Vous êtes sur la page 1sur 65

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

PROJET DE CAHIER DES CHARGES AYANT POUR OBJET


CONFORTEMENT ET REHABILITATION DES FAÇADES DE L’UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA
TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE - USTHB

APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT


AVEC EXIGENCE DE CAPACITES MINIMALES
N° /2020

2020
SOMMAIRE

I-CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES...............................................................................................5


ARTICLE 01 : OBJET DU CAHIER DES CHARGES----------------------------------------------------------------------------------------------- 5
ARTICLE 02 : CONSISTANCE DES TRAVAUX---------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
ARTICLE 03 : ELIGIBILITE DES CANDIDATS----------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
ARTICLE 04 : MODE DE PASSATION :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
ARTICLE 05 : DEFINITION DES TERMES UTILISESDANS LE CAHIER DES CHARGES-------------------------------------------5
ARTICLE 06 : VISITE DU SITE-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
ARTICLE 07 : PUBLICATION DE L'AVIS D'APPEL D'OFFRES-------------------------------------------------------------------------------6
ARTICLE 08 : RETRAIT DES CAHIERS DE CHARGES------------------------------------------------------------------------------------------ 6
ARTICLE 09 : DEMANDE D'ECLAIRCISSEMENT------------------------------------------------------------------------------------------------ 6
ARTICLE 10 : MODIFICATION DU CAHIER DES CHARGES---------------------------------------------------------------------------------6
ARTICLE 11 : DUREE DE PREPARARTION DES OFFRES-------------------------------------------------------------------------------------6
ARTICLE 12 : DUREE DE VALIDITE DES OFFRES----------------------------------------------------------------------------------------------- 6
ARTICLE 13 : CONTENU DU DOSSIER DE SOUMISSION-------------------------------------------------------------------------------------6
ARTICLE 14 : FORME DE L’OFFRE------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 7
ARTICLE 15 : DATE ET HEURE LIMITE DE DEPOT DES OFFRES--------------------------------------------------------------------------7
ARTICLE 16 : MODIFICATION ET RETRAIT DES OFFRES---------------------------------------------------------------------------------8
ARTICLE 17 : OUVERTURE DES PLIS-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8
ARTICLE 18 : EVALUATION DES OFFRES------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8
ARTICLE 19 : CRITERES D’ELIMINATION------------------------------------------------------------------------------------------------------- 9
ARTICLE 20 : CRITERES D'EVALUATION (SYSTEME DE NOTATION) :--------------------------------------------------------------9
ARTICLE 21 : CORRECTION DES ERREURS------------------------------------------------------------------------------------------------------ 11
ARTICLE 22 : CAS DE L’INFRUCTUOSITE DE L’APPEL D’OFFRES---------------------------------------------------------------------11
ARTICLE 23 : CAS D’ANNULATION DE L’APPEL D’OFFRES.-----------------------------------------------------------------------------11
ARTICLE 24 : PUBLICATION DE L'AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE-------------------------------------------------------------11
ARTICLE 25 : MODALITÉS DE RECOURS------------------------------------------------------------------------------------------------------ 11
ARTICLE 26 : DESISTEMENT :------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 11
ARTICLE 27 : CLAUSE DE PRINCIPE------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 12
ARTICLE 28 : MARGE DE PREFERENCE-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 12
ARTICLE 29 : EXCLUSION DE LA PARTICIPATION AUX MARCHES PUBLICS :----------------------------------------------12
II-CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES.......................................................................................................................13
LETTRE DE SOUMISSION..............................................................................................................................................................14
DECLARATION A SOUSCRIRE.....................................................................................................................................................16
DECLARATION DE PROBITE........................................................................................................................................................19
DECLARATION DE CANDIDATURE............................................................................................................................................21
ARTICLE 01 : OBJET DU MARCHE------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
ARTICLE 02 : MODE DE PASSATION--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
ARTICLE 03 : PIECES CONTRACTUELLES :------------------------------------------------------------------------------------------------------ 24
ARTICLE 04 : CONSISTANCE DES TRAVAUX--------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
ARTICLE 05 : MODE D’EVALUATION DES TRAVAUX--------------------------------------------------------------------------------------24
ARTICLE 06 : DEFINITION DES PRIX--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
ARTICLE 07 : MONTANT DU MARCHE------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 24
ARTICLE 08 : DELAI D’EXECUTION DES TRAVAUX----------------------------------------------------------------------------------------- 25
ARTICLE 09 : PENALITES DE RETARD------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 25
ARTICLE 10 : CAS DE FORCE MAJEURE---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 25
ARTICLE 11 : FOURNITURE DES MATERIAUX ET PRODUITS FABRIQUES---------------------------------------------------------25
ARTICLE 12 : ORIGINE DES MATERIAUX-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 25
ARTICLE 13 : PRESCRIPTIONS GENERALES---------------------------------------------------------------------------------------------------- 25
ARTICLE 14 : REPERE DE NIVELLEMENT-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 26
ARTICLE 15 : CONSTATATION DES METRES--------------------------------------------------------------------------------------------------- 26
ARTICLE 16 : ATTACHEMENT DES TRAVAUX------------------------------------------------------------------------------------------------- 26
ARTICLE 17 : ORDRE DE SERVICE------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 26
ARTICLE 18 : DELAI DE CONSTATATION, DE MANDATEMENT ET INTERETS MORATOIRES-----------------------------26
ARTICLE 19 : DROITS DE TIMBRE ET D’ENREGISTREMENT.----------------------------------------------------------------------------26
ARTICLE 20 : INSTALLATION PROVISOIRE DU CHANTIER-------------------------------------------------------------------------------26
ARTICLE 21 : INSTALLATION ET ORGANISATION DU CHANTIER--------------------------------------------------------------------27
ARTICLE 22 : CALENDRIER D’AVANCEMENT DES TRAVAUX--------------------------------------------------------------------------27
ARTICLE 23 : RESPECT DU CALENDRIER-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 27

2
ARTICLE 24 : RESPONSABILITE DU COCONTRACTANT EN CE QUI CONCERNE LES DEGATS, LES GENES CAUSES
AUX TIERS ET LES MESURES D’ORDRE ET DE SECURITE-----------------------------------------------------------27
ARTICLE 25 : VICES DE CONSTRUCTION-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 27
ARTICLE 26 : PRESENCE DU COCONTRACTANT SUR CHANTIER---------------------------------------------------------------------27
ARTICLE 27 : AVANCES--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 27
ARTICLE 28 : CAUTION DE BONNE EXECUTION---------------------------------------------------------------------------------------------- 28
ARTICLE 29 : CAUTION DE GARANTIE----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 28
ARTICLE 30 : RESTITUTION DE LA CAUTION DE GARANTIE---------------------------------------------------------------------------28
ARTICLE 31 : ENTREE EN VIGUEUR DU MARCHE.--------------------------------------------------------------------------------------28
ARTICLE 32 : TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES-------------------------------------------------------------------------------------------------- 28
ARTICLE 33 : AVENANT--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 28
ARTICLE 34 : SOUS-TRAITANCE--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 29
ARTICLE 35 : OBLIGATION DU COCONTRACTANT------------------------------------------------------------------------------------------ 29
ARTICLE 36 : CONTROLE TECHNIQUE DES TRAVAUX------------------------------------------------------------------------------------29
ARTICLE 37 : ENCADREMENT DU CHANTIER------------------------------------------------------------------------------------------------- 29
ARTICLE 38 : SUIVI DES TRAVAUX ET CAHIER DU CHANTIER------------------------------------------------------------------------29
ARTICLE 39 : SIGNALISATION DU CHANTIER------------------------------------------------------------------------------------------------- 29
ARTICLE 40 : PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT--------------------------------------------------------------------------------------- 29
ARTICLE 41 : PAIEMENT DES TRAVAUX--------------------------------------------------------------------------------------------------------- 29
ARTICLE 42 : NANTISSEMENT------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 29
ARTICLE 43 : ELECTION DOMICILE DU COCONTRACTANT-----------------------------------------------------------------------------29
ARTICLE 44 : DOMICILIATION BANCAIRE DU COCONTRACTANT-------------------------------------------------------------------30
ARTICLE 45 : RESILIATION DU MARCHE-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 30
ARTICLE 46 : MODALITES DE PAIEMENT-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 30
ARTICLE 47 : QUALIFICATION DU PARTENAIRE COCONTRACTANT----------------------------------------------------------------30
ARTICLE 48 : REGLEMENT DES LITIGES--------------------------------------------------------------------------------------------------------- 30
ARTICLE 49 : ASSURANCES OBLIGATOIRES--------------------------------------------------------------------------------------------------- 30
ARTICLE 50 : CONDITIONS DE RECEPTION DES OUVRAGES----------------------------------------------------------------------------31
ARTICLE 51 : DUREE DE VALIDITE DES OFFRES--------------------------------------------------------------------------------------------- 31
ARTICLE 52 : APPROVISIONNEMENT DU CHANTIER--------------------------------------------------------------------------------------- 31
ARTICLE 53 : PROPRETE DU CHANTIER---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 32
ARTICLE 54 : EVACUATION DES GRAVATS A LA DECHARGE PUBLIQUE :-------------------------------------------------------32
ARTICLE 55 : RESPECT DE LA LEGISLATION DE TRAVAIL------------------------------------------------------------------------------32
ARTICLE 56 : UTILISATION DE LA MAIN D’ŒUVRE LOCALE---------------------------------------------------------------------------32
ARTICLE 57 : RESPECT DES DELAIS ET CADENCES DES TRAVAUX-----------------------------------------------------------------32
ARTICLE 58 : RESPONSABILITE DU COCONTRACTANT SUR LA QUALITE DES TRAVAUX--------------------------------32
ARTICLE 59 : EDITION DU MARCHE--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 32
ARTICLE 60 : ENTREE EN VIGUEUR---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 32
ARTICLE 61 : TEXTES GENERAUX------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 32
IV- CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES................................................................................................................34
CHAPITRE I : ...................................................................................................................................................................................34
DEFINITION DE L'OPERATION – REGLEMENTATIONS-------------------------------------------------------------------------------------34
SPECIFICATIONS ET PRESCRIPTIONS GENERALES----------------------------------------------------------------------------------------- 35
PRODUITS PRETS A L’EMPLOI----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 37
REGLEMENTATIONS------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 38
REGLES DE SECURITE----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 41
CHAPITRE II ...................................................................................................................................................................................42
SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TRAITEMENT DE LA CORROSION-------------------------------------------------------------42
GENERALITES----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 42
OBLIGATION DE L’ENTREPRENEUR--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 42
MISE EN ŒUVRE------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 43
CHAPITRE III ...................................................................................................................................................................................44
SPECIFICATIONS TECHNIQUES DES BETONS-------------------------------------------------------------------------------------------------- 44
GENERALITES----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 44
TRAVAUX DE DEMOLITION--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 44
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX------------------------------------------------------------------------44
MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 47
ESSAIS ET CONTROLE----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 48
FABRICATION----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 49
MISE EN PLACE DES ARMATURES----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 50

3
LES COFFRAGES------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 50
V-ANNEXE........................................................................................................................................................................................52
BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES...........................................................................................................................................52
DEVIS QUANTITATIF ESTIMATIF...............................................................................................................................................53
RECAPITULATION GENERALE....................................................................................................................................................54
ATTESTATION DE VISITE.............................................................................................................................................................55
MODELE DE DECLARATION DE SOUS-TRAITANT.................................................................................................................56
MEMOIRE TECHNIQUE..................................................................................................................................................................59

4
I-CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES

ARTICLE 01 : OBJET DU CAHIER DES CHARGES

Le présent cahier des charges a pour objet l’exécution du Projet : « Confortement et Réhabilitation des façades de l’Université des
Sciences et de la Technologie Houari Boumediene - USTHB ».

ARTICLE 02 : CONSISTANCE DES TRAVAUX


Il s’agit de la réalisation des travaux suivants :

1. Traitement de la corrosion des façades et autres éléments structuraux.


2. Traitement des salissures.
3. Traitement esthétique et de protection du béton de façades.

Les travaux seront exécutés conformément au cahier des prescriptions techniques, du bordereau des prix unitaires et du détail
quantitatif et estimatif du présent cahier des charges.

ARTICLE 03 : ELIGIBILITE DES CANDIDATS


Les soumissionnaires admis à concourir sont ceux dont les capacités répondent aux critères sous cités :

1. Référence professionnelle minimale : Qualifié en bâtiment, de catégorie III ou plus, ayant réalisé au moins un (01) projet
similaire à l’objet du présent marché (confortement, réhabilitation ou restauration), durant les cinq dernières années qui
précède l’année de soumission, justifié par une attestation de bonne exécution délivrée par le maître de l’ouvrage
concerné.
2. Capacité financière : Un chiffre d’affaire cumulé supérieur ou égale 250.000.000,00 DA durant les trois dernières années,
précédant l’année de lancement du présent appel d’offres, justifié par les trois derniers bilans financiers dûment visé par
les services des impôts.

3. Moyen matériel :
▪Matériel pour travaux de démolition et piquage du béton ;
▪Echafaudage et Etais : type multidirectionnel à emboîtement ;
▪Matériel pour travaux de projection du béton.
▪Matériel de levage : treuil électrique de charge utile 500 kg minimum
Justifié par des factures d’achats, contrat(s) de location ou contrat(s) de leasing.

ARTICLE 04 : MODE DE PASSATION :

Le présent cahier des charges est passé selon la procédure d’appel d’offre ouvert avec exigence de capacité minimale
conformément aux dispositions des articles 39, 40, 42, 43 et 44 du décret présidentiel n°15-247 du 16/09/2015, portant
réglementation des marchés publics et des délégations du service public.

ARTICLE 05 : DEFINITION DES TERMES UTILISESDANS LE CAHIER DES CHARGES

Le service contractant : désigne le maître de l’ouvrage.


Le soumissionnaire : désigne l’entreprise ou groupement d’entreprises qui a présenté une offre en vue d’exécuter les travaux,
objet du cahier des charges.
Le partenaire cocontractant : désigne l’entreprise ou le groupement d’entreprises qui a été retenue en vue de contracter le marché,
objet de l’avis d’appel d’offres.
Le marché : désigne le contrat passé entre le service contractant et le partenaire cocontractant et se définit par les clauses et
conditions auxquelles les deux parties adhèrent pleinement en vue de l’exécution des travaux, objet de l’appel d’offres.

ARTICLE 06 : VISITE DU SITE

Il est recommandé aux candidats de visiter et d'examiner les lieux des travaux et ses environs, de prendre connaissance du dossier
d'exécution et de réunir sous leur propre responsabilité tous les renseignements qui pourraient leur être nécessaires pour préparer
leurs offres et prendre un engagement contractuel. Les dépenses résultant de cette visite seront à leur charge. La visite sera
sanctionnée par procès-verbal cosigné par le service contractant, selon le modèle joint en annexe.
Les travaux seront réalisés en site occupé, aussi l’entreprise devra prévoir son intervention en fonction de cette contrainte. Le
planning qu’elle proposera devra assurer une continuité de l’occupation des lieux. L'entrepreneur devra se rapprocher des
responsables du site afin d'obtenir toutes les autorisations nécessaires à l'accès du chantier, pour son personnel.

5
ARTICLE 07 : PUBLICATION DE L'AVIS D'APPEL D'OFFRES

L'avis d'appel d'offres est rédigé en langue arabe et en langue française. Il est publié obligatoirement dans le bulletin officiel des
marchés de l’opérateur public (BOMOP) et, au moins, dans deux quotidiens nationaux, diffusés au niveau national et ce
conformément aux dispositions des articles 61 et 65 du décret présidentiel n° 15-247 du 16/09/2015, portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public.

ARTICLE 08 : RETRAIT DES CAHIERS DE CHARGES

Les entreprises intéressées peuvent retirer le cahier des charges auprès des services du Vice Rectorat chargé du Développement,
de la Prospective et de l’Orientation (Service Contrats et Marchés) contre le paiement par mandat carte de la somme de 2000 DA,
au compte CCP 320017/76 de l’USTHB.

ARTICLE 09 : DEMANDE D'ECLAIRCISSEMENT

Tout soumissionnaire désirant obtenir des éclaircissements au sujet du présent cahier des charges et documents du présent appel
d'offres est tenu d’adresser une demande au service contractant par tous moyens écrits dans un délai de quinze (15) jours à
compter de la 1ère publication de l’avis d’appel d’offres dans le BOMOP ou la presse.
La réponse qui lui est notifiée par le service contractant est en même temps notifiée à l'ensemble des candidats qui ont retiré le
cahier des charges, au plus tard sept (07) jours avant la date de dépôt des offres.

ARTICLE 10 : MODIFICATION DU CAHIER DES CHARGES

Le service contractant peut avant la fin de la durée de préparation des offres apporter des modifications ou des compléments au
dossier d'appel d'offres et cela à son initiative ou en réponse à une demande d'éclaircissement.
Le service contractant doit notifier ces modifications ou compléments éventuels par le biais d'un additif approuvé par la
commission des marchés qui sera transmis par écrit à tous les candidats au plus tard dans les sept (07) jours avant la date de dépôt
des offres. Ces éventuelles modifications sont opposables à tous les candidats afin de leur donner le temps nécessaire pour
procéder aux changements éventuels.
Le service contractant peut, quand les circonstances le justifient, proroger la durée de préparation des offres. Dans ce cas, il en
informe les candidats par tout moyen, conformément aux dispositions de l’article 66 alinéa 02 du décret présidentiel n°15-247 du
16 septembre 2015, portant réglementation des marchés publics et des délégations de service public.

ARTICLE 11 : DUREE DE PREPARARTION DES OFFRES

La durée de préparation des offres est fixée à soixante (60) jours, à compter de la date de la 1ère publication de l’avis d’appel
d’offres dans le BOMOP ou la presse.
Si ce jour coïncide avec un jour férié ou un jour de repos légal, la durée de préparation des offres est prorogée jusqu’au jour
ouvrable suivant et ce conformément aux dispositions de l’article 66 du décret présidentiel n°15-247 du 16 septembre 2015,
portant réglementation des marchés publics et des délégations de service public.

ARTICLE 12 : DUREE DE VALIDITE DES OFFRES

En application des dispositions de l’article 98 du décret présidentiel n°15-247 du 15 Septembre 2015, portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public, la durée de validité des offres correspond à la durée de préparation des offres
augmentée de 03 mois.

ARTICLE 13 : CONTENU DU DOSSIER DE SOUMISSION

En application des dispositions de l’article 67 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015, portant réglementation des
marchés publics et des délégations de service public, les offres doivent comporter un dossier de candidature, une offre technique
et une offre financière.

Le dossier de candidature contient :

1. La déclaration de candidature selon modèle ci-joint dûment renseignée, signée et datée par le soumissionnaire ;
2. La déclaration de probité selon modèle ci-joint dûment renseignée, signée et datée par le soumissionnaire
3. Le statut particulier de/des entreprise(s) soumissionnaire(s) ;
4. Les documents relatifs aux pouvoirs habilitant la(les) personne(s) à engager l’entreprise ;
5. Le certificat de qualification et de classification professionnelle à la catégorie III ou plus en cours de validité à la date
d’ouverture des plis ;
6. Les bilans financiers des trois (03) dernières années consécutives précédant l’année du présent appel d’offres (actif,
passif et compte de résultat), certifiés par les services habilités des impôts ;
6
7. Les références bancaires : Attestation de solvabilité bancaire ou document équivalent ;
8. Les moyens humains et matériels, affectés au projet, avec les pièces justificatives, notamment : la copie lisible du
diplôme certifiée conforme à l’originale et la liste nominative du personnel appuyée par l’attestation d’affiliation et de la
déclaration auprès des organismes compétents en cours de validité ;carte jaune ou cartes grises avec police d’assurances
en cours de validité pour le matériel roulant ; et factures d’achat, contrat de location ou de leasing pour le matériel non
roulant en cours de validité.
9. Attestations de bonne exécution délivrées par les maîtres des ouvrages pour des projets similaires ou équivalents pendant
les cinq (05) dernières années précédant l’année de soumission,

L’offre technique contient :

1. Une déclaration à souscrire selon modèle ci-joint dûment renseignée, signée et datée par le soumissionnaire ;
2. Le présent cahier des charges paraphé, signé, dûment rempli, sans rature ni surcharge, daté avec la mention manuscrite
« lu et accepté ».
3. Tout document permettant d’évaluer l’offre technique : un mémoire technique justificatif, selon modèle joint en annexe,
appuyé de tout autre document exigé, en application des dispositions de l’article 78 du décret présidentiel n°15-247 du 15
Septembre 2015, portant réglementation des marchés publics et des délégations du service public.
4. Le planning d’exécution avec chemins critiques. Le soumissionnaire est tenu d’établir un planning d’exécution des
travaux en faisant ressortir ses moyens humains par catégorie professionnel, moyens matériel ainsi que les quantités des
matériaux nécessaires à l'approvisionnement constant du chantier.
5. Attestation de visite de chantier signée par le service contractant.
6. Un engagement pour le délai d’exécution

L’offre financière contient :

1. La lettre de soumission selon modèle ci-joint dûment renseignée, signée et datée par le soumissionnaire ;
2. Le bordereau des prix unitaires (BPU) dûment renseigné, signé et daté par le soumissionnaire.
3. Le détail quantitatif et estimatif (DQE) dûment renseigné, signé et daté par le soumissionnaire ;

NOTA : le dossier est à fournir en format papier et en format numérique sur CD (format PDF).
Toutes les copies des pièces fournies doivent être lisibles et en cours de validité .

ARTICLE 14 : FORME DE L’OFFRE

Le "dossier de candidature", "l’offre technique «et "l’offre financière «sont insérés dans des enveloppes séparées et cachetées, sur
ces dernières doivent être indiqués la dénomination de l’entreprise, la référence et l’objet de l’appel d’offres ainsi que la mention
« dossier de candidature », « offre technique » et « offre financière », selon le cas.
Ces enveloppes sont mises dans une autre enveloppe cachetée et anonyme, comportant la mention :
"A MONSIEUR LE RECTEUR
UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE.
BAB EZZOUAR, ALGER"
"APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT AVEC EXIGENCE DE CAPACITES MINIMALES N° …/2020
CONFORTEMENT ET REHABILITATION DES FAÇADES DE L’UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA
TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENES - USTHB "
A N’OUVRIR QUE PAR LA COMMISSION D’OUVERTURE DES PLIS ET D’EVALUATION DES OFFRES

Celle-ci doit parvenir au service contractant à la date et l’heure limite de dépôt des offres.
Si l’enveloppe extérieure n’est pas cachetée et marquée comme indiqué ci-dessus le service contractant ne sera en aucun cas
responsable lorsque l’offre est égarée ou qu’elle est ouverte prématurément.
Toute offre reçue par le service contractant après expiration de la durée de préparation des offres et l’heure de dépôt des offres,
sera écartée et/ou renvoyée au soumissionnaire sans que les enveloppes intérieures ne soient ouvertes.
Les offres doivent être adressées et déposées à l’adresse ci-après, le dernier jour du délai de préparation des offres, au plus tard à
12h00 :
A MONSIEUR LE RECTEUR
UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE.
BAB EZZOUAR, ALGER"

ARTICLE 15 : DATE ET HEURE LIMITE DE DEPOT DES OFFRES

Conformément aux dispositions de l’article 66 du décret présidentiel n°15-247du 16 septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics, la date et heure limite de dépôt des offres est fixée au dernier jour de la durée de préparation des offres, à 12h00.
Si ce jour coïncide avec un jour férié ou un jour de repos légal, la durée de préparation des offres est prorogée jusqu'au jour
7
ouvrable suivant à la même heure. Toutefois, le service contractant peut, s’il le juge utile, proroger la durée de préparation des
offres par publication dans la presse et le BOMOP d’un avis de prorogation de durée de préparation des offres.
ARTICLE 16 : MODIFICATION ET RETRAIT DES OFFRES

Aucune offre ne peut être modifiée ou retirée après son dépôt.

ARTICLE 17 : OUVERTURE DES PLIS

L’ouverture des plis est effectuée par la commission d’ouverture des plis et d’évaluation des offres instituée par les dispositions de
l’article 160 du décret présidentiel n° 15-247 du 16/9/2015, portant réglementation des marchés publics et des délégations de
service public.

Conformément aux dispositions de l’article 71 du décret présidentiel n° 15-247 du 16/9/2015, portant réglementation des marchés
publics et des délégations de service public, la commission d’ouverture des plis et d’évaluation des offres se réunira, pour
l'ouverture des dossiers de candidature , des offres techniques et des offres financières le dernier jour de la durée de préparation
des offres en présence des soumissionnaires préalablement informés dans l'avis d'appel d'offres, cette commission a pour mission :

a) Constater la régularité de l’enregistrement des offres ;


b) Dresser la liste des candidats ou soumissionnaires dans l’ordre d’arrivée des plis de leurs dossiers de candidature de leurs
offres, avec l’indication du contenu, des montants des propositions et des rabais éventuels ;
c) -Dresser la liste des pièces constitutives de chaque offre ;
d) -Parapher les documents des plis ouverts, qui ne sont pas concernés par la demande de complément ;
e) -Dresser, séance tenante, le procès-verbal signé par tous les membres présents de la commission, qui doit contenir les
réserves éventuelles formulées par les membres de la commission ;
f) -Inviter, le cas échéant, par écrit et par le biais du service contractant, les candidats ou les soumissionnaires à compléter
leurs offres techniques, dans un délai maximum de dix (10) jours à compter de la date d’ouverture des plis, sous peine de
rejet de leurs offres, par les documents manquants ou incomplets exigés, à l’exception du mémoire technique justificatif.
En tout état de cause (sont exclus de la demande de complément tous les documents émanant des soumissionnaires qui
servent à l’évaluation des offres ;)
g) -Proposer au service contractant, le cas échéant, dans le procès-verbal, de déclarer l’infructuosité de la procédure, dans
les conditions fixées à l’article 40 du décret suscité ;
h) -Restituer, par le biais du service contractant, aux opérateurs économiques concernés, le cas échéant, leurs plis non
ouverts, dans les conditions prévues par le décret visé ci-dessus.

ARTICLE 18 : EVALUATION DES OFFRES

Conformément aux dispositions de l’article 72 du décret présidentiel n° 15-247 du 16/9/2015 portant réglementation des marchés
publics et des délégations de service public, l’évaluation des offres est effectuée par la commission d’ouverture des plis et
d’évaluation des offres citée à l’article 13 ci-dessus dont les missions sont :

a) Éliminer les candidatures et les offres non conformes au contenu du cahier des charges, établi conformément aux
dispositions du présent décret et/ou à l’objet du marché (les plis techniques, financier et des prestations, le cas échéant,
relatifs aux candidatures rejetées ne sont pas ouverts)
b) Procéder à l’analyse des offres restantes en deux phases sur la base de critères et de la méthodologie prévus dans le
cahier des charges.
c) Etablir, dans une première phase, le classement technique des offres et éliminer les offres qui n’ont pas obtenues la note
minimale prévue dans le cahier des charges.
d) Examiner, en tenant compte, éventuellement, des rabais consentis dans leurs offres, dans une deuxième phase, les offres
financières des soumissionnaires préqualifiés techniquement.
e) Retenir, conformément au cahier des charges, l’offre économiquement la plus avantageuse, correspondant à l’offre qui
obtient la note totale la plus élevée.
f) Proposer au service contractant, le rejet de l'offre retenue, s'il est établi que certaines pratiques du
soumissionnaire concerné sont constitutives d'abus de position dominante du marché ou si elle fausserait, de toute
autre manière, la concurrence dans le secteur concerné.
g) Demander, par écrit, par le biais du service contractant, à l’opérateur économique retenu provisoirement dont l’offre
financière globale ou dont un ou plusieurs prix de son offre financière paraissent anormalement bas, par rapport à un
Référentiel des prix, les justificatifs et les précisions jugées utiles. Après avoir vérifié les justifications fournies, elle
propose au service contractant de rejeter cette offre si elle juge que la réponse du soumissionnaire n’est pas justifiée au
plan économique. Le service contractant rejette cette offre par décision motivée ;

8
h) Proposer au service contractant de rejeter l’offre financière de l’opérateur économique retenu provisoirement, jugée
excessive par rapport à un référentiel des prix. (Le service contractant rejette cette offre, par décision motivée.)
i) Restituer, sans être ouverts, par le biais du service contractant, les plis financiers correspondant aux candidatures ou aux
offres techniques éliminées, le cas échéant.

ARTICLE 19 : CRITERES D’ELIMINATION

1- Toute offre non conforme à la forme et au contenu du présent cahier des charges sera écartée de l’évaluation.
2- Toute offre non accompagnée du mémoire technique justificatif sera éliminé.

3- Les soumissionnaires ayant obtenu une note technique au-dessous de 40 points seront rejetées.

ARTICLE 20 : CRITERES D'EVALUATION (SYSTEME DE NOTATION) :

- Outre la conformité au dossier de l’appel d’offre, exigé dans le cahier de charges (forme et contenu), l’évaluation des
offres des entreprises, sera basé sur des critères d’évaluation et un système de notation des offres techniques, comme
indiqué ci-après :

1-PHASE ANALYSE TECHNIQUE :

L’offre technique est notée sur 70 points

- La note à attribuer sera basée sur la réponse de l’entreprise sur les points techniques et organisationnels cités dans le
cahier des charges
- Tous les engagements décrits dans le mémoire technique faisant partie intégrante du marché d’exécution. 
- Le service contractant se réserve le droit de prendre toutes les mesures coercitives en cas de non-respect des critères
précités pendant l’exécution du marché.

A) – NOTE TECHNIQUE

L’évaluation se selon les critères ci-après :

1. Expérience et Qualification du personnel 30 points


2. Les moyens matériels 10 points
3. Méthodologie d’exécution des travaux (planning et phasage des travaux) 15 points
4. Délai d’exécution 15 points

TOTAL 70 points

1 L'EXPERIENCE ET QUALIFICATION DU PERSONNEL

Le soumissionnaire devra présenter la copie lisible du diplôme certifiée conforme à l’originale et la liste nominative du personnel
appuyée par l’attestation d’affiliation et de la déclaration auprès des organismes compétents en cours de validité :

Architecte / Ingénieur en génie civil expérience > 10 ans 15 points


Architecte / Ingénieur en génie civil 5 ans < expérience <10 ans d'expérience 10 points
Architecte / Ingénieur en génie civil =5 ans d'expérience 05 points

Technicien supérieur / Métreur >10 ans d'expérience 10 points


Technicien supérieur / Métreur 5 ans< expérience <10 ans 05 points
Technicien supérieur / Métreur=5 ans 02 points

Conducteur des travaux > 10 ans d'expérience 05 points


Conducteur des travaux 5ans < expérience <10 ans d'expérience 02 points
Conducteur des travaux =5 ans d'expérience 01 points

TOTAL 20 points

9
2- LE MATERIEL ET EQUIPEMENT PREVUS POUR L’EXECUTION DU PROJET

Désignation du matériel Note


Propriétaire Leasing Loué
Matériel de levage : treuil électrique 02 pts 01pt 0,5 pt
de charge utile 500 kg minimum
Echafaudage et Etais : type 03 pts 02 pts 01 pt
multidirectionnel à emboitement
Matériel pour travaux de démolition 02pts 01 pt 0,5 pt
et piquage du béton
Matériel pour travaux de projection 03 pts 01 pt 0,5 pt
du béton

TOTAL 10 points

N.B. Le matériel doit être justifié par des factures d’achats, contrat(s) de location ou contrat(s) de leasing

3- METHODOLOGIE D’EXECUTION DES TRAVAUX

Le soumissionnaire est tenu de présenter le planning et le phasage des travaux avec chemin critique. Il est tenu d’établir un
planning d’exécution des travaux en faisant ressortir ses moyens humains par catégorie professionnel, moyens matériels ainsi que
les quantités des matériaux nécessaires à l'approvisionnement constant du chantier.

 Excellente : : 15 points.
 Satisfaisante : 10 points
 Moyenne : 05 points
 Insuffisante : 01 point

TOTAL 15 points

5- DELAIS D’EXECUTION

Il sera attribué au soumissionnaire, dont le délai de réalisation est le plus court la note complète, soit 10 points. La note des autres
offres est calculée à partir de la formule suivante :

Délai de l ' offre≤plus court


N= × 15
Délaide l' offre considérée

TOTAL 15 points

N.B : Les soumissionnaires ayant obtenu une note technique au-dessous de 40 points seront rejetées.

B-PHASE-ANALYSE FINANCIERE

L’offre financière est notée sur 30 points 30 Points

Après vérification et correction des erreurs, il sera attribué à l’offre financière la moins disante la note complète, soit 30 points, la
note des autres offres est déterminée selon la formule ci-dessous :

Offre moins disante


Autre offre= × 30 points
Offre considérée
10
La note finale est le résultat de la somme de la note technique et de la note financière. Le soumissionnaire, ayant obtenu la note
cumulée la plus élevée (note technique + note financière), sera retenu.

NB : En application des dispositions de l’article 72 du Décret Présidentiel N° 15-247 du 16 Septembre 2015 portant
réglementation des marchés publics et des délégations des marchés, si l’offre financière de l’opérateur économique, retenu
provisoirement paraît anormalement basse, le service contractant peut la rejeter, par décision motivée, après avoir demandé, par
écrit, les précisions qu’il juge utiles et vérifier les justifications fournies

ARTICLE 21 : CORRECTION DES ERREURS

Les offres qui ont été reconnues conformes au dossier d'appel d'offres, seront vérifiées par le service contractant pour en rectifier
les erreurs de calcul éventuelles.
Les erreurs seront corrigées de la façon suivante :
Lorsqu'il existe une différence entre le prix unitaire en chiffres et le prix unitaire en lettres, le prix unitaire en lettres fera foi.
Le montant figurant à la soumission, sera rectifié par le maître de l'ouvrage, conformément à la procédure décrite ci-dessus et avec
le consentement du soumissionnaire. Si le soumissionnaire n'accepte pas la correction ainsi effectuée, son offre sera rejetée.

ARTICLE 22 : CAS DE L’INFRUCTUOSITE DE L’APPEL D’OFFRES  

Conformément aux dispositions des articles 40 et 71 du Décret Présidentiel N° 15-247 du 16 Septembre 2015 portant
réglementation des marchés publics et délégations de service public, la commission d’ouverture des plis et d’évaluation des offres
propose au service contractant de déclarer l’infructuosité de l’appel d’offres lorsqu’aucune offre n’est déclarée conforme à l’objet
du marché et/ou au contenu du cahier des charges, ou lorsque le financement des besoins ne peut être assuré.

ARTICLE 23 : CAS D’ANNULATION DE L’APPEL D’OFFRES.

Le service contractant peut, pour des motifs d’intérêt général, pendant toute la phase de passation déclarer l’annulation de la
procédure et/ou l’attribution provisoire du marché. Les soumissionnaires ne peuvent prétendre à aucune indemnité dans le cas où
leurs offres n’ont pas été retenues ou si la procédure et/ou l’attribution provisoire du marché public a été annulée.

ARTICLE 24 : PUBLICATION DE L'AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE

En application des dispositions des articles 52 et 65 du décret présidentiel n°15 -247du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics et des délégations de service public, un avis d'attribution provisoire du marché est inséré dans les organes
d’information qui ont assuré la publication de l'avis d'appel d'offres lorsque cela est possible, en précisant, le prix, les délais de
réalisation et tous les éléments qui ont permis le choix de l’attributaire du marché.
Ne sont communiqués dans l’avis d’attribution provisoire du marché que les résultats de l’évaluation des offres techniques et
financières de l’attributaire provisoire du marché.
Pour les autres soumissionnaires, le service contractant est tenu d’inviter, dans le même avis, ceux d’entre eux qui sont intéressés,
à se rapprocher de ses services, au plus tard trois (03) jours à compter du premier jour de la publication de l’attribution provisoire
du marché, à prendre connaissance des résultats détaillés de leurs offres technique et financière.

ARTICLE 25 : MODALITÉS DE RECOURS

En application des dispositions de l’article 82 du Décret Présidentiel N° 15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations des marchés, le soumissionnaire qui conteste l’attribution provisoire d’un marché, son
annulation, la déclaration d’infructuosité ou l’annulation de la procédure dans le cadre du présent appel d’offres, peut introduire
un recours auprès de la Commission Sectorielle des Marchés Publics du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la
Recherche Scientifique sise :10, rue Doudou Mokhtar, Ben-Aknoun, Alger

Le recours est introduit dans les dix (10) jours à compter de la première publication de l’avis d’attribution provisoire du marché,
dans le bulletin officiel des marchés de l’opérateur public (BOMOP), la presse ou le portail des marchés publics.
Si le dixième jour coïncide avec un jour férié ou un jour de repos légal, la date limite pour introduire un recours est prorogée au
jour ouvrable suivant. Celle-ci donne un avis dans un délai de 15 jours, à compter de l'expiration du délai de dix (10) jours fixé ci-
dessus qui sera notifié au service contractant et au requérant.

Dans le cas de la déclaration d’infructuosité et de l’annulation de la procédure de passation du marché, ou de l’annulation de son
attribution provisoire, le service contractant doit informer par lettre recommandée avec accusé de réception, les soumissionnaires
ou candidats de ses décisions. Il est tenu d’inviter ceux d’entre eux qui souhaitent prendre connaissances de leurs motifs, à se
rapprocher de ses services, au plus tard trois (03) jours à compter de la date de réception de la terre précitée, pour leur
communiquer des résultats par écrit.

ARTICLE 26 : DESISTEMENT :

11
Si l’attributaire du marché public se désiste avant la notification du marché ou refuse d’accuser réception de la notification du
marché, le service contractant peut continuer l’évaluation des offres restantes, après avoir annulé l’attribution provisoire du
marché, dans le respect du principe du libre jeu de la concurrence, des exigences du choix de l’offre économiquement la plus
avantageuse et des dispositions de l’article 99 du décret présidentiel n°15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des
marché publics et des délégations de service public , L’offre du soumissionnaire qui se désiste du marché est maintenue dans le
classement des offres.

ARTICLE 27 : CLAUSE DE PRINCIPE

Toute clause insérée dans le présent cahier des charges et qui serait contraire à la réglementation en vigueur est nulle et de nul
d’effet.

ARTICLE 28 : MARGE DE PREFERENCE

En application de l’article 83 du décret présidentiel n°15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des marché publics et
des délégations de service public, une marge de préférence nationale d’un taux de 25 % est accordée aux entreprises de droit
algérien, dont le capital est détenu majoritairement par des nationaux résidents.
Dans le cas d’un groupement constitué d’entreprises de droit algérien (dont le capital est détenu majoritairement par des nationaux
résidents) et d’entreprises de droit algérien (dont le capital n’est pas détenu majoritairement par des nationaux résidents), le
bénéfice de la marge de préférence est subordonné à la justification des parts détenues par chacune des parties, en termes de tâches
à réaliser et montants correspondants.
En conséquence le montant de l’offre financière du membre du groupement (dont le capital n’est pas détenu majoritairement par
des nationaux résidents) sera, pour le calcul de la note financière, majoré de 25%.

ARTICLE 29 : EXCLUSION DE LA PARTICIPATION AUX MARCHES PUBLICS :

Sont exclus de la participation au présent appel d’offres, les opérateurs économiques visés à l’article 75, 93 et 94 du décret précité
et l’arrêté du ministre des Finances du 19 Décembre 2016, fixant les modalités d’exclusion de la participation aux marchés
publics :
- Qui ont refusé de compléter leurs offres ou se sont désistés de l’exécution d’un marché public avant l’expiration du délai
de validité des offres, dans les conditions prévues aux articles 71 et 74 du décret présidentiel n°15-247 du 16 septembre
2015, portant réglementation des marchés publics et des délégations de service public.
- Qui sont en état de faillite, de liquidation, de cessation d’activités, de règlement judiciaire ou de concordat ;
- Qui font l’objet d’une procédure de déclaration de faillite, de liquidation, de cessation d’activités, de règlement judiciaire
ou de concordat ;
- Qui ont fait l’objet d’un jugement ayant autorité de la chose jugée et constatant un délit affectant leur probité
professionnelle ;
- Qui ne sont pas en règle avec leurs obligations fiscales et parafiscales ;
- Qui ne justifient pas du dépôt légal de leurs comptes sociaux ;
- Qui ont fait une fausse déclaration ;
- Qui ont été inscrits sur la liste des entreprises défaillantes, après avoir fait l’objet de décisions de résiliation aux torts
exclusifs de leurs marchés, par des services contractants ;
- Qui ont été inscrits sur la liste des opérateurs économiques interdits de participer aux marchés publics, prévue à l’article
89 du décret présidentiel n°15-247 du 16 septembre 2015, portant réglementation des marchés publics et des délégations
de service public ;
- qui ont été inscrits au fichier national des fraudeurs, auteurs d’infractions graves aux législations et réglementations
fiscales, douanières et commerciales ;
- qui ont fait l’objet d’une condamnation pour infraction grave à la législation du travail et de la sécurité sociale ;

Le,…………………………………… le,…………………………..
LE PARTENAIRE COCONTRACTANT LE SERVICE CONTRACTANT

12
II-CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES

Marché n° /2020

Passé conformément aux dispositions du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des marchés
publics

Conclu :

Entre

L'UNIVERSITÉ DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI - BOUMEDIENE


Sise: B.P. 32 EL ALIA BAB-EZZOUAR ALGER, ALGERIE

Représentée par son Recteur le Pr Noureddine BENALI-CHERIF

Désigné ci-après par l'expression : « LE CONTRACTANT»

D'une part,
Et

L’entreprise : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Sise : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Représentée par son Directeur :
------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Désigné ci-après par l’expression :«LE COCONTRACTANT»

D’autre Part.

13
Il a été convenu et arrêter ce qui suit :
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

LETTRE DE SOUMISSION

1/Identification du service contractant :


◊Désignation du service contractant : Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene
◊Nom, prénom, qualité du signataire du marché public : Pr Noureddine BENALI-CHERIF

2/Présentation du soumissionnaire :
◊Désignation du soumissionnaire (reprendre la dénomination de la société telle que figurant dans la déclaration de candidature) :

■Soumissionnaire seul □ .
◊Dénomination de la société: ………………………………………………………………………………………………………..

■Soumissionnaire groupement momentané d’entreprises □


■Conjoint □ ou ■Solidaire □
▪Dénomination de chaque société :
1/………………………………………………………………………………………………………………………………………..
2/………………………………………………………………………………………………………………………………………..
3/………………………………………………………………………………………………………………………………………..
▪Dénomination du groupement:………………………………… …………………………………………………………………….

3/Objet de la lettre de soumission:


◊Objet du marché public : Confortement et réhabilitation des façades de l’Université des Sciences et de la Technologie
Houari Boumediene - USTHB, Wilaya(s) où seront exécutées les prestations, objet du marché public :USTHB Bab Ezzouar –
Alger

◊La présente lettre de soumission est présentée dans le cadre d’un marché public alloti:

■Non □
▪◊Dans l’affirmative:
ou ■Oui □
◊Préciser les numéros des lots ainsi que leurs intitulés:………………………………….….
………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
4/Engagement du soumissionnaire :

◊Le signataire s’engage, sur la base de son offre et pour son propre compte;
▪Dénomination de la société:………………………………………………………..………………………………………………….
▪Adresse du siège social : ……………………………………………………………………………………………………………
▪Forme juridique de la société : ……………………………………………………………………………………………………….
▪Montant du capital social :……………………………………………………………….....................................................................
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser) (barrer la
mention inutile) : ………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….....................................................................
▪Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché
public:………………… ……………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………….................................................................
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
◊Engage la société, sur la base de son offre;
▪Dénomination de la société: …………………………………………………………………………………………………………..
▪Adresse du siège social: ………………………………………………………………………………………………………………
▪Forme juridique de la société : ………………………………………………………………………………………………………
▪Montant du capital social :………………………………………………………………..................................................................... 14
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser) (barrer la
mention inutile) : ……………………………… ………………………………………………………………………………………
▪Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché
public:……………………………… …………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………..……………………………………….......
◊L’ensemble des membres du groupement s’engagent, sur la base de l’offre du groupement

▪Présentation des membres du groupement (chaque membre du groupement doit renseigner cette rubrique. Les autres membres du
groupement doivent remplir cette rubrique dans une feuille jointe en annexe, en donnant un numéro d’ordre à chaque membre):
▪Dénomination de la société:
…………………………………………………………………………………………………................
▪Adresse du siège social : ……………………………………………………………………………………………………………
▪Forme juridique de la société :………………………………………………………………………………………………………...
▪Montant du capital social :……………………………………………………….................................................................................
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser) (barrer la
mention inutile) : ……………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
▪Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché
public:………………………… ………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
◊Après avoir pris connaissance des pièces du projet de marché public et après avoir apprécié, à mon point de vue et sous ma
responsabilité, la nature et la difficulté des prestations à exécuter
▪Remets, revêtus de ma signature, un bordereau des prix et un détail estimatif, établis conformément aux cadres figurant au
dossier du projet de marché.
▪Me soumet et m’engage envers ……………………………………………………. (Indiquer le nom du service contractant) à
exécuter les prestations conformément aux conditions du cahier des prescriptions spéciales et moyennant la somme de:
………………………… …………………………………………………………………………………………………………...
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
(Indiquer le montant du marché public en dinars et, le cas échéant, en devises étrangères, en chiffres et en lettres, et en hors taxes
et en toutes taxes).
◊Imputation budgétaire:……………………………… ………………………………………………………………………..

◊Le service contractant se libère des sommes dues, par lui, en faisant donner crédit au compte bancaire n°…………….
…………………………………………………..auprès : ……………………………………….................................
Adresse:……………………………………………………………......................................................................................................

5/Signature de l’offre par le soumissionnaire :

Affirme, sous peine de résiliation de plein droit du marché public ou de sa mise en régie aux torts exclusifs de la société, que
ladite société ne tombe pas sous le coup des interdictions édictées par la législation et la réglementation en vigueur.

Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance n° 66-156 du 18 Safar 1386
correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-dessus sont exacts.

Nom, prénom et qualité du signataire Lieu et date de signature Signature

6/Décision du service contractant :


La présente offre est de : …………………………………………………………………………………………………………..

A…………………., le…………………………..

LE SERVICE CONTRACTANT:

15
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

DECLARATION A SOUSCRIRE

1/Identification du service contractant :


◊Désignation du service contractant : Université de la Science Et De La Technologie Houari Boumediene
◊Nom, prénom, qualité du signataire du marché public : le Pr Noureddine BENALI-CHERIF.

2/Présentation du soumissionnaire et désignation du mandataire, dans le cas d’un groupement


▪Désignation du soumissionnaire (reprendre la dénomination de la société telle que figurant dans la déclaration de candidature) :

■Soumissionnaire seul □ .
▪Dénomination de la société:…………………………………………………………………………………………………………

■Soumissionnaire groupement momentané d’entreprises □ .

■Conjoint □ ou ■Solidaire □
▪Dénomination de chaque société :
1/………………………………………………………………………………………………………………………………………..
2/………………………………………………………………………………………………………………………………………..
3/………………………………………………………………………………………………………………………………………..
4/………………………………………………………………………………………………………………………………………..
▪Dénomination du groupement :……………… ……………………………………………….
………………………………………
▪Désignation du mandataire :
Les membres du groupement désignent le mandataire suivant :…………………………………….....................................................

3/Objet de la déclaration à souscrire :


Objet du marché public : Confortement et réhabilitation des façades de l’Université des Sciences et de la Technologie
Houari Boumediene - USTHB, Wilaya(s) où seront exécutées les prestations, objet du marché public : USTHB Bab Ezzouar –
Alger

La présente déclaration à souscrire est présentée dans le cadre d’un marché public alloti :

■Non □
▪◊Dans l’affirmative :
ou ■Oui □ .

Préciser les numéros des lots ainsi que leurs intitulés:…………………………………….…………………………………………


………………………………………………………………………………………………………………………………………….
■offre de base

■variante(s) suivante(s) (décrire les variantes sans mentionner leurs montants): ……………………………………….....................
………………………………………………………………………………………………………………………………………….

■prix en option(s) suivant(s) (décrire les prestations, objet des prix en options, sans mentionner leurs montant…………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
4/Engagement du soumissionnaire :
◊Après avoir pris connaissance des pièces constitutives du marché public prévues dans le cahier des charges, et conformément à
leurs clauses et stipulations, le signataire s’engage, sur la base de son offre et pour son propre compte :

▪Dénomination de la société:……………………… …………………………………………………………………………………


▪Adresse du siège social : ……………………………………………………………………………………………………………..
▪Forme juridique de la société : ……………………………………………………………………………………………………….
▪Montant du capital social : ………………………………………………………………................................................................... 16
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers
ou autre (à préciser) (barrer la mention inutile) :…………………………………………....................................................................
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
▪Nom :………………………………………………………………………………………………………………………………….
▪Prénom :……………………………………………………………………………………………………………………………....
▪Nationalité………………………………………………………………………………………………………………………….....
Date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché public:
………………………….……………….....................................................................................................................................
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
◊Engage la société, sur la base de son offre ;
▪Dénomination de la société:………………………… ………………………………………………………………………………..
▪Adresse du siège social : ……………………………………………………………………………………………………………
▪Forme juridique de la société : ………………………………………………………………………………………………………..
▪Montant du capital social : ………………………………………………………………....................................................................
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser) (barrer la
mention inutile) :………………………………………….....................................................................................................................
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
▪Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché
public :………………………………… ………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
◊L’ensemble des membres du groupement s’engagent, sur la base de l’offre du groupement
Présentation des membres du groupement (chaque membre du groupement doit renseigner cette rubrique. Les autres membres du
groupement doivent remplir cette rubrique dans une feuille jointe en annexe, en donnant un numéro d’ordre à chaque membre) :
…..
▪Dénomination de la société:…………………………………………………………………………………………………………...
▪Adresse du siège social : ……………………………………………………………………………………………………………
▪Forme juridique de la société : ………………………………………………………………………………………………………..
▪Montant du capital social : ………………………………………………………………....................................................................
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers Ou autre (à préciser) (barrer la
mention inutile) :
…………………………………………......................................................................................................................
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
▪Nom,
▪Prénom,
▪Nationalité,
▪Date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché public :…………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
◊Dans le cas d’un groupement conjoint, préciser les prestations exécutées par chaque membre du groupement, en précisant le
numéro du lot ou des lots concerné(s), le cas échéant :

Désignation des membres Nature des prestations Montant HT des prestations

à livrer les fournitures demandées ou à exécuter les prestations demandées aux prix cités à la lettre de soumission prévue à
l’annexe IV du présent marché, et dans un délai de (en chiffres et en lettres)……………………………………, à compter de la
date d’entrée en vigueur du marché public, dans les conditions fixées dans le cahier des charges.
Le présent engagement me lie pour le délai de validité des offres.

5/Signature de l’offre par le soumissionnaire :


J’affirme, sous peine de résiliation de plein droit du marché public ou de sa mise en régie aux torts exclusifs de la société, que
ladite société ne tombe pas sous le coup des interdictions édictées par la législation et la réglementation en vigueur.

17
Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance n° 66-156 du 18 Safar 1386
correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-dessus sont exacts.

Nom, prénom et qualité du signataire Lieu et date de signature Signature

6/Décision du service contractant :


La présente offre est ………………………………………………………………….

A……………., le ……………………

LE SERVICE CONTRACTANT :

N.B :
Cocher les cases correspondant à votre choix.
Les cases correspondantes doivent obligatoirement être remplies.
En cas de groupement, présenter une seule déclaration.
En cas d’allotissement chaque lot doit faire l’objet d’une déclaration.
Pour chaque variante présenter une déclaration.
Pour les prix en option remplir une déclaration à part.
Lorsque le soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les rubriques spécifiques aux sociétés, aux entreprises individuelles

18
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

DECLARATION DE PROBITE

1/Identification du service contractant :


▪Désignation du service contractant : Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

2/Objet du marché public : Confortement et réhabilitation des façades de l’Université des Sciences et de la Technologie
Houari Boumediene - USTHB, Wilaya(s) où seront exécutées les prestations, objet du marché public : Bab Ezzouar – Alger

3/Présentation du candidat ou soumissionnaire :


▪Nom :
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
▪Prénom :……………………………………………………………………………………………………………………………….
▪Nationalité :……………………………………………………………………………………………………………………………
▪Date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché public:
……………………………………………………….…………………………………………………………………………

Agissant:

■En son nom et pour son compte □ .

■Au nom et pour le compte de la société qu’il représente □ .


▪Dénomination de la société:……………......……………………………….…………………………………………………………
▪Adresse de la société:……………………………………
…………………………………………………………………….............
▪Forme juridique de la société : ………………………………………………………………………………………………………..
▪Montant du capital social :
…………………………………………………………….........................................................................
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)(barrer la
mention inutile): ……….………………………………………………………………………………………………………………

4/Déclaration du candidat ou soumissionnaire :


Je déclare que ni moi, ni l’un de mes employés ou représentants, n’avons fait l’objet de poursuites judiciaires pour corruption ou
tentative de corruption d’agents publics.

■Non □ ou ■Oui
▪Dans l’affirmative :(préciser la nature de ces poursuites, la décision rendue et joindre une copie du jugement).

………………………………………………………………………………………………………………………………………….
◊M’engage à ne recourir à aucun acte ou manœuvre dans le but de faciliter ou de privilégier le traitement de mon offre au
détriment de la concurrence loyale.
◊M’engage à ne pas m’adonner à des actes ou à des manœuvres tendant à promettre d’offrir ou d’accorder à un agent public,
directement ou indirectement, soit pour lui-même ou pour une autre entité, une rémunération ou un avantage de quelque nature
que ce soit, à l’occasion de la préparation, de la négociation, de la passation, de l’exécution ou de contrôle d’un marché public ou
d’un avenant.
◊Déclare avoir pris connaissance que la découverte d’indices concordants de partialité ou de corruption avant, pendant ou après la
procédure de passation d’un marché public ou d’un avenant, sans préjudice des poursuites judiciaires, constituerait un motif
suffisant pour prendre toute mesure coercitive, notamment de résilier ou d’annuler le marché public ou l’avenant concerné et
d’inscrire l’entreprise sur la liste des opérateurs économiques interdits de participer aux marchés publics.

19
◊Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance n° 66-156 du 18 Safar 1386
correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-dessus sont exacts.

Fait à …………………., le……………………….


Signature du candidat ou soumissionnaire
(Nom, qualité du signataire et cachet du candidat ou soumissionnaire)

LE SOUMISSIONNAIRE

N.B:
Cocher les cases correspondant à votre choix.
Toutes les rubriques doivent obligatoirement être remplies.
En cas de groupement, chaque membre doit présenter sa propre déclaration.
En cas de sous-traitance, chaque sous-traitant doit présenter sa propre déclaration.
En cas d’allotissement, une déclaration suffit pour tous les lots. Les numéros de lots doivent être mentionnés dans la rubrique n° 2 de la présente déclaration.
Lorsque le candidat ou soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les rubriques spécifiques aux sociétés, aux entreprises individuelles.

20
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

DECLARATION DE CANDIDATURE

1/Identification du service contractant :


▪Désignation du service contractant : Université des Sciences et de La Technologie Houari Boumediene

2/Objet du marché public : Confortement et réhabilitation des façades de l’Université des Sciences et de la Technologie
Houari Boumediene - USTHB,
Wilaya(s) où seront exécutées les prestations, objet du marché public : Bab Ezzouar – Alger

3/Objet de la candidature :
La présente déclaration de candidature est présentée dans le cadre d’un marché public alloti :

■Non □
◊Dans l’affirmative :
ou ■Oui □
▪Préciser les numéros des lots ainsi que leurs intitulés:………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….

4/Présentation du candidat ou soumissionnaire :

▪Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion du marché
public:…….............................................................................................................................................................................................
……………………………………………………………………………………….., agissant :…………………………………….

■En son nom et pour son compte □ . ■Au nom et pour le compte de la société qu’il représente □ .

▪4-1/candidat ou soumissionnaire seul :


▪Dénomination de la société :……………......……………………………………………………………………………....................
▪Adresse de la société:………………………………………...………………………………………………………………..............
▪Forme juridique de la société : ………………………………………………………………………………………………………
▪Montant du capital social :
………………………………………………………………….................................................................
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (préciser) (barrer la
mention inutile) :…………………………………...…………………………………………………………………………………

▪4-2/Candidat ou soumissionnaire groupement momentané d’entreprises :


Le groupement est

■Conjoint □
▪Nombre de membres dans le groupement (en chiffres et en lettres): ………………………………………………………………
ou ■Solidaire □
▪Nom du groupement :…………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
▪Présentation des membres du groupement (chaque membre du groupement doit renseigner cette rubrique. Les autres membres du
groupement doivent remplir cette rubrique dans une feuille jointe en annexe, en donnant un numéro d’ordre à chaque membre) :

▪Dénomination de la société:…………………………………………………………………………………………………………...
▪Adresse du siège social : ……………………………………………………………………………………………………………
▪Forme juridique de la société : ………………………………………………………………………………………………………..
▪Montant du capital social : …………………………………………………………………................................................................
▪Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser) (barrer la
mention inutile) :
…………………………………..................................................................................................................................

La société est mandataire du groupement

21
■Non □ ou ■Oui □
◊Les membres du groupement :

▪Signent individuellement l’offre du groupement et toutes modifications du marché public qui pourraient intervenir
ultérieurement.
▪Donnent mandat à un membre du groupement, désigné en qualité de mandataire, conformément à la convention de groupement
qui accompagne l’offre, pour signer, en leur nom et pour leur compte, l’offre du groupement et toutes modifications du marché
public qui pourraient intervenir ultérieurement;

Dans le cas d’un groupement conjoint préciser les prestations exécutées par chaque membre du groupement, en précisant le
numéro du lot ou des lots concerné(s), le cas échéant:...........................................................................................................................

5/Déclaration du candidat ou soumissionnaire :

◊Le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il n’est pas exclu ou interdit de participer aux marchés publics :
◊Pour avoir refusé de compléter son offre ou du fait qu’il s’est désisté de l’exécution d’un marché public ;
◊Du fait qu’il soit en état de faillite, de liquidation de cessation d’activité ou qu’il fait l’objet d’une procédure relative à l’une de
ces situations ;
◊Pour avoir fait l’objet d’un jugement ayant autorité de la chose jugée constatant un délit affectant sa probité professionnelle ;
◊Pour avoir fait une fausse déclaration ;
◊Du fait qu’il soit inscrit sur la liste des entreprises défaillantes ;
◊Du fait qu’il soit inscrit sur la liste des opérateurs économiques interdits de participer aux marchés publics;
◊Du fait qu’il soit inscrit au fichier national des fraudeurs, auteurs d’infractions graves aux législations et réglementations fiscales,
douanières et commerciales;
◊Pour avoir fait l’objet d’une condamnation par la justice pour infraction grave à la législation du travail ;
◊Du fait qu’il n’a pas honoré son engagement d’investir ;
◊Du fait qu’il ne soit pas en règle avec ses obligations fiscales, parafiscales et envers l’organisme en charge des congés payés et
du chômage intempéries des secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique, le cas échéant, pour les entreprises de
droit algérien et les entreprises étrangères ayant déjà exercé en Algérie ;

◊Pour n’avoir pas effectué le dépôt légal des comptes sociaux, pour les sociétés de droit algérien ;

■Non □
◊▪Dans la négative (à préciser) :………………………………………………………………………………………………….
ou ■Oui □
……………………………………………………………………………………………….........................................................
▪Le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il :
-n’est pas en règlement judiciaire et que son casier judiciaire datant de moins de trois mois porte la mention « néant ».

■Non □ ou ■Oui □
◊Dans le cas contraire, il doit joindre le jugement et le casier judiciaire. Dans le cas où l’entreprise fait l’objet d’un règlement
judiciaire ou de concordat le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il est autorisé à poursuivre son activité.

◊Est inscrit au registre de commerce ou au registre de l’artisanat et des métiers, pour les artisans d’art ou détenir la carte
professionnelle d’artisan, en relation avec l’objet du marché public, sous le n°……..…..du………………………., délivré
par……………….………............... détient le numéro d’identification fiscale suivant :……………………………………, délivré
par ……………………….le………………., pour les entreprises de droit algérien et les entreprises étrangères ayant déjà exercé
en Algérie.

◊Le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il n’existe pas des privilèges, des nantissements, des gages et/ou des hypothèques
inscrits à l’encontre de l’entreprise.

■Non □ ou ■Oui □
▪◊Dans l’affirmative :(préciser la nature de ces privilèges, nantissements, gages et/ou hypothèques et joindre à la présente
déclaration copie de leurs états, délivrés par une autorité compétente) :……………………………………………………………… 22
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
◊Le candidat ou soumissionnaire déclare que la société n’a pas été condamnée en application de l’ordonnance n°03-03 du 19
Joumada 1424 correspondant au 19 juillet 2003, modifiée et complétée, relative à la concurrence ou en application de tout autre
dispositif équivalent:

■Non □
▪◊Dans l’affirmative : (préciser la cause de la condamnation, la sanction et la date de la décision)…………………………………
ou ■Oui □
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
◊Le candidat ou soumissionnaire seul ou en groupement déclare avoir les capacités nécessaires à l’exécution du marché public et
produit à cet effet, les documents demandés par le service contractant dans le cahier des charges (lister ci-après les documents
joints):
………………………………………………………………………………………………....………………………………………;
………………………………………………………………………………………………....………………………………………;
………………………………………………….……………………………………………...............................................................;
………………………………………………………………………………………………................................................................;
◊Le candidat ou soumissionnaire déclare que :
- la société est qualifiée et/ou agréée par une administration publique ou un organisme spécialisé à cet effet, lorsque cela est prévu
par un texte réglementaire :

■Non □ ou ■Oui □
▪◊Dans l’affirmative : (indiquer l’administration publique ou l’organisme qui a délivré le Document, son numéro, sa date de
délivrance et sa date d’expiration) …………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….

◊la société a réalisé pendant ………………….……………………………(indiquer la période considérée) un chiffre d’affaires


annuel moyen de (indiquer le montant du chiffre d’affaires en chiffres, en lettres et en hors taxes) :……………………….………..
.…………………………………………………………………………………………… dont …………….…% sont en relation
avec l’objet du marché public ou du lot (barrer la mention inutile).

-Le candidat ou soumissionnaire compte présenter dans son offre un sous-traitant :

■Non □
▪◊Dans l’affirmative remplir le formulaire joint en annexe.
ou ■Oui □
6/Signature du candidat ou soumissionnaire seul ou de chaque membre du groupement
J’affirme, sous peine de résiliation de plein droit du marché public ou de sa mise en régie aux torts exclusifs de la société, que
ladite société ne tombe pas sous le coup des interdictions édictées par la législation et la réglementation en vigueur.
Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance n° 66-156 du 18 Safar 1386
correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-dessus sont exacts.

Nom, prénom, qualité du signataire Lieu et date de signature Signature

N.B :
Cocher les cases correspondant à votre choix.
Les cases correspondantes doivent obligatoirement être remplies.
En cas de groupement, une déclaration suffit pour le groupement.
En cas d’allotissement chaque lot doit faire l’objet d’une déclaration.
Lorsque le candidat ou soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les rubriques spécifiques aux sociétés, aux entreprises individuelles.

23
ARTICLE 01 : OBJET DU MARCHE

Le présent marché a pour objet l’exécution du Projet : « Confortement et Réhabilitation des façades de l’Université des Sciences et
de la Technologie Houari Boumediene - USTHB »

ARTICLE 02 : MODE DE PASSATION

Le présent marché est conclu après un appel d'offres ouvert avec exigence de capacités minimales conformément aux articles 39,
40, 42 et 44 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations
du service public.

ARTICLE 03 : PIECES CONTRACTUELLES :

- La soumission,
- La déclaration à souscrire,
- Le cahier des prescriptions spéciales
- Le cahier des prescriptions communes,
- Le devis descriptif,
- Le bordereau des prix unitaires,
- Le détail quantitatif et estimatif.

En cas de contradiction entre, les pièces contractuelles prévalent les unes sur les autres dans l’ordre suivant :

- La soumission,
- La déclaration à souscrire,
- Le cahier des prescriptions spéciales
- Le cahier des prescriptions communes,
- Le devis descriptif,
- Le bordereau des prix unitaires,
- Le détail quantitatif et estimatif.

ARTICLE 04 : CONSISTANCE DES TRAVAUX 

Il s’agit de la réalisation des travaux suivants :

1. Traitement de la corrosion des façades et autres éléments structuraux.


2. Traitement des salissures.
3. Traitement esthétique et de protection du béton de façades.

ARTICLE 05 : MODE D’EVALUATION DES TRAVAUX

Les travaux objet du présent marché sont évalués au métré, c'est-à-dire le règlement des travaux sera opéré en application des prix
unitaires du bordereau des prix unitaires aux quantités réellement exécutées.

ARTICLE 06 : DEFINITION DES PRIX

Les prix définis par le bordereau des prix unitaires comprennent toutes les charges, sujétions et frais nécessaires à la bonne
exécution de l'ouvrage. Les prix unitaires sont en hors TVA.

ARTICLE 07 : MONTANT DU MARCHE

Le montant du présent marché est arrêté comme suit :

Montant total HT……………………………………………………………………………………………………………………….


En chiffres :…………………………………………………………………………………………………………………………….
En lettre : ………………………………………………………………………………………………………………………………
TVA (19%) : …………………………………………………………………………………………………………………………
Montant TTC : ……………………………………………………………………………………………………………………..

24
En chiffres :…………………………………………………………………………………………………………………………….
En lettre : ………………………………………………………………………………………………………………………………
ARTICLE 08 : DELAI D’EXECUTION DES TRAVAUX

Le délai d’exécution des travaux définis dans le présent marché est arrêté à : ………………. mois à partir de la notification de
l’ordre de service prescrivant le démarrage des travaux.

Ne sont toutefois pas inclus les journées d’intempéries dûment prouvées et constatées, les journées d'impraticabilité du terrain
ainsi que les arrêts de travaux ordonnés par le service contractant par ordre de service.

ARTICLE 09 : PENALITES DE RETARD

En application des dispositions de l’article 147du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public et à défaut du cocontractant d’avoir terminé les travaux dans les délais fixés,
il lui sera appliquée une pénalité de retard. Le montant de la pénalité est déterminé par la formule suivante :

M
P= ×N
10 x D
Où :

- P = Montant total de la pénalité.


- M = Montant du marché augmenté d’éventuels avenants
- N= Nombre de jours de retard.
- D= Délai d’exécution exprime en jours calendaires.

Le montant cumulé des pénalités de retard ne pourra être supérieur à Dix pour cent (10%) du montant du marché augmenté le cas
échéant du montant des avenants.

ARTICLE 10 : CAS DE FORCE MAJEURE

Aucune des parties ne sera réputée faillir à ses obligations contractuelles dans la mesure ou l'exécution de celles- ci serait retardée,
entravée ou empêchée par un cas de force majeure.

Ne peuvent être considérés comme cas de force majeure que les événements échappant à la volonté des parties et présentant un
caractère imprévisible, impossible, irrésistible et insurmontable.
Le cocontractant sera exonéré de ses obligations sous réserve qu'il informe par écrit le service contractant du cas de force majeure
dans un délai de sept (07) jours à compter de l’acte de l'événement.
A cet effet en tout état de cause, il sera fait application des dispositions de l’article 27 du CCAG, approuvé et reconduit par arrêté
du 21/11/1964.

ARTICLE 11 : FOURNITURE DES MATERIAUX ET PRODUITS FABRIQUES

Toutes les fournitures des matériaux et produits nécessaires à l’exécution des travaux, disponibles sur le marché, devront répondre
aux normes en vigueur et les prescriptions contenues dans l’article 21 du C.C.A.G approuvé et reconduit par arrêté du 21/11/1964.
Celles qui ne sont pas expressément exécutées selon le présent cahier des prescriptions et qui sont destinées à être incorporées aux
ouvrages incombent au cocontractant qui en proposera la substitution préalable au service contractant par l’introduction
d’avenants appropriés sous réserve d’une autorisation dûment formulée par le service contractant.

ARTICLE 12 : ORIGINE DES MATERIAUX

Les matériaux et produits fabriqués nécessaires à l’exécution des travaux ou fournitures devront obligatoirement provenir de
l’industrie algérienne chaque fois que celle-ci sera en mesure d’y satisfaire dans les conditions techniques fixées au marché au
moment de l’établissement de sa proposition conformément aux prescriptions de l’article 21 du C.C.A.G approuvé et reconduit
par arrêté du 21/11/1964.

ARTICLE 13 : PRESCRIPTIONS GENERALES

Tous les travaux compris dans le présent marché ou ordonnés en cours de réalisation seront exécutés suivant les normes
techniques en vigueur conformément aux documents graphiques et contractuels y afférent.
Le cocontractant devra avant de commencer l’exécution des travaux, soumettre à l'approbation du service contractant, quand elle
n'est pas précisée au marché, la marque, les fiches techniques et les certificats de conformité de tous les matériaux qu'il compte
utiliser, accompagnée de procès-verbaux de résistance au laboratoire et d’homologation.

25
ARTICLE 14 : REPERE DE NIVELLEMENT

Les côtes d’altitude des ouvrages seront rapportées au nivellement général de l’Algérie, le repère sera le point 0 et sera attaché aux
côtes de niveaux portées sur les plans d’exécution établis par le maître de l’œuvre.

ARTICLE 15 : CONSTATATION DES METRES

Les métrés seront dressés contradictoirement par le cocontractant et le maître de l’œuvre et approuvés par le service contractant.
Les situations, mémoires et décomptes seront produits en six (06) exemplaires par le cocontractant, ils sont transmis entre le
premier et le cinq de chaque mois, passé ce délai, les situations présentées ne seront prises en compte que le mois suivant.

ARTICLE 16 : ATTACHEMENT DES TRAVAUX

Le cocontractant devra, sous sa responsabilité, faire connaître en temps utile et avant qu’ils ne soient cachés les ouvrages et
fourniture dont les quantités et les qualités ne pourraient pas être constatés ultérieurement.
Les attachements des travaux ou fournitures dont la nécessité aurait été rendue évidente en cours d’exécution devront être établi
contradictoirement par le cocontractant et le maître de l’œuvre et soumis à la vérification du service contractant en tenant compte
des obligations précisées ci-dessus et aux prescriptions de l’article 39 du C.C.A. G approuvé et reconduit par arrêté du
21/11/1964.

ARTICLE 17 : ORDRE DE SERVICE

L’ordre de service prescrivant le commencement des travaux sera délivré par le service contractant après approbation du marché
par l’autorité compétente et toute modification de travaux fera l’objet également d’un ordre de service.

ARTICLE 18 : DELAI DE CONSTATATION, DE MANDATEMENT ET INTERETS MORATOIRES

a) Délai de constatation

En vertu des dispositions de l’article 121 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public, il est prévu un délai ouvert pour procéder aux constatations ouvrant droit à
paiement de 15 jours. Ce délai court à partir de la demande du titulaire appuyée des justifications nécessaires (il s’agit des délais
pour vérifier et approuver les attachements conformément à l’article 39 du C.C.A.G, approuvé et reconduit par arrêté du
21/11/1964).

b) Délai de mandatement

En vertu des dispositions de l’article 122 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public, il est prévu un délai de mandatement des acomptes ou de solde de 30 jours à
compter de la réception de la situation.

c) Intérêts moratoires

A défaut de mandatement dans les délais de 30 jours cités ci-dessus fait courir de plein droit et sans autres formalité au bénéfice
du cocontractant des intérêts moratoires calculés conformément aux dispositions de l’article 121 du décret présidentiel n°15-247
du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations du service public et par application de la
formule suivante :

Montant de la situation déposée x T . I . B . C .


I . M= ×N
12× 30

- I.M : intérêts moratoires


- T.I.B.C. : taux d’intérêt bancaire des crédits à court terme
- N : nombre de jours de retard dans le paiement de la situation

ARTICLE 19 : DROITS DE TIMBRE ET D’ENREGISTREMENT.

Le présent marché est dispensé de timbre et d’enregistrement par application de l’ordonnance n° 76-103 du 09 Décembre 1976, et
portant code des timbres (J.O.R.A) n° 81 du 18 Décembre 1986 et (J.O.R.A) n° 39 du 15 mai 1977.

ARTICLE 20 : INSTALLATION PROVISOIRE DU CHANTIER

26
Toutes les installations et constructions provisoires nécessaire à l’exécution des travaux objet du marché sont à la charge du
cocontractant et doivent se réaliser avant la notification de l’ordre de service de commencement des travaux.
Le cocontractant soumettra à l’approbation du service contractant le plan d’organisation du chantier.

ARTICLE 21 : INSTALLATION ET ORGANISATION DU CHANTIER

Le cocontractant est réputé connaitre l’état des lieux d’implantation du projet, leurs conditions d’accès et d'approvisionnements
ainsi que les difficultés d ‘exécution des travaux.

Il lui appartiendra de s’informer de tous les règlements administratifs auxquels il doit se conformer pour l‘exécution des travaux et
de prévoir les charges éventuelles dans ses prix unitaires.

En outre, il sera responsable de la protection du chantier contre les intempéries, inondation, éboulement de terrain, tous les
ouvrages provisoires éventuellement nécessaires pour assurer cette protection sont à sa charge.

Le cocontractant disposera pour l’exécution de ces travaux de l’ensemble du terrain suivant les limites définies aux plans de
masses.

Il prendra connaissance des réseaux de distributions d’eau, de gaz, d’électricité, de téléphone, d’égouts etc..., pouvant exister sur
le terrain afin d’éviter toutes détérioration.

ARTICLE 22 : CALENDRIER D’AVANCEMENT DES TRAVAUX

Avant le début du chantier, le cocontractant remettra le planning prévisionnel des travaux en faisant ressortir ses moyens humains
par catégorie professionnelle, ses moyens matériels ainsi que les quantités des matériaux nécessaires à l’approvisionnement
constant du chantier.
Ce document sera soumis à l’approbation du maître de l’ouvrage après son analyse par le maître d’œuvre avec réponse écrite (le
planning doit être le même que celui qui est présenté avec l’offre).

ARTICLE 23 : RESPECT DU CALENDRIER

Dans le cas où l’avancement des travaux ne correspondrait pas au planning établi, l’administration se réserve le droit de faire
application des mesures prévues à l’article 09 du CPS.

ARTICLE 24 : RESPONSABILITE DU COCONTRACTANT EN CE QUI CONCERNE LES DEGATS, LES GENES
CAUSES AUX TIERS ET LES MESURES D’ORDRE ET DE SECURITE

Le cocontractant sera seul responsable des dégâts causés au tiers. Il devra prendre toutes les mesures nécessaires pour réparer tous
les dégâts et gènes causés aux tiers.
Le cocontractant prendra spontanément toutes les mesures d’ordre et de sécurité pour éviter les accidents sur son chantier et aux
abords.
La signalisation du chantier devra être assurée conformément aux dispositions réglementaires en vigueur.

ARTICLE 25 : VICES DE CONSTRUCTION

Lorsque le service contractant présume qu’il existe dans les ouvrages des vices de construction, il peut prescrire par ordre de
service, soit en cours d’exécution, soit avant la réception définitive, la démolition et la reconstruction des ouvrages ou parties
d’ouvrages présumés vicieux.
Lorsque cette opération n’est pas faite par le cocontractant, il y procédé en sa présence ou lui dûment convoquer. Les dépenses
résultant de cette opération seront à la charge du cocontractant.

ARTICLE 26 : PRESENCE DU COCONTRACTANT SUR CHANTIER

Le cocontractant sera tenu d’assister personnellement ou se faire représenter par un agent qualifié susceptible de prendre des
décisions sur chantier lors des réunions hebdomadaires fixées par le service contractant.
La direction de ce chantier devra être effectivement assurée sans interruption. Si la qualification du responsable n’apparaît pas
suffisante, le service contractant pourrait en demander le remplacement ou l’assistance jugée nécessaire.

ARTICLE 27 : AVANCES

a) Avances forfaitaires

En application des articles 108 à 116 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés
publics et des délégations du service public, le cocontractant bénéficiera à sa demande d’une avance forfaitaire égale à 15% du
montant du marché. L’avance forfaitaire est réglée en totalité.
27
28
b) Avances sur approvisionnements.

Le cocontractant bénéficiera à sa demande d’une avance sur approvisionnement conformément aux dispositions des articles 108 à
116 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations du
service public.

c) Dispositions communes aux avances

1. Caution de restitution des avances

Les avances décrites ci-dessus dites forfaitaire et sur approvisionnement, sont octroyées à la demande du cocontractant sous
réserve que celui-ci ait au préalable constitué des cautions de restitution d’égales valeurs aux avances à percevoir.

Ces cautions seront émises par une banque Algérienne ou la caisse de garantie des marchés publics, conformément à l’article 110
du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations du service
public.

La main levée de ces cautions interviendra après le remboursement total des avances.

2. Remboursement des avances

Le remboursement s’effectuera par voie de retenue sur les décomptes mensuels du cocontractant à partir de la première situation
des travaux et sera terminé lorsque les sommes payées atteindront les 80% du montant du marché en application de l’article 116
du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations du service
public.

3. Avances sur approvisionnements

L‘avance sur approvisionnement est octroyée au cocontractant s’il justifie de contrat ou de commande confirmés de matières ou
produits indispensables à l’exécution des travaux du présent marché.
Le montant de cette avance est fixé au maximum à 35% du montant du marché.

ARTICLE 28 : CAUTION DE BONNE EXECUTION

En application des articles 130, 131, 132 et 133 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public, le cocontractant est tenu de fournir une caution de bonne exécution de 5% du
montant du marché. En cas d’avenant, elle doit être complétée dans les mêmes conditions.

ARTICLE 29 : CAUTION DE GARANTIE

La caution de bonne exécution citée à l‘article précédent est transformée, à la réception provisoire, en caution de garantie.

ARTICLE 30 : RESTITUTION DE LA CAUTION DE GARANTIE

En application des dispositions de l’article 134 du décret présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public, la caution de garantie est totalement restituée dans un délai d’un mois à
compter de la date de réception définitive des travaux.

ARTICLE 31 : ENTREE EN VIGUEUR DU MARCHE .

Le présent marché n’entrera en vigueur qu’après :


 Avoir reçu les visas réglementaires préalables.
 Sa signature par le service contractant
 Sa notification au cocontractant par ordre de service du service contractant

ARTICLE 32 : TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES

Le cocontractant ne doit en aucun cas entreprendre, sans l’accord préalable du service contractant, l’exécution des travaux
supplémentaires ou non prévus.
Ces travaux doivent dans tous les cas d’espèces faire l’objet d’un ordre de service et d’un avenant.

ARTICLE 33 : AVENANT

En application des dispositions des articles 135 à 139 du décret présidentiel n°15-247 du 15 Septembre 2015 portant
réglementation des marchés publics et des délégations du service public, le service contractant peut recourir à la conclusion
29
d'avenants au présent marché si des modifications dans la mise en œuvre des travaux interviennent par rapport aux prévisions
initiales.

ARTICLE 34 : SOUS-TRAITANCE  

Il n’est pas prévu de sous-traitance dans le présent marché.

ARTICLE 35 : OBLIGATION DU COCONTRACTANT

Le cocontractant est responsable de la totalité des travaux, qui doivent répondre aux règles de l’art et aux normes conformément à
la réglementation.

ARTICLE 36 : CONTROLE TECHNIQUE DES TRAVAUX

Le cocontractant sera soumis au contrôle technique pendant toute la durée des travaux, les agents de contrôle auront libre accès au
chantier et pourront prélever aussi souvent que nécessaire pour examen et analyse des échantillons de matériaux mise en œuvre. Il
s vérifieront que les ouvrages sont réalisés conformément au plan revêtu du visa et suivants les normes.

ARTICLE 37 : ENCADREMENT DU CHANTIER

Le cocontractant devra avoir en permanence sur le chantier à partir du début des travaux un encadrement dont la qualité des
personnes sera définie et sanctionnée par procès-verbal par le service contractant.
Le service contractant a le droit d’exiger au partenaire co-contractant le changement ou le renvoi du chantier des agents, ouvriers
pour des motifs jugés inacceptable (insubordination, incapacité ou défaut prohibe).

ARTICLE 38 : SUIVI DES TRAVAUX ET CAHIER DU CHANTIER

Les rendez-vous de chantier seront périodiques et tenus à jour et à l’heure fixée, le cocontractant devra y être représenté par une
personne qualifiée et habilitée pour prendre toutes les décisions qui se révéleraient nécessaires des jours de son entrée en action
sur le chantier. Un cahier de chantier sera tenu à la disposition du contractant ou du surveillant sur lequel toutes les observations
ou questions seront consignées. Ce cahier sera lu et signé par les intéressés à chaque réunion.

ARTICLE 39 : SIGNALISATION DU CHANTIER

Le cocontractant reconnaîtra l’emplacement des travaux à l’aide du plan de situation joint au dossier. Il appartiendra au partenaire
cocontractant de se rendre compte lui-même de la nature du terrain en ce qui concerne :

o Les difficultés d’accès à l’emplacement prévu ;


o Les problèmes posés pour ne causer aucun gène ni dommages aux tiers publics ou privés.

Les dommages causés restent à la charge du cocontractant, sauf en cas de nécessité absolue ou pour une cause indépendante de la
volonté du cocontractant, auquel il devra présenter un rapport détaillé au service contractant.

La reconnaissance des possibilités d’accès se fera sur les lieux contradictoirement entre le contractant et le cocontractant au cours
de la reconnaissance de l’implantation définitive des travaux, celle-ci fera l’objet d’un procès-verbal.

ARTICLE 40 : PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

Le cocontractant est tenu de veiller au respect de la protection de l’environnement conformément à la loi 03/10 du 19/07/2003,
relative à la protection de l’environnement dans le cadre du développement durable.

ARTICLE 41 : PAIEMENT DES TRAVAUX

Le paiement des travaux s’effectuera par acomptes mensuels sur présentation de situations des travaux réalisés accompagnées des
relevés contradictoires de prises d’attachements visé par le bureau d’études.
ARTICLE 42 : NANTISSEMENT

En vue du nantissement éventuel dans les législations en vigueur des marchés publics reconduites par l’article 145 du décret
présidentiel n°15-247 du 15 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations du service public, sont
désignés :
Comptable chargé des paiements : le trésorier de la wilaya
Fonctionnaire chargé de fournir les renseignements : Monsieur le Recteur de l’USTHB

ARTICLE 43 : ELECTION DOMICILE DU COCONTRACTANT


30
Pour l’exécution de son marché, le cocontractant fait élection de son domicile à l’adresse suivante :
……………………………………………………………………………

ARTICLE 44 : DOMICILIATION BANCAIRE DU COCONTRACTANT

Pour la facturation la domiciliation bancaire de l’entreprise est ouvert au nom de :…………………………………..sous le


numéro :…………………………………………………………………………………………………………………………..

ARTICLE 45 : RESILIATION DU MARCHE

En cas de résiliation, il sera fait application des dispositions des articles 149, 150, 151 et 152 du décret présidentiel n°15-247 du
16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations du service public.

- En cas d’inexécution de ses obligations, le cocontractant est mis en demeure, par le service contractant, d’avoir à remplir
ses engagements contractuels dans un délai déterminé.
- Faute par le contractant de remédier à la carence qui lui est imputable dans le délai fixé par la mise en demeure prévue ci-
dessus, le service contractant peut, unilatéralement, procéder à la résiliation du marché public. Il peut également
prononcer une résiliation partielle du marché.
- Les mentions à porter dans la mise en demeure, ainsi que les délais de sa publication sous forme d’annonces légales sont
précisés par arrêté du ministre chargé des finances.
- Lorsqu’elle est justifiée par un motif d’intérêt général, le service contractant peut procéder à une résiliation unilatérale du
marché public, même sans faute du cocontractant ;
- Outre la résiliation unilatérale visée aux articles 149 et 150 ci-dessus, il peut être également procédé à la résiliation
contractuelle du marché public, lorsqu’elle est motivée par des circonstances indépendantes de la volonté du partenaire
cocontractant, dans les conditions expressément prévues à cet effet.
- Le service contractant ne peut se voir opposer la résiliation du marché public lors de la mise en œuvre, par ses oins, des
clauses contractuelles de garanties et des poursuites tendant à la réparation du préjudice qu’il a subi par la faute de son
cocontractant. En outre, les surcoûts induits par le nouveau marché sont supportés par ce dernier.
- En cas de résiliation d’un marché public en cours d’exécution, le document de résiliation signé des deux parties doit
prévoir la reddition des comptes établis en fonction des travaux exécutés, des travaux restant à effectuer et de la mise en
œuvre d’une manière générale, de l’ensemble des clauses du marché.

ARTICLE 46 : MODALITES DE PAIEMENT

Le paiement des travaux s'effectuera par acomptes mensuels sur présentation de situations des travaux réalisés accompagnées des
relevés contradictoires de prises d'attachements.

ARTICLE 47 : QUALIFICATION DU PARTENAIRE COCONTRACTANT 

En vertu des dispositions du décret 14-139 du 20/04/2014, modifié et complété, portant obligation pour toutes entreprises
intervenant dans le cadre de la réalisation des marches publics du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique, d’être titulaire
d’un certificat de qualification, l’entreprise dispose d’un certificat de qualification et de classification professionnelle activité
principale en ………………………………………, catégorie ………………………………………., délivrée le …………………

ARTICLE 48 : REGLEMENT DES LITIGES 

Les litiges qui pourront naître à l'occasion de l'exécution du marché seront régis par les dispositions de l'article 153 du décret
présidentiel n° 15-247 du 16 septembre en application du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant
réglementation des marchés publics et des délégations de service public
A défaut d'un accord à l’amiable, le litige est soumis à l’examen du comité de règlement amiable des litiges compétent, institué en
vertu des dispositions de l’article 154 et conformément aux conditions prévues à l’article 155 du décret présidentiel n° 15-247 du
16 septembre portant réglementation des marchés publics et des délégations de service public.

ARTICLE 49 : ASSURANCES OBLIGATOIRES

En application de l’ordonnance 95-07 du 25/01/95 relative aux assurances, le cocontractant est tenu de justifier qu’il a contracté
toutes les assurances prévues aux textes réglementaires en vigueur à la date de commencement des travaux, notamment
l’assurance contre l’effondrement des travaux en cours et la responsabilité civile à l’égard des tiers.
Le cocontractant doit souscrire les contrats d’assurance appropriés permettant de garantir contre les risques énumérés ci-après :

31
Accidents de la circulation : doivent être garantis, par le cocontractant, tous les risques relatifs aux accidents de la circulation, les
garanties doivent, notamment couvrir :
- Les véhicules et autres engins mobiles, propriétés du cocontractant ;
- Les personnes transportées ;
- Les tiers.

Accidents du travail : les accidents du travail survenant aux personnels mobilisés sur chantier par le cocontractant doivent être
garantis conformément à la réglementation en vigueur.

Responsabilités civiles : doivent être garantis par le cocontractant, les responsabilités civiles lui incombant, en raison des
dommages qui, entre l’ordre de service de commencement des travaux et la réception définitive, seraient causés aux agents et aux
mandataires du service contractant ou aux tiers, par les travaux objet du présent marché, les marchandises, les matériels, les
installations ou le personnel du cocontractant.

Présentation des polices :


Le cocontractant est tenu d’adresser au service contractant avant tout commencement d’exécution des travaux, la photocopie des
polices d’assurances contractées pour la couverture des risques énumérés ci-dessus. Elles devront toutes comporter une clause
interdisant leur résiliation, sans un avis préalable de la compagnie d’assurance au service contractant. Ces polices devront être
prises auprès d’une ou plusieurs compagnies d’assurances.
Le service contractant pourra refuser toute police qui ne lui conviendra pas, en donnant les raisons motivées de son refus.
Le cocontractant devra également fournir au service contractant des attestations émanant de la ou des compagnies d’assurances
certifiant que les primes ont été bien réglées.
Si le cocontractant ne prend pas toutes les assurances précédemment citées, le service contractant est habilité à souscrire, en ses
lieux et place, lesdites assurances dont les primes seraient récupérées, sur les sommes dues par lui au cocontractant.

ARTICLE 50 : CONDITIONS DE RECEPTION DES OUVRAGES

I. Réception provisoire :

A l’achèvement complet des travaux du présent marché le cocontractant informera par lettre recommandée le service contractant
et le maître de l’œuvre en vue de la réception provisoire qui sera sanctionnée par un procès-verbal signé par les trois parties.
Dans le cas ou des malfaçons ou des défaillances seraient constatées, le service contractant pourra refuser la réception provisoire
et la reporter à une date ultérieure, jusqu’à que les réserves soient satisfaites par contre, si des retouches ou des modifications de
faibles importances, sont nécessaires sans que l’utilisation de l’ouvrage soit affectée, le service contractant pourra admettre la
réception avec réserves mentionnées au procès-verbal qui précisera le délai sous le quel ces réserves devront être levées, si à
l’expiration de ce délai, les retouches ou modifications demandées n’ont pas été effectuées, celles-ci pourront être faites par le
service contractant aux frais risques et périls du cocontractant.
Durant la période de garantie, le cocontractant est tenu de remédier à ses frais et risques à tous les désordres qui surviendront à
l’ouvrage sauf pour les ceux ne relevant pas de sa responsabilité.
Une réception provisoire partielle est prononcée chaque fois que le service contractant use de prendre possession anticipée d’une
partie des travaux.

II. Délai de garantie :

Le délai de garantie des travaux faisant l’objet du présent marché est fixé à Vingt-quatre (24) mois à compter de la date du
procès-verbal de la réception provisoire des travaux.

III. Réception définitive :

Si l’ensemble des réserves justifiées ont été levées, la réception définitive est prononcée à l’expiration de la période de garantie de
Vingt (24) mois
La convocation des parties pour prononcer la réception définitive se fera à l’initiative du cocontractant par lettre recommandée.

ARTICLE 51 : DUREE DE VALIDITE DES OFFRES

En application des dispositions des articles 98 du décret présidentiel n°15-247 du 15 Septembre 2015, portant réglementation des
marchés publics et des délégations du service public, si un délai supérieur à la durée de préparation des offres augmentée de 03
mois, séparera la date de dépôt des offres et celle de l’ordre de commencer l’exécution de la prestation et si, les circonstances
économiques l’exigent, il peut être consenti une actualisation des prix dont le montant est fixé conformément à l’article 100 du
présent décret.

ARTICLE 52 : APPROVISIONNEMENT DU CHANTIER

32
Toutes les fournitures nécessaires à l’exécution du marché sont à la charge du cocontractant qui est responsable de
l’approvisionnement du chantier, il devra également prendre toutes ses dispositions pour en disposer en temps utile afin de ne
provoquer aucun retard dans l’exécution des travaux du présent marché.

ARTICLE 53 : PROPRETE DU CHANTIER

Dans le cadre de la protection de l’environnement et la préservation de l’hygiène et de la salubrité publique, le cocontractant est
tenu de procéder au maintien permanent de l’état de propreté de son chantier et de son environnement immédiat par un nettoyage
régulier.
Faute de quoi, des sanctions seront prises en conséquence, conformément à la législation et la réglementation en vigueur.

ARTICLE 54 : EVACUATION DES GRAVATS A LA DECHARGE PUBLIQUE :

L’entreprise doit obligatoirement évacuer les déblais et gravats à la décharge publique, le paiement de cette prestation est
conditionné par la présentation des bons de décharge.

ARTICLE 55 : RESPECT DE LA LEGISLATION DE TRAVAIL

Le cocontractant est tenu de respecter la législation du travail, notamment la loi N° 90-11 du 21.04.1990 relative aux relations de
travail.

ARTICLE 56 : UTILISATION DE LA MAIN D’ŒUVRE LOCALE

Le cocontractant de respecter la législation en ce qui concerne l’utilisation de la main d’œuvre locale et cela en application des
dispositions du décret présidentiel N° 15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des
délégations du service public.

ARTICLE 57 : RESPECT DES DELAIS ET CADENCES DES TRAVAUX

Compte tenu de la spécificité du projet, le cocontractant s’engage à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour réaliser le
projet dans les délais contractuels en organisant l’intervention des équipes sur chantier avec les cadences appropriées (deux
équipes de huit heures de travail chacune ou trois équipes de 08 heures de travail chacune) sans se prévaloir d’une quelconque
indemnisation.

ARTICLE 58 : RESPONSABILITE DU COCONTRACTANT SUR LA QUALITE DES TRAVAUX

Le cocontractant est seul responsable de la qualité des travaux qu’il aura réalisé il devra à cet effet et conformément aux
spécifications du cahier de chantier, choisir les matériaux à mettre en œuvre et veillera à la bonne exécution. Il devra doter son
chantier d’un conducteur de travaux compétent à sa charge de veiller sur la qualité de l’ensemble des travaux.

ARTICLE 59 : EDITION DU MARCHE

Le présent marché est établi en douze (12) exemplaires originaux. Les frais de reproduction sont à la charge du cocontractant.

ARTICLE 60 : ENTREE EN VIGUEUR

Le présent marché entrera en vigueur dès :

- Son visa par la commission des marchés publics


- Son engagement auprès du contrôleur financier ;
- Sa signature par les deux parties contractantes ;
- Sa notification au cocontractant par ordre de service.

ARTICLE 61 : TEXTES GENERAUX

Le cocontractant est soumis :

- Au cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés de travaux approuvé par arrête du 21 novembre
1964 ;
- Au cahier des prescriptions communes pour les travaux dépendant de l’administration des ponts et chaussées C.P.C
- Aux fascicules des clauses usuelles applicables aux travaux de génie civil modifié par la circulaire ministérielle N°
216/IG du 17 mars 1967.
-
-
A la loi n° 90-11 du 21 Avril 1990 relative aux relations de travail.
A l’ordonnance n° 95-07 du 25 janvier 1995 relative aux assurances 33
- A la loi 03-10 du 19-07-2003 relative à la protection de l’environnement.
- A l’ordonnance n° 03-03 du 19 juillet 2003 relative à la concurrence, modifiée et complétée par la loi n° 08-12 du 25 juin
2008 relative à la réglementation en vigueur relative à l’utilisation de la main d’œuvre locale.

Il est de plus précisé que toute clause qui pourrait être contraire aux dispositions du décret présidentiel N° 15-247 du décret
présidentiel n°15-247 du 16 Septembre 2015 portant réglementation des marchés publics et des délégations du service public doit
être considérée comme nulle et non avenue.

Alger le ……………………… Alger le ………………………

LE COCONTRACTANT LE SERVICE CONTRACTANT


Lu et approuvé Lu et approuvé

34
IV- CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES
CHAPITRE I :

DEFINITION DE L'OPERATION – REGLEMENTATIONS


Opération et situation
La présente opération a pour objet l’exécution des travaux de « Confortement et Réhabilitation des façades de l’Université des
Sciences et de la Technologie Houari Boumediene », sise à ALGER.

Documents de référence contractuels


Seront documents contractuels pour l'exécution du présent marché, tous les documents énumérés ci-dessous.
- Les prescriptions des articles du CCAG
- Les Conditions Contractuelles, Conditions Générales et Particulières.
- Tous les documents DTR (Algériens) et tous les règlements équivalents seront applicables en cas de non existence de
règlements algériens.
- Tous autres documents rendus obligatoires par les assureurs pour la prise en garantie décennale des ouvrages ;
- Toutes les normes Algériennes NA qu'elles soient homologuées ou seulement expérimentales (enregistrées) et toutes les
normes équivalentes en cas d’absence de normes algériennes en la matière concernant les ouvrages du présent marché.

Connaissance des documents contractuels


Le partenaire cocontractant est contractuellement réputé être en possession et connaître parfaitement tous les documents
contractuels visés ci-dessus, applicables aux travaux de son marché.
Le partenaire cocontractant devra, dans l'exécution des prestations de son marché, se conformer strictement aux clauses,
conditions et prescriptions de ces documents.

Ordre de préséance
Dans le cas éventuel de divergence ou de discordance implicite ou explicite entre les spécifications du CPT et les clauses et
prescriptions des DTR, DTU et des normes, il est précisé ce qui suit. En ce qui concerne les DTR, DTU les règlements techniques
et/ ou normes :
- Pour toutes les prescriptions ayant trait aux matériaux, aux techniques de construction, aux règles de mise en œuvre, à la
coordination des travaux, aux règles de sécurité, etc., ce sont les prescriptions des DTR, DTU et des règlements et les
normes qui prévaudront;
- Dans l’application des DTR et DTU le cas échéant, ce sont les documents les plus exigeants au niveau de la qualité et des
performances qui prévaudront.

Matériaux et produits hors domaine d'application des DTR, DTU


Pour les matériaux et procédés « non traditionnels » ou « innovants » qui n'entrent pas dans le cadre des documents contractuels
visés ci-dessus, les Partenaire cocontractants devront se conformer strictement aux prescriptions et conditions des documents
suivants :
- Avis techniques ; (délivrés par le CNERIB ou autre organisme soumis à son approbation concernant l’aptitude à l’emploi
des matériaux, produits et composants). Pour les matériaux et procédés n'entrant dans aucun des cas énumérés ci-dessus,
la procédure d'appréciation technique d'expérimentation pourra être imposée par le service contractant, ou sur proposition
de l’Ingénieur.
- Agréments européens ; avec une approbation du CNERIB ou autre organisme agréé par Le service contractant,
concernant l’aptitude à l’emploi.
- A défaut, aux règles et prescriptions de mise en œuvre du fabricant accompagnées des garanties d’usage.

Les frais de cette procédure seront à la charge du partenaire cocontractant.

Documents réglementaires à caractère général


Le partenaire cocontractant devra toujours respecter dans l'exécution de ses travaux, ainsi que pour les installations et
l'organisation de chantier, toutes les lois et textes réglementaires, algériens, dont notamment les suivants :
- Règlementation Technique Algérienne du bâtiment
- Tous les Codes et règlements d’urbanisme et de construction.
- Réglementation sécurité incendie ;
- Textes relatifs à l'hygiène et la sécurité sur les chantiers ;
- Règlement sanitaire ;
- Textes légaux relatifs à la protection et à la sauvegarde de l'environnement ;
- Textes concernant la limitation des bruits de chantier ;
- Législation Algérienne sur les conditions de travail et l'emploi de la main-d’œuvre ;

35
- Règlements municipaux et/ou de polices relatives à la signalisation et à la sécurité de la circulation aux abords du
chantier ;
- Ou tous textes règlementaires si explicitement spécifiés n’ayant pas d’équivalents Algériens.

Coordination sécurité et protection de la santé sur le chantier


Le partenaire cocontractant sera contractuellement tenu de prendre toutes dispositions qui s'imposent et de répondre à toutes les
demandes concernant l'intégration de la sécurité et l'organisation en matière de sécurité et de protection de la santé sur le chantier.
Tous les frais en découlant pour le partenaire cocontractant sont contractuellement réputés compris dans le montant de son
marché.
En résumé, le partenaire cocontractant restera responsable des dommages et accidents résultants de l'exécution des travaux dont la
réparation restera à sa charge.

SPECIFICATIONS ET PRESCRIPTIONS GENERALES

Prestations à la charge du partenaire cocontractant :


Dans le cadre de l'exécution de son marché, le partenaire cocontractant devra implicitement exécuter les prestations suivantes :
- Toutes ses installations de chantier ;
- La fourniture, transport et mise en œuvre de tous les matériaux, produits et composants de construction nécessaires à la
réalisation parfaite et complète de tous les ouvrages de son marché ;
- L'établissement des plans d'installation de chantier ;
- L'établissement des plans d’exécution et des plans d’atelier ;
- Tous les échafaudages, grues, engins ou dispositifs de levage (ou descente) nécessaires à la réalisation des travaux ;
- Tous les percements, saignées, rebouchages, scellements, raccords, etc., dans les conditions précisées aux documents
contractuels ;
- La fixation par tous moyens de ses ouvrages ;
- L'enlèvement de tous les gravats de ses travaux et les nettoyages après travaux ;
- La main-d’œuvre et les fournitures nécessaires pour toutes les reprises, finitions, vérifications, réglages, etc. de ses
ouvrages en fin de travaux et après réception ;
- La mise à jour ou l'établissement de tous les plans « comme construit » pour être remis au service contractant à la
réception des travaux ;
- Les incidences consécutives aux travaux en heures supplémentaires, heures de nuits, etc., nécessaires pour respecter les
délais d’exécution ;
- Tous les autres frais et prestations même non énumérés ci-dessus, mais nécessaires à la réalisation parfaite et complète
des travaux.

Connaissance des lieux :

Les travaux seront réalisés en site occupé, aussi le partenaire cocontractant devra prévoir son intervention en fonction de cette
contrainte. Le planning qu’il proposera devra assurer une continuité de l’occupation et de l’activité des lieux. Le partenaire
cocontractant devra se rapprocher des responsables du site afin d'obtenir toutes les autorisations nécessaires à l'accès du chantier,
pour son personnel.
Le partenaire cocontractant est réputé par le fait d'avoir remis son offre :
- S'être rendu sur les lieux où doivent être réalisés les travaux ;
- Avoir pris parfaite connaissance de la nature et de l'emplacement de ces lieux et des conditions générales et particulières
qui y sont attachées ;
- Avoir pris connaissance des possibilités d'accès, d'installations de chantier, de stockage, de matériaux, etc., des
disponibilités en eau, en énergie électrique, etc. ;
- Avoir pris tous renseignements concernant d'éventuelles servitudes ou obligations.

En résumé, le partenaire cocontractant est réputé avoir pris connaissance parfaite des lieux et de toutes les conditions pouvant en
quelque manière que ce soit avoir une influence sur l'exécution et les délais, ainsi que sur la qualité et les prix des ouvrages à
réaliser. Le partenaire cocontractant ne pourra donc arguer d'ignorances quelconques à ces sujétions pour prétendre à des
suppléments de prix, ou à des prolongations de délais.

Démarches et autorisations
Il appartiendra au partenaire cocontractant d'effectuer en temps utile toutes démarches et toutes demandes auprès des services
publics, services locaux, organismes concessionnaires ou autres, pour obtenir toutes les autorisations, instructions, accords, etc.,
nécessaires à la réalisation des travaux.
Les copies de toutes correspondances et autres documents relatifs à ces demandes et démarches, devront être transmises au service
contractant.

36
Echantillons
Une liste de fournisseurs des matériaux sera soumise à l'approbation du Service contractant le plus tôt possible après l'attribution
du contrat.
Le partenaire cocontractant est tenu de fournir, dans les délais fixés, tous les échantillons de matériaux qui lui seront, soit
demandés par le service contractant, soit dans le cadre de la procédure normale d’approbation. Ils seront entreposés par le
partenaire cocontractant dans un local spécialement aménagé sur site.
Aucune commande de matériau ne pourra être passée par le cocontractant, sinon à ses risques et périls, tant que l'acceptation de
l'échantillon, ou de la fiche technique correspondante n'aura pas été matérialisée par une approbation du service contractant
dument notifiée au cocontractant.

Règles d’exécutions générales


- Tous les travaux devront être exécutés selon les règles de l'art avec toute la perfection possible et selon les meilleures
techniques et pratiques en usage.
- À ce sujet, il est formellement précisé au partenaire cocontractant qu'il lui sera exigé un travail absolument parfait et
répondant en tous points aux règles de l'art, et qu'il ne sera accordé aucune plus-value pour obtenir ce résultat, quelles
que soient les difficultés rencontrées et les raisons invoquées.
- La démolition de tous travaux reconnus défectueux par le service contractant et leur réfection jusqu'à satisfaction totale
seront implicitement à la charge du partenaire cocontractant. De même que tous les frais de réfection des dégâts
éventuels causés aux autres ouvrages. Et aucune prolongation de délai ne sera accordée.
- Tous les matériaux, éléments et articles fabriqués, «non traditionnels» devront toujours être mis en œuvre conformément
aux prescriptions de l'avis technique.

Prescriptions relatives aux fournitures et matériaux


Généralités
▪Les matériaux, produits et composants de construction devant être mis en œuvre seront toujours neufs et de première qualité en
l'espèce indiquée. Les matériaux, quels qu'ils soient, ne devront en aucun cas présenter des défauts susceptibles d'altérer l'aspect
des ouvrages ou de compromettre l'usage de la construction.
▪Dans le cadre des prescriptions du CPT, le service contractant aura toujours la possibilité de désigner la nature et la provenance
des matériaux qu'il désire voir employer et d'accepter ou de refuser ceux qui lui sont proposés, pour tous les matériaux et articles
fabriqués soumis à avis technique,
▪Le partenaire cocontractant ne pourra mettre en œuvre que des matériaux et produits fabriqués titulaires d'un avis technique. Pour
les produits ayant fait l'objet d'une certification par un organisme certificateur, le partenaire cocontractant ne pourra mettre en
œuvre que des produits titulaires d'un certificat de qualification.

Responsabilité du partenaire cocontractant


▪Le partenaire cocontractant étant responsable de la fourniture des matériaux et de leur mise en œuvre, il conserve le droit de
refuser l'emploi de matériaux ou composants préconisés par le service contractant, s'il juge ne pas pouvoir en prendre la
responsabilité. Il devra alors justifier son refus par écrit avec toutes justifications à l'appui.

Avis techniques - Essais – Analyses


▪Pour tous les matériaux, produits et composants et produits fabriqués soumis à un avis technique du CNERIB ou de tout autre
organisme Algérien. Le partenaire cocontractant ne pourra mettre en œuvre que des matériaux titulaires de cet avis technique et il
devra toujours être en mesure, à la demande du service contractant, d'en apporter la preuve.
▪Le partenaire cocontractant sera également tenu de produire à toute demande du service contractant les procès-verbaux d'essais
ou d'analyses de matériaux établis par des organismes qualifiés. À défaut de production de ces procès-verbaux, le service
contractant pourra prescrire des essais ou analyses sur prélèvements, qui seront entièrement à la charge du partenaire
cocontractant.

Conformité à la réglementation - Sécurité incendie :


▪Pour tous les matériaux et produits concernés par la réglementation sécurité incendie, le partenaire cocontractant devra assurer et
garantir une mise en œuvre répondant strictement aux conditions et prescriptions stipulées dans le procès-verbal d'essai au feu du
matériau ou produit concerné.

Protection des ouvrages


Le partenaire cocontractant devra assurer la protection de ses ouvrages jusqu'à la réception. Pour les ouvrages soignés prévus pour
rester apparents, ces protections sont absolument indispensables pour toutes les parties exposées aux chocs en cours de travaux.
▪Pour la réception, toutes ces protections devront avoir été enlevées par le partenaire cocontractant.

Nettoyage de chantier
▪Le partenaire cocontractant devra toujours, immédiatement après exécution de ses travaux, procéder à l'enlèvement des gravats
de ses travaux et au balayage des sols. Il aura à sa charge l'enlèvement de ses gravats après nettoyage et la mise en tas à
l'emplacement prévu à cet effet aux abords du chantier, et ensuite l'enlèvement hors du chantier. En résumé, le chantier devra
toujours être maintenu en parfait état de propreté, et le partenaire cocontractant devra prendre ses dispositions à ce sujet.
37
▪Dans le cas de non-respect des prescriptions ci-dessus, le service contractant pourra à tout moment faire procéder par une
entreprise extérieure de son choix, aux nettoyages et sorties de gravats. Les frais en seront supportés par le partenaire
cocontractant du présent marché.
▪Le partenaire cocontractant fera en sorte que tous les espaces et surfaces soient complètement nettoyés et remis en l’état avant la
livraison des ouvrages et dans un état qui les rendent propres à leur usage
.
Réseaux divers
▪Le partenaire cocontractant, procédera à toutes les recherches utiles pour déterminer la présence d'éléments incorporés dans les
zones concernées. En particulier les gaines et câblages électriques qui sont à déconnecter avant tous travaux. De mêmes pour les
réseaux divers de fluide, on s'assurera que les conduits sont hors d'usage et hors pression.
▪Par la suite les travaux peuvent avoir lieu.

Pollution
▪Le partenaire cocontractant prendra toutes les mesures nécessaires pour que ni l’air, ni aucun égout ne soient souillés. Il prendra
les dispositions nécessaires à la décharge des déchets et souillures résultant des travaux, y compris les travaux temporaires. La
méthode de décharge doit satisfaire le maître d’ouvrage.

Dérangement
Le partenaire cocontractant entreprendra les travaux à des moments et de façon à ce que les sons et le tapage soient réduits au
minimum.

Remise en état des lieux


▪Les installations de chantier, le matériel et les matériaux en excédent, ainsi que tous autres gravats et décombres devront être
enlevés en fin de chantier par le partenaire cocontractant, et les emplacements mis à disposition remis en état.
▪Il est d'autre part stipulé que, tant que les installations de chantier établies sur l'emplacement mis à la disposition du partenaire
cocontractant ne seront pas démontées et les lieux remis en état, le partenaire cocontractant restera seul responsable de tous les
dommages causés aux tiers sur le chantier.

Passerelles - protections - etc., des tranchées


▪Le partenaire cocontractant aura implicitement à sa charge, dans le cadre des prix de son marché, l'amenée, la mise en place, la
maintenance, la dépose et le repli de tous les équipements de passage et de sécurité, notamment :
- Toutes les passerelles avec ou sans garde-corps, selon le cas ;
- Toutes les barrières, garde-corps et autres protections nécessaires ;
- La signalisation de jour et de nuit ; et tous autres équipements de sécurité qui s'avéreraient nécessaires.

Exécution des travaux par Parties


Les travaux comprennent tous les corps d’état. L’ensemble des travaux de la présente opération consiste en :
1. Traitement de la corrosion des façades et autres éléments structuraux.
2. Traitement des salissures.
3. Traitement esthétique et de protection du béton de façades.

PRODUITS PRETS A L’EMPLOI


Conditionnement
▪Les produits doivent être livrés en récipients d'origine, parfaitement hermétiques, pré-dosés. Si les produits sont en pots, ils
doivent disposer de tambours à ouverture totale.
▪Pour les produits à plusieurs composants (deux ou trois) devant être mélangés dans leur totalité avant leur emploi, les boîtes des
composants doivent être réunies sous un emballage unique et avoir des capacités telles que mélange puisse être effectué sans avoir
à verser leur contenu dans un récipient additionnel.
▪Les indications rédigées au moins en langue française que doit comporter l’étiquette apposée sur chaque récipient figurent dans la
norme homologuée NF P 18-800.
▪Il s’agit des informations suivantes :
- Le nom ou sigle et l'adresse du producteur ;
- Le nom du produit ;
- La fonction du produit ;
- La date de fabrication et le numéro du lot (sur chaque composant pour les produits à plusieurs composants et sur le
suremballage) ;
- La date limite d’emploi ou la durée limite d’emploi ;
- La référence à la notice d’emploi ;
- Les précautions de stockage ;

▪Pour les produits à plusieurs composants, l’indication de l’obligation de les mélanger dans leur totalité, sauf indication contraire
du producteur ;
▪La masse ou le volume net du produit mono composant ou, pour les produits à plusieurs composants, la masse ou le volume net
total ; 38
▪Les pictogrammes réglementaires de danger « irritant, nocif, corrosif, inflammable… » associés à des phrases types indiquant des
risques particuliers [r] et des conseils de prudence [s].
▪Les produits doivent être livrés sur le chantier suffisamment à l’avance pour permettre d’effectuer les essais et contrôles prévus
par le marché et la procédure de traitement. Les produits doivent être transportés puis stockés en respectant les prescriptions fixées
par la fiche technique du produit.
▪Les produits sont stockés à l’abri du soleil et du froid et, respectant les températures exigées (entre 10 et 25°C). Le local de
stockage doit être fermé mais aéré.
▪De plus, une signalétique appropriée (par exemple, matières inflammables) doit être apposée sur le local.
▪En cas de transvasement de produit dans un autre récipient, ce dernier doit être muni d’une étiquette réglementaire identique à
celle du contenant initial.

Essais et réception
▪Le cocontractant devra pour chaque matériau, donner au Maître de l'œuvre, la notice du fournisseur authentifiée par ce dernier
ainsi que l’avis technique le cas échéant. Il sera entièrement responsable des incidents provenant de la non observation de l'une
quelconque des prescriptions et devra réparation à ses frais. Lorsque le cocontractant désire utiliser des matériaux non courants ou
nouveaux pour lesquels le CCTP ne donne pas de prescriptions de qualité ou d'emploi, il doit solliciter l'autorisation préalable du
maître d’œuvre et soumettre ces matériaux à son visa.
▪A cet effet, il doit remettre au maître d’œuvre, avant tout emploi ou essais, un mémorandum des essais de toute nature auquel le
matériau en question a été soumis dans les laboratoires agréés par ses soins. Le maître d’œuvre peut exiger, avant de se prononcer,
tous essais complémentaires qui paraîtraient nécessaires. Le cocontractant exécutera tous les essais qui lui sont prescrits par le
maître d’œuvre pour s'assurer que les conditions qu'il a fixées sont respectées. Ces essais sont faits suivant les modalités fixées par
le maître d’œuvre et sous son contrôle.
▪Tous les frais liés aux essais, à savoir les prélèvements, la confection, le transport des échantillons et les essais proprement dits
sont supposés avoir été pris en compte par l'entrepreneur dans l'établissement de ses prix, et ne donneront lieu à aucune
rémunération supplémentaire de quelque nature que ce soit.

REGLEMENTATIONS
Marché « à prix unitaires»
▪Le présent Marché est un marché « à prix unitaires ». Les prestations demandées au partenaire cocontractant sont rémunérées
multipliant le prix unitaire par la quantité réellement exécutée. Les prix unitaires du Marché sont réputés comprendre toutes les
prestations définies dans le bordereau ou devis des prix unitaires du Marché.

Réglementations concernant l'exécution des travaux du marché


Obligation de respect de la réglementation Algérienne
▪La réalisation des travaux du présent marché devra impérativement respecter tous les textes, dispositions, spécifications,
prescriptions et autres, régissant les travaux objet du marché. Sont rappelés ci-après les différents textes, documents et autres
constituant cette réglementation. Tous les textes, documents et autres constituant cette réglementation sont « pièces contractuelles
» du présent marché (sauf précisions contraires ci-après).
▪Les textes, documents et autres constituant la réglementation à respecter ne sont pas joints matériellement au marché, mais le
partenaire co-contractant est contractuellement réputé parfaitement les connaître. Par la signature du marché, le partenaire
cocontractant s'engage à respecter cette réglementation. Cette réglementation est constituée par :
- Les textes législatifs (lois) et les textes réglementaires (décrets, arrêtés, etc.) ;
- Les textes et règlements généraux ;
- Les textes et documents techniques.

Obligations contractuelles
Seront documents contractuels pour l'exécution du présent marché tous les documents énumérés ci-dessous :
Textes législatifs et textes réglementaires
- Toutes les lois, décrets, arrêtés, circulaires et autres concernant tout ou partie des travaux du présent marché.
- Textes et règlements généraux algériens.
- Ces textes et règlements devront être respectés dans la mesure où l'exécution des travaux du présent marché entre dans
leur domaine d'application.
- Code civil.
- Code de la santé publique.
- Code du travail.
- Code de l'environnement.
- Code de l'urbanisme.
- Règlement sanitaire, et Réglementation sécurité incendie.
- Textes relatifs à la sécurité et à la protection de la santé sur les chantiers.
- Réglementation acoustique.
- Législation concernant les conditions de travail et l'emploi de la main-d’œuvre.
- Textes relatifs à la protection et à la sauvegarde de l'environnement.
- Textes concernant la limitation des bruits de chantier. 39
- Textes concernant les déchets de chantier.
- Règlements municipaux et/ou de police, relatifs à la signalisation et à la sécurité de la circulation aux abords du chantier.
- Et tous les textes réglementaires et législatifs ayant trait à la construction, l'urbanisme, la sécurité, etc...

Textes et documents techniques


Documents techniques règlementaires DTR (Algérie)
▪Seront documents contractuels pour les présents marchés tous les documents DTR, et normes en vigueur en Algérie et les DTU,
qu'ils fassent l'objet d'une norme ou non, comprenant :
- Les Règles de calcul ;
- Les mémentos, guides, instructions, etc. ;
- Tous les autres documents ayant valeur de DTR, DTU. (comme les recommandations, guides etc..).

Caractère contractuel des DTR, DTU


▪Les DTR, et normes en vigueur, DTU cités comme « Documents contractuels » dans le présent marché, ont un caractère
contractuel pour :
- Toutes les prescriptions ayant trait aux matériaux, aux techniques de construction, aux règles de mise en œuvre, à la
coordination des travaux, aux règles de sécurité, etc.

Normes
▪Les normes algériennes, obligatoirement celles de la dernière édition, auxquelles les matériaux devront se conformer d'après le
présent cahier, pourront être remplacées par des normes d'une autre origine couramment admise, à condition qu'elles assurent une
qualité égale ou supérieure.
▪Il devra être précisé, dans chaque cas, la correspondance de ces normes avec celles mentionnées dans le présent document. Les
différents types de normes à respecter sont les suivants :
- Normes algériennes homologuées et enregistrée le cas échéant.
- En cas d’absence d’une norme algérienne équivalente, les normes internationales reconnues pourront être adoptées. Le
partenaire cocontractant est tenu de se conformer à ces normes. Dans le cas de divergences entre normes de différente
origine, la norme la plus exigeante au niveau de la qualité et des performances sera appliquée.
- Dans tous les cas, le maitre de l’œuvre sera seul habilité à imposer les normes applicables pour le projet.

Avis techniques
▪Les matériaux, produits et composants, équipements ou procédés de construction nouveaux, non couverts par les DTR, DTU et
normes, doivent selon le cas faire l'objet de procédure d'Avis technique.

Règles ou prescriptions de mise en œuvre


▪Les règles ou prescriptions de mise en œuvre où le Cahier des charges de mise en œuvre établi par le fabricant devra toujours être
respecté par Le partenaire cocontractant.

Procès-verbaux d'essais
▪Les procès-verbaux d'essais peuvent être exigés du partenaire cocontractant pour des produits ou procédés dits « techniques non
courantes » ne faisant pas l'objet d'un Avis technique. Ces procès-verbaux d'essais peuvent être établis par des organismes agréés
Algériens tels que le CNERIB, le CTC, le CETIM, le LNHC, l’ENACT, le LCTP ou autres.

Matériaux et produits
▪Les matériaux et produits devant être mis en œuvre dans les ouvrages du présent marché devront impérativement répondre aux
conditions et prescriptions ci-après. Les matériaux et produits prévus dans les DTR, DTU ou faisant l'objet de normes
Algériennes NA, normes NF, EN ou ISO devront répondre au minimum aux spécifications de ces documents. Les matériaux et
produits dits « non traditionnels », non prévus dans les DTR, DTU et ne faisant pas l'objet de normes algériennes NA, normes NF,
EN ou ISO, devront selon le cas :
- Faire l'objet d'un Avis technique ou d'un Agrément technique européen ;
- Etre titulaires d'une « Certification » ou d'un label ;

Pour les matériaux et produits n'entrant dans aucun des cas ci-dessus :
- La procédure d'obtention de l'Avis technique devra être lancée par Le partenaire cocontractant ;

▪Dans le cas où cette procédure d'obtention de l'Avis technique exigerait un délai trop long, le service contractant se réserve le
droit d’exiger des essais auprès des laboratoires préalablement agrées par le service contractant.
▪À défaut, dans le cas où le délai d'exécution contractuel ne permettrait pas le lancement de cette procédure, le partenaire
cocontractant pourra demander à ses assureurs et au service contractant, le cas échéant, l'accord sur le matériau ou le produit
concerné, en présentant toutes justifications apportant les preuves de son aptitude à l'emploi et son équivalence.
▪En tout état de cause, le partenaire cocontractant ne pourra en aucun cas mettre en œuvre un matériau ou un produit qui ne serait
pas pris en garantie par ses assureurs. Les produits « tout prêts » du commerce devront être livrés sur chantier dans leur emballage
d'origine. Cet emballage comportera tous les renseignements nécessaires.
40
Produits certifiés - Marques de qualité
▪De nombreux produits, matériaux, équipements, etc., ont fait l'objet d'une certification ou d'une marque de qualité. Ces produits
certifiés comportent un marquage clairement visible avec le sigle correspondant NF, CTB, ATG, QUALIF, CEKAL, ACERFEU,
etc., ainsi que CE. Ces marques de qualité sont exigées :
▪Lorsque Le service contractant l'exige dans les documents particuliers du marché, ou lorsque le partenaire cocontractant doit
justifier l'aptitude à l'emploi du produit par des essais et vérifications qui seront à ses frais.
▪Par les organismes de contrôle technique et les assureurs :
- Soit la certification ;
- Soit des justifications apportant les preuves que le produit est équivalent, ces justifications étant à la charge du partenaire
cocontractant.

▪Le partenaire cocontractant ne pourra mettre en œuvre que des matériaux et fournitures titulaires de la marque de qualité
correspondante.
▪Ces marques de qualité devront être portées d'une manière apparente sur les matériaux et fournitures concernées.

Choix des matériaux et produits


Selon le cas, le choix des matériaux et produits à mettre en œuvre est du ressort du service contractant, ou à proposer par le
partenaire cocontractant. Le titulaire du marché devra être en mesure de prouver la provenance des matériaux utilisés. Le
partenaire cocontractant aura toujours la faculté de proposer au service contractant un autre produit en apportant la preuve que ce
produit est équivalent en tant que tenue dans le temps, robustesse, résistance, tenue des teintes, aspect du fini, possibilité de
nettoyage, etc.
L'acceptation du service contractant des matériaux ou produits proposés par le partenaire cocontractant devra faire l'objet d'un
accord écrit. Le partenaire cocontractant proposera à l'agrément du service contractant les produits en fonction du résultat
souhaité, des contraintes techniques, permettant d'atteindre les performances, tenue dans le temps, aspect du fini, etc., voulus.

Responsabilité du partenaire cocontractant


Le partenaire cocontractant restera toujours responsable des matériaux qu'il met en œuvre. Il lui incombera de choisir les
matériaux et produits les mieux adaptés aux différents critères imposés par les impératifs de chantier, dont notamment :
- Nature et type de matériaux répondant aux impératifs de l’utilisation ;
- Pose en intérieur ou à l’extérieur ;
- Conditions particulières rencontrées pour le chantier ;
- Compatibilité des matériaux entre eux, etc.

Pour les matériaux et produits proposés par le service contractant, le partenaire cocontractant sera contractuellement tenu de
s'assurer qu'ils répondent aux différents critères ci-dessus. Dans le cas contraire, il fera par écrit au service contractant les
observations qu'il jugera utiles. Le service contractant prendra alors les décisions à ces sujétions.

Cahier des clauses techniques particulières


Ce CPT a pour objet de faire connaître le programme général de l'opération et de définir les travaux des différents corps d'état et
leur mode d'exécution. Il n'a aucun caractère limitatif. En conséquence, il demeure contractuellement convenu que, moyennant le
prix porté sur la soumission ou sur l'acte d'engagement ou servant de base au marché, Le partenaire cocontractant devra réaliser
l'intégralité des travaux nécessaires au complet et parfaire l’achèvement des ouvrages, en conformité avec les plans et avec la
réglementation et les normes contractuellement réputées connues.
Le partenaire cocontractant est contractuellement réputé avoir parfaite connaissance de l'ensemble des documents constituant le
CPT contractuel tels qu'ils sont énumérés ci avant. À ce sujet, il est formellement stipulé qu'en aucun cas le partenaire
cocontractant ne pourra opposer entre eux les différents documents constituant le CPT contractuel. En tout état de cause, il est
précisé que dans le cas éventuel de divergences implicites ou explicites entre ces documents, la décision sera du ressort du service
contractant.

Réglementations et documents cités dans le CCPT


Connaissance des réglementations et des documents contractuels
▪Le partenaire cocontractant est contractuellement réputé parfaitement connaître les réglementations et les documents contractuels
applicables aux travaux de son marché.
▪En ce qui concerne les DTR, DTU, il faut entendre tous les fascicules, additifs, amendements, errata, modificatifs, etc., connus à
la date précisée ci-dessous, sauf spécifications expresses différentes dans les Conditions Contractuelles.
Dates de prise d'effet des DTR, DTU, normes, etc.
▪Les normes applicables sont ceux dont le mois de prise d'effet figurant sur le document est antérieur de trois mois à celui du
lancement de la consultation, sauf indication contraire indiquée dans les normes.
▪Par extension, il est ici formellement stipulé que pour les autres documents contractuels cités, les dates de prises d'effet seront les
mêmes que celles ci-dessus, sauf indication contraire portée dans le document.

Contenu du prix du marché


▪Le Partenaire cocontractant est contractuellement réputé, avant la remise de son offre :
 Avoir apprécié exactement toutes les conditions d'exécution des ouvrages et s'être parfaitement et totalement rendu
compte de leur nature, de leur importance et de leurs particularités ; 41
 Avoir pris pleine connaissance de tous les documents utiles à la réalisation des travaux, ainsi que des sites et lieux et des
terrains d'implantation, des ouvrages et de tous les éléments généraux et locaux en relation avec l'exécution des travaux;
 Avoir procédé à une visite détaillée des lieux
 Avoir pris parfaitement connaissance de toutes les conditions physiques et de toutes sujétions relatives aux lieux des
travaux :
o aux accès et auxabords, à la topographie et à la nature des terrains, à l'exécution des travaux à pied d'œuvre ainsi
qu'à l'organisation et au fonctionnement du chantier (moyen de communication, de transport, lieux d'extraction
des matériaux, stockage des matériaux, ressources en main-d’œuvre, énergie électrique, eaux, installations de
chantiers, éloignement des décharges publiques ou privées, accès et pistes de chantiers, etc.);
 Avoir pris connaissance :
 De l'utilisation du domaine public et du fonctionnement des services publics ;
 De la présence de canalisations, conduites ou câbles de toute nature, ainsi que des travaux nécessaires au déplacement ou
à la transformation de ces installations ;
 De la réalisation simultanée d'autres ouvrages, ou de toute autre cause ;
 Avoir contrôlé toutes les indications des documents du dossier d'appel d’offres, notamment celles données par le CDC,
s'être assuré qu'elles sont exactes, suffisantes et concordantes, s'être entouré de tous les renseignements complémentaires
éventuels près du service contractant, et avoir pris tous renseignements utiles auprès des services publics ou de caractère
public (service de l'Équipement, services municipaux, service des Eaux, Électricité, Gaz, services de sécurité, de
télécommunication, câble télédistribution, etc.).

▪Le partenaire cocontractant peut utiliser les voies de circulation et d'accès qui auraient été construites préalablement aux travaux.
Il devra en assurer l'entretien permanent et faire procéder, le cas échéant, à leur réfection en fin de chantier par une entreprise
qualifiée, et ce à ses frais. Les prix s'entendent pour les travaux terminés dans les règles de l'Art.
▪Le prix du marché comprend toutes les dépenses nécessaires à la parfaite exécution des ouvrages confiés, y compris tous les frais,
prévus ou non, pour arriver au parfait achèvement des travaux, sans aucune exception ni réserve, tous les travaux nécessaires au
bon fonctionnement des ouvrages, et l'essai des équipements tels que prévus aux Avis techniques et au CPT. Il comprend toutes
les taxes fiscales et parafiscales en vigueur.

Plans de recollement
▪Les plans de recollement seront à établir par le partenaire cocontractant, à l'échelle : 1/100°
Sur ces plans figureront tous les ouvrages du marché. L'établissement des plans de récolement n'est pas rémunéré par un prix
spécial. Celui-ci est implicitement compris dans les prix du marché.

REGLES DE SECURITE
Réglementation sécurité incendie
Réaction au feu des matériaux et produits
▪En ce qui concerne les exigences de réaction au feu des matériaux et produits, il ne pourra être mis en œuvre que ceux répondant
au classement requis par la réglementation pour l'emploi envisagé.
▪Les étiquetages d'identification des produits et matériaux devront toujours comporter l'indication de leur réaction au feu, attestée
par un procès-verbal d'essai.

Comportement au feu des ouvrages


▪Pour ce qui concerne le comportement au feu des ouvrages en place, ceux-ci devront toujours répondre aux degrés coupe-feu
et/ou degré pare flamme, et autres exigences, le cas échéant, exigés par la réglementation en fonction du type de locaux, de
l'implantation, de la situation, etc., de l'ouvrage considéré. Il incombera au partenaire cocontractant de s'assurer que les matériaux
qu'il envisage de mettre en œuvre répondent bien aux exigences de la réglementation Sécurité contre l'incendie du local concerné,
il en prendra la responsabilité.
▪En tout état de cause, il incombera au partenaire cocontractant et/ou à son fournisseur, d'apporter la preuve que la réaction au feu
des matériaux et produits et le comportement au feu des ouvrages de son marché répondent à la réglementation incendie en
vigueur.
Réglementations concernant la sécurité et la santé des ouvriers
▪Le partenaire cocontractant doit se conformer à la réglementation algérienne en vigueur, en matière d’hygiène, de sécurité et de
protection de l’environnement, notamment aux textes suivants qu’il est réputé connaître et appliquer :
 La loi n° 88-07 du 26 janvier relative à l’hygiène, la sécurité, et la médecine du travail
 La loi n° 83-03 du 05 février relative à la protection de l’environnement
 Le décret exécutif n° 91-05 du 19 janvier 1991, relatif aux prescriptions générales de protection applicables en matière
d’hygiène et de sécurité en milieu de travail.

▪Dans le cadre du respect de ces lois, le partenaire cocontractant devra :


 Intégrer les aspects de sécurité avant l’installation du chantier et dans l’organisation du travail.

42
 Maintenir un bon niveau d’ordre et de propreté sur le chantier, prévoir des zones de dépôts des déchets, et évacuer
régulièrement ces derniers.
 Prévoir des accès sécurisés à toutes les zones de travail.
 Baliser visiblement de jour et de nuit les terrassements, obstacles et ouvrages présentant un danger pour la circulation des
personnes et des véhicules.
 Respecter le plan de circulation des véhicules qu’il devra établir et faire approuver par Le service contractant
 Ne pas procéder à des opérations de levage de charges lourdes, au-dessus d’autres installations sauf autorisation délivrée
par Le service contractant et suite à une étude de risque spécifique.
 Interdire toute opération de levage au-dessus du personnel.
 Fournir des équipements de protection individuelle conformes (casques, bottes, gants et lunettes) à l’ensemble de son
personnel ; ainsi que l’équipement spécial nécessité par certains travaux particulièrement dangereux (harnais anti chute,
casques antibruit et gants étanches)
 Veiller à ce que tous les moyens de secours et d’évacuation soient disponibles sur site et rapidement
 Disposer d’au moins un (01) brancard près du chantier afin de permettre le transfert et l’évacuation d’éventuels blessés
dans de bonnes conditions de sécurité.
 Organiser des campagnes de prévention et de sensibilisation.
 Réaliser un programme d’analyse de risques avant d’entamer les travaux et remettre une copie au service contractant.
 Mettre à la disposition des travailleurs de l’eau potable, des installations sanitaires de chantier en nombre suffisant, tout
autour et à proximité de la construction.
 Enregistre et déclarer au service contractant tout accident ou incident sur chantier, procéder à leur analyse et aux mesures
de correction prises.

▪Le service contractant pourra exiger toute information ou copie de document du partenaire cocontractant relative à l’hygiène, à la
prévention des accidents et la protection de l’environnement dans le chantier. (Registre des accidents, rapports d’accidents,
incidents, registres règlementaires du contrôle des équipements, permis de conduire de véhicules et autres engins de chantier,
appareils de levage, etc.)
▪Le service contractant pourra accéder à tous les secteurs du chantier.
▪Le service contractant pourra faire des recommandations au partenaire cocontractant et exiger des actions correctives afin
d’assurer la conformité avec l’ensemble des textes règlementaires en matière d’hygiène, de prévention des accidents et maladies
professionnelles, et de protection de l’environnement.
▪En cas de non-respect de certaines dispositions, Le service contractant pourra faire exécuter certains travaux et en imputera les
frais à Le partenaire cocontractant. Le chantier est soumis, en matière de sécurité et de protection de la santé, aux dispositions
législatives en vigueur à ce sujet.
▪D'autre part, on s'assurera que les éléments de structure (planchers, dalles, etc. …) sur lesquels viendront porter des charges
(engins roulants, tas de gravats etc…), restent compatibles pour leur tenue. En aucun cas les charges admissibles ne seront
dépassées. Si des planchers ou d'autres éléments de structure doivent être étayés ou échafaudés avec reports de charges sur
d'autres éléments structurels, on vérifiera la compatibilité de ces derniers à recevoir les efforts transmis.

CHAPITRE II
SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU TRAITEMENT DE LA CORROSION
GENERALITES
▪La présente partie contient les règles générales relatives aux travaux de traitement de la corrosion des aciers.
▪Ce lot est divisé en trois phases, à savoir :
Phase 1 : traitement de la corrosion des zones.
▪Cette liste ne pourra être considérée comme limitative. Les essais seront effectués conformément aux normes et spécifications en
vigueur ou à défaut, conformément à des normes agréées par le Maître d’œuvre.
▪L'ensemble des matériaux et fournitures nécessaires à la réalisation des travaux de traitement de la corrosion devra répondre aux
spécifications des normes en vigueur, ou à toute autre spécification agréée par le Maître d’œuvre.

OBLIGATION DE L’ENTREPRENEUR
Hygiène et Sécurité
▪L’entrepreneur fait mettre en place les moyens d’accès et les équipements d’hygiène et de sécurité sur les lieux des travaux en
respectant les dispositions du marché, la législation en vigueur et les consignes du Maître de l’œuvre.
Documents et normes
▪L’entrepreneur doit prendre connaissance et disposer en permanence des documents suivants de cette liste non limitative :
 La procédure de traitement de la corrosion, du présent CPT.
 La fiche technique ou notice d’emploi de chacun des produits.
 La fiche de données de sécurité (FDS) de chaque produit, dont la présence est imposée par la réglementation ;
 La fiche technique et le carnet d’entretien des différents matériels nécessaires (par exemple outils de mélange des
produits, moyens de pesée, etc.) ;
43
Contrôles
▪L’entrepreneur doit organiser, exécuter et contrôler toutes les opérations suivantes :
 Celles relatives à l’assurance de la qualité.
 Celles qui doivent précéder le traitement de la corrosion (préparation du support, préparation des produits…).
 Celles qui relèvent du traitement de la corrosion.
 Celles qui doivent suivre le traitement de la corrosion : le ragréage.
 Celles relatives à l’intervention du laboratoire chargé de certaines épreuves et de certaines mesures.
 L’amenée et la mise en place des moyens d’accès et des équipements d’hygiène et de sécurité.
 L’approvisionnement des matériaux et produits nécessaires.
 L’amenée et la mise en place des matériels nécessaires à l’opération.
 La mise en œuvre des moyens de mesure destinés à contrôler l’efficacité du traitement de la corrosion.

MISE EN ŒUVRE
Planche d’essai
▪L’entreprise est tenue avant d’entamer ses travaux, de réaliser une planche d’essai pour valider les traitements à mettre en œuvre.
▪Il s’agit de réaliser in situ, une surface traitée qui servira d’essai de convenance. Cet essai servira à valider en une seule fois le
matériel, les matériaux et la mise en œuvre de la planche de convenance. Ces validations concernent les exigences suivantes :
 De forme.
 De couleur.
 D’aspect.

Traitement de la salissure
▪Les travaux consistent à conserver l’aspect initial du parement, tout en assurant une protection durable. Le traitement se fera
mécaniquement pour débarrasser le béton de la salissure qui dissimule leur couleur. Le procédé retenu est le lavage sous pression,
il sera réalisé de façon à ne pas altéré la surface du parement.
▪L’addition de détergents à petite dose peut être envisagée.
▪La surface ainsi nettoyée devra être réceptionnée par le maître de l’œuvre pour passer à l’étape suivante.

Elimination des zones dégradées


▪Avant de réparer les zones dégradées (armatures apparentes, éclatements de béton, traces de rouille, etc.), les revêtements en
place doivent être retirés, sur toute la surface, par un moyen mécanique. Les produits de démolition doivent être mis en décharge.
Pour traiter les armatures corrodées, il convient de les dégager par burinage, repiquage ou bouchardage, jet d’eau ou sablage. Le
dégarnissage doit être effectué jusqu’à ce qu’un acier sain apparaisse et la longueur de cet acier doit être dégagée sur toute sa
périphérie, selon la norme NF P 95.101 (un dégagement d’un minimum de 2 cm derrière l’armature, est conseillé). Lorsque les
armatures qui ne sont pas parallèles au parement sont corrodées à leurs extrémités, le béton avoisinant doit être enlevé et ces
extrémités doivent être amputées de 2 cm, pour rétablir un enrobage suffisant.
▪Les surfaces de bétons sont ensuite nettoyées, afin de faire disparaître toute poussière ou toute souillure, subsistant après
l’élimination des bétons dégradés. Ce nettoyage peut être réalisé par voie humide ou sèche (brossage et soufflage), mais dans le
cas du lavage à l’eau, celle-ci doit être éliminée par soufflage ou par aspiration.
◊▪N.B : Le partenaire cocontractant devra tenir compte du caractère polluant de ces travaux en site occupé et devra présenter des
mesures de préventions appropriées, telles que :
 Equipements de protection individuels pour ses ouvriers,
 Filet de protection anti poussière,
 Etc...

▪La surface ainsi préparée devra être réceptionnée par le maître de l’œuvre pour passer à l’étape suivante.

Remplacement des armatures fortement corrodées


▪A cette étape des travaux, un contrôle du diamètre résiduel des armatures les plus fortement attaquées sera effectué (à l'aide d'un
pied à coulisse par exemple). Les armatures supplémentaires de même nature seront mises en place, par scellement ou soudure,
afin de restituer la section initiale, avec une tolérance de 5%, en tenant compte des longueurs d'ancrage et de recouvrement, et des
armatures de couture.
▪Dans le cas de soudures, celles-ci devront être effectuées, selon les normes en vigueur, après que la soudabilité de l’acier ait été
vérifiée.

Protection des armatures


▪La protection des armatures consiste à appliquer sur toute la surface de celles qui sont dégagées (périphérie complète), un produit
assurant une protection vis-à-vis de la corrosion. Cette application doit suivre immédiatement le décapage, car l’oxydation des
armatures risque de s’amorcer et de compromettre la bonne tenue de la réparation.
▪Appliquer par un pinceau d’un inhibiteur de corrosion de type SIKA FERROGARD 901 ou équivalent ;
La surface ainsi passivée devra être réceptionnée par le maître de l’œuvre pour passer à l’étape suivante.

Reconstitution de l’enrobage 44
▪La réfection des bétons consiste à rétablir l’enrobage des armatures par la mise en œuvre de mortier. Ce dernier doit respecter les
critères :
 De tenue verticale sans coffrage.
 De montée en résistance rapide et de résistance mécanique supérieure au béton support.
 D’adhérence supérieure ou égale à la cohésion du support.
 D’imperméabilité à l’eau et aux agents agressifs.
 De coefficient de dilatation thermique et de module d’élasticité dynamique équivalent au béton support.
 De bonne protection des aciers.
 L’enrobage doit être reconstitué par application d’un mortier de réparation prêt à l’emploi et à base d’un liant
hydraulique mono composant type SIKA REP 3SR ou équivalent conforme à la norme EN 1504-3 type R4  ; L’enrobage
des armatures doit être reconstitué pour donner un enrobage minimal de 3 cm. Après serrage et lissage à la taloche,
appliquer une cure humide pendant au moins trois jours.
 La surface ainsi enrobée devra être réceptionnée par le maître de l’œuvre pour passer à l’étape suivante.

Revêtement de protection sur les parties traitées


▪Afin d’assurer une couleur proche de la couleur existante du béton et une protection, un revêtement à base de résine pour
protéger le béton contre les agressions atmosphériques et favoriser l’auto nettoyage sera appliqué sur les surfaces traitées. Une
peinture type SIKAGUARD 680S BETONCOLOR ou équivalent est recommandée.
▪Le choix de la nuance du produit sera réalisé lors de la réalisation d’une ou plusieurs planches d’essais.

Revêtement de protection global


▪Il sera appliquée une protection aux bétons afin de retarder le démarrage de la corrosion et de réduire le taux de corrosion. Ceci
par un produit assurant une couche protectrice aux aciers par migration. La protection appliquée sera incolore et sera appliquée sur
toutes les façades non endommagées et exposées. Le traitement consiste en l’application d’un inhibiteur de corrosion de type
SIKA FERROGARD 903 ou équivalent.
▪Le choix de la nuance du produit sera réalisé lors de la réalisation d’une ou plusieurs planches d’essais.

CHAPITRE III
SPECIFICATIONS TECHNIQUES DES BETONS

GENERALITES
▪La présente partie du Cahier des Prescriptions Techniques contient les règles générales relatives à la confection, la fourniture à
pied d’œuvre et la mise en œuvre des bétons. Les essais relatifs au béton seront effectués conformément aux normes et
spécifications en vigueur ou à défaut, conformément à des normes agréées par le Maître d’œuvre.
▪L'ensemble des matériaux et fournitures nécessaires à la fabrication du béton devra répondre aux spécifications des normes en
vigueur, ou à toute autre spécification agréée par le Maître d’œuvre.

TRAVAUX DE DEMOLITION
▪Les travaux de démolition portent sur un la dalle de passage en béton armé, entre le rectorat et son annexe.
▪Les travaux de démolition doivent respecter en premier lieu des mesures de sécurité draconiennes pour assurer la sécurité des
biens et de personnes. A cet effet, le cocontractant devra prendre les mesures suivantes :
 L'adaptation des mesures de protection collective spécifiques.
 L'adaptation des mesures de protection individuelle spécifiques.
 L'étayement,
 L'installation des échafaudages,
 L'installation des lieux de stockage et des moyens d'évacuation des décombres,

▪En second lieu l’entreprise devra soumettre une procédure de démolition à l’appréciation du maître de l’œuvre. Donc, la méthode
et les moyens prévus dans ce cas doivent exclure la chute de matériaux sur les emplacements librement accessibles.
▪Et en dernier lieu, ils doivent se dérouler dans le respect de l’environnement et éviter tout désagrément au voisinage.

PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX


Ciments
Nature et qualité
▪Le ciment devra satisfaire aux conditions imposées par la norme NA 442.
▪Le ciment sera livré sur chantier en sacs fermés et marqués ou en vrac par camions containers.

Stockage
▪A la réception des sacs de ciment, toutes les précautions seront prises pendant le déchargement, le transport et le stockage pour
protéger le ciment des intempéries et pour éviter la détérioration des sacs. Le ciment sera stocké dans des locaux bien ventilés et
parfaitement protégés du soleil et de l'humidité. Ces locaux comporteront un plancher en bois ou en béton.
45
▪Tout ciment contenu dans des sacs endommagés, ou ayant fait prise même partiellement, ou éventé, ou n'ayant pas satisfait aux
essais de contrôle, ne pourra en aucun cas être utilisé et devra obligatoirement être détruit ou transporté en dehors des limites du
chantier.

Essais et analyses
▪Avant l'expédition de chaque lot en provenance des usines du fabricant, et si le Maître de l'œuvre le demande, il sera délivré à ce
dernier des certificats de fabrication (PV d’essais) déclarant que le ciment a été soumis à des essais qui l'ont prouvé conforme aux
exigences des normes appropriées. La date, la quantité de ciment et le numéro du bon de livraison approprié devront être précisés.
▪Le Maître de l'œuvre est en droit de refuser tout ciment à la suite d'essais complémentaires exécutés par lui-même ou dont il aura
commandé l'exécution par des tiers nonobstant les certificats précités, auquel cas le cocontractant enlèvera séance tenante tout
ciment ainsi mis au rebut.
▪Pour chaque lot réceptionné, l'Entrepreneur fera les prélèvements pour les essais suivants :
 Temps de prise NA 230
 Essai de rupture par traction et compression NA 234

▪Les résultats de ces essais doivent être communiqués au Maître de l’œuvre dans les soixante-douze heures qui suivent les
prélèvements et en tout état de cause avant l'emploi des ciments. Si le résultat des épreuves est favorable, la réception sera
prononcée.

Granulats - Prescriptions générales


▪Tous les agrégats pour béton devront répondre aux spécifications des normes NA255 - NA256 - NA257 - NA446 - NA451 à
NA464 ou de toute autre norme similaire agréée par le maître d'ouvrage.

Granulats pour béton 


▪Les granulats devront être propres et ne pas contenir de détritus animaux ou végétaux. La proportion maximale en poids de
granulats pesant au lavage au tamis de module 34 (tamis de 2 mm) devra être inférieure à 2 %.

Nature et propreté
▪Les granulats proviendront du concassage de roches massives et de l'exploitation de matériaux siliceux. Tous les granulats seront
formés de particules dures, solides et durables et exempts de toute matière argileuse, organique ou soluble et en général de
matériaux préjudiciables à la qualité ou à la durabilité des bétons ou susceptibles d'attaquer les armatures telles que des pyrites de
fer, du charbon, du mica, des schistes, etc.
▪Ils auront un coefficient de forme convenable et ne contiendront pas de particules plates ou oblongues. Le Maître de l’œuvre, s'il
en reconnaît la nécessité, peut prescrire aux frais du cocontractant que les granulats soient nettoyés par lavage à l'eau douce ou
dépoussiérés avant l'emploi. Le lavage des sables doit être conduit de façon à ne pas éliminer exagérément les grains les plus fins.

Stockage
▪Les granulats des différentes catégories seront entreposés par lot séparé de manière à ne pouvoir se mélanger. Ils seront stockés
de façon à éviter toute ségrégation ou contamination. Les aires de stockage auront une surface dure et seront réalisées de manière
à assurer des conditions de propreté satisfaisantes (aires de planche, tôles etc.)
▪Les granulats mélangés ou pollués lors de manutention ou du stockage seront rejetés et devront être enlevés et remplacés par des
matériaux de qualité acceptable, aux frais du cocontractant. Les granulats seront stockés en quantité suffisante pour éviter toute
interruption de bétonnage. Le cocontractant mettra en œuvre un dispositif permettant le contrôle permanent de la teneur en eau des
différents stocks d'agrégats muni d'une lecture directe au point de fabrication du béton.

Granulats moyens et gros


▪Les dimensions minimales et maximales de granulats seront de 3,75 mm et 25 mm, l'approvisionnement s'effectuant en deux
fractions minimum. Les compositions granulométriques des granulats pour chaque ouvrage ou partie d'ouvrage seront proposées
par le cocontractant à l'agrément du Maître de l’œuvre en même temps que les compositions des bétons.
▪Ces compositions se réfèrent à la norme NF P 18.304. Les poids de granulats retenus sur le tamis correspondant à leur seuil
supérieur et les poids de granulats passant à travers le tamis correspondant à leur seuil inférieur, seront l'un et l'autre inférieurs à
10 % du poids initial soumis au criblage.
▪Il est spécifié que les dimensions maximales des granulats devront être limitées par l'épaisseur des ouvrages et par la densité du
ferraillage.
▪En particulier, cette dimension maximale ne devra pas être supérieure au quart de l'épaisseur de l'ouvrage dans ses parties les
moins larges, et ne devra pas excéder les trois quarts de l'espace libre horizontal entre deux armatures ou entre une armature et un
coffrage.

Granulats fins (sable)


▪Le sable utilisé sera un sable d’Oued de très bonne qualité (propreté et granulométrie appropriées). Il sera propre et ne contiendra
pas de matières gypseuses, argileuses ou organiques. Il doit être conforme aux normes en vigueur.
▪L’équivalent de sable doit être supérieur à 75%. L’emploi du sable de mer est interdit. L’emploi des sables contenant une
proportion supérieure à 20 % de grains plats ou allongés ne sera pas permis.

46
▪L’humidité du sable sera contrôlée régulièrement. La teneur en eau du sable ne dépassera pas 8 % en poids. La variation de
l’humidité naturelle du sable ne devra pas être de plus de 1 % en 4 h et un changement brusque de 0, 5% ne pourra être toléré. Le
sable devra donc être stocké et acheminé de la centrale à béton en conséquence.

Eau de gâchage
▪L'eau de gâchage des bétons devra être propre et exempte d'acides, d'alcali, de matières organiques ou minérales et en général, de
toute substance pouvant nuire aux bétons ou aux aciers. Elle devra répondre à la norme NA 1966 pour l'eau de gâchage des bétons
de construction. Le cocontractant exécutera à ses frais des prélèvements et analyses chimiques de l’eau de gâchage au moins une
fois par mois et chaque fois que cela s’avère nécessaire.

Adjuvants
▪Il est interdit d'incorporer aux bétons destinés à la confection d'ouvrages en béton armé des sels métalliques solubles,
spécialement du carbonate ou du sulfate de sodium ou tout chlorure ou encore un produit quelconque en contenant. Si, au cours
des travaux, il s'avérait nécessaire d'utiliser un adjuvant, le cocontractant soumettrait une proposition au Maître de l’œuvre, en
respectant les prescriptions et règlements en vigueur sur la mise en œuvre de ces produits.

Les aciers
▪Les aciers employés seront conformes aux normes en vigueur et devront répondre aux exigences de calcul.

Normes
▪Les aciers dont la fourniture incombe au cocontractant doivent être conformes à l'une des normes suivantes :
 Normes algériennes
 Les normes ISO
 Normes européennes (EN 10080) et les Normes françaises le cas échéant en cas d’absence de référentiel normatif adapté.
 Les aciers doivent satisfaire les exigences de la circulaire interministérielle du 8 mars 1997 relative aux ronds à béton et
en particulier la composition chimique et l’essai de pliage - dépliage. Chaque lot (20 tonnes) sera soumis à un
prélèvement d’échantillons pour essais.

▪Il sera demandé :


 Certificat d’essais préalable.
 Certificat de conformité avec chaque arrivage.
 Provenance/usine.
 Nuance 

▪Les aciers utilisés doivent être neufs, exempts de toute trace de rouille, de graisse ou de toute autre matière organique ou autre
matière pouvant provoquer leur corrosion. L'armature doit être placée exactement dans les positions indiquées sur plans.
L'armature doit être suffisamment attachée et soutenue de sorte que l'espacement et les tolérances d'enrobage ne soient pas
dépassés pendant le coulage du béton. Les copies des rapports d'essai certifiées couvrant chaque coulée de l'acier d'armature
doivent être soumises à l'ingénieur sur sa demande.
▪Si l'acier d'armature doit être fabriqué par autre que le fournisseur du matériau, l'acier d'armature doit être groupé par la
dimension, identifié par lot ou par coulée, étiqueté et envoyé au fabricant. Les aciers ayant subi un pliage sauvage ne peuvent plus
être dépliés en vue d’une utilisation future.

Stockage
▪Les ballots des barres d'armature doivent être étiquetés en indiquant la quantité, la catégorie, la dimension, les numéros de
marque et autres identifications permettant de les vérifier, trier et placer. L'acier d'armature doit être stocké hors du sol sur du bois
et protégé de la contamination par le pétrole et autres matières nuisibles.

Façonnage
▪Les armatures doivent être exactement façonnées aux dimensions montrées sur le détail des plans de placement et aux
emplacements indiqués. Les barres seront coupées selon la longueur prescrite à la cisaille. Les diamètres minimum des crochets
standards doivent respecter les exigences de BAEL 91 et RPA99 version 2003. Sauf permis autrement par le Maître de l’œuvre,
toute armature doit être tordue à froid et ne doit pas être pliée ou redressée d’une façon qui causera un dommage au matériau.
▪Toute armature doit être fabriquée aux tolérances précisées dans le DTR C – 2.41.

Mise en place
▪L'armature doit être placée exactement dans les positions indiquées sur plans. L'armature doit être suffisamment attachée et
soutenue de sorte que l'espacement et les tolérances d'enrobage ne soient pas dépassés pendant le coulage du béton.
▪Lors du coulage du béton, toute armature doit être exempte de boue, huile, graisse, agents de libération de coffrage, débris lâche
ou rouille, ou toutes autres matières qui nuiraient à l’adhérence entre l'acier et le béton.

Cales pour armatures

47
▪Sauf indiqué autrement sur les plans, l’utilisation des cales à béton est recommandée afin de bien positionner les armatures et de
satisfaire aux exigences réglementaires concernant l’enrobage.
Fils d'attache
▪Les fils d'attache pour les barres non enduites doivent être des fils en acier de numéro de jauge 2 mm ou plus.

Jonction et recouvrement
▪La jonction et le recouvrement des armatures doivent être exécutés selon les règles de l’art et conformément aux prescriptions du
RPA99 version 2003 et le DTR C – 2.41.
Tolérances pour le placement d'armature
▪Sauf noté autrement sur les plans, les barres d'armature doivent être placées avec les tolérances suivantes :
 La tolérance pour la profondeur (d) et l'enrobage minimum dans les membres en flexion, les poutres et les poteaux
doivent être comme montrés dans le tableau, doivent être respectées.
 La tolérance pour l'enrobage ne doit pas dépasser 1/3 de l'enrobage minimum nécessaire indiqué sur les plans du projet
ou dans les spécifications. Quand le calcul a augmenté l'enrobage pour des raisons de durabilité, aucune diminution de
l'enrobage ne sera permise.

Profondeur Tolérance sur d Tolérance sur enrobage minimum


d <200 mm ± 10 mm - 10 mm
d >200 mm ± 13 mm - 13 mm

"d" est la profondeur efficace précisée ou la distance de la fibre extrême de compression au centre des barres en tension.

Supports et Espaceurs
▪Le placement des barres sur des couches de béton frais pendant l’avancement des travaux et l’ajustement des barres pendant le
coulage du béton ne seront pas permis. Les supports doivent être de résistance et de nombre suffisants pour maintenir l'armature
en place et dans des tolérances pendant les opérations de bétonnage. Les supports doivent être employés de telle façon à ne pas
nuire à l’apparence du béton. Les Espaceurs ou cales appropriés doivent être employés pour maintenir l'enrobage voulu.

Enrobage
▪Les enrobages minimums suivants sont donnés pour les barres d'armature employées dans le béton coulé en place et pour toutes
les armatures qu’elles soient principales ou secondaires. Cet enrobage est déterminé en tenant compte de la dimension maximale
des granulats et de la maniabilité du béton. Tableau des valeurs de l’enrobage (selon DTR BC 2.41 Art A.6.3)

Condition d'exposition du béton Enrobage minimum


Parois coffrés ou non qui sont soumises (ou susceptible de l’être) à des actions
30 mm
agressives ou à des intempéries.

▪L’enrobage minimal pris en considération pour le calcul de l’infrastructure est de 30 mm

MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX


Catégorie des bétons
▪Le critère de base servant à la définition des différentes classes de béton est la résistance caractéristique à la compression à 28
jours d'un cylindre de Ø16 cm et de haut. 32 cm.
▪Ces qualités de béton ne sont données qu'à titre indicatif et ne dispenseront en aucun cas le cocontractant d'effectuer les épreuves
d'études et de convenances des bétons. Toutefois, le cocontractant pourra être autorisé à utiliser ces bétons référencés après accord
du Maître d'Ouvrage dans le cas où un bétonnage s'avèrerait nécessaire avant les résultats des études de bétons.

Résistance à
Nature du l’écrasement
Classe ciment Granulométrie Dosage ciment Emploi courant
ciment minimal à 28
jours
Béton pour
CEM II 42.5 0/25 350 kg/m3 25 MPa
Différents éléments

Composition, tolérance et contrôle du béton


Composition du béton
▪Le cocontractant doit établir par un laboratoire agréé par le Maître de l’œuvre, la formule de composition du béton par
l’utilisation de matériaux disponibles sur site et agréés par le Maître de l’œuvre. Cette prestation est effectuée à la charge du
cocontractant. La composition est réputée acceptable lorsqu’elle vérifie les critères de conformité. La composition du béton

48
(gravier, sable, eau) ainsi que les proportions granulométriques seront établies par le cocontractant en fonction des matériaux dont
elle disposera de manière à obtenir un béton répondant aux exigences suivantes :
 La qualité du béton doit être uniforme 
 Rapport (E/C) max= 0.50

▪Résistance caractéristique à la compression sur cylindre à 28 jours


 Pour ouvrages divers en béton armé = 25 MPa
 Affaissement au cône d’Abrahms = 70 à 90 mm (plastique)
 Dimension maximale des agrégats = 25 mm 

NB : Ces prescriptions sont d’ordre général et peuvent être modifiés à la demande du maître de l’œuvre.
Ces résistances doivent être prouvées par procès-verbaux d’essais de convenance sur les mêmes matériaux. Toute altération
dans la provenance doit être justifiée par d’autres essais. Les essais de convenance et de contrôle de qualité (pour tous les
coulages) sont à la charge du cocontractant. Le cocontractant est tenu, avant livraison, d’aviser le Maître de l’œuvre de tout
changement apporté à la nature des constituants du béton en cours de fourniture, et d’obtenir son accord sur cette
modification.

Tolérances
Le cocontractant est également tenu, avant livraison, de l’aviser d’un changement de provenance des constituants. Les tolérances
de dosage des constituants du béton à respecter sont :
 Granulat et ciment : 2.5%
 Eau de gâchage : 2.0%
 Adjuvants : 5.0%

Contrôle qualité
▪Le cocontractant sera responsable de la qualité du béton fourni sur le site, des matériaux utilisés dans le mélange béton, et de la
maintenance de ses équipements.
▪Le nombre et la fréquence des essais seront fixés par le Maître de l’œuvre et selon les normes en vigueur. Un minimum de six
(06) éprouvettes cylindriques (16x32 cm) par phase de coulage est nécessaire.
▪A tout moment lors du déroulement du chantier, le maître de l’œuvre se réserve le droit d’exiger du cocontractant des essais
complémentaires. Tous les essais devront être effectués conformément aux normes en vigueur NA 424 à NA 431. Au moins un
essai de résistance (quatre spécimens) sera effectué pour chaque 100 m3, ou une fraction de cette quantité, de chaque catégorie de
béton coulé au cours de n'importe quelle journée.
▪Les résultats des essais doivent être communiqués au maître de l’œuvre au plus tard 24 heures après la réalisation des essais.

ESSAIS ET CONTROLE
Prélèvement des bétons
▪Le béton constitutif des éprouvettes sera prélevé suivant les ordres du Maître de l’œuvre, aux instants et dans les conditions
fixées par lui, que ce soit à la sortie des machines de fabrication ou après le transport du béton au lieu même d'emploi.
Confection des éprouvettes
▪Les éprouvettes seront moulées en assurant une mise en place par piquage.
▪Les moules devront être métalliques, démontables, et comporter un fond et des parois ; ils seront munis d'un couvercle. La
tolérance maximale sur chacune de leurs dimensions sera en plus ou en moins de trois dixièmes de millimètre pour un moule neuf
et de six dixième de millimètre pour un moule en service.

Conservation des éprouvettes


▪Les éprouvettes destinées aux essais de contrôle seront conservées à la température de 20°C à un degré près : les vingt-quatre
premières heures dans leurs moules, ensuite démoulées et placées dans des enveloppes étanches et transportées au laboratoire dans
le délai le plus bref possible. Elles y seront conservées jusqu'à leur essai en salle de brouillard ou immergées. Elles seront
essuyées, mais non séchées, juste avant l'essai.

Marquage des éprouvettes


▪Les éprouvettes seront marquées au moment de leur démoulage.

Epreuves d'étude et de convenance des bétons


▪L'épreuve d'étude est la justification expérimentale de la composition du béton. L'épreuve de convenance est la justification
expérimentale du béton témoin exécuté sur chantier avant le démarrage des travaux pour chaque atelier de bétonnage.
▪Le nombre minimal d'éprouvettes soumises à cet essai, que ce soit en compression ou en traction sera de neuf à sept jours et de
neuf à vingt-huit jours.
▪Le cocontractant a la responsabilité de procéder aux épreuves d'étude et de convenance en temps utile pour respecter ses
obligations contractuelles relatives aux délais d'exécution, quels que soient les résultats des dites épreuves.
▪Prévoir des essais de convenances et élaborer des compositions alternatives (de secours) avec des matériaux provenant de sources
différentes (totalement ou partiellement).

Essai de résistance à la compression


49
▪Les essais de compression seront effectués par écrasement en compression axiale d'éprouvettes cylindriques conformément aux
normes en vigueur.Les essais seront effectués à 7 et 28 jours. Les moules seront remplis par du béton prélevé sur les lieux
d'utilisation.
▪Il sera prélevé chaque fois six éprouvettes dont trois seront essayés à 7 jours et les trois autres à 28 jours. Les résultats d'essai
réalisés à des âges différents pourront être affectés des coefficients multiplicateurs de correction suivants pour les ramener aux
valeurs correspondant à 28 jours.

50
Cas de non-conformité
▪En cas de non – conformité aux spécifications, des essais complémentaires peuvent être effectuées à la demande du maître de
l’ouvrage. Tous les matériaux ne répondant pas aux qualités requises doivent être évacués à la demande du maître de l’œuvre.
FABRICATION
▪Avant toute opération de bétonnage, un planning détaillé dit programme de bétonnage doit être soumis au maître de l’œuvre. Le
programme doit contenir au moins les informations suivantes conformément aux règles de l’art (DTR-BE.21) :
 Caractéristiques et nombre de centrales à béton en réserve en cas de défaillance éventuelle de l’équipement de service.
 Les phases de mise en œuvre du béton.
 Description de la qualité et l’origine des agrégats.
 Description de la qualité et l’origine de l’eau de gâchage.
 Description de la qualité et de l’origine du ciment.
 Programme de prélèvement et marquage des éprouvettes pour le contrôle de la qualité du béton.
 Description et la conservation des éprouvettes.
 Description des adjuvants prévus.
 Indication du laboratoire chargé des essais sur la qualité des matériaux.
 Référence du fournisseur de l’acier, des armatures, ainsi que la fiche technique de la qualité de l’acier.
 Description du bétonnage par temps froid ainsi que par temps chaud.
 Proposition du coffrage (système et matériaux), et le programme de décoffrage.

▪Le cocontractant doit préparer une fiche de bétonnage, la renseigner et la signer pour s’assurer de la conformité de l’ouvrage
avant le coulage. Le maître de l’œuvre sera invité à signer la fiche pour confirmer son accord pour autoriser le coulage. Donc
aucun coulage ne sera autorisé sans l’accord écrit entre le cocontractant et le maître de l’œuvre.

Programme de mise en place du béton


▪Dans le délai de 60 jours à compter de la réception de l’ordre de service pour commencer les travaux ou de délai prolongé par le
maître de l’ouvrage, le cocontractant soumettra à l’approbation du maître de l’œuvre un programme complet ou détaillé de mise
en place du béton.
▪Dans ce programme sera indiquée la situation des bétonnages à chaque mois pour chaque travail de béton à réaliser.
Périodiquement, le cocontractant présentera des programmes de mise en place du béton actualisés avec l’indication des travaux
déjà réalisés et en cours avec les révisions adéquates pour les futurs bétonnages.

Transport et mise en œuvre


▪Le béton sera acheminé rapidement par des moyens qui amèneront aussi près et aussi directement que possible au point de
bétonnage. Le béton sera coulé avant sa prise initiale et au plus tard une heure trente minute (1h 30 mn), après l'introduction de
l'eau dans la gâchée.
▪Si le transport du béton est fait par des véhicules sans agitateur, le maître de l’œuvre aura le droit d’exiger l’enlèvement du béton
qui, avant d’être vibré, aurait attendu plus de 30 minutes.
▪Si le béton est transporté au lieu d’emploi par d’autres véhicules que des camions avec agitateur ou camions mélangeurs, il doit
être entièrement déchargé au plus tard 45 minutes après mélange. La hauteur de chute libre du bétonne devra pas dépasser 1,5 m.
▪Les couches successives seront mises en place sur une épaisseur de 50 à 60 cm au plus avant que la couche précédente n'ait fait
prise.
▪Les bennes ne devront pas être vidées dans les coffrages en un seul point, mais réparties en plusieurs tas ou en cordon, de
manière à limiter la hauteur des cônes à 60 cm. Le béton devra être déposé directement à l’endroit de son utilisation.
▪Le déplacement latéral du béton, qui peut produire une certaine ségrégation est interdit. Il ne sera pas permis d’utiliser les
pervibrateurs pour répartir le béton.
▪La mise en place se fera, en principe, par couches horizontales continues d’épaisseur maximum 50 cm. Pour chaque couche, le
béton sera déposé sans interruption par cordon, allant d’un point au suivant, parallèlement au coffrage. En aucun cas, la
consistance du béton ne devra être modifiée pour faciliter sa mise en place.
▪Le re-malaxage du béton avant sa mise en place est interdit.
▪Tout béton durci qui ne peut être mis en place d’une manière standard devra être écarté.
▪Lors d’une pluie intense ou prolongée qui aurait pour effet de laver le mortier, il conviendra d’arrêter la mise en place du béton et
de protéger le béton frais déjà en place.
▪L’eau nécessaire pour laver les surfaces avant le bétonnage ou l’eau nécessaire à la cure du béton sera canalisée et ne pourra en
aucun cas laver le béton frais.
▪Toutes les précautions seront prises pour éviter le déplacement des éléments enrobés (pièces fixes, etc.) lors de la mise en place
du béton et de la vibration.
▪Sur une fondation en pente, on disposera des coffrages d’arrêt pour éviter la formation de languettes de béton trop minces pour
pouvoir être vibrées.
▪Le bétonnage dans l’eau sera interdit, sauf autorisation expresse du maître de l’œuvre.

51
Bétonnage par temps chaud
▪Le bétonnage par temps chaud ne pourra être exécuté qu’avec l’accord du maître de l’œuvre. Les adjuvants retardateurs de prise
permettant de lutter contre l’influence néfaste de la température ambiante excessive pourront être utilisés en accord avec du maître
de l’œuvre.

Vibration du béton
▪Tous les bétons seront vibrés de telle sorte que leur compacité soit maximale, que soit éliminé l’air entraîné non désirable et que
soient supprimés les nids de graviers. Le cocontractant proposera dans le dossier technique le type et le nombre de vibrateurs qu’il
utilisera pour chaque ouvrage.
▪Au cours de la vibration d’une couche, les flaques de laitance ou d’eau qui pourraient se former à la surface du béton seront
éliminées avant la mise en place de la couche suivante.

Conservation et cure
▪La cure du béton destiné à le maintenir dans l'état d'humidité nécessaire à un durcissement satisfaisant pourrait être faite par
humidification ou enduit de cure. La cure par humidification devra commencer dès la fin de la prise qui ne serait plus susceptible
d'être altéré par les eaux ruisselantes à la surface. Elle durera au minimum 7 jours. Par temps chaud un minimum de 14 jours est
prescrit.

MISE EN PLACE DES ARMATURES


▪Les armatures seront mises en place conformément aux règles de l'art. Les ligatures seront en fil d'acier doux recuit et disposés à
tous les points de croisement des différentes barres. Les dispositifs de calage (cales en béton ou en plastiques) seront soumis à
l'agrément du Maître de l’œuvre. Les cales métalliques ne sont pas admises. Des précautions particulières devront être prises pour
que les armatures ne soient en aucun cas souillées par le terrain avant le coulage du béton.
▪Il ne pourra être bétonné aucune partie d'ouvrage en béton armé sans que le Maître de l’œuvre en ait approuvé par écrit le
ferraillage complètement achevé.
▪Le cocontractant assurera en outre le maintien du positionnement correct des armatures lors du coulage et de la prise du béton,
ainsi que la non contamination des ferraillages par l'huile de coffrage ou tout autre produit pouvant nuire à l'adhérence entre l'acier
et le béton. La fixation d'un ferraillage à un autre se fera à l'aide de fil à ligature en acier doux de 1,5 mm de diamètre. Il sera
utilisé des entretoises à l'intérieur des coffrages ainsi que des cales en béton spécialement constituées pour maintenir le ferraillage
en place, les types, espacements et applications étant soumis à l'approbation du Maître de l’œuvre.

LES COFFRAGES
Généralités
▪Il est précisé que, sauf indications contraires des plans, le béton restera brut de décoffrage sans application d'un enduit général
après décoffrage.
▪Les coffrages devront présenter une rigidité suffisante et être maintenus en place de telle sorte qu'ils ne subissent aucune
déformation ou déplacement durant les opérations de mise en place de pré vibration et de durcissement du béton. Dans le cas
d'utilisation de coffrage bois, les planches utilisées ne pourront avoir moins de 25 mm d'épaisseur. A moins que l'on utilise du
contreplaqué de revêtement, elles seront obligatoirement rabotées pour les parements vus et pour d'autres parties des ouvrages si le
Maître de l’œuvre le demande.
▪Tous les joints de raccordement entre les panneaux de coffrage devront être horizontaux ou verticaux, sauf spécification contraire
du maître d'ouvrage. Les joints de coffrage seront conçus de manière à être étanches pour éviter toute perte de laitance ou mortier
durant la pervibration.
▪Avant emploi, les coffrages seront nettoyés et débarrassés de toutes traces de laitances, puis recevront une application d'une huile
d'un type approuvé par le Maître de l’œuvre pour éviter toute adhérence avec le béton. Si le Maître de l’œuvre demande que dans
certaines zones il soit fait usage de coffrage d'arrêt, le cocontractant prendra toutes dispositions pour qu'au décoffrage, les surfaces
présentent un aspect rugueux et qu'elles soient débarrassées de laitance avec la mosaïque du béton bien apparente.
Mise en place des coffrages
Propreté
▪Les coffrages des parements doivent être suffisamment propres pour ne pas laisser de taches sur les parements des ouvrages.

Nettoyage
▪Avant humidification ou enduction d'huile, les coffrages seront nettoyés avec soin de façon à les débarrasser des poussières et
débris de toute nature.
▪Des fenêtres à obturation mobile seront réservées s'il y’a besoin pour faciliter le nettoyage et l'inspection des parties difficilement
accessibles tels que fonds et angles des coffrages. La finition du nettoyage sera assurée à l'air comprimé.

Humidification
▪Seront abondamment arrosés avant mise en place du béton :
 Les coffrages ordinaires composés de bois de sciages
 Les coffrages soignés composés de bois de sciages

Enduction d'huile de décoffrage


▪Seront huilés avant mise en place du béton :
 Tous les coffrages métalliques 52
 Tous les coffrages soignés composés de panneaux en contre-plaqué ou en fibres de bois agglomérées et tous les coffrages
pour parements fins dans les cas où ils ne seraient pas revêtus d'une peinture spéciale de démoulage, ou plastifiés.

▪L'huile en excès aux moules sera épongée avant bétonnage. Les huiles employées seront des huiles spéciales dites de démoulage.
▪Elles seront propres de façon à ne pas laisser de traces de réaction acide. Le Maître de l’œuvre pourra prescrire des essais
préalables de moulage pour contrôler leurs qualités.
▪L'enduction d'huile des coffrages pour parements fins en bois de sciages, contre-plaqués, fibres de bois, sera effectuée par
application échelonnée dans le temps de deux couches au moins de façon à bien imprégner les bois.

Décoffrage
▪De façon générale, les coffrages devront rester en place jusqu'à ce que leur enlèvement ait été autorisé par le Maître de l’œuvre.
▪Le décoffrage des parties fléchies ne pourra être entrepris qu'après une série "d'essais d'information" conduisant à des résistances
égales au moins au double des contraintes résultat des charges appliquées à l'ouvrage après décoffrage.
▪Le décoffrage des parties d'ouvrages non fléchies pourra être effectué en principe vingt-quatre heures après la fin du bétonnage si
la température extérieure est restée en permanence supérieure à cinq degrés centigrades (5°C) ; si la température descend au-
dessous de + 5°C, le délai de décoffrage sera fixé en accord avec le maître de l’œuvre.
▪Le décoffrage des parties d'ouvrages voûtées ne pourra être pris que lorsque le béton présentera une résistance à l'écrasement au
moins égale à 10 MPa.

Le,……………………………………
LE PARTENAIRE COCONTRACTANT
Lu et approuve

53
V-ANNEXE
BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES
TRAITEMENT DES FAÇADES- PHASE I

Piquage et préparation de la surface en surfaces de section de formes régulières y


compris nettoyage, humidification du support selon les indications du maître de l'œuvre
01 ainsi que toutes sujétions de bonne exécution M2

LE MÈTRE CARRE :…………………………………………………………….
Sablage ou brossage des aciers corrodés selon indication du maître de l'œuvre y
02 compris toutes sujétions de bonne exécution M2
LE MÈTRE CARRE :…………………………………………………………….
Passivation des aciers au pinceau par l'application d'un inhibiteur de corrosion en deux
couches selon les indications du maître de l'œuvre y compris toutes sujétions de bonne
03 exécution M2

LE MÈTRE CARRE :…………………………………………………………….
Application d'un mortier prêt à l'emploi à la base d'un liant hydraulique selon les
indications du maître de l'œuvre y compris talochage, finition et cure humide de 07
04 jours ainsi que toutes sujétions de bonne exécution M2
LE MÈTRE CARRE :……………………………………………………………..
Nettoyage de la salissure sur le béton des façades par un lavage sous pression selon les
05 indications du maître de l'œuvre y compris toutes sujétions de bonne exécution M2
LE MÈTRE CARRE :……………………………………………………………..
Application d'une protection (peinture) sur les surfaces traitées : revêtement à base de
résine pour protéger le béton contre les agressions atmosphériques et favoriser l’auto
06 nettoyage, afin de conserver la couleur initiale du béton. Nuance choisie après planches M2
d'essais
LE MÈTRE CARRE :…………………………………………………………….
Application d'un traitement global de protection des façades à base de composants
organiques type inhibiteur de corrosion incolore en surface et pénétrant aux armatures
07 y compris toutes sujétions de bonne exécution M2

LE MÈTRE CARRE :……………………………………………………………..
Fourniture et pose d'armatures en remplacement des barres très corrodées tous les
diamètres confondus et selon les indications du maître de l'œuvre y compris façonnage,
08 fixation et toutes sujétions de bonne exécution Kg

LE KILOGRAMME :…………………………………………………………….
Reprise des scellements des portes et hublots selon les indications du maître de l'œuvre
09 y compris toutes sujétions de bonne exécution U
L’UNITE :……………………………………………………………………………..
Evacuation des gravats à la décharge publiques y compris toutes sujétions de bonne
10 exécution M3
Le METRE CUBE :…………………………………………………………………..

54
Le,…………………………………… le,…………………………..

LE PARTENAIRE COCONTRACTANT LE SERVICE CONTRACTANT


Lu et approuve

55
DEVIS QUANTITATIF ESTIMATIF
TRAITEMENT DES FAÇADES - PHASE 1

Piquage et préparation de la surface en surfaces de


01 M2 3 210.00
section de formes régulières

Sablage ou brossage des aciers corrodés selon


02 M2 3 210.00
indication du maître de l'œuvre

Passivation des aciers au pinceau par l'application d'un


03 M2 3 210.00
inhibiteur de corrosion en deux couches

Application d'un mortier prêt à l'emploi à la base d'un


04 M2 3 210.00
liant hydraulique

Nettoyage de la salissure sur le béton des façades par


05 M2 7 000.00
un lavage sous pression

Application d'une protection (peinture) à base de


06 M2 3 210.00
résine sur les surfaces traitées

Application d'un traitement global de protection des


07 façades à base de composants organiques type M2 7 000.00
inhibiteur de corrosion

Fourniture et pose d'armatures en remplacement des


08 Kg 160.00
barres très corrodées tous les diamètres confondus

Reprise des scellements des portes et hublots selon les


09 indications du maître de l'œuvre y compris toutes U 30
sujétions de bonne exécution

Evacuation des gravats à la décharge publique y


10 M3 3210.00
compris toutes sujétions de bonne exécution

TOTAL Hors Taxes :

Montant TVA (19%)

Montant TTC

56
Le,…………………………………… le,…………………………..

LE PARTENAIRE COCONTRACTANT LE SERVICE CONTRACTANT


Lu et approuvé

57
RECAPITULATION GENERALE

TOTAL GENERAL HORS T.V.A: …………………………………………………………………………………………………..

T.V.A. (19%):………………………………………………………………………………………………………………………….

TOTAL GENERAL T.T.C.……………………………………………………………………………………………………………

Délai de réalisation : …………………………………………………………………………………………………………………

arrêté le présent marché à la somme de : …………………………………………………..................................................................

………………………………………………………………………………….....................................................................................

Le,…………………………………… le,…………………………..
LE PARTENAIRE COCONTRACTANT LE SERVICE CONTRACTANT
Lu et approuvé

58
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

ATTESTATION DE VISITE

Je soussigné, Monsieur ......................................................................................…... représentant l’USTHB, atteste que Le


partenaire cocontractant………............................................................représenté Par Monsieur
………………………………………………..

A visité le site des travaux afin de répondre à l’appel d’offre

CONFORTEMENT ET REHABILITATION DES FAÇADES DE L’UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA


TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE - USTHB

Le,…………………………………… le,…………………………..
LE PARTENAIRE COCONTRACTANT LE SERVICE CONTRACTANT

59
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

MODELE DE DECLARATION DE SOUS-TRAITANT

1/ Identification du service contractant :

Désignation du service
contractant : .......................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................................
Nom, prénom, qualité du signataire du marché
public : .........................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................................
2/ Objet du marché public : .................................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................................

3/ Présentation du soumissionnaire : (Dans le cas d’un groupement momentané d’entreprises préciser les informations
concernant le mandataire du groupement)

Dénomination de la société : .................................................................................................................................................................


Adresse, n° de téléphone, n° de fax, adresse électronique, numéro d’identification statistique (NIS) pour les entreprises de droit
algérien, et le numéro D-U-N-S pour les entreprises étrangères : ........................................................................................................
...............................................................................................................................................................................................................
...............................................................................................................................................................................................................
Nom, prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société l’occasion du marché
public :
……………………………………………………………………………………………………………………………………….
...............................................................................................................................................................................................................

4/ Désignation du sous-traitant :
Dénomination de la société : ...........................................................................................................................................
Adresse, n de téléphone, n de fax, adresse électronique, numéro d’identification statistique (NIS) pour les entreprises de droit
algérien, et le numéro D-U-N-S pour les entreprises étrangères : ........................................................................................................
................................................................................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................................
Forme juridique de la société : ........................................................................................................................................ Montant du
capital social : ..............................................................................................................................................
Nom, prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société l’occasion du marché
public : ....................................................................................................................................................................................................
........
..............................................................................................................................................................................................................
5/ Nature des prestations sous-
traités : ...................................................................................................................... .........................

6/ Montant des sommes verser par paiement direct au sous-traitant :

a/ Montant maximum HT (en lettres et en chiffres ) : ............................................................................................................................


.................................................................................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................................
b / Montant maximum TTC (en lettres et en
chiffres ) : ........................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................................

7/ Modalités d’actualisation et de révision des prix des prestations sous-traités :


.......................................................................................................................................................................................... ......................

8/ Compte créditer :
Nom et adresse de l’Etablissement bancaire ..........................................................................................................................................
Numéro de compte..................................................................................................................................................................................

9/ Conditions de paiement prévues


traitance : ...............................................................................................
par le contrat de
60sous-
.................................................................................................................................................................................................................
Le sous-traitant demande bénéficier d’une avance :
□Non □Oui

10/ Déclaration du sous-traitant :

Le sous-traitant déclare avoir les capacités nécessaires l’exécution du marché public et produit cet effet, les documents demandés
par le service contractant dans le cahier des charges (lister ci-après les documents joints) :
................................................................................................................................................................................. ;
................................................................................................................................................................................. ;
................................................................................................................................................................................. ;
................................................................................................................................................................................. ;
................................................................................................................................................................................. ;
................................................................................................................................................................................. ;
................................................................................................................................................................................. ;
Le sous-traitant déclare qu’il n’est pas interdit ou exclu de la participation aux marchés publics, dans les conditions prévues dans
le modèle de la déclaration de candidature.
□Non □Oui

Dans la négative (préciser) :…………………………………………………………………………....................................................


………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Le sous-traitant déclare qu’il n’est pas en règlement judiciaire et que son casier judiciaire datant de moins de trois (3) mois porte
la mention « néant ». Dans le cas contraire, il doit joindre le jugement et le casier judiciaire.
Dans le cas où l’entreprise fait l’objet d’un règlement judiciaire ou de concordat, le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il est
autorisé à poursuivre son activité.
Le sous-traitant déclare qu’il est inscrit au registre de commerce □ ou, est inscrit au registre de l’artisanat et des métiers, pour les
□artisans d’art ou, détient □la carte professionnelle d’artisan ou, est dans □une autre situation
(préciser) : ..............................................................................................................................................................................................
.................
Dénomination exacte et adresse de l’organisme, numéro et date d’inscription :
..........................................................................................................................................................................................

Le sous-traitant déclare qu’il détient le numéro d’identification fiscale suivant ......................................................., délivré
par ................................................................................................ le ................................................................., pour les entreprises
de droit algérien et les entreprises étrangères ayant déjà exercé en Algérie.

Le sous-traitant déclare qui il n’existe pas de privilèges, nantissements, gages et/ou d’hypothèques inscrits l’encontre de
l’entreprise.
□Non □Oui

Dans l’affirmative : (préciser leur nature et joindre copie de leurs états, délivrés par une autorité
compétente)......................................................................................................................................................................…………….

Le sous-traitant déclare que la société n’a pas été condamné en application de l’ordonnance n 03-03 du 19 Joumada El Oula 1424
correspondant au 19 juillet 2003, modifiée et complétée, relative la concurrence ou en application de tout autre dispositif
équivalent : □Non □Oui

Dans l’affirmative : (préciser la cause de la condamnation, la sanction et la date de la décision) .................................


..........................................................................................................................................................................................

Le sous-traitant déclare que :

La société est qualifiée et/ou agréée par une administration publique ou un organisme spécialisé à cet effet, lorsque cela est prévu
par un texte réglementaire :
□Non □ Oui

Dans l’affirmative : (indiquer l’administration publique ou l’organisme qui a délivré le document, son numéro, sa date de
délivrance et sa date
d’expiration) ...................................................................................................................... ...................................................

La société a réalisé pendant ........................................................................................................ (Indiquer la période considérée) un


chiffre d’affaires annuel moyen de (indiquer le montant du chiffre d’affaires en lettres et en chiffres, et en hors
taxes) : ........................................................................., .......... dont …………..% sont en relation avec l’objet du marché public ou
du lot (barrer la mention inutile).
61
62
11/ Acceptation du sous-traitant et agrément de ses conditions de paiement :

J’affirme, sous peine de résiliation de plein droit du marché public ou de sa mise en régie aux torts exclusifs de la société, que
ladite société ne tombe pas sous le coup des interdictions édictées par la législation et la réglementation en vigueur.
Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance n 66-156 du 8 juin 1966, modifiée et
complétée, portant code pénal que les renseignements fournis ci-dessus sont exacts.
A………… , le A…………., le…………….
Signature du sous-traitant : Signature du soumissionnaire :

Le représentant du service contractant, compétent pour signer le marché public, accepte le sous-traitant et agrée ses conditions de
paiement et certifie qu’aucun nantissement de créances ne fait obstacle au paiement direct du sous-traitant, dans les conditions
prévues l’article 143 du décret présidentiel n 15-247 du 2 Dhou El Hidja 1436 correspondant au 16 septembre 2015 portant
réglementation des marchés publics et des délégations de service public.
A…………………, le…………………………..
Signature du représentant du service contractant :

N.B :
Cocher les cases correspondant votre choix.
Les cases correspondantes doivent obligatoirement être remplies.
Présenter une déclaration pour chaque sous-traitant.
Lorsque le soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les rubriques spécifiques aux sociétés, l’entreprise individuelle.

63
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

MEMOIRE TECHNIQUE

*Dénomination de la société ou l'entreprise :………………………………………………………………………………………….

*Forme juridique de la société ou l'entreprise :………………………………………………………………………………………

*Intitulé de l'opération (réalisation, acquisition, étude) :………………………………………………………………………………

*Siège commerciale :…………………………………………………………………………………………………………………..

*Numéro du registre de commerce ……………………………………du :…………………………………………………………..

*Nom et prénom du représentant de la société :………………………..., date et lieu de naissance : ………………………………,


nationalité : …………………………………………………………………………………………………………………………..

*Siège commercial :…………………………………………………………………………………………………………………..

*Acte de propriété :…………………………………………………………………………………………………………………….

*Contrat de location :…………………………durée :…………………………………………., date du début du contrat :


……………………………………………………………………………………………………………………………………..

Qualification et classification professionnelle du soumissionnaire :

Domaine de qualification du soumissionnaire……………………………, catégorie de classement…………………………………


Date de délivrance du certificat :……………………………………………………………………., date d’expiration dudit
certificat :………………………………………,autorité ayant délivré le certificat :…………………………………………………

Les références professionnelles (les projets similaires réalisés durant les cinq dernières années) :

N° Nom de l’opération et Maitre d’ouvrage Date et lieu de Montant


nature du chantier réalisation

*Justificatifs : Attestation de bonne exécution délivrées par les maitres d’ouvrages pour les projets similaires ou équivalents
pendant les cinq dernières années précédant l’année de soumission.

Chiffre d’affaires cumulé des trois dernières années consécutives précédant l’année du lancement d’appel d’offres :
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………….
*Justificatifs : Les bilans financiers des trois (03) dernières années consécutives précédant l’année du présent appel d’offres (actif,
passif et compte de résultat), certifiés par les services habilités des impôts.

Moyens matériels :

Dénomination du matériel Genre Nature de propriété


Propriétaire Leasing Location

64
Autres moyens matériels disponibles :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

Moyens humains :

Nom et prénom Date et lieu de naissance Diplôme Date de recrutement Fonction

Autres moyens humains disponibles :


……………………………………………………………………………………………………………………………………....
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………

Le soumissionnaire devra présenter le curriculum vitae de l'encadrement du personnel prévu pour le projet + Déclaration annuelle
nominative CNASAT-CASNOS-CACOBATH + copies certifiées conformes des diplômes certificats de travail :

Méthodologie d’exécution des travaux (planning et phasage des travaux) :

Le soumissionnaire est tenu d’établir un planning d’exécution des travaux en faisant ressortir ses moyens humains par catégorie
professionnel, moyens matériels ainsi que les quantités des matériaux nécessaires à l'approvisionnement constant du chantier .

Délai d'exécution :

Durée d'exécution en chiffre :………………………………………………………………………………………………………


………………………………………………………………………………………………………………………………………

Durée d'exécution en lettres :……………………………………………………………………………………………………….


……………………………………………………………………………………………………………………………………...

Descriptif détaillé de la réalisation :


………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………

Montant de l'opération :

Montant de l'opération en chiffres :………………………………………………………………………………………………...


………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………

Montant de l'opération en lettres :………………………………………………………………......................................................


………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………

Fait à……………….le……………………..
Le Soumissionnaire
Signature du candidat ou du soumissionnaire
(Nom, qualité et cachet du candidat ou du soumissionnaire)

65

Vous aimerez peut-être aussi