Vous êtes sur la page 1sur 65

Cahier de l’élève

COURS ET EXERCICES D’APPLICATION


Edition de SEPTEMBRE/2019
Page 2 sur 65

SOMMAIRE
Leçon 1 : Quelques rappels mathématiques ;

Leçon 2: Généralités sur les vecteurs ;

Leçon 3 : Coordonnées d’un vecteur ;

Leçon 4 : Notion de Force ou Action mécanique 1 ;

Leçon 5 : Notion de Force ou Action mécanique 2;

Leçon 6 : Moment et Couple d’une force 1;

Leçon 7 : Moment et Couple d’une force 2;

Leçon 8 : Modélisation d’un système matériel ;

Leçon 9 : Isolement d’un solide ;

Leçon 10 : Efforts de liaison ;

Leçon 11 : Equilibre d’un corps ;

Leçon 12: Application du PFS 1;

Leçon 13: Application du PFS 2;

Leçon 14: Masse, Poids et Centre de gravité ;

Leçon 15: Masse, Poids et Centre de gravité ;

Leçon 16: Généralités sur l’Adhérence et le Frottement ;

Leçon 17: Lois du Frottement et Adhérence

Leçon 18: Applications des lois de l’Adhérence et du Frottement 1;

Leçon 19: Applications des lois de l’Adhérence et du Frottement 2;

Leçon 20 : Travaux Dirigés ;

Leçon 21 : Travaux Dirigés ;


Page 3 sur 65

LEÇON 1 : OUTILS MATHÉMATIQUES SUR LA TRIGONOMÉTRIE

Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable :

- De reconnaitre et identifier et manipuler une écriture trigonométrique ;


- De poser et effectuer des opérations trigonométriques ;
- De résoudre certaines situations de vie en exploitant des ressources trigonométriques ;

I. LE CERCLE TRIGONOMÉTRIQUE

Définitions :

 Sur un cercle, on appelle sens direct, sens positif ou sens trigonométrique le sens contraire
des aiguilles d’une montre.
 Dans le plan muni d’un repère orthonormé ( et orienté dans le sens direct, le cercle
trigonométrique est le cercle de centre O et de rayon 1. (Fig. 1)

FIGURE 1
FIGURE 2

II- Sinus, Cosinus et Tangente d’un nombre réel


1- Définitions :

Dans le plan muni d’un repère orthonormé et orienté dans le sens direct, on considère un
cercle trigonométrique de centre O et de rayon 1. Pour tout nombre réel x, considérons le
point N de la droite orientée d’abscisse x. À ce point, on fait correspondre un point M sur le
Page 4 sur 65

cercle trigonométrique. On appelle H et K les pieds respectifs des perpendiculaires à l’axe


des abscisses et à l’axe des ordonnées passant par M. (Fig. 2)

Le cosinus du nombre réel x est l’abscisse de M et on note cos x.

Le sinus du nombre réel x est l’ordonnée de M et on note sin x.

La tangente du nombre réel x est déduite par ration du sinus sur le cosinus et est noté tan x .

2- Lien avec la trigonométrie vue dans le triangle rectangle :

Considérons le triangle rectangle suivant


suiva :

3- Propriétés

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------
Page 5 sur 65

III- Applications
1) Soit x un nombre réel. Calculer cos x sachant que sin x =
2) Soit ABC un triangle rectangle en B tel que = 30° et AB = 5.Quelle est la mesure
de BC. En déduire tan 30.
3) Soit x la mesure d’un angle aigu tel que cos x = 0,4. Calculer la valeur exacte de sin x.
en déduire la valeur exacte de tan x.
4) ABC est un triangle rectangle en A tel que AB = 5 et AC = 7. Déterminer la mesure de
à 0,01 près.

Corrections commentées :

…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………….………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
Page 6 sur 65

LEÇON 2 : GENERALITES SUR LES VECTEURS

Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable :

- Définir et représenter un vecteur dans un repère;


- Caractériser un vecteur ;
- De résoudre certaines situations de vie en exploitant des ressources sur les vecteurs;

1. Définition et caractéristiques d’un vecteur


Un vecteur est la représentation d’un bipoint. C’est une grandeur définie par une
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
direction, un sens et une intensité.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
a) La direction est la droite qui porte le vecteur. Elle est définie par l’angleθ mesuré entre un
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
axede référence et le support.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
b) Le sens représente l’orientation origine-extrémitédu vecteur et est symbolisé par une flèche.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
c) L’intensité, norme ou module, représente lavaleur de la grandeur mesurée par le
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
vecteur.Graphiquement, elle correspond à la longueur decelui-ci.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Notation :V; V⃗ ou V⃗
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
d) Le point d’application est le point qui sert d’origine à un représentant(ou image) du
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
vecteur.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Remarque : définir un vecteur, c’est connaître les quatre paramètres précédents.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
2. Représentation d’un vecteur
Extrémité

Axe de
reférence

d ule
Mo
si té/ B
en
Int
s
sen

θ
A

Point d’application ou origine

Direction ou support
Page 7 sur 65

3. Notion de repère
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------.
Nous travaillerons dans le plan ou dans l’espace.
Exemple : z
y



⃗ ⃗ ⃗ o
o x

Repère dans le plan Repère dans l’espace y


N.B. :ı⃗;⃗ et k⃗ sont des vecteurs unitaires x

4. Décomposition d’un vecteur dans un plan


Considérons le schéma suivant :

⃗= ⃗+ ⃗ ⃗ = + =
= .
= .
Page 8 sur 65

5. Exercice d’application

i. Déterminer les coordonnées des points O, A ; B ; C ; D ; E.


ii. Déduire les composantes des vecteurs, OA⃗, BC⃗, DE⃗ et OA⃗ + DE⃗
Solution
−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−
−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−
−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−
6. Exercice de consolidation

i) Déterminer les coordonnées des points O, A ; B ; C ; D ; E ; F et G


ii) Déduire les composantes des vecteurs, OA⃗, BC⃗, DE⃗ et OA⃗ + DE⃗
Page 9 sur 65

LEÇON 3 : COORDONNEES D’UN VECTEUR

Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable :

- Effectuer les opérations sur les vecteurs


- Localiser et définir un vecteur dans un repère ;
- D’effectuer des opérations de produit scalaire et produit vectoriel ;
- De représenter un vecteur dans un plan.

DÉFINITION

On appelle cordonnée d’un vecteur, les valeurs représentantes de ce vecteur respectivement


sur l’axe des abscisses et l’axe des ordonnées.

I- VECTEURS UNITAIRES

Les vecteurs ⃗ , ⃗ ⃗ sont des vecteurs unitaires d’intensité égale à 1.⃗ , ⃗ ⃗ sont les vecteurs
de base du repère orthonormé (0, x, y, z).

II- COORDONNÉES DE VECTEURS

II. 1. Coordonnées dans le plan

Dans le plan, le vecteur ⃗ a pour coordonnées ⃗ et ⃗ .


Page 10 sur 65

Exemple

Déterminons le module et la direction du vecteur ⃗ ayant pour coordonnées cartésiennes 4


suivant x et 3 suivant y.

Réponse.

---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------

II.2. coordonnées dans l’espace


1. Somme de deux vecteurs
Considérons deux vecteurs U⃗et V⃗ donnés par :
U V
y
U⃗ U ⃗
et V V
U V
U +V
⃗ ⃗
U +V U +V
U +V ⃗
⃗+ ⃗

o x
Exemple :
Soient deux vecteurs F ⃗ et F ⃗ donnés par:
2 7 9
F ⃗ −1 ; F ⃗ 9800 F ⃗ + F ⃗ 9799
1 0,04 1,04
Page 11 sur 65

2. Produit d’un vecteur par un scalaire (ou un réel)


Soient vecteur U⃗ et un réel k donné par :
k. U

k. U k. U
k. U
Exemple :
20 3,5
10. F ⃗ −10 ; 0,5. F ⃗ 4900
10 0,02

3. Produit scalaire de deux vecteurs


Considérons deux vecteurs U⃗et V⃗ donnés par :
U V
U⃗ U et V⃗ V
U V

Le produit scalaire du vecteur U⃗par le vecteur,V⃗noté U⃗. V⃗ , est égal au produit des modules des
deux vecteurs multiplié par le cosinus de l’angle (θ) entre leurs directions respectives. Il est donné
par la relation définie par :
−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Remarques : le produit des deux vecteurs est un nombre ou un scalaire et pas un autre vecteur.
SiU⃗et V⃗sont perpendiculaires (θ = 90°)alors U⃗. V⃗ = U⃗ . V⃗ Cos 90 = 0
Propriétés :
U⃗. V⃗ = V⃗. U⃗
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
U⃗. (V⃗ + W⃗) = U⃗. V⃗ + U⃗. W⃗
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Soientı⃗,⃗ et k⃗ des vecteurs unitaires d’un repère orthonormé.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
⃗ı. ⃗ı = 1 ; ⃗. ⃗ = 1 ; k⃗. k⃗ = 1 ;ı⃗. ⃗ = 0 ;⃗. k⃗ = 0 ;k⃗. ⃗ı = 0
Page 12 sur 65

Exemple :
Déterminons le produit scalaire des vecteurs A⃗ et B⃗ proposés
y
A⃗ = 4ı⃗ + 4⃗
B⃗ = 7ı⃗ − 3⃗
A⃗. B⃗ = (4 × 7) − (4 × 3) =16
ou bien ⃗
A = √4 + 4 = 5,66 45°
2 2
B = 3 + 7 = 7,62 ⃗
⃗ x
θ = 23,2° + 45° = 68,2°
A⃗. B⃗ = 5,66 × .7,62 × Cos 68,2° = 16 23,2°

⃗ C
o

4. Produit vectoriel de deux vecteurs

Définition
Le produit vectoriel du vecteur A⃗par le vecteur,B⃗ noté A⃗ ∧ B⃗ est un vecteur C⃗
perpendiculaire au plan (U⃗, V⃗) et tel que :
A⃗ ∧ B⃗ = C⃗ = A. B Sin θ. u⃗
Avec C⃗ = A. B Sin θ et ‖u⃗‖= 1

90°

90°

⃗∧ ⃗ = ⃗

(A⃗, B⃗) ⊥ C⃗

Propriétés :
C⃗ ou u⃗est à la fois perpendiculaire à A⃗ et B⃗!
Page 13 sur 65

(A⃗,B⃗,C⃗) pris dans cet ordre forment un “trièdre” direct (analogie avec les axes x, y, z)ou obéissent à
la règle des trois doigts de la main droite (ou règle du « tire-bouchon »).
Leproduit vectoriel n’est pas commutatif :
A⃗ ∧ B⃗ = −B⃗ ∧ A⃗

A⃗ ∧ (B⃗ + C⃗) = A⃗ ∧ B⃗ + A⃗ ∧ C⃗

k. B⃗ ∧ C⃗ = k. B⃗ ∧ C⃗. = B⃗ ∧ k. C⃗(k étant un scalaire )

Remarque : si A⃗ et B⃗ sont parallèles alorsA⃗ ∧ B⃗ = 0.

Calcul en coordonnées cartésiennes

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Exemple : Z

k j Y
i

B
A

⃗ = 4⃗ + 2⃗ + 0 ⃗
⃗ = 3⃗ + 5⃗ + 0 ⃗
⃗ ∧ ⃗ = (0 × 2 − 5 × 0)⃗ − (0 × 4 − 3 × 0)⃗ + (5 × 4 − 3 × 2) ⃗
= 14 ⃗
Produit vectoriel des vecteurs de base ⃗, ⃗ ⃗

⃗ ∧ ⃗ = ⃗ ⃗ ∧ ⃗ = − ⃗⃗ ∧ ⃗ = 0
⃗ ∧ ⃗ = ⃗ ⃗ ∧ ⃗ = −⃗⃗ ∧ ⃗ = 0
⃗ ∧ ⃗ = ⃗ ⃗ ∧ ⃗ = −⃗ ⃗ ∧ ⃗ = 0
Formule du double produit vectoriel
Page 14 sur 65

⃗ ∧ ⃗ ∧ ⃗ = ⃗ ⃗. ⃗ − ⃗ ⃗. ⃗

5. Exercice d’application
Travail demandé :
 Déterminer les coordonnées des points O, A, B, C, D, E, F, G, H et I.
 Représenter sur le schéma les sens des vecteurs : ⃗ , ⃗ , ⃗ , ⃗, ⃗ , ⃗, ⃗

 Déterminer les composantes puis le module de chaque bipoint.


 Calculer le produit scalaire et vectoriel des couples de vecteurs suivants :
( ⃗ , ⃗ ), ( ⃗ , ⃗ ), ( ⃗ , ⃗ ), ( ⃗, ⃗ ), ( ⃗ , ⃗)

 Montrer que ⃗ = −1/2. ⃗


Page 15 sur 65

LEÇON 4 : NOTION DE FORCE OU ACTION MECANIQUE

Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable :

- De définir une force ou action mécanique ;


- De déterminer les composantes d’un vecteur force ;
- D’effectuer des opérations entre les vecteurs force ;
- D’utiliser ces ressources pour résoudre des situations physiques

1. Définition
On appelle vecteur-force ou action mécanique, toute cause susceptible de :
 ---------------------------------------------------------------------------------------------------
 ---------------------------------------------------------------------------------------------------
2. Notion de force et de vecteur-force
En mécanique, les forces sont utilisées pour modéliser ou schématiser des
chargesconcentrées et des résultantes d’actions mécaniques très diverses, parmi lesquelles : les
actions mécaniques de contacts, les actions mécaniques à distance, les actions mécaniques
gravitationnelles,… (Poids, attractionmagnétique, etc.).
Les forces sont représentées par des vecteurs-forces ayant les propriétés générales des
vecteurs (voir chapitre précédent) : opérations, coordonnées, produit scalaire, produit vectoriel.
Un vecteur-force ou action mécanique est défini par une intensité ou un module (en
N ou unité dérivéedaN,kN,etc.), une direction, un sens et un point d’application (ou un point
du support).
Remarque : les forces sont aussi appelées glisseurs (voir chapitre torseurs).
Exemple 1.
L’action de contact exercée par le câble (2) sur le support (1) est schématisée par le vecteur-
force /
⃗de point d’application A, de direction celle du câble, d’intensité1 000 daN, de sens A

vers I (le câble tire sur le support).

Fig.1
Page 16 sur 65

Exemple 2.
Au moment du tir, l’action de contact exercée par le pied du footballeur (2) sur le ballon (1)
est schématisée par le vecteur-force /
⃗, point d’application T, incliné de 40° par rapport à la

verticale( ), d’intensité15 , de sens vers (vers l’intérieur du ballon).


Le poids du ballon est schématisé par le vecteur-poids ⃗(résultante des actions de pesanteur
sur le ballon), vertical (axe y), intensité 5 N, sens du haut vers le bas et de point d’application G, le
centre de gravité du ballon.

3. Composantes d’une force


Une force ⃗ agissant en un point peut toujours être remplacée par deux ou trois autres
forces ou composantes ( ⃗, ⃗ ⃗) agissant au même point et vérifiant la condition
⃗ = ⃗ + ⃗ + ⃗.



A

40°

o x


Page 17 sur 65

4. Coordonnées cartésiennes d’une force


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------
Considérons la figure ci-dessus et déterminons les coordonnées cartésiennes de la
force représentée.
y

= . cos

A = . sin

⃗ = 2
+ 2


⃗ = 2
+ 2

40°
tan =
o x


Exemple
Considérons la figure 1 et déterminons les coordonnées cartésiennes de l’action
mécanique /
⃗.

5. Principes des actions mutuelles (ou réciproques)


Toute action mécanique implique l’existence d’une action mécanique réciproque, qui est son
opposée. (Même point d’application, même direction, même module mais de sens opposés)

Exemple : ⃗ / =−⃗ /
Page 18 sur 65

6. Exercices
Écrire les coordonnées cartésiennes et des forces ⃗indiquées en fonctiondu
module et des angles indiqués. = dans les cinq cas.

L’échelle utilisée pour représenter L’action exercée par la route 0 sur la


les forces est 1 mm pour 15 roue motrice 1 est schématisée par la force
N.Déterminer les modules des forces ⃗ , ⃗Si l’effort normal / ⃗(suivant ⃗) a pour
⃗ et ⃗ proposées. Écrire ces modules en valeur 300 daN, déterminé / ⃗et / ⃗
N, daN et kN. (suivant ⃗) sachant que / ⃗ = / ⃗ + / ⃗.
Page 19 sur 65

LEÇON 6 : MOMENT ET COUPLE D’UNE FORCE

Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable :

- Définir le moment d’une force par rapport à un point et énoncer le théorème de Varignon.
- Développer la notion de vecteur-moment et de moment d’une force par rapport à un axe.
- Décrire et définir les notions de couple et de vecteur-couple

1. Moment scalaire d’une force par rapport à un point

1.1. Définition
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
⃗ = . ,( = ⃗)

a) Convention du signe
Si ⃗ fait tourner le solide dans le sens trigonométrique, le moment est dit
positif.il devient négatif dans le cas contraire.(voir figure)

⃗ =− ×

⃗ = ×

b) Exemple 1.
4 Déterminons ⃗ de façon que :
Déterminons ⃗
⃗ + ⃗ = 0 de façon que :
⃗ + ⃗ =0
---------------------------------------------------------------------------------------------------
⃗ = − × = −30 × 200 = −6000 .
---------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------
⃗ = × = 15.
---------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------
⃗ + ⃗ = −6000 + 15. = 0
---------------------------------------------------------------------------------------------------
6000
---------------------------------------------------------------------------------------------------
⟹ = = 400 N
15
---------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------
Page 20 sur 65

Remarque : si B est le point d’application de F et si la longueur AB est connue, ( ⃗ ) peut être


calculé par :
−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−

c) Exemple 2.
Déterminons le couple de serrage exercé par une clé plate sur un écrou en fonction de l’inclinaison
de l’effort ( / ⃗) exercé par la main de l’opérateur.

Le couple de serrage est égal au moment en A de l’action ( / ⃗):


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
( / ⃗) = / . .
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
1) = 90° ( / ⃗) = 20
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
2) = 45° ( / ⃗) = 17,3
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
3) = 60° ( / ⃗) = 14,1
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Remarque : plus la main est inclinée, plus le couple de


serrage diminue. Les clés dynamométriques permettent
de réaliser des couples de serrage précis
indépendamment de l’inclinaison de bras.
Page 21 sur 65

1.2. Théorème de Varignon


Le moment de la force ⃗ au point A est égal à la somme des moments de ses composantes
⃗ ⃗par rapport au même point.
⃗= ⃗+ ⃗


Exemple :
DéterminonsM ( ⃗ ) de la force ⃗ proposée
A la figure ci-contre.
Solution :
= . 60° = 1 000 × 0,5 = 500 ,
------------------------------------------------------------------------------
= . 6 ° = 1 000 × 0,866 = 866 ,
------------------------------------------------------------------------------
( ⃗) = ⃗ +
------------------------------------------------------------------------------ (⃗ )
= − 500 × 0,1 + 866 × 0,16 = 88,6 = . .
------------------------------------------------------------------------------
-
2. Moment-vecteur
2.1. Définition
Soit un point B, quelconque, appartenant à la direction de la force ⃗ . Le moment en A de ⃗ est
défini par le vecteur. ⃗ ⃗ = ⃗ ∧ ⃗.
⃗ ⃗ est à la fois perpendiculaire à ⃗ et à ⃗ .
Remarque :
⃗ ⃗, ⃗ ⃗ obéissent à la règle des trois doigts de la main droite.

2.2. Vecteur-moment en coordonnées cartésiennes


A partir du produit vectoriel étudié à la leçon 2, déterminons les coordonnées cartésiennes du
vecteur-moment suivant :
Page 22 sur 65

0.5 500
⃗⃗ = ⃗ ∧ ⃗. ⃗ −0.3 ⃗ −866
0 0
⃗ ⃗ = (−0.3 × 0 − (−866) × 0)⃗ − (0.5 × 0 − 500 × 0)⃗ + 0.5 × (−866) − 500 × (−0.3) ⃗
⃗ ⃗ = −283 ⃗

3. Moment d’une force par rapport à un axe


3.1. Définition
Le moment de la force ⃗ par rapport à un axe ⃗ est égal au produit scalaire de
⃗ par le vecteur moment ( ⃗)⃗ dans lequel est un point quelconque appartenantau support de ⃗.

4. Notion de couple et de vecteur-couple


4.1. Définition
Le moment engendré par deux forces égales et opposées ayant des lignes d’action différentes
(non colinéaires) constitue un couple ( ).L’intensité . du couple est indépendante du point 0
choisi ou de la valeur de . Elle ne dépend que de la distance entre les deux forces et de l’intensité
F.

Démonstration :
-------------------------------------------------------------------
= ⃗ + −⃗
-------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------- = .( + ) − .
-------------------------------------------------------------------
= .
-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
4.2. Vecteur couple
Soient et deux points quelconques des supports respectifs de ⃗ et − ⃗
⃗ est perpendiculaire au plan formé par ⃗et − ⃗. ⃗ = ⃗ ∧ ⃗.

4.3. Signe d’un couple ou d’un moment


Page 23 sur 65

Un couple positif amène une rotation dans le sens trigonométrique.

Exemple:
Une clé à bougie se compose d’un corps et d’une tige de manœuvre coulissante et réglable.
et– schématisent les actions exercées par les mains de l’opérateur.
Si , déterminons le couple de desserrage exercé par la clé sur l’écrou en E,
pour les positions indiquées.

Sous forme algébrique ou scalaire


Pour les quatre les positions,
Page 24 sur 65

5. Moment résultant de plusieurs forces


5.1. Définition

Le moment résultant en un point A de n forces est égal à la somme


des moments en A de toutes les forces.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si toutes les appartiennent à un même plan


plan (coplanaire), le moment résultant peut être écrit
sous forme algébrique.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

5.2. Exemple :la balance romaine


omaine

Une balance romaine se compose d’un balancier 2 articulé en 0 (pivot) sur un


crochet 1 lié à un support fixe et d’une masse d’équilibrage mobile 3 (a variable) de
poids q = 5 daN.. La masse à peser, poids est suspendue en B par l’intermédiaire
d’un crochet 4. Si , déterminons la valeur de .
Résolution : lorsqu’il y a équilibrage des deux masses, le moment résultant en
0 des poids et sont nul. :

D’où .

6. Exercices d’application

La force schématise l’action


deserrage exercée par l’opérateur.
Calculer le moment en B
(« couple » deserrage sur l’écrou) de
la force de module
Page 25 sur 65

Le couple transmis par


l’arbremoteur au foret aléseur
est .En
En déduire les
efforts de coupe exercés sur les
trois lèvres du foret.
Page 26 sur 65

LEÇON 8 : MODELISATION D’UN SYSTEME MATERIEL

Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable :

- Reconnaitre les actions mécaniques extérieures et intérieures


- Isoler un système matériel
- faire l’inventaire des forces extérieures
1. définition
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2. Notion de force extérieure et de force intérieure


Considérons l’ensemble (E) ci-dessous, constitué des systèmes matériels (1), (2) et
(3).

Système matériel ou ensemble de point matériel

Observation :
L’ensemble (E) et ses sous ensemble sont constitués des points matériels. Ils
s’exercent entre eux des actions mécaniques dites extérieures et intérieures.

Remarque : deux actions mécaniques, extérieure et intérieure vérifient le principe


d’actions mutuelles ou principe de l’action et de la réaction.
Page 27 sur 65

Actions mécaniques Actions mécaniques


intérieures au solide (2) extérieuresau solide (2)
3. Isolement d’un système
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Exemple :Montage d’usinage

Ensemble ou Mécanisme Pièce isolée


4. Notion de solide
a) Solide parfait
Un solide parfait est un système matériel à l’intérieur duquel les forces internes ou
forces de cohésions sont nulles.les forces de contacts sont perpendiculaires aux surfaces sur
lesquelles elles s’exercent.
b) Solide réel
Dans solide réel,les forces de contacts ne sont pas forcement perpendiculaires aux
surfaces de contact. Dans ce cas elles admettent une composante tangentielle et une
composante normale.(cône d’adhérence ou de frottement)

c) Solide déformable
Un solide est dit déformable lorsque les forces ou les actions mécaniques qui lui sont
appliquées ne modifient pas les contours de celui-ci.
5. Liaison mécanique
a) Notion de degré de liberté
Page 28 sur 65

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------

b) Notion de degré de liaison


On appelle degré de liaison, toute impossibilité de mouvement d’ou solide dans une
direction donnée.
Le solide 1 situé à l’intérieur du solide 0 ne peut se déplacer suivant les
Exemple :Le
six (06) degrés de mouvement de l’espace.(0
l’espace.( empêche sa mobilité dans l’espace)

6. Différentes liaison mécaniques(Appui


mécaniques simple, Articulation et Encastrement)

Appui simple Articulation Encastrement

7. Exercices d’application
Un bouteur se compose d’un châssis (1), d’une lame (2) articulée en B sur deux
bras de poussée (3) eux-mêmes
eux articulés en A sur (1).. La hauteur de la lame est réglée
par deux vérins (6 + 7) et son inclinaison par deux vérins
Page 29 sur 65

(4 + 5). Les liaisons en A, B, C, D, E et F sont des liaisons pivots dont les centres
portent le même nom. Les poids des pièces sont négligés ; / ⃗
(22 000 daN) schématise l’action du sol sur la lame (inclinée de 5° par rapport à
l’horizontale). L’étude est réalisée dans le plan de symétrie de l’appareil.

Travail demandé :
Nommer toutes les actions mécaniques extérieures et intérieures appliquées
aux systèmes isolés (2), (3), (4), (5) et (6) dans un tableau élaboré.
Page 30 sur 65

LEÇON 9 : ISOLEMENT D’UN SOLIDE

Objectifs :A la fin de cette leçon, je dois être capable de:


- Définir la notion d’isolement d’un solide ;
- Caractériser une action mécanique ;
- Isoler un corps afin d’en établir les actions mécaniques qu’il subit ;
- Définir et modéliser une action mécanique.

I- INTRODUCTION

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour deux solides 0 et 1 en contact, l’action exercée par le solide 0 sur le solide 1 est égale et
opposée à l’action exercée par le solide 1 sur le solide 0.

L’effet d’une force sur un solide dépend uniquement de l’intensité, de laligne d’action
et du sens de la force. Le point d’application sur la ligne d’action ne joue aucun rôle et n’a
aucune influence en statique sur l’équilibre des solides, leur mouvement éventuel à vitesse
constante et sur les résultats numériques obtenus.
Page 31 sur 65

II- TYPES D’ACTIONS MECANIQUES

Les actions mécaniques représentent les efforts exercés sur et entre les solides réels. Ces
actions sont schématisées ou modélisées par des forces,
forces, moments, couples, pressions,
contraintes, torseurs, etc. On peut
peut les diviser en deux grandes familles : les actions à distance
et les
es actions de contact (les plus nombreuses et les plus diverses).

1) Les actions mécaniques à distance

Ce sont des forces qui s’exercent entre deux solides sans qu’il y ait contact entre le
les deux
solides. En mécanique, seul deux types d’actions mécaniques à distance sont utilisées : les
forces de pesanteur (poids) et les forces électromagnétiques (aimantations). Nous allons dans
cette leçon, parler de l’action mécanique de pesanteur.

La terre exerce sur tous les corps qui l’entourent, une force d’attraction appelée force
de pesanteur de direction verticale, de sens toujours orienté vers le centre de la terre , son
point d’application le centre de gravité du solide, et d’intensité P = mg,
mg, où g représente
l’accélération de la pesanteur.

2) Les actions mécaniques de contact

On appelle actions mécaniques de contact, les forces qui s’exercent entre deux solides en
contact l’une de l’autre. Nous allons illustrer ici quelques cas :

a) Les actions ou charges concentrées

Chaque fois que l’effort


effort de contact est concentré en un point ou sur une toute petite surface,
l’action est dite ponctuelle ou concentrée et est schématisée par un vecteur--force. Unités : N
ou dérivés (daN, kN, etc.).

Exemple: action exercée par un plan horizontal (0) sur une bille
le (1). L’effort de contact est
concentré au point
oint A et est schématisé par le vecteur-force perpendiculaire au plan (0)
et passant par le centre de gravité de la bille.
Page 32 sur 65

b) Charges ou actions mécaniques linéiques

L’effort de contact est réparti sur une ligne droite ou non. L’action exercée est schématisée
par une chargelinéique (q), uniforme ou non. Unités : N.m-l ou N/m.

Exemple : Action exercée par un plan horizontal (0) sur un cylindre (1). L’effort de contact
est réparti de façon uniforme (q constant) le long de AB et schématisé par une charge
linéique q (N/m). Dans le but de simplifier les résolutions, la charge répartie peut être
remplacée par sa résultante R,au milieu de AB et d’intensité : R = qL.

c) Charges ou actions mécaniques surfaciques, ou pression de contact


Page 33 sur 65

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L’effort de contact entre huile et piston est réparti de façon uniforme sur une surface circulaire
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
de diamètre det est schématisé par la pression p qui est la pression du fluide. Dans le but de
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
simplifier les résolutions, cette action peut être remplacée par sa résultante ⃗,dirigée suivant
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
l’axe du piston et d’intensité R = pS= pπd2/4.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

III- ISOLEMENT D’UN SOLIDE


1) Généralités

La notion d’isolement d’un solide est fondamentale dans l’analyse et la résolution des
problèmes de mécanique. C’est la première étape de toute résolution en statique ou- en
dynamique.Le solide isolé peut être un croquis à main levée, un dessin simplifié ou un dessin
précis à l’échelle du solide étudié, destiné à décrire et à définir toutes les actions ou efforts
qui s’y exercent : poids, actions de contact... Tous les éléments connus concernant les actions
extérieures agissant sur le solide isolé doivent être clairement indiqués : direction, intensité,
sens, point d’application mais aussi les distances entre les actions et les axes (0, x, y)
éventuellement choisis pour des calculs.
Page 34 sur 65

L’isolation d’un solide se récapitule généralement dans un tableau afin de mieux visualiser les
détails.

2) Méthode

Isoler un système matériel consiste à suivre les étapes suivantes :

- Extraire le solide du mécanisme et le dessiner seul, dans sa même position.


- Repérer toutes les zones de contact entre le solide et les autres solides du mécanisme.
- Identifier pour chaque zone de contact la liaison correspondante et schématiser les
actions mécaniques correspondantes.
- Identifier les actions à distance et les schématiser.

IV- CAS DES ENSEMBLES DE SOLIDES

Dans le cas des ensembles de solides, les actions mutuelles exercées entre les solides de
l’ensemble deviennent des efforts intérieurs et ne doivent pas être comptabilisées dans le
nombre des actions extérieures. Le principe fondamental s’applique de la même manière.
Page 35 sur 65

Exercice d’application :

Soit le système suivant présentant deux boules 3 et 4 contenues dans une boite 1. La boite
elle-même est posée sur surface plane 2. La boule 3 est en contact avec la boite en D et avec
la boule 4 en C. la boule 4, en contact avec la boite en A et B et avec la boule 2 en C.

1- Quels sont les différents types de contact en présence dans cet ensemble ?
2- Isoler chacune des boules 3 et 4, et faire un inventaire des actions mécaniques.
3- Isoler le système 3+4 et faire un inventaire des forces qui s’y appliquent.
4- Isoler le système 1+3+4 et faire un inventaire des forces en présence.
Page 36 sur 65

LEÇON 10 : EFFORT DE LIAISON

Objectifs :A la fin de cette leçon, je dois être capable de:


- Représenter une action concentrée, une action repartie
- Calculer les éléments de réduction
1. Actions mécaniques de contact
Les actions de contact se divisent en trois groupes :
 ---------------------------------------------------------------------------------------------------
 ---------------------------------------------------------------------------------------------------
 ----------------------------------------------------------------------------------------------------
1.1. les actions ou charges concentrées
Chaque fois que l’effort de contact est concentré en un point (contact ponctuel) ou sur
une toute petite surface, l’action mécanique est schématisée par un vecteur-force orthogonal au
plan de contact.
Unités : N ou dérivés (daN, kN, etc.).
Exemple : action exercée par un plan horizonta1 (0) sur une bille (1). L’effort de
contact est concentré au point A et est schématisé par le vecteur-force / ⃗perpendiculaire au
plan (0) et passant par le centre de gravité de la bille.

1.2. les actions réparties sur une ligne ou charges linéiques


L’effort de contact est réparti sur une ligne droite ou non. L’action exercée est
schématisée par une charge linéique( ), uniforme ou non.
Unités: . / .

Exemple : Action exercée par un plan horizontal (0) sur un cylindre (1). L’effort de
contact estréparti de façon uniforme (q constant) le long de AB et schématisé par une
chargelinéique ( . ). Dans le but de simplifier les résolutions, la charge répartie peut
êtreremplacée par sa résultante R, au milieu de AB et d’intensité : = .
Page 37 sur 65

1.3. les actions réparties sur une surface ou charges surfaciques.


Lorsque l’effort de contact est réparti sur une surface, l’action exercée est schématisée
par une pression de contact ou une pression ( ) qui peut être uniforme ou non.Unités:
= ( . ), (1 = 10 ).
Exemple 1 : action exercée par un fluide sous pression sur un piston de vérin.L’effort
de contact entre huile et piston est réparti de façon uniforme sur une surface circulaire de
diamètre et est schématisé par la pression qui est la pression du fluide. Dans le but de
simplifier les résolutions, cette action peut être remplacée par sa résultante ⃗ dirigée suivant
l’axe du piston et d’intensité.

= ×

2. Torseur des efforts extérieurs


2.1. Eléments de réductions d’un torseur
Défini en un point donné (A), un torseur d’action mécanique est un système force –
couple constitué de deux grandeurs appelées éléments de réductions :
a) une force ou somme vectorielle ⃗ indépendante du point choisi.
b) un couple ou moment résultant ⃗ fonction du point A choisi.

2.2. Caractéristiques et notation


Dans le repère , ⃗, ⃗, ⃗ ⃗ et ⃗ ’écrivent :
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
⃗ = ⃗ + ⃗ + ⃗et ⃗ = ⃗ + ⃗+ ⃗
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

On note : { } = =
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
( , , )
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Page 38 sur 65

Exemple : action de contact, en A et B, exercée par un solide 1 sur un solide 2.

⃗ / /
/
On notera : / = = / /
/

/ / ( , , )

2.2.1.1. Réducteur d’un torseur en un point quelconque


/

Considérons le torseur / = .
/

Réduisons ce torseur en un point d’un repère donné.

/

Soit / =
/
⃗+ ⃗∧ /

( , , )

2.3. Exercices d’application


Pour chacun des quatre exemples proposés, le solide ou l’ensemble isolé est indiqué
sous forme incomplète. Pour chaque cas, faire le bilan des actions extérieures.
Déterminer la direction de ces actions et éventuellement leur intensité dans les cas
simples (deux forces égales et opposées). Les poids, autres que ceux indiqués, sont négligés.

I.
Page 39 sur 65

II. LEÇON 11 : EQUILIBRE D’UN CORPS, APPLICATION DU PFS


Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable de:

- Enoncer le principe fondamental de la statique


- Résoudre un problème de statique analytique en utilisant le P.F.S.
1. Principe fondamental de la statique
1.1. Enoncé du P.F.S.
Un solide indéformable en équilibre sous l’action de forces extérieures
⃗ ⃗ ⃗ ⃗
( , , , … . , ) reste en équilibre si :
La somme vectorielle ⃗ de toutes les forces extérieures est nulle.
⃗ = ⃗ + ⃗+ ⃗ + ⋯.+ ⃗ = ⃗
Le moment résultant en n’importe quel point I de toutes les forces extérieures est nul.
= ⃗ + ⃗ + ⃗ + ⋯.+ ⃗ =

1.2. Traduction analytique du P.F.S. dans un plan (syst. de forces coplanaire)


Considérons une poutre horizontale soumis à l’action de actions mécaniques, dans
un repère plan, orthonormé( , ⃗, ⃗).Traduisons analytiquement le P.F.S. dans ce repère lié à
la poutre.

⃗ + ⃗ + ⃗ + ⋯+ ⃗ = ⃗
Composantes des actions mécaniques
⃗ + ⃗ + ⃗ + ⋯+ ⃗ = ⃗
− − −
Projection suivant les axes
Suivant y : + + + ⋯ + =
Suivant x :− + − + ⋯− =
Suivant z : ⃗ + ⃗ + ⃗ + ⃗ =
1.3. Exercice d’application
Page 40 sur 65

Considérons la poutre placée entre deux appuis de la figure ci-contre. On donne


⃗ = 2000 et ⃗ = 3000 .On demande :
a) Quel est la nature des contacts en A et B.
b) Enoncer le principe fondamental de la statique appliqué à la poutre.
c) Isoler la poutre et faire le bilan des actions mécaniques appliquées à celle-ci
d) Déterminer les modules des réactions en A et en B.

1.3.1. Résolution
a) Nature des contacts en A et B
____________________________________________________________________
____________________________________________________________
b) Enoncé du P.F.S. appliqué à la poutre
____________________________________________________________________
____________________________________________________________________
________________________________________________________
c) Isolement de la poutre et tableau bilan des actions mécaniquesext.
Page 41 sur 65

d) Détermination des modules des réactions en A et B.


_________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
__________________________________________________________________

1.4. Système matériel soumis à 2 forces


Considérons la biellette suivante.

1.4.1. Enoncé du P.F.S.


Page 42 sur 65

Lorsqu’un solide soumis à l’action de deux forces, celles-ci ont la même direction,
les sens opposés et les mêmes modules. (On dit que ces forces sont directement
opposées.)Ce solide peut être comprimé ou étiré.
1.4.2. Bilan des actions mécaniques

Tableau bilan des actions mécaniques

1.5. Système matériel soumis à 3 forces concourantes


1.5.1. Enoncé du P.F.S. et méthode de tracé
a) Enoncé du P.F.S.
Un solide soumis à l’action de trois forces reste en équilibre si les trois forces sont
concourantes au même point et si la somme vectorielle des trois forces est nulle.
b) Méthode de tracé
Les directions du triangle des forces doivent être parfaitement parallèles à celles de la
figure initiale ayant servi à déterminer le point I. Il est indispensable de choisir une échelle
pour tracer ⃗ sur le triangle des forces (exemple: 1 cm pour 1 000 N, etc.) ; les modules de
⃗ ⃗seront mesurés à partir de cette même échelle. L’extrémité de chaque force coïncide
avec l’origine de la force suivante.
Page 43 sur 65
Page 44 sur 65

1.5.2. Traduction analytique du P.F.S. (3 forces concourantes)


La traduction analytique du P.F.S. s’applique de la mêmefaçon que pour un solide soumis à l’action
de n forces parallèles.les composantes suivant l’axe des ordonnées sont existantes.(Voir § 8.1.2 )

1.6. Exercices d’application


Soit la bielle (3) d’une presse à décolleter.

1.6.1. Compléter le bilan des actions appliquées à (3).


1.6.2. Déterminer analytiquement puis graphiquement les actions en /
⃗ et /
⃗ si
/
⃗ = 150 ℎ :1 50
Résolution graphique :
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________ Résolution
analytique :
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
______________________________________________________________________
Page 45 sur 65

III. LEÇON 14 : MASSE, POIDS ET CENTRE DE GRAVITE

Objectifs : A la fin de cette leçon, je dois être capable de:


Déterminer la masse, le poids et le centre de gravité d’un système matériel
1. Masse d’un corps
1.1. Définition
Soit un système matériel de masse m constitué d’un ensemble de point matériel M1,
M2,M3,……, Mnde masses respectives m1, m2, m3,……, mn.
La masse de ce système matériel est donnée par :

La masse d’un corps est le produit de la masse volumique de ce corps par son volume.
:
: /
:

= 1000 / , = 1,293 /
1.2. Densité
La densité d’un corps est une constante. Elle est le rapport de la masse volumique de
ce corps par la masse volumique de l’eau (pour liquides et solides) ou de l’air (pour les
gaz).C’est la masse de l’unité de volume.

é= =

: é = 920 / , densité d=0.92

1.3. Poids d’un corps


Le poids d’un corps, d’un solide ou d’un système matériel est le produit de la masse de
ce corps par la constante gravitationnelle encore appelé accélération de la pesanteur.
Le poids peut être représenté par un vecteur force ⃗ encore appelé vecteur poids ayant
les caractéristiques suivantes :
 Point d’application : G centre de gravité du solide ( ),
 Direction ou support : la verticale passant par G
 Sens : Du haut vers le bas
 Intensité ou module : = . = 9,81 .
≈ 10 .
2. Centre de gravité

2.1. Définitions
Centre de masse : il est lié à la notion de masse m et représente le point central de
l’ensemble de toutes les masses constituant un objet ou un système matériel et est confondu
avec le centre de gravité G.
Page 46 sur 65

Centre de gravité : il est le point d’application du poids ou du vecteur-poids ⃗ d’un


objet. Cette propriété est vérifiée quelle que soit la position de l’objet dans l’espace.
Exemple :

2.2. Position mathématique du Centre de gravité ou centre de masse


Soit un système matériel de masse m, de centre de gravité G, constitué d’un ensemble
de point matériel M1, M2,M3,……, Mnde masses respectives m1, m2, m3,……, mn et de
centres de masse respectifs G1, G2, G3, …, Gn.
Dans un repère ( , , , ), la position du centre de gravité est donnée par la relation
vectorielle :

⃗+ ⃗+ ⃗+⋯+ ⃗
⃗=
+ + + ⋯+
 Composantes de G.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
+ + + ⋯+
⎧ =
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
⎪ + + + ⋯+
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
⎪ + + + ⋯+
=
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
⎨ + + + ⋯+
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

⎪ = + + + ⋯+
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
⎩ + + + ⋯+
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3. Exercice d’application
 Déterminer la masse totale de chaque cas de figure.
 Déterminer les coordonnées de chaque sous-centre de masse pour chaque cas de
figure.
 Déterminer les coordonnées du centre de masse G de chaque cas de figure.
Page 47 sur 65

4. Exercices de consolidations
Page 48 sur 65

I. LEÇON 16 : AHDERENCE ET FROTTEMENT

Objectifs opérationnels :

- Définir les notions d’adhérence, de frottement et les paramètres utilisés pour l’étude
du frottement.
- Énoncer les lois du frottement.
- Décrire les notions de résistance au roulement et d’arc-boutement.
1. Adhérence
1.1. Définition
Si deux surfaces en contact tendent à glisser mais ne se déplacent pas, on dit
qu’il y a adhérence
1.2. Cône et paramètres d’adhérence
Le cône d’adhérence est le cône de demi-angle au sommet

⃗est l effort
⃗= ⃗+ ⃗
⃗est l effort

= = avec{ = coef icient ′ é

2. Frottement
2.1. Définition
Si deux surfaces en contact se déplacent ou glissent l’une par rapport à l’autre,
on dit qu’il y a frottement.
Page 49 sur 65

2.2. Cône et paramètres de frottement


Le cône d’adhérence est le cône de demi-angle au sommet

⃗est l effort
⃗= ⃗+ ⃗
⃗est l effort

= = avec = coef icient

2.3. Loi du frottement ou lois de Coulomb


Ces lois s’appliquent dans les cas de l’adhérence et du frottement
 L’effort tangentiel s’oppose toujours à la tendance au mouvement (adhérence)
ou au mouvement (glissement ou frottement).
 Dans le cas de l’équilibre strict (adhérence), la réaction est située sur le cône
de frottement d’adhérence. = .
 En pratique, = =
Page 50 sur 65

3. arc-boutement
Pour un solide soumis à l’action de n forces extérieures, on dit qu’il y a arc-
boutement chaque fois que le phénomène de frottement provoque une impossibilité
de mouvement (ou l’équilibre), quelle que soit l’intensité des forces mises en jeu.
4. Quelques coefficients de frottement
Page 51 sur 65
Page 52 sur 65
Page 53 sur 65

5. Exercices d’applications
5.1. Considérons le solide suivant sur un plan incliné de pente sin 18°.
a) Isoler le solide (1) et faire le bilan des forces extérieures qui lui sont appliquées (sous
forme de tableau).
b) Déterminer graphiquement (Echelle : 2 cm pour 100 N) puis analytiquement les
forces et .
c) Que représentent les composantes de .

5.2. Un tendeur de câble se composed’un écrou (1) et de deux vis (2) et (3) dediamètre
moyen et de pas .
a) Un couple de est nécessaire pour tendre le câble
le à lavaleur souhaitée.
Déterminer si entre les filets supposés carrés.
b) Déterminer le couple de desserrage.
Page 54 sur 65
Page 55 sur 65
Page 56 sur 65
Page 57 sur 65
Page 58 sur 65
Page 59 sur 65
Page 60 sur 65
Page 61 sur 65

TRAVAUX DIRIGES
TD : 1

Flexion d’une poutre reposant sur deux appuis et soumise à des charges localisées.
La figure ci-dessous (en 3D et en 2D) représente un robot employé pour soulever des charges
de 800N maximum.

On se propose de vérifier la résistance du bras de manœuvre (2) lorsque celui-ci est horizontal
et supporte la charge maximale de 800N en A.
Hypothèse :
Le poids du bras (2) est négligé.
- Toutes les forces appliquées a la poutre sont disposées perpendiculairement a la ligne
moyenne et dans le plan de symétrie longitudinal.
- Les forces appliquées sont concentrées en un point (Aen A ,B1/2 en B et C3/2 en C).
1) Isoler le bras (2) lorsqu’il est à sa position horizontale.
2) Faire le bilan des actions mécaniques, dans un tableau.
3) Appliquer le PFS en C et en déduire les actions en B et C (B1/2 et C3/2)
Données : CB=0,5m ; BA=1,5m
Page 62 sur 65

TD : 2

1) Translate into English the followingterms: la statique analytique, forces, équilibre des
forces, le principe fondamental de la statique, action mécanique.

2) let us consider a car presenting a mechanical system as follow :

By considering the ranges a=1,4m and b=1,8m, determine the mechanical actions in A and B.

TD : 3

Un dispositif de blocage est constitué par une bride 2 articulée sur un axe 1 comme
l’indique la figure ci-dessous.
dessous. L’écrou 4, après serrage, exerce sur la bride, par l’intermédiaire
de deux rondelles, un effort de 400 daN. L’action exercée par le ressort qui sert uniquement à
équilibrer le poids de la bride lors du desserrage sur la bride étant négligée, déterminer l’effort
exercé par la bride sur la pièce. On néglige le poids de la bride et les frottements.
Page 63 sur 65

TD : 4

Considérons la figure ci- dessous


dessou qui présente l’action d’un câble tendu 2 sur un support 1
accroché à un mur 0.. Le point d’attache du câble sur le support sera noté A. on négligera le
poids du câble.

1) Dans un plan muni du repère orthonormé (O,I,J), schématiser l’action mécanique


du câble sur le support, avec les caractéristiques suivantes :
- A2/1= 1200 daN, Echelle : 1cm pour 2000N.
- La direction de fait un angle α = 30° avec l’horizontale.
2) Ecrire la relation : = + où l’on déterminera et .
3) Réécrire cette relation si la direction du câble est telle que α = 0° par rapport à
l’horizontale.
4) Est-il
il possible de déduire un moment en o de l’action ? si oui que représ
représente la
distance de l’axe par rapport à ce point o ( en cm) ? déduire ce moment.

TD :5

Considérons la figure suivante.

1) Déterminer le moment de la force F1 par rapport au point A, MA( ).


2) Déterminer le moment de la force F2 par rapport au point A, MA( ), si MA( )
+MA( ) = 0.
Page 64 sur 65

TD : 6

Soit la figure suivante :

1) Déterminer Fx et Fy.
2) Déduire le moment en A de la force F.
NB : sur la figure les dimensions sont données en mm et N pour la force.
3) Déterminer la valeur du moment en A si α = 90°.

TD :7

1) Définir les termes suivants : Corps solide, système matériel, action mécanique, solide
isolé.
2) Soit le système mécanique suivant :
Page 65 sur 65

- Faites un bilan des actions mécaniques agissant sur la tourelle 2.


- Isoler le vérin. Quelles sont les actions mécaniques agissant sur ce dernier ? écrire la
condition d’équilibre de ce système.

TD : 8

Soit le système ci-dessous présentant deux boules 3 et 4 contenues dans une boite 1. La boite
elle-même est posée sur surface plane 2. La boule 3 est en contact avec la boite en D et avec
la boule 4 en C. la boule 4, en contact avec la boite en A et B et avec la boule 2 en C.

5- Quels sont les différents types de contact en présence dans cet ensemble ?
6- Isoler chacune des boules 3 et 4, et faire un inventaire des actions mécaniques.
7- Isoler le système 3+4 et faire un inventaire des forces qui s’y appliquent.
8- Isoler le système 1+3+4 et faire un inventaire des forces en présence.