres (figure 2.14). La relation plus faible ayant de meilleurs résultats cognitifs gagnent par rapport aux
entre le capital humain et la productivité du travail davantage25. pays des régions
homologues, en
FIGURE 2.13 La relation positive entre le nombre d’années de scolarité et la productivité du particulier dans
travail est plus forte lorsque les ratios enseignant–élève sont élevés, 2010–2017 les pays les
Valeur ajoutée par travailleur (log) Enseignants par élève < médiane Enseignants par élève > médiane plus pauvres
25

24

23

22

21
0 2 4 6 8 10

Nombre moyen d’années de scolarité, moyenne 2010–2017


Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données de Penn World Table 9.1 et EdStats de la
Banque mondiale.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  77


FIGURE 2.14 Les relations entre l’augmentation du nombre d’années de scolarité et la
productivité du travail sont plus faibles en Afrique que dans d’autres pays ayant le même
niveau de PIB par travailleur, 1997–2017

Évolution en pourcentage du PIB par travailleur, annualisé (log) Afrique Autres pays
10

–5
Près de la moitié des
jeunes travailleurs
ont l’impression que –10
–2 –1 0 1 2 3 4 5
leurs compétences
Évolution du nombre moyen d’années de scolarité, 1997–2017
sont en inadéquation Note: La figure comprend tous les pays dont le PIB par travailleur est situé dans le quartile inférieur au niveau
avec leur emploi mondial en 2017.
Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données de Penn World Table 9.1.

Les compétences et le marché du sur-éduqués, soit sous-éduqués29, ce qui fait


travail baisser les salaires et la satisfaction au travail.

Le marché du travail en Afrique ne met pas L’inadéquation entre les compétences et


suffisamment à profit les qualifications de la l’éducation est plus fréquente chez les jeunes
main-d’œuvre. en Afrique que dans d’autres régions
Une autre raison possible de la faible contribution En moyenne, les jeunes (âgés de 15 à 29 ans) des
du capital humain à la productivité du travail en pays africains ont une plus forte perception de l’ina-
Afrique est l’inadéquation entre les compétences déquation entre leurs compétences et les besoins
ou l’éducation des travailleurs, en particulier chez du marché du travail que les jeunes d’autres pays
les jeunes, et les besoins des employeurs26. L’ina- en développement. Environ 46 % des jeunes sala-
déquation des compétences est définie comme riés africains interrogés entre 2012 et 2015 avaient
la différence perçue par les jeunes salariés entre la perception que leurs compétences étaient
leurs compétences et les compétences néces- mal adaptées à leur emploi actuel. Parmi eux,
saires pour réaliser efficacement leur travail27. ils étaient plus nombreux à se sentir sous-qua-
L’inadéquation des études ou des qualifications lifiés (environ 28 % en moyenne) que surqualifiés
est définie comme la différence entre le niveau (presque 18 %, figure 2.15). En comparaison, 30 %
réel d’éducation des jeunes salariés et le niveau des jeunes d’autres pays en développement esti-
d’éducation requis pour l’emploi qu’ils occupent28. maient que leurs compétences n’étaient pas adap-
Notre analyse montre que près de la moitié des tées à leur emploi, la proportion de ceux qui se
jeunes salariés perçoivent leurs compétences sentaient surqualifiés étant plus élevée (19 %) que
comme étant en inadéquation avec leur emploi, la proportion de ceux qui se sentaient sous-quali-
tandis qu’environ deux tiers des jeunes sont soit fiés (11 %). Le schéma en matière d’inadéquation

78E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.15 La fréquence de l’inadéquation des compétences et de l’éducation est plus élevée dans les pays
africains que dans d’autres pays en développement, 2012–2015

Surqualification Sous-qualification
Palestine Madagascar
Égypte Bénin
Serbie Libéria
Liban Ouganda
Tanzanie Tanzanie
Cambodge Malawi
Arménie Népal
Macédoine Togo
Moldavie Congo
Malawi Moldavie
Kirghizistan Zambie
Monténégro Cambodge
Congo Bangladesh
Kirghizistan
Jamaïque
Russie
Togo
Ukraine
Vietnam
Vietnam
Russie Jamaïque
Madagascar Pérou
Népal Arménie
Jordanie Jordanie
Pérou Serbie
Libéria Palestine
Bénin Macédoine
Ouganda Liban
Bangladesh Monténégro
Ukraine Égypte
0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 50
Pourcentage des jeunes salariés Pourcentage des jeunes salariés

Suréducation Sous-éducation
Bangladesh Jordanie
Ukraine Bénin
Vietnam Malawi
Pérou Ouganda
Zambie Pérou
Macédoine Palestine
Moldavie Togo
Arménie Liban
Russie Libéria
Jamaïque Madagascar
Kirghizistan Congo
Liban Cambodge
Égypte Népal
Népal Tanzanie
Tanzanie Russie
Serbie Monténégro
Monténégro Moldavie
Malawi Égypte
Libéria Jamaïque
Jordanie Serbie
Madagascar Zambie
Congo Macédoine
Palestine Arménie
Cambodge Vietnam
Bénin Kirghizistan
Togo Ukraine
Ouganda Bangladesh

0 20 40 60 80 100 0 20 40 60 80
Pourcentage des jeunes salariés Pourcentage des jeunes salariés

Afrique Autres pays

Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données de l’Organisation internationale du travail provenant des enquêtes sur la
transition de l’école au travail.

de l’éducation est similaire : près de deux tiers des régions (36 %). Par conséquent, en plus des défi-
jeunes africains (63 %) étaient soit sous-éduqués, cits de compétences et d’éducation, les pays afri-
soit sur-éduqués pour leur emploi. La proportion cains ne semblent pas mettre pleinement à profit
de jeunes sous-éduqués (presque 55 %) était les compétences et qualifications disponibles de
considérablement plus élevée que dans d’autres leurs jeunes salariés.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  79


Il existe cependant d’importantes différences L’inadéquation des compétences coexiste avec
selon les pays. Par exemple, les jeunes qui ont un taux élevé de postes difficiles à pourvoir.
un emploi ont plus de chances de posséder les Un effet direct des déficits de compétences des
compétences appropriées en Égypte (62 %), en jeunes est le taux élevé de postes difficiles à pour-
Zambie (62 %) et en Ouganda (60 %) qu’au Bénin voir. Les employeurs interrogés (au Libéria, au
(49 %), en Tanzanie (45 %) ou à Madagascar Malawi, en Tanzanie et en Zambie) ont identifié les
(44 %). Les perceptions d’une sous-qualification compétences professionnelles insuffisantes des
sont répandues à Madagascar (42 %), au Bénin candidats comme la raison expliquant l’impossibi-
(41 %) et au Libéria (37 %), mais à peine visibles lité de pourvoir 40 % des postes qualifiés et 17 %
en Égypte (1 %). des postes de direction (figure 2.17).

L’inadéquation des compétences est plus L’inadéquation des compétences et de


élevée à des niveaux d’instruction supérieurs. l’éducation a des répercussions sur les salaires,
En Afrique, lorsque les niveaux d’éducation s’ac- la satisfaction au travail et la recherche d’emploi.
croissent, il en va de même pour la surqualification Les conclusions présentées ci-dessus mettent en
(figure 2.16)30. La part des jeunes surqualifiés en évidence l’urgence de s’attaquer aux carences et
En faisant en sorte
Afrique passe de 11 % en moyenne pour les jeunes à l’inadéquation des compétences et de l’éduca-
que les systèmes ayant fait des études primaires à presque 30 % tion en Afrique. En axant davantage les systèmes
éducatifs soient pour les jeunes ayant fait des études secondaires éducatifs sur la demande, les pays africains pour-
et 35 % pour les jeunes ayant fait des études supé- raient agir sur l’inadéquation persistante sur le
davantage axés
rieures, même s’il existe une grande hétérogénéité marché du travail et augmenter l’attractivité de
sur la demande, entre les pays. Même en tenant compte des fac- l’éducation pour les jeunes et sa pertinence pour
les pays africains teurs potentiels tels que l’âge, le sexe et les carac- les employeurs.
pourraient remédier téristiques de l’emploi, les jeunes salariés ayant fait Les estimations de la Banque africaine de
des études supérieures ont 32 % de plus de pro- développement portant sur un échantillon de 10
aux inadéquations babilités de se sentir surqualifiés et 23 % de moins pays africains indiquent que l’inadéquation des
persistantes des de probabilités de se sentir sous-qualifiés que les compétences et de l’éducation a des effets indi-
marchés de l’emploi jeunes ayant un niveau d’éducation plus faible. rects sur la productivité du travail des jeunes par le
Ce constat met en évidence la capacité d’ab- biais des salaires, de la satisfaction au travail et de
sorption potentiellement limitée des marchés du la recherche d’emploi32. Il est frappant de consta-
travail africains. Le nombre de nouveaux diplô- ter que les jeunes Africains sur-éduqués gagnent
més qui font leur entrée sur le marché du travail en moyenne 18 % de moins que les jeunes ayant
chaque année dépasse souvent de beaucoup les le même niveau d’éducation et occupant des
emplois disponibles. Par exemple, on estime que postes qui correspondent à leur éducation. De
67 000 jeunes Éthiopiens ont obtenu leur diplôme plus, les jeunes s’estimant surqualifiés pour leur
au cours de l’année universitaire 2009–2010, mais poste avaient 3,4 % de moins de probabilités
que seulement 6 020 postes vacants pour travail- d’être satisfaits de leur emploi actuel, tandis que
leurs qualifiés étaient à pourvoir la même année31. les jeunes qui étaient satisfaits avaient 1,8 % de
On s’attend à ce que l’écart entre les nouveaux moins de probabilités d’être sous-qualifiés33.
demandeurs d’emploi et les emplois disponibles Les jeunes qui sont moins satisfaits de leur
se creuse en Afrique. En effet, la plupart des pays emploi en raison de l’inadéquation de leurs com-
prévoient d’augmenter le nombre d’universités pétences peuvent aussi être moins productifs34.
publiques tandis que le nombre d’institutions pri- L’insatisfaction résultant de l’inadéquation com-
vées s’accroît également. La concurrence pour pétences-travail est également plus susceptible
les emplois deviendra plus féroce et pourrait d’inciter à chercher un nouvel emploi, en particu-
contraindre de nombreux jeunes à accepter des lier chez les jeunes sur-éduqués. À la question de
emplois qui ne correspondent pas à leurs com- savoir pourquoi ils aimeraient changer de travail,
pétences, à leur niveau d’éducation ou à leur 22 % des jeunes surqualifiés ont répondu qu’ils
domaine de spécialisation. voulaient un emploi qui leur permette d’utiliser

80E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.16 L’inadéquation compétences-emploi chez les jeunes salariés en Afrique est plus élevée à des niveaux
d’éducation supérieurs, 2012–2015

Surqualification Sous-qualification
Études primaires Études primaires

Malawi Madagascar

Congo Libéria

Tanzanie Congo

Libéria Zambie

Zambie Bénin

Ouganda Tanzanie

Bénin Ouganda

Égypte Malawi

Togo Togo

Madagascar Égypte

0 10 20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 50
Études secondaires Études secondaires

Égypte Libéria

Malawi Madagascar

Madagascar Tanzanie

Congo Zambie

Bénin Bénin

Tanzanie Malawi

Zambie Ouganda

Ouganda Congo

Togo Togo

Libéria Égypte

0 10 20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 50
Études supérieures Études supérieures

Madagascar Libéria

Égypte Malawi

Malawi Tanzanie

Zambie Madagascar

Togo Zambie

Congo Congo

Bénin Ouganda

Ouganda Bénin

Tanzanie Égypte

Libéria Togo

0 10 20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 50
Pour cent Pour cent

Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données de l’Organisation internationale du travail (OIT) provenant des enquêtes
sur la transition de l’école au travail.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  81


FIGURE 2.17 De nombreux employeurs dans quatre pays africains considèrent que les
compétences des jeunes sont inadéquates, 2012–2014

Pourcentage des entreprises 1: Excellentes 2: Bonnes 3: Adéquates 4: Mauvaises 5: Très mauvaises


50

40

30

20

10

0
Perceptions des Compétences Compétences orales et Durée de la Capacité à appliquer Attentes réalistes
employeurs sur les techniques de communication formation scolaire dans l’environnement de vis-à-vis du
compétences écrites travail les connaissances monde du travail
des jeunes acquises à l’école

Note : Les exemples de pays sont le Libéria, le Malawi, la Tanzanie et la Zambie.


Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données provenant des enquêtes menées auprès
des entreprises par l’Organisation internationale du travail sur la demande de main-d’œuvre.

efficacement leurs compétences ; 5 % seulement d’apprentissage ne sont pas une solution magique
des jeunes sous-qualifiés ont invoqué la même à l’inadéquation entre le marché du travail et les
raison35. compétences en Afrique. Dans l’ensemble, la for-
mation technique et professionnelle est encore
L’enseignement et la formation professionnels axée sur l’offre plutôt que sur la demande du
doivent être améliorés pour contribuer marché du travail, ce qui requiert l’utilisation de
davantage à la productivité du travail. systèmes dynamiques d’information sur le marché
La sous-utilisation, la qualité médiocre et le peu du travail permettant de suivre les besoins actuels
de pertinence de l’enseignement et de la forma- et futurs de l’économie en matière de compé-
tion professionnels peuvent également expliquer tences. Enfin, l’apprentissage traditionnel n’est
les faibles niveaux de capital humain en Afrique pas toujours correctement réglementé et la qua-
et l’inadéquation entre les compétences et les lité et l’efficience de la formation en apprentissage
emplois. Le manque d’enseignement et de forma- doivent faire l’objet d’une attention particulière.
tion techniques et professionnels peut accroître La formation professionnelle est sous-utili-
la vulnérabilité des travailleurs sur le marché du sée en Afrique pour plusieurs raisons. La pre-
travail et aggraver le chômage, en particulier chez mière est le coût unitaire élevé de la formation,
les jeunes36. Si l’enseignement général peut être qui représente en moyenne le double du coût
déconnecté des besoins du marché du travail, la de l’enseignement général. Ensuite, le modèle
formation technique peut souvent fournir les com- pédagogique commun est centré sur la formation
pétences requises pour faciliter la transition vers résidentielle dans les centres de formation pro-
l’emploi37. fessionnelle plutôt que sur la formation sur le tas
Néanmoins, il est important de souligner que (apprentissage, alternance) dans des entreprises
les programmes de formation professionnelle et formelles ou informelles. Cela rend la formation

82E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


ENCADRÉ 2.3 Un nouveau programme d’apprentissage pour réformer l’éducation en Égypte

Afin de répondre au taux élevé d’inadéquation des com- production des élèves et à améliorer et encourager la for-
pétences et de l’éducation en Afrique, de nombreux mation technique et professionnelle dans l’enseignement
pays ont fait des efforts importants pour réformer leurs secondaire. Les programmes s’étendent généralement
systèmes d’éducation et de formation et les adapter sur trois ans, en collaboration avec les organismes alle-
aux besoins actuels et futurs du marché du travail. Pour mands de contrôle de la qualité qui certifient les diplô-
mettre l’éducation et la formation en phase avec ses més de l’enseignement technique par un diplôme tech-
perspectives économiques, l’Égypte a également mis en nique international. On estime que 55 % des étudiants
place un Plan stratégique global pour l’éducation pour étaient inscrits dans des écoles de formation technique
2014–2030, qui fixe des objectifs ambitieux ainsi que et professionnelle en 2018–2019.
plusieurs interventions clés :
Programme de développement technologique. Une
Écoles de technologie appliquée. Un modèle axé sur l’in- méthode de classe interactive est appliquée actuel-
dustrie a été introduit en 2018 pour restructurer le sys- lement dans neuf gouvernorats d’Égypte, l’extension
tème de l’enseignement technique grâce à un partena- aux autres gouvernorats étant prévue pour les trois
riat entre le ministère de l’éducation et de l’enseignement prochaines années. Pour soutenir le format d’examen
technique (Ministry of Education and Technical Educa- numérisé et le nouveau programme d’études, le MoETE
tion, MoETE), les partenaires industriels et l’Agence d’as- a distribué 1,5 million de tablettes aux élèves et aux
surance de la qualité. Le MoETE sélectionne et forme enseignants dans les lycées. Remises gratuitement aux
les enseignants, établit les programmes d’études et élèves, les tablettes sont préchargées avec l’encyclopé-
sélectionne le lieu de l’école et l’équipement de labo- die électronique Banque du savoir égyptien (Egyptian
ratoire. Le partenaire industriel fournit un site pour l’ap- Knowledge Bank), qui est également accessible à tous
prentissage en milieu de travail et offre des incitations les élèves via les réseaux internes et dans les centres de
aux enseignants en fonction de leurs performances. jeunesse et culturels. En plus des appareils numériques,
L’Agence d’assurance de la qualité contrôle la qualité des environ 2 500 lycées ont été connectés à un réseau de
programmes d’éducation et de formation. Les élèves fibre optique, assurant un accès à Internet haut débit
vont à l’école pendant deux jours, passent quatre jours dans les salles de classe. Des « classes intelligentes »
par semaine à l’usine et reçoivent de l’argent de poche sont également introduites dans les zones reculées. Les
durant la formation. Après l’obtention de leur diplôme, salles de classe, entièrement équipées d’appareils tech-
les élèves se voient proposer en priorité un emploi par le nologiques intelligents et fonctionnant à l’énergie solaire,
partenaire industriel. À ce jour, 15 écoles de technologie peuvent être mises en place en moins de 72 heures.
appliquée ont été créées, l’objectif du MoETE étant de
Programme de réforme de l’éducation 2.0. Introduit
100 d’ici 2030.
en septembre 2018, ce programme vise à réformer et
Programme de développement de l’enseignement à mettre à niveau les programmes d’études, la forma-
technique. L’Égypte modernise l’image de son système tion des enseignants, la numérisation de l’école et les
d’enseignement et de formation techniques et profes- équipements scolaires. De nouveaux systèmes éduca-
sionnels dans le but d’augmenter son attractivité pour tifs ont été mis en place pour les écoles maternelles et
les étudiants et l’industrie. Dans le cadre du Programme les classes de la première à la troisième année, y com-
de développement de l’enseignement technique, elle pris des plans de cours écrits pour les enseignants. Le
revoit la gouvernance de son enseignement secondaire programme intègre également différentes cultures et
technique et met en place de nouveaux modèles de perspectives dans 35 nouvelles écoles qui adoptent le
partenariats public-privé. Une priorité essentielle est le modèle japonais d’éducation holistique (tokkatsu).
renforcement des initiatives d’apprentissage en milieu de
travail. Par exemple, l’initiative « Fabricants d’Égypte », Source : ministère égyptien de l’Éducation et de l’Enseigne-
lancée en 2018 sous le slogan “ Apprendre…S’amélio- ment technique. http://portal.moe.gov.eg/eng/Pages/default.
rer… Travailler », vise à renforcer les compétences de aspx.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  83


professionnelle moins attrayante pour les jeunes. la formation formelle dispensée par les entre-
Il y a également une préférence pour un diplôme prises, allant de 55 % des entreprises au Rwanda
universitaire plutôt que pour la formation profes- et 52 % au Botswana à 10 % en Égypte et 16 %
sionnelle en raison du type d’emploi auquel un en Guinée (figure 2.18).
diplôme prépare les étudiants. Notre analyse des raisons pour lesquelles les
En général, les salaires sont plus élevés pour entreprises en Afrique offrent une formation for-
un enseignement général que pour une formation melle à leurs salariés révèle que l’évolution et l’in-
professionnelle38, même si cela se vérifie essen- novation technologiques sont les facteurs les plus
tiellement aux niveaux les plus élevés de l’éduca- déterminants dans la décision d’une entreprise de
tion. De plus, la plupart des jeunes se retrouvent former ses salariés. Plus précisément, les estima-
dans des emplois du secteur informel, pour les- tions de l’incidence de la formation permettent de
quels un apprentissage traditionnel plutôt qu’une constater que la probabilité que les entreprises
formation technique et professionnelle formelle dispensent une formation augmente de 10 points
suffit pour obtenir un travail, même s’il n’est pas de pourcentage pour les entreprises qui innovent
forcément de qualité39. Les programmes de for- en matière de produits, de 9 points de pourcen-
mation technique et professionnelle ne sont pas tage pour les entreprises qui innovent en matière
Le changement
non plus évalués de manière adéquate, ce qui est de procédés, et de 3 points de pourcentage pour
et l’innovation crucial pour mesurer leur efficience et leur valeur les entreprises utilisant des technologies sous
technologiques ajoutée réelle pour le marché du travail40. licence étrangère.
L’apprentissage, la formation formelle sur le tas Ces résultats étayent l’hypothèse selon laquelle
sont les facteurs
et d’autres approches sont prometteurs. Cepen- les entreprises qui subissent une transformation
les plus importants dant, il est plus important d’avoir un bon système technologique sont généralement confrontées
qui déterminent d’éducation double qui complète l’enseignement à une demande accrue de compétences. Le fait
la décision d’une général par une formation pratique dans un envi- de dispenser une formation supplémentaire aux
ronnement industriel. De nombreux pays euro- salariés est une manière de répondre à cette
entreprise de former péens et scandinaves disposent de programmes demande. Cependant, les estimations de l’inten-
ses employés de formation professionnelle qui sont intégrés sité de la formation, telle que mesurée par la part
à l’enseignement secondaire dans un système des salariés permanents affectés à temps plein à
double d’enseignement général et de formation la production qui ont reçu une formation formelle,
professionnelle à l’école. Dans ces pays, qui ont révèlent que l’intensité est déterminée par le capi-
également des politiques actives portant sur le tal humain (représenté par la part des salariés qui
marché du travail (agences publiques pour l’emploi ont terminé l’enseignement secondaire) plutôt que
et autres services publics d’emploi), les transitions par l’évolution technologique. Cela s’explique en
de l’école au travail sont plus douces et les taux de partie par le fait qu’il est généralement moins coû-
chômage des jeunes (ainsi que les taux de jeunes teux de former des travailleurs plus instruits, dont
qui ne font pas d’études, qui ne travaillent pas et certains ont reçu une éducation de faible qualité.
qui ne sont pas en formation) sont plus faibles41. L’analyse fondée sur les données provenant de
Les trois premiers pays européens (la Belgique, les l’enquête menée par la Banque mondiale auprès
Pays-Bas et la Finlande) ont des taux de scolarisa- des entreprises révèle une association positive
tion dans les filières professionnelles au niveau du entre l’offre de formation formelle par les entre-
secondaire situés entre 41 % et 52 %. prises et la productivité du travail dans l’industrie
Le secteur privé peut également développer la manufacturière et les services en Afrique (figure
formation. En moyenne, 29 % des entreprises afri- 2.19). Plus précisément, les estimations de base de
caines proposent des programmes de formation la productivité du travail montrent que la producti-
formelle pour les salariés, une proportion légè- vité du travail, telle que représentée par le log des
rement plus élevée qu’en Asie du Sud-est (24 %) ventes par travailleur, est environ 20 % plus élevée
mais très inférieure à celle de l’Amérique latine pour les entreprises qui offrent une formation à
(48 %). Il existe également des différences impor- leurs salariés, toutes choses égales par ailleurs.
tantes entre les pays africains en ce qui concerne Ainsi, le manque de programmes de formation

84E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.18 La proportion des entreprises offrant une formation formelle varie largement
à travers le monde, 2019

Chine
Équateur
Suède
Colombie
Argentine
Pérou
Philippines
Chili
Rwanda
Rép. tchèque
Botswana
Mexique
Bolivie
Croatie
Uruguay
Paraguay
Russie
Slovaquie
Brésil
Roumanie
Kenya
Ghana
Cameroun
Inde
Côte d’Ivoire
Outganda
Pologne
Togo
Malawi
Burundi
Pakistan
Nigéria
Tanzanie
Tunisie
Turquie
Zambie
Niger
Liban
Zimbabwe
Maroc
Maurice
Namibie
Burkina Faso
Ukraine
Vietnam
Bangladesh
Éthiopie
Bénin
Malaisie
Thaïlande
Mali
Sénégal
Guinée
Hongrie
Madagascar
Égypte
Indonésie
Jordanie

0 20 40 60 80
Pour cent

Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données de l’Organisation mondiale de la propriété
intellectuelle.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  85


FIGURE 2.19 Il existe une association positive entre l’offre de formation formelle par les
entreprises et la productivité du travail dans l’industrie manufacturière et les services en
Afrique, 2006–2018

Ventes par travailleur (log) Pas de formation Formation


20

15

10

5
Le manque d’accès
à des emplois
décents constitue 0
Fabrication Services Fabrication Services Fabrication Services Fabrication Services Fabrication Services
un obstacle majeur Afrique du Nord Afrique de l’Ouest Afrique de l’Est Afrique centrale Afrique australe
à la possibilité pour Note : La figure montre la répartition des ventes (log) par travailleur. L’encadré indique l’écart interquartile (les
les travailleurs de 25e et 75e centiles) et la médiane. Les moustaches indiquent les valeurs supérieures et inférieures à l’intérieur
de 1,5 fois l’écart interquartile au-delà des 25e et 75e centiles. Les valeurs aberrantes situées au-delà de ces
bénéficier de leur
limites sont exclues.
investissement Source : Calculs des services de la Banque fondés sur les données harmonisées provenant des enquêtes
dans l’éducation menées par la Banque mondiale auprès des entreprises.

formelle pourrait être une autre raison expliquant la considérable de la proportion de personnes ayant
faible productivité du travail en Afrique. reçu une éducation primaire étant donné que les
pays ont introduit des programmes d’éducation
Les distorsions sur le marché du primaire universelle. Bien entendu, l’enseignement
travail et la divergence entre le taux primaire et secondaire reste une étape nécessaire
de rendement personnel et le taux de vers une éducation supérieure et ne doivent donc
rendement social de l’éducation. pas être négligé45.
Les rendements personnels de la scolarisation Le manque d’accès à des emplois décents
(définis comme l’augmentation en pourcentage constitue un obstacle majeur à la possibilité pour
des revenus due à une année supplémentaire de les travailleurs de bénéficier de leur investissement
scolarisation) par niveau d’éducation ont changé dans l’éducation. Les distorsions sur le marché
au fil du temps et différent considérablement selon du travail expliquent la divergence entre le taux
les pays42. Longtemps, les rendements de l’édu- de rendement personnel et le taux de rendement
cation ont été les plus élevés au niveau primaire43, social de l’éducation en empêchant de nombreux
mais des preuves récentes révèlent que les ren- travailleurs de profiter pleinement de leurs inves-
dements les plus élevés sont ceux de l’enseigne- tissements dans l’éducation et donc d’apporter
ment supérieur, suivis de ceux de l’enseignement des contributions significatives à l’économie46.
primaire puis de ceux de l’enseignement secon- Comme évoqué plus haut, certains travailleurs
daire (tableau 2.2)44. Ce renversement de ten- estiment que leur éducation ou leurs compé-
dance peut avoir été provoqué par l’augmentation tences ne sont pas bien adaptées à leur emploi.

86E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


TABLEAU 2.2 Rendements personnels moyens de la scolarisation par région, par sexe et
par enseignement

Gender Education
Region Total Male Female Primary Secondary University
Afrique subsaharienne 12,4 11,3 14,5 14,4 10,6 21,0
Revenu élevé 10,0 9,5 11,1 4,9 6,6 11,1
Asie de l’Est 9,4 9,2 10,1 13,6 5,3 14,8
Amérique latine 9,2 8,8 10,7 7,8 5,4 15,9
Asie du Sud 7,7 6,9 10,2 6,0 5,0 17,3
Europe/Asie centrale 7,4 6,9 9,4 13,9 4,7 10,3
Moyen-Orient/Afrique du Nord 7,3 6,5 11,1 16,0 4,5 10,5
Moyennes globales 9,7 9,1 11,4 11,5 6,8 14,6

Note : Les estimations sont basées sur 819 observations de 139 économies de 1970 à 2013. Les rendements
La complexité
par niveau d’éducation sont basés sur la dernière période pour chaque pays.
Source : Montenegro et Patrinos, 2014. économique aide
les décideurs
à identifier les
LES COMPÉTENCES concurrentielle50. La complexité économique se
PRODUCTIVES ET LA base sur le développement de nouveaux produits secteurs ou les
COMPLEXITÉ ÉCONOMIQUE plus sophistiqués qui sont « proches » dans l’es- produits pour les
pace des produits actuels. Des produits proches interventions de
Il est difficile de mesurer les impacts économiques peuvent être fabriqués avec un savoir-faire simi-
de l’éducation et des savoir-faire. De nombreuses laire. Ils peuvent afficher une complexité au-des-
politique industrielle
études évaluent la contribution de l’éducation au sus de la moyenne, ou offrir des possibilités plus
niveau des activités et des tâches47. En ce sens, importantes de diversification future en étant étroi-
cette section utilise le cadre d’évaluation de la tement liés à un grand nombre d’autres produits
« complexité économique » pour faire la lumière d’une plus grande complexité au sein de l’espace
sur la relation entre les compétences, l’éducation produit51.
et les biens que les pays sont capables de pro- Le développement d’une complexité écono-
duire à l’heure actuelle et qu’ils pourront produire mique a d’importantes implications sur le marché
dans l’avenir. La complexité économique est une du travail car il implique de créer de nouvelles
mesure des compétences collectives et de l’in- lignes de tâches et de produits mais d’en élimi-
tensité des connaissances d’une économie sur la ner d’autres52. Les progrès réalisés en matière
base des biens que celle-ci produit48. de complexité économique permettent par
conséquent de faire ressortir les impacts res-
Le cadre d’évaluation de la complexité pectifs sur certaines professions, sur les compé-
économique tences qui leurs sont associés, et sur les niveaux
L’indice de complexité économique résume les de chômage53. De plus, la complexité écono-
connaissances productives collectives des pays49 mique permet aux décideurs politiques d’identi-
sur la base de milliers de produits d’exportation fier des secteurs ou des produits dans lesquels
et sous deux aspects : la diversité des produits ils devraient faire des interventions de politique
dans le panier d’exportation, ou le nombre de industrielle en orientant les politiques industrielles
produits qu’un pays peut exporter de manière horizontales (à l’échelle du système) et verticales
concurrentielle, et l’ubiquité de produits dans (par secteur), et en identifiant les capacités de
le panier d’exportation, ou le nombre de pays production actuelles ainsi que les perspectives.
qui peuvent exporter des produits de manière Les politiques peuvent donc mettre l’accent sur

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  87


les capacités de développement qui sont relative- la complexité économique a également aug-
ment plus faciles et ont un potentiel de croissance menté (figure 2.20, panneau de gauche). Il en
plus important (celles qui sont « proches »). va de même dans les pays où les taux de l’en-
seignement supérieur ont progressé (figure 2.20,
Le développement de la capacité panneau de droite). Par exemple un taux d’alpha-
productive bétisation initial plus élevé de 10 points de pour-
centage est lié à un indice de complexité écono-
Le développement de la capacité productive mique future plus élevé de 0,1 point. De la même
commence par le développement de façon, un taux d’enseignement supérieur dans la
compétences et d’une éducation de base. main-d’œuvre plus élevé de 10 points de pourcen-
Pour augmenter la complexité économique, amé- tage est lié à une augmentation de 0,3 point sur
liorer le taux d’alphabétisation est aussi important l’indice de complexité économique.
que d’accroître le nombre d’élèves dans l’en- La relation entre le taux d’alphabétisation ini-
seignement supérieur. Le retard persistant des tial et la complexité économique se renforce à un
taux d’alphabétisation dans de nombreux pays taux d’alphabétisation plus élevé (environ 50 %
africains se reflète dans leurs faibles niveaux de et au-delà). Cela laisse entendre qu’une masse
connaissances productives collectives ; tandis importante de main-d’œuvre possédant des com-
que dans les pays où les taux d’alphabétisation se pétences et un niveau d’alphabétisation de base
sont améliorés au cours des dernières décennies, est nécessaire sur le lieu de travail pour migrer

FIGURE 2.20 Augmenter les niveaux actuels d’alphabétisation est aussi important que de faire progresser
l’enseignement supérieur pour atteindre une plus grande complexité, 1995–2017

Taux d’alphabétisation Enseignement supérieur


Indice de complexité économique (centile) Indice de complexité économique (centile)
2 3

1 2

0 1

–1 0

–2 –1

–3 –2
0 20 40 60 80 100 0 10 20 30 40 50
Taux d’alphabétisation initial (pourcentage) Population initiale (15 ans et plus) avec un niveau
enseignement supérieur (pourcentage)
Afrique Autres pays

Notes : Les données sur la complexité concernent l’année 2017 ; l’indice de complexité économique résume les connaissances productives
collectives des pays sur la base de la diversité des exportations et de leur ubiquité (nombre de pays qui exportent le produit) ; les lignes non para-
métriques lissées montrent la relation entre le taux d’alphabétisation initial ou l’enseignement supérieur et le niveau de complexité économique.
Source : Calculs des services de la Banque sur la base des données de l’Atlas of Economic Complexity (Atlas de la complexité économique)
de l’université de Harvard et de la base de données des indicateurs du développement dans le monde de la Banque mondiale.

88E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


vers la fabrication de produits complexes qui sont reste forte même après avoir contrôlé les varia-
davantage susceptibles d’être à forte intensité tions de temps, de pays et de régions54.
de connaissances. Concernant l’enseignement
supérieur, la relation est plus forte à des niveaux Analyse spatiale du produit
inférieurs d’enseignement supérieur. Ceci suggère
qu’une petite augmentation dans la proportion de L’espace du produit offre un cadre d’évaluation
main d’œuvre de niveau universitaire aujourd’hui pour une mise à niveau graduelle et
a un potentiel considérable d’augmentation de pragmatique des capacités productives.
complexité économique pour demain. En géné- Il y a peu de données sur les implications du
ral, ceci implique que les pays doivent considé- changement technologique sur l’avenir du tra-
rablement accroître la part de leur main-d’œuvre vail en Afrique. Le débat sur la manière dont les
capable de lire des manuels, de faire fonctionner pays africains peuvent bénéficier d’une quatrième
des machines, de faire de l’arithmétique de base, révolution industrielle (4RI) – entraînée par les
et qui possède des compétences liées au travail technologies numériques comme l’intelligence
afin de fabriquer des produits plus complexes. artificielle, l’Internet des objets et l’impression en
Cela implique que les pays doivent augmenter la 3D – est dominé par des suggestions sur la façon
La capacité d’un
proportion de la main-d’œuvre issue de l’ensei- de passer directement aux technologies les plus
gnement supérieur, capable d’innover et d’adop- récentes pour rattraper les économies avancées55. pays à exporter un
ter de nouvelles technologies pour atteindre des L’analyse spatiale du produit suggère plutôt nouveau produit
niveaux de complexité plus élevés. qu’il est possible de mettre les capacités à niveau
dépend de sa
de façon graduelle et pragmatique pour faire pro-
Les entreprises ayant des employés plus qualifiés gresser la capacité productive d’un pays en élar- capacité à exporter
ont des connaissances productives supérieures. gissant la production à des produits « proches ». des produits
Le stock actuel de savoir-faire et d’éducation La capacité d’un pays d’exporter un nouveau nécessitant des
dans la main d’œuvre explique également une produit dépend de sa capacité à exporter des
partie importante des variations transnationales produits nécessitant des compétences similaires
capacités similaires
en connaissances productives collectives. Notre (produits proches). Les capacités productives
analyse montre que la complexité économique est dans la périphérie de l’espace du produit, comme
fortement liée aux années de scolarisation ajus- l’extraction de ressources naturelles, sont difficiles
tées par les résultats aux examens. Elle est aussi à réorganiser dans la production d’autres pro-
liée au stock global de capital humain, même duits. Cependant, les biens au centre de l’espace
après ajustement en fonction du niveau du PIB. produit pourraient facilement être réorganisés
De plus, il existe une corrélation importante entre dans la fabrication d’un grand nombre de divers
l’amélioration de l’éducation de la population en produits proches et faciles à produire56.
âge de travailler et la croissance de la complexité L’analyse de l’espace produit de quatre pays
économique, notamment en ce qui concerne africains a identifié les 10 premiers produits actuels
les pays africains. Par exemple, une augmenta- les plus complexes que chaque pays fabrique et
tion annuelle de 1 % des taux d’alphabétisation exporte en 2017, avec des produits proches plus
dans les pays africains est liée à une augmenta- complexes. L’analyse montre qu’il est possible de
tion de 0,17 % de la croissance de la complexité fabriquer des produits très complexes avec les
économique. connaissances productives actuelles et quelques
Au niveau de l’entreprise, il y a une corrélation mises à niveau. Le Maroc et l’Ouganda ont 13
forte entre les compétences des travailleurs et la produits proches plus complexes, l’Égypte en
complexité du produit que l’entreprise fabrique. a 11 et le Kenya en a 10. Pour l’Égypte, les trois
Par exemple, une analyse de régression montrera premiers produits proches qui sont réalisables
qu’une augmentation de 10 % de la proportion de avec le niveau actuel de capacités productives
travailleurs non-qualifiés dans une entreprise est sont : la fabrication de caoutchouc, les matériaux
associée à un score inférieur de 0,05 point sur pour teinture, tannage et colorants ainsi que les
l’indice de complexité économique. La corrélation produits pharmaceutiques et médicaux. Pour le

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  89


Kenya, le Maroc et l’Ouganda, les trois produits dans la proportion de travailleurs hautement qua-
principaux sont : la fabrication de caoutchouc, la lifiés dans une entreprise est associé à 2.0 oppor-
machinerie métallurgique et les équipements de tunités supplémentaires de produits proches plus
production d’énergie. complexes. Par conséquent, les entreprises ayant
des travailleurs plus qualifiés ont plus d’opportuni-
L’éducation de la main-d’œuvre et la complexité tés de produire et d’exporter un grand nombre de
économique produits complexes proches58.
Les produits proches dans l’espace du produit
peuvent être fabriqués avec certaines mises à L’investissement dans
niveau des capacités de production ou savoir-faire l’alphabétisation numérique pour
actuels. Mais, en pratique les entreprises font face augmenter la capacité productive
à de multiples obstacles qui doivent aussi être pris La production dans de nombreux secteurs
en compte. Des contraintes telles que l’accès au s’oriente vers la numérisation et l’utilisation accrue
financement, au transport, à la terre ou à l’électri- de l’automatisation. Le développement de l’alpha-
cité ; la corruption ; l’instabilité politique entravent bétisation numérique de la main d’œuvre devrait
le dynamisme et la survie des entreprises57. En donc stimuler la croissance d’un pays dans la
Les connaissances
outre, notre analyse montre un nombre inférieur connaissance productive collective59. L’alpha-
en informatique et de produits proches pour les entreprises dont les bétisation numérique (la formation à l’utilisation
en Internet sont travailleurs sont issus d’une main-d’œuvre insuf- d’internet et des ordinateurs) est importante pour
fisamment instruite. Par exemple, la corrélation permettre aux entreprises de croître dans des
importantes pour
entre une main-d’œuvre insuffisamment instruite industries stimulées par l’innovation et pour amé-
permettre aux et le nombre de produits proches d’une entreprise liorer la gouvernance et la fourniture de services
entreprises de se va de –0,06 à –0,15 dans les quatre pays étudiés. publics. Pour les travailleurs, l’alphabétisation
développer dans Cela laisse entendre qu’une proportion supé- numérique est la clé vers de meilleures perspec-
rieure à 10 % d’entreprises employant des travail- tives d’emploi dans les entreprises innovantes qui
les industries axées leurs insuffisamment instruits est associée à une demandent des compétences en informatique.
sur l’innovation quantité moindre de produits proches dans l’es- L’analyse montre une corrélation positive entre le
pace produit, dans une proportion de 0,6–0,15. niveau de connectivité mobile (tel que mesuré par
La corrélation est faible mais elle laisse entendre l’indice de connectivité mobile60) et les connais-
que plus la contrainte éducative des travailleurs sances productives collectives des pays après
est active, plus faible est le nombre de produits ajustement du niveau du PIB (figure 2.21).
proches qu’une entreprise peut fabriquer avec sa Développer les compétences numériques
capacité de production actuelle. de la main-d’œuvre nécessite d’investir dans la
De la même manière, il y a une corrélation entre technologie et la formation professionnelle. Cela
le mélange de compétences de la main-d’œuvre signifie qu’il faut, pour améliorer l’apprentissage,
et le nombre de produits proches. Les entreprises équiper les élèves avec des ordinateurs et former
des quatre pays de l’échantillon ayant un pourcen- les enseignants à l’utilisation des nouvelles tech-
tage élevé de travailleurs peu qualifiés ont moins nologies. Cela signifie aussi qu’il faut intégrer l’al-
d’opportunités de mise à niveau de produits phabétisation numérique dans l’enseignement
proches. Par exemple, une augmentation de 10 % d’autres matières.

90E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.21 La corrélation est positive entre connectivité mobile et complexité
économique, 2017

Indice de complexité économique Afrique Autres pays


2

–1

Pour bénéficier
–2 du dividende
20 30 40 50 60 70 80 90
démographique,
Indice de connectivité mobile
les pays africains
Note : L’indice de complexité économique résume les connaissances productives collectives des pays sur la doivent réévaluer
base de la diversité des exportations et de leur ubiquité (nombre de pays qui exportent le produit) ; l’indice de leurs systèmes
connectivité mobile mesure la performance d’un pays par rapport à des éléments clés de l’adoption d’internet
éducatifs pour
mobile sur une échelle allant de 0 (faible connectivité) à 100 (connectivité élevée).
Source : calculs du personnel basés sur les données issues de l’Atlas of Economic Complexity, de l’université
faire en sorte que
de Harvard et du GSMA (https://www.gsma.com/mobilefordevelopment/connected-society/). cette population
jeune devienne une
L’ÉDUCATION ET LE occidentale vieillissent rapidement. Au cours de la
force productive
DÉVELOPPEMENT DES dernière décennie, la population africaine âgée de
COMPÉTENCES POUR moins de 20 ans a augmenté de 25,6 %, le taux le
RÉPONDRE AUX FUTURS plus rapide jamais enregistré, tandis que la même
BESOINS DE L’AFRIQUE cohorte diminuait de 0,8 % en Asie et de 4,1 %
en Amérique latine et dans les Caraïbes. Au cours
Au regard des prévisions d’évolution de la struc- de la période 2010–2020, la part de l’Afrique dans
ture démographique de l’Afrique et de la rapidité la population mondiale âgée de moins de 20 ans
à laquelle se produisent les développements tech- devrait augmenter de 12 % en moyenne et, d’ici à
nologiques mondiaux, il est indispensable d’éva- 2070, cette cohorte de jeunes devrait devenir la
luer les besoins futurs du continent en capital part de la population la plus importante du conti-
humain. nent (figure 2.22).
Cette population jeune constitue une ressource
L’Afrique compte la plus grande importante pour l’Afrique. Cependant, pour tirer
population de jeunes au monde profit de ce dividende démographique, les pays
Les pays africains figurent parmi les pays comp- africains doivent réévaluer leurs systèmes éduca-
tant les populations de jeunes dont la crois- tifs pour faire de cette population jeune une force
sance est la plus rapide au monde, tandis que productive dans des économies transformées par
les populations d’Amérique du Nord et d’Europe un monde du travail en pleine mutation.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  91


FIGURE 2.22 La part de la population âgée de moins de 20 ans devrait être la plus élevée
en Afrique d’ici à 2070

Part de la population âgée de 0 à 19 ans (pourcentage)


70
Population estimée Population projetée

60
Asie

50

40

30
Afrique

20
Europe
Amérique latine
et Caraïbes
10
North America
Océanie
0
1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030 2040 2050 2060 2070 2080 2090 2100

Source : Calculs des services de la Banque à partir des données de la base de données démographiques
des Nations unies en 2019.

L’Afrique accuse du retard dans la les emplois manuels peu qualifiés et en complé-
numérisation et les technologies de la tant l’activité des travailleurs hautement qualifiés.
quatrième révolution industrielle L’Afrique accuse un très grand retard dans les
La révolution technologique (4IR), est un change- technologies de la 4IR. Les pays disposent d’une
ment d’envergure avec des implications impor- connexion au réseau très médiocre (figure 2.23).
tantes sur l’éducation, l’emploi et le marché du Avant 2017, la quasi-totalité des infrastructures
travail de demain. La 4IR se caractérise par l’ac- robotisées d’Afrique était localisée en Afrique du
célération de la numérisation et de l’utilisation de Sud. Aujourd’hui, les infrastructures robotisées
nouvelles technologies, notamment l’intelligence de plus de 100 unités se concentrent en Afrique
artificielle, l’informatique en nuage (cloud com- du Nord, dont environ 75 % dans l’industrie auto-
puting), la robotique, l’impression 3D, l’Internet mobile marocaine et les 25 % restants en Égypte
des objets et les technologies sans fil avancées. et en Tunisie (base de données de la Fédération
Comme l’ensemble des autres régions, l’Afrique internationale de la robotique). En outre, bien
doit se préparer aux répercussions de la 4IR. que l’Afrique du Sud soit le pays d’Afrique le plus
L’automatisation venant compléter les tâches avancé en robotisation, c’est l’un des pays les
manuelles des travailleurs, ces technologies 4IR moins préparés au monde à l’ère de l’automatisa-
peuvent augmenter la productivité, car l’exécution tion intelligente, avec un score de 41 sur 100 à l’In-
des tâches nécessitera moins de main-d’œuvre. dice de préparation à l’automatisation qui évalue
La 4IR peut également signifier la fin d’une indus- les politiques et stratégies en matière d’innovation,
trie manufacturière tirée par les exportations, car d’éducation et du marché du travail61.
l’automatisation pourrait permettre aux écono- Dans le même temps, la 4IR peut offrir d’im-
mies plus avancées de relocaliser la fabrication menses opportunités en matière de création d’em-
dans leurs pays. Les technologies 4IR peuvent plois en Afrique et permettre de franchir rapide-
également donner naissance à de nouvelles acti- ment les obstacles au développement. Une étude
vités. Cependant, les technologies modernes font de 2018 pour le Kenya a documenté les nouveaux
primer la compétence et peuvent donc aggraver emplois créés grâce à la numérisation, notamment
les inégalités en matière de revenus en remplaçant en réponse à la demande d’experts en technologie

92E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.23 Les pays africains disposent d’une moins bonne connexion au réseau,
nombre d’entre eux se situant en deçà de la moyenne pour leur part de la population
utilisant internet, 2017

Tunisie
Gabon
Maroc
Seychelles
Cabo Verde
Afrique du Sud
Djibouti
Maurice
Namibie
Algérie
Botswana
eSwatini
Sénégal
Égypte
Côte d’Ivoire
Nigéria
Ghana
Soudan
São Tomé-et-Príncipe
Lesotho
Zimbabwe
Guinée équatoriale
Tanzanie
Ouganda
Cameroun
Rwanda
Libye
Mauritanie
Bénin
Gambie
Ethiopie
Guinée
Kenya
Burkina Faso
Angola
Malawi
Mali
Togo
Niger
Mozambique
Madagascar
Sierra Leone
Congo
Congo, rép. dém.
Moyenne
Comores
Libéria
Soudan du sud
Tchad
Centrafrique
Guinée-Bissau
Burundi
Somalie
Érythrée

0 20 40 60 80
Pour cent

Source : Calculs des services de la Banque à partir des données de la base de données des indicateurs des
télécommunications-TIC de l’Union internationale des télécommunications.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  93


pour favoriser le développement des services comme ceux de techniciens en mécanique, d’assis-
numériques62. L’utilisation de données sur les tran- tants administratifs et de comptables66. Au Kenya,
sactions et l’épargne pour estimer le microcrédit par exemple, plus de 40 % des travailleurs utilisant
et évaluer les risques de crédit a non seulement des ordinateurs exécutent des tâches complexes
créé de nouveaux emplois, mais aussi amélioré aux exigences de programmation avancées67.
l’épargne et l’accès au crédit pour les négociants Le développement des compétences cogni-
informels et les ménages pauvres, stimulant l’inves- tives et socio-comportementales nécessaires
tissement, la croissance des petites et moyennes sur les marchés du travail d’aujourd’hui et de
entreprises et l’emploi. Les plateformes numé- demain doit commencer dès la petite enfance.
riques favorisent également l’esprit d’entreprise et La construction des fondements nécessaires
le travail indépendant. Pour tirer pleinement parti de implique d’investir dans la nutrition, la santé, la
ces opportunités et transformer les ruptures tech- protection sociale et l’éducation dès la petite
nologiques en avantages, les pays africains doivent enfance. Mais l’Afrique a sous-investi dans ces
repenser à la lumière de la 4IR leurs stratégies en domaines, en particulier pour les enfants les plus
matière d’éducation, d’emploi et de croissance63. pauvres qui en ont le plus besoin68.
L’enseignement supérieur est également plus
Les pays africains
L’Afrique doit s’adapter plus rapidement important que jamais pour garantir l’évolutivité de
doivent réinventer à l’évolution de la demande de la main-d’œuvre. Le développement des compé-
leurs stratégies compétences sur le marché du travail tences cognitives complexes, qui sont en demande
Les ruptures technologiques provoquées par la croissante, nécessite d’étudier au-delà du primaire
d’éducation,
4IR affectent également les compétences néces- et du secondaire. L’apprentissage continu sera
d’emploi et de saires sur le marché du travail, en particulier à trois nécessaire pour préparer des travailleurs adap-
croissance à la niveaux : la demande augmente pour des compé- tables et en capacité de maîtriser plusieurs car-
lumière de la 4IR tences cognitives et socio-comportementales non rières et emplois. L’enseignement supérieur évolue
répétitives qui rendent les employés plus adap- pour répondre à cette demande en offrant un
tables ; la demande diminue pour des compétences large éventail de formations et de diplômes acces-
routinières et liées à des emplois particuliers ; enfin, sibles via plusieurs dispositifs – salles de classe
le mix de ces différentes compétences est de plus ou plateformes en ligne comme EdEx, Coursera
en plus valorisé64. Cette évolution des compétences et Udacity – et selon des modalités de présence
affecte à la fois les emplois nouveaux et actuels. Les flexibles (à temps partiel, à temps plein ou en ligne
enquêtes du Forum économique mondial indiquent à son propre rythme). Les universités constituent
en particulier que les entreprises africaines pré- également d’importants centres de recherche et
voient une demande croissante de certaines de développement, contribuant ainsi à l’innovation
compétences entre 2018 et 2022 : apprentissage dans l’économie. Pourtant, dans la plupart des
actif et stratégies d’apprentissage, conception et pays africains, moins de 10 % de la population pos-
programmation de technologies complexes, ana- sède une formation universitaire, la moyenne chu-
lyse et réflexion critiques, leadership et influence tant à 3,8 % à l’échelle du continent (figure 2.24).
sociale, raisonnement, résolution de problèmes et Avec la pénurie de compétences en ingénierie,
recherche d’idées, intelligence émotionnelle, rési- en sciences et concernant le numérique constatée
lience, tolérance au stress et flexibilité65. en Afrique, le capital humain reste l’une des princi-
L’évolution de la demande de compétences en pales contraintes pour préparer l’avenir de la pro-
2013–2017 s’est reflétée dans les tendances de duction qui sera façonné par les technologies de
recrutement en Afrique. La demande a augmenté rupture de la 4IR. En l’absence d’évolution majeure
pour les emplois faisant appel à des compétences des systèmes d’éducation et de formation, ce pro-
cognitives et socio-comportementales (encadré blème risque de s’aggraver. L’enseignement univer-
2.4), comme le développement de logiciels, l’exper- sitaire se concentre sur l’administration des affaires,
tise en marketing, la rédaction, le conseil financier les sciences sociales, l’éducation et les sciences
et l’analyse de données. Elle a en revanche diminué humaines, tandis que les études STIM, essen-
pour les emplois impliquant des actions répétitives, tielles à l’ère de la 4IR, sont sous-représentées.

94E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


ENCADRÉ 2.4 Compétences cognitives, non cognitives et résultats sur le marché du travail

Des compétences cognitives et non cognitives (socio-émo- et les choix en matière de scolarité7. En Colombie, les com-
tionnelles) sont nécessaires pour réussir sur le marché du tra- pétences socio-émotionnelles sont plus importantes pour la
vail1. Les compétences non cognitives regroupent les com- participation au marché du travail des femmes, des jeunes et
portements et les attitudes comme la discipline, la capacité des travailleurs moins instruits, tandis que les compétences
à travailler avec les autres et la confiance en soi. Elles sont cognitives expliquent davantage les différences de salaires
souvent mesurées en utilisant le modèle des cinq grands fac- entre les hommes, les travailleurs âgés et les travailleurs plus
teurs des traits de personnalité : l’ouverture à l’expérience, instruits. Une autre étude portait sur la Colombie, le Pérou,
le souci du travail bien fait, l’extraversion, l’amabilité et la le Kenya et l’Afrique du Sud. Elle s’appuyait sur des données
stabilité émotionnelle2. issues de propriétaires de petites entreprises ayant souscrit
Des études conduites dans les pays développés montrent des emprunts auprès de banques et d’institutions de microfi-
qu’outre les compétences cognitives, les compétences nance. Cette étude a révélé que les comportements liés à la
socio-émotionnelles et les traits de personnalité sont d’im- réalisation de bénéfices et au remboursement des prêts sont
portants déterminants des résultats sur le marché du travail3. fortement associés aux compétences socio-émotionnelles,
Cette corrélation est moins évidente pour les pays à revenu qui sont des indicateurs de la capacité à pénétrer un marché
faible et à revenu intermédiaire, en particulier en Afrique. Ces et à réaliser de bonnes performances entrepreneuriales8.
études ont montré que si les effets des compétences cogni- Enfin, des études sur le Kenya et le Togo font générale-
tives sont forts, ceux des compétences non cognitives sont ment état de retours positifs sur les compétences cognitives
également importants, quoique plus faibles, sur les gains, et non cognitives dans l’éducation et leurs résultats sur le
même après contrôle du niveau d’étude et d’autres caracté- marché du travail9.
ristiques individuelles et antécédents familiaux4.
Les données disponibles pour l’Inde révèlent que les Notes
compétences non cognitives, comme l’estime de soi et l’ef- 1. Heckman et coll., 2006.
ficience, sont positivement liées aux performances de l’ap- 2. Goldberg, 1990.
prentissage et aux résultats sur le marché du travail5. Au 3. Bowles et coll., 2001 ; Heckman et coll., 2006 ; Nyhus et Pons, 2005.
Pérou, il a été démontré que les compétences cognitives 4. Valerio et coll., 2016.
et non cognitives sont évaluées de manière égale et posi- 5. Krishnan et Krutikova, 2012.
tive sur le marché du travail6. Les résultats pour la Colom- 6. Díaz et coll., 2012.
bie montrent que dans les zones urbaines, les caractéris- 7. Acosta et coll., 2015.
tiques socio-émotionnelles et les compétences cognitives 8. Klinger et coll., 2013.
ont une incidence sur la participation au marché du travail 9. Valerio et coll., 2016 ; Campos et coll., 2017.

Par exemple, le taux d’inscription en ingénierie et seront encore plus à la traîne en termes de
sciences naturelles, en mathématiques et en sta- compétitivité mondiale. Dans le même temps,
tistiques est inférieur à 10 %. Il tombe à moins de les nouvelles technologies offrent à l’Afrique
5 % en technologies de l’information et de la com- la possibilité d’innover et de faire un bond en
munication (figure 2.25). Pour mieux préparer les avant dans les secteurs de l’éducation et de la
jeunes au marché du travail de demain, les éta- formation, de nombreux pays comme le Kenya,
blissements d’enseignement et de formation en l’Afrique du Sud et l’Ouganda, étant des centres
Afrique devraient donner une plus grande priorité clés pour l’innovation pédagogique (encadré
aux STIM, en renforçant la collaboration entre les 2.5). La capacité de l’Afrique à tirer parti de la
secteurs public et privé pour garantir un déve- technologie pour améliorer la qualité de son sys-
loppement des compétences en phase avec les tème éducatif ira en augmentant à mesure que la
besoins du marché du travail (encadré 2.4)69. croissance démographique exercera des pres-
Avec une main-d’œuvre qui n’est pas pré- sions sur les infrastructures et les ressources
parée au numérique, les économies africaines éducatives70.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  95


FIGURE 2.24 Dans la plupart des pays africains, moins de 10 % de la population âgée de
25 ans et plus possède une formation universitaire, la moyenne chutant à 3,8 % à l’échelle
du continent (dernière année en date)

Maurice

Tanzanie

São Tomé-et-Príncipe

Mozambique

Tunisie

Soudan du sud

Égypte

Seychelles

Cabo Verde

Rwanda

Kenya

Namibie

Lesotho

Zimbabwe

Algérie

Bénin

Angola

Côte d’Ivoire

Afrique du Sud

Congo, rép. dém.

Togo

Ethiopie

eSwatini

Ghana

Nigéria

Burkina Faso

Burundi

Ouganda

Mali

Niger

Guinée
Primaire
Sénégal Secondaire
Supérieure
Tchad

Cameroun
50
0 10 20 30 40 60
Pourcentage de la population âgée de 25 ans et plus

Note : La figure présente uniquement les pays dont les données sont disponibles pour 2000 ou plus tard.
Source : Calculs des services de la Banque à partir des données de l’Institut de statistique de l’UNESCO.

96E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FIGURE 2.25 Trop peu d’étudiants africains s’inscrivent dans les filières dispensant
des enseignements en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques, pourtant
essentiels sur le marché du travail de demain, 2015

Commerce, administration et droit

Sciences sociales, journalisme et information

Éducation

Arts et sciences humaines

Ingénierie, fabrication et construction

Santé et bien-être

Sciences naturelles, mathématiques et statistiques

Technologies de l’information et de la communication

Champs non spécifiés

Agriculture, foresterie, pêche et vétérinaire

Services

0 10 20 30
Pour cent

Source : Calculs du personnel à partir des données de l’Institut de statistique de l’UNESCO.

ENCADRÉ 2.5 Connecter le monde de l’enseignement et celui du travail dans le domaine des technologies
numériques et intensifier cette relation pour créer des emplois durables : le programme « Codage pour l’emploi »
de la Banque africaine de développement

Avec une croissance démographique figurant parmi les plus développement établit des partenariats entre des entreprises
rapides au monde, l’Afrique devrait voir sa population en âge internationales opérant dans le secteur des technologies, des
de travailler passer de 705 millions en 2018 à près de 1,0 mil- entreprises innovantes du secteur privé spécialisées dans
liard d’ici à 20301. En tant que pourvoyeur potentiel de main- les TIC et des établissements universitaires pour fournir des
d’œuvre à l’échelle mondiale, l’Afrique est particulièrement infrastructures de TIC. Ce programme crée des centres d’in-
bien placée pour tirer parti de la révolution numérique de la novation d’excellence, y compris dans des régions éloignées. Il
connaissance qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Il est de offre aux jeunes une formation axée sur la demande du marché
plus en plus reconnu qu’investir dans une économie de la du travail dans le domaine des TIC et des compétences non
connaissance axée sur la technologie, alimentée par des tra- techniques. Il tisse des liens avec l’écosystème des TIC pour
vailleurs hautement qualifiés et formés aux technologie de l’in- développer les opportunités de stages et d’emploi. Depuis
formation et de la communication (TIC), est une stratégie effi- mars 2019, il a permis la formation au numérique de 2000 parti-
cace de création d’emplois et un moteur pour l’innovation et cipants, dont près de la moitié (46 %) était des femmes.
la croissance économique2. Cet investissement peut avoir un
effet catalyseur sur le développement social et économique, Justification : renforcer les compétences numériques pour
car ces professionnels hautement qualifiés transfèrent et par- garantir l’avenir des emplois. La vitesse exponentielle de
tagent leurs connaissances avec une communauté plus large. la révolution numérique redéfinit l’économie mondiale et le
La création du vivier nécessaire de talents potentiels exige marché du travail de demain. Des technologies comme l’in-
une intensification des programmes d’acquisition des compé- telligence artificielle, la robotique, l’informatique en nuage
tences numériques qui vont de la culture numérique de base et l’Internet des objets transforment la façon dont les entre-
aux compétences en développement de logiciels. Le pro- prises innovent, fournissent des produits et des services et
gramme « Codage pour l’emploi » de la Banque africaine de s’adressent à leurs clients. La nouvelle économie numérique

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  97


offre à l’Afrique une occasion inédite de faire un bond en du travail dans les contextes individuels des pays et dans
avant et de trouver des solutions innovantes pour résoudre un environnement d’innovation en évolution rapide.
les problèmes socio-économiques locaux. Cependant, les
Enseignements tirés. Le programme « Codage pour l’em-
pays africains doivent tout d’abord investir dans la constitution
ploi » a identifié 14 centres dans les pays pilotes (Kenya,
d’un capital humain hautement qualifié. Ils doivent se doter
Nigéria, Rwanda et Sénégal) et formé plus de 2000 jeunes
de compétences entrepreneuriales et de résolution de pro-
(46 % de femmes) entre mars et juin 2019.
blèmes, mais aussi de compétences dans les TIC et le numé-
rique. Les jeunes Africains, dont la moitié sont des femmes, Accroître la participation des femmes aux technologies de
sont trois fois plus vulnérables au chômage et au sous-emploi l’information et de la communication. Pour réduire les écarts
que les adultes. Or, malgré l’amélioration de l’accès à l’édu- importants dans la répartition des sexes en matière de com-
cation, il existe un décalage important entre les compétences pétences numériques, qui amenuisent les opportunités
des jeunes et celles recherchées par les employeurs3. d’emploi des femmes, le programme a créé des cohortes de
La Banque africaine de développement, dans le cadre femmes et mis en place des mesures de soutien, comme des
de sa stratégie « Des emplois pour les jeunes en Afrique », a garderies pour les enfants des participantes, afin d’encoura-
lancé le programme « Codage pour l’emploi » afin d’encou- ger une plus grande participation des femmes.
rager une nouvelle génération de jeunes africains dotés de
Intégrer au programme l’acquisition de compétences non
capacités dans le numérique. Le programme soutiendra la
techniques pour améliorer l’adaptabilité et la créativité des tra-
création de 130 centres d’innovation et de 9 millions d’em-
vailleurs et accroître leurs compétences d’encadrement. Les
plois directs et indirects d’ici à 2025.
enquêtes conduites par le programme auprès des entreprises
du secteur privé local et international révèlent que de nom-
Caractéristiques du programme. Le programme « Codage
breux jeunes entrent sur le marché du travail avec des com-
pour l’emploi » cible les jeunes de 15 à 35 ans et comprend
pétences techniques adéquates, mais manquent de compé-
quatre volets principaux :
tences non techniques et interpersonnelles essentielles.
• Créer des centres d’innovation d’excellence. En colla-
boration avec les universités et les centres de formation Alléger les obstacles socio-économiques à l’accès à la for-
technique et professionnelle hôtes, équiper ces centres mation numérique. Sur les quelques mois d’existence du pro-
d’innovation et d’excellence d’ordinateurs et d’autres équi- gramme, les jeunes Africains ont clairement démontré leur soif
pements de pointe pour créer un environnement d’appren- d’opportunités qui leur permettent d’avancer. Par exemple,
tissage adapté et propice à l’innovation et à la collaboration. dans le nord du Nigéria, 15 000 demandes d’inscription au
• Offrir une formation axée sur la demande du marché programme ont été reçues, soit un chiffre supérieur au nombre
du travail. En partenariat avec des entreprises techno- de places disponibles. Cependant, de nombreux candidats
logiques de premier plan, dont Microsoft, proposer une ne disposent pas des moyens leur permettant de suivre des
formation numérique de base et une formation à l’entre- formations numériques ou ne peuvent pas se permettre de
preneuriat numérique intermédiaire et avancé, en fonction s’absenter pour suivre ces formations. Les programmes de
de la demande du marché du travail. formation doivent offrir un soutien logistique pour améliorer
• Tisser des liens avec les employeurs et l’écosystème l’accès au lieu de formation et proposer un calendrier flexible
numérique. Doter les jeunes participants des compé- pour permettre aux jeunes de rattraper les cours manqués.
tences générales et interpersonnelles essentielles (com-
Soutenir l’engagement des animateurs. Les animateurs sont
munication, travail d’équipe, résolution de problèmes cri-
la clé du succès du programme qui a développé un solide
tiques) qui améliorent leur employabilité et tisser des liens
cadre incitatif comprenant des initiatives engageant les com-
avec des pôles d’innovation et des start-up pouvant offrir
munautés locales.
un apprentissage et une expérience de travail aux jeunes
intéressés par la poursuite d’une carrière entrepreneuriale.
• Recherche. Se concentrer sur les enseignements tirés du Notes
programme en s’appuyant sur une collaboration avec les 1. Banque africaine de développement, 2019.
institutions universitaires pour rendre les systèmes éduca- 2. http://www3.weforum.org/docs/WEF_EGW_FOJ_Africa.pdf.
tifs africains plus agiles et adaptés aux besoins du marché 3. Banque africaine de développement, 2015.

98E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


STRATÉGIES ET POLITIQUES rapidité du changement technologique devrait
POUR CONSTRUIRE LA MAIN- perturber davantage les marchés du travail, il est
D’ŒUVRE DE DEMAIN plus urgent que jamais que les pays corrigent les
principaux goulets d’étranglement qui entravent
Bien que l’Afrique ait connu une croissance éco- la création de capital humain. L’amélioration du
nomique robuste ces vingt dernières années, niveau d’éducation et de compétences de la
celle-ci n’a pas été inclusive et n’a pas permis population active est l’un des facteurs-clés qui
de créer suffisamment d’emplois décents pour permettra non seulement de créer suffisamment
une population active toujours plus nombreuse. d’emplois de qualité aujourd’hui mais aussi de
La pauvreté et les inégalités demeurent élevées, préparer les travailleurs aux évolutions futures du
ce qui entrave les progrès sur le long terme. Ces monde du travail.
tendances s’expliquent en grande partie par les Comment l’Afrique relèvera-t-elle le défi de la
faibles niveaux d’éducation et de compétence de croissance rapide de sa population jeune et de
la population active. l’évolution rapide de l’environnement technolo-
En dépit des progrès réalisés, et à l’exception gique ? La présente section définit un certain
de quelques pays, la qualité du capital humain nombre d’initiatives stratégiques, ainsi que les
Les stratégies
est bien moindre en Afrique que dans les autres politiques qui doivent les accompagner, pour
régions du monde, que ce soit en termes de répondre à ces défis. Les stratégies visant à amé- d’amélioration
nombre moyen d’années d’instruction ou de liorer l’éducation et la formation professionnelle de l’éducation et
résultats harmonisés aux examens. Les résultats doivent évoluer afin de répondre aux besoins
de la formation
scolaires et les notes obtenues aux examens actuels et afin de mieux préparer à l’avenir. Alors
se situent également en dessous du maximum qu’il convient d’ajuster les politiques en fonction professionnelle
atteignable pour de nombreux pays africains au des circonstances de chaque pays, les décideurs doivent changer
vu de leur niveau de revenus. Quant aux écarts peuvent s’attribuer certaines de ces mesures pour
pour répondre
entre les sexes, ils persistent tant dans le monde améliorer la qualité de l’éducation et aligner les
de l’éducation que dans le monde du travail. En politiques éducatives sur les réalités du marché aux besoins
outre, on observe un écart surprenant entre les du travail. actuels et mieux
bénéfices personnels de l’éducation, qui sont préparer l’avenir
élevés, et les bénéfices sociaux de l’éducation, Faire des choix stratégiques pour
qui sont faibles. Cela indique que le marché anticiper et bâtir une population
du travail n’offre pas aux jeunes les incitations active flexible et productive
adaptées pour investir davantage dans leur Même si les effets potentiels des nouvelles
éducation. technologies sur l’éducation et la demande de
Plus grave encore, l’inadéquation entre le compétences en Afrique demeurent putatifs, il
niveau d’éducation et les compétences de la est indiscutable que les pays africains devront
population active d’une part, et les besoins des anticiper et bâtir une population active à la fois
employeurs d’autre part, est plus important en flexible et productive pour répondre aux défis à
Afrique que dans toute autre région en dévelop- venir. À cette fin, ils devront définir des stratégies
pement. Ainsi, il est plus probable que les com- nationales d’éducation et de développement des
pétences et le niveau d’éducation des jeunes tra- compétences.
vailleurs africains soient peu adaptés à leur emploi Le taux d’inscription scolaire a fortement pro-
et à leurs débouchés professionnels. Et les dispa- gressé en Afrique. Pourtant, le continent accuse
rités en matière de compétences et d’éducation un retard sur les autres régions en ce qui concerne
réduisent tant la satisfaction au travail que la stabi- le nombre moyen d’années d’instruction achevées
lité de l’emploi et, donc, la productivité. pour la population des plus de 25 ans, et en ce qui
En outre, le défi de l’emploi en Afrique est concerne la mise en place de l’enseignement pri-
considérable. En effet, il faudrait créer 12 millions maire universel. On observe également des écarts
d’emplois par an pour simplement maintenir le entre le niveau d’éducation et la qualité de celle-ci,
chômage à son niveau actuel. Mais alors que la au vu du niveau de revenu de l’Afrique. Les deux

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  99


principaux facteurs expliquant les faibles niveaux de transport et des systèmes d’adresse pos-
d’éducation et les faibles résultats de la scolarisa- tale, mais aussi des infrastructures numériques
tion en Afrique sont : le taux de décrochage élevé, telles qu’internet haut débit, des réseaux virtuels
supérieur à 30 % (contre une moyenne mondiale mobiles et des systèmes interopérables.
de 13 %) et la faible qualité de l’enseignement Les pouvoirs publics peuvent également accé-
scolaire. lérer les investissements destinés au renforce-
Pour améliorer l’employabilité des travailleurs, ment des compétences cruciales pour l’avenir,
la productivité des entreprises et l’inclusivité de par exemple74 :
la croissance, les pays africains doivent se doter • des compétences numériques spécifiques, y
d’une stratégie nationale pour l’éducation et le compris la programmation informatique et la
développement des compétences. Qui plus est, conception technologique,
pour que la croissance soit plus inclusive, ces • des compétences numériques générales telles
stratégies ne devront pas seulement cibler les que l’analyse de données et la navigation sécu-
jeunes mais aussi les travailleurs adultes, les per- risée sur internet,
sonnes ayant abandonné l’école, les travailleurs • des compétences générales telles que la com-
de l’économie informelle et les travailleurs issus munication et la pensée analytique et critique,
de groupes économiquement et socialement pour permettre aux travailleurs de s’adapter
désavantagés71. à différentes tâches dans un environnement
technologique en évolution rapide,
Bâtir une main-d’œuvre plus flexible et plus • des compétences auxiliaires liées à l’industrie
productive manufacturière, qui continuera de jouer un rôle
Pour la plupart des pays africains, la première important en appui à l’économie numérique, y
étape consistera à intégrer les stratégies de ren- compris les compétences physiques néces-
forcement de l’éducation et des compétences sitant de la dextérité, par exemple la conduite
à leur plan de développement économique et d’engins industriels et la broderie, ainsi que
industriel. En effet, c’est généralement le faible des compétences moins qualifiées telles que la
niveau d’éducation et de compétences de la vente, la réparation et l’entretien.
population active que les équipes de direction
internationales identifient comme principale Améliorer les résultats éducatifs
contrainte lorsqu’elles étudient les possibilités Afin de réduire leur taux de décrochage et amé-
d’investissement dans le secteur manufacturier liorer les résultats éducatifs, les pays peuvent
en Afrique72. prendre les mesures suivantes :
Comme il est probable que les « compétences • Améliorer l’accès aux écoles dans les zones
générales » gagnent en importance, il faudrait reculées. En Afrique, un enfant sur quatre
encourager les établissements éducatifs et de vit à au moins 2 kilomètres de l’école la plus
formation à enseigner et renforcer les valeurs proche, sans accès à des moyens de transport
positives et ce, dès le plus jeune âge. Ces com- fiables75. Ces conditions sont encore plus diffi-
pétences peuvent inclure une solide éthique pro- ciles pour les ménages vivant en zone rurale et
fessionnelle, l’honnêteté, la tolérance, le respect dans les pays à faible revenu. La fréquentation
de l’autorité, la ponctualité et la quête de l’excel- irrégulière de l’école mène au redoublement et
lence. Tous ces attributs représentent des carac- au décrochage. Par conséquent, l’améliora-
téristiques intangibles d’une population active de tion de l’accès aux écoles grâce à la réduction
haute qualité. de la distance moyenne entre le domicile et
Les pouvoirs publics devront investir dans la l’école et à l’amélioration des transports ter-
construction des infrastructures requises pour restres peut réduire le taux de décrochage et
permettre le développement des compétences la fréquentation irrégulière, en particulier dans
recherchées73. Il s’agit des infrastructures de base, les zones reculées. En Égypte, le programme
par exemple un système d’approvisionnement du Fonds social pour le développement a
électrique fiable et abordable, des infrastructures démontré qu’un meilleur accès à l’éducation en

100E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


milieu rural peut réduire sensiblement le taux Aligner l’enseignement et la formation sur le
d’analphabétisme. marché du travail
• Offrir des incitations, par exemple la gratuité Pour une meilleure adéquation entre les com-
des uniformes et des manuels scolaires, ou pétences de la population active et les emplois
encore des repas quotidiens, afin d’améliorer disponibles, les pouvoirs publics doivent bâtir un
les capacités d’apprentissage et, éventuelle- système éducatif axé sur la demande qui réponde
ment, de réduire le décrochage scolaire. aux besoins des employeurs. Les politiques sui-
• Introduire l’enseignement obligatoire, au moins vantes peuvent améliorer cet alignement :
au niveau primaire en interdisant le travail des • Forger des partenariats avec les universités
enfants (et faire appliquer cette interdiction). et les établissements de formation, de même
Les obligations légales peuvent contribuer à qu’avec les entreprises, afin de bâtir une popu-
surmonter les barrières culturelles et autres qui lation active répondant mieux à la demande de
favorisent le décrochage, tandis que l’interdic- travail.
tion du travail des enfants peut accroître le taux • Réduire les coûts de transaction élevés liés à
d’achèvement scolaire. la recherche d’un emploi, en particulier dans
• Accroître les taux d’inscription et d’achève- les zones urbaines. Ces coûts élevés (tels que
Les pays africains
ment au niveau secondaire. Après avoir réa- les coûts de transport pour aller consulter les
lisé d’importants progrès vers l’enseignement offres d’emploi et pour imprimer les CV et les doivent maintenant
primaire universel, les pays africains doivent lettres de motivation) empêchent souvent les déterminer
dorénavant trouver les moyens de garantir un jeunes de s’informer des possibilités d’em-
comment assurer
meilleur accès à l’enseignement secondaire. ploi et de postuler à des emplois qui corres-
L’expérience du Ghana prouve que les impacts pondent à leurs compétences et qualifica- un meilleur accès
de l’enseignement secondaire sur les étu- tions78. En établissant des agences publiques à l’enseignement
diants sont de grande ampleur en termes de d’emploi qui centralisent les informations sur secondaire
compétences cognitives, d’emploi, de recours les emplois disponibles et dispensent des
aux services de santé et de fécondité76. L’une conseils sur la recherche et les possibilités
des mesures possibles pour accroître les d’emploi, ou en améliorant les agences exis-
taux d’inscription et d’achèvement au niveau tantes, les pays africains pourraient à la fois
secondaire consiste à mettre des bourses réduire les coûts de la recherche d’emploi
d’étude à disposition des étudiants dans le et améliorer l’adéquation entre l’offre et la
besoin. Les bourses peuvent en effet amé- demande d’emploi.
liorer l’accès à l’enseignement secondaire et • Faire preuve d’anticipation au moment de
faciliter la transition entre les niveaux primaire réformer le système éducatif de manière à
et secondaire. ce que la population active réponde aux exi-
• Mettre en œuvre des réformes pédagogiques, gences du marché du travail tant aujourd’hui
renforcer les normes éducatives, réformer la que demain. Le système éducatif doit être en
gouvernance de l’éducation et mettre en place phase avec les nouveaux emplois du secteur
des incitations efficaces, notamment en assu- privé qui deviennent rapidement très deman-
jettissant le renouvellement du contrat des dés (par exemple : ingénieur en informatique,
enseignants à leur performance ou encourager spécialiste marketing, rédacteur, conseiller
l’enseignement en langue locale. Par exemple, financier ou analyste de données).
le programme Extra Teacher, mis en place • Renforcer la collaboration public-privé afin que
avec succès en 2005/06 dans la Province les compétences soient adaptées aux besoins
Occidentale du Kenya, octroyait des fonds aux du marché. Pour accroître leur efficience, les
comités scolaires pour recruter un enseignant programmes de formation professionnelle
supplémentaire sur la base d’un contrat à court et d’apprentissage doivent être intégrés à un
terme, renouvelable sous condition de perfor- robuste système de collaboration avec les sec-
mance77. Cette incitation basée sur la perfor- teurs concernés, afin que les établissements
mance a donné des résultats positifs. de formation soient axés sur la demande et

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  101


enseignent des compétences qui répondent d’enfants souffrant d’un retard de croissance en
aux besoins du marché du travail. Afrique continue d’augmenter, de l’ordre 17 %
• Mettre l’accent sur les compétences numé- entre 2000 et 2016 (pour atteindre 59 millions
riques qui permettront aux jeunes Africains de d’enfants). Parallèlement, en Asie, leur nombre
contribuer pleinement à l’économie numérique. a chuté de 35 % (pour atteindre 86,5 millions
Par exemple, la Banque africaine de dévelop- d’enfants)81.
pement a lancé le programme « Codage pour Pour renforcer les compétences cognitives, les
l’emploi » afin de former une nouvelle géné- pays africains doivent investir dans une nutrition
ration de jeunes Africains aux technologies de meilleure qualité, en commençant dès la gros-
numériques. Ce programme envisage de favo- sesse. Tandis que les conséquences de la malnu-
riser l’établissement de 130 centres d’innova- trition sont évitables, elles sont presque toujours
tion en Afrique d’ici 2025. irréversibles, en particulier chez les jeunes enfants.
• Faire de la formation aux compétences géné- Ainsi, les 1 000 premiers jours entre le moment de
rales une partie intégrante de la stratégie la conception et l’âge de 2 ans sont cruciaux en
éducative nationale. Alors qu’ils joignent les ce qui concerne la nutrition. Le manque de nutri-
rangs d’une population active de plus en plus ments essentiels au cours de cette période se tra-
Le lien entre la
compétitive, les jeunes manquent souvent de duit par un retard de croissance chez les enfants
nutrition et les compétences générales et interpersonnelles (une taille inférieure à la moyenne pour leur âge)
compétences essentielles (communication, travail en équipe qui, une fois adultes, seront plus petits et plus
et résolution de problèmes). Ces compétences faibles et souffriront de carences cognitives de
cognitives de la
peuvent être renforcées dans le cadre du pro- manière permanente82.
population active gramme scolaire mais aussi dans le cadre de Les pouvoirs publics devraient également tirer
est simple, et programmes et de stages parrainés par les avantage des rendements économiques de l’in-
pourtant la nutrition pouvoirs publics en collaboration avec les vestissement dans la nutrition, qui sont particuliè-
entreprises privées. rement élevés. Par exemple, le ratio coûts-avan-
est généralement tages des investissements réduisant le retard de
négligée et Investir dans la nutrition croissance est estimé à au moins 15 ; l’élimination
reste gravement Le lien entre la nutrition et les compétences cogni- de l’anémie se traduit par une augmentation de
tives de la population active est évident. Pourtant, 5 % à 17 % de la productivité à l’âge adulte, ce
sous-financée la nutrition demeure généralement négligée et qui représente jusqu’à 2 % de PIB supplémentaire
sévèrement sous-financée tant par les pouvoirs dans les pays les plus durement touchés83.
publics que les bailleurs79. La malnutrition réduit En complément des initiatives nutritionnelles,
fortement les capacités humaines. Nous savons les pouvoirs publics peuvent également pro-
tous que lorsqu’un enfant a faim, il ne peut pas mouvoir l’enseignement dès la petite enfance.
apprendre correctement. Le faible poids à la nais- Au Mozambique, par exemple, ce type de pro-
sance peut réduire le quotien intellectuel (Q.I.) gramme éducatif ciblant la petite enfance a fait
d’une personne de 5 points de pourcentage, le ses preuves pour accroître le taux d’inscription à
retard de croissance de 5 à 11 points de pour- l’école primaire et les compétences cognitives84.
centage et une carence en iode de 10 à 15 points
de pourcentage. En outre, les études montrent Investir dans la science, la technologie,
qu’une perte de 1 % de la taille adulte en consé- l’ingénierie et mathématiques
quence d’un retard de croissance pendant l’en- Pour participer véritablement à l’économie de la
fance est associée à une perte de productivité de connaissance, l’Afrique doit renforcer les com-
1,4 %80. pétences en science, technologie, ingénierie et
En 2017, plus d’un tiers des enfants de moins mathématique (STIM) et dans les technologies de
de 5 ans souffrant d’un retard de croissance dans l’information et de la communication (TIC). La qua-
le monde vivait en Afrique, où le taux de retard trième révolution industrielle exercera des pres-
de croissance varie entre 36 % en Afrique de l’Est sions croissantes sur les systèmes éducatifs qui
et 17 % en Afrique du Nord. En outre, le nombre ne seront pas concurrentiels en ce qui concerne

102E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


la formation des étudiants maîtrisant les STIM et locaux. Ces investissements peuvent devenir des
les TIC. mécanismes importants pour stimuler l’innova-
Les gouvernements de certains pays, dont tion en Afrique, dont les dépenses en matière de
l’Égypte, le Ghana, le Rwanda et l’Afrique du recherche-développement sont inférieures aux
Sud, ont déjà pris des mesures pour renforcer les autres régions. Entre 2012 et 2016, les dépenses
filiales STIM et TIC. En 2019, Google a ouvert un brutes moyennes consacrées à la recherche-dé-
laboratoire de recherche en intelligence artificielle veloppement s’élevaient à environ 0,23 % du PIB
à Accra, au Ghana, qui était le premier en son en Afrique, soit un tiers seulement du niveau de
genre sur le continent africain. Cette même année, 0,68 % en Amérique latine.
l’Institut africain des sciences mathématiques Les pouvoirs publics peuvent collaborer avec
de Kigali, au Rwanda, a lancé un programme le secteur privé et les établissements éducatifs
de Master en intelligence automatique, un pro- pour élaborer des programmes d’apprentissage
gramme intensif d’un an fournissant une formation et de formation. Le secteur privé peut être un
de pointe sur l’apprentissage automatique et ses partenaire essentiel en ce qui concerne les for-
applications, parrainé par Facebook et Google. mations et le renforcement des capacités. Les
Des pôles d’innovation apparaissent partout approches possibles incluent le subventionne-
La quatrième
sur le continent. Selon l’Association internatio- ment de stages, le cofinancement de centres de
nale d’opérateurs de téléphonie mobile (GSMA), le formation avec les secteurs concernés ou encore révolution
nombre de pôles technologiques actifs en Afrique le financement par les entreprises de l’innovation industrielle imposera
a augmenté de plus de 50 % entre 2009 et 2018, et de la recherche en université. Au Maroc, des
des exigences
passant de 314 à 44285. Grâce aux investisse- multinationales telles que Safran collaborent avec
ments dans l’internet haut débit et à la diffusion les autorités et des associations du secteur aéros- croissantes aux
des téléphones mobiles dans toute l’Afrique, il patial pour établir des centres de formation et des systèmes éducatifs
devient possible pour le continent d’innover tant programmes d’apprentissage visant à former les
sur le front du numérique que de la téléphonie jeunes aux métiers de ce secteur. Ces entreprises
mobile. forgent également des partenariats avec des uni-
Les pouvoirs publics ont également accéléré versités et des écoles d’ingénieurs locales, ce qui
les investissements dans la recherche-dévelop- permet de soutenir à la fois le développement du
pement expérimentale afin de repousser la fron- capital humain et le développement d’un secteur
tière de la connaissance et de répondre aux défis aérospatial local.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  103


NOTES les résultats des pays participant aux tests standar-
disés internationaux sur les acquis et aux tests stan-
1. La durée moyenne de scolarisation est tirée du dardisés régionaux sur les acquis (RSAT) pour une
PNUD (2019). Le nombre moyen d’années de sco- date, un niveau de scolarité et une matière donnés.
larité est défini comme le nombre moyen d’années Les évaluations des tests internationaux et régio-
d’études poursuivies par les personnes âgées de 25 naux sont reliées pour obtenir une mesure agrégée
ans et plus, converti à partir des niveaux de scolarité de la qualité du niveau d’éducation et avoir une base
en utilisant les durées officielles de chaque niveau. de données harmonisée des résultats d’apprentis-
2. Deininger, 2003 ; Lucas et Mbiti, 2012 ; Valente, sage. Ces auteurs établissent un score pour chaque
2019. matière (mathématiques, lecture et sciences) et
3. Le taux net de scolarisation est utilisé pour l’ensei- cycle scolaire (primaire ou secondaire) pour chaque
gnement primaire et secondaire. Il est défini comme période de cinq ans. Si les pays ont participé à plu-
le nombre d’élèves dans la tranche d’âge scolaire sieurs tests comparables au cours d’une année
officielle qui sont inscrits à l’école, exprimé en pour- donnée ou aux alentours de cette date, ils calculent
centage de la population de la tranche d’âge sco- la moyenne sur le test et utilisent comme point
laire officielle correspondante. Pour l’enseignement d’ancrage des pays « doublons » qui participent à
supérieur, le taux utilisé est le taux brut de scolari- la fois aux évaluations régionales et aux évaluations
sation, qui se réfère au nombre total d’étudiants ins- internationales. La base de données des tests nor-
crits, quel que soit leur âge, exprimé en pourcentage malisés internationaux sur les acquis scolaires s’est
de la population de la tranche d’âge correspondant appuyée sur l’étude sur les tendances en mathé-
officiellement à ce niveau d’enseignement. matiques et en sciences (International Mathematics
4. Le taux cumulé d’abandon est le pourcentage and Science Study - TIMSS) pour les niveaux 4 et
des élèves d’une cohorte inscrits dans une année 8 (enseignement primaire et secondaire). D’autres
d’études donnée durant une année scolaire donnée, tests internationaux envisagés sont le programme
qui ne sont plus inscrits l’année suivante (http:// de Suivi des acquis d’apprentissage (Monitoring
data.uis.unesco.org/Index.aspx?queryid=156). Le Learning Achievement), qui s’intéresse à la fois à la
taux d’abandon par année d’études est calculé petite enfance, à l’éducation de base et secondaire
en additionnant le taux de promotion et le taux de et à l’alphabétisation non formelle des adultes. Ils
redoublement et en soustrayant cette somme de examinent également le Programme international de
100. Le taux cumulé d’abandon dans l’enseigne- recherche en lecture scolaire (Progress in Internatio-
ment primaire est calculé en soustrayant le taux de nal Reading Literacy Study), qui évalue les compé-
survie (pourcentage d’une cohorte d’élèves inscrits tences en lecture des élèves des écoles primaires de
dans la première année d’un niveau d’enseignement 4e année et le Programme international pour le suivi
donné, durant une année scolaire donnée, censés des acquis des élèves (Programme for International
atteindre une année d’études donnée, en compta- Student Assessment - PISA), axé sur les mathéma-
bilisant les redoublements) de 100 pour une année tiques, les sciences et l›alphabétisation. Le PISA
d’études donnée. présente la particularité notable d’évaluer les scores
5. Banerjee, 2000. des jeunes de 15 ans, indépendamment des niveaux
6. Caerus Capital, 2018. scolaires. Les RSAT comprennent le Consortium
7. Aslam et Rawal, 2018. Ces chiffres sont des estima- pour le suivi de la qualité de l›éducation en Afrique
tions. De nombreuses écoles privées non enregis- australe et orientale (Southern and Eastern Africa
trées ne participent pas aux enquêtes nationales. Consortium for Monitoring Educational Quality -
8. Patrinos et Angrist (2018) ont établi les résultats aux SACMEQ), qui se concentre sur les tests pour les
tests harmonisés à partir d’un ensemble de don- pays d›Afrique australe et orientale. Le SACMEQ
nées sur les acquis cognitifs portant sur 164 pays et évalue les performances en lecture en 6e année. Le
régions au cours de la période 1965-2015. Leur tra- Programme d’analyse des systèmes éducatifs est
vail est une révision et une mise à jour du travail pré- une évaluation régionale qui se concentre sur les
cédent par Altinok et coll. (2018). Cette étude utilise pays francophones d’Afrique subsaharienne en 2e
un facteur de conversion qui permet de comparer et 5e années pour les mathématiques et le français.

104E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


Le Laboratoire latino-américain de l›UNESCO pour qui rendent les classes plus petites efficaces dans
l›évaluation de la qualité de l’éducation (Laboratorio l’amélioration de l’apprentissage.
Latinoamericano para la Evaluación de la Calidad de 13. Le ratio élèves/enseignant est défini comme le
la Educación) effectue des évaluations en lecture et nombre moyen d’élèves par enseignant à un niveau
en mathématiques en 3e, 4e et 6e années. Outre Alti- d’enseignement donné, sur la base des effectifs des
nok et coll. (2018), Patrinos et Angrist (2018) incluent élèves et des enseignants.
l’évaluation de base en lecture (Early Grade Reading 14. Duflo et coll. 2012 ; Valente 2019.
Assessment) effectuée entre la 2e et la 4e année. 15. Kremer et coll. 2013.
9. Une façon de mesurer la qualité de l’éducation, en 16. Selon l’UNESCO, moins de 75 % des enseignants
particulier des compétences cognitives, consiste à du primaire dans le monde reçoivent une formation
utiliser les les résultats aux tests d’acquis d’appren- conforme aux normes nationales (UNESCO, 2015).
tissage en lecture, en langue, en mathématiques, en 17. L’emploi concerne toutes les personnes en âge de
calcul, en connaissances et compréhension scien- travailler qui, pendant une brève période détermi-
tifiques. Cependant, il est important de souligner née, comme une semaine ou un jour, étaient dans
que les résultats aux tests sont un indicateur indi- les catégories suivantes : emploi rémunéré (que ce
rect de la qualité de l’éducation. Ils qui ne tiennent soit au travail ou avec un emploi mais pas au tra-
pas compte par exemple des acquis dans toutes vail) ; ou travail indépendant (que ce soit au travail ou
les matières étudiées à l’école. Malgré ces limites, dans une entreprise mais pas au travail). Les emplois
l’utilisation des résultats aux tests permet d’aller hautement qualifiés concernent : les gestionnaires,
au-delà de la comparaison quantitative. Elle prend les professionnels et les techniciens et profession-
en compte le fait qu’une année de scolarité dans un nels associés. Les emplois moyennement qualifiés
pays peut ne pas se traduire par la même augmen- concernent : le personnel de service et de vente ;
tation du capital humain productif comparée à une les travailleurs qualifiés de l’agriculture, de la sylvi-
année de scolarité dans un autre pays où la qualité culture et de la pêche ; les artisans et travailleurs
de la scolarité est supérieure. des métiers connexes ; les opérateurs et monteurs
10. Calculé ici comme le nombre moyen d’années de d’installations et de machines. Les emplois peu
scolarité multiplié par les résultats aux tests harmo- qualifiés incluent toutes les professions élémen-
nisés, divisé par 625 en suivant la méthodologie de taires (https://ilostat.ilo.org/fr/resources/methods/
Filmer et coll. (2018). description-employment-by-occupation/).
11. Feenstra, Inklaar et Timmer, 2015. 18. Schwab, 2017.
12. Selon le Projet pour le capital humain de la Banque 19. Lucas 1988 ; Mankiw et coll. 1992 ; Griffith et coll.,
mondiale, le nombre d’années de scolarité attendu 2004.
correspond à la somme des taux de scolarisation 20. Grossman et Helpman, 1991.
par tranche d’âge entre 4 et 17 ans. Les taux de 21. Fox et Gaal, 2008.
scolarisation par âge sont estimés en utilisant les 22. Feenstra, Inklaar et Timmer, 2015.
taux de scolarisation à différents niveaux : le taux de 23. Feenstra, Inklaar et Timmer, 2015.
scolarisation préprimaire se rapproche des taux de 24. Caselli et Coleman, 2006.
scolarisation par âge pour les enfants de 4 et 5 ans, 25. Knight et Sabot, 1990.
le taux pour l’enseignement primaire se rapproche 26. Il est important de reconnaître qu’outre l’inadéqua-
de celui des 6-11 ans, le taux pour l’enseignement tion des compétences, d’autres distorsions sur les
secondaire de premier degré se rapproche de marchés de travail pourraient expliquer le chômage
celui des 12-14 ans et le taux pour l’enseignement plus élevé chez les jeunes africains. Il s’agit notam-
secondaire du second degré se rapproche de celui ment de salaires d’acceptation plus élevés, de
des 15-17 ans. Les résultats des tests harmonisés réglementations du travail restrictives et de salaires
sont tirés de Patrinos et Angrist (2018). Le critère minimums élevés. Par exemple, l’analyse des don-
de la taille des classes présente cependant certains nées de notre échantillon de pays africains montre
inconvénients car il ne tient pas compte de la qualité que les salaires d’acceptation mensuels sont sen-
et de la motivation des enseignants. Il ne tient pas siblement plus bas pour les jeunes salariés (74,44
compte non plus d’autres facteurs complémentaires USD) que pour les jeunes chômeurs (87,31 USD).

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  105


En outre, et comme on pouvait s’y attendre, plus les 47. Acemoglu et Restrepo, 2017-2018.
jeunes sont instruits, plus le salaire d’acceptation est 48. Hausman et coll., 2013
élevé, quelle que soit leur situation professionnelle : 49. Hausman et coll., 2008.
de 55,76 USD pour les jeunes salariés qui n’ont pas 50. Hausman et coll., 2011 ; Hidalgo et coll., 2007.
fait d’études, à 95,76 USD pour les jeunes ayant 51. Hausman et coll., 2008.
fait des études secondaires et 154,17 USD pour 52. https://oec.world/static/pdf/LinkingEconomicCom-
les jeunes ayant fait des études universitaires. Enfin, plexityInstitutionsAndIncomeInequality.pdf. Les dif-
par rapport aux jeunes dont les compétences sont férences de connaissances productives entre les
inadéquates, notre analyse indique que les jeunes pays peuvent s’exprimer par la diversité et la sophis-
salariés possédant les compétences requises ont tication des biens et des services qu’ils produisent
des salaires d’acceptation plus bas que les jeunes (Hausmann et coll., 2013).
surqualifiés et des salaires d’acceptation plus élevés 53. Adam et coll., 2019.
que les jeunes sous-qualifiés. 54. Notez que le coefficient de détermination de la
27. Malgré le risque de sous-estimation, cette mesure régression est inférieur à 1 %, ce qui laisse entendre
est valable parce qu’elle tient compte de l’hétérogé- que le modèle explique un très petit pourcentage de
néité des emplois. On considère généralement que la variation.
c’est le travailleur qui connaît le mieux son propre 55. Hidalgo et Hausmann, 2009 ; Ndung’u, 2018
travail et l’éventail des compétences nécessaires 56. Hidalgo et coll., 2007.
pour réaliser efficacement son travail. 57. AfDB, AEO, 2019 ; Woldemichael et Joldowski,
28. Leuven et Oosterbeek, 2011. 2019.
29. Un jeune salarié est sur-éduqué (sous-éduqué) si 58. Notre analyse donne des résultats similaires concer-
son niveau réel d’éducation est supérieur (inférieur) nant la distance avec des produits proches qui est
aux exigences de son emploi en matière d’instruc- « une mesure du risque de se diversifier vers un pro-
tion. Dans la pratique, un groupe de professions duit, où de plus grandes distances supposent un
selon la Classification internationale type des pro- degré de parenté faible avec le savoir-faire existant,
fessions est attribué à chaque emploi, et un niveau et une nécessité de coordination par l’ajout d’un
requis d’instruction selon la Classification interna- grand nombre de capacités et d’actifs manquants
tionale type de l’éducation est attribué à chaque afin de se diversifier, augmentant ainsi le risque. »
groupe. (Atlas Economic Complexity: Glossary. http://atlas.
30. Morsy et Mukasa, 2019. cid.harvard.edu/glossary). Les entreprises qui font
31. Golub et coll., 2019. face à une main d’œuvre insuffisamment instruite
32. Bauer, 2002. et les entreprises qui emploient une plus grande
33. Morsy et Mukasa, 2019. part de travailleurs peu qualifiés sont à une distance
34. Peiro et coll., 2010 ; Rubb, 2003. plus grande des produits proches plus complexes,
35. Morsy et Mukasa, 2019. et font donc face à des risques accrus d’échec en
36. Scarpetta et coll., 2010. entrant en production. À leur niveau actuel de savoir-
37. Zimmermann et coll., 2013 ; Leyaro et Joseph, faire productif, le renforcement des capacités pour
2014. produire des biens plus complexes est plus difficile
38. 39 Kahyarara et Teal 2008. pour ces entreprises.
39. Oketch 2007 ; Zimmermann et coll., 2013 ; 59. L’alphabétisation numérique ou la formation aux
Atchoarena et Delluc, 2001. ordinateurs et à internet concerne la familiarité
40. Shaorshadze et Krishnan, 2012. avec les logiciels de productivité et appareils numé-
41. Quintini et Manfredi, 2009 ; Zimmermann et coll., riques essentiels au savoir-faire sur le lieu de tra-
2013. vail dans l’économie numérique du 21e siècle. Voir
42. Patrinos, 2016. https://news.microsoft.com/cloudforgood/_media/­
43. Psacharopoulos, 1985, 1994. downloads/en/digital-literacy-en.pdf.
44. Montenegro et Patrinos, 2014. 60. « L’indice de connectivité mobile mesure la perfor-
45. Patrinos, 2016. mance de 165 pays par rapport aux éléments clés
46. Prichett, 2001. de l’adoption d’internet mobile. Son objectif est de

106E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


soutenir les efforts de l’industrie mobile, des pouvoirs ———. 2018. « Artificial Intelligence, Automation, and
publics, et de la communauté internationale au sens Work. » Document de travail W24196, National Bu-
large pour réaliser l’ambition d’un accès universel à reau of Economic Research, Cambridge, MA.
internet. Les pays sont notés sur une échelle de 0 à Abebe, Girum, Stefano Caria, Marcel Fafchamps,
100 par rapport à un certain nombre d›indicateurs. Paolo Falco, Simon Franklin, et Simon Quinn. 2019.
Le score le plus élevé représente une performance « Anonymity or Distance? Job Search and Labour
plus forte dans la livraison de la connectivité internet Market Exclusion in a Growing African City. » Dispo-
mobile. Cet outil internet permet d’explorer les don- nible sur le site https://7e6b9778–7cbf-4bbf-96bb
nées utilisées dans l’indice de connectivité mobile, et -a806c5d9b900.filesusr.com/ugd/e9b89f_9248112
de comparer les pays sur un éventail de paramètres. » b23ea4ceba8a9d1458dd4ba66.pdf.
Source : http://www.mobileconnectivityindex.com/. Abou-Ali, H., H. El-Azony, H. El-Laithy, J. Haughton, et
61. EIU, 2017. S.R. Khandker. 2010 « Evaluating the Impact of Egyp-
62. Ndung’u, 2018. tian Social Fund for Development Programs. » Journal
63. Banque africaine de développement, 2019. of Development Effectiveness 2 (4) : 521–555.
64. Banque mondiale, 2019. Acosta, P., N. Muller, et M. Sarzosa. 2015. « Beyond
65. FEM, 2018. Qualifications: Returns to Cognitive and Socio-Emo-
66. FEM, 2018. tional Skills in Colombia. » Document de discussion
67. Banque mondiale, 2019. 9403, Institute of Labor Economics (IZA), Bonn,
68. Banque mondiale, 2019. Allemagne.
69. Banque africaine de développement, 2019. Adam, A., A. Garas, et A. Lapatinas. 2019. « Economic
70. Monga et coll., 2019. Complexity and Jobs: An Empirical Analysis. » Ducu-
71. OIT, 2011. ment MPRA 92401, Bibliothèque universitaire de Mu-
72. Centre africain pour la transformation économique nich, Allemagne.
(ACET), 2014. Adejumo, A. V., P. A. Olomola, et O. O. Adejumo. 2013.
73. Banga et te Velde, 2018. « The Role of Human Capital in Industrial Develop-
74. Banga et te Velde, 2018. ment: The Nigerian Case (1980–2010). » Modern Eco-
75. Morsy et Mukasa, 2019. nomy 4 (10) : 639.
76. Dupas et coll., 2016. Altinok, N., N. Angrist, et H. A. Patrinos. 2018. Global
77. Duflo et coll., 2015. Data Set on Education Quality (1965–2015). Washing-
78. Abebe et coll., 2019. ton, DC : Banque mondiale.
79. Shekar et coll., 2017. Ansu, Y., et J.-P. Tan. 2012. « Skills Development for Eco-
80. Shekar et coll., 2006. nomic Growth in Sub-­Saharan Africa: A Pragmatic
81. Banque africaine de développement, 2018. Perspective. » Dans A. Noman, K. Botchwey, H. Stein,
82. Banque africaine de développement, 2018, p. 3. et J. Stiglitz (eds.), Good Growth and Governance in
83. Shekar et coll., 2006. Africa: Rethinking Development Strategies, 462–497.
84. Martinez et coll., 2013. Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press.
85. Bayen, 2018 ; Cisse, 2018. Atchoarena, D., et A. M. Delluc. 2001. Revisiting Tech-
nical and Vocational Education and Training in Sub-­
Saharan Africa. Paris : Institut international de planifi-
RÉFÉRENCES cation de l’éducation de l’UNESCO.
Banque africaine de développement. 2015. African Deve-
ACET (African Center for Economic Transformation). lopment Report 2015: Growth, Poverty, and Inequality
2014. African Transformation Report 2014: Growth Nexus: Overcoming Barriers to Sustainable Develop-
with Depth. Accra, Ghana : ACET. ment. Abidjan, Côte d’Ivoire : BAD
Acemoglu, D., et P. Restrepo. 2017. « Robots and Jobs: ———. 2018. Multi-Sectoral Nutrition Action Plan 2018–
Evidence from US Labor Markets. » Document de tra- 2025. Abidjan, Côte d’Ivoire : Banque africaine
vail W23285, National Bureau of Economic Research, de développement. Disponible sur le site https://
Cambridge, MA. www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  107


Generic-Documents/Banking_on_Nutrition_Ac- Caselli, F., I. I. Coleman, et W. John. 2006. « The World
tionPlan_A4_V1d_single.pdf Technology Frontier. » American Economic Review 96
———. 2019. Perspectives économiques en Afrique (3) : 499–522.
2019. Abidjan, Côte d’Ivoire : Banque africaine de Castelló-Climent, A., et A. Hidalgo-Cabrillana. 2012.
développement. « The Role of Educational Quality and Quantity in the
Banerjee, A. 2000. « A Dynamic Framework for Educa- Process of Economic Development. » Economics of
tional Policy Analysis. » Mimeo, MIT, Cambridge, MA. Education Review 31 (4) : 391–409.
Banga, K., et D. W. Te Velde. 2018. Digitalization and the Cohen, D., et L. Leker. 2014. « Health and Education:
Future of Manufacturing in Africa. Londres : Overseas Another Look with the Proper Data. » Document de
Development Institute. discussion DP9940, Center for Economic and Policy
Banque mondiale. 2012. Education in Sub-­
Saharan Research, Washington, DC.
Africa: A Comparative Analysis. Washington, DC : Cohen, D., et M. Soto. 2007. « Growth and Human Capi-
Banque mondiale. Disponible sur le site https:// tal: Good Data, Good Results. » Journal of Economic
openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/ Growth 12(1) : 51–76.
10986/13143/9780821388891.pdf?sequence=1. Commission pour l’éducation. 2016. The Learning Gene-
———. 2017. World Development Report 2017: Go- ration: Investing in Education for a Changing World.
vernance and the Law. Washington, DC : Banque New York : International Commission on Financing
mondiale. Global Education Opportunity.
———. 2019. World Development Report 2019: The Coulibaly, B. S. 2019 « Strategies for Jobs in the Digital
Changing Nature of Work. Washington, DC : Banque Age. » Policy Research Document 2. Abidjan, Côte
mondiale. d’Ivoire : Banque africaine de développement.
Barro, R. J., et J. W. Lee. 2013. « A New Data Set of Edu- Das, J., S. Dercon, J. Habyarimana, et P. Krishnan. 2007.
cational Attainment in the World, 1950–2010. » Jour- « Teacher Shocks and Student Learning: Evidence
nal of Development Economics 104 : 184–198. from Zambia. » Journal of Human Resources 42 (4) :
Bashir, S., M. Lockheed, E. Ninan, et J.-P. Tan. 2018. 820–862.
­Facing Forward: Schooling for Learning in Africa. Was- Deininger, K. 2003. « Does Cost of Schooling Affect En-
hington, DC : Banque mondiale. rollment by the Poor? Universal Primary Education in
Bauer, T. K. 2002. « Educational Mismatch and Wages: Uganda. » Economics of Education Review 22 (3) :
A Panel Analysis. » Economics of Education Review 291–305.
21: 221–229. Díaz, J. J., O. Arias, et D. V. Tudela. 2012. « Does Perse-
Bigsten, A., P. Collier, S. Dercon, M. Fafchamps, verance Pay as Much as Being Smart? The Returns
B. Guthier, J. W. Gunning, M. Soderbom, A. Oduro, to Cognitive and Non-cognitive Skills in Urban Peru. »
R. Oostendorp, C. Patillo, F. Teal, et A. Zeufack. 2000. Mimeo, Banque mondiale, Washington, DC.
« Rates of Return on Physical and Human Capital in Duflo, E., P. Dupas, et M. Kremer. 2015. « School Go-
Africa’s Manufacturing Sector. » Economic Develop- vernance, Teacher Incentives, and Pupil–Teacher
ment and Cultural Change 48 (4): 801–827. Ratios: Experimental Evidence from Kenyan Primary
Bold, T., M. Kimenyi, G. Mwabu, et J. Sandefur. 2018. « Ex- Schools. » Journal of Public Economics 123 : 92–110.
perimental Evidence on Scaling up Education Reforms Dupas, P., E. Duflo, et M. Kremer. 2016. « Estimating the
in Kenya. » Journal of Public Economics 168 : 1–20. Impact and Cost-effectiveness of Expanding Access
Bowles, S., H. Gintis, et M. Osborne. 2001. « Incentive-En- to Secondary Education in Ghana. » 3ie Impact Eva-
hancing Preferences: Personality, Behavior, and Ear- luation Report 42, International Initiative for Impact
nings. » American Economic Review 91 (2) : 155–158. Evaluation (3ie), New Delhi.
Campos, F., M. Frese, M. Goldstein, L. Iacovone, H. C. EIU (Economist Intelligence Unit). 2018. « The Automation
Johnson, D. McKenzie, et M. Mensmann. 2017. Readiness Index: Who is Ready for the Coming Wave
« Teaching Personal Initiative Beats Traditional Training of Automation? » Londres.
in Boosting Small Business in West Africa. » Science Feenstra, R. C., R. Inklaar, et M. P. Timmer. 2015. « The
357 (6357) : 1287–1290. Next Generation of the Penn World Table. » American
Economic Review 105 (10) : 3150–82.

108E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


FEM (Forum économique mondial) 2017. The Future of static/pdf/atlas/AtlasOfEconomicComplexity_Part_I.
Jobs and Skills in Africa. Cologny, Suisse : FEM pdf.
Filmer, D., H. Rogers, N. Angrist, et S. Sabarwal. 2018. Heckman, J. J., J. Stixrud, et S. Urzua. 2006. « The Ef-
Learning-Adjusted Years of Schooling (LAYS) : Defi- fects of Cognitive and Noncognitive Abilities on Labor
ning a New Macro Measure of Education. Washing- Market Outcomes and Social Behavior. » Journal of
ton, DC : Banque mondiale. Labor Economics 24 (3) : 411–482.
FMI (Fonds monétaire international). 2019a. Recovery Hidalgo, C. A., et R. Hausmann. 2009. « The Building
Amid Elevated Uncertainty: Regional Economic Out- Blocks of Economic Complexity. » Proceedings
look: Sub-­Saharan Africa. Washington, DC : FMI. of the National Academy of Sciences 106 (26) :
Fox, L. M., et M. Sekkel Gaal. 2008. Working out of Po- 10570–10575.
verty: Job Creation and the Quality of Growth in Africa. Hoddinott, J., M. Rosegrant, et M. Torero. 2012.
Washington, DC : Banque mondiale. « Challenge Paper: Hunger and Malnutrition. »
Goldberg, L. R. 1990. « An Alternative ‘Description of Consensus de Copenhague. Disponible sur le site
Personality:’ The Big-Five Factor Structure. » Jour- http://www.copenhagenconsensus.com/Default.
nal of Personality and Social Psychology 59 (6) : aspx?ID=1633
1216. Horton, S., M. Mbuya, et C. Wilkinson. 2017. « Synthesis
Golub, S.S., A.A. Mbaye, L. Chen, F. Gueye, et J.L. Tello of Evidence of Multisectoral Approaches for Impro-
Garza. 2019. « Constraints to Employment Creation ved Nutrition. » Commandée par la Banque africaine
in Africa. » dans C. Monga, A. Shimeles, et A. Wol- de développement (BAD), la Big Win Philanthropy et
demicheal (eds.), Creating Decent Jobs: Strategies, la Fondation Aliko Dangote. Abidjan, Côte d’Ivoire.
Policies, and Instruments, 177–232. Banque africaine Disponible sur le site https://www.afdb.org/filead-
de développement : Abidjan, Côte d’Ivoire. min/uploads/afdb/Documents/Generic-Documents/
Griffith, R., S. Redding, et J. V. Reenen. 2004. « Mapping Banking_on_Nutrition_evidence_synthesis_ad-
the Two Faces of R&D: Productivity Growth in a Panel vanced_copy_November_2017.pdf
of OECD Industries. » Review of Economics and Sta- ———. 2019. Time to Act for SDG 8: Integrating De-
tistics 86 (4) : 883–895. cent Work, Sustained Growth and Environmental In-
Grossman, G. M., et E. Helpman. 1991. « Trade, tegrity. Genève : OIT.
Knowledge Spillovers, and Growth. » European Eco- Kahyarara, G., et F. Teal. 2008. « The Returns to Vocatio-
nomic Review 35 (2–3) : 517–526. nal Training and Academic Education: Evidence from
Hanushek, E. A., L. Woessmann. 2008. « The Role of Co- Tanzania. » World Development 36 (11) : 2223–2242.
gnitive Skills in Economic Development. » Journal of Klinger, B., A. I. Khwaja, et Carlos del Carpio. 2013.
Economic Literature 46 (3) : 607–668. Enterprising Psychometrics and Poverty. Springer
———. 2012. « Do Better Schools Lead to More Growth? Briefs in Innovations in Poverty Reduction. New York :
Cognitive Skills, Economic Outcomes, and Causa- Springer-Verlag.
tion. » Journal of Economic Growth 17 (4) : 267–321. Knight, J. B., et R. H. Sabot. 1990. Education, Produc-
Hausmann, R., J. Hwang, et D. Rodrik. 2007. « What You tivity, and Inequality: The East African Natural Experi-
Export Matters. » Journal of Economic Growth 12 (1) : ment. Washington, DC : Banque mondiale.
1–25. Kremer, M., C. Brannen, et R. Glennerster. 2013. « The
Hausmann, R., D. Rodrik, et A. Velasco. 2008. Growth Challenge of Education and Learning in the Develo-
Diagnostics: The Washington Consensus Reconside- ping World. » Science 340 (6130) : 297–300.
red: Towards a New Global Governance, 324–355. Kremer, M., E. Miguel, et R. Thornton. 2009. « Incentives
Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press. to Learn. » Review of Economics and Statistics 91 (3) :
Hausmann, R., et C. A. Hidalgo. 2011. « The Network 437–56
Structure of Economic Output. » Journal of Economic Krishnan, P., et S. Krutikova. 2013. « Non-cognitive Skill
Growth 16 (4) : 309–342. Formation in Poor Neighbourhoods of Urban India. »
Hausmann, R., C. A. Hidalgo, S. Bustos, M. Coscia, S. Labour Economics 24 : 68–85.
Chung, J. Jimenez, A. Simoes, et M. A. Yildirim. 2011. Lall, S., et S. Urata. 2003. Competitiveness, FDI and
The Atlas of Economic Complexity: Mapping Paths to Technological Activity in East Asia. Cheltenham,
Prosperity. Disponible sur le site https://oec.world/ Rayaume-Uni : Edward Elgar Publishing Limited.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  109


Leuven, E., et H. Oosterbeek. 2011. « Overeducation Oreopoulos, P. 2007. « Do Dropouts Drop out too Soon?
and Mismatch in the Labor Market. » Document de Wealth, Health and Happiness from Compulsory
discussion 5523, Institute of Labor Economics (IZA), Schooling. » Journal of Public Economics 91 (11–12) :
Bonn, Allemagne. 2213–2229.
Lin, J., et H. J. Chang. 2009. « Should Industrial Policy Patrinos, H. A. 2016. « Estimating the Return to School­
in Developing Countries Conform to Comparative Ad- ing Using the Mincer Equation. » IZA World of Labor
vantage or Defy It? A Debate between Justin Lin and 2016: 278.
Ha-Joon Chang. » Development Policy Review 27 (5) : Patrinos, H. A., et N. Angrist. 2018. Global Dataset on
483–502. Education Quality: A Review and Update (2000–
Lucas, A. M., et I. M. Mbiti. 2012. « Access, Sorting, and 2017). Washington, DC : Banque mondiale.
Achievement: The Short-run Effects of Free Primary Peiro, J. M., S. Agut, et R. Grau. 2010. « The Relationship
Education in Kenya. » American Economic Journal: Between Overeducation and Job Satisfaction Among
Applied Economics 4 (4) : 226–53. Young Spanish Workers: The Role of Salary, Contract
Mankiw, N. G., D. Romer, et D. N. Weil. 1992. « A Contri- of Employment, and Work Experience. » Journal of
bution to the Empirics of Economic Growth. » The Applied Social Psychology 40 (3) : 666–689.
Quarterly Journal of Economics 107 (2) : 407–437. PNUD (Programme des Nations Unies pour le développe-
Martinez, S., S. Naudeau, et V. Pereira. 2013. « The Pro- ment). 2019. Rapport sur le développement humain,
mise of Preschool in Africa: A Randomized Impact 2019 : Beyond income, beyond averages, beyond
Evaluation of Early Childhood Development in Rural today: Inequalities in human development in the
Mozambique. » 3ie Impact Evaluation Report 1, Inter- 21st century. http://hdr.undp.org/sites/default/files/
national Initiative for Impact Evaluation (3ie), New Delhi. hdr2019.pdf
McKinsey Global Institute, 2017, « Jobs Lost, Jobs Psacharopoulos, G. 1985. « Returns to Education: A Fur-
Gained: Workforce Transitions in a Time of Automa- ther International Update and Implications. » Journal
tion » Monga, C., A. Shimeles, et A. Woldemichael. of Human Resources 20 (4) : 583–604.
2019. Creating Decent Jobs: Strategies, Policies, and ———. 1994. « Returns to Investment in Education: A Glo-
Instruments. Abidjan, Côte d’Ivoire : Banque africaine bal Update. » World Development 22 (9) : 1325–1343.
de développement. Pritchett, L. 2001. « Where Has All the Education Gone? »
Montenegro, C. E., et H. A. Patrinos. 2014. Comparable The World Bank Economic Review 15 (3) : 367–391.
Estimates of Returns to Schooling around the World. Disponible sur le site www.jstor.org/stable/399010
Washington, DC : Banque mondiale. Quintini, G., et T. Manfredi. 2009. « Going Separate Ways?
Morsy, H., et A. N. Mukasa. 2019. « Youth Jobs, Skill and School-to-Work Transitions in the United States and
Educational Mismatches in Africa. » Série de docu- Europe. » Social, Employment and Migration Working
ments de travail 326, Banque africaine de développe- Papers 90, Éditions de l’OCDE (Organisation de coo-
ment, Abidjan, Côte d’Ivoire. pération et de développement économiques), Paris.
Ndung’u, N. 2018. « Next Steps for the Digital Revolution Rubb, S. 2003. « Overeducation: A Short or Long Run
in Africa: Inclusive Growth and Job Creation Lessons Phenomenon for Individuals? » Economics of Educa-
from Kenya. » Document de travail 20, Africa Growth tion Review 22: 389–94.
Initiative at Brookings, Washington, DC. Scarpetta, S., A. Sonnet, et T. Manfredi. 2010. « Rising
Nyhus, E. K., et E. Pons. 2005. « The Effects of Persona- Youth Unemployment during the Crisis. » Social, Em-
lity on Earnings. » Journal of Economic Psychology 26 ployment and Migration Working Papers 106, Éditions
(3) : 363–384. de l’OCDE (Organisation de coopération et de déve-
OIT (Organisation internationale du travail). 2011. « For- loppement économiques), Paris.
mulating a National Policy on Skills Development. » Schwab, K. 2017. The Global Competitiveness Report
Policy Brief, OIT, Genève. 2017–2018. Cologny, Suisse : Forum économique
Oketch, M. O. 2007. « To Vocationalise or not to Voca- mondial.
tionalise? Perspectives on Current Trends and Issues Shaorshadze, I., et P. Krishnan. 2012. « Technical and
in Technical and Vocational Education and Training Vocational Education and Training in Ethiopia. » Paper
(TVET) in Africa. » International Journal of Educational for the International Growth Centre–Ethiopia Country
Development 27 (2) : 220–234. Programme, International Growth Centre, Londres.

110E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e


Shekar, M., R. Heaver, et Y.-K. Lee. 2006. Repositio- and Trends: Key Findings of the 2017 Edition. New
ning Nutrition as Central to Development: A Strategy York : UNICEF.
for Large Scale Action. Washington, DC : Banque Valente, C. 2019. « Primary Education Expansion and
mondiale. Quality of Schooling. » Economics of Education Re-
Shekar, M., J. Kakietek, J. Dayton Eberwein, et D. Wal- view 73: 101913.
ters. 2017. An Investment Framework for Nutrition: Valerio, A., M. L. S. Puerta, N. Tognatta, et S. Monroy-­
Reaching the Global Targets for Stunting, Anemia, Taborda. 2016. Are There Skills Payoffs in Low- and
Breastfeeding, and Wasting. Washington, DC : Middle-Income Countries? Empirical Evidence Using
Banque mondiale. STEP Data. Washington, DC : Banque mondiale.
Simwaka, B. N., K. Simwaka, et G. Bello. 2009. « Re- Varly, P., et M. Mazunya. 2017. « Burundi Asa (P161127):
trospective Analysis of a School-based Malaria Treat- Study 2 Report On The Quality Of Education. » Docu-
ment Programme Demonstrates a Positive Impact on ment de travail, Banque mondiale, Washington, DC.
Health and Education Outcomes in Mangochi District, ———. 2018. The Future of Jobs Report 2018. Cologny,
Malawi. » Journal of Development Effectiveness 1 (4) : Suisse : FEM
492–506. Woldemichael, A., et M. Joldowski. 2019. « The Cost
UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éduca- of Inaction: Obstacles and the Lost Jobs in Africa. »
tion, la science et la culture). 2015. Reducing Global Chapitre 3 dans C. Monga, A. Shimeles, et A. Wol-
Poverty through Universal Primary and Secondary demicheal (eds.), Creating Decent Jobs: Strategies,
Education. Document stratégique Paris : Institut de Policies, and Instruments. Banque africaine de déve-
statistique de l’UNESCO. loppement : Abidjan, Côte d’Ivoire.
———. 2019. Behind the Numbers: Ending School Vio- Zimmermann, K, C. Biavaschi, W. Eichhorst, C. Giulietti,
lence and Bullying. Paris : UNESCO. M. Kendzia, A. Muravyev, J. Pieters, Janneke, N. Ro-
UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance), OMS drÃguez-Planas, et R. Schmidl. 2013. « Youth Unem-
(Organisation mondiale de la santé), et la Banque mon- ployment and Vocational Training. » Foundations and
diale. 2017. Joint Child Malnutrition Estimates-Levels Trends® in Microeconomics 9 (1–2) : 1–157.

E d ucati o n an d skills f o r th e w o rkf o rc e o f th e futur e  111


FINANCEMENT DE
L’ÉDUCATION ET DU
DÉVELOPPEMENT
3
DES COMPÉTENCES

MESSAGES CLÉS

• Les pays africains consacrent en moyenne 5 % de leur PIB à l’éducation, un des
taux les plus élevés dans les pays en développement, mais les dépenses par élève
sont les plus faibles au monde. En 2010–2017, les pays africains ont alloué en moyenne
16 % de leur budget national à l’éducation, ce qui est conforme à l’un des critères d’accès
à l’enseignement primaire universel de l’UNESCO.
• Toutefois, l’Afrique est la région la moins efficiente dans l’utilisation de ses
dépenses publiques d’éducation. En 2010–2018, le taux d’efficience des dépenses
publiques d’éducation n’était que de 58 % pour l’enseignement primaire et de 41 % pour
le secondaire. En alignant l’efficience des dépenses d’éducation sur les niveaux observés
dans les pays émergents et en développement d’Asie, l’Afrique pourrait quasiment atteindre
un enseignement primaire universel (en passant de 79 % à 98 %).
• L’investissement couplé dans l’éducation et les infrastructures génère une plus
forte croissance que l’investissement dans un seul de ces secteurs. Les investisse-
ments publics dans l’éducation et les infrastructures peuvent apporter des avantages bien
plus importants en stimulant la croissance à long terme, car ils sont fortement complémen-
taires. Investir dans le capital physique et humain peut se révéler coûteux. Les décideurs
politiques doivent donc tenir compte des implications sur les finances publiques et des
effets macroéconomiques et distributifs.
• Les politiques devraient viser à optimiser l’efficience des dépenses consacrées à
l’éducation et à améliorer la qualité de l’éducation. Les audits et revues des dépenses
peuvent renforcer davantage l’efficience des dépenses publiques tandis que l’amélioration
de la qualité des enseignants et un financement axé sur les performances peuvent renforcer
la qualité de l’enseignement.
• Les ménages assument environ un tiers du financement total de l’éducation
en Afrique, avec une hétérogénéité considérable entre les régions et les pays.
Les transferts de fonds des migrants nationaux et internationaux sont pour de nom-
breux ménages une source importante de financement de l’éducation. Si une baisse des
dépenses publiques d’éducation accroît la pression financière sur les ménages, un investis-
sement public accru dans l’accès à l’enseignement et l’amélioration de sa qualité stimule la
demande d’éducation des ménages.
• Des progrès sont réalisés dans le financement privé de l’éducation et de la for-
mation en Afrique, mais ils restent limités. Pour pousser le secteur privé à contribuer
à l’éducation et à la formation, les pouvoirs publics devraient s’attaquer aux défaillances du
marché qui conduisent à la faiblesse du financement et de l’offre du privé, et promouvoir
des partenariats public-privé. La participation du secteur privé à l’enseignement et à la for-
mation techniques et professionnels devrait être particulièrement encouragée.

 113
L ’Afrique doit relever d’immenses défis pour
éduquer et améliorer les compétences de sa
main-d’œuvre actuelle et future. Comme
le secteur public ou le secteur privé. Des acteurs
externes participent également au financement
de l’éducation par le biais de la coopération au
mentionné au Chapitre 2, malgré les progrès développement. Par ailleurs, l’investissement dans
substantiels réalisés ces dernières décennies, l’éducation nécessite un équilibre entre efficience
l’Afrique doit améliorer tant la quantité que la et équité, en particulier pour le financement public
qualité de l’éducation. Dans le même temps, de l’éducation et le développement des compé-
l’augmentation du nombre de jeunes en Afrique tences. Du côté de la demande, cela dépend des
signifie que la demande d’éducation continuera de décisions des ménages et des particuliers d’in-
croître. L’examen du paysage de l’éducation en vestir ou non dans l’éducation et l’acquisition de
Afrique, de ses défis et des options politiques de compétences.
financement constitue donc une grande priorité. Compte tenu de la nécessité de renforcer
Les dépenses consacrées à l’éducation ont l’éducation et les compétences pour l’avenir de
constitué un sujet prioritaire pour la plupart des l’emploi et d’identifier les défis et les options poli-
pays du monde. Les dépenses mondiales d’édu- tiques favorisant un système de financement effi-
cation sont estimées à 4,7 billions $US1. Les pays cace et équitable, il est essentiel d’examiner le rôle
La quasi-totalité du
à revenu élevé en ont dépensé près des deux tiers des principaux acteurs du financement de l’édu-
déficit estimé de (3 billions $US), contre 0,5 % (22 milliards $US) cation et du développement des compétences.
financement mondial pour les pays à faible revenu, alors que les deux Les questions essentielles sont les suivantes : Le
groupes de pays comptent à peu près le même financement de l’éducation et du développement
de l’éducation se
nombre d’enfants en âge d’aller à l’école. Les pou- des compétences en Afrique est-il suffisant, effi-
trouvera en Afrique voirs publics fournissent l’essentiel des finance- cace et équitable ? Quelles réformes politiques du
ments pour l’éducation dans le monde (79 %) et financement de l’éducation et du développement
les ménages financent pratiquement tout le reste des compétences sont nécessaires pour préparer
(environ 20 %). En Afrique, le financement des pou- la main-d’œuvre de demain?
voirs publics est inférieur à ce chiffre, en moyenne Il existe quatre sources principales de finan-
– 63 % – et celui des ménages est plus important – cement de l’éducation et du développement des
30 % (les institutions à but non lucratif financent les compétences en Afrique : les pouvoirs publics,
7 % restants). Il existe cependant d’énormes dispa- les ménages, les bailleurs de fonds internatio-
rités entre les pays, comme mentionné ci-dessous. naux et le secteur privé. Les pouvoirs publics
Au cours de la période 2015–2030, le déficit sont les plus grands fournisseurs et la principale
moyen de financement extérieur de l’éducation source de financement de l’éducation, mais les
des pays en développement – soit la différence ménages investissent également une part de leurs
entre le coût estimé de la scolarisation de base ressources dans l’éducation et la formation. Les
et les ressources intérieures estimées disponibles bailleurs internationaux ont contribué au finance-
– est d’environ 39,5 milliards $US par an (à prix ment de l’éducation, en particulier dans les pays
constants 2012). En 2020, la quasi-totalité du défi- à faible revenu, et le rôle du secteur privé, bien
cit estimé de financement mondial de l’éducation que modeste, est en augmentation. Mais la totalité
sera enregistrée en Afrique en raison de son faible des financements de ces quatre sources n’est pas
PIB par habitant et de son taux de croissance suffisante pour répondre aux besoins éducatifs
démographique élevé2. vitaux et croissants de l’Afrique.

PRINCIPAUX BAILLEURS DE FINANCEMENT PUBLIC


FONDS DE L’ÉDUCATION ET
DU DÉVELOPPEMENT DES Cadre d’action Éducation 2030
COMPÉTENCES EN AFRIQUE Élaboré à partir des contributions des pouvoirs
publics, des organisations internationales, de la
Le financement de l’éducation est complexe. Du société civile et d’experts, le Cadre d’action Édu-
côté de l’offre, l’éducation peut être dispensée par cation 2030 de l’UNESCO fournit aux niveaux

114 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


national, régional et mondial des directives de
mise en œuvre des engagements en matière FIGURE 3.1 Parmi les régions en développement et émergentes,
d’éducation formulés dans l’agenda de dévelop- l’Afrique consacre à l’éducation la deuxième part la plus élevée
pement durable à l’horizon 2030. Ce cadre vise du PIB, moyenne 2010–2017
à mobiliser tous les pays et partenaires autour
de l’objectif de développement durable 4 et des
Asie Ensemble des
cibles visant une éducation de qualité. Il propose pays en
développement
différentes approches de mise en œuvre, coordi- et émergents
nation, financement et suivi des nouveaux enga- Pays en développement
et émergents
gements. Il suggère également des stratégies sur
lesquelles les pays peuvent s’appuyer pour élabo-
Europe
rer leurs plans tout en tenant compte de leur situa-
tion particulière. Le cadre définit deux repères clés
pour le financement public de l’éducation3 : Afrique
• Allocation minimale de 4 à 6 % du PIB à
l’éducation,
Amérique latine et Caraïbes
• Allocation minimale de 15 à 20 % des
dépenses publiques à l’éducation.
0 2 4 6
Dépenses publiques d’éducation
Investissements publics dans (pourcentage du PIB)
l’éducation en Afrique Source : Calculs de l’équipe à partir de la base de données des Indicateurs du
développement dans le monde de la Banque mondiale.
De nombreux pays africains respectent au moins
l’un des objectifs d’allocation budgétaire définis
par l’ONU, mais les dépenses sont insuffisantes budgets publics et 4 % ou plus de leur PIB. Sept
pour répondre aux besoins de l’éducation pays ne remplissaient qu’un seul des deux critères
Selon les estimations et les projections de et 15 pays n’en remplissaient aucun. Parmi eux
dépenses pour les quinze prochaines années, les figurent des pays en transition comme le Soudan
pays doivent consacrer à l’éducation au moins du Sud et des pays sortant d’un conflit comme le
4 % de leur PIB ou 15 % de leur budget national Libéria et la Sierra Leone.
pour atteindre l’objectif d’éducation de base. Cet
objectif garantit que toutes les filles et tous les gar- Mais les dépenses par élève sont les plus
çons achèvent les cycles primaire et secondaire faibles du monde
d’un enseignement gratuit, équitable et de qualité De nombreux gouvernements africains allouent
conduisant à des résultats d’apprentissage perti- une part substantielle de leurs ressources à l’édu-
nents et effectifs4. cation, mais le montant consacré à l’éducation
Au cours de la période 2010–2017, l’Afrique a par rapport à la taille de la population scolarisée
consacré 5 % de son PIB à l’éducation, un taux est faible. En effet, le montant des dépenses
légèrement supérieur à la moyenne des pays en publiques par élève en Afrique est le plus faible
développement et émergents (4,3 %) et de l’Asie du monde, soit 533 $US seulement pour le pri-
(3,6 %), mais inférieur à l’Amérique latine (5,2 %) maire et 925 $US pour le secondaire en parité de
(figure 3.1). pouvoir d’achat (figure 3.3). S’agissant de l’ensei-
En 2010–2017, les pouvoirs publics ont alloué gnement primaire, les pays africains dépensent
en moyenne 16 % de leur budget à l’éducation, en moyenne un quart des ressources par élève
un taux légèrement supérieur à la limite inférieure allouées par les pays d’Amérique latine et un cin-
recommandée de 15 %. Vingt pays sur un échan- quième des ressources allouées par les pays asia-
tillon de 42 pays africains ont atteint les deux tiques. Pour l’enseignement secondaire, l’Afrique
objectifs définis par les Nations Unies (figure 3.2) dépense moins de la moitié des ressources par
en allouant à l’éducation 15 % ou plus de leurs élève allouées par l’Amérique latine et environ un

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  115


FIGURE 3.2 Alors que de nombreux pays africains ont atteint au moins l’un des deux objectifs
de financement de l’éducation, seuls 46 % ont atteint les deux objectifs, 2010–2017

Part de l’éducation dans le budget national (pour cent)


30

20

10

0
0 2 4 6 8

Part de l’éducation dans le PIB (pour cent)


Note : Les deux objectifs de financement sont 4 % ou plus du PIB et 15 % ou plus du budget public alloués
à l’éducation.
Source : Calculs de la Banque africaine de développement basés sur des données de l’Institut de statistique
de l’UNESCO.

cinquième des dépenses de l’Asie. Ces faibles Il existe une forte corrélation positive avec les
niveaux pourraient en partie expliquer la mau- années moyennes de scolarisation (indicateur de
vaise qualité des résultats de l’éducation dans quantité), mais aucune relation avec les tests de
de nombreux pays africains. Le faible niveau des niveau (indicateur de qualité). Il semble donc que
dépenses par élève résulte d’un faible PIB et d’une les dépenses publiques allouées à l’éducation
proportion élevée de cohortes d’élèves d’âge sco- sont moins efficaces pour améliorer tant la qualité
laire résultant de la croissance rapide de la popu- que la quantité de l’éducation.
lation de jeunes (voir figure 2.23 du Chapitre 2). Il est également possible de mesurer l’effi-
Les gouvernements africains consacrent la cience de l’éducation en examinant le taux de
plus grande partie de leur budget d’éducation à redoublement scolaire. Un taux élevé de redou-
l’enseignement primaire (38 %), l’enseignement blement pourrait révéler une inefficience du sys-
secondaire (37 %) et l’enseignement supérieur tème éducatif et des lacunes pédagogiques. Pour
(20 %). Seuls 4 % vont à l’enseignement et la la période 2012–2016, les taux de redoublement
formation techniques et professionnels, et 2 % à en primaire (13 %) et en secondaire (18 %) sont
l’éducation préscolaire. Ce schéma est similaire à plus élevés en Afrique que les taux moyens des
celui d’autres régions en développement, comme pays en développement (9 %) et des pays émer-
l’Asie et l’Amérique latine (figure 3.4). gents (11 %), et plus élevés que les taux des autres
régions (figure 3.6). Au sein du continent, l’Afrique
La faible efficience des dépenses publiques centrale enregistre le taux de redoublement en
explique en partie le retard du système éducatif primaire le plus élevé (18 %), tandis que l’Afrique
africain du Nord affiche le taux le plus bas (7 %). En pre-
Les liens entre les dépenses publiques d’éduca- mier cycle du secondaire, l’Afrique de l’Ouest
tion5 et les résultats sont contrastés (figure 3.5). enregistre le taux de redoublement le plus élevé

116 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


(27 %) tandis que l’Afrique de l’Est affiche le plus
bas (13 %). Le taux de redoublement en primaire FIGURE 3.3 Les gouvernements africains dépensent moins par
est supérieur à 20 % au Burundi et au Mali et dans élève des cycles primaire et secondaire que les gouvernements
le premier cycle du secondaire au Burundi, au des autres régions en développement, 2010–2017
Burkina Faso, au Mali et au Niger. Les taux élevés
de redoublement dans le secondaire nécessitent Dépenses publiques par élève ($US PPA)
10 000
d’examiner plus en profondeur les causes et les
réponses correctives urgentes.
Au cours de la dernière décennie, la corréla- 8 000
tion entre les dépenses d’éducation et le taux
d’achèvement des études primaires en Afrique
6 000
et dans d’autres régions en développement a
été généralement positive. Cependant, les pays
africains consacrent davantage de ressources à 4 000
l’éducation, mais obtiennent des résultats infé-
rieurs à ceux des pays d’Asie ou d’Amérique latine
2 000
(figure 3.7).

L’Afrique pourrait quasiment atteindre 0


l’enseignement primaire universel en Enseignement primaire Enseignement secondaire

améliorant l’efficience des dépenses publiques


Afrique Amérique du Nord Amérique latine et Caraïbes
consacrées à l’éducation Asie Océanie Europe
Afin d’évaluer l’efficience des dépenses des pays
africains consacrées à l’éducation, une régres- Note : PPA = parité de pouvoir d’achat.
sion paramétrique a été utilisée pour estimer le Source : Calculs de la Banque africaine de développement basés sur des don-
score d’efficience des unités individuelles de nées de l’Institut de statistique de l’UNESCO.
prise de décision en matière d’éducation sur la
période 2010–2018 et pour identifier les unités qui
pourraient nécessiter des mesures correctives6. à ceux d’Asie ou d’Amérique latine7. En d’autres
Dans ce contexte, l’efficience peut être approxi- termes, les pays africains pourraient atteindre
mativement assimilée à la capacité des unités l’enseignement primaire universel en amélio-
décisionnelles à dépenser sans gaspiller l’argent rant l’efficience des dépenses consacrées à
public pour atteindre des résultats éducatifs l’éducation.
spécifiques. Au sein du continent, les pays d’Afrique aus-
L’Afrique est en moyenne la région la moins trale dépensent plus efficacement l’argent alloué
efficace dans l’utilisation des dépenses consa- à l’enseignement primaire (78 % d’efficience) et
crées à l’éducation, avec un score d’efficience secondaire (68 %) que les pays d’Afrique du Nord,
de 58 % pour l’enseignement primaire et de d’Afrique de l’Est et d’Afrique de l’Ouest (figure
41 % pour le secondaire (figure 3.8). Cette faible 3.9). Les pays d’Afrique centrale sont les derniers
efficience a d’importantes implications. Pour du classement, avec un score d’efficience de
l’enseignement primaire, un score d’efficience 32 % pour l’enseignement primaire et 17 % pour
de 58 % signifie une inefficience des dépenses le secondaire. Ces résultats indiquent qu’il existe
d’éducation d’environ 42 % (100 % moins 58 %), d’importantes opportunités d’améliorer les résul-
indiquant que les pays africains pourraient amé- tats scolaires grâce à une utilisation plus efficace
liorer l’enseignement primaire de 42 % sans aug- des ressources. Les pays les plus efficaces pour
menter les dépenses. Plus concrètement, le taux les deux cycles d’enseignement sont les Sey-
d’achèvement de l’enseignement primaire pour- chelles et Maurice, suivis du Maroc, du Ghana et
rait passer de 79 % (moyenne 2016) à 98 % si les du Cabo Verde pour l’école primaire et du Cabo
niveaux d’efficience en Afrique correspondaient Verde, du Maroc et du Ghana pour le secondaire.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  117


Les enseignants jouent un rôle capital dans
FIGURE 3.4 Les gouvernements africains consacrent la plus grande l’apprentissage et sont donc un facteur essentiel
part de leur budget de l’éducation à l’enseignement primaire, suivi d’amélioration de l’efficience des systèmes édu-
de l’enseignement secondaire (moyenne 2010–2017) catifs africains. Mais le nombre d’enseignants
disponibles est bien inférieur à la demande dans
Afrique
de nombreux pays africains. Environ 70 % des
40
pays sont confrontés à une forte pénurie d’ensei-
30 gnants dans le primaire et 90 % des pays dans
Amérique latine Asie le secondaire8. Les facteurs contributifs incluent
20
une forte attrition des enseignants, des goulets
10 d’étranglement dans les systèmes de formation
des enseignants et des conditions de travail peu
attractives9.
Cette pénurie aiguë d’enseignants se traduit
par des salles de classe surpeuplées et des ensei-
Europe Pays développés
gnants sous-qualifiés. Les conséquences à plus
long terme sont le faible niveau d’apprentissage
de base des élèves et un déficit des compétences
Pays en développement nécessaires dans un marché du travail en évolu-
tion. Il est indispensable de remédier aux lacunes
Préscolaire Primaire Secondaire Supérieur des enseignants afin de réduire l’inefficience et
Enseignement et formation techniques et professionnels post-secondaire
d’améliorer les résultats éducatifs, mais aussi pour
Source : Calculs de l’équipe basés sur les données de l’Institut de statistique respecter l’engagement d’atteindre les cibles de
de l’UNESCO. l’ODD 4 sur l’éducation.

118 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


FIGURE 3.5 Les dépenses publiques d’éducation sont positivement corrélées avec le nombre moyen d’années de
scolarité, mais non corrélées avec les résultats des tests harmonisés, 2017

Corrélation avec les années de scolarité Corrélation avec les résultats des tests harmonisés
Nombre moyen d’années de scolarité de la population âgée de
25 ans et plus Résultats des tests harmonisés
10 500

8
450

400

350
2

0 300
4 6 8 10 12 4 6 8 10 12
Log des dépenses publiques d’éducation (millions $US PPA) Log des dépenses publiques d’éducation (millions $US PPA)

Note : PPA = parité de pouvoir d’achat.


Source : Calculs de l’équipe basés sur les données du Penn World Table 9.1, de l’Institut de statistique de l’UNESCO et de la base de don-
nées des Indicateurs du développement dans le monde de la Banque mondiale.

FIGURE 3.6 Les taux de redoublement au primaire et au secondaire étaient plus


élevés en Afrique que dans d’autres régions en développement, 2012–2016

Pour cent Enseignement primaire Premier cycle du secondaire


20

15

10

0
Afrique Pays en Monde Amérique Asie Pays Europe
développement latine développés

Source : Calculs de l’équipe basés sur les données de l’Institut de statistique de l’UNESCO.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  119


FIGURE 3.7 Les dépenses consacrées à l’éducation sont positivement corrélées avec les taux d’achèvement
du primaire, mais l’Afrique dépense plus pour des résultats inférieurs à ceux de l’Asie ou de l’Amérique latine,
2010–2017

Taux d’achèvement en primaire (pour cent), moyenne 2010–2017


120

100

80

60

40

20
0 2 4 6 8 10

Dépenses publiques d’éducation (pourcentage du PIB), moyenne 2010–2017


Afrique Asie de l’Est et Pacifique Asie du Sud Amérique latine et Caraïbes

Source : Calculs de l’équipe reposant sur la base de données des Indicateurs du développement dans le monde de la Banque mondiale.

FIGURE 3.8 L’efficience des dépenses publiques dans FIGURE 3.9 En Afrique, les dépenses consacrées à
l’enseignement primaire et secondaire est la plus l’éducation ont été les plus efficaces en Afrique australe
faible en Afrique, 2010–2018 et les moins efficaces en Afrique centrale, 2010–2018

Efficience (pour cent) Efficience (pour cent) Primaire Secondaire


100 80

80
60

60

40

40

20
20

0 0
Primaire Secondaire Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique
centrale de l’Est du Nord australe de l’Ouest
Union européenne Asie Amérique latine et Caraïbes
Pays européens émergents et en développement Afrique
Source : Calculs de l’équipe basés sur les données de l’Institut
Source : Calculs de l’équipe basés sur les données de l’Institut de statistique de l’UNESCO.
de statistique de l’UNESCO.

120 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


FINANCEMENT DES MÉNAGES pauvreté.11 Les familles ayant un accès limité au
crédit et plusieurs enfants d’âge scolaire peuvent
Les investissements des ménages dans l’édu- être contraintes de rationner leurs ressources
cation impliquent un arbitrage plus difficile dans limitées, en prenant des décisions en fonction du
la prise de décision sur les coûts et bénéfices sexe et de l’âge des enfants. Même s’il y a une
escomptés. Les coûts sont encourus dans le pré- volonté d’envoyer ses enfants à l’école et qu’il
sent, mais les bénéfices sont réalisés beaucoup n’existe pas de frais de scolarité, l’accès à l’éta-
plus tard et leur valeur peut être affectée par les blissement scolaire, en particulier dans le secon-
conditions du marché du travail. Les décisions daire, peut être entravé par des facteurs tels que
d’investissement des ménages dans l’éduca- la distance, la violence et le mariage précoce.
tion doivent prendre en compte les rendements
actuels et escomptés, les marchés du travail, les Les dépenses directes des ménages
politiques gouvernementales, l’avenir de l’écono- pour l’éducation sont élevées
mie et, en particulier, la disponibilité des écoles.10 Pour quantifier la valeur monétaire des inves-
Le financement public de l’éducation est donc un tissements des ménages dans l’éducation et le
déterminant essentiel des dépenses d’éducation développement des compétences des enfants, il
des ménages. faut quantifier et évaluer les multiples intrants qui
En outre, les ménages risquent de ne pas être entrent dans la « production » de l’éducation par
en mesure d’emprunter en contrepartie des avan- une analyse du cycle de vie. En outre, les données
tages futurs de l’éducation. Bien que les dépenses sur les dépenses d’éducation des ménages font
d’éducation des ménages soient un choix et un défaut dans la plupart des pays africains. Cette
investissement à long terme, des dépenses éle- section évalue uniquement les dépenses moné-
vées peuvent évincer d’autres dépenses néces- taires directes des ménages en matière d’éduca-
saires telles que les soins de santé et les inves- tion. La section suivante utilise des données d’en-
tissements dans d’autres activités productives. quête pour examiner la répartition des dépenses
Ainsi, les ménages dont l’accès au crédit est limité par élève entre les ménages et les groupes de
peuvent être contraints de choisir entre un investis- revenu dans certains pays.
sement dans l’éducation de leur enfant ou la visite Si plus de la moitié des pays africains ont sup-
chez un médecin, ou bien encore un investisse- primé les frais de scolarité dans l’enseignement
ment dans de nouvelles technologies agricoles primaire et secondaire,12 les familles continuent
susceptibles d’accroître le bien-être à long terme. de consacrer une part considérable de leurs reve-
Pour les ménages, les coûts directs de l’édu- nus à l’éducation de leurs enfants. En 2015, les
cation comprennent généralement les frais de ménages africains ont consacré en moyenne 35 %
scolarité, les uniformes, les fournitures scolaires de leur budget à l’alimentation, 3,5 % aux soins
(livres, crayons), le transport et d’autres dépenses de santé et 2,5 % à l’éducation.13 Il existe toute-
visant à améliorer les compétences et les résul- fois d’énormes variations entre les régions et les
tats d’apprentissage. Cependant, le coût de la pays. Les ménages d’Afrique australe ont consa-
scolarisation d’un enfant va bien au-delà de son cré la plus grande part de leur budget à l’éduca-
coût direct. D’autres contraintes peuvent se révé- tion, en moyenne, soit 4 %, tandis que les autres
ler importantes, en particulier pour les ménages régions ont dépensé beaucoup moins – Afrique
pauvres des zones rurales, dont les enfants de l’Ouest (2 %), Afrique centrale (1,8 %), Afrique
contribuent aux tâches ménagères et aux activités de l’Est (1,7 %) et Afrique du Nord (1,3 %). En
agricoles et non agricoles, et dans les lieux où le moyenne, les dépenses d’éducation des ménages
travail des enfants est encore courant pour com- représentaient 4,5 % des dépenses non alimen-
pléter le revenu du ménage. taires en 2011 et 4,7 % en 2015, mais il existe des
Ainsi, lorsque les coûts de l’éducation aug- variations considérables entre les pays.14 Dans 5
mentent, les familles peuvent décider de ne pas sur 50 pays africains, la part en 2015 était supé-
envoyer leurs enfants à l’école. L’éducation peut rieure à la part moyenne de 8,4 % dans les pays
devenir un luxe pour les ménages souffrant de à revenu élevé, tandis que dans 37 pays africains,

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  121


la part était inférieure à la moyenne de 5,4 % dans pays ont mis en place des programmes d’assu-
les pays à faible revenu (figure 3.10).15 Comme rance et de protection de filets sociaux pour éviter
plus de la moitié des pays africains ont supprimé cela. Cependant, comme les dépenses d’éduca-
les frais de scolarité, ces différences dans le finan- tion sont souvent considérées comme un investis-
cement de l’éducation par les ménages suggèrent sement volontaire, les discussions sur le bien-être
que les autres dépenses d’éducation – telles que et les considérations de répartition ont tendance à
les livres, les fournitures, le transport et les cours ne pas être un sujet prioritaire.
particuliers – expliquent l’essentiel des disparités Pour évaluer si la part des dépenses d’édu-
de dépenses. Les différences dans la demande cation des ménages est « trop élevée », on peut
d’une scolarisation de meilleure qualité peuvent représenter graphiquement ces dépenses par
également compter, par exemple si les ménages élève en tant que part des dépenses de consom-
envoient leurs enfants dans des écoles privées, mation par habitant par rapport à la part cumulative
engagent des tuteurs et paient des matériels d’en- de la population classée par ordre décroissant des
richissement pédagogique. Des études montrent dépenses par élève en proportion des dépenses
que, dans certains pays, le soutien scolaire privé de consommation (figure 3.11). La ligne horizontale
représente une part considérable des dépenses à 2,3 % est la moyenne des dépenses par élève en
Dans certains pays,
d’éducation des ménages (voir encadré 3.1). proportion du revenu des ménages aux États-Unis
le soutien scolaire (un pays de référence arbitraire utilisé comme seuil).
privé représente une Les dépenses par élève pour La zone située en dessous de la courbe et au-des-

part considérable l’éducation varient considérablement sus de la ligne de seuil représente le montant global
Si la discussion au niveau des pays dans la sec- par lequel les dépenses d’éducation des ménages
des dépenses tion précédente donne un aperçu du montant des de l’échantillon dépassent le seuil. Par exemple,
d’éducation des dépenses d’éducation des ménages dans les dif- plus de 90 % des ménages au Nigéria, 60 % en
ménages férents pays, il est également utile d’évaluer com- Tanzanie, 40 % en Éthiopie et 20 % au Malawi ont
bien les ménages dépensent par élève. dépensé plus que le seuil de 2,3 % des États-Unis
Là encore, il existe des variations considérables pour l’éducation. Ces résultats impliquent que des
d’un pays à l’autre. Les dépenses moyennes des proportions élevées de ménages consacrent une
ménages par élève en proportion des dépenses part plus importante de leur budget de consom-
des ménages par habitant sont beaucoup mation par élève à l’éducation que le ménage amé-
plus élevées que les dépenses moyennes des ricain moyen. Les politiques de financement de
ménages en matière d’éducation en proportion des l’éducation devraient donc prendre en compte la
dépenses totales des ménages. Par exemple, la pression financière potentielle que le paiement de
part des dépenses par élève variait de 4,3 % des l’éducation fait peser sur les ménages, en particu-
dépenses des ménages par habitant au Malawi en lier les ménages pauvres.
2013 à 24 % au Nigéria en 2012 (tableau 3.1). Les
dépenses réelles moyennes par élève augmentent Les transferts de fonds sont une
lorsque les ménages dont aucun membre ne fré- source majeure de financement de
quente actuellement l’école sont exclus de l’analyse l’éducation des ménages
(ceux dont les dépenses d’éducation sont nulles). Les transferts de fonds sont une source de reve-
Quelle part du revenu des ménages faut-il allouer nus substantielle et croissante pour de nombreux
à l’éducation ? Quel est le seuil au-delà duquel les ménages africains. Entre 2005 et 2018, les trans-
dépenses d’éducation des enfants exercent une ferts de fonds sont passés de 33,4 $US à 82,8 mil-
pression excessive sur le revenu du ménage ? liards $US, ce qui représente près de 3,5 % du PIB
Une simple analyse coût-avantages privée néglige de l’Afrique. Les transferts de fonds des migrants
souvent ces questions importantes et les implica- internes et internationaux sont une source impor-
tions des frais d’éducation sur le bien-être. Pour les tante de financement de l’éducation pour de nom-
soins de santé, il est communément admis que les breux ménages, et la prise en charge du coût de
dépenses des ménages ne doivent pas aboutir à l’éducation est souvent une motivation clé de la
la ruine financière. Par conséquent, de nombreux migration. Les ménages recevant des transferts de

122 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


FIGURE 3.10 La part des dépenses d’éducation des ménages dans les dépenses de consommation non alimentaires
varie considérablement d’un pays africain à l’autre, en 2011 et 2015

2011 2015
Libéria eSwatini
eSwatini Guinée-Bissau
Guinée-Bissau Sierra Leone
Sierra Leone Libéria
Gambie Ouganda
Ghana Ghana
Ouganda Gambia
Zambie Kenya
Kenya São Tomé-et-Príncipe
Guinée Lesotho
Lesotho Djibouti
Djibouti Mozambique
Maurice Maurice
São Tomé-et-Príncipe Zimbabwe
Soudan Soudan
Zimbabwe Guinée equatoriale
Égypte Zambie
Guinée equatoriale Namibie
Madagascar Afrique du Sud
Rwanda Madagascar
Mozambique Angola
Namibie Centrafrique
Angola Égypte
Centrafrique Rwanda
Afrique du Sud Cameroun
Cameroun Togo
Comores Comores
Congo Congo
Togo Maroc
Maroc Congo, rép. dém.
Malawi Gabon
Mauritanie Malawi
Gabon Guinée
Bénin Mauritanie
Moyenne des pays Moyenne des pays
Niger à faible revenu : 5,4 Tanzanie à faible revenu : 5,4
Nigéria Bénin
Moyenne des pays Moyenne des pays
Sénégal à revenu élevé: 8,4
Tchad à revenu élevé : 8,4
Congo, rép. dém. Niger
Burkina Faso Nigéria
Tchad Sénégal
Mali Mali
Seychelles Seychelles
Côte d’Ivoire Côte d’Ivoire
Cabo Verde Cabo Verde
Tanzanie Burkina Faso
Éthiopie Tunisie
Burundi Burundi
Tunisie Éthiopie
Algérie Algérie
Botswana Botswana

0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Pour cent Pour cent

Source : Les moyennes des groupes de pays sont basées sur les données du Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  123


ENCADRÉ 3.1 Soutien scolaire privé

De nombreux ménages africains paient des cours particuliers à leurs enfants d’âge scolaire. Le secteur du soutien scolaire
privé est en grande partie un service informel offert par des enseignants et des éducateurs non certifiés et fourni soit sur une
base individuelle, soit à un groupe d’élèves. Plus de 65 % des élèves du primaire au Kenya et 54 % en Égypte suivent des
cours particuliers.1 La prévalence est encore plus élevée chez les élèves du secondaire (60–75 % en Égypte, par exemple).
Ainsi, le paiement de cours particuliers pourrait avoir des implications financières importantes pour les ménages. Bien que
le manque de données ne permette pas d’en quantifier précisément les implications financières en Afrique, certaines études
de pays dans d’autres régions suggèrent que ce sont principalement les ménages les plus riches et urbains qui recourent au
soutien scolaire privé.
Outre le recours régulier à des tuteurs pendant l’année scolaire, les familles engagent des tuteurs privés lors des examens
décisifs de fin d’année, qui déterminent si les élèves peuvent poursuivre leurs études et la qualité de l’école qu’ils peuvent
fréquenter.2 En outre, certains parents moins instruits comptent sur les tuteurs pour aider leurs enfants à faire leurs devoirs.
La plupart des tuteurs sont des enseignants qui travaillent au noir, ce qui crée une incitation perverse à enseigner moins à
l’école pour accroître la demande de soutien scolaire privé.3 Ainsi, lorsque le soutien scolaire privé est assuré par des ensei-
gnants, l’impact net sur les résultats de l’éducation peut être négatif. Les élèves issus de ménages pauvres qui ne peuvent
pas se permettre de suivre des cours particuliers sont particulièrement concernés par ce problème d’incitation. Cependant,
avec des incitations et un cadre réglementaire appropriés, le secteur du soutien scolaire privé pourrait être considéré comme
partie intégrante du système éducatif, pour compléter la scolarité formelle et améliorer les résultats scolaires de ceux qui ont
besoin d’aide.

Notes
1. Fergany 1995 ; Elbadawy et Assad 2007.
2. Jayachandran 2014.
3. Jayachandran 2014.

TABLEAU 3.1 Dépenses d’éducation par élève et dépenses moyennes d’éducation des
ménages dans quatre pays africains, dernière année disponible (en pourcentage)

Dépenses moyennes des Dépenses moyennes d’éducation


ménages par élève en proportion des ménages en pourcentage
Pays (année) des dépenses par habitant des dépenses des ménages
Malawi (2013) 4,3 1,51
Éthiopie (2015) 8 ,3 2,45
Tanzanie (2014) 12,8 3,14
Nigéria (2012) 24 ,1 3,39

a. Dépenses moyennes des ménages par habitant sont calculés comme total des dépenses d’éducation des
ménages divisé par le nombre d’élèves du ménage qui sont en cours de scolarisation (les ménages qui n’ont
aucun enfant à l’école ont été exclus) divisé par la consommation/dépense par habitant. Pour comparer les
pays, nous calculons la part des dépenses d’éducation par élève dans les dépenses de consommation par
habitant. Cela nous indique le montant approximatif dépensé par élève pour l’éducation sur le budget total de
consommation disponible pour l’élève.
Source : Calculs du personnel basés sur les données de l’Étude sur la mesure des niveaux de vie de la
Banque mondiale – Enquêtes intégrées sur l’agriculture, et la Banque africaine de développement.

124 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


FIGURE 3.11 La part des dépenses d’éducation par élève dans la consommation par habitant
révèle une inégalité des dépenses dans quatre pays africains, dernière année disponible

Dépenses d’éducation par élève en proportion des dépenses de consommation


100

80

60

Nigéria

40

Tanzanie
Dépenses moyennes par
élève en proportion du revenu
20 des ménages américains :
Éthiopie
Malawi
2,3
Les transferts de
0
fonds sont une
0 20 40 60 80 100 source importante
Part cumulée de la population classée par ordre décroissant des dépenses d’éducation
par élève en proportion des dépenses de consommation par habitant de financement de
Note : Les dépenses d’éducation par élève sont calculées en tant que total des dépenses d’éducation des l’éducation pour de
ménages divisé par le nombre d’élèves dans le ménage en cours de scolarisation (les ménages dont aucun nombreux ménages
enfant ne fréquente l’école ont été exclus) divisé par la consommation/dépenses par habitant. Les courbes
sont construites en traçant les parts de dépenses par élève sur l’axe des y et la part correspondante de
personnes sur l’axe des x. Cela se fait dans un ordre cumulatif décroissant en partant de la proportion de
personnes qui dépensent la part la plus élevée. Par conséquent, l’axe des x mesure la part cumulée de la
population qui paie de moins en moins pour l’éducation en proportion de la consommation. L’extrémité droite
des courbes indique la part des ménages qui consacrent un montant non nul à l’éducation de leurs enfants :
94 % en Éthiopie, 95 % au Nigéria, 98 % en Tanzanie et 99 % au Malawi.
Source : Calculs du personnel basés sur les données de l’Étude sur la mesure des niveaux de vie de la
Banque mondiale – Enquêtes intégrées sur l’agriculture.

fonds de l’étranger en ont consacré 22 % à l’édu- l’augmentation des aspirations en matière d’édu-
cation au Nigéria, 12 % au Burkina Faso, 10 % au cation, le coût de la réception de transferts de
Kenya et 3 % au Sénégal (figure 3.12). fonds est plus élevé en Afrique subsaharienne –
Les ménages qui reçoivent des transferts de 9,8 % – que la moyenne mondiale – 7,4 %.17 En
fonds, en particulier de l’extérieur de l’Afrique, réduisant de 5 points de pourcentage le prix
ont tendance à compter plus d’enfants scolarisés de l’envoi de transferts de fonds, il est possible
dans l’enseignement secondaire et supérieur. On d’économiser jusqu’à 16 milliards $US par an au
peut en déduire que les transferts de fonds ont niveau mondial et d’avoir un effet considérable sur
également un impact non monétaire sur les résul- l’éducation des enfants.18
tats de l’éducation : le fait d’avoir un membre de
la famille migrant pourrait renforcer les aspirations La relation complexe entre les
des enfants à aller à l’école et à obtenir de bons dépenses des ménages et les
résultats.16 dépenses publiques
Malgré l’importance des transferts de Les dépenses des ménages pour l’éducation
fonds dans le financement de l’éducation et en Afrique représentent une part substantielle

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  125


FIGURE 3.12 Les transferts de fonds sont une source importante de dépenses d’éducation
des ménages en 2009

Pour cent Construction Alimentation Éducation


100

80

60

40

20
En améliorant
la qualité de 0
l’éducation, les Transferts de fonds Transferts de Transferts de fonds Transferts de Transferts de fonds Transferts de Transferts de fonds Transferts de
internationaux fonds nationaux internationaux fonds nationaux internationaux fonds nationaux internationaux fonds nationaux
dépenses publiques Burkina Faso Kenya Nigéria Sénégal

d’éducation Source : Calculs du personnel basés sur les données des Enquêtes auprès des ménages sur les migrations
pourraient inciter et les transferts de fonds (Projet sur la migration en Afrique 2009).

les ménages à
dépenser davantage des dépenses totales d’éducation (figure 3.13), infrastructures) ou du côté de la demande (trans-
pour des écoles de et le ratio des dépenses des ménages par rap- ferts aux ménages tels que des bourses, une
meilleure qualité port aux dépenses du gouvernement est élevé aide financière ou des transferts conditionnels
dans certains pays (figure 3.14). Les ménages en espèces), les ménages comblent l’écart en
représentaient en moyenne 30 % des dépenses dépensant davantage. Lorsque les dépenses
totales d’éducation en Afrique en 2015, contre publiques augmentent, les ménages dépensent
63 % pour les gouvernements (les institutions à moins jusqu’à ce que les dépenses publiques
but non lucratif desservant des ménages repré- atteignent un certain seuil, à partir duquel les
sentaient les 7 % restants). Cependant, les dif- dépenses privées augmentent à nouveau. Le
férences entre les pays en matière de dépenses seuil des dépenses du gouvernement en Afrique
d’éducation des ménages sont énormes, allant de est d’environ 4,4 % du PIB. Bien que plusieurs
0,4 % au Botswana, où la part du gouvernement facteurs puissent être impliqués, il semble pro-
est de 93 %, à 82 % au Ghana, où la part du gou- bable que les dépenses publiques d’éducation
vernement n’est que de 16 %. Dans l’ensemble, au-delà du seuil puissent améliorer la qualité de
les ménages de 10 pays africains, dont le Ghana, l’éducation et donc inciter les ménages à dépen-
représentaient plus de la moitié de l’ensemble des ser davantage pour la qualité également. En
dépenses d’éducation. améliorant la qualité de l’éducation, les dépenses
La relation entre les dépenses des ménages publiques d’éducation supérieures au seuil pour-
et les dépenses publiques consacrées à l’édu- raient inciter les ménages à dépenser à leur tour
cation en Afrique suit une courbe en forme de davantage pour des écoles de meilleure qualité,
U (figure 3.15). Dans les pays où le gouverne- notamment celles qui ont des classes moins
ment dépense peu pour l’éducation du côté de nombreuses, des enseignants plus qualifiés et
l’offre (écoles, enseignants, matériel éducatif et des salles de classe mieux équipées.

126 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


FIGURE 3.13 Les dépenses d’éducation des ménages en Afrique représentent une part
importante des dépenses totales d’éducation, 2015

Ghana
Sierra Leone
Libéria
Djibouti
Maurice
Ouganda
eSwatini
Soudan
Gambie
Guinée-Bissau
Centrafrique
Rwanda
Cameroun
Égypte
Madagascar
Guinée equatoriale
Angola
Comores
Namibie
Nigéria
Lesotho
Kenya
Congo
Malawi
Guinée
Togo
Tanzanie
São Tomé-et-Príncipe
Niger
Zambie
Afrique du Sud
Tchad
Gabon
Zimbabwe
Moyenne pour l’Afrique : 30
Mozambique
Congo, rép. dém.
Maroc
Bénin
Mali
Côte d'Ivoire
Seychelles
Sénégal
Éthiopie
Mauritanie
Burkina Faso
Cabo Verde
Tunisie
Burundi
Algérie
Botswana

0 20 40 60 80 100
Ratio

Source : Les calculs du personnel sont basés sur les données compilées par la Banque africaine de dévelop-
pement à partir des données du Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  127


FIGURE 3.14 Le ratio des dépenses des ménages par rapport aux dépenses du
gouvernement en matière d’éducation est élevé dans de nombreux pays d’Afrique, 2015

Libéria
Sierra Leone
Ghana
Djibouti
Maurice
Ouganda
Soudan
eSwatini
Gambie
Guinée-Bissau
Centrafrique
Angola
Cameroun
Rwanda
Namibie
Comores
Égypte
Madagascar
Guinée equatoriale
Nigéria
Lesotho
Kenya
Zambie
Congo
Malawi
Niger
Guinée
Togo
Tanzanie
Afrique du Sud
São Tomé-et-Príncipe
Zimbabwe
Gabon
Tchad
Mozambique
Mali
Congo, rép. dém.
Maroc
Bénin
Seychelles
Côte d'Ivoire
Sénégal
Éthiopie
Mauritanie
Burkina Faso
Cabo Verde
Burundi
Tunisie
Algérie
Botswana

0 1 2 3 4 5 6 7
Ratio

Source : Les calculs du personnel sont basés sur les données compilées par la Banque africaine de dévelop-
pement à partir des données du Programme de comparaison internationale.

128 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


FIGURE 3.15 La relation entre les dépenses d’éducation des ménages et des gouvernements
dans les pays africains suit une courbe en forme de U, 2011 et 2015

Dépenses des ménages (pourcentage du PIB)


10

Les possibilités
0
0 2 4 6 8 10 de financement
Dépenses du gouvernement (pourcentage du PIB) de l’éducation par
Source : Les calculs du personnel sont basés sur les données compilées par la Banque africaine de dévelop-
le secteur privé
pement à partir des données du Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale.
sont nombreuses,
y compris les
FINANCEMENT INTERNATIONAL investisseurs à
FIGURE 3.16 Par niveau d’enseignement,
Les bailleurs de fonds officiels ont la plus grande part de l’aide internationale
impact social, les
également fourni une part importante dédiée à l’éducation a été consacrée à philanthropes et
du financement de l’éducation en l’enseignement supérieur, 2013–2017 les entrepreneurs
Afrique
Après une forte baisse en 2011, le financement de
l’éducation par les bailleurs de fonds a progressé
Enseignement
jusqu’à 14,8 milliards $US en 2017. L’Afrique a secondaire
18 % Enseignement
reçu 5,4 milliards $US, soit 36 % du montant total.
supérieure
Dans certains pays africains, dont le Burkina Faso, 30 %
le Mali et la Zambie, la part de l’aide à l’éducation
dans le budget de l’État a dépassé 25 %.19 Éducation
de base
La plus grande part des dépenses de 2013 à 25 %
Politique éducative/
2017 a été consacrée à l’enseignement supérieur, équipements/
soit 30 % (figure 3.16), puis au soutien général au formation/
recherche
système éducatif, avec 27 % répartis entre les 27 %
équipements d’éducation et la formation (44 %),
la politique éducative et la gestion administrative Source : Calculs du personnel basés sur les sta-
(39 %), la formation des enseignants (15,5 %) et tistiques de l’OCDE (Système de notification des
la recherche en éducation (1,5 %). L’éducation de pays créanciers).
base a reçu 25 % de l’aide internationale. L’es-
sentiel de cette somme a été consacré à l’ensei-
gnement primaire (87 %), l’éducation de la petite part la plus faible a été allouée à l’enseignement
enfance ayant reçu 3 % et le développement secondaire, avec 18 %, dont 58 % pour la for-
des compétences de base des jeunes 10 %. La mation professionnelle. Environ 22 % de l’aide à

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  129


l’éducation ont été fournis sous forme de bourses l’éducation peut également être évaluée en exa-
ou de formations dans le pays donateur. minant, par exemple, la proportion d’enfants non
scolarisés dans chaque pays par rapport à l’aide à
L’efficience de l’aide internationale l’éducation qu’il reçoit.
peut être améliorée La Déclaration de Paris de 2005 sur l’effi-
L’aide à l’éducation, ciblant différents niveaux cience de l’aide, le Programme d’action d’Accra
d’enseignement et utilisant différentes modali- de 2008 et le Partenariat de Busan de 2011 pour
tés, a été canalisée vers des interventions telles une coopération efficace au service du dévelop-
que les programmes de restauration scolaire, pement créent un cadre global permettant d’ac-
la construction de salles de classe, la formation croître l’efficience de l’aide à l’éducation. Ces
des enseignants, les bourses pour filles, les pro- déclarations intègrent les principes clés d’appro-
grammes de réduction de l’abandon scolaire et priation, de partenariat inclusif, de focalisation sur
l’élaboration de programmes scolaires.20 Une les résultats, de transparence et de responsabi-
analyse de l’efficience de l’aide à l’éducation a lité partagée, qui devraient guider les actions des
révélé que l’impact était plus important lorsqu’elle donateurs et des bénéficiaires pour une efficience
était utilisée pour les équipements scolaires et la accrue de l’aide.
formation des enseignants.21 En outre, des com-
plémentarités existaient entre l’aide à l’enseigne-
ment primaire et à l’enseignement secondaire, en FINANCEMENT DU SECTEUR
raison sans doute d’un effet incitatif qui encou- PRIVÉ
rage les enfants à achever leur scolarité primaire
s’il existe de fortes chances de poursuivre des Le financement de l’éducation par
études secondaires. le secteur privé est en hausse, mais
Une aide efficace devrait viser non seulement reste limité
à accroître le nombre d’enfants scolarisés, d’en- Le financement privé peut compléter le finan-
seignants et de manuels scolaires, mais aussi à cement public dans les établissements sco-
améliorer durablement l’apprentissage et, par- laires publics. Il existe peu de recherches sur le
tant, sa qualité.22 Il est possible d’améliorer la financement privé en Afrique, mais des études
qualité en renforçant la planification stratégique de cas révèlent que les sources privées autres
et les systèmes d’information sur la gestion de que les ménages ne représentent qu’une petite
l’éducation qui documentent cette planifica- partie du financement total de l’éducation. Par
tion. En l’absence de données détaillées sur les exemple, un projet conjoint de l’Institut de statis-
écoles permettant d’identifier les lacunes du sys- tique de l’UNESCO, de l’Institut international de
tème éducatif, concernant notamment la taille planification de l’éducation (IIPE) de l’UNESCO
des salles de classe, les manuels scolaires et et de l’IIPE-Pôle de Dakar montre que les ONG
les enseignants qualifiés, il peut être difficile de et les organisations privées n’ont fourni que 1 %
choisir efficacement les cibles des interventions du financement total de l’éducation en Ouganda,
financées par l’aide. Au-delà des résultats, le contre 57 % pour les ménages et 34 % pour le
succès de l’aide au développement de la planifi- gouvernement, et que cette part est négligeable
cation de l’éducation nécessiterait également une en Côte d’Ivoire.24
utilisation efficace de ces initiatives par les pays Il existe de nombreuses possibilités de finan-
bénéficiaires. cement de l’éducation par le secteur privé,
L’efficacité allocative de l’aide internationale a notamment par les investisseurs d’impact, les
été minutieusement examinée : les pays qui en philanthropes et les entrepreneurs (encadré 3.2).
ont le plus besoin reçoivent-ils une aide et, plus En particulier, les opportunités avec un potentiel
important encore, l’utilisent-ils efficacement ? social et économique abondent dans l’enseigne-
Une étude récente a révélé que les pays les plus ment primaire et secondaire à faible coût, là où les
pauvres reçoivent moins d’aide que les pays les gouvernements peinent à répondre à la demande
plus riches.23 L’efficience allocative de l’aide à (comme Promoting Equality in African Schools,

130 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


ENCADRÉ 3.2 Les entreprises sociales dans le secteur de l’éducation

Le recours aux entreprises sociales et aux investissements d’impact est une façon d’améliorer
l’efficience de l’éducation en misant sur les capitaux du secteur privé.
Les Bridge International Academies (BIA) sont une entreprise sociale durable et prospère qui
œuvre dans le domaine de l’éducation. Les BIA, dont les frais s’élèvent à environ 6,50 $US par
étudiant, ont réussi à offrir un enseignement primaire et préprimaire dans 359 académies à plus
de 100 000 élèves en 2013 en Afrique de l’Est. Elles ont inventé un nouveau modèle permettant
de dispenser un enseignement de base à un coût très faible. Le modèle s’appuie sur la techno-
logie et les données pour offrir une éducation de qualité. Plus précisément, les BIA enseignent
l’élaboration de programmes d’études et de formation de calibre mondial grâce à des innovations
radicales qui pourraient être facilement reproduites et élargies. Selon les BIA, des investisseurs
d’impact tels que le ministère britannique du Développement international et la Fondation Bill &
Melinda Gates ont été parmi ses principaux bailleurs de fonds au stade initial, tandis que la Société
financière internationale a investi au stade de la croissance. Les BIA couvrent actuellement quatre
Il existe de
pays d’Afrique de l’Est : le Kenya, le Libéria, le Nigéria et l’Ouganda.
Omega School, une autre entreprise sociale, est une chaîne de près de 40 écoles privées peu nombreuses
coûteuses dans la région du Grand Accra et la région centrale du Ghana, qui accueillent plus possibilités de
de 20 000 élèves de la maternelle au premier cycle du secondaire. Omega a mis au point une
financement de
approche « école-en-boîte » comprenant des manuels et des systèmes détaillés d’activité dans les
écoles en plus du matériel d’enseignement et d’apprentissage standardisé. Le modèle comprend l’éducation par
également des frais journaliers tout compris (couvrant les uniformes, un sac d’école, des manuels le secteur privé,
scolaires, des cahiers et un repas chaud quotidien) d’environ 0,75 $US pour les familles qui ne notamment les
seraient pas en mesure d’épargner pour payer des frais mensuels ou trimestriels.
investisseurs
Source : PNUD 2015 et le Center for Educations Innovations https://educationinnovations.org/program. d’impact, les
omega-schools. philanthropes et
les entrepreneurs
un réseau d’écoles à faible coût à but non lucratif Environ 32 % des personnes interrogées
en Ouganda et en Zambie) ; dans l’enseignement en Asie de l’Est et dans le Pacifique et 26 % en
supérieur (comme l’African Leadership University, Amérique latine ont déclaré avoir économisé de
qui compte plusieurs campus) ; dans l’enseigne- l’argent pour financer l’éducation ou les frais de
ment technique et professionnel (comme Andela, scolarité au cours des 12 derniers mois, contre
qui offre une formation en cours d’emploi dans 20 % en Afrique.28 Et environ 12 % des répon-
le secteur de la technologie au Kenya, au Nigé- dants en Amérique latine et en Afrique et 10 % en
ria et en Ouganda) ; et dans le financement des Asie de l’Est et dans le Pacifique ont déclaré avoir
étudiants et des établissements (comme Student emprunté de l’argent pour financer l’éducation
Finance Africa, qui offre des prêts aux étudiants ou les frais de scolarité au cours des 12 derniers
en Afrique pour des programmes de formation mois. On note d’importantes variations entre les
universitaire ou technique).25 pays, la part des répondants qui déclarent épar-
Les intermédiaires financiers privés pourraient gner pour financer l’éducation ou les frais de sco-
également être plus actifs dans le financement de larité allant de 6 % au Niger à 42 % en Ouganda.
l’éducation. À l’échelle mondiale, une personne Moins de 5 % des répondants ont déclaré avoir
sur cinq âgée de plus de 15 ans économise une emprunté pour financer l’éducation ou les frais
partie de son revenu pour financer ses études de scolarité au Tchad, en Éthiopie et au Mali,
ou les frais de scolarité,26et 8 % contractent des contre plus de 30 % au Kenya et en Ouganda. Il
prêts pour payer leurs études (figure 3.17).27 convient de noter que la nécessité d’emprunter

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  131


FIGURE 3.17 Épargne ou emprunt pour financer l’éducation ou les frais de scolarité, par région en développement et
émergente, 2014

Ont économisé de l’argent pour financer Ont emprunté de l’argent pour financer
l’éducation ou les frais de scolarité l’éducation ou les frais de scolarité

Pourcentage âgé de 15 ans et plus Pourcentage âgé de 15 ans et plus


40 15

30
10

20

5
10

0 0
Asie de Amérique Afrique Asie Europe et Moyen- Amérique Afrique Asie de Asie Moyen- Europe et
l’Est et latine et du Sud Asie centrale Orient latine et l’Est et du Sud Orient Asie centrale
Pacifique Caraïbes Caraïbes Pacifique

Source : Calculs de la Banque africaine de développement reposant sur la base de données FINDEX 2014.

ou d’épargner de l’argent pour financer l’éduca- par l’employeur.30 Si les travailleurs ne tiennent
tion peut être influencée par les politiques gou- pas compte dans leurs calculs des retombées
vernementales en matière d’éducation universelle sociales de la formation (augmentation de la pro-
(gratuite). ductivité des collaborateurs et accroissement des
gains actuels et futurs pour les employeurs), il
Le secteur privé sous-investit dans la peut en résulter un sous-investissement dans la
formation professionnelle formation. De même, étant donné que l’entreprise
Quoique freinée par les défaillances du marché, actuelle ne prend pas en compte les avantages
la participation du secteur privé est plus impor- pour les futurs employeurs, son niveau d’inves-
tante dans le domaine de la formation profes- tissement sera sous-optimal du point de vue du
sionnelle.29 Les compétences acquises au cours rendement social.
d’une formation peuvent être utilisées de manière Autre source de sous-investissement dans la
productive par d’autres entreprises ; l’entreprise formation professionnelle : le problème de coor-
actuelle du travailleur ne supportera pas le coût dination qui survient entre travailleurs et entre-
d’une formation sans lui faire signer un contrat prises lorsque cette dernière investit dans les
exécutoire pour empêcher le « débauchage » par nouvelles technologies et les travailleurs dans la
un concurrent. Et, bien que les travailleurs soient formation alors que les investissements sont liés
prêts à assumer les coûts de formation pour pro- par une relation de complémentarité. Le retour sur
fiter pleinement des avantages sous forme de investissement d’un travailleur dans la formation
hausse de salaire, ils peuvent être incapables ou professionnelle dépend de l’investissement de
peu disposés à payer les frais de formation en l’entreprise dans la technologie nécessitant ces
raison de contraintes de liquidité, d’une aversion compétences, et le retour sur investissement de
pour le risque ou de l’incapacité à s’engager à ne l’entreprise dans la nouvelle technologie dépend
pas démissionner après une formation financée de la disponibilité de travailleurs possédant les

132 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


compétences appropriées. Les complémentarités une partie des coûts de formation et réduire les
créent un paradoxe « de l’œuf et de la poule » : qui comportements opportunistes de l’entreprise, les
vient en premier, les compétences ou la demande sociétés rémunèrent les apprentis en dessous de
de compétences ? leur productivité pendant leur contrat d’apprentis-
L’omniprésence du travail informel en Afrique sage tout en s’engageant à payer un salaire plus
explique également le sous-investissement dans élevé à la fin de cette période. La certification/qua-
la formation professionnelle. L’Organisation inter- lification n’est également accordée qu’à la fin de
nationale du travail estime que 86 % des emplois l’apprentissage afin d’empêcher les apprentis de
en Afrique sont informels, contre 68 % en Asie et partir avant la fin du contrat. Le coût de l’aban-
dans le Pacifique et 40 % dans les Amériques. don précoce de l’apprentissage étant plus élevé
La plupart des travailleurs informels ont recours lorsque le diplôme obtenu est très apprécié sur le
à l’apprentissage traditionnel, à la formation en marché du travail, un système solide de certifica-
cours d’emploi ou à toute autre formation infor- tion des compétences est également nécessaire.
melle. Ils ont peu ou pas accès aux filières de S’agissant du paradoxe de la poule et de l’œuf,
formation formelle, qui pourraient accroître leurs le gouvernement peut coordonner les investisse-
chances de passer au secteur formel.31 Plusieurs ments conjoints nécessaires, car ni les entreprises
Les défaillances
approches pourraient aider les travailleurs infor- ni les travailleurs n’estimeront dans leur intérêt de
mels à améliorer leurs compétences, notamment faire le premier pas. du marché
la formation à l’entrepreneuriat, l’éducation de la entraînent un
deuxième chance et l’alphabétisation, des cours
sous-investissement
de formation continue de courte durée, et des QUELQUES IMPLICATIONS
programmes de certification qui tiennent compte POUR LES POLITIQUES dans la formation et
de leurs difficultés financières.32 Les associations DE FINANCEMENT DE plaident fortement
d’employeurs pourraient fournir à leurs membres L’ÉDUCATION en faveur d’une
des informations sur les possibilités de forma-
tion et de développement des compétences et L’Afrique doit relever de nombreux défis pour
intervention publique
organiser et dispenser des formations. Les ins- répondre à ses besoins d’éducation et de compé- dans l’éducation et
truments de financement côté demande, tels que tences. La forte croissance du nombre de jeunes le développement
les bons, les fonds de formation et le financement et la rapidité des évolutions technologiques mon-
axé sur les résultats, peuvent être utilisés pour diales posent des problèmes majeurs. Comme
des compétences
encourager la compétitivité et l’innovation dans la indiqué au Chapitre 2, malgré les progrès accom-
prestation des services de formation, tout comme plis, l’Afrique est à la traîne par rapport aux autres
l’ouverture des marchés aux fournisseurs de for- régions en matière de scolarisation et d’achève-
mation privés. ment des études à tous les niveaux. En outre, le
Les défaillances du marché entraînent un continent africain enregistre en moyenne les plus
sous-investissement dans la formation profes- faibles résultats en termes de scores de tests. Pour
sionnelle et plaident fortement en faveur d’une combler les lacunes en matière d’éducation et de
intervention des pouvoirs publics dans l’éduca- compétences en Afrique, les pouvoirs publics, les
tion et le développement des compétences.33 La ménages, les bailleurs de fonds internationaux et le
manière dont les gouvernements africains pour- secteur privé doivent agir de concert.
raient intervenir pour stimuler le financement Selon les estimations de l’UNESCO, le déficit
privé de la formation professionnelle dépend de financement extérieur – la différence entre le
de la défaillance sous-jacente du marché. Par coût estimé pour assurer l’éducation de base et
exemple, les gouvernements peuvent promou- les ressources intérieures disponibles estimées
voir les contrats d’apprentissage afin de remédier – atteindrait 39,5 milliards $US par an au cours
à une défaillance du marché liée aux avantages de la période 2015–2030 (en prix constants de
des formations.34 Dans le cadre des contrats 2012).35 Le déficit moyen de 21,0 milliards $US par
d’apprentissage, la formation est cofinancée par an dans les pays à faible revenu représente 42 %
les entreprises et les travailleurs. Pour récupérer des coûts annuels totaux de l’éducation, tandis

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  133


que le déficit moyen de 18 milliards $US dans les justifier la répartition de ressources limitées entre
pays à revenu intermédiaire s’élève à 6 %. les secteurs, il faut simuler les impacts potentiels
Le déficit de financement de l’éducation se des dépenses dans des domaines concurrents
concentre presque exclusivement en Afrique, qui sur la croissance économique et l’inégalité.
représentera la quasi-totalité du déficit d’ici 2020. Cette section montre les impacts de différentes
Comme le montrent clairement les faits exposés options de politique de financement public de
dans ce chapitre, pour combler le déficit, il faut l’éducation en utilisant un modèle dette-investis-
non seulement augmenter le budget public alloué sement-croissance de deuxième génération avec
à l’éducation, mais aussi dépenser cet argent plus un marché du travail segmenté. Le modèle tient
efficacement et nouer des partenariats public- compte de certaines caractéristiques structurelles
privé plus efficaces et capables d’accroître l’accès importantes des pays africains – facilitant ainsi
à l’éducation en Afrique tout en améliorant sa qua- des calibrages plausibles – et permet donc de
lité et son équité. De cette analyse se dégagent trouver des réponses à certaines questions sou-
plusieurs options de politique pour mobiliser les levées dans ce chapitre (Annexe 3.1).
ressources, améliorer l’efficience des dépenses et
s’attaquer à l’inégalité d’accès à une éducation de Privilégier l’investissement dans l’éducation pour
D’un point de vue
qualité. une plus forte croissance du PIB à long terme
macroéconomique, L’analyse a quantifié les effets à long terme d’une
l’investissement Privilégier l’éducation dans l’allocation augmentation permanente de l’investissement

dans l’éducation des ressources limitées disponibles public de 1 % du PIB initial de quatre manières :
Les pays en développement ont recours à de infrastructures physiques ; enseignement de base
de base est le plus vastes programmes d’investissement public, (six années d’enseignement, correspondant à
rentable, suivi par notamment dans le capital physique et humain, l’école primaire) ; enseignement secondaire supé-
l’investissement pour transformer leur économie, relancer la crois- rieur (huit années, correspondant au premier et
sance, créer des emplois et réduire la pauvreté. au deuxième cycle du secondaire plus une partie
dans l’éducation de Les investissements dans le capital physique et de l’enseignement supérieur) ; ou les trois à la fois
niveau supérieur humain sont complémentaires et leurs retom- (tableau 3.2). Les variables comprennent la pro-
bées macroéconomiques et distributives sont duction réelle, le revenu national net, les types
potentiellement porteuses de transformations. d’emploi, le chômage, les salaires réels et le
Les investissements dans le capital humain aug- revenu réel des pauvres ex ante. Tous les impôts
mentent la productivité de la main-d’œuvre peu sont constants, et il n’y a pas de financement
qualifiée dans différents secteurs, notamment par emprunt. Par conséquent, les variations des
dans le secteur informel, et accroissent l’offre de transferts (divisées par le PIB initial) mesurent le
main-d’œuvre hautement qualifiée. Mais l’investis- gain ou la perte budgétaire nets.
sement dans le capital physique et humain peut D’un point de vue macroéconomique, l’inves-
être coûteuse du fait des ressources limitées et tissement dans l’éducation de base est le plus
des besoins concurrents, de sorte que les déci- rentable, suivi par l’investissement dans l’ensei-
deurs doivent réfléchir aux implications pour les gnement secondaire et supérieur ; l’investisse-
finances publiques. ment dans les infrastructures physiques est le
Dans un contexte de contraintes budgétaires, moins rentable. Par exemple, une augmentation
les principaux effets des mécanismes de finan- de l’investissement dans l’éducation (niveau de
cement alternatifs sont essentiellement intertem- base ou supérieur) de 1 % du PIB produit à elle
porels : différentes stratégies de financement seule près de deux fois le taux de croissance
public différentes impliqueront une répartition de d’un investissement similaire dans les infrastruc-
la charge financière entre les générations actuelles tures. Cela suggère que lors de l’allocation des
et futures. De plus, les gouvernements répar- ressources publiques, les décideurs doivent pri-
tissent leurs budgets limités entre des domaines vilégier l’éducation, car, à long terme, elle pourrait
concurrents ; les programmes de compétences être beaucoup plus rentable que l’investissement
et d’éducation sont souvent sous-financés. Pour dans les seules infrastructures.

134 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


TABLEAU 3.2 Effets à long terme de l’augmentation d’une ou plusieurs composantes de
l’investissement public de 1 % du PIB initial

Investissements dans
Enseignement Mixtes
Infrastructures Enseignement secondaire et (tous les
Variable physiques de basea supérieurb trois)c
PIB réel 5,1 10,1 9,1 27,8
Revenu national net 4,3 10,2 9,3 27,6
Emploi peu qualifié échangé –0,4 0,1 –4,2 –3,2
Emploi peu qualifié formel 2,3 5,1 6,9 14,9
Emploi peu qualifié informel 0,6 –0,8 –0,3 –0,8
Taux de chômage 5,9 5,8 5,3 4,8
Salaire réel, formel 2,7 5,2 6,5 16,1
Salaire réel, informel 5,2 10 10,7 28,7
Salaire réel, qualifié 5,4 10 –24,1 –9,1
Revenu réel des pauvres ex ante 5,4 10,3 18,1 35,5
Variation des transferts –0,24 0,47 0,02 3,4

a. Six années d’études, correspondant à l’école primaire.


b. Huit années d’études, correspondant au premier et second cycles du secondaire, plus une partie de l’en-
seignement supérieur.
c. 33 % alloués aux infrastructures physiques, 34 % à l’enseignement de base et 33 % à l’enseignement
secondaire et supérieur.
Source : Banque africaine de développement et FMI à paraître.

Investir simultanément dans l’éducation et dans un programme alliant infrastructures et capital


les infrastructures pour obtenir les meilleurs humain. Le programme privilégié dépend de la
résultats en matière de croissance du PIB à manière dont les décideurs évaluent cet arbitrage
long terme intertemporel.
Il serait toutefois erroné de déduire que la com- Le programme d’investissement mixte prévoit
binaison optimale ne laisse aucun rôle aux inves- une augmentation de 1 % du PIB des investisse-
tissements dans les infrastructures, l’éducation et ments alloués à l’éducation de base (34 %), à l’en-
les infrastructures étant fortement complémen- seignement secondaire supérieur (33 %) et aux
taires. En effet, une augmentation d’une compo- infrastructures physiques (33 %). Le programme
sante du capital public accroît la productivité des d’investissement mixte est supérieur à tout pro-
deux autres composantes. Bien que le revenu gramme axé sur un seul secteur en raison de la
national net augmente moins et que la pauvreté forte complémentarité des effets (voir la dernière
diminue moins lorsque certains investissements colonne du tableau 3.2). Les investissements
passent du capital humain aux infrastructures, mixtes augmentent le revenu national net de près
cela n’est vrai qu’à long terme. Comme l’inves- de 28 points de pourcentage, les salaires réels
tissement dans l’éducation augmente la produc- dans le secteur informel de 29 points de pourcen-
tivité du travail avec un décalage de 6 à 8 ans, il tage et le revenu réel des pauvres ex ante de 36
faut plus d’une décennie pour que les trajectoires points de pourcentage. Ces conclusions ont d’im-
du revenu national net, des salaires réels des portantes implications en termes de politiques.
pauvres et de l’emploi formel dans un programme Bien qu’il faille accorder la priorité à l’éducation,
d’investissement exclusif dans le capital humain un programme d’investissement mixte produira
dépassent les trajectoires correspondantes dans les résultats les plus élevés.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  135


La constitution du capital physique et humain (audits budgétaires et opérationnels, enquêtes
peut s’avérer coûteuse. Les décideurs doivent donc de suivi des dépenses publiques et revues des
prendre en compte les implications sur les finances dépenses publiques) puissent améliorer l’effi-
publiques et les effets macroéconomiques et dis- cience en réduisant les « fuites » dans le finan-
tributifs. En effet, différentes stratégies de finance- cement de l’éducation et en guidant les réformes
ment auront des effets macroéconomiques et distri- de la gestion des finances publiques, ils n’ont pas
butifs différents, tant à court et à moyen terme qu’à toujours été un succès. Voici quelques exigences
long terme, ce qui implique des arbitrages impor- clés pour augmenter la probabilité de succès des
tants à chaque période et au fil du temps.36 Par Enquêtes de suivi des dépenses publiques :39
exemple, des stratégies de financement alternatives • Impliquer les ministères de l’Éducation à toutes
pourraient répartir le fardeau fiscal entre différents les étapes du processus, afin de renforcer leur
ménages ou catégories de travailleurs, si la concep- appropriation et de garantir la mise en œuvre
tion du programme est à l’origine de distorsions, ou des recommandations.
entre les générations actuelles et futures. • Éviter d’analyser un trop grand nombre de
flux (dépenses) ou de combiner une Enquête
Renforcer l’efficience avec des de suivi des dépenses publiques et d’autres
La réduction
audits et des revues des dépenses enquêtes.
des taux de d’éducation • Mobiliser une équipe nationale pour réaliser
redoublement et Parmi les régions en développement, l’Afrique l’enquête, afin de renforcer les capacités et de
est la deuxième région qui dépense le plus pour promouvoir une meilleure compréhension des
d’abandon dépend
l’éducation en pourcentage du PIB. Mais l’effi- risques.
d’un enseignement cience des dépenses publiques est faible, et les • Utiliser une méthodologie d’enquête rigoureuse
de meilleure qualité dépenses publiques consacrées à l’éducation (en prêtant attention aux méthodes d’échantil-
semblent avoir renforcé la quantité de l’éduca- lonnage) pour renforcer la confiance dans les
tion plutôt que sa qualité, indiquant la nécessité résultats.
d’une allocation plus efficace des ressources. Le • Informer les chefs d’établissement et les
défi de l’Afrique consiste à renforcer l’éducation et parents de leurs droits, afin d’autonomiser les
les compétences de sa population en améliorant communautés et de promouvoir l’appropriation
aussi bien la quantité que la qualité de l’éducation, sociale. Cela peut se faire en fournissant régu-
malgré la marge de manœuvre budgétaire limitée lièrement et en temps opportun aux districts
des pouvoirs publics. et aux écoles des informations sur les fonds
Un financement de l’éducation mal ciblé ou des publics (par exemple, par le biais des médias
ressources mal utilisées sont une source possible ou des plates-formes Internet).
d’inefficience et peut compromettre les améliora- • Enfin, instaurer des contrôles et des sanctions
tions attendues en matière d’accès et de qualité pour endiguer les fuites et dissuader les com-
de l’éducation. Par exemple, une Enquête de suivi portements malhonnêtes.
des dépenses publiques a montré que les écoles
en Ouganda n’ont reçu en moyenne que 13 % des Améliorer la qualité des enseignants
fonds publics alloués au cours de la période 1991– pour réduire les taux de redoublement
1995 en raison de détournements de fonds par et de décrochage scolaire et améliorer
des fonctionnaires locaux.37 En Zambie, une l’efficience interne du système
Enquête de suivi des dépenses publiques en La réduction des taux de redoublement et de
2014 et une Enquête sur la qualité de la presta- décrochage scolaire dépend de l’amélioration de
tion de services ont montré que le montant des la qualité de l’enseignement. Bien que la rému-
subventions reçues par les écoles était inférieur nération des enseignants soit généralement le
de 32 % au montant déboursé par le ministère de poste de dépenses le plus important du budget
l’Éducation, des Sciences, de la Formation profes- de l’éducation, le faible niveau de qualification,
sionnelle et de l’Éducation préscolaire.38 Bien que l’absentéisme et les piètres performances des
les outils de diagnostic des dépenses d’éducation enseignants contribuent à la mauvaise qualité de

136 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


l’éducation. Pour améliorer la qualité de l’ensei- évaluer les impacts à long terme. La Banque
gnement, les pouvoirs publics devraient :40 africaine de développement a approuvé un ins-
• Recruter un plus grand nombre d’enseignants trument de financement axé sur les résultats en
qualifiés. novembre 2017, mais aucun projet dans le secteur
• Renforcer le perfectionnement professionnel de l’éducation ne l’a encore utilisé.
des enseignants.
• Solliciter plus de réactions sur les perfor- Mobiliser davantage de ressources
mances des établissements scolaires auprès du secteur privé par le biais de
des diverses parties prenantes, notamment les partenariats public-privé
parents, les élèves et les autorités locales. Bien que l’éducation incombe principalement au
• Accorder aux écoles une plus grande autono- secteur public, le secteur privé peut contribuer à la
mie dans l’allocation des ressources et le recru- prestation de services d’éducation et à son finan-
tement des enseignants dont elles ont besoin. cement. Les partenariats public-privé permettent
• Concevoir de meilleures politiques et stratégies au gouvernement et au secteur privé de s’associer
de recrutement et de rétention du personnel pour fournir des infrastructures, des produits et
compétent. des services éducatifs et pour partager les coûts
Les partenariats
• Améliorer les programmes d’appui à la gestion et les ressources. Parmi les exemples de parte-
et à la gouvernance des écoles. nariats public-privé dans le secteur de l’éduca- public-privé
tion, on peut citer les systèmes de bons d’études, permettent au
Utiliser le financement axé sur les les prêts et les bourses visant à élargir le choix
gouvernement et
résultats pour améliorer la qualité de d’écoles au-delà des établissements publics. Le
l’éducation et l’efficience des dépenses secteur privé est également impliqué dans l’ap- au secteur privé
En alignant les incitations sur les résultats, le pui à des activités telles que la formation des de s’associer
financement axé sur les résultats, qui conditionne enseignants, le soutien scolaire, la fourniture de pour fournir des
les paiements financiers à l’obtention d’un résultat manuels scolaires et la construction d’écoles. Ces
vérifiable,41 est un instrument prometteur pour le échanges de connaissances et de compétences
infrastructures,
renforcement de la performance du système édu- peuvent profiter aux deux parties et à la société des produits et des
catif. La vérification par des tiers indépendants dans son ensemble en trouvant des solutions à services éducatifs
des résultats préalablement attendus est un élé- des problèmes concrets.
ment clé d’un mécanisme de financement axé sur Le rôle des pouvoirs publics dans les partena-
les résultats. Elle nécessite la mise en place de riats public-privé consiste à définir les orientations,
solides systèmes de suivi et d’information pour le à réguler et à être un partenaire42. Pour définir les
suivi des indicateurs de résultats. orientations, le gouvernement peut travailler avec
Dans le secteur de l’éducation, les exemples le secteur privé pour accroître la fourniture de ser-
de financement axé sur les résultats comprennent vices éducatifs dans les secteurs ou régions prio-
les incitations fondées sur les résultats, la rému- ritaires, conformément au plan de développement
nération au rendement, les contrats axés sur les national ou à la politique industrielle. En tant que
résultats, les transferts monétaires conditionnels régulateur, le gouvernement devrait veiller à ce que
et le paiement à la livraison. Le financement peut le contexte commercial dans lequel les entreprises
être utilisé pour affecter aussi bien les agents du émergent et évoluent soit propice aux affaires et
côté de l’offre – tels que les ministères, les auto- aux investissements dans l’éducation. Malgré la
rités provinciales, les districts, les écoles et les solidité des fondamentaux des entreprises et l’in-
enseignants – que les bénéficiaires du côté de la térêt des investisseurs, un certain nombre de défis
demande, tels que les élèves et les parents. mérite d’être relevé afin de leur permettre d’investir
Le financement axé sur les résultats a été uti- dans le secteur de l’éducation. En tant que parte-
lisé récemment dans des projets d’éducation dans naire du secteur privé, le gouvernement a un poten-
plusieurs pays africains, dont le Cameroun, la tiel considérable pour élargir l’accès et améliorer la
République démocratique du Congo, le Mozam- qualité et la pertinence de l’éducation au moyen
bique et la Tanzanie, mais il est trop tôt pour en de partenariats public-privé. Ces collaborations

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  137


peuvent contribuer à l’amélioration des infrastruc- Faciliter le financement de l’éducation
tures, des produits et des services éducatifs tout privée philanthropique
en assurant le partage des coûts et des ressources La philanthropie est une source potentielle de
connexes, grâce à des initiatives telles que : financement de l’éducation mais peu exploitée en
• Explorer le recours à des contrats de service Afrique43. Les fonds de dotation et les fondations
ou à des écoles sous contrat, qui sont finan- pourraient être encouragés à financer l’enseigne-
cées par le secteur public, mais gérées de ment supérieur et la recherche sur le continent.
façon indépendante par le secteur privé. Par exemple, les grandes universités américaines
• Encourager des entreprises privées à nouer comme Harvard, Princeton et le MIT possèdent
des partenariats à long terme avec les uni- des fonds de dotation de plusieurs milliards de
versités pour financer la recherche dans des dollars qui génèrent des millions d’intérêts chaque
domaines d’intérêt spécifiques. année, tandis que les entreprises pourraient contri-
• Instaurer un environnement réglementaire et buer au financement de l’éducation par le biais de
des mécanismes de suivi permettant de s’as- programmes de responsabilité des entreprises.
surer que les partenariats public-privé sont Les écoles et les universités africaines pour-
conformes aux objectifs de développement raient également mobiliser des fonds par le biais
La philanthropie
du pays, et créer un climat d’investissement des associations d’anciens élèves. Les cotisations
est une source propice à ces partenariats dans le secteur de et les dons peuvent être utilisés pour améliorer les
potentielle de l’éducation, y compris la possibilité de facilités installations et les programmes d’enseignement
de financement à long terme. et fournir un soutien financier à l’éducation des
financement de
• Instaurer des normes de qualité fiables au membres des groupes défavorisés. Les associa-
l’éducation qui a été sein des établissements d’enseignement et de tions d’anciens élèves pourraient également être
à peine exploitée formation publics et privés, avec des méca- mises à contribution pour exiger des pouvoirs
en Afrique nismes d’assurance qualité pour le contrôle publics des politiques d’éducation plus efficaces44.
des performances.
Explorer des options de financement
Encourager la participation du secteur innovantes pour canaliser davantage
privé à l’enseignement et la formation de capitaux privés internationaux vers
professionnels et à leur financement l’éducation
Lorsque les budgets publics de l’enseignement Des capitaux supplémentaires pourraient être
et la formation techniques et professionnels sont mobilisés en utilisant des options de financement
limités, la participation du secteur privé peut être innovantes telles que les obligations à impact
nécessaire pour combler les déficits. En outre, social ou sur le développement pour canaliser les
le secteur privé peut être plus en phase avec les capitaux privés vers l’éducation tout en mainte-
besoins en compétences du marché. Les poli- nant l’accent sur les résultats. Les obligations à
tiques publiques visant à améliorer l’enseignement impact social et le Pay-for-success utilisent des
et la formation professionnels devraient inclure : capitaux privés pour financer les services sociaux.
• Un soutien à l’apprentissage et à la forma- Le remboursement est effectué par l’État à condi-
tion en encourageant les partenariats entre tion d’atteindre des résultats précis. La première
le secteur privé, le secteur public et les éta- obligation à impact sur le développement axée sur
blissements d’enseignement et de formation. l’éducation a été mise en œuvre au Rajasthan, en
Par exemple, la collaboration tripartite dans le Inde, et a atteint le point de remboursement en
domaine de l’aéronautique au Maroc a permis 2018 avec des résultats positifs45. Le programme
la création de centres de formation répondant a permis d’atteindre un taux de scolarisation de
aux besoins de l’industrie. 92 % pour les filles de 7 à 14 ans non scolarisées
• L’ouverture d’un marché de la formation par le à la fin de la troisième année, contre un objectif
biais de contrats concurrentiels avec des orga- de 79 %. Les obligations à impact sur le dévelop-
nismes de formation privés et des organisa- pement sont similaires, sauf que c’est un orga-
tions non gouvernementales. nisme donateur ou une fondation et non l’État

138 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


qui rembourse les prêts une fois le résultat atteint mondial et à attirer de nouveaux financements
(parfois, l’État se joint au tiers pour effectuer le pour l’éducation. Le mécanisme financier de
remboursement). l’IFFEd sera mis en œuvre par ses quatre banques
Des capitaux supplémentaires pourraient être multilatérales de développement (Banque afri-
mobilisés en introduisant des obligations à impact caine de développement, Banque asiatique de
sur le développement pour canaliser les capitaux développement, Banque interaméricaine de déve-
privés vers l’éducation. Quelque 137 obligations loppement et Banque mondiale). La facilité devrait
à impact ont été contractées au niveau mondial, permettre de lever 2 milliards $US de financement
mais seulement 12 dans le secteur de l’éduca- conditionnel et de subventions auprès des pays
tion46. Dans la mesure où le programme d’obliga- donateurs et elle sollicite actuellement auprès
tions à impact en est à ses balbutiements, les élé- de Standard & Poor’s la note AAA pour ses
ments de preuve attestant de meilleurs résultats et obligations.
d’un impact soutenu n’ont pas encore été établis, Bien que l’IFFEd se concentre sur l’éducation
mais on compte parmi ses avantages potentiels de base et l’éducation des filles, jusqu’à 25 % de
une plus grande attention accordée aux résul- son soutien seront consacrés à l’éducation post-
tats, un effort de gestion des performances, une secondaire (développement des compétences,
réduction des risques pour les pouvoirs publics, enseignement supérieur, science et technologie),
une plus grande collaboration entre les parties en mettant l’accent sur les investissements en
prenantes et l’instauration d’une culture de suivi faveur des pauvres et les réformes structurelles
et évaluation47. visant à améliorer la qualité et la pertinence de
La Facilité internationale de financement pour l’apprentissage. Le Fonds africain pour l’éduca-
l’éducation (IFFEd) est une composante impor- tion, dont la Banque africaine de développement
tante des efforts internationaux visant à combler est le fer de lance (encadré 3.3), est une autre ini-
le déficit de financement de l’éducation au niveau tiative de financement novatrice.

ENCADRÉ 3.3 Le Fonds africain pour l’éducation, un mécanisme de financement novateur


pour l’éducation

Un montant supplémentaire de 40 milliards $US sera nécessaire pour financer l’éducation en


Afrique d’ici à 2030 et atteindre les Objectifs de développement durable en matière d’éducation.
Pour stimuler les investissements dans l’éducation, la Banque africaine de développement est en
train de concevoir un support de financement novateur, le Fonds africain pour l’éducation (FAE), en
partenariat avec l’Union africaine et l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique.
L’objectif consiste à mettre en place un instrument de financement panafricain pour accélérer la
réalisation durable des objectifs du continent en matière d’éducation et de développement des
compétences.
Le FAE réunira des ressources financières (prêts et subventions) provenant de sources natio-
nales, complétées par des fonds provenant de partenaires extérieurs, pour financer des projets
de développement des compétences dans toute l’Afrique. Le FAE fonctionnera avec une capitali-
sation initiale de 300 à 500 millions $US, qui devrait passer à 1 milliard $US sur 10 ans. Les fonds
seront décaissés sous forme de subventions à des entités publiques et privées, de supports de
partage des risques, y compris des garanties, et de facilités d’ancrage et de cofinancement de
projets d’éducation financés par la Banque africaine de développement à long terme à pleine
capitalisation. Les subventions et l’assistance technique créeront un environnement propice à la
croissance de l’enseignement postsecondaire, tandis que le mécanisme de garantie permettra de
débloquer des financements essentiels du secteur privé et que les fonds de viabilité augmenteront
la bancabilité des projets des secteurs public et privé.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  139


Améliorer le ciblage de l’aide pour l’emplacement et les équipements des écoles.
améliorer la qualité de l’éducation Enfin, il faut assurer une bonne gestion et direc-
Si le financement des donateurs pour l’éducation tion des écoles, la formation des enseignants, le
dans les pays en développement a augmenté ces statut de la profession enseignante et la partici-
dernières années jusqu’à 14,8 milliards $US en pation des parents et de la communauté dans les
2017, il reste toujours inférieur à la moitié du déficit établissements.
de financement de l’éducation estimé à 39,5 mil-
liards $US pour 2015–2030. L’efficience de l’aide S’attaquer à l’inégalité des dépenses
doit être renforcée et son montant augmenté. en s’appuyant sur l’« universalisme
Cela nécessite deux changements majeurs dans progressif » comme principe directeur
la réflexion sur les politiques : abandonner l’aide pour le financement de l’éducation
axée sur les projets au profit d’un soutien sys- Dans un rapport de 2016, la Commission internatio-
témique, et insister davantage sur la qualité de nale sur le financement des opportunités éducatives
l’éducation et l’apprentissage des élèves48. dans le monde, présidée par l’envoyé spécial des
Le passage à un soutien systémique néces- Nations Unies pour l’éducation mondiale Gordon
site un recours accru à l’appui budgétaire de l’État Brown, a plaidé pour un universalisme progressif
L’efficience de l’aide
pour le secteur de l’éducation afin d’aligner les dans la lutte contre les inégalités dans l’éducation50.
à l’éducation doit incitations et les objectifs des donateurs et des L’universalisme progressif comprend « la priorité aux
être accrue ainsi pays bénéficiaires tels qu’énoncés dans les plans pauvres ou aux personnes défavorisées, la priorité
du secteur de l’éducation ou les plans nationaux aux niveaux d’enseignement inférieurs, là où les
que le montant
de développement. Cependant, des facteurs rendements sociaux sont les plus élevés, et le sou-
techniques et d’économie politique importants tien au rôle complémentaire du financement privé et
expliquent la prédominance et la persistance de du recouvrement des coûts pour les niveaux d’en-
l’aide aux projets. Les donateurs aiment l’aide aux seignement supérieurs, le cas échéant ».
projets parce qu’elle leur permet de contrôler la Le Ghana offre un exemple africain de l’appli-
conception des projets et de suivre de près les cation de l’universalisme progressif dans l’édu-
performances. La nécessité de maintenir le soutien cation. En commençant par mettre l’accent sur
des groupes d’intérêt dans les pays donateurs (en l’éducation préprimaire, le Ghana en a augmenté
particulier en temps de crise économique) incite l’accès d’environ 3 % en 1970 à 51 % en 2000.
également à produire des résultats tangibles à En 2007, l’enseignement préprimaire est devenu
court terme (tels que de nouveaux bâtiments sco- gratuit et obligatoire et en 2014, le taux net ajusté
laires ou de nouvelles salles de classe, des gains de scolarisation a atteint 99 %. Avec le recentrage
de scolarisation et la distribution de matériel sco- sur l’éducation de base, le taux net de scolarisa-
laire) au lieu d’investir dans des activités plus com- tion est passé de 66 % en 2000 à 89 % en 2014
plexes d’amélioration de la qualité qui prennent dans le primaire, et de 30 % à 52 % dans le pre-
beaucoup plus de temps à se concrétiser49. mier cycle du secondaire.
Si les soutiens de base à l’éducation (nou- Conformément à l’universalisme progressif, le
velles salles de classe, enseignants et matériel Ghana a accordé une priorité relativement faible
pédagogique supplémentaires) sont essentiels, à l’enseignement supérieur jusqu’en 2000. Depuis
il en va de même pour la qualité de l’éducation lors, les taux d’inscription à l’université ont rapi-
et l’apprentissage des élèves. Selon les estima- dement augmenté, atteignant 16 % en 2014. Plus
tions de l’UNESCO, environ 250 millions d’en- généralement, en 2018, 47 pays d’Afrique avaient
fants sont incapables de lire, écrire ou faire des un enseignement primaire obligatoire gratuit et
calculs de base, dont 130 millions d’enfants en 30 pays un enseignement secondaire obligatoire
cours de scolarisation. Améliorer la qualité néces- gratuit51. Mais l’application de ces lois peut être
site des reformes à l’échelle du système en lien un véritable enjeu. Selon une Enquête de suivi
avec l’engagement des acteurs nationaux pour la des dépenses publiques de 2014 en Zambie,
qualité de l’éducation. Il faut également améliorer plus de 50 % des établissements d’enseigne-
les programmes et les matériels pédagogiques, ment primaire et environ 93 % des établissements

140 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


d’enseignement secondaire perçoivent des frais Après les succès remportés par les transferts
pour financer leur fonctionnement, malgré les poli- monétaires conditionnels au Mexique à partir
tiques de gratuité de l’éducation dans le primaire de 1997, ces programmes ont proliféré. Envi-
et le secondaire. ron 80 pays en développement appliquent une
Les États qui cherchent à mettre en œuvre forme ou une autre de transferts conditionnels en
l’universalisme progressif pourraient envisager les espèces, et de nombreux États ont intégré ces
mesures suivantes : programmes comme un outil important de protec-
• Utilisation accrue de formules de financement tion sociale et de réduction de la pauvreté54. Des
des écoles (utilisation d’une formule pour cal- études portant sur 42 programmes en Amérique
culer les ressources publiques que les districts latine montrent qu’ils ont augmenté le taux de sco-
scolaires recevront, en fonction d’indicateurs larisation de 6 % dans le primaire et de 10 % dans
précis). le secondaire, augmenté la fréquentation scolaire
• Utilisation de composantes prenant en compte de 3 % dans le primaire et de 12 % dans le secon-
les besoins pour canaliser les ressources vers daire, et réduit les taux d’abandon scolaire deux
les lieux géographiques et les établissements fois plus dans le secondaire que dans le primaire55.
scolaires qui ont le plus besoin d’améliorations. Les données pour l’Afrique montrent également
De nombreux pays
• L’élargissement de la recherche sur l’utilisation un impact positif des programmes de transferts
et l’impact des formules de financement et sur monétaires conditionnels sur les résultats de l’édu- en développement
la répartition des responsabilités financières cation.56 Bien que les transferts financiers de la plu- ont eu recours
entre les niveaux de l’administration peut amé- part des programmes représentent une part impor-
à des transferts
liorer la prestation de l’éducation52. tante du revenu des ménages pauvres, les petits
transferts peuvent avoir eu aussi des effets impor- monétaires
Promouvoir les transferts monétaires tants. Au Malawi, un transfert mensuel condition- conditionnels ciblés
conditionnels liés à l’éducation pour nel de 5 $US était aussi efficace qu’un transfert de pour accroître les
les filles et les familles pauvres, afin 10 $US.57 Au Kenya, une subvention à l’éducation
de réduire les inégalités permettant de fournir gratuitement des uniformes
investissements
Les enfants issus des milieux les plus pauvres sont scolaires (coûtant 12 $US par élève sur deux ans) des ménages dans
plus susceptibles de ne pas être scolarisés et ont a réduit de 3,1 points de pourcentage le taux de l’éducation, la santé
moins de chances de terminer le cycle primaire décrochage scolaire chez les filles par rapport à une
que les enfants issus de ménages aisés. Les fac- base de 18,8 %.58 Parmi les programmes de trans-
et la nutrition
teurs qui empêchent les enfants et les jeunes les ferts monétaires conditionnels dans le domaine de
plus défavorisés de terminer leur scolarité doivent l’éducation, on peut également citer le programme
être examinés. Les ménages les plus pauvres de Kano pour l’éducation des filles au Nigéria et le
pourraient notamment manquer de moyens pour programme de transferts monétaires sociaux axés
payer les frais d’éducation. La gratuité de l’en- sur les enfants au Sénégal. L’expansion de ces pro-
seignement primaire et les transferts monétaires grammes pourrait être un outil efficace de dévelop-
conditionnels ou non monétaires pourraient atté- pement de l’éducation axé sur la demande.
nuer cette contrainte.
De nombreux pays en développement ont eu Développer le marché des prêts
recours à des transferts monétaires condition- étudiants, l’aide financière ciblée et
nels ciblés pour accroître les investissements des les mécanismes de partage des coûts
ménages dans l’éducation, la santé et la nutri- Les inégalités étant déjà plus élevées dans l’en-
tion53. Les transferts sont ciblés parce qu’ils iden- seignement secondaire et supérieur, l’instauration
tifient les ménages éligibles qui sont pauvres ou d’un enseignement secondaire universel gratuit ou
vulnérables et qui ont des enfants d’âge scolaire, d’un enseignement universitaire fortement sub-
et ils sont conditionnels parce que les ménages ventionné risque d’être régressive. Les ressources
doivent envoyer leurs enfants à l’école pour rece- devraient plutôt être ciblées sur les élèves les plus
voir les transferts. défavorisés, afin de leur permettre de payer la
scolarité à ces niveaux.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  141


Les programmes de prêts et d’aide finan- comme l’illustrent des organisations comme
cière aux étudiants de l’enseignement supérieur Brighter Investment au Ghana. Le programme
peuvent être un élément clé des initiatives de Brighter Investment paie les frais universitaires
partage des coûts visant à alléger la pression des étudiants talentueux (frais de scolarité et
sur les budgets publics. Face au bilan mitigé des frais de subsistance) et offre un programme
programmes d’aide financière et de prêts aux étu- de mentorat. Le remboursement commence
diants en Afrique, de meilleures politiques sont après que les diplômés aient trouvé un emploi.
nécessaires pour accroître leur efficience pour un Il est basé sur le revenu futur pendant une
accès élargi des groupes défavorisés à l’ensei- période limitée (généralement 25 % pendant 6
gnement supérieur59. Il s’agit entre autres de : ou 7 ans pour 4 ans de soutien financier).
• Diversifier les sources de financement pour • Réduire le taux de défaut de remboursement
réduire la dépendance à l’égard du finance- des prêts grâce à des réformes juridiques qui
ment public. facilitent le recouvrement auprès des bénéfi-
• Mettre en place un système de suivi solide (en ciaires ayant une capacité de remboursement
collectant et préservant des données fiables démontrée60. Le cas de Brighter Investment en
sur les étudiants) en vue d’identifier les étu- est un exemple. Il utilise un algorithme axé sur
Les régimes de
diants nécessitant une aide financière. les données qui prédit le potentiel de carrière
prêts et d’aide • Autoriser des prêts aux étudiants du secteur des étudiants, ce qui permet à l’entreprise de
financière aux privé pour rendre l’éducation plus abordable, sélectionner les étudiants les plus susceptibles

étudiants de
l’enseignement ENCADRÉ 3.4 Les comptes d’épargne étudiants en République de Corée
supérieur peuvent
être un élément clé Entre 1971 et 1980, la Corée a augmenté le taux de scolarisation dans le secondaire de 39 % à
76 %. Sur la même période, le taux de scolarisation dans le secondaire est passé de 17 à 30 % au
des initiatives de Kenya (augmentation de 13 %) et a baissé de 42 à 36 % (baisse de 6 %) au Ghana, deux pays qui
partage des coûts ont démarré avec un PIB par habitant similaire à celui de la Corée. Le taux d’inscription à l’univer-
sité est passé de 7 % à 12 % en Corée, et il est resté inférieur à 1 % au Kenya et au Ghana.
Une campagne publique sur les comptes d’épargne étudiants permet d’expliquer les résul-
tats impressionnants de la Corée en matière de scolarisation. La campagne a incité les ménages
à faible revenu à commencer à épargner pour l’éducation secondaire supérieure de leur enfant
dès son plus jeune âge. Le ministère de l’Éducation a fixé un objectif annuel de dépôt d’épargne
à chaque district scolaire. Les établissements scolaires invitaient le personnel des banques à
rencontrer les élèves dans les salles de classe pour les aider à ouvrir un compte. Les fonds du
compte étaient exonérés d’impôt et avaient un taux d’intérêt élevé. Au lendemain de la visite de
la banque, les élèves devaient fournir une lettre de consentement de leurs parents s’engageant à
verser des dépôts mensuels et annuels. Le personnel de la banque collectait les dépôts chaque
mois dans toutes les écoles.
Dans les salles de classe, des graphiques étaient affichés montrant le rendement de l’épargne
de chaque élève. À la fin de chaque semestre, les élèves qui avaient épargné le plus recevaient un
prix « Best Savings Child » du directeur, ou du ministre de l’Éducation si l’épargne était exception-
nellement élevée. Après six ans de dépôts réguliers et d’intérêts, les élèves pouvaient avoir cumulé
suffisamment d’épargne à la fin de leur premier cycle du secondaire pour payer leurs études
supérieures. Cette pratique créatrice de richesses a non seulement permis de financer le second
cycle de l’enseignement secondaire des enfants de ménages à faible revenu, mais elle leur a aussi
apporté une expérience précieuse de la gestion financière et une habitude d’épargne pour la vie.
À ce jour, les dépôts sur les comptes d’épargne étudiants restent le cadeau d’anniversaire préféré
des parents pour leurs enfants.

142 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


de générer des rendements sur leur investis- succès un plan d’épargne pour l’éducation afin
sement en éducation. Une combinaison d’in- de mobiliser le financement des ménages pour
citations sociales, pratiques et juridiques est l’éducation (encadré 3.4). Avec l’expansion des
également en place pour réduire les défauts de services bancaires mobiles en Afrique, beaucoup
paiement. de ménages pourront bénéficier de ces plans.
Les plans d’épargne-études sont un autre Une autre option politique peut consister à inci-
instrument populaire de financement de l’ensei- ter les employeurs et les ménages à investir acti-
gnement secondaire et supérieur. Ils sont mis en vement dans des programmes de formation ou
œuvre à travers des comptes bancaires, avec de certification pour le développement des com-
des avantages spécifiques accordés par l’État. pétences. L’Afrique du Sud illustre comment une
Comme les fonds sont destinés à financer l’édu- incitation fiscale peut mobiliser des ressources
cation future d’un enfant, ils sont généralement privées pour accroître la pertinence de la forma-
investis pour générer une croissance à long terme. tion sur un marché du travail en évolution rapide
La République de Corée a mis en œuvre avec (encadré 3.5).

Une autre option


ENCADRÉ 3.5 Mobilisation de ressources privées pour la formation professionnelle par le
biais du Programme d’incitation fiscale à l’emploi de l’Afrique du Sud stratégique consiste
à inciter les
Les États africains investissent des ressources importantes dans des programmes sociaux et
employeurs et les
économiques visant à aider les jeunes et les adultes à développer les compétences nécessaires
pour occuper un emploi décent et l’entrepreneuriat et à promouvoir une croissance économique ménages à investir
équitable, inclusive et durable. La mobilisation des ressources nécessaires est cruciale et implique activement dans
à la fois l’État et le secteur privé. Une initiative sud-africaine, le Programme d’incitation fiscale à des programmes
l’emploi (ETI), offre un aperçu de la manière dont les pays peuvent créer des zones de renforce-
ment des compétences où les pouvoirs publics, le secteur privé, les établissements universitaires
de formation ou de
et les organisations non gouvernementales collaborent à des plans visant à garantir que les jeunes certification pour
acquièrent des compétences liées à des industries à fort potentiel concurrentiel. le développement
Chaque année, 1,1 million de jeunes Sud-Africains entrent sur le marché du travail, mais seu-
lement 6 % d’entre eux trouvent un emploi formel. De plus, 8 % ont un emploi informel, tandis
des compétences
que les 86 % restants poursuivent leurs études, cherchent un emploi ou sont découragés par
le système. Les périodes de chômage prolongées augmentent le risque que les jeunes classés
comme sans emploi, non éduqués ou non formés voient leurs options de travail réduites pendant
la majeure partie de leur vie. Le chômage chronique signifie que les jeunes qui sont incapables de
trouver du travail tôt dans leur vie auront moins de mobilité sociale et d’emploi.
L’ETI, la principale intervention active sur le marché du travail en Afrique du Sud, vise à stimuler
la demande de main-d’œuvre chez les 18–29 ans. Introduite en 2014, l’ETI est une subvention
salariale (couvrant jusqu’à 50 % des salaires) ciblant les jeunes difficiles à employer. L’incitation
fiscale vise à encourager les employeurs privés à créer des emplois pour les jeunes gagnant un
revenu mensuel allant jusqu’à 6 000 rands (environ 420 $US). Une fois que les participants sont
employés, ils ont droit à des subventions salariales pendant deux ans au maximum. Les entre-
prises peuvent réclamer la subvention lors de la déclaration d’impôts. En réduisant les coûts d’em-
bauche, la subvention doit diminuer le risque financier associé à l’embauche de jeunes peu quali-
fiés et inexpérimentés et augmenter les perspectives d’emploi à long terme des jeunes embauchés
qui acquièrent une expérience professionnelle grâce à une formation en cours d’emploi pendant la
période de travail subventionné.

Source : Levinsohn et coll. 2014 ; National Treasury 2016.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  143


ANNEXE 3.1 STRUCTURE DE BASE DU MODÈLE DETTE-
INVESTISSEMENT-CROISSANCE DE DEUXIÈME GÉNÉRATION

• Ce modèle d’équilibre général, d’économie • Le modèle permet différentes options de


ouverte et de prévoyance parfaite comporte financement public. Les subventions et les
trois activités du secteur privé : l’agriculture emprunts concessionnels ainsi que les inves-
échangeable, le secteur formel non échan- tissements publics dans les infrastructures et
geable, et le secteur informel non agricole. le capital humain sont accordés de manière
• La segmentation du marché du travail prévaut exogène. Ainsi, étant donné la trajectoire des
dans les trois activités du secteur privé. subventions et des emprunts concessionnels,
• Les entreprises du secteur formel versent des le gouvernement peut contracter des emprunts
salaires d’efficience, tandis que dans l’agri- commerciaux extérieurs et des emprunts inté-
culture et le secteur informel non agricole, les rieurs et procéder à certains ajustements bud-
salaires sont flexibles. gétaires afin de financer son plan d’investisse-
• Le secteur formel est caractérisé par un chô- ment public.
mage involontaire. Des variantes du modèle • Le modèle tient compte de la façon dont le
permettent de tenir compte du chômage et niveau des investissements publics supplé-
du sous-emploi involontaires dans le secteur mentaires et les arbitrages en la matière se
informel. traduisent par la constitution du stock de
• Le modèle tient compte de la main-d’œuvre capital et la croissance de la production. En
qualifiée et de l’investissement public dans le outre, il intègre l’ajustement budgétaire et les
capital humain ; de l’investissement dans l’en- emprunts qui peuvent être nécessaires pour
tretien ainsi que des nouveaux investissements financer les hausses des investissements
dans l’infrastructure ; et des taxes sectorielles publics.
sur les salaires, les bénéfices et la consomma- • Le modèle donne les trajectoires de plusieurs
tion. Ces caractéristiques permettent aux déci- variables macroéconomiques, notamment la
deurs de déterminer le programme d’investis- production sectorielle, le PIB réel, l’investis-
sement public et l’ajustement budgétaire de sement privé, la consommation privée, l’em-
façon plus détaillée afin d’évaluer avec plus de ploi sectoriel, le chômage, les salaires réels,
précision les répercussions sur les inégalités, la le capital public, la dette publique, les impôts
croissance, le chômage et le sous-emploi. directs et indirects et les transferts.

Source : Pour une description détaillée du modèle et du calibrage, voir BAD et FMI (à paraître).

144 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


NOTES européens en développement et 58 % le score d’ef-
ficience en Afrique.
1. UNESCO, 2018a. 8. UNESCO, 2016.
2. Wils, 2015. 9. UNESCO, 2015b.
3. UNESCO, 2015a. 10. Behrman et Parker 2010.
4. UNESCO, 2018a. 11. Basu et Van 1998.
5. Cette variable représente le total des dépenses 12. Zubairi et Rose 2019.
publiques générales (locales, régionales et centrales) 13. Il s’agit de données de consommation compilées
consacrées à l’éducation (dépenses courantes, en par la Banque africaine de développement à partir
capital et transferts), en $US PPA. Elle inclut les trans- des données du Programme de comparaison
ferts des sources internationales aux gouvernements. internationale.
http://data.uis.unesco.org/?lang=en&SubSessionId 14. Un objectif important du financement des services
=7ee53312-931f-425c-821b-796e37ba3a2a& sociaux tels que l’éducation et les soins de santé est
themetreeid=-200 de veiller à ce que la charge financière de ces ser-
6. Le modèle d’analyse des frontières stochastiques vices soit répartie équitablement entre les ménages.
(AFS) utilisé pour estimer l’efficience possède plu- L’analyse de l’équité exige de mesurer la contribution
sieurs avantages. Premièrement, en tant qu’ap- financière de chaque ménage. Souvent, la contri-
proche paramétrique, il tient compte de la présence bution financière d’un ménage est définie comme
dans l’estimation d’un terme de bruit aléatoire, le ratio des dépenses par rapport à sa capacité à
généralement appelé le bruit de « la malchance ». payer, où la capacité de payer est liée aux ressources
Cette caractéristique est importante pour évaluer la disponibles après qu’un ménage a satisfait à ses
gestion publique dans le sens où divers paramètres besoins de subsistance de base. En raison de la dif-
environnementaux et politiques dépassent le cadre ficulté de mesurer la capacité des ménages à payer
des décideurs et ne doivent pas être attribués à la pour les services, les dépenses de consommation
gestion publique (comme par exemple, les catas- non alimentaire sont souvent utilisées comme une
trophes naturelles et le terrorisme). Deuxièmement, approximation du montant des ressources restantes
l’approche paramétrique permet d’introduire plus après le paiement des besoins de subsistance. Par
facilement plusieurs sorties et entrées contrairement conséquent, les paiements au titre de l’éducation
au modèle déterministe développé à l’origine pour en tant que ratio du revenu restant après soustrac-
une approche une entrée-une sortie. Troisième- tion des dépenses essentielles sont utilisés comme
ment, l’AFS permet de vérifier la significativité de nos mesure de la charge financière des ménages en
estimations en utilisant les intervalles de confiance. matière d’éducation (Xu et coll. 2003).
Nous considérons ici la version modifiée du modèle 15. Données du Programme de comparaison internatio-
à effets fixes variables dans le temps des moindres nale de la Banque mondiale, 2011.
carrés par Cornwell, Schmidt et Sickles (1990). Le 16. Kandel et Kao 2001 ; Böhme 2015.
taux d’achèvement des études primaires est uti- 17. Banque mondiale 2017.
lisé comme seul résultat, le taux d’achèvement 18. UNESCO 2018b.
des études secondaires est utilisé comme variable 19. UNESCO 2012.
dépendante, et les dépenses publiques d’éducation 20. Riddell et Niño-Zarazúa 2016.
par élève et le PIB par habitant sont utilisés comme 21. Birchler et Michaelowa 2016
deux entrées (variables indépendantes). Le loga- 22. Riddell et Niño-Zarazúa 2016.
rithme du PIB par habitant est utilisé dans la régres- 23. McGillivray et Clarke (2018) utilisent une méthodo-
sion pour tenir compte du niveau de développement logie selon laquelle la performance allocative d’un
des pays et un décalage d’une période est utilisé donateur est maximisée si la part de l’aide qu’il
pour les entrées afin de tenir compte du retard des accorde à un pays en développement est égale à la
actions publiques et atténuer l’endogénéité. part de ce pays dans la pauvreté mondiale.
7. Calculé comme 79 × (1 + (82 – 58) %), où 82 % 24. UNESCO 2016.
est le score d’efficience en Asie ou dans les pays 25. Caerus Capital 2018.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  145


26. Selon la Base de données 2014 sur l’inclusion finan- 35. Wils 2015.
cière à l’échelle internationale (Global Findex) de 36. BAD et FMI, à paraître.
la Banque mondiale, qui couvre plus de 150 000 37. Reinikka et Svensson 2004.
adultes dans plus de 140 économies. 38. Une enquête de suivi auprès des responsables
27. La base de données Global Findex, constituée gouvernementaux a révélé que les secrétaires des
chaque année depuis 2005, couvre un échantillon Conseils d’éducation de district utilisaient une partie
national représentatif d’environ 1 000 personnes des subventions scolaires à d’autres fins (livraison
choisies au hasard dans chaque pays couvert. La de manuels scolaires aux écoles éloignées et autres
population cible est l’ensemble de la population coûts de fonctionnement).
civile, non institutionnalisée, âgée de 15 ans et plus. 39. Poisson 2016.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur https:// 40. Akyeampong et coll. 2018a; 2018b.
globalfindex.worldbank.org/. 41. Lee et Medina Pedreira 2019.
28. Base de données 2014 de la Banque mondiale sur 42. Caerus Capital 2018.
l’inclusion financière à l’échelle internationale (Global 43. Teferra 2013.
Findex). 44. Teferra 2013.
29. Le cadre économique dominant pour l’analyse de la 45. Gustafsson-Wright et Boggild-Jones 2018.
formation est celui de Becker (1964). Ce cadre fait 46. Base de données Brookings Global Impact Bond.
une distinction entre le capital humain spécifique à 47. Gustafsson-Wright et coll. 2017.
l’entreprise et le capital humain général pour déter- 48. Niño-Zarazúa 2016.
miner la partie qui devrait supporter les coûts de la 49. Riddell et Niño-Zarazúa 2016.
formation. Les compétences générales sont utiles 50. Commission internationale pour le financement de
à toutes les entreprises, alors que les compétences l’éducation dans le monde, 2016.
spécifiques à une entreprise n’ont aucune valeur hors 51. Statistiques de l’UNESCO. Les pays dont les don-
de l’entreprise qui emploie actuellement le travailleur. nées sont manquantes sont comptés comme
Toutefois, Lazear (2009) propose une approche plus n’ayant pas d’enseignement obligatoire.
large qui estime que toutes les compétences sont 52. Aslam et Rawal 2018.
générales, et les entreprises leur attribuent des pon- 53. Adato et Hoddinott 2010 ; Budlender 2014.
dérations différentes. C’est cette approche plus large 54. Parker et Vogl 2018.
qui est utilisée dans la présente analyse. 55. Saavedra et García 2012.
30. Stern et Ritzen 1991 ; Acemoglu 1997. 56. Kremer, Brannen, et Glennerster 2013.
31. OIT 2018. 57. Baird, McIntosh et Özler 2011.
32. Adams, Johansson de Silva, et Razmara 2013. 58. Duflo, Dupas et Kremer 2015.
L’éducation de la deuxième chance et l’alphabéti- 59. Johnstone 2015.
sation sont particulièrement importantes pour amé- 60. Les défauts de remboursement des prêts peuvent
liorer la capacité des travailleurs à passer à l’emploi être atténués par des lois qui garantissent que les
formel : plus des trois quarts des travailleurs du sec- étudiants emprunteurs sont conscients de leurs obli-
teur informel ont l’enseignement primaire comme gations de remboursement, qu’ils s’y engagent plei-
niveau d’instruction le plus élevé, et 44,5 % n’ont nement et qu’ils acceptent les conséquences des
aucun niveau d’instruction. défauts de remboursement ; qui assurent une cer-
33. Cependant, il faut noter que les gouvernements ont taine souplesse grâce à des dispositions permettant
également été accusés de manquements, notam- de reporter les paiements en cas de circonstances
ment l’inefficience de la production, l’inégalité de la imprévues ou inévitables, comme le chômage ; et
prestation, l’institutionnalisation de faibles attentes qui améliorent la capacité de recouvrement auprès
et la recherche de profits par les éducateurs (Plank des garants et des cosignataires ou habilitent les
et Davis, 2010). organismes d’aide financière à saisir les salaires
34. Brunello et De Paola 2004. lorsque les prêts sont en souffrance.

146 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE à l’adresse : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.
cfm?abstract_id=1496221.
Acemoglu, D. 1997. “Training and Innovation in an Imper- Behrman, J. R. et S. W. Parker. 2010. “Impacts of
fect Labour Market.” The Review of Economic Studies Conditional Cash Transfer Programs in Education.”
64 (3): 445-464. In Conditional Cash Transfers in Latin America. Was-
Adams, A. V., S. Johansson de Silva et S. Razmara. 2013. hington, DC: Institut international de recherche sur les
Improving Skills Development in the Informal Sector: politiques alimentaires.
Strategies for Sub-Saharan Africa. Washington, DC: Birchler, K. et K. Michaelowa. 2016. “Making Aid Work
Banque mondiale. for Education in Developing Countries: An Analysis of
Adato, M., et J. Hoddinott. 2010. Conditional Cash Trans- Aid Effectiveness for Primary Education Coverage and
fers in Latin America. Washington, DC: Institut inter- Quality.” International Journal of Educational Develop-
national de recherche sur les politiques alimentaires. ment 52-37 :48.
Akyeampong, K., M. Delprato, G. Mindano, K. Lewin, Böhme, M. H. 2015. “Migration and Educational Aspira-
et J. Sentengo. 2018a. “The Efficiency of Seconda- tions—Another Channel of Brain Gain? IZA Journal of
ry Education in Sub-Saharan Africa: EESSA Project: Migration 4 (12): 1-24.
The Case of Uganda.” University of Sussex, Center for Brunello, G. et M. De Paola. 2004. “Market Failures and
International Education. Paper prepared for the Mas- the Under-Provision of Training.” CESifo Working
terCard Foundation report Secondary Education in Paper Series 1286, Category 4: Labour Markets, CE-
Africa: Preparing Youth for the Future of Work. Sifo Group, Munich, Germany. Disponible à l’adresse :
Akyeampong, K., M. Delprato, G. Mindano, K. Lewin et https://www.ifo.de/DocDL/cesifo1_wp1286.pdf.
J. Chimombo. 2018b. “The Efficiency of Seconda- Budlender, D. 2014. Conditional Cash Transfers: Learning
ry Education in Sub-Saharan Africa: EESSA Project: from the Literature. New York: ONU-Femmes.
The Case of Malawi.” University of Sussex, Center for Caerus Capital. 2018. The Business Education in Africa.
International Education. Paper prepared for the Mas- Disponible à l’adresse : https://edafricareport.caerus-
terCard Foundation report Secondary Education in capital.co/thebusinessofeducationinafrica.pdf.
Africa: Preparing Youth for the Future of Work. Commission internationale pour le financement de possi-
Aslam, M., et S. Rawal. 2018. “Public–Private bilités d’éducation dans le monde. 2016. La génération
Partnerships and Private Actors in Secondary Educa- d’apprenants : Investir dans l’éducation pour un monde
tion in Sub-Saharan Africa.” Paper prepared for the en pleine évolution Disponible à l’adresse : http://re-
MasterCard Foundation report, Secondary Education port.educationcommission.org/download/1014/
in Africa: Preparing Youth for the Future of Work. Sep- Cornwell, C., P. Schmidt et R. C. Sickles. 1990. “Produc-
tembre 2018. Disponible à l’adresse : https://master- tion Frontiers with Cross-sectional and Time-series
cardfdn.org/wp-content/uploads/2019/07/Public-Pri- Variation in Efficiency Levels.” Journal of Econometrics
vate-Partnerships-FINAL-1.pdf. 46 (1–2): 185-200.
BAD (Banque africaine de développement) et FMI (Fonds Duflo, E., P. Dupas et M. Kremer. 2015. “Education, HIV,
monétaire international). À paraître. Debt Sustainabi- and Early Fertility: Experimental evidence from Kenya.”
lity, Investment and Growth with Segmented Labor American Economic Review 105 (9): 2757-2797.
Markets. Elbadawy, A. et R. Assaad. 2007. “Education Returns
Banque mondiale. 2017. Remittance Prices Worldwide in the Marriage Market: Does Female Education In-
21 (mars 2017). Disponible à l’adresse : https://remit- vestment Improve the Quality of Future Husbands in
tanceprices.worldbank.org/sites/default/files/rpw_re- Egypt?” Mimeo. Le Caire : Conseil de population.
port_march_2017.pdf. Fergany, N. 1995. “SA Preliminary Mapping of the Neces-
Basu, K. et P. H. Van. 1998. “The Economics of Child sary Effort Needed to Reduce the Gender Gap in Pri-
Labor.” American Economic Review 88 (3): 412-427. mary Education in Egypt by Districts (Rural/Urban) and
Becker, G. S. 1964. “Human Capital: A Theoretical and Sections.” Le Caire : UNICEF.
Empirical Analysis, with Special Reference to Edu- Gordon, R., L. Marston, P. Rose et A. Zubairi. 2019.
cation.” University of Illinois at Urbana–Champaign, “Achieving the Promise to Leave No Girl behind in
Academy for Entrepreneurial Leadership Historical Commonwealth Countries.” The Round Table 108 (4):
Research Reference in Entrepreneurship. Disponible 383-398.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  147


Guill, K. et K. Lintorf. 2019. “Private Tutoring When Stakes McGillivray, M. et M. Clarke. 2018. “Fairness in the Inter-
Are High: Insights from the Transition from Primary to national Allocation of Development Aid.” The World
Secondary School in Germany.” International Journal Economy 41 (4): 1068-1087.
of Educational Development 65: 172-182. National Treasury. 2016. “Employment Tax Incentive des-
Gustafsson-Wright, E. et I. Boggild-Jones. 2018. “Are criptive report.” Pretoria, South Africa: National Trea-
Impact Bonds and Outcome Funds a Solution to the sury. Disponible à l’adresse : http://www.treasury.gov.
Global Learning Crisis?” Education Plus Development za/comm_media/press/2016/20160810%20-%20
Blog, Brookings Institute, Washington, DC. Disponible ETI%20descriptive%20memo%20With%20Exec%20
à l’adresse : https://www.brookings.edu/blog/edu- summ%20For%20Nedlac.pdf.
cation-plus-development/2018/06/18/are-impact- Niño-Zarazúa, M. 2016. “Aid, Education Policy, and De-
bonds-and-outcome-funds-a-solution-to-the-global- velopment.” International Journal of Educational Deve-
learning-crisis/. lopment 48: 1-8. Disponible à l’adresse : https://doi.
Gustafsson-Wright, E., I. Boggild-Jones, D. Segell et org/10.1016/j.ijedudev.2015.12.002.
J. Durland. 2017. “Impact Bonds in Developing OIT (Organisation internationale du travail) 2018. Femmes
Countries: Early Learnings from the Field.” Center et hommes dans l’économie informelle : Un panorama
for Universal Education at Brookings 81, Brookings statistique (Troisième édition) Genève : Bureau inter-
Institution, Washington, DC. Disponible à l’adresse : national du Travail.
https://www.brookings.edu/research/impact-bonds- Parker, S. et V. Vogl. 2018. “Do Conditional Cash Transfers
in-developing-countries-early-learnings-from-the- Improve Economic Outcomes in the Next Generation?
field/. Evidence from Mexico.” Working Paper 24303, Natio-
Jayachandran, S. 2014. “Incentives to Teach Badly: Af- nal Bureau of Economic Research, Cambridge, MA.
ter-School Tutoring in Developing Countries.” Journal Plank D.N., and T.E. Davis. 2010. “The Economic Role
of Development Economics 108: 190-205. of the State in Education. In Penelope Peterson, Eva
Johnstone, D. B. 2015. “Making Student Loans Work in Baker, and Barry McGaw (eds.), International Ency-
Africa.” International Journal of African Higher Educa- clopedia of Education, Third Edition, 347–353. Ams-
tion 2. terdam: Elsevier.
Kandel, W. et G. Kao. 2001. “The Impact of Temporary PNUD (Programme des Nations unies pour le dévelop-
Labor Migration on Mexican Children’s Educational pement). 2015. Investissement d’Impact en Afrique :
Aspirations and Performance.” International Migration Tendances,Contraintes et Opportunités Addis-Abe-
Review 35 (4): 1205-1231. ba : PNUD. https://www.africa.undp.org/content/
Kremer, M., C. Brannen et R. Glennerster. 2013. “The dam/undp/library/corporate/Partnerships/Private%20
Challenge of Education and Learning in the Develo- Sector/Impact%20Investment%20in%20Africa/
ping World.” Science 340 (6130): 297-300. FRENCH%20REPORT%20-%20%20SCREEN%20
Lazear, E. P. 2009. “Firm-Specific Human Capital: A Skill- QUALITY.pdf
Weights Approach.” Journal of Political Economy 117 Poisson, Muriel. 2016. « Enquêtes de suivi des dépenses
(5): 914-940. publiques : Leçons tirées de l’expérience » La lettre de
Lee, Ling Jessica Diana, et Octavio Medina Pedreira. l’IIEP : actualités & analyses sur la gestion et la planifi-
2019. Results-Based Financing in Education: Lear- cation de l’éducation 32 (1). Paris : UNESCO, Institut
ning from What Works. Washington, DC: Banque international de planification de l’éducation.
mondiale. Disponible à l’adresse : http://documents. Reinikka, R. et J. Svensson. 2004. “Local Capture: Evi-
worldbank.org/curated/en/915061548222619389/ dence from a Central Government Transfer Program
Results-Based-Financing-in-Education-Learning- in Uganda.” The Quarterly Journal of Economics 119
from-What-Works. (2): 679-705.
Levinsohn, J., N. Rankin, G. Roberts et V. Schoer. 2014. Riddell, A. et M. Niño-Zarazúa. 2016. “The Effectiveness
“Wage Subsidies and Youth Employment in South of Foreign Aid to Education: What Can Be Learned?”
Africa: Evidence from a Randomised Control Trial.” International Journal of Educational Development 48:
Stellenbosch Economic Working Papers 02/14. Dis- 23-36.
ponible à l’adresse : https://www.ekon.sun.ac.za/ Saavedra, J. E. et S. García. 2012. “Impacts of Conditio-
wpapers/2014/wp022014/wp-02-2014.pdf. nal Cash Transfer Programs on Educational Outcomes

148 F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s


in Developing Countries: A Meta-Analysis.” RAND ———. 2018a. Rapport mondial sur le suivi de l’éduca-
Labor and Population Working Paper Series WR-921- tion (GEM) 2019 : Migration, déplacement et éduca-
1, RAND Corporation, Santa Monica, CA. tion : bâtir des ponts, pas des murs. Paris : UNESCO.
Stern, David et Jozef Ritzen. 1991. Market Failure in Trai- Disponible à l’adresse : https://unesdoc.unesco.org/
ning? New Economic Analysis and Evidence on Trai- ark:/48223/pf0000367435.
ning of Adult Employees. Berlin: Springer-Verlag. ———. 2018b. “Funding Skills Development, the Pri-
Teferra, D. 2013. “Funding Higher Education in Africa: vate Sector Contribution.” Paris : UNESCO. Dis-
State, Trends and Perspectives.” Journal of Higher ponible à l’adresse : https://unevoc.unesco.org/
Education in Africa/Revue de l’enseignement supé- go.php?q=Publications+UNEVOC&lang=en&null=&-
rieur en Afrique 11 (1–2) : 19-51. null=&akt=id&st=&qs=6098.
UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éduca- Wils, A. 2015. “Reaching Education Targets in Low and
tion, la science et la culture). 2012. Jeunes et com- Lower Middle-Income Countries: Costs and Finance
pétences : l’éducation au travail ; rapport mondial de Gaps to 2030.” Background paper commissioned
suivi sur l’EPT, 2012. Paris : UNESCO. by the Education for All Global Monitoring Report.
———. 2015a. Education pour tous 2000-2015 : progrès Disponible à l’adresse : http://unesdoc.unesco.org/
et enjeux ; rapport mondial de suivi sur l’EPT, 2015. images/0023/002325/232560e.pdf.
Paris : UNESCO. Disponible à l’adresse : https:// Xu, K., J. Klavus, K. Kawabata, D. B. Evans, P. Hanvo-
unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000232433. ravongchai et J. Ortiz de Iturbide. 2003. “Household
———. 2015b. “The Challenge of Teacher Shortage and Health System Contributions and Capacity to Pay:
Quality: Have We Succeeded in Getting Enough Definitional, Empirical and Technical Challenges.”
Quality Teachers into Classrooms?” Education for All Health Systems Performance Assessment: Debates,
Global Monitoring Report Policy Paper 19, UNESCO, Methods, and Empiricism. Genève : Organisation
Paris. Disponible à l’adresse : https://unesdoc.unes- mondiale de la santé.
co.org/ark:/48223/pf0000232721. Zubairi, A. et P. Rose. 2019. “Equitable Financing of Se-
———. 2016. Qui paie pour quoi dans l’éducation ? Les condary Education in Sub-Saharan Africa.” Back-
véritables coûts révélés grâce aux comptes natio- ground paper for the MasterCard Foundation. Re-
naux de l’éducation Paris : UNESCO. Disponible à search for Equitable Access and Learning (REAL)
l’adresse : http://uis.unesco.org/sites/default/files/ Centre, University of Cambridge, Cambridge, UK.
documents/who-pays-for-what-in-education-natio- Disponible à l’adresse : https://mastercardfdn.org/
nal-revealed-through-accounts-2016-fr.pdf. wp-content/uploads/2019/03/SEA-Finance-Equity_
REAL_Final-Version_Feb-2019-1.pdf.

F inanc e m e nt d e l’ é d ucati o n e t d u d év e l o pp e m e nt d e s c o mpét e nc e s  149


NOTES PAYS

 151
Afrique du Sud
Performances macroéconomiques et principalement par les investissements directs étrangers, qui
perspectives ont progressé de 163 % entre 2017 et 2018.
Le PIB réel a augmenté au rythme de 0,7 % en 2019 (estima- Le chômage est passé à 27,1 % à la fin 2018, contre
tion), contre 0,8 % en 2018, et sa croissance devrait monter 26,5 % à la fin 2016. Le chômage des jeunes est passé à
à 1,1 % en 2020 puis à 1,8 % en 2021 dans un contexte de 54,7 % à la fin 2018, contre 51 % à la fin 2016. La faiblesse
risques aux plans national et mondial. Le déclin de l’agriculture des compétences de la main-d’œuvre sud-africaine est l’une
et de l’exploitation minière a ralenti la croissance en 2019. Le des causes du fort taux de chômage. Le taux de pauvreté en
secteur agricole a reculé de 4,8 % et l’exploitation minière de Afrique du Sud s’est établi à 55,5 % et les inégalités y sont
1,7 % en 2018. Des conditions météorologiques difficiles mais parmi les plus fortes au monde.
aussi un débat prolongé sur la réforme foncière ont pesé sur
les performances agricoles. Le secteur minier, quant à lui, a été
sapé par des pénuries d’électricité et des grèves qui se sont Facteurs favorables et défavorables
éternisées. Le secteur de la finance, de l’immobilier et des ser- L’Afrique du Sud entreprend des réformes pour s’attaquer
vices aux entreprises a progressé de 1,8 % en 2018, contri- aux contraintes structurelles qui freinent la croissance éco-
buant ainsi 0,4 point de pourcentage à la croissance. Le sec- nomique et la création d’emplois. L’une de ces réformes
teur des transports a crû de 1,6 % et le secteur manufacturier consiste à restructurer la société de services publics Eskom
de 1 % en 2018. La production manufacturière a été affectée afin de réduire le risque important que sa dette fait peser sur
par les pénuries d’électricité récurrentes, la hausse des prix des le Trésor. Parmi les autres réformes, citons la répartition du
intrants et la faiblesse de la demande dans un contexte de ten- spectre des télécommunications, la suppression des obsta-
sions commerciales internationales. cles à l’investissement minier et la révision des exigences en
La consommation des ménages et des administrations matière de visas, afin de stimuler le tourisme. Le gouverne-
publiques est restée un moteur clé de la croissance, contri- ment prend des mesures pour améliorer les investissements,
buant 1,5 point de pourcentage à la croissance en 2018. revitaliser les townships et les parcs industriels.
L’inflation a été de 4,7 % en 2018 et de 4,4 % en 2019, en L’Afrique du Sud a nettement chuté dans les classements
raison de la baisse des coûts de carburant. De novembre mondiaux de compétitivité, passant du 47e rang sur 140 pays
2017 à novembre 2018, le taux de change réel a augmenté de en 2016 au 67e en 2018. Cette baisse est principalement due
8,1 %, ce qui a érodé la compétitivité des exportations sud-­ à la pénurie de compétences, aux difficultés du secteur de la
africaines. Le rand s’est échangé à 13,23 pour un dollar en santé, à la faible concurrence parmi les produits sud-africains
2018. Le régime de ciblage de l’inflation a permis d’amortir les et à l’adoption limitée des technologies de l’information et des
effets du taux de change sur l’inflation. communications. Les maillons de chaîne de valeur entre l’ex-
Le déficit budgétaire est resté élevé, à environ 4,3 % en ploitation minière et la fabrication sont faibles, car l’Afrique du
2019, contre 4,2 % en 2018, dans un contexte d’insuffisance Sud exporte la majeure partie de ses ressources minérales
de recettes persistant, dû à la faible croissance économique. sous forme brute. Cela rend le pays vulnérable aux chocs
Le rapport « recettes fiscales sur PIB » a légèrement diminué, récurrents des prix mondiaux des matières premières.
passant de 25,9 % en 2018 à 25,7 % en 2019. Le déficit bud- La faible croissance mondiale, les tensions commerciales
gétaire est financé par les marchés de capitaux nationaux, et mondiales et la volatilité des prix des matières premières font
selon les estimations, la dette publique de l’Afrique du Sud également peser des risques sur l’économie sud-africaine.
a atteint 55,6 % du PIB en 2019, contre 52,7 % en 2018. La Plusieurs facteurs grèvent le budget du pays : une enve-
dette extérieure ne représentait que 6,3 % du PIB, garantis- loppe salariale élevée dans le secteur public, la mauvaise
sant ainsi un financement durable de la dette. Le déficit du performance des entreprises publiques et des programmes
compte courant s’est creusé pour atteindre 3,5 % en 2018, sociaux, y compris l’assurance maladie nationale. L’industrie
en raison de la détérioration des termes de l’échange – les sud-africaine gagnerait à produire davantage pour les mar-
prix des importations, en rand, augmentant plus que ceux chés africains.
des exportations. Le déficit du compte courant a été financé

Taux de croissance du PIB Taux de croissance du PIB


réel (%) réel par habitant (%) Inflation de l’IPC (%) Solde budgétaire (% du PIB) Compte courant (% du PIB)
3 2 8 0 0

1 6
1,8 0,5 5,0
2 4,6 –2 –2
0 –3,5 –3,4
–0,6 4
–4,2 –4,1
1 0,8 –4 –4
-1 2

0 –2 0 –6 -6
2018 2019 2020 2021 2018 2019 2020 2021 2018 2019 2020 2021 2018 2019 2020 2021 2018 2019 2020 2021

Source : Données des autorités nationales ; les chiffres pour 2019 sont des estimations ; les chiffres pour 2020 et 2021 sont des projections par l’équipe des
Perspectives économiques en Afrique. Les données du solde budgétaire correspondent à l’exercice fiscal de l’Afrique du Sud, allant du Ier avril au 31 mars.

152 N O T E S P AY S
Algérie
Performances macroéconomiques et Facteurs favorables et défavorables
perspectives À moy