Vous êtes sur la page 1sur 4

la ettre

N ° 3 4 - J A N V I E R 2 0 1 1

DE PRESA J E
P ROSPECTIVE, R ECHERCHES ET É TUDES S O C I É TA L E S A PPLIQUÉES À LA J USTICE ET À L’ É C O N O M I E

L’équipe de PRESAJE : Michel ROUGER, Président - Albert MERLIN, Vice-Président - Bernard DELAFAYE, Trésorier
Jacques BARRAUX, Alain BENON, Philippe CHAMPETIER de RIBES, Jean-Marc DANIEL,
Xavier de KERGOMMEAUX, Xavier LAGARDE, Henri PIGEAT, Administrateurs
Marie ROUGER-PERRIER, Secrétaire générale

Michel ROUGER

700 millions de Chinois, et moi et moi


L

1966, année de la révolution culturelle Et moi et moi, Français, en 2011 ? J’observe


chinoise et de la chanson de Jacques Dutronc. que mes compatriotes dévorent le tout petit
J’en reprends le titre, 45 ans plus tard, en livre de l’inventeur du moteur à indignation
A

doublant le nombre de Chinois. Avec le sou- qui entrainera la future révolution vers un
venir d’un périple de 15 jours, début 1979, troisième modèle, typical French, les Droits
l’an 01 de la Chine d’aujourd’hui. Le pays sans le capitalisme. Sans comprendre com-
était tombé au fond de l’arriération et du ment la Chine de Deng Xaoping avait pris, en
I

sous-développement après 30 ans de trente ans d’économies, le chemin du vrai


Maoïsme. Les jeunes guides, ex-gardes capitalisme, celui qui accumule le capital
rouges, qui nous encadraient avaient jeté le comme instrument de la conquête des mar-
petit livre rouge à la corbeille, au sens chés industriels, commerciaux et financiers et
R

propre et au sens figuré du capitalisme bour- des richesses. Pas du faux, le nôtre, celui de
sier. l’accumulation des dettes causées par trente
ans de déficits, comme instrument de sou-
Ils avaient une vision crédible de leur futur, mission aux marchés financiers.
O

exposée en français courant, avec une bonne


pédagogie. Ils voulaient sortir la Chine de Il faudra beaucoup de vision et de pédagogie
son marasme et de son isolement, le plus pour expliquer aux jeunes Français inquiets
vite possible, en adoptant si besoin le pourquoi ils auront besoin de l’économie
libre et compétitive, qui produira les capitaux
T

modèle d’économie de marché qui faisait le


succès de l’Occident américain. Sans la indispensables pour payer les dettes de l’hé-
démocratie, qui ne s’appelait pas Droits de ritage. Au moment où il leur faudra assumer
l’homme, modèle inadapté à un peuple aussi les conséquences des mutations sociétales à
venir, ajoutées à celles de la liquidation du
I

nombreux et turbulent. Ils choisissaient la


puissance de la Chine, avant le bonheur des passé. A défaut, ils connaitront la faillite, la
Chinois, qui en bénéficieraient plus tard. Ce dépendance et l’exil.
modèle – capitalisme sans droits – s’est ins- Tous ces thèmes ont nourri notre Lettre
D

tallé solidement. Il menace celui des Etats- depuis sa naissance en 2002. Elle va
Unis et de l’Occident : capitalisme et Droits fusionner avec Pres@je.Com, qui en tirera
de l’Homme. une puissante synergie. Hissons les voiles !
E

L A LETTRE DE PRESA J E - N° 34 - JANVIE R 2011


LA LETTRE DE PRESAJE - N° 34 - JANVIER 2011

LE VISIONNAIRE ET LE PEDAGOGUE,
par Michel Rouger

Le monde médical connait le French paradox, qui prospérer en y associant tous ceux qui voudront y
relève que les comportements alimentaires des participer parmi ceux qui sont fidèles à nos travaux.
Français n’entrainent pas les pathologies observées
chez les autres populations. Un second paradoxe La vision sociétale
intéresse la psychopathologie. Les phénomènes de
Le concept exprimé par le mot sociétal est né
dépression collective des Français n’entrainent pas
presqu’en même temps que les premiers symp-
de pathologies individuelles à la mesure de celles
constatées au niveau de la collectivité. Les Français tômes de la dépression psychique de la société
conservent leur bonheur de vivre, la famille, les amis, française lorsqu’elle a pris conscience des
les loisirs. La jeunesse affirme sa confiance dans sa archaïsmes et des blocages qui la pénalisaient. Il y
capacité de construire son avenir. Une énorme a moins de vingt ans. Le Littré et le Larousse igno-
défiance accable la société française, la nation, l’Etat, rent le mot qui n’apparait que dans les années 80
et concerne l’incapacité de nos dirigeants à inspirer la dans le Robert sous une très courte définition : se
confiance au peuple. rapporte à la société. Ce manque de vision et de
pédagogie sur le concept sont déjà marquants. Il
Ces deux paradoxes s’inscrivent dans un troisième. faut donc lui donner du contenu, de la consistance.
Jamais l’individu n’avait disposé, à portée de main, A la lumière de ce que signifie ce mot de contenu
sur son portable, des outils de vision et de pédagogie dans le monde de la communication devenu numé-
qui lui permettent aujourd’hui de se repérer sur le rique.
globe et de se documenter sur le monde, du GPS
illustré à tous les WIKIS pédagogues. Comment se Ainsi, la société serait le contenant du sociétal : les
fait-il que le collectif, la société, l’Etat, soient aveu- individus, leurs vies et leurs comportements. Cette
glés et submergés par l’émotion de l’immédiat, qu’ils prise en compte du sociétal sera retenue, au-delà
négligent leur devoir de vision de l’avenir ? Comment de la Société, entité abstraite, champ de bataille
traiter les angoisses nées du manque de repères, des combats d’idées politiques ou religieuses,
d’explications claires ? étrangers à la vocation de PRESAJE.

Cette analyse, ressassée dans toutes les publica- Ce sera l’objectif des travaux engagés qui devront
tions, colloques, débats, interpelle PRESAJE, dont il donner de la vision et de la pédagogie sur les évo-
faut rappeler que les objectifs fondateurs sont ins- lutions dans leur vie quotidienne que subiront, par-
crits dans le nom : Prospective, Recherches, Etudes fois avec peine, des Français collectivement dépri-
Sociétales. Certes, ces objectifs ont, en premier, été més. En traitant tous ces sujets par la microécono-
appliqués à la Justice et L’Economie. C’était mie, trop souvent absente des débats réservés à la
l’urgence, elle reste d’actualité. Mais une autre macro.
urgence est née, telle que décrite ci-dessus.
La pédagogie
Voilà le pourquoi : il faut s’engager et expliquer com-
ment PRESAJE peut prendre sa place dans le débat Il est évident que toute pédagogie utile à éclairer le
public en y apportant sa part de vision et de pédago- public implique que la réalisation des travaux lui
gie, en y travaillant, parmi d’autres, avec des moyens soit accessible. A cet effet, il faudra qu’ils trouvent
renforcés et des objectifs ambitieux. Sans s’éloigner leur place dans des moyens de diffusion numérique
du couple Droit-Economie qui occupe une telle place importants.
dans les sociétés modernes, et qui entre de plus en
plus en conflit sous la pression sociale. La participation à un site WEB à la mesure des
besoins sera recherchée en partenariat. Les
Ces mutations, aux origines multiples, que la auteurs continueront à disposer, pour leurs livres,
société française va connaitre, exigent un élargisse- du contrat de coédition papier avec DALLOZ. Les
ment du champ d’action à l’ensemble de la société, articles et les cahiers numériques dédiés à l’étude
pas seulement aux spécialistes des professions du des mutations sous la marque PREMICES seront
Droit et de l’Economie. Une nouvelle équipe, aux présents sur le site, lequel permettra en outre de
compétences élargies, reconnues, sera mise en participer à un forum d’auteurs, ouvert aux
œuvre au printemps, au sein des Amis de PRESAJE. échanges avec leur lectorat, pour démultiplier la
Elle y rejoindra ceux qui ont déjà publié avec nous. diffusion, donc la notoriété et la qualité des tra-
Elle portera ce nouveau projet plus global, le fera vaux. A très bientôt.
SUPPRIMER LA DUREE LEGALE DU TRAVAIL : RUPTURE OU PAS RUPTURE ?
par Xavier Lagarde, professeur à l'université Paris Ouest-Nanterre, avocat au barreau de Paris

La question du temps de travail est de nouveau sur de travail. Les Français sont les seuls à bénéfi-
la sellette. Elle constitue depuis les origines du cier des 35 heures. En moyenne, ils travaillent
droit social une question centrale. C'est le Dr cependant 41 heures par semaine, soit presque
Villermé qui, dès 1841, dresse un constat alarmant autant que la moyenne des européens (41,5
de l'état sanitaire des travailleurs en usine heures).
contraints à des journées de labeur qui peuvent
atteindre 15 heures par jour. Les premières réac- Dès lors que la notion de durée légale du travail
tions législatives portent ainsi sur la durée du tra- constitue un outil permettant essentiellement
vail, celle des enfants puis ensuite celle des de déterminer la rémunération de ce dernier, il
adultes. Par la suite, le mouvement a été à sens est permis de reconsidérer cette durée sans y
unique, ou presque, et rendu possible – on l’oublie voir nécessairement la marque d’une régres-
trop souvent – par la hausse spectaculaire de la sion.
productivité. L'objectif a été, peu ou prou, de pré- A l’appui de cette révision, on peut avancer que
server la dignité des salariés en évitant que leur le prix du travail ne doit pas systématiquement
existence se réduise à l'activité qu'ils déploient au être traité à l'aide du même marqueur quantita-
bénéfice de leur entreprise. Dès lors, la remise en tif dans tous les secteurs. Est-il évident qu'il
cause de la durée légale peut apparaître comme faille raisonner de la même manière pour un
une rupture et, de fait, comme une régression. serveur travaillant en discothèque et percevant
de nombreux pourboires et pour un travailleur
En même temps, il ne faut pas se tromper de posté en usine ou une caissière de supermarché ?
contexte. Les discussions actuelles n'auraient sans Ce n’est pas certain. L'idée d'une durée conven-
doute pas vu le jour s'il n'y avait eu les 35 heures. tionnelle, fixée par branche ou par entreprise,
Il s'agissait à l'origine d'une politique d'inspiration peut permettre de réguler au plus près les spé-
malthusienne, destinée à traiter le problème spéci- cificités de chaque marché du travail.
fiquement français de la persistance d'un chômage
massif. C'est avec le retour de la croissance, obser- Maintenant, il est vrai que la proposition est
vée pendant le gouvernement Jospin et qui rendait politiquement maladroite. Renégocier la durée
moins pertinent le choix de cette politique, que la légale, c'est renégocier le prix des heures sup-
réduction de la durée du travail à 35 heures a été plémentaires. En cette période de crise, on ima-

LA LETTRE DE PRESAJE - N° 34 - JANVIER 2011


présentée comme un progrès social. Mais cette gine sans peine qu'il s'agirait plutôt de revoir
idée n'a jamais parfaitement convaincu. Aussi bien, les prix à la baisse. Nous sommes donc loin des
la volonté de mettre un terme à une définition propositions du candidat Sarkozy qui offrait de
légale de la durée du travail peut être aussi com- sortir par le haut des 35 heures. La droite intro-
prise comme une tentative de refermer la paren- duit de la sorte une rupture par rapport aux
thèse des 35 heures. Ce serait alors une rupture de espérances qu'elle avait fait naître. De manière
plus implicite, on voit poindre derrière cette dis-
court terme plus que de long terme. cussion l'idée que le travail coûte trop cher.
D'où la volonté d'en passer par la négociation
Qui plus est, il ne faut pas confondre durée légale pour la tarification des heures supplémentaires.
et durée maximum. La première marque le seuil de Il est vrai que, sous cet angle, la France n'est
déclenchement des heures supplémentaires. La pas compétitive. Mais peut-elle l'être beaucoup
seconde est celle qui ne peut être dépassée quel plus ? Un travailleur français sera pour de nom-
que soit le prix que l'employeur serait prêt à payer. breuses années encore bien "plus cher" qu'un
La durée légale constitue ainsi une référence qui travailleur chinois. Par ailleurs, du fait des 35
permet de fixer le prix du travail tandis que la durée heures, les salaires ont été tassés de sorte que
maximum est un outil de protection de la personne le salaire médian reste très bas. Avec pour
du salarié. De ce point de vue, la réduction de la conséquence que les individus compensent leur
faible pouvoir d'achat par le recours à l'endette-
première est assez neutre. Ce qui compte, c’est la ment.
seconde, précision étant faite qu’une directive
européenne la fixe en principe à 48 heures. Aussi bien le temps est-il peut-être venu de
D’ailleurs, la fixation de la durée légale a une inci- réfléchir à notre compétitivité en considérant
dence assez modeste sur la durée effective du temps d'autres variables que le coût du travail.
L A LETTRE DE PRESAJ E - N° 34 - JANVIE R 2011

ESPIONNAGE INDUSTRIEL ET VIGILANCE, Les Entretiens de Royan

LES NEWS
par Catherine Vergès, avocat au barreau de Paris, L’institut Presaje organise la seconde édition du
cabinet Villemot, Barthès & associés colloque des Entretiens de Royan. Le samedi 7
mai, il sera question de : « flibuste, le retour : la
Des affaires comme Boeing, Coca-Cola, ou plus piraterie maritime ». Jack Lang, ancien conseiller
spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la
près de nous, Valeo, Michelin, Renault, ont révélé piraterie maritime, a accepté d’être notre grand
au grand jour des problématiques d’espionnage témoin. Il sera entouré d’une quinzaine de per-
diversement nommées : espionnage industriel, sonnalités civiles et militaires de premier plan
secret défense, secret des affaires, intelligence pour évoquer les questions matérielles, juri-
économique et bien d’autres. diques et politiques que pose le phénomène
En France, le réflexe consiste souvent à réclamer récurrent de la piraterie.
plus de lois. Mais la solution à ces problèmes de L’expert judiciaire
protection ne passe-t-elle pas d’abord par une C’est le mercredi 29 mars que sera organisé un après-
meilleure vigilance de la part des entreprises ? midi débat consacré à l’expert judiciaire, acteur dans le
règlement des conflits. Les débats traiteront des exper-
Commençons par le contrôle des sources. Les tises au sein des juridictions judiciaires et arbitrales ainsi
enquêtes d’investigation ont montré combien il que de la médiation, en plusieurs tables rondes rassem-
était aisé de reconstituer, par exemple, le contenu blant les parties prenantes à ces travaux. Ils seront orga-
des corbeilles à papier et de retrouver la trace des nisés en coopération entre cinq partenaires : PRESAJE, la
commanditaires, des achats de produits ou de CNEJ (Compagnie nationale des experts judiciaires),
matières premières ainsi que des données immaté- FIDES (université Paris Ouest Nanterre La Défense),
rielles. l’IEAM (Institut d’expertise, d’arbitrage et de médiation)
et France Amériques, qui recevra dans ses salons.
Comment s’assurer de la loyauté de tous les
acteurs de la chaine de la valeur ? L’obligation de - Thomas Paris : « Manager la créativité »
loyauté parait évidente pour les salariés de l’entre- (Pearson)
prise, mais elle a souvent besoin d’être renforcée Innover en s’inspirant de Pixar, Ducasse, Jean
LECTURES POUR PRESAJIENS

par la clause de non-concurrence. C’est encore plus Nouvel et bien d’autres… Thomas Paris nous
vrai pour les acteurs extérieurs. Lorsqu’on signe un entraîne dans les coulisses de ces grandes mai-
accord, l’utilisation de clauses de confidentialité sons. Créer un nouveau dessert, produire un film
devrait être plus souvent utilisée ! En témoigne le original, cela ne s’improvise pas. Ce livre est une
cas de la sous-traitance, notamment lorsqu’elle collection de récits nous éclairant sur la composi-
intervient en deuxième ou troisième ligne ; mais il tion du cocktail conduisant à la réussite : formida-
ble pédagogie !
suffit au contrat de désigner explicitement les
acteurs. - Jean-Pierre Jouyet : « Nous les avons tant
aimés, ou la chanson d’une génération »
En cas d’accord de licence, il faut préciser si la (Robert Laffont)
sous-traitance est autorisée en totalité ou en par- L’Administration et le monde politique, Jean-
tie, et pouvoir visiter les lieux à tout moment. La Pierre Jouyet connaît. Ce que l’on sait moins,
localisation permet de s’assurer de la distinction c’est qu’il peut, mieux que quiconque, égréner
entre travail à façon et sous-traitance, et de se les paroles et les musiques des chansons fran-
garantir ainsi de marchés parallèles ou de contrefa- çaises. Résultat : il nous présente un succulent
çons. entrelacs mêlant chansonnettes et politique,
de Piaf à Bref en passant par Pompidou et
Dans les projets industriels, pourquoi néglige-t-on Mitterrand. Inattendu, nourrissant, ô combien
si fréquemment le recours à un simple accord de distrayant !
confidentialité, si bien connu des milieux pharma- - Xavier Fontanet : « Si on faisait confiance
ceutiques et aéronautiques ? Cela vaut aussi bien aux entrepreneurs »(Manitoba/Les Belles
pour les images, dessins, prototypes et toutes Lettres)
informations matérialisées. Fabuleuse histoire que celle d’Essilor ! Les
Idée-clé : responsabiliser tous les intervenants tout étapes de cette conquête industrielle ont
au long de la chaine. Tout cela relève d’une « culture » conduit Xavier Fontanet à sillonner la pla-
juridique d’inspiration contractuelle, et par-dessus nète. Son ouvrage décrit l’univers
méconnu des grandes entreprises tra-
tout pragmatique. Peut être la question se pose-t- vaillant au niveau international. Etre
elle de légiférer ou de compléter le dispositif exis- passionné par son entreprise et tout
tant, mais nous sommes dans une économie de autant par le souci de l’humain n’est
marché : assumer ses responsabilités passe avant pas si antithétique qu’on voudrait
tout par le maximum de vigilance. nous le faire croire.

PRESAJE
P ROSPECTIVE, R ECHERCHES ET É TUDES S O C I É TA L E S A PPLIQUÉES À LA J USTICE ET À L’ É C O N O M I E
Association loi du 1er juillet 1901 - Siège social : 2, avenue Hoche 75008 PARIS - Courrier : 30, rue Claude Lorrain 75016 PARIS

Tél.: 01 46 51 12 21 - E-mail : contact@presaje.com - Site internet : www.presaje.com

Directeur de la publication : Michel ROUGER - Rédacteur en chef : Albert MERLIN