Vous êtes sur la page 1sur 22

11

Mon pot’ le gitan 3:12


Music by Marc Heyral; Lyrics by Jacques Verrières
12 Il pleut sur la route 2:13
Music and Lyrics by Henry Himmel; arr. Eugène Gohin
13 C’est un mauvais garçon 3:13
1 Le Chanteur 3:48 Music by Georges Van Parys; Lyrics by Jean Boyer
Music by Alice Dona; Lyrics by Serge Lama 14 Maniusiu, ach! 1:57
2 Padam, padam 3:45 Music by Jerzy Petersburski; Lyrics by Emanuel Schlechter;
Music by Norbert Glanzberg; Lyrics by Henri Contet adapted into French by Roberto Alagna
3 Les Feuilles mortes 2:43 15 La Chanson des vieux amants 2:41
Music by Joseph Kosma; Lyrics by Jacques Prévert Music by Jacques Brel & Gérard Jouannest; Lyrics by Jacques Brel
4 J’attendrai 3:03
Music by Dino Olivieri; Lyrics by Nino Rastelli, transl. Louis Poterat
5 Adieu mon pays 4:04 Malèna Alagna (5, 10); Ornella Alagna (7); Aleksandra Kurzak (14)
Music and Lyrics by Enrico Macias Stéphane Chausse clarinet (1, 5, 7, 8, 13, 14) / EWI (5)
6 Un jour je te dirai 2:31 Sylvain Gontard trumpet (3, 7, 8, 13, 14)
Music by Gorni Kramer; Lyrics by Umberto Bertini, transl. André de Badet Thomas Cœuriot guitar (1, 2, 5, 7, 10) / mandolin (1, 10) / banjo (14)
Rocky Gresset (3, 4, 8–11, 13); Jean-Félix Lalanne (5, 10) guitar
7 Mayari 3:12 Sarah Nemtanu violin (6, 12)
Music by Armando Oréfiche; Lyrics by André de Badet Laurent Vernerey bass (1, 2, 4, 5, 7, 8–11, 13, 14)
8 Bohémienne aux grands yeux noirs 3:02 Stéphane Logerot double bass (6, 12)
Music by Henry Himmel; Lyrics by Charlys Yvan Cassar piano (1, 2, 4, 6–8, 11–15)
Christophe Cravero gypsy violin (5, 8, 9, 11, 14)
9 Nuages 3:49
Lionel Suarez bandoneon (6, 12) / accordion (1, 2, 10, 13, 14)
Music by Django Reinhardt; Lyrics by Jacques Larue Éric Chevalier keys & programming (1, 5, 7)
10 Domino 3:32 Denis Benarrosh drums & percussion (1, 2, 4, 5, 7, 8, 10, 11, 13, 14)
Music by Louis Ferrari; Lyrics by Jacques Plante

2
C
onfinement. Le téléphone sonne, mon projet de disque d’opéra avec orchestre entend sa complainte qui vient se mélanger à ma voix en une sorte de prière, de lamento.
est annulé. On me propose à la place d’enregistrer un album de mélodies, Le tout se déploie peu à peu dans cette chanson extrêmement émouvante où, par rapport à
piano – voix. C’est l’alternative la plus commune pour les artistes lyriques, la plus cette enfant, les sentiments paraîtront peut-être encore plus forts.
compatible avec les contraintes sanitaires du moment. C’est alors que remonte à
la surface une envie de longue date, que je tenais enfouie en moi depuis de nombreuses J’ai également choisi Mayari pour rendre hommage aux influences cubaines, sud-américaines
années. Tout autre chose. Il me restait à convaincre l’équipage d’appareiller vers cette et même américaines, puisque c’était Josephine Baker qui l’interprétait. J’ai choisi ma fille
nouvelle aventure, mais en quelques minutes ma décision était prise, Le Chanteur était né. Ornella, la plus grande cette fois, pour endosser le rôle de l’esclave avec cette voix fragile.
Le lien authentique père/fille qui nous unit ajoute au caractère si touchant de cette chanson.
CHANSONS FRANÇAISES, Quant à moi, j’interprète toutes les voix du groupe cubain Lecuona Cuban Boys, dont la voix
SAVEURS DU MONDE de référence, Alberto Rabagliati, était d’ailleurs italien. On redécouvre aussi le texte français
Imprévu, lié à une circonstance singulière, ce disque est particulier. C’est la première fois d’un morceau que l’on peut croire joyeux mais qui en fait est grave et profond, évoquant cette
que je réalise un album entièrement dédié à la chanson française. Ensemble, nous avons fait ville cubaine qui a connu l’esclavage et en est chargée des souffrances.
en disques de nombreux voyages, du royaume des Deux-Siciles jusqu’à l’Amérique du Sud
avec Pasión, de l’Italie aux États-Unis avec Little Italy, mais je pense qu’il était temps, enfin, On explore aussi la France du Paris populaire, avec Padam, padam et sa gouaille de chanteurs
d’interpréter aussi la musique de chez nous. Je consacre donc cet album tout entier à la de rue qui a marqué le répertoire d’une certaine époque, ou bien le parler argotique du C’est
chanson française, mais avec une nuance. En filigrane dans ce répertoire, j’ai voulu mettre un mauvais garçon. Un peu plus loin avec Les Feuilles mortes, je rends hommage à Jacques
en lumière toute la richesse des genres et des influences musicales plus ou moins lointaines, Prévert mais aussi à Joseph Kosma qui était d’origine hongroise. Honneur également à la
qui font désormais partie intégrante de l’identité et du patrimoine musical français. Corse et à Tino Rossi parce que je l’ai toujours aimé et que la beauté de sa voix n’est plus à
rappeler … C’est donc un disque qui brasse large dans les nationalités et les identités qui font
Comme certains le savent peut-être, je suis un très grand passionné de musiques du monde. la France d’aujourd’hui.
En explorant le répertoire français, nous allons encore beaucoup voyager : d’abord avec
des compositions venues d’ailleurs qui sont devenues d’inoubliables chansons françaises. TRANSMETTRE UNE
C’est ainsi par exemple pour J’attendrai, adaptée de la chanson italienne Tornerai, qui a PASSION CONTAGIEUSE
elle-même été inspirée de la musique classique et du déchirant chœur à bouche fermée de
l’opéra de Puccini, Madama Butterfly. C’est la mélopée que l’on entend lorsque Cio-Cio- Sans quitter la France, on voyage aussi avec des chansons qui me ressemblent, qui sont
San passe la nuit à attendre le retour de celui qu’elle aime, l’officier US Pinkerton. Forte de représentatives de mon propre parcours musical et qui illustrent mon univers artistique et
ces pérégrinations italiennes sur toile de tragédie japonaise, la chanson est ensuite devenue intime. J’emprunte le nom de l’album à la chanson de Serge Lama et Alice Dona, qui me
très fameuse en France. De nombreux grands interprètes l’ont reprise. Ici, nous avons voulu représente très bien. Il n’est pas rare en effet, lorsque je me balade dans la rue, d’entendre
avec Yvan rendre hommage à ces origines oubliées et nous commençons avec le thème « Tiens regarde, c’est le chanteur ! » ou bien que l’on m’interpelle en disant « Vous êtes
des bouches fermées revisité « à notre façon », qui se développe ensuite vers le célèbre Roberto, le chanteur ? ». C’est un peu mon surnom. Cette très belle chanson avec laquelle
« J’attendrai » que tout le monde connaît. j’ouvre mon album faisait un titre idéal pour ce disque qui est aussi – comme j’essaye de
le faire dans chacun de mes enregistrements – une partie de moi-même, un portrait de ce
Ensuite, on croise d’autres influences étrangères qui ont marqué le paysage musical français que je suis.
comme les accents arabo-andalous de la chanson d’Enrico Macias Adieu mon pays. Je
l’ai enregistrée avec beaucoup de plaisir, en installant au démarrage une atmosphère très Avec le chef-d’œuvre de Jacques Brel, La Chanson des vieux amants, la Belgique qui a tant
méditerranéenne, avec pour l’anecdote la contribution des puissantes cigales de l’arrière- apporté à la grande chanson française est également présente. Mais là aussi, je réserve
pays provençal où nous avons enregistré et que nous avons samplées pour l’occasion. J’en quelques surprises. Il est très difficile de reprendre une chanson qui est à ce point marquée
ai aussi légèrement modifié le texte : au lieu d’une amie, j’ai quitté mon enfant ­– on ne sait par son interprète et son compositeur. J’ai voulu apporter ma note personnelle, en ajoutant
pourquoi il a dû la quitter, une rupture ou un exil – qui sera ma propre fille sur l’album. On un passage en italien qui fait appel à mes origines et mes propres influences musicales. Je

4
l’interprète également dans une tonalité beaucoup plus haute que celle que chantait Brel, m’endormant, j’avais écouté des guitaristes de jazz et avais adoré ce rythme fantastique en
avec deux sauts, d’une sixte pour la voix et de deux tons pour la musique, à deux reprises. roulade qui continue très swing. Le matin même, je demandais à Rocky d’essayer au pied
Ces montées assez impressionnantes apportent un effet particulier et surtout une touche levé, ce qu’il a accompli avec brio puisqu’il l’a dans le sang. Et je dois dire qu’elle me plaît
poignante, avec un final de vraie chanson française lancinante. énormément comme cela.

Le voyage en chansons fait aussi étape en Pologne. Je suis aujourd’hui marié à une Au rang des influences du jazz manouche, j’ai tenu à rendre hommage à Django en
polonaise, qui est aussi une chanteuse, et j’ai voulu souligner les relations si anciennes qui reprenant Nuages, l’instrumentale qu’il a composée pour le Quintette du Hot Club de France,
lient nos deux pays, dans l’histoire depuis Napoléon mais aussi la science avec Marie Curie avec pour la version chantée les belles et délicates paroles de Jacques Larue évoquant ce
et évidemment la musique avec Chopin et bien d’autres virtuoses encore. Nombreux sont train qui quitte un quai et s’en va au loin. Nous avons choisi d’en faire une variante très
les polonais qui ont apporté leur talent à la culture française. J’ai choisi une chanson très douce avec une vocalité dans laquelle on a peut-être moins l’habitude de m’entendre,
drôle, que je commence en polonais avec mon épouse. Pour la seconde partie, j’ai adapté presque détimbrée, soufflée et susurrée. Dans deux ou trois morceaux de l’album, j’ai voulu
le texte en français afin que les francophones puissent comprendre ce qui se joue dans utiliser ce genre de voix de crooner suave, je dirais « à l’huile d’olive ».
ce couple, lui un peu baratineur-gaffeur et elle qui ne s’en laisse pas conter et lui répond
à peu près « tu ne m’y prends pas ». C’est d’une gaieté incroyable et communicative : Lorsqu’on en respecte l’authenticité, la croisée des genres est un creuset fertile. J’y apporte
c’était amusant de voir que tous les musiciens et techniciens, à l’écoute de ce morceau ma personnalité, ma touche. Aussi lorsque j’ai choisi Bohémienne aux grands yeux noirs,
pendant l’enregistrement, étaient en train de danser et de remuer ! C’est une musique très une sorte de valse revisitée en style swing et jazzy, je fais aussi de façon symbolique un
entraînante et divertissante. clin d’œil au monde d’où je viens et à ma passion première, l’opéra : ma version de cette
bohémienne commence et se termine par les notes de l’œuvre de Bizet, Carmen. Le tango
J’ai ensuite choisi Domino, une chanson que tout le monde connaît, sur un couple qui se que j’adore est aussi de la partie. Ce goût me vient peut-être de ma grand-mère qui était
déchire. Je fais intervenir ma fille Malèna pour un passage extrêmement émouvant, joué née à Buenos Aires ou des influences de mon vieux professeur sud-américain. Lorsque
en harmoniques par le grand Jean-Félix Lalanne qui est un champion de la guitare. Je dois je reçois des messages me disant que les tangos que j’ai enregistrés avec Yvan dans
dire que pour ce disque, je suis vraiment gâté : je suis accompagné de grands maîtres de mon album Pasión, comme La Cumparsita, sont diffusés dans les pays du tango que sont
cet instrument, chacun dans des styles différents mais très accomplis. Sur ce passage, Jean- l’Uruguay ou l’Argentine et y sont considérés comme des interprétations de référence, j’en
Félix utilise une guitare ténor, une guitare spéciale avec une sonorité très belle. Nous avons suis très heureux. Nous souhaitions aussi apporter et peut-être transmettre notre passion de
passé beaucoup de temps à peaufiner toutes les atmosphères de la chanson et je crois que ces musiques de caractère, pleines de vitalité, dans ce disque de chansons françaises. C’est
nous en avons créé une version très personnelle. ce que nous avons fait en accentuant le tempérament tango de l’arrangement, par exemple
dans Il pleut sur la route ou encore Un jour je te dirai. Cette dernière chanson – italienne au
J’adore la guitare. J’en ai moi-même joué et cet instrument m’a accompagné toute ma vie. C’est départ sous le titre Un giorno ti dirò – avait d’ailleurs été transformée à son époque en une
grâce à elle que j’ai réussi à m’exprimer, que j’ai osé un jour chanter devant un public, car j’étais très belle version tango sous le titre Algún día te diré.
extrêmement timide et je me cachais derrière elle comme on se protège derrière une armure. Je
suis aussi un grand amoureux du swing et du jazz. UN DISQUE COMME UNE FÊTE
J’ai voulu que ce disque soit une fête. Après ce que nous avons vécu, cette pandémie, le
Aussi, je ne pouvais continuer le voyage sans cheminer un moment avec mes potes les gitans confinement, l’isolement, la crise, j’ai voulu retrouver les gens avec toute une palette de
que je connais bien. La communauté gitane a apporté énormément à la musique française, couleurs, de styles et de sentiments, mais aussi le goût de la gaieté, du rythme, de la danse, du
depuis Django Reinhardt, en passant par Biréli Lagrène et aujourd’hui Rocky Gresset qui son. Il y a toutes les atmosphères dans ce disque. Avec quinze morceaux dans la tracklist, j’ai
est une grande star du jazz. À chaque fois que Rocky joue, on est émerveillé parce qu’il souhaité qu’il y ait une sorte de continuité possible, faire en sorte qu’on puisse l’écouter d’une
improvise et c’est sans cesse plus beau et de mieux en mieux. On oublie complètement la traite sans que la musique ne s’interrompe. On peut bien sûr sauter d’une plage à l’autre, mais
technique pour se laisser aller à ces cascades de notes d’une bravoure phénoménale. Je les musiques et les tonalités s’enchaînent. Nous avons créé une harmonie avec des passerelles,
suis ravi de l’avoir dans mon disque, comme mes autres musiciens bien sûr, qui sont tous une sorte de trait d’union d’une chanson à l’autre qui permet de les entendre sans pause,
excellents et que je connais bien depuis longtemps. Nous avons un parcours de plus de dix- comme si c’était une comédie musicale qui se déroulait et racontait une seule et même histoire.
sept années ensemble. Nous formons avec Yvan Cassar une vraie famille.
La fête est aussi celle des retrouvailles, du partage en musique avec ceux que l’on aime. Le
J’ai toujours beaucoup de plaisir à faire de la musique avec des partenaires qui sont dimanche d’enregistrement en famille dans ce studio légendaire qu’est La Fabrique, avec son
capables de me suivre dans mes explorations d’insatiable passionné, à créer et improviser impressionnante collection de 240 000 vinyles, en fut un symbole très spécial. Nous avons
sur le chant et sur le champ. C’est ainsi que C’est un mauvais garçon est passé en quelques eu l’impression d’être en vacances entre amis, le fils de Rocky était là, mes filles, mon petit-
secondes, ad hoc, de la valse classique et musette que nous avions prévue au départ avec fils, mon épouse et les conjoints des musiciens. C’était une ambiance très familiale, drôle et
Yvan – et que tous avaient répétée – à cette étonnante adaptation jazzy. La veille au soir en chaleureuse et je dois dire que c’est ce que j’aime. D’ailleurs, on s’en est rendu compte à cause

5
ou grâce à cette pandémie : on a redécouvert la valeur et l’importance du rapport humain, de
la proximité, de se serrer la main, de pouvoir s’embrasser, de se tenir côte à côte, de se taper
sur l’épaule. Aujourd’hui, nous avons pris conscience de l’importance de tous ces petits gestes.
Je crois que ce disque de l’après-confinement sera pour moi un jalon, la marque musicale d’un
nouveau départ dans la vie et dans les esprits de tous.

TRAVERSER LES STYLES


Je viens d’une famille où l’on aimait tous les styles, où l’on chantait tous les répertoires.
L’opéra du côté de ma mère, la variété et la chanson populaire et traditionnelle du côté de
mon père. J’ai entendu tout cela étant enfant. Ces chansons ont peuplé mon univers musical et
je les porte dans mon cœur depuis toujours. Il y en a certaines que je ferai peut-être décou-
vrir ou redécouvrir, comme Mayari que peu de gens connaissent.

Je suis particulièrement heureux d’avoir avec cet enregistrement l’opportunité d’offrir et


de transmettre toute la joie et le réconfort que m’apporte le chant sous toutes ses formes.
Le Chanteur sera un disque important dans ma carrière. Je pense et j’espère qu’il plai-
ra à mon public qui me suit depuis longtemps et qui sait que j’avais envie de cela, en
particulier après la période troublée que nous avons connue. Mais je sais aussi qu’il peut
créer la surprise. Cette incursion hors de mon répertoire habituel lyrique et classique,
dans un genre où l’on m’attend sans doute moins, a une saveur particulière. C’est en
tout cas un disque dans lequel j’espère que le public pourra percevoir l’infini plaisir que
j’ai à traverser les styles, à faire découvrir, grâce et par mon instrument qui est la voix,
ma passion et mon amour de la musique et à les partager avec le plus grand nombre.

Roberto Alagna
Les Studios de La Fabrique, Saint-Rémy-
de-Provence, le 21 juillet 2020
Propos retranscrits par Stella Vitchénian à partir de l’interview donnée à Sony

6
Rocky Gresset

Laurent Vernerey

Yvan Cassar

Thomas Cœuriot

Denis Benarrosh

Lionel Suarez
L
ockdown. The telephone rings, and my recording project – a CD of operatic music with a kind of prayer, a lamento. All this unfolds little by little in this deeply moving song, in
orchestra – is cancelled. I am offered the alternative of recording an album of songs – which – through the medium of this child – the emotions end up seeming perhaps even more
just voice and piano. This is the most frequent alternative for operatic artists, and the powerful.
one most compatible with the current health restrictions. So suddenly a longstanding
desire of mine, hidden away for many years, makes a reappearance. Something completely In a similar vein, I chose Mayari to pay tribute to a range of influences, Cuban, South
different. All that remains is for me to convince the crew to get on board with this new American and even North American, as it was Josephine Baker, no less, who originally
adventure – but it only takes a few minutes, and the decision is made. Le Chanteur (‘The sang it. I chose my daughter Ornella – the older one this time! – to take the role of the slave,
Singer’) is born! with that delicate voice. The authentic bond between father and daughter that unites us
adds yet more to the touching character of this song. As for me, I take on all the voices of the
FRENCH SONGS, AND FLAVOURS OF THE WHOLE WORLD Cuban band Lecuona Cuban Boys, whose most iconic voice, Alberto Rabagliati, was in fact
Unforeseen and born out of unique circumstances, this is a unique record. It is the first album Italian. Here we rediscover the French text of a piece that we might think of as happy, but
I have made devoted entirely to French song. We have made numerous journeys together, which in actual fact is serious and profound, recalling this town in Cuba with its experience
from the Kingdom of the Two Sicilies to South America with Pasión, from Italy to the United of slavery and laden with the suffering of its memory.
States with Little Italy, but I thought it was finally time to play the music of our own native
land, too. That’s why I am dedicating this album in its entirety to French song, but with a We go on to explore the France of Paris and its popular song, with Padam, padam and its
twist. Between the lines, as it were, in this repertoire, I have sought to highlight all the variety cheeky street singers, so characteristic of the music of the time, and the slangy speech of
of genres and influences from near and far that are now intrinsic elements of French musical C’est un mauvais garçon (‘He’s a bad boy’). Taking a step further with Les Feuilles mortes
identity and heritage. (‘Dead leaves’), I pay tribute to Jacques Prévert and also to Jacques Kosma, who was of
Hungarian origin. These tracks are also in honour of Corsica and Tino Rossi, because I
As many are no doubt aware, I am passionate about different musical cultures from all over have always loved him, and whose beautiful voice needs no further praise. This, then, is
the world. As we explore the French repertoire, we shall make many musical discoveries a record that casts a wide net across all those nationalities and identities that have made
on our travels... We begin with some compositions whose origins lie elsewhere, but which France what it is today.
have become memorable French melodies. This is the case, for instance, for J’attendrai
(‘I will wait’), adapted from the Italian song Tornerai (‘You will return’), which was itself COMMUNICATING A
inspired by the lacerating ‘Humming Chorus’ from Puccini’s opera Madama Butterfly. This CONTAGIOUS PASSION
is the melody we hear when Cio-Cio-San spends the night awaiting the return of the man
she loves, the American officer Pinkerton. Fresh from these Italian journeys on the canvas Without leaving France, we continue our journey with songs that reflect my personality, that
of Japanese tragedy, the song went on to become very famous in France. Several great are representative of my own musical career and illustrate my personal artistic universe. I took
singers have made their own versions of it. On this album, we wanted to pay tribute to the name of the album from the song by Serge Lama and Alice Dona, which portrays me very
these lost origins with Yvan, starting with the theme of humming, reworked in our own way, well. Indeed, it’s not uncommon when I’m out in the street to hear people say ‘Look, there’s the
which goes on to evolve into the universally known ‘J’attendrai’. We go on to encounter singer!’ or to shout out ‘Hey, you’re Roberto, the singer!’ It’s a kind of nickname. This beautiful
other foreign influences that have made their mark on the French musical landscape, such song, which opens the album, was an ideal title for this CD, which – like all my recordings (or
as the Arabic-Andalusian accents of the song Adieu mon pays (‘Farewell, my country’) by at least I hope so!) – is part of myself, a portrait of who I am.
Enrico Macias. I had great fun recording it, giving it a very Mediterranean atmosphere
at the start, adding in the heady sound of cicadas from the Provençal inland where we Jacques Brel’s masterpiece La Chanson des vieux amants (‘The old lovers’ song’) ensures that
made the recording, specially sampled for the occasion. I took the liberty of modifying the Belgium, which has made such a great contribution to French song, is also represented. But here,
text slightly: instead of a girlfriend, it was my child that I abandoned – it is unclear why I too, I have kept a few surprises in store. It’s very difficult to do a new version of a song which
had to leave her, whether it was a kind of severance or an exile. That child is performed bears the stamp of its original performer and writer so strongly. I wanted to add my own personal
by my own daughter on this album. We can hear her threnody merging with my voice in touch, by adding a passage in Italian that alludes to my origins and my own musical influences.

9
I also sing the piece in a much higher key than the one Brel sang in, with two leaps, a sixth for the and he pulled it off in style because it’s in his blood. And I have to say I really like how it’s
voice and two tones for the accompaniment, which appear twice. These rather striking jumps turned out.
add a distinctive effect and a touch of poignancy, with a finale that is a real slice of haunting
French song. Alongside these gypsy jazz influences, I was keen to pay tribute to Django by doing a
version of Nuages (‘Clouds’ or ‘It’s the Bluest Kind of Blues’), the instrumental piece he
Our journey in song also makes a stopover in Poland. I am married to a Polish woman who is wrote for the Quintette du Hot Club de France, using the beautiful, subtle words by Jacques
also a singer, and I wanted to highlight the longstanding ties that connect our two countries, in Larue, describing this train as it leaves a platform and heads off into the distance. We chose
history since Napoleon, but also in science with Marie Curie and of course music with Chopin to make a very gentle version of the piece, using a vocal style that people maybe haven’t
and a great many other virtuosos. There are so many Poles who have brought their talent to heard me use so often – stripped down, toneless, almost whispered. On two or three tracks
French culture. I chose a very witty song, which I start in Polish with my wife. For the second on the album, I wanted to use this smooth, crooner style of voice, like olive oil almost.
part, I have adapted the text in French so that French speakers can understand what is going on
between this couple – he’s a kind of bumbling but smooth-talking guy, while there are no flies on When you respect the authenticity of each genre, the intersection between them can prove
her and she basically lets him know ‘you don’t fool me’. The song has an incredible, infectious to be a fertile melting pot. I have added a dash of my own personality to the mix. So my
cheerfulness about it: it was amusing to see all the musicians and technicians listening to this choice of Bohémienne aux grands yeux noirs (‘Bohemian with great black eyes’), a sort of
piece during the recording dancing and swinging! This really is catchy, entertaining music. waltz reworked in a swinging jazz style, is also a symbolic wink towards the world I come
from and my first passion, opera. My version of this bohemian song begins and ends with
My next choice was Domino, a song universally known about a couple that are tearing notes from Bizet’s great work Carmen. My beloved tango is also here. My taste for tango
each other to pieces. I brought in my daughter Malèna for a very moving passage, played maybe comes from my grandmother, who was born in Buenos Aires, or from the influence of
in harmonics by the great Jean-Félix Lalanne, who is a true champion of the guitar. I have my old South American teacher. When I get messages telling me that the tangos I recorded
to say I am truly spoilt on this record: I’m accompanied by some great masters of this with Yvan on my albums Pasión, like La Cumparsita, are broadcast in the tango countries,
instrument, each with their own individual style but all supremely accomplished. For this Uruguay and Argentina, and are considered benchmark performances there, it makes me
passage Jean-Félix uses a tenor guitar, a special instrument with a beautiful tone. We spent very happy. We were also keen to add, and maybe convey, our passion in these character
a lot of time refining all the different atmospheres in this song, and I think we’ve succeeded pieces, so full of vitality, on this CD of French songs. This is what we were trying to do when
in creating a very personal version. we emphasised the tango character of our arrangement, for example in Il pleut sur la route
(‘It’s raining on the road’) and indeed Un jour je te dirai (‘One day I’ll tell you’). This last
I love the guitar. I played it myself, and this instrument has accompanied me throughout my song – originally Italian, with the title Un giorno ti dirò – was also reworked in its day as a
life. It’s the guitar that enabled me to express myself, that gave me the courage to sing in front very fine tango version, with the title Algún día te diré.
of an audience, because I was extremely shy and hid behind the guitar as if it were a suit of
armour. I’m also a great fan of jazz and swing. A RECORD LIKE A CELEBRATION
I wanted this disc to be a celebration. After living through this pandemic, with lockdown,
So I couldn’t continue this journey without taking at least a short walk with my ‘gypsy isolation and all the turmoil involved, I wanted to reconnect with people using a whole spectrum
mates’ who I know so well. The gypsy community has brought so much to French of colours, styles and emotions, but also with a spark of joyfulness, of rhythm, dance and
music, from Django Reinhardt via Biréli Lagrène and today Rocky Gresset, who is a sound. All these moods are present here. With 15 pieces on the tracklist, I wanted there to be
big jazz star. Every time Rocky plays, it’s amazing because he keeps improvising and a continuous thread running through the album, so people could listen in one sitting, with no
it just keeps getting better and better – stunning. You completely forget his technique and revel interruption to the music. Of course you can jump from one track to another, but the pieces and
in his cascades of notes, just phenomenal in their virtuosity. I’m thrilled to have him on my keys follow on one from the other. We have created a harmonic collection with links between the
record, just like my other musicians of course, who are all outstanding and whom I’ve known pieces, a kind of coupling connecting one song to the next which allows the listener to hear the
a long time. We’ve had a career of over 17 years together, and with Yvan Cassar we make entire record without a break, as if it were a piece of musical theatre gradually unfolding, telling
up a real family. a single, coherent story.
This celebration is also a reunion, celebrating a shared experience with loved ones through
I’ve always really enjoyed making music with partners who can follow me down my insatiable the medium of music. The Sunday we recorded it as a family in the legendary studio La
fan rabbit holes, so to speak, creating and improvising on the spot and on the hoof. This Fabrique, with its awe-inspiring collection of 240,000 vinyl records, was a special symbol
is how C’est un mauvais garçon came to evolve in a matter of seconds, ad hoc, from the of this. We had the impression of being on holiday among friends – Rocky’s son was there,
classical, musette waltz that we’d initially planned with Yvan – and that we’d all rehearsed my daughters, my grandson, my wife and the musicians’ spouses and partners. It was a real
– to this surprising jazzy adaptation. The night before, as I was going to sleep, I’d been family atmosphere, funny and warm, and to be honest this is what I love. What’s more, this
listening to some jazz guitarists, and just adored this fantastic trill rhythm that continues in a is something we appreciated because of, or even thanks to this pandemic: we rediscovered
very ‘swing’ mood. The very morning of the recording, I asked Rocky to try it out, impromptu, the value and importance of human relationships, of closeness, of shaking each other’s

10
hands, being able to embrace, be side by side, tap each other on the shoulder. Today, we In any event, this is a record which will, I hope, give listeners a sense of the endless pleasure
have become truly aware of the importance of these little gestures. I think this post-lockdown I take in crossing over between different styles and in imparting – through, and thanks to
record will prove a milestone for me, a musical emblem of a new departure in my life and my instrument, my voice – my passion and love for music; and in sharing it with the widest
in everyone’s spirits. possible audience.

SPANNING DIFFERENT STYLES Roberto Alagna


Les Studios de La Fabrique,
I come from a family where we liked all sorts of different styles and sang every kind Saint-Rémy-de-Provence, 21 July 2020
of repertoire. Opera on my mother’s side, pop music, folk and traditional songs on Adapted by Stella Vitchénian
my father’s side. I heard all of this as a child. These songs inhabited my musical world, and I have from an interview given to Sony
kept them in my heart ever since. There are some that people might be rediscovering or even hearing
for the first time, like Mayari, which not many people know.

I am particularly happy to have the opportunity, with this recording, of sharing and Producer: Yvan Cassar
communicating all the joy and comfort that singing has brought me in all its forms. Le Arrangers: Yvan Cassar, Roberto Alagna
Chanteur will be an important record in my career. I hope and think that my listeners who Artistic Advisor: Éric Chevalier
have followed me for a long time will enjoy it. They will know that this is just what I wanted, Recording Engineer: François Gauthier
especially after the troubled times we have gone through. But I also realise that some will be Mixing Engineer: Stéphane Briand
surprised. This foray outside my usual operatic and classical repertoire, in a genre which Recording Assistant / Studio La Fabrique: Daniel Cayotte
will probably be less expected for me, has a particular appeal all its own. Recording Assistant / Studio Sextan: Arthur Gouret
Mastering Engineer: Raphaël Jonin
Recording Locations: Les Studios de La Fabrique, Saint-Rémy-de-Provence and Studio
Sextan, Malakoff, France,16–23 July and 21–22 August 2020
Cover Design: Paul Marc Mitchell for WLP Ltd
Photography: Simon Fowler, except pp.7 & 12 C Stella Vitchénian, p.8
C Gérald Fleury (photo of Lionel Suarez)
Art Direction & Editing: WLP Ltd
Translation of Booklet Note: Saul Lipetz

11
Le Chanteur Celui qui rit, celui qui pleure

1 On a collé l’autre jour On est venu, ce soir, voir le chanteur


Ses photos dans les rues Et il peut bien pleuvoir
Ça faisait presque deux ans Le cœur rempli d’espoir, on est venu,
Qu’il n’était pas venu ce soir, voir le chanteur
Dans les théâtres, l’hiver
Il nous invente la mer © P.E.S.L
L’été, sous les chapiteaux
Il nous fait les oiseaux Padam, padam
Sous le soleil ambulant 2 Cet air qui m’obsède jour et nuit
De quelques projecteurs Cet air n’est pas né d’aujourd’hui
Il s’fait bronzer tous les soirs Il vient d’aussi loin que je viens
Sous le coup des onze heures Traîné par cent mille musiciens
Il nous fait croire un moment Un jour cet air me rendra folle
Qu’il est devenu notre amant Cent fois j’ai voulu dire pourquoi
Juste le temps, c’est bien court Mais il m’a coupé la parole
D’une chanson d’amour Il parle toujours avant moi
Et sa voix couvre ma voix
On est venu, ce soir
Voir le chanteur Padam, padam, padam
Le chanteur qu’il faut voir Il arrive en courant derrière moi
Celui qui rit, celui qui pleure Padam, padam, padam
Il me fait le coup du souviens-toi
Si l’on en croit les journaux Padam, padam, padam
On le verra debout C’est un air qui me montre du doigt
Après l’avoir attendu Et je traîne après moi comme
Les deux pieds dans la boue une drôle d’erreur
Comme on n’sera pas bien placé Cet air qui sait tout par cœur

On en verra qu’la moitié Il dit « rappelle-toi tes amours


Mais la moitié qu’on verra Rappelle-toi puisque c’est ton tour
On s’en contentera Y a pas d’raison pour qu’tu n’pleures pas
Avec tes souvenirs sur les bras »
On est venu, ce soir
Voir le chanteur Et moi je revois ceux qui restent
Le chanteur qu’il faut voir Mes vingt ans font battre tambour
Celui qui rit, celui qui pleure Je vois s’entrebattre des gestes
Toute la comédie des amours
Vers les minuit et demi Sur cet air qui va toujours
Finira le hasard
On l’emportera chez nous Padam, padam, padam
Au fond de nos mémoires Des « je t’aime » de quatorze-juillet
Peut être que lui aussi Padam, padam, padam
Nous emportera chez lui Des « toujours » qu’on achète au rabais
Pour effeuiller dans le noir Padam, padam, padam
Nos visages d’un soir Des « veux-tu » en voilà par paquets
Et tout ça pour tomber juste au coin d’la rue
On est venu, ce soir Sur l’air qui m’a reconnue
Voir le chanteur
Le chanteur qu’il faut voir Écoutez le chahut qu’il me fait

13
Comme si tout mon passé défilait Toi, tu m’aimais et je t’aimais
Faut garder du chagrin pour après Et nous vivions tous les deux ensemble
J’en ai tout un solfège sur cet air qui bat Toi qui m’aimais, moi qui t’aimais
Qui bat comme un cœur de bois
Mais la vie sépare ceux qui s’aiment
© 1951 Éditions Salabert, Paris, France. Tout doucement, sans faire de bruit
All Rights Reserved. International Copyright Secured. Et la mer efface sur le sable
Reproduced by kind permission of Hal Leonard Europe Srl, Italy. Les pas des amants désunis

Les Feuilles mortes © 1947, Reproduced by permission of Peter Maurice Music


Co Ltd/ EMI Music Publishing Ltd.
3 Oh, je voudrais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis J’attendrai
En ce temps-là la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu’aujourd’hui 4 J’attendrai
Le jour et la nuit
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle J’attendrai toujours
Tu vois, je n’ai pas oublié Ton retour
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Les souvenirs et les regrets aussi J’attendrai
Car l’oiseau qui s’enfuit
Et le vent du Nord les emporte Vient chercher l’oubli
Dans la nuit froide de l’oubli Dans son nid
Tu vois, je n’ai pas oublié
La chanson que tu me chantais Le temps passe et court
En battant tristement
C’est une chanson qui nous ressemble Dans mon cœur si lourd
Toi tu m’aimais, et je t’aimais Et pourtant, j’attendrai ton retour
Nous vivions tous les deux ensemble
Toi qui m’aimais, moi qui t’aimais J’attendrai
Le jour et la nuit
Mais la vie sépare ceux qui s’aiment J’attendrai toujours
Tout doucement, sans faire de bruit Ton retour
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis J’attendrai
Car l’oiseau qui s’enfuit
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle Vient chercher l’oubli
Les souvenirs et les regrets aussi Dans son nid
Mais mon amour silencieux et fidèle
Sourit toujours et remercie la vie Le temps passe et court
En battant tristement
Je t’aimais tant, tu étais si jolie Dans mon cœur si lourd
Comment veux-tu que je t’oublie ? Et pourtant, j’attendrai ton retour
En ce temps-là, la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu’aujourd’hui Le vent m’apporte
Des bruits lointains
Tu étais ma plus douce amie Guettant ma porte
Mais je n’ai que faire des regrets J’écoute en vain
Et la chanson que tu chantais Hélas plus rien
Toujours, toujours je l’entendrai Plus rien ne vient

C’est une chanson qui nous ressemble J’attendrai

14
Le jour et la nuit Dans le flot du regret
J’attendrai toujours
Ton retour J’ai quitté mon pays
J’ai quitté ma maison
J’attendrai Ma vie
Car l’oiseau qui s’enfuit Ma triste vie
Vient chercher l’oubli Se traîne sans raison
Dans son nid
J’ai quitté mon soleil
Le temps passe et court J’ai quitté ma mer bleue
En battant tristement Leurs souvenirs se réveillent
Dans mon cœur si lourd Bien après mon adieu
Et pourtant, j’attendrai ton retour
Soleil...
© 1937 Edizioni Leonardi Srl, Milan, Italy. Soleil de mon pays perdu
Des villes blanches que j’aimais
Adieu mon pays Des filles que j’ai jadis connues

5 J’ai quitté mon pays J’ai quitté une amie


J’ai quitté ma maison Je vois encore ses yeux
Ma vie Ses yeux mouillés de pluie
Ma triste vie De la pluie de l’adieu
Se traîne sans raison
Je revois son sourire
J’ai quitté mon soleil Si près de mon visage
J’ai quitté ma mer bleue Il faisait resplendir
Leurs souvenirs se réveillent Les soirs de mon village
Bien après mon adieu
Mais du bord du bateau
Soleil... Qui m’éloignait du quai
Soleil de mon pays perdu Une chaîne dans l’eau
Des villes blanches que j’aimais A claqué comme un fouet
Des filles que j’ai jadis connues
J’ai longtemps regardé
J’ai quitté une amie Ses yeux qui fuyaient
Je vois encore ses yeux La mer les a noyés
Ses yeux mouillés de pluie Dans le flot du regret
De la pluie de l’adieu
© 1963, Reproduced by permission of EMI Music Publishing France SA, London.
Je revois son sourire
Si près de mon visage Un jour je te dirai
Il faisait resplendir
Les soirs de mon village 6 Phrases, serments qui tôt s’envolent
Soupirs, baisers frivoles
Mais du bord du bateau De vous je suis las
Qui m’éloignait du quai D’autres ne voient que cela
Une chaîne dans l’eau Pour moi l’amour n’est pas là
A claqué comme un fouet
Garde ton âme claire et pure
J’ai longtemps regardé De toutes les souillures
Ses yeux qui fuyaient Ô toi que j’attends
La mer les a noyés Toi, ma princesse au cœur dormant

15
Toi, mon si doux roman O Mayari…
Mayari, dans chaque mot de tes refrains,
Un jour je te dirai passe un pleur
« C’est toi que j’aime ! » O Mayari…
Alors j’inventerai
D’ardents poèmes Pi-qui-ri-coumbambalamba fouacata-ca
pri-qui-ti-qui
Pour toi je chanterai Pleure toujours, O Mayari, esclave
Les mots suprêmes Pi-qui-ri-coumbambalamba fouacata-ca
Lorsque je te dirai pri-qui-ti-qui
« C’est toi que j’aime » O Mayari, pleure toujours, toujours…

L’ombre, la nuit, sur mes yeux pose Yé ! yé ! Ton père et sa tribu sont morts
Ce voile qui repose Yé ! yé ! Jamais tu ne les dois revoir
Du jour trop brutal Yé ! yé ! Pour toi plus de sommeil, d’espoir
Mon cœur te cherche, j’ai mal Yé ! yé ! Ta vie est le jouet du sort
Quel ciel te garde, quel val? Ah ! Pauvre enfant que l’on repousse
O Mayari… Toi dont l’âme est
Tout bas, puisque j’ignore en somme tendre et douce
Le nom dont on te nomme O Mayari-ri
Ma lèvre dit « Toi... » Mayari
Toi, c’est mon rêve, c’est ma foi Mayari
C’est plus que tout pour moi
© Heugel SA. Rights transferred to
Un jour je te dirai Alphonse Leduc Éditions musicales.
« C’est toi que j’aime ! » Reproduced by kind permission of
Alors j’inventerai Hal Leonard Europe Limited.
D’ardents poèmes
Bohémienne aux grands yeux noirs
Pour toi je chanterai
Les mots suprêmes 8 J’étais blasé de cueillir en vain
Lorsque je te dirai Des baisers profanes
« C’est toi que j’aime » Quand j’ai croisé sur le grand chemin
Ma belle gitane
Lorsque je te dirai J’ai voulu la suivre un jour
« C’est toi que j’aime » Dans sa caravane
Comme une tzigane
© 1936 Sugarmusic Sp, Milan, Italy. Éperdu d’amour
All Rights Reserved. International Copyright Secured. Je chante à mon tour
Reproduced by kind permission of Hal Leonard Europe Srl, Italy.
Bohémienne aux grands yeux noirs
Mayari  Tes cheveux couleur du soir
Et l’éclat de ta peau brune
7 Mayari, Sont plus beaux qu’un clair de lune
Dans l’esclavage et sous les coups, Bohémienne aux grands yeux noirs
nuit et jour J’ai vibré d’un tendre espoir
A Mayari… Je voudrais que tu sois mienne
Mayari, humble et courbé va sans espoir, Bohémienne.
sans amour
Mayari… Ne vois-tu pas que mon cœur ardent
Mayari, comme le cygne qui, plaintif, Est sous ton empire
chante et meurt Que sous tes pas j’implore et j’attends

16
Ton plus doux sourire Dans les nuages
Les tarots de ton grand jeu Dans les nuages
N’ont pu te le dire Dans les nuages
Mais tu peux lire
Au fond de mes yeux J’erre dans le blizzard et songe
Ce plus tendre aveu J’aime quand le climat est sombre
Mon sabre est serti de pierres
Bohémienne aux grands yeux noirs L’esprit a fui la raison
Tes cheveux couleur du soir On ne partage pas la même plume,
Et l’éclat de ta peau brune t’es dans la lune j’suis sur Neptune
Sont plus beaux qu’un clair de lune On dit qu’on s’aime, on ne s’aime plus
Bohémienne aux grands yeux noirs Tu m’as cherché, tu m’as perdu, yeah
J’ai vibré d’un tendre espoir Traverse ma douleur c’est un brasier infernal
Je voudrais que tu sois mienne On n’a pas su me fuir, dans mes bras
Bohémienne. c’est enfermé
Tes mots sont éphémères, leur valeur éternelle
© Benjamin Hermann. All Rights Reserved. J’observe mon passé, je ne suis bon
qu’à faire mal
Nuages
9 Je m’en vais, j’me porte bien mieux sans toi Sans toi je me sens libre, sans toi
Ton souvenir transperce mon sang froid je me sens vivre
J’ai envie de te croire quand tu pleures Je fais face à l’immense nuit, je demande
Mais plus je te hais moins le temps passe, yeah pardon elle m’a fait sauter dans le vide
Fracturée ta vie à présent n’est qu’une pensée
Mon âme est en guerre, j’aimerais Dans les nuages
quitter la tranchée Dans les nuages
L’ombre de ton corps apparaît sur le plancher Dans les nuages
Ton sourire et tes lèvres à mes yeux Dans les nuages
sont étrangers Dans les nuages
J’écris notre histoire, je lis dans ta voix Dans les nuages
J’ai peur qu’elle se heurte quand Dans les nuages
elle pense à moi
J’suis dans des sables mouvants, © 1941, Reproduced by permission of EMI Music Publishing France SA, London.
j’regarde le ciel et j’m’envole
La colère partage ma vie, plus j’m’en Domino
veux plus j’suis mauvais
10 Dominique,
J’suis perdu, j’suis seul dans le noir Le soleil s’est fait beau
Les battements de cœur sont violents J’ai le cœur comme une boîte à musique
Elle s’enfuit, la haine prend place J’ai besoin de toi
Je n’t’apprécie pas vraiment De tes mains sur moi
De ton corps doux et chaud
Sans toi je me sens libre, sans toi J’ai envie d’être aimée Domino
je me sens vivre Méfie-toi, mon amour, je t’ai trop pardonné
Je fais face à l’immense nuit, je demande J’ai perdu plus de nuits que tu m’en as données
pardon elle m’a fait sauter dans le vide Bien plus d’heures
À attendre, qu’à te prendre sur mon cœur
Dans les nuages Il se peut qu’à mon tour je te fasse du mal
Dans les nuages Tu m’en as fait toi-même et ça t’est bien égal
Dans les nuages Tu t’amuses de mes peines, et je m’use
Dans les nuages de t’aimer

17
S’arrêt’nt et plus rien... on a mal en d’dans
Domino, Domino Mon pot’ le gitan, c’est pas un marrant
Le printemps chante en moi, Dominique
Le soleil s’est fait beau Mon pot’ le gitan, un jour est parti
J’ai le cœur comme une boîte à musique Et Dieu seul sait où il balad’sa vie
J’ai besoin de toi, Ce typ’-là était un grand musicien
De tes mains sur moi Ca j’en étais sûr, moi je l’sentais bien
De ton corps doux et chaud Le tôlier m’a dit qu’on est v’nu l’chercher
J’ai envie d’être aimée Domino Un grand music-hall voulait l’acheter
Il est une pensée que je ne souffre pas Mon pot’ le gitan, il a refusé
C’est qu’on puisse me prendre ma place Un hauss’ment d’épaules et il s’est taillé
en tes bras
J’ai eu l’impression de perdr’un ami
Je supporte bien des choses, mais à force Et pourtant c’gars-là n’m’a jamais rien dit
c’en est trop Mais il m’a laissé un coin d’sa roulott’
Et qu’une autre ait l’idée de me voler mon bien Et dans ma p’tit’ têt’ j’ai du rêv’ qui trott’
Je ne donne pas cher de ses jours et des tiens Sa drôl’ de musiqu’ en moi est restée
Je regarde qui t’entoure prends bien garde Quand je pens’ à lui m’arriv’ de chanter
mon amour Toi sacré gitan, qui sentait l’cafard
Au fond ta musique était pleine d’espoir...
Domino, Domino
J’ai bien tort de me mettre en colère © 1954 SEMI
Avec toi, Domino
Je sais trop qu’il n’y a rien à faire Il pleut sur la route
T’as le cœur léger
Tu ne peux changer 12 Il pleut sur la route
Mais je t’aime, que veux-tu? Le cœur en déroute
Je ne peux pas changer, moi non plus Dans la nuit j´écoute
Domino, Domino Le bruit de tes pas
Je pardonne toujours, mais reviens
Domino, Domino Mais rien ne résonne
Et je ne te dirai plus rien Et mon corps frissonne
L´espoir s´envole déjà
© 1950, Reproduced by permission of Éditions Beuscher Arpège/ Sony/ATV Music Publishing Ltd, London. Ne viendrais-tu pas ?

Mon pot’ le gitan Dehors... le vent, la pluie


Pourtant, si tu m´aimes
11 Mon pot’ le gitan, c’est un gars curieux Tu viendras quand même
Un’ gueul’ toute noir’ des carreaux tout bleus Cette nuit
Y reste des heur’s sans dir’ un seul mot
Assis près du poêl’ au fond du bistrot Il pleut sur la route
C’gars là un’roulott’ s’promèn’ dans sa têt’ Dans la nuit j´écoute
Et quand ell’ voyag’ jamais ne s’arrêt’ À chaque bruit mon cœur bat
De tas d’pays(y)sag’s sortent de ses yeux Ne viendras-tu pas?
Mon pot’ le gitan, c’est un gars curieux
L´orage est partout
Mon pot’ le gitan, c’est pas un marrant Dans un ciel de boue
Et dans not’ bistrot personn’ le comprend Mais l´amour se rit de tout
Comme tous ces gars-là il a sa guitar’
Un’ guitar’ crasseus’ qui vous coll’le noir Il a dit ce soir
Quand y s’met à jouer, la vieille roulott’ Pour le recevoir
Galop’ dans sa têt’, les joueurs de belott’ Chez moi tout chante l´espoir

18
Dans nos musettes
Dehors... le vent, la pluie Elles viendront nous voir
Pourtant, si tu m´aimes Elles guincheront comme des filles
Tu viendras quand même En s’enroulant dans nos quilles
Cette nuit Et nous lirons
Dans leurs yeux chavirés
Il pleut sur la route L’aveu qu’elles n’osent murmurer
Dans la nuit j´écoute
À chaque bruit mon cœur bat C’est un mauvais garçon
Ne viendras-tu pas? Il a des façons
Pas très catholiques
© 1988 Universal Music Publishing MGB France. On a peur de lui
Quand on le rencontre la nuit
C’est un mauvais garçon  C’est un méchant p’tit gars
Qui fait du dégât
13 Nous les paumés Si tôt qu’y s’explique
Nous ne sommes pas aimés Mais y a pas mieux
Des grands bourgeois Pour t’donner l’grand frisson
Qui nagent dans la joie Qu’un mauvais garçon
Il faut avoir
Pour être à leur goût Maniusiu, ach
Un grand faux col
Et un chapeau mou 14 Maniusiu
Maniusiu joj, Maniusiu ach
Ça n’fait pas chic une casquette Pasujesz do mnie, że aż strach 
Ça donne un genre malhonnête Jak masło do chleba 
Et c’est pourquoi Jak gwiazdka do nieba 
Quand un bourgeois nous voit  
Il dit en nous montrant du doigt Maniusiu cyk, Maniusiu hop 
Maniusiu będę fajny chłop 
C’est un mauvais garçon Więc daj szybko dzióba 
Il a des façons I lubą moją bądź 
Pas très catholiques  
On a peur de lui Nie dla psa kiełbasa 
Quand on le rencontre la nuit Nie dla kota szperka 
C’est un méchant p’tit gars Kto by tam uwierzył wam 
Qui fait du dégât Każdy chłop to taki sam 
Si tôt qu’y s’explique  
Ça joue du poing Niby jedną lubi 
D’la tête et du chausson A na drugą zerka 
Un mauvais garçon Mnie nie weźmie na ten bas 
Żaden z was 
© 1936 Éditions Salabert, Paris.  
All Rights Reserved. International Copyright Secured. O nie kochanie To nie bujanie 
Reproduced by kind permission of Hal Leonard Europe Srl, Italy. To naj naj naj naj naj najszczersza
prawda jest 

Toutes les belles dames Nie dla psa kiełbasa


Pleines de perles et de diam’s Nie dla kota szperka
En nous croisant Może z inną uda się
Ont des airs méprisants Ze mną nie
Oui mais demain
Peut-être ce soir Maniusiu, niech mnie ścisną drzwi

19
Królewski dom urządzę ci Que vivre en paix pour des amants ?
Na obiad banany Bien sûr, tu pleures un peu moins tôt
A w kuchni dywany Je me déchire un peu plus tard
Nous protégeons moins nos mystères
Maniusiu, jak mi serce dasz On laisse moins faire le hasard
Z królików lisa u mnie masz On se méfie du fil de l’eau
I strój się, dziewojo Mais c’est toujours la tendre guerre
I moją, luba, bądź
Oh, mon amour
© Jerzy Petersburski & Emanuel Schlechter Mon doux, mon tendre
All Rights Reserved. mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
La Chanson des vieux amants Je t’aime encore, tu sais, je t’aime
15 Bien sûr, nous eûmes des orages © 1967 Éditions Jacques Brel, Brussels.
Vingt ans d’amour, c’est l’amour fol
Mille fois, tu pris ton bagage
Mille fois, je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l’eau
Et moi celui de la conquête

Oh, mon amour


Mon doux, mon tendre,
mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore, tu sais, je t’aime

Moi, je sais tous tes sortilèges


Tu sais tous mes envoûtements
Tu m’as gardé de piège en piège
Je t’ai perdue de temps en temps
Bien sûr, tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement, finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

Oh, mon amour


Mon doux, mon tendre,
mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore, tu sais, je t’aime

Et plus le temps nous fait cortège


Et plus le temps nous fait tourment
Mais n’est-ce pas le pire piège

20

Vous aimerez peut-être aussi