Vous êtes sur la page 1sur 14

Noms grecs antiques

Une aide de jeu pour tout jeu de rôle


Pierre Cuvelier –2014-2016

Tous les jeux de rôle proposant de jouer dans des univers inspirés de la Grèce antique incluent des
listes de noms qui « font grec » afin d’aider joueurs et meneurs de jeu en panne d’inspiration. Ces
listes sont bien faites, et elles sont utiles en elles-mêmes, mais elles m’ont toujours laissé un
sentiment de frustration. En effet, je pense qu’il est beaucoup plus gratifiant pour des joueurs ou un
meneur de jeu de connaître le sens du nom d’un personnage. Cela donne au personnage une
profondeur supplémentaire. Dans le cas d’univers inspirés de la mythologie grecque, c’est encore plus
intéressant, puisque le sens des noms des héros et héroïnes a souvent un lien (plus ou moins clair)
avec leur ascendance, leur personnalité et leurs aventures.

Bref, voici une aide de jeu proposant des idées de noms venus du grec ancien pour vos
personnages, mais avec leur sens. Je vous donne aussi des indications plus générales sur la
formation des noms en grec ancien, pour vous aider à créer vous-même des noms qui « sonnent
grec ».

Licence Creative Commons

Je mets à disposition ce document gratuitement selon les termes de la licence Creative Commons
Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.
Cela signifie que vous pouvez partager, copier et diffuser ce document par tous les moyens et sous
tous les formats dans la mesure où vous respectez trois obligations :
- me citer en tant qu’auteur ;
- vous abstenir de toute utilisation commerciale de ce document (tout ou partie de son contenu) ;
- n’apporter aucune modification à ce document.
Pour plus d’informations, voyez cette page : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/fr/

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 1 / 14
Sommaire
LICENCE CREATIVE COMMONS ...................................................................................................................... 1
SOMMAIRE .................................................................................................................................................... 2
L’ALPHABET GREC ET SA TRANSCRIPTION EN FRANÇAIS ................................................................................ 3
LA FORMATION DES NOMS EN GREC ANCIEN : FORMER UN NOM QUI « FASSE GREC » ................................ 4
LES NOMS GRECS FRANCISÉS ......................................................................................................................... 4
LA FRANCISATION DES LETTRES ET DES DIPHTONGUES ................................................................................................... 4
LA FRANCISATION DES TERMINAISONS ....................................................................................................................... 5
SI JAMAIS CE DOCUMENT NE VOUS SUFFIT PAS… .......................................................................................... 5
NOMS COMMUNS POUVANT INSPIRER DES NOMS DE PERSONNAGES ......................................................... 6
CORPS HUMAIN .................................................................................................................................................... 6
GUERRE .............................................................................................................................................................. 6
MAGIE................................................................................................................................................................ 7
MÉTIERS ET TECHNIQUES ........................................................................................................................................ 7
MORALE ET SENTIMENTS ........................................................................................................................................ 8
NATURE, PLANTES, ANIMAUX .................................................................................................................................. 8
RELIGION ............................................................................................................................................................ 9
ADJECTIFS POUVANT INSPIRER DES NOMS DE PERSONNAGES .................................................................... 10
CORPS HUMAIN .................................................................................................................................................. 10
MORALE ET SENTIMENTS ...................................................................................................................................... 10
POLITIQUE ......................................................................................................................................................... 11
INVENTER DES NOMS COMPOSÉS POUR DES PERSONNAGES ...................................................................... 11
QUELQUES PRÉFIXES ............................................................................................................................................ 11
QUELQUES SUFFIXES ............................................................................................................................................ 12
NOMS GRECS DE CHIENS ET DE CHIENNES ................................................................................................... 13

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 2 / 14
L’alphabet grec et sa transcription en français

Pour mémoire, les conseils de prononciation correspondent à la prononciation dite « érasmienne »


(d’après le nom d’Érasme, helléniste français de la Renaissance), qui est la plus simple et la plus
utilisée. Cette prononciation ne restitue pas les esprits, les accents ou la longueur des syllabes, mais
ce n’est pas notre préoccupation ici.

Lettre En Transcription et conseils de prononciation


grec
Alpha Α, α a
Bêta Β, β, ϐ b. La lettre s’écrit β en début de mot, ϐ à l’intérieur d’un mot.
g - toujours prononcé « gu » comme dans « guilde », jamais « j ».
Quand deux gammas se suivent, le résultat est nasalisé : ἀγγελος,
Gamma Γ, γ
« messager », qui a donné en français « ange », se prononce
« annguelos » (en gros comme dans « anguille »).
Delta Δ, δ d
Epsilon Ε, ε é ou e
Dzêta Ζ, ζ z - prononcé habituellement « dz »
Êta Η, η è ou ê ou encore e
Thêta Θ, θ th - prononcé « t » comme dans « Thémistocle », jamais « f »
Iota Ι, ι i
Kappa Κ, κ k ou « c » dans les noms francisés, mais ne se prononce jamais « s »
l - toujours prononcé « l », même lorsqu’il y en a deux à la suite, comme
Lambda Λ, λ
dans « ville » (et jamais « ie » comme dans « quille »)
Mu Μ, μ m
Nu Ν, ν n
Xi Ξ, ξ x - toujours prononcé « ks », jamais « gz »
Omicron Ο, ο o
Pi Π, π p
Rhô Ρ, ρ r
s - jamais prononcé « z », toujours « ss ».
Sigma Σ, σ, ς
La lettre s’écrit σ en début et milieu de mot, ς à la fin d’un mot.
Tau Τ, τ t - jamais prononcé « s »
Upsilon Υ, υ u - souvent transcrit par un « y » dans les noms francisés
Phi Φ, φ ph - se prononce toujours « f »
Khi Χ, χ ch, mais se prononce toujours « kh »
Psi Ψ, ψ ps
Ôméga Ω, ω ô ou o ou encore au - prononcé ô

Attention : αν, εν, ον etc., se prononcent « ann », « enn », « onn » (jamais « an », « en », « on »).
Cela explique notamment que les noms des voyelles « epsilon », « omicron » et « upsilon » se
prononcent respectivement « epsilonn », « omicronn » et « upsilonn ».

Les diphtongues grecques se prononcent ainsi :


αι, ει, οι se prononcent aï, eï, oï.
αυ, ευ, ου donnent au, eu, ou comme en français.
Attention : contrairement à ce qu’on croit parfois, le « eu » en grec se prononce bien comme la
diphtongue « eu » en français, exactement comme quand on dit « heu… ». Il ne se prononce pas
« éü » ou « éou » : ça, c’est de la prononciation latine !

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 3 / 14
La formation des noms en grec ancien : former un nom qui
« fasse grec »

Tout le monde connaît la terminaison « -os », mais le grec ancien en connaît bien d’autres. Voici un
bref tour d’horizon des grands types de noms en grec ancien avec leurs terminaisons courantes. Pour
former un nom qui « sonne grec » (pour un nom propre de personnage ou de divinité, ou bien pour un
lieu, voire une institution ou une abstraction), vous n’aurez plus qu’à utiliser l’une de ces terminaisons.

En grec ancien, il y a trois genres : le masculin, le féminin et le neutre.


Le grec ancien connaît trois déclinaisons. La troisième est la plus compliquée.

La première déclinaison regroupe des noms majoritairement féminins aisi que quelques masculins.
Les noms féminins de cette déclinaison se terminent en –a ou –è.
Les noms masculins de cette déclinaison se terminent en –as ou –ès.

La deuxième déclinaison contient des noms masculins, féminins et neutres.


Les noms masculins et les quelques noms féminins de cette déclinaison se terminent par –os.
Les noms neutres de cette déclinaison se terminent par –on.
On trouve aussi quelques noms dits « contractes » : des masculins en –ous et des neutres en –oun.

La troisième déclinaison regroupe de nombreux types de noms des trois genres. Il n’y a pas toujours
de terminaison unique obligatoire, donc je vous indique simplement les principaux types de noms.
Des noms masculins en –eps, -ops, en –ôr, en –ôn ou –èn, en –ès. Quelques-uns en –tèr, en –us
ou en –eus.
Des noms féminins en –is, en –èr, en –èn, quelques-uns en –ôs et en –ô.
Des noms neutres en –ma, en –os ou –as.

Les noms grecs francisés

La transcription en français des noms grecs anciens est plus ou moins précise selon que vous lisez
un article universitaire ou un nom propre passé dans la langue courante.
Dans les articles universitaires, on transcrit différemment l’epsilon (e ou é) et l’êta (è ou ê) et on
distingue entre l’omicron (transcrit « o ») et l’oméga (transcrit « ô »). L’upsilon est transcrit « u ».
Aucun problème pour comprendre tout de suite quelle est la lettre grecque d’origine.
En revanche, les noms grecs antiques passés dans la langue courante ont subi quelques
modifications au fil du temps : ce sont des noms « francisés ». Ces noms s’écartent parfois beaucoup
de l’orthographe grecque antique, ce qui peut donner des résultats déroutants. Explications.

La francisation des lettres et des diphtongues


Dans les noms francisés, l’epsilon et l’êta ne sont pas distingués : ils peuvent avoir donné un « é »,
un « e » ou un « è » en français moderne. Par exemple, Θησεύς (Thèseus, avec un èta puis un
epsilon) a donné « Thésée ».
Même absence de distinction entre l’omicron et l’oméga : ἥρως (hèrôs) a donné en français « le
héros » et Ἔρως (Érôs), nom du dieu grec de l’amour et du désir, a donné en français « Éros ».

La modification la plus facile à reconnaître est la transformation de la voyelle upsilon en « y grec » :


Διόνυσος devient « Dionysos », par exemple.

La diphtongue αι devient parfois « ae » ou « aé », voire « é » ou « è ». L’île de Circé, Αἰαιη, devient


ainsi parfois « Aeaea », voire « Ééa » !
La diphtongue οι est souvent devenue « œ », comme danς Οἰδιπους, Œdipe (et se prononce « é »).

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 4 / 14
La diphtongue ει peut devenir « i » : εἰρήνη, « la paix », a donné le prénom « Irène ».
La diphtongue ου devient parfois un simple « u ». Μουσα (Mousa) donne la « Muse ».

Le grec utilise parfois ce qu’on appelle le « iota souscrit », c’est-à-dire écrit sous une autre lettre
(cela peut arriver avec les voyelles alpha, êta ou oméga). En français, le iota souscrit est ignoré.

Les transcriptions des consonnes sont moins pernicieuses, mais il est utile de noter que les noms
francisés transcrivent toujours la lettre khi (χ) par les deux lettres « ch ». Quand vous prononcez à la
grecque, il faut prononcer « k », pas « ch ». Exemple : Chiron, Charybde, chiton.

La francisation des terminaisons


Le français aime les noms qui se terminent par « -e ». Beaucoup de noms grecs ont ainsi vu leur
terminaison remplacée par un simple suffixe en « -e ».
e
 Les noms en -os (en grec, ce sont soit des noms masculins de la 2 déclinaison, soit des noms
e
neutres de la 3 déclinaison) prennent ainsi un « -e ». Le nom σάτυρος (saturos) devient le
« satyre ».
 Les noms en –eus perdent souvent leur suffixe qui est aussi remplacé par un « e ». Ἀχιλλευς
(Akhilleus) devient « Achille ».
 Là où ça se complique, c’est que cette transformation s’opère parfois aussi pour des noms
féminins qui, en grec, se terminaient par un alpha ou un êta. Or, comme beaucoup de noms
masculins sont aussi francisés en « -e », il devient plus difficile de distinguer le genre du nom
une fois francisé. Exemple : il existe en grec ancien deux noms propres dérivés de l’adjectif
phaidros qui signifie « brillant » : Φαιδρος (Phaidros, masculin) et Φαιδρα (Phaidra, féminin).
Les deux noms se francisent en « Phèdre », ce qui peut occasionner des confusions.
La terminaison des noms neutres en –ων (-ôs) est francisée en « -on ».
D’autres terminaisons grecques (en –ax, -is, -ous…) restent souvent inchangées en français.

Attention : tout ce que je vous dis là ne forme pas un système cohérent ! Il faudrait développer tout
un tas de lois linguistiques pour comprendre les infinies péripéties de ce processus. D’autres choses
s’expliquent par un héritage indirect (exemple : Ulysse, en grec, s’appelle Odusseus, mais le français
a emprunté le nom au latin, qui avait déjà métamorphosé le nom grec en Ulixes). Néanmoins, ces
quelques indications vous aideront à comprendre les noms francisés, surtout dans les traductions un
peu anciennes. De nos jours, dès lors qu’on n’a pas affaire à un nom francisé très connu (Achille,
Ulysse), on tend à se contenter d’une transcription proche de l’original grec.

Si jamais ce document ne vous suffit pas…


Voici quelques références de dictionnaires et de vocabulaires où vous pourrez piocher :
- Anatole Bailly, Dictionnaire grec-français, Paris, Hachette, 1895 (constamment réédité depuis,
régulièrement corrigé, refondu, etc.).
- Joëlle Bertrand, Vocabulaire grec. L’abrégé, Paris, Ellipses, 2008. (Mots groupés par thèmes.)
- Fernand Martin, Les Mots grecs, Paris, Hachette, 1992. (Mots groupés par racines étymologiques.)

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 5 / 14
Noms communs pouvant inspirer des noms de
personnages
Voici d’authentiques mots grecs qui sont des noms communs (par opposition aux noms propres) et
qui peuvent fournir des idées de noms pour des personnages.
Pour chaque mot, j’indique sa transcription en alphabet latin, son genre (masc., fém. ou n.), parfois
une ou des suggestions d’orthographes francisées qui rendent bien, et son sens.
Les mots sont organisés par thèmes, et, à l’intérieur de chaque thème, par ordre alphabétique de la
transcription française.
Il ne vous reste plus qu’à choisir un mot grec dont la sonorité et/ou le sens vous plaisent et à ajouter
une majuscule pour en faire le nom propre d’un personnage !

Corps humain
Brakhiôn (masc.), Brachion : le bras.
Dexia (fém.), Déxia : la main droite.
Iskhus (fém.), Ischys : la force, la vigueur.
Kardia (fém.), Cardia : le cœur.
Kolpos (masc.), Colpos : le sein, le giron.
Komè (fém.), Komé/Comé : la chevelure.
Kranion (neut.) : le crâne.
Loimos (masc.), Loïmos : la peste.
Nosos (masc.), Nossos : la maladie.
Ophrus (fém.), Ophrys : le sourcil.
Péos (masc.) : la verge.
Ponos (masc.) : le travail pénible/la fatigue.
Pous (masc.) : le pied.
Rhis (masc.) : le nez.
Rhomè (fém.), Rhomé : la force.
Sarx (fém.) : la chair.
Skelos (neut.) : la jambe.

Guerre
Agôn (masc.) : la lutte, l’enjeu d’une lutte.
Alôsis (fém.), Alosis/Alossis : la prise d’une ville.
Archè (fém.) : l’empire.
Aspis (masc.) : le bouclier.
Automolos (masc.) : le transfuge, le traître.
Bélos (neut.) : le projectile/le javelot.
Doru (neut.), Dory : la lance.
Eirènè (fém.), Eirènè/Eirèna/Irènè/Iréna : la paix.
Énantios (masc.) : l’ennemi.
Épibatès (masc.), /Épibate : le soldat dans la marine.
Eutaxia (fém.) : la bonne discipline.
Harpagè (fém.), Harpagé/Harpaga : le pillage.
Hègémôn (masc.), Hégémon : le chef d’armée.
Hipparkhos (masc.), Hipparque : le commandant de cavalerie.
Hippeus (masc.) : le cavalier.
Hormè (fém.), Hormé, Horma : le premier assaut.
Kataskopos (masc.), Catascopos : l’observateur, l’espion, l’éclaireur.
Kéleustès (masc.) : le chef de nage des rameurs (sur un navire).
Kéras (neut.) : l’aile d’une armée (peut donner un nom masc. ou fém. en français).
Kèrux (masc.) : le héraut.
Kranos (masc.) : le casque.
Lokhos (masc.), lochos : la compagnie.
Lophos (masc.) : le panache d’un casque.
Makhaira (fém.), Machaira/Machaera : le sabre.

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 6 / 14
Makhè (fém.), Makhé, Makha : la bataille.
Mékhanè (fém.), Méchané : la machine de guerre.
Misthophoros (masc.) : le mercenaire.
Misthos (masc.) : le salaire.
Pézos (masc.) : le fantassin.
Phalanx (fém.) : la phalange (formation militaire).
Phasganon (masc.) : le coutelas, l’épée.
Phroura (fém.), Phroura/Phrourè : l’expédition militaire.
Phulakè (fém.), Phylakè, Phylaka : la garde.
Phulax (masc.), Phylax : le garde, la sentinelle
Polémios (masc.) : l’ennemi.
Polémos (masc.) : la guerre.
Poliorkia (fém.) : le siège (d’une ville)
Psilos (masc.) : soldat armé légèrement.
Stratia (fém.) : l’armée.
Stratos (masc.) : l’armée.
Summakhos (masc.), Symmaque : l’allié.
Taxis (fém.) : la discipline, le poste de combat.
Toxon (neut.) : l’arc.
Toxotès (masc.) : l’archer.
Tropè (fém.), Tropé : la déroute.
Xiphidion (neut.) : le poignard.
Xiphos (masc.) : l’épée.

Magie
Épôdè (fém.), Épodé/Époda : l’incantation.
Goès (masc.), /Goas : le sorcier, parfois péjoratif : le charlatan.
Magéia (fém.) : la magie, la sorcellerie.
Mageutès (masc.) : magicien.
Magganon (neut.), Manganon : le tour de magie.
Magos (masc.) : mage (au départ en parlant des mages perses).
Thelktus (fém.), Thelktys : l’enchantement.
Thelxis (fém.) : action de charmer, de calmer.

Métiers et techniques
Ces noms de métiers sont féminisables au besoin en remplaçant les terminaisons –os par –a et
celles en –eus par –is.
Bapheus (masc.) : le teinturier.
Boukolos (masc.) : le bouvier.
Dèmiourgos (masc.), Démiourgos/Démiurge : l’artisan.
Dikastès(masc.) : le juge.
Grapheus (masc.) : le peintre.
Halieus (masc.) : le pêcheur.
Hulotomos(masc.), Hylotomos : le bûcheron (litt. le coupeur de bois).
Kérameus(masc.), Cérameus/Cérame : le potier.
Khalkeus (masc.), Chalkeus/Chalceus : le forgeron.
Khrusokhoos/-ous (masc./fém.), Chrysokhoos/Chrysochous : l’orfèvre.
Koureus (masc.) : le barbier.
Mageiros (masc.) : le cuisinier.
Mélisseus (masc.) : l’apiculteur.
Nauklèros (masc.), /Naucléros : l’armateur.
Nautès (masc.) : le marin.
Oikodomos (masc.), Écodome : le constructeur d’édifices (architecte ou maçon).
Poimèn (masc./fém.) : le gardien de moutons, la gardienne de moutons.
Tektôn (masc.), Tecton : charpentier, menuisier.
Xanthès (masc.) : le cardeur.

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 7 / 14
Morale et sentiments
Agônia (fém.), Agonia : l’anxiété.
Akharis (masc./fém.) : l’ingrat, l’ingrate.
Algos (masc.) : la douleur (physique ou psychologique).
Apistia (fém.) : la défiance.
Arétè (fém.), Arété : la vertu.
Atè (fém.), Até : le malheur.
Deilia (fém.), Délia : la lâcheté.
Élaphos (masc.) : le cerf.
Éléos (masc.) : la pitié.
Eudaimonia (fém.), /Eudémonia : le bonheur apporté par les dieux, la prospérité.
Eunoia (fém.) : le bon esprit, la bienveillance.
Euphrosunè (fém.), Euphrosuné/Euphrosyne : la joie.
Eupsukhia (fém.), Eupsychia : le courage, l’ardeur.
Hèdonè (fém.), Hédoné/Hédona : le plaisir.
Kakia (fém.), Cacia : le vice.
Kholos (masc.) : la colère, la rancune.
Mènis (fém.), /Ménis : le ressentiment.
Mokhtos(masc.), Mochtos : la fatigue, la souffrance.
Olbos (masc.) : la prospérité, le bonheur.
Ogkhos (masc.), Onchos : l’orgueil.
Orgè (fém.), Orgé/Orga : la colère.
Philéma (fém.) : le baiser.
Philia(fém.) : l’amitié, l’affection.
Philotimia (fém.) : l’ambition.
Phrontis (fém.) : le souci, la préoccupation.
Phthonos (masc.), Phtonos : la jalousie.
Pistis (fém.) : la confiance.
Pothos(masc.) : le désir et le regret.
Terpsis (fém.) : le charme, le plaisir délicieux.
Tharros (masc.) : la hardiesse.
Timôria (fém.), Timoria : la vengeance.
Tolma (fém.) : l’audace (laudatif, ou péjoratif avec idée d’effronterie).
Zèlos (masc.), Zélos : l’émulation, l’envie d’imiter.

Nature, plantes, animaux


Aèdôn (fém.), Aédon/Ædone : le rossignol.
Aétos (masc.) : l’aigle.
Aithria (fém.), Aïthria/Æthria : le ciel serein.
Alôpèx (fém.), Alopex : le renard.
Arctos (masc./fém.) : l’ours, l’ourse.
Astrapè (fém.), Astrapé/Astrapa : l’éclair.
Batrakhos (masc.), Batrachos : la grenouille.
Bréphos(masc.) : le petit animal.
Brontè (fém.), Bronté/Bronta : le tonnerre.
Delphis (masc.) : le dauphin.
Drus (fém.), Drys : le chêne.
Érèmia (fém.), Érémia : le désert.
Galènè (fém.), Galénè/Galéna : la mer calme.
Gups (masc.), Gyps : le vautour.
Hulè (fém.), Hylé : le taillis, la forêt.
Kédros (fém.) : le cèdre.
Kéraunos (masc.) : la foudre.
Kheimôn (masc.), Cheimon/Chimon : le mauvais temps, la tempête.
Khiôn (fém.), Chion : la neige.
Khloè (fém.), Chloé : la verdure/la jeune herbe.
Khoiros (masc.) : cochon.
Kittos (masc.) : le lierre.

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 8 / 14
Kolpos (masc.) : la baie, le golfe.
Korax (masc.) : le corbeau.
Koronè (fém.), Coroné : la corneille.
Krènè (fém.), Créné : la source.
Krokos (masc.) : le safran.
Kuma (neut.), Kyma : la vague.
Lithos (masc.) : la pierre.
Lukos (masc./fém.), Lucos/Lycos/Lykos : le loup, la louve.
Murmèx (fém.), Myrmex : la fourmi.
Narkè(fém.), Narké/Narcé/Narka : le poisson torpille.
Nébros (masc./fém.) : le faon/la biche.
Néphos (masc.) : le nuage, la nuée.
Ophis (fém.) : le serpent.
Ornis (masc./fém.) : l’oiseau, l’oiselle.
Oros (masc.) : la montagne.
Pagos (masc.) : le gel, la glace.
Paralia (fém.) : le rivage.
Pégè (fém.), /Péga : la source.
Pétra (fém.) : la pierre.
Phatta (fém.) : la palombe.
Phulon (neut.), Phylon : la feuille.
Phuton (neut.), Phyton : le végétal, la plante.
Pitus (fém.), Pitys : le pin.
Ptérux (fém.), Ptéryx : l’aile.
Rhigos (neut.) : le froid.
Rhiza (fém.) : la racine.
Rhuax (fém.), Rhyax : la coulée de lave.
Scorpios (masc.) : le scorpion.
Tettix (masc./fém.) : la cigale.
Thalassa ou Thalatta (fém.) : la mer.
Thalpos (neut.) : la chaleur.
Thèrion (neut.), Thérion : la bête sauvage.

Religion
Anathéma (fém.) : l’offrande religieuse.
Ara (fém.) : la prière, ou la malédiction.
Asébéia (fém.) : l’impiété, le manque de respect des croyances.
Bômos (masc.), Bomos : l’autel.
Deisidaimonia (fém.), Désidémonia/Desdémonia/Desdémone : la crainte des dieux/la superstition.
Eukhè (fém.), Euché : prière à haute voix.
Hécatombè (fém.) : hécatombe, sacrifice consistant à immoler cent bœufs.
Hiérosulos (masc.), Hiérosylos : le pilleur de temples, le sacrilège.
Hikétéia (fém.) : la supplication.
Hikétès (masc.) : le suppliant.
Hikétis (fém.) : la suppliante.
Horkos (masc.) : le serment.
Kanéphoros (masc.) : le porteur du panier dans un sacrifice (cf. Kanoun).
Kanoun (masc.) : panier dissimulant divers objets dont le couteau, pendant un sacrifice.
Khoè (fém.), Choé : libation aux morts ou aux divinités du monde souterrain.
Kiôn (masc.), Kion : la colonne de temple.
Mageiros (masc.) : sacrificateur apprêtant la viande (par la suite : cuisinier, boucher).
Mantis (masc. ou fém.) : le devin, la devineresse.
Miasma (neut.) : la souillure religieuse. (Peut donner un nom fém. ou bien masc. en mettant –os au
lieu du –a).
Muèsis (fém.), Myésis/Myéssis : l’initiation (notamment à des mystères religieux).
Naos (masc.) : le temple.
Pompé (fém.), Pompé/Pompa : la procession.
Sébas (neut.) : le respect religieux mêlé de crainte.
Thérapéia (fém.) : le culte, les honneurs qu’on rend aux dieux.

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 9 / 14
Tholos (fém.) : un type de temple circulaire.
Thusia (fém.), Thysia/Thysié : le sacrifice.

Adjectifs pouvant inspirer des noms de personnages


Même principe que pour les noms, sauf que les adjectifs existent chacun aux trois genres, avec
parfois une terminaison différente que j’indique alors, dans l’ordre masculin, féminin, neutre. S’il n’y a
que deux formes indiquées, la première vaut pour le masculin et le féminin, la seconde pour le neutre.
Pour un nom masculin, vous pouvez utiliser directement le masculin ou voir ce que ça donne avec la
terminaison du neutre. Pour le féminin, si une terminaison en –è ne vous convient pas, vous pouvez
toujours bricoler en la remplaçant par une terminaison en –a.
Exemple : Xanthos, è, -on signifie « blond ». Pour obtenir la forme féminine, supprimez le « os » du
masculin et remplacez-le par la terminaison indiquée, ce qui donne « Xanthè ». Pour le neutre, cela
donne « Xanthon ». Vous pouvez utiliser ce mot pour nommer un personnage masculin Xanthos (« le
blond »), ou Xanthon si vous préférez, ou bien pour nommer un personnage fémnin Xanthé ou
Xantha.

Corps humain
Aniatos, -os, -on : incurable.
Asthénès, -ès, -és : faible, en mauvaise santé.
Iskhuros, -a, -on, Ischyros/a : robuste, vigoureux/-se.
Kalos, -è, -on : beau/belle.
Khôlos, -è, -on, Cholos/Cholé : boiteux/se.
Malakos, -è, -on, Malacos/Malaca : mou, faible, sans vigueur.
Mélas, mélaina, mélan : brun, brune (le féminin a donné le nom Mélanie).
Pèros, -a, -on : estropié.
Polios, -a, -on : gris.
Purrhos, -a, -on, Pyrrhos/Pyrrha : roux (adjectif déjà utilisé comme nom propre dans la mythologie :
Pyrrhos, ou Néoptolème, est le fils d’Achille ; Pyrrha est la femme de Deucalion).
Xanthos, -è, -on : blond, blonde.

Morale et sentiments
Agathos, -è, -on, Agathos/Agathon/Agatha (a donné « Agathe ») : vertueux, bon.
Agrios, -a/-os, -on : sauvage, cruel.
Akharis : ingrat.
Anaïdès, -ès, -es, Anædès/Anidès : impudent, effronté.
Andréios, -a, -on, Andrios/Andrion/Andria : viril, courageux.
Aphilos, -os, -on : sans ami.
Apistos, -os, -on : défiant / indigne de confiance.
Aplèstos, -os, -on : insatiable.
Athlios, -a, -on : qui lutte, qui souffre.
Duskolos, -os, -on, Dyscolos : d’humeur difficile, désagréable.
Euménès, -ès, -en : bienveillant.
Gennaios, -a, -on : noble, généreux.
Hilaros, -a, -on : joyeux.
Kakistos, -è, -on : très mauvais, le pire.
Kakos, -è, -on : mauvais.
Khalépos, -è, -on : pénible.
Makarios, -a, -on : très heureux.
Mataios, -a/-os, -on : vain, frivole.
Métrios, -a, -on : modéré.
Olbios, -a, -on : prospère.
Oxuthumos, -os, -on, Oxythymos/Oxythymon : irascible, prompt à se mettre en colère.
Phaidros, -a, -on, Phédros/Phédra/Phèdre : radieux, joyeux (nom utilisé pour le nom de Phaidra,
Phèdre, sœur d’Ariane de Crète et épouse de Thésée).
Phaulos, -è, -on : méchant, misérable.
Philotimos, -os, -on : ambitieux.

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 10 / 14
Phobéros, -a, -on : effrayant.
Pistos, -è, -on : digne de confiance.
Ponèros, -a, -on : méchant, pervers.
Praos, -os, -on : doux, bon.
Semnos, -è, -on : vénérable.
Skétlios, -a/-os, -on : cruel.
Skléros, -a, -on : sévère.
Sôphrôn, -ôn, on, Sophron : maître de soi, pondéré, sage.
Spoudaios, -a, -on : sérieux, grave.
Talas, talaina, talan : misérable, pitoyable.
Thaumastos, -è, -on : étonnant / admirable.
Timios, -a, -on : précieux, cher.
Tlèmôn, -ôn, -on, Tlémon : endurant.
Zèlôtos, -è, -on, Zélotos/Zélota : envié/enviable.

Politique
Allodapos, -è, -on : d’un autre pays, étranger.
Argéios, -a, -on : d’Argos, argien.
Athènaios, -os, -on : d’Athènes, athénien.
Attikos, -è, -on : de l’Attique (région du Péloponnèse), attique.
Autokratôr : qui a les pleins pouvoirs, qui n’est pas soumis à la reddition de comptes.
Autonomos, -os, -on : indépendant (littéralement « qui a ses propres lois »).
Barbaros, -os, -on : barbare, non grec.
Delphos, -os, -on : de Delphes.
Dèmotikos, -è, -on : à l’usage du peuple / partisan du peuple.
Héllènikos, -è, -on : hellénique, grec.
Héllènis (uniquement féminin) : la Grecque.
Lakônikos, -è, -on : de Laconie, de Sparte.
Misopolis : qui est ennemi de sa cité.
Philopolis : qui aime sa cité.
Spartiatikos, -è, -on : de Sparte, spartiate.
Spartiatis (uniquement féminin) : la femme spartiate.
Xénos, -a, -on : étranger. Xéna : « l’étrangère ».

Inventer des noms composés pour des personnages


En grec ancien, beaucoup de noms, notamment les noms propres, sont des noms composés. Les
combinaisons sont infinies (c’est ce qui fait la richesse et le charme de cette langue), mais voici déjà
quelques préfixes et quelques suffixes qui vous permettront de bricoler les noms fournis plus haut afin
d’obtenir un nom composé qui vous plaise. Les vraies règles de composition des noms composés
sont plus complexes, mais le résultat sera déjà assez proche du vrai grec ancien.

Quelques préfixes
Je donne d’abord la transcription exacte du grec, puis la forme francisée courante.
Un préfixe s’ajoute au début d’un autre mot (nom ou adjectif, selon ce qui va bien). Quand le mot en
question commence par une voyelle, enlevez la voyelle qui termine le préfixe si c’est possible.

A- : sans, qui n’a pas de (préfixe privatif). Exemple : Achton, « l’homme qui n’a pas de terre ». Si
vous devez l’assembler avec un mot qui commence par une voyelle, ce préfixe devient an-.
Arguro-, argyro- : argenté.
Chruso-, chryso- : en or. Exemple : Chrysokranios, « au casque d’or ».
Deutéro- : deuxième.
Eu- : bien, bon.
Hékaton- : cent. Exemple : Hécatonxiphos, « aux cent épées ».
Hulo-, hylo- : en bois. Exemple : Hyloparéia, « aux joues en bois » (cela pourrait être un nom de
dryade).
Io- : couleur de violette.

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 11 / 14
Kalli- : beau.
Kartéro-/a- : fort, ferme, solide. Exemple : Kartérodrys, « chêne solide ».
Kuano-, cyano- : bleu sombre. Exemple : Cyanara, « la malédiction bleue ».
Leuko- : blanc.
Litho- : en pierre.
Méga-/mégala-/mégalo- : grand/grande/grand (au neutre), au sens de grandeur physique surtout.
Exemple : Mégaspis, « au grand bouclier » ; Mégapous, « au grand pied », etc.
Mikro- ou Smikro- : petit. Exemple : Microgoas, « le petit sorcier ».
Miso- : qui hait, qui déteste.
Murio-/muria-murio-, myrio-/myria- : innombrables (encore plus nombreux que « poly- »). Exemple :
Myriodous, « aux innombrables dents ».
Oxu-, oxy- : aigu/rapide. Exemple : Oxybélos, « à la lance aiguë ».
Panto-/panta-/panto- : tout, entièrement. Exemple : Pantodous, « tout en dents ».
Philo- : qui aime, qui apprécie.
Phobo- : la peur. Exemple : Phobomachos, « qui combat la (sa ?) peur ».
Phullo- : en feuilles. Exemple : Phyllokomé, « à la chevelure de feuilles » (cela pourrait être un nom
de bacchante ou de nymphe, ou bien, avec un masculin en –os, le nom d’un satyre ou simplement
d’un adorateur de Dionysos toujours coiffé de lierre).
Polu-, poly- : beaucoup de, nombreux. Exemple dans la mythologie : le nom de Polynice,
Poluneikos, signifie : « nombreuses querelles ».
Porphuro-, porphyro- : pourpre.
Prôto-, proto : premier. Exemple : Protogénos, « le premier né ».
Purgo-, pyrgo- : tour, d’où parfois « citadelle ».
Puro-, pyro- : de feu. Exemple : Pyrornis, « oiseau de feu », Pyragon « qui combat le feu », etc.
Sidéro- : en fer.
Télé- : au loin. Exemple dans la mythologie : Télémakhos/Télémaque, « qui combat au loin ».
Thanato- : la mort.
Théo-/Théa- : le dieu/la déesse. Exemples : Théophobos/Théophobé, « qui craint les dieux ».
Théro- : les bêtes sauvages. Exemple : Théromakhos/Théromaque, « qui combat les bêtes ».
Turanno-, tyranno- : roi. Exemple : Tyrannaspis, « au bouclier de roi ».
Za- : préfixe ancien signifiant « très », à ajouter à un adjectif. Exemple : Zatlémon, « le très
précieux ».

Quelques suffixes
Le suffixe est la partie terminant le mot. En l’occurrence, il s’agit ici de mots pouvant fournir la
deuxième moitié d’un nom composé, si vous y ajoutez l’un des préfixes ci-dessus, ou même l’un des
adjectifs fournis plus haut (dans ce cas, supprimez le « s » de la terminaison du masculin : exemple :
agrios+-mèdos = Agriomèdos, « aux projets cruels »).
Pour le féminin des adjectifs composés, la vraie terminaison est généralement –os, identique au
masculin ; je prends la liberté de proposer des terminaisons en –é à la place, terminaisons plus
différenciées qu’on observe de toute façon couramment dans les noms propres dérivés de tels
adjectifs (exemple dans la mythologie : Gorgophoné, fille de Persée).

-batès : qui avance, qui circule, qui parcourt.


-bolos/-è, -bole : qui lance. Exemple : Lithobolos, « le lanceur de pierres ».
-brôtos/-è : qui mange, qui dévore.
-doron ou -os/-a : cadeau, présent. Exemples réels : Pandora, « cadeau de tous » (la première
femme) ; Théodoros, « le garçon cadeau des dieux ».
-dromos/-è : qui court.
-gonos/-è, -gone : né (de). Exemple : Pyrogonos, « qui est né du feu ».
-graphos/-è : qui écrit/peint/dessine.
-gunè, -gyne : femme.
-eidès, -oïde/-ide : qui a l’aspect de, qui ressemble à.
-hippos : cheval. Exemples dans la mythologie : Chrysippos, « au cheval d’or », fils de Pélops ;
Leucippos, « au cheval blanc », fils d’Oinomaos.
-kérôs, -céros : (qui a) une ou des cornes. Exemple : Mégalocéros, « à la grande corne » (ou « aux
grandes cornes »).

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 12 / 14
-kheiros : main (parfois par extension le bras). Exemple dans la mythologie : Hécatoncheiros,
« Cent-Bras », nom des Hécatonchires, trois créatures gigantesques. Exemple inventé : Chrysochiros,
« main d’or ».
-khthôn, -chton : (qui a) la terre.
-komè : (qui a) la chevelure. Exemple : Chrysocomé, « à la chevelure d’or ».
-ktonos/-è : qui tue. Exemple historique : Tyrannoctonos, « tueur de tyran », surnom donné aux
tueurs de tyrans à la fin de l’époque archaïque et au début de l’époque classique.
-kumôn, -ôn, -on : qui enfante, qui engendre.
-logos/-è : qui parle.
-makhos/-è : qui combat.
-mèdos : pensée, projet. Exemple : Oxymédos, « à la pensée rapide ».
-mètis : ruse. Exemple dans la mythologie : Polumètis, « aux mille ruses », adjectif désignant
Ulysse.
-misthos/-è : (qui reçoit) un salaire. Exemple : Phobomisthos, « (qui reçoit) le salaire de la peur ».
-odous : (qui a) une ou des dents.
-pareios/-a : (qui a) des joues. Exemple d’adjectif réel : Callipareios, « aux belles joues ».
-péplos : vêtement d’homme ou de femme. Exemple : Iopéplos, « au péplos violet ».
-phagos : qui mange.
-phobos : qui craint.
-phonos/-è : qui tue, meutrier de (synonyme de « -ktonos »). Exemple réel dans la mythologie :
Gorgophonè, « tueuse de Gorgô », fille de Persée et d’Andromède.
-phônos : (qui a) une voix.
-phoros/-è : qui porte, qui apporte. Exemple d’adjectif réel : Purophoros, littéralement « qui porte le
feu ».
-plastos/-è : modelé, façonné, créé. Exemple :
-plokamos/-è : (qui a) des boucles (aux cheveux). Exemple d’adjectif réel : Calliplokamos, « aux
belles boucles ».
-ploos/-plous : qui navigue. Exemple : Téléploos, « qui navigue au loin ».
-poios/-è : qui fait, qui crée, qui produit.
-ptéros/-è : qui a des ailes.
-stéphanos : couronne.
-thronos/-a : (qui a un) siège. Exemple : Euthronos/Euthroné, « au bon siège ».
-tokos/-è : qui engendre, qui donne naissance à.
-tomos/-é : qui coupe.
-trikhos, -trichos : poil.

Noms grecs de chiens et de chiennes


Certaines versions des récits de la mésaventure du chasseur Actéon, changé en cerf par Artémis
qu’il avait involontairement surprise en train de se baigner dans une forêt, contiennent des listes des
noms des chiens et des chiennes d’Actéon qui le dévorent après sa métamorphose. Ces listes
peuvent vous servir d’inspiration pour des noms de chiens et de chiennes « authentiques ». J’indique
parfois la traduction entre parenthèses.
1
Voici les listes données dans les Fables d’Hygin :

Noms de chiens :
Mélampous (Patte-Noire), Ichnobatès (ou Echnobas), Pamphagos, Dorceus, Oribasos,
Nebrophonos , Laïlaps, Thérôn (Chasseur), Ptérélas, Hylaeus, Napè, Ladôn, Poïménis (Berger),
Thérodanapis, Aura, Lacôn, Harpyia (Harpyie), Aéllô, Dromas (Coureur), Thous (Coureur), Canaché,
Cyprios (le Chypriote), Stictè, Labros, Arcas, Agriodous (Dent-Sauvage), Tigris, Hylactor, Alkè,
Harpalos, Lycisca, Melaneus (le Noir), Lachnè, Leucôn.
Noms de chiennes :
Melanchaétès, Agrè (la Sauvage), Théridamas, Orésitrophos.

Autre liste de noms de chiens (donnée par le même auteur) :


Acamas, Syros, Léôn, Stilbon, Agrios (le Sauvage), Charops, Aéthôn, Coros, Boréas, Dracô
(Serpent), Eudromos (Bon-Coureur), Dromios (Coureur), Zéphyros (Zéphyr), Lampos, Haémôn,

1
Hygin, Fables, 181, « Diana ».

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 13 / 14
Kyllopodès, Harpalicos, Machimos, Ichneus, Mélampous (Patte-Noire), Ocydromos (Coureur-Agile),
Borax, Ocythous (Coureur-Agile), Pachylos, Obrimos.
Autre liste de noms de chiennes :
Argô (Paresseuse), Aréthousa, Ourania (Céleste), Thériopè, Deinomachè (Terrible-Combattante),
Dioxippé, Échionè, Gorgô (Gorgone), Cyllô, Harpyia (Harpyie), Lyncestè, Léaïna, Lacaïna, Ocypétè
(Agile-Chercheuse), Ocydromè (Agile-Coureuse), Oxyrhoé (Qui-coule-vite), Orias, Sagnos,
Thériphonè (Voix-de-chasseresse), Ouolatos, Chédiaétros.

Noms grecs antiques, aide de jeu pour tout jeu de rôle par Pierre Cuvelier – 14 / 14