Vous êtes sur la page 1sur 2

PANORAMA DES INVESTISSEMENTS MAROCAINS EN AFRIQUE

Dans le cadre de sa nouvelle vision stratégique d’ouverture à l’Afrique, le Maroc a


adopté ces dernières années une diplomatie économique volontariste, cette politique
de coopération orientée sud-sud, fondée sur une optique gagnant-gagnant, a
encouragé fortement la multiplication des implantations marocaines en Afrique.

Grâce aux visites d’Etat effectués par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI à plusieurs
pays africains ces dernières années, de grandes perspectives de développement sur
le continent ont été ouvertes aux entreprises marocaines, ces visites participent
d’une part au rayonnement du Maroc en Afrique et confortent l’image positive dont
jouit le Royaume dans le continent, et d’autre part, elles permettent d’édifier des
partenariats stratégiques pour les investisseurs marocains.

En effet, et depuis l’année 2000, 50 visites royales ont été effectuées dans plus de
30 pays africains et plus de 1.000 accords ont été signés. La réintégration par le
Maroc de l’Union africaine depuis le 30 janvier 2017, l’adhésion à la CDEAO, la
multitude d’accords bilatéraux signés avec plusieurs pays africains ces dernières
années dans tous les domaines…etc. Toutes ces démarches ne pourraient qu’être
bénéfiques pour les entreprises marocaines qui investissent en Afrique et devraient
dynamiser le commerce intra-africain.

Sans oublier les efforts consentis par les différents acteurs étatiques en matière
d’encouragement de l’investissement marocain à l’étranger, surtout par le biais de
la libéralisation progressive des opérations d’investissements à l’étranger, divers
facteurs sous-tendent le développement des entreprises marocaines en Afrique, on
note principalement ; la croissance économique de l’Afrique et les opportunités qui
en découlent, le plus faible niveau de concurrence existant sur le continent se
traduisant par des marges bénéficiaires potentielles plus importantes et la
recherche de relais de croissance pour les entreprises ayant atteint un certain
niveau de maturité sur le marché marocain.

En plus de l’intérêt stratégique donné par le Maroc à l’attractivité des investisseurs


étrangers au territoire national et qui a permis au Royaume de se placer en 4éme
position en Afrique avec un flux de 3.6 milliards de dollars en 2018, le Royaume est
considéré depuis 2016 comme étant le premier investisseur africain dans le
continent africain avec un montant des IDE estimé à 4 milliards de dollars1.

En effet, au cours de la période 2003-2017, les investissements marocains dans le


continent africain ont marqué une évolution importante en enregistrant un cumul
de 37 milliards de dirhams, ils constituent l’essentiel des IDE sortants du Maroc,
avec une part moyenne de 60% des flux sortants totaux. Ces flux sont adressés
principalement aux pays d’Afrique de l’Ouest (avec une part moyenne de 55%),
suivis de l’Afrique du Nord, de l’Afrique Centrale (25% et 15% respectivement) et de
l’Afrique Australe (5%).

1
Selon le dernier rapport « Perspectives économiques en Afrique » réalisé par la BAD en partenariat avec le Centre de
développement de l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Programme des Nations unies pour
le développement (PNUD).
Notant que 11,981 milliards de Dirhams d'investissements directs marocains à
l'étranger ont été enregistré fin 2017. En termes de stock, ces investissements (La
position extérieure globale), ont continué leur tendance haussière pour atteindre
49,8Mds DH fin de 2017.

Figure n° 2 : Évolution des flux des IDE sortants du Maroc en Afrique et de la part du
continent dans le total des flux

Source : Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF), " Etude sur le développement des
entreprises marocaines en Afrique : réalité et perspectives". Policy Africa, Novembre 2018.

Les investissements directs du Maroc sont présents dans 30 pays d’Afrique.


L’Égypte et la Côte-d’Ivoire arrivent en tête des pays récipiendaires des IDE
marocains dans la région, avec une part respective de 20% et de 19% des flux en
moyenne sur la période 2003-2017, suivis du Mali (13%), et dans une moindre
mesure du Burkina-Faso et du Sénégal (7% chacun) et du Gabon (6%).

De son coté et durant la période 2007-2017, la répartition sectorielle des


investissements marocains en Afrique, indique une prépondérance des flux portant
sur les secteurs de la Banque et des Télécommunications, avec une part de 53% et
de 17% respectivement, et dans une moindre mesure, sur l’Industrie (11%) et les
Holdings (5%).

La dynamique des IDM en Afrique est appelée à se poursuivre si on tient compte


des multitudes d’accords importants signés récemment et qui devraient générer des
flux financiers importants dans les années à venir. Ces projets portent notamment
sur la production d’engrais (Gabon, Rwanda, Éthiopie et Nigéria), le Ciment (Côte-
d’Ivoire, Ghana et Mali), l’industrie pharmaceutique (Côte-d’Ivoire, Rwanda), le
montage de camions (Sénégal) et l’industrie agroalimentaire (Guinée, Bénin,
Cameroun, Côte-d’Ivoire, Mauritanie ou Tanzanie).

- RIDOUANE TABALI – 2020 -