Vous êtes sur la page 1sur 6

THEME 3 : Production de la grande morelle (gboma)

Objectif général : A la fin de ce thème, l’apprenant pourra être capable de produire la grande
morelle.
Séquence 1 : Généralités sur la culture de la grande morelle.
Objectif pédagogique : A la fin de cette séquence, l’apprenant doit être capable de caractériser le plant
de grande morelle
Activité1 : Importances, description botanique et exigences écologiques de la grande morelle.
Objectifs spécifiques : A la fin de cette activité, l’apprenant doit être capable de :
- Préciser le but et les utilisations de la grande morelle ;
- Décrire la botanique de la grande morelle ;
- Présenter les exigences écologiques de la grande morelle.

Consigne : Prends appui sur tes connaissances acquises lors des stages et des photos ci-dessous
pour réaliser les tâches indiquées.
Supports : - Stages pratiques
- Photos

Divers cultivars de Gboma


1. Donnez le but et les utilisations de la grande morelle.
2. Donnez la systématique (famille, genre et espèce) de la grande morelle.
3. Décrivez la morphologie (port, feuilles et fleurs) de la grande morelle.
4. précisez la variété la plus produite au LTA Akodéha.
5. Présentez les exigences écologiques de la grande morelle.

Séquence 2 : Techniques culturales de la grande morelle.


Activité 1 : Installation et conduite de la pépinière
Objectif : l’apprenant doit être capable de décrire l’installation et de conduite de la pépinière de la
grande morelle.
Consigne: Lisez attentivement le texte suivant afin d’exécuter les tâches qui l’accompagnent
Texte:

Pépinière : Il faut nettoyer le terrain et concevoir des planches. On doit au préalable, désinfecter la
planche à l’eau chaude ou au nématicides. Semer les graines en lignes à la raie distantes 15 à 20 cm avec
en moyenne 150 à 250g de semences pour une pépinière de 12 m2. Les jeunes plants y séjournent 3 à 4
semaines. La pépinière se fait sous ombrage. Epandre 50kg de fiente sur la planche avant la pépinière.
Pépinière de grande morelle
Tâche : Décrivez dans un ordre chronologique les différentes étapes de l’installation et de la conduite de
la pépinière de la grande morelle.

Activité 2 : Repiquage, entretien et fertilisation de la grande morelle


Objectif : l’apprenant doit être capable de décrire les techniques de repiquage, d’entretien et de
fertilisation de la grande morelle.
Consigne: Lisez attentivement le texte suivant et observez la photo qui l’accompagne afin d’exécuter les
tâches qui l’accompagnent
Texte:
Repiquage : les morelles peuvent se produire en grand champ ou au potager sur planches. Le repiquage
se fait de préférence les soirs et aux écartements de 0,40m x 0,40m ou 0,50m x 0,30m
Entretien mécanique: il s’agit du désherbage, du sarclo-binage ou du sarclo-butage et des arrosages.
Amendement : Epandage des fumures (l’azote et surtout l’urée est le plus indispensable pour la
production des feuilles de qualité. Il faut 500g d’urée par planche le 20ème et le 50ème jour après repiquage).
Toutefois les fientes ou la matière organique bien décomposée restent les meilleures fumures pour la
morelle.

Repiquage de jeunes plants de grande morelle


Tâches :
Décrivez de façon succincte les différentes techniques de repiquage, d’entretien et de fertilisation de la
grande morelle.
Activité 3 : Maladies, ravageurs et traitements phytosanitaires de la grande morelle
Objectif spécifique: l’apprenant doit être capable de décrire les différents maladies, ravageurs et
traitements phytosanitaires de la grande morelle.
Consigne: Prends appui sur les photos et avec l’aide de ton professeur et des expériences acquises au
cours des stages pratiques pour réaliser les tâches indiquées.
Texte : Quelques maladies et ravageurs de grande morelle
La figure ci-dessous présente quelques maladies de grande morelle rencontrées au Bénin

De même, la grande morelle, durant tout son cycle de production est sujette à l’attaque de plusieurs
ravageurs. Il s’agit essentiellement des nématodes, acariens, chenilles.

Tâche.
Identifiez dans un tableau modèle ci-dessous, quelques ravageurs et maladies de la grande morelle, leurs
symptômes et les méthodes de lutte.

Activité 4 : Récolte et conservation de la grande morelle.


Objectif spécifique : l’apprenant doit être capable de décrire la récolte de la grande morelle.
Consigne: Lisez attentivement le texte suivant afin d’exécuter les tâches qui l’accompagnent
Texte:
Trois modes de récolte existent : la récolte des feuilles entières, l’étêtage des rameaux et de la tige puis la
coupe à ras de la tige principale qui est la plus pratiquée. Cette dernière méthode de récolte est intéressante
pour la grande morelle tant du point de vue qualité que quantité des feuilles et permet également 4 à 8
récoltes pour la même parcelle. En effet, la récolte peut commencer 6 à 8 semaines après le repiquage,
donc dès l’apparition des premières fleurs. Selon les variétés, les rendements varient de 20 à 35 T/ha. La
conservation des feuilles de grande morelle peut se faire l’air libre sous ombrage ou à la rosée et ne peut
excéder quelques jours ou au réfrigérateur au plus une semaine.

Tâches
Décrivez les techniques de récolte et de conservation de la grande morelle
Séquence 1 : 5. Exigences écologiques
Activité 1 : Importances, description botanique et exigences La grande morelle est une espèce qui prospère mieux sur des sols riches
écologiques de la grande morelle en matière organique, meubles et bien drainés avec un pH voisin du neutre.
C’est une plante héliophile (apprécie bien l’ensoleillement).
Production Au Bénin, la grande morelle peut être cultivée sur toute l’étendue du
1. But et utilisations de la grande morelle territoire. Elle est plus produite en saison pluvieuse qu’en saison sèche
(avec système d’irrigation). Elle exige un apport important d’eau (80 litres
La grande morelle est produite pour ses feuilles largement consommées en /planches de 12 m2)
sauce et ses fruits.
Séquence 2 :
Sur le plan alimentaire et nutritionnel, les feuilles de grande morelle sont
Activité 1 : Installation et conduite de la pépinière
consommées pour leurs richesses en eau et sels minéraux dont le calcium,
Production
le phosphore, le potassium, etc.. les vitamines A et C , les fibres qui
Les étapes essentielles de l’installation et de conduite de la pépinière
facilitent la digestion et quelques vitamines. Au plan socio-économique, sont :
sa culture représente une source de revenu au producteur.
2. Systématique  Labourer le sol en y incorporant de la matière organique (fiente de
volailles, compost) bien décomposée ;
La grande morelle a pour nom scientifique Solanum marcocarpon L.),  confectionner des planches de 1 m de large et de longueur variable
Gboma en « fon », et appartient à la famille des Solanaceae. suivant la quantité de semences et bien nivelées ;
 traiter si possible les planches avec un produit nématicide ;
3. Description morphologique  tracer des sillons de 2 cm de profondeur et espacés de 15 à 20 cm
La grande morelle a un système racinaire pivotant et de nombreuses puis répartir les semences de façon homogène (1 cm d’écart entre
racines secondaires très puissantes. La taille des tiges est variable selon les chaque graine) ;
variétés. Elles portent des ramifications qui sont des branches fructifères.  recouvrir les semences d’une légère couche de sable fin,
Les feuilles sont plus ou moins lobées, d’une couleur vert-foncé, un peu  arroser avec une solution de fongicide (Mancozeb) ;
plus coriaces. Les fleurs sont blanches, bleu-pâle avec toujours un cœur  pailler ;
jaune. Les fruits sont des baies rondes, légèrement aplatis, de diamètre  après la germination (5 jours après semis), enlever la paille et
variable selon l’espèce. Ils sont jaune-orangé à maturité et parfois violacés. construire une ombrière.
Les graines contenues dans les baies sont nombreuses et petites. Elles sont  Traiter en cas d’attaque.
aplaties et dispersées dans la pulpe. Les graines peuvent conserver leur  Opérations d’entretien : arrosez régulièrement la pépinière (matin
pouvoir germinatif 6 à 12mois après un bon séchage. et soir) et désherber au besoin ;
4. Variété la plus produite : variété locale à feuilles larges ex:
Kpinman La pépinière de la grande morelle dure 3 à 4 semaines.
Activité 2 : Repiquage, entretien et fertilisation de la grande morelle  Outre la fumure de fond effectuée avant repiquage des plantules,
Production il est important de procéder à des fumures d’entretiens, c’est-à-
 Repiquage de la grande morelle dire apporter les fertilisants nécessaires à la culture après
 Labourer le terrain ; repiquage.
 confectionner des planches de 1,2 m de large et de longueur  Une semaine après repiquage, effectuer un apport d’engrais
variable puis enfouir de l’engrais organique (fientes de volaille, organique à la dose de 10 t/ha à incorporer dans des sillons
compost) en fumure de fond à la dose de 10 t/ha. préalablement tracés puis refermer après apport.
 Arroser préalablement la planche de pépinière puis les planches  Cette opération est suivie une semaine plus tard par l’apport
destinées à accueillir les jeunes plantules.
d’urée à la dose de 100 kg/ha par fertigation qui consiste à apporter
 Procéder à la matérialisation des poquets suivant un écartement de
le fertilisant minéral (urée) à travers l’eau d’arrosage. Il faut
20 cm entre lignes et entre plants (20x20) en utilisant un gabarit
conçu à cet effet. dissoudre 72 g d’urée dans un arrosoir d'eau par planche de 7,2
 Prélever en pépinière les plants vigoureux ayant 3 à 4 vraies m².
feuilles ;  Apporter de l’engrais organique à la dose de 10 t/ha après chaque
 Repiquer les plants vigoureux, sains pourvus de 3 à 4 vraies coupe.
feuilles à raison d'un plant par poquet. 
 Repiquer de préférence dans l’après-midi pour permettre la bonne Activité 4 : Récolte de la grande morelle
reprise des plantules après repiquage.
 Arroser immédiatement après repiquage. Production.

 Entretiens de la grande morelle. La récolte des feuilles de Gboma débute 6–8 semaines après le repiquage
et peut s’étaler sur une moyenne de 3 mois avec des variétés locales
 Irrigation : arroser régulièrement les planches, deux fois par jour autorisant 8 récoltes.
(matin et soir) surtout en périodes de forte chaleur ou de - La récolte de Gboma se fait par coupes successives à 10 cm du sol.
sècheresse.
- Les meilleurs rendements en feuilles de Gboma sont obtenus en saison
 Désherbage : nettoyer régulièrement les allées entre planche et des pluies avec une moyenne cumulée de 20 à 35 t/ha.
désherber les planches pour empêcher la compétition entre les Quant à la conservation, elle peut se faire à l’air libre sous ombrage ou à
mauvaises herbes et la culture.
la rosée et ne peut excéder quelques jours ou au réfrigérateur au plus une
 Binage : briser la couche superficielle dure de la planche pour
semaine.
faciliter une bonne pénétration de l’eau d’arrosage et l’air puis un
bon développement du système racinaire

 Fertilisation de la grande morelle.


Activité 3 : Maladies, ravageurs et traitements phytosanitaires de la grande morelle
Production.

Ravageurs Symptômes Méthodes de lutte

Nématodes  Présence de galles sur les racines Rotation culturale avec les amarantes.
des plantes attaquées. Désinfection du sol par solarisation.
 Jaunissement des feuilles, retard Utilisation des tourteaux de neem.
de croissance des plantes.
 Amincissement des feuilles.
 Flétrissement.
Acariens  Présence en dessous des feuilles. Irrigation par aspersion.
 Apparition de petites tâches Traitement avec des produits à base
jaunes sur les feuilles. d’Abamectine.
 Rabougrissement ou ratatinement
des feuilles (feuilles sous forme
de langue de bœuf).
Chenilles Les chenilles se nourrissent des Utilisation des produits à base de neem.
feuilles et défolient la plante. Pulvériser avec des produits à base
d’émamectine benzoate, acetamipride,
Lambda-cyhalothrine.
NB: Intensifier le traitement à l’apparition
des fleurs.

Maladies Symptômes Méthodes de lutte

Flétrissement  Jaunissement de la plante suivi Arrachage et déplacement des plants attaqués


bactérien de flétrissment. Flétrissement hors du site.
brutal de la plante. Rotation culturale (avec les non solanacées)
Utilisation des variétés résistantes.
Pourriture du la pourriture des tiges et le Utiliser du Topsin-M ou du Super Homaï ou tous
collet flétrissement des plantes autres fongicides.
Champignon Le traitement le plus efficace est le traitement des
(Colletotrichum semences et du sol
capsici)
Anthracnose Présence de mycéliums. Rotation culturale.
Champignon Taches ronds, ovales ou Elimination des résidus des cultures.
(Colletotrichum polygonales sur les feuilles. Application de produit à base de Mancozeb ou
gloeosporioides) Thiophanate-metyl.