Vous êtes sur la page 1sur 2

. Qu’est-ce que la faute du point de vue pédagogique?

La faute dans l’apprentissage d’une langue étrangère est un phénomène


fonctionnel.

2. Quel est le rôle des fautes dans l’apprentissage du français? Seraient-elles


désirables ou pas?

Les fautes ne sont pas le signe d’un échec, mais d’un processus en cours. Les
fautes sont souhaitables, dans la mesure où elles prouvent que l’expression des
apprenants est en train de se perfectionner par l’usage. Elles expriment une
pensée authentique et ne s’efforcent pas de reproduire des automatismes déjà
acquis. Un élève qui travaille produit forcément des fautes, il n’y a que les «
absents » qui ne font jamais de fautes.

3. Est-ce que la structure mentale de l’enfant est identique à celle de


l’adulte?

Non, les possibilités de compréhension de l’enfant changent continuellement


pendant la scolarité. Ce n’est pas uniquement une différence de
fonctionnement, on peut parler même de différences structurales entre
l’enfant et l’adulte.

4. Peut-on établir une périodisation dans l’évolution intellectuelle de


l’enfant?

Oui. La première période est sensori-motrice ou pratique, instinctive et


réflexive, elle précède l’acquisition du langage (de 0 à 2 ans). Entre 2 et 6 ans
apparaissent les premiers besoins intellectuels (stade de l’intelligence
intuitive). Après c’est le stade des opérations intellectuelles concrètes (de 6 à
12 ans). Vers la fin de cette période, l’enfant peut raisonner. La troisième
période, entre 13 et 18 ans l’élève raisonne, il a déjà des opinions et des
sentiments moraux, sa mémoire est formée, ses intérêts sont guidés par la
nécessité de s’encadrer dans la vie sociale.

5. Quelle est l’âge optimal pour commencer l’étude d’une langue étrangère?

L’âge optimal pour commencer l’étude d’une langue étrangère est celui de
l’intelligence intuitive (2 à 6 ans).

6. Quels sont les facteurs qui influent sur le vocabulaire de l’enfant pendant
la période préscolaire?

Le vocabulaire de l’enfant dépend largement du degré de culture de son milieu


familial et social.

7. Est-ce qu’il y a une liaison réelle entre l’intelligence de l’enfant et sa


réussite en orthographe?

La pratique a démontré qu’il n’y a pas de parallélisme entre l’intelligence de


l’enfant et sa réussite en orthographe. Dans de nombreux cas cette corrélation
est absolument inexistante. Par contre, l’orthographe d’un élève est fonction
de son degré d’attention.

8. Enumérez quelques causes possibles de l’échec en orthographe:

- la difficulté de l’enfant à reproduire une cadence rythmée;


- la rapidité des mouvements qu’exige l’écriture;
- l’absence (totale ou partielle) de mémoire visuelle;
- l’impossibilité de se créer une représentation mentale du mot.

9. Est-ce que la grammaire peut être enseignée à n’importe quel âge de


l’enfant?

Avant un certain âge de développement intellectuel, on ne peut prétendre que


les enfants aient un raisonnement grammatical, mais l’orthographe d’usage
peut être formée dès le premier degré d’étude de la langue.

Vous aimerez peut-être aussi