Vous êtes sur la page 1sur 9

Le Pharynx

Le pharynx est une région anatomique qui part de la base du crâne et se termine dans l’œsophage
cervical. C’est un tuyau postérieur creux se divisant en Trois portions :

➢ Le Rhinopharynx RP situé en face des choanes et des cavités nasales.


➢ L’Oropharynx OP situé en face de la cavité orale, communiquant avec l’oreille moyenne.
➢ L’Hypopharynx HP ou Pharyngolarynx, sa partie terminale en rapport avec le Larynx.

I- Musculature externe du Pharynx en vue latérale


A. Les muscles de la région du Pharynx

1. Les muscles environnants

Le muscle Mylo-hyoïdien s’insère sur la ligne mylo-hyoïdienne, c’est le muscle du plancher oral.
En arrière de ce muscle, on retrouve le muscle postérieur de la langue, le muscle Hyoglosse.

Entre les muscles Mylo-hyoïdien et Hyoglosse vont s’engouffrer la Glande submandibulaire, le nerf
hypoglosse XII et la veine Linguale.

Le muscle Crico-thyroïdien s’insère sur le bord inférieur du cartilage thyroïde, le cône élastique, et
sur le cartilage cricoïde.

Le muscle Thyro-hyoïdien s’insérant sur le corps de l’os hyoïde et sur la partie antérieure de la crête
oblique du cartilage Thyroïde. Sur cette crête s’insère également le muscle Sterno-thyroïdien.

Remarque : Les Trois muscles s’insérant sur la crête oblique du cartilage Thyroïde sont :

➢ En arrière le muscle Thyro-pharyngien, partie supérieure du CIP.


➢ En avant et vers le haut, le muscle Thyro-hyoïdien.
➢ En avant et vers le bas, le muscle Sterno-thyroïdien.

2. Les muscles de la paroi pharyngée (3)

❖ Le muscle Constricteur Supérieur du Pharynx (CSP)

Le CSP présente Quatre faisceaux :

➢ Le faisceau Supérieur du muscle CSP part de la partie supérieure de l’aile interne du processus
ptérygoïde. Il est tenu par le haut à la base du crâne par le fascia pharyngo-basilaire, une partie non
musculaire du pharynx.

➢ Le faisceau Bucco-pharyngé du CSP est le principal faisceau du CSP. Il s’insère sur la partie
postérieur du Raphé ptérygo-mandibulaire, un tendon fibreux tendu entre la ligne mylo-hyoïdienne
et le crochet de la lame interne du processus ptérygoïde. Ce raphé permet de relier maxillaire et
mandibule en formant la Commissure intermaxillaire, il donne également insertion en avant au
muscle Buccinateur, muscle peaucier principal de la Joue.

➢ Le faisceau Glosso-pharyngien du CSP est inséré sur le muscle Hyoglosse.


➢ Le faisceau Mylo-pharyngé s’insère sur la ligne Mylo-hyoïdienne, il est accessoire.

1
❖ Le Constricteur moyen du Pharynx (CMP)

Il possède Deux faisceaux principaux et recouvre en partie le CSP :

➢ Le faisceau Chondro-pharyngien inséré au niveau des petites cornes de l’os Hyoïde.


➢ Le faisceau Cérato-pharyngien, inséré au niveau des grandes cornes de l’os Hyoïde.

❖ Le Constricteur inférieur du Pharynx (CIP)

Il possède Deux faisceaux séparés, et recouvre en partie le CMP :

➢ Le faisceau Thryo-pharyngien, supérieur et inséré sur la crête oblique du cartilage Thyroïde.

➢ Le faisceau Crico-pharyngien, inférieur, inséré sur la petite corne du cartilage Thyroïde. Il


correspond au Sphincter supérieur de l’œsophage ou Bouche œsophagienne de Kilian.

Les muscles pharyngés droits et gauches se réunissent en arrière par le Raphé médian postérieur du
Pharynx. Ce raphé ne concerne pas le Crico-pharyngien (Faisceau inférieur du CIP), il s’arrête au Thyro-
pharyngien. Entre ce raphé et l’axe vertébral, est défini virtuellement un espace rétro-pharyngé ou pré-
vertébral, cet espace peut apparaitre de manière très nette lors d’infection ou d’invasion tumorale.

Le muscle Stylo-pharyngien s’insère sur le processus styloïde. Il passe latéralement au pharynx


puis en dedans du muscle CMP, afin de se terminer sur la grande corne du cartilage thyroïde et au niveau
du bord latéral libre de l’épiglotte.
Ce muscle possède le rôle exclusif d’élévation de l’axe laryngé lors de la déglutition, notamment afin
d’éviter les fausses routes, il est en rapport étroit avec le Glosso-pharyngien IX, nerf principal du pharynx.

B. L’innervation (2 nerfs principaux)

1. Le nerf Glosso-pharyngien IX

Le nerf Glosso-pharyngien IX présente un trajet très court et est satellite du muscle stylo-
pharyngien. Il sort du foramen jugulaire, au niveau duquel il présente des ganglions supérieur et inférieur :

➢ Il traverse le CSP afin de donner l’innervation sensitive de la base de la langue et de la tonsille


(Amygdale) palatine.

➢ Il donne des branches motrices pour le CSP, pour le muscle stylo-pharyngien, et pour le CMP.

➢ Il est sensitif et moteur pour l’oropharynx.

2. Le nerf Cardio-pneumo-gastrique ou Vague X

La partie inférieure du pharynx est innervé par le nerf récurrent ou Laryngé inférieur, branche du Vague X :

➢ Il donne des branches motrices pour le CIP (Crico-pharyngien et Thyro-pharyngien) et le CMP.

➢ Il donne des branches pour la trachée et l’œsophage, avant de pénétrer le larynx en arrière de la
petite corne du Thyroïde.

➢ Il est sensitif et moteur pour l’Hypopharynx.

2
3. Le plexus nerveux pharyngé

Le XI passe devant la VJI, le X se place entre l’ACI et la VJI. Les Deux sortent du foramen jugulaire.

Les nerfs IX et X sont reliés entre eux par des anastomoses, formant avec l’aide de filets nerveux OS
de la chaîne sympathique cervicale le plexus nerveux pharyngé de Haller (Péri-pharyngé, sous le plexus
veineux ptérygoïdien). Ce plexus distribuera ses branches motrices, sensitives et végétatives au pharynx, et
la plupart du temps, via le système d’anastomoses, le nerf innervant réellement le CMP sera le X, en
empruntant la gaine nerveuse du IX.

La chaîne sympathique cervicale possède des ganglions supérieur, moyen et inférieur, ainsi qu’un
ganglion stellaire au niveau de l’apex pulmonaire. Souvent les deux derniers ganglions fusionnent.

II- Le Pharynx en vue postérieure

Pré-requis : Est replacée la base du crâne, avec à gauche les processus mastoïdes et styloïdes, et à
droite le foramen jugulaire.

On aperçoit la choane, dessinée par les lames internes des processus ptérygoïdes et le vomer. On
remet en place les différents cartilages et l’œsophage, tuyau musculo-membraneux.

A. Les éléments ligamentaires

Le ligament stylo-mandibulaire part du processus styloïde afin de retrouver la face interne du ramus.
Le Raphé ptérygo-mandibulaire permettra l’insertion du CSP.

Entre la base du crâne et le CSP, on retrouve le fascia pharyngo-basilaire recouvrant le tube auditif.
Le raphé médian postérieur du Pharynx est ici bien visible avec sa terminaison au niveau du muscle thyro-
pharyngien.

B. Les éléments musculaires

On peut replacer tous les éléments musculaires constituant le pharynx :

➢ Le CSP se situe essentiellement dans le RP et possède un rôle accessoire dans la déglutition, mais
surtout un rôle dans la respiration.

➢ Le CMP est inséré essentiellement sur l’os Hyoïde, avec une forme losangique, et laissant visible le
bout des grandes cornes de l’os Hyoïde. Ce muscle est le plus important des Trois pour la
déglutition, et sa fibrose entraîne facilement des dysphagies.

➢ Le CIP est composé de Deux faisceaux, le crico- et le thyro-pharyngiens, entre ces Deux faisceaux
est défini un triangle dépourvu de fibres musculaires, le triangle de Kilian. Ce triangle est une zone
de faiblesse au travers duquel l’intérieur du tuyau pharyngée peut faire hernie, ce qui constitue une
poche muqueuse, le diverticule de Zenker, accumulant facilement les pourritures alimentaires.

Tout le rideau musculaire du pharynx, à l’exception du crico-pharyngien, sera recouvert du fascia


péri-pharyngé. Entre ce fascia et le ligament Stylo-mandibulaire se développe l’Aileron du pharynx, un
renforcement ligamentaire.

Le muscle Stylo-pharyngien s’insère sur le cartilage thyroïde et l’épiglotte, il suspend le Pharynx et


le Larynx (Élévateur de l’axe pharyngo-laryngé).

3
C. Trophicité

1. Vascularisation

On replace l’ACC donnant le Sinus carotidien à peu près au niveau de l’os Hyoïde, ce sinus donnant
l’ACI en postéro-externe et l’ACE en antéro-interne. La VJI passe en dehors de l’axe carotidien interne et
commun, elle occupe la partie postérieure du foramen jugulaire à la base du crâne.

L’artère Pharyngienne ascendante est une artère postérieure permettant la vascularisation de la


partie haute du pharynx. Elle se termine par l’artère Méningée postérieure. C’est la branche la plus fine de
l’ACE.

Hormis cette artère, la majorité de la vascularisation du pharynx s’effectue via des artères non
exclusives et par contiguïté, notamment par les artères Thyroïdiennes inférieure et supérieur, ainsi que
l’artère Linguale.

Le drainage veineux du Pharynx est particulier :

➢ Dans sa partie haute est concerné le Plexus ptérygoïdien, à la fois en connexion avec le réseau
jugulaire externe et avec la VJI ainsi qu’avec le plexus caverneux.

➢ En plus de ce plexus, il existe un plexus veineux péri-pharyngien situé à la partie supérieure du


pharynx et se drainant dans la VJI.

➢ Tout le long de la VJI, des veines à destination du pharynx s’y drainent directement. Des drainages
s’effectuent également via une arcade veineuse latéro-pharyngée se jetant dans la VJI.

2. L’innervation

Les principaux nerfs du pharynx sortent tous du foramen jugulaire, ce sont les nerfs Glosso-
pharyngien IX et le nerf Pneumogastrique X.

Le nerf IX sert à innerver les muscles via des branches pour le stylo-pharyngien et le CSP.

Entre la VJI et l’ACC va cheminer le Nerf X. Il possède pour branche le nerf Récurrent donnant les
branches pour le CMP et le CIP.

3. Le drainage lymphatique

Il s’effectue majoritairement au niveau des groupes IIa, III et IV (Ganglions jugulo-carotidiens). Au


niveau du rhinopharynx, le drainage peut s’effectuer via le groupe IIb, dirigé vers les groupes V.

Il existe des ganglions juxta-viscéraux, soit para-pharyngés, soit rétro-pharyngés (Surtout RP et OP) : Les
cancers du pharynx, notamment du RP peuvent présenter des ganglions très postérieurs dans le cou.

III- Les muscles de la langue et la loge amygdalienne

On peut placer les muscles de la langue, avec le muscle Génio-glosse, s’insérant sur l’épine
mentonnière (Apophyse géniie) supérieure.

En dessous, on retrouve le muscle Génio-hyoïdien, inséré sur l’épine mentonnière inférieure.

4
Le muscle Hyoglosse est le muscle postérieur de la langue, composé de Trois faisceaux :

➢ Le muscle Cérato-glosse, partant de la grande corne de l’os Hyoïde. Il constitue le faisceau le plus
postérieur de la base de la langue.

➢ Le Chondro-glosse, partant de la petite corne de l’os Hyoïde.

➢ Le Basio-glosse part de la partie postérieur du corps de l’os Hyoïde.

C’est au dessus du muscle Hyoglosse que se développe la loge amygdalienne. Cette loge est en
rapport essentiel avec Deux muscles :

➢ Le muscle Stylo-pharyngien, innervé par le nerf Glosso-pharyngien IX.

➢ Le muscle Stylo-glosse, envoyant des fibres musculaires dans la langue, et donc en rapport étroit
avec la loge amygdalienne. Il est innervé par le nerf Hypoglosse XII.

L’artère Palatine ascendante est une branche de l’artère Faciale dans sa portion initiale (Concavité en
dedans de la mandibule et proche de la loge amygdalienne). Elle passe entre les fibres du Stylo-pharyngien
afin de donner l’artère Tonsillaire pour la loge.

Cette artère s’anastomose avec l’artère Palatine descendante provenant de l’artère Maxillaire.

Le nerf Glosso-pharyngien IX propose Deux branches pour la sensibilité de la langue postérieure,


et une troisième pour la loge amygdalienne qui lui est un rapport inférieur.

IV- Coupe sagittale, vue interne du Pharynx

Pré-requis : L’os Hyoïde, les cartilages Thyroïde, Cricoïde, Aryténoïde et Épiglottique.

A. Les éléments anatomiques

On met en place le Palais mou (Voile du Palais) derrière le Palais dur. Il forme une limite entre RP et OP.

Au dessus du pôle supérieur du cartilage cricoïde se développe le muscle inter-aryténoïdien. S’y


insèrent les cordes vocales.

On place alors les différentes muqueuses de la région : Linguale, épiglottique, endolaryngée de


l’épiglottique, gingivale, laryngée entourant le voile du palais (Strictement au milieu du palais mou existe le
muscle Uvulaire ou Luette).

Au niveau des tranches de section de la langue, on retrouve, le muscle Génio-glosse forme la


majeure partie de la masse musculaire de la partie inférieure de la langue. Le muscle génio-hyoïdien est
situé juste en dessous. Il s’insère sur l’os hyoïde en arrière.

On place le ligament Hyo-épiglottique de l’os hyoïde à l’épiglotte et la membrane thyro-hyoïdienne


(Ligament thyro-hyoïdien médian) ainsi que le cône élastique (Entre le thyroïde et le cricoïde).

5
B. Les régions du pharynx

Vu de l’intérieur, on retrouve le Rhinopharynx, l’Oropharynx et l’Hypopharynx ou Pharyngo-larynx.

1. Le Rhinopharynx RP

On retrouve dans sa portion postéro-supérieure les Végétations adénoïdes (Tonsille pharyngée chez
l’adulte). Le plancher du RP est fermé par le Voile du Palais lorsque l’on ne respire pas par le nez ou que
l’on avale.

La Paroi latérale du RP est marquée par un Relief, le Torus tubaire correspondant au cartilage du
Tube auditif (Reliant l’oreille moyenne au RP). Ce Torus est marqué en avant et en dessous par le Torus de
l’élévateur correspond aux fibres de l’Élévateur du voile du Palais. En avant est défini l’orifice tubaire ou
orifice pharyngé du tube auditif (Trompe d’Eustache). En arrière, le pli sapingo-pharyngien correspond aux
fibres musculaires du muscle palato-pharyngien.

En arrière du torus tubaire on trouve une gouttière, le Récessus pharyngien ou fossette de Rosenmüller.

2. L’Oropharynx OP

Cette région est délimitée en avant par le Pli Palatoglosse. Il fait la jonction entre le palais et la
langue (Au niveau du V lingual), et correspond au Pilier antérieur de la Loge tonsillaire, (Pour la Tonsille
palatine). Ce Pilier, comme le Pilier postérieur (Pilier palato-pharyngien), étant en réalité un véritable
muscle, le muscle Palatoglosse.

C’est entre ces deux piliers que va se loger la Tonsille palatine, avec parfois une extension à
l’intérieur du voile du palais, le sinus de Tourtual.

V- La cavité orale

Les deux rangées de dents sont reliées en arrière par la commissure Intermaxillaire, formée par le
raphé Ptérygo-mandibulaire.

A. Les éléments anatomiques de la langue

Notons que la muqueuse linguale sera en continuité de la muqueuse épiglottique, sur laquelle sont
visibles Deux valécules épiglottiques droit et gauche, formés par le ligament Glosso-épiglottique médian.

La langue présentera Deux reliefs, le Sillon dorsal médian de la langue, et le V lingual. Le V lingual
est une zone où se développent Neuf papilles circumvallées ou caliciformes, et permettra de séparer la Base
de langue de la Langue mobile :

➢ La Base de langue sera le siège de formations lymphoïdes appelées Tonsille linguale.

➢ La langue mobile sera le lieu de développement de Quatre types de papilles :

- Sur la partie médiane et postérieure ce sont les papilles filiformes.


- Sur les côtés ce sont les papilles fongiformes.

Le dos de la langue sera le siège de l’innervation somato-sensible (Douleur, chaud-froid, tact) par le V3.
En avant, c’est le sucré. Sur les côtés, c’est le salé. Entre le salé et l’innervation somato-sensible, c’est
l’acide. En arrière, c’est l’amer.

6
B. Les parois de la cavité orale

On retrouve en arrière et sur la paroi supérieure de la cavité orale, la Luette (Uvule palatine).
Latéralement, on retrouve les piliers antérieur (Palatoglosse, car le muscle palato-glosse s’y développe) et
postérieur (Palato-pharyngien) délimitant la Loge palatine ou tonsillaire. Elle présente une expansion
supérieure, le Sinus de Tourtual. Cette loge se divise en Deux régions :

➢ Le pli triangulaire en avant.

➢ En dessous, la zone formant la jonction entre la langue et la tonsille palatine, c’est la fosse tonsillaire
ou zone de jonction amygdalo-glosse, symbolisée par un sillon sensible aux cancers.

Notons que la tonsille pharyngée sur la paroi postérieure du Rhinopharynx, les tonsilles palatines et
la tonsille linguale forment l’anneau de Waldeyer (Ensemble des éléments lymphatiques pharyngés).

Les ligaments glosso-épiglottiques latéraux permettent d’attacher l’épiglotte à la langue.

Le fond de la gorge définit la paroi Oro-pharyngé postérieur.

C. Quelques précisions sur la loge tonsillaire

La loge tonsillaire possède un rapport essentiel postérieur, notamment chez les enfants de moins de
Deux ans, c’est l’ACE. Dans la région, entre les muscles Stylo-glosse et Stylo-pharyngien, passera l’artère
Palatine ascendante, branche de la Faciale (Également un rapport important), et donnant ici l’artère
Tonsillaire.

Le nerf Glosso-pharyngien IX donne également des branches inférieures pour l’amygdale palatine.

Toute la région est recouverte par une couche musculaire du CSP, recouvert d’un fascia interne et de
l’aponévrose péri-pharyngée à l’extérieur, ce qui doit normalement protéger l’ACE lors de chirurgie.

Les muscles Stylo-glosse et Stylo-pharyngien, entourés de leurs fascias propres, sont réunis par un
fascia de la capsule amygdalienne, la tonsille palatine sera fixée à ce fascia.

Cette tonsille est creusée de nombreuses cavités, ce sont les cryptes amygdaliennes. La quantité et la
profondeur de ces cryptes est un facteur de risque pour la colonisation par des bactéries : L’inflammation
chronique des tonsilles palatines est une tonsillite chronique, indication à l’amygdalectomie. Cette chirurgie
passe par le plan de dissection extra-capsulaire.

L’espace péri-amygdalien, entre la capsule de l’amygdale et le CSP, permet de classer les différents
abcès de l’amygdale :

➢ Dans l’amygdale, ce sont des abcès intra-amygdaliens.

➢ Entre la capsule et le CSP, ce sont des abcès péri-amygdalien, entrainant une déviation de la luette
et un bombement du voile du palais (Le plafond de la cavité orale).

➢ En dehors de l’amygdale, ce sont des abcès para-amygdaliens ou para-pharyngés, l’aluette n’est


pas dévié mais l’amygdale ressort fortement dans le voile du palais.

7
VI- Vision postérieure du Pharynx

Pré-requis : On replace les choanes, l’œsophage en bas et la trachée que l’on a disséquée. Le raphé
médian postérieur du pharynx est sectionné et les muscles pharyngiens écartés.

On aperçoit derrière les choanes le torus tubaire, le torus de l’élévateur, ainsi que la trompe d’Eustache.

L’amphore laryngée vient s’aboucher en arrière de la langue, l’air s’engouffre dans cette gouttière.
Cette amphore est fixée grâce aux éléments de voisinage :

➢ Le ligament (Repli) glosso-épiglottique médian, au milieu de la base de langue, et permettant de


séparer les valécules épiglottiques.

➢ Les ligaments (Replis) glosso-épiglottiques latéraux. Les Trois ligaments glosso-épiglottiques


rattachent la langue à l’épiglotte.

➢ Le repli pharyngo-épiglottique, rattachant l’épiglotte à la paroi latérale du pharynx. En dessous de


ces replis on peut apercevoir les replis du nerf Laryngé supérieur.

➢ Le Repli ary-épiglottique joignant le cartilage aryténoïde à l’épiglotte.

Les replis glosso-épiglottique latéral, pharyngo-épiglottique, et ary-épiglottique permettent de


définir au niveau de leur convergence la zone ou carrefour des Trois Replis. C’est une zone classique de
naissance de cancers de la margelle laryngée (Les frontières supérieures du larynx).

Ainsi, le bol alimentaire va passer au dessus des replis, avant de passer dans les parois latérales du
Pharyngolarynx et descendre dans l’œsophage. Cette gouttière permettant le passage du bol alimentaire est
délimitée par la paroi postéro-latérale de l’Hypopharynx et l’amphore laryngée, elle définit le Sinus ou
Récessus pyriforme ou Gouttière pharyngo-laryngée.

La région située derrière l’amphore laryngée définit la Région rétro-cricoïdienne.

VII- Les muscles du voile du palais (5)


A. Les Cinq muscles du voile du palais

Le muscle Uvulaire est inséré sur l’épine nasale postérieure (Partie postérieure des crêtes de palatin
réunies), est le seul muscle impair du voile du palais. C’est le muscle de l’aluette.

Le muscle Tenseur du voile du palais est le seul muscle qui n’est pas innervé par le Vague X mais
par le Mandibulaire V3 (Via le tronc commun pour le Ptérygoïdien médial et le Tenseur du voile du
marteau). Il possède Trois faisceaux :

➢ Un partant de la fossette scaphoïde.


➢ Un partant de la fosse ptérygoïdienne.
➢ Un partant du tiers postérieur du tube auditif

Il se réfléchit via un tendon sur le crochet l’aile interne du processus ptérygoïde, avant de se
développer à la partie supérieure du voile du palais vers la ligne médiane. Il permet de tendre le voile du
palais, mais possède également un rôle dans l’ouverture du tube auditif.

8
Le muscle Élévateur du voile du palais est inséré sur le tube auditif et se termine via un trajet
vertical dans le voile. Il soulève le voile du palais, notamment lors de la déglutition.

Le muscle Palatoglosse correspond au pilier antérieur de la loge tonsillaire, il permet de relier le


voile du palais à la langue.

Le muscle Palato-pharyngien est le muscle principal du voile du palais. Il nait sur le crochet de la
lame interne du ptérygoïde, traverse le pilier postérieur de la loge amygdalienne, et se termine sur le
cartilage Thyroïde, ainsi que dans la muqueuse pharyngée. Il double le CMP.

Il possède une insertion aponévrotique dans le voile du palais, mais également sur le tube auditif,
via son faisceau salpingo-pharyngien.

Rappelons le muscle Stylo-pharyngien, se terminant sur le thyroïde et la cartilage épiglottique.

B. Innervation

Tous ces muscles, sauf le Tenseur du voile du palais, sont innervés par le nerf Vague :

➢ Il donne le nerf Laryngé supérieur pour la sensibilité du Larynx, après avoir donné le nerf Laryngé
externe comme unique branche motrice (Muscle Crico-thyroïdien).

➢ Il donne le nerf Laryngé récurrent, également pour la motricité du Larynx en donnant le nerf
Récurrent ou Laryngé inférieur.

➢ Il donnera entre les deux le Rameau pharyngien du nerf Vague, traversant le plexus pharyngien, et
se distribuant à tous les muscles du voile du palais, sauf pour le muscle Tenseur du voile du palais,
innervé par une branche du V3.

Les différents cancers pharyngés

Au niveau de l’Hypopharynx, on peut décrire des cancers :

➢ De la région rétro-cricoïdienne.
➢ Du sinus ou Récessus pyriforme.
➢ De la paroi pharyngée postérieure de l’Hypopharynx.
➢ Du Larynx.

Au niveau de l’Oropharynx, on décrit des cancers :

➢ Du voile du palais.
➢ De la loge amygdalienne avec précision de la région.
➢ De la base de la langue.
➢ De la langue mobile.