Vous êtes sur la page 1sur 62

République de Côte d’Ivoire

Union Economique Monétaire


Union
0 - Discipline - Travail Ouest Africain
Ministère du commerce, de l’artisanat
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la promotion des PME
et de la Recherche Scientifique &
Ministère de l’industrie et des mines

CENTRE REGIONAL DE FORMATION SUPERIEURE EN METROLOGIE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


POUR L’OBTENTION DE LA LICENCE PROFESSIONNELLE EN METROLOGIE

Thème :

METROLOGIE DE
JAUGEAGE APPLIQUEE
AUX RESERVOIRS
DE TYPES MOBILES

Présenté par : VOTA BI LIBE FELIX


Période du stage : du 31 Mai au 30 Août 2017

ENCADREUR PEDAGOGIQUE MAITRE DE STAGE


M. ZABO DEZA EMMANUEL M. DJEHA JULES
Géophysicien-Métrologue-Qualiticien Inspecteur Chargé d’Affaire

Année Universitaire 2016-2017


République de Côte d’Ivoire

Union Economique Monétaire


Union
0 - Discipline - Travail Ouest Africain
Ministère du commerce, de l’artisanat
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la promotion des PME
et de la Recherche Scientifique &
Ministère de l’industrie et des mines

CENTRE REGIONAL DE FORMATION SUPERIEURE EN METROLOGIE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


POUR L’OBTENTION DE LA LICENCE PROFESSIONNELLE EN METROLOGIE

Thème :

METROLOGIE DE
JAUGEAGE APPLIQUEE
AUX RESERVOIRS
DE TYPES MOBILES

Présenté par : VOTA BI LIBE FELIX


Période du stage : du 31 Mai au 30 Août 2017

ENCADREUR PEDAGOGIQUE MAITRE DE STAGE


M. ZABO DEZA EMMANUEL M. DJEHA JULES
Géophysicien-Métrologue-Qualiticien Inspecteur Chargé d’Affaire

Année Universitaire 2016-2017


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Dédicace

A toute ma famille

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 i


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Remerciements

Nous ne saurons débuter ce travail sans toutefois prendre le temps d’adresser nos sincères
remerciements à tous ceux qui par leurs soutiens de près, ou de loin ont permis la rédaction de
ce rapport.
Nos pensées vont à l’endroit de tout le personnel de BUREAU VERITAS CI. En particulier :
- M. DIAWARA Bouyaguy, Manager général
- M. KOUAME Félix, Directeur des ressources Humaines
- M. GOKON Éric, Manager de IVS
- M. SOPOUDE Koné, Responsable des Opérations IVS
- M. SIMON, Business developper IVS
- M. DJEHA Jules, Inspecteur Chargé d’affaire en métrologie de jaugeage.
- M. EHOUNOU KADJO Bertin
- M. YOBOUET Nestor, Inspecteur IVS
- A tous les inspecteurs du département I&F
- A Toutes les assistantes
Nous témoignons nos salutations à tous nos maitres, formateurs et mentor de l’INPHB, plus
précisément ceux du CREFSEM :
- Prof. LOUM Georges, Directeur du CREFSEM
- M. ASSEMIEN Modeste, Directeur des études et Formateur du CREFSEM
- A tous les membres de l’administration de CREFSEM
- M. ZABO Deza Emmanuel, Géophysicien Métrologue Qualiticien
- M. NYAMBA Djakaridja, Métrologue, formateur du CREFSEM
- A tous les enseignants de l’INP-HB en particulier ceux du CREFSEM
Un profond remerciement a tous mes parents pour leurs soutiens perpétuels en particulier à mon
père M. VOTA Bi Barfoi et à ma mère SEBOU Loua Toua Julienne.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 ii


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Avant-propos

L’INP-HB est depuis le 04 septembre 1996, le résultat de la fusion de quatre (4) grandes écoles
de la Côte d’Ivoire que sont :

➢L’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics (ENSTP) ;


➢L’Institut National Supérieur de l’Enseignement Technique (INSET) ;
➢L’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie (ENSA) ;
➢L’Institut Agricole de Bouaké (IAB).
Le regroupement de ces établissements a donné naissance à six(6) grandes écoles qui sont :
➢EFCPC : Ecole de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres ;
➢ESA : Ecole Supérieure d’Agronomie ;
➢ESTP : Ecole Supérieure des Travaux Publics ;
➢ESMG : Ecole Supérieure des Mines et Géologie ;
➢ESCAE : Ecole Supérieure de Commerce et d’Administration des Entreprises ;
➢ESI : Ecole Supérieure d’Industrie.
A cette liste s’ajoute l’Ecole Préparatoire (EP) et l’Ecole Doctorale (EDP).
Reconnu pour sa notoriété et de ses brillants cadres et techniciens, fruits de son enseignement
de qualité, L’INP-HB fait partir de l’un des plus grands pôles d’excellence de la sous-région.
Dans sa dynamique de croissance, il développe et met en œuvre des projets qui ont donné
naissance à un certain nombres de formations telles que l’école d’aviation, la formation en
expertise comptable (DESCOGEF), ainsi que la formation en métrologie (CREFSEM).

Le Centre REgional de Formation Supérieur en Métrologie (CREFSEM), a pour mission de


former des métrologues niveau Master 2 et niveau licence 3 en vue de les mettre à la disposition
des services de métrologie des différents pays et des industries.
Le stage en entreprise étant une des composantes fondamentales de la formation des
métrologues, chaque étudiant a droit à des stages pratiques en entreprise. Ce stage d’une durée
de trois mois constitue le Projet de Fin d’Etude (PFE) pendant lequel l’étudiant conduit un
projet, qui sera soutenu devant un jury. C’est d’ailleurs dans ce cadre que s’inscrit ce présent
mémoire qui est le résultat du stage fait à BUREAU VERITAS CI dans la période du 31 Mai
au 30 Août 2017.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 iii


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

SIGLES ET ABREVIATIONS

API : American Petroleum Institute


BV : Bureau Veritas
BVCI : Bureau Veritas Côte d’Ivoire
BVML : Bureau Veritas Mineral Laboratory
BVQI : Bureau Veritas Qualité et Inspection
CI : Côte d’Ivoire
EMT : Erreur Maximale Tolérée
EDM : Equipement De Mesure
IDM : Instrument de Mesure
ISO : Organisation Internationale de normalisation
IVS : Inspection et Vérification en Service
LAB GTA : Guide Technique d’Accréditation
OIML : Organisation International de la Métrologie Légale
ONU : Organisation des Nations Unies
QHSE : Qualité Hygiène et Sécurité Environnement
SAU : Société Anonyme Uni personnel
SAV : Service Après-Vente
VIML : Vocabulaire International de Métrologie Légale

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 iv


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

LISTE DES FIGURES

Pages
Figure 1.1 : Organigramme de BUREAU VERITAS CI 5
Figure 1.2 : Activités de IVS 7
Figure 3.1- Camion-citerne 13
Figure 3.2- Corps d’une citerne 13
Figure 3.3- Wagon citerne 14
Figure 3.4- Plaque de danger 14
Figure 3.5- Plaque de jaugeage 15
Figure 3.6- Citerne basculante 16
Figure 3.7- Citerne plate 16
Figure 3.8-Principe de l’empotement 19
Figure 3.9-Principe de dépotement 19
Figure 3.10-Mesure manuelle 21
Figure 3.11-Mesure automatique 21
Figure 4.1- Cycle de vie d’un instrument de mesure 26
Figure 4.2- Exemple d’étiquette pour IDM 27
Figure 4.3- Exemple d’étiquette pour IDM hors service 30
Figure 4.4- Exemple d’étiquette pour IDM en attente d’étalonnage 30

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 v


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1-Tableau récapitulatif du plan de suivi efficace Page 31

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 vi


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

SOMMAIRE
DEDICACE i
REMERCIEMENTS ii
AVANT PROPOS iii
SIGLES ET ABREVIATIONS iv
LISTE DES FIGURES v
LISTE DES TABLEAUX vi
RESUME viii
ABSTRACT ix
INTRODUCTION 01

PARTIE I- PRESENTATION DE L’ENTREPISE D’ACCUEIL ET DU THEME 02


Chapitre I : Entreprise d’accueil 03
Chapitre II : Présentation du thème 08
PARTIE II- TECHNIQUES DE JAUGEAGE DES CAMIONS ET WAGONS 11
Chapitre I : Notions de base en métrologie de jaugeage et étude des camions et wagons
citernes 12
Chapitre II : Techniques de jaugeage des camions et wagons citernes 19
PARTIE III- Etude réalisée 25
Chapitre I. Procédure de jaugeage et certificat de jaugeage 26
Chapitre II. Plan de suivi des instruments de mesure utilisé pour le jaugeage 28
CONCLUSION 35
BIBLIOGRAPHIE 36
WEBOGRAPHIE 36
ANNEXE a

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 vii


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Résumé

Le présent sujet d’étude s’inscrit dans le cadre de notre projet de fin d’étude effectué au sein de
la société Bureau Veritas. Il consiste à définir l’ensemble des techniques ou des méthodologies
utilisées pour le mesurage de la capacité des réservoirs de types mobiles en particulier les
camions et wagons citernes, dans le but d’améliorer les prestations de barémage au sein de notre
société d’accueil. Notre mission est de rédiger une procédure de jaugeage des camions et
wagons citernes, de proposer un certificat de jaugeage et de mettre en place un plan de suivi
efficace des instruments de mesure utilisés pour le barémage. Pour mener à bien ces tâches,
nous sommes partis de l’étude de l’existant qui nous a permis de percevoir le travail qui a été
déjà réalisé, à savoir l’existence d’un certificat de jaugeage et la réalisation du suivi des
instruments de mesure. Nous avons ensuite effectué une étude technique visant à répondre aux
insuffisances de l’existant et atteindre nos objectifs tout en nous appuyant sur les normes et
recommandations. Ceci nous a donc permis de mettre en œuvre notre procédure technique qui
contient toutes les différentes méthodes de jaugeage, c’est-à-dire les méthodes volumétriques,
gravimétrique et géométrique ainsi que leurs modes opératoires. Outre cela nous avons effectué
un exemplaire de certificat de jaugeage dans lequel nous avons apporté quelques améliorations
telles que : l’année de fabrication, la hauteur de couplage du tracteur et citerne, le barème de
jaugeage avec un croquis de la citerne indiquant la signification des hauteurs contenus dans le
certificat de jaugeage. Nous avons enfin établi un plan de suivi efficace axé sur cinq points :
l’expression du besoin, la réception, l’identification, la documentation, la confirmation
métrologique et le stockage des instruments de mesure utilisés pour le barémage.

Mots clés : Métrologie, camion-citerne, wagon citerne, jaugeage, barémage, certificat de


jaugeage.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 viii


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Abstract

The present topic of study enter within steady the contexte of end of term report carried out
within the society Bureau Veritas. It is to define the set of techniques or methodologies used
for the measurement of the capacity of mobile reservoirs in particular road and rails tankers, in
the aim of improving the service of strapping within our society of home. Our mission is to
write a road and rails tankers gauging procedure, to propose a gauging certificate and to set on
foot a plan to effective monitoring of measuring instruments used for strapping.To carry out
these stains, we start to the study of the existing one which has allowed us to perceive the work
that has already been achieved, namely the existence of a certificate of gauging and the
realization of instrument tool steady. We then carried out a technical study aiming to respond
to the shortcomings of the existing and achieve our objectives while we pressing on the
standards and recommendations. This has enabled us to implement our technical procedure
which contains all the different methods of gauging, i.e. the volumetric methods, gravimetric
and geometric as well as their operating modes. In addition to this we have made a copy of the
certificate of gauging in which we have made a few improvements such as : the year of
manufacture, the height of coupling of the tractor and tank, the gauging scale with a sketch of
the tank indicating the meaning of the content heights in the certificate. We have finally
established a plan for effective follow-up focused on five points ; the expression of the need,
the receipt, identification, documentation, the Metrological confirmation and storage of
measuring instruments used for strapping.

Keywords : metrology, road tanker, rail tanker, gauging, strapping, gauging certificat.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 ix


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Introduction
Le mesurage est un processus qui s’effectue à tous les niveaux. Il est en effet un élément de
prise de décision et permet d’avoir une connaissance sur un phénomène ou un outil. La plupart
des industries pétrolières, agroalimentaires et chimiques utilisent des réservoirs pour le
stockage et le transport d’hydrocarbures, d’huiles ou de pulvérulents. Avant et au cours de leurs
utilisations, ces réservoirs sont contrôlés ou jaugés dans le but de déterminer la quantité de
liquide contenu et de s’assurer qu’ils sont aptes à être utilisés selon les normes de construction.
Dans le cadre de la métrologie légale, ces réservoirs doivent effectués des contrôles
métrologiques afin de s’assurer qu’ils répondent aux exigences. L’ensemble des moyens mis
en œuvre pour déterminer la capacité de ces réservoirs en un ou plusieurs niveaux de
remplissage, consiste à faire le jaugeage.
L’entreprise BUREAU VERITAS CI a en son sein l’activité barémage dont le rôle est
d’effectuer le jaugeage des réservoirs fixes et mobiles. Afin d’améliorer ces prestations dans le
domaine du jaugeage des réservoirs mobiles, il nous a été donné de travailler sur le thème
intitulé « METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE
MOBILE ».
L’objectif général de notre étude est de faire ressortir les différentes méthodologies utilisées
pour le mesurage des réservoirs mobiles, à savoir les camions et wagons citernes. Outre cela
d’autres objectifs tels que la rédaction d’une procédure de jaugeage, la proposition d’un
certificat de jaugeage et la mise en place d’un plan de suivi efficace des instruments de mesure.
Pour tenter de répondre à ces objectifs, nous avons adopterons la démarche suivante nous
prendrons connaissance de l’existant, nous les confronterons aux normes et recommandations,
pour enfin proposer des suggestions fondées sur ces référentiels.
Cette étude est composée de trois parties et rend compte de nos investigations. La première
partie est consacré à la présentation de la structure d’accueil et du thème, la seconde partie traite
des techniques de jaugeage des camions et wagons citernes et en fin la troisième partie relate
les différentes réalisations effectuées.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 1


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

PARTIE I :
PRESENTATION
DE
L’ENTREPRISE
D’ACCUEIL ET
DU THEME
Cette partie présente BUREAU VERITAS CI SAU, notre cadre de réflexion pour la
réalisation de notre projet de fin d’études. Elle met en évidence le thème, son intérêt et le
cahier de charge qui va nous permettre d’atteindre nos objectifs.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 2


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

CHAPITRE I : ENTREPISE D’ACCUEIL


I. Présentation générale du groupe Bureau Veritas
I.1. Historique
Le groupe BV débute comme bureau de renseignements pour les assureurs maritimes en 1821,
crée par deux assureurs, Alexandre Delehaye et Louis Van den Broek, ainsi qu’un courtier
d’assurance Auguste Morel suite à un naufrage de navire.
Fondée à Anvers le 1er juillet 1828, la société avait une mission simple : informer les assureurs
des différentes primes et conditions particulières appliquées aux différentes places
commerciales, fournir toutes les informations requises pour leur permettre de connaitre le degré
de confiance accordé aux navires et à leurs équipements. C’est en 1829 que la société a été
nommée Bureau Veritas et a adopté l’emblème de la vérité comme insigne, entre 1980 et 1990,
BV a créé un certain nombre de nouvelles filiales en réponse de besoins spécifiques. BIVAC
en 1984 qui débute en Afrique, précisément au Nigéria pour réaliser l’inspection avant
l’expédition des importations, en 1988 BVQI désormais Bureau Veritas certification et Bureau
Veritas Auto en 1990.
Aujourd’hui BV est un leader mondial des tests, de l’inspection et de la certification (TIC), elle
délivre à ses clients des services afin de les aider en termes de qualité, de sécurité, de protection
environnementale et de responsabilité sociale. Il est dirigé par Mr Didier Michaud-Daniel.
I.2. Identité
Nom : Bureau Veritas
Slogan : Move forward with confidence qui signifie en française « avançons dans la
confiance »
Couleur : le gris et le rouge
Logo : le logo de Bureau Veritas est composé d’une silhouette féminine sortant nue d’un
puits, représentant la vérité.
Les valeurs : Les valeurs de Bureau Veritas sont l’intégrité et l’éthique, l’indépendance et
l’impartialité, le respect de tous les individus et la responsabilité sociale et environnementale.
Ces valeurs sont le « ciment » de Bureau Veritas auquel souscrit chacun de nous. Elles
renforcent notre unité et notre cohérence et assurent la réalité de leur stratégie de croissance.
Vision : Devenir le leader dans notre métier et jouer un rôle majeur sur l’ensemble des
segments de marché et zones géographiques où nous sommes implantés.
Mission : Les missions de Bureau Veritas sont d’assurer la conformité, d’améliorer la qualité,
de réduire les risques, et d’optimiser la performance, d’apporter une plus-value économique à
nos clients en les accompagnants dans le management QHSE de leurs actifs, projets, produits
et systèmes, leur permettant d’exercer leur activité.
Implantation : A sa création, BUREAU VERITAS n’existait qu’en France. De nos jours,
BUREAU VERITAS dispose d’un réseau étendu de plus de 26 000 personnes et présent dans
plus de 140 pays.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 3


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

I.3. Activités
Le groupe Bureau Veritas intervient dans plusieurs domaines et offre des services à travers
ces huit (08) métiers qui constituent aussi son secteur d’activité, répartie comme suit :
- la marine et l’offshore,
- l’industrie,
- l’inspection et la vérification en service,
- la construction,
- la certification et audit,
- les matières premières (inspection et test),
- les biens de consommation (inspection et test),
- les services aux gouvernements et commerce international,
A cela s’ajoute la formation. Chacun offre une gamme de services spécifiques dans les
domaines de la gestion d'actifs, de la certification, de la classification, du conseil, de
l'inspection, de la vérification, des tests et analyses et de la formation etc… conçus pour
correspondre aux différents besoins.

II. Présentation de Bureau Veritas Côte d’Ivoire


II.1. Historique
Créé en 1963 Bureau Veritas Côte d’Ivoire SAU se situe à Abidjan dans la commune du Plateau
au boulevard Roume à l’angle de la rue Thomasset, en face de l’hôtel Ibis. Elle est une société
anonyme de droit ivoirien dont le seul actionnaire est le groupe Bureau Veritas. Elle est
rattachée à la zone d’Afrique dans laquelle elle intervient, à savoir le Ghana, le Togo, le Benin,
le Burkina Faso, le Niger et la Guinée, le Libéria, la Sierra Léone etc. Bureau Veritas Côte
d’Ivoire existe aussi dans la ville de San Pédro depuis 2000 et dans la commune de Yopougon,
avec son laboratoire de minerais (BVML).
II.2. Organisation et activités
II.2.1. Organisation
Bureau Veritas CI est composé de trois départements : le département contrats de gouvernement
et commerce international, le département Industrie and Facilities et le département Marine.
Le département Contrats de Gouvernement et Commerce International se compose de 03
activités :
- Activité Commerce international
- Activité laboratoire
- Activité contrats de gouvernement

Le département Industrie and Facilities comprend 04 principales activités :


- Inspection et Vérification en Service (IVS)
- Industrie (IND)
- Certification (CER)
- Contrôle technique de contrôle (CTC)
Le département Marine
- Inspections et contrôle

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 4


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- Classification
- Certification
Tous ces départements sont gérés par des managers ayant à leur tête l’administrateur général.la
figure 1.1 nous présente l’organigramme de la société.

Figure 1.1- Organigramme de BUREAU VERITAS CI

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 5


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

II.2.2. Activités
Les activités de BVCI sont en termes de métiers ; la certification, l’évaluation de la conformité,
la formation et le conseil, en termes de marché ; le commerce international, la marine,
l’immobilier et l’infrastructure, l’énergie et les processus industriels.
Les prestations proposées par BVCI sont reparties par activités :
• Au niveau du commerce international : inspection de produits (Contrôle qualité du café,
cacao, noix de cajou, contrôle qualité des fruits frais avant exportation, Suivi empotage
et dépotage, suivi des transferts de marchandises etc.)
• Au niveau des laboratoires : analyse de minerais, mesure expertise en laboratoire,
analyse physico-chimique etc.
• Au niveau des contrats de gouvernement : Inspection de marchandises au départ ou à
l’arrivée dans les pays ayant un contrat avec Bureau Veritas
• Au niveau de l’IVS : Vérification réglementaires initiales, de mise en service et
périodique
• Au niveau de l’activité industrie : Contrôles non destructif (CND) (Gammagraphie,
ultrasons, ressuage, magnétoscopie), la qualification (Qualification de soudeur,
Qualification de mode opératoire de soudage), Mesures et expertises (Mesure de gaz et
mesure d’épaisseur par ultrason)
• Au niveau de l’activité Certification : Certification des systèmes, des services, des
produits et des personnes (ISO 9000, 9001, 14001, OHSAS, etc.)
• Au niveau de l’activité Marine : Inspection des équipements, des navires et des engins
en service, approbation de plans, suivi de la construction jusqu’ à la réception des
navires, Élaboration des règles relatives à la sécurité des navires et vérification au
moyen de visites et d’inspections (visites spéciales, périodiques et occasionnelles),
Certification des unités offshore fixes ou mobiles suivant les règlements nationaux ou
Internationaux etc.
II.3. Présentation du département d’accueil
Le département IVS (Inspection et Vérification en Service) est le service au sein duquel nous
effectuons notre immersion dans l’entreprise. Comme son nom l’indique ce département est
chargé de faire la vérification réglementaire initiale, de mise en service et périodiques
(Installations électriques, appareils de levage et équipements de travail, installations de sécurité
incendie, ascenseurs, équipements sous pression de vapeur et de gaz, barémage des réservoirs,
Formation etc.) et l’inspection des équipements en service qui entre dans le cadre réglementaire
conformément aux lois en vigueur.
Il regroupe neuf (9) activités qui sont :
-l’activité de levage
-l’activité de barémage
-l’activité de pression
-l’activité de rejet atmosphérique
-l’activité d’électricité

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 6


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

-l’activité de thermographie
-l’activité atmosphère de travail
-l’activité thermique du bâtiment et sécurité incendie
-l’activité d’ascenseurs et engins roulants
Chaque activité a un chargé d’affaire qui s’occupe de la planification des taches et des marchés.
Ce chargé d’affaire est aussi un agent de terrain. A la fin de chaque mission, les inspecteurs
doivent produire des rapports dans lesquels ils mettent les détails de la mission, les diagnostics
de la situation observée, les recommandations et la date des éventuelles prochaines visites.
Au cours de mon stage j’étais au sein de l’activité barèmage, dans lequel nous offrons des
prestations de contrôle métrologiques, de vérification, d’arbitrage essentiellement dans le
domaine du jaugeage et du barèmage.

Barémage

Ascenseurs et
engins roulants Levage

Atmosphère de Rejet
travail

Thermique du
IVS atmosphérique

bâtiment et Pression
Sécurité
incendie

Thermographie Electricité

Figure 1.2- Activités de IVS

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 7


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

CHAPITRE II : PRESENTATION DU THEME


I. Contexte et objectifs
I.1. Contexte
Les industries pétrolières, agroalimentaires et chimiques sont de nos jours en pleine expansion.
Elles occupent une place importante sur le marché de l’économie et du commerce en termes de
rentabilités, de services et d’opportunités de prestations. Certaines de ces entreprises, pour se
conformer aux lois nationales et offrir des services de qualités à leurs clients se soumettent à
des audits effectués souvent par des organismes agrées.
Le groupe BVCI intervient dans les domaines de l’industrie et de « l’oil and gaz ». Il fournit un
nombre important de services. Agrée par le gouvernement de Côte d’Ivoire pour le jaugeage et
l’établissement des tables de jauge, BVCI détermine de façon périodique la capacité des
réservoirs fixes et mobiles, utilisés pour le stockage d’huile, de gaz, de pétrole ou autres fluides.
Outre cela il offre des services de contrôle métrologiques des dispositifs de stockage.
Dans l’optique d’améliorer et de rendre encore plus dynamique ces activités de barémage, il
nous a été confié pendant notre stage de fin de cycle de travailler sur le thème libellé comme
suit :
« METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE »
I.2. Cahier des charges
Pour mener à bien notre étude, il nous a été donné un fil conducteur qui constitue le cahier des
charges. Il se compose essentiellement de trois parties :
Mise en place d’une procédure de jaugeage des camions et wagons citernes
Proposition d’un modèle de certificat de jaugeage de camions et wagons citernes
Mise en place d’un plan de suivi efficace des instruments de mesure utilisés pour le
jaugeage et le barémage.
I.3. Objectifs
Cette étude vise les objectifs suivants :
Editer un document technique qui indique les méthodologies de jaugeages des
camions et wagons citernes ;
Améliorer les rapports de jaugeages qui constituent des livrable aux clients en fin de
prestation ;
Optimiser le suivi des instruments de mesure utilisés dans le cadre de cette activité qui
constitue un paramètre important dans le processus de mesure.
Outre ces objectifs, se dégagent aussi d’autres objectifs indirects tels que :
- Éviter les non-conformités lors des audits ;
- Développer l’activité barémage.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 8


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

II. Description de l’existant


Le jaugeage des réservoirs mobiles (les camions citernes et des wagons citernes) est pratiqué à
Bureau Veritas CI par la méthode volumétrique au moyen de compteur volumétrique
conformément aux normes ISO 4269 « Pétrole et produits pétroliers liquides-Jaugeage des
réservoirs par épalement-Méthode par empotement utilisant des compteurs volumétriques » et
des lois ivoiriennes en vigueur. Cette technique de jaugeage n’est pas formalisée au sein de
l’entreprise.
Après chaque opération de jaugeage un certificat de jaugeage est remis aux clients détenteurs
du réservoir. Ce certificat est fait selon la recommandation 80 de l’OIML « Camions et wagons-
citernes »
En matière de gestion des instruments de mesure, il existe un document interne dénommé
« maitrise des équipements de surveillance et de mesure », délivré par le service QHSE. Ce
document donne de façon générale les grandes lignes sur la procédure de gestion de tous les
instruments de mesure de BVCI.
La gestion des équipements de mesure au sein du département IVS est fait à l’aide d’un plan
de maitrise des instruments de mesure qui comprend les rubriques suivantes :
• Les activités à laquelle l’instrument de mesure est dédié
• Le numéro d’identification de l’appareil
• Désignation du matériel
• La marque du constructeur
• La grandeur mesurée
• Le numéro de série
• Périodicité
• La date d’acquisition
• Le dernier étalonnage
• Le prochain étalonnage
• Etat actuel de l’instrument
Nous avons comme document associé, un dossier qui regroupe les informations nécessaires sur
chaque instrument de mesure. Il contient pour chaque instrument la fiche de vie et les différents
certificats d’étalonnage.
La fiche de vie
Elle comprend les informations suivantes :
- Unité opérationnelle
- Lieu de stockage
- Activité
- Le numéro de la fiche de vie
- Référence interne
- Désignation de l’appareil
- Marque
- Type
- Numéro de série

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 9


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- Date de mise en service


- Les différentes interventions externe (étalonnage, vérification et la maintenance).
La majeure partie des instruments de mesure sont étalonnés à l’extérieur du pays précisément en
Europe, chez les fournisseurs ou constructeurs de ces appareils de mesure.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 10


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

PARTIE II :
TECHNIQUES DE
JAUGEAGE DES
CAMIONS ET
WAGONS CITERNES

Cette partie présente une étude générale sur les camions et wagons citerne en termes
d’exigence technique et métrologique et traite également des différentes les méthodologies
de jaugeage appliquées à ces réservoirs.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 11


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

CHAPITRE I : NOTION DE BASE EN METROLOGIE DE JAUGEAGE ET


ETUDE DES CAMIONS ET WAGONS CITERNES
I.1. Notion de base
Métrologie
Science des mesurages et ses applications. Elle comprend tous les aspects théoriques et
pratiques des mesurages. Définit les principes et les méthodes permettant de garantir et de
maintenir la confiance envers les mesures résultant d’un processus de mesure.
Science transversale, elle se subdivise en trois parties : métrologie industrielle, métrologie
scientifique et métrologie légale.
La métrologie industrielle
C’est la branche de la métrologie qui au moyen des normes, consiste à optimiser les processus
de mesure des instruments utilisés dans les systèmes de fabrication en vue d’assurer la qualité
et d’améliorer la compétitivité des entreprises.
La métrologie scientifique
Elle a pour rôle la recherche et le développement des unités de mesures, des étalons primaires,
et se charge de la conservation des étalons de référence.
La métrologie légale
C’est la partie de la métrologie qui consiste en l’intervention de l’Etat, par un ensemble de
procédures législatives, administratives et techniques, en vue de garantir la qualité et la fiabilité
des instruments de mesure ou des opérations de mesurage touchant l’intérêt des consommateurs
et des citoyens en vue de les protégés.
Le jaugeage
On appelle jaugeage d’un récipient-mesure l’ensemble des opérations effectuées en vue de
déterminer la capacité du récipient-mesure jusqu’à un ou plusieurs niveaux de remplissage,
matérialisés ou non.
Le jaugeage comprend :
- L’ensemble des opérations de mesurage des récipients-mesure
- L’établissement du barème qui consiste à produire par calcul, à partir des données
de mesurage, la ou les tables de correspondance entre hauteur de liquide et
volume de contenu
- L’établissement du certificat de jaugeage qui comprend les indications relatives
du récipient-mesure

Réservoir
Un réservoir est un assemblage d’anneaux superposés l’un sur les autres soit par soudage, soit
par rivetage en vue de contenir des produits liquides ou liquéfiés.il a pour rôle de stocker et
conserver ces produits avec leurs différentes caractéristiques sans les altérées sur une longue
période jusqu’à leur utilisation.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 12


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Réservoir mobile
Il s’agit des réservoirs utilisés pour le transport routier ou ferroviaire de liquides,
d’hydrocarbures et les gaz. Il existe plusieurs types de réservoirs mobiles. On a : les camions
citernes, les wagons citernes, les conteneurs citernes, les bateaux citernes etc.
Nous nous intéresserons par la suite aux citernes routières (camions citernes) et aux citernes
ferroviaires (wagons citernes).

I.2. Etude des camions et wagons citernes


I.2.1. Description
Les camions citernes
Un camion-citerne est un véhicule de la catégorie des camions utilisé pour le transport de
liquides, de gaz ou encore de pulvérulents stockés en vrac. Les camions-citernes sont
caractérisés par une longue citerne (capacité comprise entre 0,5 m3 et 50 m3), le plus souvent
en acier inoxydable placée à l'arrière de la cabine. Chaque citerne pour camion comprend :
- un corps,
- un dôme ou coffre d’expansion
- des dispositifs de vidange,
Le corps de la citerne est en général cylindrique et horizontal, avec deux extrémités
hémisphériques, et est monté sur un châssis de manière à pouvoir assurer une vidange complète.
(Voir figure 3.1)

Figure 3.1- Camion-citerne

Figure 3.2- Corps d’une citerne

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 13


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Wagon citerne
Un wagon-citerne est un wagon spécialisé dans le transport ferroviaire de produits liquides ou
pulvérulents. Les wagons-citernes peuvent être isolés thermiquement ou non, pressurisés ou
non, et conçus pour un chargement unique ou multiple. La citerne d'un wagon citerne est en
général cloisonnée partiellement pour limiter les effets de mouvement du liquide qui peuvent
compromettre la stabilité du wagon. Lorsqu'elle est cloisonnée totalement, elle permet le
transport de différents liquides.
Elle a une capacité comprise généralement entre 10 m3 et 120 m3.Chaque citerne pour wagon
comprend :
- un corps,
- le cas échéant, un dôme,
- des dispositifs de vidange.
Le corps est cylindrique, horizontal, à section circulaire limitée par des fonds en forme de
calotte sphérique ou ellipsoïdale. Le corps est monté sur un châssis, ou directement sur un bogie
par l'intermédiaire de supports. Le cas échéant, les citernes sont dotées de dispositifs d'aération
et de pare-flammes. Le corps est composé de viroles construites en tôles jointes par soudure.
Les citernes sont munies d'une ou deux échelles d'accès et d'une plate-forme pour l'opérateur
qui exécute les opérations de mesurage ou de contrôle.

Figure 3.3- Wagon citerne

Plaque apposée sur les camions et les wagons citernes


Les camions et wagons citernes possèdent sur leurs corps différentes plaques : les plaques de
danger, les pictogrammes, et les plaques de jaugeage le cas échéant.
- La plaque de danger
La plaque de danger est composée d’un code danger et d’un code matière. Le code danger s’écrit avec
deux ou trois chiffres. Ils indiquent de façon successive des dangers d’ordre primaire, secondaire et
subsidiaire (voir annexe VIII). Quant au code matière il désigne le numéro ONU sous lequel est
référencé le type de produit transporté. Il se compose de quatre chiffres, la figure 3.4 nous présente un
exemple de plaque.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 14


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Liquide très inflammable


33
Essence (super)
1203
Figure 3.4- Plaque de danger

- Les pictogrammes
Leur rôle est d’informer les utilisateurs que la citerne contient des matières dangereuses (Voir
annexe IX)
- Les plaques de jaugeage
Elles sont apposées sur la citerne pour signifier qu’elle a été jaugée. La figure 3.5 ci-dessous
donne un exemple de plaque de jaugeage.

Figure 3.5- Plaque de jaugeage

I.2.2. Classification
a- Camion citerne
La classification des camions citernes peut se faire selon les critères suivants :
- la forme,
- le contenu,
- Les installations auxiliaires,
- Les conditions d’utilisations,
- La capacité ;
Les citernes peuvent être montées directement et de façon permanente sur un châssis de camion
remorque ou semi-remorque. Elles peuvent être de différents types suivant le contenu :
pressurisée, réfrigérée ou isolée, divisée en plusieurs compartiments, résistante à l'acide, conçu
pour transporter des produits alimentaires etc. La forme des citernes transportant les
pulvérulents est influencée par les contraintes liées à la vidange.
Il y a deux principaux concepts :
• La citerne « plate », la vidange se fait par dessous, par des orifices coniques
• La citerne « basculante », la citerne entière est soulevée vers l'arrière, à la manière des
camions-benne (voir figure 3.6 et 3.7)

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 15


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

La basculante a en général un volume bien supérieur à la plate. Les cuves pour les pulvérulents
sont généralement en aluminium pour diminuer la tare, ce qui permet de charger plus.
En ce qui concerne les installations auxiliaires, les citernes peuvent être équipées ou non d'une
installation pour le mesurage des volumes partiels reçus ou délivrés. La citerne selon son
utilisation peut être :
• à la pression atmosphérique,
• sous pression (pour les gaz liquéfiés),
• avec chauffage ou non,
• isolée thermiquement ou non.

Figure 3.6- Citerne basculante Figure 3.7- Citerne plate

b- Wagon citerne
Les wagons-citernes sont classés selon les critères suivants :
- Le contenu,
- La forme
- Conditions d’utilisation,
- La capacité.
On peut distinguer par exemple selon le contenu :
- Les wagons gaz adaptés aux produits tels que le butane, le propylène, l’ammoniac, le
chlore,
- Les wagons chimiques adaptés à la chimie (acides et bases),
- Les wagons pétroliers adaptés pour les produits pétroliers blancs (essence, gasoil…),
des produits pétrochimiques (styrène, acétone…) et des produits pétroliers noirs (fioul
lourd, huiles lourdes…),
- Les wagons craies conçus pour transporter spécifiquement de la craie sous forme
liquide,

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 16


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- Les wagons pulvérulents, permettent de transporter des produits tels que le ciment, la
silice, l’alumine.
- Les wagons trémies adaptés au transport de vrac tel que les céréales, le sable etc.
I.2.3. Exigences techniques et métrologiques
Une citerne utilisée comme moyen de mesurage doit satisfaire aux conditions techniques et
métrologiques suivantes :
- Les matériaux utilisés pour la construction des citernes doivent être compatible
avec la nature du fluide qu’ils stockeront
- Elle doit être pratiquement indéformable et inaltérable en utilisation normale,
- Elle doit permettre le repérage manuel du niveau du liquide contenu,
- Elle doit présenter un point de référence défini et matérialisé,
- Un dôme le cas échéant d’un diamètre d’au moins 500 mm
- La citerne doit disposer d’une plateforme qui permet l’opérateur d’inspecter ou de
faire le jaugeage de celle-ci
- La jointure du corps avec le dôme doit être telle que la règle graduée puisse être
maintenue en position verticale quand on exécute le mesurage,
- La citerne ne doit pas présenter de traces de fuites ou d'humidité aux joints,
- Chaque compartiment doit avoir une tuyauterie indépendante des autres
compartiments,
- Elle doit contenir un seul orifice de vidange et une vanne d’arrêt,
- La citerne doit assurer une sensibilité de l’ordre de 2 mm pour 0.1% du volume
contenu (camions citernes) et de 3 mm pour 0.2% du volume contenu pour les
wagons citernes
- La hauteur totale témoin ne doit pas varier de plus de 2 mm ou H/1000
- La capacité d’un compartiment ne doit pas varier de plus de 0.1% de son volume
mesuré, selon que les compartiments voisins soient vides ou remplis.
- L'erreur maximale tolérée au jaugeage dans la zone de barémage est de ± 0,2 % du
volume considéré,
- L'erreur maximale tolérée en service est de ± 0,5 % du volume mesuré,
- La plaque d'identification est fixée sur l'un des fonds de la citerne

I.2.4. Contrôle métrologique


Les différentes opérations de contrôles métrologiques relatives aux camions et wagons citernes
comprennent essentiellement l’approbation de modèle, la vérification primitive et la
vérification périodique.
L’approbation de modèle
C’est une décision de portée légale, basée sur la revue du rapport d’évaluation, selon laquelle
le type ou le modèle d’instrument de mesure satisfait aux exigences réglementaires applicables
et conduit à la délivrance du certificat d’approbation de modèle.
L’approbation de modèle comprend pour un camion ou wagon citerne l’étude du modèle c’est-
à-dire :
- L’examen de l’aspect intérieur et extérieur ; la construction générale

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 17


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- Le contrôle de l’étanchéité
- Le contrôle de l’invariabilité de la capacité
- Contrôle du remplissage
- Contrôle de la vidange
- Contrôle de la sensibilité
- Le jaugeage

La vérification primitive
C’est la vérification d’un instrument de mesure qui n’a pas été vérifié auparavant. Elle
comprend les informations suivantes :
- L’examen intérieur et extérieur et la construction générale de la citerne
- Le contrôle de l’étanchéité
- Le jaugeage
- Le contrôle de la sensibilité

La vérification périodique
C’est la vérification ultérieure d’un instrument de mesure effectuée périodiquement à des
intervalles spécifiés selon la procédure fixée par la réglementation. Elle s’effectue comme la
vérification primitive

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 18


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

CHAPITRE II : TECHNIQUES DE JAUGEAGE DES CAMIONS ET


WAGONS CITERNES
La détermination de la capacité ou du volume des camions citernes implique la connaissance
des paramètres suivants :
- La méthode de mesurage de la capacité (méthode de jaugeage)
- Les dispositifs auxiliaires
- Les facteurs d’influences
- Les méthodes de jaugeage du niveau de liquide
- Les incertitudes de mesure

II.1. Méthodologie de jaugeage des camions et wagons citernes


Il existe essentiellement trois (03) méthodes de jaugeage des camions et wagons citernes :
- La méthode volumétrique
- La méthode gravimétrique
- La méthode dite de mensuration (mesure externe des dimensions de la citerne)

II.1.1. La méthode volumétrique


a- Principe
Elle consiste à déterminer la capacité des citernes soit par empotement ou par dépotement.
L’empotement consiste à introduire des quantités successives de liquide connu dans la citerne,
puis de relever le niveau jusqu’au creux ou à la capacité d’exploitation.
Quant au dépotement il est le processus inverse de l’empotement ; la citerne est remplie
totalement et des quantités connues de liquides sont extraites jusqu’à la vidange complète. Les
figures 3.8 et 3.9 en illustrent ce principe.
Cette méthode est utilisée pour le jaugeage de tout type de camion et wagon citerne. Elle est la
plus pratiquée car sa mise en œuvre s’effectue comme si le réservoir était dans les conditions
d’exploitations.

Figure 3.8- Principe de l’empotement

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 19


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Figure 3.9- Principe du dépotement

b- Matériels utilisés
Le jaugeage des camions et wagons citernes par la méthode volumétrique s’effectuent aux
moyens des équipements suivants :
- Installations à jauges
- Jauges étalons ou Compteur volumétrique
- Flexibles pour le remplissage des jauges ou des compartiments
- Sabre de jauge pour la mesure du niveau du liquide (échelon : 1 mm, EMT : ± 0,3
mm, longueur selon le besoin)
- Ruban de jauge pour la mesure de la hauteur totale témoin
- Thermomètre pour mesurer la température de l’eau à l’intérieur des jauges et de la
citerne (échelon inférieur ou égale à 0,5o C et une exactitude de ± 0,5o C de
l’échelon)
- Dispositifs d’approvisionnement
- Pate indicatrice d’eau ou d’hydrocarbure qui sera appliqué sur le sabre de jauge
pour la lecture des hauteurs du liquide
Cette opération s’effectue généralement dans une station de jaugeage muni de compteurs
volumétrique ou de jauges (voir figure 3.8).
II.1.2. La méthode gravimétrique
a- Principe
La méthode gravimétrique est la méthode consistant à déterminer la capacité d’une citerne par
le principe de pesage. La citerne est d’abord pesée à vide puis après remplissage de celui-ci.
La capacité de la citerne est ensuite déterminée à partir de la différence des deux pesés.
Elle est utilisée comme méthode alternative à la méthode volumétrique dans le cas où celle-ci
ne peut pas être appliquée (Absence de jauge ou compteur volumétrique).

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 20


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

b- Matériel
On utilise :
- Un instrument de pesage d’exactitude de ± 0,1% de la portée ;
- Flexibles pour le remplissage
- Sabre de jauge pour la mesure du niveau du liquide (échelon : 1 mm, EMT : ± 0,3
mm, longueur selon le besoin)
- Ruban de jauge pour la mesure de la hauteur totale témoin
- Thermomètre pour mesurer la température de l’eau à l’intérieur des jauges et de la
citerne (échelon inférieur ou égale à 0,5o C et une exactitude de ± 0,5o C de
l’échelon)
- Dispositifs d’approvisionnement
- Pate indicatrice d’eau ou d’hydrocarbure qui sera appliqué sur le sabre de jauge
pour la lecture des hauteurs du liquide

II.1.3. La méthode géométrique ou de mensuration4


a- Principe
Cette méthode est basée sur le principe de mesurages dimensionnels effectués sur la paroi de la
citerne en vue de la détermination de sa capacité par calcul mathématique.
Elle est uniquement pratiquée sur les citernes de forme cylindrique et mono-compartiment.
b- Matériel
On utilise :
- Un ruban de ceinturage en acier : pour le ceinturage des viroles ;
- Pied à coulisse : pour le mesurage d’éventuelle déformation sur le corps ;
- Ruban de jauge : pour le mesurage de la hauteur totale témoin ;
- Règle en acier : pour le mesurage de petite distance ;
- Thermomètre : pour le mesurage de la température.

II.2. Les dispositifs auxiliaires


Une citerne peut être équipée ou non de dispositifs externes ou internes. Il faut tenir compte de
ces dispositifs pour s’assurer qu’ils n’entrainent pas des erreurs lors du mesurage. On peut citer :
les installations de mesurage à compteur, les tuyauteries internes, les collecteurs etc.

II.3. Les facteurs d’influences


Les principaux facteurs d’influences lors du mesurage de la capacité des citernes sont la
pression et la température. En effet, plus la température est élevée, moins le liquide est dense et
son volume augmente (voir l’annexe X). Pour pallier à cela, on effectue des corrections de
température.
La température et la pression de base recommandée sont successivement de 15 o C et de 1 bar
(pression atmosphérique).

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 21


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

II..4. Méthode de jaugeage du niveau de liquide


Il existe deux méthodes pour mesurer la hauteur du liquide :
- La méthode manuelle
- La méthode électronique

II.4.1. La méthode manuelle


La méthode manuelle est basée sur le relevé de la hauteur du liquide à l’aide d’un sabre de
jauge. La pate indicatrice ou révélatrice d’eau appliquée sur celui-ci, permet d’effectuer
correctement la lecture du creux ou du plein (voir figure 3.10-Mesure manuelle).
Cette méthode est beaucoup pratiquée sur les citernes qui ne sont pas sous pression ni isolés
thermiquement.

Figure 3.10- Mesure manuelle

II.4.2. Méthode électronique


A l’aide d’instruments électronique (jauge ultrasonique, jauge de niveau radar), on mesure le
niveau de liquide à l’aide du signal généré par un capteur ou un flotteur positionné a la surface
libre du liquide. Ce système est automatisé et contrôlé par ordinateur. Cette méthode est utilisée
en générale pour les citernes sous pressions et thermiques. Voir figure 3.11-Mesure automatique

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 22


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

(1) Capteur de niveau


(2) compartiment
(3) flotteur
(4), (6), (7), (8), (9) vanne
(5) capteur de vide
(10)
(11) capteur de point de transfert
(12) point de transfert
(13) pompe
(14) tuyauterie
(15), (20) vanne d’air pressurisé
(16) capteur
(17) soupape de pression
(18) vanne
(19) système d’échantillonnage
(21) vanne
(22) capteur de température
(23) capteur de vide
(24) tuyau d’aspiration
(25) dispositif d’aspiration
(26) centre de mesure et unité de commande

Figure 3.11- Mesure automatique

II.5. Incertitude de mesure


II.5.1. Définition
L’incertitude de mesure est un paramètre associé à un résultat de mesurage, caractérisant la
dispersion des valeurs qui pourraient être attribuées au mesurande.
L’incertitude de mesure comprend généralement plusieurs composantes qui peuvent être
regroupés en deux catégories :
- Les composantes évaluées par la méthode de type A ;
Déterminées par des méthodes statistiques et exprimées sous forme d’écart-type appelé
incertitude-type.
- Les composantes évaluées par la méthode de type B ;
Evaluées par la connaissance des phénomènes physiques et par l’expérience de l’évaluateur.
Ces composantes peuvent variées dans le temps.

III.5.2. Composantes d’incertitudes lors du jaugeage 3


Les composantes à prendre en compte lors de jaugeage sont :
- Composante liée à la répétabilité ;
- Composante liée aux jauges étalons ;
- Composante liée à la méconnaissance de la température de l’eau dans les jauges ;
- Composante liée à la méconnaissance de la température de l’eau dans la citerne ;
- Composante liée à la méconnaissance du coefficient de dilatation cubique de l’eau ;
- Composante liée à la méconnaissance du coefficient de dilatation cubique des
jauges ;

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 23


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- Composante liée à la méconnaissance du coefficient de dilatation cubique de la


citerne ;
- Composante liée à l’établissement du barème ;
- Composante liée à la hauteur ;
- Composante liée à la déformation du récipient ;
- Composante liée à la présence de plusieurs opérateurs.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 24


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

PARTIE III :
ETUDE
REALISEE

Cette partie présente les différents travaux réalisés au cours de cette étude. Il s’agit de la
procédure de jaugeage rédigée, du certificat de jaugeage proposé et les actions proposées
pour effectuer le suivi efficace des instruments de mesures utilisés pour le jaugeage.
Les travaux réalisés sont présentés ci-après

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 25


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

CHAPITRE I : PROCEDURE DE JAUGEAGE ET CERTIFICAT DE


JAUGEAGE
I.1. Procédure de jaugeage
Nous avons élaboré une procédure de jaugeage des camions citernes et wagons citernes. Cette
procédure contient les différentes méthodes utilisées pour déterminer la capacité des citernes, à
savoir la méthode volumétrique, la méthode gravimétrique et la méthode géométrique.
Elle tire ses sources des normes API 2554, ISO 4269 et de d’autres documents de référence tels
que la R80 de l’OIML, le LAB GTA 01 etc.
Elle comprend les différentes parties suivantes :
• Objet et domaine d’application
• Document de référence
• Terminologie et définissions
• Méthode utilisée
• Condition environnementale
• Procédure de jaugeage
• Annexe
Pour des raisons de confidentialité un extrait vous sera présenté en annexe (voir annexe I).

I.2. Proposition d’un certificat de jaugeage1


I.2.1. Prescriptions
Camions-citernes

Le certificat de jaugeage doit comprendre les indications suivantes :

- nom du service autorisé pour la vérification,


- nom et éventuellement adresse du détenteur,
- numéro du certificat de jaugeage,
- nom ou marque du constructeur, type, année de fabrication et numéro de série,
- éventuellement, numéro d'immatriculation du véhicule,
- nombre de compartiments et de serpentins de réchauffage, le cas échéant,
- identification du point de référence,
- méthode de jaugeage utilisée, numéro du certificat d'étalonnage de l'installation étalon
utilisée,
- convention sur l'état de remplissage des conduites de vidange et éventuellement
indication sur la présence d'un collecteur,
- erreur relative maximale avec laquelle sont déterminées les valeurs de volume
inscrites dans le certificat,
- date de délivrance et limite de validité du certificat de jaugeage, si une telle limite est
établie,
- qualité, nom et signature de la personne responsable pour le jaugeage,
- croquis indiquant la signification de HTT, du creux, du point de référence etc.
- hauteur du couplage lors du jaugeage (seulement pour les semi-remorques),

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 26


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- nombre et position des marques de vérification apposées.

Pour chaque compartiment, le certificat de jaugeage doit indiquer :


- la capacité nominale,
- la contenance totale,
- la distance de creux, correspondant à la capacité nominale, en millimètres,
- la hauteur totale témoin, en millimètres,
- le volume centimétrique moyen au niveau du volume nominal ou le barème
centimétrique en unités légales de mesure.

Wagons citernes
Le certificat de jaugeage comprend les indications suivantes :
- Autorité ayant délivré le certificat et numéro du certificat,
- Numéro d'immatriculation du wagon-citerne,
- Noms et adresses du détenteur (éventuellement) et du constructeur,
- Méthode de jaugeage (éventuellement), lieu et date des opérations,
- Identification du point de référence, et de la verticale du mesurage,
- Conventions de remplissage de la citerne et de la tuyauterie de vidange,
- Hauteur totale témoin, en millimètres,
- Contenance totale, et distance de creux correspondante,
- Capacité du corps de la citerne, jusqu'à la génératrice supérieure intérieure et distance
de creux correspondante,
- Température de référence (pour laquelle le barème a été établi),
- Erreur relative maximale avec laquelle sont déterminées les valeurs de volume
indiquées dans le certificat,
- Limite de validité du certificat,
- Date à laquelle le certificat a été établi,
- Qualité, nom et signature de la personne responsable pour le jaugeage,
- Croquis indiquant la signification de HTT, du creux, du point de référence etc.
- Barème centrimétrique donnant en unités légales de mesure, le volume du liquide dans
la citerne en fonction des distances de creux en centimètres dans l'étendue de repérage
des niveaux,
- Nombre et position des marques de vérification apposées.

I.2.2. Exemple de certificat de jaugeage réalisé

Nous avons édité un modèle de certificat de jaugeage conforme aux exigences de la


recommandation OIML ci-dessus. Ce certificat comporte les améliorations suivantes :
- La hauteur de couplage
- L’année de fabrication de la citerne
- Un croquis indiquant la signification des différentes hauteurs relevées au cours du
jaugeage
- Ajout d’un tableau qui donne la capacité des compartiments en fonction de la variation
des creux

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 27


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

CHAPITRE II : PLAN DE SUIVI DES INSTRUMENTS DE MESURE


UTILISE POUR LE BAREMAGE

II.1. Liste des instruments de mesure utilisée pour le jaugeage


Les instruments de mesure utilisé pour le barémage sont aux nombres de vingt et un (21), ils
sont composés de :
- Altimètre
- Laser rotatif pour niveau
- Etrier à ruban (ruban de ceinturage)
- Ruban de jauge
- Théodolite avec trépied
- Mire de nivellement
- Compteur volumétrique
- Mètre

II.2. Cycle de vie d’un instrument de mesure Surveillance

Maintenance HORS
Expression d'un SERVICE
besoin ou
d'équipement de étalonnage
mesure
ou
vérification
Réparation
ou
Analyse du déclassement
besoin et
choix des Mise en
équpiments service

REBUS

Achat Réception

Figure 4.1- Cycle de vie d’un instrument de mesure

Nous avons élaboré un plan pour la gestion des instruments utilisés pour le jaugeage en vue
d’un suivi efficace. Ce plan a été effectué à la suite de constats et des aspects qui ne sont pas
pris en compte ou mal effectués dans notre activité.

II.3. Constats
Voici quelques constats réalisés
- Besoin d’instruments de mesure mal exprimé

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 28


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- Fiche de vie mal élaborée


- Documentation relative au suivi non numérisée
- Pas de suivi au niveau de la mise à jour de la documentation
- Mauvais suivi des instruments
- Mauvais stockage des instruments de mesure
- Stockage des instruments vétustes
- Fragilité des étiquettes utilisées pour l’identification des instruments

II.4. Suivi des équipements de mesure


Le suivi d’un équipement ou d’un instrument de mesure débute depuis l’expression du besoin
pour son acquisition. En effet, le suivi se fait tout au long du cycle de vie de l’instrument.
II.4.1. Expression du besoin
Lorsque le besoin d’un instrument de mesure se fait ressentir, il convient d’analyser pour voir,
si l’instrument de mesure est susceptible de pallier à notre besoin. Il faut donc examiner les
exigences techniques (plage de mesure, exactitude, environnement etc…), exigences
économiques (cout et rentabilité), exigences en termes de main d’œuvre (fournisseurs,
opérateurs, maintenance etc…).
Ensuite, rédiger un cahier des charges et un dossier d’appel d’offre dans lesquels toutes ces
exigences figureront en vue de facilité l’achat de l’instrument de mesure.
II.4.2. La réception
A la réception de tout équipement de mesure après achat, il faut :
- Vérifier l’intégralité de l’emballage,
- Vérifier l’adéquation de l’équipement livré à la demande effectuée (cahier des
charges),
- Vérifications des accessoires et des dossiers associés (notices, certificat d’étalonnage,
et/ ou constat de vérification).
Après ces différentes vérifications, faire un test ou une confirmation métrologique initiale en
vue de s’assurer que l’IDM est conforme aux exigences métrologiques.
L’instrument de mesure doit par la suite être inventorié avant son stockage.
II.4.3. Identification
Chaque équipement de mesure utilisé pour le barémage doit avant sa mise en service et son
stockage être identifié et étiqueté. Nous avons proposé un modèle d’étiquette pour
l’identification des IDM, cf. figure 4.2. (Exemple d’étiquette pour IDM) comme indiqué dans
la procédure locale de maitrise des équipements de surveillance et de mesure. Elle comprend :
- Le logo de Bureau Veritas,
- La mention Bureau Veritas Côte d’Ivoire,
- Le département IVS,
- L’activité au sein de IVS,
- Le numéro de l’instrument dans le parc

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 29


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

BVCI-IVS-BAR-001

Figure 4.2- Exemple d’étiquette pour IDM

Comme indiqué sur le schéma, la codification suivante « BVCI-IVS-BAR-001 » signifie :


BVCI : désigne BUREAU VERITAS COTE D’IVOIRE
IVS : INSPECTION ET VERIFICATION EN SERVICE
BAR : désigne l’activité Barémage
001 : le numéro de l’instrument dans le parc
Cette étiquette doit être apposée sur l’instrument de mesure de façon visible, inaltérable et
indélébile. Après avoir identifié l’instrument de mesure réceptionné, il faudrait le renseigner ou
l’insérer dans la liste récapitulative du plan de suivi.
II.4.4. Elaboration des documents
Le suivi des instruments de mesure nécessite une documentation qui constituera une base de
données.
a. La fiche de vie
Selon la norme FD X07-018 « Métrologie dans l’entreprise fiche de vie des équipements de
mesure, de contrôle et d’essai », une fiche de vie doit contenir les informations suivantes :
- Nom de l'entreprise (facultatif dans le cas où la fiche est informatisée)
- Identification de l'équipement de mesure (désignation, marque, numéro de série et/ou
d'identification interne, etc.) ;
- état du matériel à la réception (neuf, modifié, rénové, etc.) ;
- affectation de l’équipement de mesure (service, localisation, etc.) ;
- références aux procédures de maintenance, si elles existent ;
- références aux procédures d'étalonnage ou de vérification ;
- références des moyens d’étalonnage ou de vérification utilisés (sauf dans le cas où ces
informations sont déjà enregistrées dans un autre document) ;
- documents de référence (normes, spécifications internes, erreurs maximales tolérées,
etc.) ;
- date de l'intervention ;
- nature de l'intervention (réception, mise en service, étalonnage, vérification,
maintenance, etc.) ;
- résultats et/ou référence du document d’étalonnage ou de vérification ; observations si
nécessaire ;
- intervalle entre deux étalonnages ou deux vérifications ou date limite d’utilisation ;
- identification de l’intervenant ;
- identification du responsable de la confirmation métrologique.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 30


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

La fiche de vie des instruments utilisés pour le barémage, bien qu’utilisable ne prenait pas en
compte certain aspect de la norme ci-dessus, à savoir :
- L’état du matériel
- Erreurs maximales tolérées
- Date des interventions
- L’identifiant de l’intervenant
- L’identifiant du responsable
Nous avons proposé une fiche de vie conforme à la norme (voir annexe III).
Pendant le cycle de vie de l’instrument de mesure, cette fiche doit être mise à jour
régulièrement.
b. La fiche technique
Pour un suivi efficace des instruments de mesure, nous avons proposé un document dénommé
fiche technique. Cette fiche décrit l’identité et les caractéristiques de l’appareil au plan
technique. Dans cette fiche sont mentionnées toutes les informations qui permettent d’effectuer
une utilisation adéquate de l’équipement de mesure. Elle sera utile pour tous autres achats
d’instruments semblables ou en cas d’achat de pièce de rechange. (Voir annexe IV).
c. Fiche de suivi
Nous avons élaboré une fiche pour assurer le suivi quotidien de chaque équipement de mesure
utilisé pour des opérations sur sites. Elle permettra de connaître à tout instant la position de
celui-ci, la personne utilisatrice et sa fréquence d’utilisation afin d’optimiser la périodicité
d’étalonnage et de faire des maintenances préventives au besoin (voir annexe V).
II.4.5. Plan de maitrise des équipements de mesure
Comme notifié dans l’existant, Un fichier plan de maitrise des équipements de mesure permet
de faire la gestion des instruments de mesure. Pour un suivi efficace nous avons incorporer des
rubriques permettant de consulter les fiches de vies, les certificats d’étalonnage et autres fiches
nécessaires telles que les notices. L’objectif est d’assurer la numérisation et l’accessibilité des
documents. Comme perspective nous proposons de créer un logiciel de gestion des instruments
de mesure.
II.4.6. Confirmation métrologique
Lors de la confirmation métrologique des instruments de mesure, dans le cas d’une sous-
traitance, il faut bien spécifier les exigences de la prestation (étalonnage et/ou vérification,
EMT, incertitude, méthodologie, les points de mesure, plage d’étalonnage etc.), faire un cahier
de charge ou demander au prestataire un formulaire de prestation pour l’opération en question.
Après chaque opération de vérification, il faut s’assurer qu’un constat de vérification est remis
et sanctionné d’une décision.
Selon les décisions du constat de vérification :
- Déclasser l’instrument de mesure : il sera alors utilisé pour des processus de mesure
moins rigoureux
- Ajuster l’IDM et refaire l’étalonnage et une vérification

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 31


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

- Mettre au rebus tous les instruments qui sont vétuste


Pour mieux surveiller les IDM, il est nécessaire de procéder à une surveillance interne ; rédiger
des procédures de vérifications internes dans lesquels la méthodologie de vérification est
mentionnée et si possible les personnes habilitées à le faire.
Faire une optimisation des intervalles de confirmation métrologique des instruments de mesure
au moyen des méthodes suivantes :
- Les cartes de contrôle
- Le temps d’utilisation
- Le contrôle à chaque utilisation
- La méthode OPPERET ou la norme FD X07-014
Informer et sensibiliser les inspecteurs pour les corrections à apporter comme signifié dans le
certificat d’étalonnage.
Lorsqu’un instrument de mesure est déclaré hors service, il est nécessaire de renseigner son état
dans le plan de maitrise et de lui apposer une étiquette signifiant son état. Un exemple
d’étiquette est proposé ci-dessous (voir figure 4.3 Exemple d’étiquette pour IDM hors service) :

HORS SERVICE
BVCI-IVS-BAR-001

Figure 4.3- Exemple d’étiquette pour IDM hors service

Dans le cas des instruments en attente d’étalonnage ou dont on ne connait pas l’état de la
confirmation métrologique, une étiquette suivante pourrait être apposée sur l’IDM (voir figure
4.4).

A NE PAS UTILISER
BVCI-IVS-BAR-001

Figure 4.4- Exemple d’étiquette pour IDM en attente d’étalonnage

II.4.7. Stockage

- Responsabiliser un inspecteur pour le suivi du stockage des instruments de mesure,


ainsi que leur utilisation hors lieu de stockage.
- Faire le stockage des instruments dans un endroit à l’abri de toute chute et de tout
encombrement
- Procéder à la réforme des instruments hors usage
- Veiller à ce que les instruments soient stockés dans un lieu approprié
- Veiller au rangement des instruments de mesure dans un état étanche et propre en vue
d’éviter la rouille et maintenir l’instrument dans un meilleur état.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 32


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Tableau 1-Tableau récapitulatif du plan de suivi efficace

Déroulement Actions
-Examiner les exigences techniques (adéquation avec la mesure
Expression du besoin souhaité)
-Main d’œuvre qualifiante
- Exigences économiques
- Cahier de charges
-Vérifier l’intégralité de l’emballage
-Vérifier l’adéquation de EDM au cahier des charges
-Vérifier les accessoires et les documents associés
Réception
-Faire un test
-Inventorier l’IDM

-mettre en œuvre une codification tenant compte de l’activité


Identification -étiqueter les IDM avec une étiquette inaltérable et indélébile

-Elaborer une fiche de vie des IDM conforme à la norme


-Elaborer une fiche technique
-Elaborer une fiche de suivi
Documentations -Numériser et améliorer le plan de maitrise des équipements.
-Mettre à jour les documents (fiche de vie, plan de maitrise)

-Spécifier les exigences métrologiques lors des prestations


-Mettre en place des procédures de surveillance interne
-Optimiser les intervalles de confirmation métrologique
-Mettre au rebus les instruments vétustes
-Signifier l’état des instruments en apposant les étiquettes
adéquates.
-Sensibiliser les utilisateurs des instruments de mesure sur les
Confirmation notions d’incertitudes et leurs prises en compte pour
métrologique d’éventuelles corrections

-Désigner un responsable pour le stockage des IDM


-Effectuer un rangement adéquat exempte des chutes,
encombrement, dans état étanche
Stockage -Veiller au suivi du stockage des instruments au lieu habituel

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 33


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Le travail qui nous a été demandé s’agissait dans un premier temps de mettre en place une
procédure de jaugeage des camions et wagons, dans un second temps de proposer un certificat
de jaugeage et enfin établir un plan de suivi efficace des instruments de mesure. Nous nous
sommes servies de l’étude menée dans le chapitre III pour effectuer la rédaction de notre
procédure. Ensuite tout en nous inspirant de l’existant, nous avons rédiger un certificat et mise
en place des actions pour le suivi.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 34


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

Conclusion
A la lumière de notre étude portant sur la métrologie de jaugeage appliquée aux réservoirs de
types mobiles, il est important de rappeler que le but était de faire ressortir les différentes
techniques de mesurage appliqué aux réservoirs mobiles.
Nous avons pris connaissance de l’existant ; il ressort que le jaugeage des camions et wagons
citernes s’effectue uniquement par la méthode volumétrique au moyen de compteur
volumétrique, le certificat de jaugeage bien que valable contient des insuffisances enfin que le
suivi des instruments de mesure n’est pas planifié.
Au regard de cela, nous avons effectué une étude générale sur le jaugeage des camions et
wagons citernes. Nous avons constaté que le jaugeage de ces réservoirs ne se limite pas
seulement à la méthode volumétrique utilisant les compteurs mais qu’il est possible d’effectuer
le jaugeage de ces réservoirs par :
• la méthode volumétrique au moyen de jauge étalon ;
• la méthode gravimétrique ;
• et la méthode géométrique.
De plus de ces trois méthodes la plus performante est la méthode volumétrique car elle permet
d’effectuer le jaugeage de tous les réservoirs mobiles en particulier les camions et wagons
citernes, et elle s’effectue dans les conditions d’exploitations de ces réservoirs. Cette étude nous
a donc permit de rédiger notre procédure de jaugeage des camions et wagons citernes. Nous
avons par la suite confronté le certificat de jaugeage existant aux à la recommandation de
l’organisation internationale de la métrologie légale R 80 « Camions et wagons citernes » qui
donne des recommandations relatives au certificat de jaugeage des camions et wagons citernes.
Ce qui nous a permis de proposer un exemple de certificat de jaugeage dans lequel nous avons
ajouté le barème exprimant le volume en fonction de la hauteur de liquide et un croquis donnant
la définition des volumes et hauteurs relevées. Enfin nous avons mis en place un plan d’action
à suivre pour effectuer le suivi efficace des instruments de mesure utilisé pour le jaugeage.
Néanmoins ce plan de suivi nécessite le concours de tous les utilisateurs ainsi qu’un suivi
numériser des instruments pour qu’il soit efficace.
L’étude menée a un double intérêt pour nous dans le sens qu’il nous a permis dans premier un
temps de perfectionner et d’approfondir notre formation sur la métrologie, en particulier celui
du jaugeage. Ensuite elle a été une occasion pour nous de nous confronter au monde du travail,
avec à la clé des prérequis pour exercer dans une entreprise.
Nous terminons nos propos en espérant que les travaux réalisés permettront à l’activité
barémage de rendre performant ses prestations et d’assurer un suivi efficace de ses instruments
de mesure.

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 35


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

BIBLIOGRAPHIE
1 OIML R 80, Edition 1989. Camions et wagons-citernes
2 OIML G 10 (ex P 4), Edition 1981 (F). Equipement d'un service national de
métrologie Propositions du BIML
3 Document LAB GTA 01, Révision 00 - Juin 2003. GUIDE TECHNIQUE
D’ACCREDITATION : ETALONNAGE DE RECIPIENTS-MESURES PAR TRANSFERT
DE LIQUIDE DANS LE DOMAINE DU MESURAGE STATIQUE DES VOLUMES

4 Norme API 2554, First Edition 1966. Measurement and calibration of tank cars
[5] Norme ISO 4269, Edition 2001. Pétrole et produits pétroliers liquides -
Jaugeage des réservoirs par épalement-Méthode par empotement utilisant des
compteurs volumétriques

WEBOGRAPHIE

www.atir-rail.com, juillet 2017


www.seton.fr, août 2017
link:/plaques-identifications-transport-matières-dangereuses.html
hpps:// fr.m.wikipédia.org , juin 2017
http://www.bureauveritas.fr/home/about-us ,juin 2017
www.oiml.org/fr/publications/recommandations/publications_view , juin 2017

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 36


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXES
Annexe I- Procédure de jaugeage des camions et wagons citernes I
Annexe II- Certificat de jaugeage réalisé III
Annexe III- Fiche de vie V
Annexe IV- Fiche technique VI
Annexe V- Fiche de suivi VII
Annexe VI- Equipements utilisés pour le jaugeage d’un camion-citerne VIII
Annexe VII- Quelques images prises lors du contrôle d’un camion-citerne de la société
LASSIRE INDUSTRIE IX
Annexe VIII- Tableau de signification des plaques de danger et code matière X
Annexe IX- Tableau des pictogrammes et signalisation des matières dangereuses XI
Annexe X- Tableau de variation de la densité et du volume de l’eau en fonction de la
température XII

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 37


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE I
PROCEDURE DE JAUGEAGE DES CAMIONS ET WAGONS CITERNES

PROCEDURE DE JAUGEAGE DES


CAMIONS ET WAGONS CITERNES
BUREAU VERITAS CI SAU
POOL IVS/ ACTIVITE BAREMAGE

Aout 2017 Version 01

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 I


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

TABLE DE MATIERE

PAGE
1.OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION 02
2.DOCUMENT DE REFERENCE 02
3.TERMINOLOGIE ET REFERENCE 02
4.METHODE UTILISEE 04
5. CONDITIONS ENVIRONNEMENTALES 04
6.PROCEDURE DE JAUGEAGE 04
ANNEXE 09

ANNEXE I-STATION DE JAUGEAGE


ANNEXE II-TABLEAU DE CORRESPONDANCE DU VOLUME DE 1 KG D’EAU EN
FONCTION DE LA TEMPERATURE

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 II


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE II-CERTIFICAT DE JAUGEAGE REALISE

CERTIFICAT DE JAUGEAGE
GAUGING CERTIFICATE
No 007/IVS-B/17

Ce certificat de jaugeage est valable jusqu’au …………..


Sauf en cas de déformation, détérioration ou réparation intervenues après le présent
jaugeage

DETENTEUR

Adresse

IDENTIFICATION DU RESERVOIR MOBILE


CITERNE TRACTEUR
Type : Type :
Constructeur : Marque :
Immatriculation : Immatriculation :
Numéro de construction : Numéro de série :
Année de fabrication :
Capacité :
Nombre de compartiments :
Hauteur de couplage : AV………./AR…………..

Fait à Abidjan le 24 juillet 2017


VISA DU BUREAU DES INSTRUMENTS DIRECTION DE BUREAU VERITAS
DE MESURE

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 III


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

METHODE DE JAUGEAGE
Le jaugeage a été effectué selon la méthode volumétrique à l’aide de jauge agréée par le service
des instruments de mesure et suivant la recommandation OIML R80
CONDITIONS DE JAUGEAGE
▪ Les volumes mentionnés dans le tableau ci-dessus se réfèrent à la température de
20 oC
▪ Erreur relative d’étalonnage : ± 0,2 % des volumes indiqués.
▪ Toutes les hauteurs et distances ont été mesurées depuis la partie supérieur de l’orifice
de pige au niveau du trou d’homme.
▪ Le niveau du liquide a été mesuré par un dispositif de repérage de niveau (jauge T).
▪ Les capacités s’entendent pour chaque compartiment, tuyauteries comprises jusqu’à la
vanne de vidange.

RESULTAT DU JAUGEAGE P Vt

P : point de référence Vn

C
H : hauteur totale témoin
h : hauteur de plein
C : hauteur de creux correspondant au remplissage normal H H h
Vn : capacité correspondant au remplissage normal en utilisation

Numéro du Capacité nominale Hauteur de Hauteur de Hauteur totale


Compartiment (Litres) plein (mm) creux (mm) témoin (mm)

01
02
03
04
05

Distance de creux
Numéro du
Compartiment
Capacité (litres)
01
02
03
04
05
06

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 IV


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE III-FICHE DE VIE

FICHE DE VIE

Société Nom de l’IDM


Adresse 1 /*le nom de l’appareil comme indiqué sur l’emballage ou la notice
Adresse 2
Adresse 3
Identification de l’IDM Affectation Appareil (s) associé(s)
/*l’IDM peut avoir des
o
N identification : Service : /*lieu d’utilisation ou de adaptateurs et autres
Désignation : stockage éléments pour son
Grandeur mesurée : Responsable(s) : /*responsable de utilisation
Type : l’IDM
Constructeur :
Fournisseur :
o
N de série :
Date de réception : Périodicité Documentation
Date de mise en service : /*intervalle ou période d’étalonnage /*codification du doc et
Etat à la réception : EMT référence documentaire
/*erreur maximale tolérée

Historique des interventions


Date Nature d’interventions Résultat Nom & Visa du responsable Intervenant

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 V


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE IV-FICHE TECHNIQUE

FICHE TECHNIQUE
Parc d’instruments-Département IVS

IDENTIFICATION
Désignation :
Fabricant :
Fournisseur :
Type :
Numéro de Code :
Numéro de modèle :
Numéro de série
Date de réception :
Date de mise en service :

Caractéristiques techniques
Etendue de mesure
Résolution
Exactitude
Répétabilité
Grandeur mesurée
Alimentation
Température de stockage
Particularités
Accessoires
Périodicité de vérification

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 VI


iii
METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE V-FICHE DE SUIVI

FICHE DE SUIVI

Sortie Entrée Nom de Observat


Identifiant Désignation Visa
Date Heure Etat Date Heure Etat l’inspecteur ions

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 VII


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE VI-EQUIPEMENTS UTILISES POUR LE JAUGEAGE D’UNE


CITERNE

Ruban de jauge
Flexible

Altimètre Pate identificatrice d’eau

Sabre de jauge

Thermomètre
Station de jaugeage
muni de jauges

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 VIII


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE VII- QUELQUES IMAGES PRISES LORS DU CONTROLE D’UN


CAMION CITERNE DE LA SOCIETE LASSIRE INDUSTRIE

Aplomb de jauge posé sur le taquet Plaque d’identification

Trou d’homme et orifice de pige Citerne de LASSIRE INDUSTRIE

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 i


IX
METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE VIII-TABLEAUX DE SIGNIFICATION DES PLAQUES DE DANGER ET


DE CODE MATIERE

Chiffres Danger principal (1er Danger secondaire (2ieme et 3ieme


chiffre) chiffre)
0 - Absence de danger secondaire
1 Matières et objets explosives Risque d’explosion
2 Gaz Risque d’émanation de gaz
3 Liquide inflammable Inflammable
4 Solide inflammable Inflammable
5 Carburant ou peroxyde Carburant
6 Matière toxique Toxique
7 Matière radioactive -
8 Matière corrosive Corrosif
9 Danger divers Danger de réaction spontanée

APPELATION REGLEMENTAIRE NUMERO ONU


CARBUREACTEUR 1863
ESSENCE 1203
GASOIL 1202
KEROZENE 1223
PETROLE BRUT 1267
ACIDE SULFURIQUE 1830
PEINTURE 1263
MERCURE 2809

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 X


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE IX-TABLEAU DES PICTOGRAMMES DE SIGNALISATION DES


MATIERES DANGEREUSES

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 XI


METROLOGIE DE JAUGEAGE APPLIQUEE AUX RESERVOIRS DE TYPE MOBILE

ANNEXE X- TABLEAU DE VARIATION DE LA DENSITE ET DU VOLUME DE


L’EAU EN FONCTION DE LA TEMPERATURE

LICENCE PROFESSIONNELLE DE METROLOGIE CREFSEM 2017 XII

Vous aimerez peut-être aussi