Vous êtes sur la page 1sur 14

Module : Schéma d’électricité 2

Chapitre 3 : Les Moteurs à Courant Continu

Les moteurs à courant continu sont des appareils qui transforment


l’énergie électrique en énergie mécanique. La construction des moteurs
est identique à celle des génératrices, de sorte qu’une machine à courant
continu est réversible, c’est-à-dire peut servir indifféremment comme
moteur ou comme génératrice.

L’usage des moteurs à courant continu est plutôt restreint, car la distribution se fait à courant
alternatif. Cependant, pour certaines applications il est parfois avantageux d’installer des
convertisseurs transformant le courant alternatif en courant continu et d’utiliser des moteurs à courant
continu. La supériorité de ces moteurs réside dans le fait qu’ils se prêtent facilement à un contrôle
souple, continu et presque instantané de leur vitesse.

Les moteurs à courant continu ont les mêmes modes d’excitation que les génératrices. On
distingue donc:

 les moteurs à excitation indépendante


 les moteurs à excitation à dérivation (excitation shunt)
 les moteurs à excitation série
 les moteurs à excitation compound

I. Moteur à excitation séparée ou indépendante


Lorsque le courant d’excitation est maintenu constant, le flux utile reste invariable quel que
soit le courant I dans l’induit, c’est-à-dire quel que soit le couple résistant exercé sur l’arbre. Le
moteur fonctionne est à flux constant.

1. Symbole sous Automation studio


M1
0 tr/min
F1 A1

F2 A2
PE

2. Problèmes du démarrage

Pour assurer le démarrage d’un moteur, on doit se poser les deux questions suivantes:

 Le couple moteur est-il suffisant pour vaincre le couple résistant?


 L’intensité appelée au moment du démarrage n’est-elle pas trop élevée?

TSE 2ème année Page 1


Module : Schéma d’électricité 2

Le problème du couple suffisant au démarrage est toujours résolu avec le moteur à excitation
séparé, on est simplement amené à limiter la valeur du courant appelé. Si l’on ne prend pas de
précaution spéciale en appliquant la tension nominale à un moteur au repos, l’appel de courant Id est
forcément très élevé, car le moteur étant arrêté, sa f.c.é.m. est nulle.

Une telle surintensité entraînerait la destruction de l’induit. Pour la limiter, on pourrait réduire
la tension d’alimentation. Si la tension d’alimentation est fixe. Dans ce cas on est obligé d’utiliser un
rhéostat de démarrage.

3. Précautions

 Il est important de signaler que lorsque l’excitation est coupée le moteur s’emballe.

C’est pour éviter cet inconvénient grave en cas de rupture accidentelle du circuit d’excitation, que
l’électro-aimant est alimenté par l’intermédiaire du circuit d’excitation.

 L’excitation du moteur doit être maximale au démarrage

II. Moteur à excitation série


Le moteur série à l’induit et l’inducteur traversé par le même courant. Donc lorsque la charge
augmente, la vitesse de rotation décroît comme l’inverse du courant d’induit. On peut dire que le
moteur série est une machine à vitesse très variable avec la charge.

4. Symbole

5. Démarrage

a-Rhéostat de démarrage :

Au démarrage le courant des moteurs à courant continu série peut atteindre des valeurs
absolument inacceptables. Pour le limiter à des valeurs admissibles. On insère des résistances en série
ou des rhéostats à plots avec le circuit induit-inducteur.

Schéma de principe :

TSE 2ème année Page 2


Module : Schéma d’électricité 2

b-Rhéostat de d’excitation :

Le réglage de la vitesse se fait en plaçant un rhéostat en parallèle avec l’inducteur série, ce qui
a pour conséquence de dériver une partie du courant inducteur, ce qui provoque une diminution du
flux inducteur et une augmentation de la vitesse du moteur

Circuit de principe :

 Particularité :

Le moteur à excitation série présente un inconvénient majeur, celui de s’emballer à vide. C’est
pourquoi il faut éviter de l’accoupler à une machine entrainée par courroie.

 Emploi :

Appareil de levage, de manutention et de traction.

6. Démarrage manuel avec rhéostat de démarrage

Montage pratique et schéma développé :

TSE 2ème année Page 3


Module : Schéma d’électricité 2

Au démarrage :

Le rhéostat est sur le plot mort et est inséré en série avec le circuit induit-inducteur

- Fermeture de Q1
- En tournant la manette dans le sens horaire. Le rhéostat à sa valeur maximale.
- Au fur et à mesure que le moteur prend de la vitesse, on fait diminuer la résistance d’au cran à
un autre jusqu’au dernier plot ou la résistance Rd est nulle.
- Pour diminuer la vitesse il suffit de faire tourner la manette dans le sens trigonométrique (donc
Rd va augmenter).
- Pour faire arrêter le moteur, mettre la manette sur le premier plot, le rhéostat est à sa valeur
maximale, le moteur ralenti donc.
- La manette sur le plot mort, le moteur s’arrête.

Remarque importante :

Avant chaque démarrage, il faut s’assurer que la manette est sur le plot mort.

7. Démarrage manuel avec rhéostat de démarrage et variateur de vitesse


combiné

TSE 2ème année Page 4


Module : Schéma d’électricité 2

Schéma explicatif :

- Le démarrage se fait en insérant puis en éliminant les


résistances partie (A-B)
- La variation de vitesse se fait en manipulant la manette de
C à D’, ce qui a pour effet de dévier une partie du courant
inducteur.
- La partie (D-D’) doit rester en service afin d’éviter le
court-circuitage de l’inducteur série et par la suite
l’emballement du moteur.

8. Démarrage manuel deux sens de marche

Schéma pratique et conditions de démarrage:

- Au démarrage : le rhéostat de démarrage doit être à


sa résistance maximale.
- Inversé le commutateur Q2 dans le sens désiré avant
le démarrage.
- A l’arrêt : vérifier que Rd sur le plot mort

Changement du sens de rotation, en inversant le courant


dans l’induit ou l’inducteur mais non les deux à la fois.

Schéma explicatif :

TSE 2ème année Page 5


Module : Schéma d’électricité 2

9. Démarrage semi-automatique un sens de marche

Circuit de commande et de puissance :

Fonctionnement :

 Circuit de Puissance :
- Fermeture manuelle de Q1
- Fermeture de KM1 (contacteur de ligne)
- Fermeture de KM2 (court-circuit de R1)
- Fermeture de KM3 (court-circuit de R2)
 Circuit de commande :
- Impulsion sur S2
- Excitation de KM1
- Fermeture du contact d’auto-maintien KM1
- Fermeture du contact temporisé au travail KM1
- Excitation de KM2
- Fermeture du contact temporisé au travail KM2
- Excitation de KM3

TSE 2ème année Page 6


Module : Schéma d’électricité 2

- Ouverture du contact instantané KM3 (le circuit est alimenté à travers la résistance
d’économie Re pour limiter la consommation des bobines des contacteurs)
- Arrêt par impulsion sur S1

10. Démarrage semi-automatique deux sens de marche

 Solution 1 : Inversion du courant d’induit


Schéma de puissance et de commande :

Fonctionnement :

 Circuit de puissance :
- Fermeture manuelle de Q1
- Fermeture de KM1 (marche avant)
- Fermeture de KM2 (marche arrière)
- Fermeture de KM3 (court-circuit de R1)
- Fermeture de KM4 (court-circuit de R2)
- Fermeture de KM5 (court-circuit de R3)

TSE 2ème année Page 7


Module : Schéma d’électricité 2

 Circuit de commande
- Impulsion sur S2 ou S3
- Excitation de KM1 ou KM2 (auto alimentation)
- Excitation de KM3 par contact KM1 ou KM2 temporisé au travail
- Excitation de KM4 par contact KM3 temporisé au travail
- Excitation de KM5 par contact KM4 temporisé au travail
- Auto-maintien de KM5 à travers Re
- Arrêt par impulsion sur S1
 Solution 2 : Inversion du courant d’inducteur
Schéma de puissance et de commande :

Fonctionnement :

 Circuit de puissance :
- Fermeture manuelle de Q1
- Fermeture de KM1 ou KM2
- Fermeture de KM3
- Fermeture de KM4 (couplage direct du moteur sur le réseau d’alimentation)
 Circuit de commande :
- Impulsion sur S2 ou S3
- Excitation de KM1 ou KM2

TSE 2ème année Page 8


Module : Schéma d’électricité 2

- Excitation de KM3 par contact KM1 ou KM2 temporisé au travail


- Excitation de KM4 par contact KM3 temporisé au travail
- Arrêt par impulsion sur S1

Remarque :

- La condamnation entre KM1 et KM2 doit être mécanique et électrique car la fermeture
simultanée de ces deux contacteurs provoque un court-circuit.
- L’inversion de sens de marche se fait sans passer par l’arrêt.

III. Moteur à excitation dérivation ou shunt


Le moteur à excitation parallèle ou dérivé (appelé couramment shunt) lorsque son inducteur
est monté aux bornes de l’induit.

La tension appliquée aux bornes de l’inducteur et par suite le courant inducteur sont
indépendants de la charge.

1. Symbol

2. Démarrage

a-Rhéostat de démarrage :

Au démarrage du moteur shunt et en raison de la faiblesse de la résistance de l’induit, le


courant de démarrage peut prendre des valeurs absolument inacceptables (10 à 20 fois le courant
nominale), on est alors conduit à placer en série avec l’induit un rhéostat de démarrage qui limitera le
courant à une valeur acceptable.

Schéma de principe :

Le rhéostat de démarrage pour le moteur shunt possède


généralement 3 bornes de connexions :

 L : Ligne
 E : Excitation
 M : Moteur

TSE 2ème année Page 9


Module : Schéma d’électricité 2

b-Rhéostat d’excitation :

Pour la variation de la vitesse, on emploi le rhéostat d’excitation (désigné souvent par rhéostat
de champ), au démarrage le courant d’excitation est toujours maximale (le rhéostat ne possède pas de
plot mort).

Schéma de principe :

3. Démarrage manuel avec deux sens de marche

Montage pratique :

Schémas explicatifs :

TSE 2ème année Page 10


Module : Schéma d’électricité 2

Schéma développé :

L’inversion du sens de rotation d’un moteur shunt se


fait en inversant le sens du courant dans l’induit ou dans
l’inducteur et non pas les deux à la fois.

Cependant, l’inversion du sens de courant dans


l’induit est généralement recommandée, pour éviter tout risque
d’emballement du moteur.

4. Démarrage semi-automatique un sens de marche

Circuit de puissance et de commande :

TSE 2ème année Page 11


Module : Schéma d’électricité 2

Fonctionnement :

 Circuit de puissance :
- Fermeture de Q1
- Fermeture de KM1 contacteur de ligne
- Fermeture de KM2 (court-circuit de R1)
- Fermeture de KM3 (Court-circuit de R2)
- Ouverture de KM2
 Circuit de puissance :
- Impulsion sur S
- Excitation de KM1
- Auto-alimentation de KM1 par KM1
- Excitation de KM2 par contact KM1 temporisé au travail
- Auto-alimentation de KM2 par KM2
- Excitation de KM3 par contact KM2 temporisé au travail
- Auto-alimentation de KM3 par KM3
- Ouverture de KM2 par KM3 contact NF

5. Démarrage semi-automatique deux sens de marche

Circuit de puissance et de commande :

TSE 2ème année Page 12


Module : Schéma d’électricité 2

Fonctionnement :

 Circuit de puissance :
- Fermeture de Q1
- Fermeture de KM1 ou KM2 (marche AV ou AR)
- Fermeture de KM3 (Court-circuit de R1)
- Ouverture de KM4 (Court-circuit de R1)
 Circuit de puissance :
- Impulsion sur S1 ou S2
- Excitation de KM1 ou KM2
- Auto-alimentation de KM1 ou KM2
- Excitation de KM3 par contacts KM1 ou KM2 temporisés au travail
- Excitation de KM4 par contact KM3 temporisé au travail
- Ouverture de KM4 et alimentation du circuit via Re

Remarque :

Pour limiter la surtension lors de l’ouverture des contacts KM11 ou KM2 du circuit inducteur,
On monte en parallèle sur l’enroulement d’excitation une résistance de décharge R.

IV. Moteur à courant continu à deux vitesses


Schéma de puissance et principe:

Le principe est basé sur la variation


de la tension d’alimentation de
l’induit. Dans le cas présent on utilise
deux tensions donc obtention de deux
vitesses.

Fonctionnement :
 1er vitesse GV:
- Fermeture manuel de Q1
- Fermeture de KM1, moteur
en excitation shunt, alimenté
en 120 v.
 2ème vitesse PV:
- Fermeture de KM2
- Ouverture des contacts KM2

TSE 2ème année Page 13


Module : Schéma d’électricité 2

- Fermeture de KM1, moteur en excitation indépendante, sous 24 v.

1. Démarrage en PV ou GV commande semi-automatique

Schéma et fonctionnement :

- Action maintenu sur S2


- Excitation de KM1 (GV)
- Action maintenu sur S3
- Excitation de KM2 (excitation indépendante)
- Fermeture du contact KM2

2. Démarrage en PV ou GV commande automatique

TSE 2ème année Page 14

Vous aimerez peut-être aussi