Vous êtes sur la page 1sur 49

HYDROÉLECTRICITÉ

Evrard Karol EKOUEDJEN


Doctorant, Ingénieur de
Conception Génie Energique
Tél : (+229) 66214740
Email : ekouedjen92@gmail.com
Plan Introduction Générale

Chapitre 1 : Les centrales


hydroélectriques

Chapitre 2 : Les turbines

Chapitre 3 : Dimensionnement
d’une Centrale Hydroélectrique
Introduction Générale
Pourquoi l’énergie hydroélectrique?

énergie propre

Hydroélectricité émet très peu de gaz à


énergie renouvelable
effet de serre (GES)

Importants potentiels hydroélectrique


rendement énergétique supérieur
dans le monde et au Bénin
Chapitre 1 : Les centrales
hydroélectriques
Histoire de l’hydroélectricité

L'Histoire de la production hydroélectrique dans le monde a débuté dans le dernier quart


du xixe siècle avec les premières centrales hydroélectriques dans les Alpes et s'est
accélérée au siècle suivant grâce au progrès dans les technologies de l'interconnexion
électrique et de la conduite forcée.

- Les premiers barrages sont créés pour des besoins de stockage de l'eau, sans turbine
électrique.

Barrage Zola
Histoire de l’hydroélectricité

- En 1869, l'ingénieur Aristide Bergès utilise


l'énergie hydraulique sur une chute de
deux cents mètres à Lancey pour faire
tourner ses défibreurs, râpant le bois afin
d'en faire de la pâte à papier.
- La turbine Pelton est conçue en 1880
pour les hautes chutes, mais leur
utilisation pour produire de l'électricité
est encore très rare.

Turbine Pelton
Histoire de l’hydroélectricité

- En 1882, Aristide Bergès, qui vient de parler avec un esprit visionnaire de « houille
blanche » en 1878 à Grenoble, met en place une conduite forcée de 500 mètres
de dénivelée et adjoint une dynamo Gramme à ses turbines pour produire du courant
électrique et éclairer son usine, puis alimenter la papeterie qu'il a adjointe à sa râperie
de bois.

- La houille blanche désigne l’utilisation de l’énergie hydroélectrique produite


par les chutes d’eau, par analogie avec le charbon qui était, au xixe siècle, la
principale source d'énergie connue et exploitée.
Principe de production d’électricité

De façon schématique, l'objectif d'une centrale hydroélectrique consiste à exploiter


l'énergie potentielle de l'eau grâce à la différence de hauteur entre l'aval et l'amont (eau
s'écoulant du haut vers le bas). Le potentiel d’énergie exploitable est proportionnel au
produit du débit et de la différence de hauteur.
Principe de production d’électricité

- L’énergie potentielle de l’eau est


convertie en énergie cinétique linéaire
lors de la descente dans la conduite
forcée (penstock). 𝐸𝑃𝐶𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡,𝑖𝑛 = 𝑚𝑔𝐻
- L’énergie cinétique linéaire est
convertie ensuite en énergie cinétique
de rotation dans la turbine hydraulique
1
(turbine). 𝐸𝐶𝐶𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡,𝑖𝑛 = 2 𝑚𝑉 2
- Enfin, l’énergie cinétique de rotation
de la turbine est transformée en
potentiel électrique dans l’alternateur
(générateur)
Différents types de centrales hydroélectriques

Centrales à haute pression ou chute

On parle de centrale à haute chutes lorsque les La turbine Pelton est adaptée aux hautes
chutes ont un dénivelé supérieur à 200 m chutes (200 à 1 800 mètres) et faible débit.
Différents types de centrales hydroélectriques

Centrales à moyenne pression ou chute


Les centrales de moyennes chutes sont
caractérisées par une hauteur de chute
comprise entre 30 et 200m. L'usine se situe
généralement au pied du barrage. Ce sont
souvent des usines de retenues. Elles se
trouvent en moyenne montagne, elles
utilisent les réserves d'eau accumulées sur des
courtes périodes. Ces centrales d'éclusée
servent pour la régulation journalière ou
hebdomadaire de la production.

Les centrales de moyenne chute


sont équipées de turbine Francis
Différents types de centrales hydroélectriques

Centrales à basse pression ou chute

Désigne une centrale hydroélectrique


caractérisée par une hauteur de chute
faible, généralement dotée de turbines
de type Kaplan ou à impulsion radiale.
Différents types de centrales hydroélectriques

Classification suivant la puissance installée

- Les grandes centrales hydroélectriques


(GCH), d'une puissance de plus de 10 MW ;
- Les petites centrales hydroélectriques (PCH)
caractérisées par une puissance installée
maximale de 10 MW

 petites centrales (500 kW à 10 MW),

 microcentrales (20 kW à 500 kW) et

 picocentrales (moins de 20 kW),


Différents types de centrales hydroélectriques

Classification en fonction du type d'installation exploité

- Les centrales au fil de l'eau,

- Les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP)

- Les centrales alimentées par un canal ou une conduite.


Différents types de centrales hydroélectriques

Les centrales au fil de l'eau

Centrales au fil de l’eau : centrales sans


capacité d'accumulation ou dont la capacité
d'accumulation est relativement réduite. Ces
installations fonctionnent généralement en
mode permanent sous forme d'installations
de charge de base. La durée de remplissage
de l'éventuel bassin d'accumulation est
inférieure à 2 heures (D ≤ 2 h). Elle est
calculée à partir du débit annuel moyen du
cours d'eau. Chief Joseph Dam près de Bridgeport (Washington),
une des plus grandes centrales de ce type
Différents types de centrales hydroélectriques

Les centrales au fil de l'eau


Différents types de centrales hydroélectriques

Les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP)

Les stations de transfert d’énergie par


pompage (STEP) sont des installations
hydroélectriques qui puisent aux
heures creuses de l'eau dans un
bassin inferieur afin de remplir une
retenue en amont (lac d'altitude).
L'eau est ensuite turbinée aux heures
pleines. L'électricité de ces stations est
appelée essentiellement en période
de pointe.
Différents types de centrales hydroélectriques

Les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP)


Différents types de centrales hydroélectriques

Les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP)

- STEP sans apports en eau naturels : centrales à turbines réversibles produisant de


l'électricité exclusivement à partir de l'eau préalablement pompée dans des bassins
d'accumulation situés plus haut en amont. L'apport en eau est négligeable (< à 5 % du débit
annuel moyen obtenu par turbinage). Il ne s'agit donc pas d'une conversion d'énergie
renouvelable.
- STEP avec apports naturels en eau : centrales dont les bassins d'accumulation en amont
sont remplis à plus de 5 % du débit annuel moyen en mode turbinage par des apports
naturels en eau. Les apports naturels en eau entraînent une conversion d'énergie en partie
renouvelable.
Différents types de centrales hydroélectriques

Les centrales alimentées par un canal ou une conduite


Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Fondamentalement, une centrale hydroélectrique est constituée de trois


éléments :
- un barrage (sauf pour les installations au fil de l'eau) ;
- un canal de dérivation ;
- les dispositifs de conversion en électricité

 Turbine

 alternateur

 Réseau de transformation et d

distribution
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Le barrage
Un barrage est un ouvrage d'art
construit en travers d'un cours d'eau
et destiné à en réguler le débit
et/ou à stocker de l'eau,
notamment pour le contrôle des
crues, l'irrigation, l'industrie,
l'hydroélectricité, la pisciculture, une
réserve d'eau potable, etc.
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage poids
Un barrage poids est un barrage dont la propre
masse suffit à s'opposer à la pression exercée par
l'eau. Ce sont des barrages souvent relativement
épais, dont la forme est généralement simple (leur
section s'apparente dans la plupart des cas à un
triangle rectangle). Un barrage-poids est un barrage
construit à partir d’éléments de maçonnerie en
béton, de roche et de terre et conçu pour retenir
l'eau en utilisant seulement le poids de la matière qui
s’oppose à la pression horizontale de l'eau
s’exerçant sur le barrage1
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage poids
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage en remblais

Un barrage en remblai est un barrage


constitué d'un matériau meuble, qu'il soit très
fin ou très grossier (enrochements).

Cette famille regroupe plusieurs catégories,


très différentes. Les différences proviennent
des types de matériaux utilisés, et de la
méthode employée pour assurer
l'étanchéité.
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage en remblais
- Le barrage homogène est un
barrage en remblai construit
avec un matériau suffisamment
étanche (argile, limon). C'est la
technique la plus ancienne de
barrages en remblais.
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage en remblais
Le barrage à noyau argileux comporte un
noyau central en argile (qui assure
l'étanchéité), épaulé par des recharges
constituées de matériaux plus perméables.
Cette technique possède au moins deux
avantages sur le barrage homogène :
(1) les matériaux de recharge sont plus
résistants que les matériaux argileux, on
peut donc construire des talus plus raides et
(2) on contrôle mieux les écoulements qui
percolent dans le corps du barrage.
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage en remblais

Plus récente, la famille des barrages à masque


amont. L'étanchéité est assurée par un «
masque », construit sur le parement amont du
barrage. Ce masque peut être en béton armé
(il se construit actuellement de nombreux et
très grands barrages en enrochements à
masque en béton armé), en béton bitumineux,
ou constitué d'une membrane mince (les plus
fréquentes : membrane PVC, membrane
bitumineuse).
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage-voûte
Un barrage-voûte est un type de barrage dénommé
ainsi en raison de sa forme arquée caractéristique.

La forme courbe de ces barrages permet


de reporter les efforts dus à la poussée de
l'eau sur chaque côté des rives, le
barrage décrit donc un arc sur le plan
horizontal.
Ce type de barrage est utilisé dans des
vallées étroites disposant de versant très
rigides capable de supporter le poids de
l'eau.
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrage contreforts ou multivoûtes

Un barrage à contreforts possède, comme son


nom l'indique, des contreforts triangulaires en
béton qui lui permettent de reporter la
pression de l'eau vers le sol. Il est très léger car
son poids se réduit seulement à celui des
contreforts. Il est surtout utilisé dans des larges
vallées.
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Types de barrages
 Barrages mobiles à aiguilles
Le barrage mobile ou à niveau constant, a
une hauteur limitée ; il est généralement
édifié en aval du cours des rivières, de
préférence à l’endroit où la pente est la plus
faible. On utilise généralement ce type de
barrage dans l’aménagement des estuaires
et des deltas.
Eléments constitutifs d’une centrale hydroélectrique

Une centrale hydroélectrique est


composée de quatre éléments
principaux :
 les ouvrages de prise d’eau
(digues, barrages) ;
 les ouvrages d’amenée et de
mise en charge (canal d’amenée,
conduite forcée) ;
 les équipements de production
(turbines, générateurs, systèmes
de régulation) ;
 les ouvrages de restitution.
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Débits instantanés et débits classés


Elle s’obtient par la mesure des débits
instantanés. En général, une mesure par
jour pendant au moins une année (365
jours).
Le réarrangement de ces mesures par
ordre décroissant, donne la courbe des
débits classés. L’aire sous les courbes de
débit instantané et débit classé est
identique et représente la quantité
totale d’eau s’écoulant dans le cours
d’eau.
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Débits instantanés et débits classés


Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Le débit de restitution Qrest


Nous l’appelons aussi débit résiduel minimal. C’est le
débit qui doit être maintenu dans le tronçon du
cours d’eau entre la prise d’eau et l’usine.
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Le débit d’équipement Qeq


C’est le débit maximum susceptible d’être turbiné
par la centrale, c’est-à-dire le débit maximum
absorbé par toutes les turbines lorsque celles-ci
fonctionnent ensemble à pleine puissance.
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Le débit turbinable Qt
est le débit s’écoulant dans la rivière Qriv moins le
débit de restitution Qrest.

Le débit nominal Qn
est le débit maximum sous lequel peut fonctionner
une turbine. Cette valeur est déterminante pour le coût de
l’équipement, du génie civil et pour le calcul de la quantité
d’énergie produite. Son choix est donc capital.
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Le débit nominal Qn
On choisira donc comme
Le choix du débit nominal dépend de beaucoup de
débit nominal celui atteint
facteurs tels que
ou dépassé pendant au
– si déjà existant, acte de concession ;
moins 250 jours.
– en cas de rénovation: capacité des ouvrages existants;
– régime hydrologique (forme de la courbe des débits
classés) ;
– type de fonctionnement (îlot ou en parallèle).
Il s’agira donc de cas en cas de chercher la solution
optimale en comparant
coûts et revenus.
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Le débit Q minimum Qmin

est le débit au-dessous duquel une


turbine ne peut plus fonctionner
normalement. La quantité d’eau
s’écoulant avec un débit inférieur à
Qmin est perdue
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Hauteur de chute
𝑝 𝑣2
Chute brute Hb
𝐻𝑏 = 𝑧 + + + 𝐻𝐿
𝜌𝑔 2𝑔
La chute est donnée par la différence
d’altitude entre les niveaux d’eau à la
prise d’eau et à l’aval de la centrale.
C’est une donnée topographique
mesurée sur le terrain ou sur la carte.
Tout au long du trajet de l'eau en amont
de la turbine, l'énergie totale, mesurée
par rapport au plan d'eau en aval, se
décompose comme suit:
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique

Hauteur de chute

Chute nette Hn
La chute nette représente
l'énergie effective à la disposition
de la turbine, mesurée entre
l'entrée et la sortie de la
machine.
Rappel sur les pertes de charge

Pertes de charge singulières Pertes de charge linéaires

𝑽𝟐
𝑯𝑳𝑺 =𝜶∗
𝟐𝒈
En régime laminaire on montre que :

En régime turbulent, on peut utiliser la


formule de Blasius :
L’ordre de grandeur des pertes à débit nominal est
en général:
Pertes de charge = 10 à 15% de Hb
Hn = 0.85 à 0.9 · Hb
Grandeurs caractéristiques d’une centrale
hydroélectrique
Puissance Hydraulique
La puissance est une fonction combinée du débit
𝜂𝑡𝑔 rendement de l’ensemble
d’équipement et de la hauteur de la chute. Elle est
turbine-générateur, lequel
exprimée en kilowatts (kW) ou mégawatts (MW).
Nous distinguons habituellement :
varie principalement entre

- la puissance maximale brute ou puissance 0,6 et 0,9 selon la


hydraulique qui exprime la puissance potentielle de puissance ;
l’aménagement ;
𝑃𝑏 = 𝜌𝑔𝑄𝐻𝑏
- la puissance installée qui représente la puissance
effective ou puissance mécanique de
l’aménagement.
𝑃𝑖 = 𝜂𝑡𝑔 ∗ 𝑃𝑏 = 𝜌𝑔𝑄𝐻𝑛 𝜂𝑡𝑔
Les générateurs

Générateur synchrone Générateur asynchrone

Loi de Lenz-Faraday
Les générateurs

Rendement d’un générateur


A charge partielle :

𝑷é𝒍
𝜼𝒈 =
𝑷𝒎é𝒄
A charge maximum :

𝑷é𝒍 = 𝜼𝒈 *𝑷𝒎é𝒄

𝑷é𝒍 = 𝝆𝒈𝑸𝑯𝒏 𝜼𝒕𝒈 𝜼𝒈


𝜼𝒕𝒈 𝜼𝒈 = 𝜼𝑮𝒍𝒐𝒃𝒂𝒍

Vous aimerez peut-être aussi