Vous êtes sur la page 1sur 3

La cavité orale et la langue

La cavité orale est constituée de deux portions :

➢ La cavité orale à proprement parler, en dedans et en arrière des arcades dentaires.


➢ Le vestibule oral, en avant et en dehors des arcades dentaires.

I- La partie basse de la cavité orale


A. Quelques éléments anatomiques

Reliant la mandibule au maxillaire, on retrouve la Commissure intermaxillaire. Le frein de langue


correspond à la racine médiane et inférieure de la langue. On retrouve également un frein sur la lèvre
inférieure.

Entre l’arcade dentaire et la partie latérale de la langue est défini le plancher oral latéral. Le
Plancher antérieur est marqué par Deux caroncules sublinguales (L’abouchement des canaux de Wharton
de la glande submandibulaire, et non sublinguale).

En arrière du plancher antérieur, des reliefs traduisent les ombres des glandes sublinguales
déversant leur salive via une foultitude de trous.

Par transparence à la face inférieure de la langue, on peut deviner les artères et veines profondes de
la langue.

B. La langue et ses différentes portions

La langue, essentiellement insérée sur l’os Hyoïde pourra être séparée en Deux portions :

➢ Derrière le V lingual est définie la racine ou base de la langue, elle est fixe et appartient à l’OP.
Elle est utile lors de la déglutition, notamment afin de protéger le larynx.

➢ Devant ce V est définie la langue mobile, le corps de la langue appartenant à la cavité orale. Elle
possède un rôle dans l’articulation, et afin de mâcher.

Entre les deux petites cornes de l’os Hyoïde, une membrane hyo-glossienne est complétée dans la
partie supérieure et antérieure par le septum fibreux de la langue, séparant la langue en Deux hémi-
langues, droite et gauche.

II- Les muscles de la langue (8)


A. Les muscles intrinsèques (Insérés dans le corps de la langue) (2)

➢ Le muscle Longitudinal supérieur est inséré sur l’os Hyoïde via un faisceau antérieur sur la petite
corne et un postérieur sur la grande corne.

➢ Le muscle Longitudinal inférieur, doublant sur sa partie inférieure le muscle Longitudinal


supérieur.

1
B. Les muscles extrinsèques (Insérés loin de la langue) (3 principaux +4)

On y place le muscle Génioglosse formant la grande majorité de la langue mobile, en s’insérant sur
l’épine mentonnière supérieure. Les trabées musculaires de ce muscle et celles de l’Hyoglosse sont très
visibles au scanner ou à l’IRM. Sa contraction propulse la langue vers le bas et l’avant.

Le muscle Hyoglosse formera la partie postéro-latérale de la langue, il possède Trois faisceaux,


Cérato-glosse, Chondro-glosse et Basio-glosse. Il permet de rétracter la langue vers l’arrière.

Le muscle Stylo-glosse part du processus styloïde et se termine dans la langue, entre les faisceaux du
muscle hyoglosse. Il permet de tirer la langue vers l’arrière.

Le muscle Palatoglosse permet de rétrécir l’isthme du gosier (Orifice entre la cavité orale et l’OP),
il permet également d’ascensionner la base de langue.

Le muscle glosso-pharyngien correspond au faisceau lingual du CSP.

Le muscle Amygdalo-glosse est accessoire, il part de l’amygdale palatine et se termine dans la langue.

Le muscle Génio-hyoïdien se situe sous le Génio-glosse, entre l’épine mentonnière inférieure et le


corps de l’os Hyoïde.

III- Innervation de la langue


A. Innervation motrice, le XII et le IX

Le nerf principal est le nerf Hypoglosse XII donnant des branches motrices pour tous les muscles
de la langue. Pour le muscle Stylo-glosse, le nerf Glosso-pharyngien IX peut également l’innerver dans
certains cas.

Le faisceau lingual du CSP (Muscle Glosso-pharyngien) sera innervé par le Glosso-pharyngien IX.

B. Innervation sensitive

1. La base de langue, le IX

Les branches sensitives pour la base de la langue et pour l’amygdale proviennent du nerf IX. Il
donne également des fibres gustatives pour la base de langue.

2. La langue mobile, le V3 et le VII

Les branches sensitives pour la langue mobile proviennent du nerf Lingual, branche du V3. Ce nerf
lingual véhicule des fibres de la corde du tympan VII-bis, pour la sécrétion de la glande submandibulaire et
pour les papilles gustatives.

C. Quelques rapports nerveux

Le nerf Vague X donnera la sensibilité de la région des valécules épiglottiques. Il existe des
anastomoses entre l’Hypoglosse XII et le Lingual V3. On s’aperçoit que les veines Linguale, Dorsale de la
langue et Profonde de la langue sont superficielles, et en rapport avec le nerf Hypoglosse XII.

2
IV- Trophicité de la Langue
A. Artères

La langue reçoit une artère linguale de chaque côté (Deuxième branche de l’ACE, souvent cette
artère forme un tronc commun avec l’artère Faciale), cette artère passe en profondeur du muscle
Hyoglosse. Elle se divise généralement en Quatre rameaux :

➢ Une artère sublinguale.


➢ Une artère profonde de la langue.
➢ Deux rameaux dorsaux de la langue.

Ces artères vont donner une foultitude de petites branches très anastomotiques s’insinuant entre les
fibres musculaires : La langue est très richement vascularisée.

B. Veines

Les veines sont les veines satellites, mais superficielles par rapport au muscle Hyoglosse. Elles se
draineront dans le tronc TLF (De Farabeuf).

Le nerf Hypoglosse XII est satellite de la veine linguale et non de l’artère, qui est profonde.

C. Drainage lymphatique

Le drainage lymphatique de la langue s’effectue via les groupes jugulo-carotidiens IIa III et IV,
mais également vers les groupes sous-mentaux et sous-mandibulaires Ia et Ib.