Vous êtes sur la page 1sur 13

Université Djilali Liabes de Sidi bel Abbes

Faculté De sciences et technologie


Département de génie civil et travaux public
Master 1 : géotechnique
Travaux pratique :
Essai pressiométrique Menard

Groupe : 1
Présenté par :

1-Ghermaoui nafissa

2-Chebbak ahlem
1. I-1 introduction
L’utilisation des essais de reconnaissance des sols en place s’est particulièrement
Développée dans le monde. Ce type d’essais permet de s’affranchir des difficultés de
prélèvement, de transport et de conservation des échantillons de sol. Parmi ces essais in-situ ;
l’essai pressiométrique qui suscite un intérêt particulier de la part des géotechniciens. Ses
Avantages se résument essentiellement à sa facilité et à la nature des résultats qu’il permet
D’obtenir. Cet essai consiste à descendre dans un trou de forage, une sonde gonflable jusqu’à
une profondeur donnée et actuellement, il est exploité dans les règle de calcul des fondations.

2. Objectif de l’essai
Il s’agit d’un essai de chargement statique du terrain en place, effectué grâce à une sonde
cylindrique dilatable radialement introduite dans un forage. Cet essai fait l’objet de la norme
française NF P 94-110-1.
Les informations recueillies grâce au forage ainsi que les caractéristiques mécaniques
obtenues lors des essais permettent :
• D’apprécier la succession des couches de sol et éventuellement leur nature ;
• De définir l’aptitude des terrains à recevoir certains types de constructions et d’orienter le
choix des fondations d’ouvrages ;
• De dimensionner les fondations ;
• D’évaluer les déplacements des structures en fonction des sollicitations auxquelles elles sont
soumises.

3. Principe de l’essai
Le procédé consiste à introduire dans le sol, une sonde cylindrique dilatable (figure 1). Cette
sonde est reliée à un appareil de mesure pression-volume, appelé Contrôleur Pression Volume
(CPV), situé à la surface du sol. L'essai permet d'obtenir une courbe "pression appliquée-
volume injecté", représentative de la relation contrainte-déformation jusqu’à la rupture du sol
en place. Pour cela on injecte de l’eau sous pression dans la sonde de mesure qui vient
déformer le sol. Le volume injecté et la pression appliquée sont mesurés. Le volume d'eau
injecté nous renseigne sur la déformation du sol, et la pression de l'eau nous renseigne sur la
contrainte reprise par le sol.
.

Figure 1 : Schéma de principe de l’essai pressiométrique Ménard

L'exploitation des résultats permettra de connaître deux caractéristiques pressiométrique


importantes du sol que l'on utilise pour le dimensionnement des fondations :
• pl : pression limite du sol (caractéristique de rupture du sol) ;
• EM : module pressiométrique Ménard (caractéristique de déformabilité du sol).

4. but de l’essai :
Déterminer :
Pl : pression limite
Em : Module pressiométrique
Pf : pression de fluage

5. Appareillage
 L’ensemble pressiométrique comprend :
 Une sonde(sonde à gaine souple ou munie d’un tube lanterné)
 Des tiges
 Un sous-ensemble contrôleur pression-volume (CPV) : pression minimale de 5MPa
avec un pas 0.5 MPa au moine 10s
 Des tubulures reliant le CPV à la sonde (connections entre le contrôleur pression-
volume et la sonde)
 L’utilisation de la sonde avec tube lanterné est réservée aux cas suivants :
 Instabilité des parois du forage (risque d’éboulement)
 Eclatement répété de la sonde à gaine souple quelle que soit sa résistance
limite propre avant obtention de la pression limite
6. MODE OPERATOIRE

INSERTION DE LA SONDE DANS LE TERRAIN :


Le mode de mise en place de la sonde est lié à la nature des sols, à leur état, à la présence ou
non d'une nappe. Il s'agit :
Soit de descendre la sonde dans un trou de forage réalisé préalablement de diamètre dt tel que
dt < 1,15 ds
Soit de foncer directement la sonde munie de son tube lanterné en refoulant le sol.

REALISATION DE L'ESSAI D'EXPANSION :


2.3.2.1 Programme de chargement de l'essai pressiométrique
La pression p mesurée à l'indicateur de pression est augmentée progressivement par paliers de
pression de pas
p constants avec une valeur maximale du 1/10 pl. Chaque pression est maintenue constante
dans les cellules de mesure
et de garde pendant une durée t de 60 s. Le temps pour appliquer le pas de pression p doit
être inférieur à une durée
t de 10 s. Une fois l'essai terminé, le déchargement se fait sans palier.
2.3.2.2 Pression dans les cellules de garde
La pression dans les cellules de garde doit être maintenue inférieure à celle de la cellule
centrale de mesure avec une
Différence au moins égale à deux fois la résistance limite propre de la membrane

Un essai d'expansion est conduit jusqu'à l'obtention de la pression limite. Si cette pression ne
peut être atteinte, l'essai
est considéré comme terminé s'il comporte un minimum de 8 paliers et si l'une des conditions
suivantes est satisfaite:
La pression de 5 MPa a été atteinte dans la cellule centrale,
Un volume de liquide V égal à : (Vs + 2 V1) a été injecté dans la cellule centrale. V1 est le
volume injecté
Correspondant au début de la plage pseudo-élastique.
Trois paliers de pression au moins ont été appliqués au-delà de la pression de fluage et quatre
au moins
Avant cette pression de fluage.

courbe d'étalonnage
700

600

500

400

300

200

100

0
0 5 10 15 20 25 30 35

Déterminer Pe :par projection sur la courbe d’étalonnage :

Ve=1.2Vs

Ve=1.2 *470=564mᵌ

Donc Pe=29.65 MPa

2 : corriger les valeur des pression et volume et tracer la courbe


corrigée :

P=Pr+Ph-Pe
V=Vr-aPr

Ph=yi(Zc-Zs) avec : yi=10 KN/mᵌ

Essai à 1.5m Essai à 3m Essai à 5m

Pr Vr(₆₀ P v Vr(₆₀ P V Vr(₆₀ P V


) ) )
0 30 -24.65 75 75 -39.65 75 90 -59.65 90
75 125 50.35 123.5 150 38.35 148.5 170 15.35 168.5
150 197 125.35 194 210 110.35 207 255 90.335 252
225 223 200.35 218.5 245 185.35 240.5 312 165.35 307.5
300 247 275.35 241 265 260.35 259 363 240.35 357
375 280 350.35 272.5 287 335.35 279 425 315.35 417.5
425 480 365.35 471.5
450 355 425.35 3346 320 410.35 311
500 455 475.35 445 370 460.35 360
60 465 560.35 456
0

La courbe corrigé pour les 3 essais :


500
471.5
450 456
417.5
400

350 357 360

300 307.5 311


mᵌ

279
250 252 259
240.5
Volume

200 207
168.5
150 148.5

90100
75
50

0
-100 0 100 200 300 400 500 600
pression MPa

3 : déterminer les trois phases sur la courbe corrigée :

Phase1 : élastique

Phase 2 :pseudo-élastique

Phase3: plastique

Mi= (Vi-V i-1)/(Pi-P i-1)

essai Vi V i-1 Pi P i-1 Mi


Phase 1 194 75 125.35 -24.65 0.79
Phase2 272.5 194 350.35 125.35 0.35
1.5m
Phase3 455 272.5 475.35 350.35 1.38
3m Phase 207 75 110.35 -39.65 0.88
1
Phase 311 207 410.35 110.35 0.34
2
Phase 456 311 560.35 410.35 0.96
3
5m Phase 252 90 90.35 -59.35 1.08
1
Phase 357 252 240.35 90.35 0.7
2
Phase 471.5 357 365.35 240.35 0.92
3

En pratique :
δp=1/100

δV=3cm3

mE : la plus petite pente = min (mi)

mi (1.5m) = 0.35

mi(3m)=0.34

mi(5m)=0.7

350.35+125.35 6
βm1= 1+ 0.01 * +
350.35−125.35 272.5−194

βm1= 1.097

410.35+110.35 6
βm2=1+0.01* +
410.35−110.35 311−207

βm2= 1.074

240.35+90.35 6
βm3= 1+0.01* +
240.35−90.35 357−252

βm3= 1.072

Le calcule de β* mE :

β* mE1= 1.097 * 0.35 = 0.38

β* mE2= 1.074 * 0.34 = 0.36

β* mE3= 1.072 * 0.7 = 0.75


les points 1 (P1, V1) et 2 (P2, V2) qui represente les limites de la phase pseudo-élastique :

Essai P2 V2 P1 V1
1.5 350.35 272.5 125.35 194
3 410.35 311 110.35 207
5 240.35 357 90.35 252

5.4 Module pressiométrique de Ménard:

Le module pressiométrique de Menard « E » est définis par :

v coefficient Poisson = 0,33,

vs. volume de la sonde,

p2 , V2 pression et volume correspondantà l'extrémité de la plage pseudo-élastique

p1 , V1 pression et volume correspondantà l'origine de la plage pseudo-élastique.

194+272.5 350.35−125.35
Em1= 2 (1+0.33) [470+ ]( )
2 272.5−194

Em1= 5368.75

207+311 410.35−110.35
Em2=2 (1+0.33) [470+ ]( )
2 311−207

Em2= 934.16

252+ 357 240.35−90.35


Em3=2 (1+0.33) [470+ ]( )
2 357−252

Em3= 543.837
Z=1.5m:

P V60/30
0 30
75 5
150 2
225 0
300 1
375 7
450 23
500 45
Z=3m:

p V60/30
0 75
75 10
150 0
225 0
300 3
375 4
450 7
500 15
600 35

Z=5m

P V60/30
0 90

75 15

150 8

225 7

300 8

375 10

425 15

Les courbes de fluages:


fluage
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
0 75 150 225 300 375 450 500

80
70
60
50
v60/30

40
30
20
10
0
0 100 200 300 400 500 600 700
pression
100
90
80
70
60
V60/30

50
40
30
20
10
0
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450
pression

La pression de fluage nette 𝑃𝑓 est calculée à partir de:

Avec : σHS : Contrainte totale horizontale au niveau de l’essai:

K0: Coefficient des terres au repos = 1-sinϕ

Us : Pression de l’eau au niveau du point d’essai,

𝜎𝑉𝑆 = 𝛾𝑠𝑜𝑙 × 𝑍𝑠.

Resultants:

K=1-sin(25)

K=0.58

σH(1.5)= 0.58*24=13.9

σH(3)= 0.58*48=27.84

σH(5)= 0.58*80=46.4

5.6 Pression limite pressiométrique:

La pression limite est calculée par : 𝑷𝒍 = 𝟏, 𝟕𝑷𝒇 − 𝟎, 𝟕𝝈𝑯𝑺,


La pression limite nette est calculée par : 𝑷𝒍 = 𝑷𝒍 − 𝝈𝑯𝑺.

Pour z=1.5
Pf= 0.350-0.01392

Pf=0.33608 mpa

Pl= (1.7*0.33608) – (0.7*0.0139)

pl= 0.560mpa

Pour z=3m
Pf= 0.450-0.02784

Pf=0.422mpa

Pl=(1.7*0.422) – (0.7*0.02784)

Pl=0.697

Pour z=5m
Pf=0.300-0.0464

Pf=0.2536mpa

Pl=(1.7*0.2536) – (0.7*0.0464)

Pl=0.398mpa

Pl*=pl-σhz

Pl*=0.560-0.01392

Pl*(1.5) = 0.540608Mpa

Pl*= 0.697-0.02784

Pl*(3m) = 0.66916Mpa

Pl*= 0.398-0.0464

Pl*(5m) = 0.3516 Mpa

Vous aimerez peut-être aussi