Vous êtes sur la page 1sur 65

Les

 roches  magma,ques  
But du cours

Comprendre les roches endogènes

•  leur organisation interne: minéralogie

•  leur diversité: classification

•  leur origine: genèse des magmas

•  leur répartition sur la Terre: géodynamique interne


Rappels  
Introduction

Magma: mélange essentiellement silicaté (phase fluide + cristaux + gaz dissous)

Type Caractéristiques Roche


de préférentiellement
magma Physiques Chimiques formée

1200°C < T
Ultrabasique Très riche en Fe, Mg, Ca Péridotite (π)
Très peu visqueux
1000 °C< T < 1200°C Riche en Fe, Mg, Ca
Basique Basalte (β)
Peu visqueux Pauvre en K, Na, Si
750°C < T < 1000°C Présence de Fe, Mg, Ca,
Intermédiaire Andésite (α)
Visqueux Na, K, Si
T < 750°C Pauvre en Fe, Mg, Ca
Acide Granite (γ)
Très visqueux Riche en K, Na, Si
Introduction

Cristallisation fractionnée: processus d’évolution et de différenciation magmatique

Magma primaire Magma intermédiaire Magma différencié

Liq0 - Sol0

Liq Rés1 - Sol1

Liq Rés2 - Sol2

Sol3

Roche basique Roche intermédiaire Roche acide

T°C
SiO2
FeMg
Introduction

Roches magmatiques: roches résultant de la solidification d’un magma

Principaux minéraux
Principales
familles Oliv Pyrox Amph Micas Qz Fd Alc Plagio Plagio
Na > Ca Na < Ca

Péridotites x x x

Gabbro/Basalte x x x x

Diorite/Andésite x x x x x

Granodiorite/Dacite x x x x x

Syénite/Trachyte x x x x

Granite/Rhyolite x x x x
Séries  magma.ques  
Définition

Série magmatique: association de roches magmatiques co-génétiques (càd, qui


dériveraient d’un même magma initial par cristallisation fractionnée), dont la
distribution est limitée dans le temps et dans l’espace.

Série magmatique

Critères chimiques et minéralogiques Critères temporels et spatiaux


Définition

Il existe 5 séries magmatiques:

ultra-alcaline alcaline transitionnelle calco-alcaline tholéitique


Définition

Chaque série contient des R. primaires, intermédiaires et différenciées.

Roches Roches Roches


Série magmatique
primaires intermédiaires différenciées
Hyper-alcaline ou Basalte à f.,
Néphélinite Shoshonite
Shoshonitique Néphélinite
Moyennement Basalte alcalin
Téphrite Phonolite
Alcaline à olivine
Transitionnelle Hawaïte
Basalte
ou Mugéarite Trachyte
à olivine
Alcaline sodique Benmoréite
Alcaline potassique Basalte alcalin Trachy-andésite Rhyolite
Basalte Andésite
Calco-alcaline Rhyolite
andésitique Dacite
Basalte Ferrobasalte
Tholéitique Rhyolite
tholéitique Icelandite

Hawaïte:β alc. à andésine Mugéarites: α à oligoclase et CPx riche en Ca


Benmoréites: α à Plagio Na Icelandite: α à labrador et CPx pauvre en Ca
Shoshonite: Tep à labrador, Oliv, CPx et f Tholéitique: β à Px, Plagio et Qz
Identification des séries magmatiques
Diagramme %SiO2 vs. (%Na2O + %K2O)
Définition

Mais, en pratique, on en distingue 3 principales:

alcaline calco-alcaline tholéitique

Alc/SiO2 fort Alc/SiO2 moy Alc/SiO2 faible

ultra- moyennement alcaline alcaline


alcaline alcaline
sodique potassique

bcp peu ou pas Na > K Na < K


de f de f
Définition

Chaque série contient des R. primaires, intermédiaires et différenciées.

Roches Roches Roches


Série magmatique
primaires intermédiaires différenciées
Hawaïte Phonolite
Basalte
Alcaline Mugéarite Trachyte
alcalin
Benmoréite Rhyolite
Basalte Andésite
Calco-alcaline Rhyolite
andésitique Dacite
Basalte Ferrobasalte
Tholéitique Rhyolite
tholéitique Icelandite

Hawaïte:β alc. à andésine Mugéarites: α à oligoclase et CPx riche en Ca


Benmoréites: α à Plagio Na Icelandite: α à labrador et CPx pauvre en Ca
Shoshonite: Tep à labrador, Oliv, CPx et f Tholéitique: β à Px, Plagio et Qz
Identification des séries magmatiques
Diagramme %SiO2 vs. (%Na2O + %K2O)
Identification des séries magmatiques
Diagramme %SiO2 vs. (%Na2O + %K2O)
Identification des séries magmatiques
Diagramme %SiO2 vs. (%Na2O + %K2O)
Identification des séries magmatiques
Diagramme AFM

S. tholéitique: Fe

S. calco-alcaline: Fe
Synthèse
Caractères distinctifs des 3 principales séries magmatiques

Série alcaline Série tholéitique Série calco-alcaline


40% < % SiO2 < 47% 48% < % SiO2 < 52% 52% < % SiO2 < 62%
Chimie

4% < Alc Alc < 4% Bas < 25%


1% < K2O K2O < 1% 1% < K2O
2% < TiO2 TiO2 < 2% TiO2 < 2%
R. ultra-basique à basique R. basique R. intermédiaire
Olivine: Olivine: Olivine:
abondante et stable rare et réactionnelle réactionnelle
Pyroxènes: Pyroxènes: Pyroxènes:
Augite Augite + 1 Px non Ca Augite + Hypersthène
Minéralogie

Oxydes: Oxydes: Oxydes:


Ilménite + Magnétite Magnétite Magnétite
Plagio: Plagio: Plagio:
An75-60 An90-75 An60-45

Feldspathoïde possible Tridymite possible Tridymite


Feldspath K possible Amphibole et Biotite
R. mélanocrate à mésocrate R. mésocrate R. mésocrate à leucocrate
Basalte alcalin Basalte tholéitique Andésite
Conclusions

Chaque série se distingue par des caractéristiques primaires et a donc une origine
différente.
Origine  des  magmas  
Fusion partielle

Magma: phase fluide résultant de la fusion d’une roche magmatique

Fusion partielle: processus inverse de la cristallisation fractionnée

Liquide + Résidu solide

Fusion partielle
MAGMA ROCHE
Cristallisation fractionnée

Solide + Liquide résiduel


Fusion partielle

La fusion d’une roche est contrôlée par:

-  la température: T°C  avec la profondeur


-  la pression, qui s’oppose à l’agitation atomique: Pkbar avec la profondeur
-  la présence d’eau: [H2O]  avec la profondeur

T°C et Pkbar contrôlent le degré de fusion partielle.

+ T°C , + le degré de fusion partielle  + Pkbar, + le degré de fusion partielle 

La fusion d’une roche est liée au gradient géothermique (33°C/km).


Fusion partielle

Dans des conditions normales, le gradient géothermique ne franchit pas le solidus: la


fusion des roches ne peut avoir lieu.

La fusion peut avoir lieu, si l’un des facteurs est modifié.

Solidus: courbe marquant le


début de la fusion partielle

Liquidus: courbe marquant


le début de la fusion totale

Péridotite anhydre

T°C min de fusion = 1150 °C


Fusion partielle

La fusion partielle peut être due à :

- un réchauffement isobare (hausse de la température à P constante) par apport


d’énergie.

Lieu: Point chaud


Fusion partielle

La fusion partielle peut être due à :

- une décompression adiabatique (chute de pression à T°C constante) sans échange


de chaleur.

Lieu: sous les dorsales


Dessin ou schéma de corps magmatiques
Fusion partielle

La fusion partielle peut être due à :

- une baisse du point de fusion (à T°C et P constantes) par apport de fluides (H2O,
CO2)

Lieu: Zone de subduction


Nature possible du matériel solide
Rappels sur la structure interne de la Terre

Discontinuité: changement des paramètres physiques (d, P, T°C, rigidité, viscosité)


ou chimiques.

Moho: 30 km

ZMV: 70-150 km

Z. transition: 400-700 km

Gutemberg: 2900 km

Lehmann: 5200 km

ZMV: Vp et Vs , car présence


de phase fluide.
Nature possible du matériel solide
Rappels sur la structure interne de la Terre

Le lieu le plus propice à la


formation des magmas est la
Zone de Moindre Vitesse.

La ZMV marque la limite


entre:

-  la lithosphère (croûtes +
partie sommitale du manteau
sup).
-  l’asthénophère.
Nature possible du matériel solide

Sur terre, il existe 3 types de matériel solide pouvant subir une fusion partielle:

Manteau Croûte océanique Croûte continentale


Nature possible du matériel solide

Chaque enveloppe est caractérisée par une composition chimique différente.

Croûte Croûte Manteau


Oxyde Croûte continentale
continentale océanique sup.

SiO2 61,5 50,4 44,8 SiO2 > 52% Bas > 10 % Alc = Ca
TiO2 0,7 1,7 0,2
Al2O3 15,1 14,9 4,5 Roche intermédiaire et calco-alcaline
FeO* 5,7 10,2 8,4
Croûte océanique
MnO 0,1 0,2 0,1
MgO 3,7 7,3 37,2 SiO2 > 45% Bas > 25 % Alc < Ca
CaO 5,5 11,3 3,6
Na2O 3,2 2,9 0,6 Roche basique et calco-sodique
K 2O 2,2 0,3 0,1
Manteau supérieur
H 2O 1,0 0,4 0,1

Bas 15,0 29,0 49,3 SiO2 < 45% Bas > 50 % Alc < Ca

Alc 5,4 3,2 0,7


Roche ultrabasique et calco-sodique
Nature possible du matériel solide

Chaque enveloppe est donc caractérisée par un type de roche magmatique différent.

Manteau Croûte océanique Croûte continentale

Péridotite Basalte Andésite


Nature possible du matériel solide

Magma: étape transitoire entre une phase de fusion partielle d’une zone mantellique
ou crustale et une phase de solidification.

Matériel Mécanisme Série magmatique

Croûte océanique  du point de fusion Calco-alcaline

Croûte continentale Réchauffement isobare Alcaline

Manteau Détente adiabatique Tholéitique


Origine des magmas tholéitiques
Hypothèses et pétrologie expérimentale

En 1928, Bowen a émis l’hypothèse que les basaltes tholéitiques provenaient de la


fusion partielle d’une roche mère ayant la composition d’une péridotite à feldspaths
calciques.

Des travaux expérimentaux ont affiné cette hypothèse et ont montré qu’:

-  un assemblage minéralogique (Ol + Px + Plagio Ca) est instable si:

P > 8-10 kbar T°C > 1100°C Profondeur < 25 km sous les océans

-  la roche mère théorique (ou pyrolite) serait une péridotite de type Lherzolite.

SiO2 TiO2 Al2O3 Fe2O3 FeO MnO MgO CaO Na2O K 2O


45,16 0,76 3,54 0,46 8,04 0,14 37,49 3,08 0,57 0,13
Origine des magmas tholéitiques
Origine de la roche mère

Péridotites: R. ultra-mafiques typiques du manteau sup., composées principalement


de 3 minéraux FeMg et d’un minéral alumineux

Olivine πà
Plagioclase = P< 10 kbar
Forstérite (Mg2SiO4)
Plagioclase
+

ClinoPyroxène πà
+ Spinelle = Spinelle 10 < P < 20 kbar
Diopside (CaMgSi2O6)

Orthopyroxène πà
Grenat = P > 20 kbar
Enstatite (Mg2Si2O6) Grenat

Spinelle: Oxyde typique du métamorphisme de MP


Grenat : (néso)silicates typiques du métamorphisme de HP
Origine des magmas tholéitiques
Produits de la fusion partielle de la roche mère

La Lherzolite donne par fusion partielle (°fp > 20%) un liquide basaltique tholéitique
et un solide résiduel péridotite de type Harzburgite appauvri en certains éléments (Ti,
Al, Ca, Na, K).

BP, HT
Basalte
° fp > 20%
Prof = 60 km
Liquide tholéitique
magmatique

Péridotite
initiale

Lherzolite
Résidu Harzburgite
de fusion
Origine des magmas alcalins
Hypothèses et pétrologie expérimentale

Des travaux expérimentaux ont démontré que:

-  les basaltes alcalins résulteraient également de la fusion partielle d’une péridotite


de type Lherzolite,
-  mais à une profondeur plus importante (HP, HT) et avec un degré de fusion partielle
plus faible (°fp < 5%)
Origine des magmas alcalins
Produits de la fusion partielle de la roche mère

La Lherzolite donne par fusion partielle (°fp < 5%) un liquide basaltique alcalin et un
solide résiduel péridotite de type Harzburgite appauvri en certains éléments (Ti, Al,
Ca, Na, K).

BP, HT
Basalte
° fp > 20%
Prof = 60 km
Liquide tholéitique
magmatique
HP, HT Basalte
° fp < 5% alcalin
Péridotite Prof = 200 km
initiale

Lherzolite
Résidu Harzburgite
de fusion
Origine des magmas calco-alcalins
Hypothèses et pétrologie expérimentale

L’origine des magmas calco-alcalins a été plus problématique à déterminer car il faut
satisfaire à plusieurs contraintes:

Les magmas doivent:

-  présenter un caractère hydraté,


-  être du type ultrabasique ou basique,
-  subir une évolution et une différenciation magmatique.
Origine des magmas calco-alcalins
Hypothèses et pétrologie expérimentale

1ère hypothèse: les magmas calco-alcalins proviendraient d’une contamination de


magmas basaltiques par des granites et des roches sédimentaires lors de
l’ascension du magma.

Les progrès de la géochimie isotopique ont infirmé cette hypothèse en démontrant


que la signature isotopique des magmas calco-alcalins était incompatible.
Origine des magmas calco-alcalins
Hypothèses et pétrologie expérimentale

2ème hypothèse: les magmas calco-alcalins résulteraient de la fusion partielle de


péridotites mantelliques hydratées par l’apport d’H2O provenant de la croûte
océanique subductée subissant le métamorphisme.

Pour répondre à toutes les contraintes, le modèle proposé repose sur:

-  des interactions entre manteau et croûte (assimilation et transfert de fluide),


-  une différenciation par cristallisation fractionnée,
-  des mélanges de magma.
Contexte  géodynamique  
Introduction

L’activité volcanique se concentre essentiellement aux limites des plaques mais


également au cœur des plaques (océaniques ou continentales).
Magmatisme associé à la divergence lithosphérique
Dorsales océaniques

Au niveau des dorsales, la croûte océanique est amincie, du fait de la divergence


lithosphérique, ce qui provoque une remontée du manteau.

Remontée du manteau

P  à T° cte
Magmatisme associé à la divergence lithosphérique
Dorsales océaniques

Au niveau des dorsales, la croûte océanique est amincie, du fait de la divergence


lithosphérique, ce qui provoque une remontée du manteau.

Remontée du manteau

P  à T° cte

Décompression
adiabatique


Fusion partielle (20%)
à BP, HT de péridotite


Magma tholéitique
Magmatisme associé à la divergence lithosphérique
Dorsales océaniques

Dans la chambre magmatique, des cellules de convection se mettent en place à


cause des flux de chaleur et des apports de magma.

Cellules de convection

Différentiation &
Evolution magmatique


Séquence ophiolitique
Magmatisme associé à la divergence lithosphérique
Dorsales océaniques

Au niveau des rides médio-océaniques, on observe des basaltes en forme de coussin


(pillow lava) appelés MORB (Mid-Ocean Ridge Basalt)

MORB: Mid-Ocean Ridge Basalt


Magmatisme associé à la divergence lithosphérique
Rifting continental

Rifting continental: 1ère phase géodynamique de séparation entre 2 plaques

Remontée du manteau


Dôme lithosphérique
Rift Est Africain

Fusion partielle (5%) à HP, HT


de péridotite


Magma alcalin
Magmatisme associé à la divergence lithosphérique
Rifting continental

Si la phase d’extension se poursuit, la croûte s’amincit.

Remontée du manteau

P  à T° cte

Décompression
adiabatique


Fusion partielle (20%)
à BP, HT de péridotite


Magma tholéitique
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs insulaires

Au niveau des zones de subduction (co-co), la croûte océanique, qui s’enfonce (P et


T° ), subit le métamorphisme (modification minéralogique à l’état solide).

Décarbonations et
déshydratations

Libération de CO2 et H2O

Hydratation du manteau

P > 10-15 kbar


Prof > 30-50 km
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs insulaires

Au niveau des zones de subduction (co-co), la croûte océanique, qui s’enfonce (P et


T° ), subit le métamorphisme (modification minéralogique à l’état solide).

Décarbonations et
déshydratations

Libération de CO2 et H2O

Hydratation du manteau

Fusion partielle de
péridotite hydratée (30 km)


Magma calco-alcalin
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs insulaires

Au niveau des zones de subduction (co-co), le magma calco-alcalin, formé vers 30


km de profondeur, remonte à la surface pour former des basaltes et des andésites.
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs insulaires

Au niveau des zones de subduction (co-co), on observe du magmatisme de type


calco-alcalin.

IAT: Island Arc Tholeit

Arc des Petites Antilles:


Montagne Pelée (Martinique),
La Soufrière (Guadeloupe),
Mont-Serrat (Saint Vincent)

Pinatubo (Philippines)

Ceinture de Feu
du Pacifique
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs continentaux

Au niveau des zones de subduction (co-cc), la croûte océanique, qui s’enfonce (P et


T° ), subit le métamorphisme (modification minéralogique à l’état solide).

Décarbonations et
déshydratations

Libération de CO2 et H2O

Hydratation du manteau
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs continentaux

Au niveau des zones de subduction (co-cc), la croûte océanique, qui s’enfonce (P et


T° ), subit le métamorphisme (modification minéralogique à l’état solide).

Décarbonations et
déshydratations

Libération de CO2 et H2O

Hydratation du manteau

Fusion partielle de
péridotite hydratée (70 km)


Magma calco-alcalin
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs continentaux

Au niveau des zones de subduction (co-cc), la fusion partielle, débutant à une plus
forte profondeur, ne permet pas à la totalité du magma d’atteindre la surface.
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs continentaux

Au niveau des zones de subduction (co-cc), on observe du volcanisme aérien de type


andésitique.

Chaînes des Cascades:


Mont Saint-Helens

La ceinture volcanique
de l’Amérique
Centrale

La cordillère
des Andes
Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Arcs continentaux

Au cours de la remontée du magma, la croûte continentale peut fondre partiellement


et donner naissance à des magmas granitiques: il s’agit de l’anatexie crustale.

Remontée du magma

T  localement

 du gradient
géothermique


Fusion partielle de la
croûte continentale


Magma granitique

T°C de fusion = 750 °C


Magmatisme associé à la convergence lithosphérique
Orogenèse

Au niveau des zones de collision (cc-cc), la formation de chaînes de montagnes


entraîne un épaississement crustal.

Epaississement crustal

P et T 

Libération d’H2O et de CO2


Fusion partielle de la croûte
continentale hydratée


Magma granitique

T°C de fusion = 750 °C


Magmatisme intraplaque

L’activité volcanique intraplaque est marquée par l’existence de points chauds (hot
spots).

Ils résultent de remontées de panaches mantelliques dues à des courants de


convections au sein du manteau inférieur (anomalies thermiques).

Remontée de panaches
mantelliques


T°  localement à P cte
Magmatisme intraplaque

L’activité volcanique intraplaque est marquée par l’existence de points chauds (hot
spots).

Ils résultent de remontées de panaches mantelliques dues à des courants de


convections au sein du manteau inférieur.

Remontée de panaches
mantelliques


T°  localement à P cte


Fusion partielle

 
°fp = 20 % °fp = 5 %
BP, HT MP, HT

 
Tholéitique alcalin
Magmatisme intraplaque

Au niveau des points chauds, on observe un alignement de volcans:

-  sous marins émettant des basaltes alcalins,


-  aériens émettant des basaltes tholéitiques.

Le Piton de
la Fournaise
(La Réunion)
Etna (Italie)
Hawaï

OIB: Oceanic Island Basalt