Vous êtes sur la page 1sur 6

2 CATÉGORIES ET DESCRIPTION DES QUESTIONS

2.1 Catégories de questions

On peut distinguer sept catégories de questions qui amènent deux types de


correction :

a) la correction objective;

b) la correction subjective.

- question à réponse
courte fermée

- question à alternative
Correction objective
- question de mise en
(réponse à choisir) ordre

- question à choix multiples

- question à appariement

- question courte ouverte


Correction subjective
- question à
(réponse à construire)
développement
2.2 Description des types de questions

La question à alternative

Dans ce type de question, on demande de choisir entre deux réponses. En tout temps
on doit éviter ce genre de question car le stagiaire a 50 % des chances d’avoir la
bonne réponse. On choisit cette question pour des situations très particulières :

- sur un circuit réel et son diagramme, le stagiaire doit encercler les éléments du
circuit mal symbolisés;

- une description d’une tâche accompagnée d’une liste d’outils, d’équipements et


d’instruments de mesure, le stagiaire indique s’ils sont utiles pour l’exécution de la
tâche.

La question à choix multiples

La question à choix multiples convient très bien à une vérification de connaissances.


Dans ce type de questions, on demande au stagiaire de choisir entre quatre réponses
plausibles; chacune des réponses semblerait être bonne pour une personne qui ne
connaît pas le domaine.

L’élaboration des questions à choix multiples repose sur la capacité de préparer de


bons leurres, c’est-à-dire de présenter des choix plausibles pour les personnes qui ne
connaissent pas à fond le sujet.

Ce type de questions ne demande aucun jugement de la part du correcteur.

La question à appariement

Dans la question à appariement, le stagiaire doit constituer des pairs en associant les
éléments d’une série aux éléments d’une autre série.

La question de mise en ordre

Il s’agit d’indiquer par un chiffre ou une lettre l’ordre des éléments proposés. On
retrouve dans ce genre de questions :

- l’ordre de déroulement d’une action;

- l’ordre d’utilisation de matériaux;

- la fréquence d’apparition de symptômes de mauvais fonctionnement.


La question à réponse courte fermée

Dans ce type de question, le stagiaire est amené à construire lui-même la seule bonne
réponse faite d’un mot, d’un symbole.

La réponse attendue est fermée parce qu’elle est la seule acceptable dans son
contenu et dans sa formulation. Le jugement du correcteur n’intervient pas.

La question à réponse courte ouverte

Le recourt à des correcteurs spécialistes peut être utile pour apprécier la réponse
donnée. La clé de correction doit fournir des exemples de réponses susceptibles
d’orienter le correcteur. Elle ne fournit pas une seule réponse acceptable quant à son
contenu et à sa formulation.

La question à réponse à développement

La complexité de réponse à ce type de question nous amène à l’éviter.

Elle sert habituellement à analyser et à synthétiser.

Au lieu d’utiliser ce genre de question, il est préférable de se questionner à savoir si


l’évaluation d’un processus ou d’un produit ne serait pas plus appropriée.

2.3 Conseils pour la rédaction des questions

La question à alternative

- Toujours utiliser des énoncés qui sont vrais ou faux en toutes circonstances;

- ne pas introduire de négation dans un énoncé vrai pour le rendre faux;

- préparer un nombre égal d’énoncés vrais et d’énoncés faux;

- s’assurer que les énoncés sont de longueur similaire.


La question à choix multiples

- S’assurer que l’énoncé présente un problème précis et qu’il est complet par lui-
même;

- s’assurer qu’une seule réponse est correcte;

- avoir quatre bons leurres et ne pas introduire « toutes ces réponses » ou encore
« aucune de ces réponses »;

- tous les leurres doivent être de même nature;

- tous les leurres doivent être sensiblement de même longueur ou encore deux
leurres sensiblement plus longs mais jamais un seul;

- disposer les leurres de façon à former un bloc dégagé de l’énoncé.

La question à appariement

Dans la question à appariement, on formule deux listes d’éléments. La première liste


est considérée comme l’ensemble questions et l’autre liste comme l’ensemble
réponses.

- Faire en sorte que des éléments de l’ensemble réponses soit de part et d’autre des
leurres plausibles ;

- placer les énoncés plus longs dans l’ensemble questions;

- disposer les éléments de l’ensemble réponses selon un ordre chronologique,


logique ou alphabétique;

- titrer chaque colonne;

- préciser le but de l’appariement et la manière d’indiquer le choix;

- préciser, s’il y a lieu, si toutes les réponses doivent servir ou encore si une réponse
peut être utilisée plusieurs fois;

- ne pas encombrer indûment les énoncés;

- rédiger la question sur une seule page.


La question à réponse courte fermée

- Utiliser ce type de question que dans le cas où il est possible de répondre par un
mot, une expression, un nombre ou un symbole;

- s’assurer que l’énoncé est clair;

- s’assurer qu’une seule réponse est possible sinon l’indiquer dans le corrigé;

- utiliser de préférence une question directe plutôt qu’une phrase à compléter;

- ne pas donner d’indice susceptible d’aider le stagiaire à trouver la réponse par


exemple l’article indiquant le genre.

La question de mise en ordre

- Faire en sorte que les éléments proposés soient clairement définis;

- n’inscrire que les éléments nécessaires;

- préciser la façon de mettre en ordre les éléments.

La question à réponse courte ouverte

Ce type de question peut être utile pour une description de tâches à effectuer.

- s’assurer que l’énoncé est clair et précis;

- prévoir des formulations différentes de réponses;

- lister les éléments essentiels de la réponse.


La question à réponse à développement

- Ne recourir à ce type de question que pour des éléments de compétence qui ne


peuvent être mesurés par les autres types de questions;

- poser des questions qui font appel à la compréhension et non à la mémoire;

- formuler la question de façon claire, précise et univoque;

- s’assurer que le stagiaire dispose du temps nécessaire pour y répondre.