Vous êtes sur la page 1sur 3

La méthode déductive et la méthode inductive?

Remarquons d’abord que Méthode déductive et Méthode inductive ne


sont pas les seules manières qui participent à l’élaboration de la
connaissance en général et la connaissance scientifique en particulier
Il s'agit donc, ici, de décrire deux ensembles cohérents de règles
d'élaboration de la connaissance scientifique et d’en relever les
différences (voir la complémentarité) méthodologiques.

1. La méthode déductive :

La méthode déductive (ou méthode hypothético-déductive) est la


méthode scientifique qui consiste à formuler une hypothèse afin d'en
déduire des conséquences observables permettant d'en déterminer la
validité. Lorsque la déduction concerne les conséquences futures, on
parle de prédiction.

Et quand la déduction se rattache aux conséquences passées, on parle


alors de rétrodiction.

Cette méthode est à la base de la démarche expérimentale, théorisée


notamment par Roger Bacon en 1268 dans "On Experimental Science".

La question de la vérification d'une hypothèse renvoie en particulier au


problème de l'induction, au cœur de la philosophie des sciences
empiriste.

Cette méthode particulière se trouve souvent présentée comme "la


démarche scientifique". Il est absolument réducteur et absurde de croire
que la science pourrait se résumer à la seule application de cette
méthode.

En économie c’est cette approche déductive (ou à-prioriste) qui a


prévalu. Son idée est que l’important n’était pas de rassembler un grand
nombre de faits, mais d’ordonner ces faits, de leur donner une
signification qui ne peut être trouvée que dans le recours à la théorie.
Plus fondamentalement encore, il n’existe pas d’observation qui soit
dépourvue de théorie.
La « méthode déductive enrichie » consiste à commencer par une
approche déductive dont on confronte (a posteriori) les résultats à
l’observation directe des faits. Dès lors, la théorie peut être :
- vérifiée,
- corrigée pour tenir compte de la confrontation aux faits,
- réfutée.

2. La méthode inductive

La méthode inductive est définie comme l’opération par laquelle l’esprit


part des faits particuliers pour s’élever à une loi générale.

Son principe est représenté de la manière suivante : Observation puis


Constat puis Principe énoncé.
La méthode inductive doit respecter les trois phases de base :
1. la phase de contextualisation c’est à dire que l’observateur
part d’une situation concrète pour amener le thème étudié qui
devra être trouvé par la projection textuelle de l'univers
interprétatif de l’observateur.
2. la phase de conceptualisation qui a pour objectif de
permettre à l’observateur de déduire à partir des situations
des généralités.
3. la phase de recontextualisation durant laquelle
l’observateur doit transformer les concepts trouvés et définis
sur une autre situation.

Durant ces trois phases, l’observateur est acteur.


On peut donc dire que la méthode inductive est une méthode active
grâce à laquelle l’observateur participe pleinement au processus
aboutissant à la formulation de Principes interprétant l’observation.

Les sciences économiques et sociales suivaient, à l’origine, une


méthode inductive.

La méthode inductive ne doit pas être confondue avec les "fausses


méthodes inductives" qui conduisent à des démarches inorganisées, à
des discussions de « café du commerce » ou à des formules « pseudo-
inductive ».

3. Comparaison entre méthode inductive et méthode déductive

Pour la comparaison entre ces deux méthodes que l’on oppose, souvent
à tort, alors qu’elles peuvent être complémentaires, disons que :

- La démarche déductive a pour point de départ des concepts, des


définitions, des principes, des règles à appliquer et a pour but de
les mettre en pratique par des applications concrètes.

- Alors que la démarche inductive procède d’une démarche


inversée. Elle a pour point de départ des situations concrètes et
accessibles à l’observateur et à pour but d'amener à dégager des
concepts, des principes ou des règles applicables.

Vous aimerez peut-être aussi