Vous êtes sur la page 1sur 14

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/336306101

Postulats et évolution temporelle Postulats et évolution temporelle


Septembre 2019

Presentation · October 2019


DOI: 10.13140/RG.2.2.24690.45763

CITATIONS READS

0 510

1 author:

Nana Engo
University of Yaounde I
71 PUBLICATIONS   203 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Solvation energies of the proton in some polar and nonpolar media View project

Non classical states in optomechanical systems View project

All content following this page was uploaded by Nana Engo on 17 October 2019.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Sommaire

Postulats et évolution temporelle


Postulats et évolution temporelle
1 Postulats de la théorie quantique

Nana Engo
2 Évolution temporelle d’un état quantique
Department of Physics
Faculty of Science
University of Yaounde I
3 Manipulations de qubits - Oscillations de Rabi
Septembre 2019

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 1 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 2 / 48

Capacités à acquérir dans ce chapitre

1 Postulats de la théorie quantique

Maitriser les postulats de la théorie quantique 2 Évolution temporelle d’un état quantique
Être capable d’appliquer les postulats sur des systèmes quantiques
simples à deux niveaux

3 Manipulations de qubits - Oscillations de Rabi

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 3 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 4 / 48
Postulat 1 : Espace des états Postulat 2 : Amplitudes de probabilité et probabilités

Postulat 1 - Espace des états Postulat 2 - Règle de Born

L’état physique d’un système est entièrement ou complètement défini, La probabilité P(ϕn ← ψ) pour l’état |ψi de passer le test |ϕn i
à chaque instant, par un élément est

|ψi =
P
|ϕn i hϕn |ψi =
P
αn |ϕn i , αn ∈ C, |ϕn i , |ψi ∈ H P(ϕn ← ψ) = |hϕn |ψi |2 = hψ |ϕn i hϕn |ψi = |Pn |ψi |2
n n
(2)
(1) αn = hϕn |ψi est l’amplitude de probabilité ou de transition pour
que le système qui était dans l’état |ψi se trouve dans l’état |ϕn i
Pn = |ϕn i hϕn | est l’opérateur projection sur la base {|ϕn i}
|ψi est l’être mathématique qui décrit la réalité physique d’un état
quantique individuel Dans SG, l’amplitude de probabilité de trouver |ψi dans l’état |+i est
Dans SG, |ψi = α+ |+i + α− |−i avec |+i et |−i les différents états α+ = h+ |ψi, et donc la probabilité pour l’état |ψi de passer le test
physiques (de spin) des atomes d’argent qui forme le système |+i est P(+) = |h+ |ψi |2 = |α+ |2
quantique
Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 5 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 6 / 48

Postulat 3 : Grandeurs physiques et opérateurs Postulat 4 : Principe de décomposition spectrale I

Postulat 4 - Principe de décomposition spectrale


La mesure d’une grandeur physique A ne peut donner comme
résultat qu’une des valeurs propres de l’opérateur hermitien A
Postulat 3 - Grandeurs physiques et opérateurs correspondante
A toute grandeur physique mesurable A (position, vitesse, polarisation, Si {|ϕn i} est la base des vecteurs propres de A, de valeurs propres
etc.) est associé un opérateur linéaire hermitien A agissant dans H : A an , i.e.,
est la représentation mathématique de cette grandeur A. A |ϕn i = an |ϕn i (3)
alors la décomposition spectrale (diagonalisation) de A écrit
Dans SG, l’opérateur S est la représentation de la grandeur moment
magnétique de spin S X
A= |ϕn i an hϕn | (4)
n

L’ensemble des an forme le spectre de A

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 7 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 8 / 48
Postulat 4 : Principe de décomposition spectrale II Postulat 4 : Principe de décomposition spectrale III

La probabilité P(an ) d’obtenir comme résultat la valeur propre an de


l’opérateur hermitien A est (2) Dans SG, l’opérateur S peut s’écrire
   
P(an ) = |hϕn |ψi |2 (5) S = |+i +
~
h+| + |−i −
~
h−| (7)
2 2
Si on effectue un grand nombre de mesures ou de tests, la valeur
Les vecteurs propres |+i → + ~2 et |−i → − ~2 forment une base
moyenne de la grandeur physique A dans l’état |ψi est
complète de H et les {+ ~2 , − ~2 } associées forment le spectre de S
La valeur moyenne du moment de spin est
X (5) X
hAiψ = P(an )an = = |hϕn |ψi |2 an (6) X 
~
  
1 ~
 
1
n n hµz i ≡ hSz i = µi Pi = + + − =0 (8)
2 2 2 2
i
X (4)
= hψ |ϕn i an hϕn |ψi = hψ| A |ψi
n Ce résultat est analogue aux prédictions classiques

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 9 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 10 / 48

Postulat 5 : Principe de réduction du paquet d’onde I Postulat 5 : Principe de réduction du paquet d’onde II
Si on effectue une mesure de la grandeur A sur le système qui est dans
Postulat 5 - Principe de réduction du paquet d’onde l’état propre |ϕn i, on trouvera de façon certaine, la valeur propre an
Dans le cas du spin, si le système |ψi passe avec succès le test |+i,
Si la mesure d’une grandeur physique A sur un système dans l’état
|ψi donne le résultat an , l’état du système immédiatement après la P+ |ψi |+i h+ |ψi |+i h+ |ψi |+i h+ |ψi
mesure est = q = p = p = |+i
kP+ |ψi k † hψ| P |ψi hψ |+i h+ |ψi
hψ| P+ P+ |ψi +

Pn |ψi Pn |ψi (10)


|ϕn i = =p (9) Une mesure de S immédiatement après donnera de façon certaine + ~2 :
kPn |ψi k hψ| Pn |ψi
~
S |+i = + |+i (11)
la projection normée de |ψi sur le sous-espace propre associé à an . 2
Donc la mesure est une projection orthogonale Si [A, B] = 0,
la mesure de B ne fait pas perdre les informations préalables fournies par
Ce postulat, qui suppose qu’on est dans un cas de mesure QND, est une mesure de A (et réciproquement), mais au contraire les complète
l’énoncé quantitatif de l’affirmation la mesure perturbe le système l’ordre dans lequel on mesure les deux opérateurs A et B est sans
importance
Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 11 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 12 / 48
Exemple 1.1 – Probability of obtaining measurement results
1 The possible measurement results are ε, 2ε, 3ε, 4ε and 5ε which
A system is in the state correspond to the basis states |u1 i , |u2 i , |u3 i), |u4 i, and |u5 i
1 √ respectively. Hence the projection operators corresponding to each
|ψi = √ (2 |u1 i + 2 |u2 i + |u3 i + 2 |u4 i + 6 |u5 i) (12) measurement result are
19
where {|un i , n = 1 − 5}, are a complete and orthonormal set of vectors. Pn = |un i hun | , n = 1 − 5 (13)
Each |un i is an eigenstate of the system’s Hamiltonian corresponding to
the possible measurement result H |un i = nε |un i Since the |un i’s are a set of orthonormal basis vectors, the
completeness relation is satisfied and
1 Describe the set of projection operators corresponding to the
possible measurement results
X
Pn = I (14)
2 Determine the probability of obtaining each measurement result. n
What is the state of the system after measurement if we measure
2 We can calculate the probability of obtaining each measurement
the energy to be 3ε ?
result using the Born rule. First we need to check
P and see if the
3 What is the average energy of the system ? state is normalized. This is done by calculating 5n=1 |cn |2 and

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 12 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 12 / 48

seeing if the result is 1. We have |1|2 1


P(3ε) = | hu3 | ψi|2 = hψ |u3 i hu3 | ψi = =
5
19 19
X 1 √ |2|2 4
|cn |2 = (|2|2 + |2|2 + |1|2 + |2|2 + | 6|2 ) P(4ε) = | hu4 | ψi|2 = hψ |u4 i hu4 | ψi = =
19 19
n=1 (15) √ 2 19
1 | 6| 6
= (4 + 4 + 1 + 4 + 6) = 1 P(5ε) = | hu5 | ψi|2 = hψ |u5 i hu5 | ψi = =
19 19 19
The state is normalized, so we can proceed. Before doing so, recall If a measurement is made and we find the energy to be 3ε, then
that the fact that the basis states are orthonormal means that the state of the system after measurement is,
hun | |um i = δnm . So, in the first case, applying the Born rule we
√1 |u3 i
have P3 |ψi 19
p = q = |u3 i (18)
hψ| P3 |ψi 1
|2|2 4 19
P(ε) = | hu1 | ψi|2 = hψ |u1 i hu1 | ψi = =
19 19
|2| 2 4
3 The average energy of the system is
P(2ε) = | hu2 | ψi|2 = hψ |u2 i hu2 | ψi = =
19 19 5
X 4 4 1 4 6 61
hHiψ = En P(nε) = ε + 2ε + 3ε + 4ε + 5ε = ε. (19)
i=1
19 19 19 19 19 19

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 12 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 13 / 48
Postulat 6 : Évolution temporelle du système

Postulat 6
1 Postulats de la théorie quantique
L’évolution temporelle du vecteur d’état |ψ(t)i est régie par l’équation
de Schrödinger ou équation d’évolution
2 Évolution temporelle d’un état quantique d
i~ |ψ(t)i = H(t) |ψ(t)i (20)
dt
H(t) est l’opérateur hermitien associé à l’énergie totale du système ou
3 Manipulations de qubits - Oscillations de Rabi hamiltonien du système

Pour un état initial |ψ(t0 )i, l’état |ψ(t > t0 )i est complètement et
uniquement déterminé par l’équation (20), lorsque H est connu

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 13 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 14 / 48

Opérateur d’évolution et états stationnaires I Opérateur d’évolution et états stationnaires II

L’équation (20) suggère la correspondance |ψ(t > t0 )i se déduit de |ψ(t0 )i


d
H → i~ (21)  
dt t − t0
|ψ(t)i = U(t, t0 ) |ψ(t0 )i = exp −i H |ψ(t0 )i (23)
~
qui indique que l’hamiltonien H est le générateur infinitésimal de
l’évolution temporelle du système
L’opérateur de translation dans le temps est donc, La propriété d’unitarité (22) assure la conservation de la norme

U(t) = e −iHt/~ U† (t) = U(−t) = U−1 (t) = e +iHt/~ (unitarité) hψ(t) |ψ(t)i = hψ(t0 )| U† (t, t0 )U(t, t0 ) |ψ(t0 )i = hψ(t0 ) |ψ(t0 )i = 1
(24)
(22)

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 15 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 16 / 48
Opérateur d’évolution et états stationnaires III Opérateur d’évolution et états stationnaires IV
Pour qu’un état évolue, il doit être une superposition d’états
stationnaires,
Si les |ϕn i sont les états propres de l’énergie du système, i.e.,
 
(23) t − t0
H |ϕn i = En |ϕn i (25)
X X
|ψ(t)i = |ϕn ihϕn |ψ(t)i = |ϕn i hϕn | exp −i H |ψ(t0 )i
n n
~
 
t − t0
les probabilités de projection de |hu |ϕn (t)i |2 gardent la même valeur (25) X
= |ϕn i exp −i En hϕn |ψ(t0 )i (27a)
~
au cours du temps, quel que soit le vecteur de projection |ui : n
 
X t − t0 X
= αn (t0 ) exp −i En |ϕn i = αn (t) |ϕn i
n
~ n
|hu |ϕn (t)i |2 = |hu |ϕb (0)i |2 (26)
avec

C’est la traduction de l’invariance par translation dans le temps 


t − t0

des états propres de l’énergie. Ces états sont dits stationnaires. αn (t) = hϕn |ψ(t)i = exp −i En αn (t0 ) (27b)
~

L’état stationnaire de plus basse énergie est appelé état fondamental


Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 17 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 18 / 48

Évolution d’un système à deux états I Évolution d’un système à deux états II

En vertu de l’Eq. de Schrödinger, dans la base {|ψ1 i!, |ψ2 i}, les
α1 Les états |ψ1 i et |ψ2 i sont alors des états stationnaires du quanton,
amplitudes de l’état |ψi = α1 |ψ1 i + α2 |ψ2 i = sont telles que
α2 caractérisés par les valeurs h11 et h22 de l’énergie
(
α1 (t) = α1 (0)e −ih11 t/~ ⇒ |α1 (t)|2 = |α1 (0)|2
! ! ! (
d α1 h11 h12 α1 i~ dα 1
dt = h11 α1 + h12 α2 (30)
i~ = ⇒ α2 (t) = α2 (0)e −ih22 t/~ ⇒ |α2 (t)|2 = |α2 (0)|2
dt α2 h21 h22 α2 i~ dα 2
dt = h21 α1 + h22 α2
(28) Si à |ψ(t = 0)i = |ψ1 i, i.e., α1 (0) = 1, α2 (0) = 0, les probabilités de
Si {|ψ1 i , |ψ2 i} est la base des états propres de H, la matrice de H est déceler le quanton dans l’un ou l’autre état à t > 0 sont |α1 (t)|2 = 1
diagonalisée, i.e., et |α2 (t)|2 = 0. Autrement, si le quanton est, à un instant donné, dans
l’état |ψ1 i, il ne se trouvera jamais dans l’état |ψ2 i
dα1 dα2
! ( Si {|ψ1 i , |ψ2 i} n’est plus la base des états propres de H, dt et dt
h11 0 i~ dα
(28) 1
dt = h11 α1 , du système (28) sont alors mutuellement liées
H= =⇒ (29)
0 h22 i~ dα 2
dt = h22 α2 .

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 19 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 20 / 48
Évolution d’un système à deux états III Représentation en théorie quantique I
Si à t1 le quanton se trouve dans l’état |ψ1 i, à t2 > t1 , il peut se L’évolution temporelle d’un système quantique peut se faire suivant
trouver dans l’état |ψ2 i trois représentations ou formulations
1 La représentation de Schrödinger dans laquelle les vecteurs d’état
La présence dans la matrice de H de h12 , h21 6= 0 marque la |ψS (t)i évoluent et pas les opérateurs
possibilité de transitions du quanton entre |ψ1 i et |ψ2 i 2 La représentation de Heisenberg dans laquelle les opérateurs évoluent
|AH (t)i et pas les vecteurs d’état
Il est à noter que pour une matrices 2 × 2 de la forme 3 La représentation d’interaction, compromis des deux précédentes
! ! représentations
a+c b p cos θ sin θ Les vecteurs d’états |ψI (t)i sont dépendants du temps et leur
M= = aI2 + b 2 + c 2 (31a)
b a−c sin θ − cos θ dynamique décrite suivant la représentation de Schrödinger
Les opérateurs AI (t) sont aussi dépendants du temps et leur dynamique
avec décrite suivant la représentation de Heisenberg
p p b
b= b 2 + c 2 sin θ c= b 2 + c 2 cos θ tan θ = (31b) On considère un Hamiltonien ayant la forme
c
les vecteurs propres et valeurs propres associées sont H = H0 + V(t) (33)
! !
cos θ2 p
2 2
− sin θ2 p
|ψ+ i = θ
→a+ b +c |ψ− i = θ
→ a − b2 + c 2 (32) où H0 est constant dans le temps et V(t) décrit une interaction
sin 2 cos 2
perturbative qui peut dépendre du temps
Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 21 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 22 / 48

Représentation en théorie quantique II

Heisenberg Interaction Schrödinger 1 Postulats de la théorie quantique


Constante
|ψi |ψI (t)i = U†0 |ψS (t)i |ψS (t)i = U |ψS (t0 )i
|ψH i = |ψS (t0 )i

A AH = U † AS U AI = U0† AS U0 Constante 2 Évolution temporelle d’un état quantique


d
Équation d i~ dt |ψI (t)i = VI (t) |ψI (t)i d
i~ dt AH = [AH , H] + i~(∂t AH )cl d i~ dt |ψS (t)i = H |ψS (t)i
évolution i~ dt AI = [AI , H] + i~∂t AI

Opérateur U(t, t0 ) = e −iH(t−t0 )/~ 3 Manipulations de qubits - Oscillations de Rabi


H = H0 + VI (t)
évolution U0 (t, t0 ) = e −iH0 (t−t0 )/~

Les 3 choix de représentation l’évolution temporelle d’un système quantique

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 23 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 24 / 48
Problématique Spin 1/2 - Formalisme classique I

Appliquer les postulats de la Théorie Quantique pour expliquer En toute rigueur, le formalisme classique est inadapté à l’étude d’une
l’évolution temporelle d’un qubit ou spin 12 plongé dans un champ particule possédant un spin. Cependant, nous allons voir que les
magnétique uniforme B(0, 0, B0 ) résultats obtenus illustrent l’allure générale du phénomène mis en jeu,
Montrer, à travers la notion de valeur moyenne d’une grandeur la résonance magnétique
q
physique, que les résultats obtenus à partir des considérations Une particule de moment angulaire de spin µs = γS, avec γ = g 2m le
classiques se retrouvent aisément avec le formalisme quantique rapport gyromagnétique et g le facteur de Landé, placée dans un
(Principe de correspondance de Bohr) champ magnétique B subit un couple
Mettre en évidence que
dans un champ magnétique uniforme, le moment magnétique d’une Γ = µs × B = γS × B = ω0 × S ω0 = −γB (34)
quanton décrit un mouvement de précession analogue à celui d’une
toupie En vertu du théorème du moment angulaire,
dans un champ magnétique périodique, la probabilité de transition
|h− |+i |2 oscille à la pulsation de Rabi dS
= Γ = ω0 B̂ × S (35)
dt

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 25 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 26 / 48

Spin 1/2 - Formalisme classique II Spin 1/2 - États stationnaires


z
L’Eq. (35) caractérise le mouvement de
précession du spin S autour de l’axe du L’hamiltonien du quanton dans le champ B est
dS
champ magnétique B, avec la vitesse
angulaire ω0 = −γB0 appelée fréquence S H = −µ · B = −γBSz = ω0 Sz (37)
θ
de Larmor B

Le mouvement qui s’effectue dans le sens Comme [H, Sz ] = 0, les états propres de Sz , |±i, sont des états
y
trigonométrique pour ω0 > 0 (q < 0) est ω0 t stationnaires (états propres de H)
la précession de Larmor x ~ω0 ~ω0
En effet, puisque B(0, 0, B0 ), on a, en vertu de l’Eq. (34), H |+i = ω0 Sz |+i = + |+i H |−i = ω0 Sz |−i = − |−i (38)
2 2
dSx

E
= Γx = −ω0 Sy  Le champ magnétique B provoque l’appari-
(
dt
 Sx (t) + iSy (t) = e i(ω0 t+φ) (Sx (0) + iSy (0)) E+ = +~ω0 /2
⇒ tion de deux niveaux, appelée niveaux Zee-
dSy  mvt circulaire à la vit. angulaire ω0 dans Oxy E =0
= Γy = ω0 Sx  ~ω0
dt man d’un spin 1/2, d’énergie séparés par
E− = −~ω0 /2
dSz ~ω0 : c’est l’effet Zeeman B0 = 0
= Γz = 0 ⇒Sz = Cte mvt rectiligne uniforme le long de Oz B 6= 0
dt

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 27 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 28 / 48
Spin 1/2 - Rotation et états de spin d’orientation arbitraire I Spin 1/2 - Rotation et états de spin d’orientation arbitraire II
|+iu Si à la sortie du filtre seuls les états |+iu
|+iz
cos2 2θ %

On fait entrer des qubits dans un SG où Bu = B · û, Su (θ, ϕ) Sz pénètrent dans l’appareil qui mesure la
|−i u |−i z

û(θ, φ) = (sin θ cos φ, sin θ sin φ, cos θ)


sin %
grandeur Sz , on trouvera,
2 θ
2

Les états de spin d’orientation arbitraire |±iu sont, dans la base + 2 avec une probabilité |h+ |+iu |2 = |e −iφ/2 cos 2θ |2 = cos2 2θ
~

standard {|+i , |−i}, états propres de l’opérateur − ~2 avec une probabilité |h− |+iu |2 = |e +iφ/2 sin 2θ |2 = sin2 θ
2
σ · û = X sin θ cos φ + Y sin θ sin φ + Z cos θ
σu = ~
! ! ! Pour un axe de rotation quelconque
0 cos φ 0 −i sin φ cos θ 0 de vecteur unitaire û = (û x , û y , û z ),
= sin θ + sin θ +
cos φ 0 i sin φ 0 0 − cos θ l’opérateur rotation d’angle δ est
!
cos θ e −iφ sin θ δ
Rû (δ) = e −i 2 (û·~σ) = I cos
δ
− (û · ~
σ )i sin
δ
= 2 2
e iφ sin θ − cos θ
û · ~
σ = ux X + uy Y + uz Z
 −iφ/2
e cos 2θ
  −iφ/2
−e sin 2θ
 Les Xi étant hermitiennes, les
|+iu = , |−iu = (39) opérateurs Rû (δ) sont unitaires
e iφ/2 sin 2θ e iφ/2 cos 2θ
R†û (δ) = Rû (−δ) = R−1
û (δ)

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 29 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 30 / 48

Spin 1/2 - Rotation et états de spin d’orientation arbitraire Spin 1/2 - Rotation et états de spin d’orientation arbitraire
III IV
Dans la base standard {|+i , |−i}, la matrice générale de rotation du
spin 12 d’une rotation de θ autour de l’axe Oy suivie d’une rotation de
Sur la sphère de Bloch, les rotations d’angle δ autour des axes Ox, Oy φ autour de l’axe Oz est
et Oz sont générées par les opérateurs
!
φ θ e −iφ/2 cos θ2 −e −iφ/2 sin θ2
! D 1/2
(θ, φ) = Rz (φ)Ry (θ) = e −i 2 Z e −i 2 Y =
δ δ δ cos δ2 −i sin δ2 e iφ/2 sin θ2 e iφ/2 cos θ2
Rx (δ) = e −i 2 X = I cos − iX sin = (40a)
2 2 −i sin δ2 cos δ2
! (41)
−i δ Y δ δ cos δ2 − sin δ2
Ry (δ) = e 2 = I cos − iY sin = (40b)
2 2 sin δ2 cos δ2
D1/2 (θ, φ) est multivoque (caractéristique des spins demi-entier) :
−i δ
!
δ δ δ e 2 0 D1/2 (θ = 2π, 0) = −I
Rz (δ) = e −i 2 Z = I cos − iZ sin = (40c)
2 2 0 e +i δ
2 D1/2 (θ = 0, 4π, 0) = +I
L’ensemble des matrices D1/2 (θ, φ) forme le groupe SU(2)
S : Spécial, i.e., det D1/2 = +1
U : Unitaire, i.e., (D1/2 )† = [D1/2 ]−1
2 : matrice 2 × 2
Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 31 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 32 / 48
Spin 1/2 - Rotation et états de spin d’orientation arbitraire Spin 1/2 - Rotation et états de spin d’orientation arbitraire
V VI
Si hS(θ, φ)i est un vecteur, ces composants sont
Dans la base standard
~ ~
hSx i = u h+| Sx |+iu = sin θ cos φ = ux (42)
! 2 2
e −iφ/2 cos θ2 −e −iφ/2 sin θ2  1 e −iφ/2 cos θ  ~ ~
|+iu = D1/2 (θ, φ) |+i = = 2
hSy i = u h+| Sy |+iu = sin θ sin φ = uy (43)
e iφ/2 sin θ2 e iφ/2 cos θ2 0 e iφ/2 sin θ
2 2 2
!
e −iφ/2 cos θ2 −e −iφ/2 sin θ2  0 −e −iφ/2 sin θ  ~ ~
|−iu = D1/2 (θ, φ) |−i = = 2
hSz i = u h+| Sz |+iu = cos θ = uz (44)
e iφ/2 sin θ2 e iφ/2 cos θ2 1 e iφ/2 cos θ
2 2 2
et on en déduit
Si le champ B est orienté suivant Ox, ~
hS(θ, φ)i = u h+| S(θ, φ) |+iu = u (45)

cos π0

1 1
  2
1/2 π
|+ix = D ( , 0) |+i = = √
2 sin π4 2 1
La valeur moyenne hS(θ, φ)i se transforme comme un vecteur dans une
 π   
1/2 π − sin 4 1 −1 rotation
|−iu = D ( , 0) |−i = =√
2 cos π4 2 1 Quelle que soit l’orientation du champ B dans le SG, la valeur du spin
est toujours ~2
Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 33 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 34 / 48

Spin 1/2 - Précession de Larmor I Spin 1/2 - Précession de Larmor II

Supposons qu’à t = 0,

θ θ Au cours du temps, la direction du spin tourne, dans le sens


|ψ(0)i = |+iu = e −iφ/2 cos |+i + e iφ/2 sin |−i (46) trigonométrique pour q < 0, autour de l’axe de quantification Oz à la
2 2
vitesse angulaire ω0 = −γB, proportionnelle au champ magnétique :
qui n’est visiblement pas un état stationnaire, mais une superposition c’est la précession de Larmor.
des états stationnaires |±i Après tetat = 4π
ω0 le quanton retrouve son état initial
A t > 0, le quanton est, d’après le postulat d’évolution dans l’état, D’après (47) lors d’une mesure de Sz à l’instant t > 0 on obtient
θ θ + ~2 avec une probabilité |h+ |ψ(t)i |2 = |e −i(φ+ω0 t)/2 cos θ2 |2 = cos2 θ2
|ψ(t)i = e −iHt/~ |ψ(0)i = e −iω0 t/2 e −iφ/2 cos |+i + e +iω0 t/2 e iφ/2 sin |−i
2 2 (47) − ~2 avec une probabilité |h− |ψ(t)i |2 = |e −i(φ−ω0 t)/2 sin θ2 |2 = sin2 θ2
θ θ Ces probabilités sont bien indépendantes du temps puisque |+i et |−i
= e −i(φ+ω0 t)/2 cos |+i + e i(φ+ω0 t)/2 sin |−i
2 2 sont des états stationnaires

Le spin est orienté à t = 0 suivant la direction u 0 (θ, φ), est orienté, à


t > 0, dans la direction u t (θ, φ + ω0 t)

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 35 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 36 / 48
Spin 1/2 - Précession de Larmor III Spin 1/2 - Précession de Larmor IV

La probabilité pour que, à t, le système retrouve son état de spin


initial |ψ(0)i ≡ |+iu est ∆E est la dispersion sur l’énergie : l’énergie du système n’a pas une
valeur bien définie car le quanton passe d’un niveau à l’autre avec un
h
temps caractéristique∆t ' 2∆E ce que l’on traduit par une relation
P+ (t) = |u h+| ψ(t)i|2 entre dispersion sur l’énergie et temps caractéristique d’évolution
 e −i(φ+ω0 t)/2 cos θ  2 (∆E ∆t ' h2


2
= e +iφ/2 cos θ2 e −iφ/2 sinθ

2
e i(φ+ω0 t)/2 sin θ

π

2
(48) Si |+iu ≡ |+ix , alors θ = 2 et φ = 0 et cette probabilité devient
θ θ
= |e −iω0 t/2 cos2 + e +iω0 t/2 sin2 |2
2 2 1 ω t 
0
θ θ 1 θ
= cos4 + sin4 + cos2 sin2 cos ω0 t
θ P+ (t) = |x h+| ψ(t)i|2 = | (e −iω0 t/2 + e +iω0 t/2 )|2 = cos2
2 2 2 2 2 2 2
Pour comprendre cette précession du spin ou les oscillations des
probabilités, à la base des techniques de résonance magnétique,
P+ (t) oscille à une fréquence proportionnelle à la fréquence de Larmor
évaluons dhSi
dt
E+ − E− ∆E
ω0 = = (49)
~ ~

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 37 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 38 / 48

Spin 1/2 - Précession de Larmor V Hamiltonien du qubit dans un champ périodique I

En vertu de l’équation d’évolution d’une valeur moyenne


Le spin est maintenant plongé dans un champ tournant dans le plan
dhAi xOy dans le sens trigonométrique, c’est-à-dire dans le même sens que
i~ = h[A, H]i et [Si , Sj ] = i~Sk , (50)
dt la précession de Larmor, avec la vitesse angulaire ω

dhSz i
B(t) = (B1 cos ωt, B1 sin ωt, B0 ) (52)
i~ = h[Sz , H]i = h[Sz , ω0 Sz ]i = 0 (cte mvt) (51a)
dt Le hamiltonien est, en posant ω0 = −γB0 et ω1 = −γB1 la pulsation
dhSx i de Rabi,
i~ = h[Sx , H]i = h[Sx , ω0 Sz ]i = ω0 (−i~Sy ) cteh
((
h (mvt)
(
(
h
h (51b)
dt
γ~
dhSy i H(t) = −µ · B(t) = −γ S· B(t) = − (B1 cos ωtX + B1 sin ωtY + B0 Z)
i~ = h[Sy , H]i = h[Sy , ω0 Sz ]i = ω0 (+i~Sx ) cteh
((
h (mvt)
(
(
h
h (51c) 2 (53)
dt ~ω0 ~ω1
= Z+ (X+ e −iωt + X− e +iωt )
dhSi 2 2
= ω0 ∧ hSi (51d)
dt où les opérateurs d’échelle
Ces expressions quantiques sont les analogues des expressions classiques 1 1

Après tprec = ω , le quanton retrouve sa direction initiale X+ = (X + iY) = |+i h−| , X− = (X − iY) = |−i h+| [Z, X± ] = ±2X±
0 2 2

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 39 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 40 / 48
Hamiltonien du qubit dans un champ périodique II Hamiltonien du qubit dans un champ périodique III

|±i ne sont plus des états stationnaires à cause du terme dépendant


du temps ~ω2 1 (X+ e −iωt + X− e +iωt ) Les composantes de |ψ(t)i dans le référentiel tournant sont
Ce terme est responsable des transitions quantiques entre ces états E
α̃± (t) = h±̃ |ψ(t)i = h±| Rz (−ωt) |ψ(t)i = h± ψ̃(t) (56)

puisque

X+ |+i = 0 X+ |−i = |+i X− |+i = |−i X− |−i = 0 (54) avec


E E
Ce sont ces transitions qui sont exploitées dans la RMN et la +i ωt Z
ψ̃(t) = R (−ωt) |ψ(t)i = e |ψ(t)i et ψ̃(0) = |ψ(0)i (57)
2

z
réalisation des portes logiques quantiques
Afin de résoudre aisément ce système avec un hamiltonien En vertu de |ψ(t)i = U(t, 0) |ψ(0)i,
indépendant du temps, et avoir en plus un interprétation géométrique, E ωt
on se place dans le référentiel tournant avec le champ à la vitesse ψ̃(t) = e +i 2 Z U(t, 0) |ψ(0)i = Ũ(t, 0) |ψ(0)i

(58)
angulaire ω autour de Oz, en posant
avec
ωt

±̃ = Rz (ωt) |±i Ũ(t, 0) = Rz (−ωt)U(t, 0) = e +i 2
Z
U(t, 0) (59)
(55)

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 41 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 42 / 48

Hamiltonien du qubit dans un champ périodique IV Hamiltonien du qubit dans un champ périodique V
où nous nous avons tenu compte de la relation [Z, X± ] = ±2X± . Par la
Dans le référentiel tournant, en vertu de i~ dU(t,0)
dt = H(t)U(t, 0), on a
suite, on a
d ω
X̃± (t) = e ±iωt X±
ωt
i~ Ũ(t, 0) =i~(+i Z)Ũ(t, 0) + e +i 2 Z H(t)U(t, 0) (62)
dt 2
~ω ωt ωt
= (− Z + e +i 2 Z H(t)e −i 2 Z )Ũ(t, 0) = H̃(t)Ũ(t, 0) On en déduit
2
~ω ~ω0 ~ω1 ~
Compte tenu du fait que si A et B sont des opérateurs et H̃(t) = − Z+ Z+ (X+ + X− ) = − (δZ − ω1 X) (63)
2 2 2 2
f (t) = e tA Be −tA , alors dfdt(t) = [A, f (t)], les opérateurs
ωt ωt
X̃± (t) = e +i 2
Z
X± e −i 2
Z
(60) Le désaccord à la résonance ou detuning δ = ω − ω0 est la différence
entre la pulsation de rotation de B 1 et la pulsation de Larmor
obéissent à l’équation différentielle Dans la relation (63) que H̃(t) est indépendante du temps comme
recherché
dX̃± (t) i i ωt ωt
Le fait que la partie périodique (B 1 = B1 (e x cos ωt + e y sin ωt)) du
= [ ωZ, X̃± (t)] = ωe +i 2 Z [Z, X± ]e −i 2 Z = ±iω X̃± (t) (61) champ ait engendré le hamitonien H1 = ~2 ω1 X ne devrait pas
dt 2 2 surprendre, car B 1 est aligné suivant Ox dans le référentiel tournant

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 43 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 44 / 48
Oscillations de Rabi I Oscillations de Rabi II
d Les probabilités de transitions sont
En intégrant i~ dt Ũ(t, 0) = H̃(t)Ũ(t, 0), on obtient
ω12 2 Ωt
Ũ(t, 0) = e
t H̃(t)
−i ~ −i 2t (ω1 X−δZ) −i Ωt
ω
( Ω1 X− Ω
δ Z) P−←+ (t)= |u+− |2 = sin (formule de Rabi) (67a)
=e =e 2
Ω2 2

Ωt
 
ω1 δ
  
Ωt (64) Ωt δ2 Ωt
= I cos
2
−i

X − Z sin
Ω 2 P+←+ (t)= |u++ |2 = cos2 + 2 sin2 (67b)
2 Ω 2
Il vient, en vertu de (59), P−←+ (t) + P+←+ (t) = 1. (67c)
! q
ω12
−i ωt
Z u++ u+− P−←+ (t) oscille à la pulsation Ω = δ 2 + ω12 entre 0 et Ω2
U(t, 0) = e 2 Ũ(t, 0) = (65)
u−+ u−−
q 1 δ=0
δ = 3ω1
avec, en posant Ω = δ 2 + ω12 la pulsation généralisée, 0.8
P−←+ (t) maximale lorsque le

P−←+ (t)
0.6
ωt

Ωt δ Ωt

ω1 Ωt désaccord δ = 0, i.e., ω = −ω0
u++ = e −i 2 cos + i sin u+− = −i sin (66a) 0.4

2 Ω 2 Ω 2 0.2 P−←+ (t)  1 lorsque δ  ω1 , on


 
+i ωt Ωt δ Ωt ω1 Ωt 0 parle de detuning
u−− = e 2 cos − i sin u−+ = −i sin (66b)
2 Ω 2 Ω 2 0 100 200 300
t

Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 45 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 46 / 48

Oscillations de Rabi III Oscillations de Rabi IV


Examinons de plus près le cas résonant δ = 0. L’Eq. (64) devient Géométriquement, à la résonance, la précession de Larmor est de
pulsation ω = ω0 , et cette précession est compensée par la rotation du
t ω1 t ω1 t référentiel. Il reste donc uniquement la précession de Larmor due à B 1
Ũ(t, 0) = e −i 2 ω1 X = I cos − iX sin (68) qui s’effectue autour de Ox
2 2
P−←+ (t) = 1 pour
qui est l’opérateur de rotation d’un angle ω1 t autour de l’axe Ox
ω1 t 1 π
Si |ψi (t = 0) = |+i, compte tenu de X |+i = |−i, = (n + )π, n ∈ N t= pour n = 0 (70)
2 2 ω1

˜
E ω1 t ω1 t ω1 t ω1 t on dit qu’on a appliqué une impulsion π. Géométriquement, le spin
ψ(t) = I |+i cos − iX |+i sin = cos |+i − i sin |−i initialement orienté suivant la direction des z positifs, se retrouve dans
2 2 2 2
la direction des z négatifs
P−←+ (t) = 12 pour
La probabilité de transitions de l’état |+i vers l’état |−i vaut
ω1 t 1 π π
= (n + ) , n ∈ N t= pour n = 0 (71)

˜
E ω1 t 2 2 2 2ω1
P−←+ (t) = |h− ψ(t) |2 = sin2 (69)
2 on dit qu’on a appliqué une impulsion π/2. Le spin se retrouve dans un
combinaison linaire à poids égaux des états |+i et |−i, on parle alors
Le spin 1/2 passe périodiquement à la pulsation de Rabi ω1 d’un niveau de transition cohérente. Géométriquement, le spin initialement orienté
à un autre suivant Oz se retrouve suivant Oy
Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 47 / 48 Nana Engo (Dept of Physics - FS, UY1) Mesure de l’information quantique Septembre 2019 48 / 48
View publication stats