Vous êtes sur la page 1sur 2

Mise en œuvre des enseignements de spécialités en terminale STMG- R 2020

Eléments de contexte de la rénovation :

- le parcours des bacheliers STMG montre que le choix de l’actuel enseignement de spécialité de
terminale STMG n’est pas déterminant pour l’orientation dans l’enseignement supérieur ;

- Il n’y a pas de spécialisation à l’université en cycle Licence, celle-ci n’intervient qu’en master ;

- le fait d’offrir un enseignement commun à tous les élèves de terminale leur permet d’élargir leur
connaissance de la variété des pratiques de gestion et notamment de renforcer leur pratique dans
l’analyse de données quantitatives. Ceci répond à une demande formulée par les acteurs de
l’enseignement supérieur pour mieux faire réussir les bacheliers STMG dans des poursuites d’études
diversifiées, notamment en IUT.

L’enseignement de Management, sciences de gestion et numérique :

10 heures en terminale – logique 60% tronc commun /40% enseignement spécifique (cf. annexe 2 de
l’arrêté du 19 juillet 2019, BO spécial n°8 du 25 juillet 2019).

La rénovation, à la lecture des programmes, ne constitue pas en apparence une forte rupture avec
STMG 2013. C’est sa mise en œuvre décloisonnée qui doit permettre aux élèves de mieux comprendre
le fonctionnement des organisations en lien avec leur environnement.

Les services d’enseignement sont à déterminer en construisant préalablement un projet didactique et


pédagogique de la série STMG, propre au contexte de chaque établissement, aux compétences des
enseignants mais dans une logique de plus grande polyvalence de ces derniers.

L’objectif est d’amener les élèves à se questionner sur les organisations en intégrant
systématiquement les 3 grands thèmes (l’activité de production des organisations- les acteurs des
organisations- les organisations et la société) sans maintenir un cloisonnement artificiel entre valences
Il s’agit à partir de ce programme d’accompagner les élèves dans une découverte qui questionne, quel
que soit le thème ou la question de gestion posée, de façon transversale, le fonctionnement et les
pratiques des organisations en lien avec les différents champs des sciences de gestion : managérial,
gestion des ressources humaines, gestion-finance, mercatique et gestion du système d’information.

Ce travail ne peut être conçu qu’en équipe, dans une logique collective.

Le programme de Management, sciences de gestion et numérique est construit de telle manière qu’il
permet à plusieurs enseignants de travailler ensemble, d’articuler leurs progressions pour couvrir tant
la partie commune que les parties spécifiques du programme. La partie commune devenant aussi «
commune » aux enseignants.

Toute répartition strictement étanche, non seulement entre partie commune et partie spécifique mais
aussi à l’intérieur de la partie commune, serait préjudiciable à la qualité des apprentissages des élèves
car elle les priverait d’une grille de questionnement des organisations intégrant systématiquement les
3 grands thèmes (production ; acteurs ; société)

Les simulations proposées lors des journées de l’inspection avaient vocation à faire prendre conscience
de la nécessité d’anticiper la construction des progressions puis des répartitions pour la rentrée 2020.
Elles ne constituent en aucun cas des préconisations ou modèles puisque certaines simulations avaient
pour unique vocation de mettre en évidence les défauts de la répartition de service simulée envisagées
par certaines équipes. Ce ne sont donc pas des exemples à suivre.
Ces tableaux permettront simplement de simuler un choix d'équipe pour faciliter les échanges une fois
les progressions possibles établies et les définitions d’épreuves connues.

Les freins

La réflexion doit être entamée alors que nous ne disposons pas encore de textes officiels sur les
attendus des épreuves. Il est nécessaire d’intégrer le calendrier général du bac session 2021 sans en
faire le point d’entrée unique. Considérer l’épreuve écrite de mars comme une balise stoppant le
traitement de la partie commune en assurant ensuite exclusivement les parties spécifiques n’est pas
la piste à privilégier. De même, faire dépendre d’une personne l’enseignement spécifique et le reporter
après les épreuves de spécialité de mars est excessivement dangereux en cas d’absence de
l’enseignant. Ce découpage pourrait suggérer l’idée que les enseignements spécifiques sont absents
des apprentissages des élèves jusqu’à mars, alors qu’ils irriguent l’enseignement commun.

Enfin c’est bien l’ensemble du programme de Management, sciences de gestion et numérique et aussi
celui de Droit-économie qui continuera de nourrir les projets et les questionnements associés, à
valoriser lors du grand oral.

Axes de travail possibles

 Identifier les acteurs pour la prise en charge de MSDG&N et des enseignements spécifiques
sans se limiter à une possibilité unique.
 Identifier par thèmes et questions
· Les professeurs qui peuvent prendre en charge l’enseignement car il leur faut
accepter de traiter des thèmes/problématiques qui débordent leur spécialité pour
les amener à envisager une autre professionnalité en économie et gestion ;
· Leur demander pour chaque question
 De définir, au-delà des notions à traiter, les compétences et capacités
mobilisées puis d’estimer le temps de travail nécessaire.
 De définir les articulations/entre questions – amont et aval, identifier les
prérequis nécessaires à la construction des progressions envisagées en
utilisant, par exemple, les actuels repères pour la formation comme guide
méthodologique possible.
 Anticiper les prolongements envisageables en ETLV, qui seront étudiés avec le
collègue de LVE.
 Le document conçu par l’inspection est tout à fait modifiable, et les
enseignants sont encouragés à se l’approprier (notamment en dupliquant si
nécessaire les menus « Capacités à construire »).
 Construire les progressions possibles pour l’établissement
 Formuler des propositions de répartition d’heures en effectif plein et réduit au regard des
effectifs concernés par enseignement spécifique et des choix pédagogiques opérés.
 Ajuster les choix en fonction de la publication des textes des épreuves du bac
 Envisager la répartition entre enseignants seulement une fois les étapes précédentes réalisées.