Vous êtes sur la page 1sur 75

CONNEXION AU RÉSEAU

 Les BTS ont pour fonction de détecter la présence


d'un téléphone portable ; ils émettent périodiquement
des signaux qui sont reçus par le MS.
 MS sélectionne le BTS qui est le plus adéquat sur des
critères énergétiques (niveau de réception) ou de
disponibilité (la BTS la moins chargée).
 MS envoie au BTS choisi une requête de connexion
composée de l'identifiant de l'abonné (qui est dans la
carte SIM)
 BTS envoi se réponse:
 Si elle peut accepter la connexion, elle envoie un
acquittement ACK.
 Si elle ne peut accepter la connexion (par exemple si elle
n'a pas de canaux disponibles) elle envoie un message 67
ALERT (le MS doit alors choisir une autre BTS).
CONNEXION AU RÉSEAU

Identification de MS
 Une BTS peut recevoir simultanément des
requêtes de connexion provenant de deux MS
différents ; dans ce cas ces requêtes se
superposent et donnent lieu à un signal
incompréhensible  collision
 La collision ne peut être détectée par le MS (qui
ne l'entend pas) le protocole Aloha
 Si au bout d'un certain délai (timeout), le
message ACK n'est pas reçu par le MS, on
considère que la requête n'est pas arrivée et on
émet une nouvelle requête après un délai
aléatoire compris entre 0 et tmax.
 Le choix de timeout et de tmax influe sur le débit 68

effectif du réseau.
CONNEXION AU RÉSEAU

 Si connexion acceptée, la BTS transmet la


requête au BSC qui elle même la transmet au
MSC avec le numéro de la BTS ce qui permet de
mettre à jour la VLR (enregistrement de la
localisation).
 VLR transmet également les informations de
localisation au HLR pour mise à jour. Tout ce
processus correspond à l'identification de
l'abonné.

69
CONNEXION AU RÉSEAU
Authentification de MS
 La carte SIM comporte l'identifiant ID de l'abonné et
une clé secrète composée en fait de deux clés C1 et C2.
 AUC comporte les mêmes informations : connaissant
ID, il trouve les clés C1 et C2 dans ses tables.
 AUC construit un message à partir d'un nombre N
généré aléatoirement et qu'il encode avec la clé C1 ; il
envoie ce message (via la chaîne AUC-HLR-MSC-
BSC-BTS-MS) au MS.
 MS, à l'aide de la clé C1, décode le message et
récupère donc le nombre N qu'il encode avec la clé C2
; ce nouveau message est envoyé à AUC (via la chaîne
MS-BTS-BSC-MSC-HLR-AUC) ;
 AUC peut le décoder avec la clé C2 et récupère donc N
; il peut vérifier que c'est bien le nombre initial.
 Si c'est le cas, l'authentification a réussi. Il faut alors
70
avertir le MS qu'il a été authentifié.
CONNEXION AU RÉSEAU

71
GESTION DU TRANSFERT INTERCELLULAIRE
(HANDOVER)
 Définition = ensemble des opérations mises en
œuvre permettant qu'une station mobile puisse
changer de cellule sans interruption de service.
 Principe = lorsque le signal de transmission
entre un combiné et une station de base
s'affaiblit, le système du combiné trouve une
autre station de base disponible dans une autre
cellule, qui est capable d'assurer à nouveau la
communication dans les meilleures conditions.
 Protocole = lorsque la station mobile quitte la
zone couverte par une cellule pour une autre,
c'est la qualité de transmission qui détermine la
nécessité du handover
 La qualité de transmission est indiquée par le taux 72
d'erreur, l'intensité du signal reçu, le niveau
d'interférences et le délai de propagation.
GESTION DU TRANSFERT INTERCELLULAIRE
(HANDOVER)

73
GESTION DU TRANSFERT INTERCELLULAIRE
(HANDOVER)
Phase de mesures
 Ms et BTS effectuent des mesures

 Paramètres recueillis :
 La puissance du signal reçu (qualité du lien)
 MS (canal descendant), BTS (canal montant)
 Le taux d’erreur binaire (BER)
 Distance entre le mobile et la station de base (grâce à la
valeur de l’avance en temps)
 Paramètres diffusés par une station :
 Identité de la station
 Les fréquences des canaux balise des stations voisines

 Les intervalles de mesures doivent être petits


 GSM : remontées de mesures au BSC toutes les 480ms 74
 Au maximum : mesure de 6 stations
GESTION DU TRANSFERT INTERCELLULAIRE
(HANDOVER)
Phase d’exécution (GSM)
 Si déclenchement:
 Etablissement du nouveau canal
 Libération de l’ancien
 Transfert de la connexion vers le nouveau lien

75
Hard Handover

Le MS ne gère qu’un seul canal


GESTION DU TRANSFERT INTERCELLULAIRE
(HANDOVER)
Phase d’exécution (CDMA)
 Si déclenchement:
 Etablissement du nouveau canal
 Transfert de la connexion vers le nouveau lien
 Libération de l’ancien

76
Soft Handover
GESTION DU TRANSFERT INTERCELLULAIRE
(HANDOVER)
 Pendant la communication
 Le lien radio est mesuré
 Si la qualité passe sous un seuil : déclenchement

 Décision d’effectuer le HO
 L’ancienne station transmet à la nouvelle les
paramètres du mobile impliqué (clé de
chiffrement, débit,…)
 Le réseau transmet au mobile un message
(référence sur le nouveau canal de transmission)
 L’ancien canal est libéré

 Si pas de ressources disponible : échec de


handover (call dropped) 77
DÉROULEMENT DU HANDOVER

78
CANAUX ET MULTIPLEXAGE

79
CANAUX ET MULTIPLEXAGE

 FDMA (Frequency Division Multiple Access) ou AMRF


(Accès Multiple à Répartition en Fréquence) est un
multiplexage fréquentiel partageant la bande de fréquence
en canaux.
 Circuit unique par porteuse: transmission continue
 Faible largeur de bande
 Faible complexité du mobile: pas de synchronisation
 Coûts des équipements fixes élevés 80
 Nécessité d’un duplexeur au niveau mobile
 Complexité du handover
CANAUX ET MULTIPLEXAGE

 TDMA (Time Division Multiple Access) ou AMRT (Accès


Multiple à Répartition dans le Temps) est un multiplexage
temporel utilisé dans chaque canal ou voie.
 Plusieurs utilisateurs par porteuse: transmission
discontinue
 Complexité des mobiles
 Entête de transmission plus importante : synchronisation
 Coûts des équipements au sol moins élevés
81
 Pas besoin de duplexeur
 Complexité du handover réduite
CANAUX ET MULTIPLEXAGE

 Une voie peut véhiculer 8 communications


différentes de la manière suivante :
 Le temps est divisé en slots ou IT (Intervalles de
temps) de durée 577 microsecondes, numérotés de 0 à
7.
 L'ensemble de 8 IT consécutifs constitue une trame.
 Une communication s'effectue dans un slot de
numéro défini, par exemple 4 ;
 Les trames se succèdent mais la communication
n'utilise que le slot 4 de chaque trame.
 Le débit effectif de la communication est donc
D/8.
 La durée d'une trame est de 4,615 ms.
 Une série de 26 trames constitue une supertrame 82
(ou multitrame).
 Les trames 12 et 26 sont réservées au service.
CANAUX ET MULTIPLEXAGE

 La voix est numérisée par un convertisseur A/N


au niveau du MS. C'est donc de l'information
numérique qui est transmise entre MS et BTS,
c'est à dire une suite de bits.
 Durant un IT, un paquet de bits est transmis
comportant des bits de contrôle et des bits
d'information (cryptés).

83
CANAUX ET MULTIPLEXAGE

 La structure type d'un paquet d'information :

 TB (Tail Bits) correspond à 3 bits pour améliorer la


démodulation.
 GP (Guard Period) correspond à 8,25 bits et vise à
compenser la durée de transmission entre MS et
BTS.
 PR est un champ pour les paramètres de réception
(synchronisation).
 Sachant que 116 bits utiles sont envoyés pendant une
période de 577 microsecondes, que la communication
utilise une IT sur 8 et que 24 trames sur 26 sont
84
utilisées, le débit effectif est:
d = (116 000 000/577)x(1/8)x(24/26) = 23,197 Kbits/s
CANAUX ET MULTIPLEXAGE

 CDMA (Code Division Multiple Access) ou AMRC (Accès


Multiple à Répartition de code).
 Modulation à étalement de spectre (spread spectrum)
 Complexité des mobiles (codage)
 Nombre de circuits par porteuse élevé
 Nécessité de contrôle de puissance 85

 Soft handover
PHASES D’UN APPEL

Phases d’un appel mobile vers mobile

 Supervision de la puissance de signal par le


mobile
 Requête de connexion (appel)

 Localisation de l’appelé (Paging)

 Appel accepté

 Appel en cours : conversation

 Fin d’appel ou Handoff

86
PHASES D’UN APPEL

Phases d’un appel mobile vers mobile


 Phase enregistrement de mobile

 Une fois allumé, le mobile s’enregistre auprès de


la BTS y dont le signal est le plus fort.
L’enregistrement est effectuée au niveau de la
BSC associée à la BTS.
 Le VLR du MSC est mis à jour.

 L’opération d’enregistrement est répétée


périodiquement tant que le mobile est allumé.

87
PHASES D’UN APPEL

Phases d’un appel mobile vers mobile


 Phase Appel d’un numéro (paging)

 Le mobile compose le numéro de l’appelé qui est


transmis à sa BTS, puis au BSC.
 Le BSC transmet les deux numéros au MSC.

 Le MSC lance une recherche pour savoir auprès


de quelle BSC est enregistré le numéro de
l’appelé.

88
PHASES D’UN APPEL

Phases d’un appel mobile vers mobile


 Phase Appel d’un numéro (paging)

 Le MSC d’enregistrement du numéro de l’appelé


répond.
 Les MSC se mettent d’accord sur l’affectation des
canaux pour la communication entre appelé et
appelant

89
PHASES D’UN APPEL

Phases d’un appel mobile vers mobile


 Phase de conversation

 Les deux correspondent conversent pendant un


certain temps

90
PHASES D’UN APPEL

Phases d’un appel mobile vers mobile


 Phase Handover

 L’appelé se déplace. Le BSC vers lequel le mobile


se déplace est averti.
 Dès que le mobile se trouve dans la zone du
nouveau BSC, le handover a lieu.

91
PHASES D’UN APPEL

Phases d’un appel mobile vers mobile


 Phase Handover

 Le nouveau BSC prépare le relais. Il communique avec


le MSC et lui donne le numéro du mobile qui est en
train de pénétrer dans sa zone.
 Le nouveau MSC affecte les canaux, l’ancien les libère.

92
PHASES D’UN APPEL
Phases d’appel fixe vers
un mobile GSM:
 1- MSISDN (numéro de téléphone
MS) est analysé dans l'échange
local PSTN, qui se rend compte
que ceci est un appel à un abonné
dans un réseau GSM. Une
connexion est établie au niveau
GMSC (Gateway MSC).
 2- GMSC analyse le MSISDN pour
savoir dans quel HLR le MS est
enregistré, et interroge le HLR pour
obtenir des informations sur la
façon d'acheminer l'appel vers le
service MSC / VLR.
93
PHASES D’UN APPEL
Phases d’appel fixe vers
un mobile GSM:
 3- HLR traduit MSISDN en IMSI, et
découvre que MSC / VLR est en
cours de servir MS. HLR vérifie
également le service «Transfert
d'appel à C-nombre". Si le service
est actif l'appel est réacheminé par
le GMSC à ce nombre,
probablement via PSTN.
 4- HLR demande un numéro
d'itinérance, MSRN (Mobile Station
Roaming Number), de son MSC /
VLR. MSRN identifie le MSC / VLR.

94
PHASES D’UN APPEL
Phases d’appel fixe vers
un mobile GSM:
 5- MSC / VLR renvoie le MSRN via
HLR au niveau GMSC.
 6- GMSC réachemine l'appel vers
le MSC / VLR, directement ou via
le RTPC.
 7- Le MSC / VLR sait dans quelle
zone de localisation (LA) se
trouve MS. Un message de
paging est envoyé aux BSCs du
LA. (L’information de
correspondance entre cellules et
LA est stocké dans le contrôleur
BSC, mais conformément à la 95
spécification GSM, il peut aussi
être stocké dans le MSC).
PHASES D’UN APPEL
Phases d’appel fixe vers
un mobile GSM:
 8- Les BSCs distribuent le
message pading vers les BTS dans
le LA recherché. Les BTSs
transmettent le message sur
l'interface à l'aide de PCH (Paging
channel). Pour MS, IMSI
(International Mobile Subscriber
Identity) ou TMSI (Temporary
Mobile Subscriber Identity, qui est
valide uniquement dans la zone
actuelle de service MSC / VLR), est
utilisé.
 9- Lorsque MS détecte le message
paging, il envoie une demande de 96

canal de signalisation, SDCCH.


PHASES D’UN APPEL
Phases d’appel fixe vers
un mobile GSM:

 10- BSC fournit un SDCCH, à l'aide


d’AGCH.
 11- SDCCH est utilisé pour
l'appel mis en place des
procédures, comme dans le cas de
" Call from MS ", puis un TCH
est alloué. SDCCH est libéré. Le
téléphone mobile sonne, et
lorsque l'abonné répond la
connexion est établie.

97
PHASES D’UN APPEL
 Phases de changement de localisation de
mobile
 1. MS écoute BCCH (Broadcast Control Channel) dans la
nouvelle cellule pour trouver l’identité de la zone de
localisation (LAI- Location Area Identity). La nouvelle LAI
est comparée à l'ancienne. Si elles diffèrent, une mise à jour
de l'emplacement doit avoir lieu
 2. MS établit une connexion avec le GSM / PLMN via SDCCH
(Stand-alone Dedicated Control Channel). L'authentification
est alors effectuée (à l'aide de HLR si la MS est inconnue dans
le MSC / VLR).

98
PHASES D’UN APPEL
 Phases de changement de localisation de
mobile
 3. MS envoie une demande de mise à jour de localisation au
système, si l'authentification a réussi. Si la nouvelle LA
appartient à une nouvelle MSC / VLR, HLR sera également
mis à jour.
 4. La mise à jour de localisation est reconnu par le système,
et BTS et MS sont appelés à libérer le canal de
signalisation.

99
GSM : SUCCÈS ET LIMITATIONS

 Succès du GSM
 Succès européen grâce à la normalisation
 Portée par une industrie télécom forte (Nokia, Ericsson)
 A l'origine du développement des mobiles
 Succès des SMS
 Aujourd’hui, le monde compte 838 réseaux GSM
représentant 4,4 milliards d’abonnés
 Limitations du GSM :
 Mauvaise gestion des ressources radio
 Commutation de circuit
 Ligne monopolisée dans tout le réseau pour un trafic de
données de nature très sporadique
 Coût des communications :
 Tarif en fonction de la durée, pas de la quantité de données
 Infrastructure lourde, peu flexible
 Amélioration des débits avec HSCSD (High-speed circuit 100
switched data) jusqu'à up 57.6 kbit/s.
GPRS : GENERAL PACKET RADIO SERVICE
Motivation

 le transport des données sur le réseau GSM


n'autorise qu'au mieux des débits de 9,6 kbit/s.

 GPRS permet de contourner le problème de:


 monopolisation de canal
 la facturation à la durée
 permettre des débits résolument plus importants.

101
GPRS : GENERAL PACKET RADIO SERVICE
 Basé sur GSM, peuvent coexister
 2.5G (2G+)

 Navigation sur internet via un mobile

 Données en mode non connecté, par paquets


 Compatible avec IP
 Plus adapté à la transmission de données
 Plus économique car ressources allouées en fonction
des données échangées
 Plus rapide car aucun délai de connexion

 Caractéristiques
 Débit théorique 160 kbit/s (en pratique plutôt 30
kbit/s) comparable à un modem
 Facturation à la donnée 102

 Connexion permanente possible


GPRS : GENERAL PACKET RADIO SERVICE
GPRS vs GSM

GPRS GSM
Support des deux commutations commutation de circuit
de circuit et de paquet. uniquement.
MS utilise des retransmissions Pas de retransmission sur les
automatiques (ARQ) pour MS
retransmettre les trames
erronées.
Multiple time slots peuvent être Single time slot par usager
affectés à un usager.
Un time slot peut être alloué à Single time slot par usager
plusieurs usagers.
Facturation complexe (basée sur Facturation simple basée sur la
le volume, la QoS. ) durée 103
FONCTIONNALITÉS RAJOUTÉES AU GSM

 Au niveau du mobile
 Cohabitation du mode commutation de circuit avec le
mode commutation de paquet
 Fonctionnement en parallèle ou en alternance selon
le type de mobile:
 Mobile de type A : GSM et GPRS en même temps
 Mobile de type B : GSM ou GPRS (en alternance)

 Mobile de type C : GSM ou GPRS à priori

 Applications nouvelles pour accéder à Internet


 Au niveau Réseau
 Implantation de nœuds spéciaux pour gérer le trafic
paquets (SGSN et GGSN)
 Ajout d’attributs au HLR (liés aux accès Internet) 104
GPRS : ARCHITECTURE

105
GPRS : ARCHITECTURE

106
GPRS : ARCHITECTURE
SGSN (Serving GPRS Support Node)
 Gestion des paquets liés à une zone géographique
 Gestion des utilisateurs GPRS
 Gestion de la sécurité et contrôle d’accès
 Équivalent au MSC mais pour les communications en
mode paquet
GGSN (Gateway GPRS Support Node)
 Interopérabilité avec Internet
 Routage de paquets vers les SGSN en fonction des zones
de destination
 Gestion de sécurité
 Gestion de la localisation des mobiles
 Gestion des handovers 107

 Facturation…
ATTACHEMENT / DÉTACHEMENT D'UN MOBILE
 1 : le mobile effectue une demande
d'attachement
 2 : le SGSN accepte la demande et
confirme l'attachement
 3 : le SGSN refuse la demande et
envoie un message de rejet
 4 : le mobile demande une
interruption de la session mais
reste en veille
 5 : le mobile demande une
interruption définitive de la
session (coupure d'alimentation)
 6 : si la demande d'interruption est
acceptée, le SGSN confirme et le
mobile passe dans l'état Inactif 108
 7 : fin de session
IMPACT DU GPRS SUR GSM

109
GPRS : SUCCÈS ET LIMITATIONS

 Nouveaux champs d’applications par rapport au


GSM :
 Accès radio aux réseaux IP (internet et intranet)
 Recherches dans des bases de données (restaurants,
stations service, bourse…)
 Télématique, télésurveillance (ascenseurs, distributeurs)
 Diffusion d’informations (publicité, guidage
cartographique…)
 Messagerie électronique
 …
 Limitations
 Débit insuffisant pour le contenu multimédia (photo,
vidéo, visiophonie, télévision …) 110
 Zone de couverture
EDGE

111
EDGE

112
CONCLUSION 2G

113
UMTS (UNIVERSAL MOBILE TELECOMMUNICATIONS
SYSTEM)
 3G
 2002 en Norvège, 2004 en France
 Basée sur la technologie W-CDMA (Wideband-Code
Division Multiple Access)
 Technique d'étalement de spectre
 Nouvelle technique de codage qui permet de réutiliser les
mêmes fréquences dans des cellules radio adjacente
 Plus de bande passante et plus de débit dans chaque cellule
 Fréquences
 réutilisation des fréquences 900 et 1800 Mhz du GSM
 Bande 1900 Mhz - 2100 Mhz : réservée à l'UMTS
 Débits
 Théorie : de 144 kb/s en zone rurale à 2Mb/s en bâtiment
114
 Beaucoup de facteurs qui peuvent diminuer le débit
(mobilité, nombre d'abonnés par cellule, etc.)
UMTS (UNIVERSAL MOBILE TELECOMMUNICATIONS
SYSTEM)
 Transférer en temps réel des contenus
multimédia
 les images, le son et la vidéo
 Visiophonie
 Télévision
 Vidéosurveillance

 Forte utilisation d'applications de type Internet


 explosion du marché des smartphones et des réseaux
sociaux
 Services dépendants de la localisation
 finder, guide touristique, news
 Autres
115
 Jeux, banque, etc.
ARCHITECTURE GLOBALE DU RÉSEAU UMTS

116
RÉSEAU D’ACCÈS UTRAN

Le réseau d’accès UTRAN est doté de plusieurs


fonctionnalités:

 Transférer les données générées par l’usager.


 Permet la confidentialité et la protection des
informations.
 Permet une estimation de la position
géographique
 Se charge d’allouer et de maintenir des
ressources radio nécessaires à la communication.

117
RÉSEAU CŒUR

Le réseau cœur de l’UMTS est composé de trois


parties :
 Le domaine CS (Circuit Switched) utilisé pour la
téléphonie .
 Le domaine PS (Packet Switched) qui permet la
commutation de paquets.
 Les éléments communs aux domaines CS et PS .

Ces deux domaines permettent aux équipements


usagers de pouvoir gérer simultanément une
communication paquets et circuits.
118
CONTRAINTES

L’UMTS est une excellente solution de point de vue


technique . Les contraintes proviennent
essentiellement:
 Investissement dans la licence?

 Rentabilité (Culture consommateurs?)

 Achat de matériel

 Installation massive sur le territoire national

 Achat de spectre d'émission

 Exploitation, nouveaux terminaux

119
LTE (LONG TERM EVOLUTION)

 4G
 LTE considéré comme évolution des normes
d’UMTS 3G
 Il emploie une forme différente d’interface radio,
utilisant OFDMA/SC-FDMA au lieu de CDMA
 Fréquences de 1,25 Mhz à 20 Mhz

 Motivations
 Besoin de système optimisant la commutation des
paquets
 Besoin des débits plus élevés (de 50Mb/s à 100Mb/s)
 Besoin d’une très bonne qualité de service
 Besoin d’infrastructures moins coûteuses
120
RÉSUMÉ
Technologie Avantages Inconvénients
1G – NMT * 1er radiotéléphones analogiques * Taille imposante des
(Nordic Mobile sans fils équipements
Telephone) * Pas de confidentialité de
communications
* Réseaux saturés
2G -GSM * Meilleure qualité d’écoute * Débit: envoi de donnés lentes
* Taille réduite
* Confidentialité des
communications
2.5G –GPRS * Débit * Pas d’accès satisfaisant à
* Accès WAP (Internet allégé) internet
* Facturation à la donnée * Réseau GSM déjà saturé
* Connexion permanente possible * Aucune application décisive pour
* Support de plusieurs niveaux de le grand public
qualité de service
2.75G –EDGE * Solution alternative moins * Obligation de changer de
onéreuse que la 3G terminal
* Débit plus élevé que le GPRS
3G –UMTS * Accès internet haut-débit depuis * coût
121
équipement mobile ou ordinateur * Changement des équipements
* Visiophonie usagers
* Télévision
CONCEPT CELLULAIRE

122
CONCEPT CELLULAIRE

 Problème de base = Comment desservir une


région de taille importante (pays, continent)
 Avec une bande de fréquences limitée,
 Avec une densité de trafic importante, qui varie dans
le temps et dans l’espace et pouvant augmenter,
 Offrir des services téléphoniques et autres à des
usagers fixes et mobiles ?
 Concept cellulaire avec réutilisation des
fréquences.
 Mécanisme de réutilisation des fréquences :

 Repose sur la propriété d’atténuation des signaux


avec la distance.
123
 Cellules utilisant la même fréquence.
RÉUTILISATION DE LA FRÉQUENCE

124
RÉUTILISATION DE LA FRÉQUENCE

125
RÉUTILISATION DES FRÉQUENCES

 Principe: Repose sur l’utilisation des mêmes


fréquences porteuses pour couvrir des zones
différentes séparées par des distances suffisantes
pour que l’interférence co-canal ne soit pas
importante.

126
CONCEPT CELLULAIRE

 Supposer que le système admet S=70 canaux


fréquentiels
 Système Pre-cellulaire (avant le système cellulaire) :

 Capacité du système
=
nb d’utilisateurs
simultanés 127
= 70 x 3 = 210
CONCEPT CELLULAIRE

 Diviser les 70 canaux en 7 groupes (A,B,C,D,E,F,G) de


10 canaux.
 Les cellules qui utilisent le même groupe sont éloignées.

 Capacité du système = nb
d’utilisateurs simultanés
= 10 x 7 x 3 = 210
 Avec la même capacité, la
puissance de transmission a passé de
centaines de Watts à quelques 128
Watts, et même < 1 W par canal.
CONCEPT CELLULAIRE

 Pour augmenter la capacité, utiliser des cellules de


faible taille.

 Capacité du système
= nb d’utilisateurs
simultanés >> 210

129
Pourquoi donc Concept cellulaire ?

 Réduire la puissance de transmission


 Augmenter la capacité du système

 étaler la couverture par autant de cellules que


nécessaire
 augmenter le nombre maximum des utilisateurs
accédant au réseau.
 Réduire les interférences.

130
La Forme de la cellule

 Les antennes omnidirectionnelles rayonnent selon une


forme circulaire (vue de dessus).
 Le problème est que les cellules circulaires ne peuvent
pas être superposées sur une carte sans laisser des
zones incouvertes ou sans créer des zones de
chevauchement.
 3 choix : Triangle équilatéral ou carré ou Hexagon.

131
La Forme de la cellule
 Une cellule doit être conçue pour servir les mobiles les
plus faibles au sein de l’empreinte (forme), et ceux-ci
sont généralement situé à la frontière de la cellule.
 l’hexagone possède la plus grande superficie parmi les
trois fromes.
 En utilisant la géométrie hexagonale, le plus petit
nombre de cellules peut couvrir une région
géographique
 L’hexagone décrit mieux un cercle

132
Cluster
 La superficie totale de la couverture est
divisée en clusters
 Le nombre de cellules N dans chaque Cluster
est appelé taille du cluster
 les cellules dans un Cluster utilisent tous les
canaux fréquentiels il n’ya pas d’interférence
co-canal dans un même cluster, qui provient
de deux cellules utilisant la même bande
fréquentielle
 Le cluster est reproduit sur toute la zone de
couverture.
 ex : 3 Clusters de taille N=7.
 Distance de réutilisation D = Distance
minimale entre les centres de deux cellules
133
utilisant la même canal fréquentiel.
Réutilisation de fréquence (N=4, N=7)

 Facteur de réutilisation de fréquence=1/N


 Chaque cellule utilise 1/N des canaux existants.
134
Capacité

135
 compromis : Des valeurs réduites de N peut engendrer des
interférences
Taille du Cluster
 N peut avoir certaines valeurs
précises selon i et j des entiers :
N = i2 + j2 + i x j
 Pour localiser le co-canal le
plus proche :
 Se déplacer i cellules le long
d’une chaîne d’hexagones, puis
 Tourner 60 degrés contre le sens
de la montre et se déplacer j
cellules.
 ex : i=3 ; j=2  N=19

136
Localisation du co-canal pour N=3

137
Localisation du co-canal pour N=3

138
Géométrie de l’hexagone

139
Exercice 1

Considérons un système cellulaire dont le nb total des


canaux vocaux disponibles pour gérer le trafic est 960.
L’aire de chaque cellule est de 6 km2 et la zone de
couverture totale du système est de 2000 km2.
Calculer
1 ) Combien de fois un cluster de taille 4 doit être
reproduit pour couvrir toute la zone ?
2 ) nb de canaux par cellule ?
3 ) la capacité du système si la taille de cluster, N est 4
4 ) la capacité du système si la taille de cluster est 7
5 ) Est-ce que la diminution de la taille de cluster N
augmente la capacité du système ? Expliquez.
140
Solution
 Pour N = 4
 Zone d’un cluster avec réutilisation N = 4 : 4 x 6 = 24km2
 Nombre de clusters pour couvrir la superficie totale avec N=4 :
2000/24 = 83.33 ≈ 83
 Nombre de canaux par cellule 960/4 = 240
 La capacité du système : 83 x 960 = 79680 canaux
 Pour N=7
 Zone d’un cluster avec réutilisation N = 7 : 7 x 6 = 42km2
 Nombre de clusters pour couvrir la superficie totale avec N=7 :
2000/42 = 47.62 ≈ 48
 Nombre de canaux par cellule 960/7 = 137.15 ≈ 137
 La capacité du système : 48 x 960 = 46080 canaux
 Il est évident que lorsqu’on diminue la valeur de N de 7 à
4, on augmente la capacité du système de 46080 à 79680 141
canaux. Ainsi, la diminution de la taille du cluster N
augmente la capacité du système.