Vous êtes sur la page 1sur 36

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/305807547

Introduction à la modélisation physique en géotechnique

Chapter · January 2017

CITATION READS

1 1,027

1 author:

Ali BOUAFIA
Saad Dahlab University
175 PUBLICATIONS   243 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Artificial Intelligence In Geotechnical Engineering View project

Numerical Modelling In Geotechnical Engineering View project

All content following this page was uploaded by Ali BOUAFIA on 03 August 2016.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


BOUAFIA Ali

PIEUX SOUS CHARGES LATÉRALES


ETUDE EN VRAIE GRANDEUR ET EN
CENTRIFUGEUSE

1
2
Ali BOUAFIA

PIEUX SOUS CHARGES LATÉRALES-


ETUDE EN VRAIE GRANDEUR ET EN
CENTRIFUGEUSE

3
Photos de couverture :

La photo haut gauche illustre l’opération de battage manuel en gravité


naturelle d’un modèle réduit de pieu tubulaire en acier dans un massif de sable
très dense. Le modèle est instrumenté par des jauges de déformation montées
à l’extérieur du tube sur deux génératrices diamétralement opposées, en vue
de déterminer le profil de moment de flexion le long du pieu. La procédure de
battage se fait par chocs de faible énergie pour éviter une éventuelle
déterioration des jauges.
La photo haut droite est celle de la centrifugeuse géotechnique de l’IFSTTAR
(ex : LCPC), centre de Nantes. Il s’agit un outil performant de modélisation
physique en macrogravité des phénomènes géotechniques, mis en service en
1986. Elle est caractérisée par un rayon de 5.50 m et une masse embarquable
maximum du modèle réduit de 2000 kg sous une accélération centrifuge de
100g, g étant l’accélération de gravité terrestre.
La photo en bas montre le dispositif de chargement latéral du modèle réduit
du pieu. Il s’agit d’un vérin hydraulique à double effet, ayant une course de 50
mm. Le vérin est porté par une poutre fixée sur deux plats martyrs.

Avertissement :

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le


consentement de l’éditeur de ce livre, constitue une violation de la propriété
intellectuelle et une contrefaçon réprimée par le code pénal.
Nous mettons en garde les librairies ou tout autre organisme utilisant des
moyens de reproduction (Photocopieur, Dupliqueur, Imprimerie, …) que la
reproduction de ce livre est strictement interdite.
Nous faisons appel aux lecteurs afin de les alerter sur la menace que
représente la contrefaçon pour l’avenir de l’écrit et de la production
intellectuelle, particulièrement dans le domaine de l’édition scientifique et
technique. Pour cela nous les prions de nous signaler toute fraude en nous
contactant par E-mail à l’adresse : Geoblida@gmail.com

ISBN: 978-9931-429-08-1
Dépôt légal: 3873-2014

4
TABLE DE MATIERES

AVANT-PROPOS ..................................................................................................... 11

Chapitre 1 : MÉTHODES DE CALCUL DES PIEUX


1.1. INTRODUCTION .............................................................................................. 15
1.2. CALCUL DU PIEU AUX PETITS DÉPLACEMENTS .............................. 15
1.2.1. Classification des méthodes d’analyse.................................. 15
1.2.2. Méthodes de la théorie d'élasticité ....................................... 17
1.2.3. Méthodes du module de réaction (ou des Courbes P-Y) ..... 31
1.3. CALCUL DU PIEU AUX GRANDS DÉPLACEMENTS ............................ 52
1.3.1. Classification des méthodes d’analyse.................................. 52
1.3.2. Méthode de Broms (1964) .................................................... 54
1.3.3. Méthode de Reese (1961) ...................................................... 59
1.3.4. Méthode de Hansen (1961) ................................................... 60
1.3.5. Méthode de pressiométrique de Ménard (1962) ................ 60
1.3.6. Comparaison des différentes méthodes de calcul de Hu.... 65
1.4. CONCLUSIONS .................................................................................................. 67

Ch
hapitre 2. INTRODUCTION A LA MODÉLISATION
PHYSIQUE EN GÉOTECHNIQUE
2.1. INTRODUCTION .............................................................................................. 69
2.2. CONCEPT DE SIMILITUDE .......................................................................... 69
2.3. CONDITIONS DE SIMILITUDE ................................................................... 71
2.4. MODÉLISATION EN GRAVITÉ NATURELLE ........................................ 77
2.5. MODÉLISATION EN MACRO-GRAVITÉ .................................................. 78
2.6. APPLICATIONS DES ESSAIS EN CENTRIFUGEUSE ........................... 86
2.7. CONCLUSIONS .................................................................................................. 88

Ch
hapitre 3. REVUE BIBLIOGRAPHIQUE DES ESSAIS SUR
PIEUX EN CENTRIFUGEUSE
3.1. INTRODUCTION .............................................................................................. 91
3.2. ESSAIS DE CHARGEMENT LATÉRAL DE PIEUX ................................. 91
3.2.1. Essais de R. Scott (1977, 78).................................................... 91
3.2.2. Essais de J. Prévost et A. Abdelghaffar (1980) ........................ 93
5
3.2.3. Essais de Y. Barton et P. Hoadley (1980) ................................ 94
3.2.4. Essais de H. Ting et R. Kaufmann (1982) ............................... 96
3.2.5. Essais de D. Oldham (1984)................................................... 101
3.2.6. Essais de V. Chandrasekaran et K. Kulkarni (1984) ............. 106
3.2.7. Essais de J. Fulthorpe et C. King (1986) ................................ 107
3.2.8. Essais de A. Lyndon et R. Pearson (1988) ............................. 110
3.2.9. Essais de I. L. Nunez et R.Philips (1988) ............................... 113
3.2.10. Essais de K. Terashi et al (1989) ......................................... 116
3.2.11. Essais de Salim Mezazigh (1995)........................................ 120
3.2.12. Essais de David Remaud (1999) ......................................... 121
3.2.13. Essais de Hadjialilue Massaoud (2002) .............................. 122
3.2.14. Essais de Frédéric Rosquoet (2004).................................... 124
3.3. CONCLUSIONS ............................................................................................... 125

Chapitre 4. Essais de chargement latéral en vraie grandeur


du site Le-Rheu
4.1. INTRODUCTION ........................................................................................... 129
4.2. DESCRIPTION DU SITE .............................................................................. 129
4.2.1. Situation géographique ........................................................ 129
4.2.2. Reconnaissance géotechnique ............................................ 129
4.2.3. Synthèse de la caractérisation du site................................ 135
4.3. DESCRIPTION DES PIEUX ........................................................................ 136
4.3.1. Les pieux et leur instrumentation ....................................... 136
4.3.2. Le forage et la mise en place des pieux ............................... 138
4.4. DÉROULEMENT DES ESSAIS................................................................... 143
4.5. PRÉSENTATION ET INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS
EXPÉRIMENTAUX........................................................................................ 147
4.5.1. Déplacement latéral en tête ................................................. 147
4.5.2. Profils du Moment de flexion .............................................. 150
4.5.3. Rotation en tête du pieu....................................................... 153
4.5.4. Etude comparative des efforts limites Hu .......................... 154
4.5.5. Construction des courbes de réaction P-Y ......................... 155
4.5.6. Etude comparative des calculs à partir des courbes P-Y .. 161
4.6. CONCLUSIONS ............................................................................................... 163

6
Chapitre 5. ETUDE PARAMÉTRIQUE SUR MODELES
RÉDUITS EN CENTRIFUGEUSE
5.1. INTRODUCTION ........................................................................................... 165
5.2. MODELES DE PIEUX ET INSTRUMENTATION................................. 165
5.2.1. Conception des modèles réduits ......................................... 165
5.2.2. Choix de l'échelle de réduction ........................................... 166
5.2.3. Caractéristiques géométriques et mécaniques des
modèles réduits .................................................................... 167
5.2.4. Instrumentation par des jauges de déformation ............... 169
5.2.5. Etalonnage des jauges de déformation ............................... 170
5.3. CONSTRUCTION DU MASSIF DE SABLE ............................................. 176
5.4. DISPOSITIFS EXPÉRIMENTAUX ............................................................ 179
5.4.1. Système de chargement latéral ........................................... 179
5.4.2. Mesure des déplacements latéraux .................................... 181
5.4.3. Essais de pénétration statique ............................................ 183
5.4.4. Présentation de la centrifugeuse......................................... 184
5.5. PROGRAMME D’ESSAIS SUR MODELES ............................................. 184
5.6. CARACTÉRISTIQUES DU MASSIF DE SABLE .................................... 191
5.6.1. Densité du sable ................................................................... 191
5.6.2. Consolidation du sable par centrifugation ......................... 193
5.6.3.Essais de pénétration statique ............................................. 193
5.6.2. Modélisation des modèles ................................................... 194
5.6.3. Influence des paramètres sur la réponse des pieux ............ 198
5.6.3.1. Courbes de moments de flexion ................................. 198
5.6.3.2. Courbes de chargement .............................................. 200
5.7. ANALYSE DES RÉSULTATS D'ESSAIS PAR UN CALCUL
AU MODULE DE RÉACTION..................................................................... 210
5.7.1. Etude paramétrique théorique............................................ 213
5.7.2. Prédiction du comportement du pieu P2 à partir
de celui du pieu P1 ................................................................ 218
5.8. CONCLUSIONS ............................................................................................... 220

Chapitre 6. CONFRONTATION DES RÉSULTATS D’ESSAIS EN


VRAIE GRANDEUR ETSUR MODELES S
6.1. INTRODUCTION ........................................................................................... 223
7
6.2. MODÉLISATION DU SITE.......................................................................... 224
6.2.1. Modélisation avec un modèle conservant la densité .......... 224
6.2.2. Modélisation avec un modèle conservant la résistance
pénétrométrique ................................................................................ 229
6.3. CONCLUSIONS ............................................................................................... 231

Chapitre 7. ETUDE DES COURBES P-Y


7.1. INTRODUCTION ........................................................................................... 233
7.2. TECHNIQUE DE CONSTRUCTION DES COURBES P-Y................... 234
7.3. PRÉSENTATION DES RÉSULTATS ........................................................ 240
7.3.1. Calcul de la réaction latérale du sol .................................... 240
7.3.2. Calcul du déplacement latéral ............................................. 244
7.3.3. Présentation des courbes P-Y.............................................. 246
7.3.4. Validation de la méthode de construction des
courbes P-Y........................................................................... 250
7.3.5. Etude du module de réaction latérale................................. 251
7.3.6. Etude de la résistance latérale du sol ................................. 266
7.4. ETUDE COMPARATIVE DES COURBES P-Y ....................................... 266
7.5. CONCLUSIONS ............................................................................................... 271

Chapitre 8. EFFET DE LA PROXIMITÉ D’UN TALUS


SUR LA RÉPONSE DU PIEU
8.1. INTRODUCTION ........................................................................................... 273
8.2. ANALYSE DE QUELQUES APPROCHES THÉORIQUES .................. 274
8.3. APPORT DES ESSAIS EN VRAIE GRANDEUR .................................... 279
8.4. MODÉLISATION PAR MODELES RÉDUITS CENTRIFUGÉS ......... 284
8.4.1. Modèles de pieux et instrumentation ................................. 284
8.4.2. Construction du massif de sable ......................................... 285
8.4.3. Programme d'essais sur modèles ....................................... 286
8.4.4. Présentation des résultats ................................................... 288
8.5. CONCLUSIONS ............................................................................................... 323

Chapitre 9. ETUDE DES GRANDS DÉPLACEMENTS


LATÉRAUX DU PIEU
9.1. INTRODUCTION ........................................................................................... 325
8
9.2. PRÉSENTATION DES MOYENS EXPÉRIMENTAUX ........................ 325
9.2.1. Modèle réduit du pieu et son instrumentation .................. 325
9.2.2. Construction du massif de sable ......................................... 328
9.2.3. Dispositifs expérimentaux ................................................... 328
9.3. PROGRAMME D’ESSAIS ................................................................ 332
9.4. PRÉSENTATION DES RÉSULTATS D’ESSAIS .................................... 333
9.4.1. Fidélité des moyens d'essais ............................................... 333
9.4.2. Courbes de chargement ....................................................... 333
9.4.3. Courbes de moment de flexion............................................ 339
9.5. INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS ................................................... 342
9.5.1. Construction des courbes de réaction P-Y ......................... 342
9.5.2. Résistance latérale du sol .................................................... 344
9.5.3. Module de réaction sécant ................................................... 344
9.6. ETUDE COMPARATIVE DES MÉTHODES DE CALCUL .................. 346
9.6.1. Résistance latérale du sol .................................................... 346
9.6.2. Effort latéral limite ............................................................... 347
9.6.3. Moment de flexion maximum et sa position ...................... 348
9.7. CONCLUSIONS ............................................................................................... 349

CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES DE RECHERCHE.......................... 351

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES........................................................... 355

ANNEXES ................................................................................................................. 377


Annexe A1 : CALCUL DE L'OVALISATION D’UN TUBE ....................... 378
Annexe A2 : CALCUL DE LA VARIATION DE LA COTE DES
JAUGES AU COURS DE LA ROTATION DU PIEU ........... 381
Annexe A3 : PROFILS DE DÉFORMATION AXIALE DU
MODELE DE P3 ........................................................................... 383

LISTE DES SYMBOLES ...................................................................................... 389

LISTE DES ABBRÉVIATIONS ......................................................................... 389


9
10
AVANT-PROPOS

A l'origine, les fondations sur pieu ont été conçues pour


transmettre au sol les efforts verticaux dus au poids de la structure et
aux charges de service. Lorsque ces fondations étaient en outre
sollicitées latéralement, des pieux inclinés, de réalisation souvent
délicate, devaient être ajoutés.
Du fait des progrès réalisés dans la connaissance du
comportement des fondations profondes, on admet maintenant que
les pieux verticaux puissent résister à des efforts latéraux. Les
efforts exercés doivent rester inférieurs à la capacité de résistance
latérale du sol, mais de plus, les déplacements du pieu ne doivent pas
compromettre le fonctionnement de l'ouvrage. Une vérification à
l'état limite de service est alors effectuée.
Dans certains cas même, le pieu est réalisé essentiellement pour
résister à des efforts importants de chargement latéral, c'est le cas
d'ouvrages portuaires (duc d'albe, mur de quai), et des structures
d’off-shore (plateforme de forage).
Les méthodes actuelles de calcul des déplacements du pieu sous
les charges de service provenant de l'ouvrage, se basent souvent sur
la notion du module de réaction. Les paramètres de l'interaction
sol/pieu sont nombreux et leurs effets ne sont encore pas tous
connus suffisamment. La complexité de l'interaction entre le sol et le
pieu est telle que les approches théoriques ne permettent pas une
description suffisamment réaliste du comportement pour le
dimensionnement des ouvrages. Par ailleurs, l'obtention de données
sur site vis à vis du problème de chargement latéral est une
opération beaucoup plus délicate et plus onéreuse que celle pour
l'étude sous charge axiale. La nécessité qui subsiste encore
aujourd'hui d'explorer l'influence de divers paramètres nous a
amené à aborder ce problème par le biais des expériences en vraie
grandeur et sur modèles réduits centrifugés.
Le travail présenté dans ce livre est une étude expérimentale
basée sur l’interprétation des essais de chargement latéral de deux
pieux en vraie grandeur, et sur modèles réduits en centrifugeuse de

11
l’IFSTTAR (ex : Laboratoire Central des Ponts et Chaussées).
Le contenu présenté dans ce livre s’articule sur quatres aspects
relatifs au comportement d’un pieu isolé chargé latéralement, en
l’occurrence :

 Interprétation des résultats d’essais de chargement statique de


deux pieux réels instrumentés et implantés sur le site expérimental
de la Heuzardière, à la commune du Rheu (Rennes),

 Modélisation du comportement de ces deux pieux par des


modèles réduits en centrifugeuse, et étude paramétrique poussée des
différents paramètres clefs régissant l’interaction pieu/sol,

 Détermination expérimentale des courbes de réaction latérale P-Y


et leur comparaison avec celles recommandées en littérature des
pieux,

 Application des essais sur modèles réduits centrifugés à l'étude


de deux problèmes particuliers de sollicitation latérale de pieux,
pour lesquels très peu de résultats sont disponibles, en l’occurrence :
l’effet de la proximité d’un talus sur le comportement du pieu et les
grands déplacements latéraux du pieu.

Le livre est organisé en neuf chapitres et comporte en annexe une


liste de références bibliographiques permettant une lecture poussée
sur ce thème fécond.
Au préalable de toute présentation des résultats de l’étude
expérimentale, les trois premiers chapitres regroupent respect-
ivement une étude bibliographique des méthodes de calcul du pieu
chargé latéralement, une présentation des conditions de similitude
en mécanique des sols, et enfin une revue chronologique non
exhaustive des essais sur modèles réduits en centrifugeuse.
Le chapitre 4 présente les essais de chargement en vraie grandeur
de deux pieux forés dans un site expérimental composé d’un massif
sableux humide, moyennement dense et assez homogène, ainsi
12
qu’une interprétation des résultats obtenus.
Le chapitre 5 focalise sur la modélisation en centrifugeuse du
comportement des pieux expérimentaux du site Le-Rheu, en mettant
l’accent sur l’effet des certains paramètres clefs, tels que la densité du
sable, le mode d’installation du pieu, la rugosité d’interface pieu/sol
et la teneur en eau.
Par la suite au chapitre 6, une confrontation directe des résultats
d'essais en vraie grandeur et ceux sur modèle réduits extrapolés à
l’échelle du prototype est menée, en tirant des conclusions
importantes sur la qualité de la modélisation en centrifugeuse du
problème de chargement latéral d’un pieu.
On présente au chapitre 7 une méthode de construction des
courbes de réaction latérale P-Y, à la base d’interprétation des
courbes de moment fléchissant le long du pieu. Les courbes ainsi
obtenues ont été interprêtées, en vue de déterminer les profils du
module de réaction latérale et de la résistance latérale du sol, et
comparées à celles recommandées dans la littérature des pieux.
Le chapitre 8 présente une étude expérimentale de l’effet de la
proximité d’un talus sableux sur les déplacements latéraux et le
moment de flexion d’un pieu isolé, et démontre l’existance d’une
distance limite entre le pieu et la crête du talus, au-delà de laquelle la
présence d’un talus n’a aucun effet sur comportement latéral du pieu.
Enfin, on étudie au chapitre 9 un autre aspect particulier du
problème, et qui constitue d’ailleurs un point de divergence des
théories de calcul de la capacité portante horizontale des pieux. Il
s’agit du comportement du pieu en grands déplacements latéraux
dans le sable. La comparaison directe des efforts horizontaux limites
obtenus expérimentalement et ceux prédits par les différentes
théories courantes montre l’insuffisance de ces dernières, du fait
qu’elles s’appuient sur des mécanismes simplistes tentant
d’expliquer l’interaction pieu/sol en grands déplacements.
Le travail présenté dans ce livre a été réalisé dans l’IFSTTAR,
centre de Nantes, grâce à d'importants moyens expérimentaux mis à
ma disposition d’une part, et d'autre part à la disponibilité de
plusieurs personnes dont je leur présente ici mes profonds

13
remerciements.
Un film vidéo, réalisé par Jean-François Ringot, Responsable de la
cellule Audio-Visuel, a permis d’illustrer les essais de chargement
latéral des pieux en vraie grandeur ou en modèles réduits
centrifugés. Une copie électronique de ce film est d’ailleurs
disponible sur simple demande envoyée à l’adresse électronique ci-
dessous.
Puisse ce livre être une contribution modeste à la compréhension
de la réponse d’un pieu isolé au chargement latéral, mais aussi un
stimulus à d’autres auteurs pour enrichir la littérature technique par
leurs recherches sur ce thème très fécond.

Ali Bouafia Geoblida@gmail.com

Boumerdès, le 10 juillet 2014

14
CHAPITRE 2. INTRODUCTION A LA MODÉLISATION
PHYSIQUE EN GÉOTECHNIQUE

2.1. INTRODUCTION

Grâce au développement de l'informatique, le calcul numérique en


génie civil a pris un essor considérable. II faut cependant noter que
certaines modélisations, notamment celles du comportement en trois
dimensions posent le problème de capacité de calcul des ordinateurs
actuels. En outre, les méthodes numériques supposent connue la loi
de comportement du matériau. Or, la rhéologie du sol est à l'heure
actuelle, mal connue.
Une autre voie de recherche en mécanique des sols est
l'expérimentation sur des ouvrages réels. Elle est cependant limitée
par les coûts, les délais et la quasi-impossibilité d'effectuer des
études paramétriques.
L'approche expérimentale sur des modèles réduits apparaît
comme une troisième voie d'étude du comportement des ouvrages,
et un complément pertinent des méthodes classiques de recherche.
Certaines conditions dites de similitude doivent cependant être
respectées.
Notons qu’en mécanique des sols, les forces de masse sont
prépondérantes et pour que la réduction des dimensions de
l'ouvrage ne modifie pas son comportement, il est nécessaire
d'augmenter les forces de masse du modèle. Actuellement, la
technique la plus courante est la centrifugation du modèle.
Ce chapitre se propose de présenter d’une manière générale les
conditions de similitude en mécanique des sols, les différentes
techniques d’essais sur modèles réduits, tout en focalisant sur le
principe de modélisation en centrifugeuse.

2.2. CONCEPT DE SIMILITUDE

Deux systèmes sont dits semblables si, en changeant les échelles

69
du temps, des dimensions et des forces, les équations décrivant le
système restent les mêmes.
On classe la similitude physique, vis-à-vis du respect des conditions
de similitude, en trois grandes catégories [112] :

 similitude totale si le modèle simule toutes les caractéristiques du


prototype,
 similitude partielle si le modèle ne respecte pas certaines conditions
de similitude, dans le but d’améliorer la prévision de certains
aspects de comportement du prototype,
 similitude fausse s’il n’existe pas de ressemblance entre le modèle et
le prototype, mais moyennant une certaine analogie, le modèle peut
prévoir exactement le comportement du prototype, tel que le cas
d’un modèle d’analogie électrique pour l’étude de l’écoulement plan
de l’eau dans le sol.

On note par x* l’échelle de similitude d’une grandeur physique x,


c'est-à-dire le rapport de la grandeur du modèle à celle du prototype:
xm
x*  (2.1)
xp
La similitude est dite :

 géométrique si l’échelle des dimensions est constante dans le


système,
 cinématique si elle est géométrique et en plus, l’échelle des vitesses
est constante dans le système,
 dynamique si elle est cinématique et en outre, l’échelle des forces
est constante dans le système.

Si les déplacements d’un modèle sont suffisamment petits pour


confondre les états initial et déformé, on peut alors adopter une
échelle des déplacements u* différente de celles des dimensions L*.
On parle alors d’une similitude large. L’échelle des déformations
*=u*/L* est ainsi différente de l’unité, et la déformation n’est pas

70
conservée en passant du modèle au prototype.
En revanche, si les déplacements sont non négligeables et la
similitude géométrique est à respecter à tous les niveaux de
déformation, ceci nécessite une conservation des déformations, c'est-
à-dire il faut que l’échelle des déplacements u* soit égale à celle des
dimensions L*. La similitude est alors dite simple.

2.3. CONDITIONS DE SIMILITUDE

Les conditions de similitude sont des relations entre les différentes


échelles de grandeurs physiques. Ces relations peuvent se déduire en
imposant la conservation de l’équation décrivant le phénomène,
aussi bien en modèle qu’en prototype. On utilise en général pour la
détermination des conditions de similitude :

- les équations indéfinies de l’équilibre dynamique,

- la loi de comportement du sol,

- les conditions aux limites.

En écrivant les équations d’équilibre dynamique aussi bien pour le


modèle que le prototype, on aboutit respectivement à :

j 3  ijm  2 u im
 x
j 1
m
  im   m
t m2
(2.2)
j

j 3  ijp  2 u ip
 x
j 1
p
  ip   p
t 2p
(2.3)
j

Le passage des équations (2.2) du modèle aux équations (2.3) du


prototype, en introduisant les échelles des différentes grandeurs, fait
dégager deux relations entre les échelles, dites conditions générales
de similitude :
71
*=ρ*g*L* (2.4)

u*=g*(t*)2 (2.5)

Il s’agit en fait de deux conditions absolues de similitude, du fait


qu’on n’a émis aucune hypothèse sur la loi du comportement du sol.
Dans les problèmes statiques ou quasi statiques, seule l’équation
(2.4) est à vérifier, alors que dans les problèmes dynamiques il faut
vérifier simultanément les deux équations précédentes.
A partir de la formulation d’une loi de comportement, en
introduisant les échelles de similitude et en imposant la conservation
de la loi de comportement, on peut définir des conditions de
similitude relatives à la loi de comportement donnée.
Considérons, à titre d’exemple, une loi de comportement élasto-
plastique parfaite obéissant au critère de rupture de Mohr-Coulomb.
A partir de la loi de Hooke décrivant le comportement élastique
linéaire, on aboutit aux conditions de similitude suivantes :

*=E*ε* (2.6)

ν*=1 (2.7)

En outre, les conditions de similitude sur le critère de rupture,


décrit par l’équation :

τ = C + σ.tgφ (2.8)
sont :

τ*=σ*= C* (2.9)

φ*=1 (2.10)

Si on veut que le modèle se comporte identiquement au prototype


à tous les niveaux de déformations, c'est-à-dire que les contraintes et

72
les déformations soient conservées (σ*=1, ε*=1), le modèle doit avoir
les mêmes caractéristiques mécaniques que le prototype.
La même démarche peut être entreprise pour l’élaboration des
conditions de similitude à partir des conditions aux limites du
problème étudié.
A titre d’exemple, la consolidation unidimensionnelle d’un sol fin
saturé est gouvernée dans le cadre de la théorie classique par
l’équation suivante, décrivant l’évolution de la surpression inters-
titielle u dans le temps et l’espace :

 2 (u ) (u )
Cv  (2.11)
z 2 t

Le coefficient de consolidation Cv est donné par :

k w Es (1  )
Cv  (2.12)
 w (1   )(1  2 )

La condition de similitude s’écrit en combinant (2.12) avec (2.6) et


(2.7) :

k w* E * k w*  * g * L* k w*  * g * L* L* k w*  * ( L* ) 2
C v*     (2.13)
g* g * * g *u * g * (t * ) 2

Il est à noter que la masse volumique des matériaux formant le sol


varie dans une marge assez faible, et ne se prête ainsi pas à une
grande variation du prototype au modèle. En outre, le comportement
de certains sols, tels que les sables, dépend sensiblement de son état
de densité. Il est ainsi justifié de considérer une échelle unitaire pour
la masse volumique, soit *=1. On aboutit ainsi à la condition
suivante régissant la consolidation primaire :

73
2
k *  L* 
C  w*  * 
*
v (2.14)
g t 

Si les contraintes et les déformations sont conservées (σ*=1, ε*=1),


le modèle doit avoir le même coefficient de consolidation que le
prototype, ce qui aboutit, en introduisant la loi de Darcy des
écoulements, à :

t*=(L*)2 (2.15)

kw*=(L*)-1 (2.16)

De l’équation (2.15) on remarque que le temps de fin de


consolidation primaire est d’autant plus court que l’échelle de
réduction est grande. Ainsi, si une couche de sol effectue une
consolidation primaire en 1 an, le modèle réduit à l’échelle 1/40,
avec conservation du matériau, des contraintes et déformations, ne
nécessite que 5 heures et demie de temps.
En étudiant un problème élastodynamique régi par les équations
de propagation d’ondes, la condition de similitude sur les célérités
devient :
L*
V  *
*
(2.17)
t
La définition de la célérité des ondes P et S, soient respectivement
Vp et Vs, aboutit à :

E* *  * g * L* g*
V*     L*
(2.18)
*  * * u* * u*
*

L

En conservant le matériau, les contraintes et les déformations


(*=1, *=1 et *=1), l’équation (2.18) donne V*=1, ce qui implique
de l’équation (2.17) que l’échelle du temps est elle même celle des
74
longueurs. Par conséquent, le phénomène dynamique en modèle est
d’autant plus rapide que l’échelle de réduction est grande :

t*=L* (2.19)

kw*=1 (2.20)

Ainsi, toutes choses étant par ailleurs égales, un séisme d’une


durée de 20 s est simulé en modèle réduit à l’échelle 1/20 avec une
durée de 1 s.
Il est remarquable que dans le cas où les forces du poids propre
sont négligeables devant celles du chargement extérieur ou les forces
d’inertie, les équations (2.2) et (2.3) d’équilibre dynamique se
simplifient en éliminant le poids volumique i, ce qui aboutit à la
condition unique de similitude [114]:

u * L*
 *  * (2.21)
(t * ) 2

Ainsi, si on utilise le même matériau du prototype (*=1) et on


conserve les contraintes (*=1) et les déformations (*=1), on
retrouve la même condition décrite par l’équation (2.18), qui se
traduit aussi par la condition suivante sur l’échelle des vitesses :

V*=1 (2.22)

Dans le cadre de cette configuration particulière, on peut faire


l’essai en gravité naturelle à condition de conserver les vitesses.
Les énergies cinétique et potentielle d’un oscillateur simple
doivent être conservées pour un volume unitaire, ce qui impose la
condition de similitude suivante sur l’énergie totale Wt en cas de
conservation du matériau, des contraintes et des déformations,
valable d’ailleurs pour les autres formes d’énergie :

Wt*=(L*)3 (2.23)
75
On simule souvent sur modèles réduits l’énergie fournie par un
séisme par celle des explosifs. Un explosif fournit une énergie de
l’ordre de 2 kJ par gramme [113]. Ainsi, sur une maquette
représentant un modèle réduit à l’échelle 1/100, 6 g d’explosifs
peuvent simuler en réalité un dégagement d’énergie de 1.2x1010
joules, ce qui correspond approximativement à un séisme de
magnitude de 3.5 à l’échelle de Richter.
L’expérience montre que certains phénomènes sismiques, tels que
la liquéfaction, dépendent faiblement de la période des chargements
cycliques dans un intervalle de 0.1 à 100 s, ce qui permet de conclure
que dans de telles sollicitations, l’échelle du temps est pratiquement
la même en modèle et en prototype, et d’écrire que [113], [114]:

t*=1 (2.24)

kw*=L* (2.25)

En conservant les contraintes et les déformations, les équations


(2.16), (2.19) et (2.24) dégagent une contradiction apparente entre
les échelles du temps :

 t*=(L*)2 en consolidation primaire,

 t*=L* dans les problèmes dynamiques,

 t*=1 en liquéfaction sismique.

Une telle difficulté de modélisation, en cas d’interférence de


plusieurs phénomènes, peut être soulevée en procédant par exemple
par une similitude déformée. On peut ainsi abandonner certains
aspects tout en vérifiant qu’ils sont négligeables, modifier l’échelle du
temps indépendamment de celle de la perméabilité, ou modifier
l’échelle des perméabilités [113].

76
Selon Luong (1986), on peut respecter le phénomène dynamique
en conservant t*=L*, et essayer de rattraper l’effet hydrodynamique
du phénomène de consolidation en diminuant la perméabilité par
ajout des fines, sous réserve que les caractéristiques mécaniques du
matériau soient peu modifiées [115]. Selon Corté (1989), on peut
réduire la perméabilité en utilisant un liquide 1/L* fois plus visqueux
que l’eau, tel que l’huile de silicone par exemple [116].

2.4. MODÉLISATION EN GRAVITÉ NATURELLE

Si l’expérience sur modèle réduit se fait sous la gravité terrestre


seule, l’échelle g* sera égale à 1. En conservant le matériau, les
équations (2.4) et (2.5) deviennent respectivement :

*=L* (2.26)

u*=(t*)2 (2.27)

Ainsi, le modèle et le prototype ne se comportent pas au même


niveau de contraintes et de déformations, et l’écart est d’autant
important que l’échelle de réduction soit grande. En considérant une
loi de comportement schématisée à la figure 2.1, le point M
représentant le modèle peut être dans le domaine des petits
déplacements caractérisé par un équilibre surabondant et un
comportement linéaire, alors que le point P représentant le
prototype, peut être plutôt dans le domaine des grands déplacements
et convergeant vers la rupture. Une similitude en gravité naturelle
est donc nécessairement du type large puisque *1.
La loi de comportement du sol est non linéaire et sa rhéologie est
assez complexe, à cause d’une multitude de paramètres physiques
affectant la réponse en déformations, et de l’interférence de plusieurs
phénomènes au sein du sol. Bien qu’un progrès important ait été
constaté dans la compréhension de la réponse du matériau sol à une
sollicitation, il faut reconnaître que jusqu’à maintenant le problème
de formulation de la loi de comportement du sol n’a pas encore été
77
résolu d’une manière définitive. Ainsi, du fait de la forte influence du
niveau de contraintes et de la méconnaissance de la loi de
comportement du sol, la tendance actuelle dans la modélisation
physique est de tester plutôt le modèle dans le même niveau de
contraintes et de déformations, soit σ*=1 et ε*=1.
Le tableau 2.1 résume quelques échelles de similitude des
grandeurs physiques courantes intervenant dans un essai en gravité
naturelle conservant le matériau.
L’essai sur modèle en gravité naturelle peut en général être
utilisé à titre d’étude qualitative d’un phénomène (lignes de
glissement d’un talus, champ de déplacement du sol autour d’un
pieu,…) [164]. Il ne peut par contre pas être destiné à l’analyse
quantitative d’un phénomène (tassement d’une fondation,
convergence d’une galerie de tunnel,…) ou au dimensionnement d’un
ouvrage prototype.

2.5. MODÉLISATION EN MACRO-GRAVITÉ

Si on utilise le même matériau du prototype (*=1) et on conserve


les contraintes (*=1) et les déformations (*=1), les conditions
générales selon les équations (2.4) et (2.5) deviennent :

g*L*=1 (2.28)

t*=L* (2.29)

Figure 2.1. Schéma des niveaux de contrainte et déformations en


modèle et en prototype lors d’un essai en gravite naturelle
78
Tableau 2.1. Récapitulation des conditions de similitude

Echelle x* Echelle x*
Grandeur x (modèle centrifugé) (modèle en gravité naturelle)
Accélération de (L*)-1 1
gravité
Masse volumique 1 1
Contrainte 1 L*
Déformation 1 1 (en similitude simple)
Déplacement L* L* (en similitude simple)
Vitesse 1 (L*)1/2
Temps (dynamique) L* (L*)1/2
Temps (consolidation) L*2 (L*)1/2
Accélération (L*)-1 1
Force (L*)2 (L*)3
Energie (L*)3 (L*)4
Moment (L*)3 (L*)4
Rigidité à la flexion (L*)4 (L*)5
Fréquence (L*)-1 (L*)-1/2
Perméabilité L* (L*)1/2
Module d’élasticité 1 L*
Coefficient de Poisson 1 1
Angle de frottement 1 1
Cohésion 1 L*

Il faut donc augmenter l’accélération de gravité au sein du modèle


selon une échelle inverse à celle des dimensions. L’essai doit ainsi
être mené en macrogravité, c’est à dire en augmentant
artificiellement les forces de masse au sein du modèle.
Plusieurs techniques expérimentales sont utilisées pour respecter
cette condition, notamment :

 L’utilisation des matériaux équivalents plus lourds tels que les billes
d’acier ou le recours à des masses additionnelles ajoutées au modèle,
par le biais de câbles tendus, afin d’augmenter les forces de masse. La
figure 2.2 illustre un exemple du modèle réduit d’un pont-dalle en
79
béton armé,

 la caisse tombante. Comme le montre la figure 2.3, le choc dû à la


pénétration dynamique de la caisse augmente les forces d’inertie en
quelques dizaines de millisecondes. L’accélération induite, pouvant
atteindre 100 fois celle de la gravité terrestre, est fixée par la hauteur
de chute de la caisse. La force de masse au sein du modèle augmente
mais n’est pas stable dans le temps [113],

 La table de frottement. Selon la figure 2.4, un modèle réduit plan est


soumis à des frottements sur une bande de friction défilant à vitesse
constante. Sur l’autre face du modèle, une pression d’air pouvant
aller jusqu’à 200 kPa, est exercée afin d’augmenter le poids
volumique du modèle, selon une échelle inverse à celle de
dimensions [113],

 La méthode du gradient hydraulique. Le principe consiste à


augmenter les forces de masse en soumettant un modèle de sol
pulvérulent à un écoulement forcé descendant de l’eau. En cas d’un
écoulement descendant de l’eau sous un gradient hydraulique i,
la contrainte verticale, à une profondeur z donnée, est donnée par :

 = ’z +iwz (2.30)

La conservation des contraintes entraîne :

p
 i w   ' m (2.31)
L*

p et m sont respectivement les poids volumiques du prototype et du


modèle. Le gradient hydraulique exigé sera ainsi [125] :
p
  'm
i  L* (2.32)
w
80
 Chambre de calibration. L’idée consiste à soumettre le modèle en
gravité naturelle aux mêmes conditions aux limites et de chargement
qu’en prototype. L’augmentation des forces de masse aux frontières
du modèle permet de conserver les contraintes et les déformations.
La chambre de calibration, comme illustrée à la figure 2.5(a), est
une cuve rigide ayant approximativement un diamètre de 1 m et une
hauteur de 1.50 m. Les parois de la cuve comportent des membranes
étanches, contenant l’eau pressurisée et pouvant imposer une
diversité de conditions aux limites, telles que celles schématisées à la
figure 2.5(b),

 Centrifugation du modèle. Le modèle de masse M est soumis à un


mouvement de rotation circulaire uniforme avec un rayon R et une
vitesse angulaire , tel que dans un repère relatif, la force centrifuge
MR2 s’ajoute à celle du poids et créent ainsi un poids apparent égal
à 1/L* fois celui de la gravité terrestre, tel que schématisé à la figure
2.6. La vitesse angulaire exigée est donnée par :

 1 g2 
  4  (  1)  (2.33)
 ( L*)
2
R 2 

L’idée de centrifugation d’un modèle réduit pour augmenter les


forces de masse revient à Edouard Phillips (1869). Bien que ses
applications en Russie dataient depuis 1940, notamment dans l’étude
des ouvrages en terre, elle n’a connu de succès en occident qu’à
partir des années 70 [127].
La prise de conscience de la simplicité et de l’importance de cette
technique était derrière le développement mondial rapide de la
modélisation en centrifugeuse. Cette dernière est actuellement
considérée comme la technique d’essai sur modèles réduits en
macrogravité la plus utilisée en géotechnique.

81
Figure 2.2. Modèle réduit avec masses Figure 2.3. Modèle réduit
additionnelles [123] sous la caisse
tombante [113]

Figure 2.4. Modèle réduit en table de frottement [124]

82
Figure 2.5. Chambre de calibration de l’ISMES (a) et schéma des conditions
aux limites imposées (b).

La centrifugeuse est typiquement composée, comme le schématise


la figure 2.7, d’une nacelle dans laquelle est embarqué le modèle,
fixée à un bras de rotation autour d’un pivot. Le bras comporte un
contrepoids servant à l’équilibrage dynamique du balourd créé par le
poids du modèle au cours de la rotation.
La centrifugeuse est généralement caractérisée par son rayon de

83
rotation, l’accélération centrifuge maximale (exprimée en g) et la
masse maximum du modèle embarqué. Aux figures 2.8 et 2.9 est
présentée, à titre d’exemple, la centrifugeuse de l’IFSTTAR, outil
performant mis en service en 1986. Elle est caractérisée par un rayon
de 5.50, une masse embarquable maximum de 2000 kg à de 100g et
de 500 kg à 200g [128].
Le tableau 2.1 regroupe les principales échelles de similitude pour
les essais en centrifugeuse, en comparaison avec ceux en gravité
naturelle.
La centrifugation présente l’avantage de l’expérimentation sur le
modèle à tous les niveaux de déformation, et dans des conditions
expérimentales bien contrôlées. En outre, la maîtrise des paramètres
caractérisant le modèle rend aisée la reproduction de l’essai.
Il faut noter cependant que l’expérimentation sur modèles
centrifugés comporte, comme toute autre technique expérimentale,
certaines limites qu’il convient de souligner.
Notons que du fait de la conservation du matériau, la
granulométrie n’est pas affectée par la réduction des dimensions, ce
qui rend en toute rigueur la simulation approchée, notamment dans
les problèmes d’écoulement d’eau [113].
L’installation de certains modèles d’ouvrages tels que les pieux et
les soutènements, doit se faire en macrogravité et non en gravité
naturelle, ce qui nécessite un dispositif spécial d’installation au cours
de la rotation de la centrifugeuse, tel qu’un robot.
Le profil de contraintes dû au poids des terres en gravité naturelle
d’un sol homogène varie linéairement avec la profondeur. En
centrifugeuse, le profil est plutôt parabolique.
L’utilisation des blocs de sol naturel en tant que modèle ne permet
pas de reproduire certains détails caractéristiques tels que les
inclusions organiques, les fissures, et les discontinuités, ce qui peut
avoir une influence non négligeable sur la résistance et la
déformabilité du matériau [113], [127].
L’épaisseur de la surface de rupture au sein du matériau dépend de
la taille des grains, ce qui ne permet pas de la représenter
rigoureusement à l’échelle du modèle [127].

84
Figure 2.6. Nacelle pivotante au cours de la centrifugation du modèle

Figure 2.7.Vue en élévation de la centrifugeuse du LCPC

L’essai sur modèle réduit s’avère par contre intéressant lorsqu’il


s’agit de faire des études d’interactions sol/structure dans des
conditions simplifiées, avec des massifs de sol dont les
caractéristiques sont parfaitement contrôlées. Les exemples
d’application sont extrêmement nombreux, comme le montrent les
comptes rendus des congrès internationaux de modélisation
physique en centrifugeuse [140], [141], [142].

85
Figure 2.8. Présentation d’ensemble de la centrifugeuse de l’IFSTTAR

Figure 2.9. Centrifugeuse de l’IFSTTAR en cours de rotation

2.6. APPLICATIONS DES ESSAIS EN CENTRIFUGEUSE

Les applications des essais sur modèles réduits centrifugés a


86
pratiquement couvert tous les domaines de la géotechnique. Cette
dernière est un champ préférentiel pour cette technique
performante, suite à l’importance fondamentale des forces de masse
mises en jeu dans le mécanisme de comportement des ouvrages
géotechniques.
Les essais sur modèles réduits sont orientés vers plusieurs axes de
recherche, parmi lesquels on note :

 Simulation d’un système sol/ouvrage, particulièrement lorsque les


méthodes classiques de dimensionnement géotechnique s’avèrent
insuffisantes pour prédire le comportement [131],

 Etude paramétrique d’un phénomène dépendant de plusieurs


paramètres, chose difficile à réaliser en vraie grandeur, comme c’est
le cas de l’effet de la proximité d’un talus sur le comportement d’une
fondation [133], ou la réponse d’une fondation sur pieux sous un
chargement latéral cyclique [134], ou par choc [135],

 Etude qualitative d’un phénomène complexe, comme la distribution


des lignes de glissement d’un terrain en pente, ou l’effondrement
d’une cavité souterraine,

 Calage des paramètres d’une loi de comportement sur le cas simple


d’un massif homogène à caractéristiques géotechniques bien
connues.

Notons qu’on parle d’effet d’échelle lorsqu’un écart se manifeste


entre les résultats d’essai sur plusieurs modèles réduits extrapolés à
l’échelle du prototype. D’ailleurs, on utilise souvent la technique de
modélisation des modèles lors des essais sur modèles centrifugés, en
effectuant des essais sur plusieurs modèles, simulant le prototype à
différentes échelles. La modélisation ne dépend pas de l’échelle de
réduction si les résultats issus de ces modèles et extrapolés à
l’échelle prototype, sont identiques [116].
L’effet de taille correspond par contre à la variation des résultats
87
d’essais sur modèle en fonction d’une dimension caractéristique du
modèle, ceci pour une échelle de réduction donnée. Citons à titre
d’exemple, le terme adimensionnel N de la capacité portante d’une
semelle continue en surface d’un sol pulvérulent dont la théorie
stipule qu’il ne varie qu’en fonction de l’angle de frottement interne
du sable, alors que l’expérience sur modèles réduits montre
clairement qu’il diminue avec la largeur de la fondation, tel que
montré à la figure 2.10 (De Beer, 1965). Une des explications
possibles à la manifestation de l’effet de taille est que l’angle de
frottement interne est influencé par la contrainte moyenne [116].
Ovesen (1979) a montré qu’un tel effet disparaît dans le cas des
fondations superficielles, si la largeur de la fondation dépasse 30 fois
la taille des grains [137].

Figure 2.10. Effet de taille de la fondation continue sur le terme N [137]

2.7. CONCLUSIONS

Les approches théoriques sont à l'heure actuelle insuffisantes

88
pour tenir compte de tous les paramètres d'intéraction sol/pieu. Les
études paramétriques expérimentales peuvent dégager l'effet de ces
paramètres sur le comportement du pieu, aussi bien pour les petits
déplacements qui correspondent en général aux charges de service
provenant de la structure, que pour les grands déplacements qui
provoquent la rupture du sol autour du pieu. Ces études
paramétriques ne peuvent se faire en vraie grandeur, vu le nombre
d'essais qu'elles nécessitent. Par contre, l'apport potentiel des
modèles réduits en centrifugeuse à ce problème est considérable, du
fait que les essais sur modèles peuvent être aisément multipliés et
dans des conditions expérimentales parfaitement maîtrisées.

89

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi