Vous êtes sur la page 1sur 2

LOIS STATISTIQUES DE LA TRANSMISSION DES CARACTERES HEREDITAIRES

(Suite et fin)

Exercice 1
En Guinée, la consommation de la viande de lapin jadis limitée à certaines régions, semble de
nos jours se « répandre » dans tout le pays, surtout en période de fête où les ménages
cherchent à rompre avec la monotonie des habitudes alimentaires. Pour répondre à ce besoin
de plus en plus accru dans le pays, des études sont actuellement en cours dans plusieurs
centres de recherches agronomiques pour la sélection de variétés de lapins vraiment prisées
par les populations. Dans ce cadre, un cuniculiculteur réalise les croisements ci-après :
1er croisement :
Des lapines aux yeux pourpres et oreilles longues sont croisées avec des lapins aux yeux
bruns et oreilles courtes. Les individus croisés sont tous de race pure.
On obtient une première génération (F1) constituée de lapins aux yeux pourpres et aux
oreilles longues et des lapines aux yeux pourpres et aux oreilles moyennes.
2ème croisement :
Des lapines aux yeux bruns et oreilles courtes sont croisées avec des lapins aux yeux
pourpres et oreilles longues ; les parents croisés sont de race pure. La descendance obtenue
est composée d’individus tous aux yeux pourpres, mais les lapins ont des oreilles courtes et
les lapines ont des oreilles moyenne.
3ème croisement :
Les lapines hybrides du deuxième croisement sont croisées avec des lapins aux yeux pourpres
et oreilles courtes. On obtient une descendance composée de :
− 35 Lapines aux yeux pourpres et oreilles moyennes
− 37 Lapines aux yeux pourpres et oreilles courtes

− 12 Lapines aux yeux bruns et oreilles courtes


− 12 Lapines aux yeux bruns et oreilles moyennes
− 37 Lapins aux yeux pourpres et oreilles longues
− 35 Lapins aux yeux pourpres et oreilles courtes
− 13 Lapins aux yeux bruns et oreilles courtes
− 11 Lapins aux yeux bruns et oreilles longues
Consigne :
A partir de l’exploitation des informations tirées des divers croisements expliquez le
mécanisme de la transmission des caractères étudiés.

Exercice 2
On se propose d'étudier la transmission de deux couples d'allèles chez la drosophile.
· Un couple d'allèles (n+, n) contrôlant la taille des ailes.
· Un couple d'allèles (e+, e) contrôlant la couleur des yeux.
On dispose de deux souches de drosophiles femelles A et B de mêmes phénotypes [n+, e+] et
d'une souche de drosophile mâle C de phénotype [n, e] avec lesquelles on réalise les
croisements indiqués dans le tableau suivant :
Premier croisement : Deuxième croisement :
Femelle A x Mâle C Femelle B x Mâle C
134 [n+, e+] 118 [n+, e+]
Descendants obtenus 129 [n+, e] 122 [n, e+]
1. Exploitez les résultats des deux croisements en vue de dégager la relation de dominance
entre les allèles de chaque couple.
2. En vous référant au 1er croisement et en adoptant une écriture génétique, montrez que
chacune des deux hypothèses suivantes peut être vérifiée :
• Hypothèse 1 : les 2 gènes étudiés sont indépendants.
• Hypothèse 2 : les 2 gènes étudiés sont liés.
3. On croise une femelle de phénotype [n+, e+] avec le mâle C, on obtient dans la descendance
6% de phénotype [n, e].
a) Interprétez ce résultat.
b) Représentez par des schémas le comportement des chromosomes à l'origine de la
diversité des gamètes.
c) Faites une représentation chromosomique montrant l'emplacement des deux couples
d'allèles (nt, n) et (e+, e).

Exercice 3
On croise entre eux deux individus l'un est double récessif de phénotype [ab] et l'autre est
double hétérozygote de phénotype [AB], on obtient une génération G.
1. Qu'appelle-t-on ce croisement ? Préciser son intérêt.
2. Lors de la gamétogenèse, les allèles du même gène de l'individu de phénotype [AB] se
séparent lors de la l'anaphase I de la première division de la méiose.
a. Enoncer la 3ème loi de Mendel.
b. Peut-on parler d'une exception à la 3ème loi de Mendel ?
c. Quelles hypothèses proposez-vous qui corrobore les mouvements d'allèles lors de la
méiose ?
3. Parmi les descendants de la génération G, on remarque l’apparition des individus de
phénotype recombiné [Ab].
a. Que suggère l'apparition d'un tel phénotype ?
b. Quelle hypothèse retenez-vous ?
c. Déduire le pourcentage de recombinaison entre les gènes en question.
4. Sachant le pourcentage des individus de phénotype [Ab] égale à 50%
a. Ce résultat confirme-t-il l'hypothèse retenue en (3 - b) ?
b. Que peut-on déduire ?
c. Interprétez ce résultat.
d. Donner alors les génotypes et les phénotypes des parents ainsi que les individus de la
génération G.

Vous aimerez peut-être aussi