Vous êtes sur la page 1sur 56

Auteur : Xavier MARTIN Page 1 de 56

Livre : L’homme des droits de l’homme et sa compagne – édition : 15 novembre 2001

Xavier MARTIN
Professeur des Universités

Sur les droits de l’homme


et la Vendée

DMM (DOMINIQUE MARTIN MORIN)

Adresse postale : 53290 Bouère - France


ISBN : 2-85652-204-1
N° 3351
1995, DMM, tous droits réservés

(Note relative à la mise sous format électronique : pour constituer la table de matière il n’a pas été utilisé l’outil correspondant de Word mais l’outil de Word
pour constituer un index. Rappel : les paramètres pour l’indexation sont présents dans le texte mais ne sont visibles que si l’on affiche “les marques”. A noter
que le texte de ces paramètres d’indexation a été à chaque fois préfixé par un nombre, pour qu’ensuite l’index soit classé en fonction de ces nombres et non en
fonction de la lettre du premier mot du texte à indexer, et que ces nombres ont été écrits avec la couleur blanche de la police, pour ne pas surcharger la table de
matière.
Dans ce document électronique, est absent l’index onomastique du livre original papier).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 1 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 2 de 56
Livre : L’homme des droits de l’homme et sa compagne – édition : 15 novembre 2001

À Jean de Viguerie

Table des matières


1-Avant-propos ........................................................................................................................................5
2-Introduction..........................................................................................................................................7
3-I ]. L'INSURGÉ VENDÉEN EST-IL UN CITOYEN ? ......................................................................................9
01-La Révolution fondatrice..................................................................................................................................... 10
02-La société par excellence .................................................................................................................................... 11
03-S’auto-exclure du pacte social............................................................................................................................. 12
04-Du droit d’être tué à l’instant.............................................................................................................................. 13
05-Néant civique des insurgés.................................................................................................................................. 14
06-Comment Merlin de Thionville veut les socialiser ................................................................................................ 15
07-Attaquer le sol .................................................................................................................................................... 17
08-La ‘‘virée de galerne’’, incivique errance ............................................................................................................. 18
09-Y a-t-il un Français dans l’Ouest ?........................................................................................................................ 19
10-Exigence unanimitaire du Contrat Social ............................................................................................................. 20
11-Il faut donc détruire les récalcitrants................................................................................................................... 22
12-La liberté n’est pas facultative............................................................................................................................. 22
13-Éduquer, rééduquer, pour uniformiser................................................................................................................ 23
14-É-limin-er, ex-termin-er....................................................................................................................................... 25
15-L’État donne à l’homme, conditionnellement, ‘‘sa vie et son être’’ ...................................................................... 26
4-II ]. L'INSURGÉ VENDÉEN EST-IL UN ÊTRE HUMAIN ? ..........................................................................28
01-L’homme existe-t-il ? .......................................................................................................................................... 29
02-Homme ou animal? ............................................................................................................................................ 29
03-Mépris éclairé pour les paysans .......................................................................................................................... 30
04-Ne sont-ils que bêtes, ou sont-ils des bêtes ? ...................................................................................................... 32
05-‘‘Chasse civile’’ outre-Loire ................................................................................................................................. 34
06-Pour l’ablation d’une tumeur sociale................................................................................................................... 35
07-‘‘Tout exterminer’’.............................................................................................................................................. 35
08-Impureté sanguine et régénération purificatoire................................................................................................. 36
09-Innocence des bonnes intentions........................................................................................................................ 38
10-Relativisation par le matérialisme ....................................................................................................................... 38
11-Caractère anodin du retour au néant .................................................................................................................. 40
12-Des insectes et des ‘‘blancs’’............................................................................................................................... 42
13-La grande amie de Voltaire et ‘‘les premiers martyrs’’ ......................................................................................... 43
14-Les hommes-machines et la clochette du président ............................................................................................ 43
15-L’égoïsme à la base du pacte social ..................................................................................................................... 46
16-Incivisme des indulgents..................................................................................................................................... 47
17-Du danger d’être fraternel .................................................................................................................................. 47
18-‘‘Ils ne sont qu’hommes, ils ne sont rien’’............................................................................................................ 48
19-Étrange invocation d’une ‘‘sainte humanité’’ ...................................................................................................... 49
20-L’homme est au-dessous du citoyen ................................................................................................................... 49
21-Altérer la constitution de l’homme ..................................................................................................................... 50
22-Et c’est en votre nom que l’on vous régénère...................................................................................................... 51
23-Turreau et la pureté de ses intentions................................................................................................................. 52
24-Être citoyen, pour cesser de n’être qu’un homme............................................................................................... 52
5-Conclusion ..........................................................................................................................................54
6-4e de couverture .................................................................................................................................56

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 2 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 3 de 56
Livre : L’homme des droits de l’homme et sa compagne – édition : 15 novembre 2001

DU MÊME AUTEUR CHEZ LE MÊME ÉDITEUR.

Nature humaine et Révolution française. Du Siècle des Lumières au Code Napoléon, 1994.

Abréviations :

AP/1 = Archives parlementaires, 1ere série, nombreux volumes parus depuis le siècle dernier ; suivent,
dans nos références, les chiffres du tome, de la page, de la colonne.

C. S. = J. -J. Rousseau, Du Contract Social, ou Principes du droit politique (1762), dans Oeuvres
complètes, Pléiade, t. 3, Paris, 1964.

HVM = ouvrage cité dans la note 1, page 14.

VP/3 ou 4 = Ch. -L. Chassin, La Vendée patriote, t. 3 ou 4 (Paris, 1894 et 1895), rééd., Mayenne, 1973.

Le titre des livres anciens est généralement suivi, entre parenthèses, de la date de leur première édition, ou
de celle, approximative, de leur composition. Sauf mention contraire (et d'ailleurs très rare), c'est par nos
propres soins que divers mots ou expressions figurent en italiques dans les citations.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 3 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 4 de 56
Livre : L’homme des droits de l’homme et sa compagne – édition : 15 novembre 2001

On m'a raconté qu'un naturaliste célèbre disoit : «


Si l'on me demande quel est dans la chaîne des êtres
l'anneau qui unit le singe à l'homme, je répondrai que c'est
le Bas-Poitevin. »

Du républicain Jean-Baptiste Leclerc, Essai sur la


propagation de la musique en France..., Paris, an VI, 1797-
1798, p. 66-67.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 4 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 5 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 Avant-Propos

Avant-propos

*1* Ces pages développent une communication donnée en décembre 1993 au Colloque de
Poitiers Les Déclarations des Droits de l'an I 1, laquelle, déjà, étoffait une première esquisse, présentée en
avril de la même année à celui de La Roche-sur-Yon, La Vendée dans l'Histoire 2. Elles s'inspirent de
notre démarche antérieure, qui consiste à sonder la geste révolutionnaire à partir de l'idée que ses propres
acteurs, formés à l'esprit des Lumières, cultivaient de l'homme et de sa nature 3.

*2* Cette thématique, à diverses reprises, s'est avérée féconde. Elle a parfois surpris. On ne
saurait avancer qu'elle a toujours plu à tout le monde. Elle n'a guère donné lieu qu'à deux types
d'objections.

*3* La première objection, c'est que les révolutionnaires n'auraient en fait pas lu les auteurs des
Lumières. Elle est d'autant plus étonnante qu'elle a pu émaner d'historiens réputés sérieux. On peut y
répondre d'abord qu'apparemment elle joue à sens unique. Si l'on réfère à l'influx des Lumières des choses
qui font plaisir dans la Révolution, et font honneur à son image, personne au grand jamais n'articule un
pareil argument. On peut répondre ensuite que dénier ou prouver une lecture effective de tel ou tel auteur
par tel ou tel acteur n'a pas grande importance, du moment qu'il appert que l'acteur a pensé l'événement
auquel il contribuait selon les catégories mêmes de l'auteur, selon la même structure logique, et parfois en
usant des mêmes mots. Il est légitime alors de penser que l'un et l'autre, au minimum, participent d'un
même univers mental, dont on doit présumer, par la force des choses, y compris l'antériorité, que

1
Actes publiés aux Presses Universitaires de France, « Publications de la Faculté de Droit et des Sciences sociales de Poitiers
», Paris, 1995.
2
Actes publiés aux éd. Perrin, Paris, 1994.
3
Cf notre étude Nature humaine et Révolution française, éd. Dominique Martin Morin, Bouère, 1994.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 5 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 6 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 Avant-Propos

l'intellectuel des Lumières fut davantage, probablement, un fournisseur, et l'homme de la Révolution


plutôt, sans doute, un consommateur. Nous ne prétendons nullement en dire plus, même lorsque les
sources nous presseraient de le faire.

*4* La seconde objection, c'est que notre démarche est unilatérale, et qu'elle aurait, en
conséquence, le tort d'ignorer qu'elle n'explique pas tout. Cette objection est superflue. Notre manière n'a
jamais prétendu épuiser la problématique et la vérité des objets auxquels elle s'applique. Simplement
voudrait-elle, et plus modestement, suggérer que cette vérité s'expose à rester lacunaire, si l'on s'obstine à
négliger ce sur quoi nous mettons l'accent.

Juin 1995.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 6 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 7 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 Introduction

Introduction

*5* L'idée, vraiment, n'est pas si rare, qu'en martyrisant la Vendée, la Révolution française
aurait méconnu ses propres principes, et spécialement bafoué cette Déclaration des Droits qui fait son
honneur et sa gloire. Or la chose mérite examen. Et d'abord, quelle Déclaration ? Lorsque éclate
l'insurrection (mars 1793), celle de 1789 est morte, elle a péri, six mois plus tôt, dans le naufrage de la
première constitution, dont elle était le préambule. Quant à celle de l'an I, adoptée trois bons mois après le
déclenchement de la rébellion, point n'est besoin d'être grand clerc pour deviner qu'elle la flétrit
implicitement bien plus qu'elle n'aspire à en materner les auteurs ; et puis surtout, quoi qu'il en soit,
jamais elle n'entra en vigueur. N'objectera-t-on pas que, malgré tout, le dispositif diffusément promu par
ces deux documents constituait en lui-même, et dès l'époque des faits, une échelle de valeurs assez notoire
et transcendante pour qu'il soit aujourd'hui légitime d'y référer, à tout hasard, les agissements républicains
dans la Vendée 4 ? Objection acceptée. Mais la méthode exige alors que, du même coup, l'on endosse
également, ne fût-ce qu'à titre exploratoire, le point de vue révolutionnaire sur les droits de l'homme

4
Bien des victimes de la Révolution ne manquèrent d'ailleurs pas d'invoquer, sur le vif, l'une ou l'autre Déclaration. Et la
Convention thermidorienne elle-même, le 30 pluviôse an III (18 février 1795), fit grief à Robespierre et à ses sectateurs
d'avoir, dans « les départements de l'Ouest », « violé audacieusement la table des droits de l'homme » (cité par J. Crétineau-
Joly, Histoire de la Vendée militaire, 1840-1842, rééd., 4 vol., Paris, 1979, t. 2, p. 269).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 7 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 8 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 Introduction

et du citoyen. Or la logique élémentaire d'un tel point de vue suppose à l'évidence que pour prétendre
aux droits il faut au préalable être un homme et/ou un citoyen. D'où une double et interrogative
méditation, que se proposera d'éclairer, assez naturellement, l'anthropologie sociale des Lumières,
laquelle, par la force des choses, devra bien avoir quelque part dans notre propos : l'insurgé vendéen
est-il un citoyen ? L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 8 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 9 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

I ]. L'INSURGÉ VENDÉEN EST-IL UN CITOYEN ?

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 9 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 10 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

*6* Les tensions révolutionnaires, après coup, sont volontiers relues par les historiens comme
l'exaspération fâcheuse de certains désaccords dans un tissu social préexistant. Autrement dit, de
regrettables méprises auraient fait que des concitoyens, au lieu de courtoisement disputer sur des choix de
droit constitutionnel, en seraient malencontreusement venus aux mains. Un tel présupposé néglige cette
évidence que la Révolution, dans sa pulsion profonde, s'est voulue et pensée comme radicalement
fondatrice 5. Au lieu de « raccommoder », estimait Rousseau, il faut « commencer par nettoyer l'aire et
écarter tous les vieux matériaux » 6. Et Diderot : « Qu'un peuple est heureux lorsqu'il n'y a rien de fait
chez lui ! » 7

*7* « L'assemblée constituante, observera Mme de Staël, traitoit la France comme une colonie,
dans laquelle il n'y auroit point eu de passé » 8. Et il est vrai que par exemple Mirabeau n'y allait pas de
main morte : « [I]1 nous est permis d'espérer que nous commençons l'histoire des hommes », annonçait-il
à la tribune, dans l'euphorie du 27 juin 1789 9. En ces jours enfiévrés, confirmera Durand-Maillane, « le
peuple français a formé comme un peuple nouveau, et il a voulu se constituer », ce qui ne se pouvait faire

5
À cet égard, voir les belles pages de J. Starobinski, 1789. Les emblèmes de la raison, Paris, 1979 (« Principes et Volonté »), p.
39 s. et de M. Ozouf, L'homme régénéré, Paris, 1989, p. ex. p. 132.
6
Rousseau, Discours sur l'origine et les fondemens de l'inégalité parmi les hommes (1755), dans Oeuvres complètes, t. 3,
Paris, 1964, p. 180.
7
Diderot, Mémoires pour Catherine II (1773-1774), Paris, 1966, p. 4. « Les mauvaises et surtout les vieilles institutions sont un
obstacle presque invincible aux bonnes. »
8
Mme de Staël, Considérations sur la Révolution française, 1818, rééd. J. Godechot, Paris, 1983, p. 222.
9
AP/1/8/168/1, projet d'adresse de l'Assemblée nationale à ses commettants, rédigé par lui et accueilli dans l'enthousiasme.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 10 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 11 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

qu'« en se régénérant tout entier » 10. Or il est établi que cette logique de table rase et de commencement
11 12
absolu, dont Burke s'inquiétait dès 1790 , n'a pu que s'accentuer avec la République , dont
13
l'avènement, et c'est notoire, « rousseau-ise », dirait-on, la Révolution , la projetant plus encore dans
l'abstraction et l'absolu où viennent culminer, dans ses moments forts, les arêtes vives du Contrat Social.
En cette année 1792, un Lequinio, qui nous importe, car il sera dans l'Ouest un des conventionnels âpres
agents de la répression, annonçait à son tour, à la « génération naissante », en son livre inspiré Les
Préjugés détruits :

*8* « [C]' est vous qui commencerez enfin l'histoire des hommes » 14. Deux ans plus tard, alors
que la nation aura déjà été bien épurée, et notamment dans les cantons de nos contrées, Saint-Just croira
pouvoir noter : « Tout commence donc sous le ciel ! » 15

*9* La République, en vérité, ne sera donc pas benoîtement un régime, une simple « forme de
gouvernement » 16, elle se voudra la société par excellence, intégralement conçue, et dans laquelle il faut
entrer 17. Républicain, citoyen heureux d'une cité parfaite, dans le principe, c'est tout un. À tel point que
le thème du régime est second. Rousseau n'écrit-il pas qu'à certaines conditions, « la monarchie elle-
même est République » 18 ? Et cela n'est-il pas assez dire que le mot République, pour les hommes de ce
19
temps, peut souvent excéder puissamment le sens actuel ? Il est même avéré qu'il inclut référence,
parfois implicite et parfois exprimée, au modèle platonicien de la République, en ce qu'il peut avoir de

10
AP/1/26/185/1, 17 mai 1791.
11
Voir l'étude nourrie de J.-P. Giucciardi, « Burke et les Lumières », dans Annales historiques de la Révolution française, 1983/3,
[p. 402-431], p. 407.
12
Que l'on songe, notamment, à cette extraordinaire entreprise de l'ère nouvelle et du calendrier neuf.
13
Cf. N.-B. Robisco, Jean-Jacques Rousseau et la Révolution française : une esthétique de la politique (1792-1799), thèse de
philosophie, Toulouse-Le Mirail, mai 1992 : « Si notre étude a pour point de départ, dans le cours de la Révolution, la
proclamation de la République, c'est parce que ce moment met en jeu une problématique de la fondation : fonder la
République, pour réaliser les droits » (exposé de soutenance, dans Annales historiques de la Révolution française, 1993/1, p.
126).
14
Lequinio, Les Préjugés détruits, 1 vol. in-8°, à Paris, Imprimerie nationale, 1792, p. 7.
15
Rapport au nom des comités de salut public et de sûreté générale, 26 germinal an II, 15 avril 1794: AP/1/88/616/2.
16
Ce n'est que la Deuxième République qui, constitutionnellement, s'annoncera comme telle : Constitution du 4 novembre
1848, Préambule, début de l'art. I.
17
La République en viendra même à le poser expressément, à propos des « ci-devant nobles » : « la première condition pour avoir
les droits de citoyen français, doit être l'intention sincère et manifestée de le devenir » (Conseil des Cinq-Cents, 29 vendémiaire an
VI, 20 octobre 1797: Bull. Lois n° 161, p. 9).
18
C. S., L. II, ch. 6, p. 380, note, dont l'appel ponctue ces mots : « Tout gouvernement légitime est républicain ».
19
C. S., L. I, ch. 6, p. 361-362.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 11 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 12 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

20
totalement parfait, et donc de virtuellement totalitaire . République, en 1792-1794, connote : société
idéale en genèse, avec cet engrenage que, les hommes concrets étant imparfaits, toute cité abstraitement
parfaite est nécessairement inhumaine, et qu'aux hommes elle doit faire violence philanthropique pour
qu'ils entrent en bonheur.

*10* À cette philanthropique violence, n'est-il pas naturel que des Vendéens réagissent ? Mais il
est trop certain que pousser sur cette voie, c'est bientôt décliner la dignité civique et les droits afférents. Si
c'est, en son tréfonds, « le peuple français » même qui « se constitue en République » 21, il va de soi que
refuser la République est se couper du peuple et se poser ipso facto en étranger. Rousseau, d'ailleurs, en a
prévenu : « Si donc lors du pacte social il s'y trouve des opposans, leur opposition n'invalide pas le
22
contract, elle empêche seulement qu'ils y soient compris ; ce sont des étrangers parmi les citoyens » .
Aux armes, citoyens ! Se soustraire à la fameuse levée de février-mars 1793, c'est bien se nier comme
citoyen, et plus encore, à l'évidence, si l'on forme les bataillons contre la République en guerre. Tel chef
de ces rebelles, et c'est assez logique, ne menacera-t-il pas les mal ralliés à la cause de l'insurrection d'être
23
« regardés comme citoyens » (autrement dit, en l'occurrence, exposés au pillage) ? Mais alors, il est
certes non moins logique que soit niée, par le conventionnel Barère, toute dissimilitude entre « brigands
intérieurs ou étrangers, car c'est la même famille » 24.

*11* La « résistance à l'oppression », devenue même, dans la Déclaration de juin 1793, un


25
devoir de s'insurger , l'allégation en est donc ingénue, et très inopérante, pour justifier une résistance à
cette entreprise même qui se veut l'anti-oppression, qui enfin se veut fondatrice des droits de l'homme et
du citoyen, dont le droit et devoir ultime, celui de s'insurger, si le cas l'exigeait, en faveur de la
26
République , et non l'inverse, évidemment. « Le traité social a pour fin la conservation des contractans

20
Voir notre étude « Un Angevin des Lumières sous le Directoire : Jean-Baptiste Leclerc », dans Travaux sur le XVIIIe siècle. 3.
Hommage au Professeur Jean Roussel, Presses de l'Université d'Angers, 1995, [p. 123-141], p. 125-126.
21
10 mai 1793, discussion constitutionnelle : AP/1/64/434/2.
22
C. S., L. IV, ch. 2, p. 440.
23
D'une réquisition du 8 juin 1793 : Chassin, VP/3/191, note 1.
24
AP/1/75/425/1, 1er octobre 1793.
25
Art. 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du
peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». Il n'est pas rarissime que, sous la plume de bons
auteurs, un tel article soit cité comme extrait de la Déclaration de 1789, où il ne figure pas (elle n'en comporte que dix-sept),
et qui simplement parle (art. 2) du « droit » de « résistance à l'oppression ».
26
Art. 33 : « La résistance à l'oppression est la conséquence des autres Droits de l'homme » (et l'art. 35, cité à la note
précédente, est d'ailleurs le dernier de la Déclaration).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 12 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 13 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

», énonce Rousseau très logiquement 27, non celle des tiers, à l'évidence, et moins encore s'ils font menace
à « la conservation des contractans », puisqu'elle est l'objet même du pacte social. Cette argumentation est
d'une simplicité telle, que l'on songerait presque à s'en excuser.

*12* Si donc en parlant de « résistance », les promoteurs de la Déclaration de l'an I peuvent


avoir songé réellement aux rebelles de l'Anjou et du Bas-Poitou, ce ne put être en réalité que sous le
rapport de cette très coupable résistance à la loi dont depuis mars ils donnaient l'affligeant spectacle, et
que visait, conséquemment, l'article 10 : « Tout citoyen appelé ou saisi par l'autorité de la loi, doit obéir à
l'instant ; il se rend coupable par la résistance ». On notera l'expression : à l'instant. Elle reparaît, il faut
le dire, une autre fois, dans la Déclaration, et l'on a peine à croire qu'assez directement les Vendéens
encore n'y seraient pas visés. C'est l'article 27 : « Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à
l'instant mis à mort par les hommes libres ». Tant il est vrai que maints aspects de la rébellion, de par leur
nature ou leur gravité, peuvent bien tomber sous la qualification d'une usurpation de souveraineté,
justifiant de la sorte une répression sans formes, et plus encore, assurément, depuis la mise en place, par
les insurgés, fin mai 1793, du « Conseil supérieur » de Châtillon-sur-Sèvre, qui même battra monnaie
royale.

*13* Si l'intuition se vérifiait, il se confirmerait que l'entrée en vigueur d'une Déclaration


porteuse d'un tel devoir ou droit d'être tué à l'instant aurait pu s'avérer d'un très faible avantage pour le
peuple insurgé. Mais est-il besoin d'aller jusque là ? Ces « droits du citoyen », il est d'une exigence
élémentaire qu'ils ne puissent couvrir « l'ennemi du peuple », il va de soi que celui-ci n'en saurait faire, à
son profit, « un bouclier, à l'abri duquel il pût lancer ses traits empoisonnés ». Irréfutable ici est un Collot
d'Herbois : ces droits, dit-il à ses amis conventionnels, « ce fut pour le peuple que vous les décrétâtes (...),
28
c'est en son nom ; c'est lui seul qui doit s'en servir », contre ses ennemis . Une telle logique se suffit à
elle-même, et l'article 27, qui prétend mettre à mort à l'instant, ne saurait que la maximaliser par surcroît,
avec une énergie tonique et digne d'éloge. Le 21 janvier 1794, premier anniversaire de la mort du tyran,
mais jour aussi où, du général Turreau, s'ébranlent les fameuses colonnes infernales, il se trouve qu'à
Paris, au club des jacobins, l'on a donné lecture de la Déclaration des Droits, elle y fut « entendue au
29
milieu des applaudissements et l'on en a fait répéter plusieurs articles » . Il est à présumer que le mâle
article 27 aura été de ceux que les acclamations bissèrent : c'était le moins qu'en l'occurrence il méritait.

*14* Car c'est bien dans le sens le plus propre et total, qu'avant même de le devenir légalement,

27
C. S., L. II, ch. 5, p. 376.
28
18 septembre 1793, AP/1/74/382/1 (Journal des Débats) et, avec variantes, 368/1 (Moniteur).
29
Procès-verbal de la séance (2 pluviôse an II) : F. -A. Aulard, La Société des Jacobins. Recueil de documents pour l'histoire du
Club des Jacobins de Paris, t. 5, Paris, 1895, p. 617.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 13 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 14 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

les rebelles se signalent en tant que hors-la-loi 30. Ils font insulte gravissime à ce que Rousseau appelle «
la sainteté du contract social et des lois » 31. Le mot « brigands », qui les poursuit, et dont Rousseau, déjà,
disqualifiait les paysans polonais en révolte 32, le mot « repaires », celui de « hordes », si fréquents 33, et
quelques autres, ne veulent-ils pas signaler sans relâche cet état de sauvagerie primitive, anté-sociale,
antisociale, cette situation de néant civique où justement ils se complaisent ? Néant : le mot est-il trop fort
34
? « Le monde est vide depuis les Romains », disait Saint-Just . L'entreprise politique en cours, estime
35
Billaud-Varenne, est une sorte de « transition du néant à l'existence » . Exterminer et enterrer ces
36
asociaux invétérés, pourrait-on dire, n'est qu'entériner leur néant . Et c'est cela, non le contraire, qui est
oeuvrer en citoyen. Le général Turreau, exterminateur en chef, jouira d'un acquittement à l'unanimité pour
avoir « dignement rempli ses fonctions, (...) comme homme de guerre et comme citoyen » 37. Réprimer la
Vendée, « c'est une chasse de brigands et non une guerre civile », a dit Barère, très conséquent 38. Et n'est-
il pas bien symbolique que l'un des bataillons lancés contre ces êtres non civils, qui ne parlent pas même
le français 39, et qui « ont des forêts pour asile, des herbes pour nourriture » 40, ces êtres maléfiques qui «
41
se cachent dans les bois, dans les haies, dans les ravins » , et ne guerroient qu'« à la manière des

30
Voir Maurice Quénet, « Le principe de légalité et la répression en Vendée », contribution au colloque La Vendée dans l'Histoire,
op. cit., p. 274-296.
31
C. S., L. IV, ch. 8, p. 468.
32
Rousseau, Considérations sur le gouvernement de la Pologne et sur sa réformation projettée, 1772, dans Oeuvres
complètes, t. 3, Paris, 1964, p. 1013, et (note a) p. 1790.
33
Ainsi, par exemple, les républicains de Challans distinguent-ils bien, dans la même phrase, « le domicile du patriote » et « le
repaire du brigand » (le problème étant, précisément, que sur le terrain, les « bleus » incendiaires n'ont pas de ces lucidités
discriminatoires) (adresse à la Convention, 7 janvier 1794 : Chassin, VP/4/186) ; ou bien le représentant en mission Jullien (de
Paris) fait-il de même, dans une seule phrase aussi, entre « l'armée républicaine » et « la horde royale », le problème étant, là
encore, que la première, machinalement, « égorge les enfants, les femmes, les municipaux en écharpe, à la suite d'un
banquet civique donné par eux à une division de I' armée » (ibid., p. 318).
34
Rapport au nom des comités de salut public et de sûreté générale, 11 germinal an II, 31 mars 1794 : AP/1/87/638/1.
35
Cité par M. Ozouf, L'homme régénéré, p. 140.
36
À quoi s'ajoutera l'anéantissement « lexical », par la substitution de « Vengé » à « Vendée ».
37
Jugement du Conseil militaire de Paris, 19 décembre 1795 : Chassin, VP/4/630. Voir J. -M. Carbasse, « Les responsables de
la Terreur en Vendée : les hommes et le système » dans La Vendée dans l'Histoire, op. cit., [p. 341-357], p. 345-346.
38
AP/1/75/421/2, 1er octobre 1793.
39
AP/1/83/715/1, 8 pluviôse an II, 27 janvier 1794, Barère, Rapport du Comité de Salut public sur les idiomes. Sur ce thème,
voir l'étude très nourrie de J. -M. Carbasse, « Langue de la raison et idiomes grossiers. Le pluralisme linguistique sous le
niveau jacobin », communication aux Journées internationales d'Histoire du Droit, Anvers, mai 1993, Actes à paraître aux
Presses de l'Université d'Anvers.
40
De Turreau, le 9 avril 1794, 20 germinal an II : HVM/2/173.
41
AP/1/69/556/2, Barère, 26 juillet 1793.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 14 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 15 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

sauvages, dans les genêts » 42, oui, n'est-il pas bien symbolique que l'un des bataillons républicains lancés
contre eux ait eu pour nom « Contrat social » ?

*15* Très radicale inaptitude de ces peuplades, en effet, aux saines réciprocités qui font la
substance même du contrat social : c'est ce qu'imagine excellemment le conventionnel Merlin de
Thionville, à la tribune de l'assemblée, le 8 novembre 1793, en homme qui s'était vanté d'aller « en enfer
43
pour y exterminer le dernier des brigands » , et qui vient d'étudier, sur le vif, la configuration de ce pays
44
déconcertant , et que Barère, visiblement soulagé, annonce porteur, enfin, des « renseignements utiles »
pour « le rapport définitif sur les causes (...) de l'inexplicable guerre » 45. Et force est de s'interroger sur la
sagacité de Merlin, l'ethnologue en mission. Entre ceux qui habitent ces contrées, explique-t-il, rien
d'organiquement structuré, nulle esquisse de tissu social, simplement des conjonctions éphémères, et nulle
trace de solidarité. « [R]éunis pour combattre, ce ne sont cependant que des tigres ameutés pour se
46
défendre, qui s'isolent et s'abandonnent sans pitié après l'action », délaissant leurs blessés . Volney
n'aura-t-il pas, du sauvage américain, une vision analogue ? « Il s'est réuni en bandes et en troupes, mais
47
point en corps organiques de société » . Tant il est vrai qu'en climat doctrinal de contractualisme
48
politique, il ne peut y avoir « que des individus dans la nature » . Diderot notait : « Je n'aime pas les
hommes épars », et estimait : « Dans une société d'hommes quelconque, plus les parties en sont éparses »,
et « plus le tout est voisin de l'état sauvage » 49.

*16* Et le décor des Vendéens suffit à justifier qu'ils en soient restés là. Car les multiples
retranchements de leur bocage constituent autant d'alvéoles appelant l'autarcie, donc propres, par là
même, à empêcher de naître cet heureux sentiment d'interdépendance intéressée dont l'effusion ne se
distingue guère de la souscription du pacte social. Partout, dans cette contrée, du moins l'étrange
observateur a-t-il cru pouvoir le noter, le cultivateur « se passe de son voisin (...) ; point de

42
Aulard, La Société des Jacobins, t. 5, op cit., p. 196, 17 mai 1793, résumé d'une lettre de Bruslé au maire de Paris.
43
Lettre d'Ancenis, 20 octobre 1793 : AP/1/77/532/2.
44
AP/1/78/604, 8 novembre 1793 (18 brumaire an II), « Motion d'ordre sur la meilleure manière d'utiliser le territoire de la
Vendée » (nous recourons, pour l'essentiel, à la version du Moniteur Universel, qui est de loin la plus détaillée).
45
AP/1/78/402/2, 5 novembre (15 brumaire).
46
Ibid., p. 604/2.
47
Volney, Tableau du climat et du sol des États-Unis d'Amérique, Paris, 1803, t. 2, p. 479 (référence de seconde main).
48
Portalis, présentant au Corps législatif le titre du projet de Code civil relatif à la propriété, 26 nivôse an XII, 17 janvier 1804:
AP/2/5/206/2.
49
Diderot, Mémoires pour Catherine II, op. cit., p. 63 et 176. Le même auteur écrit, p. 175, « que tout ce qui tend à isoler
l'homme de l'homme tend (...) à le rapprocher de la condition primitive de l'homme sauvage ; par conséquent, doit être
regardé comme un mal ».

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 15 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 16 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

communications établies entre les habitants par la nécessité, par le simple besoin même : c'est ce
vice antisocial qu'il faut extirper. Il faudra désormais que (...) les besoins réciproques qui
enfantèrent la société, chassent, dans la Vendée, l'égoïsme sombre des chaumières, et y fassent
naître la nécessité de se communiquer ». Et ce n'est pas parole en l'air, car le programme se fait
concret : « Il faudra désormais que dans le département de la Vendée, le citoyen manque ici de vin
et aille en chercher ailleurs, que là il aille chercher du grain en échange de son vin, qu'il donne
50
enfin du vin et du blé pour avoir du bois » . Les « ingénieurs sociaux » du XIXe ne diront guère
différemment. La société parfaite sera bientôt, pour Claude-Henri de Saint-Simon, « celle où
51
chacun produit quelque chose qui manque aux autres » . Et celle qu'imaginera Charles Fourier,
pour être différente, n'en sera pas moins aussi celle où « chacun aura besoin de s'approvisionner
chez vingt de ses voisins » 52.

*17* Tel est explicitement ce que, dans le feu des événements, prescrit Merlin pour la Vendée,
dans cet intéressant « rapport définitif sur les causes », et qui devrait régler ce qui, dans cette affaire, est le
problème de fond : « rendre ce pays à la société » en « donnant des besoins » à ses habitants 53. Tel est ce
qui mécaniquement, pour le repos de la République, fera de ces derniers des citoyens. Et l'on est là au
coeur de l'anthropologie sociale des Lumières, laquelle prônait ce que, dans son sillage, Saint-Simon de
54
nouveau appellera « la multiplication des besoins » . L'homme parfaitement socialisé, enseignait le
55
Contrat Social, cet homme ne doit pouvoir agir « sans le secours d'autrui » . Et Saint-Preux, dans la
Nouvelle Héloïse, avait longuement expliqué comment, « dans l'économie domestique ainsi que dans la
civile » 56, on fabrique l'harmonie entre tous ceux qui cohabitent : « [O]n les unit pour ainsi dire malgré
eux par les services qu'on les force en quelque sorte à se rendre » 57. L'approche de Diderot était analogue.
Dans la ruche humaine qu'à l'occasion il ruminait, les « abeilles » seraient « forcées de travailler

50
AP/1/78/604/1.
51
Saint-Simon, L'Industrie, ou Discussions politiques, morales et philosophiques dans l'intérêt de tous les hommes... (mai
1817), dans Oeuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, t. 1, 2e partie, repr. Genève, 1977, p. 50.
52
Fourier, Le Nouveau Monde industriel et sociétaire ou Invention du procédé d'industrie attrayante, (1829), Paris, 1973, p.
133.
53
AP/1/78/604/2.
54
Saint-Simon, référence de la note 51.
55
C. S., L. II, ch. 7, p. 382. « En sorte que si chaque Citoyen n'est rien, ne peut rien, que par tous les autres, (...) on peut dire
que la législation est au plus haut point de perfection qu'elle puisse atteindre. »
56
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, 1761, IVe Partie, Lettre X, de Saint-Preux à Milord Édouard, éd. R. Pomeau, Paris,
1988, p. 444.
57
Ibid., p. 445.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 16 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 17 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

conjointement au bien du tout pour leurs besoins réciproques, et de se civiliser par leur proximité » 58. Le
cours très officiel d'économie, donné en l'an III à la toute neuve École normale, dira qu'il faut que « tous
les hommes soient précieux les uns pour les autres », qu'ils doivent être économiquement « dans une
59
mutuelle dépendance : tout le jeu de la machine politique est fondé sur ce principe » . Et de poser en
maxime : « Il faut donner aux besoins factices le plus d'étendue qu'il est possible » 60.

*18* Ce qui, sans doute, est bel et bon ; mais comment donc, précisément, forcer à une telle
interdépendance les occupants d'un pays tel que la Vendée ? Merlin est logique : en changeant le sol. Le
61
sol, voilà l'ennemi, qu'il faut combattre, ce sont ses mots, il faut attaquer le sol , et spécialement
62
remplacer haies et fossés par des bornes . « La nature, énonçait Mably en 1776, n'a recherché qu'à
multiplier et resserrer les liens qui doivent nous unir sous l'empire des lois » 63. À cette aune, la Vendée
n'est-elle pas alors, techniquement, une criante et cuisante erreur de la nature ? Il faut, diront bientôt des
64
voix autorisées, « oser revoir et corriger l'oeuvre de la nature » . En l'occurrence, l'aplanissement
qu'appelle Merlin pour des raisons de politique fondamentale, convole en outre, à l'évidence, avec les
exigences élémentaires du maintien de l'ordre : « Je désespère de pouvoir incendier les forêts, dira
Turreau. Il faut que tout ce qui existe de bois de haute futaie dans la Vendée soit abattu » 65 ; de la même
façon que le « peu de besoins » des insurgés vient fonder à la fois leur asocialité et leur très irritante

58
Diderot, Mémoires pour Catherine II (1773-1774), op. cit., p. 198. Il venait de décrire « le campement d'une horde de
sauvages » comme un pur et simple éparpillement de chaumières (p. 197), notable préfiguration du bocage qu'aura cru
observer Merlin.
59
Cours de Vandermonde, 8 ventôse an III, 26 février 1795 : dans D. Nordman, dir., L'École Normale de l'an III. Leçons
d'Histoire, de Géographie, d'Économie politique, Paris, 1994, p. 366.
60
Ibid., p. 367 (phrase en italiques dans l'original).
61
Merlin « pense, après l'avoir parcourue, que c'est le sol lui-même qu'il faut y combattre aujourd'hui, si l'on veut y ensevelir
pour jamais le monstre des discordes civiles » (AP/1/78/604/1). Première mesure à prendre : « rendre ce pays à la société, en
attaquant le sol » (604/2).
62
AP/1/78/604/2.
63
Mably, De la Législation, ou Principes des Lois, dans Oeuvres complètes, Paris, 1776, t. 9. Extraits dans Mably, Sur la théorie
du pouvoir politique, éd. P. Friedmann, Éditions Sociales, Paris, 1975, p. 210.
64
Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, 1802, rééd. Paris, 1844, Slatkine Reprints, Genève, 1980, p. 298. En
l'occurrence, Cabanis parlait précisément de l'homme. La seconde moitié de la Révolution est féconde en expressions de ce
genre : cf notre étude « L'individualisme libéral en France autour de 1800 : essai de spectroscopie », dans Revue d'Histoire
des Facultés de Droit et de la Science juridique, n° 4, 1987, [p. 87-144], p. 95.
65
Lettre du 25 janvier 1794 (6 pluviôse an II) au Comité de Salut public : Chassin, VP/4/257. « Cette contrée ainsi découverte,
la liberté des routes sera bientôt rétablie et nos ennemis anéantis jusqu'au dernier ». Le 15 germinal an II (15 avril 1794), un
arrêté de quatre représentants en mission prescrit l'aplanissement du terrain sur 50 toises (100 mètres environ) de chaque
côté des grandes routes de la région (ibid., p. 328). « On n'a point assez incendié dans la Vendée ; la première mesure à
prendre est d'y envoyer une armée incendiaire », disait le conventionnel Fayau le jour du discours de Merlin
(AP/1/78/605/1). « Vous n'en viendrez à bout qu'en rasant tout ce qui peut leur offrir une retraite » (606/1).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 17 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 18 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

endurance à la guérilla 66.

*19* Il rejoint aussi, ce parti d'aplanissement, l'esprit de l'extrémisme égalitaire assez peu absent
des mentalités jacobines, l'esprit de cet « exécrable système des applanisseurs » qu'évoquera sous peu un
contemporain 67. Et puis, pour tout dire, c'est plus globalement qu'il rejoint la très géométrique propension
des utopistes, si peu étrangère au substrat doctrinal de la Révolution : « Tout surcroît, toute irrégularité
apparaît dès lors comme l'intrusion du mal » 68. C'est donc on ne peut plus naturellement que Merlin de
Thionville, au retour de « l'enfer », ralliera le voeu d'une cité paradisiaque plane, et tracée au cordeau,
donnant en quelque sorte projection à cette chimère du « sol vierge de la République » dont Cambacérès,
quelques mois plus tôt, voulait imaginer la docile offrande aux belles et grandes fécondations législatives
69
des temps nouveaux . Encore y faudra-t-il des habitants, dans cette Vendée à la virginité refaite. Et
puisque les natifs de ces cantons sont en voie d'extinction assistée pour s'être opiniâtrés à ne point
souscrire au pacte social, ce qui dorénavant vient à l'ordre du jour, sous la baguette magique de Merlin
l'enchanteur, c'est le repeuplement du pays par « une colonie » 70, perspective qui, par un choc en retour,
ne saurait qu'attiser la pulsion exterminatrice.

*20* Ces propos sont tenus, il est vrai, alors que « la Vendée n'est plus dans la Vendée » 71. Et
précisément, d'octobre à décembre, la misérable errance des rebelles aux abois vers les provinces du
Nord, spontanément stylisée selon les références du rationalisme ambiant, vient donner couleur et parfum
72
à ce bouquet de connotations. « C'est une humeur du corps politique qui cherche à sortir » : Barère
73
exprime là en orfèvre une des facettes de la logique mentale jacobine en présence d'un tel dossier . La
74
horde vagabonde, alourdie de ses non-combattants, « horde infernale », « pouilleuse cohorte » ,
constitue réellement, dans l'organisme social français, un corps étranger, dont s'impose, pour finir, à

66
Merlin, même jour (Mercure Universel), AP/1/78/606/1.
67
Goupil, au Conseil des Anciens, le 12 messidor an IV, 30 juin 1796 (Moniteur du 17 messidor, 5 juillet, n° 287, p. 1148/2).
68
J. Starobinski, « La cité géométrique », dans 1789. Les emblèmes de la raison, op. cit., p. 50, et circa.
69
Discours du 9 août 1793, sur le premier projet de Code civil : AP/1/70/551/2.
70
AP/1/78/604/2 : « [I]l faut hanter (sic) sur le tronc dont on a haché et brûlé les branches nuisibles, des greffes de l'arbre de
la liberté » ; proposition détaillée et circonstanciée. À propos de « colonie », cf. supra, la citation de Mme de Staël, appel de
la note 8.
71
Cette fameuse expression, qui constate la grande « virée de galerne », est précisément de Merlin lui-même :
AP/1/78/604/1. Elle contribue bien sûr à établir que l'heure a sonné de s'en prendre au sol.
72
AP/1/78/403/1 : 15 brumaire an II, 5 novembre 1793.
73
Ce dont le Comité de Salut public félicite Carrier, en fonction à Nantes, c'est « d'accélérer, en purgeant le corps politique de
toutes les mauvaises humeurs qui y circulaient, l'heureuse époque où la liberté » etc. (Chassin, VP/4/220).
74
Chassin, VP/3/429 et 269.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 18 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 19 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

défaut d'expulsion, la drastique résorption. Et ce qu'invente à cet égard le représentant en mission


Laplanche, à dessein de bien mettre en relief l'extranéité de ces ameutés, qui donc, dans les instances
parisiennes d'alors, ne se voudrait pas prêt à le croire ? Cette troupe confuse, assure Laplanche, comprend
au moins autant d'étrangers que de « rebelles français », et « entre autres des Russes, des Polonais, des
Allemands et beaucoup de juifs » 75.

*21* « Beaucoup de juifs », dans l'armée vendéenne ? Cette ultime notation a son prix, qui vient
machinalement tresser, au thème de l'incivique errance, celui de la judéité. Voltaire, à son amie la tsarine
Catherine II, parlait de « la horde juive » 76. Et Barère, en septembre 1793, énumérant « les aristocrates,
les contre-révolutionnaires, les agitateurs », ajoutera in fine, par manière d'exhaustivité, « les juifs de la
révolution » 77. Relativement aux troubles de la Vendée, ce même Barère n'ira-t-il pas jusqu'à incriminer,
le 1er octobre, les étrangers présents des deux côtés ? Les mécomptes de la République en cette contrée,
expliquera-t-il en effet, sont d'une part imputables, côté vendéen, aux « étrangers qui y ont porté de l'or,
78
des poudres, des armes et des scélérats » , et d'autre part, côté républicain, à « la lâcheté de quelques
bataillons composés d'étrangers, de Napolitains, d'Allemands et de Génois ramassés dans les rues de Paris
79
» . Votre pays était devenu, confirmera la Convention thermidorienne aux gens de l'Ouest, « le
réceptacle de tous les monstres vomis du sein des nations étrangères » 80. Un génocide franco-français ?
Qui oserait le dire ?

*22* À ce faisceau de notations, ne pourra-t-on pas rétorquer que mentalement, les esprits
jacobins, tout fondateurs qu'ils se voulaient, n'avaient pu entièrement abolir l'immémorial tissu civique
qui sous leurs yeux formait la France, et n'incluait que trop évidemment les naturels de la Vendée, même
81
en délicatesse avec la République ? Sans aucun doute, et il en est des témoignages . Mais, même ainsi

75
Lettre du 20 brumaire an II (10 novembre 1793), lue le surlendemain à la Convention : AP/1/79/66/1. Cette fable nous
paraît bien plus vraisemblablement de Laplanche que de l'ex-captif républicain dont il prétend rapporter les dires. À tout le
moins, il est visible qu'il la fait sienne avec une grande crédulité.
76
Lettre du 2 mars 1774, ainsi close : « Je me mets à vos pieds avec adoration de latrie » (Voltaire, Correspondance, Pléiade,
t. 11, Paris, 1987, p. 624 et 625).
77
Convention, 17 septembre : AP/1/74/316/1.
78
AP/1/75/423/2. Mercier du Rocher, au nom de la Société populaire de Fontenay, incriminera la « horde scélérate de
déserteurs prussiens et autrichiens, de contrebandiers, d'employés des gabelles » (Chassin, VP/4/568).
79
AP/1/75/423/2.
80
Proclamation du 12 frimaire an III (2 décembre 1794) : Bulletin des Lois n° 93, p. 2. Sur la xénophobie révolutionnaire,
voir notre étude « Liberté, Égalité, Fraternité. Inventaire sommaire de l'idéal révolutionnaire français », dans Himeji
International Forum of Law and Politics, n° 1, 1993, [p. 3-25], p. 21-25.
81
Ainsi, du républicain angevin Benaben, qui s'est beaucoup battu contre les insurgés, mais qu'ont horrifié les excès de la
répression (dont il est un des grands témoins) : « Non, la postérité ne croira jamais que des hommes qui avoient sans cesse à

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 19 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 20 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

accommodée, la perspective demeure totalitaire et exterminatrice, et pourquoi ? Parce que, même si


Rousseau sait devoir se contenter du principe majoritaire 82, la logique induite par son Contrat Social est
puissamment unanimitaire, et c'est comme telle que l'ont reçue ses héritiers. « L'essence du jacobinisme,
83
écrit Mona Ozouf, est dans l'impossibilité de concevoir une volonté populaire divisée » . La volonté
générale, ontologiquement indissociable de la République une et indivisible, est sans couture, ou elle n'est
84
pas, « elle est toujours constante, inaltérable et pure » . « Le souverain, par cela seul qu'il est, est
toujours ce qu'il doit être » 85. Et si le sens de tels mots n'épuise pas ce qui, dans l'esprit de leur auteur,
pourrait subsister d'ineffable, du moins conviendra-t-on sans peine qu'il y a de l'unanimité obligatoire
dans l'air. Le Mercier de La Rivière, tenant de la physiocratie, donc d'une tout autre mouvance que celle
de Rousseau, dans le cours des Lumières, comme lui pourtant n'en professait pas moins : « Un véritable
corps politique » est composé d'hommes « tellement unis entre eux, que n'ayant qu'une seule et même
volonté, qu'une seule et même direction, ils ne forment plus qu'une seule et même force, ils semblent ainsi
ne constituer qu'un seul et même individu ». Ce qui, très normalement, le conduisait à qualifier les
opposants « des espèces de fous, de furieux » 86.

*23* Et de fait, si la vertu est, selon Jean-Jacques, « la conformité de la volonté particulière à la


générale » 87, il va de soi que s'opposer est une vicieuse déviance. « Le peuple souverain est l'universalité
du peuple français », porte l'article 7 de la Constitution de 1793. Cinq ans plus tard encore, « les
88
républicains purs » seront censés constituer à eux seuls « l'universalité de cette grande nation » .
Blessant la volonté générale irréfragablement présumée unanime, donc la souveraineté, la minorité qui
s'oppose, ipso facto s'expose à être constatée auto-exclue de « l'universalité du peuple français ». (Et cela

la bouche les saints noms de liberté, d'égalité, de fraternité, aient pu se livrer, contre leurs frères, à des atrocités
semblables... » C'est très humainement que ces quelques mots dérogent à la logique inhumaine (encore que bien
intentionnée) que nous tentons ici de restituer (Rapport du citoyen Benaben, commissaire près des armées destinées à
combattre les rebèles de la Vendée ; (...) ou Récit exact des événemens les plus remarquables qui se sont passés (...) dans
cette guerre désastreuse, 1 vol. in-8°, à Angers, chez Mame, an III, XVII-111 p., p. XVI). Voir aussi, par exemple, Marceau : « [I]l
me répugne trop de combattre des Français » (VP/3/450), et VP/4/664.
82
C. S., L. II, ch. 2, p. 369, note ; L. IV, ch. 2, p. 440 (« Il n'y a qu'une seule loi qui par sa nature exige un consentement
unanime. C'est le pacte social... ») et 441 (et néanmoins, « plus les délibérations sont importantes et graves, plus l'avis qui
l'emporte doit (?) approcher de l'unanimité »).
83
M. Ozouf, L'École de la France. Essais sur la Révolution, l'Utopie et l'Enseignement, Paris, 1984, p. 83.
84
C. S., L. II, ch. 2, p. 438.
85
C. S., L. I, ch. 7, p. 363.
86
Le Mercier de La Rivière, De l'Instruction publique ; ou Considérations morales et politiques sur la nécessité, la nature et la
source de cette instruction, 1 vol. in-8°, Stockholm, 1775, p. 34.
87
Cité par J.-M. Carbasse, dans la note 29 de son étude évoquée supra, note 37.
88
Proclamation du Directoire au peuple français, 28 pluviôse an VI, 16 février 1798 : Bulletin des Lois n° 182, p. 11.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 20 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 21 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

vaudra, dans les grands moments, même si cette « minorité » d'opposants est en réalité très largement
majoritaire.) À tout le moins faut-il, à l'issue du scrutin, que le minoritaire admette qu'il s'est lui-même
89
trompé sur son propre vouloir ; Rousseau, comme chacun sait, a pris soin de le lui enjoindre , et c'est
comme utile préventif de ce type d'accident, —l'étrange aberration d'un vote minoritaire,— qu'aura pu
être envisagée, en 1793, la publicité des scrutins politiques 90.

*24* Et ne le faut-il pas bien ? La société parfaite exclut hautement toute réticence, pour deux
raisons qui s'entrelacent. La première, c'est que refuser d'être heureux, attitude en elle-même furieusement
91
incivique, puisque « le but de la société est le bonheur commun » , cette attitude est, de surcroît, tout
simplement absurde. Il va de soi qu'« un être sensible et intelligent (...) se doit (...) le bonheur à lui-même
92 93
», d'Holbach l'affirme , et Diderot lui fait écho : « Il n'y a qu'un devoir, c'est d'être heureux » . Les
hommes, dira Mirabeau à l'aube de la Révolution, sont « nés pour se rendre mutuellement heureux » 94, et
l'on entrevoit, à travers tout cela, qu'il risque de s'agir d'un devoir collectif d'être heureux, tout autant et
bien plus que d'un droit subjectif au bonheur. « Que notre dogme, à l'avenir, soit d'être heureux avec nos
frères », on le chantera en choeur, et ce sera même au Temple de la Raison 95. C'est dire assez qu'écarter
le bonheur est antisocial autant que stupide. Une Vendée « inexplicable », une « guerre extraordinaire » :
Barère, de son point de vue, réellement, n'a pas tort 96. L'opposition tenace à ce qui serait bon pour soi est
97
une folie, qui désarçonne . Inexplicables Vendéens, « tourbe insensée » 98, combien la chose est vraie,

89
C. S., L. IV, ch. 2 : « La volonté constante de tous les membres de l'État est la volonté générale » (p. 440). « Quand donc
l'avis contraire au mien l'emporte, cela ne prouve autre chose, sinon que je m'étois trompé, et que ce que j'estimois être la
volonté générale ne l'étoit pas. Si mon avis particulier l'eut emporté, j'aurois fait autre chose que ce que j'aurois voulu, c'est
alors que je n'aurois pas été libre » (sic) (p. 441).
90
Barère, à la Convention, le 12 juin : « J'observe que le secret du scrutin donnerait aux hommes faibles ou corrompus la
faculté de déposer trop souvent dans l'urne de mauvais choix » (AP/1/66/453/2). Son collègue Haussmann vient de faire
valoir qu'à Strasbourg, grâce au vote public, « sur 600 votants, il n'y eut qu'un seul suffrage pour un Juif, encore c'était un
mauvais sujet qui l'avait nommé (...) (Applaudissements des tribunes.) » (AP/1/66/453/1).
91
Art. 1er de la Déclaration de 1793.
92
D'Holbach, Système de la Nature (1770), 2 vol., Paris, 1990, t. 1, p. 335.
93
Diderot, Mémoires pour Catherine II, op. cit., p. 235.
94
27 juin 1789 : AP/1/8/168/1, document cité à la note 9.
95
20 brumaire an II, 10 novembre 1793 : AP/1/78/708/1.
96
1er octobre 1793, AP/1/75/421/1, pour la première expression (à nouveau, le 5 novembre, il confessait que « l'atroce
Vendée restait inexplicable » : Chassin, VP/3/251) ; pour la seconde, 26 juillet : AP/1/69/556/1. Le bonheur, dans l'esprit
des Lumières, c'est la satisfaction des besoins, spécialement matériels ; or précisément, nous venons de le voir, Merlin de
Thionville le soulignait : les Vendéens n'arborent, pour être sociaux, que trop peu de besoins, il s'agit de leur en donner,
quasiment de les leur inculquer.
97
Un siècle plus tard encore, Chassin, VP/3/496, parle de ces « paysans follement anti-égalitaires ».

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 21 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 22 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

puisque jusqu'à la mort on les voit s'accrocher à des superstitions asservissantes, n'illustrant que trop bien
ce que notait Rousseau : « Les esclaves perdent tout dans leurs fers, jusqu'au désir d'en sortir » 99. Peut-
être ce dernier avait-il lu chez Machiavel, et sans doute ses disciples républicains ont-ils cru vérifier, dans
les sites ingrats du bocage, qu'« il est difficile et dangereux de vouloir rendre libre un peuple qui veut être
100
esclave » . Oui, comme les Vendéens semblent vouloir les mériter, ces noms d'« esclaves » et de «
hordes d'esclaves » qu'effectivement on leur prodigue. Et d'ailleurs, ne l'oublions pas : « Les vrais
chrétiens sont faits pour être esclaves », il faut, pour l'ignorer, être peu accueillant aux grandes vérités
civiques du Contrat Social 101.

*25* Or, pour des intoxiqués de servilité, ni droits du citoyen, ni droits de l'homme, ni d'ailleurs
droit de vivre, dans une République idéale, mais mise à mort, assez normale, « par les hommes libres ».
Comme le dit un général « bleu », massacreur de captifs par doctrine, « quand on a leurs principes, on ne
102
doit plus vivre » . Car en l'éden en gestation, il faut qu'on vienne à s'en convaincre, la liberté n'est
aucunement prérogative, elle n'est, pas davantage, facultative, elle est, comme le bonheur, obligatoire. «
103
La liberté, voilà ce dont je suis esclave », professait le prochain conventionnel Lequinio . Le citoyen,
expliquait Rousseau, ce n'est qu'en s'opposant que par malentendu il cesserait d'être libre 104, et c'est donc
bien pourquoi il en vient à prévoir qu'« on le forcera d'être libre » 105. Il faut, dira Saint-Just, « ramener
tout un chacun sous le joug de la liberté publique » 106, et quelques heures plus tard on le prendra au mot,
et le guillotinera. Or en Vendée, c'est très à l'identique qu'une circulaire du représentant Prieur de la
Marne et du général Turreau aura énoncé, en novembre 1793 : « Nous voulons faire le bien du peuple,
107
malgré le peuple. Il faut le contraindre à être libre » . Et tels autres chefs « bleus » ne parlaient pas

98
Des représentants en mission Turreau, Bourbotte et Prieur (de la Marne), le 23 frimaire an II, 13 décembre 1793 : Moniteur
Universel, n° 87, 27 frimaire, 17 décembre, p. 351/2.
99
C. S., L. I, ch. 2, p. 353.
100
Machiavel, Discours sur la première Décade de Tite-Live, t. III, ch. 8, Paris, 1985, p. 275.
101
Car ces mots sont de Rousseau, qui choquèrent, en leur temps, les huguenots de Genève autant que les papistes de Paris :
C. S., L. IV, ch. 8, p. 467. À l'identique, Voltaire ne réservait-il pas « l'infâme superstition (...) aux laquais et aux servantes, comme
de raison » (Voltaire, Correspondance, t. 7, Paris, 1981, p. 988, lettre du 9 janvier 1765, à d'Alembert). Cf aussi Machiavel,
Discours..., op. cit., L. II, ch. 2, p. 162-163, et Marat, Les chaînes de l'esclavage, 1774, 1792, rééd. Paris, 1972, p. 165 (« De la
superstition »).
102
Tribout, en frimaire an II (décembre 1793) : Chassin, VP/3/462.
103
Lequinio, Les Préjugés détruits, Paris, 1792, p. 8.
104
C. S., L. IV, ch. 2, p. 441 : cf. citation de la note 89, in fine.
105
C. S., L. I, ch. 7, p. 364.
106
AP/1/93/558/1, proprement le 9 thermidor an II, 27 juillet 1794.
107
Cité dans HVM/1/312.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 22 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 23 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

108
différemment : « [C]e peuple ignorant (...) nous devons le contraindre à savoir être libre » . «
Assujettir les hommes pour les rendre libres » : ces mots aussi étaient de Rousseau 109, pour qui les
« loix » de la liberté, croirait-on qu'il en fit mystère, « sont plus austères que n'est dur le joug des
tyrans ». Aussi redoutait-il, relativement à la Pologne, que « les vices et la lâcheté des serfs », « les
vices des esclaves », ne les rendissent impropres à la libération 110.

*26* Bref, il n'est pas indifférent de l'enregistrer : le paroxysme jacobin, comme sourdement
toute utopie, c'est le temps et le lieu du bonheur obligatoire, de la liberté, de la gaieté, du tutoiement
111
obligatoires, c'est le temps de ce que Mme de Staël appelle « le volontaire forcé » . Moyennant quoi,
serait-ce bien le moment et l'endroit d'invoquer on ne sait quel catalogue de droits et libertés au profit
d'insurgés contre la liberté obligatoire ? La vraie logique, elle est bien sûr républicaine et jacobine : « Il
112
faut que la Vendée soit anéantie, parce qu'elle a osé douter des bienfaits de la liberté » . « Il faut,
tranche Robespierre aux Jacobins, exterminer tous ces êtres vils et scélérats, qui conspireront
éternellement contre les droits de l'homme et contre le bonheur de tous les peuples » 113.

*27* L'autre raison de cet unanimisme obligatoire, c'est que le moindre accroc détruit la vie
sociale. La perfection ne compose pas. Une société voulue parfaite sera parfaite ou ne sera pas. D'où
l'enjeu de l'éducation, nécessairement totalitaire. Théorisant « l'éducation nationale », un Rabaut Saint-
Étienne est on ne peut plus net : « Toute sa doctrine consiste donc à s'emparer de l'homme dès le
berceau114, et même avant sa naissance (...). Elle s'empare de tout l'homme sans le quitter jamais » 115

116
S'emparer » de son élève : tâche que Rousseau, littéralement, assigne au gouverneur d'Émile . Et ce
verbe survient assez spontanément, dans le propos révolutionnaire, lorsqu'il est question de la masse

108
Barthe et Morillon, cités par Eug. Veuillot, Les Guerres de la Vendée et de la Bretagne (1790-1832), Paris, 1847, p. 27.
109
Rousseau, Discours sur l'économie politique (1755), dans Oeuvres complètes, op. cit., t. 3, p. 248. Il y a là un de ces «
prodiges » qui « sont l'ouvrage de la loi ». Les expressions citées ici, au texte et dans la présente note, figurent aussi dans
la première version du Contrat Social : ibid., p. 310.
110
Rousseau, Considérations sur le Gouvernement de la Pologne..., 1772, op. cit., p. 974.
111
Mme de Staël, Des circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution et des principes qui doivent fonder la
République en France, écrit en 1798, Paris-Genève, 1979, p. 323 (expression soulignée dans l'original) ; voir aussi p. 175.
112
Des représentants en mission au général Haxo, qui, pour réduire Charette, suggérait « une politique moins acerbe
» : cité dans HVM/2/21 (décembre 1793 ?).
113
Le 8 mai 1793: dans Aulard, éd., La Société des Jacobins, t. 5, op. cit., p. 179.
114
Tribout, en frimaire an II (décembre 1793) : Chassin, VP/3/462.
115
AP/1/55/346/2, 21 décembre 1792.
116
Cité par J. de Viguerie, « Le mouvement des idées pédagogiques aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans G. Maliaret et J. Vial,
dir., Histoire mondiale de l'éducation, Paris, 1981, [p. 273-299], p. 293.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 23 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 24 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

117
humaine à re-malaxer pour l'usine à bonheur . L'homme, écrivait un autre pédagogue des Lumières, «
est un bloc de marbre dans lequel il faut trouver le citoyen » 118.

*28* Oui, mais voilà, d'ici là, l'urgence presse, et pour bâtir, dans l'immédiat, le seul matériau
disponible est douteux, c'est un grossier moellon, ce ne sont que les « hommes faits », et donc mal faits,
par hypothèse, car non formés, dès leur jeune âge, aux disciplines de la félicité républicaine. « Après une
Révolution aussi complète que la nôtre, ils se trouvent, la plupart, être devenus de grands enfants, sans
intelligence de ce qui les entoure » 119. Aussi faut-il, tout « en formant (...) la génération qui va venir », «
120
il faut absolument renouveler la génération présente » , d'où ce fameux, ce généreux effort de
propagande, de rééducation, d'uniformisation. Effort surhumain, effort inhumain car, il faut le redire (et
n'est-ce pas une des grandes leçons de l'histoire des idées politiques ?), le voeu trop appuyé de perfection
sociale incline à l'inhumain, parce que les hommes sont imparfaits. « Rousseau dans le Contract Social a
monté une machine artificielle », note un de ses contemporains, « mais il n'a pas calculé les passions des
individus », qui bientôt, c'est inévitable, « derrangeront l'harmonie établie (...). Toute institution humaine
121
(...) se ressentira toujours de l'imperfection de notre malheureuse espèce » . L'oubli de cette évidence
est sans doute une des clés de toute forme d'excès révolutionnaire. Dès lors qu'utopiquement la société
nouvelle vise à la perfection, il n'est pas un adulte ou un adolescent qui subséquemment ne devienne un
suspect en puissance, et donc, un jour prochain, passible d'exclusion. Et l'on sait trop qu'effectivement, les
qualifications légales du suspect en viendront à une extensibilité telle, qu'elles pourront, sur le sol de la
France jacobine, foudroyer réellement tous et n'importe qui.

*29* A fortiori, des rebelles ! Il est bien question de Déclaration des Droits, lorsqu'il
s'agit de « cancer politique », de « charbon politique », de « chancre politique qui dévore le coeur de la
122
République » , ou qu'il y a gangrène, et que le glaive et le feu sont là pour ablation et cautérisation. «
C'est dans les plaies gangreneuses, explique Barère, que le médecin porte le fer. C'est à Mortagne, à
Chollet, à Chemillé, que la médecine politique doit employer les mêmes moyens et les mêmes remèdes »

117
Sur ce point, voir notre chapitre « Audaces philanthropiques », dans X. Martin, Nature humaine et Révolution française...,
op. cit., notamment p. 113-116.
118
Michel, Essai sur les moyens d'améliorer les études actuelles des collèges, Nancy et Paris, 1769, p. 3 ; cité par M.
Grandière, L'idéal pédagogique en France au XVIIIe siècle, thèse Lille III, 1991, 1031 p. dactyl., 4 vol., t. 3, p. 538.
119
Lanthenas, le 10 mai 1793: AP/1/64/424/2.
120
Rabaut Saint-Étienne, référence de la note 114.
121
Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, éd. R. A. Leigh, t. 37, Oxford, 1980, p. 82, lettre de Henri-Étienne
Roques Bouchard à George Simon Harcourt, 14 avril 1769.
122
Barère, AP/1/75/424/1 (ce chancre, de surcroît, expliquant tous les autres mécomptes de la Révolution : ibid., et p.
423/2).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 24 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 25 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

123
. Souhaitant qu'aux ennemis de l'extérieur aussi fût appliquée la même violence exterminatrice que dans
la Vendée, Barère encore avait conclu : « Si nous avions la foudre, nous nous en servirions contre eux :
voilà les lois de la guerre » 124. Il y a là, c'est assez clair, un préalable logique. Les droits de l'homme ou du
citoyen, force est bien d'en convenir, ne sauraient que plus tard être à l'ordre du jour.

*30* N'allons donc pas imaginer que l'affolement expliquerait tout. Car c'est bien par nécessité
mécanique qu'un système unanimitaire penche à exiger, en dernière analyse, l'exclusion matérielle du
récalcitrant. C'est pour lui chose vitale, et spécialement lorsqu'il éclôt. « Ce qui constitue une République
», si l'on en croit Saint-Just, n'est-ce donc pas « la destruction totale de ce qui lui est opposé » ? Et l'on
notera, incidemment, que ce propos ne survenait que peu après « la promenade civique » des colonnes de
Turreau 125. É-limin-ation, ex-termin-ation : plus profondément qu'une fureur méchante et persécutrice, de
tels vocables évoqueraient donc d'abord ici, selon leur étymologie, une expulsion quasiment neutre, un
retranchement d'abord technique, une ablation chirurgicale, on y revient. Nous ne penchons donc guère à
croire, à la différence de tel valeureux historien actuel de la Vendée, que pareille « volonté de destruction
126
totale de l'adversaire constitue une hérésie politique » , ou, plus exactement, il faudrait alors dire que
c'est la logique même du Contrat Social qui serait une hérésie politique, — déprimante hypothèse.

*31* Car tel est bien, et ce n'est un secret pour personne, l'aboutissement très explicite du
Contrat Social. Celui qui refuserait un corpus dogmatique incluant « la sainteté du contract social et des
lois », Rousseau dit proprement —c'est un premier degré— qu'il doit être banni, « non comme impie,
prend-il la peine de préciser, mais comme insociable » 127 ; à sa suite, les Jacobins voudront expressément
voir les articles de la religion civile non « comme dogmes de religion, mais comme sentiments de
128
sociabilité » . Et puis, —c'est le second degré—, Jean-Jacques énonce, très conséquent, que celui qui,
ayant dit faire siens les dogmes civiques, ensuite y déroge, doit être tué, tout simplement, « qu'il soit puni
de mort », ce sont ses propres mots 129. Et n'avait-il pas déjà dit que « tout malfaiteur » (disons donc : tout

123
HVM/1/197.
124
20 septembre 1793 : AP/1/74/549/1. Même aspiration à l'arme absolue chez Garrau, son collègue en mission, qui sur «
cette infernale Vendée » appelait « un miroir ardent assez grand pour la brûler et consumer entièrement » (relaté par les
délégués de la ville de Fontenay à Nantes, 21 germinal an II, 10 avril 1794 : Chassin, VP/4/400).
125
Rapport du 8 ventôse an II, 26 février 1794 : AP/1/85/517/1. L'expression « promenade civique » est de Turreau lui-même
: VP/3/496.
126
A. Gérard, La Vendée, 1789-1793, Seyssel, 1992, p. 276.
127
C. S., L. IV, ch. 8, p. 468.
128
Adresse des Jacobins à la Convention, 26 floréal an II (15 mai 1794) : Aulard, éd., La Société des Jacobins..., t. 6, Paris,
1897, p. 137.
129
C. S., L. IV, ch. 8, p. 468.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 25 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 26 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

brigand) « attaquant le droit social » devait périr, justement « moins comme citoyen que comme ennemi »
130
? S'il se trouvait des êtres « assez mal constitués pour résister ou pour être insensibles aux motifs qui
agissent sur tous les autres, (...) ils contrarieroient le but de l'association, ils en seroient les ennemis », et
l'exclusion de ces « insociables » serait très normalement programmée par « la loi, qui est l'expression de
la volonté générale ». Ces mots, qu'on pourrait croire de Rousseau également, sont de son « ennemi »
d'Holbach 131, ce qui tendrait à suggérer qu'effectivement un ressort au moins des Lumières aura pu avoir
certaine part à l'élan exterminateur en Vendée.

*32* Car cette exigence d'exclusion, ainsi rationnellement déduite, les circonstances, très
normalement, l'auront chauffée au rouge, et cet aspect des choses doit être pris en compte, au moins à titre
d'hypothèse, dans les essais d'explication relatifs à un tel dossier. Il est notable ici que la Convention
thermidorienne elle-même se croira encore en situation de devoir annoncer un combat méritoire « jusqu'à
l'entière destruction de tous les ennemis de la Révolution » 132. Et puis, signalons-le pour simple exemple,
en 1798 également, donc en un temps de moindre incandescence, mais à la veille des élections
législatives, le Directoire, c'est significatif, ne pourra pas ne pas réitérer « à la face du ciel, envers la
nation entière, l'engagement solennel de purger le sol de la République, de tous les brigands, de quelque
parti qu'ils soient, de quelque masque qu'ils soient couverts, et quelque part qu'ils se trouvent » 133. Tant la
pulsion unanimitaire de la République en genèse ne peut guère n'être pas, techniquement, ex-termin-
atrice. L'esprit public français aurait bien pu en être, et même en demeurer, durablement marqué, jusques
et y compris, dans un sens et dans l'autre, à travers certains tics ou réflexes historiographiques.

*33* À vrai dire, un Rousseau, sur cette voie, va plus loin. Car c'est dès l'amorce de la
République que son démiurge mystérieusement charismatique, repétrissant l'homme pour le forcer d'être
134
libre, « en quelque sorte » lui confère, affirme-t-il, « sa vie et son être » , ce qui n'est pas peu dire.
Autant prévenir, en conséquence, que refuser d'intégrer la machinerie sociale naissante, c'est refuser l'être
et la vie, donc assumer rationnellement sa propre mise hors d'existence, « par les hommes libres ». Et
l'auteur d'aller jusqu'à dire que, dans l'état social, la vie du citoyen « n'est plus seulement un bienfait de la

130
C. S., L. II, ch. 5, p. 376.
131
D'Holbach, Système de la Nature, t. 1, p. 252.
132
Adresse au peuple français, 18 vendémiaire an III, 9 octobre 1794 : Bulletin des Lois n° 70, p. 3.
133
Proclamation du 29 mars 1798 (9 germinal an VI) : Bulletin des Lois n° 193, p. 2. Même ceux qui simplement « ne sont pas
des républicains déterminés, doivent être éloignés des fonctions législatives, eussent-ils des vertus et des lumières » (idem,
22 mars, 2 germinal : Bulletin des Lois n° 192, p. 3).
134
C. S., L. II, ch. 7, p. 381.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 26 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 27 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 I ]. L’insurgé vendéen est-il un citoyen ?

nature, mais un don conditionnel de l'État » 135. L'expression est intéressante. Un don de l'État, la vie, un
don conditionnel ? On a là une logique républicaine qui légitimerait presque une destruction périnatale
136
légalisée d'êtres humains , voire des euthanasies moins précoces, au même titre qu'une éventuelle
extermination vendéenne, et qui donc laisse bien mal augurer des droits de l'homme de qui décline l'accès
à ceux du citoyen totalement intégré à la cité totale. D'où quelque appréhension, peut-être, au seuil de la
seconde séquence de cette méditation : l'insurgé vendéen est-il d'essence humaine ?

135
C. S., L. II, ch. 5, p. 376.
136
Et d'autant mieux si « l'enfant qui n'est pas né, appartient déjà à la patrie » (Rabaut Saint-Étienne, référence de la
note 114). Rousseau disait aussi : « Un enfant en ouvrant les yeux doit voir la patrie et jusqu'à la mort ne doit plus voir
qu'elle. Tout vrai républicain suça avec le lait de sa mère l'amour de la patrie (...). Cet amour fait toute son existence ;
(...) sitôt qu'il n'a plus de patrie, il n'est plus et s'il n'est pas mort, il est pis » (Rousseau, Considérations sur le
gouvernement de la Pologne..., op. cit., p. 966). Une fois encore, l'anéantissement des insurgés, de leurs nouveau-nés, de
leurs embryons, est placidement légitimé, banalisé, par cette logique tout innocente.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 27 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 28 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

II ]. L'INSURGÉ VENDÉEN EST-IL UN ÊTRE


HUMAIN ?

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 28 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 29 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

*34* Rouvrons au hasard le Contrat Social : « Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité
137
d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs » . L'affaire s'annonce mal. Et d'abord, sans
doute vaudrait-il mieux déplorer moins machinalement, sous la Révolution, une prétendue « perte du sens
de l'humain », l'oubli par elle du « caractère sacré de la personne »... Car c'est bien plus que perte, oubli
ou accident : c'est affaire de principe. La logique des Lumières, il est usuel, mais abusif, de n'en rien dire,
inclut un doute sévère sur la notion d'humanité, sur son contenu, sur son critère et sur son unité. Il y a là
un flottement conceptuel, qui procède, semble-t-il, et tout cela pouvant s'interpénétrer, de l'ascendance
nominaliste des Lumières, de leur penchant marqué pour le matérialisme, et de leur propension mécaniste
notoire. Les dangers en sont clairs pour les valeurs humaines, et bien des pièces d'un tel dossier n'en sont
que la banale illustration.

*35* Ainsi n'y a-t-il pas, entre l'homme et la bête, de démarcation claire, mais une simple lisière,
d'ailleurs mobile au gré des théories. Tel auteur animalise l'homme, tel autre hominisera la bête, indirecte
façon de déshumaniser l'homme. Souvent aussi, c'est entre des groupes humains que la frontière s'infiltre,
et coagule, et se vient faire, imprudemment, discriminante. Les noirs en font les frais plus souvent qu'à
138
leur tour, et le Lapon, souffre-douleur archétypal des philosophes (« ce bipède déformé » , sous la
plume de Diderot), mais aussi bien tous paysans, dont Voltaire estime que « le grand malheur (...) est

137
C. S., L. I, ch. 4, p. 356. « Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l'homme ». À Lyon, lors d'une fête
consacrée à Rousseau, le 25 vendémiaire an III (16 octobre 1794), la phrase citée au texte était brandie sur une
bannière : Correspondance complète de... Rousseau, éd. R. A. Leigh, t. 38, Oxford, 1981, appendice 595, p. 315.
138
Diderot, Le Rêve de d'Alembert (rédigé en 1769), Paris, 1965, p. 84.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 29 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 30 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

139
d'être imbéciles » , ce même Voltaire qui penche à croire que « des singes, des éléphants, des nègres,
qui semblent tous avoir quelque lueur d'une raison imparfaite, c'est l'éléphant qui est l'animal raisonnable
» 140. Quant à d'Holbach (entre autres), il observe, « dans l'espèce humaine, des êtres aussi différents
les uns des autres, que l'homme l'est ou d'un cheval ou d'un chien » ; et il questionne : « Quelle
différence infinie n'y a-t-il pas entre le génie d'un Locke, d'un Newton, et celui d'un paysan, d'un
141
Hottentot, d'un Lapon ? » . D'un paysan : c'est à noter.

*36* Tel est bien le bouillon culturel dominant des Lumières, il faudrait, même en France,
accepter d'y songer. L'archétype du rural, c'est spontanément, pour d'Holbach, « un rustre stupide et lâche
142
» . « Le petit peuple ne raisonnera jamais », disait Voltaire, « le peuple non pensant (...) n'est que
143
machine aveugle », « la multitude sera toujours composée de brutes » . L'animalisation des gens
d'agriculture par les hommes de culture peut faire songer à La Bruyère, mais son fameux fragment ne
144
laisse tout de même pas de constater : « et en effet ils sont des hommes » , ce qu' hésiteraient à
concéder, la chose est claire, quoi qu'on se plaise à supposer, maints penseurs des Lumières, qui au
surplus, et comme en prime, ajoutent un zeste (ou des tombereaux) d'ironie méprisante ou méchante, dont
demeure exempt le célèbre passage des Caractères. « Dans de grandes huttes qu'on appelle maisons on
voit des animaux qu'on appelle hommes qui vivent le plus cordialement du monde pêle-mêle avec d'autres
animaux domestiques » : tel est ainsi le regard de Voltaire sur les paysans westphaliens 145, et celui de son
royal correspondant prussien n'est pas moins « éclairé » lorsqu'il concède, relativement à cette même
faune, « que c'est effectivement un fait à mettre en question, si ces figures humaines sont des hommes qui

139
Voltaire, Correspondance, t. 12, Paris, 1988, p. 69, lettre du 18 mars 1775.
140
Voltaire, Traité de Métaphysique, cité par C. Biondi, Teorie schiaviste e dibattiti antropologico-razziali nel Settecento
francese, Pise, 1973, p. 158. Ce type d'« observation » est banal sous la plume de Voltaire qui, p. ex., dit aussi que les blancs
sont « supérieurs à ces nègres, comme les nègres le sont aux singes, et comme les singes le sont aux huîtres » (Voltaire,
Dictionnaire philosophique, cité par le même auteur, p. 160). Pour une première et suggestive approche, voir aussi L. Poliakov,
Le mythe aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Paris, 1971 (rééd. Paris, 1987), p. 174-175 (et tout le
chapitre « L'anthropologie des Lumières »).
141
D'Holbach, Le Bon Sens, ou idées naturelles opposées aux idées surnaturelles, 1772, Paris, Éditions Rationalistes, 1971, p.
90.
142
D'Holbach, Système Social. Ou principes naturels de la morale et de la politique..., 3 parties en 1 vol. in-8°, Londres, 1773,
p. 13. Au même moment, Diderot, se plaignant de l'incompétence des valets, énonce comme présomption aggravante
l'origine rurale de la plupart d'entre eux (Diderot, Mémoires pour Catherine II, op. cit., p. 196).
143
Voltaire's Notebooks, éd. Bestermann, 2 vol., Genève, 1952, t. 2, p. 381, 391 et 405.
144
La Bruyère, Les Caractères, 4e éd. (1689), « De l'Homme », n° 128, dans Oeuvres complètes, Paris, 1951, p. 333.
145
Voltaire, Correspondance, t. 3, p. 204, 1750.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 30 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 31 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

pensent, ou non » 146. Et n'objectons pas ici la faveur des physiocrates pour les peuples des champs, car ils
147
en prisent l'utilité bien plus qu'ils n'en révèrent une dignité humaine . « Nos paysans », disait Turgot,
ministre lui aussi « éclairé » s'il en fut, et tant au goût des philosophes, nos paysans, écrivait-il
précisément à Condorcet, « souvent regretteront plus leur vache que leur femme ou leurs enfants, parce
148
qu'ils calculent mieux le prix de cette vache que les privations du coeur » . Et Rousseau remontrait à
Diderot : « Vous êtes plaisans, vous autres philosophes, quand vous regardez les habitans des villes,
149
comme les seuls hommes auxquels vos devoirs vous lient » . Le mépris tenace de la paysannerie
demeurera au XIXe siècle un thème tout à fait « progressiste » 150.

*37* Tout cela, c'est l'évidence, ne saurait annoncer, au triste râtelier des rétifs du bocage,
qu'une douteuse et bien maigre fourchée de « droits de l'homme ». La qualité rustique de ce « peuple
grossier » de Vendéens farouches, localisés, par hypothèse, dans « la partie de la France la plus agreste »
151 152
(sic) , sur « un sol glaiseux », dans « un air épais » , « au fond des vallons et au milieu des ombres
153
épaisses » , cette qualité rustique, en ce temps de Lumières, n'est à l'humanité qu'un titre bien précaire,
puisque au demeurant, des paysans républicains eux-mêmes, en pareille contrée, « l'intelligence,

146
Lettre de Frédéric II à Voltaire, 24 juillet 1738, citée ibidem, t. 3, p. 1201. Napoléon marquera lui aussi son mépris des
paysans de Westphalie (Correspondance de Napoléon. Six cents lettres de travail, 1806-1810, Paris, 1943, p. 324), et
s'enquerra auprès de Fouché, relativement à des détenus corses éventuellement utilisables, « si ce sont des gens bons
à quelque chose, ou si ce ne sont que des paysans » (p. 264).
147
Sur ce point, voir la remarquable mise au point de Jean de Viguerie lors d'un débat du colloque La Vendée dans l'Histoire,
op. cit., p. 128-129. Ces deux pages sont, à notre sens, les plus importantes du volume.
148
Lettre de Turgot à Condorcet, 16 juillet 1771, dans Condorcet, Arithmétique politique. Textes rares et inédits (1767-1789),
INED, Paris, 1994, p. 56.
149
Lettre du 16 mars 1757: Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, éd. par R. A. Leigh, t. 4, Genève, 1967, p.
179.
150
Ainsi Fourier, le socialiste, évoque-t-il « l'âne, emblème du paysan, de son patois ou braiment risible, de sa nourriture
chétive, de sa résignation aux mauvais traitements, et de sa sotte obstination dans les méthodes vicieuses » (Le Nouveau
Monde industriel et sociétaire... (1829), op. cit., p. 526). Et, dans Un Hiver à Majorque (1842), que ses récents
présentateurs (Meylan, 1985), voient rattaché « au grand courant de la pensée qui entraîne alors G. Sand vers le
socialisme humanitaire » (p. 28), celle-ci soutient que le paysan majorcain « ne pense jamais », que « [s]a prière est une
formule stupide qui ne présente aucun sens à son esprit », que son travail est réductible à « une opération des muscles
», et que la poésie de son chant « nous frappe sans se révéler à lui » (p. 41). Et elle ne cèle rien de sa satisfaction d'en
finir avec « cette race inhumaine » pour retrouver des « figures intelligentes » (p. 162).
151
De l'ex-conventionnel angevin J. -B. Leclerc, l'un des théoriciens de la « républicanisation » des esprits sous le
Directoire : Essai sur la propagation de la musique en France, sa conservation, et ses rapports avec le gouvernement,
Paris, Hansen, an VI, 72 p. in-8°, p. 19-20.
152
Ibid., p. 20.
153
Ibid., p. 22.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 31 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 32 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

154
malheureusement, n'égale pas le patriotisme » . En 1796 encore, dans les Fêtes de l'Agriculture que
ritualise le Directoire exécutif, la qualité première qui sera prise en compte, au sein de chaque commune,
pour donner distinction à l'un des « laboureurs », ce sera « l'intelligence » 155. À plus forte raison, deux à
trois ans plus tôt, l'insondable bêtise de ces rustres rebelles, et qui plus est rebelles à la félicité, n'avait-elle
pu qu'impressionner l'observateur intelligent 156.

*38* Mais ne sont-ils que bêtes, ou bien sont-ils des bêtes ? Le contexte mental justifie la
question. Lorsque la République, en effet, bestialise les insurgés, qu'elle parle de « troupeau », et de «
femelles » 157, et de « juger les mâles et les femelles » 158, et d'« animaux à face humaine » 159, ou d'« un
160
ramas de cochons, de gens qui n'avaient pas figure humaine » , ou qu'elle empile leurs corps « à peu
près comme des cochons qu'on auroit voulu saler » 161, c'est peut-être aller vite en besogne que de n'y voir
qu'« outrances verbales », et s'étonner que de la sorte on en soit arrivé, sous la Révolution, « à dénier aux
162
Vendéens tout caractère humain » . L'on y était, la chose est claire, prédisposé par le courant
intellectuel dont bien malgré soi l'on était issu, et qui ne professait que très inégalement la foi dans l'unité

154
Des représentants en mission Goupilleau et Jard-Panvilliers, Niort, 18 juin 1793 : F. -A. Aulard, éd., Recueil des Actes du
Comité de Salut public..., t. 4, Paris, 1891, p. 601.
155
Arrêté du Directoire, 20 prairial an IV, 8 juin 1796, art. 6 : Bulletin des Lois n° 52, p. 10. « L'administration municipale
désignera celui des laboureurs dont l'intelligence, la bonne conduite et l'activité auront mérité d'être proposées pour
exemple ; son nom sera proclamé à haute voix, et pendant toute la cérémonie il sera placé à côté du président ».
156
Dans cet ordre d'idées, voir l'appel à la clémence pour les « comités des campagnes », dont « la plupart des membres (...)
étaient si bêtes qu'ils ne savaient pas l'importance de leurs fonctions » (6 frimaire an II, 26 novembre 1793) (Chassin,
VP/3/368).
157
Le mot est fréquent. Significative, cette formulation de deux commissaires municipaux s'adressant à la Convention (4 germinal
an II, 24 mars 1794), à propos des femmes et enfants jetés vivants dans les fours : « Les femelles des royalistes manquant, ils
s'adressent aux épouses des vrais patriotes » (cité dans HVM/2/118). L'homme naturel, selon Jean-Jacques, ne souhaite que « la
nourriture, une femelle et le repos » (Rousseau, Discours sur l'origine et les fondemens de l'inégalité parmi les hommes, 1755, dans
Oeuvres complètes, t. 3, p. 143).
158
« Lettres de la commission militaire Parein-Félix », dans Anjou Historique, 1917-1918, [p. 231-248], p. 242.
159
Camille Desmoulins, cité par A. Gérard, op. cit., p. 144. Quant à ceux que l'on capture, le mieux « serait de les échanger contre
leurs boeufs du Poitou ». Inversement, le 18 frimaire an II (8 décembre 1793), les administrateurs des Sables échangeraient de
grand coeur la monture de Charette, capturée, contre son cavalier en cavale, encore que « ce cheval vaille un plus haut prix que son
maître individuellement » (Chassin, VP/4/179). Sur certaine « concurrence axiologique » entre l'homme et le cheval dans l'esprit des
Lumières, cf notre Nature humaine et Révolution française..., op. cit., p. 23, 163, 167 et 239.
160
Bourdon (de l'Oise), au Club des Jacobins, le 11 septembre 1793 : Aulard, éd., La Société des Jacobins..., t. 5, op. cit., p. 399.
L'orateur ajoute « et de gens de loi ». Il s'agit pour lui de relativiser les succès militaires de Rossignol contre ce « ramas ». Dans
l'intention contraire, Danton redonne faciès humain aux insurgés (p. 401), un doute taxinomique subsistant, pour finir, quant aux
gens de loi.
161
Rapporté en l'an III par un républicain d'Anjou, réprobateur : Rapport du citoyen Benaben..., op. cit., p. 81.
162
A. Gérard, op. cit., p. 277.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 32 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 33 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

d'une famille humaine. L'arbre a porté ses fruits. Un « naturaliste célèbre » en ces années de drame,
n'avait-il pas renom d'avoir imaginé qu'entre l'homme et le singe, le Bas-Poitevin, peut-être, est le
chaînon manquant 163 ?

*39* Voltaire avait écrit (et le thème est commun, sous sa plume) : « Le peuple est entre
164
l'homme et la bête » ; ou bien il estimait que « seuls » les philosophes « ont changé les bêtes en
165
hommes » , promotion flatteuse, que les insurgés semblent refuser. « L'homme sans culture, sans
expérience, sans raison », notait quant à lui d'Holbach, — et ces mots suggèrent assez bien le profil du
natif de Vendée à l'aune de l'ethnologie jacobine, — un tel homme, interrogeait-il sous couvert du bon
sens, « n'est-il pas plus méprisable et plus digne de haine (sic) que les insectes les plus vils ou que les
bêtes les plus féroces ? » 166. Encore cet encyclopédiste de premier rang écrivait-il ici en quelque sorte à
froid, très loin, assurément, de tout scénario insurrectionnel. C'est dire assez qu'une certaine logique
doctrinale, qu'exacerbe la conjoncture, inclinera donc à désigner ce troupeau vendéen comme une
engeance infra-humaine, dont l'ardeur au combat est plus rage que courage 167, et dont l'existence même,
un Turreau et tant d'autres devront bien, pour finir, se rendre à l'évidence, est un visible appel à « la
prompte extermination ». Ce dont Carrier veut « absolument et totalement purger le sol », en décembre
1793, c'est de l'« engeance proscrite » des femmes, ainsi que de « tous les paysans » 168, ce qui n'est guère
restrictif, il faut en convenir, et ne saurait blesser vraiment, il en faut bien garder conscience, la logique
révolutionnaire des droits de l'homme et du citoyen en temps de frénésie originelle, en temps de
paroxysme fondateur.

*40* L'absurde transhumance outre-Loire n'allait faire qu'accentuer la collation très arbitraire,
aux insurgés, de ce profil animalier. Et l'on comprend qu'à leur endroit, elle ait pu spécialement stimuler
le recours à la métaphore cynégétique. Voltaire, de l'adversaire, disait à Helvétius : il faut « chasser aux

163
C'est ce que rapporte, indigné il est vrai, le républicain J. -B. Leclerc, déjà cité (n. 147) : « On m'a raconté qu'un naturaliste célèbre
disoit : « Si l'on me demande quel est dans la chaîne des êtres l'anneau qui unit le singe à l'homme, je répondrai que c'est le Bas
Poitevin » : Essai sur la propagation de la musique..., op. cit. (an VI), p. 66-67, n. 16. L'appel de cette note 16 ponctue l'expression,
relative aux Vendéens : « des hommes taxés d'une stupidité capable de faire croire qu'ils n'avoient qu'une organisation imparfaite »
(p. 22).
164
Voltaire's Notebooks, éd. Bestermann, 2 vol., Genève, 1952, t. 2, p. 381.
165
Voltaire, Correspondance, t. 7, p. 913, lettre du 7 novembre 1764 à Damilaville.
166
D'Holbach, Le Bon Sens..., op. cit., p. 91.
167
Ce sont les chefs de corps et autorités constituées de La Châtaigneraie qui évoquent, le 25 frimaire an II (15 décembre
1793), « la rage, plutôt que le courage, qui caractérise les brigands que nous avons à combattre » (Chassin, VP, t. 3, p. 394).
168
Lettre au Comité de Salut public, 11 décembre (21 frimaire an II) : ibid., p. 494.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 33 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 34 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

169
betes puantes » ; ou bien, à d'Alembert : « [À] quoi sert de haïr les monstres, si on ne peut les écraser
dans leurs tanières » 170 ? Dès l'origine des événements, côté républicain, il s'était volontiers agi de battue,
de chasse aux « bêtes fauves », de « traquer ces brigands comme des loups » 171, de « leur courir sus, non
172
pas comme dans une guerre, mais comme dans une chasse » , de les poursuivre « comme on poursuit
les sangliers. Il faut des éclaireurs qui fassent lever ce gibier » 173. S'agissant des non-combattants, il sera
174
question aussi de battue aux lapins . N'est-il pas naturel que, lors de la grande errance de la horde aux
abois, les chefs « bleus » se soient spontanément jugés « semblables à des chasseurs qui poursuivent un
animal à la course » 175, ou qu'ils aient vu des villageois « chasser les brigands comme on chasse les loups
» 176, et que, sobre et précis, Barère, à la tribune, ait alors, sur mesure, ajusté l'expression « chasse civile »
177
?

*41* Et cette inclination à une qualification, disons semi-grégaire, semi-tribale, de l'insurrection


ne peut que maximaliser la pulsion d'assainissement exterminateur. Pas plus de sentiments d'humanité que
de droits de l'homme, évidemment, au profit d'êtres non humains. « Qu'on ne vienne pas nous parler
d'humanité envers ces féroces Vendéens ; ils seront tous exterminés », proclame Carrier à la tribune de
178
l'assemblée . On est loin, vraiment loin, d'une thématique des droits de l'homme, lorsqu'il s'agit d'une
179
masse organique nocive et contagieuse , qu'il va falloir tout simplement, stériliser. D'où l'extension

169
2 janvier 1761 : Correspondance générale d'Helvétius, t. 3, op. cit., p. 3.
170
Voltaire, Correspondance, t. 8, p. 619, 5 septembre 1766.
171
Lettre des commissaires dans les Deux-Sèvres et la Vendée, 19 mars 1793 : Aulard, éd., Recueil des actes du Comité de
Salut public..., t. 2, Paris, 1889, p. 416.
172
Desmoulins, référence de la note 158.
173
Un militaire, aux Jacobins, le 1er juin 1793 : Aulard, La Société des Jacobins..., t. 5, op. cit., p. 221. Voir aussi Chassin,
VP/3/312, et VP/4/317 et 375. Le 31 décembre, un autre militaire évoque, dans son journal, une « battue dans les genêts
et taillis dans les environs du May et Jallais. Beaucoup de rebelles furent tués dans cette chasse » (cité par Cl. Petitfrère,
La Vendée et les Vendéens, Paris 1981, p. 61).
174
Turreau et Bourbotte disent avoir fouillé Noirmoutier « comme dans une chasse aux lapins, et cette battue fit sortir
des bois, des souterrains même, un déluge de prêtres, de femmes d'émigrés » etc. (19 nivôse an II, 8 janvier 1794:
Chassin, VP/3/489).
175
Lettre à la Convention, de Bourbotte, Turreau, Choudieu, Francastel, Angers, 30e jour du premier mois de l'an II (21
octobre 1793) : AP/1/77/451/1.
176
J. Meignan, de Nantes, au Comité révolutionnaire de Saumur, le 3 nivôse an II (23 décembre 1793) : Chassin, VP/3/431.
177
Convention, 15 brumaire an II, 5 novembre 1793 : AP/1/78/403/1. Ces deux mots sont signalés par des italiques dans le
texte même.
178
3 ventôse an II, 21 février 1794 : Chassin, VP/4/235.
179
Ce caractère contagieux, « pestiféré » des rebelles (ou leur « lèpre papalo-monarchique ») est volontiers invoqué,
justifiant notamment la suppression des prisonniers.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 34 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 35 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

notoire de la thérapeutique aux petits, « vipères à étouffer », comme aux « femelles » par qui « renaît une
180 181
race ennemie », et aux vieillards , mais aussi bien à tant et tant de patriotes du cru , à l'encontre de
qui, peut-on presque avancer, cruellement se retourne la logique unanimitaire de la République
rousseauiste. Car à l'instar de cette dernière, encore qu'en négatif, l'enclave absurdement allergique à la
félicité républicaine ne tend-elle pas à s'ériger elle-même en tumeur une et indivisible ? C'est la simple
inversion du principe de Jean-Jacques : « Quand l'État est institué, le consentement est dans la résidence ;
182
habiter le territoire c'est se soumettre à la souveraineté » . À la logique extrême de ce retournement
(lequel néglige l'atténuation de Rousseau en note), l'existence du Conseil supérieur de Châtillon ne
pouvait qu'inciter un peu plus. « Je ne connais de patriotes, dira Carrier, que ceux qui ont fui la Vendée
(...). Le reste est brigand », et doit, comme tel, « tomber sous le glaive de la loi » 183. Ce qui légitime les
massacres un peu répétitifs, par les troupes révolutionnaires, de « municipaux en écharpe » et autres
184 185
républicains locaux , dont les certificats de santé civique dérisoirement brandis , ne sauraient de
surcroît suffire à inverser la sourde et fatale présomption de contamination quasiment génétique. En
février 1794, le Comité de Salut public aspire encore, fébrile, aux « moyens les plus assurés de tout
exterminer dans cette race de brigands » 186.

*42* Voir là une trahison des grands principes révolutionnaires, c'est vouloir sereinement
s'abstenir de prendre acte que l'idée de régénération purificatoire leur est en réalité inhérente, y compris

180
« Les femmes de la Vendée ! c'est par elles que renaît une race ennemie. Les enfants ! ce sont des vipères à étouffer » :
c'est ce que Carrier aurait « sans cesse répété » (Chassin, VP/4/217). Il faut exterminer « leurs pères, leurs femmes, leurs
soeurs et leurs enfants » (HVM/2/173). « Ces femmes, citoyens, sont toutes des monstres » (Carrier, selon Chassin,
VP/4/235).
181
C'est par lettre du 12 décembre 1793 (22 frimaire an II), que « Carrier prononce la mise hors la loi de tous les habitants de
la Vendée, sans exception des patriotes » (Chassin, VP/4/180).
182
C. S., L. IV, ch. 2, p. 440.
183
Chassin, VP/4/235. Le 1er octobre 1793, dans le discours où Barère voue les « brigands » à l'extermination avant la fin du
mois (AP/1/75/421/1) ouvrant obsessionnellement six phrases consécutives par l'invocation « Détruisez la Vendée »
(424/1), il déclare que pour avoir « une juste idée de cette armée de révoltés », il suffirait d'énumérer « les différents
districts qu'elle occupe, à quelques réfugiés près » (421/2). Quant au général Grignon, qui mènera une des colonnes de
Turreau les moins inaperçues (Chassin, VP/4/266 s.), il déclare à son arrivée sur les lieux « qu'un patriote n'est pas censé
habiter ce local » (HVM/2/111).
184
Voir p. ex. Chassin, VP/4/318.
185
Procès-verbal des officiers municipaux des Herbiers, 12 pluviôse an II, 31 janvier 1794 : « En vain de malheureux patriotes,
leurs certificats de civisme à la main, demandent la vie à ces forcenés ; ils ne sont pas écoutés, on les égorge » (HVM/2/118).
186
13 février, 25 pluviôse an II : Chassin, VP/4/294, arrêté signé de Barère, Jeanbon Saint-André, Collot d'Herbois et Billaud-
Varenne.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 35 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 36 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

sur le plan physique 187. Faut-il ainsi rappeler que, dès 1789, ce que l'abbé Grégoire ambitionne, pour les
Juifs, c'est une rénovation physique : tel est bien le premier adjectif dans l'intitulé même de son fameux
188
essai . Et dès le débat sur les droits de l'homme, l'abbé Sieyès annonce que l'on va perfectionner
l'espèce humaine au moral et au physique », cependant que Rabaut Saint-Étienne promet une race
189
d'hommes forts et vigoureux » . « Une race de républicains doit être robuste », avertira de même, à
190
la Convention, Marie-Joseph Chénier . Travaillons au physique de l'homme », exhortait d'Holbach, et
que le législateur sache former « des citoyens sains, robustes et bien constitués », ils n'en seront que plus
dociles « aux impulsions utiles que l'on voudra donner à leurs âmes » 191.

*43* Faut-il oser redire aussi qu'un certain « sang impur » exécré, à quoi l'on réduirait l'ennemi
public, n'est pas un thème absolument externe à la Révolution ni à la République ? Et que de ce « sang
192
impur », probablement trop familier pour désengourdir l'exégèse , à la moins renommée « masse de
193
sang vicié », — une expression dont pourtant Napoléon caractérise notablement le peuple juif , —
certain cousinage doctrinal ne paraît pourtant guère douteux ? Cette expression, chez lui, est visiblement
la réminiscence d'un passage de Grégoire rapportant que les Juifs sont réputés « très-sujets aux
194
maladies qui indiquent corruption dans la masse du sang » . Lequel auteur incriminait, entre autres
causes, « le défaut de croisement dans l'espèce qui abâtardit les races » 195, et l'empereur, en conséquence,
annoncera qu'une fois l'endogamie plus qu'ébréchée, « le sang des juifs cessera d'avoir ce caractère
particulier » 196. Certes oui, le sang impur, le sang qui s'altère et s'abâtardit (tout aussi bien par métissage)

187
Cf. A. de Baecque, « L'homme nouveau est arrivé. La "régénération" du Français en 1789 », dans Dix-huitième Siècle, vol. 20,
1988, [p. 193-208], notamment p. 195 ; M. Ozouf, L'homme régénéré, op. cit., p. 129.
188
M. Grégoire, Essai sur la régénération physique, morale et politique des Juifs, à Metz, 1789, 1 vol. in-8°. Voir notamment le
chap. VII, « Réflexions sur la constitution physique du peuple juif ».
189
Cf. notre étude « Sur l'Homme de la Déclaration des Droits », dans Droits. Revue française de Théorie juridique, n° 8, 1988,
[p. 83-89], p. 87.
190
5 novembre 1793 (15 brumaire an II) : AP/1/78/376/1.
191
D'Holbach, Système de la Nature (1770), op. cit., t. 1, p. 130, mot souligné dans le texte.
192
Somme toute assez décevantes (et comme vaguement gênées, irait-on presque imaginer) demeurent les quelques lignes
consacrées à cette expression-phare dans la pourtant substantielle étude de M. Voyelle sur « La Marseillaise » dans Les Lieux
de Mémoire (dir. P. Nora), I, La République, Paris, 1984, [p. 85-136], p. 90.
193
À Champagny, le 29 novembre 1806 : cité par M. Vox, Correspondance de Napoléon. Six cents lettres de travail (1806-
1810), Paris, 1943, p. 461.
194
Grégoire, op. cit., p. 46.
195
Ibid., p. 49.
196
Référence de la note 192.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 36 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 37 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

197
, le sang corrompu, la thématique en trouble l'air de ce temps-là, où la philanthropie épure et régénère
avant d'avoir trop réfléchi sur la nature de son objet. Et d'ailleurs, Napoléon lui-même n'en sera-t-il pas la
cible ? Peu après qu'il ait épousé la fille de l'empereur d'Autriche, son opposante, Mme de Staël, en 1812,
croira pouvoir juger les peuples germaniques « dépravés par la funeste mésalliance qui semblait avoir
altéré le sang même des sujets, en mêlant celui de leur maître à la race d'un Corse africain » 198. Or la fille
de Necker n'a pas réputation d'être absolument dépourvue des réflexes mentaux du siècle des Lumières.

*44* Tout ceci, simplement, pour suggérer que, lorsqu'un lot périmé de vieux prêtres de l'Ouest
199
est jeté dans la Loire en tant que « reste impur d'une secte proscrite » , ou que pour faire plus
vaillamment abattre « un troupeau de plusieurs centaines de femmes », Francastel en émoi s'escrime à
réchauffer le zèle philanthropique des garçons d'abattoir : « Purgeons, purgeons à jamais le pays de cette
race infâme (...). Purgeons, mes amis, saignons jusqu'à blanc », il faut « purger, saigner jusqu'au blanc
cette génération vendéenne » 200 ; ou que Barère tient la Vendée pour « ce creuset ou s'épure la population
nationale» 201 ; ou encore, qu'un agent de Carrier, très notablement, parle de « régénérer l'espèce humaine
en épuisant le vieux sang » 202, ou qu'un Turreau songe à repeupler la Vendée « du plus pur de la Nation »
203
, de telles formulations, sommes-nous porté à croire, ne traduisent nulle « infidélité de la Révolution à
elle-même », mais au contraire, somme toute, une allégeance assez banale, d'acuité simplement imprévue,

197
Et ici, l'on pourrait citer Kant : voir L. Poliakov, L'auberge des musiciens. Mémoires, Paris, 1981, p. 197.
198
Mme de Staël, Dix Années d'Exil (composé vers 1812), Paris, 1966, p. 161. Qu'il nous soit permis de renvoyer à notre étude
« Bonaparte méridional dans le propos staëlien », communication au Colloque Le Groupe de Coppet et l'Europe, 1789-1830,
(Tübingen, juillet 1993), Lausanne et Paris, 1994, p. 39-52.
199
Garde Nationale d'Angers, fin 1793 : dans HVM/1/371. Ces deux mots, « reste(s) impur(s) » qualifient couramment,
sous la Révolution, des survivances variées de l'Ancien Régime. Il faudrait évoquer ici une ample dialectique du pur et de
l'impur (et de l'épuration), qui ne serait pas sans rapport avec un tel dossier, mais que seulement nous effleurons dans
cet alinéa.
200
Fin décembre 1793 : Anjou Historique, 1916-1917, p. 277.
201
ler octobre 1793 : AP/1/75/241/2. Une société populaire de Vendée aura ces mots, trois mois plus tard : « Les citoyens
sortis purs du creuset, et composant seuls aujourd'hui la société... » (Chassin, VP/4/137).
202
Le Batteux à Carrier, 21 nivôse an II (10 janvier 1794) : dans HVM/2/78. C'est le cas de rappeler l'aveu de Benjamin
Constant : « Ce mot de régénération nous a poussés à tout détruire » (B. Constant, De l'Esprit de Conquête et de
l'Usurpation... (1813-1814), Paris, 1986, p. 251). Voir la belle notice « Régénération » dans le maître ouvrage de Jean de
Viguerie, Histoire et Dictionnaire du Temps de Lumières, coll. Bouquins, Paris, 1995, p. 1326-1327.
203
À deux représentants en mission, le 20 germinal an II, 9 avril 1794 : dans HVM/2/173. Le 17 mars, Lepetit écrit au Comité
révolutionnaire de Saumur que, sous peu, « cette contrée de la République sera purgée de tous les monstres qui l'infestaient
», moyennant quoi « il sera possible d'y envoyer de jeunes républicains et républicaines pour la repeupler » (Anjou
Historique, 1917-1918, p. 246).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 37 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 38 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

à l'un de ses fantasmes fondateurs 204. Un Carrier, à coup sûr, ne saurait agir contre les droits de l'homme,
lorsque au contraire, et il le dit, « c'est par principe d'humanité que je purge la terre de la liberté de ces
monstres » 205.

*45* C'est par principe d'humanité que Carrier détruisait les monstres : pourquoi ne s'en fût-il
vanté ? Il est, redisons-le, derrière cette philanthropie un peu gauche, une logique rousseauiste
unanimitaire bien intentionnée, qui n'explique pas forcément tout, mais qui à notre avis vient relativiser la
part éventuelle de perversité de tel commanditaire ou simple exécutant, à qui, tout bien pesé, n'aura guère
fait défaut qu'une critériologie un peu moins sommaire du monstrueux. Car n'a-t-il pas alors suffi, pour
être réputé un monstre, de renâcler à se laisser « perfectionner » par une entreprise régénératrice,
dont nous redirons à quel point elle pouvait s'inspirer du Contrat Social ? Quelque quinze ans
avant la tragédie qui nous occupe, ce n'était pas une brute obscène et tutoyante, non plus qu'un
simple désaxé de club, mais une préromantique jeune fille, et très précisément la future Mme
Roland, qui confiait de Jean-Jacques, son auteur adulé : « [L]'on est un monstre ou l'on sort
206
meilleur de sa lecture » . Assez singulièrement esquissée par cette alternative, la logique
exterminatrice (fatale au col aussi de cette épistolière, qui disait n'avoir pas compris Rousseau « d'un bout
207
à l'autre ») , cette logique exterminatrice a donc, en son tréfonds, sa forme d'« innocence », qui sans
doute appellerait davantage la microdissection.

*46* Car de surcroît, et dans le même ordre d'idées, le matérialisme du temps, qu'il fût de
conviction ou d'atmosphère, relativisait subjectivement beaucoup, lui aussi, la portée de certains traits
circonstanciels vulgairement réputés aggravants. Car broyer des chairs, griller des corps vivants, en tanner
la peau 208, tout cela, bien au contraire, doit être amplement dédramatisé, si vraiment il ne s'agissait que de
trituration d'un matériau organique. A fortiori la simple idée, froidement technique, d'abolir une race qui
ferait obstacle au bonheur commun. Le jeune caporal « bleu » qui en septembre 1793 annonce à des êtres

204
Sur la paternité (dont l'aveu et la vulgarisation demeurent encore, de nos jours, si contraints) du scientisme des
Lumières par rapport au racisme doctrinal, cf. les citations de Léon Poliakov données à la p. 88 de notre étude citée à
la note 188.
205
Au Comité de Salut public, le 30 frimaire an II, 20 décembre 1793, dans HVM/2/47.
206
Lettre de Marie-Jeanne Phlipon (âgée de 23 ans) à Marie-Henriette Cannet, 29 novembre : Correspondance complète de
Jean-Jacques Rousseau, t. 40, Oxford, 1982, p. 167.
207
Idem, 17 novembre 1777 : « [J]e lis et relis (...) son Contrat Social, que je ne me flatte pas d'entendre d'un bout à l'autre
(...), non pas qu'il ne soit clairement écrit » etc. (ibid, p. 165) ; aveu corroboré par sa fameuse apostrophe, alors qu'elle
montait à l'échafaud : « Liberté, que de crimes on commet en ton nom ». Lui avait échappé l'originalité du forcé d'être libre.
208
A. Gérard, op. cit., p. 275.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 38 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 39 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

209
chers l'imminente et décisive extermination de la race des brigands n'est autre que Broussais , le futur
210
grand médecin, dont les idées sont « voltairiennes et ardemment républicaines » , et qui surtout sera,
211
dans sa spécialité, le porte-bannière du matérialisme conquérant . Pour ce futur savant, qui ne pense
que matière, et qui, près des patients, s'illustrera comme un stakhanoviste de la saignée, exterminer une
race nocive au corps social régénéré pouvait bien être, il faut le comprendre, une thérapeutique à coup sûr
énergique, mais axiologiquement anodine, et qui plus est dans le feu de l'action. En un mot, l'on ne peut
qu'approuver Claude Petitfrère lorsqu'il impose « devoir » à l'historien, comme justement il vient de le
faire, et spécialement à propos du dossier vendéen, « d'épouser pour un temps la subjectivité de ceux qu'il
212
choisit comme objet de son étude, afin d'essayer de les comprendre et de les expliquer » . La méthode
est des plus éclairantes, et le présent essai n'a pas d'autre ambition.

*47* Et qui diable, précisément encore, s'offusquera que des corps de rebelles soient
213
verbalement voués à servir d'engrais , c'est-à-dire à nourrir des sillons, si par ailleurs il est civique de
souhaiter que ces sillons soient abreuvés de sang humain, s'il est impur ? « Guerre intestine » plutôt que
guerre civile : un tel point de vue républicain n'est que logique. Or si des mots « guerre intestine » on veut
bien rapprocher l'omniprésence, dans la rhétorique jacobine en Vendée, du thème de la purge, en un
temps où le sens concrètement médical de ce mot sollicitait l'esprit plus spontanément qu'aujourd'hui,
force est de constater, là encore, que les victimes de la répression s'en trouvaient exposées à une
214
qualification implicitement plus annonciatrice d'un destin de fumure, —parfois aussi de vomissure ,—
que génératrice d'une gerbe tutélaire de droits subjectifs. À d'Alembert, Voltaire, déjà, ne confiait-il pas
que tous chrétiens « fanatiques » sont « pétris » de matière fécale, poussée même au superlatif, puisque «
détrempée de sang corrompu » 215 : toujours, donc, ou déjà, le thème du sang impur.

209
Lettre du 17 septembre à ses parents : Chassin, VP/3/39 : « Enfin, nous ne rentrerons qu'après en avoir définitivement
exterminé toute la race »...
210
P. Ganière, dans J. Tulard, Dictionnaire Napoléon, Paris, 1987, p. 307/2.
211
G. Gusdorf, L'Homme Romantique, (Les Sciences humaines et la Pensée occidentale, t. 11), Paris, 1984, p. 304 et 305. À ce
Broussais, qui aura « su mener le bon combat contre (...) l'obscurantisme de la Restauration » (p. 304), Louis XVIII a décerné
la Légion d'Honneur.
212
Cl. Petitfrère, « La Vendée en l'an II : défaite et répression », dans Annales historiques de la Révolution française, n° 300,
avril-juin 1995, [p. 173-185], p. 185. Cette synthèse mesurée a paru alors que notre ouvrage était rédigé.
213
De Félix, le 13 germinal an II (2 avril 1794), à propos du repeuplement à prévoir : « ces terres sont très bonnes et peuvent
facilement se passer de fumier, vu la grande quantité de brigands qui les engraisse » (« Lettres de la commission militaire
Parein-Félix », dans Anjou Historique, 1917-1918, p. 246).
214
Ibid., p. 244, lettre de Le Petit au Comité révolutionnaire de Saumur, 27 ventôse an II, 17 mars 1794 : « Simon fait toujours
des merveilles, il est l'émétique de la Vendée ».
215
Lettre du 12 décembre 1757 : « Fanatiques papistes, fanatiques calvinistes, tous sont pétris de la même m... détrempée
de sang corrompu » (Voltaire, Correspondance, t. 4, p. 1187).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 39 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 40 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

*48* Et d'ailleurs, ce contexte matérialisant, qui relativise donc telle ou telle circonstance,
n'édulcore-t-il pas totalement, dans une perspective de destinée individuelle, jusqu'au simple meurtre lui-
même ? Que l'on meure de façon douillette ou par la violence, indiquait Diderot, l'on « n'en est ni plus ni
moins mort » 216. Et le meurtre est-il plus qu'un renvoi au néant — avant l'heure, voilà tout ? Or ce néant,
s'il faut en croire Voltaire encore, ne vaut-il pas, « généralement parlant, beaucoup mieux que la vie » 217
? Et puis, un tel renvoi, pour tout dire, est si peu avant l'heure ! « Tout le monde meurt au même âge »,
énonce-t-il aussi ; « car il est absolument égal, quand on en est là, d'avoir vécu vingt heures ou vingt mille
siècles » 218. Et que dira de différent, à propos des tragiques épisodes que l'on sait, la Société populaire de
Nantes ? « Comme de faibles météores, les hommes brillent un instant et s'éteignent dans une nuit
éternelle » 219. Croirait-on pas d'Holbach, Helvétius ou Voltaire, qui souvent évoqua, en des termes variés,
« les deux ou trois minutes de notre vie » 220 ? En 1772, Galiani expliquait, sur des motifs de cette farine,
qu'il n'était nulle raison de pleurer le décès d'Helvétius, encore moins de plaindre ses filles, qui venaient
221
d'y gagner au surplus le titre d'héritières . Le conventionnel Lequinio, qui opéra dans l'Ouest aux
années critiques, avait consacré, voici peu, deux chapitres de ses Préjugés détruits à démontrer que
chaque mort n'est rien, qu'elle n'est qu'un annelet du processus cosmique par quoi sans fin se forment et se
222 223
défont les êtres , que très banal « passage au repos éternel » et « descente au néant » . L'homme y
redevient « blé, froment, rave et raisin » 224, citera-t-on uniquement, pour s'en tenir à ce qui n'atteint pas,
dans le lugubre crescendo de sa méditation, au sordide, au morbide, à l'hallucinatoire 225. « La mort est un
sommeil éternel », faisait inscrire Fouché en lieu et place idoines. Elle n'est que recyclage et réaffectation
de molécules, elle est seulement restitution, à la nature, des éléments reçus d'elle : idée commune de la

216
Diderot, Mémoires pour Catherine II, op. cit., p. 157.
217
À Mme du Deffand, le 22 mai 1764: Voltaire, Correspondance, t. 7, p. 710.
218
Ibid., t. 12, p. 834, lettre de 1777.
219
Cité dans HVM/2/72 (ce texte semble d'après Thermidor).
220
À Mme du Deffand, 1er novembre 1773 : Voltaire, Correspondance, t. 1, p. 499-500. Formulations analogues, t. 3, p. 609-
610 et 1023, t. 4, p. 1148, t. 8, p. 788, etc.
221
Lettre du 25 janvier 1772 à Mme d'Epinay : Correspondance générale d'Helvétius, t. 3, op. cit., p. 398 : « Ses enfants n'ont
perdu ni jeunesse ni beauté par la mort de leur père ; elles ont gagné la qualité d'héritières. Que diable allez-vous pleurer sur
leur sort ! »
222
Lequinio, Les Préjugés détruits, 1792, chap. XVII, « De la mort », p. 160-172, et chap. XXVII, « Des tombeaux », p. 289-303.
D'emblée il fait allusion à ce thème (p. 1 et 3).
223
Ibid., p. 171.
224
Ibid., p. 302.
225
Si tu respectes les ossements des morts, dit-il, « respecte aussi les choux de ton jardin, car ils contiennent une portion du
cadavre de tes parents » (p. 300), etc. Ce n'est pas le pire, et le scatologique vient s'en mêler. Tout cela relativise aussi, bien
sûr, l'assimilation des cadavres de rebelles à de l'engrais (cf. supra, n. 208).

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 40 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 41 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

226
pensée du siècle, également lisible en l'an II à Poitiers, à l'entrée des cimetières . Tout cela rend bien
problématique de suivre sans réserve Michelet, lorsqu'il s'en va imaginer que le prêtre, en Vendée, «
faisait, par le paysan, la guerre ultra-païenne, qui aurait rétabli (...) la domination (...) de la matière sur
l'esprit » (sic). Et Michelet d'enchaîner : « Cruel malentendu ! » 227. C'est le cas de le dire.

*49* De l'aveu même des exterminateurs et de ceux dont ils s'inspiraient, c'était, on peut le
comprendre, assez exactement le contraire. Et il est bien peu discutable qu'un tel état d'esprit, échauffé par
les circonstances, relativise subjectivement beaucoup, redisons-le, la gravité des interruptions volontaires
de non-inexistence, perpétrées dans le bocage et alentour, à la faveur des événements que nous savons.
Lequinio, de sa main, a occis des captifs : il en était exonéré par ces chapitres, les siens propres, où il
avait doctrinalement banalisé la mort. Il faut savoir que, de son livre, des lectures publiques furent même
diligentées sous son proconsulat, sur son initiative ou sur celle de sous-ordres zélés 228. Toute cette vision
d'absurdité existentielle, qui lénifie la dernière heure et surtout la minute ultime, Voltaire l'avait même
exprimée en des termes qui, de façon curieuse, préfigurent assez bien, justement, l'absurde attente du pire
dans les prisons de la Terreur : « Nous sommes tous dans ce monde comme des prisonniers dans la petite
cour d'une prison, chacun attend son tour d'être pendu sans en savoir l'heure ; et quand cette heure vient, il
se trouve qu'on a très inutilement vécu » 229.

*50* Mourir n'est rien, professait-il en conséquence, mourir comme un chien, disait-il, mais c'est
une heureuse mort 230, puisque l'« horrible », à son idée, n'est que « la barbarie de l'extrême-onction » 231,
à cause de laquelle, confirme Rousseau, « [u]n catholique mourant (...) meurt cent fois de terreur avant
232
qu'on l'achève » . Les « bleus » assurément, n'étaient pas si barbares, et si effectivement « cette vie-ci

226
Chassin, VP/3/502, note 2. Cf. d'Holbach, Système de la Nature, passim, ou Voltaire (première référence de la note 219) : «
Nous rendrons aux quatre éléments ce que nous tenons d'eux, (...) après avoir été agités de crainte et d'espérance pendant
les deux minutes de notre vie ».
227
Michelet, Histoire de la Révolution française (1847), L. VIII, ch. 1, Paris, 1979, t. 2, p. 13.
228
P. ex., voir Chassin, VP/4/49.
229
Du 14 septembre 1774 à d'Argental : Voltaire, Correspondance, t. 11, p. 786. Autre version : « Nous sommes des victimes
condamnées toutes à la mort. Nous ressemblons aux moutons qui bêlent, qui jouent, qui bondissent en attendant qu'on les
égorge » (du 7 août 1769, à Mme du Deffand : ibid., t. 9, p. 1027). Comme chacun le sait, l'ancien secrétaire et talentueux
disciple de Voltaire, La Harpe, qui sous la Terreur vivra cette pénible épreuve, répudiera conséquemment ce nihilisme, il se
convertira, et dira le danger des idées des Lumières.
230
Voltaire, Correspondance, t. 7, p. 693, lettre du 9 mai 1764 à Mme du Deffand.
231
Ibid., p. 692.
232
Rousseau, La Nouvelle Héloïse (1761), Paris, 1988, p. 705. Il « n'est environné que d'objets qui l'épouvantent, et de
cérémonies qui l'enterrent tout vivant ».

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 41 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 42 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

233
n'est qu'un jour » , si réellement « nous ne sommes que des papillons dont les uns vivent deux heures,
234
et les autres deux jours » , en un mot, si les « blancs » pourchassés n'étaient que nuages d'éphémères,
235
de surcroît si nuisibles, n'est-il pas anodin qu'on ait songé au gaz pour les anéantir ? Condorcet, fin
1773, pour se prouver « sensible », aux yeux de Turgot, alléguait son renoncement aux plaisirs de la
chasse, et disait s'interdire de tuer même les insectes, « à moins, précisait-il, qu'ils ne fassent beaucoup
de mal » 236. L'estompage de frontière entre hommes et animaux exhibe là les vertus de son ambivalence.
Car il pourra, si tout va bien, préserver jusqu'au sort des insectes. Mais si les temps se gâtent, les êtres
humains suspects de « beaucoup de mal », ou dont la présence gêne, n'auront pas plus que taons de
droits conservateurs. La ruche connaît surtout les devoirs des abeilles, et ne consacre pas de droits des
parasites. Vous devriez, disait précisément Voltaire à Condorcet en 1774, en y associant d'Alembert, «
237
nous défaire de la multitude d'insectes qui bourdonnent et qui voudraient piquer » . D'Holbach, et
nous le savons, décrétait « l'homme sans culture (...) plus digne de haine que les insectes les plus vils »
238
. Plus digne de haine : le mot n'est pas banal. On eût pu supposer que ce diffuseur en chef des
Lumières jugeât l'homme sans culture digne de pitié, de commisération et de fraternité, au moins
autant que les insectes les moins vils. Mais digne de haine... Le trait, apparemment, est bien d'« un
239
siècle haineux et malveillant par caractère », comme Rousseau qualifiait le sien . L'homme sans
culture, « plus digne de haine que les insectes les plus vils » : à l'ombre de certains postulats, il est des
appareils métaphoriques dont l'insistance et la cohérence pourraient bien finir, le contexte aidant, par
pousser à l'acte.

*51* Les très réelles menaces, contre l'humanité, de ce nihilisme d'élite, contre lequel en vain,
car à contre-courant, regimbera Robespierre 240, et qui techniquement, croyons-nous, a sa part légitime au
martyre vendéen, la marquise du Deffand, qui en principe, et comme on sait, n'en était pas la moindre

233
Voltaire, Correspondance, t. 3, p. 1023, août 1753.
234
Ibid., t. 7, p. 731, lettre du 8 juin 1764 à la comtesse Lutzelbourg.
235
Chassin, VP/3/278, note ; Santerre suggérait, de Saumur, au ministre de la guerre Bouchotte, que fussent infligées
aux insurgés « des pluies de vitriol, des fumées empoisonantes, soporatives et tomber dessus » (cité par Cl. Petitfrère,
La Vendée et les Vendéens, op. cit., p. 63).
236
Lettre du 13 décembre 1773 : Correspondance générale d'Helvétius, t. 3, p. 467-468.
237
Lettre du 18 juillet 1774 : Voltaire, Correspondance, t. 11, p. 733.
238
Cf supra, appel de la note 165.
239
Rousseau, Rousseau juge de Jean-Jacques. Deuxième Dialogue (décennie 1770), dans Oeuvres complètes, t. 1, Paris, 1959,
p. 890.
240
Nous songeons bien sûr au discours de floréal et au culte de l'Être suprême, expressément inspirés par le souci de réagir contre
l'amoralisme révolutionnaire doctrinalement adossé aux tendances matérialisantes des Lumières. Cf notre Nature humaine et
Révolution française..., op. cit., p. 127-143.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 42 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 43 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

adepte, les avait, semble-t-il, sombrement pressenties, quelque vingt ans plus tôt. Deux jeunes gens, près
de Paris, s'étant suicidés à Noël de l'an 1773, laissant pour testament explicatif ces quelques mots marqués
des modes intellectuelles du temps : « [Q]uelques grains de poudre viennent de briser les ressorts de cette
241
masse de chair mouvante que nos orgueilleux semblables appellent le roi des êtres » , la vieille dame
des Lumières, elle-même recrue d'ennui et de désespérance, en ses diverses cécités, incriminait séance
tenante, en aparté, « tous les écrits de Voltaire, d'Helvétius et de tous messieurs les athées », ajoutant
242
même, parlant des deux désespérés : « Ce sont les premiers martyrs de leurs systèmes » . Elle donc,
dont on a pu écrire que c'est dans ses lettres « qu'il faut chercher l'expression la plus intime de la
243
philosophie de Voltaire » , et que Voltaire, effectivement, qualifie « la personne de mon siècle (...) le
plus selon mon coeur et selon mon goût » 244, elle parle de martyrs, elle parle de premiers martyrs, elle dit
« martyrs de leurs systèmes », et dit donc, en substance : c'est la faute à Voltaire. Quel historien, depuis,
risquerait sa carrière et sa réputation à se mêler d'en dire ou suggérer autant ?

*52* Au surplus, tout ce matérialisme, alors, se précise et s'aiguise, chez la plupart, dans une
vision mécaniste du cosmos, de l'homme, de la société, ces deux derniers devant pouvoir, et pouvant
devoir, être réglés, comme des horloges. Or si « nous sommes de pures machines » , comme enseignait
245 246
Voltaire à Mme du Deffand , ou « de petites roues de la grande machine » , il va de soi qu'il ne
saurait être ni spécificité humaine, ni liberté en l'homme (celle-ci est posément, laborieusement niée par
247
de grands encyclopédistes et par Voltaire), ni responsabilité . Et cela aussi, qu'abusivement on
mésestime, enlève bien du sel aux carnages, d'une part, côté victimes, car il n'est que banal de mettre à la
ferraille les chutes du montage social ; d'autre part, du côté des bourreaux, —eux-mêmes si facilement
jetés après usage,— et dont la responsabilité —de machines ?— est impossible ! Sachons-le bien : « Dans

241
Testament rapporté par Grimm, en janvier 1774 : Correspondance littéraire, philosophique et critique de Grimm et Diderot..., t. 8,
Paris, 1830, p. 266. De tels mots (et ce n'est qu'un extrait) sont exactement dans l'esprit (et la lettre, équivalemment) du Système de
la Nature de d'Holbach, paru sous un pseudonyme en 1770 (et incluant, logiquement, une absolue relativisation du suicide). Et le
fait divers, qui fit sensation, survient au coeur du scandale causé par la parution, quelques mois plus tôt, du livre posthume
d'Helvétius, De l'Homme.
242
Lettre à Horace Walpole, 1er janvier 1774 : Correspondance complète de la marquise du Deffand, 2 vol., Paris, 1865, t. 2, p. 384.
Selon le baron de Frénilly, Souvenirs, éd. Chuquet, 1908, la fille aînée d'Helvétius « s'était si bien nourrie de la philosophie de son
père, qu'elle déclarait quelquefois à sa gouvernante son projet de se tuer » (cité dans Correspondance générale d'Helvétius, t. 3, p.
411).
243
N. L. Torrey, The Spirit of Voltaire, New York, 1930, p. 170, cité par B. Craveri, Mme du Deffand et son monde, Paris, 1986,
p. 226.
244
C'est même l'année suivante : Voltaire, Correspondance, t. 12, p. 316.
245
Lettre du 21 mars 1764 : Voltaire, Correspondance, t. 7, p. 634.
246
Lettre du 22 mai 1764 à Mme du Deffand : ibid., p. 710.
247
Sur ce point, cf. notre Nature humaine et Révolution française..., op. cit.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 43 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 44 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

les convulsions terribles qui agitent quelquefois les sociétés politiques, (...) il n'y a pas une seule action,
une seule parole, une seule pensée, une seule volonté, une seule passion dans les agens qui concourent à
la révolution comme destructeurs ou comme victimes, qui ne soit nécessaire, (...) suivant la place
qu'occupent ces agens dans ce tourbillon moral ». Ces mots sont de 1770. Leur auteur est d'Holbach 248.
Ils ont ici, de droit, leur place.

*53* Car s'il est avéré que dans toute occurrence, l'homme n'est qu' « un instrument passif » —d'
249
Holbach s' échauffe à le démontrer — le général Turreau n'est-il pas bien fondé à revêtir par
250
précaution, en janvier 1794, la tenue protectrice d'« agent passif » ? Si, comme le Comité de Salut
public, justement, venait de l'écrire aux représentants en mission, « le pouvoir militaire est (...) le levier
251 252
passif que meut la volonté nationale » , si un exécutant peut n'être qu'une « manivelle passive » , si
253
les districts ne sont, par rapport au gouvernement, que « les conducteurs électriques de ses foudres » ,
254
si les agents nationaux ne sont que « les bras qui meuvent le levier révolutionnaire » , si les comités de
surveillance ne sont que « les mains du corps politique », ou « les leviers » mus par la Convention « pour
broyer les résistances » 255, s'ils sont « comme ces instruments (...) qui (...) n'attendent, pour lancer
256
la terreur et la mort, que la communication électrique de la flamme » , ou bien si les «
257
exécuteurs », comme dira Lequinio, « n'étoient souvent que de monstrueuses machines » , la question
délicate des responsabilités, en une pareille affaire, ne risquera-t-elle pas d'en être simplifiée jusqu'à
l'inextricable 258 ?

248
D'Holbach, Système de la Nature, t. 1, p. 85.
249
Voir p. ex. tout le tome 1 de son Système de la Nature.
250
15 janvier : « Je ne suis que l'agent passif des volontés du Corps législatif » (Chassin, VP/4/249). Sur l'importance
d'une telle expression, cf notre Nature humaine et Révolution française..., op. cit., p. 130.
251
9 nivôse an II, 29 décembre 1793 : Chassin, VP/4/99.
252
De Philippeaux, à propos du général Rossignol : Chassin, VP/3/34.
253
Nivôse an II, fin décembre 1793 : Chassin, VP/4/101.
254
Idem, Chassin, VP/4/102.
255
Idem, Chassin, VP/4/100.
256
Idem, Chassin, VP/4/100-101.
257
Lequinio, Guerre de la Vendée et des Chouans, 1 vol. in-8°, Paris, an III, p. 5.
258
Ainsi, lorsqu'il est dit localement à des agents gouvernementaux qu'a fortiori faudrait-il arrêter telle et telle meneuses,
« puisque les machines qu'elles ont fait mouvoir tombent journellement sous le glaive de la loi » (23 nivôse an II, 12 janvier
1794 : VP/4/189), on entrevoit le fond de l'impasse d'une anthropologie réductrice se voulant, par impossible,
conséquente : car qu'en est-il si ces meneuses ne sont elles-mêmes que des machines ?

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 44 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 45 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

*54* Et précisément, songeons à Carrier, bientôt acculé à rendre des comptes 259. Car si « rien ne
260
dépend de nous », si l'homme n'est qu'une horloge , une harpe où joue le vent, une serinette, un
261
clavecin , —références suggestives et courantes, chez les grands des Lumières,— s'il n'est qu'« un
instrument où le hasard a joué » 262, s'il n'est qu'une montre qui sonne, Voltaire, allusivement, le dit de lui-
263
même, et il s'inquiète : « Mon timbre commence à être un peu fêlé » ; alors, la fameuse (et possible)
apostrophe de Carrier, le bourreau traqué, à ses faux frères de la Convention : « Même la clochette du
264
président dans cette salle est coupable » , oui, soudain, ne prendrait-elle donc pas, cette poignante
apostrophe, une densité inattendue ? Tant il est évident que c'est avoir glissé sur une pente insolite, qu'en
être à inculper des « instruments passifs ». Et parmi ceux qui le chargent, précisément : l'un de ses ex-
confrères en répression, son collègue Lequinio, lui qui, dans son récent ouvrage, établissait avec sérieux
que l'homme n'est pas fait pour penser 265, que penser fait violence à la nature de l'homme, que celui-ci est
une machine 266, et qui, parlant des religieux contemplatifs, évoquait, très notablement ici, « ces machines
monastiques qui tour à tour dînaient, chantaient, s'agenouillaient, dormaient et s'engraissaient — au son
d'une cloche, autre machine insensible comme eux, quoiqu'elle eût, comme eux, quelques mouvements »
267
. Qui donc jugera qu'un tel propos, sous une telle plume, ne confère pas phosphorescence particulière,

259
Voir la très éclairante étude de J. -M. Carbasse, citée supra, note 37.
260
« Rien ne dépend de nous. Nous sommes des horloges, des machines » (à Mme du Deffand, 2 juillet 1754, Voltaire,
Correspondance, t. 4, p. 201).
261
P. ex. d'Holbach, Système de la Nature, t. 1, p. 150 ; Helvétius, Correspondance générale..., t. 1, p. 7 ; Diderot, Entretien
entre d'Alembert et Diderot (rédigé en 1769), Paris, 1965, p. 48-51.
262
Formule par laquelle Mme de Staël, réprobatrice, résume ce type d'anthropologie : De l'Allemagne (1810), 2 vol., Paris,
1968, t. 2, p. 100.
263
Voltaire, Correspondance, t. 9, p. 792, lettre du 22 février 1769 à Mme du Deffand.
264
« Aurait-il dit » : cité par Br. Baczko, Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, 1989, p. 239. Autre
formulation dans Chassin, VP/4/617.
265
Lequinio, Les Préjugés détruits, 1792, notamment p. 9 s., où il répond négativement à la « question préliminaire » : «
L'homme est-il fait pour penser ? », et p. 68 (« la triste et bien incogitante humanité »), 92, 97. Une telle position est bien
moins aberrante qu'on ne pourrait le croire dans le contexte des Lumières. Que l'on songe au sauvage de Rousseau, dont la
béatitude implique un très modeste quotient intellectuel. Que l'on songe à Voltaire, qui répète que « les êtres pensants »
sont en nombre minime. D'Holbach en dit autant : la « raison », chez les hommes, est denrée rarissime. Or, avec ces trois
auteurs, ne « couvre »-t-on pas bien les principales « sensibilités » des Lumières ? Cf notre Nature humaine et Révolution
française..., op. cit., p. 103-107.
266
Ibid., p. ex. p. 178 (« les hommes ne sont que de vraies machines ») et p. 272 (où il explique comment, dans les assemblées,
on force « aux applaudissements un grand nombre de machines qui battent sans savoir... »).
267
Ibid., p. 10.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 45 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 46 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

et doctrinale, à l'anecdote de la clochette du président 268 ?

*55* L'homme-sonnette de Carrier... L'homme-machine des philosophes... Quel est donc son
moteur ? L'égoïsme, sans exception. Unanime conviction des Lumières, qui place donc le calcul d'intérêt
au principe aussi du pacte social, puis à celui de l'harmonie civique. Ce qui, accessoirement, élucide le
mystère des droits de l'homme et du citoyen. Car si ceux-ci, par hypothèse, ne peuvent être les attributs
d'une nature humaine objectivement inexistante, il faut bien qu'ils soient autre chose. Que seront-ils donc
alors, sinon la projection collective de ce à quoi subjectivement aspire chaque égoïsme individuel ? «
Pourquoi, interrogeait Rousseau, la volonté générale est-elle toujours droite, et pourquoi tous veulent-ils
constamment le bonheur de chacun d'eux, si ce n'est parce qu'il n'y a personne qui ne s'approprie ce mot
269
chacun, et qui ne songe à lui-même en votant pour tous » ? C'est dire assez que pour goûter les
avantages, il faut entrer dans ce concert : ce que refusent, à l'évidence, les Vendéens. Collot d'Herbois est
applaudi, et c'est normal, lorsqu'il proclame à l'assemblée que « les droits de l'homme ne sont pas faits
270
pour les contre-révolutionnaires, mais seulement pour les sans-culottes » . En profondeur, et comme
bientôt la femme pour les auteurs du Code civil, ce dont les rebelles au bonheur se révèlent du fait même
incapables, c'est de l'égoïsme rationnel si précieusement régulateur de la machine individuelle, et donc de
271
la machine sociale . C'est chez eux une déviance, dont l'évidence, qu'on se le dise, ne saurait être
qu'amplifiée par les effusions répétées de clémence des généraux catholiques.

*56* Il importe, en effet, de saisir qu'à l'aune de l'anthropologie du temps, cette clémence est
272
démence, elle est pure anormalité. « Grâce aux prisonniers ! » Cette manie d'indulgence , qui à vue
humaine ne dessert que trop la cause et le parti des magnanimes, et dans laquelle, en conséquence, un

268
Mme de Staël, suggérant lucidement les méfaits de cette anthropologie mécaniste dans l'inspiration du système
napoléonien, comparera aussi, dans une superbe page, les « agents » du despote aux rouages et marteaux « insensibles »
d'un hôtel des monnaies (Dix Années d'Exil, op. cit., p. 35).
269
C. S., L. II, ch. 4, p. 373 (mot souligné dans le texte), phrase précédée de celle-ci : « Les engagemens qui nous lient au corps
social ne sont obligatoires que parce qu'ils sont mutuels, et leur nature est telle qu'en les remplissant on ne peut travailler
pour autrui sans travailler aussi pour soi ».
270
18 septembre 1793: AP/1/74/384/1.
271
N'effleurons qu'à peine cette question, pourtant centrale à cette époque, de l'égoïsme souverain, en indiquant seulement
qu'à un égoïsme éventuellement « vil », « sombre », anti-social, les réformateurs ambitionnent de substituer un égoïsme «
social », généreux (sic ; Robespierre le dit), celui qui doit inspirer à chacun le calcul, puis le réflexe, de se bien conduire envers
les autres dans son propre intérêt. Ce thème, plus ou moins négateur, expressément ou non, de l'hypothèse de la gratuité (et
d'un même jet, de tout libre-arbitre) dans les comportements humains, nous semble un belvédère de choix pour la saisie
profonde de la Révolution et des décennies qui l'englobent.
272
Rappellera-t-on la charge (mortellement) péjorative qui par ailleurs affecte ce mot dans le vocabulaire politique en 1794 ?

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 46 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 47 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

273
historien actuel incline à voir surtout la « preuve d'une grande rigidité mentale » , cette manie
d'indulgence crie donc précisément l'antisociale perversité des idéaux pour quoi se bat « la horde
274
abominable des pieux catholiques » , dont l'évêque exilé s'inquiétait, quant à lui, de « sauver le
275
mobilier » . Antisociale, en quoi ? En ce que l'universalité (pléonastique) du catholicisme est une
menace virtuelle pour la cimentation, donc la pérennité, d'une République utopiquement tétanisée
sur sa propre perfection, et pour laquelle, en conséquence, « c'est l'indulgence qui est féroce, puisqu'elle
menace la Patrie » 276.

277
*57* Les « blancs » voudraient, affirment-ils, « le bonheur de l'humanité » . Funeste option,
dans le tumulte d'un paroxysme rousseauiste 278 ! Doit-on citer Jean-Jacques encore ? « Le patriotisme et
279
l'humanité sont (...) deux vertus incompatibles dans leur énergie » ; aussi bien, disait-il dans Émile,
280
faut-il « opter entre faire un homme ou un citoyen : car on ne peut faire à la fois l'un et l'autre » . (Ce
qui, depuis longtemps, aurait pu davantage attirer l'attention de tous ceux qu'intéresse le thème des «
droits de l'homme et du citoyen ».) Il est notable qu'Helvétius, qui incarne pourtant l'autre pôle des
Lumières, ne s'exprime pas différemment, il juge que « la passion du patriotisme », en elle-même
281
ardemment désirable, est « absolument exclusive de l'amour universel » . Barère le dira donc aussi : «
Le sentiment de l'humanité s'évapore et s'affaiblit en s'étendant à toute la terre. L'ami de l'univers ne
282
connut jamais le délicieux sentiment de l'amour de la patrie » . C'est en poussant à la limite une telle
283
logique que Saint-Just avait pu même préconiser l'inceste .

273
A. Gérard, op. cit., p. 175 ; conduite « moralement sublime », concède-t-il, mais « militairement désastreuse » (p. 174).
Certes.
274
D'un rapport au Comité révolutionnaire de Saumur, 3 nivôse an II, 23 décembre 1793: Chassin, VP/3/431.
275
D'Italie, l'évêque de Luçon, Mgr de Mercy écrivait en effet à son vicaire général, le 1er juin 1793 : « J'ai espéré longtemps
que je pourrais sauver le mobilier que j'ai laissé à Paris et celui que j'ai à Luçon. Cela devait être (...), mais les troubles de la
Vendée ont nui à ma cause, quoique je n'y sois pour rien » (Marie-Charles-Isidore de Mercy, évêque de Luçon en Vendée,
Lettres d'Émigration, 1790-1802, éd. par Louis Delhommeau, introd. Thierry Heckmann, La Roche-sur-Yon, 1993, p. 133-134).
276
Ainsi parle Saint-Just, dans un rapport au nom des comités de salut public et de sûreté générale, 11 germinal an II, 31 mars
1794 AP/1/87/638/1.
277
Cité par A. Gérard, op. cit., p. 191.
278
Elle fut meurtrière aussi, comme on le sait, pour quelques athées demeurés trop indiscrètement, trop universellement,
fraternitaires, et, comme Anacharsis Cloots, guillotinés pour cette raison.
279
Rousseau, Lettres écrites de la Montagne (1763-1764), première lettre, dans Oeuvres complètes, t. 3, op. cit., p. 706, note.
280
Rousseau, Émile, ou de l'Éducation (1762), L. I (13e al.), dans Oeuvres complètes, t. 4, Paris, 1969, p. 248.
281
Helvétius, De l'Esprit (1758), rééd. Paris, 1988, p. 220-221.
282
Cité par M. Ozouf, L'homme régénéré, Paris, 1989, p. 176.
283
Ibid., p. 173.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 47 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 48 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

*58* On pressent mieux, sur ces propos, l'inconvénient civique d'un christianisme objet de
contresens, et le danger d'en brandir les enseignes à la portée de patriotes effervescents. Le christianisme,
énonce Rousseau, en dépit d'indéniables vertus sociales, « complique les mouvements de la machine » 284,
il présente le danger d'« inspir[er] l'humanité plutôt que le patriotisme », et très précisément tend « à
former des hommes plutôt que des citoyens » 285. Le voilà donc incompatible avec la citoyenneté pure et
dure 286, et posant les chrétiens en étrangers dans la cité totalitaire mystiquement, mystérieusement libre.
Ils n'y pourront avoir de droits du citoyen, et nous le savons déjà. Mais nullement davantage ils n'y
pourront arguer de leur qualité d'hommes, et là est la surprise. Il faut ici ouvrir l'Émile, qui porte entre
autres une lourde phrase, relativement à notre affaire : « Tout patriote est dur aux étrangers. Ils ne sont
qu'hommes, ils ne sont rien à ses yeux » 287.

288
*59* Ils ne sont qu'hommes... Ils ne sont rien... , disait Rousseau , la référence, croit-on
savoir, des Jacobins. Et voilà donc nos insurgés, et leurs « femelles », et leurs portées, en passe de
recouvrer visage humain, mais à titre dépréciatif, d'une manière qui ne viendra pas leur valoir des droits,
mais appellera sur eux la dureté salubre des patriotes. « Les hommes ne sont rien, la patrie seule est tout »,
confirmera d'en haut le comité suprême, à l'intention de l'Ouest, fin décembre 1793 289. « Les individus ne
sont rien pour moi », professait localement Carrier 290, qui répétait, si l'on en croit un officier républicain :
« Rien n'est plus beau que de savoir sacrifier tous les sentiments humains à la vengeance nationale ! ... »
291
. « [U]n homme n'est rien, la République est tout », disaient à Nantes aussi ses collègues de la
Convention Hentz et Prieur. Etc. 292. « Un homme n'est rien, comparé à l'espèce humaine ; un criminel est
encore moins que rien », enseignait le savant des Lumières Maupertuis, c'était pour justifier la suggestion

284
Rousseau, Lettres... de la Montagne, loc. cit., p. 705.
285
Ibid., p. 706. Thématique analogue chez Marat, Les chaînes de l'esclavage, op. cit., p. 164-166.
286
Aussi est-il logique que dans un tabernacle on substitue, aux « ridicules et imbéciles mystères », « un exemplaire in-8° des
droits de l'homme et de l'Acte constitutionnel » (Rapport de Lequinio et Laignelot, brumaire an II, novembre 1793 :
AP/1/78/357/1).
287
Rousseau, Émile, loc. cit., L. I (14e al.), p. 248. Il enchaîne : « Cet inconvénient est inévitable, mais il est foible. L'essentiel
est d'être bon aux gens avec qui l'on vit » (p. 248-249).
288
Lequel écrit, conséquemment, à propos des Anglais, dans Julie, ou la Nouvelle Héloïse : « Ils sont durs, il est vrai (...). Je
trouve beau qu'ils ne soient qu'Anglois, puisqu'ils n'ont pas besoin d'être hommes » (IIe partie, Lettre IX, Paris, 1988, p. 192,
note).
289
9 nivôse an II, 29 décembre 1793: Chassin, VP/4/101.
290
Début décembre 1793: Chassin, VP/3/448.
291
Chassin, VP/3/493.
292
HVM/1/244. Allusion à d'autres notations analogues dans A. Gérard, op. cit., p. 274.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 48 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 49 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

293
de disséquer le cerveau d'un homme vivant . Sans la patrie, notait de son côté Rousseau, l'homme n'est
plus rien, « et s'il n'est pas mort, il est pis » 294 ; c'est assez clair : tuer l'incivique aura valeur d'euthanasie.
Bref, n'assurons pas trop vite, en conséquence, que les exterminateurs auraient perdu en route « leurs
repères moraux », quand au contraire il apparaît qu'ils les annoncent et qu'ils s'y tiennent.

*60* Ils ne sont qu'hommes, ils ne sont rien, apprenons-nous ainsi de source autorisée. Il est
295
encore trop d'« hommes humains », déplorera, sur le vif, un stratège de la République . Un flottement,
disions-nous, de la notion d'humanité, de son contenu, de son critère. La turbulence est même sévère. Eût-
on cru qu'elle pût l'être à ce point ? Depuis le Don Juan de Molière (1665) provoquant le scandale en ne
faisant l'aumône que « pour l'amour de l'humanité » 296, non sans l'aval public du roi très catholique qui va
297
placidement codifier l'esclavage , jusqu'à l'ex-constituant Regnaud de Saint-Jean-d'Angély, restaurant
sereinement l'esclavage « au nom de la sainte humanité » (1802), devant trois cents politiciens placides
298
, cuits et recuits comme lui en de certes douteux bouillons philanthropiques, en passant par nos « sans-
culottes, toujours dirigés par l'amour de l'humanité », selon Robespierre 299, ou par cette « sainte humanité
» encore, dont un Barère, précisément, décrète sans barguigner que l'état de guerre « détruit jusqu'aux
300
premiers droits » , il s'est visiblement produit, dans les esprits, certains tassements de quelque
conséquence axiologique, lesquels ne retiennent pas en proportion l'intérêt des savants, et contribuent
pourtant à éclairer, supposerait-on, des dossiers comme celui qu'ici nous explorons.

*61* S'agissant de Rousseau, le thème de l'homme voudrait ici trop d'analyse encore, et des
compétences dont il est patent qu'elles nous font défaut. Redisons simplement qu'à ses yeux, la vraie
dignité d'homme, perdue en même temps que la somnolence, en fait tout animale, des origines —puisque
301
l'homme bon de la nature était « un animal stupide et borné » , et que « l'homme qui médite est un

293
Maupertuis, Lettre sur le progrès des sciences, 1 vol. in-8 °, sans lieu, 1752, p. 84. L'auteur est président de l'Académie de
Berlin.
294
Rousseau, Considérations sur le gouvernement de la Pologne, op. cit., t. 3, p. 966.
295
C'est cela qui, selon le général Rossignol, entrave la destruction de « tout ce qui attente à la liberté », dont le recours
souhaité aux moyens chimiques (pendant la « virée de galerne » : Chassin, VP/3/277 et 278, note).
296
Acte III, scène II.
297
Le fameux Code Noir est de 1685.
298
Au Corps législatif du Consulat, le 30 floréal an X, 20 mai 1802 : AP/2/3/754/2.
299
Aux Jacobins, le 8 mai 1793: référence de la note 113.
300
Dans le discours même du 1er octobre 1793 où il répète obsessionnellement : « Détruisez la Vendée » (AP/1/75/425/2).
301
C. S., L. I, ch. 8, p. 364. Que ces deux qualificatifs soient dénués d'intention péjorative, un fait le confirmerait au besoin :
ce sont eux que Rousseau emploiera pour caractériser la femme de sa vie, Thérèse Levasseur, « si stupide », « si bornée »
(mais plus lucide que moi, ajoute-t-il en substance) : Rousseau, Les Confessions (1782), rééd. Paris, 1980, p. 390.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 49 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 50 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

animal dépravé » 302,— cette dignité ne saurait plus être première, elle ressortit depuis lors à l'avenir, elle
demeure à forger comme seconde, seconde par rapport à l'état de citoyen. Et c'est donc en ce sens que les
citoyens parfaits, façon Lacédémone, peuvent être dits par lui « des êtres au-dessus de l'humanité », de
303
par, entre eux, une cohésion drastique artificiellement obtenue . Car c'est le masque civique, martelé
par les forgerons de l'anthropologie sociale, qui donnera aux humains leur dignité nouvelle et définitive.

*62* Et si une telle entreprise risque d'impliquer un sérieux remodelage de la glaise humaine,
n'oublions pas qu'une page très drue de l'utopique Contrat Social y vient pourvoir, en ce qu'elle en
fait tranquillement tâche au législateur : « Celui qui ose entreprendre d'instituer un peuple doit se sentir en
état de changer, pour ainsi dire, la nature humaine ; de transformer chaque individu (...) ; d'altérer la
304
constitution de l'homme pour la renforcer » . Les bonnes institutions sociales, confirme l'Émile, sont
305
celles qui « savent le mieux dénaturer l'homme » , aux fins, évidemment, de le socialiser. Les
humanoïdes de l'ancienne France « ne sont pas véritablement hommes », cette fois, ce n'est pas Rousseau
306
qui l'énonce, c'est un physiocrate, Le Mercier de la Rivière, qui lui aussi appelle une dénaturation .
Dans cette situation d'attente, qui avait la disgrâce d'unir « les vices de l'état social aux abus de l'état de
nature », Jean-Jacques n'avait-il pas écrit que « nous ne sommes ni hommes ni citoyens » 307 ? Or telle est
visiblement la situation dont refusent de sortir les récalcitrants des départements de l'Ouest. Pas plus de
droits de l'homme, en conséquence, que de droits du citoyen, à qui décline si grossièrement, si
sauvagement, les modèles imposés de ces deux qualités.

*63* Dénaturer l'homme... Téméraire aventure, et d'autant plus que, par fiction, elle se couvrira
de la volonté générale, et que pour valablement s'en targuer, concède un Rousseau très accommodant, il
308
pourra suffire, au gouvernement, d'être « bien intentionné » . On voit le champ qui s'ouvre alors aux
frénésies rénovatrices et refondantes. Ce que veut « le peuple français », et tout aussi bien ce qu'il ne veut
pas, Fouché, parce que ses intentions sont bonnes, l'imagine et l'exprime avec autorité, retour de Nantes,
en mai 1793: « Le peuple français ne veut pas plus d'une demi-instruction que d'une demi-liberté ; il veut

302
Rousseau, Discours sur (...) l'origine de l'inégalité... (1755), op. cit., p. 138.
303
Rousseau, Considérations sur le gouvernement de Pologne..., op. cit., t. 3, p. 957.
304
C. S., L. II, ch. 7, p. 381. La première version du Contrat porte « mutile » au lieu d'« altérer ».
305
Rousseau, Émile, L. I, 15e al., op. cit., t. 4, p. 249.
306
Le Mercier de la Rivière, L'ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 1767, cité par M. Ozouf, L'Homme régénéré,
Paris, 1989, p. 42.
307
Rousseau, première version d'Émile, loc. cit., t. 4, p. 57.
308
Rousseau, Discours sur l'Économie politique (1755), op. cit., t. 3, p. 251 ; « car les chefs savent assez que la
volonté générale est toujours pour le parti le plus favorable à l'intérêt public, (...) de sorte qu'il ne faut qu'être juste
pour s'assurer de suivre la volonté générale ».

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 50 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 51 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

être régénéré tout entier, comme un être récemment sorti des mains de la nature » 309. C'est donc en votre
nom que l'on vous régénère, et s'il vous en déplaît, cela prouve, tout bonnement, votre non-inclusion dans
« le peuple français » 310. « [J]’ai peut-être eu toujours tort », fait écrire Rousseau à M. de Wolmar, « mais
311
mon intention a toujours été pure » . « Si je me trompe, c'est de bonne foi », fait-il dire au vicaire
312
savoyard ; « cela suffit pour que mon erreur ne me soit point imputée à crime » . Les erreurs, disait
iréniquement son ami Bernardin de Saint-Pierre, « l'homme pur n'en a point de dangereuses à craindre »
313
. Moyennant quoi, l'on eut beaucoup d'« hommes purs », sous la Révolution. La simple « volonté de
bien faire », énoncera Robespierre, suffit à justifier le franchissement de ces « bornes du possible et de
314
l'impossible » que pose ordinairement « l'imagination » . Tout cela est beaucoup dire, et l'on pressent
qu'aux non-dociles, la protection s'annonce bien plus riche en hasards qu'en droits de l'homme. « Tout est
permis pour ceux qui agissent dans le sens de la Révolution », Collot d'Herbois n'exprime ici qu'un lieu
315
commun . « Tout devient légitime et même vertueux pour le salut public », enseignait lui aussi
316
Helvétius , et chacun peut traduire : légitime et vertueux pour ceux qui penseront l'incarner. Et c'est
sans peine que l'on devine que le vivier des citations regorge ici de formes vives et argentées.

*64* « On a beaucoup insisté, dit un auteur actuel, sur le fait que, dans l'esprit des
révolutionnaires les plus fervents, il suffit de se prévaloir de la pureté de ses intentions pour n'avoir à se
317
justifier d'aucun crime » . Sans doute, et il ne faut pas les en accabler. Ils n'étaient en cela que fidèles
héritiers de la pensée du siècle. Cette logique disculpante, n'allons pas croire qu'ils l'auraient sécrétée pour
justifier leurs actes, car il est évident qu'elle leur préexistait, et leur comportement, dans une large mesure,
en est le fruit normal et la révélation. Saisissons par exemple au vol une formulation du général Turreau.
Subvenir « aux besoins des soldats que je commande », écrit-il au Comité de Salut public en décembre
1793, c'est-à-dire quasiment à la veille de lancer les colonnes infernales, c'est les mettre, dit-il, « à portée

309
Fouché, « Réflexions sur l'Instruction publique », dans J. Guillaume, éd., Procès-verbaux du Comité d'Instruction publique,
t. 1, Paris, 1891, Appendice II, p. 616.
310
Même déduction a contrario, p. ex., à partir de la citation de Durand-Maillane expliquant hardiment ce qu'a voulu « le
peuple français », cf supra, appel de la note 10.
311
Rousseau, La Nouvelle Héloïse (1761), op. cit., p. 702.
312
Rousseau, Émile (1752), op. cit., p. 345 ; et p. 373 : « Toute la moralité de nos actions est dans le jugement que nous en
portons nous-mêmes. »
313
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie (1787), Lausanne, 1961, p. 125.
314
13 août 1793 : AP/1/72/126/1.
315
À Lyon, le 16 novembre 1793 : cité par J. -M. Carbasse dans sa contribution au Colloque La Vendée dans l'Histoire, op. cit.,
p. 350.
316
Helvétius, De l'Esprit (1758), citation dans sa Correspondance générale..., t. 3, Toronto et Oxford, 1991, p. 322-323.
317
A. Gérard, op. cit., p. 274.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 51 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 52 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

318
de seconder la pureté de mes intentions » . L'homme pur ne craint point d'erreurs graves : une telle
idée, redisons-le, ne vient pas d'un brûlot politique, mais du très innocent Paul et Virginie 319. Bref, entre
320
donc l'effusion des bonnes intentions, qu'enhardissait sans réticence la conscience « d'être juste » , et
par exemple la campagne de désinfection du bocage par les équipes de Turreau, nul écran, c'est trop clair,
d'on ne saurait quels droits de l'homme, au profit des victimes, mais le droit-transition soit d'être refondu
pour son propre bonheur, soit d'être anéanti pour le bonheur commun. Tel nous paraît l'esprit, et presque
telle nous semblerait la lettre même de la Déclaration des Droits de 1793, porteuse du « droit » extrême
que nous connaissons bien, et dont le bénéfice n'est pas donné à tous, d'être « à l'instant mis à mort par les
hommes libres » 321. Nous ne prétendons pas qu'il faille incriminer les principes (quelle autorité aurions-
nous pour cela ?), mais il est clair que ne pas le faire, c'est s'interdire de s'affliger du résultat.

*65* Et sans doute en vient-on à saisir (n'est-ce pas ici le fond du problème ?) qu'en se donnant
toute apparence de décliner objectivement la citoyenneté républicaine, les insurgés de nos contrées ne
pouvaient simultanément se replier sur la qualité d'homme à dessein de chausser des droits que seule, par
hypothèse, vient conférer la dignité pleinement civique, à l'être bien socialisé. Tant il nous semble vrai
que cette « individualiste » Révolution se donne en fait surtout, pour cause finale, d'« établir la suprématie
322
du citoyen sur l'individu » . Peut-être a-t-on coutume de noter insuffisamment le caractère très
restrictif, si l'on y songe, de l'article 122 de la première Constitution de la République : « La Constitution
garantit à tous les Français (...) la jouissance de tous les Droits de l'homme ». A contrario, elle ne saurait
la garantir à ceux que leur comportement signale, nous l'avons amplement observé, comme spécialement
323
« indignes du nom français » , puisque c'étaient ipso facto les mêmes qui se révélaient « indignes du
324
nom d'hommes » , à savoir, cette fois-ci, d'hommes enfin rédimés, transfigurés, pertinemment
dénaturés, par l'accès consenti sans réserve à la citoyenneté républicaine. C'est dire qu'en s'invétérant
dans l'infra-civique, les insurgés ont la disgrâce de s'invétérer par là même dans ce qui est devenu, depuis
la sortie de l'éden sauvage, une forme d'infra-humain, ce stade, à tout le moins, où l'on n'est qu'homme, où
l'on n'est rien encore, que puissent venir couvrir des droits. Et c'est bien en ce sens que l'« infracteur du
pacte », en ce qu'« il n'est plus membre de l'État », perd la qualité de « personne morale », dit Rousseau, à

318
Turreau en Vendée. Mémoires et Correspondance présentés et commentés par M. Chatry, éd. du Choletais, 1992, p. 291
(Angers, 19 décembre 1793).
319
Cf supra, appel de la note 312.
320
Cf la citation de la note 307.
321
Cf. supra, paragraphes *11* à *13*.
322
J. Bouineau, Les Toges du Pouvoir, ou la Révolution de Droit antique, Toulouse, 1986, p. 205.
323
Barère, à propos de la horde rebelle d'outre-Loire, 5 novembre 1793 : AP/1/78/403/1.
324
Collot d'Herbois, relativement aux contre-révolutionnaires en général, 18 septembre 1793 : AP/1/74/368/2 et 382/2.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 52 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 53 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 II ]. L'insurgé vendéen est-il un être humain ?

savoir celle de titulaire d'une dignité protégée, cet ennemi n'est donc rien, « c'est un homme, et c'est alors
que le droit de la guerre est de tuer le vaincu » 325. Si, comme dit Robespierre, « les révolutions sont faites
326
pour établir les droits de l'homme » , il est plus qu'évident qu'on ne peut logiquement se couvrir de
ceux-ci pour s'en prendre à celles-là.

325
C. S., L. II, ch. 5, p. 377. Cela contribuerait à éclairer, voire « légitimer », le fait que l'entreprise de destruction méthodique
du pays vendéen commence après la défaite militaire des rebelles à Savenay.
326
AP/1/62/707/1, 19 avril 1793.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 53 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 54 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 Conclusion

Conclusion

*66* « Droits naturels de l'homme » ? L'expression de 1789 et 1793, surtout d'inspiration


lockienne, était donc finalement ambiguë, comme d'une part très propre, assurément, à s'amalgamer des
réminiscences chrétiennes (d'où, depuis lors, certain confusionnisme tenace), d'autre part comme tendant
par elle-même à faire insensiblement oublier (sans en abolir très clairement les effets) que,
philosophiquement, tout homme n'est très forcément homme, avec tout ce que cela implique (et dès la
conception) qu'à des regards exempts d'idéalisme philosophique, disons, pour simplifier : aux yeux
seulement de la philosophia perennis, alors précisément disqualifiée, comme lamentablement
obscurantiste, par les porte-lumière de l'esprit du siècle, et d'ailleurs aussi bien ignorée, déjà, de tant
d'hommes d'Église. « Tout jusqu'à l'humanité est dans l'homme une acquisition », ne craint pas d'avancer
Helvétius 327. La chose est assez claire, et il est évident qu'aux yeux de Rousseau lui-même, l'éducation de
l'enfant, modèle réduit de la socialisation des peuples, tient du processus d'hominisation, puisque dans son
jeune âge « l'humanité lui est presque étrangère » 328.

*67* D'où quelques pénibles malentendus, et qui tendraient à perdurer, s'agissant de droits de
l'homme, et de Lumières, et de Révolution. Le réformateur Saint-Simon estimera sous peu que si cette
dernière, aspirant aux « droits de l'homme », s'est de la sorte fourvoyée dans les « désirs vagues et

327
Helvétius, De l'Homme, cité dans sa Correspondance générale..., t. 3, p. 322/2.
328
Rousseau, Émile, L. III, op. cit., t. 4, p. 453.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 54 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 55 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 Conclusion

indéfinis d'un bien imaginaire », « la cause en est que les esprits (...) étaient déshabitués des droits du
329
citoyen », visiblement les seuls qui comptent à son avis . N'était-il pas effectivement bien plus
conforme à la logique interne de la Révolution, en ce qu'elle héritait des Lumières, et spécialement en ce
qu'elle eut de rousseauiste, d'en venir à tendre à la formule, beaucoup plus circonspecte, « droits de
l'homme en société » ? Présente dans le projet de Barère dès 1793, et d'ailleurs expressément votée le 10
330
mai , avant de s'effacer du paysage, celle-ci sera décidément consacrée, à la lumière de l'expérience,
dans la Déclaration de l'an III, au premier article des Droits 331. Entre-temps déjà, le 14 avril 1794, lorsque
avaient été voués au Panthéon non les « débris impurs », mais les « restes précieux » de Jean-Jacques
Rousseau, ce qui n'était que juste après ce que l'on sait, ce dont le président de la Convention avait
précisément fait gloire au disparu, c'était bien d'« avoir éclairé l'univers », non point, comme à l'occasion
l'on croirait, sur les droits naturels de l'homme, mais, beaucoup plus restrictivement, « sur les droits
politiques de l'homme en société », ceux mêmes qu'objectivement étaient censés avoir maudits les
étranges forcenés du bocage 332. Réellement donc, tout bien pesé, soupesé, retourné, l'on voit très mal en
quoi la logique révolutionnaire aurait pu s'estimer tenue de leur en concéder le bénéfice.

329
Saint-Simon, L'Industrie, ou Discussions politiques morales et philosophiques... (mai 1817), op. cit., p. 170.
330
AP/1/64/434/2 : « On demande qu'après ces mots : les Droits de l'homme, on ajoute ceux-ci : en société. Adopté » (mots
soulignés dans le texte).
331
« Les droits de l'homme en société sont la liberté, l'égalité, la sûreté, la propriété. »
332
AP/1/88/581/2. Et c'est d'ailleurs un spécialiste en répression de l'insurrection de l'Ouest, Lequinio, qui ce jour-là s'empresse
de relever la proposition.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 55 de 56
Auteur : Xavier MARTIN Page 56 de 56
Livre : Sur les droits de l’homme et la Vendée – édition : 7 octobre 1995 4e de couverture

4e de couverture

L'idée n'est pas si rare, qu'en martyrisant la Vendée, la Révolution aurait méconnu ses propres principes,
et spécialement bafoué ses propres « droits l'homme et du citoyen ». Or la chose mérite examen. Pour se
prévaloir de tels droits, encore eût-il fallu que les exterminés pussent justifier de la qualité d'homme et/ou
de citoyen. L'insurgé vendéen est-il un citoyen ? Selon l'idée que peuvent s'en faire les artisans de la
République, certainement non. L'insurgé vendéen est-il un être humain ? Question certes paradoxale.
Qu'il ne soit pas illégitime de sérieusement se la poser n'est sans doute pas, de cet ouvrage, la moindre des
révélations.

XAVIER MARTIN, historien du droit, est Professeur des Universités. Il enseigne notamment l'histoire de
la pensée politique et la philosophie du droit à la Faculté de Droit, d'Économie et des Sciences sociales
d'Angers. Il a publié une vingtaine d'études tenues pour novatrices, en France et à l'étranger, sur les
soubassements idéologiques de la Révolution française et du Code civil de 1804.

MARTIN Xavier_Sur les droits de l'homme et la Vendée_2014-03-06_Par.docx Texte vérifié par rapport au texte du livre original par CoGl Page 56 de 56