Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre I Etat d’équilibre limite

I.1 Définition :
Les équilibres limites (E.L.) permettent de déterminer les contraintes dans les
zones où le sol a été amené à la rupture.
En tous points de ces zones, l’état de contrainte peut être représenté par un cercle
de MOHR à la rupture, qui est tangent aux droites intrinsèques.
Les théories des E.L. sont relatives aux contraintes effectives.
On distingue 2 types d’E.L :
1. L’équilibre de POUSSEE ou état ACTIF, qui correspond à l’action du sol sur
l’ouvrage,
2. L’équilibre de BUTEE ou état PASSIF qui correspond à l’action de l’ouvrage
sur le sol.

I.2 Etat de contrainte des terres au repos :


En l’absence d’actions extérieures, il existe un état de contrainte initial dans le sol
qui est appelé « état de contrainte au repos ».
 Cas du massif à surface libre horizontale :

Avec : 𝜎𝑉′ : contrainte effective principale majeure,



𝜎𝐻𝑜 : Contrainte principale mineure dépendant de l’histoire du sol.

1
N.B : On dit que l’équilibre est surabondant.

Expérimentalement, il est montré que : 𝝈′𝑯𝒐 = 𝑲𝟎 . 𝝈′𝑽

𝐾0 : Coefficient des terres au repos.

Sables Argiles Argiles molles et vases


𝐾0 0.4 à 0.5 0.5 à 0.7 1

Ce paramètre étant difficile à mesurer, on prend :


 Pour la plupart des sols : 𝑲𝟎 = 𝟎. 𝟓
 Pour les milieux granulaires (Formule empirique de JAKY): 𝑲𝟎 = 𝟏 − 𝐬𝐢𝐧 𝝋

I.3 Etude expérimentale des E.L.

2
I.4 Equilibre de Rankine :
 La diminution de 𝜎𝐻𝑜

va conduire le sol à un E.L. de Poussée.

On peut ainsi calculer 𝜎𝐻1



à la rupture.
 L’augmentation de 𝜎𝐻𝑜

va conduire le sol à un état d’équilibre de Butée.

3
Pour les sols pulvérulent (𝑐’ = 0) et pour un terrain horizontal, les contraintes
sont liées par les relations suivantes :
′ 1−sin 𝜑′
 En poussée : 𝜎𝐻1 = 𝜎𝑉′ = 𝐾𝑎𝛾 𝜎𝑉′
1+sin 𝜑′
𝐾𝑎𝛾 : Coefficient de poussée.
′ 1+sin 𝜑′
 En butée : 𝜎𝐻2 = 𝜎𝑉′ = 𝐾𝑝𝛾 𝜎𝑉′
1−sin 𝜑′
𝐾𝑝𝛾 : Coefficient de butée.

Comme 𝝈′𝑽 = 𝜸. 𝒉 (pour un sol homogène), 𝜎𝐻′ varie linéairement avec la


profondeur.

I.5 Cas des sols purement cohérent (Court terme) :


Terrain horizontal : 𝜎𝑉 = 𝛾. ℎ

 En poussée : 𝜎𝐻𝑎 = 𝜎𝑉 − 2𝐶𝑈 = 𝛾. 𝑍 − 2𝐶𝑈

Le sol est en traction sur une certaine profondeur.

 En butée : 𝜎𝐻𝑝 = 𝜎𝑉 + 2𝐶𝑈 = 𝛾. 𝑍 + 2𝐶𝑈

N.B : Il s’agit ici de contraintes totales, 𝛾 est le poids volumique apparent,


généralement 𝛾𝑠𝑎𝑡
Remarques concernant la théorie de Rankine :
o Cette théorie existe également pour la butée, mais elle est peu utilisée.
o La théorie de Rankine n’est pas bien adaptée pour les écrans réels qui
imposent une orientation des contraintes.

4
I.6 Théorie générale de Boussinesq (1882)
Cette théorie donne la répartition des contraintes effectives sur un plan réel
dans le sol (paroi B.A., palplanche…). Elle s’applique aussi bien à la Poussée qu’à
la Butée.
Hypothèses :

 Sols pulvérulents : 𝑐’ = 0
 Répartition des contraintes linéaires
 L’état de rugosité de la paroi est connu (inclinaison 𝜹)

Expression des contraintes :


Poussée : 𝑒𝑎𝛾 = 𝑘𝑎𝛾 . 𝛾. 𝑟 (inclinaison 𝛿𝑎 𝑝𝑜𝑠𝑖𝑡𝑖𝑣𝑒)

Butée : 𝑒𝑝𝛾 = 𝑘𝑝𝛾 . 𝛾. 𝑟 (inclinaison 𝛿𝑝 𝑛é𝑔𝑎𝑡𝑖𝑣𝑒)

Les coefficients 𝒌𝒂𝜸 et 𝒌𝒑𝜸 sont donnés par les tables de Caquot et Kérisel.

Valeurs usuelles de 𝛿 :

Paroi lisse Paroi rugueuse Paroi B.A


(ex : Palplanches) (ex : Paroi coulée) (ex : Paroi banchée)
𝛿=0 𝛿 = 𝜑′ 𝛿 = 0.66 𝜑 ′

Forces résultantes :
𝟏
En poussée : 𝑭𝒂𝜸 = 𝒌𝒂𝜸 . 𝜸. 𝑳𝟐
𝟐

5
𝟏
En butée : 𝑭𝒑𝜸 = 𝒌𝒑𝜸 . 𝜸. 𝑳𝟐 L : longueur de l’écran.
𝟐

Remarque :
 Ces forces résultent de l’application des contraintes effectives sur l’écran,
 Pour les sols humides, 𝛾 correspond au poids volumique apparent du sol,
 En présence d’une nappe, il faut prendre en compte le poids volumique
déjaugé du sol 𝛾′.

I.7 Action des surcharges – Théorie de Prandtl


Surcharge uniforme verticale

La répartition des contraintes est uniforme :

𝑒𝑎𝑞 = 𝑘𝑎𝑞 . 𝑞 (Inclinaison 𝛿)


Force résultante : (longueur de l’écran L)
𝑘𝑎𝛾
𝐹𝑎𝑞 = 𝑘𝑎𝑞 . 𝑞. 𝐿 Avec 𝑘𝑎𝑞 =
cos(𝛽−𝜆)

Vous aimerez peut-être aussi