Vous êtes sur la page 1sur 11

LE TRAVAIL PSYCHIQUE D’IDENTITÉ

Alejandro Bilbao et Daniel Jofré

Editions GREUPP | « Adolescence »

2017/2 T.35 n° 2 | pages 335 à 344


ISSN 0751-7696
ISBN 9782847953879
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


https://www.cairn.info/revue-adolescence-2017-2-page-335.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Editions GREUPP.


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

© Editions GREUPP. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


le travail psychique d’identité

alejandro bilbao, daniel jofré

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


« En ce qui concerne notre civilisation et l’état actuel des
connaissances dans les branches très diverses : mathématiques,
biologie, linguistique, psychologie, philosophie, etc., là aussi on a
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

constaté que le contenu de la notion d’identité est mis en doute, et


fait même parfois l’objet d’une très sévère critique ».
lévi-strauss c. (1977). L’identité. paris : puf, 2010, p. 11.

en ce qui concerne le problème de l’identité, l’expérience


psychanalytique apporte une réponse invoquant l’idée de travail
psychique. au sein du dynamisme psychique, ce travail se trouve associé
à l’ensemble des symbolisations requises, aux mesures de l’usure et du
compromis qui sont manifestes une fois que l’agir de ce travail devient
l’exemple des liens qu’établit l’identité avec les rythmes et les
transformations de la vie pulsionnelle. ces exigences pulsionnelles ne
constituent pas seulement une ébauche de la théorie psychanalytique pour
considérer l’appropriation des sens qui sont en œuvre dans l’édification
subjective car, à travers la notion de détresse originaire (Hilflosigkeit)
exposée par freud (1887-1902) depuis le début de ses premiers textes, ces
exigences présentent déjà l’inéluctable présence du partenaire humain.
cette figure d’humanisation associe, à l’idée de travail identitaire, le
phénomène d’identification, afin de montrer le strict lien que
l’identification maintient avec les processus que la pulsion délimite au
moyen de ses buts et de ses objets.
il faut souligner que dans l’expression de « travail identitaire », on
peut déjà observer les caractéristiques et les allures du processus
psychique de la subjectivation. en tant qu’expression de ce processus, elle
Adolescence, 2017, 35, 2, 335-343.
336 alejandro bilbao, daniel jofré

est discernable dans les relations qui effectivement s’accomplissent entre


la pulsion, l’identification et l’objet, et qui sont, selon r. roussillon
(2006), les modes d’opérer de l’appropriation subjective. c’est ainsi que
le travail identitaire met en évidence les expériences d’impasse que le Moi
accompli dans sa relation avec les objets et les expectatives du désir
inconscients, montrant que son inclusion métapsychologique à l’intérieur
des postulats psychanalytiques se maintient dans la ligne des analyses
exposées par a. Green (1993) concernant Le travail du négatif. c’est

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


précisément ce terme de négatif qui le montre dans une condition de
réaction face à l’intention de comprendre l’identité comme une substance.
toujours est-il que si le travail identitaire correspond à la somme des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

intrications et des désintrications pulsionnelles, à la tâche qu’y


développent les processus concernant le désir (l’identité comme
perception-hallucination), l’activité de la pensée (l’identité en tant que
mouvement psychique différé par la pensée), les symbolisations et
impasses de l’exercice représentatif et le rôle de l’identification en tant
qu’expression subrogée des dépendances originaires, alors ce travail doit
être revu par rapport à sa formulation négative.
la psychanalyse réalise la critique de l’identité par les formes
d’expression de son travail. en effet, les processus de deuil concernant
l’image corporelle infantile ainsi que le Moi propre durant la période de
l’adolescence témoignent de l’intensité des effractions psychiques qui
ébranlent la permanence de la vie psychique et corporelle. Moyen pour
déterminer ce qui reste d’identique dans un objet, la capacité de permanence
définit les critères de perpétuation d’un objet, son immutabilité.
ces effractions, en tant que mode d’altération de la permanence,
tracent un des propos inexorables de la symbolisation qui est celui de
donner la mort aux séries filiales de dépendance œdipienne. À partir du
moment adolescent, le lien qui maintient la fonction créatrice de la
symbolisation avec les dépendances objectales, provenant d’un temps
antérieur, admet la considération du nouveau et de l’actuel avec la
dynamique inconsciente de ces dépendances. c’est pourquoi, la
délimitation de ces liens ne peut être concédée à une simple différence
temporelle visible dans les liens qui se définissent diachroniquement et
progressivement entre la pensée, sa soumission aux exigences de la réalité
le travail psychique d’identité 337

et les formes de satisfaction les plus hallucinatoires et archaïques du désir.


de la sorte, la délimitation de ces figures psychiques – la pensée, la réalité
et l’hallucination du désir – passent à l’intérieur des séries temporelles
divergentes, montrant que la démarcation d’une variante spatio-
temporelle uniforme est dérisoire ; un fait nouveau ne peut devenir actuel
s’il ne comprend point la présence d’un futur antérieur, sa dépendance vis-
à-vis du passé. l’expression négative que le travail de l’identitaire montre,
au moment de le considérer vis-à-vis des séries temporelles attachées aux

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


périodes du Moi, est un autre des aspects qui réagit face à la possibilité
d’admettre une délimitation homogène pour la vie psychique, et de penser
le Moi comme un genre d’ipséité originaire. délimiter l’identique, c’est
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

différencier un domaine ou un territoire des influences d’autres éléments


afin de discriminer ce qui reste identique au moyen de ce qui est différent.
les expériences infantiles précoces évoquées par le travail de la
figuration psychique sont la preuve délibérée des récapitulations qui
agissent dans les systèmes du registre mnémique, soit par la voie de la
remémoration provoquée via le transfert, soit par le travail onirique. la
remémoration onirique ainsi que le travail d’élaboration concédé par le
transfert montrent la réorganisation de ces expériences infantiles qu’elles
décèlent par l’intermédiaire du commerce associatif établi entre les
représentations de mots (Wortvorstellung) et les représentations de choses
(Dingvorstellung). on peut admettre que les représentations de mots
constituent une voie différée pour traiter les motions de désir inconscient
par le truchement du jugement, en redistribuant en permanence les actions
de correspondance entre les représentations et les affects.
la délimitation et la démarcation du dynamisme de la vie
psychique qui ont lieu par le biais des diverses oppositions économiques,
topiques et dynamiques, générées par l’articulation entre ces différents
systèmes représentatifs, traduisent le devenir du travail identitaire dans la
négation de n’importe quel genre de substantialisation de son parcours. au
niveau dynamique mais aussi topique, les motions de désir inconscientes
établissent une correspondance spatiale et temporelle, jamais homogène,
entre ses réclamations et le travail psychique de deuil, pour tout ce que ces
rapports montrent au moment de réfléchir sur l’actualisation du passé dans
le présent que constitue le Moi. il ne faut pas oublier les processus de
338 alejandro bilbao, daniel jofré

déplacement des affects et des représentations qui expriment les mesures


de force exigées pour la création de la nouvelle spatialité que le psychique
exhorte en raison des transformations apportées par les nouvelles
exigences de la réalité mises en place autour du Moi et du corps infantile.
l’élément économique impliqué au sein des processus d’effraction
psychique, propres à l’adolescence, participe donc de la réorganisation
spatiale exigée par les nouvelles réclamations pulsionnelles, toujours
considérées dans leur état de dépendance larvée face au passé. cette

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


situation est également visible dans les impasses psychotiques qui peuvent
compromettre cette organisation spatiale en tant que conséquence de
l’échec du processus associatif et de deuil. la négation de l’identité en tant
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

que substance équivaut alors à la réalité informulable de l’idée de


permanence, de délimitation et de correspondance comme formes
d’écrire et de nommer l’identique.
si l’on exprime de cette manière le travail identitaire en tant que
manifestation d’un processus transformé en substance, il devient
principe et non activation du devenir d’un travail. en outre, l’identité
comprise comme substance méconnaît les relations que ce travail
maintient avec la « passivité » qui porte le Moi au moment de subir les
expériences de réactivation d’un nombre important des fantasmes
infantiles ; sont alors oubliés le rôle fondamental des menaces pubertaires
liées au complexe de castration ainsi que les rapports de dépendance
œdipienne. il se trouve que cette situation empêche aussi l’investigation
psychanalytique nécessaire aux transmutations et traumatismes que la vie
pulsionnelle exprime dans la période adolescente en tant que moment
élaborateur des effractions pubertaires (Gutton, 1991). ces
transformations concernent aussi bien l’objet que l’agent de cette
métamorphose, quand il s’agit de prendre en compte les phénomènes de
passivité et d’activité impliqués dans les fantaisies pubérales
d’anéantissement et d’invasion du Moi (richard, Wainrib, 2006).

le domaine de construction des concepts anthropologiques décèle


le visage imaginaire des phénomènes de la permanence, de la délimitation
et de la correspondance, mots clés de l’identité faite substance. la filiation
met en valeur, avec la systématisation de ses découvertes, le fait que
le travail psychique d’identité 339

l’identité se bâtit sur un fond de différences, qu’elle est la négation de la


transmission du même, évidence du rejet que chaque sujet exprime face
à l’expérience de l’indistinct. la filiation n’exprime pas des
démarcations de lieu car, en elle, s’expriment les différences concernant
les sexes et les générations. elle exclut les postulats de la permanence à
travers tout ce qu’elle transmet et fait par le moyen de ses interstices. ces
propositions montrent comment les composants de l’identité se trouvent
soumis à des systèmes de saturation sociale, de stricte valeur politique,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


morale, religieuse, économique et sexuelle. l’identité et ses composantes
s’érigent ainsi en « miettes »1.
l’anthropologie montre que la composition de l’identité s’exprime
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

au pluriel au moyen des sens qui sont accordés par l’intermédiaire de la


diversité de ces dimensions. la fondation d’un sujet s’organise, par
conséquent, à travers quelque chose qui ne peut pas être obtenu par ses
propres conditions d’existence, à l’image de la société qui requiert des
actes qui ne résident pas en elle-même, pour pouvoir s’instituer en tant que
collectif social et politique. on peut observer alors que dans les sociétés
traditionnelles, le processus socio-symbolique propice à la réussite de
l’identité personnelle se trouve renforcé par des pratiques rituelles qui
intègrent les individus à un nouveau statut à travers lequel ils sont institués
au niveau des liens sociaux, de la sexualité et de la parentalité. au
contraire, dans les sociétés contemporaines, on estime que les
changements associés aux modes de vie seraient habilités pour intervenir
dans le processus de filiation tout en modifiant la relation de l’individu
tant au niveau de la communauté dans son ensemble que dans ses relations
avec les autres individus2. dans ces analyses, les mutations sociales et
culturelles contemporaines diminueraient le poids des liens socio-
symboliques, dans la construction du sentiment des racines identitaires,
favorisant l’idéal d’autonomie, l’illusion d’auto-fondation, le
resurgissement et la consolidation du sectarisme et du fondamentalisme.

1. Godelier M. (2004). Métamorphoses de la parenté. paris : fayard.


2. augé M. (2012). Pour une anthropologie de la mobilité. paris : payot & rivages.
dufour d.-r. (2003). L’Art de réduire les têtes. paris : denoël. Gauchet M. (2002). La
démocratie contre elle-même. paris : Gallimard.
340 alejandro bilbao, daniel jofré

du côté de la psychanalyse également, on trouve des lectures qui


concèdent une importance spéciale à ces reconfigurations des espaces
socio-symboliques dans l’interprétation des difficultés des adolescents
contemporains par rapport aux constructions et élaborations psychiques,
propres au passage de l’adolescence, mais aussi de la réussite d’un
positionnement intersubjectif dans l’ordre social. on peut prendre deux
positions pour illustrer ces hypothèses. À travers la notion de
mélancolisation du lien social, on veut prendre en compte une sorte de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


confusion des registres socioculturels en accord avec un état de non
différenciation des éléments symboliques constitutifs de chaque univers
discursif ou de chaque génération, ce qui rendrait difficile les processus
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

d’élaboration psychique, la construction identitaire et le travail de


transmission transgénérationnelle (cadoret, 1998 ; douville, 2001). par
ailleurs, selon l. sciara (2010), dans les sociétés contemporaines
apparaissent une série de problèmes associés à la fragmentation du lien
social et au refus de l’altérité, ce qui introduirait de nouvelles limites entre
les individus, de nouveaux espaces de ségrégation et qui permettrait
l’émergence et le renforcement de logiques imaginaires au niveau de
l’identité. or, quelle que soit l’interprétation, le nœud du problème semble
résider dans la difficulté d’obtenir, dans l’adolescence, la conformation
d’une position subjective qui intègre la construction d’un positionnement
identitaire dans le lien social mais, en même temps, qu’elle soit
démonstrative de la construction d’une spatialité psychique qui oriente
les processus de transmission et la relation du sujet par rapport au désir
et à la castration. on peut reconnaître alors l’importance que la
psychanalyse attribue à la notion d’identification symbolique pour les
processus de construction psychique du sujet et de la transmission. cette
importance réside dans la possibilité d’introduire le sujet dans une
temporalité logique qui surpasse la seule appréhension imaginaire de sa
relation à l’autre en attribuant un espace de reconnaissance de l’altérité
de la langue en tant qu’entité constitutive de la possibilité de
positionnement subjectif dans le lien social.
en poursuivant cette réflexion, il est pertinent d’insister sur
l’importance de maintenir une certaine réserve au moment d’inclure trop
rapidement dans le champ des mutations socio-symboliques, le domaine
le travail psychique d’identité 341

d’analyse relatif aux processus d’élaboration psychiques favorables à


l’appréhension et la création, de la part du sujet adolescent, de nouveaux
signifiants qui puissent le représenter à l’intérieur du lien social. À ce
sujet, il est pertinent d’admettre que l’apport des hypothèses
psychanalytiques dans les élaborations, faisant référence à l’ordre social
contemporain, doit considérer, pour le moins, les directrices
métapsychologiques suivantes. premièrement, que la réarticulation
fantasmatique de l’adolescence représente un temps logique durant lequel

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


les élaborations psychiques, qui permettent l’appropriation de l’être
sexuel et social, participent de l’effort du sujet pour se positionner face au
déclin des ancrages phalliques représentatifs de la sexualité infantile.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

deuxièmement, on admettra que ce soit la possibilité d’anticiper un milieu


de jouissance qui surpasse l’horizon phallique du désir, caractéristique de
l’organisation sexuelle infantile, et qui rend possible la conquête d’une
position subjective dans l’adolescence à partir de la reconnaissance du
manque structurel qui organise la relation du sujet à l’autre, au niveau du
désir et de la castration. par conséquent, et dans cette perspective, c’est la
fonction de tiercéité, qui est prise par les identifications symboliques de
l’adolescence, qui permet l’appréhension du sujet par de nouveaux
signifiants qui, tout en se positionnant à la place de la nomination du
signifiant du nom-du-père, l’institue dans le registre de la sexualité, de la
parentalité et l’inscrit dans la chaîne des générations.
en outre, comprendre les transformations de l’adolescence en tant
que temps logique qui renforce l’importance de la position de la tiercéité
dans la logique de l’inconscient, apparaît alors l’interrogation des
mécanismes psychiques à disposition du sujet, afin d’organiser son
positionnement subjectif face à des imaginaires sociaux qui l’introduisent
dans une relation de dualité imaginaire. cette visualisation qui pourrait se
dénommer comme étant un travail identitaire de l’adolescence, invite à
penser également que les manifestations de l’impasse du passage de
l’adolescence se définiront en accord avec une exigence qui tendrait à situer,
dans la relation spéculaire avec son propre corps ou avec l’image du corps
de l’autre, l’agressivité résultant du renforcement des identifications
imaginaires. dans ce sens, on peut considérer que ces manifestations de
souffrance psychique s’expriment comme une agression dirigée à sa propre
342 alejandro bilbao, daniel jofré

personne comme une ré-inversion pulsionnelle qui situe le corps propre au


centre de l’impasse des processus psychiques d’élaboration, ou bien comme
une violence dirigée vers les autres agissant comme une impulsion qui
tendrait à annuler la différence installée par l’altérité dans les dynamiques
de subjectivation et de reconnaissance.

en conséquence, un premier examen de ces antécédents

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


conceptuels nous permet de différencier deux plans d’analyse qui sont
nécessairement en relation, mais dont la différenciation est déterminante
dans son discernement. d’une part, on peut penser l’espace d’influence
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

des imaginaires sociaux au niveau de la construction de romans familiaux,


conformés à travers des signifiants et imaginaires, fortement attachés aux
sociétés contemporaines et qui mélangent l’avidité de jouissance et la
violence. cependant, il est également possible de souligner, qu’au-delà de
cette dimension qui fait référence à la construction des aspects
phénoménologiques des symptômes, l’impasse psychique s’installe dans
la résolution et dissolution des ancrages narcissiques et, par conséquent,
dans l’inscription psychique du sujet adolescent, dans un niveau de
tiercéité à travers lequel on désinvestit des figures infantiles, phalliques et
fortement idéalisées qui tendent à renforcer les exigences d’un surmoi
sadique, discordant avec les processus sublimatoires propres à
l’adolescence. processus qui tendent, au contraire, à la désidéalisation et à
l’ouverture à l’historicité des récits familiaux, filiatifs et sociaux. de sorte
que l’émergence d’une position identitaire ouverte à l’altérité durant
l’adolescence constitue toujours une esquisse qui permet l’appropriation
subjective de l’histoire propre et de l’histoire sociale, c’est-à-dire, une
façon de faire un discours toujours provisoire, qui oriente le processus de
déconstruction de tout ce qui semble substantiellement identique.

biblioGraphie

cadoret M. (1998). contexte et culture. violence de la scène adolescente. Adolescence,


16 : 57-65.
douville o. (2001). pour introduire l’hypothèse d’une mélancolisation du lien social.
Cliniques méditerranéennes, 63 : 239-262.
le travail psychique d’identité 343

freud s. (1887-1902). La naissance de la psychanalyse. 2009, paris : puf


Green a. (1993). Le travail du négatif. paris : les éditions de Minuit.
Gutton ph. (1991). Le pubertaire. paris : puf, 2013.
richard f., Wainrib s. éds. (2006). La subjectivation. paris : dunod
roussillon r. (2006). pluralité de l’appropriation subjective : pour une métapsychologie
différentielle de l’appropriation subjective. in : f. richard, s. Wainrib (éds.), La
subjectivation. paris : dunod, pp. 59-80.
sciara l. (2010). Banlieues. Pointe avancée de la clinique contemporaine. toulouse : érès.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP


alejandro bilbao
univ. andrés bello
facultad de humanidades y ciencias sociales
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP

7591538 santiago de chile, chile.


bilbao1231@hotmail.com

daniel jofré
univ. austral de chile
5480000 puerto Montt, chili
jofre.daniel@gmail.com
daniel.jofre@uach.cl
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.217.206.194 - 02/05/2019 05h34. © Editions GREUPP