Vous êtes sur la page 1sur 425

THIS IS THAT

AIME SAMPLE MC
PHERSON

1
À propos de: Aimee Semple McPherson

Evangéliste et icône, Aimee Semple McPherson a été l'une des promotrices de l’évangile les
plus dynamiques et les plus connus du 20e siècle. Adepte précoce des médias modernes pour
la promotion, Aimee a utilisé tous les medium populaires pour diffuser le message de la Bible
à un moment où même les agences de publicité étaient encore en train de trouver comment
l'utiliser pour leurs besoins.

Née dans une maison de l'Armée du Salut, Aimee a reçu une grande partie de son exposition
initiale à la Bible par le biais de sa mère Mildred McPherson, souvent affectueusement
appelée Millie. Mildred avait aidé à diffuser le message de l'Évangile grâce à son travail au
sein de l'Armée du Salut et de leurs soupes populaires. Malgré cette exposition initiale, Aimee
est toujours tombée sur les mêmes pierres d'achoppement auxquelles la plupart des
adolescents sont confrontés, en particulier l'évolution, qui a été enseignée à son école.

Bien que la foi ait prévalu, ce n'est que lorsqu'elle a commencé à suivre les
réunions pentecôtistes locales que la propre foi a été stabilisée et que sa volonté de répandre
l’évangile a commencé à naitre dans son coeur.

En 1915, 8 ans après avoir assisté à la réunion, Aimee était en tournée aux États-Unis au
Canada, avec un enfant sous les bras tenant des réunions de réveil sous tente. À un certain
moment elle a même tenu une réunion de réveil dans un ring de boxe. La réunion de réveil
a du etre stoppée afin que le combat ait lieu avant que Aimee ne reprenne la prédication

Un peu plus tard, une de ses réunions a atteint 30 000 personnes et il fallait appeler la garde
nationale pour gérer la foule.
Très tôt, elle a commencé à faire des tournées aux États-Unis dans sa «voiture gospel», une
Packard de 1912 couverte de messages tels que «Jésus Revient Bientot – Appretez vous». De
la voiture, elle prêchait avec un mégaphone à quiconque écoutait. Bien sûr, beaucoup le
fesaient.
Plus tard, elle est retournée à Los Angeles pour y tenir ses réunions, car cette zone devenait
considérablement populaire en tant que lieu de vacances aux États-Unis. Ici, elle continuerait
à tenir ses réunions avant d'établir finalement ce qui allait devenir la Foresquare Church, un
bâtiment de 5300 places qui était rempli à pleine capacité quand Aimee prêchait. Pour
répondre à la demande, les services avaient lieu quatre fois le dimanche, deux fois les autres
jours de la semaine et des séances de guérison fréquentes se tenaient ailleurs au cours de la
semaine, chaque fois que le temps le permettait. L'église et la dénomination se développent
encore aujourd'hui.

Son influence s'est étendue jusqu'à Hollywood et de nombreuses célébrités, dont Charlie
Champan et Anthony Quin, ont été repérées lors de ses services dominicaux.
Aimee est connue pour beaucoup de choses mais sa plus puissante capacité fut son utilisation
des médias pour attirer l'attention sur son travail et sa suppression des barrières qui pourraient
suggérer que les femmes ne fairait pas des evangelistes «adéquates». Elle a construit la plus
grande église des États-Unis à cette époque, créé un collège biblique prospère, lancé la
première station de radio chrétienne et a même été reconnue par le président Roosevelt.
Ce livre a été très excitant à restaurer et à introduire dans l'ère des médias numériques -
quelque chose qu’Aimee elle-même approuverait certainement.
Douglas Harrolf

2
Préface

La prise de conscience du fait que Jésus arrive bientôt et que tout ce qui est fait doit être
fait rapidement, a mis une "alarme" dans mon âme pour evangeliser le plus grand
nombre de personnes dans les plus brefs délais par tous les moyens disponibles.

Parfois, en travaillant dans certaines parties de la vigne du Maître, nous avons senti que
nous gagnions beaucoup d’âmes, mais quand, sous le fardeau de la prière, le Seigneur
nous saisit en Esprit, et avec une vision claire et un horizon élargi, nous voyons des
millions de personnes qui sont encore inconscients des signes des temps et ne savent
pas que la venue du Seigneur est proche, nous sommes submergés par le désir de
parcourir les continents et de faire sonner le message "Jésus arrive bientôt préparez-
vous pour le rencontrer "Oh, si nous nous pouvions l'écrire en lettres flamboyantes dans
le ciel! C'est donc à cette fin que ce livre est écrit.

Partie I : Témoignage personnel simplement écrit uniquement pour l'encouragement


des autres, sachant que ce que le Seigneur a fait si gracieusement pour une si indigne, Il
est tout à fait capable et disposé à le faire pour tous.

Partie II "Dans la bouche de deux ou trois témoins, chaque vérité est établie"

Parti III, Sermons et écrits, contient un message au pécheur; à l'âme qui vient de naître
qui n'a pas encore reçu le baptême du Saint-Esprit, et au croyant baptisé qui poursuit à
la perfection.

Partie IV Visions, prophéties et interprétations des messages que le Seigneur m'a


donnés en Esprit et qui ont été d'une telle valeur et d'une telle bénédiction pour nous-
mêmes et pour les autres; nous les considerons trop précieux pour être perdus.

Il m'a ordonné d'aller de l'avant sans penser à ce que je devrais manger ou boire ou où je
devrais être vêtu, a assuré que celui qui m'avait chargé d'aller dans le monde entier et de
prêcher l'Évangile le savait, et pourvoirait à tous les besoins selon sa richesse.

Nous n'avons jamais su ce que c'était d'avoir un soutien terrestre derrière nous ou une
personne à qui nous pourrions chercher du soutien, mais Dieu a merveilleusement
pourvu à tous nos besoins.

Le lecteur pardonnera-t-il les erreurs et examinera-t-il davantage l’esprit dans lequel le


livre est écrit qu'à des erreurs de frappes? Je ne penses pas qu'un autre livre ait été écrit
dans des circonstances similaires. Je n'ai eu aucune étude silencieuse pour me retirer et
fermer la porte au monde sans compter les innombrables interruptions. Chaque page a
été écrite dans des moments libres, au milieu du stress des réunions, en plus des longs
voyages dans la voiture Gospel.

3
Les premiers chapitres ont été écrits en Floride, et le travail s'est poursuivi en route de
là vers New York, les États de la Nouvelle-Angleterre et de là à travers le continent
jusqu'en Californie.

Bien que le lecteur et l'écrivain ne se rencontreront peut-être jamais dans cette vie
présente, "ce livre me vient du cœur et de la prière la plus chaleureuse et j’espère que
nous nous lèverons ensemble pour rencontrer le Seigneur dans les nuées de gloire,
lorsque Jésus apparaîtra.

CHAPITRE I. MA MÈRE

"La parole du Seigneur m'est venue, disant: Avant de te former ... Je t'ai connu; et avant
que tu ne sois née ... Je t'ai sanctifié et je t'ai ordonné prophète aux nations. Alors j'ai dit:
Ah! Seigneur Dieu, voici, je ne peux pas parler, car je suis un enfant, mais le Seigneur m'a
dit: Ne dis pas, je suis un enfant, car tu iras à tout ce que je t'enverrai, et tout ce que je
t'ordonnerai, tu parleras N'aie pas peur de leurs visages, car je suis avec toi pour te
délivrer. Alors le Seigneur tendit la main, toucha ma bouche, et me dit: Voici, j'ai mis mes
paroles dans ta bouche. " Jer. 1: (4-9)

Quand j'étais une petite fille de dix-sept ans, le Seigneur a prononcé ces mots clairement
dans mes oreilles étourdies, alors que j'étais seul dans ma chambre à prier un jour.

C'était un moment solennel où Il m'a ordonné de prêcher l'Évangile. Au début, il


semblait trop étonnant et impossible d'être vrai que le Seigneur appelle jamais une
petite paysanne aussi simple et indigne que moi pour sortir et prêcher l'Évangile, mais
l'appel et l'ordination étaient si réels que, bien que plus tard mis à part et ordonnés par
les saints de Dieu, le souvenir de ma petite chambre, inondé de la gloire de Dieu en
prononçant ces paroles, a toujours été pour moi ma véritable ordination.

C'est parce que les mots: "Avant de te former, je t'ai connu, et avant que tu ne partes, je
t'ai sanctifié" sont si vrais dans ma vie que je dois commencer mon témoignage en te
prenant. Retour une vingtaine d'années avant ma naissance. Nos vies sont comme un
grand métier à tisser, tissant de nombreux fils ensemble, et les premiers fils de ma vie
sont indissociables de ma chère Mère; c'est donc avec elle que commence vraiment
l'histoire de ma vie.

De retour de l'école à l'âge de douze ans, elle a lu avec enthousiasme une étrange
«armée» qui avait bombardé la ville et fait des prisonniers pour le roi. En prévalant sur
sa mère pour risquer le danger, ils se tenaient sous une averse de pluie, attendant
l'avènement de l'armée. Ainsi la parole a été annoncee

"Les voilà!"

Mais où étaient-ils? Serait-ce tout? Trois étrangers, vêtus d'un bleu calme, s'avancèrent
sur la place, et s’agenouillerent dans la prière silencieuse.

4
Son humilité, son sérieux et sa douceur lui ont sauvé le cœur. Elle a réalisé le tendre
dessein du Saint-Esprit, et avant qu’un mot n’ait été prononce, elle savait que c'était le
peuple de Dieu et son peuple. Comme ils chantaient

"Nous sommes liés au royaume des saints et de la pureté, la maison de joie, le royaume
de l'amour. Vous, vagabonds de Dieu, dans le large chemin de la folie, O! voulez -vous
aller à l'Éden d'en haut?"

Son cœur, fondant d'amour et d'adoration, répondit

- "J'irai."

Sa mère avait beaucoup parlé de la puissante puissance de Dieu manifestée dans la


première église méthodiste, et ici, dans l'armée, elle l'a retrouvée, et il n'était pas rare de
voir des hommes et des femmes tués comme dans l'église de l'époque de John Wesley.
Son cœur était rempli d'un désir de gagner d'autres âmes pour Jésus; l'amour du Christ
la contraignit à son heureux service, et le but absorbant de son âme était de se préparer
en obéissant à l'appel divin.

Bientôt vint la maladie et la mort de sa mère, qui lui avait parlé solennellement du temps
à venir où la petite fille devrait être laissée seule au monde, lui disant qu'elle la
recommanderait aux tendres soins de Dieu et de la femme du capitaine, qui avait été sa
mère spirituelle. Elle n'a pas hésité un instant à répondre à l'appel aux rangs de l'armée
et après avoir rapidement emballé ses affaires, ma mère est partie, laissant amis, maison
et terre natale, pour suivre Jésus.

La période de service qui a suivi son arrivée aux quartiers de l'armée dans la ville
éloignée, a apporté une aide et une inspiration bénie. La vie pieuse de ses chefs, et les
prières du capitaine, qui passait fréquemment des nuits entières sur sa face visage
devant Dieu dans l'intercession pour de précieuses ames, les heures passées à visiter les
malades et les pécheurs ; les cinq kilomètres qu’il parcourait pour aider dans les taches
de "l'avant-poste" , la vente de "War Cry" et les réunions, tout a aidé à comprendre la
routine de la vie.

Mais une fois de plus, l'ombre tomba, cette fois ci, c’etait, une maladie qui nécessitait un
traitement prolongé; cela signifiait un adieu douloureux à ses camarades et une visite à
une ferme de campagne.

C'est alors, alors qu'elle était faible de corps, déprimée d'esprit et toucheé par la perte de
la main sympathique d'une mère, qu'elle s'est mariée, espérant pouvoir continuer son
travail pour Dieu, mais au milieu des tâches pénibles et inhabituelles des travaux
agricoles lourds , elle a été obligée de reconnaître qu'elle était prise dans le filet du
diable, impuissante en ce qui concerne le service actif, et qu'elle doit se consacrer
largement aux multiples soins de la maison.

Même étant ainsi bousculée, elle resta fidèle à son Seigneur, fondant un autel familial

5
, et aidant aux réunions dans les maisons du quartier, conduisant souvent ou parcourant
les six miles jusqu'au qu’au rassemblement le plus proche, et comptait cela comme étant
une heure joyeuse de sa journée, même lorsqu'elle était fatiguée et portée avec un
travail et des soins intensifs. Pourtant, ayant toujours l’impression qu'elle avait échoué a
plaire totalement au Seigneur, qui l'avait rachetée et mise à part pour son glorieux
dessein, la vie devenait de plus en plus morne; son esprit devenait triste, sans aucune
lueur d'espoir pour rectifier son attitude envers Dieu, et envers les âmes qu'elle avait été
appelée à gagner.

Ah! Beaucoup de ceux qui liront cette expérience sauront entrer dans ses sentiments,
hélas; beaucoup s'évanouissent et vacillent au bord du chemin, ou cherchent à trouver
un chemin plus facile, pour se retrouver en dehors des chemins de l'obéissance et de la
bénédiction.

Le chemin de ma mère, en ces jours, était couvert de difficultés. Dépouillée de son utilité,
entravée par les circonstances, elle a vraiment broyé du noir dans la maison prison; mais,
aussi étrange que cela puisse paraître, pendant tout le temps où son corps était
martyrise, son âme, lui s’élevait vers le ciel. Chaque heure, le désir devenait de plus en
plus intense de continuer le travail pour lequel Dieu l'avait appelé, et but pour lequel elle
avait quitté la maison et ses bien aimées et s'était consacrée au Seigneur. Enfin, ceci
absorba toutes ses pensées au réveil, et devint son seul rêve au repos, elle devait
honorer son engagement tardif.

Elle doit "revenir" à l'appel glorieux de la Croix.

UN RAYON D’ESPOIR

Un jour, après avoir relu l'histoire d'ANNE, elle est allée dans sa chambre et a fermé la
porte, à genoux près de son lit, a prié le Seigneur et a fait un voeu, disant:

"Oh Seigneur, tu m'as appelé pour prêcher l'Évangile, mais d'une manière ou d'une autre
j’ai échoué et je ne peux pas y aller, mais si tu entends ma prière, comme tu as entendu la
prière d'Anne autrefois, et me donne- une petite fille, je la consacrerai sans réserve à
votre service, afin qu'elle puisse prêcher la parole que j'aurais du prêcher, remplir la
place que j'aurais dû remplir et vivre la vie que j'aurais dû vivre à ton service. O
Seigneur, écoute-moi et réponds-moi, montres -moi que Tu m'as entendu, Seigneur, à
cause de ton nom qui est grand. Amen. "

Se tournant vers la fenêtre, elle souleva les rideaux et regarda avec nostalgie les nuages
sombres enveloppant la face du ciel et recouvrant le soleil.

Soudain, il y eut une faille dans les nuages, et un rayon de soleil illumina le sommet de la
colline, descendit rapidement la pente de la colline]] atteignit la vallée, le verger, la
maison elle-même, et tomba plein sur ses yeux rougis de larmes, encadrée dans la
fenêtre, l'éclairant avec un éclat divin, d'espoir et de courage, et pénétra dans la pièce,
l'inondant de gloire dorée.

6
Au petit cœur ardent de ma Mère, alors qu'elle se mettait à genoux devant la fenêtre, il
semblait que là était sûrement le témoignage divin d'en haut du scellement de son vœu à
Dieu.

Elle a de nouveau lu et relu l'histoire d’Anne et de l'enfant qu'elle avait dédié au


Seigneur. Elle resta assise, regardant lointain, rêvant des années à venir. Sur les collines
lointaines, le soleil tombait rapidement, transformant le ciel sombre en un glorieux
mirage d'espoir, flamboyant de pourpre, de pourpre et d'or.

Ô espoir! Espoir éblouissant et radieux! Quel changement tu apportes au désespéré,


éclairant les sentiers sombres et applaudissant la voie solitaire.

CHAPITRE II. LE BÉBÉ

"Pour cet enfant, j'ai prié; et le Seigneur m'a exaucée,. C'est pourquoi je l'ai également
prêté au Seigneur; aussi longtemps qu'il vivra, il sera prêté au Seigneur." (1 Sam. 1:27,
28)

"Chut, bébé,

Couches toi encore et endors toi

Les saints anges gardent ton lit.

Bénédictions célestes sans nombre,

Gendy tombant sur ta tête. "

Il y avait un BEBE dans la maison! Une toute petite chose insignifiante; bon a rien d’autre
que dormir, pleurer et sucer un petit pouce rose doux, et il semble que j'étais ce bébé.

Mère balançait le petit paquet chaud, si soigneusement enveloppé dans le grand châle
brodé, et chantait doucement la berceuse de l'enfant "Hush, my babe"

La petite tête hochait, hochait la tête,

Les yeux fatigués tombaient, d-r-o-o-p-i-n-g.

"Les saints anges gardent ton bebe -"

Les petits doigts relâchaient lentement leur fermoir,

"Bénédictions célestes, sans nombres pour toi

Une autre dernière petite tape et le bébé dormait.

Devant les fenêtres de la salle à manger, les feuilles d'automne tombaient de nouveau
vers la terre. Le soleil de fin octobre s'inclinait à nouveau à travers le magnifique
feuillage du grand érable et des sauterelles qui se tenaient comme des sentinelles à
notre porte. Des brises d'automne, bruissant à travers les feuilles, secouaient les

7
branches et envoyaient une véritable pluie de feuilles de couleur gay en cascade dans
l'air et tapotant légèrement sur la vitre, comme si elles invitaient la mémoire à planer
aussi légère qu'elles reviennent à l'automne, la dernière fois ces mêmes arbres avaient
ébranlé si leur manteau de plusieurs couleurs revenait au jour dans sa chambre, quand
elle avait prié pour la petite fille qui devait prendre sa place et prêcher la bonne nouvelle
d'une grande joie.

Jamais, un instant, dans les jours qui suivirent, elle n'avait douté de la fidélité de Dieu
dans ses promesses? Petit a petit la garde-robe avait été finie et soigneusement cachée
sous clé. Assise là, tenant le bébé dans ses bras, en souvenir, elle a de nouveau descendu
légèrement les escaliers, et après avoir verrouillé sa porte, avec la plus grande qualité
dépliée ses doigts avec amour, rangé chaque vêtement dans la garde-robe qui devait être
pour la petite fille . N'avait-elle pas demandé à Dieu une «fille» qui remplirait son role à
Son service? Même le matin, le petit inconnu au visage rose et aux yeux bruns avait
annoncé son arrivée avec des tons incertains, faisant résonner et faire écho la vieille
ferme tranquille, ma petite mère n'avait pas douté, mais a demandé à la confidente

"Où est-elle? Amenez-la ici."

Puis ses pensées se sont retournées dans le passé et du présent, et se sont envolées loin
dans le futur en rêvant des années qui allaient venir, quand cette petite créature avec le
nez bouché et les «dix petits doigts et orteils» precherait l'Évangile de Jésus-Christ, le
Fils de Dieu.

Caressant les petits doigts, elle rêvait du jour où ces mêmes petites mains, devenues plus
fortes, tiendraient une Bible et brandiraient l'épée de la Parole, quand ces petits pieds
suivraient l'Agneau

"Où qu'il mène" quand ces petites lèvres prêchent la Parole. Ah "Foi, foi puissante, la
promesse ne voit et ne regarde que cela. Rire des impossibilités et pleurer de joie'Cela se
faira."

Le grand torrent d'amour et de désir de service personnel, qui avait jusque-là inondé
l'âme de ma mère, était maintenant transformé en un nouveau canal, celui qui absorbait
et avait une importance primordiale dans sa vie devenait l'éducation du bébé dans la
voie à suivre. . Cette formation, selon la mère, ne pouvait pas commencer trop tôt dans la
vie, et donc, quand je suis arrivée à l'âge de trois semaines, elle a annoncé à l'infirmière
horrifiée, et au ménage étonné en général, sa ferme détermination à emmener le bébé
dans un "Jubilé" éloigné de cinq kilometres.

Beaucoup de conseils bien intentionnés pour "garder cet enfant à la maison près du feu",
ont suivi ma mère jusqu'à la porte. Certains ont déclaré que le bébé aurait sûrement une
pneumonie. Tante Maria, qui "savait tout sur les bébés", secoua la tête et raconta
comment ils géraient leur bébé chez elle, protestant jusqu'au dernier moment.

8
"Tu vas tuer ce bébé! Tu ne sais rien d'un bébé. Quiconque ne sait pas comment mieux
prendre soin d'un bébé que ça ne devrait pas en avoir." (Mais hélas, le bébé de tante
Maria, dont ils ont nourri le corps naturel avec tant de soin, et gardé câlinée par le feu,
bientôt pris ce froid tant redouté et mourut.)

Maman m’a dit que dès la première rencontre j'ai été chaleureusement accueillie et ai
occupé le siège avant et ai contribué entièrement, à la musique et à l'intérêt de la soirée.

À six semaines, j'ai été emmenée sur la plateforme. Ce fut mon service solennel de
consécration dans l'Armée du Salut l'heure pour laquelle ma mère avait désiré et prié
l'heure de ses rêves et espérance l'heure où elle a publiquement consacré cette réponse
visible à la prière de sa petite fille au service du Seigneur.

Ainsi, dans ma petite enfance, ma précieuse Mère a accompli son vœu au Seigneur, qui
avait regardé l'affliction de sa servante, s'est souvenu d'elle et lui a donné l'enfant pour
lequel elle a prié. "Sur Celui qui veille sur tout,

Je jette mon fardeau,

Assuré, il m'entend quand je prie,

Et répond toujours à la prière.

Parfois, j'attends plein plusieurs fois par an

Je peux entendre son message de réponse;

Dieu répond toujours à la prière.

Parfois de loin, il me dit de 'partir'

Mais Il ira avec moi là-bas;

S'Il dit «reste», je suis content qu'il en soit ainsi;

L'amour répond toujours à la prière.

Demain, peut-être qu'aujourd'hui,

Dieu répond toujours à la prière. "

CHAPITRE III. JOURNÉES D'ENFANCE

(Un chapitre écrit pour les enfants - les grands et les sages ne doivent pas lire, mais
passer au chapitre IV.)

9
"Eduques un enfant dans la voie qu'il devrait suivre; et quand il sera vieux, il ne s'en
detournera pas." (Prov.22: 6)

"Doux Jésus, doux et doux,

Regarde ce petit enfant;

Aies pitie de ma simplicité,

Laisses moi venir à Toi.

Je voudrais t’etre emmenee,

Gracieux Seigneur, ne l'interdit pas.

Trouve a ce petit enfant une place "

"Que Dieu bénisse Papa, que Dieu bénisse Mamma, que Dieu bénisse tout le monde,
partout dans le monde, et fasse de la petite Aimée une bonne fille, pour l'amour de Jésus,
Amen"

Ainsi finissait chaque heureuse journée d'enfance, avec des prières et des baisers, et des
histoires bibliques. Mes propres jours d'enfance étant tellement bénis de l'influence
chrétienne et de l'enseignement biblique, il m'a toujours semblé que la maison sans une
Mère priante pieuse avait été privée de la plus grande de toutes les bénédictions
terrestres; cette maison a été dépouillée du plus grand de tous les joyaux terrestres.
L'enfant de ce foyer a subi une perte irréparable, qu’elle n’a jamais pu retrouver.

D'un autre côté, la maison la plus pauvre, la plus humble maisonnette de la vallée, qui
contient une Mère pieuse qui, jour après jour, dispense ses prières, ses larmes et ses
sourires, ses paroles de réprimande et d'encouragement, sa patience et son amour, son
soleil et d'une chanson que la maison, bien que pauvre car ce monde compte la pauvreté,
est comme un cercueil qui contient un joyau inestimable.

Si quelqu'un devait me demander lequel de mes souvenirs d'enfance me tenait le plus à


cœur, je devrais sauter par-dessus les petits lambies bien-aimés, le gros chien de Terre-
Neuve, les patrons, les poulains, les petits oisons et les poulets duveteux, mes colombes
blanches et de nombreux autres enfants. trésors de mon cœur, et devrait raconter cette
heure crépusculaire sacrée où, serré dans les bras de ma mère, nous nous sommes
balancés de long en large dans le grand vieux rocker confortable, alors qu'elle me
racontait les plus belles histoires bibliques et chantait des hymnes de l'amour du
Sauveur.

Il y avait l'histoire de Daniel dans la fosse aux lions, toujours chère au cœur d'un enfant
les trois enfants hébreux dans la fumée ardente - Joseph avec son manteau de plusieurs
couleurs - Moïse et Aaron avec les enfants d'Israël la vie et le sacrifice de Jésus , la beauté
de ce merveilleux endroit appelé le Ciel, qu'Il était allé préparer. Celles-ci et bien

10
d'autres étaient des fils dorés et brillants tissés à travers ma formation enfantine. À l'âge
de cinq ans, il y avait très peu d'histoires dans la Bible que je ne pouvais pas soulever et
raconter lorsqu'on me le demandait. Voilà pour une formation chrétienne précoce.

L'un de vous, petits-enfants, a-t-il déjà vu l'image de l'ange gardien qui surveillait et
protégeait le petit garçon et la petite fille qui couraient le long des fleurs en train de
cueillir des fleurs au bord d'un grand précipice? De la même manière miraculeuse, notre
cher Jésus m'a surveillé et protégé ce qui s'est produit encore et encore.

Il y avait le temps où je montais dans le grand vieux seau qui pendait au-dessus du puits
noir et profond avec ses rangées et ses rangées de pierres couvertes de mousse qui
formaient son mur en bas, en bas, en bas aussi loin que mes yeux curieux pouvaient voir,
alors que je regardais au-dessus de l'enceinte carrée et bordée qui se tenait juste au
niveau de mon menton quand je me tenais sur la pointe des pieds. Parfois, quand le
soleil était au rendez-vous et que le seau reposait sur sa petite étagère juste à l'intérieur
du puits, je pouvais voir une autre petite fille là-bas, et quand j'appelais un petit ami
"Bonjour!" pour elle, elle faisait toujours écho en retour Salut! " Le guindeau avec la
manivelle qui faisait basculer le rouleau et laissait tomber des mètres et des mètres de
grosse corde traversait l'enceinte de la planche qui gardait l'embouchure du puits, puis
tirait le grand seau débordant d'eau glacée.

La grosse poignée m'avait donné beaucoup de coups durs et d'avertissement lorsque


j'expérimentais avec ça, et Mère m'avait averti encore et encore de ne pas s'approcher
du puits; mais un jour, quand elle avait de la compagnie, je me suis glissé hors de ma
chaise à table, loin de ses soins protecteurs et de ses yeux vigilants, et je suis allé
directement au puits qui avait tant de mystère et d'intérêt.

Quel pied ce serait de saisir la corde qui se balance, de monter dans le seau et de
descendre rendre visite à la petite fille que j'avais vue reflétée dans l'eau! Je venais de
monter sur une boîte, je me suis penché et je me précipitais dans le seau, quand ma mère
m'a manqué. Le silence imprégnant l'air suscitant ses appréhensions, elle s'envola vers
la porte juste à temps pour voir la jupe d'une robe rose et une petite paire de pieds
disparaître alors que je rampais. La poignée se détacha de son support et commençait à
tourner lorsqu'elle l'attrapa et me saisit du bord du puits dans ses bras.

Le puits a été remonté plus haut après cela, et bientôt un moulin à vent a été installé. Il
n'y avait plus de chance de jouer avec le seau, mais le Père qui veille sur tout avait
sûrement protégé et épargné ma vie. Bénis son nom.

Lorsque vous lirez le chapitre suivant, vous verrez comment je me suis glissé de la table
de mon Père céleste de la même manière, et je me suis penché loin au-dessus du puits
noir béant du péché, et j'étais juste séduit dans ses profondeurs, et la poignée
commençait à à son tour, quand Jésus m'a sauvé et m'a saisi dans ses bras et sa sécurité.

Puis il y a eu le temps où maman m'avait envoyé derrière la grange pour ramasser un


seau de chips pour le feu de la cuisine. C'était l'une de mes tâches quotidiennes. Mon
11
père était un constructeur de ponts et un constructeur, et il y avait toujours de tels tas de
copeaux où il avait soulevé les grands bois.

Ce soir-là, j'avais une petite robe blanche avec des lunes rouges, dont j'étais très fier. Le
taureau, qui, avec l'autre chat, revenait des champs et se rassemblait autour de
l'abreuvoir, n'aimait évidemment pas ces belles lunes rouges dans ma robe. Il avait
toujours été si doux et inoffensif qu'on ne s'attendait pas à un danger de cette source.

J'étais juste au coin de la rue, en face d'un gros tas de bois, et j'avais mon seau presque
rempli de copeaux. Effrayé par la manière menaçante dont il a avancé, je lui ai lancé une
puce et lui ai dit de "partir". Sans s'arrêter, cependant, il est venu d'une manière
professionnelle et déterminée que je n'aimais pas.

S'élevant au-dessus de moi, il m'a frappé avec son front, et chaque fois que je me levais, il
me frappait si fort que je retombais dans la basse-cour boueuse. Heureusement, mon
père avait scié ses cornes quelque temps auparavant, mais seule la miséricorde de Dieu
l'a empêché de me tapoter sous ses grands pieds en colère, et cela m'a donné la présence
de l'esprit pour ramper dans et à travers l'endroit creux qui courait sous le tas de bois,
clair à l'autre bout, s'échappant ainsi en attendant ma réapparition.

Je paraissais parfaitement engourdi; ma bouche était remplie de saleté et de sang mais


serrée dans mes mains, je serrai ce seau de chips. Mamma

m'a envoyé des jetons, et ce sont des jetons que j'allais apporter à maman.

Maman a entendu le son de mes pleurs mais a pensé que je chantais. (Cela ne disait rien
de bon sur mes talents de chanteuse) Cependant, elle m'a aperçu par la fenêtre, et en un
instant était à mes côtés, et quand elle m'a pris dans ses bras, je m'accrochais toujours
au seau de chips, et ce n'est que lorsqu'elle m'a amené au puits et a commencé à me
baigner avec de l'eau froide que je me suis évanouie dans ses bras, libérant ma prise sur
eux.

Appelé à endurer la dureté d'un bon soldat et à ramener de précieux soûls pour Jésus,
quelle que soit la dureté du conflit, le Seigneur a mis en moi ce qui me fait passer,
refusant la défaite, refusant même d'être découragé, et je pense souvent à la petite fille
en robe débraillée et à la lune rouge, qui a ramené à la maison le seau de croustilles; et
de toute façon je sais que juste au moment où ma Mère m'a rassemblé avec les marques
du combat, des éclats et tout dans ses bras, Il me rencontrera à la fin de la petite journée
de la vie et me rassemblera avec mon fardeau serré et précieux dans Ses bras .

Faire du cheval dans la ferme de mon père était l'un de mes plus grands délices. Ici
encore, le Seigneur a veillé sur moi. Une fois, alors que je montais sur un cheval haut de
gamme avec lequel même les hommes ne se risquaient guère, mais qui avait succombé
avec condescendance à mes amours de sucre, il a eu peur au cliquetis du grillage, d'où je
suis sorti dans son dos, et a commencé un galop fou à travers les champs avant que je ne
sois bien parvenu à l'équilibre.

12
Il courait vers une clôture en fil de fer barbelé. Je savais que s'il atteignait cette clôture,
cela ruinerait le cheval, que mon père appréciait beaucoup, et j'ai décidé de m'accrocher
à sa longue crinière fluide et à son printemps alors qu'il bondissait, se posant sur mes
pieds, croyant qu'il ralentirait immédiatement. Je l'avais fait à d'autres moments, mais
maintenant, malheureusement, j'ai atterri sur une fourmilière, ce qui a tourné ma
cheville et l'a foulée gravement, coupant certains des cordons. Mais ma vie a été
épargnée, louange à Dieu, et malgré les béquilles et la douleur, j'ai réussi les examens à
la tête de ma classe et suis arrivé deuxième pour la bourse, offert celui qui obtenait les
meilleures notes à l'examen d'entrée collégial.

Pendant les premières années de ma vie, ma mère était sergent-major subalterne de


l'Armée du Salut (en d'autres termes, surintendante de l'école du dimanche) et avait un
grand groupe de jeunes sous sa garde. C'était souvent un grand effort pour elle d'aller à
cinq kilomètres de distance corps où se trouvait son travail. Quand les routes étaient
pauvres ou qu'il n'y avait pas de chevaux et de voitures, elle marchait; et quand les
routes étaient bonnes, la plupart du temps (quand j'avais cinq et six et sept ans), elle me
portait sur le guidon de son vélo, sur les collines et la poussière jusqu'à la réunion, et
continuait son travail chrétien.

Ces rencontres ont été pour moi un grand plaisir. Ce fut une joie particulière d'amener
d'autres petits enfants à la forme pénitente pour laquelle on priait. J'étais également très
fier du titre imposant de ma mère. Cela me semblait très grandiose et important, et
insatisfait d'attendre la prochaine réunion à la caserne, je transformais souvent la
grande chambre à l'étage en salle de réunion. En transportant des chaises d'autres
parties de la maison et en les alignant en rangs, je conduisais moi-même une réunion et
Mère, écoutant à l'extérieur de la porte, m'entendait annoncer solennellement

"Maintenant, le sergent-major dirigera la prière." Sur ce, je m'agenouillais et je priais.

"Maintenant, le sergent-major chantera un solo. "

Voici la meilleure imitation que j'ai su produire d'une de ses douces chansons.

"Maintenant, le sergent-major dirigera la réunion de témoignages" "Lisez la Parole", et


enfin tous les présidents ont été solennellement priés de baisser la tête pendant que le
sergent-major terminait en prière. Et ainsi vous voyez que Dieu avait Sa main sur moi, et
les désirs de mon cœur, et les aspirations de mon esprit dans ces premiers jours. Il
semblait en effet vrai qu'en tant qu'enfant de prière, il m'avait connu dans sa
compassion et dans sa tendre miséricorde pour un but. Oh, alléluia!

Lors des rassemblements des jeunes, il était habituel pour les enfants de porter des
ceintures blanches avec des devises colorées brodées sur eux, et tandis que sur les
autres ceintures des enfants, il y aurait des mots comme "Jésus sauve" ou "Dieu est
amour" etc., celui que Ma mère avait fait pour moi portait l’inscription«Le petit enfant de
Dieu». et elle me tint ainsi, pour l'accomplissement de sa prière, par la tempête et
l'épreuve, la tristesse et le découragement, afin qu'elle puisse réclamer la promesse et
13
élever l'enfant de la façon dont elle devait aller, que lorsqu'elle était vieille elle ne
devrait pas partir à partir de cela.

Dites-moi, petites filles et garçons qui ont lu ce chapitre; votre maman connaît-elle
Jésus? Prie-t-elle pour vous afin que vous puissiez être un travailleur pour lui un jour, et
lui avez-vous donné votre cœur pendant qu'il est tendre et que vous êtes au début de la
vie?

CHAPITRE IV. ENFANCE

"La folie est liée au cœur d'un enfant."

Prov. 22:15

Puis vint le temps des études dans la petite école blanche qui se trouvait au coin à un
mile de notre maison. J'étais le seul enfant salutiste là-bas, les autres savants étant
membres d'église. Au début, ils me taquinaient au sujet de l'armée avec leurs cris, leur
marche et leur tambour, car ils étaient encore un peuple méprisé à cette époque. J'ai
finalement conquis le cœur des enfants, cependant, quand j'ai inventé un tambour dans
une boîte à fromage ronde et avec une règle pour un pilon et une bannière "Blood and
Fire" faite d'une nappe rouge, nous avons marché autour de l'école et joué "Army".

Tout s'est bien passé jusqu'à ce qu'on apprenne que j'avais un peu de talent pour
l'élocution. La distance jusqu'à la caserne étant grande et les églises semblant beaucoup
plus populaires, j'ai commencé à aller à l'église méthodiste où mon père avait été
autrefois chef de chœur. Une fois invité à participer à leurs divertissements, je fus
bientôt reçu dans d'autres églises et apparaissant sur les programmes du pays.

Nous avons reçu une grande aide et un enseignement sur le modèle de l'élocution, des
dialogues et des pièces de théâtre des instructeurs de l'église dans cet art. Après avoir
concouru avec d'autres dans le travail de W. C. T. U., une médaille d'argent et plus tard
une médaille d'or m'ont été décernées.

Sauf pour le travail de tempérance, cependant, très peu de sélections ou de pièces


étaient tout sauf cotiques. En demandant aux prédicateurs s'ils préféreraient quelque
chose de sacré, ils répondraient invariablement:

"Oh, donnez-nous quelque chose d'humour; quelque chose de comique pour faire rire les
gens. Cette dernière récitation irlandaise était grande. Donnez-nous quelque chose
comme ça."

Pendant que je récitais, le public riait et applaudissait et riait à nouveau jusqu'à ce que
les larmes lui montent aux yeux, et j'étais très populaire auprès des églises à cette
époque, beaucoup plus que je ne le suis maintenant, peut-être.

Au fil des années, je suis passé du lycée au lycée, et je me suis intéressé de plus en plus
aux divertissements de l'église. Il y avait les soupers d'huîtres, les fêtes de la fraise, les

14
arbres de Noël et toujours les concerts à suivre, pour lesquels des billets étaient vendus
"pour aider Dieu à payer ses dettes et aider à soutenir l'église", supposais-je alors. Mais
j'ai appris maintenant que notre Dieu est si richement capable de fournir les fonds pour
son travail qu'il n'a pas besoin de recourir à de telles méthodes.

Les éloges et les applaudissements des gens ont été très séduisants pour certains d'entre
nous, les plus jeunes, et nous avons souvent parlé ensemble d'aller sur scène, arguant
que l'église nous donnait une bonne formation sur cette ligne et que de toute façon il n'y
avait pas beaucoup de différence que ce soit une pièce de théâtre ou un concert a été
donné dans l'église ou au théâtre.

Ma prochaine étape sur la voie descendante a été quand j'ai commencé à lire des romans
de la bibliothèque de l'école du dimanche (car un roman est un roman qu'il soit sur
papier ou sur une couverture reliée au tissu). Et quand je les avais dévorés, j'ai appris où
trouver plus.

Le leurre suivant du tentateur est venu quand un membre de la chorale m'a demandé si
j'étais allé au théâtre d'images animées cette semaine-là.

Je lui ai dit:

"Non", que je n'avais jamais vu de films en dehors de l'église. Elle m'a regardé d'une
manière si condescendante et compatissante que ma fierté était piquée et j'ai décidé de
partir. Je ne l'ai pas dit à ma mère, cependant, et je me suis senti très coupable d'entrer
jusqu'à ce que j'y voie plusieurs membres d'église et un enseignant de l'école du
dimanche; puis je me suis senti mieux (ça devait sûrement aller bien s'ils étaient là), et je
me suis installé pour profiter des photos.

Athlétique et passionné de sports de plein air, viennent ensuite les carnavals de patinage
de costumes et ma première caution universitaire. J'étais maintenant bien avancé au
lycée. Quand j'ai ramené à la maison la carte d'invitation gravée, Mère Flady a refusé son
permis pour moi d'aller et il a fallu beaucoup de plaidoyer et de persuasion pour obtenir
un consentement involontaire. Ma robe et mes pantoufles ont été achetées et je suis allée
à ma première danse rayonnante de joie à l'extérieur, mais un peu lourde et prise de
conscience à l'intérieur, car je savais que Mère était triste et priait seule à la maison.

Cela semblait cependant être une affaire très appropriée. Mon premier partenaire de
danse était le prédicateur presbytérien. D'autres bons (?) Membres d'église étaient là -
sûrement Mère doit se tromper ou être un peu démodée dans ses idées. Comme tout
semblait beau, l'orchestre, les fleurs, l'attention portée à moi, les beaux vêtements et le
bien-nomination! Déjeuner!

Ah, péché, avec quelle beauté éblouissante, avec quel raffinement et quel velours tu
couvres tes griffes!

15
Combien séduisantes sont les belles promesses avec lesquelles tu séduis les pieds de la
jeunesse! Quelle ruse sont les artifices de l'ennemi! Avec quelle habileté et habileté il
établit ses plans et tisse le filet qu'il dessine de plus en plus serré, illuminant l'avenir et
ses perspectives avec des couleurs roses et des promesses peintes équitables, dont le
fruit, une fois plumé, s'effondre en cendres grises dans la main de lui qui court après.

Mon avenir et mes perspectives éducatives semblaient prometteurs. Aucun effort ni


travail n'a été compté trop lourd de la part de mes parents pour m'envoyer à l'école, et
en effet, ce n'était pas grave pour eux dix milles doivent être parcourus chaque jour, cinq
le matin et cinq la nuit, dans le train ou à cheval et à carnage, malgré les routes de
campagne, avec leur boue ou pluie ou neige.

A cette époque a été introduit dans notre salle de classe, un manuel intitulé "High School
Physical Geography", qui se plongeait dans les problèmes de formation de la terre, de
strates rocheuses, etc., et décrivait ludiquement l'origine de la vie et le processus
d'évolution . Il y avait des citations de Darwin et d'autres autorités sur ces sujets
importants. Expliquant l'origine de la vie sur cette planète, il nous a appris que de la mer,
avec sa croissance de vase, d'algues et de champignons, la vie d'insectes est apparue. De
la vie des insectes est venue la vie animale, et à travers des processus continus
d'évolution est enfin apparu l'homme qui, bien sûr, était plus élevé que les singes ou
toute autre créature.

Comment ces théories ou ces enseignements ont impressionné les autres étudiants, je ne
peux pas le dire, mais ils ont eu un effet remarquable sur moi.

"Homme? Un processus d'évolution?

- Eh bien, alors Dieu ne l'avait pas créé du tout, comme la Bible dit qu'Il a fait que les
prédicateurs étaient vrais quand ils disaient qu'il y avait des erreurs et des fautes dans la
Bible. "

Encore et encore a couru les pensées dans mon jeune esprit jusqu'à ce que j'arrive au
point:

"Eh bien, si la Bible se trompe à un endroit, elle est très susceptible de se tromper à
d'autres. Ses informations ne sont pas fiables, et je suppose qu'il n'y a pas de Dieu du
tout, et c'est pourquoi les chrétiens agissent si pieusement à l'église le dimanche et faire
comme bon leur semble tout au long de la semaine. "

"Non, je suppose qu'il n'y a pas de Dieu." Même l'existence de la grande lune et les
étoiles scintillantes avaient été expliquées par la science. Le soleil, autrefois une grande
masse de lave en fusion, avait acquis un mouvement tourbillonnant et avait jeté toutes
ces autres planètes, la terre, la lune et les étoiles. Rien à propos de Dieu, juste de la
science et un résultat logique des conditions maintenant révélées, par des astronomes
sages qui l'avaient étudié à fond à travers de grands télescopes (qui avaient coûté de

16
fabuleuses sommes d'argent et mis de nombreuses années à inventer); et donc ils en
savaient tout.

Ce livre a soulevé tellement de questions dans mon esprit que j'ai approfondi d'autres
théories infidélistes.

Je suis devenu tellement intéressé que j'ai écrit un article pour le «Family Herald and
Weekly Star», publié à Montréal, alors le principal journal canadien. L'archevêque
Hamilton et beaucoup d'autres m'ont répondu. Des arguments pour et contre le livre et
ses enseignements ont été mis en évidence.

Faut-il s'étonner que nos chaires soient remplies d'infidèles et de critiques supérieurs
aujourd'hui?

Sur les lettres qui ont afflué pendant des mois d'Angleterre, de Nouvelle-Zélande,
d'Australie et de toutes les régions d'Amérique, ainsi que de ma propre terre, chacune
contenant une explication différente, personne n'a dit:

"Enfant, la Bible est vraie. Prends la simple Parole de Dieu et crois-la comme elle se lit."

Plus je lisais et observais la vie des Chtistiens, plus je devenais sceptique quant à la
réalité de Dieu. (Ce dont j'ai pu douter est aujourd'hui un casse-tête et une honte pour
moi.) Le diable a dû jeter un coup d'œil aux vrais chrétiens à mon sujet. AU que je
pouvais voir était une profession vide. J'ai vu des hommes chanter dans la chorale ou
assis sur les bancs le dimanche et assister à toutes sortes de fonctions mondaines
pendant la semaine. J'ai commencé à lire ma Bible, pour voir si elle se contredisait et
comment elle se comparait aux livres que j'avais lus. Oh, je dois savoir que la vérité y
avait-il quelque chose dans la religion?

Chaque fois que j'en avais l'occasion, je questionnais et contre-interrogeais chaque


chrétien que je pouvais joindre. Mais je n'ai pas semblé aller loin. Ma première tentative
a été faite contre ma mère. J'avais réfléchi sérieusement sur le sujet, et tout comme elle
montait les marches raides de la cave avec une casserole de lait dans ses mains, je l'ai
rencontrée avec th e question:

"Mère, comment sais-tu qu'il y a un Dieu?"

Pauvre chérie, elle était si surprise qu'elle a failli tomber en arrière, en bas des marches.
Elle a expliqué les choses du mieux qu'elle savait,

faire naître les Écritures et montrer la création de toutes ses merveilles comme
prouvant le travail d'un Créateur.

À chaque tentative d'explication, j'ai rencontré les mots savants de ces livres et la
sagesse supérieure (?) Du vingtième siècle de mes dix-sept livres d'été et la sagesse qui a
laissé les mères et les Bibles loin derrière. Ses arguments semblaient se réduire à rien, et

17
ses yeux s'ouvrirent avec étonnement alors qu'elle s'asseyait soudainement sur la chaise
de cuisine, incapable de prononcer un mot sur le bord.

Ma prochaine tentative a été faite contre le ministre lorsqu'il est venu chez nous pour
prendre le thé. Maman était dans la cuisine pour préparer le proverbe dîner de poulet
ministériel, mais j'avais des affaires dans le salon, affichant ostensiblement l'album de la
famille, mais en réalité, j'essayais de le sonder avec les questions qui me préoccupaient.

"Le Seigneur fait-il jamais des miracles ou guérit-il des gens malades maintenant?" J'ai
demandé.

"Pourquoi, pas d'enfant, le jour des miracles est terminé", fut sa réponse surprise. "Les
gens sont censés utiliser l'intelligence et la sagesse que le Seigneur leur a données le
long de lignes médicales et chirurgicales, ce sont vraiment miraculeux, vous savez."

"Mais cela ne dit-il pas, ici dans Jacques 5:14," Si quelqu'un est malade parmi vous pour
le laisser appeler les anciens de l'église; et qu'ils prient sur lui, l'oignant d'huile au nom
du Seigneur: et la prière de la foi sauvera les malades, et ils guériront "?"

"Et n'y a-t-il pas une Écriture qui dit: 'Jésus-Christ est le même hier, et aujourd'hui, et
pour toujours et' Celui qui croit en moi, il fera aussi les œuvres que je fais; et des œuvres
plus grandes que celles-ci, il le fera; parce que je vais vers mon Père "

"Comment conciliez-vous le fait que le Seigneur ne fait plus de choses aussi miraculeuses
avec ces écritures?"

Mes questions ont été éludées et on m'a fait sentir que je n'étais qu'un enfant et que je ne
pouvais donc pas comprendre ces questions. Ils n'ont jamais été expliqués à ma
satisfaction.

Alarmée par mon attitude et mes questions, ma mère m'a demandé de rejoindre une
église. Quand j'ai fait des excuses, elle m'a proposé de m'emmener dans toutes les
différentes églises, me demandant d'étudier les enseignements de chacune d'elles et de
rejoindre celle qui me semblait la meilleure. J'ai répondu que je sentais que je faisais
assez de travail à l'église maintenant, avec les divertissements et les concerts, et j'ai
ajouté, d'une manière auto-justifiée, que je pensais que j'étais aussi bon que les autres, je
ne voyais aucune différence particulière dans nos vies, que je sois membre de l'église ou
non, cela n'avait pas d'importance.

"Eh bien, allons aux réunions spéciales de l'Armée du Salut ce soir. Cela fait longtemps
que nous n'y sommes pas allés ensemble."

Pauvre mère! Est-ce que j'oublierai un jour son visage quand elle a découvert qu'ils
avaient un divertissement là-bas ce soir-là, et la première sélection rendue après notre
entrée était:

"High diddle, diddle, **

18
Le chat et le violon,

La vache a sauté par-dessus la lune! ", A interprété l'un des officiers locaux, au milieu des
applaudissements du public qui riait. Il était habillé pour représenter un ménestrel
coloré.

Plus tard, nous avons assisté aux services spéciaux conduits par le Brigadier, sa femme
et sa fille qui m'ont invité très gentiment à donner mon cœur à Jésus. J'ai argumenté avec
elle qu'il n'y avait pas de Dieu, rien dans la Bible. Elle a semblé entrer dans les eaux
profondes et est allée chercher sa mère, qui m'a également suppliée de venir à l'autel.
Puis ils ont envoyé chercher le père, et peu de temps après, j'étais le centre d'un groupe.
Ma mère à la périphérie, écoutant avec un visage rougissant pendant que j'exposais,
dans mon ignorance, mon opinion sur l'évolution.

Oh, cher Jésus, comment aurais-je pu douter de toi alors que tu as été si bon, si
miséricordieux et si fidèle envers moi tous les jours de ma vie!

Mère a pleuré amèrement tout le long trajet jusqu'à la maison, et tout le reproche qu'elle
m'a fait était:

"Oh, Aimée, je n'ai jamais rêvé que je devais border une fille qui parlerait comme toi
devant ces gens ce soir! Après toutes mes années en tant que chrétienne, après mes
prières et mon travail dans ce corps, vous tous, pour parler comme ça! Oh, où ai-je
échoué? Oh! OH !!

Frappée par la conscience et honteuse devant son chagrin, je me suis enfuie dans ma
chambre, dès notre arrivée, pour réfléchir. J'ai certainement aimé ma mère; causer son
chagrin et son chagrin était la dernière chose dans ce vaste monde que je souhaitais faire
«et pourtant et pourtant».

Ne m'arrêtant pas pour allumer la lampe, je me dirigeai vers la fenêtre de ma chambre,


l'ouvris grand ouvert et m'assis sur le sol avec mes coudes sur le rebord de la fenêtre,
mon menton calé sur mes mains, et regardai fixement les sols étoilés de Le ciel et la
grande lune argentée blanche naviguant majestueusement vers moi depuis le ciel
oriental, avant de terminer ma phrase brisée "Je me demande s'il y a vraiment un Dieu?

Qui a raison? Quelle est la vérité?"

Le manteau blanc de neige qui couvrait les champs et les arbres. Quelle taille cette lune
avait là-haut et comment dix millions d'étoiles semblaient cligner des yeux, cligner des
yeux et scintiller! Je me suis faite un petit endroit chaud dans cette neige autour de moi
et me suis assise indéfiniment sur le froid, levant les yeux vers la Voie lactée, la grande
ourse et d’autres luminaires familiers.

Certes, il peut y avoir un Dieu là-haut derrière eux tous. Ils semblaient respirer et
émaner de sa présence même et de son insignifiante.

19
À l'école, nous avions étudié les planètes et comment chacune tournait et tournait sur
son propre axe et sur sa propre orbite sans friction ni confusion. C'était si grand, si haut,
donc au-dessus de la portée et du ken d'un mortel, une main DIVINE devait sûrement
tenir et contrôler ce merveilleux système solaire. Pourquoi! Comme Dieu semblait
proche maintenant!

Soudain, sans m'arrêter de penser, j'ai jeté impulsivement les deux bras par la fenêtre et,
regardant vers le ciel, j'ai pleuré:

"Oh mon Dieu! S'il y a un Dieu, révèle-toi à moi!"

Le cri est venu de mon cœur. En réalité, tout un chuchotement venait de mes lèvres mais
juste ce chuchotement d'un cœur sincère et ardent, était suffisant pour faire écho à
travers les étoiles et atteindre le trône du Père. Là-haut, celui dont l'oreille est toujours
ouverte aux cris de ses petits enfants, m'a entendu et a répondu. Bénissez le nom de Plis.

Oh, si chaque sceptique et infidèle professé respirait simplement cette prière sincère à
Dieu, Il se révélerait à eux comme Il me l'a fait, car; Il ne fait pas acception de personnes.
Alléluia!

CHAPITRE V. LE SALUT ET LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT

"Et il arrivera que, à ce qu'ils appellent, je répondrai; et pendant qu'ils parlent encore,
j'entendrai"

Est un. 65:24; -la

Notre Dieu exaucant la prière, celui qui s'assied sur le trône, dont l'oreille est toujours
ouverte à notre cri, et dont le cœur est touché par nos infirmités, répondait déjà au cri de
ce pauvre enfant indigne. Il avait mis sur pied une chaîne d'événements qui devaient non
seulement conduire au salut et au baptême de mon âme, mais qui devaient me conduire
dans sa vigne et faire de moi un travailleur à son cher service.

C'était juste quelques jours après ma prière en plein air fenêtre de ma chambre que
(mon père étant venu à l'école pour moi) nous conduisions le long de la rue principale
sur le chemin du retour, discutant avec impatience et planifiant mes parties dans les
grandes affaires de Noël et les concerts dans les différentes églises et salles, puis se
profile au-dessus de nous . Que les vitrines étaient jolies dans leur robe de Noël verte,
rouge et guirlandes!

Mais regarde! Là-bas, sur le côté gauche de la rue, il y avait un nouveau panneau sur une
fenêtre que je n'avais jamais vu auparavant, et il était écrit:

20
RÉUNIONS DE LA MISSION PENTECOSTALE CHAQUE NUIT TOUTE LA JOURNÉE
DIMANCHE

En me tournant vers mon père, j'ai dit: "Papa, j'aimerais y aller demain soir. Je crois que
c'est l'endroit où j'ai entendu parler de l'endroit où ils sautent, dansent et tombent sous
le pouvoir, et font des choses si étranges. Ce serait être très amusant d'aller les voir. "

Et c'est ainsi que le lendemain soir nous trouvâmes assis sur les sièges arrière (où nous
pouvions tout voir) de la petite mission pentecôtiste qui était récemment venue en ville.
Nous devions répéter à la mairie pour une de nos pièces, plus tard dans la soirée. Cela
m'avait juste laissé le temps de venir à la Mission.

Ils semblaient être un peuple très ordinaire, aucun des citoyens riches ou bien connus de
la ville n'était là, et habillé comme moi, avec les fleurs sur mon chapeau, une chaîne et un
médaillon en or, et des bagues sur mon Angers , Je me sentais juste un peu au-dessus du
statut de ceux qui m'entouraient, et regardais d'un air amusé alors qu'ils criaient,
dansaient et priaient.

Un homme, que je savais être l'un des laitiers de la ville, a tremblé de la tête aux pieds
sous le pouvoir, puis est tombé en arrière et s'est allongé sur le sol pour louer le
Seigneur. À toutes ces choses, j'ai gloussé bêtement, ne le comprenant pas et pensant
que c'était très risible.

Bientôt, un grand jeune homme (six pieds deux) se leva sur la plate-forme et prit sa
Bible à la main, l'ouvrit et commença à lire. Je ne pouvais pas m'empêcher d'admirer son
visage franc, ouvert et gentil, les yeux bleu irlandais avec la lumière du ciel en eux, et les
cheveux touffus, dont une boucle brune insistait pour tomber près de son œil, peu
importe la fréquence. il le repoussa avec ses doigts.

Pendant qu'il parlait avec le plus grand zèle, je l'ai pris de la tête aux pieds (sachant que
ce jeune homme allait bientôt être mon mari). Son texte a été trouvé dans le deuxième
chapitre des Actes, 38e et 39e versets.

(Il y a une chose à propos d'une réunion pentecôtiste. Vous ne pouvez pas y aller très
longtemps sans savoir qu'il y a un deuxième chapitre du livre des Actes. J'ai appris cela
lors de ma première réunion.)

L'évangéliste Robert Semple, par son nom, a commencé son discours par le premier mot
de son texte:

"Se repentir." Oh comme il a répété ce mot Repenti REPENT! SE REPENTIR! Encore et


encore. Comme j'aurais aimé qu'il arrête de dire ce mot horrible. Cela semblait percer
comme une flèche dans mon cœur, car il prêchait sous l'inspiration divine et avec
puissance et démonstration du Saint-Esprit. Il parlait vraiment comme s'il croyait qu'il y
avait un Jésus et un Saint-Esprit, pas une ombre vague, mythique, intangible, quelque
chose au loin dans les nuages, mais une réalité réelle, vivante, vitale, tangible et

21
émouvante qui habite dans nos cœurs et vit faisant de nous son temple nous faisant
marcher dans la piété, la sainteté et l'adoration en sa présence.

Il n'y a eu aucune annonce de souper d'huîtres ou de divertissements de Noël ou des


cercles de couture n'ont fait aucun appel pour de l'argent. Pas même une collection n'a
été prise. C'était juste Dieu, Dieu, Dieu d'un bout à l'autre, et ses paroles semblaient
pleuvoir sur moi, et chacun d'eux blessait une partie particulière de mon esprit et de ma
vie jusqu'à ce que je ne puisse pas dire où j'étais blessé.

"Se repentir!" L'évangéliste a poursuivi en disant que si l'amour du monde était en nous
l'amour du Père n'était pas là: théâtres, images animées, danse, romans, patinoires
costumées (eh bien, on aurait dit que quelqu'un lui avait dit que j'étais là, alors, de façon
vivante, il a imaginé le mien la vie et la marche), la musique mondaine et rag-time, etc., il
a condamné la vente en gros, et a déclaré que tous les gens qui étaient enveloppés dans
ce genre de choses étaient du diable, et étaient en route pour l'enfer, et que si ils se
repentirent et ce droit rapidement, renonçant au monde, à la chair et au diable, ils
seraient perdus éternellement damnés à jamais.

Je n'ai plus ri, je vous assure. Je me suis assis droit sur mon siège. Les yeux et les oreilles
grands ouverts, je buvais chaque mot qu'il disait. Après avoir fini avec le mot «Repentez-
vous», et expliqué ce que le véritable salut signifiait la mort, l'enterrement et la
résurrection que nous saurions en nous identifiant à notre Seigneur, il a commencé à
prêcher sur le verset suivant

"Et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est à vous, à vos enfants et à
tous ceux qui sont loin, autant que le Seigneur notre Dieu l'appellera."

Ici, il a commencé à prêcher le baptême du Saint-Esprit, déclarant que le message du


salut et la venue de l'Esprit devaient être prêchés côte à côte et main dans la main, et que
pour un chrétien de vivre sans le baptême du Saint-Esprit était vivre e dans un état
anormal non conforme aux souhaits de Dieu. Il a raconté comment le Saint-Esprit a été
reçu à l'époque de la Bible et comment les destinataires de l'Esprit ont parlé dans
d'autres langues des langues qu'ils n'avaient jamais apprises lorsque l'Esprit leur a
donné la parole.

Il a mis un accent particulier sur les "autres langues" dont il est question dans Actes 2: 4,
et a affirmé avec audace que c'était la preuve biblique du baptême du Saint-Esprit.

"Des langues?" Je me suis dit "des langues? Pourquoi, je me demande ce que c'est? Je ne
me souviens pas avoir entendu parler de quelque chose comme ça dans la Bible
auparavant."

Puis, pour ajouter encore plus à ma stupéfaction, l'orateur lui-même a soudainement


éclaté en parlant en langues, d'une voix forte, les yeux fermés et les mains tendues dans
ma direction.

22
Pour moi, c'était la voix de Dieu qui résonnait dans mon âme de terribles paroles de
conviction et de condamnation, et bien que le message ait été prononcé en 39 langues, il
semblait que Dieu m'avait dit

"VOUS êtes un pécheur pauvre, perdu, misérable et méritant l'enfer!" Je veux

dire ici que je savais que Dieu parlait par son Esprit à travers des levres d’argile. Il y a un
verset dans le 14ème chapitre de I Corinthiens qui dit que parler en langues est un signe
pour l'incroyant. C'était certainement vrai dans mon cas. Depuis le moment où j'ai
entendu ce jeune homme parler en langues jusqu'à ce jour, je n'ai jamais douté pendant
une seconde qu'il y avait un Dieu et qu'il m'avait montré ma vraie condition de pauvre,
perdu, misérable, digne de l'enfer - méritant pécheur.

Personne ne m'avait jamais parlé comme ça auparavant.

J'avais été caressé, aimé et peut-être un peu gâté: on m'a dit à quel point j'étais
intelligent et bon. Mais merci à Dieu d'avoir dit la vérité. Il ne nous vernit pas, ne nous
tapote pas le dos et ne nous donne pas de petites pilules enrobées de sucre, mais nous
montre où nous en sommes, vils et pécheurs et défaits, en dehors de Jésus et de son
précieux sang.

Tout mon amusement et ma fierté hautaine avaient disparu.

Mon âme même avait été dépouillée devant Dieu, il y avait un Dieu, et je n'étais pas prêt
à Le rencontrer.

Oh, comment aurais-je pu mépriser ces chers gens et sentir que j'étais meilleur qu'eux?
Eh bien, je n'étais même pas digne de noircir leurs chaussures. C'étaient des saints et
j'étais un pécheur.

Nous avons dû nous échapper tôt, avant la fin du service, et je ne peux pas dire comment
j'ai réussi la répétition, mais une chose que je savais, c'est que pendant les soixante-
douze heures suivantes, j'ai vécu les trois jours les plus misérables avait jamais connu
jusque-là.

Conviction! Oh! Je pouvais à peine manger, me reposer ou dormir. L'étude était hors de
question. «Pauvre, perdu, misérable, pécheur méritant de lui», résonna encore et encore
dans mes oreilles. Je pouvais voir ces yeux fermés et cette main tendue qui pointait vers
mon âme pécheresse rétrécie qui était mise à nu devant les yeux de mon Créateur.

J'ai commencé à énumérer les nombreuses choses auxquelles je devais renoncer pour
devenir chrétien, il y avait la danse. J'étais prêt à m'en séparer, les romans, le théâtre, ma
musique instrumentale mondaine. Je me suis interrogé sur chacun d'eux et j'ai constaté
que je ne les considérais pas comme chers par rapport à la joie du salut et à la
connaissance de mes péchés pardonnés.

23
Il y avait juste une chose, cependant, que je me suis retrouvée peu disposée et
apparemment incapable de faire. Je savais que je ne pouvais pas être chrétien et réciter
ces folles récitations irlandaises et parcourir ces pièces et dialogues. Un enfant de Dieu
doit être saint et consacré, avec une conversation couverte du sang de Jésus. Ma Bible a
dit que même pour un mot inactif (sans parler de mots stupides); nous devrions avoir à
rendre compte devant le trône du jugement de Dieu. Il était pourtant trop tard pour
annuler mes promesses de Noël, trop tard pour que d'autres remplissent ma place.
Évidemment, il n'y avait rien d'autre à faire qu'attendre après Noël pour devenir
chrétien.

Mais comment pourrais-je attendre? J'avais désespérément peur.

Je tremblais de conviction. Il me semblait que chaque instant que je vivais en dehors de


Dieu et sans repentir envers Lui était vécu dans le plus péril et le plus grave danger
d'être jeté en enfer sans pitié. Oh, que chaque pécheur qui lit ces mots puisse ressentir la
même horrible conviction sur son âme!

Le deuxième et le troisième jour, je suis tombé en priant quelque chose comme ça:

"Oh mon Dieu, je veux être chrétien. Je veux toujours t'aimer et te servir. Je veux
confesser mon péché et être lavé dans le sang de Jésus-Christ, mais oh, s'il te plaît, laisse-
moi vivre jusqu'à après Noël, et alors je te donnerai mon cœur. Aie pitié de moi,
Seigneur. Oh, ne me laisse pas mourir avant Noël. "

Beaucoup de gens sourient maintenant alors que je témoigne de cette horrible terreur
qui a saisi mon âme, mais le bien-être éternel de mon âme était en jeu pour moi, ça allait
être la vie ou la mort, le paradis ou l'enfer pour toujours.

À la fin du troisième jour, en rentrant de l'école, je ne pouvais plus le supporter. Les


cieux qui s'abaissent au-dessus, les arbres, les champs, la route même sous moi
semblaient me regarder avec mécontentement, et je pouvais voir partout écrit "Pauvre
pécheur perdu, misérable, méritant l'enfer!"

Complètement à la fin de moi-même ne m'arrêtant pas pour penser ce que pr chacun ou


les comités de divertissement ou n'importe qui d'autre penserait que j'ai levé les mains,
et - tout seul sur cette route de campagne, j'ai crié à haute voix vers les Cieux:

"Oh, Seigneur Dieu, aie pitié de moi, pécheur!"

Immédiatement, le changement le plus merveilleux a eu lieu dans mon âme. L'obscurité


disparut et la lumière entra. Le ciel était rempli de clarté, les arbres, les champs et les
petits oiseaux des neiges qui allaient et venaient louaient le Seigneur et me souriaient.

J'étais tellement conscient du pardon du sang de Jésus que je semblais le sentir couler
sur moi.

24
J'ai découvert que mon visage était baigné de larmes, qui ont coulé sur mes mains alors
que je tenais les rênes.

Et sans effort ni pensée apparente de ma part, je chantais ce vieil hymne familier:

"Prends ma vie et qu'elle te soit consacrée, Seigneur;

Prends mes moments et mes jours,

Qu'ils affluent sans cesse. "

Je chantais brusquement entre mes sanglots:

"Prends ma vie et qu'elle te soit consacrée, Seigneur."

Toute mon âme coulait vers Dieu, mon Père.

"MON PÈRE!" Oh, gloire à Jésus! J'avais un père céleste! Plus besoin de peur, mais son
amour, sa gentillesse et sa protection étaient maintenant pour moi.

Quand je suis arrivé à la partie de la chanson qui disait:

"Prends mes mains et laisse-les bouger sous l'impulsion de ton amour"

Je savais qu'il n'y aurait plus de musique mondaine pour moi, et ce sont des hymnes à
partir de ce moment.

Et quand j'ai chanté:

"Prends mes pieds et laisse-les être rapides et beaux pour toi"

Je savais que cela ne voulait pas dire au dance hall ni à la patinoire. Bénis le Seigneur.

"Prends mes lèvres et laisse-les chanter Toujours, seulement, pour mon roi."

Plus de récitations stupides et de chansons à la mode.

"Oh, Jésus, je t'aime,

Je sais que tu es à moi;

Pour toi toutes les folies du péché, je démissionne. "

Chanson après chanson jaillit de mes lèvres. J'ai crié à haute voix et j'ai loué Dieu jusqu'à
la maison. J'avais été racheté!

Inutile de dire que je n'ai pas pris part aux divertissements, et beaucoup dans notre ville
me trouvaient fanatique et très stupide. Néanmoins, les jours qui ont suivi ont été
remplis de joie et de bonheur Combien j'ai aimé la Parole de Dieu! Je le voulais sous mon
oreiller quand je me suis endormi et dans mes mains lorsque mes yeux se sont ouverts
dans la matinée. À l'école, où j'avais un roman caché à l'intérieur de mon algèbre et de la

25
géométrie, il y avait maintenant un petit Nouveau Testament, et j’étudiait chaque
passage qui faisait référence au baptême du Saint-Esprit.

De toutes les promesses dans lesquelles j'ai trouvé du réconfort, il n'y en a aucune, je
crois, qui, comparée aux promesses simples de Matthieu 7: 7

"Demandez, et on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et on vous


ouvrira:

"Pour tous ceux qui demandent reçoivent et celui qui cherche trouve; et pour celui qui
frappe, il sera ouvert." Ici, il m'a assuré que si je demandais du pain, il ne me donnerait
pas de pierre, aussi qu'il était plus disposé à me donner le Saint-Esprit que les parents
terrestres ne devaient donner de bons cadeaux à leurs enfants.

J'allais si loin avec ma lecture, et Oh, la Bible me semblait si nouvelle, si vivante et si


parlante (et c'était Dieu qui me parlait), que, incapable d'attendre un autre instant, je
m'excusais du chambre, descendez au sous-sol, tombez à genoux et commencez à prier:

"Oh Seigneur, baptise-moi du Saint-Esprit. Seigneur, tu as dit que la promesse était faite
à autant de personnes éloignées, même à autant que le Seigneur notre Dieu devrait
appeler. Maintenant Seigneur, tu m'as appelé, la promesse est pour moi; viens me voir
tout de suite. "

Les filles me trouvaient ainsi en train de prier et ne savaient pas quoi faire de moi, donc
j'étais complètement changé.

Plus besoin de mettre de la colle dans la chaise du professeur ou d'aider à l'enfermer


dans le gymnase, ou de pratiquer des pas de danse dans les couloirs à midi. Un
merveilleux changement avait eu lieu, toutes les vieilles choses étaient décédées et
toutes les choses étaient devenues nouvelles. J'étais né de nouveau et j'étais une
nouvelle créature en Christ Jésus.

Chaque jour, la faim pour le baptême du Saint-Esprit devenait de plus en plus forte, de
plus en plus intense jusqu'à ce que, ne me contentant plus de rester à l'école, mon esprit
ne poursuivant plus mes études, je m'éclipsais aux réunions tardives où les chers saints
se sont réunis pour prier pour ceux qui cherchaient le baptême du Saint-Esprit.

Quelles heures merveilleuses ce furent! Quelle révélation pour mon âme! C'était comme
si le ciel était descendu sur terre. La plupart du temps, j'étais loin de l'école que j'ai
commencé à prendre du retard dans mes études pour la première fois, et même si les
examens finaux étaient proches, je ne pouvais pas m'intéresser à l'algèbre ou à la
géométrie ou à la chimie, ou quoi que ce soit mais le baptême du Saint-Esprit et la
préparation de rencontrer mon prochain Sauveur dans les airs.

Puis vint le jour où le directeur du lycée envoya une lettre à ma mère lui disant que si je
ne prêtais pas plus d'attention à mes études, j'allais certainement échouer.

26
Et pour aggraver les choses, le même jour, l'un des officiers de S.A. est venu appeler
Mère en disant:

"Maintenant, ma sœur, cela ne nous dérange pas tant que les autres personnes qui vont à
cette mission pentecôtiste, mais nous sommes vraiment surpris et pensons que vous
avez tort de laisser votre fille partir.

e travail depuis tant d'années, il donne un mauvais exemple aux autres pour que vous
lui permettiez d'être associé de quelque manière que ce soit avec eux. "Ils lui ont
également dit que ce soi-disant pouvoir était tout excitation ou hypnose et faux.

Quand je suis rentré chez moi ce soir-là, maman m'attendait. Elle m'a donné une
conversation très sérieuse et a fini par lancer l'ultimatum:

«Maintenant, si jamais j'entends parler de votre sortie de l'école et de votre retour à


cette mission, ou aux réunions tardives, je devrai vous garder à la maison. Je ne vous
parlerai pas de cette façon.

Je suis allé à l'école dans le train le lendemain matin alors que les routes étaient
couvertes de neige, et tout le long de la route, je regardais par la fenêtre les flocons de
neige qui tombaient et je priais pour que le Seigneur le répare de façon à ce que Je
devrais être capable de frapper jusqu'à ce qu'Il ouvre ou bien de me baptiser
immédiatement.

En marchant du train au lycée, il fallait passer à la fois par la mission et la maison de la


sœur où j'allais souvent m'attarder pour le baptême. En passant devant celle-ci, j'ai
regardé avec envie les fenêtres, espérant qu'elle pourrait être là et que je pouvais lui
parler depuis le trottoir sans entrer et ainsi désobéir au commandement de Mère, mais
je n'en ai vu aucun signe.

Je passai lentement devant, regardant tristement et avidement en arrière tout le long du


chemin; puis finalement est tombé sur un trottoir sur le trottoir et s'est dit:

"Eh bien, ici maintenant, Jésus arrive bientôt et vous savez qu'il est plus important pour
vous de recevoir le Saint-Esprit que de passer tous les examens du monde. Vous avez
besoin de l'huile du Saint-Esprit dans votre récipient avec votre lampe pour être prêt
pour son apparition.

"Comme vous devez faire un choix entre aller à l'école et demander le baptême, je
suppose que vous n'allez pas du tout à l'école aujourd'hui, mais que vous retournerez
simplement chez la sœur et ferez une journée entière à chercher le baptême."

Sur ce, je me suis retourné et suis retourné rapidement à la maison, j'ai sonné à la porte
et je suis entré. J'ai dit à ma sœur mon dilemme et elle a dit doucement:

27
"Disons-en tout à Père." Nous sommes donc descendus et avons commencé à prier. Elle a
demandé au Seigneur dans sa prière soit de me baptiser ici et là, soit de m'arranger pour
que je puisse rester jusqu'à ce que je reçoive mon baptême.

Le Seigneur a entendu cette prière et, par la fenêtre, la neige qui tombait en flocons
légers a commencé à tomber comme un blizzard aveuglant.

Mon Père céleste a envoyé ses anges pour attiser certains de ses gros et vieux nuages
laineux, et la neige est tombée et a fait trembler les vitres, et l'un de nos blizzards
canadiens à l'ancienne était allumé. La journée entière a été consacrée à la prière et à
aller au dépôt pour voir mon train de retour, l'agent de billets a dit, par la fenêtre:

"Désolé, mademoiselle, mais le train ne circule pas ce soir. Les routes sont bloquées par
la neige. Nous ne pouvons pas passer." Oh, alléluia! Je n'étais pas désolé, un peu.

Puis la pensée est venue "Cela ne vous fera pas grand bien, car vous devrez appeler Mère
sur le téléphoné et elle vous demandera d'aller chez son amie pour rester, et vous
avertira de ne pas vous approcher de la Mission." Mais quand je suis allé au téléphoné et
que j'ai donné le numéro, Central a dit:

"Désolé, les fils sont tombés à cause de la tempête."

Cette fois, j'ai crié "Gloire" et j'ai couru presque tout le chemin du retour chez la sœur.

La tempête a augmenté, et aussi vite que les hommes ont essayé d'ouvrir un chemin, le
Seigneur l'a rempli de montagnes de neige blanche, jusqu'à ce que toute pensée de
traverser pendant que la tempête a duré ait été abandonnée.

Oh, combien je cherchais le baptême de l'Esprit. Parfois, quand des gens viennent à
l'autel maintenant et s'assoient dans une position confortable, lèvent la tête d'une main,
et commencent à demander à Dieu d'une manière langoureuse et indifférente pour
l'Esprit, il me semble qu'ils ne savent pas quoi la vraie recherche est.

Le temps était précieux, car pendant que l’homme travaillait si dur pour pelleter la
neige, et Dieu avait tous ses gros nuages pour la pelleter,

Je dois faire ma part en cherchant de tout mon cœur.

Vendredi, j'ai attendu devant le Seigneur jusqu'à minuit.

Samedi matin, me levant à l'aube, avant que quelqu'un ne remue, dans la maison, et
entrant dans le parior, je me suis agenouillé près de la grande chaise Morris dans le coin,
avec une réelle détermination dans mon cœur.

Ma Bible m'avait dit "le royaume des cieux était forcé, et que les violents le prenaient par
la force". Mat. 11:12. J'ai relu la parabole de l'homme qui avait frappé la porte pour avoir
du pain et j'ai découvert que ce n'était pas parce qu'il était son ami, mais à cause de son
importunité, que l'homme de bien dans la maison s'était levé et lui avait donné autant de

28
pains dont il avait besoin de. Maintenant, Jésus était mon ami; Il m'avait enjoint de
frapper et m'avait assuré qu'il m'ouvrirait. Il m'avait invité à demander, promettant que
je devrais recevoir, et que le vide serait comble. J'ai commencé à chercher
désespérément, et je me souviens avoir dit:

"Oh, Seigneur, j'ai tellement faim de ton Saint-Esprit. Tu m'as dit qu'au jour où je
chercherai de tout mon cœur, tu seras trouvé de moi. Maintenant, Seigneur, je vais rester
ici jusqu'à ce que tu verses sur moi le promesse du Saint-Esprit pour lequel vous m'avez
ordonné de rester, si je meurs de faim. J'ai tellement faim de lui que je ne peux pas
attendre un autre jour. Je ne mangerai pas un autre repas avant que tu ne me baptises. "

Vous demandez si je n'avais pas peur d'avoir un mauvais esprit ou d'être hypnotisé,
comme le craignaient mes parents.

Il n'y avait pas une telle peur dans mon cœur. J'ai fait confiance implicitement à mon
Père céleste selon Luc 11:11, où il m'a assuré que si je demandais du pain, il ne me
donnerait pas de pierre. Je savais que mon Seigneur ne donnait pas de serpents et de
scorpions à ses enfants lavés par le sang quand ils demandaient du pain. N'avait-il pas
dit, si vos pères terrestres savent comment accorder de bons cadeaux à leurs enfants
"combien plus votre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui
demandent?" Luc 11:13.

Après avoir prié ainsi précipitamment, prenant d'assaut le ciel, pour ainsi dire, avec mes
supplications pour le Saint-Esprit, une tranquillité semblait me voler, la sainte présence
du Seigneur m'enveloppait. La Voix du Seigneur a parlé tendrement:

"Maintenant, mon enfant, cesse tes efforts et ta mendicité; commence juste à Me louer, et
dans une foi simple et enfantine, reçois le Saint-Esprit."

Oh, ce n'était pas difficile de le louer. Il était devenu si proche et si inexprimablement


cher à mon cœur.

Alléluia! Sans effort de ma part, j'ai commencé à dire:

"Gloire à Jésus Gloire à Jésus !! GLOIRE À JÉSUS !!!" Chaque fois que je disais "Gloire à
Jésus!" Cela semblait venir d'un endroit plus profond de mon être que le précédent, et
d'une voix plus profonde, jusqu'à ce que de grandes vagues de «Gloire à Jésus» roulent
de mes orteils vers le haut; une telle adoration et louange que je n'avais jamais imaginé
possible.

Tout à coup mes mains et mes bras se sont mis à trembler, délicats d'abord, puis
violemment, jusqu'à ce que tout mon corps tremblait sous la puissance du Saint-Esprit.

Je ne considérais pas cela du tout comme étrange, car je savais comment les batteries
que nous avons expérimentées dans le laboratoire du collège fredonnaient et
tremblaient et tremblaient sous le pouvoir de l'électricité, et il y avait la troisième
personne de la Trinité entrant dans mon corps dans tous ses plénitude, faisant de moi sa

29
demeure, «le temple du Saint-Esprit». Était-il étonnant que ce pauvre cadre humain soit
tremblé sous les puissants mouvements de sa puissance?

Comme j'étais heureuse, oh comme heureuse! Heureux de ressentir sa merveilleuse


puissance prendre le contrôle de mon être. Oh gloire! Cette maison sacrée est si douce
pour moi que le souvenir de son caractère sacré me passionne pendant que j'écris.

Presque sans mon avis, mon corps a glissé doucement sur le sol, et j'étais allongé étendu
sous la puissance de Dieu, mais j'avais l'impression d'être rattrapé et de flotter sur les
nuages gonflés de gloire. Je ne comprends pas par là que j'étais inconscient de mon
environnement, car je ne l'étais pas, mais Jésus était plus réel et plus proche que les
choses de la terre autour de moi. Le désir de le louer, de l'adorer et de l'adorer enflammé
dans mon âme- était si merveilleux, si glorieux, et ma pauvre langue si totalement
incapable de trouver des mots pour le louer.

Mes poumons ont commencé à se remplir et à se soulever sous le pouvoir lorsque le


Consolateur est entré. Les cordes de ma gorge ont commencé à se contracter, mon
menton a commencé à trembler, puis à trembler violemment, mais Oh, si doucement! Ma
langue a commencé à bouger de haut en bas et de côté dans ma bouche. T Des bruits
inintelligibles comme des lèvres balbutiantes et une autre langue, dont parle Ésaïe
28:11, ont commencé à sortir de mes lèvres. Ce bégaiement de syllabes différentes, puis
de mots, puis de phrases liées, s'est poursuivi pendant un certain temps alors que
l'Esprit m'enseignait à lui céder.

Puis soudain, de mon être le plus profond coulait des fleuves de louange dans d'autres
langues que l'Esprit a prononcé (Actes 2: 4), et Oh je savais qu'il louait Jésus avec un
langage glorieux, le revêtant d'honneur et de gloire que je ressentais mais que je n'aurais
jamais pu mettre en mots.

Quelle merveille que moi, même moi, là-bas en 1908, parlais dans une langue inconnue,
tout comme les croyants l'avaient fait à l'époque d'Éphèse et à Césarée et que
maintenant il était venu dont Jésus avait dit: "Il me glorifiera "

J'ai crié, chanté, ri et parlé en langues jusqu'à ce que je sois trop rassasié pour recevoir
une autre bénédiction de peur d'éclater de gloire. La Parole de Dieu était vraie. La
promesse était vraiment pour eux qui étaient loin, même pour autant que le Seigneur
notre Dieu devrait appeler. Le consolateur était venu, élevant mon âme en louanges
extatiques à Jésus dans une langue que je n'avais jamais apprise. Je me souviens avoir
dit:

"Oh Seigneur, ne peux-tu pas m'emmener directement au Paradis maintenant? Je suis si


près de toute façon. Dois-je retourner dans ce vieux monde?"

"Hypnotisme", dites-vous? Si c'est le cas, c'est un sort remarquablement long et


extrêmement délicieux qui dure depuis onze ans, me faisant aimer Jésus de tout mon
cœur et désirer ardemment son apparition.

30
En plus de cela, vous devez tenir compte du fait qu'il n'y avait personne dans la pièce
pour m'hypnotiser. J'étais tout seul quand j'ai été sauvé, et tout seul quand j'ai reçu le
baptême du Saint-Esprit.

«Pouvoir démoniaque» «diable», peut-on dire. Si c'est le cas, le diable doit s'être
récemment converti solidement, car ce qui est entré dans mon âme me pousse à aimer et
obéir à mon Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, pour exalter le sang et honorer le Saint-
Esprit.

"Excitation", dites-vous? Jamais! Elle a résisté à l'épreuve trop longtemps, cher


incroyant. Dans la maladie, dans la douleur, même aux portes de la mort, il s'est révélé
être le Consolateur que Jésus a dit qu'il enverrait.

M'entendant parler dans les langues et louant le Seigneur, la chère sœur de la maison
dans laquelle je restais, descendit les escaliers et entra dans le parior, pleurant et louant
le Seigneur avec moi. Bientôt, frère Semple et d'autres saints se sont rassemblés. Quels
cris et réjouissances! Oh alléluia! Et pourtant, avec toute la joie et la gloire, il y avait un
silence et un silence solennel imprégnant tout mon être.

En descendant la rue, je me disais sans cesse:

"Maintenant, vous devez marcher très doucement et prudemment, avec des pieds

en présence du roi, de peur que vous n'obteniez cette tendre et douce colombe qui est
entrée dans votre être pour faire de vous son temple et pour demeurer avec vous pour
toujours.

Le lendemain, c'était dimanche. La tempête s'était dissipée; le soleil brillait dans sa


chaleur fondante. En assistant aux services des mamans à la Mission, nous avons
participé à la Cène du Seigneur, et pendant que nous méditions sur l'amour merveilleux
de Plis, Son sang qui a été versé pour nous, Son corps qui a été brisé sur l'arbre, c'était
plus que ce que je pouvais supporter, et Je suis redescendu au sol sous le pouvoir. Oh,
qui peut décrire ce poids excessif de gloire quand Il s'est révélé, mon Savoir crucifié,
mon Seigneur ressuscité, mon Roi à venir!

Des camarades de classe et des amis se levaient pour regarder par-dessus les sièges
pour voir ce qui m'était arrivé au monde, mais j'étais à nouveau perdu avec Jésus que
mon âme aimait, parlant en langues et tremblant sous le pouvoir.

Un homme a été tellement scandalisé de me voir allongé sur le sol qu'il s'est levé et a
quitté la réunion, et s'est rendu au téléphoné appelé ma Mère. (Les fils qui étaient
tombés pendant la tempête, à mon insu, avaient été réparés et étaient à ce moment-là
.) Il a dit:

"Tu ferais mieux de venir en ville et de voir ta fille, car elle est allongée par terre dans la
Mission, devant tout le monde, bavardant comme un singe."

31
Pauvre mère! Elle était effrayée de penser que sa fille devait jusqu'à présent oublier sa
dignité - comme pour se déshonorer de cette manière. Elle m'a appelé au téléphone et
j'ai entendu sa chère voix dire:

"Aimee! Qu'est-ce que j'entends dire au monde que tu gis sur le sol de la Mission? Qu'est-
ce que cela signifie?"

J'ai essayé de répondre, mais j'ai recommencé à parler en langues.

"Qu'est-ce que c'est?" demanda-t-elle, j'essayai d'expliquer. Puis vint sa voix, sévère et
menaçante.

"Vous attendez juste jusqu'à ce que j'arrive, madame; je vais m'occuper de vous!"

(Juste pour soulager la tension dans votre esprit, je vais prendre un peu d'avance sur
mon histoire et vous dire que ma chère mère a son propre baptême maintenant et a
parlé avec d'autres langues SUR LE PLANCHER, TROP!)

Reprenant la maison de la Soeur, je m'assis à l'orgue, attendant dans une certaine


trépidation et peur, je l'avoue, la venue de ma Mère. Pour garder mon courage, j'ai
chanté encore et encore ce vieil hymne familier:

"Je ne te quitterai jamais ni ne t'abandonnerai;

Dans mes mains je te tiendrai;

Dans mes bras je te replierai;

Je suis ton Rédempteur; Je prendrai soin de toi! "

Que dirait maman? Comprendrait-elle? Eh bien, cela ne faisait pas si longtemps que la
puissance de Dieu descendait dans la chère vieille Armée du Salut. Si je ne l'avais pas
entendue dire comment frère Kitchen (qu'ils appelaient autrefois "la cuisine dans
laquelle Dieu vivait") avait tremblé en s'agenouillant dans la prière, jusqu'à ce qu'il soit
passé à travers la plate-forme et s'étende étendu sous le pouvoir à l'autre côté? N'avais-
je pas entendu mon père raconter comment l'Église méthodiste d'autrefois avait ce
même pouvoir? Priant Dieu pour la force et la sagesse, j'ai chanté

"Même si la nuit est sombre dans la vallée,

Juste au-delà, c'est shilling,

Une lumière éternelle. "

Six heures sont arrivées, maman aussi! J'ai entendu le tintement des cloches s'arrêter
soudainement en réponse au "whoa!" De ma mère! Puis un impérieux son de cloche
frissonna dans le silence tendu de la maison. En glissant du tabouret d'orgue, j'ai attrapé
mon manteau et mon chapeau à la main en me précipitant vers la porte. Mère m'a
rencontré et avec:
32
"Madame, vous sortez tout de suite et entrez ici cette minute", ne perdit pas de temps en
m'emballant dans le cutter. La sœur et le frère ont tous deux essayé de faire passer un
mot dans les coins, de la raisonner et de lui expliquer, mais elle n'entendait rien de tout
cela et dans un instant nous partîmes.

Pendant tout le chemin du retour à la maison, Mère a grondé et pleuré et a presque brisé
le cœur de sa fille qui, comme elle le supposait, avait été envoûtée par ces gens illicites,
qui avaient maintenant été surnommés par la ville, "The Holy Rollers. " Oh, loue le
Seigneur! : Peu importe comment le diable les appelait, il devait admettre qu'ils étaient
de toute façon saints, et c'est plus qu'il n'aurait pu dire de nombreuses dénominations
professant, n'est-ce pas?

Étant enfant unique, aimée et caressée, il fallait seulement un mot de réprimande ou de


remontrance pour apporter les larmes, mais maintenant, quand elle me réprimandait
plus sévèrement et disait des choses plus dures qu'elle n'en avait jamais eu i Dans ma
vie, pour une raison mystérieuse, je n'ai pas pu verser une larme. Je me sentais obligé de
verser quelques larmes, par respect pour ses sentiments, mais je ne pouvais pas le faire
pour m'aider. Tout ce que je pouvais faire était de chanter et de chanter et de chanter
tout le chemin

"Les joies coulent comme une rivière,

Depuis le Consolateur est venu;

Il demeure avec moi pour toujours,

Fait du cœur confiant sa maison. "

L'Esprit intérieur s'est levé et m'a rempli d'une joie indicible et pleine de gloire. La
pauvre mère se tournait vers moi et disait:

"Oh Aimée! Arrête ce chant. Je ne comprends pas comment tu peux chanter; tu sais que
le cœur de ta Mère se brise. Tu n'appelles certainement pas cela un fruit de l'Esprit."
Mais il ne semblait pas que je chante du tout: il semblait juste se chanter et sortir sans
aucun effort. «Bienheureuse tranquillité, sainte tranquillité, quelle assurance dans mon
âme;

Sur la mer orageuse, Jésus me parle et les vagues cessent de rouler. ". •

À notre arrivée à la maison, nous avons trouvé mon père assis près de la salle à manger,
la tête dans les mains, en disant:

"Humph! Humph! Humph!" Il faisait toujours ça quand il se sentait très mal à propos de
quelque chose. Me conduisant jusqu'à lui, Mère a dit:

33
«Maintenant, je veux que vous en parliez à votre Père. Dites-lui comment vous avez agi
et comment vous vous êtes allongé sur le sol devant ces gens. Eh bien, cela avait
certainement l'air affreux de le dire, mais Oh, ce quelque chose n'arrêtait pas de
chuchoter et de résonner dans mon cœur:

"Même si la nuit est sombre dans la vallée,

Juste au-delà brille Un jour éternel. "

Quand enfin ils m'ont envoyé dans ma chambre, je me suis rapidement agenouillé et j'ai
commencé à prier. Il m'est arrivé de m'agenouiller près du trou du tuyau de poêle et je
n'ai pas pu m'empêcher d'entendre une partie de la conversation entre mes parents.
C'était quelque chose comme ça:

"Oh, que ferons-nous? Ces gens ont mis notre fille sous leur influence, l'ont hypnotisée,
hypnotisée ou quelque chose."

"Il est parfaitement inutile de discuter avec elle, car quoi que nous disions, elle pense
seulement qu'elle est persécutée et s'y tiendra avec plus de ténacité."

"Oh, que ferons-nous?" La porte fermée, je n'entendis plus rien.

Oh, comment puis-je décrire la joie et la gloire qui étaient entrées dans mon âme? Cette
paix profondément ancrée, cette connaissance qu'Il dirigera et guidera et mettra tout en
ordre.

Lorsque ma mère m'a autorisé à aller à l'école, elle m'a fait part de la décision à laquelle
ils étaient parvenus, à savoir que si je m'approchais encore une fois de ces pentecôtistes,
ils m'éloigneraient de l'école pour de bon, pour une éducation ou pour aucune
éducation.

Comme elle me l'a dit, le Saint-Esprit m'a donné la sagesse de faire cette réponse:

"Mère, la Bible dit que les enfants doivent obéir à leurs parents dans le Seigneur, et si
vous pouvez me montrer par la Parole de Dieu que ce que j'ai reçu n'est pas conforme à
l'enseignement de la Bible, ou me montrer n'importe quel endroit où on nous dit que le
baptême du Saint-Esprit, avec la preuve biblique, parlant en langues, n'est pas pour
aujourd'hui, je n'irai plus jamais à la Mission. " J'ai tout misé sur la Parole.

"Pourquoi je peux certainement vous le prouver," répondit-elle.

"Ces choses n'étaient que pour les jours apostoliques. Je vais chercher les Écritures et
vous le prouver lorsque vous rentrerez chez vous ce soir."

Chère Mère, elle était étudiante de la Bible et avait enseigné l'école du dimanche et les
cours bibliques pendant des années. Oh, pourrait-elle prouver que toutes ces
manifestations de la puissance et de la présence du Saint-Esprit n'étaient que pour des

34
jours révolus? Je n'étais pas très bien connaissait la Bible à ce sujet, mais savait que ce
que j'avais reçu venait de Dieu.

Assuré que Mère fouillerait honnêtement la Bible, je m'étais engagé à en supporter les
conséquences: quoi que la Bible dise devrait tenir.

C'est ainsi que nous nous sommes tous les deux tournés vers la Parole de Dieu en tant
que cour d'appel finale pour trancher toute l'affaire.

Mère sortit sa Bible, sa concordance, un crayon et un bloc-notes, et le cœur et l'esprit


pleins de cette seule chose, s'assit immédiatement à la table du petit-déjeuner, étalant
ses livres devant elle, sans s'arrêter même assez longtemps pour rassembler les plats du
petit-déjeuner. pour le lavage, les lampes n'étaient pas nettoyées et les lits étaient
défaits.

(Oh, si un incrédule s'assoit avec une Bible ouverte et un cœur sans préjugés, il n'est pas
nécessaire que nous défendions notre position, si claire est la Parole de Dieu à ce sujet.)

Il était huit heures et demie du matin lorsque j'ai quitté la maison pour aller à l'école. À
cinq heures et demie, à mon retour, maman était toujours assise à la table du petit-
déjeuner, avec sa Bible et son papier devant elle, et le verriez-vous? Les plats du petit
déjeuner n'étaient toujours pas lavés, les lampes non nettoyées, les lits défaits, une
situation inouïe pour

Mère, jamais une excellente gouvernante.

J'ai attendu avec haleine sa décision. Mon cœur s'adoucit en moi quand je vis à ses yeux
rougis qu'elle pleurait. Oh, quelle serait sa réponse? Le sourire sur son visage m'a
encouragé à demander

"Oh, Mère, qu'est-ce que c'est?"

Maintenant, cher lecteur, que pensez-vous qu'elle a dit?

Avec un visage brillant, elle répondit:

"Eh bien, mon cher, je dois avouer que d'une vérité, c'est celle dont a parlé le prophète
Joël, qui devrait arriver dans les derniers jours!"

Elle avait découvert que, loin dans Ésaïe 28:11, Il avait dit: "Avec des lèvres balbutiantes
et une autre langue, je parlerai à ce peuple" que le prophète Joël avait clairement
prophétisé que dans ces derniers jours il devrait y avoir une merveilleuse effusion de Le
Saint-Esprit, comparé à la pluie de l'arrière-saison, où les fils et les filles, les serviteurs et
les servantes devaient se réjouir de cette averse glorieuse.

Avec un ressort à travers la pièce, j'ai jeté mes bras autour du cou de ma mère, la serrant
jusqu'à ce qu'elle déclare que j'avais presque cassé son cou. Comme nous étions heureux
en dansant autour de la table en riant, en pleurant et en chantant ensemble

35
"C'est la religion d'autrefois,

Et c'est assez bon pour moi "

Si quiconque était sceptique quant à la réalité du baptême du Saint-Esprit prenait la


Parole de Dieu et cherchait de bout en bout, lui aussi serait convaincu sans l'ombre d'un
doute que "c’est de ca qu’il s’agit".

CHAPITRE VI. APPEL AU VIGNOBLE ET MARIAGE

"Venez, mon bien-aimé, et allons dans les champs; logons dans les villages."

C des cantiques. 7:11

La chaîne d'événements relatés dans les chapitres précédents nous amène au lieu où
Dieu a parlé à sa pauvre petite servante, dont le cœur se réjouissait du savoir retrouvé
au moment où il m'a appelé à prêcher la Parole et m'a ordonné ma chambre comme
relatée au début du premier chapitre.

(Si vous avez oublié, revenez en arrière et rafraîchissez votre mémoire.)

Un désir intense, envoyé par le ciel, de gagner l'âme pour Jésus est né de l'Esprit dans
mon âme. Il avait tant fait pour moi; Il avait arraché mes pieds de la boue et de l'argile.
Oh, pouvoir gagner d'autres soûls, des bijoux brillants à poser à Ses précieux pieds! Oh,
pour pouvoir parler de l'amour du Rédempteur pour périr l'humanité! Dieu a parlé dans
les profondeurs de mon être et m'a dit: "Avant de t'appeler,

Je te connaissais; avant de t'en aller, je t'ai sanctifié; et je t'ai ordonné. "

"Eh bien, tu n'es qu'un enfant; personne ne t'écouterait ni n'aurait confiance en toi",
murmura l'ennemi.

"Que savez-vous de la prédication, de toute façon?" hocha la tête et le bon sens. "Voici
des prédicateurs, un pays plein d'entre eux, formés, élevés au collège, qui ont lu des
livres et digéré des études théologiques pendant des années. Il est absurde pour vous
même de penser à sortir en tant que travailleur."

"Mais pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de
nobles, sont appelés: mais a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages;
et Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les choses qui sont
puissants "a fait valoir la Parole. "N'a-t-il pas déclaré qu'avec un ver Il écraserait une
montagne que lorsque nous serions faibles, nous serions forts et qu'un petit enfant les
conduirait? N'a-t-il pas dit que sur les serviteurs et sur les servantes, Il déverserait Son
L'Esprit dans les derniers jours, et qu'ils devaient prophétiser? N'a-t-Il pas dit qu'après
la venue de l'Esprit de votre sein "(pas hors de votre tête, de votre intellect ou de votre
connaissance) (devrait couler des fleuves d'eau vive"? Vous savez que les rivets coulent.
Ouvrez simplement la bouche et il le remplira. "

36
"Oui, mais souviens-toi en plus de ta jeunesse et du manque d'équipement mental",
s'écrie Affection Humaine, "il y a ta Mère à considérer. Tu es une enfant unique, son seul
réconfort et objet d'affection dans ce monde. ne pas envisager de la laisser ici dans le
pays tout seule, après tout ce qu'elle a fait pour vous? "

"Ici, vous avez l'amour, la maison et le confort, tout ce que vous pouvez souhaiter. Si
vous vous présentez comme travailleur, vous devrez tous les quitter", a ajouté amour et
reconfort.

"Si un homme aime son père ou sa mère plus que moi, il n'est pas digne de moi", a dit la
voix tendre de Jésus.

"Personne n'a abandonné les terres ou les terres pour moi et les évangiles, mais il
recevra cent fois maintenant en ce temps, et dans le monde à venir la vie éternelle. Si
vous voulez venir après moi, vous devez prendre votre croix tous les jours, vous renier
et suivez-moi. "

"Mais, Seigneur, ces pentecôtistes n'ont pas de planche terrestre derrière eux, pas de
salaire", s'écrièrent Prudence et prévoyance, "Qu'en est-il des chaussures et des
vêtements, et des dépenses nécessaires?"

"Ne vous souciez pas de ce que vous mangerez, de ce que vous boirez ou de ce que vous
mettrez, car le Seigneur sait que vous avez besoin de ces choses", interrompit
calmement Faith implicite.

"Oh, oui, Seigneur, par ta grâce je prendrai ma croix, ce sera une joie", a chanté
Consécration. "Je te ferai confiance et te suivrai, quoi qu'il arrive. Mon malheur est sur
l'autel, a ton cher chemin avec moi, que ce soit 'va' ou que reste que Ton plan parfait se
réalise dans ma vie. Je sens que ma propre faiblesse et mon insuffisance ne savent pas ce
que l'avenir me réserve mais un enfant, mais j'entends mon Sauveur appeler, prendre
votre croix et suivre, suivez-moi.

Oh, me voici, Seigneur, envoie-moi. Un tel fardeau pour les soûls est le mien que je serais
prêt à ramper sur mes mains et mes genoux de l'Atlantic au Pacifique juste pour dire à
une pauvre âme perdue -

"Cher pécheur, Jésus vous aime."

"Tu dois venir avec moi, Jésus, tu dois aider mes infirmités et parler pour moi, car je ne
peux pas parler, je suis un enfant."

Mais le Seigneur me dit: "Ne dis pas, je suis un enfant, car tu iras à tout ce que je
t'enverrai, tout ce que je t'ordonnerai de parler. N'aie pas peur de leurs visages, car je
suis avec toi pour te délivrer ,

dit le Seigneur. Alors le Seigneur tendit la main, toucha ma bouche et dit. pour moi. Voici,
j'ai mis mes paroles dans ta bouche. "

37
La bataille terminée, le conflit terminé, la consécration faite, quoi qu'il arrive, peu
importe qui douterait de la transaction qui avait eu lieu à cette heure sacrée, j'avais été
ordonné, non pas de l'homme mais de Dieu.

Jour après jour, l'appel devenait plus fort, sonnait plus clairement à mes oreilles. Assis
au piano, je chantais, heure après heure, de la plénitude de mon cœur,

"Je vais où tu veux que j'aille, cher Seigneur, sur la montagne, la plaine ou la mer;

Je vais dire ce que tu veux que je dise, Seigneur, je serai ce que tu veux que je sois. "

Des larmes coulaient sur mon visage; mon corps était là, mais mon Esprit était loin dans
les champs de moisson travaillant pour Jésus.

J'étais tellement enveloppé par l'appel du Maître que j'étais souvent mais faiblement
conscient du fait que ma mère quittait son travail chaque fois que je commençais à jouer,
peu importe la partie de la maison dans laquelle elle se trouvait, et venant à la porte
parieure, appuyée contre et essuyant les grosses larmes de ses yeux sur le coin de son
tablier. Dieu parlait à sa Mère-Cœur, la ramenant au jour de sa prière pour la petite fille,
lui rappelant le service de consécration quand elle avait promis de la laisser aller là où il
allait envoyer, même jusqu'aux extrémités de la terre. Elle a réalisé que le grand appel
divin était venu à sa fille, et que le temps de son sacrifice suprême était proche. Elle se
souvint des paroles d'Hannah:

"Oh, mon seigneur, je suis la femme qui se tenait près de toi ici, priant le Seigneur. Pour
cet enfant, j'ai prié; et le Seigneur m'a donné ma pétition que je lui ai demandée: c'est
pourquoi aussi je l'ai prêté au Seigneur tant qu'il vivra, il sera prêté au Seigneur, et elle y
a adoré le Seigneur. "

Juste comment tout cela a pu se produire, nous ne savions pas grand-chose. Les réunions
étaient un régal pour nos soûls.

Les travailleurs sont venus librement dans notre maison de campagne, et lorsque
l'Evangéliste, Robert Semple, cet homme béni de Dieu qui, en raison de son allure de
Christ, s'est déplacé comme un prince parmi les hommes, est décédé dans une autre
ville, il a continué à encourager et à m’instruire dans le Seigneur par de nombreuses
lettres longues, toutes remplies d'écritures et de nourriture celestes.

Je n'ai jamais eu le privilège de lire des lettres comme celles qui provenaient de la plume
inspirée de ce saint homme de prière. Il marchait, vivait et respirait l'atmosphère du ciel.
Le connaître, c'était l'aimer et le respecter.

Puis vint le moment de sa visite de retour dans notre ville et la nuit mémorable où je
m'étais porté volontaire pour soigner les deux petits enfants de la sœur chez qui j'avais
reçu mon baptême. Les petits avaient été frappés par la fièvre typhoïde, et la mère était
fatiguée avec beaucoup de soin et de surveillance.

38
Tard dans la soirée, alors que je m'occupais des petits et que je mettais les choses en
ordre dans la pièce, la porte s'est ouverte et est entrée dans Robert Semple, offrant ses
services et ses prières. Après avoir prié, les enfants sont tombés dans un sommeil
tranquille et nous nous sommes assis côte à côte pour lire la Bible à la lumière de la
lampe ombragée. Robert a parlé à l'avance du Sauveur et de son amour, de l'œuvre, du

de grands champs de grains d'or, blancs déjà à la récolte, du besoin de travailleurs en


ces dernières heures de la dispensation, de la venue prochaine de Jésus et des
nombreuses soeurs encore à sauver, de ce qu'une vie de foi signifiait le sacrifice du la
joie, la récompense alors, s'étirant dessus, il prit ma main dans la sienne et, me racontant
son amour, me demanda de devenir sa femme et d'entrer dans le travail comme aide à
ses côtés.

C'est la première fois que j'essaie de lever le voile, même un peu, de cette heure sacrée et
sacrée, lorsque nous nous sommes agenouillés côte à côte, main dans la main, et il a prié
avec respect Dieu de regarder en bas et de célébrer notre engagement et de nous
envoyer comme de vrais ouvriers, dans l'obéissance à son appel, pour sauver les pauvres
morts de la destruction éternelle.

Alors que j'étais à genoux, les yeux fermés et le cœur palpitant (Eh bien, c'était la pièce
même dans laquelle j'avais reçu mon baptême!), La pièce semblait remplie d'anges qui
bordaient chaque côté du chemin de vie doré et ensoleillé qui s'étendait dans la
perspective des prochains jours d'amour glorieux et de service joyeux à notre Seigneur
et Roi.

Voici la réponse visible à l'appel.

Voici la main humaine aimante envoyée pour déverrouiller le gâte de l'opportunité et


guider mes pas dans ce chemin brillant et me lancer sur la voie qui a conduit à travers le
soleil et l'ombre, les larmes et les sourires, les joies et la tristesse, la vie et mort, sommet
de montagne et vallée.

Je ne savais pas ce soir-là, alors que je réfléchissais à la manière brillante qui conduisait
sur le trône du Père, combien de temps la forte, chère Ann qui était maintenant autour
de moi pendant que nous prions et me conduisait dans le travail, serait supprimée ;
qu'après deux ans de vie conjugale, je devrais être laissé seul, mais pas seul.

La brume impénétrable avec laquelle Dieu voile heureusement l'avenir est restée
inexpliquée, pourtant, si j'avais eu connaissance du petit monticule de terre fraîchement
creusée qui devrait marquer la tombe de ce cher cœur à Happy Valley, Hong Kong,
Chine, je n'aurais pas dû hésiter dans ce "oui" doucement chuchoté avec lequel j'ai
rencontré sa question; je n'aurais pas non plus reculé un instant de l'appel à me tenir à
ses côtés. Je l'ai considéré comme l'un des plus grands privilèges et honneurs que j'aie
jamais connus.

39
Oh, Jésus! Jésus! Comme il a merveilleusement tout prévu pour moi, pauvre et indigne de
moi! Comme il m'avait cherché, appelé et choisi! Est-il étonnant que mon cœur ait
chanté avec un amour ravi et des louanges pour un tel Rédempteur?

La manière simple et virile avec laquelle Robert est allé voir ma mère pour son
consentement, couplée aux relations du Seigneur dans son cœur à ce sujet, l'a incitée à
se séparer de sa fille, même si elle a déclaré, comme une mère, que il a fallu le soleil et les
rires et la musique de la ferme et de la maison.

Je ne vais pas essayer de décrire le petit mariage qui a eu lieu sous l'arche fleurie sur la
pelouse en août suivant, ni les longues tables étalées sous les pommiers pour le souper
de mariage, ni le visage de la mère qui a essayé de garder courageuse et souriante alors
que la petite robe de mariée blanche était mise de côté et que la mariée nouvellement
vêtue montait dans la voiture qui était bientôt cachée par un nuage de poussière alors
qu'elle s'éloignait en vitesse pour prendre le train pour Stratford, le champ de mission
dans lequel mon mari était charge.

"Tout le domaine de la nature était-il à moi,

C'était une offre beaucoup trop petite;

L'amour si étonnant, si divin,

Exige mon amour, ma vie, mon tout. "

CHAPITRE VII. DÉBUT MINISTÈRE MA CHEVILLE CASSÉE GUÉRIE

"Levons-nous tôt dans les vignes; voyons si la vigne se nourrit, si le raisin tendre
apparaît et si les grenades bourgeonnent: là je vous donnerai des amours rayonnantes."

S. de S. 7:12

Les jours heureux de service pour Jésus qui ont suivi n'ont pas besoin d'être décrits en
détail.

Nous avions trois petites chambres au cœur de la ville où des nuages de fumée
tourbillonnants provenant des fonderies voisines avaient été éparpillés sur le toit et une
petite arrière-cour où je me débattais désespérément avec mon premier lavage. Je lavais,
frottais et rincais, et aussi vite que je lavais les vêtements, la suie les noircissait. C'était
un bâton entre la fumée et moi, et j'étais profondément troublé, ayant toujours entendu
que les qualités ménagères d'une bonne épouse devaient être jugées par son linge et ses
biscuits. Cinders aurait gagné la journée sans l'aide et les conseils d'une des sœurs.

Les chambres étaient meublées sans prétention, et même avec mes yeux remplis de
fumée de la porte cassée de la petite cuisinière, ma première casserole de biscuits, durs
et bruns, était considérée comme un grand et triomphant succès par le mari qui est

40
entré, de son labeur dans les chaudières, à midi. Jamais les biscuits n'ont été aussi
appréciés, et il est douteux que les biscuits aient jamais été aussi durs, mais l'esprit à
apprendre et à faire plaisir était là tout de même.

La petite assemblée était pauvre en biens de ce monde, et mon cher mari, ne voulant pas
nous imposer comme un fardeau, avait accepté cette humble position de travail, bien
que dans d'autres villes, il aurait pu commander une position digne avec un bon salaire.
Comme Paul, il n'avait pas peur de travailler avec ses mains.

Le Seigneur a béni nos travaux

Stratford, Ontario, swingue et baptise de précieux soûls, me faisant entrer et sortir


d'une nouvelle façon. De Stratford, il nous a définitivement conduits à la ville de
LONDON, ONT., CAN., Où la belle maison de la chère sœur Arm-Strong nous a été
ouverte. Des réunions ont eu lieu dans ses salons jusqu'à ce que ses chambres
deviennent trop petites, puis ont été transférées au domicile de frère Wortman.

L'enseignement de la Pentecôte était ptactiquement nouveau dans la ville au moment où


le Seigneur y a conduit mon mari. En moins d'un an, cependant, plus d'une centaine
avaient reçu le baptême du Saint-Esprit avec la preuve biblique, parlant en langues, les
pécheurs avaient été sauvés et il y avait plusieurs guérisons remarquables. Comme
résultat du travail de l'Esprit dans ces réunions, une grande mission pentecôtiste
prospère et située au centre a été construite sur l'une des rues principales et l'œuvre de
Dieu progresse glorieusement jusqu'à ce jour.

CHICAGO, ILL.

Le Seigneur commença à nous impressionner que nous devions aller à Chicago, 111.,
pour assister aux réunions du Frère WH Durham, et alors que nous prions pour les
moyens nécessaires, Il a mis sur le cœur de ma Mère de pourvoir au tarif et autres
dépenses nécessaires.

Oh, l'enseignement et l'approfondissement, et les expériences qui ont été les nôtres dans
la petite assemblée de l'avenue du Nord, où nous avons adoré pendant plusieurs mois,
ont tellement compté dans les années qui ont suivi! C'est ici que le Seigneur m'a donné le
don de l'interprétation.

Un jour, en priant à genoux à côté de mon lit, je parlais en langues (quand on a reçu le
Saint-Esprit et qu'il a le droit de passage, il est difficile de ne pas prier en Esprit, comme
lorsque l'âme devient tellement plein que notre esprit humain ne peut pas exprimer ou
exprimer ses désirs, le Saint-Esprit à l'intérieur se lève et aide nos infirmités, prie à
travers nous avec des gémissements qui ne peuvent pas être prononcés, ou loue et
glorifie Jésus selon le cas).

Ce jour-là, alors que j'adorais le Seigneur dans d'autres langues, que l'Esprit a prononcé,
j'ai soudainement pris conscience du fait que je pouvais comprendre les mots que

41
l'Esprit disait à travers moi. Il a décrit le matin glorieux où les brumes devaient être
roulées, le lever de l'aube éternelle sur les collines, la proximité de l'approche de notre
Seigneur, qui tendait la main et avec des couleurs flamboyantes, illuminant le ciel avec la
promesse de son apparition. La gloire, la beauté, la marche majestueuse et les vêtements
royaux du Seigneur ont été décrits dans un langage merveilleux auquel je n'aurais jamais
pu penser.

Quand le pouvoir s'est levé de moi, je me suis senti comme si j'avais goûté au paradis.

Ne comprenant pas cette expérience, je n'en ai parlé à personne, mais ce soir-là, assis
dans la mission de North Avenue, frère Durham, pendant sa prédication, a prononcé un
long message en langues.

Personne dans cette assemblée n'avait eu jusqu'à présent le don de l'interprétation, et ils
avaient prié à l'avance pour qu'elle soit accordée à quelqu'un.

Pendant que le pasteur parlait, le pouvoir coulait à travers mon être. Il semblait que le
message roulait et roulait et roulait. Au moment où l'Esprit cessait de parler à travers
lui, je sentais le plus grand dessin bondir sur mes pieds et ouvrir la bouche, assuré que si
je le faisais, le message roulerait et rouler en anglais.

Je pouvais sentir mon visage devenir rouge; il semblait que tout le monde devait savoir
que j'avais l'interprétation, car je tremblais de la tête aux pieds pendant le silence qui
s'ensuivait, mais même si le Frère pointa le public dans ma direction et dit «Quelqu'un
ici a l'interprétation», assis sur ma chaise, craignant de me lever pour ne pas me
tromper.

Rencontré, il est venu vers moi et m'a dit:

"Vous avez eu l'interprétation, n'est-ce pas?"

Après lui avoir fait part de mon expérience, il m'a ordonné d'aller directement à l'autel
et de demander au Seigneur de me pardonner d'avoir étouffé l'Esprit, m'assurant que si
je n'obéissais pas à l'Esprit, je le pleurerais et le cadeau serait retiré.

La prochaine réunion où un message en langues a été donné par le frère, j'ai cédé à
l'Esprit, qui semblait littéralement me relever, et a parlé à travers moi en anglais,
l'interprétation du message qui avait été donné en langues. J'ai été étonné de voir à quel
point c'était facile: je n'y suis pour rien. C'était presque exactement la même chose que
parler en langues, mes lèvres et ma langue étaient contrôlées par l'Esprit de la même
manière. Les mots ne sont pas passés par mon cerveau mais sont sortis de mon être le
plus intime juste au moment où l'Esprit a prononcé.

La seule différence entre cela et le fait de parler en langues est qu'il est venu en anglais.
La langue était telle que je n'aurais jamais pu l'utiliser.

42
Les saints ont crié ont sauté sur leurs pieds et le pouvoir est tombé partout. Rencontre
après rencontre par la suite, l'Esprit a donné à travers moi l'interprétation. Au lieu
d'avoir pour effet de me gonfler, comme on aurait pu s'y attendre, ce cadeau semblait
m'humilier plus que tout ce que j'avais jamais eu. L'ennemi me tenterait fortement de
me lever et de fuir le bâtiment quand il semblait que n'importe qui allait parler en
langues.

L'un de mes tests les plus sévères est survenu lorsqu'un certain message en langues,
apparemment composé de trois ou quatre mots, avait une interprétation
correspondante de quelques phrases. Je savais que l'interprétation n'était pas apparue
dans mon esprit, mais avait été prononcée par l'Esprit; néanmoins, ne pouvant pas
comprendre la différence de longueur et sentant que tout le monde devait le remarquer
aussi, je m'assis couvert de confusion.

Imaginez ma joie et mon soulagement quand un homme s'est levé à l'arrière de la salle
et a déclaré que le message en langues avait été dans sa propre langue et que
l'interprétation correspondait exactement. Avec un soulagement, je me suis rappelé
comment, à l'école, dans nos fils latins, un mot en latin signifierait trois et parfois quatre
mots en anglais, et comment l'interprétation de Daniel de l'écriture sur le mur variait en
longueur:

"Mene; Dieu a numéroté ton royaume et l'a achevé.

"Tekel; Tu es pesé dans les balances, et l'art a été trouvé insuffisant.

"Peres; ton royaume est divisé et donné aux Mèdes et aux Perses."

Comment aurais-je pu être aussi stupide que d'avoir douté? Pourtant, à ce jour peut-être
certains de mes lecteurs, lorsqu'ils ont entendu un message en langues dont
l'interprétation ne correspondait apparemment pas longuement, ont douté et
condamné.

Aujourd'hui, nous sommes amenés à réaliser d'une manière très précise que le Seigneur
restaure son église à sa pleine gloire et perfection pentecôtistes, où chaque don et fruit
de l'Esprit doit se manifester.

FINDLAY, OHIO GUÉRISON MIRACULEUSE ET INSTANTANÉE D'UN

CHEVILLE CASSÉE

Pendant que nous étions à Findlay, Ohio, à la mission de frère Leonard, assistant aux
réunions spéciales de deux semaines dirigées par frère, Durham, nous avons prié jour et
nuit pour ceux qui demandent le baptême, et le Seigneur a rencontré chacun. Parfois,
tout l'étage devant l'autel était couvert par les morts du Seigneur. Parmi ceux qui
cherchaient le baptême de l'Esprit se trouvait un ministre et un médecin de cette ville.

43
Un soir, étant fatigué de corps, depuis les longues heures passées à l'autel, je suis monté
à l'étage pour m'allonger, pendant la séance de retard. Je m'étais à peine installé pour
me reposer, quand, en entendant la grosse voix de basse du ministre crier: "Gloire!
Gloire, Gloire!" Je bondis du canapé pour aller voir s'il recevait le Saint-Esprit, me
réjouissant que nos prières soient exaucées.

En descendant rapidement la longue volée d'escalier, j'ai trébuché, et en repliant ma


cheville sous moi, je suis tombé du milieu de l'escalier tout le reste du chemin vers le
bas. Je pouvais entendre les os craquer sous moi en tombant. Mes orteils ont basculé
vers l'endroit où le talon devait être, et ma cheville a gonflé rapidement.

Jusqu'à cette époque, ayant toujours joui du meilleur de la santé, je n'avais jamais eu
l'occasion de prendre le Seigneur comme mon guérisseur personnel, bien que j'aie été
témoin de nombreuses guérisons merveilleuses. Maintenant, alors que les saints se
rassemblaient autour de moi et priaient, je dois avouer que mon esprit était plus occupé
par la douleur et l'agonie atroce de mon pied cassé que par le Seigneur comme mon
guérisseur; par conséquent, je n'ai pas été guéri cette nuit-là.

Le médecin a examiné mon pied et a dit que l'os était non seulement fissuré, mais qu'en
arrachant mon pied en arrière lors de ma chute, j'avais complètement tom et sectionné
quatre des ligaments qui bougent les orteils, tous étant tom mais qui couraient jusqu'au
gros orteil , tirant ainsi mes orteils autour et en arrière.

Dès que le gonflement a été suffisamment réduit pour permettre la pose d'un plâtre de
Paris, le Dr Harrison et son fils, également médecin pratiquant de cette ville, ont mis l'os,
remis le pied plié en place et mis sur un casting lourd.

Il m'a expliqué que les cordes de tom ne pouvaient pas pousser ensemble; que ma
cheville serait donc toujours raide, mais en gardant le plâtre coulé pendant quatre
semaines, jusqu'à guérison complète, mon pied serait droit. Ils m'ont tous deux averti de
ne pas le toucher au sol ou d'y mettre du poids.

Une paire de béquilles a été achetée et, grâce à leur aide, je suis allé clopiner dans le
train qui devait nous ramener à Chicago.

L'après-midi, nous sommes arrivés, j'ai assisté au service dans la mission et j'ai posé
mon pied douloureux et fiévreux sur la plate-forme devant moi. Chaque pot de l'étage
m'envoyait une douleur lancinante et, malade de douleur, je suis allé dans ma chambre,
à un pâté de maisons du couloir. Assis là, compatissant avec moi-même sur les orteils
noirs et enflés, qui étaient tout ce que je pouvais voir de mon pied, une voix m'a parlé et
a dit:

"Si tu veux mettre la chaussure pour ton pied cassé et la prendre avec

Toi pour aller la porter à la maison, et aller à la mission North Avenue vers le frère
Durham et lui demander d’imposer les mains sur ton pied, je vais le guérir. "

44
L'idée de mettre une chaussure, qui était bien ajustée même avec mon pied dans un état
normal, m'a frappé tellement avec humour que j'ai ri de cette pensée; mais encore et
encore est venue la voix:

"Mets ta chaussure pour la porter à la maison, emportes-la avec toi lorsque tu iras prier
et je te guérirai." La Parole dit: "Mes brebis entendent ma voix", et, enfin, je tendis la
main vers mes béquilles, clopinai vers mon autre chaussure, l'enveloppai et e il a glissé
sous mon bras, a commencé maladroitement en bas de l'escalier en colimaçon pour aller
à la mission pour les prières.

Sur le chemin, la béquille a glissé à travers un trou dans le trottoir en bois, et lorsque
mes orteils ont frappé les planches dures, la transpiration s'est formée en perles sur moi,
à cause de la douleur atroce qui a grimpé dans mon membre. Je me suis senti étourdi et
faible en atteignant le pied des marches (frère Durham a survécu à la mission).
Tremblant et blanc de douleur, je me sentais inégal à monter les escaliers, alors deux des
frères m'ont porté sur une chaise.

Je leur ai dit exactement ce que le Seigneur m'avait dit.

Il y en avait douze dans la pièce en plus de moi, et tous, sauf un, ont commencé à prier.
Celui qui n'a pas prié était un infidèle, un frère de notre pasteur.

Alors que frère Durham marchait de long en large dans la pièce, invoquant le Seigneur, il
s'arrêta soudainement et posa ses mains sur ma cheville, éclata en priant en langues,
puis en anglais dit:

"Au nom de Jésus, recevez votre guérison."

J'ai soudain eu l'impression qu'un choc électrique m'avait frappé le pied. Il a traversé
tout mon corps, me faisant trembler et trembler sous la puissance de Dieu.
Instantanément, mon pied a été parfaitement guéri, la noirceur a disparu, les ligaments
séparés ont été tricotés ensemble, l'os a été rendu entier. Gloire à Jésus! J'étais guéri!

Tremblant d'excitation et de joie, il m'a fallu cinq minutes, avec l'aide des saints, pour
retirer le plâtre de Paris. L'infidèle qui était présent a déclaré:

"Ne sois pas stupide. Laisse tomber; tu n'auras qu'à payer trois dollars à un médecin
pour remplacer le plâtre."

Mais, gloire à Jésus, j'étais guéri. Enfin le plâtre a été enlevé, le coton absorbant enlevé,
mon bas, aussi la chaussure (qui allait parfaitement maintenant), et j'ai sauté sur mes
pieds et j'ai commencé à danser et à sauter sur le pied guéri.

Tout le monde dans la salle était rempli de l'Esprit, et nous avons tous dansé et chanté et
parlé en langues.

45
Alléluia! Il n'est pas étonnant que nous criions ses louanges; quand nous avons Jésus,
nous avons quelque chose qui mérite d'être crié.

Me souvenant soudainement que mon mari viendrait dans le prochain train surélevé, j'ai
dévalé les escaliers, mes béquilles laissées derrière, et tout le chemin jusqu'à la gare, et
lui ai annoncé la merveilleuse nouvelle. Ma cheville était plus forte que jamais.

La mission était pleine jusqu'aux portes cette nuit-là, et quand le pasteur m'a demandé
de monter sur l'estrade et de parler de ma merveilleuse guérison, et les saints ont vu que
les béquilles et le plâtre étaient partis, et que je pouvais sauter et danser sur le pied, ils
ont crié et ont loué le Seigneur. Beaucoup de spectateurs de Chicago qui ne
connaissaient pas le pouvoir de guérison, doutaient que la cheville ait jamais été cassée.
Lorsque le mot est revenu et que la guérison a été annoncée publiquement à Findlay,
dans l'Ohio, un grand nombre de ceux qui savaient qu'il était brisé ne croiraient pas qu'il
avait été guéri. Comme la nature humaine. "S'ils n'entendent pas Moïse et les prophètes,
ils ne seront pas non plus convaincus même si l'un d'entre eux est ressuscité des morts."

CHAPITRE VIII. APPEL AUX CHAMPS ÉTRANGERS

"Et Il m'a dit: Allez dans le monde entier et prêchez l'Evangile à chaque créature."

Mk. 16:15

C'était horrible après notre retour à Chicago et la guérison miraculeuse et instantanée


de ma cheville cassée, que je viens de raconter, que mon mari et moi avons été amenés à
réaliser de manière très précise que le moment était venu pour nous d'obéir à l'appel à
Ghina qui l'Esprit était de plus en plus sur son cœur depuis un certain temps.

Nous avons commencé à prier pour le prix et les vêtements qui seraient nécessaires.
Comme je l'ai expliqué, nous n'avions aucun conseil terrestre derrière nous, aucune
organisation sur laquelle nous appuyer. Nous avons donc regardé directement Jésus,
Celui qui nous avait appelés, et lui avons demandé de subvenir à tous nos besoins. En un
peu plus de deux semaines, les vêtements et le prix nécessaires avaient été donnés par
les chers saints de Dieu, non pas par les riches, mais par les pauvres.

Nous constatons, dans tout le pays, dans nos réunions que les riches et les quasi-riches
viendront à nous et diront:

"Oh, je suis tellement désolé de ne pas être en mesure de donner quelque chose en ce
moment. Mon argent est immobilisé et je suis tellement situé que je ne peux pas faire
grand-chose maintenant; comment j'aimerais pouvoir." Et pendant qu'ils fredonnent et
hésitent à ce sujet, les pauvres: levez-vous, et avec une lumière joyeuse dans les yeux,
saisissez-nous les mains d'un copieux:

«Que Dieu vous bénisse! Voici un dollar, ou cinq ou dix», selon le cas; "Oh, je souhaite
seulement que ce soit plus, mais j'en aurai plus quand l'enveloppe salariale de la
semaine prochaine arrivera. Comme je suis fier d'avoir ce privilège!"

46
Adieu à Chicago, nous sommes allés au Canada, accompagnés de frère Durham, tenant
des réunions de réveil dans différentes villes de l'Ontario. À Londres, nous avons trouvé
le Seigneur déversant gracieusement Plis Spirit et nous avons connu un glorieux réveil
cette fois-ci.

Ma ville natale n'étant qu'à trente kilomètres de distance, j'ai eu l'occasion de dire adieu
à mes parents, mais même lorsque Mère m'a fait signe au dépôt, elle a souri
courageusement aussi loin que je pouvais la voir agiter son mouchoir de la plate-forme.
J'ai tenu ma main par la fenêtre et pointé le doigt vers moi, en lançant son regard vers
Jésus.

Après la clôture de notre dernière réunion à Toronto, où beaucoup étaient baptisées


dans l'Esprit, nous sommes montés à bord du train pour St. John's, N. B., et comme il
sortait de l'Union Dépôt, nous avons entendu les douces voix des saints chanter: "Dieu
soit avec toi jusqu'à ce que nous nous revoyions."

En quittant St. John's, nous avons mis le cap vers Liverpool, en Angleterre. De là, nous
sommes allés à Belfast, en Irlande. À Belfast, le Seigneur a envoyé un merveilleux réveil.
En trois semaines, plus de deux dizaines de personnes ont été baptisées dans le Saint-
Esprit et toutes ont parlé dans d'autres langues.

Le domicile de M. Semple, qui était à Magherafelt, dans le nord de l'Irlande, n'étant qu'à
quelques kilomètres de distance, nous nous sommes rendus sur place. Son cher père et
mère, deux frères et deux sœurs, rivalisaient l'un avec l'autre pour emballer le coffre de
nouveaux vêtements et de bonnes choses pour nous. Quand enfin le jour de notre départ
était venu, ils ont dit «au revoir» à leur fils, et Mme Semple (la mère de Robert) a déclaré
que le Seigneur lui avait alors donné le témoin qu'elle ne reverrait plus jamais son visage
dans ce monde. Mais alléluia! "Il n'y a pas d'homme plus grand que celui-là, qu'il a donné
sa vie pour les frères."

En attendant à Londres, en Angleterre, le bateau sur lequel nous devions naviguer, nous
avons été divertis par de chers saints qui nous ont montré la plus grande hospitalité et le
plus grand amour. En assistant à la Pentecôte, aux services tenus à Londres, nous avons
constaté que le Seigneur déversait son Esprit de la même manière qu'en Amérique, et
que des centaines de chrétiens les plus anciens avaient été baptisés du même Saint-
Esprit, parlant avec d'autres langues et louant le Seigneur. . C'est ici que le Seigneur m'a
donné cette merveilleuse vision de la dispensation du Saint-Esprit et du message
prophétique qui m'a toujours paru si glorieux parce qu'il l'a donnée.

Debout sur le pont, alors que le bateau s'éloignait du quai, nous avons élevé nos voix en
chantant avec la foule de saints qui se tenaient sur le quai. Comme leurs voix chères
étaient douces et encourageantes alors qu'elles sonnaient sur la distance toujours
croissante entre nous. Pour autant que nous puissions entendre, ils chantaient:

"Dieu prendra soin de vous."

47
Et quand nous ne pouvions plus les entendre, nous pouvions voir les mouchoirs et les
chapeaux onduler de ces précieux enfants du Très-Haut

Dieu.

En longeant le bord du golfe de Gascogne, nous avons navigué vers Gibraltar, puis à
travers les eaux bleues et ensoleillées de la Méditerranée, vers le canal de Suez, et dans
la mer Rouge, à travers laquelle les enfants de

Israël avait été conduit à sec. Nous avons été surpris par la grande largeur de la mer et
avons appris qu'elle s'appelait la "mer Rouge" à cause des tempêtes de vent du désert
qui soufflaient le sable rouge à travers l'eau, lui donnant parfois son aspect rouge.

Bientôt, nous labourions dans les eaux de l'océan Indien. Après notre visite à Ceylan, il
ne fallut pas longtemps avant que nous approchions de notre destination à Hong Kong.

En cours de route, nous avons recueilli de bons rapports sur les pluies torrentielles en
Égypte, en Inde, à Ceylan, à Malte, etc., trop longs pour être relatés à cette époque. Qu'il
suffise de dire qu'ils ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous, avec la même évidence
biblique, parlant en langues. Les malades ont été guéris et des signes et des prodiges ont
été opérés au nom du saint enfant, Jésus.

Sur le bateau, une abondante occasion de témoigner pour Jésus nous a été donnée. Mon
mari passait des heures et des heures chaque jour à attendre Dieu; l'équilibre dans la
lecture de la Parole. Il semblait que nous nous rapprochions chaque jour du Maître et
appartenions de moins en moins à ce monde.

. Après avoir traversé un violent typhon, est venu le jour où nous avons vu, au lever du
soleil tôt le matin, la montagne de Hong Kong, et vu le port avec ses nombreux sampans
occupés.

Nous avons été accueillis par des saints et emmenés au foyer missionnaire, dont frère
Macintosh était alors responsable. Frère et sœur Dixon et d'autres missionnaires étaient
ici, et nous avons appris que le dernier bain tombait en Chine, ainsi qu'en Amérique,
alors que les petits enfants de Dieu proclamaient fidèlement la vérité. Oui, lorsque les
Chinois reçoivent le baptême, ils parlent dans d'autres langues, tout comme les cent
vingt le jour de la Pentecôte; les malades sont guéris et les lépreux purifiés. Alléluia!

En Chine, nous avons ressenti comme jamais auparavant le besoin du Saint-Esprit en


tant que Consolateur, et nous avons trouvé beaucoup plus difficile de prier. Il semblait
parfois que l'air était rempli de démons et des hôtes de l'enfer, dans ce pays méchant et
clairvoyant, où pendant de nombreux siècles le culte du diable a été une coutume
ouverte. Nous avons vu des Chinois se prosterner devant leurs grands dieux, brûler des
centaines de dollars de papier pour nourrir leurs fiâmes de dévotion à leurs dieux, rôtir
leurs cochons et les offrir avec du riz et d'autres délices aux grands dragons de pierre du
temple et la grotte.

48
Le culte ancestral est observé par presque tous. C’est un spectacle particulier pour

les voir porter de la nourriture, du riz, du poulet, des noix confites et des fruits, pour se
coucher sur les tombes de leurs morts. Un missionnaire a demandé un jour à un jeune
Chinois récemment sauvé, alors qu'il allait arrêter de porter de la nourriture dans la
tombe de ses morts. Il a répondu:

"Pourquoi, je suppose que lorsque votre peuple cesse de prendre des fleurs en hommage
à la mémoire de son départ

CHAPITRE IX. LA MORT DE MON MARI

"Quand tu traverseras les eaux, je serai avec toi; et à travers les fleuves, ils ne te
déborderont pas."

Esaie 44 |

Pendant mon séjour en Chine, mon mari semblait être de plus en plus rapproché du
Seigneur chaque jour. Il a passé des heures à prier jour et nuit. Il travaillait vraiment en
Esprit pour les Chinois, et faisait souvent la remarque qu'il se sentait comme s'il ne
reviendrait jamais en Amérique, mais se lèverait pour rencontrer le Seigneur de Chine,
portant de précieux soûls chinois dans ses bras à Jésus. Il chantait encore et encore ce
petit refrain:

"Apporter les gerbes", lui seul l'a dit "Apporter en chinois, Apporter en chinois; nous
viendrons en nous réjouissant, Apportant en chinois."

Après la chaleur de la journée, nous sortions souvent pour nous asseoir sur la plage le
soir, et pendant que différents travailleurs discutaient ensemble, mon mari me manquait
soudainement. Une recherche diligente le trouverait caché quelque part derrière un
rocher ou un rocher, priant avec ferveur pour les soûls. D'autres fois, il se promenait
dans le magnifique cimetière de Happy Valley, lisant les inscriptions des missionnaires
qui avaient donné leur vie pour Jésus. Que les fleurs et les fontaines étaient belles et le
feuillage d'une beauté si rare que nous n'en avions jamais vue!

Alors que nous étions assis pendant de nombreuses heures à étudier et à lire sous ces
arbres, nous nous sommes rendu compte que bientôt, cher Robert, devait être mis au
repos à cet endroit même de Happy Valley.

La chaleur intense et l'état insalubre et insalubre du pays dans lequel nous vivions ont
commencé à nuire à notre santé. Le paludisme faisait rage et sortir même pendant cinq
minutes à midi sans casque en liège et parasol lourd signifiait une mort presque
certaine.

Nous étions loin sur la côte à Macoe lorsque mon mari a été gravement malade et a été
transporté, dans un état très faible, au bateau à vapeur et de retour à Hong Kong et en

49
haut de la montagne à un sanatorium anglais, construit spécialement pour les
missionnaires, où les soins étaient donnés gratuitement.

Souffrant de paludisme sous sa pire forme, je suis allée avec mon mari

à l'hôpital où nous pourrions être près (moi dans la salle des dames, sa distance à
quelque distance), même si nous ne pouvions pas nous voir sauf les jours de visite.

Robert était juste à l'hôpital une semaine et l'anniversaire de notre deuxième année de
vie conjugale a été célébré pendant cette période par un petit échange de notes envoyé
par l'infirmière. Au cours des quelques courtes visites que j'ai été autorisé à faire dans sa
paroisse, j'ai jamais trouvé sa Bible bien-wom (celle dont il m'avait prêché avec
conviction et a expliqué la voie du salut et le baptême du Saint-Esprit), celle de mon mari
compagnon constant. Il était marqué d'une couverture à l'autre et ses doigts semblaient
toujours être entre ses pages.

Chaque jour, il s'affaiblissait, et bien que j'étais convaincu que le Seigneur le guérirait, il
avait l'impression que son travail était terminé, qu'il avait combattu un bon combat et
achevé son cours, et qu'il avait désormais mis en place pour lui une couronne de justice. .

Un soir, à la fin de la semaine, le médecin m'a donné une permission spéciale pour
m'asseoir avec mon mari, et alors que mon cœur bondissait de joie à cette perspective, je
n'ai guère rêvé de la raison de cette gentillesse spéciale. Je me suis seulement sentie
reconnaissante envers le docteur, et la pensée que ma chère allait être si vite retirée de
moi ne m'est jamais venue à l'esprit.

Alors que je m'asseyais près de son chevet, une grosse boule dans ma gorge semblait
m'étouffer alors que je regardais le visage mince et pâle, tellement changé en ces
quelques jours, mais sentant que je devais être courageux et encourageant, j'essayais
d'une manière pitoyable pour parler joyeusement de la venue prochaine du petit que
nous avions prévu et espéré si longtemps.

Alors que nous parlions ainsi, j'entendis le cliquetis des talons de l'infirmière en robe
blanche alors qu'elle descendait la longue salle pour me dire qu'il était temps pour moi
de retourner dans ma propre salle maintenant. Et O, je n'oublierai jamais le doux sourire
qui illumina son visage.

D'une certaine manière, une terrible prémonition de chagrin m'arrivait, une idée vague
et sans forme, saisie dans mon cœur, et alors que je m'accrochais à la barre émaillée de
blanc au pied de son lit, je pense qu'il devait avoir vu le regard qui avait sauvé mon
visage, pour toujours sourire encourageant, il me regarda dans les yeux et dit:

"Bonne nuit, ma chérie, je vous verrai demain matin." Ce sont les derniers mots qu'il m'a
jamais adressés, mais O, je sais qu'il va arriver un matin clair et sans nuages certains de
ces jours, quand il y aura

"Plus de séparation, plus de larmes, plus de pleurs, plus

50
craintes: "Car ces choses passeront quand le Seigneur viendra. Eh bien, il semble que je
puisse presque voir les premiers rayons de l'aube se briser dans le ciel tout à l'heure, et
l'Esprit murmure doucement:

"Le matin est à portée de main; Jésus arrive bientôt; soyez fidèle encore un peu."

"Bonne nuit, ma chérie; je te vois dans les mamans."

Oh, cher lecteur, serez-vous là le matin? Serez-vous prêt à rencontrer Jésus ce jour-là?

Je suis retournée au lit dans le service des femmes avec un malaise difficile à décrire, et
je suis restée allongée pendant des heures à regarder l'obscurité, à écouter la respiration
irrégulière des autres patients à mon sujet.

Au milieu Puis-je m'asseoir dans mon lit avec un regard effrayé. Par la fenêtre au pied de
mon lit, je pouvais voir à travers la grande cour carrée, et dans la fenêtre que je savais
être à côté du lit de mon mari, j'ai vu une lumière vive brûler. D'une certaine façon, une
grande terreur s'empara de mon âme, lorsque j'entendis le pas rapide de l'infirmière de
nuit qui longeait le couloir reliant les deux salles. Directement dans mon lit, elle est
venue, et avec une prise tendue dans la voix que je n'oublierai jamais, elle m'a dit de
mettre mon kimono et mes pantoufles et de me hâter vers la salle suivante, que mon
mari était très malade.

"Il n'est pas en train de mourir?" J'ai réussi à haleter à travers mes lèvres raides.

"Viens vite! Il s'enfonce vite", étaient les mots qui sonnaient comme un glas de mort,
alors que nous nous précipitions dans le long passage vers quoi?

"La mort? O, sûrement pas; ça ne pourrait pas être," raisonnai-je. Je n'avais jamais vu
personne mourir. Je n'avais pas encore vingt ans et je m'éloignais ici de l'autre côté du
globe de la Mère qui m'avait toujours protégé et protégé de tous les vents qui soufflaient.

"Mourir? Impossible! Pourquoi, que dire de la petite qui est à venir? Sûrement qu'il vivra
pour la voir vêtue de la gloire de la petite garde-robe si fièrement cachée?" Toutes ces
pensées ont couru comme un éclair dans mon esprit. J'étais étourdi. Mes lèvres
tremblaient; mes genoux tremblaient jusqu'à ce que je puisse à peine marcher.

Puis, alors que je me tenais près de son lit, et que je vis que, même inconscient comme
lui, la lumière du monde de gloire illuminait son visage, je me laissai tomber en tas à ses
côtés et m'accrochais à sa main froide. Il n'a pas ouvert les yeux, ne m'a pas vu.
Cependant, je pense qu'il doit avoir vu Jésus, tellement ravi était l'expression qui
illumina son visage.

Puis, à ce moment-là, quand tout le monde entier semblait s'effondrer

et glissant sous mes pieds, le Consolateur, le Saint-Esprit béni, que Jésus avait envoyé, se
leva en moi et révéla Jésus d'une manière si précieuse, rendit la volonté de Dieu si douce,

51
montra les demeures préparées si réelles que je criai "Gloire!" par le lit de mort de
Robert Semple, dont je n'avais jamais rêvé de me séparer. Des vagues de joie ont roulé
sur mon âme, et j'ai été élevée de la terre au ciel, et il me semblait que je l'accompagnais
jusqu'aux portes nacrées. "Le Seigneur a donné et le Seigneur retire, béni soit le nom du
Seigneur."

Quand J'ai senti le docteur me secouer par l'épaule, j'ai enfin levé la tête du lit et
desserré mon fermoir sur la main chère et froide. En me baissant pour embrasser le
front froid pour la dernière fois, je compris le grand besoin du Consolateur. Il ne m'a pas
déçu, mais Sweedy a parlé dans mes oreilles:

"Il n'est pas ici; il est ressuscité."

O cher ami, ne dis plus jamais que tu n'as pas besoin du Consolateur que Jésus a envoyé.
Ce n'est pas seulement à l'heure de la joie au sommet de la montagne que vous avez
besoin de lui, mais à l'heure sombre de la douleur, dans la vallée et à l'ombre de la mort,
vous avez aussi besoin du Consolateur. Alléluia! Vous ne devez pas penser, quand vous
nous voyez danser et crier de joie dans la réunion, que ce sont toutes des excitations et
des bénédictions superficielles, car ce n'est pas vrai.

Ah non, le Saint-Esprit demeure toujours lorsque les pieds sont entraînés dans les eaux
sombres et il semble que les inondations débordent alors Il est là pour réconforter et
soutenir; et lorsque nous traversons la fournaise, il révèle la forme du quatrième,
comme au Fils de Dieu, comme jamais auparavant.

Oh, comme nous te remercions, cher Jésus, d'avoir dit: "Je ne te laisserai pas sans
confort; j'en enverrai un autre, même le Saint-Esprit."

Je n'ai jamais été autorisé à regarder à nouveau le visage de mon cher, car le médecin
était soucieux de m'épargner toutes les souffrances possibles, mais Oh, comment aurais-
je pu le supporter quand je les ai vus abattre les stores dans l'espoir que je ne voir et
entendre la lourde marche des pieds alors qu'ils portaient leur fardeau devant nos
fenêtres et en bas des marches, sans ce précieux Saint-Esprit?

Nos fonds minces étaient presque épuisés et une demande immédiate d'argent et de
frais funéraires était la prochaine chose à considérer, alors j'ai levé mon cœur vers le
Seigneur qui avait dit:

"N'y pense pas ... je répondrai à tes besoins." Le courrier de l'après-midi

de ce même jour a apporté une lettre de deux chères sœurs à Chicago, contenant
soixante dollars. La lettre était datée d'un mois auparavant et indiquait que le Seigneur
les avait réveillés au milieu de la nuit en disant:

"Petite sœur Semple est en difficulté. Relevez-vous immédiatement et envoyez-lui


soixante dollars." Ils s'étaient levés et avaient envoyé l'argent, et le voilà sur place au

52
moment opportun. Oh alléluia! Il était arrivé bien avant que le télégramme hâtif à ma
chère Mère n'ait pu apporter les fonds nécessaires de son cœur toujours prêt.

Matin après matin, du mois qui suivit, je me réveillais avec un cri alors que ma grande
perte me sauvait, et je pensais à la petite qui ne verrait jamais son père. Puis le
Consolateur jaillissait instantanement en moi jusqu'à ce que je sois rempli d'une joie
indicible, et mes yeux chauds et secs coulaient de larmes d'amour et de bénédiction.

Puis vint la petite fille, un minuscule acarien, mais oh un tel réconfort!

Là encore, le Consolateur était avec moi. En vérité, Jésus est l'époux de la veuve et le
père de l'orphelin. J'ai nommé la petite Roberta, du nom de son père, Robert. C'est à
Hong Kong, au sommet de la montagne, que ma petite fille minuscule est née, et quand
elle avait six semaines, j'ai navigué jusqu'à Shanghai.

En quittant Shanghai, nous sommes allés au Japon, Moji, Kobe, Nagasaki. En quittant le
Japon, nous avons mis le cap vers Honolulu et les États-Unis, transportant mon précieux
fardeau dans un panier japonais.

Ma mère avait envoyé de l'argent, dont je n'avais pas encore reçu une partie, et sur le
bateau, j'ai continué à chercher et j'ai trouvé qu'il n'y avait pas assez pour me faire
traverser le continent. Sans dire mes besoins à une âme terrestre, j'ai continué à
regarder Jésus et à témoigner pour Lui chaque fois que je l'ai trouvé sur le bateau. Je
n'essaierai pas de décrire mes sentiments lors de ce voyage de retour, mais Oh, il
semblait y avoir un si grand et vaste vide qui bâillait tout autour de moi, et j'ai blotti le
cher petit paquet chaud, Roberta, doseur dans mon cœur.

Alors que je descendais du bateau à vapeur à San Francisco, le poursuivant est venu en
courant après moi et en me touchant le bras, a déclaré:

"Oh, attendez une minute! Voici quelque chose pour vous des passagers." Ouvrant
l'enveloppe qu'il a glissée dans ma main, j'ai trouvé soixante-cinq dollars qui avaient été
donnés par eux.

Tout au long du voyage, il semblait qu'il n'y avait pas une chose dont j'avais besoin, mais
le Seigneur a rapidement envoyé, c'était presque Noël

le temps, et la Chine étant si chaude, je n'avais rien d'autre que le plus léger des bonnets
pour le bébé. J'étais dans ma chambre d'état, faisant basculer le minuscule bonnet sur
mes doigts, pensant que je devrais en avoir un chaud pour elle quand j'atteindrais la
neige de notre propre terre, quand un coup de poing est venu à ma porte et une voix de
dame a dit:

«Oh, nous venons d'apporter au bébé un bonnet et une cape en duvet chaud. Vous en
aurez sûrement besoin.»

53
À un autre moment, je lui souhaitais un châle épais. Le portier est venu à la salle d'état,
disant que M. - qui était descendu au dernier port au Japon, avait laissé ce châle de laine
chaud, dont il a déclaré qu'il n'aurait plus besoin, avec des instructions qu'il devait être
donné à " cette petite missionnaire avec le bébé. " C'était un beau châle cher. Comme j'ai
loué Jésus!

À un autre moment, une bouteille thermos était nécessaire.

Sans un mot à une âme, il a été apporté à ma porte et remis tranquillement. Ce ne sont
que quelques-unes des nombreuses choses que je pourrais vous dire sur la façon dont il
tempère le vent et veille tendrement sur ses petits enfants.

À bord du train, qui traversait les montagnes Rocheuses à grande vitesse et se dirigeait
vers Chicago, j'ai été affligé pour la première fois de ma vie du mal des trains et j'ai été
obligé de rester dans ma couchette pendant quelques jours. Différents passagers
m'avaient prévenu que nous avions l'un des conducteurs les plus grincheux sur cette
voiture qu'ils n'aient jamais vu, et de ne lui demander aucune faveur. Mais Oh, mon
Seigneur peut faire un lion aussi gentil qu'un agneau et transformer l'amer en doux, Ce
cher chef d'orchestre a marché heure après heure et a pris soin du bébé pour moi, même
en portant son botde d'allaitement dans sa poche pour le garder chaud. Louez le
Seigneur!

Après quelques jours d'arrêt à Chicago, nous nous sommes rendus à New York, où ma
mère était engagée dans le travail de l'Armée du Salut. Alors que le train entrait dans le
dépôt, elle était là pour me rencontrer, et je tenais le bébé dans un bras, mais avec
l'autre, je pouvais toujours pointer vers le ciel vers Jésus, tout comme je l'avais fait
lorsque le train s'était retiré pour la Chine. Louez le Seigneur. WTien vous avez le Saint-
Esprit dans votre cœur, il vous aidera à garder votre main et à "continuer à louer Dieu".

CHAPITRE X. DE NIVEVE A TARSIS ET

REVENIR

"Alors Jonas pria le Seigneur son Dieu du ventre du poisson ... Et le Seigneur parla au
poisson, et il vomit Jonas sur la terre ferme. Et la parole du Seigneur vint à Jonas la
deuxième fois, disant: Lève-toi, va à Ninive, et prêche-y la prédication que je t'ai dit.
Jonas se leva et partit. "

Jonas 2: 1,10. 3: 1 à 3

Avez-vous déjà eu un secret caché dans le placard de votre expérience chrétienne que
vous avez refusé d'exposer au soleil du regard public et de la critique? Un endroit où
quelque part dans votre anatomie spirituelle, si douloureux que la simple pensée d'être
touché par un doigt curieux et sondant vous a fait grimacer? Une certaine période de

54
votre vie que vous auriez plutôt peu connue ou discutée, qui a depuis longtemps été
confessée, pardonnée et enterrée sous le sang purificateur?

Avez-vous, dans votre expérience, été tenté de sauter, sauter et sauter par-dessus vos
déviations du chemin droit et étroit de la meilleure et parfaite volonté de Dieu pour
vous? Avez-vous eu envie de sauter et d'omettre, en racontant votre expérience
chrétienne, les choses qui auraient dû être omises dans la vraie vie?

Eh bien, c'est exactement mon cas.

Si cela devait être une belle histoire d'une marche en avant continue, sans jamais une
telle chose comme une hésitation, ce chapitre ne serait jamais écrit.

Cependant, le Seigneur m'a rendu long , que chaque étape de mon expérience soit une
bénédiction et un encouragement pour quelqu'un. Il est facile de raconter les moments
où nous avons vécu dans la victoire, couru la course céleste sans une seule chute, et
quand Dieu nous a bénis et nous a fait une bénédiction: les heures de la défaite, quand
nous sommes tombés dans l'obscurité en passant , cependant, peut être d'une plus
grande bénédiction pour le pauvre rétrograde qui revient à tâtons vers la lumière, que
toute autre expérience pourrait l'être.

Le Seigneur avait été merveilleusement avec moi à travers l'épreuve de la mort de mon
mari, les événements ultérieurs et mon retour dans la patrie.

Parfois, les eaux terribles de la solitude à travers lesquelles j'ai pataugé,

Cependant, il semblait qu'ils rouleraient sur ma tête, mais le temps qu'Il était avec moi
pour me réconforter et me soutenir. L'année suivante, je me suis retrouvée à lutter
contre la marée contraire, à lutter pour garder mes pieds et à reprendre un fil cassé de
ma vie là où elle s'était arrêtée pour la dernière fois. Mon travail à la réunion a nécessité
de l'emmener avec moi et de rester souvent jusqu'à minuit et jusqu'à deux heures du
matin, ma frêle petite fille, est finalement tombée très malade. On m'a donné des
conseils d'experts sur son état de santé fragile et on m'a dit que je serais responsable de
sa vie si je ne lui «donnais pas une maison tranquille et une nourriture appropriée, car le
déplacement constant et le changement de nourriture seraient la mort de l'enfant. "

J'étais rentré de Chine comme un petit oiseau blessé, et mon cœur saignant était
constamment transpercé de questions curieuses de personnes bien intentionnées qui ne
pouvaient pas voir la volonté de Dieu dans notre appel à la Chine, et qui sentaient qu'il
devait y avoir une erreur quelque part, soit dans la mort subite de Robert ou dans ma
maison de retour. Je ne pouvais pas leur répondre, ne pouvant pas encore voir la volonté
de Dieu en tout cela moi-même. Partout où j'allais parmi les chers gens qui avaient aidé à
nous envoyer en Chine, il me semblait ressentir une atmosphère de questionnement
(parlé ou inexprimé), que peu de gens me portaient jusqu'à ce que je commence à me
sentir comme un coupable qui n'avait rien à faire là-bas, mais loin quelque part, je ne
pouvais pas dire où.

55
Oh! comment j'attendais quelqu'un qui comprendrait ou mettrait ses bras autour de moi
et m'aiderait à ce moment critique de ma vie, et c'était juste le moment où le Seigneur
permettait à ceux que j'aimais le plus de sembler écarter les bras qui étaient auparavant
si fort et fiable, faisant tomber un petit rideau de réserve entre nous, me laissant à
l'extérieur avec mon bébé.

En le regardant dans le naturel, il n'est guère étonnant que, comme Agar, avec mon
enfant, je suis parti et j'ai erré dans le désert, et que j'ai élevé la voix et pleuré. La
Pentecôte semblait être la maîtresse, traitant à peine avec moi et Dieu comme Abraham
qui apparemment n'est pas intervenu en ma faveur.

Le métier à tisser de la vie semblait alors n'être qu'un labyrinthe enchevêtré dont les
colorations avaient soudainement plongé des sommets des montagnes de gloire
ensoleillée aux profondeurs d'une vallée apparemment sans fin d'une obscurité
ahurissante. Ce n'est que maintenant, après avoir observé au cours des années qui ont
suivi, le va-et-vient régulier des navettes du destin, toujours guidé par la tendre sagesse
de la main divine, que je commence à voir la tête et la forme du Maître se forger. et tissé
sur le métier à tisser de mon Hfe.

Ce fut juste au moment de ma plus grande perplexité, quand j'avais commencé à perdre
spirituellement et à m'éloigner du Seigneur, et que j'avais envie de faire un foyer pour le
bébé, que je me suis à nouveau marié. Avant le mariage, cependant, j'ai fait une
stipulation dans laquelle j'ai dit à mon mari que tout mon cœur et toute mon âme étaient
vraiment dans l'œuvre du Seigneur et que si, à tout moment de ma vie, il devait
m'appeler pour aller en Afrique ou l'Inde, ou les îles de la mer, peu importe où et quand,
je dois d'abord obéir à Dieu. Il a accepté et nous nous sommes mariés dans ces
conditions et nous nous sommes installés dans un appartement meublé.

Dérangé et troublé dans mon cœur, sortant de l'œuvre du Seigneur, je me tournai à


nouveau vers le monde, essayant d'étouffer mes désirs d'être réintégré à la table de
banquet de mon roi.

Je me demande s'il y a quelqu'un sur terre qui est vraiment aussi abjectement misérable
que le rétrograde? Ce fut un tel soulagement de pouvoir rester à l'écart des réunions, et
pourtant une telle douleur d'être loin d'eux (si vous pouvez analyser cela), que j'étais
coincé entre les deux forces en conflit. Certains des saints m'ont vu reculer et s'éloigner
du monde, et ma position est devenue encore plus intolérable.

Quand mon mari a reçu une invitation de sa mère à venir chez elle dans le Rhode Island,
j'étais prêt à consentir à monter à bord du bateau dans mon effort pour "fuir vers Tarsis
de la présence du Seigneur".

Mais ô cher lecteur, quel grand vent le Seigneur a envoyé dans la mer! Une tempête si
puissante était là dans la profondeur que notre frêle embarcation domestique a été
secouée de long en large, de sorte que le navire était sur le point d'être brisé.

56
De jour en jour, les choses empiraient au lieu de s'améliorer; J'ai pleuré, mouillé et
pleuré mon Jésus et la place d'autrefois en lui. J'étais un mystère et une source constante
d'inconfort pour ceux qui m'entouraient.

Les choses terrestres - confort à la maison -oh, qu'est-ce que cela a d'importance? J'étais
hors de sa chère volonté, et mon âme refusait d'être réconfortée.

Je m'enfermais dans ma chambre, je m'assoyais par terre dans le coin derrière le lit, et je
pleurais encore et encore le seul mot que je pouvais dire quand j'essayais de prier:

"Oh Oh Jésus! Jésus! Jésus! JÉSUS!"

C'est juste au moment de ma plus grande perplexité, quand j'avais commencé à me


perdre spirituellement et à m'éloigner du Seigneur, et que j'avais envie de faire un foyer
pour le bébé, que je me suis à nouveau mariée. Avant le mariage, cependant, j'ai fait une
stipulation dans laquelle j'ai dit à mon mari que tout mon cœur et tout le monde étaient
vraiment dans l'œuvre du Seigneur et que si, à tout moment de ma vie, il devait
m'appeler pour aller en Afrique ou l'Inde, ou les îles de la mer, peu importe où et quand,
je dois d'abord obéir à Dieu. Il a accepté et nous nous sommes mariés dans ces
conditions et nous nous sommes installés dans un appartement meublé.

Dérangé et troublé dans mon cœur, sortant de l'œuvre du Seigneur, je me tournai à


nouveau vers le monde, essayant d'étouffer mes désirs d'être réintégré à la table de
banquet de mon roi.

Je me demande s'il y a quelqu'un sur terre qui est vraiment aussi abjectement misérable
que le rétrograde? Ce fut un tel soulagement de pouvoir rester à l'écart des réunions, et
pourtant une telle douleur d'être loin d'eux (si vous pouvez analyser cela), que j'étais
coincé entre les deux forces en conflit. Certains des saints m'ont vu reculer et s'éloigner
du monde, et ma position est devenue encore plus intolérable.

Lorsque mon mari a reçu une invitation de sa mère à venir chez elle, dans le Rhode
Island, je voulais consentir à monter à bord du bateau dans mon effort pour «fuir vers
Tarsis de la présence du Seigneur».

Mais ô cher lecteur, quel grand vent le Seigneur a envoyé dans la mer! Une tempête si
puissante était là dans la profondeur que notre frêle embarcation domestique a été
secouée de long en large, de sorte que le navire était sur le point d'être brisé.

De jour en jour, les choses empiraient au lieu de s'améliorer; J'ai pleuré, mouillé et
pleuré mon Jésus et la place d'autrefois en lui. J'étais un mystère et une source constante
d'inconfort pour ceux qui m'entouraient.

Les choses terrestres - le confort de la maison - oh, qu'importaient-elles? J'étais hors de


sa chère volonté, et mon âme refusait d'être réconfortée.

57
Je m'enfermais dans ma chambre, je m'asseyais par terre dans le coin derrière le lit, et je
pleurais encore et encore le seul mot que je pouvais dire quand j'avais peur de prier:

"Oh Oh Jésus! Jésus! Jésus! JÉSUS!"

Voyant mon état malheureux et mélancolique, ma belle-mère nous a conseillé de louer et


de fournir une maison à nous, en disant que le travail m'occuperait et m'empêcherait de
penser tellement à moi. Cela a été fait. Avec l'aide de brevets ouï et nos propres revenus,
une maison bien meublée a été faite, contenant tout ce que le cœur pourrait souhaiter
RIEN QUE JESUS, et Oh, sans lui, rien n'a d'importance!

"Pourquoi ne peux-tu pas être heureux et agir comme les autres, et oublier tes ennuis?"
On m'a demandé encore et encore. À maintes reprises, j'ai essayé de me sortir de ma
léthargie et de ma dépression et de m'occuper des tâches ménagères. Une telle fièvre de
somnolence est venue sur moi qu'il m'a semblé que je devais porter le vernis des
meubles et des sols en les époussetant si souvent. Une douzaine de fois par jour, je
m'attaquais à moi-même en apercevant mon visage en larmes dans le miroir, en disant:

"Maintenant, voyez ici, madame, cela ne fera jamais! De quel droit avez-vous de frette et
pin comme ça?

Il suffit de voir ces sols brillants et polis, recouverts de tapis doux Axminster et Wilton. Il
suffit de regarder ce mobilier de salon en acajou et les grands lits en laiton là-bas, la
belle salle de bain en bleu et blanc, la chaleur de la vapeur, les lumières électriques
légèrement ombragées, le joli lit de bébé avec ses peluches et rubans, la chaise haute et
le cheval à bascule. Pourquoi n'êtes-vous pas heureuse d'avoir une maison comme celle-
ci pour les bébés, comme le serait n'importe quelle autre mère? "

"Pourquoi, c'est parfaitement ridicule pour toi de penser à retourner dans le monde, et
souviens-toi si tu as eu du mal avec un bébé auparavant, que penses-tu que tu ferais
maintenant avec deux?"

L'ayant ainsi sorti de moi-même, je reprendrais mon travail, à moitié satisfait pendant
quelques minutes, en disant:

"Eh bien, oui, c'est ça. Je ferais mieux de renoncer à toutes ces pensées, de m'installer et
de m'habituer à ma vie actuelle."

Mais, Oh, l'appel de Dieu était sur mon âme et je ne pouvais pas m'en éloigner. Pour cette
cause, j'avais été mis au monde. À chaque battement de mon cœur, j'entendais une voix
dire:

"Prêches la Parole! Prêche la Parole! Iras tu-vous? Iras-tu?" Et je me jetais à genoux en


sanglotant en larmes:

58
"Oh? Seigneur, tu sais que je ne peux pas y aller. Voici les deux bébés et voici la maison,
et voici le mari, qui n'a pas le baptême et ne le cherche même pas. Je travaillerai ici dans
la mission locale, et cela fera l'affaire. " Mais non, la réponse est revenue, claire du ciel:

"Va! FAIS LE TRAVAIL D'UN ÉVANGÉLISTE; Prêche la Parole! Le temps est court; je viens
bientôt."

"Oh, Seigneur, je suis dans un joli état pour prêcher l'Évangile, je le suis. Eh bien, je me
sens si misérable et abattu et écrasé. J'ai besoin de quelqu'un pour m'aider au lieu de
moi pour aider les autres." Parfois, levant rapidement les yeux après la prière, je pouvais
presque voir le diable se frotter les mains et se moquer de moi en disant:

"Il n'y a aucun espoir. Tu ferais aussi bien d'abandonner. Tout le monde sait que tu es
rétrograde et que tu n'aurais pas confiance en toi." S'ensuivrait alors un autre sort de
pleurs amers.

Mon mari et sa mère disaient souvent:

"Eh bien, Aimée, je ne vois pas ce que tu veux de plus. Je ne crois pas que quoi que ce soit
puisse te rendre heureux. Ce doit être ta disposition."

(Eh bien, bénissez le Seigneur, quand dans sa volonté je suis si heureux et plein de joie,
mes pieds et mon cœur sont si légers qu'ils ne peuvent s'empêcher de danser. Il semble
que personne sur terre ne puisse être aussi heureux que moi. .)

Mes nerfs sont devenus si gravement touchés que le chant du thé sur le poêle ou le bruit
des voix était insupportable. J'ai imploré le petit de parler à voix basse. Je détestais le
soleil et je voulais garder les volets fermés et les stores bien serrés. Les médecins ont dit
que je perdrais ma raison si quelque chose n'était pas fait. Je suis tombé très malade de
corps et en un an, deux opérations sérieuses ont été effectuées. Chaque fois, avant de
passer sous le couteau du chirurgien et pendant de nombreuses autres périodes de
maladie grave, quand il semblait que j'allais mourir, j'appelais les saints à prier pour moi
afin que je puisse être délivré, mais chaque fois qu'ils priaient Je pouvais clairement
entendre la voix du Seigneur disant:

"Allez-vous y aller? Voulez-vous prêcher la Parole?" Je savais que si je disais «oui», il me


guérirait. Mais comment pourrais-je dire "Oui?" Les difficultés se sont élevées comme
des montagnes sur mon chemin. Oh, maintenant j'ai appris, quels que soient les
obstacles, si Jésus dit "Allez", et je commence, au moment où l'obstacle sera atteint, je
serai soit levé, soit il sera parti. Dieu ne nous demande pas de faire l'impossible. S'il vous
dit de faire quelque chose, peu importe à quel point cela semble difficile, vous
commencez simplement à le faire et vous constaterez, comme Christian d'autrefois, que
les lions sont enchaînés et incapables d'entraver votre progression.

Après la première opération, j'étais pire que meilleur. Complications, troubles


cardiaques, hémorragies de l'estomac,

59
et une nervosité intense entre autres. Les médecins ont déclaré qu'une nouvelle
opération serait nécessaire.

Oh, cette maison que j'avais pensé apprécier! Presque tout mon plaisir était ce que je
pouvais voir de mon lit! Je me demande si Jonas a eu un passage aussi rude que moi
quand il s'est enfui et a désobéi à Dieu. Son voyage n'était pas aussi long que le mien de
toute façon. Nous lisons que Jonas a payé son prix, et j'ai certainement payé le mien au
maximum.

La deuxième opération a été reportée et différée, avec un vague espoir de faire confiance
à Dieu, mais comment pourrais-je lui faire confiance quand je suis hors de sa volonté, et
quand chaque fois dans la prière j'ai obtenu la réponse qui palpitait et martelait mon
être à chaque impulsion -battre

"Iras-tu? Iras-tu? Prêches la Parole! Prêches la Parole!"

Enfin, doublé d'un cri d'appendicite, en plus de tout le reste, j'ai été transporté de
nouveau à l'hôpital. Alors que je me préparais pour la table d'opération, j'ai prié avec
célérité de ma vallée du désespoir

"Oh, mon Dieu, je vous en prie, ramenez-moi chez moi pour être avec vous. Il ne me
semble pas possible de rentrer et je ne peux certainement pas supporter que cela
continue. Je suis une misère pour moi-même et pour tout le monde autour de moi. S'il
vous plaît, veuillez me ramener à la maison pour être avec vous. "

Mais Oh, je suis tellement content qu'Il m'a épargné. Louez son précieux nom.

Après que je sois sorti de l'éther et du couteau, où cinq opérations en une avaient été
effectuées, le pauvre et inconscient "ce qu'il restait de moi" a été remis dans le lit et j'ai
ouvert les yeux sur les murs blancs de l'hôpital tremblant de douleur de la tête aux pieds
qui, au lieu de s'améliorer, empirait de plus en plus.

Deux fois, ma mère avait été appelée par télégramme pour me voir mourir. Son cœur
était tom alors que les roues du train accéléraient sur la voie ferrée, et elle pria pour
qu'elle soit là à temps. Depuis le dépôt, elle a été transportée à l'hôpital, et s'étouffe
encore, alors qu'elle est assise ici à côté de moi et essaie de décrire ses sentiments alors
qu'elle entrait dans la pièce puante avec de l'éther, et regarda la petite forme allongée
sur l'oreiller qui avait été le centre de tant de scènes d'espoir, de vie et de bonheur.

Elle pensa au jour où elle avait prié pour la petite fille qui devait sortir dans le monde
pour prêcher la Parole, le jour de la dédicace sous les bannières de sang et de poisson,
l'avenir doré du service joyeux, et voici l'épave!

C'était tout?

Quelque chose en elle refusait de lâcher Dieu et ses promesses envers elle à mon égard.
Alors que les médecins et les infirmières de la pièce extérieure lui expliquaient

60
gravement les raisons scientifiques pour lesquelles je ne pouvais pas vivre, expliquant
que le mien avait été un cas si exceptionnel, et s'efforçant de la réconcilier avec ma mort,
son cœur sortait dans une agonie de prière à Dieu que sa fille serait épargnée.

Brusquement, elle pleura et pria, renouvelant et redoublant ses vœux envers Dieu pour
m'aider de toutes les manières à me remettre au travail et à me garder là, pour faire tout
ce qui est en son pouvoir pour m'aider avec mes enfants et dans chaque lutte, quoi qu'il
arrive .

Les infirmières, endurcies par une longue formation, étaient franchement en larmes et le
médecin " eu honte!" et s'éclaircit la gorge alors que je sortais de l'éther, et déclarai que
cet hôpital n'avait jamais été témoin d'une telle scène, car je prêchais, racontais Jésus,
suppliais les soeurs perdus de venir à lui, de cette voix forte et forte que les patients ont
quand sortant de l'anesthésie. Bien que brisée de corps et d'esprit, au moment même où
la raison perdait son emprise, mon âme se mit à chanter, à prêcher et à prier mon bien-
aimé Jésus.

Plus tard, maman est entrée dans ma chambre et s'est agenouillée, m'a regardé dans les
yeux et a dit:

"Mère est là, chérie. Mère va aider. Elle comprend et se tiendra à tes côtés, ma chère."
Dans le regard qui a été échangé, il semblait qu'une étincelle d'espoir et de
compréhension avait été instillée et brillait dans nos deux soûls, qui ne s'est jamais
éteinte, mais s'est enflammée, montant toujours plus haut au fil des jours.

Un soir, après qu'une infirmière et un médecin aient été presque constamment présents
tout l'après-midi, trois jeunes internes sont entrés et m'ont recueilli doucement dans
leurs bras, m'ont porté, matelas et autres, dans la pièce séparée où les gens étaient
amenés à mourir.

Vers deux heures du matin, l'infirmière en robe blanche, qui me caressait la main, a
déclaré:

«Pauvre petite fille, pauvre petit fille», semblait s'éloigner. Les respirations flottantes
que je pouvais prendre étaient trop douloureuses pour aller plus profondément que ma
gorge.

Tout est devenu noir quelqu'un a dit:

"Elle part." Juste avant de perdre connaissance, alors que je planais entre la vie et la
mort, vint la voix de mon Seigneur, si forte:

"MAINTENANT, IRAS-TU?" Et je savais que c'était "VA", d'une façon ou

D’une autre: que si je n'entre pas dans le travail en tant que vainqueur de l'âme et ne
retourne pas dans la volonté de Dieu, Jésus me prendrait à lui-même avant de me
permettre de continuer sans lui et de me perdre.

61
Oh, ne me dites-vous jamais qu'une femme ne peut pas être appelée à prêcher l'Évangile!
Si jamais un homme traversait la centième partie de l'enfer sur terre dans lequel je
vivais, ces mois où, hors de la volonté et du travail de Dieu, il ne le dirait plus jamais.

Avec ma petite force restante, j'ai réussi à haleter:

Oui Seigneur j’irai. "Et Oui, Je Suis partie !

Je ne pouvais pas être inconscient pendant plus d'un instant, mais quand j'ai ouvert les
yeux, la douleur avait disparu. J'ai pu respirer profondément sans l'agonie qui avait
accompagné la moindre respiration auparavant. J'ai pu basculer sans douleur, et je l'ai
fait, au grand dam de l'infirmière. En deux semaines, à la stupéfaction de tout le monde,
j'étais en forme, bien que faible de corps. J'ai à peine connu une douleur ou une douleur
de ce jour à ce jour.

À plusieurs reprises avant et après mon retour de l'hôpital, peu d'efforts ont été faits
pour annoncer ma détermination à aller immédiatement dans le vignoble.

"Pourquoi, quelle idée folle pour toi de penser à une telle chose! Pourquoi ne pas être
comme les autres jeunes femmes et te contenter de rester à la maison et de t'occuper
des tâches ménagères?" et d'autres explosions de même nature rencontraient
invariablement mes entreprises timides mais fermes pour obtenir le consentement de la
maisonnée.

Trop faible pour argumenter, j'étais aussi trop faible pour oser même penser à désobéir
à Dieu. Cette grande baleine blanche, la table d'opération, m'avait jeté sur le rivage. Le
Seigneur m'avait épargné la vie sous la promesse définitive de le servir. Aussi stupide et
impossible que l'idée puisse paraître, j'allais me mettre à la porte de Ninive, sans hésiter
un instant, vivre ou mourir, couler ou nager, priant pour la direction divine et rempli
d'une détermination à dire «Oui» à cet appel «Will vous allez? Allez-vous? " Je ne savais
pas exactement où ni où aller, mais j'avais l'intention de commencer de toute façon et
cela tout de suite, en me jetant à ses pieds et en lui faisant confiance implicitement. On
m'a assuré que celui qui avait séparé la mer Rouge et fait reculer les vagues du Jourdain
allait d'une manière ou d'une autre enlever les rivières et les montagnes pour moi et me
conduire à travers les feux sans brûler.

Mère étant maintenant au Canada, j'y ai télégraphié pour de l'argent; et une fois seul
dans la maison une nuit, 'a téléphoné pour un taxi et à onze heures a rassemblé mes
deux bébés à l'intérieur pendant que le chauffeur empilait les deux valises par-dessus, et
nous nous sommes précipités pour attraper le train de minuit pour la maison et la mère.

Pour prendre un nouveau départ et tout recommencer, il me semblait la chose la plus


naturelle au monde de retourner au point de départ d'où je m'étais éloigné auparavant.

Dieu était avec moi et j'étais conscient de sa direction et de son soutien à chaque étape.
Avec mon petit bébé joint en un. bras et Roberta dormant dans l'autre, je les ai serrés

62
contre moi alors que l'immensité de ce que je faisais me sauvait. Les rues étaient
sombres et presque désertes alors que nous roulions vers le dépôt.

Donc, ici, je partais pour la deuxième fois de ma vie pour obéir au grand appel à prêcher
la Parole, mais à quel point c'était différents de la première fois comment a changé la
scène!

Première scène. La première fois, il était midi et le soleil chaud et amical nous souriait et
rayonnait de la vie céleste et l'espoir répandait leurs vêtements devant la petite mariée
aux joues roses alors qu'elle était éloignée par des amis et des parents en larmes mais
aimants et sympathiques, dont une centaine ou plus s'étaient rassemblés sur la pelouse
de la campagne, certains venant de loin pour la voir partir, la couvrant de fleurs, de riz et
"Que Dieu vous bénisse". Cette fois-là, j'étais allé de l'avant en m'appuyant de toutes les
manières pour la force, la sagesse et les conseils sur le bras fort de mon mari; béni et
victorieux dans mon âme. Une porte ouverte du ministère était devant nous; nous étions
sûrs de notre position, savions exactement où nous allions.

Scène deux: Partir seul à minuit, s'enfuir presque avec mes deux bébés faibles dans le
corps vides et se pencher dans mon âme sans bras terrestre pour s'appuyer sur aucune
porte ouverte visible devant moi pas d'amis aimants pas de fleurs ou "Dieu vous
bénisse." Mais oh, je loue Jésus pour l'expérience! Rien ne pouvait me tenter de me
séparer des leçons qui m'ont été enseignées dans ces endroits difficiles où vivre seul
avec Jésus et enfoncer profondément mes racines de foi et de dépendance, de confiance
et de confiance en lui-même.

Mon ancienne vie dans le travail avait été comme celle d'une vigne qui s'enroulait autour
du chêne vigoureux, mais quand cette forteresse à laquelle je m'accrochais avait été
emmenée et transplantée dans les jardins célestes, quand mon embrayage avait été
desserré et laissé aller il y avait il ne restait plus rien de la vigne, qui eût atteint si haut,
mais un petit tas pitoyablement cassé et froissé qui gisait dans la confusion sur la terre.
Mais maintenant, j'avais trouvé Celui à qui s'accrocher et à attacher ma prise sur qui
était comme les cèdres du Liban, qui durerait éternellement, de qui je ne pouvais pas
être retiré, qui ne mourrait jamais, ne me quitte pas. Oh, c'était Jésus! Jésus!!

Oui, Dieu merci pour les endroits difficiles, pour les vents et les rafales glaciales de la
tempête hivernale, pour Oh, c'est là que j'ai appris pour la première fois une petite
quantité de ce que cela signifiait d'être enraciné et ancré et fixé pour s'éteindre et
traverser une vallée de crucifixion qui a conduit à la puissance de résurrection et à la
gloire.

Avez-vous déjà traversé un tunnel ou un métro qui était complètement sombre et


apparemment sans fin? Puis tout à coup, au loin, vous avez vu une toute petite lumière
que vous saviez être l'ouverture du tunnel et la lumière du soleil? C'est juste ce que je
ressentais. J'étais immobile dans l'obscurité du tunnel, mais j'ai vu la porte, la lumière de
balise du cher soleil de Dieu Son sourire d'approbation, et je courais vers elle.

63
"Nous voici, madame, juste à temps!" cassa la voix du conducteur, alors que la voiture
s'arrêtait au bord du trottoir devant le dépôt.

Je ne me souviens pas maintenant comment ces deux enfants endormis et tous les
bagages ont été embarqués à bord, mais je sais que quelques minutes plus tard, lorsque
le train s'est enfui dans la nuit et a traversé les champs et les villes endormies, nous
étions tous sur planche et les bébés dorment aussi doucement que jamais dans leur vie
dans le lit Pullman blanc comme neige.

J'obéissais à Dieu, et bien que l'ennemi essayait toujours de me traquer avec des
accusations et des pressentiments de désastre futur, il avait en quelque sorte perdu son
emprise et son pouvoir de me renverser. Quand il m'a tordu avec la maigreur et la
stérilité de mon âme, qui me faisait le plus mal parce que c'était si tme, mon cœur
chantait en moi:

"Qu'à cela ne tienne, Rebecca est en route vers le puits vers la fontaine-tête vers la
source sûre d'approvisionnement de la table de banquet du Roi, et nous serons bientôt
remplis maintenant."

CHAPITRE X LE RETOUR

"Car vous étiez comme des brebis égarées; mais maintenant vous êtes retourné au
berger et à l'évêque de vos soûls."

1 animal 2:25

Lorsque le 11:55 est arrivé à la station d'Ingersoll, mon père et ma mère étaient là pour
me rencontrer, tout comme le poney que je montais. Elle n'était alors qu'un poulain,
mais elle me connaissait et hennit affectueusement.

"Supposons qu'elle vous connaisse?" dit papa.

"Sûrement, elle a souri. Et comme pour lever tous les doutes sur la question, Fritzie a
levé son pied avant droit pour me serrer la main et a tremblé tout en caressant ma joue
avec son nez de velours, en frappant ses lèvres et en faisant semblant de chasser pour le
le sucre à l'ancienne renferme les deux astuces que je lui avais enseignées il y a
longtemps, combien de temps cela semblait! Était-ce des siècles ou des années
seulement?

Fritzie était généralement assez calme, mais comment elle a pris ses talons et a couru ce
jour-là! Il semblait qu'elle ne pouvait pas rentrer à la maison et sortir de son harnais
assez rapidement pour jouer avec moi. Je me demandais si elle se souvenait de la façon

64
dont nous avions l'habitude de sauter les clôtures, et du temps où elle me suivait jusque
dans la cuisine et se précipitait, au grand désarroi de ma mère.

Combien familiers et reposants et verts les chers vieux champs avaient l'air sur ce
chemin du retour. Voici le vieux péage. Un mile au-delà était l'endroit où j'avais donné
mon cœur à Jésus et pleuré

"Seigneur, aie pitié de moi, un pécheur tandis que le traîneau cliquetait le long, tiré par la
mère de Fritzie. Un mile au-delà de cela était encore la petite école blanche au coin de la
rue. Chaque pied du chemin était associé à des souvenirs d'enfance.

Je ne demandai aucune explication, mais ma mère m'informa qu'il avait été décidé que je
devais partir pour la réunion du camp pentecôtiste à Kitchener (alors appelé Berlin) le
lendemain. Elle-même avait prévu d'y assister, mais aussitôt après la réception de mon
télégramme, elle avait renoncé à toute pensée d'y aller et avait écrit pour engager des
mesures d'adaptation pour moi.

"Mais, Mère! Les enfants pourrais-je"

"Peu importe les enfants", l'interrompit-elle. "J'ai déjà pris soin d'enfants avant et j'ai
pris soin de Roberta presque tout le temps, et

Rolf et moi nous nous entendrons bien, n'est-ce pas, Sonny? "Un gargouillis déçu et un
large sourire, qui montrait les nouvelles dents de lait, fut sa réponse.

"Oui, et nous avons le meilleur lait de Jersey du pays pour le faire pousser comme une
mauvaise herbe", s'est vanté mon Père, comme pour conclure le sujet.

"Mais comment puis-je retourner à Kitchener, alors que je me sens si fuit


spirituellement? La dernière fois que j'étais là-bas, c'était avec frère Durham et Robert.
J'étais si béni; j'ai prié pour les chercheurs.

Que penseraient-ils?

"Mais, je vais y aller, Mère. Oh, je suis si heureuse, si heureuse pour l'opportunité. Êtes-
vous sûre que le travail supplémentaire ne sera pas trop pour vous?" /;

"Trop de travail? Je devrais dire non! Oh, Aimee, rien n'est trop ni trop dur pour te voir
revenir à Dieu et retourner à l'endroit où Il te veut. Veux-tu me promettre que tu
reviendras dans cette réunion "Nous serons à vos côtés et Dieu vous aidera."

Mais je n'avais pas besoin de cajolerie ni d'incitation à avoir mis mon visage comme un
silex, et bien que tout le monde tirait dans l'autre sens, je DOIS suivre un autre cours
signifiait la mort.

Avant de partir le lendemain matin pour le camp, un télégramme a été envoyé à mon
mari, disant:

65
"J'ai essayé de marcher sur votre chemin et j'ai échoué. Ne voulez-vous pas venir
maintenant et marcher sur mon chemin? Je suis sûr que nous serons heureux."

À Kitchener, nous avons rencontré le wagon qui transportait les passagers et les bagages
jusqu'au camp. Je me suis vite retrouvé à descendre dans la petite ville de tentes, plantée
dans la blancheur de la neige sous le feuillage vert des arbres forestiers. Des mains
heureuses et des visages familiers se sont rassemblés pour me souhaiter la bienvenue,
mais je me sentais obligé de faire conscience et de devoir expliquer à tout le monde,
gêné mais précipité, que je n'étais pas là où j'étais, et je leur ai dit

"J'ai prié pour les autres quand ils avaient besoin de prière. Maintenant, j'ai besoin de
quelqu'un pour prier pour moi et m'aider à récupérer la bénédiction et le feu de Dieu sur
l'autel de mon cœur"

Peut-être que certains d'entre vous peuvent imaginer mes sentiments alors que je me
suis assis dans le public en regardant la plate-forme sur laquelle étaient assis différents
avec qui, quelques années auparavant, j'avais prié avec eux quand ils sont venus par le
baptême. Ils étaient là, tremblant et tremblant sous le pouvoir, des visages d'alléluia
rayonnants qui sonnaient et j'étais assis là, me tamponnant les yeux avec un mouchoir
mouillé et disant:

"Oh Jésus, tu me bénissais comme ça. J'avais l'habitude de trembler sous le pouvoir et de
te louer comme ça.

"Oh, bénis-moi maintenant, mon Sauveur; je viens à Toi."

(Tout au long des mois de ma désobéissance à Dieu, le Saint-Esprit ne m'avait jamais


quitté, mais avait prié à travers moi en langues pendant de nombreux jours, et était en
effet un Consolateur permanent. Oh, la miséricorde et la souffrance de Dieu! Comment
peu je le méritais!)

Quand l'appel au service de l'autel est venu, j'ai volé parmi les autres et je me suis incliné
devant l'autel, me sentant absolument indigne de toucher même une des planches
rugueuses qui formaient son plancher. Tout ce que je pouvais faire, c'était incliner la tête
et pleurer. Le frère responsable est venu et a dit:

"Maintenant, sœur, lève les mains et loue le Seigneur, comme tu disais aux autres de le
faire." Mais, Oh non, je sentais que j'avais beaucoup à faire avec le Seigneur d'abord que
je devais le supplier de me pardonner et de m'excuser et de m'humilier dans la
poussière devant lui. Le peu que nous savons après tout le grand cœur aimant de Dieu
qui court à la rencontre de l'âme pénitente alors même que le père courait à la rencontre
du prodigue d'autrefois.

Brusquement, j'ai commencé à sangloter:

"Oh, Seigneur, pardonne-moi" avant de pouvoir terminer les mots que j'ai sentis comme
si le Seigneur avait mis sa main sur ma bouche et me disait:

66
"Là, mon enfant, tout va bien. N'en dis pas plus." C'était si soudain et inattendu que je ne
pouvais pas le comprendre, mais pensais sûrement que je devais me tromper, sûrement
que je devrais mendier et plaider pendant des heures et il serait très difficile de revenir
vers Dieu après avoir été si désobéissant et errant. Alors je me suis installé et j'ai
réessayé

"Oh Seigneur, cher Seigneur, peux-tu jamais me pardonner" est à nouveau venu la même
sensation particulière que lorsque le Seigneur a arrêté ma bouche et a dit:

"Tout va bien; tout est pardonné. N'en dites plus rien." C'était comme si quelqu'un
m'avait blessé d'une manière ou d'une autre était venu me demander pardon, et j'avais
dit:

"Oh oui, c'est très bien. N'y pense plus jamais. Oublie-le."

Eh bien, la soudaineté et l'ampleur de cette réception chaleureuse m'ont complètement


bouleversé. Cela m'a brisé le cœur et m'a lié à lui plus qu'aucun fouet n'aurait jamais pu
le faire. Un tel amour était plus que ce que mon cœur pouvait supporter. Avant de le
savoir, j'étais sur le dos dans la paille, sous le pouvoir, en disant:

"Cher Seigneur, laisse-moi juste êtrecomme l'un de vos serviteurs embauchés. Je ne me


sens pas digne de témoigner ou de travailler à l'autel ou de prêcher, mais laissez-moi
vous aimer et habiter dans votre maison, mon Sauveur. "

La prochaine chose que j'ai su, c'est que l'Esprit parlait en langues à travers moi, me
donnant l'interprétation. Un frère de Londres avait un message en langues, le Seigneur
m'a donné l'interprétation de cela et il est retombé sous le pouvoir. Je riais, pleurais et
tremblais. Un petit groupe de personnes s'est rassemblé pour se réjouir avec moi.
L'Esprit m'a élevé sur mes pieds et a marché de haut en bas en louant l'Agneau pour les
pécheurs tués. Tombant à genoux, j'ai à nouveau adoré le Seigneur.

Un cher vieux prédicateur mennonite qui cherchait son baptême depuis des années était
à genoux à l'autre bout de l'estrade. J'avais eu le privilège de prier pour son frère alors
qu'il se rendait au baptême la veille de notre départ pour la Chine.

Le Seigneur semblait me guider vers ce frère maintenant, et marchant sur mes genoux,
les mains tendues devant moi, quelque chose en moi parlait:

"Au nom de Jésus-Christ, recevez le Saint-Esprit." Immédiatement, le frère est tombé par
terre et parlait en langues presque avant qu'il ne l'atteigne. Après toutes ses années
d'attente, le Comporter était entré comme un éclair de gloire pour rester éternellement.

Le pouvoir d'autrefois et l'onction pour prier avec les chercheurs reposaient sur moi. De
nombreux autres cas, dont je ne parlerai pas ici, ont eu lieu.

67
Mais oh, le Seigneur n'a pas laissé ces merveilleuses réponses à la prière, comme je
priais pour les chercheurs, venir me gonfler, mais m'encourager. C'était du baume pour
mon âme blessée et troublée.

Je n'ai jamais travaillé plus dur aux services de l'autel dans nos propres réunions qu'à
cette réunion du camp. Nous sommes restés jusqu'à douze et parfois deux heures du
matin, priant pour les chercheurs et nous nous sommes de nouveau levés pour une
réunion tôt le matin. Il restaurait mon âme, Il me conduisait vers de verts pâturages.
J'étais venu à cette réunion de camp pour voir Dieu, et Oh, comment Il s'est révélé à moi!

Après le campement, je suis retourné chez ma mère pour la retrouver en train de courir
joyeusement la machine à coudre sur la place, en faisant des vêtements pour les enfants
qui riaient dans le hamac qui se balançait sous les pommiers. Avec plaisir, je répétai
l'histoire déjà écrite dans mes lettres de la bénédiction du Seigneur sur mon âme, et
ajoutai que je n'en avais qu'une semaine pour laver et repasser mes affaires et me
préparer pour la prochaine réunion du camp, qui devait se tenir à Londres, à vingt miles
de là, la ville même où le Seigneur avait emmené mon mari et moi-même pour porter le
message de la Pentecôte quelques années auparavant.

Heureux de faire quoi que ce soit pour faire avancer la cause de mon Sauveur, on m'avait
confié la tâche de peindre une grande bannière de vingt-cinq pieds, de l'enrouler et de la
préparer à traverser la rue, en annonçant les réunions.

Dans la maison, il y avait un petit tas de lettres, demandant mon retour immédiat "pour
laver la vaisselle", "prendre soin de la maison" et "agir comme les autres femmes". Mais
j'avais mis la main sur la charrue évangélique, et je ne pouvais pas Je traversais, et j'avais
l'assurance que le Seigneur amènerait aussi mon mari. Je ne pourrais certainement pas
le gagner dans l'autre sens et il aurait dû me quitter définitivement si j'étais mort, ce que
je j'aurais sûrement fait si j'étais resté hors du travail. J'étais en train de traverser; Jésus
était avec moi et rien dans le monde n'avait d'importance maintenant. Mon cœur était
bien avec Dieu.

Bien qu'à bien des égards l'ennemi ait essayé de me décourager, d'effrayer et de me
renverser, comme il l'a fait pour le pauvre Christian dans Pilgrim's Progress, et bien que
les tests aient été durs et sa tactique astucieusement planifiée, Jésus m'a tenu ferme et
ne m'a pas permis de dévier de mon chemin ni trébucher sur le chemin.

La réunion bénie du camp de Londres terminée, le Seigneur m'a fortement impressionné


d'accepter une invitation de sœur Sharp de Mount Forest, en Ontario, pour y organiser
des réunions bibliques dans une petite salle appelée «Mission de la victoire». Le pouvoir
et la gloire du Seigneur sont descendus d'une manière précieuse. La mission est vite
devenue trop petite pour contenir le peuple; nous avons été obligés d'organiser les
services sur la grande pelouse entre la maison de la sœur et la mission. Un tel esprit de
réveil est descendu sur les gens que bientôt une tente a été achetée, des gens affamés

68
l'ont remplie nuit après nuit et ceux qui ne pouvaient pas entrer se tenaient en anneaux
autour de sa frontière.

Puis vint le jour où le courant tomba. Il était dix heures et demie du matin, et dans ma
chambre je priais:

"Oh Seigneur, envoie ta puissance aujourd'hui. Seigneur, envoie la puissance. Envoie la


puissance, Seigneur."

Dehors, dans la tente, deux frères se sont serrés la main et ont dit:

"Louez le Seigneur." Alors qu'ils parlaient, la puissance de Dieu les a frappés tous les
deux; l'un est tombé dans un sens, et l'autre, et s'est étendu sous le pouvoir en criant et
en glorifiant Dieu. Les petits enfants ont commencé à sortir de la rue pour voir ce que
cela signifiait. Un regard suffit et ils s'enfuirent pour amener les autres voir l'étrange
spectacle.

La mère de Mme Sharp, qui avait un pied très endolori et gravement empoisonné, est
sortie en claquant de la maison, le genou sur une chaise qu'elle a utilisée comme moyen
de transport. A peine at-elle atteint la tente eau pouvoir l'a frappée et elle a basculé
(chaise et tout) a été guérie, et plus tard a dansé et a loué le Seigneur.

Sis ter Sharp est entrée en courant dans la tente, et elle est descendue, le crieur de la
ville, qui avait l'habitude de sonner les théâtres de publicité de la cloche, les jeux de
caution, etc., est entré, et il est allé avec sa cloche et couché sous le pouvoir ajouté sa voix
avec les autres aux louanges du Dieu le plus élevé.

Il n'est pas nécessaire pour moi de continuer et de raconter la merveilleuse façon dont
Jésus a travaillé dans cette réunion, de raconter comment la ville a été remuée, comment
notre sœur a été guérie devant le magistrat et libérée, comment plus d'une centaine ont
été sauvées et des scores reçus le baptême, car la chère sœur Sharp a elle-même écrit un
compte rendu des réunions, que vous trouverez liées dans le chapitre un, partie II, de ce
livre.

Cependant, je dois vous dire la meilleure nouvelle de toutes, car en plein milieu d'une
des réunions qui s'est tenue à Mount Forest, mon mari a atterri avec sa valise, pour
assister à la réunion.

J'étais tellement changé, si radieusement heureux, si rempli de la puissance de Dieu et de


l'onction du Saint-Esprit, qu'il a dû admettre que c'était bien mon appel et mon travail
dans la vie. Avant plusieurs heures, il avait lui-même reçu le baptême du Saint-Esprit,
parlé en langues et glorifié Dieu.

Comment le Seigneur justifie et honore ceux qui passent avec lui! Comme mon mari a vu
le fonctionnement du Saint-Esprit, les pécheurs venant à l'autel pour le salut, les
croyants recevant le Saint-Esprit, et m'entendaient délivrer les messages sous la
puissance de l'Esprit, car vraiment ce n'était pas moi, mais le Christ qui vivait dans moi,

69
il m'a dit qu'il reconnaissait que Dieu m'avait appelé dans ce travail et ne voulait pas que
je le laisse pour rien au monde. Et au cours des années qui ont suivi, bien qu'une partie
du temps qu'il soit avec moi et une partie du temps ailleurs, le Seigneur l'a rendu
parfaitement disposé à ce que je continue, qu'il soit avec moi ou non.

Le Seigneur a merveilleusement béni et pourvu à tous mes besoins

et les besoins des deux enfants, pour la nourriture, les vêtements et les frais de voyage.
Nous n'avons manqué d'aucune bonne chose. Le chemin est devenu de plus en plus
brillant de jour en jour. La récolte de soûls augmente de mois en mois.

Le travail s'étend et les filets sont remplis de poissons. Gloire! Gloire! GLOIRE!

CHAPITRE XII.

LE FEU DU REVEIL TOMBE DU CIEL

«Et Elie . . . répara l'autel du Seigneur qui avait été détruit

Puis le feu du Seigneur tomba et consuma l'holocauste. . . Et quand tout le peuple le vit, ils
tombèrent sur leurs visages et dirent: "Seigneur, tu es DIEU". 1 Rois 18:30, 38 et 39.

APRÈS la réunion à Mount Forest, le Seigneur nous a rappelés aux États-Unis pour
disposer un peu de notre petite réserve de biens terrestres et pour me donner
également l'occasion de travailler de mes propres mains et de mes propres pieds pour
aider à recueillir les fonds nécessaires à l'achat d'une nouvelle tente 40 x 80 que le
Seigneur m'avait montrée et pour laquelle il m’avait assuré de sa volonté de nous voir
l’acquérir. Nous avions l'assurance que le montant serait atteint au moment de la date
programmée pour l’achat de la tente, conformément à sa parole, Nous avons commencé
à recevoir des offrandes lors des petites réunions.

LA REUNION SOUS LES TENTES EN PROVIDENCE, R. I.

La nouvelle tente devait être prête pour notre réunion sous les tentes, qui devait
commencer le 1er juin, mais le Seigneur est intervenu et n'a pas permis qu'elle soit prête
à temps. N’en sachant que très peu sur le vent et la puissance des éléments à prendre en
compte lors du choix d’un lieu pour une réunion sous tente, nous avions choisi, dans
notre ignorance, une belle et haute colline sur la baie, un endroit d’où ceux qui venaient
à la réunion pouvaient profiter du vent et de l'eau. Qu'il y ait eu du vent, personne ne
peut le nier. Quoi qu'il en soit, le vent y était toujours présent. Si quelque chose avait pu
nous décourager dans le travail sous les tentes, notre expérience à la Providence l'aurait
certainement fait, mais nous bénissons le Seigneur, il n'a pas permis que notre nouvelle
tente soit achevée et, par conséquent, la compagnie de la tente a dressé une très vieille
tente qui avait déjà fait son temps, et dont les dommages subis ne nous ont presque rien
coûté.

70
Mais malgré le vent et les heures de lutte pour fixer les piquets et attacher les cordes
pour installer les tentes, le Seigneur envoya des milliers de personnes aux réunions du
camp et de nombreuses âmes précieuses pleurèrent et trouvèrent leur chemin jusqu'aux
pieds de Jésus et reçurent le Saint Esprit béni, le Consolateur, que Jésus a envoyé.

Les voisins qui étaient complètement indifférents au début, voyant nos vaillantes luttes
contre le vent et les tempêtes, vinrent à notre aide et travaillèrent avec nous. Puis,
s’intéressant tout à fait naturellement à la tente pour laquelle ils avaient travaillé si
durement, ils s’y installèrent pour entendre le message qui y était transmis et donnèrent
leur vie au Seigneur - une famille entière fut sauvée cette même nuit.

Les séries des réunions étaient presque terminées lorsque la dernière tempête de vent
se présenta un peu avant midi, et malgré tous nos efforts, la grande tente tomba avec
beaucoup de déchirures au niveau de ses vieilles coutures pourries qui avaient nécessité
des heures de travail, quelque temps auparavant. Mon mari, qui avait travaillé
fidèlement depuis, était découragé et déclara que cette tente ne pouvait plus être
montée. Il avait trouvé un travail et il retourna au travail ce jour-même. Il n’allait plus
revenir ce jour-là, mais je savais que des centaines de personnes seraient présentes pour
la réunion de nuit. Je ne pouvais pas gérer cette grande tente seule, alors avec l'aide d'un
petit garçon, dans la chaleur de midi, nous nous sommes mis au travail. Nous avions dix
petites tentes 10x12 disposées à différents endroits sur le terrain; certains avaient été
érigés; d’autres étaient encore dans leurs sacs. Nous les avons portés un par un, nous les
avons montés sur leurs pôles, avons tendu la bâche et posé les piquets, les coudant, pôle
à pôle - tout en ligne droite. Cela avait l’apparence d’une longue tente, longue de 100
pieds et large de douze pieds (si vous pouviez imaginer à quoi ça ressemblait). Ensuite,
nous avons disposé les chaises. À ce moment-là, les gens arrivaient et ils entrèrent pour
nous aider

Le Seigneur avait béni nos efforts. Cette tente était si basse que le vent ne pouvait pas la
faire tomber.

Deux sœurs de Onset Bay, Cape Cod, qui ont assisté à la réunion, nous ont demandé
d’envoyer notre tente sur place et, malgré les expériences vécues à Providence, nous
avons fait partir la tente. Bien que nous ayons du abaissé notre tente à plusieurs reprises
depuis, nous n'avons plus jamais vu notre tente être détruite par le vent depuis ce jour-
là.

Avant d’aller à Onset, une brève réunion s’est tenue sur le site du camp de Montwait,
dans le Massachusetts, et le Seigneur a merveilleusement déversé de son esprit, sauvant
et baptisant des âmes assoiffées de lui. L'ennemi testait toujours ma foi et essayait de me
pousser à me retirer du travail, mais grâce à Dieu, mes pieds ont tenu ferme, même si j'ai
souvent dû traverser certaines choses seule. Lorsque la réunion était sur le point de finir
à Montwait, le Seigneur parla de R. Providence à mon mari à travers trois songes,
l'invitant à laisser son travail laïc à l'usine où il était employé et à venir m'aider pour le
travail sous les tentes.

71
ONSET BAY

Au début, notre nouvelle tente était plantée sur le terrain du camp de la sainteté et, bien
que la bataille fût dure, Jésus nous donna la victoire. La guerre contre le spiritualisme, la
science chrétienne et les puissances des ténèbres était âpre et dure, mais nous avons
chanté et prêché le sang de Jésus jusqu'à ouvrir une brèche spirituelle et le Seigneur a
répandu son Esprit.

CORONA, L. I., N. Y.

Pendant que nous étions encore à Onset, le Seigneur avait commencé à me parler de
Corona et à différents moments de la prière, il me présentait le mot «Corona». J'avais
demandé au Seigneur une machine à taper et je pensais qu'il allait me donner une
corona puisque le mot continuait à résonner dans mes oreilles quand une lettre nous
parvint par la poste ; cependant, de la part d'une tendre sœur de couleur, indiquant que
le Seigneur l’avait directement poussée à nous faire venir à Corona, dans le New Jersey
(juste à l’extérieur de la ville de New York) pour y tenir une réunion. Mon esprit a
tressailli en moi lorsque le Seigneur a montré par cette preuve que c'était ce dont il
parlait.

Le temps étant maintenant trop froid pour les rassemblements de tentes à l’est, nous
avons demandé au Seigneur de nous donner les moyens d’envoyer nos tentes en Floride,
où il faisait assez chaud pour une campagne hivernale, et tout en priant pour cela, nous
sommes allés à Corona.

À notre arrivée, ce champ semblait être le plus décourageant auquel nous ayons eu
affaire jusqu’ici. Personne d'autre que cette précieuse sœur de couleur n'avait reçu le
baptême du Saint-Esprit selon Actes 2: 4. Bien que nous ayons visité plusieurs
bâtiments, nous ne trouvions pas de salle à louer, mais je continuais à prier et, même si
tout le monde doutait de mon appel, je savais que Dieu m'avait envoyé. Finalement,
l’Eglise suédoise nous a annoncé que nous serions les bienvenus pour organiser des
réunions dans leurs locaux durant la semaine.

La deuxième nuit, l'église était pleine à craquer, malgré que leurs pasteurs avaient
demandé aux membres de l'église de se tenir à l'écart des pentecôtistes et de ne rien
avoir en commun avec ceux qui parlaient en langues. À peine une semaine après le
début des réunions, une brèche s’ouvrit. Un enseignant de l’école du dimanche d’une des
grandes églises, un homme dont le solide témoignage chrétien était connu depuis des
années, fut le premier à recevoir le baptême. La femme d’un citoyen influent a été la
deuxième et, lorsque l’appel à l’autel fut lancé, le public, composé exclusivement de
membres de l’église, s'est rué autour de l’autel.

N'ayant jamais vu une réunion pentecôtiste, ils étaient très rigides et ne savaient pas
vraiment comment s'y prendre pour chercher le Seigneur. Sachant que leur pasteur leur
avait dit que tout cela était de l’hypnotisme, j’ai fait très attention afin de ne pas poser la
main sur les fidèles ni de leur parler, mais j’ai prié moi-même avec ferveur en déclarant:
72
'' Oh, Seigneur, envoie ta puissance. Seigneur, honore ta Parole maintenant.

C’est ensuite que Mme John Lake, qui avait quitté l’autel pour retourner s’asseoir à
nouveau dans le peuple, est soudainement tombée sous l’onction, la tête sur l’épaule de
son mari.

Troublé, le peuple s’écria:

«Elle s'est évanouie. Courez chercher de l’eau. »Mais je savais qu’elle ne s’était pas
évanouie et je continuais à prier:

«Seigneur, envoie ta puissance. Baptise-la maintenant.

Toute une foule s'était rassemblée autour d’elle, mais avant de pouvoir revenir avec
l'eau, gloire à Dieu, ses poumons ont commencé à se remplir de la puissance de Dieu, son
menton a commencé à trembler, et elle a éclaté en parlant en d'autres langues à la
stupéfaction générale et à la joie de tous.

Elle parlait encore et encore, dans un langage si clair et magnifique, son visage
resplendissant de la gloire du Seigneur. Quelqu’un se mit à dire:

"Qu'en pensez-vous?" Et d'autres répondirent:

«Oh, n’est-ce pas merveilleux, merveilleux! Comme nous aimerions faire la même
expérience!

La nouvelle du baptême de cette sœur bien connue s’est rapidement répandue dans la
ville. La nuit suivante, trois personnes tombèrent sous la puissance de Dieu parlèrent en
langues. Ainsi, les réunions augmentèrent en puissance, en nombre et en résultats
chaque nuit.

Après avoir prêché à l'église une semaine, le pasteur W. K. Bouton nous a invité à son
église pour prêcher un jeudi soir.

(Après avoir demandé à son peuple de ne pas venir à nos réunions, il se présenta lui-
même).

Le Seigneur l'avait convaincu de ce qu’il y avait encore quelque chose de plus profond
pour lui et son église.

La nuit où nous avons fait le service dans son église, j'ai dû demander au Seigneur de ne
pas me laisser effrayé ni impressionné par les pasteurs visiteurs qui étaient assis
derrière moi sur la plate-forme et de me donner la liberté et la puissance pour prêcher
sa Parole et comme d’habitude il n'échoue jamais. Il se souvient de nos faiblesses, Gloire
a son nom !

Au fur et à mesure que je parlais, de chaleureux «Amen» et «Hallelujah» envahissaient


l’église. J'ai senti que je devais prêcher la vérité sans compromis ni crainte au moins une

73
fois dans cette église, car ils pourraient ne plus jamais me le demander. Quand j’ai fini, je
suis retournée a mon siège, ne voulant pas faire un appel d’autel dans l’église d’un autre.

Le ministre se leva et dit:

«Combien d'entre vous croient que ce que sœur Mc Pherson a dit est la vérité, sentent
qu’ils n’ont pas reçu le baptême du Saint-Esprit selon les standards bibliques et veulent
faire cette expérience? Levez les mains.

Ils me dirent que toutes les mains dans l'église s’étaient levées. (Mes yeux étaient
remplis de larmes d’une joie que je ne pourrai vraiment pas décrire).

Le peuple se leva son siège et se rua dans les allées, se rassemblèrent autour de la rampe
du choeur, sur le choeur, juste derrière la chaire, et ils priaient entre les bancs et tout
autour de l'église pour le baptême du Saint-Esprit. Quel spectacle glorieux! Cette église
avait été tenue loin des concerts, des soupers et des divertissements mondains. Par le
biais de leur pasteur consacré, ils avaient été élevés vers les hauteurs d’où ils étaient
prêts à être entraînés dans la plénitude de la puissance de l’Esprit.

Trois ont reçu le baptême cette nuit-là. Une dame est tombée non loin du piano, une
autre de l'autre côté de l'église. Ensuite, deux frères qui ne s'entendaient plus depuis
plus d'un an ont été vus en train de se parler au centre de l'église. L’un ayant demandé à
l’autre, les larmes aux yeux, de lui pardonner, il est immédiatement tombé dans les bras
de son frère sous la puissance du Saint-Esprit. Troublé, son frère le fit reposer sur le sol.

Je ne crois pas que les scènes dans cette chère église pouvaient être décrites avec des
mots utilisés de ce côté du ciel. Chaque fois que quelqu'un tombait sous la puissance de
Dieu, les gens se précipitaient vers l’endroit où il était. Quand quelqu'un tombait de
l'autre côté, ils se retournaient et allaient là-bas. C'était si nouveau et si étrange pour
eux !

Cependant, le pasteur ne courut pas comme les autres pour regarder comme ils le
faisaient, mais s'agenouilla près de sa chaire, les mains sur le visage, regardant de temps
en temps entre ses doigts pour voir ce qui se passait. (En riant de cette scène ensemble
plus tard, après qu’il ait reçu son baptême, je lui ai dit que c'était comme s'il était en
train d’appliquer le verset qui dit "veillez et priez.") Il aspirait à la puissance de Dieu, et
pourtant craignait naturellement que son peuple soit conduit vers la confusion et
l’erreur.

Voyant les questions et l'enthousiasme du peuple pendant que la puissance de Dieu


faisait tomber leurs êtres chers, l'ennemi me murmura:

«Eh bien, tu ne recevras plus jamais d'invitation dans cette église. Il n'y a jamais eu ici de
personne qui soit tombée sous la puissance de Dieu sur ce tapis vert auparavant. Ils ne
te demanderont jamais de revenir ici.’’

Oh, vous gens de peu de foi, pourquoi avez-vous douté ?

74
À minuit, alors que la réunion commençait à s’intensifier, le pasteur me toucha par le
bras et me dit:

«Sœur, nous en avons discuté avec les officiels et l'église est à vous aussi longtemps que
vous le voulez et quand vous le voudrez. Quand aurons-nous la prochaine réunion?

«Demain soir», ai-je répondu.

Le Lendemain soir, non seulement l'église était pleine à craquer, mais c’était aussi le cas
pour la sacristie et l'école du dimanche - cette nuit sept personnes reçurent le baptême
dans le Saint Esprit. Le ministre m'a invité à prêcher sur les évidences bibliques du
baptême et du parler en langues selon l'Esprit - et de me sentir totalement libre.

Pendant le service à l'autel, il se mit à genoux, regardant de temps en temps a travers ses
doigts, l'étrange phénomène se déroulant dans sa digne congrégation. Les pécheurs
s’effondraient et pleuraient se frayant un chemin jusqu'aux pieds de Jésus, les
protestants et les catholiques aussi. De telles prières bruyantes et des appels de ce type
de la puissance qui se trouve dans le nom de JESUS, firent craindre au pasteur que les
autorités viennent arrêter son peuple pour nuisance sonore.

La troisième nuit, dix-neuf reçurent le baptême du Saint-Esprit. Couchés, ils roulaient


dans tous les sens ; vers la droite et la gauche, entre les sièges, dans les allées, devant le
chœur, sur la plate-forme. Oh, que c’est glorieux!

Un soir, alors que je priais avec une jeune femme qui recevait le baptême, j’ai croisé le
regard du pasteur alors qu’il l'observait et je lui ai fait signe de venir là où il pouvait voir
et entendre clairement. Il s'est agenouillé à côté de la jeune femme qu'il connaissait bien
en tant qu'ouvrière chrétienne dévouée, et a rapidement vu son visage baigner de gloire
céleste alors qu'elle était remplie de l'Esprit et qu'elle se mettait à parler en utilisant
d'autres langues pour louer le Seigneur.

Tandis qu’il observait et écoutait, un regard mélancolique apparut sur le visage du frère.
Sans mot dire, il se retourna vers la chaire et s’agenouilla les yeux fermés, leva les mains
et se mit à prier.

«Oh, Seigneur, remplis-moi. Oh, Seigneur, remplis-moi. »Il a encore et répété cette
simple prière dans l'intimité et l'humilité devant le Seigneur. L'Esprit continuait à me
pousser à aller prier pour lui. Au début, j’ai hésité, me sentant indigne, mais je suis
finalement allée me mettre à genoux derrière lui et ai commencé à prier aussi
simplement que lui:

"Seigneur, remplis-le."

«Seigneur, remplis-moi», disait t-il en pleurant.

«Seigneur, remplis-le» était la seule prière qui remplissait mon âme.

75
Je ne sais pas combien de temps nous avons continué à prier ainsi, mais je sais que
lorsque j'ai ouvert les yeux, cela semblait presque trop beau pour être vrai. Le ministre
se balançait d'un côté à l'autre et tomba bientôt en arrière sous la puissance du Saint
esprit, tomba du petit escalier et s'allongea sous la puissance glorieuse du Seigneur.

Quelqu'un a parlé à sa femme, qui était assise dans la foule et lui a dit:

"Oh, voilà William!"

C'en était trop et d’un bond, elle se retrouva dans l'allée et courut vers l'avant en
sanglotant implorant:

«Oh, Will, Will, parle-moi. Parle-moi."

À genoux à côté d'elle, je priais de toutes mes forces pour que le Seigneur baptise ce cher
pasteur, car cela signifierait tant de choses pour toute l'église et même pour toute la
ville. Craignant qu'elle ne le dérange, j'ai dit:

"Oh, ma chérie, tu ne désires pas le gêner pendant qu’il est sous l’onction, n’est-ce pas ?

«Oh, mais il est en train de mourir. Il est en train de mourir! "Je sais qu'il va mourir!"

«Oh, non, il ne meurt pas», ai-je rapidement répondu. «C’est la puissance du Saint-Esprit,
très chère. Il est en sécurité dans les bras de Jésus et si vous l’observez quelques
minutes, vous le verrez recevoir le Saint-Esprit, j'en suis certain.

«Oh, mais je sais qu'il est en train de mourir! Il a eu une vision une fois auparavant et il a
failli mourir! Will! Will! Parle-moi! Implora-t-elle.

Je doute que j'aurais pu la retenir beaucoup plus longtemps, mais juste à ce moment de
tension, lorsque la congrégation formait un cercle haletant, penchée sur l’estrade
réservée au chœur, certains se tenant debout même sur les bancs pour voir par-dessus
les épaules des autres, Pasteur W Bouton fut rempli du Saint Esprit béni et délivra un
message exaltant du Christ tel qu'on l'entend rarement dans cet ancien monde. La gloire
de Dieu rempli l'endroit. La présence du Seigneur était perceptible dans l’air.

Les gens tombaient à terre dans la foule. Les hommes robustes sanglotaient comme des
bébés, et quand enfin le pasteur arriva à se lever, il alla sur la plate-forme et dit:

"Oh, mes amis, je dois prêcher!" Et il prêcha, sous la merveilleuse inspiration du Saint-
Esprit, disant aux gens: «C’est de ça qu’il s’agit", leur ordonnant d’être remplis de
l'Esprit, de mettre de l'huile dans leurs lampes et de se préparer pour la venue du
Seigneur.

Au cours des deux semaines qui suivirent, pratiquement toute la congrégation depuis la
chaire jusqu'à la porte, outre les chrétiens venus d'autres églises, furent baptisés du
Saint-Esprit et furent enflammés de l'Esprit de l'évangélisation.

76
Toutes les autorités de l’église exceptée une furent baptisées du saint Esprit. Celui-ci se
mit à l'écart et répétait:

«Oh, je ne crois pas que tout ce bruit, ces cris et ces chutes se faisant sous la puissance
soient nécessaires. Je crois en l'Esprit Saint, mais pas de cette manière trop enthousiaste.
"

«Bien, mon frère, même si tu ne le comprends pas encore maintenant, ne reste pas assis
là. Monte à l'autel. Vous pensez que ce serait tout à fait correcte de réclamer plus de
Jésus, n'est-ce pas?

«Oh, oui, je chercherai davantage le Seigneur», a-t-il répondu. "C'est tout à fait juste", et il
prit place avec les autres à l'autel.

Quelques instants plus tard, alors que nous priions avec ceux qui désiraient le baptême,
ils tombaient un à un sous le puissant vent céleste qui tombait du ciel, nous avons
entendu un grand cri et quelque chose a frappé le sol avec violence.

En me rendant le plus rapidement possible à l’endroit d’où ce grand rugissement venait,


j’ai réalisé que sa source n’était autre que le responsable qui, peu de temps auparavant,
avait déclaré que tout ce bruit et ces cris étaient inutiles. Je doute qu'il y ait quelqu'un
dans l'église qui ait fait autant de bruit que lui. Il trembla de la tête aux pieds. Son visage
était embrasé par la lumière du ciel; Il criait et rugissait selon que l’esprit lui donnait de
parler, son cœur était rempli de joie et de gloire.

Un frère qui avait jugé inutile d’avoir une religion avec une vraie chaleur et de la gloire
criait les louanges de Dieu et des heures après qu’il ait été rempli, vint me voir alors que
je me trouvais sur le trottoir sur le chemin du retour. Il tremblait encore sous la
puissance de Dieu. Il me dit:

«S-S-soeur M-M-McPherson, -est-ce que je pourrai à nouveau m’exprimer en anglais


comme auparavant ? Et il est reparti en continuant à parler en langues. Oh, alléluia!
Parfois ce sont ceux qui doutent le plus qui expérimentent les baptêmes les plus
puissants et ceux qui se plaignent du bruit qui font le plus de bruits quand ils reçoivent
cette puissance des temps anciens.

De nombreux corps malades furent guéris. Une jeune femme, fille d’une famille
catholique, a été transportée à l’église dans un taxi et emmenée avec ses béquilles,
frappée de rhumatisme, incapable de lever les mains et de bouger la moindre
articulation de ses épaules. Voici son témoignage écrit:

77
TÉMOIGNAGE DE GUÉRISON

«Au cours des six dernières années, j’ai souffert d’un des pires cas de rhumatisme, connu
sous le nom de« rhumatisme de l’arthrite », mais gloire à Dieu! Il m'a guéri. Pendant
quatre ans, j'ai été obligé d'utiliser des béquilles, et la rigidité touchait progressivement
chaque articulation. Jusqu'en décembre dernier, je ne pouvais ni me laver ni m'habiller,
et quand on essayait même de m'aider, je pleurais et gémissais de douleur. Ma mâchoire
était devenue si raide que je ne pouvais pas avaler un morceau de nourriture sans le
briser en très petits morceaux. Mais, gloire à Dieu, depuis que j’ai appris à dire «Gloire à
Jésus», toutes les particules de rigidité ont quitté mes mâchoires. Je n’ai plus jamais
utilisé de béquilles depuis la visite de la chère sœur McPherson à l’église Free Gospel de
Corona. Ses prières, ainsi que celle des êtres chers de cette église, ont été exaucées et
Gloire à Jésus, j'ai reçu mon baptême du Saint-Esprit et du feu.

«Je me fortifie physiquement chaque jour. Aujourd'hui, je peux me laver, repasser,


balayer, faire fonctionner la machine à coudre et, les jours où ma mère est obligée de
s'absenter de la maison, je prépare les deux repas. Je remercie Dieu de ce que nous
avons aujourd’hui une église pentecôtiste à Corona et aussi pour avoir envoyé au milieu
de nous notre cher pasteur, Frère Bouton, qui est toujours disposé à servir notre Maître
et à diriger son troupeau vers le droit chemin étroit ». (Signé) Louise Messnick.

Je n’essaierai pas de vous décrire la façon merveilleuse dont le travail se déroule jour
après jour dans cette église. Frère Bouton a ainsi lui-même écrit quelques mots sur son
expérience.

Comme le travail se déroulait très bien ici, le Seigneur nous a dit que le moment était
venu de commencer notre voyage en Floride. Nous avons annoncé notre date de départ
prévue au peuple. Nous n’avions dit à personne que nous étions en train de demander au
Seigneur le moyen de transporter notre tente et de payer nos frais, mais durant la
dernière nuit de réunion, Frère Bouton a dressé une table et s’apprêtait à demander une
offrande pour nous, mais avant que la chanson qu’ils chantaient alors ne soit terminée
ou qu’il puisse avoir l’occasion de lancer l’appel pour les offrandes, le peuple commença
à venir donner. De toutes les allées, ils arrivèrent les uns après les autres, déposant leurs
offrandes sur la Bible ouverte.

Le Seigneur nous a donné, par le canal de ces chers saints, juste la somme nécessaire.
Lorsque nous leur avons expliqué que nous étions appelés à prêcher parmi les pauvres
et à nous adresser à ceux qui n'avaient pas encore entendu le message de la Pentecôte,
ils ont promis de nous envoyer une caisse de vêtements pour les pauvres et de nous
l'envoyer dès que possible.

Corona, ses chers saints, et nos expériences précieuses vécues pendant qu’on était là-bas
ne seront jamais oubliées.

78
CHAPITRE XIII.

APPELEE A HABITER DANS DES TENTES.

CAMPAGNE SOUS LA TENTE FLORIDA, 1917.

«Car je n'ai pas habité dans une maison. . . mais je suis passé d’une tente a une autre, et
d'un tabernacle à l'autre. ”- I Chron. 17: 5.

Notre première réunion sous la tente en Floride a eu lieu à Jacksonville, la porte


d'entrée du bas -sud. Une parcelle de terrain située au centre nous a été prêtée
gratuitement, et nous nous sommes immédiatement mis au travail pour construire des
tentes, acheter du bois, construire des sièges, une plate-forme, installer des lumières et
effectuer les préparations nécessaires à chaque réunion de tente. Quelque vingt-quatre
heures avant le début des réunions, tout était en état de préparation, la dernière facture
avait été payée, le piano installé et il nous restait cinq cents. Nous étions si heureux que
le Seigneur ait su de combien nous avions besoin!

Alors que nous parlions encore de cette merveilleuse manière dont Dieu avait pourvu,
une pauvre vieille dame de couleur entra, mendiant des vêtements, de l'argent ou; de la
nourriture pour elle et ses enfants. Nous lui avons dit que nous étions désolés de ne pas
avoir de nourriture à lui donner (nous nous attendions à jeûner jusqu'à l'ouverture des
réunions et à l'arrivée des offrandes) ni de vêtements pour le moment, mais nous lui
avons donné les cinq cents qu'il nous restait.

Peu après son départ, une automobile est montée jusqu'à la tente, contenant des
travailleurs venus d'Atlanta, en Géorgie. Ils avaient faim et voulaient souper tout de
suite, et ne voulant pas leur dire que nous n'avions ni argent ni nourriture, je me suis
échappé dans ma tente, et à genoux, en a parlé au Seigneur, en disant:

"Oh, Seigneur, si tu veux que nous jeûnions et prions jusqu'à ce que la réunion s'ouvre
demain Amen. Mais si vous voulez que j'aie quelque chose à mettre devant ces gens,
veuillez fournir la nourriture."

En me levant, j'ai entendu une grosse voix bourrue d'homme dans la rue devant notre
tente, disant:

"Whoa c’est la '"

Jaillissant du wagon, il entra avec un sourire joyeux, portant une boîte dans ses bras,
marquée «Prépayé», qu'il déposa sur le sol, ceci esit une boîte intelligente à droite que
vous avez ici. Signez sur cette ligne, s'il vous plaît "et il est parti.

"Eh bien, voici la boîte de vêtements que les saints Corona avaient promis d'envoyer
pour les pauvres! Maintenant, je vais pouvoir donner des vêtements à cette chère vieille
dame de couleur et à ses enfants, "jaillit joyeusement dans mon esprit, faisant pour le
moment oublier la pensée du souper, courant pour le marteau, nous levâmes le haut de

79
la boîte Bien sûr, il y avait un manteau et quelques robes. Le manteau était très lourd, et
une secousse expérimentale a fait sortir de ses manches et de ses poches des boîtes de
maïs, de pois, de saumon et une boîte de craquelins. Une recherche plus approfondie
dans la boîte a révélé des flocons d'avoine, du sucre, du lait concentré et pratiquement
tout ce qui était nécessaire pour le souper. Oh gloire à Jésus!

Ce n'est là qu'un exemple de la merveilleuse façon dont le Seigneur pourvoit à ses


enfants quand ils sortent sans bourse ni certificat sans se soucier de ce qu'ils mangent
ou de ce qu'ils boivent ou de ce qu'ils doivent revêtir. Il nous avait envoyé notre souper
tout le long du chemin de Corona, L.I., à Jacksonville, Fia., Et il l'avait là juste à la cadence
de l'horloge, car les cloches en piquaient six.

Le Seigneur n'est jamais en retard. Oh, tu n'es pas content qu'Il soit à l'heure? Il arrive à
l'heure aussi, très chère. Très bientôt, les étages du Ciel reculeront et Il apparaîtra. Les
deux missions pentecôtistes sont venues avec nous.

Les réunions de tentes se sont ouvertes avec une bonne participation et la foule a
augmenté de jour en jour. L'autel était, maintes et maintes fois, rempli de chercheurs de
salut, de baptême et de guérison, et le Seigneur n'a pas laissé les affamés se vider.

Pratiquement tous les États de l'Union étaient représentés par les touristes qui se sont
rassemblés dans ce lieu, et beaucoup ont été surpris en voyant et en ressentant la
puissance du Saint-Esprit, en entendant les messages en langues et en interprétation, la
musique et le chant célestes, des saints à l'autel tombant prosternés sous le pouvoir,
venant jusqu'au baptême et parlant dans des langues qu'ils n'avaient jamais apprises de
leur vie.

Un frère a parlé en hébreu et un savant hébreu était présent, entendu et compris.

Alléluia!

Deux jeunes hommes ont été guéris, l'un d'un bras cassé, cassé à trois endroits et luxé au
poignet; l'autre d'une main cassée. Les deux ont enlevé le plâtre et les attelles devant le
public, convaincant tout le monde qu'ils ont été faits en entier. Une sœur a été guérie
instantanément d'un cancer.

Remarque. Comme il serait difficile d'écrire de mémoire les nombreuses réunions


mouvementées qui ont eu lieu en 1917 et 1918, nous avons sélectionné des paragraphes
dans les rapports des journaux pentecôtistes.

RÉUNION DE CAMP À TAMPA,

Gloire à Jésus! Gloire! Gloire! Il semble que vous devez presque nous entendre crier et
louer le Seigneur dans le nord. Quel merveilleux Sauveur nous avons! Il a pris le fou pour
confondre le sage, et le faible pour mettre en fuite le fort.

80
Il met à nu Son bras puissant. Il sépare Son peuple, oui, Il appelle un peuple d'un peuple.
Bénis son nom!

Le Seigneur bénit à Tampa. Le nombre et la puissance des réunions ont augmenté


régulièrement. Hier soir, la tente était pleine à craquer, beaucoup debout et d'autres se
sont détournées.

Ce fut un rassemblement dans des circonstances uniques avec ce pays debout sous les
sombres nuages de troubles, au bord de la guerre. Les touristes ont entendu pour la
première fois la venue prochaine de Jésus et de la pluie de cette dernière effusion de
l'Esprit. Avec joie, beaucoup ont reçu le message et ont été baptisés, déclarant qu'ils
retourneraient dans leurs villes et villages et proclameraient la vérité.

Une famille entière de Minneapo a reçu le baptême la même nuit.

Une grande stupéfaction remplit le public alors que la puissance de Dieu tombe.
Beaucoup ont été tués sous le pouvoir et ont commencé à parler en langues, prophétie et
interprétation.

Une dame n'a pas eu le temps de se rendre à l'autel. Le pouvoir est tombé sur elle alors
qu'elle se levait et avant qu'elle ne puisse se rendre dans les allées, le Seigneur l'avait
baptisée pendant qu'elle allait. La première phrase a été interprétée "Jésus arrive
bientôt, arrive bientôt. Préparez-vous."

Les pécheurs ont crié à la miséricorde et sont venus à l'autel sans insister. Les jeunes et
les vieux ont sorti des pipes, des cigarettes, du tabac et des cartes à jouer, les ont laissés
derrière eux et sont partis avec des visages brillants.

Un frère chrétien et membre d'église pendant des années (sans salut) a avoué
publiquement ses péchés lorsque le pouvoir est tombé, et courir vers l'autel a
abandonné sa bière, son tabac et bien d'autres choses. Il était si rempli de joie que, bien
qu'il soit un vieil homme, qu'il n'avait jamais connu auparavant, il a dansé et crié et
pleuré, à la grande surprise de ses voisins, car il vit dans une belle maison juste en face
de la tente . C’est une merveilleuse occasion de

Travail. Juste à la veille du retour de Jésus sur terre, tout ce pays attend avec haleine car
ils ne savent pas quoi, et nous entendons sa voix nous implorer

"Hâtez-vous! Prêchez la Parole, car Jésus arrive bientôt."

Le Seigneur nous a donné une automobile évangélique, avec laquelle nous pouvons tenir
huit ou dix réunions par jour, distribuant des milliers de tracts et de billets à main, et
portant de grands panneaux d'affichage des réunions de la tente.

CAMP DE PLEASANT GROVE.

81
Durant est à trente kilomètres de Tampa, et beaucoup de gens ici sont très pauvres.
Certains ne savent même pas lire ou écrire, mais comme ils ont faim de Dieu! Hier, le sol
était épais avec des équipes, des wagons et des automobiles de ceux qui avaient conduit
ici à partir d'un rayon de trente kilometres autour. Le Seigneur oscille et baptise les
soûls et guérit les malades. Il y a des messages en langues et en interprétation. C'est une
vue magnifique à voir. les gens se pressent sur le devant pendant le service de l'autel,
debout sur la pointe des pieds sur les bancs pour voir l'étrange spectacle, hommes et
femmes, tués sous la puissante puissance de Dieu, parlant en langues alors qu'ils sont
remplis de l'Esprit.

Juste un cri de victoire de Saint-Pétersbourg, en Fia., Cette méchante ville où la


Pentecôte n'a jamais été prêchée.

Une grande célébration a eu lieu à l'ouverture de nos réunions. Les gens jouent aux
cartes et jouent sur les tables près du trottoir; les rues à côté du parc et de l'hôtel de ville
étaient encerclées la nuit pour danser, et pendant que le groupe jouait, les gens
dansaient masqués et costumés dans les rues publiques.

Notre tente blanche comme neige, bien que confortablement située et décorée de
palmiers et de fleurs pour la rendre attrayante, n'était qu'un «piètre encouragement
pour une telle foule mondaine. Debout dans la rue, distribuant des billets et des tracts,
j'ai regardé les longues files d'automobiles et de véhicules qui défilaient dans les défilés.
Cette semaine était quelque chose dans la nature d'un Mardi-Gras et les voitures étaient
décorées pour représenter l'état ou les affaires du propriétaire.

Soudain, le Seigneur m'a parlé et m'a dit: "Décore ta voiture et rejoins le défilé!" Au
début, cela semblait impossible. Les décorations doivent sûrement coûter une énorme
somme d'argent. Mais le Seigneur

m'a montré comment cela pouvait être fait. Nous avons construit un cadre en bois ayant
la forme d'une tente; puis en prenant un drap blanc (qui était l'un des luxes de notre vie
de camp), nous en avons fait une tente miniature, en l'étirant sur ledit cadre, en utilisant
du cordon pour les cordes et des gros clous pour les piquets. Sur un côté de la tente
miniature, nous avons peint les mots:

"Jésus arrive bientôt;" de l'autre côté «Jésus sauve»; d'un autre côté

"Je vais à la réunion du Pentecotique. Et toi?"

En posant le toit de la voiture Gospel, la tente miniature, longue de sept pieds et large de
cinq pieds, a été soulevée et posée sur la voiture afin de laisser de la place au
conducteur. La voiture était également décorée de palmiers et de fleurs sauvages, que
nous avons ramassées en passant, attachées avec des banderoles en tissu.

Dissimulant un organe pour bébé sous la tente, je me suis assis en dessous, hors de vue
de la foule, et le Seigneur a fermé les yeux du policier pour que nous puissions nous

82
glisser dans le grand défilé de voitures et parcourir toute la rue Main avec notre
publicité. Nous devons attirer un public à notre réunion de tentes, même si nous devions
naviguer avec brio sur le territoire de l'ennemi pour faire la publicité de notre entreprise
de changement d'âme.

Tôt le lendemain matin, nous nous sommes alignés avec les autres voitures. Les fanfares
passaient; le liquoriste annonça son commerce, le téléphoné, le froment et le fleuriste; le
boucher, le boulanger, les touristes représentant leurs différents états étaient tous là,
étant entrés et inscrits leurs voitures.

Quand est venu notre tour de nous glisser, le dos du policier était tuméfié, et il faisait
signe derrière son dos pour que nous allions, et retenant la circulation de l'autre sens
avec sa main, alors nous sommes entrés. Nous étions suffisamment loin derrière les
groupes pour que notre petit orgue et nos carillons puissent être entendus
distinctement, jouant "Tout comme je le suis, sans un seul plaidoyer,

Mais que ton sang a été versé pour moi. "

et d'autres hymnes familiers tels que

"Oh, prépare-toi, Oh, prépare-toi, pour le jour du jugement."

"Pour toi je prie,

Je prie pour toi."

Des milliers de personnes se sont alignées de chaque côté de la longue rue, se penchant
par leurs fenêtres, debout sur les toits et après le premier regard étonné, les gens ont
commencé à rire et à applaudir et à applaudir, et cette nuit-là, la tente était pleine à
craquer, et nous avions Pas plus difficulté à attirer les foules. Les pécheurs ont été
sauvés, les croyants ont été baptisés. L'Armée du Salut a fermé ses portes et est venue
travailler avec nous, apportant son tambour et ses instruments de musique.

LE TRAVAIL EST-IL TENU? '. »

Bien que deux ans se soient écoulés depuis cette réunion, des lettres viennent toujours
de Jacksonville, Tampa et Saint-Pétersbourg, de ceux qui ont été sauvés et baptisés lors
de ces réunions, déclarant qu'ils sont fidèles à ce jour et vont plus loin avec le Seigneur.

SAVANNAH, |

Cette grande ville, avec ses centaines et milliers de soûls vivants, qui n'a jamais eu de
mission pentecôtiste à l'intérieur de ses frontières, ni entendu le message de la pluie de
l'arrière-saison, a été fortement mise à cœur.

Après avoir expédié notre tabernacle, nos tentes et nos camping-cars sur le chemin de
fer, posé les mains dessus et demandé au Seigneur de les envoyer directement (bien que

83
le fret ait été paralysé par les expéditions de guerre), nous avons nous-mêmes voyagé
dans l'automobile Gospel, transportant des travailleurs et Gospel Littérature.

La tente est arrivée presque aussi comme nous-mêmes. Le Seigneur nous a conduits
directement sur un terrain qui nous a été prêté gratuitement, et la première nuit,
plusieurs se sont manifestés pour le salut. La deuxième nuit, l'un de ceux qui avaient été
sauvés la première nuit a reçu le baptême. Nous n'avons jamais vu de personnes aussi
affamées et intensément plus folles que celles-ci, et bien que nous ne puissions pas
rester, nous ouvrons une mission, laissant nos bancs et nos accessoires ici avec Sœur
Swift de Durant, Fia., Que nous avons amenée avec nous dans le voiture comme
travailleuse, et qui, avec son mari, s’occupera du travail.

PRÉACTION DANS LES CHAMPS DE COTON

De Savannah, en Géorgie, nous avons voyagé par Gospel auto à travers la Caroline du
Sud et du Nord, le Kentucky, le Maryland et le New Jersey, prêchant au fur et à mesure et
distribuant des milliers de tracts. Nous trouvons que c'est un moyen relativement peu
coûteux d'atteindre les gens, d'atteindre des gens qui n'auraient jamais pu être atteints
autrement.

Les pauvres des districts des champs de coton et de tabac, loin des missions
pentecôtistes, reçoivent ainsi la littérature et les témoignages.

La nuit, nous faisons rouler notre voiture dans un champ ou une forêt tranquille, à côté
d'un jet d'eau, plantons notre tente, construisons notre feu de camp et installons notre

lits de camping pour la nuit; et à propos des affaires de notre Père à nouveau avec le
lever du soleil.

Nous n'avions que dix-huit dollars pour faire le voyage de Savannah à Long Branch, NJ, le
lieu de la prochaine réunion du camp, mais le Seigneur a fait les dix-huit dollars ou
l'essence pour - s'étirer, car nous avions encore de l'argent à notre arrivée à notre
destination.

CHAPITRE XIV. L'APPEL DE MARIÉE

"Écris la vision, et expliquez-la clairement ... afin qu'elle puisse"

Hâb'2: 2

À Savannah, en Géorgie, les premières éditions du Bridai Call, notre magazine mensuel,
ont été imprimées. Le Seigneur m'avait imposé la tâche d'éditer un tel article et m'avait
donné lui-même le nom "L'APPEL DE MARIÉE" et le dessin de la couverture, le Seigneur
apparaissant dans les nuages et les anges avec leurs trompettes. Encore et encore le
Seigneur m'a parlé

84
"Écrivez la vision et expliquez-la clairement, afin qu'il puisse courir qui la lit." Hab. 2: 2. .
.)

Au début, j'hésitais en disant:

«Il y a tellement de journaux pentecôtistes, et des écrivains plus capables qui sont
capables de donner tout leur temps et de réfléchir à la question. Il serait impossible pour
moi, sans bureau, ni ville respectueuse, de tenir de nombreuses réunions, de voyager
dans la voiture Gospel , materner les enfants, et bien d'autres choses, pour écrire ou
prendre le fardeau d'un papier. " Le Seigneur a répondu:

"Avec moi, rien n'est impossible." Il m'a montré Son plan exact pour l'Appel nuptial; que
son message ne devait pas être celui de la controverse, des combats, de la grande
sagesse ou de l'éloquence, mais simplement ce que son nom impliquait un appel à la
mariée pour préparer son Époux céleste. Donc, quels que soient les rapports,
témoignages ou autres sujets qui pourraient figurer dans le journal, nous nous efforçons
d'avoir un article expliquant clairement la voie du salut, un sur le baptême du Saint-
Esprit et un sur la venue du Seigneur et la préparation pour le rencontrer. .

Si clairement que le Seigneur a parlé, me donnant des articles à écrire, dans de tels éclats
de révélation, que les larmes ont coulé sur mon visage, tandis que mon Angers a survolé
les touches de la machine à écrire.

Au cours de notre réunion de camp à Savannah, le Seigneur a chargé notre frère


consacré, FA Hess (sans aucun mot de notre part), d'entreprendre l'impression pendant
plusieurs mois, en ne facturant que le papier, dont nous avons adressé, posté et envoyé
gratuitement du premier numéro, deux mille exemplaires.

Plus tard, le papier a été imprimé à Framingham, Mass.

En allant de l'avant dans de nouveaux domaines et en comptant parfois des milliers de


personnes dans notre public, nous avons obtenu des milliers de nouveaux noms dans
des quartiers périphériques jamais atteints par la littérature pentecôtiste

Depuis deux ans, l'appel Bridan est publié régulièrement. Une lettre arrive presque tous
les jours, racontant des gens qui ont été bénis, sauvés baptisés, guéris et qui se
réjouissent en chemin, à travers le travail d'amour hutubl 'littie de l'appel de Bridai. Cela
a signifié de nombreuses heures de travail souvent tard dans la nuit, mais ces lettres font
plus que rembourser tous les efforts qui ont été faits.

Le Seigneur ouvre maintenant pour nous The Bridai Call Publishing House, situé au 125
South Spring Street, Los Angeles Cal., Et a chargé un frère ici de l'imprimer, afin que nous
puissions maintenant envoyer le document rapidement sur un date donnée. La
circulation augmente à merveille. Le temps est court maintenant, et la dernière
invitation au Mariage de l'Agneau doit se dérouler sans entrave et se multiplier.

85
Nous aimerions que nos lecteurs envoient des rouleaux chaque mois à vos amis, afin
qu'ils puissent entendre l'appel et se préparer à rencontrer le Seigneur. À l'heure
actuelle, nous envoyons chaque mois, alors que le Seigneur fournit les moyens, des
milliers de papiers, tracts et brochures aux prisons, maisons, hôpitaux et missions en
difficulté.

Une lettre de l'aumônier de l'un de nos plus grands pénitenciers, nous invitant à envoyer
davantage de littérature, déclare qu'il ne veut pas de la science chrétienne ou de la
nouvelle pensée, mais de l'Évangile à l'ancienne mode, pour aider les hommes et les
femmes pécheurs à retourner à Dieu. Merci de prier avec nous t Dieu fera de l'appel de
Bridai une échelle sur laquelle beaucoup grimperont à la vie, à l'espoir et au paradis. Les
lettres que nous recevons des prisonniers sont très pitoyables.

Dieu merci! Quel bonheur d'être jugé digne d'un tel privilège, d'une telle opportunité. Un
tel travail ne doit pas être affecté par des moyens.

De nombreuses portes sont ouvertes où nous pourrions envoyer des milliers de


personnes. La littérature du diable sort sans interruption, et nous croyons que le
Seigneur fournira des moyens par lesquels cet appel de Bridan peut être envoyé à tous
ceux qui ont faim qu'il dépose dans nos cœurs. Aux intéressés, veuillez écrire
personnellement a "l'éditeur".

CHAPITRE XV. TENTE D'ÉTÉ EST

CAMPAGNE, 1917 BRANCHE CALLTO LONG, N.J

"L'Esprit du Seigneur Dieu est sur moi; parce que le Seigneur m'a oint pour annoncer de
bonnes nouvelles aux doux; Il m'a envoyé pour lier les cœurs brisés, pour proclamer la
liberté aux captifs et l'ouverture de la prison pour eux qui sont liés; pour proclamer
l'année acceptable du Seigneur,

Es1. 61: 1, 2, 3

Le Seigneur m'a témoigné que nous allions à Long Branch alors qu'à Savannah, en
Géorgie, j'attendais le Seigneur pour des directives directes. Un certain nombre de
lettres, chacune contenant un appel à une ville particulière, ont été distribuées devant
moi pendant que je priais.

"Oh, Seigneur, conduis-moi comme tu me voudrais.

86
Ne nous laissez pas faire un pas de votre volonté, ni de l'endroit où vous voudriez que
nous soyons.

Cet appel à Long Branch, N.J., semble témoigner dans mon âme, parle-moi, Seigneur,
d'une certaine manière, si c'est de Toi. Sinon, retirez-le-moi.

Je souhaite pouvoir en savoir plus sur le lieu, sa population, etc. "

Pendant que je parlais, un journal de New York a été ramassé par un petit coup de vent
et soufflé à travers la tente.

En me baissant, priant toujours pour que le Seigneur me dirige et parle de Long Branch,
NJ, je ramasse distraitement le papier et le lisse sur mes genoux, avec étonnement
quand, en grosses lettres, imprimé à mi-chemin sur le papier, ce signe a rencontré mon
regard "NE PAS FAIRE POUR ALLER À LONG BRANCH, NJ"

Sous ce panneau, une description détaillée du lieu, de son logement, de sa population,


etc. a été donnée, et il s'est terminé par des lettres flagrantes.

"ÉCRIVEZ UNE FOIS À LONG BRANCH, N.] .J QUE VOUS SEREZ LÀ."

Comme il est merveilleux que ce journal de New York soit absent, faites à Savannah, en
Géorgie, amené dans la tente et droit à mes pieds ouverts à cette plaque identique. Le
Seigneur m'a donné le pouvoir et a été témoin que ce n'était pas un simple accident,
mais vraiment un autre signe qu'Il menait.

(Coupures de presse condensées et notes de rapports.) Les averses de bénédiction


tombent à Long Branch, où une petite bande, au nombre de sept, prie pour le réveil et
l'effusion de l'Esprit depuis des années. Frère et sœur W. Martin avaient des terrains
prêts bientôt, nous fîmes ériger la tente et la remplir de la gloire du Seigneur.

Les travailleurs et les demandeurs d'asile se sont rassemblés dans d'autres villes et
villages, des foules augmentant quotidiennement le dimanche, les gens sont refoulés, ne
pouvant pas être admis. Beaucoup ont reçu le baptême du Saint-Esprit et des dizaines de
personnes sont venues à l'autel pour le salut, et Dieu les rencontre toutes et toutes. Un
certain nombre sont sortis des églises et ont reçu le baptême, et se poursuivent d'une
manière précieuse avec le Seigneur. Nous sortons tous les jours avec la voiture de
l'Évangile, sur laquelle est peint en grosses lettres d'un côté «Jésus arrive bientôt»; de
l'autre "Où allez-vous passer l'éternité?" Vingt et trente milles de territoire sont couverts
quotidiennement de littérature, de réunions de rue et d'annonces.

Pendant le service de baptême d'eau par l'océan, le pouvoir du Seigneur est tombé et les
baptisés ont sauté, dansé et crié dans l'eau, tandis que les spectateurs pleuraient et
louaient le Seigneur sur le rivage.

87
Beaucoup de jeunes ont eu des visions merveilleuses et inspirantes, certains voyant
notre Sauveur suspendu à la croix pour nos péchés; d'autres ont vu notre Seigneur
descendre dans les nuages pour éloigner son peuple qui attendait.

RÉUNION DE CAMP, HYDE PARK, BOSTON, MASS

Il semblait impossible d'expédier nos tentes du New Jersey à Boston, dans le


Massachusetts, alors que l'embargo était en vigueur.

Le Seigneur nous a ouvert la voie pour obtenir un camion; et le matériel a été transporté
à toute vitesse et remis à l'heure. Louez Dieu!

Il était impossible de placer des foules de gens, les saints pentecôtistes sont venus
remplis de la gloire et du feu de Dieu. Leurs témoignages et leurs chants de louanges ont
amené tout le quartier en fuite à demander: "Qu'est-ce que cela signifie?" C'était une
tâche désespérée pour asseoir les gens, bien que l'église nous ait prêté des sièges et que
chaque pouce d'espace disponible soit rempli. Des milliers de personnes se tenaient près
du bord de la tente, se tenant à l'écart de la route aussi loin et plus loin qu'il ne leur était
possible d'attraper un mot du discours.

Au début, l'élément catholique a fait de son mieux pour perturber et interrompre la


réunion, mais louons le Seigneur, il nous a donné la victoire.

Un policier qui a logé près de la tente s'est plaint à son chef qu'il ne pouvait pas dormir
pour le bruit des gens priant et criant à toutes les heures de la nuit, et les frères ont été
invités à se présenter à la gare. Ils sont montés dans la voiture Gospel, la laissant devant
la porte en entrant. Le policier qui avait porté plainte n'était pas là et le chef leur a dit de
s'asseoir et d'attendre son retour. Montant et descendant le sol, il se dirigea enfin vers la
fenêtre et, regardant la voiture, avec ses signes écrits, recula en sursaut et dit:

"Jésus arrive bientôt! Corning bientôt? Eh bien, peut-être. Je ne sais pas."

"Êtes-vous prêt à le rencontrer s'il venait?" s'enquirent-ils.

"Êtes-vous né de nouveau? Savez-vous que vos péchés sont effacés, que vous êtes passé
de la mort à la vie?"

"Non, non, je ne peux pas dire que je le fais." Ils l'ont en outre invité à donner son cœur à
Jésus, mais il a refusé de le faire, donnant plusieurs raisons pour lesquelles il ne pouvait
pas le faire à ce moment. (C'est le chef qui nous a refusé une protection policière
appropriée lors de notre réunion de tente.)

Passant plusieurs fois par la fenêtre, il lut à haute voix, d'une voix réfléchie: "Jésus arrive
bientôt". Eh bien, eh bien, peut-être qu'Il l'est. Et en effet, Il est venu très bientôt pour cet

88
homme. Cette nuit-là, l'élément inquiétant, ne voyant aucune main de retenue imposée
sur eux, était plus désordonné que jamais à propos de la tente.

Le lendemain, le chef a été atteint d'insuffisance cardiaque à son bureau et est décédé en
quelques heures.

La nouvelle a fait le tour de toute la section de la ville selon laquelle il avait refusé la
protection aux réunions de l'Évangile alors menées. Par la suite, nous avions trois
hommes stationnés près de la tente à chaque réunion et en parfait ordre.

Les scores sont venus chercher le salut; les morts du Seigneur sont nombreux et une
profonde conviction repose sur le peuple.

Une jeune femme, une institutrice, est venue se moquer, a dit qu'elle ne ferait jamais
partie de ces personnes, est soudain tombée à genoux, pleurant pour le salut, a été
merveilleusement sauvée et la nuit suivante, elle a été baptisée du Saint-Esprit.

Les jeunes hommes qui se moquaient, ont été soudainement frappés d'une terrible
conviction alors qu'un message était donné en langues et en interprétation. Le visage du
jeune homme qui a ouvert la voie vers l'autel est devenu blanc, ses genoux et ses mains
ont tremblé en criant: "Seigneur, aie pitié de moi, pécheur".

Ses amis l'ont suivi. Ils ont tous été merveilleusement sauvés et cherchent maintenant le
baptême.

Une petite fille avec une jambe paralysée et un genou raide a été amenée par ses parents
pour guérir. Une jambe était deux pouces plus courte que l'autre. Le Seigneur l'a
instantanément guérie et elle a pu plier son genou et le membre s'est allongé et est
devenu comme l'autre.

Dimanche matin, le pouvoir est tombé pour que personne ne puisse prêcher, le Saint-
Esprit lui-même a parlé en prophétie par l'intermédiaire de sœur McPherson. Ensuite,
elle a joué du piano dans l'Esprit, et au-dessus du tabernacle a tiré l'hymne céleste.

RÉUNIONS DU CAMP DE HUNTINGTON, L.I

Le terrain de camping était une belle vue, avec les nombreuses tentes blanches nichées
sous les grands criquets.

La rencontre a duré dix jours, les soûls ont été sauvés, les rétrogrades récupérés, les
malades guéris, vingt-six ont reçu le baptême du Saint-Esprit. Une fille qui est venue à
l'autel pour demander son baptême, portait une lourde botte en acier autour de sa taille
et coulait des deux côtés de son membre, elle s'est attachée au bas d'une chaussure
lourde et a attaché son membre flétri et impuissant. Le Seigneur l'a baptisée du Saint-
Esprit et a guéri son membre. Elle a enlevé la ferme, le corset et la chaussure, se leva et
marcha de haut en bas, parfaitement et sans douleur. Sa mère pleurait et les saints
criaient. Suxely nous avons le droit de crier avec un Jésus si merveilleux.

89
Parmi les personnes qui sont venues à la réunion du camp depuis l'extérieur de la ville, il
y avait une dame, éduquée, raffinée, grande croyante en la sainteté. Elle a amené avec
elle son petit fils d'environ onze ans. Elle était venue étudier la Pentecôte et analyser ce
baptême du Saint-Esprit avec les preuves bibliques, parlant en langues, ses effets, ses
manifestations, etc. Elle posait toujours des questions et se déplaçait de l'une à l'autre
alors qu'elles étaient sous le pouvoir, venir jusqu'au baptême. Parfois, son visage
s'adoucissait et à nouveau, le regard d'un Thomas douteux lui montait aux yeux et elle
voulait manipuler et voir.

Un après-midi, son fils, qui, sans aucun doute, cherchait le baptême, tomba sous le
pouvoir, son visage, toujours brillant, prit soudain le rayonnement du ciel et tout son
être sembla se transformer, alors qu'il éclatait de chant. dans d'autres langues, claires et
belles, dans la poésie, le Seigneur me donne l'interprétation de la chanson.

Lorsque la mère s'est détournée de son enquête et de sa recherche d'informations, et a


vu son fils, qui dans sa foi enfantine avait reçu ce qu'elle interrogeait, cela lui a fait
fondre le cœur et elle-même est tombée sous le pouvoir et a fini par parler en langues.

Une nuit, lors d'une violente tempête, lorsque les lumières se sont éteintes dans la tente,
nous avons amené l'automobile Gospel jusqu'au bord de la tente et levé les rideaux
latéraux, en utilisant les phares de la voiture pour l'éclairage. Ce fut l'une des plus belles
rencontres de ces sériés. L'esprit aussi k contrôler de telle manière que la prédication
était impossible.

Deux dames venaient d'une école de formation biblique, une qui avait été ouvrière
chrétienne et missionnaire pendant des années, était en mauvaise santé, et bien qu'elle
ne sache pas grand-chose du baptême du Saint-Esprit, a demandé à être priée pour la
guérison, pendant la heure du petit déjeuner dans la tente à manger.

Nous avons prié pour elle et elle est tombée de son siège et s'est allongée sur le sol
parmi les brindilles et les feuilles, avec les canards, qui étaient une source constante
d'agacement pour le cuisinier, qui ricanait autour d'elle. Il humilie son peuple! Peu
importe à quel point un travailleur a été grand, tout le monde doit descendre.

Hallelujahl.

En quelques minutes, la chère sœur avait reçu le baptême du Saint-Esprit et tremblait de


la tête aux pieds, riait de joie et parlait en langues.

Dimanche dernier, le sol était couvert de personnes prosternées sous le pouvoir. De


nombreux messages ont été donnés avec interprétation.

MONTWAIT, MASS ||

Ici, de précieux saints se sont rassemblés de loin et de près et se sont réunis dans une
liberté bénie. La première nuit, trois ont reçu le baptême du Spitit et les pécheurs ont
reçu le salut.

90
Le dimanche, neuf ont reçu leur baptême, certains ont été sauvés et beaucoup ont été
guéris. Un cher pasteur méthodiste et sa femme et sa fille ont reçu leur baptême. Trente
ou plus ont reçu le Saint-Esprit au cours de la réunion de dix jours.

WASHBURN, MAINE, CAMP

Depuis que j'ai rédigé le titre de ce rapport, je suis assis ici devant ma machine à écrire à
me demander où et comment commencer. C'était tellement merveilleux, il me serait
impossible de décrire, mais désirant encourager les nombreux pauvres saints affamés
qui sont tenus à l'écart des réunions, je ferai de mon mieux.

Le Seigneur était avec nous depuis le début. Les premiers jours, quelque cinquante-
quatre ont reçu le baptême, et le nombre a augmenté quotidiennement jusqu'à ce que
dans les deux semaines et demie, il était sûr de dire plus d'une centaine reçue. Les
pécheurs endurcis ont pleuré leur chemin vers l'autel; beaucoup se sont assis et ont
tremblé de la tête aux pieds avec conviction, et les pécheurs sur le chemin de l'autel, sont
tombés dans les allées, souvent il était impossible de prêcher, le Saint-Esprit a dirigé la
réunion; des messages en langues et en interprétation sont sortis de nombreux vases
vides, des vagues de gloire et des chants merveilleux ont sauvé le public.

UN DRAMA AVORTÉ SOUS LE POUVOIR DU SAINT-ESPRIT

Une nuit, tout un drame se déroula dans l'Esprit, montrant les dix vierges, allant d'abord
avec des robes blanches pour rencontrer l'Époux. Ils ont dit:

"Il retarde sa venue; reposons-nous."

Au début, certains ont soutenu que tous devraient rester éveillés, car celui qui

Devait venir, viendrait vite; mais finalement tous dormaient.

Soudain, un grand cri "Voici! L'époux vient! Sortez à sa rencontre!" Puis toutes les
vierges ouvrirent les yeux et examinèrent leurs lampes avec inquiétude. Les cinq sœurs
jouant le rôle des vierges sages ont dansé de joie à cause de l'huile, mais les folles ont
supplié les sages de partager leur huile avec elles. Les sages ont dit que c'était
impossible, et ont envoyé les insensés pour acheter l'huile de Celui qui devait vendre.

Puis a suivi une scène où les insensés ont frappé à une porte imaginaire et ont
longuement négocié le prix qu'ils auraient à payer pour le pétrole; ils ne voulaient payer
qu'un prix qui ne les gênerait pas et ne coûterait pas un sacrifice, mais l'homme qui a
vendu a demandé à tous de faire un sacrifice à cent pour cent avant de pouvoir obtenir
du pétrole. Enfin, les insensés s'en allèrent, pour constater que les sages avaient été
enlevés pour rencontrer le Seigneur; puis ils sont tombés et se sont arrachés les cheveux
et ont pleuré à haute voix.

Cela a été suivi par une sonnerie, un avertissement appel à tous pour se rendre
complètement, payer le prix, acheter du pétrole maintenant, car l'époux est à la porte.

91
Ce n'était qu'un des nombreux merveilleux messages et drames élaborés au milieu de
nous qui étaient au-delà de toute description. Le dimanche, des centaines d'automobiles,
de chevaux et de voitures remplissaient les champs et il était impossible de n'asseoir
qu'une petite partie de la population. L'autel était plein de pécheurs cherchant le salut et
de chrétiens recevant le baptême. Plusieurs ministres et leurs femmes ont reçu, ainsi
que de nombreux membres d'église et ouvriers, plusieurs recevant directement à leur
place pendant le service.

L'automne de l'année approche et la campagne dans le nord et l'est touche à sa fin. Les
chariots d'agriculteurs se frayent un chemin entre les champs de récolte et les granges,
alors qu'ils recueillent les résultats de leur travail d'été. Ils épongent leurs visages
chauds et transpirants et poussent des soupirs fatigués mais heureux.

Plusieurs fois, alors que nous travaillions à l'autel heure après heure, parfois jusqu'aux
heures de maturation, après une journée bien remplie, nous nous sommes couchés sur
un siège après que tout soit fini et nous nous sommes souvenus que le maître de la
moisson était fatigué pour nous. Mais oh, la joie! Rangée après rangée de soûls affamés
cherchant le salut, le baptême du Saint-Esprit, la guérison divine ou a. doser marcher
avec Dieu. Les sols étaient pleins de blé et les cuves débordaient d'huile et de vin.
L'Arche a été au milieu et nous ravissons nos soûls dans le Seigneur alors que nous
revivons des scènes de l'été dernier

CHAPITRE XVI. DEUXIÈME CAMPAGNE SUD ET LE TRAVAIL DE LA GOSPEL AUTO

"Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet chante: car dans le désert
les eaux jailliront et ruisselleront dans le désert. "Ésaïe 35: 6.

DE LA VILLE LA PLUS NORD DE MAINE À LA VILLE LA PLUS SUD DE FLORIDE

Les voitures étaient remplies d'ouvriers alors que nous quittions Washburn en chantant
et en louant le Seigneur pendant que nous joumoyions, à travers le pays, et les frères
criant par le mégaphone, le message du salut et la venue prochaine du Seigneur.
Beaucoup d'attention a été attirée sur les voitures par leurs grosses lettres en or
racontant l'arrivée prochaine de Jésus et posant les questions: "Où allez-vous passer
l'éternité?" Et pendant que nous traversons des centaines de villes et villages lors de nos
voyages, nous chantons ou témoignons, ou distribuons de la littérature, rencontrant de
nombreux soûls affamés. , Nous voyagions toute la journée, dormions au bord de la
route la nuit et le Seigneur avait toujours un endroit préparé.

Nous avons nos Gospel Autos disposés de manière à pouvoir basculer le siège avant et
dormir dans la voiture, et les grands espaces sont notre maison. Avec joie, nous nous

92
sommes agenouillés près du marchepied la nuit pour prier et remercier le Père de cette
glorieuse opportunité de prêcher l'Évangile partout dans les endroits autrement
inaccessibles.

Oh que vous puissiez voir les visages affamés qui se rassemblent autour et écouter la
Parole dans le Sud. Fréquemment, des hommes sortent de la foule lors d'une réunion de
rue et s'agenouillent en pleurant sur le marchepied de la voiture, puis se lèvent pour
témoigner d'une détermination à passer avec Jésus.

Dans toute la Virginie, la Caroline du Nord et du Sud et la Géorgie, nous avons visité de
nombreuses maisons pauvres, des champs de coton et de tabac, etc., avec le message de
l'amour. Comme les pauvres gens de couleur étaient impatients d'entendre la Parole et
de recevoir les papiers! De cette façon, les pauvres ont l'évangile prêché pour eux, et
ceux qui n'ont jamais pu entendre autrement, de la venue prochaine de Jésus. Des soûls
précieux sont en jeu, pas de tir à perdre et nous pleurons:

"Me voici. Seigneur, envoie-moi." Priez pour que nous soyons fidèles,

désintéressé, humble et rapide afin que nous ne perdions jamais une occasion de
prêcher, instantanément en saison et hors saison, la venue prochaine de Jésus, et ce que
cela signifie d'être prêt à le rencontrer. Nous voulons donner notre vie pour le Maître
comme il a donné sa vie pour nous.

"Celui qui sauve sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie pour moi la retrouvera"

Parfois, en dormant au bord du chemin ou sous des tentes humides, l'ennemi chuchote
des rhumatismes, etc., mais c'est le mot que nous le rencontrons, et il disparaît. Il
dépeint d'autres personnes avec des maisons confortables et des lits chauds, et pointe
du mépris nos lits de camp en toile dure sans confort, pointe notre feu de camp enfumé
et dit que le prix est super. Mais, gloire à Jésus, il n'y a aucun désir dans nos cœurs de
revenir en arrière, car nous sommes heureux avec Jésus seul, et un seul aperçu de l'autel,
rempli de chercheurs de Dieu, plus que de remboursements.

Priez pour nous, très chers, alors que nous avançons dans la vie de foi, avec Celui qui a
dit:

"Ne pensez pas à ce que vous mangerez ou boirez, ni à ce que vous mettrez, car le
Seigneur votre Dieu sait que vous avez besoin de ces choses."

JACKSONVILLE »

Nous nous sommes réjouis de trouver des convertis sauvés et baptisés lors de la
première rencontre, marchant toujours avec Jésus et grandissant en grâce. Les résultats
de la deuxième réunion ont dépassé ceux de la première. Parfois, l'autel entier était
bordé de pécheurs cherchant le salut. Beaucoup ont été baptisés par l'Esprit et beaucoup
ont été guéris.

93
Le Seigneur nous a alors conduits de l'océan Adantic au golfe du Mexique, prêchant et
distribuant des tracts à Durant? Fl., Là pour mener la

RENCONTRE DU CAMP AGRÉABLE DE GROVE Dieu nous a conduits, en marchant et en


chantant, à entourer le camp et à imposer les mains sur les sièges, l'autel, etc., et à les
réclamer pour Jésus. La gloire du Seigneur était parmi nous. Le tabernacle était rempli à
débordement et les bosquets parsemés d'autos et d'équipes de quarante miles autour.
Un esprit de douce unité et d'humilité régnait. Il y avait de merveilleux messages dans la
prophétie et la chanson prophétie. Des drames ont été élaborés, accompagnés de
langues et d'interprétation. La musique céleste a rempli l'endroit et des chœurs d'anges
ont été entendus.

La conviction profonde reposait sur beaucoup, et l'autel était rempli de pécheurs


cherchant le salut. Une chère petite fille qui a reçu le baptême a plaidé de toutes ses
forces, en langues et en anglais, alors qu'elle était sous le pouvoir, pour venir dans cette
belle cité de Dieu.

TAMPA, FLA

Avec beaucoup de foi et de mains impatientes à notre arrivée, nous nous sommes mis à
monter la grande tente et plusieurs autres plus petites, à fabriquer des sièges, à installer
des appareils électriques, à peindre des panneaux et à faire de la publicité. Le quartier de
la résidence et la section des affaires ont été visités avec des prospectus, et Dieu a béni
notre travail, et la tente a été remplie et un grand nombre se tenait à l'extérieur. Il y avait
beaucoup de nouveaux visages chaque nuit, demandant "Qu'est-ce que cela signifie?"
Doseur Corning, doseur à l'avant, beaucoup plongèrent bientôt dans la fontaine.

Une dame âgée, issue d'une famille très respectée de la ville, après avoir entendu la
Pentecôte dénoncer avec persécution, a décidé de venir juger par elle-même. Intéressée
dès le départ, elle y assistait régulièrement, plus tard accompagnée par elle donc n et
belle-fille. Bientôt, elle fut glorieusement baptisée du Saint-Esprit; puis la fille, un cher et
doux chrétien, a commencé à le chercher très sérieusement, et son mari a dit qu'il
pouvait à peine rester dans son siège, la puissance de Dieu pour le salut de son âme était
si fortement sur lui.

Des réunions de rue ont eu lieu avec des camions et des voitures Gospel dans de
nombreuses parties de Tampa et York City, et depuis le stand du groupe devant l'hôtel
de ville.

UN VOYAGE DE CROSS COUNTRY TAMPA À MIAMI VIA OKEE-CHOBEE PRAIRIE


AVEC TRACTS ET LA BONNE NOUVELLE

Lorsque nous avons quitté Tampa, la voiture était bien remplie de tracts et de l'ouest à la
côte est de la Floride, à une distance de trois cent cinquante milles, nous avons
fidèlement distribué de la documentation jusqu'à quelques milles de notre destination,

94
quand tout avait été distribué. , et les gens se pressaient autour de la voiture pour en
demander plus.

Au cours de ce voyage, nous sommes passés par Okeechobee Prairie et Prairie City,
visitant chaque maison avec la première littérature pentecôtiste qu’ils n’aient jamais
vue.

Notre voiture étant lourdement chargée pendant ce voyage, nous n'avions pas de tente
de couchage et avons appris un peu ce que Jésus voulait dire quand il a dit: "Les oiseaux
ont des nids et les renards ont des trous, mais le Fils de l'homme a nulle part où poser sa
tête. "La première nuit que nous avons passée dans la deuxième nuit a été passée
enveloppée dans une couverture par le feu de camp dans la prairie près d'Okeechobee,
une nouvelle ville des Prairies, où nous avons diffusé les nouvelles de la Pentecôte. La
troisième la nuit a été passée dans un bidonville de pêcheur près de Palm Beach, où nous
avons aussi été témoins de Jésus. La nuit suivante a été passée dans un petit dépôt de
chemin de fer pour se protéger de la pluie battante.

Toutes les maisons qui nous entouraient avaient leurs arbres de Noël et leurs dîners de
fête, mais comme nos tentes n'étaient pas encore arrivées et que nous ne voulions pas
dépenser l'argent du Seigneur dans une chambre, nous avons construit un bidonville de
palmiers sur la plage et accroché notre cadeaux de Noël simples sur un petit arbre
poussant à proximité. Nous nous sommes agenouillés autour de lui et avons lu l'histoire
de la naissance de Jésus, et après la prière, nous avons ouvert nos petits jetons. Louez le
Seigneur! Bien qu'ici nous n'ayons pas de maison et pas de ville durable, nous en
cherchons une dont le constructeur et le créateur est Dieu.

TENT MEETING MIAMI, FLA

La première réunion sous tente organisée à Miami a eu lieu parmi les blancs, la
deuxième parmi les saints de couleur. À la première réunion se pressaient les riches et à
la mode dans leurs automobiles et leurs beaux vêtements. Une réunion sous tente était
une nouveauté.

Ils sont venus s'amuser, mais beaucoup sont restés à pleurer et à prier. C'était une belle
vue de voir les larmes couler sur leurs visages, alors qu'ils venaient humblement et
s'agenouillaient devant l'autel, donnant leur cœur et leur vie à Jésus en réponse au
simple message.

En raison de la forte race raciale, les personnes chères de couleur ne se sentaient pas
libres d'assister à la réunion blanche. Le Seigneur a mis un tel amour dans mon cœur
pour la race colorée qu'il m'a été presque impossible de passer l'un d'eux dans la rue
sans que de tels flots d'amour ne jaillissent dans mon cœur que j'ai dû m'approcher
d'eux et demander:

95
"Avez-vous déjà entendu parler de la pluie de l'arrière-saison, de l'effusion du Saint-
Esprit, du baptême du Saint-Esprit avec la preuve biblique, parlant en langues, et de la
venue prochaine de Jésus?"

Je pense qu'ils ont dû ressentir mon amour pour eux car ils ont afflué autour de moi en
visitant et en distribuant des tracts dans leurs quartiers. C'est ainsi qu'après la réunion
du camp blanc, nous avons déplacé notre équipement de l'autre côté de la ville parmi ces
personnes précieuses.

RÉUNION DU CAMP DE COULEUR DE MIAMI

Le tabernacle était rempli, nuit après nuit, de précieux paons noirs à ramasser pour
Jésus. Imaginez une grande plate-forme de trente-deux pieds de long et douze pieds de
large, remplie de saints baptisés et colorés, dansant, chantant, battant des mains,
témoignant avec onction et un cher qui portait la conviction. Imaginez une audience où
la puissance de Dieu est tombée jusqu'à ce que souvent l'évangéliste ne puisse pas
exercer son ministère, mais l'Esprit a pris le plein contrôle; imaginez les saints de
couleur, jeunes et vieux, dansant dans les allées, les pécheurs pleurant leur chemin vers
l'autel, les chercheurs recevant le Saint-Esprit et parlant en langues, et alors vous ne
verriez qu'un petit coin de cette réunion.

Parfois, le pouvoir tombait jusqu'à ce que tout le monde lève des visages chemisant de la
lumière du ciel, se contente de crier et loue l'Agneau pour les pécheurs tués, jusqu'à ce
que le bruit soit entendu à des pâtés de maisons et que les gens courent en criant:
"Qu'est-ce que cela signifie?"

À d'autres moments, un silence sacré, un esprit de pleurs et de grande recherche de


cœur et d'humilité ont sauvé les gens de leurs sièges et ils sont tombés à genoux dans les
allées, entre les sièges et à l'autel et sont maintenant nettoyés plus blancs que les
entraînés neige, vivre une vie pure et sainte pour Jésus qui a dit: "Va, et ne pèche plus."

Les ivrognes ont témoigné avoir été délivrés de la boisson, les joueurs d'être libérés du
jeu; des filles et des femmes prostituees ont témoigné que le Seigneur les avait sauvées
et purifiées du péché.

De longues marches ont été parcourues dans les rues, et ils ont chanté comme seuls les
gens de couleur peuvent, ont joué de leurs instruments de musique et ont crié jusqu'à ce
que les gens courent pour savoir ce qui s'était passé. Beaucoup ont dansé sur la marche
et manifesté tout ce qui peut etre résumer a ;

" une joie indicible et pleine de gloire."

Quelque deux cents saints de couleur ont le baptême de l'Esprit à Miami, et beaucoup
d'autres cherchent et trouvent.

Les gens sont très pauvres et vont à la réunion en tabliers et salopettes. Collections très
petites, et n'eut été des chers amis qui envoient des offrandes par lettres, nous aurions

96
pris un retard financier plus important que nous. Plusieurs fois, alors que nous nous
demandions comment faire face aux lourdes dépenses de fret, de gaz, de pétrole, de bois
d'oeuvre, de lumières, d'épicerie, de vêtements, le montant nécessaire est venu sur le
prochain courrier d'un enfant de Dieu auquel Père avait téléphoné. Dieu merci, même de
nos jours, lorsque les prix montent en flèche, il est possible de vivre une vie de foi. Cela a
signifié un sacrifice de soi et, dans nos rapports, nous nous efforçons d’imaginer le côté
ensoleillé pour encourager les nombreux

loin des réunions, mais échouent, peut-être * à montrer parfois l'autre côté en cas de
pluie battante, nous trouvons nos tentes endormies aux chevilles d'eau, notre literie
mouillée, où nous avons du mal à cuisiner sur des poêles smokjf ^ tout en continuant de
chanter et de sourire, en combattant le bon ° ° ^

Foi.

COTE OUEST POUR JÉSUS

Dans l'île de Key West, les portes se sont ouvertes partout. Beaucoup | nous a suppliés
d'expédier notre tente ici et de mener une campagne d'évangélisation qui atteindrait
tous les coins de l'île, en offrant leur aide et leurs prières, déclarant que peu
d'évangélistes étaient si loin du chemin et que toute la ville se rendrait à la réunion.

Le terrain de l'école secondaire Harris (magnifiquement situé) a été choisi comme site
pour les réunions de tentes. Chaque siège était pris tous les soirs et beaucoup étaient
debout. De nouveaux sièges ont été obtenus à trois reprises et disposés à l'extérieur de
la tente, mais il était impossible de faire asseoir le grand public. Souvent, la tente était
remplie deux heures avant le début de la réunion, de sorte que ces soeurs affamées
étaient impatientes d'obtenir des sièges. Des hommes et des femmes sont venus à l'autel
pour le salut et pour le baptême du Saint-Esprit. Les malades ont été guéris et le
Seigneur m'a donné une liberté bénie en proclamant le message de l'heure.

Mon âme était tellement accablée pour les chers gens de couleur que j'ai annoncé depuis
la tribune publique que j'avais fait mon devoir dans le Seigneur envers la population
blanche de l'île, et je dois risquer leur mécontentement et leur désapprobation
maintenant en allant vers les pauvres gens de couleur et en leur racontant la même
histoire. Certains ont fait des remontrances, mais comme ils ont vu l'âme et la nostalgie
dans mon cœur, presque tous ont accepté d'aider et ne nous ont donné aucun endroit
plus humble pour cette réunion que les vastes terrains qui entouraient le palais de
justice.

RÉUNION DE CAMP DE COULEUR

Puis a commencé une visite sérieuse parmi les personnes de couleur. Au début, il était
impossible de leur faire croire que c'était un moment pour eux ou de les persuader qu'ils
étaient les bienvenus à l'intérieur pour prendre place, mais quand ils ont vraiment
compris que c'était vrai, comment ils ont afflué!

97
Un cher frère de couleur, que tout le monde, noir et blanc, a reconnu être un saint de
Dieu, a créé une agitation considérable quand il est monté dans l'allée, et après m'avoir
regardé, a exprimé à haute voix l’étonnement qui était écrit sur son visage

Seigneur !voilà la dame même que le Seigneur m’a montré dans ma' visionl

Elle a la même robe ses cheveux sont peignés de la même façon! Oui, c’est celle que le
Seigneur m’a montre dans ma vision."

Il nous a expliqué plus tard que le Seigneur lui avait donné une vision, quelques
semaines auparavant, d'une sœur blanche venant, le prenant par la main, le conduisant à
travers une rivière d'eau dans laquelle une colombe est descendue et s'est reposée sur
lui, et plus tard menant le mettre en présence du Seigneur.

Il était impossible d'éloigner les blancs. Ainsi, pour la première fois dans l'île, le blanc et
le coloré fréquentaient le même lieu de culte et glorifiaient le même Seigneur côte à côte.
Nous avons arrangé des sièges pour les Blancs sur les côtés, réservant le centre pour les
personnes de couleur, mais les personnes présentes aux réunions ont été si intéressées
que cette réserve était une chose inconnue.

Le message du Saint-Esprit est nouveau pour les êtres chers ici, certains n'avaient pas
entendu du tout du Saint-Esprit et une seule sœur de couleur savait qu'il était venu
comme un consolateur tangible.

Sept des plus spirituels ouvriers et prédicateurs de couleur ont reçu le baptême du
Saint-Esprit au cours des quatre derniers jours.

Nous ne comptons pas le nombre de tous ceux qui sont sauvés et qui parviennent à Dieu,
mais les noms sont enregistrés dans le livre de vie de l'Agneau.

Les pauvres et les méprisés font prêcher l'Évangile, et Dieu honore sa propre Parole,
prêchée dans la simplicité, mais en démonstration et en puissance avec des signes qui
suivent.

Beaucoup de visions merveilleuses voient le Saint-Esprit. Une sœur a vu une vision de la


venue du Seigneur, juste après avoir reçu le baptême. Sautant sur ses pieds, elle cria à
haute voix:

"O, ne le voyez-vous pas? Regardez! Jésus arrive!

Je vois une belle étoile s'élever au-dessus des montagnes et des collines. Jésus est au
centre de l'étoile. Vois, il éclate de gloire et de puissance! Jésus! Jésus!! JÉSUS!!!

Une autre sœur venue pour le salut a crié jusqu'à ce qu'elle soit entendue au loin, et les
gens sont venus en courant:

"Seigneur, aie pitié de moi, pécheur!"

98
Bientôt, elle sauta sur ses pieds, dansant et battant des mains, son

visage illuminé de la joie du salut.

Un prêché de couleur cherchant le baptême sans personne près de lui est tombé
prosterné et en quelques instants il parlait en langues et glorifiait Dieu.

Soudain, son visage se convulsa comme à l'agonie, et le traversa la scène de la


crucifixion. Il a décrit l'amour de la mort de Jésus, le sang coulant de ses blessures.

Un garçon de quatorze ans, glorieusement sauvé, et la nuit après la nuit, plaide et


exhorte de la manière la plus remarquable; maiw s'effondre et pleure partout dans le
tabernacle.

Nous nous attendions à fermer ici hier soir (dimanche 10 mars), mais tous ont demandé
que les réunions se poursuivent jusqu'à ce que suffisamment de gens puissent recevoir
l'Esprit pour ouvrir leur propre mission pentecôtiste.

Ma force a résisté de manière remarquable, au cours de cet hiver ardu, mais à l'heure
actuelle, je suis très faible de corps et je dois m'accrocher à Dieu pour avoir de la force à
chaque réunion. S'il vous plaît, priez pour moi, saints, afin que je n'abandonne pas Dieu.
Les soûls rentrent chez Jésus. Tout autour se trouvent des milliers de soûls affamés. La
récolte est grande, les ouvriers peu nombreux. Comme frère McPherson est de nouveau
absent, je suis seul, je joue, dirige, chante, prêche et prie à l'autel, en plus d'avoir l'appel
de Bridan à préparer, c'est la seule puissance de Dieu qui puisse me soutenir. C'est
jusqu'à ce qu'une merveille dans mes yeux, la merveilleuse façon dont le Seigneur m'a
aidé tout seul à Key West, pour conduire des pieux, attacher des cordes de gars lourds et
pieux pour préserver la tente, au milieu du vent et de la pluie, prêchant parfois toute la
journée et asseoir la plus grande partie de la nuit pour regarder les tentes et continuer à
enfoncer les piquets avec le gros marteau, aussi vite que le vent les tirait, à travers les
veilles de nuit, pendant trois jours au nord-ouest.

Le vent s'est calmé et la réunion s'est terminée par un succès triomphant. Le Seigneur a
envoyé un frère pour m'aider à démonter le grand tabernacle, et deux sœurs de couleur
pour m'aider à démonter quelque deux cents grands bancs longs, à tirer les clous et à
empiler la tente sous le soleil de plomb, à rouler les grandes bandes de toile, les mettre
dans leurs sacs et les expédier au prochain endroit.

En vérité, il donne à son peuple une force surnaturelle lorsqu'il est au centre de la
volonté de Plis.

La scène d'adieu au dépôt est un souvenir agréable. La plate-forme était bien remplie de
saints blancs et colorés qui s'étaient levés tôt pour dire un. dernier au revoir, apportant
de petites offrandes pour nous aider.

Des dizaines se sont approchés et ont saisi ma main alors que je me tenais sur les
marches du train, racontant comment ils avaient été bénis lors de la réunion.

99
C'est juste au moment de mon départ de Key West que ma chère Mère, avec Roberta
(dont elle s'occupait), m'a rejoint. Elle m'avait dit, quand je suis entrée dans le travail,
que si jamais j'avais besoin de son aide, peu importe ce qu'elle était, elle la donnerait, et
maintenant j'avais besoin de son aide comme jamais auparavant. Étant tellement laissé
seul, avec le soin des tentes, des réunions et une correspondance toujours croissante qui
nécessitait vraiment tout le temps d'une seule personne, les listes d'abonnement à
Bridai Call, l'expédition de fret, l'organisation de nouvelles réunions, ma force était de
donner façon.

Soeur N (qui aidait aux tâches concernant la tente) et moi-même étions seules la nuit
dans la grande cour: avec des hommes ivres et des soldats, sous les tentes, toutes les
heures du matin. Dieu nous a merveilleusement protégés et pris soin de nous au point
que personne ne nous a approchés ou nous a molestés de quelque façon que ce soit.

J'ai été fortement impressionné, cependant, de télégraphier pour que ma mère vienne à
mon aide, non seulement parce que j'avais besoin de la protection de la présence d'une
mère, mais pour s'emparer de la fin des affaires du travail, et maintenant, en réponse à la
prière et l'appel des télégrammes, elle était là, assise à côté de moi tandis que le train
traversait les longs ponts qui traversaient l'océan d'île en île sur les cent milles de la côte
de Floride.

Mère a été avec moi depuis ce jour jusqu'à la date de la présente écriture. Elle n'a jamais
manqué à son devoir ni à aucune des responsabilités qui lui ont été imposées par le
travail, soulevant de mes épaules tout le fardeau de la correspondance, s'occupant des
longues listes d'abonnements à Bridan Call, supervisant les soins aux enfants, emballant,
voyageant, et une vingtaine d'autres devoirs, et j'ai été laissé libre de me consacrer
continuellement à la prière, au ministère de la Parole et à l'écriture. Elle a toujours été
une source de joie et d'inspiration. Quelle merveille qu'elle ait reçu l'appel d'abord que
grâce à son appel, j'ai été amenée au travail et que la deuxième fois, grâce à mon appel,
elle a été de nouveau intégrée au travail.

Après une courte réunion parmi les gens de couleur de West Palm Beach et la réunion
du camp de couleur à Miami, nous avons expédié nos tentes à Orlando, en Floride, et
nous y avons voyagé nous-mêmes dans notre Gospel Auto, distribuant des tracts et
témoignant de Jésus tout le long de la route. la côte.

RÉUNIONS DE TENTE D'ORLANDO

Notre fret a été retardé par un embargo, et notre temps limité a seulement un peu plus
de deux semaines avant que nous ne sejournions a Lorthward pour se préparé pour la
Nation Wide Camp Meeting philadelphia, Pa.

En me renseignant sur auprès du Seigneur, alors que nous roulions le long de la rue
principale dans notre voiture, j'ai vu une grande tente brune qui ne pourrait accueillir au
moins cinq cents personnes que notre propre tabernacle. À l'intérieur, nous avons
trouvé un beau plancher, autrefois utilisé comme patinoire. Le Seigneur a touché le cœur
100
du propriétaire pour nous louer la tente à petit prix pour nos sériés de réunions. C'était
la première fois que le retard de notre fret retardait une réunion d'ampli, et Père avait
une meilleure tente, toute vide, et nous attendait, étage et tout.

Les gens nous ont avertis qu'Orlando était une aristocratie, nous ne devons pas nous
attendre à ce qu'ils viennent à une réunion de tente, mais nous étions sûrs que Dieu ne
s'était pas trompé en nous envoyant, alors nous sommes allés travailler. Des avis ont été
publiés dans les journaux, des sièges engagés, des billets à main sortis et des réunions
ouvertes. Si persistante avons-nous fait de la publicité à la main, par de nombreuses
réunions de rue, en montant et descendant les rues, invitant les gens à venir à la tente et
à en entendre davantage, qu'il est douteux qu'il y ait quelqu'un dans un rayon de
plusieurs kilomètres mais ce qui savait qu'il y avait une réunion de tente en cours à
Orlando.

Au début, beaucoup ont simplement aligné leurs voitures dans les rues autour de la
tente et ont écouté à une distance digne, mais bientôt le feu a commencé à tomber, et la
glace a commencé à fondre, et laissant leurs voitures, ils sont entrés dans la tente et
beaucoup, louent Dieu, est venu à l'autel.

La foule augmentait quotidiennement en nombre et en intérêt. Six sont venus à l'autel


pour le salut lors de la première réunion, et il n'y a pas eu de réunion, mais les pécheurs
ont été sauvés et les croyants ont été baptisés de l'Esprit, nuit après nuit le long banc de
l'autel était rempli et les cœurs avaient faim.

Jamais nous n'avons été traités avec plus d'amour et de respect, chacun semblait
rivaliser avec l'autre pour nous aider et nous encourager. Tout d'abord, (nos petites
tentes vivantes n'étant pas arrivées), un chalet au bord du lac, avec un garage, a été mis à
notre disposition gratuitement pendant notre séjour. La meilleure boulangerie de la ville
a envoyé son chariot de livraison, avec de si bons paniers de pain, des tartes, des gâteaux
et des biscuits, que nous avions assez à partager avec notre peuple.

Les propriétaires d'orangers nous ont apporté des fruits par le boisseau. L'épicier a
envoyé des boîtes remplies à ras bord de conserves et de légumes, de farine et de sucre.
Des gens sont venus à notre porte pour nous parler de la bénédiction qu'ils avaient
reçue lors des réunions. Oh, cela signifie tellement d'être au centre de la volonté divine
de Dieu. Il ouvrira des portes et fermera des portes, renversera les puissants et mettra
vos ennemis en paix avec vous. Bénis le Seigneur.

La tente, d'une capacité de près de quinze cents places, était remplie de débordements,
des rangées d'automobiles et d'autres véhicules bordaient la rue.

Des ministres et des travailleurs de diverses églises y ont assisté; certains ont déclaré
que c'était le pouvoir perdu depuis longtemps de leurs églises. D'autres se moquaient de
dérision.

101
Au total, le diable avait peur de perdre une partie de son peuple. Il a donc demandé à
une dame qui habitait à plusieurs pâtés de maisons de la tente d'aller à la police et de
protester qu'elle ne pouvait pas dormir la nuit. Le lendemain soir, un policier a apporté
un papier à la tente, déclarant que nous devions clore notre réunion à dix heures. Vers la
fin de mon sermon, je tenais une montre dans ma main et la regardais pendant que je
parlais. J'ai parlé aussi vite que possible, et au bout de cinq minutes à dix, j'ai dit aux
gens que je savais qu'ils avaient faim et aimeraient venir à l'autel, et qu'il y avait là des
soûls qui devraient être sauvés, mais qu'une femme s'était plainte du bruit , par
conséquent, nous nous lèverions tous et serions renvoyés, et veuillez ne pas vous lever
ou marcher mais sortir le plus rapidement et le plus tranquillement possible.

Vais-je jamais oublier le regard sur le visage de ces gens! Certains d'entre eux étaient
presque propriétaires de la ville, et pour qu'on leur dise qu'ils devaient clore une
réunion à dix heures, certains des hommes ont reniflé à la pensée même, et en sortant ils
ont dit:

"Nous verrons à ce sujet!" (v

"L'idée! Cet endroit était ouvert comme une patinoire pendant des mois et a été ouvert
jusqu'à minuit.

Maintenant que l'Evangile est prêché, ils veulent le fermer à dix heures, hein? "."

«Le maire est un de mes amis. Je verrai à ce sujet. N'ayez pas peur, petite femme. Ce truc
sera tout réglé d'ici demain soir.

Les voisins sont venus; les gens qui, jusque-là, n'avaient pas de lien de dépendance et
n'étaient pas sûrs de leur approbation ou non, n'hésitaient plus, mais étaient nos
chaleureux amis à partir de ce moment.

Fidèles à leur parole, ils se sont réunis en groupes dans les rues pour en parler. Le
lendemain, une dame qui était propriétaire d'une grande pension, a fait le tour du
quartier et a fait signer une pétition pour que cette commande soit annulée, déclarant
que le bruit ne les dérangeait pas. Cette coupure est apparue en première page d'un des
journaux d'Orlando le lendemain:

MADAME. ROONEY ET L’ÉGLISE

"Mme Bettie Rooney mérite les remerciements de tous les amoureux de la liberté
religieuse d'être venus au secours et au secours de Mme McPherson, qui mène une série
de réunions dans la grande tente.

"Il semble que quelqu'un, qui, selon Mme Rooney, vivait à distance, a fait clore la réunion
tôt le matin par les officiers municipaux en raison du bruit des paroles et des chants
perturbant leur sommeil, lorsque Mme Rooney, bonne chrétienne qu'elle est, a
immédiatement obtenu une pétition avec les noms de vingt-cinq citoyens vivant juste à
côté des réunions de l'Évangile, qui ont protesté auprès du maire contre la rupture des

102
réunions à si tôt une heure, ce qui bien sûr a été suivi favorablement, et le les personnes
dépourvues de moyens devront trouver autre chose à apporter contre la réunion.

"La seule véritable accusation contre la réunion est qu'ils prêchent le GOSPEL à
l'ancienne, et cela fait que certaines des queues de redingote, qui poussent a la chaire
visant a gonfler le nombres de personnes dans la congrégation, qui regardent à travers
un œil et portez des vêtements de soie, envieux à cause des bancs vides qui prévalent.

«Cela ferait du bien à certains prédicateurs d'obtenir la religion et de la transmettre


comme le font ces gens.»

Immédiatement l'ordre a été annulé et les réunions se sont poursuivies, souvent jusqu'à
minuit.

Une jeune femme qui est venue avec un groupe d'autres membres de familles à la mode,
pleine d'incrédulité, a été marquée et complètement convaincue quand une nuit le
Seigneur a mis sa puissance sur moi et a donné un message en langues en espagnol, dont
je ne savais pas un mot. Voici son témoignage:

"J'ai été très impressionnée lors de l'une des réunions de la tente, d'entendre Mme
McPherson parler en espagnol, et directement après de donner exactement le même
message en anglais. Elle n'avait pas conscience de parler en espagnol. Lorsqu'on lui a dit
plus tard qu'elle était tout à fait surpris et dit qu'elle ne connaissait pas un mot
d'espagnol. Je l'ai aussi entendu parler d'autres langues que je ne connaissais pas.

ANNIE L. TREADWELL

Quand le moment est venu de clore les réunions et de se diriger vers la Viiginia et la
Pennsylvanie, la ville où l'on nous a dit que les gens étaient fiers et ne feraient pas
attention à nous, s'est mise en marche jusqu'à la réunion de clôture. L'un des citoyens a
prononcé un discours au nom de leurs citadins, nous remerciant pour nos travaux
d'amour parmi eux, nous invitant à revenir, disant qu'ils feraient tout ce qui était en
notre pouvoir pour nous aider. Une somme d'argent a été présentée pour aider aux
dépenses du voyage vers le nord.

CHAPITRE XVII. RÉUNIONS EN VIRGINIE ET GOspEL AUTO; -

"Qu'elle glane même parmi les gerbes, et lui reproche Et laisse tomber aussi quelques
poignées de but pour elle, afin que je puisse les glaner, et ne la réprimande pas.

Elle a donc glané dans le champ jusqu'à ce qu'elle soit uniforme, et a battu qu'elle a
glané. "

Ruth 2: 15,16,17

103
Il était tard dans la nuit lorsque nous approchâmes de l'état de Virginie, après quoi nous
aurions encore quelques centaines de kilomètres à parcourir. Nous avons tous exprimé
le désir de continuer et de passer la nuit sur le bon vieux sol de Virginie. Nous avions
entendu parler du cœur chaleureux du peuple de Virginie et nous nous demandions si
c'était vraiment vrai. En traversant la frontière, nous sommes entrés dans une petite
ville endormie et nous nous sommes arrêtés sous les arbres au bord de la route pour
ouvrir notre lit d'automobile et dresser la tente pour la nuit.

En nous réveillant tôt et en jetant un coup d'œil sous les rideaux protecteurs pour avoir
notre première vue de la lumière du jour sur l'endroit, nous avons été surpris de trouver
deux maisons près de nous, l'une juste en face de la rue, l'autre un peu à notre droite. Un
homme et sa femme, debout sur la place du premier, nous regardaient sérieusement, se
demandant sans doute qui nous étions.

Se préparant à poursuivre notre voyage, nous venions de terminer les toilettes en


bordure de route, quand l'homme est venu se précipiter à travers avec un plateau en
argent, avec un grand bol en verre plein de fraises mûres et cramoisies, un pichet de
crème épaisse et un bol de sucre en poudre. Puis une petite fille est venue en courant de
l'autre maison avec une casserole de biscuits fumants chauds et une pinte de lait frais de
la vache en jersey dans le champ, aucune ne savait ce que l'autre avait fait. Ce fut notre
première expérience de l'hospitalité virginienne bien connue.

PULASKI, VA. PRÉDICATION SUR LE PALAIS DE JUSTICE

Nous avons été divertis dans la belle maison du frère Z. Cecil lors de notre réunion de dix
jours dans la ville. Afin de toucher le plus de personnes possible avec le message dans les
plus brefs délais, il a été décidé de tenir des réunions de rue quotidiennes en plus du
régulateur. réunions dans l'église de la sainteté pentecôtiste. Lorsque frère Cecil est allé
demander aux fonctionnaires de la ville la permission de prêcher dans la rue, ils nous
ont gentiment invités à entrer et à utiliser les marches du palais de justice et la grande
pelouse.

La première nuit, nous sommes allés sous une pluie battante et nous avons prêché,
sentant que le temps était trop court pour s'arrêter pour une petite pluie. Une grande
foule s'est rassemblée et le courant est tombé. Nightiy la foule a augmenté jusqu'à ce que
ce soit une réunion de masse et des voitures emballées des deux côtés de la rue. C'était
une belle vue alors que nous prêchions dans les grandes portes de Dieu et que les gens
étaient assis sur la pelouse herbeuse autour de ce bâtiment spacieux.

C'était une vue sans précédent de voir le pouvoir tomber dans un endroit tel que les
saints chantaient et dansaient sur les marches du palais de justice et sur le trottoir. Des
cœurs ont été touchés et des larmes ont coulé sur les visages des gens, et des foules ont
suivi les réunions,

DANS L'ÉGLISE DE SAINTETE PENTECOSTALE L'église n'a pas pu retenir la foule qui se
tenait tout autour des cours et de la rue, essayant d'entendre et de voir. Plusieurs qui
104
cherchaient le baptême du Saint-Esprit depuis des années ont reçu, de nouveaux
convertis juste sauvés se sont également réjouis de recevoir le Consolateur.

DEUX MISSIONS CONVAINCUES DE PREUVES BIBLES Après la clôture des services, nous
avions décidé de prendre deux jours de repos, mais l'appel est venu pour tenir quelques
réunions à l'église colorée. Là, Dieu a conduit le long de la preuve biblique du baptême et
l'a rendu si clair dans Sa Parole que tous les doutes ont été sauvés, et ceux qui s'étaient
consciencieusement éloignés se sont levés pour demander aux gens de leur pardonner
et ont déclaré Qu'ils n'aient jamais vu la lumière, et quoi qu'il arrive, ne compromettrait
plus jamais.

Le chef d'une autre mission nous a invités à venir chez lui la nuit prochaine, en disant:

"Sœur, à travers ce sermon ce soir, je suis convaincue que le fait de parler dans d'autres
langues lorsque l'Esprit donne la parole est le signe biblique qui accompagne
invariablement la venue de l'Esprit, et j'ai accepté la lumière. Venez prêcher à ma
congrégation qu'ils, peuvent aussi recevoir. " La nuit suivante a trouvé son assemblée
emballée jusqu'aux portes bien avant l'heure du commencement, et Dieu a travaillé et
honoré Sa Parole. Alléluia!

Les gens au grand cœur de cette ville ont ouvert leur cœur et les portefeuilles, nos
besoins et nos frais de voyage étaient plus que fournis.

ROANOKE, VIRGINIE Avant de quitter Pulaski, le pasteur de l'église de la sainteté


pentecôtiste de Roanoke nous a appelés pour nous demander de venir dans son église.
Les saints ont souhaité que la réunion se tienne dans une tente, mais le pasteur a insisté
et à notre arrivée à Roanoke, nous nous sommes finalement arrêtés au presbytère où
notre divertissement avait été organisé. Nous avons vu un homme assis sur la place et
avons remarqué que son visage avait l'air sombre et menaçant, et qu'il ne nous a pas du
tout accueillis. Même assis plus tard avec le pasteur et sa femme sur la place, et il avait
été présenté comme "Frère Untel", il n'a pas dit un seul "Alléluia" "Dieu vous bénisse".

La première réunion a eu lieu dans l'église. Le Seigneur m'a donné la Sagesse de ne pas
entrer dans la chaire ou même sur l'estrade, alors je me suis tenu tranquille devant et j'ai
livré mon message à la venue du Seigneur et à la préparation de l'Épouse pour Le
rencontrer. Des "Amens" fervents sont venus du public et les larmes ont rempli de
nombreux yeux.

Ce frère, qui était assis sur le siège avant, n'a jamais levé les yeux, mais avait le même
aspect sombre de nuage de tonnerre de sarcasme et de mécontentement sur son visage.

Quand j'ai pris mon siège, il s'est levé et a prononcé un discours qui était tout aussi long
que le mien. Quelqu'un a murmuré:

"Il est le surintendant de l'Etat. Il a entendu parler de cette réunion et est descendu pour
l'arrêter."

105
Je ne peux pas répéter son discours avec des mots, mais la substance de celui-ci était que
si un ange descendait du ciel et prêchait une autre doctrine que celle qui était énoncée
dans les règles et règlements de leur église, ils ne devaient pas le suivre; que le message
de ce soir allait très bien, mais qu'il avait entendu dire que soeur McPherson avait
enseigné les transgressions réelles et que le péché consanguin avait tous été enlevés en
même temps, lorsque nous sommes entrés dans la fontaine de sang. Il a dit:

"Nous avons les mœurs et les règlements de notre église à respecter. Otez notre solide
enseignement de la sanctification comme deuxième œuvre définitive de grâce et vous
détruirez les fondations et les piliers sur lesquels notre église est construite."

Le public était assis avec leurs visages un mélange de misère et de pitié, mais je louais le
Seigneur et je disais:

"Oh, merci, Jésus", alors qu'Il déversait les bénédictions dans mon âme.

Quand le cher homme eut fini de parler, je me levai et lui dis que ce ne serait pas de la
courtoisie que je fasse une réponse dans leur église; que j'étais venu là-bas sous leur
invitation urgente et que je serais disposé et heureux à prêcher à l'extérieur, depuis la
voiture de l'Évangile, ou sur un terrain vacant, partout où les saints m'ont arrangé.

Je leur ai dit que je croyais au travail fini du Calvaire, croyais que le péché est le péché,
qu'il s'agisse de transgressions réelles, du péché adamique ou du péché consanguin, quel
que soit le nom de fantaisie que vous lui donnez, le péché est le péché; que pendant que
ma n regarde l'apparence extérieure (soi-disant transgressions réelles) Dieu regarde le
cœur, (péché consanguin) et quant à la sainteté, pourquoi, sans sainteté, personne ne
verra le Seigneur. Nous devons être sauvés, sanctifiés, mais tout cela grâce au précieux
sang expiatoire de Jésus-Christ. "Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de
TOUT péché."

Plusieurs ont sauté sur leurs pieds et ont dit qu'ils obtiendraient une place dehors
immédiatement. (Les deux ministres ont déclaré

"Non, restez pendant le temps des réunions dans l'église".) Le Seigneur a rendu
beaucoup de témoins et les réunions étant annoncées pour dimanche, ils ont commencé
à chercher des terres.

Beaucoup de distance de l'église et des rues principales ont été retracées, mais il était
impossible de les sécuriser. Tous les autres endroits étaient bloqués, à l'exception du
terrain juste en face de l'église de la sainteté pentecôtiste. Cela a été donné gratuitement.

(Comment ces précieux saints ont travaillé tout ce samedi!)

Aucune tente n'étant disponible, deux grandes bandes de toile ont été fixées et étirées
sur un espace aussi grand que possible. Trois assemblées ont prêté leurs sièges, du bois
a été dépêché sur place et une plate-forme a été érigée.

106
Chacun a contribué à l'érection du lieu de rencontre pressé. Un frère a donné les fils
électriques et les luminaires; et bien que ce soit tard samedi midi, la compagnie
d'électricité a envoyé une voiture spéciale et installé un compteur.

Une sœur a prêté son charmant piano pour ces réunions en plein air, nous a dit que nous
étions "les bienvenues dans toute la maison" et a payé le factage au piano pour nous. O,
pour plus de personnes consacrées!

Des milliers de personnes se sont tenues des heures entières autour de la tente après
que chaque siège disponible ait été occupé, l'autel rempli, les saints assis par terre

la plate-forme jusqu'à ce qu'il m'était presque impossible de me déplacer

sans marcher sur quelqu'un.

Les hommes ont été sauvés, HaUelujah! Les malades ont été guéris. Deux ministres qui
avaient combattu l'effusion de l'Esprit, ont déclaré:

"Nous ne vous battrons plus" et vint à l'autel.

Des réunions de rue ont eu lieu tous les soirs dans le coin le plus fréquenté de notre
voiture Gospel, et la ville était agitée. Les gens pleuraient en se tenant devant la voiture.
Un cher homme est venu avec les larmes coulant sur son visage et s'est agenouillé sur le
marchepied de la voiture pendant que frère Dougherty (qui a organisé toutes les
réunions) priait avec lui alors qu'il pleurait son chemin vers le Calvaire.

L'ASSEMBLÉE DE SALEM VIENT À NOTRE AIDE Tout en tenant une réunion de l'après-
midi à Salem, le pasteur de l'église de Salem a décidé de fermer ses portes pendant le
reste des réunions, et avec sa femme, ses filles et son troupeau de venir à notre aide. Ils
ont apporté avec eux leurs instruments de musique, se sont chargés de la musique et ont
été une bénédiction pour tous.

Au moment de clore les réunions, de nombreux hommes d'affaires et travailleurs


chrétiens ont proposé de louer le grand auditorium, pouvant accueillir des milliers de
personnes, si nous restions encore une semaine. Nous avions cependant promis Viola,
Del., Et fermé le dimanche soir avec des milliers de personnes affamées de Dieu, les
longs bancs d'autel étaient remplis et remplis.

La Virginie est un merveilleux territoire; nous espérons que nous pourrons à nouveau
visiter ce bel État avec ses montagnes et ses vallées et ses maisons accueillantes.

GOSPEL AUTO NEWS (juillet 1918)

"Jamais vaillant guerrier n'a repris avec une marche plus conquérante, ou un cœur plus
fidèle palpitant à l'intérieur, ni plus méritant cet hommage public que notre fidèle"
Pentecostal Gospel Car "."

107
De la ville la plus septentrionale du Maine, par la frontière canadienne à la ville la plus
méridionale des États-Unis d'Amérique, sans se laisser intimider par la montagne ou la
vallée, elle a transporté régulièrement et en toute sécurité non seulement les messagers
mais aussi le message, et cela a été effectivement et en vérité un Flaming Evangel,
déclarant en lettres d'or, qui brillait souvent dans les yeux stupéfaits des spectateurs
avec un effet aussi surprenant que l'écriture manuscrite sur le mur du palais de
Belshazzar il y a longtemps.

Des milliers de personnes et de véhicules ont afflué à côté de la voiture évangélique,


mais à l'abri de l'esprit de peur de l'homme et imperméables

à la critique, instantanée en saison et hors saison, la Gospel Car n'a jamais caché sa
lumière sous le boisseau, que la fête gay bridai se précipite avec des éclats de rire et des
fleurs d'oranger parfumées, ou que la procession fanerai, avec un corbillard à plumes
sombres, et des personnes endeuillées vêtues de noir, que ce soit les chüdren dansants
qui roulaient ou le vieillard faiblement appuyé sur sa canne, il a solennellement
demandé à tous: «Où passerez-vous l'éternité? en déclarant que «le jour du jugement
arrive» et en les exhortant à «faire droit avec Dieu».

Souvent, alors que nous ralentissons au milieu de la circulation dense de la ville, il


semblerait que l'on ne soit pas impliqué dans la vie de Gospel Auto comme si de
nombreux piétons habituellement calmes sur le trottoir, jusqu'ici plus calmes
poursuivant leur routine quotidienne, s'étaient soudainement et involontairement
transformés en ardents prédicateurs de rue. , qui, hors d'eux-mêmes, exigeait de tous et
de tous, dans des tons qui électrisaient leurs concitoyens: "Où passerez-vous l'éternité?"
Ceux qui se trouvent à distance de la voix regardent avec stupeur le regard de l'orateur,
ils voient eux-mêmes la voiture et se posent la grande question "?"

Parfois, lorsque nous quittons la voiture pour une course, nous constatons au retour
qu'une foule s'est rassemblée autour de la voiture fidèle qui tient sa propre réunion de
rue et prêche toute seule; et qui peut dire avec quels résultats pour l'éternité?

Aucun membre de notre parti ne prend une part plus active ou ne rend un service plus
efficace et obéissant dans chaque branche du service que la voiture de l'Évangile.

Y a-t-il un millier de tracts à distribuer par les voies et haies, ou placés dans les bacs B. F.
D.? La voiture Gospel est prête.

Y a-t-il une réunion de rue qui aura lieu? Il y a un prédicateur qui peut toujours
dépendre de Gospel Car.

Faut-il une chaire? Le haut descend et voici la voiture pour une chaire. Faut-il un stand?
Le pare-brise s'ouvre pour contenir la Bible et le livre de chansons. Un autel nécessaire
où le pénitent peut pleurer son chemin vers le Calvaire? Le marchepied rend un bon
service, toujours prêt à recevoir les larmes abondantes du chercheur et du travailleur
alors qu'ils s'agenouillent ensemble.

108
Y a-t-il un couple âgé, ou une mère qui a passé de longues heures à écouter avec bébé
dans les bras, à ramener à la maison? La voiture Gospel est prête. Un lourd fardeau à
porter? Une course à faire? Des messages de mégaphone de rue retentissent? La voiture
Gospel est prête. Y a-t-il besoin d'une table sur laquelle étaler le modeste repas du soir

préparé sur le camping au fait? plats, ou une boîte de f00 (j besoin? La voiture Gospel
répond au besoin.

Y a-t-il un besoin de lit et de literie pour le voyageur fatigué? La Gospel Car transporte
un lit pliant sur son marchepied, et un autre est formé par le siège avant, qui se repose
sur ses charnières, réunissant les sièges avant et arrière en un lit relativement
confortable. Lorsque les prières et (bonnes nuits) ont été dites par le scintillement du
campfïre, la voiture évangélique offre protection et repos sous les pins qui chuchotent.
Lorsque l'éditeur, pressé de toutes parts, cherche le calme et le repos avec la Bible ou la
machine à écrire, c'est la Gospel Car qui l'emmène dans un endroit calme en dehors de la
foule.

LA MARIÉE MOURANTE

Les réunions terminées, les dernières lumières éteintes dans le camp, les fonctions de la
Gospel Car sont-elles terminées?

Peut-elle se reposer? Non! Des pas rapides et un message urgent nous implorent de nous
rendre immédiatement sur le lit mourant d'une jeune mariée qui, mais quelques heures
auparavant, avait écouté notre message et avait ensuite été subitement frappée et
décédait. Il est à des kilomètres de là, sur une route de campagne sombre et périlleuse.
Comment arriver à temps? La voiture de l'Évangile est prête et accélère un messager
rapide de miséricorde, ne s'arrêtant jamais jusqu'à ce qu'elle se tienne près de la porte
de la petite maison, où les lumières de minuit et les formes ténébreuses témoignent de la
présence de l'ange de la mort, dont les pignons sont même maintenant écartés pour
emporter le forme élancée de la belle jeune mariée.

À travers les heures d'attente, où les mourants et les vivants se sont accrochés à nos
mains et à nos mots pour la force et la consolation, jusqu'à ce que le dernier au revoir ait
été prononcé et que la douce voix s'estompa en silence avec les mots: "Rencontrez-moi
dans le ciel!" et le dernier souffle s'éloigna doucement; et pendant les heures de maman,
tandis que les parents endoloris étaient réconfortés, et les anges en vol stationnaire se
réjouissaient alors que le jeune mari se mettait à genoux devant la forme immobile de
son être cher et donnait son cœur à Jésus, la voiture de l'Évangile se tenait
silencieusement sous les rosées de la lumière, luisant doucement à la lumière des étoiles
exhortant chaque voisin à quitter la maison avec révérence, les têtes découvertes, pour
se rappeler que pour eux aussi, le "Jour du Jugement arrive: aller droit avec Dieu".

Et quand de nouveau la voiture évangélique m'avait ramené à la maison, cette fois pour
prêcher le sermon funéraire, alors que je regardais dans le

109
visage doux reposant maintenant dans le cercueil blanc fleuri, je pouvais saisir l'écho de
ses mots alors qu'elle me souriait et disait:

"Soeur McPherson, je suis contente que vous soyez ici, et je vous retrouve au paradis."

Puis derrière les chevaux sûrs qui tiraient le corbillard et les voitures sur les cols de
montagne pierreux (considérés comme trop difficiles pour les autres voitures) et les
collines si raides que le nez de la voiture pointait vers le ciel, avec une falaise à pic au-
dessus et un précipice baillant en dessous ; puis vers le bas dans les vallées où nous
avons trouvé des ruisseaux de montagne swoÜen, où l'eau est venue sur le marchepied
de la voiture jusqu'à ce que quelqu'un crie:

"Nous ne pouvons sûrement pas aller plus loin!" Mais NON, la Gospel Car, avec un
rugissement déterminé de ses moteurs et un changement rapide de ses vitesses, a
émergé de son plongeon dégoulinant, haletant, mais triomphant.

Quand la petite forme avait été posée sous les pins au sommet de la montagne, dans
l'espoir certain et certain d'une résurrection glorieuse dans ce pays où les larmes sont
essuyées, la Gospel Car, ayant surmonté toutes les difficultés (parfois à fond de la boue,
encore sur des rochers déchiquetés qui crachèrent cruellement ses pneus, testés et
menacés à chaque main), à travers elle, tout a continué sur le voyage de retour jusqu'à ce
que nous atteignions notre destination et son travail a été fait, puis avec un long soupir
expirant, un fatigué le pneu a coulé lentement au sol. Néanmoins (bat lui et frottez-le
comme nous le ferons), comme tous les autres vrais guerriers d'acier, la Gospel Car
porte ses honorables cicatrices de bâton, sans lesquelles aucun héros n'est vraiment
décoré.

Contemplant la marque de cicatrice de chauve-souris, nous rappelons avec un cœur


joyeux chaque scène que ces cicatrices représentent.

À travers les nombreux kilomètres parcourus, le moteur ne nous a jamais causé de


problèmes, mais de nombreux pneus ont été rapiécés et re-patchés, réparés et renforcés
jusqu'à ce qu'une lettre joyeuse accompagnée d'un don réponde au besoin pressant,
spécifiant que cette offre était pour Gospel Auto Work.

DES VIES SAUVÉES PAR LA VOITURE D'ÉVANGILE

"Chère sœur McPherson:

"Louez Dieu de vous avoir envoyé, vous et votre Gospel Car, dans notre ville. Si vous
n'étiez pas venu ici, mon frère, sa femme et sa belle-sœur auraient probablement été
enflés en enfer, car mon frère avait résolu de tirer sur les deux eux et lui-même, mais
alors qu'il était sur la place, il a vu

La voiture de Dieu passe et il lit: "Où passerez-vous l'éternité?" iT le retint et le saisit. Il


est entré et a dit à sa femme (une femme très méchante, une fille de gardien de salon).
Elle est trop caca! et endurcit son cœur, même si elle le savait désespéré.

110
Très peu de temps avant qu'ils ne le trouvent dans le sous-sol de la cella, le gaz était
ouvert à deux heures du matin, inconscient - en cinq minutes de plus, il aurait passé
toute l'aide terrestre, a déclaré le médecin.

"Mon frère a été merveilleusement reconnu coupable et a depuis été sauvé et cherche
maintenant le baptême du Saint-Esprit. Cela vaut la peine de prier. Après cinquante-cinq
ans de prière par Mère, il a finalement cédé à Dieu. Bénissez son nom» C. A. S.

VIOLA, DELAWARE

Nous étions obligés de conduire jour et nuit pour prendre nos rendez-vous à temps.
Nous avons trouvé les saints pleins de foi et de bonnes œuvres, et les réunions tout au
long étaient à une époque d'accélération et de renforcement spirituels. Le bâtiment était
encombré comme jamais auparavant d'une foule la plus vive, écoutant avec impatience
le déroulement du plan divin des âges pour le salut de l'humanité, et la conviction était
grande; un frère catholique s'est enfui du bâtiment, déclarant qu'il devrait aller à l'autel
s'il restait plus longtemps.

La réunion terminée, nous avons commencé pour Philadelphie et New York, conduisant
toute la nuit, atteignant Philadelphie avant l'aube. Nous ne nous sommes pas arrêtés,
mais nous nous sommes pressés sur la plage d'Adantic, où nous nous sommes reposés
sur le sable pendant une heure, en contemplant la grandeur de l'œuvre de Dieu. Pressant
de nouveau à Long Branch pour rencontrer certains des chers saints et de là à New York,
avant de dormir.

CHAPITRE XVIII. CAMP LARGE NATIONAL, PHILADELPHIE

"Il arriva même de passer, comme les trompettistes et les chanteurs comme un seul,
pour faire entendre un son en louant et en remerciant le Seigneur ... qu'alors la maison
fut remplie d'un nuage, même la maison du Seigneur, de sorte que les prêtres ne
pouvaient pas supporter de servir à cause de la nuée car la gloire du Seigneur avait
rempli la maison. "

II Chron..5: 13,14

À l'automne 1917, alors que nous traversions Philadelphie en route pour la Floride, nous
avons eu le privilège de passer deux jours avec les chers saints là-bas et d'assister aux
réunions qui se tenaient alors dans une grande tente. Le Seigneur a gracieusement
répandu son Esprit sur tous et quand de nombreux saints nous ont suppliés de revenir

111
pour une série de réunions, le Seigneur a témoigné dans nos cœurs que c'était de lui, et
après beaucoup de prière et de correspondance, une Nation La réunion du camp était
prévue. Père m'a dit de prier avec ferveur pour de l'argent pour acheter une grande
tente du Tabernacle qui serait assez grande pour accueillir les gens. Un avis a été inséré
dans l'appel de Bridai. Des amis se sont rassemblés et des offrandes sont arrivées.

Le problème était: où était la tente? Le gouvernement avait réquisitionné les grandes


installations de fabrication de tentes, et même si le Seigneur nous a assuré qu'il avait la
bonne tente pour nous et qu'il livrerait à temps, j'avoue que nous étions impatients à
l'approche de la date de la réunion du camp national.

Chaque fois que j'allais au Seigneur, il disait:

"Tout va bien. Tu auras ta tente", mais en attendant mes lettres ici et là à différentes
personnes n'apportaient aucun espoir. La seule tente qui conviendrait le mieux à mes
besoins était à New York et était tenue à trente-cinq cents dollars, et c'était hors de
question. Parfois, l'ennemi chuchotait:

"Vous avez pris l'argent des gens pour la tente, supposons que vous n'obteniez pas cette
grande tente, qu'allez-vous leur dire?" Mais Jésus a dit: "Que ton cœur ne soit pas
troublé."

Après deux ans d'expérience, j'ai eu mes propres idées sur le type de tente que je
voulais, sa taille, sa forme, sa capacité en sièges, sa texture et sa fabrication:

qui permettrait de faire tomber la pluie, d'être résistant à la moisissure, bien encordé et
haubané arrangé avec un système de blocage et de levage de l'abaissement et de la
remontée. Où acheter une telle tente?

Lorsque nous sommes arrivés dans la ville de notre été, au travail, il y avait la tente
même de mes rêves et de mes prières, dans un grenier d'un immeuble du centre-ville,
tous attachés dans des sacs, des pôles et des piquets complétés, prêts à être érigés.
Alléluia! Nous sommes allés le regarder, avons grimpé les escaliers, et comme nous
sommes montés vers le ciel, nos cœurs montés aussi comme la tente nous a été décrite,
sa taille et ma terial, dix onces, canard de l'armée américaine, double fïll et double
torsion, double couture, splendides cordes, bloc et matériel, etc., qui n'avaient jamais été
érigés, valent aujourd'hui vingt-cinq cents dollars et pouvaient être achetés à dix-huit
cents espèces , mais je sentais que quinze cents dollars étaient tout ce que le Seigneur
voulait que nous payions pour cette tente; et bien qu'au début ils n'acceptent pas cela,
alors que l'homme se tenait dans la porte et lisait le panneau "Le jour du jugement
arrive, allez droit à Dieu", son visage est devenu pensif et il a dit qu'il nous le ferait
savoir plus tard, et bien sûr Père a ouvert la voie.

Cette tente avait été commandée et construite pour un évangéliste que Dieu utilisait béni
à Son service. Lorsque le baptême du Saint-Esprit a été prêché, cet évangéliste a refusé la

112
lumière, a pris position contre l'effusion de l'Esprit et il est tombé très malade pendant
des mois.

La tente, que Dieu voulait dire pour la Pentecôte, est restée toute neuve dans ses sacs au
bureau du fabricant de tentes, avec les instructions qu'elle ne devait être vendue qu'à
des fins religieuses. La nouvelle est venue que nous pourrions l'avoir pour quinze cents
dollars, et elle a été rapidement emballée, avec des foules de gens l'entourant buvant
dans le message du salut par le sang précieux, le baptême du Saint-Esprit et la venue
prochaine de Jésus.

Si cette tente avait été achetée dans une autre ville, il est très improbable que nous
aurions pu la faire expédier en raison de l'embargo qui, à l'époque, avait paralysé le fret
dans tout le pays. Et même s'il aurait pu être expédié, il aurait fallu le faire envoyer par
exprès car le temps était si court et les frais de livraison auraient été énormes, alors
notre Père céleste a tout prévu et avait la tente juste dans le même ville où devait se
tenir la réunion.

GLOIRE DE DIEU DANS LA VILLE DE TENTES

Les beaux terrains de camping étaient situés sur une colline, près de la rivière, et étaient
abrités par des arbres à l'ombre élevée. Des rangées et des rangées de petites tentes ont
été érigées en carrés autour de la nouvelle grande tente Gospel avec sa toile blanche
neige.

Les tentes à manger, les dortoirs, les tentes de lecture et de repos ont été érigés et
bientôt le terrain a pris l'apparence d'un camp bien organisé. Les dirigeants eux-mêmes
ont retroussé leurs manches et ont aidé avec une bonne volonté pour le confort futur
des autres. Les camions lourds roulaient avec beaucoup de lits, de lits, de sièges, de
vaisselle, de matériel de camp, mais au milieu de tous les gros seins et les frères et sœurs
de la préparation ont trouvé le temps de crier et de louer Dieu. Les arbres faisaient écho
aux alléluia des saints. À leur arrivée, les nouveaux arrivants ont retroussé leurs
manches et se sont mis au travail. Même la nuit avant l'ouverture de la réunion du camp,
la gloire de Dieu semblait se poser sur l'endroit alors que nous nous réunissions autour
du grand feu de joie pour jouer, chanter et adorer le Seigneur pour ce qu'il était sur le
point de faire au milieu de nous.

L'image de centaines de saints debout sur leurs pieds avec les mains levées vers le ciel,
les yeux fermés, et leurs visages tournés ruisselant de larmes alors qu'ils chantaient,
pour ainsi dire, une nouvelle chanson, et des hymnes célestes exprimés par le Saint-
Esprit à travers leurs lèvres merveilleux accords d'harmonie d'amour et d'action de
grâces, est un spectacle à ne jamais oublier, et ressemble beaucoup à la conception que
j'ai toujours eu de ce que cela doit être d'être au Ciel devant le trône du Dieu Très-Haut.

Oh, si vous ne pouviez que les entendre prier, priez comme jamais je n'ai entendu les
gens prier auparavant, chacun oubliant son prochain, oubliant tout le monde sauf le
Seigneur qui répond à la prière; priant à haute voix de toutes leurs forces, des centaines
113
d'entre eux à la fois, jusqu'à ce qu'aucune voix ne puisse être distinguée au milieu, car ils
sont tous mélangés dans un puissant cœur palpitant d'amour et de désir pour que Dieu
ait son chemin, qui culmine rapidement dans -adoration, et coule comme un fleuve de
louange directement au trône de Dieu. Inutile de dire que la réponse vient généralement
avant la fin de la prière.

Le camp présente une scène très émouvante et inspirante tous les soirs. Après le souper
dans la tente à manger; les gens se déplacent pour se préparer pour la réunion du soir. Il
est courant de voir un petit groupe de deux ou trois personnes agenouillées dans les
allées ou sous les arbres, pour présenter à Dieu tout ce qui pourrait leur arriver. Alors
que les ombres du soir s'allongent, les lumières s'allument dans le grand

Tente du Tabernacle, et. les saints fuU bientôt l'intérieur brillant. Bientôt, l'air de la nuit
retentit des chants et des éloges des cœurs débordant de l'amour de Dieu. Après la
rencontre, il n'est pas rare d'entendre des voix en supplication et des louanges se
poursuivre dans les tentes.

La nuit précédant cette écriture a vu une scène qui a fait fondre bien des cœurs. Une
extrémité de la grande tente du dortoir pour femmes a été consacrée à une réunion
d'enfants, et là, les petits lits ont été utilisés de manière merveilleuse par l'Esprit.
Beaucoup de petits ont glorifié Dieu, parlant dans d'autres langues.

Un certain nombre de parents étaient là et leur cœur s'est rempli de sentiments alors
que le Saint-Esprit travaillait sur les enfants. Ce fut une rencontre à ne jamais oublier.

ALLER DANS LA GUEULE DU LION

Lorsque la ville des tentes a été érigée pour la première fois sur cette belle colline, où la
terre et le ciel semblent se rencontrer, nous avons constaté que nous étions dans un
quartier à soixante-quinze pour cent catholique romain, avec des institutions et des
collèges à proximité. Des gangs de garçons patrouillaient jour et nuit sur le terrain,
surveillant tout et tout le monde, ressentant un grand ressentiment face à notre invasion
de la colline, qui avait été leur propriété spéciale depuis qu'ils se souvenaient. Puis,
lorsque les réunions se sont ouvertes et que la puissance de Dieu a commencé à chuter,
et qu'il y avait des cris, des danses et de nombreux prosternés, toute la communauté a
été enfoncée dans ses profondeurs. Ils ne l'avaient jamais vu de cette façon auparavant.

La nuit suivante, une énorme foule remplit la tente et se tenait tout autour de l'extérieur.
Chaque fois qu'il y aurait une manifestation de l'Esprit, ils éclataient en éclats de rire, de
ridicule et de moquerie. Alors qu'un service d'autel était tenté, les voyous se pressaient
dans la tente dans un corps, se tenant au-dessus des demandeurs, se moquant et se
moquant. Le deuxième lundi, la nuit est arrivée avec la pire foule que nous ayons vue
jusqu'à présent.

Il semblait que les gens étaient fous de colère, et beaucoup venaient avec des gourdins et
des gourdins à la main.

114
Il y avait des gangs organisés avec des chefs, portant des sifflets, qui donnaient des
signaux à leurs hommes. Détectives nous a ensuite indiqué qu'il s'agissait d'un
programme préétabli pour essuyer chaque tente du sol cette nuit-là, et des menaces
ouvertes avaient été proférées à cette fin.

Le diable avait soigneusement élaboré ses plans. Une émeute a eu lieu dans le centre de
la ville cette nuit-là entre blanc et coloré; aucun policier n'était disponible pour
maintenir l'ordre sur les lieux de réunion du camp. Dans les deux sens, de long en large,
la foule s'est élancée autour des tentes. Parler était impossible et tout ce que nous
pouvions faire était de chanter et de nous accrocher à Dieu. «Rocher des âges, fente pour
moi», «Plus près. Mon Dieu, pour toi, c'est bien pour mon âme», «Jésus, ô combien doux
le nom», étaient parmi les nombreux hymnes chantés par les saints, comme nous le
gardions tous dans l'esprit de la prière.

La réunion a été levée tôt, sans aucun service d'autel. La foule déferle à travers la tente
et sur le terrain, comme une ruche de frelons. Un policier est finalement arrivé sur le
terrain, mais il n'a pas pu faire face à la situation.

Le Seigneur a semblé m'imposer d'appeler toute une nuit de prière, pour régler cette
question une fois pour toutes. Les saints ont facilement accepté et se sont rassemblés
autour de moi. Nous avons commencé à prier les uns après les autres pour le salut de ces
garçons et de ces hommes. Nous avons prié pour un réveil; prié pour que Dieu fasse son
chemin.

Depuis lors, il n'y a eu aucun problème d'aucune sorte avec les gens de l'extérieur.
L'opposition s'est fondue comme de la neige avant le soleil d'été.

Ce trouble extérieur nous a apporté le soutien des différents membres du clergé. Un


prédicateur baptiste s'est tenu sur l'estrade et a donné sa parole qu'il resterait à nos
côtés jusqu'à la fin. Un autre clergé; Un homme de l'église épiscopale a dit qu'il avait dit à
ses garçons de bien se comporter et que s'ils ressentaient le désir d'aller de l'avant pour
le salut, au pso .. I

Les membres de l'Église, les chefs de classe et les ministres affluent vers nous, et
beaucoup ont reçu le Saint-Esprit depuis le début de ces réunions.

Nous constatons également qu'il y a un grand nombre de personnes qui n'ont pas de
maison d'église, et beaucoup qui n'ont jamais été à l'église. Il s'agit d'un groupe de
personnes surpris et intéressé sur lequel Dieu se déplace également puissamment. Nos
anciens ennemis ainsi que nos amis demandent maintenant notre littérature et un grand
nombre de tracts et de brochures fut distribué.

Les policiers, habitués à gérer de grandes foules, nous ont dit qu'il y avait entre huit et
dix mille personnes sur le terrain dimanche soir, et je n'ai jamais été témoin d'un
meilleur ordre.

115
Deux jeunes femmes qui sont venues au niock et ont dit que c'était dommage de garder
les gens couchés sous le pouvoir comme nous l'avons fait, ont soudainement commencé
à pleurer, pleurant fort pour le salut, et en 15 minutes quinze minutes étaient sur le dos
sous la puissance, parlant en langues et louant Dieu. Une autre jeune femme est venue se
moquer, et après l'appel de l'autel après un certain temps, elle était profondément sous
la conviction et s'est approchée de l’autel. Ce pouvoir la frappa soudainement et la laissa
prosternée sur le sol devant l'autel. Elle a été sauvée et en très peu de temps a
commencé à parler dans un flux de langues si clair que beaucoup l'ont remarqué, puis
elle a donné une interprétation pleine de la gloire de Dieu.

Un homme est sorti de la foule et a exigé qu'on lui donne le salut.

Il était invité à se laisser imposer les mains s'il tenait à le recevoir, mais la peur lui
remplissait le cœur et il s'en alla, déclarant qu'il ... trouverait quelqu'un d’autre qui la
recevrait. Fidèle à sa parole, il est venu avec la tante de la fille. Elle prit brutalement
l'enfant par la main, me conduisit sur un siège, où elle lui parla brusquement, et la gifla
au visage ... A cet instant la puissance de Dieu frappa la tante et la projeta sur moi par
terre. Qui était-elle pour résister à Dieu? La tante a quitté la réunion avec la main de
Dieu sur elle, soutenue par deux amis, et la dernière fois que nous avons entendu parler
d'elle, elle était malade et alitée.

Un vendeur ambulant qui a été témoin du baptême de cette jeune femme, est sorti avec
une déclaration selon laquelle il ne faisait aucun doute que c'était la puissance de Dieu et
qu'il commencerait à chercher la même chose! expérience.

Les gens de toutes dénominations amènent leurs malades pour qu'on prie pour eux. Un
père a amené son petit enfant émacié et souffrant d'une faiblesse du corps qui ne lui
permettait pas de marcher. Le petit a été prié pour, et quand il a été placé sur ses pieds,
la joie et le bonheur fiers ont brillé du visage du père, alors que le petit commençait à
faire des pas pour la première fois depuis des mois.

Un enfant qui était un spectacle pitoyable à regarder, avec une terrible maladie de la
peau, et était couvert de plaies, a été instantanément guéri par la puissance de Jésus.

Une jeune femme, par écrit, raconte: "La danse de Saint Vitus et des troubles nerveux
graves m'ont torturée pendant de nombreux mois. Mon visage et j'ai tremblé de sorte
que j'avais honte de m'asseoir en réunion. On a prié pour moi et le démon a été
réprimandé, de sorte que Je suis tout entier en pleine sante sans tremblement

Oh quel repos! Quel soulagement quel Sauveur! "

Une nuit, une jeune Polonaise courut vers l'autel, et ce ne fut que peu de temps qu'elle se
leva d'un bond et le visage brillant de gloire, s'écria:

"Je suis tellement heureuse, je l'ai." Plus tard, elle a reçu son baptême et a demandé la
permission de parler avec son propre peuple dans leur langue au sujet de ce glorieux

116
Jésus qu'elle venait de découvrir. Puis elle a raconté en anglais la même histoire pendant
que la gloire du Seigneur remplissait la tente. Une femme qui habitait dans le quartier et
qui était venue voir, est tombée sous le pouvoir au moment où elle quittait la tente. Une
foule de badauds s'est rapidement rassemblée, et son fils l'a emmenée, mais le Seigneur
avait fait le travail, et elle s'est exclamée, alors qu'elle était emmenée: "Je l'ai."

Sœur Elizabeth Sisson, de New London, Connecticut, et frère Cyrus B. Fockler, de


Milwaukee, sont arrivés peu de temps après l'ouverture, et Dieu a merveilleusement
utilisé leurs messages lors des réunions.

Après un service du matin, quand presque tout le monde était allé au repas de midi, une
petite fille de douze ans était restée inaperçue dans la paille. Un frère, cependant, a
estimé qu'elle donnait des messages et les interprétait. Il s'approcha d'elle, et avec un
consentement d'autres suivirent, et dans le silence qui suivit, elle parla en langues et
interpréta les messages pendant près d'une demi-heure.

Des messages d'exhortation, de plaisanterie et de réconfort, beaux dans leur


construction et leur exhaustivité, coulaient de ses lèvres. Elle avait convoqué une
réunion.

Un homme a témoigné que Dieu lui avait fait un rêve la nuit précédente dans laquelle les
petits enfants choquaient le com. En vérité, Dieu utilise les petits de cette manière.

Une autre petite heure de six ans, soudainement remplie de pouvoir, a commencé à
danser d'une manière assez enfantine. Sœur McPherson, dirigée par l'Esprit, a placé la
petite sur le rail de l'autel, et pendant vingt minutes, la petite fille a prêché Jésus à une
multitude venue pour regarder l'œuvre de Dieu. C'était un spectacle à ne jamais oublier
car le doux visage de petite fille brillait de la gloire de Dieu, et sa voix enfantine appelait
les pécheurs à connaître ce Jésus qu'elle connaissait.

Deux jeunes femmes, une catholique, une méthodiste, se sont moquées et ont fait
semblant d'être très amusées, dans le but de cacher la vraie conviction qui était dans
leur cœur. Quelqu'un m'a dit que je devais leur parler, mais nous n'avons fait que prier.

Ils semblaient devenir plus calmes après ça, et j'avais oublié jusqu'à ce que, tout en
priant à l'autel, quelqu'un vienne et dise:

"Ma sœur, il y a deux jeunes filles là-bas qui veulent vous parler."

Faisant mon chemin à travers le public, j'ai trouvé les deux mêmes filles avec des visages
très différents. AU rire avait disparu, leurs yeux étaient rouges de pleurer, et en réponse
à mon invitation:

"Oh, les filles, ne voulez-vous pas vous mettre d'accord avec Jésus ce soir? Ne vous
agenouillez-vous pas, confessez vos péchés et ne lui donnez pas votre cœur?" Ils
tombèrent des genoux des chaises et commencèrent à prier et à pleurer à haute voix:

117
"Seigneur, pardonne-moi. Dieu soit miséricordieux envers moi, pécheur."

Appelée dans une autre partie de la tente, moi, j'ai cherché quelqu'un à qui je pourrais
demander de prier avec ces filles. Près de moi, et regardant, il y avait un chef de classe
méthodiste et un directeur d'école du dimanche, avec qui j'avais parlé il y a quelques
instants, et qui était venu enquêter sur la Pentecôte et voir s'il y avait quoi que ce soit
dans tous ces cris et parler en langues .

"Frère, vous venez et aidez à prier pour ces êtres chers, afin qu'ils soient sauvés", avons-
nous demandé.

Sans hésitation, ils sont tombés à genoux et ont commencé à prier pour les jeunes
femmes qui sanglotaient.

Comme j'aurais aimé pouvoir te faire voir la vue qui a rencontré mes yeux lorsque nous
sommes retournés de ce côté de la tente!

Alors que les deux frères méthodistes avaient prié les yeux fermés, le pouvoir était
tombé et les deux jeunes filles étaient tombées prosternées sous le pouvoir et recevaient
le baptême du Saint-Esprit et commençaient à parler avec d'autres langues.

Le petit groupe,

dont beaucoup étaient des pécheurs, qui se tenaient autour des filles, ont été très
impressionnés par le pouvoir et la vision que la fille a décrits, et comme nous chantions
sur le sang précieux qu'elle a décrit, même le policier catholique a levé les mains et s'est
joint à la chanson avec nous.

L'Esprit m'a impressionné de demander au chef de classe méthodiste de terminer dans


la prière. Dans son humble prière, il a dit:

"Oh, Seigneur, Jésus, si c'est une nouvelle lumière pour moi dans ces derniers jours, s'il
te plaît, révèle-la-moi et baptise-moi, pour l'amour de Jésus, Amen."

Je venais de me tourner pour entrer dans la grande tente pour ma Bible, préparatoire au
départ pour ma propre tente, quand quelque chose est tombé avec un bruit sourd et un
cri au sol derrière moi, et tous les gens ont commencé à courir et à crier. Accéléré pour
voir ce que c'était, j'ai trouvé ce même chef de classe méthodiste allongé sur le dos sous
le pouvoir non, je devrais à peine dire sur le dos non plus, car il était vraiment juste sur
la tête et les talons, le corps levé du sol par la puissance et ses pieds qui tournent en
rond.

Avant de pouvoir l'atteindre, il criait en langues et louait le Seigneur pendant que


l'Esprit prononçait. Au bout d'un moment, il bondit sur ses pieds et fit le tour de la tente
en sautant et en louant Dieu.

118
La nuit suivante, il a amené près d'une douzaine de son église et a dit que son fils qui
étudiait pour être missionnaire en Amérique du Sud allait demander le baptême.

NOTES DU RAPPORT DE SOEUR P. BENT

"Dimanche soir, la foule était plus grande que nous n'en avons jamais vue. Il devait y en
avoir des milliers sans exagérer dans les jardins. La tente était tellement bondée que
chaque siège était rempli; les gens étaient dans les allées, assis sur le plancher de la
plate-forme, et se tenaient plusieurs profondément autour du Tabernacle à l'extérieur
de la toile.

"Soeur McPherson avait un puissant message de Dieu, fraîchement sorti du trône, dans
lequel elle nous a donné un bref aperçu de la Bible d'un bout à l'autre, faisant ressortir
avec une grande beauté et tendresse la vie et la mort de notre cher Sauveur, Jésus-Christ.

"La vieille histoire de l'Évangile n'a pas été racontée en vain, mais elle a de nouveau
apporté des dizaines de fois aux pieds du Rédempteur.

Oui, l'espace entre la plate-forme et la congrégation était tellement encombré d'hommes


et de femmes à la recherche du Seigneur qu'il n'y avait guère de place pour mettre nos
deux pieds en un seul endroit à la fois. O, il a été béni de voir toutes sortes et couleurs
aux pieds du même Jésus. Nous n'oublierons jamais cette belle vue. Quel merveilleux
salut nous avons à offrir à ce monde triste, douloureux et pécheur d'hommes et de
femmes perdus et insatisfaits.

"Lundi, l'Esprit a été si puissamment démontré qu'il était impossible de prêcher.


Plusieurs fois, frère Fockler s'est efforcé de diffuser la Parole, mais il y a eu message
après message en langues, avec interprétation suivante. L'Esprit est alors tombé si
puissamment en baptisant et en oignant ce rien de si puissant n'avait été vu depuis le
début du camp.

"Lors de la réunion du soir, la même chose s'est répétée,

lorsque des dizaines de mains leur furent imposées pour le service et tombèrent sous la
puissance; mais avant cela, sœur McPherson a prononcé l'un des sermons les plus
convaincants que nous ayons jamais entendu prêcher. Il lui a été donné de montrer si
vivement au pécheur le sens d'une éternité sans fin de désespoir, où il n'y aurait plus
jamais la moindre lueur d'espoir d'éclaircir les ténèbres, que beaucoup ont été amenés à
ressentir la nécessité d'être prêts à se tenir devant Dieu.

"O, comment ils ont afflué à nouveau vers l'autel, de grands hommes et femmes sains
d'esprit, se rendant compte de l'horreur de l'éternité et louant Dieu, beaucoup ont dû
trouver le Sauveur du péché alors que le pouvoir de swing tombait tout autour de nous."

Aucun amadou n'était nécessaire pour amener les pécheurs à venir à l'autel. Il n'était pas
rare de voir des hommes forts courir littéralement dans l'allée avec des larmes coulant
sur leurs visages, se jetant aux pieds de Jésus et sanglotant de grâce.

119
Il y a ici des saints qui sont nés en Italie, en Russie, en Lituanie, en Allemagne, en Suède,
en Pologne, en Finlande, en Hollande, au Canada, en Irlande, en Angleterre et en Égypte.

Tous sont venus glorifier le nom de Jésus.

"J'ai été élevé dans l'église catholique, et quand j'ai entendu qu'une ville de tentes était
en train d'être érigée sur la colline près de notre maison, et que les gens là-bas criaient,
dansaient, tombaient sous le pouvoir, parlaient en langues, etc. ., J'ai couru tout le
chemin vers le tabernacle pour voir ce que cela signifiait.

"Quand je suis arrivé au pied de la colline, j'ai regardé à travers les arbres et j'ai vu les
tentes toutes illuminées, la fanfare jouait; les cornets, le trombone, le piccolo, le piano, la
basse et la caisse claire et les tambourins jouaient tous un nouvelle chanson que je
n'avais jamais entendue. Cette chanson que je chante maintenant, "Victoire". Quand j'ai
atteint le sommet de la colline, je pouvais voir par-dessus la tête de la foule beaucoup de
gens danser et sauter sur la plate-forme et dans le public. À la fin de la chanson, ils se
tenaient tous debout et criaient et criaient et chantaient le plus une musique étrange,
que j'ai apprise depuis, était l'hymne céleste chanté dans l'Esprit.

"Je ne pouvais pas m'approcher très près de la tente à cause de la grande foule, alors j'ai
demandé à quelqu'un près de moi:

'"Qu'est-ce que tout cela veut dire? Ces gens sont-ils fous? Que font-ils

Ainsi a danser et crier?

"Le gentleman a hoché la tête et a dit oui, il pensait qu'ils devaient être tous fous, pour
une telle réunion et un tel bruit qu'il n'a jamais entendu l'égal de sa vie. J'aurais pu le
comprendre si un ou deux étaient fous, mais comment tant de gens ont perdu la raison?
Il devait y avoir cinquante danses et cinq cents cris.

"À ce moment-là, j'ai eu l'occasion d'appuyer sur le doseur et une vue incroyable a
traversé mes yeux. Dégagée sur toute la largeur de la tente devant l'autel, et sur la plate-
forme, j'ai vu des hommes d'un côté de la tente et des femmes de l'autre côté" , tué
prosterné sous ce puissant pouvoir.

"Une jeune femme près de moi pleurait, de grosses larmes coulaient sur son visage,
disant:

"O! Jésus, sauve-moi; pardonne le passé et je te suivrai pour toujours." En quelques


instants, j'ai vu son visage devenir rempli de joie, et elle est tombée à la paille et parlait
bientôt en langues, langues étranges, mais O! Si propre et clair. Cela se passait tout
autour de la tente, pleurant, chantant, criant, dansant, pendant que je regardais
abasourdi. Puis, du bout de l'estrade où les malades étaient priés, plusieurs personnes
dansèrent et crièrent qu'ils étaient guéris.,

120
"Un homme boiteux a sauté si haut, eh bien je n'ai vu personne sauter aussi haut dans
ma vie, criant et louant Dieu. A minuit, la réunion était toujours en cours, mais j'ai dû
m'arracher.

"La nuit suivante, je me suis retrouvé là-bas, et je ne peux pas rester à l'écart; j'ai été
sauvé et baptisé du Saint-Esprit maintenant, et je suis O! Si heureux.

Je me moque de moi, je sais, mais je ris aussi, je suis tellement heureux. "

"Pendant des années, j'ai été un chrétien sérieux et un membre d'église, mais j'ai
toujours ressenti un manque et une aspiration à plus de pouvoir dans ma vie. Lorsque
cette réunion de camp est venue dans notre quartier, j'ai entendu les témoignages et la
prédication sur le Saint-Esprit et les preuves bibliques. , parlant en langues. Je savais que
c'était ce dont j'avais besoin, le Consolateur. Je suis allé à l'autel et j'ai commencé à
chercher.

«La sœur responsable est venue vers moi et m'a dit d'entrer par les portes de la louange,
et que le jour où je le chercherais de tout mon cœur, il serait trouvé de moi. J'ai
commencé à louer le Seigneur de tout mon cœur, et comme elle a posé ses mains sur moi
et a prié pour qu'elle décède, mais je suis tombée au sol sous le pouvoir et j'ai vu un
grand ange aux ailes déployées qui semblait atteindre jusqu'aux extrémités de la terre.

Ensuite, j'ai vu Jésus accroché à la croix et son sang en train de couler. J'ai reçu le Saint-
Esprit et il a prononcé les louanges de Jésus dans d'autres langues. Alléluia! Je suis
tellement contente d'avoir vraiment ressenti ça.

"Pendant des années, j'ai souffert avec mes yeux; j'ai porté du verre lourd mais j'ai
toujours eu ces douleurs perçantes et ma vue défaillante. J'ai prié dans cette tente il y a
trois jours, j'ai été parfaitement guéri, j'ai jeté mon verre, mon étui et tout le reste, et
peut lire la plus belle copie. Je donne à Jésus toute la gloire. "

CHAPITRE XIX. RENCONTRES DE LA MASSE À NEW YORK

"Le matin, sème ta semence, et le soir, ne retiens pas ta main ... car en vérité, je vous le
dis, vous n'aurez pas traversé les villes d'Israël jusqu'à ce que le Fils de l'homme soit
venu."

Ecc. 11: 6; Mat. 10:23

Pendant des mois, le Seigneur avait brûlé le message dans mon cœur:

"Sortez rapidement dans les autoroutes et les haies pénètrent dans les endroits éloignés,
et déclarez que Jésus arrive bientôt."

121
La Californie a sonné à mes oreilles, et le Seigneur nous parlait depuis un certain temps
de faire une distribution transcontinentale de tracts - Auto tour de l'Évangile Le
Seigneur nous avait si bien dirigés dans le passé que nous avons appris que c'était à Lui
voix.

Mon mari, qui avait assisté à la dernière partie de la réunion du camp à l'échelle
nationale, était retourné en Floride, et cela semblait une grande entreprise pour moi
d'envisager de conduire une voiture, qui avait été utilisée autant que la nôtre, moi-même
pendant si longtemps voyage.

En mettant le Seigneur à l'épreuve, je lui ai demandé si c'était sa volonté pour moi de


faire ce voyage pour m'aider à obtenir une nouvelle voiture plus puissante. Le comité qui
avait géré toute la fin financière de la réunion du camp a déclaré que bien que les offres
aient été bonnes, les dépenses étaient si élevées qu'il restait très peu à répartir entre les
nombreux travailleurs, de sorte qu'au moment où nos propres dépenses étaient payées
là-bas. ne serait rien vers la voiture.

Quand je l'ai mentionné à Mère, elle a dit: "Eh bien, demandez au Seigneur de vous aider
à vendre la vieille voiture à un bon prix, et je paierai le solde."

Inutile de dire que je n'ai pas perdu de temps à descendre la rue pour voir à ce sujet. En
une demi-heure, j'avais vendu la vieille voiture presque autant que je l'avais payée au
début, et en quelques heures il y avait une nouvelle voiture Gospel avec des lettres
dorées de six pouces disant: "Jésus arrive bientôt , préparez-vous "et" Où allez-vous
passer l'éternité? "

Avant de partir pour la Californie, une chaîne de réunions a eu lieu du Massachusetts et


du Connecticut à New York.

LONG HILL, CONN

Où une tente avait été érigée et des annonces publiées pour une réunion de fin de
semaine. Les saints se sont rassemblés dans les villes alentour et le Seigneur a
abondamment répandu son Esprit sur nous Certains ont été sauvés et plusieurs ont reçu
le baptême.

Parmi le nombre se trouvait un jeune homme qui cherchait depuis des années.

CAMP DE MONTWAIT

Ici, nous avons été rejoints par notre chère sœur, Elizabeth Sisson, qui avait travaillé si
fidèlement à la réunion du camp à l'échelle nationale à Philadelphie, et elle a voyagé avec
nous tout au long de cette chaîne de réunions, bénie du Seigneur.

La gloire du Seigneur est descendue, des saints étaient là de Philadelphie, New York,
Boston, Connecticut, New Hampshire, Rhode Island, et beaucoup ont été sauvés et
baptisés du Saint-Esprit, avec la preuve biblique, parlant avec d'autres langues.

122
WORCESTER, MASS

Une convention de trois jours a eu lieu à la mission pentecôtiste, dont HT Carpenter était
responsable, et alors que les saints qui arrivaient de l'extérieur de la ville élevaient la
voix pour louer les saints de Worcester, la gloire du Seigneur est descendue et s'est
reposée sur les gens jusqu'à ce qu'ils dansent, crient et chantent sous la puissance de
l'Esprit. Le Seigneur sauve les pécheurs et baptise les croyants.

UNITY HALL, HARTFORD, CONN

Les saints avec leur pasteur, frère N. G. Neilson, avaient engagé l'une des plus belles
salles de la ville, avec sept cents places assises. Le Seigneur avait donné à frère Neilson la
promesse qu'il déverserait son esprit dans cette réunion et louerait son nom, il a tenu
parole. Dieu a béni répandu son Esprit, et lors de certaines réunions, quatre ou cinq ont
été baptisés et un nombre similaire sauvé.

HAELEM CASINO, NEW YORK CITY (RAPPORT)

À New York, nous avons constaté que la foi de frère et sœur Vondrann avait outrepassé
les limites de leur salle de réunion et qu'ils avaient loué le grand casino de Harlem
pendant les cinq jours principaux de la Convention. Le frère Vondrann nous a divertis à
l'hôtel qui est situé au 115th Street et Manhattan Avenue. Le Mt. Olivet Assembly Hall est
situé au rez-de-chaussée de ce bâtiment, et nous avons trouvé qu'il était autrefois utilisé
comme salle de danse et salle de jeux. Quand ils ont donné leur cœur à Jésus, cette salle a
été renversée pour son cher service pour le salut des soûls et le baptême des croyants.
Alléluia!

Dès la première rencontre, la gloire du Seigneur a sauvé et rempli la salle de


l'Assemblée. Frère et sœur Vondrann ont diverti les saints sur le plan d'offre de libre
arbitre, avec une foi belle et simple. Ils nous ont assuré plus tard dans un témoignage,
après que tous les frais de location de Casino, etc., aient été rencontrés, que lorsqu'ils ont
ouvert la Convention, ils avaient exactement la somme de six dollars et demi dans la
trésorerie.

Il n'aurait pas pu y avoir de meilleur emplacement pour une convention pentecôtiste à


New York que le Harlem Casino, qui est facile d'accès par le métro, les voitures
surélevées, les voitures de surface et les bus. La salle accueillait quelque sept cents
personnes. Dimanche après-midi, le 6 octobre, lorsque les réunions se sont ouvertes au
Casino, pratiquement chaque siège a été rempli et des chaises supplémentaires ont été
apportées, tandis que la gloire de Dieu est tombée sur chaque saint.

Nous avons eu des invitations aux églises de la ville et avons parlé quotidiennement à la
réunion des hommes d'affaires de midi à l'église épiscopale méthodiste de John Street.

Ils nous ont donné la liberté de prêcher le baptême du Saint-Esprit avec la preuve
biblique, parlant en langues, et comme cette réunion a été largement assistée par des

123
travailleurs et des ministres chrétiens, un large domaine a été atteint, et ces réunions
étaient vraiment comme une pierre tombée dans eaux calmes, envoyant des ondulations
lointaines dans toutes les directions.

Parmi les personnes qui ont reçu le baptême dimanche après-midi se trouvait Mme
Emma M. Whittemore de l'œuvre "Door of Hope", bien connue dans le monde entier
comme une enfant bénie de Dieu et une travailleuse chrétienne de longue date. En
vérité, Dieu fait des choses grandes et glorieuses ces derniers jours.

Différentes nuits dix et douze, une nuit quatorze, se sont avancées pour le salut.

L'une des joies couronnantes de la convention de New York est venue lorsque l'épouse
du pasteur WK Bouton (qui cherchait sérieusement depuis deux ans, depuis que le
pouvoir est tombé à Corona), est tombée sous le pouvoir sur la plate-forme et est venue
à son baptême. Il semblait que nos cœurs se briseraient presque de joie alors que nous
nous agenouillions à côté de frère et sœur Bouton lorsqu'ils ont reçu le Saint-Esprit béni.
Frère Bouton vient de sauter et de danser de joie AU gloire de Jésus!

Une femme qui souffrait de rhumatismes »a été guérie instantanément et a dansé


comme une jeune fille. Deux ont été guéries de cette horrible épidémie qui tourne.
Beaucoup ont été guéris d'autres troubles et afflictions, pour lesquels nous rendons
gloire et louange à Jésus. Il n'y avait aucun nombre de sauvés ou de baptisés, mais nous
savons qu'ils étaient nombreux, louez le Seigneur.

Jeudi 10 octobre, étant la dernière nuit de la réunion, il avait été organisé pour que les
jeunes des différentes assemblées pentecôtistes dans un rayon de trente milles soient
représentés dans une grande réunion de masse.

Le confrère Robert Brown, de 42nd St., était président de cette partie du service. Les
assemblées suivantes étaient représentées par une chanson ou un témoignage «en feu»:
Glad Tidings Hall, 42nd St .; Assemblée de Beulah Heights du New Jersey, sœur Robins
on's Mission of Brooklyn, The Lighthouse Pentecostal Assembly of Brooklyn, Bethel
Assembly, Tottenville, New Rochelle, West New Brighton, Asbury Park and Philadelphia.

Frère Vondrann, représentant le mont. Olivet, a déclaré:

"Quand nous avons commencé notre travail il y a deux ans, le Seigneur a baptisé ma
femme et moi-même, et nous avons fait basculer la petite salle qui avait été utilisée
comme salle de danse dans l'œuvre des Lords ... Sœur McPherson nous quitte demain,
mais le Seigneur restera.

"Nous avons commencé cette convention avec 6,50 $, mais la première nuit de la
convention a rapporté 182,00 $ et mes dépenses étaient de 181,00 $. Beaucoup
pensaient que le travail ne pouvait pas vivre dans la localité où notre assemblée avait été
ouverte, mais nous remercions Dieu que beaucoup de nos les invités ont été sauvés et

124
baptisés dans notre hôtel. Je loue Dieu pour le travail accompli pendant cette
convention, et pour les nombreux soûls sauvés et baptisés. "

Le pasteur W. K. Boutou, représentant Corona, N. Y., a déclaré:

"Il y a eu un réveil continu dans notre église de Corona depuis 1916. Vous entendez
souvent des gens dire que les pentecôtistes sont bornés.

Ce n'est pas vrai, car partout où il y a le baptême, vous trouverez un peuple qui cherche
le salut des soûls. Je tiens à dire que nous remercions Dieu d'avoir envoyé sœur
McPherson à Corona. C'est notre désir

pour toujours soulever la bannière tachée de sang de la croix. Il flotte toujours au mât
malgré toutes les oppositions. Bien que Satan ait vidé pour ainsi dire toute la batterie de
l'enfer, l'œuvre de Dieu est toujours en cours. "

Le confrère Brown, dans ses remarques finales, a déclaré:

"Je peux parler au nom de toutes les assemblées et dire que nos cœurs sont heureux
lorsque l'évangéliste arrive. Dieu les a placés dans l'église, et je suis sûr que toutes les
assemblées ici sont heureuses que notre sœur soit venue. Je prie pour que Dieu Tout-
Puissant aidera chaque homme, femme et enfant à se préparer à rencontrer Jésus ce soir.
"

À la fin du sermon, de nombreux pécheurs se sont levés et ont quitté leurs sièges pour
l'autel et se sont rendus à Jésus. Une double rangée de chercheurs bordait toute la façade
de la salle, plusieurs ont reçu le baptême et d'autres ont été guéris. "La Convention de
New York sera un point lumineux à conserver et à garder en mémoire jusqu'à ce que
Jésus vienne, pour ses nombreuses conversions brillantes, ses soûls baptisés et sa
précieuse communion avec les saints."

NOUVELLE ROCHELLE, N. Y

Pendant les huit jours où nous étions là, pas une note discordante, ni un mot ou une
critique désobligeante, ni un récit que nous ayons rencontré, juste Jésus et ses louanges
semblaient occuper tout le monde. Avant que le premier jour ne soit bien ouvert, chaque
siège était plein et les saints étaient assis sur le sol de la plate-forme et debout dans les
allées, mais personne ne s'en souciait le moins, et le pouvoir descendait en ruisseaux
alors qu'ils chantaient l'hymne céleste et jouaient dans l'Esprit, etc.

Au fur et à mesure que les réunions avançaient, beaucoup ont été sauvés et baptisés, de
nombreux corps ont été guéris et le dernier jour, l'église a refait ses bagages et même
l'antichambre était remplie.

125
L'épidémie de grippe faisait rage dans cette ville comme ailleurs, mais le Seigneur était
merveilleusement bon pour nous et ne nous a pas permis d'être gênés un instant pour
proclamer le message. Les églises ont été fermées dans les villes juste après notre
départ, ouvertes dans d'autres villes juste avant notre arrivée, mais aucune réunion n'a
été fermée à un moment où cela gênerait la mise en œuvre du programme que le Saint-
Esprit avait tracé pour nous .

À New Rochelle, j'ai été atteint de cette maladie samedi soir, mais le Seigneur m'a
soutenu pour les trois offices dimanche. Dimanche soir, j'ai été pris de frissons violents
suivis d'une forte fièvre, mais en réponse aux prières des saints et à un lever déterminé
dans une foi simple, le Seigneur m'a permis de compléter les réunions de la semaine de
sorte que je n'ai perdu qu'une seule réunion entière.

J'ai cependant subi un test sévère lorsque ma petite fille a subi l'épidémie qui s'est
rapidement transformée en double pneumonie. Pendant deux jours, il a semblé que la
chère petite vie qui comptait tant pour moi devait passer et être avec Jésus.

Les saints se sont rassemblés pour prier pour elle, et j'ai été obligé de continuer à
prêcher malgré la boule dans ma gorge et le poids sur mon cœur. Elle était venue me
voir au Harlem Casino et avait chuchoté: "Maman, puis-je s'il vous plaît donner mon
témoignage ce soir?" Je lui ai dit: "Oui" et elle s'est tenue sur l'estrade et a témoigné en
disant:

«Je remercie le Seigneur de m'avoir toujours balancé et lavé dans le sang, revêtu de moi
les robes blanches de justice. Il y a deux ans, il m'a baptisé du Saint-Esprit, a parlé à
travers moi dans d'autres langues, et je vais chemin à travers Jésus jusqu'à ce que je le
rencontre dans les nuages. "

Restant dans les chambres meublées sans chaleur ni confort domestique, j'ai aspiré à
une petite maison où je pouvais prendre soin d'elle correctement, et je me suis souvenue
comment avant de devenir inconsciente, elle avait dit:

"Oh, maman, je souhaite que nous ayons une petite maison où je pourrais aller à l'école."
J'avais dit:

"Chéri, voudriez-vous que maman quitte le travail et essaie de rentrer un peu à la


maison?" Dit-elle:

"Oh, non, maman, je ne veux pas que tu quittes le travail; je vais essayer de m'enseigner
moi-même." Cher petit agneau!

Un après-midi, quelqu'un m'a rencontré en haut des escaliers et murmura que Roberta
était très basse.

Je ne pouvais pas supporter de rester et de la regarder; Je suis tombé par terre et j'ai
prié Dieu de lui épargner la vie, et le Seigneur m'a donné l'assurance qu'il non seulement
la ressusciterait, mais aussi versait du baume sur mon cœur troublé en disant:

126
"Je vais vous donner une petite maison un nid pour vos bébés à Los Angeles, en
Californie, où ils peuvent jouer et être heureux et aller à l'école et avoir le cadre familial
d'autres enfants. Vous avez fxé une maison une fois avant de mon gré , et il a été enlevé;
maintenant je vais vous donner une maison dans mon testament. "

Il m'a montré Abraham ne refusant pas son fils unique, Isaac, le mettant sur l'autel du
sacrifice et étant épargné l'agonie de le voir mourir; puis il m'a montré que j'avais cédé
non seulement

Mais mes deux enfants avaient voyagé ces derniers mois avec eux de ville en ville et de
ville en ville, n'ayant pas de maison ou de lit pour les ranger) et que, tout comme Il
épargna Abraham son Isaac, Il m'épargnerait mes deux chilcken et me faire plaisir dans
ses tendres soins.

C'était si réel pour moi que je pouvais presque voir le petit bungalow, les sols, le jardin et
tout le reste.

Les frères Brown et Thompson ont imposé les mains à Roberta, ont prié pour elle et le
Seigneur a touché son corps. Elle a rapidement ouvert les yeux et, bien que très faible,
nous connaissait tous et a pu à nouveau sourire. Je m'agenouillai et posai mes lèvres
contre elle, l'oreille chuchota:

"Oh, Roberta, Dieu a dit à maman qu'elle allait nous donner une petite maison, où tu
pourrais avoir des fleurs et des roses et aller à l'école."

Son visage s'éclaira et elle répondit d'une petite voix mince: "Maman, puis-je avoir un
canari aussi?" Et le petit Rolf, qui écoutait, a dit:

"Puis-je avoir des rosiers et un jardin?"

Pendant toutes les semaines qui ont suivi et les quatre mille milles de route, les petits
enfants ont parlé et planifié ce qu'ils feraient quand Dieu leur a donné le petit bungalow.
Parfois, l'ennemi cherchait à me tester et disait:

"Maintenant, c'est une chose horrible pour toi de construire l'espoir de ces enfants
comme ça. Et si tu étais déçu?" Mais Père ne déçoit ni ne rompt Sa Parole. Louez son
nom!

CHAPITRE XX. LE TRANS-CONTINENTAL

TOUR D'ÉVANGILE

"Et le Seigneur dit au serviteur: Sortez par les routes et les haies, et obligez-les à entrer,
afin que ma maison soit remplie."

Lu. 14:23

127
Le pasteur S. A. Jamieson de Tulsa, Okla., Nous avait écrit au sujet de notre départ à
Tulsa pour mener une campagne d'évangélisation et le Seigneur nous avait donné un
témoignage certain que nous devions partir.

Au moment où nous étions sur le point de commencer, cependant, dans la Gospel Car, un
télégramme est arrivé, disant:

"Reportez la venue. Les églises de l'UA ont fermé et il n'est pas sûr pour vous d'être à
l'étranger dans le pays."

S'adressant au Seigneur à ce sujet, il m'a parlé clairement:

"N'ayez pas peur, ne perdez pas un seul jour. Allez-y tout de suite, et le jour où vous
arrivez, l'interdiction sera levée et les églises seront ouvertes."

(NOTES DU JOURNAL.)

À neuf heures ce matin, le dernier bouton a été fermé, la dernière sangle attachée, les
bagages et l'Évangile, les témoignages et les tracts en place, les derniers "Au revoir" et
"Que Dieu vous bénisse" ont dit, et le moteur a ronronné doucement, (chaque tasse de
graisse avait été remplie, les pneus testés et le réservoir d'essence rempli), et la voiture
roula aussi silencieusement et efficacement comme si elle savait que nous nous
préparions pour ce voyage depuis des jours, et que les mains de nombreux saints avait
été posé dessus dans une prière solennelle et un dévouement. Elle semblait réaliser ce
que l'on attendait d'elle sur le long voyage à venir, et l'importance de sa mission, celle
d'être un digne annonciateur du grand message de l'amour. Il semblait que nos deux
cœurs battaient à l'unisson avec la pensée de la grande opportunité qui était venue dans
sa vie et la mienne.

De notre point de départ à 115th Street, nous avons longé la 7th Avenue jusqu'à la lOth
Street, et de là nous nous sommes transformés en Riverside Drive.- Un gros policier, qui
dirigeait tranquillement la circulation, a aperçu la Gospel Car et a dit à haute voix :

"" Où allez-vous passer l'éternité? Bien Que savez-vous à ce sujet? " Et comme nous nous
sourions, nous ne pouvions pas nous empêcher de penser que s'il allait prêcher à la
mode de Riverside Drive, il pourrait

ne pas avoir sélectionné un meilleur texte.

Traversant Staten Island, puis New Jersey, nous avons distribué nos tracts sur les
bateaux, aux guichets et aux passants.

Cinq heures de course nous ont amenés à Philadelphie, où nous nous sommes réjouis de
revoir les chers saints.

128
Après avoir pris en charge le fret à expédier en Californie, nous avons traversé à
Camden, N. J., où sœur le Dr Sharp, a fait ouvrir son beau bungalow et s'est réchauffé
pour nous recevoir.

Après la douceur de ma petite fille, Roberta et moi-même, et le trajet de cent milles de la


journée, la chaleur et la lumière, l'amour et l'hospitalité qui nous ont été prodigués dans
cette maison en ont fait un véritable havre de repos.

GETTYSBURG, PA., OCT. 26

Gloire à Jésus! Gospel Car a laissé une traînée de tracts longue de cent vingt kilomètres.
Comme les gens ont faim! Les questions de recherche concernant le salut et notre
enseignement, qu'ils posent, révèlent le longi ng dans leurs cœurs. À Lancaster, par la
congestion du trafic, le Seigneur nous a retenus dix minutes dans la rue principale,
pendant laquelle des dizaines d'hommes et de femmes se sont pressés autour de la
voiture, lisant les panneaux et demandant de la littérature.

En passant par Mountville, York et New Oxford, en passant par les célèbres champs de
bataille et atteint Gettysburg à temps pour trouver les rues remplies de soldats qui
n'étaient pas en service, et avait une occasion en or pour la distribution des tracts. Nous
campons maintenant au bord de la route, près des montagnes Allegheny.

PITTSBURG, PA OCT.

Les tracts que nous distribuons constamment aujourd'hui reviennent comme un fil blanc
sur cent soixante-quinze milles. Nous avons escaladé les montagnes Allegheny toute la
journée. À midi, nous avons atteint le sommet de Tuscarora, à une altitude de 2240
pieds, et nous sommes maintenant à l'extérieur de Pittsburgh.

Nous avons installé notre camp à côté de la route principale, sur la propriété de M.
Carnegie, le grand magnat de l'acier, et bien qu'il ne sache pas sans doute qu'il a des
invités ce soir, le Seigneur nous a dirigés vers cet endroit pour camper. Aujourd'hui
dimanche, nous avons eu la plus belle opportunité de distribuer notre littérature aux
membres d'église et aux chrétiens réfléchis et énergiques. Aucun problème de moteur,
aucun problème de pneu.

Pas autant de kilométrage aujourd'hui, mais bénissez le Seigneur, nous avons été très
occupés pour lui. Vous vous souvenez que le Seigneur nous a conduits à camper juste à
côté de la route principale, au lieu de chercher un endroit plus isolé Bénissez le
Seigneur! Alors que nous levions le camp ce matin, nous avons chauffé un rumbüng qui
ressemblait à la venue d'une armée, et en levant les yeux, nous avons vu de grandes files
de camions d'auto gouvernementaux camouflés descendre la route, chargés de soldats et
de matériel. Avec "Evangiles" et tracts, j'ai couru vers la route. Le Seigneur l'a mis dans
leur cœur aussi, car sans exception, chaque voiture s'est arrêtée et les soldats ont atteint
les Évangiles et les tracts, nous remerciant et promettant de les lire, et en accordant

129
l'action à la parole, ont immédiatement commencé à lire à haute voix pour leurs
compagnons.

À Pittsburgh, nous avons été occupés pour le Master. J'ai eu une mauvaise route, de la
boue et des détours aujourd'hui, et devant nous demain, mais le Seigneur a pris grand
soin de nous, et aucun accident ne s'est produit.

En passant par Cecil et Claysville, à travers la grande section de l'extraction du charbon,


juste au moment où les hommes sortaient du souterrain sombre, leurs visages étaient
maculés de charbon et de crasse, les lumières électriques qu'ils avaient utilisées dans
leur travail ci-dessous continuent de brûler leurs casquettes, nous avons eu le privilège
de parler et de témoigner pour Jésus, en leur laissant les tracts et la littérature.

COLUMBUS, OHIO, OCT. 29

Ce matin, nous avons commencé par les très mauvaises routes dont les habitants des
villes voisines nous avaient détruits, ont perdu notre chemin et sont arrivés à un col de
montagne très dangereux. Il y avait un endroit pour laisser passer les roues de la
voiture. Une falaise abrupte, des centaines de pieds de profondeur, bâillait sous nous et
des rochers pendaient au-dessus de nous, mais les anges semblaient tenir la voiture sur
la route même si elle était mouillée et glissante. Nous nous sommes arrêtés pour
demander à un homme le chemin. Il nous a remis en ordre. Le Seigneur nous a donné le
témoignage qu'il nous avait envoyé cette route pour atteindre cet homme, car lorsque
nous lui avons donné notre message et notre littérature, il s'est illuminé et nous a parlé
de leur église sur la colline et que le pasteur serait puissant heureux "de savoir de la
dernière pluie. " Le Seigneur nous a fait traverser toute la boue et la boue sans problème
ni dérapage où des dizaines de voitures étaient restées coincées dans la boue et traînées

Avec des chevaux à grands frais et travail. Nous nous sentons parfaitement conscients
tout le temps d'un gardien d'anges qui voyage à côté de la voiture, la protégeant.

Sur Wheeling, W. Va., Puis sur Zanesville, Ohio, et ce soir, nous campons au bord de la
route dans un bel endroit abrité à l'extérieur de Columbus, O. Habituellement, les petits
ruisseaux et ruisseaux servent de lavabos, mais ici nous avons deux barils d'eau de pluie,
qui se trouvent à côté d'un chalet d'été fermé. Nous espérons être rafraîchis et reposés.

INDIANAPOLIS, IND., OCX. 30-31st

Cela fait des années que je désire ardemment rencontrer sœur Etter et j'en parle plus
depuis quelques mois. J'ai eu très envie de l'entendre prêcher et d'être à ses réunions,
nous avons interrogé ceux qui ont lu les journaux, cependant, et ils disent que
l'interdiction n'est pas levée.

Béni soit le nom du Seigneur pour toujours et pour toujours. Oh, comme il est bon de
nous donner les désirs de nos cœurs. Nous avons parcouru environ deux cents milles

130
aujourd'hui, et nous avons encore trouvé le temps de distribuer la littérature à de
nombreuses personnes, en la parcourant également dans les boîtes aux lettres de R. F. D.

Par Springfïeld, O., de là à Richmond, Ind., Et nous sommes maintenant dans une
chambre confortable à Indianapolis. Alléluia! Quel luxe il me semble! Que Dieu est bon!
Permettez-moi de vous dire la merveilleuse chose qu'Il a faite. Eh bien, il y a eu une
réunion spéciale des fonctionnaires d'Indianapolis hier, et ils ont décidé de lever
l'interdiction à minuit ce soir, ce qui n'est qu'une heure et demie après notre arrivée.
Demain, le tabernacle de Mme Etter sera ouvert et j'aurai le désir de mon cœur. Gloire!

Une journée de repos et de louange. Appelé Mme Etter, et a assisté à la réunion dans son
tabernacle ce soir. Nous nous sommes réjouis et avons loué le Seigneur ensemble. La
puissance de Dieu est tombée; même s'il n'y en avait que très peu à la réunion, le
Seigneur était là pour répandre ses bénédictions sur nous. Demain, nous continuons
notre voyage. Le commandement du Maître d'aller sur les routes et les haies est
littéralement rempli. De New York à Philadelphie, nous avons suivi la «Lincoln
Highway», et de Philadelphie à Indianapolis, la «National Highway»; demain, nous
basculons dans "Pike's Peak Océan à Océan Highway" puis dans la "Big Four Highway"
pour Kansas City.

J'ai eu une journée glorieuse pour Jésus, témoin et donné de la littérature sur cent vingt
milles. Nous traversons maintenant des fermes des Prairies et la grande section du blé.
Nous campons maintenant sous les arbres. Il fait très froid et glacial, mais Dieu protège
chaque membre du parti, qu'aucun ne souffrira ni ne prendra froid.

Seulement quatre-vingt-sept milles aujourd'hui, pour shordy après midi, nous avons
atteint Springfield et la maison de notre chère sœur Osten, qui dans une hospitalité
aimante nous a tenus pour le reste de la journée; rendez-vous dans son salon ce soir, et
nous enverra sur notre chemin dans la matinée rafraîchie, reposée et nourrie, notre
boîte à lunch remplie de vivres pour le voyage

Nous sommes accablés pour cette belle ville, la capitale de l'État, sans Assemblée
pentecôtiste et seuls ces êtres chers brandissant une petite lueur de lumière dans leur
salon. Ils nous disent qu'ils ne connaissent aucun assemblage dans un rayon de cent
milles.

Combien nous avons envie de nous arrêter pour dire aux gens le message brûlant de
l'heure.

BARRY, ILL., NOV. 3 Seulement quatre-vingt-trois milles aujourd'hui, mais Oh,


l'opportunité de distribuer des Évangiles et des tracts, et de témoigner pour le Seigneur
a été glorieuse. Plusieurs jeunes hommes, qui ont reçu les Évangiles avec impatience,
nous ont dit qu'ils n'avaient jamais eu de Bible de leur vie.

131
Aujourd'hui, un long cortège funèbre est passé devant la Gospel Car, et presque tout, du
chauffeur du corbillard aux moumers, a levé de lourds voiles noirs et s'est appuyé contre
les fenêtres, lu à haute voix,

"Jésus arrive bientôt, préparez-vous."

Nous campons ce soir près d'une merveilleuse source d'eau qui coule sans cesse d'un
grand rocher haut. Les agriculteurs viennent de kilomètres à la ronde, apportant leurs
réservoirs et cuves à remplir de son flux.

En les interrogeant pendant que nous distribuions des tracts, nous apprenons que toutes
leurs citernes sont sèches à cause de la longue sécheresse et cette eau de la roche est
leur seul approvisionnement. Quel privilège d'être témoin pour Jésus, le rocher dont la
rivière coule l'eau de vie qui ne tarit jamais.

MACON, MO., NOV. 4

La Gospel Car a été témoin et a distribué de la littérature aujourd'hui sur une centaine de
kilomètres. Oh! que vous pouviez voir les expressions sur les visages des gens.

Certains regardent avec horreur, peur effrayée, certains, avec scepticisme, crachent sur
le trottoir et disent qu'ils "n'y croient pas". Pour d'autres, la croyance est écrite et le
désir ardent d'en savoir plus. Certains disent,

"Eh bien, c'est exactement ce que je pensais, que cette guerre, et toutes ces plaies
doivent être un signe de la venue du Seigneur. Dame, donnez-nous de la littérature."

En traversant le fleuve Mississippi jusqu'à Hannibal, des gens de presque tous les
horizons se sont rassemblés autour de la voiture, de sorte que lorsque nous nous
sommes arrêtés pour le dîner, l'un des membres du groupe est resté dans la voiture
pour distribuer de la littérature et témoigner et répondre aux questions.

Un gardien de salon, un policier, un vendeur ambulant, des commerçants, des membres


d'église, une dame de la sainteté et bien d'autres se sont réunis pour poser des questions
et recevoir de la documentation. Le saloon-keeper était beaucoup dans l'eamest et nous
prions pour son salut. L'éternité seule révélera les fruits de la graine semée lors de ce
voyage. Alléluia!

Nous avons voyagé tard le soir et la nuit étant crue et froide, nous nous sommes arrêtés
sur une place solitaire, nous demandant où dormir. Un homme du sexe voyant la voiture
a fourni des informations, et nous avons appris que c'était le maire de la ville. Désolé,
nous avons oublié de lui donner la documentation.

BKAYMER, MO., NOV. 5 Au restaurant ce matin, regardant par la fenêtre les gens qui ont
marché autour de la voiture, commentant ses panneaux et se demandant "Qu'est-ce que
cela signifie", un cher vieux frère de couleur était tellement intéressé qu'il ne pouvait pas

132
quitter la voiture jusqu'à ce que nous reprenions , et a été ravi de l'appel et des articles
de Bridan, disant:

"Ah, il est souvent du genre dese ouais les Pentecos, mais Ah nevah a vu des befo Ah sho
'je suis content d'avoir dez heah papahs." ,

Alors que nous étions sur le point de partir, le maire est revenu. Le Seigneur l'a
sûrement envoyé chercher ses papiers. Il a aidé à attacher une corde et a parlé de façon
encourageante de notre travail, et a reçu avec plaisir la littérature que nous lui avons
donnée. Oh! Seigneur, fais des merveilles dans ces cœurs chers, nous Te prions.

Espérait avoir fait plus de kilométrage aujourd'hui, mais est détenu ici à Braymer pour
quelques ajustements sur la voiture.

OLATHE, KAN., NOV. 6

Nous avons réalisé ce matin que "toutes choses fonctionnent ensemble pour g0Q, pour
ceux qui aiment le Seigneur et sont appelés selon le but de Hj." Notre retard d'hier nous
a obligés à traverser la petite ville de Polo, Mo., à la lumière du jour, alors que nous
aurions autrement traversé sans être observés dans l'obscurité. En traversant cette ville,
nous nous sommes retournés et nous sommes arrêtés à la station-service. Les gens nous
ont poursuivis dans les rues, sont sortis des magasins et des maisons et se pressaient
autour de la voiture, nous ont presque fait haleter. Ils nous ont occupés à donner de la
littérature et à répondre à leurs nombreuses questions sur Jésus et notre enseignement.

Un jeune homme a dit que sa mère avait vu les panneaux sur la voiture par la fenêtre et
lui avait dit de courir jusqu'à ce qu'il attrape cette voiture, et de lui apporter certains de
ces tracts que nous abandonnions au bord du chemin, et nous a demandé de lui en
donner un de toutes sortes que nous avions.

Nulle part dans notre voyage nous n'avons rencontré un accueil plus enthousiaste. Les
gens étaient si impatients ici qu'ils semblaient prêts à fouiller toute la voiture et à
disséquer toutes les poches dans les portes et les boîtes avant qu'elles ne soient
refusées. Des cris de «Ce sont les pentecôtistes qui parlent en langues. J'en ai entendu
parler et je veux les lire», est venu de tous les côtés de la voiture.

Une chère dame au visage tremblant, a écouté pendant que nous louions le Seigneur,
puis, saisissant ma main, a dit:

"Oh, dis-moi comment obtenir le baptême. J'ai déjà lu la littérature pentecôtiste." Elle
connaissait sœur Sisson, sœur Etter et d'autres, mais a demandé si frère Simpson avait
maintenu cette façon de recevoir le Saint-Esprit. Elle s'en alla chargée de littérature,
s'écriant:

"Oh, quelle fête je vais avoir aujourd'hui! Je vais m'asseoir et lire chaque mot."

133
Un homme est venu en courant vers la voiture, nous disant qu'il voulait certains de ces
papiers pour un garçon qui allait faire la guerre le lendemain et qui n'a pas été sauvé. À
Kansas City, MO., De là à Olathe, Kan., Où nous passons la nuit.

OLATHE, KAN., NOV. sept

Détenu par la pluie aujourd'hui, mais a eu un moment de prière tranquille et de


rafraîchissement spirituel.

IOLA, KAN., NOV. 8

Nous avons parcouru cent sept milles aujourd'hui sur des routes boueuses.

Un grand intérêt s’est manifeste dans la voiture évangélique; le rédacteur en chef du


quotidien a demandé une interview pour qu'il puisse l'écrire pour son journal, et a reçu
généreusement les tracts, Bridai Call et les brochures, nous assurant qu'il Jould serait
une autorité sur le sujet au moment où il les aurait lus tous, mais promettant de le faire,
néanmoins.

Oologah, Okla. Nous traversons de vastes étendues de pays des Prairies remplies de
puits de pétrole et approchons de notre destination, nous attendons pour la nuit au lieu
de nous presser sur Tulsa, en raison de la condition enflée. de la rivière qui coule sur la
route que nous devons emprunter. Cependant, le Seigneur a promis que lorsque nous
passerons par les eaux, il sera avec nous, et par les fleuves, ils ne nous déborderont pas.

TULSA, OKLAHOMA, DIMANCHE, NOV. 10% Alléluia! Le Seigneur nous a fait traverser le
fond de la rivière gonflée sans incident. Il a sûrement donné à ses anges la charge de
nous soutenir, de peur que même nos pneus ne heurtent leurs pieds contre une pierre.

Dans tous ces quinze cents milles, nous n'avons eu que deux légères crevaisons et aucun
problème de moteur. Le Seigneur a sûrement tempéré le vent pour les agneaux tondus.

Bien que l'eau coulait sur la route et avait rempli les ravines de chaque côté et que nous
ne pouvions pas voir quelle était la route et quel était le fossé, le Seigneur nous a gardés
en plein milieu de la route pendant environ un huitième de mile jusqu'à la voiture
émergea, dégoulinante mais triomphante, de l'autre côté. (Puisse-t-il jamais nous garder
ainsi au milieu de la King's Highway, à travers les eaux de la vie.) A midi, en regardant à
travers les grandes étendues de prairie, la ville de Tulsa est apparue, et comme nous
avons vu la ligne d'horizon, les bâtiments et les rues pavées, après avoir pataugé dans le
marécage du découragement, nous avons crié et loué le Seigneur, car il semblait que ce
devait être la façon dont une âme approcherait du ciel, remontant le dernier tour du
voyage, la belle ville, avec ses murs de jaspe se profilant juste avant, plus de pierres, de
d'ornières profondes ou de fossés à éviter, mais des rues lisses pavées d'or; plus de
camping d'ailleurs dans l'obscurité, car il y aura un jour éternel.

Parfois, il était impossible de diriger la réunion car l'endroit était sauvé avec la louange
du Seigneur. Nous avons assisté à l'un des services de communion les plus

134
extraordinaires; une telle fusion, une telle décomposition des larmes, une telle exaltation
du sang, des messages en langues et une interprétation tels que le pain et le vin ont été
administrés, puis le Saint rire et les cris de louange lors de la prédication de la venue du
Seigneur et ce jour-là où nous boirions à nouveau avec Lui le vin dans le Royaume de
Son Père a été apporté.

L'hymne céleste et le jeu sous la puissance du Saint-Esprit ressemblaient à II Chron. 5:


13, 14 (qui a été engagé par l'Assemblée de Victoria Hall pour nos réunions plus
importantes)

TEMPLE AUDITORIUM ROSTRUM, LOS ANGELES

Souvent, juste avant, pendant ou après la prédication de la Parole, l'Esprit éclate avec les
messages les plus émouvants, les plus recherchés et les plus encourageants en langues
et en interprétation. Le peuple bondissait sur ses pieds comme un, et levant les mains,
criait ses louanges jusqu'à ce qu'il semble que les cieux mêmes sonnaient.

PLUIE DE FEU

Pendant le service à l'autel une nuit, le pouvoir est tombé d'une manière merveilleuse
sur plusieurs des jeunes hommes; l'un, le visage transfiguré de la gloire de Dieu, cria
d'un ton qui traversa tous les cœurs: «Jésus vient bientôt», et l'autre, lui aussi dans
l'Esprit, s'écria:

"Préparez-vous; préparez-vous; préparez-vous!"

Puis vint un message dans l'Esprit avertissant les gens que le temps était court, le travail
encore à faire énorme, que des travailleurs dévoués et entièrement consacrés étaient
nécessaires aujourd'hui comme jamais auparavant. Le Seigneur a alors appelé beaucoup
de gens à se consacrer et à se consacrer à nouveau pour faire son appel. Le pouvoir est
tombé, et certains qui ont prié pour la pérennité du pouvoir, les travailleurs leur ont
imposé la main, tombant prosternés sous le pouvoir. Des hommes forts sont descendus
comme des pailles.

Pour beaucoup, le Seigneur s'est révélé lui-même et son amour d'une manière qu'ils
n'avaient jamais connue, d'autres ont vu des visions de champs de récolte avec leur
besoin de moissonneurs, d'autres ont vu Jésus avec des mains et des pieds saignants, et
ont saisi une plus grande révélation du cœur qui a brisé avec amour et compassion pour
les perdus, d'autres ont vu de grands rideaux tirés en arrière dans les Cieux et Jésus s'est
révélé devant eux.

Certains ont entendu une musique merveilleuse tandis que d'autres ont crié à Dieu alors
qu'il cherchait leur cœur et leur montrait des choses dont il n'était pas satisfait, le piano
était joué sous le pouvoir et la musique céleste coulait en un flux de mélodie; des saints
se sont levés et ont afflué autour du piano, la chanson a été rattrapée tantôt des éclats de
mélodie, tantôt dans les tons les plus doux et les plus sacrés, déclarant la sainteté et la

135
majesté du Dieu Très-Haut, gonflant jusqu'à ce que tout l'édifice ait tremblé de la
majesté de la chanson triomphante . Nous semblions voir le roi victorieux à la tête de ses
armées triomphantes, bataillon après bataillon, bannières flottantes, armure étincelante.
Lorsque la dernière note tremblante s'est éteinte, un silence s'est abattu sur tout. Il
semblait impossible de bouger ou de parler, et nous répugnions à ouvrir les yeux ou à
revenir sur terre. Les saints se dispersèrent sur la pointe des pieds. Nous avions été en
présence du Roi des Rois Omnipotent.

GOSPEL CAR WHEELS FLY FOR JESUS

La Gospel Car a mené une vie bien remplie à Tulsa. Il y a eu des appels incessants à
rendre visite aux victimes des épidémies jour et nuit. Partout où il allait, ses panneaux
attiraient beaucoup l'attention dans les rues. Le journal du dimanche a imprimé la photo
de la voiture avec son panneau doré, "Jésus arrive", clairement visible sur la tête du
journal. Il y a eu des jours de distribution de tracts, lorsque la voiture de sept passagers,
remplie d'ouvriers, de tracts et de prospectus, a visité les villes et les villages voisins,
placardant toutes les fenêtres disponibles et affichant les convocations et la venue
prochaine de Jésus. Des tracts ont été laissés dans les boîtes aux lettres des maisons de
ferme et des grands puits de pétrole, etc.

La Gospel Car a également assisté à des réunions de midi et a prêché son sermon
fidèlement à la Tulsa Iron Works pendant que nous prêchions dans la fonderie aux
ouvriers et aux mouleurs de fer de Jésus et de son amour, rencontrant certains de ces
hommes lors des réunions de réveil, nous avons plus tard eu la joie de les voir donner
leur cœur à Jésus.

Le travail le plus important de la Gospel Car à Tulsa a peut-être été les réunions de rue
ayant obtenu l'un des meilleurs virages de la ville, le toit de la voiture a été déposé et des
chanteurs, avec leurs instruments de musique, ont rempli la voiture; comment ces êtres
chers ont chanté et témoigné de Jésus. Des cartes illustrées étaient suspendues à un
support, ces cartes des foules de partout.

Un tel respect que je n'ai jamais vu lors d'une réunion de rue; les hommes ont enlevé
leurs chapeaux et se sont tenus la tête baissée, et les femmes les larmes aux yeux. Puis
vint un appel à tous ceux qui étaient fatigués du péché et voulaient que Jésus pour leur
Sauveur lève la main pour la prière. La première nuit dix-huit, la deuxième nuit vingt-
neuf leva la main, indiquant qu'ils voulaient Jésus comme leur Sauveur.

Puis vint un appel pour sortir et s'agenouiller sur le trottoir près de «notre forme
pénitente», le marchepied, et publiquement, devant leurs concitoyens, se rendre à Jésus.
Beaucoup de larmes coulaient sur le visage. Deux dames sont sorties de la foule et se
sont agenouillées, leurs larmes éclaboussées sur le marchepied, tandis que nos larmes
de joie à propos des pécheurs repentants se mêlaient aux leurs. À la fin de la dernière
réunion, plusieurs centaines de saints sont sortis du tabernacle vers la rue et se sont mis
en cercle autour de la voiture.

136
En chantant et en priant, l'Esprit est tombé. Il y a eu des langues et une interprétation
lorsque les saints ont imposé leurs mains sur la voiture, demandant à Dieu de la
protéger, elle et ses occupants, et d'envoyer un garde d'anges avec elle pour l'empêcher
de tout danger, et j'ai prié pour que ce soit un messager. de la vie et jamais de la mort.
Ces êtres chers ont également abandonné leurs offres pour le gaz, le pétrole et les
tracteurs, à l'intérieur de la voiture.

Dieu les bénisse!

TRANSCONTINENTAL; SUITE DES VISITES

En quittant Tulsa, la voiture de l'Évangile a tourné vers le sud, le sud-ouest pour


Oklahoma City, où nous nous attendions à tenir une réunion ce soir-là. Les saints qui
étaient à Tulsa nous avaient précédés dans le train pour organiser cette rencontre. En se
hâtant nous avons trouvé le temps de distribuer des tracts à travers les immenses
champs de puits de pétrole et dans chaque village et ville.

Presses, essayant de faire compter chaque minute, nous fûmes obligés de nous arrêter à
une station de ravitaillement, dans la petite ville de Stroud. Alors que nous nous
arrêtions, un homme est sorti d'une porte et a sauté vers la voiture en criant: «Louez le
Seigneur». D'autres sont venus en courant. À un autre moment, la voiture a été encerclée
par les meilleurs saints louant le Seigneur et nous disant qu'ils avaient parcouru de neuf
à quinze miles, ayant appris que cette ville étant sur l'autoroute, nous devons la
traverser aujourd'hui. Ils s'étaient piquetés à divers coins et portes et avaient attendu
toute la journée depuis le début de leur maman pour nous demander leur mission
éloignée de dix milles à Kendrick, pour une réunion. Nous avons secoué la tête et leur
avons dit que c'était impossible, car nous avions promis d'être à Oklahoma City Mission
ce soir-là et de leur offrir des tracts et de la littérature à la place. Mais ils ont tenu la
voiture et les yeux d'une sœur se sont remplis de larmes, et elle a tremblé avec
l'intensité de son empressement et de sa faim. Kendrick était un petit endroit et hors des
sentiers battus, et aucun évangéliste ou ouvrier pentecôtiste n'est jamais venu de cette
façon, et ils n'allaient pas nous laisser passer sans venir s'ils pouvaient l'aider.

Nos arguments selon lesquels nous devons tenir notre première promesse s'affaiblissent
progressivement sous le feu constant de leurs plaidoiries, jusqu'à ce que nous
consentions à téléphoner et à appeler Oklahoma City comme test, que si les saints y
étaient disposés, nous devrions rester.

Les saints d'Oklahoma City ont répondu que mardi serait tout aussi bien, qu'ils auraient
plus de temps et pourraient réunir une plus grande foule. Pendant que je téléphonais, les
saints étaient alignés pour prier.

Comment leurs visages s'éclaircirent alors que la voiture évangélique sortait de


l'autoroute et traversait le pays à dix miles de là, où un souper chaud fumait sur la table
et les préparatifs de notre confort avaient été faits!

137
Ce n'était qu'un petit village, mais cela semblait être le plus grand bâtiment, et même
avant notre arrivée, nous pouvions voir les lumières briller à l'intérieur et à l'extérieur
et les gens debout à l'extérieur regardant à travers la porte. Les sièges étaient remplis et
certains se tenaient à l'arrière tandis que nous chantions et louions le Seigneur
ensemble. Après un simple message, un appel à l'autel a été donné, et une chère sœur a
reçu le baptême du Saint-Esprit, parlant dans une langue claire et belle.

Le lendemain matin, nous sommes allés à Oklahoma City, après avoir laissé une bonne
quantité de tracts et d'appels Bridai. Pendant que nous voyagions, nous parlions et nous
émerveillions du grand besoin des travailleurs dans tout le pays et dans les endroits
éloignés.

Les saints étaient prêts et nous attendaient. Le Seigneur nous a donné une réunion
précieuse, déversant son esprit sur nous sans mesure, et une autre chère sœur a reçu le
baptême du Saint-Esprit cette nuit-là. Il y a eu de nombreux appels pour que nous
restions, tenant des réunions parmi les Indiens; les maisons rondes que weie nous
proposait de louer gratuitement, mais la saison était tardive et le temps se refroidissait,
de grandes tempêtes de neige avaient été signalées plus loin dans les montagnes et nous
nous sommes empressés de repartir.

Notre premier point de repère était Amarillo, la dernière ville de l'Oklahoma. D'Amarillo
à Tucumcari, Nouveau-Mexique, et de là à Santa Rosa. Alors que nous jouions, sœur B et
ma chère mère ont distribué des tracts à travers des champs de coton aux gangs de
travailleurs de la route, de constructeurs de ponts, d'agriculteurs, de campements de
tentes en passant, et aux caravanes à toit blanc alors qu'elles progressaient lentement
sur leur chemin.

Même s'il y avait eu une grosse tempête de neige une semaine auparavant et que les
routes étaient lourdes, nous nous sommes entendus sans difficulté jusqu'à ce que nous
ayons quitté Tucumcari. Ici, les routes menant à Santa Rosa sont devenues de plus en
plus dangereuses, boue, neige, guiches profondes et cols escarpés. Si nous nous étions
arrêtés pour nous renseigner sur les routes à venir (nous avons appris par la suite), les
conducteurs nous auraient dit que cette route était impraticable par temps de pluie.

Des kilomètres et des kilomètres que nous avons parcourus, où le seul signe de vie était
un chien de prairie occasionnel ou une mauvaise herbe roulante. Plus profondément,
toujours plus profondément, les roues taillaient dans la boue molle jusqu'à ce qu'elle
vole clairement au-dessus du toit de la voiture. Je suis sorti et j'ai mis les chaînes
antidérapantes, et nous sommes partis. Santa Rosa n'était qu'à neuf milles de distance, et
nos yeux étaient constamment sur l'indicateur de vitesse, alors que nous soupirions de
soulagement chaque nouveau mille parcouru.

L'obscurité nous avait maintenant dépassés, mais avec les bonnes lumières de la voiture,
nous nous sommes glissés à basse vitesse, les deux sœurs marchant, Roberta et Rolf, mes

138
deux enfants, demandant comment ils pouvaient m'aider à conduire. Le vent soufflait
sur la prairie en rafales glaciales quand la voiture descendit enfin vers les ailes.

Notre première pensée a été de chercher du bois pour soulever la voiture, mais pas un
arbre sur cent milles. Sœur B et moi-même sommes finalement parties dans les plaines
pour chercher de l'aide, et le Seigneur nous a dirigées vers la maison d'un Mexicain, qui
est venu avec une équipe et a travaillé jusqu'à deux heures du matin. m. sans succès. Il
nous est apparu enfin que le Seigneur ne voulait pas que nous allions cette nuit-là, et
bien que nous ayons toujours enseigné et cru que TOUTES CHOSES

Concourt pour le bien de ceux qui aimaient le Seigneur et qui étaient appelés selon son
dessein, nous pouvions à peine voir que c'était l'une des «toutes choses».

Les deux sœurs ont passé la nuit dans la maison d'adobe mexicaine éloignée de trois
kilomètres, moi et les enfants (maintenant endormis) dans la voiture. J'ai passé la nuit
dans la prière, et juste à l'aube arrivèrent les Mexicains dans leur wagon avec plus de
planches, et la première fois que nous essayions, nous étions hors de la boue et en route.

Nous n'avions pas fait plus d'un mile quand nous avons vu la raison pour laquelle Dieu
nous retenait; des lavages en profondeur et des guiches devaient être franchis là où
seule une bonne lumière, et une conduite prudente aurait pu sauver la voiture et ses
passagers. Mais le Seigneur était avec nous et la garde des anges n'a jamais été aussi
réelle pour nous, et bien que de l'eau vienne parfois sur les ailes, nous n'avons jamais eu
à nous arrêter de nouveau.

Échouant la ville, froide, affamée, humide et boueuse, le Seigneur a eu une bénie surprise
pour nous. Alors que nous atteignions la place, un jeune couple se précipita dans la rue
en pleurant:

"Louez le Seigneur! Ne viendrez-vous pas directement chez nous? O, nous sommes si


heureux de voir des saints pentecôtistes, nous n'en avons pas rencontré depuis plus de
deux ans! Venez et restez une semaine, n'est-ce pas?"

Quelle merveille, ici dans un état sauvage, où nous n'aurions jamais pensé rencontrer
une âme qui avait reçu le Saint-Esprit, Ils nous ont accueillis, nourris et réchauffés, lavé
notre voiture boueuse, nous ont donné des vêtements secs pendant que le nôtre était
lavé. Même les chaussures de la sœur étaient adaptées à nos pieds, et les vêtements de
ses enfants convenaient aux petits. Comment nous avons chanté et prié et le pouvoir est
tombé; leurs cœurs étaient affamés, ils avaient besoin de nous et nous en avions besoin,
et nous avions tous besoin du Seigneur, et Il a satisfait le besoin. Alléluia!

De Santa Rosa, nous avons voyagé à travers l'État du Nouveau-Mexique, via Socorro.
Nous nous attendions à passer par la route nord, au-dessus des monts Datil, mais nous
avons trouvé les cols si pleins de neige que nous avons dégringolé sur le sentier sud
jusqu'à Deming, N. Mex., De là à Tucson, puis à Phoenix, Ariz.

139
Plusieurs kilomètres de désert sans aucun signe de vie; le cactus géant surplombait la
voiture et des coyotes occasionnels dévalaient au loin. Les maisons étaient distantes de
soixante et quatre-vingts milles, et donc notre Père aimable et attentionné nous a
envoyés à travers cette longue route avec trois autres voitures, faisant le groupe de
quatre en tout, les autres voitures étant des voyageurs chevronnés avec des hommes et
des femmes au bon cœur qui a offert de l'aide et des encouragements tout le long du
chemin, l'un d'eux a même conduit la voiture pendant deux jours pour me reposer les
bras.

De Phoenix, on nous a conseillé d'aller vers le nord jusqu'à Needles, en Californie.

frapper à nouveau l'ancien sentier national et éviter le sable profond de Yuma et


d'autres points sud. Cette étendue de sable et de pierre nous a emmenés sur la dernière
de nos pauvres routes, car à Needles nous avons frappé un boulevard qui traversait le
désert jusqu'au sommet des montagnes, à travers les cols menant à la longue pente, où
nous avons pu à côte sur plusieurs miles à travers les pentes sinueuses et de beaux
paysages, jusqu'à ce que nous soyons arrivés à San Bernardino, en Californie.

Après les prairies, les plaines, les déserts et les montagnes, c'était comme un nouveau
monde. Pendant une semaine, nous avions traversé de grandes sections de mîning où les
montagnes produisaient de l'or, de l'argent, des amalgames, du zinc, du fer, du cuivre et
d'autres minerais, mais maintenant tout cela était passé et nous étions dans la terre où
des milliers d'hectares étaient remplis avec de beaux arbres fruitiers, oranges, citrons,
pamplemousses, etc., suspendus en abondance.

Nous nous sommes empressés de Rialto, Upland, Glendora et Arcadia à Pasadena, et de


Pasadena à Los Angeles, arrivant samedi midi, trouvant les saints préparés et attendant
de nous accueillir. Tous les arrangements pour notre confort et notre hébergement
avaient été faits par ces précieux enfants du Seigneur, et dimanche la réunion de réveil
s'est ouverte.

Nous avons pu nous prélasser dans les environs du confort de la maison après notre
long voyage de joumey et de distribution de tracts pour Jésus, mais alors que nous
regardions le beau pays, la lueur accueillante sur le visage des saints, et avons assisté à
la première réunion, où le le pouvoir est tombé dans les douches, nous pourrions lever
les mains et dire vraiment:

"Les labeurs de la route ne semblent rien depuis la fin du chemin."

CHAPITRE XXI. PUISSANTE DEFERLEMENT DE PUISSANT A LOS ANGELES

"Poussez des cris; car le Seigneur vous a donné la ville."

Jos. 6:16

* NOTE: (Le compte-rendu suivant des réunions est tiré du rapport rédigé pour les
journaux pentecôtistes lors de la renaissance de Los Angeles.)

140
Un véritable esprit de réveil remplit le peuple. Elle est née, comme tous les autres
reveils, des racines profondes et sûres de beaucoup de prière et d'intercession pénibles
devant le Seigneur, et elle est venue soudainement comme le font habituellement les
réponses de Dieu. Alors que les saints priaient ici et demandaient au Seigneur de
grandes choses, le Seigneur répondait.

"Oui, oui, mes enfants, oui. Je prendrai les faibles pour confondre les puissants, et les
choses qui ne doivent rien faire pour rien. Je prendrai un ver pour battre une montagne."

Fidèle à sa parole, le Seigneur a parlé à ce petit ver de poussière faible qui sent le plus
faible des enfants de Dieu, et a enflammé dans mon cœur l'appel à Los Angeles. L'appel
m'a tellement impressionné que nous partit et une bande d'anges sembla nous
accompagner tout le long du chemin, nous soulevant par-dessus les endroits pierreux,
nous soutenant à travers les ruisseaux gonflés et nous amenant en toute sécurité à la fin
de notre voyage. Mais pour ce réveil, nous souhaitons donner au Père, au Fils et au Saint-
Esprit toute la gloire. Paul peut planter; Apollos peut arroser, mais c'est Dieu qui donne
l'augmentation.

La semaine de Noël a été une semaine de préparation. Les foules ont augmenté
régulièrement et à la fin de la semaine, les gens n'étaient pas en mesure d'entrer dans la
salle; salle de prière remplie, tribune, sièges et escalier remplis, et les partitions
dégringolées. Tellement pleurant, chantant et dansant!

Les fenêtres du ciel ont été ouvertes; les pécheurs ont été sauvés, les croyants baptisés
du Saint-Esprit, souvent de douze à vingt en une seule réunion.

Les cris et les chants célestes du peuple, avec la nuée de gloire qui l'accompagnait,
remplissaient tellement le tabernacle qu'au temps les prêtres et les ministres du
Seigneur ne pouvaient pas servir.

Les gens se plaignaient de ne pas pouvoir entrer dans le bâtiment, aussi grand soit-il,
alors le Temple Auditorium avec ses rangées de gaUeries, en plus de la fosse et de la
grande tribune (pouvant accueillir environ trois mille cinq cents personnes), a été loué
pour le plus grand Les réunions du dimanche sans hésitation, même si le prix était de
cent dollars toutes les trois heures. Le pasteur Fisher et le frère Blake, avec leur bande
d'ouvriers, n'ont pas compté de prix ou de problèmes trop importants, mais se sont
investi corps et âme dans l'œuvre.

Alors que le monde jubilait à l'extérieur avec leurs appareils bruyants, le Seigneur avait
quelques appareils bruyants à l'intérieur qui avaient un jubilé de R-E-A-L, et Victoria
Hall était emballé à ses portes.

Le Seigneur m'a amené à prêcher cette nuit-là dans la vallée des os secs, et à montrer à
chaque âme desséchée le chemin du retour du pouvoir et de la bénédiction. Lorsque
l'appel au service de l'autel a été donné, la salle de prière était pleine à craquer, la
tribune, l'autel entier (et même si les sièges ont été reculés pour faire de la place) tout

141
autour du bâtiment et dans les allées des dizaines priaient pour le salut, des croyants
recevant le baptême du Saint-Esprit, des malades guéris et des danses et des
réjouissances telles que les perdus sont rentrés!

On estime que plus d'une centaine ont été tuées sous le pouvoir au cours de cette seule
nuit. Avec beaucoup de pleurs, de nombreuses confessions ont été faites; les différences
se dissipèrent alors que les saints se jetaient les bras l'un sur l'autre; des larmes d'amour
et de louanges se sont mélangées.

Beaucoup de ceux qui avaient perdu leur premier amour sont venus prier pour qu'ils
soient tellement chargés du pouvoir qu'ils pourraient être des travailleurs pour lui dans
le réveil à venir. Alors que les ouvriers étaient priés pour eux, ils sont tombés, l'un à
droite, l'autre à gauche, et certains ont passé des heures sous le pouvoir pendant que
Dieu traitait et parlait avec eux. Ils ont oublié la musique et les cris, ont oublié la salle
dans laquelle ils se trouvaient et ont été rattrapés comme Paul d'autrefois dans le
troisième ciel. Beaucoup d'entre eux avaient des visions; certains ont vu les champs de
récolte blancs, les têtes lourdes tombantes pour la main du glaneur, et ont entendu le
grand appel aux moissonneurs de cesser de se battre avec leurs faucilles acérées et de
sortir dans le champ et de se rassembler dans le grain, parce que Jésus arrive bientôt.

D'autres ont vu des visions de soûls descendre dans la perdition éternelle sans Dieu et
sans espoir, et ont entendu leurs cris et leurs hurlements tandis que le Seigneur les
invitait à sauver les tourments et à arracher les pécheurs comme marqués du buming.
On a vu le Seigneur marcher dans les vergers avec sa hache à la main, abattre des arbres
stériles par la racine, les jeter dans le feu, et transplanter des arbres fructueux à leur
place, et a donné un message dans l'Esprit.

Dieu a parlé et s'est révélé aux autres d'une manière merveilleuse jusqu'à ce qu'ils
déclarent qu'ils ont vu dans les profondeurs de son grand cœur d'amour et de
compassion jusqu'à ce que leurs propres soeurs palpitaient avec les siennes comme
jamais auparavant en aspirant aux perdus.

Des hommes et des femmes forts pleuraient comme des enfants; un esprit moelleux
brisé et contrit semblait remplir tout le monde.

Juste au moment où minuit approchait, quelqu'un est allé au piano dans l'Esprit et a joué
"Victory Ahead" et les saints se sont joints et ont marché autour du bâtiment en nombre
tel que les allées ont été étouffées alors qu'elles prenaient la place pour Dieu; AU s'est
joint les mains, formant un cercle ininterrompu autour de la salle entière et a prié avec
une telle ferveur et un tel zèle qu'il semblait que les Cieux mêmes avaient abandonné la
graisse et le miel. Des missionnaires, des évangélistes, des ministres et des ouvriers
chrétiens ont entendu parler de cette grande effusion à des centaines de kilomètres de là
et sont venus en train et en bateau pour être eux-mêmes ravivés et être une bénédiction
pour les autres.

142
Dans toutes les réunions du mois tenues sous les auspices du pasteur Fisher à Victoria
Hall et au Temple Auditorium, aucune goutte de pluie n'est tombée à l'extérieur, même
si c'était la saison des pluies, aucun pot n'a été ressenti et aucun manque d'unité ou
d'amour n'a été affiché . L'Esprit a pris le contrôle absolu des réunions.

Alors que les services du dimanche après-midi dans le grand Auditorium étaient fermés,
le public se pressa à Victoria Hall, beaucoup d'entre eux n'attendant pas le souper de
sorte qu'à cinq heures, chaque siège était occupé; à six heures, il ne restait pratiquement
plus de place debout et à sept heures, des centaines s'échappaient de la porte, certains
pleurant de déception parce qu'ils ne pouvaient pas entrer. Il y avait des messages en
langues et en interprétation; il y avait des chants célestes et de la musique dans l'Esprit,
souvent avant la prédication, plusieurs ont reçu le baptême lors de la réunion de
débordement tenue dans la salle de prière, tandis que pendant le sermon, d'autres sont
venus, parlant en langues et magnifiant Dieu.

Ce réveil n'est vraiment pas créé par l'homme ou par la femme, mais est descendu du
Père des lumières, car le message vient-il de l'inspiration brûlante du Saint-Esprit ou
est-il donné en quelques mots simples et clairs expliquant le salut, le baptême de l'Esprit
et la venue du Seigneur; ou si ce n'est pas du tout une prédication?

Les résultats sont les mêmes, les scores arrivent à l'autel et les croyants reçoivent le
Saint-Esprit.

Il est impossible de décrire les nombreux cas merveilleux où nous avons vu notre Dieu
travailler. Un mari et une femme qui n'ont pas vécu ensemble pendant sept ans se sont
tous les deux sauvés, ont couru et se sont jetés les bras l'un dans l'autre; elle a reçu le
baptême. Un autre couple qui n'avait pas parlé depuis plusieurs années est revenu vers
le Seigneur, et la petite fille est venue avec une telle joie raconter comment papa et
maman allaient avoir un foyer heureux.

Un autre homme à l'aspect fin est venu, pleurant comme un bébé, nous demandant de
prier pour lui, il voulait être sauvé. Nous avons prié pour lui, son visage était baigné de
larmes et en moins de quinze minutes, l'homme était sous le pouvoir, parlant dans
d'autres langues.

Une jeune femme, une belle violoniste, est venue assister à la musique, a été sauvée
glorieusement et s'est allongée sous la puissance du Seigneur, tout près de son baptême.
Beaucoup de ceux qui étaient ici disent avoir parcouru le monde au cours des douze
dernières années, depuis que la pluie de l'arrière-saison a commencé à tomber, et qu'ils
ont vu de grands revivais, mais tous ont déclaré qu'ils n'avaient jamais vu un réveil
comme celui-ci, et tous conviennent que elle éclipse même les jours merveilleux de la
vieille rue Azuza, dont ils parlent tous avec des visages ravis; une telle unité et une telle
fusion des travailleurs, une telle mise de côté des chicanes et des doctrines épilatoires,
une telle sortie ensemble pour les pauvres pécheurs perdus, Dieu ne peut s'empêcher de
bénir.

143
BETHEL TEMPLE. G. N. ELDRIDGE, PASTEUR

Dimanche après-midi, 19 janvier, après la clôture de la réunion dans le Temple


Auditorium, les réunions se sont ouvertes dans le magnifique temple Bethel, tout
l'orchestre est venu de Victoria Hall avec des violons, des cornets, une guitare, etc., et
une demi-heure avant la réunion était les personnes ouvertes étaient renvoyées aux
réunions de débordement ou au sous-sol, où une plus ancienne réunion de prière était
en cours. Le chant céleste se leva, se gonfla en un nuage de gloire et un mandant
d'adoration enveloppa le peuple. Les uns après les autres, des gens de six ans au vieil
homme qui se vantait de son soixante-dix-huitième anniversaire, se sont levés sur leurs
pieds avec des témoignages rapides, bourdonnants et définis.

Après un simple message de la Parole et un appel sérieux à l'autel, les pécheurs et les
croyants étaient en route ensemble vers le sous-sol,

où les sièges avaient été enlevés et le grand plancher dégagé pour une prière et une
réunion tardive. Peu de temps après, le sol était couvert des morts du Seigneur et de
nombreux ouvriers, évangélistes et missionnaires passaient de l'un à l'autre, priant et se
réjouissant pour ceux qui venaient à leur baptême.

Après la semaine au Bethel Temple, nous avons de nouveau repris les réunions de réveil
à Victoria Hall. Les sièges ont été remplis bien avant la réunion, puis les gens sont restés
coincés pendant des heures. Les huissiers ont eu du mal à garder les allées ouvertes
pour se conformer aux lois sur le poisson; les enfants et les plus jeunes étaient assis par
terre devant l'autel, même sur la plate-forme elle-même, et chaque pied d'espace
disponible était pris jusqu'à ce que l'orateur ait du mal à se déplacer d'avant en arrière
sans marcher sur quelqu'un. Ils ont soulevé les fenêtres et se sont tenus sur les rebords
de fenêtre; des sièges ont été mis sur l'élévation qui couvre le baptistère, beaucoup se
tenaient dans les couloirs et les couloirs; des réunions de débordement ont eu lieu dans
d'autres parties du bâtiment, une dans la salle de prière, où les chants et les louanges
nous étaient répercutés dans la grande salle au moment où les croyants recevaient le
baptême. Une nuit, onze ont reçu le baptême pendant la prédication. Le pasteur Fisher
avait ouvert sa suite de bureaux de quatre pièces pour une réunion de débordement. Ici,
beaucoup étaient remplis du Saint-Esprit, d'autres étaient dans une prière sérieuse
devant Dieu pour que la conviction repose sur tout le public du service plus large.

Les étages de la salle de prière étaient remplis; ils tombèrent sur l'estrade où l'on pria
les malades; de nombreux pécheurs qui sont venus dans les allées pour le salut et ont
doublé et regarni l'autel à travers le front ont été sauvés et abattus sous la puissance de
Dieu dès qu'ils ont atteint leurs genoux. Une nuit, il a été jugé remarquable par de
nombreux travailleurs qui regardaient, de voir onze sur un groupe de douze qui étaient
venus à l'autel pour le salut, non seulement sauvé, mais baptisé du Saint-Esprit.

Le chant de la chorale céleste, les messages en langues et l'interprétation étaient


indescriptibles.

144
Un si doux esprit d'unité et d'amour régnait, un tel mandat d'adoration et d'adoration
s'est abattu sur le peuple et l'a enveloppé qu'il était souvent impossible de prêcher;
même les témoignages seraient noyés par les éclats de louanges et de chants qui
déferleraient de la chaire à la porte. Encore une fois, le public se levait et, avec les mains
levées, louait et adorait le glorieux qui avait fait fleurir le désert comme une rose et jaillir
des flaques d’eau dans le désert, et donner inonder la terre sèche; Alléluia!

Les messages en langues et l'interprétation décrivaient également de façon vivante la


venue du Seigneur, les ténèbres approchant balayant la terre, le lever de la bête hors de
la mer, la grande main rouge sur l'horizon, montant dans le ciel, atteignant sur la terre,
et la saisissant si fort que le sang suintait entre ses doigts.

Souvent, les messages étaient plus que les pécheurs pouvaient supporter, et comme les
souffrances du Seigneur étaient décrites, des sanglots se faisaient entendre, des hommes
et des femmes de nombreuses parties du bâtiment se levaient et venaient à l'autel pour
le salut. Bien qu'aucun effort n'ait été fait pour garder une trace du nombre sauvé ou
baptisé dans ces réunions, nous savons que les anges se sont réjouis une nuit au
spectacle de quarante hommes et femmes venant à l'autel pour ce glorieux salut. Une
famille catholique entière a été sauvée la même nuit.

Deux femmes qui sont venues ivres et qui ont été sauvées à une heure du matin, ont loué
Dieu à chaque réunion pour avoir été sauvées d'une vie de péché et de honte, et remplies
du Saint-Esprit. Inutile de dire que tous ceux qui ont reçu le Saint-Esprit ont parlé dans
d'autres langues lorsque l'Esprit a prononcé, même l'homme qui était né sourd et muet.

Il est venu se rencontrer jour après jour en écrivant avec un crayon et un bloc-notes. Il a
demandé le baptême du Saint-Esprit et bien sûr, pour le baptiser, le Seigneur doit lui
permettre de parler. Après avoir cherché cinq nuits, le Saint-Esprit est soudainement
venu dans son temple. Il serait difficile de décrire les cris et la joie de ceux qui se sont
rassemblés autour de lui lorsqu'il a reçu le Saint-Esprit et est venu en parlant avec
d'autres langues d'une voix audible.

Quand il se leva sous le pouvoir, la voix ne l'avait pas quitté. Dieu soit loué! Nous louons
Dieu pour de nombreux cas de guérison et de délivrance. Tout au long des réunions, des
louanges ont été rendues au Père et à son Fils Jésus-Christ, ainsi qu'au Saint-Esprit.
Aucun homme ou femme n'a pris ou n'a reçu la gloire, car tout a été si manifestement
fait par Dieu à travers de vases d'argile faibles. CHAPITRE XXII. "LA MAISON QUE DIEU

"Oui, le moineau a trouvé une maison, et l'hirondelle un nid pour elle-même, où elle peut
pondre ses petits."

Ps. 84: 2

Pendant la semaine au temple de Bethel, le Seigneur avait prononcé ce commandement


avec la promesse:

145
"Allez à Victoria Hall dimanche soir. Je vais faire quelque chose de merveilleux à Victoria
Hall dimanche soir." Et Oh, il a tenu parole!

Cette fois, le Seigneur avait continué de m'assurer qu'il me fournirait un petit foyer pour
les enfants. Il a parlé à d'autres personnes dans toute la ville dans la même veine qu'ils
m'appelaient sur le téléphoné avec la parole que Dieu leur avait montré que le petit
enfant devrait avoir une maison et un endroit pour aller à l'école.

Maintenant, ce dimanche soir particulier de notre retour au Victoria Hall, l'endroit était
plein à craquer de gens quand une jeune femme s'est levée, disant:

«Le Seigneur me montre que je dois donner beaucoup à Mme McPherson. J'ai quatre lots
de terre et je n'en ai pas besoin. Je ne suis pas censé prêcher l'Évangile, où elle est, et en
donnant à la terre que le les petits peuvent avoir un foyer et elle peut être libre d'aller et
venir dans l'œuvre du Seigneur, je partage sa récompense. " Un frère s'est levé et a dit:

"Oui, et j'aiderai à creuser le cela." D'autres ont sonné: «Oui, je vais aider à jeter les
bases», «Je vais faire le lattage», «Je vais faire le plâtrage», «Je vais fulminer la salle à
manger», et ainsi de suite jusqu'à ce que la petite oiseau canari a été promis.

Une dame a promis des rosiers. Maintenant, le canari et les rosiers ont touché mon cœur
et m'ont fait crier plus que tout le reste, car même si les incidents peuvent sembler, je
pouvais voir Dieu, car le canari et les rosiers étaient les deux choses que les enfants
avaient demandées autrement. Le Père céleste n'avait pas oublié.

Quand cela a été organisé, une journée de dévouement et de changement de lieu a été
fixée, et après le chant et la prière, les saints ont formé une longue file et Ont marché
autour du dossier unique du lot, demandant au Seigneur les moyens nécessaires pour
ériger la petite maison.

Loin là-bas, quand hors de la volonté de Dieu, comment j'avais lutté pour obtenir un
petit loyer loué meublé, et quelle misère j'avais traversée, mais maintenant Dieu planifie
lui-même une maison qui serait la nôtre, une maison donnée et construit par les saints,
où chaque coup de marteau enfonçait des clous d'amour dans le bâtiment et dans nos
cœurs.

Peut-être qu'aucun de mes lecteurs qui ont toujours eu une maison pour leurs petits, un
oreiller à eux le soir, n'a pu entrer avec moi dans cette merveilleuse joie en leur nom.

Frère Blake était un constructeur de métier et il s'est engagé à superviser l'érection de la


petite maison.

Bientôt, les frères creusaient la cave et faisaient le travail soit entièrement gratuitement,
soit à un chiffre très bas. Un frère qui a offert ses services a été testé par l'ennemi, qui lui
a dit:

146
"Maintenant, vous savez que vous devriez travailler quelque part où vous pourriez
gagner une bonne journée de travail pour ramener chez vous la femme et la famille."

Il savait que Dieu lui avait parlé, cependant, et travailla loin à la fondation. Un soir, en
rentrant chez lui, il a commencé à pleuvoir et à ses pieds gisaient quinze dollars. Dieu
l'avait richement payé pour ses deux jours de travail. Alléluia!

Ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres où Dieu a béni chaque entreprise
concernant cette petite maison. C'était une chose merveilleuse, aussi, que le terrain,
juste dans la banlieue de Los Angeles, loin de l'influence de la ville, soit juste en face
d'une belle école. Que tous ceux qui lisent disent «Gloire». Nous-mêmes sommes si
pleins de reconnaissance et de louanges que nous pouvons crier avec David: "Oh, où,
mon âme, dois-je commencer à louer le nom de Jésus?"

CHAPITRE XXIII. LOS ANGELES À SAN FRANCISCO

"Le laboureur rattrapera la moissonneuse, et le fouloir de raisins celui qui sème la


semence; et les montagnes laisseront tomber du vin doux, et toutes les collines
fondront."

Amos 9:13

Laissant Los Angeles à midi, via la vallée de San Fernando, nous avons traversé les
ranchs d'agrumes et d'oliviers, à travers le tunnel de Newhall et à Saugus avec ses
grands champs de puits de pétrole nichés au pied des montagnes, ne perdant aucune
occasion avec des tracts et Littérature.

De Saugus, nous avons escaladé les pentes montagneuses du canyon de San


Francisquito, contourné le bord, pf le grand désert de Mojwe solitaire étendu comme un
vaste vide silencieux au loin dans la distance bleue. Puis montez et remontez le puissant
col de Tejon avec ses falaises rocheuses et ses précipices (Mt. Whitaey au loin). Du
sommet enneigé, nous sommes tombés dans les plaines, sur lesquelles une route droite
s'étendait devant nous comme un long ruban brillant.

Accélérant sur cette autoroute, le coucher du soleil nous fonde dans la ville de
Bakersfield.

Il n'y avait pas de travail pentecôtiste à Bakersfield, nous avons donc décidé d'y passer la
nuit. Nous avons distribué des tracts et tenu également une réunion en plein air à l'un
des principaux coins, à partir de la Gospel Car. Ici, nous avons trouvé un besoin
particulier pour les petits évangiles, que nous avons donné gratuitement.

Sur le trajet vers Oakland et San Francisco, une pluie aveuglante a rendu la conduite non
seulement difficile mais dangereuse. Dépêchez-vous avec les rideaux latéraux buttone et
le pare-brise brumeux avec les torrents qui tombent, nous n'avons pas vu un train de
fret approchant jusqu'à moins de vingt pieds de la voie. Le train allait trop vite pour
s'arrêter, et si j'avais claqué sur les freins, la voiture aurait dérapé dans le train. Rapide

147
comme un éclair, le Seigneur m'a donné la présence d'esprit pour faire tourner la voiture
vers la gauche et le long de la voie, évitant ainsi le train et s'arrêtant sans blessure.
Alléluia!

Nous avons prié pour le temps sec; bientôt le ciel s'est dégagé, et comme nous avons
traversé la baie sur le ferry d'Oakland à San Francisco, le soleil nous a souri d'un ciel
bleu clair, comme une promesse que Le Seigneur nous enverrait les douches de
bénédiction et le soleil de son amour dans cette ville.

Le frère et la sœur Robert J. Craig, avec leurs ouvriers, attendaient d'accueillir la Gospel
Car et ses sept passagers ravis.

GLAD TIDINGS HALL

De la première réunion à la dernière, la gloire de Dieu a reposé sur le peuple. Les


manifestations de la puissance de l'Esprit augmentaient de jour en jour, des soûls
affamés venaient de loin et de près et étaient remplis de bonnes choses de la table du
Père. La foule augmentait chaque jour, et même si une galerie supplémentaire a été
construite, la dernière réunion a trouvé la foule debout sur le trottoir.

La façon dont les pécheurs se sont levés en réponse à l'appel de l'autel et sont venus des
galeries et de diverses parties de la salle jusqu'à l'autel était une vue pour réchauffer le
cœur de tout gagnant d'âme. À la fin de chaque service de prédication, la longue salle de
prière se remplissait rapidement d'un bout à l'autre des meilleurs chercheurs pour le
baptême du Saint-Esprit. Les prières des chercheurs et des ouvriers montaient avec une
telle harmonie et d'un tel accord que leurs voix sonnaient comme le ruissellement de
nombreuses eaux. Beaucoup ont été prosternés sur le sol sous la puissance de Dieu
pendant qu'ils recevaient leur baptême, d'autres ont été remplis de l'Esprit en
s'agenouillant ou en se tenant debout sur leurs pieds, les mains et le visage absorbés par
le ciel.

Ces réunions se prolongeaient souvent jusqu'à cinq et six heures du matin. Parmi les
nombreux baptisés du Saint-Esprit au cours de ces réunions, il y avait deux ministres,
des membres d'église et un certain nombre d'un corps d'armée du salut à proximité.

Alors que les nouveaux convertis prenaient fermement position pour le Seigneur et
étaient enterrés sous l'eau lors du baptême, le feu tomba dans la fontaine de baptême
jusqu'au pasteur et les nouveaux convertis dansèrent et crièrent, parlèrent en langues
avec interprétation.

Partout dans nos réunions partout où nous avons mis le ministère de l'âme en premier,
puis le ministère du corps, néanmoins des miracles de guérison ont été opérés dans
presque toutes les réunions.

Parmi ceux qui ont été guéris lors de la réunion de San Francisco, il y avait un enfant
dont la gorge devait être opérée le lendemain, instantanément guéri en réponse à la

148
prière. Le médecin a ordonné à la mère de ramener l'enfant à la maison, disant qu'elle
était parfaitement guerie.

Une dame qui avait souffert de troubles internes et de rupture pendant dix-huit ans a été
rendue intacte par le Grand Médecin Jésus, en réponse à la prière de la foi, de sorte que
la ferme a été enlevée et qu'elle saute, danse et loue le Seigneur absolument libre de
douleur.

Un frère dont le genou et la cheville avaient été raidis à la suite d'un grave accident, a été
touché par le Divin de la main, et ses articulations se sont relâchées de sorte qu'il dansait
et sautait de joie, son membre étant toujours sain et sauf.

Une dame âgée atteinte de névrite de la tête et du visage, au point que depuis plusieurs
années elle n'a pas dormi une bonne nuit, est venue demander la prière. Sa tête et son
visage étaient si tendres qu'elle lui tenait les mains pendant que nous priions, comme si,
terrorisée, de peur que le plus léger contact des doigts ne l'atteigne. Elle a été
instantanément guérie, et pendant tout le reste des réunions, elle a continué à louer Dieu
que toute douleur et tendresse avaient disparu, et elle a dormi profondément, sans
souffrance.

Quel merveilleux Sauveur est celui qui a porté non seulement nos péchés, mais notre
maladie dans son propre corps sur l'arbre, et par les meurtrissures desquels nous
sommes guéris. Voici le témoignage d'une sœur:

«J'étais atteinte d'une tumeur au poignet depuis plusieurs années et je n'avais jamais eu
de guérison permanente jusqu'à présent. Soeur McPherson et un frère ont prié pour moi
et je suis complètement guérie. Je travaille à mon travail de sténographie tous les jours
et là-bas il n'y a pas de douleur dans le poignet la nuit, ce qui montre que c'est une
guérison parfaite. Louez le Seigneur. J'ai été guéri de troubles internes qui ont rendu ma
vie misérable, et ma vue, qui avait été affectée par ma condition nerveuse, a également
été guérie, donc je suis maintenant parfaitement parfait. "

B. L. L.

Frère et sœur Craig, qui sont les pasteurs de cette œuvre depuis sept ans, sont de
précieux saints du Seigneur éprouvés par le feu. À travers les nombreuses questions
doctrinales et marées contraires que l'ennemi a apportées contre les enfants du
Seigneur ces derniers jours, ils se sont tenus fermes et vrais. La gentillesse, l'hospitalité
et l'amour que nous accordent les chers de San Francisco ne seront jamais oublié.

Après le service d'adieu Les saints et le pasteur se sont réunis à propos de la voiture de
l'Evangile et ont prié et chanté avant notre départ pour notre prochain champ de travail.

OAKLAND, CAL.

Mme Carrie Judd Montgomery, qui, avec d'autres saints d'Oakland, a assisté à de
nombreuses réunions à San Francisco, ayant le travail d'Oakland à cœur, nous a

149
demandé de tenir une série de réunions de réveil dans cette ville. Comme il était hors de
question, chaque date ayant été promise bien à l'avance, sœur Montgomery a organisé
deux réunions spéciales l'après-midi, que nous avons prises en sandwich sans interférer
avec celles de San Francisco.

La première réunion a eu lieu à Ebell Hall, la seconde dans la grande salle de bal de
l'Hôtel Oakland.

Les deux réunions ont attiré de nombreux membres de toutes les dénominations.
Plusieurs ministres qui étaient là ont exprimé leur désir d'un travail plus profond et
d'une fonte de la froideur dans leurs églises.

Un pasteur méthodiste et un prédicateur épiscopal méthodiste nous ont tous deux


cordialement invités à venir prêcher le dimanche matin suivant.

Le pasteur J. H. Sparks et son assemblée, qui préparaient et attendaient avec impatience


cet effort spécial depuis des mois, étaient tous prêts. Le Liberty Hall était rempli de
monde. L'UA avait faim des réunions et avait hâte d'aider.

La façon dont ces saints de Californie se rendent au travail pour annoncer une réunion
est une inspiration. Presque tous les chariots de la ville portent une grande bannière de
réunion de réveil à l'extérieur, en plus des cartes à l'intérieur. Les vitrines des quartiers
commerçants ont été placardées dans tous les sens. La ville a été cartographiée et visitée
de maison en maison avec des invitations personnelles et imprimées.

En plus des réunions quotidiennes dans la rue, des automobiles portant des panneaux et
des bannières traversent les rues. Des chanteurs avec des guitares et des banjos et de
gros tambours de base sont à l'intérieur, tandis qu'un frère est assis à califourchon sur le
moteur et crie dans le mégaphone de la venue prochaine de Jésus, et invite la population
étonnée à venir à la Liberty Hall et à entendre tout le monde à propos de ça.

Notre premier converti était un pauvre vieil homme qui avait passé la nuit de samedi en
prison. Dimanche il a été sauvé et le lundi suivant f0uri (lui sur le siège avant avec un
visage brillant et un témoignage heureux. Il avait trouvé du travail, et promis d'être
fidèle à Jésus.

Une chère catholique qui avait entendu parler des réunions est venue à cinquante
kilomètres pour être sauvée. Avec des mains levées et un visage radieux, elle s'est jointe
à la marche au sujet du bâtiment, criant et louant son nouveau Sauveur.

Un journaliste a assisté à chaque réunion et imprimé la plus grande partie de chaque


sermon dans le quotidien. Les ministères et les membres d'église sont venus entendre le
message; les soûls ont été sauvés et la gloire est descendue.

"Quand rentrez-vous à la maison? Vous rencontrera" était un message reçu récemment


par téléphone de l'assemblée de Los Angeles.

150
Chez nous, "pourquoi", c'est la première fois depuis des années que nous avons un tel
message ou un endroit que nous pourrions vraiment appeler chez nous.

Ainsi, nous avons eu notre premier aperçu cette semaine lors d'un voyage précipité à
Los Angeles, de la petite maison que nous avons vue de l'œil de la foi depuis le jour où la
terre a été consacrée, et ce sera exactement ce dont nous avons besoin, rien de élaboré
de quelque façon que ce soit, mais ce sera un nid à la maison et les chers saints qui y ont
travaillé avec foi, ont été tellement remplis de Spidt que, avec le bourdonnement de la
scie et le coup de marteau, ont augmenté des chants de louange et de victoire, et des
prières pour que la bénédiction de Dieu suive et nous ramène en toute sécurité à la
maison.

Cela a été en effet un travail d'amour, et nos cœurs débordent de gratitude envers le
précieux Père qui s'est souvenu de la faiblesse de la servante de Flis et a rempli sa
promesse et l'a fait extrêmement abondamment au-dessus de tout ce que nous aurions
pu demander ou penser. Nous attendons aujourd'hui avec plus de courage et un cœur
plus léger que jamais le travail de gagner des ames et de diffuser le message de la venue
prochaine du Seigneur, alors que nous pensons aux petits rentrant de l'école, chantant et
jouant joyeusement à propos de la bungalow et priant pour la Mère alors qu'elle vient et
va au service du Maître, en obéissant à l'ordre de Celui qui l'a élevée d'un lit mourant
pour prêcher la Parole. Gloire à Celui qui nous a gardés dans les soins du fils jusqu'à ce
jour.

Est-ce que nous attendons avec impatience d'emmener nos enfants à ceci: Ce repos que
des mains aimantes ont préparé, nous savons que si nous ptietions un peu plus
longtemps nous recevrons un jour un message sans fil à la maison là-bas que notre
Seigneur est allé préparer.

Je me lève avec des soeurs qui ont été rachetées par l'obéissance par la Parole à nos
enfants spirituels afin que nous puissions profiter du bâtiment fait sans les mains, qui ne
se fane pas, dans les Cieux .

Et comme nous avons hâte maintenant d'emmener les enfants dans un havre de repos
que des mains aimantes ont préparé, nous savons que si nous sommes fidèles encore un
peu, nous recevrons un jour un message sans fil pour venir à la maison là-bas que Le
Seigneur est allé préparer une habitation, et se lèvera avec des âmes qui rachetés par
l'obéissance en prêchant la Parole a nos enfants spirituels pour leur dire que nous
pouvons jouir ensemble de l'édifice fait sans les mains, qui ne se detruit pas, éternel
dans les cieux.

Partie II. Témoignage de ceux touchés par Dieu lors de nos réunions

LA PUISSANTE PUISSANCE DE DIEU MANI FESTÉE À MOUNT FOREST, ONTARIO.


SOEUR E.

151
"Bénie soit celle qui a cru, car il y aura une représentation de ce qui lui a été dit par le
Seigneur."

Ces mots m'ont été donnés pendant que nous parlions du travail de notre mission que le
Seigneur nous a conduits à ouvrir, quatre mois auparavant, dans la ville de Mount
Forest, Ont., Canada, dans l'année

1915. Le laboureur, le semeur et le cultivateur avaient fait leur travail, et maintenant


nous attendions du fruit de nos travaux. En tant que croyants, nous recherchions les
signes suivants.

En entendant parler d'une grande réunion du camp pentecôtiste à Kitchener, en Ontario,


à une soixantaine de kilomètres de nous, je suis allé là-bas, et lors de cette réunion, j'ai
rencontré sœur Aimée Semple McPherson, que Dieu utilisait puissamment parmi ces
chercheurs affamés, mon cœur était grandement attiré par elle, et une nuit alors que
nous priions dans une tente avec cinq jeunes filles qui recevaient le Saint-Esprit, le
Seigneur me parla:

"Il y a celui pour votre travail, celui que j'utiliserai dans le réveil que je vous ai promis."
Je lui ai parlé tout de suite, et le lendemain, elle a reçu l'assurance et la confirmation du
Seigneur qu'elle devait venir.

Lors de cette réunion du camp, le Seigneur l'a utilisée pour encourager et prier avec ma
mère, qui a reçu l'Esprit, qu'elle cherchait à recevoir depuis trois ans.Mon frère et une
nièce ont également été baptisés du Saint-Esprit lors de cette réunion par son ministère.
.

Avant la clôture de ce camp, mes proches, moi-même et une soixantaine d'autres, ont
suivi le Seigneur dans le baptême d'eau, dans la rivière, tandis qu'une multitude de gens
se pressaient sur les rives. Soeur McPherson leur a transmis un message émouvant, alors
qu'elle était encore dans ses vêtements mouillés. Environ soixante-dix personnes ou
plus ont été baptisées du Saint-Esprit lors de cette réunion, grâce à son instrumentalité.

Deux semaines plus tard, plusieurs de mes proches prévoyaient assister à une réunion
du camp à London, en Ontario.

Ma fille était impatiente de partir, après avoir entendu que tant de jeunes enfants étaient
remplis de l'Esprit à Kitchener. (On ne nous avait jamais appris à croire que les enfants
pouvaient s'attendre à recevoir la Sainte

Esprit.)

Pendant ces deux semaines, en réponse à la prière, Dieu avait approfondi la faim dans
l'âme du prédicateur dans notre mission, de sorte que lui, avec J! mes proches, sont allés
à cette réunion du Camp pour recevoir cette partie dont a parlé Joël le prophète. "J'ai
reçu une lettre leur indiquant que lui et ma fille ont reçu l'Esprit en même temps parlant
en langues que l'Esprit a donné énonciation, également que ce neveu avait été baptisé du

152
Saint-Esprit lors de la réunion précédente, et mon beau-frère et son père ont tous deux
été remplis de l'Esprit lors de la même réunion, après que sœur McPherson avait
presque transporté le père là-bas pour entendre son fils parlant en langues. Une belle-
sœur a également reçu le Saint-Esprit lors de la même réunion du camp.

Pendant que je lisais la merveilleuse nouvelle, j'ai commencé à crier et à louer le


Seigneur de telle manière que mon garçon de sept ans a fermé les portes et les fenêtres
de peur de faire peur aux voisins et de réveiller la ville. Il me semblait que les vannes du
ciel étaient ouvertes sur mon âme, et j'ai commencé immédiatement à planifier notre
propre rencontre.

SOEUR MCPHERSON ARRIVE À MOUNT FOREST Le Seigneur ne m'a pas laissé annoncer
ces réunions spéciales comme je l'ai fait auparavant; Je viens d'annoncer que sœur
McPherson serait avec nous pour une courte période, les réunions devant commencer
dimanche.

Samedi soir, alors que je me rendais à la gare pour rencontrer la sœur, qui devait arriver
dans le train, j'ai demandé au Seigneur une confirmation si c'était le début du réveil qu'il
m'avait promis un an auparavant, si oui, Il vient de baptiser quelqu'un ce soir-là. La
sœur, en montant, a demandé au Seigneur une promesse. Le Seigneur a dit: "Tous ceux
qui demandent reçoivent."

LE FEU TOMBE

Sur notre retour à notre domicile du train, qui était d'environ 21h., nous avons trouvé la
maison remplie de jeunes de façon inattendue. Nous avons tout de suite commencé à
prier et à chanter, et mon garçon, âgé de dix ans, est tombé sur un autre jeune homme et
a commencé à parler dans une langue qu'il n'avait jamais apprise. Mon mari, maintenant
convaincu de son besoin, a reçu le don du Saint-Esprit le lundi suivant, alors qu'il était en
prière familiale, et il a commencé à crier dans d'autres langues. Quelques jours plus tard,
un jeune garçon, même âgé, a reçu l'Esprit et a parlé en chinois. Une semaine plus tard,
j'ai eu la joie de voir mon mari et mes trois enfants, ainsi que beaucoup d'autres, obéir à
«La Parole», en étant enterré avec Jésus dans le baptême d'eau.

LES MULTITUDES SE RENCONTRENT ENSEMBLE Très vite, notre mission ne put retenir
la foule, et pendant quelques nuits sœur McPherson se tint sur notre place avant et
prêchait aux foules énormes qui remplissaient nos pelouses. En réponse à la prière, le
Seigneur lui a donné une tente de 30x60, qui a été érigée sur la pelouse.

Peu de temps avant, lors d'une réunion de témoignage à la mission Dans la salle,
pendant que nous chantions, le puissant Consolateur est venu sur moi avec puissance et
a fait sonner les cloches de la joie, et en même temps le Saint-Esprit est tombé sur un
jeune homme qui a commencé à crier:

"Gloire à Jésus!" pendant que je criais "Alléluia!" Le jeune homme se mit à trembler et à
crier plus fort. Les gens de l'église qui s'étaient rassemblés pour la réunion sont devenus

153
alarmés et terrifiés, et sont partis, disant aux hommes dans les rues que j'hypnotisais ce
jeune homme. Actuellement, la salle était remplie de moqueurs et de moqueurs, ainsi
que d'hommes d'affaires et de professionnels de la ville, demandant: "Qu'est-ce que cela
signifie?"

ILS ONT ÉTÉ TOUTES ÉTONNÉS Un médecin a tiré le frère de la chaise, a ouvert sa
chemise et a appliqué un morceau de glace, enveloppé dans une serviette, pour
empêcher le feu de brûler.

Il a quand même crié:

"Gloire, gloire, gloire à Jésus!" et j'ai crié:

"Alléluia!" Les parents du garçon ont été envoyés, car on leur a dit que "Jim" était en
train de mourir. Pendant ce temps, je criais, et deux médecins se sont occupés l'un d'eux
a placé ses genoux sur l'un des bras du jeune homme, et l'autre médecin a placé ses
genoux sur l'autre bras du jeune homme en essayant de garder ses mains tranquilles,
mais il a crié le plus fort, jusqu'à ce que son père vienne et le traîne chez lui, et notre
réunion se termine ce soir-là sans aucun témoignage, mais n'a jamais été renvoyée.

C'était la première fois que la Puissance du Saint-Esprit tombait dans notre salle de
mission ou dans un lieu public de la ville.

Lorsque les réunions ont commencé sous la tente, il y avait du bruit à l'étranger, et des
multitudes venaient de différentes parties du pays, de villages et de villes, et nous
devions rencontrer tous les trains. La promesse "Tous ceux qui demandent" a été
vraiment remplie. En ces jours bénis de bénédiction et d'effusion de l'Esprit, beaucoup
n'ont même pas demandé, mais ont seulement souhaité le don, et le Seigneur les a
baptisés du Saint-Esprit.

Quels moments de joie nous avons eu dans notre maison à l'arrière de notre tente, où
nous avons mis à part notre grand salon pour les soeurs affamés, pour pleurer leur
chemin jusqu'au Calvaire et à la Pentecôte. Nous avons joyeusement gâté nos biens, pour
voir les chers visages tachés de larmes pleurer sur nos belles chaises rembourrées, nos
canapés, nos tapis et nos coussins de canapé. Quand je les regarde maintenant, ils
semblent sacrés, même au toucher, en souvenir de ces heures sacrées, lorsque nous
sommes restés avec eux, lorsque nous avons entendu le chant de la chorale céleste, alors
que nous nous joignions à la louange et à l'adoration du roi des rois.

Notre sœur a eu de merveilleuses visions, et le Seigneur nous a donné de nombreuses


chansons à travers elle pendant qu'elle était «dans l'Esprit». Le Seigneur m'a donné des
messages dans des langues inconnues, et a donné à sœur McPherson l'interprétation, qui
a mis une sainte crainte sur ceux qui s'étaient éloignés de Dieu, et beaucoup ont été
reconnus coupables de péché et sont venus à Jésus.

GUÉRISON

154
Un jour, ma mère est venue chez nous avec un pied gravement empoisonné; elle avait
beaucoup souffert pendant des semaines, mais le Seigneur Jésus a donné la victoire et l'a
guérie.

Un homme, le crieur de ville et l'affiche, a eu trois plaies courantes à la cheville pendant


des années; les médecins ne pouvaient plus rien faire et voulaient amputer le pied.
Quand il a entendu parler de la puissance de guérison de Dieu, il est venu pour avoir une
"Pommade de Mission", comme il l'appelait, appliquée. Nous lui avons dit que nous
n'avions pas de pommade de mission mais la pommade de guérison du Calvaire. Nous
avons prié et lui avons imposé les mains, et nous avons oint un tissu d'huile au nom du
Seigneur Jésus, et l'avons enroulé autour de sa jambe et de sa cheville au Nom de Jésus. Il
est revenu le lendemain et nous a dit qu'il avait l'impression que des aiguilles piquaient
tous ses orteils et ses chevilles. Lorsque nous avons enlevé le tissu, nous avons crié
«Gloire à Jésus», car il était parfaitement guéri, et toute l'obscurité disparue, il a marché
sans boiter. Il était un témoignage vivant dans la ville, car tout le monde a vite entendu
parler de sa guérison.

LE POUVOIR ANCIEN

Un samedi matin, vers 10h30, alors que mes mains étaient en feu, se préparant à
manifester sa puissance, et qu'une autre ouvrière balayait, avec un grand tablier et un
cache-poussière, on nous a demandé de sortir à la tente pour voir mon mari , frappe et
inconscient sous la puissance de l'Esprit d'un côté de l'autel, et le crieur qui l'avait aidé
dans la tente, avec les bancs, etc. couches dans la puissance de l'Esprit de l'autre côté de
l'autel.

J'ai commencé à crier:

"Gloire à Dieu", et la sœur a crié et a agité ses mains. Ensuite, ma mère est venue à la
tente, et elle aussi a commencé à crier. Puis vint notre prédicateur, ma fille et sœur
McPherson. Chacun de nous a été tué sous la puissance de l'Esprit. La tente se remplit
rapidement de scribes et de pharisiens, de moqueurs, de policiers, de médecins et
d’hôteliers, tous demandant quel était ce pouvoir, ou qui était la cause de toutes ces
personnes hypnotisées. Même les prédicateurs n'ont pas reconnu le "pouvoir
d'autrefois" qu'ils priaient depuis si longtemps, pour visiter leurs églises; il était venu si
rapidement à la petite foule d'humbles gens qu'ils méprisaient.

En peu de temps, toute la ville fut agitée, et tout le monde se précipita pour voir, tandis
que le pouvoir s'était levé de tout sauf du crieur de la ville, qui fut l'objet de nombreuses
critiques et examens de la part des médecins.

la sœur McPherson, avait retrouvé ses pieds (elle avait aussi été inconsciente sous la
puissance de l'Esprit) et prêchait.

"C'est ce qui a été prophétisé par le prophète Joël, et le même pouvoir que le cher John
Wesley a ressenti lors de ses réunions, avant que 'l'Amen Corner' ne quitte les églises."

155
Elle a prêché l'Évangile dans sa simplicité, de manière décisive, et a convaincu beaucoup
que c'était la même chose que dans Actes 2.

D'autres, cependant, se sont moqués et ont dit: "Ils sont fous, seuls adaptés à l'asile".

DEVANT LES MAGISTRATS

Nous avons crié et loué Dieu jusque tard dans l'après-midi, quand j'ai reçu une
assignation à comparaître devant le magistrat ce soir-là à 7h30, heure qui était notre
heure de réunion spécifiée, pour avoir loué Jésus d'une voix forte. Oh quelle gloire a
rempli mon âme quand j'ai pris ce papier au connétable de police pour Jésus. le

Seigneur était bon pour moi; J'ai dansé autour du constable dans l'Esprit. Cela a amené
sœur McPherson qui, lorsqu'elle m'a vu danser, a commencé à danser aussi autour d'eux.
Il est parti en remarquant les autres-

"Nous ne pouvons rien faire avec ces femmes."

Le Seigneur était avec nous dans la salle d'audience, tout en écoutant les accusations
portées contre nous. Bien sûr, j'ai dû plaider coupable aux accusations portées par les
scribes et les pharisiens, certains d'entre eux étant des membres de l'Église méthodiste
parmi lesquels j'avais été un travailleur pendant des années.

Il était vrai qu'il y avait un tel pouvoir d'attraction dans la tente que les gens regardaient
par la fenêtre du photographe afin qu'il ne puisse pas les faire poser pour leurs photos,
et il perdait par conséquent de l'argent.

Les imprimeurs et les compositeurs de la salle de presse ont également été attirés, de
sorte que l'éditeur perdait de l'argent.

La couturière était une perdante, car le chant agaçait les gens et elle devait rentrer chez
elle, malade.

L'épicier se sentait si mal qu'il avait envie de crier aussi.

Mais un cher expressman catholique ne porterait aucune accusation contre nous; il a dit
qu'ils devraient simplement nous laisser partir et obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

La Parole de Dieu s'est accomplie de plusieurs manières. Le Saint-Esprit nous a donné, à


cette heure, ce que nous devrions dire, et nous avons témoigné des merveilleuses
œuvres de Dieu dans nos propres maisons et nos maisons.

Le Seigneur nous a envoyé un brave homme, le révérend J. Clark, un pasteur méthodiste,


qui avait été baptisé du Saint-Esprit à Winnipeg, pour témoigner dans la salle d'audience
ce soir-là et pour convaincre le magistrat que c'était de Dieu.

156
Pendant que nous étions dans la salle d'audience, sœur McPherson, avec une bande de
jeunes convertis, a organisé une réunion à la tente, qui était bondée, et une immense
foule à l'extérieur, d'une foule furieuse et en colère. Dieu lui a donné le message de:

"Qu'est-ce que cela signifie?" et "C'est cela" - les gagner à chaque instant, et le Saint-
Esprit a attisé la tempête, et les réunions ont été annoncées de loin, car de grandes
foules sont venues "voir et entendre".

Jusqu'à présent, j'avais possédé un esprit qui craignait l'homme et je me suis éloigné du
bruit et des manifestations, mais je loue le Seigneur d'avoir envoyé sœur McPherson
dans ma vie, car elle m'a appris à louer le Seigneur et

de sortir de l'esclavage envers l'homme et de prendre ma liberté dans l'Esprit, «pour qui
le Fils libère est effectivement libre».

Elle a laissé de côté toutes les doctrines, mais a élevé Jésus, a magnifié le Sang, a
vraiment honoré le Saint-Esprit et a prêché la venue prochaine de Jésus, comme nous ne
l'avions jamais entendu auparavant, et notre cher Seigneur a honoré ses messages en
balançant et en baptisant beaucoup. Les effets de ces réunions atteindront les parties les
plus reculées de la terre. Cette année, des missions ont été ouvertes dans différentes
villes par des êtres chers qui ont reçu des bénédictions lors de cette réunion du camp.

Le Seigneur nous a donné de nombreuses chansons précieuses par l'intermédiaire de


sœur McPherson, dans l'Esprit, ainsi que les messages de la prophétie: Réveillez-vous, ô
Terre! et son mari est parti pour sa maison à Providence, où ils ont commencé ensemble
leur travail dans la grande tente offerte par les saints de cet endroit.

Nous avons sûrement vu «le bras du Seigneur révélé» et le feu sacré est venu du ciel avec
un pouvoir de massacre lorsque notre sol est apparu comme un champ de bataille que
même les incroyants regardaient avec émerveillement.

"Celui qui sort et pleure, portant de précieuses graines, reviendra sans doute avec joie,
apportant ses gerbes avec lui."

TÉMOIGNAGE DU PASTEUR W. IC. BOUTON, GOSPEL GRATUIT

ÉGLISE, C

Après avoir prêché l'Évangile pendant environ douze ans avec un succès marqué, j'ai
commencé à réaliser qu'il y avait quelque chose de nécessaire dans ma vie, mais je ne
savais pas exactement ce que c'était. Je dis souvent à mon peuple: "Dieu est sur le point
de faire une chose étrange parmi nous, mais je ne sais pas ce que c'est." J'ai ressenti un
besoin, mais j'ai pensé que j'étais en possession de tout ce que Dieu avait pour moi, sauf
que je dois continuer et "grandir en grâce et dans la connaissance du Seigneur
quotidiennement, ligne sur ligne, précepte sur précepte, ici un peu et là un peu. " Je n'ai
jamais rêvé du baptême du Saint-Esprit. Je pensais que ces jours étaient passés; en fait,
les professeurs avec lesquels j'ai étudié m'ont enseigné que nous n'avons jamais besoin

157
de chercher des choses surnaturelles, ces jours étaient révolus et révolus pour toujours.
Chaque fois que j'entendais parler du baptême, ou des gens qui parlaient dans d'autres
langues, je disais que c'était une erreur et je voulais que mon peuple n'y soit pour rien.
Nous avons eu de très bonnes réunions et des dizaines de soûls ont été sauvés. Nous
n'avons presque jamais eu de service dans notre église, surtout le dimanche, mais ce que
Dieu faisait était mervielleux et des ames etaient gagnees.

NOUVELLE LUMIÈRE

A cette époque, un de nos membres est venu et m'a parlé d'une femme qui prêchait dans
la petite église suédoise ici à Corona, il a dit: "Vous devez l'entendre, elle parle dans
d'autres langues, et il semble que l'Esprit de Dieu est en l'utilisant merveilleusement. "
J'ai demandé à ce frère de se tenir à l'écart de ces réunions et je lui ai dit qu'il serait
désolé s'il était empêtré dans un tel esclavage. Un jour plus tard, une sœur est venue me
voir avec les mêmes nouvelles et m'a dit d'être sûre et d'entendre cette femme. J'ai
également blâmé la sœur.

Puis deux autres membres de mon église sont venus et m'ont dit à quel point Dieu
utilisait merveilleusement cette femme, et ont dit qu'un de nos membres avait reçu cette
étrange bénédiction et avait également parlé dans d'autres langues. J'ai dit: "Si elle fait ce
genre de chose, elle devra quitter notre église car elle ne peut pas venir à notre église
avec ce non-sens." Bientôt, deux ou trois autres, tous membres de notre église, sont
venus me voir et ont dit que je devais entendre cette femme.

Toutes ces choses m'ont rendu très curieux et j'ai donc décidé de l'entendre, non pas
parce que je croyais en ce qu'elle disait, mais parce que ma curiosité était éveillée. La
première fois que je l'ai entendue, elle m'a impressionné d'être honnête et sincère et
d'avoir une grande connaissance des Écritures. Après l'avoir entendue la première fois
que je suis rentrée à la maison, j'ai dit à ma femme ce que je ressentais à ce sujet. Ma
femme a dit: "Soyez prudent; vous avez prévenu les autres; maintenant, faites attention,
ou vous serez pris au piège dans certaines de ces erreurs des derniers jours." Mais je me
suis retrouvé à la réunion du lendemain soir, très intéressé. je disais

"Louez le Seigneur!" et "Amen" à beaucoup de choses qu'elle a dites. Quand elle parlait
de l'effondrement des églises, je pouvais dire Amen, quand elle parlait de la venue du
Seigneur, je pouvais dire Amen, de même quand elle parlait de la tribulation à venir sur
cette terre entière. Je pouvais aussi donner mon Amen quand elle se tenait pour une
église propre et pour un peuple entièrement mis à part pour le service de Dieu. Mais
quand elle a parlé de la façon dont Dieu nous baptise avec le Saint-Esprit avec le signe
extérieur, à savoir, parler avec d'autres langues comme l'Esprit le permettait, je dois
admettre que je ne pouvais pas dire Amen, car je ne le croyais pas. Quand je suis rentré
chez moi, j'ai "fouillé les Écritures pour voir si ces choses étaient ainsi", et à ma grande
surprise dans presque tous les endroits où le Saint-Esprit a été répandu, j'ai trouvé qu'ils
parlaient en d'autres langues. J'étais désolé de trouver ces choses, parce que j'avais
prêché le contraire. J'ai continué à aller aux réunions; d'une certaine façon, je ne pouvais

158
pas rester à l'écart. Une nuit, sœur McPherson a parlé du baptême du Saint-Esprit et des
dons, des 12e et 14e chapitres de I Corinthiens. Cela a tout réglé avec moi; J'étais sûr que
cette chose venait de Dieu et que le Seigneur baptisait encore les gens aujourd'hui,
comme il l'a fait au temps des apôtres. Une fois cette réunion terminée, j'ai invité sœur
McPherson à venir à notre église. Je n'avais consulté aucun des Trustées, ni aucun
membre de l'église. Je pris simplement sur moi de l'inviter. Elle a facilement accepté
l'invitation.

LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT La nuit suivante, la réunion a eu lieu dans notre église.


Dans son premier discours, sœur McPherson a prouvé hors de tout doute qu'à travers
les âges, l'église avait perdu les dons de l'Esprit, et elle a également prouvé que Dieu
allait les restaurer et les restaurait maintenant. Elle n'a cependant rien dit de particulier
sur les langues. Nous avons de nouveau ouvert la réunion la nuit suivante et avons dit à
sœur McPherson de dire tout ce qu'elle ressentait, et elle a immédiatement prêché sur le
baptême du Saint-Esprit, avec les signes suivants. Cette nuit-là, le Seigneur a commencé
à répandre Son Esprit d'une manière que nous n'avions jamais vue auparavant. Au-
dessus de l'église, les gens gisaient prosternés, l'autel était enroulé autour du rail et dans
les allées. J'avoue que j'avais très peur. J'avais prié pour voir ces choses et maintenant
que mes yeux les contemplaient, je priais à moitié pour que Dieu cesse. Je craignais que
nous ne puissions être arrêtés. Je pense que dix-huit ou dix-neuf personnes ont été
baptisées lors d'une des premières réunions. J'avais l'habitude de plaider pour que les
gens montent et se donnent au Seigneur, mais maintenant nous devions prier les gens de
quitter l'autel et de faire de la place pour les autres. Cela a continué pendant deux
semaines, tous les soirs, jusqu'à une heure et deux heures du matin. Les gens recevaient
le baptême et arrivaient en parlant dans d'autres langues. Le directeur de l'école du
dimanche, des enseignants et des gens d'autres églises sont entrés, Dieu ne faisant
aucune différence, mais baptisant tout le monde. Presque tout le monde dans notre
église a reçu ce baptême béni, tous les officiers inclus, sauf moi. Je pourrais demander
aux autres de louer le Seigneur et de lever la main, mais quand il s'agissait de lever ma
propre main et de p élever le Seigneur, j'ai réalisé dans quelle servitude j'étais.
Néanmoins, j'étais déterminé à avoir mon baptême, ainsi, le 26 novembre 1916, après
que les réunions se soient poursuivies pendant un certain temps, j'ai cherché le
Seigneur. Après avoir étendu mes mains pendant environ quinze ou vingt minutes, et
"ne voyant personne d'autre que Jésus", le Seigneur a répandu le Saint-Esprit sur moi, et
moi aussi, j'ai commencé à parler avec d'autres langues lorsque l'Esprit a prononcé. Il
me semblait que le ciel s'était ouvert et que j'étais entré dans la ville; J'ai entendu et vu
des choses qui ont complètement révolutionné ma vie.

GUÉRISON DIVINE »

Donc, en deux semaines, notre église a été complètement transformée par la puissance
du Saint-Esprit et nous avons commencé à voir de nouvelles choses. Dieu guérissait les
gens. Des nombres, dont le temps ne me permettrait pas de parler, ont été guéris
immédiatement. Un homme est venu à la réunion avec une maladie cardiaque.

159
Il avait eu de nombreux médecins, mais aucun ne pouvait l'aider. Après la prière et
l'onction d'huile, le Seigneur Jésus l'a guéri. Deux sœurs avec de très grandes tumeurs
sont venues pour la guérison. L'une des deux sœurs devait subir une opération dans une
semaine.

La tumeur était sur le dos, un peu en dessous du cou.

Après la prière et l'onction d'huile, j'ai posé ma main sur la tumeur. Je pouvais le sentir
devenir plus petit sous ma main. J'ai donc appelé sa mère et je lui ai demandé de le
ressentir. Elle l'a fait et a immédiatement levé les mains et a loué Dieu, car la tumeur
avait diminué. O, il y a du pouvoir dans le sang de Jésus, et la «prière de la foi sauve les
malades». Louez le Seigneur! L'autre sœur a senti que toute douleur l'avait quittée et elle
a dit qu'elle était guérie. Un autre frère a souffert d'une maladie pendant des années et
les médecins n'ont pas pu l'aider. Pendant que nous l'oignions d'huile, le Saint-Esprit est
venu sur lui et il a commencé à parler dans d'autres langues, et a témoigné que Dieu
l'avait immédiatement guéri. Une autre sœur avec un très, très mauvais cas de catarrhe a
été immédiatement guérie. Une sœur avait un cancer des intestins, dont une
radiographie avait été prise. Deux médecins locaux de cette ville avaient diagnostiqué
son cas. Son lit était préparé au Flower Hospital, mais gloire à Jésus! en un clin d'œil,
Dieu la guérit. C'était il y a près de deux ans et aucun signe n'en est jamais revenu. Louez
le Seigneur! Il y a des dizaines d'autres qui pourraient être mentionnés, mais il suffit de
dire que la prière de la foi sauve les malades.

Ces choses se passent dans notre église depuis près de deux ans; il n'y a pas eu d'arrêt, et
la puissance de Dieu se manifeste réunion après réunion. Dieu est toujours en train de
sauver et de baptiser les gens.

Au moment où nous écrivons, douze soûls ont été sauvés lors de notre dernier service.
Quand Dieu aura sa voie, les soûls seront à la fois sauvés et baptisés dans le Saint-Esprit.

LA FIDÉLITÉ RÉCOMPENSÉE

Permettez-moi de dire en terminant, que partout où il y a un cœur honnête, Dieu se


révélera toujours à celui-là. Partout où il y a un "qui a faim et soif de justice, il sera
comblé". Vraiment, si «nous cherchons d'abord le royaume de Dieu et sa justice, toutes
choses nous seront ajoutées». Dieu me l'a prouvé à maintes reprises. J'étais un pauvre
garçon, obligé de travailler pour gagner sa vie à l'âge de onze ans, et je sais ce que c'est
que d'avoir faim et de vouloir les nécessités de la vie. Je sais ce que c'est que d'être sans
chaussures par une froide journée d'hiver, de marcher dans les rues avec de l'eau de
neige qui suinte du haut de petites chaussures sans semelle. Je sais ce que c'est que
d'aller à l'école avec la taille de ma sœur et les autres garçons qui rient tous parce que
j'avais tellement de boutons dans le dos. Mais je l'ai cherché. et pas seulement cela, mais
Il m'a cherché et loue Son Nom! Il m'a trouvé. Aujourd'hui, j'ai ma propre maison et
presque tout ce que le cœur peut souhaiter, et je suis le pasteur d'une église spirituelle,
"qui n'aime pas leur vie jusqu'à la mort", mais Jésus d'abord et en dernier.

160
O, combien nous sommes reconnaissants que Dieu ait jamais permis à sœur McPherson
de venir à Corona. Dieu à travers elle a fait une œuvre qui se rendra à la gloire de Dieu;
et le réveil est toujours en marche. 23 sept. 1918

SOUVENIRS DU CAMP, PAR ELDER GEORGE LLOYD

Depuis le Camp béni de Philadelphie, l'Esprit m'a poussé à écrire et à essayer de


raconter certaines des choses merveilleuses dont on a été témoin. Et c'est la partie la
plus difficile, de raconter les choses les plus merveilleuses, car elles étaient toutes
merveilleuses, et notre Dieu était là avec une puissance puissante.

Ce n'est pas le grand nombre de guérisons sûres et glorieuses dont nous avons été
témoins qui a fait appel à l'Esprit le plus d'urgence, car nous savons que notre Dieu est
un Dieu puissant, et nous savons que Jésus-Christ est le même, hier, aujourd'hui et
éternellement.

Louez son nom glorieux! Et nous savons que Jésus peut guérir, et qu'il aime guérir tous
ceux qui viennent à lui dans la vraie pénitence et la foi.

Et puis il y avait les nombreux messages de recherche d'âme en langues, avec des
interprétations rapides et admirablement vraies, beaucoup, beaucoup d'entre eux. Et
puis vint le drame céleste, avec divers et beaux actes du Saint-Esprit, montrés par les
précieux saints, car ils étaient dans l'Esprit.

Gloire à Jésus.

Et le grand nombre de convertis, c'était glorieux, car nous n'avons jamais vu autant de
cas de salut impeccable auparavant, où les êtres chers venaient en pleurant leur chemin
vers l'autel, certains tombant sous le pouvoir sur leur chemin. Et quand ils avaient prié,
ils étaient prêts à témoigner d'un salut qui sauve.

Une scène bénie se présente souvent devant nous, et nous pouvons voir cette grande
congrégation de saints lavés de sang, aux mains levées, déversant leur cœur vers Dieu
dans une prière sincère, jusqu'à ce que le son ressemble à la course d'un puissant fleuve
d'eaux, dans son le volume. Et lorsque l'esprit de prière a continué pendant plusieurs
minutes, un nouveau son a été entendu et la prière a été changée en un chant de sainte
adoration, voire des louanges à notre roi.

Alléluia!

Et lorsque l'hymne sacré a éclaté, sœur McPherson a semblé flotter vers le piano, les
mains levées et le visage transfiguré, et a commencé à jouer et à chanter dans l'Esprit.
Nous avions déjà entendu des chants spirituels, mais jamais comme ça; jamais de tels
sons d'un piano n'avaient entendu nos oreilles auparavant, et comme vers après verset
de l'hymne sacré a été donné à notre sœur avec des langues et une interprétation, et les
saints qui étaient dans l'Esprit se joindraient tous au choeur glorieux, nous avons été

161
transportés avec extase, et nous étions dans l'Esprit et chantions la Nouvelle Chanson
sans aucun effort de notre part.

Oh, la précieuse musique céleste! Qui peut en aucune façon le décrire? Nous ne pouvions
que la comparer à une harpe éolienne avec son chant et sa cadence descendante, et ses
harmonies douces et mélangées, seulement beaucoup plus doux et plus purs que le plus
grand orgue à tuyaux, car c'était le Saint-Esprit jouant sur le grand instrument de Dieu
non fait avec les mains. Gloire à Jésus!

Ainsi, la gloire semblait augmenter sur la ville blanche des tentes jusqu'au dernier grand
jour de la fête, et le dernier soir des réunions bénies, lorsque le dernier "Dieu soit avec
vous" avait été chanté, et que la Congrégation a été renvoyée, il restait une grande classe
de disciples qui avaient attendu leur onction pour servir notre Roi. Les êtres chers ont
pris leur place en file d'attente, attendant patiemment et dans la prière leur tour pour
leur onction pour le service jusqu'aux premières heures du matin, et Dieu était très
proche avec une puissance puissante, et nous prions pour que l'onction reçue par les
êtres chers les accompagne. à leurs différentes maisons et assemblées, et allumer à
nouveau les flammes pentecôtistes et les garder brûlants jusqu'à ce que Jésus vienne.

Quant à moi, je viens de louer Dieu pour l'onction qui reste avec moi, car je suis
conscient d'un nouveau pouvoir comme je n'en ai jamais eu auparavant, et d'une
détermination à donner tout ce que j'ai et tout ce que je suis à son service glorieux. Et
comme nous avons quitté le tabernacle béni et sommes allés à notre tente et notre lit
pour une heure de repos nécessaire avant notre voyage vers la maison, nous avons levé
les yeux vers le ciel étoilé du matin et avons félicité notre cher Père céleste pour
l'heureux privilège de passer vingt jours dans le ciel, en Dont le nom précieux soit gloire
pour toujours. Amen.

UNE RÉUNION DU LUNDI SOIR. PAR PHOEBE C. BENT

Une semaine de la réunion du camp pentecôtiste national s'était écoulée. La vérité avait
travaillé dans le cœur de l'élément rugueux qui tapissait chaque nuit l'extérieur de la
grande tente. La foule de jeunes hommes et femmes du quartier était venue se moquer
et railler l'œuvre de Dieu ce lundi soir. L'air même était chargé de l'opposition du malin
qui poussait beaucoup de saints à se mettre sous le fardeau et à le soulever de prière. Si
l'adversaire rassemblait soigneusement ses forces, le Maître organisait plus
soigneusement les saints de Dieu pour la grande lutte à venir; et le Maître n'a jamais
perdu un bâton.

Au fur et à mesure que le chant progressait, sœur McPherson, inspirée par une
révélation de Dieu, se leva et donna une exhortation émouvante à ce que les saints

162
agissent ensemble plus solidement contre la méchanceté qui les entoure. Puis le Saint-
Esprit, sachant ce qui était nécessaire pour la situation, a changé l'ordre du service.

On a souvent dit que l'un des charmes d'une réunion pentecôtiste est qu'il n'y a jamais
de monotonie. Vous ne savez jamais ce qui va se passer ensuite, louez Son nom. Il a donc
été annoncé qu'un certain nombre de dirigeants donneraient leur témoignage avez-vous
remarqué dans les récits de la grande lutte pour la mer, que le secret d’une offensive
réussie réside dans la capacité de l’armée attaquante à engager de nouvelles troupes.

C'est donc cette nuit que le Saint-Esprit a jeté un chef après l'autre au front avec leurs
témoignages. Certains n'ont même pas été autorisés à terminer leur histoire avant de
partir, mais le Maître a fait son chemin, louant son nom. C'était une dure bataille. Un
poids presque trop lourd à soulever pour couvrir les saints.

Puis vinrent les ordres soudains de suspendre brusquement la réunion. Cela semblerait
être une défaite, mais le Seigneur savait exactement ce qui était nécessaire. La foule s'est
vite fondue, après la bénédiction, déçue de leur but de passer un bon moment.

Sœur McPherson a ensuite appelé à une réunion de prière, demandant ceux qui
prieraient jusqu'à la victoire. Sœur Sisson se lève et dit que

"Le peuple deviendra notre pain. Cette opposition de leur part nous a mis à genoux dans
cette nuit de prière." Pourquoi les païens font tout ce tumulte, et imaginent-ils une chose
vaine? Les rois de la terre se sont mis, et les chefs prennent conseil ensemble contre le
Seigneur et contre son oint: celui qui est assis dans les cieux se moquera. Oui, Dieu rit, il
nous a donné une chance d'obtenir sa pièce de monnaie. Vous ne pouvez pas entendre sa
pièce retentir? Aidez-vous, les enfants. "

D'un commun accord, tout le monde se mit à genoux dans la prière, et pendant deux
heures les cœurs déversèrent leurs cris vers le ciel. Qui pourrait douter que ceux qui
sont en prière aient déplacé Dieu sur son trône au nom de ses saints? Le Saint-Esprit a
placé un puissant travail d'âme sur une sœur, qui pleurait et gémissait avec des sons
"que seul l'Esprit peut émettre".

Quand la prière a cessé, sœur McPherson, de cette manière simple à elle, a dit:

"Maintenant, très chers, soyons tranquilles et voyons ce que Dieu a pour nous." Du
silence qui a suivi, on a pu voir que l'Esprit fonctionnait de cette façon et sur d'autres.
Sœur McPherson s'était retirée à une extrémité de la tribune, où elle se balançait d'avant
en arrière dans un pas ou une danse particulière. Cela a continué pendant un certain
temps, quand soudain elle s'est déplacée rapidement vers le grand piano droit et a
commencé à jouer dans l'Esprit. Au moment où le premier accord étrange a été frappé,
tous les yeux étaient rivés sur elle. Une merveilleuse musique coulait des touches tandis
que ses mains volaient rapidement de long en large. Des accords célestes étranges et
parfois étranges ont été frappés, que jamais l'homme ne pouvait produire

163
1 I1

accords naturels qui ont frappé l'âme même. Après un merveilleux préludé, elle a chanté
une chanson sur la venue du Seigneur, qui était parfaite en rythme, en rime et en mètre.

Elle s'est alors levée et a donné un message en langues, utilisant certaines choses pour
souligner ses mots. Elle prit un mégaphone qui se tenait à portée de main et le remplit
de fleurs d'un vase sur la chaire, qui représentait la «corne d'abondance». Ensuite,
plaçant les fleurs sur le sol, elle les arrosa d'un pichet, montrant que ses saints seraient
ressuscités et arrosés avec la dernière pluie, qui tomberait bientôt sur eux, puis se ferma
avec une exhortation pour se préparer pour la prochaine arrivée du roi Jésus.

Immédiatement après le message, un tableau de la crucifixion a suivi. Soeur McPherson


a pris les mains tendues d'une autre soeur qui se déplaçait dans l'Esprit, et a fait les
mouvements de conduire les pointes à travers ses mains et ses pieds, dans la croix. Puis
elle l'a couchée, comme dans la tombe, puis l'a élevée comme à la résurrection.

Après un message en langues, elle a donné l'interprétation du tableau qui venait de se


passer devant eux comme suit:

"Voici, le Seigneur appelle. Il cherche un peuple pour lui-même. Il appelle; qui le suivra?
Qui voudra aller tout le chemin? Celui-là régnera avec moi. Veux-tu, veux-tu suivre Voici
le chemin est long; la nuit est sombre; le chemin est épineux; mais fais-moi confiance. Je
serai avec toi. Voici, tu me suivras, tu iras avec moi à travers le Golgotha? Tu iras avec
moi à travers la voie solitaire du Calvaire?

"Voici tes mains tes mains qui sont occupées par les soucis de ce monde, elles doivent
être clouées sur la croix. Es-tu prêt à avoir les mains clouées sur la croix? Tes pieds
occupés, qui ont marché pour ce monde, doivent être cloués sur la croix. Ton cœur, qui a
battu pour ce monde, doit être percé pour moi. Un nouveau cœur que je te donnerai. Qui
me suivra? Qui peut supporter la crucifixion de ce monde? Peux-tu vivre pour moi seul?

"Il a été déposé dans le tombeau, puis ses ennemis se sont moqués de lui. Puis la
résurrection est venue. Voici! Il reviendra. Il vous donnera une couronne éternelle.
Réjouissez-vous en moi, car la ville est en vue. Je présenterai mon des gens parfaits pour
le Père. Beaucoup de membres de l'Est et du Nord et de l'Ouest et du Sud deviendront un
seul corps. Petits enfants, me suivrez-vous? "

Ce tableau s'est achevé alors que les premiers signes de l'aube commençaient à éclater ',
et la grande prière de consécration qui a suivi le cœur de sœur McPherson, a semblé non
seulement prendre dans son âme, mais aussi dans les souillures de tout le camp. C'était
une époque où les cœurs autour d'elle fondaient avec cette douce tristesse que seul un
cœur contrit connaît. Cette prière semblait clôturer ce merveilleux lundi soir de prière;
et comme chaque saint partait, personne ne doutait qu'une grande victoire ait été
gagnée pour Dieu. À lui soient toutes les louanges. C'était peu que nous fassions; Il a fait
toute la gloire à Son nom!

164
QUELQUES CHOSE QUE J'AI VU . PAR ELIZABETH SISSON

Oui, des choses que j'ai vues dans la tente de sœur McPherson:

Un frère blessé dans un accident de voiture, incapable de se servir d'une jambe pendant
des mois, a immédiatement guéri, sautant et dansant sur la plate-forme, après que des
mains lui aient été imposées avec la prière de la foi.

Un frère aveugle a été si bien récupéré qu'il pouvait se promener dans la tente et le
terrain, voir les boutons et les garnitures d'une dame et dit qu'il ne cessait de voir de
plus en plus.

Une sœur qui est venue au camp avec des cannes, avait aussi un cancer, marche depuis
des jours sans bâtons et m'a dit qu'elle sentait les sensations de guérison traverser et
traverser le cancer. Une sœur très malade souffrant de graves problèmes cardiaques a
été guérie instantanément alors qu'elle allait de l'avant pour être priée; la guérison est
venue avant que les mains ne soient imposées. Une autre a laissé ses lunettes, l'a vue
pour pouvoir enfiler une aiguille; aussi toutes ses dents étaient lâches, et elles sont
venues serrées et saines.

Une dame catholique romaine est venue prier, a donné son cœur à Jésus et a été guérie.
Mais il est impossible de garder une trace des cas, ils se multiplient donc entre nos
mains.

Nous avions deux mille chaises sous la tente. Celles-ci ont toutes été remplies environ
une heure avant le début du service de prédication. Puis, tout autour de la tente, ils se
tenaient, à dix, quinze de profondeur, dans une profonde attention pendant une heure et
demie ou deux heures. Des foules composées de toutes les nations; toutes les
dénominations protestantes et les catholiques romains, avec un bon arrosage de clergé
et une grande foule de non-fidèles. Dieu a certainement annoncé les marchandises. La
puissance et la démonstration de l'Esprit étaient merveilleuses. Cette «joie du Seigneur»
qui est «notre force» a rempli le lieu, rayonné sur tous les visages et dansé aux yeux de
chaque saint. Les «tués du Seigneur étaient nombreux». L'autel entier en était rempli de
bout en bout, chaque jour les plus beaux baptêmes de l'Esprit. La nuit, les autels étaient
pleins de mondes qui venaient de trouver le salut.

MERVEILLEUX DEFERLEMENT DE PUISSANCE A VICTORIA HALL! .. PAR LE


PASTEUR FISHER

La dernière pluie en abondance est venue sur les saints depuis que la sœur a ouvert sa
campagne. Les vieux cas desséchés, où l'individu cherche le baptême depuis des années,
sont tombés sous la puissance de Dieu et sont passés par le parler en langues. Les
rétrogrades qui ont échoué à Dieu ont été sauvés dans la vie et chantent maintenant ses
louanges. Je n'ai jamais vu, dans tout mon ministère étendu, autant de personnes tuées
sous la puissante puissance de Dieu que celles observées dans la salle de prière après

165
l'appel à la recherche. Il a semblé si facile pour les gens de se soumettre à l'Esprit. Dans
certains cas, l'évangéliste n'avait qu'à lever les mains et le pouvoir les renversait.

Dans le grand auditorium, sœur McPherson a tenu la grande foule de près de trois mille
personnes pendant plus d'une heure avec le message de l'Évangile, et beaucoup l'ont
suivie pour passer sous les douches. En tout un grand réveil a commencé parmi nous.
Les gens abandonnent les problèmes et les doctrines et se joignent aux visages
souriants, de sorte que les vieilles rancunes se dissipent et que les saints obtiennent
l'amour de Dieu restauré dans leurs soûls.

Les messages du Seigneur, transmis par notre sœur, sont attestés par l'Esprit. Ils sont le
genre dont l'église a besoin aujourd'hui. Ce sont exactement le genre de messages dont
nous avons besoin dans la ville de Los Angeles, où beaucoup de fausses doctrines sont
nées, et où les saints sont dans une telle perplexité, ils savent à peine quoi croire.

La dernière pluie tombe, certains disent même plus copieusement que l'ancienne pluie,
et nous sommes extrêmement heureux d'être dans les douches.

REVEIL DE SAN FRANCISCO. PAR PASTEUR ROBERT CRAIG,

Ce fut un jour heureux pour le Royaume du Christ en ce lieu lorsque le Seigneur a


ordonné à notre sœur Aimée Semple McPherson de tenir une série de réunions à San
Francisco.

Des montagnes de préjugés contre le mouvement pentecôtiste ont littéralement été


sauvées sous la même présentation candide et énergique des revendications du Message
évangélique complet.

Combien de fois, les gens de l'église ont dit:

"C'est exactement ce que nous avons voulu et c'est exactement de cette manière que la
puissance est descendue le pouvoir est tombé il y a cinquante ans, à l'exception du
parler en langues."

Des dizaines de personnes qui avaient perdu courage à cause de la froideur et de


l'indifférence des églises confessionnelles ont eu le cœur réjoui et l'esprit revigoré et
réchauffé par ces feux pentecôtistes.

Oh! Combien de membres d'église, et parmi eux beaucoup de chers Scandinaves, ont été
entraînés par leur baptême.

Beaucoup de gens de l'Armée du Salut, touchés par la puissance de l'Esprit, sont venus et
ont reçu le Baptême du Saint-Esprit, Actes 2-4. Parmi eux, plusieurs officiers et anciens
officiers. Bien que cela puisse signifier une expulsion pour eux, pourtant, louange à Dieu,
ils supportent joyeusement le reproche, comptant comme un privilège de remplir ainsi
une mesure de sa souffrance qui reste.

166
Sous tous les angles possibles, le travail du Seigneur à l'Auditorium de la Mission Glad
Tidings a été considérablement renforcé, approfondi et réglé, pour lequel nous louons
notre Père céleste.

Un splendide pasteur baptiste, qui va maintenant consacrer sa vie au ministère


pentecôtiste, a reçu son baptême, de même que l'évangéliste A.

C. Stevens, dont le témoignage sonne maintenant clairement et fort pour la Pentecôte.

Combien de personnes ont été glorieusement converties au cours de ces trente-trois


jours seulement, l'éternité le révélera. Ce fut un travail profond et nous pensons que le
fruit restera pour toujours.

Le pouvoir de guérison fourni par l'expiation a également été gracieusement manifesté.

Un certain nombre de ministres de la ville sont venus écouter, s'interroger et voir le


merveilleux travail de Dieu dans la grande salle de prière jonchée nuit après nuit avec
les tués du Seigneur, et les entendre éclater dans de nouvelles langues. Dommage qu’un
homme qui retourne dans son église pour lutter contre ce gracieux ciel réveil envoyé du
réveil. Il écrira sa propre épitaphe.

Vers la fin de la campagne, la salle de prière était beaucoup trop petite et de petits
groupes de prière pouvaient être vus dans différentes parties du bâtiment pointant les
pécheurs vers Christ. Ceci à côté de l'autel souvent bondé.

PARTIE III : CERTAINS SERMONS ET PREDICATION DE AIMEE SEMPLE MC PHERSON

MESSAGES DE SALUT. VENEZ SI MAIS

"VENEZ maintenant, et raisonnons ensemble, dit le Seigneur; si vos péchés sont aussi
écarlates, ils seront blancs comme la neige; quoiqu'ils soient rouges comme le pourpre,
ils seront comme de la laine. SI vous êtes disposé et obéissant, vous mangera le bien du
pays, mais si vous refusez et vous rebellez, vous serez dévorés par l'épée, car la bouche
du Seigneur l’a dit "

■ '(Ésaïe 1:18> 19.

VIENS; SI; MAIS; Combien est exprimé dans les trois premiers mots des trois versets ci-
dessus. L'Evangile tout entier est incarné et exprimé à travers ces déclarations concises
et claires de Dieu. Prenons d'abord le mot VIENS

Cher pécheur, Jésus vous aime. Ses bras sont tendus vers vous, sa voix vous appelle, il a
préparé un salut glorieux pour votre corps, votre âme et votre esprit, et son grand cœur,
son amour et sa vie sont composés d'un grand c-o-m-e aimant! viens! viens!

167
Peu importe la profondeur dans laquelle vous êtes tombé dans le péché, Jésus dit:
«Viens, je te pardonnerai et te laverai plus blanc que la neige battue.

Peu importe à quel point votre cœur peut être noir et vil, peu importe à quel point votre
esprit est mauvais et votre appétit sale, ou à quel point vos habitudes de péché sont
fortes, VENEZ, et je vous enlèverai votre cœur rempli de péché et vous donnerai à un
nouveau cœur un cœur pur rempli de pensées pures et saintes; Je remplirai votre esprit
de pensées qui sont dans les lieux célestes et votre bouche de louanges; Je briserai les
entraves de toute mauvaise habitude et vous ferai avancer une créature libre en Christ
Jésus.

«Peu importe si vous avez été professeur de morale et que vous vous efforcez de bien
vivre à votre manière, vous devez venir à Moi tel que vous êtes», dit Jésus. "Vous devez
être né de nouveau; rien d'autre que le sang ne peut sauver. AU votre justice est comme
des haillons sales."

Que les petits enfants viennent, les vieillards à la tête blanche et aux années ratées, le
coloré et le blanc, le jaune et le brun viennent à moi, vous tous aux extrémités de la terre,
et soyez sauvés.

VIENS! VIENS!! VIENS!!! L’appel est lancé, va vers la reine sur son trône et vers le plus
pauvre misérable de la maison du forçat; tous ont péché et sont privés de la gloire de
Dieu; Tous ont besoin de son grand salut.

Viens, laisse sécher les larmes et l'âme découragée et désespérée prend un nouveau
courage et trouve un nouvel espoir, car Jésus est l'espoir des désespérés. Plongez sous le
déluge cramoisi qui jaillit de son côté blessé, et vous saurez qu'il y a bien du baume en
Galaad et de la joie dans la maison du Seigneur.

Que le vertige, riant, pécheur de la déesse, dansant au bord de l'enfer, se calme et vienne
à Jésus dans le repentir, confessant ses péchés, ou il sera éternellement perdu dans ce
pays où le rire et la danse ne sont jamais connus. L'invitation s'adresse à toute
l'humanité, sans distinction de race, de croyance, de couleur ou d'âge; tous ont besoin de
Jésus, et sans Lui sont défaits; il ne gémira rien pour gagner le monde entier et perdre sa
propre âme. "Venez, maintenant, et raisonnons ensemble", dit le Seigneur, "bien que vos
péchés soient aussi écarlates, ils seront aussi blancs que la neige; bien qu'ils soient
rouges comme le pourpre, ils seront comme la neige." Peu importe l'ampleur ou la
petitesse de vos péchés, Jésus vous pardonnera et vous pardonnera, et mieux encore, il
ne s'en souviendra plus contre vous si vous vous tournerez vers lui aujourd'hui alors
qu'il est encore temps.

"Si vous voulez et obéissez, vous mangerez le bien du pays." I- F cher pécheur, Jésus a
fait sa part, il a envoyé le grand appel «Viens» dans le monde entier; Il a donné sa vie et
versé son sang pour vous racheter; Il a préparé une grande et glorieuse fête et a
construit une glorieuse ville céleste pour que vous puissiez y vivre. Mais maintenant,
nous arrivons au grand mot du milieu de notre test, "I-F". Cela ne ressemble pas à un
168
très gros mot pour le lire, mais il a des proportions si gigantesques et se profile sur une
telle montagne que le salut ou la damnation éternelle de toute votre âme dépend de ce
seul petit mot "SI".

Dieu vous a laissé un libre arbitre, un agent moral; Il vous suppliera de venir; Il
s'efforcera de vous gagner à son salut et à son amour, mais il ne vous forcera jamais à
l'accepter. Il doit y avoir une volonté de votre part d'accepter ce Sauveur comme votre
Seigneur et Roi, une volonté de Le laisser vous donner un nouveau cœur, et façonner
votre vie et la suivre à notre grand exemple, Jésus. Voici donc la clé de la situation:

"Si vous le voulez et obéissez, vous mangerez le bien du pays." «Première volonté;
Deuxième obéissant, alors vous mangerez le bien du pays; il n'y a rien de trop bon pour
les enfants du Seigneur. Ne nous a-t-il pas dit que "AH que j'ai est à toi" et "qu'il ne
refusera rien de bon à ceux qui marchent droit"? Le bien de la terre, avec sa joie, sa paix
qui coule comme une rivière, son paradis pour toujours, sont

Si vous êtes disposé et obéissant à l'appel et aux commandements du Seigneur. Et O, son


joug est facile et son fardeau léger. Alléluia! MAIS.

Mais, alors nous arrivons à la seule autre alternative, la punition solennelle, sombre et
sinistre des méchants.

"Mais si vous refusez et vous révoltez, vous serez dévorés par l'épée; car la bouche du
Seigneur l'a dit." Il n'y a que deux voies: l'une mène à la vie, l'autre à la mort sans fin; l'un
mène à l'espoir et à la joie, l'autre au désespoir et à l'obscurité totale.

Dieu n'a aucun plaisir dans la mort des méchants, mais aspire à ce que tous se
détournent de l'erreur de leurs voies, écoutant sa grande et éternelle invitation,
exprimée dans le mot C -O-M-E, soyez disposé et obéissant, et héritez de la vie éternelle.
Mais, si vous refusez son invitation et vous rebelles au lieu d'obéir, vous choisissez votre
propre chemin et scellez ainsi votre propre destin, en signant votre propre arrêt de
mort, et vous serez sûrement dépassé par l'épée de jugement de Dieu, qui tombera sur
tous ceux qui ont rejeté Jésus le Christ.

Si vous êtes disposé et obéissant, et devenez un enfant du roi Jésus en étant de nouveau
né et en acceptant son salut, vous demeurerez pour toujours dans les parvis de sa gloire.

Mais si vous refusez et vous rebelles, et choisissez plutôt de rester dans le péché, et
continuez à marcher comme l'enfant du diable, vous partagerez, bien sûr, la maison et la
récompense du diable, et serez dévoré avec l'épée. La bouche du Seigneur l'a prononcée,
et peu importe qui a dit de vous dire que la destruction ne viendra pas, ni que la douleur
n'atteindra ceux qui refusent et se rebellent, ils ne peuvent pas changer les faits réels de
l'affaire, car la bouche du Seigneur a parlé .

169
O, cher pécheur, écoute ce simple message aujourd'hui. Venez à Jésus tel que vous êtes.
Ne vous agenouillez-vous pas là où vous êtes en ce moment, et criez "O, Jésus, tu nous as
invités à venir, pauvre, misérable, sin fui, vil. O Agneau de Dieu, je viens.

Pardonnez mes péchés, créez en moi un nouveau cœur, rendez-moi obéissant et fidèle à
vous pour toujours. Prenez tout désir pour le monde, la chair et le diable de ma vie, et
créez en moi un Esprit juste, et je vous suivrai partout où vous me conduirez, cher
Sauveur. "Vous sentirez son sang purificateur appliqué et son esprit témoignez avec
votre esprit que vous êtes un enfant de Dieu, et avec Ses grands bras éternels autour de
vous, une nouvelle vie s'ouvrira devant vous, et vous trouverez vos pieds dans le chemin
qui mène à travers les portes de la perle et les rues pavées d'or.

Que Dieu vous bénisse et vous aide à accepter immédiatement cette grande invitation?
car aujourd'hui est le jour du salut. N'endurcis pas ton cœur.

QUE DOIS-JE FAIRE de JÉSUS?

"QUE dois-je faire avec Jésus?" Une voix claire et impérative retentit de la voix de Pilate
au-dessus de la clameur de la foule assemblée dans la salle du jugement.

"Que dois-je faire avec Jésus?" La question a été lancée sur la foule de visages
frénétiques et renversés.

Juste et carrée, exigeant une réponse immédiate et décisive, cette question d'une
importance capitale retentit dans la salle d'audience, et suspendue dans l'air tendu et
chargé de tragédies. De la mer murmurante des accusateurs lancés par la colère est née
une tempête puissante et inextinguible de boules et de haillons, tandis que les visages
sombres devenaient plus sombres encore avec une furie assoiffée de sang contre la
silhouette calme et immobile qui se tenait si douce et douce dans ses robes de blanc
fluide.

C'était Jésus, cet homme pur et doux, qui se tenait là sans amis et seul au milieu de cette
racaille hurlante. Comme il n'était pas à sa place, il ressemblait à un grand lis doux et
parfumé au milieu des ronces; comme un petit agneau pur au milieu d'une meute de
loups affamés, aux crocs dénudés. Cher Agneau de Dieu, innocent et sans résistance,
devant le grand siège du jugement de Ponce Pilate, il se tenait, attendant le verdict de
ceux qui se dressaient contre lui.

"Que dois-je faire avec Jésus?" Quelle décision rendraient-ils sur cette question, cette
question capitale, cette question la plus grande et la plus importante qui ait jamais été
tranchée depuis le commencement du monde? Il n'y avait que deux façons possibles de
répondre à seulement deux voies d'action ouvertes: il n'y avait pas de terrain neutre, car
n'avait-il pas déclaré que

"Celui qui n'est pas pour moi est contre moi"? Soit ils doivent l'accepter comme le Roi du
Ciel, Jésus, leur Sauveur, soit ils doivent le crucifier et l'éloigner de leur cœur. Soit ils

170
doivent l'accepter comme leur Messie, leur Rédempteur, soit ils doivent le rejeter et le
mettre dans une honte ouverte.

Plus fort, et avec une détermination toujours croissante, s'éleva et tomba le cri du
peuple;

"Loin de nous! Crucifie-le! Crucifie-le!

"Nous n'avons d'autre roi que César." Ils avaient rendu leur décision,

et- leur choix avait été fait; ils avaient donné leur réponse irrévocable et avaient décidé
de crucifier et de faire honte à leur Seigneur.

Des mains dures tombèrent sur le gentleman Nazaréen et le précipitèrent hors de la


cour. Sans pitié, ils lui ont arraché ses vêtements et ont montré son précieux dos aux
frappeurs. Il porta docilement le cruel coup de fouet jusqu'au dernier coup piquant que
par ses meurtrissures nous pourrions être guéris. Une couronne d'épines a été jetée sur
son front; une robe pourpre revêtue de dérision moqueuse. Il a été conduit à la colline
du Calvaire, portant sa croix, et crucifié par des hommes cruels.

Ils ont crucifié leur Seigneur; ils lui ont donné du vinaigre et de l'hysope à boire; ils l'ont
épumé et rejeté jusqu'au dernier. Et il inclina la tête et mourut celui qui les aurait
rassemblés dans son sein, celui qui aurait été leur roi, et les aurait élevés pour régner
avec lui sur son trône.

La cours de Justice de Pilate, le nom même rappelle à la mémoire cette scène honteuse,
et nos cœurs crient:

"Comme ces Juifs étaient cruels et stupides de rejeter et de crucifier leur Seigneur pour
le laisser seul juger, sans personne pour l'accepter et se tenir de son côté!"

Pourtant, vous êtes-vous déjà arrêté pour verifier que la frontière de la salle du
jugement de Pilate a été élargie et que ses gémissements se sont élargis de plus en plus,
jusqu'à aujourd'hui, ce monde entier est une salle de jugement Jésus est toujours en
procès, et l'Esprit fait écho à la question:

"Que vas-tu faire de Jésus?"

Le monde entier est obligé de répondre à cette question, comme l'ont fait les Juifs
d'autrefois. Chaque âme vivante, quelle que soit sa race, sa couleur ou sa croyance, doit
prendre parti pour ou contre Jésus. Il existe aujourd'hui comme à cette époque
d'autrefois mais deux pistes d'action s'ouvrent.

Chaque cœur doit répondre individuellement et avec certitude s'il pleurera lui aussi:

"Loin de lui! Crucifie-le." Ou s'il ouvrira la porte de son cœur et le laissera entrer comme
roi des rois et le couronnera d'amour et d'allégeance.

171
Peut-être qu'un lecteur crie d'horreur:

"Oh! Nous ne crucifierions jamais Jésus, nous ne penserions jamais à enfoncer les clous
dans Ses mains!"

Mais réfléchissez un instant, mon cher. Si vous ne L'avez pas accepté comme votre
Sauveur de tout péché et de toute injustice, si vous n'êtes pas venu

à Lui dans le repentir et si le sang a été appliqué à votre cœur, vous avez fait cela qui a
crucifié à nouveau votre Seigneur et Lui a fait honte.

Rappelez-vous que celui qui n'est pas pour lui est contre lui neutre, vous ne pouvez pas
être;

Chaque fois que vous sortez d'une réunion non enregistrée; chaque fois que vous vous
couchez sans repentir; chaque nouveau jour, le soleil se lève et vous trouve sans prière,
sans penser au salut de votre oui, vous criez:

"Loin de lui! Loin de lui!" O, peut-être que vous ne le dites pas avec des mots. Mais les
actions parlent plus fort que les mots, et même si votre bouche peut dire beaucoup
d'amour, si vous ne lui avez pas abandonné inconditionnellement votre cœur et votre vie
et lui avez permis de régner sur le trône de votre cœur, vous répondez inconsciemment
à la question dois-je faire avec Jésus? " en disant:

"Loin de Lui! Crucifie-le! Je n'ai d'autre roi que moi et le monde; je veux mon propre
chemin. Loin de Lui! Loin du Salut." Et une autre voix s'ajoute à la foule qui rejette Jésus.
"De quelle façon est-ce que je dis éloignez le de moi?" tu demandes.

Pourquoi, ne pouvez-vous pas réaliser, chère âme non sauvée, que chaque pas que vous
faites chaque pas qui retentit dans les couloirs du temps, à part Jésus, chaque pas vers la
mondanité dans le péché crie, plus fort que vous ne pourriez jamais parler;

"Loin de Lui; je choisis le monde; je n'ai pas d'autre roi que moi." Chaque fois que vous
remettez le salut et dites:

"Pas ce soir", vous ajoutez un autre echarde en couronne que vous faites de votre vie et
la placez sur son cher front.

Nous faisons tous une couronne pour Jésus à partir de notre vie quotidienne, soit une
couronne d'amour divin doré, parsemée de pierres précieuses de sacrifice et
d'adoration, ou une couronne d’epines, remplie des cris cruels de l'incrédulité, ou de
l'autosatisfaction et du péché et le placer sur son front.

Chaque nouveau jour a vécu dans la sainteté au Seigneur; chaque nouveau sacrifice de
louange n'est qu'un autre joyau du diadème royal avec lequel le chrétien couronne
constamment le roi qui est suprême sur le trône de son cœur.

172
Chaque nouveau jour vécu dans le péché et l'indifférence envers Jésus n'est qu'un autre
epine, un autre cruel crissement que la vie du pécheur tisse dans la couronne qu'il place
sur le front de l'ami et du roi qu'il a rejeté et chassé de son cœur.

Puis ils lui ont mis une robe pourpre, pleurant,

"Je vous salue, Jésus, roi des Juifs", et Le frappa de leurs mains. Aujourd'hui, beaucoup
vivent encore d'hypocrisie, de moqueries et de faux-semblants; beaucoup mettent sur
Jésus une robe violette de formalité extérieure; ils vont à l'église et chantent «Ail Hail the
Power of Jesus 'Name mais par leur vie ils le frappent avec leurs mains.

Et lui, portant sa croix, s'en alla vers le Golgotha, et là ils le clouèrent sur la croix.

La grande croix robuste était étendue sur le sol et le cher corps de Jésus étendu sur cette
croix. O pécheur, voici cet homme, le Fils de Dieu, avec des yeux tendres, résignés et
tendres, attendant d'être cloué là pour tes péchés: Vois ces mains rudes et lourdes saisir
les ongles et les placer dans les paumes des mains de Jésus. Écoutez les grands coups de
marteau, tandis que les ongles sont enfoncés profondément dans la chair et le tendon et
les os profondément dans le bois de la croix pour vos transgressions. Chères mains - des
mains qui avaient nourri la multitude de mains qui avaient béni les enfants, guéri les
malades, ressuscité les mains fidèles mortes qui frappent à la porte de votre cœur en ce
moment même que vous lisez ces mots, ils les ont cloués sur la croix. Ce sont vos péchés
et mes péchés qui l'ont cloué là. Poussez-vous toujours Ses mains loin de votre vie, et
percez-les avec des clous de scom, d'incrédulité et d'orgueil?

Puis ils ont enfoncé les clous à travers Ses pieds, les pieds qui avaient parcouru tant de
kilomètres fatigués pour apporter espoir, joie et lumière et Il a été élevé haut sur la
croix, de haut en haut, suspendu à ces ongles cruels jusqu'à ce que finalement la croix
s'enfonce avec un bruit sourd dans le trou qui avait été creusé pour cela. Et là, Il a pendu,
le Roi de gloire, entre la terre et le ciel, dans la honte, seul, pour nous.

Pécheur, mon cher, à quelle hauteur vous l'avez élevé dans la honte ouverte que d'autres
ont vu vous rejetez Jésus! O, ne le recevrez-vous pas maintenant comme votre Sauveur?
N'aimerez-vous pas Celui qui vous a aimé le premier?

Voir ce beau visage, plus taché que le visage de tout autre homme. Écoutez son cri:

"Lo, j'ai soif! Donnez-moi à boire." Ils lui ont offert du vinaigre et de l'hysope le plus
amer de leur haine et de leur incrédulité. Mais ah! Il a soif de la douceur de leur amour,
de leur adoration et de leur acceptation. Que donnez-vous à Jésus pour boire de la
douceur ou de la bittemess? amour ou rejet? Nos vies sont comme une éponge,
absorbant le vinaigre et l'hysope du monde et du diable, ou la douceur et le parfum et

l'eau de vie de Jésus et de sa Parole.

Jésus appelle à nouveau aujourd'hui:

173
"Lo, j'ai soif!" Mon cher, qu'as-tu à lui offrir aujourd'hui de ta vie acceptée ou rejetée?

Jésus s'écria: "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font". Oh, pécheur, il ne
semble pas possible que vous ayez pu réaliser ce que vous faisiez en refusant d'accepter
Jésus et en persistant à pleurer;

"Loin de lui, crucifiez-le!" Peut-être n'avez-vous jamais tout à fait réalisé que vous le
couronniez d'épines et le crucifiiez à nouveau, et que celui qui ne bâtit pas pour lui est
en train de se détruire.

Que ferez-vous avec Jésus aujourd'hui? Comment répondrez-vous à cette question


éternelle? Jésus se tient devant vous en attendant le verdict. Vous devez juger; vous
devez rendre votre décision, pour ou contre Jésus ou le monde, la vie ou la mort.

Jugez et choisissez ce jour, car bientôt toute cette scène sera changée à jamais. Le
pécheur sera retiré à la hâte de son siège de jugement, et Jésus montera le siège de
jugement pour juger les nations. Les tombes seront ouvertes, la mer livrera ses morts, et
tous les morts, petits et grands, se tiendront devant celui qu'ils ont jugé.

Tout sera alors bien inversé. Au lieu d'être une question de "Que dois-je faire avec
Jésus?" la question à laquelle sera confronté chaque pécheur sera: "Que fera Jésus avec
moi?" En ce grand jour, ceux qui ont accepté Jésus et l'ont fait souverain dans leur vie
seront acceptés de lui et s'asseoiront avec lui sur son trône, mais tous ceux qui l'ont
rejeté et ont crié:

'Loin de Lui de ma vie, je n'ai pas le temps car Jésus sera alors rejeté par Jésus. Il fera lui-
même écho aux propres paroles du pécheur;

"Loin de lui; 'éloigne-toi de moi, je ne t'ai jamais connu.' Départ dans la maison préparée
pour le diable et ses anges. "

Ceux qui lui ont donné à boire de la douceur et du vin de leur amour boiront à nouveau
avec lui le vin du royaume de son Père, mais ceux qui ne lui ont donné que le rejet et le
fiel d'amertume doivent boire la coupe de leur propre péché et mort à la lie.

Que ferez-vous avec Jésus? O, accepte-Le maintenant; le chercher tandis qu'il peut
encore être trouvé; invoquez-le alors qu'il est proche. Otez le mal de vos actions; cessez
de faire le mal; apprendre à bien faire; vous laver; vous rendre propre. Acceptez-le
comme votre Seigneur et Sauveur tout de suite. Il vous appelle, vous qui êtes las et
malades du péché; vous cherche dans la tendresse. Il chuchote; Venez à moi, vous tous
qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Je ne chasserai point celui qui
vient à moi. Aujourd'hui est le jour du salut; demain, il sera peut-être trop tard, car Il
reviendra bientôt sur terre, revenant avec puissance et une grande gloire.

Préparez-vous à Le rencontrer.

QUELLE ROUTE?

174
SEULEMENT DEUX ROUTES DANS LA VIE: SUR LAQUELLE ÊTES-VOUS?

Cherchez partout où vous le pouvez, dans le monde entier, il n'y a que deux routes à
trouver dans cette vie.

Une route mène au ciel; l'autre route mène à l'enfer. Le premier chemin mène à la vie
éternelle, le second à la mort éternelle. Celui à la joie et à la paix et au jour éternel;
l'autre au chagrin éternel, à la nuit la plus sombre et à la destruction.

Chaque homme, femme et enfant dans ce monde, indépendamment de la race, de la


couleur ou de la croyance, voyage en ce moment même sur l'une ou l'autre de ces deux
routes. En d'autres termes, chaque individu vivant est soit sur le chemin du ciel et de la
vie, soit sur le chemin qui mène à l'enfer et à la mort.

Je suis juste un corps simple, qui croit en énoncer un fait simple avec des mots simples. Il
est temps que les prédicateurs arrêtent l'enrobage du sucre et interprètent mal la Parole
de Dieu; fois qu'ils ont cessé de prêcher la politique et les soupers d'huîtres et ont
commencé à prêcher ces faits simples qui sont si simples que même un fou n'a pas
besoin de s'y tromper.

Permettez-moi tout d'abord de donner mon texte, et nous verrons ce que le Seigneur dit
à propos de ces deux routes, de leurs destinations et des piétons qui s'y trouvent. Jésus
dit: "large est le gâte, et large est le chemin qui mène à la destruction, et il y en a
beaucoup qui y entrent; parce que droit est le gâte et étroit est le chemin qui mène à la
vie, et il y en a peu qui le trouvent . "

Cette déclaration, si elle était comprise, révolutionnerait sûrement les idées d'un grand
nombre de gens dits larges d'esprit, qui ont toujours cru que vivre une vie morale ou
être membre d'une église serait un passeport suffisant pour aller au ciel. Être membre
d'église n'est plus une voie méprisée, mais bien au contraire; c'est maintenant considéré
comme la chose à la mode et appropriée à faire. Beaucoup pensent que c'est tout Le
Seigneur nous demande; mais sur cette croyance erronée tombe la Parole de Dieu avec
un coup saisissant qui renverse toute cette fausse sécurité.

La voie qui mène à la vie est étroite et rares sont ceux qui la trouvent. O, que les
chrétiens, ainsi que les pécheurs et les professeurs froids, se réveilleraient à la réalité de
ce fait et auraient un aperçu des millions innombrables qui se déversent dans l'éternité
chaque jour sans Dieu et sans espoir! Ils jaillissaient de leurs lits d'aisance et se
précipitaient sur les autoroutes et des haies pour obliger les hommes à entrer dans le
chemin étroit et à se mettre en règle avec Dieu avant qu'il ne soit trop tard.

La Parole de Dieu nous montre où ces deux routes commencent. "L'UA est née dans le
péché et s'est formée dans l'iniquité." "Tous ont péché et sont privés de la gloire de
Dieu." Il nous est également rappelé que, comme Dieu «ne peut pas considérer le péché
avec la moindre tolérance», «l'âme qui pèche, elle mourra».

175
Mais Jésus a pris notre place, il est mort à notre place, ouvrant ainsi une voie nouvelle et
vivante, la voie étroite, à la présence du Père.

O, pécheur ami ici ce soir! O pèlerin fatigué et lourd! hait un moment et réfléchis. Sur
quelle route êtes-vous? Vous voyagez vers le paradis ou l'enfer? Nous sommes tous
entrés dans la vie par la seule et même voie, c'est-à-dire que nous sommes tous nés dans
le péché et façonnés dans l'iniquité.

La figure un sur le graphique nous montre juste une petite partie du cercle qui
représente la terre. Tous ayant été nés sous la malédiction du péché et ayant besoin de la
seconde naissance ("Si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le
royaume de Dieu." Jean 3: 5). l'enfance de la vie sur la large route marquée par la figure
deux sur la carte.

De nombreuses mères anxieuses posent la question:

"Ma sœur, que pensez-vous que deviennent les petits bébés et les enfants qui meurent
avant l'âge de la responsabilité?" Je réponds prompdy, et sans hésitation

"Je crois qu'ils sont censés être avec Jésus, aimant et compatissant, qui a dit: 'Souffrez
aux petits enfants de venir à moi, et ne leur en interdisez pas, car tel est le royaume des
cieux'."

Mais il arrive un jour, peut-être que la plupart d'entre vous peuvent regarder en arrière
le long du chemin du temps et se rappeler ce jour-là quand le petit cœur et l'esprit
commencent à connaître la différence entre le bien et le mal. Le jeune pèlerin, après
avoir couru négligemment depuis l'enfance, aperçoit soudainement au loin un grand
poteau indicateur ancien et robuste, qui a résisté aux tempêtes de nombreuses
générations, mais reste ferme et immobile. Ce panneau après la croix du calvaire se
trouve juste à la fin du chemin.

Avez-vous déjà remarqué la forme particulière et merveilleuse de la croix? Le pied


pointe vers la terre et l'humilité, et vers la fontaine remplie de sang, comme s'il disait

"Viens, pauvre, fatiguée, troublée, malade du péché. Pose ton fardeau;

plongez dans la fontaine remplie de sang. Voici le nettoyage pour les sales, le pardon
pour les pécheurs, le repos pour les fatigués, la paix pour les troublés, le soulagement
pour les opprimés, la liberté pour les captifs. Jetez-vous aux pieds de Jésus et Il vous
rendra entier. "

Le sommet de la croix pointe vers le haut vers le ciel et le ciel, comme pour dire

"Lève la tête, pauvre pèlerin fatigué; lève les yeux vers les cieux au-dessus de toi; lève les
mains qui pendent; fortifie les genoux faibles; dis à ceux qui sont faibles," sois forts et de
bon courage, car Celui qui est mort sur l'arbre est monté là-bas, au-delà des nuages de
gloire, pour vous préparer une place, afin que là où il est, vous soyez aussi

176
Les deux bras de la croix sont tendus comme pour rassembler le monde entier dans
l'étreinte amoureuse de Celui qui a dit:

"Venez à moi, ô extrémités de la terre, et soyez sauvés."

Remerciez Dieu pour un tel panneau pour révéler le chemin du pardon et indiquer la
route étroite vers le ciel vers l'âme malade du péché.

La figure trois sur le graphique montre, nous où les deux routes se divisent. Oh, laissez
vos pieds s'arrêter ici, mon cher, à la fin du chemin. Ne vous trompez pas, car c'est la
décision la plus importante que vous serez appelé à prendre dans votre vie. Quelle route
allez-vous emprunter? L'un tourne à gauche, l'autre à droite. L'un mène au paradis,
l'autre à l'enfer.

Regardez attentivement les deux routes comme indiqué sur la carte, et vous
remarquerez que la large route qui mène à la destruction est une route tortueuse, si
tortueuse que celui qui y marche est toujours incapable de voir exactement ce qui nous
attend. À chaque nouvelle étape de la route, il se retrouve à commettre des péchés plus
vils que sa conscience ne l'aurait permis un mois ou un an auparavant. Si la route n'était
pas sinueuse, il pourrait voir les flammes de l'enfer et entendre les pleurs et les cris
angoissés des perdus qui appellent:

"Retournez! Revenez!" Il courrait pour sa vie au refuge de la croix.

"Pourquoi la route est-elle tortueuse?" tu demandes. Parce que c'est la piste du serpent.
Le même serpent qui a trompé Eve dans le jardin trompe les nations aujourd'hui.

"Pourquoi est-il tordu?" Pourquoi, parce qu'il est impossible pour un serpent de ramper
droit. Le diable est de travers et il vous trompera à chaque tour du ro jusqu'à ce qu'il
vous ait enfin plongé dans la destruction.

Maintenant, tandis que la piste du serpent mène en enfer, c'est le chemin de la croix qui
mène à la terre glorieuse du ciel. Oh c'est un paradis pour aller au paradis quand nous
marchons à l'ombre de la croix. Alléluia!

La large route qui mène à la destruction semble invitante à vos pieds. Il est parsemé de
fleurs et de plaisirs mondains. Le soi-disant homme à l'esprit large qui vit sur la voie
large peut vous parler des plaisirs du monde, des théâtres, des salles de danse, de la
mode, de l'amour de l'argent, de la popularité, de la musique et du péché à chaque tour
de la route.

Ils pourraient vous dire, s'ils le voulaient, des cœurs brisés aussi, des ivrognes et des
prostituées, des cœurs vides et des vies égarées. Ils pourraient aussi murmurer, avec des
visages blancs et des yeux effrayés, les morts horribles qu'ils ont vues de ceux qui ont
trouvé que le salaire du péché était la mort, et sont allés en présence de leur père, le
diable, et au foyer préparé pour lui et ses lutins.

177
Mais non, ils ne vous parleront pas de ces faits réels, mais ne parleront que de la surface
claire et du côté laminé et verni.

LA VOIE LARGE

Cette route descendante (figure quatre) est large et facile d'accès. Juste un peu de
désobéissance, un petit mensonge, oubliant de prier, errant de Dieu, quoi que ce soit qui
est venu en premier dans votre vie, vous vous en souvenez lorsque vous avez commencé
votre carrière descendante sur la voie large qui mène à la destruction.

Peut-être que vous ne vouliez pas vraiment aller loin sur cette voie descendante, mais
d'une manière ou d'une autre, cela semblait si facile. Un péché en a conduit à un plus
grand, jusqu'à ce que vous soyez si vite emmêlé et que vous glissiez si vite qu'il vous a
semblé impossible de vous arrêter et de repartir.

Il est si facile de descendre en enfer et en destruction, juste un toboggan, jusqu'à ce que


vous vous réveilliez enfin pour trouver qu'il est trop tard, à moins que vous n'écoutiez
maintenant l’avertissement et que vous vous arrêtiez et reveniez à la croix, ce cher vieux
poteau indicateur, et le pleurer tout aux pieds de Jésus.

LA FIN DE CELUI-CI EST LA MORT

C'est une chose épouvantable de continuer jusqu'au bout de la route large et pécheresse.
J'ai regardé avec de grands yeux horrifiés des yeux ternes et pécheurs et des visages
gonflés. J'ai marqué les lignes du péché sur le visage et plus souvent sur le cœur. J'ai vu
les grandes chaînes de l'appétit, les portes de la prison du mal, je me suis tenu au lit de la
mort de ceux qui avaient rejeté le Christ, et un message tel que vous l'entendez
maintenant, et j'ai tenu leurs mains avec un frisson en s'évanouissant dans le dafk; sans
Dieu, pour récolter leur récompense. J'ai entendu ceux qui ne semblaient jamais dégriser
et réfléchir avant, lorsqu'on leur a demandé d'accepter Jésus sur leur lit de mort, crier:

"Trop tard! Trop tard! Je suis perdu!" Je peux dire des pleurs, des gémissements et des
grincements de dents, à leur mort.

Le pécheur orgueilleux et hautain, l'infidèle, ceux qui ont déclaré dans leur
apprentissage qu'il n'y avait pas de Dieu, pas d'enfer, pas de ciel, devront passer avec
l'ivrogne et la prostituée à travers les mâchoires de la mort (figure cinq) dans cet affreux
maison préparée pour le diable et ses anges. Il y aura des pleurs, des lamentations et des
grincements de dents. Le fait qu'ils n'aient pas cru qu'il existait un tel endroit ne l'aurait
pas déplacé ni emporté. "Le salaire du péché est la mort."

DERNIERES PAROLES DES INCROYANTS

Voici quelques-uns des derniers mots des non-sauvés:

"L'enfer est un refuge s'il me cache de ton froncement de sourcils."

178
- Altamont.

"Je donnerais volontiers trente mille livres pour qu'il prouve qu'il n'y a pas d'enfer."

- Charteres.

"Donnez-moi plus de laudanum pour que je ne pense pas à l'éternité et à ce qui va


arriver."

- Mirabeau.

"Oh, ma pauvre âme! Que deviendras-tu? Où veux-tu

- Cardinal Mazarin.

Les derniers mots de l'athée Hobb furent: "Je fais un saut effrayant dans le noir."

Voltaire était un infidèle riche et connu, mais ses derniers mots furent: "Je suis
abandonné par Dieu et l'homme; je mourrai et irai en enfer."

La mort dans cet endroit horrible où leur ver ne meurt pas, et le feu n'est pas éteint.

"Oh", vous dites: "Si Dieu est un Dieu d'amour, Il ne jettera jamais une âme en enfer."
Non, Dieu ne jettera pas volontairement le pécheur dans la destruction, et s'il va en
enfer, il devra parcourir le corps et le sang de Jésus-Christ qui est mort pour le sauver;
rejetant l'amour du Sauveur qui a fait tout en son pouvoir et a versé chaque goutte de
son sang pour le racheter de ce lieu qui a été construit, non pas pour le pécheur, mais
pour le diable et ses anges. ^ 1

Ceux qui vivent dans le péché, avec le diable comme père, en cela vivront avec le diable
comme père dans cette maison qui s'est préparée pour lui; mais les enfants de Dieu qui
ont possédé l’esprit de leur Père ici-bas, vivront avec lui dans sa maison de joie pour
toujours.

LA ROUTE ÉTROITE I

L'autre route (figure six), la route étroite, la plus belle route de lumière I et de vie,
commence à la croix.

Jésus est la porte; il n'y a pas d'autre moyen d'entrer que par lui, et le sang qu'il a versé
pour la rémission de nos péchés. C'est une route étroite, il n'y a pas de place pour
emmener des choses terrestres avec vous; il y a juste de la place pour Jésus et toi. Si
quelqu'un me suivait, qu'il se renie quotidiennement, prenne sa croix et me suive. Cela
signifie s un droit au visage, Cela signifie être né de nouveau et devenir une nouvelle
créature en Christ Jésus, de sorte que les choses que nous aimions autrefois nous
détestons maintenant, et, Alléluia! les choses que nous détestions autrefois, nous les
aimons maintenant.
179
Pour entrer dans cette route étroite qui mène au Ciel, vous devez vous repentir de tout
péché, réparer les choses, redresser vos traces le plus loin possible, demander à Jésus de
vous purifier de tout péché et de l'injustice, et "bien que vos péchés soient aussi
écarlates, ils seront aussi blancs que la neige; bien qu'ils soient! rouges comme le
pourpre, ils seront comme de la laine. "

Est un. 1:18. "Car celui qui vient à lui, il ne le rejettera pas"

Ceux qui montent, car c'est une montée régulière, peuvent vous raconter des joies
indicibles. Ils peuvent vous parler d'une paix que le monde ne peut ni donner ni
emporter. Ils peuvent vous parler de cœurs brisés qui ont été guéris et de vies tristes
réjouies. Ils vous témoigneront du salut de tout péché et de la délivrance de toute
servitude, des chaînes brisées et des captifs libérés en Christ Jésus. Ils peuvent parler du
baptême du Saint-Esprit (Actes 2: 4) et des dons et fruits de l'Esprit dans leur vie.

Dans cette route, j'ai aussi regardé dans les yeux et les visages, mais ils étaient remplis
de la gloire et de l'amour de Dieu. Au lieu du mal et de l'avarice, ils ont été remplis de
tendresse et de larmes de gratitude envers le bienheureux Sauveur qui devient plus
doux au fil des jours. Gloire- Gloire! Gloire! Chaque pas que vous faites sur cette route
vous apporte un pas ciel plus proche; un pied dit "Gloire!" et l'autre dit "Alléluia!" et avec
un cœur pur et une conscience claire, vous êtes en route vers le ciel. O pécheur, où as-tu
une telle joie?

LA FIN DE CELUI-CI EST LA VIE

Ici aussi, je me suis tenu près des lits de la mort et au lieu de visages convulsés et
effrayants de pécheurs, j'ai vu des visages calmes et paisibles de ceux qui vont juste se
reposer dans les bras de Jésus. Heureux ceux qui meurent dans le Seigneur et vont crier
à la gloire.

Voici les derniers mots de quelques-uns des sauvés:

"Seigneur Jésus, reçois mon esprit." - Stephen.

"J'ai mené un bon combat, j'ai terminé mon cours, j'ai gardé la foi.

Désormais, il m'est déposé une couronne de justice que le Seigneur, le juste juge, me
donnera ce jour-là; et pas seulement à moi, mais à tous ceux qui aiment son apparition.
"II tim; 4: 7 - Paul.

"Le meilleur de tous, Dieu est avec nous." - Wesley.

"Je balaie les portes, lavé dans le sang de l'Agneau." - Cookman.

"Je suis en parfaite paix, reposant seul sur le sang du Christ: je trouve cela suffisant pour
entrer en présence de Dieu avec." - Trotteur.

"La bataille est livrée, la batte est livrée; la victoire est gagnée." - Dr Pays.

180
La barre transversale de la croix (figure sept) représente le fleuve de la mort par lequel
tant de pieds sains ont marché. Oh, quelle merveilleuse chose de Le voir vous soutenir
pour que les inondations ne débordent pas et de pouvoir pleurer avec Catherine Booth:

"Les eaux montent, mais moi aussi; je ne vais pas en dessous, mais au-dessus."

Juste au-delà des vagues de la mort, une couronne glorieuse attend. Y aura-t-il des
étoiles dans votre couronne? Ne tardez-vous pas à gagner l'âme de Jésus? Comme ce
serait pitoyable en ce dernier jour d'avoir vécu la plus grande partie de notre vie pour le
diable, d'avoir donné à Jésus mais les quelques heures de fermeture du petit jour de la
vie, et d'être obligé de partir les mains vides sans une seule âme avec laquelle pour
saluer le Maître, pas un trophee ni un bijou pour orner la couronne que vous posez à Ses
pieds.

Au-delà se trouve la glorieuse cité céleste dont les douze portes sont composées chacune
d'une perle solide, dont la rue est en or pur, comme si c'était du verre transparent et la
fondation de laquelle le mur est joué de toutes sortes de pierres précieuses. La
construction du mur est en jaspe, et la ville d'or pur comme du verre clair. Cette terre n'a
besoin ni du soleil, ni de la lune pour y briller, car la gloire de Dieu l'éclaircit, et l'Agneau
en est la lumière.

Ici, il n'y aura ni maladie ni pleurs, ni douleur, ni mort, ni chagrin, ni malentendus ni


chagrin d'amour, et il n'y entrera en aucune manière quoi que ce soit qui souille ou qui
opère une abomination ou fait un mensonge, mais ceux qui sont écrits en le livre de vie
de l'Agneau.

Ah! les labeurs et les echardes du chemin ne sont rien à comparer avec un aperçu de la
gloire qui nous attend dans cette belle ville où Jésus essuie toutes les larmes de tous les
visages, et il n'y a plus de nuit. Alléluia! la seule pensée de voir Jésus met le feu à toute
mon âme.

Qui a jamais entendu un pécheur dire: "O, je suis si heureux qu'un jour cette vie soit finie
et que je vais mourir et aller en enfer et en destruction." NON!

Vous ne les entendez jamais soucieux de parler de mort et de punition. Mais le véritable
enfant de Dieu aime penser au jour où il déposera la croix et recevra la couronne.

Entre le ciel et l'enfer est un grand gouffre fixé.

Il n'y a aucune possibilité de passer de l'un à l'autre après la mort. Comme un arbre
tombe, il doit mentir. Aujourd'hui est le jour du salut demain peut-être éternellement
trop tard.

Maintenant pécheur, arrêtez et décidez tout à l'heure, ce qui r oad vous êtes sur, et
quelle route vous choisissez de suivre à partir de ce moment; a décidé dans quelle
maison tu habiteras pour toujours où le feu n'est pas éteint et où le ver ne meurt pas, ou

181
où aucun pleur ne sera jamais entendu, mais chanter et se réjouir et une joie indicible
pour toujours et pour toujours.

Vous êtes un agent de libre arbitre; vous devez décider par vous-même. Jésus a ouvert la
voie, et Il vous ouvre tout à l'heure la gâte. O viens ce soir, très chers, viens juste
maintenant. Ne jamais, jamais blâmer Jésus, ou dire qu'Il vous a envoyé en enfer, car si
vous refusez d'être sauvé et entrez, vous vous y envoyez; Il a fait sa part. Comment Il
vous aidera et vous mènera à bien si vous le laissez seulement. Tout à l'heure, où que
vous soyez, il chuchote,

"Voici, je me tiens à la porte de ton cœur et je frappe." Ouvert à lui

juste maintenant. Dites "Je me lève et vais vers mon Père". Aujourd'hui est le jour du
salut. Vous n'avez pas de bail de demain.

Venez tout de suite.

"Les anges s'attardent près,

Les prières montent des cœurs si chers,

Ô vagabond, viens. "

VOICI, L'HOMME!

"Alors Jésus est sorti portant la couronne d'épines et la robe pourpre, et Pilate leur a dit:
Voici l'homme"

Jean, 19: 5.

JÉSUS nous a promis dans sa Parole que s'il s'élevait de la terre, il attirerait tous les
hommes vers lui, et avant de commencer ce sujet aujourd'hui, j'ai crié au Seigneur de
m'aider à m'évanouir et à le soulever. au-dessus de la terre jusqu'à ce que vous ne voyiez
plus d'homme que Jésus.

VOYEZ l'homme! Voici l'homme! Voici l'HOMME! Je voudrais le répéter encore et encore,
jusqu'à ce que j'attrape chaque esprit errant et que j'amène chaque pensée errante en
captivité. Voici l'homme. Fermez simplement les yeux sur tout le reste pendant quelques
instants.

ARRÊTEZ de voir votre entreprise, votre plaisir, votre maison, vos soucis et devoirs
terrestres envers votre prochain, quel qu'il soit, qui a absorbé votre attention, et voici
l'Homme, Christ Jésus.

Si vous ne vous êtes jamais arrêté assez longtemps dans votre vie bien remplie pour voir
l'homme, l'Agneau de Dieu, celui qui vous aime plus qu'aucun ami terrestre ne vous
aime, je veux que vous le regardiez MAINTENANT.

182
Je suis sûr que si vous ne pouviez avoir qu'un aperçu de ce visage qui est le plus beau
parmi dix mille, si vous ne pouviez attraper qu'une seule cadence de sa voix, douce
comme le ruissellement de nombreuses eaux, si vous pouviez seulement regarder un
instant dans les profondeurs de ces yeux tendres remplis de compréhension et de
sympathie et d'amour, les larmes d'amour et de gratitude jailliraient à vos yeux, votre
cœur se remplirait de louanges jusqu'à ce que vous ne souhaitiez jamais cesser de voir et
d'adorer et d'adorer cet Homme, le Christ Jésus . Alors que les ombres des ténèbres et de
l'incrédulité sont repoussées par la lumière du soleil de justice, et que vous voyez
l'homme, vous trouverez de nouvelles beautés, de nouveaux attributs et grâces qui se
déploient devant vos yeux étonnés et adorateurs à chaque instant que vous voyez,
jusqu'à ton cœur éclate en chant,

"Depuis que mes yeux étaient fixés sur Jésus, j'ai perdu de vue tout le monde à côté, donc
j'ai amélioré la vision de mon Esprit, en regardant le crucifié."

Alors que nous repoussons les rideaux des siècles et regardons en arrière à travers les
couloirs intacts du passé, nous voyons l'Homme assis avec son Père sur son trône. Il était
avec son père

dès le commencement le joyau le plus brillant du ciel, la joie du Père, la joie des anges, la
lumière du temple, le Fils unique, digne de louange sur les harpes d'or, et les anges se
prosternèrent à ses pieds comme il assis dans ses robes royales et sa splendeur au
milieu d'eux.

Voici l'homme, avec son père, quand il a fait naître le monde et a mis le soleil, la lune et
les planètes dans le ciel.

Voici l'homme, rempli de chagrin en ce jour mémorable où nos parents ancestraux sont
tombés dans le péché et à cause de ce péché ont été bannis de la vue de Dieu sous peine
de mort. Et quand il n'y avait aucun œil sur la pitié, aucun bras pour sauver, aucun qui
pourrait payer le prix de la rançon pour leur rachat, nous voici l'homme, en disant:
"Père, envoie-moi, je paierai le prix. Sans effusion de sang là-bas n'est pas une rémission
des péchés. Je vais verser mon sang, Père, je serai le pont pour franchir le gouffre entre
l'homme et Dieu. " Ensuite, nous lisons que "Dieu a tellement aimé le monde qu'il a
donné son Fils unique pour que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie
éternelle".

Voici l'homme, se levant pour prendre congé du Père, laissant les chants et l'adoration
des armées angéliques, mettant de côté ses robes royales, son sceptre et sa couronne,
descendant du trône et venant tout le chemin du paradis sur terre pour vous et moi, afin
que nous ne périssions pas, mais que nous ayons la vie éternelle.

Voici l'homme, conçu du Saint-Esprit, né de la vierge Marie, venant dans un monde qui
ne lui a pas trouvé de place dans l'auberge. Le voir né dans une crèche au milieu des
environnements les plus déplorables et les plus humbles, venant atteindre le plus bas et
le plus pauvre des pécheurs.
183
Voici l'homme qui vit et grandit avec Marie, sa mère et. Joseph, dans l'atelier de
menuiserie. Voici à l'âge de trente ans, baptisé de Jean dans la rivière Jo rdan, prêt à
commencer son ministère. Voici l'homme qui se lève d'une tombe aqueuse lorsque les
cieux se sont ouverts et que le Saint-Esprit est descendu sur lui et la voix de Dieu a parlé
à haute voix en disant: "Voici mon Fils bien-aimé en qui je me réjouis." Il entra ainsi dans
son ministère avec l'autorité divine et la puissance de la tête de Dieu reposant sur lui et
demeurant avec lui.

Voici l'homme tenté dans le désert pendant quarante jours, tenté en tous points comme
nous, et pourtant sans péché. Voici le culbutant

de l'eau en vin, prêchant l'évangile du Royaume, guérissant les malades, purifiant le


lépreux, ressuscitant les morts, ouvrant les yeux des aveugles, débouchant les oreilles de
sourds, nourrissant les multitudes affamées, calmant la mer agitée, pleurant sur
Jérusalem, pardonnant le pécheur, donnant de l'eau aux assoiffés, guérissant les cœurs
brisés.

Voici l'homme le roi de gloire marchant avec humilité sur cette terre, douloureux et
fatigué.

Le voir prier seul, nuit après nuit à flanc de montagne, prier pour vous, cher cœur, et
pour un monde endormi qui n'apprécierait ni ne comprendrait jamais. Les oiseaux
avaient leurs nids, les renards leurs trous, mais le Fils de l'homme n'avait nulle part où
poser sa tête.

Voici l'homme, au dernier souper, même si son cœur lui faisait mal, même s'il
connaissait la main qui le trahirait, et le disciple qui le renierait, même s'il savait que
tous l'abandonneraient et s'enfuiraient, ses pensées étaient pour vous et pour moi
quand il a juré qu'il ne boirait plus du fruit de la vigne jusqu'à ce qu'il le boive à nouveau
avec nous dans le royaume de son Père, en disant:

"Aussi souvent que vous faites cela, vous montrez ma mort. Je suis venu Oh, pont
glorieux qui s'étend sur les longues années silencieuses du jour de sa mort jusqu'au jour
où il viendra.

Voici l'homme, priant seul dans le jardin pendant que ses disciples dormaient et
dormaient. Voici son agonie et le travail de son âme en criant: "Néanmoins, non ma
volonté, mais la tienne, soit faite. Et étant dans l'agonie, il a prié plus vivement: et sa
sueur était comme de grosses gouttes de sang tombant sur le sol."

Voici l'homme se penchant au-dessus de ses disciples dans sa douleur, pleurant un cœur
intelligent pour regarder avec lui. Mais Il les trouva endormis et leur dit: "Pourquoi
dormez-vous, levez-vous et priez." "Et pendant qu'Il parlait encore, voici une multitude",
se pressant à travers l'aube grise des mamans, venant avec des bâtons et des épées pour
prendre cet Homme ce Jésus à toi, et le mien.

184
Voici l'homme, conduit comme un mouton à l'abattoir, et comme un agneau devant ses
tondeurs muets, de sorte qu'il n'a pas ouvert la bouche. Voici le méprisé et rejeté des
hommes, un homme de douleur et connaissant le chagrin. Le voir portant nos torts,
portant nos peines, blessé pour nos transgressions, meurtri pour nos iniquités. Il a été
sorti de prison et condamné.

Voici l'homme, condamné à mourir par la multitude qu'il aimait et désirait se rassembler
dans ses bras. Voici, frappé de blessures et cloué sur la croix. La couronne d’epines était
placée sur son front, la lance romaine lui transperça le flanc. Mais, Oh, bien-aimé,
entendez-le crier: "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font!" Puis, lorsque la
dette a été payée, quand Il a supporté notre peine (la mort) dans Son propre corps sur
l'arbre, entendez les mots triomphants joyeux qui ont sonné dans le ciel à cette heure, et
résonnent encore à travers la terre aujourd'hui: "IL EST FINI . " Alors, voici que l'homme
déchire des rochers et assombrit le ciel. Il incline la tête et abandonne le fantôme.

Voici l'homme allongé dans le froid silence de la mort dans le tombeau. Puis, à l'aube du
troisième jour, alors que les premiers rayons d'or et de pourpre du matin se levaient en
triomphe joyeux au-dessus des collines de Jérusalem, un ange du ciel étendit ses grands
pignons blancs et, balayant du ciel vers la terre, roula le grand pierre loin de la bouche
du sépulcre.

Voici l'homme ressuscité, se levant et revenant pour regarder le monde, son monde,
acheté par son sang. Le revoir, vivant et aimant, marchant et parlant avec son peuple,
nourrissant les affamés, encourageant les abattus.

Voici l'homme, conduisant la captivité en captivité, montant en haut pour offrir des
cadeaux aux hommes, disant:

"Il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le Consolateur ne
viendra pas. Mais si je m'en vais, je ne vous laisserai pas sans confort, j'en enverrai un
autre, même le Saint-Esprit. Si je m'en vais, je reviendra et vous prendra pour moi afin
que là où je suis, vous soyez aussi ", et les nuées le reçurent hors de leur vue.

Voici l'homme à nouveau assis à la droite de Dieu le Père. Le voir debout à vos côtés en
ce moment, comme l'a révélé l'Esprit, l'entendre dire: «Voici, je me tiens à la porte et je
frappe, si quelqu'un m'ouvre, je viendrai souper avec lui et lui avec moi. " Laissez-le
entrer, cher cœur, approchez-vous de lui et il s'approchera de vous. Recevez le Saint-
Esprit qu'Il a envoyé pour vous conduire dans toute la vérité. Soyez fidèle un peu plus
longtemps. Alors bientôt, oui, très bientôt, vous REGARDEREZ L'HOMME, venant dans
les nuées du Ciel avec puissance et une grande gloire pour vous emmener à Himse Si, au
milieu de joies sans bornes comme les vagues de l'océan, nous verrons l'Homme au bord
de la mer vitreuse, et nous adorerons en adoration sur Son trône, notre Rédempteur,
notre Époux pour toujours. Ouvre les yeux tout à l'heure, cher cœur, Oh! BARABBAS

"Et ils crièrent tous à la fois, disant: 'Partez avec cet homme, et

185
libère-nous Barabbas.

Or, Barabbas était un voleur qui, pour certaines expéditions faites dans la ville et pour
meurtre, a été jeté en prison. "Luc 23: 8,19; Jean 18:40.

JUSTE ces quelques incidents saisissants et saisissants - rien de plus ne nous est dit de
cet homme Barabbas.

Le linceul épais de mystère qui enveloppe à la fois le début et la fin de sa vie n'est pas
épelé par la lumière des Écritures, mais ces quelques gouttes pourpres brillantes,
arrachées au cœur même de son histoire, pour ainsi dire, semblent crier à haute voix taie
d'innocence poursuivie par la tentation. Tentation dépassée par Sin. Le péché a bondi
sur et condamné à mourir par la loi. Stem Law a conquis et son emprise s'est desserrée.
Jésus, le substitut et le rédempteur décédé à la place du pécheur.

Un tel type frappant est Barabbas de toute la race humaine, et de nous-mêmes


individuellement, que, alors que nous regardons vers le bas sur l'histoire incomplète de
sa vie, il semble que quelque texture merveilleuse, fascinante et inachevée tendue sur le
métier de la vie, son couleurs voyantes évoquant le soleil et l'ombre, la joie et la
tristesse, la tragédie et le triomphe, les fils effilochés et suspendus à la fin, les fils lâches
et ballants au début, comme pour inviter le spectateur à les ramasser et à tisser à
nouveau l'histoire de l'homme tout entier race, telle qu’incarnée dans l’étude de
Barabbas.

JOURNÉES D'ENFANCE

À propos du printemps de chaque enfant que nous aimons tisser les fils blancs de
l'innocence, une mère pieuse et prieuse, et l'image d'une petite forme en robe blanche
apprenant à prier au genou de la mère.

La maison qui a volé à ses enfants une mère en prière les a privés de l'un des trésors les
plus riches qu'il est en leur pouvoir de conférer, un souvenir que l'argent ne pourrait
jamais acheter, ni le temps détruire.

Que Barabbas ait eu une mère en prière ou non, nous ne le savons pas, mais il nous tarde
de penser à elle comme l'instruisant dans les anciennes lois et les prophètes, pleurant et
priant pour lui alors qu'il errait en mauvaise compagnie et sur les chemins de la
tentation. En vieillissant, nous ne savons pas s'il était marié ou non, mais il peut y avoir
été tissé dans le métier à tisser de sa vie avec des fils d'or d'amour, une femme et un
beau petit garçon, mais une chose dont nous sommes certains, et c'est-à-dire qu'il a été
conduit dans le péché, de plus en plus profondément, alors que Dieu lui parlait et les
anges l'avertissaient en disant:

"BARABBAS, RASSURE QUE TON PÉCHÉ TE RATTRAPERA." Sans aucun doute, Barabbas
avait l'intention d'appeler un hait dans le futur proche. Il n'a jamais voulu aller aussi loin
dans le péché que d'être attrapé, jeté en prison et condamné à mourir. Chaque nuage

186
sombre d'avertissement que le Seigneur mettait sur son chemin était sans aucun doute
teinté de rose avec des couleurs prometteuses de richesse dorée et de rémunération par
le diable, alors qu'il était conduit indéfiniment d'un péché à l'autre, jusqu'à ce que nous
lisions enfin que "BARABBAS ÉTAIT UN CAMBRIOLEUR"

Selon toute probabilité, son vol a commencé d'une manière apparemment simple et
triviale, un petit vol d'enfance pour lequel sa conscience l'a troublé et l'a accusé. Au
deuxième vol, un peu plus grand que le précédent, sa conscience ne semblait pas le
déranger autant, et incroyablement rapidement, son âme s'est endurcie, jusqu'à ce qu'il
devienne le chef d'une bande de voleurs et déclenche une insurrection dans la ville. . Il a
peut-être gloussé pour lui-même et dit à ses collègues qu'ils étaient assez intelligents
pour échapper à la loi, et qu'ils ne seraient jamais pris, comme de nombreux autres
pécheurs se le garantissent. Mais une fois de plus est venu le dernier et dernier
avertissement:

"Repentez-vous; soyez sûr que votre péché vous trouvera. Tout ce qu'un homme sème, il
le moissonnera aussi. L'âme qui pèche, elle mourra sûrement."

(Oh, Barabbas! Quel type frappant vous êtes de nos ancêtres qui, dans le jardin d'Eden,
lorsqu'ils ont été tentés pour la première fois par ce même péché, ont volé et mangé le
fruit de l'arbre interdit. Sans doute Satan, sous la forme d'un serpent , murmura à ton
oreille, comme il le fit à l'oreille d'Eve, en disant:

"Mangez-en. Vous ne mourrez certainement pas." Et puis, coupable et coupable, vous


avez cherché à vous cacher derrière les arbres de la tromperie, et à vous assurer que ni
Dieu ni la loi ne vous y verraient ni ne vous puniraient.

Mais aussi sûrement qu'Adam et Eve, se rétrécissant coupablement derrière leur


couverture, entendirent les bruits de pas du Dieu Tout-Puissant, se promener dans le
jardin pour les rencontrer, dans la fraîcheur de la journée, aussi sûrement que Dieu le
cria, disant:

"Adam, où es-tu?" aussi sûrement qu'Il a découvert, condamné et puni leur péché; si
sûrement que les pas de la loi vous ont cherché et dépassé, Oh Barabbas!)

Astucieusement, le diable l'a conduit indéfiniment jusqu'au jour où il a trouvé lui-même


le chef de file d'une insurrection faite dans les rues de la ville. Puis, débordant de rage
démoniaque, son sang montant en émeute tumultueuse dans ses veines, sa raison a
outrepassé ses limites, et rapide comme un éclair un coup violent a été porté; le corps
mou de sa victime tomba avec un bruit sourd au sol; un fil de cramoisi teint en
profondeur a été projeté à travers la texture sur le métier à tisser de la vie, et

BARABBAS DEVAIT ETRE ASSASSINÉ

Rapidement, la main lourde et implacable de la loi tomba sur l'épaule du misérable


coupable, mettant en scène avec horreur le travail de ses mains.

187
L'évasion était impossible. La miséricorde était hors de question. La loi doit suivre son
cours. Sans aucun doute, le procès qui a suivi a été équitable à tous égards. Barabbas
était COUPABLE

Et il y avait de nombreux témoins pour prouver sa culpabilité, à la fois comme voleur et


comme meurtrier. Aucun pouvoir ne pouvait éviter la peine de la loi, ni l'empêcher de
descendre sur lui.

Des allers-retours, des allers-retours ont volé la navette du temps à travers le métier à
tisser de la vie, tissant maintenant des fils qui étaient sombre. Était-ce avec un souffle
retenu et des joues blanchies, ou était-ce avec un mince placage de bravade qu'il
entendit la terrible phrase prononcée contre lui:

"Barabbas, vous, avec vos deux voleurs, qui avez conspiré pour travailler sous votre
direction, êtes condamné à mourir, et vous serez pendu à trois croix de bois sur la colline
du Calvaire jusqu'à ce que vous soyez mort."

Et quand, plongé dans l'obscurité des cachots sombres sous la salle de jugement de Pilot,
des chaînes claquaient sur les dalles humides alors qu'il se tordait dans les affres
angoissés du remords, pleurait-il à haute voix?

"Oh, amères lanières de la loi! Oh, les bandes et les chaînes de justice! N'y a-t-il aucune
échappatoire à toi, même si je vois mon horrible erreur et que je me repens
maintenant?" Et la voix d'une loi ferme et implacable, avec un visage comme du silex,
résonna dans la mémoire obsédante de l'enseignement de la mère: "Un œil pour un œil,
une dent pour une dent; le meurtrier sera sûrement mis à mort." Assis là dans
l'obscurité du péché, incapable de s'aider lui-même, au-delà de l'aide de l'homme mortel,
les chaînes de rétribution approchant mordant déjà dans la chair de son corps,
condamné à mourir sans espoir, rien à espérer mais la mort, quel l'image est Barabbas
de toute la race humaine.

BARABBAS UNE IMAGE DE LA COURSE HUMAINE

Par Adam le péché est entré. Le premier péché enregistré a été celui du vol; Gen.3: 6. Le
deuxième péché à être enregistré était le meurtre. Gen.4: 8. Dieu, dans sa sainteté infinie,
ne pouvait pas considérer le péché avec la moindre tolérance; l'âme qui pèche, elle doit
mourir. La mort et le désespoir éternel ont suivi à la suite du péché. Un grand fossé avait
été fixé entre l'homme et Dieu, le bras puissant de la loi tomba lourdement sur la race
humaine, et après un procès équitable, le verdict de culpabilité a été rendu. La
condamnation à mort a été prononcée et l'homme a été condamné à mort. plongé dans la
sombre prison de captivité sous la salle du jugement en attendant l'heure où le jugement
devait être exécuté sur lui.

Oh! que quelqu'un viendrait ouvrir les portes de la prison de ceux qui étaient liés. Oh!
pour un bras à sauver, celui qui porterait les chagrins et porterait les peines d'une race

188
sinistrée, celui qui serait blessé pour la transgression du pécheur et paierait la dette du
pécheur!

Qui sait les pensées qui ont traversé le cerveau douloureux de Barabbas au cours des
jours qui ont suivi, les coups de poignard de remords, les souvenirs d'autres jours et les
pensées de ce qui aurait pu être, les nuits blanches, les jours sans espoir, pas un rayon de
lumière pour percez la morosité! Cette horrible voix qui avait prononcé la sentence dans
la salle du jugement continuait-elle de sonner à ses oreilles:

"Tu seras pendu à une croix de bois sur la colline du Calvaire, toi et tes deux voleurs,
jusqu'à ce que tu sois mort"? A-t-il perdu toute trace du temps, jusqu'à ce que ses
oreilles se mettent à tendre pour entendre son nom appelé et la grande porte à ouvrir,
l'heure où le silence sombre serait brisé, et au milieu du rugissement des voix de la
populace, et la lumière perçante du jour, serait-il amené à mourir de cette mort honteuse
et ignominieuse? Dans l'obscurité silencieuse de sa cellule, sans autre bruit que
l'égouttement, le dnp des gouttes de sueur qui venaient du plafond et tombaient comme
des larmes sur les dalles à ses pieds, la vision de la croix, sa croix, se leva-t-elle devant lui
, jamais de plus en plus proche à l'approche de l'heure de sa crucifixion?

De façon constante, le volet vole à travers le métier dans des couleurs sombres et
désolées. Oh! Qu'est-ce que c'est! Les fils de la terreur sauvage et de la panique sont
projetés sur le métier à tisser! Barabbas, assis en position verticale, moche comme
tourné vers la pierre, écoute à chaque nerf tendu.

Tu l'entends? Le voilà de nouveau; c'est son nom qu'ils pleurent:

"Barabbas! Barabbas! Libère-nous Barabbas. Fais sortir Barabbas! Barabbas! B-A-R-A-B-


B-A-S!"

«C'est la voix d'une populace multitudinoüs, toujours croissante et gonflant de volume.


Mais comment pouvait-il l'entendre dans ce donjon? Les doots doivent être ouverts. Oui,
des pas résonnent le long des couloirs de pierre qui mènent à sa cellule, de plus en plus
près ils sonnent, des épées chantant des clés qui claquent sur leurs anneaux, et toujours
en arrière-plan, retentit le rugissement impératif de la foule dans la salle de jugement
au-dessus, un rugissement qui s'installe maintenant dans un chant constant qui
n'engendre aucun déni.

"Barabbasl Barabbas! Libérez-nous BARABBAS !! !!

Plus fort et plus clair vient la bande de roulement des soldats, jusqu'à ce que, sur le vif
commandement, ils haïssent devant la cellule. Le ratde de la lourde clé de la porte, le
grincement de la serrure, le grincement de la lourde porte, puis les mots attendus:

"Sortez, Barabbas, un autre est de mourir à votre place aujourd'hui. Vous êtes un homme
libre."

189
Dites-moi, ô tisserand au métier à tisser, un faible rayon d'espoir est-il apparu dans son
cœur, ou a-t-il reculé et pleuré, de l'angoisse de son âme?

"Oh !! Ne riez pas de ma calamité, et ne vous moquez pas de ma peur. Je sais que mon
procès a été juste et équitable. Je sais que j'ai été reconnu coupable et que je mérite la
mort. J'irai jusqu'à ma mort. sur la croix, mais oh! ne vous moquez pas de ma calamité et
ne vous moquez pas de mon heure de douleur. " Et le gardien a-t-il répondu:

"" Ce n'est ni plaisanterie ni moquerie, Barabbas.? C'est vrai, tu es un homme libre. Car
un nommé Jésus doit être étendu sur ta croix sur la colline du Calvaire, "twixt les deux
voleurs aujourd'hui. De mes propres yeux, je l'ai vu attaché au poteau de fouet dans la
cour sans, le dos nu aux frappeurs, les coups de fouet cruels qui pleuvent sur ses épaules.
Ils le conduisent maintenant vers le haut de la colline pour être crucifié. Avancez!
Barabbas!

Avancer! Tu es libre! Il sera meurtri pour votre iniquité, et le châtiment de votre paix
sera sur lui. Il mourra à votre place. "

UN HOMME LIBRE.

Gratuit? GRATUIT?? GRATUIT??? Ses oreilles ne pouvaient sûrement pas bien entendre!
Ce doit sûrement être un rêve horrible se levant pour le tourmenter.

"Hâte-toi, Barabbas, sors!"

Ah! les chaînes étaient lâches à ses pieds. Ses mains étaient libres. Le fer mordant qui
avait longtemps lacéré sa chair avait disparu. Un pas tremblant deux trois et il était
presque à la porte, mais pas de retenue

la main était tombée sur lui, aucune voix ne s'était moquée:

"Ah, Barabbas, venez et payez le prix.

Ton péché t'a découvert. "Quatre cinq fois six, il avait gagné et franchi la porte. Sept -
huit - neuf - marches. Il marchait à tâtons le long du couloir, trébuchant aveuglément
vers ton lointain rayon de lumière. Vrai, les soldats marchaient derrière lui, mais ils ne
faisaient aucun effort pour le saisir. Qu'est-ce que cela voulait dire? Ils allaient sûrement
le saisir au dernier moment. Mais, non, ils sont en train de basculer dans une autre
direction et il est laissé seul, marchant dans la lumière toujours croissante qui perce ses
yeux inhabituels.

Quand enfin, atteignant la porte béante, s'accrochant à ses portais d'une main
tremblante et ombrageant ses yeux de l'autre, quelles étaient ses pensées alors qu'il
regardait à nouveau le soleil et entendait une fois de plus le chant des oiseaux, et les voix
des enfants autour de lui? Les fils d'or de l'espoir et de la nouvelle résolution étaient-ils
déjà tissés dans la texture, même au milieu de sa perplexité?

190
Oh ces fils ballants qui pendent de la fin de la texture, dites-moi, comment l'histoire a-t-
elle été finie? Barabbas a-t-il aperçu la foule qui se dirigeait vers la colline du Calvaire?
A-t-il entendu les sifflements et les railleries de la multitude, et a-t-il vu votre bel
homme, en robe blanche, tomber sous le fardeau de la croix? Peut-être a-t-il couru dans
la vieille maison du cottage, et en tenant par la main sa femme émerveillée et son petit
garçon, crie:

"Oh, viens avec moi, et allons voir l'homme qui est en train de mourir à ma place.
Aujourd'hui était le jour fixé pour mon exécution. Aujourd'hui, je devais être pendu à la
croix et mourir à la mort d'un félon, mais un autre homme, un homme innocent est en
train de mourir, en train de mourir pour moi. Oh, allons et regardons Son visage afin que
nous puissions pénétrer le mystère d'un tel amour. "

LAISSEZ-NOUS ALLER ET VOIR L'HOMME

Et ont-ils poussé leur chemin ensemble à travers la foule et en haut de la colline, ne


s'arrêtant jamais jusqu'à ce qu'ils atteignent le pied de la croix, où les femmes sanglotant
pleuraient la douleur de Celui qui portait nos peines? Et alors que Barabbas regardait ce
visage très beau, et qu'il voyait les ongles, et le sang coulait du front, des mains et des
pieds, alors qu'il regardait dans ces yeux d'un amour profond et inexprimable, et
entendit les mots:

«Père, pardonne», tombant de ces lèvres angoissées, cria-t-il:

"Oh, Jésus, ton amour a gagné mon cœur! Là-bas sont les deux

voleurs, un à droite, un à gauche, mais il y a la croix du milieu, la croix sur laquelle


j'aurais dû mourir. "Et se baissant, prit-il son petit-fils dans ses bras et montra-t-il la
croix il sanglotait à son oreille:

"Oh, Sonny, regarde, c'est la croix sur laquelle ton papa aurait dû mourir; c'est l'endroit
où j'aurais dû pendre, la mort que j'aurais dû mourir, mais ton bel homme, qu'ils
appellent Jésus, est en train de mourir à la place de papa Oh, femme et fils et Oh, mon
cœur, aimons et vivons et travaillons jamais pour ce Jésus qui s'est donné pour moi "?

Alors que Barabbas regardait fixement les yeux de Jésus, le visage du Seigneur s'est-il
tourné vers lui?

Leurs regards se sont-ils croisés, et y a-t-il eu un échange de compréhension entre les


deux qui ont brisé le cœur de Barabbas1 et l'ont retenu captif par les chaînes de l'amour
pour toujours? Est-il tombé à genoux en criant: "Jésus, comment te remercier?"

Des gouttes de chagrin ne pourraient jamais rembourser T la dette d'amour que je dois;

191
Ici, Seigneur, je me donne à toi,

C'est tout ce que je peux faire. "

Était-il là lorsque le corps mutilé de Jésus a été descendu de la croix et déposé dans le
tombeau? Était-il là, le matin, lorsque Jésus est apparu à Son peuple et est monté dans
les nuages jusqu'au trône de Son Père? Était-il parmi les cent vingt, le jour de la
Pentecôte, qui ont reçu le don du Saint-Esprit et sont allés proclamer le message de Jésus
et son pouvoir de sauver?

Nous ne savons pas d'une certitude, mais une chose que nous savons, et c'est que
lorsque tout ce monde d'oms a été enveloppé dans les ténèbres et emprisonné par le
péché et la mort, l'Esprit du Seigneur était sur Jésus, l'oignant pour prêcher la Évangile
aux pauvres, pour guérir les cœurs brisés, prêcher la délivrance aux captifs, retrouver la
vue des aveugles, mettre en liberté ceux qui sont meurtris et prêcher l'année acceptable
du Seigneur. Nous savons que Barabbas n'était pas un plus grand pécheur, ni plus
dépourvu d'espoir que tout ce monde de pécheurs perdus, et que Jésus est venu et a été
blessé pour nos transgressions, meurtri pour nos iniquités, le châtiment de notre paix
était sur Lui, et par Ses rayures nous ont guéri; que lorsque nous, comme les brebis, nous
nous sommes égarés et que nous avons tourné chacun vers nos propres voies, le
Seigneur a imposé sur lui l'iniquité de nous tous. Il a été opprimé et affligé, mais il n'a
pas ouvert la bouche. Il a été sorti de prison et du jugement. Il a été coupé de la terre des
vivants. Car la transgression du peuple a été frappé. Il a fait sa tombe avec les méchants
et les riches de la mort de Plis, mais il n'a fait aucune violence, et il n'y a pas eu de
tromperie dans sa bouche. Il était compté avec les transgresseurs, et Il a porté le péché
de beaucoup et a intercédé pour les transgresseurs.

L'HUMANITÉ, DANS LE DONJON DU DÉSESPOIR ATTEND LA MORT

Par un seul homme, le péché est entré dans le monde et la mort par le péché; et ainsi la
mort est passée sur tous les hommes, car tous ont péché. ROM. 5:12.

Quel cachot désespéré et misérable, l'homme s'était placé par son péché et sa
désobéissance à Dieu. Peu importe comment il pourrait chercher, il n'y avait aucune
issue. La grande et massive PORTE DE LA MISÉRICORDE était le seul espoir. La loi, le
sévère geôlier qu'il était, a refusé d'ouvrir cela. À cause du péché d'un homme, la mort
régnait en maître sur son trône, d'Adam à Moïse. (Rom. 5:14.) Assis là, dans la cellule de
désespoir de la prison, vint le jour où les gens qui étaient assis dans les ténèbres virent
une grande lumière, et pour ceux qui étaient assis dans la région et l'ombre de la mort, la
lumière jaillit ( Mat, 4:16.)

Des bruits de pas de la Délivrance ont été entendus venant le long des couloirs du temps,
Grâce (Toupie envoyée par le Ciel) a porté la clé de l'amour divin et sacrificiel qui a fait
basculer le verrou de la condamnation et a ouvert la porte lourde de la miséricorde.

192
La miséricorde et l'amour (paire inséparable) sont entrés dans la cellule de la prison et,
desserrant les liens du désespoir et brisant le pouvoir des chaînes solides de Sin, ont
appelé tous les hommes:

"AVANCER."

"Vous êtes des hommes libres; un autre est mort à votre place, un nommé Jésus a porté
votre croix et payé le prix de votre rachat. Sortez, sortez. Oh! Soûls tremblants, pourquoi
rester plus longtemps dans la vallée et à l'ombre de la mort? Vous ne comprenez pas? La
porte est ouverte, les chaînes sont brisées. Barabbas, BARABBAS, VENEZ! " Qu'auriez-
vous pensé de Barabbas, s'il avait refusé de quitter le cachot, choisissant les chaînes et
les ténèbres plutôt que la liberté et la lumière? Quelle opinion auriez-vous eue de
Barabbas s'il avait été si ingrat, si vide d'appréciation et de gratitude qu'il n'a même pas
pris la peine de gravir la colline du Calvaire pour voir et remercier ce Jésus qui est mort
pour lui?

Jésus est mort pour vous; votre porte de prison est LARGE, l'Esprit appelle: "Sortez, la
lumière du soleil de l'amour et de la miséricorde de Dieu vous attend, le pardon et la
paix sont à vous. Rendez-vous tout de suite au Calvaire, continuez votre chemin vers la
croix et regardez le visage de votre Sauveur, ce visage qui était plus taché que le visage
d'un autre homme? "

Il y a vos deux vieux compagnons, le péché et la mort, accrochés aux deux croix à côté de
votre Seigneur; pour le premier péché de voleur, il ne peut y avoir aucune allocation,
aucune excuse, le péché ne doit mourir pour vous et vous pour pécher. Car comment
pouvons-nous, morts au péché, y vivre plus longtemps?

Quant au deuxième voleur, à la onzième heure son pardon est venu, quand la mort a été
engloutie dans la victoire. Car l'aiguillon de la mort est le péché, et quand notre ancien
compagnon, le péché, est mort, alors c'est que l'aiguillon est retiré de la mort, et l'âme
rachetée peut crier: "Oh! Mort, où est ton aiguillon?" Que le corps dorme ou se réveille
n'a pas d'importance. Être absent du corps, c'est être présent avec le Seigneur. En vérité,
je vous le dis, ce jour tu seras au paradis avec moi.

Oui, cher pécheur, Jésus a tout payé, tout à Lui que tu dois. Viens à Lui maintenant.
Remerciez-le de son grand amour et de l'effusion de son précieux sang, et lorsque vous
le regarderez, votre cœur fondra, les larmes couleront de vos yeux et vous éclaterez en
chant:

"Mon Jésus, je t'aime, je sais que tu es à moi: Je démissionne de toutes les folies du péché;
Mon gracieux Rédempteur, mon Sauveur, tu es; Si jamais je t'aimais, mon Jésus, c'est
maintenant.

UN CERTAIN HOMME EST DESCENDU

193
Le message que le Seigneur a mis sur mon cœur pour vous apporter, tout en s'adressant
à tous les pécheurs, est destiné plus particulièrement au rétrograde.

Oh, il y a tellement de rétrogrades dans le monde, tant de ceux qui ont marché avec le
Seigneur, mais qui ont d'une manière ou d'une autre lâché sa main et ont erré très loin. Il
n'y a pas d'homme ou de femme sur la face de cette terre plus misérable qu'un pauvre
rétrograde qui, une fois qu'il a marché en présence et dans la joie du Seigneur, se
régalant des délices de sa main généreuse, tombe dans le péché et cherche à noyer les
douleurs de son cœur ardent dans le tourbillon de ce plaisir criard et distrait de ce
monde.

Il serait impossible pour quelqu'un qui n'avait jamais été un rétrograde de comprendre
ou de comprendre pleinement l'agonie muette, la honte et le désir dans le cœur du
rétrograde était un pauvre rétrograde découragé une seule fois depuis ma conversion, et
je connais les misérables hurlements et les pleurs du cœur pour être de retour dans la
lumière du soleil de son cher sourire la fuite de la tentative de couvrir notre condition
rétrograde de ceux qui nous entourent la plongée dans le monde pour essayer d'étouffer
et de satisfaire le désir agité que rien d'autre que lui-même ne peut satisfaire.

Comme j'avais désespérément envie de quelqu'un qui puisse entrer et sympathiser avec
moi et m'aider, et s'il y avait eu quelqu'un pour faire un réel effort pour tendre la main et
m'aider à retrouver la victoire et la sécurité de son amour, j'aurais échappé à beaucoup
de souffrance et tremblements de la main de l'ennemi.

Et donc ce soir, tout mon cœur va vers le rétrograde, et j'ai hâte de vous tendre la main
et de vous aider à retourner à Jésus et à la ville de Jérusalem.

La première étape vers le retour à Jésus se fait en réalisant et en admettant franchement


que vous êtes un rétrograde.

Nous allons lire ce soir un certain homme qui est descendu, et je veux que chacun de
vous regarde, comme nous le suivons dans son jeu, et voyons si son cas n'est pas très
semblable à tous égards au vôtre. Tout d'abord, rafraîchissons notre mémoire en lisant
toute l'histoire. On le trouve dans le dixième chapitre de Luc, commençant au trentième
verset:

"Et Jésus dit: Un certain homme est descendu de Jérusalem pour

Jéricho est tombé parmi les voleurs, ce qui l'a dépouillé de ses vêtements, l'a blessé et est
parti, le laissant à moitié mort.

"Et par hasard, un certain prêtre est descendu de cette façon; et quand il l'a vu, il est
passé de l'autre côté.

"Et de même un Lévite, quand il était à l'endroit, est venu et l'a regardé, et est passé de
l'autre côté.

194
"Mais un certain Samaritain, comme il passait, est venu où il était; et l'a mis sur sa
propre bête, et l'a amené à une auberge, et a pris soin de lui.

"Et le lendemain, quand il partit, il prit deux pence, et les donna à l'armée, et lui dit:"
Prends soin de lui; et tout ce que tu dépenseras plus, quand je reviendrai, je te
rembourserai ". "

Maintenant que nous le parcourons mot par mot, et suivons l'image sur la carte, laissez
chaque rétrograde et pécheur se mettre à la place de "l'homme certain" et trouver leur
emplacement sur cette image. Il y a beaucoup de certains hommes et femmes qui
«descendent» ici dans cette salle ce soir, mais laissez chacun oublier l'autre oublier qu'il
y a un autre «certain homme» dans la salle, et restreindre les mots aux siens cas
individuel.

Oh, "certain homme" ici ce soir, vous qui vous êtes éloignés de Dieu, comme il est facile
de descendre. Le chemin de la destruction et du chagrin éternel de l'enfer n'est qu'un
long toboggan rapide. Il n'y a rien à se vanter d'être un pécheur ou un rétrograde.
N'importe qui pourrait descendre, n'importe quel lâche pourrait devenir un pécheur,
mais il faut le vrai courage et la grâce de Dieu, et toutes les étincelles de virilité et de
féminité qu'il y a en vous pour monter la pente raide vers le ciel. Un poisson mort peut
flotter le long du ruisseau, mais il en faut un vivant pour nager à contre-courant. Toute
âme pauvre et spirituellement morte peut flotter jusqu'à la destruction; il ne nécessite
aucune nage ni résistance. Mais rien que la vie et la puissance divines du Seigneur ne
peuvent le reprendre.

Je suis descendu! Oh, les profondeurs des précipices et des fosses du péché qui sont
véhiculées par ce seul mot d-o-w-n.

DE JÉRUSALEM À JÉRICHO

Que Jérusalem, sur la carte, représente tout ce qui est saint et pur et semblable à Christ,
tout ce qui est incarné dans la Nouvelle Jérusalem qui descend bientôt de Dieu du ciel, et
Jéricho tout ce qui est pécheur et profane et impie.

Comment vous, cher homme, êtes-vous jamais venu à l’esprit de échapper à travers la
pôrte de Jérusalem et à commencer votre long periple descendant, je ne sais pas.

Peut-être était-ce un manque de prière, peut-être un échec à lire la Parole de Dieu (vous
ne pouvez pas demeurer en présence du Seigneur sans prière et sans la Parole, pas plus
que vous ne pourriez vivre sans respirer. Lorsque vous priez, vous parlez à Dieu quand
vous lisez la Parole qu'il vous parle) il se peut que vous ayez laissé les soucis de cette vie
n toi.

Avec moi, ce fut le retrait du cher qui m'avait conduit à Jésus, et sur la force duquel je
m'étais jamais appuyé au lieu de permettre au Seigneur de m'apprendre à grandir en Lui
et à supporter les tempêtes. Lorsque mon support terrestre a été soudainement

195
transplanté dans le jardin du ciel, je me suis retrouvé comme un lierre, dépouillé du
chêne auquel il s'était accroché. Oh, quel pauvre petit tas tombé et tombé j'étais! Mais
maintenant, bénis Son cher nom, JE T'AS PRIS CE VOYAGE?

J'ai appris à m'accrocher et à m'appuyer sur Jésus un soutien qui ne mourra jamais ni ne
me laissera tranquille.

Quelle qu'en soit la cause principale, il n'en demeure pas moins que le certain homme
est descendu de Jérusalem à Jéricho ET TOMBE. Oh, vous ne pouvez pas faire un seul pas
sans Jésus, peu importe votre force; ou combien d'années vous avez été chrétien; au
moment où vous lâchez sa chère main, ce moment vous cesserez de vous tenir debout, et
vous tomberez PARMI LES VOLEURS.

Ce n'est pas longtemps après que le rétrogradé a commencé son jeu vers le bas qu'il
découvre que lui aussi est tombé parmi les voleurs.

Ces voleurs dont nous parlons ont fait deux choses à cet homme avant de le quitter:

I. ILS UI RETIRENT SON VETEMENT.

II. ILS l’ONT BLESSÉ, LE LAISSANT A DEMI-MORT.

et c'est exactement ce que les voleurs vous ont fait jusqu’à aujourdhui.

Avez-vous jamais cessé de réaliser exactement ce qui constituait le vêtement qui vous
habillait à Jérusalem (la ville du salut), ce vêtement et cette tenue inestimables dont
l'ennemi vous a dépouillé?

Regardons le tableau et voyons quelle sorte de vêtements représente la vie sainte à


Jérusalem et ce que vous avez perdu.

Ceux qui marchent et vivent en présence du Fils de Dieu pur et saint doivent être vêtus
du vêtement propre et blanc qui est la justice des saints.

Chaque individu qui va au souper de noces de l'Agneau doit avoir sur la robe de mariée
Jésus a préparé des vêtements mondains et le manteau d'autosatisfaction et de moralité
ne suffira pas mais disparaîtra devant Son regard.

J signifie JÉSUS: lorsque nous marchons avec lui, il nous habille avec lui-même et les
vêtements de sa justice. (Rév.3: 18)

E signifie ENJOYMENT: Sa présence est plénitude de joie. (Ps. 16:11.) Il a versé l'huile de
la joie éternelle sur la tête de son peuple (Ésaïe 35:10).

R signifie REPOS: En présence de Celui qui a dit: "Venez à moi et je vous donnerai du
repos." (Matt. 11:28.) "Les lassés trouvent du repos pour leurs soûls." (fer. 6:16)

196
U signifie UTILITÉ: Ceux qui marchent avec le Sauveur, qui ont dit: «Travaillez jusqu'à ce
jour, car la nuit vient où personne ne peut travailler», il faudra longtemps pour gagner
l'âme et porter le manteau de service.

S signifie SALUT: Ah, cher rétrograde, ne te souviens-tu pas de la façon dont tu avais
l'habitude d'aller de l'avant, heureux dans les beaux vêtements de salut qui t'avaient été
mis par Celui qui était "ta lumière et ton salut"? (Ps.27: 1.)

A signifie ADORATION: où y va-t-il une âme qui puisse contempler son glorieux
Rédempteur sans s'incliner à ses pieds en adoration et en louange? N'avez-vous pas
ressenti une grande perte lorsque les voleurs vous ont enlevé les vêtements d'adoration
et d'adoration?

L signifie AMOUR: Quand nous demeurons avec le DIEU qui est AMOUR (1 Jean 4: 8), et
qu'Il "a mis Son amour sur nous" (PS. 91:14), nous imbibons et participons à Sa nature
jusqu'à ce que le le premier fruit de l'Esprit, l'AMOUR (Gaï. 5:22), jaillira de nos vies.

E signifie ENRICHISSEMENT: Aucune langue mortelle ne peut dire la grande réserve


inépuisable de richesses que l'on trouve dans le Christ devenu pauvre afin que, par sa
pauvreté, nous devenions riches.

M signifie MERCY: L'enfant de Dieu qui demeure sous le sang est recouvert de la MERCY
(comme un vêtement) qui est "grande au-dessus des cieux" (PS. 108: 4), et de la VÉRITÉ
(la ceinture qui attache le vêtement sur lui) de PS. 85:10, ces réunions ensemble pour
former son vêtement.

Quelle perte terrible c'était quand les voleurs VOUS ont dépouillé de VOTRE vêtement. Il
était impossible de se passer des murs sécurisés de la ville de Son amour et de
commencer votre voyage vers le bas vers Jéricho sans perdre ces beaux vêtements. Ce
fut en effet un triste jour où vous avez été dépouillé de votre robe de ressemblance à
Christ.

Fini votre joie; disparu votre jouissance, votre repos. On vous a enlevé votre utilité, vos
robes de salut, votre adoration, votre amour, votre enthousiasme et votre miséricorde.

Le premier coup de l'ennemi qui vous a laissé dénué de tels vêtements était déjà assez
mauvais, mais, Oh, la deuxième chose qui est arrivée au «certain homme» a été
beaucoup, beaucoup plus triste, si c'était possible, pour LUI BLESSÉ, et est parti, le
laissant à moitié mort.

Quelles blessures le diable et ses lutins (les voleurs qui vous volent le salut, le repos et le
bonheur dans ce monde et le monde à venir) peuvent infliger au rétrograde et au
pécheur! Lorsque les vêtements que Jésus lui a achetés par son sang sont enlevés, il ne
reste plus rien pour protéger le pécheur des coups portés sur lui par l'ennemi.

197
Le rétrograde, errant loin de Dieu, ainsi dépouillé et blessé, est en effet dans un état
critique. Les vieux méchant hochent la tête et se font un clin d'œil alors qu'ils ramassent
leur butin et partent, le laissant à moitié mort.

Les poteaux de mile en passant pointent maintenant vers JERICHO, et chaque poteau de
mile que le certain homme atteint sur son chemin vers le bas signifie juste une autre
blessure à brûler et à se frayer un chemin dans son âme.

Examinons à nouveau le tableau et voyons ce que ces bornes qui mènent à Jéricho
représentent First:

J signifie JOLLIFICATION. "Pas une blessure grave", dites-vous, "juste un peu


d'amusement, pas de mal sérieux en cela, un petit potin, une plaisanterie oiseuse, le
théâtre, un roman ou un jeu de billard." "Les jeunes doivent se divertir", explique
l'ennemi. Qui écoutera trouvera que la jollification a laissé une blessure et l'a hâté au
deuxième poteau

E qui signifie EVIL. J'ai vu la blessure sérieuse reflétée dans les yeux du pécheur, dans les
lignes de son visage, et j'ai entendu les paroles de blasphème monter de son cœur mais
O, les yeux de Dieu regardent droit dans les profondeurs de cette âme et de Lui il n'y a
rien de caché.

R signifie RESTLESSNESS. Au lieu du repos qui était autrefois le sien, quand il aimait les
heures tranquilles de prière «seul avec Dieu», il y a maintenant une insensibilité
agaçante et agaçante qui l'aiguille jour et nuit. N'importe quoi pour s'éloigner de ses
propres pensés est une diversion bienvenue.

Je représente INDIFFÉRENCE. Le cœur qui a autrefois répondu à ses ordres et s'est


précipité pour obéir à son appel, est maintenant indifférent à sa voix.

C signifie CALLOUSNESS. Le cœur indifférent devient vite dur et dur. Une fois si tendre
qu'il a fondu en contrition devant le Seigneur, il écoute maintenant la tendre histoire de
la Crucifixion, le tonnerre d'avertissement de la colère à venir impassible.

H signifie HATRED. Lorsque le diable a amené sa victime dans le lieu où il hait l'Esprit,
qui s'efforce de l'éveiller dans le sens de son péril, hait le bien et aime le mal (Mic. 3: 2),
il se frotte les mains mauvaises et un sourire démoniaque la joie lui tord le visage tandis
que l'âme pauvre et dupée s'approche de la cité du Malheur éternel.

O signifie OBSTINACY. Quand on reçoit cette blessure, il refuse obstinément d'être


prévenu de son danger ou de fuir la colère à venir. Il sort de la réunion, rentre chez lui et
se couche, dur, inflexible, obstiné.

Quel vieux traître trompeur est le diable! Il sourit, trompe et trompe l'âme pendant
qu'elle a la vie, la force et les moyens, mais quand elle est en bas et en dehors,
impuissante, mourante et seule, le diable ne prend même pas la peine de prétendre qu'il
est son fiancier.

198
À moitié mort Dieu merci, il n'est pas tout à fait mort, car tant qu'il y a de la vie, il y a de
l'espoir! Impuissant, incapable de se traîner d'un pas douloureux vers la ville du salut,
l'âme malade du péché est laissée gisant sur la route. "Toute la tête est malade et tout le
cœur défaillant; de la plante du pied jusqu'à la tête, il n'y a aucune solidité, mais des
blessures et des ecchymoses et des plaies putnfying; ils n'ont pas été fermés, ni liés, ni
apaisés avec pommade." Est un. 1: 5, 6.

Quelle image, non seulement de l'individu, mais de toute la race humaine, qui s'est
éloignée de Dieu.

"IL EST ARRIVÉ UN CERTAIN PRÊTRE DE CETTE FAÇON"

Certes, ce prêtre, qui symbolise le L-A-W, sera capable de soulever, de guérir et de


restaurer l'âme malade du péché.

Mais non, il n'y a rien à espérer de lui, car,

"IL A PASSÉ DE L'AUTRE CÔTÉ"

Et Paul nous explique que «la loi n'a rien rendu parfait».

Heb. 7:19. De plus, la loi prévoyait que les infractions pouvaient être abondantes.

"Et de même un Lévite, quand il était à l'endroit, est venu et l'a regardé." Certes, on serait
en droit d'attendre de l'aide du Lévite qui est rempli de ses bonnes œuvres et de sa
propre justice, mais non, la Parole nous dit que toute notre justice n'est que "des chiffons
sales" (Ésaïe 64: 6), et que «un homme n'est pas justifié par les œuvres des laïcs» (Gai.
2:16). Retourner une nouvelle feuille ou signer votre nom en gage ne peut jamais vous
soulever ni guérir les blessures de votre âme pécheresse, et ainsi nous lisons du Lévite:
"Et il passa de l'autre côté".

Dans quelle situation déplorable et périlleuse l'humanité s'est trouvée. Faut-il s'étonner
que l'âme impuissante pleure à haute voix:

"Oh, misérable que je suis, qui me délivrera du corps de cette mort?" ROM. 7:24. N'y a-t-
il pas de bras à sauver? N'y a-t-il pas d'œil à la pitié?

Ah, oui?, Gloire à Jésus, il y en a un qui voit et s'approche à distance.

Qui pourrait-il être sinon Jésus ce bon Samaritain rempli de compassion et de tendre
amour pour l'humanité perdue et misérable, rampant dans la poussière de l'humiliation
et du désespoir?

Oh, quel periple Jésus a fait pour atteindre les pauvres, les morts tombés qui gisent
meurtri et saignent sur le chemin de la destruction. Quel voyage! Tout le chemin du ciel à
la terre, il est venu; il est allé de la crèche à la croix, et du tombeau au trône de son Père.

199
"Comme il l'a dit" aucune distance n'était trop grande pour aller, aucune âme trop loin
pour que Jésus puisse l'atteindre avec son amour et son aide

"VENU OU IL ETAIT"

Oui, ce bon Samaritain qui n'était autre que le Roi de Gloire, ne s'est jamais reposé, une
fois qu'Il avait vu l'état déchu du monde, jusqu'à ce qu'il ait posé asi de sa couronne, se
dépouillant de ses vêtements royaux, pris sur lui la forme de l'homme ne se contenta pas
de se tenir aux côtés du pécheur, mais devait venir où il était, prenant sa place, et
accroché à sa croix, payant sa peine, et mourir sa mort.

"Car ce que la loi ne pouvait pas faire, en ce qu'elle était faible par la chair, Dieu,
envoyant son propre Fils à la chair et le péché, condamna le péché dans la chair:

Afin que la justice de la loi soit accomplie en nous, qui fonctionne pas selon la chair mais
selon l'Esprit. "Rom. 8: 3, 4.

Un tel amour, une telle miséricorde ont-ils jamais été connus dans notre univers? "Je suis
venu où il était." Eh bien, cher pécheur, cher rétrograde, il n'y a pas un de vous qui ait
erré si loin dont les blessures soient si odieuses et horribles mais Jésus est venu où vous
êtes.

L'humanité était-elle pauvre? Jésus est devenu plus pauvre qu'eux tous.

Étaient-ils méprisés? Il était plus méprisé qu'eux.

Y avait-il des amis et seuls? Il priait à flanc de montagne, faisait transpirer de grosses
gouttes de sang dans le jardin seul et gémissait sur l'arbre.

Quelqu'un était-il rempli de péché et chargé d'iniquité?

Il a porté leurs péchés et leur maladie dans son propre corps sur l'arbre.

Oh, comme j'aime ces mots, j'aime les répéter encore et encore:

"Comme Il jouait. Il est venu où il était." Pécheur, regarde! Ne pouvez-vous pas Le voir
tout à l'heure? Il se tient juste à côté de toi. Si vous tendez la main, vous pouvez le
toucher et ressentir son insondable. "Ils devraient chercher le Seigneur, s'ils se sentent
mal après lui, et le trouver, bien qu'il ne soit pas loin de chacun de nous." Actes 17:27.

Juste le plus petit appel à l'aide, poussé ou inexprimé, et Il descendra Ses grands bras et
les placera autour de vous. Louez son nom!

"Et il arrivera que quiconque invoquera le nom du Seigneur sera délivré; car sur la
montagne de Sion et à Jérusalem, il y aura délivrance, comme le Seigneur l'a dit, et dans
le reste que le Seigneur appellera." Joël 2:32.

"Appelle-moi, et je te répondrai et te montrerai des choses grandes et puissantes que tu


ne connais pas." Jer. 33: 3.
200
"ET QUAND IL L’A VU"

Quelle chose affreuse et pourtant merveilleuse que de savoir que Jésus voit jusque dans
les profondeurs du cœur et les intentions de l'esprit humain que rien ne lui est caché et
que tout est mis à nu et ouvert à ses yeux.

Oh, que fera ce bon Samaritain quand Il baissera les yeux sur votre cœur? Va-t-il secouer
la tête et s'éloigner lorsque vous confesserez vos horribles péchés? Pourquoi, non, la
Parole nous dit que quand Il l'a vu "IL A EU DE LA COMPASSION pour LUI"

Peu importe vos erreurs, vos échecs; peu importe combien vos péchés ont été vils; si
vous ne vous repentez vraiment et n'obéissez qu'à la Parole du Seigneur, il aura
compassion de vous. Si l'homme était votre juge, il n'y aurait pas grand-chose à espérer
ou à attendre, mais une punition, mais son cœur est rempli de compassion. Il sait
combien de fois vous avez pleuré sur votre oreiller; Il connaît les chagrins et le désir; Il
se souvient de la faiblesse de votre corps et a pitié de vous comme un Père a pitié de ses
enfants. C'est ce grand cœur plein de compassion qui l'a fait pleurer sur Jérusalem et
pleurer sur la croix:

"Père, pardonne-leur; ils ne savent pas ce qu'ils font."

"ET EST ALLE A LUI"

Jésus est venu à votre rencontre, pas à mi-chemin, pas aux trois quarts du chemin, mais
tout au long du chemin. Il vient à vous tout à l'heure avec des plaidoyers et une tendre
miséricorde. Juste un mot et Il est à vos côtés avec espoir et secours.

"ET PENSE SES PLAIES"

Oui, ces blessures douloureuses et chanceuses sont la première chose qui requiert son
attention. L'infection de l'UA doit être supprimée et le péché détruit. Il peut lier chaque
ecchymose du cœur de manière si douce, en versant de l'huile et du vin.

"Mais, oh!" vous dites: "Je ne semble pas avoir le sentiment et le tendre désir du Sauveur
que je devrais avoir. Mon cœur semble dur et ma conscience émoussée." Oui je sais; c'est
à cause de ces affreuses blessures, l'indifférence, l'insensibilité et l'obstination, mais ne
vous laissez pas décourager de faire appel au Seigneur, car quand il viendra, il apportera
avec lui sa cruche d'huile et adoucira chaque plaie endurcie, faisant de votre cœur
tendre, et inondant votre âme de l'amour d'autrefois.

"Oh, mais je ne semble pas avoir de force. Mon énergie spirituelle semble être si faible et
si faible." Eh bien, louez le Seigneur! Il apporte également son vin avec lui. Il ravivera et
ramènera la vie et la force par l'accélération de Son Esprit.

"ET L’AS MIS SUR SA PROPRE BÊTE"

201
Combien d'âmes pauvres et timides, s'arrêtant entre deux opinions, tremblant à la vue
de la fosse béante devant elles, et craignant pourtant de se confier aux mains tendres du
Seigneur, disent:

"Oh, je mets tant de temps à être chrétien, mais j'ai peur de ne pas pouvoir tenir le coup.
J'ai peur de ne pas pouvoir m'accrocher à ma profession." Alléluia!

J'ai de si bonnes nouvelles à vous annoncer. C'est un salut auquel vous n'avez pas besoin
de vous accrocher avec désespoir. Il vous soutiendra lui-même et vous gardera si vous
voulez, mais placez votre confiance en lui.

"Ceux qui ont confiance dans le Seigneur seront comme la montagne de Sion, qui ne peut
pas être enlevée, mais demeure éternellement." Ps. 125: 1.

Qu'auriez-vous pensé de ce bon Samaritain s'il était tombé sur le blessé et avait dit:

"Maintenant viens, mon homme; j'ai pensé tes blessures. J'ai versé de l'huile et. Ici à côté
de toi se tient la petite bête (le salut), le petit animal sur qui tu peux escalader la
montagne la plus accidentée sans glisser ou faire un Je veux que vous ramassiez cette
bête, la mettiez sur votre pauvre dos meurtri, reveniez sur les nombreux kilomètres
fatigués de Jérusalem avec ce fardeau sur votre épaule, et faites attention que vous ne le
laissiez pas tomber. "

C'est ce qu'il a dit? Non jamais! Il n'a pas demandé à l'homme de porter la bête, mais Il a
amené la bête pour porter l'homme. C'est pourquoi il l'a mis sur sa propre bête

"ET L’A ENVOYE A L’AUBERGE"

L'auberge est le lieu d'abri et de sécurité où ses blessures seront soignées en d'autres
termes, l'église de Dieu. C'est le bon Samaritain lui-même qui l'a amené à l'auberge; non
par ses propres luttes et ses faibles efforts, il y fut porté. Mettez votre cas entre les mains
de Jésus et il vous fera sortir de sa propre main et vous conduira d'une manière que vous
ne connaissez pas.

Des montagnes qui vous paraissaient infranchissables seront surmontées et vous serez
érigés sur des ailes comme un aigle sur chaque difficulté.

"ET A PRIS SOIN DE LUI."

Avez-vous déjà chanté ce refrain:

"Dieu prendra soin de vous,

Toute la journée, tout au long du chemin, il prendra soin de vous.

Ne soyez pas consterné, quoi qu'il en soit;

Dieu prendra soin de vous;

202
Dans ses bras d'amour demeure;

Dieu prendra soin de vous"?

On ne peut jamais décrire la tendre et aimante sollicitude et l'attention du bon berger


sur ses petits agneaux du bon samaritain sur l'âme blessée. Sa patience et son amour
sont sans limites. Il pourvoira à tous les besoins du corps, de l'âme et de l'esprit.

"ENSUITE IL EST PARTi"

Oui, il vint le jour où, après que Jésus eut parcouru tout le chemin du Ciel à la terre, et de
la crèche à la croix; après avoir nourri les multitudes et guéri les malades, réconforté les
cœurs brisés, pris la place du pécheur et versé chaque goutte de sang Plis pour la
rédemption d'un monde perdu, vaincu la mort et la tombe, il a accompli la parole qui Il
avait parlé à ses disciples en disant:

"Vous avez entendu ce que je vous ai dit, je m'en vais et je reviens vers vous. Si vous
m'aimiez, vous vous réjouiriez parce que j'ai dit: je vais au Père, car mon Père est plus
grand que moi." Jean 14:28.

"Il vous est avantageux que je m'en aille; car si je ne m'en vais pas, le Consolateur ne
viendra pas vers vous; mais si je PARTIR, je vous l'enverrai." Jean 16: 7. Et c'est ainsi que
le lendemain, "tandis qu'ils voyaient, il fut enlevé et une nuée le reçut hors de leur vue"
Mais avant son départ, le Sauveur attentionné, qui pourvoyait toujours à notre bien,

"TENEZ DEUX PIECES"

(Salut et baptême du Saint-Esprit).

Deux pence était un jour de salaire à ce moment-là; donc Il en a laissé assez pour
subvenir aux besoins de toute cette journée. Louez son nom.

"ET LES A DONNÉ À L'HÔTE:"

L'hôte de votre auberge, le prédicateur de votre église, a-t-il fidèlement dépensé et


prêché ces deux pieces, en dispensant tout ce qui assure votre confort? Beaucoup
d'hôtes retiennent un sou et sentent que lorsqu'ils ont prêché le salut et le repentir, ils
ont donné à l'homme tout ce dont il a besoin et pour son bien. Si c'est ce que votre
prédicateur a fait, vous devriez aller vers lui et lui demander ce qu'il a fait avec cet autre
sou, pourquoi il ne prêche pas le baptême du Saint-Esprit selon Actes 2: 4 Pierre, qui a
servi d'hôte aux trois mille le jour de la Pentecôte, a distribué les deux sous librement
comme il l'a dit:

203
«Repentez-vous et soyez baptisés, chacun de vous, au nom de Jésus-Christ, pour la
rémission des péchés»;

"Et tu recevras le don du Saint-Esprit" . Actes 2:38.

"ET DIT, PRENEZ SOIN DE LUI"

Intendants, hôtes et pasteurs, vous êtes responsables devant Dieu de la façon dont vous
prêchez la Parole.

Il y a suffisamment de pouvoir, d'encouragement et de grâce dans le

Parole de Dieu pour prendre soin et soutenir tous ceux qui viennent sous votre
enseignement, si vous prêchez la Parole dans son intégralité, et ils obéiront.

"CE QUE VOUS DÉPENSEZ EN PLUS:"

Ces paroles nous ouvrent une telle vis ta de gloire, des hectares illimités de terre
promise, avec les fruits de l'Esprit, les raisins succulents, et la terre qui coule avec du lait
et du miel, un océan de bénédiction sans limites et insondable, de telles hauteurs et
profondeurs, de telles longueurs et largeurs dans le grand amour insondable de Dieu,
que nous crions

"La moitié n'a encore jamais été racontée."

"Tout ce que tu dépense plus"; pourquoi, cher cœur, le salut et le baptême du Saint-
Esprit ne sont que le début des premiers pas de l'enfant nouveau-né dans le royaume de
l'Esprit juste les a, b, c de l'évangile. Vivre sans salut par le sang de Jésus et le baptême
du Saint-Esprit selon Actes 2: 4, c'est vivre dans une condition anormale nulle part
enregistrée dans la Parole de Dieu. Devant vous se trouvent les dons, les fruits et les
grâces de l'Esprit, et une vie qu'il désire changer de gloire en gloire jusqu'à ce qu'il nous
ait amenés à la perfection et puisse nous présenter au Père sans défaut, sans tache ni
ride.

"QUAND JE REVIENDRAIS"

Eh bien, bien-aimé! Il revient encore !! Celui dont les promesses sont connues pour ne
jamais manquer n'a-t-il pas dit:

"Si je pars, je reviendrai, et je vous recevrai à moi-même"? Jean 14: 3. Et quand les
disciples l'avaient observé jusqu'à ce que les nuages l'aient reçu hors de leur vue, les
deux hommes qui se tenaient à côté de lui, vêtus de vêtements blancs, n'ont-ils pas dit:

204
"Hommes de Galilée, pourquoi vous levez-vous les yeux au ciel? Ce même Jésus, qui vous
est enlevé au ciel, viendra de la même manière que vous l'avez vu aller au ciel." Actes
1:11.

L'apôtre Paul n'a-t-il pas déclaré que «le Seigneur lui-même descendra du ciel avec un
cri, avec la voix de l'archange et avec l'atout de Dieu; et les morts en Christ
ressusciteront en premier: alors nous qui sommes vivants et qui resterons être pris
ensemble avec eux dans les nuages, pour rencontrer le Seigneur dans les airs: et ainsi
nous serons toujours avec le Seigneur. " I Thess. 4:16, 17. Ne nous at-il pas dit de nous
réconforter les uns les autres avec ces paroles?

Le Seigneur n'a-t-il pas parlé par Jean sur l'île de Patmos, disant:

", je viens bientot." Et l'Esprit ne parle-t-il pas aujourd'hui dans le monde entier, à
travers des vases cédés:

"Voici, Jésus arrive bientôt; préparez-vous à Le rencontrer"

"Quand je reviendrai" Oh, quel jour glorieux ce sera quand nous contemplerons face
ouverte la beauté du bon Samaritain, notre divin Rédempteur et Sauveur. "Et quand je
reviendrai, JE VOUS REMBOURSERAI"

Pourquoi! Juste un aperçu de son beau visage plus juste que les lis, plus brillant que le
soleil juste un sourire de ses yeux tendres juste un "bien fait", et nous serions un million
de fois remboursés pour tout petit travail d'amour qui n'est rien mais notre raisonnable
service quand tout est dit et fait.

Oh, cher rétrograde, et Oh, cher pécheur, ne diras-tu pas le mot tout à l'heure:

"Seigneur, sauve-moi." Il se tient juste à côté de toi. Il entendra le moindre cri; Son
glorieux salut est prêt à vous porter au refuge sûr de l'auberge. Il attend de prendre soin
de vous et de veiller sur vous, et enfin, quand Il reviendra, de vous emmener habiter
avec Lui pour toujours.

"Venez, âme fatiguée, par le péché opprimé, Il y a miséricorde avec le Seigneur;

Et Il vous donnera sûrement du repos,

En faisant confiance à sa parole.

"Ne lui faire confiance qu'en lui faire confiance;

Ayez confiance en Lui maintenant.

Il vous sauvera; Il vous sauvera;

Il vous sauvera maintenant. "

205
C'ÉTAIT juste après avoir fini de prêcher l'autre soir, que pendant le service à l'autel,
alors qu'une chanson d'invitation était chantée, je suis descendu à travers le public en
invitant les pécheurs à l'autel. Parmi les autres avec qui j'avais affaire, je suis venu vers
un jeune homme qui a répondu à mon invitation de donner son cœur à Jésus en disant:

"O, sœur, si je pouvais si seulement je pouvais croire!

Mais je n'ai jamais vu ou ressenti la présence du Seigneur dans ma vie; Je n'ai jamais
entendu sa voix ni été conscient de ses relations avec moi. "

Peu de temps après, le Seigneur a donné un message en langues et son interprétation qui
m'ont amené à beaucoup réfléchir. Quelle lenteur de cœur a le monde entier a
reconnaître la présence, les orientations et les agissements du Seigneur!

"Le bœuf connaît son propriétaire, et l'âne le berceau de son maître: mais Israël ne sait
pas, mon peuple n'envisage pas." Pendant des milliers d'années, Dieu a marché avec son
peuple, mais ils n'ont pas compris ou reconnu sa présence. Le monde d'aujourd'hui, et
même de nombreux enfants du Seigneur, ne reconnaissent pas les pas majestueux du
roi.

De retour dans le jardin d'Eden, Dieu a marché avec Adam. Il avait envie de marcher
avec lui et de communier avec lui dans une communion ininterrompue; mais Adam et
Eve ont échoué à comprendre le grand plan et le grand dessein de Dieu, et désobéissant
misérablement à Lui, ont perdu le jardin d'Eden.

Dieu a marché avec les enfants d'Israël pendant que Moïse les conduisait à travers la
mer Rouge. Il a marché avec eux à travers le desert; Se révélant par la colonne de feu et
le nuage. Il est venu vers eux comme une manne du ciel; Il leur fut manifesté comme un
Rocher qui les suivait, et d'où jaillissait l'eau claire et vivante de la vie. Il a tonné sa voix
depuis le mont Sinaï, mais son peuple n'a pas vraiment compris et de reconnaître les
directions et les manifestations du grand Dieu omniprésent. Ils ont murmuré et se sont
rebellés, et ont pris du retard jusqu'à ce qu'ils soient loin de la Terre Promise.

Dieu a visité Pharaon et a marché dans son pays.

Il traversa son palais et visita la maison la plus humble. Lorsque Pharaon n'a pas voulu
écouter sa voix, Dieu a parlé à travers des plaies et des pestes. Dieu a parcouru son pays
sans pas incertain, laissant les empreintes de ses pieds dans chaque maison; mais tous
n'ont pas compris ou reconnu les relations et la présence de Jéhovah.

Quelqu'un dit: "O! Mais si je pouvais seulement Le voir, ou qu'une manifestation claire et
indubitable se produirait à mes yeux, je pourrais croire." Mais, mon cher, si vous ne
pouvez pas Le reconnaître à travers Sa Parole et les manifestations actuelles, vous ne
croiriez pas même si l'on doit ressusciter d'entre les morts.

206
Jésus est venu et a marché avec son peuple, s'est éloigné du trône de son Père; tout le
chemin du ciel à la terre. Il marchait dans une réalité charnelle et visible parmi les gens
de cette terre, mais le monde ne le reconnaîtrait pas ou ne croirait pas en lui.

Il est né dans une crèche. Il a vécu dans la maison de son père pendant trente années,
mais le rond-point mondial n'a pas été incité à croire qu'il ne comprenait pas. Il est entré
au milieu des professeurs du temple à l'âge de douze ans. Ils s'émerveillèrent de ses
paroles, mais avec toute leur sagesse et leur compréhension, même ils ne reconnurent
pas leur Seigneur. Il a marché à travers la foule, et dans le fleuve du Jourdain pour être
baptisé de Jean, mais même si l'Esprit est descendu sur Lui sous une forme corporelle
comme une colombe, et même si la voix du Père a parlé à haute voix des cieux, "Ceci est
mon Fils bien-aimé "ils ne comprenaient toujours pas mais lent de cœur et paresseux de
compréhension, ils ont dit:" Un ange a parlé "ou" Il a tonné ".

Pendant les trois années suivantes, Jésus a marché au milieu de son peuple. Il a fait des
signes et des prodiges; Il a guéri les malades, nettoyé les lépreux, ressuscité les morts,
mais, à travers lui, tout le monde incrédule a échoué à comprendre, à croire ou à
reconnaître l'Agneau de Dieu pur et sans tache, se déplaçant au milieu d'eux. Il a
traversé la foule de la ville; Il est entré dans la maison solitaire; Il a prêché sur terre et
sur mer à la multitude et à la femme seule au puits; mais peu, O si peu, l'ont reconnu et
ont cru que c'était le Seigneur.

Il se tenait bien en vue au milieu de la foule raciste, comme un lis parmi les thoms, un
agneau parmi les loups, mais ils ne comprenaient pas. Ponce Pilate était proche de la
vérité quand il a posé la question: "Es-tu le roi des Juifs?" Le grand prêtre était près de la
lumière quand il a demandé:

"Es-tu le Christ, le Fils des Bienheureux?" mais aucun d'eux n'a vraiment reconnu ou
compris l'importance de la réponse de Jésus, ni ne savait qu'il était le Fils de Dieu.

Il gravit la colline du Calvaire, portant sa croix.

Il a été élevé entre le ciel et la terre alors qu'il priait: "Père, pardonne-leur, ils ne savent
pas ce qu'ils font." Mais bien que les rochers se déchirent, et la terre trembla; bien que le
voile du temple soit déchiré en deux du haut vers le bas; bien que de nombreuses
tombes furent ouvertes et que les corps des saints qui dormaient se levèrent; bien que le
soleil ait caché son visage et que les cieux étaient remplis de noirceur, toujours, aussi
incroyable que cela puisse paraître, les spectateurs de Jérusalem dans son ensemble
n'ont pas compris ni cru que ce Jésus était le Fils de Dieu.

Avec quelle ignorance pitoyable et incompréhension totale ils scellèrent sa tombe et


stationnèrent les soldats romains pour garder la porte de la tombe du Seigneur des cieux
et de la terre. Ensuite, bien que la pierre ait été roulée, et que la terre même ait
abandonné ses morts, et les soldats eux-mêmes ont été frappes par la puissance de Dieu,
les gens autour ont refusé de reconnaître le Seigneur.

207
Même Marie, lorsqu'elle l'a rencontré pour la première fois dans le jardin après sa
résurrection, n'a pas reconnu son Seigneur et l'a confondu avec le jardinier. Combien de
fois aujourd'hui, même ceux à qui il est plus cher que tous les autres, ne reconnaissent
pas sa forme et son pas, alors qu'il se promène dans le jardin de leur vie.

Il a marché avec ses disciples en passant, mais leurs yeux étaient fixés et ils ne l'ont pas
connu; même si leurs cœurs brûlaient en eux alors qu'il leur parlait en passant, ils ne
l'ont pas reconnu. Thomas a refusé de croire l'évidence de ses propres yeux et Jésus a dû
lui offrir une poussée dans sa main, pour Le manipuler et voir que c'était vraiment Lui-
même, avant de croire.

Il a été vu de plus de cinq cents frères à la fois, après sa résurrection; Il a été rattrapé et
un nuage l'a reçu hors de la vue de ceux qui regardaient en bas, et pourtant après tout, il
n'y avait qu'environ cent vingt qui ont vraiment suivi la chambre haute pour s'attendre
au Saint-Esprit.

Comme il a été patient avec notre stupidité et nos cœurs lents et incrédules! Comme son
cœur doit souffrir alors qu'aujourd'hui encore le monde se précipite aveuglément vers la
destruction de son corps crucifié et refuse de comprendre. Écoutez-le dire:

"Ô Jérusalem! Jérusalem! Combien de fois aurais-je pu te rassembler comme une poule
rassemble sa couvée sous son aile, mais vous ne le feriez pas ! "

Il parle aujourd'hui avec la voix de dix mille mille canons. Il parle à travers les fléaux et
les pestes, à travers le sang, le poisson et la vapeur de fumée. Ses pas résonnent sur les
sommets des collines et à travers les vallées sans marche incertaine. Il marche dans les
rues de la ville. Dans le manoir Sa main prend à nouveau le premier-né et dans les
immeubles, le cœur des mères saigne pour les fils tués à l'épée. Ses pas tombent à pas
lourds sur le champ de bataille, parmi ceux torturés par balle et par obus; Ses pieds
marchent doucement à travers les longues barrières de sang, de gémissements et de
mort. Il saute sur les collines. Il se tient derrière nos murs. Il regarde le réseau. Il se tient
juste à côté de vous en lisant ces mots. Il parle à votre cœur: "Crois en moi et tu seras
sauvé."

AVEZ-VOUS MANQUE DE COMPRHENSION

208
N'a pas reconnu le Fils de Dieu n'a pas reconnu ses relations dans votre vie? Il parle
tantôt par la maladie, tantôt par l'enlèvement d'un être cher, tantôt par l'épreuve et le
chagrin. Oh, as-tu reconnu ton Seigneur si longtemps avec toi et tu ne l'as pas su?

Il vous appelle tout à l'heure au repentir, vous appelle à repousser le mal de vos actions,
à être lavé dans le sang de l'Agneau. Il vous appelle à être rempli de l'Esprit et à vous
préparer à Le rencontrer dans les airs. Une fois vos yeux ouverts, vous Le verrez de
toutes parts.

Si le monde ne peut pas le voir dans cette crise actuelle, s'il ne peut pas entendre sa voix
maintenant dans le vacarme de la chauve-souris, il ne comprendra jamais jusqu'à ce qu'il
se réveille pour se tenir devant le juge des rapides et des morts. Alors les hommes
demanderont que les rochers et les montagnes tombent sur eux et les cachent à la face
de Celui qui est assis sur le trône.

O cher cœur, arrache le bandage que le diable a mis sur tes yeux, et vois Jésus
MAINTENANT. Ouvrez vos oreilles et entendez-le vous appeler, afin que vous ne
participiez pas au châtiment de ceux qui n'ont pas les oreilles. et les yeux ne voient pas
Jésus leur Sauveur, la porte de l'évasion.

LES LIENS DE LA LIBERTE "PAR LÀ"

(Inspiré par l'appel de notre pays pour le troisième prêt Liberty, avril 1918.)

La Grande Guerre mondiale Le besoin de sacrifices et de fonds Les discours patriotiques


ne suffiront pas; Dons réels et littéraux nécessaires Le premier, le deuxième et le
troisième appel pour les emprunts Liberty Liberty Bonds, ou Devil Bondage Liberty
Bonds et la sécurité portant intérêt - La seule façon de se rendre là-bas

PRATIQUEMENT partout où l'on regarde aujourd'hui sont de sombres rappels de la


guerre mondiale, de ses horreurs et du besoin de sacrifice et de loyauté à cette heure
éprouvante. Des drapeaux de service nous viennent des portes des maisons d'où des
êtres chers ont quitté "là-bas". Les affiches nous appellent des fenêtres des magasins et
des bureaux. L'appel à acheter des Liberty Bonds nous parle à haute voix depuis les
pages de tous les journaux, rappelant aux citoyens de notre belle terre la nécessité vitale
de sacrifier et d'accorder des prêts de liberté au gouvernement.

En échange de chaque prêt Liberty, une caution de liberté est abonné. Ce lien de liberté
est une garantie portant intérêt, avec les États-Unis d'Amérique derrière lui. On se rend
de plus en plus compte chaque jour que cette guerre ne peut pas être menée sans
sacrifices et sans argent, car le dos des grandes armées de cette nation se rendant
maintenant en France, se dressant comme le grand rempart sur lequel la tempête de
cette guerre doit se dépenser, est la solidité financière de l'informatique. S. A., dont les
termes numériques véritables et actifs sont Liberty Bonds. Le don réel est nécessaire;
même le discours le plus patriotique ne paiera pas les dettes contractées par la guerre.
Le sacrifice et le don sont absolument essentiels.

209
La lutte herculéenne de la bataille à mort qui se déroule actuellement dans le domaine
du monde est analogue à celle qui se déroule actuellement dans le domaine spirituel.

La grande guerre séculaire entre la justice et l'injustice est amenée à son dernier point
culminant ces derniers jours. Nous luttons contre un puissant, un rusé et un ennemi
trompeur qui tromperait les élus mêmes, si cela était possible.

Depuis qu'il est apparu à Eve dans le jardin d'Eden, déguisé en serpent, prononçant de
belles paroles et tissant des mensonges, il se bat, ment et trompe tous ceux qui
voudraient écouter ses paroles.

Bien que l'ennemi ait mené une lutte incessante depuis le début, il n'y a jamais eu un
moment où ses troupes démoniaques ont été mobilisées et combattent en formation
massive comme aujourd'hui. Le temps du vieux diable est court, ses jours de règne et de
pouvoir sont comptés, car le roi Jésus renversera bientôt son trône terrestre, le
dépouillera de son pouvoir, le liera avec des chaînes et le jettera dans la fosse sans fond.
Entre-temps, la batte fera rage avec une ferveur et une intensité toujours croissantes,
comme un tourbillon, prenant de l'ampleur alors qu'elle pleure sur et à travers le monde
frappé.

Nous sommes dans cette guerre en tant que soldats de Jésus et en tant que citoyens de
ce pays là-bas. Cette guerre taxera au maximum chaque vainqueur. Nous ne pouvons
gagner que lorsque nous demeurons en Jésus et nous sacrifions, tous, librement à ervice.
Nous allons gagner, mais pas facilement non sans en payer le prix et en combattant le
bon combat de la foi. Nous qui avons décidé par la puissance de l'Esprit de vaincre et de
vaincre jusqu'à ce que nous arrivions là-bas, nous devons gagner par un sacrifice de tout
cœur en accordant de grands "emprunts de liberté" au Seigneur et en recevant nos
"obligations de liberté" comme sécurité éternelle terre promise "là-bas".

Notre Roi Jésus appelle à la LIBERTÉ

PRÊTS de tous ses fidèles sujets qui ont l'intention d'aller "là-bas"

pour régner , couronné de la couronne du vainqueur, donc:

ACHETEZ-moi de l'or epuré dans le feu,

Une couronne de justice que le Seigneur vous donnera en ce jour-là.

Restez ferme, donc

LA LIBERTÉ de Christ vous a rendu libre.

Et surtout toutes choses soit basée sur la charité,

qui est le LIEN de perfection.

210
Celui qui prête au Seigneur est sage. Il appelle son peuple à souscrire généreusement à
son temps, à son amour, à ses moyens, à ses louanges, à sa loyauté et à son patriotisme
envers son royaume, ses corps, ses soûls et ses esprits. Tout comme notre pays lance
aujourd'hui un appel au troisième prêt pour la liberté, de même, à travers le Saint-Esprit,
le troisième appel pour des prêts pour la liberté et l'achat d'obligations pour la liberté se
poursuit dans le domaine spirituel.

LE PREMIER APPEL POUR LES PRÊTS DE LIBERTÉ Est parti pendant la dispensation du
Père.

Beaucoup ont souscrit généreusement à leur vie, à leur amour et à leurs sacrifices, et en
retour ont obtenu des obligations éternelles de liberté garantissant un intérêt infini
mille fois pour cette terre de gloire "là-bas". En réponse à l'appel du Père, beaucoup se
sont avancés, sans compter aucun sacrifice, aucun prêt trop important.

Abraham, appelé à contribuer de sa loyauté et de son obéissance indéfectibles à l'appel


divin, a manifesté son amour suprême et sa volonté de se sacrifier en déposant son fils
unique, Isaac, sur l'autel.

Daniel entra dans la fosse aux lions.

Les trois enfants hébreux sont entrés dans la cheminée ardente.

Joseph a enduré la prison.

Job a enduré la souffrance et le deuil. Et ainsi nous pourrions continuer indéfiniment à


énumérer ceux qui, lors de la dispensation du Père, ont répondu au premier appel pour
des prêts de liberté et ont reçu en échange des obligations de liberté portant intérêt.

Nous nous rappelons également l'énorme intérêt qui a été payé sur ces obligations,
même dans ce monde.

ABRAHAM a fait son prêt pour la liberté et, au lieu de garder sa propre liberté et de dire:

"Non, Isaac est à moi, mon temps est à moi; je ne céderai pas cette liberté, mais je
garderai mon fils et ma vie et mon temps pour moi, il a donné tout ce qu'il avait comme
un prêt de liberté à son Dieu, et a reçu en reprendre un Liberty Bond qui a commencé à
porter un intérêt immédiat, car l'ange a déclaré:

"Parce que tu as fait cette chose et que tu n'as pas caché ton fils, ton fils unique, en te
bénissant je te bénirai, et en te multipliant je te multiplierai, ta semence sera comme les
étoiles du ciel, et ta semence sera toute la Que les nations de la terre soient bénies, car tu
as obéi à ma voix. "

DANIEL. En échange du grand prêt à la liberté sacrificiel de Daniel, dans lequel il a prêté
tout son corps, son âme et son esprit à son Dieu et est entré dans la fosse aux lions, il a
reçu un Liberty Bond, un certificat portant intérêt. Cet intérêt a commencé tout de suite;

211
non seulement il fut libéré, mais il reçut l'honneur et «prospéra sous le règne de Darius
et sous le règne de Cyrus».

LES TROIS Quant aux trois enfants hébreux, HÉBREUX, eux aussi ont reçu des ENFANTS
à intérêt immédiat sur leurs emprunts de liberté. Ils sont entrés dans la fournaise
ardente dans les liens de Nabuchodonosor, mais par leur sacrifice et leur obéissance,
leurs liens se sont effondrés, et ils ont été sortis du four avec aucun autre lien que les
obligations de la liberté dont l'intérêt a commencé immédiatement lorsque le roi les a
promus dans la province de Babylone.

JOSEPH. Le sacrifice et le prêt à la liberté de Joseph, par lesquels il a perdu sa liberté et a


été jeté en prison, ont acheté un Liberty Bond qui a également payé de merveilleux
intérêts. Pharaon a dit à Joseph:

"Tu seras au-dessus de ma maison, et selon ta parole tout mon peuple sera gouverné"
etc., et Pharaon ôta la bague de sa main et la mit sur la main de Joseph.

JOB était fidèle à Dieu? et a fait son grand Liberty Loan, par la douleur et le chagrin, par
le deuil et la perte terrestre, jusqu'à ce qu'il reçoive lui aussi son Liberty Bond avec
intérêt, "car le Seigneur a donné à Job deux fois plus qu'auparavant. Le Seigneur a donc
béni ce dernier fin de Job plus que son commencement, car il avait quatorze mille brebis,
six mille chameaux, mille joug de bœufs et mille ânes, il avait aussi sept fils et trois filles.
Job mourut, étant vieux et plein. de jours "et est allé" là-bas "pour récolter sa
récompense et demeurer dans la joie pour toujours.

HANNAH. Le grand prêt Liberty d'Hannah, quand elle lui a prêté

fils, Samuel, à

le Seigneur, et bien d'autres exemples trop nombreux pour être mentionnés, inondent
nos esprits lorsque nous pensons à ce premier appel à la Liberté qui a été lancé lors de la
dispensation du Père.

DEUXIÈME APPEL À PRÊTS DE LIBERTÉ

Lors de la dispensation du Fils, le deuxième appel à Liberty Loans a été lancé. Ceux qui
ont répondu et laissé tout f ollow Jésus reçut immédiatement de l'intérêt pour son
sacrifice. Ceux qui ont laissé leurs filets de pêche ont reçu bien mieux; ils sont devenus
des pêcheurs d'hommes. À ceux qui ont quitté maisons et terres et amis pour suivre
Jésus, il a dit:

"Quiconque a abandonné des maisons, des frères, des sœurs, des pères, des mères, des
épouses, des enfants ou des terres, à cause de mon nom, recevra cent fois et héritera de
la vie éternelle." Au lieu de réclamer un droit à leur propre liberté charnelle dans ce
monde, la liberté de vivre leur propre vie égocentrique, les disciples et les disciples de
Jésus ont prêté leur liberté au Seigneur afin que la grande bataille puisse être menée et
qu'ils puissent atteindre à cette gloire très excellente "Là-bas".

212
Beaucoup sont appelés mais peu sont choisis, et bien que cet appel ait été envoyé à
beaucoup, relativement peu ont répondu. Le jeune homme riche qui a été invité à faire
son prêt Liberty en vendant tout ce qu'il avait et en donnant aux pauvres et en suivant
désormais le doux et humble Jésus, "est parti en peine".

JUDAS, pour un petit gain terrestre, a vendu son droit à l'éternel Liberty Bond, et son
droit de régner «Là-bas».

À travers le court ministère du Sauveur dans ce monde, cependant, il y en a eu quelques-


uns qui ont entendu l'appel à Liberty Loans et y ont répondu, et sont partis tous pour le
suivre. Sur ce nombre, nous pourrions citer quelques très rares cas enregistrés dans la
Parole.

PETER a cédé sa liberté au Seigneur, et laissant tout pour suivre les directives de son
Maître, a obtenu son Liberty Bond, l'assurance de régner avec Jésus; et ni coups de fouet,
rayures multiples, emprisonnements, ni même mort, tête en bas sur la croix, ne
pouvaient le faire se séparer de ce Liberty Bond, et de son espoir d'aller «là-bas».

STEPHEN a fait son Liberty Loan au Seigneur, soutenant même jusqu'à la mort pour son

liberté et liberté "Là-bas", liberté et liberté achetées par Jésus sur la croix. Shordy avant
de s'agenouiller sur le sol et les pierres volaient dans les airs, et pleuvait avec un bruit
écœurant sur son corps vaillant, son âme, regardant à travers les fenêtres de sa vision, a
vu "les cieux ouverts, et le fils de l'homme debout à la droite de Dieu "Il avait vu une
vision de la terre" Là-bas ".

PAUL a fait un prêt de liberté au Seigneur, et au lieu de se réserver la liberté de vivre sa


propre vie et de marcher en faveur et en l'honneur du peuple de son pays, il a renoncé à
cette liberté pour le Sauveur qui l'avait appelé "comme l'un des en temps voulu. " Il a
reçu en échange son Liberty Bond en garantie et a déclaré que "ni la mort ni la vie, ni les
anges, ni les principautés, ni les pouvoirs, ni les choses présentes, ni les choses à venir, ni
la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne devraient pouvoir le séparer de
l'amour de Dieu, qui est en Christ Jésus notre Seigneur; " et plutôt que de se séparer de
son Liberty Bond, de son accord écrit et de sa promesse d'un héritage incorruptible, "Là-
bas", comme le révèle la Parole de Dieu, il a enduré le fouet, les chaînes de prison, les
cachots, la nudité et le péril, oui, même la mort elle-même, plutôt que d'être déloyal
envers son pays céleste et son roi. Il a prié ses frères de présenter leur corps comme un
sacrifice vivant, leur assurant que c'était leur service raisonnable.

On pourrait mentionner encore et encore, cas après cas, ceux qui ont fait des prêts
Liberty au Seigneur, donnant gratuitement de leur amour, de leurs louanges, de leur
temps et de leurs moyens lors du deuxième appel à Liberty Loans.

TROISIÈME APPEL À LA LIBERTÉ

213
Tout comme le troisième appel à Liberty Loans est lancé dans notre pays aujourd'hui,
c'est dans le domaine spirituel que le troisième appel est lancé.

Avec l'entrée en vigueur de la dispensation du Saint-Esprit a commencé le


retentissement du troisième appel aux prêts spirituels pour la liberté. Depuis mille neuf
cents ans, l'Esprit lance un appel aux hommes et aux femmes qui se présenteraient au
Seigneur, aux hommes et aux femmes qui sacrifieraient leur liberté à sa cause, aux
hommes et aux femmes qui, au lieu d'utiliser leur liberté pour faire ce qu'ils veulent et
vivre égoïstement pour eux seuls, renoncerait à cette liberté et en ferait un prêt de
liberté au Seigneur, estimant qu'ils n'étaient pas les leurs, mais qu'ils étaient achetés à
un prix, non pas d'argent ni d'or, mais le précieux sang de Jésus.

Ce ne sera probablement pas le dernier appel au Liberty Loans envoyé par le


gouvernement de notre nation, mais ce sera absolument le dernier appel envoyé par le
Roi du Ciel.

Avec la fermeture de cette dispense, le temps d'acheter des Liberty Bonds pour l'éternité
aura été rempli, car une fois que le bonhomme de la maison s'est levé et s'est refermé,
aucun homme ne pourra plus jamais l'ouvrir. Les heures d'ouverture seront terminées
et le Seigneur dira:

"Pourquoi donc n'as-tu pas donné mon argent à la banque, afin qu'à mon arrivée j'aurais
pu demander le mien avec usure Luc, 19-23.

Le temps de faire des prêts Liberty au Seigneur et de sécuriser ces obligations de liberté
éternelles est presque terminé, et ceux qui ont l'intention de surmonter toutes les
difficultés par sa grâce et de presser le vainqueur la récompense et le mariage de
l'Agneau, "Là-bas", devraient aujourd'hui souscrire au maximum de leurs capacités, de
possessions, de temps, d'amour et de louanges, afin qu'ils puissent garantir leurs
obligations de liberté leur permettant d'être parmi le nombre lorsque les braves des
soldats de la croix sont descendus dans les rues dorées de la Nouvelle Jérusalem, pour
ceux qui ne veulent pas quitter père et mère, les maisons et les terres à cause de lui ne
sont pas dignes d'être appelés ses disciples.

Depuis que ce grand troisième appel à la Liberté a été lancé par la puissance de l'Esprit,
des milliers de personnes ont répondu et ont tout abandonné pour Jésus. Des martyrs
ont été brûlés sur le bûcher, nourris aux lions jetés aux taureaux dans les arènes,
membre après membre sur la crémaillère, les yeux guillotinés brûlés et torturés de
manière indicible, mais malgré tous les dangers, ils se sont tenus debout et ont combattu
le bon combat de la foi, et ont défilé comme une glorieuse armée "Là-bas".

LA DERNIÈRE GRANDE LUTTE ENTRE LES L'OBSCURITÉ ET LA LUMIÈRE FAIT RAGE


AUJOURD'HUI COMME JAMAIS AUPARAVANT.

214
La victoire vient, par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, car les «royaumes de ce
monde» «deviendront les royaumes de notre Seigneur et de son Christ, et il régnera pour
toujours et à jamais». Rév.11: 15.

Si vous aspirez à être là-bas lorsque les soldats passeront par les portes et graviront les
rues dorées en triomphe, tandis que l'hostie angélique du Ciel applaudira et que les
groupes de musique jailliront dans la marche triomphante Si vous voulez rejoindre
l'éternelle chant des rachetés.

Si vous revendiquez le droit de saluer la bannière tachée de sang de Jésus-Christ, aucun


prix ne sera trop élevé, aucun sacrifice trop coûteux, aucun prêt de liberté trop
important pour la cause de Jésus-Christ aujourd'hui.

Vous ferez votre Prêt Liberté librement, et avec l'Amour qui ne cherche pas le sien.
"Vous donnerez tout votre corps, votre esprit et votre esprit à Son service aujourd'hui, et
vous accrocherez à vos liens de liberté, oui, vous" vous tiendrez donc fermement dans la
liberté dont le Christ vous a affranchi "et ne sera plus empêtré dans le joug de la
servitude.

(C'est soit Liberty Bonds, soit Devil Bondage.) Vous garantissez vos Liberty Bonds non
pas parce qu'ils paient de gros intérêts, non pas parce qu'ils sont l'investissement le plus
sûr sur terre, mais à cause de l'amour pour Celui qui est mort pour vous et s'est donné
librement pour votre rédemption, le plus grand du ciel ; Liberty Loan Jésus.

GUERRE MODERNE - "PRENDRE LE DESSUS"

MARS 1918

Enrôlement au revoir à tous - Changement de vêtements - Camp d'entraînement -


Embarquement sur le cuirassé de la foi - Navires ennemis - Le sous-marin - Les
dirigeables - Munitions et fournitures - Creusement de tranchées - Mortiers pour
l'artillerie lourde - Gaz toxiques et masques à gaz - De la victoire à la victoire.

La plus grande bataille que l'ennemi ait jamais menée est combattue aujourd'hui. Cette
battaille fait rage entre les enfants de Dieu qui ont décidé de passer avec Jésus et tous les
démons en enfer, car tous se dressent contre eux en ce moment. L'ennemi, sachant que
son temps est court, met tout en œuvre en son pouvoir et ce n'est que lorsque nous nous
maintenons bas aux pieds de Jésus et sous son sang que nous pourrons jamais résister à
ses assauts terrifiants.

Toutes les tactiques et tous les dispositifs connus de la guerre moderne sont employés
dans cette grande lutte finale d'aujourd'hui. La consommation de l'âge est proche, et tout
ce que l'ennemi va faire doit être fait rapidement. Par conséquent, maintenant comme
jamais auparavant, nous devons regarder et prier, être éveillés, être vigilants et obéir à
notre chef, le Saint-Esprit, qui a été envoyé par le Père pour nous donner du pouvoir
pendant cette dernière lutte herculéenne.

215
ENRÔLEMENT

Partout où l'on touche aujourd'hui, on trouve des affiches appelant à s'enrôler dans
l'armée et la marine. Les enfants de Dieu sont appelés par le Saint-Esprit à s'enrôler dans
l'armée du roi Jésus et à combattre comme de bons soldats sûrs d'une victoire certaine.
Le Seigneur n'appelle pas à la conscription ou au service forcé dans son armée, mais
exige un engagement volontaire et sincère à son service.

AU REVOIR À TOUS

Ceux qui ont entendu l'appel et sont prêts à lui obéir doivent dire au revoir à leur ancien
monde, au revoir aux anciens royaumes du péché, au revoir aux compagnons du monde,
au revoir au plaisir, aux affaires, aux relations, à tout cela entraverait ou dissuaderait
leur départ sans entrave dans l'armée du Seigneur.

GUERRE MODERNE C'est un appel à une vie de séparation, une vie où nous sommes
dans le monde et pourtant non participants de sa mondanité ou de sa frivolité.

CHANGEMENT DE VÊTEMENTS

Après avoir dit au revoir aux anciennes associations, nous sommes appelés à retirer
tous les vêtements civils. Chaque vêtement terrestre et pécheur doit être mis de côté
pour toujours, que ce soit une robe teinte en profondeur avec des taches de péché, ou un
manteau de moralité blanchi à la chaux; ils doivent être abandonnés avant que toute
l'armure de notre Dieu soit mise.

"C'est pourquoi, prenez pour vous toute l'armure de Dieu, afin que vous puissiez résister
au mauvais jour, et ayant tout fait pour vous tenir debout. Tenez-vous donc, ayant vos
reins ceints de vérité, et ayant sur la cuirasse de la justice et vos pieds chaussés avec la
préparation de l'évangile de la paix; en prenant le bouclier de la foi, grâce auquel vous
pourrez éteindre toutes les flèches enflammées des méchants, et prendre le casque du
salut et l'épée de l'Esprit, qui est la Parole de Dieu. "

Éphésiens 6: 13-17.

LE CAMP D'ENTRAÎNEMENT Vient ensuite la vie au camp d'entraînement. Ce camp


d'entraînement peut avoir lieu dans notre cuisine, au bureau, en magasin ou sur le
terrain, mais c'est tout autant une école d'entraînement que s'il était rempli de casernes
et de parades. De longs jours fastidieux peuvent suivre; jours de forage et de marche;
journées de pratique et d'étude; jours de faire la même chose encore et encore jusqu'à ce
que nous apprenions à bien le faire et en parfaite union et harmonie avec le reste des
soldats de Dieu; les jours où les muscles spirituels qui ne sont pas habitués à résister à
l'ennemi souffrent et crient au repos. Mais à travers toutes les épreuves et les épreuves
les plus sévères, si nous voyons ainsi sa main diriger et guider, si nous levons les yeux et
contemplons "sa bannière au-dessus de nous, c'est l'amour" afin qu'il y ait la paix et le
contentement et le désir d'apprendre nos leçons eh bien, nous sommes encouragés à

216
être de bons soldats et victorieux dans chaque bataille. Oh, ces jours de grillades au
camp d'entraînement! quand on nous enseigne que "celui qui maitrise son propre esprit
est plus grand que celui qui conquiert une ville". Notre capitaine emmène chacun à
travers cette expérience.

EMBARQUER SUR LE BATAILLE DE LA FOI

Enfin, un jour, nous embarquons sur le cuirassé de la FOI. Tout le monde est hors de vue
et nous ressentons notre impuissance et notre totale dépendance à son égard comme
jamais auparavant. L'Esprit nous avertit qu'il y a des navires ennemis cachés derrière ce
brouillard de doutes et d'insouciance, et une surveillance constante et la mise en place
d'une garde constante sont nécessaires.

NAVIRES ENNEMIS

Tout à coup, alors que nous regardons à travers les verres de discernement et de soin,
nous voyons un grand cuirassé se poser sur nous, peint terne, et se fondant si
innocemment dans les environs que sans le recours à l'Esprit, nous n'aurions pu le
reconnaître que trop tard.

Sur ce Cornes crachant la mort et la défaite à chaque échappatoire, mais les tirs de
reprise de la face de la Parole de Dieu sont suffisants et assez terribles lorsqu'ils sont
tirés par les gros canons de

"FOI" et "HUMILITÉ" pour couler tout navire qui pourrait venir contre les enfants de
Dieu.

LE SOUS-MARIN Parfois, l'ennemi vient ouvertement, chevauchant les vagues de notre


vie quotidienne; mais le plus souvent, alors que les jours périlleux et mauvais
continuent, il nous arrive sous les vagues d'une manière cachée, subtile et sous-marine.
Ce n'est que l'enfant sincère et éveillé de Dieu dont l'œil cherche la vague qui détectera
la montée du petit périscope, alors que l'ennemi cherche à trouver sa portée et
décharger ses torpilles de courage, de doutes et de tâtions de température écrasantes.
Mais alléluia à Jésus, il a quelques destroyers sous-marins qui peuvent détourner et
exploser tous les tours du diable.

Il y a le destructeur sous-marin de «Prière», les destructeurs de «Espoir», «Foi» et


«Amour», le destructeur de «Louange» et la grande Parole de Dieu, ceux-ci mettent tous
les ennemis en fuite, et sans ceux-ci protecteurs, vous ne pouvez pas résister à une
attaque de l'ennemi ces derniers jours.

Les navires envoient des signaux de détresse, les navires coulent tout autour de nous
aujourd'hui à cause de leur manque de vigilance ou de leur manque de prière.

Il n'y a pas d'échappatoire, pas d'autre voie qui mène au but du vainqueur, car la seule
voie mène à travers la zone de guerre. Dieu appelle les vainqueurs, pas les lâches, à
régner avec Lui sur Son trône.

217
Regardez et priez. Priez sans cesse et remerciez en tout. Que vos yeux soient oints de
discernement spirituel, et peu importe comment l'ennemi cherchera à camoufler ses
vaisseaux ou son territoire, vous ne serez jamais trompé.

LEURS VOLS

Parfois, le ciel au-dessus de vous sur terre ou sur mer peut être rempli d'avions ennemis,
car les principautés et les puissances de l'air sont aujourd'hui contre nous comme jamais
auparavant; mais si nous demeurons en lui et lui obéissons dans l'humilité, il n'y a pas
d'ennemi qui puisse plonger si bas ou larguer une bombe de tromperie, de mauvaises
suggestions, de faux enseignements ou de découragement mais qui sera abaissé et
provoqué par une défaite flamboyante. des canons de vigilance et de prière montèrent
sur la puissance du nom de Jésus et tournèrent vers le ciel.

Il y a des jours où nous atteignons la terre, et notre chemin mène au-dessus des champs
de bataille de tir. Là, avec des cœurs attristés, nous voyons les restes de nombreux
anciens camarades gisant sur nous, mais notre chef parle, disant, bien qu'un millier
puisse tomber d'une main et dix mille de l'autre qu'il nous mènera si nous cherchons
Son visage et se cacher en Lui.

MUNITIONS ET FOURNITURES Avant d'entrer dans les grands champs de bataille, nous
devons nous assurer que nous emportons avec nous beaucoup de munitions et
beaucoup de nourriture solide et nourrissante.

De légères bénédictions de surface et des joies effervescentes ne font pas de bons


aliments de combat pour les soldats. Le blé et les graisses sont nécessaires. Assurez-vous
donc de prendre avec vous une bonne provision de blé de la Parole de Dieu et de vous
nourrir dans un pâturage gras des choses profondes de Dieu.

CREUSE DE TRANCHEES

Il y aura de nombreuses longues journées de creusement de tranchées pendant que vous


descendez dans l'humilité et la prière, vous cachant en Lui. Il y aura des jours d'inactivité
apparente où tout ce qui peut être fait est de regarder et de cacher un doseur dans ses
profondeurs. Il y a des jours d'action rapide et d'assaut dans les tranchées ennemies;
mais enfermé dans cette lutte comme son peuple est aujourd'hui, Jésus l'emportera
contre tous les pouvoirs de l'ennemi et fera que ceux qui lui font confiance soient plus
que vainqueurs.

MORTIERS ET ARTILLERIE LOURDE Comment nous avons besoin de la direction de


l'Esprit et de sa force en toutes choses, que nos combats se fassent avec les canons de la

218
foi et la prière d'intercession à longue distance, ou que ce soit un combat au corps à
corps avec les baïonnettes de patience et longanimité et amour dans des circonstances
difficiles. En tirant sur l'artillerie lourde, assurez-vous d'avoir jeté des bases solides en
mortier, car si vos canons de foi et de prière vacillent dans l'incertitude, vous ne devez
pas vous attendre à frapper la marque ou à vanter l'ennemi. Ne placez pas vos armes à
feu sur l'égoïsme ou sur des objectifs égocentriques, car cette fondation ne tiendra
jamais.

GAZ EMPOISONNÉS ET MASQUES À GAZ Méfiez-vous des gaz toxiques du sommeil


spirituel et de la paresse, dérivant sur les vents de tromperie des tranchées ennemies.
Ces vapeurs toxiques de fumée sont annoncées dans la Parole et vous feraient dormir,
comme l'ont fait les dix vierges d'autrefois et comme les disciples dans le jardin, jusqu'à
ce que vous oubliez de regarder et de prier et de cesser votre vigilance constante.
Lorsque vous voyez ces nuages de gaz toxiques d'insouciance venir vers vous, mettez le
masque à gaz de l'éveil triple, de la prière et de la louange et vous serez indemne.

N'exaltez jamais ou ne vous levez pas haut dans vos tranchées, car lorsque votre tête
apparaît au-dessus du sol, vous serez une marque sûre et certaine pour les missiles
ennemis. Restez bas aux pieds de Jésus et vous serez en sécurité.

PLUS QUE VAINQUEURS Enfin, ayez bon courage, camarades de guerre, car il n'y a rien
à craindre, pendant que vous regardez, priez et vivez dans l'obéissance à la commanda
de notre chef, qui l'emportera sûrement.

Un jour, très bientôt, la bataille sera terminée, le dernier ennemi sinistre conquis, et la
couronne aura été gagnée. Un jour, si nous sommes fidèles et avons vaincu alors même
qu'Il a vaincu, Il nous fera triompher pour régner avec Lui sur Son trône pour toujours et
pour toujours.

Jetez tous les poids, tout le sommeil et appuyez sur "Over the Top". Eh bien, la fin est en
vue! La victoire est déjà en vue.

LA CROIX ROUGE

No Man's Land - Les hauts explosifs et moyens de mort de Shell-tom Batdefield - La


Croix-Rouge, le seul espoir des brancardiers blessés - Équipement de premiers secours -
L'ambulance de la «prière» - L'hôpital de la Croix-Rouge au sommet de la colline du
Calvaire, sa porte ouverte, Propreté et mains tendres qualifiées pour enlever les
vêtements tachés et boueux - Baigner les robes blanches douces des blessés Opérations,
amputations et sondages pour les tirs cachés et les éclats d'obus - Vigilance constante -
Alimentation et repos, amour et sécurité de la Croix-Rouge - «Laissez-moi être un
Travailleur de la Croix-Rouge. "

BLEAK, stérile, rempli de trous d'obus profonds et déchiré par des tonnes d'explosifs
puissants y coulaient des fortifications de l'ennemi, il y a une étroite bande de pays entre
les tranchées de première ligne de l'Armée de la Justice et la ligne de front des tranchées

219
du diable et de ses armées sataniques qui pourraient bien être appelées No Man's Land,
car ceux qui se trouvent dans ce pays n'appartiennent pas à Jésus, pas plus que le diable
ne les possède pleinement au sens strict du terme, jusqu'à ce qu'il ait corps, esprit et
esprit conquis, et jetés dans les sombres et éternelles prisons de l'enfer.

La grande chauve-souris (dans laquelle les hostilités ont été ouvertes et le premier coup
de feu a été tiré lorsque Satan a été chassé du ciel; et la seconde lorsque Satan a
impitoyablement attaqué la création la plus chère de Dieu, l'humanité, dans le jardin
d'Eden) n'a jamais diminué, mais a fait des économies comme une tornade, rassemblant
force et élan et ne cessant de croître en intensité.

Sur toute la longueur et l'étendue de toute la "Zone de Guerre" spirituelle, il n'y a pas de
région aussi remplie de danger, si non protégée, aussi sauvée par les tirs et les obus; car
tandis que le soldat du roi Jésus creuse profondément et se retire solidement dans les
forteresses de l'amour de son Sauveur (Psaume 61: 3) et de sa puissance, le pécheur est
laissé seul au No Man's Land à la merci de l'ennemi, dont l'artillerie lourde , les
mitrailleuses, les éclats d'obus, les tirs de barrage, le fïre liquide et les gaz toxiques
pulvérisent, brûlent ou étouffent tous ceux qui sont à leur portée.

Au-dessus des obus du mal écrasant, de la pression et de l'influence de l'artillerie lourde


du diable, ils hurlent alors qu'ils se déchirent dans les airs, dans l'intention d'une
mission de destruction et de mort.

Tirés par les mitrailleuses à tir rapide d'une tentation incessante, pleurnicher et cracher
dans la poussière de chaque côté. "Ce n'est pas un endroit agréable pour vivre", dites-
vous? Pourtant, c'est juste la position de chaque pécheur.

Chaque moment passé en dehors des lignes des bataillons du Seigneur est lourd de
danger de mort, oui, la mort éternellement.

Chaque fois que le diable peut obtenir un vent favorable (influences mauvaises ou
compagnons) soufflant dans la direction du pécheur, il envoie ses gaz toxiques, obligeant
tous ceux qui les respirent non protégés par le masque à gaz de résistance au nom de
Jésus, à étrangler et finalement passer dans le sommeil dont peu se réveillent. À travers
l'air chargé de fumée, on peut discerner les morts et les blessés. Les premiers sont
immobiles et froids; ces derniers s'étalent douloureusement et impuissants, tom,
saignant, certains avec les yeux éteints avec des éclats d'obus, d'autres avec les membres
écartés, les épaules et les cuisses brisées, certains blessés à la tête, tandis que dans
d'autres le tir s'est enfoui profondément dans la chair. Là, ils mentent, incapables de
s'aider eux-mêmes, incapables de s'entraider. Pour les atteindre avec aide et secours, il
faudrait être prêt à sacrifier sa propre vie. Qui ira?

L'HÔPITAL DE LA CROIX-ROUGE SUR LA COLLINE DU CALVAIRE

De nombreux blessés sont restés allongés, mutilés et saignés pendant de longues heures,
désireux de voir venir quelqu'un qui pourrait les soulager et les transporter jusqu'à un

220
refuge. REFUGE? Pourrait-il y avoir un lieu de R-E-F-U-G-E à distance de voyage de ce
tumulte de souffrance et de mort? Ah! Oui, juste en arrière des lignes de l'armée de
justice se dresse une colline appelée Calvaire, et son sommet est couronné d'un glorieux
hôpital où les malheurs sont essuyés et le baume de Galaad est appliqué.

Cet hôpital est connu sous le nom de Croix-Rouge. Ce n'est autre que la vieille croix
robuste, tachée de rouge du sang de Celui qui est mort pour que nous puissions vivre,
dont le cœur a été brisé pour qu'il guérisse tous les cœurs brisés, qui a été blessé sur la
croix tachée de sang pour qu'il puisse guérir à travers ses blessures, pour toujours, tous
les blessés qui sont venus à lui. (Jérémie 30:17). Oui, là, dans la "porte ouverte" (Apoc. 3:
8) se trouve le grand Médecin Lui-même; mais qui ira chercher les blessés et les
mourants des grands champs de bataille déchirés par les obus de No Man's Land?

LE BESOIN DE PLAISIR DES TRAVAILLEURS DE LA CROIX-ROUGE

Il est facile de secourir ceux qui sont blessés ou tombent derrière les lignes (Psaumes
37:24), mais qui seront prêts à sortir sans le camp, et à l'extérieur des lignes, prêts à
s'allonger vers le bas de sa vie à sauver le frère blessé et devenir un travailleur de la
Croix-Rouge? L'hôpital ne peut pas venir aux blessés, il y a donc un besoin vital
d'instruments humains, les employés de la Croix-Rouge portant le sceau de la Croix-
Rouge sur le front et sur les bras gauches et équipés de bandages, de peluches, de gaze,
de garrots, d'attelles, de restaurations , etc., allez de l'avant avec l'ambulance de «Prière»
et la civière de «Foi».

Là-bas, sur les champs de péché du No Man's Land se trouvent des centaines et des
milliers de soûls blessés (Ésaïe 1: 6), regardant, appelant à périr, mourant pour le besoin
des travailleurs de la Croix-Rouge de les porter à Jésus dans Foi et Prière. Il y a ceux
parmi les blessés qui pleurent à haute voix dans l'agonie de l'esprit, et il y a ceux qui
retiennent le cri de souffrance entre les dents serrées, que le spectateur ne devrait pas
connaître la torture secrète. D'autres sont inconscients de leur grave danger et de leur
absence à la nuit noire de l'éternité, sans Jésus.

LA VENUE DE L'AMBULANCE

Des éclats d'obus et des éclats d'obus tombent partout, menaçant d'éteindre la dernière
étincelle de vie et d'espoir. Personne n'écoutera-t-il l'appel? "Ah oui!" crie une voix: "Je
vois une petite procession descendre de la colline du calvaire. Ils viennent avec leurs
ambulances et leur aide."

"Comment savez-vous qu'il ne s'agit pas de munitions ou de moyens de transport?"


demande une autre victime, devenue sceptique après une longue attente.

"Je sais que c'est de l'aide à venir rapidement parce que je vois le panneau sur le côté de
la voiture. Il est composé d'un fond blanc pur (la justice indigne et la pureté de Jésus) et
sur le fond blanc est une grande CROIX ROUGE (Col. 1:20).

221
Les ambulances se rapprochent de plus en plus. D'autres voitures et camions de
ravitaillement se sont précipités de l'autre côté sans tenir compte (Luc 10: 31-32), mais
l'ambulance arrive juste à l'endroit où se trouvent les blessés (Luc 10:34). Sautant de la
voiture, les ouvriers de la CROIX-ROUGE, portant leur civière de foi, passent par les
morts, maintenant au-delà de toute aide (Jas. 1:15) et poussent les blessés (Matt. 22:32).
Ouvrant leur équipement de "premiers secours", ils s'agenouillent à côté de l'âme
souffrant des blessures du diable.

D'abord et surtout, l'ouvrier de la CROIX ROUGE porte un ensemble de garrots de toutes


tailles.

Ceux-ci sont faits pour s'adapter à n'importe quelle partie du corps du blessé où une
artère peut jaillir.

Le premier coup d'œil sur le blessé indique au porteur si du sang est perdu en quantité
dangereuse. Les porteurs ont pour instruction de ne pas perdre une seconde où cet
instrument peut être utilisé.

La prière dominante, couplée à la Parole de Dieu, et l'autorité et le pouvoir dans le Nom


puissant au-dessus de chaque nom, peuvent être si fermement enroulés autour du
membre blessé que le flux vivifiant qui reflue sera stoppé. Il y a une partie de la Parole
éternelle de Dieu et une prière dominante qui peut s'adapter à n'importe quelle partie
du corps ou de l'âme, quelles que soient les conditions ou les circonstances.

Un étalage de les attelles mentales formées de Foi, Espoir et Amour sont les deuxièmes
dans la meute du porteur.

Souvent, le blessé est si brisé qu il ne peut être déplacé sans le tuer. Des renforts sont
attachés à ses membres mutilés.

Des peluches, de la gaze et des bandages (Ézéchiel 34:16) complètent ces derniers.
Chaque porteur devrait avoir une formation approfondie en bandage (Rom. 12:15),
(Ésaïe 1: 6).

Des restaurations (Jérémie 30:17) sont administrées et le blessé posé doucement sur la
civière de «Foi», transporté à l'ambulance de «Prière» et au moteur de «Amour», dont la
puissance est fournie par l'huile de l'Esprit. a démarré. La voiture est immobilisée vers
l'hôpital de la Croix-Rouge sur la colline du Calvaire. Une manipulation et une conduite
délicates et habiles sont nécessaires, car une manipulation brutale et un traitement
imprudent tuent souvent la petite étincelle de vie laissée au patient.

De plus en plus, de plus en plus près du cher vieil hôpital de la Croix-Rouge sur la colline,
dans l'ambulance de prière, le blessé est transporté jusqu'à ce qu'il soit enfin amené à la
«porte ouverte» (Apoc. 3: 8), où le Le Grand Médecin (Marc 2:17) est debout avec un
sourire de tendresse pour recevoir l'âme souffrante et malade du péché. A l'intérieur,

222
tout brille d'une propreté impeccable, pour cet hôpital pour la guérison du corps, de
l'âme et esprit n'est autre que la "Fontaine de Sang" tirée des veines d'Emmanuel.

Des mains tendres mais fermes sont là pour aider l'âme faible et le soutenir à l'intérieur
de ce refuge, tandis que son âme malade du péché fait vibrer la prière:

"Béni soit la fontaine de sang, Pour un monde de pécheurs révélé, Béni soit le cher Fils
de Dieu,

Ce n'est que par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Sauveur, à cette fontaine à toi,

Appuyé sur ta promesse de partir,

Purifie-moi par ce lavage de Toi,

Et je serai plus blanc que la neige. "

À son arrivée à l'hôpital Bed Cross (la fontaine de sang qui coulait de la croix tachée de
sang de Jésus) avant que de nombreux traitements ne puissent être administrés ou que
les blessures soient pansées, les vêtements vermineux, tachés et boueux du péché et de
la propreté doivent être supprimé (Jude 23). Gendy, chaque vêtement du monde est
enlevé ou enlevé.

(Les travailleurs de la CROIX-ROUGE devraient faire preuve de beaucoup de soin dans


l'exécution de cette tâche et faire preuve de gentillesse, laissant souvent ce travail au
médecin-chef Jésus lui-même, si une manipulation brutale est donnée et si les vêtements
et les habitudes terrestres sont branlés dans notre conscience, mais grossiers, de façon
imprudente, la mort peut résulter pour l'homme faible. Jésus peut retirer chaque
vêtement souillé par le péché et le déshabiller presque sans douleur, si le patient est
flexible et cède entre ses mains chères.)

LA SALLE DE PERFECTIONNEMENT Dès que les vieux vêtements du monde ont été
enlevés, le patient est baigné et nettoyé à fond de la tête aux pieds, et en effet le sang de
Jésus nettoie de l'ATI, SIN. Souvent, le blessé doit être placé sur la table d'opération et
des portions de grenaille ou des éclats d'obus du diable qui ont été enfouis dans la chair,
doivent être sondées, quelle que soit la douleur, jusqu'à ce que toutes les matières
étrangères aient été enlevées. Mais tandis que le médecin applique le couteau et la
sonde, il murmure: "Reste tranquille, mon enfant, les fidèles sont les blessures d'un ami
(Prov. 27: 6) et je blesse pour que je guérisse." Et Il sonde de plus en plus profondément
jusqu'à ce que la coquille soit atteinte et retirée.

AMPUTATIONS

223
Il y a des moments où un membre du corps, peut-être un bras ou un membre, doit être
amputé (quelque chose qui a gâché et gêné notre vie spirituelle, peut-être un être cher
ou une possession précieuse) mais à travers la douleur que le médecin explique pendant
que le la main ou le pied est coupé: "Il vaut mieux pour toi

la vie hait ou mutilée que d'avoir deux mains et deux pieds à jeter en enfer. "Beaucoup
ont eu un œil si aveuglé ou blessé qu'il a dû être enlevé, mais à travers lui toute la voix
du Sauveur continue:

"Il vaut mieux pour toi entrer dans la vie avec un seul œil, plutôt que d'avoir deux yeux
pour être jeté en enfer." (Matthieu 18: 8,9.)

Parfois, alors que ses chères mains traitent l'homme blessé, nettoient les blessures,
appliquent sa pommade et l'assurent qu'il le guérira de ses blessures (Jérémie 30:17) et
en appliquant les bandages, selon Psaumes 147: 3, qui dit qu'Il guérit les cœurs brisés et
panse leurs blessures, le patient lève les yeux et voit que les mains du Grand Médecin
lui-même sont blessées, et il s'écrie stupéfait: "Quelles sont ces blessures entre tes
mains?" Puis Il répond: "Ceux avec qui j'ai été blessé dans la maison de mes amis." (Zach.
13: 6.) "Non seulement mes mains, mais mes pieds, mon côté et mon front ont été
blessés pour vos transgressions." Et honteux devant son grand sacrifice et son grand
amour, ses murmures s'éteignent et il crie: "O Seigneur, continue tes relations, peu
importe ce que cela signifie, je te fais confiance, Seigneur."

REPOS ET ALIMENTATION

L'expérience de la salle d'opération terminée, le patient est bientôt placé dans son lit
pour se reposer (Psaume 23: 2), mais d'abord il est vêtu de fin lin, propre et blanc (Rév.

19: 8). Alors que le lassé trouve du repos, des blessures liées et commençant à guérir
déjà, propres de corps et d'âme, il murmure: "Je vais me coucher en paix et dormir; car
Toi Seigneur ne me fait que demeurer en sécurité. "(Psaume 4: 8).

Ici, à l'hôpital de la Croix-Rouge, on trouve de la nourriture, du repos, de l'amour et de la


sécurité. Le Médecin est toujours de garde et veille toujours sur lui, car Il ne sommeille
ni ne dort jamais. (Psaume 121: 3.)

(La nourriture pour les convalescents, les infirmières doivent se rappeler, ne doit pas
souvent être donnée aussi forte qu’aux personnes bien portantes, mais le lait de la
Parole, le vin du Royaume, le pain de vie, et plus tard, à mesure que le patient se
renforce, le de la viande forte peut être donnée sous la direction et la supervision du
Grand Médecin.)

Ceux qui habitent dans la fontaine de sang, qui est en effet un hôpital où les malheurs
sont apaisés et les cœurs brisés guéris, situé au pied de la croix rouge et sanglante de
Jésus? sont à l'abri et à l'abri du danger (Rom. 8: 38,39).

224
Au-dessus d'elle, déployée à la brise, flotte la bannière tachée de sang de la croix, la
Croix-Rouge sur son fond de la pure sainteté blanche de Jésus, et bien que les
dirigeables, les principautés et les pouvoirs de l'air du diable puissent planer au-dessus
de nous, bien que les démons puissent faire rage et que de grands fusils à longue
distance puissent tirer leurs grands explosifs et bombarder tout autour de nous, il est en
sécurité qui demeure sous la protection du sang, la bannière déployée de la croix et la
protection de Jésus, son Seigneur.

"LAISSEZ-MOI ÊTRE UN TRAVAILLEUR DE LA CROIX-ROUGE"

Puis (de plus en plus fort de jour en jour) avec le retour de la force, Cornes le grand
amour écrasant de la CROIX ROUGE et tout ce qu'il a signifié pour lui.

La pensée frissonnante et affreuse du champ d’où il a été secouru, le coup de canon, la


fumée de chauve-souris, les gémissements et les cris déchirants de la misère remplissent
l’âme d’un nouveau-né désir et la détermination de lui-même est marquée de l'insigne
de la CROIX ROUGE.

Muni d'une ambulance de prière et de la civière de la Foi, portant la Parole de Dieu et ses
premiers soins à la trousse des blessés, il partait sacrifier même la vie elle-même. Le cri
de tout son cœur est: "O pour que j'aille apporter d'autres soûls, alors même que j'ai été
amené à la croix!

O, que d'autres connaissent le baume de Galaad, et l'hôpital au sommet de la colline du


Calvaire! O, Cher Sauveur, laisse-MOI être un travailleur de la Croix-Rouge! "

LES DEUX MAISONS

LA MAISON SUR LE SABLE ET LA MAISON SUR LE ROCHER

CHAQUE homme, femme et enfant dans le monde érige un bâtiment. "Si le Seigneur ne
bâtit la maison, celui qui bâtit, travaille en vain." Ps. 127: 1.

La grande armée de constructeurs de maisons est divisée en deux classes, à savoir le


pécheur et le saint.

(Ici, disons clairement que chaque individu est soit un pécheur, soit un saint. Il est
impossible d'être les deux; il est impossible d'être neutre; il n'y a pas de relation à mi-
chemin avec Dieu. Soit vous êtes l'enfant de le Seigneur ou vous servez le diable, il n'y a
pas de territoire intermédiaire.) Tout comme il n'y a que deux classes de constructeurs
de maisons, de même il n'y a que deux fondations, la fondation sablonneuse du péché et
de l'injustice, qui se trouve dans le domaine du diable, et le Rocher solide, qui est Jésus-
Christ.

225
L'HOMME SUR LE SABLE RASSEMBLE SON MATÉRIEL

Le pécheur construit jour après jour. Son esprit n'est pas troublé par le manque de
fondement. Il ne juge pas du tout nécessaire de creuser profondément, mais commence à
ériger l'édifice de sa vie en élevant les pierres de l'impénitence et de la volonté; les
pierres du péché et de l'incrédulité; et les empiler, instant par instant, heure par heure,
jour par jour, année par année, les uns sur les autres, sur les sables de cette vie.

Les pierres des mauvaises pensées et de la méfiance s'accumulent de jour en jour. Les
pierres de l'orgueil, de l'égoïsme et de la dureté du cœur envers Dieu prennent leur
place dans l'édifice, qui grandit à chaque instant dans une vie et une structure qui
tomberont sûrement au grand jour, lorsque les jugements de Dieu seront répandus sur
le monde.

L'HOMME SUR LE ROCHER CRÉE UNE FONDATION ET RASSEMBLE SON MATÉRIEL


DE CONSTRUCTION

À New York, il y a quelque temps, j'ai été très impressionné par les grands gratte-ciel de
renommée mondiale. Pendant de nombreuses semaines, oui, des mois, j'ai vu une
clôture en planches hautes construite autour d'un certain terrain.

Derrière cette clôture de planches, et au-dessus, je pouvais voir de grands crânes et


derricks, et entendre les forets en acier.

Des dizaines d'hommes y travaillaient, foraient, creusaient et explosaient dans la roche


solide; ils descendirent, descendirent et descendirent, creusant une fondation pour le
grand gratte-ciel en acier qui allait bientôt être érigé, et l'un des hommes m'assura que
plus le bâtiment devait être haut, plus la fondation devait être enfoncée profondément la
roche solide.

Après avoir été absent pour une courte visite et retourné à nouveau dans la ville, mes
yeux s'ouvrirent avec surprise lorsque je vis le bâtiment en acier prendre si rapidement
forme et s'ériger avec une grandeur imposante au-dessus de ses voisins. Eh bien, il
semblait vraiment qu'il a fallu plus de temps pour construire les fondations que pour
assembler la charpente en acier du bâtiment.

Il s'agit, me semble-t-il, d'une très bonne illustration de la vie du chrétien, alors qu'il se
préparait à bâtir sur le Rocher solide, le Christ Jésus.

Tout d'abord, il creuse un profond fondement de repentance et descend humblement


dans Jésu s, son Seigneur. Il plonge dans la fontaine remplie de sang. Il tombe prosterné
aux pieds chers et percés de son maître; car en effet la descente est la montée, dans
notre vie spirituelle. "Celui qui s'humilie lui-même sera exalté."

Ses voisins peuvent se moquer de lui et lui dire que creuser profondément, pleurer et
pleurer ses péchés n'est pas du tout nécessaire; mais le travail continue. Les grands
rochers d'entrave doivent être détruits par l'amour et la puissance de Dieu. Chaque

226
obstacle doit être enlevé et une fondation solide et solide doit être créée. Il doit creuser
profondément l'œuvre expiatoire de Jésus, avant de pouvoir construire l'édifice de sa vie
chrétienne. "Mais tout homme prend garde à la façon dont il y construit, car aucun autre
fondement ne peut être posé que celui qui est posé, qui est Jésus-Christ."

Les fondations étant posées, l'édifice commence à prendre forme. Sur les pierres du
repentir et de la peur divine, sont posées les pierres de la miséricorde et de la tendresse
divine. La grâce et l'amour sans bornes de Jésus-Christ, les pierres de sincérité et de
vérité, les pierres d'action de grâces et les louanges glorieuses au Seigneur de son salut
s'ajoutent à l'édifice. L'amour, la joie, la paix, la longanimité, la gentillesse, la bonté, la foi,
la douceur et la tempérance sont empilés à chaque instant, jour après jour, année après
année, les uns sur les autres.

Les pierres d'amour et de désintéressement, le désir de soûls et la soumission à la


volonté de Dieu, le désir de vivre comme lui et de demeurer en sa présence s'ajoutent à
ces derniers; et ainsi le travail continue, par chaque mot, et acte et pensée, ici un petit et
là un petit, précepte sur précepte, ligne sur ligne, niveau sur niveau.

"Jésus-Christ étant la pierre angulaire principale, le bâtiment est convenablement


encadré ensemble, et devient un temple saint dans le Seigneur, pour une habitation de
Dieu par l'Esprit."

Ensuite, dans la maison, vient la porte par laquelle l'entrée est gagnée dans la maison.

Quant au pécheur qui bâtit sur le sable "Le péché est à la porte", le diable, qui est l'agent
de contrôle de sa volonté, est le gardien de la porte; ainsi la porte pivote sur ses gonds
pour admettre la mondanité, le péché, et les mauvaises pensées et compagnons, qui
occupent les pièces à l'intérieur.

La porte est toujours fermée et verrouillée contre Dieu comme Il se manifeste à travers
le grand amour du Christ jamais fermé et barré aux sollicitations de l'Esprit et aux coups
de cette main douce. Ses oreilles sont fermées à la voix qui dit: "Voici, je me tiens à la
porte, et je frappe; si quelqu'un se flétrit, j'entrerai et souperai avec lui et lui avec moi"
fermés aux flambées du Sauveur qui le supplierait de quitter cette fondation
sablonneuse, et ce bâtiment périssable, qui ne supportera jamais la tempête, et à
l'invitation à venir et à construire sur le Rocher solide, le Christ Jésus.

La porte de l'enfant de Dieu qui bâtit sur le rocher, n'est pas ainsi; mais la justice, par la
puissance de l'Esprit, se tient comme portier. Le sang de l'Agneau tué est aspergé sur les
montants de porte et les linteaux. La porte est toujours ouverte pour admettre les
directives du Seigneur, les actes de son Esprit, sa justice et toute sa volonté bénie, et se
balance pour exclure les choses du monde, la chair et le diable, qui déplaisent à le
Seigneur, son Créateur. Ainsi, ses chambres sont occupées par la foi, l'espérance et
l'amour.

227
Ensuite viennent les fenêtres des deux maisons. Les fenêtres du pécheur sont obscurcies
par les choses de ce monde et sa vision est altérée. Il ne peut pas réaliser son propre
danger et son point de vue est déformé. Il ne peut pas prévoir la terrible tempête de
colère qui va bientôt éclater.

"Quand les gardiens de la maison trembleront, et les hommes forts se prosterneront, et


les broyeurs cesseront parce qu'ils sont peu nombreux, et ceux qui regardent par les
fenêtres seront obscurcis"

Les fenêtres du saint sont illuminées de la gloire de Dieu, révélée par l'Esprit. Son point
de vue est clair alors qu'il regarde vers l'avenir et voit que

"Il y a un pays plus beau que le jour, et par la foi il peut le voir de loin,

Car le Père attend en chemin,

Pour lui préparer une demeure. "

Ceux qui se tiennent sans ses murs voient la lumière du Seigneur qui brille, car

"Voici, il se tient derrière notre mur, Il regarde les fenêtres, se montrant à travers le
treillis. Chant de Sol. 2: 9.

Dans sa salle à manger, l'homme pecheur qui construit sur le sable, se régalant des
choses de ce monde; il dit à son âme: "Âme, tu as beaucoup de biens accumulés depuis
de nombreuses années; prends ton aise, mange, bois et sois joyeux." Mais Dieu lui dit:

"Tu es fou! Cette nuit, ton âme sera exigée de toi; alors à qui seront ces choses que tu as
pourvues." Luc 12: 19-20. Il se régale de choses qui ne peuvent jamais satisfaire la faim
de l'âme qui pleure après Dieu. Il est comme celui qui "rêve, et voici, il mange; mais il
s'éveille et son âme est vide". Est un. 29: 8.

Dans sa salle à manger, l'enfant de Dieu se régale du lait, du miel et du vin. Les fruits de
Canaan se répandent devant lui. Le pain de vie est à lui, et pour salut m les eaux
cristallines glorieuses coulent du trône de Dieu. On entend la voix de l'Époux parler:

"Je suis entrée dans mon jardin, ma sœur, mon épouse; j'ai ramassé ma myrrhe avec
mon épice; j'ai mangé mon nid d'abeille avec mon miel; j'ai bu mon vin avec mon lait:
mange, amis bois, oui, bois abondamment, bien-aimée. " Song of Sol. 5: 1.

Tandis que le pécheur se régale des applaudissements de ses semblables et des trésors
de ce monde, les enfants du Très-Haut dînent à la table du Seigneur en dînant sur sa
justice et son amour; sur les joies et les fruits de l'Esprit, et leurs souillures sont
remplies de débordements, comme Il les conduit à travers les verts pâturages de Sa
Parole.

Les détenus de la maison construite sur du sable dansent sur les airs de ce monde et ses
applaudissements dansent sur les tensions de la popularité terrestre et des objectifs

228
égocentriques. Dehors, des nuages d'orage menaçants de la nuit noire de la mort se
rassemblent, et les tonnerres roulants semblent crier à haute voix pour les avertir.

La colère de Dieu va bientôt se répandre, mais sans pitié, ils dansent indéfiniment, au
bord de la destruction et de l'enfer.

Les détenus de la maison sur le rocher dansent aussi. Vous vous souvenez que le frère
du fils prodigue s'est approché de la maison de son père, il a entendu le son de la
musique et de la danse. Certaines personnes semblent penser que le diable a le
monopole de toutes les danses et de la joie; mais la danse et la joie appartiennent
vraiment à Dieu, et comme le diable ne peut pas le voler, il a essayé de le contrefaire.

Dans le cœur de celui dont les espoirs sont construits sur les fondations solides du Christ
et de sa justice, il y a une joie indicible et pleine de gloire, car: "ses pleures ont été
transformées en danse", Ps. 30:11, et "Là, les vierges se réjouissent de la danse, jeunes et
vieux ensemble."

Jer. 31:13. Ils "Le louent avec le tambourin et la danse", Ps. 150: 4, et crient: "Qu'ils
louent son nom dans la danse." Ps. 149: 3. "Car les enfants du Seigneur ont le droit de
crier et de chanter, Car le chemin s'illumine, et nos sœurs sont sur l'aile, Nous allons
nous revoir au palais du Roi.

Gloire à Dieu, alléluia! "

Quant au pécheur, son lit est si court qu'il ne peut pas s'y étendre et la couverture si
étroite qu'il ne peut s'y envelopper. Est un. 28:20. Quand il se couche la nuit, il y a un
malaise dans son cœur, car il n'est pas préparé à rencontrer son Dieu; sa conscience est
troublée alors que l'Esprit de Dieu s'efforce avec lui, lui assurant que «tout ce qu'un
homme sème, il moissonnera aussi» et sa couverture de sa propre justice et ses excuses
ne peuvent pas le couvrir ou le cacher aux yeux de Dieu.

Quant à l'enfant de Dieu, son repos est doux dans le Seigneur. Il entend la voix du
psalmiste résonner à travers les âges: "Je me souviens de toi sur mon lit, et je médite sur
toi pendant les veilles de nuit" Ps. 63: 6. Que «les saints soient joyeux de gloire. Qu'ils
chantent à haute voix sur leur lit». Ps. 149: 5.

O, la paix qui appartient à l'enfant de Dieu, de savoir que si ses yeux ne s'ouvrent plus,

«être absent du corps, c'est être présent avec le Seigneur» et «vivre est Christ, et mourir
est un gain».

La Parole nous dit que "Où est votre trésor, là aussi sera votre cœur." L'homme du
monde accumule des trésors des biens de ce monde, s'accumulant des richesses, des
maisons et des terres. Il détruit ses banques et construit plus, et là, donne ses fruits et
ses biens. Il demande à son âme de prendre ses aises, car il a beaucoup de biens

229
Pour de nombreuses années. Mais Dieu lui parle par sa parole, en disant: "Tu es fou,
cette n