Vous êtes sur la page 1sur 5

FICHE N° :M2-C1-S4-001

MODULE 2 : INFRASTRUCTURES
DATE : 18/08/11

ETAT LIMITE ULTIME DE RESISTANCE


Fondations -Semelle Isolée sous poteau en béton armé- Page 1 sur 5
superficielles A titre indicatif : Source
« Calcul pratique des ossatures de bâtiment en
béton armé. Auteur : A. Fuentes»

VERIFICATION AU POINCONNEMENT

Poinçonnement On peut, aisément remarquer que la «condition de raideur »

h= ht – d’ ≥ A-a
4

peut conduire le projeteur à adopter des semelles « assez plates » lorsque le sol d'assise
permet d'adopter une forte contrainte, puisque, dans ces conditions, A diminue au fur et à
mesure que la contrainte admissible augmente. Il y a, alors, risque de poinçonnement de la
semelle.

Caquot a proposé la formule empirique

σ'bo : contrainte admissible en compression simple.


En pratique, on s'aperçoit que dès que la contrainte au sol est voisine ou supérieure à 2 bars,
il faut vérifier là semelle par la formule de Caquot.

Dans le cas où le projeteur voudrait faire une vérification plus conforme aux règlements en
vigueur, il pourrait utiliser la formule générale du poinçonnement

1,2 σb ≥ 1,5 P
Pcht

σb est la contrainte admissible pour le béton en traction (6,6 à 7 bars).


FICHE N° :M2-C1-S4-001
MODULE 2 : INFRASTRUCTURES
DATE : 18/08/11

ETAT LIMITE ULTIME DE RESISTANCE


Fondations -Semelle Isolée sous poteau en béton armé- Page 2 sur 5
superficielles A titre indicatif : Source
« Calcul pratique des ossatures de bâtiment en
béton armé. Auteur : A. Fuentes»

pc est le périmètre d'un contour homothétique de celui du poteau, situé à mi-épaisseur de la


semelle et à une distance ht de ce dernier.
2
II faut noter qu'on doit soustraire, dans le cas des semelles, de la charge P, la valeur de la
réaction du sol, appliquée sur l'aire délimitée par pc soit P1.

La vérification à effectuer s'écrit donc

On devra disposer sous les semelles un « béton de propreté » de 5 cm au minimum.

Dans le cas où une couche de « gros béton » est interposée entre le sol et la semelle, la
transmission des charges se fera à travers le gros béton (dosage 200 kg/m3 minimum), qui
pourra travailler à une contrainte de

10 à 12 bars, suivant un angle tel que d varie de 0,5 à 0,6.


h

FIG. 1.12.

Cette règle est valable pour les semelles continues, carrées, rectangulaires ou circulaires.
FICHE N° :M2-C1-S4-001
MODULE 2 : INFRASTRUCTURES
DATE : 18/08/11

ETAT LIMITE ULTIME DE RESISTANCE


Fondations -Semelle Isolée sous poteau en béton armé- Page 3 sur 5
superficielles A titre indicatif : Source
« Calcul pratique des ossatures de bâtiment en
béton armé. Auteur : A. Fuentes»

LONGRINES DE REDRESSEMENT ET SEMELLES EXCENTREES

A- EQUILIBRE DU MOMENT PAR LE POTEAU


Poteau raide : la semelle Poteau flexible : la semelle tourne
Ne tourne pas. La contrainte sur le sol n’est plus uniforme

Moment de flexion dans poteau : La réaction horizontale au niveau de la semelle


Qxe doit être obtenue soit par un ouvrage particulier,
Réactions horizontales : soit par le frottement sur le sol, soit par la butée
H=Qe avec justification de sa pérennité.
h

B- EQUILIBRE DU MOMENT PAR LA LONGRINE DE REDRESSEMENT –CAS DE


L’ARTICULATION

La charge sur le poteau doit être


Supérieure à :

E=Qa
I

Moment et effort tranchant dus à Q (il convient le cas échéant d’ajouter les efforts dus au
poids propre de la longrine les charges provenant d’un dallage des sous pressions
hydrostatiques etc.)
FICHE N° :M2-C1-S4-001
MODULE 2 : INFRASTRUCTURES
DATE : 18/08/11

ETAT LIMITE ULTIME DE RESISTANCE


Fondations -Semelle Isolée sous poteau en béton armé- Page 4 sur 5
superficielles A titre indicatif : Source
« Calcul pratique des ossatures de bâtiment en
béton armé. Auteur : A. Fuentes»

C- CALCUL DE LA LONGRINE DANS LE CAS D’UN SOL A FAIBLE MODULE DE


REACTION

On admet par hypothèse que la réaction du sol est uniformément répartie sous la semelle
excentrée

Equilibre des moments

Q a – b + E 1- b =0
2 2
D’où E = Q b-a
2l –b
Equilibre des forces verticales
R + Q + E =0
D’où R = - (Q + E) (R<0)
Moment fléchissant maximum

M0 = Q a - x0 - R . x02
2 2 b
Pour x0 = - Qb
R

L’hypothèse de base suppose une rotation négligeable de la semelle et un terrain à faible


module de réaction donc longrine raide et terrain relativement compressible.

D- CALCUL DE LA LONGRINE EN TENANT COMPTE DE LA ROTATION ELASTIQUE DE


LA SEMELLE

On a :

θ rotation de la semelle

R réaction du sol non axée sur


la semelle

σ2 contraintes sur le sol non


uniformément réparties.

Par rapport au point A d’abscisse x = b on définit :


2
Mq = - Q b-a moment du à la charge excentrée Q
2
2
Ms = - KLθ moment du a la réaction élastique du sol avec K1 =K 100c + 30 Is
FICHE N° :M2-C1-S4-001
MODULE 2 : INFRASTRUCTURES
DATE : 18/08/11

ETAT LIMITE ULTIME DE RESISTANCE


Fondations -Semelle Isolée sous poteau en béton armé- Page 5 sur 5
superficielles A titre indicatif : Source
« Calcul pratique des ossatures de bâtiment en
béton armé. Auteur : A. Fuentes»

200 c

K module de réaction du sol


C largeur de la semelle (exprimée en mètre)
Is moment d’inertie de l’aire de contact sol-semelle [ Is = cb3 pour un rectangle ]
12
MI = - K2θ, moment du à l’action de la longrine de redressement

Si articulation en si encastrement en E

L’équilibre des moments Mq+Ms+MI=0 détermine d’où MI et Ms

On a alors : d’où la répartition de


σ2

Il faut vérifier que R est bien dans le 1/3 central sinon la raideur de la longrine est à
augmenter.