Vous êtes sur la page 1sur 86

Banque Africaine de Observatoire du Sahara et du Sahel

Développement

Financement

Projet n° P-Z1-EAZ-021 Don n° 5600155002001

Rapport de Synthèse

HYDROGÉOLOGIQUE

29 décembre 2012

Rapport OSS-GICRESAIT no 14

Bureau d’études : Groupement


ANTEA Group & JMB_Consult
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Table des Matières


Liste des acronymes et des abréviations ................................................................................. 4
1. CONTEXTE, OBJECTIFS ET DÉROULEMENT DU PROJET ..................................................... 5
1.1. Contexte de l’Étude ....................................................................................................... 5
1.2. Objectifs du Projet ......................................................................................................... 6
1.3. Déroulement des travaux d'investigation ....................................................................... 7
1.4. Cadre physique de l’étude ............................................................................................. 8
1.4.1. Étendue de la zone intéressée par le GICRESAIT................................................. 8
1.4.2. Cadre géographique et climatique........................................................................ 10
1.4.3. Contexte géologique ............................................................................................ 10
2. COLLECTE DE DONNÉES ET D’INFORMATIONS ................................................................. 13
2.1. Actualisation des connaissances, investigations, recueil et synthèse des données ... 13
2.1.1. Données collectées .............................................................................................. 13
2.1.2. Difficultés rencontrées .......................................................................................... 14
3. GÉOLOGIE..................................................................................................................... 15
3.1. Actualisation des connaissances, investigations, recueil et synthèse des données ... 15
3.1.1. Élaboration de la carte géologique numérique de la zone d'étude ....................... 15
4. HYDROGÉOLOGIE .......................................................................................................... 17
4.1. Approche hydrogéologique adoptée............................................................................ 17
4.2. Unités hydrogéologiques distinguées .......................................................................... 18
4.2.1. Le bassin de Taoudéni-Tanezrouft ....................................................................... 18
4.2.2. Le bassin des Iullemeden ..................................................................................... 22
4.2.3. Le fossé de Gao, lien entre les aquifères des bassins de Taoudéni et des
Iullemeden ...................................................................................................................... 23
4.3. Points d'eau et piézométrie ......................................................................................... 25
4.3.1. Répartition des points d'eau ................................................................................. 25
4.3.2. Bassins Hydrologiques et Hydrogéologiques ....................................................... 30
4.3.3. Piézométrie des nappes ....................................................................................... 31
4.3.4. Relations avec les eaux de surface et typologie de la recharge des nappes ....... 36
4.3.5. Fluctuations piézométriques des nappes ............................................................. 38
4.4. Caractéristiques hydrodynamiques et évaluation quantitative de la recharge ............ 39
4.4.1. Paramètres hydrodynamiques.............................................................................. 39
4.4.2. Recharge .............................................................................................................. 41
4.5. Évaluation des prélèvements dans les nappes ........................................................... 42
4.6. Géochimie des eaux .................................................................................................... 46
4.7. Secteurs identifiés à fort potentiel en eaux souterraines ............................................. 49
4.7.1. Avec ressources renouvelables abondantes ........................................................ 49
4.7.2. Avec ressources renouvelables limitées .............................................................. 61
4.8. Éléments de conceptualisation pour la modélisation des systèmes aquifères ............ 70
5. VULNÉRABILITÉ ET IMPACT DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ........................................ 73
5.1. Données Environnementales ...................................................................................... 73
5.1.1. Vulnérabilité qualitative......................................................................................... 73
5.1.2. Vulnérabilité quantitative ...................................................................................... 77
5.2. Impact de la variabilité et des changements climatiques ............................................ 78
ANNEXE 1 : PRÉSENTATION ATELIER OUAGADOUGOU 28NOV2012 SYNTHÈSE GÉOLOGIQUE ET
HYDROGÉOLOGIQUE ................................................................................................................ 81
ANNEXE 2 : PRÉSENTATION ATELIER OUAGADOUGOU 29NOV2012 SYNTHÈSE
ENVIRONNEMENTALE................................................................................................................ 85

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   2/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Liste des Figures et Tableaux


Figure 1: Étendue géographique du domaine d'intervention .................................................... 8
Figure 2: Extension du domaine d'étude .................................................................................. 9
Figure 3: Ensemble des points d'eau collectés dans le domaine d'étude ................................ 9
Figure 4: Carte géologique du domaine d’intervention........................................................... 11
Figure 5: Légende de la carte géologique du domaine d'intervention .................................... 12
Figure 6. Contexte géologique du fossé de Gao, position du forage d'ANSONGO 1 et permis
d'exploration pétrolière associé. ............................................................................... 24
Figure 7: Ensemble des points d'eau en bases de données dans la zone d'étude ................ 26
Figure 8: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude en Algérie .......................................... 27
Figure 9: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Bénin ............................................ 27
Figure 10: Points d’eau (forages et sources) dans la zone d'étude au Burkina ..................... 28
Figure 11: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Mali ............................................ 28
Figure 12: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude en Mauritanie .................................. 29
Figure 13: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Niger .......................................... 29
Figure 14: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Nigéria........................................ 30
Figure 15: Carte piézométrique des régions de Mopti, Ségou, Koulikoro et Sikasso ............ 32
Figure 16: Carte piézométrique des régions de Gao et Kidal dans la zone d’étude .............. 33
Figure 17 : Cartes piézométriques point par point de la plaine du Gondo (Burkina) et du
Nord-Bénin établies à partir des bases de données................................................. 34
Figure 18: Cartes piézométriques du Continental Intercalaire et du Continental Terminal dans
le Tamesna (1969 réinterprétées) ............................................................................ 35
Figure 19: Carte piézométrique du Crétacé dans le Tamesna (1969 réinterprétés) .............. 35
Figure 20: Carte des secteurs identifiés à fort potentiel en eaux souterraines ...................... 49
Figure 21 : Localisation de l'unité hydrogéologique du delta intérieur du fleuve Niger .......... 50
Figure 22: Points d’eau et esquisse piézométrique entre Mopti et Ségou ............................. 51
Figure 23: Calcul du flux évaporatoire à travers la zone non saturée au Niger (source Bulletin
AIEA) ........................................................................................................................ 52
Figure 24: Secteur à fort potentiel en eaux souterraines "Aval Dallols" au Niger et au Nigéria
................................................................................................................................. 54
Figure 25: Raccordement du secteur à fort potentiel "Aval Dallols" avec les fossés
d'effondrement au Nigéria ........................................................................................ 54
Figure 26 : Profil Ouest-Est Topographie-Cotes piézométriques montrant l’influence des
dallols sur la recharge .............................................................................................. 55
Figure 27: Localisation du bassin amont du Mouhoun (Burkina Faso). Coupe topographique
et piézométrique ....................................................................................................... 56
Figure 28: Localisation du bassin amont du Mouhoun et des sources et forages à fort débit 57
Figure 29. Contexte géologique et position du fossé de Gao et du forage d'ANSONGO 1 ... 59
Figure 30: Coupe géologique du forage Ansongo 1 dans le fossé de Gao ............................ 60
Figure 31: Localisation des nouveaux forages profonds de Tahoua (2010). En rouge Q>80
m3/h ......................................................................................................................... 62
Figure 32: Carte iso-profondeur du CI dans la région de Tahoua au Niger ........................... 63
Figure 33: Localisation du secteur du Dhar de Néma en Mauritanie ..................................... 65
Figure 31 : Schéma de la géométrie de la nappe des grés du Dhar de Néma (coupe ouest-
est) ........................................................................................................................... 66
Figure 32 : Carte de profondeur du niveau/sol dans les grès du Dhar de Néma ................... 67
Figure 33 : Localisation de l'unité hydrogéologique du Fossé de Nara au Mali ..................... 68
Figure 34 : Localisation du fossé de Nara sur carte gravimétrique des anomalies de Bouguer
de la boucle du Niger ............................................................................................... 69
Figure 35: Évolution de la population dans les états de l'OSS jusqu'en 2050 ....................... 77
Figure 36: Croissance démographique en Afrique de l’Ouest de 1950 à 2100 ...................... 80

Tableau 1 : Le Delta Intérieur dans les unités et secteurs hydrogéologiques de la zone


d’étude ...................................................................................................................... 51
Tableau 2 : Caractéristiques principales des forages profonds réalisés dans le CI autour de
Tahoua. .................................................................................................................... 64

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   3/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Liste des acronymes et des abréviations


ABN Autorité du Bassin du Niger
ABV Autorité du Bassin de la Volta
ACDI Agence Canadienne de Développement International
ACMAD African Centre of Meteorological Application for Development (Centre Africain pour les
Applications de la Météorologie au Développement)
ADT Analyse Diagnostique Transfrontalière
AEP Alimentation en Eau Potable
AIEA Agence Internationale de l’Énergie Atomique
AMCOW African Ministers' Council on Water
ASAR Advanced Synthetic Aperture Radar
ASTER Advanced Spaceborne Thermal Emission and Reflection
BAD Banque Africaine de Développement
BGR Bundesanstalt für Geowissenschaftenund Rohstoffe (Institut Fédéral des Géosciences
et des Ressources Naturelles)
BRGM Bureau des Recherches Géologiques et Minières
CCNUCC Convention Cadre des Nations Unies pour les Changements Climatiques
CCRE Centre de Coordination des Ressources en Eau de la CEDEAO
CEDEAO Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest
CEN-SAD Communauté des États Sahélo-Sahariens
CI Continental intercalaire
CILSS Comité Inter-états de Lutte contre la Sécheresse au Sahel
CNCS Comité National de Coordination et de Suivi des activités
CRA Centre Régional AGRHYMET
CT Continental Terminal
DDC-Suisse Direction du Développement et de la Coopération - Suisse
DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
ENVISAT ENVIronment SATellite
ERS European Remote Sensing Satellite
ESA European Space Agency (Agence Spatiale Européenne)
FAE Facilité Africaine de l’Eau
FAO Food & Agriculture Organisation (Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation
et l'Agriculture)
FEM Fonds pour l’Environnement Mondial
FFEM Fonds Français pour l’Environnement Mondial
FIDA Fonds International pour le Développement Agricole
GEF Global Environment Facility
GIRE Gestion Intégrée des Ressources en Eau
GICRE Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau
GICRESAIT Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères
d’Iullemeden, de Taoudéni /Tanezrouft et du Fleuve Niger
GIS Geographical Information System
GiZ (ex GTZ) Agence de Coopération Technique Allemande pour le Développement
IGAD Inter Governmental Authority for Development
IRD Institut de la Recherche pour le Développement (anciennement ORSTOM)
JRC Joint Research Centre
MCA-WEAP Multi-Criteria Analysis tool - Water Evaluation and Planning System
MODIS Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer
NASA National Aeronautics and Space Administration
NEPAD New Partnership for Africa Development
OMVS Organisation de Mise en Valeur du Fleuve Sénégal
OSS Observatoire du Sahara et du Sahel
PANA Plan d’Action National pour l’Adaptation aux Changements Climatiques
PAS Programme d’Action Stratégique
PFN Points Focaux Nationaux du projet
PHI Programme Hydrologique International
PNUE Programme des Nations Unies pour l’Environnement
SAI Système Aquifère d’Iullemeden
SAR Synthetic Aperture Radar
SASS Système Aquifère du Sahara Septentrional
SAT Système Aquifère de Taoudéni/Tanezrouft
SEI Stockholm Environment Institute
SIG Système d’Information Géographique
SRTM Shuttle RADAR Topographic Mission
TdR Termes de Référence
UMA Union du Maghreb Arabe
UNESCO United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization
WEAP Water Evaluation and Planning System

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   4/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

1. CONTEXTE, OBJECTIFS ET DÉROULEMENT DU PROJET

1.1. Contexte de l’Étude


L’Afrique de l’Ouest est dotée de ressources en eau partagées entre plusieurs États, tant au
niveau des bassins hydrologiques (Niger, Sénégal,…) que des systèmes aquifères transfrontaliers
tels ceux d’Iullemeden (SAI), de Taoudéni/Tanezrouft (SAT) et le système Sénégalo-mauritanien
(SASM). Si les bassins hydrographiques ont fait l’objet depuis plusieurs décennies d’une attention
particulière en matière de connaissance et de règles communes de gestion, il n’en est pas de
même pour les systèmes aquifères transfrontaliers. Leurs ressources sont souvent très mal
connues et de plus en plus menacées par l’augmentation de : la demande en eau, la variabilité
climatique, la dégradation de leur qualité à cause de pollutions d’origines diverses et de l’appel
d’eaux profondes parfois très minéralisées.
De plus, la gestion de ces ressources en eau partagées par deux ou plusieurs pays n’est pas
concertée. Une première initiative en la matière a vu le jour en 2004, avec l’étude pour une
gestion concertée des deux principaux aquifères transfrontaliers (le Continental intercalaire et le
Continental Terminal) constituant le Système Aquifère d’Iullemeden (SAI), partagé dans sa
majeure partie par le Mali, le Niger et le Nigeria sur 500.000 km2.
Les ressources en eau du SAI, peu renouvelables, constituent une importante source
d’alimentation en eau potable pour les populations de la région. Le modèle mathématique de
simulation des écoulements souterrains du système aquifère développé par l’OSS, a permis de
mettre en évidence des relations étroites entre le SAI et le fleuve Niger, ainsi qu’avec le Système
Aquifère de Taoudéni/Tanezrouft (SAT) situé à l’Ouest du SAI. Un protocole d’accord assorti
d’une feuille de route pour la création et la mise en place d’un cadre de concertation pour une
gestion optimisée de la ressource a été adopté en mai 2009 par les Ministres en charge de l’eau
du Mali, Niger et Nigeria.
Ces ressources en eau souterraines et celles des eaux de surface du fleuve Niger constituent une
ressource stratégique de la sous-région de l’Afrique de l’ouest, appelée à jouer un rôle
déterminant dans le développement économique et social des pays de la Région.
Les informations disponibles à ce jour sur les Systèmes Aquifères sont disparates, et une étude
de l’ensemble des systèmes s’avère nécessaire pour mieux appréhender leurs fonctionnements
hydrauliques ainsi que les risques transfrontaliers qui peuvent compromettre les efforts de
développement des pays concernés. La connaissance des relations hydrodynamiques et
hydrauliques entre les différents aquifères et entre ces aquifères et le delta intérieur du fleuve
Niger sont fondamentales pour améliorer la gestion du système hydraulique dans son ensemble,
aussi bien au niveau de l’exploitation des ressources de surface que des ressources souterraines.
Une telle gestion, basée sur des informations scientifiques, permettra aux pays d’une part, de
combler les lacunes de connaissance afin de mieux coordonner leurs actions et de maîtriser les
risques transfrontaliers, et d’autre part d’entrevoir des options de développement basées sur une
exploitation durable et rationnelle de ces ressources aux fins d’assurer des meilleures conditions
d’existence aux populations et surtout leur fixation dans leur milieu naturel.
Le projet bénéficie, dans sa globalité, des contributions financières de la Facilité Africaine de
l’Eau, du Fonds Français pour l’Environnement Mondial, de l’Agence Internationale de l’Énergie
Atomique, de l’OSS ainsi que des pays (en nature). La contribution du FEM/PNUE est en cours de
mobilisation. Pour la partie du projet assignée au Consultant, le financement provient uniquement
de la Facilité Eau.
L’Afrique de l’Ouest est dotée de ressources en eau partagées entre plusieurs États, tant au
niveau des bassins hydrologiques (Niger, Sénégal,…) que des systèmes aquifères transfrontaliers
tels ceux d’Iullemeden (SAI), de Taoudéni/Tanezrouft (SAT) et le système Sénégalo-Mauritanien
(SASM). Si les bassins hydrographiques ont fait l’objet depuis plusieurs décennies d’une attention
particulière en matière de connaissance et de règles communes de gestion, il n’en est pas de
même pour les systèmes aquifères transfrontaliers. Leurs ressources sont souvent très mal
connues et de plus en plus menacées par l’augmentation de : la demande en eau, la variabilité
climatique, la dégradation de leur qualité à cause de pollutions d’origines diverses et de l’appel
d’eaux profondes parfois très minéralisées.
De plus, la gestion de ces ressources en eau partagées par deux ou plusieurs pays n’est pas
concertée. Une première initiative en la matière a vu le jour en 2004, avec l’étude pour une
gestion concertée des deux principaux aquifères transfrontaliers (le Continental intercalaire et le

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   5/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Continental Terminal) constituant le Système Aquifère d’Iullemeden (SAI), partagé dans sa


majeure partie par le Mali, le Niger et le Nigeria sur 500.000 km2.
Les ressources en eau du SAI, peu renouvelables, constituent une importante source
d’alimentation en eau potable pour les populations de la région. Le modèle mathématique de
simulation des écoulements souterrains du système aquifère développé par l’OSS, a permis de
mettre en évidence des relations étroites entre le SAI et le fleuve Niger, ainsi qu’avec le Système
Aquifère de Taoudéni/Tanezrouft (SAT) situé à l’Ouest du SAI. Un protocole d’accord assorti
d’une feuille de route pour la création et la mise en place d’un cadre de concertation pour une
gestion optimisée de la ressource a été adopté en mai 2009 par les Ministres en charge de l’eau
du Mali, Niger et Nigeria.
Ces ressources en eau souterraines et celles des eaux de surface du fleuve Niger constituent une
ressource stratégique de la sous-région de l’Afrique de l’ouest, appelée à jouer un rôle
déterminant dans le développement économique et social des pays de la Région.
Les informations disponibles à ce jour sur les Systèmes Aquifères sont disparates, et une étude
de l’ensemble des systèmes s’avère nécessaire pour mieux appréhender leurs fonctionnements
hydrauliques ainsi que les risques transfrontaliers qui peuvent compromettre les efforts de
développement des pays concernés. La connaissance des relations hydrodynamiques et
hydrauliques entre les différents aquifères et entre ces aquifères et le delta intérieur du fleuve
Niger sont fondamentales pour améliorer la gestion du système hydraulique dans son ensemble,
aussi bien au niveau de l’exploitation des ressources de surface que des ressources souterraines.
Une telle gestion, basée sur des informations scientifiques, permettra aux pays d’une part, de
combler les lacunes de connaissance afin de mieux coordonner leurs actions et de maîtriser les
risques transfrontaliers, et d’autre part d’entrevoir des options de développement basées sur une
exploitation durable et rationnelle de ces ressources aux fins d’assurer des meilleures conditions
d’existence aux populations et surtout leur fixation dans leur milieu naturel.
Le projet bénéficie, dans sa globalité, des contributions financières de la Facilité Africaine de
l’Eau, du Fonds Français pour l’Environnement Mondial, de l’Agence Internationale de l’Énergie
Atomique, de l’OSS ainsi que des pays (en nature). La contribution du FEM/PNUE est en cours de
mobilisation. Pour la partie du projet assignée au Consultant, le financement provient uniquement
de la Facilité Eau.

1.2. Objectifs du Projet


L’objectif général du projet est d’évaluer le potentiel en eau et définir les éléments de suivi de
l’ensemble des ressources en eau souterraines du SAI, du SAT et du Fleuve Niger, pour aider les
pays dans l’élaboration de leur schéma de développement futur en tenant compte de la
vulnérabilité de ces systèmes.
Les objectifs spécifiques du projet se déclinent comme suit :
- Amélioration des connaissances et Évaluation des ressources en eau de l’ensemble du
Système Iullemeden – Taoudéni/Tanezrouft. L’objectif est de mette à jour et améliorer les
connaissances sur le Système Aquifère de l’Iullemeden, et évaluer les ressources en eau du
Système Aquifère Taoudéni/Tanezrouft, afin de mettre à la disposition des décideurs et
responsables nationaux, un outil de gestion qui permettra de façon globale de :
 Connaître le potentiel hydraulique des aquifères sur le double plan quantitatif et qualitatif ;
 Simuler les comportements des nappes face aux demandes en eau de chaque pays ;
 Identifier les risques hydrogéologiques transfrontaliers ;
 Offrir des éléments de choix d’une stratégie de gestion intégrée de la ressource en eau,
programmée conformément aux objectifs visés par chaque pays.
- Analyse et Gestion des Risques transfrontaliers de l’ensemble SAI, SAT et fleuve Niger,
en intégrant une évaluation de la vulnérabilité et des impacts des changements climatiques
sur les ressources en eau de l’ensemble SAI, SAT et fleuve Niger.
- Renforcement des capacités de gestion par la formation des techniciens des pays sur les
outils de gestion de la ressource en eau (Base de données, Système d’Information
Géographique, Modélisation), en télédétection et par l’organisation d’ateliers de sensibilisation
des acteurs nationaux et du grand public sur le processus et la nécessité de gestion
concertée des ressources en eau transfrontalières.
Remarque : Cette activité sera essentiellement du ressort de l’OSS avec un appui ponctuel du
Consultant.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   6/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

1.3. Déroulement des travaux d'investigation


Pour atteindre les objectifs du projet, l’Observatoire du Sahara et du Sahel a confié à un
Groupement de Bureaux d’études les tâches visant à l’amélioration des connaissances des
systèmes aquifères transfrontaliers d’Iullemeden et du Taoudéni/Tanezrouft, l’identification des
risques transfrontaliers liés à l’exploitation de ces ressources et aux changements climatiques, et
à la mise en place et au suivi d’indicateurs de vulnérabilité et de développement durable de ces
ressources.
Le projet a commencé début avril 2012 par un atelier de démarrage, regroupant les principaux
partenaires du projet (pays, partenaires de développement, OSS et le Consultant) pour présenter
le projet dans ses grands axes, et discuter des modalités pratiques, institutionnelles et techniques
d'exécution des activités du Projet. La liste des différents intervenants a pu être finalisée, tant au
niveau des experts internationaux / régionaux / nationaux, que des points focaux et des
organisations régionales et internationales.
La phase de démarrage s’est déroulée pendant tout le mois d’avril 2012 dans les locaux de l’OSS
à Tunis en présence d’une partie des experts internationaux (chef de projet et son adjoint, experts
télédétection et bases de données) afin de pouvoir travailler en étroite collaboration avec le
personnel de l’OSS, notamment A. Dodo, coordinateur du projet, et L. Baba Sy, responsable
technique de la base de données, SIG & Télédétection et également H. Trebossen pour la
télédétection.
Cette phase a consisté à mettre en place le projet avec toute sa logistique, évaluer les données et
informations accessibles à l’OSS ainsi que les moyens techniques et humains disponibles à l’OSS
pour le projet. Le choix des experts, leur temps d’intervention et leur répartition ont été précisés, et
les TdR ont été élaborés avec précision pour les experts régionaux et nationaux.

Le rapport concrétisant la phase de démarrage a été validé par l’OSS en mai. Il constitue
les nouveaux Termes de Référence qui seront utilisés pour l’exécution du projet.
Au cours du mois de mai les contrats entre le groupement de bureaux d’études et les différents
experts nationaux ont été établis et signés ce qui a permis de démarrer les travaux de collecte de
données dans la plupart des pays dès fin mai 2012.
Au cours des mois de mai, juin et juillet 2012, les experts nationaux et régionaux ont collecté les
données nécessaires au projet, en partenariat avec les différents points focaux. Les rapports
nationaux ont été élaborés en version provisoire.
Au cours des mois de septembre et octobre 2012, les rapports nationaux ont été finalisés, des
données complémentaires ont été collectées et mises en forme. Une session commune entre les
chefs de projet et les experts en Télédétection et Bases de Données - SIG a eu lieu pendant une
semaine en octobre à Orléans pour élaborer les documents cartographiques et les traitements
adaptés à la synthèse et à la zone pilote. Les différentes bases de données "points d'eau" ont été
examinées afin de détecter certains doublons et erreurs. La synthèse régionale a été ensuite
réalisée.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   7/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

1.4. Cadre physique de l’étude

1.4.1. Étendue de la zone intéressée par le GICRESAIT


Le domaine d'intervention est compris entre les longitudes 10° Ouest et 10° Est et les
latitudes 10° et 27° Nord et couvre 7 pays.

 
Figure 1: Étendue géographique du domaine d'intervention 
Ce domaine ne se limite pas aux seules formations géologiques mais intègre les
conditions environnementales qui peuvent interférer sur la qualité des eaux des nappes
souterraines.
L'approche combinée "ressources en eau souterraine" et "environnement" amène à
considérer à la fois :
- le domaine d'extension géographique des formations géologiques du Ci et du CT,
- les bassins versants hydrologiques situés en amont des limites d'extension du Ci et
du CT. En effet, l'impluvium sur ces surfaces participe à la recharge des nappes du
Ci et du CT par infiltration au niveau des zones d'affleurement, et constitue un
important terme du bilan de ces nappes. Sont concernés tous les oueds et fleuves
entrant dans le domaine d'extension des aquifères, comme par exemple le fleuve
Niger dès son entrée au Mali à l'ouest. Par ailleurs, ces bassins versants "amont"
peuvent influencer significativement la qualité de la ressource et la vulnérabilité des
nappes du Ci et du CT en cas de présence de sources de pollution qui seraient
importées dans le domaine via les cours d'eau. Les sorties des cours d'eau en aval
du domaine seront comptabilisées dans les bilans de modélisation.
- le domaine d'extension géographique des formations sédimentaires aquifères sous-
jacentes au Ci et au CT: plusieurs études comprenant des suivis et des modélisations
de longue durée ont montré l'importance des phénomènes de drainance verticale à
partir de nappes profondes si elles sont présentes sous le Ci et le CT. Il en résulte
fréquemment des apports qui soutiennent la ressource en eau exploitée, mais qui
peuvent risquer de dégrader sa qualité si l'eau des nappes sous-jacentes a une
minéralisation défavorable.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   8/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Le tracé de la limite nord du domaine d'intervention a été simplifié par rapport au tracé
complexe des limites de bassins versants, tout en respectant la logique exposée, car il
se situe en milieu extrêmement désertique où les écoulements endoréiques sont mal
déterminés.
La modélisation hydrodynamique tiendra compte des flux générés par les échanges
évoqués ci-dessus, mais restera limitée aux nappes du Ci et du CT.

 
Figure 2: Extension du domaine d'étude  

Figure 3: Ensemble des points d'eau collectés dans le domaine d'étude 
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   9/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

1.4.2. Cadre géographique et climatique


Géographie

Le relief de ces bassins est constitué de vastes plaines, occupées par des cordons dunaires
dans la partie nord, et de plateaux très étendus. Les bordures sont plus accidentées, avec
des falaises gréseuses en conformes aux auréoles concentriques des dépôts sédimentaires,
surplombant le socle cristallin ou les formations plus anciennes, avec la présence de
nombreuses buttes-témoins sous forme de "bowé" coiffées par des cuirasses latéritiques ou
de pics isolés.

Les altitudes sont modestes et s'étagent d'environ 500 m sur les bordures nord (Tanezrouft
en Algérie) voire 600 m et plus dans le pays Dogon (Plateau de Bandiagara au Mali) à 150 m
environ dans la vallée du fleuve Niger en aval de la confluence aves la Sokoto River au
Nigéria.

Géomorphologie

Parmi les traits marquants de la géomorphologie de cette région, on peut citer :

- la vallée du fleuve Niger qui la traverse en totalité d'ouest en est et assure un lien
géographique et économique très fort, dans la partie sa plus peuplée du domaine
d'étude,
- le delta intérieur du fleuve Niger au Mali
- les vallées fossiles des Dallols au Niger (Bosso, Maouri, Tarka), et au Mali (Tilemsi)
- de très vastes plaines et plateaux peu élevés (Taoudéni, Tanezrouft, Tamesna,
Gondo, Dhar de Néma…)

1.4.3. Contexte géologique


L’Ouest africain est constitué schématiquement par un vaste craton précambrien stable
depuis environ 1600 Ma, ceinturé par des zones mobiles qui furent le siège de phénomènes
tectoniques importants au Précambrien supérieur, et au Paléozoïque : chaîne pan-africaine
des Rokélides et chaîne calédono-hercynienne des Mauritanides à l’Ouest, dorsale Réguibat
au Nord et bouclier Touareg du Hoggar au Nord-Est, chaînes pan-africaines des Pharusides
et des Dahomeyides à l’Est. Vers le sud, la limite des bassins sédimentaires est constituée
par les massifs cristallins anciens de Guinée, Côte d'Ivoire et du Burkina (dorsale de Man-
Léo, massif du Gourma) et du Nigéria (bouclier nigérian).

Au sein du craton précambrien de l'ouest africain, les bassins de Taoudéni-Tanezrouft et


d'Iullemeden se sont développés dans de vastes structures tectoniques d'effondrement dans
lesquelles se sont accumulés plusieurs milliers de mètres de sédiments détritiques déposés
en milieu principalement continental, depuis le Paléozoïque jusqu'au Tertiaire. Des épisodes
marins ou lagunaires sont pourtant présents dans différents termes de la série, matérialisés
par des calcaires et marnes.
Le bassin sédimentaire de Taoudéni-Tanezrouft est limité au Nord, par la dorsale de
Réguise, au Sud par le craton du bouclier ouest-africain. Il couvre une superficie de
2.000.000 km2 dont 1.140.000 km² au Mali et au Burkina, 500.000 km² en Mauritanie et
360.000 km² en Algérie.
Le bassin des Iullemeden couvre une superficie d'environ 500 000 km² ; il est encadré au
nord par les massifs du Hoggar en Algérie, de l’Aïr au Niger et de l’Adrar des Iforas au Mali,
qui constituent le bouclier touareg ; et au sud par le plateau cristallin de Jos (au Nigeria) et le
bombement précambrien du Liptako-Gourma au Burkina à l’ouest. A l’est, il est séparé du
bassin du lac Tchad par une dorsale subméridienne dénommée le seuil de Damergou.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   10/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Le bassin de Taoudéni englobe en Mauritanie les zones de l’Assaba, du Tagant, de l’Adrar,


de l’Affolé, de Khat, du Hank et d’el Hodh, au Mali le plateau d’Akennich au Nord, le bassin
d’Azaouad, le delta intérieur du fleuve Niger et le fossé du Nara au centre, et en Algérie la
zone méridionale du Tanezrouft, séparée du bassin de Tindouf situé au nord, par le seuil est-
ouest proche de Reggane entre le Hoggar et le massif des Eglab. Dans la partie sud du
bassin, le fleuve Niger, issu des reliefs guinéens, traverse l'ensemble du domaine d'étude et
joue un rôle essentiel dans la recharge et le drainage des nappes, et dans la liaison entre les
bassins de Taoudenni-Tanezrouft et des Iullemeden.

Le bassin d’Iullemeden comprend, dans sa partie nord, le bassin du Tamesna, avec ses
sous-bassins de l'Azaouak et de Tin Seririne et Tim Mersoï, appuyé à l'est sur l'Aïr ; les
plaines de l'Irhazer et du Tégama au centre, et au sud le bassin de Sokoto, qui est limité au
sud par les reliefs cristallins du Basement Complex au Nigéria et de l'Atakora au Bénin.

La puissance de la couverture sédimentaire est nulle en bordure des bassins, comme sur le
versant de l’Adrar des Iforas, du Hoggar, ou du Gourma ; et peut atteindre plusieurs milliers
de mètres au centre des bassins comme le montrent les forages d'exploration pétrolière
dans les bassins de Taoudéni (Ouasa, Yarba el Mrayer) ou des Iullemeden (elle est
d'environ 2 000 m dans le forage de Tahabanat au sud-est de l'Adrar des Iforas). Cette
couverture est composée essentiellement de roches détritiques qui se sont déposées du
Secondaire au Quaternaire, principalement en milieu continental.

 
Figure 4: Carte géologique du domaine d’intervention  

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   11/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 5: Légende de la carte géologique du domaine d'intervention  

Cette carte géologique numérique a été réalisée sur ArcGIS à l'échelle 1/1.500.000ème.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   12/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

2. COLLECTE DE DONNÉES ET D’INFORMATIONS

2.1. Actualisation des connaissances, investigations, recueil


et synthèse des données

2.1.1. Données collectées


Les données recueillies intéressent tous les niveaux du cycle de l’eau et des réservoirs :
données climatologiques, hydrologiques, les caractéristiques des points d’eau (forages,
puits, sources), les formations aquifères captées, les paramètres hydrodynamiques, les
données géochimiques et isotopiques, l’historique des prélèvements. La collecte de données
a impliqué également l’inventaire des travaux effectués en lien avec le sujet de l'étude :
thèses, rapports nationaux, l’accès aux banques des données des organismes nationaux,
régionaux et sous-régionaux.

La collecte des données a été faite sur plusieurs fronts :

1. Auprès des différents organismes de recherche internationaux (ce travail a été


assuré par les experts internationaux) ;
2. Directement dans les pays par les Consultants Nationaux pour la collecte des
documents et banques de données disponibles auprès des administrations, des
agences nationales et des bureaux d’études ;
3. Dans certains cas particuliers, des informations et données émanent directement
de l'expérience personnelle des experts "à dires d'experts" dans les pays du
projet, et non publiées, notamment des informations hydrodynamiques ou ayant
trait à des caractéristiques géométriques ou structurales des aquifères.

Les points focaux nationaux de l’OSS sont parfois intervenus pour faciliter la collecte de
données (Burkina, Mali, Algérie, Bénin).

Pour chaque pays, les Consultants Nationaux ont fourni un rapport d’avancement sur la
collecte des données transmis le 31 juillet 2012 à l’OSS. Dans leurs rapports de synthèse
nationale publiés fin septembre 2012 pour chaque pays, les Consultants y ont intégré les
informations sur la collecte de données et ont transmis à l’OSS toutes les données
recueillies sous forme de bases de données et fichiers SIG.

L’harmonisation des données a été faite par les experts chargés de la synthèse régionale du
projet en association avec les experts Base de Données et SIG du Consultant, qui ont créé
une base de données régionale pour le projet, et des cartes régionales.

Le traitement de ces données, à partir de la base de données régionale ainsi créée et


associée au SIG, a permis de produire diverses cartes telles que : celles des points d’eau et
éventuellement, si les données étaient disponibles, celles de la piézométrie des systèmes
aquifères, et celles des prélèvements en nappe.

D’une manière générale la phase de collecte des données et informations a respecté le plan
initial, à l’exception du Nigéria, en raison de l’organisation du Consultant national commun au
Niger & Nigeria qui a focalisé son attention sur le Niger avant de commencer le Nigéria.

Les travaux de collecte de données ont été entrepris dès la mi-mai dans certains pays et
sont terminées pour les domaines de la géologie, l’hydrogéologie, l’environnement.

Pour les données socio-économiques, la collecte a été ralentie par la demande tardive des
informations nécessaires à cette rubrique transmises par le Consultant Socio-économique
Régional auprès des Consultants Nationaux.
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   13/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Beaucoup de données ont été obtenues sous format Excel et de nombreuses cartes au
format ArcGis, format standard pour l’OSS.

Pour les données hydro-climatologiques, le problème de collecte ne s'est pas posé car cette
partie était assurée (sauf pour l'Algérie qui est en dehors de son domaine d'intervention) par
le centre régional AGRHYMET, qui a procédé aux traitements et à l’interprétation des
données.

En ce qui concerne la télédétection, toutes les images ont été acquises et les traitements et
analyses sont achevés.

Pour la base de données & SIG de l’OSS, les audits ont été réalisés, des architectures de
développement proposées et mise en place, et la mise à jour est en cours avec plus de
50 000 points d’eau importés dans la nouvelle base.

Un rapport sur les changements climatiques a été élaboré en septembre et octobre 2012 et a
été remis à l’OSS.

2.1.2. Difficultés rencontrées


La principale difficulté est liée à l’obtention des données auprès des administrations
concernées. Outre les lourdeurs administratives habituelles, les Consultants Nationaux se
sont souvent heurtés à des réticences locales malgré les lettres officielles transmises par les
points focaux de l’OSS.

À cela s’ajoute le fait que les « possesseurs » de données demandent souvent des
compensations financières pour la remise des données qui sont pourtant du domaine public.

Le format des données pose également un gros problème. Beaucoup trop de données sont
transmises sous forme papier – notamment les cartes – ce qui rend ces documents
difficilement utilisable pour ce projet. Beaucoup d’autres données – notamment les rapports
– sont au format PDF, ce qui ne rend pas facile leur exploitation, spécialement pour les
tableaux de données ou pour les cartes incluses dans ces documents.

La mise à jour des données est également source de difficultés : beaucoup d’administrations
disposent de bases de données qui, non seulement ne sont pas à jour, mais dont les
données de la base n’ont jamais été ni vérifiées ni validées.

Lors de l’importation de ces données dans la nouvelle base de l’OSS de très nombreuses
erreurs sur les coordonnées ont pu être corrigées, mais cela ne représente qu’une faible
proportion du nombre d’erreur se trouvant dans les bases de données nationales.

Les documents concernant les évolutions piézométriques se sont révélés peu nombreux, ce
qui impose l'utilisation de données anciennes et souvent non synchrones.

Des difficultés sont apparues pour contacter et dialoguer avec les interlocuteurs au Nigéria :
les documents-papier de base de données des points d'eau (plusieurs centaines) qui ont été
remis au consultant national Nigérien, ne contenaient pas leurs coordonnées géographiques.
Malgré plusieurs relances émanant de l'OSS, les coordonnées n'ont été que très
partiellement obtenues, si bien que cette base n'a pas pu être suffisamment valorisée.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   14/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

3. GÉOLOGIE

3.1. Actualisation des connaissances, investigations, recueil


et synthèse des données

3.1.1. Élaboration de la carte géologique numérique de la zone


d'étude
La carte géologique réalisée est à l'échelle 1/1.500.000ème sur ArcGIS ; elle couvre les
formations CI et CT, mais aussi les formations sédimentaires qui leurs sont interconnectées :
formations paléozoïques sous-jacentes et certaines formations infracambriennes.

C'est le cas de l'Infracambrien qui affleure largement dans la moitié sud du Mali ; il est
composé d'alternances de bancs gréseux et de séquences pélitiques en disposition
monoclinale à faible pendage vers le nord. Il repose en discordance sur le socle Birrimien.

Pour la réalisation de la carte géologique dans le bassin de Taoudéni-Tanezrouft , les


consultants ont procédé tout d’abord à l’élimination des formations qui ne sont pas
concernées par l’étude, il s’agit du socle c’est dire les formations intrusives doléritiques,
granitiques et métamorphiques de Adrar des Iforas, du primaire indifférencié du Gourma
(Burkina et Mali) et de Mauritanie (Hank, Hodh) et de la plupart des formations de
l’Infracambrien plissé et tabulaire.
Certaines formations sédimentaires du quaternaire bien qu'en continuité avec les formations
du CI et CT ont été éliminées à l’ouest (dans la zone de Nioro du Sahel) parce qu’elles sont
sèches.
Les formations intrusives doléritiques, bien que très aquifères, n'ont pas été ajoutées à la
zone d’études car elles constituent des poches calcaréo-dolomitiques isolées qu’on
rencontre dans la zone de Nioro du Sahel.
Certaines formations ont été conservées dans le domaine d'étude, en raison de leur
potentialité de continuité hydraulique avec les formations du CI et CT, dans une logique de
"Système Aquifère". Enfin toutes les formations à dominantes généralisées calcaires ou
dolomitiques sont conservées.

Les formations du Ci
L’épaisseur du CI, est difficile à évaluer. Mais il est évident qu’elle dépasse les 1500 m dans
la partie à l’est et au sud de l’Adrar des Iforas.

Au Mali et au Niger, les formations du Crétacé supérieur- Éocène représentent des séries
marines qui comprennent le Cénomanien-Turonien indifférencié, le Sénonien et le Danien-
Maëstrichtien indifférencié. Ces formations sont caractérisées comme suit :
- Cénomanien : argiles, argilites et schistes avec des intercalations de minces couches
de marne et de calcaire.
- Turonien supérieur : argiles et minces couches de calcaires
- Sénonien : argiles, argilites avec intercalations de minces couches de sables
argileux.
- Danien : argiles, marnes et calcaires
- Paléogène inférieur et moyen : argiles, marnes et calcaires.

L’épaisseur du Crétacé dans l’ensemble est de l’ordre de 300 à 400 m dans la partie à l’est
de l’Adrar des Iforas et de 100 m dans la partie à l’ouest de l’Adrar des Iforas.
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   15/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Dans le Tanezrouft, c'est-à-dire dans le prolongement nord du bassin de Taoudéni en


Algérie, seul le Continental Intercalaire est présent, avec une épaisseur pouvant atteindre
plusieurs centaines de mètres Ces formations rapportées au Crétacé supérieur sont
aquifères et assez bien connues en forages ; elles sont subdivisées en trois assises, de bas
en haut :
• Assise continentale terrigène à dominante gréseuse
• Assise lagunaire comportant des calcaires, dolomies et es niveaux de gypse
• Assise marine avec alternance de calcaires, argiles, dolomies et quelques niveaux
gréseux.
On note de fortes variations latérales de faciès liées à une l'évolution du bassin sous
l'influence de mouvements structuraux du socle.
Les formations primaires sous-jacentes n'ont pas été intégrées à la zone d'étude dans le
Tanezrouft car elles sont très peu connues en forage et on ne dispose d'aucune donnée
hydrogéologique les concernant.
Les formations du CT
Elles se sont déposées principalement au Tertiaire, au Miocène et Pliocène. Au Mali, leur
aire d'accumulation déborde, vers le Sud, celle du Continental intercalaire, constituant ainsi
le remplissage de nouvelles zones déprimées ou les dépôts reposent directement sur le
substratum précambrien : cuvette du delta intérieur du Niger, bassin de l'Azaouad sud, fossé
de Gao dans le "détroit soudanais", et plaine du Gondo. La lithostratigraphie des dépôts est
très variable avec des alternances de niveaux sableux de différentes granulométries,
souvent en lenticulaire, et d'argiles.

L'épaisseur du Continental Terminal est d'une centaine de mètres en moyenne dans le delta
intérieur et peut atteindre 2000m dans le fossé de Gao.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   16/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

4. HYDROGÉOLOGIE

4.1. Approche hydrogéologique adoptée


Il est nécessaire de préciser les deux approches très sensiblement différentes qui ont été
pratiquées entre les systèmes aquifères des Iullemeden et de Taoudéni-Tanezrouft :

- cas du bassin des Iullemeden, les deux grands aquifères du Continental Intercalaire et
du Continental terminal ont été pris en compte de manière séparée, à l'exclusion des
formations sous jacentes, cela a débouché sur une modélisation bicouche ;
- cas du bassin de Taoudéni-Tanezrouft, prise en compte des aquifères du Continental
Intercalaire et du Continental terminal et de certaines formations sédimentaires sous-
jacentes en continuité, sous la forme d'une seule entité. La complexité sédimentaire et
structurale, et la rareté des données dans certaines régions, amène à envisager une
modélisation monocouche de ces aquifères, tout en ménageant les possibilités
d'échanges verticaux par drainance ou recharge.

Cette différence d'approche s'explique par des conditions hydrogéologiques et structurales


contrastées entre les deux bassins :

Dans le système aquifère des Iullemeden :

L'étude et la modélisation consécutive a été appliquée aux seuls aquifères du Continental


Intercalaire et du Continental terminal ; cela s'explique par la structure géométrique
relativement simple du bassin, et la série sédimentaire qu'il contient :

 Structure en vaste et profonde cuvette, de forme relativement simple, fermée au nord


par des reliefs (Aïr, Hoggar et Adrar des Iforas) et ouverte au sud dans la zone
structurale d'effondrement du Parc du W, à l'endroit où le fleuve Niger draine les
aquifères du CI et du CT vers un exutoire unique majeur représenté par la vallée du
fleuve Niger à son entrée au Nigéria, dans le secteur de convergence des frontières
du Bénin et du Burkina (branche Ouest du West African Rift Subsystem).
 Série sédimentaire d'âge primaire sous-jacente présentant relativement peu de
discontinuités de dépôt, et comprenant de grandes séquences argileuses isolant
efficacement le CI et le CT des aquifères profonds du Primaire dont les nappes sont
en charge, et l'eau généralement saumâtre.
 Les niveaux aquifères du CI et du CT, bien qu'ils présentent des variations de faciès
et d'épaisseur, sont en général bien séparés par une séquence intermédiaire
argileuse (argiles de l'Irhazer, schistes papyracés…), d'où une piézométrie qui peut
être individualisée et incite à les modéliser sous la forme de deux couches distinctes.

Dans le système aquifère de Taoudéni-Tanezrouft :

La très grande étendue, la structure géométrique complexe de l'ossature du bassin due à


son histoire tectonique, entraînent une forte variabilité de la couverture sédimentaire. Les
aquifères du CI et du CT ne sont pas nettement séparés et se trouvent fréquemment en
continuité avec des formations sous-jacentes très variées poreuses ou fissurées à grande
échelle :

 La structure d'ensemble du bassin Méso et Cénozoïque du Ci et du CT est perturbée


par une tectonique cassante, active lors des dépôts à différentes époques
géologiques, qui est responsable de cloisonnements à toutes les échelles, de fortes
variations d'épaisseur et de faciès, et de structures d'effondrement de grande
ampleur (fossé de Nara, fossé de Gao) ou de seuils (seuil de Bamako, d'Abolag et
Ouasa, dorsale d'Azoulad etc.). On est en présence de plusieurs sous-bassins dans
lesquels les conditions hydrogéologiques peuvent être très différentes. Il n'existe pas

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   17/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

un exutoire unique, mais plusieurs non encore complètement définis : fleuve Niger via
le fossé de Gao, diffluence vers le bassin de la volta (bassin du Gondo, secteur sud-
est du bassin de Taoudéni au Burkina)…
 La série sédimentaire d'âge primaire du bassin présente une variabilité de faciès et
d'épaisseur qui reflète les conditions perturbées de la sédimentation et les effets des
mouvements tectoniques. Les formations profondes du primaire, qui correspondent à
des aquifère poreux ou fissurés en grand, sont en continuité hydraulique fréquente
avec les terrains du CI et du CT sus-jacents, avec une qualité d'eau satisfaisante, ce
qui fait considérer l'ensemble comme contenant une nappe commune. A l'échelle du
système aquifère de Taoudéni-Tanezrouft, ce critère pragmatique de continuité de la
ressource en eau amène donc à prendre en compte une seule couche à modéliser
sur le plan hydrodynamique.

4.2. Unités hydrogéologiques distinguées

4.2.1. Le bassin de Taoudéni-Tanezrouft


Le territoire malien est très majoritaire dans ce bassin, et l'hydrogéologie locale a fait l'objet
de synthèses remarquables et détaillées depuis les années 1970 ; il a servi de référence
centrale par rapport aux apophyses de ses principales formations dans les pays voisins :
Algérie (Tanezrouft), Mauritanie (Dhar de Néma), Burkina (Gondo et Gourma) et Niger
(Azaouak, Tamesna).

 Aquifères discontinus

Les calcaires du Viséen

Ils affleurent dans le secteur central de la cuvette de Taoudéni, sont fracturés et karstifiés en
surface, et sont surmontés par plusieurs centaines de mètres d’épaisseur d'argiles rouges du
Namurien qui sont stériles et constituent le mur imperméable de l’aquifère généralisé du
Continental intercalaire de l’Azaouad.

Les formations de l’Infracambrien, du Cambro-silurien et du Dévonien qui affleurent sur le


flanc nord de la cuvette de Taoudéni dans l’Erg Chech et le Kreb en Naga, comportent des
séries de grès et de calcaires fissurés ; elles sont probablement aquifères avec des eaux
moins salines que celles du Carbonifère, mais il s'agit de nappes discontinues et sur
lesquelles on ne dispose d'aucune donnée hydrogéologique.

Les intrusions doléritiques dans les formations cambriennes (zone de Nioro du Sahel)

Les intrusions doléritiques se sont principalement mises en place au Trias. Elles recoupent
les formations du socle et de l’Infracambrien sous la forme de dykes subverticaux et de sills
interstratifiés dans les séquences pélitiques de l’Infracambrien. L’épaisseur des filons,
variable, peut atteindre plusieurs dizaines de mètres et leur extension longitudinale, plusieurs
dizaines de kilomètres lorsqu’ils sont associés à des linéaments structuraux majeurs. Les
filons-couches peuvent constituer dans certains secteurs des plateaux Mandingues des
laccolites qui s’étendent sur plusieurs centaines de km².

Cependant ces formations ne sont pas continues et n’assurent aucune continuité


hydraulique avec les autres formations sédimentaires. De ce fait, elles n’ont pas été retenues
dans le cadre de l’étude régionale du projet GICRESAIT, même si elles représentent
localement des potentialités hydrogéologiques très intéressantes avec des forages pouvant
fournir 30 à 50 m3/h en moyenne.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   18/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

 Aquifères généralisés

Les principaux aquifères généralisés du Mali, de la Mauritanie et du Burkina sont le


Continental intercalaire et le Continental terminal (et, à un moindre degré, le Crétacé
supérieur/Éocène inferieur à l'ouest de l'Adrar des Iforas).

Ces aquifères sont caractérisés par une perméabilité de type inter-granulaire et par des
nappes continues couvrant la majeure partie des régions sahéliennes et désertiques de l'est
et du nord pour une superficie totale de plus de 630.000 km2 (51 % de la superficie du Mali).
Ils sont constitués par des formations essentiellement détritiques et d'origine continentale qui
se sont accumulées, depuis le Secondaire, dans trois vastes bassins sédimentaires (le
bassin de Taoudéni - partie centrale et méridionale, le Detroit soudanais et le bassin du
Niger - partie malienne).

L'épaisseur de ces formations essentiellement sablo-argileuses varie en fonction des


mouvements orogéniques qui se sont produits dans leur aire de sédimentation durant la fin
du Secondaire et au début du Tertiaire d'où des couches lenticulaires où alternent des
argiles et des sables de granulométrie variée et plus ou moins grésifiés.

Aquifère du Continental Intercalaire

Dans le secteur nord du bassin de Taoudéni-Tanezrouft où affleure le Continental


Intercalaire, la nappe est libre avec des profondeurs de niveau supérieures à 40 m. Vers le
sud, et même dans certains secteurs du Tanezrouft, elle est mise en charge par les couches
du Crétacé supérieur et, du fait de l'abaissement de la topographie, les niveaux
piézométriques deviennent peu profonds et localement artésiens. La profondeur des
couches aquifères du Continental Intercalaire dépasse alors 300 m. L'épaisseur totale de la
série n'est souvent pas connue par manque de forages suffisamment profonds.

Aquifère du Continental Intercalaire/Continental Terminal

Il occupe les parties centrale et nord du bassin de l'Azaouad, ainsi que le fossé de Nara avec
une superficie totale de près de 210.000 km2. Les similitudes de faciès des formations du
Continental intercalaire et du Continental terminal ne permettent pas de les distinguer. Ces
séries continentales secondaires et tertiaires sont couvertes par des dunes quaternaires et,
localement, par des dépôts lacustres de l'Holocène qui affleurent dans les creux inter-
dunaires. En raison de la piézométrie déprimée qui caractérise ce système aquifère, les
formations du Continental Terminal et du Quaternaire sont en général dénoyées et les
ressources en eau sont, en fait, contenues essentiellement dans l'aquifère du Continental
Intercalaire.

Aquifère du Continental Intercalaire

L’Unité de l’Azaouad nord comprend la partie du bassin de l'Azaouad située au nord de la


dorsale de l'Azaouad jusqu'au plateau du Khenachich. Vers l’est, elle vient en continuité
avec les formations du Crétacé supérieur/Éocène inférieur du Tanezrouft en Algérie. Vers
l'ouest, elle se poursuit en Mauritanie dans la région du Dhar de Néma. L'épaisseur
moyenne des formations continentales est de l'ordre de 150 à 200 m; elle se réduit à moins
de 100 m à Foum el Alba en bordure du plateau du Khenachich ainsi qu'au voisinage de la
dorsale de l'Azaouad ou le substratum affleure.

Par contre, son épaisseur croit vers l'Ouest et pourrait atteindre 500 m près de la frontière
Est de la Mauritanie, avant de décroître encore plus à l'ouest près de la bordure du bassin,
où le Continental Intercalaire est affecté d'un large biseau sec le long de la cuesta gréseuse
de la "falaise du Dhar" près de la ville de Néma. La limite ouest de l'aquifère en Mauritanie
correspond à l’intersection de deux plans : la base du réservoir gréseux au contact du
substratum précambrien schisteux, et le niveau piézométrique. Au-dessus de la surface

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   19/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

piézométrique, le réservoir gréseux est vide car dénoyé, ce qui entraîne la présence d'un
biseau sec particulièrement étendu, qui est un trait marquant de l'hydrogéologie de l'est de la
Mauritanie.

Le mur de l'aquifère est constitué au nord par les séries schisto-gréseuses de l'Infracambrien
(pélites du Hodh) et par les formations calcaires et argileuses du Carbonifère et du Cambro-
ordovicien dans la partie sud. La limite entre les deux secteurs est constituée par la "flexure
d'Araouane" qui correspond à une zone d'accidents d'orientation OSO-ENE provoquant le
plongement des couches infracambriennes et primaires.

Les formations aquifères sont constituées de sables et de grès localement grossiers avec
des intercalations d'argiles plus ou moins sableuses. L'ensemble constitue une nappe libre
multicouche.

L’Unité du fossé de Nara est circonscrite au fossé d'effondrement situé sur la bordure SO du
bassin de l'Azaouad, entre Nara et le lac Faguibine. L'épaisseur des formations
continentales dépasserait 500 m dans la zone axiale du fossé et se réduit sur ses bordures à
moins de 50 m par suite d'un système de failles en gradins faisant remonter le substratum.

Le Continental Intercalaire est composé principalement de sables et de grès de


granulométrie et d'induration variables, les niveaux argileux étant peu fréquents. La couche
aquifère supérieure est libre et exploitée par de nombreux puits traditionnels avec un niveau
statique entre 45 et 60 m de profondeur. Sur les bordures, une épaisse séquence argileuse
la sépare d'un horizon aquifère inférieur captif associé à un niveau de grès grossiers et
conglomératiques marquant la base de la série continentale.

Aquifère du Crétacé supérieur / Éocène inférieur

Cet aquifère est localisé à la périphérie occidentale de l'Adrar des Iforas, il est caractérisé
par des épaisseurs très variables de moins de 100 m à plus de 400 m. Les formations sont
constituées principalement d'argilites, de schistes et de grès argileux avec des intercalations
de niveaux calcaires. A l'ouest et au sud de l'Adrar, elles reposent directement sur le socle
précambrien tandis qu'au nord et au sud-est, elles sont en contact avec le Continental
Intercalaire. Considérées globalement, ces formations du Crétacé supérieur et de l'Éocène
inférieur constituent un aquifère de qualité médiocre.

Aquifère du Continental terminal / Quaternaire

Cet aquifère est lié au fleuve Niger dont il contient la nappe d'accompagnement dans sa
traversée du domaine d'étude. Il couvre les vastes plaines alluviales qui s'étendent de part et
d'autre du fleuve Niger à l'aval de Ségou jusqu'à Gao ainsi que le sud de l'Azaouad et les
glacis de la bordure sud de l'Adrar des Iforas.
Sa superficie totale est proche de 200.000 km2 et il est situé essentiellement en zone
climatique sahélienne et sub-désertique avec des précipitations annuelles allant de 600 mm
dans les secteurs les plus méridionaux à moins de 100 mm sur la limite nord. Les
caractéristiques hydrogéologiques de cet aquifère sont liées à la présence d'eaux de surface
permanentes et à l'extension des zones d'inondation couvertes par les crues du fleuve Niger.
Dans le bassin de Taoudéni au Mali, la nappe d'accompagnement est extrêmement étendue
et repose sur le Système Aquifère constitué par les formations du CI et du CT avec lequel
elle est en continuité.
Dans le bassin des Iullemeden, en aval du "fossé de Gao" (voir ci-après), c'est à dire entre
Ansongo et la confluence du Dallol Bosso très en aval de Niamey, le cours du fleuve Niger
est largement indépendant des aquifères du CI et du CT, car il coule sur les formations de
socle sous-jacentes.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   20/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

On distingue quatre unités dans cet aquifère, au Mali :

L’Unité du delta intérieur avec un secteur ouest correspondant à la zone du Delta


fossile ou delta mort du Niger avec des formations relativement peu épaisses (30 à 80 m).
Un secteur central qui couvre le delta vif actuel constitué par le réseau des différents bras du
Niger, par les lacs qu’ils alimentent et par les plaines d'inondation saisonnière. L'épaisseur
moyenne des formations continentales est de l'ordre de 100 m. Le secteur sud, entre Ségou
et Mopti sur les plaines alluviales situées entre le Niger et le Bani et au sud jusqu'à la
bordure des plateaux gréseux de San et de Bandiagara. Les dépôts continentaux, souvent
très argileux, ont des épaisseurs variant de 30 à 80 m.
L’Unité de Azaouad sud limitée au nord et au sud par les affleurements de schistes
infracambriens plissés de la dorsale de l'Azaouad et du Gourma. Vers l'ouest, elle est en
continuité hydraulique avec celle du Gourma nord-ouest. L'épaisseur du Continental terminal
croit de l'ouest vers l’est et dépasse 300 m dans les compartiments déprimés. Les formations
sont sablo-argileuses avec des horizons grésifiés, la partie inférieure des dépôts étant plus
argileuse.
L’Unité du fossé de Gao qui s'étend sur la majeure partie du détroit soudanais et sur
le flanc sud-est de l'Adrar des Iforas. Dans cette unité, le Continental terminal est très épais,
il comble un compartiment effondré de l'Infracambrien. Sur les flancs ouest et sud de l'Adrar,
son épaisseur se réduit progressivement de 200 m à moins de 30 m et il repose sur les
couches de I’ Éocène inférieur. Le remplissage du fossé de Gao est constitué de faciès
essentiellement argileux, mais des niveaux sableux grossiers ont été recoupés en
profondeur par le forage de reconnaissance pétrolière d'Ansongo. En bordure de l'Adrar, des
niveaux de sables, de sables argileux et de grès à oolithes ferrugineuses ainsi que des
horizons de lignite sont interstratifiés dans les séries argileuses. Les horizons aquifères,
associés aux lentilles sableuses, sont d'épaisseur très variable. Au sud de l'Adrar, les
caractéristiques hydrochimiques des eaux du Continental Terminal sembleraient indiquer
l'existence de transferts en provenance de l'aquifère du Crétacé supérieur / Éocène inferieur.
L’Unité du Gourma nord-ouest qui couvre la partie aval du delta intérieur, à l’Est d'une
ligne Niafounké-Korientzé, ainsi que la bordure nord-ouest du Gourma où les alluvions
anciennes sont recouvertes par des systèmes dunaires. Les surfaces temporairement
inondées sont d'extension réduite sauf dans la zone des lacs de Bambara Maoundé.
L'aquifère est essentiellement sableux, son épaisseur ne dépasse pas quelques dizaines de
mètres en raison de la remontée du substratum infracambrien.

Les terrasses alluviales d'âge quaternaire bordant le Niger sont constituées de limons
argileux et des lentilles sableuses. Ces alluvions, dont l'épaisseur est de l'ordre de 20 m ne
sont aquifères qu'en bordure du fleuve et s'intègrent alors au système aquifère multicouche à
nappe libre du Continental Terminal.

 Rapports entre le fleuve Niger et les nappes superficielles

Dans le bassin de Taoudéni-Tanezrouft, le rôle hydrogéologique de la nappe


d'accompagnement du fleuve Niger est majeur sur la partie de son cours au Mali, où se situe
le delta intérieur.
Il a été reconnu, sans que cela ait été quantifié, que l’étiage du fleuve Niger est soutenu en
étiage par les eaux provenant des nappes libres : alluvions et CT qui lui sont connectées ;
inversement, en hautes eaux, le fleuve alimente ces aquifères.

Dans le bassin des Iullemeden, les relations entre le fleuve Niger et le Système aquifère
d’Iullemeden ont fait l’objet d’études quantitatives.
Le modèle mathématique réalisé dans le cadre de l’étude de gestion concertée du SAI, a
pris en compte un soutien des écoulements du fleuve par les eaux souterraines : le fleuve
Niger recevrait environ 46 millions m3/an à partir du Continental intercalaire et 79 millions
m3/an du Continental Terminal. Un affluent du Niger, la Rima River (où aboutit le Goulbi de
Maradi au Niger), apporterait environ 20 millions m3/an au Continental intercalaire et
recevrait environ 12 millions m3/an à partir du Continental Terminal avant sa confluence avec
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   21/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

le fleuve Niger. Ce dernier constitue ainsi un des principaux exutoires naturels du système le
long de la frontière du Bénin et du Nigeria.
Dans le bassin des Iullemeden, en aval du fossé de Gao et jusqu'à la confluence avec le
Dallol Bosso, le fleuve Niger coule essentiellement sur des formations de socle, et n'a pas de
relation significative avec les aquifères du Ci et du CT. En aval du parc du "W" et de la
confluence avec le Dallol Bosso, il semble que le fleuve Niger draine constamment le SAI ; il
garde ce rôle drainant, au Nigeria après avoir reçu la contribution de la Rima River, puis de
la Bénoué qui provient du Tchad et du Cameroun.

Le rôle régulateur des nappes du SAI sur le débit du fleuve Niger est particulièrement visible
sur les hydrogrammes établis en amont et en aval de la zone principale d'exutoire de ces
nappes. Ces données permettront de préciser les hypothèses du modèle mathématique à
actualiser.

Aquifères du recouvrement ou aquifères superficiels

Des formations récentes, en général meubles ou peu consolidées, d'âge et d'origine variés,
couvrent des surfaces étendues. Elles ont un rôle hydrogéologique important car elles
constituent le premier réservoir interceptant les eaux d'infiltration générées par les
précipitations et le ruissellement local. Elles ne forment toutefois des aquifères exploitables
que lorsqu'elles sont suffisamment perméables et bénéficient d'une recharge périodique
suffisante pour compenser les pertes importantes par évapotranspiration dues à leur faible
profondeur.

4.2.2. Le bassin des Iullemeden


La couverture sédimentaire du Bassin d’Iullemeden peut être divisée en 5 entités :

a) Séries de l'Infracambrien, recouvrant horizontalement le socle, déposées au cours du


Primaire, lorsque le bassin d’Iullemeden est composé par un golfe marin ouvert vers le
Nord. La sédimentation est à dominante détritique est de type deltaïque sur les
bordures.
b) Formation du Continental intercalaire : sédimentation détritique à caractère continental
reposant en discordance sur les séries sous-jacentes, déposée du Permien au
Cénomanien inférieur, durant plus de 150 MA, cet ensemble est recouvert par la
première transgression du Cénomanien supérieur.
c) Formations du "Continental Hamadien" déposées entre le Crétacé supérieur
(Cénomanien sup.) et l'Éocène inférieur, au cours d’une série de cycles sédimentaires
commandée par le soulèvement de la marge nord-est du bassin. Les dépôts montrent
en auréoles concentriques le tracé du Bassin d’Iullemeden. Ils sont divisés en :
- Gypse et carbonates sablo-argileux consolidés (Cénomanien sup. - Turonien inf.), (
- Calcaire et marnes (Turonien sup.),
- Calcaire et argilite marins (Sénonien moy. et inf.),
- Grès, argilite et argiles (Sénonien sup.),
- Carbonates et argilites marins de l'Éocène inf. et dépôts indifférenciés du
Continental Hamadien, composés d'argilite, grès, calcaire et conglomérats.
d) Formations du "Continental Terminal" de l'Éocène au Pliocène, qui couvrent la partie
centrale du Bassin d’Iullemeden. Elles n'ont que quelques dizaines de mètres
d'épaisseur aux abords du Birrimien, mais atteignent 450 m de puissance dans le
centre du bassin. La sédimentation est à dominante gréso-argileuse mais comprend
aussi des dépôts chimiques et biochimiques : calcaires, phosphates et attapulgites.
e) Dépôts alluviaux, Regs, dunes et dépôts sableux quaternaires.
On distingue plusieurs types de dépôts alluviaux :
- dépôts alluviaux récents de compositions diverses présents le long du fleuve Niger
et de ses affluents, disposés en plusieurs niveaux de terrasses,

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   22/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

- dépôts argileux représentant d'anciennes vallées du fleuve du Pléistocène


originaires de l'Aïr et du Hoggar, recouverts plus tard de pélites,
- plaines alluviales du Pléistocène avec des graviers de quartz, comme par exemple
dans la région sud de Maradi.

La fréquence des dunes mobiles, dunes fixes, et autres couvertures sableuses


augmente avec la latitude.

Ces formations datent des phases arides du Pléistocène et de l'Holocène et couvrent à


présent de larges superficies du Bassin d’Iullemeden et du socle, elles constituent un
remplissage des vallées fossiles et notamment des "Dallols".

4.2.3. Le fossé de Gao, lien entre les aquifères des bassins de


Taoudéni et des Iullemeden
La liaison entre les grands systèmes aquifères de Taoudéni-Tanezrouft à l'Ouest et des
Iullemeden à l'Est est assurée par un étroit couloir sédimentaire, le "Détroit Soudanais" aussi
dénommé "fossé de Gao" qui correspond géographiquement à un tronçon de la vallée du
fleuve Niger dans la région de Gao, au Mali, entre le massif de l'Adrar des Iforas au nord et
le Gourma au sud.
En dehors d'un éventuel potentiel pétrolier qui a motivé certaines investigations
géophysiques et par forage (Ansongo 1), les questions posées par cette structure sont de
différents ordres : rôle hydrogéologique réel de communication entre les deux bassins,
rapports entre le fleuve Niger et la nappe contenue dans les formations sédimentaires
présentes, potentialités quantitatives et qualitatives en eaux souterraines.
Contexte structural et géologique du Fossé de Gao
Il s'agit d'une structure géologique d'effondrement allongée suivant une direction nord ouest-
sud est, affectant le socle précambrien ; sa superficie est de 15.000 km² environ, avec une
longueur de 400 km et une largeur variant de 15 à 100 km. Sur la base de données de
prospections géophysiques gravimétrique, aéromagnétique et sismique pétrolière (permis du
"block 11"), sa profondeur a été estimée à plus de 3.000 mètres. Le forage d'exploration
pétrolière d'Ansongo 1 foré en 1979 a reconnu une série sédimentaire épaisse de 1 645 m et
a identifié le socle sous-jacent jusqu'à 1 897 m. La limite sud-ouest de cette structure, qui
s'apparente à un demi-rift, est matérialisée par la faille majeure d'effondrement du Niger, qui
la sépare du socle précambrien cristallin et métamorphique du Gourma ; la limite nord-est
correspond à la remontée du socle précambrien de la terminaison sud de l'Adrar des Iforas
(voir figure 6).

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   23/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Source: P. Laroche 2005. Evaluation of the oil and gas potential of the Gao graben
sub basin. Exploration permit Block 11

Figure 6. Contexte géologique du fossé de Gao, position du forage d'ANSONGO 1 et permis 
d'exploration pétrolière associé. 
Le remplissage de ce fossé très profond est de nature terrigène, d'âge Mésozoïque à
Tertiaire, avec des alternances d’argiles, d’argiles sableuses et de sables fins à grossiers,
souvent en disposition lenticulaire et localement indurés. Des niveaux de lignite ou à graviers
de quartz et des horizons latéritiques argileux ou concrétionnés sont fréquemment intercalés
dans les parties moyennes et inférieures des formations continentales, mais la série est dans
son ensemble à dominante argileuse. (P. Laroche, 2005. Evaluation of the oil and gas
potential of the Gao graben sub basin – Exploration permit Block 11 - Republic of Mali).
En surface, les alluvions d'âge Quaternaire dans l'emprise du lit mineur, et sur les
banquettes inondables constituant le lit majeur du fleuve Niger, sont représentées par des
limons argileux et des lentilles sableuses.
Contexte hydrogéologique et liaison des nappes du fossé de Gao avec le fleuve Niger
Le fleuve Niger longe la bordure sud du fossé de Gao entre Bourem en amont et Ansongo
en aval, sur 150 km environ ; ses formations alluviales épaisses d'une vingtaine de mètres
contiennent une nappe d'accompagnement en continuité hydraulique avec la nappe
multicouche contenue dans la série argilo-gréseuse sous-jacente du Continental Terminal,
du Crétacé supérieur et du Jurassique, qui constitue le remplissage du fossé.
La preuve de cette relation est donnée par les variations du niveau d'eau observées dans les
puits et forages proches du fleuve : dans le segment Ké-Macina ("delta intérieur") - Gao et
pour les années (1954-1967), la moyenne annuelle de fluctuation pour 6 stations était de
l'ordre de 5 m (moyenne de demie-amplitude calculée 2,45m) sous l'influence évidente des
variations de niveau dans le fleuve. (Saad K., 1970. Etude hydrogéologique du Nord de la
Boucle du Niger). Les fluctuations de niveau dans les points d'eau suivent celles du fleuve,
avec une atténuation et un décalage dans le temps qui croissent avec la distance fleuve-
point d'eau.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   24/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Qualité physicochimique des eaux


Entre le massif de l'Adrar des Iforas au nord et le fossé de Gao, les eaux souterraines
contenues dans le Continental Terminal sont peu minéralisées (résidus secs variant entre
0,2 et 0,7 g/l), de faciès bicarbonaté calcique ou sodique pour les eaux les plus minéralisées,
mais avec des teneurs en chlorure et en sulfate relativement faibles.

Dans la plaine alluviale en bordure du fleuve Niger, les eaux douces de surface, à faciès
bicarbonaté rechargent la nappe alluviale et la partie superficielle de celle du Continental
Terminal qui sont en continuité : la salinité décroit à moins de 1 g/l. Les eaux conservent
toutefois un faciès sulfaté calcique alors que celles du fleuve sont bicarbonatées ce qui
pourrait montrer que la part de la recharge par les eaux de surface est limitée, peut être du
fait de la forte proportion d'argiles, qui limite la perméabilité des formations.

Dans le remplissage du fossé de Gao les horizons aquifères sableux souvent lenticulaires,
contiennent des eaux saumâtres avec des résidus secs pouvant atteindre 5 g/l et des eaux
de faciès sulfaté calcique et magnésien (teneurs en sulfate variant entre 0,5 et 2 g/l). Il est
probable qu'en profondeur les teneurs seront encore plus élevées, même si la grande
épaisseur de la série peut laisser espérer des productivités intéressantes s'il y a présence de
niveaux grossiers sableux ou conglomératiques comme signalé dans la série géologique.

Conclusion : rôle hydrogéologique probable du fossé de Gao


Les systèmes aquifères de Taoudéni-Tanezrouft et des Iullemeden sont à l'évidence mis en
communication par l'important fossé d'effondrement de Gao.
On ne dispose pas de données sur le gradient d'écoulement de la nappe d'accompagnement
des alluvions du fleuve Niger, ni sur celui de la nappe multicouche qui occupe le fossé de
Gao, sur plusieurs centaines de mètres d'épaisseur, mais ils ne peuvent être que faibles, en
raison de la topographie très atténuée de ce secteur et des quelques niveaux disponibles.
La nature majoritairement argileuse de la série d'âge secondaire et tertiaire de remplissage
du fossé, du moins pour ce qui en est actuellement connu, et la forte minéralisation des eaux
souterraines en certains points, suggèrent une faible perméabilité et une tendance au
confinement. Dans cette hypothèse et en l'état actuel des connaissances, les échanges
amont-aval au travers du fossé de Gao seraient très réduits.
L'évaluation précise des échanges entre les bassins de Taoudéni et des Iullemeden devra
donc se baser sur des données de transmissivité de l'épaisse série de remplissage du fossé
de Gao, obtenues par pompage d'essai sur des forages de reconnaissance profonds.
Si des projets importants faisant appel aux eaux souterraines se développent de part et
d'autre de la frontière Nigéro-Malienne, en aval du fossé de Gao, une étude hydrogéologique
devra être menée pour évaluer les incidences transfrontalières afin de gérer cette ressource
commune.

4.3. Points d'eau et piézométrie

4.3.1. Répartition des points d'eau


Les caractéristiques hydrogéologiques des points d’eau ont été collectées auprès des
différentes instances nationales pour constituer des bases de données les plus complètes
possibles dans le domaine concerné par l'étude :
 Algérie : 49 points d'eau
 Bénin : 193 points d'eau
 Burkina : 6 634 points d'eau
 Mali : 10611 points d'eau
 Mauritanie : 201 points d'eau
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   25/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

 Niger : 21 445 points d'eau


 Nigéria : 242 points d'eau
Au total 39 375 points d’eau, essentiellement forages, puits et quelques sources, ont
été répertoriés dans la zone d'étude.
Les cartes ci-après illustrent la répartition des points d'eau dans le domaine d'étude.

Figure 7: Ensemble des points d'eau en bases de données dans la zone d'étude 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   26/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 8: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude en Algérie 

Figure 9: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Bénin 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   27/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 10: Points d’eau (forages et sources) dans la zone d'étude au Burkina 

Figure 11: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Mali 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   28/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 12: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude en Mauritanie 

Figure 13: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Niger 
Des difficultés ont été rencontrées au Nigéria, où ont été fournis aux consultants des
tableaux en format Word comprenant plusieurs centaines de forages avec des descriptifs de
coupes géologiques, sans qu'il ne soit possible d'obtenir les coordonnées géographiques de
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   29/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

ces points d'eau, d'où une impossibilité de report sur carte ou de constitution de base de
données. Un complément a été apporté en novembre 2012 à la suite des ateliers à
Ouagadougou, mais la base de données demeure extrêmement incomplète

Figure 14: Points d’eau (forages) dans la zone d'étude au Nigéria 

4.3.2. Bassins Hydrologiques et Hydrogéologiques


A l'échelle de cette synthèse régionale, trois grands bassins hydrogéologiques couvrant la
majeure partie du système aquifère de Taoudéni-Tanezrouft peuvent être définis :
Leurs limites correspondent aux lignes de partage des eaux souterraines ou superficielles
séparant les principaux bassins hydrographiques.

 le grand bassin de Taoudéni, dans la partie nord de la zone d'étude, qui s'étend
principalement au Mali, avec ses prolongements vers le nord-est en Algérie
(Tanezrouft) et en Mauritanie (Dhar de Néma),
 le bassin moyen du fleuve Niger, au centre et à l’est, avec une structure particulière
(le fossé de Nara), le Delta Intérieur, jusqu'à l'exutoire constitué par le fossé de Gao.
Ce bassin est caractérisé par une forte relation avec les eaux superficielles.
 le bassin de la Volta (Mouhoun), au sud-est, dont la bordure septentrionale est au
Mali et la partie sud est au Burkina, où se trouve un exutoire secondaire du bassin de
Taoudéni-Tanezrouft.

Le bassin du Tamesna, à l'est de l'Adrar des Iforas, appartient au système aquifère des
Iullemeden (SAI) vers lequel il s'ouvre (Azaouak). Il n'a pas de relation avec le bassin de
Taoudéni-Tanezrouft, sauf par l'étroite structure du fossé de Gao
Dans les zones désertiques au nord et de l'est, la cuvette de Taoudenni et les bassins du
Tanezrouft et de l'Azaouak renferment des nappes dont la piézométrie est indépendante de celle
contrôlée par les autres bassins hydrogéologiques et se caractérisent par des systèmes
aquifères profonds en charge (formations primaires de Taoudenni, Continental Intercalaire du
Dhar de Néma et du Tanezrouft, Continental Intercalaire du Tamesna). On y rencontre aussi des
nappes superficielles discontinues, qui constituent une ressource précieuse et peu profonde pour
les habitants de ces régions, mais présentent peu d'intérêt pour le présent projet.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   30/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

4.3.3. Piézométrie des nappes


C’est surtout le type d’aquifère et le mode de gisement des eaux souterraines (milieu fissuré
ou intergranulaire) qui influence le modèle piézométrique, cette influence étant plus ou moins
marquée suivant le contexte topographique et pluviométrique :

- Les aquifères de type fissuré surmontés par des nappes superficielles dans les
formations du recouvrement, correspondent à un domaine de piézométrie élevée et
proche de la surface, avec de fortes variations saisonnières et interannuelles ;
- Les aquifères généralisés hors du réseau hydrographique, correspondent à un
domaine de piézométrie déprimée avec des niveaux d’eau profonds, pratiquement
constants dans la mesure où l'exploitation de la nappe est modérée (cas du
Tanezrouft, du Dhar de Néma en Mauritanie, du fossé de Nara au Mali)
- Les zones de transition entre ces deux domaines où sont localisés les aquifères
fissurés de type discontinu sans nappe superficielle, présentent des caractéristiques
intermédiaires avec un approfondissement progressif du niveau des nappes vers le
nord et une influence plus faible de la topographie.
Les accidents tectoniques majeurs tels que couloirs linéamentaires, failles, flexures
n’apparaissent pas comme des axes de circulation préférentielle mais plutôt comme des
limites entre compartiments à piézométrie indépendante.

Mode d'élaboration de cartes piézométriques à partir du MNT

Les bases de données de points d'eau sont très souvent incomplètes pour le champ
"altitude", ou alors l'altitude n'est pas suffisamment précise pour être utilisable de façon
classique. Une méthode d'élaboration de carte piézométrique a donc été testée au Mali à
partir des données disponibles et du MNT. Le processus a été le suivant :

- Correction des coordonnées des forages de la base de données SIGMA3,


- Tri des données de forages à partir des limites géologiques définies pour retenir
uniquement les forages se situant dans la zone d’étude.
- Extraction de l’altitude des forages à partir du modèle numérique de terrain. Le
modèle numérique de terrain utilisé est le ‘’ASTER GDEM 30m’’. Ce MNT a été
téléchargé à partir du lien http://reverb.echo.nasa.gov/reverb/ et le traitement fait à
partir de ArcGIS. Les altitudes piézométriques sont obtenues à partir des altitudes de
forages et des niveaux statiques.
- Tracé des courbes d’iso-valeurs d’altitude piézométrique à l’aide de Surfer. La
méthode utilisée est le krigeage avec des limites d’extrapolation d’un rayon de 0,3.
L’exportation en shapefile des tracés obtenus permet de superposer les courbes
d’isovaleurs aux points d’eau utilisés pour l’extrapolation.

Un premier exemple de rendu est donné dans la figure ci-après, sur l'exemple des régions
de Mopti, Ségou, Koulikoro et Sikasso, où la densité de points d'eau répertoriés est très
forte.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   31/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

18
620
600
580
17 560
540
520
500
480
16
460
440
420
400
15
380
360
340
320
14
300
280
260
240
13 220
200
180
160
12

11

-8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
Figure 15: Carte piézométrique des régions de Mopti, Ségou, Koulikoro et Sikasso 
Les avantages de la méthode sont :
- le tracé automatique des isopièzes, la rapidité du traitement,
- la bonne représentation visuelle en échelle de teintes, par rapport à une interpolation
manuelle.
Les inconvénients sont :
- - des effets parasites dus au logiciel interpolateur, sous la forme de "creux et bosses"
de la surface piézométrique, sans réalité sur le terrain,
- - l'interpolation systématique entre les points, sans détection de nappes différentes.

En effet, les gradients d'écoulement extrêmement forts représentés dans la partie nord-est
du secteur sont irréalistes, et traduisent la présence de nappes perchées sur le plateau
Dogon.

Un second exemple a été pris dans le secteur Gao-Kidal avec une densité irrégulière de
points d'eau répertoriés (voir carte ci-après).

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   32/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

20 340
330
19.5 320
310
19 300
290
18.5 280
270
18 260
250
17.5 240
230
17 220
210
16.5 200
190
16

15.5

-1 0 1 2 3

Figure 16: Carte piézométrique des régions de Gao et Kidal dans la zone d’étude 
La faible densité des données augmente les effets "parasites" de l'interpolation, avec la
présence de pics piézométriques irréalistes, et la présence d'îlots piézométriques isolés, trop
éloignés pour que l'interpolateur puisse les relier. On sait cependant par raisonnement
hydrogéologique qu'une nappe continue existe entre ces deux îlots.

Représentation de la piézométrie sans courbes de niveau : si l'on accepte, ans un but de


compréhension des écoulements souterrains, de ne pas représenter des courbes isopièzes,
le traitement statistique des données peut fournir des résultats très intéressants, même
lorsqu'on ne dispose pas d'altitudes précises : l'altitude au sol est tirée du MNT sur la base
de la position géographique des points d'eau, et la cote piézométrique est déduite des
mesures de niveau d'eau dans les forages. Un choix judicieux de l'échelle des couleurs et
des classes d'altitude des niveaux est essentiel.

Malgré la faible précision altimétrique et des aberrations locales, le rendu statistique est très
acceptable sous la forme d'une représentation point par point et permet une compréhension
globale des écoulements souterrains très utile à l'hydrogéologue et au modélisateur.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   33/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

 
Légende : cotes piézométriques relatives des plus élevées aux plus basses :
vert-jaune-orange-rouge-bleu
Figure 17 : Cartes piézométriques point par point de la plaine du Gondo (Burkina) et du 
Nord‐Bénin établies à partir des bases de données 

On retiendra de ces exemples que l'utilisation de l'interpolation automatique pour tracer des
cartes isopiézométriques nécessite :
- une forte densité de points d'observation,
- une bonne précision des données altimétriques,
- une interprétation par un hydrogéologue connaissant le contexte, afin d'éviter les
aberrations
Par contre, la représentation piézométrique en point par point, avec traitement statistique
des données et croisement avec le MNT, autorise la prise en compte des nombreux
ouvrages sans altitude au sol indiquée. La meilleure densité d'information obtenue permet
une représentation suffisante pour une bonne compréhension des écoulements souterrains.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   34/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Dans le but de servir de base à la modélisation, des cartes piézométriques ont été élaborées
par le consultant en actualisant et interprétant celles réalisées en 1969.
Il s'agit dans la figure ci-après des nappes du Continental Intercalaire et du Continental
Terminal dans le grand bassin du Tamesna, à l'Est et au Sud de l'Adrar des Iforas, de part et
d'autre de la frontière Niger-Mali.

Figure 18: Cartes piézométriques du Continental Intercalaire et du Continental Terminal 
dans le Tamesna (1969 réinterprétées) 
Carte piézométrique de la nappe du Crétacé dans la même zone ; mise en évidence
d'un phénomène probable de dépression piézométrique au nord de Ménaka.

Figure 19: Carte piézométrique du Crétacé dans le Tamesna (1969 réinterprétés) 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   35/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Le phénomène des dépressions piézométriques


Un trait marquant de la piézométrie dans les zones climatiques sahéliennes à désertiques
est l'existence de vastes zones où la surface piézométrique des nappes est déprimée avec
des profondeurs jusqu'à l'eau de 40 à 50 m (localement 100 m) et pour lesquelles les
courbes isopièzes semblent se refermer sur elles-mêmes (nappes en creux).
Ces dépressions piézométriques couvrent les plaines sahéliennes et désertiques des
régions centrales et orientales du Mali, et l'est de la Mauritanie sur une superficie de
plusieurs centaines de milliers de km².
On distingue :
 La dépression piézométrique centrale localisée dans le bassin du Niger moyen. Ses
limites sont proches de celles du delta fossile du Niger. Les principaux secteurs à
piézométrie déprimée sont, de l'ouest vers l’est, le Dhar de Néma en Mauritanie, et
au Mali, le fossé de Nara, le Mema-Dioura, la plaine alluviale de Katiena-Sy entre les
fleuves Niger et Bani, les bassins nord et sud de I'Azaouad
 la dépression de Gao couvre le "détroit soudanais" et le Gourma oriental;
 la dépression du Gondo, d'extension plus réduite, est localisée dans la partie amont
du bassin hydrogéologique de la Volta.
Ces dépressions présentent des caractères communs :
 localisation en zone sahélienne et désertique, avec des pluies moyennes annuelles
de 200 à 300 mm environ ;
 concernent des aquifères à porosité intergranulaire du Continental terminal /
Quaternaire et du Continental Intercalaire et dans les secteurs d'aquifères fissurés ou
le substratum est surmonté par une épaisse couverture d'altérites argilo-sableuses ;
 ne semblent pas liées à des conditions structurales spécifiques bien que certaines
soient associées à des structures de type graben : fossés de Nara et de Gao ;
L'évaporation "profonde" pourrait jouer un rôle prépondérant dans la formation et le maintien
de ces dépressions piézométriques régionales, malgré la grande profondeur du niveau d'eau
dans les zones sahéliennes et désertiques où les aquifères sont constitués ou surmontés par
des couches argilo-sableuses.
Ce phénomène sera à prendre en considération en modélisation hydrodynamique, comme
étant une sortie d'eau souterraine de la nappe, au même titre que des pompages.

4.3.4. Relations avec les eaux de surface et typologie de la


recharge des nappes
Différents types de relation entre eau de surface et eau souterraine sont rencontrés dans le
domaine d'étude :
- recharge permanente des nappes par les eaux de surface,
- drainage permanent des nappes par le réseau hydrographique,
- recharge variable (recharge/drainage) en fonction des cycles pluviométriques,
- recharge linéaire des nappes par les eaux de surface,
- recharge ponctuelle des nappes par les eaux de surface,
- recharge épisodique des nappes par les eaux de surface,

Relations avec le réseau hydrographique


La recharge permanente
C'est une caractéristique majeure de la piézométrie régionale dans le centre du Mali et se
traduit par une remontée de la surface piézométrique sous l'effet d'un contact prolongé avec
des eaux superficielles pérennes. La nappe devient alors sub-affleurante et se raccorde aux
plans d’eau de surface. Le secteur central du delta intérieur du fleuve Niger qui couvre le
delta vif, est la principale zone, pour ne pas dire la seule, bénéficiant de ce type de recharge
dans le bassin de Taoudéni-Tanezrouft.
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   36/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Celle-ci varie cependant fortement selon les saisons et les années en fonction de la hauteur
des crues qui conditionne l’extension des zones inondées, et de leur durée.
Une recharge permanente se produit aussi, mais de façon beaucoup plus limitée, dans une
frange alluviale étroite bordant le lit mineur du Niger, entre Koulikoro et Gao, ainsi que le
long du Bani, entre Douna et Mopti.
L'aquifère multicouche présent dans le fossé de Gao constitue un cas intermédiaire, avec
une recharge permanente de la nappe, mais limitée latéralement et quantitativement en
raison des faciès principalement argileux des formations présentes en surface dans cette
structure.
Le drainage permanent
Le drainage permanent des systèmes aquifères par le réseau hydrographique ne se produit
que dans la zone où la pluviométrie est la plus élevée, c'est-à-dire près de Bamako au Mali
au Niger près de la frontière du Nigéria, au Nigéria même, et au Bénin.
La relation variable recharge/drainage
Cette alternance caractérise la zone climatique soudano-sahélienne qui s'étend entre les
isohyètes 800 et 1200 mm. Les principaux aquifères concerné sont ceux des grès
infracambriens au Mali, du Continental Terminal dans le cours moyen du Niger et du
Continental Intercalaire dans le bassin de la Volta au nord du Burkina.

Suivant les saisons, les cours d'eau alimentent (durant l'hivernage) ou au contraire drainent
(pendant la saison sèche) les aquifères avec lesquels ils sont en connexion.

Recharge des nappes en dehors de la relation avec des cours d'eau


Ce phénomène est essentiel à apprécier, car il s'agit d'un paramètre majeur de la future
modélisation. Il s'applique à des zones extrêmement étendues étant donnée la très faible
densité du réseau hydrographique permanent dans le domaine d'étude.
En dehors de la liaison avec les cours d'eau, dans les zones climatiques où il existe des
périodes de pluviométrie excédentaire sur l'évaporation et le ruissellement, l'approche de la
recharge sera faite par méthode classique, grâce aux statistiques météorologiques
disponibles.
La recharge linéaire

Dans la zone sud-sahélienne, approximativement entre les isohyètes 600 et 800 mm, la
recharge est très "linéaire" : les écoulements de surface liés aux seules pluies importantes
de l'hivernage sont relativement brefs et l'évolution générale de la ressource est très lissée et
suit alors des cycles pluviométriques pluriannuels de longue durée, surtout si les niveaux
d'eau sont profonds par rapport au sol, ce qui est souvent le cas en zones d'interfluves ou de
plateaux.

La recharge ponctuelle
Dans les zones climatiques nord-sahéliennes où les précipitations sont comprises
approximativement entre 250-300 mm et 500-600 mm, on constate que la recharge n'est pas
nulle alors que l'évapotranspiration est constamment ou très majoritairement supérieure aux
précipitations. On parle alors de "recharge ponctuelle".

Les études de l'IRD menées en particulier au Niger montrent l'importance des tronçons
encore temporairement fonctionnels du réseau hydrographique sur l'infiltration. Cela est
souligné par l'observation de nettes remontées de nappes, régulières et pluriannuelles, liées
à l'augmentation du ruissellement et de la densité des points d'eau temporaires, alors même
que la pluviométrie est déficitaire. Ce phénomène pourrait être lié au déboisement et aux
changements d'état de surface (cultures) consécutifs à la pression démographique.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   37/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

La recharge épisodique
Elle a lieu dans les secteurs désertiques (Centre et nord du Bassin de Taoudéni au Mali, est
et nord de la Mauritanie, Tanezrouft en Algérie, Tamesna et Azaouak au Mali et Niger)
Elle est liée aux eaux superficielles temporaires consécutives à des précipitations largement
aléatoires. Le réseau hydrographique est souvent désorganisé par l'ensablement (cordons
dunaires, ergs). L'évaporation est constamment supérieure aux précipitations mensuelles, ce
qui interdit en principe toute infiltration
Les faibles précipitations, alimentent un ruissellement qui est collecté dans les dépressions
topographiques. L'eau s'accumule fréquemment dans des mares temporaires (Tamourts en
Mauritanie) associées à des nappes perchées, qui peuvent conduire à une infiltration vers la
nappe profonde si la stagnation de l'eau est suffisamment longue.
La recharge épisodique et ponctuelle peut aussi se produire en bordure des reliefs, lorsque
les alluvions des oueds sortant du massif sont en contact avec les affleurements des
formations sédimentaires perméables du bassin. Des observations dans le nord-Niger
(Imouraren) montrent des remontées de niveau de l'ordre du mètre dans des nappes
profondes à proximité d'oueds dont les écoulements ne se produisent qu'une à deux fois par
an.
Si la stagnation d'eau est assez longue dans les zones d'accumulation, le front
d'humectation peut descendre suffisamment profondément dans les terrains pour être à l'abri
de la reprise évaporatoire, et la recharge se produit, même si le niveau de la nappe est
profond. Ce phénomène est essentiel à prendre en compte dans les zones désertiques, car il
est le seul à expliquer la recharge, modeste, constatée dans les aquifères.

4.3.5. Fluctuations piézométriques des nappes


On dispose malheureusement de peu de données historiques ou d'enregistrements de
longue durée sur l'évolution piézométrique des aquifères, du fait du manque de réseaux
nationaux actifs.
Les suivis de niveau sont le plus souvent fragmentaires et limités à la durée des projets qui
les ont mis en place, ou sont réalisés dans le cadre d'études scientifiques ciblées (cas des
suivis de l'IRD), ou sont associés à des forages exploités pour l'eau potable ou d'autres
usages, ce qui perturbe les enregistrements.
On peut néanmoins énoncer les principes suivants :

 Dans les grand bassins de la partie nord de la zone d'étude, celui de Taoudéni, s'étend
principalement au Mali, avec ses prolongements vers le nord-est en Algérie (Tanezrouft) et
en Mauritanie (Dhar de Néma), et dans le nord du bassin des Iullemeden au Mali et au Niger
(Tamesna, Azaouak,Tin Mersoï) :

Les niveaux sont extrêmement stables et insensibles aux récents épisodes de déficit
pluviométrique : les forages exécutés le long de la piste Tombouctou-Taoudéni dans
l'aquifère du Continental intercalaire du nord de l'Azaouad, avec des niveaux entre 40 et
50 m de profondeur, ne montrent aucune variation significative depuis leur exécution en
1985. Il en est de même dans le Tanezrouft en Algérie, dans les nombreux forages
exécutés à cette même période, avec des fluctuations de quelques centimètres.

La stabilité des niveaux est bien entendu conditionnée par la non-utilisation des forages,
ou du moins l'exploitation à un débit négligeable par rapport aux réserves disponibles. En
effet, la recharge naturelle de la nappe est faible et en cas de prélèvements intensifs,
comme sur certains sites miniers du nord Niger dans le système des Iullemeden, les
niveaux baissent, d'autant plus rapidement qu'il s'agit de nappes captives. Dans ce
contexte pourtant, les piézomètres éloignés des points de pompage montrent des niveaux
très stables.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   38/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

 Dans le bassin moyen du fleuve Niger, au centre et à l’est, avec le Delta Intérieur au Mali,
jusqu'à l'exutoire constitué par le fossé de Gao. Puis dans la partie aval du cours du fleuve
Niger dans la zone d'étude, près des frontières du Niger avec le Nigéria et le Bénin. La
nappe du CT dans le bassin de la Volta, au sud-est du bassin de Taoudéni, au Mali et au
Burkina, est aussi à rattacher à ce type avec l'influence des fleuves Comoé et Mouhoun qui
sont des cours d’eau permanents. Ce bassin est caractérisé par une recharge annuelle
perceptible et une forte relation locale avec les eaux superficielles.

Les fluctuations sont plus sensibles, de l'ordre du mètre, et reflètent la recharge annuelle
par les précipitations. Les fluctuations s'atténuent si les niveaux de nappes sont profonds,
du fait du stockage temporaire de l'eau infiltrée dans la zone non saturée ou dans de
petites nappes perchées : au-delà de 40 m de profondeur, les fluctuations annuelles sont
de l'ordre du décimètre.

Lorsqu'il y a relation avec un cours d'eau pérenne, les niveaux suivent les fluctuations de
celui-ci : dans le delta intérieur et jusque dans la région de Gao, les mesures
piézométriques exécutées sur des forages situés à différentes distances du fleuve mettent
en évidence des variations de niveau dans l'aquifère du Continental terminal/Quaternaire
liées aux fluctuations de niveau du Niger avec un amortissement progressif des
amplitudes lorsque l'on s'éloigne du fleuve et que les niveaux d'eau s'approfondissent. Le
mécanisme de recharge devrait donc être similaire à celui qui caractérise le secteur de
Tombouctou et la bordure du delta actif.

Dans la structure particulière du fossé de Nara, l'aquifère du Continental intercalaire est


épais de plusieurs centaines de mètres, mais il n'y a pas de relation avec un cours d'eau
superficiel et la pluviométrie est faible. On rejoint alors les conditions qui prévalent plus au
nord, comme dans le cas du piézomètre de Léré, avec un niveau vers 40 m de
profondeur, et des variations annuelles de quelques centimètres seulement, voisines de la
précision des mesures.

4.4. Caractéristiques hydrodynamiques et évaluation


quantitative de la recharge

4.4.1. Paramètres hydrodynamiques


L'affectation de paramètres hydrodynamiques à des zones géographiques, dans une
optique de modélisation ultérieure, se heurte à plusieurs difficultés :

Variabilité des paramètres : compte tenu de l'étendue de la zone d'étude et de la variété


des faciès rencontrés, les valeurs de paramètres hydrodynamiques sont extrêmement
variables, géographiquement, et même verticalement au sein d'une même formation, dans
la mesure où des niveaux géologiques différents peuvent être captés suivant les objectifs
de débit fixés, le secteur géographique ou les capacités de la machine de forage.

Pénétration partielle des niveaux aquifères : par exemple, pour des forages d'hydraulique
villageoise dont l'objectif est de l'ordre du mètre cube par heure, il y aura presque
systématiquement pénétration partielle dans l'aquifère, pour des raisons d'économie de coût
du forage. La transmissivité calculée ne sera donc pas très représentative de la formation.

Par contre, dans le cas de forages avec des objectifs de débit plus importants, ou dans des
formations peu perméables, c'est l'ensemble de la formation qui sera capté, ce qui
débouchera sur une valeur de transmissivité représentative. On se heurtera alors à la
détermination de la perméabilité, qui est le paramètre pris en compte dans la modélisation :
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   39/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

quelle est l'épaisseur d'aquifère réellement productive dans la partie captée, pour convertir
la transmissivité en perméabilité ?

Manque de représentativité des pompages d'essai : ils sont peu nombreux, souvent très
courts, et à débit unique, en général proche du débit obtenu au soufflage en fin de foration
pour les forages à l'air, ou en fin de développement pour les forages réalisés au rotary.

Si on dispose de paliers, on s'aperçoit fréquemment que le forage améliore sa productivité


en cours d'essai (augmentation du débit spécifique), les données deviennent
ininterprétables car on est en présence d'un développement complémentaire du forage
pendant l'essai. Il aurait été nécessaire de pousser le développement jusqu'à son terme
avant de réaliser l'essai.

Difficultés d'interprétation : elles proviennent de la non prise en compte de certains


paramètres indispensables pour une interprétation rigoureuse des mesures : variations de
débit pendant le pompage avec une fausse stabilisation du niveau par baisse du rendement
de la pompe, effet de capacité qui perturbe le début d'essai, pertes de charge quadratiques
(avec souvent absence de paliers de débit pour les évaluer), effet skin, absence de
méthodes d'interprétation en milieu fissuré, ou de prise en compte de la drainance, de
l'égouttement, de limites alimentées ou étanches etc…

Le débit spécifique (débit produit par le forage en m3/h pour un mètre de rabattement du
niveau) est le paramètre le plus souvent transcrit dans les rapports d'exécution de forages.
La gamme couverte est de 0,05 m3/h/m, voire moins en hydraulique villageoise où les
forages peuvent débiter moins d'un m3/h, à 10m3/h/m et plus dans des cas exceptionnels
(aquifères très fissurés). Si on disposait de plus de pompages interprétés, une corrélation
Débit Spécifique-Transmissivité pourrait être tentée pour disposer de valeurs de
transmissivité mieux réparties géographiquement.

La transmissivité (produit de la perméabilité de l'aquifère par son épaisseur productive) est


un paramètre fréquemment calculé à l'issue des pompages d'essai. Au total on peut dire
que les valeurs de transmissivité disponibles dans les rapports consultés couvrent une
gamme de 10-5 m²/s à 10-3m²/s avec valeurs très fréquentes autour de 10-4m²/s et des
valeurs exceptionnelles de 10-1m²/s dans les parties les plus productives des nappes. Par
contre il manque le plus souvent l'indication de la méthode de calcul.

L'emmagasinement traduit la capacité de la nappe à libérer de l’eau sous l’effet d’un


abaissement de la charge hydraulique. Il est sans dimension et souvent exprimé en %.
Dans le cas d’une nappe libre, il correspond à la porosité efficace, il est de l'ordre de 10-2 à
10-1

Dans le cas d'une nappe captive il correspond au volume d'eau libérable par la
décompression du squelette rocheux sous l'effet de la baisse de charge hydraulique (l'eau,
elle, est incompressible) ; il est de l'ordre de 10-5 à 10-3, c’est-à-dire 100 à 10000 fois
inférieur à celui d’une nappe libre. La conséquence est que pour une même sollicitation, les
rabattements vont se propager beaucoup plus vite et plus loin en nappe captive. Les
nappes semi-captives montrent des valeurs intermédiaires.

Le calcul rigoureux de l'emmagasinement suppose de disposer d'un ou plusieurs


piézomètres où le niveau est observé pendant l'essai. C'est très rarement le cas dans les
pompages disponibles, si bien que les valeurs sont en général issues de calages avec un
logiciel d'interprétation de courbes de rabattement observé par rapport à des courbes
théoriques (avec toutes les incertitudes que cela suppose).

La répartition des paramètres hydrodynamique est indiquée dans les rapports établis pour
les différents pays, par secteur et par formation géologique, sur la base des données
disponibles.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   40/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

La meilleure méthode d'approche des paramètres hydrodynamiques consiste à les finaliser


à l'occasion de la modélisation mathématique, par calage sur une piézométrie observée,
tout en respectant les valeurs ponctuelles disponibles en certains lieux. Ce raisonnement à
grande échelle permet un lissage des irrégularités locales et a l'avantage de se baser sur
une donnée objective et facilement mesurable qui est la piézométrie de la nappe.

4.4.2. Recharge

Compte tenu de l'étendue de la zone d'étude, et de la forte variabilité spatiale des


paramètres climatiques (P, ETP), l'établissement d'une valeur moyenne unique de recharge
sur toute la zone d'étude n'est évidemment pas pertinent.

Les données permettant une évaluation spatiale correcte de tous les paramètres
intervenant dans le calcul de la recharge, même sur une moyenne annuelle ou
pluriannuelle, restent relativement rares.

Dans l'optique "ressources en eau" qui intéresse la présente étude, les approches les plus
représentatives de la "recharge des nappes" ne se basent pas sur des formules prenant en
compte la pluie, l'ETP, le ruissellement etc. (dont chacun des paramètres est entaché d'une
forte incertitude), mais sur des fluctuations pluriannuelles de niveau de nappes, en regard
de données pluviométriques assez simples à obtenir, ou des bilans issus de calages par
modélisation hydrodynamique.

 Dans la partie sud de la zone d'étude (pluviométrie comprise entre 600-700 mm


et plus de 1000 mm/an)

Parmi les différentes estimations disponibles de la recharge des nappes (infiltration


efficace) sur la zone d'étude, on peut citer :

Au Burkina, dans la zone de Bobo-Dioulasso, une valeur moyenne d'infiltration sur la


décennie 1981-1990 comprise entre 74 mm et 120 mm (source : D. Dakouré, 2003); sur
la même zone, une valeur de recharge de 166 mm a été donné par IWACO en 1989;

La variabilité spatiale de la recharge est cependant importante car les recherches de D.


Dakouré (2003), indiquent 300 mm de recharge annuelle dans la région d'Orodara (sud-
ouest du Burkina).

 Dans la partie centrale de la zone d'étude (pluviométrie comprise entre 250-300


et plus de 700 mm/an environ)

Dans la plaine du Gondo, représentative sur le plan climatique à la partie centrale du


secteur, une valeur de recharge de 20 à 38 mm est avancée dans une étude régionale du
CIEH (1987), confirmée par D. Dakouré avec 25 mm (extrême nord-est, plaine du Gondo)
et de 46 à 61 mm (étude régionale CIEH, 1987) dans les grès primaires et infracambriens
dans le bassin de Taoudéni.

 Dans la partie nord de la zone d'étude (pluviométrie comprise entre < 100 mm
et plus de 250 mm/an environ)

La recharge directe est en principe nulle, par exemple au Tanezrouft, en Algérie, ou dans le
nord du bassin de Tim Mersoï au Niger du fait de la pluviométrie - largement inférieure à 100
mm/an - et du potentiel d'évaporation, qui est de plusieurs mètres par an. Il n'y a pas de
cours d'eau permanent.

Le climat est désertique ; on est en présence d'une recharge épisodique et ponctuelle, qui ne
se fait qu'en bordure de bassin au niveau des alluvions des oueds quand elles se
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   41/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

superposent à des formations perméables, et au niveau des formations de recouvrement de


piedmont qui reçoivent les ruissellements temporaires issus des reliefs : les nappes en
présence sont essentiellement fossiles, avec une recharge initiale datant de plusieurs milliers
d'années et des gradients d'écoulement très faibles, souvent inférieurs à 1/1000, ce qui
souligne leur très faible renouvellement et donc leur vulnérabilité quantitative.

Les ressources réellement renouvelables sont réduites et ne sont rencontrées qu'en bordure
du bassin (inféroflux liés aux alluvions d’oueds, drainage des nappes contenues dans les
versants) ; ou grâce à la présence de certaines surfaces d'eau libre temporaires sous forme
de mares, comme c'est le cas en Mauritanie (Tamourts).

Dans ces conditions climatiques, deux modélisations sur des sites différents calées sur des
historiques longs et fiables dans le nord Niger ont évalué les apports dans le bassin
sédimentaire à partir des reliefs du socle, entre 0,6 et 1,2 m3/h par kilomètre de front de
nappe (le long d'une isopiéze), ce qui correspondait à une lame d'eau nette infiltrée de
l'ordre de 2 à 5 mm soit 5% environ des précipitations. Ces apports intègrent à la fois les
apports par le contact alluvions-affleurements perméables (grès aquifères de perméabilité de
5.10-6 m/s) dans les oueds, et la pluie sur les affleurements.

Dans d'autres secteurs, où aucune alluvion d'oued n'était présente, le calage du paramètre
infiltration sur des chroniques très précises a conduit à une valeur de lame d'eau infiltrée de
seulement 0,6 mm/an sur les affleurements pour une pluviométrie à forte variabilité
interannuelle de 50 à 100 mm.

 Méthodologie proposée en zone sahélienne


Dans le cadre de la modélisation prévue des nappes dans le domaine d'étude, le Consultant
envisage d'évaluer la répartition géographique de la recharge dans la zone sahélienne et
saharienne, en valorisant les données de télédétection et les cartes d'isohyètes de la
manière suivante :
- délimitation de secteurs homogènes sur le plan de la densité des points d'eau
superficiels et de celle du ruissellement (tronçons de réseau hydrographique
temporaire)
- croisement informatique de ces données avec les isohyètes pour obtenir un
coefficient d'infiltration,
- ajustement du paramètre "recharge sur les affleurements" en respectant la
pondération géographique donnée par le coefficient d'infiltration.
Si la méthode se révèle probante pour faciliter le calage du modèle mathématique, on peut
imaginer l'appliquer à une échelle très fine (celle de la télédétection) via une matrice de
combinaison des différents paramètres intervenant dans la recharge.

4.5. Évaluation des prélèvements dans les nappes


Les évaluations des prélèvements dans les nappes concernées par le projet, dans le
domaine d'étude, sont détaillées dans les rapports des différents pays.

La disponibilité des données est extrêmement variable d'un pays à l'autre, avec aussi des
différences sensibles dans les normes de besoins unitaires pour la population et le cheptel.
Dans le cadre du projet, il n'y a donc pas eu d'approche unique, ce qui a pour conséquence
d'introduire une hétérogénéité dans le calcul des prélèvements dans les nappes.

Classiquement, on distingue les méthodes suivantes :

Méthode directe d’évaluation des prélèvements : cette méthode consiste à faire le cumul

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   42/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

des volumes d’eau effectifs prélevés à partir des points d’eau. Les volumes de prélèvement
ont été calculés sur la base de la considération d’un certain nombre de paramètres de
dépendance tels que la densité, la productivité unitaire et le taux de fonctionnalité des points
d’eau, et le temps de séjour effectif du cheptel sur les pâturages, sans disponibilité d'eau de
surface.
Pour les sites urbains, les statistiques des organismes de distribution d'eau ont le plus
souvent pu être collectées, mais les projections à 10 ou 20 ans sont rarement disponibles.
Les données sont souvent une estimation du Consultant tenant compte du taux de
croissance de la population issus des données de la FAO ou des Nations Unies qui sont
crescendo pour les communes urbaines et decrescendo pour les communes rurales.

Méthode indirecte d’évaluation des prélèvements : elle est basée sur l’estimation de la
part des besoins vitaux de la population et du cheptel. Les volumes de prélèvement d’eau
sur la base des besoins de consommation d’eau sont évalués en considérant un certain
nombre de paramètres de dépendance tels que la densité de population et du cheptel, les
normes de consommation unitaire, le taux de couverture des besoins en eau et le temps de
séjour du cheptel sur les pâturages.

L'irrigation est très généralement pratiquée à partir des eaux de surface, les consommations
d'eau souterraine pour l'agriculture sont difficiles à apprécier car il s'agit le plus souvent de
petits périmètres irrigués réalisés sans qu'un suivi postérieur soit mis en place.

Les consommations d'eau souterraine pour l'industrie sont souvent incluses dans celles des
organismes de distribution, si le site ne dispose pas de son propre captage. Dans ce dernier
cas, il est rare de disposer des volumes prélevés.

BURKINA

Dans le cadre des objectifs du Millénaire de Développement (OMD) pour le Burkina, la


consommation spécifique journalière par personne a été classée en 3 niveaux :
 Niveau 1, village de moins de 3 500 hab à équiper en PMH à raison de une par tranche
de 300 hab,
 Niveau 2, villages avec au moins 3 500 hab et les chefs-lieux de commune rurale à
équiper en AEPS
 Niveau 3, chefs-lieux de commune urbaine à équiper en adduction d’eau potable
classique

Les normes de consommations spécifiques prises en compte sont les suivantes : 20 l/j/pers
dans les localités desservies par le niveau de service 1 ou 2, et de 40 à 60 l/j/pers dans
celles desservies par un niveau de service 3.

L’ONEA gère le périmètre urbain, et l’administration a en charge le reste des villages. Un


village est une commune urbaine lorsqu’il a plus de 10 000 hab ou a le statut de commune
urbaine. Sur cette base les hypothèses de consommation suivantes ont été retenues :
- Communes desservies par l’ONEA : 30 à 50 l/j/hab. Il s’agit des centres de Dédougou,
Tougan, Solenzo, Nouna, Bobo Dioulasso, Banfora, Sindou et Orodara.
- Communes non desservies par l’ONEA : 20 l/j/hab

Les captages par forage utilisés de manière permanente et répertoriés sur la zone d'étude,
avec un débit d'exploitation supérieur à 20 m³/h, sont principalement ceux correspondants
aux centres AEP de l'ONEA situés à Bobo (Nasso), Orodara, Dedougou, Nouna et Tougan.
Les autres forages ayant un débit d'exploitation supérieur à 20 m³/h sont essentiellement
d'usages industriels, telles dans la région de Bobo Dioulasso les usines Lafi-Brakina et Jirma
pour l'alimentaire, et l'usine SNCITEC.

L'estimation des prélèvements par PMH et puits, a été faite sur les bases suivantes :
 0.7 m3/h x 12h soit environ 8 m3/jour pour les PMH
 1 m3/h x 12h soit environ 10 m3/jour pour les puits.
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   43/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

MALI

Les prélèvements opérés dans les aquifères continus ont été évalués sur la base de la
productivité des points d’eau (méthode directe) et les besoins de consommation de la
population et du cheptel (méthode indirecte).

L'estimation des prélèvements par PMH et puits, a été faite sur les bases suivantes :
 8 m3 par point d’eau (PMH (pompe à motricité humaine), puits moderne, borne
fontaine)

À l’exception de 8 centres AEP de la SOMAEP et d’une quarantaine de centres AEP/AES de


la DNH, qui font l’objet de suivi régulier, les productions des centres AES s’échelonnent dans
des rapports de consommation spécifique de l’ordre de 10 à 15 litres par jour par personne.
Quant aux systèmes SHVA, qui sont généralement de type solaire, ils sont assimilés à un
niveau de productivité de 2 équivalents points d’eau modernes, soit 2 x 8 m3/jour = 16
m3/jour.

Sur cette base les hypothèses de consommations domestiques suivantes ont été retenues :
 20 litres par personne et par jour en milieu rural,
 40 litres par personne et par jour en milieu urbain,
 40 litres par unité bétail tropical (UBT) par jour.

NIGER

L’eau des industries et mines recensées dans le bassin des Iullemeden est fournie dans sa
quasi-totalité par la SEEN. Par conséquent les productions fournies par le fichier :
OSS_NIGER_Production-forages-exploitation-SEEN-nationale-2011 tiennent compte des
consommations enregistrées par les mines et industries concernées.

L'approche a été basée sur les données fournies dans le fichier « Taux de couverture des
besoins en eau dans les régions du Niger », pour calculer la production des forages équipés
de pompes à motricité humaine (PMH) et puits cimentés (PC) de chaque région sur la base
de :
 PMH : 700 litres/forage x 8 heures, soit une production journalière de 5,6
m3/jour/forage
 PC : 5 m3/h produite par un PC en 12 heures d’affilée, soit une production
journalière de 60 m3/jour/PC

Pour l'essentiel, les périmètres irrigués sont proches du fleuve Niger ou du Goulbi de Maradi
et sont alimentés par des eaux de surface. Il y a des exceptions près de Tahoua (Tarka) et
de Birni N'Konni (Dallols)

NIGERIA

La population est très nombreuse dans les états de Sokoto, Kébbi et Katsina concernés (14
000 000 habitants au total pour le bassin sédimentaire et la zone de socle cristallin). L'état de
Zamfara, situé presque entièrement en domaine de socle, n'est pas à prendre en compte.
L'état de Katsina est marginalement concerné, il s'agit de la petite partie sédimentaire située
à la frontière du Niger au nord de la ville de Katsina, et à l'est de la partie amont du Goulbi de
Maradi au Nigéria.

En retranchant les villes de Sokoto et Katsina et en prenant en compte le fait que 75 % de la


population est en zone rurale, que le bassin sédimentaire représente environ 50 % de la
surface des deux états principaux (Sokoto et Kebbi) et 10% de celui de Katsina, le nombre
d'habitants concernés par une alimentation en eau potable à partir des eaux souterraines est
très approximativement de 2 900 000 habitants.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   44/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Les hypothèses de consommations domestiques suivantes ont été retenues, conformément


aux estimations de l'étude JICA :
 20 litres par personne et par jour en milieu rural, jusqu'à des agglomérations de
10000 hab.

Les prélèvements pour les autres usages (agricole, industriel) ne sont pas connus à ce stade
de l'étude. Il y aurait de nombreux forages de petite irrigation (maraichage) autour des villes,
mais aucune donnée n'a pu être obtenue à ce jour.

MAURITANIE
Les estimations portent sur les besoins en eau dans la nappe du Dhar de Néma, seule
concernée par le projet. D'après DPCSE/MAE - ONS :

Besoins unitaires en eau en Taux annuel d'accroissement


Type de consommateur
litre/jour/individu de population en %
Population humaine 40 2,4
Cheptel : ovins/caprins 4 5
Cheptel : Bovins 40 3
Cheptel : Camélins 80 2

A noter que ces besoins estimés par l'ONS sont doubles des besoins conventionnels, en ce
qui concerne la population humaine, les bovins et les camélins.

En Mauritanie, le bétail est fréquemment abreuvé à partir des eaux souterraines car il n'y a
pas d'eau de surface disponible, en dehors de brèves périodes pendant l'hivernage, et sous
forme de points très localisés (Tamourts). Les besoins de l'agriculture irriguée et de
l'industrie ne sont pas connus ; ils sont marginaux car ces activités sont très peu
développées dans la région du Dhar de Néma.
Il n'existe qu'une projection des besoins en eau en 2012 à partir de données de 2000 et de
2008 (population). Au-delà, les projections de planification ne sont pas disponibles.
Les prélèvements dans les forages existants pour les principaux centres ruraux ont été
évalués à l’aide des débits d'exploitation déclarés à l'issue des pompages d'essai, (ou
estimés car ils sont inconnus le plus souvent) et des heures de pompages arbitrairement
fixées à 12 heures par jour pour chaque forage.

ALGERIE

Les captages par forage utilisés de manière permanente et répertoriés sur la zone d'étude,
sont principalement ceux situés au niveau des centres urbains, près des centres miniers et le
long de l'axe de circulation Adrar-Reggane-Bordj Moktar- Mali, proche de la bordure est du
bassin.

Il n'existe malheureusement pas de statistique disponible sur les prélèvements dans ces
forages, aussi on se basera de manière approchée sur les besoins de la population des
centres urbains concernés de la Wilaya d'Adrar, qui recourent exclusivement aux eaux
souterraines pour leur alimentation en eau.

Pour la population, la base de calcul des besoins journaliers en eau potable a été reprise du
projet NWSAS en zone rurale, soit 62 l/jour/habitant.

Pour le cheptel, le climat désertique du Tanezrouft laisse peu de possibilités d'alimentation


en eau du bétail à partir des eaux de surface. Ceci a conduit à prendre l'hypothèse
pessimiste d'une alimentation exclusive à partir des eaux souterraines. Les bases de calcul
sont les suivantes, dans la Wilaya d'Adrar :

Besoins en l/j
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   45/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Bovins (tête) 40
Ovins (tête) 5
Caprins (tête) 5
Camelins (tête) 70

Il n'y a pas d'irrigation significative à partir des eaux souterraines dans le Tanezrouft
proprement dit, contrairement à ce qui se pratique un peu plus au nord (hors bassin SAT) à
partir de galeries drainantes (foggaras), au nord de Reggane et près d'Adrar.

BENIN

La zone d'étude concerne le bassin hydrographique béninois du fleuve Niger qui couvre trois
départements du nord du pays. Le département d'Alibori, dans lequel se trouvent les deux
zones concernées du système aquifère des Iullemeden, a une population estimée de 667
000 habitants (UNICEF 2009) en augmentation très rapide car le taux d'accroissement du
secteur entre deux recensements est de 4,36 %, c'est l’un des plus élevés du Bénin.

Pour les ouvrages d'hydraulique rurale, l'appréciation des volumes prélevés se base sur 8h
de pompage par jour et par point d'eau, soit environ 5,6 m3/j par PMH.

Les normes en vigueur localement se basent sur 15 litres/jour/habitant, un point d’eau / 250
habitants et une bonne fontaine / 500 habitants.

Sur ces bases, l'UNICEF a établi en 2009 des tableaux détaillés des besoins en eau des
populations, et des installations existantes, par département et par type de point d'eau :
bornes fontaines, poste d'eau autonome, puits moderne, source aménagée, forage avec
pompe manuelle, adduction d'eau villageoise, forage avec contre puits.

Les prélèvements d'eau souterraine pour les usages agricoles et industriels (éventuels) ne
sont pas connus.

4.6. Géochimie des eaux


Les eaux des nappes du Continental Intercalaire, du Continental Terminal et des aquifères
continus qui leurs sont connectés sont en général de très bonne qualité physicochimique.
Cela est dû à la nature essentiellement gréseuse et continentale des réservoirs : la faible
solubilité de la silice du squelette rocheux permet à l'eau de conserver une faible
minéralisation, malgré l'existence de plusieurs facteurs favorables à la mise en solution des
matériaux : forte évaporation ambiante, température élevée et temps de séjour prolongé
dans la nappe en raison de la faible recharge par les précipitations.
En dehors des conséquences de l'activité humaine, les secteurs où l'eau a une qualité
intrinsèquement dégradée sont ceux dans lesquels les séries aquifères comportent des
formations d'origine lagunaire, lacustre comportant des évaporites (gypse, halite (chlorure de
sodium)), ou ceux où la série géologique est à très faible perméabilité, on est alors en
présence d'un confinement qui augmente le temps de séjour de l'eau dans la nappe, et donc
sa minéralisation.
A noter que d'une manière générale, la minéralisation augmente d'amont en aval des
nappes, notamment en nappes captives où il n'y a pas ou peu de recharge entre la zone
d'infiltration sur les affleurements en amont, et l'exutoire en aval.
Une augmentation locale de minéralisation peut résulter aussi d'une évaporation intense
dans les zones où la nappe est très proche du sol.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   46/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Le détail des qualités de l'eau souterraine est donné secteur par secteur dans les différents
rapport-pays de la zone d'étude. A noter que les analyses chimiques disponibles ne sont
représentatives que des couches aquifères supérieures, qui sont les seules à être exploitées
par forages.
Sur le plan du suivi de la qualité des points d'eau souterraine, il n’existe pas de réseaux
nationaux actifs de contrôle de la qualité de l’eau des aquifères. Seules des mesures
occasionnelles et à la demande sont réalisées, en général sur des forages exploités pour
l'eau potable à destination de collectivités.
De nombreux éléments d'origine naturelle ne sont pas analysés systématiquement, alors
qu'ils peuvent constituer un risque pour la santé publique, on peut citer le fluor, l'arsenic, le
sélénium, les métaux lourds.

Les zones les plus significatives du domaine d'étude, où se posent des problèmes de
qualité des eaux souterraines, sont les suivantes :

MALI

Fossé de Gao : des eaux saumâtres avec des résidus secs pouvant atteindre 5 g/l ont été
rencontrées dans le Continental Terminal, et des eaux de facies sulfaté calcique et
magnésien avec des teneurs en sulfate variant entre 0,5 et 2 g/l. A noter que la série est
épaisse de plusieurs centaines de mètres ; cette forte minéralisation peut ne concerner que
quelques niveaux particuliers. En bordure du fleuve Niger, l'aquifère est rechargé par les
eaux de surface et la salinité décroit à moins de 1 g/l. Les eaux de cet aquifère conservent
toutefois un faciès sulfaté calcique alors que celles du fleuve sont bicarbonatées, ce qui
confirme le caractère localement limité de la recharge de cet aquifère par les eaux de
surface.

Delta intérieur : la salinité croit vers les bordures du delta actif, surtout à l’est, en bordure du
Gourma, où elle peut dépasser localement 1,3 g/ alors que le fleuve Niger est très peu
minéralisé (environ 30 mg/l à l’entrée du delta jusqu’à moins de 100 mg/l à sa sortie près de
Tombouctou). L'augmentation de minéralisation est due essentiellement à l'évaporation de la
nappe dans les secteurs où la surface piézométrique est peu profonde.

Unité du Tamesna : des eaux saumâtres ont été rencontrées dans le secteur NE de cette
unité où le Continental intercalaire est affleurant, avec un résidu sec proche de 4 g/l.
Cette augmentation de la salinité est liée à l'évaporation car les niveaux d'eau se situent à
faible profondeur sous le sol.

Unité de l'Azaouad nord : au nord d'Araouane, les eaux ont une conductivité moyenne de
l'ordre de 6.300 µS/cm dépassant 10.000 µS/cm dans plusieurs forages.

Unité du fossé de Nara : la salinité des eaux augmente sur la bordure méridionale du fossé
ou elle peut atteindre 1 g/l, probablement par contamination à partir de l'aquifère fissuré des
grès infracambriens. Elle augmente plus fortement au niveau de la terminaison orientale du
fossé, dans le secteur de Gargando, où elle peut dépasser 2 g/l. Cette salinité élevée est liée
à l'évaporation sur les plans d'eau lacustres.

MAURITANIE

Les eaux du Continental Intercalaire de la partie connue du Dhar de Néma sont très peu
minéralisées, sauf localement, dans les secteurs à forte évaporation, lorsque la surface de la
nappe est proche du sol, à l'est de la zone, près de la frontière malienne.

Des forages récents, au sud de la structure d'Ouartmachet, auraient rencontré des eaux
fortement minéralisées à des profondeurs supérieures (150 m) à celles captées
habituellement (80 m).

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   47/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

BENIN

Aucun problème de mauvaise qualité d'eau n'est signalé dans le Continental Intercalaire de
la zone d'étude.

NIGER

Les eaux des nappes du Continental Intercalaire et du Continental Terminal n'ont pas de
problème majeur de qualité.

Département de Zinder : la minéralisation des eaux du CI peuvent peut toutefois atteindre les
limite de potabilité dans des zones particulières comme dans le département de Zinder, dans
la partie aval et captive de la nappe, où les résidus secs peuvent dépasser 1 g/l. Les eaux
deviennent agressives, bicarbonatées sodiques avec des teneurs en chlorures et sulfates
élevées.

Dans la région de Tahoua : les niveaux profonds du Continental Intercalaire ont des teneurs
en fer sont souvent au-delà de la norme de 0,2 mg/l ce qui nécessite un traitement avant
consommation.

Dans la région de Dosso, dans la partie extrême aval de la nappe et sous l'effet d'une forte
évaporation dans les zones d'émergence des bas Dallols, les eaux sont plus minéralisées,
avec notamment un enrichissement en sodium.

NIGERIA

Dans l'ensemble, les formations du Continental Intercalaire et du Continental Terminal sont


réputées contenir des eaux de bonne qualité.
Formation de Rima : on note simplement des faciès sulfatés calciques à minéralisation de
l'ordre de 1 g/l et plus, liés à la présence de niveaux gypseux dans la formation de Rima, en
nappe captive.
Formation de Gwandu : de fortes teneurs en nitrates sont signalées autour de la ville de
Sokoto, mai il s'agit de pollution anthropique à relier aux zones de cultures maraichères
périphériques.

Des pollutions industrielles (plomb) avec des impacts sanitaires important ont affecté
récemment les zones de socle. Il faudra prendre garde que les contaminants ne soient pas
exportés vers le bassin sédimentaire situé en aval.

ALGERIE

Dans le Tanezrouft, l'eau du Continental Intercalaire est d'excellente qualité, pour les
éléments analysés, malgré des teneurs en sulfates dépassant souvent les 200 mg/l.
Quelques niveaux identifiés en profondeur (nappe aquifère III) présentent résidu sec > 2 g/l
mais ils ne sont pas captés en raison de leur faible productivité.

A noter de fortes teneurs locales en nitrates dans certains points d'eau (70 mg/l), et la
présence occasionnelle de Phosphates mais il s'agit probablement d'une contamination
anthropique du point d'eau.

BURKINA

Aucun problème majeur de qualité n'est signalé dans les eaux des aquifères concernés dans
la zone d'étude.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   48/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

4.7. Secteurs identifiés à fort potentiel en eaux souterraines


A ce stade de synthèse de l'hydrogéologie des systèmes aquifères de Taoudéni-Tanezrouft
et des Iullemeden, il est utile de souligner la présence – dans le domaine d'étude - de
secteurs qui paraissent receler un potentiel particulier d'exploitation des eaux souterraines :

- soit du fait d'une liaison avec les eaux de surface, ce qui assure une alimentation
régulière soutenant la ressource en eau, même durant des épisodes de déficit
pluviométrique du fait de variations climatiques,
- soit du fait de la forte puissance des formations aquifères et de leur perméabilité, qui
impliquent de fortes réserves en eau et entrainent la possibilité de débits unitaires élevés
dans les ouvrages de captage.

Ces secteurs sont décrits de manière plus détaillée dans les rapports concernant les
différents pays, seules sont rappelées ci-après leurs principales caractéristiques.

Figure 20: Carte des secteurs identifiés à fort potentiel en eaux souterraines 

4.7.1. Avec ressources renouvelables abondantes


 Delta intérieur du fleuve Niger au Mali

Il s'agit du secteur couvrant les vastes plaines alluviales qui s'étendent au Mali de part et
d'autre du fleuve Niger à l'aval de Ségou jusqu'au Lac d'Ebo, en zone climatique sahélienne
et sub-désertique avec des précipitations annuelles allant de 600 mm dans les secteurs les
plus méridionaux à 300 mm environ dans la partie aval, au nord.

Les caractéristiques hydrogéologiques particulières de ce secteur sont :

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   49/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

‐ la présence de deux aquifères superposés, en continuité hydraulique : le Continental


Terminal et les formations quaternaires alluviales qui le surmontent,
‐ la présence d'eaux de surface permanentes et de zones d'inondation très étendues
couvertes par les crues du fleuve Niger.

L'unité hydrogéologique du Delta intérieur comporte trois secteurs définis suivant la


répartition des eaux de surface :

- Le secteur ouest correspondant à la zone du Delta fossile ou delta mort du Niger, où les
formations continentales sont relativement peu épaisses (30 a 80 m) en raison d'une
remontée d'un haut-fond gréseux du substratum infracambrien, et à dominante
argileuse. Dans ce secteur, la profondeur du niveau piézométrique croît régulièrement
de 5 à 40 m de manière non linéaire au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la zone
inondée.
- Le secteur central couvrant le Delta vif actuel constitué par le réseau des différents bras
du Niger, et les lacs et plaines d'inondation saisonnière alimentés par le fleuve.
L'épaisseur moyenne des formations continentales est de l'ordre de 100 m, voire 150 m
et plus dans le secteur le plus déprimé. Les faciès sableux prédominants et les niveaux
graveleux confèrent une excellente productivité à ce secteur. Dans le delta vif où le
niveau d'eau est inférieur à 5 m, l'amplitude moyenne des fluctuations saisonnières est
de l'ordre du mètre. La remontée significative du niveau piézométrique apparaît en août-
septembre avec un maximum atteint en novembre-décembre lors de l'étale de crue du
fleuve Niger. La recharge principale apparaît liée à la percolation des eaux de surface, la
remontée s'amorçant toutefois vers le milieu de l'hivernage grâce à l'infiltration directe de
la pluie.
- Le secteur sud compris entre Ségou et Mopti sur les plaines alluviales situées entre le
Niger et le Bani et au sud du Bani jusqu'à la bordure des plateaux gréseux de San et
Bandiagara près de la frontière du Burkina. Les dépôts continentaux ont des épaisseurs
variant de 30 à 80 m, avec des faciès souvent très argileux.

Figure 21 : Localisation de l'unité hydrogéologique du delta intérieur du fleuve Niger 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   50/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 22: Points d’eau et esquisse piézométrique entre Mopti et Ségou  
Les secteurs central et nord (domaine lacustre) ont les meilleures caractéristiques
hydrodynamiques, avec des transmissivités supérieures de 10-3 m²/s, probablement grâce à
une plus forte présence du lit mineur du fleuve Niger, et des sédiments grossiers associés,
au cours du Tertiaire et du Quaternaire.

Dans le secteur méridional, plus argileux, elles n'atteignent que 2.10-6 m²/s suivant les
données disponibles.

Tableau 1 : Le Delta Intérieur dans les unités et secteurs hydrogéologiques de la zone 
d’étude 

De très nombreux points d'eau sont présents, souvent peu profonds, à petit débit et à
destination essentiellement d'eau potable.

L'irrigation utilise les eaux de surface, parfois dérivées à grande échelle comme dans le cas
des périmètres d'irrigation de l'Office du Niger alimentés par les eaux du canal du Sahel, issu
du barrage de Markala, en bordure ouest du secteur.

Les nappes présentes dans les formations quaternaires et le Continental Terminal gréseux
sous-jacent sont en relation avec les eaux de surface (fleuve Niger et ses bras affuents, Lacs
de toute taille) qui participent à leur recharge.

Une évaporation intense des eaux souterraines a lieu du fait des niveaux de nappe très
proches du sol, ce qui entraine la perte de volumes considérables.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   51/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 23: Calcul du flux évaporatoire à travers la zone non saturée au Niger (source 
Bulletin AIEA) 
A ce propos, les études menées notamment au Niger (Bilma) et au Sénégal par le British
Geological Survey d'Angleterre et le Laboratoire d'hydrologie et de géochimie isotopique
d'Orsay (Université Paris XI, France) démontrent l'intérêt de diminuer les pertes par
évaporation en rabattant les nappes et en utilisant l'eau, dans les zones où les grandes
nappes régionales ont des niveaux proches de la surface : les résultats obtenus dans la
région hyper-aride de Bilma (Niger) montrent que l'évaporation des nappes décroît très
rapidement avec la profondeur de la nappe ; elle ne serait plus que de quelques dizaines de
millimètres de lame d'eau quand la nappe se situe à deux mètres de profondeur, ce qui
permettrait d'éviter la perte de millions de mètres cubes d'eau par évaporation.

Les salinités des eaux souterraines du delta intérieur sont nettement supérieures à celles du
fleuve Niger qui varient entre environ 30 mg/l à l’entrée du delta jusqu’à moins de 100 mg/l à
sa sortie près de Tombouctou. Cette augmentation de minéralisation est due essentiellement
à l'évaporation de la nappe dans les secteurs où la surface piézométrique est peu profonde,
mais aussi à l'importance limitée de la recharge par les eaux de surface dès que l'on
s'éloigne du fleuve où des zones périodiquement inondées.

Dans les différents secteurs du delta intérieur, la salinité moyenne reste cependant faible (de
l'ordre de 0,25 g/l). Les eaux sont neutres ou légèrement basiques et bicarbonatées
calciques. Les teneurs en nitrate sont faibles (en général inférieures à1 mg/l) et le fer est
souvent présent avec une teneur moyenne de 1,1 mg/l dans la zone lacustre (secteur
15b).La salinité croit vers les bordures du delta actif, à l'ouest, dans le Memo Dioura, et
surtout à l’est, en bordure du Gourma, où elle peut dépasser localement 1,3 g/l, les eaux
s'enrichissant en sulfate et en chlorure.

L'intérêt hydrogéologique du secteur du Delta Intérieur du fleuve Niger vient de la liaison des
nappes avec les eaux superficielles – fleuve Niger, Lacs et bras fluviaux - qui soutiennent la
ressource ; et du fait qu'en saison sèche le niveau du fleuve Niger est à son maximum.

Un rabattement de plusieurs mètres de la nappe dans certains secteurs du delta intérieur


réduirait considérablement les pertes par évaporation, ce qui permettrait d'exploiter un fort
volume d'eau souterraine actuellement perdu dans l'atmosphère, sans nuire aux réserves de
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   52/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

la nappe. Cela limiterait en outre les phénomènes, observés localement, d'accroissement de


la minéralisation de l'eau lié à l'évaporation. Contrairement aux eaux de surface, ces forages
délivreraient une eau d'excellente qualité bactériologique ; ils pourraient être localisés au
plus près des aménagements et non à proximité immédiate du fleuve.

La collecte de données complémentaires est nécessaire dans ce secteur car on manque


d'informations sur l'épaisseur totale des sédiments en certains endroits, et sur la nature
lithologique et les caractéristiques hydrodynamiques de ces formations. La mise en place
d'un réseau d'enregistrement des niveaux de la nappe est indispensable pour comprendre le
fonctionnement de la nappe, en liaison avec les précipitations et les fluctuations de niveaux
des eaux de surface, dans une optique de modélisation et d'optimisation de l'exploitation.

Il est important de noter que ces ressources en eau souterraine sont de type renouvelable.

 Secteur aval des Dallols au Niger et au Nigéria

Ce secteur transfrontalier couvre la partie aval des Dallols Bosso et Maouri au Niger, au sud
du 13ème parallèle, et par la plaine alluviale du Fleuve Niger et de la Sokoto River près de
leur confluence.

L'aquifère est constitué par le Continental Terminal et le Continental Intercalaire dans la


partie nord, et le Continental Intercalaire seul dans la partie sud, au Nigéria et au Bénin.
Les formations de socle au Niger, qui constituent le soubassement imperméable du bassin
au Niger, sont situées à plusieurs centaines de mètres sous les Dallols. L'épaisseur précise
des formations sédimentaires n'a pas été reconnue à cet endroit. Au Nigéria, le Basement
Complex (socle) s'approfondit vers le nord-ouest à partir des reliefs cristallins qui occupent la
moitié sud-est de l'état de Sokoto. La série sédimentaire se complète graduellement jusqu'à
atteindre une épaisseur de 1200 m près de la frontière Niger-Nigéria (état de Kebbi).
Les quatre grandes unités aquifères distinguées de haut en bas dans le système aquifère
multicouche – Gwandu terminal, Gwandu basal, Wurno-Taloka (Rima), Gundumi-Illo – sont
rechargées au niveau de leurs zones d'affleurements, où elles contiennent des nappes
libres, voire localement perchées (cas des calcaires de Kalambaina).
L'unité d'Illo, qui est en communication par variation latérale de faciès et discordances-
érosions internes avec toutes les autres unités, assure le transit des eaux souterraines vers
l'exutoire constitué par le fleuve Niger, qui draine l'ensemble du système aquifère
multicouche et correspond au niveau de base de l'ensemble du bassin de Sokoto au Nigéria
et de la partie aval des Dallols Bosso et Maouri au Niger.
On peut supposer ainsi que le fleuve joue le rôle d'une barrière hydraulique et qu'il n'y a pas
d'échanges significatifs entre les nappes des bassins versants hydrogéologiques des rives
droite et gauche du fleuve.
Une petite partie de bassin sédimentaire est située au Nigéria dans l'état de Kebbi en rive
droite (ouest) du fleuve Niger, et au Bénin dans la zone frontalière Bénin-Nigéria. Elle est
constituée de formations gréso-argileuses de la Formation de Illo, est hydrogéologiquement
indépendante du reste du bassin de Sokoto : elle est à rattacher à la partie béninoise du
Système Aquifère des Iullemeden, dont elle constitue un exutoire vers le fleuve Niger.

Ce secteur des Dallols est caractérisé par des niveaux de nappe très proche du sol dans les
zones topographiquement basses (vallées), avec de nombreuses mares et tronçons de
cours d'eau actifs en saison humide, et par une très forte épaisseur des formations
sédimentaires : plus de 1000 m dans l'axe du bassin, que l'on pourrait situer sensiblement
sur le méridien 4° Est.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   53/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 24: Secteur à fort potentiel en eaux souterraines "Aval Dallols" au Niger et au 
Nigéria 
La structure en "gouttière" se prolongerait vers le sud-est au Nigéria par un fossé
d'effondrement tectonique de type "graben", en liaison avec un système de "rift" de grande
extension.

Figure 25: Raccordement du secteur à fort potentiel "Aval Dallols" avec les fossés 
d'effondrement au Nigéria 
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   54/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

L'intérêt hydrogéologique de ce secteur vient de la liaison des nappes avec les eaux
superficielles – fleuve Niger, bas Dallols, Sokoto River – qui soutient la ressource, et du fait
qu'en saison sèche le niveau du fleuve Niger est à son maximum.

Le phénomène de recharge au niveau des dallols dans leur partie moyenne est bien mis en
évidence par un profil EW topographique et piézométrique à une latitude proche de celle de
Dosso au Niger :

Figure 26 : Profil Ouest‐Est Topographie‐Cotes piézométriques montrant l’influence des 
dallols sur la recharge 

Il faut noter que ce profil résulte d'un traitement très élaboré des données de MNT (en vert)
et de niveaux d'eau disponibles (en bleu et cercles rouges) à proximité de l'axe du profil.

Par ailleurs, comme dans le delta intérieur du fleuve Niger, un rabattement de plusieurs
mètres de la nappe dans les Dallols réduirait considérablement les pertes par évaporation,
ce qui permettrait d'exploiter un fort volume d'eau souterraine actuellement perdu dans
l'atmosphère, sans nuire aux réserves de la nappe. Cela limiterait en outre les phénomènes,
observés localement, d'accroissement de la minéralisation de l'eau lié à l'évaporation.

Des forages de reconnaissance hydrogéologique sont nécessaires dans ce secteur car on


manque de données sur l'épaisseur totale des sédiments, et sur la nature lithologique et les
caractéristiques hydrodynamiques de ces formations. La mise en place d'un réseau
d'enregistrement des niveaux de la nappe est indispensable pour comprendre le
fonctionnement de la nappe, en liaison avec les précipitations et les fluctuations de niveaux
du fleuve Niger et des cours d'eau affluents, dans une optique de modélisation et
d'optimisation de l'exploitation.

Il est important de noter que ces ressources en eau souterraine sont de type renouvelable.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   55/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

 Bassin du Mouhoun au Burkina en amont de la plaine du Gondo

La partie sud-est du bassin sédimentaire de Taoudéni, située à cheval entre deux pays, le
Burkina Faso et le Mali, forme un système aquifère continu transfrontalier. Cette région est
un pôle de développement des deux pays pour les prochaines décennies ; elle est
caractérisée par une forte dynamique démographique et économique. L’essentiel des
besoins en eau proviennent des eaux souterraines.
Les formations sédimentaires présentes dans ce secteur ouest et au sud-ouest du Burkina
Faso sont à dominante gréseuse et s'empilent régulièrement les unes sur les autres en
couches affectées d'un léger pendage vers le Nord-Ouest (2° environ).
Il s'agit de majoritairement de grès fins à grossiers alternant avec des argilites et des
siltstones. La série s'achève par les grès argileux fins du Continental Terminal, elle s'épaissit
généralement vers l'ouest et atteint plusieurs centaines de mètres. Il n'y a malheureusement
pas de forage ayant traversé toute la série dans ce secteur.

Cette série sédimentaire abrite une nappe d’eau souterraine que nous considérons comme
unique hébergée au sein d’un aquifère multicouche. En effet, les niveaux imperméables
séparant différents horizons géologiques sont d'extension limitée et de nombreuses fractures
mettent en communication les différents niveaux.

Figure 27: Localisation du bassin amont du Mouhoun (Burkina Faso). Coupe topographique 
et piézométrique  
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   56/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Dans le secteur amont du bassin du Mouhoun, le cours d’eau est pérenne ; il est en équilibre
avec la nappe. En aval, approximativement à partir de Dédougou à l'approche de la plaine
du Gondo, il semble se décrocher de la nappe.

La partie amont du bassin versant recèle d'importantes ressources en eau souterraine avec
les importantes sources de Nasso-Guinguette, dans la région de Bobo Dioulasso, dont le
débit cumulé est de l'ordre de 7.200 m³/h (soit 2 m³/s), ainsi que les sources de Pesso. De
nombreux forages ont un débit supérieur à 20 m3/h, parmi lesquels certains produisent plus
de 500 m3/h ce qui permet des usages alimentaires (usines Lafi-Brakina et Jirma) ou
industriels (usine SNCITEC). Certains forages sont artésiens. Mais dans quelques cas, les
forages d’hydraulique villageoise ne sont pas exploitables ou secs car pas suffisamment
profonds pour capter des horizons aquifères; il est probable que des forages de plusieurs
centaines de mètres capteraient un aquifère plus productif et en charge, mais cela n’a
encore jamais été testé.

La zone d'alimentation de ce chapelet de sources dépasse vraisemblablement le bassin


versant du Kou et devrait s'étendre vers les hauts-bassins (région d’Orodara).

MALI Riv. Mouhoun

Zone à fort
potentiel en eaux
souterraines.
Secteur amont du
bassin du
Mouhoun

BURKINA

Figure 28: Localisation du bassin amont du Mouhoun et des sources et forages à fort débit 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   57/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

L'intérêt hydrogéologique de ce secteur vient de la perméabilité exceptionnelle de certains


niveaux de la série sédimentaire, et de la liaison de la nappe avec les eaux superficielles – le
Mouhoun (Volta Noire) – qui est pérenne et constitue une ressource en eau souterraine de
type renouvelable. Ce cours d'eau draine la nappe en conditions normales, mais peut
l'alimenter si celle-ci est rabattue

Par ailleurs, les précipitations dans la région, atteignent jusqu’à 1200 mm/an.

Cependant on manque de données sur l'épaisseur totale des sédiments dans ce secteur, et
l’absence de piézométrie fine ne permet pas d'optimiser l'exploitation et la gestion des eaux
souterraines.

Il est important de noter que la piézométrie dans le bassin sédimentaire burkinabé montre
une tendance à la baisse générale des niveaux, de l'ordre de 30 cm/an. Il s'agit d'une
fortement peuplée et donc intensément exploitée. La question de la disponibilité des
ressources en eau se posera de manière accrue et les enjeux liés aux ressources en eau
sont majeurs.

Une optimisation de la gestion des eaux souterraines est donc indispensable dans cette
zone à fort potentiel, pour en développer l'exploitation. Cela passe notamment par une
meilleure compréhension du fonctionnement de la ressource, au moyen de forages de
reconnaissance (l'épaisseur totale de la série aquifère n'est pas connue) et de nivellements
permettant d'établir une carte piézométrique précise, et des historiques de niveau, ce qui
conduira à une meilleure évaluation de la recharge. Cela permettra d'évaluer la ressource
renouvelable afin de mener une exploitation durable de la ressource.

 Fossé de Gao

Nous avons abordé au chapitre 4 la géologie et le rôle hydrogéologique du fossé de Gao, qui
assure la liaison entre les grands systèmes aquifères de Taoudéni-Tanezrouft à l'Ouest et
des Iullemeden à l'Est. Il s'agit ici d'évaluer ses potentialités quantitatives et qualitatives en
eaux souterraines.
Rappelons qu'il s'agit d'une structure géologique d'effondrement dans le socle précambrien,
d'orientation NW-SE, d'une superficie de 15.000 km² environ, avec une longueur de 400 km
environ et une largeur variant de 15 à 100 km. Sa profondeur a été estimée à plus de 3.000
mètres. Le forage d'exploration pétrolière d'Ansongo 1 a reconnu une série sédimentaire
épaisse de 1 645 m et a identifié le socle sous-jacent à environ 1 900 m de profondeur.
La structure est bordée au sud-ouest par une faille majeure d'effondrement, axée sur le
fleuve Niger, qui la sépare du socle précambrien du Gourma ; au nord-est on est en
présence de la remontée du socle précambrien de l'Adrar des Iforas.
Le fleuve Niger longe la bordure sud du fossé de Gao entre Bourem en amont et Ansongo
en aval, sur 150 km environ ; ses formations alluviales épaisses d'une vingtaine de mètres
contiennent une nappe d'accompagnement en continuité hydraulique avec la nappe
multicouche contenue dans la série argilo-gréseuse sous-jacente du Continental Terminal
(Tertiaire) et du Crétacé qui constitue le remplissage du fossé.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   58/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Source: P. Laroche 2005. Evaluation of the oil and gas potential


of the Gao graben sub basin. Exploration permit Block 11

Figure 29. Contexte géologique et position du fossé de Gao et du forage d'ANSONGO 1 
Les fluctuations de niveau dans les points d'eau de la plaine alluviale suivent celles du
fleuve, avec une atténuation et un décalage dans le temps qui croissent avec la distance
fleuve-point d'eau.
Dans la plaine alluviale en bordure du fleuve Niger, les eaux douces de surface, à faciès
bicarbonaté rechargent la nappe alluviale et la partie superficielle de celle du Continental
Terminal qui sont en continuité : la salinité décroit à moins de 1 g/l. Les eaux conservent
toutefois un faciès sulfaté calcique alors que celles du fleuve sont bicarbonatées ce qui
pourrait montrer que la part de la recharge par les eaux de surface est limitée dans les points
d'eau échantillonnés, peut être du fait de la forte proportion d'argile, qui limite la perméabilité
des formations.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   59/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 30: Coupe géologique du forage Ansongo 1 dans le fossé de Gao 
Dans le remplissage du couloir de Gao des horizons aquifères sableux souvent lenticulaires,
contenant des eaux saumâtres ont été identifiés avec des résidus secs pouvant atteindre 5
g/l et des eaux de faciès sulfaté calcique et magnésien (teneurs en sulfate variant entre 0,5
et 2 g/l). Il est possible qu'en profondeur les teneurs soient encore plus élevées.
Les quelques données de transmissivité disponibles montrent des valeurs faibles (3.10-6 m²/s
en moyenne) sans qu'on puisse les rattacher à un niveau particulier. Il est vrai que la partie
supérieure de la série est à dominante argileuse. Toutefois, la grande épaisseur de la série
peut laisser espérer des productivités intéressantes s'il y a présence de niveaux grossiers
sableux ou conglomératiques comme signalé dans la partie inférieure de la série
sédimentaire (Jurassique et Crétacé).

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   60/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Les forages profonds (jusqu'à 800 m) réalisés récemment dans la région de Tahoua, au
centre du bassin des Iullemeden, montrent que les séries particulièrement épaisses, à
dominante argileuse, du Continental Terminal et du Continental Intercalaire peuvent
comporter des niveaux minces mais très perméables permettant d'obtenir des débits
ponctuels élevés, avec une eau de bonne qualité.

L'intérêt hydrogéologique du fossé de Gao vient de la liaison des nappes qu'il contient avec
les eaux superficielles du fleuve Niger, qui les draine et les alimente alternativement suivant
les saisons, ce qui donne à la ressource en eau un caractère renouvelable dans cette zone à
pluviométrie réduite. L'épaisseur exceptionnelle de la série sédimentaire dans cette structure
est un autre atout.

Cependant on manque de données sur les caractéristiques hydrodynamiques et la qualité de


l'eau dans les formations perméables étagées dans la série sédimentaire. Par ailleurs, du fait
de son étroitesse relative, et de la présence de bordures étanches, le fossé de Gao constitue
une zone vulnérable sur le plan quantitatif car des effets de limites imperméables sont à
attendre si cet aquifère multicouche devenait très fortement sollicité.

Une meilleure connaissance de la ressource est à acquérir, au moyen de forages de


reconnaissance à différentes profondeurs, assortis de pompages d'essais complets, et de
mise en place de relevés de niveau débouchant sur des historiques piézométriques.

Des nivellements sont à prévoir pour établir une carte piézométrique précise de la structure,
déterminer le gradient d'écoulement et avoir une meilleure estimation de la recharge.

Cela permettra une meilleure évaluation de la ressource renouvelable afin de mener une
exploitation plus intensive, mais durable, de cette ressource.

4.7.2. Avec ressources renouvelables limitées


 Secteur de Tahoua au Niger

Un programme récent de réalisation de forages profonds (jusqu'à environ 800 m) dans la


région de Tahoua, a permis de progresser dans la connaissance de la géométrie et des
caractéristiques hydrodynamiques du Continental Intercalaire dans la partie centrale du
bassin des Iullemeden dans la région de Tahoua : (DH-AFD-BAD. Projet d’hydraulique
villageoise dans la Région de Tahoua, réalisation de 24 forages profonds. 2010).

Un résultat essentiel est la mise en évidence de niveaux sableux grossiers très productifs
dans une épaisse série à dominante argileuse. De nombreux débits unitaires sont compris
entre 80 et 100 m3/h, ce qui est exceptionnel dans un contexte climatique sahélien.

Les transmissivités calculées sont élevées et s'étagent entre 10-3 et 10-2 m²/s. Il faut noter
que les perméabilités doivent être très élevées car l'épaisseur productive est faible dans
chaque forage. Il n'y a malheureusement pas eu de diagraphies (gamma-ray, flowmeter, PS,
et résistivité) permettant de délimiter précisément les niveaux productifs et de faire des
corrélations entre forages.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   61/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Figure 31: Localisation des nouveaux forages profonds de Tahoua (2010). En rouge Q>80 
m3/h 

Une carte d'iso-profondeur du Continental Intercalaire par rapport au sol a pu être établie
dans la partie médiane du département de Tahoua. Par manque de nivellement en surface, il
n'a pas été établi de carte en isohypses mais on constate cependant l'approfondissement
très net de l'aquifère du CI dans ce qui constitue la zone axiale du bassin des Iullemeden
entre les parallèles 5° et 5°30' E entre la frontière malienne au nord et celle du Nigéria dans
l'état de Sokoto au sud.
Il est important de noter que même à cette profondeur, les forages ne captent pas l'ensemble
de la série Continentale Intercalaire.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   62/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Source : Projet d’hydraulique villageoise dans la Région de Tahoua,


Réalisation de 24 forages profonds, 2010

Figure 32: Carte iso‐profondeur du CI dans la région de Tahoua au Niger 
Les différents horizons perméables recoupés par les forages dans la partie supérieure de
l’aquifère ne montrent pas de variations de charge importantes, ce qui témoigne de
l’interconnexion hydraulique des niveaux perméables dans ce système aquifère
multicouches, à l’échelle régionale comme le plus souvent à l’échelle locale.

L'écoulement d'ensemble est radial convergent vers le sud-ouest, c'est-à-dire vers les bas
Dallols et le fleuve Niger à sa confluence avec la Sokoto River ou se trouve l'exutoire du
système multicouche.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   63/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Dans les vallées et dépressions le niveau piézométrique est peu profond du fait de la
captivité de la nappe : souvent à moins de 20 m. Sur certains sites, toutefois, les contraintes
topographiques et peut être la mauvaise recharge de l'aquifère captif entraînent des niveaux
statiques extrêmement profonds (>200 m/sol) qui pénalisent considérablement les conditions
d'exploitation de la nappe.
Tableau 2 : Caractéristiques principales des forages profonds réalisés dans le CI autour de Tahoua. 
Profondeur  Débit  Qspe  Transm.  Conduct. 
No No IRH Departement Lieu NS (m) Rab. (m) Remarque
(m) (m3/h) (m3/s/m) (m3/s/m) (µS/cm) 
1 504458 Bouza Allakaye 539 178 39 6.1 2E‐03 4E‐03 338
2 504475 lléla Ambaroura 600 63 56 4.3 4E‐03 158
3 504474 lléla Badaguichiri 587 53 55 4.7 3E‐03 3E‐03 166
4 504467 Tahoua Bagga 646 61 85 5.9 4E‐03 2E‐01 290
5 503315 Tahoua Barmou1 730 116 53 5.5 3E‐03 1E‐02 327
6 504469 Konni Binguiré 586 30 72 7.9 3E‐03 2E‐02 230
7 504473 lléla Dan Gona 746 ‐4 43 7.4 2E‐03 1E‐02 285 Artésien
8 504455 Bouza Déoulé 561 266 27 18.9 4E‐04 162
9 504465 Tahoua Doli 655 80 62 21.2 8E‐04 7E‐03 347
10 504462 Keita Gadamata 380 149 45 7.0 2E‐03 2E‐02 80
11 504456 Bouza Gamé 496 213 30 10.3 8E‐04 1E‐03 167
12 504459 Keita Garhanga 560 199 36 16.2 6E‐04 1E‐03 100
13 504463 Keita Hiro 520 70 60 3.9 4E‐03 114
14 504461 Keita Insafari 508 133 47 5.6 2E‐03 1E‐02 94
15 504472 Konni Kahé Damé 540 52 92 6.8 4E‐03 2E‐02 179
16 504471 Konni Kaoura Alassane 518 41 80 10.2 2E‐03 1E‐02 187
17 504460 Keita Loudou 435 156 41 8.6 1E‐03 2E‐03 94
18 504478 Madaoua Magaria Makéra 430 125 50 2.2 6E‐03 3E‐03 176
19 504470 Konni Malbaza Bourgoum 488 2 100 21.8 1E‐03 2E‐02 202
20 504466 Tahoua Rididi 660 68 31 24.0 4E‐04 370
21 504476 lléla Tajaé Nomade 569 ‐7 95 24.5 1E‐03 1E‐02 189 Artésien
22 504457 Bouza Tama 389 56 86 13.3 2E‐03 4E‐03 139
23 504464 Tahoua Toro 695 76 79 9.1 2E‐03 1E‐02 328
24 504468 Konni Tsernaoua 397 28 85 12.7 2E‐03 3E‐03 1340
25 504477 lléla Zouraré Sabara2 550 36 75 12.6 2E‐03 3E‐02 192

Source : Projet d’hydraulique villageoise dans la Région de Tahoua,


Réalisation de 24 forages profonds, 2010

Les forages implantés dans la région de Tahoua sont relativement peu nombreux du fait de
leur profondeur. Ils sont utilisés principalement pour l'AEP et le pastoralisme. Cependant, les
forts débits ponctuels incitent au développement de l'irrigation dans les fonds de vallées.

La qualité physico-chimique de l'eau est bonne. La minéralisation est modérée malgré la


forte profondeur et la température de 50° environ qui règne dans la ressource.

L'intérêt du secteur de Tahoua est de disposer de forts débits ponctuels (80 à 100 m3/h)
d'eau de très bonne qualité, dans un contexte climatique sahélien difficile, affecté par une
forte variabilité climatique.

Cependant, d’après les données existantes et les perspectives à venir en matière d’AEP, le
débit de prélèvement total est estimé à 86 400 m3/j pour l'ensemble des forages exploités. Or
ce chiffre correspond approximativement au débit de renouvellement (96 000 m3/j) de la
nappe évalué par modélisation.

La marge d'accroissement de l'exploitation est donc très faible. Au delà, il faut être conscient
que les prélèvements entameront les réserves de la nappe car la recharge est faible en
raison des faciès argileux et de la pluviométrie réduite. Les données isotopiques ont
confirmé le caractère essentiellement fossile des eaux de cet aquifère (âge de l’ordre de
30 000 ans).

Ce potentiel très intéressant de forts débits dans une zone sahélienne affectée par la
désertification et la variabilité climatique, doit être optimisé sur le plan des usages et doit
s'accompagner de mesures importantes d'économie d'eau et d'une sensibilisation des
usagers pour éviter tout gaspillage.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   64/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Une meilleure connaissance de la ressource est à acquérir, par la mise en place de relevés
de niveau débouchant sur des historiques piézométriques.

Des nivellements sont à prévoir pour établir des cartes piézométrique et structurale précises
du Continental Intercalaire dans cette région, afin déterminer le gradient d'écoulement et
avoir une meilleure estimation des réserves et de la recharge.
Cela permettra une meilleure évaluation de la ressource renouvelable afin de mener une
exploitation intensive, mais durable, de cette ressource.

 Secteur sud du Dhar de Néma en Mauritanie

Les études hydrogéologiques récentes ont mis en évidence les potentialités de l’aquifère du
Continental Intercalaire dans secteur du Dhar de Néma en vue de l’alimentation en eau de
villes du sud-est mauritanien (Néma et Timbédra).

Figure 33: Localisation du secteur du Dhar de Néma en Mauritanie 
La superficie occupée par la nappe des grès du Continental Intercalaire en territoire
mauritanien est de l'ordre de 16.000 km². Elle correspond la totalité de la région comprise
entre la frontière malienne à l'est, et une limite ouest constituée par la remonté des
formations schisteuses du substratum, là où les grès continentaux se terminent brutalement
au niveau de la falaise du Dhar.
La limite ouest de la partie aquifère correspond à un important biseau sec à la base du
réservoir gréseux, au contact de la remontée du substratum précambrien schisteux.
Les formations gréseuses contiennent une nappe libre ; leur d’épaisseur augmente en
s’enfonçant vers l’est – et donc vers le centre du bassin de Taoudéni - sous un épais
recouvrement sableux quaternaire. Ce phénomène est confirmé au Mali près du Lac
Faguibine où on dénote de l'ordre de 500 mètres de Continental Intercalaire.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   65/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Biseau sec nappe des grès


400
Falaise du Dhar Bassin de Taoudéni
350

300

250 grès secs

200 pélites du Hodh

150

100
20 50 100 150 Km
Figure 34 : Schéma de la géométrie de la nappe des grés du Dhar de Néma (coupe ouest‐
est)  
Aucune donnée n’est disponible sur la partie nord de la nappe du Dhar de Néma (Hodh Ech
Chargui), qui est inhabitée et pratiquement inaccessible du fait de la présence de grands
ergs.
La nappe du Dhar de Néma représente les plus fortes potentialités en eau actuellement
connues dans le sud-est du pays. Elle est divisée au sud par une barrière hydraulique
naturelle étanche, le horst de Ouartmachet, où les grès sont dénoyés. Cette structure haute
mise en évidence par la prospection géophysique partage localement la nappe en deux
compartiments nord et sud, ce qui illustre les risques de cloisonnement du bassin sous les
effets de la tectonique cassante tardive.
Les formations sont suffisamment perméables et épaisses pour permettre le prélèvement de
débits importants au moyen de forages. Les perméabilités de l’ordre de 10–5 à x 6 10-4 m/s
déduites des mesures in situ confirment les valeurs trouvées par les essais de puits réalisés
au cours des études antérieures. Certains forages d’exploitation dans la zone d’étude
présentent des productivités élevées (14 à 45 m3/h/m) :
- Champ captant de Derwich : la nappe a une épaisseur supérieure à 100 m avec une
alternance de sable, gravier siliceux et grés avec quelques passages d’argiles. Les
forages ont des profondeurs moyennes de 160 m environ. Les débits unitaires instantanés
obtenus dépassent les 100 m3/h.
- Champ captant de Boughla, en bordure sud-ouest du fossé d’effondrement
d’Ouartmachet : la nappe a une épaisseur relativement réduite, de 30 à 40 m environ ;
elle est contenue dans des sables fins, grés et argiles. Les forages sont plus profonds
avec des profondeurs moyennes de 160 m ; ils captent deux horizons aquifères : de 110 à
130 m et de 140 à 160 m et les débits obtenus dépassent généralement les 100 m3/h.
La nappe est généralement libre et le niveau se situe entre 50 et 80 m/sol et sa profondeur
par rapport au sol diminue globalement vers l'est et le sud.

L'écoulement général de la nappe se fait du nord-ouest au sud-est, c'est-à-dire dans le sens


de la pente topographique vers le Mali et l'ouverture du bassin de Taoudéni, avec un
gradient hydraulique qui serait de 0,2 pour mille environ. La limite du biseau sec à l'ouest
serait une limite d’alimentation. L'absence de nivellement ne permet pas de tracer une carte
piézométrique précise de cette région.

Des structures hautes comme celle du horst de Ouartmachet jouent le rôle de barrière
étanche locale au sein de la nappe, ce qui peut amener des variations de direction
d'écoulement. Cet exemple illustre le risque de cloisonnement et de variations d'épaisseur
qui existe au sein du Continental Terminal du bassin de Taoudéni.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   66/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Source : ANTEA-PHY 2002


Figure 35 : Carte de profondeur du niveau/sol dans les grès du Dhar de Néma 
La carte des profondeurs du niveau d'eau par rapport au sol a été établie par géophysique
(Résonnance Magnétique Protonique (RMP)), de même que les mesures de perméabilité.

La qualité physico-chimique de l'eau est bonne, avec une minéralisation modérée malgré la
faible recharge de cette ressource.

L'intérêt du secteur de du Dhar de Néma est de disposer de forts débits ponctuels (pouvant
dépasser 100 m3/j) d'eau de bonne qualité, dans un contexte climatique sahélien difficile,
affecté par une forte variabilité climatique.

Une meilleure connaissance de la ressource est à acquérir, par la réalisation systématique


de pompages d'essai sur les nouveaux forages et la mise en place de relevés de niveau
débouchant sur des historiques piézométriques.

Des nivellements sont à prévoir pour établir des cartes piézométrique et structurale précises
du Continental Intercalaire dans cette région, afin déterminer le gradient d'écoulement et

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   67/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

avoir une meilleure estimation des réserves et de la recharge.

On peut espérer que les récents travaux dans le cadre de l’Alimentation en Eau Potable des
centres urbains du Hodh Ech Chargui (une trentaine de forages d’exploitation et 8
piézomètres par la SNDE sur les sites de Derwich et de Boughla) donneront lieu à
l'établissement d'un suivi régulier, car il s'agit d'une nappe essentiellement fossile dont il faut
surveiller attentivement l'évolution.

Cela permettra une meilleure évaluation de la ressource renouvelable, afin de mener une
exploitation durable de cette excellente ressource en eau souterraine.

 Fossé de Nara au Mali

Le fossé de Nara est une structure d'effondrement dans le socle précambrien mise en
évidence par géophysique lors de prospections pétrolières près de la frontière
mauritanienne, en bordure SO du bassin de l'Azaouad, entre la ville de Nara et le lac
Faguibine. C'est une structure en graben comparable au fossé de Gao à 600 km plus à l'Est.

Figure 36 : Localisation de l'unité hydrogéologique du Fossé de Nara au Mali 
Dans le fossé de Nara, les similitudes de faciès des formations du Continental intercalaire et
du Continental terminal ne permettent pas de les distinguer. Ces séries continentales
anciennes sont couvertes par des dunes quaternaires et, localement, par des dépôts
lacustres de l'Holocène qui affleurent dans les creux inter-dunaires.

L'épaisseur des formations continentales dépasserait 500 m dans la zone axiale du fossé et
se réduit sur ses bordures à moins de 50 m par suite d'un système de failles en gradins
faisant remonter le substratum. Celui-ci est constitué par les schistes et les grès de
l'Infracambrien sauf à l'extrémité ouest du fossé où il est représenté par les schistes du
Cambrien.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   68/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Le Continental Intercalaire est composé principalement de sables et de grès de


granulométrie et d'induration variables, les niveaux argileux étant peu fréquents. Sur les
bordures du fossé, la diminution d'épaisseur des formations continentales est accompagnée
d'une augmentation de la fraction argileuse qui devient prédominante dans le secteur
occidental du fossé. La couche aquifère supérieure est libre et exploitée par de nombreux
puits traditionnels avec un niveau statique entre 45 et 60 m de profondeur. Sur les bordures,
une épaisse séquence argileuse la sépare d'un horizon aquifère inférieur captif associé à un
niveau de grès grossiers et conglomératiques marquant la base de la série continentale.

L'épaisseur totale de la série sédimentaire n'est pas connue, faute de forage profond. Les
données géophysique indiqueraient une puissance pouvant approcher 1000 m au centre de
du fossé. Cette structure commence à intéresser la prospection pétrolière et plusieurs permis
de recherche ont été délivrés dans ce secteur.

Légende : T=Tombouctou, GO =Goundam, L. FAG= Lac Faguibine, BG= Bassin du Gourma, M = Mopti. 
Source : ORSTOM‐CRAS 1993 
Figure 37 : Localisation du fossé de Nara sur carte gravimétrique des anomalies de Bouguer 
de la boucle du Niger 
Les données piézométriques sont très fragmentaires. Le piézomètre de Léré, dont le niveau
est situé vers 40 m de profondeur, montre des variations annuelles de quelques centimètres
seulement, voisines de la précision des mesures. Certains auteurs pensent que cette zone
pourrait être affectée par le phénomène de "creux piézométrique" lié à l'évaporation profonde
des nappes.
Cette unité contient essentiellement des eaux fossiles ; elle a été probablement rechargée à
la fin du Pléistocène et durant l'Holocène entre -3000 et -9000 ans. La recharge actuelle de
ces aquifères par infiltration de la pluie est d’importance réduite et limitée aux points d'eau
temporaires tels que les mares dans les espaces interdunaires et les tronçons parfois actifs
du réseau hydrographique.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   69/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Les eaux sont douces au centre de la structure, avec des résidus secs en général inférieurs
à 0,4 g/l, un faciès bicarbonaté calcique et de très faibles teneurs en sulfate et en chlorure.
La salinité augmente sur la bordure méridionale du fossé ou elle peut atteindre 1 g/l,
probablement par contamination à partir de l'aquifère fissuré des grès infracambriens. Elle
augmente plus fortement au niveau de la terminaison orientale du fossé, dans le secteur de
Gargando, où elle peut dépasser 2 g/l avec des eaux bicarbonatées sodiques et une forte
teneur en fluor de 1,7 mg/1.

L'intérêt du secteur du fossé de Nara est de disposer d'une forte épaisseur de sédiments
continentaux détritiques, propices à l'obtention de forts débits ponctuels d'eau de bonne
qualité, dans un contexte climatique sahélien difficile, affecté par une forte variabilité
climatique.

Une meilleure connaissance de cette ressource est à acquérir, sur l'épaisseur totale de la
série, la répartition de la productivité des forages suivant les emplacements dans la
structure, et l'identification de zones homogènes de qualité physicochimique des eaux.

La réalisation systématique de pompages d'essai sur les nouveaux forages, avec


nivellement des ouvrages, et la mise en place de relevés de niveau débouchant sur des
historiques piézométriques permettrait d'établir une piézométrie précise du Continental
Intercalaire dans cette structure, afin déterminer le gradient d'écoulement et avoir une
estimation des réserves et de la recharge.
Cela permettra une meilleure évaluation de la ressource renouvelable, afin de mener une
exploitation durable de cette excellente ressource en eau souterraine.

4.8. Éléments de conceptualisation pour la modélisation des


systèmes aquifères
Modèle conceptuel
Le modèle de simulation des aquifères du Continental Intercalaire et du Continental Terminal
du système aquifère des Iullemeden réalisé en première phase du projet (SAI) a pris en
compte deux couches distinctes, correspondant chacune à un de ces deux grands
ensembles litho-stratigraphiques, à l'exclusion des formations sous jacentes.
Pour la modélisation des formations du Continental Intercalaire et du Continental Terminal et
des formations aquifères continues qui sont en continuité hydraulique avec elles, nous
envisageons de ne prendre en compte qu'une seule entité.
Ces deux approches très sensiblement différentes qui ont été pratiquées entre les systèmes
aquifères des Iullemeden et de Taoudéni-Tanezrouft s'expliquent par des conditions
hydrogéologiques et structurales contrastées entre les deux bassins :

Le système aquifère des Iullemeden a une structure géométrique en bassin unique, et la


série sédimentaire qu'il contient est relativement simple :
 Structure en vaste et profonde cuvette, de forme relativement simple, fermée au nord
par des reliefs (Aïr, Hoggar et Adrar des Iforas) et ouverte au sud dans la zone
structurale d'effondrement du Parc du W, à l'endroit où le fleuve Niger draine les
aquifères du CI et du CT vers un exutoire unique majeur représenté par la vallée du
fleuve Niger à son entrée au Nigéria, dans le secteur de convergence des frontières
du Bénin et du Burkina (branche Ouest du West African Rift Subsystem).
 Série sédimentaire d'âge primaire sous-jacente présentant relativement peu de
discontinuités de dépôt, et comprenant de grandes séquences argileuses isolant
efficacement le CI et le CT des aquifères profonds du Primaire et du Jurassique dont
les nappes sont en charge, et l'eau généralement saumâtre.
 Les niveaux aquifères du CI et du CT, bien qu'ils présentent des variations de faciès
et d'épaisseur, sont séparés par une séquence intermédiaire argileuse (argiles de
l'Irhazer, schistes papyracés…), d'où une piézométrie qui peut être individualisée et
incite à les modéliser sous la forme de deux couches distinctes.
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   70/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Le système aquifère de Taoudéni-Tanezrouft représente un domaine très vaste, avec


plusieurs bassins de structure géométrique complexe, entraînant une forte variabilité de
l'épaisseur et de la nature de la couverture sédimentaire. Les aquifères du CI et du CT ne
sont pas nettement séparés et se trouvent fréquemment en continuité avec des formations
sous-jacentes très variées poreuses ou fissurées à grande échelle :
 La structure d'ensemble du bassin est perturbée par une tectonique cassante, active
lors des dépôts à différentes époques géologiques, et qui est responsable de
cloisonnements à toutes les échelles, de très fortes variations d'épaisseur et de faciès
des formations secondaires et tertiaires du Ci et du CT, et de structures
d'effondrement de grande ampleur (fossé de Nara, fossé de Gao) ou de seuils. Dans
les sous-bassins les conditions hydrogéologiques peuvent être très différentes. Il
n'existe pas un exutoire unique, mais plusieurs non encore complètement définis :
fleuve Niger via le fossé de Gao, diffluence vers le bassin de la Volta et la plaine du
Gondo, en limite sud-est du bassin de Taoudéni au Burkina.
 La série sédimentaire d'âge primaire du bassin présente, elle aussi, une variabilité de
faciès et d'épaisseur qui reflète les conditions perturbées de la sédimentation et les
effets des mouvements tectoniques. Les formations profondes du primaire, qui
correspondent à des aquifère poreux ou fissurés en grand, sont en continuité
hydraulique fréquente avec les terrains du CI et du CT sus-jacents, avec une qualité
d'eau satisfaisante, ce qui fait considérer l'ensemble comme contenant une nappe
commune. A l'échelle du système aquifère de Taoudéni-Tanezrouft, ce critère
pragmatique de continuité de la ressource en eau amène donc à prendre en compte
une seule couche à modéliser sur le plan hydrodynamique.

Dans la partie nord du bassin de Taoudéni-Tanezrouft la densité des informations


hydrogéologiques est faible, et il serait illusoire de vouloir renseigner de manière valable, les
cotes du toit, du mur et les caractéristiques hydrodynamiques de différentes couches,
sachant de plus que l'essentiel des forages ne sont qu'en situation de pénétration partielle
des aquifères.
L'épaisseur des formations sédimentaire est très variable et rarement connue dans la plupart
des forages qui n'atteignent pas le socle. Des forages ont montré que cette épaisseur peut
atteindre jusqu'à 2000m (fossé de Gao) et plus de 400m dans plusieurs autres endroits.

Hormis les secteurs où l'épaisseur des formations sédimentaires est connue, il est suggéré
de prendre une valeur moyenne de 200 à 300m pour la modélisation du système aquifère du
Taoudéni, quand on ne dispose d'aucune donnée.

Les différents auteurs de modèles locaux constatent aussi que les différences de
piézométrie entre les couches sont faibles ou inexistantes, du fait de communications
verticales introduites par le caractère lenticulaire à grande échelle des dépôts, ou par la
fracturation.

Dans l'ensemble, les différences légères de piézométrie entre couches dans la série
sédimentaire sont du même ordre de grandeur que l'incertitude sur les niveaux et la
précision espérée de la simulation mathématique.

Conditions aux limites

Elles sont très variées suivant les contextes locaux et seront choisies dans le détail par le
modélisateur sur la base des indications fournies dans les différents rapports-pays.
Concernant la recharge, quelques principes généraux peuvent être dégagés, en complément
des aspects quantitatifs exposés au paragraphe 4-4 :
- dans le nord du domaine, au niveau des bordures du bassin en climat sub-désertique, on
constate une recharge sur la zone de piedmont des reliefs constitués de formations de
socle et sédimentaires anciennes sur lesquelles se produisent des ruissellements
temporaires peu fréquents mais parfois violents (crues d'oued), qui débouchent dans la
plaine sédimentaire et s'infiltrent au niveau des affleurements.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   71/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

- Dans la partie centrale sahélienne, nous prévoyons d'évaluer la répartition géographique


de la recharge dans la zone sahélienne, en valorisant les données de télédétection et les
cartes d'isohyètes de la manière suivante :
 délimitation de secteurs homogènes sur le plan de la densité des points d'eau
superficiels et du ruissellement (tronçons de réseau hydrographique temporaire)
 croisement informatique de ces données avec les isohyètes pour obtenir un
coefficient d'infiltration,
 ajustement du paramètre "recharge sur les affleurements" en respectant la
pondération géographique donnée par le coefficient d'infiltration.

Cas de l'évapotranspiration
Dans tous les modèles locaux qui ont été examinés, à grande comme à petite échelle,
l'introduction de l'évapotranspiration, différenciée par zones géographiques, a été la seule
solution permettant d'équilibrer les bilans et de restituer les grandes lignes du modelé
piézométrique, certaines particularités (dépressions piézométriques) et l'amplitude des
fluctuations saisonnières du niveau piézométrique observées. L'hypothèse de transferts
massifs par écoulement profond n’est pas envisageable s'il n'y a pas d'exutoire bien identifié.
Une forte réduction de la recharge pour expliquer certaines particularités piézométriques est
par ailleurs incompatible avec l'amplitude des fluctuations de niveau observées.

Les relations des cours d'eau avec les nappes


Il y a peu de cours d'eau pérennes dans le domaine d'étude. Parmi ceux-ci le fleuve Niger
joue un rôle majeur, d'alimentation des nappes dans son cours supérieur et notamment dans
le delta intérieur, et de drainage dans son cours inférieur, à partir de la confluence avec les
Dallols au Niger, en constituant l'exutoire principal des nappes des deux systèmes aquifères
des Iullemeden et de Taoudéni-Tanezrouft.

En résumé, les situations qui peuvent se présenter sont les suivantes :


Le drainage permanent
Le drainage permanent des systèmes aquifères par le réseau hydrographique ne se produit
que dans la zone où la pluviométrie est la plus élevée, c'est-à-dire près de Bamako et au
Niger près de la frontière du Nigéria, au Nigéria même, et au Bénin.
La relation variable recharge/drainage
Cette alternance caractérise la zone climatique soudano-sahélienne qui s'étend entre les
isohyètes 800 et 1200 mm. Les principaux aquifères concerné sont ceux des grès
infracambriens au Mali, du Continental Terminal dans le cours moyen du Niger et du
Continental Intercalaire dans le bassin de la Volta au nord du Burkina.

Suivant les saisons, les cours d'eau alimentent (durant l'hivernage) ou au contraire drainent
(pendant la saison sèche) les aquifères avec lesquels ils sont en connexion.

Discontinuités internes
Elles sont parfois nécessaires à introduire, et notamment sous forme de limites étanches
dans certaines mailles du modèle, notamment pour représenter les remontées du
substratum primaire ou infracambrien peu perméable qui séparent certaines unités
d'aquifères généralisés. Par exemple, au Mali : sur les bordures sud et nord du plateau du
Khenachich pour séparer les aquifères du Continental intercalaire de l'Azaouad nord et du
Crétacé supérieur/Éocène inferieur du Tanezrouft, de l'aquifère des formations primaires de
la cuvette de Taoudéni. On peut citer aussi la dorsale de l’Azaouad qui sépare les bassins
sédimentaires de l'Azaouad sud et nord.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   72/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

5. VULNÉRABILITÉ ET IMPACT DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

5.1. Données Environnementales


 Protection naturelle dans le bassin des Iullemeden et de Taoudéni-Tanezrouft:

Les formations du Continental Terminal et du Continental Intercalaire ont une nature


dominante gréso-pélitique très filtrante et qui leur confère une bonne protection naturelle
notamment sur le plan bactériologique vis-à-vis des pollutions de surface.

De nombreux inter-bancs argileux et des ensembles épais peu perméables complètent cette
protection naturelle. Les pompages d'essai interprétés montrent qu'on est souvent en
présence de nappes captives ou semi-captives, sur la base des paramètres
hydrodynamiques (coefficient d'emmagasinement) dans les formations

Les niveaux statiques de la nappe sont généralement situés à plus de dix mètres de
profondeur ou même plusieurs dizaines de mètres/sol dans la partie nord des bassins. La
forte épaisseur de la zone non saturée est favorable à une géo-épuration naturelle et à des
phénomènes physico-chimiques d'adsorption des polluants potentiels.

Dans ces conditions, ce sont souvent les ouvrages de captage eux-mêmes qui constituent le
facteur principal de vulnérabilité de la ressource vis-à-vis des activités qui se déroulent dans
l'environnement du point d'eau : manque d'étanchéité des têtes de forage, défaut ou
absence de cimentation à l'extrados des tubages, absence d'installations de surface
adaptées (anti-bourbiers, clôture, drainage), phénomènes de corrosion du fait d'une
métallurgie des tubages inadaptée à l'agressivité de l'eau (de nombreux tubages sont en
acier galvanisé) etc...

Cela peut se traduire par des pollutions bactériennes et chimiques (azotée, chlorurée,
sulfatée) localisées dans l’environnement immédiat des forages, conséquence probable de
leur mauvaise protection en surface et des activités d'élevage ou de très forte fréquentation
du point d'eau. Les données analytiques adéquates manquent malheureusement souvent
pour un diagnostic précis.

5.1.1. Vulnérabilité qualitative


 Activité d'exploitation minière

Ce type d'activité génère des rejets qui peuvent être polluants, suivant le minerai envisagé,
au niveau de l'extraction, par la mise en place de cités minières, ateliers divers, transport,
carburant, dépôts de stériles, et au niveau du traitement du minerai suivant les produits
employés, qui peuvent être dangereux pour l'environnement : cyanure, mercure, acides ou
soude. Cette activité s'accompagne aussi de prélèvements d'eau importants pour
l'alimentation des personnels et du process d'extraction et de traitement. Les problèmes liés
à ce type d'activité pourraient se poser dans certains pays du domaine d'étude :

NIGER

Dans la partie nigérienne de la zone d’intervention du projet, 5 sites d’exploitation minière


sont recensés.

On constate que les exploitations d'uranium sont en dehors des domaines d'extension des
nappes du CI et du CT. Elles sont toutefois situées en amont hydraulique de ces domaines
d'extension, mais les cours d'eau susceptibles d'exporter des produits polluants depuis les
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   73/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

centres miniers vers ces nappes sont fossiles et ne présentent aucun écoulement depuis
plusieurs milliers d'années ; ils ne constituent donc pas des vecteurs de propagation de
pollutions potentielles.

Concernant les exploitations d'or, les sites sont en rive droite du fleuve Niger, là où l'aquifère
du CI est absent, et à l'ouest du domaine d'extension de l'aquifère du CT. Le traitement du
minerai aurifère peut utiliser des substances très polluantes telles que le mercure ou des
composés contenant du cyanure. Les sites d'orpaillage sont sur le socle du Gourma, en
amont hydraulique du domaine d'extension de l'aquifère du CT. Les cours d'eau (tels que la
Sirba) sont actifs pendant la saison pluvieuse et peuvent exporter les contaminations
potentielles vers le fleuve Niger. Il faut noter cependant que le fleuve Niger draine les nappes
du CT et du CI jusqu'à la frontière sud du pays. Le risque de contamination de ces nappes
est réduit, mais il existe pour le fleuve.

ALGERIE

Des exploitations minières d'or existent en bordure Est du bassin du Continental Intercalaire
du Tanezrouft, à Tirek et à Amessmessa ; elles sont susceptibles de se multiplier dans les
permis d'In Ouzzal et de Nord Tirek. La méthode de traitement du minerai n'est pas connue,
mais peut être polluante si des métaux lourds sont utilisés (mercure) ou si des solvants, des
acides (lixiviation) ou des substances potentiellement polluantes (cyanure…) sont employés.
Les exploitations sont situées à l'est de la RN6, mais les résidus peuvent être entraînés par
les crues des oueds et s'infiltrer au niveau des affleurements du Continental Intercalaire,

BENIN

Les mines et projets miniers sont principalement situées dans la chaîne de l'Atakora, au sud-
ouest (et souvent en amont) de la zone occupée par les formations sédimentaires anciennes
à perméabilité de fissures rattachées au système aquifère des Iullemeden.

Dans l'Atacora la zone aurifère comporte 12 permis octroyés à des compagnies minières.
Elle est marquée par des indices et des gisements : Perma (filons), rivières Perma, Sina-
Issiré et Sarga (alluvions). Dans le secteur de l’Alibori, 8 périmètres miniers sont délimités
pour la recherche de l’or en zone de socle.

Des gisements de fer ont été identifiés sur les grès dans la région de Karimama (nord-est,
près du fleuve Niger), à Loumbou-Loumbou avec des réserves de 226 millions de tonnes, et
à Madékali, dans la région de Kandi (nord-est), avec des réserves de l’ordre de 240 millions
de tonnes.

Si ces projets miniers voient le jour, il faudra porter une attention particulière à leur impact
sur les ressources en eau souterraine.

NIGERIA

De fortes teneurs en nitrates d'origine anthropique sont signalées à la périphérie des villes
dans des zones de maraichage installées sur des nappes localement superficielles.

Une pollution au plomb des eaux et des sols a eu lieu dans le domaine de socle dans l'état
de Zamfara. Il conviendra de surveiller si cette contamination ne se propage pas dans le
bassin sédimentaire du Continental Terminal situé en aval immédiat.

 Activité de recherche et d'exploitation d'hydrocarbures

Ce type d'activité est très présent dans la sous-région, depuis une période récente. Elle
génère des rejets potentiellement polluants, au niveau des travaux de prospection, par la
mise en place de chantiers, pistes, ateliers divers, transport, carburant. Cette activité
s'accompagne aussi de prélèvements d'eau pour l'alimentation des personnels et des
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   74/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

chantiers de forage. Les problèmes liés à ce type d'activité pourraient se poser dans certains
pays du domaine d'étude.

Rappelons que les hydrocarbures sont de loin responsables du plus grand nombre de
pollutions à l'échelle mondiale

NIGER

Aucun permis d'exploration pétrolière n'est en activité dans la zone d'extension des aquifères
du CI et du CT. Mais des permis non encore attribués ("open blocks") couvrent toute la zone
d'étude.

Les risques présentés par l'activité pétrolière en général dans cette zone se résument à
l'activité ponctuelle de raffinage au nord de Zinder et aux stockages d'hydrocarbures de
tailles variées disséminés dans les agglomérations du territoire nigérien.

ALGERIE

Il y a des projets éventuels de prospection pétrolière dans le bassin du Tanezrouft mais


aucune activité n'existe pour l'instant.

Activités d'exploration minière au Niger : la carte ci-après indique la situation actuelle des
permis d'exploration et d'exploitation concernant l'uranium et l'or.

MALI

Des forages de reconnaissance ont déjà eu lieu dans le nord du bassin de Taoudéni et le
fossé de Gao. Des prospections actives se déroulent dans le fossé de Nara et plusieurs
permis ont été accordés en bordure sud de cette structure.

MAURITANIE

Les travaux de forage du puits N°1 Atil viennent de s'achever à 200km à l’Est de Ouadane,
dans la wilaya d'Adrar, après la création d’une piste le reliant à Ouadane, la construction de
la plateforme de forage et de la base de vie, la création de puits d’eau et de carrières. Une
étude d’impact sur l’environnement relative au projet de forage sur les blocs Ta7et Ta8 du
bassin de Taoudenni a été réalisée en 2009.

La préparation du 2eme forage est en cours, il n’était qu’optionnel, mais les travaux
sismiques sont terminés.

Si une activité pétrolière significative se développe dans la partie nord du Dhar de Néma, il
est recommandé d'être particulièrement attentif au volet "eaux souterraines" des études
d'impact qui seront effectuées préalablement à ces travaux. En effet, les risques de pollution
sont de plusieurs ordres : contamination directe de la nappe du Continental Intercalaire par
les hydrocarbures au niveau des forages, mises en communication de la nappe avec des
nappes sous-jacentes salées, déversements sur le sol de produits polluants etc.

 Activités industrielles hors mines et hydrocarbures


On dispose de peu d’informations sur les industries, du secteur formel comme du secteur
informel. Les informations concernant l’eau utilisée par différentes industries ne sont pas
disponibles.
D’une manière générale, les industriels peuvent utiliser l’eau pour fabriquer les produits
(eaux de procédé), pour refroidir les machines (eaux de refroidissement), pour l’hygiène des
employés (eaux sanitaires) ou pour nettoyer l’usine (eaux de lavage).

La fabrication de certains produits nécessite une grande consommation d’eau. Il faut par
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   75/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

exemple :
 80 litres d’eau pour fabriquer 1 kilogramme de sucre
 10 litres d’eau pour fabriquer 1 litre d’essence
 324 litres d’eau pour fabriquer 1 kilogramme de papier
 95 litres d’eau pour raffiner 1 kilogramme d’acier

Les infrastructures industrielles installées le long du fleuve Niger prélèvent d’importantes


quantités d’eau et en rejettent une bonne partie sous forme d'eaux usées et déchets après
utilisation.
A Bamako (Mali), par exemple, le débit des rejets industriels a été estimé à plus de 2500 m3 /
jour. Ces rejets contiennent une forte concentration en matières organiques dissoutes et en
suspension, des métaux (chrome, mercure, manganèse, zinc, arsenic, etc.), des produits
chimiques et des substances organiques toxiques. »

Les installations industrielles sont liées aux activités économiques, aussi, leur cartographie
suit-elle celle des centres urbains des différents pays du projet.

Chaque industrie a ses spécificités en termes de risques vis-à-vis des eaux de surface et
des eaux souterraines et il est difficile de dégager des principes généraux.

Dans la zone d'intervention du projet, les zones industrielles ont été reportées sur cartes
chaque fois que l'information a pu être collectée. Ces documents apparaissent dans les
rapports – pays.

 Activité agricole, périmètres irrigués, engrais et produits phyto-sanitaires

On constate que l'essentiel des périmètres sont situés dans ou près du delta intérieur et en
bordure du fleuve Niger, et donc utilisent des eaux de surface, d'autant plus qu'il n'y a pas –
à cet endroit - de nappe alluviale ou d'aquifère capable de faire face aux débits nécessités
par ces grands aménagements.

Les périmètres présents dans la région de Tahoua et à Maradi font par contre appel aux
eaux souterraines et constituent des exploitants majeurs des nappes du CT mais surtout du
CI, dans ces régions.

Les tonnages d'épandage d'engrais et de produits phytosanitaires sont importants et


constituent une pression environnementale sur les aquifères sous-jacents

Les produits phytosanitaires constituent un problème particulier : si leurs conditions de


stockage ne sont pas adaptées à la dangerosité des produits (actuellement utilisés et ceux
qui sont obsolètes) cela peut représenter un important risque environnemental. En
particulier, des inventaires ont permis de constater que de fortes quantités de pesticides ont
été stockées sans précautions, notamment pour la lutte antiacridienne.

Des programmes spécialisés s'attachent à inventorier les sites de stockage, les sécuriser et
les détruire s'ils sont obsolètes : «Africa stockpile program», «Programme africain relatif aux
stocks de pesticides obsolètes», «Pesticide action network en Afrique». Des inventaires
précis ont pu être retrouvés au Mali et au Burkina. Au Niger ou en Mauritanie, aucune
donnée précise de localisation des dépôts n'a pu être collectée.

 Assainissement
Les rejets d'assainissement se font sans aucun traitement et les effluents bruts se retrouvent
dans les cours d'eau, les dépressions ou dans des lagunes dont le fonctionnement n'est pas
contrôlé. Les stations d'épuration sont pour l'instant des installations exceptionnelles.
Cette pollution est directement liée aux concentrations de population et sa cartographie suit
Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   76/86 
Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

celle des centres urbains. Certains forages en Algérie, bien qu'étant situés en zone
désertique (Tanezrouft) montrent des teneurs élevées en nitrates (70 mg/l) probablement
d'origine anthropique et liées à la mauvaise protection de la tête de puits.
Compte tenu de l'accroissement attendu de la population dans la sous-région,
l'assainissement a toutes chances de devenir un enjeu majeur dans les prochaines années.

5.1.2. Vulnérabilité quantitative


L'accroissement de la population est très rapide, ce que montrent les projections de
l'UNDESA : au Niger, la population va doubler entre 2010 (15 millions d'habitants) et 2030
(30 millions d'habitants), le Nigéria comptera plus de 250 millions d'habitants en 2030. Cette
évolution attendue, va aller de pair avec l'augmentation de la consommation d'eau pour les
différents usages, l'aggravation des risques environnementaux (assainissement, installations
industrielles, déchets…) et la dégradation de l'environnement naturel : déboisement, érosion,
destruction de zones humides pour la mise en place de cultures, salinisation des sols…
Si on se limite à l'aspect ressources en eau souterraine, les zones les plus vulnérables vont
donc être centrées sur les fortes concentrations urbaines et les aménagements agricoles
irrigués alimentés par pompages dans les nappes.
Il faudra disposer des résultats de la modélisation prévue dans le présent projet, pour
évaluer les impacts dans les nappes du CT et du CI à différents horizons.

400

Nigeria
300
Niger
Burkina
200
Mali
Benin
100
Mauritanie

0 Algerie
19…
19…
19…
19…
19…
19…
19…
19…
19…
19…
20…
20…
20…
20…
20…
20…
20…
20…
20…
20…
20…

60

50

Nigeria
40
Niger
Burkina
30
Mali

20 Benin
Mauritanie
10 Algerie

0
1950
1955
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
2010
2015
2020
2025
2030
2035
2040
2045
2050

(Source : UNDSA)
Figure 38: Évolution de la population dans les états de l'OSS jusqu'en 2050 
Les conséquences de cette augmentation très rapide de la population seront extrêmement
importantes sur les eaux souterraines, que ce soit sur le plan des ressources pour l'eau
potable, l'irrigation et l'industrie, que sur le plan de l'environnement avec les rejets industriels,
et les problématiques d'assainissement ou de gestion des déchets.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   77/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

5.2. Impact de la variabilité et des changements climatiques


À l’issue de cette étude de synthèse, il ressort que les variations climatiques en Afrique de
l’Ouest sont très contrastées. En effet, si les précipitations annuelles ont subi des baisses
drastiques entre 15 et 30% dans les années 1980-1990 avec des températures en hausse
de 0,2 à 0,8°C sur la même période, force est de constaté que les tendances alarmistes sur
les « changements » climatiques prônées par le GIEC et reprises par de nombreuses
institutions, battent de l’aile depuis le début du XXIème siècle, où on observe un retour des
pluies plus abondantes, même si les années se suivent et ne ressemblent avec des
épisodes extrêmes assez récurrents .
Si ces tendances historiques sont bien documentées, il subsiste par contre beaucoup
d’incertitude sur les variations futures du climat de la planète (certains scientifiques
envisagent même un refroidissement), et bien sûr à fortiori dans la sous-région, notamment
en ce qui concerne les précipitations.

Si on se réfère aux modèles climatiques les plus publiés et médiatisés, qu’ils soient globaux
ou régionaux, les températures y apparaissent comme la variable la mieux simulée avec une
prévision de hausse de 3 à 4°C sur la sous-région à l’horizon 2080/99. En revanche, de
grandes incertitudes demeurent sur les résultats des projections concernant les
précipitations et aucune conclusion ne peut être tirée concernant le régime des
précipitations en Afrique de l'Ouest du fait de la divergence des modèles climatiques.

De surcroit, le changement de régime pluviométrique survenu pendant les décennies


passées (70-90) ne se confirme pas depuis ces 15 dernières années où un retour à de
meilleures conditions pluviométriques est notable, avec notamment une remontée des
isohyètes dans la partie Est du Sahel. À cela s’ajoute que le fleuve Niger enregistre une
CRUE CENTENNALE pour l’année 2012.

C’est aussi sans compter sur la théorie du refroidissement lent de la planète, développée
par certains scientifiques qui essaient de prendre en compte l’activité du Soleil dans leurs
modèles (Pinault J.L., 2012).
Alors quel crédit accordé à certaines conclusions qui disent que : « La simulation multi-
modèle (utilisant une dizaine de modèles) indique en moyenne une baisse des précipitations
de l’ordre de 5 à 20% sur l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest d’ici la fin du siècle» ????
Hormis les températures et les précipitations annuelles, très peu d’études ont porté sur les
projections des autres variables climatiques en Afrique de l’Ouest. Les tendances suivantes
sont quelquefois citées dans la littérature :
- La hausse des températures entrainera une hausse de l’évapotranspiration
potentielle de l’ordre de 5% d’ici la fin du siècle.
- La fréquence et la gravité des événements climatiques extrêmes (inondations et
sécheresses) seront accrues.

Impacts sur l’environnement


La zone sahélienne a connu de grandes mutations suite aux aléas climatiques des années
1970/80. En effet, les grandes sécheresses se sont accompagnées d’une péjoration
édaphique avec la disparation progressive de la végétation naturelle et l’extension des
croûtes superficielles. Ces changements environnementaux ont été accélérés par les
activités humaines : mises en cultures, défrichements anarchiques, techniques culturales
inadaptées, surpâturage, etc. L’analyse des causes de ces changements environnementaux
fait ressortir que les facteurs les plus explicatifs sont 1) les coupes abusives de bois pour
satisfaire les besoins en énergie des populations (92% de l’énergie provient du bois en
Afrique), 2) la demande en bois d'œuvre, 3) l'expansion agricole, 4) le surpâturage et, 5) les
feux de brousse.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   78/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Impacts sur les ressources en eau

Les impacts du climat sur les ressources en eau sont plus complexes. Les principaux effets
des changements du climat s’observent sur les réseaux hydrographiques :
- Depuis les années 70, les écoulements ont diminué d’environ 30 à 60% en fonction
des bassins versants ouest africains, la baisse se traduisant non seulement sur le
module annuel, mais aussi sur les extrêmes (débits de crue et d’étiage).
- Les eaux souterraines ont également connu dans l’ensemble des baisses de niveaux
phréatiques suite à la diminution des pluies. Mais paradoxalement on a aussi
enregistré, dans la région de Niamey, des tendances à la hausse des niveaux
piézométriques. Cependant ce dernier phénomène n’est pas aussi étrange qu’il n’y
parait : des études passées sur la recharge des aquifères ont en effet montré qu’il
fallait une conjoncture morphologique (bas-fonds) couplée à des évènements
extrêmes (pluies intenses) pour que le phénomène de recharge puisse s’enclencher
et être significatif, dans les zones arides. Ce n’est donc pas la quantité annuelle des
précipitations qui est prépondérante mais l’intensité des précipitations. Force est de
reconnaître que la sous-région manque cruellement de longues séries d’observations
piézométriques permettant de mieux apprécier et quantifier les impacts climatiques
passés sur les ressources en eau souterraines.
Cette situation qualifiée de « paradoxe sahélien » s’explique par les changements profonds
des états de surfaces suite aux sécheresses (aridification, encroûtement des sols, etc…) et
aux actions anthropiques (mises en cultures, déforestation, défrichements anarchiques,
surpâturage, etc.…).

Impacts projetés des changements climatiques


Les projections climatiques concernant les précipitations sont encore incertaines pour
l'Afrique de l'Ouest. Des tests récents ont montré les limites des modèles dans leur capacité
à retranscrire le climat ouest-africain et le réseau pluviométrique actuel est loin de garantir
une erreur inférieure à 10 % à l'échelle des analyses agro-météorologiques.

L’analyse des impacts sur les ressources en eau doivent intégrer la dimension
environnementale (changements de l’occupation et des usages des terres), ce qui rend plus
compliqué la transformation des précipitations en écoulements et recharge car il devient
difficile, voire impossible de dissocier les impacts climatiques des impacts anthropiques et
environnementaux.

On estime que plus de 80% de l’eau utilisée en Afrique de l’Ouest provient des nappes
souterraines. Selon le GIEC (2008), l’alimentation des nappes souterraines devrait diminuer
avec la réduction des précipitations et du ruissellement, entraînant une augmentation du
stress hydrique, mais les recherches effectuées par l’IRD au Niger démontrent le contraire !!!

Quoi qu’il en soit de ces théories contradictoires, la disponibilité, l’accessibilité,


l’approvisionnement et la demande en eau en Afrique seront principalement influencés par
une démographie et une urbanisation galopante, avec une demande en eau qui quadruplera
avec le doublement de la population ouest-africaine dans les prochaines décennies (voir
graphique ci-après –source UNDESA).

Changements Climatiques ou Perturbations résultantes des Actions Anthropiques ?


Peut-on alors réellement parler d’une rupture dans l’Histoire avec le réchauffement actuel,
alors que rien qu’à l’ère quaternaire la planète en a subi des centaines ? Il est donc encore
difficile de dire ce qui a le plus influencé les perturbations, entre les cycles de réchauffement
naturel du soleil et les actions anthropiques.

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   79/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

En dépit des considérations «catastro-climatiques» du GIEC, ce sont plus les conséquences


anthropiques directes qui seraient à redouter pour l’avenir proche de la Sous-Région que
celles des variations climatiques.

Les experts produisent des images pour susciter la peur : il s’agit d’une certaine manière de
gérer l’incertain. La situation présente est difficile à analyser et l’incertitude freine les prises
de décisions adaptées et efficaces.

L’explosion démographique de la sous-région ouest-africaine conduisant à une


surexploitation des ressources en eau souterraines sera certainement prédominante sur les
impacts climatiques futurs. Il est donc plus qu’urgent de développer et mettre en œuvre des
stratégies durables pour un meilleur développement et une meilleure mobilisation des eaux
souterraines afin d’atténuer ces futures contraintes (humaines et climatiques).

Population en Millions d’habitants Nigéria : 2050 : 390 millions hab. ; 2100 : 730 millions hab.
Source: UNDECA (http://esa.un.org/wpp/unpp/Panel_profiles.htm)
Figure 39: Croissance démographique en Afrique de l’Ouest de 1950 à 2100 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   80/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

ANNEXE 1 : PRÉSENTATION ATELIER OUAGADOUGOU 28NOV2012


SYNTHÈSE GÉOLOGIQUE ET HYDROGÉOLOGIQUE

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   81/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   82/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   83/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   84/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

ANNEXE 2 : PRÉSENTATION ATELIER OUAGADOUGOU 29NOV2012


SYNTHÈSE ENVIRONNEMENTALE

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   85/86 


Gestion Intégrée et Concertée des Ressources en Eau des Systèmes Aquifères d'Iullemeden, de 
Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger – GICRESAIT 

Groupement ANTEA & JMB_Consult                ‐‐‐ Rapport de Synthèse Hydrogéologique ‐‐‐   86/86 

Vous aimerez peut-être aussi