Vous êtes sur la page 1sur 146

BILAN ET PROSPECTIVES DES ACTIONS D’OBSERVATION DES

DÉCHETS D’ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES (DAE) ET ANALYSE DES


MÉTHODES D’ÉVALUATION DU GISEMENT DES DAE EXISTANTES
LOCALEMENT

Rapport final

SEPTEMBRE 2011

Rapport réalisé pour le compte de l’ADEME (contrat n° 1079C0002)


Par BIO Intelligence Service S.A.S.
(Véronique MONIER - Mathieu HESTIN - Sarah AIT-SAID)
et In Numeri
(Laurence HAEUSLER - Charlotte MILLOT)

Coordination technique : Jean-François BLOT


Service Planification et Observation des Déchets - Direction Consommation Durable et Déchets
ADEME Angers
REMERCIEMENTS
Nous tenons à remercier tous les acteurs ayant accepté de partager leur expertise au cours de cette étude, qu’ils
soient membres d’organismes publics ou professionnels.
Nous remercions de plus l’ensemble des membres du Comité de Pilotage pour leur appui au bon déroulement de
l’étude :
Sabine BIBAUD (AREC - Poitou-Charentes) ;
Guillaume BIRAULT (CCI des Côtes d’Armor) ;
Sonia GOUJON (ADEME) ;
Florian LACOMBE (ORDIF) ;
Chloé MAISANO (ORDIMIP) ;
Patrice PILLET (ADEME) ;
Antoine VERNIER (ADEME).

L’ADEME en bref

L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) est un établissement public sous la triple tutelle du ministère
de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, du ministère de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie
numérique et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle participe à la mise en œuvre des politiques
publiques dans les domaines de l'environnement, de l'énergie et du développement durable.

Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l'agence met à disposition des entreprises, des
collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d'expertise et de conseil. Elle aide en outre au
financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce, dans les domaines suivants : la gestion des déchets, la
préservation des sols, l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l'air et la lutte contre le bruit.

www.ademe.fr

COPYRIGHT :
Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants
cause est illicite selon le Code de la propriété intellectuelle (art. L 122-4) et constitue une contrefaçon réprimée par le Code pénal.
Seules sont autorisées (art. 122-5) les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé de copiste et non destinées à
une utilisation collective, ainsi que les analyses et courtes citations justifiées par la caractère critique, pédagogique ou
d’information de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, sous réserve, toutefois, du respect des dispositions des articles L 122-10
à L 122-12 du même Code, relatives à la reproduction par reprographie.
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

SOMMAIRE
SOMMAIRE ............................................................................................................................................. 3
TABLE DES FIGURES ................................................................................................................................... 5
TABLE DES TABLEAUX................................................................................................................................. 5
PRÉAMBULE ................................................................................................................................................. 7
I. PÉRIMÈTRE, ENJEUX ET MÉTHODOLOGIE ...................................................................................................... 8
I.1. PÉRIMÈTRE ET ENJEUX DE L’ÉTUDE ...................................................................................................... 8
I.1.1. Périmètre de l’étude .................................................................................................................................... 8
I.1.2. Enjeux de l’étude.......................................................................................................................................... 8
I.2. MÉTHODOLOGIE ............................................................................................................................. 8
I.2.1. Déroulement de l’étape 1 ............................................................................................................................ 9
I.2.2. Déroulement de l’étape 2 .......................................................................................................................... 12
I.2.3. Déroulement de l’étape 3 .......................................................................................................................... 13

II. HISTORIQUE ET BILAN DE L’OBSERVATION DES DAE ..................................................................................... 14


II.1. CONTEXTE ET HISTORIQUE DE L’OBSERVATION ..................................................................................... 14
II.1.1. Échelle nationale ........................................................................................................................................ 14
II.1.2. Échelle locale .............................................................................................................................................. 16
II.2. ENJEUX ET OBJECTIFS DES DIFFÉRENTS ACTEURS ................................................................................... 20
II.2.1. Synthèse des objectifs de l’observation des DAE ....................................................................................... 21
II.2.2. Convergences et divergences des objectifs d’observation des DAE .......................................................... 26

III. ANALYSE DES MÉTHODES D’ÉVALUATION DU GISEMENT DES DAE ................................................................... 29


III.1. MÉTHODOLOGIES D’ÉVALUATION DU GISEMENT DES DAE : REVUE ET ANALYSE ........................................... 30
III.1.1. Synthèse des actions .................................................................................................................................. 30
III.1.2. Une approche par ratios ............................................................................................................................ 31
III.1.3. Une approche par enquête directe auprès des entreprises ...................................................................... 35
III.1.4. Approche complémentaire visant à étudier les flux de déchets traités .................................................... 39
III.2. COMPARAISONS DES RATIOS UTILISÉS ................................................................................................ 40
III.2.1. Objectif ....................................................................................................................................................... 40
III.2.2. Les ratios par établissements ..................................................................................................................... 41
III.2.3. Les ratios par salariés ................................................................................................................................. 42
III.2.4. Conclusion des comparaisons de ratios ..................................................................................................... 47
III.3. RECOMMANDATIONS EN VUE D’UNE ESTIMATION DU GISEMENT .............................................................. 47
III.3.1. L’approche par ratios ................................................................................................................................. 47
III.3.2. Utilisation des enquêtes nationales, source exhaustive sur les établissements de plus de 100 salariés .. 49
III.3.3. Des enquêtes complémentaires................................................................................................................. 49
III.3.4. Les estimations de flux à partir des informations sur les installations ...................................................... 50

IV. SCÉNARIOS DE DÉVELOPPEMENT DES DÉMARCHES D’OBSERVATION DES DAE..................................................... 51

ADEME 3/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV.1. SCÉNARIO 1 : MAINTIEN DES MÉTHODES ET ORGANISATION ACTUELLES ..................................................... 51


IV.1.1. Description du scénario 1........................................................................................................................... 51
IV.1.2. Analyse du scénario 1................................................................................................................................. 55
IV.1.3. Recommandations de développement selon le scénario 1 ....................................................................... 55
IV.2. SCÉNARIO 2 : CAPITALISATION DES CONNAISSANCES ET MUTUALISATION DES OUTILS ................................... 56
IV.2.1. Description du scénario 2........................................................................................................................... 56
IV.2.2. Analyse du scénario 2................................................................................................................................. 64
IV.2.3. Recommandations de développement selon le scénario 2 ....................................................................... 64
IV.3. SCÉNARIO 3 : MISE EN PLACE DE MESURES RÉGLEMENTAIRES .................................................................. 65
IV.3.1. Description du scénario 3........................................................................................................................... 65
IV.3.2. Analyse du scénario 3................................................................................................................................. 67
IV.3.3. Recommandations de développement selon le scénario 3 ....................................................................... 67
IV.4. SCÉNARIOS DE DÉVELOPPEMENT : CONCLUSION ................................................................................... 68
V. CONCLUSION ....................................................................................................................................... 69
ANNEXES ................................................................................................................................................... 70
ANNEXE I HISTORIQUE ET BILAN DE L’OBSERVATION DES DAE .................................................................. 71
ANNEXE II ANALYSE DES MÉTHODES D’ÉVALUATION DU GISEMENT DE DAE ................................................ 114

ADEME 4/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

TABLE DES FIGURES


Figure 1 : Déroulement de l’Étape 1 ........................................................................................................................................................9

Figure 2 : Déroulement de l’Étape 2 ......................................................................................................................................................12

Figure 3 : Déroulement de l’Étape 3 ......................................................................................................................................................13

Figure 4 : Cartographie des territoires ...................................................................................................................................................20

Figure 5 : Arbres des objectifs de l’ADEME ............................................................................................................................................21

Figure 6 : Arbres des objectifs des chambres consulaires et des entreprises productrices de déchets et leurs fédérations...................22

Figure 7 : Arbres des objectifs des Conseils généraux ............................................................................................................................23

Figure 8 : Arbres des objectifs des services de l’État ..............................................................................................................................25

Figure 9 : Arbres des objectifs des fédérations professionnelles de la gestion des déchets ...................................................................26

Figure 10 : Scénario 1 - Matrice Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités ...........................................55

Figure 11 : Schématisation des sources d’informations existantes et potentielles identifiées à date....................................................61

Figure 12 : Scénario 2 - Matrice Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités ...........................................64


Figure 13 : Scénario 3 - Matrice Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités ...........................................67

Figure 14 : [ANNEXE] Sociogramme Bretagne .......................................................................................................................................84

Figure 15 : [ANNEXE] Sociogramme Franche-Comté .............................................................................................................................91

Figure 16 : [ANNEXE] Sociogramme Île-de-France...............................................................................................................................101

Figure 17 : [ANNEXE] Sociogramme Languedoc-Roussillon .................................................................................................................107

Figure 18 : [ANNEXE] Sociogramme Midi-Pyrénées .............................................................................................................................112

Figure 19 : [ANNEXE] Fiches actions - Extrapolation des volumes de biomasse solide et liquide générée par filières IAA (T/an)........138

TABLE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Membres du comité de pilotage ...........................................................................................................................................9

Tableau 2 : Liste des acteurs interrogés individuellement .......................................................................................................................9

Tableau 3 : Liste des acteurs sélectionnés non-interrogés .....................................................................................................................10

Tableau 4 : Répartition des réponses à l'enquête par type d'acteurs ....................................................................................................11

Tableau 5 : Liste des régions sélectionnées pour les études de cas approfondies .................................................................................12

Tableau 6 : Extrait de la directive 2008/98/CE – Objectifs des plans .....................................................................................................17

Tableau 7 : Extrait de la directive 2008/98/CE – Contenu des plans .....................................................................................................17

Tableau 8 : Synthèse études de cas régionales ......................................................................................................................................18

Tableau 9 : Extrait projet du décret relatif aux PDEDMA/PDGPDND .....................................................................................................24

Tableau 10 : Précision des ratios par établissements dans le cas de l’enquête ADEME 2004 : intervalle d’erreur exprimé en % de la
moyenne des tonnes par établissement ................................................................................................................................................34

Tableau 11 : Précision des ratios par salariés dans le cas de l’enquête ADEME 2004 (version provisoire) : intervalle d’erreur exprimé
en % de la moyenne des tonnes par salarié ...........................................................................................................................................34

Tableau 12 : Enquête ADEME 2004 - Taille en effectifs salariés ............................................................................................................35

ADEME 5/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 13 : Production moyenne de déchets banals par établissement (tonnes par établissement) en 2004.....................................41

Tableau 14 : Production moyenne de déchets banals par établissement (tonnes par établissement) en 1999.....................................41

Tableau 15 : Rapport entre les ratios 1999 et les ratios 2004 ...............................................................................................................41

Tableau 16 : Précision de l’enquête ADEME 2004 : pourcentage d’erreur maximale, en % des tonnes par établissement ..................42

Tableau 17 : Tonnages de déchets banals produits par salarié dans les établissements industriels et commerciaux, selon l’enquête
ADEME 2004 ..........................................................................................................................................................................................43

Tableau 18 : Tonnages de DIB produits par salarié (étude ORDIF 2004, application au département 93) NAF Rev1 ............................44

Tableau 19 : Ratios de production DIB par département pour les 10 à 49 salariés. ..............................................................................46

Tableau 20 : Extrait du formulaire de déclaration GEREP......................................................................................................................58

Tableau 21 : Avantages et inconvénients de chaque scénario...............................................................................................................68

Tableau 22 : *ANNEXE+ Principales actions d’observation identifiées ....................................................................................................72

Tableau 23 : *ANNEXE+ Autres actions identifiées durant l’Étape 1 .......................................................................................................78

Tableau 24 : *ANNEXE+ Comité de pilotage du groupe de travail DAE de l’ORDIF .................................................................................95

Tableau 25 : [ANNEXE] Fiches actions - Tonnages de déchets produits par les établissements industriels et commerciaux en 2004, par
secteur d’activité et type de déchet .....................................................................................................................................................116

Tableau 26 : [ANNEXE] Fiches actions - Production moyenne de déchets non dangereux par établissement en 2004 (tonnes par
établissement) – 8 catégories de déchets ............................................................................................................................................116

Tableau 27 : [ANNEXE] Fiches actions - Production de déchets non dangereux par région (milliers de tonnes et pourcentage) - 8
catégories de déchets ..........................................................................................................................................................................116

Tableau 28 : [ANNEXE] Fiches actions - Répartition régionale des déchets non dangereux produits par les établissements industriels
et commerciaux selon leur nature en 2004 (milliers de tonnes) ..........................................................................................................117

Tableau 29 : [ANNEXE] Fiches actions - Production Française de déchets non dangereux par les entreprises industrielles de plus de 20
salariés, en 2006 et 2008 (en tonnes) ..................................................................................................................................................119

Tableau 30 : [ANNEXE] Fiches actions - Répartition régionale des déchets produits par les établissements industriels de plus de 20
salariés en 2008 (milliers de tonnes), par nature de déchets...............................................................................................................120

Tableau 31 : [ANNEXE] Fiches actions - Répartition des déchets produits par les établissements industriels de plus de 20 salariés en
2008 (tonnes), par secteur d’activité ...................................................................................................................................................120

Tableau 32 : [ANNEXE] Fiches actions - Déchets des établissements commerciaux de plus de 50 salariés en 2006 ...........................122

Tableau 33 : [ANNEXE] Fiches actions - Quantités de déchets produits pas le secteur de la restauration en pourcentage et en Mt par
nature de déchets, estimation 1998-1999 ...........................................................................................................................................127

Tableau 34 : [ANNEXE] Fiches actions - Ratio moyen de production de déchets du secteur de la restauration, par salarié en kg par an,
estimation 1998-1999 .........................................................................................................................................................................127

Tableau 35 : [ANNEXE] Fiches actions - Plan de sondage de l’action de l’AREC sur l’observation de la biomasse liée aux activités agro-
alimentaires .........................................................................................................................................................................................138

Tableau 36 : [ANNEXE] Fiches actions - Estimation de la production de déchets d’activités économiques en 1995 dans les
départements du Val d’Oise et des Yvelines ........................................................................................................................................141

ADEME 6/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

PRÉAMBULE

Cette étude a pour objectif d’établir un bilan de l’observation des déchets d’activités économiques (DAE)
en France afin de proposer des scénarios de développement de l’observation locale sur cette
thématique.
Au niveau national, l’évaluation du gisement des déchets non dangereux des activités économiques est
faite principalement à travers deux grandes enquêtes : l’enquête INSEE sur les déchets des entreprises
industrielles de plus de 20 salariés et l’enquête sur les déchets des grands établissements commerciaux,
de plus de 50 salariés.
Ces deux enquêtes laissent toutefois de côté des pans importants de l’activité économique (exemples :
entreprises artisanales, activités de services) et ne restituent pas de résultats à l’échelle infrarégionale.
La transposition des résultats nationaux ou régionaux au niveau départemental, ainsi que l’élargissement
et l’approfondissement des champs d’enquête impliquent des estimations complémentaires.
Ce rapport présente tout d’abord l’historique et les enjeux de l’observation des DAE qui ont été établis
grâce à une enquête téléphonique puis électronique. Un recensement des actions d’observation mises
en place a ainsi été effectué et a permis dans un premier temps d’établir une cartographie des territoires
en fonction d’une estimation de leur niveau de développement et dans un second temps, de mener une
analyse du contenu et de la pertinence des méthodes d’observation déployées par les acteurs publics ou
privés identifiés, à l’échelle locale et nationale.
À l’issue des travaux suscités, trois scénarios de développement de l’observation des DAE ont été
identifiés pour l’échelle locale. Ces scénarios visent à analyser les axes de développement permettant de
répondre aux différents objectifs des acteurs locaux, en optimisant notamment les collaborations entre
les acteurs et la combinaison des moyens à mettre en œuvre.

Mots clés : déchets d’activité économique (DAE), observation, ratios, enquêtes

The objective of this study is to present a review of the observation activities for waste resulting from
economic activities in France in order to propose scenarios for the development of local observation
systems.
At the national level, the quantity of non-hazardous waste resulting from economic activities is evaluated
based on two major studies: the INSEE survey on the waste from industrial enterprises with more than
20 employees on the one hand, and the survey on the waste from large commercial companies with
more than 50 employees on the other hand.
These two studies, however, do not cover some important economic sectors, such as the artisanal
businesses and the service industry. Moreover, they do not provide results on a local level. Translating
the results of the national and regional studies to a departmental level and providing deeper analysis
into the categories investigated implies complementary surveying and estimations.
This report presents the history and the challenges of the observation of waste from economic activities,
which were identified through a telephone survey, followed by an online survey. Thereby, an inventory
of current observation activities was compiled, which allowed for the development of a map of the
territories according to an estimation of their measurement maturity as well as an assessment of the
content and relevance of the observation methods employed by public and private actors at the local
and national level.
As regards the work required to improve current observation systems, three scenarios for the
development of the observation of waste from economic activities were identified. These scenarios
analyse possible outlooks development trajectories which could respond to the varying objectives of
local and national actors, and, particularly, optimise the collaboration between these actors as well as
allow for the tailoring of the set of actions and measures to be put in place.

Keywords: waste from economic activities, waste observation, ratios, inquiries

ADEME 7/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

I. PÉRIMÈTRE, ENJEUX ET MÉTHODOLOGIE

I.1. PÉRIMÈTRE ET ENJEUX DE L’ÉTUDE

I.1.1. PÉRIMÈTRE DE L’ÉTUDE


Les Déchets d’Activités Économiques (DAE), concernent tous les déchets qui ne sont pas
ménagers, qu’ils soient collectés ou non par la collecte municipale. Ces déchets sont issus :
des entreprises industrielles ;
des services tertiaires ;
des artisans et commerçants ;
des hôtels et restaurants ;
des administrations et services publics, écoles, hôpitaux, associations, centres sportifs, etc.
Les déchets dangereux, les déchets du BTP, de la sylviculture et de l’agriculture sont exclus.

I.1.2. ENJEUX DE L’ÉTUDE


L’étude vise à établir un bilan de l’observation des déchets d’activités économiques au niveau
national et local (acteurs impliqués, méthodologies employées et principaux résultats obtenus),
dans le but d’évaluer le niveau de développement des actions d’observation à l’échelle locale.
Ce bilan doit conduire à établir des recommandations pour l’échelle locale, notamment sur les
plans organisationnels et méthodologiques.

I.2. MÉTHODOLOGIE
BIO Intelligence Service, spécialiste des études et du conseil dans le domaine de l’information
environnement et santé, et In Numeri, bureau d’études statistiques et économiques, spécialisé
notamment dans les statistiques liées à la gestion des déchets, ont été mandatés, après mise en
concurrence, pour réaliser cette étude.
L’étude s’est déroulée sur trois étapes :
Étape 1 : Historique et bilan de l’observation des DAE
Cette étape, réalisée par BIO Intelligence Service avec la participation d’In Numeri
notamment pour la préparation de questionnaires d’enquête, a été réalisée entre les mois
de novembre 2010 et avril 2011.
Cette étape a eu pour but d’identifier les principaux intérêts des acteurs mettant en place
des actions d’observation des DAE et d’identifier les enjeux de ces actions et les
caractéristiques d’observation qui en découlent (périmètre, précision, etc.).
Étape 2 : Analyse des méthodes d’évaluation du gisement de DAE
Cette étape a été réalisée par In Numeri entre les mois de février et juillet 2011 et a
notamment eu pour but de comparer les méthodes d’observation recensées.
Étape 3 : Scénarios de développement des démarches d’observation des DAE
Cette troisième étape, réalisée par BIO Intelligence Service et In Numeri entre les mois
d’avril et juillet 2011 et a eu pour but de proposer 3 scénarios de développement des
démarches d’observation des DAE.

ADEME 8/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Ce document présente l’ensemble des travaux effectués au cours des trois étapes de cette étude,
et décrit et analyse notamment les trois scénarios de développement des actions d’observations
élaborés sur la base des travaux effectués durant les deux premières étapes de l’étude.

I.2.1. DÉROULEMENT DE L’ÉTAPE 1


L’étape 1 de l’étude a comporté les quatre volets suivants :

1.1 - Cadrage préliminaire

1.2 – Entretiens individuels : contexte


et objectifs de l’observation
1.3- Enquête nationale : recensement
des actions d’observation
1.4- Études de cas régionales
approfondies

Figure 1 : Déroulement de l’Étape 1

I.2.1.1 CADRAGE PRÉLIMINAIRE


Le cadrage préliminaire a été réalisé en étroite concertation avec les membres du comité de
pilotage.
Tableau 1 : Membres du comité de pilotage
ORGANISME IDENTITÉ FONCTION
ADEME Sonia GOUJON Chargé de mission DAE - Pays de la Loire
ADEME Antoine VERNIER Chargé de mission DAE
ADEME Jean-François BLOT Chargé de mission Observation locale déchets
ADEME Christian MILITON1 Responsable du service Planification et Observation des déchets
ADEME Patrice PILLET Responsable du projet SINOE
AREC (Poitou-Charentes) Sabine BIBAUD Organisation juridique, Collectes (OM, CS, Bio), ITOM, DIB, déchets organiques, filières, …
CCI 22 Guillaume BIRAULT Chargé de mission Exceltys Eval DIB – Bretagne
ORDIF Florian LACOMBE Chargé de mission DAE - Île-de-France
ORDIMIP Chloé MAISANO Directrice

Il a permis de définir les principales modalités de réalisation de l’étape 1 :


listes d’acteurs à contacter dans le cadre :
- des entretiens individuels menés pour la définition du contexte et des objectifs de
l’observation des DAE ;
- de l’enquête nationale pour le recensement des actions d’observation :
liste des 5 régions pour les études de cas approfondies.

I.2.1.2 ENTRETIENS INDIVIDUELS : CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L’OBSERVATION


Le cadrage préliminaire a permis de sélectionner 23 acteurs à interroger individuellement :
17 ont effectivement pu être interrogés :
Tableau 2 : Liste des acteurs interrogés individuellement
ORGANISME CONTACT(S) FONCTION RÉGION COMMENTAIRE / PRÉCISIONS
Membre du comité de
ADEME - Service Planification et Observation
Christian MILITON Chef du service France pilotage. Porte-parole pour
des déchets (SPOD)
le SPGD et le SFRR.
ADEME - Service Planification et Observation Responsable sur projet Membre du comité de
Patrice PILLET France
des Déchets (SPOD) SINOE pilotage

1
N’exerce plus à ces fonctions depuis le 17/01/2011

ADEME 9/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ORGANISME CONTACT(S) FONCTION RÉGION COMMENTAIRE / PRÉCISIONS


ADEME - Service Eco-conception et
Pierre DOUILLARD Chef du service France
Consommation Durable (SECCD)
Assemblée des Départements de France Chargé de mission
Benjamin ÉLOIRE France
(ADF) environnement
Agence Régionale d'évaluation
Environnement et Climat (AREC) Poitou- Amandine LOEB Directrice Poitou-Charentes
Charentes
Chargé de mission Membre du comité de
CCI des Côtes d’Armor Guillaume BIRAULT Côtes d'Armor
Exceltys Eval DIB pilotage
Responsable du service
Conseil général de l'Hérault Myriam TANCOGNE Hérault
Environnement - Déchets
Responsable cellule
Conseil général du Bas-Rhin Michel GUILBAUD Bas-Rhin
déchets
Centre national d'innovation pour le
Christophe PICARD Chargé des dossiers
développement durable et l'environnement France
Philippe MUCCHIELLI déchets et ICPE
dans les petites entreprises (CNIDEP)
Responsable du service
Conseil National des Professions de Christine CHALLE environnement
France
l’Automobile (CNPA) Julien GUILLOU Chargé de mission
environnement
Chargée de mission Languedoc-
Conseil régional du Languedoc-Roussillon Hélène COLOMBINI
déchets Roussillon
Fédération Nationale des Activités de la
Vincent LE BLAN Délégué général France
Dépollution et de l’Environnement (FNADE)
INSEE Émilie ERNST Attachée statistique France
MEDDTL - Service Observation et Statistique Coordination de la
Xavier GHEWY France
(SOeS) du CGDD réponse au RSE
Observatoire de l'Économie et des Chargé de mission
Stéphane LEFÈVRE Loir-et-Cher
Territoires de Loir-et-Cher (Observatoire 41) Observation
Observatoire Régional des Déchets Membre du comité de
Chloé MAISANO Directrice Midi-Pyrénées
Industriels en Midi-Pyrénées (ORDIMIP) pilotage
Pôle des éco-industries du Poitou-Charentes Joan FREY Directrice Innovation Poitou-Charentes

6 entretiens n’ont pas pu être réalisés :


Tableau 3 : Liste des acteurs sélectionnés non-interrogés
ORGANISME CONTACT FONCTION RÉGION
ARPE Provence-Alpes-Côte d'Azur - - Provence-Alpes-Côte d'Azur
DREAL Bretagne - Service Prévention des Frédéric
Fonctionnel « Déchet » Bretagne
Pollutions et des Risques CHAHINE
DRIEE Île-de-France – Direction Régionale et
Nadia
Interdépartementale de l’Environnement et Fonctionnel « Déchet » Île-de-France
HERBELOT
de l’Énergie
Adjoint au Chef du bureau de la
Ministère - Direction Générale de la Éric GAUCHER
planification et de la gestion des déchets France
Prévention des Risques (DGPR) Maël ANDRIEU
Chargée de mission Service Public Déchets
PERIFEM - Association technique du
Sophie GILLIER Chargée de mission France
commerce et de la distribution
Adrien
Amorce Chargé de mission déchets France
BASTIDES

La retranscription des 17 entretiens réalisés se trouve en ANNEXE I.1 « Entretiens individuels ».

I.2.1.3 ENQUÊTE NATIONALE : RECENSEMENT DES ACTIONS D’OBSERVATION


L’enquête en ligne auprès des acteurs clés potentiels de l’observation des DAE en France s’est
déroulée entre le 14 décembre 2010 et le 22 Avril 2011 et a eu pour objectif de dresser un bilan
des actions d’observation de DAE à l’échelle locale.
Le formulaire de l’enquête en ligne est présenté en ANNEXE I.2 « Enquête en ligne ».

 ACTEURS CONCERNÉS
L’enquête a été transmise aux acteurs suivants :
Directions régionales de l’ADEME ;

ADEME 10/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Chambres de Commerce et d’Industrie ;


Chambres Régionales des Métiers et de l’Artisanat ;
Conseils généraux.
D’autres acteurs identifiés au cours des entretiens individuels se sont également vu transmettre
l’enquête (fédérations professionnelles, associations, etc.).
Certains contacts référents d’observatoires régionaux déchets ont également été sollicités,
notamment Biomasse Normandie, l’Observatoire Régional des Déchets de Lorraine, l’ORDB
(Observatoire Régional des Déchets en Bretagne), l’Observatoire de la Valorisation Matière Nord-
Pas-de-Calais et le TdBDP (Tableau de bord des déchets en Picardie). L’ORDIF et l’ORDIMIP ont été
sollicités dans le cadre de l’organisation des études de cas régionales.
Au total, l’enquête a été relayée auprès d’environ 400 acteurs.

 STATISTIQUES
Un total de 69 formulaires d’enquête a été enregistré et 7 retours ont été effectués par e-mail ou
par téléphone pour notamment notifier l’absence de mise en place d’action d’observation des
DAE (soit un taux de retour d’environ 20 %). Le nombre d’action d’observation des DAE
identifiées via ce recensement s’élève à 25.
Le tableau suivant présente la répartition des réponses obtenues en fonction du type d’acteurs :
Tableau 4 : Répartition des réponses à l'enquête par type d'acteurs
ORGANISME NOMBRE DE RÉPONSES %
Conseils Généraux 43 57 %
ADEME régionales 16 21 %
Chambres des Métiers et de l’Artisanat (dont 1 CRMA) 9 12 %
Chambres de Commerce et d’Industrie 6 8%
Autre2 2 3%
TOTAL 76 100 %

 RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE
Une extraction des données relatives au contexte et aux enjeux des actions d’observation des DAE
de l’enquête est présentée en ANNEXE I.4 « Recensement d’actions d’observation ».

I.2.1.4 ÉTUDES DE CAS RÉGIONALES APPROFONDIES

 OBJECTIF DES ÉTUDES DE CAS RÉGIONALES


L’objectif des études de cas régionales est d’approfondir la connaissance des actions
d’observation des DAE mises en place, notamment en termes de jeux d’acteurs (collaborations et
échanges de données existants entre acteurs d’une même région - Conseil régional, Conseils
généraux, Délégation régionale de l’ADEME et autres structures telles qu’associations ou bureaux
d’études).

2
Office de l’Environnement de Corse et ORDIF

ADEME 11/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

 RÉGIONS SÉLECTIONNÉES
Le cadrage préliminaire a permis de sélectionner les cinq régions suivantes :
Tableau 5 : Liste des régions sélectionnées pour les études de cas approfondies
RÉGION PRINCIPAUX MOTIFS DE CHOIX DE LA RÉGION
Développement d’une méthode d'estimation des gisements de DIB par la CCI des Côtes d’Armor, ayant été
Bretagne
ensuite diffusée sur l'ensemble de la Bretagne.
Franche-Comté Plusieurs travaux d’estimation de gisements menés par les CCI (CCI du Doubs notamment) de 2003 à 2006
Poids important de la région en termes de tissu économique et de production de déchets.
Plusieurs travaux effectués sur la base des méthodologies existantes, mais également nouvelle approche
Île-de-France
des gisements de déchets par filières et méthodologie basée notamment sur les données de l’INSEE (en
cours de développement).
Plusieurs travaux menés en concertation avec des acteurs multiples du territoire.
Languedoc-Roussillon
Implication notable de la DR ADEME.
Développement par l’ORDIMIP, la CCI Toulouse et la CMA d’une méthode d’évaluation de gisements sur la
Midi-Pyrénées
base de ratios.

Des déplacements en région ont été effectués pour rencontrer les acteurs clés de chaque
territoire, lors de réunions, afin de notamment aborder l’organisation des collaborations, les
points de blocage et les pistes d’amélioration de l’observation locale des DAE.
Les discussions ont pu être complétées grâce aux entretiens individuels et aux résultats de
l’enquête en ligne, mais également sur la base de la documentation transmise par les différents
acteurs de chaque région concernée.
Sur la base de toutes ces informations, des fiches synoptiques, par région, ont été rédigées et sont
présentées en section « ANNEXE I.5. Études de cas régionales approfondies ».

I.2.2. DÉROULEMENT DE L’ÉTAPE 2


L’étape 2 de l’étude a comporté les trois volets suivants :

2.1 - Fiches par action

2.2 - Comparaisons
méthodologies et résultats

2.3 - Guide méthodologique et


préconisations

Figure 2 : Déroulement de l’Étape 2

I.2.2.1 CONSTITUTION DE FICHES PAR ACTION D’OBSERVATION


Sur la base de l’exploitation des résultats des travaux effectués lors de la première étape de
l’étude, 21 fiches d’analyse méthodologique normalisées ont été réalisées pour permettre la
comparaison des différentes méthodes.

I.2.2.2 COMPARAISON DES MÉTHODOLOGIES ET DES RÉSULTATS


Un récapitulatif des méthodologies employées identifiées au cours de l’étude a été effectué, ainsi
qu’une appréciation sur la qualité des informations obtenues.
La précision des résultats obtenus (écarts-types) par les différents acteurs identifiés n’ayant pu
être systématiquement obtenue, la comparaison des ratios n’a pu être effectuée.

ADEME 12/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

I.2.2.3 PRÉCONISATIONS
Sur la base des résultats de la première étape de l’étude, et notamment de la mise en évidence
des besoins exprimés par chaque catégorie d’acteurs pour une amélioration de leur connaissance
du gisement des déchets d’activités économiques, des pistes d’améliorations méthodologiques
ont été dégagées.

I.2.3. DÉROULEMENT DE L’ÉTAPE 3


L’étape 3 de l’étude aura comporté les trois volets suivants :

3.1- Définition de scénarios de


développement

3.2 - Analyse des scénarios

3.3 - Recommandations de
développement

Figure 3 : Déroulement de l’Étape 3

I.2.3.1 DÉFINITION DE SCÉNARIOS DE DÉVELOPPEMENT


La définition de scénarios a été réalisée sur la base de l’exploitation des résultats des travaux
effectués lors des étapes précédentes. Les trois grands axes d’analyse de scénarios potentiels de
développement suivants ont été retenus :
Scénario 1 : maintien des méthodes et organisation actuelles
Scénario 2 : capitalisation des connaissances et mutualisation des outils
Scénario 3 : mise en place de mesures réglementaires
Ces trois scénarios proposent des lignes directrices d’harmonisation des méthodes d’observation
existantes afin répondre aux besoins de chaque acteur, et dégagent également des axes de
développement méthodologiques et organisationnels.
La présentation détaillée des scénarios est effectuée dans les sous-chapitres « Description du
scénario » de la section IV « Scénarios de développement des démarches d’observation des DAE ».

I.2.3.2 ANALYSE DES SCÉNARIOS


Les trois scénarios identifiés ont été analysés sur la base des freins et leviers (existants et
potentiels) identifiés.
L’analyse de chacun des trois scénarios est présentée sous forme de matrice
« Avantages/Inconvénients – Points de blocage potentiels/Potentialités » dans les sous-chapitres
« Analyse du scénario » de la section IV « Scénarios de développement des démarches
d’observation des DAE ».

I.2.3.3 RECOMMANDATIONS DE DÉVELOPPEMENT


Sur la base des travaux réalisés au cours des précédentes étapes, des préconisations spécifiques à
chaque scénario ont été effectuées.
Ces recommandations se situent dans les sous-chapitres « Recommandations de développement »
de la section IV « Scénarios de développement des démarches d’observation des DAE ».

ADEME 13/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

II. HISTORIQUE ET BILAN DE L’OBSERVATION DES DAE

II.1. CONTEXTE ET HISTORIQUE DE L’OBSERVATION

II.1.1. ÉCHELLE NATIONALE


Dès 1996, l’ADEME a mis en place des enquêtes permettant d’évaluer les productions de déchets
(dangereux et non dangereux) des établissements industriels et commerciaux de plus de 10
salariés.
La méthodologie initialement développée pour ces enquêtes reposait notamment sur des
inventaires départementaux basés sur des rencontres des entreprises. Ils étaient réalisés en
collaboration avec les chambres de commerce et d’industrie. Ces enquêtes de terrain s’étant
révélées coûteuses et complexes à mettre en place, elles ont été remplacées par des enquêtes
par voie postale3.
Ces enquêtes, qui ont aujourd’hui revêtu un caractère obligatoire, ont permis d’apporter une
première réponse au Règlement Statistique sur les Déchets4.
En 2005, suite à une mission de l’Inspection Générale, il a été décidé de confier ces enquêtes à
caractère statistique aux services statistiques de l’État. Ainsi, au niveau national, l’évaluation du
gisement des déchets non dangereux des activités économiques est aujourd’hui principalement
assurée par deux grandes enquêtes gérées par l’INSEE :
L’enquête sur les déchets des entreprises industrielles de plus de 20 salariés ;
L’enquête sur les déchets des grands établissements commerciaux, de plus de 50 salariés.
Il est à noter qu’une enquête thématique sur l’activité des entreprises de transport (AET) est
également réalisée annuellement par les services statistiques de l’État. Cette enquête thématique
comportera un volet dédié aux déchets du secteur du transport (données encore non publiées).
Outre la réponse au RSD, ces enquêtes nationales permettent également de suivre des obligations
réglementaires nationales (Grenelle) et d’identifier les grands secteurs d’activités pour lesquels
les réflexions sur la mise en place d’actions relatives à la gestion et à la prévention des déchets,
doivent être accentuées.
Les champs de ces travaux excluent cependant les faibles tranches d’effectifs et les activités de
services ; ces deux enquêtes laissent donc de côté des pans importants de l’activité économique.
De plus, de par les tailles des échantillons, les enquêtes nationales réalisées par les services
statistiques de l’État ne permettent pas de fournir à un niveau infrarégional des résultats fiables
ou respectant les règles du secret statistique.

D’autres travaux d’observation réalisés par l’ADEME et d’éventuels partenaires sont également
réalisés à l’échelle nationale et permettent d’obtenir des informations complémentaires relatives
aux déchets d’activités économiques :
Campagnes nationales de caractérisation des ordures ménagères (MODECOM)
La première campagne MODECOM a été réalisée en 1993. Une seconde campagne a été
lancée en 2007 dans le cadre du plan national de prévention des déchets sous l’impulsion du
MEDDTL qui souhaitait notamment déterminer la part des DAE collectés par le service
public.
Enquêtes ITOM (Installations du traitement des ordures ménagères), menées
annuellement entre 1995 et 2000, puis bisannuellement et consistant en un inventaire
3
Près de 6 000 établissements concernés pour l’enquête réalisée en 2005.
4
Règlement CE n°2150/2002.

ADEME 14/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

exhaustif des installations autorisées de tri, traitement et mise en décharge de déchets


ménagers et assimilés.
L’enquête ITOM pour l’année 2011 devait comporter un volet d’étude des centres de tri de
DIB, mais ce projet a été annulé.
Concernant l’outil SINOE, un état des lieux et une mise à jour des données sur les
installations de gestion des déchets dangereux et non dangereux ont été réalisés en 2007.
La mise à jour a consisté essentiellement en une collecte d'informations auprès des
chambres consulaires et des directions régionales de l'ADEME.
Autres enquêtes et études thématiques :
- Une enquête sur les gisements et la valorisation des coproduits issus de l'agro-
alimentaire a été réalisée en 2004 puis actualisée en 2008. Ces enquêtes ont été
réalisées avec le RÉseau des organisations professionnelles et interprofessionnelles
pour la SÉcurité et la qualité des Denrées Animales (RÉSÉDA) et avaient, entre autres,
comme objectif d’étudier les perspectives d’avenir et évolutions des différentes voies
de valorisation des coproduits issus de l’industrie agro-alimentaire.
- Réalisation d’une fiche sur les biodéchets du commerce et de la distribution, basée
notamment sur une étude menée avec le PERIFEM en 2004-2005. Elle visait
essentiellement à valider une méthodologie d’observation des opérations pilotes de
recyclage des déchets organiques auprès de magasins volontaires.
- En 2004 et 2009, des enquêtes relatives aux unités de méthanisation ont été réalisées.
Ces travaux ont permis dans un premier temps de recenser les installations en
fonctionnement et les projets d’unités, et dans un second temps, d’étudier les freins et
leviers au développement de la méthanisation en France.
- Concernant les filières plastiques, entre 1995 et 2007, un total de six enquêtes a été
réalisé auprès des récupérateurs et recycleurs. Ces enquêtes visaient notamment à
réaliser un état des lieux des installations, gisements et flux de déchets plastiques et à
mettre à jour un annuaire.
- En 2005 a été publié un guide méthodologique visant à « Mieux connaître les déchets
produits à l’échelle du territoire d’une collectivité locale ». Dans le cadre de
l’élaboration de ce guide, deux territoires ont fait l’objet d’un test de caractérisation
des ordures ménagères (Communauté d’Agglomération de Poitiers et la Communauté
de Communes du Pays de Lunel).
Ces travaux de caractérisation peuvent servir d’outils d’aide à la décision dans le cadre
des réflexions menées sur les politiques de gestion des déchets (gestion des déchets
non ménagers par le service public, dimensionnement d’installations, etc.).
- Réalisation par l’ADEME d’un Inventaire national des sites de traitement des Déchets
d’Équipements Électriques et Électroniques et annuaire des prestataires à destination
des professionnels devant faire éliminer des DEEE. La dernière version publiée de cet
Inventaire date de 2006.
- En 2009, l’ADEME a également travaillé à l’élaboration d’une méthodologie de
quantification, par secteurs d’activités, des déchets d’emballages des entreprises : la
production de déchets d’emballages était initialement évaluée au niveau amont, via les
données de mise sur le marché. Ces travaux ont permis d’étudier les possibilités de
quantifier les déchets d’emballages produits par chaque secteur d’activité économique
afin notamment d’identifier d’éventuels secteurs devant accentuer les efforts en
termes de collecte.

ADEME 15/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Des bases de données et enquêtes réglementaires et professionnelles présentent également


certaines informations relatives aux déchets d’activités économiques :
Base de données iREP, issue des déclarations annuelles obligatoires des émissions de
polluants dans l’air, l’eau, le sol et les déchets des installations classées (GEREP). Les
déclarations de déchets non dangereux ne sont obligatoires qu’au-delà d’un seuil fixé à 2000
tonnes.
Professionnels :
- Observatoire National des Déchets de l’Automobile, mis en place depuis 2002 par le
Conseil National des Professions de l’Automobile et Autoéco ;
- Enquête de la FNADE auprès de ses adhérents exploitants d’installations de gestion et
traitement de DMA, DAE ou mixtes DMA/DAE.

II.1.2. ÉCHELLE LOCALE

II.1.2.1 HISTORIQUE
À l’échelle locale, les entretiens individuels, l’enquête en ligne et les études de cas régionales de
cette étude, ont fait ressortir que les premières réflexions menées sur le thème de l’évaluation
des déchets d’activités économiques ont été lancées dès le milieu des années 1990.
Ces réflexions n’ont pas été menées au même moment par tous les territoires : certaines régions
se sont penchées sur la question des déchets industriels banals dès le milieu des années 1990,
essentiellement dans des territoires rencontrant des problèmes de pénurie d’exutoires
(notamment en Bretagne, Guadeloupe, Franche-Comté et Midi-Pyrénées) et souhaitant évaluer
les besoins en installations de stockage et de traitement des déchets 5. Il est à noter une
participation non négligeable des chambres consulaires dans ces travaux d’évaluation des besoins
en installations, dont le principal but était de pouvoir offrir aux entreprises d’un territoire, des
solutions pour la gestion de leurs déchets.
Pour la majeure partie des autres territoires, les travaux n’ont débuté que plus de 10 ans plus
tard, notamment depuis le transfert de la compétence de planification et de gestion des DMA aux
Conseils généraux (2005). C’est notamment dans ce cadre que des travaux de caractérisation des
déchets collectés par le service public ont été réalisés (exemples : les départements du Gard, de la
Moselle ou encore des Pyrénées-Orientales).
Par ailleurs, l’enquête auprès des prestataires de gestion des déchets dangereux et non
dangereux réalisées en 2007 par l’ADEME, dans le cadre de la mise à jour de la base de données
SINOE®, a permis d’établir un bilan relatif à l’existence de guides régionaux des déchets et à leur
dernière mise à jour (via collecte d’information auprès des délégations régionales de l’ADEME) :
20 guides déchets dont les mises à jour ont été effectuées entre 1999 et 2007 ont ainsi pu être
répertoriés. Certains guides présentent des informations relatives aux déchets d’activités
économiques6, et consistent principalement en un récapitulatif des informations (notamment
réglementaires et techniques) relatives à la gestion des déchets, mais également en un annuaire
des prestataires de collecte et de traitement de la région concernée. Des informations relatives

5
Notamment en Seine-Maritime où le Conseil général et la CCI de Rouen ont souhaité estimer la production de DAE de leur territoire dans le cadre
de réflexions sur la création d’une installation de stockage de déchets non dangereux de classe 2 (cf. « Tableau 23 : [ANNEXE] Autres actions
identifiées durant l’Étape 1 ») ainsi que dans le département du Doubs (cf. travaux de l’ADEME et de la DRIRE Franche-Comté et de la CCI du Doubs
pour l’« Observatoire des déchets banals des entreprises du Doubs » présentés en ANNEXE I.5.2 relatif à l’étude de cas de la région Franche-Comté).
6
Exemples :
Guide déchets en Languedoc-Roussillon : http://www.guide-dechets.com/sommaire_fiches.php3
Guide déchets en région PACA : http://www.guide-dechets-paca.com
Guide des déchets industriels en Poitou-Charentes : http://www.arecpc.com/guide/index.html

ADEME 16/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

aux gisements et/ou aux productions de déchets peuvent parfois être indiquées, sans que soit
toutefois précisé en détail l’origine de ces données.

II.1.2.2 CONTEXTE
Un décret visant à poursuivre la transposition de la directive 2008/98/CE du Parlement Européen
et du Conseil du 19 novembre 2008 est en cours de consultation.
Ce décret transpose en particulier l’article 28 de la directive 2008/98/CE relatifs aux plans de
gestion des déchets et définissant notamment les principaux objectifs des plans à mettre en place
par les différents États membres :
Tableau 6 : Extrait de la directive 2008/98/CE – Objectifs des plans
« 2. Les plans de gestion des déchets établissent une analyse de la situation en matière de gestion des déchets dans l'entité
géographique concernée, ainsi que les mesures à prendre pour assurer dans de meilleures conditions une préparation des
déchets respectueuse de l'environnement en vue de leur réemploi, recyclage, valorisation ou élimination et une évaluation de la
manière dont le plan soutiendra la mise en œuvre des dispositions et la réalisation des objectifs de la présente directive. »

Ainsi que les informations que ces plans doivent contenir :


Tableau 7 : Extrait de la directive 2008/98/CE – Contenu des plans
« 3. Les plans de gestion des déchets contiennent, selon les cas et compte tenu du niveau géographique et de la couverture de
la zone de planification, au moins les éléments suivants :
a) le type, la quantité et la source des déchets produits sur le territoire, les déchets susceptibles d'être transférés au
départ ou à destination du territoire national et une évaluation de l'évolution future des flux de déchets ;
b) les systèmes existants de collecte de déchets et les principales installations d'élimination ou de valorisation, y compris
toutes les dispositions particulières concernant les huiles usagées, les déchets dangereux et les flux de déchets visés
par des dispositions particulières du droit communautaire ;
c) une évaluation des besoins en matière de nouveaux systèmes de collecte, de fermeture d'infrastructures de
traitement des déchets existantes, d'installations supplémentaires de traitement des déchets conformément à l'article
16, et, si nécessaire, d'investissements y afférents ;
d) des informations suffisantes sur les critères d'emplacement pour l'identification des sites et la capacité des futures
installations d'élimination ou grandes installations de valorisation, si nécessaire ;
e) les grandes orientations en matière de gestion des déchets, y compris les méthodes et technologies de gestion des
déchets prévues, ou des orientations en matière de gestion d'autres déchets posant des problèmes particuliers de
gestion.

4. Les plans de gestion des déchets peuvent contenir, compte tenu du niveau géographique et de la couverture de la zone de
planification, les éléments suivants :
a) les aspects organisationnels de la gestion des déchets, y compris une description de la répartition des compétences
entre les acteurs publics et privés assurant la gestion des déchets ;
b) une évaluation de l'utilité et de la validité de l'utilisation d'instruments économiques ou autres pour résoudre divers
problèmes en matière de déchets, en tenant compte de la nécessité d'assurer le bon fonctionnement du marché
intérieur ;
c) la mise en œuvre de campagnes de sensibilisation et d'information à l'intention du grand public ou de catégories
particulières de consommateurs ;
d) les sites d'élimination de déchets contaminés de longue date et les mesures prises pour leur assainissement. »

Ce décret (et d’éventuels actes administratifs complémentaires) fera évoluer à l’horizon 2013 les
actuels Plans Départementaux d’Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés en Plans
Départementaux de Gestion et de Prévention des Déchets Non Dangereux (cf. extrait du projet de
décret dans le Tableau 9 : Extrait projet du décret relatif aux PDEDMA/PDGPDND, du chapitre
« Synthèse des objectifs de l’observation des DAE »).

ADEME 17/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

II.1.2.3 BILAN DES ACTIONS LOCALES


Une enquête électronique relayée auprès d’environ 400 acteurs, a permis de recueillir 76 retours
et d’identifier 25 actions d’observation des DAE (cf. ANNEXE I.4 « Recensement d’actions
d’observation ») ayant une échelle départementale (52 %) ou régionale (48 %).

Ces actions sont ou ont été pilotées par :


24% d’ADEME ;
24 % de Conseils généraux ;
16 % de Chambres des Métiers et de l’Artisanat ;
12 % de Chambres de Commerce et d’Industrie ;
8 % d’observatoires régionaux des déchets ;
16 % d’autres types d’acteurs (DDE, Office de l’Environnement de Corse et Association pour
le Développement Industriel de la Réunion).

L’organisation des acteurs à l’échelle locale pour les différentes actions d’observation mises en
place varie fortement en fonction des territoires.
Notons cependant qu’aujourd’hui, les Conseils généraux ainsi que les chambres consulaires (CCI
et CMA) sont les deux types d’acteurs qui semblent incontournables pour le bon déroulement de
telles actions.
Le moteur de l’action a également parfois pu être exprimé à travers un observatoire régional
(exemple : ORDIF et ORDIMIP), réunissant en règle générale les deux types d’acteurs suscités,
auxquels est associés l’ADEME et éventuellement d’autres acteurs publics ou privés.
Précisons que l’association d’autres acteurs (DREAL et fédérations professionnelles notamment)
semble permettre d’élargir le champ d’observation, voire de faciliter la réalisation d’une action
d’observation locale des DAE.

Les observations issues de l’enquête électronique ont été confirmées lors des études de cas
régionales. Une synthèse des points forts et des difficultés rencontrées par les différents
organismes mettant en place ces actions d’observation, est présentée dans le tableau ci-dessous.

Tableau 8 : Synthèse études de cas régionales

POINTS FORTS DIFFICULTÉS / AXES LEÇONS À TIRER ET POSSIBILITÉS


D’AMÉLIORATIONS D’EXTENSION À L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

Forte participation de tous les Méthodes d’observation et L’implication particulière de la CCI et du


acteurs institutionnels du outils en évolution Conseil général des Côtes d’Armor, ainsi
territoire Tissu économique présentant que l’existence d’un observatoire
Existence d’un observatoire des spécificités (notamment régional piloté par l’ADEME semble avoir
régional actif, piloté par IAA) été un élément moteur pour
BRETAGNE l’observation des DAE en Bretagne.
l’ADEME
Rôle moteur des acteurs
institutionnels des Côtes-
d’Armor, notamment pour le
financement des travaux
FRANCHE- Acteurs moteurs au sein du Absence d’observatoire Outre la bonne collaboration générale à
COMTÉ territoire (ADEME Franche- régional des déchets pour l’échelle infrarégionale, il est apparu que

ADEME 18/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

POINTS FORTS DIFFICULTÉS / AXES LEÇONS À TIRER ET POSSIBILITÉS


D’AMÉLIORATIONS D’EXTENSION À L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE
Comté et CCI du Doubs) piloter les actions et les acteurs francs-comtois ont pris
Bonne collaboration entre les mutualiser les connaissances7. contact avec des acteurs d’autres
acteurs Moyens limités (disposent des territoires afin d’étudier les méthodes
Part importante de l’industrie compétences nécessaires, mais développées par ailleurs.
(60 % des emplois), secteur fonds insuffisants) Pour les territoires disposant de peu de
d’activités dont les déchets Tissu économique présentant moyens, il pourrait être pertinent de
sont relativement bien des spécificités (notamment s’intéresser aux travaux effectués par
observés industries automobile et d’autres acteurs afin de bénéficier de leur
ferroviaire) retour d’expérience.

Moyens financiers importants Importante taille du territoire L’existence d’un observatoire régional
Organismes pilotes forts Densité du tissu économique important est un atout indéniable.
(Conseil régional, ORDIF, Il semble toutefois complexe d’un point
Poids important des activités
ADEME) de vue financier d’envisager qu’un tel
de services, secteur d’activités
modèle puisse être appliqué à d’autres
ÎLE-DE- Bonne collaboration entre les pour lequel l’observation des
territoires.
FRANCE acteurs publics et privés DAE est perfectible
Il apparaîtrait malgré tout intéressant
Exploration de pistes variées que les autres territoires disposent du
pour l’observation des DAE retour d’expérience en termes de
(données INSEE notamment) méthodologies et d’observation à
l’échelle régionale des acteurs franciliens.
Bonne collaboration entre tous Résultats décevants des Bien que les conclusions des travaux des
les acteurs du territoire travaux effectués au regard acteurs rencontrés soient allées dans le
(ADEME, Chambres des coûts engagés sens d’un arrêt des recherches sur
LANGUEDOC- consulaires, CG, services de Spécificité du tissu l’observation des DAE, iI est apparu que
ROUSSILLON l’État, fédérations de la gestion économique (notamment la diversité des acteurs et leur forte
du déchet, etc.) industries vini-viticoles) implication initiale a permis d’obtenir une
vision large et complète des enjeux de
l’observation pouvant profiter à tous les
autres territoires.
Forte collaboration entre les Manque de collaboration des Les acteurs midi-pyrénéens (et
acteurs publics infrarégionaux prestataires de collecte et de notamment haut-garonnais) font partie
et plus spécifiquement de traitement des déchets des pionniers dans l’observation des DAE.
MIDI- Ils disposent d’un retour d’expérience
Haute-Garonne Faible implication de la région
PYRÉNÉES permettant une amélioration continue de
Existence d’un observatoire
régional des déchets leurs travaux, qui pourraient également
industriels servir à d’autres territoires.

Les études de cas régionales détaillées sont situées en ANNEXE I.5 « Études de cas régionales
approfondies ».

Concernant les caractéristiques techniques des actions identifiées au cours de l’étude :


Il apparaîtrait que dans la mesure où une part importante des actions mises en place et
outils développés localement reposent sur des données issues des enquêtes nationales
ADEME et INSEE, les secteurs habituellement peu observés restent donc peu étudiés
(services, commerces et transport).
Toutefois, il est à noter que pour les entreprises de moins de 10 salariés, le développement
de l’outil EGiDA a permis de répondre aux besoins d’évaluations de gisements d’une partie
des petits établissements de commerce et d’artisanat.
Les actions mises en place localement visent essentiellement à estimer les gisements de
déchets, les estimations des flux de déchets des entreprises entrants et sortants à l’échelle
d’une région ou d’un département sont parfois réalisées (notamment en Midi-Pyrénées, Île-
de-France et dans les Côtes d’Armor), mais ces évaluations restent souvent partielles dans la

7
L’existence de l’ASCOMADE et de Rudologia ainsi que leur participation dans des actions d’observation en Franche-Comté est toutefois à relever.

ADEME 19/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

mesure où elles reposent sur des enquêtes (auprès des entreprises productrices de déchets
et des installations de gestion des déchets) dont l’efficacité et les taux de retour sont limités.
En termes de coûts, les actions d’observation reposant sur l’utilisation de ratios existants
présentent l’avantage d’être relativement peu coûteuses (entre 5 000€ et 30 000€, selon la
complexité des sources d’informations retenues).
Dès lors que la réalisation d’enquêtes est envisagée (notamment pour la création de nouveaux
ratios) les investissements à consacrer deviennent bien plus conséquents et peuvent aller de
10 000 à 200 000 € dans le cas des actions identifiées au cours de l’étude.
Les différents types d’approches sont analysés plus en détail en section III.1. « Méthodologies
d’évaluation du gisement des DAE : revue et analyse ».

II.1.2.4 CARTOGRAPHIE

Grâce aux informations collectées lors de


l’étude, une cartographie indicative des
territoires a été réalisée sur la base de la
typologie suivante :
Territoires pour lesquels a priori
aucun acteur ne mène ou n’a mené
d’action d’observation sur le thème
des DAE et/ou aucune information
n’est disponible (territoires en blanc
sur la carte ci-dessous)8 ;
Territoires où des actions
ponctuelles d’observation des DAE
sont ou ont été menées (territoires
en vert clair) ;
Territoires où des actions
d’observation sont ou ont été
menées et où la synergie des
acteurs semble bonne (territoires en
vert moyen) ;
Territoires où l’implication des
acteurs est forte et où l’observation
des DAE a atteint un certain niveau
de maturité (territoires en vert
foncé).

Figure 4 : Cartographie des territoires

Le détail des sources utilisées pour la classification des territoires est présenté en ANNEXE I.3
« Cartographie ».

II.2. ENJEUX ET OBJECTIFS DES DIFFÉRENTS ACTEURS


La finalité commune de toutes les actions d’observation des DAE, que ce soit pour les acteurs
publics ou privés et quelle que soit la zone géographique concernée, est d’améliorer la gestion
des déchets d’activités économiques.

8
Via l’enquête ou les résultats des précédentes tâches.

ADEME 20/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Selon les acteurs, cette finalité peut toutefois être déclinée en objectifs stratégiques et
opérationnels variés. En fonction des objectifs poursuivis par les acteurs, les moyens mis (et/ou à
mettre) en œuvre varient également (cf. chapitre II.2.1. ).
L’analyse de ces objectifs (cf. chapitre II.2.2. ), et en particulier des points de convergence et de
divergence entre catégories d’acteurs, a permis d’identifier les collaborations effectives à
optimiser, et les collaborations potentielles à développer.
NB : les arbres des objectifs présentés ci-dessous ne reflètent pas obligatoirement les actions
menées par la totalité des acteurs d’une catégorie, et ils ne sont à ce titre pas généralisables,
notamment sur les moyens mis en œuvre.

II.2.1. SYNTHÈSE DES OBJECTIFS DE L’OBSERVATION DES DAE


L’implication et les objectifs des différents acteurs dans l’observation des DAE qui ont pu être
identifiés au cours de cette étude sont décrits et illustrés ci-dessous :

 ADEME

ARBRE DES OBJECTIFS : ADEME

OBJECTIFS STRATÉGIQUES OBJECTIFS OPÉRATIONNELS


MOYENS
- -
INTÉRÊTS DES ACTEURS ACTIONS MENÉES
MIS EN ŒUVRE À METTRE EN ŒUVRE

Moyens financiers et
FINALITÉ : humains internes
(encadrement, suivi,
etc.) Moyens financiers et
ACCOMPAGNEMENT DES Soutien financier
humains internes
COLLECTIVITÉS, supplémentaires
MIEUX GÉRER Recherche et diffusion
ENTREPRISES, Conseil et expertise de l’information sur la
LES DÉCHETS ASSOCIATIONS, ETC. méthodologiques et gestion des déchets en
D’ACTIVITÉS techniques général (SINOE, guides
ÉCONOMIQUES déchets, etc.) Mutualisation des
connaissances avec les
Participation à la réponse aux autres acteurs
MISE EN ŒUVRE DES Réalisation/financeme
réglementations nationales et
POLITIQUES PUBLIQUES européennes nt d’études
thématiques sur les
DAE

Figure 5 : Arbres des objectifs de l’ADEME

ADEME nationale
Pour l’observation des DAE, et plus globalement la gestion et la prévention des déchets, les
objectifs de l’agence se traduisent en un accompagnement financier et technique aux
collectivités, entreprises et associations.
L’ADEME participe aux comités de concertation de l’INSEE et du SOeS, afin d’échanger
notamment sur les questionnaires d’enquêtes.
L’observation des DAE pourrait permettre à l’ADEME d’accompagner les entreprises dans
des projets d’écologie industrielle. Cependant, l’écologie industrielle est faiblement
implantée en France, et les informations relatives aux DAE sont peu précises (par exemple
vis-à-vis des caractéristiques mécaniques et physicochimiques, des gisements disponibles,
etc.) pour permettre de soutenir la réalisation de tels projets

Directions régionales
Comme le siège de l’ADEME, les directions régionales accompagnent techniquement et
financièrement des acteurs souhaitant développer leurs actions d’observation des DAE.

ADEME 21/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Les Directions régionales de l’ADEME assurent toutefois un rôle de soutien financier et


technique de proximité, et participent régulièrement aux comités de pilotage des différents
travaux d’observation des DAE mis en place localement.

 CHAMBRES CONSULAIRES ET ENTREPRISES PRODUCTRICES DE DÉCHETS ET LEURS FÉDÉRATIONS


ARBRE DES OBJECTIFS : CHAMBRES CONSULAIRES ET ENTREPRISES PRODUCTRICES DE DÉCHETS ET LEURS
FÉDÉRATIONS

OBJECTIFS STRATÉGIQUES OBJECTIFS OPÉRATIONNELS


MOYENS
- -
INTÉRÊTS DES ACTEURS ACTIONS MENÉES
MIS EN ŒUVRE À METTRE EN ŒUVRE
Élaboration d’outils de suivi et d’aide à la
décision
Moyens financiers et
CHAMBRES CONSULAIRES : Communication et soutien technique humains internes
FINALITÉ : (encadrement, suivi, etc.)
ACCOMPAGNEMENT DES
Soutien aux collectivités dans la
ENTREPRISES DANS LA planification de la gestion des déchets et Mutualisation des
GESTION DE LEURS DÉCHETS suivi des travaux de planification connaissances avec les
MIEUX GÉRER autres acteurs
LES DÉCHETS Promotion des équipements de gestion des Travaux et données
DAE nécessaires sur leur territoire d’autres acteurs
D’ACTIVITÉS (enquêtes INSEE/ADEME,
ÉCONOMIQUES Évaluation de la production, des gisements GEREP, EGiDA, etc.)
et des flux de DAE d’un secteur d’activités Moyens financiers et
donné humains internes
PROFESSIONNELS : supplémentaires
Étude et optimisation des pratiques de
OPTIMISATION DES COÛTS DE gestion des déchets Enquêtes auprès des
GESTION ET ÉVALUATION DE entreprises productrices
LEUR PERFORMANCE de déchets
Communication sur la performance
environnementale

Figure 6 : Arbres des objectifs des chambres consulaires et des entreprises productrices de déchets et leurs
fédérations

Chambres de Commerce et d’Industrie et Chambres des Métiers et de l’Artisanat


Les chambres consulaires ont notamment pour objectifs de veiller aux intérêts économiques
des différents acteurs du secteur privé représentés.
L’observation des DAE permet essentiellement aux chambres consulaires d’accompagner les
entreprises dans l’optimisation de la gestion de leurs déchets :
- En s’assurant que les professionnels disposent d’un nombre suffisant d’installation de
traitement accessibles à coûts raisonnables9 ;
- Et en informant, conseillant et soutenant techniquement les entreprises souhaitant
développer durablement leurs activités.
Dans le cadre de travaux relatifs à l’observation des DAE, des chambres consulaires ont pu
mettre au point des outils et méthodes étant par la suite fournis à titre gratuit ou payant à
d’autres acteurs (chambres consulaires d’autres territoires, collectivités, etc.).
Dans le cas des outils fournis à titre payant, les éventuels gains réalisés et le marché
potentiel n’ont pas été étudiés dans le cadre de cette étude.

Les fédérations professionnelles


Hormis le Conseil National des Professions de l’Automobile, les entreprises privées et les
fédérations professionnelles n’ont pas été enquêtées directement pour cette étude.

9
Des travaux d’évaluation des besoins en centre de stockage et de traitement ont été réalisés dans ce cadre par les chambres consulaires,
notamment en région Franche-Comté (cf. étude de cas régionale en chapitre ANNEXE I.5.2).

ADEME 22/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Grâce aux retours des chambres consulaires et à la littérature disponible, il a toutefois été
possible d’identifier le fait que bien qu’il n’y ait pas de responsabilité collective relative à la
gestion des déchets non dangereux, certains secteurs d’activités (BTP et industrie
automobile par exemple) effectuent volontairement des diagnostics et enquêtes à l’échelle
départementale, régionale voire nationale. Le principal but est d’optimiser la gestion de
leurs déchets et d’évaluer l’impact des actions mises en place au sein d’un secteur, par
rapport aux objectifs nationaux.
Plus ponctuellement, l’observation des DAE à une échelle géographique restreinte
permettrait aux TPE et PME concentrées dans des zones d’activités (sans distinction de
secteur d’activités) d’évaluer si des économies d’échelle peuvent être réalisées via la mise
en place d’un système collectif de gestion de leurs déchets10.

Les chambres consulaires et entreprises peuvent également s’intéresser aux évaluations de


gisements et flux de déchets d’activités économiques à l’échelle de zones industrielles afin de
mettre en place des démarches d’écologie industrielle.

 COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET LOCALES


Conseils généraux

ARBRE DES OBJECTIFS : CONSEILS GÉNÉRAUX

OBJECTIFS STRATÉGIQUES OBJECTIFS OPÉRATIONNELS


MOYENS
- -
INTÉRÊTS DES ACTEURS ACTIONS MENÉES
MIS EN ŒUVRE À METTRE EN ŒUVRE

Élaboration des indicateurs de Moyens financiers et


ÉLABORATION ET SUIVI DES suivi des plans
humains internes
FINALITÉ : PDEDMA (encadrement, suivi, etc.)
(COMPÉTENCE DES CG DEPUIS 2005) Préparation des commissions
consultatives
Enquêtes auprès des Moyens financiers et
MIEUX GÉRER Évaluation de la production, des entreprises productrices humains internes
LES DÉCHETS INTÉGRATION DES DÉCHETS gisements et des flux de DAE du de déchets supplémentaires
NON DANGEREUX AUX territoire
D’ACTIVITÉS
PDEDMA ET SUIVI DES
ÉCONOMIQUES NOUVEAUX PDGPDND Évaluation de la part des DAE Mutualisation des
captés avec les ordures ménagères Enquêtes auprès des connaissances avec les
installations de traitement autres acteurs
Évaluation des politiques
ÉVALUATION ET SUIVI DES réglementaires et volontaires
POLITIQUES PUBLIQUES Travaux et données
LOCALES d’autres acteurs (enquêtes
Élaboration d’indicateurs de suivi
des autres politiques du CG INSEE / ADEME, GEREP,
EGiDA, etc.)

Figure 7 : Arbres des objectifs des Conseils généraux

Depuis le 1er janvier 2005, les Conseils généraux exercent la compétence de planification des
DMA. Ils participent ou mettent en œuvre, à l’échelle de leur territoire, les différentes
politiques publiques réglementaires (participation aux CODERST 11 ) ou volontaires
(programme locaux de prévention des déchets par exemple).
Jusqu’en 2010, certains Conseils généraux ont réalisé des actions d’observation de DAE dans
le cadre de l’élaboration ou de la révision de leur PDEDMA. L’observation de ces déchets
n’était pas une préoccupation majeure ; elle permettait essentiellement d’améliorer le suivi

10
Cf. étude de cas Languedoc-Roussillon.
11
Conseil de l'Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques, visant à l'élaboration, à la mise en œuvre et au suivi, à une échelle
départementale des politiques publiques d’État dans les domaines de la protection de l'environnement, de la gestion durable des ressources
naturelles et de la prévention des risques sanitaires et technologiques.

ADEME 23/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

des installations du territoire, et de mener des réflexions sur la mise en place et


l’ajustement des tarifications.

Avec les évolutions de la réglementation, l’observation des DAE constitue désormais un axe
plus important de la planification. En effet, des objectifs sont aujourd’hui fixés en termes de
capacité d’incinération et de stockage, et de recyclage et valorisation.
Tableau 9 : Extrait projet du décret relatif aux PDEDMA/PDGPDND

« Les plans de prévention et de gestion des déchets non dangereux contient au moins : [...]
III – une planification de la gestion des déchets non dangereux qui comprend notamment : [...]
4° une limite annuelle aux capacités d’incinération et de stockage des déchets non dangereux non inertes
en fonctions de ces objectifs. Cette limite est fixée pour chaque année sur période de douze ans. Elle doit
être cohérente avec les objectifs fixés au 1° du II et au 2°. La capacité annuelle d’incinération et de stockage
des déchets non dangereux non inertes cumulée ne peut être supérieure à 60% des déchets non dangereux
produits sur le territoire du plan. [...]
IV - Les mesures retenues pour la gestion des déchets issus de produits relevant des dispositions de l’article
L.541-10 du code de l’environnement. En particulier, l'indication des diverses mesures à prendre afin que
les objectifs nationaux concernant la valorisation des déchets d'emballages et le recyclage des matériaux
d'emballages soient respectés :
1. La valorisation de 60 % au minimum en poids des déchets d'emballages et le recyclage de 55 %
au minimum en poids des déchets d'emballages ;
2. Le recyclage de :
o 60 % en poids pour le verre, le papier et le carton ;
o 50 % en poids pour les métaux ;
o 22,5 % en poids pour les plastiques, en prenant en compte exclusivement les matériaux qui
sont recyclés sous forme de plastiques ;
o 15 % en poids pour le bois ;
o L'énumération des solutions retenues pour permettre d'atteindre l'objectif national de
collecte sélective de déchets d'équipements électriques et électroniques ménagers de 4
kilogrammes par habitant et par an. »

Les Conseils généraux devront donc disposer d’outils prospectifs d’observation des DAE
permettant une actualisation relativement régulière (a minima tous les 6 ans) et produisant
des données suffisamment fiables et précises, tant en termes de gisements que de flux de
déchets.
Dans la mesure où de fortes variations peuvent s’observer entre différents territoires en
termes de superficie ou de tissu économique, tous les départements ne devraient pas
déployer les mêmes moyens pour répondre à leurs objectifs respectifs. Pour les territoires
ne comprenant qu’un nombre limité de bassins d’activités et d’installations de traitement
des déchets (Lozère ou Territoire de Belfort), des enquêtes exhaustives (hors TPE et PME)
pourraient être envisagées. Pour les territoires ayant un tissu économique important
(départements de la région Rhône-Alpes ou cas particulier de la région Île-de-France par
exemple), la réalisation d’enquêtes exhaustives serait économiquement irréalisable.

Conseils régionaux
En termes de planification et de gestion des déchets, les Conseils régionaux ne disposent
d’aucune compétence relative aux DAE non dangereux.
Des actions ponctuelles d’observation de déchets d’activités économiques non dangereux
ont toutefois pu être menées dans le cadre des compétences de planification des Conseils
régionaux (cf. Étude de cas de la région Bretagne ANNEXE I.5.1).

ADEME 24/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Communes et Établissements Publics à Coopération Intercommunale (EPCI) ayant une


compétence de gestion des déchets
Les communes et EPCI ayant une compétence de gestion (collecte ou/et traitement) des
déchets ménagers et assimilés, ne procèdent généralement pas à des actions d’observation
portant spécifiquement sur les DAE. Toutefois, des actions d’observation des déchets
ménagers et assimilés, par type de producteurs (et donc incluant les producteurs
professionnels de déchets assimilés) ont été être réalisées afin d’identifier et optimiser les
modes de gestion des déchets étudiés12.
Ces travaux permettent notamment de réfléchir aux modalités de mise en place et de
gestion d’une tarification incitative ou d’une redevance spéciale, mais également à la mise
en place et à l’optimisation de filières de collecte de déchets non ménagers.

 SERVICES DE L’ÉTAT

ARBRE DES OBJECTIFS : SERVICES DE L’ÉTAT

OBJECTIFS STRATÉGIQUES OBJECTIFS OPÉRATIONNELS MOYENS MIS EN


- - ŒUVRE
INTÉRÊTS DES ACTEURS ACTIONS MENÉES

SERVICES STATISTIQUES :
Enquêtes à caractère obligatoire
RÉPONSE AUX auprès des établissements
RÉGLEMENTATIONS producteurs de déchets
FINALITÉ :
NATIONALES ET EUROPÉENNES
Moyens financiers et
humains internes
MIEUX GÉRER Collecte d’informations via la (encadrement, suivi,
déclaration annuelle GEREP etc.)
LES DÉCHETS DREAL :
D’ACTIVITÉS INSTRUCTION DES DOSSIERS
ÉCONOMIQUES D’AUTORISATION D’ICPE ET
SUIVI DES INSTALLATIONS
Inspection des installations
Moyens financiers de
l’État

PRÉFECTURES :
Émission d’avis d’autorisation
ÉMISSION D’AVIS d’ICPE
D’AUTORISATION D’ICPE

Figure 8 : Arbres des objectifs des services de l’État

Les services de l’État ont été distingués comme suit :


Services statistiques de l’État (INSEE, CGDD SOeS)
Les services statistiques de l’État observent les DAE essentiellement dans le but de répondre
aux réglementations nationales et européennes. Pour ce faire, des enquêtes à caractère
obligatoire ont été menées en 2006 et 2008, auprès des établissements producteurs de
déchets.

Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL)


Les DREAL ont pour objectif principal d’instruire les dossiers d’ICPE et d’en effectuer le suivi,
notamment via la déclaration annuelle des rejets (GEREP), à partir de laquelle sont issues les
informations publiées dans la base de données iREP.
Dans la mesure où les informations relatives aux productions de déchets non dangereux ne
doivent être déclarées qu’à partir du seuil de 2 000 tonnes, la représentativité et la fiabilité
des données disponibles sur iREP est à prendre avec précaution
12
Notamment les tests de caractérisation menés sur les territoires de la Communauté d’Agglomération de Poitiers ou la Communauté de
Communes du Pays de Lunel ou le « Diagnostic Déchets Organiques » réalisé en Île-de-France par le SYCTOM (cf. étude de cas Île-de-France).

ADEME 25/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Ces données sont toutefois parfois utilisées par d’autres acteurs observant les DAE, afin
d’effectuer des recoupements avec des informations obtenues via d’autres sources
(enquêtes terrain par exemple).

Préfectures
Les préfectures ne mènent a priori pas d’action directe d’observation des DAE.
Des échanges peuvent toutefois avoir lieu entre les préfectures et d’autres acteurs du
territoire observant les DAE (autres services locaux de l’État, Conseils généraux), notamment
dans le cadre des réunions des CODERST.

 FÉDÉRATIONS PROFESSIONNELLES DE LA GESTION DES DÉCHETS

ARBRE DES OBJECTIFS : FÉDÉRATIONS PROFESSIONNELLES DE LA GESTION DES DÉCHETS

OBJECTIFS STRATÉGIQUES OBJECTIFS OPÉRATIONNELS


MOYENS MIS EN
- -
ŒUVRE
INTÉRÊTS DES ACTEURS ACTIONS MENÉES
FINALITÉ :
Moyens financiers et
ÉLABORATION D’OUTILS ET Réalisation d’enquête annuelle humains internes
INDICATEURS D’AIDE À LA auprès des adhérents des (réalisation
MIEUX GÉRER DÉCISION fédérations d’enquêtes,
LES DÉCHETS encadrement, suivi,
communication, etc.)
D’ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUES DÉVELOPPEMENT
Étude des pratiques de gestion
des déchets des installations de
COMMERCIAL
collecte et traitement Enquêtes annuelles
auprès des adhérents

Figure 9 : Arbres des objectifs des fédérations professionnelles de la gestion des déchets

Les fédérations professionnelles du déchet semblent essentiellement vouloir identifier des


moyens d’améliorer la gestion et la valorisation des déchets notamment dans un but de
développement commercial de leurs activités, et disposer d’arguments pertinents et d’outils
d’aide à la décision (notamment lors de discussions avec le MEDDTL).
En ce qui concerne la FNADE plus spécifiquement, une enquête auprès des adhérents de la
fédération est réalisée chaque année afin de déterminer les tonnages globaux captés par les
différents équipements des exploitants.
Il est régulièrement reproché aux fédérations professionnelles du déchet un manque de
communication de leurs données. Ceci peut s’expliquer d’une part parce que les fédérations
professionnelles du déchet ne disposent réellement pas de données précises relatives aux
DAE captés par les installations exploitées (que ce soit pour des raisons de concurrence entre
adhérents ou par manque d’outils de suivi fiable des quantités de déchets prises en charge au
sein de chaque installation), et d’autre part pour des raisons de confidentialité des données
dans le cas d’échelle géographique restreinte (département par exemple).

II.2.2. CONVERGENCES ET DIVERGENCES DES OBJECTIFS D’OBSERVATION DES DAE


Les aspects des actions d’observation pour lesquels des divergences (et d’éventuelles
convergences) d’objectifs ont pu être identifiés au cours de la première étape de l’étude sont les
suivants :

ADEME 26/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

 DONNÉES ÉTUDIÉES
La majeure partie des acteurs locaux souhaite a minima avoir une meilleure vision des gisements
de déchets d’activités économiques dans le but d’évaluer les enjeux environnementaux et
économiques prépondérants d’un territoire et/ou d’un secteur d’activité, et de mettre en place
des plans d’action adaptés.
Les informations relatives aux flux infrarégionaux et interrégionaux de DAE intéressent les acteurs
locaux contactés, mais peu d’actions d’observation mises en place ont effectivement permis
d’analyser ces flux (des estimations ont été réalisées dans le Loir-et-Cher et en Franche-Comté).
Les acteurs locaux semblent conscients de la difficulté méthodologique et des coûts élevés d’une
évaluation fiable des flux, et seraient pour la plupart intéressés par une collaboration accrue entre
les structures (publiques et privées).
Champs et périmètres d’observation :
Selon les acteurs et les territoires, les actions d’observation ne concernent pas exactement
les mêmes déchets, voire les mêmes secteurs d’activités, malgré des terminologies
communes 13 . La comparaison avec d’autres territoires se révèle en règle générale
impossible.
Il apparaîtrait également que la pertinence de la définition des territoires étudiés ne soit pas
complètement optimale : pour les organismes planificateurs, et dans une moindre mesure
pour les chambres consulaires et les entreprises, l’observation doit être réalisée a minima à
l’échelle du département, et doit idéalement permettre un suivi des installations.
Les actions d’observation menées au niveau national (travaux INSEE notamment), ne sont
cependant pas dimensionnées pour être utilisées dans le cadre d’une observation
départementale. Par ailleurs, ce besoin de données sur un territoire restreint peut soulever
la problématique de la confidentialité des données relatives aux installations de gestion et
traitement.

Qualité et actualisation des données :


Malgré les importantes marges d’erreurs parfois rencontrées, la satisfaction des acteurs, au
regard des besoins ressentis actuellement et du coût de l’action mise en place, est
globalement correcte.
Concernant l’actualité des données, bien qu’une mise à jour des ratios nationaux de
production de déchets serait appréciée, la satisfaction des acteurs au regard de leurs
besoins est également positive.
Toutefois, à la vue des évolutions réglementaires en cours et des problématiques de pénurie
d’installations rencontrées sur certains territoires, une augmentation accrue des besoins des
collectivités territoriales et des chambres consulaires, en données fiables et actualisables
n’est pas à écarter : les organismes planificateurs auront a priori un besoin de données très
précises et actualisables a minima tous les 6 ans, mais également d’outils prospectifs, le tout
à l’échelle d’un département (ou de la région pour l’IDF) afin de répondre au nouveau décret
(cf. « Tableau 9 : Extrait projet du décret relatif aux PDEDMA/PDGPDND »).
Ce besoin de précision pourrait recouper ceux des chambres consulaires et entreprises, qui à
une plus petite échelle, pourraient souhaiter étudier les besoins en installations d’une zone
industrielle donnée et étudier les modalités de mise en place d’une gestion mutualisée des
déchets ou de projets d’écologie industrielle.
Enfin, dans le cadre de la mise en place d’une tarification incitative, les besoins en termes de
précision des données des collectivités et des EPCI à compétence déchets pourraient
13
Les déchets non dangereux non inertes du BTP ou les déchets organiques sont par exemple parfois non uniformément intégrés dans les
estimations.

ADEME 27/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

également devenir plus importants que ce que permettent les estimations actuelles (au vu
des marges d’erreur des méthodes actuelles d’observation des DAE non dangereux, il
semble peu envisageable d’appliquer une tarification sur la base de ces estimations).

 COLLABORATIONS ENTRE LES ACTEURS


Concertation entre les acteurs nationaux et locaux pour la collecte des données :
Les moyens déployés pour la réalisation des actions d’enquêtes à l’échelle nationale
permettent d’obtenir des données extrêmement fiables et actualisées. Dans une moindre
mesure, les données déclaratives relatives aux ICPE peuvent également permettre d’avoir
une vision globale des gisements et flux de déchets non dangereux d’une installation
donnée.
Les objectifs des acteurs nationaux menant ces travaux semblent se limiter essentiellement
à répondre aux réglementations nationales et européennes et sont peu liées aux
problématiques locales de planification et/ou de gestion des installations.
Or, l’exemple de la région Île-de-France où les échanges entre collectivités, organismes
publics, associations professionnelles et services de l’État sont fortement développés
permet de confirmer l’efficacité des concertations entre acteurs dans l’optimisation des
travaux menés sur l’observation des DAE (cf. chapitre « ANNEXE I.5.3Île-de-France »).

Relations et échanges limités entre les planificateurs et les professionnels de la collecte et


du traitement des déchets :
En raison de la sensibilité stratégique des données détenues par les professionnels, il
apparaît que les relations et échanges de données vers les Conseils généraux, restent limités
et ne dépassent pas les exigences fixées par la réglementation actuelle.

 INTÉRÊT LUCRATIF DES ACTIONS D’OBSERVATION


Bien que des acteurs puissent partager les mêmes objectifs lors du développement d’un outil
d’observation des DAE, il est apparu que des conflits d’intérêts peuvent potentiellement émerger
dès lors qu’il existe un intérêt économique, freinant ainsi la mutualisation des connaissances et
limitant l’efficacité des actions par la même occasion.
Cette constatation est vérifiée dans le cas d’un outil payant ou d’outils gratuits ayant nécessité
d’importants investissements pour le développement méthodologique et de la réalisation
d’enquêtes.

De nombreuses actions d’évaluation des gisements ont été identifiées dans le cadre de l’étude de
l’historique, des enjeux et des objectifs de l’observation à l’échelle locale et nationale.
Ces actions peuvent reposer sur de nouvelles méthodologies entièrement développées par un ou
plusieurs acteurs locaux, ou sur des méthodologies existantes développées par ailleurs et ayant
été adaptées à un autre territoire, et visent essentiellement à appréhender les gisements de DAE
à l’échelle locale.
Ces méthodes d’évaluation sont analysées dans le chapitre suivant.

ADEME 28/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

III. ANALYSE DES MÉTHODES D’ÉVALUATION DU GISEMENT


DES DAE

Ce chapitre présente les conclusions de l’analyse des méthodologies d’estimation des DAE au
niveau local à travers les actions d’observation identifiées grâce à l’enquête nationale menée au
cours de la première étape de l’étude.
Les actions d’estimation du gisement des DAE sont présentées sous forme de fiches normalisées
permettant de les comparer. Ces fiches incluent les informations suivantes :
les acteurs pilotant et participant à l’action ;
la périodicité de l’observation et les années de réalisation ;
le champ couvert : taille et secteurs d’activité des entreprises, nature des déchets ;
la méthodologie utilisée ;
le mode de réalisation : interne, sous-traité, etc. ;
le coût ;
les résultats obtenus ;
les raisons du choix de la méthodologie ;
évaluation par l’acteur de la qualité des informations obtenues, des avantages et
inconvénients.
Dans le cas des enquêtes, les informations suivantes ont notamment été précisées :
la base de sondage utilisée ;
le nombre d’enquêtes réalisées ;
le mode d’enquête : face-à-face, postal, mixte ;
le mode d’extrapolation des quantités de déchets.
Dans le cas des estimations par ratio, les éléments suivants ont notamment été indiqués :
les sources d’informations utilisées ;
si possible la valeur des ratios ;
dans le cas où cela sera disponible, les mesures de précision utilisées (écarts-types des
ratios) ;
les procédés de mise à jour des ratios ;
la base de comptage sur laquelle sont appliqués les ratios.

Les actions locales analysées sont les suivantes :


Action d’observation des déchets d’activités économiques en Bretagne (ANNEXE II.1.7,
page 128) ;
Estimations des gisements de DIB en Côtes d'Armor (ANNEXE II.1.8, page 129) ;
Les déchets des entreprises en Pays de Loire (ANNEXE II.1.9, page 130);
Inventaire annuel des déchets en Picardie (ANNEXE II.1.10, page 131) ;
Estimation des DAE en Seine Maritime (ANNEXE II.1.11, page 132) ;
Observatoire Régional des Déchets Industriels en Midi-Pyrénées (ORDIMIP) (ANNEXE
II.1.12, page133) ;
Observatoire des déchets en Rhône Alpes (SINDRA) (ANNEXE II.1.13, page 134) ;
Groupe de travail DAE du Gard (ANNEXE II.1.14, page 135);
Observatoire dans le cadre d’aides pour la gestion des déchets en Corse (ANNEXE II.1.15,
page 136) ;
Mission d’observation de la biomasse liée aux activités agro-alimentaires en région
Poitou-Charentes (ANNEXE II.1.16, page 137) ;
ORDIF – Estimation du gisement des DAE en Île-de-France (ANNEXE II.1.17, page 139) ;
ORDIF & CCI Val d’Oise Yvelines - Inventaire DIB Val d’Oise - Yvelines en 1995 (ANNEXE
II.1.18, page 140) ;

ADEME 29/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Observatoire des déchets industriels à la Réunion (ANNEXE II.1.19, page 142) ;


Opération réparation navale (ANNEXE II.1.20, page 143) ;
Suivi annuel du PDEDMA du Cher (ANNEXE II.1.21, page 144).

À fin de point de comparaison, des actions nationales d’estimation des DAE ont également été
considérées :
Enquête ADEME 2004 portant sur les déchets industriels et commerciaux (ANNEXE II.1.1,
page 114) ;
Enquête INSEE 2006 / 2008 portant sur les déchets industriels (ANNEXE II.1.2, page 118) ;
Enquête INSEE 2008 portant sur les déchets commerciaux (ANNEXE II.1.3, page 121) ;
Enquête en cours sur les activités de transports (ANNEXE III.1.4, page 123) ;
Enquête EGIDA sur les activités artisanales (ANNEXE II.1.5, page 29) ;
Étude ADEME 1999 portant sur les déchets de la restauration (ANNEXE II.1.6, page 29).
Ces comparaisons ont par la suite permis de dégager des recommandations d’ordre
méthodologique pour l’évaluation du gisement des DAE, en fonction des objectifs poursuivis.

III.1. MÉTHODOLOGIES D’ÉVALUATION DU GISEMENT DES DAE : REVUE ET


ANALYSE

III.1.1. SYNTHÈSE DES ACTIONS

 ÉVOLUTION DES OBJECTIFS DES ACTIONS


Les évaluations locales du gisement des DAE ont débuté dans les années 1990 dans les régions en
situation de pénurie d’exutoire. Les PREDD ont également été l’occasion pour les régions
cherchant à évaluer le gisement de déchets dangereux, d’estimer en même temps le gisement de
déchets non dangereux.
L’instauration des plans d’élimination des déchets ménagers et assimilés a également créée le
besoin d’observer les déchets des entreprises (hors plans relatifs aux déchets du BTP). Pour
dimensionner de nouvelles installations notamment, il est indispensable d’évaluer, même
grossièrement, la quantité de déchets industriels à traiter. De même, la mise en place des
déchèteries a conduit à s’intéresser aux déchets des artisans et des professionnels.
Mais c’est la récente évolution réglementaire, qui impose aux Conseils généraux la planification,
non plus de la gestion des DMA, mais celle des déchets non dangereux dans leur ensemble, qui a
conduit l’ensemble des départements à un regain d’intérêt pour l’estimation des déchets des
entreprises.

 TROIS APPROCHES D’ÉVALUATION DU GISEMENT


Parmi les actions étudiées (cf. fiches actions en ANNEXE II.1), on distingue principalement trois
approches d’évaluation du gisement :
Utilisation de ratios existants ;
Réalisation d’enquête pour créer des ratios ;
Approche complémentaire visant à étudier les flux de déchets traités.
Les paragraphes suivant vont présenter les caractéristiques des différentes approches utilisées
dans les actions étudiées.

ADEME 30/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

III.1.2. UNE APPROCHE PAR RATIOS

III.1.2.1 LE PRINCIPE
L’approche par ratios consiste à évaluer les tonnages de déchets générés à l’aide de ratios connus
par ailleurs, exprimés soit en tonnes par salariés et par an, soit en tonnes par établissement et par
an. Ces ratios dépendent généralement du secteur d’activité et de la taille de l’établissement,
deux principales variables prises en compte pour expliquer la production de déchets.
L’hypothèse sous-jacente à cette méthodologie est que les ratios utilisés s’appliquent bien au
territoire. En pratique, cela signifie que le territoire est suffisamment important pour pouvoir
espérer ne pas trop s’éloigner de moyennes observées soit au niveau national, soit dans d’autres
régions.
De plus, elle suppose connue la répartition des établissements ou des salariés par secteur
d’activité et par taille d’établissement sur le territoire étudié.
De nombreuses actions relèvent de cette approche. Le principal avantage est la simplicité et le
faible coût (entre 5 000€ et 30 000€, selon la complexité des sources d’informations retenues).
Le principal inconvénient est que, si l’on obtient une estimation vraisemblable du gisement, la
méthode ne fournit pas d’information fiable sur les flux. En particulier, si l’on peut
éventuellement supposer que les taux de valorisation matière (recyclage), à secteur d’activité
identique, varient peu selon la localisation des entreprises, le partage entre décharge et
incinération dépend complètement du type d’installation disponible au niveau local. La méthode
ne fournit également aucune information sur les déchets traités hors du département.
Enfin, une demande des acteurs locaux concerne la précision, impossible à calculer quand on
utilise des ratios à dire d’expert, ou issus d’enquêtes très anciennes.

III.1.2.2 LES SOURCES D’INFORMATIONS UTILISÉES


Plusieurs types de sources d’informations sont utilisées, les sources nationales, les enquêtes
locales, les ratios collectés par les CCI au cours de diagnostics déchets, les ratios trouvés dans les
PDEDMA des départements voisins.

 LES SOURCES NATIONALES SUR LES DÉCHETS PRODUITS PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ
Les sources nationales dont sont extraits les ratios sont principalement :
les enquêtes ADEME sur les entreprises commerciales et industrielles, de 1999 et 2004 ;
l’enquête EGIDA sur les artisans.
On trouve également des références à des études plus anciennes, l’une sur les déchets des
hôpitaux, l’autre sur les déchets de la restauration.
Deux sources d’informations plus récentes sont disponibles, mais moins fréquemment utilisées au
niveau local, même si l’action actuelle de l’ORDIF se propose de les exploiter :
les enquêtes INSEE 2006 et 2008 sur les entreprises industrielles ;
l’enquête INSEE 2006 sur les établissements commerciaux.
L’enquête ADEME : des ratios tous prêts
Le succès des enquêtes ADEME dans cette approche (par rapport aux enquêtes INSEE,
pourtant plus récentes), est lié au fait que des ratios de déchets produits par secteur
d’activité et taille d’établissements étaient publiés dans les rapports et disponibles sur le site
de l’ADEME. Leur application à un terrain donné était très simple, la démographie des
établissements étant disponible dans le fichier SIRENE.
L’enquête ADEME 2004 porte sur les établissements industriels et commerciaux de plus de
20 personnes.

ADEME 31/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

L’enquête INSEE : des ratios à calculer


Parmi les résultats publiés de l’INSEE dans les enquêtes 2006 et 2008, figure une répartition
régionale des déchets produits, mais aucun ratio ne permet une application à un territoire
tel que le département. Le calcul de ces ratios nécessite l’exploitation des fichiers de l’INSEE.
Or, l’obtention de ces fichiers suppose une demande spécifique au Comité du Secret, qui se
réunit 3 fois par an. Le délai d’obtention des données va donc être au minimum de plusieurs
mois. L’ORDIF les a obtenus au bout d’un an de démarche (incluant vraisemblablement le
temps d’information sur la procédure à suivre et l’archivage des données 2008 avant
communication). De plus, l’obtention des fichiers s’accompagne de fortes restrictions
d’utilisations : un nombre précis de personnes ont le droit d’exploiter les fichiers.
L’enquête INSEE « déchets des industries » porte sur les établissements industriels de plus
de 20 personnes, complétée par les établissements de plus de 10 salariés pour l’industrie
agroalimentaire et des scieries. Les établissements de plus de 100 salariés ont été enquêtés
exhaustivement et les autres par sondage. L’enquête « déchets du commerce » de l’INSEE
porte sur les établissements commerciaux de plus de 50 personnes.
EGIDA : une source d’informations sur 22 activités artisanales
La plupart des acteurs interrogés citent l’étude EGIDA comme source principale
d’information sur les déchets des entreprises artisanales. Cette source d’information a le
mérite d’être gratuite pour les Conseils généraux. En revanche, elle ne couvre que 22
activités artisanales. Sur le plan national, l’enquête CNIDEP ne représente que de faibles
quantités de déchets, moins de 2% des déchets des entreprises industrielles et
commerciales.
Déchets de la restauration et des établissements de santé
Deux études réalisées au niveau national sont également citées:
- une enquête sur la restauration, mais où les déchets produits seraient exprimés en
fonction du nombre repas servis, ce qui n’est pas très simple d’utilisation ;
- des ratios concernant l’hospitalisation, où les déchets seraient exprimés en fonction du
nombre de lits/jours14 ou du nombre de séjours15, données disponibles dans la SAE,
statistique annuelle des établissements de santé.

 LES SOURCES LOCALES SUR LES DÉCHETS PRODUITS PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ
Les sources locales de ratios de production de déchets sont souvent le produit du travail des CCI,
qui, lors notamment de missions de diagnostics déchets, ou pour réaliser des guides déchets à
l’intention des entreprises, sont amenées à obtenir des données de ce type.
Des ratios locaux peuvent également être obtenus par le biais de bureaux d’études ayant travaillé
sur un secteur donné : lors de l’action de l’ORDB en Bretagne, le bureau d’études GIRUS a fourni
des ratios provenant d’études précédentes.
Les principales sources locales citées dans les actions des collectivités locales qui procèdent par
ratios sont les ratios de l’ORDIMIP et la méthodologie d’EXCELTYS.
L’ORDIF s’appuie également dans ses actions de 2004, sur des ratios établis en 1995 lors
d’enquêtes réalisées dans deux départements de la région Île-de-France : 800 enquêtes environ.
Il n’a pas été possible d’avoir accès aux ratios utilisés par l’ORDIMIP, mais les documents
consultés précisent qu’ils sont principalement le fruit d’études bibliographiques, s’appuyant
partiellement sur les enquêtes nationales de l’ADEME.
Dans le cas de l’outil EXCELTYS EvalDIB (CCI22), les ratios utilisés s’appuient principalement sur les
résultats d’enquêtes locales : un peu plus de 500 enquêtes ont été réalisée de 2004 à 2010. Le

14
Étude des déchets des entreprises en Bretagne – ADEME -ORDB 2004
15
Étude Ernst et Young pour l’ADEME, sur l’estimation des déchets d’emballages générés par les entreprises

ADEME 32/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

principal problème de l’outil est le faible nombre d’enquêtes de chacune des cases du plan de
sondage : il est impossible de calculer une précision théorique en s’appuyant sur le plan de
sondage annoncé. En revanche, des informations intéressantes sont fournies sur les IAA (60
enquêtes), les services (peu d’enquêtes, mais elles concernent des activités très rarement
enquêtées).
Le principal avantage de l’outil EXCELTYS est donc la qualité des données, car il s’appuie sur des
enquêtes fiables (car réalisées en face à face). En revanche, le plan de sondage pourrait être
amélioré, et des calculs de précision des estimations pourraient être menés.
Les enquêtes Île-de-France sont relativement anciennes (1995). Comme dans le cas d’EXCELTYS,
elles pâtissent vraisemblablement d’une volonté de couverture de l’ensemble des secteurs
d’activité. Néanmoins, elles apportent des informations sur des secteurs non couverts par les
enquêtes nationales (services et petits commerces).

 LES BASES DE COMPTAGE DE L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE


Les ratios de déchets produits par salariés ou de déchets produits par établissement sont
appliqués à des tableaux de comptage des établissements ou des salariés par secteur d’activité et
taille d’entreprise.
Les deux bases citées sont :
Le fichier SIRENE, de source INSEE ;
Les répertoires des chambres de commerce ou des chambres des métiers.
Notons que le fichier SIRENE des établissements ne donne pas un nombre exact de salariés, mais
un nombre de salariés par tranche (à la centaine près). Il est donc plus difficile à appliquer dans le
cas de ratios par salarié.
De manière générale, le nombre de salariés est mal connu, car il varie très vite au sein d’une
même entreprise. La seule source fiable (DADS) ne propose pas de nomenclature de secteur
d’activité très détaillée.

III.1.2.3 PRÉCISION DES RÉSULTATS

La précision des résultats est théoriquement difficile à calculer.


Néanmoins, elle ne peut être meilleure que celle de l’enquête dont sont extraits les ratios. On
peut également évaluer une précision qui tient compte du tissu économique local : quand la
région ne compte que des activités pour lesquelles les ratios sont connus avec un faible intervalle
d’erreur, la précision est meilleure que quand les activités concernent des secteurs où les écarts
de déchets produits sont importants d’une entreprise à l’autre. Typiquement, une région avec
beaucoup d’industries du bois et qui s’appuiera sur les résultats de l’enquête ADEME 2004, aura
une précision inférieure à la précision nationale.
Les tableaux suivants montrent les niveaux de précision de l’enquête ADEME 2004, pour le
premier tableau dans le cas de ratios par établissement, pour le deuxième tableau dans le cas de
ratios par salariés.

ADEME 33/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 10 : Précision des ratios par établissements dans le cas de l’enquête ADEME 2004 : intervalle d’erreur
exprimé en % de la moyenne des tonnes par établissement
1 - (10-19) 2 - (20-49) 3 - (50-99) 4 - (100-199) 5 - (200-499) 6 - (500 & +) ENSEMBLE
CA et CB 40% 22% 118% 94% 42%
DA 39% 41% 24% 41% 22% 18%
DB ou DC 120% 36% 33% 37% 0% 51%
DD 49% 47% 77% 49% 38% 27%
DE 37% 60% 51% 77% 38% 31%
DG ou DF 62% 116% 106% 29% 12% 38%
DH 67% 29% 35% 42% 13% 21%
DI 105% 48% 52% 25% 44% 27%
DJ 53% 54% 52% 50% 24% 24%
DK 35% 32% 32% 53% 10% 15%
DL 119% 31% 43% 53% 15% 28%
DM 41% 30% 83% 79% 26% 26%
DN 32% 56% 41% 41% 20% 18%
G1 47% 37% 123% 39% 47% 43%
G2 58% 21% 19% 31% 20% 33% 13%
ENSEMBLE 24% 26% 20% 20% 13% 9,7%
Source : ADEME

Tableau 11 : Précision des ratios par salariés dans le cas de l’enquête ADEME 2004 (version provisoire) : intervalle
d’erreur exprimé en % de la moyenne des tonnes par salarié
1 - (10-19) 2 - (20-49) 3 - (50-99) 4 - (100-199) 5 - (200-499) 6 - (500 & +)
CA et CB 47% 24% 72% 111%
DA 34% 36% 27% 41% 24%
DB ou DC 99% 40% 34% 35% 0%
DD 41% 47% 88% 54% 39%
DE 35% 55% 51% 52% 53%
DG ou DF 57% 109% 111% 27% 17%
DH 64% 34% 33% 38% 15%
DI 74% 43% 49% 26% 35%
DJ 61% 62% 53% 49% 30%
DK 34% 32% 29% 40% 11%
DL 84% 36% 39% 56% 21%
DM 35% 31% 82% 85% 20%
DN 30% 53% 41% 46% 22%
G1 43% 38% 100% 37% 55%
G2 43% 22% 22% 32% 21% 13%
Source : IN NUMERI à partir de données ADEME

Rappelons que le calcul de la précision des ratios par salariés est une estimation indicative, car
l’enquête n’ayant pas été exploitée en ce sens.
Les tableaux précédents montrent la faible précision des ratios par taille et secteur d’activité,
alors que la précision au niveau national est toute à fait acceptable, avec moins de 10% d’erreur.
L’intervalle de confiance est du même ordre de grandeur, au sein de chaque strate, dans le cas
des ratios par salarié.
Rappel : taille de l’échantillon de l’enquête ADEME 2004 : nombre d’établissements enquêtés
par strates de taille et de secteur d’activité

ADEME 34/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 12 : Enquête ADEME 2004 - Taille en effectifs salariés


1 - (10-19) 2 - (20-49) 3 - (50-99) 4 - (100-199) 5 - (200-499) 6 - (500 & +) Total
CA et CB 31 26 12 2 71
DA 63 29 28 42 57 219
DB ou DC 73 39 43 30 11 196
DD 59 69 33 38 18 217
DE 49 29 39 31 21 169
DG ou DF 34 23 25 59 70 211
DH 38 33 31 29 41 172
DI 25 31 29 53 11 149
DJ 43 31 36 38 58 206
DK 76 35 40 33 59 243
DL 53 54 31 40 104 282
DM 53 48 33 46 118 298
DN 54 42 42 38 19 195
G1 48 48 26 21 21 164
G2 92 100 88 32 37 45 394
TOTAL GÉNÉRAL 151 809 589 479 521 637 3186

Le tableau ci-dessus rappelle le nombre d’enquêtes réalisées dans l’enquête ADEME 2004. La
comparaison de ce tableau et des précisions théoriques relatives aux ratios permet de vérifier que
les erreurs importantes sont souvent réalisées quand le nombre d’enquêtes est peu élevé (sauf
dans le cas des grandes entreprises, où la totalité des établissements avaient été enquêtés, même
si tous n’avaient pas répondu). Les comparaisons de ratios réalisées dans le chapitre précédent
confirment l’ordre de grandeur des intervalles de confiance : ils correspondent aux écarts
constatés entre les différentes enquêtes.
La précision d’une case du tableau dépend de trois facteurs :
L’écart type du ratio de déchet ;
Le nombre d’enquêtes réalisées ;
Du taux de sondage, quand celui-ci se rapproche de 1.
Rappelons que, si l’on suppose que l’échantillon est petit par rapport à la base de sondage l’erreur
e
d’échantillonnage est de l’ordre de 2 , e étant l’écart-type du ratio et n le nombre d’enquêtes
n
réalisées.

III.1.3. UNE APPROCHE PAR ENQUÊTE DIRECTE AUPRÈS DES ENTREPRISES

III.1.3.1 PEU D’ACTIONS DE CE TYPE


Peu d’actions locales multi-sectorielles ont mis en œuvre des enquêtes directes auprès des
entreprises. Rappelons les principales actions recensées :
L’enquête ORDIF en Île-de-France en 1995, auprès d’un échantillon représentatif de 800
entreprises dans deux départements ;
L’enquête ORDB de 2005 : 176 établissements enquêtés en Bretagne visant à préciser
l’enquête nationale;
L’enquête CCI Côtes d’Armor : plus de 500 établissements enquêtés au cours de 5 années,
incluant des enquêtes dans d’autres départements de Bretagne ;
Les enquêtes réalisées dans le Finistère et le Morbihan, en suivant la méthodologie de la
CCI22 ;
L’enquête ADIR relative aux entreprises industrielles de la Réunion.
D’autres actions ont pu porter sur les un secteur spécifique, voire un déchet spécifique :
La production de biomasse liée aux activités agro-alimentaires en région Poitou-Charentes ;
Gisement de DIS en Champagne-Ardenne (hors champ de l’étude) ;
Opération Garage propre auprès de garages ;
Opération Réparation Navale en Corse (48 entreprises enquêtées, 20 réponses obtenues).

ADEME 35/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

La principale raison pour laquelle ces opérations sont rares et sectorielles est leur coût élevé :
Environ 90 000€ pour l’action de l’ORDB en 2005 (176 enquêtes réalisées dont environ un
tiers en face à face) ;
Environ 10 000€ par an de stagiaire pour les vagues de 60 enquêtes en Bretagne, plus le coût
interne d’ingénieur ;
200 000 € pour 161 enquêtes en face-à-face pour l’ADIR (Réunion).

III.1.3.2 MODES D’ENQUÊTE


Les modes d’enquête utilisés dans les actions observées sont :
Les enquêtes en face à face
Les enquêtes par courrier ou par Internet

 LES ENQUÊTES FACE À FACE


La plupart des acteurs s’accordent à dire que les enquêtes face à face sont de meilleure qualité
que les enquêtes courrier, au moins à la première édition :
Elles permettent de consulter les documents internes (bordereaux de collecte) ;
Elles permettent d’ajuster aisément l’enquête à la situation de l’entreprise : récipients de
collecte des déchets, estimations en volume ou en tonnes, déchets triés ou non, évaluation
par le chargé d’étude du matériau dominant dans un récipient de collecte, etc.
Elles limitent les erreurs liées aux unités : kg, tonnes, m3, etc. ;
Elles permettent des questionnaires plus complexes.
Ce mode d’enquête peut également être privilégié, parce qu’il permet de promouvoir des
politiques déchets au sein des entreprises.
Mais leur coût est élevé, surtout si l’on souhaite réaliser un nombre d’enquêtes important dans
un temps restreint. Pour mémoire, rappelons qu’il faut plusieurs mois pour réaliser les 60
enquêtes de mise à jour en Côtes d’Armor.
Le mode d’enquête utilisé est donc lié à la taille de l’échantillon souhaité. Mode d’enquête
privilégié dans les petits échantillons, il est généralement abandonné quand le nombre d’unités à
enquêter devient important.

 LES ENQUÊTES COURRIER OU PAR INTERNET


C’est le mode de recueil d’information retenu dans les enquêtes nationales. Rappelons que la
première enquête ADEME nationale avait été réalisée en face à face et que ce mode d’enquête
avait été abandonné à cause de son coût.
Toutefois, le taux de réponse des enquêtes nationales est faible dans le cas des petites
entreprises. Celles-ci, dont les déchets sont souvent collectés avec les déchets municipaux,
connaissent mal leurs déchets. L’estimation du gisement de déchets leur demande une opération
complexe de comptage de contenants, de caractérisation des contenus. L’interrogation des petits
établissements par courrier a donc été abandonnée dans les enquêtes nationales.
Les enquêtes courrier sont assez peu fréquentes dans les enquêtes locales, qui privilégient la
qualité des informations, dans le cas de petits échantillons ciblés.

III.1.3.3 LA TAILLE DE L’ÉCHANTILLON


Les actions d’observations locales portent rarement sur des échantillons importants. L’échantillon
le plus important observé est celui de l’Île-de-France en 1995, avec 800 enquêtes. En Bretagne,
l’ORDB avait un objectif de 600 enquêtes, mais seulement 176 ont pu être réalisées. À la Réunion,
161 enquêtes ont été réalisées.

ADEME 36/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Un des problèmes rencontrés dans les enquêtes locales est que, généralement, les échantillons
sont insuffisants pour estimer le gisement de déchets avec une précision satisfaisante.
Rappelons en effet la règle principale de théorie des sondages :
La précision d’une enquête dépend surtout de la taille de l’échantillon, très peu de la taille de la
base de sondage.
Autrement dit, pour obtenir une précision donnée, il faut souvent autant d’enquêtes pour un
sondage départemental que pour un sondage national.

III.1.3.4 LES CHAMPS D’ÉTABLISSEMENTS ENQUÊTÉS

 TAILLE DES ÉTABLISSEMENTS


Les enquêtes nationales de l’ADEME et de l’INSEE excluent les petites entreprises, considérant
que la très grande majorité du gisement est produit par les grandes entreprises :
Les enquêtes ADEME et INSEE sur les déchets des établissements industriels portent sur les
établissements de plus de 20 salariés (à l’exclusion de quelques secteurs d’activité) ;
L’enquête INSEE sur les établissements commerciaux porte sur les établissements de plus de
50 salariés.
Au niveau national, seule EGIDA permet d’évaluer les déchets des petites entreprises, et cela ne
concerne que 22 métiers.
Quant à elles, les enquêtes locales ont inclus les petites entreprises dans le champ de leurs
investigations. On notera en particulier que l’enquête de la CCI 22 incorpore 139 petites unités de
moins de 9 salariés, dans les établissements enquêtés.

 SECTEURS D’ACTIVITÉ
Les enquêtes nationales couvrent les activités industrielles et commerciales. Les établissements
qui ne présentent pas d’activité réelle (aires de stockage, …) sont exclus des enquêtes.
EGIDA concerne 22 métiers de l’artisanat.
Les champs d’activité des enquêtes locales sont variés :
L’intégralité des activités ou presque, dans le cas de la CCI 22, de l’ORDB, de l’enquête Île-
de-France ;
Une approche de l’ensemble des industries pour l’ADIR à la réunion ;
Un secteur très pointu comme la réparation navale en Corse ;
Des activités liées à la génération d’un type de déchet : inventaire biomasse.

III.1.3.5 LES PLANS DE SONDAGE


Tous les plans de sondage analysés s’apparentent à des sondages stratifiés par secteur d’activité
et taille d’établissement.
Une autre constante est le fait que l’on s’efforce d’enquêter tous les établissements importants,
estimant que leur production de déchets est difficilement extrapolable à partir de celles des
autres établissements de même taille et secteur d’activité. En conséquence :
Tous les établissements industriels de plus de 100 salariés sont enquêtés dans l’enquête
INSEE 2008.
On observe des différences concernant la nomenclature d’activité utilisée dans les
différentes enquêtes.

ADEME 37/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

En ce qui concerne les activités industrielles :


l’enquête ADEME 2004 distinguait 13 activités, incluant les industries extractives ;
l’enquête INSEE 2008 est beaucoup plus détaillée et distingue 24 activités industrielles. Par
rapport à la version précédente, on note par exemple que le travail du bois (les scieries), est
distingué de la fabrication de meubles. Ce détail supplémentaire est permis par la grande
taille de l’échantillon (12 000).

Les enquêtes locales à vocation généraliste portent également sur un nombre relativement
important de secteurs d’activités :
L’enquête GIRUS / ORDB portait sur une vingtaine de secteurs d’activités, dont 13 secteurs
industriels (176 enquêtes), et 4 tranches de taille ;
L’enquête CCI 22 porte sur 46 secteurs d’activité, dont 22 secteurs industriels (pour environ
500 enquêtes) ;
L’enquête AREC sur la production de biomasse distingue 10 secteurs d’activités (59
enquêtes).
Compte tenu des petits échantillons des enquêtes locales, le niveau de détail très important des
secteurs d’activité conduit à un très petit nombre d’entreprises enquêtées dans chacun des
secteurs et à un faible niveau de précision, non seulement pour un secteur donné, mais
également pour l’estimation globale du gisement.

III.1.3.6 LE MODE D’EXTRAPOLATION DES RÉSULTATS D’ENQUÊTE


L’enquête ADEME 2004 s’appuyait sur une estimation du tonnage moyen généré par
établissements. Les enquêtes locales extrapolent le plus souvent à partir de ratios de déchets
produits par salarié. Une méthode pratiquée par certains bureaux d’études pour estimer les
nombres de salariés à partir des fichiers SIRENE, est d’évaluer le nombre de salarié à partir de la
médiane de la tranche de salariés (exemple : les établissements de la tranche « 3 à 5 salarié » ont
en moyenne 4 salariés). Cette méthode conduit à une légère surestimation du nombre de salariés.
Notons deux spécificités :
l’enquête EGIDA s’appuie sur un ratio de déchets par (salarié + 1), pour tenir compte des
nombreux emplois non salariés dans l’artisanat,
aucune estimation n’est réalisée dans le cas de l’enquête de la Réunion. Compte tenu d’une
assez bonne couverture des entreprises industrielles du département (55% de réponses),
l’ADIR ne procède à aucune estimation du gisement.
Il est difficile de porter un jugement sur la pertinence des différentes approches. Appliquer un
ratio est une forme de modélisation. Le modèle le mieux adapté peut dépendre du secteur
d’activité retenu, voire de la taille de l’entreprise.
En revanche, en raison de la disponibilité de la donnée, les comptages d’établissements sont
généralement plus fiables que les comptages de salariés.

 DES RÉSULTATS D’ENQUÊTE SOUVENT COMPLÉTÉS PAR DES RATIOS « MÉTIERS »


Compte tenu de la difficulté à réaliser un nombre suffisant d’enquêtes pour couvrir l’intégralité
des secteurs d’activité, les résultats d’enquêtes sont souvent complétés par l’utilisation de ratios
issus des bureaux d’études ou d’études bibliographiques.
Cette approche est notamment utilisée dans l’étude ORDB, ainsi que, dans une moindre mesure,
par la CCI 22 et aujourd’hui par l’ORDIF.

ADEME 38/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

 ÉVALUATION DE LA PRÉCISION DES ESTIMATIONS


Les précisions des estimations sont rarement publiées. Notons que cela ne concerne pas que les
enquêtes relatives aux déchets des entreprises. De nombreuses enquêtes en France ne publient
pas les calculs de précision.
Dans le cas de l’estimation d’un pourcentage d’opinion, les ordres de grandeur de la précision
sont des éléments connus, dès lors que l’on connaît la taille de l’échantillon.
En revanche, dans le cas de l’estimation d’une quantité, telle que la moyenne des déchets
produits par établissement et par an (ou par salarié et par an), la précision dépend à la fois de
l’écart-type de la valeur estimée et de la taille de l’échantillon. Dans le cas des sondages stratifiés,
la précision dépend également de la pertinence de la stratification, qui a pour objectif de
regrouper des entreprises au comportement homogène.

III.1.4. APPROCHE COMPLÉMENTAIRE VISANT À ÉTUDIER LES FLUX DE DÉCHETS TRAITÉS


Une approche complémentaire visant d’une part à évaluer les DAE hors déchets municipaux, et
d’autre part à évaluer les DAE collectés avec les déchets municipaux peut être utilisée. Elle repose
notamment sur la réalisation d’enquêtes (auprès des entreprises productrices de déchets ou
éventuellement des opérateurs en charge de la collecte des déchets) et sur l’exploitation de
sources existantes (GEREP et ITOM).
Cette approche est souvent utilisée en complément d’une évaluation grâce à des ratios existants
ou construits via des enquêtes directes auprès des opérateurs de gestion des déchets.
Elle bénéficie en effet de nombreux atouts :
Les intervenants sont peu nombreux au niveau d’un territoire ;
Une partie des informations est collectée par le biais de l’enquête ITOMA ;
La base GEREP contient des informations relatives à l’ensemble des installations de
traitement, qu’il s’agisse d’installations destinées aux déchets ménagers ou aux déchets des
entreprises.

 LES DÉCHETS NON PRIS EN COMPTE PAT LA COLLECTE MUNICIPALE


Cette approche a surtout comme objectif d’évaluer les déchets des entreprises qui ne sont pas
pris en charge par la collecte de déchets municipale, d’évaluer la part de ces déchets envoyés en
recyclage, ainsi que la part envoyée pour traitement à l’extérieur du département. Elle ne permet
pas une mesure directe de l’intégralité des DAE.
Le principe est de recenser :
Les quantités de déchets envoyés directement par les entreprises dans les installations de
recyclage, et pouvant être estimées par enquêtes auprès des entreprises productrices de
déchets ;
Les quantités de DIB reçues par les installations de traitement (centres de tri, incinérateur,
décharge), qu’il s’agisse d’installations ouvertes aux déchets ménagers ou d’installations
spécifiques aux entreprises.
La principale difficulté rencontrée par les collectivités est liée au fait que l’enquête ITOM ne
s’adresse qu’aux installations qui accueillent les déchets ménagers. Les centres de tri DIB,
nombreux, ne sont pas enquêtés.
L’autre difficulté est liée à l’évaluation des déchets traités hors région ou hors département :
celle-ci demande l’exploitation d’informations sur les déchets du département reçues par les
installations extérieures au département.

ADEME 39/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Pour contourner ces difficultés, les acteurs observant les DAE peuvent réaliser des enquêtes
auprès des collecteurs de déchets professionnels16, les grands opérateurs du secteur étant peu
nombreux. Le succès de cette approche dépend des régions, les taux de réponse n’étant pas
toujours satisfaisants, les raisons invoquées ayant trait à la concurrence entre les groupes.
Une dernière source d’information peut être utilisée pour l’évaluation des flux de déchets traités
hors département : la base GEREP recense l’ensemble des installations classées ICPE, ainsi que les
installations qui produisent plus de 2000 tonnes de déchets annuels. Les installations classées de
traitement des déchets non dangereux, installations classées de stockage, d'incinération, de
compostage et de méthanisation, déclarent les flux traités de déchets par catégories de déchets,
dont les déchets banals d’entreprise, avec une précision sur la provenance : dans et hors
département.
Plusieurs actions locales, parmi lesquelles celles de l’ORDIMIP et de l’ORDIF, déclarent réaliser des
estimations, incluant une part d’estimation par ratios et une part d’estimation des flux par les
approches précédentes.

 CARACTÉRISATION DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS


Parmi les actions d’observations des déchets professionnels recensées, on trouve également des
actions destinées à évaluer les déchets d’entreprise parmi les déchets municipaux. C’est le cas
notamment de la caractérisation des OM et des déchets assimilés en Guadeloupe ou de
MODECOM à l’échelle nationale (la part des DAE collectés avec les ordures ménagères résiduelles
est de 21,7%, 13,4% avec les collectes sélectives et au moins 17% en déchèteries).

III.2. COMPARAISONS DES RATIOS UTILISÉS

III.2.1. OBJECTIF
Comme le montre le bilan de l’observation locale des DAE, de nombreuses actions consistent à
évaluer le gisement de DIB à partir de l’application de ratios.
Les deux types de ratios les plus fréquemment utilisés sont les ratios de tonnages de déchets par
établissement et par an et les ratios de tonnages par salarié et par an. On rencontre également
des ratios plus spécifiques, par rapport aux journées d’hospitalisation, ou aux nombres d’élèves.
Les tonnages par établissement et par an s’appuient généralement sur les résultats de l’enquête
ADEME 2004. Compte tenu de l’unicité de la source d’information, il n’y a pas de raison
particulière d’observer des divergences. On se contentera donc de rappeler ici les évolutions
entre les deux enquêtes ADEME de méthodologie comparable, 1999 et 2004.
En revanche, dans le cas des ratios par salarié et par an, les sources d’informations peuvent être
très variées : enquête ADEME (même si ces ratios ne sont pas publiés dans le rapport de
l’ADEME), enquêtes locales, ratios à dire d’expert ou par consultation de grands acteurs du
secteur, diagnostics déchets en provenance des CCI, etc.
Peu de ratios publiables ont pu être collectés ; certains acteurs nous ont fait part de leurs ratios à
l’unique condition du respect de la confidentialité. Quelques points de comparaison sont
néanmoins présentés, en centrant l’étude autour de l’enquête 2004, qui était à la fois publique et
disponible.

16
Exemples : enquête auprès des collecteurs de DIB en région Midi-Pyrénées ou dans le département du Cher dans le cadre du suivi du PDEDMA (cf.
fiche action en ANNEXE II.1.21 sur le « Suivi annuel du PDEDMA du Cher »), où des enquêtes ont été menées auprès des sociétés adhérentes à
FEDEREC et ayant identifiées comme exerçant des activités de récupération et de valorisation de déchets non dangereux dans le département.

ADEME 40/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

III.2.2. LES RATIOS PAR ÉTABLISSEMENTS


On trouvera ci-dessous la comparaison des ratios par établissement, entre les enquêtes 1999 et
2004 de l’ADEME.
Tableau 13 : Production moyenne de déchets banals par établissement (tonnes par établissement) en 2004
EFFECTIF SALARIÉ ►
10 À 19 20 À 49 50 À 99 100 À 199 200 À 499 500 & + ENSEMBLE
ACTIVITÉ ▼
CA ET CB 18 41 140 186 2 372 52
DA 24 57 169 311 802 1 590 120
DB OU DC 32 75 127 149 356 570 76
DD 1 336 2 975 4 885 7 656 14 274 2 704
DE 82 195 895 2 100 4 262 6 443 548
DG OU DF 41 95 369 376 531 976 257
DH 79 181 291 559 1 093 2 814 299
DI 45 108 321 599 1 289 2 456 200
DJ 34 76 250 496 2 254 3 538 185
DK 23 53 103 333 530 2 325 118
DL 16 43 58 117 609 1 107 105
DM 30 69 152 794 1 743 8 295 1 065
DN 48 105 268 742 1 065 3 002 203
G1 20 45 122 463 324 1 112 53
G2 35 103 208 443 1 018 2 314 121
ENSEMBLE 58 153 314 614 1 283 3 171 209
Source : Enquête ADEME

Tableau 14 : Production moyenne de déchets banals par établissement (tonnes par établissement) en 1999
EFFECTIF SALARIÉ ► 10 À 19 20 À 49 50 À 99 100 À 199 200 À 499 500 & +
ACTIVITÉ ▼
CA ET CB Industries extractives 11 30 168 227 248 1 958
DA Ind. agricoles, agro-alim. 43 68 309 440 749 2 112
DB OU DC Textile, habillement, cuir 18 58 112 241 1 040 1 241
DD Bois 1 147 3 415 11 569 11 569 11 569
DE Papier, carton, imprim. 37 224 1 133 1 560 4 673 8 458
DG OU DF Chimie, raffinage 61 119 249 270 494 883
DH Caoutchouc, plastiques 23 265 310 391 955 2 524
DI Minéraux non métalliques 16 129 422 508 1 782 1 879
DJ Métallurgie 24 76 195 796 1 897 2 601
DK Fabrication de machines 38 63 175 231 925 2 298
DL Électricité, électronique 2 37 62 186 348 1 183
DM Matériel de transport 14 59 82 779 1 503 4 749
DN Autres industries 36 133 415 913 914 5 131
G1 Commerce de gros 17 36 90 232 555 3 993
G2 Commerce de détail 73 100 230 453 1 032 2 570

Tableau 15 : Rapport entre les ratios 1999 et les ratios 2004


10 À 19 20 À 49 50 À 99 100 À 199 200 À 499 500 & +
CA ET CB 68% 36% -17% -18% -100% 21%
DA -44% -17% -45% -29% 7% -25%
DB OU DC 75% 29% 14% -38% -66% -54%
DD 17% -13% -58% -34% 23%
DE 123% -13% -21% 35% -9% -24%
DG OU DF -33% -20% 48% 39% 7% 11%
DH 246% -32% -6% 43% 14% 11%
DI 182% -17% -24% 18% -28% 31%
DJ 42% -1% 28% -38% 19% 36%
DK -40% -17% -41% 44% -43% 1%
DL 718% 17% -7% -37% 75% -6%
DM 113% 17% 85% 2% 16% 75%
DN 34% -21% -35% -19% 17% -41%
G1 18% 25% 35% 99% -42% -72%
G2 -52% 3% -9% -2% -1% -10%

Les tableaux précédents montrent les fortes variations, d’une enquête à l’autre, de certains ratios
utilisés. Les variations concernent essentiellement les établissements de 10 à 19 salariés.

ADEME 41/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Rappelons toutefois que, pour cette taille d’établissements, les enquêtes n’avaient porté que sur
les industries du bois (DD) et les commerces de détail (G2). L’estimation des tonnages s’était faite
en appliquant les tonnages produits par salarié de la tranche de taille supérieure.
Mais même dans les autres strates de taille et secteur d’activité, l’évolution peut être importante,
jusqu’à 100 %, reflétant non pas une évolution des modes de production, mais la précision de
l’enquête.
Rappelons en effet que les estimations se sont appuyées sur les réponses d’environ 3 200
établissements, ce qui implique que le nombre d’établissements interrogés dans chaque strate se
situait entre 25 et 100 établissements. L’enquête précédente comptait encore moins d’enquêtes.
Le tableau ci-dessous représente la précision théorique de l’enquête, au sein de chaque strate de
taille et d’activité.
Tableau 16 : Précision de l’enquête ADEME 2004 : pourcentage d’erreur maximale, en % des tonnes par
établissement
DIB 1 - (10-19) 2 - (20-49) 3 - (50-99) 4 - (100-199) 5 - (200-499) 6 - (500 & +) ENSEMBLE
CA et CB 39% 23% 74% 96% 42%
DA 35% 39% 25% 40% 21% 18%
DB ou DC 108% 37% 32% 36% 0% 51%
DD 46% 45% 68% 50% 38% 27%
DE 33% 57% 49% 62% 40% 31%
DG ou DF 56% 118% 103% 30% 13% 38%
DH 69% 30% 36% 43% 13% 21%
DI 77% 47% 49% 25% 42% 27%
DJ 52% 52% 51% 51% 24% 24%
DK 32% 32% 31% 55% 10% 15%
DL 99% 29% 40% 53% 15% 28%
DM 38% 31% 84% 81% 26% 26%
DN 30% 51% 42% 42% 20% 18%
G1 41% 34% 113% 37% 46% 43%
G2 45% 21% 19% 32% 21% 33% 13%
ENSEMBLE 24% 26% 20% 20% 13% 9,8%
Source : IN NUMERI - ADEME

Dans le tableau ci-dessus, une erreur nulle correspond au cas où tous les établissements ont été
enquêtés.
Dans chacune des strates, l’ordre de grandeur de la précision correspond approximativement à
l’ordre de grandeur des évolutions observées.
Le point important est que, malgré une faible précision au sein de chacune des strates de taille
et de secteur d’activité de l’enquête, la marge d’erreur globale est inférieure à 10%.

III.2.3. LES RATIOS PAR SALARIÉS


Les ratios par salariés ont été obtenus pour les actions suivantes :
Enquête ADEME 2004 ;
Action de l’ORDIF en Île-de-France en 2004 ;
Action de l’ORDB en 2005 ;
Action de EXCELTYS en Côtes d’Armor ;
Action EGIDA du CNIDEP.
Mais pour deux de ces actions (EGIDA et EXCELTYS), les données ne pourront pas être citées pour
des raisons de confidentialité.

ADEME 42/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

III.2.3.1 ENQUÊTE ADEME 2004


Le tableau ci-dessous présente les moyennes des ratios des tonnages de DIB produits par salarié
et par an, calculés par retraitement des résultats de l’enquête ADEME 2004 :

Tableau 17 : Tonnages de déchets banals produits par salarié dans les établissements industriels et
commerciaux, selon l’enquête ADEME 2004
DIB 1 - (10-19) 2 - (20-49) 3 - (50-99) 4 - (100-199) 5 - (200-499) 6 - (500 & +) TOTAL GÉNÉRAL
CA et CB 1,33 2,20 1,62 0,54 1,38 1,46
DA 1,74 2,09 2,21 2,40 1,99 2,22
DB ou DC 1,97 1,84 1,11 1,18 0,95 1,65
DD 82,33 100,19 76,53 58,51 44,54 - 79,80
DE 5,71 12,46 15,56 15,27 9,59 11,85
DG ou DF 2,24 4,51 2,77 1,53 1,25 2,02
DH 4,26 4,11 4,05 3,26 3,11 3,76
DI 3,38 4,69 4,52 3,82 2,49 3,70
DJ 2,40 3,71 3,82 7,29 3,80 4,29
DK 1,74 1,58 2,29 1,73 2,73 2,14
DL 1,29 0,91 0,95 2,05 1,26 1,33
DM 1,90 1,98 5,26 7,93 3,97 5,38
DN 2,92 3,88 5,42 4,40 4,39 4,18
G1 1,33 1,85 3,21 1,22 1,59 1,82
G2 2,74 3,03 3,26 3,33 3,08 2,57 3,07
TOTAL 4,76 4,83 4,59 4,41 3,21 4,54
Source : IN NUMERI d’après les données ADEME – sont exclus les boues, minéraux et déchets organiques

NB : ces données doivent être considérées comme indicatives, l’enquête ADEME n’ayant pas été
exploitée pour produire ces ratios. En particulier, il n’y a eu aucune recherche de valeurs
aberrantes et aucune recherche des erreurs concernant le nombre de salariés.

ADEME 43/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

III.2.3.2 ÉTUDE ORDIF 2004

Tableau 18 : Tonnages de DIB produits par salarié (étude ORDIF 2004, application au département 93) NAF Rev1
APE31 APE31 APE 60 0 À 9 SALARIÉS 10 À 19 20 À 49 3 - (50-99) 4 - (100-199) 5 - (200-499) >500
SALARIÉS SALARIÉS SALARIÉS
INDUSTRIE DA 15 3,31 1,1 3,8 2,3 2,1 2,3 4,2
INDUSTRIE DA 16 3,31 1,1 3,8 2,3 2,1 2,3 4,2
INDUSTRIE DB 17 0,9 0,9 0,4 1,1 0,7 1 1,4
INDUSTRIE DB 18 0,9 0,9 0,4 1,1 0,7 1 1,4
INDUSTRIE DC 19 2,4 2,4 1 1,3 0,6 0,6 0,5
INDUSTRIE DD 20 7,19 2,89 2,89 7,19 7,19 7,19 7,19
INDUSTRIE DE 21 1,7 5,2 5,2 14,4 8,8 10 13,4
INDUSTRIE DE 22 1,7 5,2 5,2 14,4 8,8 10 13,4
INDUSTRIE DF 23 0,9 0,9 1,4 1,6 2,8 1,3 2,1
INDUSTRIE DG 24 0,9 0,9 1,4 1,6 2,8 1,3 2,1
INDUSTRIE DH 25 1,7 1,7 3,3 3,6 2,2 3,3 1,3
INDUSTRIE DI 26 0,4 0,4 1,3 1,8 3,5 3,7 4,8
INDUSTRIE DJ 27 1,2 1 1,13 1,4 3,6 9,1 3,5
INDUSTRIE DJ 28 1,2 1 1,13 1,4 3,6 9,1 3,5
INDUSTRIE DK 29 0,5 0,5 0,7 1,5 1,5 2,2 3
INDUSTRIE DK 30 0,5 0,5 0,7 1,5 1,5 2,2 3
INDUSTRIE DL 31 0,2 0,2 0,5 0,7 7 1,1 1,4
INDUSTRIE DL 32-33 0,2 0,2 0,5 0,7 7 1,1 1,4
INDUSTRIE DM 34-35 0,7 0,7 1,3 1,3 1,1 1,8 2,9
INDUSTRIE DN 36-37 1,7 1,7 7,1 3,5 2,5 3 4,9
INDUSTRIE EE 40 1,7 1,7 7,1 3,5 2,5 3 4,9
INDUSTRIE EE 41 1,7 1,7 7,1 3,5 2,5 3 4,9
COMMERCE GG 50 4,52 2 0,8 3 1 1,5 0,6
COMMERCE GG 51 1,76 2 0,8 3 1 1,5 0,6
COMMERCE GG 52 1,52 3,41 3,41 1,92 1,92 1,92 1,92
COMMERCE HH 55 5,15 6,99 6,99 3,28 3,28 3,28 3,28
SERVICES II 60 1,94 1,94 1,94 0,5 0,5 0,5 0,5
SERVICES II 61 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
SERVICES II 62 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
SERVICES II 63 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
SERVICES II 64 0,38 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
SERVICES JJ 65 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES JJ 66 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES JJ 67 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES KK 70 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES KK 71 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES KK 72 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES KK 73 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES KK 74 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES LL 75 0,52 0,52 0,52 0,8 0,8 0,8 0,8
SERVICES MM 80 0,5 0,5 0,5 0,3 0,3 0,3 0,3
SERVICES MN 85 0,52 0,62 0,62 0,3 0,3 0,3 0,3
SERVICES OO 90 0,5 0,5 0,5 0,3 0,3 0,3 0,3
SERVICES OO 91 0,5 0,5 0,5 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES OO 92 0,5 0,5 0,5 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES OO 93 0,5 0,5 0,5 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES PP 95 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
SERVICES QQ 99 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
Ratios étude Essonne (2000)
Enquête ADEME (1999)
Ratios Enquête Hauts de Seine (1999)
Ratios enquête Val d’Oise (1995)

Par rapport à l’enquête ADEME 2004, les ratios utilisés par l’étude ORDIF 2004 complètent un
certain nombre de secteurs d’activités : les secteurs des services notamment, pour lesquels est
employé de manière quasi-généralisée un ratio de l’ordre de 0,52 tonnes par salarié, issus de
l’étude Essonne.
Les ratios issus de l’enquête Haut de Seine complètent dans quelques secteurs des services ces
estimations, sans toutefois s’en écarter sensiblement : 0,50 ; 0,62 ; 0,3.
En ce qui concerne les ratios notés comme étant issus de l’enquête ADEME, on peut supposer
qu’il s’agit de l’enquête ADEME 1999, la nomenclature étant légèrement différente de celle de

ADEME 44/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

l’enquête ADEME 2004 et les ratios incluant la tranche de taille 10-19 salariés. Les ordres de
grandeur sont proches de ceux calculés ci-dessus, sans être totalement semblables.
Dans le secteur industriel, les modifications apportées par l’ORDIF aux ratios ADEME sont
principalement les suivantes :
Les ratios de l’industrie du bois sont très différents, et issus de l’étude Essonne. Cette
modification vise à tenir compte du fait que les industries du bois en Île-de-France sont
rarement des scieries, plutôt des ébénisteries et ne génèrent donc pas des ratios de
déchets aussi importants ;
Les ratios concernant la métallurgie des établissements de moins de 50 salariés sont issus
de l’enquête Val d’Oise et sont sensiblement inférieurs à ceux de l’enquête nationale (1 et
1,13 contre 3,4 dans l’enquête ADEME 2004) ;
De même, les ratios relatifs au commerce de détail sont issus de l’enquête Val d’Oise. En
l’occurrence, ils sont sensiblement identiques à ceux de l’enquête ADEME 2004 (3,41 pour
les établissements de moins de 50 salariés pour l’enquête Val d’Oise, 3,3 pour l’enquête
ADEME 2004). L’écart est un peu plus important pour les grands établissements : 1,92 pour
l’enquête Val d’Oise, entre 2,6 et 3,3 pour l’enquête ADEME 2004.

III.2.3.3 ÉTUDE EGIDA


Les informations fournies par l’étude EGIDA sont difficilement comparables à celles des études
précédentes :
elles ne concernent que les artisans, c’est-à-dire principalement les établissements de
moins de 10 salariés, pour lesquels il n’y a que très peu d’éléments dans les études
précédentes ;
la nomenclature de métiers utilisée (22 métiers) ne permet pas un rapprochement simple
de secteur d’activité ;
les ratios calculés par EGIDA se rapportent au (nombre de salariés + 1), pour tenir compte
du fait que l’employeur est rarement salarié et permettre les calculs dans les nombreux cas
d’établissements sans salarié.
Environ 40 enquêtes ont été effectuées pour chacune des activités étudiées.
De manière générale, les ratios de DIB observés dans l’étude EGIDA sont faibles, ne dépassent pas
2,5 tonnes par (salarié+1) et par an.
Dans le cas des ateliers de mécanique générale, les ratios sont cohérents avec ceux utilisés par
l’étude ORDIF 2004 dans le secteur DJ.
En revanche, pour les activités liées au bois, fabricants de meubles et menuiserie (bois-plastique),
les ratios de DIB par salarié sont largement inférieurs à ce qui a pu être observé dans l’étude
ORDIF. Il est possible qu’il y ait dans ce cas des divergences d’interprétation sur la nature du
déchet, déchets et sous-produits étant peu éloignés dans le cas du bois.

III.2.3.4 ÉTUDE CCI DES CÔTE D’ARMOR


Les ratios utilisés dans l’étude le la CCI 22 ne peuvent être publiés. Aussi, comme dans le cas
d’EGIDA, nous ne procéderons qu’à une analyse qualitative.
Dans le cadre de cette étude, un peu plus de 500 établissements ont été enquêtés, répartis selon
46 secteurs d’activité et 5 tranches de taille (essentiellement 4 tranches de taille, les plus de 500
salariés ne concernant que 17 établissements. De ce fait, les ratios fournis portent le plus souvent
sur moins de 15 observations, voire une ou deux observations. Seuls deux secteurs d’activité sont
fortement enquêtés, les IAA (60 enquêtes) et les commerces générant des déchets organiques (49
enquêtes). On note également un nombre assez conséquent d’enquêtes (31) dans le secteur de
l’hébergement et de la restauration, dont 18 enquêtes auprès d’établissements de moins de 10
salariés.

ADEME 45/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

De manière générale, on note un effort d’enquête auprès des petits établissements : 139
établissements de 0 à 9 salariés ont été enquêtés.
Les ratios présentés dans la CCI 22 ne présentent pas d’incohérence forte avec ceux présentés
précédemment. Les principaux éléments qualitatifs de comparaison avec les sources précédentes
montrent :
Dans les établissements du secteur des services enquêtés (26), les ratios de DIB par salarié
sont cohérents avec ceux utilisés par l’étude 20072004 ORDIF, soit environ 0,3 à 0,9 tonnes
de DIB par salarié ;
Dans le secteur du bois, la CCI 22 a isolé l’activité des scieries. Les établissements de
fabrication de meubles présentent des ratios de DIB cohérents avec ceux d’EGIDA. En
revanche, pour les scieries, les ratios sont comparables à ceux de l’enquête ADEME, voire
plus élevés. ;
Concernant les industries alimentaires, les ratios de DIB par salariés sont sensiblement plus
élevés que dans le cas de l’enquête ADEME (ces ratios ne tiennent pas compte des déchets
organiques) ;
Concernant les hôtels et restaurants, les ratios observés par la CCI 22 sont inférieurs à ceux
de l’étude ORDIF.

III.2.3.5 ÉTUDE ORDB DE 2005


On trouvera ci-dessous un extrait des résultats de l’étude ORDB, qui présente les ratios utilisés
pour l’extrapolation des informations des entreprises de 10 à 49 salariés.
Tableau 19 : Ratios de production DIB par département pour les 10 à 49 salariés.

Famille activités kg / sal DIB

10 à 49 22 29 35 56 Moy

Activités financières 165,3 165,3 165,3 165,3 165,3


Administration publique 212,0 212,0 212,0 212,0 212,0
Agriculture, chasse, sylviculture 4 961,6 9 742,0 4 961,6 181,2 4 961,6
Autres industries manufacturières 5 238,8 5 238,8 5 238,8 5 238,8 5 238,8
Commerce, réparations automobiles et d'articles domestiques 2 803,0 854,0 4 615,6 2 939,4 2 803,0
Construction 1 750,0 1 559,4 2 434,6 493,5 1 559,4
Education 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques 1 679,4 344,8 3 014,0 1 679,4 1 679,4
Fabrication de machines et équipements 1 837,7 1 209,0 1 024,1 921,6 1 248,1
Fabrication de matériel de transport 1 947,6 1 494,6 4 998,9 1 992,9 2 608,5
Fabrication d'équipement électriques et électroniques 636,0 636,0 381,1 948,8 650,5
Hôtels et restaurants 1 669,7 1 669,7 1 669,7 1 669,7 1 669,7
Immobilier, locations et services aux entreprises 717,8 717,8 717,8 717,8 717,8
Industrie chimique 1 899,0 1 003,0 2 566,5 3 930,8 2 349,8
Industrie du caoutchouc et des plastiques 2 200,0 1 643,6 572,0 1 161,4 1 394,3
Industrie du cuir et de la chaussure 578,1 578,1 578,1 0,0 578,1
Industrie du papier et du carton, édition d'imprimerie 12 124,4 3 361,1 3 750,0 6 411,9 6 411,9
Industries agricoles et alimentaire 2 176,6 4 269,7 2 316,0 501,8 2 316,0
Industries textiles et habillement 395,8 536,3 676,9 536,3 536,3
Métallurgie et travail des métaux 1 713,5 556,2 1 839,0 1 369,6 1 369,6
Pêche aquaculture 1 574,6 1 574,6 1 574,6 1 574,6 1 574,6
Santé et action sociale 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Services collectifs sociaux et personnels 618,2 618,2 618,2 618,2 618,2
Transports et communication 1 497,9 1 497,9 1 497,9 1 497,9 1 497,9
Travail du bois et fabrication d'articles en bois 9 368,7 46 997,4 116 254,5 15 368,9 46 997,4
Total 25 25 25 24 25

Source : Étude des déchets des entreprises en Bretagne – ADEME, Rapport final de phase 2 - GIRUS

En vert : les enquêtes réalisées ; en bleu : les moyennes déclinées aux autres départements de la même strate ; en jaune : les données
« métiers » GIRUS ; en violet : les données « phase 1 » ; en gris : pas d’entreprise existante ; pour les catégories santé et éducation, une
approche spécifique (par lit et par élève) est considérée.

Compte tenu du très faible nombre d’enquêtes réalisées, la plupart des ratios en vert et bleu ci-
dessus s’appuient sur une ou deux observations.
Ils ont été complétés dans plusieurs secteurs par l’apport de valeurs appelées « métier » du
bureau d’études. Pour des raisons de confidentialité, ceux-ci ne sont pas publiés. On notera

ADEME 46/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

cependant que le bureau d’études a utilisé des ratios différenciés dans les services, avec d’un côté
les administrations publiques et de l’autre les services aux entreprises et l’immobilier. Le ratio des
administrations était sensiblement inférieur à celui des services aux entreprises. Le premier était
assez proche de celui des activités financières alors que le second était plus élevé.

III.2.4. CONCLUSION DES COMPARAISONS DE RATIOS


Les comparaisons des quelques sources précédentes montrent des convergences globales, les
écarts constatés étant compatibles avec la précision théorique des sondages, compte tenu du
petit nombre d’enquêtes à partir desquelles ont été calculés certains ratios. Elles mettent
également en évidence la fragilité de ces ratios quand ils ne sont pas utilisés pour une estimation
globale du gisement.
Autrement dit, les ratios semblent suffisamment cohérents pour justifier une estimation du
gisement par ratios dans le cadre d’un territoire important, comme une région ou un
département. En revanche, ils sont à manier avec beaucoup de précaution dans l’évaluation des
gisements de déchets dans une zone restreinte.
Dans certains secteurs d’activité, des écarts sensibles peuvent être observés entre les enquêtes :
Dans le cas du bois, cela s’explique principalement par des divergences selon l’activité
exacte, avec des déchets beaucoup plus importants pour les scieries que pour la fabrication
de meubles ;
Dans le cas des hôtels et de la restauration, l’écart entre l’enquête CCI et l’enquête Île-de-
France peut être lié, soit aux catégories différentes d’établissements enquêtés, soit à
l’écart dans le temps puisque 10 ans séparant les deux enquêtes.

III.3. RECOMMANDATIONS EN VUE D’UNE ESTIMATION DU GISEMENT

 PRÉCISER LES OBJECTIFS


La méthodologie retenue dépend de la finalité de l’estimation et du degré de précision souhaité.
Quand l’objectif ne nécessite qu’une estimation du gisement à 15% ou 20% près, une approche
par ratios paraît à privilégier.
Quand l’estimation du gisement se double d’une problématique de mise en place d’une nouvelle
filière ou d’une nouvelle installation, l’approche par ratios doit généralement être complétée.
Le principal écueil de l’estimation des gisements par ratios est qu’elle n’apporte pas d’information
quant à la destination des déchets, tout particulièrement pour évaluer la part des tonnages
envoyés en valorisation énergétique et celle envoyée en stockage, ce partage étant totalement
dépendant des conditions locales d’élimination.
Enfin, cette approche permet de prendre en compte une variation du tissu économique d’un
territoire, mais pas d’une éventuelle amélioration des pratiques de gestion des déchets au sein
des entreprises, ou d’un secteur d’activité particulier.

III.3.1. L’APPROCHE PAR RATIOS


Une première estimation par ratios paraît indispensable. Cette méthode est généralement peu
onéreuse (entre 5 000€ et 30 000€), selon les objectifs que l’on se fixe.

III.3.1.1 SÉLECTIONNER LES RATIOS


Comme on l’a vu précédemment, les informations disponibles dépendent de la taille d’entreprise
et du secteur d’activité.

ADEME 47/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Les sources d’informations possibles sont déclinées par secteur. Pour une estimation très rapide
du gisement de DAE, il est conseillé de se limiter aux gisements des établissements industriels et
commerciaux, ainsi que l’artisanat, pour lesquels existent des données nationales.
ÉTABLISSEMENTS INDUSTRIELS :
- Établissements de plus de 20 salariés
Les sources nationales sont à privilégier. Actuellement, les seuls ratios publiés sont ceux
de l’enquête ADEME 2004, disponibles en tonnes de déchets produits par
établissement, selon la taille et le secteur d’activité.
Il paraît indispensable de préférer des ratios construits à partir de l’enquête INSEE :
L’échantillon est 4 fois plus important, la précision obligatoirement très
nettement améliorée ;
Tous les établissements de plus de 100 salariés sont enquêtés.
La difficulté actuelle vient de la non-publication par l’INSEE de tableaux de ratios, qu’il
s’agisse de ratios par établissement ou de ratios par salariés. Il est possible de
demander l’enquête pour réaliser un traitement spécifique.
L’ADEME Angers a fait une demande en ce sens.
- Établissements de 10 à 19 salariés
Des estimations existent dans l’enquête ADEME 2004 en tonnes/établissement et en
tonnes/salarié. Il serait préférable d’utiliser des ratios en tonnes/salariés issus de
l’enquête INSEE.
- Établissements de moins de 10 salariés
Quelques secteurs d’activités sont étudiés dans EGIDA. Les quantités en jeu sont
faibles, mais souvent prises en charge par le service public d’élimination des déchets.
ÉTABLISSEMENTS COMMERCIAUX :
L’importance des commerces et services dépend des régions. Dans le cas de l’Île-de-France,
ce sont les activités qui génèrent la plus grande part de déchets.
- Établissements de plus de 50 salariés
L’utilisation de l’enquête INSEE sur les déchets des établissements commerciaux est à
privilégier, sa fiabilité est meilleure que celle de l’enquête ADEME 2004. Mais les ratios
ne sont pas publiés, qu’il s’agisse de tonnes par établissement ou de tonnes par salarié.
Il pourrait être souhaitable que l’ADEME fasse une demande en ce sens, comme pour
l’enquête sur les déchets industriels. En cas inverse, des ratios sont disponibles à partir
de l’enquête ADEME 2004.
- Établissements de moins de 50 salariés
Actuellement, les seuls ratios disponibles sont ceux de l’enquête 2004. Notons toutefois
que leur fiabilité est relative, compte tenu de la diversité des activités commerciales.
L’HÔTELLERIE - RESTAURATION : la dernière étude nationale date de 1999. Elle a été réalisée par
l’ADEME à partir d’un échantillon restreint de 60 établissements, mais fournit des ratios par
repas et par salarié, selon différentes catégories de restauration.
SERVICES ET ADMINISTRATIONS : il n’existe pas d’enquête nationale spécifique. Les ratios
observés parmi les éléments qui nous ont été envoyés, sont exprimés en tonnes par salariés
et vont de 0,2t / salarié à 0,9t/salarié, selon les activités.
TRANSPORTS : une enquête est réalisée sur les déchets du secteur des transports. Les
résultats devraient être publiés prochainement.
ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENTS : les actions où l’on a pu avoir accès à l’ensemble des ratios
utilisés, comme l’action de l’ORDB en 2003, font état de traitements spécifiques en
quantités de déchets produits par élève.

ADEME 48/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ : les études font état de ratios en termes de déchets générés par lit
d’hospitalisation (un rapport du Sénat de 199317, par exemple, fait état de 7 500 tonnes de
déchets générés par les 7 000 lits des hospices de Lyon).
Le nombre de lits est disponible dans les statistiques de la SAE. www.sae-
diffusion.sante.gouv.fr.

III.3.1.2 TABLEAU DE COMPTAGE DES ÉTABLISSEMENTS OU DES SALARIÉS


La deuxième ressource sur laquelle s’appuie la méthode par ratios est le tableau représentant le
tissu économique régional.
Les deux sources d’information utilisées sont :
Le répertoire SIRENE ;
Le répertoire des chambres consulaires.

III.3.2. UTILISATION DES ENQUÊTES NATIONALES, SOURCE EXHAUSTIVE SUR LES


ÉTABLISSEMENTS DE PLUS DE 100 SALARIÉS
Compte tenu du caractère exhaustif (et périodique) de l’enquête INSEE sur les établissements
industriels, cette source semble naturellement importante à mobiliser au niveau local. Elle permet
d’améliorer sensiblement la précision de l’estimation du gisement quand la région ou le
département compte de nombreux établissements de ce type.
Mais la difficulté rencontrée par l’ORDIF pour mobiliser cette source d’information rend prudent
quant aux délais d’obtention des informations : au minimum 3 mois, voire un an. De plus,
l’exploitation de ces enquêtes nécessite des compétences assez spécialisées si l’on ne veut pas y
consacrer un temps trop important.
Dans tous les cas, cette approche est à privilégier par rapport à des enquêtes auprès des grandes
entreprises industrielles.

III.3.3. DES ENQUÊTES COMPLÉMENTAIRES

III.3.3.1 DES ENQUÊTES CIBLÉES


Compte tenu du coût de réalisation des enquêtes, celles-ci doivent être justifiées par un objectif
autre que la seule évaluation du gisement de DAE.
En effet, dans le cas d’une enquête couvrant un large champ d’activités ou de taille d’entreprise,
l’extrapolation à la région étudiée se fera à partir de ratios calculés sur un petit nombre
d’entreprises. Dans ce cas, il n’y a pas a priori de raison que ces ratios, mêmes calculés
localement, soient plus proches de la réalité que les ratios nationaux.
Néanmoins, il peut y avoir des situations où les enquêtes auprès des entreprises se justifient :
Une structure d’activités très particulière et mal prise en compte dans les enquêtes
nationales : activités liées au tourisme, activités génératrices d’un type de déchets (déchets
organiques, etc.) ;
Petites structures fortement génératrices de déchets (scieries, etc.).

III.3.3.2 MODES D’ENQUÊTE


Le mode d’enquête le plus efficace est lié à la taille de l’entreprise : dans le cas des petites
structures, les enquêtes face à face ont une meilleure fiabilité et un meilleur taux de réponse,
mais elles sont également très coûteuses.

17
Rapport sur les problèmes posés par le traitement des déchets hospitaliers – Michel DESTOT, député – février 1993

ADEME 49/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

De manière générale, les taux de retour des enquêtes courrier sur les déchets des entreprises
sont faibles, sauf dans le cas des enquêtes obligatoires.
Compte tenu du fait que les enquêtes locales sont de préférence à envisager comme un zoom
auprès d’une population ciblée, les enquêtes en face à face semblent à privilégier.
Le mode d'enquête doit également préciser la technique de mesure de la quantité de déchets :
directement par pesage ;
par estimation à partir du volume avec l’application de ratios de conversion de volume en
masse ;
par factures des prestataires de collecte, convention de collecte avec la collectivité,…
Le degré de précision de ces différentes méthodes est sensiblement différent.

III.3.3.3 PLAN DE SONDAGE


Même dans le cas d’une petite enquête, une stratification par taille et type d’activité peut être
intéressante. Toutefois, il ne faut pas oublier que chaque strate doit contenir un nombre
minimum d’enquêtes, une trentaine est le chiffre généralement admis.
Remarque : une journée d’assistance d’un statisticien peut éviter des erreurs au niveau du plan
de sondage, qui pourraient être difficiles à rattraper.

III.3.3.4 EXTRAPOLATION
L’extrapolation à l’ensemble de la population étudiée se fait en calculant des ratios par
établissement ou par salarié dans chacune des strates et en multipliant par le nombre total
d’établissements / salariés du territoire étudié, pour le même secteur d’activité et la même taille
d’établissement.
Attention : les extrapolations ne sont pas toujours simples. Les entreprises répondantes n’ont pas
toujours le profil souhaité initialement. Il peut être utile de modifier les strates (généralement de
les regrouper) pour améliorer la qualité des résultats.
L’édition des écarts-types permet de calculer la précision théorique des estimations (hors erreurs
dans les réponses, incertitudes sur le tissu économique, etc.).

III.3.4. LES ESTIMATIONS DE FLUX À PARTIR DES INFORMATIONS SUR LES INSTALLATIONS
Dans le contexte où l’on cherche à connaître la totalité des déchets non dangereux (hors BTP) et
que l’on connaît déjà la quantité de déchets ménagers et assimilés collectés, on ne s’intéresse pas
à la totalité des DAE produits, mais uniquement aux DAE non collectés par les municipalités.
Dans ce cadre, l’approche par les flux de déchets non ménagers traités dans les diverses
installations de traitement et de recyclage est parfaitement cohérente avec les besoins.
Toutefois, la réussite de cette approche est dépendante de la disponibilité des données
concernant les centres de tri DIB.

Les méthodologies d’observation identifiées dans le cadre de l’étude visent essentiellement pour
la plupart à étudier les gisements de DAE à l’échelle locale.
L’étude des flux s’avère complexe, et repose notamment sur des méthodes nécessitant
d’importants investissements. Quelques actions d’observation des flux de DAE ont toutefois pu
être identifiées, en complément de l’étude des gisements.
Les scénarios de développement présentés dans le chapitre suivant ont pour objectif de proposer
des pistes d’approfondissement et d’optimisation des actions d’observation des gisements de
DAE, mais également de définir quelles peuvent être les actions à mettre en place pour une
meilleure appréhension des flux de déchets.

ADEME 50/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV. SCÉNARIOS DE DÉVELOPPEMENT DES DÉMARCHES


D’OBSERVATION DES DAE

L’historique et le bilan des actions d’observation présentés en chapitre II ont permis de


déterminer plusieurs leviers potentiels d’action de développement et d’optimisation de
l’observation à l’échelle locale et nationale.
Certains de ces leviers, tels que le développement de la mutualisation des connaissances
méthodologiques et des données peuvent d’ores et déjà être développés : citons par exemple la
redondance de certaines enquêtes, lors desquelles des établissements producteurs de déchets
(ou installations) peuvent se voir enquêter à plusieurs reprises dans l’année par des acteurs
différents au sujet des mêmes informations18.
Ces leviers reposant sur l’organisation et les moyens existants sont présentés dans le « Scénario
1 : maintien des méthodes et organisation actuelles ».
D’autres leviers reposant sur le principe de la mise en place d’outils méthodologiques communs
harmonisées et encadrés par un seul et unique acteur indépendant ont également été identifiés.
En effet, en plus de permettre une comparaison entre territoires, une méthodologie commune
permettrait de réaliser des économies d’échelle pour la mise en place de l’action d’observation.
Ces pistes sont présentées dans le « Scénario 2 : capitalisation des connaissances et mutualisation
des outils ».
Enfin, des actions nécessitant la mise en place d’évolutions réglementaires sont présentées dans
le « Scénario 3 : mise en place de mesures réglementaires ».

IV.1. SCÉNARIO 1 : MAINTIEN DES MÉTHODES ET ORGANISATION ACTUELLES

IV.1.1. DESCRIPTION DU SCÉNARIO 1


Le premier scénario proposé vise à étudier le potentiel de développement de l’observation
actuelle des DAE à l’échelle locale sous l’angle des avantages et inconvénients des méthodes et
organisation existantes.

 CONTEXTE ET IMPLICATION DES ACTEURS


L’étude du contexte, des objectifs et de l’historique des actions d’observation permet d’établir
que des actions d’observation des DAE ont été conduites dans la majeure partie des régions.
En effet, le recensement des actions d’observation a permis d’identifier 25 acteurs dont 13
acteurs départementaux (Chambres consulaires, Conseil général, etc.) et 12 acteurs régionaux
(directions régionales de l’ADEME, Observatoires régionaux des déchets, etc.). Ainsi, le nombre de
régions présentant un ou plusieurs acteurs mettant ou ayant mis en place et parfois abandonnés
des actions d’observation s’élève à 2019. Ces territoires ont développé des méthodes et des outils,
ou utilisé des méthodes et outils développés sur d’autres territoires.
Pour les autres régions sur lesquelles aucun acteur observant les DAE n’a clairement été identifié,
l’enquête ainsi que les sources bibliographiques font apparaître que des actions ponctuelles ont
toutefois pu être menées dans les années précédentes20.

18
Par exemple : enquête INSEE + déclaration GEREP + enquêtes par des acteurs locaux pour une évaluation ponctuelle des gisements de déchets
19
Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Guadeloupe, Haute-Normandie, IDF, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Midi-
Pyrénées, Pays de la Loire, Picardie, Poitou-Charentes, Réunion, Rhône-Alpes, Alsace, Franche-Comté et Lorraine
20
Notamment en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, où un inventaire des DIB a été réalisé en 1997 et une estimation a été effectuée en 1996 par
la CRCI ou en Basse-Normandie où des évaluations des gisements de DAE ont pu être effectuées dans le cadre de la révision des plans des trois
départements de la région.

ADEME 51/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Un tissu d’acteurs est donc localement potentiellement mobilisable dans la large majorité des
régions françaises. En fonction des territoires, les moyens disponibles et le tissu économique
étant différents, les choix méthodologiques et les enjeux sont donc à adapter aux spécificités
locales.
Notons plus spécifiquement l’implication de l’ADEME dans la mise en place et le soutien d’action
d’observation :
À l’échelle locale : les directions régionales de l’ADEME de chaque région s’étant impliquées
d’un point de vue financier et méthodologique dans les actions ayant pu être développées
localement, il semblerait pertinent que soient mises en commun les bonnes pratiques
relevées par chaque direction avant diffusion aux autres territoires.
À l’échelle nationale : la présente étude a permis de réaliser un premier état des lieux et
pourra servir de socle aux prochains travaux pouvant être menés par l’ADEME (et par
d’autres acteurs observant les DAE).
Il apparaît indispensable de maintenir les efforts d’échange d’informations afin que les
travaux ayant pu être menés jusqu’à présent soient pérennisés.

 ÉTUDE DES GISEMENTS DE DÉCHETS


Les méthodologies identifiées comme les plus fréquemment adoptées sont les suivantes :
approche par enquêtes directes auprès des entreprises productrices de déchets (cf. cf.
chapitre III.1.3. « Une approche par enquête directe auprès des entreprises ») ;
approche par ratios (chapitre III.1.2. « Une approche par ratios »): ces méthodes consistent
à évaluer les tonnages de déchets générés à l’aide de ratios (en tonnes par salarié et par an,
en tonnes par établissement et par an, etc.) issus de sources documentaires telles que les
enquêtes sur les déchets des entreprises menées par l’ADEME.

Apparaissent toutefois naturellement des disparités en termes de moyens techniques et


méthodologiques et de jeux d’acteurs selon les territoires étudiés.
Ainsi, un territoire de faible taille et dont l’observation repose essentiellement sur la collectivité
en charge de la planification (Conseil général) rencontrera des difficultés à mobiliser les moyens
nécessaires au développement d’actions d’observation fiables des gisements de déchets de son
territoire (exemple : département de la Lozère).
À l’inverse, un territoire présentant un tissu économique dense et disposant d’un observatoire
régional des déchets réunissant un nombre important d’acteurs publics et privés aura moins
difficilement pour mettre au point une méthode et un outil d’observation des gisements
(exemple : régions Île-de-France). Mais à cette généralité, il faut mentionner l’exception de
régions comme la Bretagne, où un acteur départemental a développé une méthode et un outil21.
La collecte et la mutualisation des connaissances et des retours d’expérience sur l’observation des
DAE à l’échelle locale pourraient être pilotée par l’ADEME nationale, les résultats de la présente
étude pouvant constituer un support pour le développement des actions de l’ADEME pour
optimiser et le développer l’observation locale.

 TRAVAUX COMPLÉMENTAIRES POUR L’ÉVALUATION DES GISEMENTS ET ÉTUDE DES FLUX DE DÉCHETS
Des travaux complémentaires visant à compléter les méthodes d’évaluations des gisements
précédemment présentées peuvent être mis en place. Ils reposent entre autres sur des méthodes
type approche complémentaire présentée en chapitre III.2.4. « Approche complémentaire visant
à étudier les flux de déchets traités » et qui présente l’avantage de nécessiter un nombre limité
d’enquêtes.

21
CCI des Côtes d’Armor dans le cas de la Bretagne.

ADEME 52/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Ces travaux visant à affiner et/ou à vérifier la cohérence des estimations de gisements permettent
également dans certains cas d’étudier les flux de déchets.
Les travaux approfondis sur les flux de déchets restent néanmoins peu fréquents à l’heure
actuelle. Citons toutefois les travaux de la CCI22 et ceux en cours menés en Île-de-France et en
Moselle :
CCI22 : la méthodologie actuelle développée par la CCI des Côtes d’Armor consiste
notamment à calculer à partir d’enquêtes en face à face auprès des établissements
producteurs de déchets, des ratios de tonnages moyens de déchets produits par salarié et
par an.
Ces enquêtes visant à appréhender les gisements de déchets sont également complétées
par des questions sur les fréquences de collecte, sur les modes de valorisation et
d’élimination (cf. ANNEXE I.5.1). Ces enquêtes complémentaires présentent toutefois
l’inconvénient de n’avoir que de faibles taux de retour.
Région Île-de-France : des travaux menés actuellement par l’ORDIF permettront
vraisemblablement à terme d’étudier de manière satisfaisante l’ensemble des flux de DAE.
La méthodologie adoptée repose sur la mise en place de nouvelles enquêtes et l’exploitation
des résultats d’enquêtes existantes :
- Enquête visant à étudier le traitement en Île-de-France : cette enquête correspond à
une enquête ITOM élargie aux installations ne réceptionnant que des DAE ;
- Utilisation des données disponibles pour étudier le traitement hors Île-de-France. Une
analyse de cohérence sera effectuée en procédant à une extraction ITOM des flux
interdépartementaux, à l’échelle nationale ;
- Enquête sur le recyclage des DAE : une première enquête avait été menée par la
Région en 2008 notamment dans le cadre de l’élaboration du PREDMA (approche
« filière »). Cette enquête sera complétée par une enquête de l’ORDIF auprès des
récupérateurs et des recycleurs, menée en partenariat avec la FEDEREC ;
- Contrôle de cohérence et informations complémentaires (en cours) : l’ORDIF a
commencé une exploitation des données GEREP sur les déchets non dangereux (base
de données des émissions polluantes et des déchets) afin de compléter et conforter les
travaux sur les données d’ITOM (notamment sur l’élimination directe).
Département de la Moselle : dans le cadre de la révision du plan départemental
d’élimination des déchets ménagers et assimilés de la Moselle, une méthodologie
d’observation des gisements et des flux de DAE du territoire est en cours d’établissement.
L’approche retenue se découpe en deux volets complémentaires :
- Observation des tonnages transitant par les installations du département.
- Évaluation des tonnages envoyés directement vers le recyclage.
Les installations concernées par cette approche sont les ISDND, UIOM, centres de tri privés
pour DIB, les plateformes de compostage et les déchèteries. Les plus importants prestataires
de collecte de déchets du territoire ont également été identifiés, et une sollicitation des
fédérations professionnelles de la gestion des déchets est également envisagée pour
l’obtention de données consolidées.
D’autres sources telles que GEREP, ITOM ou les rapports d’activités des EPCI, ainsi que la
réalisation d’enquêtes téléphoniques auprès des exploitants sont également envisagées
pour obtenir des compléments d’informations.
D’autres travaux plus ponctuels ont été menés dans d’autres régions, et notamment en région
Midi-Pyrénées (cf. ANNEXE I.5.5) ou dans le département du Loir-et-Cher (cf. entretien avec
l’Observatoire41 en ANNEXE I.1).

ADEME 53/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV.1.1.1 FAISABILITÉ TECHNIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE


Un développement selon le scénario 1 ne présente pas de blocage technique et méthodologique
pour les territoires mettant actuellement en place des actions d’observation dans la mesure où il
ne consisterait qu’en la poursuite des méthodes actuelles.
Des investissements seront toutefois nécessaires pour les territoires dont l’observation n’est que
peu voire pas développée, et qui auront besoin de s’approprier et d’adapter les travaux menés
par d’autres.

IV.1.1.2 COÛTS
Les évaluations par ratios présentent l’avantage d’être globalement peu coûteuses (entre 5 000€
et 30 000€, selon la complexité des sources d’informations retenues).
Un important accroissement des coûts est toutefois observé dans le cas où la mise en place
d’enquêtes est nécessaire (ETP stagiaire et/ou agent interne + coûts de mise en place et gestion
des enquêtes pouvant atteindre environ 100 000 € à 200 000 €)22.
Ces enquêtes, dans le cadre actuel de l’observation des DAE, sont toutefois utiles pour compléter
les approches par ratios, qui ne permettent qu’une estimation partielle des flux. Des alternatives
à moindres coûts pour l’évaluation des flux, telles que l’action menée actuellement par le
département de la Moselle, peuvent toutefois être envisagées.

IV.1.1.3 ADAPTABILITÉ AUX CONTEXTES POLITIQUES ET RÉGLEMENTAIRES


Au vu des difficultés remontées par les acteurs souhaitant observer les DAE au cours des deux
précédentes étapes de l’étude, d’une part pour les acteurs disposant des compétences de
planification, et d’autre part, pour les communes et EPCI à compétence de gestion des déchets
(pour les travaux de planification et pour le dimensionnement d’installations, mais également
dans le cadre de l’établissement de programmes de prévention), il peut être anticipé que des
moyens importants devront être mis en œuvre au niveau local pour adapter ou développer les
méthodes d’observation actuelles.
Avec les évolutions des objectifs nationaux et européens en termes de gestion des déchets, il
n’est pas à négliger que de nouveaux besoins en termes d’observation puissent apparaître chez
des acteurs actuellement peu impliqués dans l’observation des DAE, comme les entreprises
productrices de déchets qui ne mènent pas à proprement d’actions d’observation, mais qui
peuvent se reposer sur des travaux existants par ailleurs pour l’optimisation de la gestion de leurs
déchets.

IV.1.1.4 RÉPONSE AUX OBJECTIFS DES ACTEURS


Les objectifs de chaque acteur observant les DAE dans le cadre du scénario 1 ont été analysés au
cours de la première étape de l’étude et ont fait l’objet d’un chapitre au sein du présent rapport
(cf. chapitre II relatif à l’« Historique et bilan de l’observation des DAE »).
Il est apparu, à l’issue de cette analyse, qu’au regard des coûts engendrés par les méthodes
actuellement en place et de la relative qualité des données obtenues, la satisfaction des acteurs
n’est pas mauvaise en ce qui concerne les évaluations globales des gisements de DAE générés sur
un territoire.
Des limites sont toutefois apparues :
difficulté, voire impossibilité d’étudier les flux de déchets ;
hétérogénéité des méthodes rendant complexe voire impossible la comparaison entre
plusieurs territoires (souhait de certains acteurs de pouvoir se situer par rapport aux

22
Sources : Recensement des actions et études de cas régionales et analyse des méthodologies.

ADEME 54/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

objectifs nationaux mais également par rapport aux autres territoires à l’échelle locale) ;
manque d’outils prospectifs, notamment pour les chargés de la planification de la gestion et
de la prévention des déchets.
Il apparaît enfin que le manque global de synergies entre les acteurs observant les DAE puisse
conduire à des situations complexes en termes d’optimisation des ressources, avec notamment
l’organisation d’actions à l’échelle nationale ne pouvant être adaptées ou réutilisées à l’échelle
locale.

IV.1.2. ANALYSE DU SCÉNARIO 1


La matrice « Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités » du scénario
1 est présentée ci-dessous :

Interne

INCONVÉNIENTS AVANTAGES
 Fortes difficultés pour observer les flux  Méthode par ratios peu coûteuse
 Pas d’harmonisation
 Méthode par enquêtes coûteuse

Négatif Positif
POINTS DE BLOCAGE POTENTIELS OPPORTUNITÉS
 Évolutions réglementaires  Optimisation des synergies entre acteurs
supplémentaires modifiant voire
augmentant les besoins des acteurs
impliqués

Externe

Figure 10 : Scénario 1 - Matrice Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités

IV.1.3. RECOMMANDATIONS DE DÉVELOPPEMENT SELON LE SCÉNARIO 1


Il semble aisément prévisible que le développement hétérogène de l’observation des DAE, d’une
part par des acteurs identiques sur des territoires différents (Conseils généraux) et d’autres part,
par différents acteurs au sein d’un même territoire (Conseils généraux, Chambres consulaires,
etc.), conduise à une perte générale d’efficacité économique et méthodologique de l’observation.
Au vu de la relative satisfaction des acteurs observant les DAE actuellement au regard des coûts
engendrés (cf. point IV.1.1.4), les méthodes actuelles semblent bonnes sur le principe mais
présentent trop d’hétérogénéité et de lacunes méthodologiques (cf. analyse des méthodologies
en chapitre III).
Un travail d’harmonisation et d’appui méthodologique au niveau national pourrait permettre de
lever un certain nombre d’inconvénients du scénario actuel. De tels axes d’amélioration et
d’optimisation des méthodes et de l’organisation actuelles sont présentés dans le scénario 2.
Le cas de la région Île-de-France soulève également la question de l’optimisation de la
gouvernance des démarches d’observation : en effet, l’ORDIF, observatoire régional des déchets
de la région présente un comité de pilotage riche et varié, notamment pour ses travaux relatifs
aux DAE, ce qui participe manifestement à l’établissement d’une meilleure synergie entre acteurs
infrarégionaux.

ADEME 55/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Enfin, et pour tout type de territoire, il apparaît qu’en plus de l’évaluation des gisements et des
flux, une étude sur les pratiques de gestion des déchets selon les secteurs d’activités permettrait
la mise en place de plans d’actions ciblés, de la part notamment de l’ADEME, des chambres
consulaires mais également des collectivités territoriales.

IV.2. SCÉNARIO 2 : CAPITALISATION DES CONNAISSANCES ET MUTUALISATION


DES OUTILS

IV.2.1. DESCRIPTION DU SCÉNARIO 2


Le scénario 2 consiste en une meilleure diffusion des connaissances entre les acteurs et en une
harmonisation des méthodologies locales. Il constitue un approfondissement et une optimisation
du système actuel.
Les actions pouvant être développées avec les moyens actuels ou des moyens complémentaires
raisonnables en termes d’organisation et de coûts reposeraient essentiellement sur une
implication méthodologique approfondie d’un organisme généraliste sur la thématique déchets et
travaillant à l’échelle nationale.
Une implication accrue de l’INSEE permettrait certainement d’optimiser les efforts pouvant être
mobilisés dans le cas où ce scénario serait amené à être développé.

 ÉTUDE DES GISEMENTS DE DÉCHETS


Pour l’observation des gisements de DAE, les axes de développement sur lesquels un travail
pourrait être effectué sont les suivants :
Construction d’une table nationale de ratios sur la base des données existantes
Il est apparu notamment au cours des études de cas régionales approfondies et de l’analyse
des méthodologies, que plusieurs acteurs utilisent (ou ont utilisé) des tables de ratios de
production de déchets constituées de données nationales en particulier issues des enquêtes
ADEME et/ou INSEE. Ces tables de ratios ont pu être complétées par des ratios issus
d’enquêtes locales et éventuellement empiriquement ajustées en fonction des spécificités
du tissu économique local (exemple : outil développé par la CCI Toulouse et l’ORDIMIP, cf.
étude de cas régionale Midi-Pyrénées en ANNEXE I.5.5.).
Les tables de ratios développées à l’échelle locale ont jusqu’à présent permis de répondre
de manière relativement satisfaisante aux besoins des acteurs locaux souhaitant observer
les principaux gisements de DAE.
Ces tables présentent toutefois le principal inconvénient d’être pour la plupart
confidentielles (exemples : outil EGIDA, ratios métiers des bureaux d’études, …), rendant
l’évaluation de leur solidité statistique et de leur potentiel d’harmonisation à d’autres
territoires impossible.
Au regard des faibles coûts engendrés par ces méthodes (données reposant essentiellement
sur des analyses bibliographiques et observations empiriques) et du niveau de satisfaction
des acteurs ayant utilisé ces tables, il apparaîtrait qu’une méthodologie reposant sur la
construction d’une table nationale de ratios de production de déchets (idéalement par
activité, par type de déchets et par tranche d’effectif) puisse intéresser l’ensemble des
acteurs locaux et nationaux observant les DAE.

Établissement d’une bibliographie de sources disponibles


Afin de pouvoir compléter la table nationale de ratios précédemment évoquée, et dans le
but de permettre à chaque acteur de réaliser des évaluations de gisements de DAE en
fonction des spécificités de son territoire, une bibliographie de sources de données
actuellement disponibles pourrait être proposée, sur la base de la liste des sources établie

ADEME 56/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

dans le cadre de l’analyse détaillée des méthodologies existantes.


Cette bibliographie pourrait notamment présenter les sources disponibles relatives aux
secteurs des services, du transport, de l’hôtellerie et restauration, etc.
Une évaluation, même très succincte, de la pertinence et de la complétude de ces sources,
pourrait faciliter l’utilisation et cibler les besoins d’études.
Des caractéristiques plus détaillées de cette bibliographie sont présentées dans le
paragraphe IV.2.1.1.

Proposition d’un guide méthodologique harmonisé à destination des acteurs souhaitant


compléter les données
Les recommandations effectuées dans le cadre de l’analyse détaillée des méthodologies
peuvent aisément constituer la base d’un guide méthodologique pédagogique à destination
de tous les acteurs observant les DAE en faisant la demande.
La réalisation de ce guide présente toutefois la limite de ne pas pouvoir contenir de tables
de données autres que celles déjà accessibles et non-confidentielles, et de ne constituer
qu’une base de recommandations méthodologiques d’ordre général.

 ÉTUDE DES FLUX


Concernant les flux, trois axes de développement pouvant s’intégrer dans le scénario 2, peuvent
être envisagés :
Enquêtes auprès des installations de tri et de traitement
Des enquêtes auprès des installations de traitement, et plus particulièrement des centres de
tri permettraient une évaluation optimale et précise des flux de déchets, sous réserve d’une
bonne qualité des données obtenues.
Une enquête ADEME/FNADE qui sera réalisée auprès des adhérents de la FNADE d’ici la fin
de l’année 2011 permettra vraisemblablement d’obtenir des informations complémentaires.
Cette enquête permettra de recueillir trois types de données :
- Données à renseigner par installation et qui seront communiquées individuellement à
l'ADEME pour intégration dans SINOE :
données générales sur l’installation (nom du centre, localisation, etc.) ;
description générale de l’installation (année d’ouverture, capacité
réglementaire, etc.) ;
tonnages de déchets entrants par catégorie (encombrants, DIB en mélange,
matériaux valorisables mélangés, matériau valorisable 23 ) et par origine
(déchets des collectivités, déchets d'origine industrielle ou commerciale,
déchets de chantier).
- Données à renseigner par installation, qui resteront confidentielles et ne seront
présentées par la FNADE que sous forme agrégée pour l’ensemble des sites enquêtés :
Implantation de l’installation et rayon d’action (rayon d’approvisionnement,
départements d’approvisionnement, rubriques ICPE, données techniques et
notamment méthodes de tri) ;
Catégories de tri, performances (taux de valorisation matière) et refus ;
Financement de l’installation, certification, autres données sociales, etc.
- Données pouvant être agrégées pour plusieurs sites, confidentielles et qui ne seront
restituées que sous forme agrégée pour l'ensemble des sites enquêtés : nature des

23
Mono-déchet. Pour les mono-déchets, la précision Papiers/Cartons, Ferrailles, Plastiques et Bois est à effectuer.

ADEME 57/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

flux sortants, et plus précisément, la répartition des tonnages en sortie du centre de


tri24.

Exploitation des données GEREP et ITOM


Le potentiel des déclarations annuelles des rejets de polluants dans l’air, l’eau, le sol et les
déchets des installations classées semble actuellement sous-exploité.
Une évaluation du nombre d’installations de traitement de déchets non dangereux (hors
centre deN32tri)
TABLEAU et des TOTALE
- QUANTITE tonnages gérés DANGEREUX
DE DECHETS peut a priori être effectuée, et recoupée notamment
TRAITES
avec les données issues des enquêtes ITOM :
Quantité totale de déchets dangereux traités (t/an)
Tableau 20 : Extrait du formulaire de déclaration GEREP
TABLEAU N41 - TRAITEMENT DES DECHETS NON DANGEREUX

Partie réservée aux installations classées de stockage, d'incinération, de compostage et de méthanisation de déchets non dangereux

Quantité de déchet adm is pour ce traitem ent en fonction de la


provenance

Filière de Quantité Quantité hors


Catégorie de déchet* Quantité étranger Quantité traitée*
traitem ent* départem ent départem ent

TABLEAU N42 - QUANTITE TOTALE DE DECHETS NON DANGEREUX TRAITES

Quantité totale de déchets non dangereux traités


(t/an)
* : champs obligatoires

GEREP présente toutefois l’inconvénient de ne pas présenter de données exhaustives


relatives aux centres de tri et aux installations de recyclage.

Évaluation des gisements orientés vers les différentes filières


Des actions relativement peu coûteuses pour l’étude des flux de déchets peuvent être mise
en place, à l’image du travail du Conseil général de la Moselle visant à évaluer les gisements
orientés directement vers le recyclage, le tri et l’élimination.
Des données plus fines peuvent être obtenues sur la base notamment des données INSEE : il
pourrait être possible d’étudier les flux des établissements de plus de 100 salariés au niveau
local (région et département). Il apparaîtrait dans ce cas intéressant d’effectuer cette
évaluation de manière centralisée, à l’image de la construction d’une table nationale de
ratios.
Pour les établissements de moins de 100 salariés, il devrait être possible de compléter les
travaux par des estimations : une méthode d’estimation à partir des tonnages estimés par
ratios et enquêtes sur la destination des flux au niveau local pourrait être envisagée (par
exemple : construction de modèles à partir des flux reçus dans les installations
d’élimination, flux envoyés par les établissements de plus de 100 salariés, etc.).
Cette étude des flux serait fiable pour les établissements de plus de 100 salariés mais plus
imprécise pour les effectifs inférieurs. Toutefois, dans la mesure où l’étude des flux
représente une des principales difficultés des acteurs observant les DAE, une évaluation
même partiellement fiable ne serait pas à négliger.
L’utilisation des données de l’INSEE présente toutefois l’inconvénient de nécessiter une
habilitation au secret statistique.

24
Distinction : valorisation matière, incinération avec récupération d'énergie, production de CSR, incinération sans récupération d'énergie,
installations de stockage de déchets inertes, installations de stockage de déchets non dangereux.

ADEME 58/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV.2.1.1 FAISABILITÉ TECHNIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE


La faisabilité technique et méthodologique des différentes actions pouvant être mises en place
dans le cadre du scénario 2 est présentée ci-dessous :

 CONSTRUCTION D’UNE TABLE NATIONALE DE RATIOS SUR LA BASE DES DONNÉES EXISTANTES
La table nationale de ratios peut être développée selon deux axes différents :
Construction d’une table nationale de ratios sur la base de l’existant : sur le même modèle
que les tables de ratios construites au niveau local et sans enquêtes ou travaux
complémentaires, l’ADEME pourrait proposer une table constituée de ratios disponibles
dans la littérature existante :
- Enquêtes ADEME et INSEE : à l’heure actuelle, la construction d’une table de ratios
pourrait être envisagée à partir des enquêtes INSEE 2008 et 2006 portant
respectivement sur les déchets de l’industrie et du commerce25. Un volet pourrait
également concerner les déchets du transport dans la mesure où une enquête a été
menée en 2011 (résultats encore non disponibles) ;
- Autres sources de données pour la table nationale de ratios : d’autres sources
d’informations nationales pourraient être utilisées pour alimenter la table de ratios
basée sur l’existant : données d’observatoires de branche (ONDA notamment), EGiDA
du CNIDEP26, etc.
Cette table présenterait les mêmes défauts de précision et de fiabilité que les tables
développées à l’échelle locale (notamment en termes de récence des données
existantes) et permettrait une évaluation très limitée des flux, mais serait accessible en
détails à tous les acteurs, qui disposeraient ainsi a minima d’un outil de travail
harmonisé et autorisant la comparaison entre territoires.

Construction d’une table nationale de ratios à partir des données des enquêtes INSEE : il
est apparu au cours de l’étude que les données publiées par l’INSEE sur la base des enquêtes
auprès des établissements industriels et commerciaux sont peu utilisées à l’échelle locale.
Les enquêtes INSEE présentent la répartition à l’échelle régionale des déchets produits mais
aucun ratio permettant une évaluation à l’échelle départementale n’est disponible. De tels
ratios pourraient toutefois être calculés via l’exploitation des fichiers de l’INSEE.
Cette exploitation spécifique pourrait être faite :
- par l’ADEME
Cette exploitation nécessiterait que l’ADEME soit habilitée au secret statistique afin de
disposer des données individuelles des établissements enquêtés par l’INSEE.
Une demande spécifique au Comité du Secret devant donc être effectuée, il sera
nécessaire de prendre en compte le délai d’obtention puis d’exploitation des données :
ce délai ne serait probablement pas compatible avec les besoins parfois urgents de
certains acteurs, et notamment des collectivités en charge de la planification des DAE.
Il est également nécessaire de rappeler que de fortes restrictions d’utilisation des
fichiers sont imposées, l’accès aux fichiers de données étant nominatif.
- par l’INSEE
Les restitutions des premières enquêtes nationales menées par l’ADEME présentaient
des tableaux de données pouvant être repris par les acteurs locaux27.

25
Une nouvelle enquête sur les déchets des grands établissements commerciaux pourrait bientôt être menée par l’INSEE.
26
Pour rappel, le CNIDEP prévoirait de mener une nouvelle campagne d’enquêtes en 2012. Un travail collaboratif sur le questionnaire d’enquête et
sur la restitution des résultats pourrait être effectué en amont afin de permettre dans la mesure du possible une intégration des ratios obtenus
dans la table nationale.
27
Bien que datant de plusieurs années, les résultats des enquêtes ADEME restent d’ailleurs encore fréquemment utilisés.

ADEME 59/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Le même mode de restitution pourrait être envisagé pour les enquêtes INSEE, et
permettrait de s’affranchir de la nécessité d’obtenir une habilitation au secret
statistique et donc, du délai d’obtention des données.
- Autre alternative : l’ORDIF
Dans le cadre de ses travaux sur l’observation des DAE, l’ORDIF28 calculera des données
de synthèses régionales et infrarégionales pertinentes pour l’observation des DAE, des
indicateurs régionaux ainsi que leur précision et enfin, des ratios et autres données
exploitables par d’autres observatoires déchets.
Ces données seront vraisemblablement produites et diffusables en novembre 2011.
L’alternative de l’ORDIF semble fortement intéressante en termes de délais dans la
mesure où le temps nécessaire pour l’exploitation des données et la publication d’une
table nationale de ratios par l’ADEME ou l’INSEE dépasserait vraisemblablement le mois
de novembre 2011.
Cette table présenterait toutefois la limite de ne pas permettre une évaluation approfondie des
flux. Toutefois, comme présenté en chapitre « IV.2.1. Description du scénario 2 », cette étude des
flux pourrait être réalisée de manière fiable pour les établissements de plus de 100 salariés et
pourrait reposer sur des méthodes d’estimations pour les établissements d’effectifs inférieurs.
Au vu de la complexité de mise en place de ces travaux et dans la mesure où de fortes variations
ne devraient pas être observées sur un nombre limité d’années, il ne semble pas y avoir de limite
liée à un maintien du rythme biennal actuel pour la réalisation des enquêtes INSEE.
L’actualisation et la rediffusion des tables de ratios pourraient elles être envisagées à un rythme
quadriennal.

 COMPLÉMENTS POUVANT ÊTRE APPORTÉS À LA TABLE NATIONALE DE RATIOS


Les ratios qui constitueraient les tables précédemment décrites seraient pour la plupart issus
d’enquêtes nationales.
Ils pourraient être complétés par des ratios établis ponctuellement à l’échelle locale, et
notamment par :
les travaux des chambres consulaires : en effet, chaque territoire présentant des
spécificités, il est prévisible que les CCI et CMA soient amenées à poursuivre leurs travaux
d’accompagnement des entreprises, même dans le cas où des outils harmonisés
d’observation seraient mis à leur disposition.
Les données collectées au cours des diagnostics déchets constitueraient une source de
données complémentaires non négligeables pouvant permettre d’alimenter et compléter les
tables de ratios pouvant être proposées dans le cadre d’un développement de l’observation
selon le scénario 2.
Ces données issues de diagnostics déchets ne pourront toutefois constituer qu’une source
complémentaire à distinguer clairement de la table nationale de ratios, dans la mesure où
les informations présentées seront de nature différente :
- Un ratio ne s’appuyant que sur une observation n’aura pas la même valeur statistique
qu’un ratio issu d’une moyenne d’une trentaine d’observations ;
Les diagnostics déchets sont réalisés dans les entreprises demandeuses de telles prestations.
Leur sélection est donc vraisemblablement biaisée par rapport à des entreprises
sélectionnées par tirage au hasard (enquêtes nationales). d’autres sources
complémentaires telles que les ratios d’enquêtes réalisées par des bureaux d’études
(réalisées dans le cadre de révision de plans départementaux par exemple).

28
Habilité au secret statistique et disposant désormais des données de l’INSEE

ADEME 60/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tout nouveau ratio pourrait être proposé à l’organisme en charge de piloter la construction et
l’actualisation de la table de ratios nationale.
Toutefois, afin d’assurer la validité de ces nouvelles données, il peut être envisagé la création d’un
comité d’experts (constitués d’acteurs locaux et nationaux) auquel seraient soumis ces nouveaux
ratios, avant validation puis intégration dans la table nationale développée dans le cadre du
présent scénario. .
Les données issues des travaux des chambres consulaires et des bureaux d’études pourraient
mener au calcul de ratios spécifiques, qui pourront être distingués comme étant des ratios
« exploratoires », leur intégration définitive à la table nationale de ratios étant conditionnée par
la vérification du protocole de collecte d’informations et par la confirmation de leur
représentativité .

 ÉTABLISSEMENT D’UNE BIBLIOGRAPHIE DE SOURCES DISPONIBLES


La bibliographie de sources actuellement disponibles (hôtellerie & restauration, transport, etc.) et
qui permettraient de compléter la table nationale de ratios pourrait avoir pour base les travaux
présentés en chapitre III « Analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE » :
10 20 50
Nombre de
salariés

IAA INSEE 2008


Bois INSEE 2008

Autres
ADEME 2004
industries
INSEE 2008
EGIDA

Commerce ADEME 2004 INSEE 2006


détail
Collecte municipale

Commerce ADEME
INSEE 2006
Gros 2004
(DMA)

Restaurants ADEME (ratios / repas)


Hôtels Ratios BE/ (lits ou salariés)
Santé Ratios BE/ (jours-lits)
Administration, tertiaire Ratios BE/ (salariés)
Transport SOES 2009 (à venir)

Figure 11 : Schématisation des sources d’informations existantes et potentielles identifiées à date


Le niveau d’accessibilité des sources peut faire l’objet de précisions (source publique ou privée,
gratuite ou payante, etc.) et une évaluation rapide de la fiabilité des sources et de la complétude
des données, ainsi que de la nécessité d’engager des études complémentaires pour collecter des
informations complémentaires pourra être effectuée.
La restitution de ces évaluations au sein de la table bibliographique des sources peut prendre le
format d’une grille de « notation » des sources, établie en fonction des critères suivants : récence
des sources, origine, fiabilité des données présentées, périmètre d’observation, etc.
Dans la mesure où le nombre de sources bibliographiques reste restreint, il peut être envisagé
qu’elle soit alimentée continuellement en fonction de la remontée d’informations des différents
acteurs observant les DAE. La rediffusion des sources bibliographiques complémentaires pourrait
être réalisée annuellement.

ADEME 61/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV.2.1.2 COÛTS
Les mesures préconisées dans le cadre du scénario 2 reposent essentiellement sur de la recherche
et du traitement de données existantes et ne nécessitent pas la mise en place d’enquêtes
spécifiques.
Les coûts engendrés par la construction d’une table nationale de ratios, l’établissement d’une
bibliographie de sources disponibles et éventuellement d’un guide méthodologique se
limiteraient donc à des ETP internes à l’ADEME et/ou à l’INSEE, et dans les observatoires locaux.

IV.2.1.3 ADAPTABILITÉ AUX CONTEXTES POLITIQUES ET RÉGLEMENTAIRES


Les mesures proposées dans le cadre du scénario 2 reposant essentiellement sur des données
d’ores et déjà disponibles, il n’apparaît aucun frein spécifique en termes d’adaptabilité aux
contextes politiques et réglementaires.
Toutefois, comme précisé dans le chapitre IV.2.1.1 « Faisabilité technique et méthodologique », le
délai d’obtention des données dans le cas où il serait décidé d’établir une table nationale de ratios
basés sur les données INSEE pourrait constituer un point de blocage pour les acteurs
planificateurs.
La difficulté à étudier les flux dans le cas d’un développement selon le scénario 2 est la principale
lacune observée. Outre les pistes proposées en chapitre « IV.2.1. Description du scénario 2 », des
actions complémentaires sont développées dans le chapitre IV.3. relatif au « Scénario 3 : mise en
place de mesures réglementaires ».

IV.2.1.4 RÉPONSE AUX OBJECTIFS DES ACTEURS


Comme présenté dans le chapitre II relatif à l’historique et aux objectifs des actions d’observation,
la finalité commune de toutes les actions d’observation des DAE, tant pour les acteurs publics que
pour les acteurs privés et quelle que soit la zone géographique concernée, est d’améliorer la
gestion des déchets d’activités économiques.
Un développement de l’observation selon le scénario 2 pourrait impacter les acteurs de
l’observation comme suit.

 ADEME NATIONALE ET DIRECTIONS RÉGIONALES


Sur la base de l’analyse des objectifs effectués en chapitre II.2. , il semblerait que le
développement du scénario 2 s’intégrerait idéalement aux objectifs d’accompagnement des
acteurs publics et privés et de réponse aux objectifs nationaux et européens en termes de gestion
des déchets de l’ADEME nationale et des directions régionales.

 CHAMBRES CONSULAIRES ET DES PROFESSIONNELS


Chambres (Régionales) de Commerce et d’Industrie et Chambres (Régionales) des Métiers
et de l’Artisanat
Les chambres consulaires ont pour objectif de veiller aux intérêts économiques des
différents acteurs du secteur privé qu’elles représentent.
Le développement d’actions d’observation selon le scénario 2 via l’ADEME présente à la fois
des avantages et des inconvénients pour les activités des chambres consulaires:
- dans le cadre de leurs activités, certaines chambres consulaires ont pu développer des
méthodologies d’observation des DAE à l’échelle locale, parfois monnayées : le
développement de méthodes parallèles d’évaluation des gisements de DAE par
l’ADEME pourrait constituer un frein au développement de leurs propres actions ;
- pour les chambres consulaires s’étant limitées à des actions ponctuelles ou n’ayant
pas du tout développé d’action spécifique, le développement des actions

ADEME 62/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

d’observation selon le scénario 2 ne constituerait probablement pas un frein, et serait


même certainement fortement apprécié.
Dans les deux cas de figure toutefois, les tables de ratios fournies par l’ADEME/INSEE
pourraient servir de base aux travaux des chambres consulaires (en fournissant par exemple
des ratios pouvant par la suite être affinés et adaptés aux spécificités du tissu économique
local).
Entreprises et fédérations professionnelles
Dans la mesure où les actions d’observation des entreprises et fédérations professionnelles
sont principalement menées dans un but d’optimisation de la gestion des déchets à petite
échelle (zone industrielle, voire à l’échelle d’un établissement), le développement des
actions d’observation selon le scénario 2 n’occasionneraient vraisemblablement d’impacts
négatifs sur ces acteurs professionnels.
Il serait toutefois pertinent d’impliquer de manière accrue les fédérations professionnelles
menant des actions d’observation poussées durant la phase de développement de la table
nationale de ratios (par exemple le CNPA).

 CONSEIL GÉNÉRAUX
Dans la mesure où le renforcement de la planification départementale sur la thématique DAE se
heurte au peu de méthodologies d’évaluations fiables des DAE, il apparaît qu’une aide
méthodologique ou qu’une évaluation des gisements de DAE produits à l’échelle départementale
constituerait une aide indéniable dans la poursuite de leurs objectifs de planification et de suivi
des installations.
Outre les aspects techniques favorables d’une mise à disposition d’une table de ratios et d’une
bibliographie de sources complémentaires, il est à noter que le développement de ce scénario
permettrait aux territoires les plus fortement touchés par les restrictions budgétaires en cours de
ne pas supporter la totalité des coûts de mise en place d’actions d’observation.
Les flux de DAE ne pouvant toutefois être qu’approximativement observés dans le cas d’un
développement des actions d’observation selon le scénario 2, la réponse aux objectifs des
Conseils généraux ne sera pas complètement atteinte.

 SERVICES DE L’ÉTAT
Services statistiques de l’État (INSEE, CGDD SOeS)
Le scénario 2 peut être développé selon deux axes présentés dans le chapitre
IV.2.1.1 « Faisabilité technique et méthodologique » :
- dans le cas où l’INSEE serait sollicité, leurs objectifs (initialement centrés autour de la
réponse aux réglementations nationale et européennes) seraient naturellement
amenés à évoluer pour intégrer les missions d’exploitation et de restitution des
données des enquêtes nationales dans le but d’une utilisation à l’échelle
départementale ;
- dans le cas où l’ADEME ou l’ORDIF se chargerait des calculs de ratios, l’INSEE et les
autres services de l’État ne seraient pas impactés par le développement selon le
scénario 2.
Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL)
Dans la mesure où les DREAL disposent d’ores et déjà des données GEREP pour le suivi des
installations, il est peu probable qu’elles soient impactées par le développement du scénario
2. Il serait toutefois intéressant d’intégrer les DREAL à l’élaboration de la table nationale de
ratios, notamment pour évaluer la fiabilité des données déclaratives GEREP et les modalités
d’intégration de ces données à une table nationale de ratios.

ADEME 63/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

 PROFESSIONNELS DU DÉCHET
Une évaluation des gisements de déchets de DAE harmonisée à l’échelle locale et nationale
semblerait aller dans le sens des objectifs des fédérations et professionnels de la gestion des
déchets, centrés essentiellement sur le développement commercial de leurs activités et sur
l’identification d’arguments pertinents et d’outils d’aide à la décision (notamment lors de
discussions avec le MEDDTL)29.
Il serait également intéressant d’améliorer et approfondir les synergies entre les acteurs
nationaux et locaux et les professionnels des déchets afin de pouvoir permettre une meilleure
observation des flux de déchets, notamment via la mise en place d’enquêtes auprès des
installations de gestion des déchets.

IV.2.2. ANALYSE DU SCÉNARIO 2


La matrice « Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités » du scénario
2 est présentée ci-dessous :

Interne

INCONVÉNIENTS AVANTAGES
 Évaluation des flux peu fiable  Évaluations des gisements très correcte et
facilitée par des sources de données
centralisées
 Organisation des acteurs proche de l’état
général actuel
 Méthode peu coûteuse
 Possibilité de comparaison entre territoires
Négatif Positif
POINTS DE BLOCAGE POTENTIELS OPPORTUNITÉS
 Refus de l’INSEE de modifier la restitution  Capitalisation et partage des outils et
des résultats des enquêtes nationales pour tables de ratios existants (ORDIMIP, EGiDA,
une adaptation à l’échelle locale Eval DIB, etc.) avec l’ADEME
 En cas de nécessité d’habilitation au secret
statistique pour l’ADEME : délai
d’obtention et de traitement des données

Externe

Figure 12 : Scénario 2 - Matrice Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités

IV.2.3. RECOMMANDATIONS DE DÉVELOPPEMENT SELON LE SCÉNARIO 2


Outre les éléments présentés dans les chapitres précédents de description et d’analyse du
scénario, les recommandations notamment d’ordre statistique effectuées dans le cadre de
l’analyse détaillée des méthodologies présentée en chapitre III « Analyse des méthodes
d’évaluation du gisement des DAE » devront certainement être respectée ou a minima, étudiées
et discutées afin d’optimiser les travaux.
En termes de gisements de déchets, les axes de développement de l’observation selon le scénario
2 semblent permettre une évaluation satisfaisante au regard des moyens à déployer. Des
limitations apparaissent toutefois, notamment pour l’évaluation des flux.
Un affinement des données relatives aux gisements de déchets et des axes de développement des
actions d’évaluation des flux pourraient être proposés via la mise en place et/ou l’évolution
d’obligations réglementaires d’un ou plusieurs types d’acteurs.
29
Sous réserve que les outils développés selon le scénario 2 soient communiqués aux fédérations et aux professionnels du déchet.

ADEME 64/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV.3. SCÉNARIO 3 : MISE EN PLACE DE MESURES RÉGLEMENTAIRES

IV.3.1. DESCRIPTION DU SCÉNARIO 3


Deux axes d’études principaux reposant sur la mise en place ou l’évolution de mesures
réglementaires ont été identifiés.
Ces mesures réglementaires concernent d’une part des obligations réglementaires d’ores et déjà
existantes et pouvant théoriquement être élargies au niveau des seuils déclaratifs ainsi que des
actions n’existant pas à l’heure actuelle pour certains acteurs (ou étant mise en place
ponctuellement et sur la base du volontariat) :
Abaissement de seuils déclaratifs (abaissement du seuil de la déclaration GEREP pour les
déchets non dangereux - actuellement 2 000 tonnes - enquêtes INSEE obligatoires auprès
des établissements de moins de 50 salariés, etc.).
Au vu du nombre d’établissements susceptibles d’être concernés, les axes de
développement relatifs à un abaissement de seuils déclaratifs sont difficilement
envisageables.
Élargissement du champ de GEREP : comme présenté dans le scénario précédent, les
déclarations GEREP présentent l’inconvénient de ne pas concerner les centres de tri et les
installations de recyclage30.
L’inclusion des centres de tri et installations de recyclage dans l’arrêté définissant les
installations de gestion et traitement des déchets soumis à la déclaration annuelle des rejets
auprès de l’Inspection des Installations classées permettrait d’une part, de mieux observer
les gisements et d’autre part, de pouvoir observer les flux de déchets non dangereux.
Il apparaît que les axes de développement reposant sur un abaissement de seuils déclaratifs
impacteraient un nombre très important d’acteurs, et au regard de la lourdeur de mise en place
de telles contraintes face au risque d’obtenir une faible amélioration de la qualité des données, le
levier le plus intéressant économiquement et techniquement semblerait être l’élargissement de
GEREP. Les chapitres suivants porteront donc uniquement sur l’analyse de l’élargissement de la
déclaration annuelle GEREP.

IV.3.1.1 FAISABILITÉ TECHNIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE


La nécessité de mise en place de nouveaux textes réglementaires implique de longs délais, qui
peuvent être rédhibitoires au vu des besoins relativement urgents de certains acteurs.
Il est toutefois possible d’évaluer que l’extension de l’obligation de déclaration annuelle des rejets
(GEREP) aux centres de tri et de recyclage présenterait des charges techniquement et
méthodologiquement moins fortes comparativement à l’abaissement des seuils déclaratifs
GEREP, qui impacteraient un nombre bien plus important d’acteurs.
L’évolution de GEREP et son exploitation à des fins d’observation nécessite toutefois des travaux
de revue et d’amélioration du contrôle des déclarations annuelles. Ces points sont détaillés dans
le chapitre suivant IV.2.1.2 « Coûts ».
Dans une optique d’optimisation de l’observation et de limitation des nombres de doubles
enquêtés, il pourrait être envisagé un rapprochement avec les enquêtes ITOM (portant sur toutes
les installations de traitement accueillant déchets collectés dans le cadre du service public

30
Extrait de l’Article 4 du Titre II de l’Arrêté ministériel du 31 janvier 2008 relatif au registre et à la déclaration annuelle des émissions polluantes et
des déchets : « L’exploitant d’une installation classée de stockage, d’incinération, de compostage ou de méthanisation de déchets non dangereux
déclare chaque année au ministre chargé de l’environnement les quantités admises et traitées sur le site.
Concernant la production et le traitement de déchets dangereux et non dangereux, l’exploitant précise si les déchets sont destinés à la valorisation ou
à l’élimination. Dans le cas de mouvements transfrontaliers de déchets dangereux, il indique en outre le nom et l’adresse de l’entreprise qui procède à
la valorisation ou à l’élimination des déchets ainsi que l’adresse du site qui réceptionne effectivement les déchets. »

ADEME 65/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

d’élimination des déchets31 ) ou a minima, avec les enquêtes ITOM élargies aux centres de tri
gérant uniquement les DAE (en Île-de-France notamment).
Ce rapprochement pourrait notamment permettre d’obtenir des informations quant à la
provenance des déchets.

IV.3.1.2 COÛTS

 ACTEURS METTANT EN PLACE LES ACTIONS


Le scénario 3 impose d’allouer des fonds importants pour la mise en place de nouvelles
réglementations et/ou pour la réforme des systèmes actuels.
Les coûts devant être engagés annuellement pour le maintien et le suivi de ces nouveaux
systèmes déclaratifs sont également à prendre en compte.
Dans le cas de l’élargissement de GEREP :
Collecte des données : évolutions de l’application web BDREP ;
Contrôle des données : réalisation de contrôles de cohérence32, prise de contact avec les
établissements présentant des données incohérentes 33 , correction des déclarations
erronées ;
Traitement et publication des données : agrégation des données, publication (via rédaction
d’un rapport annuel ou intégration des données dans iREP34 et/ou SINOE).
Sur la base des coûts de gestion de certains observatoires déchets de l’ADEME, le budget minimal
estimé est de l’ordre de 100 000€/an.
Dans une optique de réduction des coûts et d’optimisation de l’observation, il pourrait être
envisagé un regroupement de GEREP et d’ITOM, dont les champs d’observation se recouperaient
fortement en cas de développement selon l’axe de l’élargissement de GEREP du scénario 3.

 ACTEURS CONCERNÉS PAR LES MESURES RÉGLEMENTAIRES


Des coûts non négligeables liés à la mise en place d’outils internes de suivi pour les acteurs soumis
à des obligations déclaratives réglementaires sont à envisager.

IV.3.1.3 ADAPTABILITÉ AUX CONTEXTES POLITIQUES ET RÉGLEMENTAIRES


L’adaptabilité de ce scénario au contexte politique actuel semble complexe dans la mesure où un
développement de l’observation selon le scénario 3 ne suivrait pas les objectifs des professionnels
des déchets, notamment dans le cas de l’élargissement de GEREP avec pour conséquence, des
données aujourd’hui confidentielles qui passeraient dans le domaine public.
Dans la mesure où la déclaration annuelle des rejets est uniquement issue d’une réglementation
européenne et qu’elle ne résulte pas spécifiquement d’un besoin à l’échelle national et local, il
apparaît également que le développement de l’observation selon l’axe de l’élargissement de
GEREP du scénario 3 constituerait une nouvelle compétence et une charge de travail
supplémentaire non négligeable pour les services qui seront en charge de mettre en place les
évolutions réglementaires et d’en piloter le suivi.

31
Tri, traitements thermique et biologique, stockage de déchets non dangereux.
32
Continuité pluriannuelle des données déclarées, cohérence entre les flux entrants et sortants, etc.
33
Sur la base des phases de contrôle de cohérence des déclarations effectuées auprès d’un Observatoire déchets de l’ADEME, le nombre
d’établissements recontactés peut varier de 10 et 25 %.
34
Registre Français des Émissions Polluantes : http://www.irep.ecologie.gouv.fr

ADEME 66/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV.3.1.4 RÉPONSE AUX OBJECTIFS DES ACTEURS


Dans la mesure où les données obtenues selon le scénario 3 seraient issues d’obligations
déclaratives réglementaires, il est très vraisemblable que la qualité des données produites,
satisfasse entièrement les besoins des acteurs en charge de la planification et du suivi de la
gestion des déchets.
La qualité des données produites étant fortement liée au nombre d’erreurs déclaratives et au
taux de réponse, il apparaît nécessaire de rappeler que pour un développement de l’observation
selon le scénario 3, des moyens seront à mettre en œuvre pour le suivi et l’exploitation annuels
des données.

IV.3.2. ANALYSE DU SCÉNARIO 3


La matrice « Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités » du scénario
3 est présentée ci-dessous :

Interne

INCONVÉNIENTS AVANTAGES
 Faible acceptabilité politique  Disponibilité des données des
 Modification de la réglementation installations
actuelle et donc, temps de mise en place  Suivi des flux amélioré
potentiellement très long
 Actions coûteuses

Négatif Positif
POINTS DE BLOCAGE POTENTIELS OPPORTUNITÉS
 Manque de coopération des acteurs  Volonté de collaboration des acteurs du
devant mettre en place les actions déchet

Externe

Figure 13 : Scénario 3 - Matrice Avantages/Inconvénients et Points de blocage potentiels/Opportunités

IV.3.3. RECOMMANDATIONS DE DÉVELOPPEMENT SELON LE SCÉNARIO 3


Les principales recommandations pouvant être formulées pour un développement selon le
scénario 3 reposent essentiellement sur une implication accrue des organismes devant mettre en
place les nouvelles actions d’observation, notamment pour assurer la bonne coordination de
chaque acteurs impliqués.

ADEME 67/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV.4. SCÉNARIOS DE DÉVELOPPEMENT : CONCLUSION

À l’issue de l’analyse du potentiel de développement de l’observation des DAE selon trois degrés
de contraintes techniques, économiques et politiques, il est possible de comparer les avantages et
inconvénients de chaque scénario proposé :
Tableau 21 : Avantages et inconvénients de chaque scénario

AVANTAGES INCONVÉNIENTS
Faibles coûts pour les Coûts importants pour les
méthodes par ratios méthodes par enquêtes
SCÉNARIO 1
Pas d’évaluation des flux
MAINTIEN DES
MÉTHODES ET
Manque de synergies entre
acteurs et d’optimisation des
ORGANISATION
actions mises en place
ACTUELLES
Hétérogénéité des méthodes
entre les territoires
Coûts raisonnables Évaluation des flux peu fiable
SCÉNARIO 2 Bonne estimation des
CAPITALISATION DES gisements de déchets
CONNAISSANCES ET Délai raisonnable de mise en
MUTUALISATION DES place des actions
OUTILS Homogénéité des méthodes
sur le territoire
SCÉNARIO 3 Obtention de données fiables Délai important de mise en
MISE EN PLACE DE Observation des gisements et place des actions
MESURES des flux Obstacles d’ordre politique à
RÉGLEMENTAIRES envisager

Un développement selon le scénario 2 semblerait optimal en termes de réponse aux objectifs


des acteurs au regard des moyens à déployer.

ADEME 68/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

V. CONCLUSION

Cette étude a permis dans un premier temps de collecter et consolider des données jusqu’à
présent disparates sur l’observation des déchets d’activités économiques.
L’analyse de ces informations a permis de faire ressortir les enjeux et les objectifs de
l’observation, et de notamment faire apparaître que de nombreux acteurs locaux rencontraient
des difficultés d’ordres méthodologique, financier et organisationnel dans leurs activités
d’observation des déchets d’activités économiques.
L’étude des actions d’observations recensées a permis dans un second de proposer des voies
d’amélioration des méthodologies développées à l’heure actuelle.
Les conclusions de cette analyse relèvent en particulier la nécessité de vérifier systématiquement
la validité statistique des hypothèses et méthodes mises en place par les acteurs locaux. Cette
vérification, bien que simple à mettre en place et relativement peu coûteuse, ne semble
effectivement pas être réalisée par tous les acteurs observant les DAE.
À l’issue de ces travaux, trois scénarios de développement des actions d’observation ont été
élaborés.
Le premier scénario consiste en un maintien des méthodes et organisation actuelles. Ce scénario
montre qu’au regard des coûts engagés et des moyens disponibles, la réponse aux objectifs des
acteurs est bonne. Il relève toutefois que des économies d’échelle et une amélioration des
méthodologies d’observation pourraient être réalisées grâce à un travail supplémentaire de
mutualisation et de capitalisation.
Ces derniers points sont développés dans le second scénario, qui analyse en particulier les travaux
pouvant être réalisés pour améliorer la communication entre les différents acteurs impliqués,
aussi bien au niveau local que national. La nécessité d’approfondir les échanges avec l’INSEE a en
particulier été mise en avant. Ce scénario développe le rôle que peuvent jouer l’ADEME nationale
et ses directions régionales dans ce travail de capitalisation et de développement
méthodologique. La redéfinition et la clarification des actions relevant de l’ADEME reposeraient,
entre autres, sur les travaux menés au cours de la présente étude.
Le second scénario propose également des pistes relatives à l’étude des flux de déchets, mais
confirme le besoin d’approfondir et développer des méthodologies complémentaires.
Enfin, le troisième scénario, qui propose la mise en place de mesures réglementaires, développe
des actions permettant d’une part affiner les données relatives aux gisements et d’autre part
d’appréhender les flux de déchets.

Le scénario 2 apparaît à l’issue de l’étude comme étant le scénario optimal en termes de


réponse aux objectifs des acteurs au regard du contexte politique et des moyens à mettre en
œuvre.

ADEME 69/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXES

ANNEXE I HISTORIQUE ET BILAN DE L’OBSERVATION DES DAE .......................................................................... 71


ANNEXE I.1 ENTRETIENS INDIVIDUELS .................................................................................................... 71
ANNEXE I.2 ENQUÊTE EN LIGNE ............................................................................................................ 71
ANNEXE I.3 CARTOGRAPHIE ................................................................................................................ 71
ANNEXE I.4 RECENSEMENT D’ACTIONS D’OBSERVATION ............................................................................. 72
ANNEXE I.5 ÉTUDES DE CAS RÉGIONALES APPROFONDIES ........................................................................... 79
ANNEXE I.5.1. Bretagne ..................................................................................................................................... 79
ANNEXE I.5.2. Franche-Comté ........................................................................................................................... 87
ANNEXE I.5.3. Île-de-France ............................................................................................................................... 93
ANNEXE I.5.4. Languedoc-Roussillon ............................................................................................................... 104
ANNEXE I.5.5. Midi-Pyrénées ........................................................................................................................... 109

ANNEXE II ANALYSE DES MÉTHODES D’ÉVALUATION DU GISEMENT DE DAE .................................................... 114


ANNEXE II.1 FICHES ACTIONS .......................................................................................................... 114
ANNEXE II.1.1. Enquête nationale ADEME auprès des entreprises industrielles et commerciales ................. 114
ANNEXE II.1.2. Enquête INSEE auprès des entreprises industrielles ............................................................... 118
ANNEXE II.1.3. Enquête nationale INSEE sur les déchets des commerces....................................................... 121
ANNEXE II.1.4. Enquête sur les déchets des transports en 2009 ..................................................................... 123
ANNEXE II.1.5. EGIDA, les déchets des artisans ............................................................................................... 124
ANNEXE II.1.6. ADEME - Les déchets de la restauration .................................................................................. 126
ANNEXE II.1.7. Action d’observation des déchets d’activités économiques en Bretagne ............................... 128
ANNEXE II.1.8. Estimations des gisements de DIB en Côtes d'Armor .............................................................. 129
ANNEXE II.1.9. Les déchets des entreprises en Pays de Loire .......................................................................... 130
ANNEXE II.1.10. Inventaire annuel des déchets en Picardie ............................................................................ 131
ANNEXE II.1.11. Estimation des DAE en Seine Maritime ................................................................................. 132
ANNEXE II.1.12. Observatoire Régional des Déchets Industriels en Midi-Pyrénées (ORDIMIP) ...................... 133
ANNEXE II.1.13. Observatoire des déchets en Rhône Alpes (SINDRA) ............................................................ 134
ANNEXE II.1.14. Groupe de travail DAE du Gard.............................................................................................. 135
ANNEXE II.1.15. Observatoire dans le cadre d’aides pour la gestion des déchets en Corse ........................... 136
ANNEXE II.1.16. Mission d’observation de la biomasse liée aux activités agro-alimentaires en région Poitou-
Charentes 137
ANNEXE II.1.17. ORDIF – Estimation du gisement des DAE en Île-de-France .................................................. 139
ANNEXE II.1.18. ORDIF & CCI Val d’Oise Yvelines - Inventaire DIB Val d’Oise - Yvelines en 1995 ................... 140
ANNEXE II.1.19. Observatoire des déchets industriels à la Réunion................................................................ 142
ANNEXE II.1.20. Opération réparation navale ................................................................................................. 143
ANNEXE II.1.21. Suivi annuel du PDEDMA du Cher.......................................................................................... 144
ANNEXE II.2 NOMENCLATURES D’ACTIVITÉ......................................................................................... 145

ADEME 70/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE I HISTORIQUE ET BILAN DE L’OBSERVATION DES DAE

ANNEXE I.1 ENTRETIENS INDIVIDUELS

Cf. fichier joint « ADEME Observation DAE - Étape 1 - Annexe I - CR entretiens individuels.pdf ».

ANNEXE I.2 ENQUÊTE EN LIGNE

Cf. fichier joint « ADEME Observation DAE - Étape 1 - Annexe II - Enquête en ligne.pdf ».

ANNEXE I.3 CARTOGRAPHIE

Cf. fichier joint « ADEME Observation DAE - Étape 1 - Annexe III - Cartographie.xls ».

ADEME 71/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

ANNEXE I.4 RECENSEMENT D’ACTIONS D’OBSERVATION


Suite à l’enquête électronique, les principales actions identifiées sont les suivantes :
Tableau 22 : [ANNEXE] Principales actions d’observation identifiées
RÉGION INTITULÉ DE ORGANISME AUTRES ORGANISMES DATE BUDGET ALLOUÉ INFORMATIONS SECTEURS D’ACTIVITÉS DÉCHETS CONCERNÉS GRANDES LIGNES
L’ACTION PILOTE PARTICIPANT À COMPLÉMENTAIRES CONCERNÉS MÉTHODOLOGIQUES
L’ACTION (CONTEXTE, OBJECTIFS, ETC.)
AQUITAINE Observatoire des Chambre de Communauté 2001 - 2010 20 000 € alloués à Action mise en place suite Commerces, Bois, Papiers et Initialement, enquêtes auprès
déchèteries Métiers et de urbaine de la réalisation de à l’ouverture de 6 Artisanat, Services – cartons, Plastiques, des entreprises (fin des enquêtes
professionnelles l'Artisanat Bordeaux l’observation, la déchèteries Tertiaires, Autres Métaux, Verre, En auprès des entreprises en 2004).
de la Gironde publication des professionnelles en 2001. (Toute activité de mélange, Gravats, Les gestionnaires des
Communauté résultats et à leur Cet observatoire avait commerce et pneus, amiante, DEEE, déchèteries professionnelles
Urbaine de communication notamment pour but artisanat de et déchets dangereux sont toujours enquêtées à ce
Bordeaux d’évaluer et mettre en proximité avec près jour.
avant l’impact de ces de 45 % d'entreprises
services de déchèteries sur du bâtiment). Les données sont publiées sur le
les pratiques d’élimination site : www.dechets-gironde.fr
des déchets des
entreprises.
BRETAGNE Observatoire ADEME État, CR Bretagne, 1997 - 2010 ? cf. Étude de cas régionale Industries, Total des déchets non cf. Étude de cas régionale
Régional des Bretagne CG des Côtes Bretagne en section Commerces, dangereux sans Bretagne en section ANNEXE
Déchets en d’Armor, du ANNEXE I.5.1 Artisanat distinction I.5.1
Bretagne (ORDB) Finistère, d’Ille-et-
Vilaine et du
Morbihan, CRCI,
CRMA, ADEME
Eval DIB CCI des Côtes Conseil général des 2005 - 2010 50 000€ pour la cf. Étude de cas régionale Industries, Bois, Papiers et cf. Étude de cas régionale
(Estimations des d'Armor Côtes d'Armor, mise en place de Bretagne en section Commerces, cartons, Plastiques, Bretagne en section ANNEXE
gisements de DIB ADEME Bretagne l’action ANNEXE I.5.1 Artisanat, Hôtellerie - Métaux, Textiles, I.5.1
en Côtes 5 000 à 10 000 € Restauration, Caoutchouc, Verre,
d'Armor) pour les mises à Services - Tertiaires. Déchets organiques,
jour annuelles Autres : Certains Boues
des estimations. établissements (de
taille importante)
relevant du secteur
de la Santé (hôpitaux
publics notamment)
Étude CCI du Finistère CG du Finistère 2010 ? Cette étude a notamment Industries, Hôtellerie Bois, Papiers et Utilisation de ratios, notamment
d'évaluation du été lancée dans le cadre de – Restauration, cartons, Plastiques, ceux issus de l’enquête ADEME
gisement des DIB la révision du PDEDMA commerces, Services Métaux, En mélange 2005 relative à la production de
sur le Finistère mais également car - Tertiaires. déchets des entreprises de plus
l’évaluation des gisements Autres : tous les de 10 salariés.

ADEME 72/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

RÉGION INTITULÉ DE ORGANISME AUTRES ORGANISMES DATE BUDGET ALLOUÉ INFORMATIONS SECTEURS D’ACTIVITÉS DÉCHETS CONCERNÉS GRANDES LIGNES
L’ACTION PILOTE PARTICIPANT À COMPLÉMENTAIRES CONCERNÉS MÉTHODOLOGIQUES
L’ACTION (CONTEXTE, OBJECTIFS, ETC.)
de DIB sur le territoire est ressortissants d'une Des enquêtes auprès des
nécessaire pour définir les CCI (base: fichier entreprises sont également
besoins en termes RCS) réalisées.
d’installations de collecte
et de traitement.
CORSE Opération CMA Haute- DREAL, ADEME, 2010 - 2012 63 000 € Le secteur de la réparation Commerces, Papiers et cartons, Enquêtes en face-à-face auprès
réparation navale Corse et Corse Office de navale rencontrerait des Artisanat Services - Plastiques, Métaux, des entreprises productrices de
du Sud l'Environnement difficultés dans la gestion Tertiaires Boues, films déchets.
de la Corse de ses déchets. plastiques, absorbants
et chiffons souillés, Les donnée ne sont diffusés
Les CMA de Corse ont emballages souillés, qu’aux partenaires ayant financé
souhaité s’engager dans pot antifoulling, les travaux.
une opération collective batteries, filtres à
pour l’observation et la huile ou à gasoil,
gestion des déchets de ce liquide de
secteur d’activité refroidissement, huiles
économique. de vidange usagées,
solvants, diluants.
Observatoire des Office de ADEME 1994 L’observatoire entre dans Industries, Bois, Papiers et L’observatoire se base sur les
déchets l'Environnement le cadre d’une convention Commerces cartons, Métaux, données collectées lors de
de la Corse, signée entre l’Office de Artisanat, Hôtellerie - Verre, Déchets l’élaboration des plans et lors du
ADEME l’Environnement de la Restauration organiques, Boues suivi des dossiers d'aides pour la
Corse et l’ADEME gestion des déchets en Corse.
(Programme Corse de
l'Environnement et du
Développement Durable).
GUADELOUPE Caractérisation ADEME Conseils général et Étude en 300 000 € Cette action est une Commerces, Bois, Papiers et Utilisation de ratios (enquêtes
des ordures Guadeloupe régional, État, cours première étape de Artisanat, Services - cartons, Plastiques, nationales, plans
ménagères et des association des caractérisation orientée Tertiaires Métaux, Textiles, départementaux).
déchets assimilés maires de notamment sur les DMA. Caoutchouc, Verre,
de la Guadeloupe Guadeloupe, Les déchets accueillis en Déchets organiques,
commune, SICTOM déchèterie sont également En mélange
étudiés (distinction entre
déchets issus des ménages
et DAE)
La réalisation d’une étude
portant plus
spécifiquement sur les
zones d’activités de la
Guadeloupe est également
pressentie.

ADEME 73/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

RÉGION INTITULÉ DE ORGANISME AUTRES ORGANISMES DATE BUDGET ALLOUÉ INFORMATIONS SECTEURS D’ACTIVITÉS DÉCHETS CONCERNÉS GRANDES LIGNES
L’ACTION PILOTE PARTICIPANT À COMPLÉMENTAIRES CONCERNÉS MÉTHODOLOGIQUES
L’ACTION (CONTEXTE, OBJECTIFS, ETC.)
LANGUEDOC- Groupe de travail CG du Gard ADEME, Conseil 2006 - 2010 10 jours temps cf. Étude de cas régionale Industries, Total des déchets non cf. Étude de cas régionale
ROUSSILLON DAE régional, chambres agents CG Languedoc-Roussillon en Commerces, dangereux sans Languedoc-Roussillon en section
consulaires, section ANNEXE I.5.4 Artisanat, Hôtellerie - distinction et DAE ANNEXE I.5.4
DREAL, Bureau de Restauration, Ultimes et DAE pris en
l'Environnement Services - Tertiaires charge par le service
de la préfecture public
Étude de CG du Gard EPCI de 2009 - 2010 15 000 €sur un cf. Étude de cas régionale Industries, Total des déchets non cf. Étude de cas régionale
Caractérisation traitement, budget total de Languedoc-Roussillon en Commerces, dangereux sans Languedoc-Roussillon en section
des déchets chambres 93 000 € TTC de section ANNEXE I.5.4 Artisanat, Hôtellerie - distinction ANNEXE I.5.4
ménagers consulaires, éco- l'étude de Restauration,
organismes, caractérisation Services - Tertiaires
ADEME, Conseil Autres : Agricole
régional
MIDI-PYRÉNÉES ORDIMIP ORDIMIP, CCI et Collectivités 1992 : Difficilement cf. Étude de cas régionale Industries, Bois, Papiers et cf. Étude de cas régionale Midi-
CMA Toulouse locales, chambres création de évaluable ? cf. Midi-Pyrénées en section Commerces cartons, Plastiques, Pyrénées en section ANNEXE
consulaires, l’ORDIMIP Étude de cas ANNEXE I.5.5 Artisanat, Hôtellerie - Métaux, Textiles, I.5.5
région, ADEME 2002 : régionale Midi- Restauration, Caoutchouc, Verre,
régionale, Agences premiers Pyrénées en Services - Tertiaires. Déchets organiques,
de l’eau, etc. outils section ANNEXE Boues, En mélange
d’observatio I.5.5
n des DAE
CENTRE Suivi annuel du Service - 2009 - 2010 0,8 ETP d'un Dans le cadre de la révision Industries, Bois, Papiers et Les estimations ont été réalisées
PDEDMA environnement technicien du PEDMA du Cher, des Commerces, cartons, Plastiques, sur la base de gisements
et agriculture du consacré aux travaux d’évaluation de Artisanat, Hôtellerie - Métaux, Verre, théoriques et des sociétés
CG du Cher déchets (révision deux gisements différents Restauration, Déchets organiques, inscrites au registre de la CCI.
et suivi du sont effectués : Services - Tertiaires. En mélange Les rapports annuels des
PDEDMA exploitants d’installation de
notamment) 1/ Déchets non dangereux stockage de déchets non
des ménages pris en dangereux du Cher permettent
charge par le service d’évaluer la quantité de DIB
public, incluant les déchets enfouis.
des artisans et
commerçants collectés Des enquêtes ont également été
dans les mêmes conditions menées auprès des installations
de traitement et fédérations
2/ déchets non dangereux professionnelles du déchet.
des professionnels non pris
en charge par le service
public.

ADEME 74/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

RÉGION INTITULÉ DE ORGANISME AUTRES ORGANISMES DATE BUDGET ALLOUÉ INFORMATIONS SECTEURS D’ACTIVITÉS DÉCHETS CONCERNÉS GRANDES LIGNES
L’ACTION PILOTE PARTICIPANT À COMPLÉMENTAIRES CONCERNÉS MÉTHODOLOGIQUES
L’ACTION (CONTEXTE, OBJECTIFS, ETC.)
ÎLE-DE-FRANCE Estimation Conseil régional Membres du En cours cf. Étude de cas cf. Étude de cas régionale Industrie, commerce cf. Étude de cas cf. Étude de cas régionale Île-de-
indirecte du d’IDF et ORDIF comité de pilotage régionale Île-de- Île-de-France en section & distribution, BTP, régionale Île-de- France en section ANNEXE I.5.3
gisement par une de l’ORDIF (cf. France en section ANNEXE I.5.3 artisanat France en section
approche flux Étude de cas ANNEXE I.5.3 ANNEXE I.5.3
régionale Île-de-
France en section
ANNEXE I.5.3)
Estimation Conseil régional Membres du 2004 et cf. Étude de cas cf. Étude de cas régionale Industrie, commerce cf. Étude de cas cf. Étude de cas régionale Île-de-
directe du d’IDF et ORDIF comité de pilotage actualisatio régionale Île-de- Île-de-France en section & distribution, BTP, régionale Île-de- France en section ANNEXE I.5.3
gisement de l’ORDIF (cf. n en cours France en section ANNEXE I.5.3 artisanat France en section
Étude de cas ANNEXE I.5.3 ANNEXE I.5.3
régionale Île-de-
France en section
ANNEXE I.5.3)
PICARDIE EGiDA CNIDEP (CMA ADEME, Agences 2006 150 000€ L’outil EGiDA est né suite à Artisanat Bois, Papiers et 1000 diagnostics en entreprise
Meurthe-et- de l’Eau, État la constatation que la cartons, Plastiques, ont été réalisés et ont abouti au
Moselle) (Direction du plupart des actions Métaux, Textiles, calcul des ratios moyens annuels
Commerce, de menées dans le domaine Caoutchouc, Verre, de production de déchets par
l’Artisanat et des des déchets soulevaient Déchets organiques, salarié et par type de déchets
Services). des questions en termes Boues, En mélange, pour vingt deux des métiers de
Soutien du CR de d’évaluation des gisements déchets dangereux... l’artisanat les plus producteurs
Lorraine et de déchets. de déchets.
collaboration de 9
CMA sur le Cet outil ne doit
territoire français. s’appliquer que sur un
territoire suffisamment
grand et sur des activités
artisanales.
POITOU- Groupe de travail AREC ADEME, chambres 2007-2008 1/ Utilisation Le budget consacré aux 1/ Étude des 4 1/ Les déchets Les tonnages issus des fiches par
CHARENTES DAE et réalisation consulaires, Pôle pour les d’EGiDA : 3 mois actions d’observation des grands secteurs de concernés sont tous activités générées par l'outil
de plusieurs des Éco-industries études sur ETP DAE en région Poitou- l’artisanat les déchets de EGIDA du CNIDEP ont été
études et et associations les déchets 2/ Étude « CRITT Charentes étant limité, il (Alimentation, l’artisanat, avec compilés dans une base de
estimations de d'entreprises35 de Agro » : 15 000€ n’y a pas eu de Bâtiment, distinction par nature données au format access
gisements : l’artisanat environ développement d’outil Production, Services) de déchets développée par l'AREC. Cette
et 2009 3/ L’estimation spécifique en interne. (bois/palettes, papier, base permet de sommer
1/ Utilisation de pour les du coût Des outils existants (EGiDA 2/ Étude par codes plastiques, etc.) automatiquement les tonnages
l'outil EGiDA du déchets nécessaire à la du CNIDEP ou outil NAF et codes par catégorie de déchets plutôt
CNIDEP organiques future utilisation ORDIMIP) ont été/vont d’activités utilisés 2/ Déchets organiques que les avoir profession par
2/ Étude sur les de l’outil être utilisés et adaptés dans le secteur des des industries profession afin d'approcher les

35
Associations orientées vers une démarche environnementale et menant des campagnes de communication à destination des entreprises adhérentes, impulsant des démarches de Bilan Carbone®, etc.

ADEME 75/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

RÉGION INTITULÉ DE ORGANISME AUTRES ORGANISMES DATE BUDGET ALLOUÉ INFORMATIONS SECTEURS D’ACTIVITÉS DÉCHETS CONCERNÉS GRANDES LIGNES
L’ACTION PILOTE PARTICIPANT À COMPLÉMENTAIRES CONCERNÉS MÉTHODOLOGIQUES
L’ACTION (CONTEXTE, OBJECTIFS, ETC.)
déchets Groupe de ORDIMIP n’a pas pour procéder aux IAA. Les deux agroalimentaires de la gisements de déchets de
organiques avec travail créé été effectuée. évaluations des gisements principaux secteurs région l'ensemble de l'artisanat.
le CRITT agro- en 2010 DIB, et des enquêtes de la région sont les
alimentaire pour un Une estimation ponctuelles sur un secteur laiteries et les L’étude avec le « CRITT Agro » a
3/ Travaux pour lancement de 3 à 6 mois ETP d’activités donné sont viandes. notamment consisté en une
utiliser l'outil de l’action a été effectuée réalisées (exemple de enquête auprès des industries
développé par « Observati pour la mise en l’étude sur les déchets agroalimentaires. Cette enquête
l'ORDIMIP on DAE » en place de l’action organiques). a concerné près des deux tiers
(projet) 2011. « Observation des entreprises de l’IAA de la
DAE » en 2011. région.

RÉUNION Observatoire ADIR Conseil régional, 2007 - 2009 200 000 € Cet observatoire a pour Industries Total des déchets non Des enquêtes sont menées
déchets (Association Caisse des dépôts, objectif principal d’évaluer dangereux sans auprès des adhérents de l'ADIR
industriels pour le Veolia les gisements de déchets distinction (près de la totalité des industriels
Développement industriels (banals et locaux)
Industriel de la spéciaux) ainsi que les
Réunion) pratiques des
professionnels en termes
de gestion des déchets.
RHÔNE-ALPES SINDRA ADEME Rhône- Conseil régional et 2000 - 2010 ? La base de données Approche exutoires : Bois, Papiers et Les réflexions méthodologiques
Alpes Conseils généraux SINDRA existe depuis suivi de tous les flux cartons, Plastiques, sur l’évaluation des gisements et
de la région plusieurs années et se de déchets accueillis Métaux, Textiles, flux de DAE sont en cours.
concentraient en centres sans Caoutchouc, Verre,
essentiellement sur les pouvoir distinguer Déchets organiques, Plusieurs groupes de travail ont
DMA. les producteurs Boues, En mélange été réalisés récemment et des
(donc présentations d’outils existants
Afin de répondre potentiellement tous aux acteurs de la région Rhône-
notamment aux exigences les secteurs Alpes ont été effectuées (outil
du Grenelle et à l’évolution d’activités. ORDIMIP, Eval DIB, EGiDA)
des PDEDMA, des
réflexions sont menées Note : les données relatives aux
pour déterminer dans DMA sont saisies par les acteurs
quelle mesure SINDRA de la gestion des déchets
peut intégrer les DAE et (collectivités, EPCI de traitement,
idéalement en observer fédérations professionnelles,
exhaustivement les flux etc.) puis compilées et mise en
dans la région. ligne.
Des données partielles relatives
aux DAE ont pu être récoltées
dans ce cadre (par exemple :
centres de tri mixtes DIB/DMA)

ADEME 76/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

RÉGION INTITULÉ DE ORGANISME AUTRES ORGANISMES DATE BUDGET ALLOUÉ INFORMATIONS SECTEURS D’ACTIVITÉS DÉCHETS CONCERNÉS GRANDES LIGNES
L’ACTION PILOTE PARTICIPANT À COMPLÉMENTAIRES CONCERNÉS MÉTHODOLOGIQUES
L’ACTION (CONTEXTE, OBJECTIFS, ETC.)
AUTRE36 EDITERR EDF ? ? ? EDITERR est un logiciel ? ? Le logiciel EDITERR est un outil
(EDF Diagnostic édité par EDF permettant d’évaluer les flux
Industriel principalement à entrants/sortants d’entreprises
Territorial) destination des en fonction de leur code NAF.
collectivités, des Pour calibrer les ratios, des
collecteurs et fédérations enquêtes auprès d’un échantillon
professionnelles ou des d’entreprise de la zone à étudier
entreprises souhaitant doit être effectuée.
mettre en place une L’outil est fourni gratuitement,
démarche d’écologie mais l’achat d’un fichier
industrielle. d’entreprises est nécessaire pour
l’utilisation du logiciel.
PRESTEO Systèmes Collaboration des 2005 ? De la même manière Tous les secteurs Tous types de déchets, Les données traitées par cet outil
(Programme de Durables Universités de qu’EDITERR, PRESTEO avec distinction par pour effectuer l’évaluation sont
Recherche de (http://www.sys Technologie de entre dans le cadre de type de déchets issues des informations des
Synergies sur un temes- Troyes (CREIDD) et démarches d’écologie utilisateurs de l’outil et de
TerritOire) durables.com/sp de Lausanne industrielle et a pour but Le bilan des flux l’administrateur
ip/spip.php?artic (IPTEH) pour la de développer des entrants / sortants
le36) phase de R&D (5 synergies entre acteurs peut se mettre en
ans). d’une zone d’activités forme avec une
D’un point de vue industrielles (par exemple : nomenclature de plus
technique, le mutualisation de la gestion de 1400 types de flux
logiciel a été des déchets de deux (acides, bases, eau,
développé par une industriels voisins rejetant énergies, matières
société suisse le même type de déchets). végétales, animales,
(LGCD). composés organiques,
etc.)

36
Source : Comparatif d’outils d’écologie industrielle réalisé par le Pôle des Éco-Industries de Poitou-Charentes.

ADEME 77/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

D’autres actions plus ponctuelles et/ou dont le champ est large ont également été identifiée par ce recensement :
Tableau 23 : [ANNEXE] Autres actions identifiées durant l’Étape 1
RÉGION INTITULÉ DE L’ACTION ORGANISME PILOTE AUTRES ORGANISMES DATE DESCRIPTION
PARTICIPANT À CETTE ACTION
BOURGOGNE Garage Propre Chambre de Métiers de Conseil National des 2000 - 2010 Cette action avait pour but d’identifier et proposer aux
l'Yonne Professions de l’Automobile entreprises de la réparation automobile des filières
(CNPA) d'élimination de leurs déchets
CENTRE PREDD CR du Centre DRIRE, DRASS 1996 - 2009 -
CHAMPAGNE-ARDENNE « DIS, qu'en faites vous ? » CCI de Champagne-Ardenne - 2009 - 2010 Une enquête auprès des entreprises du territoire est
réalisée afin de déterminer les quantités de DIS
produites annuellement.
HAUTE-NORMANDIE Estimation des DAE en CG de Seine-Maritime CCI de Rouen 2010 Cette estimation a été réalisée dans le cadre du suivi du
Seine-Maritime PDEDMA et va servir notamment pour des discussions
relatives à la création d’une installation de stockage de
déchets non dangereux de classe 2, pour le traitement
des DIB ultimes.
LORRAINE Suivi des plans ex DDE et Région Lorraine Services de l'état, 2000 - 2006 Cette action a porté sur les déchets dangereux et les
organisations déchets du BTP. Des enquêtes ont notamment été
professionnelles, chambres menées auprès des installations de traitement.
des métiers, CCI
LORRAINE Stage DIB CG de Moselle - 2007 Évaluation des tonnages produits et traités en Moselle.
PAYS DE LA LOIRE Les déchets des entreprises ADEME Pays de la Loire - 2010 Cette action a consisté en un recueil de données au fil de
en Pays de la Loire l’eau et en une synthèse des données existantes.
Les données sont partielles mais permettent tout de
même d’avoir un ordre de grandeur des gisements
impliqués
PICARDIE Inventaire annuel des ADEME Picardie CR, CG, Services de l'État, 2001 - 2009 Cet inventaire concerne principalement les DMA, mais
déchets ménagers et syndicats de traitement de un volet est consacré aux DAE (estimations globales sur
assimilés en Picardie déchets de Picardie la base de ratios de production de déchets)
POITOU-CHARENTES Plan départemental de DDE Charente-Maritime CCI et CMA de Rochefort 2002 - 2008 La DDE a commandité un état des lieux de la gestion des
gestion des déchets du BTP Saintonge déchets du BTP à la CMA et à la CCI dans le cadre de la
préparation du plan départemental de gestion des
déchets du BTP.
Les travaux ont notamment porté sur les déchets bois,
papiers et cartons, plastiques, métaux du secteur du
BTP.

Les méthodologies utilisées pour les actions d’observation recensées ont fait l’objet d’une étude détaillée et sont présentées en ANNEXE II.1.

ADEME 78/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE I.5 ÉTUDES DE CAS RÉGIONALES APPROFONDIES

ANNEXE I.5.1. BRETAGNE

FICHES D’IDENTITÉ
 FICHE RÉGION
Région BRETAGNE37
PRÉFECTURE Rennes
Côtes d’Armor (22)
Finistère (29)
DÉPARTEMENTS
Ile et Vilaine (35)
Morbihan (56)
SUPERFICIE 27 208 km² (4 % du territoire national)
POPULATION TOTALE 3 120 288 habitants en 2007 (5 % de la population française)
Le territoire en Région Bretagne se répartit selon les divisions territoriales suivantes :
1 268 communes
TERRITOIRE ET
1 communauté urbaine
POPULATION
9 communautés d’agglomération
109 communautés de communes.
L'économie de la Bretagne est tournée vers l'agriculture et les industries agroalimentaires, le tourisme
estival sur la bordure côtière, et quelques pôles technologiques avancés (Rennes, Lannion). On retrouve
ÉCONOMIE
des sièges de grands groupes mondiaux tels que Bolloré à Quimper ou encore Cummins38.
La problématique déchets industriels est liée à l’importance des IAA.
Au 31 décembre 2008, 195 841 établissements actifs hors agriculture et Défense nationale sont
implantés en Bretagne. Ils représentent un peu plus de 4 % de l'ensemble des établissements actifs
répartis sur le territoire national. 30 % des établissements bretons sont implantés en Ille-et-Vilaine, 27 %
dans le Finistère, 24 % dans le Morbihan et 19 % dans les Côtes-d'Armor.
9 établissements sur 10 ont moins de 10 salariés. La moitié des établissements de la construction et du
commerce et réparation automobile n'emploie aucun salarié. Les unités bretonnes de 100 salariés ou
ENTREPRISES
plus concernent principalement les secteurs de la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de
produits à base de tabac, le commerce et la réparation automobile et l'administration publique,
l'enseignement, la santé humaine et l'action sociale.
En 2009, malgré la crise économique, 21 900 nouvelles entreprises ont été créées en Bretagne, soit 82 %
de plus qu'en 2008. Ce boom des créations s'explique par le nouveau statut d'auto-entrepreneur,
plébiscité par les nouveaux entrepreneurs, et qui représente plus de la moitié des créations.
En 2010, pour l’année 2008, l’enquête INSEE évalue le tonnage des déchets banals des industries de plus
de 20 salariés à 574 000 t de déchets banals, 823 000 tonnes de boues et 93 800 tonnes de déchets
ÉVALUATION DES
organiques.
GISEMENTS DE DAE
Selon le site de l’ORDB, pour l’année 2003, « les DIB pour la région Bretagne représentent 1 690 000
tonnes »

 CONTACTS DÉLÉGATION RÉGIONALE ADEME


Stéphane LECOINTE
Fonction Correspondant observation DR ADEME, responsable ORDB

 ACTEURS RENCONTRÉS
ORGANISME Type d’établissement Identité du représentant Fonction Description / Précision
ORDB / ADEME ADEME / ORDB Stéphane LECOINTE
CCI 22 Chambre consulaire Guillaume BIRAULT Chargé de mission -
CG 56 Conseil général Vincent GEMIN -
CG 22 Conseil général Jérôme LE BRETON
Entretien téléphonique
CG 29 Conseil général Astrid CONTEMOULIN
séparé

37
Source : INSEE
38
Source : INSEE

ADEME 79/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

I. INTRODUCTION
Les premiers besoins de connaissance de déchets des entreprises ont émergé en région Bretagne
dès 1994, lors du premier plan régional relatif aux déchets dangereux. Compte tenu du fait que
les acteurs présents lors de la réunion ne possédaient pas l’historique de cette période, la réunion
a porté sur les actions d’observation depuis 2003.
Le contexte d’élimination des déchets est assez complexe en région Bretagne, les exutoires du
territoire étant insuffisants. Les entreprises sont souvent obligées d’envoyer les déchets à Laval
(les déchets peuvent alors parcourir plus de 300 km).
L’autre élément contextuel important est la forte proportion d’IAA, qui conduit à rechercher des
solutions spécifiques pour les déchets organiques.

I.1. CONTEXTE DE MISE EN PLACE DES ACTIONS D’OBSERVATION

 LES ACTEURS : QUI A LANCÉ LE PROJET


L’étude ORDB de 2004
Le projet a été initié par l’Observatoire Régional des Déchets de Bretagne (ORDB), dont les
partenaires sont les 4 Conseils généraux, le Conseil régional, l’État, la CCI de Région
Bretagne, l’ADEME, la Chambre régionale des métiers. L’ORDB n’a pas de force propre,
l’animation est faite par l’ADEME. En revanche, le programme de travail est fait par
l’ensemble des partenaires.
En 2003, sous l’action du CR, qui avait besoin d’informations sur les déchets dangereux dans
le cadre du PREDD, une action d’observation a été lancée : élaboration d’un cahier des
charges, puis intervention d’un prestataire extérieur, GIRUS.
Cette intervention, certes utile, a laissé certaines frustrations à l’ADEME/ORDB. Les chiffres
sont intéressants et les ordres de grandeur ont pu être vérifiés par la suite. Mais :
- les 160 enquêtes paraissaient insuffisantes pour couvrir la diversité des situations. Peut-
être qu’en voulant trop en demander, déchets dangereux, puis non dangereux, on a
dilué les moyens sans répondre vraiment aux objectifs.
- Les modes de valorisation sont restés très mal connus et très mal décrits.
Cette étude représente cependant une avancée des connaissances par rapport à 1994, qui
faisait apparaître de nombreux cas d’élimination de déchets « sauvages », qui ne passaient
pas par un opérateur de déchets. L’étude 2003 a pu montrer que cette situation avait reculé.
La poursuite des travaux d’estimation à la suite de l’étude ORDB de 2003
A la suite de l’étude réalisée par l’ORDB, le Conseil général des Côtes d’Armor a souhaité
affiner l’estimation des gisements de DIB sur son territoire (dans le cadre de la révision de
son PDEDMA en 2005) et a confié à la CCI des Côtes d’Armor une étude plus fine des
gisements de DIB.
La CCI 22 a développé un outil d’estimation des gisements de DIB, en s’inspirant des travaux
réalisés précédemment par l’ORDB. L’outil développé par la CCI 22 a ensuite été diffusé
auprès des autres CCI de Bretagne (CCI du Morbihan : 2008, CCI de Rennes : 2009, CCI du
Finistère : 2010).

 LES ACTEURS : QUI A FINANCÉ LE PROJET ?


L’étude ORDB de 2003
Les financeurs de l’étude ORDB de 2003 étaient l’ADEME, les 4 Conseils généraux et le
Conseil régional. Les CCI interviennent comme opérateurs. Les chambres consulaires (CRCI /
CRMA) participent au comité de pilotage, mais pas au financement.

ADEME 80/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Les financeurs ont accès de plein droit à la base de données initiale, élaborée dans le cadre
de l’étude ORDB.
Coût de l’étude ORDB de 2003 (réalisée par GIRUS) : très légèrement inférieur à 90 000€.
Poursuite des travaux d’estimation des gisements de DIB par la CCI 22
La mise en place d’un outil d’estimation des gisements de DIB en Côtes d’Armor a coûté 53
000 € HT. Ce montant a été financé par le CG 22 à 60 %, par l’ADEME Bretagne à 20% et par
la CCI 22 à 20%.
Le coût des mises à jour annuelles est de 8000 à 10000 € pour les enquêtes (stagiaires ou
CDD, quatre à six mois pour 80 enquêtes) et l’édition de résultats. Les mises à jour sont
financées par le Conseil Général 22, la CCI 22 et l’ADEME.
Mise en place de l’outil d’estimation des gisements de DIB dans les CCI de Bretagne
Les CCI de Bretagne ont fait acquisition de l’outil élaboré par la CCI 22. Le coût total du
projet a été variable selon le département, de l’ordre de 30 à 35 000 €, dont 20 000 € versé
à la CCI 22 pour l’acquisition de l’outil et la formation à la méthode et dont 10 à 15 000 €
pour la réalisation des enquêtes et la conduite du projet.
Chaque CCI assure désormais la mise à jour des estimations des gisements de DIB sur son
territoire.

I.2. HISTORIQUE
1994 : premier PREDD
2003 : appel d’offres pour l’étude ORDB
2004 / 2005 : première étude, réalisée par le bureau d’études GIRUS. Elle portait à la fois sur
les déchets dangereux et non dangereux, la demande initiale concernant les déchets
dangereux.
Depuis 2006 : la CCI des Côtes d’Armor (Guillaume BIRAULT) a repris la base de données et
la méthodologie et les a adaptés pour en faire un outil plus souple et plus performant,
adapté au tissu économique des Côtes d’Armor.
Actuellement, les Côtes d’Armor réalisent une actualisation annuelle de l’action d’observation des
DAE, avec 60 à 80 enquêtes par an.
Puis l’outil a été adapté successivement pour chacun des départements, à chaque opération
d’actualisation. :
Morbihan : actualisation en 2008, et en général, tous les deux ans.
Finistère : une actualisation jusqu’à présent, de 90-100 enquêtes
Ile et Vilaine : lancement récent du premier exercice d’actualisation.
Délai d’une actualisation : 4 à 6 mois (délai pour les enquêtes) + 1 mois pour l’adaptation de l’outil
(20 jours de chargé de mission). Les enquêtes sont réalisées par des stagiaires, ou parfois des CDD
employés par les CCI.

II. MÉTHODOLOGIE D’OBSERVATION

 CHAMPS ET CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES


La méthodologie actuelle consiste à calculer, à partir d’enquêtes en face à face auprès des
établissements, des ratios de tonnages moyens de déchets produits par salarié et par an. Toutes
les entreprises sont concernées, ainsi que les administrations.

ADEME 81/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Ces ratios sont calculés par :


Secteur d’activité de l’établissement ;
Taille d’établissement ;
Type de déchet ;
La possibilité d’utiliser des ratios nationaux en lieu et place des enquêtes avait été étudiée par le
premier bureau d’études, GIRUS. Mais il y avait été renoncé pour différentes raisons :
Mauvaise disponibilité des données ;
Dépendance vis-à-vis de données nationales, dont le calendrier n’est pas maîtrisé ;
Le mode de valorisation et de traitement dépend des conditions locales et ne peut être
transposé.
Un exemple intéressant de la limite de l’utilisation des ratios est relatif à la première transposition
de la méthode au département du Morbihan. Le gisement de déchets était cohérent, mais les
modes d’élimination ne correspondaient pas aux capacités existantes locales.

 LES ENQUÊTES
Les enquêtes sont réalisées en face à face. L’enquêteur, stagiaire ou CDD de la CCI, réalise une
estimation des quantités de déchets à partir du nombre de contenants, du volume des contenants
et des fréquences de ramassage des contenants.
Il effectue également lui-même une estimation de la nature des déchets de chaque contenant, en
proportion des différents types de déchets.
Ces observations sont complétées par des questions sur les fréquences de collecte, sur les modes
de valorisation et d’élimination.

 PLAN DE SONDAGE
L’étude 2003 initiale a porté sur 160 entreprises, et utilisé des ratios « à dire d’experts » de GIRUS
pour quelques secteurs d’activité. Il s’agit d’un sondage stratifié par secteur d’activité et tranches
de taille. On compte environ 50 secteurs d’activité. Certains secteurs ont été scindés, du fait des
particularités d’un des sous-secteurs. Exemple : dans le bois, on sépare scierie et le reste.
La base de sondage est celle du registre du commerce.
Les « actualisations »
La CCI 22 mène chaque année une opération appelée « actualisation ». Cette actualisation
inclut deux opérations :
- La mise à jour du tissu économique (nombre de salariés par secteur d’activité et taille
d’établissements)
- Des enquêtes complémentaires pour « modifier et affiner les ratios » et surtout les
compléter dans les strates de secteur d’activité x taille où il n’y a eu aucune enquête.
Ces enquêtes sont réalisées dans les strates non couvertes ou celles dans lesquelles il y a
potentiellement le plus grand gisement :
1. Le nombre d’enquêtes à réaliser est fixé ;
2. Environ la moitié est dédiée aux établissements de plus de 100 salariés, pour lesquels
la CCI souhaite disposer de l’exhaustivité ;
3. les secteurs d’activité à enquêter sont choisis en appliquant des taux, assimilables à
des probabilités d’inclusion, calculés en fonction : du gisement potentiel (ratio x
salarié) ou du nombre de salariés, du nombre d’enquêtes déjà réalisées, du nombre

ADEME 82/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

total d’enquêtes à réaliser. Les croisements « secteurs X taille » où l’on ne dispose


d’aucun ratio de gisement de déchets sont automatiquement prioritaires.
La première actualisation de la CCI22 a été faite avec 150 enquêtes. Les actualisations
suivantes ont porté sur 60 à 80 enquêtes.
Le mode de tirage est plus ou moins aléatoire au sein de chaque strate, mais sans
algorithme spécifique de tirage aléatoire.
Processus d’amélioration :
La CCI 22 est très exigeante quant à la qualité des résultats et essaie en permanence
d’améliorer la méthodologie. Par exemple, on scinde les strates quand :
- l’écart-type est trop important ;
- le nombre de salariés est trop important.
On remarquera toutefois qu’il n’a jamais été fait appel à un spécialiste de la théorie des
sondages, alors que Rennes bénéficie de la présence d’une école spécialisée (ENSAI).

 DIFFUSION DE L’OUTIL, DES RÉSULTATS


Diffusion des résultats
L’ORDB n’a pas diffusé les résultats de 2004, les chiffres ne paraissaient pas assez fiables
même si des comparaisons avec des résultats ultérieurs (enquêtes nationales et
départementales) ont montré que les ordres de grandeur étaient corrects.
Dans le Morbihan, une synthèse d’une page figure sur le site du CG. Sur le site de la CCI, on
trouve le rapport dans son intégralité. Les acteurs vus lors de la réunion estiment que les
résultats ne peuvent pas être exploités trop finement.
Mais les résultats s’inscrivent dans le cadre des révisions des Plans Départementaux, et font
donc partie des documents de suivi des Plans Départementaux.
Diffusion des outils
La base de données ACCESS initiale, celle réalisée par GIRUS (étude ORDB de 2003), est
diffusée auprès de l’ensemble des financeurs, les CG.
L’outil d’estimation (base de données Access également) élaboré par CCI 22 est diffusé
auprès de chaque CCI de la région Bretagne. Estimation : 20 jours de chargé de mission pour
l’adaptation.
Cadre d’utilisation
L’utilisation des outils d’observation mis au point par l’ORDB et la CCI 22 se fait
principalement dans le cadre des plans, mais a également quelques applications plus
locales :
- Le CR pour le PREDD ;
- Les CG dans le cadre des PEDMA, les Plans de Prévention des Déchets. Les résultats font
partie du suivi du plan départemental ;
- Des actions plus ciblées de mise en place de filières locales, notamment dans le cadre
de filières de traitement des déchets organiques, déchets des IAA, déchets des grandes
surfaces. Il peut y avoir utilisation par des opérateurs privés ;
- Il n’est pas utilisé pour dimensionner de nouvelles installations.

 RECOUPEMENTS AVEC D’AUTRES SOURCES


Des rapprochements ont été faits avec l’enquête 2005 de l’ADEME. Aucun rapprochement n’a été
réalisé avec la base IREP ou avec les enquêtes INSEE (déchets des industries, déchets du
commerce).

ADEME 83/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

III. SOCIOGRAMME
Remarque : le mode de
ÉTUDE DE CAS RÉGION BRETAGNE financement ci-contre
correspond à la situation où
chaque Conseil général
finançait son actualisation.
CG CG ILLE ET
CG FINISTÈRE Actuellement, le financement de
MORBIHAN VILAINE
l’observation des déchets
d’entreprise rentre dans un
cadre plus global de
CONSEIL CCI DU CCI CCI ILE ET financement lié au plan.
RÉGIONAL DE MORBIHAN FINISTÈRE VILAINE
BRETAGNE
Toutefois, le rôle moteur joué
jusqu’à présent par le couple
ADEME-ORDB / CCI 22 est
toujours d’actualité, même si les
CCI DES CÔTES autres départements ont pu
ORDB D’ARMOR s’approprier l’outil de la CCI 22.

LÉGENDE ADEME CG DES CÔTES


BRETAGNE D’ARMOR
Financements
Données

Faibles synergies
L’observation des DAE en Bretagne repose sur un observatoire réunissant l’ensemble des acteurs
institutionnels du territoire.
Synergies fortes On note tout particulièrement l’important investissement la DR ADEME et de la CCI des Côtes d’Armor

Figure 14 : [ANNEXE] Sociogramme Bretagne


RÔLE ACTEURS
Expression des besoins Conseil régional, Conseils généraux et parfois les CCI ou les EPCI de collecte ou de traitement
Lieu d’expression des besoins ORDB ORDB, dont le comité de pilotage inclut le Conseil régional, les Conseils généraux, les CCI et ADEME
Animation technique de l’ORDB ADEME
Financement ADEME, Conseil régional, Conseils généraux, plus une part d’autofinancement des CCI
Réalisateurs CCI 22, puis autres CCI, après adaptation de l’outil par le CCI22

ADEME 84/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV. ÉVALUATION DE L’ACTION

 LIMITES ET FREINS
Les limites et freins concernent la difficulté pour l’adaptation locale et la connaissance du devenir
des déchets. C’est la principale critique faite à l’outil, les premières applications ayant soulevé
beaucoup de problèmes en ce sens.
De manière générale, il est souligné l’importance d’enquêtes locales : « Il est bon d’enquêter les
établissements de plus de 100 salariés sur un territoire donné », car du fait d’activités variées, les
types de déchets ne correspondent pas forcément à ceux de l’activité principale. Mais les limites
soulignées concernent principalement la connaissance du devenir des déchets. Citons la CCI22:
« à mon sens, les résultats de valorisation élimination ne peuvent être donnés qu’à l’échelle
départementale. »
Rappelons que la première application reposait sur 160 enquêtes au niveau régional, ce qui fait
une quarantaine d’enquêtes par département. Il était évidemment impossible de réaliser une
représentativité du devenir des déchets au niveau départemental.
A ce sujet, Stéphane Lecointe (ADEME Bretagne) pense qu’il doit y avoir complémentarité entre
les enquêtes auprès des entreprises et les enquêtes auprès des opérateurs de collecte. Ces
dernières lui semblent être plus à même d’apporter des informations fiables concernant le
devenir des déchets et leur lieu de traitement et d’élimination. Malheureusement, il n’a pas
apparemment été possible d’obtenir des réponses de la part de ces opérateurs. Mais les efforts
de l’ORDB pour améliorer la connaissance du traitement des déchets des entreprises se sont
souvent heurtés à une certaine mauvaise volonté de la part des opérateurs, avec de mauvais taux
de réponse aux différentes enquêtes.
Rappelons que cette problématique du devenir des déchets est particulièrement importante en
Bretagne, qui dispose de peu de décharges / UIOM et où de nombreux déchets d’entreprises
parcourent plus de 300 km pour aller à Laval. Le Conseil général du Morbihan a insisté sur le
besoin de savoir ce qui est traité dans le département. Ce besoin a également été souligné par le
CG29.
Le Conseil général du Morbihan est également en attente d’une amélioration de la connaissance
des déchets des petites entreprises, la priorité de la méthodologie actuelle portant sur entreprises
de plus de 100 salariés.
La CCI 22 souhaiterait pour sa part que les autres régions utilisent une méthodologie identique,
avec des enquêtes locales, pour pouvoir échanger les résultats, compte tenu des spécificités des
activités de chaque région. Exemple : aéronautique pour Toulouse, IAA pour Bretagne.
Enfin, il a été noté l’importance, pour une bonne utilisation, de disposer d’un outil souple et
efficace, avec des adaptations possibles à plusieurs niveaux géographiques, communes, cantons,
voire syndicats de traitement.
Si l’on résume les souhaits exprimés dans le cadre d’un outil local d’observation des déchets
d’entreprise, ils concernent les points suivants :
Mieux connaître les destinations finales des déchets d’entreprise (elles-mêmes ne les
connaissent pas toujours) ;
Mieux connaître les assimilés ;
Outil souple et performant pour sortir des chiffres spécifiques, souplesse notamment sur la
territorialité ;
Améliorer la complémentarité avec les informations des autres régions.

ADEME 85/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

 LEVIERS POTENTIELS D’AMÉLIORATION


Compte tenu de la méthodologie retenue, l’amélioration de l’outil est progressive, avec des
vagues annuelles d’enquêtes, et un objectif affiché d’enquêter toutes les entreprises de plus de
100 salariés, de manière à bien connaître la destination locale des grands gisements de déchets.
En ce qui concerne les déchets des petites entreprises, les « assimilés », Guillaume Birault (CCI22)
indique que des informations sont à rechercher dans le cadre d’EGIDA.
Une autre voie d’amélioration citée pour les déchets assimilés est la mise en place de la
redevance incitative, qui permettra de mieux connaître le nombre de bacs dans deux ans.

V. CONCLUSION
La région Bretagne a bénéficié d’acteurs moteurs pour la mise en place d’un outil d’observation
locale :
un observatoire réunissant l’ensemble des acteurs et permettant à la fois l’expression des
besoins et l’organisation du financement ;
un investissement important de la DR ADEME, à travers la mise en place de l’étude 2003 et
le soutien à l’action de la CCI 22 ;
un opérateur motivé à travers la CCI 22 ;
les Conseils généraux et les autres CCI qui voient un intérêt à l’amélioration de l’outil, sans
être toutefois aussi moteurs que les acteurs précédents.
Compte tenu de cet environnement favorable, l’outil construit a une vocation qui va au-delà de la
simple évaluation du gisement, même s’il est encore en voie d’amélioration, ce qui justifie
l’investissement dans les enquêtes locales.

ADEME 86/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE I.5.2. FRANCHE-COMTÉ

FICHES D’IDENTITÉ

 FICHE RÉGION
Région FRANCHE-COMTÉ39
PRÉFECTURE Besançon
Doubs (Préfecture : Besançon)
Jura (Préfecture : Lons-le-Saunier)
DÉPARTEMENTS
Haute-Saône (Préfecture : Vesoul)
Territoire de Belfort (Préfecture : Belfort)
SUPERFICIE 16 202 km² (3 % du territoire national)
POPULATION TOTALE 1 158 671 habitants (2 % de la population française)
Le territoire en Franche-Comté se réparti selon les divisions territoriales suivantes :
TERRITOIRE ET
1 785 communes (dont 80 % de moins de 500 habitants) ;
POPULATION
14 unités urbaines de plus de 10 000 habitants.
L’économie de la région Franche-Comté est essentiellement tournée vers l’agriculture, le tourisme et
ÉCONOMIE l’industrie : proportionnellement à sa population, la région est la première région industrielle de France
avec 60 % des emplois (activités automobiles et production ferroviaire notamment).
En 2004, 450 000 personnes ont un emploi dans la région. Les activités tertiaires se développent, mais la
Franche-Comté conserve une forte spécialisation industrielle : ce secteur concentre 28 % des salariés et
est à l’origine de 27 % de la valeur ajoutée régionale.
Le tissu industriel régional, constitué en majorité de petits et moyens établissements, abrite également
de grands groupes surtout localisés dans le nord-est de la région : Peugeot et ses équipementiers dans le
ENTREPRISES Pays de Montbéliard, Alstom à Belfort, Solvay à Dole-Tavaux. La région est fortement spécialisée dans la
construction automobile et le travail des métaux qui regroupent 41 % des emplois salariés industriels et
génèrent nombre d’activités de sous-traitance. Elle est également renommée pour ses industries
traditionnelles de production horlogère, de lunettes et de jouets.
La région bénéficie de la création récente de trois pôles de compétitivité : microtechniques, véhicules du
futur (avec l’Alsace) et plasturgie (avec Rhône-Alpes).
Le total des tonnages de production de DBE dans le département du Doubs en 2005 a été estimé à
ÉVALUATION DES
676 646 tonnes40. Concernant le département du Jura, le gisement global de DIB est évalué à 112 000
GISEMENTS DE DAE
tonnes en 2003. 41

 CONTACTS DÉLÉGATION RÉGIONALE ADEME


Laure FONTAINE Catherine FRIEH
Correspondantes déchets des entreprises -
Fonction Correspondante observation DR ADEME
déchets des collectivités

 ACTEURS RENCONTRÉS
ORGANISME Type d’établissement Identité du représentant Fonction
ARIST - CHAMBRE RÉGIONALE DE
Chargée de mission
COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE Chambre consulaire Solène GUILLET
environnement
FRANCHE-COMTÉ
CCI DOUBS Chambre consulaire Gérard MARION Conseiller en Environnement

+ Laure FONTAINE et Catherine FRIEH

 AUTRES SOURCES D’INFORMATIONS


Enquête en ligne et documents relatifs à la mise en place de l’Observatoire des déchets industriels
dans le Doubs (projet et synthèse des résultats)
39
Sources : Site officiel de la région Franche-Comté et INSEE
40
Source : Observatoire des déchets banals des entreprises du Doubs - Synthèse et enquêtes et estimations 2005, ADEME Franche-Comté, CE,
DRIRE Franche-Comté, CCI Doubs, Mai 2006
41
Source : Les gisements de déchets industriels banals du Jura - État des lieux : évaluation globale et sondages terrain, CCI et SYDOM du Jura,
Octobre 2003

ADEME 87/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

I. INTRODUCTION
Les premières estimations de gisements de DIB en région Franche-Comté datent du milieu des
années 1990. Depuis cette date, la région Franche-Comté a réalisé plusieurs travaux d’estimation
des gisements sur le territoire, notamment :
Action 1 - État des lieux du gisement de DIB du Jura ;
Action 2 - Observatoire des déchets des entreprises du Doubs (comportant un volet
« déchets banals des entreprises »).
Une estimation des gisements de déchets banals ultimes (DBU) dans chaque département franc-
comtois a été réalisée dans le prolongement de ces deux actions. Cette estimation ne constitue
toutefois qu’un document de travail interne et ne constituerait pas en soi une action propre
d’observation de DAE sur la région.
Ces travaux ont essentiellement pour base l’outil d’évaluation développé par la CCI de Toulouse,
la CMA Haute-Garonne et l’ORDIMIP.
Il est à noter pour information la réalisation d’un état des lieux sur la gestion des déchets
dangereux en Franche-Comté (2007).

I.1. CONTEXTE DE MISE EN PLACE DES ACTIONS D’OBSERVATION

 ACTEURS CONCERNÉS
Les acteurs ayant été impliqués dans les différentes actions mises en place en Franche-Comté
sont les suivants :
Action 1 - État des lieux du gisement de DIB du Jura : Syndicat de traitement des ordures
ménagères (SYDOM) et CCI du Jura
Cette action a été menée par une stagiaire cofinancée par le SYDOM et la CCI du Jura (coût
estimé de l’action <10 000€).
Action 2 - Observatoire des déchets des entreprises dans le département du Doubs : CCI et
CMA du Doubs, Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), DRIRE/DREAL,
ADEME, CRCI Franche-Comté, Préfecture, Conseil régional, Conseil général, DDE,
ASCOMADE42 et Rudologia43. Les représentants des professionnels du déchet (collecteurs,
centres de tri, centre d'enfouissement) ont également participé à cette action.
Le coût de cette action s’élève à environ 150 000€ HT.

 CONTEXTE ET ENJEUX
Les principales actions d’observation ont été lancées suite à la constatation que l’estimation et la
gestion des gisements de déchets banals des entreprises ne constituaient qu’une part négligeable
des réflexions menées sur la thématique « déchets », notamment dans le cadre des travaux
menés pour la révision des plans départementaux d’élimination des déchets.

42
« L'Association des Collectivités Comtoises pour la Maîtrise des Déchets et de l'Environnement est née en 1987 d'une volonté commune de
l'ANRED (Agence Nationale pour la Récupération et l'Élimination des Déchets), de la région Franche-Comté et de collectivités comtoises souhaitant
développer des politiques environnementales enrichies des expériences de chacune »
Source : http://www.ascomade.org
43
« Rudologia - Pôle de Compétences Déchets - est un organisme national fédérant les principaux acteurs de la filière, basé à Lons-le-Saunier (Jura).
Il possède le statut d'association, régie par la Loi du 1er juillet 1901, relative au contrat d'association, et par le décret du 16 août 1901.
[Sa mission est de] réunir l'ensemble des acteurs intervenant dans le domaine des déchets et de les fédérer autour de projets communs et
structurants pour la filière, dans une optique de développement durable »
Source : http://www.rudologia.fr

ADEME 88/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Une forte implication des CCI et de la CRCI dans les plus importants travaux menés sur
l’observation des déchets des entreprises est notée en Franche-Comté, notamment le projet
d’Observatoire des DIB dans le département du Doubs.
Cette action avait dans un premier temps pour but de vérifier la validité des estimations
précédemment réalisées, et dans un second temps, d’analyser les besoins en capacité de
traitement et de stockage des déchets.
La finalité étant de disposer de données assez fiables pour permettre des prises de décisions
adaptées aux problèmes de gestion des déchets du territoire (pénurie d’exutoires et mise en
place de la redevance spéciale notamment) et à terme, de fournir aux entreprises les moyens
nécessaires à une optimisation à coût raisonnable de la gestion de leurs déchets
Hormis le CG du Jura mettant actuellement en place un groupe de travail sur l’évaluation des
gisements de DAE et leurs évolutions, il n’a pas été noté de travaux particuliers de la part des
autres Conseils généraux de la région (ces derniers se basant sur les chiffres produits par les CCI,
notamment pour les révisions de PDEDMA).

I.2. HISTORIQUE
Les premières réflexions relatives à l’évaluation des gisements de déchets industriels ont été
menées dans le cadre de l’élaboration des PDEDMA des départements de la région, au début des
années 90, sous l’impulsion du préfet de la région souhaitant mettre en place un groupe de travail
relatif aux déchets des entreprises, pour lesquels les données s’avéraient très lacunaires.
La concrétisation de ces réflexions a eu lieu au début des années 2000 :
Lancement de l’action 1 d’état des lieux du gisement de DIB du Jura en 2003 ;
Lancement de l’action 2 de projet de mise en place d’un observatoire des déchets des
entreprises dans le département du Doubs en 2003, et s’étalant sur 3 ans (publication
des résultats en 2006).
L’estimation des gisements de DBU dans chaque département franc-comtois a été effectuée en
2005.

II. MÉTHODOLOGIE D’OBSERVATION


La méthodologie d’observation utilisée en région Franche-Comté repose sur la méthodologie
développée par la CCI de Toulouse, éventuellement complétée par des enquêtes terrains ou
d’autres outils.
Il est à noter que dans le cadre de la révision des plans départementaux, l’outil EGiDA développé
par la CMA de Meurthe-et-Moselle a également été utilisé pour les faibles tranches d’effectifs
(n’est plus utilisé actuellement).

 CHAMPS ET CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DE L’OUTIL DE LA CCI TOULOUSE


L’outil de la CCI Toulouse permet d’évaluer les gisements de déchets non dangereux (hors inertes)
des entreprises grâce à une table de 369 ratios de production de déchets (ratios par kg/salarié et
kg/salarié/secteur d'activité).
En termes de secteurs d’activités, sur la base des établissements inscrits au Registre du Commerce
et au Registre des Métiers, une liste de 41 secteurs d’activités a été définie (sont donc exclus tous
les établissements publics, scolaires, de santé, etc.).
Pour chaque secteur d’activité, un ratio44 pour chaque tranche d’effectif a été calculé (neuf
tranches d’effectifs par secteur d’activité).

44
Les ratios sont linéairement proportionnels aux tranches d’effectifs.

ADEME 89/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Le périmètre géographique minimum est le canton, les données peuvent ensuite être agrégées au
niveau départemental et régional.

 TRAVAUX COMPLÉMENTAIRES
La méthodologie de la CCI 31 a pu être complétée par des enquêtes terrains, notamment pour le
volet « déchets banals des entreprises » (hors BTP) de l’Action 2 - Observatoire des déchets des
entreprises dans le département du Doubs où des enquêtes complémentaires ont été réalisées
auprès de 61 entreprises réparties comme suit :
6 entreprises industrielles de plus de 500 salariés (représentant environ 25 % de la
production de déchet du territoire, et pour lesquelles le taux de valorisation matière
externe45 et de retour aux fournisseurs46 est estimé à 96 %) ;
55 entreprises de moins de 500 salariés.
Ces 61 entreprises représentent le tiers du total des gisements estimés.
L’Action 1 - État des lieux du gisement de DIB du Jura a également fait appel à des sondages sur
le terrain auprès d’un échantillon de producteurs de DIB sélectionnés pour être représentatifs du
tissu économique du département du Jura (50 entreprises identifiées et 30 finalement
enquêtées).
Les informations collectées auprès des établissements n’ont toutefois pas permis une exploitation
statistique poussée.
Enfin, il est à noter que la CRCI a réalisé une enquête auprès des principaux professionnels du
déchet de la région Franche-Comté afin de corréler les estimations de gisements de déchets,
notamment au niveau des échanges interdépartementaux et interrégionaux.

45
Pas de valorisation matière interne relevée dans ces 6 établissements.
46
Certains fournisseurs offrent aux entreprises des services de reprise des déchets des produits qu’ils ont fournis (notamment pour les déchets
métalliques)

ADEME 90/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

III. SOCIOGRAMME

ÉTUDE DE CAS RÉGION FRANCHE-COMTÉ

Faibles synergies entre les acteurs Synergies fortes

CHAMBRE DE CHAMBRE DE
CONSEIL RÉGIONAL COMMERCE ET COMMERCE ET
FRANCHE-COMTÉ D’INDUSTRIE DU D’INDUSTRIE DE
DOUBS TOULOUSE

ADEME
FRANCHE-COMTÉ FONDS
FÉDÉRATIONS EUROPÉEN DE
CHAMBRE DÉVELOPPEMENT
PROFESSIONNELLES RÉGIONALE DE RÉGIONAL
COMMERCE ET
D’INDUSTRIE DE
FRANCHE-COMTÉ

LÉGENDE
CCI Expert

Financements
AUTRES ACTEURS IMPLIQUÉS DANS DES ACTIONS D’OBSERVATION DES DAE :
Données CHAMBRES DE COMMERCES ET D’INDUSTRIES ET CHAMBRES DES MÉTIERS ET ENTREPRISES
Faibles échanges DE L’ARTISANAT DE LA RÉGION, RUDOLOGIA, ASCOMADE, CONSEILS
d’informations GÉNÉRAUX, SYDOM JURA

Faibles synergies
L’implication de la CRCI, des CCI et de l’ADEME régionale dans les actions d’observation est notable.
Les principales actions d’observation des DAE ont été menées dans le Doubs et dans le Jura, sur la base de l’outil développé par la CCI de Toulouse.
Synergies fortes
Les autres acteurs de la région sont impliqués à travers l’ASCOMADE et Rudologia.

Figure 15 : [ANNEXE] Sociogramme Franche-Comté

ADEME 91/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

IV. ÉVALUATION DE L’ACTION


Les actions mises en place en région Franche-Comté font appel à l’outil statistique de la CCI 31
dont la fiabilité des résultats est estimée empiriquement à +/- 15 % (échantillon minimum de
5 000 établissements).
Le couplage de cet outil à des enquêtes auprès des principales entreprises productrices de
déchets permet d’affiner les estimations obtenues et de répondre aux besoins des acteurs ayant
utilisé l’outil.

 LIMITES ET FREINS
Les limites des travaux effectués concernent essentiellement les difficultés d’évaluer les taux de
valorisation ou la part des tonnages exportés hors du territoire avec les outils existants.
Le manque de coopération des prestataires de collecte et de traitement quant aux tonnages
réellement captés représente également un frein à l’amélioration des actions d’observation.
Enfin, apparaît un manque de moyens pour poursuivre les travaux (disposent des compétences
mais pas de dotations suffisantes).

 LEVIERS POTENTIELS D’AMÉLIORATION


Il existerait un fossé entre les déchets ménagers (pour lesquels les collectivités disposent
d’informations très précises) et les déchets non-ménagers : il serait vraisemblablement plus
simple de travailler par nature de déchets plutôt que par origine. En effet, les informations
relatives au type de producteur de déchets (TPE ou particulier notamment) ne semblent pas
essentielles aux acteurs impliqués, l’effort devant plutôt se concentrer sur le traitement/stockage
du déchet quel que soit sont origine dans les conditions adéquates.
La mise en place des taxes et redevances relatives à la gestion des déchets risquerait toutefois
d’être complexifiée dans le cas où ce type de fonctionnement par filière plutôt que par
producteur serait développé.
Une amélioration de la communication entre acteurs semble également souhaitée :
nécessité de développer des partenariats avec les collectivités locales ;
réussir à obtenir plus d’informations de la part des DREAL (données GEREP notamment) ;
une réflexion à l’échelle régionale plutôt que départementale semble également être un
levier potentiel d’amélioration en ce qui concerne les besoins en centres de stockage des
déchets banals ultimes (mais manque de coopération de certains départements).
Afin d’effectuer un meilleur suivi des déchets de la filière, l’exemple des déchèteries pour
lesquelles une identification à l’entrée via badge électronique est nécessaire pourrait être étendu
et adapté à toutes les installations de traitement et de stockage de déchets professionnels47.

V.1.1.1 CONCLUSION
Les études menées jusqu’à présent ont permis de déterminer un ordre de grandeur des gisements
produits avec une précision satisfaisante pour les objectifs initialement visés.
Elles ne permettent toutefois pas encore d’effectuer un suivi temporel du gisement et de
quantifier ce qui est effectivement capté en déchèteries et ce qui est immédiatement valorisé ou
exporté.
47
Exemple : Déchèteries de la Communauté de Communes du Pays des Herbiers en Vendée : « Pour les professionnels, un badge est vendu (100 €),
uniquement à la Communauté de Communes, sur présentation d'un justificatif d'activités. Il est crédité de 50 unités de dépôts. Les unités sont
3
débitées en fonction de la nature et du volume du dépôt (facturation minimum de 1m ) :
3 3
encombrants : 12 unités/m végétaux : 1 unité/m Téléviseur : 5/téléviseur Matériel informatique (3/écran ;
gravats : 10 unités/m
3
ferrailles : 1 unité/m
3
DMS : 1/10L 2/unité centrale d'ordinateur ;
3 3
1/imprimante) »
bois : 6 unités/m cartons : 0 unité/m

ADEME 92/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

ANNEXE I.5.3. ÎLE-DE-FRANCE

FICHES D’IDENTITÉ

 FICHE RÉGION
Région ÎLE-DE-FRANCE48
PRÉFECTURE Paris
Paris (Préfecture : Paris)
Seine-et-Marne (Préfecture : Melun)
Yvelines (Préfecture : Versailles)
Essonne (Préfecture : Évry)
DÉPARTEMENTS
Hauts-de-Seine (Préfecture : Nanterre)
Seine-Saint-Denis (Préfecture : Bobigny)
Val-de-Marne (Préfecture : Créteil)
Val-d’Oise (Préfecture : Pontoise)
SUPERFICIE 12 000 km² (2,8 % du territoire national)
POPULATION TOTALE 11 659 260 habitants (19 % de la population française) en 2008
Le territoire compte plus de 1 280 communes, dont 4 de plus de 100 000 habitants (Paris, Boulogne-
Billancourt, Argenteuil et Montreuil) et près de 250 de plus de 10 000 habitants. Seulement 46% des
TERRITOIRE ET communes franciliennes ont moins de 1 000 habitants, contre 75% pour le reste du territoire national.
POPULATION La population reste toutefois fortement concentrée dans Paris et la petite couronne (près de 50% de la
population totale francilienne) et près de 80% du territoire est constitué d’espaces naturels ou agricoles : la
densité de population est de 940 habitants/km² contre environ 100 dans le reste de la France.
L’Île-de-France est la première région économique française et l’une des premières à l’échelle européenne.
Les emplois sont répartis comme suit :
Commerce, transports et services divers (représentant 59% des emplois)
Administration publique, enseignement, santé, action sociale (représentant 27% des
emplois)
Industrie (représentant 10% des emplois)
Construction (représentant 5% des emplois)
Agriculture (représentant moins de 1% des emplois)
ÉCONOMIE En 2004, la répartition des emplois par grands secteurs d’activités était la suivante :
Activités de services : plus de 70% ;
Industrie (BTP compris) : moins de 16% ;
Commerces : 13% ;
Agriculture : 0,3%.
Les services marchands sont surreprésentés dans la région, notamment les activités marchandes de conseil et
d'assistance, les activités financières et immobilières, ainsi que celle de recherche-développement et les
activités culturelles. L'Île-de-France reste la première région industrielle malgré la diminution persistante du
nombre d'emplois dans l'industrie.
L’Île-de-France compte près de 720 000 établissements en 2009 et contribue pour 28,7 % au Produit intérieur
brut métropolitain en 2007, grâce en particulier à la présence de nombreuses entreprises multinationales et
une forte densité de sièges sociaux : un tiers des 500 plus grands groupes mondiaux possèdent un siège en Île-
de-France. La région compte 7 des 71 pôles de compétitivité labellisés en France, dont 3 des 7 pôles mondiaux.
Parmi les premiers bassins d'emploi européens, la région IDF offre environ 5,6 millions d'emplois, salariés pour
94 % d'entre eux. Les principaux employeurs en Île-de-France en 2008 étaient :
ENTREPRISES Assistance Publique - Hôpitaux de Paris : 110 900 Préfecture de police de Paris : 27 100
Ville de Paris : 62 700 PSA Peugeot Citroën : 26 300
La Poste : 58 600 Société Générale : 25 200
Air France : 52 100 BNP Paribas : 24 100
SNCF : 51 900 Renault SAS : 23 000
RATP : 44 500 Carrefour hypermarchés : 20 600
France Télécom : 34 300

ÉVALUATION(S) DES Les tonnages annuels produits de DAE non dangereux et non inertes pris en compte dans le PREDMA s’élèvent
GISEMENTS DE DAE à 6,5 millions de tonnes d’après l’enquête DIB 2004 de l’ORDIF, c’est à dire hors activités du BTP (secteurs du

48
Sources : INSEE, Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie de Paris - Île-de-France et Conseil régional d’Île-de-France

ADEME 93/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

commerce, de l’industrie et des services y compris ceux des administrations et des collectivités qu’ils soient
ou non collectés dans le cadre du service public). Les quantités de DAE NDNI49 du BTP ont été estimées pour la
Région par le bureau d’étude TRIVALOR à 3,3 millions de tonnes, ce qui porte le gisement de DAE NDNI à près
de 10 millions de tonnes. En prenant en compte tous les DAE non dangereux, y compris donc les inertes, le
gisement est estimé à 27 millions de tonnes. Ceci n’inclut toutefois pas le secteur agricole (1 Mt valorisé
essentiellement sur les exploitations). D’après les données de l’enquête ITOM, environ 3 millions de tonnes de
DAE NDNI, de tous les secteurs d’activités, sont réceptionnés dans des installations de la région. La part prise
en charge par le service public est estimée à près de 30% du gisement total, soit environ 1,8 millions de tonnes.
Cette part de DAE dit « assimilés » est estimée entre 21% pour certains départements (grande couronne) et 38
% sur Paris.

 CONTACTS DÉLÉGATION RÉGIONALE ADEME


Hervé PERNIN
Fonction Coordinateur Déchets

 ACTEURS RENCONTRÉS / INTERROGÉS


Description /
ORGANISME Type d’établissement Identité du représentant Fonction
Précision
Responsable du service
CONSEIL RÉGIONAL D’IDF Collectivité territoriale Anne-Sophie de KERANGAL « Valorisation et traitement
des déchets »
Chef de projets Déchets
ORDIF Association Florian LACOMBE
d'Activités Économiques
Pôle
SYCTOM, AGENCE traitement des
MÉTROPOLITAINE DES Séverine DUCOTTET ordures ménagères
DÉCHETS MÉNAGERS Établissement public et valorisation
- administratif relevant du énergétique
DIRECTION GÉNÉRALE code général des collectivités
ADJOINTE DE territoriales.
Prévention et relations avec
L'EXPLOITATION ET DE LA Caroline PEYRE
les collectivités
PRÉVENTION DES DÉCHETS

 AUTRES SOURCES D’INFORMATIONS UTILISÉES


Plan d’Élimination des Déchets et Assimilés de la Région Île-de-France 2009 ;
Enquête publique50 sur le projet de plan d’Élimination des Déchets et Assimilés de la Région
Île-de-France - Rapport de la commission d’enquête ;
Étude biodéchets réalisées par le Syctom, Agence Métropolitaine des Déchets Ménagers,
en 2009-2010 ;
Présentation ORDIF sur les différents volets des travaux en cours sur les DAE (2011).

I. INTRODUCTION
Les premières réflexions relatives à l’observation des DAE en Île-de-France datent de la fin des
années 1990, et étaient menées par tout type d’acteurs (collectivités, chambres consulaires,
ORDIF etc.). Depuis la régionalisation des plans d’élimination des déchets, l’essentiel des actions
d’observation des DAE menées en IDF ont été réalisées par le Conseil régional, notamment dans
le cadre de l’élaboration du PREDMA. L'ORDIF développe également une activité d'observation
depuis quelques années.
Une récente action relative aux gros producteurs de déchets organiques a également été menée
par le Syctom, Agence Métropolitaine des Déchets Ménagers, dans le cadre de réflexions sur la
construction de différentes installations de traitement de biodéchets. Cette action est incluse

49
DAE NDNI : déchets d’activités économiques non dangereux non inertes
50
Enquête publique du 2 juin au 18 juillet 2009 inclus

ADEME 94/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

dans la présente étude de cas régionale car elle permet notamment de préciser les méthodologies
d'observation développées par le maître d'ouvrage d'une installation en vue de développer une
filière. Elle n'est toutefois pas l’unique étude de ce type réalisée en Île-de-France.
Cette fiche présente les travaux du Conseil régional, de l’ORDIF ainsi que l’étude du SYCTOM.

I.1. CONTEXTE DE MISE EN PLACE DES ACTIONS D’OBSERVATION


Avant le passage de la compétence de planification des départements à la région en 2004, des
actions ponctuelles d’observation des déchets industriels banals étaient menées notamment par
des Chambres de Commerce et d’Industrie, souhaitant par exemple, dans le cadre de la révision
des plans départementaux d’élimination des déchets ménagers et assimilés, mettre en place des
démarches concrètes visant à offrir des solutions optimisées de gestion des déchets
d’entreprises 51 ou encore pour le compte de collectivités souhaitant mettre en place une
redevance spéciale52.

 ACTEURS CONCERNÉS
Travaux du Conseil régional : le Conseil régional a financé en 2007-2008 une étude réalisée
par le bureau d’étude GIRUS et ayant abouti à la rédaction d’une quinzaine de fiches filières
synoptiques, étudiant notamment les gisements de déchets53 ainsi que les enjeux inhérant à
chaque filière.
Ces travaux n’ont pas spécifiquement permis d’obtenir des informations chiffrées fiables,
mais ont permis de faire avancer les réflexions sur les enjeux des déchets d’activités
économiques.
Une étude sur les déchets de bois est également en cours de réalisation par le bureau
d’études INDDIGO.
Travaux de l’ORDIF notamment menés en vue d’éclairer le PREDMA
- État des connaissances concernant la gestion des DIB en Ile de France (2004) : cette
étude a été menée par le bureau d’étude Trivalor pour le compte de l’ORDIF. Son
financement s’est partagé entre l’ADEME, le Conseil régional, les Conseils généraux de
Seine-Saint-Denis et des Hauts de Seine, la Ville de Paris, le Syctom, Agence
Métropolitaine des Déchets Ménagers ainsi que la FNADE.
- Enquête sur le recyclage des DAE : cette enquête est menée par l’ORDIF en partenariat
avec la FEDEREC.
- Actions en cours : Groupe de travail DAE, utilisation des données INSEE, etc. : la
composition du comité de pilotage des récents travaux relatifs aux DAE menés par
l’ORDIF est la suivante :
Tableau 24 : [ANNEXE] Comité de pilotage du groupe de travail DAE de l’ORDIF
TYPE D'ORGANISATION NOM ORGANISATION
ADEME Île-de-France
Agences de l'état DRIEE Île-de-France
INSEE
Association SoliCités
CCI de Paris
CCI de Paris-Seine Saint Denis
Chambres consulaires CMA 92 & CRMA IDF
CMA 93
CRCI
Commune Mairie de CONFLANS SAINTE HONORINE
Commune et département Mairie de PARIS

51
Étude « Gestion des déchets banals des entreprises en Seine-Saint-Denis : état des lieux et perspectives » menée en 2004 par la CCI de Paris-
Seine-Saint-Denis
52
Enquêtes menées par la CCI de Seine-et-Marne.
53
Les fédérations professionnelles de chaque filière ont été rencontrées, et pour les filière/branche d’activités où les données étaient existaient, les
données des filières REP ont été utilisées.

ADEME 95/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

TYPE D'ORGANISATION NOM ORGANISATION


CG 77
Conseils Généraux
CG 91
ECOFOLIO
Eco-organisme
RECYLUM
Entreprise AEROPORTS DE PARIS
Organisme de recherche CEMAGREF
SEAPFA
SEMARDEL
SMITOM DU NORD SEINE ET MARNE
Syndicat de collecte / traitement de déchets
Syctom, Agence Métropolitaine des Déchets Ménagers
Syndicat AZUR
Syndicat TRI ACTION
Service technique de la région Île-de-France Région Île-de-France
FEDEREC Région Parisienne
Organisation professionnelle (traitement de déchets)
FNADE
Association AFINEGE
FFB
Organisation professionnelle (production de déchets)
ONDA
MEDEF
Organisme associé à la région (aménagement et
IAU IDF
urbanisme)

Il est à noter que l’ORDIF a dû engager des démarches d’habilitation au secret


statistique afin de disposer de données de la part de l’INSEE.
- Enquêtes ITOM sur les déchets entrants dans les installations franciliennes de
traitement de déchets non dangereux
Étude sur les producteurs de biodéchets par le Syctom, Agence Métropolitaine des
Déchets Ménagers
Outre les communes adhérant au SYCTOM, les acteurs impliqués dans les discussions et les
réflexions méthodologiques ont essentiellement été la direction régionale de l’ADEME et le
Conseil régional.

 CONTEXTE ET ENJEUX
Travaux ORDIF notamment menés en vue d’éclairer le PREDMA
- État des connaissances concernant la gestion des DIB en Ile de France (2004)
Cette étude visait d’une part à établir une photographie de l’état des connaissances
sur le gisement et sur les flux de DIB à l’échelle du territoire régional et d’autre part, à
évaluer les capacités de tri et de traitement des DIB en région Île-de-France.
- Enquête sur le recyclage des DAE
Cette enquête est actuellement en cours et vise à questionner 100 établissements de
récupération / recyclage en Île-de-France, dont la moitié sont des adhérents à FEDEREC.
- Actions en cours : Groupe de travail DAE, utilisation des données INSEE, etc.)
Les travaux réalisés actuellement par le CR d’IDF et l’ORDIF permettent de constituer
des outils d’aide à la décision d’une part, et planification d’autre part.
En effet, bien que la question des DAE n’ait pas été initialement imposée
réglementairement, la Région a souhaité porter ses réflexions sur l’ensemble des
déchets dans le cadre de l’élaboration du PREDMA, indépendamment du type de
producteur et du mode de gestion public ou privé des déchets. Ce plan vise notamment
a réaliser un inventaire prospectif des gisements de déchets du territoire ainsi qu’à
identifier les installations de traitement.
Les informations sur les capacités de traitement et les quantités traitées y ont été
intégrées et à l’origine des réflexions, aux objectifs et recommandations. En ce sens, il
préfigurait déjà les plans de prévention et de gestion des déchets non dangereux définis
depuis. C’est un élément déterminant quant à la non révision du PREDMA. La limite de

ADEME 96/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

la démarche de planification sur les DAE a été la non opposabilité du PREDMA aux
acteurs privés.
Étude sur les producteurs de biodéchets par le Syctom, Agence Métropolitaine des
Déchets Ménagers
Dans le cadre d’un programme d’investissements visant à développer ses capacités de
valorisation des déchets organiques 54 , le SYCTOM souhaitait avoir une vision de la
production et de la gestion des déchets organiques produits sur son territoire et qui relèvent
de sa compétence55.
Cette étude avait quatre objectifs principaux :
- Meilleure appréhension des gisements de déchets organiques potentiellement
captables et les modalités de leur collecte ;
- accompagnement des collectivités adhérentes du SYCTOM souhaitant mettre en place
une collecte sélective de la part fermentescible des OMR56, et plus généralement
identification des pistes d’optimisation de la gestion des déchets organiques de leur
territoire ;
- identification de solutions de gestion pour les déchets organiques actuellement
collectés par le service public ;
- élaboration d’un outil d’aide à la décision pour le dimensionnement des projets
d’installations du SYCTOM.

I.2. HISTORIQUE
Les travaux menés par l’ORDIF sur les déchets d’activités économiques ont commencé au début
des années 2000, mais n’ont pris de l’ampleur qu’à partir de 2004.
Depuis 2010, l’ORDIF a souhaité amplifier un travail d’élaboration de méthodologie(s) efficace(s)
et fiable(s) pour une observation plus complète57 des DAE en Île-de-France afin de pouvoir éclairer
les décisions de la Région en matière de planification.
Les résultats de ces travaux seront a priori publiés en fin d’année 2011.
Concernant les travaux du SYCTOM, le diagnostic déchets organiques a été réalisé dans le cadre
de réflexions menées depuis 2004 sur des projets de centres de méthanisation à
Romainville/Bobigny (mise en service prévue pour 2013), Ivry-Paris XIII (en cours d’étude) et dans
le secteur Blanc-Mesnil/Aulnay-sous-Bois (zone en projet faisant actuellement l’objet d’une
enquête approfondie par le bureau d’études INDDIGO).
La première enquête, datée de septembre 2010 et présentée ci-dessous, est en cours
d’approfondissement par INDDIGO, qui a notamment recueillie des informations auprès de
l’ORDIF.

II. MÉTHODOLOGIE(S) D’OBSERVATION

 TRAVAUX ORDIF MENÉS NOTAMMENT EN VUE D'ÉCLAIRER LE PREDMA


État des connaissances concernant la gestion des DIB en Ile de France (2004)
Afin d’établir cet état des lieux, une centaine de travaux existants ont été recensés
(notamment les enquêtes « gisement » des anciens plans départementaux franciliens) et les

54
Représentant près de 60 % des ordures ménagères résiduelles (OMR).
55
Déchets organiques des ménages et ceux générés par d’autres acteurs (marchés alimentaires, petits commerces, restauration commerciale et
collective…) qui sont aujourd’hui ramassés avec les OMR par le service public de collecte.
56
Fraction fermentescible des OMR : au sens strict, la FFOM comprend les déchets alimentaires, les petits déchets de jardin produits par les
ménages et une partie des éléments fins (< 20mm). Au sens large, elle comprend également l’ensemble des textiles sanitaires et les papiers cartons
collectés avec les OM (source : Diagnostic déchets organiques du SYCTOM).
57
Couplage d’une approche « exutoires » et d’une approche « gisements »

ADEME 97/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

plus pertinentes ont permis à l’issue d’une analyse approfondie, d’établir une première
évaluation des gisements de DIB à l’échelle départementale et régionale.
En termes de capacités de traitement, l’étude visait à réaliser un inventaire des installations
existantes et en projet et des tonnages correspondants. Cet inventaire a été réalisé à partir
de l’enquête ITOM 2000 et d’autres études existantes complétées par des entretiens avec la
FNADE, la FEDEREC et les DRIRE franciliennes.
Enquête sur le recyclage des DAE
Cette enquête, lancée en décembre 2010 permettra d’obtenir des informations
complémentaires sur les DAE non dangereux en mélange et les matières valorisables58
confiés aux récupérateurs/recycleurs directement par les producteurs59.
Les informations récoltées auprès des établissements enquêtés sont les suivantes :
- Emplois (effectifs / catégorie sociaux professionnelle) ;
- Régime ICPE ;
- Quantités et origine des déchets (entreprises, installations de traitement,…) ;
- Taille des entreprises productrices des déchets entrants ;
- Type de préparation au recyclage et conditionnement des déchets ;
- Flux sortants par matières et par destination (Île-de-France ou non) ;
- Secteur industriel d’utilisation de la matière première secondaire (papeterie,…).
Actions en cours (groupe de travail DAE, utilisation des données INSEE, etc.)
Les travaux en cours visent notamment à avoir une approche globale d’observation des
DAE, via une étude globale de gisements, de flux et d’exutoires.
Les travaux de l'ORDIF pour l’approche directe des gisements visent actuellement à la
création d'un outil statistique d'estimation construit à partir des données suivantes :
- ratios issus d'enquêtes INSEE (habilitation au secret statistique pour l’industrie et la
distribution signée en février 2011 par l’ORDIF) ;
- données d’observatoires de branches (par exemple : les données relatives aux déchets
de l'automobile sont communiquées par le Conseil Nationale des Professions de
l’Automobile60) ;
- estimation par l'outil EGiDA pour les faibles tranches d’effectifs. Il est toutefois à noter
qu’au vu du tissu économique particulier de l’Île-de-France, il serait nécessaire de
pouvoir étudier et éventuellement adapter/recalibrer certains ratios.
Concernant l’approche des flux de DAE, différentes enquêtes permettront a priori une
estimation satisfaisante des tonnages impliqués par mode de gestion suivant :
- Traitement en Île-de-France, obtenu enquête via ITOM élargie aux installations
n'acceptant que des DAE
- Traitement hors Île-de-France, également obtenu via enquête ITOM avec une
extraction ITOM des flux interdépartementaux sur le territoire national) ;
- Récupération / recyclage directe, sans tri / transfert, dont les données peuvent être
obtenues grâce à une enquête menée par la Région en 2007-2008 auprès des
recycleurs et aux travaux réalisées sur les « fiches filières ».
Ces travaux existants seront complétés par l’enquête auprès des récupérateurs et recycleurs
en partenariat avec la FEDEREC actuellement en cours.
58
Métaux ferreux et non ferreux, bois, plastiques, papiers/cartons, textiles, verre, etc.
59
« Valorisation matière directe » au sens du PREDMA
60
Données obtenues via l'ONDA : Observatoire National des Déchets de l’Automobile, cf. entretien en Annexe I avec Christine CHALLE et Julien
GUILLOU

ADEME 98/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

Enfin, les données des déclarations GEREP seront également exploitées. Dans la mesure où
ces données ne concernent que les gros producteurs de DAE, elles serviront essentiellement
à consolider d'autres données et à établir une méthodologie d'exploitation des données de
la nouvelle enquête GEREP.
Étude sur les producteurs de biodéchets par le Syctom, Agence Métropolitaine des
Déchets Ménagers
Les estimations de gisement réalisées dans le cadre de cette étude concernent – en sus des
ménages – certains secteurs d’activité :
- Commerce / distribution et plus précisément :
marchés alimentaires ;
jardineries et magasins de bricolage avec jardinerie ;
petits commerces de bouche (boucheries, boulangerie,…) et fleuristes ;
grandes et moyennes surfaces alimentaires, commerce de gros ;
- Restauration commerciale et collective ;
- Services techniques de collectivités (déchets verts des espaces verts publics
uniquement).
Il est à noter que les producteurs non ménagers pris en comptent dans cette étude ont été
sélectionnés selon ces critères : « gros producteurs » 61 potentiels de biodéchets et/ou
déchets en partie collectés ou collectable par le service public (exemple : les déchets verts
d’entreprises du paysage n’ont pas été pris en compte par exemple car elles gèrent elles
même leurs déchets, à la différence des petits commerces).
Les calculs reposent notamment sur les données suivantes :
- Données relatives au nombre de producteurs de biodéchets considérés :
nombre d’entreprises (fichier SIRENE de l’INSEE) ;
nombre et capacité des établissements d’enseignement (Académies de Créteil,
Versailles, Mairie de Paris et Conseil régional) ou de santé (fichier FINESS62) ;
surfaces de vente des grandes et moyennes Surfaces (source : DGCCRF63)
- Ratios de production issus essentiellement des enquêtes ADEME (DIB de 1995,
restauration de 2000) et des outils de chambres consulaires (CRMA de 2009 et CCI de
2004), mais également d’enquêtes auprès des producteurs de déchets organiques
- Taux de participation à une éventuelle collecte sélective de déchets organiques64 et
taux de tri pour les producteurs de déchets participant à la collecte65.
Ces taux sont calculés pour chaque catégorie de producteurs non-ménagers
notamment sur la base des retours d’expérience des collectivités et des collecteurs de
déchets, mais également sur la base d’entretiens et d’enquêtes auprès des producteurs
de biodéchets.
- Répartition des producteurs entre les collectes organisées par le service public et les
collectes privées.
Au regard des besoins du SYCTOM en termes de justesse des données, les données
relatives à la taille des entreprises et les ratios de production sont considérées comme
fiables. Concernant les taux de participation et de tri ainsi que la répartition entre
collecte publique/collecte privée, ils pourront varier en fonction d’une part de
61
au sens de la loi Grenelle 2 et des textes d’application en cours de rédaction
62
Fichier national des établissements sanitaires et sociaux
63
Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes
64
Rapport entre le nombre de producteurs participant à la collecte sélective et le nombre total de producteurs ciblés par la collecte sélective.
65
Rapport entre les déchets organiques totaux et les déchets organiques triés.

ADEME 99/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

l’évolution de la réglementation et notamment du contenu du décret « gros


producteurs » et d’autre part des modes de gestion que les collectivités adapteront vis-
à-vis de ces flux.
Sur la base des informations précédemment décrites, le SYCTOM a pu estimer les gisements
de DIB et de déchets organiques produits (grâce aux ratios de production de DIB et de
déchets organiques), puis les gisements de déchets organiques susceptibles d’être collectés
sélectivement (grâce aux taux de participation et de tri).
Pour chaque type de producteur de biodéchets, les gisements suivants ont pu faire l’objet
d’une estimation :
- Total des gisements de DIB produits ;
- Gisements de DIB actuellement collectés par le service public (déchets collectés en
mélange avec les déchets ménagers) ;
- Gisements totaux de déchets organiques produits ;
- Gisements de déchets organiques collectés par le service public.
- Gisements de déchets organiques collectables, calculés dans l’hypothèse d’une mise en
place de collecte sélective des déchets organiques (déchets correctement triés par les
producteurs participant à la collecte sélective) ;
- Gisements de déchets organiques collectables et relevant du service public (fraction
actuellement collectée en mélange avec les déchets ménagers par le service public).
Ce gisement intéresse le SYCTOM dans la mesure où il permet de donner un aperçu des
gisements de biodéchets des producteurs non ménagers susceptibles de constituer un
apport spécifique pour les installations de traitement en projet (dans l’hypothèse où les
collectivités mettent en place une collecte sélective des déchets organiques auprès de
leurs usagers).
L’outil EGiDA du CNIDEP a intéressé le SYCTOM, mais l’impossibilité d’obtenir des
informations détaillées relatives aux ratios de l’outil a constitué un frein à son utilisation.

ADEME 100/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

III. SOCIOGRAMME

ÉTUDE DE CAS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE

Synergies fortes Actions ponctuelles où la synergie


des acteurs est/était moins forte

SYCTOM,
L’AGENCE
MÉTROPOLITAINE
ADHÉRENTS DE L’ORDIF : DES DÉCHETS
MÉNAGERS
 SERVICES DE L’ÉTAT (P RÉFECTURE ,
CONSEIL RÉGIONAL
AGENCE DE L'EAU SEINE
NORMANDIE, ETC.) ÎLE-DE-FRANCE ADEME
 CONSEILS GÉNÉRAUX ÎLE-DE-FRANCE
 EPCI À COMPÉTENCE DÉCHETS
(NOTAMMENT SYCTOM) CCI PARIS – SEINE-SAINT-DENIS
 CHAMBRES CONSULAIRES (CCI,
CCI SEINE-ET-MARNE RÉGIONS
CMA)
 ECO-ORGANISMES LIMITROPHES
 PROFESSIONNELS DU DÉCHET
 PRODUCTEURS ET AUTRES ACTEURS
DE LA GESTION DES DÉCHETS ORDIF
(AÉROPORTS DE PARIS, FFB, PORT
AUTONOME DE PARIS, ETC.), DRIEE
 ASSOCIATIONS ET PERSONNES ÎLE-DE-FRANCE
QUALIFIÉES (AMORCE, UFC QUE
CHOISIR, AFINEGE, ETC.)

LÉGENDE
PROFESSIONNELS DU DÉCHET

Financements

Données
Transferts de
déchets
La planification des déchets est compétence du Conseil régional, finançant en majeure partie l’ORDIF qui centralise les actions d’observation de la région.
Faibles synergies
Il est à noter que bien que le financement de l’ADEME ne représente que 15 % du budget global de l’ORDIF, il représente près de 35 % du financement de l’observation des
Synergies fortes déchets (100 000 €/an pour l'organisation des enquêtes collecte et traitement, fournissant les données aval en matière de DAE)
Des actions ponctuelles ont pu être menées par d’autres acteurs du territoire (chambres consulaires, collectivités, SYCTOM, etc.).
La synergie globale des acteurs semble bonne, la principale difficulté rencontrée en Île-de-France étant la taille du territoire et le tissu économique dense et très spécifique,
ne permettant pas une réutilisation pertinente d’outils et méthodologies développées dans d’autres territoires.

Figure 16 : [ANNEXE] Sociogramme Île-de-France

ADEME 101/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

IV. ÉVALUATION DES ACTIONS


À l’inverse des autres régions étudiées dans le cadre de l’étude, il apparaît une bonne
collaboration des acteurs franciliens publics (services de l’État compris) mais également des
professionnels de la gestion des déchets dans les actions d’observation mises en place.
Ces différences peuvent s’expliquer dans la mesure où la région bénéficie d’un statut particulier
en termes de planification et où la région IDF présente des tonnages de déchets très importants.

 LIMITES ET FREINS
Les limites des travaux effectués concernent essentiellement le manque d’adéquation entre les
actions nationales et locales, ainsi qu’une absence de prise en compte du caractère spécifique de
la région Île-de-France en termes de tonnages en jeu et de tissu économique dense :
En termes de collaboration entre acteurs, il apparaît qu’un appui méthodologique plus fort
de l’ADEME serait apprécié notamment par le Conseil régional (par exemple : appui
statistique par exemple).
Apparaît également un paradoxe important concernant la question des ICPE : bien qu’étant
la structure en charge de la planification, le Conseil régional n’est pas admis aux CoDERST66.
Il est à noter que les acteurs franciliens (Conseil régional et EPCI à compétence de gestion
des déchets notamment) rencontrent d’importantes difficultés à s’identifier dans les
informations nationales (exemple : dans les statistiques nationales, les taux de valorisation
de DIB sont relativement élevés, ce qui n’est pas du tout observé dans les installations en
Île-de-France) ;
Outre la difficulté de s’identifier aux données nationales, il est soulevé que ce qui est
entrepris nationalement (enquêtes INSEE notamment) n’est pas fait dans une optique de
régionalisation potentielle, et plus particulièrement à l’échelle de l’IDF (protocole d’enquête
établi au niveau national, mais pas du tout d’approche « région ») ;
Les acteurs franciliens et notamment le Conseil régional, souhaiteraient que les spécificités
régionales puissent être incluses dans les actions nationales afin de ne pas être contraints à
mener des actions redondantes (prise en compte d’un échantillon régional, et plus
spécifiquement d’un échantillon représentatif de l’IDF).
En ce qui concerne les professionnels producteurs de déchets et les pratiques de gestion du
déchet, la Région note une discontinuité entre les exercices de planification et ce qui est
réglementairement prévu pour les entreprises (plans régionaux/départementaux non
opposables aux entreprises).
En outre, l’effet de levier de la TGAP 67 semble également insuffisant pour amener à
augmenter la part de valorisation dans les entreprises.

 LEVIERS POTENTIELS D’AMÉLIORATION DE L’OBSERVATION DES DAE


La nécessité d’établir des typologies de régions, en fonction du tissu économique
notamment, a été discutée ;
La différenciation entre déchets ménagers et déchets des entreprises semble trop
importante et potentiellement contre-productive. Au cours d’une demi-journée d’échange
66
Conseil de l'Environnement et des Risques sanitaires et technologiques, concourant à l'élaboration, à la mise en œuvre et au suivi, dans le
département, des politiques publiques d’État dans les domaines de la protection de l'environnement, de la gestion durable des ressources
naturelles et de la prévention des risques sanitaires et technologiques.
Le CoDERST réuni des représentants des services de l'État, des collectivités territoriales, d'associations agréées (Environnement / Pêche /
Consommateurs), membres de professions concernées (agriculture, industrie par exemple), experts (architecte, ingénieur par exemple),
personnalités qualifiées (médecin ou hydrogéologue par exemple).
67
Taxe générale sur les activités polluantes

ADEME 102/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

sur la gestion des DAE ayant eu lieu en 2005 entre les industriels et les collectivités, il a été
indiqué qu’« il sera important de trouver des solutions pour l’élimination à la fois des DAE et
des déchets ménagers en raisonnant par filière d’élimination plutôt que par producteur de
déchets. »68 ;
La question d’une mise en place par l’État d’obligations réglementaires visant par exemple à
inviter les ICPE à communiquer les données relatives au DAE a été soulevée.

V. CONCLUSION
Les DAE sont un enjeu de taille à l’échelle de la région Île-de-France, notamment en termes de
gestion et suivi des installations de traitement : les gisements de DMA sont estimés à plus de 5
millions de tonnes (dont environ 30% de DAE), les gisements de DAE hors-DMA à plus de 6
millions.
Au regard de la précision des outils d’observation actuellement développés (de ±15% à plus de
±50%), il apparaît que juger de l'adéquation entre les gisements déchets non dangereux de la
région et les capacités de stockage et traitement effectives soit une tâche difficile pour les acteurs
franciliens69, et qu’un accompagnement méthodologique accru et une meilleure intégration des
aspects locaux aux travaux menés à l’échelle nationale soit fortement souhaitée.

68
Compte rendu de la journée technique d’information et d’échanges du mardi 19 avril 2005
69
Les installations de traitement en Île-de-France peuvent présenter des capacités annuelles de plusieurs centaines de milliers de tonnes. La
difficulté de gestion de la limitation se pose si les estimations sont faites avec des marges d’erreurs trop importantes. Par exemple : si une nouvelle
installation est dimensionnée en fonction d’un gisement estimé à 500 000 tonnes, mais que l’estimation présente une marge d’erreur de ± 20%, le
risque de sur/sous-capacité correspondrait à près de 100 000 tonnes de déchets (tonnage correspondant à la capacité annuelle d’une autre
installation de taille moyenne).

ADEME 103/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

ANNEXE I.5.4. LANGUEDOC-ROUSSILLON

FICHES D’IDENTITÉ

 FICHE RÉGION
Région LANGUEDOC-ROUSSILLON70
PRÉFECTURE Montpellier
Aude (Préfecture : Carcassonne)
Gard (Préfecture : Nîmes)
DÉPARTEMENTS Hérault (Préfecture : Montpellier)
Lozère (Préfecture : Mende)
Pyrénées-Orientales (Préfecture : Perpignan)
SUPERFICIE 27 376 km² (4 % du territoire national)
POPULATION TOTALE 2 589 704 habitants (4 % de la population française)
Le territoire en Languedoc-Roussillon se réparti selon les divisions territoriales suivantes :
TERRITOIRE ET 1 545 communes (dont 1 520 de moins de 10 000 habitants) ;
POPULATION 130 communautés de communes ;
10 communautés d’agglomérations.
L’économie de la région Languedoc-Roussillon repose essentiellement sur les secteurs de la construction,
ÉCONOMIE des services publics (santé et enseignement supérieur notamment), le tourisme et la viticulture (un des
plus vastes vignobles du monde).
La croissance démographique du Languedoc-Roussillon est la plus forte de France, après la Corse. L'afflux
de population dynamise l'emploi et renforce la vocation résidentielle de l'économie régionale. Le
Languedoc-Roussillon se situe au deuxième rang des régions françaises pour la croissance de l'emploi
entre 2000 et 2007
Le dynamisme économique de la région se traduit également par le plus fort taux de créations
ENTREPRISES d'entreprises des régions françaises de métropole même s'il s'agit pour l'essentiel de toutes petites
unités. Les entreprises continuent à se concentrer dans l'économie résidentielle.
Elles tendent aussi à se diversifier dans des secteurs industriels à forte valeur ajoutée comme
l'agroalimentaire ou les services associés aux entreprises (conseil-assistance, recherche). L'appareil
productif régional demeure fragile. En effet, le taux de survie des entreprises régionales est un des plus
faibles de France.
Les tonnages résiduels de DIB71 hors BTP dans le département de l’Hérault sont estimés à environ 170
ÉVALUATION DES
000 tonnes/an72. Le gisement total est estimé à environ 450 000 tonnes.
GISEMENTS DE DAE
Le gisement de DIB dans le département du Gard est estimé entre 280 000 et 380 000 tonnes/an73.

 CONTACTS DÉLÉGATION RÉGIONALE ADEME


Pierre VIGNAUD Guillaume BELOT
Fonction Animateur de secteur « déchets » Correspondant observation DR ADEME

 ACTEURS RENCONTRÉS / INTERROGÉS / ENQUÊTÉS


Identité du Description /
ORGANISME Type d’établissement Fonction
représentant Précision
CCI BÉZIERS - SAINT PONS Chambre consulaire Marie MOURLHOU Chargée de mission environnement
CCI MONTPELLIER Chambre consulaire Christophe FERNIQUE Conseiller Environnement
Conseillère aux entreprises Industrie- Représentée par
CCI SÈTE Chambre consulaire Michèle PARDO
Environnement-Innovation Marie MOURLHOU
Responsable service déchets
CG HÉRAULT Collectivité territoriale Myriam TANCOGNE
ménagers / énergie
Coordinatrice environnement,
CRCI Chambre consulaire Mélanie SIDOS gestionnaire du site www.guide-
dechets.com

70
Sources : Site officiel de la région Languedoc-Roussillon et INSEE
71
Tonnage résiduel restant à traiter (élimination ou valorisation) dans les installations de déchets de type Unité d’Incinération d’Ordures
Ménagères, centres de tri ou centres d’enfouissement technique.
72
Source : Note technique – Déchets non dangereux des entreprises, situation dans l’Hérault, ADEME
73
Source : Estimation de la part des DAE pris en charge par le service public, CG du Gard

ADEME 104/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

Identité du Description /
ORGANISME Type d’établissement Fonction
représentant Précision
Service régional du Inspecteur des installations classées -
DREAL Céline INFRAY
MEDDTL Référent Déchets
Fédération Christophe MATEU
FNADE
professionnelle Cléo VIGUIER
CONSEIL RÉGIONAL DU
Collectivité territoriale Hélène COLOMBINI Chargée de projets déchets et PREDD
LANGUEDOC-ROUSSILLON
CONSEIL GÉNÉRAL DU GARD Collectivité territoriale Bruno GARDE Responsable du Pôle Déchets Énergie

+ Pierre VIGNAUD.

I. INTRODUCTION
Les principales actions d’observation des déchets des entreprises ont été menées dans le cadre de
groupes de travail constitués essentiellement dans les départements de l’Hérault et du Gard,
concentrant la majeure partie des activités économiques de la région.
Peu d’actions ont été relevées dans les départements de l’Aude, de la Lozère et des Pyrénées-
Orientales.
Il est à noter qu’au niveau régional, une étude sur les graves de recyclage est réalisée par la
Fédération Régionale des Travaux Publics.

II. CONTEXTE DE MISE EN PLACE DES ACTIONS D’OBSERVATION

 ACTEURS CONCERNÉS
Les acteurs ayant été impliqués dans les GT relatifs aux déchets des entreprises sont les suivants :
Département de l’Hérault : préfecture, CG, ADEME et DREAL Languedoc-Roussillon, DDE,
DDA, CCI (Montpellier, Béziers-Saint-Pons et Sète), CMA, FNADE et FEDEREC.
Les réflexions se sont notamment portées sur les principales zones d’activités du territoire et
ont pu aboutir à la mise en place de services de collecte adaptés 74 (zone aéroportuaire de
Montpellier) ou à l’amélioration de l’accessibilité des déchèteries en zone Centre Hérault75
en partenariat entre la CMA, la CCI de Montpellier, le Syndicat Centre Hérault et la
Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment.
Département du Gard : CG, CR, ADEME et DREAL Languedoc-Roussillon, CCI (Nîmes, Alès)
CMA, Préfecture (bureau des procédures environnementales), Chambre d’agriculture.
Dans le cadre d’une étude de caractérisation des déchets ménagers dans le Gard réalisée
par un bureau d’études et pilotée par le CG, la part des non-ménages dans les déchets
collectés a été étudiée. Les chambres consulaires, le CR, l’ADEME ainsi que les éco-
organismes et les EPCI76 de la gestion des déchets étaient également impliqués dans l’étude.
Une étude sur les déchets du BTP dans le département du Gard a également été réalisée et
pilotée par le Conseil général.
Concernant les 3 autres départements de la région : une collaboration entre le CG et les CCI sur la
thématique des déchets des entreprises serait en cours dans le département de l’Aude. La région
Lozère étant un petit département, des enquêtes exhaustives auprès des centres de collecte et de
traitement pourraient être envisagées par la CCI de Lozère. Le département des Pyrénées-
Orientales ne semblent pas voir naître d’actions d’observation des DAE.
74
Proposition d’un service de collecte par le gestionnaire de l’aéroport ayant permis de passer de 3 à 40 % de taux de recyclage des déchets de la
zone.
75
Élaboration d’une convention d’accès aux déchèteries pour les professionnels. Les professionnels signant cette convention (lien :
http://www.syndicat-centre-herault.org/IMG/pdf/Modalites_Convention_Professionnelle_2010.pdf) peuvent déposer leurs déchets sous réserve
de respecter les modalités de tri et de paiement des factures correspondant à leurs déchets.
76
Établissement public de coopération intercommunale

ADEME 105/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation Septembre 2011
du gisement des DAE existantes localement

 CONTEXTE ET ENJEUX
Le groupe de travail dans le Gard a été constitué suite à la commission de suivi du plan
départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés, ayant révélé un manque
d’informations sur les DIB (gisements globaux mais également part représentée par les DIB dans
les déchets collectés par le service public et dans les déchets accueillis en déchèteries).
Dans l’Hérault, le préfet Cyril Schott était à l’origine de la mise en place du groupe de travail. Ce
GT a été constitué pour évaluer les besoins en capacité de traitement des DIB produits dans le
département.

II.1. HISTORIQUE
Dans le département du Gard, le groupe de travail a été constitué en 2006 et s’est réuni à
plusieurs reprises jusqu’en 2010 en fonction des besoins des membres du GT. L’étude
caractérisation des DMA a été réalisée entre 2009 et 2010.
Dans l’Hérault, le GT a été constitué en 2007 et s’est réuni à plusieurs reprises jusqu’en 2009,
année à partir de laquelle il a été décidé de stopper les recherches et enquêtes pour l’évaluation
des gisements et de se concentrer sur la mise en place de plans d’action.

II.2. MÉTHODOLOGIE D’OBSERVATION


Dans le Gard, les estimations reposent principalement sur les données disponibles dans le
PDEDMA du Gard (2002), dont les données sont en général issues des outils « CCI » (Toulouse,
Côtes d’Armor, Doubs, etc.) ainsi que des ratios disponibles dans le l’étude ADEME sur la
production des déchets par les entreprises de plus de 10 salariés (hors transports, services et
construction).
Le CG procède également à des enquêtes auprès des syndicats de gestion des déchets et des
centres de traitement des déchets ultimes (dans le cadre de la révision du PDEDMA notamment)
afin d’affiner les données.
Les évaluations réalisées pour le département de l’Hérault sont également principalement issues
des ratios des enquêtes nationales menées par l’ADEME sur la production des déchets par les
entreprises de 10 salariés. L’outil EGiDA développé par la CMA de Meurthe-et-Moselle a
également été utilisé par le CG 34 pour l’évaluation des gisements de déchets des entreprises
artisanales.
Concernant les déchets du BTP, les estimations sont réalisées sur la base du bilan national de la
production des déchets du BTP publié en 2007 par l’IFEN.

ADEME 106/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

III. SOCIOGRAMME

ÉTUDE DE CAS RÉGION LANGUEDOC-ROUSSILLON

CHAMBRE RÉGIONALE
DE COMMERCE ET Guide-dechets.com ENTREPRISES
D’INDUSTRIE DU
LANGUEDOC-
ROUSSILLON

HÉRAULT ADEME GARD


LANGUEDOC-
ROUSSILLON
CONSEIL GÉNÉRAL CONSEIL GÉNÉRAL
DE L’HÉRAULT DU GARD

AUTRES ACTEURS DU
DÉPARTEMENT IMPLIQUÉS : CHAMBRES DE CONSEIL RÉGIONAL AUTRES ACTEURS DU
PRÉFECTURE, DDA, DDE, CMA,
COMMERCE ET LANGUEDOC-ROUSSILLON DÉPARTEMENT IMPLIQUÉS :
D’INDUSTRIE
ETC PRÉFECTURE, ÉCO- CMA DU GARD
ORGANISMES, SYNDICATS DE
TRAITEMENT, ETC.

FÉDÉRATIONS
CHAMBRES DE
PROFESSIONNELLES
COMMERCE ET
D’INDUSTRIE
DREAL
LANGUEDOC-
ROUSSILLON

LÉGENDE
PYRÉNÉES-ORIENTALES AUDE LOZÈRE
Financements
CHAMBRES DE CHAMBRE DE COMMERCE ET
Données AUCUNE ACTION SPÉCIFIQUE N’A CONSEIL GÉNÉRAL D’INDUSTRIE DE LA LOZÈRE
COMMERCE ET
Faibles échanges ÉTÉ RELEVÉE DE L’A UDE
D’INDUSTRIE
d’informations

Pas d’action relevée


/ Pas d’informations
Actions au stade
embryonnaire L’observation des DAE est essentiellement réalisée dans les départements du Gard et de l’Hérault sur le même mode de fonctionnement en groupes de travail.
Actions matures L’implication forte des acteurs à l’échelle régionale (ADEME, DREAL, Conseil régional) dans les réflexions est notable, toute comme la participation des fédérations professionnelles des activités des déchets.

Figure 17 : [ANNEXE] Sociogramme Languedoc-Roussillon

ADEME 107/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre2011
gisement des DAE existantes localement

IV. ÉVALUATION DES ACTIONS


 LIMITES ET FREINS
Les limites des travaux effectués sont principalement liées à la décorrélation observée entre les
estimations de gisements de déchets et les quantités réellement captées par les installations.

 LEVIERS POTENTIELS D’AMÉLIORATION


Dans le département de l’Hérault, il a été décidé de stopper toutes études ou enquêtes d’évaluation
des gisements de DAE (les résultats pouvant être obtenus risquant d’être décevants par rapport aux
coûts engagés) et de se focaliser sur l’identification de pistes d’amélioration des pratiques de
gestion des déchets.
Il semble préférable aux acteurs interrogés de raisonner par filières ou par zones d’activités plutôt
que par type de producteur de déchets77.
Sur la base d’un retour d’expérience de la zone d’activités du parc industriel de Château-Renault en
Touraine, il a été déterminé que les conditions optimales pour une meilleure observation et
valorisation des DIB sur une zone industrielle sont les suivantes :
Une participation allant de 12 entreprises minimum à 300 au maximum ;
L’implication d’un porteur de projet (association d’entreprises, gestionnaire de zone…) ;
Un volume total de déchets valorisables supérieur à 1100 litres par semaine ;
Une forte proportion de PMI sur la zone d’activité ;
Une concurrence suffisante entre les prestataires du territoire géographique ;
La priorité affichée à la mise en conformité avec la réglementation.
L’adaptation de ce mode de fonctionnement à d’autres zones industrielles semble toutefois
présenter un frein : l’identification d’un gestionnaire unique et disposant de moyens financiers,
administratifs et juridiques suffisants pour gérer une collecte collective à l’échelle de la ZA
concernée, ce qui n’est pas le cas des associations de zones d’activités essentiellement constituées
de PME/TPE où la gestion mutualisée des déchets se fait en règle générale de manière bénévole.
Dans la mesure où les collectivités sont gestionnaires des zones activités, la CCI de Montpellier
soulève la question de savoir pourquoi elles ne proposent pas de service collectif de gestion des
déchets au titre de gestionnaire de zone (et non au titre de collectivité en charge de gestion des
DMA). À l’image du service de collecte des déchets mis en place par le gestionnaire de l’aéroport de
Montpellier, les gestionnaires de zones d’activités pourraient consacrer une part de leurs services
techniques à la gestion desdites zones, sous réserve que les entreprises ne s’acquittent pas deux
fois d’une participation financière pour un service identique (nécessité d’exonérer les entreprises
concernées de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères).

V. CONCLUSION
L’observation des déchets d’activités économiques en région Languedoc-Roussillon a fait l’objet de
multiples réunions et actions ponctuelles n’ayant pas toujours répondu de manière optimale aux
attentes des acteurs impliqués.
Au vu des investissements déjà engagés pour ces actions d’observation des DAE, et des coûts
supplémentaires a priori nécessaires pour améliorer sensiblement la fiabilité des estimations de
gisements, une majeure partie des acteurs s’accordent à dire que de nouveaux investissements
pour définir de nouvelles approches et méthodologies d’estimation semblent peu utiles, et que des
actions locales et de terrain visant à limiter la production de déchets et à en améliorer la
valorisation, type « Réalisation d’une étude visant à collecter 50 exemples de réductions des coûts
réalisées par des entreprises grâce à la réduction et à la valorisation de leurs déchets » commandité
par le Service Planification et Observation des Déchets de l’ADEME Nationale, semblent privilégiées.

77
Informations complémentaires : http://www.redacnomade.com/article.php3?id_article=396&id_auteur=18

ADEME 108/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE I.5.5. MIDI-PYRÉNÉES

FICHES D’IDENTITÉ

 FICHE RÉGION
Région MIDI-PYRÉNÉES78
PRÉFECTURE Toulouse
Ariège (Préfecture : Foix)
Aveyron (Préfecture : Rodez)
Haute-Garonne (Préfecture : Toulouse)
Gers (Préfecture : Auch)
DÉPARTEMENTS
Lot (Préfecture : Cahors)
Hautes-Pyrénées (Préfecture : Tarbes)
Tarn (Préfecture : Albi)
Tarn-et-Garonne (Préfecture : Montauban)
SUPERFICIE 45 348 km² (7 % du territoire national)
POPULATION TOTALE 2 855 792 habitants (4 % de la population française)
Le territoire en Midi-Pyrénées se réparti selon les divisions territoriales suivantes :
3 021 communes (dont 2 245 de moins de 500 habitants) ;
202 communautés de communes ;
TERRITOIRE ET 7 communautés d’agglomération ;
POPULATION 1 communauté urbaine (Communauté Urbaine du Grand Toulouse, regroupant 25 % de
la population et 50 % de l’activité de la région).
Le territoire est fortement ruralisé, bien que les trois quarts des habitants de la région vivent en milieu
urbain.
L’économie de la région est très largement concentrée dans la région toulousaine, dont l’activité
principale et l’aéronautique.
ÉCONOMIE
La région présente également un important nombre de services public (enseignement supérieur
essentiellement)
L’entreprise Airbus, acteur majeur de la construction aéronautique dans le monde, emploie plus de
ENTREPRISES 20 000 personnes de la communauté urbaine du Grand Toulouse. D’autres acteurs majeurs tels
qu’Astrium, EADS ou le CNES font également de la région un pôle spatial européen.
ÉVALUATION DES En 2008, le gisement de production de DIB des 124 968 entreprises inscrites aux registres du commerce
GISEMENTS DE DAE et des métiers a été évalué à 2 509 279 tonnes.79

 CONTACTS DÉLÉGATION RÉGIONALE ADEME


Véronique MATHEVON Gérard BARDOU
Chargé de mission Déchets des entreprises et
Fonction Correspondant observation DR ADEME
observation des déchets industriels

 ACTEURS RENCONTRÉS
Type
ORGANISME Identité du représentant Fonction Description / Précision
d’établissement
L’ORDIMIP est membre du
Chloé MAISANO Directrice
ORDIMIP Association Comité de Pilotage de l’étude
Sandrine TARDE Chargée d’enquête
ADEME Observation DAE
Chambre Chargé de Mission
CCI 31 Frédéric DELBOS -
consulaire Environnement
Chambre Fabrice
CMA 31 Ingénieur Environnement -
consulaire BOURY ESNAULT

 AUTRES SOURCES D’INFORMATIONS


Entretiens individuels et enquête en ligne.
78
Sources : Site officiel de la région Midi-Pyrénées et INSEE
79
Source : ORDIMIP

ADEME 109/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre2011
gisement des DAE existantes localement

I. INTRODUCTION
La Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Toulouse et
l’ORDIMIP ont développé à partir de l’année 2002 un outil d’évaluation des gisements de déchets
non dangereux (hors déchets inertes) des entreprises.
Cette méthodologie d’évaluation des gisements de DAE repose sur l’utilisation de tables de ratios
construites à partir d’études et d’outils existants.

I.1. CONTEXTE DE MISE EN PLACE DES ACTIONS D’OBSERVATION

 ACTEURS CONCERNÉS
L’outil statistique utilisé actuellement est issu de la fusion des deux outils suivants :
outil d’évaluation des gisements de déchets des entreprises artisanales, développé par
l’Institut Supérieur des Métiers puis par la CMA de Toulouse ;
outil d’évaluation des gisements de déchets des entreprises industrielles, développé
initialement par Frédéric DELBOS à la CCI du Lot, puis à la CCI de Toulouse. Les CCI de Rodez
et Albi ont également contribué à l’évolution de certains ratios.
Sur la base de cet outil, des mises à jour des ratios et codes NAF des entreprises sont effectuées
par l’ORDIMIP.
Tous les membres de l’ORDIMIP sont aujourd’hui impliqués pour les réflexions sur l’observation
des DIB en Midi-Pyrénées :
représentants/techniciens de structures d’état (ADEME, Agences de l’Eau) ;
entreprises (productrices de déchets, et de la gestion des déchets) ;
collectivités ;
associations de protection de l’environnement et de consommateurs;
personnes qualifiées (chercheurs, journalistes, bureaux d’études, etc.).
Le financement de cet outil n’est pas chiffrable car les tâches effectuées depuis le début des
travaux sont réalisées en parallèles des activités « normales » des développeurs de l’outil.
La première version de l’outil a été diffusée auprès d’une soixantaine de CCI à travers la France.
Aujourd’hui, chaque CCI peut s’adresser à la CCIT pour obtenir une évaluation des gisements de
déchets de son territoire.

 CONTEXTE ET ENJEUX
Outre une estimation globale des flux de déchets potentiels en région Midi-Pyrénées, les outils
d’évaluation des gisements de DIB en Midi-Pyrénées ont été et sont effectués pour les principales
raisons suivantes :
révision des PDEDMA ;
mise en place projet de politiques déchets d’intercommunalités, notamment pour :
- le Syndicat Mixte du SCOT Nord Toulousain (caractérisation des gisements de
production de déchets des entreprises - DIB, déchets dangereux et déchets inertes
compris – et l’orientation des élus locaux sur le choix d’emplacements de structures
susceptibles d’accueillir des déchets) ;
- le SIVOM Blagnac Constellation.

ADEME 110/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre2011
gisement des DAE existantes localement

I.2. HISTORIQUE
Les premiers travaux sur les méthodes d’évaluation des gisements de DAE des entreprises
industrielles ont été menés d’un côté par Frédéric DELBOS de la CCIT dès 1998 (à la CCI du Lot à
l’époque), et de l’autre côté, par l’ISM puis par la CMA 31 dans les années 90 également.
La fusion des deux outils et la première mouture de l’outil actuel date de 2002, et des mises à
jours sont effectuées relativement régulièrement pour l’actualisation/correction de certains ratios
ou notamment lors de la révision des codes NAF (dernière mise à jour effectuée en 2008).

II. MÉTHODOLOGIE D’OBSERVATION

 CHAMPS ET CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES


La méthodologie développée permet d’évaluer les gisements de déchets non dangereux (hors
inertes) des entreprises et repose sur une table de 369 ratios de production de déchets issus
d’outils et d’enquêtes existants (ratios par kg/salarié et kg/salarié/secteur d'activité).
En termes de secteurs d’activités, sur la base des établissements inscrits au Registre du Commerce
et au Registre des Métiers, une liste de 41 secteurs d’activités a été définie (sont donc exclus tous
les établissements publics, scolaires, de santé, etc.).
Pour chaque secteur d’activité, un ratio80 pour chaque tranche d’effectif a été calculé (neuf
tranches d’effectifs par secteur d’activité).
Le périmètre géographique minimum est le canton, les données peuvent ensuite être agrégées au
niveau départemental et régional.

 OUTIL – PUBLICATION DES RÉSULTATS


L’outil de calcul et les tables de ratios ne sont pas communiqués.
Une évaluation de gisements de DIB peut toutefois être demandée par tout acteur à la CCI
Toulouse. Pour ce faire, les informations suivantes doivent être communiquées :

Zone du plan déchet ; Inscription au registre des métiers ;


Commune ; Code NAF 2 ;
Code postal ; Effectifs salariés en chiffres bruts.
Canton ;

Le résultat de l’évaluation des gisements est fourni gratuitement. En contrepartie, pour toute
publication de résultats, il est demandé d’indiquer la mention suivante « Méthodologie
développée par la CCI de Toulouse, la CMA de Haute-Garonne et l’ORDIMIP ».

 RECOUPEMENTS AVEC D’AUTRES SOURCES


Des enquêtes terrain effectuées auprès des prestataires de la gestion des DIB ont été réalisées. Au
vu de la faible qualité des données obtenues, des recoupements avec les données obtenues via
l’outil d’évaluation de gisements ne semblent pas pertinents.
D’autres recoupements avec les données GEREP notamment permettent d’estimer que 90 % des
établissements en Midi-Pyrénées généraient environ 50 % des gisements de déchets d’activités
économiques.

80
Les ratios sont linéairement proportionnels aux tranches d’effectifs.

ADEME 111/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du gisement des DAE existantes localement Septembre 2011

III. SOCIOGRAMME

ÉTUDE DE CAS RÉGION MIDI-PYRÉNÉES

Faibles synergies entre les acteurs Synergies fortes

CONSEIL CHAMBRE DE
RÉGIONAL COMMERCE ET
MIDI-PYRÉNÉES D’INDUSTRIE DE
TOULOUSE

AUTRES ACTEURS IMPLIQUÉS DANS


L’OBSERVATION DES DAE :
ORDIMIP
FÉDÉRATIONS ADEME CHAMBRES DE COMMERCES ET
PROFESSIONNELLES MIDI-PYRÉNÉES D’INDUSTRIES DE LA RÉGION

CHAMBRES DES MÉTIERS ET DE


L’ARTISANAT DE LA RÉGION

LÉGENDE
CMA HAUTE-
CONSEILS GÉNÉRAUX GARONNE
Financements

Données
Faibles échanges
d’informations

Faibles synergies L’observation est centralisée autour de l’ORDIMIP, qui fait office de maître d’ouvrage pour les principales actions d’observation des DAE en Midi-Pyrénées.
L’outil développé par l’ORDIMIP, la CCI de Toulouse et la CMA semble être utilisé par tous les département de la région.
Synergies fortes
Les synergies entre les différents acteurs restent toutefois disparates.

Figure 18 : [ANNEXE] Sociogramme Midi-Pyrénées

ADEME 112/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

IV. ÉVALUATION DE L’ACTION


L’outil fait l’objet de développements réguliers depuis plus de 10 ans, et les ratios statistiques
sont actualisés en fonction notamment de la publication de nouvelles études et enquêtes.
Sur la base de retours d’expériences, il a été empiriquement estimé que les résultats obtenus via
l’outil développé étaient fiables à +/- 15 % (échantillon minimum de 5 000 établissements). Cette
précision des résultats répond aux besoins actuels des acteurs utilisant l’outil.
La structuration de l’ORDIMIP en 5 collèges impliquant des acteurs variés (cf. paragraphe
« Acteurs concernés » du chapitre « I.1 Contexte de mise en place des actions d’observation »)
semble permettre une bonne synergie entre les acteurs.

 LIMITES ET FREINS
Il est important de noter que les données obtenues avec cet outil correspondent à des
productions de déchets et non à une évaluation des déchets réellement collectés et traités. L’outil
ne permet en aucun cas de refléter la réalité du terrain et d’évaluer un gisement captable.
En termes de méthodologie, il apparaît intéressant qu’une étude à l’échelle nationale type
« Évaluation de la production nationale des déchets non dangereux et dangereux des entreprises
en 2004 - Établissements industriels et commerciaux de 10 salariés et plus » de l’ADEME soit
réalisée afin d’actualiser les tables de ratios de l’outil (les données publiées par l’INSEE ne
permettant pas a priori cette actualisation).
Il ressort toutefois des échanges qu’il serait illusoire en l’état actuel de vouloir identifier plus
précisément les gisements de DAE.

 LEVIERS POTENTIELS D’AMÉLIORATION


Améliorer la communication :
- favoriser les échanges entre les acteurs, notamment au sein du réseau des
Observatoires déchets ;
- accentuer les travaux collaboratifs (par exemple : organiser les réunions à tour de rôle,
systématiquement proposer un ordre du jour ouvert, flexible et adaptable aux besoins
du moment de chaque acteur)
Formaliser ou contractualiser les partenariats et les travaux collaboratifs, de manière à
limiter les aléas dus au calendrier politique.

V. CONCLUSION
En termes de méthodologie et de qualité des résultats obtenus, l’outil développé permet
d’atteindre les objectifs visés au départ. Toutefois, malgré la marge d’erreur relativement
importante, la CCI, la CMA et l’ORDIMIP restent réservés, notamment de par la définition de
certains ratios via des méthodes estimées comme étant plus empiriques que scientifiques.

ADEME 113/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II ANALYSE DES MÉTHODES D’ÉVALUATION DU GISEMENT DE DAE

ANNEXE II.1 FICHES ACTIONS

ANNEXE II.1.1. ENQUÊTE NATIONALE ADEME AUPRÈS DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES ET


COMMERCIALES
CONTEXTE
L’ADEME est maître d’ouvrage. La collecte et l’exploitation sont réalisées par des
Acteurs
prestataires extérieurs.
Estimer les déchets non dangereux des entreprises industrielles et commerciales.
Objectifs
Une estimation partielle des déchets dangereux a également été réalisée en 2004
PÉRIODICITÉ
Trois enquêtes de méthodologie comparables ont porté sur les déchets produits
en : 1995, 1999, 2004
Déchets non dangereux des entreprises industrielles et commerciales de plus de 10
CHAMP DE L’ENQUÊTE
salariés
Secteurs d’activité : Industries extractives ; Ind. agricoles, agro-alim ;, Textile,
habillement, cuir ; Bois ; Papier, carton, imprim ; Chimie, raffinage ; Caoutchouc,
plastiques ; Minéraux non métalliques ; Métallurgie ; Fabrication de machines ;
Électricité, électronique ; Matériel de transport ; Autres industries ; Construction ;
Commerce automobile ; Commerce de gros ; Commerce de détail
Des spécificités concernent chaque enquête.
Enquête 1999 : ajout de deux secteurs d’activité : pressing et photographie.
Plus de limitation de surface pour l’activité G2 « commerce de détail », alors
que l’étude de 1996 concernait uniquement les commerces de plus de
400 m2.
Enquête 2004 : estimation des déchets des établissements de 10 à 19
salariés, par ratios en tonnes/salariés calculés sur les établissements de 20 à
49 salariés, à l’exclusion des secteurs du bois (DD) et du commerce de détail
(G2), où l’on enquête les établissements de 20 à 49 salariés. Suppression des
secteurs : « G0 : commerce automobile » ; « K1 : photographie » ; « 01 :
pressing » ; « FF : construction » ;
Les secteurs d’activité sont affectés à partir des codes NAF des établissements
dans le répertoire SIRENE. Cela exclut en principe les bureaux et entrepôts.
Déchets : Déchets non dangereux et une partie des déchets dangereux.
En 1999, les familles de déchets non dangereux considérées étaient : verre,
métaux, plastiques, caoutchouc, textiles et cuir, carton, bois, déchets banals en
mélange.
En 2004, 4 catégories ont été ajoutées : boues, alimentaires et déchets verts (hors
déchets organiques des IAA), équipements hors d’usage, et minéraux.
MÉTHODOLOGIE
Mode d’enquête Enquête par courrier, avec réponse possible par Internet en 2004
L’unité statistique est l’établissement.
Sondage stratifié par secteurs d’activité et taille d’entreprises.
Les strates de taille sont les suivantes : 10 à 19 salariés ; 20 à 49 salariés ; 50 à 99
salariés ; 100 à 199 salariés ; 200 à 499 salariés ; 500 salariés et +.
En 1999, 5947 questionnaires ont été envoyés pour 2600 réponses reçues, soit un
Plan de sondage
taux de réponse de 44%, mais seulement 2000 réponses ont effectivement
participé aux estimations.
En 2004, 5836 questionnaires ont été envoyés pour 3384 questionnaires
effectivement exploités. L’amélioration du taux de réponses utiles est liée à deux
facteurs :

ADEME 114/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

l’enquête a un statut d’enquête obligatoire en 2004 et pas en 1999 ;


les établissements de moins de 20 salariés n’ont pas été enquêtés en 2004,
sauf dans le secteur du bois et des commerces de détail, alors que ce sont
dans ces tranches de taille que les taux de retour sont les plus faibles.
Tonnage de déchets produits par type de déchets.
Questions posées
Nature du collecteur et mode de valorisation des déchets, par type de déchet.
Calcul de tonnages moyens par établissement. Extrapolation à la France entière en
multipliant les tonnages moyens par le nombre d’établissements de chaque strate.
En 2004, pour les établissements de 10 à 19 salariés, estimation par des ratios en
tonnes par salariés, calculés sur les établissements de 20 à 49 salariés du même
Mode d’extrapolation
secteur d’activité.
Remarque : compte tenu du faible nombre de réponses dans certaines strates, des
tranches de taille ont été agrégées par secteur d’activité, pour améliorer les
estimations.
COÛT
200 000 € + 3 mois d’ingénieur ADEME pour une édition
RÉSULTATS PUBLIÉS
Les résultats sont publiés sous forme de rapport d’étude, incluant la méthodologie
et le questionnaire. Le rapport est disponible sur le site de l’ADEME.
Le rapport contient :
Une estimation nationale des déchets industriels et commerciaux pour les
établissements de plus de 10 salariés, par secteur d’activité et catégorie de
déchets
Une répartition régionale des déchets selon leur nature, déchets non
dangereux en 12 catégories,
La production moyenne de déchets non dangereux en tonnes par
établissement et par an, par secteur d’activité et tranche de taille, mais
toutes catégories de déchets confondues.
PRÉCISION DES RÉSULTATS
Au niveau national, l’estimation du gisement de déchets industriels et
commerciaux est réalisée avec une précision de 12% en 1999 et de 9% en 2004.
Mais cette précision est beaucoup plus faible dans certains secteurs d’activité,
notamment quand les taux de réponses des entreprises de plus de 200 salariés ont
été insuffisants.

ADEME 115/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 25 : [ANNEXE] Fiches actions - Tonnages de déchets produits par les établissements industriels et
commerciaux en 2004, par secteur d’activité et type de déchet
Déchets non dangereux principaux Autres non dangereux

Papier-carton

Alimentaires

Équipement
Caoutchouc

et D. verts
Plastiques

Minéraux
Mélange
Métaux

Textile

Boues
Activité ▼

Verre

Total
Bois

HU
Nature de déchets ►

Industries extractives 0 30 1 2 0 4 3 10 51 - 0 0 -
Industries agricoles, agro-alim. 16 52 83 0 1 213 54 593 1 012 986 10 1 -
Textile, habillement, cuir 0 9 4 0 155 34 8 141 3 51 - 1 1 -
Bois 1 10 7 0 0 10 5 206 591 5 825 - 4 0 -
Papier, carton, imprimerie 14 36 137 0 0 1404 271 902 2 765 815 2 0 -
Chimie, raffinage 15 59 26 2 0 244 50 224 620 - 24 1 -
Caoutchouc, plastique 4 44 285 64 3 65 100 288 854 - 2 1 -
Minéraux non métalliques 115 21 39 0 0 37 36 188 434 - 3 0 578
Métallurgie 6 1298 10 0 0 69 65 537 1 984 - 2 0 -
Fabrication de machines 0 292 13 0 2 42 44 162 555 - 4 1 -
Électricité, électronique 11 180 17 0 0 92 41 191 531 - 8 9 -
Matériel de transport 1 1451 12 1 0 88 116 177 1 848 - 6 1 -
Autres industries 2 56 10 0 3 24 250 116 462 - 3 0 -
Commerce de gros 5 281 47 7 - 305 166 524 1 335 - 8 96 -
Commerce de détail 33 43 93 2 0 1250 106 1556 3 082 - 178 4 -
Ensemble 222 3864 784 80 165 3881 6515 6200 21 710 1801 254 116 578
Source : ADEME

Tableau 26 : [ANNEXE] Fiches actions - Production moyenne de déchets non dangereux par établissement en
2004 (tonnes par établissement) – 8 catégories de déchets
Activité ▼ Effectif salarié ► 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199 200 à 499 500 & + Ensemble
Industries extractives 18 41 140 186 2 372 52
Industries agricoles, agro-alim. 24 57 169 311 802 1 590 120
Textile, habillement, cuir 32 75 127 149 356 570 76
Bois 1 336 2 975 4 885 7 656 14 274 2 704
Papier, carton, imprimerie 82 195 895 2 100 4 262 6 443 548
Chimie, raffinage 41 95 369 376 531 976 257
Caoutchouc, plastique 79 181 291 559 1 093 2 814 299
Minéraux non métalliques 45 108 321 599 1 289 2 456 200
Métallurgie 34 76 250 496 2 254 3 538 185
Fabrication de machines 23 53 103 333 530 2 325 118
Électricité, électronique 16 43 58 117 609 1 107 105
Matériel de transport 30 69 152 794 1 743 8 295 1 065
Autres industries 48 105 268 742 1 065 3 002 203
Commerce de gros 20 45 122 463 324 1 112 53
Commerce de détail 35 103 208 443 1 018 2 314 121
Total 58 153 314 614 1 283 3 171 209
Source : ADEME

Tableau 27 : [ANNEXE] Fiches actions - Production de déchets non dangereux par région (milliers de tonnes et
pourcentage) - 8 catégories de déchets
Région Tonnage Pourcentage Région Tonnage Pourcentage
11 Île-de-France 2 963 14% 52 Pays de la Loire 1 422 7%
21 Champagne-Ardenne 773 4% 53 Bretagne 1 025 5%
22 Picardie 746 3% 54 Poitou Charente 821 4%
23 Haute-Normandie 672 3% 72 Aquitaine 1 291 6%
24 Centre 1 127 5% 73 Midi-Pyrénées 712 3%
25 Basse-Normandie 563 3% 74 Limousin 343 2%
26 Bourgogne 732 3% 82 Rhône-Alpes 2 161 10%
31 Nord Pas-de-Calais 1 499 7% 83 Auvergne 524 2%
41 Lorraine 1 095 5% 91 Languedoc-Roussillon 503 2%
42 Alsace 977 5% 93 Provence Alpes Côte d’Azur 862 4%
43 Franche-Comté 829 4% 94 Corse 37 0%

ADEME 116/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 28 : [ANNEXE] Fiches actions - Répartition régionale des déchets non dangereux produits par les
établissements industriels et commerciaux selon leur nature en 2004 (milliers de tonnes)

Équipements HU
Alimentaires et
déchets verts
Caoutchouc
Région ▼

Plastiques

Minéraux
Mélange
Métaux

Textiles,

Papier,
carton

Boues
Verre

Total
Total
cuir

Bois
Nature déchet ►

11 Île-de-France 26 477 135 3 15 894 362 1051 2 963 146 68 50 33 298


21 Champagne-Ardenne 6 170 19 1 4 83 268 222 773 28 10 7 2 48
22 Picardie 11 148 32 8 7 126 183 231 746 45 12 7 3 67
23 Haute-Normandie 10 135 30 6 2 125 160 203 672 295 15 7 2 319
24 Centre 9 180 41 9 4 194 382 308 1 127 44 33 14 5 96
25 Basse-Normandie 4 116 16 0 2 85 170 170 563 108 7 5 2 122
26 Bourgogne 9 109 24 16 2 101 275 196 732 30 11 7 3 51
31 Nord Pas-de-Calais 33 439 49 5 15 280 252 425 1 499 195 37 16 8 256
41 Lorraine 11 236 30 4 4 169 403 238 1 095 199 16 8 3 226
42 Alsace 17 290 29 2 4 153 234 247 977 46 12 9 5 72
43 Franche-Comté 3 265 18 2 1 65 336 139 829 14 2 4 2 22
52 Pays de la Loire 11 211 53 4 28 225 479 410 1 422 136 27 15 8 186
53 Bretagne 8 230 36 6 3 179 273 292 1 025 208 26 11 5 251
54 Poitou-Charentes 12 93 34 1 3 111 369 199 821 37 43 6 2 89
72 Aquitaine 7 80 36 2 5 166 730 265 1 291 59 15 12 4 90
73 Midi-Pyrénées 6 81 25 1 7 124 252 216 712 33 34 9 4 79
74 Limousin 3 22 10 0 1 47 161 98 343 16 12 2 1 32
82 Rhône-Alpes 21 380 99 3 23 382 587 667 2 161 82 97 25 11 216
83 Auvergne 3 75 34 3 3 65 229 113 524 20 7 4 1 33
91 Languedoc-Roussillon 3 38 12 1 2 98 202 148 503 18 59 9 5 92
93 Provence Alpes Côte d’Azur 8 84 25 1 2 199 197 346 862 34 27 23 6 89
94 Corse 0 1 1 0 0 6 17 12 37 1 1 1 0 2
France entière 222 3859 789 79 138 3880 6518 6195 21 680 1795 573 253 116 2 737

Rappel : les déchets alimentaires des IAA ne sont pas inclus dans ce tableau.

ADEME 117/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.2. ENQUÊTE INSEE AUPRÈS DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES


CONTEXTE
Acteurs Maître d’ouvrage : INSEE Pôle Statistiques Industrielles.
L’objectif de l’enquête est d’estimer la production nationale de déchets non dangereux
des établissements industriels (y compris industries agroalimentaires) en 2008, en
quantités physiques et avec un détail par types de déchets, par secteur d’activité et par
région.
Objectifs
Elle permet par ailleurs de répondre au règlement européen relatif aux statistiques sur
les déchets (CE N°2150/2002) du 25 novembre 2002 qui demande d’évaluer la
production de déchets (en tonnage) de 19 secteurs d’activité. Tous les secteurs
industriels sont concernés.
PÉRIODICITÉ
2006, 2008
CHAMP DE L’ENQUÊTE
 SECTEURS D’ACTIVITÉ
L’unité statistique est l’établissement. C’est le lieu géographique où sont produits et
gérés les déchets. Le champ est délimité à partir de trois critères :
l’activité principale exercée (APE) : appartiennent au champ de l’enquête les
établissements dont l’APE relève des codes NAF Rev2 : 05 à 33 (sauf 12 -
fabrication de produits à base de tabac).
l’existence d’une activité de fabrication; appartiennent au champ de l’enquête :
- les usines, ateliers, chantiers permanents où s’exerce une activité
d’extraction, de fabrication ou de transformation ;
- les activités de réparation, installation ou montage-assemblage.
- Sont exclus les bureaux, entrepôts, magasins de vente, laboratoires d’essais
et tous les établissements « auxiliaires » de l’industrie ….
la taille : Font partie de l’échantillon enquêté les établissements :
- de 10 salariés et plus pour l’industrie agroalimentaire et les scieries
- de 20 salariés et plus pour le reste de l’industrie.
 CATÉGORIES DE DÉCHETS
Les déchets concernés sont les déchets non dangereux :
Papiers ;
Papiers-cartons en mélange ;
Textiles ;
cuir ;
Pneumatiques ;
Autres caoutchouc ;
Bois : palettes, cassettes, copeaux et sciures, bois en mélange ;
Minéraux ;
Équipements hors d’usage hors DEEE ;
VHU ;
Déchets verts ;
Déchets alimentaires ;
Déchets en mélange ;
Verre ;
Plastiques ;
Cartons ;
Boues de STEP ;
Autres boues ;
Déchets organiques d’origine animale ;
Autres déchets organiques.

ADEME 118/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

MÉTHODOLOGIE
Mode d’enquête Enquête par courrier avec réponse par Internet
L’échantillon enquêté se compose d’à peu près 12 000 établissements (dont 1500
appartenant à l’industrie agro-alimentaire) sélectionnés à partir d’un répertoire
mis à jour par diverses sources dont les principales sont : l’enquête précédente, le
répertoire SIRENE.
Plan de sondage
Le sondage est un sondage stratifié par tranches de taille et secteur d’activité.
Les établissements de plus de 100 employés ont été enquêtés exhaustivement, les
autres l’ont été par sondage.
Taux de réponse : 91%
Par catégorie de déchets : Quantités de déchets produites, Nature du collecteur, Mode
Questions posées
de traitement.
Les non-réponses sont estimées par duplication de la réponse d’un établissement
Mode d’extrapolation appartenant à la même strate : activité principale et tranche de taille d’effectif.
Les réponses sont pondérées par l’inverse du taux de sondage
COÛT
???
RÉSULTATS PUBLIÉS
Les résultats publiés sur le site de l’INSEE incluent :
- Les estimations nationales de déchets produits par les établissements
industriels ;
- Les estimations régionales des déchets produits par catégorie de déchets ;
- Les modes de traitement par catégories de déchets et par région.
Le site INSEE ne propose aucune moyenne par nombre d’établissements ou
nombre de salariés.
L’enquête peut être mise à disposition à la demande, à condition que l’autorisation en
soit donnée par le Comité du secret. Chaque région / CG peut vraisemblablement en
disposer. Cependant, le délai de mise à disposition est d’environ 3 mois (trois réunions
par an du Comité), mais la démarche d’accès aux données peut être d’un an, si nous nous
referons à l’expérience de l’ORDIF. Il est ensuite nécessaire que les personnes habilitées
au secret, soient en mesure d’exploiter la masse d’information.
PRÉCISION DES RÉSULTATS
Non publié, mais vraisemblablement nettement meilleure qu’en 2004, soit inférieure à
5% sur les données nationales.

Tableau 29 : [ANNEXE] Fiches actions - Production Française de déchets non dangereux par les entreprises
industrielles de plus de 20 salariés, en 2006 et 2008 (en tonnes)
catégorie de déchets 2008 2006
bois 5 529 740 5 088 792
métaux 3 960 337 3 966 291
déchets en mélange 2 160 388 2 906 046
papiers cartons 1 997 818 2 024 789
plastiques 467 333 487 545
verre 305 495 282 818
caoutchouc 81 220 117 468
textile 22 877 75 426
TOTAL BANALS 14 525 208 14 949 175
minéraux 2 310 812 2 461 998
déchets alimentaires (*) 33 533 113 746
déchets d'espace verts 16 716 24 972
équipement hors d'usage 9 141 30 093
véhicule mis au rebut 608 1 107
TOTAL 16 896 018 17 581 091
Source : Enquête sur la production de déchets non dangereux en 2006 et en 2008

Remarque : Les résultats ne sont pas directement comparables à ceux de 2004, le champ des
établissements concernés différant sensiblement : pas d’établissements de moins de 20 salariés, hors
ceux des IAA, pas d’établissements commerciaux.

ADEME 119/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 30 : [ANNEXE] Fiches actions - Répartition régionale des déchets produits par les établissements
industriels de plus de 20 salariés en 2008 (milliers de tonnes), par nature de déchets
Région Mélange Verre Métaux Plast-iques Papier Textiles Caout- Bois Total Autres Total
chouc banals
Île-de-France 157 14 436 24 199 0 2 87 919 81 1 000
Champagne-Ardenne 85 11 162 22 63 1 3 251 599 44 644
Picardie 139 17 167 35 96 1 10 108 573 12 585
Haute-Normandie 139 35 138 20 86 0 6 104 528 90 617
Centre 87 5 234 21 166 1 9 272 795 59 854
Basse-Normandie 54 16 111 30 94 0 2 97 403 36 439
Bourgogne 65 7 158 15 75 1 11 148 479 127 606
Nord Pas-de-Calais 199 31 552 36 142 3 4 89 1 056 806 1 862
Lorraine 67 26 372 14 76 2 2 476 1 036 128 1 164
Alsace 88 23 251 21 100 2 0 126 612 15 626
Franche-Comté 51 ss 214 11 32 0 ss 863 1 178 76 1 254
Pays de la Loire 139 14 301 35 213 2 4 213 921 60 981
Bretagne 137 9 142 20 93 0 6 167 574 81 655
Poitou-Charentes 57 4 62 8 74 0 0 295 500 55 556
Aquitaine 108 11 57 19 56 1 1 1 014 1 266 59 1 326
Midi-Pyrénées 50 1 44 7 37 0 ss 148 289 123 412
Limousin 59 0 30 3 53 0 ss 55 200 15 215
Rhône-Alpes 303 23 364 72 193 5 3 604 1 567 216 1 783
Auvergne 47 4 83 27 47 1 16 187 413 139 552
Languedoc-Roussillon 35 ss 37 6 36 0 0 20 142 27 169
Provence-Alpes-Côte d'Azur 93 38 45 21 65 0 0 207 469 122 591
DOM * 3 0 0 1 2 0 0 0 7 0 7
ENSEMBLE 2 160 305 3 960 467 1 998 23 81 5 530 14 525 2 371 16 896
Source : INSEE - Enquête sur la production de déchets non dangereux en 2008

Tableau 31 : [ANNEXE] Fiches actions - Répartition des déchets produits par les établissements industriels de
plus de 20 salariés en 2008 (tonnes), par secteur d’activité
Secteur d'activité
Industrie extractive 742 883
Industrie alimentaire 1 022 195
Fabrication de boissons 183 793
Fabrication de textiles 118 362
Industrie de l'habillement 25 325
Industrie du cuir et de la chaussure 18 125
Travail du bois 4 460 783
Industrie du papier et du carton 1 791 225
Imprimerie et reproduction d'enregistrements 665 245
Cokéfaction et raffinage 81 182
Industrie chimique 391 117
Industrie pharmaceutique 97 461
Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique 646 618
Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques 974 416
Métallurgie 1 262 215
Fabrication de produits métalliques 1 620 000
Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques 74 723
Fabrication d'équipements électriques 275 369
Fabrication de machines et équipements n.c.a. 486 408
Industrie automobile 1 383 021
Fabrication d'autres matériels de transport 158 783
Fabrication de meubles 235 776
Autres industries manufacturières 44 965
Réparation et installation de machines et d'équipements 136 025
TOTAL 16 896 018

ADEME 120/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.3. ENQUÊTE NATIONALE INSEE SUR LES DÉCHETS DES COMMERCES
Contexte
Acteurs Maître d’ouvrage : INSEE
Estimer les déchets des établissements commerciaux.
Objectifs
Répondre au règlement statistique sur les déchets
Périodicité
Non périodique
Réalisée en 2007, portant sur les déchets 2006
Champ de l’enquête
cartons, papiers et papiers-cartons en mélange, déchets en bois (palettes perdues et
usagées, caisses et cagettes en bois usagées, copeaux, sciures, écorces…), - métaux
Déchets ferreux ou non ferreux, matières plastiques (polyéthylènes, polystyrène expansé, films,
sacs d'emballage, bidons…), verre (bouteilles…), équipements hors d'usage, déchets
d'espaces verts, alimentaires…
Enquête auprès des établissements commerciaux de plus de 50 salariés en France
Secteurs d’activités
Métropolitaine
Méthodologie
Mode d’enquête La collecte est réalisée par voie postale au premier trimestre 2007.
L'enquête interroge par sondage environ 2 000 établissements commerciaux (1 000 du
Plan de sondage
commerce ce gros et 1 000 du commerce de détail) de plus de 50 salariés.
Les différentes catégories de déchets produits en 2006 en millions de tonnes.
La destination des déchets ainsi que les modes de gestion et de suivi : centre de tri ou
déchèterie, recyclage ou valorisation matière, valorisation énergétique, mise en
décharge;
La perception par les établissements du processus de gestion des déchets :
préoccupation environnementale, enjeu économique, moyen de rationaliser le
Questions posées fonctionnement de ses services, contrainte ou obligation, coût supplémentaire ;
Les moyens affectés à l'organisation de la gestion des déchets : présence d'une
organisation de la gestion des déchets, personnel dédié, sensibilisation et formation du
personnel, mise à disposition d'équipements de tri, existence de moyens de gestion
partagés entre plusieurs établissements ou avec d'autres établissements de l'entreprise
ou encore au niveau de la tête de groupe ou de réseau, avec des établissements d'autres
entreprises sur le même site.
Une estimation du tonnage de déchets produits par les établissements de moins de 50
salariés a été obtenue par modélisation. Des modèles sectoriels ont été élaborés, en
Mode d’extrapolation tenant compte d’une part du tonnage moyen de déchets par salarié observé dans les
établissements de 50 à 150 salariés et d’autre part d’une probabilité de ne pas émettre
de déchets.
Résultats publiés
Site Internet de l’INSEE. L’enquête est disponible avec les mêmes réserves que
l’ensemble des enquêtes de l’INSEE.
Précision des résultats
Non publié, mais largement supérieure à celle de l’enquête 2004 de l’ADEME.

ADEME 121/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 32 : [ANNEXE] Fiches actions - Déchets des établissements commerciaux de plus de 50 salariés en 2006
Catégorie de déchets Commerce de gros Commerce de détail Ensemble
en milliers de en milliers de en milliers de
en % en % en %
tonnes tonnes tonnes
Cartons et papiers 265 34 800 43 1 065 40
Déchets en mélange 228 29 743 39 971 37
Déchets en bois 92 12 139 7 231 9
Produits périmés, usagés ou mis au rebut 44 6 71 4 115 4
Déchets métalliques 80 10 21 1 102 4
Déchets alimentaires 22 3 59 3 81 3
Déchets en plastique 21 3 39 2 60 2
Déchets en verre 11 1 1 0 12 0
Autres déchets 11 1 9 0 19 1
Total 775 100 1 882 100 2 657 100
Source : INSEE - 2006

ADEME 122/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.4. ENQUÊTE SUR LES DÉCHETS DES TRANSPORTS EN 2009

CONTEXTE
Maître d’ouvrage : Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et
du Logement (MEDDTL). Commissariat général au développement durable (CGDD).
Service de l’observation et des statistiques (SoeS). Sous-direction des statistiques des
Acteurs
transports. Bureau de la statistique d’entreprises et des prix des transports
Questions élaborées par un comité de concertation incluant les professionnels du
secteur et l’ADEME.
Enrichir la connaissance des caractéristiques physiques, techniques et
organisationnelles des entreprises de transport, en particulier pour ce qui
concerne leur activité logistique ;
Répondre à des problématiques soulevées par le « Grenelle Environnement »
Objectifs (intermodalité, politiques d’économie d’énergie...).
Répondre aux exigences du règlement statistique sur les déchets dans le secteur
des transports (cf. Règlement (CE) n° 2150/2002 du Parlement européen et du
Conseil du 25 novembre 2002 relatif aux statistiques sur les déchets).
L’enquête AET2009 est déclarée d’intérêt général et a un caractère obligatoire.
PÉRIODICITÉ
Apériodique - 2009
CHAMP DE L’ENQUÊTE
Déchets non dangereux : métaux, verre, papier-carton, matières plastiques, bois, déchets
Déchets minéraux, Équipements hors d’usage hors VHU et pneus, DMA, Déchets en mélange ; %
d’emballages.
Unité statistique : entreprise.
Entreprises du secteur « Transports et entreposage », à l’exclusion de trois
Secteurs d’activités
secteurs : « Transport de voyageurs par taxis » (49.32Z), « Téléphériques et remontées
mécaniques » (49.39C) et « Transport par conduites » (49.5).
MÉTHODOLOGIE ENQUÊTE AUPRÈS DES ENTREPRISES
La collecte de cette enquête est réalisée par un questionnaire envoyé par voie postale.
Une collecte par Internet est également proposée aux entreprises.
Mode d’enquête
Une relance par courrier est prévue pour les non-répondants. Dans un second temps, des
relances téléphoniques sont mises en place pour les plus grandes unités.
L’ensemble des entreprises ayant au moins 50 salariés ou réalisant au moins 8 millions
d’euros de chiffre d’affaires sont interrogées de manière exhaustive. Pour les entreprises
Plan de sondage
plus petites, un taux de sondage de 40 % est appliqué parmi les entreprises de
l’échantillon de l’enquête ESA de l’INSEE.
Le parc des véhicules ;
Les consommations et la politique d’économie d’énergie ;
Les quantités de déchets produites et leur mode d’élimination ;
Questions posées Le personnel intérimaire ;
Le nombre et la capacité des entrepôts pour l’activité logistique ;
Le transport international ;
L’intermodalité.
Inverse du taux de sondage (en établissements ?). Redressements des données
Mode d’extrapolation
manquantes à partir d’autres informations du questionnaire.
RÉSULTATS PUBLIÉS
Pas encore publié

ADEME 123/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.5. EGIDA, LES DÉCHETS DES ARTISANS

CONTEXTE
L’étude a été réalisée par le CNIDEP, Centre National d’Innovation pour le
Développement Durable et l’Environnement dans les Petites Entreprises.
Elle a été menée en collaboration avec 9 chambres régionales ou départementales des
Acteurs
Métiers et de l’Artisanat. Elle a reçu le soutien financier de l’ADEME, le l’agence de l’eau
Rhin Meuse, de l’agence de l’eau seine Normandie, du Conseil Régional de Lorraine et de
la DCASPI.
Établir des ratios de déchets générés par salariés, selon les secteurs d’activité, pour les
Objectifs
entreprises artisanales.
PÉRIODICITÉ
Apériodique
1ère initiative en 1994 – Dernière estimation : 2006-2007
CHAMP DE L’ENQUÊTE
Tous les types de déchets sont mesurés, dangereux et non dangereux, selon des
nomenclatures adaptées à chacun des métiers. Une estimation nationale a été réalisée
selon la nomenclature suivante :
Déchets banals : bocaux et bouteilles en verre / boîtes de conserve / briques
alimentaires / cartons/ cagettes en bois / films plastiques / polystyrène / seaux et
bidons plastiques / sacs de farine / papier et barquettes aluminium / palettes /
sacs de sableuse / cagettes en plastique / barquettes plastique / papier / sachets
Déchets aluminium / palettes / sacs de sableuse / cagettes plastiques / barquettes
plastique / papier / sachets aluminium / boîtes pellicules photos / sacs de ciment
et plâtre
Déchets dangereux : pots et bidons souillés en fer / pots et bidons souillés en
plastique / cartouches de silicone / boîtes d’encre / bombes aérosols / films
plastiques souillés / cartons et papiers souillés.
Remarque : on ne s’intéresse qu’aux déchets spécifiques du métier. La cartouche
d’imprimante du boucher n’a pas été comptabilisée.
Les enquêtes concernent les entreprises inscrites aux chambres des métiers et de
l’artisanat, réparties selon les 22 secteurs d’activité suivants :
Boucherie – Charcuterie – Traiteur .................
Boulangerie – Pâtisserie ...................................
Coiffure en salon ..............................................
Commerce de détail de fleurs (Fleuriste) ........
Réparation de matériel électronique ..............
Réparateur de matériel informatique..............
Studio de photographie ...................................
Nettoyage tous types de locaux ......................
Imprimerie de labeur .......................................
Secteurs d’activités
Prothésiste dentaire ........................................
Mécanique – Carrosserie automobile..............
Mécanique agricole .........................................
Mécanique générale.........................................
Métallerie - Serrurerie......................................
Fabrication de meubles....................................
Menuiserie bois-plastique................................
Travaux d’intérieur...........................................
Installation électrique (Électricien).................
Travaux de couverture ....................................
Peinture extérieure ..........................................

ADEME 124/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Travaux de maçonnerie...................................
Plomberie – Chauffage - Climatisation.............
MÉTHODOLOGIE
Enquêtes réalisées en face à face, avec un questionnaire spécifique à chaque métier.
Mode d’enquête
Pesée des déchets.
987 enquêtes réalisées, environ 40 par métier, avec un essai de représentativité
Plan de sondage régionale. Le plan de sondage ne figure pas in extenso dans les rapports.
La base de sondage : répertoire des chambres des métiers.
Quantités de déchets produites, par type très détaillé. Usage de la déchèterie. Nombre
Questions posées
de salariés. Saisonnalité de l’activité.
Ratios par (salarié + 1). L’ajout d’une unité au nombre de salariés sert à tenir compte du
Mode d’extrapolation
fait que de nombreuses entreprises n’ont pas de salarié.
COÛT 150 000 €

RÉSULTATS PUBLIÉS
Résultats non publiés, mais dont l’ADEME dispose, en tant que financeur.
L’outil EGIDA est fourni gratuitement aux collectivités. A partir d’une évaluation des
nombres de salariés et d’entreprises des différents secteurs d’activité sur la zone
considérée, on peut estimer les quantités de déchets produites. Notons seulement
qu’une estimation France Entière conduit à évaluer les déchets des artisans à moins de
2% des déchets des entreprises industrielles et commerciales de plus de 10 salariés.
En revanche, les ratios en tonnes/salarié ne sont jamais fournis directement.
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
Le choix de se restreindre à quelques métiers précis est un atout, fournissant des
données assez fiables sur ces métiers, compte tenu d’un nombre relativement peu élevé
d’enquête. Toutefois la précision n’a pas pu être estimée à partir des documents
disponibles (pas d’écart-type des ratios).

ADEME 125/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.6. ADEME - LES DÉCHETS DE LA RESTAURATION

CONTEXTE
Acteurs L’étude a été menée par l’ADEME
L’étude sur le secteur de la restauration (à l’exclusion de la restauration collective
Objectifs publique) évalue les quantités de déchets d’emballages par repas et les quantités de
déchets par salarié et par type de matériau.
PÉRIODICITÉ
Apériodique
Données établies en 1998 et 1999
CHAMP DE L’ENQUÊTE
Déchets banals: déchets d’emballages selon le matériau d’emballage, textiles,
Déchets
putrescibles.
Secteurs d’activités Secteurs de la restauration, hors restauration publique
MÉTHODOLOGIE
Caractérisation de type MODECOM faite en 4 vagues, avec un relevé des quantités de
Mode d’enquête
déchets et un suivi de la composition des eaux grasses et emballages.
Caractérisation de 60 établissements, soit identification des déchets de 60
établissements sur la période d’étude 1998 / 1999
Plan de sondage
3 zones : PACA, Ile de France et Grand Ouest extrapolées à l’ensemble de la France
métropolitaine
Questions posées Quantités de déchets produites, par type très détaillé.
Mode d’extrapolation Ratios par salarié et ratio par repas.
COÛT 50 000 € à 60000€ TTC, mais avec des stagiaires

RÉSULTATS PUBLIÉS
Résultats publiés dans un rapport : La gestion des déchets de la restauration en France,
État des lieux, 2000, ADEME Éditions, réf 3418
Caractérisation en pourcentage des eaux grasses et des emballages
Production de déchets par secteur de la restauration et par repas
Production de déchets par secteur de la restauration simplifié (restauration
commerciale, restauration collective) en tonne par an.
Ratio moyen de déchets (emballages + eaux grasses + huiles) par salarié et par an
selon le secteur de restauration.
Caractérisation en pourcentage des eaux grasses et des emballages pour la
restauration commerciale et la restauration collective.
Variation saisonnière de la production de déchets (totale et par repas) pour la
restauration commerciale et la restauration collective.
Répartition en pourcentage des déchets par nature selon le nombre de salariés
(5 salariés ou moins ou plus de 5 salariés)
Disponible dans le guide de la restauration
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
Échantillon relativement faible, mais grande fiabilité des mesures. Données anciennes
(plus de 10 ans)

ADEME 126/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 33 : [ANNEXE] Fiches actions - Quantités de déchets produits pas le secteur de la restauration en
pourcentage et en Mt par nature de déchets, estimation 1998-1999
Nature de déchets Quantité en % Quantité en Mt
Cartons 13,93 0,29
Verre 10,63 0,22
Plastiques 7,29 0,15
Métaux 4,58 0,10
Papiers 3,48 0,07
Complexes 1,22 0,03
Emballages 41,13 0,86
Textiles 4,15 0,09
Combustibles et incombustibles non classés 3,24 0,07
Autres déchets secs 7,39 0,16
Putrescibles et fines 51,41 1,08
Autres déchets 0,07 0,00
Total 100,00 2,10
Source : ADEME

Tableau 34 : [ANNEXE] Fiches actions - Ratio moyen de production de déchets du secteur de la restauration, par
salarié en kg par an, estimation 1998-1999
Ratio moyen par Ratio moyen par repas (g)
Secteur salarié (kg/an) Déchets
Emballages Total
alimentaires
Restauration de type traditionnel 2 300 330 520 850
Restauration de type rapide 1 600 230 270 500
Traiteurs, organisation de réceptions 1 050 175 155 330
Cantines, restaurants d’entreprises 2 600 250 200 450
Restauration collective sous contrat 4 500 70 50 120
Source : ADEME

ADEME 127/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.7. ACTION D’OBSERVATION DES DÉCHETS D’ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES EN


BRETAGNE

INTITULÉ DE L’ACTION
Observatoire Régional des déchets de Bretagne
CONTEXTE
L’État, le Conseil Régional de Bretagne, les Conseils Généraux des Côtes d’Armor, du
ACTEURS Finistère, d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan, la Chambre Régionale du Commerce et de
l’Industrie, la Chambre Régionale
Réaliser une estimation des gisements, Réaliser un suivi des flux, Réaliser un suivi des
installations, Réaliser un suivi des filières, Suivre les données dans le temps
OBJECTIFS
En 2005, l’action relative au gisement des entreprises s’est appuyée sur une enquête
directe.
PÉRIODICITÉ
Action en place depuis 1997
Action répétitive : dernière année : 2003
CHAMP DE L’ESTIMATION
Entreprises Secteurs d’activités : industrie, commerce, artisanat

Déchets dangereux et déchets non dangereux, déchets séparés par nature, y compris
Déchets
DTQD.

Géographique BRETAGNE
MÉTHODOLOGIE ENQUETE
Mode d’enquête Face à face et courrier
Plan de sondage Sur 600 entreprises enquêtées, 176 réponses.

Questionnaire Quantités de déchets. Destination des flux.

Pondération utilisant les tonnes par salarié – Ratios complémentaires issus d’autres
Extrapolation
enquêtes. Les extrapolations sont faites par département.
COÛT
Enquête réalisée par un bureau d’études : environ 90 000€ HT
RÉSULTATS PUBLIÉS
Peu de résultats publiés : seulement une estimation globale.
PRÉCISION DES RÉSULTATS
Peu fiables, selon le ressenti de l’ORDB.

ADEME 128/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.8. ESTIMATIONS DES GISEMENTS DE DIB EN CÔTES D'ARMOR

INTITULÉ DE L’ACTION
Estimations des gisements de DIB en Côtes d'Armor
CONTEXTE
Pilote : CCI des Côtes d’Armor
Acteurs
Conseil Général des Côtes d'Armor - ADEME Bretagne
Contexte : révision de PDEDMA par le CG des Côtes d'Armor. Besoin de données
concernant les déchets banals.
Objectifs En parallèle, la CCI souhaitait s'investir dans la sensibilisation des entreprises à la bonne
gestion de leurs déchets. L'action d'observation des gisements a été un point de départ
important.
PÉRIODICITÉ
Action en place depuis 2005
Action annuelle
CHAMP DE L’ESTIMATION
Entreprises Secteurs d’activités : tous secteurs, y compris tertiaire :
Bois, Papiers et cartons, Plastiques, Métaux, Textiles, Caoutchouc, Verre, Déchets
Déchets
organiques, Boues
Géographique Côtes d’Armor
MÉTHODOLOGIE ENQUETE
Mode d’enquête Face à face, avec estimation par poids ou volume. Questionnaire détaillé.
Réalisation de 60 à 80 enquêtes par an. Unité = établissement. Reprise des
enquêtes faites par l’ORDB. Actuellement, la base s’appuie sur plus de 500
enquêtes
Stratification des établissements par taille et secteur d’activité : plus de 40
Plan de sondage secteurs d’activité et 5 tranches de taille, y compris les entreprises de 0 à 9
salariés.
Sélection des établissements à enquêter dans les secteurs activité x taille les moins
enquêtés ou les plus producteurs de déchets selon un critère qui tient compte du
nombre de salariés et du ratio de déchets produits.
Questionnaire Quantités produites, destination des déchets.
Pondération utilisant les tonnes par salarié – Ratios complémentaires issus d’autres
Extrapolation
enquêtes
COÛT
Environ 50000€ pour la création de l’outil et 10000 € annuels pour l’actualisation : 3 à 5
mois de stagiaire et un mois d’ingénieur
RÉSULTATS PUBLIÉS
Fournit la base d’enquête, la méthodologie et l’outil aux autres CCI de Bretagne. Les
ratios obtenus ne sont pas publics, mais EXCELTYS les a fournis à l’ADEME pour réaliser
l’expertise.
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
L’ORDB, comme la CCI 22, estime que la base d’information commence à atteindre une
taille suffisante pour leur fournir des informations utiles. La qualité des enquêtes sur site
ne semble pas faire de doute.
La procédure d’amélioration constante de la base d’information est intéressante et
permet d’étaler les coûts dans le temps. Elle ne permet pas de résoudre l’évaluation de
l’amélioration éventuelle de la gestion des déchets dans le temps.
En revanche, la construction du plan de sondage, très détaillée, ne permet pas de
calculer la précision théorique : trop de strates avec une ou deux observations.

ADEME 129/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.9. LES DÉCHETS DES ENTREPRISES EN PAYS DE LOIRE

INTITULÉ DE L’ACTION
Les déchets des entreprises en Pays de Loire
CONTEXTE
Acteurs L’ADEME Pays de la Loire pilote cette action.
Réaliser une estimation des gisements de déchets d’entreprise.
Travail interne réalisé par la chargée de mission déchets des entreprises.
Objectifs N'ayant aucune donnée régionale récente sur les DAE (observation uniquement sur les
déchets ménagers), l'objectif était de synthétiser les chiffres disponibles. Faute
d'enquête exhaustive, les données sont partielles mais donnent des ordres de grandeur.
PÉRIODICITÉ
Action ponctuelle, menée en 2010.
CHAMP DE L’ESTIMATION
Déchets non dangereux des entreprises Pays de la Loire
MÉTHODOLOGIE
Exploitation de l'enquête INSEE 2006 et 2008 sur la production de déchets non
dangereux des établissements industriels.

Méthodologie : extraction des données brutes (lieu de traitement et mode de


traitement) par région et par matériau mais pas de calcul de ratios.

Exploitation de l’enquête ITOM 2008, en ce qui concerne les DIB pris en charge par les
installations de traitement

COÛT

Travail effectué en interne

RÉSULTATS PUBLIÉS

Résultats non publiés

PRÉCISION DES RÉSULTATS

L’ADEME Pays de Loire estime qu’il ne s’agit que de données très partielles qui ne
donnent que des ordres de grandeur. Elles sont très loin de la réalité.
Souhaiterait que l’extraction des données ITOM soit moins manuelle. Souhaiterait
également que les enquêtes ITOM soient étendues aux installations de traitement des
DAE

ADEME 130/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.10. INVENTAIRE ANNUEL DES DÉCHETS EN PICARDIE

INTITULÉ DE L’ACTION
Inventaire annuel des déchets ménagers et assimilés en Picardie
CONTEXTE
L’ADEME PICARDIE est maître d’ouvrage et anime le comité de pilotage de l’observatoire
Acteurs des déchets ménagers et assimilés, auquel participent le Conseil régional, les Conseils
généraux et l’ensemble des syndicats de traitement.
Dans le cadre de l’inventaire annuel des déchets ménagers et assimilés, une estimation
Objectifs
du gisement des déchets banals d’entreprise est réalisée.
PÉRIODICITÉ
Action annuelle depuis 2001
CHAMP DE L’ESTIMATION
Entreprises industrielles de plus de 10 salariés.

Sont exclus les commerces, l’hôtellerie et la restauration, le tertiaire.


MÉTHODOLOGIE
Estimation du gisement de DAE à partie de ratios de quantités de déchets par
établissement, en fonction de la taille et du secteur d’activité.
Les ratios sont issus de l’enquête nationale 2004.

Le comptage des établissements se fait à partir du fichier SIRENE.

COÛT

4 186€ par an

RÉSULTATS PUBLIÉS

Synthèse papier d’une vingtaine de pages comportant un encart sur les DIB.
Les données récoltées restent confidentielles et la communication ne porte que
sur des données agglomérées.

ADEME 131/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.11. ESTIMATION DES DAE EN SEINE MARITIME

INTITULÉ DE L’ACTION
Estimation des DAE en Seine Maritime
CONTEXTE
Le Conseil général de Seine Maritime est maître d’ouvrage.
L’action a été réalisée en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de
Acteurs
Rouen.

Dans le cadre du suivi du PDEDMA, il faut estimer la production des DAE car un des
enjeux majeur est la création d'une ISDND de classe 2, pour le traitement des DIB
Objectifs ultimes. Cette estimation s’inscrit dans l’estimation globale de l’ensemble des déchets
générés, ainsi que des différents flux (recyclage, valorisation, élimination).

PÉRIODICITÉ
Action ponctuelle, menée en 2010.
CHAMP DE L’ESTIMATION Industrie
Périmètre du PDEDMA de Seine Maritime.
L’estimation porte sur les déchets des entreprises industrielles de plus de 20 salariés,
hors commerce, artisanat, hôtellerie, services. Les secteurs d’activité et les catégories de
déchets sont ceux de l’enquête nationale de l’ADEME.
Ensemble des déchets non dangereux, sans distinction par catégorie.
MÉTHODOLOGIE Ratios par établissement
L’estimation du gisement se fait à partir de l’application de ratios tonnes/établissement,
issus de l’enquête ADEME 2004. Il n’y a pas d’enquête directe auprès des entreprises.
Le comptage des établissements se fait à partir du fichier SIRENE.

COÛT

Pas de coût. Environ 1/10 de mois d’ingénieur pour collecter les informations.

RÉSULTATS PUBLIÉS

Pas encore de publication, mais il pourra y en avoir à l’avenir, sur un site Internet dédié à
l’observatoire des déchets.

ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION

Méthodologie rapide, qui s’appuie sur des résultats nationaux.


Mais elle ne tient pas compte des évolutions de ratios qui auraient pu intervenir à cause
des changements contextuels (crises économiques). Les ratios devraient pouvoir être
remis à jour tous les 5 ans.

ADEME 132/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.12. OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES DÉCHETS INDUSTRIELS EN MIDI-PYRÉNÉES


(ORDIMIP)

INTITULÉ DE L’ACTION
Observatoire Régional des Déchets Industriels en Midi-Pyrénées (ORDIMIP)
CONTEXTE
L’ORDIMIP a piloté cette action, en partenariat avec les industriels, les collectivités, l’état
Acteurs et la région, ainsi que les associations de protection de l’environnement et de
consommateurs.
Réaliser une estimation des gisements, suivre les flux, les installations et les filières.
Suivre les données dans le temps.
A l’origine, l’objectif était d’avoir des données pour le PREDD et les Plans
Objectifs
départementaux.
Permettre à tous les membres de l’ORDIMIP de se concerter pour le lancement de
nouveaux projets, sur la base de données fiables.
PÉRIODICITÉ
Date de création de l’Observatoire : 1993
Des enquêtes ont été menées dans les premières années (mais pas uniquement sur les
DIB) sans périodicité particulière.

L’outil à l’heure actuelle fonctionne sur un périmètre régional depuis 2002, mais aucune
périodicité particulière n’a été fixée (résultats disponibles pour 2002, 2008 et 2010 avec
des mises à jour des ratios).

CHAMP DE L’ESTIMATION
Entreprises industrielles
Région et régions limitrophes, France pour DD.
MÉTHODOLOGIE
Résultats obtenus à partir des données des enquêtes nationales ADEME et autres
sources (CCI, Chambre des métiers, DREAL, ARS, FNADE, Syndicats professionnels,
AEAG).
Utilisation de ratios fournis par les sources.
Pas d’enquête directe auprès des entreprises.
COÛT
Coût internalisé.
En 2008, surcoût de 6000€ (6 mois de stagiaire)
RÉSULTATS PUBLIÉS
Les données sont diffusées sur support papier à la demande.
Les résultats sont présentés lors de réunions / colloques.
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
Point positif : la concertation nécessaire à la réalisation de cette action.
Il s’agit cependant d’un travail assez lourd, nécessitant des moyens humains et financiers
importants, du fait de la volonté de rapprocher les flux des gisements. Il faudrait
homogénéiser les méthodes utilisées.

ADEME 133/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.13. OBSERVATOIRE DES DÉCHETS EN RHÔNE ALPES (SINDRA)

INTITULÉ DE L’ACTION
Observatoire des déchets en Rhône-Alpes (SINDRA)
CONTEXTE
Acteurs L’ADEME, la région Rhône Alpes et les 8 Conseils généraux.
Disposer d’un outil qui vise à observer l'ensemble des flux déchets avec l'exhaustivité
pour les déchets des collectivités et une approche plus partielle pour les déchets des
activités.
Objectifs
Suivre les effets des politiques déchets de l’ADEME, de la région et, depuis 2006, des
départements (plan départementaux d’élimination des déchets).

PÉRIODICITÉ
Action annuelle, depuis 2000.
CHAMP DE L’ESTIMATION
Déchets des entreprises traités par les installations les plus importantes, centres de tri,
ISDND, UIMO
MÉTHODOLOGIE
Interrogation des installations de traitement des déchets. Évaluation du gisement à
partir des quantités traitées dans les installations de traitement.
COÛT

RÉSULTATS PUBLIÉS
Les données sont diffusées sur le site www.sindra.org et reprises sur SINOE.
Remarque : difficile de trouver les déchets des entreprises sur SINDRA
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
On n’interroge qu'un nombre limité d'installations et les données obtenues sont
suffisantes pour travailler sur les risques de pénurie.
Mais il n’y a pas de détail par type d'activité ou profil d'entreprises, pas de connaissance
des flux valorisés directement ou traités hors Région : on ne connaît que les déchets qui
passent un nombre limité d'installations de la Région.

ADEME 134/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.14. GROUPE DE TRAVAIL DAE DU GARD

INTITULÉ DE L’ACTION
Groupe de travail DAE
CONTEXTE
Le Conseil Général du Gard pilote cette action, en partenariat avec l’ADEME, la région
Acteurs Languedoc-Roussillon, les chambres consulaires, la DREAL et le bureau de
l’environnement de la préfecture. .
Objectifs Connaissance du gisement pour répondre aux préconisations du Grenelle.
PÉRIODICITÉ
Action régulière, menée depuis 2006, en fonction des besoins du groupe de travail.
CHAMP DE L’ESTIMATION
DAE Ultimes et DAE pris en charge par le service public
MÉTHODOLOGIE
Informations recueillies par les agents des CCI au fil de leurs contacts. Une dizaine
d’entreprises ont été approchées (approche qualitative).
Moyenne par établissement enquêté, multipliée par le nombre d’établissements de la
région / département
Moyenne par salarié, multiplié par le nombre de salariés de la région / département /
dans le secteur considéré

Les données sont issues des enquêtes nationales et des contenus des PDEDMA des
autres départements.
COÛT
10 jours temps agents CG par an
RÉSULTATS PUBLIÉS
Les données sont diffusées sur papier : un compte rendu du groupe DIB a été diffusé lors
de la commission de suivi.
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
Pas de connaissance sur les flux valorisés.

ADEME 135/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.15. OBSERVATOIRE DANS LE CADRE D’AIDES POUR LA GESTION DES DÉCHETS EN
CORSE

INTITULÉ DE L’ACTION
Observatoire dans le cadre d'aides et de financements d'actions de gestion des déchets
CONTEXTE
Acteurs L’office de l’environnement de la Corse pilote cette action, en partenariat avec l’ADEME.
Dans le contexte du suivi des dossiers d’aides pour la gestion des déchets en Corse,
l’objectif était l’évaluation du gisement, des précisions sur les tonnages, afin de
Objectifs
permettre de faire un suivi sur les traitements.
Connaissance du gisement pour répondre aux préconisations du Grenelle.
PÉRIODICITÉ
Action annuelle menée depuis 1994.
CHAMP DE L’ESTIMATION
Déchets produits en Corse.
Secteurs concernés : industries, commerce, artisanat, hôtellerie, hors tertiaire.
Estimation des gisements et des flux : recyclage, valorisation, élimination
MÉTHODOLOGIE
Il n’y a pas d’enquêtes directes auprès des entreprises.
Les données sont fournies par les professionnels et les chambres consulaires, collectées
au cours de diagnostics déchets ou d’autres actions.
Ces informations sont complétées par des informations recueillies auprès des
entreprises importantes de l'île lors d'élaboration des plans et de l'instruction des
dossiers d'aides.
COÛT

Action menée parallèlement à l’instruction des dossiers d’aides, qui demande 3 mois
homme en ETP

RÉSULTATS PUBLIÉS

Les données ne sont pas diffusées pour le moment mais un projet de publication sur
Internet est en cours de réalisation.
Estimation des DIB à 81kg/habitant et par an dans « Le profil environnemental régional
de la Corse », publié sur le site de l’observatoire

PRÉCISION DES RÉSULTATS

ADEME 136/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.16. MISSION D’OBSERVATION DE LA BIOMASSE LIÉE AUX ACTIVITÉS AGRO-


ALIMENTAIRES EN RÉGION POITOU-CHARENTES

INTITULÉ DE L’ACTION
Observation de la biomasse liée aux activités agro-alimentaires en région Poitou-
Charentes
CONTEXTE
AREC Poitou-Charentes
Acteurs CRITT agro-alimentaire Poitou-Charentes
Financeurs : ADEME, Union Européenne.
« Dans le cadre la mission d’observation régionale de la biomasse, l’AREC (Agence
Régionale d’Évaluation environnement Climat) a décidé de mener une enquête sur la
nature et les quantités de sous-produits et co-produits générés par les industries agro-
alimentaires (IAA) de la région Poitou-Charentes, ainsi que sur les voies d’élimination ou
de valorisation actuellement déployées par ces industriels pour les traiter.
En effet, la connaissance de ces gisements s’avère insuffisante aussi bien au niveau local
que régional, voire au niveau national. Or, les gisements de biomasse issus des industries
Objectifs
agroalimentaires constituent aujourd’hui une part non négligeable de la biomasse
régionale en Poitou-Charentes, et représenteraient un potentiel de valorisation
notamment énergétique aujourd’hui insuffisamment exploité pour des raisons diverses.
Il parait donc essentiel de réaliser une évaluation de la nature, du lieu de production et
des quantités générées de biomasse qui pourraient être mobilisés à l’échelle régionale
ou locale, afin d’initier et d’orienter le déploiement de solutions de valorisation
individuelles ou collectives ».
PÉRIODICITÉ
Apériodique.
CHAMP DE L’ESTIMATION
Déchets produits en Poitou-Charentes.
Secteurs concernés : industries agro-alimentaires.
Estimation des gisements et des flux : recyclage, valorisation, élimination
MÉTHODOLOGIE ENQUÊTE DIRECTE
Enquête par courrier (e-mail ou fax) auprès des établissements d’entreprises agro-
Mode d’enquête
alimentaires.
207 industriels sont interrogés, avec une stratification en fonction de l’importance
Plan de sondage supposée des déchets biomasse. Ces 207 établissements industriels représentent 16 616
salariés. Le taux de retour a été de 28%, soit 59 établissements.
La base de sondage est issue du croisement des données de la DRAAF Poitou-Charentes
Base de sondage et des données du CRITT, de manière à sélectionner les seules unités de production
parmi les 424 structures de la région.
En utilisant une pondération des effectifs enquêtés par rapport aux effectifs de la base
Extrapolation
(16 600), au sein de chaque secteur d’activité.
COÛT
-
RÉSULTATS PUBLIÉS
Résultats disponibles sur le site de l’AREC – Volumes extrapolés
PRÉCISION DES RÉSULTATS
De bonnes indications, mais une précision sans doute inférieure à ce qui était souhaité

ADEME 137/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 35 : [ANNEXE] Fiches actions - Plan de sondage de l’action de l’AREC sur l’observation de la biomasse liée
aux activités agro-alimentaires

Figure 19 : [ANNEXE] Fiches actions - Extrapolation des volumes de biomasse solide et liquide générée par filières
IAA (T/an)

ADEME 138/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.17. ORDIF – ESTIMATION DU GISEMENT DES DAE EN ÎLE-DE-FRANCE

INTITULÉ DE L’ACTION
Estimation du gisement des DAE en Île-de-France - ORDIF
CONTEXTE
Pilotage : Région Île-de-France (financeurs de l’ORDIF à 85%), État (financement de
Acteurs l’enquête ITOM, donc indirectement sur la thématique DAE) – DRIEE (participation au
questionnaire, transmission de données GEREP), Adhérents de l’ORDIF.
Estimation du gisement des DAE et croisement avec les flux dans les filières de
traitement. L’intérêt pour cette estimation a été relancé par l’évolution réglementaire
Objectifs
relative aux plans déchets ménagers et assimilés, qui portent maintenant sur l’ensemble
des déchets non dangereux ménagers et non ménagers et les objectifs du Grenelle.
PÉRIODICITÉ
Première initiative en 1995 (voir page suivante), étendue à la région en 2004
Estimation indirecte à partir des filières de recyclage en 2007.
Nouvelles approches directes et indirectes initiées courant 2010
CHAMP DE L’ESTIMATION
Secteurs : industrie, commerce, service
Entreprises
Toutes tranches d’effectifs
Déchets Déchets non dangereux
MÉTHODOLOGIE Estimation double : gisement par ratios / déchets collectés et traités
Estimation directe par ratios
Estimation indirecte par interrogation des installations de recyclage et de traitement
Ratios Tonne par salarié.
En 2004 : enquêtes ADEME nationale et enquêtes départementales : Hauts de Seine, Val
Origine des ratios d’Oise, Essonne
En 2011 : calcul de nouveaux ratios à partir des enquêtes INSEE et autres (en cours)
Déchets collectés avec DM, estimés à partir de ratios MODECOM (approfondissement
prévu)
Traitement en Île-de-France : enquête ITOM et croisements avec l’enquête collecte DM
Estimation indirecte Imports et exports : enquêtes ITOM et BDREP
Valorisation directe par enquête auprès des installations de récupération / recyclage :
- Enquête filière par la région en 2007
- Enquête installations en partenariat avec la FEDEREC (en cours)
COÛT
Étude 2004 : 50 000 euros (50 % ADEME, 30% Région, le reste par FNADE, SYCTOM,
CG93, CG92 et Mairie de Paris)
1 ETP chargé de mission (et projet de stagiaire en 2011)
RÉSULTATS PUBLIÉS
Estimation du gisement, accompagnée des ratios qui ont permis de faire l’extrapolation
PRÉCISION DES RÉSULTATS
Étude DIB 2004 : gisement estimé à +/- 20% près, d’où nécessité d’augmenter la
précision
Enquête Filières 2007 : précision variable des flux dans les filières

ADEME 139/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.18. ORDIF & CCI VAL D’OISE YVELINES - INVENTAIRE DIB VAL D’OISE - YVELINES EN
1995

INTITULÉ DE L’ACTION
Enquête sur la production des déchets banals d’entreprises des départements du Val
d’Oise et des Yvelines
CONTEXTE
Réalisée par la SOFRES pour le compte de l’ORDIF avec la participation de la CCI Val
Acteurs
d’Oise Yvelines et l’expertise de l’ADEME
Objectifs Estimation du gisement de DIB
PÉRIODICITÉ
Apériodique – réalisée en 1995
(historique : enquête de la CCI Paris – CRCI en 1977 sur les « résidus »)
CHAMP DE L’ESTIMATION
Établissements de plus de 10 salariés des secteurs d’activité de l’industrie et des services
Entreprises (hors l’industrie agro-alimentaire, le BTP, l’éducation et les services de gestion des
déchets)
Lieu Départements du Val d’Oise et des Yvelines
Déchets Déchets non dangereux
MÉTHODOLOGIE ENQUÊTES AUPRÈS DES ENTREPRISES
Mode d’enquête Face à face
Production de déchets souvent collectés en volume ou tonnage ;
Les informations sont collectées par nature de déchets (matériaux) ;
Type de conditionnement (compacté ou non) ;
Plan de sondage
Type d’acteur prenant en charge la collecte des déchets produits (prestataire
privé, collectivité ou entreprise elle-même) ;
Devenir des déchets produits (type d’élimination).
Questions posées 800 établissements
Mode d’extrapolation A partir de ratios en tonnes / salarié et par an.
COÛT
60 000 euros avec hébergement, mise à disposition d’outils informatiques ADEME (pour
saisie et conversion volume-masse,…) et formation du consultant SOFRES
Fichiers d’entreprises fournies par la CCI ainsi qu’une aide à l’échantillonnage
RÉSULTATS PUBLIÉS
Estimation de la production de déchets pour un regroupement en 23 secteurs d’activités
Ratio de production en tonne/salarié
PRÉCISION DES RÉSULTATS
Entre 20 et 30 %

ADEME 140/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

Tableau 36 : [ANNEXE] Fiches actions - Estimation de la production de déchets d’activités économiques en 1995
dans les départements du Val d’Oise et des Yvelines
Secteur Tonne/salarié/an Total DIB (tonne/an) Part relative
Industries extractives 0,29 90 0,0%
Textile, habillement 3,78 101 841 5,1%
Bois 7,19 2 711 0,1%
Papiers, cartons, imprimerie 6,03 272 393 13,6%
Chimie 1,99 22 065 1,1%
Plastiques, caoutchouc 3,30 4 062 0,2%
Produits minéraux 4,57 6 302 0,3%
Industries des métaux 6,93 23 347 1,2%
Machines, équipements mécaniques 0,89 1 972 0,1%
Équipement électrique, électronique 0,68 11 588 0,6%
Matériels de transport 1,29 4 651 0,2%
Industries diverses 0,86 4 225 0,2%
Eau, électricité 0,74 16 427 0,8%
Sous total industries 2,03 284 216 14,2%

Réparations automobiles 1,93 16 231 0,8%


Commerce de gros 2,71 110 519 5,5%
Commerce de détail 6,66 368 704 18,4%
Hôtels, restaurants 4,70 245 213 12,3%
Transports 3,17 150 198 7,5%
Services financiers 2,06 35 597 1,8%
Location 1,07 26 509 1,3%
Informatique, recherche 4,22 140 328 7,0%
Services entreprises 2,36 503 655 25,2%
Santé 1,33 121 339 6,1%
Sous total commerces et services 3,00 1 718 293 85,8%

Total 2,71s 2 002 509 100,0%


Source : enquête ORDIF SOFRES 1995

ADEME 141/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.19. OBSERVATOIRE DES DÉCHETS INDUSTRIELS À LA RÉUNION

INTITULÉ DE L’ACTION
Observatoire des déchets industriels
CONTEXTE
L’Association pour le Développement Industriel de la Réunion (ADIR) pilote cette action,
ACTEURS
en partenariat avec le Conseil régional, la caisse des dépôts et VEOLIA.
OBJECTIFS Connaître les gisements et les pratiques de traitement des déchets industriels.
PÉRIODICITÉ
Action menée chaque année depuis 2007.
CHAMP DE L’ESTIMATION
DÉCHETS Déchets non dangereux et dangereux / Pas de distinction par type de déchet

ENTREPRISES Adhérents de l’ADIR (quasiment 100% des industriels locaux).


MÉTHODOLOGIE
Estimation des tonnages produits par l’ensemble des entreprises ou par secteur
d’activité.
Enquêtes en face à face après prise de rendez-vous téléphonique.
161 enquêtes.
COÛT
200 000€ pour une action, 1 ETP ingénieur
RÉSULTATS PUBLIÉS
Les données sont confidentielles.
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
La méthode d'enquête en face à face est possible en raison du nombre relativement
restreint d'entreprise à la Réunion.
A améliorer : affiner les déchets concernés.
La partie enquête pourrait être sous traitée à un BE afin d'espérer avoir plus de retour
(55%) ce qui permettrait d'avoir des chiffres plus représentatifs.

ADEME 142/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.20. OPÉRATION RÉPARATION NAVALE

INTITULÉ DE L’ACTION
Opération Réparation navale
CONTEXTE
Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Haute Corse et Chambre de Métiers et de
Acteurs l'Artisanat de Corse du Sud
DREAL, ADEME, Office de l'Environnement de la Corse
Les entreprises du secteur de la réparation navale connaissent des difficultés à gérer leurs
déchets en conformité avec la législation et la fréquentation touristique des ports
Objectifs engendre souvent des pollutions sur les chantiers navals d'où la volonté des Chambre de
Métiers de Corse de s'engager dans une opération collective gestion des déchets de cette
activité économique.
PÉRIODICITÉ
Ponctuelle – action conduite en 2010
CHAMP DE L’ESTIMATION
Déchets dangereux et non dangereux : Papiers et cartons, Plastiques, Métaux, Boues,
films plastiques, absorbants et chiffons souillés, emballages souillés, pot antifoulling,
Déchets
batteries, filtres à huile ou à gasoil, liquide de refroidissement, huiles de vidange usagées,
solvants, diluants,

Entreprises Entreprises de réparation navale de la région Corse


MÉTHODOLOGIE ENQUÊTE FACE À FACE
Pas d’échantillonnage. 20 entreprises répondantes lors de la permanence environnement.
Échantillon
Sur 48 enquêtées.
Mode d’enquête Face à face

Base d’enquête Répertoire des métiers

Moyenne par établissement enquêté, multipliée par le nombre d’établissements de la


Extrapolation
région / département / ...
COÛT
63 292€
RÉSULTATS PUBLIÉS
Résultats présentés sous forme de moyennes de tonnes produites par établissement
(t/établissement).
Données réservées aux organismes financeurs – diffusé sur Cd-Rom
ÉLÉMENTS D’ÉVALUATION
Action très ponctuelle, destinée à recenser le gisement des déchets afin que les
entreprises puissent connaître le coût de la gestion de leurs déchets, avoir un état des
lieux du secteur d'activité quantitatif mais aussi qualitatif en matière de gestion des
déchets (bonne et mauvaises pratiques)

ADEME 143/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.1.21. SUIVI ANNUEL DU PDEDMA DU CHER

INTITULÉ DE L’ACTION
Suivi annuel du PDEDMA
CONTEXTE
ACTEURS Le service Environnement et Agriculture du Conseil Général du Cher pilote cette action.
Évaluer de façon précise la quantité de DAE produits et traités dans le Cher, non pris en
charge par le service public.
OBJECTIFS
Fixer des objectifs de réduction et de valorisation adaptés aux DAE et proposer des
préconisations et des actions réalisables.
PÉRIODICITÉ
Chaque année depuis 2009, dans le cadre de la compétence obligatoire de suivi du
PDEDMA.
CHAMP DE L’ESTIMATION
Entreprises Entreprises du Cher
Déchets non dangereux provenant du Cher selon 6 grandes catégories (déchets
Déchets organiques, papier-carton, bois, déchets plastiques, déchets métalliques, DIB résiduels
et autres)
MÉTHODOLOGIE
Enquête auprès des entreprises de collecte et de traitement des déchets d’entreprise :
- sociétés adhérentes à FEDEREC ;
Entreprises enquêtées - ISDND ;
- centres de tri ;
- plates-formes de compostage.
Mode d’enquête Par téléphone et par mail
Les déchets des entreprises sont estimés à partir des déchets collectés et/ou traités
Mode d’estimation
dans le département du Cher
COÛT
Salaire de 0,8 ETP d'un technicien.
RÉSULTATS PUBLIÉS
Seules les données globalisées au niveau départemental sont publiques.
Le rapport de suivi annuel du PEDMA est mis en ligne sur le site Internet du CG18. Il est
présenté et diffusé sur support papier aux membres de la Commission du PEDMA et aux
EPCI « déchets ».
PRÉCISION DES RÉSULTATS
Données forcement non exhaustives.
Pas d'évaluation des DAE pris en charge par le service public.
Données conditionnées par la transmission ou non d'information de la part des sociétés
enquêtées.
Les entreprises adhérentes à FEDEREC ne transmettent pas toutes leurs données
(marchés concurrentiels). Les flux interdépartementaux sont difficiles à appréhender. Il y
a de gros risques de double comptabilisation des tonnages (exemple : bois collecté via
une déchèterie dédiée aux professionnels, mais qui est broyé sur une installation
enquêtée au titre des récupérateurs et valorisateurs de déchets non dangereux
adhérents à FEDEREC).

ADEME 144/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement

ANNEXE II.2 NOMENCLATURES D’ACTIVITÉ

 NAF RÉV. 1 NIVEAU 31 - LISTE DES SOUS-SECTIONS


CODE LIBELLÉ
AA Agriculture, chasse, sylviculture
BA Pêche, aquaculture, services annexes
CA Extraction de produits énergétiques
CB Extraction de produits non énergétiques
DA Industries agricoles et alimentaires
DB Industrie textile et habillement
DC Industrie du cuir et de la chaussure
DD Travail du bois et fabrication d'articles en bois
DE Industrie du papier et du carton ; édition et imprimerie
DF Cokéfaction, raffinage, industries nucléaires
DG Industrie chimique
DH Industrie du caoutchouc et des plastiques
DI Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques
DJ Métallurgie et travail des métaux
DK Fabrication de machines et équipements
DL Fabrication d'équipements électriques et électroniques
DM Fabrication de matériel de transport
DN Autres industries manufacturières
EA Production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau
FA Construction
GA Commerce ; réparations automobile et d'articles domestiques
HA Hôtels et restaurants
IA Transports et communications
JA Activités financières
KA Immobilier, location et services aux entreprises
LA Administration publique
MA Education
NA Santé et action sociale
OA Services collectifs, sociaux et personnels
PA Activités des ménages
QA Activités extra-territoriales

 NAF RÉV. 2,2008 NIVEAU 1 - LISTE DES SECTIONS


CODE LIBELLÉ
A Agriculture, sylviculture et pêche
B Industries extractives
C Industrie manufacturière
D Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné
E Production et distribution d'eau ; assainissement, gestion des déchets et dépollution
F Construction
G Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles
H Transports et entreposage
I Hébergement et restauration
J Information et communication
K Activités financières et d'assurance
L Activités immobilières
M Activités spécialisées, scientifiques et techniques
N Activités de services administratifs et de soutien
O Administration publique
P Enseignement
Q Santé humaine et action sociale
R Arts, spectacles et activités récréatives
S Autres activités de services
T Activités des ménages en tant qu'employeurs ; activités indifférenciées des ménages en tant que producteurs de biens et services pour usage propre
U Activités extra-territoriales

 L CODE NAF RÉV. 2, 2008 - NIVEAU 2 - LISTE DES DIVISIONS


CODE IBELLÉ
01 Culture et production animale, chasse et services annexes
02 Sylviculture et exploitation forestière
03 Pêche et aquaculture
05 Extraction de houille et de lignite
06 Extraction d'hydrocarbures
07 Extraction de minerais métalliques
08 Autres industries extractives
09 Services de soutien aux industries extractives
10 Industries alimentaires
11 Fabrication de boissons
12 Fabrication de produits à base de tabac
13 Fabrication de textiles
14 Industrie de l'habillement

ADEME 145/146
Bilan et prospectives des actions d’observation des déchets d’activités économiques (DAE) et analyse des méthodes d’évaluation du Septembre 2011
gisement des DAE existantes localement
CODE LIBELLÉ
15 Industrie du cuir et de la chaussure
16 Travail du bois et fabrication d'articles en bois et en liège, à l'exception des meubles ; fabrication d'articles en vannerie et sparterie
17 Industrie du papier et du carton
18 Imprimerie et reproduction d'enregistrements
19 Cokéfaction et raffinage
20 Industrie chimique
21 Industrie pharmaceutique
22 Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique
23 Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques
24 Métallurgie
25 Fabrication de produits métalliques, à l'exception des machines et des équipements
26 Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques
27 Fabrication d'équipements électriques
28 Fabrication de machines et équipements n.c.a.
29 Industrie automobile
30 Fabrication d'autres matériels de transport
31 Fabrication de meubles
32 Autres industries manufacturières
33 Réparation et installation de machines et d'équipements
35 Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné
36 Captage, traitement et distribution d'eau
37 Collecte et traitement des eaux usées
38 Collecte, traitement et élimination des déchets ; récupération
39 Dépollution et autres services de gestion des déchets
41 Construction de bâtiments
42 Génie civil
43 Travaux de construction spécialisés
45 Commerce et réparation d'automobiles et de motocycles
46 Commerce de gros, à l'exception des automobiles et des motocycles
47 Commerce de détail, à l'exception des automobiles et des motocycles
49 Transports terrestres et transport par conduites
50 Transports par eau
51 Transports aériens
52 Entreposage et services auxiliaires des transports
53 Activités de poste et de courrier
55 Hébergement
56 Restauration
58 Édition
59 Production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision ; enregistrement sonore et édition musicale
60 Programmation et diffusion
61 Télécommunications
62 Programmation, conseil et autres activités informatiques
63 Services d'information
64 Activités des services financiers, hors assurance et caisses de retraite
65 Assurance
66 Activités auxiliaires de services financiers et d'assurance
68 Activités immobilières
69 Activités juridiques et comptables
70 Activités des sièges sociaux ; conseil de gestion
71 Activités d'architecture et d'ingénierie ; activités de contrôle et analyses techniques
72 Recherche-développement scientifique
73 Publicité et études de marché
74 Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques
75 Activités vétérinaires
77 Activités de location et location-bail
78 Activités liées à l'emploi
79 Activités des agences de voyage, voyagistes, services de réservation et activités connexes
80 Enquêtes et sécurité
81 Services relatifs aux bâtiments et aménagement paysager
82 Activités administratives et autres activités de soutien aux entreprises
84 Administration publique et défense ; sécurité sociale obligatoire
85 Enseignement
86 Activités pour la santé humaine
87 Hébergement médico-social et social
88 Action sociale sans hébergement
90 Activités créatives, artistiques et de spectacle
91 Bibliothèques, archives, musées et autres activités culturelles
92 Organisation de jeux de hasard et d'argent
93 Activités sportives, récréatives et de loisirs
94 Activités des organisations associatives
95 Réparation d'ordinateurs et de biens personnels et domestiques
96 Autres services personnels
97 Activités des ménages en tant qu'employeurs de personnel domestique
98 Activités indifférenciées des ménages en tant que producteurs de biens et services pour usage propre
99 Activités des organisations et organismes extraterritoriaux

ADEME 146/146

Vous aimerez peut-être aussi