Vous êtes sur la page 1sur 6

LE CIMENT

Définition :
Le ciment est un liant hydraulique, c‘est-à-dire capable de faire prise dans l‘eau.
Il se présente sous aspect d‘une poudre très fine qui, mélangée avec de l‘eau,
forme une pâte faisant prise et durcit progressivement dans le temps. Ce
durcissement est dû à l‘hydratation de certains composés minéraux notamment
des silicates et d‘aluminates de calcium. La proportion de chaux et de silice
réactive devant être au moins de 50% de la masse de ciment. Les ciments
courants ont pour produit essentiel; le clinker associé à d‘autres constituants.
Ces constituants modifient les propriétés du ciment grâce à leurs caractéristiques
chimiques ou physiques. Dans la mesure où ils sont des sous-produits d‘autres
industries, ils contribuent à amoindrir le prix revient.

1) La pate de ciment :

- Pâte de ciment. Mélange dans des proportions définies par les normes (pâte
pure) de ciment et d'eau, réalisé pour différents essais relatifs aux
caractéristiques du ciment comme par exemple la norme NF EN 196-3 sur la
détermination du temps de prise et de la stabilité
1-1)Essai de prise de la pâte de ciment :
a) Définition ;

Une pate de ciment de qualité avec une consistance normalisée doit être utilisée
les temps de début et de fin de prise ainsi que pour l‘essai. il est donc nécessaire de
déterminer pour chaque ciment, la quantité d‘eau nécessaire pour obtenir la
consistance désirée. La consistance est mesurée par l‘appareil de Vicat

La détermination des temps de prise qui sont mesuré à l‘aide de différents


accessoires montrés sur l‘appareil de Vicat est effectuée à l‘aide d‘une aiguille
circulaire de 1.13 ± 0.05 mm de diamètre. Cette aiguille sous l‘effet d‘un poids
prédéterminé est utilisée pour pénétrer une pâte de consistance normalisée placée
[Texte] Page 1
LE CIMENT

dans un moule spécial. Le temps de début de prise correspond au moment où l'on


observe une augmentation de la viscosité, ou raidissement de la pâte, ce qui, dans la
pratique, se mesure au moyen de l'aiguille normalisée (appareil de Vicat) et
correspond au temps écoulé depuis le gâchage de la pâte jusqu'au moment où
l'aiguille s‘arrête à une distance (d = 5 mm ±1mm) du fond de l‘anneau de 40 mm
de hauteur remplie de pâte pure de ciment.
b) Le but d’essai :
-Le début de prise est un des critères de classification des ciments.

-Le mortier ou le béton doivent être transportés et mis en place avant le début de
prise.

-Le temps de début de prise et le temps de fin de prise du béton sont fonctions de
ceux de la pâte de ciment. Ces temps dépendent de nombreux facteurs que l’on peut
étudier en laboratoire : influence du rapport C / E, du type de ciment utilisé, de la
température, de l’humidité, des adjuvants, des propriétés de l’eau, du volume de
béton, des granulats, du malaxage…

-Il importe donc de maîtriser et de pouvoir modifier ces paramètres pour permettre
des utilisations variées des bétons : bétons de grande masse, bétonnage par temps
chaud ou froid, bétonnage sous l’eau, transport du béton, traitement des joints de
reprise, transport, pompage, tout en conservant l’homogénéité du béton pendant le
transport et la mise en place.

1-2) Essai de consistance :

a) Définition :

La pâte de ciment est composée de ciment (C) et d’eau (E). On définit souvent le
rapport E / C ou C / E qui permet d’obtenir une pâte de consistance normalisée: ni
trop, ni trop peu d’eau.

[Texte] Page 2
LE CIMENT

On connaît les valeurs courantes de ces rapports, mais une variation minime de ces
ratios ou des dispersions de température ou d’hygrométrie modifie rapidement la
consistance de la pâte.

Des adjuvants (plastifiants ou super plastifiants) permettent de modifier les rapports


C/E ou

E/C sans perturber l’ouvrabilité ou la maniabilité du béton.

- Pour déterminer ces rapports on effectue l’essai de consistance avec l’appareil de


Vicat.

On mesure l'enfoncement d'une sonde amovible de diamètre 10 mm, fixée à la partie


mobile de l’appareil de Vicat dont la masse totale est de 300 g, dans une pâte de
ciment maintenue dans un moule tronconique.

L'enfoncement est fonction de la consistance de la pâte: on parle de consistance


normalisée lorsque la sonde s'immobilise au plus tard 30 secondes après l’avoir
lâchée à une distance d = 6 mm (+ ou - 1 mm) du fond du moule.

Si d n’est pas atteint, il convient de modifier les rapports C/E ou E/C afin d’obtenir la
consistance normale.

b) Le but d’essai :

Essai ayant pour but de repérer la consistance d'une pâte de liant hydraulique, à
l'aide de l'appareil de Vicat muni de sa sonde de consistance. La consistance
normale, recherchée pour permettre la réalisation de l'essai de prise, est obtenue
pour un enfoncement donné de la sonde.

2) Le mortier de ciment :

Le mortier-ciment est une poudre qui durcit au contact de l'eau pour devenir solide et
résistante en séchant.

[Texte] Page 3
LE CIMENT

C'est un mélange de :

-Liant : ciment, chaux, etc.,

-Avec une charge : le sable, par exemple.

Il se distingue du béton qui est un mélange de ciment et de gravier.

On peut aussi mélanger le ciment et la chaux pour faire un mortier bâtard

2-1) L’essai de mortier :

A) A l’état frais :
1) Essai de teneur en air du mortier frais :
But : La présente norme européenne décrit deux méthodes permettant de
déterminer la teneur en air des mortiers frais, y compris les mortiers contenant
des liants minéraux et à la fois des granulats lourds et légers - méthode A:
méthode par pression - méthode B : méthode à l'alcool. La méthode A est
applicable aux mortiers dont la teneur en air est inférieure à 20 %. La méthode
B est applicable aux mortiers dont la teneur en air est égale ou supérieure à
20%.
2) Essai de masse volumique du mortier frais :
But : La présente norme européenne décrit une méthode permettant de
déterminer la masse volumique apparente des mortiers frais, y compris les
mortiers contenant des liants minéraux et à la fois des granulats lourds et
légers.
B) A l’état durci :
1) Essai de la flexion et la compression :
But : la méthode permettant de déterminer la résistance à la compression et,
facultativement, la résistance à la flexion d'un mortier de ciment. La méthode
s'applique aux ciments courants et à d'autres ciments et matériaux pour lesquels
les normes prescrivent la présente méthode. Elle ne doit pas s'appliquer aux

[Texte] Page 4
LE CIMENT

autres types de ciments, qui ont, par exemple, un temps de début de prise très
court.

3) Le béton :

Matériau artificiel composé d'un mélange de pierres, de sables, d'un liant hydraulique
(ciment ou chaux) et d'eau, durcissant par action hydraulique ou chimique.

A) A l’état frais :

1) Essai d’affaissement au cône d’Abrams :

But : Principe de l’essai Il s’agit de constater l’affaissement d’un cône de béton


sous l’effet de son propre poids. Pluscet affaissement sera grand et plus le béton
sera réputé fluide.

2) Essai de masse volumique :

But : le calcul de la masse volumique du béton permet parfois d’obtenir des


informations sur sa composition et donc sa qualité. On sait ainsi qu’un béton à la

[Texte] Page 5
LE CIMENT

masse volumique de 400 kg / m-3 est un béton léger, aux capacités mécaniques
moins importantes qu’un béton traditionnel.

B) A l’état durci :

1) Essais de compression de béton :

But : Le principe de l'essai est de soumettre une éprouvette cylindrique, cubique


ou une carotte à une force croissante et constante jusqu'à rupture de celle-ci afin
de déterminer sa résistance à la compression.

2) Essais de flexion de béton :

But : Pour chaque catégorie d’essai défini ci-après, le travail de préparation


comportera principalement le calcul des valeurs prévisionnelles de chargement à
rupture pour chacune des éprouvettes considérées

Conclusion Générale :

Les mortiers faits à partir de liant ternaire, malgré des faibles performances à
jeune âge, ont tendance à se rattraper dans le temps et à rejoindre le ciment
binaire avec 10% de filler à 90 jours et même à dépasser le CPA et le ciment
binaire avec 30% de pouzzolane. La réaction d’hydratation qui se manifeste
entre un ciment Portland et un ajout cimentaire est plus lente.

La consistance normale augmente proportionnellement avec le pourcentage


d'ajout en raison de sa grande surface spécifique. Par contre, une diminution du
temps de prise est observée.

Le béton avec ajout conserve à l’air à 28 jours développe des résistances


supérieure à celles du béton humide, ce qui peut être expliqué par l’évolution
des réactions d’hydratation

[Texte] Page 6

Vous aimerez peut-être aussi