Vous êtes sur la page 1sur 7

Programme National de l’Efficacité Energétique

Plan d’Action en Matière d’Efficacité Energétique

L’efficacité énergétique est appelée à jouer un rôle important dans le contexte


énergétique national, caractérisé par une forte croissance de la consommation tirée,
notamment, par le secteur domestique avec la construction de nouveaux logements, la
réalisation d’infrastructures d’utilité publique et la relance de l’industrie.

La réalisation de ce programme par une diversité d’actions et de projets, devrait favoriser


l’émergence, à terme, d’un marché durable de l’efficacité énergétique en Algérie.

Les retombées économiques et sociales de l’intégration de la dimension efficacité


énergétique dans les différents secteurs d’activité sont multiples. Cette intégration permet
d’améliorer le cadre de vie du citoyen mais constitue, également, une réponse appropriée au
défi de conservation de l’énergie avec ses implications bénéfiques sur l’économie nationale,
en termes de création d’emplois et de richesse, en plus de la préservation de
l’environnement.

Le programme se focalise sur les secteurs de consommation qui ont un impact significatif sur
la demande d’énergie. Il s’agit principalement du bâtiment, du transport et de l’industrie.

Ø Pour le secteur du bâtiment :

   

Le programme vise à encourager la mise en œuvre de pratiques et de technologies


innovantes, autour de l’isolation thermique des constructions existantes et nouvelles. Des
mesures adéquates seront prévues au niveau de la phase de conception architecturale des
logements.

    1    
 
Il s’agit également de favoriser la pénétration massive des équipements et appareils
performants sur le marché local, notamment les chauffe-eau solaires et les lampes
économiques: l’objectif étant d’améliorer le confort intérieur des logements en utilisant moins
d’énergie.

La mise en place d’une industrie locale des isolants thermiques et des équipements et
appareils performants (chauffe-eau solaires ; lampes économiques) constitue l’un des atouts
pour le développement de l’efficacité énergétique dans ce secteur.

La consistance physique de ce programme est de :

§ L’isolation thermique de 100 000 logements/an ;


§ La diffusion de 10 millions/an de lampes basse consommation (LBC),
§ La diffusion de chauffe-eau solaires (CES) à raison de 100 000 CES/an,
§ L’introduction de 1.1 million de lampes à sodium pour l’éclairage public.

Globalement, c'est plus de 30 millions de TEP qui seront économisées, d'ici 2030 répartie
comme suit :

Ø Isolation thermique : l’objectif est d’atteindre un gain cumulé évalué à plus de 7 millions de
TEP ;
Ø Chauffe-eau solaire : l’objectif est de réaliser une économie d’énergie à plus de 2 millions de
TEP ;
Ø Lampe basse consommation (LBC) : Les gains en énergie escomptés, à l’horizon 2030 sont
estimés à près de 20 millions de TEP ;
Ø Eclairage public : l’objectif est de réaliser une économie d’énergie de près de un (01) million
de TEP, à l’horizon 2030 et d’alléger la facture énergétique des collectivités.

Pour le secteur des transports :

    2    
 
Le programme vise à promouvoir les carburants les plus disponibles et les moins
polluants, en l’occurrence, le GPLc et le GNc: l’objectif étant d’enrichir la structure de l’offre
des carburants et de contribuer à réduire la part du gasoil, en plus des retombées bénéfiques
sur la santé et l’environnement. Ceci se traduirait par une économie, d'ici 2030, de plus de 15
millions de TEP.

La consistance physique de ce programme est de :

§ La conversion de 1,3 millions de véhicules particuliers ;


§ L’acquisition de 11000 bus GNC et la conversion de 11000 véhicules au GNC.

Ø Pour le secteur de l’industrie :

Le programme vise à amener les industriels à plus de sobriété dans leurs consommations
énergétiques. En effet, l’industrie représente un enjeu pour la maîtrise de l’énergie du fait que
sa consommation énergétique est appelée à s’accroître à la faveur de la relance de ce
secteur. Pour ce secteur, c'est plus de 34 millions de TEP qui seront économisées.

Pour plus d’efficacité énergétique, il est prévu :

Ø La généralisation des audits énergétiques et du contrôle des procédés industriels qui


permettront d’identifier les gisements d’économie d’énergie substantiels et de préconiser des
plans d’actions correctifs;
Ø L’encouragement des opérations de réduction de la surconsommation des procédés
industriels, à travers un soutien de l’Etat au financement de ces opérations.

La consistance physique de ce programme est de :

§ La réalisation d’audits énergétiques à raison de 50 à 100 audits par an et d’un


programme d’investissement de 200 à 300 projets par an pour promouvoir la
cogénération, l’amélioration de procédés thermiques et l’amélioration de l’usage
électrique.

Résultats Attendus :

les résultats attendus par la réalisation de ce programme se présentent comme suit :

Ø un gisement d’économie d’énergie de l’ordre de 93 millions de tep;


Ø une puissance évitée de plus de 1500 MW;
Ø une réduction de 200 millions de tonnes de CO2 ;
Ø une création de 180 000 nouveaux postes d’emplois.

    3    
 
Economie
globale à

93
Millio 200 Millions de
tonnes CO2
ns de évitées
TEP 180000
emplois de54% d’apport
l’état pour un
investissement
global de
900Milliards
de Dinars
Textes réglementaires :

Ø Loi n° 99-09 du 28 Juillet 1999 relative à la maîtrise de l'énergie (en cours d’amendement) ;
Ø Loi n° 04-09 du 14 Août 2004 relatives à la promotion des énergies renouvelables
dans le cadre du développement durables ;

Ø Décret n°04-149 du 19 Mai 2004 portant sur les modalités d'élaboration du


programme national de maîtrise de l’énergie (PNME) ;

Ø Décret n°2000-116 du 29 Mai 2000 portant sur les modalités de fonctionnement du


compte d’affectation spéciale n°302-101 intitulé "Fonds national pour la maîtrise de
l'énergie ;

Ø Décret n°85-235 du 25 Août 1985 portant sur la création d’une agence pour la
promotion et la rationalisation de l’énergie ;

Ø Décret n°04-314 du 25 Septembre 2004 complétant le décret n°85-235 du 25


août 1985, modifié et complète, portant création d'une agence pour la promotion et
la rationalisation de l’utilisation de l’énergie ;

Ø Décret exécutif n° 05-16 du 11 janvier 2005 portant sur les règles spécifiques
d'efficacité énergétique applicables aux appareils fonctionnant à l'électricité, aux
gaz et aux produits pétroliers;

Ø Décret exécutif n° 13-424 du 18 Décembre 2013 complétant et modifiant le décret


exécutif n°05-495 du 26 Décembre 2005, relatif à l'audit énergétique des
    4    
 
établissements grands consommateurs d'énergie ;

Ø Arrêté interministériel du 6 juillet 2005 portant sur les modalités du suivi et de


l'évaluation du compte d'affectation spéciale n° 302-101 intitulés "Fonds national
pour la maîtrise de l'énergie" ;

Ø Arrêté du 7 mai 2012 portant nomination des membres du Comité Intersectoriel de


la Maîtrise de l'Energie ;

Ø Arrêté interministériel du 07 Octobre 2012 modifiant l'arrêté interministériel du 17


Septembre 2000 portant nomenclature des recettes et des dépenses imputables
sur le compte d'affectation spéciale n° 302-101 intitulé "Fonds national pour la
maîtrise de l'énergie" ;

Ø Arrêté du 23 mars 2011 modifiant et complétant l’Arrêté du 21 mai 2007portant


désignation des membres du conseil d'administration de l'agence pour la
promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (APRUE) ;

Ø Arrêté interministériel du 19 juin 2014 modifiant et complétant l'arrêté


interministériel du 29 septembre 2010 portant sur les cahiers des charges
définissant la méthodologie, le rapport d'audit et sa synthèse, le guide
méthodologique, les valeurs des pouvoirs calorifiques, les facteurs de conversion
pour le calcul de la consommation ainsi que les modalités d'agrément des
auditeurs ;

Ø ANNEXE 1 : Les cahiers des charges définissant la méthodologie, le rapport d'audit et sa


synthèse
Ø ANNEXE 2 : Guide méthodologique.
Ø ANNEXE 3 : Valeurs des pouvoirs calorifiques.
Ø ANNEXE 4 : Facteurs de conversion pour le calcul de la consommation.
Ø ANNEXE 5 : Modalités d'agrément des auditeurs.

Ø Arrêté du 21 février 2009 portant sur l’étiquetage énergétique des réfrigérateurs,


des congélateurs et des appareils combinés à usage domestique soumis aux
règles spécifiques d'efficacité énergétique et fonctionnant à l'énergie électrique ;

Ø Arrêté du 21 février 2009 portant sur l’étiquetage énergétique des climatiseurs


à usage domestique soumis aux règles spécifiques d'efficacité énergétique et
fonctionnant à l'énergie électrique;

Ø Arrêté du 21 février 2009 portant sur l’étiquetage énergétique des lampes


domestiques soumises aux règles spécifiques d'efficacité énergétique et
fonctionnant à l'énergie électrique ;
    5    
 
Ø Arrêté Interministériel du 3 Novembre 2008 portant sur les appareils et les
catégories d'appareils à usage domestique soumis aux règles spécifiques
d'efficacité énergétique et fonctionnant à l'énergie électrique ;

Ø Arrête interministériel du 29 Novembre 2008 portant sur les dispositions générales


relatives aux modalités d'organisations et d'exercice du contrôle d'efficacité
énergétique des appareils à usage domestique soumis aux règles spécifiques
d'efficacité énergétique et fonctionnant à l'énergie électrique ;

Ø Arrêté interministériel du 6 juillet 2005 portant sur les modalités du suivi et de


l'évaluation du compte d'affectation spéciale n° 302-101 intitulé "Fonds national
pour la maîtrise de l'énergie".

Procédure de mise en œuvre du programme

Ø Une feuille de route a été établie pour la période 2016-2020 couvrant la partie du programme
relative à cette période ;

Ø Des conventions d’accompagnement pour la mise en œuvre du programme seront conclues


entre le ministère et l’APRUE.

Ø Les projets prévus par le programme seront mis en œuvre dans le cadre de conventions
Ministère de l’énergie/ bénéficiaires;

Ø Des enquêtes ont été menées en collaboration avec le Ministère de l’Industrie et le Ministère
de l’Intérieur pour recenser :

• Les entreprises nationales pouvant être associées à la réalisation des


actions du programme ;

• Les besoins en termes de projets d’efficacité énergétique dans le secteur


de l’industrie ;

• Les besoins des 48 wilayas en lampes à sodium (éclairage public).

Ø Agrément des auditeurs énergétiques;

Ø Regroupement du CAS 302-101 (maitrise de l’énergie) et du CAS 302-131 (énergies


renouvelables et cogénération) : promulgation du décret exécutif 15-319 fixant les modalités
de fonctionnement du nouveau compte.

    6    
 
Incitations :

Ø Financement à hauteur de 80% du coût induisant par l’introduction de l’isolation


thermique dans le secteur du bâtiment.
Ø Financement à hauteur de 50% du prix de référence (300 DA) de la lampe performante
150 DA/lampe.
Ø Financement à hauteur de 100% du coût de la lampe destinée à l’éclairage public
(1000 DA/lampe).
Ø Financement à hauteur de 45% du prix de référence du chauffe-eau solaire
(60 000 DA) soit 27 000 DA/CES.
Ø Financement à hauteur de 100% du surcout par rapport à un Bus diesel soit
10 millions de DA/Bus
Ø Financement à hauteur de 50% du prix de référence de la conversion (150 000 DA)
soit 75 000 DA/Conversion.
Ø Financement des projets pour le secteur de l’industrie de 10 à 30% selon le projet
Ø Financement des opérations d’audits énergétique à hauteur de 70 % sur un montant
de référence (1 million de Dinars)

Incitations pour GPLc

Ø Financement à hauteur de 50% du prix de référence de kit GPLc pour


véhicules particuliers et taxis (50 000 DA) soit 25 000 DA/Kit.
Ø Exonération de la vignette pour les véhicules roulant au GPLc et GNc ;

    7