Vous êtes sur la page 1sur 47

Rapport de Stage de Fin

d’Etudes Ecole Supérieure de Technologie


Département Génie Mécanique
DUT en Génie Mécanique et
Productique

Sujet :
PROCESSUS D’ANALYSE DES RISQUES DANS L’ATELIER DU
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE

Réalisé par : Encadré par :

CHAHID Mohammed Pr. RIFAI Saïd

MSIRAH Yassine

Période de réalisation : du 11 Mai au 22 Juin 2020

Soutenu le 02/07/2020
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Remerciements
Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements :

En premier lieu, à Dieu le tout puissant pour la volonté, la santé et la patiencequ'il nous
‘a donné durant ces six semaines consacrées à la réalisation de ce modeste travail.

Nos remerciements spéciaux vont au Pr. RIFAI Saïdnotre encadrant pour son aide, sa
gentillesse, ses conseils et de nous ‘avoir guidé pas à pasdans notre travail.

Nous tenons à remercier les membres du jury, d’avoir accepté d’évaluer ce travailet de
participer à ce jury.

Nous adressonsnos remerciements également à toute l’équipe pédagogique du


département génie mécaniquede l’Ecole Supérieure de Technologie de Casablanca.

Enfin, nousaimerons exprimer nos gratitudes à tous nosamis.

1
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Sommaire
Remerciements……………………………………………………………………………………………………1

Sommaire……………………………………………….………………………………………...........................2

Liste des figure…….…………………………………………………………………………………...................3

Liste des tableaux…………………………………………………………………………………………...…….4

Introduction Générale…………………………………………………..…………………………………………5

CHAPITRE I : Généralités.............................................................................……..……………………………...6

1. Termes et définition…………………………………………………………………..………..…………….7

2. Processus d’apparition d’un dommage…………………………………………………..…………………..9

3.Processus d’analyse des risques……………………………………………………..……………………...10

CHAPITRE II : Processus d’analyse du risque dans l’atelier………………………………………..…………..19

INTRODUCTION ……………………………………………………………………………………………….20

Présentation de l’atelier GM plan 2D…………………………………………………………………………….21

1. La zone des machines conventionnelles………………………………………………………………...….22

2. La zone de soudage ………………………………………………………………………………………...26

3. La zone des TP d’électricité :…………………………………………………………………...……....…..29

4. La zone des TP de traitement thermique…………………………………………………………………....33

5. La zone des TP de maintenance………………………………………………………………………..…...35

6. La zone des TP d’automatisme…………………………………………………………………………..…38

7. La zone des TP d’ajustage et de métrologie……………………………………………………………..…41

Conclusion………………………………………………………………………………………………………..42

Bibliographie & Webographie……………………………………………………………………………………43

Annexes…………………………………………………………………………………………………44

2
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Liste des figures


Figure 1 : les 3 phénomènes dangereux et une personne............................................................9

Figure 2 : Interaction entre la personne et une des phénomènes dangereux.............................10

Figure 3 : Evènements susceptibles de causer les dommages..................................................10

Figure 4 : Plan d'atelier GM en 2D 2

3
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Liste des tableaux


Tableau 1 : Échelle de Gravité intrinsèque (G)........................................................................14
Tableau 2 : Échelle de la fréquence d’exposition.....................................................................14
Tableau 3 : Échelle de la cotation de la criticité.......................................................................15
Tableau 4 : Échelle de l’efficacité............................................................................................15
Tableau 5 : Échelle des types de moyens de prévention...........................................................16
Tableau 6 : Échelle de cotation de moyens de prévention........................................................16
Tableau 7 : Evaluation des risques dans la zone des machines conventionnelles....................24
Tableau 8 : Evaluation des risques dans la zone du soudage....................................................27
Tableau 9 : Evaluations des risques dans la zone des TP d’électricité.....................................31
Tableau 10 : Evaluations des risques dans la zone des TP traitement thermique.....................34
Tableau 11 : Evaluation des risques dans la zone des TP de maintenance...............................37
Tableau 12 : Evaluation des risques dans la zone des TP d’automatisme................................37

4
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Introduction Générale
L'atelier du département génie mécanique GM de l’Ecole Supérieure de Technologie de
Casablanca, ainsi que d'autres activités de travail, présentent des situations à risques pour la
sécurité et la santé des personnels et étudiants. Pour prévenir les accidents, il est nécessaire
de développer un programme d'interventions visant à répondre adéquatement aux risques
identifiés. Ce programme devrait donc comprendre une description de toutes ces actions
visant à prévenir les accidents. 

Dans l’atelier de GM l’évolution de l’analyse et la prévention des risques, depuis la


création de l’école, s’est faite progressivement. Ayant respecté les normes internationales
d’ISO (Organisation internationale de normalisation) dont le but est de protéger la santé et la
sécurité des usagers de l’atelier GM par le biais de l’amélioration des conditions de sécurité
de déroulement des travaux pratiques. Cette étude a pour but d’élaborer des consignes de
sécurités dans l’atelier afin de les mettre à jour à la rentrée universitaire 2019-2020.

L’objectif de cette étude est d’analyser les risques au sein de l’atelier GM qui peuvent
endommager la santé des étudiants des usagers.

La première partie de notre rapport définit le contexte général, réglementaire et


méthodologique ainsi que la démarche utilisée dans le processus d’analyse des risques,
ensuite on a expliqué la différence entre le danger et le risque, enfin on a développé le
processus d’analyse des risques d’une manière générale.

La maitrise des risques ne peut se concevoir sans prendre en compte le comportement des
individus face aux risques ainsi que la perception qu’ils en ont. En effet, on a pu remarquer
que même si on informe les étudiants sur les risques auxquels ils peuvent être confrontés, ces
derniers n’en changent pas forcement leurs comportements en continuant de ne pas porter
certains équipements nécessaires à leur protection.

La seconde partie de notre rapport s’attache à appliquer la méthode d’analyse des risques
dans l’atelier GM. D’abord, on a répartie l’atelier en zones de travail (zone des machine
conventionnels ; zone du soudage, etc. …), ensuite on a identifié et évalué les risques dans
chacune des zones. Enfin, on aélaboré des consignes pour chaque zone pour assurer la
sécurité des étudiants.

5
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

CHAPITRE I : Généralités

6
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

1. Termes et définition :
1.1. Notion de danger
Selon la norme internationale ISO 45001, le danger peut être d’abord une source
susceptible de causer traumatisme et pathologie (effets négatifs sur l’état physique, mental ou
cognitif d’une personne).
Ensuite il peut être une situation pouvant nuire par blessure ou atteinte à la santé, dommage à la
propriété et l’environnement du lieu de travail ou une combinaison de ces éléments.
Donc le danger est une source, situation ou acte ayant un potentiel de nuisance en termes de
préjudice personnel ou d’atteinte à la santé, ou une combinaison des éléments.

1.2. Notion de risque


Selon la norme ISO 45001, le risque est un écart, positif ou négatif, il est causé par le
manque d’information qui entrave la compréhension oula connaissance d’un événement, de
ses conséquences ou de sa vraisemblance.
Le risque est une combinaison de la probabilité et de la (des) conséquences d’un
événement dangereux spécifié.
Le risque étant une notion que l’on ne peut pas mesurer avec précision, on essaie donc de
l’évaluer de manière empirique et technique en analysant les condition s d’exposition de
l’employé.

1.3. Notion d’accident


Un accident est un incident qui a donné lieu à préjudice corporel, une atteinte à la santé ou un
accident mortel

1.4. Incident
Tout événement professionnel lors duquel un préjudice personnel ou une atteinte à la santé
(indépendamment de la gravité) ou un accident mortel s’est produit, ou aurait pu se produire.

1.5. Notion de sécurité

La sécurité est souvent définie par rapport à son contraire : elle serait l’absence de danger,
d’accident ou de sinistre.
Et suivant le guide ISO/CEI 73 [ISO 02] élaboré par l’ISO sur la terminologie du
management du risque, la sécurité est l’absence de risque inacceptable, de blessure ou
d’atteinte à la santé des personnes, directement ou indirectement, résultant d’un dommage au
matériel ou à l’environnement.

1.6. Notion de dommages

7
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Un dommage est une blessure (accident) ou une atteinte à la santé. Il peut être immédiat par
exemple l’inhalation d’un produit chimique toxique. Mais, il peut aussi s’agir d’une
exposition habituelle à plus ou moins long terme une maladie

1.7. Situation dangereuse

Toute situation dans laquelle une (plusieurs) personne(s) est (sont) exposée(s) à un ou
plusieurs dangers pouvant entraîner un dommage immédiat ou à plus long terme. Elle est un
type particulier d’incident.

1.8. La différence et la relation entre le danger et le risque


Premièrement, le danger est une cause du risque qui représente en terme de sécurité un
aspect environnemental, c’est-à-dire des activités ayant une interaction avec l’environnement
du travail.
Deuxièmement, le risque qui est une conséquence d’un danger qui représente en terme de
sécurité un impact environnemental, c’est-à-dire toute modification apportée à
l’environnement.

Danger…………………..

Le risque………..

Situation dangereuse……………….

Evénement déclencheur………

Accident ……………..

Incident …………………

Alors le risque est le résultat d’une activation d’un danger par une situation dangereuse. Il
est caractérisé par deux critères :

 La probabilité de survenus d’un événement non souhaité, d’un accident du travail ou


d’une maladie professionnelle, dans une situation de travail donnée.
 La gravité des conséquences potentielles à cet événement, en termes de dommages
corporels (blessures, lésions, …), éventuellement de pertes matérielles et financières, etc.

Le schéma suivant présente le processus d’apparition de l’accident aux conséquences:

8
2.
n
s
,m
t
e
ib
o
g
ju

r
:a
x
d
S
C
G
L
F
f
D
P
p
E
'c
qv
y
?
Processus d’apparition d’un dommage.
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Soit on a une situation de travail contient un phénomène dangereux 1, un phénomène


dangereux 2, un phénomène dangereux 3 et une personne (Fig.1)
Figure 1 : Situation de travail

9
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Une situation dangereuse peut provoquer s’il y une interaction entre la personne et une des
phénomènes dangereux. (Fig.2)
Figure 2 :situation dangereuse

Le dommage est apparu lorsqu’on a une interaction entre les trois éléments phénomène
dangereux, personne et situation dangereuse et un évènement déclencheur (évènements
susceptibles de causer les dommages). (Fig.3)
Figure 3 :évènements susceptibles de causer les dommages

3. Processus d’analyse des risques


3.1. Introduction
D’abord un processus est un ensemble d'activités corrélées ou en interaction qui utilise des
éléments d'entrée pour produire un résultat escompté, selon la norme ISO 45001.
Ensuite l’analyse du risque est définie dans le guide ISO/CEI 51 [ISO 99] comme : «
l’utilisation des informations disponibles pour identifier les phénomènes dangereux et estimer
le risque ».
L’analyse du risque implique la prise en compte des causes et sources de risque, de leurs
conséquences positives et négatives.

10
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Donc le processus de l’analyse des risques vise tout d’abord à identifier les sources de
danger et les situations associées qui peuvent conduire à des dommages sur les personnes,
l’environnement ou les biens.
Dans un second temps, il permet de mettre en lumière les barrières de sécurité existante en
vue de prévenir l’apparition d’une situation dangereuse (barrières de prévention) ou d’en
limiter les conséquences (barrières de protection).
Consécutivement à cette identification, il s’agit d’estimer les risques en vue de les
hiérarchiser et de pouvoir les comparer ultérieurement à un niveau de risque jugé acceptable.

3.2. Identification des dangers et les risques associés


Dans un emploi de travail, les opérateurs peuvent se retrouver dans des situations de travail
très diversifiées.
Face à ces situations, il est nécessaire de relever la présence potentielle de sources de
danger. Il s'agit de l'identification des dangers.
L'identification des dangers et l'analyse des risques doivent prendre en compte toutes les
circonstances raisonnablement prévisibles, y compris les conditions de panne possibles, les
abus et les conditions d’utilisation des environnements extrêmes. L'identification des dangers
et l'analyse des risques doivent également inclure et tenir compte des éventuelles erreurs
humaines et des modes de fonctionnement anormaux ou rares de l’EUC (« Equipment Under
Control").
L'identification des dangers et l'analyse des risques doivent permettre à tous les
responsables, d'identifier et de participer à la résolution des problèmes suivants :

 Sources de dangers liées aux déplacements à pied :


II s'agit de tous les déplacements des personnes dans l'entreprise, au niveau sol accidenté,
moullé, glissant, etc. Ils sont à l'origine de nombreux accidentset concernent toutes les
entreprises.

 Sources de dangers liées aux différences de hauteur :


Ces différences de hauteur peuvent occasionner des chutes, parfois mortelles. Le secteur du
bâtiment et des travaux publics est particulièrement concerné

 Sources de dangers liées aux circulations internes :


Il s'agit de la circulation des engins et des véhicules dans l'entreprise, et de la circulation des
piétons. Les accidents de personne peuvent être graves.

 Sources de dangers liées aux déplacements sur route :


Cela peut conduire à un accident de circulation routière pour un salarié. Cela constitue la
première cause d'accident mortel au travail.

11
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

 Sources de dangers liées à l'activité́ physique :


Il peut s'agir de postures contraignantes, d'efforts intenses ou répétitifs. Elles sont à l'origine
des troubles musculo-squelettiques, maladies professionnelles les plus répandues.

 Sources de dangers liées à la manutention mécanique :


Il s'agit d'utilisation d'engins de manutention ou de levage (chariots, palans)

 Sources de dangers chimiques liées aux produits, aux émissions, aux déchets :
Cela concerne les produits chimiques mis en œuvre (utilisation ou transformation), les
émissions de gaz ou particules, les déchets. Ces dangers sont souvent présents dans les
entreprises, notamment lors d'activité́ connexes (maintenance).

 Sources de dangers d'incendie, d'explosion :


Ces sources concernent la quasi-totalité́ des entreprises et peuvent conduire à des accidents
dramatiques

 Sources de dangers biologiques :


A l'origine d'infection, d'allergie ou d'intoxication, ils concernent plus particulièrement
certains secteurs et peuvent provoquer des situations très difficiles

 Sources de dangers liées aux équipements de travail :


Cela concerne les machines, lignes de production, outils, avec notamment des pièces en
mouvement

 Sources de dangers électriques :


Présentes dans toutes les entreprises, elles sont à l'origine d'accidents aux conséquences
souvent graves

 Sources de dangers d'effondrement ou de chute d'objets :


Il peut s'agir d'objets stockes en hauteur, empiles, éventuellement de pièces ou parties de
machines situées au-dessus d'operateurs

 Sources de dangers liées au bruit :


Les sources de dangers liées au bruit peuvent conduire à des accidents, ou à des maladies
professionnelles, avec pour dommage principal des surdités.
 Sources de dangers liées aux températures :
Les sources concernent à la fois la chaleur et le froid

 Sources de dangers liées à l'éclairage :

12
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Un éclairage mal adapté peut être la cause de gêne ou de fatigue ou constituer un facteur
d'accident

 Sources de dangers aux rayonnements ionisants ou non-ionisants :


Ces sources rencontrées notamment lors d'activités médicales ou de recherche peuvent
générer des effets à court et à très long terme

 Sources de dangers liées à l'organisation, aux relations de travail (Troubles Psycho-


Sociaux) :
Potentiellement présentes dans toute activité́ (exigences fortes) et pouvant affecter tout acteur
dans l'entreprise, elles doivent être prises en compte, avec des modalités spécifiques.

3.3. Evaluation des risquesidentifiés

Après avoir identifié les dangers et les risques associés, il faut évaluer ces risques par
leursgravités. C’est pour cela on va suivre la méthode d’évaluation des risques professionnels
qui est basée sur la réglementation du GUIDE D’AIDE À l’ÉLABORATION DU
DOCUMENT UNIQUE (SIST VO – mise à jour 2016). L’objectif de cette méthodologie est
de définir un mode de calcul rigoureux des risques professionnels auxquels les étudiants sont
exposés. Cette méthode se caractérise par évaluer les risques pour chaque poste de travail.

3.3.1. Cotation de la criticité du risque

3.3.1.1. Identification des dangers et caractérisation la Gravité intrinsèque Gi :

Il s’agit d’identifier les dangers liés aux différentes tâches élémentaires identifiées. Ensuite
on définit la Gravité intrinsèque associée à chaque danger, c’est-à-dire la gravité du dommage
(variable en fonction du type de danger) : on attribue une valeur chiffrée au danger identifié.
Pour des raisons de simplicité d'utilisation, l'échelle de Gravité intrinsèque a été divisée en
quatre catégories telles que décrites dans le tableau ci-dessous :

13
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Tableau 1 : Échelle de Gravité intrinsèque (G)

Niveau de risque Description du niveau Maladie professionnelle


de risque
2 Faible Coupure, bleu/bosse, fatigue,
irritation cutanée, gêne
respiratoire, crainte, doute,
incertitude, anxiété, nervosité
4 Moyenne Entorse, fracture, douleur
musculaire, brûlure au 1er
degré, troubles du sommeil,
angoisse, phobie
8 Grave Entorse immobilisant, fracture
immobilisant, maladie
professionnelle (soins
possibles), électrisation, brûlure
au 2ème degré, dépression,
spasmophilie, tétanie
16 Très grave Maladie professionnelle avec
lésions irréversibles ;
électrocution, brûlure au 3ème
degré, insomnie, suicide, décès

3.3.1.2. Identification des dangers et caractérisation de la fréquence de l’exposition

Fréquence de l’exposition ou probabilité d’occurrence de l’événement dangereux est le


nombre de fois que le danger out se répéter de l’année.

Tableau 2 : Échelle de la fréquence d’exposition

Niveau de risque Description du niveau Maladie professionnelle


de risque
2 Rare Arrive quelques fois dans
l'année
4 Occasionnelle Arrive plusieurs fois par mois

8 Fréquent Arrive plusieurs fois par


semaine ou 1 fois tous les jours
16 Très fréquent Arrive plusieurs fois dans la
journée

3.3.1.3. Cotation de la criticité du risque

14
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

La criticité du risque est définie par le produit de deux facteurs :

 La gravité intrinsèque (Gi)


 La fréquence d’exposition

COTATION DE LA CRITICITE = FREQUENCE X GRAVITE

Tableau 3 : Échelle de la cotation de la criticité

Gravité
2 4 8 16
Fréquence
2 4 8 16 32
4 8 16 32 64
8 16 32 64 128
16 32 64 128 256

3.3.2. Cotation de niveau de protection

3.3.2.1. L’efficacité

L’efficacité est une notion large, on peut la définir dans ce contexte comme la capacité de
niveau de protection à protéger les étudiants contre les risques.

Tableau 4 : Échelle de l’efficacité

Niveau de risque Description du niveau Maladie professionnelle


de risque
0 Inopérant Moyens de prévention
inefficaces ou non appliqués
1 Peu efficace Moyens de prévention
partiellement efficaces ou
partiellement appliqués
2 Efficace Moyens de prévention efficaces
ou appliqués par tous

3.3.2.2. Types de moyens de prévention

Les 3 types de moyens de prévention sont :

 Organisationnel : ressource utilisée pour l'organisation de la prévention.


Ex : Procédure, mode de travail, signalisation, balisage, alternance des tâches, pause courte
mais régulière, plan de formation, polyvalence.

15
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

 Technique : moyen matériel


Ex : Aménagement de poste, achat de nouvelle machine, organe de sécurité.

 Humain : équipement de protection pour le salarié lui-même, information, formation.


Ex : EPI, formation, information, consigne, suivi médical

Tableau 5 : Échelle des types de moyens de prévention

Niveau de risque Description du niveau Maladie professionnelle


de risque
0 Inexistant Pas de moyens de prévention

1 O ou T ou H Seulement un des trois types de


moyens de prévention est en
place
2 O+T ou O+H ou T+H Parmi les trois types de moyens
de prévention, seulement 2 sont
en place
3 O+T+H Les trois types de moyens de
prévention sont en place

3.3.2.3. Cotation de moyens de prévention

La cotation de moyens de prévention est définie par le produit de deux faccteurs

 L’efficacité ;
 Type de moyens de prévention ;

COTATION DU NIVEAU DE PROTECTION = TYPE DE MOYENS DE PREVENTION X EFFICACITE

Tableau 6 : Échelle de cotation de moyens de prévention

Efficacité
Moyens 0 1 2
de prévention
0 0 0 0
1 0 1 2
2 0 2 4
3 0 3 6

16
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

3.3.3. Cotation du niveau de risque

La cotation du niveau de risque croisement du chiffre de la criticité avec le chiffre du


niveau de protection. Elle est caractérisée par trois types :

3.3.3.1. Risque pouvant être traité à long terme

C’est un risque très faible à faible. Ces risques sont considérés comme faibles. Aucune
mesure supplémentaire n'est nécessaire autre que celle de s'assurer que les mesures de
contrôle demeurent en place. Ce type de risque est adressé par la couleur verte du tableau de
cotation du niveau de risque (Voir l’annexe 1).

3.3.3.2. Risque à traiter à moyen terme

C’est un risque modéré. Les mesures de réduction des risques doivent être mises en œuvre
à moyen terme. Il faut s'assurer que ces mesures demeurent en place. Ce type de risque est
adressé par la couleur jaune dans le tableau de la cotation du niveau de risque (Voir l’annexe
1).

3.3.3.3. Risque à traiter et à surveiller en priorité

C’est un risque élevé à très élevé. Des mesures visant à réduire le risque doivent être mises
en œuvre en priorité. Il faut s'assurer que ces mesures demeurent en place. Ce type de risque
est adressé par la couleur rouge dans le tableau de la cotation de risque (Voir l’annexe 1).

3.4. Mesures préventives des risques


La prévention des risques professionnels recouvre l'ensemble des dispositions mises en
œuvre pour assurer la santé et la sécurité des salariés. Le chef de l’entreprise doit en effet
prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et
mentale des travailleurs. Par ailleurs, le chef d'entreprise a l'obligation de sensibiliser aux
risques professionnels et de fournir une formation à la sécurité aux salariés tout au long de
leur contrat de travail et ce, à partir de leur embauche. L’amélioration des conditions de
travail et la promotion du bien-être au travail concourent ainsi à la prévention des risques
professionnels. [Selon la norme ISO 45001], Les étapes des mesures préventives sont :

 Éviter les risques, c'est-à-dire supprimer le danger ou l'exposition au danger.


 Fournir des équipements de protection individuelle adaptés.
 Combattre les risques à la source, c'est-à-dire intégrer la prévention le plus en amont
possible, notamment dès la conception des lieux de travail, des équipements ou des modes
opératoires.

17
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

 Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique,


l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des
facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral et au harcèlement
sexuel.
 Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de
protection individuelle, et n'utiliser les équipements de protection individuelle qu'en
complément des protections collectives si elles se révèlent insuffisantes.
 Donner les instructions appropriées aux travailleurs, c’est-à-dire former et informer les
salariés afin qu’ils connaissent les risques et les mesures de prévention.
3.4.1. Le suivi de la mesure préventive
La prévention des risques professionnels ne peut être envisagée de manière statique et
définitive. En effet, elle doit être construite en tenant compte de l’évolution dans l’entreprise,
des facteurs humains, techniques et organisationnels tels que l’embauche de nouveaux
salariés, l’acquisition d’équipements, la conception de machines, l’adoption de nouvelles
méthodes de travail ou encore les changements de poste.
Mesurer l’efficacité des actions mises en œuvre permet de proposer si nécessaire des
solutions correctrices. Le suivi passe par une phase de réflexion collective dans la démarche
de prévention. Cette réflexion consiste à :
 Instruire, énoncer des perspectives, débattre, arbitrer.

 Prendre des décisions sur les actions à mettre en œuvre (définir un programme d’actions) et
définir des critères ou des indicateurs associés pour évaluer leur efficacité.

 Mettre en œuvre les actions ou les programmes, et les suivre ou les ajuster dans le temps.

 Évaluer les actions après leur mise en place.

18
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

CHAPITRE II
Processus d’analyse des risques dans l’atelier

19
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

INTRODUCTION :

Dans ce chapitre nous aborderons brièvement les différents dangers et les risques répertoriés à
chaque zone de travaux pratiques sur l'atelier et nous concentrerons sur la mise en prévention
des risques de chaque zone.

Les principales zones dans l’atelier mécanique sont :

 La zone des machines conventionnelles ;


 La zone de soudage ;
 La zone d’électricité ;
 La zone de traitement thermique ;
 La zone de TP de maintenance ;
 La zone de TP automatisme ;
 La zone de TP métrologie ;

Remarque :
Ce qui concerne la fréquence d'exposition des risques dans chaque zone on a compté sur les
risques qui ont survenu durant les Tps qui nous avons passés.

20
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

Présentation de l’atelier GM plan 2D

Figure 4 Plan d'atelier GM en 2D

21
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

1. La zone des machines conventionnelles 


1.1. Les dangers liés aux machines conventionnelles

L’usinage des métaux dans l’atelier de GM s’effectue pardes machines conventionnelles


(tour, fraiseuse, perceuse, etc.) ou des machines numériques pour fabriquer des pièces par
enlèvement de matières avec des outils coupant. Il en résulte des dangers de nature physique
importants (coupure, écrasements, poussières dans l’œil …), mais également de nature
chimique à cause des huiles de coupe utilises comme lubrifiant qui présentent des risques
cutanés et respiratoires, ou sonore.

1.2. Risques accrus liés à l'utilisation de machines conventionnelles

Nous rapportons certains risques typiques liés à l'utilisation de machines-outils dans l'atelier
mécanique :

 Projection : le risque de projection de copeaux, de fluides lubrifiants, de pièces d'outils,


etc. Il est présent dans de nombreuses machines (tours, fraises, forets, etc.) C'est pourquoi
il est important d'utiliser les écrans en polycarbonate installés et les verres spéciaux.
 Découpe, perforation, abrasion : ce type de risque est également commun à presque toutes
les Découpe, perforation, abrasion : ce type de risque est également commun à presque
toutes les machines-outils (tours, fraises, forets, scies à onglet, meules, etc.) et la plupart du
temps il est lié à des opérations incorrectes telles que le nettoyage de la puce sans utiliser
l'arc spécial ou l’habitude de tenir des pièces avec vos mains. Pour éviter les coupures,
perforations ou abrasions, il est essentiel d'utiliser des gants, ne tenez jamais la pièce avec
vos mains et suivez les procédures correctes de nettoyage de la machine.
 Concassage et cisaillement : les possibilités d'écrasement ou de cisaillement sont liées aux
mouvements Concassage et cisaillement : les possibilités d'écrasement ou de cisaillement
sont liées aux mouvements automatiques des surfaces de travail ou à l'utilisation d'une
tronçonneuse. Dans ce cas également, le danger doit être limité en utilisant les écrans de
protection spéciaux, les commandes à deux mains et en évitant de tenir la pièce avec vos
mains.

1.3. Evaluation des risques dans la zone des machines conventionnelles

Pour évaluer les risques dans la zone des machines conventionnelles on va utiliser la
méthode utilisée par le document unique. D’abord, on va calculer la criticité (C) qui est le
produit de la gravité (G) et la fréquence (F) d’exposition des risques.Ensuite,on passe au

22
Ecole Supérieure de Technologie
Département Génie Mécanique

calculdu niveau de protection (NP) qui est le produit de l’efficacité (E) et les moyens de
préventions (MP).

Dans le magasin il y a plusieurs équipements de protections qui sont valables pour utiliser
dans les TPs de d’usinage et ses équipements sont efficaces.

23
Tableau 7 : Evaluation des risques dans la zone des machines conventionnelles

Criticité (C) Niveau de Protection Niveau du risque


Tache Dangers
Gi F C=Gi x F E MP NP

2 4 8 2 3 6 Risque faible à très faible

Projection 4 2 8 2 3 6 Risque faible à très faible

16 8 128 2 3 6 Risque modéré

Machines conventionnelles 2 16 32 2 3 6 Risque faible à très faible


Découpage, perforation, abrasion
4 16 64 2 3 6 Risque modéré

4 16 64 2 3 6 Risque modéré
Concassage et cisaillement
8 8 64 2 3 6 Risque modéré
Tableau 1 Evaluation des risques dans la zone des machines conventionnelles

24
Conclusion :

D’après le tableau d’évaluation des risques dans la zone des machines conventionnelles
(Tableau 7), il est clair que le niveau de risque peut être faible et il peut être modéré, pour le
dernier cas on recommande les étudiants de suivre les consignes de sécurité (1.4.)

1.4. Protections installées sur les machines-outils de l'atelier mécanique :

 Arrêt d’urgence : Interrupteurs d'arrêt d'urgence standard (champignons) et situés de


manière rationnelle sur toutes les machines-outils. Au besoin, des barres de commande au
pied ont été utilisées pour couvrir toute la longueur de la machine.
 Lampe pour l'éclairage de service : lampe pour l'éclairage de service : Zone d'outils
éclairée par des lampes 24 V et une protection contre les éclats.
 Protection contre les courts-circuits et les surcharges : Un dispositif de protection
magnétothermique a été installé
 Commandes basse tension : Commandes électriques 24 V (boutons et micro-interrupteurs).
 Câbles électriques : Câbles conformes à la législation en vigueur et éventuellement
protégés par des gaines spéciales.
 Fixation des machines au sol ou au banc : Machines fixées au sol ou au banc (perceuses)

1.5. Règles de sécurité d'utilisation :


 Assurez-vous que la pièce à travailler est fermement fixée dans la broche ou dans l'étau
approprié et correctement verrouillée.
 Assurez-vous que l'outil est fermement inséré dans le porte-outil ou correctement monté
sur l'arbre d'entraînement.
 Assurez-vous que la clé de serrage de la broche est retirée avant de démarrer la machine.
 Ajustez la profondeur de coupe en tenant compte des limites outil et machine
 Ajustez l'avance et le nombre de tours en tenant compte des limites de l'outil, de la
machine et surtout de la taille de la pièce à travailler.
 Lors de l'utilisation des meules, de tout type et de toute nature, faites très attention afin
d'éviter que la pièce ne puisse endommager l'opérateur et / ou ses proches.
 Lorsque vous utilisez des scies circulaires, assurez-vous que la base de la scie circulaire est
libre et pratique, que les protège-lames sont montés. Utilisez l'outil spécial pour le en
faisant glisser la pièce.
 Utilisez toujours les protections en place.
 N'excluez jamais les dispositifs de sécurité prévus.

2. La zone de soudage :
2.1. Les dangers liés aux soudages

25
Le soudage des métaux fait sans aucun doute partie des activités les plus risquées pour la
santé des étudiants.
Les risques peuvent être de nature mécanique, chimique ou radioactive. Le premier peut
se produire correctement avec la projection de fluides ou de corps solides. Dans le cas
particulier du soudage, il en résulte des étincelles, des éclats de métal ou des éclaboussures
de métal en fusion sur le travailleur.

2.2. Les risques liés aux soudages

Le processus de soudage et les activités connexes exposent le soudeur à une série de


risques susceptibles de déterminer de nombreuses pathologies, notamment :

 Brûlure, coupure, corps étranger oculaire, etc.


 Tendinopathie des membres supérieurs, discopathies lombaires
 Asthme bronchique, maladie pulmonaire obstructive chronique, fièvre des fumées
métalliques
 Dermatite allergique, dermatite irritative
 Poumon, tumeurs nasales-sinusales, mélanome, mélanome oculaire.

2.3. L’évaluation des risques dans la zone des soudages


Pour évaluer les risques dans la zone des soudages on va utiliser la méthode utilisée par le
document unique. D’abord, on va calculer la criticité (C) qui est le produit de la gravité (G) et
la fréquence (F) d’exposition des risques. Ensuite, on passe au calcul du niveau de protection
(NP) qui est le produit de l’efficacité (E) et les moyens de préventions (MP).

Dans le magasin il y a plusieurs équipements de protections qui sont valables pour utiliser
dans les TPs de soudage et ses équipements sont efficaces.

Remarque :

D’après le tableau d’évaluations des risques dans la zone du soudage il est clair que cette zone
contient des risques faibles à élevés, c’est pour cela il faut suivre les consignes de sécurités
(2.3

26
Criticité (C) Niveau de Protection
Tache Risques Niveau des risques
Gi F C E MP NP

4 8 32 2 3 6 Risque faible à très faible


Brûlure, coupure
16 8 128 2 3 6 Risque modéré

Tendinopathie des membres supérieurs 2 4 8 1 1 1 Risque faible à très faible


Soudages
Fièvre des fumées métalliques 16 2 32 2 3 6 Risque faible à très faible

Dermatite allergique, dermatite irritative 8 4 32 2 3 6 Risque faible à très faible

Poumon, tumeurs nasales-sinusales 16 2 32 0 1 0 Risque élevé à très élevé


Tableau 8 : Evaluation des risques dans la zone du soudage
Tableau 2 Evaluation des risques dans la zone du soudage

27
Conclusion :

D’après le tableau d’évaluations des risques dans la zone du soudage il est clair que cette zone
contient des risques faibles à élevés, c’est pour cela il faut bien suivre les consignes de
sécurités (2.4.).

2.4. Mise en prévention des risques de soudage :

Après avoir examiné les risques, nous pouvons procéder en listant les dispositifs de
protection de soudage.

 Protection des yeux et du visage :

Sur la base de ce qui précède, parmi les dpi les plus importants pour le soudeur, il y a


certainement des lunettes et des masques. Les lunettes de soudeur avec verres teintés et
interchangeables offrent une protection contre les étincelles, les éclaboussures et les
radiations. Pour protéger tout le visage, en revanche, il est conseillé d'utiliser des écrans ou
des masques complets à diapositives interchangeables.

 Gants de soudeur :

Après les yeux et le visage, les mains sont certainement une autre partie du corps à risque en
soudage (car elles sont proches de la source de chaleur). Les gants du soudeur sont en cuir de
vache fendu (ou cuir) pour résister à la chaleur et au contact direct avec la flamme ou les
étincelles.

 Chaussures de sécurité pour soudeur :

D'autres chaussures de soudage inévitables sont les chaussures, utiles contre les risques


mécaniques et électriques. Pour le soudage, les chaussures hautes et bottes à semelle
antistatique, la résistance aux températures élevées et la tige en cuir (ou cuir pleine fleur)
sont indiquées.

 Vêtements de soudage :

Toutes les autres protections corporelles complètent le tableau : vestes, tabliers, manches et
guêtres pour protéger le reste du corps des flammes nues, de la chaleur, des éclaboussures ou
des étincelles. Comme pour les gants, les matériaux utilisés peuvent être du cuir ou du cuir
fendu de vache.

3. La zone d’électricité :
3.1. Les dangers liés de la zone d’électricité.

28
Le risque électrique est présent partout où des équipements à courant électrique sont
utilisés, des lampes aux installations industrielles plus complexes.

Dans d'autres cas, le degré de risque électrique augmente moins en raison de la source
d'électricité utilisée, mais en raison de certaines conditions de travail qui accentuent son
danger (présence d'eau, utilisation d'outils métalliques ou en général tout contact avec des
matériaux très conducteurs).

3.2. Les risques qui peuvent l’électricité engendrés aux étudiants

Les risques liés à l’électricité, pour les étudiants, sont de différentes natures. Il s’agit
principalement des risques d’électrisation, d’électrocution et de brûlure. Ces risques ont pour
origines des contacts directs ou indirects et des arcs électriques :

 Contacts directs et indirects

Un contact direct est un contact avec une pièce nue sous tension. C’est par exemple le
contact avec une partie conductrice d’une borne de raccordement, avec l’âme d’un
conducteur dénudé …

Un contact indirect est un contact avec une pièce conductrice mise accidentellement sous
tension. C’est par exemple le contact avec une armoire métallique non reliée à la terre et dont
l’équipement électrique qu’elle contient présente un défaut d’isolement.

Les contacts directs ou indirects provoquent des électrisations ou électrocutions. Sur les
muscles du corps humain les courants électriques peuvent provoquer une tétanisation
(muscles moteurs et de la cage thoracique) ou une fibrillation ventriculaire pouvant
provoquer l’arrêt du cœur.

 L’arc électrique et ses conséquences

Un arc électrique est susceptible d'apparaître lorsque l'on ouvre ou que l'on ferme un
circuit. En effet, sous l'influence de la tension électrique créée entre les extrémités des
conducteurs que l'on sépare ou que l'on approche, les électrons libres sortent du métal et
heurtent violemment les molécules d'air de l'espace interstitiel. Cela a pour conséquence
d'arracher des électrons aux atomes de l'air et de le rendre subitement conducteur. Ce
phénomène s'accompagne d'une projection de particules métalliques en fusion (plus de 3
000°C). C'est l'arc électrique.

L’arc électrique peut être, pour l’homme, à l’origine de brûlure plus ou moins graves et
pour les installations d’incendies ou d’explosion.

3.3. Evaluation des risques électriques :

Pour évaluer les risques dans cette zone on va utiliser la méthode utilisée par le document
unique. D’abord, on va calculer la criticité (C) qui est le produit de la gravité (G) et la
fréquence (F) d’exposition des risques. Ensuite, on passe au calcul du niveau de protection
(NP) qui est le produit de l’efficacité (E) et les moyens de préventions (MP).

29
Aucuns moyens de sécurité est présente Durant les TPs d’électricité qui on a passé c’est
pour cela on a mis la valeur de niveau protection égale à zéro.

30
Tableau 9 : Evaluations des risques dans la zone de TP d’électricité  :

Criticité (C) Niveau de Protection Niveau des risques


Risques
Tache
Gi F C E MP NP
Risque faible à très
2 4 8 0 0 0
faible
4 4 16 0 0 0 Risque modéré
Électrisation ou électrocution
8 4 32 0 0 0 Risque modéré
TP d'électricité Risque élevé à très
16 4 64 0 0 0
élevé
Risque élevé à très
4 4 16 0 0 0
élevé
Brulure par l'arc électrique
Risque élevé à très
8 4 32 0 0 0
eleve
Tableau 3 Evaluations des risques dans la zone de TP d’électricité

31
Conclusion :

D’après le tableau d’évaluations des risques dans la zone du soudage il est clair que cette zone
contient plusieurs risques élevés, c’est pour cela on recommande les étudiants de suivre les
consignes de sécurité (3.4.) et il faut équiper cette zone de moyens de préventions.

3.4. Mesures de prévention et de protection : conformité des systèmes électriques :

 Prévention et protection des ouvrages à faible risque :

Dans les travaux à faible risque (par exemple dans les bureaux), les systèmes électriques
doivent être conformes à la réglementation : l'isolation des parties actives, les interrupteurs
différentiels et la mise à la terre sont indispensables. Les travailleurs doivent être informés
des dangers liés à l'utilisation d'équipements électriques et tout accès aux postes électriques
ne doit être accordé qu'au personnel autorisé.

 Prévention et protection des emplois à haut risque :

Le problème sera beaucoup plus complexe pour les électriciens (risque élevé). Dans ces cas,
étant donné que la probabilité d'accidents ou d'accidents et l'étendue des dommages sont
élevées, les éléments suivants seront nécessaires :

 L’identification du directeur de l'usine et du responsable des travaux,

 Une formation spéciale du salarié autorisé à effectuer ce type de tâches,

 La préparation de procédures de travail détaillées pour assurer leur bonne exécution,

 Une formation adéquate aux premiers secours.

3.5. Les équipements de protection individuelle contre les risques électriques :

Les EPI utilisés pour se protéger contre les risques électriques se caractérisent par des


propriétés isolantes (également appelées propriétés diélectriques) capables de bloquer le
passage du courant. Cette caractéristique se retrouve notamment dans les casques, visières,
tapis, manches isolantes et vêtements spécifiques de protection contre les arcs
électriques (donc capables de se protéger également des fortes chaleurs générées par ce
phénomène).

Cependant, étant donné que les points par lesquels il est plus facile d'entrer en contact avec
une décharge électrique sont les mains et que les pieds représentent généralement le point de
sortie relatif du courant, les gants et les chaussures aux propriétés isolantes seront
fondamentaux.

4. La zone deTP de traitement thermique


4.1. Les dangers de TP traitement thermique

32
Lors des opérations de traitement thermique, le métal est chauffé jusqu’à des températures des
élevés, selon le cas, en vue d’acquérir les propriétés spécifiques recherchés dans ce métal.

Les opérations de traitements thermiques posent divers dangers pour la santé et la sécurité des
étudiants. Ces dangers comprennent notamment l’exposition à substances chimiques, à
températures élevés et à un risque d’incendie ou d’explosion.

4.2. Les risques de TP de traitement thermique

4.2.1.Brulures thermiques par contacts

Les brulures thermiques peuvent se produire par contact avec des surfaces chaudes, les
parois de fours, les creusets, des pièces chaudes en cours de manipulation, les crochets et
accessoires, les projections de matières.

4.2.2.Rayonnements infrarouges

Les surfaces portées à températures élevés exposent les étudiants à des rayonnements
infrarouges et visibles. La chaleur véhiculée par ces rayonnements put être difficile à
supporter. En outre, des expositions prolongées au rayonnement infrarouge favorisent
l’apparition des cataractes.

4.3. Evaluation des risques dans la zone de TP traitement thermique.

Pour évaluer les risques dans la zone des machines conventionnelles on va utiliser la
méthode utilisée par le document unique. D’abord, on va calculer la criticité (C) qui est le
produit de la gravité (G) et la fréquence (F) d’exposition des risques. Ensuite, on passe au calcul
du niveau de protection (NP) qui est le produit de l’efficacité (E) et les moyens de préventions
(MP).

Les moyens de préventions dans la zone de TP de traitement thermique sont nuls parce qui il
y un seul moyen de prévention qui permet de lever les pièces chaudes.

Il y aucun moyen de préventions contre les rayonnements infrarouges.

33
Criticité (C) Niveau de Protection Niveau des risques
Tache Risques
Gi F C E MP NP
Risque faible à très
2 4 8 1 1 0
faible
4 4 16 1 1 0 Risque modéré
Brulure par contacts thermique
8 2 16 1 1 0 Risque modéré

16 2 32 1 1 0 Risque modéré
TP traitement thermique
2 2 4 0 0 0 Risque modéré

4 4 16 0 0 0 Risque modéré
Rayonnements infrarouge
Risque élevé à très
8 8 64 0 0 0
élevé
Risque élevé à très
16 16 256 0 0 0
élevé

Tableau 10 : Evaluations des risques dans la zone de TP traitement thermique  :

34
Conclusion :

La plupart des risques dans les TPs de traitement sont modérés c’est pour cela il faut suivre les
consignes de sécurité (4.4.).

4.4. Principales mesures de prévention

4.4.1.Brulures thermiques par contacts

 Chaque étudiant doit avoir des gants, des blouses de sécurité, chaussure de sécurité.

 Il faut vérifier la propreté des sols (traces, d’huiles, grenailles…).

4.4.2.Rayonnements infrarouges

La protection contre le rayonnement infrarouges se fait au moyen :

 D’écran fixes, absorbant le rayonnement infrarouge, tout en laissant passer suffisamment de


lumière visible pour permettre une bonne vision ;

 De lunettes ou de masques (ceux utilisés pour se protéger des projections par exemples)
traités pour absorber le rayonnement infrarouge.

5. La zone de TP de Maintenance
5.1. Les dangers de TP maintenance

Les TPs de maintenance posent divers dangers pour la santé et la sécurité des étudiants. Ces
dangers ont pour origine principale :

 Les outils utilisés.

 Effort important pour le serrage ou desserrage

 Manutention dans des conditions dégradées : sol glissant ou déformé, espace de travail
restreint...

5.2. Les risques de TP de maintenance

 Douleurs musculaires
 Blessures
 Douleurs articulaires
 Inflammations, lombalgies, dorsalgies

5.3. Evaluation des risques de TP de maintenance

35
Pour évaluer les risques dans la zone des machines conventionnelles on va utiliser la
méthode utilisée par le document unique. D’abord, on va calculer la criticité (C) qui est le
produit de la gravité (G) et la fréquence (F) d’exposition des risques. Ensuite, on passe au
calcul du niveau de protection (NP) qui est le produit de l’efficacité (E) et les moyens de
préventions (MP).

Pour ce TP les moyens de préventions sont les gants qui sont efficace contre blessures mais
ils ne sont pas satisfaisants contre les autres risques.

36
Tableau 11 : Evaluation des risques dans la zone de TP de maintenance :

Criticité (C) Niveau de Protection Niveau des risques


Tache Risques
G F C E MP NP

Douleurs musculaires 4 2 16 0 0 0 Risque modéré

4 8 32 2 3 6 Risque faible à très faible


Blessures
TP de maintenance 16 2 32 2 3 6 Risque faible à très faible

Inflammations, lombalgies, dorsalgies 8 2 16 0 0 0 Risque modéré

Douleurs articulaires 8 2 16 0 0 0 Risque modéré

Tableau 4 Evaluation des risques dans la zone de TP de maintenance

37
Conclusion :

D’après le tableau d’évaluations des risques dans la zone du soudage il est clair que cette zone
contient des risques faibles à modérés, c’est pour cela il faut suivre les consignes de sécurités
(5.4.).

5.4. Principales mesures de prévention

 Si les étudiants travaillent avec des outils tranchants, des gants et une protection des mains
doivent être portés ;

 L'utilisation de lubrifiants, de fluides hydrauliques (solvants) peut provoquer des blessures


aux yeux ou à la peau et nécessite l'utilisation d'un équipement de protection ;

 L’utilisation des dégrippant dans le cas d’où vis sont fixes ;

6. La zone de TP d’automatisme
6.1. Les dangers liés de la zone de TP d’automatisme

Les TPs d’automatismeposent divers dangers pour la santé et la sécurité des étudiants. Ces
dangers ont pour origine principale :

 Les outils utilisés ;

 La pression ;

 Le bruit ;

6.2. Les risques de TP d’automatisme

 Atteinte auditive
 Fatigue auditive
 Maux de tête
 Stress
 Nervosité
 Fracture

6.3. Evaluation des risques de TP d’automatisme et TP Hydraulique

Pour évaluer les risques dans la zone des machines conventionnelles on va utiliser la
méthode utilisée par le document unique. D’abord, on va calculer la criticité (C) qui est le

38
produit de la gravité (G) et la fréquence (F) d’exposition des risques. Ensuite, on passe au
calcul du niveau de protection (NP) qui est le produit de l’efficacité (E) et les moyens de
préventions (MP).

Durant ces deux TP qu’on a passé aucun moyen de préventions est présent c’est pour cela
on a mis la valeur du niveau de protection égale à zéro.

39
Tableau 12 : Evaluation des risques dans la zone de TP d’automatisme.

Criticité (C) Niveau de Protection Niveau des risques


Tache Risques
G F C E MP NP

Fracture 4 2 8 0 0 0 Risque faible à très faible

Fatigue auditive 2 2 4 0 0 0 Risque faible à très faible

TP de maintenance Maux de tête 2 2 4 0 0 0 Risque faible à très faible

Stress 2 2 4 0 0 0 Risque faible à très faible

Nervosité 2 2 4 0 0 0 Risque faible à très faible

40
Conclusion :
Le niveau de risque dans la zone de TP d’automatisme et de TP hydraulique est faible à partir
du tableau d’évaluation. Même si le niveau des risques est faible dans cette zone il faut suivre
les consignes de sécurité (6.4).

6.4. Principales mesures de prévention

 Si les étudiants travaillent avec des outils tranchants, des gants et une protection des mains
doivent être portés ;
 L'utilisation de lubrifiants, de fluides hydrauliques (solvants) peut provoquer des blessures
aux yeux ou à la peau et nécessite l'utilisation d'un équipement de protection ;
 L’utilisation des dégrippant dans le cas d’où vis sont fixes ;

7. La zone de TP d’ajustage et de métrologie


Les dangers dans les TP d’ajustage, de TP Hydraulique et de TP de Métrologie ont pour
origines les outils utilisés. Ces dangers peuvent conduire à des risques pareils aux risques de
TP de maintenance c’est pour cela on recommande de suivre les consignes de sécurités de TP
de maintenance.

Ce qui concerne le magasin et la zone de stockage de la matière première les étudiants n’ont
pas le droit d’aller à ces deux zones

41
Conclusion
En conclusion, nous devons avouer que rétrospectivement nous sommes satisfaits de
cette mémoire puisque nous avons atteint des nouveaux objectifs.

En effet, ce projet nous a permis de comprendre, maitriser et apprendre à bien évaluer


les risques associésaux postes des travaux pratiques.

Dans le premier chapitre, nous avons traité d’une façon générale le processus
d’analyse des risques. Ce processus est composé d’abord de l’identification des
dangers et de les risques y associés, ensuite de l’évaluation des ces risques et enfin de
proposer des mesures de sécurités.

Dans le second chapitre, nous avons élaboré un plan 2D de l’atelier GM, réparti en
zone de travail. L’identification des dangers et les risques y associés est faite dans
chaque zone. L’évaluation des ces risques est basée sur le processus d’évaluation des
risques dans le document unique. Enfin, pour chaque zone nous avons proposé des
consignes de sécurités.

Ce travail est une première étape : il fait le point sur les risques existants, les moyens
de prévention en place et propose des pistes d’amélioration. Il devra être complété et
précisé par des études ultérieures.

42
Bibliographie & Webographie
[1] Norme Internationale ISO 45001, Première Edition 2018-03

[2] Cours de la qualité, Pr RIFAI SAID, ESTC, 2020

[3]https://fr.wikipedia.org/wiki/Document_unique_d
%27%C3%A9valuation_des_risques_professionnels

[4] http://meslivres.site/LIVREF/F8/F008002.

[5] https://www.pairform.fr/doc/1/38/91/web/co/M7-A1b.html

[6] https://www.presanse-pacacorse.org/r/37/la-prevention-des-risques-professionnels/

[7] http://www.inrs.fr/dms/inrs/GenerationPDF/accueil/demarche/mise-en-œuvre
prevention/Mise%20en%20%C5%93uvre%20d%E2%80%99une%20d
%C3%A9marche%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

[8] http://www.inrs.fr/demarche/mise-en-oeuvre-prevention/ce-qu-il-faut-retenir.html

43
Annexes

Annexe 1 : Systèmes de cotation du niveau de risque

2
5
6
1
2
8
6
4
3
2
1
6
8

4
CRITICITE
0 1 2 3 4 6
NIVEAU
DE
PROTEC
TION

Risque très faible à faible Risque modéré Risque élevé à très élevé

Annexe 2

On a fait les étapes de l’évaluation des risques à l’aide de ces deux tableaux :

44
45

Vous aimerez peut-être aussi