Vous êtes sur la page 1sur 5

Coordonnées

Nom de l'étudiant(e) : Monia Goertz Ecole de stage : Saint-Sébastien

2 NPB Titulaire de stage : Mr Bronkart

Contenu d’enseignement qui va faire l’objet de l’apprentissage 


Développement artistique : ateliers sur les couleurs

Ces activités introduisent l’activité d’art à la manière de Matisse

A qui s’adresse la situation d’apprentissage : 3e primaire


Nombre de séances : 1
Découpage dans le temps: Jeudi après-midi

Analyse a priori de la matière à enseigner


Notions clés ou concepts intégrateurs – trame conceptuelle

 Une couleur PRIMAIRE est une couleur que l’on ne peut pas obtenir par un mélange. Il y en a
trois : jaune, cyan, magenta. À partir des trois couleurs primaires, on peut obtenir la plupart des
couleurs.
 Une couleur SECONDAIRE est une couleur obtenue par le mélange de 2 couleurs primaires (1
pour1).
 Les couleurs TERTIAIRES sont issues du mélange à parts égales d'une secondaire et de l'une des
deux couleurs de base qui la composent. Il y a six couleurs tertiaires : l'orange, le carmin, le vert
clair, le vert émeraude, le bleu outremer et le pourpre.

 La TEINTE est le terme utilisé pour nommer une couleur, qu'elle soit intense ou pâle, claire ou
foncée.
 La VALEUR d'une couleur fait référence à sa clarté. On peut obtenir une gamme plus ou moins
étendue de valeurs suivant les pigments.
 L'emploi de COULEURS COMPLEMENTAIRES peut exalter les valeurs chromatiques d'une
aquarelle.
Cependant, il convient d'utiliser les couleurs complémentaires de façon subtile, pour des
éléments du fond ou pour accentuer certains thèmes, afin d'obtenir un résultat harmonieux.
Chaque couleur primaire a une couleur complémentaire.

NOM – Ecole – Cycle – Maître de stage


LE ROUGE complémentaire du vert (le vert couleur secondaire réalisé à partir du jaune et du bleu)
LE JAUNE complémentaire du violet (le violet couleur secondaire réalisé à partir du bleu et du rouge)
LE BLEU complémentaire de l'orange (l'orange couleur secondaire réalisé à partir du jaune et du
rouge)
- Astuce : Vous avez la possibilité d'atténuer l'intensité d'une couleur ou de la neutraliser en y
ajoutant une petite quantité de sa complémentaire.
- Exemple : La peinture verte sortant du tube est généralement trop vive ; neutralisez sa couleur en
mélangeant un peu de rouge (couleur complémentaire du vert). Vous créerez ainsi, une multitude de
verts.

Comment identifier le profil de départ du groupe d’élèves par rapport au contenu ?


Représentations préalables – connaissance des élèves – prise d’informations (questionnaire, entretien,…)

Les E sont familiarisés avec les couleurs, ils les utilisent souvent. Ils utilisent aussi régulièrement les
techniques de base : crayon, feutre, gouache.

Références au programme :
Quelle est la compétence d’intégration travaillée ? EAP s’exprimer par le langage plastique
Quelle est la compétence spécifique visée ? EAP.4. S’exprimer par le langage plastique (la
couleur)
Quelle(s) est (sont) la (les) compétence(s) sollicitée(s) ?
EAP.4.1. Exploiter les éléments plastiques : la couleur
PAP2.1. Etablir un contact physique, sensoriel avec : les formes et les couleurs (voir,
regarder, observer, discerner,…)

Quel objectif (obstacle) d’apprentissage est poursuivi (et est susceptible d’être
franchi par les élèves) ?
Les ESC d’identifier les couleurs primaires et secondaires, de les nommer. De réaliser les couleurs
secondaires. Ils comprendront les termes camaïeu, dégradé, nuances et pourront réaliser une roue
des couleurs.

Quel est le temps de l’apprentissage ?


Contagion – construction – entraînement

Construction du dispositif didactique


Voir feuille 3

Matériel :
 Des feuilles photocopiées (roue des couleurs, toupies photocopiées sur feuilles cartonnées,
feuille de mélanges, pastilles)
 De la gouache (3 couleurs primaires)
 Des pots
 Des pinceaux
 Des fusains
 Des « palettes » : morceaux de carton plastifié, de plastique, vielles assiettes, …
 2 grands panneaux (un noir pour le village, un blanc pour le dégradé de couleurs)

NOM – Ecole – Cycle – Maître de stage


Evaluation de la séquence :

Réflexion méthodologique et justification

NOM – Ecole – Cycle – Maître de stage


CONSTRUCTION DU DISPOSITIF DIDACTIQUE
En cohérence avec l’objectif obstacle identifié

ORGANISATION ETAPES DE L'APPRENTISSAGE OUTILS


DU TRAVAIL Situation-problème- Différenciation – Structuration – Remédiation - … D'APPRENTISSAGE
Mode de groupement des écrit – geste – image – technologies –
Rôle de l'enseignant en lien avec l'activité des enfants
élèves - timing matériel
consignes – remarques – interventions – observations + objectifs précis

1. Intro Je demande aux élèves de me rappeler quelles sont les couleurs primaires (notions abordée lors de
l’introduction à la visite de l’expo sur Matisse) et qu’est-ce qu’elles ont de spécial.

Je leur demande ensuite, selon eux, qu’est-ce qu’une couleur secondaire. J’écoute les réponses des
enfants et leur dis qu’on va les tester lors d’ateliers. Nous allons jouer avec les couleurs, les tester, en
créer de nouvelles.

Activité 1 : les toupies

Les E choisissent 2 couleurs primaires et colorient un des cercles en alternant une couleur puis l’autre.
Ils font de même avec 2 autres toupies de façon à avoir une toupie rouge et jaune, une rouge et bleue
et une jaune et bleue. Ils découpent les cercles. Les enfants. Ils prennent un cure-dents et le plantent
au centre du cercle. La toupie est prête.

Je laisse les enfants essayer de les faire tourner et demande ce qu’ils ont observé. Chaque toupie
donne une des 3 couleurs secondaires. En tournant vite, les couleurs se mélangent c’est comme ça
que les couleurs secondaires apparaissent.

Activité 2 : test et mélanges : de nouvelles couleurs !*

Les E reçoivent une feuille avec des pastilles blanches. Elles forment des additions :

Je propose alors aux E de tester les couleurs. Avant de faire un mélange, ils vont peindre une pastille

NOM – Ecole – Cycle – Maître de stage


en une couleur, la seconde en une autre et seulement faire le mélange. Pour chaque mélange, je leur
demanderai de trouver un nom.

Je suggère aux E de toujours mettre une couleur plus foncée dans une couleur plus claire lors des
mélanges, cela évite le gaspillage de peinture et les mauvaises surprises. On commence toujours par
le jaune et on finit par le bleu, lorsqu’il s’agit de couleurs primaires.

Activité 3: la roue des couleurs*

Chaque E reçoit une roue des couleurs. Je demande aux E ce que cela pourrait être. Je leur demande
de l’observer et de me dire ce qu’ils voient. (3 des 6 quartiers du cercle sont plus grands que les
autres) Je leur demande s’ils peuvent me donner une raison pour laquelle le dessin est représenté de
cette façon (les plus grands quartiers sont pour les couleurs primaires, les 3 couleurs les plus
importantes).
Avant de la compléter, on rappelle les couleurs primaires et les couleurs secondaires à qui elles
donnent naissance. Ils peuvent utiliser leur feuille de mélanges.

*pour ces 2 activités, à chaque fois qu’un élève crée une nouvelle couleur, je lui demande de colorier
une pastille. A la fin de ces activités, on fera un panneau avec toutes les nouvelles couleurs créées
organisées en dégradé. Nous observerons ainsi les différentes nuances de la couleur (car les E ne vont
pas tous créer le même orange, ni le même vert)

Activité n°4 : un village coloré : composition collective.


Je demande à chaque enfant de dessiner une maison plus haute que large avec fenêtres, toit et
portes. Ils vont la peindre en utilisant UNE couleur primaire et UNE secondaire. Quand le dessin est
sec, repasser au fusain. Quand toutes les maisons ont été découpées, on les colle sur un grand
panneau, c’est le village des 3e primaire de l’école Saint-Sébastien.
Les E qui ont fini beaucoup plus tôt que les autres peuvent faire les commerces : le boulanger, l’école,
le poissonnier, le boucher, la poste, la police, les pompiers, …

NOM – Ecole – Cycle – Maître de stage

Vous aimerez peut-être aussi