Vous êtes sur la page 1sur 7

TD Fibres Optiques

Par Walter Fopa (PHD candidate in Telecommunications)

P
P0

1,0

0,8

Signal rétrodiffusé
0,6

0,4

0,2

0
0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 z en km

Cadre 1 Signal rétrodiffusé en fonction de la longueur de fibre parcourue

ETUDE D’UN SIGNAL RETRODIFFUSE


1 Pour caractériser un échantillon de fibre, on a réalisé le montage de rétrodiffusion.
1.1 Mesurer la longueur de la fibre.
1.2 En déduire le temps t qui sépare les 2 échos (pics) de réflexion sur l'entrée et la sortie de la
fibre, sachant que n=1,465
2 Entre les 2 pics on observe le signal rétrodiffusé ; il est représenté par une branche d'exponentielle
P
décroissante qui suit la loi de Beer :  e 2 z où P0 est la puissance rétrodiffusée à l’entrée de
P0
la fibre,  le coefficient d’atténuation et z la longueur de fibre parcourue par la lumière avant
P
diffusion.. A partir du graphe P/P0 = f(z) (voir Cadre 1).Que vaut pour z = 2,0 km ?
P0
2.1 Calculer  (exprimé en km-1).
2.2 Calculer l'atténuation linéique Al en dB/km.

Exercice 2
1. La fréquence normalisée d'une fibre est donnée par V=2.a.ON./. On rappelle que la valeur
limite de V est de 2,405 . On donne l’indice de cœur n1 = 1,465 et le diamètre 2a = 4m. Pour
quelles valeurs de ON la fibre est-elle monomode à  = 0,633 m? Quelle est alors la valeur limite
de  ?
2. Une fibre a une atténuation linéique Al = 0,5 dB/km à  = 1300 nm. On suppose que l'atténuation
est due uniquement à la diffusion Rayleigh. Quelle est l'atténuation linéique à  = 850 nm ?

Page 1 sur 7
BILAN ENERGETIQUE D’UNE LIAISON OPTIQUE
Exercice 1.

On a l’habitude d’exprimer les puissances dans une unité pratique appelée dBm. On rappelle qu’une
puissance exprimée en dBm (PdBm) est égale à 10 fois le logarithme décimal de cette puissance
exprimée en mW.
A l’entrée d’une liaison à fibre, on injecte une puissance moyenne Pentrée = 6,2 dBm. La liaison est
constituée de 5 fibres de 2,8 km de longueur mises bout à bout, ayant une atténuation linéique de
2,5 dB/km . Chaque connecteur entre 2 fibres produit une perte de 0,3 dB.
1. Calculer l’atténuation totale A de la liaison.
2. Quelle puissance moyenne Psortie peut-on récupérer à la sortie ? (on l’exprimera en dBm et en
mW).
3. Le signal de sortie est récupéré sur une photodiode de sensibilité 0,54 A/W. Quel courant
moyen i traverse cette photodiode ?

Exercice 2.

1. Une diode-laser émet un signal numérique (0 mW - 80 mW), avec un débit de 50 Mbits/s, à la


longueur d’onde de 1300 nm. Elle est couplée à une fibre amorce et les pertes du couplage valent
12 dB. Exprimer la puissance moyenne P1 à la sortie de la fibre amorce en mW et en dBm.
2. Le récepteur est une photodiode pin, de sensibilité 0,5 A/W, de capacité C’ = 1 pF (voir figure
8.33). On admet un T.E.B. de 10-9. Quel est le seuil de détection P2 en mW et en dBm ?
3. On décide de prendre une marge de sécurité de 4 dB. On dispose de bobines de fibre de 5 km de
longueur et d’atténuation linéique 0,6 dB/km. Chaque connecteur a une perte moyenne de 0,2 dB.
4. Quelle longueur de liaison peut-on installer ?

Exercice 3.

1. Une diode-laser émet un signal numérique (0 mW – 20 mW), à la longueur d’onde de 1300 nm.
Elle est couplée à une fibre amorce et les pertes du couplage valent 15 dB. Exprimer la puissance
moyenne P1 à la sortie de la fibre amorce en mW et en dBm.
2. On installe une longueur de liaison de 62 km. On dispose de bobines de fibre de 8 km de longueur
et d’atténuation linéique 0,7 dB/km. Chaque connecteur a une perte moyenne de 0,15 dB.
Exprimer la puissance moyenne P2 à l’entrée du détecteur en mW et en dBm.
3. On décide de prendre une marge de sécurité de 4 dB. Le récepteur est une photodiode PDA, de
sensibilité 0,5 A/W, de capacité C’ = 10 pF(voir figure 8.33). On admet un T.E.B. de 10-9 .A quel
débit maximum d’informations peut-on travailler ?

Exercice 1:
Un faisceau laser se propageant dans l’air pénètre dans une fibre optique sous une incidence i1 = 10 °.
(Voir schéma de la fibre optique). Cette fibre optique est constituée d’un cœur et d’une gaine de
matériaux différents et d’indices différents.
1) L’indice du cœur de la fibre est nc = 1,48. Calculez l’angle de réfraction i2 après passage du faisceau
de l’air dans le cœur.
2) Sous quel angle d’incidence le faisceau arrive-t-il ensuite au point M sur la surface de séparation
entre le cœur et la gaine ? (voir schéma. Attention ! Les angles NE SONT PAS respectés sur ce
schéma).

Page 2 sur 7
3) L’indice de la gaine est ng = 1,46. Obtient-on un faisceau réfracté dans la gaine ? Justifiez votre
réponse et précisez de quel phénomène il s’agit ?

Exercice 2 : Fibre optique à saut d’indice

Une fibre optique à saut d’indice est constituée :


 d’un cœur, de rayon a et d’indice de réfraction nc ;
 d’une gaine, de rayon b et d’indice de réfraction ng. En général on prend nc = 1,5 et
ng = 0,99nc. La fibre est placée dans l’air (na = 1,00).
Un rayon lumineux au centre O du cœur de la fibre avec un angle d’incidence θ. Il pénètre
dans la fibre et rencontre la gaine, pour la première fois, au point J, sous l’angle d’incidence i
comme représenté ci-dessous.

1) Déterminer la vitesse de la lumière dans la fibre


2) Quelle condition doit satisfaire l’angle i pour que le rayon soit totalement réfléchi au
point J ?
3) Cette fibre est placée dans un milieu d’indice no et a pour face d’entrée un plan de
section droite. Montrer que tout rayon incident situé dans le plan méridien de la fibre
et formant un angle θ avec son axe reste ensuite prisonnier dans le cœur de la fibre si θ
est inférieur à une valeur limite θL. Exprimer l’ouverture numérique la fibre en
fonction des indices na, ng et nc.
II- La propagation d’un rayon lumineux à l’aide d’une fibre optique à saut d’indice peut être
schématisé par la figure ci-dessous :

Page 3 sur 7
On donne : n0 = 1,2 Longueur de la fibre : L = 2 km. n1 = 1,85 ; n2 = 1,5
1- Calculer l’angle minimal i1R qui permet la réflexion totale du rayon dans la fibre.
2- Calculer l’angle maximal θ0MAX qui autorise la propagation du signal dans la fibre.
3- Pour le mode de propagation en ligne droite sans réflexions, calculer le temps de
transmission d’une information dans cette fibre.
4- Pour un mode de transmission correspondant à des réflexions successives de i1 =
70° calculer le temps de transmission de l’information.
5- déterminer la dispersion modale et débit pour chacun des cas suivant :
a) 500 m b)10 km c) 20 km . Conclure.

Exercice 3 :

Exercice 4

1.1 Indiquer les avantages et les inconvénients, à ce jour, de la fibre optique par rapport à
la paire torsadée en cuivre, en fonction des critères suivants :

• performances de transmission
• sécurité
• mise en œuvre
• économique

1.2 Citer les trois types de fibres actuellement commercialisés.


1.3 En réseau local, quel est le type de fibre principalement utilisé ?

Les émetteurs optiques sont de deux types : la diode laser ou la diode électroluminescente.

Page 4 sur 7
1.4 Comment est caractérisée l’émission lumineuse d’une diode laser par rapport à
l’émission d’une diode électroluminescente ?

La fibre multimode à saut d’indices a une dispersion modale importante. En vous aidant
des chronogrammes « propagation des rayons lumineux dans la fibre » de l’annexe 1,

1.5 Expliquer simplement ce qu’est la dispersion modale (on parle aussi de dispersion des
temps de propagation).
1.6 Sur quel paramètre d’une liaison par fibre optique influe une augmentation de la
dispersion modale ?

La liaison est composée d’un émetteur, d’un récepteur optique et de deux connecteurs
d’extrémités. La liaison fibre optique est composée de plusieurs brins raccordés par des
épissures.

Caractéristiques:

• longueur de la liaison 10500 m


• longueur d’un brin 2200 m
• ouverture numérique de la fibre : ON = 0.2
• affaiblissement de la fibre 1,2dB/km
• pertes aux épissures 0.6dB
• pertes aux connecteurs 1 dB par connecteur
2
• Le rendement de couplage à l’émission : R = ON /2
• Pémise * R = Pcouplée

 la puissance émise est la puissance émise par la diode


 la puissance couplée est la puissance réellement injectée dans la fibre

1.7 Déterminer le nombre de brins et leur longueur. En déduire le nombre d’épissures.


Aidez-vous d’un schéma en faisant apparaître tous les éléments constituant la liaison
fibre optique.
1.8 Calculer l’atténuation totale de la liaison depuis l’émetteur jusqu’au récepteur.

Page 5 sur 7
1.9 Le niveau du signal émis est de – 3 dbm. Déterminer le niveau de puissance émise en
watt de ce signal.
1.10 Calculer le rendement de couplage à l’émission. En déduire la puissance couplée en
Watt et en dbm.
1.11 Déterminer par le calcul le niveau absolu de puissance du signal en bout de ligne en
dbm puis en Watt.
Le récepteur est une photodiode à avalanche. Sa sensibilité S est de 60 A/W.
1.12 Déterminer par le calcul l’intensité du signal électrique fournie par le récepteur.

Le récepteur (photodiode à avalanche) a un niveau de seuil Pseuil = - 45 dbm (niveau


minimal de détection de signal par la photodiode)

1.13 Quelle est la longueur maximum de la ligne avec ses connecteurs d’extrémités (ne pas
tenir compte des épissures) ?

Exercice 5

Page 6 sur 7
Page 7 sur 7